ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Que ferai-je de Jésus appelé Christ? de William Branham a été prêchée 63-1124M La durée est de: 2 hours and 16 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Que ferai-je de Jésus appelé Christ?

1 Que le Seigneur vous bénisse, Frère Vayle… Bonjour, mes amis [l'assemblée dit : Bonjour, frère Branham. - N.D.E.] Je suis toujours en retard. Billy me disait que j'avais ce matin - j'avais environ trente entretiens individuelles, et j'en ai eu deux, ainsi… Je pense deux ou trois. Je ne peux donc pas prendre tout le monde. Vous savez, les gens attendent, et ça fait des mois et des mois qu'ils sont sur la liste d'attente. Et le Seigneur a accompli de grandes choses là. Oh, Il est - Il est notre Dieu[" Amen. "], n'est-ce pas ?

2 Bon, je suis s√Ľr que ce matin, nous sommes tous au courant d'un √©v√©nement tr√®s malheureux, qui est arriv√© √† cette nation, il s'agit de la disparition de notre pr√©sident, monsieur Kennedy. Quoique je sois en d√©saccord avec l'homme sur sa politique et sa religion, mais n√©anmoins il ne m√©rite pas une telle mort. Non. Et laisser ces petits enfants, sans papa. Et une m√®re qui est‚Ķ Madame Kennedy, quoique je sois certainement en d√©saccord avec elle sur ses mani√®res, et peut-√™tre des choses‚Ķ Mais, rappelez-vous, elle est une m√®re. Elle a simplement perdu ses enfants, elle a perdu son mari. Et ce dernier est tomb√© juste sur ses genoux, et le sang de son propre mari s'est r√©pandu sur ses genoux. C'est horrible.

3 Avez-vous d√©j√† pens√©‚Ķ Parfois, nous nous disons que c'est elle qui donne le ton dans la nation, pour la mode et autres. √áa peut √™tre aussi vrai. Mais savez-vous que madame Kennedy n'a jamais entendu l'un de ces messages que je pr√™che √† ce sujet ? Peut-√™tre que si elle en avait entendu un, elle pourrait agir autrement. Et certaines de nos soeurs qui entendent cela, et cependant elles ne veulent pas √™tre √† la hauteur de cela. Voyez, voyez, voyez ? Elle a √©t√© √©lev√©e dans la foi catholique ; c'est tout ce qu'elle sait. Il n'y a rien contre cela (voyez ?), elle‚Ķ C'est un syst√®me. Je n'ai rien contre les gens, les catholiques, c'est un syst√®me, le syst√®me catholique, juste comme le syst√®me presbyt√©rien, m√©thodiste, ou tout autre (voyez ?), ou le syst√®me pentec√ītiste, ou n'importe lequel. C'est le syst√®me, pas les gens.

4 Monsieur Kennedy, à mon avis, a fait du - du bon travail en tant que président. Et j'ai de la compassion pour sa femme. Et je regrette vraiment à ce sujet, que même notre propre pays puisse, des voyous et autres dans notre pays, fasse pareille chose.

5 Si vous ne pouvez pas être en désaccord avec quelqu'un, bien, et que vous avez votre propre position et… ce n'est pas une raison de tuer l'autre, à cause de telles choses. Et ces petits enfants le savent, ils ont dit… Un petit garçon a dit : "Maintenant, je n'ai personne avec qui jouer, papa est mort. " Voyez ? J'ai toujours pensé que tel sera mon sort, un jour. Bien des fois, cela a failli, comme vous le savez. On a tiré sur moi… à l'étranger, quand on devait placer les gardes du corps tout autour de moi pour empêcher qu'on ne me tire à distance.

6 Si donc un homme meurt comme cela… Mais c'est ça le - le prix qui a été payé, cela va avec la gloire pour diverses choses. Voyez ? Je pense que nous atteignons en moyenne chaque quatrième président, un sur quatre, est assassiné. Et je regrette beaucoup cela. C'est une honte que nous ayons en Amérique pareille personne qui peut faire une telle chose.

7 Et maintenant, cependant, comme je l'ai dit, je - j'étais en désaccord avec lui sur sa politique. Je suis… je ne - je n'étais pas d'accord avec lui sur sa conception, ce qu'il essayait de faire. Mais vous voyez, c'est un autre homme. Et je n'acceptais pas son système de religion. Je - je n'acceptais certainement pas cela. Mais cependant, il - il a grandi comme ça. C'est - c'est ce qu'il y avait. Comme je l'ai dit, peut-être que s'il avait entendu autre chose, ça aurait été différent.

8 Nous avons une - une pratique ici, chaque fois que l'un de nous meurt ou quelque chose comme cela, quand bien même là… Je pense qu'en tant que - qu'en tant qu'église américaine, en tant que groupe des Américains… Le peuple américain avait voté pour monsieur Kennedy comme président. Et c'était… C'est pourquoi nous sommes une démocratie. Je n'avais pas voté pour monsieur Kennedy. J'avais voté pour monsieur Nixon, parce que je connaissais personnellement monsieur Nixon. Et je - je l'aimais et je - et j'avais voté pour lui, personnellement, parce que je l'aimais. Mais les gens de ce pays (les Américains), mes compatriotes, avaient voté pour monsieur Kennedy. Et ce qu'ils ont fait, eh bien, c'est entre eux et Dieu, mais c'est ça.

9 Mais je pense qu'à cause de cette mère, un être humain, une mère des enfants, madame Kennedy, ne pourrions-nous pas nous tenir debout un moment pour un mot de prière en sa faveur ?

10 Seigneur Jésus, nous, des êtres humains, nous avons la compassion les uns des autres. Et nous regrettons, Seigneur, que notre président ait été abattu comme cela, dans un meurtre froidement commis. Et nous regrettons vraiment que notre pays en soit arrivé à ce point-là : qu'il y ait des gens comme cela dans notre pays, qui tuent un être humain dans un meurtre froidement commis, comme on a tiré sur ce jeune frère de couleur il n'y a pas longtemps, et on l'a tout bonnement abattu dans un meurtre froidement commis, pour des raisons de race.

11 Et nous regrettons vraiment que de telles gens existent parmi nous, Seigneur. Nous… C'est notre faiblesse qui est à la base de cela. Et nous prions pour madame Kennedy, la femme de ce - de ce président. Et nous savons que ces petits enfants regardent leur - leur père, qui les avait laissés quelques jours auparavant, un homme heureux, il se battait, il jouait avec eux par terre. Et maintenant, ils n'ont plus de père. Et pour cette femme que… sa femme, qu'il - son propre mari est tombé juste sur ses genoux et son sang a coulé sur sa robe. Elle tenait son enfant…

12 Et cependant, Seigneur, nous pouvons penser que cette femme est dans l'erreur, comme c'est elle qui donne le ton dans le pays par son habillement et autres, mais cela - cela peut √™tre pour le peuple am√©ricain dans l'ensemble. Ils‚Ķ C'est ce qu'ils veulent. Ainsi, nous - nous prions pour elle ce matin, que Tu lui viennes en aide. Et puisse-t-il y avoir un moment dans ce grand deuil, o√Ļ elle trouvera ce qu'est la V√©rit√© : J√©sus-Christ. Accorde-le, Seigneur, Toi le Seul √† pouvoir donner la paix et la consolation en temps de d√©tresse.

13 Et viens-nous en aide, Seigneur, pour continuer √† √™tre, de tout coeur, une lumi√®re brillante que‚Ķ Nous ne savons pas le temps ou l'influence que nous pouvons exercer sur quelqu'un d'autre. Et r√©pandons la lumi√®re de Christ jusqu'√† Son retour. Et alors, le Grand Berger du troupeau, qui conna√ģt toute justice, r√©tribuera chaque p√©ch√©, et Il saura bien comment s'y prendre. Et en attendant ce temps-l√†, nous nous confions entre Tes mains, que Ton amour et Ta mis√©ricorde reposent sur nous. Au Nom de J√©sus. Amen.

14 Oui, je ne pense pas qu'un homme mérite une telle mort. Eh bien, monsieur Lincoln ne méritait pas une telle mort ; monsieur McKinley ne méritait pas une telle mort ; Huey Long ne méritait pas une telle mort ; aucun d'eux. Je ne crois pas ça, c'est un meurtre. C'est mauvais. Nos jeunes gens n'ont pas combattu outre-mer pour quelque chose comme cela ; notre drapeau n'a pas été hissé pour quelque chose comme cela ; nous ne sommes pas citoyens américains pour quelque chose comme cela. Non. Quoique notre nation soit pervertie et tordue par le péché, c'est ce que - ce que ces choses produisent. C'est le péché.

15 Eh bien, aujourd'hui, nous avons… Je vais enseigner une leçon de l'école du dimanche, et certaines choses que j'aimerais mentionner à l'intention de l'église. Et c'est, la première chose, je voudrais que vous me pardonniez de vous garder tous si longtemps les dimanches matin quand j'apporte ces messages. Et alors le Seigneur voulant… La raison pour laquelle je fais ceci, c'est que je - je suis parmi les miens ici et je - j'enseigne les doctrines de toutes mes forces, autant que possible. Je n'enseigne pas ces doctrines ailleurs. Je me tiens uniquement sur le principe fondamental de l'Evangile. Mais ces doctrines sont dures, je - je ne les enseigne pas ailleurs. Et puis, ça me prend parfois des heures ici, deux ou trois heures, pour terminer mon message. Et parfois, je vous retiens ici, jusqu'à minuit trente, une heure. Et c'est insignifiant par rapport à ce que je faisais. Je restais pratiquement toute la nuit, parfois. Eh bien, je suis allé… Bien souvent, nous commençons à vingt-heures pour rentrer à la maison le lendemain matin à deux ou trois heures (c'est vrai), après les réunions.

16 Mais, c'est ce que je - je - je vais essayer de faire quand je reviendrai parmi vous, juste… un - un court - un sermon au lieu de beaucoup d'enseignements là-dessus, à moins que je vous aie avisé qu'il y aura quelque chose ; en effet, j'ai les Sept Trompettes, je pense, qui viennent et qui se rattachent au sixième sceau. Quand le sixième sceau a retenti, toutes les sept trompettes ont du coup retenti. Voyez-vous ? Et alors, nous, j'aimerais apporter cela à l'église avant Sa Venue, si… ou avant mon départ ou quoi que ce soit, si possible.

17 Eh bien, si nous faisons cela, alors nous vous en tiendrons informés d'avance. Et peut-être qu'alors, comme nous voyons ce matin les halls bondés, les murs, et tout autour… Nous allons essayer… Nous avons maintenant un endroit que nous pourrons obtenir. Ça offre environ trois cent sièges. Et c'est un bel auditorium d'une école juste ici au-dessus de nous. Et les Sept Trompettes, nous essayerons de les prêcher là dans cette école-là. Et cela offrira beaucoup de places assises (voyez ?), ainsi, nous pourrons faire venir les gens.

18 Nous aimerions vous faire le rapport de New York‚Ķ Nous avons pass√© un moment merveilleux. Le - le Morris auditorium l√†‚Ķ Nous √©tions oblig√©s de renvoyer les gens chaque soir. C'√©tait archicomble. Le feu‚Ķ L e propri√©taire du b√Ętiment‚Ķ la police de pr√©vention de l'incendie aurait scell√© ce b√Ętiment si nous avions entass√© les gens l√† √† l'int√©rieur comme cela. Et alors, nous √©tions oblig√©s de les faire sortir. Et les gens dehors dans la rue, ils parcouraient la rue, priant que quelqu'un se fatigue, se l√®ve, et sorte, afin que lui puisse entrer et occuper un si√®ge. Voyez ? Juste une seule personne, ils attendent juste l√† dehors, afin qu'une seule personne entre. Et c'est la personne qui est tout pr√®s de la porte, et alors, on fait entrer une seule, comme cela, quand quelqu'un d'autre se l√®ve et sort, oblig√© de rentrer t√īt √† la maison, eh bien, ils entraient et entendaient une portion de cela. Voyez, ils entraient. C'est un tr√®s bon groupe de gens. Et je crois que le monde‚Ķ l'√©glise chr√©tienne a faim de Dieu.

19 Maintenant, je - je - j'esp√®re que‚Ķ (merci, fr√®re.) Je - j'esp√®re que - que Dieu nous accordera cette occasion o√Ļ nous pourrons nous rassembler et apporter ces derni√®res Sept Trompettes. J'aime √™tre conduit √† faire ces choses, comme √ßa, on est s√Ľr.

20 Ensuite, au petit déjeuner des Hommes d'Affaires… Généralement, leur chapitre là, je pense qu'on disait qu'ils avaient quelque chose comme cinquante à cent à leur petit déjeuner. Et ce matin-là, ils ont vendu mille sept cents bons de repas, et ils ont laissé les autres se tenir debout. Le lieu était bondé ; dans chaque corridor, autour des murs, partout sur les marches, il y avait des gens. Et quelques prédicateurs de haut-rangs, quelques prêtres et - et autres étaient là pour suivre le message. Et, ainsi, je comprends… Je pense que ça a un peu aidé. Ça a pu faire un peu - un peu plus, mieux que ce que nous pensions réellement que ce serait.

21 Eh bien, alors, ce soir, le… Nous aurons un message ce soir, le Seigneur voulant, sur un - sur un sujet, comment, sur votre position en Christ. Et alors, ce sera - ce sera court. Nous aimerions commencer… J'aimerais être sur l'estrade à dix-neuf heures trente, si… A quelle heure commencez-vous d'habitude, à dix-neuf heures trente ? Oh… Dix-neuf heures, alors je serai sur l'estrade à dix-neuf heures trente, et cela devra me permettre de partir à vingt heures trente, le Seigneur voulant ; en effet, je - je - je serai aussi rapide que possible, et je vais commencer à m'exercer.

22 Puis, une autre chose, il se peut qu'il y ait des √©trangers qui entendent les gens rire‚Ķ En effet, je cherche √† m'√©loigner d'ici, mais je n'y arrive pas. C'est, on dirait‚Ķ J'esp√®re que ceci n'a pas l'air sacril√®ge, mais ma m√®re avait l'habitude de dire que lorsque les gens se rassemblent ainsi, c'est juste comme la m√©lasse de sorgho par un matin froid. Vous savez, c'est √©pais et √ßa coule lentement. Ainsi donc, c'est √† peu pr√®s √ßa. J'√©volue lentement dans ces messages, √† cause du - du go√Ľt sucr√© de la cane √† sucre de Dieu, vous savez, cela nous √©paissit un peu du fait que nous sommes rassembl√©s. Et je - je - je ne - je ne le voudrais pas autrement. Je - je le veux exactement comme √ßa, l√† o√Ļ‚Ķ je me rappelle que nous avions l'habitude de nous lever pour chanter ce cantique : B√©ni soit le lien qui unit
Nos coeurs dans l'amour chrétien ;
La communion que nous avons avec des √Ęmes soeurs
Est comme celle d'En haut. (Voyez ?)
Quand nous nous séparons,
Cela nous fait de la peine ;
Mais dans le coeur nous sommes toujours unis,
Et espérant de nous rencontrer.

23 Et je - je pense que ce sera toujours là notre - notre but ici. Beaucoup de ces vieux saints se sont endormis depuis lors, mais nous sommes toujours unis dans le coeur. Et je pense à la vision de ce matin-là, quand je les ai vus là-bas, les bienheureux, et la gloire de leur stature de jeunes hommes et de jeunes femmes, qui avaient toujours l'apparence qu'ils avaient, vous savez, quand ils étaient ici sur terre. Je pense qu'ils attendent notre arrivée. Un jour, nous les rejoindrons, Dieu voulant.

24 Bon, je - je‚Ķ Et, rappelez-vous, les services, les services de chants commenceront √† dix-neuf heures, plut√īt que dix-neuf heures trente. Et puis, la semaine prochaine, je serai √† Shreveport, en Louisiane, et l√†, au Life Tabernacle, √† Shreveport, en Louisiane. Et je pense qu'ils cherchent √† obtenir l'auditorium de l'autre c√īt√© de la rue. Fr√®re Moore a t√©l√©phon√© hier soir, disant que c'est une convention annuelle et qu'ils s'attendent √† voir une grande foule de gens.

25 J'aimerais donner un petit témoignage juste avant de lire les Ecritures. L'autre jour, une - une dame était assise ici, elle était… Pour vous dire l'influence de quelqu'un qui prie pour un autre. Il m'est arrivé de regarder et de voir une autre dame, je… Margie Cox, la femme de frère Rodney Cox, assise ici. Et la semaine passée, je pense que c'était ça, quand nous étions ici, le Saint-Esprit opérait le discernement dans la salle. Vous savez comment les gens parlaient. Et je… elle était assise… elle est assise ici même maintenant. Mais elle était quelque part au-delà, et je - j'ai regardé et là se trouvait une dame qui - qui avait été appelée, qui avait le diabète sucré. Et Margie était… Et dans la vision, c'était Margie. Et Margie se tenait là ; et cependant je regardais et je l'ai vue, et c'était une… Et je m'étais dit… Eh bien, je regardais pour voir cette autre femme, c'était Margie qui était dans la vision, mais la Lumière était au-dessus de la femme.

26 Et ainsi, je - j'ai observ√©. Et je m'√©tais dit : "Eh bien, si j'appelais Margie, les gens diraient : 'Assur√©ment, c'est‚Ķ' Assur√©ment, quelqu'un qui les conna√ģt, dirait : "Eh bien, il - il‚Ķ Son mari est bien l'un de ses - ses amis intimes. Ils habitent ensemble, dorment ensemble, chassent ensemble, et - et tout. Assur√©ment, c'est‚Ķ il savait cela. " Mais Margie ne savait pas cela. Mais j'ai appel√© cette autre dame qui √©tait une‚Ķ je pense que c'√©tait une soeur de Chicago, comme je l'avais appris plus tard.

27 Mais, alors, il est venu, dans son… laboratoire, on fait le test de diabète. Et - et elle avait le diabète. Et alors, avant hier, elle était en route vers la clinique pour cela. Et - et alors, quand elle a mentionné cela, alors, je le lui ai rappelé et j'ai dit : "Viens ici, soeur Margie. " Et je lui ai dit qu'elle avait les mains engourdies et - et comment elle ne se sentait pas bien… la petite dame travaille nuit et jour, pratiquement, là à… une loyale petite mère, pour aider son mari à financer la construction de leur maison. Et - et sa - sa jeune soeur Nellie, et Charlie (c'est le frère de Rodney), sa femme, eux tous travaillent ensemble là dans ce laboratoire, de toutes leurs forces, ils endurent l'opprobre. Elles ont laissé pousser leurs cheveux, elles ont enlevé le maquillage, et des choses semblables, quand elles sont devenues des chrétiennes. Je pense qu'il faut qu'on accorde l'honneur à qui mérite l'honneur. Et j'ai certainement beaucoup d'appréciation pour ces deux jeunes dames.

28 Et alors, je l'ai tenue par la main, j'ai prié pour elle. Et elle est allée, et on n'a pas pu trouver une trace de ce diabète, nulle part. C'est parti, c'est tout. Une dame assise juste ici à l'intérieur, quelque part, elle avait été appelée. Et c'était une soeur du nom de Bruce ; je ne la vois pas ce matin, mais elle était toujours… C'est une femme qui prie beaucoup, et cette femme est arrivée, et, la dernière fois que j'étais ici, on n'avait pas - pas distribué de cartes de prière ni rien, et il n'y aurait donc personne, pas de ligne de prière ; alors, ils…

29 Le Saint-Esprit a simplement appel√© dans la salle. Et cette jeune madame Bruce, elle avait √©t√© - avait √©t√© autrefois gu√©rie du cancer et elle est - elle a toujours eu un fardeau sur le coeur pour quelqu'un d'autre, et elle ne faisait que prier. Il y avait une dame venue de Louisville qui se mourait d'un cancer √† la gorge. Et pendant qu'elle priait, le Saint-Esprit est all√© directement aupr√®s de cette dame-l√†, l'a appel√©e, et je ne sais quoi qu'Il avait fait, Il lui a dit qui elle √©tait, lui r√©v√©lant plut√īt qui elle √©tait, ce qu'√©tait sa maladie, et qu'elle avait le cancer ; et elle a dit qu'elle allait - que √ßa s'arrangerait. Et la jeune dame est rentr√©e chez elle. Quelques jours apr√®s cela, elle a commenc√© √† suffoquer pratiquement √† mort. Sa gorge s'√©tait bien enfl√©e. Elle a touss√© fortement, et le cancer a √©t√© expuls√©. Et elle est r√©tablie. Voyez ?

