ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Humilie-toi de William Branham a été prêchée 63-0714E La durée est de: 39 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Humilie-toi

1 [Fr√®re Neville introduit fr√®re Branham - N.D.E.]‚Ķ ?‚Ķ Oh, Fr√®re Branham reprend son poste‚Ķ ?‚Ķ Je pense que je pourrais alors faire les annonces; qu'il soit‚Ķ ?‚Ķ en √©tant ici je puisse penser √† quelque chose comme cela. [Fr√®re Branham et l'assembl√©e rient. - N.D.E.] J'√©prouve vraiment du plaisir √† √™tre ici, chaque fois. Notre s√©jour arrive bient√īt √† sa fin maintenant, notre s√©jour au milieu de vous. En effet, nous avons imm√©diatement une autre s√©rie de r√©unions en vue, √† Chicago, et je vais devoir ramener ma - ma famille en Arizona tr√®s bient√īt. Ils n'ont pas encore eu leurs vacances d'√©t√© ; et je suis cens√© les amener dans une petite promenade en voiture quelque part dans quelques jours. Et puis, je serai probablement absent pour un - un jour, un dimanche; et puis, la semaine suivante je commencerai √† Chicago. Il me faudra donc revenir imm√©diatement un lundi pour les amener en Arizona.
Et maintenant, je regrette vraiment de venir le dimanche matin vous prendre ce temps o√Ļ tout le monde est frais. Le dimanche soir, vous √™tes toujours fatigu√©s et √©puis√©s; et puis, en remettant le culte du dimanche soir √† notre pasteur, c'est - ce n'est vraiment pas bien. Et je n'aime pas le faire, pourtant le dimanche soir, j'aimerais avoir, le dimanche soir, le service du dimanche soir; je garde alors les gens jusque tard. Beaucoup d'entre eux viennent de tr√®s loin, du Sud et - et du Nord, et ils ont‚Ķ oh, des fois ils conduisent de jour et de nuit, uniquement pour venir ici et assister √† une seule r√©union, et puis retourner. Et c'est la raison pour laquelle j'essaie de prendre le dimanche matin, lorsque je viens, je leur donne la possibilit√© de rentrer.

2 Ces p√®lerins loyaux et fid√®les, combien je les appr√©cie ! Ils conduisent sous la neige fondue, sous la pluie, et tout pour pouvoir arriver ici, traversant le pays d'un bout √† l'autre sur des centaines de miles, juste pour un seul petit service. Ainsi, cela me remplit de reconnaissance envers Dieu et envers ces gens pour leur grand - pour leur grand soutien et pour ce que j'essaie de dire aux gens comme √©tant la v√©rit√©. Je crois donc que ceci est la V√©rit√©, je‚Ķ de tout mon coeur. S'il y avait quelque chose d'autre, que je crois √™tre meilleur, je - j'irais premi√®rement sans doute‚Ķ Je ne demanderais pas √† quelqu'un d'aller √† un endroit o√Ļ je ne suis pas all√© premi√®rement moi-m√™me pour d√©couvrir si c'est vrai ou pas. Je ne demanderais √† personne de - de faire un pas en Dieu, que je n'ai pas encore fait moi-m√™me et de m'assurer que c'est la v√©rit√©. Premi√®rement, cela doit √™tre la Parole du Seigneur ; ensuite je dois m'avancer pour voir si la chose est vraie. Et puis ensuite, si c'est vrai, je peux alors dire : "Venez par ici." Voyez, c'est cela frayer un chemin.

3 Eh bien, je pense que c'est ce que devrait faire chaque ministre, il devrait premièrement y aller lui-même. Il est censé être un conducteur, un conducteur de gens, et non parler de quelque chose qu'il n'a pas expérimenté lui-même. Nous devrions aller et être des conducteurs d'hommes.

4 Ce matin, j'ai fait une exp√©rience tr√®s dr√īle et tr√®s particuli√®re ici √† la chaire. Et c'√©tait en rapport avec la derni√®re partie du Message ; je n'avais pas l'intention de le dire de cette fa√ßon. Voyez ? Mais je pense que cela a d√©j√† √©t√© dit, et je n'y peux rien maintenant. Mais apr√®s que je suis arriv√© √† la maison, j'ai commenc√© √† √©tudier cela.
Nous avons eu une petite réunion de famille aujourd'hui, il n'y avait que mon frère et les autres membres. Maman n'est plus. Nous avions l'habitude de nous réunir chez elle, mais maintenant nous allons chez Delores. Nous y avons passé de bons moments à causer cet après-midi ; Teddy était là, et nous avons chanté des cantiques, joué des hymnes et autres.

5 Eh bien, je pense que peut-√™tre le matin du dimanche prochain, Dieu voulant, si cela ne d√©range pas le fr√®re Neville‚Ķ Eh bien, j'aimerais tenir un service de gu√©rison, qui ne sera consacr√© qu'√† la gu√©rison. Et je - et je pense qu'avec le Message de ce matin, la mani√®re dont le Seigneur a sembl√© me conduire pour L'apporter, L'annoncer, cela devrait plut√īt nous encourager un peu (vous voyez ?) √† - √† - √† croire r√©ellement. Nous sommes‚Ķ nous nous amusons, et nous - nous d√©clarons diff√©rentes choses et nous en parlons. Mais alors quand on en arrive √† une √©preuve de force, c'est diff√©rent.

6 Comme le - le…Quelqu'un me racontait… Je pense que c'était mon frère qui est là-bas au fond, il me racontait aujourd'hui une - une petite histoire au sujet d'un homme, d'un - un ministre et de son - quelqu'un de… l'un de ses fidèles. Et il a dit qu'il pouvait rouler un rondin.
L'homme a dit : "Pasteur, le Seigneur est certainement avec vous."
Le pasteur a repris : "Je peux porter un rondin sur le dos, pendant que je traverse."
L'homme a dit : " Le Seigneur est certainement avec vous. " Et le pasteur est allé et il a fait cela.
Et le pasteur a dit : " Je peux transporter un rondin et pousser une brouette en même temps en traversant. "
L'homme a dit : " Pasteur, le Seigneur est certainement avec vous. Votre foi est capable de tout. "
Le pasteur a continué, disant : "Je peux vous mettre dans la brouette et transporter ce rondin."
L'homme a dit : "Eh bien, attendez une minute". Voyez ?
C'est différent lorsque vous y êtes impliqué vous-même. Voyez ?
Eh bien, c'est très bien quand nous disons ici : "Amen." C'est très bien quand nous disons : "Je crois que c'est la vérité." Mais quand il s'agit donc de mettre cela en pratique… ?… mettre cela en pratique…

