ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Christ identifie dans tous les Ăąges de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 64-0409 La durĂ©e est de: 1 hour and 33 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Christ identifie dans tous les Ăąges

1 Je considĂšre vraiment que c’est un grand privilĂšge que d’ĂȘtre ici ce soir. C’est ma premiĂšre fois d’ĂȘtre ici, dans cette belle ville de Birmingham, quoique j’aie dĂ©sirĂ© y venir bien des fois. Mais il semble que les choses tournent en rond et le Seigneur a fixĂ© Ses Ă©poques Ă  Lui pour les choses. Ainsi donc, c’est de cette façon qu’Il a arrangĂ© les choses. Nous sommes reconnaissants pour ce temps et pour ces bons sponsors. Eh bien, ce soir, c’est en quelque sorte
 Nous avons toujours en quelque sorte une soirĂ©e de prise de contact.

2 Et, vous savez, lorsque vous ĂȘtes dans un bĂątiment comme celui-ci oĂč il y a
 Je ne pense pas qu’on l’utilise pour des services divins. Si je comprends bien, c’est une salle d’armes – probablement qu’on y fait des exercices, des jeux et tout. Ce n’est pas comme lorsqu’on entre dans une Ă©glise oĂč vous
 Je crois que, dans une Ă©glise, on a
 l’Esprit de Dieu y est. Et on sent que c’est sacrĂ©. Mais, lorsqu’on entre dans un lieu oĂč il se fait des divertissements et, parfois, des extravagances, alors, pendant quelques temps, il semble que c’est difficile de commencer avant qu’on ne se soit familiarisĂ©.
Et puis, comme nous tous nous sommes des inconnus les uns vis-Ă -vis des autres, cela rend la chose un peu
 Eh bien, nous regardons et nous nous posons des questions. Mais, si nous essayons simplement d’oublier cela aussi vite que possible et que nous souvenions que nous sommes ici pour servir le Seigneur JĂ©sus
 Nous sommes ici pour faire ce que nous pouvons – tout ce que nous pouvons pour faire avancer Son Royaume. Et je fournis mes efforts, et je ne peux pas le faire tout seul. Cela exige votre secours, mon secours, et le secours de Dieu. Et, avec Lui, nous serons capables de voir la gloire de Dieu descendre et nous visiter. Et c’est ce que nous dĂ©sirons. VoilĂ  pourquoi nous sommes ici – pour une visitation de la part de Dieu.
Eh bien, nous ne sommes pas nombreux et nous n’avons pas de trop grandes foules. Nous ne restons pas trĂšs longtemps. Et, une autre chose, c’est que mon message est principalement adressĂ© aux gens du Plein Evangile. C’est Ă  eux
 base, bien que tout le monde vienne.

3 Nous prions pour les malades. Nous ne prĂ©tendons pas ĂȘtre un guĂ©risseur, ni quelqu’un qui puisse guĂ©rir une personne. Nous croyons qu’il n’existe qu’un seul guĂ©risseur, c’est Dieu. Mais nous croyons qu’Il a ordonnĂ© des hommes pour prier pour les malades et c’est ce que nous faisons. Nous prions pour les malades. Et le Seigneur a Ă©tĂ© misĂ©ricordieux envers nous, en rĂ©pondant Ă  nos priĂšres tant de fois. Et nous
 autour du monde, nous avons vu, eh bien, vraiment des milliers et des milliers de personnes – d’estropiĂ©s, d’affligĂ©s, d’aveugles, d’infirmes et de boiteux – qui ont Ă©tĂ© guĂ©ris.

4 Et nous sommes simplement
 Nous croyons que nous sommes simplement... ?
 qu’Il a Ă©tĂ© blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s et que, par Ses meurtrissures, nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris; et nous croyons que c’est un bienfait, un privilĂšge que de
 pour les croyants. Eh bien, ce n’est pas pour les incroyants. Les gens disent: «Eh bien, je ne crois pas que cela peut arriver.» Eh bien, cela ne se produira jamais pour vous. Simplement
 Tenez-vous-le pour dit. Cela ne se produira jamais pour vous. Mais cela se produira pour ceux qui croient, car c’est seulement pour les croyants.

5 Eh bien, cela ne fait pas de nous un guĂ©risseur, pas plus que le fait de prĂȘcher le salut ne fait de nous un sauveur. Nous savons qu’il y a un seul guĂ©risseur et un seul Sauveur, et c’est la mĂȘme Personne, JĂ©sus-Christ. Nous sommes ici pour Le glorifier devant les gens.

6 Eh bien, un rĂ©veil, ce n’est pas exactement le fait d’ajouter de nouveaux membres Ă  l’église. Un rĂ©veil, c’est ranimer ce que vous avez dĂ©jĂ . Et, des fois, je me suis demandĂ© Ă  quoi sert un rĂ©veil. Ceci peut vous sembler un peu Ă©trange pour quelqu’un qui vous est Ă©tranger de dire ceci. Mais un jour, je me tenais au bord du lac Michigan. Je contemplais les vagues, elles montaient, puis elles baissaient, elles se soulevaient, oh! pendant que des vents violents soufflaient. Et les vagues se projetaient trĂšs loin dans l’air, elles montaient et descendaient en bouillonnant, elles dĂ©ferlaient et elles retournaient et dĂ©ferlaient encore. Je me suis dit: «Oh! la la! quel rĂ©veil!»

7 Mais vous savez, il n’y a pas plus d’eau dans ce lac qu’il y en a lorsque le lac est parfaitement normal et calme. Il a juste la mĂȘme quantitĂ© d’eau, vous voyez. Et puis, je me suis demandĂ©: «Pourquoi ce lac est-il tout agitĂ©?» C’est exactement de la mĂȘme façon que nous sommes agitĂ©s dans un rĂ©veil – nous bouillonnons. Savez-vous ce que cela fait toujours au lac, malgrĂ© tout? Ça le purifie. Ça jette toutes les ordures sur le rivage.

8 Ainsi, s’il nous faut un rĂ©veil, c’est uniquement pour cela: pour nous dĂ©barrasser de toute incrĂ©dulitĂ© et des autres choses, afin que nous puissions voir plus clairement ce que Dieu attend de nous. C’est ce Ă  quoi nous nous attendons en ce temps, Ă  un rĂ©veil parmi les gens.

9 Eh bien, mon sponsor, frĂšre Ershimer, ces frĂšres qui sont ici, et probablement que certains sont assis lĂ -bas, eh bien, ce sont des ministres de Dieu comme moi ou tous les autres ministres. Et le
 une fois, JĂ©sus a dit: «Le Royaume des cieux est semblable Ă  un homme qui a pris un filet et qui est allĂ© dans un lac. Et lorsqu’il a jetĂ© le filet dans le lac, il l’a retirĂ©, il a attrapĂ© toutes les espĂšces.» Le filet de l’Evangile attrape toutes les espĂšces, eh bien, toutes espĂšces de poissons, vous voyez. Il y avait
 probablement que certains d’entre eux Ă©taient pour ainsi dire «des water dogs» [Chiens aquatiques – N.D.T]. Certains Ă©taient des serpents, d’autres des araignĂ©es, d’autres des tortues et ainsi de suite. Mais certains d’entre eux Ă©taient de vĂ©ritables poissons. Ainsi, nous ne savons pas ce que nous attrapons dans le filet. Nous ne faisons que pĂȘcher Ă  la seine.
Et maintenant, je viens
 Deux seines iront plus loin qu’une seine. Et je viens mettre mon filet (c’est une seine, c’est comme cela que nous l’appelons là, au nord, une seine), et je viens entrelacer mon filet avec les leurs, les vîtres.

10 Jetons nos filets aussi loin que possible, et mettons nos filets ensemble, ainsi que nos coeurs, et joignons nos efforts, et tirons pour voir si on a attrapĂ© des poissons que le MaĂźtre peut utiliser. Et c’est Lui qui juge de cela. Nous ne savons pas. Eux tous semblent identiques pour nous. Ils ont Ă©tĂ© tout simplement attrapĂ©s dans le filet. Mais c’est Dieu qui sait qui ils sont, et Il les connaissait dĂšs le commencement. Ainsi, nous ne sommes que des pĂȘcheurs Ă  la seine. Nous ne sommes pas des juges pour dire qui est poisson ou qui ne l’est pas; nous ne faisons que pĂȘcher Ă  la seine. Je suis donc ici pour vous aider.
Et maintenant, cette semaine, priez, prenez le tĂ©lĂ©phone, appelez quelqu’un et invitez-le Ă  venir Ă  l’église ici, Ă  la salle des armes. Nous n’avons que trĂšs peu de temps. Nerveux
 cela rend les gens nerveux lorsque vous
 juste au moment oĂč vous vous familiarisez avec les gens et que les gens sont Ă©tablis, c’est Ă  ce moment-lĂ  que vous ĂȘtes obligĂ© d’aller ailleurs.
Eh bien, souvent je me suis demandĂ© si je ne peux pas, l’un de ces jours, avoir une tente et venir dans une grande ville comme celle-ci, la dresser afin que nous puissions y rester pendant plusieurs semaines et tenir une rĂ©union de ministres un matin, et rencontrer tous les ministres et discuter des choses.
Et je crois que le Seigneur bĂ©nira nos efforts cette semaine. Je crois qu’il n’y aura pas un seul petit lit ni un fauteuil roulant, peu importe ce que c’est, qui restera ici ou une seule personne souffrant du coeur, de la tuberculose, du cancer sans que le Seigneur l’ait guĂ©rie. Maintenant, restez en priĂšre.

11 Je ne fais pas beaucoup de visites parce que, vous savez, avec ce genre de ministĂšre
 Ce n’est pas parce que je n’aime pas visiter les gens. Mais c’est parce que je ne peux pas servir Dieu et puis l’homme en mĂȘme temps. Je dois rester seul pour prier. Eh bien, je ferai cela pour vous; mais vous, accomplissez l’autre partie – rassemblez-vous, faites entrer les gens et ainsi de suite, et amenez les malades et les affligĂ©s, et priez pour moi. Priez tous pour moi. C’est ainsi que nous pouvons remporter la victoire.
Eh bien, c’est juste pour, en quelque sorte, poser le fondement de ce que nous essayons de faire, nous
 En premier lieu, nous ne reprĂ©sentons aucune dĂ©nomination – on n’a rien contre une dĂ©nomination quelconque. Mais nous n’en reprĂ©sentons aucune. Nous nous tenons
 J’ai Ă©tĂ© ordonnĂ© au ministĂšre en tant qu’un baptiste missionnaire et puis, j’ai abandonnĂ© ma carte de membre (non pas la communion avec mes frĂšres), simplement pour que je ne puisse pas reprĂ©senter un quelconque groupe.
Je suis entrĂ© chez les pentecĂŽtistes lorsque j’ai commencĂ© Ă  prier pour les malades et que j’ai Ă©tĂ© commissionnĂ© Ă  le faire. Je suis allĂ© parmi les pentecĂŽtistes et j’ai trouvé  Je pensais qu’il n’y avait qu’un seul groupe parmi eux. J’ai dĂ©couvert qu’il y a beaucoup de groupes lĂ -bas comme il y en a chez les baptistes, et les autres groupes. J’ai donc vu qu’ils se disputaient. Et les gens se disputaient chez les baptistes Ă  propos de ceci et de cela. Ainsi, je les ai simplement laissĂ©s se disputer. Et nous essayons d’entourer tout le monde de nos bras, et de dire: «Nous sommes tous des frĂšres. Servons simplement le Seigneur.» Et la petite influence que je peux avoir, je ne la place pas sur une quelconque dĂ©nomination – c’est tout simplement sur Christ. Et lĂ , nous essayons de Le servir de cette maniĂšre.
Tout le monde est invitĂ©, sans distinction. Tout le monde est le bienvenu. Aussi longtemps que vous vous comportez comme il faut et que vous ĂȘtes en ordre, eh bien, vous ĂȘtes le bienvenu au possible.

12 Eh bien, une autre chose, c’est notre systĂšme de priĂšre pour les malades. Je
 chaque jour, frĂšre Borders ou Peary ou frĂšre Sothmann ou Billy Paul ou
 D’habitude c’est Billy Paul. C’est son travail. S’il ne peut pas arriver ici, ce sera l’un de ces autres hommes qui distribuera les cartes de priĂšre chaque jour. C’est ce qu’ils font. Ils viennent et prennent les cartes de priĂšre, cent cartes; ils les mĂ©langent toutes juste sous vos yeux. Et, ensuite, ils donnent une carte aux gens qui en veulent. Eh bien, chaque jour, ils le font afin que


13 Quand nous avons commencĂ© au dĂ©but, nous avons trouvĂ© qu’il vous fallait avoir des cartes de priĂšre. Ce n’est pas une arĂšne, vous savez, oĂč les gens se bousculent. C’est
 Vous devez avoir cela en ordre. Et ensuite, nous avons trouvĂ© quelqu’un qui essayait de vendre les cartes de priĂšre en garantissant aux gens qu’ils monteraient Ă  l’estrade. Et ainsi, on a dĂ» donc arrĂȘter cela. Et alors, j’ai confiĂ© cela Ă  mon propre fils, parce que je savais qu’il ne vendrait mĂȘme pas une carte.

14 Ensuite, une idĂ©e m’est venue de dire: «Donnez-moi une quelconque carte de priĂšre. A partir d’oĂč allez-vous commencer Ă  prier ce soir? Et puis, je vais prier
 J’ai besoin de cette carte de priĂšre-lĂ .» Eh bien, pour s’assurer qu’il ne saura pas par oĂč la ligne de priĂšre va commencer, ce garçon mĂ©lange les cartes et vous les donne
 Il ne sait pas laquelle il vous donne. Il vous donne tout simplement une carte de priĂšre. Une personne peut recevoir le numĂ©ro 1, une autre le numĂ©ro 50 et ainsi de suite.

15 Et puis, en y revenant une deuxiĂšme fois, je reviens un soir et personne
 Et moi-mĂȘme, je ne sais pas Ă  partir d’oĂč je commence Ă  appeler ces cartes de priĂšre. Je pourrais commencer Ă  partir du numĂ©ro 1, je pourrais commencer Ă  partir du numĂ©ro 25, je pourrais commencer Ă  partir du numĂ©ro 75 ou du numĂ©ro 100 et redescendre, seize, pour monter et puis redescendre. Quiconque a dĂ©jĂ  assistĂ© Ă  une rĂ©union sait que nous y allons de cette façon-lĂ  – tantĂŽt en montant, tantĂŽt en descendant Ă  partir de n’importe quel numĂ©ro.

16 Et puis, chaque jour
 D’abord, nous allons et nous distribuons toutes les cartes de priĂšre le premier jour. Et puis, tous les nouveaux venus qui entraient, n’obtenaient pas de carte de priĂšre. C’était fini – On ne priait pas pour eux pendant toute la sĂ©rie de rĂ©unions. Mais maintenant, nous leur en distribuons chaque jour, afin que quiconque dĂ©sire une carte de priĂšre puisse en obtenir une. Peut-ĂȘtre qu’au cours d’une soirĂ©e, nous ne saurons pas appeler toutes les cartes. Mais gardez votre carte. Nous l’appellerons avant de quitter.
Eh bien, mais il y a beaucoup, beaucoup de gens qui ont Ă©tĂ© guĂ©ris dans l’auditoire – beaucoup plus de gens qui ne sont guĂ©ris que lorsque vous ĂȘtes ici Ă  l’estrade. C’est votre foi qui apporte la guĂ©rison; ce n’est pas notre priĂšre Ă  nous. Notre priĂšre vous aide, sans doute. Nous nous rĂ©unissons tous et nous prions pour vous, cela vous aidera. Et si
 et ensuite, le dimanche aprĂšs-midi, le Seigneur voulant, nous prierons pour tout le monde – nous prendrons leurs cartes, et nous prierons pour tout le monde. Ou peut-ĂȘtre le samedi soir, une personne. Cela dĂ©pend de la personne que le frĂšre aimerait qu’il le fasse.
Maintenant, nous aimerions dire ceci, afin que vous compreniez. La raison pour laquelle j’ai annulĂ© cette ligne de priĂšre pour rencontrer chaque personne, c’est parce que mon principe – mon objectif – est celui-ci: c’est que les gens reçoivent Christ comme leur GuĂ©risseur sans qu’on leur impose les mains.

