ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Le Signal rouge, signe de sa venue de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 63-0623E La durĂ©e est de: 2 hours and 14 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Le Signal rouge, signe de sa venue

1 Merci, FrĂšre Neville. Restons debout, juste un moment, pour la priĂšre et inclinons la tĂȘte. Notre PĂšre cĂ©leste, nous Te louons pour tout ce que nos yeux ont vu et que nos oreilles ont entendu. Et nous Te rendons grĂąces, Seigneur, parce, qu’aujourd’hui, nous savons que Tu es le mĂȘme Grand JĂ©hovah Dieu qui a toujours Ă©tĂ© et qui sera toujours.

2 Nous Te remercions pour JĂ©sus-Christ qui a rendu possible notre retour Ă  la communion divine avec Toi par l’effusion de Son Sang innocent, de sorte qu’au travers de – de l’expiation par ce Sang, nous sommes aujourd’hui des fils et des filles de Dieu. Ce que nous serons Ă  la fin n’a pas encore Ă©tĂ© manifestĂ©, mais nous savons que nous serons semblables Ă  Lui, car nous Le verrons tel qu’Il est. Ô PĂšre, cela nous suffit entiĂšrement, d’ĂȘtre semblables Ă  Lui, d’ĂȘtre Ă  Son image.

3 Et maintenant, PĂšre, nous ne voulons pas nous conformer aux choses du monde en cette heure-ci, mais nous voulons ĂȘtre transformĂ©s par le renouvellement de notre esprit par le Saint-Esprit, afin qu’Il puisse venir s’occuper Lui-mĂȘme de nos vies, et qu’Il nous conduise et nous guide pour le reste de nos jours sur la terre, et qu’Il glorifie Son grand Nom.
Nous Te remercions pour toutes ces choses. Et nous nous attendons impatiemment Ă  ce que Tu nous visites ce soir pendant que nous sommes ainsi rassemblĂ©s, et nous croyons que Tu viendras Ă  notre rencontre comme Tu l’as promis. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. (Vous pouvez vous asseoir.)

4 Je crois que c’est David qui a dit: «Je suis dans la joie quand on nous dit – quand on me dit, allons Ă  la maison de l’Eternel.» Et nous sommes vraiment trĂšs reconnaissants d’ĂȘtre ici ce soir, et nous considĂ©rons comme un privilĂšge d’avoir cette magnifique opportunitĂ© de – d’ĂȘtre ici pour vous parler.

5 Je fais quelques bandes. C’est pourquoi, je regarde derriĂšre dans la piĂšce pour voir si les frĂšres sont en train d’enregistrer les bandes. C’est – c’est en cours maintenant, les bandes tournent. TrĂšs bien. La raison en est que j’ai promis que les messages Ă  diffuser viendraient, seraient enregistrĂ©s ici au tabernacle.

6 Maintenant, nous sommes
 Je voudrais dire quelque chose Ă  propos de ce qui s’est passĂ© ce matin. Aujourd’hui, juste cet aprĂšs-midi plutĂŽt, pendant que nous terminions la rĂ©union du matin, quelque chose s’est passĂ©, certains d’entre vous n’étaient peut-ĂȘtre pas ici, et ils ne savent pas de quoi il s’agit. J’étais ici en chaire en train de clĂŽturer la rĂ©union, et j’observais un frĂšre qui Ă©tait debout quelque part ici, en train de serrer la main aux gens, il s’appelle frĂšre Way, c’est comme ça que nous l’appelons ici. Sa femme est une excellente infirmiĂšre diplĂŽmĂ©e d’Etat.

7 Et frĂšre Way est l’un des serviteurs de Dieu, il a aussi un travail dans le monde, mais depuis des annĂ©es, il a un appel dans son coeur pour aller travailler dans les champs missionnaires. Il s’est senti conduit par Dieu Ă  venir ici et Ă  attendre, Ă  ce poste-ci, jusqu’à ce qu’il ait reçu de nouvelles instructions pour – pour continuer dans les champs missionnaires.
Il y a quelques jours, je parlais avec lui et j’ai eu une petite entrevue avec lui et sa femme.

8 Et, ce matin, pendant que je confessais que j’avais un complexe, j’ai aussi parlĂ© de frĂšre Way, disant qu’il a un complexe, ce qui est tout Ă  fait normal pour n’importe qui. Et au – un moment aprĂšs, frĂšre Way a Ă©tĂ© frappĂ© d’une crise cardiaque, et il est tombĂ© raide mort par terre. Et j’ai vu sa femme
 Et j’ai remarqué  J’ai Ă©tĂ© avec beaucoup de gens qui se mouraient et je – je n’ai pas Ă  – Ă  dire ceci


9 J’aime vanter JĂ©sus-Christ, Sa puissance. Mais alors, je pense que nous ne devrions jamais chercher Ă  Le vanter, en aucun cas, pour quelque chose qu’Il – qu’Il – qu’Il n’a pas fait. Mais j’ai vu JĂ©sus-Christ ressusciter les morts Ă  maintes reprises, avec Ă  l’appui des attestations incontestables du mĂ©decin


10 Comme par exemple, tout rĂ©cemment dans le Connecticut, dans une rĂ©union que je tenais dans un grand et vieil auditorium bien connu, le docteur Barten, un mĂ©decin chrĂ©tien Ă©tait avec moi sur l’estrade, un mĂ©decin. Et une brave femme, une chrĂ©tienne connue, une femme riche et aimable, Ă©tait assise Ă  ma gauche. Et j’ai formĂ© la ligne de priĂšre, et j’ai remarquĂ© que tout d’un coup cette femme


11 Quand le coeur de quelqu’un s‘arrĂȘte
 Vous pouvez avoir les yeux fermĂ©s, mais si vous attrapez un choc mortel, dĂšs que votre coeur s’arrĂȘte, vos globes oculaires se retournent effectivement et le blanc de vos yeux apparaĂźt. Et j’ai remarquĂ© cela quand elle s’est affaissĂ©e. Et rapidement, on a appelĂ© un mĂ©decin et il a accouru vers elle pour prendre son pouls, puis il a secouĂ© la tĂȘte, il a mis sa main sur elle et a appuyĂ© son oreille sur son coeur. Et elle Ă©tait morte. Elle s’est Ă©croulĂ©e par terre et sa fille s’est mise Ă  crier, ce qui a interrompu la rĂ©union
 J’ai continuĂ©, je n’avais reçu aucune parole du Seigneur au sujet de la femme. Et j’ai continuĂ©.

12 Quelqu’un a parlĂ© de faire venir frĂšre Branham. Et ils ont dit: «Nous ne voulons pas l’appeler pendant qu’il s’occupe de la ligne de priĂšre, parce qu’il est sous le discernement.» Et ils ont dit: «Cherchez le petit Branham.» C’était Billy; et Billy
 Comme il s’agissait d’une femme morte, il ne voulait pas


13 Vous savez, les gens se mĂ©fient des morts ce – c’est – ce n’est qu’une enveloppe. Il n’y a rien lĂ . Ce
 Les gens ont des idĂ©es Ă©tranges
 Ce
 La personne elle-mĂȘme n’est plus lĂ ; elle s’en est allĂ©e. Et donc, il a eu peur de – de s’approcher de cette femme parce qu’elle Ă©tait morte.

14 Et alors, immĂ©diatement le Saint-Esprit m’a parlĂ©. Je me suis dĂ©placĂ© de lĂ  oĂč j’étais, j’ai descendu les marches, je suis allĂ© lĂ  oĂč elle Ă©tait; et comme je me dirigeais vers l’endroit oĂč elle Ă©tait, le Saint-Esprit m’a parlĂ©; et j’ai dit: «Marie!»

15 Elle a dit: «Oui, FrĂšre Branham.» Elle Ă©tait rĂ©tablie. Et – et elle ne nous avait jamais vu auparavant. Et c’était la premiĂšre rĂ©union Ă  laquelle elle assistait.

16 Puis Ă  Shawano tout rĂ©cemment, dans un – oh, je dirais, il y a environ quatre ou cinq ans
 Je parlais un soir au dĂ©pĂŽt d’armes. Et il y avait beaucoup de monde et un homme ĂągĂ© de quatre-vingts ans environ, je suppose, et sa gentille femme
 Ils Ă©taient de confession luthĂ©rienne, et ils frĂ©quentaient cette grande Ă©glise luthĂ©rienne renommĂ©e lĂ -bas. J’ai alors oubliĂ© son nom. C’est la plus grande assemblĂ©e des luthĂ©riens en AmĂ©rique, lorsque tous les membres de l’église se retrouvent en un seul rassemblement. Et c’est une merveilleuse contrĂ©e pour les luthĂ©riens. Et pendant que je parlais, j’ai vu cet homme, sa tĂȘte a basculĂ© en arriĂšre comme ceci; et ses mains ont Ă©tĂ© dĂ©ployĂ©es et il s’est affaissĂ© en basculant en avant, il est mort dans sa chaise. Et sa femme s’est mise Ă  crier, et Ă  pousser de grands cris : «Au secours! Au secours!»

17 Et j’ai regardĂ©; j’ai dit: «Que chacun reste assis. Restez tranquilles.» Voyez-vous? J’attendais que le Seigneur me donne une
 Et – et je
 Satan
 Jâ€˜Ă©tais sur le point de faire l’appel Ă  l’autel, et c’est juste Ă  ce moment-lĂ  que Satan aime se manifester.

18 Ainsi
 Avez-vous dĂ©jĂ  remarquĂ© que quand on commence Ă  faire l’appel Ă  l’autel, mĂȘme les bĂ©bĂ©s commencent Ă  crier et des choses pareilles? C’est Satan. Vous qui ĂȘtes spirituels, vous comprenez.

19 Ainsi, le Seigneur me rĂ©vĂ©la son nom, je l’appelais, et il revint Ă  la vie juste comme cela.

20 Et ce matin quand je me suis tourné  Voyez-vous? Et j’ai vu plusieurs fois le Seigneur JĂ©sus ressusciter les morts. Le petit bĂ©bĂ© de Mexico Ă©tait mort Ă  neuf heures, ce matin-lĂ , et c’était entre vingt-deux heures et vingt-trois heures qu’il est revenu Ă  la vie ce soir-lĂ . Et – et ça, c’est une attestation du mĂ©decin (Voyez?), certifiant que le bĂ©bĂ© Ă©tait mort dans son cabinet Ă  neuf heures, ce matin-lĂ . Je crois que c’était Ă  la suite d’une pneumonie. Et le bĂ©bĂ© est vivant aujourd’hui, Ă  ce que je sache. Et cela se passa devant (oh! la la!) trente ou quarante mille personnes.

21 Et alors ce matin, j’ai vu notre frĂšre Way alors qu’il Ă©tait donc assis
 Il Ă©tait donc assis juste ici. Et tandis qu’il Ă©tait lĂ  quelque part, il Ă©tait debout. Et nous chantions: «Gloire, gloire, AllĂ©luia», et on se serrait la main. Et j’ai vu quand cela l’a frappĂ©. Sa tĂȘte a donc basculĂ© en arriĂšre, il
 FrĂšre Way n’est pas sujet Ă  des choses comme
 Ă  des choses comme s’évanouir ou des choses pareilles. Et il
 Je l’ai vu tomber vers l’arriĂšre et j’ai vu sa femme, une infirmiĂšre diplĂŽmĂ©e d’Etat, prendre son pouls. Et elle s’est mise Ă  crier. Le coeur s’était arrĂȘtĂ©.

22 Et – et alors, je crois que c’était la soeur Nash, une dame d’ici, une soeur de couleur qui frĂ©quente cette Ă©glise, et quelques personnes qui ont accouru. Et alors, elle – madame Way cherchait Ă  m’atteindre pour que je descende de l’estrade. Et j’ai dit: «Que tout le monde reste tranquille. Restez sur vos siĂšges.» Ne soyez jamais excitĂ©s en des moments pareils. Voyez? C’est ce que Satan cherche. Attendez simplement pour voir ce que Dieu va dire. Si c’est le dĂ©part de quelqu’un pour la Gloire, eh bien, c’est ce qui doit nous arriver un jour ou l’autre, il n’y a pas de meilleur endroit que l’église pour cela. Ainsi – ainsi donc, juste dans la maison du Seigneur
 Ainsi donc

Mais cet homme devait revenir. Je me suis dit que, peut-ĂȘtre, quelque chose avait – qu’il s’était Ă©vanoui ou que quelque chose de ce genre lui Ă©tait arrivĂ©. Mais quand j’ai regardĂ©, sa tĂȘte avait basculĂ© comme ceci et j’ai vu que le blanc de ses yeux Ă©tait apparu
 Vous ne pouvez pas fermer – vous ne pouvez pas mettre vos yeux dans cette position-lĂ , cela est dĂ» Ă  un arrĂȘt cardiaque. Et je suis descendu de l’estrade et il
 quelqu’un, une personne gentille avait posĂ© un – quelque chose pour que sa tĂȘte repose dessus. Et ses pieds, ses mains et tout Ă©taient raides. Cela a arrĂȘté  Son visage Ă©tait devenu aussi sombre que ma veste, d’un noir rougeĂątre, et ses yeux s’étaient rĂ©vulsĂ©s. Je connais les crises cardiaques. Je – je sais ce que ça fait et le changement que ça produit. Quiconque a dĂ©jĂ  vu cela
 Alors, j’ai posĂ© ma main pour prendre son pouls et il n’y avait plus de pouls, pas plus qu’il n’y en a sur ce pupitre, rien. Voici sa femme, une infirmiĂšre diplĂŽmĂ©e d’Etat, qui avait tĂątĂ© son pouls; il n’y avait pas de pouls lĂ .

23 Puis l’autre jour, pendant que j’étais ici avec frĂšre Way, j’étais sous le discernement, j’ai vu qu’il avait en quelque sorte un souffle au coeur. Ainsi donc, je me suis dit: «C’est cela.» Alors, je lui ai imposĂ© les mains; j’ai dit: «Dieu bien-aimĂ©, je rappelle l’ñme de mon frĂšre, sa vie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Et le Seigneur JĂ©hovah le sait et Sa Bible est ici devant moi, j’ai senti, quand j’ai mis ma main lĂ  pour tĂąter son pouls (et comme je sais que je rĂ©pondrai de cela au jour du jugement, si c’est faux) et le – j’ai senti son pouls battre rapidement quatre ou cinq fois; ça faisait: Pum, pum, pum, pum, pum; et ensuite, cela s’est mis Ă  faire: Pum, pum, pum, pum.

24 Et il a essayĂ© d’ouvrir la bouche pour me dire quelque chose – et – il essayait d’ouvrir la bouche et on dirait qu’il balbutiait, cherchant Ă  dire cela. Et il a prononcĂ© ces paroles: «FrĂšre Branham.» Puis, il a eu l’air de vouloir se rendormir ou quelque chose comme cela, et j’ai encore attendu quelques instants, j’ai encore tĂątĂ© son pouls; il battait normalement. Et puis, j’ai encore regardĂ© et il m’a regardĂ©. Et il Ă©tait un peu
 Je l’ai vu hors de lui-mĂȘme; il ne savait pas oĂč il Ă©tait, mais son coeur, battait normalement
 Et Dieu l’avait rappelĂ© Ă  la vie.

25 Je – je dis donc cela en l’honneur de JĂ©sus-Christ, qui cela
 est le mĂȘme Dieu que
 Alors que ce matin, j’ai prĂȘchĂ© pendant longtemps, j’ai dĂ©passĂ© mon temps, j’étais fatiguĂ© et Ă©puisé Et il peut s’agir de l’une de ces deux choses: soit qu’il Ă©tait Ă©puisĂ©, soit c’est parce que j’ai parlĂ© du fait d’avoir un complexe. Ce n’était pas du tout pour – pour troubler mon frĂšre, comme on le dirait, car j’avais – je confessais moi-mĂȘme que j’avais un complexe. Et je pense que si je demandais ce soir Ă  cet auditoire: «Combien ici savent qu’ils ont un complexe?» Chaque main pratiquement se lĂšverait. Pour que vous le sachiez, FrĂšre Way, laissez-moi vous montrer que ce n’était pas du discernement. Combien savent qu’ils ont un complexe? Levez la main. Regardez lĂ . Voyez? Mais je – je ne sais pas si ce que j’ai dit a causĂ© un choc Ă  frĂšre Way qui a pris cela comme une rĂ©primande de ma part ou quelque chose comme cela, alors cela – il est tombĂ© dans cet Ă©tat, et le Seigneur JĂ©sus l’a ramenĂ©.

26 Maintenant, je – je suis
 Je pense que ce mĂȘme Dieu que le grand saint Paul a reprĂ©sentĂ© en son temps, quand il a prĂȘchĂ© pendant longtemps un soir
 Et un homme est tombĂ©, et il a perdu la vie, et Paul s’est penchĂ© sur cet homme et par la grĂące de Dieu, il a dit Ă  l’auditoire: «Sa vie est en lui.» Eh bien, je pense que cela nous prouve, si vous n’aviez jamais rĂ©alisĂ© cela auparavant, que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.

27 Et alors, il se peut que ce soit ceci que – ce
 J’ai essayĂ© d’y penser cet aprĂšs-midi, que je m’étais tenu ici, et du fond de mon coeur je vous ai dit exactement la VĂ©ritĂ©, et je vous ai parlĂ© de mon
 le complexe et j’ai fait une confession en public, parce que
 Et je vous ai demandĂ© de prier afin que mon ĂȘtre intĂ©rieur puisse ĂȘtre changĂ© vis-Ă -vis des gens, pour que je puisse agir comme le Seigneur. Et pour confirmer qu’Il continuera Ă  m’envoyer dans les champs missionnaires, Il a permis cet incident pour montrer qu’Il guĂ©rit toujours les malades et qu’Il est capable de ressusciter les morts. Je pense que ce n’était qu’une confirmation de ce que je prĂȘchais et dont je tĂ©moignais sur le Royaume de Dieu. Et c’est quelque chose du genre de ce qu’Il a rĂ©cemment dit Ă  frĂšre Roberson lĂ  et Ă  un autre frĂšre.

28 Eh bien, nous L’aimons pour cela. Nous sommes reconnaissants ce soir du fait que frĂšre Way est avec nous ce soir. Et certainement Dieu n’a pas encore fini avec notre frĂšre, sinon il serait parti ce matin. Il y a quelque chose que frĂšre Way doit faire. Et je voudrais que vous sachiez, FrĂšre Way, que toute cette Ă©glise et moi-mĂȘme prierons pour que Dieu vous rĂ©vĂšle Son plan pour votre vie Ă  vous et celle de votre femme. Et aussitĂŽt que cela sera matĂ©rialisĂ©, vous serez placĂ©s lĂ -dedans. Je suis sĂ»r qu’Il le fera, FrĂšre Way. Et nous tous qui sommes des chrĂ©tiens, nous serons reconnaissants pour frĂšre Way. Est-ce vrai, Ă©glise? Et je vais prier pour que lui et soeur Way trouvent leur position dans le Seigneur pour le service qu’ils doivent rendre durant leur vie.