7 C'est comme cette d√©claration que j'ai faite ce matin : les gens se couchaient √† l'ombre de Pierre, ils ne demandaient m√™me pas que l'on prie pour eux. Je suis entr√© dans beaucoup de maisons, et voici ce que j'ai constat√© : je prie avant d'aller, et j'y entre sous l'onction, et je ne prie m√™me pas pour les gens, je ressors et les gens sont gu√©ris. Voyez, voyez ? C'est vrai. J'ai - eh bien, j'ai vu cela se faire plusieurs fois. Voyez ? Vous devez avoir quelque part o√Ļ placer votre foi. Voyez-vous ? Vous devez croire cela. Et je crois que l'heure approche, et c'est maintenant que cette‚Ķ

8 Et je me rends compte que ce service n'est pas enregistré sur bandes. Il se peut qu'ils fassent une petite bande pour eux-mêmes, mais ce n'est pas une bande qui ira à travers le pays. Le.. Ce que j'ai prêché ce matin nous a élevés à un - à un sommet, et c'est la raison pour laquelle le dimanche prochain je vais tenir un - un - un service de guérison. En effet, depuis que je suis rentré à la maison, je vous ai parlé des visions, de ce qui est arrivé, et tout, et j'ai directement expliqué pourquoi j'ai fait toutes ces choses. Et puis ce matin, j'ai donc expliqué cela jusqu'à ce dernier Sommet.

9 Maintenant, c'est mon temps de consécration à Dieu, le temps de Dieu pour me parler. Voyez, je… Et je… et il faut que je connaisse un petit changement dans ma propre vie qui… ce n'est pas comme je me le dis, que je suis méchant, mais je - je désire me sentir un peu plus proche des gens. Voyez ? Les gens à qui j'ai essayé de prêcher la… cette Vérité de l'Evangile, ils Y tournent le dos, s'En éloignent et s'En moquent.

10 Eh bien, pour moi, cela semble être une insulte. Pour ma part, je ne m'en soucie pas; mais pour ce qui est des choses que j'ai dites comme étant la vérité, essayant de les aider… C'est comme démarrer un bateau, en disant : "Par ici, voici le bateau, traversez ! Par ici, sortez de la rivière en crue, vous allez mourir. Vous - vous allez y périr!" Ils se moquent tout simplement de vous et s'en vont. Eh bien, pour moi, s'ils s'en vont, c'est comme si je n'y peux plus rien (voyez ?), je n'y peux rien. Mais j'aimerais donc descendre la rive pour les persuader, disant : "Revenez." Voyez, je dois avoir de tels sentiments (voyez ?), car je sais qu'il y a là une personne qui n'est pas encore entrée. Et je vais - je vais pêcher jusqu'à ce que… Il a dit… ?… le dernier poisson soit attrapé. Et je - j'aimerais faire cela.

11 Maintenant. Eh bien, pour y parvenir, je m'attends √† ce que quelque chose arrive dans une r√©union de pri√®re, quelque chose‚Ķ Et beaucoup d'entre vous se souviennent de la vision du - du dernier pull, ou plut√īt de ce troisi√®me pull. Vous vous souvenez qu'il y avait quelque chose qui s'√©tait pass√© juste avant cela ; j'ai vu cette Lumi√®re venir [du ciel] et entrer dans cet endroit et dire : "Je te rencontrerai l√†." Maintenant, je m'attends √† ce que quelque chose arrive.

12 Il y a des ann√©es, les services et ce discernement m'affaiblissaient tellement que je titubais. Beaucoup d'entre vous s'en souviennent. J'en √©tais arriv√© au point o√Ļ Jack Moore devait me tenir par un bras et fr√®re Brown par l'autre, pour que je me tienne debout; et ils me faisaient monter et descendre la rue pendant une heure apr√®s le service. Et il m'arrivait d'essayer de me demander o√Ļ - o√Ļ j'√©tais et ce qui se passait. Et puis, toute la nuit je restais couch√© l√† √† y penser, sanglotant et tout, et je me demandais pourquoi les gens n'ont pas accept√© notre Seigneur J√©sus.

13 Alors, Il m'a dit dans une vision : "Un jour, tu rencontreras une dame qui viendra à toi, portant un ensemble de couleur brune ; et elle aura dans ses bras un petit bébé enveloppé dans une couverture; à partir de ce moment-là, tu seras plus fort pour pouvoir supporter cela. " Eh bien, je vous ai dit tout cela. Et cela est arrivé ce soir-là à Chicago, lorsque cette petite dame presbytérienne… lorsque son propre pasteur l'a envoyée là-bas avec le bébé. Et je crois que c'était son frère ou l'un d'eux qui était un - un médecin, qui lui a dit : "Il n'y a pas d'espoir pour ce bébé, à moins que le Dieu Tout-Puissant le touche."
Il est allé… Elle est allée en parler à son pasteur. Et son pasteur lui a dit : "Je - je suis - je n'en suis pas capable, a-t-il dit, de - d'exercer la guérison divine, car je ne - je n'ai pas en moi la foi qu'il faut pour le faire."
Eh bien, ça… Eh bien, ça - ça, c'est être honnête à ce sujet. Voyez ? Il a dit : "Je n'en ai simplement pas." Il a dit : "Mais j'étais dans une des réunions de frère Branham, et je te conseillerais d'amener le bébé à - à frère Branham."

14 Le m√©decin l'avait abandonn√©, et il allait mourir. Et cette petite dame est entr√©e l√† o√Ļ je tenais une - une sorte de - de service [fun√®bre] en m√©moire de ces petits enfants catholiques qui ont √©t√© br√Ľl√©s vifs dans cette √©cole l√†-bas, vous savez. Vous vous souvenez quand cela est arriv√©. Pendant qu'on tenait ce service-l√†, cette petite dame portant un ensemble de couleur brune est venue juste l√† √† l'estrade. Ma femme et d'autres personnes √©taient assises l√† et j'ai dit... je me suis retourn√© et j'ai continu√© √† promener le regard partout, pour voir si la dame et le b√©b√© √©taient l√†. Et il s'est fait que, juste avant que je me pr√©sente, je crois que Billy Paul et les autres avaient parl√©‚Ķ c'est soit ma femme soit l'un d'eux qui avait parl√© √† la petite dame qui avait le petit b√©b√©. Et la dame est mont√©e sur l'estrade; le Saint-Esprit a tout r√©v√©l√© et a gu√©ri le b√©b√© l√†-m√™me et elle est partie. J'ai quitt√© [l'estrade], et depuis ce moment-l√†, je ne me fatigue plus. Voyez, cela ne me d√©range plus, et √† pr√©sent, j'y vais sans interruption.