30 Qu'est-il arrivé (voyez ?), cette excroissance elle-même est maligne, elle a une vie. Voyez ? Le cancer… ça vient du - du mot, le terme médical " crabe ", ce qui signifie 'qui a beaucoup de pattes' ; comme le - le crabe que l'on attrape dans la mer ; et - et ça vous suce le sang. Et cette grosseur maligne dans sa gorge avait un… c'était, c'est ce que ça faisait. Vous voyez, je ne m'occupe pas de la grosseur. Je m'occupe de la vie qui est dans la grosseur. Voyez ? La vie qui est dans la grosseur, c'est ce dont nous nous occupons. Voyez : "En mon Nom, ils chasseront les démons. " Et le mot "démon ", c'est un "tourmenteur ", pour ainsi dire, du corps ; et c'était un démon.

31 Et puis, une fois cette vie sortie de la grosseur, naturellement, √ßa fait que la grosseur se mette √† gonfler. Juste comme un petit chien qu'on a √©cras√© sur la route‚Ķ quelque chose comme cela, laissez-le expos√© l√† au soleil pendant quelques jours et - et sa taille augmente doublement. Eh bien, c'est ce qui rendait la situation de cette petite dame pire. J'ai souvent expliqu√© cela : "Si votre situation s'empire, c'est le signe m√™me que vous √™tes gu√©ri. Voyez ? Ainsi donc, la situation s'empirait tout le temps, et cela la suffoquait parce que √ßa gonflait. Et le‚Ķ Mais √ßa s'est rel√Ęch√© ; la vie en √©tait sortie. Et elle a touss√© comme ceci (voyez ?)‚Ķ [Fr√®re Branham tousse. - N.D.E.] - Comme √ßa‚Ķ √ßa a saut√©, √ßa s'est d√©tach√© du reste de la chair. Et la substance morte, rien qu'un corps (sans vie, le cancer √©tait parti) est sorti d'un bond (voyez ?), √ßa s'est envol√©.

32 C'est donc ce que‚Ķ Le corps √©tait donc sorti. Ce n'√©tait pas le d√©mon qui √©tait sorti. √áa, c'√©tait la maison o√Ļ il habitait. Il √©tait sorti gr√Ęce √† la foi de la femme dans ce qui lui avait √©t√© dit‚Ķ Sachant que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, c'est ce qui a tu√© le cancer, et a √īt√© la vie. Eh bien, elle pouvait rentrer chez le m√©decin, et ce dernier dirait : "Non-sens, la - la - la chose est bien l√† exactement comme toujours. " Et √ßa serait vrai, la grosseur √©tait l√†, non pas - la vie n'√©tait pas l√†. Voyez ?

33 Eh bien, que serait-il arriv√© si c'√©tait √† un endroit o√Ļ √ßa ne pouvait pas sortir ? Est-ce la photo ? [Fr√®re Neville parle √† Fr√®re Branham. - N.D.E.] Voici une photo de la grosseur qui √©tait sortie de madame Baker, de Springville, dans l'Indiana, c'√©tait sorti apr√®s la pri√®re. En voici une photo. Voyez, √ßa, c'est le corps o√Ļ habitait le d√©mon. Juste comme vous habitez dans‚Ķ Ce corps dans lequel vous habitez, il peut √™tre petit, grand, aux cheveux roux, cheveux noirs ou je ne sais quoi. Voyez ? Soit c'est le d√©mon qui habite dans ce corps, soit c'est Christ. Eh bien, alors, quand la vie sort de l√†, votre corps est encore ici sur terre. Voyez ? Mais la vie n'est pas l√†. Quand la vie est sortie, le corps √©tait toujours l√†. Et puis, √ßa s'est d√©tach√© du corps de la femme et √ßa a √©t√© chass√© ; le corps est sorti. Mais si c'est en un endroit o√Ļ √ßa ne peut pas sortir, alors votre coeur doit prendre cette substance morte et purifier le sang √† chaque battement. Cela cause la fi√®vre et tout le reste √† cause de l'infection. Vous voyez ? Et votre coeur doit‚Ķ Je pense que le coeur purifie le sang au fur et √† mesure que le sang passe. Est-ce vrai, soeur Dauch ? Je pense que c'est √ßa. Le coeur au fur et √† mesure qu'il bat, il purifie‚Ķ (C'est une infirmi√®re, vous savez, une autre est assise ici devant elle)‚Ķ Cela prend le‚Ķ Et c'est ce qui cause la fi√®vre, l'infection. Cela ramasse l'infection et - et provoque une fi√®vre.

34 Bon, les gens‚Ķ Vous voyez, c'est votre foi ; ce ne sont jamais vos sentiments. Ce n'est rien, si c'est ainsi, si ma main n'est pas droite‚Ķ Cela n'a rien √† faire avec la chose. C'est ma foi qui fait cela. Voyez ? Juste devant nous, nous voyons l'image d'une personne parfaitement gu√©rie par la foi. Et puis, nous avan√ßons petit √† petit jusqu'√† devenir cette personne-l√†, et nous continuons simplement √† marcher avec cela. Voyez ? Vous y √™tes. Ce - c'est ce qui se passe. Votre foi, pas vos sentiments ; c'est votre foi qui fait cela. Mais gr√Ęce, et gloire soient rendues √† Dieu.

35 Maintenant, juste un moment de pri√®re‚Ķ Et nous avons ici un sujet que nous aimerions examiner dans un court instant, que le Seigneur voudrait traiter avec nous suivant cela. Et maintenant‚Ķ Et puis, si certains parmi vous devront partir ce matin et ne seront pas √† la r√©union du soir, le Seigneur voulant, je - j'aimerais √™tre encore ici‚Ķ La famille reviendra la semaine de No√ęl. Et maintenant, le dimanche apr√®s No√ęl, le Seigneur voulant, j'aimerais apporter mon message de No√ęl ici au tabernacle, le dimanche apr√®s No√ęl. Le Seigneur voulant, le sujet sera Un clochard dans la rue. Inclinons maintenant la t√™te, et offrons une pri√®re avant de lire le texte.

36 Seigneur Jésus, sois près de nous juste en ce moment-ci. Et nous savons qu'il est difficile dans notre petite église, comme beaucoup sont debout. Et - et nous sommes ici non pas à cause du confort de ce lieu, un confort physique que ça offre, en fait ce n'est pas confortable. Nous ne sommes pas ici pour être vus. Mais nous sommes ici parce que nous avons senti Ta Présence. Et nous savons que Tu es ici. Et nous sommes ici pour être corrigés. Et nous sommes ici, sachant que nous sommes dans la maison de Dieu, et que nous nous sentons à l'aise en étant ici, peu importe combien ce n'est pas confortable, de se tenir debout et - d'être assis serrés. Mais nous sommes ici, parce que nous -nous sentons que Dieu est ici.

37 Et c'est ce que ce jeune gar√ßon-l√† a d√Ľ sentir cette nuit-l√†, quand Paul pr√™chait toute la nuit‚Ķ Quel long message ! Probablement que c'√©tait depuis le coucher du soleil jusqu'au lever du soleil, le lendemain matin. Et un jeune homme qui √©tait assis l√† haut, est tomb√© et les gens pensaient qu'il √©tait mort, et Paul se coucha sur le jeune homme. Et l'Esprit de Dieu qui √©tait sur le messager ramena l'esprit de vie dans le corps de ce jeune homme. Et il a dit : "Il ira bien. " Et le jeune homme a v√©cu.

38 Il √©tait int√©ress√© √† ce que Paul disait. Et, √ī Dieu, ce matin nous sommes int√©ress√©s √† ce que le Saint-Esprit pourra dire √† nos coeurs. Et nous Te prions de rompre le Pain de Vie pour chacun de nous, de telle mani√®re que quand nous partirons d'ici aujourd'hui, nous ne puissions pas quitter ce b√Ętiment en √©tant les m√™mes personnes que nous √©tions en entrant. Puissent les chr√©tiens s'approcher davantage de Toi ; puissent les p√©cheurs revenir aujourd'hui, puissent les malades √™tre gu√©ris ; et puisse le Royaume de Dieu s'approcher de nous, ou m√™me √™tre en nous. Car nous le demandons au Nom de J√©sus-Christ, alors que nous nous attendons √† Son Esprit pour nous apporter les Paroles. Amen.

39 Bon, lisons quelques passages des Ecritures qui sont‚Ķ La Parole de Dieu est toujours vraie. Et maintenant‚Ķ et tout le monde que je vois, vous √™tes tr√®s gentils envers ceux qui sont debout. Je vois quelqu'un se lever, s'asseoir et c√©der le si√®ge √† quelqu'un d'autre. C'est tr√®s gentil. Je souhaiterais que nous ayons assez d'espace, mais nous n'en avons simplement pas, en - en ce moment-ci. Allons dans Matthieu 27, nous allons lire √† partir du verset 11, et puis nous parlerons sur ce sujet. J√©sus comparu devant le gouverneur. Le gouverneur l'interrogea, en ces termes : Es-tu le roi des Juifs ? J√©sus lui r√©pondit : Tu le dis. Mais il ne r√©pondit rien aux accusations des principaux sacrificateurs et des anciens. Alors Pilate lui dit : N'entends-tu pas de combien de choses ils t'accusent ? Et J√©sus ne lui donna de r√©ponse sur aucune parole, ce qui est √©tonna beaucoup le gouverneur. A chaque f√™te, le gouverneur‚Ķ coutume de rel√Ęcher un prisonnier, celui que demandait la foule. Ils avaient alors un prisonnier fameux, nomm√© Barabbas. Comme ils √©taient assembl√©s, Pilate leur dit : Lequel voulez-vous que je vous rel√Ęche, Barabbas, ou J√©sus, qu'on appelle Christ Car il savait que c'√©tait par envie qu'ils avaient livr√© J√©sus. Pendant qu'il √©tait assis sur le tribunal, sa femme lui fit dire : Qu'il n'y ait rien entre toi et ce juste ; car aujourd'hui j'ai beaucoup souffert en songe √† cause de lui. Les principaux sacrificateurs et les anciens persuad√®rent √† la foule de demander Barabbas, et de faire p√©rir J√©sus. Le gouverneur prenant la parole, leur dit : Lequel des deux voulez-vous que je vous rel√Ęche ?‚Ķ (pensez √† cela) ‚Ķ Ils r√©pondirent : Barabbas. Pilate leur dit : "Que ferai-je donc de J√©sus, qu'on appelle Christ ?‚Ķ (Que ferai-je donc de J√©sus, qu'on appelle Christ ?) Tous r√©pondirent : "Qu'il soit crucifi√© ! Le gouverneur dit : " ‚Ķ quel mal a-t-il fait ? Et ils cri√®rent encore plus fort : Qu'il soit crucifi√© ! Puis Pilate, voyant qu'il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l'eau, se lava les mains en pr√©sence de la foule, et dit : Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde. Et tout le peuple r√©pondit : Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants ! Alors Pilate leur rel√Ęcha Barabbas ; et, apr√®s avoir fait battre de verge J√©sus, il le livra pour √™tre crucifi√©.

40 Quel tableau triste ! J'intitule ce texte-ci, si on veut donner un titre à cela, ou intituler cela… Et peut-être qu'on voudra bien intituler la bande comme suit : "Que ferai-je de ce Jésus appelé Christ ? " Et le sujet que j'aimerais utiliser, après ce texte ; j'aimerais utiliser ce sujet : " Avec Jésus sur vos mains. Avec Jésus sur vos mains, que ferez-vous ? "

41 Notre sc√®ne de ce matin commence dans le pr√©toire, o√Ļ Pilate, le gouverneur, est appel√© sur la sc√®ne pour - pour agir, et - et rendre un jugement. C'√©tait t√īt le matin, peu avant l'aube, il avait √©t√© d√©rang√© dans son sommeil, et - et il √©tait appel√© √† instruire la - l'affaire de cet Homme-ci.

42 C'√©tait le temps de crucifixion de notre Seigneur et Sauveur J√©sus-Christ. Il n'avait - n'avait rien fait, qu'on pouvait trouver en Lui, et Il avait - Il avait tout fait comme il fallait. C'√©tait juste l'heure o√Ļ il devait en √™tre ainsi.
Rien ne peut arriver sans qu'il y ait quelque chose derrière qui fasse que ça arrive ainsi. Il doit y avoir une raison à tout ce qui arrive. En effet, c'est - c'est motivé, naturellement, par le - l'esprit qui est dans les êtres, dans les êtres humains, et autres. Il - il y a un motif - un motif à cela et un objectif, il doit y avoir une raison.
Et cela, la raison pour laquelle cela devait arriver au plus grand Homme qui ait jamais v√©cu sur la terre, ou qui puisse jamais y vivre, la raison pour laquelle c'est arriv√© ainsi, c'est parce que c'√©tait le temps que cela arriv√Ęt. Voyez ? √áa devait √™tre ainsi, il n'y avait pas moyen d'y √©chapper. √áa - √ßa a d√Ľ √™tre le moment.
Et J√©sus √©tait venu sur la terre exactement comme la Parole de Dieu avait pr√©dit qu'Il viendrait. Il avait exactement fait ce que la Parole avait dit qu'Il ferait. Il avait men√© la vie, parfaitement, et Dieu avait fait conna√ģtre ou avait rendu manifeste la Semence de ce temps-l√†. Eh bien, rappelez-vous, Dieu‚Ķ

43 La Bible va de la Genèse à l'Apocalypse. Bon, voici la leçon que je - j'aimerais vous faire comprendre, que… Voyez, pour chaque génération, il a été annoncé dans la Bible, qu'un certain événement devait s'accomplir, dans chaque génération.
Comme Daniel avait vu le - avait interpr√©t√© le songe de Nebucadnetsar ; comment les royaumes de Gentils, comment ils s'√©l√®veraient, tomberaient en d√©clin, dispara√ģtraient. Et chacun de ces peuples selon les races, et ces nations, que les pouvoirs de Gentils qui ont domin√© - qui ont domin√© le monde, ils ont fait exactement ce que la vision avait dit qu'ils feraient.

44 Quand Nebucadnetsar (la t√™te d'or) a √©t√© √īt√©, alors les Medo-perses sont venus ; et leur nature correspondait √† la nature de la mati√®re, correspondait √† ce que le proph√®te avait dit, exactement. Nebucadnetsar, la t√™te d'or, c'est le plus puissant et le premier royaume. Ensuite, les Medo-perses, c'est l'argent. Et ainsi de suite jusqu'au niveau des - des cuisses qui √©taient de - d'airain. Et chaque m√©tal devenait de plus en plus dur (l'or est le plus doux), et √ßa se termine par le fer, lequel est le plus dur de tous, le fer.
Eh bien, chacun de ces royaumes est venu, exactement, selon la nature, tel que le prophète l'avait dit. Et que faisait-il ? Il semait une semence que les nations devaient surveiller, et chaque fois que ces royaumes arrivaient à la fin, ça se passait exactement comme la Parole l'avait annoncé.

45 Et aussi, le Messie devait venir sur la scène. Et quand Christ est entré en scène, Il devait correspondre à ces Paroles de Dieu qui devaient s'accomplir, que le prophète avait proclamées, ce qu'Il ferait.
Mo√Įse avait dit : "Il sera un - Il sera un proph√®te comme moi. " Et si vous aviez‚Ķ si nous avions le temps de donner le type dans le pass√© et montrer comment, en ce temps remarquable, quand Isra√ęl √©tait en captivit√© en Egypte, comment Mo√Įse √©tait n√©, un enfant particulier et √©trange, comment il - il a grandi, il a √©t√© √©lev√©, et il a √©t√© cach√© dans les joncs ; et il est devenu un conducteur, il est all√© dans les montagnes, il a re√ßu la loi et il en est revenu. Et il n'√©tait pas seulement un conducteur, mais il √©tait un sacrificateur, un roi et un gouverneur. Toutes ces choses, et comment cela est un type parfait de Christ. Et Mo√Įse a dit : "L'Eternel votre Dieu suscitera un proph√®te comme moi. " Voyez ?

46 Bon, quand Christ naquit, Isra√ęl √©tait de nouveau en captivit√© sous l'empire romain. Et qu'√©tait-Il ? Il √©tait n√© un Enfant particulier et √©trange ; Il a grandi. Il est all√© dans les montagnes, Il en est revenu, et a dit : "Vous avez entendu qu'il a √©t√© dit par les anciens : 'Tu ne voleras pas'. Vous les avez entendu dire : 'Tu ne commettras point d'adult√®re', mais Moi Je vous dis : 'Quiconque regarde une femme pour la convoiter a d√©j√† commis adult√®re avec elle'. Un l√©gislateur (voyez ?) ; et un Roi, un Sacrificateur, un Proph√®te, exactement comme Mo√Įse. Ainsi, toutes ces choses devaient s'accomplir, et quand ce laps de temps √©tait l√† pour la Vie du Messie, c'est alors que cela fut parfaitement manifest√©.
Eh bien, ceci peut être la dernière longue leçon que j'apporte pour un temps. J'aimerais donc que vous suiviez cela attentivement.

47 Quand la Parole est proclamée pour une génération donnée, il y aura quelqu'un qui se lèvera sur la scène pour accomplir cette Parole-là, parce que Dieu L'a proclamée. C'est une confirmation de la Parole parlée. Et Jésus avait rempli toutes les conditions, et Il était la Parole, Il était confirmé comme le Messie, parfaitement. Il y a aussi des Paroles annoncée dans la Bible pour le dernier jour. Ces Paroles doivent venir à la vie.

48 Et nous voyons ici que, du temps de notre Seigneur, l'√©glise L'avait d√©j√† rejet√© avant qu'Il comparaisse au pr√©toire de Pilate. On L'avait rejet√©, depuis le jour m√™me o√Ļ Il avait commenc√© Son minist√®re de proph√©tiser et de leur dire la V√©rit√© sur la Parole. Et ils n'arrivaient pas √† comprendre que Lui en tant qu'Homme arrive √† savoir ce qu'il y avait dans les coeurs des gens. Il y avait peu qui savaient que la Parole √©tait Dieu. "Et la Parole, dit la Bible, discerne les pens√©es et les intentions du coeur. "

49 Et ils ont préféré Le taxer de mauvais esprit. Et Il a dit : "Je vous pardonne pour cela. Mais quand le Saint-Esprit viendra pour faire la même chose, prononcer un seul mot contre Cela ne vous sera jamais pardonné. "
Et ce qu'Il avait prophétisé qu'il arriverait en ce jour-ci, Quelque chose doit amener cela à la Vie. Mais quand cela sera amené à la Vie, ça sera de loin différent de ce que les gens en pensent, au point qu'il - qu'il n'y aura que les élus qui verront cela. Ça a toujours été le cas, il n'y a que l'élu seul qui verra cela, car Il est élu et ordonné à voir cela.

50 Par cons√©quent, c'est impossible, il n'y a pas moyen. J√©sus a dit : "Vous ne pouvez pas venir √† Moi. Nul ne peut venir si Mon P√®re ne l'attire ; et tout ce qu'Il M'a donn√© viendra √† Moi. " Voyez ? Voyez ? Il n'y avait donc pas moyen. Il a dit : "Vous avez des yeux, mais vous ne voyez pas ; des oreilles, mais vous n'entendez pas. " Il a dit : "Esa√Įe a bien proph√©tis√© √† votre sujet. " Voyez ? La proph√©tie d'Esa√Įe a √©t√© du coup rendue manifeste.
N'oubliez pas cela (ceux qui sont ici ou ceux qui sont à l'écoute de la bande), que la Parole de Dieu doit être rendue manifeste. Dieu est tenu à veiller à ce qu'Elle s'accomplisse.

51 De même que Jean Baptiste a été préordonné à être le précurseur de la Venue de Christ, il devait y avoir un homme qui devait être suscité pour occuper cette place-là. Cette Parole doit être accomplie.

