ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication HĂ©breux, chapitre 6, deuxiĂšme partie de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0908E La durĂ©e est de: 1 heure 53 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

HĂ©breux, chapitre 6, deuxiĂšme partie

217     ...pour Ă©tudier Sa prĂ©cieuse Parole...

218     Je suis entrĂ© il n'y a pas longtemps, et je tenais deux Bibles. J'avais une petite entrevue avec une dame ici, et je lui disais que si j'utilise les deux pour prĂȘcher, c'est pour avoir un assez bon texte. Mais ça, c'est un lexique grec, donc il y a juste quelque chose que je dĂ©sire lire lĂ -dedans ce soir. C'est un-c'est un... C'est la traduction littĂ©rale du grec original en anglais. Et tout ce temps, cela m'a Ă©tĂ© d'une grande aide. Je dĂ©sire simplement le lire parce que nous faisons maintenant une Ă©tude sur ce Livre des HĂ©breux, et c'est maintenant que nous en touchons le vĂ©ritable sens profond.

219     Il y a quelques minutes, je disais Ă  frĂšre Neville: «Nous abordons cette partie au sujet de laquelle les gens se grattent la tĂȘte et disent: `Je ne crois pas ça.'» Voyez-vous? VoilĂ  le genre que nous abordons. C'est ce que nous aimons.

220     Un ministre me parlait, disant: «Eh bien, je pense que beaucoup vont se gratter la tĂȘte.»

221     J'ai dit: «C'est ce que nous voulons.»

222     Voyez-vous, la Bible ne comporte qu'un seul sens. Elle ne peut en avoir deux. Et si un verset de la Bible dit une chose et qu'un autre verset de la Bible en dise une autre, alors il y a quelque chose qui cloche. Voyez-vous, Elle doit dire la mĂȘme chose d'un bout Ă  l'autre.

223     Mais, souvenez-vous, quand on Ă©tudie la Bible, «Cela est cachĂ© aux yeux des sages et des intelligents, mais c'est rĂ©vĂ©lĂ© aux enfants». En effet, il s'agit d'un Livre spirituel.

224     Priez pour nous. Et la semaine prochaine, frĂšre Graham Snelling d'ici, s'il est prĂ©sent... Je l'ai entendu faire son annonce il y a Ă  peine quelques minutes. Cette Ă©glise apporte toute sa contribution Ă  son rĂ©veil, et nous prions Dieu de lui donner un rĂ©veil extrĂȘmement riche et glorieux. FrĂšre Graham a tenu un rĂ©veil lĂ , Ă  Charlestown, pour frĂšre - frĂšre Junior Cash, et il y a eu juste une centaine de convertis, j e crois que le... quatre-vingt-quatre convertis. Aussi rendons-nous gloire Ă  Dieu pour cela. Et nous comptons en avoir cinq cent quatre-vingt-quatre ici, Ă  cet endroit.

225     FrĂšre Graham m'a rencontrĂ© aujourd'hui, et il a dit: «Eh bien, FrĂšre Bill, je suis certain que vous comprenez que je ne suis pas lĂ  pour commencer une autre oeuvre opposĂ©e au Tabernacle, car je fais partie du Tabernacle.» Il est simplement ici pour... Il sent dans son coeur qu'il doit tenir un rĂ©veil. Et le Seigneur le conduit Ă  le faire. Et- et il invite les convertis, car il a une Ă©glise oĂč les amener. Ceci est votre Ă©glise, si vous entrez - si vous ĂȘtes converti.

226     Et il est de notre devoir, en tant que chrĂ©tiens, de le soutenir avec tout ce que nous avons Ă  cet effet. Et que le Seigneur bĂ©nisse frĂšre Graham. Vous ĂȘtes, chacun de vous, cordialement invitĂ©s lĂ  Ă  la rĂ©union de frĂšre Graham, avec toute la permission de cette Ă©glise, et toute la collaboration pour l'aider, en faisant tout ce qui est en votre pouvoir pour les Ăąmes perdues et pour le Royaume de Dieu.

227     Le Seigneur vous bĂ©nisse, FrĂšre Graham, et qu'Il vous donne de glorieuses rĂ©unions. Il ne sait pas quand il va terminer, il vient Ă  peine de commencer. Et ainsi, frĂšre Graham a connu comme moi beaucoup de hauts et de bas! C'est comme ça, la vie; cela vous fait apprĂ©cier les hauts aprĂšs que vous ĂȘtes passĂ© par les bas. Si quelqu'un tombe et reste Ă©tendu lĂ , c'est un lĂąche! Je fais confiance Ă  celui qui se relĂšve et qui essaye encore une fois. C'est vrai. Je suis certain que vous comprenez ce que je veux dire. Eh bien, ne l'oubliez pas, c'est la semaine prochaine.

228     Maintenant, dans ce Livre des HĂ©breux... Nous ne prendrons pas l'arriĂšre-plan ce soir.

229     Bon, dimanche prochain, le Seigneur voulant, frĂšre Neville annoncera... FrĂšre Cox, ici prĂ©sent, ou certains d'entre eux l'informeront si nous rentrons Ă  temps pour la rĂ©union de dimanche prochain. Il l'annoncera Ă  la radio. Et nous sommes... Suivez donc vous tous son programme Ă  la radio et - et - et demandez Ă  tous les voisins d'Ă©couter. J'Ă©prouve vraiment de la joie Ă  Ă©couter leurs prĂ©dications et leurs chants - le quatuor Neville. Je ne dis pas cela parce qu'il est ici. Si je disais cela sans que cela vienne de mon coeur, je serais un hypocrite. C'est vrai, je devrais me repentir. Mais je suis sincĂšre. Et je prĂ©fĂ©rerais lui jeter un petit bouton de rose maintenant plutĂŽt que toute une couronne aprĂšs qu'il nous aura quittĂ©s.

230     Une fois, alors que je franchissais la porte lĂ , une dame s'est approchĂ©e de moi et m'a dit: «FrĂšre Branham, oh! combien j'ai apprĂ©ciĂ© ce message!»

231     J'ai dit: «Merci! » Ça m'a fait du bien.

232     Quelqu'un d'autre est venu et a dit: «FrĂšre Branham, j'ai apprĂ©ciĂ© ce message.»

233     J'ai dit: «Merci! »

234     Il se trouvait lĂ  un petit prĂ©dicateur venu du nord de cet État, et il a dit: «BĂ©nissez Dieu, je ne voudrais pas que les gens me vantent comme ça!»

235     J'ai dit: «Moi, si! » Et j'ai ajoutĂ©: «Il n'y a qu'une diffĂ©rence entre vous et moi: j e suis honnĂȘte Ă  ce sujet.» C'est vrai. Tous, nous aimons entendre de bonnes paroles Ă  notre sujet. Et je - je pense que c'est bien de dire de bonnes paroles lĂ -dessus. Et si vous voulez que quelqu'un dise de bonnes paroles Ă  votre sujet, dites de bonnes paroles au sujet de quelqu'un d'autre. VoilĂ  comment il faut agir. Alors vous direz toujours les meilleures paroles que vous pouvez Ă  l'Ă©gard de tous. Et avec cela les choses iront mieux.

236     Maintenant, dans ce... Dimanche prochain, le Seigneur voulant, Ă  mon avis, nous allons simplement aller plus en profondeur dans ces grands mystĂšres de Dieu. Nous allons parler de MelchisĂ©dek: Qui Il Ă©tait, d'oĂč Il est venu, oĂč Il est allĂ©, ce qui Lui est arrivĂ©, tout ce qui concerne MelchisĂ©dek.

237     Bon, ce mercredi soir, frĂšre Neville a abordĂ© le dernier chapitre sur la DivinitĂ© suprĂȘme et le sacerdoce de notre Seigneur JĂ©sus, qui dĂšs le dĂ©but commence: «Dieu a, Ă  plusieurs reprises et de plusieurs maniĂšres, parlĂ© Ă  nos pĂšres par les prophĂštes, et dans ces derniers temps, Il nous a parlĂ© par Son Fils, le Christ JĂ©sus.»

238     Puis il continue et se met Ă  dire et Ă  illustrer Qui Il Ă©tait, et continue Ă  Le prĂ©senter jusqu'au chapitre 5, Ă  la fin du chapitre 5.

239     Ensuite, le dĂ©but du chapitre 6, nous avons eu ça dans notre leçon de ce matin:
    C'est pourquoi, laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ, tendons Ă  ce qui est parfait...

240     Combien ont aimĂ© le message sur la perfection? «Tendons Ă  ce qui est parfait!», c'Ă©tait lĂ  notre message ce matin, au chapitre 6 des HĂ©breux.

241     Maintenant, nous abordons le passage oĂč nous commencerons Ă  toucher le - le point essentiel. Oh! nous pouvons tous ĂȘtre d'accord sur ces choses: sur la DivinitĂ© de Christ et le fait qu'Il est le Fils de Dieu, et comment Il Ă©tait avec Dieu et Dieu avec Lui, comment Il Ă©tait en Dieu et Dieu en Lui, etc. Nous sommes tous d'accord lĂ -dessus. Mais maintenant, de lĂ , je ne sais comment nous allons nous mettre d'accord! Ainsi, quoi que ce soit, dans chacune de ces soirĂ©es, je vais vous donner l'occasion de m'Ă©crire un petit mot pour me dire ce que vous pensez Ă  ce sujet.

242     Ensuite, j'aurai Ă  rĂ©pondre aux questions. Et si je n'y arrive pas, je dirai: «FrĂšre Neville, qu'en pensez-vous?» Je dirai: «Il est lĂ , qu'il donne la rĂ©ponse!» [FrĂšre Neville dit: «C'est alors que je lirai le lexique grec.» - N.D.É.] Ainsi, c'est alors qu'il lira le lexique, qu'il rĂ©vĂ©lera ce que dit le grec. Je pense qu'il est temps pour vous et moi de le faire aussi.

243     Mais pour le moment, si nous nous humilions et sommes vraiment sincĂšres, et que nous venions dans un seul but, celui d'apprendre... Je dĂ©sire aussi apprendre. Et la Bible a Ă©tĂ© Ă©crite, Elle dit que c'est... Les Écritures ne peuvent ĂȘtre un objet d'interprĂ©tation particuliĂšre. Cela signifie que l'Écriture doit interprĂ©ter l'Écriture, voyez-vous. Chaque passage de l'Écriture doit interprĂ©ter un autre passage, et ce, Ă  travers toute la Bible afin d'en faire une chose glorieuse, parce que Dieu ne peut changer, Ă©tant le Dieu immuable.

244     Maintenant:
    Laissant... C'est pourquoi, laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ, tendons Ă  ce qui est parfait...

245     J'aime entendre Paul dire ces choses. Paul n'a jamais Ă©tĂ© le genre qui aime s'attarder trop longtemps sur un point, il aimait aller plus en profondeur. Une fois, il a dit dans les Écritures: «Je... Oubliant ce qui est du passĂ©, je cours vers le but de la vocation cĂ©leste.»

246     Voyez-vous, il continue d'avancer. Ici il dit:
    Maintenant, laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ (Qui Il Ă©tait, ce qu'Il Ă©tait), tendons Ă  ce qui est parfait...

247     Maintenant nous... D'abord nous voulions savoir: «Pouvons-nous ĂȘtre parfaits?» Et nous avons dĂ©couvert ce matin dans les Écritures, dans Matthieu 5.28, que JĂ©sus a dit que nous devions ĂȘtre aussi parfaits que Dieu, sans quoi nous n'entrerons pas.

248     Puis, nous avons dĂ©couvert que nous Ă©tions, chacun de nous, nĂ©s dans le pĂ©chĂ©, enfantĂ©s dans l'iniquitĂ©, venus au monde en profĂ©rant des mensonges. Il n'y a rien de bon en nous. Ainsi, comment pourrions-nous donc arriver Ă  la perfection?

249     Voici donc ce que nous dĂ©couvrons (en lisant et relisant, en comparant les Écritures entre Elles), c'est que JĂ©sus, par un seul sacrifice, a pour toujours rendu Son Église parfaite. Il... Nous sommes donc parfaits par Christ. Nous sommes exempts du jugement par Christ. Par Christ, nous ne mourons jamais. Nous avons perdu la mort et trouvĂ© la Vie par Christ; non pas par une quelconque Ă©glise, ni par une quelconque dĂ©nomination, ni par une quelconque chose fantastique, ni en parlant en langues, ni en criant, ni par Ă©motion, ni en dansant dans l'Esprit, mais par grĂące.

250     Dieu appelle qui Il veut. Et nous dĂ©couvrons que tout, c'est par Ă©lection. Nous voyons que cela ne dĂ©pend ni de celui qui veut ĂȘtre sauvĂ©, ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait misĂ©ricorde. Et nul ne peut venir Ă  JĂ©sus, si Dieu ne l'attire premiĂšrement. Ainsi qu'avez-vous Ă  avoir lĂ -dedans en fin de compte? Vous n'avez rien Ă  voir lĂ -dedans. Vous n'avez rien du tout Ă  voir lĂ -dedans.

251     Nous avons vu que jamais l'homme ne cherche Dieu, c'est Dieu qui cherche l'homme. Et nous avons ensuite vu que Dieu est la seule source de la Vie Ă©ternelle. Nous avons vu que tout ce qui est Ă©ternel n'a ni commencement ni fin. Nous avons donc vu que l'enfer a eu un commencement et qu'il a aussi une fin. Et il n'y a que... personne ne peut dire que l'enfer dure pour toujours... plutĂŽt pour toujours, pour toujours, oui, mais pas Ă©ternellement.

252     Â«Pour toujours» est un espace de temps. La Bible dit: «Aux siĂšcles des siĂšcles». Et examinez cela et voyez si «pour toujours» ne signifie pas un espace de temps. Jonas dit qu'il Ă©tait dans le ventre du grand poisson «pour toujours». Et dans beaucoup d'autres Écritures, «pour toujours» ne signifie qu'un espace de temps.

253     Mais Ă©ternel, c'est pour toujours, c'est pour toujours et toujours et toujours et toujours et toujours; c'est ça, Ă©ternel! Et nous dĂ©couvrons que l'enfer n'est pas Ă©ternel, mais qu'il est pour toujours. Et la raison... Il faut donc faire attention Ă  ces mots, sinon vous serez dans la confusion. Eh bien, souvenez-vous-en, seules les choses qui n'ont pas eu de commencement n'ont pas de fin. C'est pourquoi JĂ©sus a dit: «Celui qui Ă©coute Mes Paroles et qui croit Ă  Celui qui M'a envoyĂ© a la Vie pour toujours.» Est-ce correct? Non. «...a la Vie Ă©ternelle.» Et le mot «éternel» signifie «Dieu». Le mot «Zoé», le voici juste ici dans le lexique grec, c'est la Vie de Dieu en vous. Et vous ĂȘtes tout aussi Ă©ternel que Dieu, parce que vous avez Dieu en vous.

254     Votre vieille nature (la nature du monde) est morte et vous ĂȘtes devenu une nouvelle crĂ©ation. Et vos dĂ©sirs (la vieille vie qui avait eu un commencement lorsque Dieu souffla le souffle dans vos narines quand vous Ă©tiez nĂ©), cette vie de nature charnelle est morte. Et elle a eu un commencement et elle a eu une fin, et elle est morte et a Ă©tĂ© supprimĂ©e Ă  jamais (la vieille nature). Et Dieu est entrĂ© avec la nouvelle nature. Alors, l'amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la bienveillance, la paix, la patience, la douceur et la bontĂ© sont entrĂ©s et ont pris la place de la malice, de la colĂšre et de la haine et- et de la jalousie, des intrigues et de toutes ces choses. Cela a remplacĂ© ces choses, quand vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Avez-vous vraiment bien compris maintenant?