17 D’habitude
 prenez un Ă©vangĂ©liste qui vient dans la ville; eh bien, il devient tout dans l’église. Lorsqu’il s’en va, parfois l’assemblĂ©e regarde leur pasteur et dit: «Eh bien, qu’en est-il de mon pasteur?» J’aimerais que vous sachiez que votre pasteur est un homme de Dieu. Et j’aimerais que vous ayez du respect [envers lui], et que vous sachiez que cet homme est autant ordonnĂ© pour prier pour les malades que n’importe qui d’autre qui est ordonnĂ©.

18 Et nous aimerions que vous
 Et Ă  ce propos, notre objectif principal, c’est que vous voyiez la PrĂ©sence de JĂ©sus-Christ et que vous sachiez qu’Il est ici. Et puis, pendant que vous ĂȘtes dans Sa PrĂ©sence, acceptez-Le simplement comme votre Sauveur et votre GuĂ©risseur. Si vous n’ĂȘtes pas sauvĂ©, acceptez-Le comme votre Sauveur. Si vous ĂȘtes sauvĂ© et que vous n’ĂȘtes pas guĂ©ri, alors acceptez-Le comme votre GuĂ©risseur. Personne donc ne peut dire: «FrĂšre Untel m’a imposĂ© les mains.» Non. Vous avez posĂ© vos mains sur Lui. C’est donc ça la chose essentielle.
Maintenant, j’aimerais que vous gardiez cela Ă  l’esprit tout le temps. C’est vous qui posez vos
 qui Le touchez. Et la Bible dit qu’Il est le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par le sentiment de nos infirmitĂ©s. Et maintenant, souvenez-vous-en. C’est vous qui Le touchez, non pas

Le pasteur a le droit d’imposer les mains à
 d’imposer
 Pas seulement le pasteur – «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Juste les croyants – n’importe qui – imposer les mains aux malades, il a le droit de le faire. Cela vous identifie avec la personne qui est en priĂšre, juste comme vous posez vos mains sur Christ par la foi et que vous vous identifiez Ă  votre sacrifice. Souvenez-vous-en donc maintenant, alors que la semaine s’écoule, et priez sincĂšrement.
Maintenant, je pense que cela couvre presque la chose maintenant. Et ensuite, chaque soir, nous essayons de sortir Ă  temps, aussi tĂŽt que possible. Maintenant, nous allons commencer Ă  20h35 Ă  ma montre. Et, si le Seigneur le veut, nous aimerions sortir chaque soir Ă  21h30 ou peut-ĂȘtre avant, afin que vous puissiez avoir amplement de temps pour rentrer chez vous et revenir.
Eh bien, si on ne prie pas pour vous, et que vous n’obtenez pas la chose la premiĂšre soirĂ©e
 Il se peut que mon ministĂšre soit un peu Ă©trange pour vous. Mais, s’il est Ă©trange, ne le rejetez tout simplement pas. Assoyez-vous et examinez la chose. Prenez la Bible


19 Je crois donc que Dieu peut accomplir des choses qu’Il n’a point Ă©crites dans la Bible. Mais j’aimerais tout simplement qu’Il
 si seulement Il respecte ce qu’Il a Ă©crit ici, je serai satisfait par cela, parce que nous vivons dans le jour oĂč il y a toutes sortes de choses Ă©tranges, des ismes, des choses non scripturaires.

20 Mais, vous savez, du temps de Noé  JĂ©sus a dit: «Ce qui est arrivĂ© du temps de Noé » Vous savez, les gens construisaient peut-ĂȘtre des bateaux Ă  l’époque, qu’ils soient construits par Dieu ou pas. Mais ces bateaux-lĂ  n’ont pas flottĂ© lorsque l’heure est venue ou ils devaient flotter. Ainsi, j’aimerais que le message soit construit par Dieu avec les Ecritures, un message scripturaire, et qui soit tout Ă  fait conforme Ă  Cela, chaque chose en ordre avec les Ecritures – et que ça soit alors l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Et cela est obligĂ© de tenir, parce que ce n’est pas ma parole qui est remise en question; c’est Sa Parole Ă  Lui qui serait remise en question. Qu’Elle soit tirĂ©e des Ecritures.

21 Nous sommes au temps du changement de dispensation. Nous changeons maintenant. Et tout changement est comme la construction d’un bĂątiment. Lorsque vous arrivez Ă  l’angle, il vous faut faire un coin. C’est Ă©trange, tout le monde aimerait aller en ligne droite. Vous n’aurez qu’un seul grand mur. Mais, nous construisons un bĂątiment, et nous sommes
 Nous sommes arrivĂ©s aux angles. Et il vous faut changer ces angles. Comme frĂšre Don Price a trĂšs bien
 Il a trĂšs bien dit cela, il n’y a pas longtemps, il a dit: «Ces changements, c’est lĂ  que surviennent les ennuis, c’est lĂ  que les
 C’est difficile, lorsqu’on en arrive lĂ , Ă  cet angle, de faire
 de faire cet angle, et de le faire correctement.»

22 Eh bien, juste avant que nous lisions la Parole
 Chaque soir, c’est frĂšre Borders qui sera le manager dans le champ de travail et il parle aussi Ă  l’estrade. Et docteur Lee Vayle est ici quelque part. Je pense qu’il est arrivĂ© ici. Il m’a rencontrĂ© dans le Kentucky, roulant Ă  30 miles Ă  l’heure [48 km – N.D.T. ] – en train de faire le rodage d’une autre voiture Ford. Et ainsi
 en descendant, et je l’ai rencontrĂ©. C’est lui qui s’occupe des relations publiques. Il sera un orateur, je pense, quelque part, dans les rĂ©unions, chaque jour. Ainsi, s’il y a des questions ou quoi que ce soit, eh bien, demandez Ă  frĂšre Vayle. Il sera en mesure de vous aider, concernant ces questions. TrĂšs bien. Maintenant, pendant que nous
 avant que nous lisions la Parole, j’ai coutume de demander aux gens de se tenir debout pendant que nous lisons la Parole de Dieu. On se tient debout lorsqu’on joue la BanniĂšre EtoilĂ©e [En anglais, Star Sangle Banner: hymne national amĂ©ricain – N.D.T.], et que nous devons fidĂ©litĂ© et obĂ©issance Ă  la nation. Pourquoi ne pas nous tenir debout pendant que nous lisons la Parole de Dieu? Ce soir, je vais lire dans HĂ©breux au chapitre 13, Ă  partir du 1e verset: PersĂ©vĂ©rez dans l’amour fraternel. N’oubliez pas l’hospitalitĂ©; car, en l’exerçant, quelques-uns ont logĂ© des anges, sans le savoir. Souvenez-vous des prisonniers, comme si vous Ă©tiez aussi prisonniers, de ceux qui sont maltraitĂ©s, comme Ă©tant aussi vous-mĂȘmes dans un corps. Que le mariage soit honorĂ© de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultĂšres. Ne vous livrez pas Ă  l’amour de l’argent; contentez-vous de ce que vous avez; car Dieu lui-mĂȘme a dit: je ne te dĂ©laisserai point, et je ne t’abandonnerai point. C’est donc avec assurance que nous pouvons dire: le Seigneur est mon aide, je ne craindrai rien; que peut me faire un homme? Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncĂ© la parole de Dieu; considĂ©rez quelle a Ă©tĂ© la fin de leur vie, et imitez leur foi. JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Inclinons la tĂȘte, juste un moment, pour la priĂšre. Avec nos tĂȘtes et nos coeurs inclinĂ©s, je demande simplement s’il y a des requĂȘtes ce soir, dont on aimerait qu’on se souvienne. Voudriez-vous lever la main vers Dieu et dire par lĂ : «Ô Seigneur, souviens-Toi de moi.» Merci.
Notre PĂšre cĂ©leste, comme nous nous approchons de Ton trĂŽne divin au Nom tout-suffisant du Seigneur JĂ©sus qui a dit: «Si vous demandez au PĂšre quelque chose en Mon Nom, cela vous sera accordé», nous sommes si reconnaissants pour cette promesse, sachant que notre foi fait pression juste en ce moment, au-delĂ  de toute ombre de doute – sachant que, par la foi, nous parlons individuellement au Dieu Tout-Puissant – car c’est une promesse.
Et il est encore dit: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je suis au milieu d’eux.» Maintenant, chacun de nous a une requĂȘte, Seigneur, Ă©tant donnĂ© que nous avons levĂ© les mains vers Toi. Toi, Tu sais ce qu’il y a dans nos coeurs, ce qui est cachĂ© derriĂšre notre main. Et nous Te prions Seigneur, de nous exaucer. Non pas que nous soyons dignes d’ĂȘtre exaucĂ©s, mais parce que Tu as promis de nous exaucer. Tu as dit que Tu accorderais cela, et je sais que Tu le feras, car Tu es
 Tu es le grand Dieu qui a fait les cieux et la terre, le Juge de tous les cieux et de la terre. Et peux-Tu annoncer quelque chose que Tu ne peux pas accomplir? Loin de lĂ ! Dieu ne peut pas faire une telle chose. Ce qui nous manque, c’est la foi pour croire cela. Et nous prions, Seigneur, que cette soirĂ©e puisse tellement stimuler notre foi et lui faire pression Ă  tel point que nous marcherons avec cela, Seigneur, au-delĂ  de tout entendement. Nous n’essayons pas de comprendre, nous croyons tout simplement.
Et la foi est une ferme assurance des choses que l’on espĂšre, une dĂ©monstration des choses que nous ne pouvons ni voir ni prouver. Nous croyons tout simplement cela, et Dieu accomplit cela. Et nous prions, PĂšre, que leur
 que les Anges de Dieu se tiennent Ă  chaque porte, Ă  chaque rangĂ©e de siĂšges, ainsi qu’à chaque siĂšge et qu’ils convainquent les pĂ©cheurs qu’ils sont dans l’erreur, et qu’ils acceptent donc le Seigneur JĂ©sus.
Et que ceux qui n’ont pas le baptĂȘme de l’Esprit, que le Saint-Esprit descende pendant que nous prĂȘchons, et pendant que la PrĂ©sence de Christ est si rĂ©elle. Accorde-le, Seigneur. Nous prions qu’il n’y ait aucune personne faible parmi nous. Que chaque personne qui entre par ces portes, Seigneur, soit tellement inspirĂ©e par la foi qu’elle sera guĂ©rie, chacune d’elles.
Bénis ces ministres, Seigneur, ces églises à travers le pays. Puisse, à cause de ce grand effort que ces gens ont fourni
 Nous sommes un petit peuple, mais pourtant, un peuple qui est sincÚre, Seigneur, et qui essaie de garder cette foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes au milieu des ténÚbres.
Qu’un rĂ©veil Ă  l’ancienne mode Ă©clate, qui
 qui Ă©clate partout dans les Ă©glises; et que les saints affamĂ©s commencent Ă  crier, et que les pĂ©cheurs naissent dans le Royaume de Dieu en tant que des saints. Accorde-le, Seigneur. C’est cela notre but. C’est ce qu’il y a dans nos coeurs. Nous essayons de faire ceci pour Ton honneur, Seigneur, car nous savons que nous n’en avons plus pour trop longtemps.
Nous voyons encore la terre trembler et ĂȘtre une fois de plus secouĂ©e un Vendredi saint, comme c’était le cas il y a mille neuf cents ans, lors d’un Vendredi saint. Tu as dit qu’il y aurait des tremblements de terre en divers lieux. Nous voyons tous ces signes apparaĂźtre et nous savons que le temps est proche. Ainsi, Seigneur, nous voulons travailler pendant que nous le pouvons, car, lorsque la vie sera terminĂ©e, nous ne travaillerons plus.
Et nous prions, PĂšre cĂ©leste, que nous puissions fournir nos efforts en ce moment-ci. Et lorsque la rĂ©union appartiendra Ă  l’histoire, puissions-nous sentir que nous avons fait le mieux que nous pouvions. Accorde-le, Seigneur. BĂ©nis mes frĂšres partout. BĂ©nis ceux qui, maintenant, entreront dans la rĂ©union, et ceux qui Ă©couteront, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir. Merci, frĂšre.

23 J’aimerais prendre un sujet ce soir, si je peux vraiment appeler cela un sujet, pour un petit entretien formel, et intituler cela JĂ©sus
 ou plutĂŽt Christ IdentifiĂ© dans tous les Ăąges. En d’autres termes: L’identification de Christ dans tous les Ăąges», parce que HĂ©breux 13.8 dit: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Et nous voulons voir comment
 ce qu’Il Ă©tait dans les Ăąges passĂ©s. Eh bien, nous parlons tellement de Lui, et c’est la raison pour laquelle nous sommes ici pour le faire maintenant, pour parler de Lui.

24 Et maintenant, s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, et si, dans le passĂ©, Il a Ă©tĂ© vu et connu, alors pourquoi pas aujourd’hui? S’Il a Ă©tĂ© vu, connu et identifiĂ© dans le passĂ©, pourquoi cela ne peut donc pas nous arriver aujourd’hui? Nous voyons cette glorieuse Personne
 Jamais personne n’a pu entendre parler de Lui sans dĂ©sirer chercher Ă  savoir plus Ă  Son sujet. Il y a quelque chose au sujet de Lui – de ce Nom de JĂ©sus-Christ. Il n’y a nulle part aucun autre nom qui attire les gens comme cela. Il y a quelque chose Ă  ce sujet.

25 Un homme est
 Il sait qu’il vient de derriĂšre un rideau sombre et ombrageux, qui est suspendu entre lui et le lieu oĂč il Ă©tait avant qu’il vienne ici. Il sait qu’il doit passer derriĂšre ce rideau. Et il cherche toujours Ă  savoir d’oĂč il vient, ce qu’il est et oĂč il va.

26 Nous avons des millions de volumes qui ont Ă©tĂ© Ă©crits, je pense, sur ce sujet. Mais il n’y a qu’un seul Livre (et il est constituĂ© de soixante-dix volumes) qui peut vous rĂ©vĂ©ler d’oĂč vous venez, qui vous ĂȘtes et oĂč vous allez. Et c’est cette Bible. C’est la Parole qui vous dit d’oĂč vous venez, qui vous ĂȘtes et oĂč vous allez.

27 Tant de gens ont tant de diffĂ©rentes idĂ©es au sujet de Christ et surtout en ce jour-ci oĂč nous vivons maintenant. Nous avons des gens qui Le considĂšrent juste comme un grand enseignant – et Il l’était bien. Mais Il Ă©tait plus qu’un grand Enseignant, voyez? Il Ă©tait
 Jamais on a eu un homme qui a parlĂ© comme Lui. Mais Il Ă©tait plus qu’un simple grand enseignant. Mais cela semble ĂȘtre comme de la haute philosophie parmi tant d’églises aujourd’hui, de Le considĂ©rer comme un Enseignant qui
 que personne n’avait jamais enseignĂ© comme Lui auparavant.

28 «Il est simplement un grand, merveilleux et ancien historien, ou plutĂŽt un enseignant d’antan. Son enseignement est bon; vous pouvez en croire une partie et ne pas en croire une autre. Mais Il Ă©tait bien un philosophe. En d’autres termes, les gens Le prennent pour une personne comme Confucius, un philosophe chinois d’il y a plusieurs centaines d’annĂ©es. Eh bien, il Ă©tait plus qu’un enseignant. Il est plus que cela.
Et puis, certaines personnes
 pensent qu’Il – qu’Il n’était qu’un homme de bien. Eh bien, Il Ă©tait un homme de bien. Il Ă©tait l’unique homme de bien que nous ayons rĂ©ellement eu, c’était Lui. Il fallait qu’il y ait un homme bon pour mourir pour nous qui sommes des hommes mauvais, pour nous rendre bons. Ce n’est pas par nos mĂ©rites, mais ce qu’un seul homme bon a fait, cela nous a rachetĂ©s tous, vous voyez.