15 Eh bien, je m'attends √† ce que quelque chose arrive pour mettre ce troisi√®me pull en marche (voyez ?) et peut- √™tre que le service de gu√©rison du dimanche prochain, le matin, pourrait produire cela. Je ne sais pas. Je pense que ce que nous pouvons faire, c'est demander √† vos gens d'amener les malades. Eh bien, nous devons nous consacrer aux malades pendant un service de gu√©rison. Amenez vos malades, et amenez-les ici t√īt, le matin du dimanche prochain, disons vers huit heures ou huit heures trente, et nous permettrons qu'on leur donne une carte de pri√®re quand ils franchiront la porte, de quelque mani√®re que ce soit. Ensuite nous tiendrons une ligne de pri√®re et nous prierons pour les malades, et nous verrons ce que le Saint-Esprit fera. Je crois qu'Il fera des prodiges si nous croyons en Lui. Voyez ? Mais nous devons croire en Lui pour cela maintenant, de tout notre coeur.
Et je crois que le moment crucial est arriv√© o√Ļ Dieu, comme nous l'avons dit ce matin, nous a montr√© tant de choses, et nous a amen√© √† un certain‚Ķ jusqu'√† un [certain] niveau. Aller au-del√† de cette petite colline, c'est tout ce dont on a donc besoin ; ensuite, √ßa s'√©tend (voyez ?), √ßa continue comme cela. C'est la m√™me chose avec le discernement, c'est la m√™me chose avec la proph√©tie, pour observer‚Ķ

16 Je me tenais √† Calgary‚Ķ Je vous demande pardon ; c'√©tait dans la ville de la reine, l√† √† Regina, Regina. Et Ern Baxter se tenait l√† debout avec des gens de notre √©quipe. Le Seigneur m'avait parl√© juste ici √† l'estrade, disant : " Il arrivera un temps o√Ļ tu conna√ģtras les secrets m√™mes de leurs coeurs." Et c'est vrai. Et je ne m'√©tais jamais repr√©sent√© cela de cette fa√ßon-l√†. Je suis mont√© √† la chaire ce soir-l√† avec Ern et j'ai simplement commenc√© √† prier pour les malades. Et voici venir un homme, qui √©tait rest√© couch√© toute sa vie ; c'√©tait la premi√®re fois que cela arrivait ainsi, instantan√©ment, lors d'un service de gu√©rison. Eh bien, j'ai parcouru l'auditoire du regard, et voici que cela a commenc√© √† descendre sur l'auditoire et tout.

17 Oh, quand nous arriverons de l'autre c√īt√©‚Ķ J'ai observ√© et les choses que j'ai vues dans la vie des gens, la moiti√© n'en a pas encore √©t√© dite. Je n'en dis rien, je laisse simplement cela de c√īt√© (voyez), √† moins que je me sente vraiment oblig√© de dire quelque chose. Eh bien, je m'attends √† ce que la chose suivante commence comme cela (voyez ?) ; Dieu, √† Sa fa√ßon, est souverain pour commencer Cela en Son temps. Et ce sera - ce sera quelque chose d'autre qui d√©passera de loin toutes ces autres choses. Voyez ? Et je - je m'attends √† ce que cela arrive.
Et peut-être… Oh, je me suis dit : " Le dimanche prochain, je tiendrai peut-être un petit service de guérison. " Ensuite, le dimanche suivant, je serai probablement parti avec les enfants et les autres, car ils doivent retourner pour aller à l'école. Ensuite, le dimanche suivant, je… naturellement, je serai à Chicago, à la réunion qui se tiendra là-bas. Ensuite je reviendrai le lundi suivant pour repartir en - en Arizona le mardi, pour que les enfants retournent à l'école. Eh bien, qu'avez-vous découvert, pasteur ? [Frère Neville dit : "Bien, j'ai découvert quelque chose de très étrange." - N.D.E.] Bien. C'est très bien, maintenant nous voulons entendre cela. Ainsi donc, que le - le Seigneur vous bénisse tous, très, très richement. Et je - j'espère vous revoir ici le dimanche prochain. Et le mercredi soir…

18 Et √©coutez. N'oubliez pas ces petites √©glises, comme celle de fr√®re Ruddell, celle de fr√®re Jackson, celle de fr√®re Parnell, et toutes ces petites √©glises des fr√®res qui luttent durement l√†-bas. Voyez ? Et ils sentent que nous sommes leur - leur - leur √©glise soeur ici. Vous voyez ? Nous sommes en quelque sorte comme un petit groupe-m√®re pour eux. C'est ici qu'ils sont n√©s, ces pasteurs et que sais-je encore. Et ce jeune homme qui est l√† au fond, fr√®re‚Ķ je l'ai rencontr√© l'autre soir l√†-bas, Allen, le jeune fr√®re Allen. J'esp√®re que fr√®re Collins fera connaissance avec fr√®re Allen s'il ne le conna√ģt pas. Ils √©taient tous deux des ministres m√©thodistes et ils ont - ils ont vu la v√©rit√© de la Parole. En fait, la - l'organisation de l'Eglise m√©thodiste, laquelle constitue un groupe de braves gens, dans cette Eglise m√©thodiste‚Ķ Ne pensez jamais qu'ils ne le sont pas. Ils le sont. Il y a un bon nombre de braves gens dans cette Eglise catholique. Il y a un bon nombre de braves gens dans l'Eglise presbyt√©rienne. Et ces gens qui sont dans tous ces endroits l√†-bas, ce sont des hommes et des femmes qui attendent de voir cette Lumi√®re briller sur leur sentier. Continuez simplement √† faire briller la Lumi√®re dans l'humilit√© et dans la douceur.

19 Approchons-nous davantage de Dieu en nous humiliant. Voyez ? Ne l'oubliez pas, ce Tabernacle perdra sa force. Souvenez-vous que cet endroit est la cible sur laquelle Satan a braqué toutes les armes de l'enfer. Il amènera quelqu'un à faire quelque chose qui soit contraire à ce que quelqu'un d'autre pense. C'est ce qu'il fait. Il est occupé à cela. C'est ça son travail ; s'il peut amener quelqu'un à dire quelque chose, s'il peut amener une personne à parler de quelqu'un d'autre, disant : " Eh bien, écoutez, savez-vous ce qu'untel a fait ? " N'écoutez pas du tout cela. C'est le diable. Voyez, c'est Satan. Ne croyez pas cela. Si quelqu'un fait quelque chose de faux, priez pour lui.