255     Ecoutez donc! Il n'y a qu'une seule forme de Vie Ă©ternelle. Trouvez-la! C'est Dieu seul qui a la Vie Ă©ternelle! La Bible le dit. Dieu seul a la Vie Ă©ternelle. Et si un homme va souffrir en enfer pour toujours, il lui faudra avoir le Dieu Ă©ternel. Mais je dis qu'il...

256     Maintenant, rappelez-vous, je ne dis pas qu'il n'existe pas d'enfer qui brĂ»le. Il existe un enfer qui brĂ»le (de feu et de soufre), oĂč les - les vers sont... le feu ne s'Ă©teint point et les vers ne meurent jamais, un enfer de feu et de soufre, un chĂątiment. Il se peut que cela dure cent milliards d'annĂ©es, mais il devra avoir une fin, car l'enfer a Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour le diable et ses anges. Et tout ce que Dieu Lui-mĂȘme, Qui Ă©tait au commencement.. Tout est sorti de Dieu. Quand l'Esprit mĂȘme...

257     Prenons l'Esprit d'Amour qui Ă©tait la grande fontaine de Dieu, pure et saine. De lĂ  est venu l'amour perverti. Alors cela est devenu l'amour humain. Puis cela est devenu l'amour sexuel. Puis cela a donnĂ© d'autres formes d'amour, des formes et des formes d'amour, et cela a simplement continuĂ© Ă  se pervertir pour aboutir finalement Ă  la souillure. Mais toutes ces choses ont eu un commencement. Et un jour, cela retournera carrĂ©ment Ă  l'original (qui est Ă©ternel), lĂ  oĂč la convoitise, l'amour humain, la passion, toutes ces formes d'amour devront cesser.

258     Tous ces semblants de foi devront cesser. Il n'existe qu'une seule foi vĂ©ritable; toutes les autres devront cesser. Ce sont des perversions de cette vĂ©ritable Fontaine.

259     Ainsi, l'enfer, la souffrance... La souffrance n'est pas Ă©ternelle. La souffrance a Ă©tĂ© causĂ©e par le pĂ©chĂ©, le pĂ©chĂ© a amenĂ© la souffrance. Et quand le pĂ©chĂ© sera ĂŽtĂ©, la souffrance devra Ă©galement ĂȘtre ĂŽtĂ©e. Et il viendra un temps oĂč les pĂ©cheurs qui n'avaient jamais acceptĂ© Christ, aprĂšs avoir Ă©tĂ© punis peut-ĂȘtre pendant cent milliards d'annĂ©es... Je ne sais pas, peut-ĂȘtre pendant une dizaine de milliards et de milliards d'annĂ©es, je ne peux pas le dire. Mais un jour cela devra avoir une fin, parce que ce n'est pas Ă©ternel.

260     Maintenant, nous voulons donc courir vers la perfection. Alors Ă©coutez, pendant que nous en arrivons au message:
    ...sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux oeuvres mortes, de la foi en Dieu, de la doctrine des baptĂȘmes... l'imposition des mains... la rĂ©surrection des morts, et... jugement Ă©ternel.

261     Maintenant, suivez! Nous avons deux... Nous avons ici un tableau, maintenant. Eh bien, c'est ici mĂȘme que nous allons rencontrer de fortes contradictions. Maintenant, il vous faut voir oĂč se trouve le tableau. Paul essaie ici de diffĂ©rencier la loi de la grĂące. Nous avons deux tableaux: l'un est charnel, l'autre est spirituel. Et Paul essaie de - d'Ă©tablir la diffĂ©rence entre les deux pour la montrer aux Juifs. Cette lettre est adressĂ©e aux HĂ©breux. Et toute l'Ă©pĂźtre aux HĂ©breux essaie de montrer que le modĂšle de l'Ancien Testament est le type du Nouveau. Ainsi, vous pouvez considĂ©rer ici deux tableaux. Maintenant, Ă©coutez bien pendant que nous lisons.

262     Alors, il dit:
    ...laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ, tendons Ă  ce qui est parfait.

263     Eh bien, nous avons vu cela ce matin, comment nous sommes rendus parfaits. Parfaits! Absolument sans tache et irrĂ©prochables! Sans un seul pĂ©chĂ© sur nous! Êtes-vous au-dessus de la tentation? Jamais! PĂ©chez-vous chaque jour? Oh! oui! Mais, nous sommes cependant rendus parfaits, parce que nous sommes en Lui! Et Dieu ne peut plus du tout nous juger. Sinon, Il ne peut pas ĂȘtre juste; Il nous a dĂ©jĂ  jugĂ©s en Lui! Quand Il a jugĂ© Christ, Il m'a jugĂ©, Il vous a jugĂ©. Et Il ne peut plus me juger, parce qu'Il a subi mon chĂątiment.

264     Et si j'ai Ă©tĂ© acquittĂ© et que je possĂšde un reçu pour montrer que j'ai rachetĂ© ma montre de la maison de prĂȘts sur gages, que quelqu'un essaie une fois de la ramener Ă  la maison de prĂȘts sur gages, alors que je possĂšde un reçu! Je l'ai rachetĂ©e! Et si le diable essayait de m'imposer un chĂątiment, j'ai un Reçu qui montre que j'ai Ă©tĂ© rachetĂ©. Oui, monsieur! Plus de jugement! «Celui qui Ă©coute mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M'a envoyĂ©, a la Vie Ă©ternelle et ne viendra point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie.» VoilĂ  mon reçu! Il a fait la promesse.

265     Bon, maintenant, ce tableau-ci:
    ...sans poser de nouveau les fondements du renoncement aux oeuvres mortes, de... foi en Dieu... la doctrine du baptĂȘme... l'imposition des mains... la rĂ©surrection des morts, ...ugement Ă©ternel.

266     Maintenant, rappelez-vous... Avez-vous remarquĂ© ce mot qui a Ă©tĂ© utilisĂ© une fois de plus? Nous l'avons utilisĂ© ce matin: «Le jugement Ă©ternel». Quand Dieu parle une fois, cela demeure Ă©ternellement. Cela ne peut ĂȘtre changĂ© le moins du monde. Ainsi, le jugement est Ă©ternel. C'est toujours le - le jugement. Et peu importe la gĂ©nĂ©ration dans laquelle nous vivons, une gĂ©nĂ©ration vivra... et un... nous vivrons tous (et c'est pour toujours), ou pour quelque temps que ce soit, ceci et cela... mais le jugement de Dieu est toujours Ă©ternel. Il doit le faire ainsi, parce qu'Il a prononcĂ© la Parole. Quand Dieu prononce une Parole, Elle doit demeurer Ă©ternellement. C'est vrai!

267     Maintenant, permettez-moi de vous lire cela Ă  partir du grec. Ecoutez ce qui est Ă©crit.
    C'est pourquoi, laissant - laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ, l'expiation, nous devrions nous avancer vers la... (Eh bien, je n'arrive pas Ă  lire cela, c'est effacĂ©)... sans poser de nouveau la forme (nous y sommes)... sans faire de nouveau une sorte de rĂ©forme Ă  partir des oeuvres causant la mort.

268     Or, ce lexique n'est absolument pas du tout une traduction; c'est simplement le mot grec pour ce que dit l'anglais. Et il est dit
    Nous ne voulons donc pas... (Ă©coutez donc, voyez-vous)... sans poser le fondement de la rĂ©forme Ă  partir des oeuvres causant la mort.

269 Maintenant, si vous avez ceci Ă  l'esprit, il dit ici que ce type de rĂ©forme cause la mort. Paul a dit: «Laissant les Ă©lĂ©ments, tendez Ă  ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux oeuvres mortes, de la foi en Dieu, des doctrines du baptĂȘme, de l'imposition des mains, de la rĂ©surrection des morts, du jugement Ă©ternel.» Ces types de rĂ©formes causent la mort, voilĂ  les termes exacts. VoilĂ  en vĂ©ritĂ© ce que Paul a Ă©crit. Voyez-vous ce qu'il essaie de faire?

270     Alors, toutes ces choses, comme les baptĂȘmes: l'un est baptisĂ© en arriĂšre, l'autre en avant, l'un au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit, l'autre au nom de JĂ©sus, l'un comme ceci et l'autre comme cela, et toutes ces diffĂ©rentes petites choses au sujet des baptĂȘmes et de l'imposition des mains.

271     Â«Dieu soit bĂ©ni. J'ai le don d'imposition des mains. AllĂ©luia! On- on peut l'obtenir comme ceci. Et, allĂ©luia!...»

272     Mettez tout cela de cĂŽtĂ©, ces rĂ©formes, le fait de rĂ©former, parce que ce sont des oeuvres mortes. Voyez-vous, il parle d'une autre catĂ©gorie de gens. Bon, il dit: «Éloignons-nous de cela et tendons Ă  ce qui est parfait.» Vous comprenez?

273     Et l'Église ne progresse toujours pas Ă  cause de ces choses. C'est ce qu'ils essayaient de faire. L'Ă©glise hĂ©braĂŻque primitive essayait de dire: «Eh bien, j'ai Ă©tĂ© baptisĂ© par immersion, et - et j'Ă©tais... J'ai eu ceci, et cela, et toutes ces choses.»

274     Il dit: «Maintenant, mettez tout cela de cĂŽtĂ©, oubliez cela.» Mais alors, a-t-il dit que nous ne devrions pas le faire? Maintenant, Ă©coutez ce qu'il dit Ă  ce sujet:
    C'est ce que nous ferons... Dieu le permet.

275     Et l'original dit la mĂȘme chose:
    C'est ce que nous ferons, si Dieu nous le permet. (Voyez-vous?) C'est ce que nous ferons, si Dieu nous le permet.

276     Les baptĂȘmes, l'imposition des mains et autres... mais cela n'est pas parfait. Ce n'est qu'une rĂ©forme charnelle. Et c'est lĂ  que s'arrĂȘtent les Ă©glises aujourd'hui, c'est Ă  cette rĂ©forme charnelle. L'une d'elle a dit: «Oh! Eh bien, l'eau... le mot baptĂȘme signifie... ceci et signifie cela.»

277     Et on a fondĂ© des organisations: et les uns aspergent, les autres versent de l'eau, d'autres baptisent en avant, d'autres en arriĂšre, et tout le reste; certains imposent les mains aux malades, et d'autres font des gens des apĂŽtres, et certains font des gens des prophĂštes, ainsi de suite, par imposition des mains; et ils prĂȘchent la rĂ©surrection d'entre les morts (ce qui est trĂšs bien) et la DivinitĂ© suprĂȘme de Christ (c'est trĂšs bien); mais il dit: «Tout cela, ce sont des rĂ©formes formalistes. Nous avons fait des rĂ©formes. Maintenant, tendons Ă  ce qui est parfait! » Vous comprenez?

278     Bon, Ă©coutez maintenant, on en arrive ici au point essentiel.
    Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont goĂ»tĂ© le don cĂ©leste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goĂ»tĂ© la bonne
    Parole de Dieu... la puissance du siĂšcle Ă  venir, et qui sont tombĂ©s, soient encore renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent Ă  l'ignominie.

279     Maintenant, je sais ce que vous, lĂ©galistes, vous avez Ă  l'esprit Ă  l'instant mĂȘme, mais vous ĂȘtes dans l'erreur. Voyez-vous? TrĂšs bien. Je me tiens fermement lĂ -dessus, et la Bible confirme que quand Dieu sauve un homme, celui-ci est sauvĂ© Ă  ce moment-lĂ  et pour l'Ă©ternitĂ©. Vous ne pouvez pas faire qu'Elle dise le contraire.

280     Un fondamentaliste est venu me voir il n'y a pas longtemps et a dit: «Je vous ai eu sur un point, Pasteur Branham. Je vous ai eu sur un point. Vous dites: `Quand un homme est sauvĂ©, plus jamais il ne peut ĂȘtre perdu'?»

281     J'ai dit: «C'est ce que Dieu a dit.»

282     Il a dit: «J'aimerais vous demander quelque chose. SaĂŒl Ă©tait prophĂšte, et il a prophĂ©tisĂ©. Et vous savez qu'il Ă©tait un oint de Dieu, la Bible dit qu'il en Ă©tait un. Mais il s'est suicidĂ© et il est perdu.»

283     J'ai dit: «Il est perdu?» J'ai dit: «La Bible dit qu'il est sauvĂ©. AprĂšs ĂȘtre devenu un ennemi de Dieu, il Ă©tait toujours sauvĂ©. La Bible dit qu'il l'Ă©tait. Et aprĂšs tout, il ne s'Ă©tait pas suicidĂ©. Un Philistin l'a tuĂ©, et David tua le Philistin pour l'avoir tuĂ©. Il s'Ă©tait effectivement jetĂ© sur son Ă©pĂ©e, son javelot, son Ă©pĂ©e, mais il ne s'est... cela ne l'avait pas tuĂ©. Mais le Philistin l'a tuĂ©. Et ensuite, quand SaĂŒl est allĂ© chez la magicienne et que celle-ci a invoquĂ© l'esprit de Samuel, car ce dernier n'Ă©tait pas entrĂ© dans la Gloire, il se trouvait au paradis sous le sang rĂ©pandu des taureaux et des boucs, qui ne pouvait pas ĂŽter le pĂ©chĂ©... Mais il devait attendre dans un lieu appelĂ© le paradis, avant d'entrer.»

284     C'est lĂ  oĂč vous, les catholiques, vous ĂȘtes dans la confusion. Voyez-vous? Eh bien, maintenant, il n'existe plus de paradis. Nous allons directement dans la PrĂ©sence de Dieu.

285     Et quand la magicienne d'En Dor a fait monter l'esprit de Samuel, celui-ci s'est tenu lĂ . Elle est tombĂ©e sur sa face et elle a dit: «Pourquoi m'as-tu trompĂ©e?»

286     Non seulement SaĂŒl se tenait lĂ , je veux dire Samuel, dans sa tunique de prophĂšte, mais il Ă©tait toujours un prophĂšte. Il dit: «Pourquoi m'as-tu tirĂ© de mon repos, dit-il, alors que tu es devenu un ennemi de Dieu?»

287     Il a dit: «Eh bien, l'Urim ne veut plus me parler, le prophĂšte ne prophĂ©tise plus pour moi, et moi non plus, je n'ai plus de songe.»

288     Â«Eh bien, a dit Samuel, tu es devenu un ennemi de Dieu, mais demain la bataille prendra une autre tournure, et tu mourras demain. Et demain soir vers cette heure, tu seras avec moi.» Si SaĂŒl Ă©tait perdu, Samuel l'Ă©tait aussi, ils l'Ă©taient tous deux. Certainement! C'est ce que dit la Bible.

289     Maintenant, vous pouvez ĂȘtre tout excitĂ© par Ă©motion en parlant en langues, en criant, en tressaillant, en tremblant, en montant et en descendant l'allĂ©e en courant. Je n'ai rien contre ça, mais vous pouvez vous persuader que vous ĂȘtes sauvĂ©, alors que vous ne l'ĂȘtes pas. Vous n'ĂȘtes pas sauvĂ©, votre vie prouve ce que vous ĂȘtes. JĂ©sus a dit que c'est Ă  leurs fruits qu'on les reconnaĂźtra. Votre vie montre si oui ou non vous ĂȘtes sauvĂ©, mĂȘme si vous n'ouvrez jamais la bouche. Elle prouve ce que vous ĂȘtes.