29 Combien il serait insensĂ©, aprĂšs l’unique voie de rĂ©demption, l’unique plan qui ait Ă©tĂ© tracé  de rejeter donc cela. Ce serait irrĂ©flĂ©chi de le faire, de rejeter l’unique moyen, l’unique plan. C’est Dieu, le plan de Dieu. Il y a beaucoup d’autres plans, mais Dieu a un plan. Ce plan, c’est au travers de JĂ©sus-Christ, et Lui seul. Ce n’est pas au travers d’un quelconque systĂšme, un quelconque systĂšme Ă©ducatif ou d’un quelconque systĂšme dĂ©nominationnel ni de quoi que ce soit. C’est au travers de JĂ©sus-Christ, et Lui seul. C’est le plan Ă©ternel de Dieu, au travers de Lui. Dieu fait toujours les choses d’une seule façon. Il ne change jamais Sa façon de faire les choses.

30 Maintenant, nous voyons certaines personnes qui disent qu’Il Ă©tait un prophĂšte, et Il Ă©tait bel et bien un prophĂšte. Mais Il Ă©tait plus qu’un prophĂšte. Il Ă©tait un prophĂšte et plus. Et ils ont eu beaucoup de prophĂštes. Tous les prophĂštes sont morts devant la porte de la mort.

31 Mais cet Homme-ci a pris les clefs – la mort, l’enfer, de la tombe – comme Samson a pris les portes de Gaza, il les a arrachĂ©es; JĂ©sus a arrachĂ© l’aiguillon et la mort elle-mĂȘme, et a englouti cela dans la victoire, et Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour. Quel triomphe! Cela rend Ses croyants plus que vainqueurs; la victoire est dĂ©jĂ  acquise. Il ne reste plus rien Ă  faire, sinon de s’avancer droit devant soi, avec les chants de vainqueurs dans nos coeurs. Il est le grand Triomphateur. Et ce grand Personnage Ă©tait plus qu’un prophĂšte.

32 Les prophĂštes Ă©taient de grands hommes. Nous le savons. La Parole de Dieu venait aux prophĂštes et Elle venait Ă  eux, et Ă  eux seuls. Et nous dĂ©couvrons que ce sont les Ecritures, et c’est ce qu’Elles dĂ©clarent. Il ne fait rien sans premiĂšrement l’annoncer Ă  Ses serviteurs, les prophĂštes. Et ils Ă©taient de grands hommes. Mais cet Homme-ci Ă©tait plus qu’un prophĂšte.

33 Eh bien, nous voyons donc
 Bien des gens pensent qu’Il Ă©tait un organisateur d’églises, et qu’Il a fait
 qu’Il Ă©tait un grand Homme d’une grande intelligence et qui a organisĂ© des Ă©glises. Sans doute qu’Il les a rassemblĂ©es. J’ai entendu un prĂȘtre parler il n’y a pas longtemps, disant: «JĂ©sus-Christ a organisĂ© la premiĂšre Ă©glise romaine, et Il devrait savoir comment le faire.»

34 Eh bien, l’église n’a jamais Ă©tĂ© organisĂ©e et elle n’a jamais commencĂ© Ă  Rome. Elle a commencĂ© Ă  JĂ©rusalem, le jour de la PentecĂŽte, et non pas Ă  NicĂ©e – Rome. Et JĂ©sus n’a jamais rien organisĂ©. L’unique chose qu’Il avait faite c’était d’appeler. Jamais vous ne
 vous n’entrez pas en Christ par une organisation; vous entrez dans le Royaume de Dieu par une naissance.

35 Lundi passĂ©, c’était mon anniversaire, j’ai atteint l’ñge de 55 ans. Et, vous savez, la famille Branham ne m’a jamais demandĂ© de me joindre Ă  leur famille. Je suis nĂ© un Branham. Et c’est ainsi que nous sommes des chrĂ©tiens. Nous sommes nĂ©s chrĂ©tiens, par la puissance de la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ; et nous sommes des chrĂ©tiens par naissance. Cela fait de nous de nouvelles crĂ©atures. Dans notre vieille nature, nous ne pourrions jamais ĂȘtre des chrĂ©tiens.

36 C’est la raison pour laquelle, aujourd’hui, nous avons tant de gens qui se disent chrĂ©tiens et qui mĂšnent n’importe quelle sorte de vie. Ils n’ont jamais expĂ©rimentĂ© la nouvelle naissance, cette Chose qui vous change, qui fait sortir la vie, comme le fait de tirer du sang d’un homme qui a un certain type de sang et lui injecter un autre type de sang. Il s’agit de faire sortir la vieille vie de l’homme et d’injecter dans le croyant la Vie de Christ. Il devient alors une nouvelle crĂ©ation. Il est une nouvelle crĂ©ature.
Eh bien, l’unique façon pour nous de connaĂźtre et de pouvoir faire en sorte que tout le monde soit satisfait
 Si je posais aux pentecĂŽtistes cette question ce soir: «Que pensez-vous qu’Il devrait ĂȘtre?» Il ferait de Lui un pentecĂŽtiste.
Si je demandais aux FrĂšres Unis ce qu’Il devrait
 «Eh bien, Il Ă©tait un des FrĂšres Unis.»
Si je demandais aux mĂ©thodistes, ils diraient: «Eh bien, Il Ă©tait un mĂ©thodiste», les baptistes, et ainsi de suite. Mais, maintenant, il n’y a qu’une seule façon d’y rĂ©pondre et de le faire scripturairement. Eh bien, sur cette estrade, nous aimerions toujours rester avec les Ecritures. Si ce n’est pas le cas, vous ĂȘtes tenus de venir vers moi et me corriger.

37 Eh bien, il faut rester en accord avec les Ecritures. Ainsi, l’unique façon de savoir ce qu’Il est aujourd’hui, c’est de dĂ©couvrir ce qu’Il Ă©tait, voyez? Elles dĂ©clarent qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et si nous pouvons dĂ©couvrir ce qu’Il Ă©tait, alors, Il doit ĂȘtre le mĂȘme aujourd’hui, parce qu’Il ne peut pas changer. La Bible dit qu’Il est le mĂȘme, m-ĂȘ-m-e, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

38 Dans Jean au premier ou plutĂŽt Saint Jean, chapitre premier, nous trouvons
 Voici ce qu’a dit l’écrivain. Etant inspirĂ© par le Saint-Esprit, il a Ă©crit ceci: «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu
 Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et a habitĂ© parmi nous.» Puis-je analyser cela? Au commencement Ă©tait l’Eternel. Il n’était mĂȘme pas Dieu. «Dieu», notre mot anglais «Dieu», signifie un objet d’adoration, mais Il
 Il n’y avait rien pour L’adorer. Il Ă©tait simplement l’Eternel.

39 En Lui, il y avait des attributs. N’importe qui sait ce que c’est qu’un attribut. En d’autres termes, Ses pensĂ©es Ă©taient en Lui – simplement des pensĂ©es. Ce sont Ses attributs. Et puis, Sa Parole – et une pensĂ©e exprimĂ©e est une parole. «Au commencement Ă©tait la Parole.» Avant qu’elle ne soit mĂȘme exprimĂ©e, c’était une pensĂ©e – un attribut. Dans cette pensĂ©e, Il devait ĂȘtre Dieu. Probablement qu’Il a d’abord crĂ©Ă© les Anges, et puis, Il a Ă©tĂ© adorĂ©, Il Ă©tait Dieu.

40 Et ensuite, en Lui, il y avait des attributs d’ĂȘtre PĂšre, d’ĂȘtre Fils, d’ĂȘtre Sauveur (il n’y avait rien de perdu, il fallait que quelque chose soit perdu; ainsi, il fallait qu’une voie soit frayĂ©e pour cela), afin qu’Il soit un GuĂ©risseur (il n’y avait rien qui Ă©tait malade, ainsi Il
 quelque chose devait tomber malade, afin qu’Il puisse guĂ©rir cela). Cela ne fait que manifester Ses attributs.

41 Et maintenant, souvenez-vous, si vous avez dĂ©jĂ  eu ou si jamais vous aurez la Vie Eternelle, c’est que vous l’aviez en Lui en ce temps-lĂ , vous voyez? Vous l’aviez en Lui, parce que JĂ©sus est venu, et JĂ©sus Ă©tait le RĂ©dempteur. Racheter une chose, c’est ramener celle-ci Ă  partir de lĂ  oĂč elle est tombĂ©e ou lĂ  d’oĂč elle est partie – vous rachetez cela, vous la ramenez. Et vous, votre apparence, qui vous ĂȘtes, qui
 votre nom: c’était la pensĂ©e de Dieu avant la fondation du monde. Et JĂ©sus n’est pas venu pour sauver tout. Il le voulait bien, mais Il est venu pour racheter, ramener ceux qui Ă©taient dans Sa pensĂ©e avant le commencement. C’est la raison pour laquelle Il Ă©tait la Parole faite chair. Dieu Ă©tait en Christ rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. La Parole, la pensĂ©e de Dieu concernant la façon dont Il devait faire cela
 Il s’est exprimĂ© en JĂ©sus-Christ. C’était Dieu devenant matĂ©riel.

42 Maintenant, lĂ  oĂč vous ĂȘtes, en ce moment, vous devez mourir, parce que vous ĂȘtes encore
 C’est juste comme quand on prend une photo – vous ĂȘtes le nĂ©gatif. Tout nĂ©gatif doit entrer dans la chambre noire, passer par des acides, afin de dĂ©velopper l’image pour vous montrer ce que c’est. Maintenant, nous sommes la vraie image de Sa Personne. C’est le nĂ©gatif. Elle a Ă©tĂ© prise. Nous sommes une vie humaine. Mais nous devons entrer dans la chambre noire, lĂ  au fond de la tombe, pour passer par le rĂ©vĂ©lateur, afin de revenir Ă©tant semblable Ă  l’image.

43 Oh! la la! Jeunes pour toujours! Toute la vieillesse, tous les dĂ©fauts et toutes choses seront ĂŽtĂ©s. Ensuite, nous serons rachetĂ©s et nous redeviendrons des attributs de Dieu – Dieu, rendus matĂ©riels avec Christ et l’Eglise, juste comme l’homme et sa femme. C’est vrai. Christ et l’Epouse, en effet, cela ramĂšne Sa pensĂ©e, et Sa pensĂ©e est exprimĂ©e.

44 Eh bien, vous direz: «Cela a pris beaucoup de temps.» Ce n’est pas le cas pour Dieu. Nous, nous sommes limitĂ©s. Nous sommes obligĂ©s de nous dĂ©pĂȘcher. Je pensais, lorsque j’ai quittĂ© Jeffersonville et que je roulais Ă  30 miles Ă  l’heure, je me rendais Ă  Birmingham en un seul jour, et une toute petite partie de la nuit. Et je me disais, cela ne reprĂ©sentait pas grand-chose pour moi, mais qu’arriverait-il si une petite fourmi essayait de parcourir cette distance? Qu’est-ce que cela reprĂ©senterait pour elle? Voyez, elle n’y arriverait pas de toute sa vie, mĂȘme si on multipliait celle-ci par des milliers de fois; mais ça ne reprĂ©sentait pas grand-chose pour moi. Que dire d’un avion? Que dire d’un jet, et puis d’un astronaute? Et puis que dire de Dieu?

45 Voyez, JĂ©sus n’a Ă©tĂ© crucifiĂ© que hier aprĂšs-midi d’aprĂšs le temps de Dieu, s’Il a le temps. Mille ans ne reprĂ©sentent qu’un seul jour devant Dieu, pour ainsi dire. Ce n’est mĂȘme pas cela, seulement, c’est comme si c’était un seul jour. Ainsi, c’est Ă  peine si cela a dĂ©jĂ  fait une semaine, si vous voulez compter le temps, entre tout
 depuis le commencement de la crĂ©ation, en dĂ©veloppant simplement cela. Dieu devenant matĂ©riel avec Ses pensĂ©es et cela nous a apportĂ© donc la Vie Ă©ternelle. Et la Vie Eternelle, il n’y a qu’une seule forme de Vie Eternelle: c’est Dieu.

46 Et puis, c’est Dieu manifestĂ© dans Son Eglise, comme Dieu manifestĂ© dans Son Fils. C’est le mĂȘme Dieu tout le temps – Dieu au-dessus de nous, Dieu avec nous, Dieu en nous – ramenant simplement toute la chose. Maintenant... Au commencement Ă©tait la Parole.

47 Eh bien, si nous parlions de Celui qui va juger le monde, eh bien, vous alliez
 Quelqu’un dirait
 J’ai entendu un catholique dire: «Dieu jugera le monde par l’Eglise catholique.» S’Il le fait, c’est par quelle Eglise catholique? Voyez? Ils ont tant de diffĂ©rentes Ă©glises catholiques. Est-ce par l’orthodoxe, la grecque ou la romaine ou laquelle? Voyez, par quelle Eglise catholique jugera-t-Il le monde?
Eh bien, s’Il juge le monde par l’Eglise catholique, alors l’Eglise protestante est exclue. S’Il juge le monde par l’Eglise protestante, alors l’Eglise catholique est exclue. S’Il juge le monde par l’Eglise mĂ©thodiste, l’Eglise baptiste est exclue. Eh bien, vous direz: «Attendez une minute. Elles sont toutes »

48 Oh! Non ! Souvenez-vous, au commencement, celui
 La seule forteresse que Dieu avait donnĂ©e Ă  Adam et Eve, c’était de rester derriĂšre Sa Parole et de ne pas
 Satan n’avait pas mal
 n’avait pas dit Ă  Eve que ce n’était pas ainsi. Il a simplement mal citĂ© une petite portion de cela. Si une petite portion a causĂ© tous ces – troubles, la maladie, le chagrin et la tristesse – une petite portion nous gardera hors d’Elle. Dieu jugera le monde non pas par un certain groupe; Il jugera le monde par JĂ©sus-Christ. Et Christ est la Parole. Il est la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole, la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu
 Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous.» Ainsi, Il est la Parole de Dieu exprimĂ©e dans chaque Ăąge. Il fait de Lui le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

49 
 S’est identifiĂ© au commencement, aux prophĂštes. Maintenant, souvenez-vous, les prophĂštes sont les gens au travers desquels le Seigneur parle. Et maintenant, remarquez. Il s’est identifiĂ© aux hommes dĂšs le commencement.

50 DĂšs le tout dĂ©but du temps, Il a toujours eu une maniĂšre de faire les choses, et Il ne change jamais Sa maniĂšre. C’est la raison pour laquelle je peux croire Sa Parole. Si jamais Dieu Ă©tait appelĂ© sur la scĂšne pour poser un acte et
 La dĂ©cision que Dieu a prise lorsqu’Il a Ă©tĂ© appelĂ© sur la scĂšne, Il doit agir de la mĂȘme façon tout le temps qu’Il sera appelĂ© sur la scĂšne, sinon Il avait mal agi la premiĂšre fois. Autrement
 Si Dieu a Ă©tĂ© appelé pour sauver un homme, Il l’a sauvĂ© sur une certaine base. Et si jamais Il Ă©tait appelĂ© pour sauver un autre homme, Il doit le faire de la mĂȘme maniĂšre que la premiĂšre fois, sinon Il aurait mal agi lorsqu’Il avait agi la premiĂšre fois.

51 Si jamais Il Ă©tait appelĂ© sur la scĂšne pour guĂ©rir un homme et qu’Il le guĂ©rissait sur base d’une certaine chose, si jamais Il Ă©tait encore appelĂ© Ă  guĂ©rir [un homme], Il doit guĂ©rir sur la mĂȘme base, sinon Il avait mal agi. Et Il est infini, omniprĂ©sent, omniscient; Il est le Dieu infini. Ainsi, Il ne change pas.

52 Eh bien, nous, nous sommes limitĂ©s. Nous pouvons dire que ceci est correct aujourd’hui; demain, nous pouvons trouver quelque chose de diffĂ©rent. Nous pouvons devenir meilleurs. Nous avons un meilleur
 Nous construisons de meilleures maisons qu’il y a cent ans. Nous avons de meilleures voitures que nous n’en avions il y a vingt ans. Et nous avons de meilleurs moyens de transport et que sais-je encore que vous voudriez emprunter comme moyen de dĂ©placement. Nous devenons meilleurs parce que nous apprenons. Mais Dieu n’apprend pas, parce qu’Il est parfait pour commencer. Par consĂ©quent, Lui et Sa Parole sont un. Ainsi, Sa Parole est parfaite.