29 Maintenant, je voulais aussi parler Ă  frĂšre Way; j’étais venu tĂŽt afin que je puisse lui parler et voir son attitude ou plutĂŽt ce qui s’était passĂ©. Et il ne le sait pas. Voyez? C’est simplement sorti. Et il est simplement tombĂ© et s’en est allĂ©; c’est tout. FrĂšre Way Ă©tait dans le besoin
 il a demandĂ© s’il y a quelqu’un dans le bĂątiment qui va en Arkansas, le mardi ou un autre jour Ă  – Ă  cette sĂ©rie de rĂ©unions
 Eh bien, c’est – c’est peut-ĂȘtre une trĂšs petite rencontre. C’est une rencontre entre frĂšres. Et je pense que c’est dans une espĂšce de jungle ou plutĂŽt quelque part ailleurs, lĂ -haut
 Et il n’y aura probablement pas beaucoup de gens, je – je suppose, Ă  cette rencontre, parce que franchement, les gens ne savent mĂȘme pas encore que je viens. Voyez? Et ainsi, mes amis qui sont lĂ -bas, il se passera probablement une ou deux soirĂ©es avant qu’ils sachent – mĂȘme mes amis de l’Arkansas qui me connaissent lĂ -bas
 ils seront Ă  la rĂ©union. Et si quelqu’un s’y rend et qu’il ait de la place pour que quelqu’un l’accompagne, frĂšre Way serait content de le faire. Il a demandĂ© qu’on annonce qu’il ne sera pas Ă  charge des gens pour qu’on ait Ă  s’occuper de lui pendant qu’il sera lĂ , car il peut se suffire. Mais il
 si quelqu’un y va, ce sera un signe pour lui que Dieu veut qu’il
 ou que ce serait dans la
 ce serait pour lui la volontĂ© de Dieu d’y aller. Ainsi, vous tous, vous connaissez frĂšre Way qui est assis lĂ  au coin. Et si quelqu’un veut
 va lĂ -bas et qu’il ait de la place pour un passager en plus, le frĂšre sera heureux d’y aller.

30 Et puis, le dimanche prochain, le soir, le Seigneur voulant, je – je serai de retour – ou plutĂŽt le dimanche prochain, le matin. Et – et si frĂšre Neville tient l’école du dimanche, quand ça sera terminĂ©, je voudrais faire une autre bande si possible. Et si je ne me trompe pas, je pense que je prĂȘcherais sur «Est-ce que votre vie
 Votre vie est-elle digne de l’Evangile qui – qui est
 ou plutĂŽt votre femme est-elle
 Votre vie est-elle digne de l’Evangile?» C’est ce que je veux dire, votre vie est-elle digne de l’Evangile? Et je voudrais faire une bande sur cela, le Seigneur voulant.

31 Et maintenant, j’avais annoncĂ© aujourd’hui que je ferais une bande ce soir, et le pasteur, je ne pense mĂȘme pas qu’il a prĂȘchĂ©, il m’a simplement invitĂ© – et ainsi – pour parler ici Ă  l’estrade. Eh bien, je ne sais donc pas
 Maintenant, s’ils font des bandes
 Si vous vous sentez fatiguĂ© ou quelque chose comme cela, et que vous vouliez sortir, faites-le aussi silencieusement que possible, parce que nous ne
 Vous voyez, ces – ces microphones sont trĂšs trĂšs sensibles et ils captent le moindre bruit. Et nous faisons – essayons de faire ces bandes pour un ministĂšre international.

32 Et ce soir, je dĂ©sire annoncer mon sujet comme le
 aprĂšs que je – j’aurai lu la Parole de Dieu qui se trouve dans l’Evangile de Matthieu, le chapitre 24 de l’Evangile selon Matthieu. Le chapitre 24, et commençons donc au verset 32 et lisons l’Ecriture. Instruisez-vous par une comparaison tirĂ©e du figuier. DĂšs que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’étĂ© est proche. De mĂȘme, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, Ă  la porte. Je vous le dis en vĂ©ritĂ©, cette gĂ©nĂ©ration ne passera point que tout cela n’arrive. Les cieux et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point. Pour ce qui est du jour et de l’heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le PĂšre seul. Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme.

33 En lisant notre passage de ce soir, nous voyons en dĂ©but de ce chapitre que les disciples L’ont appelĂ© Ă  l’écart sur le mont – montagne et Lui ont demandĂ©: «Quel sera le signe de la fin du monde? Quel sera le signe de Ta venue? Et quand viendra le temps oĂč il ne restera pas pierre sur pierre au temple?» Eh bien, Il se met Ă  rĂ©pondre
 Vous voyez, ici au verset 1
 
JĂ©sus s’en allait au sortir du temple, ses disciples s’approchĂšrent pour lui en faire remarquer les constructions. Mais il leur dit: Voyez-vous tout cela? Je vous le dis en vĂ©ritĂ©, il ne restera pas ici pierre sur pierre qui ne soit renversĂ©e. Et ses disciples
 Il s’assit sur la mont
 (excusez-moi) Il s’assit sur la montagne des oliviers. Et les disciples vinrent en particulier Lui faire cette question: Dis-nous, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe de ton avĂšnement et de la fin du monde?

34 Vous voyez, ils ont posĂ© trois questions, et Il rĂ©pond Ă  ces trois questions. «Quand arrivera-t-il qu’il ne restera plus pierre sur pierre? Quel sera le signe de Ta venue, et quel sera le signe de la fin du monde? » Et beaucoup, je pense, nous les frĂšres, nous commettons des erreurs en essayant d’appliquer tout cela Ă  Sa venue. Mais Il est en train de rĂ©pondre Ă  trois questions distinctes qui Lui ont Ă©tĂ© posĂ©es. Pourquoi – y aura-t-il un temps oĂč il ne restera plus pierre sur pierre? Quand cela arriva-t-il? Et quel sera le signe de Ta venue? Que se passera-t-il Ă  la fin du monde? Voyez, il s’agit de trois questions diffĂ©rentes. Et Il commence Ă  rĂ©pondre Ă  l’une, celle qui concerne le temps oĂč il n’y restera plus pierre sur pierre. Et puis, aprĂšs qu’Il a terminĂ© avec cette question, Il parle du signe de Sa venue, et puis, Il aborde la fin du monde.

35 Maintenant, nous voyons ici
 L’une des choses dont j’aimerais parler ce soir, c’est: le – Le signal rouge, signe de Sa venue. Et nous allons ce soir nous attarder sur les jours de NoĂ©: «  il en sera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme.» Et je – ceci m’a frappĂ© l’autre jour. Et je me suis dit que j’essayerai peut-ĂȘtre de prendre ceci et de parler sur cela. Et j’ai notĂ© plusieurs passages de l’Ecriture auxquels je voudrais me rĂ©fĂ©rer et – et peut-ĂȘtre, lire un petit peu


36 Eh bien, cette question a donc Ă©tĂ© posĂ©e Ă  notre Seigneur JĂ©sus, et Il leur a parlĂ© du signe de Sa venue. Et puis, immĂ©diatement aprĂšs, Il a dit ceci: «Le ciel et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera point.» Et puis, Il a dit: «Instruisez-vous par une comparaison tirĂ©e du figuier. DĂšs que ces branches poussent, vous savez que l’étĂ© est proche. De mĂȘme, quand vous verrez ces choses arriver ou ĂȘtre manifestĂ©es, sachez que le temps est proche. Cette gĂ©nĂ©ration ne passera point que tout cela n’arrive.» Quelle gĂ©nĂ©ration? La gĂ©nĂ©ration qui voit l’apostasie dont nous allons parler ce soir.

37 Ainsi, quand nous pensons Ă  mon sujet Le signal rouge, signe de Sa venue, cela me rappelle l’attente Ă  la gare, quand un homme ou des gens se tiennent lĂ , comme beaucoup parmi vous l’ont fait, quand nous attendons pour prendre le train. Vous n’entendez pas le train, ou plutĂŽt vous ne le voyez pas, mais vous savez qu’il est – il est temps. Il se peut que le rĂ©gulateur dise: «Il est un – un peu en retard; il n’est pas tout Ă  fait Ă  l’heure. Nous ne savons pas exactement quand, mais il arrive bientĂŽt.» Et nous nous promenons dans la gare, les mains dans les poches, nous nous asseyons sur nos valises, nous sortons pour acheter un cornet de cacahuĂštes, et parler au – Ă  quelqu’un de l’autre cĂŽtĂ© de la rue. Mais tout d’un coup, il se passe quelque chose : les rails produisent un bruit. Et alors, le bras descend, les lumiĂšres rouges se mettent Ă  clignoter. Qu’est-ce? Le train est en gare. MĂȘme si vous ne l’entendez pas, mĂȘme si vous ne le voyez pas, cependant ce signal rouge et ce bras baissĂ© montrent qu’il arrive. Et alors, si vous voulez partir Ă  bord de ce train, vous ferez mieux de jeter par terre votre cornet de cacahuĂštes, d’arrĂȘter votre conversation, de prendre vos valises, et de vous apprĂȘter, sinon vous resterez. En effet, le train ne stationne que pour quelques instants. Il sera parti. Et si vous vous tenez lĂ  Ă  bavarder avec votre voisin qui est de l’autre cĂŽtĂ© de la rue, vous allez rester.

38 Combien plus il en est ainsi alors que nous voyons le signal qui clignote, annonçant qu’Il est en gare, que le train de l’ancien Evangile va bientĂŽt passer. Et comme nous Ă©tudions ce soir ce grand sujet, le signal qui clignote

Pendant que notre Seigneur Ă©tait assis sur la montagne et Il leur dit que ces choses allaient arriver: «Ce qui arriva du temps de NoĂ©, arrivera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme».

39 Maintenant, nous voulons remonter un petit peu dans le passĂ© pour voir si nous pouvons trouver en ces jours-ci quelque chose de semblable Ă  ce qu’il y avait aux jours de NoĂ©. Et alors, nous pourrons donc dire si nous sommes en ce jour dont notre Seigneur a parlĂ©, et si notre temps ressemble en quelque sorte aux jours de NoĂ©. Pour faire cela, je pense que nous devons retourner dans le livre de la GenĂšse, au temps de NoĂ©. Veuillez ouvrir avec moi, si vous le voulez, les Ecritures, dans GenĂšse au chapitre 6, c’est au temps du dĂ©luge, et les moeurs et les conditions de ce temps-lĂ , GenĂšse au chapitre 6. Maintenant, nous voulons lire (Voyez?), et comparer ce jour-lĂ  avec ce jour-ci. Remarquez. Lorsque les hommes eurent commencĂ© Ă  se multiplier sur la face de la terre...

40 Le tout premier mot nous montre par une lumiĂšre clignotante distincte que le jour est proche, car il n’y a jamais eu un temps, dans toute l’histoire, oĂč il y ait eu autant d’hommes, et oĂč les gens se soient multipliĂ©s aussi rapidement qu’aujourd’hui. Il est devenu mĂȘme difficile de trouver un endroit oĂč habiter. Et les gens se multiplient tellement sur la terre que la science dit que s’ils continuent Ă  ce rythme d’ici vingt ans, il n’y aura mĂȘme plus assez de nourriture pour tout le monde. C’est le «Reader’s digest», je pense, qui a dĂ©clarĂ© cela, qu’il n’y aurait mĂȘme pas assez de nourriture pour tout le monde; ils se multiplient si vite.

41 En jetant un coup d’oeil autour de nous, nous constatons que les contrĂ©es qui Ă©taient dĂ©sertes sont devenues des villes, et pourtant le contrĂŽle des naissances n’a jamais Ă©tĂ© aussi pratiquĂ© qu’aujourd’hui. Je crois qu’il Ă©tait dit de Chicago
 J’espĂšre que je ne cite pas mal ces chiffres, mais des cas qui sont effectivement enregistrĂ©s, c’est trente mille cas d’avortements tous les soixante jours, Ă  Chicago. Les cas d’avortements sont enregistrĂ©s tous les soixante jours, et que dire de ceux qui ne sont jamais enregistrĂ©s? Voyez? LĂ , ce n’est que dans une seule grande ville de quatre millions d’habitants, et si on prenait le monde entier? Et malgrĂ© cela la population est si importante que ce – ce
 on n’arrive mĂȘme pas Ă  en prendre soin.

42 En Inde, ils cherchent Ă  devenir – Ă  faire – Ă  castrer les hommes, et Ă  les rendre stĂ©riles, afin que les enfants ne puissent plus naĂźtre, parce qu’ils sont – ils sont dans – il y a un grand accroissement; actuellement ils sont 470.000.000, en Inde.

43 Que dire de la Chine oĂč l’accroissement est encore plus grand, de la Russie et de beaucoup d’autres pays du monde? Quand les hommes commencent Ă  se multiplier sur la face de la terre
 Voyez? Maintenant, nous retournons au temps d’avant le dĂ©luge. 
et que des filles leur furent nĂ©es, les fils de Dieu virent que les filles des hommes Ă©taient belles et ils en prirent pour femmes parmi toutes celles qu’ils choisirent. Alors l’Eternel dit : Mon Esprit ne restera pas Ă  toujours dans l’homme, car l’homme n’est que chair; et ses jours seront de – de cent vingt ans. Les gĂ©ants Ă©taient sur la terre en ces temps-lĂ ; et aprĂšs eux
 aprĂšs que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes et qu’elles leur eurent donnĂ© des enfants: ce sont ces hĂ©ros qui furent fameux dans l’antiquité 

44 Oh, quel sujet nous avons lĂ ! Voyez? Eh bien, l’une des premiĂšres choses que j’aimerais vous faire remarquer, c’est que les – les fils de Dieu ont vu que les filles des hommes Ă©taient belles. Maintenant, je ne
 Je montre ceci au monde entier. Mais il n’y a jamais eu un temps sur la terre, au mieux de mes souvenirs, en dehors de ce temps-lĂ , oĂč il y ait jamais eu une – une si grande beautĂ© chez les femmes.

45 Et vous vous souvenez, certaines d’entre vous, femmes ĂągĂ©es, et certains d’entre vous les hommes, qui pouvez vous rappeler les annĂ©es passĂ©es, combien il Ă©tait rare de trouver une belle femme. Mais aujourd’hui, vous n’en voyez que de belles. C’est parce qu’elles se coupent les cheveux, se maquillent, et – et portent toutes sortes de – de vĂȘtements sexy et autres. Elles peuvent se prĂ©senter d’une maniĂšre telle que
 Et puis, il y a une autre chose, l’aiguille de l’horloge du temps a ramenĂ© cela conformĂ©ment aux Ecritures. Et les femmes deviennent toujours plus belles.

46 Je me rappelle le temps oĂč j’étais un petit garçon Ă  l’école, et je me retourne et je vois les petits enfants aujourd’hui, les petites filles qui grandissent. Et je regarde, je pense aux femmes du temps oĂč j’étais un jeune homme, et je regarde les jeunes filles aujourd’hui. Je me rappelle qu’il y avait une jeune fille populaire (et cela ne fait pas plus de vingt-cinq ans)
 une jeune fille populaire, une jolie fille, si jolie que presque tous les jeunes garçons voulaient sortir avec elle, parce qu’elle Ă©tait la reine du – du groupe. Peut-ĂȘtre pour toute une ville, il y avait deux ou trois femmes de ce genre. Aujourd’hui, elles sont toutes devenues belles, toutes. Cela, c’est pour accomplir les Ecritures et c’est une lumiĂšre rouge qui clignote pour montrer que le temps est proche.

47 On a inventĂ© des choses telles que le rouge Ă  lĂšvres, et – et le maquillage, afin qu’une femme qui n’est pas trĂšs belle puisse nĂ©anmoins se faire belle en utilisant le
 tout le visage, les lĂšvres, et ce – ce qu’elles font pour se rendre belles.

48 L’usine Max Factor fonctionne jour et nuit, et en AmĂ©rique on dĂ©pense plus en produits cosmĂ©tiques par annĂ©e, pour – pour rendre les femmes plus belles, qu’on ne le fait pour les provisions. C’est vrai. J’oublie combien de milliards de dollars on dĂ©pense chaque annĂ©e en produits cosmĂ©tiques afin de rendre nos femmes plus belles.

49 Eh bien, je ne dis rien contre cela. Je vous montre simplement que c’est une lumiĂšre rouge qui clignote pour montrer que le temps est proche. Car JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit: «Ce qui arriva aux jours de NoĂ©, arrivera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme.» Vous voyez, la mĂȘme chose.

50 Remarquez, quand les gens commencĂšrent Ă  se multiplier, et devinrent nombreux, les filles des hommes Ă©taient belles. Et les fils de Dieu les convoitĂšrent et ils en prirent pour femmes. Eh bien, ce n’est pas moi qui dis cela; je lis cela dans la Bible, lĂ  oĂč JĂ©sus nous a dit de retourner Ă  la GenĂšse et de comparer ces Ă©poques. La multiplication des gens, et la beautĂ© des femmes.

51 Eh bien, c’est un grand signe. Eh bien, l’avertissement, l’avertissement de JĂ©hovah, le verset 3. Alors l’Eternel dit


52 AussitĂŽt que cela Ă©tait arrivé  Rappelez-vous, c’est le Saint-Esprit qui a Ă©crit la Bible, et JĂ©sus Ă©tait revĂȘtu de la puissance, avec la plĂ©nitude du Saint-Esprit. Et Il ne parlait que par le Saint-Esprit. Et les Ecritures sont Ă©crites par le Saint-Esprit. Et Celui-lĂ  mĂȘme qui a Ă©crit GenĂšse 6 nous a dit dans Matthieu 24 de pouvoir retourner dans la GenĂšse et de comparer cela quand le temps sera proche.

53 La multiplication des gens sur la terre, et malgrĂ© le contrĂŽle des naissances et toutes ces choses, on ne maĂźtrise mĂȘme pas cela; la chose continue malgrĂ© tout, parce que nous sommes au temps de la fin.

54 Et puis, remarquez qu’aussitĂŽt aprĂšs, il est venu un temps dont il est dit que les femmes Ă©taient trĂšs belles, trĂšs jolies. Et nous avons comparĂ© cela avec ceci et nous pouvons le prouver.

55 Eh bien, je regardais quelques anciennes photos, de nos ancĂȘtres, quand ils traversaient ces plaines. Et je ne me rappelle pas le – le nom de cette femme, mais son nom Ă©tait connu de San Francisco Ă  – Ă  Boston comme Ă©tant la plus belle femme du pays. Pearl White, je crois que c’était ça son nom, il y a de cela beaucoup d’annĂ©es. Elle a Ă©tĂ© tuĂ©e par son amant, Scott Jackson. Et si vous voyez la photo de la femme qu’on disait ĂȘtre la plus belle femme du pays, vous la regarderez Ă  peine. Elle aurait l’air d’une antiquitĂ© lĂ  dans la rue, car la plupart des femmes que vous pourriez rencontrer n’importe oĂč seraient trois fois plus belles qu’elle, n’importe quelle femme aujourd’hui que vous rencontreriez lĂ , dans la rue. Vous voyez, les femmes deviennent de plus en plus belles.

56 Et puis, je me demande si nos femmes se rendent compte de ceci et si elles peuvent
 C’est la raison pour laquelle je veux que cette bande sorte, que – que vous ne puissiez pas mettre
 Je
 Nous voulons que vous soyez belles, mais nous voulons que vous soyez naturelles. Nous ne voulons pas que vous soyez superficielles. Certaines de ces belles femmes, si vous les plongez dans une baignoire pendant quelques instants, et que vous les laviez, elles auraient une apparence diffĂ©rente, et – et si vous les habillez convenablement. Mais elles – elles – elles ne le font pas, et vous ne pouvez pas leur dire le contraire. Et nous allons y arriver dans quelques instants. Mais ceci est un – la lumiĂšre rouge clignote.

57 Et rappelez-vous, quand les gens ont commencĂ© Ă  se multiplier sur la terre et que les femmes Ă©taient devenues belles, c’était Ă  cette heure-lĂ , c’était Ă  ce moment-lĂ  que le Seigneur a dit: «Mon Esprit ne restera pas Ă  toujours dans l’homme.» Vous voyez cette situation difficile? Vous voyez la main de Dieu? «Mon Esprit » Les filles des hommes Ă©taient belles. Et ils en ont prises pour femmes. Et Il a dit: «Alors, mon Esprit ne restera pas Ă  toujours dans l’homme. Je fixerai le nombre de ses jours.»
Maintenant le verset 4: Et les gĂ©ants Ă©taient sur la terre en ce temps-lĂ , aprĂšs que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes (plutĂŽt – plutĂŽt) 
 les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donnĂ© des enfants: ce sont ces hĂ©ros qui furent fameux dans l’antiquitĂ©.