290     Mais toutes ces excitations et Ă©motions ainsi que ces adhĂ©sions Ă  l'Ă©glise, et ce «J'ai Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus. AllĂ©luia! Je sais que je L'ai» ne signifient rien!

291     Â«J'ai Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit, trois fois en avant. Je L'ai!» Cela ne signifie rien!

292     Paul a dit: «Tendons donc Ă  ce qui est parfait.» Nous parlons d'ĂȘtre rendu parfait, et si nous parcourons cela, nous dĂ©couvrirons que ceux qui sont rendus parfaits, ce sont les Ă©lus. Je vous le prouverai dans quelques minutes, par la Bible. Ce sont les Ă©lus que Dieu a vus, chacun d'eux, avant la fondation du monde. Et Il a envoyĂ© JĂ©sus pour racheter ces gens, et non le monde entier. Il le voulait, mais Il devait frayer un chemin pour ceux-ci. Et la seule façon de le faire, c'Ă©tait d'envoyer Christ, afin qu'Il soit la propitiation de nos pĂ©chĂ©s, afin qu'Il puisse amener Ă  Lui dans la Gloire ceux qui ont Ă©tĂ© Ă©lus.

293     Pourriez-vous vous imaginer Dieu dirigeant Son bureau avec nĂ©gligence, en disant par exemple: «Eh bien, peut-ĂȘtre que quelqu'un aura une grande compassion pour Moi, peut-ĂȘtre qu'il viendra et sera sauvé»? Dieu n'a pas Ă  vous supplier. Supplier, c'est vous qui devez supplier, pas Dieu.

294     Et ensuite Christ mourut pour sauver ceux que Dieu, par prescience, avait Ă©lus, afin qu'ils Le rencontrent lĂ -bas sans tache ni ride. Avant la fondation du monde, Il vous a vu dans la Gloire. C'est ce que dit la Bible, EphĂ©siens, chapitre 1... chapitre 5, verset 1. Dieu a prĂ©destinĂ© par la prescience.

295     Or, si Dieu a fait cela, s'Il nous a prĂ©destinĂ©s avant la fondation du monde, et qu'Il a connu chacun de nous par son nom avant la fondation du monde, et qu'Il nous a Ă©lus pour la Vie Ă©ternelle, et qu'Il a envoyĂ© JĂ©sus-Christ pour nous racheter, qu'Il nous a vus il y a six mille ans, afin que nous puissions apparaĂźtre Ă  Sa louange dans la Gloire, comment pourrait-on ĂȘtre perdu?

296     Eh bien, si vous ĂȘtes sauvĂ©, vous ĂȘtes sauvĂ©. Si Dieu vous sauve ce soir, tout en sachant qu'Il va vous perdre dans dix ans, Il irait Ă  l'encontre de Son dessein. Le Dieu de la sagesse infinie, toute puissante, perpĂ©tuelle, Ă©ternelle, ne serait donc pas assez avisĂ© pour savoir si vous tiendriez bon ou pas. Alors, quand Il vous sauve, si vous dites: «Eh bien, je vais Le mettre Ă  l'Ă©preuve. Je verrai ce qu'Il fera», alors Il ne connaĂźt pas la fin dĂšs le commencement! Dieu sait ce qu'Il fait, ne vous en faites pas. C'est vous et moi qui trĂ©buchons. Dieu sait ce qu'Il fait. Et Il savait que nous... si nous tiendrions bon, ou plutĂŽt ce que nous ferions.

297     Bon, la Bible dit qu'ÉsaĂŒ et Jacob, avant qu'aucun des deux ne fĂ»t nĂ©... Dieu dit «J'aime l'un et je hais l'autre», avant mĂȘme leur premier souffle, afin que Son Ă©lection puisse s'avĂ©rer juste.

298     Qui Ă©tait Abraham? (Nous parlerons de lui dans quelques minutes, d'ici lĂ ). Qui Ă©tait-il pour que Dieu l'appelle? Il l'a sauvĂ© gratuitement. Quand Dieu a fait l'alliance avec l'homme, celui-ci a rompu son alliance. Mais Dieu a fait cette Alliance avec Lui-mĂȘme et l'a jurĂ© par Lui-mĂȘme. L'homme n'a rien Ă  voir lĂ -dedans, c'est la prescience mĂȘme de Dieu. Il l'a fait de toute maniĂšre.

299     Maintenant, vous dites: «Eh bien, FrĂšre Branham, alors si je deviens chrĂ©tien, je peux donc faire tout ce que je veux?» Absolument! Si vous ĂȘtes chrĂ©tien, faites tout ce que vous voulez! Et je vous garantis que vous n'aurez aucun dĂ©sir de mal agir. Vous faites tout... Je ne fais que ce que je veux. Et si je sers le Seigneur parce que j'ai peur d'aller en enfer, je ne Le sers pas correctement. Si je suis fidĂšle Ă  ma femme parce que je crains qu'elle divorce d'avec moi, je ne suis pas un trĂšs bon mari. Mais je ne voudrais la blesser pour rien au monde, parce que je l'aime.

300     C'est la mĂȘme chose avec Christ, quand un homme est nĂ© de l'Esprit de Dieu. Ce n'est pas parce qu'il a criĂ©, parlĂ© en langues, ou Ă©prouvĂ© une Ă©motion quelconque; mais c'est parce que dans son coeur l'amour est entrĂ© et a pris la place du monde. Croyez-moi, il aime et marche chaque jour Ă  Ses cĂŽtĂ©s. On ne doit pas lui dire que c'est mal de faire ceci, cela ou autre chose, il sait que c'est mal. Et il marche... Il est un produit de la grĂące souveraine de Dieu. Exactement!
    Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s... ont eu part au... l'appel cĂ©leste... (Bien, nous avons parfois cru qu'il s'agissait ici de l'homme qui a Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ© et qui est tombĂ© Ă  nouveau, mais ce n'est pas ce que dit la Bible.)
    Il est absolument impossible pour un homme, dit-il ici, qui a reçu le Saint-Esprit, de tomber. Maintenant, lisez cela et voyez si ce n'est pas correct. Regardez ici, prenez le texte, le texte entier et le contenu, ou plutĂŽt le contexte.

301     Maintenant, il commence Ă  parler de... Qu'est-ce? «Tendons Ă  ce qui est parfait!» Maintenant, il dit: «Ne soyons pas charnels en posant ce fondement des doctrines et du baptĂȘme et des rĂ©formes, et ainsi de suite. Ne faisons pas cela. Tendons Ă  ce qui est parfait! » Le sujet est la perfection, et la perfection vient par Christ. Et comment entrons-nous en Christ? En adhĂ©rant Ă  l'Ă©glise? Nous avons tous Ă©tĂ© baptisĂ©s par un seul Esprit, pour former un seul Corps; non pas par un parler en langues, ni par une poignĂ©e de main, ni par le baptĂȘme d'eau, mais par un seul Esprit nous avons Ă©tĂ© baptisĂ©s pour former un seul Corps. Est-ce que vous saisissez?

302     C'est ça la perfection. Et quand vous en arrivez Ă  cela, vous ĂȘtes en Christ, et le monde est mort pour vous. Et vous marchez avec l'Agneau chaque jour, et vos pas sont dirigĂ©s par Dieu, dans ce que vous devez faire. Oh! que d'Ă©preuves et d'afflictions nous rencontrons! Vous dites: «Passez-vous par des Ă©preuves?» Bien sĂ»r!

303     Qu'est-ce que... La grĂące, c'est ce que Dieu a fait pour moi, les oeuvres, c'est ce que moi je fais pour Dieu. Maintenant, on en fait une doctrine, on pense qu'on a des mĂ©rites par les oeuvres. Si c'est le cas, ce n'est pas un don gratuit. La grĂące, c'est ce que Dieu a fait pour vous; c'est par grĂące que vous ĂȘtes sauvĂ©. Et les oeuvres, c'est ce que vous faites en reconnaissance de la grĂące qu'Il vous a faite. Et si vous L'aimez, vous aimerez faire les oeuvres du Seigneur, certainement, parce qu'alors, vous-vous L'aimez.

304     Le fait que j'aie pris Meda Broy pour Ă©pouse, c'est ce que l'amour a fait pour elle. En signe de reconnaissance, elle est une brave femme, elle reste Ă  la maison, elle prend soin des enfants et mĂšne une vie bien vertueuse. Ce n'est pas parce que nous ne sommes pas mariĂ©s, nous sommes mariĂ©s. Mais elle fait cela par reconnaissance. MĂȘme si elle parcourait la ville toute la journĂ©e, entrait dans chaque bazar et courait les rues, et ne faisait jamais la vaisselle ni quoi que ce soit d'autre, nous serions toujours mariĂ©s. Absolument! Quand j'ai fait mon voeu, cela a rĂ©glĂ© la question. Elle reste ma femme aussi longtemps que nous sommes en vie; elle est ma femme. C'Ă©tait son voeu. Mais que fait-elle en reconnaissance de cela? Elle reste Ă  la maison et prend soin des enfants, et essaie d'ĂȘtre une vraie Ă©pouse.

305     Je pourrais m'en aller et ĂȘtre tout le temps absent, me balader tout simplement Ă  travers le pays et la laisser presque mourir de faim et tout le reste, laisser les enfants sans rien Ă  manger, nous sommes toujours mariĂ©s! MĂȘme si elle divorce d'avec moi, je serai toujours mariĂ© aussi longtemps que je suis en vie. J'ai fait ce voeu: «...jusqu'Ă  ce que la mort nous sĂ©pare». C'est vrai, nous sommes toujours mariĂ©s. Et pourtant, je pourrais ĂȘtre un mari lamentable. Et elle pourrait ĂȘtre une Ă©pouse lamentable. Ainsi, si nous nous aimons, nous restons ensemble et nous portons le fardeau ensemble.

306     C'est ainsi qu'il en est de Dieu et de Son Église. Quand vous naissez dans le Royaume de Dieu, vous avez des hauts et des bas, c'est vrai, mais vous ĂȘtes toujours chrĂ©tien, vous ĂȘtes toujours nĂ© de l'Esprit de Dieu! Il se peut que Dieu soit obligĂ© de vous ĂŽter prĂ©maturĂ©ment de la terre.
    ...il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont goĂ»tĂ© le don cĂ©leste... et qui soient jamais tombĂ©s, soient encore renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance.

307     Maintenant, je sais ce Ă  quoi vous pensez, Ă©glise. Permettez-moi de vous prendre quelque chose d'un peu plus fort, afin que les - les lĂ©galistes puissent rĂ©ellement se taire. Allons dans HĂ©breux, au chapitre 10, et examinons ceci un instant.

308     Chapitre 10, verset 26:
    Car, si nous pĂ©chons volontairement aprĂšs avoir reçu la connaissance de la vĂ©ritĂ©, il ne reste plus de sacrifice pour le pĂ©chĂ©, mais une attente terrible du jugement et l'ardeur d'un feu qui dĂ©vorera le rebelle.
    Celui qui a violĂ© la loi de Moise meurt sans misĂ©ricorde, sur la dĂ©position de deux ou de trois tĂ©moins;
    De quel pire chĂątiment, bien que jugĂ©... bien que digne... foulĂ© le... celui qui aura foulĂ© aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l'alliance, par lequel il a Ă©tĂ© sanctifiĂ©, et qui aura outragĂ© les oeuvres de la grĂące.

309     Maintenant, vous dites: «Qu'en est-il de cela, FrĂšre Branham? Qu'est-ce que c'est?» Eh bien, quand je lis simplement, je me dis: «L'Écriture ne dit pas cela.» Il ne s'agit pas d'un chrĂ©tien. Il s'agit d'un homme qui a entendu la Parole et qui s'En est Ă©loignĂ©. Voyez-vous?
    Car, si nous pĂ©chons... (Qu'est-ce que le pĂ©chĂ©? L'incrĂ©dulitĂ©!) ...si nous sommes volontairement incrĂ©dules aprĂšs que l'Évangile nous a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©, il ne reste plus de sacrifice pour le pĂ©chĂ©.

310     Qu'est-ce que le pĂ©chĂ©? L'incrĂ©dulitĂ©. Lisez Saint Jean, chapitre 4. JĂ©sus dit: «Celui qui ne croit pas est dĂ©jĂ  condamnĂ©.» Le pĂ©chĂ©, ce n'est pas fumer, boire, commettre adultĂšre. Vous faites ces choses parce que vous ĂȘtes un incrĂ©dule. Ce sont simplement les attributs, vous faites ces choses parce que vous ĂȘtes un incrĂ©dule. Le simple fait d'arrĂȘter de fumer, d'arrĂȘter de boire, etc., ne signifie pas que vous ĂȘtes - vous ĂȘtes chrĂ©tien; ce sont simplement les attributs de votre conversion. Mais vous pouvez -vous pouvez faire l'un comme l'autre, et ne pas ĂȘtre malgrĂ© tout chrĂ©tien.

311     Maintenant remarquez:
    ...quiconque est volontairement incrĂ©dule aprĂšs... (non pas - non pas aprĂšs qu'il a reçu Christ dans son coeur; la Bible ne dit pas cela.)

312     Elle dit:
    Quiconque... si nous pĂ©chons volontairement (sommes volontairement incrĂ©dules) aprĂšs avoir reçu la connaissance de la vĂ©ritĂ©... (Vous comprenez? Il ne s'agissait pas du tout d'un chrĂ©tien.)

313     Une femme est venue me voir, il n'y a pas longtemps, et m'a dit: «FrĂšre Branham, je suis chrĂ©tienne, mais j'ai blasphĂ©mĂ© contre le Saint-Esprit.»

314     J'ai dit: «C'est impossible.» Un chrĂ©tien ne peut pas blasphĂ©mer contre le Saint-Esprit. Vous ne pouvez pas le faire. Un esprit chrĂ©tien rend tĂ©moignage de l'Esprit de Christ, voyez-vous. Et vous dites que tout ce qui est de Dieu est Dieu.

315     Mais si vous avez un esprit charnel, vous vous moquerez et rirez du Saint-Esprit. Peu m'importe si vous allez Ă  l'Ă©glise, vous demeurez un pĂ©cheur et vous blasphĂ©mez contre le Saint-Esprit. Quand ils voyaient JĂ©sus discerner leurs pensĂ©es, ils disaient qu'Il Ă©tait un «diseur de bonne aventure».

316     JĂ©sus disait: «Vous avez... Je vous pardonne cela, mais quand le Saint-Esprit sera venu, si vous dites un mot contre Lui, cela ne vous sera jamais pardonnĂ©.» En effet, ils disaient qu'Il avait un esprit impur, traitant d'impur l'Esprit de Dieu. Un chrĂ©tien ne peut faire cela. Un chrĂ©tien traitera toujours de juste l'Esprit de Dieu.

317     Voyez-vous, un chrĂ©tien ne peut pas blasphĂ©mer contre le Saint-Esprit, c'est le profane qui blasphĂšme. Ceux qui se tenaient lĂ  n'Ă©taient pas des chrĂ©tiens; c'Ă©taient des religieux, c'Ă©taient des Juifs orthodoxes, des docteurs en thĂ©ologie, et ainsi de suite, et ils se moquaient de Lui et de Ses oeuvres, traitant d'impur l'Esprit qui accomplissait les oeuvres de Dieu.