52 Puis, quand Jésus est venu comme le Messie oint, et qu'Il a fait exactement ce que la Parole de Dieu disait qu'Il ferait, et pourtant, les Juifs s'attendaient à autre chose : Un roi qui viendrait avec une verge de fer à la main (ce qui se passera beaucoup plus tard). Mais Il avait accompli chaque Parole.
Un jour, l√† √† Caperna√ľm, quand Il avait pris les Ecritures et Les a lues, (Avez-vous remarqu√© ?) Il n'a lu qu'une portion de cette Ecriture. Et puis, Il a d√©pos√© le Livre, et a dit : "Aujourd'hui, ceci est accompli. "

53 Comme Il devait pr√™cher l'ann√©e de jubil√©, eh bien, pourquoi n'avait-Il pas lu la suite ? C'est parce que Cela se rapportait √† Son autre venue. √áa ne servait √† rien pour eux de le savoir. C'est pour l'√Ęge o√Ļ Il reviendra.
Mais l'√Ęge dans lequel Il √©tait, c'est la raison pour laquelle Il pouvait dire : "Aujourd'hui, cette Ecriture est accomplie devant vous. Vous la voyez ici m√™me : pr√™cher l'ann√©e de gr√Ęce, panser les coeurs bris√©s, gu√©rir les malades. " C'est pour cela qu'Il √©tait venu.
La suite était - était pour apporter le jugement et tout aux Gentils, cela vient donc après. Voyez, les Gentils devaient d'abord Le rejeter.

54 Bon, à la crucifixion, c'est là que nous sommes aujourd'hui, dans notre sujet Jésus entre vos mains. La Parole de Dieu avait été entièrement confirmée, Elle avait été confirmée à maintes reprises, qu'Il était la réponse à la Parole de Dieu. Ce que les scribes…

55 Vous voyez, Dieu avait déjà présenté Cela. Que le ministre étudie Cela. Mais, vous voyez, ils prennent la parole de quelqu'un d'autre à ce sujet ; un groupe d'hommes
Ils sont si aveuglés à la Vérité que lorsque la Vérité est présentée, ils manquent de La voir. Mais, vous voyez, Dieu est juste, Il a écrit Cela là. Il a écrit Cela ici même dans le Livre, ce qui va arriver aujourd'hui, Cela va donc s'accomplir. Mais les autres qui ne sont pas ordonnés à voir Cela ne le verront jamais. Voyez, ils - ils ont embrouillé tout Cela.

56 Et c'est ce qu'ils avaient fait en ce temps-l√†. Ils n'avaient point reconnu que c'√©tait Lui. Et par les signes qui montraient qu'Il √©tait le Messager de ce temps-l√†, personne ne pouvait nier Cela. Son proph√®te avait annonc√© Cela, disant : " Moi, je dois diminuer, mais Lui doit cro√ģtre. Je ne suis pas digne de d√©lier la courroie de ses souliers, mais Il est parmi vous maintenant ", a dit Jean. "Et Il viendra. Et la cogn√©e est mise √† la racine de l'arbre, et les arbres qui ne produisent pas de fruits seront retranch√©s de la for√™t, cela - ou plut√īt de la vigne ou du - ou du verger, ils ne seront plus l√†. "

57 Eh bien, nous voyons que ces choses √©taient arriv√©es exactement comme Il l'avait dit. Il pouvait discerner les pens√©es de leur coeur. Il √©tait un proph√®te. Tout ce qu'Il pr√©disait arrivait exactement comme Il l'avait dit : "Je m'en vais √† J√©rusalem. L√†, Je serai livr√© entre les mains des impies. " Et ils Le maltraiteront, Il sera crucifi√©. Et le troisi√®me jour, Il ressuscitera. Mais Il a dit : "Ne le dites √† personne. " Et Il leur avait cach√© cela, de sorte qu'ils n'ont pas compris cela jusqu'√† ce que ce f√Ľt accompli.

58 Voyez, souvent, Il nous laisse √™tre aveugl√©s jusqu'√† ce que l'heure arrive o√Ļ nous avons besoin de cela. Il nous laisse √™tre aveugl√©s aux choses que nous voyons aujourd'hui ; en effet, c'est l'heure o√Ļ nous avons besoin que √ßa soit confirm√©, en ce jour o√Ļ nous vivons. Voyez ? Nos p√®res ne connaissaient pas ces choses. La Bible dit qu'ils ne les connaissaient pas. Cela √©tait cach√© √† leurs yeux. Et dans - dans les derniers jours, cela sera r√©v√©l√© aux fils de Dieu. Faire‚Ķ Ils seront manifest√©s, pour montrer Sa gloire et Sa louange sur la terre.
Tout ce que Daniel avait dit concernant les derniers jours, et comment : "Ceux qui conna√ģtront leur Dieu feront des exploits "‚Ķ Et il y a beaucoup d'Ecritures qui se rattachent √† ce jour o√Ļ nous vivons. Et comment ce temps mauvais, les temps de s√©duction seront sur la terre. Et exactement ce que nous voyons √™tre accompli aujourd'hui.

59 Ils - ils avaient… Il leur avait été donné l'occasion de Le voir et… mais ils avaient rejeté leur Messie même. Et c'est pareil aujourd'hui, c'est la même chose. Il nous a été donné l'occasion ; en effet, Dieu ne peut pas juger sans avoir premièrement… être justifié dans Son jugement. Eh bien, si vous disiez à - à une certaine personne de descendre la route à une vitesse, vous l'arrêteriez et vous diriez : "Il y a un - un trou sur la route, là. Si vous continuez à cette vitesse-là, vous serez tué. "

60 Et il dirait : "Non-sens, je sais ce que je fais. " Alors, vous voyez, le sang ne peut pas √™tre sur vous, parce que vous l'avez bel et bien averti. Eh bien, Dieu fait de m√™me par Sa Parole. Il avertit bel et bien les gens du jugement √† venir, Il accomplit Ses signes et Ses prodiges qui ont √©t√© pr√©dits dans la Bible pour un √Ęge donn√©. Il les accompli, et les gens foulent simplement cela aux pieds. Il n'est pas facile pour une personne d'aller en enfer. Un homme se d√©bat pour se frayer un chemin vers l'enfer. Au premier mensonge que vous ayez jamais prof√©r√©, vous saviez que c'√©tait une mauvaise chose. La premi√®re cigarette que vous ayez jamais fum√©e, vous saviez que c'√©tait une mauvaise chose. Le premier mal que vous aviez commis, vous saviez que c'√©tait une mauvaise chose. Et votre conscience vous dit que c'est mauvais, mais vous continuez √† br√Ľler le feu rouge, √† passer les obstacles. Vous √™tes imprudent, vous tenez √† le faire malgr√© tout, pour montrer que vous √™tes un grand gaillard. Voyez ? Mais rappelez-vous, vous √™tes en train de vous d√©battre pour aller en enfer. Ce n'est pas facile d'aller en enfer.

61 Il vous faut rejeter la V√©rit√©. Avant de conna√ģtre un accident, il vous faut br√Ľler le feu rouge. Avant de courir - de conna√ģtre un accident, il vous le faut, l√† sur la route, il vous faut‚Ķ Les avertissements ont √©t√© faits. Mais vous, vous avez votre propre fa√ßon de vous y prendre, l'homme en a aujourd'hui. Et il sait plus que n'importe qui d'autre, et il n'√©coutera pas ce que les - ce que les signes et les avertissements du - du jugement qui vient‚Ķ et ceux qui rejettent Christ‚Ķ

62 Remarquez donc ce qu'ils avaient accept√© √† la place de ce Christ. Pensez donc √† l'√©glise de ce jour-l√†, √† leur aveuglement. Ils avaient rejet√© un meurtrier public, Barabbas. Un homme dont il √©tait √©tabli qu'il √©tait meurtrier et qui attendait effectivement son ch√Ętiment. Et il - il avait √©t√© √©tabli qu'il √©tait un meurtrier, et c'√©tait un homme mauvais. Et du seul fait que - que la Vie de J√©sus‚Ķ
En fait, Il - Il leur avait lanc√© un d√©fi. Il a dit : "Qui d'entre vous peut M'accuser du p√©ch√© ? (Le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©.) Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon P√®re, alors ne Me croyez pas ; si Je ne vous ai pas dit la V√©rit√© des Ecritures. Et les Ecritures ont parl√© de Moi. Sondez les Ecritures, a-t-Il dit, car en Elles vous pensez avoir la Vie Eternelle, et ce sont Elles qui rendent t√©moignage de Moi dans cet √Ęge-ci. "

63 Mais ils ont dit : "Il se fait Dieu. Il se fait quelque chose. " Il n'avait rien fait. Dieu avait fait de Lui Dieu. Il √©tait Dieu. Il √©tait l'accomplissement des Ecritures. Il ne s'√©tait jamais fait quelque chose. Dieu avait fait de Lui ce qu'Il √©tait. Et puis, c'est parce que c'√©tait l'heure o√Ļ cette Parole devait √™tre accomplie. Mais alors, eux ne pouvaient pas voir Cela, parce que c'√©tait contraire √† leur conception d√©nominationnelle, qu'ils s'√©taient faite de Christ. Et c'√©tait trop aveuglant vis-√†-vis de la Parole.

64 Bon, en plus de cela, pour se d√©barrasser de cet Homme, ils ont d√Ľ accepter un meurtrier, une menace publique, en plus. C'√©tait une dette √† charge de la communaut√© ; une dette √† leur charge : Un meurtrier. Ils ont d√Ľ accepter cela, parce que‚Ķ pour - pour rejeter Christ.
Et avant qu'un homme ou une femme puisse accepter le mal, il doit rejeter le bien. Il y a quelque chose dans la nature, elle a une loi, qui fait que vous devez rejeter la chose juste avant de recevoir une mauvaise.
Comme je viens de le mentionner, de - de s'abstenir de dire un mensonge… Vous - vous avez préféré un mensonge contre votre meilleur discernement. Vous avez proféré un mensonge contre votre conscience. Vous avez proféré un mensonge contre ce que votre mère ou vos parents vous ont enseigné de faire. Ou, même la nature elle-même vous enseigne que vous ne devriez pas faire cela. Ainsi donc, vous - pour rejeter la Vérité, il vous faut accepter un - un - un mensonge. Et il vous faut rejeter la Vérité avant de pouvoir accepter le mensonge. Voyez ?

65 C'est ce que ces hommes avaient fait. Ils ont rejeté la Vérité. Et Il était la Vérité. "Je suis le chemin, la Vérité et la Vie. "
Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair et Elle a été manifestée devant nous. " Dans I Timothée 3.16: "Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand, Dieu a été manifesté en chair ", touché de nos mains…. Dieu, Jéhovah ! C'est - c'est étonnant, c'est frappant de penser que Dieu qui a placé le - le - le système solaire dans l'espace, qui a créé les étoiles qui sont des milliers de fois plus grandes que ce monde-ci…

66 Et si l'une de ces étoiles venait vers la terre à une vitesse de dix miles [16.090km - N.D.T.] par heure, eh bien, il lui faudrait cent millions d'années pour arriver ici, elle est très loin. Et les deux petites étoiles sont placées, on dirait, à une distance d'une pouce, en les regardant depuis la terre, la distance entre les étoiles est de loin plus grande que celle entre les étoiles et nous. Et cependant, il n'y en a pas une seule qui quitte sa place. Et cette grande galaxie, oh ! la la ! la masse et l'immensité de Dieu qui a pu créer ces choses ! Chacune doit soutenir l'autre. C'est la raison pour laquelle elle tient comme ça. Et si elles allaient de travers, tout le système tomberait.

67 Et c'est ce qui est arrivé en Eden, quand Eve est allée de travers par rapport aux commandements de Dieu, toute la race est tombée.
C'est ça le problème aujourd'hui. Nous ne devrions pas être séparés dans des organisations, des dénominations et autres. Nous devrions être des fils et des filles de Dieu, faisant subsister la grande galaxie du monde.

68 A New York, la semaine passée, je suivais un message qui était déclaré ou prononcé par Einstein, le grand homme de science, celui qui - qu'on appelle le cerveau du - du moment. Et j'étais - j'ai suivi cela. Ensuite, je suis allé suivre Norman Vincent Peale, sur sa psychologie, comment les gens devraient agir ou marcher, faire des projections psychologiques. Alors, quant à Einstein, il parlait de la galaxie qui est là entre le système là, loin des étoiles. Si un homme pouvait se déplacer à la vitesse, je pense, il a dit de la lumière, eh bien, je pense, qu'est-ce ? Quatre-vingt-six miles ? [Frère Neville dit : "186 ". - N.D.E] 100, 186.000 miles par seconde, c'est à cette vitesse que se déplace la lumière. Et divisez donc cela par cinq minutes, combien de millions et des milliards de miles, vous aurez. Alors, il vous faudra cent vingt millions d'années lumières, pour vous amener à cette galaxie-là. Et ensuite, cent vingt ou cent-cinquante millions d'années - cent-cinquante millions de plus, et cent cinquante millions pour revenir.

69 Et ils ont atteint quelque chose qui les a laissés perplexes. Et ils…Après être parti là et être revenu… cela vous aura en fait pris trois millions d'années pour effectuer le voyage - trois cent millions d'années : Trois cent millions d'années pour effectuer le voyage, et, lorsque vous reviendrez sur terre, vous n'aurez en réalité fait que cinquante ans. Vous entrez dans l'Eternité. Il n'y a pas de fin à cela.

70 Et de penser que le Dieu qui a créé tout cela et l'a mis en ordre, et qui a appelé cela à l'existence par la Parole, est descendu et s'est fait chair parmi nous pour nous racheter. Et Il nous a tellement honorés par Son auguste Présence, qu'Il - Il peut se tenir ici sur cette terre des pécheurs, dans ces derniers jours, et prouver que Sa Parole est la vérité ; en effet, Il est tenu vis-à-vis de cette Parole. Amen. La souveraineté et la justice de ce Grand Etre, qui tient ces choses dans Sa main !

71 Remarquez, les nations… La - l'église doit premièrement rejeter Sa Parole. Ensuite, après que l'église L'a rejeté, qu'elle L'a taxé de Béelzébul ou d'un mauvais esprit, alors Cela a été amené devant le gouvernement, afin que la condamnation tombe sur toute la nation. Eh bien, nous voyons Jésus ce matin, devant un - un gouverneur, Pilate, un Romain, pour être jugé. Et nous voyons que l'église L'avait premièrement rejeté ; en effet, ils n'avaient pas cru Son Message, parce qu'ils ne connaissaient pas la Parole.

72 J√©sus leur a dit : "Si vous aviez - si vous aviez entendu Mo√Įse, vous auriez cru Ma Parole, parce qu'Il avait parl√© de Moi. " Voyez ? Voil√† la Parole que le proph√®te‚Ķ En fait, le - l'Eternel vient au proph√®te, et le proph√®te proclame la Parole pour l'heure √† venir. Et Cela √©tait identifi√© l√† et Il a dit : "Vous dites que vous connaissez Mo√Įse et qu'il est votre conducteur. Vous ne connaissez pas Mo√Įse. Faites‚Ķ Vous ne connaissez pas non plus sa Parole. " En d'autres termes, Il a dit : "Je suis la Parole. Je suis la Parole identifi√©e dont Mo√Įse avait annonc√© la venue, et vous Me condamnez. " (Voyez ?) c'est √† cause de leurs traditions, voyez, que l'√©glise L'avait condamn√©.

73 Bon, nous Le voyons maintenant devant Pilate, totalement approuvé, aussi, identifié au temps, ou à l'église, par le messager de l'heure. Il leur avait été donné l'occasion de voir et croire, néanmoins ils avaient rejeté Cela. Pourquoi avaient-ils rejeté Cela ? Beaucoup parmi eux voulaient croire Cela, mais à cause de leurs traditions, pas les gens, mais leurs traditions…

74 Eh bien, vous voyez, c'est comme Nicod√®me qui vint de nuit, et dit : "Ma√ģtre, nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu. Nous savons que Tu viens de Dieu. Personne ne peut faire ces miracles que Tu fais si Dieu n'est avec lui. Nous‚Ķ C'est qui le "nous " dont il parlait ? L'√©glise, les pharisiens, les conducteurs de l'√©poque. "Nous le savons. Nous sommes totalement convaincus que Tu es la personne en question. " Pourquoi alors ne pouvaient-ils pas faire cela ? En effet, leur syst√®me‚Ķ J'aimerais que cela p√©n√®tre plus profond√©ment, parce que c'est √† cela que je vais aboutir. Voyez ? Le syst√®me auquel ils s'√©taient d√©j√† joints, c'√©tait de cela qu'ils ne pouvaient se d√©tacher, quand bien m√™me ils voyaient que c'√©tait le Messie. Mais le syst√®me auquel ils √©taient connect√©s ne pouvait pas les laisser accepter Cela.
Est-ce vous - Comprenez-vous ? [L'assemblée dit : "Amen. " - N.D.E.] Eh bien, j'aimerais poser une question à mon auditoire visible : Combien comprennent ce dont je parle ? Levez la main. Très bien.

75 Bon, un système ! Ils croyaient cela et savaient que c'était là. Oh ! comme j'aimerais dire que c'est la même chose aujourd'hui ! Nous voyons ce qui est censé être ici aujourd'hui et nous voyons Cela, néanmoins le système ne laissera pas les gens accepter Cela. Ils sont très endoctrinés par le système. Voyez, il ne s'agit pas d'une personne, il s'agit d'un système.
C'est tout comme j'ai parlé du président qui vient d'être assassiné. Ce n'est pas l'homme, à ce que je sache, il était un homme de bien ; il n'a rien fait de mal, à ce que je sache. Mais c'est le système. Ce ne sont pas les gens ; c'est le système.

76 Ce n'étaient pas les Juifs ; c'était leur système. Ce système-là L'avait condamné, parce qu'Il ne tolérait pas leur système. Comprenez-vous ? [L'assemblée dit : "Amen. " - N.D.E.] Aujourd'hui, les mêmes choses se produisent donc. Et ils ont choisi cet ennemi public, un meurtrier.
Mais le gouvernement a √©t√© impliqu√© dans cette affaire. Ainsi, le gouvernement doit prendre cette d√©cision, en effet, pour √īter la vie √† quelqu'un, il faut passer devant le gouvernement. Il ne leur √©tait pas permis de faire cela, car, ils √©taient sous la - la domination de Rome. Il ne pouvait pas √īter la vie √† quelqu'un, peu importe ce que leur √©glise disait : "Il nous faut faire √ßa. " Eh bien, ils - ils ne pouvaient pas le faire avant que Rome ne leur donne une autorisation. Ainsi, cela devait passer devant le gouvernement. Eh bien, le gouvernement a √©t√© impliqu√© dans la chose.
Eh bien, si ce n'est pas là le tableau de ce jour-ci, alors je ne sais quoi. Voyez ? Tout à fait exact.

77 L'√©glise rejette Cela, maintenant, c'est le gouvernement qui est impliqu√©. Le temps arriva o√Ļ la nation tout enti√®re - tout enti√®re devait se pr√©senter. La d√©cision avait √©t√© prise. La confrontation √©tait proche. Toute la nation L'avait rejet√©, et ils avaient attir√© la col√®re de Dieu sur eux. Et avant que le‚Ķ M√™me l'√©glise L'avait rejet√©, ce qui allait attirer la col√®re sur l'√©glise. Mais l√†, la nation L'a rejet√©, pour attirer la col√®re sur tous.
Et aujourd'hui, le monde L'a rejeté pour attirer le jugement sur le monde entier. Toutes les nations doivent être jugées.

78 Et nous savons que cela √©tait arriv√© du temps du grand g√©n√©ral romain, Titus. Il avait assi√©g√© J√©rusalem et puis, finalement, juste‚Ķ Ils ont mang√© les enfants les uns des autres, ils ont mang√© les √©corces d'arbre et l'herbe de champ. Et - et puis, Titus est entr√© sur un cheval, il a taill√© les murs en pi√®ce et a br√Ľl√© la ville, et le sang a coul√© dans les rues comme cela, l√† o√Ļ il les avait tu√©s l√†-dedans. Et il le fallait. Avant que le Dieu juste laisse un peuple qu'Il a choisi subir pareille chose, il - il fallait qu'il y e√Ľt une raison valable. Il est juste. Ses - Ses lois exigent Sa justice. Et une loi sans sanction n'est pas une loi.

79 Si je disais, (j'√©laborais une loi ici dans cette ville) : "Br√Ľler le feu rouge est passible d'une - une - une amende ", et qu'ensuite il n'y ait pas de sanction √† cela, on continuerait bien √† br√Ľler le feu rouge. Mais il doit y avoir une sanction.
Et la sanction de la loi de Dieu, pour avoir rejeté Son plan , c'est la mort. Il faut la mort, cela doit donc en être le prix.