58 Avez-vous remarquĂ© qu’il n’a pas du tout parlĂ© du mariage? Remarquez. Les fils de Dieu vinrent vers les filles des hommes: rien sur le mariage. Et si vous prenez le grec original sur ce point, ce mot signifie
 dit
 ou plutĂŽt, j’ai notĂ© cela quelque part ici
 femmes, ils en prirent pour femmes au verset 3, ils en prirent
 En grec, j’ai cherchĂ© cela cet aprĂšs-midi, il n’est pas dit qu’ils en prirent pour Ă©pouses, il est dit qu’ils en prirent pour femmes, pas pour Ă©pouses. Eh bien, cherchez cela dans votre – dans votre «Emphatic Diaglott» et voyez si ce n’est pas vrai.

59 Ils en prirent pour femmes, pas pour Ă©pouses. Ils les prirent juste comme ça, c’étaient des amants, comme on en a aujourd’hui. En d’autres termes, c’étaient des amants en ce jour-lĂ , juste comme on en a aujourd’hui. Ils faisaient ce qu’ils voulaient et ils prenaient la femme qu’ils pouvaient prendre.

60 Et quand les fils de Dieu
 Eh bien, beaucoup de gens disent qu’ici il s’agissait des anges dĂ©chus et ainsi de suite, et
 ces hommes et ces femmes. Mais pour montrer que c’est faux, que c’est absolument faux, la Bible ne parle nulle part des anges comme Ă©tant des hommes ou des femmes. Et en plus, il n’est jamais dit dans la Bible qu’une – qu’une femme est un ange, jamais. Eh bien, si vous voulez des passages des Ecritures lĂ -dessus, prenez Matthieu 22.20 et ainsi de suite, vous pouvez trouver cela.

61 Maintenant, ce – ce – une femme-ange, ça n’existe pas. C’est la raison pour laquelle une femme prĂ©dicateur
 Un ange est un messager. Et c’est un – et c’est un – un ange est un messager
 Et ça n’existe pas. Mais vous voyez, les temps ont changĂ© aujourd’hui par rapport Ă  ce qu’il en Ă©tait alors. Eh bien, j’ai ici par Ă©crit quelques points d’histoire que nous aimerions aborder dans quelques minutes.

62 Remarquez, les femmes de ce jour-lĂ  – du temps de NoĂ©, devaient ĂȘtre au centre des conversations en ce jour-lĂ . Vous voyez, les fils de Dieu (les fils de Seth – Seth) ont vu que les filles de CaĂŻn Ă©taient belles. Pourquoi? Elles Ă©taient mĂ©chantes, c’était des filles de CaĂŻn. Quand les fils de Dieu virent que les filles des hommes Ă©taient belles, ils en prirent pour femmes. Alors les fils de Dieu sont tombĂ©s de leur position vis-Ă -vis de Dieu et ils sont devenus des coureurs de jupon. Et si ce n’est pas lĂ  une image de ce jour-ci, je ne sais pas ce que c’est. C’est la vĂ©ritĂ©.

63 Les hommes
 Regardez mĂȘme nos Ă©glises aujourd’hui; regardez tout ce que vous voulez; remarquez cela. Partout, on dirait qu’en ce jour-lĂ  les femmes Ă©taient absolument trĂšs belles. Les hommes en Ă©taient devenus esclaves, c’est ce que dit l’histoire, Ă  savoir que les hommes Ă©taient devenus effectivement esclaves des femmes. En effet, elles Ă©taient tellement belles qu’ils en Ă©taient devenus des esclaves. Ils leur ont littĂ©ralement Ă©rigĂ© des autels, et ils les ont adorĂ©es. Et pensez-y, ils ont littĂ©ralement adorĂ© le corps de la femme en ce temps-lĂ . Ça, c’est l’histoire.

64 Et comparez cela avec ce qui se passe aujourd’hui. C’est la mĂȘme chose, mon frĂšre. Les hommes adorent rĂ©ellement les femmes. Eh bien, dans notre propre pays, on pense deux fois plus Ă  madame Kennedy qu’au prĂ©sident. C’est vrai. Et si vous parlez constamment d’un homme, si celui-ci a une belle femme, ça passe.

65 Et aujourd’hui, on dit que – concernant la conduite des vĂ©hicules. On entend dire que les femmes sont des meilleures conductrices. C’est faux, et, je vais vous dire pourquoi. Billy et moi, par expĂ©rience, en traversant les Etats-Unis, nous avons fait un – un petit tableau-carte lĂ  dans notre voiture – un petit tableau, et nous avons mentionnĂ© lĂ  «homme» et «femme». Et chaque fois qu’une femme commettait une erreur, nous mettions un signe du cĂŽtĂ© «femme»; et quand un homme en commettait une, nous mettions un signe du cĂŽtĂ© «homme». Et sur trois cents cas de ce qu’on appelle «une faute stupide» sur la route, vous serez surpris; il y avait deux cent quatre-vingts femmes contre dix-neuf hommes. Mais vous savez pourquoi? On ne signale pas cela aux bureaux de police. La police n’arrĂȘtera pas une jolie fille: un cas sur mille. La fille va donner son numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone, mais on ne va pas l’arrĂȘter. Et c’est comme ça que
 Ce n’est pas Ă©tonnant que les statistiques ne le montrent pas. Vous voyez, parce qu’aujourd’hui les hommes sont comme ceux du temps de NoĂ©; ils s’inclinent devant l’autel de belles femmes. C’est vrai.

66 Oh! la la! Combien cela a dĂ» ĂȘtre horrible, en ce jour-lĂ , d’adorer comme ils
 Ces femmes s’exhibaient d’une maniĂšre tellement sĂ©duisante
 Et mĂȘme si elles Ă©taient meilleures Ă  l’époque, en faisant cela, qu’elles ne le sont d’aujourd’hui, je suis content de ne pas avoir vĂ©cu en ce temps-lĂ . Pensez-y, combien elles ne
 que
 Combien les femmes ont dĂ» agir de la mĂȘme façon que celles d’aujourd’hui.

67 Remarquez. La Bible dit que les hommes buvaient et mangeaient. Eh bien, cela – c’est lĂ©gitime. AssurĂ©ment. Le mariage est honorable. Un homme – un homme qui Ă©pouse une femme, cela est honorable, c’est Dieu qui a instituĂ© cela. Mais quand on en arrive au point oĂč un homme va prendre la femme d’un autre, ou va prendre une jeune fille, ou une femme, peu importe qui elle est, et qu’il brise son voeu de mariage Ă  elle et fait quelque chose de faux, c’est un pĂ©chĂ© aux yeux de Dieu. Et la Bible parle trĂšs durement contre cela.

68 Maintenant, remarquez. Il est dit que
 Le mariage, Dieu l’a instituĂ© en Eden, mais Il a certainement condamnĂ© l’adultĂšre. Et ces hommes et ces femmes en ce temps-lĂ , avaient passĂ© outre les lois de Dieu et ils avaient dĂ©cidĂ© quand mĂȘme de le faire. Maintenant, comparez cela avec ce qui se passe aujourd’hui. Observez ce qui se passe. Si vous voulez voir que le train est en gare, pensez-y sĂ©rieusement maintenant comme c’est JĂ©sus-Christ, l’infaillible qui a prononcĂ© ces Paroles. Voyez?

69 Et remarquez. La Bible dit ici que les hommes mangeaient et buvaient, c’est Ă©vident, avec leurs jolies femmes. Eh bien, quand vous rĂ©alisez cela, c’est tout Ă  fait en ordre; manger et boire, c’est l’une des lois naturelles de la vie. Nous devons le faire. Mais, lorsque vous ne pensez plus qu’à cela
 Aujourd’hui, les gens deviennent des gloutons, des ivrognes, les femmes boivent dans des restaurants. Et quand vous allez dans un endroit oĂč on sert les – le whisky Ă  l’eau et les cocktails, les femmes boivent plus que les hommes.

70 JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva aux jours de NoĂ©, les hommes mangeaient, buvaient, et donnaient en mariage.» En d’autres termes, ils vivaient avec des femmes auxquelles ils n’étaient pas mariĂ©s. Et aujourd’hui, eh bien, cela est tellement institutionnalisé  Ils ont un Reno, lĂ  oĂč vous pouvez vous marier et divorcer et vous remarier et tout cela le mĂȘme jour. Et c’est donc une vieille affaire. Dans ces grandes villes, ces – ces soi-disant maris, et les soi-disant femmes ont diverses clĂ©s pour des chambres. Eh bien, je voyage, je – je me retrouve dans ces villes et je sais que c’est vrai, que le mari a ses rendez-vous, et la femme a les siens. Eh bien, c’est vraiment un amas de – de pourritures, au point que cela a produit toute une gĂ©nĂ©ration des gens mous, paresseux, des bons Ă  rien, destinĂ©s Ă  l’enfer.

71 Il y a quelques annĂ©es
 Regardez oĂč en est l’homme en ce qui concerne son corps. Regardez oĂč il en est avec les choses qu’il a faites. La science essaie sans cesse de fabriquer une meilleure nourriture, des maĂŻs hybridĂ©s, et – et des tomates hybridĂ©es, du boeuf hybridĂ©, alors que ce sont des choses qui ne valent rien du tout. Cela tue les gens, et ils ne s’en rendent pas compte. Eh bien, dans quelques annĂ©es, ça ne sera en quelque sorte qu’un – un tas de mĂ©duses.

72 Il y a cinquante ans, le jeu de ballon se jouait exactement comme aujourd’hui, et on n’entendait jamais dire que quelqu’un avait une lĂ©sion. Mais aujourd’hui, il en meurt une ou deux douzaines par an. Quand le ballon frappe un homme, il – rien en lui ne peut le garder en vie. Il est comme un cochon d’Inde, vous le frappez, il est tellement mou qu’il en meurt.

73 Quand Bob Fitzsimmons a livrĂ© un combat contre Corbett, je crois qu’ils ont fait cent vingt-cinq rounds un aprĂšs-midi, Ă  poings nus. Quand ces hommes avec un tel punch dans leurs bras pouvaient prendre une planche d’une Ă©paisseur de 10 cm et casser cette planche de deux sur quatre avec rien que des poings durs
 Ils dormaient les mains plongĂ©es dans le vinaigre pour durcir leurs poings. Et un – un round n’avait pas deux ou trois petites minutes comme nous en avons aujourd’hui. Ils ne mettaient pas de gants duvets. Et il n’y avait pas de morts. Et pour eux, un round, c’était ĂȘtre envoyĂ© au tapis. On devait envoyer quelqu’un au tapis en lui donnant un coup. Et ils avaient des combats de cent vingt-cinq de ces rounds-lĂ . C’étaient des hommes. Et aujourd’hui, ils vont devoir arrĂȘter la boxe alors qu’on a des protections aux bras et aux poings, on ne peut pas mener un combat de deux ou trois rounds sans que quelqu’un ne soit tuĂ©. Qu’est-ce qui se passe? On est constituĂ© d’un tas de (je ne sais pas) d’histoires molles, sales, hybrides qui ne valent rien, au point que la gĂ©nĂ©ration entiĂšre se meure.

74 La Bible ne dit-Elle pas que les gens deviendraient plus faibles, plus instruits? Eh bien, dans une autre gĂ©nĂ©ration qui viendra, les gens vivront des capsules, ils prendront comme dĂźner une capsule. Ce n’est qu’une bande de fumeurs de cigarettes, de buveurs de whisky, qui vont de cocktails en cocktails, une bande de droguĂ©s par piqĂ»res; les adolescents, Ă  l’école, sont dans la dĂ©linquance juvĂ©nile. Cela n’est pas Ă©tonnant, la mĂšre en agissant comme elle le fait lĂ , dans la rue, pousse son enfant dans la mĂȘme chose.

75 Il y a de plus en plus de belles femmes, la vie sociale est brisĂ©e. Oh! la la! Quelle grande chose en ce jour dans lequel nous vivons! Ils font ceci, c’est in – ils se tirent de ce
 Ils ne s’en tireront pas. Que font-ils? Juste comme les gens avaient agi en ce temps-lĂ . Ils se moquent des commandements de Dieu. Dieu a dit: «Tu ne commettras point d’adultĂšre.» Mais ils montrent qu’ils peuvent le faire et s’en tirer. Ils pensent qu’ils vont s’en tirer, mais ils ne s’en tireront jamais. Vous auriez peut-ĂȘtre mieux fait de ne pas venir Ă©couter ceci. Toutefois, Dieu a dit que c’est en ce temps-ci que la lumiĂšre rouge serait en train de clignoter. JĂ©sus l’a dit.

76 Eh bien, ils commettent un – un pĂ©chĂ© et ils s’en moquent. Bien souvent, la chose mĂȘme que cette Bible qualifie d’immorale, le monde aujourd’hui appelle cela vertu. On prend de jeunes – de jeunes filles, on les expose en petites culottes, en pantalons et tout, et on les promĂšne lĂ  dans la rue, et on pense que c’est une vertu pour une jeune fille d’exposer son corps de femme comme cela, alors que la Bible dit que c’est un pĂ©chĂ©. C’est horrible. Mais le monde appelle cela vertu. Vous voyez. Ils rendent les commandements de Dieu
 Et l’église ne dit rien Ă  ce sujet. Il est temps que quelqu’un se lĂšve au nom de la justice, au Nom de JĂ©sus-Christ, et mette fin Ă  cela. En effet, un jour, nous rĂ©pondrons pour cela, au jour du jugement.

77 Eh bien, si cela a l’air dĂ©modĂ© pour quelqu’un, voyez ce qui s’est passĂ© il y a quelques annĂ©es, voyez ce qui se passe aujourd’hui, et alors, reprĂ©sentez-vous ce que sera le futur. Il n’y a pas de futur, mais la Venue du Seigneur.

78 Remarquez. Comparez ces femmes antĂ©diluviennes Ă  celles qu’on a aujourd’hui. Voyez ce qu’elles Ă©taient. Voyez ce que les fils de Dieu avaient fait. Comparez cela avec ce qu’ils font aujourd’hui.

79 J’étais Ă  une convention, il n’y a pas longtemps, et j’ai failli m’effondrer quand tout le
 Tout le monde semblait apprĂ©cier ce qu’un ministre qui Ă©tait sur l’estrade disait. Et moi, j’étais assis dans un coin. Et une – une jeune fille est entrĂ©e, et elle Ă©tait vraiment mal habillĂ©e. Et elle a traversĂ© cette Ă©glise, lĂ  comme la Bible le dit, en se dandinant. Et chaque prĂ©dicateur sur l’estrade, ainsi que l’assemblĂ©e, tout le monde a tournĂ© la tĂȘte pour regarder, en suivant cette jeune fille du regard. J’ai alors pensĂ© Ă  cette Ecriture, les fils de Dieu regardant les filles des hommes, des pĂ©cheresses, des impies, de belles femmes. Oh, cela a mis beaucoup d’églises en piĂšces. Cela a ĂŽtĂ© l’Esprit de Dieu. Remarquez. Ils ont regardĂ© les filles des hommes


80 Maintenant, rappelez-vous, que c’est JĂ©sus-Christ l’Infaillible qui a dĂ©clarĂ© que ces choses se passeraient ainsi en ce jour-ci. Et Il a dit que quand vous verrez ces choses arriver, alors sachez que le temps est proche. Eh bien, il n’y a pas beaucoup de gens qui diront cela. Beaucoup de prĂ©dicateurs ne pourront pas dire cela. Il le pourrait s’il le voulait. Mais, mĂȘme s’il le voulait, l’église le bouterait dehors. C’est tout Ă  fait vrai.

81 Mais, il y a une chose. Si c’est un homme appelĂ© de Dieu, il s’en tiendra Ă  cette Bible, peu importe ce qu’il doit faire. Vous devez vous souvenir qu’Elle est la VĂ©ritĂ©. Et la VĂ©ritĂ©, soit Elle lie, soit Elle libĂšre. Et c’est exactement ce que JĂ©sus-Christ a dit.

82 Les fils de Dieu sont tombĂ©s Ă  cause de belles formes et de beaux visages des filles des hommes. Et c’est exactement ce qui se passe aujourd’hui, la mĂȘme chose, une fois de plus.

83 Eh bien, faites une comparaison avec ce jour-là: les hommes se multiplient, les femmes deviennent belles, les fils de Dieu tombent, on se marie et on donne en mariage, les cas de divorce, la vie d’adultùre, et ainsi de suite.

84 Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, juste une minute. Je n’en suis pas sĂ»r.» Ecoutez, frĂšre, juste avant de dire quelque chose, Ă©coutez ceci. JĂ©sus-Christ a dit que quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle dans son coeur. Et quand vous voyez
 Quand un homme sort de son bureau, de l’église, de sa maison et s’engage dans la rue, qu’est-ce qu’il voit, sinon une exposition des corps de femmes partout, avec ces formes exposĂ©es, ces beaux visages
 tenté  C’est ce que Dieu a dit devoir arriver. Quand cela Ă©tait arrivĂ©, Ă  l’époque, le temps Ă©tait proche. Ce qui Ă©tait arrivĂ© du temps de NoĂ©, quand les fils de Dieu virent les filles des hommes et qu’ils commencĂšrent Ă  en prendre pour femmes
Voyez-vous? Vous y ĂȘtes.

85 Maintenant, remarquez. Nous voyons cela, la mĂȘme chose aujourd’hui. Nous voyons dans l’histoire qu’il y avait un tel attrait sexuel que les fils de Dieu s’étaient fait des autels des femmes. C’est le cas de Venus et des autres. Voyez? Ils – ils ont fait des autels et se sont prosternĂ©s devant elles. Quand vous dites: «FrĂšre Branham, nous n’avons pas pareille chose aujourd’hui; vous ne pouvez pas comparer cela avec ce qui se passe aujourd’hui.» Excusez-moi. Je crois qu’aujourd’hui c’est pire qu’en ce temps-lĂ .

86 Que voyons-nous? La tĂ©lĂ©vision
 Vous ne pouvez mĂȘme pas prendre un journal sans y voir partout des photos des femmes: sur chaque emballage de whisky, dans les magazines, on voit des belles femmes habillĂ©es de façon sexy et immorale. Et toute la tĂ©lĂ©vision est – partout c’est une femme habillĂ©e de maniĂšre sexy, une belle femme. Et on voit dans – dans des publicitĂ©s de cigarettes, sur tout ce qu’on peut regarder, on voit une femme sĂ©duisante. Vous ne pouvez mĂȘme pas voir les publicitĂ©s d’une paire de bas en soie sans voir une espĂšce de jambes minces les enfilant. Et c’est vrai. Mais, qu’est-ce? Pourquoi cela?

87 Je me souviens d’un homme pour qui j’ai travaillĂ©, Chris Meisner lĂ -bas au coin. Beaucoup d’entre vous se souviennent de Chris Meisner. Sa femme Lilian, elle s’appelait Lily, je pense, de – Ellinger. Et quand elle, un homme est venu vers
 Elle Ă©tait une belle fille, et un homme voulait obtenir du pĂšre de la fille la permission de mettre son visage, sa photo, son profil sur une boite de bonbons. Et ce vieux luthĂ©rien allemand s’est mis debout, et il a dit: «C’est pour moi une offense que de mettre la photo de ma fille sur une boite de bonbons qu’on doit rĂ©pandre partout dans le pays.» Qu’en est-il aujourd’hui oĂč le panneau publicitaire, la tĂ©lĂ©vision, tout ce que vous voyez, ce n’est que des femmes immorales, vulgaires, sexy et impies? C’est vrai. Qu’est-ce? Le train, le vieux
 le vieux train est en gare maintenant. La Bible le dit; il vient trĂšs bientĂŽt. Nous en entendons le vrombissement.