318     Et aujourd'hui, combien, Ă  votre avis, blasphĂšment contre le Saint-Esprit, tout en portant le titre de «docteur en thĂ©ologie» ou «docteur en philosophie»? Combien d'Ă©minents orthodoxes, catholiques, protestants empesĂ©s se promĂšnent dans les rues et se moquent de l'action du Saint-Esprit! Ils sont aussi affinĂ©s et instruits, aussi hardis qu'un page. C'est vrai, mais ils se moquent du Saint-Esprit et par consĂ©quent ils blasphĂšment contre Lui! Mais un chrĂ©tien nĂ© de nouveau ne peut le faire; il dira: «C'est mon frĂšre. C'est l'Esprit du Dieu vivant.» C'est vrai! Un chrĂ©tien ne peut pas blasphĂ©mer contre le Saint-Esprit.

319     C'est le pĂ©cheur qui blasphĂšme contre le Saint-Esprit, l'incrĂ©dule, le pĂ©cheur, l'incrĂ©dule. Il n'y a que deux possibilitĂ©s: ou vous ĂȘtes un croyant, ou vous ĂȘtes un incroyant.

320     Maintenant, faites attention ici, pour que cette chose soit donc vraiment rĂ©glĂ©e. J'ai eu une vision qui m'a toujours tracassĂ©. Il y a des annĂ©es, je considĂ©rais cette chose, et je disais: «Oh! si quelqu'un recevait le Saint-Esprit et que par la suite il rĂ©trogradait, il serait perdu pour toujours.» Je ne parvenais pas Ă  concilier les deux choses.

321     Je disais: «Alors, comment se fait-il que la Bible dise: Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M'a envoyĂ©, a la Vie Ă©ternelle (Ă©ternelle) et ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. Tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront Ă  Moi et aucun d'eux n'est perdu, Je les ressusciterai aux derniers jours. Personne ne peut les ravir de Ma main.'» Comment cela ne concorde-t-il pas avec ceci? Je n'arrivais simplement pas Ă  comprendre cela («Il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s...»). Je me disais: «Quelque chose ne marche pas -je n'arrive simplement pas Ă  le saisir.»

322     Il y a des annĂ©es, j'ai assistĂ© Ă  une petite rĂ©union pentecĂŽtiste. Je pense, ce soir, qu'il n'y a plus personne dans l'Ă©glise qui puisse s'en souvenir. Cela fait bien des annĂ©es; c'Ă©tait juste au moment oĂč le Tabernacle Ă©tait en construction... Ă  moins que ce soit frĂšre Graham lĂ  au fond; ou quelqu'un d'autre. Je ne sais pas si vous avez Ă©tĂ© ici au dĂ©but. Je pense que frĂšre Sy et frĂšre Mahoney y Ă©taient. Oui, juste avant que je me marie.

323     Quand ce don opĂ©rait, j'avais peur. On me disait que c'Ă©tait du diable. Je ne comprenais pas jusqu'Ă  ce que l'Ange du Seigneur m'explique.

324     Je suis allĂ© Ă  Mishawaka; j'ai assistĂ© Ă  une rĂ©union, et je n'avais jamais entendu autant de cris, de pleurs et de louanges Ă  Dieu. Je me suis dit: «FrĂšre, ça, c'est le Ciel.» Et, oh! combien ils sautillaient!

325     Ils avaient dĂ» tenir cela dans le nord Ă  cause de la sĂ©grĂ©gation. Les gens de couleur et les blancs Ă©taient ensemble. Les P.À of W. [Les AssemblĂ©es PentecĂŽtistes Universelles - N.D.T.] et les P.À of J.C. [Les AssemblĂ©es pentecĂŽtistes de JĂ©sus-Christ] s'Ă©taient vraiment fusionnĂ©es et Ă©taient devenues l' «Église UnifiĂ©e de PentecĂŽte». Et quel rĂ©veil ils avaient lĂ , au tabernacle de frĂšre Rowe Ă  Mishawaka! Et moi, en petit curieux, j'Ă©tais assis sur une chaise du fond, observant tout cela! Je n'avais jamais vu ces choses-lĂ  auparavant.

326     Il y avait lĂ  un homme assis. C'est la premiĂšre fois que j'en parle en public. Un homme Ă©tait assis d'un cĂŽtĂ© et un autre de l'autre, et l'un parlait en langues, l'autre interprĂ©tait. Et ils annonçaient diffĂ©rentes choses qui allaient se produire. Donc, l'un parlait en langues et l'autre interprĂ©tait. Je me disais: «Oh! la la! n'est-ce pas merveilleux?» Je me disais: «Que c'est glorieux! Ça doit ĂȘtre des anges sous une forme humaine qui sont descendus!»

327     Eh bien, je n'avais qu'un dollar et soixante quinze cents pour revenir Ă  la maison; et j e -je -je n'avais que de quoi faire le plein, une seule fois. Cette nuit-lĂ , j'ai dormi dans un champ de maĂŻs. Une partie du rĂ©cit est Ă©crite dans un livre, mais pas le tout, parce que je ne voulais pas blesser leurs sentiments. Et ainsi, ce soir-lĂ , on a dit: «Que tous les prĂ©dicateurs viennent sur l'estrade.» Je suis allĂ© sur l'estrade, et lĂ  j'Ă©tais le plus jeune prĂ©dicateur.

328     Aussi m'a-t-on demandĂ© le lendemain matin de m'avancer pour prĂȘcher. Je me suis cachĂ©. Vous savez, un homme de couleur a dit: «Il est ici.» Vous connaissez l'histoire, quand il m'a dĂ©masquĂ© alors que j'Ă©tais assis lĂ .

329     Et ainsi, aprĂšs avoir prĂȘchĂ© ce jour-lĂ , j'ai fait un tour par-lĂ , je me disais: «Si seulement j e parvenais Ă  rencontrer ces deux hommes qui dirigeaient la rĂ©union.» Un se levait et son visage devenait pĂąle pendant qu'il parlait en langues. Et l'autre interprĂ©tait cela, disant: «Ainsi dit le Seigneur, il y a ici telle et telle personne du nom de tel et tel, qui devrait faire ceci, et telle et telle chose.» Mon frĂšre, c'Ă©tait la vĂ©ritĂ©! Et l'un se levait et parlait en langues, et l'autre en donnait l'interprĂ©tation.

330     Je me disais: «Oh! la la! n'est-ce pas merveilleux?» Ainsi, ce jour-lĂ , rĂ©flĂ©chissant, je suis sorti pour prier. Et j'ai dit: «Seigneur, fais cela pour moi Ă  nouveau.» Je ne savais comment appeler cela. Des visions!

331     Je suis allĂ© prier, et j'ai demandĂ© au Seigneur de m'aider. J'ai contournĂ© le bĂątiment et Il m'est arrivĂ© de rencontrer l'un des deux. Et je... Le Seigneur m'avait donnĂ© un moyen de connaĂźtre les choses. Je lui ai serrĂ© la main et lui ai dit: «Bonjour!»
    Il m'a dit: «Bonjour! Comment vous appelez-vous?»
    Et j'ai dit: «Branham.»
    Â«Oh! a-t-il dit, vous ĂȘtes le jeune homme qui a prĂȘchĂ© ce matin.»
    J'ai dit: «Oui, monsieur.»

332     Et pendant que je m'entretenais avec lui, j'ai captĂ© son esprit. Et c'Ă©tait un vĂ©ritable chrĂ©tien, un vrai frĂšre chrĂ©tien. Je veux dire qu'il Ă©tait un croyant. Je pensai: «Oh! ceci n'est-il pas merveilleux!»

333     Et environ une heure aprĂšs, lĂ  prĂšs de la voiture qui faisait face Ă  une trĂšs grosse voiture sur l'arriĂšre de laquelle Ă©tait Ă©crit «JĂ©sus seul», lĂ  se tenait l'autre homme. Je suis allĂ© le voir et j'ai dit: «Bonjour, monsieur!»

334     Il a dit: «Bonjour!» Il a dit: «Vous ĂȘtes le frĂšre Branham qui a prĂȘchĂ© ce matin?»

335     J'ai dit: «Oui, monsieur, c'est moi.» J'ai dit: «Dites, je me rĂ©jouis de ces grands dons de Dieu qui opĂšrent en vous deux, frĂšres.»

336     Il a dit: «Merci, Monsieur Branham.» Et j'ai commencĂ© Ă  sonder son esprit et une vision est venue. Et si jamais j'ai parlĂ© Ă  un hypocrite, celui-lĂ  en Ă©tait bien un. Sa femme avait des cheveux noirs. Il vivait avec une blonde et avait d'elle deux enfants. Il n'avait rien d'un chrĂ©tien.

337     Alors je me suis dit: «OĂč me suis-je fourrĂ©?» Je pensais ĂȘtre au milieu des anges, et voilĂ  que je dois me retrouver parmi des dĂ©mons! Quelque chose s'est passĂ©! VoilĂ  un vĂ©ritable chrĂ©tien; et le mĂȘme Esprit qui est tombĂ© sur cet homme est aussi tombĂ© sur l'autre.» Je me suis dit: «Maintenant, je suis tout embrouillĂ©!» Et je ne savais que faire. J'ai criĂ© et j'ai suppliĂ© le Seigneur. Je ne savais que croire.

338     Ils Ă©taient sur le point de m'amener Ă ... Cet homme m'a demandĂ© si j'avais reçu le Saint-Esprit, et j'ai dit: «Non, monsieur, pas tel que vous L'avez reçu.»
    Il a dit: «Avez-vous dĂ©jĂ  parlĂ© en langues?»
    J'ai dit: «Non, monsieur.»
    Il a dit: «Alors, vous ne L'avez pas.»

339     Ainsi, j'ai dit: «Je... Vous avez probablement raison, mon frĂšre, peut-ĂȘtre que je ne L'ai pas, car je n'ai pas ce que vous avez.» Et aprĂšs un moment, j'Ă©tais heureux de ne pas avoir cela.

340     Ainsi, j'ai donc observĂ© la chose et vu comment cela opĂ©rait.

341     Ainsi, un jour, je suis allĂ© prier par ici, il y a longtemps de cela. Je vous dirai pourquoi - pour qui je priais: c'Ă©tait pour Roy Davis. Et je suis allĂ© prier par lĂ , car il m'avait traitĂ© de marionnette, et je priais Dieu de lui pardonner cela. Et il avait lĂ  une imprimerie, il Ă©ditait un journal. Cette imprimerie avait pris feu et s'Ă©tait complĂštement consumĂ©e, deux nuits aprĂšs cela, pendant qu'on la faisait fonctionner.

342     Je me trouvais donc lĂ , dans une vieille caverne derriĂšre Green's Mill. Et je suis sorti de lĂ  oĂč j'Ă©tais en priĂšre, deux jours durant, j'ai dĂ©posĂ© ma Bible sur une vieille bĂ»che que j'ai montrĂ©e Ă  frĂšre Wood il n'y a pas longtemps, lĂ  oĂč j'avais dĂ©posĂ© ma Bible; je me suis assis Ă  califourchon sur la bĂ»che. Le vent soufflait, et je me suis dit: «Je suis restĂ© trop longtemps au fond de cette caverne; je vais juste lire un peu.» J'ai donc pris la Bible et j'ai commencĂ© Ă  lire, et Elle Ă©tait ouverte Ă  ce chapitre. Eh bien, j'ai commencĂ© Ă  lire, et ensuite j'ai commencĂ© Ă  me poser des questions, voyez-vous?
    Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s... ont eu part au Saint-Esprit ... ont goĂ»tĂ© la bonne Parole de Dieu et ... le siĂšcle Ă  venir, et qui sont tombĂ©s, soient... renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent Ă  l'ignominie.

343     Je me suis dit: «VoilĂ  cette Écriture!» Mais quelque chose me prĂ©occupait. Alors, j'ai commencĂ© Ă  penser: «C'est ici au dĂ©but qu'il en a parlĂ©. `Sans poser le vĂ©ritable fondement du renoncement... (au dĂ©but). Sans poser le fondement du renoncement', et ici il dit: `Nouv -... renouvelĂ©s et ramenĂ©s Ă  la repentance... mais tendons Ă  ce qui est parfait, laissant ces choses derriĂšre'.» Puis j'ai commencĂ© Ă  lire, et puis j'ai lu le verset suivant:
    Lorsqu'une terre est abreuvĂ©e par la pluie qui tombe souvent sur elle, et qu'elle produit une herbe utile Ă  ceux pour qui elle est cultivĂ©e, elle participe aux bĂ©nĂ©dictions de Dieu.
    Mais, si elle produit des Ă©pines et des chardons, elle est rĂ©prouvĂ©e et prĂšs d'ĂȘtre maudite, et on finit par y mettre le feu.

344     Et quand j'ai lu cela, Quelque chose m'a vraiment secouĂ©. Et je me suis dit: «Seigneur, cela ne se rapporte pas Ă  Roy Davis. Pourquoi ferais-Tu cela?»

345     Et je me suis mis Ă  tourner une autre page, mais il m'a fallu y revenir:
    Il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s...
    -Relis-le!

346     Alors j'ai pensĂ©: «Seigneur, qu'est-ce? Que veux-Tu dire, Seigneur?»

347     Je me suis retournĂ©, et je suis rentrĂ© dans ma caverne pour prier Ă  ce sujet. Et quand j'ai priĂ©, j'ai vu le monde qui tournait. Et le monde entier Ă©tait complĂštement labourĂ©, trĂšs bien labourĂ©. Et j'ai vu passer un homme en blanc; il tenait dans sa main un sac, il semait des semences pendant qu'il marchait. Il est allĂ© vers la courbure de la terre; et dĂšs qu'il y est arrivĂ©, voilĂ  qu'un homme en habits vraiment noirs, un homme Ă  l'apparence rusĂ©e, se faufilait comme ceci, en guettant. Et il avait une semence, et il jetait quelque chose derriĂšre, pendant qu'il parcourait la terre; il surveillait tout le monde et jetait sa semence. Je me tenais lĂ , regardant la vision.

348     AprĂšs son dĂ©part, le monde fit une rotation et il y eut une trĂšs grande moisson, et c'Ă©tait une moisson de blĂ©. Et il y avait de mauvaises herbes, des graterons et des choses semblables parmi le blĂ©.

349     Puis vint la sĂ©cheresse. Et, oh! ce petit blĂ© a penchĂ© sa petite tĂȘte et a eu soif d'eau. Le petit grateron avait la tĂȘte penchĂ©e, et elle avait soif d'eau. Chacun priait pour qu'il pleuve. Et, un moment aprĂšs, s'est formĂ© un gros nuage qui a simplement arrosĂ© toute la terre. Et le petit grateron a sautĂ© et a commencĂ© Ă  crier: «Gloire Ă  Dieu! AllĂ©luia! Que le Seigneur soit louĂ©!»

350     Et le petit blĂ© a sautĂ© et a commencĂ© Ă  crier: «Gloire Ă  Dieu! Que le Seigneur soit louĂ©!»

351     Et alors, je me suis rappelĂ© le passage de l'Écriture, celui qui est dans le Livre de Matthieu, au chapitre 5, verset 45. Écoutez ce que JĂ©sus dit dans Matthieu 5:45. Écoutez attentivement maintenant pendant que nous lisons. Matthieu, chapitre 5, versets 45 et 46; au verset 44, pour commencer:
    Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bĂ©nissez ceux qui vous maudissent, faites du bien Ă  ceux qui vous haĂŻssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persĂ©cutent.
    Afin que vous soyez... appel-... que vous soyez fils de votre PĂšre qui est dans les cieux; car Il fait lever son soleil sur:.. mĂ©chants et sur:.. bons, et Il fait pleuvoir sur les justes et les injustes.