80 Nous sommes dans un procès similaire, ce matin, le monde entier, un procès. Toutes les dénominations ont rejeté la Parole. Je sais que ceci a l'air très dur. Et j'aimerais que les prédicateurs qui suivent, ceux qui sont ici présents et aussi ceux qui écouteront la bande, cherchent à comprendre ceci maintenant que j'essaye de le rendre clair. Mais voici l'argumentation que je tiens ou que j'essaye d'expliciter, quand je dis que nous sommes aujourd'hui dans un autre prétoire de Pilate.

81 Vous direz : "Si j'avais √©t√© l√†, j'aurais parl√© en faveur de J√©sus-Christ. " Et, eh bien, qu'√™tes-vous en train de faire √† Ce sujet aujourd'hui ? C'est √ßa la chose. Voyez ? "Peu importe √† quel point l'√©glise L'avait rejet√©, je me tiendrais √† Ses c√īt√©s. " Vous en avez eu l'occasion (Oui oui. Voyez ?). Ils - ils L'avaient rejet√©.

82 Eh bien, Il est jugé aujourd'hui, ou Il vient d'être jugé, ou - ou Il passe en jugement, pour qu'une organisation mondiale soit formée, ce qu'on appelle le Conseil mondial des églises, à - à - à former dans - dans le - dans le Conseil mondial de l'église. Eh bien, et qu'avaient-ils fait ? Ils avaient voté qu'ils allaient absolument s'unir pour former un Conseil des églises.
Et dans ce Conseil des √©glises‚Ķ toutes les √©glises doivent devenir membres de ce conseil, sinon il ne vous sera m√™me pas autoris√© de pr√™cher ; il ne leur sera m√™me pas permis de prier pour les malades. Et votre √©glise peut √™tre utilis√©e √† toutes fins selon leur bon plaisir. S'ils veulent y emmagasiner des bo√ģtes, des minutions, ou n'importe quoi qu'ils veulent faire, vous n'aurez pas du tout de mot √† dire. Soit vous √™tes membres du Conseil des √©glises soit vous en √™tes pas du tout.
Et c'est le système que l'on est en train de former ici aux Etats-Unis, afin d'accomplir les Ecritures à la lettre. Ça accomplit ce que le Seigneur m'avait dit en 1933, voyez, et nous sommes en cette heure-là ce matin.
Et J√©sus-Christ, la Parole, passe en jugement aujourd'hui, comme lors de la crucifixion ; et maintenant, Il est sur nos mains. Il est sur les mains du monde. La Parole a √©t√© clairement identifi√©e √† travers le monde, voyez, et Il passe en - en jugement. Toutes les d√©nominations L'ont rejet√©. Et aujourd'hui, Il est jug√© comme un‚Ķ au Conseil des √©glises, et ils Le rejettent une fois de plus et ils ont plut√īt fait le m√™me choix qu'autrefois.

83 Vous voyez, la nature, selon l'histoire, √©volue en un cycle ; en effet, la nature continue de m√™me. Les arbres continuent toujours √† cro√ģtre ; la v√©g√©tation ainsi que des fleurs poussent, et le monde tourne comme toujours. C'est la nature. Et la nature de chaque √Ęge produit de nouveau, reproduit le - le reflet de la nature qui l'a pr√©c√©d√©e. Et aujourd'hui, nous nous retrouvons de nouveau au m√™me endroit.
Eh bien, J√©sus √©tait la Parole (Saint Jean, chapitre 1). Nous croyons tous cela. Il √©tait la Parole. Et puisqu'Il √©tait la Parole‚Ķ (S'il vous pla√ģt, comprenez.) Il √©tait la Parole, et Il devait s'opposer √† l'organisation.
Et ils n'avaient pas - ils ne L'avaient pas rejeté à cause de Ses miracles. Non. Ils ont dit… Il a dit : "Qui peut Me condamner ? "
"Et quel mal avait-Il fait ? " demanda la jeune dame. " Quoi de mal a-t-Il fait, sinon guérir les malades ? "

84 Ils ont répondu : "Nous ne Le condamnons pas à cause de ces choses. " Voyez ? "Nous Le condamnons parce que Lui, un homme, se fait Dieu. " Et leurs propres Ecritures disaient qu'Il serait Dieu.
Dans Esa√Įe, le grand proph√®te qui a √©crit les 66 chapitres d'Esa√Įe, commen√ßant par le‚Ķ Au d√©but, c'est comme " au commencement " ; et au milieu du livre, apparut Jean Baptiste ; et √ßa se termine par le r√®gne du mill√©nium. Et 66 livres dans la Bible tout comme il y a 66 chapitres dans Esa√Įe. La co√Įncidence est remarquable. Il est dit dans Esa√Įe 9. 6 :
"Un enfant nous est né, un fils nous est donné… on l'appellera… Conseiller, Prince de la paix, Dieu puissant, Père éternel, Merveilleux."

85 Et les traditions ou les organisations aveugles ne voyaient pas que c'était Dieu. C'était leur propre prophète (à qui la Parole de Dieu venait) qui avait dit qu'Il serait Dieu. Les organisations aveugles ! Ils avaient donc rejeté la Parole et ils ont préféré un meurtrier, Barrabas à la place.

86 Et, aujourd'hui, la Parole pour ce jour-ci a été clairement confirmée. Elle a été rendue réelle. Elle s'est avérée la Vérité. " Et aux derniers jours, comme a dit Jésus, ce qui arriva du temps de Sodome " et tout, " arrivera de même à la Venue du Fils de l'homme. " Le Dieu même qui était la Parole avait prédit le temps de la fin et ce qui arriverait ; et les lumières brilleraient au temps du soir. Et Malachie 4, Il enverrait ces choses et les confirmerait.

87 Et on en est √† la d√©cision. Et les √©glises ont rejet√© Cela. Et qu'est-ce que les √©glises ont d√©sir√© ? Un meurtrier de la Parole, quelqu'un qui accepte un syst√®me. Si le syst√®me est contraire √† la Parole, alors c'est un meurtrier vis-√†-vis de la Parole. Et ils ont pr√©f√©r√© une tradition d√©nominationnelle plut√īt que la v√©ritable Parole rendue manifeste, et qui a des preuves que c'est Dieu parmi les peuples, par la science, par les photos, une Lumi√®re, le m√™me Ange du Seigneur, la Colonne de Feu.
La m√™me Personne qui avait v√©cu sur terre dans le - dans le corps de J√©sus-Christ est venu sur Son peuple dans ces derniers jours, o√Ļ la science En a pris une photo. L'Eglise a vu Ses oeuvres. C'est compl√®tement identifi√© par des bandes et tout √† travers le monde, et cela a √©t√© pr√™ch√© aux individus.
Et cependant, malgr√© tout cela, leurs organisations pr√©f√®rent le Conseil des √©glises pour condamner la V√©rit√©. Voyez ? Ils pr√©f√®rent un meurtrier qui interrompt, ou plut√īt arr√™te, exclut. Et, elle le fera, ils arr√™teront une Chose pareille Et le Conseil des √©glises aura √† le faire. Voil√† la marque de la b√™te : L'antichrist, contre la Parole, qui est Christ. Mais pas leurs iden‚Ķ

88 Ils pensent qu'il s'agit de la tradition. Ils pensent que leurs traditions viennent de Dieu. Voyez ? Mais cela ne sera pas à la hauteur de la Parole, et Dieu ne confirmera pas non plus que c'est la vérité. Jésus était à la hauteur de la Parole, mais pas de leur conseil, mais de la Parole. Et la Parole a confirmé qu'Il était Dieu.
Et Elle confirme aujourd'hui que c'est Dieu, parce qu'Elle mène la même Vie, Elle fait parmi nous la même chose qu'Elle avait faite autrefois et cela a été prédit.

89 Que font-ils donc ? Ils acceptent quelque chose que… Ils ont déjà accepté le système même qui crucifiera Cela. Et la crucifixion de la libre interdénomination est proche. C'est vrai.

90 Bon, cela ne contredit pas les Ecritures. C'est conforme aux Ecritures. "Et ils ont formé une image à la bête. " Unissant les dénominations du monde dans une seule dénomination protestante, formant la marque de la bête, l'image de la bête, selon Apocalypse 13. 8 : "Et ils ont formé une image à la bête. "
La bête, c'est Rome. Nous le savons tous. Mais ça a toujours été Rome, tout… Comment cela peut-il… Comment cela peut-il être la Russie alors que la Bible dit que c'est Rome ? Voyez, les gens ont simplement une fausse impression. Voyez ? Comment cela peut-il être autre chose, alors qu'il est prédit que ça doit sortir de Rome ?

91 Retournez une fois de plus dans Daniel, le pied d'argile et de fer. Le fer ne s'est pas arrêté depuis les genoux jusqu'au bout. Et tout le monde sait que la Russie n'était même pas connue à l'époque. C'était Rome. Le dragon rouge était Rome. C'est toujours Rome. Et ce fer n'a jamais changé pour devenir autre chose, depuis Rome jusqu'à tout le reste. Cela est resté Rome. Et la bête, c'est Rome.

92 Et Rome avait un syst√®me religieux dont la t√™te mortelle‚Ķ ou plut√īt la plaie mortelle √† la t√™te avait tu√©, mais il a surv√©cu en passant de la Rome pa√Įenne √† la Rome papale. Et aujourd'hui, on va former une image √† cela, de la b√™te qui sort dans Apocalypse 13.
Avez-vous d√©j√† remarqu√© que cette nation a le chiffre 13 et qu'elle appara√ģt‚Ķ Je ne dis pas que ceci est‚Ķ C'est - c'est √©trange cependant, que √ßa tombe suivant la math√©matique, ma -‚Ķ parfaitement selon les Ecritures. Elle se trouve dans Apocalypse, chapitre 13, cette nation.

93 Toutes les autres b√™tes √©taient sorties de l'eau, qui signifie une foule et une multitude de gens, dit la Bible. Mais cette petite b√™te est sortie de la terre, l√† o√Ļ il n'y avait pas de gens. Cependant, c'√©tait un agneau : la libert√© de la religion, ensuite il a parl√© comme un dragon et il s'est uni √† une puissance, et il a fait tout ce que le dragon faisait avant lui. Exact. Vous y √™tes donc. Il - il doit en √™tre ainsi. Il n'y a pas d'autres d√©tours √† cela.

94 Et nous y sommes aujourd'hui, formant un syst√®me. Un syst√®me ! Nous ne pouvons pas attendre que quelque‚Ķ Nous cherchons √† faire de tout le monde un luth√©rien et nous n'y arrivons pas. Chercher √† faire d'eux tous des baptistes ; nous n'y arrivons pas. Faire d'eux tous des m√©thodistes, ou faire d'eux tous des pentec√ītistes, nous n'y arrivons pas. Alors, pour y parvenir (le temps est tr√®s court), ils ont form√© un conseil, une t√™te, une image √† la b√™te. C'est exactement ce qu'ils ont fait. Et qu'est-ce ? La crucifixion de la Parole une fois de plus est proche. Cela passe en jugement et √ßa sera bient√īt sur la sc√®ne.

95 Remarquez, la Parole manifestée, différemment de la dénomination. Cela manifeste la différence entre la Parole et la dénomination.
Qu'est-ce ? Qu'est-ce que ce système ? C'est un satellite de Rome. La Bible dit-Elle qu'il en sera ainsi ? Oui, oui. Apocalypse 17, il a vu Rome se lever elle-même dans un système ecclésiastique, d'une femme. Une femme, l'église est toujours représentée par une femme. En effet, l'Epouse de Christ est une femme, c'est Eve qui était tombée. C'est elle qui doit être rachetée. Et l'Eglise (c'est quoi ?) c'est une femme rachetée.

96 Et cette femme est assise sur une bête à sept têtes. Et nous savons ce qu'il en est des sept collines et autres, tel que la Bible dit que ça serait. Il n'y a pas d'erreur. Il n'y a pas lieu à l'erreur. Voyez ?
Et remarquez, nous voyons donc qu'elle √©tait la m√®re des prostitu√©es. Voyez ? Une m√®re et sa fille s'unissent dans une amiti√© une fois de plus. La fille s'√©tait une fois s√©par√©e de la m√®re, pour essayer de mener une vie d√©cente ; en effet, la m√®re √©tait si vile et si m√©chante que la fille a quitt√© la maison. Mais alors, depuis qu'elle a commenc√© √† avoir un peu de l'√Ęge, elle - elle a fait beaucoup de mauvaises choses elle-m√™me ; elle voit sa m√®re ; elle pense que sa m√®re avait raison, alors elle forme sa propre organisation. Voyez ? C'est exact.

97 Unir les dénominations, le protestantisme, cela accomplit exactement ce que les Ecritures disent dans Apocalypse 17 : "Tous ceux dont les noms n'étaient pas écrits dans le Livre de Vie de l'Agneau lui appartenaient. " L'un ou l'autre, soit la bête soit l'image de la bête. C'est la Bible qui le dit.
Et Jésus en a parlé, ce n'est pas le communisme. Mais dans Matthieu, chapitre 24, à partir du verset 21 jusqu'au verset 26, Il a prédit que l'esprit de cette organisation serait si proche de la chose réelle qu'il séduirait, s'il était possible, même les élus. Les élus dont les noms étaient inscrits dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde. Et, franchement, ils sont si rattachés qu'Il a dit que si l'oeuvre n'était pas abrégée à cause d'eux, personne sur terre ne serait sauvée. Et nous avons uniquement…

98 On est - on est en 1964, n'est-ce pas ? Et je pense qu'on affirme qu'il y a encore dix-sept ans, selon le calendrier. Et nous sommes en 64, 1964, ce qui fera (qu'est-ce ?) trente-six ans d'ici le vingt et unième siècle.
Et chaque deux mille ans, le monde arrive à la fin du système mondial, le système religieux, la fin de tous les systèmes, et Dieu doit entrer en scène. Il l'a fait du temps de Noé ; le premier deux mille ans. Le deuxième deux mille ans, le système est revenu à notre texte de ce matin. Et Il a de nouveau envoyé Sa Parole. Il a envoyé Sa Parole par un prophète, du temps de Noé, le prophète Noé. Et les gens ont rejeté Cela au profit de leur système. Il a de nouveau envoyé Sa Parole du temps de Jésus, la Parole manifestée dans la plénitude. Les gens ont rejeté Cela.
Et aujourd'hui, on est en 1964, il reste trente-six ans pour qu'on totalise encore deux mille ans ; et la Parole a été apportée, et l'organisation L'a rejetée.

99 A quel point sommes-nous proche ? Peut-être qu'il est plus tard que nous ne le pensons. Voyez ? Cela peut arriver à tout moment. Peut-être que c'est déjà arrivé, autant que nous le sachions, comme je l'ai dit le dimanche passé quand j'étais ici. Le dernier nom peut avoir été inscrit dans ce Livre-là ; quand il se fera, il n'en viendra plus d'autres. Le monde évoluera comme par le passé, mais l'Eglise aura été scellée. Remarquez donc, alors que nous continuons ici.
Eh bien, leurs noms… il ne séduira pas ceux dont les noms sont inscrits.

100 Qu'est-ce ? Il doit y avoir un syst√®me. Voyez ? Et pensez-y donc, √™tre membre de cette d√©nomination, dans ce syst√®me, que faites-vous alors ? Qu'avez-vous fait ? Vous √™tes scell√© au dehors (voyez ?) loin de la Parole pour √™tre dans un syst√®me meurtrier qui √īte‚Ķ " ayant l'apparence de la pi√©t√©, mais reniant ce qui en fait la force. " C'est la marque de la b√™te. Exact. Voyez ?

101 C'est la bête là, ce qu'il a fait ; et voici l'image, la même chose. Et la bête était si grande, celle qui a formé cette grande église universelle à Nicée (voyez ?), qu'ils ont amené le monde entier - entier à adhérer à cela, à ce seul système. Et ils ont pensé que cela était si glorieux : " Personne ne pourra lui faire la guerre ", dit la Bible, jusqu'à ce qu'ils aient formé une image à la bête, et qu'ils aient fait entrer tous les protestants dans le Conseil des églises, lequel a formé un système, et on ne vous considérera même pas comme chrétien ou quoi que ce soit d'autre à moins d'être membre de ce système-là.

102 Voilà la différence entre la marque de la bête et le scellement de Dieu. Dieu scelle par Sa Parole. Croyez-vous que c'est la Parole ? [L'assemblée dit : "Amen. " - N.D.E.] Eh bien, vous direz : "Est-ce vrai, Frère Branham ? " Oui, oui.

103 Eh bien, je - je sais que vous les observateurs du sabbat ou les adventistes du septième jour, vous dites : "C'est l'observation du sabbat. " Mais ce n'est pas ça… Non - non pas pour être méchant envers vous, mais c'est tout à fait contraire aux Ecritures.
Ephésiens 4 :30 dit : "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez été scellé pour le jour de votre rédemption. " (Voyez ?)

104 Bon, le Saint-Esprit est la Parole. Il n'y a pas trois Dieux. Il est le m√™me Dieu dans trois dispensations, trois offices. Dieu, le P√®re, au-dessus de la loi ; Dieu, le Fils, dans la gr√Ęce ; et Dieu le Saint-Esprit (comme on l'appelle), le m√™me Dieu dans la dispensation du Saint-Esprit. Dieu, le P√®re, √©tait la Parole ; Dieu, le Fils, √©tait la Parole ; et Dieu, le Saint-Esprit, est la Parole. Voyez, ce sont juste trois offices. Et aussi nous‚Ķ Et le Saint-Esprit vous scelle, par cons√©quent, vous √™tes scell√© par la Parole.

105 Bon, vous direz : " Eh bien, je suis scellé par… "
Eh bien, alors, ça s'identifie. Voyez ? Ça se prouve. Vous ne pouvez pas être membre d'une organisation, et être scellé et par cette organisation et par la Parole. Voyez ? En effet, l'un est opposé à l'autre. Vous ne pouvez pas le faire. Très bien.
Bon, nous voyons qu'une grande machine mécanique… La mécanique de la grande machine, c'est pour…
La machine, ça a… (L'automobile), ça a des pistons, des soupapes, un carburateur et autres. C'est la - c'est la mécanique.

106 Et j'aimerais dire quelque chose à l'église ici même, ça me vient à l'esprit.
Voyez, c'est ce que‚Ķ Je crois que nous sommes tr√®s proche de la fin, je - je vais dire quelque chose maintenant. Voyez ? Voyez ? La - la m√©canique‚Ķ Il y a beaucoup de gens qui essayent d'expliquer la m√©canique alors qu'ils ne connaissent pas cela. Voyez ? Tout ce que vous‚Ķ Et, vous savez, vous √™tes cens√©s conna√ģtre cela. La m√©canique est connue. Eh bien, qu'arriverait-il si Mo√Įse‚Ķ
Qu'arriverait-il si quelqu'un avait demandé : "Noé, je voudrais que tu expliques la - la mécanique, comment l'arche flotte. Comment ça ? " Il n'y arriverait pas.
Vous n'√™tes pas oblig√© de conna√ģtre la m√©canique ; juste sa dynamique. Voyez, la dynamique, c'est ce qu'il vous faut conna√ģtre.
Comment ? Eh bien, si quelqu'un s'√©tait lev√© en Isra√ęl et avait demand√© : "Dites donc, Mo√Įse, j'aimerais comprendre. Comment arriviez-vous √† cr√©er les animaux sur votre propre parole ? "

107 Il aurait répondu - répondu : "Ce n'est pas ma parole ; c'est la Parole de Dieu. C'est Lui qui m'a dit de le faire. " Voyez ?

108 " Je - je - je‚Ķ Dites : "Expliquez-moi comment vous avez fait venir les mouches sur terre, alors qu'il n'y en avait pas, beaucoup de mouches sur terre. " Voyez ? Mo√Įse lui-m√™me n'arrivait pas √† expliquer cela. Vous n'√™tes pas oblig√©. "Comment avez-vous fait souffler le vent de l'orient et √ßa a ouvert une br√®che dans la mer Rouge, et nous tous, nous vous avions suivi √† pied sec ? Expliquez cette m√©canique. Quelle - quelle - quelle √©tait la - la - la m√©thode utilis√©e, Mo√Įse ? C'est laquelle ? Dites-moi, la recherche scientifique, quel atome vous avez l√Ęch√©. " Voyez ? Voyez ?