20 Ne priez pas de fa√ßon √©go√Įste, disant : "Je - je sais que c'est mon devoir, je dois prier pour ce fr√®re." Vous devez prendre cela √† coeur, le faire r√©ellement de tout votre coeur pour cette soeur. Et parlez-lui et soyez vraiment doux, et ensuite, vous savez, vous le retrouvez de nouveau en service. Voyez ? Car apr√®s tout, nous nous dirigeons vers le coucher du soleil. Le Seigneur J√©sus viendra un de ces jours.

21 Et vous savez, cela… je pense que ce sera si soudain et si - si simple que cent pour… même un pour cent du monde entier ne saura pas quand cet Enlèvement aura lieu. Cela se fera si discrètement que personne ne saura rien à ce sujet. Voyez ? Et ce sera… Naturellement, les petits groupes diront : "Eh bien, un tel…"
" Oh ! on dit qu'il y a une bande de fanatiques là-bas, dit-on, un groupe a disparu de là-bas, et ils… Ce n'est pas vrai. Ils sont partis quelque part. Voyez ? Nous avons eu ce fanatisme. Voyez ?"
"Bon, bon, on dit que beaucoup de membres de ce petit tabernacle de la ville de Jeffersonville ont disparu." Voyez, ils rejettent cela. Ils diront : " Ce n'est pas vrai. " Vous voyez, comme cela.

22 Et ce sera passé, mais ils ne le sauront pas. Ils viendront d'un bout à l'autre du pays, ceux qui sont morts en Christ, ils ressusciteront premièrement. L'enlèvement aura lieu; l'Eglise sera emmenée à la Maison. Et ensuite, il y aura la tribulation et, oh ! la la ! nous ne voulons pas être ici en ce temps-là. Je ne veux pas être ici pendant la tribulation. Non. Que Dieu nous garde afin qu'aucun de nous ne soit là pendant cette période-là. En effet, "que celui qui est souillé se souille encore, que celui qui est saint se sanctifie encore, que le juste pratique encore la justice. "

23 Il n'y a pas … L'Agneau était venu avec Son livre de la rédemption, et l'Epouse a été enlevée ; ceux qui ont rejeté cela devront passer par une période de tribulation, à la fois les Juifs et les Gentils. Quel temps de tribulation! Je n'en veux pas. "Seigneur, sanctifie-moi maintenant." Celle-ci est une bonne doctrine nazaréenne, n'est-ce pas ? Et elle est aussi la vérité. C'est vrai. C'est juste.

24 "Remplis-moi maintenant de Ton Saint-Esprit, Seigneur. Enlève de moi toute mondanité maintenant, Seigneur. Ne… ?… C'est comme - comme le vieux frère de couleur l'a dit : "Monsieur, j'ai mon billet en main. Il est déjà poinçonné. Et quand j'arriverai à la rivière ce matin-là, je ne veux pas avoir des ennuis." Ainsi, c'est vraiment la vérité. Je - je ne veux pas avoir des ennuis. Tenez votre billet à la main, car nous allons traverser. Pensez-y, le glorieux moment de la rédemption est proche !

25 Et maintenant, autre chose. Frère... Quel est le nom du frère de l'Utica ? Je pense que c'est frère Graham, et un autre frère de là qui est pasteur là-bas, frère Shanks, ou un nom semblable, ou Sink. [Frère Neville dit : "Frère Snelling." - N.D.E.] Frère Snelling est pasteur titulaire. Frère Snelling, c'est lui le pasteur à Utica maintenant. Je pense que leur réunion de prière, c'est le… ["jeudi soir."] Jeudi soir. Eh bien, vous savez, ce serait très bien si nous allions là-bas le jeudi soir et communiions un peu avec ces amis. Voyez ? Ensuite, quand le frère Jackson tiendra la sienne, si nous prenions un petit groupe de gens parmi nous et que nous allions… Continuez simplement à prier, continuez à creuser. Oui, ne vous arrêtez pas. C'est juste comme Elie quand il avait parlé aux gens, disant : "Creusez des fosses là."

26 Lorsqu'en continuant √† creuser vous entendez une vieille petite bo√ģte en fer dire : " Je suis tr√®s fatigu√©e ", jetez-la et continuez √† creuser. Voyez ? Continuez simplement √† creuser, car il nous faut creuser. Il nous faut simplement creuser, c'est tout. En effet, si vous - si vous voulez √©chapper √† la tribulation, vous ferez mieux de commencer √† creuser.

27 Eh bien, en ce qui me concerne, là, je me prêche. Je vais me mettre à creuser plus profondément qu'auparavant. Car j'ai comme l'impression que dans cette nation et partout dans le monde, ce ministère sera encore… comme il est connu maintenant presque partout dans le monde. Je - je dois repartir. Ma femme m'a dit… L'autre matin, j'ai dit : "J'aimerais que tu m'accompagnes quand je partirai. Je partirai vers le mois de janvier, le Seigneur voulant. Je désire effectuer un tour du monde complet, [aller] partout, et puis retourner pour tenir peut-être des réunions aux Etats-Unis, vers l'été prochain. "
Et elle a dit : "Je suis trop vieille pour y aller."
"Eh bien, ai-je dit, j'étais parti quand je… Mon dernier voyage d'outre-mer a eu lieu il y a environ huit ans, et je sens que je suis en meilleure forme maintenant que je ne l'étais il y a huit ans pour y aller. Voyez ? Je connais plus à ce sujet maintenant. "
Et ensuite, nous en sommes arrivés au sujet : "Si le Seigneur dit : 'Je vais t'accorder vingt-cinq ans. Tu ne vas pas t'affaiblir. Tu pourras partir, et Je vais t'accorder vingt-cinq ans sur la terre', choisiras-tu [la période qui va ] de - de la naissance jusqu'à vingt-cinq ans ou de vingt-cinq ans à cinquante ans, de cinquante ans à soixante quinze ans, ou de soixante quinze à cent ans ?"