352     Ainsi, voyez-vous, la mĂȘme pluie qui fait croĂźtre le blĂ© fait croĂźtre le grateron. Et alors j'ai compris! VoilĂ  le confesseur charnel, qui est juste dans l'Ă©glise, mais ses fruits... Il se peut qu'il crie, saute, danse, parle en langues, mais quant Ă  ses fruits, c'est un grateron. Et voilĂ  l'autre qui a le mĂȘme Esprit. Le Saint-Esprit peut bien tomber au milieu d'un groupe de gens, et un hypocrite peut crier par le Saint-Esprit, tout comme le grateron peut vivre de la pluie qui est envoyĂ©e. C'est ce dont Paul parle ici! Mais il est impossible au grateron de devenir un blĂ©, ou au blĂ© de devenir un grateron. Vous avez compris?
    Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont eu part au don du Saint-Esprit et ont goĂ»tĂ© la bonne Parole de Dieu et la puissance du siĂšcle Ă  venir, tombent et qu'ils soient renouvelĂ©s... (Écoutez ce qu'il a dit!)
    Car la pluie tombe souvent sur la terre pour l'arroser et pour la revĂȘtir ici et la prĂ©parer, mais ce qui est Ă©pines et chardons est prĂȘt d'ĂȘtre rejetĂ©
    Alors, c'est pourquoi, laissant les Ă©lĂ©ments de la Parole de Christ, tendons Ă  ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux oeuvres mortes envers Dieu, de la foi... (et tout cela), les doctrines des baptĂȘmes, l'imposition des mains... (et des choses semblables)...

353     Voyez-vous, le croyant charnel, lĂ  dans ces jours-lĂ , tout comme aujourd'hui, aime dire: «Eh bien, je suis membre d'Ă©glise. Je me suis repenti, je - je me suis avancĂ©, j'ai fait ma confession, j'ai Ă©tĂ© baptisĂ©.» Voyez-vous, il se base sur ces rĂ©formes charnelles. Et qu'est-ce que cela donne? Cela produit des graterons.

354     Que donne la perfection? Le blĂ©! Le blĂ©, c'est la Parole de Dieu! Il l'utilise pour prĂ©senter Sa Parole. Elle est une Semence. Elle donne des fruits.

355     Cela dĂ©pend de la semence qui est semĂ©e dans votre coeur. Si vous venez Ă  l'Ă©glise tout simplement parce que vous avez peur de l'enfer, si vous adhĂ©rez Ă  l'Ă©glise parce que vous ne voulez pas-vous ne voulez pas aller en enfer, vous ĂȘtes toujours un grateron. Si vous - si vous adhĂ©rez Ă  l'Ă©glise simplement pour ĂȘtre populaire, vous ĂȘtes encore un grateron. Si vous avez fait toutes ces choses formalistes qu'on doit faire, et que c'est tout ce que vous avez, vous ĂȘtes encore un grateron.

356     Mais un vrai et authentique chrĂ©tien tend Ă  ce qui est parfait jusqu'Ă  ce que le monde soit mort et que lui devienne une nouvelle crĂ©ature en Christ JĂ©sus. Alors il est impossible que cet homme tombe. C'est ce que dit la Bible. Voyez-vous comment cela concorde avec le reste des Écritures? Voyez-vous comment cela met la chose juste lĂ  Ă  sa place?

357     Comment peut-Elle dire ici: «Celui quia Ă©tĂ© sauvĂ© une fois ne peut plus jamais ĂȘtre perdu», et dire lĂ -bas: «Mais si vous ĂȘtes perdu ou plutĂŽt si vous blasphĂ©mez, c'est impossible...»? Certainement, si vous ĂȘtes blasphĂ©mateur, vous n'ĂȘtes pas un chrĂ©tien.

358     Â«Nul, s'il parle par l'Esprit de Dieu, ne dit: JĂ©sus est anathĂšme.» Saint Jean 4... plutĂŽt 1 Jean 4. Nul, s'il parle par l'Esprit de Christ, ne dit: «JĂ©sus est anathĂšme.» Chaque esprit qui est de Dieu et qui est dans l'Église chrĂ©tienne est en accord avec tout ce que Dieu a dit.

359     Nous lisons ici et disons: «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s. C'est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.»

360     Le vieil esprit charnel dit: «Les jours des miracles sont passĂ©s. Je suis le Dr Untel!» Voyez-vous? «La guĂ©rison divine, ça n'existe pas. Une religion du coeur, ça n'existe pas. Vous ĂȘtes simplement excitĂ©s. Vous ĂȘtes Ă©motionnels. Voyez-vous, c'est tout ce qu'il en est. Il n'y a rien de vrai lĂ -dedans. Nous, nous sommes presbytĂ©riens. Nous, nous sommes luthĂ©riens», ou peu importe ce que c'est. «Nous savons Ă  quoi nous nous tenons.»

361     Mais que dit l'Esprit de Dieu? JĂ©sus-Christ, le mĂȘme, hie-... «Amen!», dit l'Esprit de Dieu. Il S'accorde immĂ©diatement avec la Parole. Oui, monsieur, c'est bien cela. Voyez-vous ce que je veux dire lĂ ?

362     Â«Ces rĂ©formes charnelles causent la mort», a dit Paul.

363     Mais lĂ  oĂč vient la Vie, cette perfection, c'est: «Celui qui Ă©coute Mes paroles, qui croit Ă  Celui qui M'a envoyĂ©, a la Vie Ă©ternelle et ne vient point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie, Je lui donnerai la Vie Ă©ternelle et Je le ressusciterai aux derniers jours. Tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront Ă  Moi, et aucun d'eux ne sera perdu.» Il ne peut se perdre.

364     Ainsi, voilĂ  ce que cela fait. Ce que cela fait... Les gens pensent que cela rend frivole. Mon frĂšre, on ne sert pas Dieu comme si on Ă©tait sous la menace d'un mĂ©chant. Dieu n'est pas un de ces gars avec un fouet, qui vous pousse çà et lĂ . Il est un PĂšre. Il est Amour. Dieu est Amour. Et la Bible dit dans Saint Jean: «Celui qui aime est de Dieu.»

365     Vous aimez Dieu. Je ne pourrais... Si je sortais et - et m'enivrais ce soir, (je n'ai jamais bu de ma vie) mais si j e sortais et m'enivrais, j e ne craindrais pas d'ĂȘtre fouettĂ©. Ce n'est pas pour cette raison que je ne vais - ne vais - que je ne vais pas le faire. La raison pour laquelle je ne le fais pas, c'est que je L'aime. Il m'aime. Il ne s'agit pas d'agir selon la loi, il ne s'agit pas de quelque chose que je devrais faire, c'est parce qu'Il a dĂ©jĂ  fait quelque chose pour moi et je L'aime pour cela. Vous y ĂȘtes!

366     Ainsi, avec cet Esprit qui se trouve dans la promesse selon laquelle: «Je lui donne la Vie Ă©ternelle, et il ne pĂ©rira jamais»... À-t-Il menti ou a-t-Il dit la VĂ©ritĂ©? Il a dit la VĂ©ritĂ©! Ainsi, voyez-vous ce que Ceci veut dire? Il est impossible Ă  un homme de tomber aprĂšs avoir Ă©tĂ© une fois sous la grĂące. Il ne le peut pas! Il peut bien sĂ»r tomber, mais pas pour revenir sur sa repentance, retourner au point oĂč il ferait encore les vieilles choses.

367     Ainsi, vous tous qui courez d'un rĂ©veil Ă  un autre, d'un endroit Ă  un autre, ne voyez-vous pas que vous n'ĂȘtes pas stables? Vous n'ĂȘtes pas bien Ă©tablis. Et bien, certainement... Vous dites: «FrĂšre Branham, je ne sais pas si...» Dieu ne m'aurait certainement pas donnĂ© ce ministĂšre qu'Il m'a donnĂ© pour me laisser demeurer dans l'erreur. Et si cela n'Ă©tait pas prouvĂ© par l'Écriture, alors ce serait une erreur, mais voici l'Écriture pour soutenir cela.

368     L’Église n'a jamais perdu sa position... Les gens s'en vont adhĂ©rer Ă  des Ă©glises et s'agitent, se battent, se mettent dans tous leurs Ă©tats et - et tout le reste, et ils mĂšnent n'importe quelle espĂšce de vie charnelle, disant: «Oh! oui, je suis chrĂ©tien!»

369     J'ai entendu aujourd'hui la confession d'une petite dame qui m'a dit que son mari vivait avec un autre homme. Elle les a surpris Ă  plusieurs endroits, et elle a dit: «Je veux te faire savoir que je suis une chrĂ©tienne.»

370     Regardez ce Jimmy Osborne, qui prĂȘche lĂ  le dimanche matin, aprĂšs avoir jouĂ© du boogie-woogie, du rock’n’roll et tout le reste pendant la semaine.

371     Regardez Elvis Presley, le Judas Iscariot de 1947, il se fait membre des AssemblĂ©es de Dieu, c'est un pentecĂŽtiste et il parle en langues, ce qui est considĂ©rĂ© comme le Saint-Esprit, mais il a envoyĂ© plus d'Ăąmes dans les tourments que tous les contrebandiers d'alcool n'en ont envoyĂ©es pendant les cinquante derniĂšres annĂ©es. Il a perverti l'esprit de petits adolescents Ă  travers le monde, au point que de petites filles arrachent leurs sous-vĂȘtements et les jettent sur le podium, pour qu'il y mette son autographe. Il est si vulgaire qu'on ne le montre pas Ă  la tĂ©lĂ©vision de la ceinture jusqu'en bas, la maniĂšre dont il... son corps. Avec le parler en langues comme Ă©vidence du Saint-Esprit. Ô frĂšre! si le Saint-Esprit Ă©tait lĂ , Il n'agirait pas ainsi. Vous en savez mieux que cela. Il ne le ferait certainement pas. Dieu aime la clartĂ©, la puretĂ© et la saintetĂ©.

372     Je n'agis pas d'une façon claire, pure et sainte pour me faire passer pour un chrĂ©tien, mais Christ en moi vit cela, en moi. Et j e L'aime. Et si j'agis mal, j e me sens condamnĂ©, et sur-le-champ je dis: «Ô Dieu! pardonne-moi!» Chaque jour, je dois demander pardon. Chaque jour que... et vous aussi. Certainement que vous le faites.

373     Et maintenant, si vous ĂȘtes - si vous ĂȘtes charnel, vous retournerez simplement et direz: «Oh! eh bien, c'est trĂšs bien! Je suis membre de l'Ă©glise.» Voyez-vous? Et puis, si vous blasphĂ©mez, c'est parce que vous n'avez pas la foi qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toute. Alors vous vous En moquez et traitez Cela de mauvais esprit, disant: «C'est une bande d'exaltĂ©s.» À ce moment-lĂ , vous avez traversĂ© la ligne de dĂ©marcation entre la grĂące et le jugement; c'en est donc fini de vous pour toujours.

374     JĂ©sus dit: «Un seul mot contre Cela ne sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Et un chrĂ©tien nĂ© de l'Esprit ne peut dire du mal contre Lui, parce qu'Il ne peut pas le faire, Il s'accorde avec Cela. C'est vrai!

375     VoilĂ  pourquoi les gens essaient de me dire que la Colonne de Feu lĂ , qui apparaĂźt ici parmi nous, ils essaient de dire que c'est le diable, que c'est simplement de la fiction, et ainsi de suite. Mais l'appareil photo a prouvĂ© que ça ne l'Ă©tait pas. Et les oeuvres sont basĂ©es trĂšs exactement sur la Bible. La mĂȘme Colonne de Feu qui a rencontrĂ© Paul en route vers Damas, toutes ces choses qu'Il a faites en ce temps-lĂ , Il les fait exactement de la mĂȘme maniĂšre selon la Bible. Il est Christ, le Fils de Dieu.

376     Et quand nous naissons de nouveau, nous avons la Vie Ă©ternelle et nous ne pouvons pas pĂ©rir. Il serait impossible Ă  cet homme de tomber. C'est ce que dit la Bible.

377     Maintenant Ă©coutez, remarquez ce que Paul dit. Eh bien, lisez le reste et voyez si cela n'est donc pas juste. Allons-y, juste une minute. Le verset 8...
    Mais, si elle produit des Ă©pines et des chardons, elle est rĂ©prouvĂ©e et prĂšs d'ĂȘtre maudite, et on finit par y mettre le feu. (VoilĂ  l'incrĂ©dule.)
    Maintenant, suivez Paul:
    Quoique... bien-aimĂ©s...

378     Maintenant, il parle au sujet de ceux qui essaient de retourner Ă  la loi, vous savez, essayant d'accomplir toutes les oeuvres de la loi. Et pourtant ils sont ritualistes au possible, ils pratiquaient le baptĂȘme et l'imposition des mains et toutes ces choses.
    Quoique - quoique par ceci nous parlions ainsi, bien-aimĂ©s, nous attendons, pour ce qui vous concerne, des choses meilleures (Vous y ĂȘtes, Ă©coutez-le maintenant.) et favorables au salut.
    Car Dieu n'est pas injuste, pour oublier votre travail et l'amour que vous avez montrĂ© pour son Nom, ayant rendu et rendant encore des services aux saints.

379     Voyez-vous de quoi Il parle? Il ne parle pas des chrĂ©tiens qui tombent et pour qui il est impossible de se relever. Il parle des croyants charnels qui procĂšdent Ă  une espĂšce de rĂ©forme. Mais il dit: «À vous qui ĂȘtes nĂ©s de nouveau, vous qui ĂȘtes des chrĂ©tiens bien-aimĂ©s, nous attendons de votre part des choses meilleures. Vous ne dites pas ces choses-lĂ . Vous ne vivez pas ce genre de vie-lĂ . Avec Christ, vous ĂȘtes en sĂ©curitĂ©.» Qu'a-t-il dit Ă  ce mĂȘme endroit? Prenons donc de nouveau HĂ©breux l 0, lĂ  oĂč nous en Ă©tions ce matin.

380     Eh bien, allons donc de nouveau dans ÉphĂ©siens 4:30. Prenons ceci juste un instant, et voyons ce qui y est dit pour confirmer ceci et faire en sorte que chaque passage de l'Écriture s'accorde avec les autres passages de l'Écriture. ÉphĂ©siens 4; voyons ÉphĂ©siens 4:30. Lisons et voyons ce qui y est dit. Écoutez.
    N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu... (Comment - comment sommes-nous baptisĂ©s pour former le Corps? Par un seul Esprit!)
    N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s pour le jour de votre rĂ©demption
    Est-ce vrai? Vous ĂȘtes scellĂ©s dans le Corps du Christ par le baptĂȘme du Saint-Esprit, non pas d'un rĂ©veil Ă  l'autre, mais pour le jour de la rĂ©demption de votre corps. VoilĂ  ce que vous ĂȘtes.

381     Ainsi, il vous est impossible d'ĂȘtre perdu. Vous avez peur; et voilĂ  pourquoi la peur, la peur... La crainte va de pair avec le doute. L'amour va de pair avec la foi. J'aime mon PĂšre. Je n'ai pas peur de Lui, parce que je L'aime. Il ne me ferait pas de mal. Il me fera du bien. Si j'avais peur de Lui, je dirais: «Oh! je ne sais pas s'Il va le faire.»

382     Voyez, mais si je L'aime, je dirai: «Oui, PĂšre, je -je T'aime. Et je sais que Tues - que Tu es mon PĂšre et que Tu m'aimes, et je ne crains pas que Tu manques de garder Ta Parole. C'est Ta promesse envers moi.» VoilĂ  comment l'Esprit de Dieu agit.

383     Â«Mais, oh! si j'ai fait ceci, si j'ai fait cela...» Voyez-vous, vous revenez au lĂ©galisme. Ne vous rangez jamais du cĂŽtĂ© des lĂ©galistes, c'est le cĂŽtĂ© nĂ©gatif. Le cĂŽtĂ© positif est celui qu'il vous faut.