53 Si vous ne croyez pas cela, ne venez pas dans la ligne de priĂšre, parce que c’est l’unique base sur laquelle vous pouvez accepter toute chose. Et la foi ne peut trouver son lieu de repos que sur quelque chose dont elle est sĂ»re. Et une vĂ©ritable foi authentique repose sur le Rocher Ă©ternel de la Parole Ă©ternelle de Dieu. Elle ne bouge pas. Elle reste juste lĂ , peu importe les circonstances. Vous parlez du rocher de Gibraltar; c’est sur le Rocher des Ăąges qu’Elle se tient. La Parole ne change jamais, et c’est sur Elle que la foi repose.

54 Il a dit: «Les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne faillira jamais.» Les hommes et les femmes qui sont jamais arrivĂ©s Ă  atteindre quelque chose Ă©taient des hommes et des femmes qui ont cru qu’Elle est la VĂ©ritĂ©. Et c’est la vĂ©ritĂ©! Il
 La Parole est la VĂ©ritĂ©.

55 Maintenant, nous voyons qu’Il
 Au commencement, Dieu avait attribuĂ© une grande portion de la Parole Ă  chaque Ăąge – Ă  chaque Ăąge. Et au fur et Ă  mesure que cette Parole
 que le temps venait pour que cette Parole soit rĂ©vĂ©lĂ©e (ne manquez pas ceci), lorsque le temps Ă©tait arrivĂ© pour que cette Parole soit rĂ©vĂ©lĂ©e, gĂ©nĂ©ralement les hommes embrouillaient tellement les choses que Dieu apparaissait Ă  un prophĂšte. Sondez les Ecritures, voyez. Eh bien, rappelez-vous, le Dieu immuable ne peut pas changer Ses voies. Chaque fois, Il doit procĂ©der de la mĂȘme maniĂšre, Il ne change pas.

56 Laissez-moi vous donner un exemple. Lorsque l’homme est tombĂ© – le pĂ©chĂ© – et que Dieu Ă©tait appelĂ© soit Ă  prononcer le jugement sur l’homme ou Ă  frayer pour lui un moyen d’échapper
 Eh bien, dans le jardin d’Eden, Dieu avait tracĂ© un seul plan pour sauver l’homme, une seule voie. Et c’était au travers du Sang versĂ© d’un sujet innocent. Il n’a jamais changĂ© cela. Nous, nous avons essayĂ© de bĂątir des villes, des tours, d’instruire les gens, de former des dĂ©nominations, mais tout cela a failli. Dieu ne peut rencontrer l’homme que sous le Sang versĂ© d’un innocent. Il a fait cela dans le jardin d’Eden, et Il n’a jamais changĂ© cela. Dieu ne change jamais Ses voies. Il
 S’Il le fait, c’est qu’Il est donc limitĂ©, comme vous et moi.
Nous, nous disons: «Eh bien, j’étais dans l’erreur lĂ , mais cette fois-ci je serais dans le vrai.» Pas Dieu; Il est dans le vrai dĂšs le dĂ©but, Il n’est pas obligĂ© de changer quoi que ce soit. Il a fait la promesse, et Il doit
 Il la tient.

57 Voici Abraham. Il Ă©tait persuadĂ© que Dieu Ă©tait capable de garder tout ce qu’Il avait promis, ainsi il a appelĂ© toute chose contraire Ă  la Parole comme si cela n’existait pas. Il est tout simplement allĂ© de l’avant, s’opposant Ă  la science malgrĂ© tout
 les preuves scientifiques, et s’opposent aux raisonnements, espĂ©rant contre toute espĂ©rance, contre tout ce qu’il y avait. La Parole de Dieu Ă©tait placĂ©e en premier. Abraham a considĂ©rĂ© toute autre chose comme Ă©tant fausse; il allait avoir cet enfant malgrĂ© tout. Et il l’a donc eu, voyez, parce qu’il avait cru cela. Maintenant, nous voyons alors que le Dieu immuable fait toujours la mĂȘme chose.

58 Eh bien, remarquez. Juste briĂšvement dans l’histoire du temps, suivez-moi maintenant juste pour les quelques prochaines minutes. Retournons en arriĂšre et voyons. Au commencement, Dieu parlait au prophĂšte, et la Parole de Dieu venait au prophĂšte. Et le prophĂšte Ă©tait capable de prĂ©dire des choses divines qui s’accomplissaient Ă  la lettre, c’était cela son identification. Un prophĂšte, un voyant, signifie celui qui prĂ©dit, ou annonce d’avance les choses; et il est aussi un interprĂšte divin de la Parole Ă©crite. Tout le monde le sait, ceux qui savent ce que signifie un prophĂšte.

59 Eh bien, le mot anglais «prophĂšte», p-r-o-p-h-Ăš-t-e, signifie un prĂ©dicateur – juste tout celui qui prĂȘche. Mais un voyant de l’Ancien Testament, celui auquel on se rĂ©fĂ©rait comme Ă©tant un prophĂšte, c’était une personne qui voyait Ă  l’avance les choses. Dieu a dit: «S’il y a parmi vous un homme qui est spirituel, ou un prophĂšte, Moi, l’Eternel, Je me ferai connaĂźtre Ă  lui. Et si ce qu’il dit s’accomplit, alors Ă©coutez-le. Mais si cela ne s’accomplit pas, n’écoutez pas ce prophĂšte, voyez, parce qu’il donne une fausse prophĂ©tie. Mais si c’est Moi qui l’ai envoyĂ©, ce sera Mon identification. Ce qu’il dira s’accomplira.» Il est nĂ© dans le monde, ordonnĂ©, prĂ©ordonnĂ© de Dieu pour faire cela, car tous les dons et les appels sont sans repentir. Ils sont prĂ©ordonnĂ© de Dieu.

60 Avant que le monde n’ait commencĂ©, Il connaissait tout Ă  ce sujet. Il connaissait chaque puce, chaque mouche, la quantitĂ© de suif qui la composerait, combien de fois il clignerait des yeux. C’est infini, voyez, c’est infini. C’est simplement
 Si ce n’est pas le cas, alors Il n’est pas infini. Il connaissait toute chose, et Il est omniscient parce qu’Il est omniprĂ©sent. Cela fait
 Son Omniscience Le rend omniprĂ©sent. Il connaĂźt toute chose, Il connaissait cela avant le commencement du monde.

61 Il savait avant que le monde ne commence, que nous serions assis ici. Il savait combien de fois je lĂšverai les mains et combien de fois je les baisserai. Il connaissait les paroles que je prononcerais. Il connaissait combien de fois vous cligneriez les yeux, ce que vous penseriez, avant que le monde ait jamais commencĂ©! De quoi avons-nous peur? Dieu est notre PĂšre! C’est vrai. Il est notre PĂšre. Nous n’avons pas Ă  nous inquiĂ©ter. Les gens ont simplement perdu leur foi et leur confiance en Dieu.

62 Nous voyons que cela s’applique aux saisons, et ensuite
 il y a des Paroles que Dieu a prononcĂ©es comme devant s’accomplir. Et puis, tout le monde tombe dans la confusion, et alors Dieu envoie un prophĂšte sur la scĂšne. Et ce prophĂšte confirme toujours la Parole pour cet Ăąge-lĂ . Parcourez les Ăąges de l’église, [voyez] ce que nous sommes censĂ©s avoir. Voyez si vous ne pouvez pas identifier ces hommes tout au long des Ăąges de l’église, comme nous les voyons depuis les apĂŽtres.
Eh bien, remarquez encore ceci. Dieu a parlĂ© Ă  NoĂ©, et celui-ci Ă©tait un prophĂšte, Il lui a dit ce qui allait arriver. NoĂ© a prophĂ©tisĂ© et la chose s’est accomplie.

63 Eh bien, Joseph est venu. Joseph, un modĂšle parfait, c’était Christ en Joseph. Eh bien, remarquez qu’il Ă©tait aimĂ© de son pĂšre et mĂ©prisĂ© de ses frĂšres parce qu’il Ă©tait un voyant. Ils l’ont haĂŻ sans cause. L’homme n’y pouvait rien
 Ce qu’il Ă©tait, il l’était. Et les autres frĂšres l’ont haĂŻ – un trĂšs bon type de tous les Ăąges. Tout le temps, lorsqu’un voyant vient sur la scĂšne, les autres le haĂŻssent pour la mĂȘme raison que Joseph Ă©tait haĂŻ par ses frĂšres.

64 Il n’y pouvait rien. Il pouvait interprĂ©ter leur songe. Il ne se trompait jamais. Il prĂ©disait des choses. Il ne se trompait jamais. Et ses frĂšres l’ont haĂŻ sans cause. Et remarquez, sa vie a parfaitement manifestĂ© Christ pour nous – et il a mĂȘme Ă©tĂ© vendu pour trente piĂšces d’argent, il a Ă©tĂ© tirĂ© d’une fosse, et s’est assis Ă  la droite de Pharaon, le gouverneur du monde de l’époque.

65 Et chaque fois qu’il quittait le palais, on sonnait de la trompette et on disait: «Que tout genou flĂ©chisse, parce que Joseph vient», un type parfait de Christ dans le millĂ©nium lorsque la trompette sonnera. Il viendra, tout genou flĂ©chira et toute langue confessera en son honneur.

66 Remarquez, dans sa prison, il Ă©tait un prophĂšte. C’est lorsqu’il a Ă©tĂ© vendu et qu’il a Ă©tĂ© mis en prison Ă  cause de la femme de Potiphar. Ensuite, nous voyons que lĂ  en prison, l’échanson et le panetier ont eu chacun un songe. Et Joseph a interprĂ©tĂ© ces songes; l’un a Ă©tĂ© perdu et l’autre sauvĂ©. C’est exactement ce qui est arrivĂ© Ă  JĂ©sus Ă  la croix. Une personne a Ă©tĂ© perdue, l’autre a Ă©tĂ© sauvĂ©e, lorsqu’Il Ă©tait dans sa prison, clouĂ© Ă  la croix. C’est vraiment un type parfait.

67 Nous voyons que lorsque MoĂŻse est venu sur la scĂšne, eh bien
 Eh bien, MoĂŻse ne pouvait pas venir avec le mĂȘme esprit, ou de la mĂȘme façon, avec le mĂȘme message que NoĂ© avait. C’était un autre Ăąge, oĂč il fallait accomplir une autre Parole. Dieu avait dit: «Ta semence sĂ©journera dans un pays Ă©tranger, ils seront assujettis pendant quatre cents ans. Et puis, Je les en ferai sortir par une main puissante.» Mais lorsque MoĂŻse a Ă©tĂ© appelé  Il lui a fallu quarante ans pour ĂȘtre instruit; et puis, il a fallu quarante ans encore pour le dĂ©barrasser totalement de cette instruction. Alors Dieu l’a appelĂ© par une LumiĂšre surnaturelle, une Colonne de Feu qui Ă©tait lĂ , dans un buisson ardent. Il a appris davantage sur Dieu en cinq minutes qu’il n’en avait appris en quarante ans, parce qu’il Ă©tait dans Sa PrĂ©sence.

68 C’est ce que je veux! Lorsqu’un homme est dans la PrĂ©sence de Dieu, alors il sait quelque chose. Il sait quelque chose qui – qu’il ne peut pas apprendre dans des livres. Vous ne pouvez pas apprendre Dieu par des livres, par l’instruction. Vous direz: «Il est docteur en thĂ©ologie, il est docteur en philosophie.» Pour moi, cela ne fait que l’éloigner davantage de Dieu. On ne connaĂźt pas Dieu par l’instruction; on connaĂźt Dieu par la foi. Pour connaĂźtre Dieu vous devez croire dans Sa promesse.

69 Et c’est pourquoi je pense que nos rĂ©unions dans la Divine PrĂ©sence de Dieu, devraient stimuler la foi des gens pour qu’ils sachent que peu importe ce que dit la science, ce que dit l’incroyant, Christ vous a Ă©tĂ© envoyĂ© Ă  vous, les croyants. Vous avez le droit de jouir de Sa communion, de Ses bĂ©nĂ©dictions, et de tout ce pourquoi Il est mort. VoilĂ .

70 Personne n’a le droit de prĂȘcher l’Evangile avant de s’ĂȘtre agenouillĂ© sur ce sable sacrĂ©, lĂ  derriĂšre, dans la PrĂ©sence de cette Colonne de Feu, et d’avoir entendu la Voix de Dieu lui parler.

71 Vous savez, les religions d’aujourd’hui peuvent expliquer tout cela. «Telle chose est arrivĂ©e, et c’est passĂ©.» Et «telle chose Ă©tait pour un autre Ăąge. Et ceci » Mais un homme qui a dĂ©jĂ  rencontrĂ© Dieu face Ă  face et qui Lui a parlé  aucun homme de science, aucun dĂ©mon, ni rien d’autre ne peut venir sur ce terrain sacrĂ©. Il Ă©tait lĂ , et c’est lĂ  qu’il a rencontrĂ© Dieu et il sait de quoi il parle. Et il n’a pas besoin que quelqu’un d’autre essaie de lui dire quoi que ce soit.
Dieu a parlĂ© au cours des Ăąges par Ses prophĂštes, en s’identifiant chaque fois Ă  l’ñge qui venait.

72 Eh bien, JĂ©sus de Nazareth est venu. Il Ă©tait aussi un prophĂšte. La Bible dit qu’Il serait un prophĂšte. Dans DeutĂ©ronome 18.15, MoĂŻse a dit: «Le Seigneur, votre Dieu, suscitera un prophĂšte comme moi, et le peuple doit l’écouter.»

73 Maintenant remarquez. Dans chaque Ăąge, tout IsraĂ«l, tout le peuple croyait que
 les prophĂštes, lorsqu’ils Ă©taient identifiĂ©s comme Ă©tant des prophĂštes. HĂ©breux, chapitre 1 dit: «AprĂšs avoir autrefois, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, parlĂ© Ă  nos pĂšres par les prophĂštes; Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlĂ© par Son Fils, JĂ©sus-Christ», voyez, par Son Fils, JĂ©sus-Christ. Remarquez, Il ne change jamais Sa maniĂšre – la mĂȘme chose – c’est toujours la continuitĂ© de la Parole de Dieu.

74 Dieu n’a jamais utilisĂ© un systĂšme, Il n’a jamais utilisĂ© une organisation, Il n’a jamais utilisĂ© des groupes. Il utilise une seule personne. Si vous ĂȘtes mĂ©thodiste, baptiste (c’est trĂšs bien), presbytĂ©rien, pentecĂŽtiste (c’est bien); mais Dieu traite avec vous en tant qu’un individu. Il s’agit de vous, et non de votre Ă©glise. C’est vous qui ĂȘtes responsable, pas ce que dit votre Ă©glise.

75 Ce que Dieu vous a dit, cela doit ĂȘtre en accord avec la Parole. Dieu traite avec des individus. C’est ce qu’Il a toujours fait. Les prophĂštes ne forment pas une Ă©cole des prophĂštes. Ils ont essayĂ© cela une fois et ils ont Ă©chouĂ©. Ils ont donc trouvĂ© que


76 Achab avait un groupe de prophĂštes lĂ -bas. Mais Dieu aussi avait un prophĂšte du nom de MichĂ©e, que tous les autres prophĂštes haĂŻssaient. Mais il avait la vĂ©ritĂ©. Il avait la vĂ©ritĂ© par la Parole, parce que sa prophĂ©tie Ă©tait en accord avec la Parole. Il doit toujours en ĂȘtre ainsi, le prophĂšte est envoyĂ© pour confirmer la Parole promise pour ce jour-lĂ . Eh bien, c’est exactement ainsi que les gens ont manquĂ© de voir JĂ©sus. C’est exact.

77 ConsidĂ©rez ces hommes, ces pharisiens et ces sadducĂ©ens – des Ă©rudits que nous n’avons pas aujourd’hui. Ils devaient naĂźtre d’une certaine tribu: celle de LĂ©vi. Leurs arriĂšres-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-grands-pĂšres Ă©taient des sacrificateurs. Sur toute la ligne, ils Ă©tudiaient cette Parole nuit et jour, continuellement. Mais lorsque la Parole a Ă©tĂ© confirmĂ©e, ils n’ont pas reconnu cela. Voyez, ils avaient des traditions. JĂ©sus a dit: «Vous, par vos traditions, vous avez annulĂ© la Parole de Dieu.»