109 Il - il ne le savait pas. Il… Eh bien, il ne connaissait pas la mécanique ; il n'en connaissait que la dynamique. Et - et comme ça.
Je ne peux pas vous expliquer comment je vis. Je ne peux pas vous expliquer comment vous vivez, cependant vous vivez. Je ne peux pas vous expliquer comment votre coeur et la nourriture que vous consommez se transforme en sang. Et ça tire la - la force de cette nourriture, et - et entre dans le troisième paroi de l'appareil digestif et transforme cela en vie du sang, et renvoie cela en vous. Je - je ne peux pas expliquer cela, mais c'est ce qui se fait. Voyez, c'est ce qui se fait. Je - je ne peux l'expliquer. Je n'en connais pas la mécanique. C'est la dynamique.

110 Bon, peut-√™tre que Mo√Įse en connaissait la m√©canique, mais il n'appartenait √† personne d'autre de comprendre cela √† part Mo√Įse. Ils savaient que cela fonctionnait, et c'√©tait suffisant. Pourquoi les gens ne peuvent-ils pas √™tre satisfaits comme √ßa aujourd'hui ? Voyez ? Tout le monde ne pouvait pas √™tre Mo√Įse. Il n'y avait qu'un seul Mo√Įse. Ils reconnaissaient bien que √ßa venait de Dieu. Ils avaient vu que √ßa venait de Dieu. Et ils ont continu√© √† suivre et ils ont bien fait jusqu'au moment o√Ļ ils ont commenc√© √† mettre cela en doute, ils voulaient √©lever quelqu'un d'autre pour faire la m√™me chose (Kor√©e, Dathan). Et quand ils ont eu quelqu'un d'autre pour faire des imitations charnelles, finalement Dieu a dit : "S√©pare-toi. N'entre pas dans ce syst√®me d√©nominationnel. Voyez, sors-en ! Je vais engloutir cela. " Et Il a ouvert la terre et a englouti cela. Voyez ?

111 Vous ne connaissez pas, vous n'√™tes pas oblig√©s de conna√ģtre la m√©canique. Connaissez juste la dynamique, ce qui fait vibrer la chose, ce qui rend la chose vraie. Et voyez si cela atteint le but que la Bible avait promis d'atteindre en ce jour-ci. Voyez ? C'est de nouveau la Parole. Retournez √† la Parole.

112 Eh bien, la grande machine est installée aujourd'hui, prête à se mettre en marche. La mécanique est déjà là. On a déjà eu le système mécanique de l'organisation qui va apporter la paix sur la terre, dit-on. On a par exemple les Nations-Unies.
Les nations se sont unies. C'est un temps d'union. Je viens de prêcher sur cela, récemment. Le… Elles sont - elles sont en train de s'unir pour former quoi ? Un monde de paix. Ils ont fait cela avec la Société de nations. C'est ce qu'ils ont toujours fait, mais cela ne marche jamais. Ça ne peut pas marcher. Les Nations-Unies ne sont rien d'autres qu'un gros ballon en caoutchouc qui est ballotté par le vent de doctrine de chaque nation. Ça va gonfler et exploser à n'importe quoi. Ça ne peut pas marcher.
Le Conseil des églises non plus. C'est une organisation faite par l'homme, contraire au système, ou avec leur système qui est contraire à la Parole de Dieu, et ça ne peut pas marcher.
"Deux hommes marchent-ils ensemble sans en être convenus ? " Vous ne pouvez pas faire cela. Et comment l'Eglise chrétienne peut-elle… aura à…

113 Les - les pentec√ītistes, les assembl√©es de Dieu, et les - les autres grandes √©glises du - du royaume pentec√ītiste, et des gens du plein Evangile‚Ķ Comment peuvent-ils abandonner leurs enseignements √©vang√©liques, les principes m√™mes sur lesquels ils se tenaient ? Et ils avaient √©t√© suscit√©s l√† pour sortir de ces organisations et les condamner. Et ils doivent abandonner leur doctrine √©vang√©lique pour s'accorder avec l'homme, qui n'accepte pas les principes de la Bible, la gu√©rison divine, la puissance de Dieu, et J√©sus-Christ. Deux hommes marchent-ils ensemble sans en √™tre convenus ?

114 Vous y √™tes. C'est l'heure o√Ļ nous sommes arriv√©s, et c'est la grande machine qui est en place. Aujourd'hui, ils ont la m√©canique. Tout ce qu'il leur faut avoir, c'est Satan l√†-dedans avec la dynamique pour pousser la marque de la b√™te. Une fois que cela est pouss√©, alors la dynamique se met en marche. La m√©canique est l√†. On l'a d√©j√†.

115 Permettez-moi de dire encore quelque chose. Ce temps d'union, voir les églises s'unir, les nations s'unir. C'est aussi un temps d'union pour Dieu et Son Epouse. Et je dis ceci avec révérence et respect. Je crois que l'Epouse de Christ est appelée. Je crois qu'Elle est scellée dans le Royaume de Dieu. Je crois que la mécanique est là. On attend la dynamique qui La fera quitter de la terre vers la Gloire, dans l'enlèvement. Je crois cela de tout mon coeur. Oui, oui. Nous ne savons pas comment Il va le faire, cependant Il va le faire. Il est la dynamique. Nous devenons simplement les pièces de la machine, de Son corps, formant nous-mêmes Son image, et Le voir s'unir Lui-même à nous par Ses oeuvres, par Ses dons d'amour, alors qu'Il nous les donne juste avant le souper des noces. Et nous sommes dans l'attente, veillant pour cela. Leur grande église aussi s'unit.

116 La dynamique de cette √©glise sera un remplissage du Saint-Esprit, et nous nous en sommes servis dans une moindre mesure, lors de la descente de la Pierre de Fa√ģte pour s'unir au Corps. Mais quand la T√™te et le Corps s'uniront ensemble, la pleine puissance du Saint-Esprit l√®vera l'Epouse juste exactement comme √ßa ; m√™me les morts, qui sont morts en Christ, depuis des centaines d'ann√©es, se l√®veront dans la beaut√© de Sa Saintet√© et s'envoleront vers les cieux. La dynamique est le Saint-Esprit.

117 Et aujourd'hui, la dynamique de ce grand système qu'ils ont formé, un jour, cette grande machine se mettra en marche dans l'union du Conseil mondial des églises, et cela exercera aussi une contrainte… mais rappelez-vous.
Vous direz : "Quand cela arrivera… " Il sera alors trop tard pour vous. Vous y êtes déjà. Que vous le vouliez ou pas, vous y êtes déjà. Voyez ? Remarquez, vous avez déjà cet esprit sur vous.

118 Au jour o√Ļ les - o√Ļ les - les vents de l'Esprit soufflent de l'est, du nord, de l'orient, du sud, persuadant les gens √† sortir de l√†, et montrant aux gens‚Ķ
C'est la raison pour laquelle je suis si opposé à ce système. J'ai vu qu'il y a là quelque chose, des ténèbres. De même que j'avais vu comment ces femmes portaient ces histoires sur le visage, je vous en avais parlé le dimanche passé, j'ai su que quelque chose était en cours.

119 Pourquoi ai-je toujours été contre cette histoire ? Je ne le savais pas ; je le sais maintenant. Pourquoi ai-je toujours été contre la religion organisée ? C'est parce que (Je vois cela maintenant) c'est la marque de la bête. Voyez ? Je ne l'avais jamais dit jusque ces quelques deux dernières semaines. Voyez ?
Eh bien, d'après la politique de l'église, qu'est-ce qui arrive ensuite, après que la Parole aura été confirmée comme étant la vérité ? Eh bien, suivez, on en arrive finalement à un dénouement. Leur prochain mouvement était donc…

120 Quel était le prochain mouvement des Juifs après que l'église L'avait rejetée ? (L'église avait rejeté la Parole) Ils ne voulaient rien avoir à faire avec Elle. "C'était un mauvais esprit. " Il discernait les pensées de leur coeur. "C'était un mauvais esprit. " Cependant, C'était la Parole. Et les oeuvres qu'Il faisait, rendaient témoignage de Lui, confirmaient qui Il était. Ils ne voulaient rien avoir à faire avec Cela.
Puis, la chose suivante, Cela fut pr√©sent√© au gouvernement. Et ceci est un gouvernement de l'√©glise, en effet, toute la nation est impliqu√©e. L√†, une nation pa√Įenne r√©gnait sur une nation religieuse. Aujourd'hui, c'est‚Ķ tout est religion, aussi cela doit-il en venir √† une religion mondiale.
Oh ! la la ! Un aveugle peut voir cela ! Et qu'est-ce qu'un aveugle dira en voyant ceci ? En voyant cela, il se débarrassera de sa cécité.

121 Remarquez là, quand ce Conseil mondial s'unit : "Que ferons-nous de ce Jésus appelé Christ ? " Ils ne veulent certainement rien avoir à faire avec Lui. Alors, il n'y a qu'une seule chose à faire, donc exactement ce que les autres avaient fait à l'époque, ils Le crucifieront. Certainement. Arrêter cela ; plus question de ça, ce n'est plus permis. La force de la religion du monde ne les laissera plus faire cela. Un ministère comme celui qui s'exerce ici et des choses semblables seront absolument interdits. Vous ne pouvez pas exercer cela sans l'approbation du quartier-général, la tête de l'église, voyez, une image à la bête. Oh, très bien, nous y sommes, c'est tout. Nous - nous - nous y sommes arrivés. Et c'est prouvé comme étant vrai.
La prochaine action, c'est de Le crucifier.

122 Exactement comme aujourd'hui, on fera que tous ceux qui ne se joindront pas à eux, seront interdits et il ne leur sera pas permis de prêcher. Voyez ? Cela crucifie de nouveau la Parole promise confirmée. " Arrêtez ça. Il ne vous est plus permis d'avoir cela. Plus de services de guérison. Plus de prière pour les malades. " Non, non. Vous ne pouvez pas faire cela. Non, rien de tout cela. Non, non. Il vous faudra soit adhérer au Conseil des églises soit ne pas du tout avoir cela.

123 Maintenant, vous pouvez voir pourquoi je suis contre la religion d√©nominationnelle, c'est parce que c'est la marque de la b√™te. Rome en est la t√™te, la premi√®re. C'est tout √† fait vrai. Et elle am√®ne tout le monde √† recevoir cela en se joignant aux filles, c'est l'image. Leur m√®re √† fait de m√™me. O√Ļ est-ce que Rome s'√©tait organis√©e pour la premi√®re fois ? Quelle a √©t√© la premi√®re religion organis√©e au monde ? Les catholiques romains. Quiconque a le droit de dire un mot, si ce n'est pas vrai, faites-moi savoir cela. Ce n'est pas ici. La premi√®re organisation, la premi√®re √©glise qui fut jamais organis√©e, c'√©tait √† Nic√©e, Rome. Oui, oui. Et c'est exactement ce qu'ils ont fait.

124 Et qu'a fait Luther après sa mort ? Ils ont fait la même chose qu'à Nicée, Rome. Qu'ont-ils fait après Wesley ? Qu'ont-ils fait après tous ces grands mouvements qui ont été suscités ? Ils ont fait la même chose : "Ils ont fait de leurs filles des prostituées, c'est tout à fait parfait. De même, nous voyons ici…

125 J'avais not√© un petit passage des Ecritures ici. Je ferais peut-√™tre mieux d'omettre cela. Mais‚Ķ Et - et observez, ils ont d√Ľ‚Ķ
L'organisation de l'√©glise a form√© le m√™me syst√®me aujourd'hui. Tout ce dont ils ont besoin, c'est de la dynamique pour cela. Juste quelque chose pour mettre cela en action. Et on en arrive √† la confrontation bient√īt.

126 L'Eglise catholique et les Eglises protestantes deviendront des amis. Je vous ai parlé depuis, pendant ces quelques trente dernières années. Elles s'uniront. Et vous voyez exactement ce qu'elles sont en train de faire aujourd'hui. Les - les protestants ne deviendront jamais des catholiques, mais ils auront une association fraternelle : "Une marque de la bête, à l'image de la bête. "

127 De m√™me que la m√®re Eve avait corrompu le monde entier avec la mort physique. La m√®re Eve ! Ecoutez. La m√®re Eve avait corrompu toute la race humaine avec la mort physique. Comment ? En rejetant la Parole et en acceptant quelque chose de presque identique √† Cela. Elle est √† la base de chaque mort physique, parce qu'elle a abandonn√© la vraie Parole ; et elle avait cru toute la Parole sauf une petite portion. C'est le rejet d'une petite portion de la pl√©nitude de la Parole de Dieu qui est √† la base de chaque chagrin, chaque mort, et tout ce qui a jamais √©t√© sur terre. C'est Eve qui est √† la base, la m√®re de la mort. Eh bien, voyez-vous d'o√Ļ nous en venons ? La m√®re de la mort, remarquez, elle avait tout simplement dout√© de la Parole.
Elle a dit : "Dieu l'a dit. "
Satan a dit : "C'est vrai. "
"Dieu a dit... "
"C'est vrai. "
"Dieu a dit… "
"C'est vrai. "
"Dieu a dit… "

128 "Oui, ce - c'est exact. Dans un - un sens, c'est vrai. Mais, voyez, ce - ce n'est pas tout. Voyez, vos yeux s'ouvriront ; vous serez… "
Mais Dieu l'a dit, et cela règle la question, la Parole. Voyez, cela avait juste commencé par une petite mauvaise interprétation de la Parole. Et c'est la même chose, ça se termine de la même manière.

129 Remarquez, une fille est un produit de l'union de la mère et du père. Eh bien, voici quelque chose de choquant. Mais la mort (physique), la mort physique, c'est l'union de la mère Eve avec Satan, pour avoir douté de la Parole de Dieu. Ils s'étaient unis et ont produit la mort. Elle… La - la mort est un produit de l'union de Satan avec Eve.

130 Eve avait la Parole. Satan s'est opposé à la Parole. Et, suivez. Pratiquement 99,99% de Cela, Satan avait accepté que c'était vrai. " Si proche ", dit la Bible : "Cela séduirait, s'il était possible, les élus dans les derniers jours. " Voyez-vous comment ça vient ? Comment ça a toujours été ? Comment ça va se terminer ? De la même façon : "Par l'union de l'incrédulité avec toute la plénitude de la Parole de Dieu. Saisissez-vous cela ? C'est ce qui produit la mort, l'union de l'incrédulité avec la Parole. L'incrédulité : juste une petite portion de cela, un tout petit peu, un tout petit peu, un centième de un pour cent. Mais cela doit être cent pour cent. C'est tout.

131 Remarquez, la fille de Dieu, l'Eglise, l'Epouse, est aussi un produit de l'union de Dieu avec Sa Parole, le Saint-Esprit s'unissant à un corps de chair ; Cela a produit le Fils de Dieu, un produit de la justice de Dieu. Et dans les derniers jour, d'après ce que nous avons appris, ce qui arriva du temps de Sodome, l'Epouse sera unie par la Parole de Dieu rendue manifeste dans une chair, le Saint-Esprit les scellant en Dieu et scellant l'incrédulité en dehors.

132 Comme je l'ai dit, si la vie de Beethoven était en vous, vous mèneriez une vie identique à celle de Beethoven. Si la vie d’Hitler était en vous, vous mèneriez une vie identique à celle d’Hitler. Et quand la Vie de Christ est en vous, vous vivrez comme Christ. Et vous accomplirez les oeuvres de Christ. Ça se fera. Si Christ vivait aujourd'hui, Il ferait exactement ce que la Parole avait dit qu'Il ferait aujourd'hui. Et si la Parole dit : "Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement ", pourquoi ce monde ecclésiastique aveugle n'arrive-t-il pas à voir l'heure dans laquelle il vit. Voyez ?

133 Eve est √† la base de chaque mort physique, pour avoir cherch√© √† injecter une h√©r√©sie de Satan dans la Parole. Et c'est la m√™me chose qui est arriv√©e √† l'√©glise √† Nic√©e, Rome, pour avoir pris des dogmes plut√īt que la Parole. C'est la m√™me chose chez les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens ; pendant que la Lumi√®re jaillit dans chaque √Ęge, ils rejettent Cela.
C'est la raison pour laquelle les luth√©riens √©taient morts quand les Wesleyens ont √©t√© suscit√©s. C'√©tait un autre √Ęge. La Parole a √©t√© proclam√©e, et ils devaient soit accepter Cela soit mourir. C'est pourquoi les pentec√ītistes meurent aujourd'hui, parce que cet √Ęge est l√†. La Parole a √©t√© rendue manifeste, l'√Ęge de l'aigle, l'√Ęge du retour de la Parole "pour ramener la foi des p√®res aux enfants une fois de plus. " Et ils sont tellement unis, ils rejettent Cela, et ils n'ont rien si ce n'est que la mort spirituelle. C'est toujours‚Ķ

134 Le Corps de Dieu, uni comme Son Epouse, formant un seul, Lui et Christ ensemble, c'est l'Esprit opérant dans la chair de l'Eglise comme Il avait opéré dans la chair de Jésus-Christ, parce qu'Elle est une partie de Son Corps. Pas deux, mais Un. Ils sont Un. Un mari et sa femme ne sont plus deux, mais un. Christ et Son Corps sont Un. Et le même Esprit qui était en Christ est dans Son Epouse, dans Son Corps, cela les unit avec toute la Parole. Et Dieu vit là-dedans et se manifeste.

135 Et l'antichrist dira : "Oh, je crois en Christ. Je crois dans l'Evangile. Je crois à ces choses, mais vous savez… " Vous y êtes. "Mais, vous savez, les jours des miracles sont passés ; cela n'existe plus. " Voyez ? Vous y êtes. "Oh, je ne crois pas qu'il vous faut être baptisé au Nom de Jésus-Christ. "
Mais la Bible dit qu'il vous le faut. Eh bien, j'aimerais qu'un théologien soit en désaccord avec cela. Voyez ? Voyez ? Il le faut. Vous direz : "Eh bien, le baptême ne change rien. " Eh bien, alors pourquoi cela est-il écrit ? Pourquoi cela changeait-il quelque chose pour Paul ? Pourquoi cela changeait-il quelque chose pour tous les autres ? Vous êtes soit baptisé…

136 La Bible dit : "Tu passes pour être vivant, et tu es mort. " En effet, il n'y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné…
Pourquoi prêcherez-vous en ce Nom, prierez-vous en ce nom, et tout, mais quand vous venez au baptistère, vous Le rejetez ? Oui, oui. Voyez ?
L'autre jour, j'ai dit à un homme, j'ai dit : "Qu'arriverait-il si un homme…"
Il a dit : "Ça ne change rien. "

137 J'ai dit : "Si un homme venait auprès de vous, et qu'ensuite, il dit qu'il a été baptisé au nom de la Rose de Sharon, du Lys de la Vallée, et de l'Etoile du Matin, diriez-vous qu'il a raison ?
Il a dit : "Non, non. "
J'ai dit : "Le rebaptiseriez-vous ? "
" Oui. "
J'ai dit : "Comment le baptiseriez-vous ? "
Il a dit : "Au non du Père, du Fils, et du Saint-Esprit. "

138 J'ai dit : "Très bien, maintenant vous avez fait exactement… Vous avez placé… Si vous avez invoqué ces noms-là, vous avez fait exactement la même chose que lui, quand il a dit : 'Rose de Sharon, Lys de la Vallée, Etoile du Matin,' parce que c'est un titre ; et 'Père, Fils, Saint-Esprit,' c'est un titre. " Voyez ?
Il a dit : "Mais Jésus a dit de baptiser 'au Nom.' "

139 J'ai dit : "C'était exactement ce qu'Il voulait dire. Mais qu'est-ce que - non pas - non pas… Il n'a pas dit : "Invoquez ces mots. " Baptisez-les au Nom : " Nom. " Oh ! la la ! J'ai dit : "Père, Fils et Saint-Esprit, ce sont des titres. " Le Nom du Père, Fils… Le Nom du Père, Fils et Saint-Esprit. " Voyez ? J'ai dit : "Qu'est-ce que Pierre a dit que c'était ? Qu'est-ce que les autres ont dit que c'était ? Qu'est-ce ? Oui, oui. Le Seigneur Jésus-Christ est le Nom du Père, Fils et Saint-Esprit. " Il a environ trente mille natifs qu'il doit rebaptiser là. Voyez ? Très bien. Mais c'est vrai. Paul a dit : "Si un ange du Ciel… "

140 Paul a dit à ces gens qui n'étaient pas baptisés au Nom de Jésus-Christ (Actes 19 :5), que pour recevoir le Saint-Esprit, ils devaient venir. Même s'ils avaient crié, loué Dieu et fait de grandes choses, il a dit qu'ils devaient revenir et être rebaptisés au Nom de Jésus-Christ. Après que Jean Baptiste les eut baptisés, ils devaient revenir et être rebaptisés.
Et il a dit, dans Galates 1. 8 : "Si un ange du ciel enseigne autre chose que ce que je vous ai enseigné, qu'il soit anathème. " Oui, oui. Ainsi, il nous faut nous attacher à cette Parole, à chaque Parole de Cela. Voyez ?