88 Nous parlons d’autres choses lĂ -dessus, mais souvenez-vous, ceci c’est un autre clignotement, l’un des clignotements qui apparaĂźt devant nous aujourd’hui. Oh! nous voyons la condition de la nation; nous voyons les troubles politiques; nous voyons la condition de l’église; nous prĂȘchons sur tout cela, mais ceci est quelque chose de nouveau. C’est quelque chose que les gens n’aimeront pas entendre, mais on doit en parler, car il doit y avoir une voix en train de crier. Et, souvenez-vous, les paroles mĂȘmes que je prononce ce soir me rencontreront lĂ  au Jugement.

89 Quand j’ai vu cette femme, il n’y a pas longtemps, dans la vision que le Seigneur m’a donnĂ©e, je l’ai vue mourir, ce
 Je ne me souviens pas du nom de la femme, elle
 Marilyn Monroe. Et je ne l’avais jamais vue. Je ne vais pas au cinĂ©ma. Mais je – je – j’ai vu cette fille, elle Ă©tait belle. Et elle essayait d’atteindre quelque chose; elle se mourait, elle avait eu une crise cardiaque. Et le Seigneur m’a dit: «Eh bien, tu diras qu’elle est morte juste Ă  quatre heures. Elle ne s’est pas suicidĂ©e a-t-Il dit, mais tu peux dire qu’elle est morte Ă  quatre heures, parce qu’il ne reste que quelques secondes avant quatre heures.» Et lĂ , j’ai vu l’endroit oĂč ils l’avaient retrouvĂ©e. Et j’en ai parlĂ© Ă  Billy; j’en ai parlĂ© Ă  ma famille, Ă  ceux qui Ă©taient avec moi. Et quelques jours aprĂšs, Marilyn Monroe est morte.

90 Eh bien, l’autre jour quand j’étais au Canada
 Mes enfants me parlaient sans cesse lĂ , dans une certaine ville, oĂč une femme qui nous faisait louer une maison avait une tĂ©lĂ©vision. Et ils ont dit qu’on allait projeter un film intitulĂ© La RiviĂšre de non-Retour. C’est la riviĂšre oĂč je fais tout le temps la pĂȘche. Et il y a aussi John Smith, un ami Ă  moi, qui y va toujours. Ils ont dit: «Ils ont montĂ© un film lĂ -dessus, ont-ils dit, papa, peut-ĂȘtre qu’on y verra monsieur Smith. Voudrais-tu suivre cela?»
J’ai dit: «Eh bien, quand je serai revenu du Canada, si je reviens Ă  temps, je suivrai cela.» Eh bien, quand on a fait passer ce film, je suis allĂ© le voir – je suis allĂ© suivre cela. Et alors, devinez qui jouait cela: Marilyn Monroe. Eh bien, elle Ă©tait lĂ  (une annĂ©e ou plus aprĂšs sa mort)
 elle Ă©tait lĂ , habillĂ©e de maniĂšre trĂšs sexy; sa voix Ă©tait sur – continuait Ă  se faire entendre et elle continuera Ă  se faire entendre pendant des annĂ©es et des annĂ©es sur bande magnĂ©tique. Si cette bande magnĂ©tique conserve ces actes, qu’en est-il si elle pouvait regarder de lĂ  oĂč elle est ce soir (j’espĂšre qu’elle est sauvĂ©e, mais je n’en sais rien; ça c’est Dieu). Mais, si elle pouvait regarder en arriĂšre, elle ne pourrait pas renier cela. Elle ne peut pas renier ceci, parce que nous l’avons. Combien plus Dieu enregistre-t-Il chaque mouvement, chaque acte sur Sa glorieuse et suprĂȘme bande qui sera
 Nous ne pouvons pas nous en sortir. Ça se trouve bien lĂ .

91 Et, rappelez-vous, s’il y avait un microphone placĂ© ici mĂȘme oĂč se trouve cela, et si mes paroles Ă©taient diffusĂ©es prĂ©sentement dans le monde, les gens, dans le monde entier, entendraient ma voix avant mĂȘme qu’elle ne traverse cette chaire vers vous. Ça, c’est l’électronique du – du monde.

92 Et vous savez, cette voix ne meure jamais. Elle ne mourra jamais. La science affirme que dans vingt ans, Ă  l’allure oĂč vont les choses maintenant, ils capteront la voix littĂ©rale de JĂ©sus-Christ quand Il Ă©tait ici sur terre; d’ici vingt ans. En effet, c’est comme quand on jette un caillou dans une marre: les petites vagues peuvent finalement disparaĂźtre de votre vue mais la science affirme qu’elles retournent Ă  l’un des rivages, elles vont d’un rivage Ă  un autre de l’ocĂ©an, de part et d’autre; et elles ne meurent jamais. Les paroles que vous prononcez non plus; elles vous rencontreront au jour du Jugement et elles vous condamneront ou vous sauveront. Et vous ne pouvez jamais vous en dĂ©barrasser.

93 Et nous sommes trĂšs conscients qu’en ce moment des images des gens traversent cette salle. Si vous ne le croyez pas, allumez votre tĂ©lĂ©vision. Et il y a des voix des gens, mais nos sens ne les captent pas.

94 Maintenant, ils ont un poste Ă©metteur et un poteau magnĂ©tique ou un tube, ou un cristal qui capte ces voix et les reproduit. Et maintenant, tout ce que la Bible est, c’est ceci: la Parole de JĂ©sus-Christ qu’Il a prononcĂ©e, et Elle est littĂ©ralement aussi vivante que n’importe quelle parole prononcĂ©e ce soir dans le monde.

95 Bon, si votre coeur a Ă©tĂ© purifiĂ© par le Sang de JĂ©sus-Christ et qu’il est devenu un poste rĂ©cepteur de ce poste Ă©metteur, Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et Il accomplit les mĂȘmes oeuvres qu’Il faisait alors, car Sa Parole ne peut pas mourir. Elle est vivante Ă  jamais. Ils n’ont pas Ă  prendre un appareil
 ou d’ici vingt ans, nous recevons cela maintenant mĂȘme. Eh bien, vous y ĂȘtes.

96 Vivant dans ce glorieux jour dans lequel nous vivons, proches de la venue du Fils de l’homme, et avec les lumiĂšres de Sa venue qui clignotent partout
 Nous voyons cela dans la politique; nous voyons cela dans l’église; nous voyons cela dans le temps; nous voyons cela partout oĂč nous regardons. Nous voyons que le soleil n’a plus l’aspect qu’il avait. Le monde va de travers. Et on me dit que maintenant mĂȘme au pĂŽle nord, lĂ -bas, la mer a atteint, j’oublie combien elle est devenue plus profonde que d’habitude. Le dĂ©troit de BĂ©ring, on pouvait le traverser Ă  pieds. Or le dĂ©troit de BĂ©ring a une profondeur de plusieurs et plusieurs pieds. Pourquoi? La terre gonfle au milieu. Ça devient peu profond lĂ  oĂč c’était profond et profond lĂ  oĂč c’était peu profond. Le monde va complĂštement de travers. Il chancĂšle; il titube. Toute la nature cĂšde. Et tout ce que nous pouvons voir


97 Et maintenant, ce soir, nous voyons que la nature elle-mĂȘme manifeste dans la race humaine le signe de Sa venue, car les fils de Dieu et les filles des hommes deviennent beaux, et ils en prennent pour femmes. Quel temps nous vivons! Oh! la la! Et c’est ce qui se passait en ce temps-lĂ .

98 Alors nous voyons dans l’histoire ce phĂ©nomĂšne trĂšs choquant de l’homme qui adore la femme, et on voit qu’aujourd’hui c’est devenu le monde de la femme.

99 J’étais en Suisse, il n’y a pas longtemps, et je parlais à
 Eh bien, je n’ai rien contre nos femmes chrĂ©tiennes (Non non); ce sont des joyaux. Je parle du train du monde. Il y avait une dame qui Ă©tait avec moi Ă  bord de la voiture
 FrĂšre Guggenbuhl, et son amie qu’il frĂ©quentait
 C’est un homme d’environ – d’environ, qui a mon Ăąge presque, il n’a jamais Ă©tĂ© mariĂ©, un cĂ©libataire endurci et il frĂ©quentait une jeune femme. Et alors
 Une des jeunes filles de lĂ , elle m’a dit: «FrĂšre Branham, parle-nous de l’AmĂ©rique. Nous entendons dire que les femmes lĂ -bas
 que lĂ -bas, c’est un monde de la femme, c’est sĂ»r.» J’ai dit: «C’est vrai.» Elle a dit: «J’ai toujours voulu y aller.» Alors, j’ai commencĂ© Ă  lui expliquer. Elle a dit: «Quoi?» J’ai dit: «Oui.» Cela a changĂ© immĂ©diatement son opinion. Elle a dit: «Eh bien, comment pouvez-vous alors mener une vie chrĂ©tienne dans un tel milieu?» Pensez-y.

100 Quand je suis allĂ© Ă  – Ă  Rome et que j’étais lĂ -bas Ă  Saint Angelo, dans les catacombes, c’était un
 choquant. Quand je suis sorti de mon hĂŽtel et que je me suis rendu Ă  cet endroit qu’on appelle «Three Coins in a Fountain» [Trois piĂšces de monnaie dans une fontaine – N.D.T.], il y avait des femmes dans la rue, et combien elles Ă©taient immorales
 Les femmes viennent vous demander de – de sortir avec elles, de toutes sortes, de toutes tailles et de tous genres. Et j’oublie combien sont venues vers Billy, moi et frĂšre Baxter avant que nous puissions atteindre la piscine, et auprĂšs de l’homme de la TWA qui nous faisait visiter la place. J’ai dit: «Ces femmes, sont-elles obligĂ©es de vivre comme ça?»

101 Il a dit: «Non, c’est quand il y avait des soldats ici qu’elles ont pris l’habitude de faire cela; mĂȘme si elles – elles ont un bon travail, et elles continuent malgrĂ© tout Ă  le faire.» Mais, mĂȘme dans un endroit pareil, quand je suis arrivĂ© Ă  Saint Angelo, il y avait un trĂšs grand Ă©criteau lĂ  au – au Vatican, il y Ă©tait mentionnĂ©: «A l’intention des femmes amĂ©ricaines: veuillez vous habiller avant d’entrer et honorez les morts.»

102 J’ai vu une jeune fille amĂ©ricaine descendre Ă  Paris, qui est effectivement l’un des
 Nos modes venaient de Paris. Et cette jeune fille Ă©tait habillĂ©e d’une maniĂšre si immorale (elle Ă©tait avec son pĂšre et sa mĂšre) que les soldats qui travaillaient lĂ -bas ont laissĂ© tomber leurs pioches et leurs pelles et ont accouru lĂ  pour regarder la scĂšne, voir cette jeune fille amĂ©ricaine passer.

103 C’est nous maintenant qui donnons le ton pour la mode. Autrefois, c’était Paris. Mais maintenant, ce sont eux qui viennent ici pour prendre toute la souillure vulgaire et ignoble. Et cette nation qui a Ă©tĂ© balayĂ©e par un rĂ©veil du baptĂȘme du Saint-Esprit, avec l’aimable Seigneur JĂ©sus accompagnant des signes, et des prodiges de misĂ©ricorde
 Et en parlant de ce qu’il en Ă©tait du temps de NoĂ© et de la lumiĂšre qui clignote de tout cĂŽté  Un Dieu qui peut relever un mort de son lit, un Dieu qui peut guĂ©rir les malades, un Dieu qui peut prĂ©dire des choses et faire que cela soit vraiment parfait chaque fois, sans faillir
 Et vous pouvez prĂȘcher Ă  nos femmes amĂ©ricaines, et elles deviennent pires chaque annĂ©e.

104 A Bombay, je veux dire Ă  Durban, en Afrique du Sud, lĂ  oĂč quelque deux cents mille natifs s’étaient rassemblĂ©s dans une rĂ©union, dĂšs qu’un grand miracle de Dieu Ă©tait accompli
 et j’ai vu trente mille purs indigĂšnes
 Des femmes se tenaient lĂ , avec juste un vĂȘtement en perles de quatre pouces dans – pendant devant, et les hommes sans habits, un vĂȘtement de quatre pouces
 nus, et la couverture sur laquelle ils dormaient, ce sont des peaux de chĂšvres; on leur donne cela quand ils atteignent un certain Ăąge, et – et alors ils vivent lĂ -dedans, dorment lĂ -dessus, ils s’en enveloppent, et ils meurent lĂ -dedans et on les ensevelit dedans quelque part dans un enclos oĂč l’on parque le bĂ©tail.

105 Et j’ai vu que ces femmes Ă©taient tellement primitives que l’une d’elles a accouchĂ© Ă  vingt pieds de lĂ  oĂč je me trouvais. Elle ne s’était jamais rendue Ă  l’hĂŽpital. Elles
 Une femme l’a aidĂ©e lĂ  une minute, et cinq minutes aprĂšs tout Ă©tait fini. Elle a pris son bĂ©bĂ©, l’a mis sur son sein pour qu’il tĂšte. Primitifs Ă  ce point-lĂ , mais quand ils ont vu la puissance du Dieu Tout-Puissant descendre sur un garçon qui Ă©tait si affligĂ© et qui n’était mĂȘme pas dans son bon sens, et qui s’est relevĂ© Ă©tant dans son bon sens, rendant gloire Ă  Dieu, trente mille purs indigĂšnes ont reçu JĂ©sus-Christ comme leur Sauveur personnel. Qu’est-ce qui s’est passĂ©? Rappelez-vous, c’est dix fois plus qu’à la pentecĂŽte: trente mille personnes.
Et personne
 J’ai vu ces femmes de mes propres yeux. Quand elles se sont jetĂ©es par terre, brisant leurs idoles, donnant leur vie Ă  JĂ©sus-Christ
 Elles ne connaissaient rien. Elles n’ont certainement jamais entendu Son Nom, la plupart d’entre elles. Mais quand elles sont tombĂ©es Ă  genoux
 Et je leur ai demandĂ© de briser leurs idoles, si elles Ă©taient sincĂšres en cela, si elles Ă©taient sĂ©rieuses, en brisant leurs idoles, et elles ont brisĂ© leurs idoles. Et quand elles sont tombĂ©es Ă  genoux et ont donnĂ© leur vie Ă  Christ pendant que je priais pour elles, elles se sont relevĂ©es; et ces femmes qui se tenaient les mains baissĂ©es, ne sachant pas qu’elles Ă©taient nues, aussitĂŽt que la Vie de Christ a touchĂ© leur vie, j’ai vu ces femmes replier les bras et s’éloigner de la prĂ©sence des hommes. Et si le toucher de JĂ©sus-Christ peut faire cela sur un pur indigĂšne, qu’est-ce que cela devrait faire Ă  une nation qui a entendu l’Evangile pendant une centaine d’annĂ©es? Oui, nous avons vu cela lĂ . J’ai vu cela; ce n’est pas quelque chose que quelqu’un m’a racontĂ©; j’ai vu cela moi-mĂȘme. Voyez? C’est donc Ă©trange que nous nous disions chrĂ©tiens et que chaque annĂ©e, nous nous dĂ©vĂȘtissions davantage. Et les Ă©glises semblent ne pas s’en soucier.

106 Les Ă©missions tĂ©lĂ©visĂ©es exaltent la chair de la femme. Elles ne sont pas des dieux, elles ne sont pas des dĂ©esses, mais cela place l’AmĂ©rique dans la condition qu’il faut pour accomplir l’Ecriture. Le nombre de l’AmĂ©rique, c’est treize. La femme a toujours Ă©tĂ© l’objet d’adoration de l’AmĂ©rique. Elle est reprĂ©sentĂ©e sur notre monnaie; on la trouve partout. Et trĂšs bientĂŽt nous aurons aussi une dĂ©esse amĂ©ricaine. Vous pouvez voir l’écriture sur la muraille.

107 Oh, qu’allons-nous faire? On ne peut mĂȘme pas marcher dans la rue sans voir
Regardez dans la rue, allez en ville et voyez comment les femmes s’exposent, comment elles s’affichent dans les habits qu’elles portent; sincĂšrement, une femme devrait avoir honte de se tenir ainsi dans sa cabine d’essayage. Elles se promĂšnent dans la rue dans de petits vĂȘtements trĂšs serrĂ©s, c’est
 et lĂ , Ă  la plage, elles portent ces petits bikinis ou je ne sais comment on appelle cela, et des choses semblables, elles ne se rendent pas compte qu’elles ont un mauvais esprit! Et beaucoup de ces femmes-lĂ  chantent dans des chorales! C’est ce que JĂ©sus avait annoncĂ©.

108 La chair de la femme, elles ne sont que des humains; elles ne sont pas des dieux. A mon avis (que Dieu me pardonne si je me trompe), c’est un strip-tease en masse. On ne peut guĂšre condamner un homme qui n’est pas chrĂ©tien, s’il tombe – tombe dans la tentation au point de faire le mal; au point de ne pas se maĂźtriser. C’est mĂȘme Ă©tonnant que cela ne fasse pas plus de ravages, vu le grand nombre de femmes qui font cela. Mais, s’il n’y avait pas cela, comment pourrait-on blĂąmer l’homme? BlĂąmons ce qui mĂ©rite d’ĂȘtre blĂąmĂ©!

109 Une femme dira: «Eh bien, FrĂšre Branham, je suis tout aussi vertueuse que je
!» Je n’en doute pas, mais, ma soeur, savez-vous qu’au jour du Jugement vous aurez Ă  rĂ©pondre pour avoir commis adultĂšre, quand vous ĂȘtes sortie lĂ  et que les hommes vous ont regardĂ©e? JĂ©sus a dit: «Quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle dans son coeur et il aura Ă  rĂ©pondre de cela.» Peut-ĂȘtre que vous n’avez pas commis l’acte, mais si vous permettez Ă  Satan de mettre cet esprit sur vous, alors que la nature elle-mĂȘme devrait vous enseigner que c’est mal... MĂȘme sans l’Esprit de Dieu, la nature devrait faire cela, vous enseigner que c’est mal.

110 Je prĂ©dis que bientĂŽt elles sortiront portant l’une de ces histoires, et ce sera de nouveau juste une feuille de figuier. Je l’ai prĂ©dit il y a trente ans, voyez, c’est une offense Ă  la Bible. Vous voyez? Mais elles le feront. C’est du striptease en public.

111 Eh bien, le diable fait la mĂȘme chose aux fils de Dieu aujourd’hui. C’est vrai! ConsidĂ©rez nos affaires. La plupart de nos affaires sont dirigĂ©es par des femmes, en grande partie. C’est vrai. Voyez nos Ă©glises, voyez notre nation, voyez comment les fils de Dieu s’inclinent devant l’autel de ces crĂ©atures, les femmes, alors qu’elles sont
 A mon avis, elles ne sont rien de plus que des prostituĂ©es de la rue. C’est terrible de dire ça, mais c’est la pure vĂ©ritĂ©. Je sais que les gens qui entendent ces bandes et tout diront ces choses. Mais comment pouvez-vous faire cela? Si vous vous prĂ©sentez dans cet Ă©tat et qu’un homme vous regarde, JĂ©sus a dit que vous avez commis un adultĂšre avec cet homme. Et quand cet homme aura Ă  rĂ©pondre d’avoir commis un adultĂšre, qui aura fait cela? A qui la faute? A la femme qui s’est ainsi dĂ©vĂȘtue et s’est produite, plutĂŽt prĂ©sentĂ©e devant le pĂ©cheur. C’est vrai! Et de quoi cela est-il le signe? Du temps de la fin. C’est la lumiĂšre rouge.