78 Eh bien, Il est venu trĂšs exactement tel que le prophĂšte l’avait annoncĂ©. Mais vous voyez, ils avaient une tradition. Ils ne pouvaient pas voir cela. Cet Enfant qui Ă©tait nĂ© lĂ -bas, d’une naissance illĂ©gitime, dans une Ă©table de boeufs. Comment Ă©tait-ce possible? Et ce type n’avait frĂ©quentĂ© aucune Ă©cole. Il n’avait pas de lettre de crĂ©ance, Il n’avait aucune carte de membre, Il n’était membre d’aucune organisation. On ne connaissait aucune Ă©cole qu’Il aurait frĂ©quentĂ©e. Comment cela pouvait-il valoir quelque chose? Mais ça valait bien quelque chose! Les gens avaient manquĂ© de voir cela.

79 Il a dit: «Les oeuvres que je fais témoignent de Moi. Sondez les Ecritures parce que vous pensez avoir en Elle la Vie Eternelle: et ce sont Elles qui rendent témoignage, qui vous disent qui Je suis. Elles sont Mon témoignage, les Ecritures. Mais si vous ne Me croyez pas, croyez aux oeuvres que Je fais. Ce sont elles qui déclarent qui Je suis.»
Ils ont dit: «Nous avons Moïse. Nous croyons Moïse.»
Il leur a dit: «Si vous croyiez MoĂŻse, vous Me croiriez. Il a Ă©crit de Moi», voyez. Il faisait tellement sombre qu’ils ne pouvaient toujours pas voir la chose. Je me demande bien si cela ne peut pas se rĂ©pĂ©ter, il a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© disant que cela se ferait, vous savez. Il a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ© que ça se ferait ainsi.
Vous direz: «En ce jour-ci?»

80 Oh, oui! «EmportĂ©s, hautains, aimant les plaisirs plus que Dieu; dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, ennemis de gens de bien; ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force: Ă©loigne-toi de tels hommes.» Cela a Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©, et toute prophĂ©tie doit ĂȘtre accomplie. Je me demande si nous ne sommes pas proches de ce temps-lĂ . Je me demande bien si nous ne le sommes pas. Regardons un tout petit peu autour de nous, et voyons combien nous sommes Ă  l’aise Ă  Sion.

81 Maintenant, nous voyons
 Voyons ce que JĂ©sus Ă©tait lorsqu’Il Ă©tait venu. Il Ă©tait la Parole. Il Ă©tait absolument la Parole. Et la Parole est toujours corrective. Elle corrige l’erreur, bien que l’erreur ne croie pas cela parfois. Mais la Parole corrige l’erreur.
ConsidĂ©rez JĂ©sus Ă  douze ans, [Il Ă©tait] un petit garçon Ă  peu prĂšs comme ce petit garçon qui est assis lĂ , endormi, avec un appareil orthopĂ©dique aux jambes. JĂ©sus quand il Ă©tait un petit garçon d’environ douze ans, on n’a aucun rĂ©cit qui nous dise qu’Il soit jamais allĂ© Ă  l’école.

82 Mais ils sont allĂ©s Ă  la fĂȘte de PĂąques, et lorsqu’ils
 ou plutĂŽt Ă  la fĂȘte de PentecĂŽte. Ils sont montĂ©s Ă  la fĂȘte, Joseph, Marie et toute l’assemblĂ©e de la ville. Ils sont montĂ©s Ă  JĂ©rusalem. Et aprĂšs trois jours de voyage, ils prĂ©sumaient que JĂ©sus Ă©tait lĂ  avec les gens et certains membres de famille lĂ , mais ils ne L’ont pas trouvĂ©. Ils se sont mis Ă  Le chercher, mais Il n’était pas lĂ . Ils sont retournĂ©s Ă  JĂ©rusalem et L’ont trouvĂ© dans le temple en train de discuter avec les sacrificateurs, en train de discuter avec ces hommes.

83 Remarquez ici. Ce n’est pas pour vous blesser vous, les catholiques, mais vous qui prenez Marie pour une dĂ©esse, ou une intercesseuse, Ă©coutez. Elle avait donnĂ© un tĂ©moignage – regardez-la dĂ©truire son propre tĂ©moignage. Il a dit: «Ton pĂšre et moi t’avons cherchĂ© avec larmes.» Ecoutez ce qu’elle a fait. Elle a dĂ©truit son propre tĂ©moignage, en appelant Joseph, le pĂšre de JĂ©sus.
Mais observez. Alors qu’il n’était qu’un gosse, un petit garçon (mais la Parole corrige toujours l’erreur), Il a dit: «Ne sais-tu pas que je dois M’occuper des affaires de Mon PĂšre?» SpontanĂ©ment la Parole, voyez, a corrigĂ© l’erreur.
Elle a dit: «Ton pĂšre et moi » (Joseph), juste devant ces sacrificateurs, Ă  qui elle avait dĂ©jĂ  dit qu’elle avait conçu par le Saint-Esprit. Et la voilĂ  qui tĂ©moigne, et qui identifie Joseph comme Ă©tant le pĂšre de JĂ©sus, dĂ©truisant ainsi son propre tĂ©moignage.

84 Mais observez, la Parole a rĂ©primandĂ© la chose. Il Ă©tait la Parole. Au commencement Ă©tait la Parole, la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu
 Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et a habitĂ© parmi nous.» La Parole a rĂ©primandĂ© la chose pour corriger l’erreur. «Ne sais-tu pas que Je dois M’occuper des affaires de Mon PĂšre?»

85 Si Joseph Ă©tait Son pĂšre, Il serait lĂ  dans la menuiserie, dans les affaires de Joseph. Mais les affaires de Son PĂšre consistaient Ă  condamner ces organisations et ces autres choses. Il les condamnait lĂ , lĂ  oĂč ces choses se trouvaient. Il passait des moments glorieux lĂ  oĂč les gens ne comprenaient mĂȘme pas comment ce Garçon pouvait avoir une telle connaissance. Mais Il Ă©tait la Parole! Jamais un homme n’avait parlĂ© comme Lui. Ce qu’Il disait, Il avait l’autoritĂ© de faire en sorte que cela marche.

86 C’est ce qu’avaient fait ces prophĂštes aussi, parce qu’ils vivaient dans cette heure-lĂ . Ils Ă©taient tous les prophĂštes rĂ©unis en Un, et mĂȘme plus que cela, parce qu’Il Ă©tait la plĂ©nitude de la Parole. Il Ă©tait toute la Parole. Les prophĂštes n’étaient que la Parole pour l’ñge concernĂ©; mais Lui Ă©tait la Parole pour tous les Ăąges. Il Ă©tait Dieu, Lui-mĂȘme, qui Ă©tait descendu et qui s’était manifestĂ© dans un corps de chair – la Parole faite chair et qui a habitĂ© parmi nous.

87 Observons comment Il s’est identifiĂ©. PremiĂšrement, aprĂšs qu’Il est sorti du dĂ©sert, aprĂšs qu’Il a Ă©tĂ© baptisĂ© du Saint-Esprit, et qu’Il a Ă©tĂ© baptisĂ© par Jean
 Voici une autre petite pensĂ©e que vous pourriez saisir, juste avant que vous y pensiez. Vous savez, la Bible dit que la Parole vient au prophĂšte. S’il y a un prophĂšte dans le pays, la Parole doit venir Ă  lui. Regardez
 Jean Ă©tait un prophĂšte, le premier qu’ils avaient eu, voyez. Et il Ă©tait un prophĂšte-Parole. Et pendant qu’il se tenait lĂ  en train de prophĂ©tiser, la Parole est venue Ă  lui dans l’eau. JĂ©sus Ă©tait la Parole, Il est directement entrĂ© dans l’eau.
Et Jean a dit: «C’est moi qui ai besoin d’ĂȘtre baptisĂ© par Toi. Pourquoi viens-Tu Ă  moi?»

88 JĂ©sus a rĂ©pondu: «Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste.» Pourquoi? Alors, Jean Ă©tant un prophĂšte, (et JĂ©sus Ă©tant la Parole), il savait que JĂ©sus Ă©tait le sacrifice, le sacrifice devait donc ĂȘtre lavĂ© avant d’ĂȘtre prĂ©sentĂ©. Il a donc baptisĂ© JĂ©sus, lavant la Parole avant qu’Elle soit prĂ©sentĂ©e, vous voyez.

89 JĂ©sus a donc dit: «Laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi tout ce qui est juste.» Alors quand il L’a laissĂ© faire, JĂ©sus est sorti directement de l’eau: et voici, les cieux se sont ouverts, et Jean a vu l’Esprit de Dieu comme une colombe, descendre sur JĂ©sus.
Et Il est allé au désert et y a été tenté pendant quarante jours, et Il en est ressorti.
Maintenant, suivons Son ministĂšre. Nous sommes dans Saint Jean 1. Observons ce qui se passe, et voyons ce qu’Il Ă©tait Ă  l’époque. Alors nous pouvons donc dĂ©couvrir ce qu’Il est maintenant. ConsidĂ©rons-Le dans les Ăąges passĂ©s. Maintenant, remontons jusqu’au temps de JĂ©sus. Et puis, nous allons terminer, pour reprendre cela lĂ  demain soir, peut-ĂȘtre. Il ne nous reste que quelques minutes.

90 Le voilĂ  qui sort du dĂ©sert. La premiĂšre chose, il y avait un homme qui s’appelait AndrĂ©. Il suivait le message de Jean, et Jean a commencĂ© Ă  dire
 Jean savait qu’il serait celui qui prĂ©senterait le Messie, parce qu’Il avait dĂ©jĂ  dit
 Vous savez, son pĂšre Ă©tait un sacrificateur, mais il n’avait point suivi son pĂšre. Son travail Ă©tait trop important pour aller dans une quelconque Ă©cole thĂ©ologique. Aussi, s’était-il rendu au dĂ©sert Ă  l’ñge de neuf ans.

91 Il savait qu’il devait identifier
 qu’il devait voir le signe qui prouverait qui Ă©tait ce Messie-lĂ . Et il le savait sĂ»rement
 il connaissait son appel
 Il en Ă©tait trĂšs sĂ»r, il se tenait au milieu d’un groupe de gens comme celui-ci et il a dit: «Il est juste au milieu de vous en ce moment. Il y a une Personne qui se tient parmi vous, que vous ne connaissez pas. C’est Lui qui baptisera du Saint-Esprit et de Feu.» Il a dit: «Je ne suis mĂȘme pas digne de dĂ©lier Ses souliers.»
Et ensuite, premiĂšrement, JĂ©sus est apparu et Jean a vu ce signe. Il a dit: «J’ai vu le signe, et je suis sĂ»r que c’était bien Lui.» Et Jean L’a baptisĂ©. Maintenant, lorsque JĂ©sus


92 Et sans doute qu’AndrĂ© avait racontĂ© cela Ă  son frĂšre. Maintenant, son frĂšre Ă©tait en quelque sorte un
 Simon Ă©tait plutĂŽt l’un de ce types durs qui ne voulait pas croire n’importe quoi. Il a dit: «Je me rappelle ce que mon pĂšre m’avait dit. Il avait dit: ‘Mon fils, un jour
’ Il a dit: ‘Vous savez, nous avons fait la pĂȘche, et nous nous sommes confiĂ©s en Dieu pour qu’Il nous donne du poisson afin de payer nos dettes, et nous procurer de quoi manger.’ Il a dit: ‘Bien des fois, nous avons dĂ» prier, bien avant que maman ne meure et que tout
 pour nous donner une bonne quantitĂ© de poissons pour que nous ayons notre nourriture quotidienne. Et j’ai toujours attendu, comme le ferait tout hĂ©breux digne de ce nom, la Venue du Messie.’ Il a dit: ‘Maintenant, je deviens vieux, et je pense que je ne Le verrai pas.’

«‘Mais j’aimerais que vous mes fils, vous sachiez que juste avant que le Messie apparaisse sur la scĂšne, il s’élĂšvera toutes sortes de choses fausses, voyez. Mais je veux que vous sachiez que nous devons croire la Parole. MoĂŻse, notre prophĂšte, nous a annoncĂ© que le Seigneur Dieu susciterait un prophĂšte. Maintenant, nous n’avons pas eu de prophĂštes depuis des centaines et des centaines d’annĂ©es. Mais lorsque le Messie viendra, Il sera identifiĂ© comme Ă©tant un prophĂšte. Eh bien, vous Le reconnaĂźtrez, parce qu’Il sera un prophĂšte.’»

93 Et alors, cet homme prĂȘchait, il ne faisait rien d’autre que prĂȘcher (Jean), ainsi lui, Simon, ne pouvait pas aller pour cela. Il lui a donc dit que Celui dont il parlait Ă©tait venu, cela l’a donc identifiĂ© comme Ă©tant un prophĂšte, voyez, et qu’il
 ce qui Ă©tait arrivĂ©. Ainsi, un jour, AndrĂ© et Simon sont allĂ©s laver leurs filets et ils Ă©taient
 Ils sont allĂ©s voir JĂ©sus. Et lorsque Simon est allĂ© en courant jusque dans Sa PrĂ©sence, JĂ©sus l’a regardĂ© et lui a dit: «Tu t’appelles Simon, et tu es le fils de Jonas.» Cela a rĂ©glĂ© la question! LĂ  mĂȘme, il a reconnu que c’était cette Parole faite chair.

94 Voyez, il L’a reconnu. Pourquoi? HĂ©breux chapitre 4, verset 12, qui est connu de tous les Ă©rudits, [dit] que la Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants; Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeurs. Combien de lecteurs savent cela? HĂ©breux 4. 4-12.

95 Maintenant, lorsqu’il a vu cela, il a rĂ©alisĂ© qu’Il connaissait non seulement qui il Ă©tait, Il connaissait aussi ce vieil homme pieux qui Ă©tait son papa. Il a reconnu immĂ©diatement que c’était le Messie. Plus tard, les clefs du Royaume lui ont Ă©tĂ© donnĂ©es.

96 Et puis, il y avait un homme qui s’appelait Philippe qui se tenait lĂ . Il avait donc un ami avec qui il Ă©tudiait la Bible, oh! depuis des annĂ©es, et cet ami s’appelait NathanaĂ«l. Il vivait Ă  environ 15 miles, si vous vĂ©rifiez cela sur la carte, lĂ  oĂč il s’était rendu en contournant la colline pour aller chercher NathanaĂ«l. Et quand il l’a trouvĂ©, il Ă©tait
 Il Ă©tait un planteur. Il avait une oliveraie. Il Ă©tait lĂ  dans l’oliveraie en train de prier. Et, bien sĂ»r, NathanaĂ«l aprĂšs ou plutĂŽt Philippe (pardonnez-moi), Philippe, aprĂšs avoir vu NathanaĂ«l en train de prier (il Ă©tait un gentleman), il a attendu jusqu’à ce qu’il termine de prier. Et lorsqu’il s’est levĂ©, il lui a dit: «Dis donc, viens voir celui que nous avons trouvĂ©: JĂ©sus de Nazareth, le fils de Joseph. C’est Lui le Messie dont nous Ă©tions en train de parler.»
Ecoutez donc cet homme. «Oh, a-t-il dit, eh bien, peut-il sortir quelque chose de bien d’une bande de gens comme ceux-lĂ , de
?»
Et je pense qu’il lui a donnĂ© la meilleure rĂ©ponse que n’importe qui pouvait lui donner. Il lui a dit: «Viens et vois.» Ne restez pas Ă  la maison pour critiquer. Venez dĂ©couvrir de vous-mĂȘme. Amenez votre Parole, et sondons-la, pour trouver ce que c’est. Vous savez ce que la Parole dit que ce Messie sera? Ce qu’Il Ă©tait hier, Il L’est aujourd’hui. Sondez la Parole, voyons ce qu’Il est – pour voir s’Il est une organisation, s’Il est un groupe de gens. Qui est-Il? Voyez?