141 Remarquez. Oh, n'ayez pas de faille, soyez absolument s√Ľr. S'il y a un quelconque doute dans votre esprit, vous feriez mieux de mettre cela en ordre maintenant. N'attendez pas ce temps-l√† ; ce sera trop tard. N'attendez pas que vous ayez re√ßu la marque au point o√Ļ vous ne verrez plus jamais Cela. Vous serrez aveugle. Il a aveugl√© Isra√ęl afin qu'Il puisse manifester Sa Parole. Il fait la m√™me chose pour les Gentils ; en effet, les voil√† entrer tout droit dans cela exactement comme les autres en ce temps-l√†.

142 Remarquez, Eve a rejet√© et a abandonn√© ses droits. Apr√®s qu'elle avait vu la Parole √™tre confirm√©e par Dieu (ce qu'Il avait fait), elle a rejet√© Cela, et a abandonn√© ses droits. La m√™me chose qu'ils ont faite √† Nic√©e, √† Rome. Et la m√™me chose qu'ils sont en train de faire aujourd'hui au Conseil des √©glises, tout √† fait. Fr√®res, c'est la m√™me chose de la Gen√®se √† l'Apocalypse. C'est ce qu'Isra√ęl avait fait. C'est ce que Pilate avait fait. C'est ce que tout cela a fait, chaque fois, depuis Eve jusqu'√† aujourd'hui, la m√™me chose. Ils rejettent la Parole confirm√©e et adoptent plut√īt un dogme. Cela suscite la mort, la mort spirituelle. Mort ! La Parole est toujours pr√™ch√©e aux morts. Exact. √áa ne sera pas pendant le mill√©nium, donc, voyez. Cela leur - leur est d√©j√† pr√™ch√©. On peut recevoir Cela maintenant m√™me. Voyez ?

143 Les fils de Ca√Įn, qui √©taient un produit de l'incr√©dulit√© √† la Parole de Dieu, les fils de Ca√Įn se sont moqu√©s du Message du proph√®te No√©. Avez-vous remarqu√© cela ? Par la Parole de Dieu, il a fait venir le - le jugement qui avait √©t√© pr√©dit, et ils ont eu des signes vivants, des signes confirm√©s qui montraient que le temps √©tait proche, et les fils de Ca√Įn se sont moqu√©s de Cela.
Ils font de m√™me aujourd'hui. Ils avaient fait de m√™me - ils avaient fait de m√™me du temps de J√©sus. Ils ont fait de m√™me dans tous les √Ęges ; c'est chaque fois le cas. Ils se moquent et raillent Cela. Il a dit : "Dans les derniers jours, les moqueurs appara√ģtront et diront : 'Rien n'a chang√© depuis le temps o√Ļ nos p√®res se sont endormis‚Ķ' " Vous voyez ?

144 C'est ce que les fils du diable ont fait dans le système religieux, devant la Parole rendue manifeste du temps de Jésus-Christ. Ecoutez, les systèmes religieux du peuple juif… [Frère Branham frappe sur la chaire et dit : "Soeur Rose. " - N.D.E.] Le peuple juif qui devrait être mieux avisé, mais leur système les a amenés à rejeter et à se moquer de la Parole de Dieu (qu'ils prétendaient croire) rendue manifeste, sans aucune Parole de travers. Ils ont fait la même chose.

145 C'est ce qu'ils font aujourd'hui. Le système religieux, dans cette grande machine qu'on a mise sur pied aujourd'hui, cela va absolument… ils ont rejeté les promesses du temps de la fin ; avec le Message du temps de la fin, et le signe du temps de la fin, et tout ce qui est censé arriver au temps de la fin, comme Dieu l'avait prédit, Parole sur Parole. C'est sur bande. Même si - si on me tire dessus, ou n'importe quoi qu'on puisse faire, on n'arrêtera jamais ce Message ! Voyez ? Il continuera malgré tout. Voyez ? Il est déjà diffusé ; Il est enregistré. C'est parti. Voyez ? Ils ne pouvaient jamais… C'est - c'est la Parole de la fin, aujourd'hui même. Par… complètement confirmée et prouvée à maintes reprises ; par des signes, des prodiges, par la mécanique, par - par - par la dynamique, par - par la science, par l'église, par Dieu Lui-même qui a confirmé que c'est l'heure, à la fois par la Parole et par des signes et des prodiges.

146 Un Message approuvé de Dieu parmi nous, par des signes et des prodiges de l'heure. Un Message selon lequel Jésus-Christ n'est pas mort, mais qu'Il est vivant, tel qu'Il l'a toujours été et qu'Il envoie… Cela confirme exactement Malachie 4, et toutes les autres Ecritures que Jésus a dit devoir s'accomplir dans les derniers jours, cela est totalement accompli à la fois scientifiquement et suivant le monde. Et les magasines ont publié de grandes photos de cercles de Lumière (ce qui avait été prédit ici). Et les Anges de Dieu qui étaient descendus (les gens ne savent rien à ce sujet), et partout ailleurs, Cela est prouvé partout dans le monde.

147 La chose suivante, c'est la crucifixion, et nous nous en approchons. Comme Jésus l'a donc dit : "Que dirais-je ? Père, délivre-moi de cette heure. " Mais non. Que Ta volonté soit faite (voyez ?) sur la terre comme au Ciel. "

148 C'est ce que l'Eglise dit aujourd'hui, du fond de son coeur : "Moi, adhérer à quelque chose comme ça… ? " Non, Seigneur, (non) "Que Ta volonté soit faite comme au Ciel. "

149 Remarquez, apr√®s que la Parole promise pour l'√Ęge a √©t√© confirm√©e, ils L'ont rejet√©e. Ils ont fait la m√™me chose aujourd'hui. Et maintenant, j'en arrive √† la fin. Et de m√™me qu'Il √©tait alors venu s'identifier clairement comme √©tant la Parole, et on en √©tait arriv√© √† la confrontation o√Ļ on devait soit choisir la Parole soit adopter le syst√®me ; on en est arriv√© √† la m√™me chose aujourd'hui : On doit soit choisir soit la Parole soit adopter le syst√®me. Et ils ont adopt√© le syst√®me. Eh bien, qu'est-ce que cela fait ? Pour terminer Il est entre les mains du monde. Exact.

150 Bon, mon texte. C'est un long détours comme fondement, mais maintenant je dois commencer, vous voyez. Ne vous levez pas, je taquinais simplement. Ecoutez, voici mon sujet. Nous savons cela. Là, c'était jeter le fondement. Nous avons tout mis en un seul bloc ici donc. Eclaircissons cela et voyons à quoi ça ressemble, et plaçons cela sous loupe.

151 Jésus sur les mains des gens. Il est sur les mains de l'église. Que ferez-vous de ce Jésus appelé la Parole ointe ? Le "Christ " signifie la "Parole ointe. " Voyez ?
" Que ferez-vous de ce Jésus ? a demandé Pilate. Que ferai-je de Lui ? " Quelle - quelle est mon action ? Que puis-je faire avec ce Jésus appelé Christ ?

152 Qu'est-ce que le monde a réclamé ? Qu'est-ce que l'église a réclamé ? "Crucifie-Cela. Arrête Cela. Nous n'En voulons plus. "

153 Je vais vous poser une question. Pouvez-vous vous représenter le poids de culpabilité qui pèse sur les mains d’Oswald ce matin, celui qui a assassiné le président ? Pouvez-vous vous représenter quel sera son jugement, s'il est établi que c'est lui qui a fait cela ? Pouvez-vous - pouvez-vous vous imaginer qu'il y ait de la miséricorde pour lui ? Le sang du président des Etats-Unis est sur ses mains. Pensez-vous que la Cour fédérale… Peu importe à quel point il peut plaider : "Je n'en avais pas l'intention ", cela ne le disculpera pas du tout. Il périra. Pourquoi ? Il a le sang du président sur ses mains.
Pouvez-vous vous imaginer ses sentiments ? Voudriez-vous avoir cela sur vos mains ? [L'assemblée dit : "Non. " - N.D.E.]

154 Eh bien, qu'en serait-il du Sang de J√©sus-Christ alors ? Pensez-vous que vous en serez excus√©, apr√®s que Cela a √©t√© enti√®rement confirm√© ? Comment allez-vous y √©chapper ? Son Sang est sur vos mains : Vous en √™tes coupable. P√©cheur, o√Ļ irez-vous apr√®s ici ? Qu'allez-vous faire apr√®s la r√©union de ce matin ?

155 Pensez-vous… Vous direz : "Eh bien, j'avais l'intention… Je n'avais pas l'intention d'être mauvais. " Oswald peut dire la même chose.
Si les juges de notre Cour suprême font justice, ils le feront. C'est - c'est notre - c'est l'absolu de la nation. Toute la nation est rattachée à cette Cour suprême, et il n'y aura pas d'autres recours. Il a commis un crime. Il doit payer pour ça. Peu importe à quel point il n'en avait pas l'intention, quelles étaient ses intentions, ou quoi que ce soit à ce sujet, il va de toute façon payer pour ça.
Si notre Cour suprême et sa justice réclament une rétribution, à combien plus forte raison sera-ce pour vous à la barre du jugement de Dieu, quand vous viendrez avec le Sang de Jésus-Christ sur vos mains ? Que ferai-je de ce Jésus appelé la Parole ointe ? Vous L'avez entendue. Vous savez que C'est la Vérité. Elle est entièrement confirmée.

156 Un meurtrier ? Pr√©f√©rerez-vous un meurtrier d√©nominationnel de la Parole plut√īt que le Christ innocent ? Voudriez-vous crucifier ? Voudriez-vous - oseriez-vous accepter Barabbas ? Pouvez-vous r√©clamer Barabbas ? Comment quelqu'un oserait-il faire pareille chose, r√©clamer Barabbas, le meurtrier de la Parole, plut√īt que recevoir la Parole Elle-m√™me, qui est la Vie ? Et Elle est sur vos mains.

157 Quand j'ai appris le meurtre du président Kennedy, j'ai eu ce message sur mon coeur. Je me suis dit : "Que fera cet homme ? " Il n'y a pas moyen de s'en sortir maintenant. Il peut se réveiller en ce temps-ci et se rendre compte de ce qui l'attend.

158 Et vous vous r√©veillerez √† un moment. Ceux qui sont ici, ou ceux qui sont √† l'√©coute de la bande, o√Ļ que vous soyez) vous allez vous r√©veiller √† un moment, p√©cheur, et vous rendre compte que le Sang est sur vos mains, le Sang du Fils de Dieu, et que vous √™tes coupable de L'avoir tu√©. Votre p√©ch√© L'a tu√©. Votre incr√©dulit√© dans Sa Parole ; le fait que vous avez manqu√© de voir Son identification, a √©loign√© le Saint-Esprit √† force de L'attrister. Et que pouvez-vous faire sinon vous tenir au jugement de Dieu, sachant ce qui va vous arriver ! Oui, le sang de John Kennedy sur les mains d'Oswald sera une chose insignifiante par rapport au Sang de J√©sus-Christ sur vos mains quand vous vous tiendrez devant Dieu.

159 "Que ferai-je de ce Jésus appelé Christ ? " a demandé Pilate. Il avait été placé entre ses mains.
Et le Sang de J√©sus-Christ est de nouveau plac√© entre les mains de cette assembl√©e. Il est plac√© entre les mains de cette nation, et √† travers ce monde, l√† o√Ļ ces bandes vont, et des choses qui ont √©t√© confirm√©es et prouv√©es par Dieu.
Maintenant, que ferons-nous de ce Jésus appelé "le même hier, aujourd'hui et éternellement " ? Que ferons-nous de ce Jésus ?
√ätes-vous pr√™t √† prendre votre place √† Ses c√īt√©s ?[L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.]

160 Trois strat√©gies que vous pouvez essayer de mettre en marche, mais √ßa ne marchera jamais. Pilate a essay√© de L'√īter de ses mains. Mais une fois qu'Il est plac√© entre vos mains, Il reste sur vos mains. Pilate a essay√© trois diff√©rents moyens, mais il a √©chou√©.

161 Nous devons faire face au fait qu'Il est entre nos mains. Nous L'avons vu dans Sa Parole. Nous Le voyons se manifester. Nous savons qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Est-ce vrai ? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Alors, je ne parle pas seulement √† cette assembl√©e-ci ce matin, en effet, je ne parlerai qu'√† six, sept cents personnes peut-√™tre, mais je parle √† des millions √† travers cette bande qui ira partout √† travers le monde. Voyez ? Il est sur vos mains, vous qui √™tes l√† o√Ļ on √©coute les bandes, o√Ļ que vous soyez. Vous savez que C'est la V√©rit√©. Sinon, vous √™tes alors aveugle. Si vous ne pouvez pas voir la Parole, vous ne pouvez pas non plus voir Dieu dans la Parole. Et Il est entre vos mains. Eh bien, qu'en ferez-vous de Lui ?

162 Pilate a essay√© de se d√©barrasser de Lui, mais il nous faut faire face √† la r√©alit√©. Pilate a d√Ľ faire face √† Cela. Il le savait. Il avait entendu.
Eh bien, vous direz : "Je n'ai jamais vu… " Vous avez de toute façon entendu Cela. Vous entendez Cela maintenant. Voyez ?
Il voulait que Jésus accomplisse un miracle ou une supercherie pour lui. Mais Il ne faisait pas de supercheries. Il ne faisait que ce que Dieu Lui disait de faire.

163 Vous avez entendu. " La foi vient de ce que l'on entend. " Vous avez la foi, et vous vous √©loignez de‚Ķ pour √īter ceci de vos mains. Mais il lui faut faire face √† la r√©alit√©, de toute fa√ßon. Il l'a fait, et nous de m√™me, il nous faut faire face √† la r√©alit√©. Il est pleinement identifi√©. Pensez-y, avec le Sang d'un Homme sur vos mains !

164 L'homme doit veiller quand il a le sang d'un autre sur ses mains. Considérez un avion. Le pilote d'un avion, lorsque l'avion est en panne, il vérifie chaque pièce. Pourquoi ? Il a le sang de quelqu'un d'autre entre ses mains. Chaque petite pièce qui peut être vérifiée, il la vérifie. Quand il sort et fait faire demi-tour à l'avion, il - il - il emballe le - le - le moteur (moteur) et vérifie s'il a été réchauffé. Et il accélère à fond pour voir si la détonation va - va… Si cela pourra donner une impulsion - propulser le… avec assez d'air pour faire décoller l'avion.
Vous avez été, beaucoup parmi vous, à bord d'un avion ou vous vous êtes assis là et tout, l'avion secoue pratiquement la terre. Et il accorde à cela tout ce qu'il a pour veiller à ce qu'il n'y ait rien de travers. S'il y en a, il crachera ou tombera en panne. Mais il le vérifie une fois de plus ; même s'il doit se tenir là un moment jusqu'à ce qu'il vérifie cela de nouveau. Et si on le retarde un peu, il vérifie encore cela.

165 Combien l'√©glise devrait se retrouver en train de v√©rifier cela √† plusieurs reprises. Nous attendons Sa Venue. Nous nous r√©veillons - nous attendons le d√©collage. Nous ferions mieux de v√©rifier cela avec la Parole, pas avec ce que quelqu'un a dit. Soyez s√Ľr de savoir cela de vous-m√™me, comme une exp√©rience personnelle avec Christ. V√©rifiez cela √† plusieurs reprises.
Pourquoi ? Il a le sang des hommes sur ses mains. Il ferait mieux de vérifier.

166 Qu'en est-il d'un m√©decin, avant une intervention chirurgicale ? Nous avons quelques m√©decins assis ici ce matin. Remarquez, un m√©decin, ce qu'il fera avant d'aller op√©rer. Il lui faut un examen radiologique. Il lui faut v√©rifier le sang. Il lui faut v√©rifier le coeur. Il lui faut voir si vous avez un rhume, avant qu'il administre - l'anesth√©sie. Il v√©rifie chaque instrument ; il le fait compl√®tement st√©riliser pour s'assurer qu'il n'y a pas de microbes l√†. Il fait tout. Il v√©rifie √† maintes reprises. Pourquoi ? Il a le sang d'un homme entre ses mains. Il lui faut √™tre absolument s√Ľr que tout est parfaitement en ordre, autant que possible.

167 Qu'en est-il de vous ? Qu'en est-il de vous, pécheur ? Que ressentez-vous à ce sujet ?
Avoir le sang d'un homme sur votre main, une responsabilité comme celle d'un pilote, et il vérifie ; le médecin, et il vérifie ; et que sais-je encore ? Beaucoup d'hommes de science. Quand vous avez le sang d'un homme sur vos mains, ce que vous allez faire !
Quand un juge va prononcer une sentence, regardez comment il lit ces livres à maintes reprises jusqu'à ce que chaque petite chose qu'il peut voir… avant de prononcer la sentence. En effet, il a le sang d'un homme entre ses mains. Il doit y avoir quelque chose ici pour justifier cela. Voyez ?

168 Qu'en est-il de nous, après que nous avons vu Cela être totalement identifié, " qu'Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement ? " Il est ici. Il est sur nos mains. Il est sur nos mains. Il est sur vos mains. Qu'allez-vous faire de Lui ? " Que ferai-je de ce Jésus qui est le Christ oint ? "
Que fait-Il ? Comment savez-vous que c'est Lui ? " La promesse pour ce jour, le jour dans lequel nous vivons, il y a beaucoup de passages des Ecritures qui déclarent cela, beaucoup d'iotas de Cela qui sont censés s'accomplir, ces derniers iotas pour ce dernier jour. Il y a des choses ici qui sont censées arriver, et elles sont ici. Qu'est-ce ? Le même Christ oint, la Parole ointe ! Qu'allez-vous faire de Cela ? Allez-vous vendre Cela à la dénomination ?

169 Eh bien, qu'est-ce que Pilate a fait ? Pilate a cherché à se laver les mains pour se débarrasser de Lui, en disant… La première chose que Pilate a faite, c'était d'essayer de se laver les mains pour se débarrasser de Lui, en disant : "Oh, Il est un gars bien. Il est bon. " Voyez ?

170 Vous direz : "Oh, pauvre Pilate. " Pilate, beaucoup de gens le justifient ? Non, non, non. Il était sur ses mains. Il avait entendu le Message, il avait vu la Parole, et Il était sur ses mains. Et Il est de même sur vos mains. C'est vrai.
Qu'a-t-il fait ? Il a cherché à dire : "Oh, eh bien, c'est un Homme de bien. Je ne trouve pas de fautes en Lui. "

171 Si ce n'est pas là la - la - la réponse de beaucoup aujourd'hui ! " Oh, il n'y a rien de mal avec la Parole. Je crois qu'Elle est en ordre. La Bible est vraie, mais nous croyons l'église. Notre dénomination n'accepte pas Cela. " Voyez ? Voyez ? Il y a une catégorie de gens qui cherchent à se laver les mains pour se débarrasser de Lui.
"Je ne trouve aucune faute dans la Parole. Elle √©tait bonne pour les ap√ītres, √† leur √©poque, mais nous vivons √† une autre √©poque. Nous ne vivons pas √† l'√©poque des ap√ītres, par cons√©quent, je ne dois pas agir comme les ap√ītres. Je ne dois pas √™tre baptis√© comme eux ; je vis √† une autre √©poque. Il ne me faut pas avoir des choses qu'eux avaient ; moi, je vis √† une autre √©poque. Le Saint-Esprit n'a √©t√© donn√© que pour ce groupe-l√†. "

172 H√©breux 13 : 8 Le replace sur vos mains [Fr√®re Branham frappe trois fois sur la chaire. - N.D.E.], Il n'y a pas d'√©chappatoire. Il est enti√®rement confirm√©. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Vous n'avez pas d'√©chappatoire. Vous ne pouvez pas Le renvoyer √† un autre √Ęge. H√©breux 13 : 8 condamne vos pens√©es, et Le remet sur vos mains une fois de plus. Ainsi, J√©sus est sur vos mains juste comme Il √©tait sur celles de Pilate.
Ecoutez. Vous direz : "Mais je ne sais pas. " Eh bien, qu'entendez-vous ?