28 Eh bien, tout homme √† qui un temps est imparti sur la terre, ferait certainement la chose la plus irr√©fl√©chie s'il ne passait pas ce temps au service de Dieu, peu m'importe ce qu'il fait. Maintenant, si vous allez devenir un bourreau de coeur pour les femmes ou autre, vous ferez mieux de choisir ce jeune √Ęge, ces vingt-cinq premi√®res ann√©es. Voyez ? Si vous allez devenir un charpentier, un m√©canicien ou autre, vous ferez mieux de choisir la deuxi√®me √©tape de vingt-cinq ans. Voyez ? Alors je me disais : "Qu'en est-il de moi, quelle √©tape choisirais-je ? Je choisirais de soixante-quinze √† cent ans. Je serais plus intelligent, plus sage. Je serais plus stable. Je conna√ģtrais plus au sujet de ce que je suis en train de faire. "

29 Je suis de dix, de huit ou plut√īt de dix ans plus √Ęg√© que quand je suis all√© outre-mer. Je n'y saute pas comme si je tuais des serpents. Je connais plus √† ce sujet. Voyez ? Je sais comment m'y prendre. C'est simplement comme un chien qui attaque un raton laveur (voyez ?); vous savez comment l'attraper. Ne vous pr√©cipitez pas l√†, il va vous griffer. Voyez ? Vous devez conna√ģtre ses astuces et observer ce qu'il fait. Et nous apprenons plus au sujet de l'ennemi. Nous devons d√©couvrir toutes ses tactiques, comment il s'approche, ce qu'il fait, et apprendre ses coups de poing ; ensuite, nous nous exer√ßons √† l'attaquer. Vous voyez ?

30 " Ainsi, je crois maintenant, ai-je dit √† ma femme, je crois que je suis en meilleure forme maintenant que quand j'avais quarante ans et que j'√©tais parti [outre-mer]." Voyez ? Et j'ai cinquante quatre ans. Je crois que si je vis et que je peux toujours aller d'un endroit √† un autre comme je le peux maintenant, quand j'aurai cent ans, si je‚Ķ si J√©sus tardait assez, je serais alors en meilleure forme que je le suis maintenant pour y aller. Voyez ? Car vous savez plus √† ce sujet; vous savez plus au sujet de ce qu'il faut faire, et comment s'y prendre, comment ma√ģtriser la situation.
Prenez donc le cas de beaucoup de gens; s'il leur faut subir une op√©ration chirurgicale‚Ķ Si on dit : " C'est un nouveau m√©decin, il a obtenu son dipl√īme d'universit√© l'autre jour, il est sorti r√©cemment de la facult√© de m√©decine, il n'a jamais fait une op√©ration, c'est lui qui va vous op√©rer."
Vous direz : "Oh ! non, pas question ! Pas ce type-l√†. Non non. Non, tout de m√™me. Je ne veux pas qu'il mette un bistouri sur moi. Eh bien, j'aimerais aller l√†-bas chercher Untel. J'ai appris qu'il a d√©j√† op√©r√© beaucoup de personnes. Il s'y conna√ģt." C'est cela. Vous voyez ?
C'est √ßa. Vous vous pr√©occupez de ceci, mais qu'en est-il de cette √Ęme ? Moi, j'aimerais quelqu'un qui sait o√Ļ il se tient, qui conna√ģt la route, et qui l'a d√©j√† parcourue. Oui, certainement. Que le Seigneur vous b√©nisse. √áa va, Fr√®re Neville, montez ici maintenant. Et que Dieu b√©nisse fr√®re Neville.

31 N'oubliez donc pas, le dimanche prochain. [Frère Neville parle de frère Branham et de frère Vayle pendant une minute, puis il dit : "Et j'ai le plaisir de recevoir les ministres de Dieu, surtout ceux qui collaborent et soutiennent Ceci, et qui Y sont impliqués avec nous. J'ai le plaisir de les entendre." - N.D.E.] Amen. ["Ainsi, j'ai demandé au docteur Lee Vayle, j'ai dit : 'Aimeriez-vous prêcher si frère Branham ne le faisait pas ? Et frère Branham n'a pas prêché. Peut-être qu'il le savait."] Non, je ne le savais pas, sinon je n'aurais même pas parlé si longtemps.
[Fr√®re Neville dit : "C'est ainsi que j'ai demand√© au fr√®re Vayle, ce soir, de nous pr√™cher au cas o√Ļ fr√®re Branham ne le faisait pas. En effet, il s'est associ√© avec lui dans les r√©unions, et il conna√ģt la Voie, cette Voie. Et nous sommes heureux d'avoir fr√®re Vayle. Je l'appr√©cie et je le respecte comme je le fais pour n'importe quel autre ministre, et comme je le fais pour tous les autres. S'il veut donc venir nous parler ce soir, je serais tr√®s ravi de le voir faire cela." - N.D.E.] Amen. ["Que Dieu le b√©nisse ; et prions pour le fr√®re Vayle. Quelques-uns d'entre vous ne l'ont jamais entendu, et j'esp√®re que vous allez prier pour lui."] Oui. Je ne devrais pas prendre tout son temps. Je demande pardon √† l'auditoire. Pendant que j'√©tais l√†, je ne savais pas qu'il - que ceci √©tait d√©j√† arrang√©. Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re Vayle. [Fr√®re Lee Vayle dit : "Ce n'√©tait pas arrang√©. Il a dit : " Au cas o√Ļ vous ne pr√™chiez pas. Et voil√† que vous √™tes venu. " Fr√®re Branham et l'assembl√©e rient - N.D.E.] C'est bien, √ßa va. Je dois l'√©couter moi-m√™me. Fr√®re Vayle a pr√™ch√© bien des fois avant moi dans les r√©unions, et - et √† d'autres occasions. Il a dirig√© les r√©unions pendant longtemps, c'est un bon fr√®re, il a fait un travail magnifique. Et je suis s√Ľr que cet auditoire est toujours content d'entendre fr√®re Vayle lorsqu'il pr√™che. Que le Seigneur b√©nisse fr√®re Vayle. [Fr√®re Vayle pr√™che pendant soixante-dix minutes sur Marc 16 : 15-20 et sur d'autres Ecritures, un sermon intitul√© Pourquoi Marc 16 n'a-t-il pas produit des effets? Et comment faire en sorte qu'Il produise des effets, conform√©ment aux Ecritures. - N.D.E.]
Il y a tellement de choses qui ont été dites que je - je - je ne peux rien dire pour améliorer cela. Et je crois vraiment que c'était le Seigneur qui a arrangé les choses pour que frère Vayle apporte ce message cet après-midi. En effet, vous voyez, il doit en être ainsi. Nous - nous acceptons cela comme venant de Dieu. Ce que… Il a dit tant de choses, je - je - j'ai ici dans mes notes vingt sermons tirés directement de ce qu'il a dit.