112 La maternitĂ© est brisĂ©e; les nations se disloquent. Si donc vous voulez voir lĂ  oĂč JĂ©sus a dit cela, lisez Matthieu 5.28. C’est lĂ  que ça se trouve. La femme a Ă©tĂ© la cause et la condition
 Le fait de tomber sous le pouvoir du sexe fĂ©minin a causĂ© la ruine... Si vous voulez remonter la filiĂšre, voici quelques nations dont j’ai retracĂ© l’origine de la chute. Il s’agit de l’Egypte, l’Assyrie, Rome et d’autres. Elles sont tombĂ©es Ă  cause du pouvoir de la femme.

113 Remarquez, en dehors du salut, il n’y a rien de mieux que Dieu puisse donner Ă  un homme sinon une bonne femme. Personne ne peut consoler, personne ne peut rĂ©conforter un homme qui est fatiguĂ©. Il ne se confiera jamais Ă  qui que ce soit comme Ă  sa propre femme. Et vous, frĂšres, vous pouvez vous estimer heureux si vous avez une gentille petite femme qui est pure, honnĂȘte et vertueuse, et qui, au moment oĂč vous rentrez Ă  la maison fatiguĂ©, Ă©puisĂ©, et que vous vous asseyez, peut vous parler. Elle peut faire plus pour vous que n’importe qui. C’est vrai. Elle est un joyau; elle est une reine.

114 Mais, rappelez-vous, la femme a Ă©tĂ© faite pour l’homme et non l’homme pour la femme. L’homme est la derniĂšre crĂ©ature de Dieu. La femme est un sous-produit de l’homme, elle a Ă©tĂ© faite pour l’homme. L’homme n’a pas Ă©tĂ© fait pour la femme, c’est plutĂŽt l’inverse. Et l’homme tombe Ă  l’autel de l’adoration de la femme. C’est exactement ce qui a dĂ©clenchĂ© la chose au commencement. C’est ce qui est arrivĂ© au commencement; comme Adam, le fils de Dieu, ne pouvait pas ĂȘtre tentĂ© pour faire le mal, Satan est entrĂ© dans la personne appelĂ©e serpent, lequel ressemblait Ă  un homme. C’est lĂ  que tout a commencĂ©. Et Eve est sortie de l’abri de la Parole de Dieu, et c’est lĂ  la cause de tout chagrin et de tout cimetiĂšre. Chaque pĂ©chĂ© qui ait jamais Ă©tĂ© commis a commencĂ© juste lĂ . Et la chose est de nouveau lĂ .

115 Quoi? La femme a Ă©tĂ© la cause de la chute au commencement, et c’est la femme qui marque la fin de temps. Elle en a marquĂ© le dĂ©but; c’est elle qui en marque la fin. Il n’est pas Ă©tonnant que la Bible dise que les rĂ©chappĂ©s de Sion seront glorieux aux yeux du Seigneur.

116 Quand
 EsaĂŻe 5 parle du niveau qu’attendrait l’immoralitĂ© des femmes dans les derniers jours, comment elles s’habilleraient, comment elles arrangeraient leurs cheveux, et tout comme cela. La Bible en parle dans EsaĂŻe 5. Comment elles marcheraient avec des souliers Ă  hauts talons, faisant rĂ©sonner les talons, comment elles rouleraient leurs bas et tout ce qu’elles feraient, avec beaucoup de parures – de vĂȘtements de rechange et des histoires semblables. Il est dit que tout cela leur serait ĂŽtĂ© et qu’elles s’assiĂ©raient dans la puanteur de leur immoralitĂ©. Il est mĂȘme dit que sept femmes saisiront un seul homme, et diront: «Nous gagnerons nous-mĂȘmes notre pain! Mais laisse-nous simplement porter ton nom afin d’îter notre opprobre!»

117 Mais Il a dit: «Quelle gloire reposera sur le petit Germe qui aura Ă©chappĂ© Ă  toutes ces choses! Il sera consacrĂ© Ă  l’Eternel en ce jour-lĂ , quand les vĂ©ritables et authentiques femmes nĂ©es de nouveau reconnaĂźtront leur position, mĂȘme si on s’est moquĂ© d’elles et qu’on les a qualifiĂ©es de folles, de dĂ©modĂ©es et tout, mais elles se conduiront comme des femmes, comme des dames. Tenez-vous comme une femme, habillez-vous comme une femme. Oui! Amen! (Cela veut dire ainsi soit-il!) N’ayez pas peur! Cela ne vous fait aucun mal. TrĂšs bien.

118 Par Ses propres Paroles, Jésus a déclaré ce qui allait arriver, cette grande exhibition.

119 Il a aussi dit qu’aux jours de Lot (Si vous voulez noter ce passage des Ecritures, c’est dans Luc 17.28.), Il a dit que les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient
 Ce sont normalement des choses lĂ©gitimes. Mais observez. Et ils ont occupé  Mais toute la – leur pensĂ©e n’était tournĂ©e que vers ça.

120 Du temps de Lot, les femmes Ă©taient devenues tellement viles, que les hommes n’en faisaient plus l’usage normal, mais elles Ă©taient si perverties qu’elles
 C’était devenu tellement vulgaire, les femmes Ă©taient devenues tellement vulgaires qu’ils – ils – que les hommes allaient avec les hommes. La perversion naturelle des cellules sexuelles avait changĂ© leur disposition parce que les femmes Ă©taient devenues si banales.

121 Il y a quelques jours, j’étais Ă  Tucson. Je suis allĂ© me procurer un pain. Il y avait lĂ  un garçon et deux petits garçons dans une voiture. Un autre est entrĂ© pour acheter un paquet de cigarettes. Le vieux gentleman aux cheveux gris a baissĂ© le regard et a demandĂ©: «C’est pour qui, ces cigarettes, pour ta mĂšre?» Le gamin a rĂ©pondu: «Non, c’est pour ce garçon-lĂ !» Le vieil homme a dit: «Est-il assez ĂągĂ© pour fumer?» Le gamin a rĂ©pondu: «Oui, monsieur!» L’homme a de nouveau regardĂ© comme cela. Et je me tenais lĂ , avec un morceau de pain et un litre de lait, et je regardais. L’homme s’est dĂ©placĂ©, puis il a dit: «TrĂšs bien!», et il les lui a donnĂ©es. Puis, il s’est retournĂ© vers moi et a dit: «Je doute qu’il en ait l’ñge.»

122 Je lui ai dit: «Il ne peut pas devenir assez ĂągĂ© pour fumer. Il est trop
 A n’importe quel Ăąge. On n’est jamais assez ĂągĂ© pour cela!» Il a dit: «Je suis d’accord avec vous.» Il a dit: «Avez-vous – avez-vous de la peine Ă  arrĂȘter cela?»
J’ai dit: «Je n’ai jamais commencĂ© Ă  fumer.»

123 Je lui ai rĂ©pondu: «Je n’ai jamais commencĂ©. Mes parents ont fumĂ© et ont fait usage du tabac, mais le Seigneur Dieu m’en a prĂ©servĂ©.»

124 Il se tourna vers moi et me regarda curieusement, puis me dit: «Eh bien, c’est
c’est une pourriture et une honte aujourd’hui de voir comment » Il a dit: «Autrefois, on mettait la femme sur un piĂ©destal.» Il a dit: «On l’honorait. On ĂŽtait le chapeau devant elle. Quand on descendait la rue et que des gentlemen entendaient un homme faire une remarque dĂ©sobligeante sur une femme, ils rĂ©primandaient ce dernier.» Et il a dit: «On honorait les femmes! Mais, a-t-il dit, monsieur, ce sont les femmes elles-mĂȘmes qui ont fait qu’il n’en soit plus ainsi.» Aujourd’hui, on ne se lĂšve plus. Autrefois, on se levait dans le tramway.. quand une femme montait Ă  bord, tout homme ĂŽtait son chapeau et lui cĂ©dait son siĂšge. Il a dit: «Aujourd’hui, on se pousse, on se bouscule.» Mais ce sont elles qui sont Ă  la base de cela!». Et c’est la vĂ©ritĂ©. Ce gouffre dĂ©moniaque de Hollywood l’a eue, puis cela a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© Ă  la tĂ©lĂ©vision et dans des magazines au point oĂč c’est devenu une trĂšs grande poubelle. C’est vrai!

125 Je sais que ce sont des propos qui ne plaisent pas aux gens. Mais ce sont des propos vĂ©ridiques. C’est la vĂ©ritĂ©! C’est la Parole du Seigneur, et c’est aussi un signe qui annonce que Christ viendra dans cette gĂ©nĂ©ration. Il est dit: «Ceux qui verront cela arriver ne mourront pas qu’ils n’aient vu tout cela arriver.» Il est dit: «Le ciel et la terre passeront, mais ma parole ne passera point.» C’est un avertissement, le signal rouge qui clignote, montrant que le rideau tombe bientĂŽt. Nous sommes au temps de la fin.

126 Nous voyons les signes du Seigneur JĂ©sus qui guĂ©rit les malades, ressuscite les morts et chasse les mauvais esprits. Nous voyons les gens rendus saints et sanctifiĂ©s par le Saint-Esprit. Nous voyons des vies ĂȘtre changĂ©es. Nous voyons de grands signes. Nous voyons dans le ciel des signes mystiques comme les soucoupes volantes. Le Pentagone, beaucoup de gens en parlent Ă  la tĂ©lĂ©vision, et Ă©crivent Ă  ce sujet, ils ne savent qu’en dire. Il y a toutes sortes de signes mystĂ©rieux, le Seigneur JĂ©sus qui descend sous la forme d’une Colonne de Feu, on a pris Sa photo, Il est vivant parmi nous, montrant qu’Il est le mĂȘme hier


127 Nous voyons toutes ces choses arriver. Nous voyons la froideur de l’église. Nous voyons la croissance des dĂ©nominations. «Lorsque vous verrez le figuier et tous les autres arbres bourgeonner, les Juifs retourner, le figuier, les Juifs retourner dans leur nation, leur propre pays... Nous voyons les PresbytĂ©riens, les MĂ©thodistes, les Baptistes, les LuthĂ©riens, les PentecĂŽtistes, toutes les Ă©glises porter des feuilles, le rĂ©veil. Il a dit: «Soyez prĂȘts, car le temps est proche.» DĂšs que nous verrons cela arriver, c’est le temps oĂč Dieu est sur le point d’appeler Ses Ă©lus. Et puis, il y a beaucoup d’autres signes. Il a dit: «Quand vous verrez les femmes devenir extrĂȘmement belles, quand vous verrez les fils de Dieu les prendre pour femmes, prendre des femmes et faire telle et telle chose » Il a dit: «Sachez que c’est un signe.» Nous en sommes lĂ !

128 Maintenant, il y a encore une chose que j’avais notĂ©e. Souvenez-vous de deux filles de Lot (oui, nous nous en souvenons!) dans la ville de Sodome. JĂ©sus a dit dans Luc 17: «Ce qui arriva du temps de Sodome »
Rappelez-vous que les hommes avaient changĂ© l’usage de la femme au point que l’acte naturel de la vie n’était plus dĂ©sirĂ©. Eh bien, c’est terrible de dire cela du haut de la chaire, mais ceci est
si jamais la vĂ©ritĂ© doit ĂȘtre dite, ça doit venir d’ici. Et la situation a tellement empirĂ© aujourd’hui qu’il y a des milliers et des milliers de ces sodomites, et cela va toujours croissant partout, la perversion.

129 Il en Ă©tait ainsi en ce jour-lĂ , l’usage naturel des hommes pour se reproduire sur la terre a Ă©tĂ© totalement bafouĂ© et abandonnĂ© et tout, au point que le dĂ©sir de se reproduire est en train de disparaĂźtre trĂšs rapidement. J’affirme que dans dix ou quinze ans, il n’en restera pratiquement plus rien, Ă  voir comment cela augmente aujourd’hui. Des observations pertinentes
J’ai une dĂ©claration d’Edgar Hoover Ă  ce sujet, je ne sais pas, je pensais que je l’avais dĂ©posĂ©e ici, mais ce n’est pas le cas, ce qu’il a dit Ă  ce sujet.

130 Et maintenant, nous dĂ©couvrons ces choses. Oh! la la! Juste dans son petit grand Livre, comme je l’appelle, au verset 7, lisons cela. Je voudrais lire ceci. Jude, verset 7, lisons cela. J’aimerais lire cela, Jude, verset 7. C’est le dernier Livre avant le Livre de l’Apocalypse. J’ai notĂ© cela ici, Jude 7, le verset 7. Les hommes et les femmes font les voeux de mariage, les brisent et recherchent des unions contre nature... Ecoutez. De mĂȘme Sodome et Gomorrhe, et les villes voisines, qui se livrent de la mĂȘme maniĂšre Ă  la dĂ©bauche
 qui recherchent des unions contre nature
 (Voyez? Oh!) 
à la dĂ©bauche
 qui recherchent des unions contre nature – sont donnĂ©es en exemple, soumises Ă  la peine d’un feu Ă©ternel (c’est-Ă -dire, Ă  ĂȘtre complĂštement consumĂ©s et anĂ©antis) .

131 Il y a quelque temps, Ă  Los Angeles, j’attendais – ou j’étais lĂ  au camping. Je roulais sur la route, et une – une petite demoiselle, une jolie petite fille, trĂšs ravissante, remontait la route. Et je me suis dit: «Certainement qu’elle va Ă  un spectacle.» Et elle portait de petits habits limites, larges d’environ – environ six ou huit pouces [15 cm ou 20 cm – N.D.T.] par-devant, avec une petite frange de trois ou quatre pouces [7 cm ou 10 cm – N.D.T.], et au-dessus, un petit bout de tissu, juste assez pour faire une boulette et la cacher complĂštement dans la main; cela pendait sur elle comme cela, elle portait un chapeau de cow-boy et des bottes ornĂ©es de pompons.
Et c’était une
 trĂšs attrayante. Je pouvais voir comment tous les jeunes gens appuyaient sur les freins et tout, pour s’arrĂȘter prĂšs d’elle, pendant qu’elle allait en se tortillant sur la route.

132 Et j’étais sur le point de prendre le virage pour me diriger vers le terrain de camping, et je me dirigeais vers le terrain de camping. Alors, j’ai amorcĂ© un demi-tour, pour retourner. Je me disais que je m’arrĂȘterais et lui dirais: «Jeune fille, je souhaiterais te parler au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ. MĂȘme si tu es une belle jeune fille, aucun doute lĂ -dessus, mĂȘme si tu es d’une apparence qui peut
 peut-ĂȘtre que tu – tu aimes entendre les freins grincer. Mais sais-tu que cet esprit qui te pousse Ă  faire cela t’amĂšnera dans l’enfer du diable, oĂč tu souffriras pendant des Ăąges Ă  venir?
Sais-tu que ce petit corps aux belles formes, ainsi que ces belles joues, ces cheveux et autres, ces lĂšvres rouges, peut-ĂȘtre que dans six mois, les vers grouilleront partout dans ce corps bien bĂąti, lĂ  dans la poussiĂšre de la terre, et que cette Ăąme qui y habite aujourd’hui sera dans les tourments du diable?»

133 Alors quelque chose m’a arrĂȘtĂ©, c’est comme si Dieu disait: «Si tu fais ça, on va t’enfermer lĂ  dans une prison.» Voyez? Vous y ĂȘtes. J’ai alors vu Billy sortir et me faire signe qu’il Ă©tait temps de venir, car dĂ©jĂ  ils chantaient. ‘Crois seulement.’

134 Oh! la la! Comment les gens peuvent-ils ĂȘtre ensorcelĂ©s par une telle chose? C’est parce qu’ils mĂ©prisent la Parole de Dieu.

135 Et, une autre chose, ce sont les ministres derriĂšre la chaire, qui sont affiliĂ©s Ă  ces organisations, qui lisent cela et savent cela, et Ă  qui il est interdit de dire quoi que ce soit Ă  ce sujet, parce qu’ils dĂ©tourneraient leurs assemblĂ©es de ces organisations. Et leurs Ă©glises cherchent des membres. Mais Dieu cherche des saints nĂ©s de nouveau du Dieu vivant, qui brilleront comme des Ă©toiles. Que Dieu nous aide Ă  ĂȘtre sincĂšres et Ă  dire la VĂ©ritĂ©, celle que JĂ©sus a proclamĂ©e. Mais c’est lĂ  le jour dans lequel nous vivons. Ce sont lĂ  les signes que JĂ©sus avait annoncĂ©s, et nous voyons cela juste devant nous.

136 Regardez. Maintenant, dans Jude chapitre 7, une fois de plus l’histoire de Sodome et Gomorrhe se reprĂ©sente. Oh! la la! quelle chose horrible! Non mariĂ©s Ă  des femmes, recherchant des unions contre nature. Quand un homme est mariĂ© Ă  sa femme, ils sont – ils ne sont plus deux, ils sont un. Et un homme qui va courir aprĂšs une autre femme, il se sĂ©pare automatiquement de sa femme. Et une femme qui court avec un autre homme, elle est morte pour son mari. Elle a reniĂ© sa propre chair; elle s’est sĂ©parĂ©e de lui (C’est vrai), au jour du Jugement, elle aura Ă  rĂ©pondre pour ça.

137 Mais aujourd’hui, les gens n’aiment pas entendre un tel message. Les gens n’aiment pas entendre cela. Ils aiment entendre quelque chose qui plaise Ă  leurs oreilles. C’est exactement ce que le Saint-Esprit m’avait dit le jour oĂč je posais la pierre angulaire lĂ , Il avait dit: «PrĂȘche la Parole en toute occasion, favorable ou non, car il viendra un temps oĂč les hommes ne supporteront pas la saine doctrine, mais, ayant la dĂ©mangeaison d‘entendre des choses agrĂ©ables, ils se donneront une foule de docteurs selon leurs propres dĂ©sirs, dĂ©tourneront l‘oreille de la vĂ©ritĂ©, et se tourneront vers les fables.» Il a dit: «Quand tu sortiras de la vision, lis II TimothĂ©e 4.» Il a dit: «N’oublie pas II TimothĂ©e 4.» Et quand je suis sorti de la vision, j’étais lĂ , un jeune homme de 19 ans, me tenant lĂ  sur la 7e Rue, la Voix de Dieu a parlĂ© dans la chambre, et Il a dit: «II TimothĂ©e 4.» C’est exactement ce qui est arrivĂ©. Voyez?

138 Il viendra un temps oĂč les hommes ne supporteront pas la saine doctrine. Les gens veulent quelque chose
Les PentecĂŽtistes aiment quelqu’un qui peut les tapoter sur l’épaule et les laisser vivre comme ils veulent, et ils peuvent jouer du piano en produisant quarante sons par seconde, sautiller et danser Ă  ce rythme, et les femmes agissent comme elles veulent, les hommes aussi. Les PresbytĂ©riens, les MĂ©thodistes, les LuthĂ©riens et les Baptistes, il y a beaucoup de gens sincĂšres dans toutes ces organisations. C’est tout Ă  fait vrai. Mais ce systĂšme les a tellement liĂ©s qu’ils pensent que tant qu’ils sont membres de cette Ă©glise et que leurs noms sont inscrits dans ces registres, ils vont au ciel. Le fait que votre nom figure dans un registre ici sur terre, ne signifie pas pour Dieu que vous irez au ciel [FrĂšre Branham claque ses doigts. – N.D.E.] Il faut que votre nom soit inscrit dans le Livre de Vie de l’Agneau avec le Sang de JĂ©sus-Christ pour que vos pĂ©chĂ©s soient pardonnĂ©s. C’est vrai.