173 Pilate √©tait un pa√Įen. Sa femme √©tait une pa√Įenne. Mais Dieu, pour √™tre juste l√†-dessus, a envoy√© cette femme l√† et a dit : "N'aie rien √† faire avec cet Homme juste. " Elle a dit : "J'ai souffert aujourd'hui. " En effet, c'√©tait le matin, c'√©tait apr√®s la nuit. Une tranche de vingt-quatre heures est consid√©r√©e comme un jour. "J'ai souffert dans des songes cette nuit au sujet de ce Juste. N'aie rien √† faire avec Lui. "

174 Eh bien, il a dit : "Eh bien, si cela est donc vrai, je vais simplement me laver les mains pour me débarrasser de Lui. " Mais il n'a pas pu le faire.
Ni vous non plus. Une fois que vous entendez la Vérité, il vous faut accepter Cela ou renier Cela. Il n'y a pas moyen… Oui, oui. Il vous faut le faire. Les avertissements du Seigneur !

175 Les Juifs s'étaient écriés : "Que Son Sang retombe sur nous, car nous croyons nos sacrificateurs, notre système dénominationnel, avant de croire en Lui."
Vous y √™tes. Voyez-vous ces cat√©gories aujourd'hui ? Mais tous doivent affronter la d√©cision de Dieu. Il vous faut tous y faire face apr√®s tout, pa√Įen ou quoi que vous puissiez √™tre. Incroyant, m√©thodiste, baptiste, presbyt√©rien, ti√®de, froid, bouillant, quoi que vous puissiez √™tre ; il vous faut faire face √† cette d√©cision malgr√© tout. Que vous le vouliez ou pas, Cela est sur vos mains. Est-ce exact ?

176 Puis, il y en a qui essayent l'autre stratagème de Pilate pour éviter la décision. L'envoyer à un autre, César. Voyez ?
Pilate a dit : "Eh bien, attendez un instant. Je - je - je - je ne veux rien avoir à faire avec Lui. Je - je - je - je… Eh bien, c'est un Juste. Je - je ne veux rien avoir à faire avec Lui. Oh, je - je crois ce que j'ai entendu. Je ne L'ai jamais vu faire un miracle, mais il y a beaucoup de témoins en Sa faveur. Je - je - je crois qu'Il est un Homme juste. C'est un Homme de bien, voyez, mais - mais je - je ne veux rien avoir à faire avec Lui, moi-même. Je - je - je… Je vais simplement me laver les mains pour me débarrasser de Lui. Apportez-moi de l'eau. Rendez-moi témoignage, vous tous qui êtes ici. " Oui. Mais Dieu rendait aussi témoignage. Il était sur ses mains.

177 Et Il est de m√™me sur vos mains. Voyez, vous, vous savez de quoi je parle. Voyez ? Non seulement vous, mais ceux qui sont √† l'√©coute de cette bande. Il est sur vos mains. Qu'allez-vous faire de Lui, de ce J√©sus appel√© Christ ? Christ est la Parole ointe. Voyez ? Qu'allez-vous faire de Cela ? C'est le Message de l'heure. Le jour est l√†, enti√®rement prouv√© par la Bible et par Dieu. Qu'allez-vous faire de Cela ? Comment allez-vous √©viter cette d√©cision maintenant ? Comment allez-vous vous en tirer ? Il est sur vos mains ! Et l'affaire Oswald sera insignifiante par rapport √† la v√ītre, que vous soyez pr√©dicateur ou quoi que vous puissiez √™tre.

178 Ces Juifs étaient sacrificateurs, Rabbins, docteurs, des hommes saints ; mais Il était sur leurs mains malgré tout. Il était la Parole, la décision de Dieu pour ce jour-là, mais ils ont manqué de voir Cela. Il n'y avait que les élus qui avaient vu Cela, ceux qui croyaient Cela.

179 Aujourd'hui, tous doivent faire face √† cette affaire. Dans chaque √Ęge, il en a √©t√© ainsi, chaque fois. De l'√Ęge d'Eve et Adam jusqu'√† l'√Ęge de No√©, jusqu'au temps de Daniel, Belschatsar, et Nebucadnetsar, jusqu'au temps de Christ, et jusqu'√† cette heure m√™me o√Ļ nous vivons, c'est la m√™me chose : La question de la Parole a √©t√© soulev√©e. Non pas leur credo, ou la d√©nomination, ni le dogme, mais la question de la Parole contre ces choses ( c'√©tait tout). Aujourd'hui, donc, Elle est en cours, Elle est sur les mains aujourd'hui.

180 Ensuite, il y a ceux qui essayent l'autre strat√©gie de Pilate, se d√©barrasser de Lui, en Le passant √† quelqu'un d'autre. Pilate a dit : "Bon, vous savez quoi ? Je vais simplement L'√īter de mes mains. Je vais me laver les mains avec cette eau pour me d√©barrasser de Lui. Comme √ßa, je vais simplement‚Ķ Il me faut faire quelque chose avec Lui. Que ferai-je donc ? Je vais L'envoyer au quartier g√©n√©ral aupr√®s de l'√©v√™que. " Oui, oui. Oui.
C'est ce qu'ils essayent de faire aujourd'hui. Voyez ? Il L'a envoy√© √† C√©sar. Cela ne L'a pas √īt√© des mains de Pilate, cela ne L'enl√®vera pas de mains de quelqu'un d'autre. Qu'est-ce que cela a fait ? Cela lui est retomb√© sur le nez. Cela revient droit sur l'individu.

181 Vous direz : "Eh bien, je voudrais - je ferais cela. J'accepterais Cela si ma dénomination L'acceptait. "
Votre dénomination est dans le Conseil des églises, condamnée ! Comment vont-elles recevoir Cela ? Cela vous retombe droit sur le nez. Ce n'est pas ce que votre dénomination dit ; c'est : qu'en dites-vous ? Ils ont rejeté Cela. Maintenant, qu'allez-vous faire de Cela ? C'est ça la chose suivante. Voyez ? Cela ne L'enlève pas de vos mains.
Il est compl√®tement confirm√©. Il est enti√®rement identifi√© : La Parole de cette heure, la promesse de cette heure. Non pas la promesse du temps de Luther ; cela √©tait la chose √† l'√©poque. C'√©tait la Parole dans l'√Ęge du r√©formateur. Comme vous tous qui avez suivi les Sept Sceaux, quand l'√Ęge des r√©formateurs est pass√©, (l'√™tre vivant qui avait la face de l'homme) l'organisation est apparue.
Mais ceci est la face d'aigle, l'être vivant qui est allé relever le défi d'aujourd'hui.

182 Et qui oserait dire que ce n'était pas la Parole inspirée de Dieu, alors qu'Il L'avait annoncée d'avance ici, et ça a eu lieu là en Arizona, et Il a accompli cela, même la science et tout le reste, et Il a confirmé cela. Ce Livre est déjà ouvert, c'est vrai, on n'attend seulement que le Septième Sceau soit identifié avec la Venue de Christ.

183 Tr√®s bien, Il est sur vos mains. Il vous faut faire quelque chose avec Lui. Ne L'√ītez pas. Oui, oui. Dans cette cat√©gorie, j'aimerais dire : "Le passer √† quelqu'un d'autre. "
"Si ma d√©nomination accepte Cela, Fr√®re Branham, je - je L'accepterai. Mais, voyez, ma m√®re √©tait membre de telle √©glise. " Elle a v√©cu √† son √©poque ; ce n'est pas vous. Pour vous, c'est aujourd'hui. Regardez d'o√Ļ elle a d√Ľ sortir pour faire ce qu'elle √©tait. Qu'en est-il de vous ? Tr√®s bien.

184 Ecoutez. Vous direz : "Ma m√®re √©tait pentec√ītiste. Elle a fait telle et telle chose. Elle est sortie de l'organisation. " Mais c'est √† vous que je cherche √† parler aujourd'hui. Qu'en est-il de vous ? Voyez ?
Dans cette catégorie, nous trouvons beaucoup de gens instruits. Eh bien, je sais que je vais blesser les sentiments ici, mais je ne le fais pas intentionnellement. Si c'est le cas, alors je - je devrais m'agenouiller à l'autel, pour me repentir. Je dis ceci dans l'amour divin.

185 J√©sus, quand Il √©tait l√†, avec ces Pharisiens, Il a eu √† dire : "Vous √™tes de votre p√®re, le diable, et ce sont ses oeuvres que vous faites. " Cependant, Il r√©clamait la paix et la mis√©ricorde pour eux √† la croix, pour ceux qui Le crucifiaient. Voyez, Il n'√©tait pas f√Ęch√© contre eux. Il a dit : "Vous, race de serpents. " Voyez, voyez ? Tout‚Ķ Il les avait maudits de tous les noms possibles, voyez, et puis, Il avait pri√© pour eux √† la croix. Voyez ?

186 Ce n'est pas qu'Il voulait faire cela ; ce n'était pas ça. Mais il leur fallait voir la faute qu'ils commettaient. Et je dis la même chose aujourd'hui à cette catégorie qui passe la parole à quelqu'un d'autre, ou quelque chose comme on le dit dans l'armée : " se passer les dollars . " Nous cherchons à nous en faire la passe, comme Adam et Eve l'avaient fait.
Eve avait essayé. Adam a dit : "La femme que Tu m'as donnée ", et ce n'était pas une excuse pour lui. Voyez ? La femme a dit : "Le serpent m'a séduite. Elle… C'est lui qui a commis l'acte sexuel avec moi. Il - il m'a séduite. C'est lui qui a fait ça. " Cela ne l'avait pas du tout écartée. Ils sont directement passés en jugement malgré tout. Oui, oui. Très bien.

187 Ils ne peuvent pas passer cela un… Vous ne pouvez pas dire : "Si ma dénomination croit Ceci. Moi aussi je - je crois. Mais, j'ai été dans cette dénomination-ci " Ça n'a rien à faire avec la chose. Les Juifs avaient la même chose que vous.

188 Et, remarquez, il y en a beaucoup là, nous trouvons des hommes bien cultivés dans cette catégorie. Maintenant, écoutez attentivement.
Voyez, la culture, ce que nous appelons la culture aujourd'hui, c'est ce que Satan avait produit pour Eve : un peu de sagesse. Il avait dit : "Tes yeux ne sont pas encore ouverts ; tu ne comprends pas tout cela. " Elle connaissait la Parole et c'√©tait tout‚Ķ Elle avait vu Dieu confirmer cette Parole et cela devrait √™tre en ordre. Il la gardait dans la Vie Eternelle tant qu'elle restait avec cette Parole-l√†. Quand elle avait bris√© cette Parole‚Ķ Elle avait la promesse de Dieu qu'elle mourrait le jour o√Ļ elle briserait Cela. Et quand elle brisa Cela, elle mourut. Tr√®s bien.

189 Nous avons ici la Parole confirm√©e de Dieu, confirmant, prouvant par l'Esprit qu'Il nous a re√ßu et nous a donn√© le bapt√™me du Saint-Esprit. Nous sommes baptis√©s au Nom de J√©sus-Christ. Le m√™me Evangile, les m√™mes signes, les m√™mes prodiges, le m√™me minist√®re, et m√™me la m√™me Colonne de Feu rendue visible devant nous, accomplissant des signes et des prodiges. Il n'y a pas d'excuse, nulle part. Et c'est exactement ce que la Bible dit que √ßa arriverait dans les derniers jours, et un appel de Malachie 4, " ramener la foi des enfants aux p√®res. " Et juste apr√®s cela, les m√©chants marcheraient‚Ķ ou plut√īt les justes marcheront sur les cendres des m√©chants ; le monde entier doit √™tre br√Ľl√©.

190 Et les atomes sont suspendus l√†, les bombes dans le r√Ętelier √† bombe. Avez-vous vu ce que l'Allemagne a fait aussit√īt qu'ils ont appris que le pr√©s‚Ķ que le pr√©sident √©tait assassin√© ? Ils ont tr√®s vite rassembl√© leur arm√©e, en effet, c'√©tait l'unique chose qui emp√™chait la Russie de lancer une bombe l√†. Et ils ont frapp√©‚Ķ Kennedy leur avait envoy√© un mot, disant qu'√† l'heure o√Ļ ils feraient cela, il les balaierait de la surface de la terre, de l'Allemagne. Voyez ? Et ils se sont dit qu'ils pouvaient prendre la rel√®ve, mais ce n'est pas encore l'heure, voyez. Voyez ?

191 Nous trouvons des prédicateurs et des évangélistes intelligents et instruits, qui cherchent à passer cela à quelqu'un d'autre. Voyez ?

192 Eh bien, pourquoi Pilate n'avait-t-il pas dit : "Eh bien, attendez un instant. Cet Homme… Cette femme est venue me parler, et j'ai entendu beaucoup de témoignages sur Toi. Tu sais, je - je suis intéressé. J'aimerais savoir. Que puis-je faire pour avoir la Vie Eternelle, Seigneur ? Tu es entre mes mains. Que puis-je faire ? Eh bien, il dirait - il dirait… Il a demandé : "Es - es-tu le Messie ? Es - es-Tu le - le Roi des Juifs ? "
Il a répondu : "Tu l'as dit. " Certainement.
Ou plut√īt dis-nous la v√©rit√©, es-Tu le Roi des Juifs ?
Il a dit : "C'est pour cela que Je suis né. "
Il a dit : "Je ne peux trouver aucune faute en Lui. " Oui, oui "Eh bien, je vais simplement me débarrasser de Lui en me lavant les mains. "

193 Il lui a répondu, mais il ne pouvait pas recevoir Cela. Pourquoi ? Cela diminuerait son prestige, il s'est donc dit qu'il L'enverrait à l'ancien du district, pour voir ce que ce dernier ferait à ce sujet. Voyez ?.

194 C'est la même chose aujourd'hui ; l'affaire rebondit. Qu'allez-vous faire de Cela, la Parole ? Qu'avez-vous à faire ? Demandez à l'ancien, ou à l'évêque, ou à quelqu'un si vous pouvez changer le fondement de votre baptême ; si vous pouvez faire ceci, ou faire cela ; vous voyez ça, et : "Certainement, vous ne l'êtes pas. " Cela vous revient. Si vous le faites, vous serez bouté dehors. Voyez ?

195 Cela diminuera le prestige des gens. Oui, c'est ce qu'on - on pense… Et le conseil dénominationnel ne supporterait pas… C'est comme - comme Pilate L'avait transféré à César, il ne pouvait pas le supporter. César L'avait renvoyé entre les mains de Pilate. Ils essayent donc de Le transférer au chef de leur - leur dénomination, mais ça n'a pas marché. Cette manoeuvre n'a jamais marché ; et elle ne marchera pas. Ça n'avait pas marché pour Pilate ; Ça ne marchera pas pour vous ; Ça ne marchera pour personne d'autre. Eh bien, deuxièmement, la chose que vous pouvez faire, c'est…

196 Troisi√®mement, plut√īt, c'est L'accepter ou Le rejeter. Vous ne pouvez pas vous d√©barrasser de Lui en vous lavant les mains. Vous ne pouvez Le passer √† un autre syst√®me ou √† quelque chose d'autre. Il vous faut faire face √† ce probl√®me. Que pouvez-vous donc faire ?
Comme Pilate, il est rest√© avec la m√™me chose, il a dit : "Donnez-moi de l'eau. Je me d√©barrasserai de Lui en me lavant les mains, √† titre de preuve. " Quand il est revenu, il devait toujours prendre la d√©cision ; pas d'excuse pour lui. Il a cherch√© √† dire : "Eh bien, je‚Ķ si je ne peux pas L'√īter de mes mains, je Le placerai entre les mains de C√©sar. " Et Cela lui est retomb√© droit sur le nez.

197 Et il en sera de même pour vous aussi, en tant qu'individu.
Qu'allez-vous faire ? Non pas ce que la maman a fait, ce que papa a fait, ce que le pasteur fait, ce que Frère Branham fait, n'importe qui d'autre. C'est entre vos mains ! Qu'allez-vous faire de Lui, de ce Jésus appelé Christ ? En effet, vous avez le Sang sur vos mains, et c'est le Sang de Dieu. Maintenant, qu'allez-vous faire ? Etre coupable de la crucifixion. Voyez ?

198 Vous pouvez Le crucifier, accepter votre credo ou n'importe quoi que vous voulez, ou dire : "Eh bien, je vais En faire une passe. Je n'aurai rien à faire avec l'une de ces histoires d'église. " Vous ne pouvez pas faire cela. Il est entre vos mains. C'est vrai. Vous ne pouvez pas faire cela. " Je vais simplement oublier le tout. " Vous ne pouvez pas faire cela. Cela est toujours sur vos mains. " Eh bien, je vais simplement dire : 'Mon pasteur m'a enseigné ceci' " Ça retombe droit sur le nez. C'est sur vous. Vous le savez. Eh bien, vous pouvez soit Le recevoir soit Le rejeter, selon ce que vous voulez En faire. Quoi ? On doit en arriver à l'un ou l'autre.

199 Maintenant, suivez. C'est comme Jésus avait dit à ces Pharisiens, Il a dit : "Comme votre… Vous pharisiens aveugles ", voyez, Il dirait la même chose aujourd'hui : "Vous, enseignants religieux aveugles, vous pouvez discerner le temps concernant le communisme. Vous combattez tant cela, et vous savez que c'est Dieu qui a suscité cette chose même pour vous détruire. " Voyez, ils ne connaissent pas les Ecritures. Voyez ? "Vous - vous pouvez discerner que le communisme va gagner le monde. Vous pouvez voir cela. Vous pouvez discerner cela. "

200 Tous nos sujets portent sur le communisme : " Bouter le communisme dehors. " J'entends tellement √ßa que j'en suis tomb√© malade, √† force de l'entendre. Moi aussi, je suis contre cela. Certainement, je suis contre cela. Mais je suis plus contre l'homme ou la femme qui rejette J√©sus-Christ, la Parole. Ou, que vous soyez pr√©dicateur ou quoi que vous soyez, vous √™tes une dette √† charge de Christ plus qu'un communiste. Lui est ignorant et il ne sait rien √† Ce sujet. Vous √™tes cens√© conna√ģtre cela. Voyez ?
Vous pouvez discerner le temps en ce qui concerne le communisme, mais vous ne pouvez discerner le signe du jour dans lequel vous vivez.

201 Jésus a parlé à ces pharisiens, disant : "Vous, hypocrites. " Il a dit : "Vous sortez et vous regardez les cieux, et vous dites que le soleil est rouge et bas, ce que demain il fera un mauvais temps. Si le ciel est clair, a-t-Il dit, vous dites " Demain, il fera beau temps. " Il a dit : "Vous pouvez discerner les signes du temps, ou les signes dans le ciel et le temps, mais quant aux signes du temps, vous n'en savez rien. " Il était là, le Messie ; et on rejetait cela.
Et nous parlons toujours du communisme et de certaines de ces histoires ; mais le signe du temps, nous ne comprenons pas Cela. Voyez ? Cela nous échappe, nous ne voyons pas cela. Ils s'unissent maintenant même à l'incrédulité, et ils reçoivent cela, mais il n'arrivent pas à comprendre et à voir le signe du temps, dont la Bible a annoncé la venue.
Avez-vous compris cela ? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Je dois cl√īturer tr√®s vite maintenant, il se fait tard. Voyez ?