384     C'est une oeuvre dĂ©jĂ  achevĂ©e. Christ est mort, et le pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© dĂ©truit quand Il est mort. Et si Dieu vous a prĂ©destinĂ© Ă  la Vie Ă©ternelle, il est dit: «Tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront Ă  Moi.» Vous y ĂȘtes, vous ne pouvez ĂȘtre perdu. Vous ĂȘtes en sĂ©curitĂ© pour toujours.
    Nous avons tous, en effet, Ă©tĂ© baptisĂ©s dans un seul Esprit pour former un seul corps, et par un seul sacrifice, il [nous] a amenĂ©s Ă  la perfection pour toujours. (Vous y ĂȘtes. Il nous est impossible de nous perdre. C'est juste! Maintenant, cela ne vous fait-il pas du bien?)

385     Maintenant, comment savez-vous que vous ĂȘtes chrĂ©tien? Quand votre esprit rend tĂ©moignage Ă  Son Esprit, quand l'amour de Dieu est dans votre coeur, quand l'amour de Dieu est dans votre coeur, quand vous avez l'amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la bienveillance, la patience, la bontĂ©, la douceur, c'est alors que - que les fruits de l'Esprit accompagnent votre vie.

386     Ce n'est pas parce que vous pouvez danser en Esprit, oh! Ă  ce rythme moderne, faisant du vacarme avec le piano, avec un tas d'histoires, en dansant en Esprit! Ces choses sont bonnes, mais elles ont tout entraĂźnĂ© du cotĂ© lĂ©galiste.. Voyez-vous? Et c'est pourquoi ils ont abandonnĂ© l'Esprit de Dieu.

387     VoilĂ  pourquoi, quand Dieu a commencĂ© Ă  Se manifester, les gens ont dit: «C'est du non-sens! Nous ne voulons rien Ă  voir avec ça.» Ils ne connaissent pas Dieu. Ils n'ont jamais vu ça! Ils ne peuvent pas comprendre cela, parce qu'il y a lĂ  une vie diffĂ©rente. Il ignore... Le grateron ignore ce que fait le blĂ©. Il a une vie diffĂ©rente.

388     C'est ce qu'il en est du chrĂ©tien par rapport au croyant charnel, ce confesseur qui va clamer: «Oh! oui, moi, je suis chrĂ©tien», avec un gros cigare Ă  la bouche, comme un taureau sans corne du Texas.

389     Une femme en culotte disait: «Oh! oui, moi, je suis un membre d'Ă©glise. Bien sĂ»r que je le suis!» Vos fruits prouvent que vous n'ĂȘtes que charnelle. C'est vrai. Certainement. Il n'y a qu'une chose que l'on peut en dĂ©duire: soit vous avez une dĂ©ficience mentale, soit vous avez un esprit de convoitise. C'est vrai.

390     Si vous voulez agir comme le monde, la Bible dit: «Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l'amour de Dieu n'est mĂȘme pas en vous.» Alors, vous y ĂȘtes!

391     Maintenant, vous direz: «Oh! la Bible me dit donc de faire cela!» Non, ce n'est pas ça. Restez ici jusqu'Ă  ce que Christ fasse pour vous quelque chose qui ĂŽtera cela de vous. Alors vous naĂźtrez de l'Esprit de Dieu. Ce n'est pas ce que vous faites qui compte mais ce que Lui a fait pour vous, au point que vous avez un amour montrant que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Et alors, observez votre vie, si elle - si elle correspond. Ce n'est pas parce que vous essayez de vivre votre vie, mais c'est parce que Dieu vous amĂšne Ă  vous soumettre Ă  Son Esprit. Ce n'est pas vous-mĂȘme qui vous conduisez dans la voie de Dieu, c'est Dieu Qui vous conduit dans Sa propre voie. Ce n'est pas vous qui vous conduisez, mais c'est Dieu Qui vous conduit.

392     Bien, observez ceci maintenant, alors que nous tirons vers la fin. Le verset 11:
    Nous dĂ©sirons que chacun de vous montre le mĂȘme zĂšle pour conserver jusqu'Ă  la fin la pleine espĂ©rance, en sorte que vous ne vous relĂąchiez point, et que vous imitiez ceux qui, par la foi et la persĂ©vĂ©rance, hĂ©ritent des promesses.

393     Maintenant, juste une remarque de plus ici:
    Lorsque Dieu fit la promesse Ă  Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que Lui, Il jura par Lui-mĂȘme, et dit: certainement, je te bĂ©nirai; je multiplierai ta postĂ©ritĂ©. (Quand Dieu rencontra Abraham...)

394     Or, Abraham a reçu cette alliance sans aucun mĂ©rite du tout. L'alliance a Ă©tĂ© conclue avec Abraham. C'est absolument la grĂące, en tout et pour tout. Abraham n'Ă©tait pas le meilleur homme, il n'Ă©tait pas un saint; il n'Ă©tait qu'un homme ordinaire. Mais Dieu, par Ă©lection, a choisi Abraham; c'est parce que Dieu l'avait Ă©lu. Ce n'est pas qu'Abraham l'avait voulu ou qu'Abraham avait fait quelque chose, ou qu'il Ă©tait un homme bon, car il n'avait absolument pas de mĂ©rite du tout; mais c'Ă©tait le choix de Dieu. Dieu avait choisi Abraham.

395     Aujourd'hui, comme je l'ai dit, je pense que nous choisissons nos prĂ©dicateurs. Nous allons ça et lĂ  et disons: «Eh bien, un des diacres doit partir. Cherchons le meilleur homme de cet Ă©difice pour qu'il le remplace. Eh bien, le pasteur doit ĂȘtre destituĂ©, prenons un meilleur...» Parfois, cela n'est pas correct.

396     Quand ils ont choisi un homme pour prendre la place de Judas, ils ont pris l'homme qu'il ne fallait pas. Ils ont pris un homme distinguĂ©, Matthias, un grand scribe, un Ă©rudit, un diplomate. Ils ont dit: «C'est bien lui qui convient pour cette place. Dis donc, il a l'air de l'homme qu'il faut!» Mais ce n'Ă©tait pas le choix de Dieu! Et on a pris cet homme, mais il n'a jamais rien fait pour Dieu.

397     Mais Dieu choisit un vieux petit Juif colĂ©rique, au nez crochu, qui Ă©tait venu lĂ , le visage tout-Ă -fait... «Je vais y aller et j e vais les arrĂȘter! »

398     Dieu a dit: « Je vois quelque chose en lui. Je l'utiliserai.»

399     Et Dieu lui apparut lĂ  dans cette grande LumiĂšre; et Paul demanda: «Qui es-Tu, Seigneur?»

400     Il dit: «Je suis JĂ©sus. Bien. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Pourquoi Me persĂ©cutes-Tu?» Comme ça! Et Dieu a pris cet homme-lĂ  et en a fait un des plus grands hommes qui aient jamais marchĂ© sur la surface de la terre depuis JĂ©sus-Christ. C'Ă©tait lĂ  le choix de Dieu.

401     Aujourd'hui, nous essayons de faire un choix. Vous, les Ă©glises, vous envoyez tel homme ici et tel autre homme lĂ -bas. Ce n'est pas ainsi que cela doit ĂȘtre fait. C'est Dieu qui conduit les choses. C'est Dieu en tout, Ă  travers tout, au-dessus de tout. Il ne s'agit pas de ce que dĂ©clare un certain document d'une certaine Ă©glise, c'est ce que Dieu a dit Ă  ce sujet qui compte.

402     Remarquez. Dieu a fait une promesse inconditionnelle Ă  Abraham. Et maintenant, attendez; Abraham ne devait rien faire. Dieu dit: «Je l'ai dĂ©jĂ  fait.»

403     Dieu a fait une promesse Ă  Adam; Il a dit: «Adam, situ ne touches pas Ă  ceci, tu vivras pour toujours. Mais le jour oĂč tu en mangeras, ce jour-lĂ  tu mourras.»

404     Adam a dit: «De toute façon, je me demande tout simplement ce qu'il en est de tout ceci.» Il est allĂ© lĂ  et en a mangĂ©, en y touchant.

405     Chaque fois que Dieu fait... qu'un homme conclut son alliance avec Dieu, ou plutĂŽt que Dieu la conclut avec un homme, c'est l'homme qui viole son engagement. Ainsi, Dieu a dĂ» faire quelque chose, parce qu'Il avait vu ce qu'Ă©tait l'homme. Et comme ils Ă©taient prĂ©destinĂ©s, ils Ă©taient Ă©lus, Dieu devait donc faire quelque chose. Ainsi, Dieu est descendu et a conclu Son alliance avec Abraham de maniĂšre inconditionnelle. Si ce n'Ă©tait pas fait de maniĂšre inconditionnelle, Abraham serait perdu depuis longtemps.

406     Regardez-le lĂ , Ă  GuĂ©rar, rĂ©trograde, en train de mentir. Et il donne sa femme Ă  un autre homme pour sauver sa propre peau. Quel homme! Assis lĂ , rĂ©trograde! Dieu lui avait parlĂ©, disant: «Ne quitte pas cet endroit. Reste ici.» La famine le fit partir de lĂ . Il est allĂ© errer lĂ  oĂč c'Ă©tait plus facile. Vous savez ce qui arrive Ă  un homme quand il prend le chemin de la facilitĂ©.

407     Il est allĂ© errer par-lĂ  oĂč l'herbe Ă©tait plus verte. Et quand il est arrivĂ© lĂ , il a dit Ă  ce roi que sa femme Ă©tait sa soeur afin de sauver sa propre peau. Eh bien, c'Ă©tait un mensonge. Et tout homme qui prendrait sa femme pour la donner Ă  un autre afin de sauver sa peau... Il Ă©tait donc lĂ  dans une petite tente, rĂ©trograde, en train de mentir, et carrĂ©ment hors de son... Il Ă©tait tout Ă  fait coupĂ© de la promesse et de tout le reste, cependant il restait toujours le prophĂšte de Dieu.

408     Et il y avait Abimelec, qui Ă©tait un homme bon et pieux. Il faisait bien sĂ»r ses priĂšres tous les soirs. Il vit venir lĂ  cette grand-mĂšre de cent ans, redevenue jeune et jolie; et il dit «VoilĂ  la fille que j'ai toujours attendue, je vais donc l'Ă©pouser.»

409     Abraham dit: «Tu peux la prendre. C'est ma soeur.»
    Elle... «C'est mon frĂšre.»

410     Il l'emmĂšne donc quelque part lĂ  et demande aux femmes de lui faire une toilette complĂšte et - et de lui mettre de beaux habits, de l'arranger comme une princesse - comme une princesse. Et il dit ses priĂšres et s'allonge sur le lit, et puis il redresse ses pieds, disant: «Demain, j'Ă©pouserai cette belle jeune hĂ©braĂŻque, la soeur de ce - ce garçon-lĂ . Oh! ce sera merveilleux! Ô Seigneur! Tu sais combien je T'aime! Oui, oui, ce sera merveilleux.»

411     Mais Dieu dit: «Tues pratiquement un homme mort!» [FrĂšre Branham se racle la gorge. – N.D.É.] Excusez-moi.

412     Abra... Eh bien, Abraham Ă©tait assis lĂ -bas, en train de mentir, rĂ©trograde. Et il y avait lĂ  cet homme, un homme honnĂȘte et juste... un homme intĂšgre. «Eh bien, dit-il, Seigneur, Tu connais l'intĂ©gritĂ© de mon coeur. Ne m'a-t-il pas dit qu'elle Ă©tait sa soeur?»

413     Il dit: «Je connais l'intĂ©gritĂ© de ton coeur. C'est pourquoi Je t'empĂȘche de pĂ©cher contre Moi. C'est vrai. Je connais l'intĂ©gritĂ© de ton coeur, mais son mari est Mon prophĂšte! » AllĂ©luia! Oh! si cela n'est pas la grĂące, qu'est-ce que c'est? «Il est rĂ©trograde, il ment et est assis lĂ , mais il est toujours Mon prophĂšte. Prends une offrande et va vers lui et rends-lui sa femme, sinon tu es un homme mort. Je n'Ă©couterai plus tes priĂšres; que lui prie pour toi.» Amen! Vous y ĂȘtes. «C'est Mon prophĂšte.»

414     Eh bien, vous dites: «Oh! j'aimerais ĂȘtre Abraham!» Si nous sommes morts en Christ, nous sommes la postĂ©ritĂ© d'Abraham et nous sommes hĂ©ritiers selon la promesse. C'est vrai, c'est ce que dit la Bible. Voudriez-vous le lire? Eh bien, la Bible dit que - que la promesse n'Ă©tait pas seulement faite Ă  Abraham et Ă  ses postĂ©ritĂ©s. Comme vous... Abraham avait sans doute beaucoup de postĂ©ritĂ©s, beaucoup d'enfants. IsmaĂ«l Ă©tait son enfant. Il eut sept ou huit enfants d'une autre femme, Ketura, aprĂšs la mort de Sarah. Mais, voyez-vous, la postĂ©ritĂ©, c'Ă©tait celle qui Ă©tait promise: Isaac. Et par Isaac est venu Christ, et nous sommes venus par Christ! La promesse est inconditionnelle.

415     Alors, qu'en est-il d'Abraham? Eh bien, c'en aurait Ă©tĂ© fini de lui et il lui aurait Ă©tĂ© impossible de revenir encore. Certainement qu'il aurait Ă©tĂ© impossible pour SaĂŒl de revenir encore, si on devait lire l'Écriture de cette façon-lĂ . Voyez-vous? Mais il n'en Ă©tait pas ainsi. La promesse de Dieu demeure Ă©ternellement.

416     Lisons ici juste un instant. Je veux que vous le lisiez. Je veux que vous preniez Galates 3:16, que vous lisiez ceci et que vous voyiez donc ce qu'est la promesse, et que vous voyiez si - si oui ou non nous sommes Sa promesse; 3:16. Écoutez donc. TrĂšs bien, j e vais lire aussi le verset 15.
    FrĂšres, (je parle Ă  la maniĂšre des hommes), un testament en bonne forme, bien que fait par un homme, n'est annulĂ© par personne, et personne n'y ajoute.
    Or, les promesses ont Ă©tĂ© faites Ă  Abraham et Ă  sa postĂ©ritĂ© ( P-o-s-t-Ă©-r-i-t-Ă©)... Ă  sa postĂ©ritĂ© (Ă  Abraham et Ă  sa PostĂ©ritĂ©; alors, faites attention)...
    Il n'est pas dit . et Ă  tes postĂ©ritĂ©s (pluriel), comme s'il s'agissait de plusieurs, mais comme... une seule.. et Ă  ta postĂ©ritĂ©, c'est-Ă -dire Ă  Christ.

417     Christ Ă©tait donc la PostĂ©ritĂ© d'Abraham, et nous, Ă©tant morts en Christ et baptisĂ©s dans Son Corps, nous sommes la PostĂ©ritĂ© d'Abraham et hĂ©ritiers de la promesse. Alors, comment se fait-il... Comment allez-vous donc retomber, si Dieu vous a fait la promesse? Comment allez-vous donc rĂ©trograder, vous en aller et devoir aller en enfer Ă  cause de cela?