32 Je pensais ici √† une petite illustration pour soutenir ce qu'il a dit. Maintenant, nous regardons √† cette montre pour savoir l'heure qu'il est. Si toutes les pi√®ces de cette montre ne sont pas coordonn√©es les unes avec les autres, nous ne conna√ģtrons jamais l'heure exacte. Est-ce vrai ? Et nous devons nous mettre tous ensemble, si nous voulons voir le Troisi√®me Pull faire r√©ellement quelque chose pour Dieu, et nous devons √™tre tous coordonn√©s ensemble, nous humilier devant Dieu, confesser nos torts, prier, et croire en Dieu pour ces choses.

33 Je crois vraiment que ce que frère Vayle a dit est la vérité, que Dieu ne mettra jamais Son Esprit dans un temple impie, injuste et désobéissant. Non, Il doit venir si nos coeurs sont lavés de toute fraude et de toute iniquité, afin que nous soyons purs devant Dieu, et qu'Il laisse Son Saint-Esprit pur agir en nous pour accomplir ces choses.

34 Je - je pense que… Lorsque vous rentrerez chez vous ce soir, veuillez lire ce petit livre de Jude; vous apprendrez beaucoup sur ce que frère Vayle a dit. Et Il a dit : "Je combats pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes." Les gens s'en étaient éloignés. Ces gens à l'esprit corrompu et tout s'étaient introduits là et avaient éloigné les gens des - des choses réelles de Dieu par la séduction. Et Dieu ne peut agir que lorsque nous Le laissons agir.

35 Il y a tant de merveilleuses choses √† dire au sujet de‚Ķ Vous savez, les gens sont - d√©sirent la puissance, et ils ne savent vraiment pas ce que c'est que la puissance. Voyez ? Ils - ils ne connaissent vraiment pas ce qui - ce qui - ce qui va de pair avec cela. Pour - pour monter, il faut toujours descendre. Si vous voulez la puissance, voyez combien vous pouvez vous humilier. D√©barrassez-vous simplement de toutes vos pens√©es mondaines, et humiliez-vous devant Dieu, et vous aurez alors plus de puissance que l'homme qui court √† travers tout le b√Ętiment et qui fait beaucoup de bruit (voyez ?) ; en effet, vous avez √©t√© capable de vous ma√ģtriser et vous avez pu vous abandonner √† Christ (vous-voyez ?) en vous humiliant devant Lui. C'est cela r√©ellement la puissance.

36 Montrez-moi une église qui est humble, vraiment humble, pas une - une église arrogante, simplement une église humble et douce, et je vous montrerai une église qui a en elle la puissance de Dieu et qui jouit de Sa faveur. C'est vrai. C'est ce qu'il faut, l'humilité ; nous humilier devant Dieu, et laisser simplement Dieu travailler au travers de nous. On n'a pas besoin de faire beaucoup de bruit. Vous… Parfois, c'est comme l'a dit ce fermier : il est allé au champ avec son chariot, et chaque fois que celui-ci heurtait une bosse, ça faisait du bruit et il continuait. Mais à son retour, il heurtait la même bosse et le chariot ne faisait pas de bruit du tout, car il était chargé de bonnes choses.

37 Ainsi, je pense que cela est tout √† fait vrai (voyez ?), que nous soyons remplis de bonnes choses de Dieu, afin que les fruits de l'Esprit soient manifest√©s au travers de nous. Il s'est beaucoup r√©f√©r√© √† I Corinthiens 13, qui dit : "Quand je livrerais m√™me mon corps pour √™tre br√Ľl√©, et que j'aurais toutes ces choses, si je n'ai pas l'amour, c'est rien ; cela ne me sert de rien." Vous voyez ? C'est ce que nous voulons. Avant toutes choses, nous sommes responsables de nos propres √Ęmes devant Dieu. Voyez ?

38 Ce - c'est vous qui allez au ciel. La question n'est pas de savoir si moi je vais, ou si l'autre part. C'est vous qui allez (voyez-vous ?), et c'est vous premi√®rement. Et vous devez faire attention √† ceci et venir avec douceur devant le Seigneur. Et j'ai toujours constat√© que l'homme qui s'humilie, c'est l'homme que Dieu √©l√®ve. Consid√©rez une personne qui bombe le torse, qui conna√ģt tout, et √† qui vous ne pouvez rien dire, qui est arrogante, et - et, eh bien, cette - cette personne n'arrive nulle part. Mais consid√©rez la personne qui s'humilie et qui marche dans la douceur...

39 L'autre jour, je parlais avec un homme qui est en train d'organiser une √©glise l√† √†‚Ķ Il est sorti d'une organisation o√Ļ il y avait eu un‚Ķ Et, eh bien, il s'agit de fr√®re Boze ; ils avaient cette √©glise o√Ļ‚Ķ Ils avaient cette grande √©glise l√†-bas depuis tr√®s longtemps, et le Seigneur les b√©nissait. Puis, les gens sont arriv√©s au point o√Ļ ils ont voulu √™tre raffin√©s comme les autres et plonger l'√©glise dans une organisation. Et alors, ils ont plong√©‚Ķ Ces chr√©tiens humbles qui √©taient membres de cette √©glise-l√† n'ont pas voulu de cela. Toute leur vie, ils ont re√ßu un enseignement qui s'opposait √† cela, et ils ont donc quitt√© cette √©glise-l√†.

40 Maintenant, ils ont eu un groupe, et le Seigneur les a b√©nis au point que maintenant, ils ont de nouveau un grand b√Ętiment, une √©glise, (et) pouvant asseoir environ quatre √† cinq mille personnes, et ils ont pris un nouveau d√©part. Et l'autre jour, ils sont venus me voir et ils ont dit : " Fr√®re Branham‚Ķ " J'√©tais assis l√† au bureau, au bureau de l'√©glise, il a dit‚Ķ L'un des conducteurs, fr√®re Carlson, et les autres ont dit : "Que devons-nous faire ?"

41 J'ai dit : "Prenez pour berger un homme qui n'est pas connu de toutes les d√©nominations, qui est tout simplement un tr√®s bon fr√®re, authentique, doux et humble, et qui vit la vie. Dieu prendra soin du reste. Voyez ? " J'ai continu√© : "Un bon pasteur qui pa√ģtra simplement les brebis, et qui sera humble et tout. Dieu fera le reste. Si vous‚Ķ Pas un grand monsieur je-sais-tout qui viendra l√†, qui mettra telle et telle chose en ordre, qui dira : 'Ceci doit √™tre comme √ßa,' et qui mettra les choses en pi√®ces."
J'ai dit : "Cela ne marchera jamais. Vous devez simplement‚Ķ " C'est cela, tous les membres de l'√©glise doivent travailler ensemble. Et vous devez continuer √† jouer votre r√īle. Nous voyons donc le temps dans lequel nous vivons. Nous sommes peut-√™tre plus proches que nous le pensons.