97 Ainsi, nous dĂ©couvrons-lĂ , qu’ils sont venus en contournant la colline. Et sans doute que Philippe lui a relatĂ© ce que JĂ©sus avait dit. «Eh bien, ce vieux pĂȘcheur – qui n’avait pas assez d’instruction pour signer ce reçu, lorsque vous avez achetĂ© ces poissons – JĂ©sus lui a dit qu’il Ă©tait, et Il lui a dit qui Ă©tait son pĂšre. Cela ne me surprendrait-il pas s’Il ne dit pas qui tu es lorsque tu arriveras lĂ .»
«Oh, vas-y. J’aurais Ă  voir cela», a-t-il dit.
Il s’est avancĂ© droit jusque dans Sa PrĂ©sence, peut-ĂȘtre comme ceci, dans la ligne de priĂšre, peu importe oĂč c’était. JĂ©sus Ă©tait en train de prier pour les malades. Et lorsque JĂ©sus l’a regardĂ©, la premiĂšre fois qu’Il l’avait vu, Il a dit: «Voici un israĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.»
Il a dit: «Rabbi [ce qui veut dire enseignant], d’oĂč m’as-tu vu? C’est la toute premiĂšre fois que je Te vois. D’oĂč m’as-Tu vu?»
JĂ©sus a rĂ©pondu: «Avant que Philippe ne t’appelle, lorsque Tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.»
Oh! la la! observez la rĂ©action. «Rabbi, Tu es le Fils de Dieu! Tu es le Roi d’IsraĂ«l!»

98 Cet homme co
 Regardez la diffĂ©rence entre Lui et ces sacrificateurs qui se tenaient lĂ . Ces sacrificateurs ne croyaient pas cela. Ils savaient que c’était arrivĂ©, ils devaient donc donner une rĂ©ponse Ă  leur congrĂ©gation. Savez-vous donc ce qu’ils ont dit? Ils ont dit: »Il fait
 C’est un diseur de bonne aventure. Il est BĂ©elzĂ©bul, le diable. Il a un dĂ©mon!»

99 Et JĂ©sus a dit: «Je vous pardonnerai pour cela. (L’expiation n’avait pas encore Ă©tĂ© faite.) Mais lorsque le Saint-Esprit viendra [maintenant], et qu’il fera la mĂȘme chose, une seule parole contre cela ne sera jamais pardonnĂ©e ni dans ce siĂšcle, ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Vous voyez donc oĂč cela pouvait nous plonger, si nous avons vu la mĂȘme chose.

100 Maintenant, allons juste un tout petit peu plus loin. Nous trouvons alors, qu’il y a seulement trois classes de gens sur la terre, trois races. Nous le savons: le peuple de Cham, de Sem et de Japhet. Il s’agit des Juifs, des Samaritains et des Gentils. Or les Samaritains ce sont des Demi-Juifs et des Demi-Gentils. Eh bien, nous savons que les Juifs attendaient un Messie. Les Samaritains aussi. Mais nous, les Gentils, nous Ă©tions des Anglo-Saxons. Nous adorions des idoles, nous transportions des massues sur le dos, nous Ă©tions des paĂŻens. Nous n’attendions pas de Messie, et il ne nous a Ă©tĂ© montrĂ© aucun messie, non plus – ni son signe. Nous avons vu un homme marcher, mais pas un signe messianique.

101 Mais la Samarie Ă©tait lĂ . Ainsi JĂ©sus, une fois pendant qu’Il Ă©tait en route vers JĂ©richo, et avait contournĂ© la montagne – Il avait besoin de passer par la Samarie. Et Il est arrivĂ© Ă  une ville appelĂ©e Sychar. On Ă©tait aux environs de midi, peut-ĂȘtre Ă  un endroit quelque peu comme celui-ci. Et Il s’est rendu au puits et s’est assis, et a renvoyĂ© les disciples pour aller chercher des vivres, de la nourriture.
Pendant qu’ils Ă©taient lĂ , une femme, une jeune dame de la ville, qui avait plutĂŽt une mauvaise rĂ©putation
 Elle avait eu trop de maris. Elle est sortie pour se rendre au puits, en effet, elle ne pouvait pas y aller en compagnie d’autres femmes parce que
 Cette coutume existe encore. Et elles ne peuvent pas s’associer. Aussi, est-elle sortie pour puiser de l’eau.

102 Et lorsqu’elle a commencĂ© Ă  faire descendre le pot d’eau, Ă  l’aide du treuil pour puiser l’eau, elle a entendu un Homme dire, une Voix lui dire: «Femme, apporte-moi Ă  boire.»
Et elle s’est retournĂ©e pour regarder, et il y avait lĂ  un Juif. Et il a dĂ» avoir l’air un peu plus vieux par rapport Ă  son Ăąge. Il avait peut-ĂȘtre l’air un peu plus vieux qu’Il ne L’était. Vous savez, lĂ  dans Saint Jean 6, il est dit: «Tu es un homme de pas plus de cinquante ans, et Tu dis que Tu as vu Abraham. Maintenant, nous savons que Tu as un dĂ©mon.»
JĂ©sus a dit: «Avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS.» Ainsi, mais Son travail a dĂ» le faire paraĂźtre un peu
 peut-ĂȘtre qu’Il Ă©tait un peu grisonnant, ou quelque chose de semblable. Il n’avait qu’environ 33 ans, mais il paraissait plus ĂągĂ©.
La femme a dit: «Tu dis
 Toi qui es un Juif, Tu me demandes Ă  moi une femme de Samarie
 Nous avons la sĂ©grĂ©gation. Il n’y a rien
 Nous ne pouvons simplement pas le faire. Tu ne peux pas
 supposĂ© faire cela.»
Jésus a dit: «Mais si tu connaissais Celui à qui tu parles, tu Me demanderais à boire.»

103 Que faisait-Il? Il menait une conversation. Le PĂšre L’avait envoyĂ© lĂ , mais Il avait
 Voici qu’une femme Ă©tait lĂ  – ça devait ĂȘtre le temps. Ainsi, Il a dit
 Il a parlĂ© Ă  cette femme jusqu’à ce qu’Il a saisi son esprit. Voyez, la Parole discerne la pensĂ©e qui est dans le coeur, et Il Ă©tait la Parole. Combien croient qu’Il Ă©tait la Parole? Certainement, voyez. Et la Parole discerne les pensĂ©es du coeur, voyez.
Il a dit
 Il a dĂ©couvert ce qu’était son problĂšme. Nous savons tous ce que c’était – trop de maris. Il a dit: «Va chercher ton mari et viens ici.»
Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»
JĂ©sus a dit: «Tu as dit la vĂ©ritĂ©. Tu en as eu cinq et celui avec qui tu vis maintenant, n’est pas ton mari.»

104 Regardez cette petite femme, voyez. Elle Ă©tait sortie des pensĂ©es de Dieu. Elle Ă©tait rachetable. Elle Ă©tait une sujette. Elle avait une reprĂ©sentation au ciel. Elle a fait demi-tour. Regardez la diffĂ©rence entre elle et ces prĂ©dicateurs, ou ces sacrificateurs. Ces prĂ©dicateurs, lorsqu’ils ont vu cela, ils ont dit: «Mais cet Homme est un diseur de la bonne aventure.» Ils ne connaissaient pas la Parole.
Ecoutez ce qu’elle a dit. «Nous savons, Seigneur, que Tu dois ĂȘtre un prophĂšte. Nous n’avons pas eu un seul prophĂšte depuis des centaines d’annĂ©es. Et nous savons que lorsque le Messie viendra, c’est ce qu’Il fera.»
Oh! la la! Elle pouvait enseigner quelque chose Ă  la ville de Birmingham. Elle pouvait enseigner quelque chose au reste du monde. Oui, oui. Elle pouvait enseigner quelque chose Ă  ces sĂ©minaires thĂ©ologiques, vous voyez. «Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Ecoutez. «Nous
 Seigneur, je vois que Tu es un prophĂšte», voyez. Il a lu les pensĂ©es qui Ă©taient dans le coeur de cette femme. Elle a dit: «Tu dois ĂȘtre un prophĂšte. Nous savons, nous les Samaritains, que nous attendons cela. Un Messie viendra. Nous n’avons pas eu de prophĂšte depuis quatre cents ans. Malachie Ă©tait notre dernier prophĂšte, et il a annoncĂ© qu’il y aurait un prĂ©curseur. Nous avons entendu parler de lui, d’un homme qui est lĂ  au Jourdain. ‘J’enverrai Mon message devant Ma face pour prĂ©parer le chemin.’ J’ai entendu parler de cela, et nous attendons la Venue d’un Messie d’un moment Ă  l’autre.»
Il a dit: »Je le suis Moi qui te parle.» Cela a réglé la question!
Elle est entrĂ©e dans la ville et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. N’est-ce pas lĂ  le Messie mĂȘme?»

105 Mes amis, nous n’avons pas le temps d’aller plus loin, mais si c’était lĂ  le Messie hier, c’est le Messie aujourd’hui: car Il est le mĂȘme hier, et aujourd’hui. Il est mort pour faire une expiation afin que ces choses soient accomplies, afin de vous donner les privilĂšges de puiser dans ce qu’Il a fait pour vous.

106 Maintenant souvenez-vous, si vous ĂȘtes un pĂ©cheur, vous Ă©tiez effectivement sauvĂ© lorsque JĂ©sus est mort Ă  la croix. Mais vous devez croire cela, et accepter cela comme votre salut personnel. Et si vous ĂȘtes malade, vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri lorsque JĂ©sus a Ă©tĂ© blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s. «Par Ses meurtrissures, vous avez Ă©tĂ© guĂ©ris.»

107 Eh bien, s’Il se tenait ici ce soir portant ce costume qu’Il m’a donnĂ©, il ne pourrait pas y avoir
 Si vous disiez: «GuĂ©ris-moi, Seigneur», Il ne pourrait pas le faire; Il l’a dĂ©jĂ  fait, voyez.
Mais maintenant. Qu’arriverait-il si quelqu’un, si vous disiez: «JĂ©sus peut-Il donc ĂȘtre Ă  Birmingham, ce soir?»
Oui, oui. Il l’a promis.
«Eh bien, comment pourrait-Il ĂȘtre ici? Sous quelle forme?» Celle du Saint-Esprit. C’est ce qu’Il est, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Il est sous la forme du Saint-Esprit.

108 Eh bien, j’aurais aimĂ© avoir du temps pour injecter une pensĂ©e de plus ici, mais probablement que je n’en aurai pas. Laissez-moi y aller trĂšs rapidement. Pouvez-vous me supporter pendant quelques minutes? Je n’aimerais pas vous garder jusque tard, de sorte que vous ne manquiez vos bus. JĂ©sus a dit dans Saint Luc au chapitre 16, ou plutĂŽt au chapitre 17: «Ce qui arriva du temps de Lot, arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’Homme.» A-t-Il dit cela? Maintenant observez ce que c’était.

109 Il lisait la mĂȘme Bible que nous sommes en train de lire, GenĂšse 22, ou 19, 20, lĂ  quelque part. Remarquez, Il lisait la mĂȘme Bible. Observez la scĂšne au temps de Lot. Oh! quelle nation pĂ©cheresse c’était! Quelle ville pĂ©cheresse c’était! Regardez la condition dans laquelle nous sommes aujourd’hui. Ecoutez ce qu’Il a dit. «Une gĂ©nĂ©ration pĂ©cheresse et adultĂšre, mĂ©chante et adultĂšre cherche un signe, et ils l’auront bien.» – le signe de Jonas: lequel est ressuscitĂ© des morts, ou qui est ressuscitĂ© des
 qui Ă©tait pratiquement mort dans le ventre du gros poisson pendant trois jours et trois nuits, le Fils de l’Homme, le signe de la rĂ©surrection. Cette gĂ©nĂ©ration adultĂšre devrait recevoir le signe de la rĂ©surrection.

110 Maintenant JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps de Lot » Observez la scĂšne. Il y avait deux anges lĂ -bas parmi les Sodomites, qui Ă©taient en train de prĂȘcher, deux grands messagers. Il y en avait Un qui Ă©tait restĂ© avec Abraham. Et ceux qui Ă©taient descendus lĂ -bas Ă  Sodome, ont accompli des signes par
 Qu’ont-ils fait? Ils ont prĂȘchĂ© l’Evangile et ont frappĂ© les gens d’aveuglement. Leur propre prĂ©dication a rendu les gens aveugles.

111 Si ce n’était pas lĂ  un Billy Graham moderne, je n’en ai jamais vu un. Au cours de tous les Ăąges, on n’a jamais eu un messager, dont le nom se soit jamais terminĂ© en h-a-m, qui soit envoyĂ© Ă  l’église. Souvenez-vous, nous avons eu un Moody, un Sankey, un Finney, un Knox, un Calvin, et ainsi de suite, Billy Sunday. Mais jamais un h-a-m jusqu’en ce temps-ci. H-a-m, pĂšre des nations, lĂ  maintenant (voyez,), lĂ -bas. Regardez Ă  la scĂšne du temps de Sodome.

112 Et souvenez-vous, un Homme Ă©tait restĂ© avec les autres lĂ -bas, Abraham L’a appelĂ© «Elohim», Dieu. Regardez ce qu’Il
 comment Abraham a su qu’Il Ă©tait Elohim. Il a dit: «Abraham, oĂč est ta femme, Sara?»
Il a répondu: «Elle est dans la tente derriÚre Toi.»
Abraham avait cent ans. Dieu a dit: «Je vais te visiter, selon la promesse que Je t’avais faite, au temps de la vie [les autres vingt-huit jours]. Ça fait vingt-cinq ans maintenant que tu es dans l’attente. [Sara avait quatre-vingt-dix ans, et lui, en avait cent.] Je vais te visiter au temps de la vie.»
Et Sara a fait »Hmmph!» en elle-mĂȘme dans la tente.
Cet homme a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri?» – dans la tente derriĂšre Lui.

113 Abraham L’a appelĂ© «Elohim», Dieu manifestĂ© dans cette chair humaine, mangeant du veau, buvant du lait de vache, et mangeant du pain, du pain de maĂŻs, et Dieu Ă©tait manifestĂ© dans la chair humaine.

114 JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva au temps de Sodome, arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme», lorsque Dieu se manifesterait encore dans la chair humaine. Et souvenez-vous, c’était lĂ  le dernier signe. Abraham avait vu signe aprĂšs signe. Mais voici que Dieu Ă©tait lĂ , cette fois-ci manifestĂ© dans la chair, et Il a pu rĂ©vĂ©ler ce que Sara pensait derriĂšre Lui. On reconnaĂźt que c’était la Parole, parce que la Parole discerne les pensĂ©es qui sont dans les coeurs, voyez. Comprenez-vous cela? Levez la main si vous comprenez. TrĂšs bien, voyez. Eh bien, c’était lĂ  le dernier signe.

115 Maintenant souvenez-vous, Abraham et son groupe n’étaient pas Ă  Sodome? Ils Ă©taient en dehors de Sodome. Pas lĂ -bas dans ce monde dĂ©nominationnel; ils Ă©taient hors de cela, lĂ -bas en dehors. Voyez-vous quel signe ils ont reçu de ces grands messages intellectuels? Mais observez quel signe l’Eglise Ă©lue a reçu. Abraham
 G-r-a-h-a-m, c’est six lettres – le monde – le nombre de l’homme. L’homme a Ă©tĂ© crĂ©Ă© le sixiĂšme jour. Il a six lettres. Mais A-b-r-a-h-a-m, c’est sept lettres, voyez, l’église Ă©lue, il se tenait lĂ  en dehors, remarquez, c’est le signe qu’ils ont reçu, Dieu manifestĂ© dans la chair.

116 Et JĂ©sus a dit, eh bien, suivez attentivement, dans Luc au chapitre 17: «Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme, lorsque le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ©.» Et souvenez-vous, lorsque le Fils de l’homme dans ces derniers jours est en train d’ĂȘtre manifestĂ© Ă  Son peuple, en travaillant Lui-mĂȘme parmi le peuple
 Jean, 14.12, dĂ©clare: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.»