418     Maintenant, vous dites: «Eh bien, nous est-il possible de rĂ©trograder?» Absolument. Et si vous rĂ©trogradez, vous serez corrigĂ©, soyez-en sĂ»r! Abraham l'a Ă©tĂ©, et les autres aussi, et vous le serez. Ne pensez pas que cela vous donne le droit de pĂ©cher; non. Vous paierez pour tout ce que vous faites. Vous en rĂ©colterez ce que vous semez. Si vous commettez un petit pĂ©chĂ©, vous rĂ©colterez tout une bassine pleine. C'est vrai. Mais, mon frĂšre, cela ne veut pas dire que vous soyez perdu. C'est tout Ă  fait exact. Abraham a rĂ©coltĂ© exactement ce qu'il avait semĂ©. C'est vrai. Mais il Ă©tait toujours sauvĂ©.

419     Cette alliance que Dieu a conclue avec IsraĂ«l! Ils ont perdu leur hĂ©ritage, ils ont perdu la terre promise et sont descendus en Égypte, mais ils n'avaient pas perdu leur alliance. Dieu dit: «Je me suis souvenu de Ma promesse que j'avais faite Ă  Abraham, Je M'en suis souvenu, et Je suis descendu pour dĂ©livrer Mon peuple. Va lĂ -bas, MoĂŻse, et dis Ă  Pharaon que j'ai dit: `Laisse aller Mon peuple. Je Me souviens avoir fait une promesse Ă  Abraham et Ă  sa postĂ©ritĂ©.'»

420     Il en est de mĂȘme pour nous. Ainsi, si vous ĂȘtes mort, votre vie Ă©tant cachĂ©e en Dieu par Christ, il n'y a rien au monde qui puisse vous atteindre. Maintenant, vous pourriez vous conduire mal, mais si vous ĂȘtes rĂ©ellement un vĂ©ritable enfant de Dieu et que vous constatiez que vous avez mal agi, vous vous relĂšverez et essaierez de nouveau. C'est vrai, mais vous ne resterez pas Ă©tendu lĂ .

421     Par contre, si vous ĂȘtes un lĂąche, si vous ĂȘtes un grateron, s'il n'y a pas de «lĂšve-toi» en vous, vous direz: «Eh bien, cela ne fait rien de toute maniĂšre.»

422     Le Royaume de Dieu est semblable Ă  un homme qui prit un filet et s'en alla Ă  la mer, l'y jeta. Lorsqu'il le retira, il y avait des tortues, des grenouilles, des serpents, des lĂ©zards, des araignĂ©es et des poissons. VoilĂ  l'Évangile, quand Il est prĂȘchĂ©.

423     C'est comme si le Seigneur disait Ă  un prĂ©dicateur, comme frĂšre Graham de passage par ici: «Va dans ce coin-lĂ  et prĂȘche pendant un petit moment, FrĂšre Graham.» TrĂšs bien, il prend son filet et va de ce cĂŽtĂ©-lĂ  et commence Ă  pĂȘcher Ă  la seine [sorte de filet de pĂȘche - N.D.T.].
    Â«OĂč vas-tu, FrĂšre Bill?»
    Â«Je vais quelque part jeter le filet.»

424     Je suis en train de tirer: «Les voilĂ , Seigneur. Tu sais ce qu'ils sont.» Je tire Ă  nouveau le filet: «TrĂšs bien, les voilĂ , Seigneur.»

425     Maintenant, la tortue, dĂšs le dĂ©part, Ă©tait une tortue. Elle s'est simplement trouvĂ©e prise dans le filet. C'est vrai! Et c'est ainsi que les gens se trouvent pris dans leurs Ă©motions: «Oh! allĂ©luia! allĂ©luia! Que le Seigneur soit louĂ©! Gloire Ă  Dieu! AllĂ©luia!» Ils sont simplement tombĂ©s dans le filet, c'est tout.

426     Si ce vieil esprit de tortue est en eux, cela ne durera pas longtemps; ils diront: «Eh bien, je vous dis...» Les voilĂ  qui repartent en rampant.

427     Et la vieille dame Écrevisse dira: «Mais je ne peux tout simplement pas comprendre ça!» Voyez-vous?

428     Mademoiselle AraignĂ©e qui Ă©tait assise lĂ  un petit moment fera «plop, plop, plop» et retournera aussitĂŽt. «Eh bien, il n'y avait de toute maniĂšre rien de vrai lĂ -dedans.»

429     Mademoiselle Serpent dira: «Oh! c'est une bande d'exaltĂ©s! VoilĂ  tout ce qu'il en est. J'irai lĂ  oĂč on a plus de bon sens.» Eh bien, vous ĂȘtes dĂšs le dĂ©part un serpent. Le filet de l'Évangile vous a simplement pris, c'est tout.

430     Mais le poisson est prĂ©sentĂ© Ă  la table du MaĂźtre. C'Ă©tait un poisson dĂšs le dĂ©part, sa semence Ă©tait celle d'un poisson. DĂšs le dĂ©part, c'Ă©tait un poisson, et Dieu connaissait Son poisson dĂšs la fondation du monde. AllĂ©luia!

431     Rappelez-vous que tous aspirent les mĂȘmes eaux boueuses lĂ -bas. Ils aspirent tous l'eau du mĂȘme ruisseau. C'est vrai. Nous avons tous bu au mĂȘme Rocher spirituel. Tous ont bien mangĂ© de la manne dans le dĂ©sert. Caleb et JosuĂ© ont mangĂ© la mĂȘme manne que - que les autres, mais ces derniers ont tous pĂ©ri dans le dĂ©sert. Mais il y avait deux Ă©lus qui devaient passer de l'autre cĂŽtĂ©, et ils ont traversĂ©. C'est vrai!

432     Nous avons tous Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  boire Ă  la mĂȘme Fontaine. Mais ce ne sont pas tous ceux qui boivent qui sont sauvĂ©s. Nous avons tous Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  crier ensemble, nous avons tous Ă©tĂ© amenĂ©s Ă  nous rĂ©jouir ensemble, mais ce sont les Élus qui sont sauvĂ©s. Avez-vous remarquĂ© qu'il est dit: «Dans les derniers jours, les deux esprits seront si proches que cela sĂ©duirait, s'il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus»? S'il Ă©tait possible! Voyez-vous? VoilĂ  le vĂ©ritable Esprit de Dieu, on est Ă©lu pour la Vie Ă©ternelle.

433     Maintenant, nous allons terminer. Ensuite frĂšre Neville continuera Ă  partir de lĂ  oĂč j e m'arrĂȘte aujourd'hui. TrĂšs bien.
    Voici ce que je veux dire . un testament que Dieu a confirmĂ© antĂ©rieurement ne peut pas ĂȘtre annulĂ©, et ainsi la promesse rendue sans effet, par la loi survenue quatre cents ans - quatre cent trente ans plus tard. (C'est ça la promesse que Dieu a faite Ă  Abraham, avant mĂȘme que la loi n'existe.)
    Car si le-si l'hĂ©ritage venait de la loi, il ne viendrait plus de la promesse; or, c'est par la promesse que Dieu a fait Ă  Abraham ce don de sa grĂące. (Pas par ce que vous faites, pas par des lois, des lois de votre Ă©glise, en adhĂ©rant Ă  l'Ă©glise ou toute autre loi; c'est absolument une oeuvre de grĂące de Dieu pour vous. Vous y ĂȘtes!)

434     Ă‰coutez:
    Pourquoi donc la loi? Elle a Ă©tĂ© donnĂ©e ensuite Ă  cause de la transgression,
    jusqu'Ă  ce que vint la descendance Ă  qui la promesse avait Ă©tĂ© faite... (Cela n'est-il pas aussi clair que le jour? Elle a Ă©tĂ© donnĂ©e pour servir jusqu'Ă  ce que vĂźnt la PostĂ©ritĂ©, qui Ă©tait Christ, Ă  Qui la promesse avait Ă©tĂ© faite.)...
    Elle a Ă©tĂ© promulguĂ©e par des anges, au moyen d'un mĂ©diateur:
    Or, le mĂ©diateur n'est pas mĂ©diateur d'un seul, tandis que Dieu est un seul.

435     Maintenant, je m'arrĂȘte juste ici, et frĂšre Neville reprendra juste Ă  partir d'ici, mercredi prochain.

436     Avez-vous donc compris ce que nous avons dit? Il est absolument impossible qu'un chrĂ©tien nĂ© de nouveau qui... (Je ne parle donc pas de celui qui se dit ĂȘtre nĂ© de nouveau, je parle d'un vrai chrĂ©tien nĂ© de nouveau) soit dĂ©chu de la grĂące. Il ne le peut pas. Il peut tomber, c'est vrai, mais il ne peut jamais sortir de cette grĂące. Abraham Ă©tait dĂ©chu de la grĂące, certainement. Dieu lui a dit de rester Ă  cet endroit-lĂ , il est parti de lĂ , mais il n'a jamais perdu son alliance. Il Ă©tait toujours l'Ă©lu de Dieu. Il Ă©tait un prophĂšte, tout en Ă©tant lĂ -bas. Il l'avait toujours Ă©tĂ©. Il demeurera prophĂšte de Dieu.

437     Maintenant, remarquez, la Bible dit que tout IsraĂ«l sera sauvĂ©. Combien savent cela? La Bible dit que tout IsraĂ«l sera sauvĂ©. Or, IsraĂ«l n'est pas IsraĂ«l selon la chair, mais IsraĂ«l selon l'Esprit; car «Dieu ne Se repent pas de Ses dons et de Ses appels.» Est-ce ce que dit la Bible au verset suivant dans Galates? TrĂšs bien. Tout IsraĂ«l sera sauvĂ©. Chacun d'eux est sauvĂ©. Comment devenons-nous IsraĂ«l? Etant morts en Christ, nous devenons la postĂ©ritĂ© d'Abraham, et nous sommes hĂ©ritiers selon la promesse.

438     Paul dit: «Le Juif, ce n'est pas celui qui en a les apparences, mais le Juif, c'est celui qui l'est intĂ©rieurement.» (Celui qui l'est selon la promesse.) Et nous sommes la postĂ©ritĂ© d'Abraham selon la promesse, par Christ, quand nous L'acceptons comme notre Sauveur personnel.

439     Oh! j'espĂšre que vous voyez cela! J'espĂšre que vous comprenez cela (si vous pouvez vous en tenir un peu Ă  cela...) Maintenant, nous terminons ceci par ici, puis nous commencerons avec MelchisĂ©dek, ce qui nous ramĂšne directement Ă  ceci. Nous commençons directement avec... Oh! c'est simplement... c'est vraiment merveilleux! Mais nous continuons tout simplement Ă  pĂ©nĂ©trer dans ces merveilleuses choses.

440     Maintenant, vous voyez, si vous preniez ceci, c'est comme si... si vous pouviez le lire simplement dans les rĂ©fĂ©rences. C'est... C'est comme un vĂ©ritable trinitaire de stricte observance (qui croit qu'il y a trois dieux) m'a dit une fois que Matthieu 3 dĂ©clarait formellement qu'il y avait trois - trois personnes distinctes dans la DivinitĂ©.

441     J'ai dit: «Je dois voir cela.»

442     Il a dit: «Regardez!» Se tenant juste Ă  cette chaire, il a dit: «Regardez ici, Matthieu 3.» Il a dit: «DĂšs que JĂ©sus sortit de l'eau, voici, les cieux Lui furent ouverts. Et Il vit l'Esprit de Dieu comme une colombe. Et une voix fit entendre des Cieux ces paroles: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, en Qui j'ai trouvĂ© Mon plaisir.» Il y en avait trois lĂ . Le Fils sur la rive, le Saint-Esprit entre les deux et le PĂšre en haut.»
    J'ai dit: «Mon frĂšre, les Écritures ne disent pas cela.»
    Â«Oh! si! c'est ce qu'Elles disent.»
    J'ai dit: «Alors relisez cela et voyez si c'est ce qu'Elles disent.»

443     Voici donc Son tableau: voici Dieu le Fils, voilĂ  Dieu le PĂšre, et voici Dieu le Saint-Esprit, comme une colombe. Maintenant faites attention! Lorsque JĂ©sus fut baptisĂ©, la Bible dit: «Le Fils sortit aussitĂŽt de l'eau, et voici les cieux au-dessus de Lui furent ouverts et une Voix venant de... disant ... Il vit l'Esprit de Dieu, l'Esprit de Dieu comme une colombe», non pas une autre personne lĂ  au-dessus, mais cet Esprit de Dieu qui Ă©tait une colombe (laquelle se tenait au-dessus de Lui). Et une voix vint, disant: «Celui-ci est Mon Fils bien-aimĂ©, en Qui j'ai trouvĂ© le plaisir de demeurer.»
    Lisez maintenant Matthieu 3 et voyez si ce n'est pas ce qu'il dit. Voyez-vous, il ne s'agit pas de trois personnes; pas du tout!

444     Et c'est ainsi... Ceci ne veut pas dire qu'il est impossible Ă  un homme de revenir quand il rĂ©trograde. Ce n'est pas ce qui est dit, ce n'est pas ce qui est dit. Il est dit: «Il est impossible Ă  un homme de revenir pour ĂȘtre renouvelĂ© aprĂšs qu'il a Ă©tĂ© une fois lĂ .» Il ne le peut pas.

445     La Bible dit: «Celui qui est nĂ© de Dieu ne pratique pas le pĂ©chĂ©.» En effet, il ne peut pĂ©cher parce que la semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut pĂ©cher. Comment puis-je ĂȘtre appelĂ© pĂ©cheur alors qu'il se tient lĂ  un Sacrifice qui prend ma place? Comment puis-je mourir alors que la dette de la mort a Ă©tĂ© payĂ©e pour moi? Comment puis-je mourir alors que j'ai la Vie Ă©ternelle? Comment le pourrais je? Vous ne le pouvez pas!

446     Comment un policier pourrait-il m'arrĂȘter pour avoir roulĂ© Ă  95 km/h alors que j'ai l'autorisation du maire de la ville de rouler Ă  95 km/h dans la ville? Comment le pourrait-on? J'ai l'autorisation du maire me donnant le droit de le faire. On ne peut pas m'arrĂȘter. Son - son coup de sifflet pour m'arrĂȘter et tout le reste, je pourrais tout simplement ignorer cela. Cela ne veut rien dire. J'ai l'autorisation.

447     Et comment puis-je donc, aprĂšs que Christ est mort pour moi et que je suis devenu Sa justice Ă  cause de Sa grĂące et de Son amour pour moi, comment puis-je pĂ©cher alors qu'il se tient quelque chose entre moi et Dieu, un Sacrifice? Je ne peux pas pĂ©cher, je ne le peux pas. Dieu ne me voit jamais, Il voit Christ qui prend ma place; et quand je commets une faute, Christ prend ma place. J'ai fait ma confession: «J'ai tort; Il a raison. Seigneur, Tu connais mon coeur. Tu sais si oui ou non je suis sincĂšre. Et j'ai tort, pardonne-moi.» Dieu ne voit jamais cela, le Sang de JĂ©sus me couvre tout le temps. Comment alors Dieu peut-Il me voir? Comment le pĂ©chĂ© peut-il m'ĂȘtre - m'ĂȘtre imputĂ©, quand Lui ne peut pas le faire? DĂšs que j'en commets un, c'est pardonnĂ©. Et c'est vrai!

448     C'est comme lorsque vous prenez un - un petit compte-gouttes comme ceci, un compte-gouttes pour les yeux, et que vous le remplissez d'encre noire et que vous le tenez au-dessus d'un bac de dĂ©colorant, pour ensuite laisser simplement couler cette encre lĂ -dedans, et essayez alors de la retrouver! Elle s'est transformĂ©e en dĂ©colorant; l'encre s'est changĂ©e en dĂ©colorant. Et c'est ce que vos pĂ©chĂ©s confessĂ©s... Si vous ĂȘtes en Christ, il y a entre vous et Dieu tout un bac de dĂ©colorant, et votre pĂ©chĂ© est justifiĂ© parce qu'un Sacrifice juste vous attend lĂ .
Quand, Ă  la fin de mes jours, j'atteindrai la riviĂšre
Et que les derniers vents de chagrin auront soufflé,
Il y a une pensée qui me réjouit et rend mon coeur heureux
Je n'aurai pas Ă  traverser le Jourdain seul.