202 Ils agissent aujourd'hui comme leurs pères jadis.
Maintenant, la décision a été prise. Elle doit être prise ; vous devez la prendre, d'une façon ou d'une autre. Voyez ? La crucifixion de la Parole une fois de plus, ou qu'allez-vous faire ? La crucifixion de la Parole est proche. Crucifier et arrêter la Parole confirmée, à cause - à cause d'une dénomination (comme Pilate l'avait fait), essayant de passer Cela à quelqu'un. Maintenant, en tant qu'individu, qu'allez-vous faire de la Parole ointe, appelée le Christ ?
Le même hier, le même Christ qui avait oint la Parole du temps de Noé. Le même Christ, cet - cet Arbre qui était dans le jardin d'Eden, que Eve avait cessé de manger pour prendre l'arbre de la sagesse ; Il… elle a abandonné l'Arbre de la Vie pour prendre l'arbre de la mort. Au temps de Noé, ils ont fait la même chose. Du temps des prophètes, ils ont fait la même chose. Du temps de Christ, ils ont fait la même chose.
Et les voici faire la m√™me chose aujourd'hui. En effet, chacun parle de son temps, et quand cet √©v√©nement s'accomplissait chaque fois, ils adoptaient leurs raisonnements d√©nominationnels et autres, la sagesse du monde, plut√īt que la Parole ointe de Christ. Qu'allez-vous faire en tant qu'individu ?

203 Pilate ne L'a jamais √īt√© de ses mains. Je - je termine ; soyez donc tr√®s calmes juste un instant. Pilate ne L'a jamais √īt√© de ses mains. Vous non plus, vous ne le ferez pas, en proc√©dant comme lui, en essayant l'une de ces strat√©gies. Il n'y est jamais parvenu. Savez-vous ce qui √©tait arriv√© √† Pilate ? Il a perdu la t√™te. Il en √©tait arriv√© √† n'entendre que cette crucifixion. Tout ce qu'il entendait, c'√©tait une fureur, et finalement il est devenu fou.

204 Et l√†, √† Norv√®ge, il y a une l√©gende, ou non, excusez-moi, l√† en Suisse, o√Ļ j'ai √©t√© faire l'oeuvre missionnaire. On dit que des milliers se rassemblent, de partout dans le monde, le vendredi saint, √† un √©tang d'eau o√Ļ Pilate s'√©tait suicid√©. Il s'√©tait finalement jet√© dans cet √©tang d'eau pour se tuer. Et on affirme que chaque vendredi saint, √† quinze heures, cette eau devient bleue, et √ßa bout √† l'endroit o√Ļ le corps de Pilate se trouvait. Il avait rejet√© Cela. Il y a toujours du sang sur ses mains. Et il rejette‚Ķ Il avait refus√©‚Ķ l'eau.
Vous ne pouvez pas vous débarrasser de Lui en vous lavant les mains. Il n'existe pas d'eau, il n'existe pas de savon à foulon qui puisse laver cela. Il est sur vos mains. Qu'allez-vous faire de Lui ?

205 Voici l'unique chose que vous pouvez faire. Si vous ne pouvez pas vous d√©barrasser de Lui en vous lavant les mains, vous ne pouvez pas Le passer √† quelqu'un d'autre, vous ne pouvez pas non plus √©viter cela de fa√ßon mythique. Il n'y a aucun moyen au monde. Tout ce que vous pouvez faire, c'est L'accepter dans votre coeur. C'est ainsi que vous pouvez vous d√©barrasser de Lui. √Ētez-Le de vos mains et placez-Le dans votre coeur, sinon laissez-Le sur vos mains et comparaissez en jugement. C'est tout ce que vous pouvez faire. La fin de Pilate √©tait horrible.

206 La parole dit que ceux qui Le gardent sur leurs mains‚Ķ J'allais lire Cela, Mais il est dit : "Ils cri√®rent aux rochers et aux montagnes. Ils pri√®rent, mais leurs pri√®res vinrent trop tard. " Voyez ? Ils cri√®rent : 'Cachez-nous de la face de Celui qui est assis sur le Tr√īne, et de la col√®re de l'Agneau qui est‚Ķ et le b√©lier‚Ķ la Vie de l'Agneau qui est venu. Car, le grand Jour du Jugement est arriv√©, et qui pourra subsister ? "

207 Que pensez-vous qu'Oswald va faire maintenant, quand il compara√ģtra devant la Cour supr√™me et qu'il verra ces yeux courrouc√©s du - du jury et tous ceux qui seront assis l√† ? Il sait ce qui va lui arriver. √áa sera soit une chambre √† gaz soit une corde de pendaison, l√†, ou quelque chose comme cela. Il devra faire face √† cela.

208 Mais qu'arriverait-il si vous comparaissez là avec sur vos mains le Sang, pour avoir rejeté ? Et vous savez que l'enfer se trouve devant vous, les ruines éternelles. Ils crièrent aux rochers et aux montagnes, et ils prièrent, mais, les prières vinrent trop tard.
Dans Hébreux 10. "Si nous péchons volontairement. " Le péché, c'est l'incrédulité. " Si nous péchons volontairement après avoir reçu la Vérité, la connaissance de la Vérité… " Vous n'avez pas à recevoir Cela, juste en avoir la connaissance. Vous n'avez pas à recevoir Cela, juste vous… Oh, non. Voyez ? Il n'est pas dit : " après que nous avons reçu la Vérité. "
Si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés.
Mais une attente terrible de… ardeur d'un feu… dévorera le rebelle. En effet, Dieu a dit : " A Moi la vengeance, à Moi la rétribution, dit - dit le Seigneur. "

209 Si nous ne croyons pas Cela, volontairement, après que la Vérité nous a été présentée, il n'y aura plus de miséricorde. Il ne sera plus accordé de miséricorde.
Pasteur, vous qui écoutez cette bande, qu'en dites-vous ? Membre d'église, qui écoutez cette bande, qu'en dites-vous ? Qu'allez-vous faire, si nous ne croyons pas cela volontairement ? Nous ne pouvons pas nous en débarrasser en nous lavant les mains. Vous ne pouvez pas En faire une passe au quartier général ; cela va vous retomber droit sur le nez. Vous avez entendu Cela. Qu'en est-il de vous ? Comment allez-vous vous tenir en ce jour-là ? Il est soit sur vos mains soit dans votre coeur, c'est l'un ou l'autre. Que Dieu nous vienne en aide.

210 Si - si seulement vous pouvez vous imaginer un assassinat, et ce qui est censé traverser le coeur de cet homme. Qu'a-t-il fait ? Il s'est réveillé trop tard, après qu'il avait déjà commis cela.
Suivez, il avait eu l'opportunit√©. Il √©tait n√© un Am√©ricain libre. C'√©tait un Am√©ricain. Mais il a voulu vendre son droit d'a√ģnesse pour devenir un Russe, et √ßa s'est retourn√© contre lui. Il avait √©pous√© une jeune fille russe. Eh bien, c'est un libre penseur du parti communiste de Cuba. Il a eu des pens√©es libres : "J'en fais √† ma t√™te. " Vous n'avez pas de pens√©es √† vous. Qu'allez-vous faire de J√©sus appel√© Christ ? Vous n'√™tes pas un libre penseur. Il n'y a pas de " libre pens√©e. " Ayez en vous la pens√©e qui √©tait en Christ.
Prions.

211 Ayez de telles pensées : Que tout ce qui est honorable, que tout ce qui est vertueux, fasse l'objet de vos pensées. Je m'adresse à ceux qui sont parmi nous ce matin, et aussi à ceux qui sont à l'écoute de cette bande. Si vous êtes ici présent ce matin, et que vous savez que vous n'êtes pas en ordre avec Dieu, que vous n'êtes pas né de Son Esprit, et que Dieu a…
Vous direz : "Eh bien, j'ai fait la confession. " Ce n'est pas ce dont je parle. Dieu a-t-il agréé cela ? Vous pouvez dire : "Oui, je - j'ai confessé et tout. Oui, je crois. "
Pilate aussi l'avait dit : " Assurément, j'ai fait la confession. Que ferais-je de cet Homme juste ? " Vous ne pouvez pas vous débarrasser de Lui en vous lavant les mains, comme ça. Non, non.

212 Que ferez-vous de Lui ? Si vous n'êtes pas un chrétien né de nouveau, avec le Saint-Esprit vivant en vous, enrichissant votre vie, alors pourquoi ne recevez-vous pas cela maintenant ? Jamais vous ne vous En débarrasserez en vous lavant les mains. Vous n'allez jamais écouter la fin de ce Message. Cela retentira jusqu'à ce que vous receviez le Message dans votre coeur, que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et éternellement.

213 Y a-t-il, dans cet auditoire visible ce matin, des gens ici qui savent que - qu'ils sont dans l'erreur, et qui voudront lever la main ? Nous n'avons pas de place pour un appel √† l'autel, le lieu est archicomble. Mais juste dire : "Priez pour moi, Fr√®re Branham. Que Dieu me vienne en aide. " Que Dieu vous b√©nisse, je vois votre main. " C'est : Je veux le faire maintenant. Je le veux ici m√™me devant Dieu, Lui faire savoir que je suis coupable et je sais que je suis coupable. Je - je veux L'√īter de mes mains ; je le veux dans mon coeur. Levez la main et dites : "Priez pour moi, Fr√®re Branham. " Que le Seigneur vous b√©nisse. Je vois, parmi ces gens-ci, peut-√™tre quarante, cinquante mains lev√©es ici.
Il appelle aujourd'hui !
Il appelle aujourd'hui !
Pensez-y maintenant ; c'est Lui qui appelle.
Jésus appelle. C'est Lui qui vous parle.

214 Avez-vous p√©ch√© au point que votre coeur est devenu tellement insensible que vous ne - que vous ne pouvez m√™me plus entendre Cela ? Autrefois, quand vous √©tiez un petit gar√ßon ou une petite fille, vous entendiez Cela. Vous aviez le d√©sir de faire Cela, mais vous avez report√© Cela ; et vous √™tes devenu insensibles - insensibles avec ces jeux des cartes et de base-balls. Cela a-t-il atteint un point tel que vous ne pouvez plus entendre Cela ? √ätes-vous l√† o√Ļ‚Ķ Ayez votre‚Ķ l√† o√Ļ Oswald se tient ce matin, vous savez ? Hein ! Comment pouvez-vous faire cela ?
Y en aura-t-il un autre avant que nous terminions, et que je prie ? N'importe o√Ļ donc dans la salle, quelqu'un qui n'a point lev√© la main, pour dire : "Fr√®re Branham, juste au moment o√Ļ vous avez prononc√© les derni√®res paroles, je - je vois cela. "
Quelqu'un d'autre, dehors, dans les couloirs, pr√®s des fen√™tres ; n'importe o√Ļ, peu importe. Juste‚Ķ

215 Que Dieu vous bénisse, jeune dame. Que Dieu vous bénisse, monsieur, vous. Je vous vois. Il est sur… Que Dieu vous bénisse, madame. Quelqu'un d'autre ? Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse, ici. Et que Dieu vous bénisse là, petit garçon, petite fille. Oui, que le Seigneur vous bénisse. Là derrière, monsieur. Oui.
Eh bien, juste… Réfléchissez-y. J'aimerais que vous fassiez ceci, pendant que nous chantons doucement ceci, Jésus appelle. Maintenant, j'aimerais que vous disiez simplement : "Seigneur, aie pitié de moi pécheur, ou prétentieux. Je suis un membre d'église, Seigneur, mais je - je - j'ai besoin de Toi. J'ai besoin de Toi. Viens-moi en aide. Je - je Te servirai. Je le promets maintenant même. J'ai levé la main, pour montrer que j'ai besoin de Toi. Maintenant, Toi, élève mon coeur afin que je Te reçoive ; et je Te recevrai dans mon coeur. "
Pendant que nous chantons ce couplet une fois de plus, voudriez-vous le faire ? Il appelle aujourd'hui !
Il appelle aujourd'hui !

216 Maintenant, priez à votre propre manière. Priez, maintenant. " Jésus appelle… " C'est Lui qui appelle. C'est pourquoi vous avez levé la main. … Tendrement Il appelle aujourd'hui.
J√©sus appelle, √ī, √©coutez Sa voix -
Ecoutez-Le
Maintenant même, écoutez-Le. Dites : "Seigneur, je suis coupable. Ton Sang est sur mes mains. Je suis pécheur. Je ne veux plus que Cela soit là. Je ne peux pas me débarrasser de Cela en me lavant ; j'ai essayé cela pendant des années. Je ne vais pas Te rejeter comme Pilate et chercher à T'envoyer à quelqu'un d'autre. J'ai besoin de Toi. Entre maintenant même dans mon coeur, Seigneur. Je Te reçois. Je Te vois debout juste devant moi, par une représentation mentale là ; par la foi, j'entre droit en Toi, sachant que Tu me pardonnes. Et je suis… Désormais, Tu vas être dans mon coeur. … aujourd'hui. (Que tout le monde prie.)
Jésus appelle,
Tendrement Il appelle aujourd'hui.
[Frère Branham se met à fredonner "Jésus appelle. " - N.D.E.]

217 Père céleste, ce petit message est terminé. Et maintenant, les décisions, la séance a commencé à la cour ce matin. Les Anges sont rassemblés dans cette salle. Le Glorieux Saint-Esprit est en train de confirmer que Jésus est toujours vivant. Il est la Fontaine de la Vie Eternelle. La tombe ne pouvait pas Le retenir, ni le séjour de mort non plus. Il est monté en haut, Il est sorti du séjours de mort, Il est sorti de la tombe ; et Il est parmi nous aujourd'hui.
Et nos cr√©dos et nos d√©nominations ont li√© beaucoup parmi nous, Seigneur. Le p√©ch√© les a li√©s, mais aujourd'hui ils veulent √™tre libres. Ils se tiennent comme Pilate, et plut√īt que de chercher √† Le passer √† quelqu'un d'autre, ils ont lev√© la main : "Entre dans mon coeur, Seigneur J√©sus. Je ne me d√©barrasserai plus de Toi en me lavant. Je ne peux pas le faire. Tu es toujours sur mes mains. Je ne fais que me les laver √† plusieurs reprises, mais Tu ne quittes pas, mais maintenant je Te re√ßois. J'ai besoin de Toi dans ma vie, et je Te re√ßois dans ma vie. Seigneur, re√ßois-moi dans Ton Royaume, en pardonnant mes p√©ch√©s, et donne-moi la foi de croire que Tu me re√ßois, P√®re. " Accorde-le, nous prions au Nom de J√©sus-Christ.

218 Et maintenant, pendant qu'on a la tête inclinée… La foi, par la foi… " Et Dieu, aide-moi à être sincère. Mais je sais que Tu as promis que… "
Je ne rejetterai pas celui qui vient à Moi, Je lui donnerai la Vie Eternelle et Je le ressusciterai dans les derniers jours. Celui qui Me confessera devant les hommes, Je le confesserai devant mon Père et les saints Anges. Celui qui entend… " L'interprétation correcte et exacte de Saint Jean 5. 24, c'est : "Celui qui comprend, qui reçoit Ma Parole. Celui qui reçoit Ma Parole et qui croit à Celui qui M'a envoyé a la Vie Eternelle, et il ne vient point en jugement. "
Vous ne passerez pas à la barre du jugement comme Oswald ; mais vous êtes passé avec un pardon gratuit " de la mort à la Vie. "

219 "Seigneur, je ne sais comment ; je ne sais pourquoi, mais - mais je crois que c'est arrivé. Je crois cela, dans mon coeur, que mon incrédulité est partie. Je peux librement dire : 'Amen' à chaque Parole que Tu prononces, et j'accepte Cela maintenant même. Je crois cela.

220 Maintenant, avec vos têtes inclinées. Vous qui avez cru cela, qui avez levé la main il y a quelques instants ; et par la foi, vous vous représentez Christ se tenant là, vous devriez être dedans. Vous marchez maintenant par la foi, croyez que vos péchés vous sont pardonnés. Et désormais, vous êtes prêts pour le baptême chrétien, et vous êtes maintenant prêts à entrer en Christ. Voudriez-vous, en guise de témoignage envers Lui, lever la main une fois de plus pour dire : "Par la foi, je crois Cela de tout mon coeur ? " Que Dieu vous bénisse. C'est bien. "J'accepte Cela maintenant. Je - j'accepte ; je ne peux rien faire. " Que Dieu vous bénisse. On dirait que c'est tout le monde que j'avais vu : "J'accepte maintenant. "

221 Voyez, vous n'êtes pas bons. Vous n'avez jamais été bons. Vous ne pouvez pas être bons, mais Jésus est mort pour les gens qui ne sont pas bons. " Que dois-je faire, Frère Branham ? " Acceptez simplement ce qu'Il a fait, acceptez simplement ce qu'Il a fait pour vous. Et maintenant, en croyant cela et en acceptant Cela…
Maintenant, je pense, le pasteur, le baptistère sera disponible. [Frère Neville dit : " Oui. " - N.D.E.] Le baptême se fera en ordre. Si vous voulez être baptisé. Si vous aviez reçu les titres de Père, Fils et Saint-Esprit, vous êtes certainement… Je dis ceci avec révérence et respect, mais, selon ma façon de voir, vous n'êtes pas baptisé. Vous ne l'êtes pas, en effet, vous n'avez pas exécuté ce qu'Il avait dit.

222 Il a dit : "Baptisez-les au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. " Si on n'a invoqué que ces titres sur vous, Il n'a jamais dit : "Allez invoquer ces titres, allez invoquer ces noms. " Ça ne s'est jamais fait dans la Bible. Ça ne s'est jamais fait comme ça. On baptisait comme Jésus l'avait dit : "Au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, " c'est-à-dire Jésus-Christ.

223 Pierre, qui avait la cl√©, a dit la m√™me chose ; tout autre ap√ītre ; toute l'Eglise jusqu'au premier Concile de Nic√©e quand l'Eglise catholique romaine s'est organis√©e, et qu'elle a accept√© les titres, plut√īt que le Nom. Vous √™tes soit baptis√© suivant les dogmes d√©nominationnels romains, soit au Nom de J√©sus-Christ. C'est l'un ou l'autre. Cela est sur vos mains. Vous ne pouvez vous en d√©barrasser en vous lavant. √áa y est.
Vous avez accepté Cela maintenant. Je vais vous demander, alors que le - alors que l'organiste et le pianiste jouent cet ancien cantique célèbre : Ma foi regarde à Toi
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur divin !
Maintenant, écoute-moi pendant que je prie,
Et √īte toute ma culpabilit√©,
Et laisse-moi dès ce jour,
Etre entièrement à Toi !

224 Que personne ne quitte la salle. Tenez-vous simplement débout, avec révérence, et levons simplement les mains vers Lui. Ma foi regarde à Toi (et Il est la Parole.) Toi Agneau du Calvaire,
Sauveur divin !
Maintenant écoute-moi pendant que je prie,
√Ēte tout mon p√©ch√©,
√Ē laisse-moi d√®s ce jour,
Etre entièrement à Toi !
(Totalement et complètement à Toi, j'abandonne ma vie maintenant.)

225 L'eau sera prête dans quelques instants. Si vous ne pouvez pas être baptisé maintenant, nous baptiserons encore ce soir.
Pensez-y, tout cet apr√®s-midi : "Sur vos mains, " L'√īter de l√†. L'unique moyen par lequel vous pouvez le faire, c'est de vous laver dans le Sang de J√©sus-Christ qui est‚Ķ Voyez ? Oui, oui. Souvenez-vous de cela maintenant, alors que nous inclinons la t√™te. Comptez sur Lui maintenant. Pendant que je‚Ķ
Le sombre labyrinthe de la vie.
La décision est dans votre coeur maintenant. Il passe en jugement. La Parole est prête pour la crucifixion.
Christ passe en jugement. Que ferez-vous de Jésus appelé Christ ? Sois mon guide ;
Change les ténèbres en jour,
Essuie les larmes de tristesse,
Ne me laisse jamais m'éloigner,
Loin de Toi.
Maintenant, en inclinant nos coeurs devant cela. [Frère Branham se met à fredonner "Ma foi regarde à Toi. " - N.D.E.]

226 Réfléchissez profondément, amis. Peut-être que votre nom est le dernier à être inscrit dans le Livre. Nous sommes au temps de la fin. Maintenant, réfléchissez très profondément. Etes-vous… Y a-t-il quelqu'un ici qui L'avait rejeté ?

227 Rappelez-vous, Cela pourra ne jamais revenir. Pilate n'a plus eu une autre occasion. Il avait fait de son mieux pour être sauvé, mais il n'avait pas pu. Cela était sur ses mains. Et que ferez-vous de la Parole ointe de ce jour appelée Christ ?

EN HAUT