117 Et nous avons reçu la promesse de la restauration. Toute voix a un message derriĂšre elle, et le message Ă©tait de ramener la foi Ă  la foi originale (Malachie 4), ramener les gens Ă  la foi des pĂšres. Ils se sont adonnĂ©s Ă©perdument Ă  toutes sortes de choses, mais il fallait ramener une fois de plus cette foi-lĂ . Le message de l’heure est: «Retourner Ă  la Parole.» Dieu


118 Souvenez-vous, nous attendons un Fils promis, et nous sommes la semence d’Abraham (Est-ce vrai?), la Semence royale par Christ. Et ils attendaient un fils promis, Isaac. Et la Semence royale aujourd’hui
 Nous attendons un signe promis (Est-ce vrai?), le retour d’un Fils de Dieu promis. Et ils avaient eu toutes sortes de messages et toutes sortes de choses qu’Abraham avait vus. Mais juste avant que le Fils promis, le dernier signe, avant que le monde des Gentils soit dĂ©truit, c’était ce Dieu manifestĂ© dans la chair qui connaissait les secrets du coeur.

119 Maintenant, c’est le dernier signe que l’église dans le spirituel
 l’église reçoit. C’est le dernier signe que l’église naturelle reçoit, et le monde des Gentils sera dĂ©truit. Et elle est prĂȘte pour cela maintenant mĂȘme, la terre tremble partout Ă  cause des tremblements de terre. Pourquoi?

120 La premiĂšre fois qu’un tremblement de terre ait jamais secouĂ© le monde entier, c’était le Vendredi saint. La derniĂšre fois que cela a secouĂ© la terre, c’était Ă  un autre Vendredi saint. Pourquoi a-t-elle Ă©tĂ© secouĂ©e? Parce que les gens avaient rejetĂ© leur Messie. Pourquoi a-t-elle encore Ă©tĂ© secouĂ©e? Les gens ont fait la mĂȘme chose, voyez. L’ñge de l’église de LaodicĂ©e, n’importe quel Ă©rudit sait qu’Il Ă©tait dehors en train de frapper, criant: «Voici, Je me tiens Ă  la porte, et Je frappe.» Le seul Ăąge de l’église qui L’a complĂštement mis dehors.

121 Et le conseil oecumĂ©nique, c’est exactement ce que vous avez fait pour former la marque de la bĂȘte, en faisant entrer là
 Eh bien, qu’est-ce que
 comment deux personnes peuvent-elles marcher ensemble sans qu’elles se soient convenues? Et en faisant cela, les gens ont rejetĂ© une fois de plus la Parole. Elle est en dehors. On ne peut mĂȘme pas recevoir de la collaboration nulle part. C’est tout Ă  fait juste. Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux! JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Inclinons la tĂȘte.
Seigneur Dieu, Tu T’identifies dans tous les Ăąges, ĂŽ Dieu. Tu Ă©tais Dieu, qui, Ă  plusieurs reprises, a parlĂ© aux pĂšres par les prophĂštes; dans ces derniers jours Tu as parlĂ© par Ton Fils, JĂ©sus-Christ, que nous aimons et en qui nous croyons, lequel nous savons est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement comme Il l’a promis.
Maintenant, PĂšre, voici une foule si merveilleuse, avec une bonne foi. Il est facile de leur parler. Mais, ĂŽ Seigneur, puisse cette foi s’élever maintenant, pour entrer dans un autre cycle en ce moment, qu’elle aille directement au-delĂ  de la pensĂ©e humaine. Ils ont entendu ceci. Leurs pasteurs leur ont enseignĂ© cela. Ils ont attendu cela depuis des annĂ©es et des annĂ©es pour que ça vienne.
Et maintenant, nous Te prions, PĂšre, de nous faire connaĂźtre, ce soir, que Tu n’es pas mort, mais que Tu es vivant pour toujours, et que Tu vis parmi Ton peuple comme un lys de la vallĂ©e parmi toutes les autres fleurs – le plus beau d’entre dix mille. Maintenant, nous Te prions, ĂŽ Lys de la vallĂ©e, de venir vers nous ce soir.
Fais-Toi connaĂźtre parmi nous afin de T’identifier Toi-mĂȘme dans cet Ăąge, car cela a Ă©tĂ© promis. Je leur ai tout simplement annoncĂ© la Parole, leur disant que dans les derniers jours comme Ă  Sodome et Gomorrhe, le Fils de l’homme se rĂ©vĂ©lerait de mĂȘme, comme Ă  Sodome et Ă  Gomorrhe avant que le Fils promis vienne aux Ă©lus, et que la destruction ne survienne aux rejetĂ©s. Ainsi, je prie, ĂŽ PĂšre, qu’ils comprennent ceci; que Tu viennes tenir Ta Parole; je sais que Tu le feras, au Nom de JĂ©sus. Amen.
Maintenant, je pense que Billy a dit qu’il a distribuĂ© des cartes. Est-ce vrai? Levez la main si on a distribuĂ© des cartes. Ça porte quelle lettre? B? Ça va, B. Allons-y trĂšs vite, maintenant
 Je vais vous demander une chose. Veuillez vous asseoir en restant trĂšs calmes, maintenant, ne vous dĂ©placez pas, accordez-nous juste dix minutes. Le voulez-vous? Juste dix minutes
 Que tout le monde s’assoie en restant trĂšs calme pendant dix minutes. Ne vous dĂ©placez pas. TrĂšs bien.
Commençons Ă  partir du numĂ©ro 1. Qui a le numĂ©ro 1 de la sĂ©rie B? TrĂšs rapidement maintenant. Levez la main si vous ne pouvez pas
 L’homme qui Ă©tait en train de bouger sur le petit lit. Voyez le numĂ©ro de sa carte de priĂšre. Si
 Voyez
 Avez-vous une carte de priĂšre? Vous n’en avez pas. Ça va, maintenant. Ça va.
NumĂ©ro 1. Est-ce que je me suis trompĂ©? Ou peut-ĂȘtre, devrions-nous donc commencer ailleurs. TrĂšs bien. Oh! je regrette. Ça va. NumĂ©ro 1, numĂ©ro 2, 3. NumĂ©ro 2, levez-vous, tenez-vous debout lorsque vous
 j’appelle votre numĂ©ro. 1, 2, 3, 4, 4, 5. Maintenant, regardez votre carte. 5. Venez juste par ici, et formez une petite ligne. 5, 6, 6, 7, 7?
Si vous ne pouvez pas vous lever maintenant, que quelqu’un lĂšve votre main. Nous allons les prendre. Ça va. 7, 8, 8, 8, 7, 8? Maintenant, nous sommes vraiment... maintenant, nous avons vraiment dĂ©passĂ© le temps. Ça va. C’est trĂšs bien, laissez-la simplement s’asseoir lĂ  jusqu’à ce que nous soyons prĂȘts pour l’appeler et la mettre simplement dans la ligne, lĂ  oĂč elle doit donc se trouver. TrĂšs bien. 9, 9, 10, 10, 11, 11, 11? ArrĂȘtez-vous donc lĂ . TrĂšs bien.
Combien ici n’ont pas de carte de priùre, et sont malades? Levez la main. Combien
 Levez la main. Combien parmi vous ici ne me connaissent pas, levez la main. Celui qui sait que je ne connais rien à son sujet, qu’il lùve la main. Maintenant, regardez par ici, et croyez donc. Que tout le monde soit trùs respectueux.

122 Maintenant, souvenez-vous tout simplement, qu’une seule Parole de Sa part aura plus d’importance que ce que moi je peux prononcer pendant la durĂ©e de ma vie multipliĂ©e par cent, voyez. Je peux prĂȘcher juste
 Combien croient que cela est la vĂ©ritĂ©? TrĂšs bien. Maintenant, si c’est la vĂ©ritĂ©, Dieu est obligĂ©. Si c’est Sa Parole, et si c’est Sa promesse, Il est obligĂ© de l’accomplir. Il est obligĂ© de confirmer Sa Parole. Est-ce vrai? Et s’Il le fait effectivement, croirez-vous cela? Croyez cela.
Eh bien, vous pouvez dire: «Jésus? Je ne regarde pas tout autour pour Le voir quelque part.»

123  Ecoutez. Qu’arriverait-il si un homme entrait ici avec des cicatrices de clous dans ses mains, avec des histoires recouvrant tout son visage, ainsi que du sang et que sais-je encore? N’importe quel hypocrite pourrait faire cela. Et souvenez-vous, JĂ©sus ne viendra pas de cette maniĂšre-lĂ . Lorsqu’Il viendra comme cela, il n’y aura plus de temps. Il n’y aura plus de temps, lorsqu’Il viendra comme cela. Pourquoi connaĂźtrez-vous qu’il s’agit donc lĂ  de Lui, s’Il venait? C’est parce qu’Il s’identifiera Lui-mĂȘme par Son Esprit, Son signe, Sa vie en vous. «Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments.» Eh bien, souvenez-vous-en tout simplement, et croyez donc cela de tout votre coeur. Maintenant, est-ce votre ligne de priĂšre? Tout le monde est lĂ ? Je ne sais pas. 8 ou 10? TrĂšs bien. C’est trĂšs bien. Venez ici. Demain soir, nous essayerons de prendre plus de gens. Que tout le monde soit trĂšs respectueux. Maintenant, laissez-les passer un Ă  un, au fur et Ă  mesure qu’ils viennent. Eh bien, tout d’abord, j’aimerais que tous ceux qui sont dans cette ligne de priĂšre, qui savent que je ne les connais pas (la petite ligne de priĂšre par ici), ceux qui savent que je ne les connais pas, levez la main – ceux qui savent que je ne connais rien Ă  leur sujet, ceux qui savent que je ne sais rien Ă  leur sujet, que je ne connais rien de leur problĂšme et que je n’en ai aucune idĂ©e. Ça va. Maintenant, restez trĂšs respectueux.

124 Maintenant, souvenez-vous oĂč nous nous tenons. La Parole a Ă©tĂ© lue. Maintenant, souvenez-vous-en. Je ne peux guĂ©rir personne, aucun autre homme ne peut guĂ©rir une personne. Mais votre foi dans ce que Christ est, c’est ce qui opĂšre la guĂ©rison. Eh bien, s’Il se fait connaĂźtre ici, comme Il l’avait fait [alors], s’Il s’identifie Lui-mĂȘme de cette façon, comme Il l’a fait autrefois, Le reconnaĂźtrez-vous par cela? Il a dit que c’est l’unique façon par laquelle Il s’identifierait. C’est l’unique façon dont Il s’est toujours identifiĂ©. Et Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement. Voici donc une femme, juste comme dans Saint Jean 4. JĂ©sus a rencontrĂ© une femme au puits. Je viens de me rĂ©fĂ©rer Ă  cette femme il y a quelques minutes. Voici un homme et une femme. Je n’ai jamais vue cette femme. Elle a simplement levĂ© la main comme quoi je ne l’ai jamais vue, et qu’elle ne m’a jamais vu. Nous sommes donc complĂštement des inconnus l’un Ă  l’autre. Elle a tout simplement une carte de priĂšre et son numĂ©ro a Ă©tĂ© appelĂ©.

125 Etes-vous
 [FrĂšre Branham Ă©coute la femme parler. – N.D.E.] Elle a dit qu’une fois Ă  Hammond, dans l’Indiana, j’avais priĂ© pour elle. Mais elle a dit que quant Ă  sa vie personnelle, je ne sais rien Ă  son sujet, je n’en sais rien. Je ne sais pas pourquoi vous ĂȘtes ici. Naturellement, il y a des centaines de gens dans les lignes de priĂšre, et peut-ĂȘtre que j’ai Ă©tĂ© dans des rĂ©unions, et que sais-je encore comme cela sur mon coeur, je ne saurais nullement me souvenir que – d’une personne Ă  distance comme cela, de quelqu’un pour qui on a priĂ©, il y a peut-ĂȘtre des annĂ©es. Hammond, dans l’Indiana. Ça fait longtemps. Ça fait beaucoup d’annĂ©es, depuis que j’étais Ă  Hammond, dans l’Indiana – il y a 8 ou 10 ans.
Ainsi, maintenant
 simplement. Eh bien, si le Seigneur JĂ©sus me rĂ©vĂšle la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici, eh bien, cela accomplirait trĂšs exactement Saint Jean 4. Tout ce qu’il y a dans votre coeur, la Parole discerne donc les pensĂ©es qu’il y a dans le coeur, comme JĂ©sus l’a fait Ă  la femme au puits. Croirez-vous que cela est donc la vĂ©ritĂ©? Le croirez-vous? L’audience croira-t-elle que c’est la vĂ©ritĂ©? Maintenant, voici ma main [posĂ©e] sur la Bible, pour attester que je ne me rappelle plus cette femme, je n’ai aucune idĂ©e d’elle. Et elle aussi a levĂ© la main, et je ne connais pas la raison pour laquelle elle est ici. Elle a dit qu’elle m’a vu Ă  Hammond, dans l’Indiana. Ce serait
 Vous, il se peut que chacun de vous ait Ă©tĂ© lĂ ; Ă  ce que je sache... Je ne me rappelle plus ce qui s’était passĂ© Ă  cette rĂ©union. Mais maintenant, puisse le Seigneur JĂ©sus accorder ceci, si c’est Sa volontĂ©. Je ne dis pas qu’Il le fera.

126 Maintenant, je prends tout esprit qui est ici, sous mon contrĂŽle, au Nom de JĂ©sus-Christ. Maintenant, soyez trĂšs respectueux. Si vous n’ĂȘtes pas un croyant, je ne vous conseillerais pas de rester dans la salle, parce que les maladies passent d’une personne Ă  l’autre. Nous le savons. Les afflictions aussi. Plusieurs ont assistĂ© aux rĂ©unions auparavant, et ils ont vu cela arriver.
Maintenant, j’aimerais simplement vous parler, comme notre Seigneur a parlĂ© Ă  cette femme-lĂ . Maintenant, voyez. Pendant que vous vous tenez lĂ , vous ĂȘtes dans le besoin. Et vous ĂȘtes probablement une chrĂ©tienne. Je ne sais pas. Etes-vous une chrĂ©tienne? Il me dira si vous l’ĂȘtes. Et moi, je suis donc un chrĂ©tien.
Eh bien, ça fait deux personnes ensemble – un homme et une femme – et l’Esprit de Dieu est donc ici, avec un don pour vous faire connaĂźtre de quoi vous parlez avec Lui, ce que vous dites. Il peut s’agir d’un problĂšme financier. Peut-ĂȘtre que c’est un problĂšme de mĂ©nage. Je n’en ai aucune idĂ©e. Mais peu importe ce que c’est, vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas, s’Il rĂ©vĂšle cela. Il s’agit d’une tumeur. Si c’est vrai, levez la main. Maintenant, croyez-vous? Maintenant observez. Vous voulez que je vous dise oĂč se trouve cette tumeur? Elle se trouve dans votre gorge. Si cela est vrai, agitez votre main comme ceci. Maintenant, croyez-vous? TrĂšs bien. Continuez votre chemin, tout en rendant grĂące au Seigneur parce que vous croyez.
Je pense que nous sommes des inconnus l’un Ă  l’autre, n’est-ce pas, madame? Nous ne nous connaissons pas. Dieu nous connaĂźt tous deux. Croyez-vous que Dieu peut me rĂ©vĂ©ler votre problĂšme? Cela vous aiderait-il? Cela vous amĂšnera-t-il Ă  croire? Soyez trĂšs respectueuse, trĂšs respectueuse.