139 Mais c’est ce genre-lĂ  qu’on aime. C’est le genre de pasteurs que les gens aiment avoir. Ils ne veulent rien d’autre. Alors que Dieu, en ces derniers jours, a agité  Chaque don divin qui est recommandĂ© dans la Bible, chaque don que JĂ©sus-Christ a promis, chaque don, chaque signe, et chaque signe du temps de la fin, tout ce qui a Ă©tĂ© promis dans cette Bible, d’aprĂšs ce que je vois moi-mĂȘme, a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© agitĂ© devant cette nation, et elle continue Ă  descendre en enfer de toutes ses forces. Vous pouvez beau leur parler, ils continuent de toute façon.
Permettez-moi de prendre encore quelques passages des Ecritures avant de terminer. TrĂšs bien. Oh, ils se dirigent vers la destruction Ă©ternelle, c’est ce qu’ils font, dit la Bible.

140 Cette nation se trouve dans la mĂȘme pourriture; cette mĂȘme pourriture de la sociĂ©tĂ©, cette nation s’y trouve ce soir. Vous savez cela. Ce n’est pas une plaisanterie. Ce n’est pas un ouĂŻ-dire, c’est la vĂ©ritĂ©: GenĂšse 6.12. Toute chair Ă©tait corrompue; l’homme suivait sa propre voie, sa propre imagination, ignorant les lois de Dieu. C’est ainsi que l’homme agit aujourd’hui. L’homme ne veut pas entendre la Parole de Dieu. Les gens n’aiment pas entendre Cela; ils veulent suivre leurs propres voies.

141 JĂ©zabel refusa d’écouter la Parole du Seigneur. Elle ne voulait pas reconnaĂźtre Elie, ce prĂ©dicateur aux cheveux Ă©bouriffĂ©s, comme son pasteur; mais c’était lui son pasteur, malgrĂ© tout. C’est vrai. Dieu l’avait envoyĂ©, et il a proclamĂ© avec force son Message. Quoiqu’il fĂ»t sans instruction, les gens ne savaient pas d’oĂč il venait ni oĂč il allait. Il est entrĂ© sur la scĂšne avec la Parole du Seigneur. Il a proclamĂ© son Message, il a prĂȘchĂ© et il a condamnĂ© tout ce qui Ă©tait appelĂ© pĂ©chĂ©. Et cette JĂ©zabel moderne avait dĂ©tournĂ© les gens et les avait envoĂ»tĂ©s par la puissance de sa sorcellerie au point que toute la nation Ă©tait corrompue, et Elie se tenait lĂ  seul sur la montagne. Dieu a dit: «Elie, ne pense pas que tu es tout seul. J’en ai encore sept mille lĂ -bas qui ont encore un coeur sincĂšre.» LĂ , c’était son deuxiĂšme pull, et le troisiĂšme Ă©tait en cours pour lui.

142 Mais, rappelez-vous, Dieu Ă©tait misĂ©ricordieux, et Il – Il
 Et le Message d’Elie condamnait cette gĂ©nĂ©ration d’incrĂ©dules. Le Message de NoĂ© condamnait cette gĂ©nĂ©ration et il a amenĂ© le jugement sur ceux qui avaient refusĂ© d’entendre Cela et la dĂ©livrance Ă  ceux qui avaient cru en Cela. Et ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme (GenĂšse 6), ils ne faisaient pas cas des lois de Dieu. Il est dit: «Les lois de Dieu.»

143 La Parole de Dieu dit dans la Bible qu’aujourd’hui 
 Ecoutez donc, je n’adresse pas ceci Ă  un individu; j’ai seulement la responsabilitĂ©, en tant que votre frĂšre, j’ai la responsabilitĂ© de vous dire toute la vĂ©ritĂ©, de la mĂȘme maniĂšre que le grand saint Paul a dit avant de partir: «Je vous ai annoncĂ© tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.»

144 Or, la Bible dit aujourd’hui que les femmes ne doivent pas se couper les cheveux. Peu importe combien de prĂ©dicateurs disent que c’est en ordre, c’est faux. Peu importe combien d’églises soutiennent cela; la Bible dit nĂ©anmoins que c’est faux. C’est une honte pour elle de faire cela. Mais elles continuent malgrĂ© tout Ă  le faire. Elles vont de l’avant, qu’est-ce qu’elles font? Dans leur propre esprit, elles se font belles, elles pensent ĂȘtre belles.

145 La Parole de Dieu recommande Ă  la femme de ne pas faire ces choses. Elle ne doit pas porter un habit, ou plutĂŽt un pantalon, ou tout vĂȘtement d’homme, mais elle continue malgrĂ© tout. Essayez seulement de l’en empĂȘcher. Vous direz: «Pourquoi alors criez-vous, FrĂšre Branham? Pourquoi continuez-vous Ă  le faire? Eh bien, les gens vous aimeraient davantage si vous » Je ne me soucie pas de cela – je me soucie de ce que les gens pensent, eh bien, ne me comprenez pas mal; mais c’est ce que Dieu pense qui m’intĂ©resse, et Ceci est Sa Parole.
Oui, dites-lui que c’est mal de faire cela, elle continuera carrĂ©ment et le fera de toutes les façons. Voyez? Pourquoi? Les femmes, dans toutes les communautĂ©s chrĂ©tiennes font ces choses, et l’église ne semble en faire aucun cas. Pourquoi ça? Les fils de Dieu sont tombĂ©s pour avoir convoitĂ© le corps de la femme et ils ont reniĂ© le Dieu mĂȘme et le Sang qui les a rachetĂ©s pour les sĂ©parer de ces choses souillĂ©es. Amen
?
 C’est la vĂ©ritĂ©. Je ne mens pas, c’est la vĂ©ritĂ©.

146 Essayez de l’en empĂȘcher. Pensez-vous que la prĂ©dication de NoĂ© a Ă©tĂ© un obstacle à cela? Absolument pas. Mais qu’est-ce? C’est une voix, c’est une voix. Et quand nous serons tous appelĂ©s au Jugement, ce Message mĂȘme que je prĂȘche ce soir me rencontrera lĂ  mĂȘme, mot pour mot. Et qu’allez-vous faire alors? C’est une lumiĂšre rouge qui clignote.

147 Ce fut lĂ  un temps de l’entĂȘtement des femmes. Nous allons
 Nous sommes ici pour juste Ă©tablir cela, en effet, ceci est
 des femmes. Et vous vous demandez pourquoi je suis toujours lĂ  Ă  crier contre cela. Maintenant, je vais exposer cela – beaucoup – beaucoup de passages d’Ecritures avant de terminer et de vous en donner les raisons. Et c’est pourquoi je dois rester fidĂšle Ă  cette Parole; et chaque serviteur de Dieu doit rester fidĂšle Ă  la Parole. Vous devez le faire, car il doit y avoir une voix quelque part qui crie contre cela. Peu importe ce que font les autres; vous n’ĂȘtes pas responsable d’eux; vous rĂ©pondrez en tant qu’individu. Vous ne rĂ©pondrez pas en tant que mĂ©thodiste; vous ne rĂ©pondrez pas en tant que baptiste ou pentecĂŽtiste; vous rĂ©pondrez devant Dieu en tant qu’individu pour votre propre vie.

148 Et nous voyons ces signes et, nĂ©anmoins, elles continuent Ă  faire cela. Dites-lui que c’est faux, et vous verrez sa rĂ©action: TĂȘtue. C’est exactement ce que fit Eve. Elle Ă©tait mieux avisĂ©e que ça, n’est-ce pas? Elle avait la Parole de Dieu. Il Ă©tait dit: «Le jour oĂč tu en mangeras, tu mourras.» Eh bien, pourquoi a-t-elle fait cela? Elle voulait sa propre voie. Pourquoi les femmes veulent-elles se couper les cheveux? Pourquoi les femmes veulent-elles porter ces habits, alors que la Bible leur dit exactement ce qu’elles sont censĂ©es faire. Et Ă  cause de ce qu’elles font, elles sont toutes condamnĂ©es. C’est exact. Mais pourquoi fait-elle cela? Elle ne veut en faire qu’à sa tĂȘte. Certainement. Elle veut suivre ses propres voies. Mais l’église ne dit rien Ă  ce sujet, l’église qui est censĂ©e ĂȘtre l’Epouse de JĂ©sus-Christ ne dit rien Ă  ce sujet!

149 Si vous en parlez Ă  l’une d’elles, savez-vous ce qu’elles disent? Quelque chose comme: «Ce n’est pas la vieille Bible qui va m’empĂȘcher de me livrer Ă  quelque divertissement.» LĂ , c’est trĂšs exact. Dites-leur qu’il est Ă©crit dans la Bible
Oh, peut-ĂȘtre qu’elles ne prononceront pas de telles paroles, mais c’est bien ce qu’elles veulent dire. Avez-vous dĂ©jĂ  entendu le vieux dicton: ‘Les actes sont plus Ă©loquents que les paroles?’ Eh bien alors, est-ce vrai? Les actes sont plus Ă©loquents que les paroles. Peu importe ce que vous dites, votre – votre vie parle si fort qu’on n’arrive pas Ă  entendre votre tĂ©moignage. Comme je l’ai dit ce matin, ne sautez pas plus haut que votre vie. Voyez? Vos actes sont plus Ă©loquents que vos paroles. Et vous pourriez beau vous prĂ©senter lĂ  et dĂ©clarer une chose, parce que vos propres paroles parlent, leur – vos paroles
 Peu importe ce que c’est, vos actes disent ce que – ce que vous ĂȘtes. Si vous dites autre chose que ce que vous ĂȘtes rĂ©ellement, ça devient de l’hypocrisie. JĂ©sus a dit: «Vous, hypocrites, comment pouvez-vous dire de bonnes choses, alors que c’est de l’abondance du coeur que parle – de l’abondance du coeur que la bouche parle, parle?» Voyez, ils disaient autre chose que ce qu’ils pensaient. Et les femmes Ă©taient si
 c’est pour dire cela. Oh! la la! «J’ai mes loisirs.»

150 Qu’est-ce qui est arrivĂ©? Du mariage
Voici un autre passage de la Bible. Dans les voeux du mariage, il y a le mot soumission – soumission. La femme est censĂ©e ĂȘtre la gardienne du foyer, chaste, ayant des bonnes oeuvres. Mais elle vous rit au nez et s’en va Ă  la fabrique de poudre, au bureau de quelqu’un: «Mon mari » Oh! j’en doute.
Et si ces forces, aujourd’hui
Quelle disgrĂące que d’engager les femmes dans la police! N’est-ce pas lĂ  le signe de la – de la dĂ©bauche dans n’importe quelle ville? Pendant qu’il y a beaucoup d’hommes sans emploi, il faut qu’on place les femmes lĂ , alors que la Bible dit qu’elle doit rester Ă  la maison et ĂȘtre une gardienne vertueuse du foyer. Mais c’est elle qui tient Ă  tenir les documents pour les patrons. Vous devriez la voir
 C’est – c’est
 Je ne parle donc pas des femmes vertueuses. Ce n’est pas Ă  vous que j’adresse ceci, vous qui ĂȘtes rĂ©ellement de saintes femmes. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est enregistrĂ© sur bande ou sur je ne sais quoi encore. Mais voici ce que je dis: quand on en trouve une comme cela, on en trouve mille cinq cents de l’autre cĂŽtĂ©. Elles n’écouteront pas une seule parole. «Gardez votre Bible pour vous; prĂȘchez-vous-La Ă  vous-mĂȘme. Nous ne voulons pas entendre cela.»

151 ObĂ©ir
Oh, elle pourrait dire ceci: «Racontez vos histoires sur la Bible Ă  quelqu’un d’autre. Gardez votre Dieu pour quelqu’un d’autre et laissez-moi tranquille. Pourquoi me criez-vous aprĂšs. Je ne vous ai jamais demandĂ© de me dire ces choses.» Je le sais, mais Dieu me l’a demandĂ©. Voyez? Ainsi, c’est tout.

152 Elles continuent donc Ă  corrompre leur voie. Tel que les gens ont agi Ă  l’époque du Seigneur, tel qu’ils ont agi en ce temps-lĂ , tel ils agissent aujourd’hui; tout Ă  fait. Cela n’a pas changĂ©; ça ne change pas; ça ne changera pas.

153 Leurs enfants finissent par tomber dans la dĂ©linquance juvĂ©nile; la prison attrape une partie des femmes et des hommes; et l’enfer prendra le tout. C’est tout Ă  fait vrai. Le feu les engloutit tous. Et la prĂ©dication semble leur passer par-dessus la tĂȘte. Ils n’écoutent pas du tout cela. Ils vont avoir leur propre
 Vous pouvez leur dire que la Bible dit ceci; ils diront: «Gardez votre Bible pour vous. Nous, nous allons nous amuser.»

154 Je peux entendre l’une de vous, soeurs, dire maintenant – peut-ĂȘtre pas juste maintenant – mais je vous entends dire: «Qui? moi, obĂ©ir Ă  mon mari? Hum, c’est moi qui l’amĂšnerai Ă  m’obĂ©ir.» Eh bien, c’est lĂ  que vous avez tort. «Restez Ă  la maison, chaste? Peu m’importe ce que la Bible dit Ă  ce sujet; laissez-moi tranquille.» Ecoutez, soeur, ce n’était pas dans – lĂ  dans les Ăąges sombres, c’est la voix d’aujourd’hui. Cela n’est jamais arrivĂ©. Comme dans l’ñge antĂ©diluvien, cela se passe aussi aujourd’hui. C’est la mĂȘme chose.

155 Elles disent encore: «Je suis une femme moderne. Je vis en AmĂ©rique.» Eh bien, cela ne vaut pas plus que de vivre dans une porcherie. L’endroit oĂč vous vivez ne change rien pour Dieu. Vous ĂȘtes ce que vous ĂȘtes dans votre coeur. C’est vrai. Et ne pensez pas, soeur, que vous ĂȘtes si moderne, que vous ĂȘtes l’une de ces femmes modernes, comme on aime le dire aujourd’hui; selon la Bible, vous ĂȘtes d’une Ă©poque trĂšs reculĂ©e, des Ăąges sombres, du temps antĂ©diluvien, de l’époque de NoĂ©; Ă  cette Ă©poque-lĂ , on faisait la mĂȘme chose. Donc, vous n’ĂȘtes pas tellement moderne aprĂšs tout, n’est-ce pas? Voyez? C’est comme ça qu’elles agissaient dans le monde antĂ©diluvien. Voyez? Et c’est comme ça qu’elles agissent aujourd’hui, ainsi on est encore en plein dans l’ñge sombre; lĂ , dans ces Ă©paisses tĂ©nĂšbres d’autrefois.

156 Et vous, hommes qui laisserez votre femme faire cela, vous n’ĂȘtes plus des fils de Dieu. Non, vous ĂȘtes plutĂŽt tombĂ© dans Sodome (C’est vrai), en laissant votre femme vous commander. Oh! la la!
Je ne sais pas s’il faut dire ceci ou non. Je ferais mieux de laisser cela de cĂŽtĂ©. Mais
 TrĂšs bien. C’est affreux.

157 Mais tout ce que nous regardons dans cet ñge
 Voyez-vous la lumiùre rouge qui clignote?
La trompette du Seigneur sonnera et il n’y aura plus de temps,
Le matin se lĂšvera Ă©ternel, beau et radieux;
Alors Ses Ă©lus se rassembleront (venant de la poussiĂšre de la terre) dans leur maison au-delĂ  du ciel
 (Oh, quel jour ça sera! TrĂšs bien. Oh, oui.)

158 On revit les temps de Sodome. Ne vous en faites pas, il y a une bombe atomique qui attend pour nettoyer tout cela (c’est vrai), pour purifier la terre toute entiĂšre. Elle le fera. Et alors, tout sera Ă  neuf, comme nous l’avons vu sous le sixiĂšme sceau, pour le groupe des gens rachetĂ©s, ceux qui ont acceptĂ© le Seigneur JĂ©sus, qui sont devenus des chrĂ©tiens, qui ont abandonnĂ© les soucis et les modes de ce monde et sont venus Ă  JĂ©sus-Christ, qui comptent sur Lui et sur Lui seul, qui suivent Son humble et simple plan qui consiste Ă  croire en Lui pour recevoir la Vie Eternelle. Et si vous dites que vous avez la Vie Eternelle tout en Ă©tant en dĂ©saccord avec cette Bible, votre vie Ă©ternelle n’est pas la Vie Eternelle que Dieu donne. Vous ĂȘtes sĂ©duit par la mort et vous n’avez pas la Vie. C’est vrai.

159 Maintenant, oh, craignez Dieu et observez Sa Parole, car c’est lĂ  tout le commandement. Les lumiĂšres rouges clignotent, et le temps est proche. Ce qui arriva du temps de Noé  Voyez, ils avaient pris la chose lĂ©gitime et l’avaient pervertie. Ils avaient pris le manger, ils avaient pris le boire, ils avaient pris la construction, et ils avaient pris toutes ces autres choses, et avaient perverti cela. Eh bien, JĂ©sus attend de nous que nous construisions une maison. Voyez? Mais voyez ce qui s’est passĂ© Ă  ce sujet. Manger, Il s’attend Ă  ce que nous mangions; c’est une bonne chose. Mais voyez ce qui est arrivĂ© avec cela. Boire, nous nous attendons tous Ă  boire notre eau ou n’importe quoi que nous avons Ă  boire, mais au lieu de cela, ils se sont adonnĂ©s aux boissons alcooliques, aux liqueurs et tout, aux cocktails, en y amenant leurs femmes. Voyez?

160 Et que dire de la population qui augmente comme au jour de NoĂ©? Et que dire des femmes qui deviennent de plus en plus belles et cela constamment? Voyez? La lumiĂšre rouge
 Qu’en est-il du temps oĂč les femmes deviendront, quand elles seront comme Ă©taient les autres: emportĂ©es, enflĂ©es d’orgueil et tout; on ne peut rien leur dire. PrĂȘchez-leur la Parole, elles continueront malgrĂ© tout et feront cela de toutes les façons. Voyez? Qu’est-ce qui arrivera? Exactement ce qui Ă©tait arrivĂ© au jour de NoĂ©: un jour, la porte de la misĂ©ricorde sera fermĂ©e. Alors les Ecritures disent: «Le sanctuaire Ă©tait rempli de fumĂ©e.» Cela veut dire que l’intercesseur l’a quittĂ©. Et tant que l’Agneau est encore lĂ , comme je l’ai dit ce matin, ou quelque part oĂč je prĂȘchais, tant que l’Agneau est lĂ , intercĂ©dant, il y a toujours de la misĂ©ricorde. Mais quelle assurance avons-nous quand nous voyons que le train est dĂ©jĂ  en gare, quand nous voyons la Venue du Seigneur, la LumiĂšre clignoter!

161 Oh! Combien je pourrais parler de diffĂ©rentes choses, sachant qu’Il a promis d’accomplir cela ici dans les derniers jours, et nous voyons cela juste devant nous! Et puis nous voyons notre – ce sujet ce soir, sur une autre lumiĂšre rouge qui clignote, celle du comportement bizarre de nos femmes, et la maniĂšre dont elles font les choses. Nous voyons cela indiquer
 Chaque – chaque poteau indicateur, tout, chaque aiguille, chaque boussole pointe directement Sa Venue.