42 Eh bien, nous appr√©cions fr√®re Vayle. N'est-ce pas ? [L'assembl√©e dit : "Amen." - N.D.E.] Que le Seigneur vous b√©nisse, Fr√®re Vayle. Merci. Et nous remercions le Seigneur pour ce merveilleux message qui nous a √©t√© apport√© ce soir. Et ceci‚Ķ J'ai pris des notes il y a quelques minutes. L'une des soeurs voulait dire quelque chose qu'elle a vu dans un songe. Veuillez m'√©crire cela soeur. Je vais - je suis‚Ķ Le Seigneur lui a donn√© des songes qui ont √©t√© tout √† fait vrais. Nous n'acceptons pas tous les songes. Non non. Mais quand ils viennent de Dieu, nous voulons √™tre s√Ľrs que c'est Dieu qui nous parle.

43 Par exemple, nous ne croyons pas dans tout parler en langues; mais quand l'interprétation vient, et qu'elle nous annonce qu'une chose va arriver, quand nous voyons la chose se produire, alors nous remercions le Seigneur pour cela. Voyez ? Nous voulons que les choses marchent toujours en harmonie, en douceur, et dans l'ordre du Seigneur.
Ainsi, rappelez-vous que vous pouvez jouer le r√īle du ressort principal, ou peut-√™tre celui de la petite - de la petite aiguille ou d'une petite pi√®ce, [le r√īle] de la tige du remontoir, peu importe ce que c'est ; ou il se peut que √ßa soit le r√īle des aiguilles sur le cadran d'une montre, qui indiquent l'heure. Mais quelle que soit la partie, il nous faut tous travailler ensemble en harmonie avec l'Evangile de J√©sus-Christ pour faire que Cela s'accomplisse.

44 Pensez-y. Si les dons sont tr√®s importants, ce que nous appelons puissance‚Ķ Et Paul a dit : "Quand j'aurais m√™me la foi jusqu'√† transporter une montagne, si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien." Pensez-y. Et m√™me si vous dites : "Eh bien, quand je - j'aurais la connaissance‚Ķ J'aurais bien voulu conna√ģtre la Bible."
"Quand j'aurais la science de tous les mystères de Dieu (voyez ?), et quand j'aurais ces choses, si je n'ai pas l'amour, je - je ne suis rien. Voyez, je ne suis encore nulle part." Voyez ? La chose essentielle, c'est aimer Dieu et s'humilier avec cela.

45 Eh bien, certainement qu'apr√®s toutes ces ann√©es [pass√©es] dans le champ missionnaire et autour du monde, et ayant vu diff√©rents peuples, je devrais un peu conna√ģtre la porte par o√Ļ entrer. Et si vous voulez arriver quelque part avec Dieu, ne laissez jamais un esprit arrogant venir sur vous. Ne laissez aucune malice entrer. Peu importe ce qu'une personne a fait, si elle est dans l'erreur, ne d√©veloppez jamais un complexe contre cette personne. Voyez ? Soyez doux et gentil. Rappelez-vous, Dieu vous a aim√© quand vous √©tiez dans le p√™ch√©. Et si l'Esprit de Dieu est en vous, vous aimerez l'autre personne quand bien m√™me elle est en erreur. Voyez ? Priez simplement pour elle et aimez-vous les uns les autres. Par-dessus toutes choses, aimez Dieu et aimez-vous les uns les autres. Et soyez humbles avec Dieu et soyez humbles les uns envers les autres, et Dieu b√©nira cela; c'est difficile de dire ce qu'Il fera.

46 G√©n√©ralement, lorsqu'une √©glise commence √† cro√ģtre en nombre et qu'elle devient un peu plus grande ou quelque chose de ce genre, alors les gens s'√©loignent de la chose v√©ritable, la chose v√©ritable. Savez-vous ce qui a fait que ces choses s'accomplissent, au d√©but de mon minist√®re, lorsque le Seigneur m'est apparu l√† √† la rivi√®re et qu'Il m'a dit ces choses? Et fr√®re Vayle avait vu cela, je crois, dans un journal au Canada, il y a beaucoup d'ann√©es, concernant cet Ange du Seigneur qui m'est apparu l√†-bas √† la rivi√®re, cela avait paru dans l'Associated Press.. Il y √©tait dit : "Une Lumi√®re myst√©rieuse [appara√ģt] au-dessus d'un pr√©dicateur local, pendant qu'il baptisait."

47 Et - et en savez-vous la cause ? Quand nous avons tenu une s√©rie de r√©unions sous la tente de l'autre c√īt√© de la rue, une tente qui avait une capacit√© oh ! d'environ deux mille cinq cents personnes, des ministres venaient de partout et disaient : "Fr√®re, venez ici une minute." Je n'√©tais qu'un gamin, oh ! je n'√©tais qu'un enfant. Et ils me demandaient : "Comment maintiens-tu ces gens dans une telle harmonie ? Ils s'aiment les uns les autres au point qu'ils‚Ķ Je n'ai jamais vu des gens s'aimer les uns les autres [comme cela].

48 C'est le Seigneur [qui fait cela.] C'est sur cela que cette √©glise a √©t√© √©tablie, cet amour divin, cet amour fraternel les uns pour les autres. Je n'arrive m√™me pas √† leur serrer la main, en quittant un endroit, et nous pleurons comme des enfants en nous s√©parant les uns les autres. Ils s'aiment bien les uns les autres. Et je pouvais aller dans leurs maisons pour leur rendre visite ; et parfois la Bible √©tait ouverte et tach√©e de larmes. J'arrivais chez eux la nuit, au moment o√Ļ les p√®res et les m√®res se r√©unissaient ; et leurs petits enfants se mettaient l√† sur le plancher, √† genoux ; et ces p√®res et ces m√®res √©taient √† genoux, criant [√† Dieu] et priant. Et je me tenais √† la porte et j'attendais pendant longtemps. Ils n'arr√™taient pas de prier, et je m'asseyais sur les marches et commen√ßais √† prier moi aussi, les attendant. Vous voyez ? Et cela - c'√©tait ainsi. Ils s'aimaient les uns les autres. Ils s'aimaient les uns les autres.
Nous nous tenions debout et chantions ce vieux chant : Béni soit le lien
Qui unit nos coeurs dans l'amour chrétien;
La communion des √Ęmes soeurs
C'est comme là au ciel
Quand nous nous séparons,
Cela nous cause la peine;
Mais nous serons toujours unis de coeur
Espérant nous revoir.
Je dis ceci avec une grande joie dans mon coeur pour Christ, en disant; beaucoup d'entre eux dorment dans ces tombes qui portent des inscriptions ce soir, attendant la grande r√©surrection o√Ļ nous nous rencontrerons encore.
Ne laissez jamais cet Esprit quitter cet endroit. Si jamais cela arrivait, alors, peu m'importe combien votre pasteur peut être éloquent, combien il peut bien apporter la Parole de Dieu, l'Esprit de Dieu sera attristé et quittera cet endroit. Voyez ?