127 Maintenant souvenez-vous en. Une fois, une femme n’avait pas de carte de priĂšre, comme nous pourrions le dire. Elle est allĂ©e auprĂšs de
 Elle a touchĂ© le bord de Son vĂȘtement. Et lorsqu’elle a fait cela, JĂ©sus s’est retournĂ© et a demandĂ©: «Qui m’a touchĂ©?» Est-ce vrai?
Elle avait une perte de sang. Elle s’est dite en elle-mĂȘme: «Si je peux toucher cet Homme, je serai guĂ©rie.» Et elle L’a touchĂ©.
Et JĂ©sus a demandĂ©: «Qui m’a touchĂ©?»
Et mĂȘme Pierre L’a rĂ©primandĂ©. Il a dit: «Cela donnera l’air que Tu souffres d’une dĂ©ficience mentale, ou quelque chose de semblable.» Il a dit: «Oh! la la! eh bien, c’est tout le monde Te touche.»
JĂ©sus a dit: «Oui, mais Je suis devenu faible. Je perçois qu’une force est sortie de Moi.» Il s’est retournĂ©, a regardĂ© dans l’auditoire jusqu’à ce qu’Il a trouvĂ© cette femme. Et Il lui a dit qu’elle avait une perte de sang. Et cela a guĂ©ri. Vous souvenez-vous de cela?
Eh bien, la Bible dit concernant ce jour (laissez les ministres rĂ©pondre concernant ceci pour nous), qu’Il est un Souverain Sacrificateur juste en ce moment, qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s. Est-ce vrai?
Acceptez cela et dites: «Seigneur Dieu, ce prĂ©dicateur ne me connaĂźt pas. Laisse-moi toucher Ton vĂȘtement. Veux-Tu parler au travers de lui?»

128 S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement, Il agira de la mĂȘme façon. Il est dans la chair humaine, maintenant, agissant – rachetant Son peuple. Maintenant, priez donc. Croyez de tout votre coeur. Ne doutez pas. Ne doutez de rien. Croyez toutes choses. Croyez seulement. Croyez de tout votre ĂȘtre.
Eh bien, j’aimerais
 juste contacter votre esprit, madame, juste vous parler. Croyez-vous que ces choses sont vraies? Croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici? Vous avez aussi une tumeur. C’est vrai. Croyez-vous qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler oĂč elle se trouve? Elle se trouve dans les glandes fĂ©minines. Et dans quelle glande est-ce ça se trouve? Elle se trouve dans la matrice. C’est vrai. Ça va, croyez maintenant. Allez, [et croyez] de tout votre coeur.
Maintenant, voici un homme. Une fois, un homme est allĂ© auprĂšs du Seigneur JĂ©sus, et il s’appelait Simon. Eh bien, il s’appelait Pierre. JĂ©sus lui a dit qui il Ă©tait, d’oĂč il venait, ou ce qui le concernait. Maintenant, si le Seigneur JĂ©sus peut me rĂ©vĂ©ler la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici, croirez-vous que
 Vous saurez que ça devrait ĂȘtre la vĂ©ritĂ©, si vous savez que cela est la vĂ©ritĂ© ou pas. Croyez-vous que je suis Son serviteur? Le croyez-vous? Merci monsieur, merci. Que le Seigneur vous aide, maintenant, Ă  croire cela de tout votre coeur. (Il s’agit de cette petite chose ici. J’essaie de terminer avec cela comme il faut.)

129 Maintenant, comme vous regardez de ce cĂŽtĂ©-ci une fois de plus
 Oui, oui, une opĂ©ration vous attend, Ă  la suite d’un Ă©clatement. C’est vrai. Et aussi la hernie, vous avez une hernie. Croyez-vous que je peux vous dire qui vous ĂȘtes? Le croyez-vous? Vous ĂȘtes un RĂ©vĂ©rend. Vous ĂȘtes un ministre, parce que je vous vois Ă  la chaire. Et vous vous appelez Wallace. Ayez la foi maintenant. Ne doutez pas. Ayez simplement la foi. Croyez maintenant.

130 Eh bien, nous sommes des inconnus l’un Ă  l’autre. Dieu nous connaĂźt tous les deux. Croyez-vous que le Seigneur Dieu peut me rĂ©vĂ©ler quelque chose Ă  votre sujet, la raison pour laquelle vous ĂȘtes ici, ou n’importe quoi? (Je m’empresse plutĂŽt parce que les gens se sont entassĂ©s en grand nombre, vous savez.) Croyez-vous qu’Il peut me rĂ©vĂ©ler quelque chose qui cloche avec vous? Vous croyez. Et vous savez bien cette sensation qui vous a frappĂ©, juste Ă  ce moment-lĂ , cela ne peut provenir de moi. Il s’agit de Lui. Cela vous donne une sensation vraiment
 comme la douceur, l’humilitĂ©. C’est
 Avez-vous dĂ©jĂ  vu la photo de cette LumiĂšre? Eh bien, Elle vous entoure complĂštement, juste en ce moment.
Maintenant, cette dame s’éloigne de moi. Elle souffre. Je la vois, elle est en quelque sorte infirme. Elle souffre de l’arthrite. C’est vrai. Si c’est vrai, levez la main. C’est vrai. Alors, vous avez aussi la thyroĂŻde. Vous souffrez de la thyroĂŻde. C’est vrai. Et puis, vous avez une maladie du coeur. Ça vous dĂ©range depuis votre coeur. C’est vrai aussi.
Vous n’ĂȘtes pas d’ici. Vous ĂȘtes d’une autre rĂ©gion oĂč il y a beaucoup de
 Vous venez de trĂšs loin. Vous venez de la Pennsylvanie. C’est vrai
 Vous ĂȘtes venu ici. Maintenant rentrez chez vous et soyez guĂ©rie. Ayez la foi maintenant. Ne doutez pas maintenant.
Ne vous dĂ©placez pas. Ne le faites pas, s’il vous plaĂźt. Encore quelques instants maintenant, nous allons
 Si vous pouvez m’accorder encore une
 Accordez-moi ce cas-ci, et ensuite nous allons arrĂȘter. Si vous pouvez juste m’accorder ce cas-ci; ne vous dĂ©placez pas. Ne le faites pas, s’il vous plaĂźt. Je sais que je vous retiens trĂšs longtemps. Mais voyez, votre esprit lorsque
 juste en contact avec chacun de vous maintenant, voyez. Maintenant ayez la foi.
Je vous suis un inconnu, je ne vous connais pas. Christ vous connaĂźt. Il y a un homme qui continue Ă  venir. Oh! il s’agit de cet homme aux cheveux gris qui est assis ici, il souffre d’une maladie de genoux. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, monsieur, et qu’Il vous guĂ©rira de ce problĂšme de genou? Et croyez-vous qu’Il vous guĂ©rira? Cet homme qui est juste derriĂšre le fauteuil roulant lĂ -bas, si vous voulez croire, de tout
 Vous souffrez d’une maladie de genou. Levez la main. TrĂšs bien. Vous avez touchĂ© Quelque Chose, n’est-ce pas? C’est Lui que vous avez touchĂ©. C’est vrai.
Dites donc, Ă  propos, la dame qui est assise lĂ -bas Ă  cĂŽtĂ© de vous, cette femme, me croyez-vous, soeur? Afin que les gens sachent que cela vient de Dieu, croyez-vous que je suis Son prophĂšte? Me croyez-vous (au sujet de cette dĂ©ception)? Vous souffrez de la tension artĂ©rielle. Si c’est vrai, levez la main. Ça va, imposez-lui les mains, parce qu’il n’est pas encore trĂšs bien rĂ©tabli. Et ensuite, croyez de tout votre coeur, et tous les deux vous serez guĂ©ris. Qu’est-ce qu’ils ont touchĂ©?
Tenez, une femme venait de saisir cela Ă  ce moment-lĂ . Elle est assise juste lĂ  au fond, elle a la tĂȘte inclinĂ©e. Elle est en train de prier. Elle prie le Seigneur de la guĂ©rir. Ce qu’elle
 Elle soufre, elle est assise juste au bout de cette rangĂ©e-lĂ . Elle souffre d’un Ă©clatement Ă  l’estomac, c’est pour cela qu’elle prie. Et croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira, madame? Levez la main, la petite femme aux cheveux noirs, qui porte des lunettes, qui priait pour que Dieu la guĂ©risse.
Je ne la connais pas – je ne l’ai jamais vue de ma vie. Dieu le sait. Si je vous suis un inconnu, agitez votre main, madame. C’est vrai. Je ne connais rien Ă  votre sujet. Maintenant, vous ĂȘtes sĂ»r que c’est la vĂ©ritĂ©, n’est-ce pas? TrĂšs bien. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit, si vous le croyez.
Dites donc, la dame qui est assise juste derriĂšre elle, celle qui est assise lĂ -bas, celle qui est assise juste derriĂšre cette femme lĂ -bas, elle prie aussi. Suivez simplement cette LumiĂšre. Ne voyez-vous pas cette LumiĂšre qui est suspendue juste lĂ -bas?
Maintenant Ă©coutez, cette femme a subi une opĂ©ration. Mais ce qu’elle veut rĂ©ellement que Christ fasse pour elle, c’est qu’Il puisse ĂŽter la grosseur de son bras. Croyez-vous maintenant qu’Il le fera? Levez
 oui, levez la main. TrĂšs bien. Si vous croyez cela, vous pouvez le recevoir. Ayez simplement la foi et ne doutez pas. Croyez.
Je
 non, il s’agit de deux hommes diffĂ©rents. Je pensais que cet homme
 Il s’agit de cet homme qui est assis par ici. Croyez-vous, monsieur, vous qui ĂȘtes assis juste ici? Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir de cette prostate? Il vous guĂ©rira? Vous avez la prostate. Agitez votre main si c’est vrai. C’est vrai. Votre foi vous guĂ©rit, monsieur. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. Je n’ai jamais vu cet homme de ma vie.
Ne voyez-vous pas qu’Il est ici. Ne croyez-vous pas en Lui? Ne croyez-vous pas que c’est Lui?
Maintenant attendez juste une minute, attendez. Je ne crois pas qu’Il vous ait dit quoi que ce soit Ă  votre sujet, l’a-t-Il fait? Croyez-vous qu’Il peut le faire? Croyez-vous que je peux le faire, par Sa grĂące et Sa puissance? Ce sera Sa promesse? Vous souffrez d’une maladie au niveau de votre cou. Vous Ă©tiez tombĂ©, et c’est ce qui a causĂ© cela. C’est vrai. Rentrez maintenant. Vous serez guĂ©rie. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.
Croyez-vous? Est-ce que tout le monde croit maintenant de tout son coeur? Maintenant, combien de croyants y a-t-il ici? Levez la main. Partout dans le bùtiment, au-dessus. TrÚs bien. Croyez.
Maintenant, trĂšs rapidement. Vraiment, nous sommes presque
 nous avons presque dĂ©passĂ© l’heure d’une demi-heure. Faites ceci maintenant mĂȘme.

131 JĂ©sus a dit
 Croyez-vous qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement? Croyez-vous qu’Il a promis de faire ceci en ce jour-ci? Croyez-vous que c’est le dernier signe que cette Ă©glise va voir en ce moment, avant la Venue du Seigneur, Son apparition? Croyez-vous que nous sommes juste Ă  la fin, et que toutes les Ecritures ont Ă©tĂ© accomplies, et qu’on est prĂȘt pour la Venue du Fils?

132 Eh bien, JĂ©sus a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Maintenant, imposez la main Ă  quelqu’un qui est juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. Vous ĂȘtes donc un croyant. «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Maintenant, s’Il tient Sa Parole pour accomplir ceci, Il tiendra Sa Parole pour accomplir l’autre chose, aussi. Maintenant priez pour la personne qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous; elle prie pour vous, vous voyez. Maintenant, ne priez pas pour vous-mĂȘme; priez pour l’autre personne. L’autre est en train de prier pour vous. Maintenant, inclinons tous la tĂȘte pendant que nous prions.

133 PĂšre cĂ©leste, nous sommes reconnaissants de voir le Messie ressuscitĂ©. Pendant dix-neuf cents ans, on a eu toutes sortes de thĂ©ologies et de mouvements, mais nĂ©anmoins, au sein des tĂ©nĂšbres de tout cela, Tu as promis que Tu apparaĂźtrais ici dans les derniers jours, en ce jour sodomite, et que Tu te ferais connaĂźtre aux enfants d’Abraham, les appelĂ©s, les Ă©lus. Et voici que Tu es ici ce soir.

134 AprĂšs dix-neuf ans, Tu es tout aussi vivant, ce soir, que Tu l’as Ă©tĂ© lorsque Tu parlais Ă  la femme au puits. C’est Dieu manifestĂ© dans la chair, maintenant dans la chair de Son Epouse. Car l’Epouse et l’Epoux sont une seule et mĂȘme chair. Les deux sont un. Et l’église devient l’Epouse tout le temps en croyant la Parole, de sorte que la Parole et l’église deviennent la mĂȘme – la Parole dans l’église faisant d’elle l’Epouse – le dernier signe, Dieu s’identifiant Lui-mĂȘme, la Parole dans l’église.
Ô Dieu, ces gens qui disent qu’ils croient, se sont imposĂ© les mains les uns aux autres. Ils prient. Baisse Ton regard depuis Ta gloire, Seigneur. Regarde, confirme Ta Parole. Tu as dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.»

135 Ô Dieu, que Satan perde son emprise sur leur foi ce soir. Puisse Dieu entrer, et qu’Il leur face savoir qu’Il s’est identifiĂ© Lui-mĂȘme juste ici parmi nous. Et JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici avec nous en ce moment, JĂ©sus-Christ, identifiĂ©, et ressuscitĂ©, qui Se fait connaĂźtre – la premiĂšre fois qu’Il fait ceci depuis dix-neuf cents ans. Et voici qu’Il est ici ce soir.
Puisse Satan perdre son pouvoir, et que son incrĂ©dulitĂ© puisse s’évanouir, et puisse la puissance du Christ ressuscitĂ© entrer dans ces gens et guĂ©rir chacun d’eux. Et nous chassons Satan au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu’il quitte ces gens maintenant mĂȘme, afin qu’ils soient tous guĂ©ris, pendant qu’ils sont en train de prier les uns pour les autres, avec leurs mains posĂ©es les uns sur les autres. Accorde-le, au Nom de JĂ©sus-Christ.»
Eh bien, gardez vos mains posĂ©es les uns sur les autres. Croyez maintenant. Gardez vos tĂȘtes inclinĂ©es, vos yeux fermĂ©s. Croyez. Peu m’importe lĂ  oĂč vous ĂȘtes, ce que vous avez comme problĂšme. Cela n’a rien Ă  voir lĂ -dedans.

136 Si Dieu, aprĂšs dix-neuf cents ans, Se tient juste ici, S’identifie Lui-mĂȘme comme Ă©tant ressuscitĂ© des morts, et prend les mortels et Se manifeste comme Ă©tant le Messie dans tous les Ăąges, le mĂȘme Messie accomplissant la mĂȘme chose par le mĂȘme signe, Il est ressuscitĂ© des morts. Il a promis qu’Il ferait cela juste avant Sa Seconde Venue, et avant la destruction du monde des Gentils. Il est ici.

137 Nous y entrerons plus profondĂ©ment cette semaine au fur et Ă  mesure que nous progresserons. Mais vous, pourquoi souffrir le reste de la semaine, alors que vous pouvez ĂȘtre guĂ©rie juste en ce moment? Quelqu’un vous a imposĂ© les mains. Un croyant vous a imposĂ© les mains. Il a prononcĂ© ces paroles: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris. Ils seront rĂ©tablis.» Croyez-vous cela de tout votre coeur maintenant?

138 Si vous le croyez de tout votre coeur, et croyez que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu ressuscitĂ©, Celui qui vous jugera Ă  la barre du jugement, est ici ce soir sous la forme de la Personne du Saint-Esprit, et Se fait Lui-mĂȘme connaĂźtre par Ses signes spirituels qui sont les mĂȘmes qu’Il a promis de vous montrer, qu’Il Ă©tait vivant
 Il est ici.
Si vous croyez cela de tout votre coeur et L’accepter comme votre GuĂ©risseur, je vous ordonne par Son Nom, et au travers de Son Nom, de vous tenir sur vos pieds maintenant, et d’accepter votre guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ de Nazareth. Levez-vous, si vous croyez. Levez-vous. C’est bien! Les gens ont quittĂ© leurs civiĂšres, ils se sont levĂ©s de leurs fauteuils roulants. C’est merveilleux. Maintenant rendons-Lui gloire, tout le monde! Levez les mains. Maintenant, c’est le temps de pousser des cris. Il y a des gens qui ont quittĂ© les fauteuils roulants, les civiĂšres, et partout ils se sont levĂ©s. Rendons-Lui gloire. Que tout le monde se lĂšve et Le loue.

EN HAUT