162 Nous sommes Ă  la fin. Il n’y a rien d’autre, Ă  ma connaissance, qui doit arriver, sinon la Venue du Seigneur. Et alors, mon cher ami qui ĂȘtes en dehors de Christ, que pensez-vous de ceci? Vous reposez-vous simplement
 Franchement, mon ami, je voudrais vous poser une question simple: Vous reposez-vous simplement sur une petite sensation que vous avez eue, ou sur quelque, peut-ĂȘtre, quelque chose que vous avez eu? Peut-ĂȘtre que vous avez Ă©tĂ© heureux une fois et que vous avez dansĂ© partout lĂ  comme le font beaucoup de gens de la saintetĂ©, les pentecĂŽtistes, les nazarĂ©ens et les pĂšlerins de la saintetĂ©. Ils croient que s’ils deviennent heureux au point de danser, que c’est cela la chose. Et puis, vous vous coupez les cheveux, et vous portez des shorts? Est-ce que le Saint-Esprit vous ferait faire cela pendant qu’Il condamne cela dans la Bible?

163 Qu’en est-il de vous qui dites: «Eh bien, je suis membre de l’église. Je suis un pentecĂŽtiste; je suis un mĂ©thodiste (ou quoi d’autre); je suis un membre. Ma mĂšre est un membre fondateur de l’église. Je suis un membre fondateur.»? Et l’esprit mĂȘme qui est sur vous vous fait faire des choses que cette Bible vous interdit. [FrĂšre Branham frappe sur la chaire. – N.D.E.] Vous dites: «J’ai parlĂ© en langues, FrĂšre Branham. Eh bien, ne vous accrochez pas Ă  cela. J’ai parlé en langues, et c’est ça l’évidence du Saint-Esprit.» Si votre vie
 Si vous continuez Ă  vous couper les cheveux, si vous continuez Ă  faire ces choses que la Bible interdit, vous pouvez parler en langues toute la journĂ©e et toute la nuit, et cela n’a toujours rien Ă  voir avec Dieu. On reconnaĂźt l’arbre Ă  ses fruits.

164 Je me fais vieux. Je le sais. Chaque jour m’ajoute une nouvelle douleur. C’est le cas pour chacun de nous. Vous feriez mieux de dire la vĂ©ritĂ©. Je me suis dit: «Ô Dieu, ne me laisse pas » L’une des choses les plus malheureuses, c’est de voir un homme ou une femme qui n’a jamais acceptĂ© Christ et qui vit comme un vieux membre d’église rĂ©trograde, plus mĂ©chant que Satan Lui-mĂȘme, et vous le voyez lĂ  avec
 grognant Ă  chaque vieille chose: «Eh bien, je vous le dis, je ne crois pas dans la » Jamais Dieu
 C’est la – c’est la – c’est la couronne la plus horrible dont Satan peut couronner la vie de quelqu’un. Une femme grincheuse d’environ soixante ou soixante-dix ans, avec des bourrelets de graisse qui lui pendent sous les bras, et un visage tout ridĂ©, avec des cheveux coupĂ©s, et teints de quatre ou cinq couleurs diffĂ©rentes, qui s’exhibe en petits shorts; si ce n’est pas ça la couronne de Satan, c’est que je ne l’ai jamais vue; ou un vieil homme grincheux


165 Ô Dieu, je sais que je – accorde-moi la grĂące de ne jamais me plaindre. Et je veux que ma vie, Seigneur, je veux que la vie des miens
 Ô Dieu, accorde cela, que notre vie soit couronnĂ©e, peu importe que nous souffrions, quoi qu’il arrive, combien les gens se retournent contre moi
 Je sais une seule chose, dans ma vie, au fur et Ă  mesure que je vieillis, le courant de mes amis s’amenuise, il va bientĂŽt tarir, comme je continue Ă  avancer. Et je sais une seule chose, il arrivera, aprĂšs un moment, que personne ne viendra vers moi pour dire – pour me demander conseil. Ceux qui m’ont connu dans ma jeunesse seront dĂ©jĂ  partis, si moi, je continue Ă  vivre. J’aurai de moins en moins d’amis au fur et Ă  mesure que je vieillis.

166 Et je sais qu’un jour je mourrai. J’espĂšre que Dieu ne laissera jamais Satan me couronner en faisant de moi un vieil homme grincheux, un homme indiffĂ©rent, et mon Ă©pouse, une vieille femme querelleuse, ou que votre femme ou vous soyez comme cela. Je prie, frĂšre, que nos vies soient couronnĂ©es par les fruits de l’Esprit: l’amour, la joie, la longanimitĂ©, la bienveillance, la patience, la vĂ©ritĂ©, la foi dans le Saint-Esprit.

167 Ma vie s’éteint
 Il y a environ trente-cinq ans, je me tenais ici Ă  la chaire, Ă©tant un jeune garçon. Ce soir, je suis un vieil homme aux cheveux gris, je suis chauve, j’ai le dos voĂ»tĂ©; je suis usĂ©. Ma vie se consume, et les cordes sur lesquelles je marche deviennent fragiles. Au fur et Ă  mesure que je descends la riviĂšre, le nombre de mes amis diminue. AprĂšs quelque temps, il se fera peut-ĂȘtre que je – je n’apprĂ©cierai plus les cantiques comme autrefois. Peut-ĂȘtre que mes petits-enfants, mes enfants devront dire: «Ne rends pas grand-pĂšre nerveux.» On pourrait en arriver lĂ , si je reste en vie.

168 Et puis, j’en arriverai finalement au point oĂč je ne serai plus capable de me lever de ma chaise. Puis un matin, le nuage entrera dans la chambre; je ferai signe Ă  la mort, de l’autre cĂŽtĂ© de la frontiĂšre, de venir me prendre. Tout ce qu’elle peut faire, c’est me prendre par la main et m’amener de l’autre cĂŽtĂ©, auprĂšs de mon MaĂźtre. La mort n’est pas mon maĂźtre; je ne suis pas son esclave; c’est elle qui est mon esclave. Christ a vaincu la mort pour moi. L’unique chose qu’elle peut faire, c’est m’amener dans la PrĂ©sence de mon CrĂ©ateur. Quand ce tabernacle terrestre sera dĂ©truit


169 Quand une mĂšre est prĂȘte Ă  avoir un bĂ©bĂ©, vous remarquez (peu importe combien elle est cruelle et mĂ©chante), peu avant la naissance du bĂ©bĂ©, la maman devient douce. Pourquoi ça? Quand ces petits muscles se contractent et tressautent comme cela dans son sein, il y a un corps cĂ©leste qui les attend. Et quand il sort de la mĂšre, le mĂ©decin, ou la sage-femme, qui que ce soit doit le soulever, lui donner un choc, une fessĂ©e, une secousse ou quelque chose de ce genre; et alors il reçoit le souffle de vie. Et il y a un petit esprit angĂ©lique qui entre en lui, le souffle de vie; et il devient une Ăąme vivante. Et quand nous avons Christ dans notre coeur, et que Christ devient rĂ©el dans notre coeur, c’est comme un petit bĂ©bĂ©.

170 Si ce tabernacle terrestre est dĂ©truit
 JĂ©sus a dit dans Jean 14
 Je dirai ceci pour terminer. Il a dit: «Que votre coeur ne se trouble point; si vous croyez en Dieu, croyez aussi en Moi; car dans le Royaume de mon PĂšre, il y a plusieurs tabernacles. Je m’en vais vous prĂ©parer une place (si ce tabernacle terrestre est dĂ©truit, nous en avons un)
 Je m’en vais vous prĂ©parer une place afin que lĂ  oĂč Je suis, vous y soyez aussi.» Celui qui veut ĂȘtre avec Lui


171 Alors, je sais que comme ce petit Enfant (Christ) a Ă©tĂ© formĂ© par la nouvelle naissance
 Quand toute autre vie cĂšde, toute vie mortelle et tout s’en va, alors il faudra quelque chose pour me donner un choc. Il faut la mort. La mort vous donne un choc quand elle vous frappe, mais elle ne fait que vous amener Ă  naĂźtre de nouveau dans un nouveau Royaume, lĂ , de l’autre cĂŽtĂ©, oĂč il n’y a ni maladie, ni tristesse, ni vieillesse, ni rien. Que Dieu nous vienne en aide.

172 Comment, mes amis, pouvez-vous donc rejeter quelque chose comme cela, voyant bien qu’il n’y a aucun espoir dans le monde en dehors de JĂ©sus-Christ? La lumiĂšre rouge clignote. Les nations se disloquent; IsraĂ«l se rĂ©veille;
Les signes que la Bible avait prédits, (Les femmes qui se coupent les cheveux, qui portent des shorts. La lumiÚre rouge est là. Vous voyez?)
Les jours des Gentils sont comptĂ©s, encombrĂ©s d’horreur.
Reviens, Î toi, dispersé vers les tiens.
Le jour de la RĂ©demption est proche;
Les hommes rendent l’ñme de terreur;
Sois rempli de l’Esprit;
Ta lampe mouchée et nettoyée
LÚve les yeux, ta rédemption est là.

173 Je L’aime; je veux que vous aussi vous L’aimiez. Et pendant que nous inclinons la tĂȘte, juste un moment pour un mot de priĂšre pour terminer
 Les lumiĂšres rouges clignotent; le signal est donnĂ©; la Venue du Seigneur est proche. Il parle aux nations; Il parle aux gens; Il parle par des signes et des prodiges. Quand nous avons considĂ©rĂ© Sodome et avons montrĂ© comment cet Ange est venu chez Abraham, les signes qu’Il a accomplis juste avant que le feu tombe, nous voyons cela.

174 Il a dit: «Aux jours de Lot, les gens construisaient, vendaient.» Voyez cela aujourd’hui. Et comme au temps de NoĂ©, les femmes deviennent jolies, les fils de Dieu tombent, on adore la chair humaine sous la forme de la femme, et toutes ces choses qui arrivent et dont nous avons parlĂ© ce soir. La lumiĂšre clignote; la Venue du Seigneur est proche. Etes-vous toujours un simple membre d’église? Etes-vous sĂ»r, mon ami? Comment savez-vous que vous vivrez jusqu’au matin? ConsidĂ©rez le cas de frĂšre Way qui se tenait ici ce matin, en un rien de temps, juste en se retournant pour serrer la main Ă  quelqu’un, il est tombĂ© raide mort sur-le-champ. Peut-ĂȘtre que vous ne bĂ©nĂ©ficierez pas d’autant de bienveillance de la part de Dieu pour avoir une autre occasion. Vous ne savez pas Ă  quelle minute ce coeur va battre pour la derniĂšre fois. Pensez-y.

175 La Venue de Christ s’annonce par ce signe qui clignote. Regardez Ă  cela. Voyez si ce que je vous ai dit ce soir
 Il se peut qu’on n’aime pas beaucoup cela, mais c’est la vĂ©ritĂ©. C’est ce que Dieu a dit; et nous y sommes.

176 Les femmes ne veulent pas rester Ă  la maison. Elles ne veulent pas prendre soin de leur famille. Elles engagent des gardiennes d’enfants et sortent pour aller Ă  une fĂȘte quelque part. Il s’en suit la dĂ©linquance juvĂ©nile et toutes sortes de choses. Elles se coupent les cheveux, portent des shorts, elles se maquillent. Le nombre de belles femmes augmente et elles sont de plus en plus jolies. Les hommes, les fils de Dieu tombent; c’est un piĂšge que Satan utilise pour attraper les fils de Dieu, juste comme JĂ©sus l’a dit. Cela doit arriver. Il a dit que cela arriverait, et voilĂ  la chose est lĂ . Il a dit: «Quand ces choses arriveront, cette gĂ©nĂ©ration ne passera point (et une gĂ©nĂ©ration, c’est quarante ans) que toutes ces choses ne soient accomplies.» Pensez-y.

177 Etes-vous toujours juste un membre d’église? Avez-vous fait quelque chose de mal? Regardez
 Sondez votre vie ce soir, vous les hommes, vous les femmes. Examinez-vous, considĂ©rez vos propres fautes. Maintenant qu’est-ce qui, dans votre Ă©tat actuel
 Si Christ Ă©tait sur la terre, prĂȘchant ce
 Vous dites: «Si – s’Il avait
 Si je L’avais entendu prĂȘcher cela, je me serais – je me serais repenti.» Si vous alliez le faire, ceci Ă©tant Sa propre Parole ce soir, vous allez le faire maintenant.

178 Si vous ĂȘtes sans Dieu et que vous savez
 «Oh, dites-vous, je suis membre d’église; j’ai parlĂ© en langues. Je – je ne – je
 Nous mettons cela de cĂŽtĂ©. Examinez-vous. Examinez votre vie maintenant par la Parole de Dieu. Etes-vous cette personne qui s’en va et dit: «Peu m’importe ce que la Bible dit, FrĂšre Branham, je pense que vous ĂȘtes dans l’erreur.» Ce n’est pas moi qui suis dans l’erreur. S’il y a une erreur Ă  ce sujet, c’est la Parole. Et vous ne connaissez pas encore Dieu, et vous n’ĂȘtes pas sĂ»r que si JĂ©sus venait en ce moment, vous seriez prĂȘt Ă  partir
 Pourquoi vous amuser alors que vous voyez que la mort est si proche, alors que vous voyez que la fin est si proche?

179 S’il y en a un ici, alors que vos tĂȘtes sont inclinĂ©es maintenant, qui voudrait qu’on se souvienne de lui dans la priĂšre, alors que nous terminons, voulez-vous juste lever la main et dire: «FrĂšre, priez pour moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, soeur. Oh, c’est partout dans la salle! C’est cela.

180 Faisons juste un petit inventaire maintenant. Vous les soeurs donc, avec toute la bonne foi et l’espĂ©rance, pensez bien Ă  ceci: «Ai-je rĂ©ellement obĂ©i Ă  Dieu? Sur quoi mon dĂ©sir se porte-t-il en rĂ©alitĂ©? FrĂšre Branham, je – je – je continue Ă  faire ces choses. Je – je me sens bien. Je me sens heureux.» Savez-vous que les paĂŻens se sentent tout aussi heureux? Vous savez, un ivrogne est tout aussi heureux sous l’effet de la liqueur que vous l’ĂȘtes, sous l’effet de la liqueur. Et si vous ĂȘtes heureux sous l’effet de quelque chose qui est contraire Ă  la Parole de Dieu, c’est le diable. Si vous dites: «Je suis satisfait de mon Ă©glise,» et qu’aprĂšs avoir entendu prĂȘcher la Parole de Dieu vous ne vous Y conformez pas, vous ĂȘtes inspirĂ© par une mauvaise chose. Peu importe ce qu’est votre inspiration
 J’ai vu les gens crier, sauter, pousser des cris, et – et tout, puis boire du sang dans un crĂąne humain, et invoquer le diable (c’est vrai), et ĂȘtre tout aussi heureux que vous pouvez l’ĂȘtre. Le paganisme produit autant de psychologie que n’importe quoi d’autre; ça, ce sont des phĂ©nomĂšnes parapsychologiques. Mais l’expĂ©rience de Christ vient du coeur et change l’ĂȘtre tout entier, cela change la personne en une nouvelle crĂ©ature. Pensez-y trĂšs sĂ©rieusement.

181 Examinez-vous. ReprĂ©sentez-vous devant un miroir; vous vous mirez. «Suis-je honnĂȘte? Suis-je sincĂšre? Est-ce que rĂ©ellement dans mon coeur, je – est-ce que je sers le Seigneur?» Vous dites: «Je Le sers.»

182 Regardez, vous les femmes aux cheveux coupĂ©s, vous qui portez des shorts, regardez-vous, vous qui faites ces choses. Regardez-vous, vous les hommes qui laissez vos femmes
 Vous devez vous demander: «Suis-je un fils de Dieu ou un Sodomite?»
Et vous les femmes, demandez-vous: «Suis-je vraiment une femme moderne, ou suis-je quelque chose de l’époque antĂ©diluvienne dont JĂ©sus a dit que ça serait de nouveau ici en ces derniers jours?» Pensez-y. Regardez-vous. Voyez?

183 Votre propre ĂȘtre exprime ce que vous ĂȘtes. Et si vous n’ĂȘtes pas en ordre, serez-vous assez sincĂšre pour – sincĂšre maintenant pour lever la main, et dire: «Christ, je ne lĂšve pas ma main vers frĂšre Branham ni vers n’importe qui d’autre, mais vers Toi. Mais j’ai tort. Pardonne-moi. FrĂšre Branham a promis de prier pour moi; maintenant, je vais lever ma main et dire: ‘JĂ©sus, aie pitiĂ© de moi ce soir. Sauve-moi pour l’amour de Christ; je ne veux pas ĂȘtre perdu. Toute cette vie que Tu m’as donnĂ©e, ce serait la chose la plus horrible si je – si je la gĂąchais tout simplement alors que j’ai cette occasion en or ce soir, de voir effectivement de mes propres yeux que les lumiĂšres rouges clignotent de tout cĂŽtĂ©, annonçant la Venue du Seigneur. Il a promis qu’Il montrera ces signes, qu’Il guĂ©rira les malades, qu’Il ressuscitera les morts et chassera les dĂ©mons, qu’il y aura un groupe de – juste quelques personnes, juste une minoritĂ© dont le monde se moquera, qu’il traitera de tous les noms et tout.’»

184 Et ils doivent nous traiter de tous les noms; ils doivent traiter la VĂ©ritĂ© de tous les noms. JĂ©sus a dit: «Quiconque dit un mot contre le Fils de l’homme, cela lui sera pardonnĂ©,» quand Il faisait exactement la mĂȘme chose que vous voyez ĂȘtre faite, Il a ajoutĂ©: «Mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, quand Il viendra faire les mĂȘmes choses, ne sera jamais pardonnĂ© dans ce siĂšcle.» Vous voyez, ils doivent faire cela. Il doit y avoir un message pareil pour que les gens s’en moquent, pour manifester la justice de Dieu afin de condamner le monde entier et le dĂ©truire.

185 Alors qu’il y a de la misĂ©ricorde et que Quelqu’un se tient Ă  la brĂšche, JĂ©sus-Christ, dans une porte ouverte ce soir, ne voulez-vous pas Le recevoir, mon ami?

186 Eh bien, d’habitude, on vient Ă  l’autel. C’est une bonne chose; je n’ai rien contre cela. Mais dans les Ecritures, il est dit: «Tous ceux qui avaient cru Ă©taient baptisĂ©s.» Si de tout votre coeur vous abandonnez votre vie Ă  JĂ©sus-Christ juste lĂ  oĂč vous ĂȘtes assis, juste lĂ  oĂč Il vous a parlĂ© quand vous avez levĂ© la main


187 Ce mĂȘme Dieu qui a pu ramener cet homme Ă  la vie, alors qu’il Ă©tait Ă©tendu mort, juste devant moi ce matin, pour vous prouver que je vous dis la vĂ©rité  Qui d’autre que Dieu peut ressusciter les morts? C’est vrai. Ce n’est donc pas votre – votre petit pasteur amorti ici; c’est Christ qui vous aime. Et Il vous dit ce soir: «Vous avez entendu la vĂ©ritĂ©; vous avez vu la vĂ©ritĂ©. Cela vient de Ma Parole. Vous avez vu Ma Parole ramener Ă  la vie. Vous voyez Ma Parole prĂ©dire ces choses. Vous voyez cela arriver parfaitement tout au long de ces annĂ©es sans faille.

188 Maintenant, que ferez-vous de JĂ©sus alors que la lumiĂšre rouge clignote? Pourquoi ne faites-vous pas ceci, jetez ce vieux sac des futilitĂ©s mondaines? Pourquoi ne jetez-vous pas ce vieux magazine «True story», et ces vieilles – vieilles saletĂ©s dans lesquelles vous plongez votre Ăąme chaque jour? Pourquoi ne repoussez-vous pas cette tĂ©lĂ©vision dans un coin, et ne la tournez-vous pas dans l’autre sens si elle vous empĂȘche d’aller Ă  l’église? Pourquoi ne rejetez-vous pas tout fardeau qui vous enveloppe si facilement? Pourquoi n’élevez-vous pas votre coeur Ă  Christ et ne dites-vous pas: «Christ, ce soir, c’en est fini de moi. Je me prĂ©pare. Je vois que Tu viens. Je prends la Valise, la Bible de Dieu, qui contient la Vie Eternelle et, dorĂ©navant, je vais vivre de Ceci.» Ne voulez-vous pas le faire pendant que nous prions?