49 Si nous pouvons avoir toutes choses dans la communion, en commun et dans un amour mutuel, alors Dieu travaillera parmi nous. Et nous attendons de voir le moment o√Ļ les gens viendront et diront : "Si vous voulez voir une √©glise qui est vraiment humble, une √©glise qui aime vraiment Dieu, entrez une fois l√† dans ce tabernacle et observez. Regardez comment ils prennent soin les uns des autres, le respect ; et quand l'Evangile est pr√™ch√©, comme ils sont r√©v√©rencieux, comme tout est en ordre !" C'est‚Ķ

50 Alors, ils peuvent regarder et voir le temps dans lequel nous vivons. Vous verrez l'Esprit de Dieu se mouvoir parmi vous, des grands miracles, des prodiges et autres s'accompliront. Si les pi√®ces marchent dans l'harmonie, cela indique l'heure. Mais si ce n'est pas le cas, alors la montre s'arr√™tera, elle n'indiquera plus l'heure. Si nous voulons donc conna√ģtre le temps dans lequel nous vivons, laissez simplement tout le monde commencer √† travailler ensemble dans l'Evangile, √† s'aimer les uns les autres, √† aimer Dieu, et les aiguilles indiqueront d'elles-m√™mes l'heure dans laquelle nous vivons. Croyez-vous cela ? Assur√©ment. Amen.

51 Que le Seigneur vous bénisse très richement. Maintenant, ne l'oubliez pas ; soyez là cette semaine. Et si vous connaissez des malades qui viennent, lorsqu'ils viendront, parlez-leur et dites-leur : " Bien-aimé, je veux vous demander quelque chose. Nous aurons la prière pour les malades le dimanche matin là au Tabernacle. Et vous êtes malade depuis quelque temps, maintenant je veux… "
" Eh bien, je veux y aller. J'ai toujours désiré y aller."

52 " Eh bien, le dimanche soir, je venais d'entendre un message prêché par un frère là-bas, comme quoi nous devons confesser nos péchés les uns aux autres ; prier les uns pour les autres, afin que nous soyons guéris (Jacques 5 :14, 13, 14, 15, voyez ?), nous devons confesser nos péchés les uns aux autres avant même que nous venions pour la guérison. Oui. Confesser nos fautes les uns aux autres, et prier les uns pour les autres." Voyez ? Voyez, c'est exactement de cela qu'il parlait ce soir, il conciliait les béatitudes avec Marc 16. Quand vous mettez cela ensemble, vous avez la chose, alors les guérisons se produisent.

53 Considérez Jésus, Il n'était rien d'autre que l'amour. Voyez ? Il était Dieu manifesté. Il… Dieu S'est exprimé à travers Lui ; il n'est pas étonnant que des miracles et autres se soient accomplis. Sa vie humble et consacrée pour quitter - à… de Dieu qu'Il était et devenir un homme ici sur terre pour exprimer Dieu au travers de Lui-même, c'est ce qui a fait de Lui ce qu'Il était. Voici ce que j'ai toujours dit : " Pour moi, ce qui faisait de Jésus Dieu, c'était la façon dont Il S'est humilié. Il était si grand; et cependant Il pouvait devenir si petit. " Voyez ? C'est vrai.
Que le Seigneur vous bénisse vraiment. Maintenant, levons-nous. Et - et pour le congédiement, essayons simplement ce cantique (peut-être que vous ne le connaissez pas, soeur), le cantique "Béni soit le lien qui unit." Chantons cela une fois, le voulez-vous? Donnez-nous l'accord. Béni soit le lien qui unit
Nos coeurs dans l'amour chrétien ;
La communion des √Ęmes soeurs
C'est comme là au ciel.

54 Maintenant, pendant que nous chantons ce dernier couplet "Quand nous nous séparons", tenons-nous les mains les uns les autres et disons simplement : "Que Dieu vous bénisse, frère, soeur. Je suis très heureux d'être ici avec vous ce soir." Voyez, quelque chose de ce genre, ensuite retournez-vous donc. Chantons cela maintenant. Quand nous nous séparons… (Dieu vous bénisse, Frère Neville.) Cela nous cause la peine;
Mais nous serons toujours unis dans nos coeurs
Et nous espérons nous revoir.
Combien nous aimons le Seigneur Jésus. N'est-ce pas ? Combien… Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons !
Jusqu'à ce que nous rencontrerons aux pieds de Jésus (jusqu'à ce que nous nous rencontrerons) ;
Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons ! Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons !
Dieu soit avec vous jusqu'à ce que nous nous rencontrerons encore !
Fermons les yeux et chantons simplement cela en Esprit maintenant. Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons ! Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons !
Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons aux pieds de Jésus ;
Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons ! Jusqu'à ce que nous nous rencontrerons !
Dieu soit avec vous jusqu'à ce que nous nous rencontrerons encore!

55 Maintenant, avec nos têtes inclinées… Nous ne sommes que des enfants, des enfants de Dieu. Les enfants de Dieu. Fredonnons cela. [Frère Branham et l'assemblée commencent à fredonner "Dieu soit avec vous." - N.D.E.] Oh ! combien cela nous amène l'Esprit de Dieu ! Pouvez-vous penser aux premiers jours quand les gens s'asseyaient sur les dalles de pierre ?
Dieu soit avec vous jusqu'à ce que nous nous rencontrerons de nouveau !
Avec nos têtes inclinées, je vais demander au frère Allen là au fond, c'est un nouveau frère parmi nous, de bien vouloir nous congédier par un mot de prière. Frère Allen…

EN HAUT