189 Notre PĂšre cĂ©leste, ce n’était pas mon intention d’ĂȘtre rude, absolument pas Seigneur, mais le Message est adressĂ© Ă  l’ñge, pas Ă  l’individu, pas Ă  une personne dĂ©terminĂ©e, mais il est adressĂ© Ă  l’ñge. C’est un temps oĂč le Saint-Esprit semble me pousser Ă  aborder ceci. Comme aprĂšs que nous avons dĂ©montrĂ© Ă  plusieurs reprises Ă  cette chaire le temps de Lot, le temps de Sodome, le temps dont JĂ©sus a parlĂ©, les signes du temps, la Venue du Seigneur, de plusieurs maniĂšres
 Et puis, aprĂšs tout cela, j’ai donc parlĂ© trĂšs durement contre les femmes d’aujourd’hui et partout dans le pays, j’ai donc pensĂ© que ça devrait ĂȘtre le Saint-Esprit qui me parlait pour que je dise aux gens pourquoi j’ai fait cela. C’est parce que Ta Parole inspirĂ©e a tellement pĂ©nĂ©trĂ© mon coeur que je ne peux tout simplement pas me taire.

190 A peu prĂšs cinquante ou soixante-quinze mains se sont levĂ©es dans la salle, PĂšre, sur base de la Parole du Seigneur qui a Ă©tĂ© rude et tranchante, mais cela les a secouĂ©s pour qu’ils sachent que le sifflet retentit. Les saints se rassemblent tous. Les nations se disloquent. Les signes de la venue, la lumiĂšre rouge clignote, et ce soir nous voyons cela par leurs agissements, qui pointent nos femmes d’aujourd’hui telle que la Bible avait prĂ©dit qu’elles seraient, et elles en sont arrivĂ©es lĂ .

191 La voix infaillible de JĂ©sus-Christ nous a avertis d’observer les jours de NoĂ© et de comparer cela avec le jour dans lequel nous vivons. Et puis, quand nous voyons ces choses arriver, les femmes devenir belles et les fils de Dieu les prendre, et comment ces choses arrivent; alors nous savons que cette gĂ©nĂ©ration-lĂ  verra la Venue du Seigneur; alors nous savons que comme la lumiĂšre clignote, Sa venue est proche.

192 Je Te prie, PĂšre cĂ©leste, de bĂ©nir tout celui qui a levĂ© la main. Je – j’offre simplement cette humble priĂšre sincĂšre, et je sais que Tu m’exauceras. Si Tu as Ă©tĂ© si bon envers frĂšre Way ce matin, en accordant que cette humble petite priĂšre amĂšne son coeur Ă  battre de nouveau, un amour sincĂšre pour un frĂšre qui Ă©tait tombĂ© sur les genoux de sa femme, un corps froid et mort, Seigneur, laisse que les gens sachent ce soir qu’ĂȘtre mort dans le pĂ©chĂ© et les offenses est de loin plus dangereux que mourir d’une mort physique; car il n’y a personne qui peut vous attraper Ă  ce moment-lĂ , si vous passez de l’autre cĂŽtĂ© du voile, Ă©tant chargĂ© du pĂ©chĂ© et des offenses.
Accorde ce soir, Seigneur, que chaque personne qui a levĂ© la main
 J’offre cette priĂšre au Nom du Seigneur JĂ©sus, afin que leur vie soit tellement rĂ©volutionnĂ©e, qu’ils prendront dans leur coeur la rĂ©solution de ne plus pĂȘcher contre Dieu, de se tenir dĂšs cette heure sur la Parole Ă©ternelle et bĂ©nie de Dieu et d’ĂȘtre nourris par Son Saint-Esprit, et d’ĂȘtre conduits dans les sentiers de la Vie jour aprĂšs jour, alors qu’ils continueront leur pĂšlerinage, dĂšs maintenant et Ă  jamais.

193 Notre PĂšre cĂ©leste, il se peut que je ne les revoie plus, il se peut que je ne sois plus en mesure de leur serrer la main physiquement ici sur terre, quand bien mĂȘme je voudrais le faire. Mais, Seigneur Dieu, je demande que cette priĂšre soit exaucĂ©e. Et Tu as dit dans Ta Parole: «Celui qui Ă©coute Ma Parole et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ© a la Vie Eternelle, et il ne viendra point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la vie.» Ce soir, avec mon humble façon d’apporter la VĂ©ritĂ© de Dieu, beaucoup ont entendu la Parole. Eh bien, Tu as promis que Tu les sauverais et qu’ils ne pĂ©riraient pas, que personne ne pourrait les arracher de Ta main, que Tu les ressusciterais aux derniers jours, que pas un seul cheveu de leur tĂȘte ne serait perdu. Tu l’as promis.

194 Eh bien, ma priĂšre, en tant que serviteur, Seigneur, et leur frĂšre, je – j’offre cette priĂšre et je les confie entre les mains de Dieu, afin qu’aucun mal ne puisse leur arriver et que Satan ne les arrache pas de la main de Dieu. Ils sont Ă  Toi, ils sont Tes trophĂ©es. Maintenant, j’ai confiance que Tu leur accorderas une longue vie, et si possible, Tu leur accorderas de voir la Venue du Seigneur JĂ©sus. Qu’ils partent d’ici ce soir Ă©tant des gagneurs d’ñmes, pour parler aux autres afin de les amener Ă  la connaissance salvatrice de Christ. Accorde-le; tout cela est entre Tes mains, PĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ.

195 Alors que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, juste un moment, y a-t-il ici une telle personne maintenant, quelqu’un qui a senti que pendant que nous Ă©tions en priĂšre, quelque chose d’inhabituel s’est passĂ© dans son coeur, et vous sentez qu’à partir de maintenant vous allez mener une vie consacrĂ©e Ă  Christ, et vous voyez que la Venue du Seigneur est proche, vous croyez que ce que je prĂȘche sur le signal rouge, sur l’état des choses est la vĂ©ritĂ©, et – et vous comprenez que c’est la Parole du Seigneur parce que c’est Christ, et vous croyez qu’à partir de ce soir, vous mĂšnerez une vie meilleure, une vie plus rapprochĂ©e de Christ, Ă  cause de la priĂšre que vous avez offerte ce soir et de la confession que vous avez faite? Avec la tĂȘte inclinĂ©e, levez simplement la main et dites: «Je crois cela. A partir de ce soir, je mĂšnerai une vie diffĂ©rente.» Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bien. C’est vraiment merveilleux. Je crois que je peux dire que, c’est pratiquement tout le monde, peut-ĂȘtre, qui avait levĂ© la main, il y a quelques instants, qui de nouveau a levĂ© la main pour montrer qu’il a acceptĂ© cela.

196 Maintenant, si vous n’avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, rappelez-vous, il n’y a aucun autre nom sous le ciel qui ait Ă©tĂ© donnĂ© aux hommes par lequel vous devriez ĂȘtre sauvĂ©, si ce n’est le Nom de JĂ©sus-Christ. Rappelez-vous, il n’y a qu’une seule Epouse, l’Epouse de Christ, et Elle porte Son Nom.

197 Bon, et si vous n’avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ© par immersion dans l’eau, au Nom de JĂ©sus-Christ, permettez-moi, en tant que Son serviteur
 Si Dieu vous a prouvĂ© par des signes, des prodiges, et par Sa Parole que je dis la vĂ©ritĂ©, je vous ordonne [de vous faire baptiser] comme saint Paul l’a fait dans Actes 19, quand il a trouvĂ© un groupe de baptistes. Ils avaient Ă©tĂ© baptisĂ©s par Jean Baptiste; Paul a demandĂ©: «Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»
Ils ont dit: «Nous ne savons pas
 qu’il y ait un Saint-Esprit.»
Il a dit: «Alors, de quel baptĂȘme avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©?»
Ils ont dit: «Nous avons dĂ©jĂ  Ă©tĂ© baptisĂ©s par Jean Baptiste lĂ , dans le Jourdain, l’homme mĂȘme qui a baptisĂ© JĂ©sus-Christ.»

198 C’était un merveilleux baptĂȘme, mais Paul a dit: «Ce n’est plus valable aujourd’hui.» Il leur ordonna de se faire rebaptiser au Nom de JĂ©sus-Christ: «Actes 19.5. Et Paul a dit: «Si un ange vient du ciel et prĂȘche un autre Evangile que celui que j’ai prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme.» Galates 1.8. Puis, il a encore rĂ©pĂ©tĂ© cela, en disant: «Comme je l’ai dit prĂ©cĂ©demment, et je le rĂ©pĂšte, si un ange (encore moins un prĂ©dicateur, un Ă©vĂȘque, un pape, ou qui que ce soit), si un ange vient du ciel, un chĂ©rubin qui vient du ciel et vous prĂȘche un autre Evangile que celui-ci, qu’il soit anathĂšme.» Alors, je vous ordonne, si vous n’avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ, pendant qu’il y a de l’eau dans le baptistĂšre et que les habits sont prĂȘts, venez et soyez baptisĂ©s, invoquez le Nom du Seigneur; et vous recevrez le don du Saint-Esprit; car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.

199 Notre PĂšre cĂ©leste, maintenant, c’est entre Tes mains. Exhorter les hommes, ça j’essaie, mais les convaincre, je ne le peux pas. Et Tu ne travailles jamais contre la volontĂ© d’un homme. En effet, si un homme ou une femme est prĂ©destinĂ© Ă  la Vie Eternelle, quand la lumiĂšre de Dieu brille sur cette semence, elle sera vivifiĂ©e. Et s’il y a une vie parmi nous ce soir, PĂšre, sur laquelle Tu as fait briller Ta LumiĂšre et qui a vu la VĂ©ritĂ©, puisse-t-elle s’avancer humblement et doucement vers le baptistĂšre pour se faire baptiser au Nom de Ton Fils bien-aimĂ© JĂ©sus-Christ.

200 En effet, nous savons que chaque personne dans les Ecritures Ă©tait – devait ĂȘtre baptisĂ©e et rebaptisĂ©e
 Ceux qui n’étaient pas baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ devaient se faire rebaptiser. Et le grand apĂŽtre qui avait les clefs du royaume a dit le jour de la PentecĂŽte: «Repentez-vous et que chacun de vous, soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, afin que vos pĂ©chĂ©s soient pardonnĂ©s. Et alors la promesse du Saint-Esprit est pour vous.» Accorde que cela s’accomplisse pleinement ce soir, PĂšre.

201 Je Te les confie maintenant. Prends ces quelques paroles et la mĂ©ditation de mon coeur et puisse cela ĂȘtre agrĂ©able Ă  Tes yeux, ĂŽ Seigneur. Exauce Tes enfants et donne-leur la Vie Eternelle. Sauve tous ceux qui peuvent ĂȘtre sauvĂ©s et guĂ©ris ceux qui sont malades. Que la grĂące de Dieu repose sur chacun d’eux, alors que nous Te les confions maintenant au Nom de JĂ©sus.

202 Maintenant, pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, je vais demander Ă  notre soeur qui joue au piano de venir ici. Juste un instant, juste encore cinq minutes environ. Et s’il y a quelqu’un qui dĂ©sire ĂȘtre baptisĂ©, quelqu’un qui a fait sa confession et qui a cru
 Si vous croyez que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, et que vous croyez cela de tout votre coeur, pas juste – juste une Ă©motion, mais que vous croyez cela, et vous ĂȘtes prĂȘt Ă  confesser que vous avez tort, et que vous ne vous appuyez pas sur vos propres mĂ©rites, mais sur l’oeuvre qu’Il a accomplie, et que vous ĂȘtes prĂȘt Ă  avancer pour porter Son Nom dans le baptĂȘme d’eau, Ă  devenir membre du Corps par le Saint-Esprit, alors la piĂšce pour les femmes est Ă  ma droite et la piĂšce pour les hommes Ă  ma gauche, et les habits et tout sont prĂȘts.

203 Pendant que nous inclinons la tĂȘte et que notre soeur joue: «J’entends mon Sauveur qui appelle», que le conducteur de chants veuille bien nous en donner la note de
 Avec notre tĂȘte inclinĂ©e maintenant, le service est entre les mains du Dieu Tout-Puissant maintenant. A quiconque veut ĂȘtre baptisĂ©, et veut entrer dans la salle de priĂšre pour – pour prier pour le baptĂȘme du Saint-Esprit, il y a des instructeurs ici qui sont prĂȘts Ă  donner des instructions, ou Ă  faire toute autre chose. Puissent ces paroles ne pas tomber en vain, mais qu’elles accomplissent ce Ă  quoi elles sont destinĂ©es. Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, puissions-nous prier maintenant alors que – et oĂč qu’Il te conduise, suis-Le. J’entends mon
 (Maintenant, priez, chaque pĂ©cheur.)
J’entends mon Sauveur (L’avez-vous entendu appeler quand Il a ressuscitĂ© cet homme qui Ă©tait mort ce matin?)
J’entends ...
Pouvez-vous L’entendre appeler quand Il est dans la Parole, faisant jaillir Sa LumiĂšre sur vous? J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au
 (Etes-vous disposĂ©s Ă  aller jusqu’au bout?)
OĂč qu’Il (Que Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. Les hommes Ă  gauche, les femmes Ă  droite.)
OĂč qu’Il me conduise, j’irai,
OĂč qu’Il conduise (La Bible dit: «Tous ceux qui avaient cru Ă©taient baptisĂ©s.) , suivre,
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.
J’irai avec Lui dans le jardin,
J’irai avec Lui dans (Le Saint-Esprit)
J’irai avec Lui dans le
(Si quelqu’un veut bien aller avec les femmes par ici pour chercher le Saint-Esprit, allez dans la piùce qui est à droite, quelques-unes d’entre vous les soeurs qui avez
?
) jusqu’au bout.
OĂč qu’Il conduise
(Pouvez-vous dire cela sincĂšrement? «OĂč qu’Il me conduise, j’irai?» Le ferez-vous? Quand cette petite voix vous parle, allez-vous – irez-vous lĂ  oĂč Il vous conduit?)
Observez la lumiĂšre rouge. Voyez-vous la lumiĂšre clignoter? Nous sommes au temps de la fin. 
oĂč qu’Il me conduise, j’irai,
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.
J’entends mon Sauveur
(Comment parle-t-Il? Par Sa Parole, dans votre coeur. Voulez-vous venir maintenant? Voici votre invitation. Rappelez-vous, si cela arrive avant notre prochaine rĂ©union, vous avez Ă©tĂ© averti.) J’entends mon Sauveur appeler,
«Prends ta croix et suis, suis-Moi.»
OĂč qu’Il conduise (Maintenant, que quelques frĂšres entrent dans la piĂšce ici Ă  ma gauche pour donner des instructions. Est-ce que les frĂšres se prĂ©parent pour le baptĂȘme? Que certains parmi les frĂšres prĂ©dicateurs qui sont ici viennent nous aider, qu’ils entrent dans la piĂšce avec nous.)
 suivrai OĂč qu’Il me conduise (Etes-vous vraiment sincĂšre?) Suivrai
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.

204 Maintenant, juste un moment. Maintenant, si vous n’avez pas Ă©tĂ© baptisĂ© dans l’eau par immersion au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, mais vous l’avez Ă©tĂ© plutĂŽt dans le titre: PĂšre, Fils, Saint-Esprit, il n’y a jamais eu une personne, dans toute la Bible, aucune personne qui ait donc Ă©tĂ© baptisĂ©e dans la Bible au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit, dans ces titres-lĂ . Aucune personne n’a jamais Ă©tĂ© baptisĂ©e [comme cela] dans l’église, dans l’histoire, pendant les trois cents premiĂšres annĂ©es de ce cĂŽtĂ©-ci; tout le monde Ă©tait baptisĂ© au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, jusqu’au Concile de NicĂ©e, Ă  NicĂ©e, Rome, oĂč l’Eglise catholique romaine a Ă©tĂ© organisĂ©e. C’est alors qu’ils ont mis Ă  la place les titres de du PĂšre, Fils, Saint-Esprit.

205 S’il y a un historien, un ministre, n’importe qui d’autre qui suit par la voie des ondes, qui Ă©coute la bande, qui peut prĂ©senter un seul passage des Ecritures ou une petite preuve historique montrant que quelqu’un ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ© autrement qu’au Nom de JĂ©sus-Christ avant que l’Eglise catholique romaine soit organisĂ©e, Ă  NicĂ©e, (Rome) vous ĂȘtes tenu de me l’apporter, et je demanderai pardon. Ça n’existe pas. Non. Et toute personne qui avait Ă©tĂ© baptisĂ©e par immersion, et qui n’avait pas Ă©tĂ© baptisĂ©e au Nom de JĂ©sus-Christ, il lui Ă©tait ordonnĂ© de revenir se faire rebaptiser avant de pouvoir entrer dans la gloire. Maintenant, la balle est dans votre camp.

206 Il n’y a aucune Ecriture dans la Bible oĂč les gens aient jamais Ă©tĂ© baptisĂ©s en utilisant le Nom du PĂšre, Fils, et Saint-Esprit, comme les gens baptisent aujourd’hui. C’est un credo catholique, catholique romain dont Martin Luther a hĂ©ritĂ©, et John Wesley a continuĂ© avec. Et la Bible prĂ©dit qu’il en serait ainsi et que cela continuerait jusque dans les derniers jours; et la porte serait ouverte comme nous l’avons vu en Ă©tudiant les Ăąges de l’Eglise.

207 La balle est dans votre camp. Je ne suis qu’un messager du Message. Une fois encore, croyons cela; les portes sont ouvertes. Le baptistĂšre rempli, et il n’y a aucune raison... Les robes sont prĂȘtes, et nous serons prĂȘts Ă  baptiser dans quelques minutes.

208 Si vous ĂȘtes ici et si vous n’avez pas Ă©tĂ© baptisĂ©, chantons une fois de plus, et venez, s’il vous plaĂźt, accomplir...

209 Vous dites: «Je compte le faire un jour, FrĂšre Branham.» Ce «un jour-là» peut vous surprendre comme ce fut le cas pour frĂšre Way ce matin, mais peut-ĂȘtre il n’y aura pas de grĂące qui accompagnera cela. Vous pouvez mourir Ă  n’importe quelle minute. Que vous soyez jeune, si vous vivez jusqu’au matin, vous allez... Que vous ayez soixante-dix ans, vous aurez survĂ©cu Ă  beaucoup de personnes qui ont dix, quinze, trente ans. Des milliers d’entre eux mourront cette nuit. C’est exact. Vous ne savez pas quand vous allez mourir. Soyez sĂ»r, ne courez pas des risques lĂ -dessus. Rappelez-vous simplement, vous pouvez courir des risques en ce qui concerne votre travail ou courir des risques en ce qui concerne telle chose, mais ne courez pas des risques sur Cela. Et, rappelez-vous, ma voix sera un tĂ©moin contre vous sur la bande magnĂ©tique de Dieu au jour du Jugement. Ainsi donc, pensez-y alors que nous chantons encore, nos tĂȘtes inclinĂ©es. OĂč qu’Il me conduise... (FrĂšre Neville) ... je – je suivrai,
OĂč qu’Il me conduise, je suivrai,
OĂč qu’Il me conduise, je suivrai,
J’irai avec Lui, avec Lui jusqu’au bout.

EN HAUT