449     VoilĂ  qui est agrĂ©able; voilĂ  qui est agrĂ©able. Je n'aurai pas Ă  le traverser... Un de ces jours, nous arriverons Ă  la fin de la route, le soleil refusera de briller, puis Dieu appellera.

450     Adam Ă©tendra sa main pour secouer Ève et dira: «ChĂ©rie, ça y est, c'est l'heure de se rĂ©veiller.»

451     Ăˆve Ă©tendra sa main et saisira Abel, et dira: «Viens, mon chĂ©ri, c'est l'heure de se rĂ©veiller.» Abel saisira Seth, et Seth saisira NoĂ©, et NoĂ© saisira... Oh! ainsi de suite, ainsi de suite jusqu'Ă  Abraham, et au fur et Ă  mesure qu'ils se prĂ©sentent. Il y aura une grande secousse et un grand rĂ©veil quand le Fils de Dieu viendra. Nous serons Ă  Sa ressemblance en ce jour-lĂ .

452     Maintenant, si vous commettez un pĂ©chĂ© ici, vous payerez pour cela.

453     Je vais... Quelque chose me vient juste Ă  l'esprit. Je dois simplement le dire. J'ai essayĂ© de l'Ă©touffer quatre ou cinq fois. Il faut que je le dise. Combien se souviennent de ce frĂšre, le pasteur qui Ă©tait ici Ă  l'Église de Dieu? FrĂšre... juste ici. Comment s'appelait-il? Il travaillait pour le compte de Vorgang. Oh! vous tous... la PremiĂšre Église de Dieu, juste lĂ  au coin... Oh! il vendait les produits de marque Rawleigh pendant la crise. Un homme vraiment pieux et saint. C'est frĂšre Smith qui l'a remplacĂ© lĂ -bas. Je dirai son nom dans quelques minutes. C'Ă©tait un homme que Dieu a sauvĂ©.

454     Souvenez-vous, si vous ne vous pliez pas Ă  la correction aprĂšs que vous avez commis une faute en tant que chrĂ©tien, Dieu vous donnera un avertissement; et ensuite, si vous ne tenez pas compte de l'avertissement, Il vous ĂŽtera aussitĂŽt de la terre. C'est ce qu'Il a fait.

455     Vous souvenez-vous, dans la Bible, regardez l'Ă©glise de Corinthe. Il leur avait dit qu'ils Ă©taient positionnĂ©s en Christ. Mais il les avait avertis de ce qui allait arriver, et ils s'Ă©taient corrigĂ©s et s'Ă©taient mis en ordre vis-Ă -vis de Dieu.

456     Et ce jeune frĂšre, c'Ă©tait un merveilleux jeune frĂšre, j e crois, un homme que Dieu a sauvĂ©... Et il s'Ă©tait trouvĂ© un emploi lĂ , chez - chez Vorgang. Si certains membres de sa famille sont prĂ©sents ici, j'espĂšre que vous ne pensez pas que je... je ne vous connais pas, si vous ĂȘtes prĂ©sents ici. Mais Ramsey, frĂšre Ramsey, combien se souviennent de frĂšre Ramsey de l'Église de Dieu, lĂ ? Certainement que vous vous souvenez de lui, un merveilleux jeune homme. Il venait chez moi et nous parlions ensemble, nous nous asseyions et pleurions, et nous nous tenions par les mains; un vĂ©ritable chrĂ©tien!

457     Un jour, je suis entrĂ© lĂ ; je revenais Ă  peine d'une sĂ©rie de rĂ©unions d'outre-mer, je faisais vĂ©rifier ma voiture. Le frĂšre Ramsey a dit: «Que puis je faire pour toi, Billy?»

458     J'ai dit: «VĂ©rifie-la, FrĂšre Ramsey, change l'huile.»

459     Â«TrĂšs bien, a-t-il dit, c'est parfait.» Il a ajoutĂ©: «Tu as eu de belles rĂ©unions?»

460     J'ai dit: «Oh! FrĂšre Ramsey, c'Ă©tait merveilleux! » J'ai dit: «J'aurais souhaitĂ© que tu m'accompagnes un de ces jours. Pourquoi ne viendrais-tu pas avec moi?»
    Il a dit: «Je ne sers plus le Seigneur, Billy.»
    Je me suis retournĂ©, puis j'ai dit: «Qu'est-ce que tu as dit?»

461     Il a dit quelque chose comme: «Je ne Le sers plus.» Et il s'en est allĂ©.

462     Je me suis dit: «Oh! il s'en va!» Je suis passĂ© et suis allĂ© quelque part.

463     Je suis revenu et suis montĂ© dans ma voiture. Je suis arrivĂ© Ă  la maison et j'ai commencĂ© Ă  y penser: «Je ne sers plus le Seigneur!»

464     Le Seigneur a mis dans mon coeur de retourner lui reposer la question. Aussi ai-je dit: «Meda, garde la maison.»

465     Je suis entrĂ© et je suis montĂ© dans la voiture, et je suis retournĂ© lĂ -bas, puis je me suis Ă  nouveau arrĂȘtĂ©. Et j e suis entrĂ© chez Vorgang. J'ai dit: «FrĂšre Ramsey, j e veux te poser une question.»
    Il a dit: «TrĂšs bien, Billy, qu'y a-t-il?»
    J'ai dit: «Tu venais de dire, il y a un instant, que tu ne sers plus le Seigneur. Tu me taquinais simplement, n'est-ce pas?»
    Il a dit: «Non.»
    J'ai dit: «FrĂšre Ramsey, tu - tu ne parles pas sĂ©rieusement.» Il a dit: «Si.»
    J'ai dit: «Tu ne L'aimes pas?»
    Il a dit: «Si je L'aimais, je Le servirais. N'est-ce pas, Billy?» Et il s'est Ă©loignĂ©.
    Je me suis dit: «Dis donc, FrĂšre Ramsey...»
    Il a dit: «Je ne veux plus en parler.»

466     Je suis rentrĂ© Ă  la maison, je suis entrĂ© dans une chambre et j'ai fermĂ© la porte. Et, oh! vous savez ce qu'on peut ĂȘtre vraiment abattu, comme un enfant Ă  qui on a arrachĂ© des biscuits, ou quelque chose comme ça, vous savez. Je - je me suis dit: «Quoi? Ce n'est pas possible! Certainement que quelque chose est arrivĂ© Ă  frĂšre Ramsey.»

467     Et il y a un jeune garçon de couleur appelĂ© Jimmy; il frĂ©quente cette Ă©glise. Il aune jambe... vous savez, il boĂźte un peu. Son nom m'Ă©chappe; il travaille ici chez Vorgang, il conduit une dĂ©panneuse. Il m'a rencontrĂ© et m'a dit: «Vous savez, RĂ©vĂ©rend Branham, a-t-il dit, je ne sais pas ce qui se passe avec notre docteur Ramsey.» Il a dit: «Je lui ai parlĂ© l'autre jour, et j'ai dit: tous par ici nous avions peur d'ouvrir mĂȘme la bouche, vous avez Ă©tĂ© un homme pieux», a-t-il dit, «mais, a-t-il ajoutĂ©, il a pris sa licence de prĂ©dicateur, il s'est dirigĂ© vers le panier et l'a dĂ©chirĂ©e, l'a jetĂ©e dans le panier en disant: `Je ne veux plus rien avoir lĂ -dedans!'»
    Il a dit: «Eh, Monsieur! Dites donc, vous ne devriez pas faire ça! »
    Il a rĂ©pondu: «Oh, Jim! j'en ai fini de servir le Seigneur.»
    Ainsi il continua en disant: «Vous - vous ne parlez pas sĂ©rieusement.»

468     Et il a dit: «Puis il m'a parlĂ©, disant qu'il Ă©tait venu pour rĂŽder ses soupapes le jour de la FĂȘte du Travail, je crois que c'Ă©tait ça. Et il a dit: `Eh bien, je veux que tu viennes m'aider, Jim'. »

469     Il a rĂ©pondu: «Je vous aiderai quand je serai revenu de l'Ă©glise, mais je vais d'abord Ă  l'Ă©glise.»

470     Il a dit que lorsqu'il est revenu, monsieur Ramsey rodait les soupapes sur sa voiture et lui a dit: «Jimmy, file de l'autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre, les cafĂ©s sont fermĂ©s ici; file de l'autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre et achĂšte-moi une caisse de biĂšre.»

471     Il a dit: «Monsieur Ramsey, j'ai Ă©tĂ© coupable de beaucoup de choses, mais jamais je ne serai coupable d'acheter une caisse de biĂšre pour un serviteur du Seigneur.» Il a dit «Non, monsieur, je ne ferai jamais ça!»

472     Et il a dit: «Allons, va me l'acheter, Jim.»

473     Il a dit: «Monsieur Ramsey, je rode vos soupapes. Mais si vous prenez de la biĂšre, vous irez l'acheter vous-mĂȘme.» Il a dit: «Je n'irai jamais acheter une telle chose pour un serviteur du Seigneur! »

474     Ainsi, Ramsey a sautĂ© dans la voiture de Jimmy et a traversĂ© la riviĂšre; il est revenu, un peu surexcitĂ©, avec une caisse de biĂšre, et il en buvait.

475     Il a commencĂ© Ă  rĂ©trograder. Il est tombĂ© malade. Voyez-vous? Dieu ne pouvait pas lui parler. Je l'ai averti, j'ai fait tout ce que j'ai pu. FrĂšre Smith est allĂ© auprĂšs de lui pour l'avertir. On a essayĂ© de faire tout ce qu'on pouvait pour lui. Mais, il faisait non de la tĂȘte. Que s'est-il passĂ©? Il est tombĂ© malade et est mort. Cela montrait qu'il Ă©tait sauvĂ©. Si Dieu ne pouvait le faire - le ramener Ă  l'obĂ©issance, il devait l'ĂŽter de la terre et le ramener Ă  la Maison. C'est exactement ce que la Bible dit. C'est ce que la Bible promet. Si vous ne supportez pas la correction, vous devrez rentrer Ă  la Maison.

476     Ainsi, Dieu ne peut pas vous perdre aprĂšs qu'Il vous a sauvĂ©, mais Il peut abrĂ©ger vos jours ici-bas et vous faire payer pour chaque pĂ©chĂ© que vous avez commis. Ainsi, si vous pĂ©chez, vous allez devoir payer pour ce que vous avez fait. Souvenez-vous-en simplement.

477     Maintenant - maintenant que le Seigneur soit avec vous. Je crois ce soir que frĂšre Ramsey Ă©tait sauvĂ©. Je le crois absolument. Mais il ne voulait tout simplement pas obĂ©ir Ă  Dieu, et comme il ne voulait pas obĂ©ir Ă  Dieu, Dieu devait le ramener Ă  la Maison. C'est tout ce qu'il y avait Ă  faire, parce que... Qu'arriverait-il? «Il aurait couvert d'opprobre et de honte le Sang par lequel il a Ă©tĂ© sanctifiĂ©, (Est-ce vrai?) et aurait tenu pour profane l'alliance.» C'est exactement ce que dit cette lettre aux HĂ©breux, voyez-vous? Il est impossible qu'il soit perdu; nĂ©anmoins, il aurait apportĂ© la honte et le dĂ©shonneur, aussi Dieu devait-Il l'ĂŽter de la terre et le ramener Ă  la Maison. C'est exactement ce qui devait arriver. Maintenant, que le Seigneur vous bĂ©nisse, pendant que nous inclinons la tĂȘte juste un instant pour la priĂšre.

478     Maintenant, PĂšre trĂšs saint et misĂ©ricordieux, nous Te sommes trĂšs reconnaissants pour la promesse que nous avons reçue, selon laquelle Tu ne nous dĂ©laisserais point et Tu ne nous abandonnerais point. Tu as promis que Tu serais avec nous tout au long de la vie, et qu'Ă  la mort, Tu serais auprĂšs de nous. Tu as promis de nous donner la Vie Ă©ternelle. Tu nous L'as donnĂ©e gratuitement. Nous ne La perdrons jamais. «Tout celui qui vient Ă  Moi a la Vie Ă©ternelle.» Et si c'est la Vie Ă©ternelle, Elle n'a pas de fin, et Tu as promis de nous ressusciter au dernier jour. Nous en sommes trĂšs reconnaissants. Nous Te remercions de ce que Ta Parole nous l'enseigne. Cela nous donne une espĂ©rance sĂ»re. Cela nous montre que notre PĂšre est amour. Il nous aime et Il nous a choisis. Tu as dit: «Ce n'est pas vous qui M'avez choisi; mais Moi, Je vous ai choisis, et Je vous ai Ă©tablis.» Et je Te remercie, PĂšre, d'avoir fait cela. Et beaucoup sont prĂ©sents ici, ce soir, qui sont aussi destinĂ©s Ă  la Vie Ă©ternelle et qui ont reçu JĂ©sus-Christ comme leur Sauveur personnel, et les fruits de l'Esprit accompagnent leur vie: la bontĂ©, la douceur, l'humilitĂ©, l'amour, la joie, la paix, la patience, la bienveillance. Nous sommes reconnaissants pour cela.

479     Et nous prions, PĂšre, que s'il y en a ici, ce soir, qui n'ont pas ces fruits qui doivent les accompagner, mais qui s'appuient sur quelque chose de fantastique, parce qu'ils se sont emballĂ©s un jour, parce qu'ils ont Ă©tĂ© saisis par l'Ă©motion, qu'ils se sont bien sentis... Ils peuvent avoir criĂ©, ils peuvent avoir fait beaucoup de choses, mais, PĂšre, s'ils n'ont pas les fruits de l'Esprit qui les gardent chaque jour dans un amour constant, pardonnant Ă  leurs ennemis, redressant leurs torts et vivant paisiblement dans l'amour, Ă©tant doux et gentils les uns envers les autres, et ayant un zĂšle pour l'Église, un amour pour Christ et pour Ses enfants, ĂŽ Éternel Dieu, pardonne-leur. Bien qu'ils soient membres de l'Ă©glise, membres du corps terrestre, puissent-ils aller de l'avant maintenant, en mettant de cĂŽtĂ© ces oeuvres charnelles et mortes pour courir vers la perfection. Accorde-le, Seigneur. Puissent-ils venir vers Celui qui est parfait et Le recevoir en tant que propitiation pour leurs pĂ©chĂ©s, afin qu'Il soit le Sacrifice parfait pour l'homme coupable et pour la femme coupable, et qu'Il leur accorde la grĂące de Son amour et de Sa paix, jusqu'Ă  ce qu'ils viennent dans la PrĂ©sence de Dieu pour y vivre Ă©ternellement. Accorde-le, PĂšre!

480     Et pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, s'il y a quelqu'un qui aimerait Ă©changer une vie charnelle d'ordonnances, de baptĂȘmes, de sensations, de petites choses charnelles comme cela, contre un vĂ©ritable coeur rempli d'un tel amour rĂ©el que - que vous pourriez aller vers votre ennemi le plus acharnĂ©, mettre vos bras autour de lui et dire: «Mon frĂšre, je prierai pour vous, je vous aime.» Si vous dĂ©sirez Ă©changer cette expĂ©rience de choses charnelles contre une vĂ©ritable expĂ©rience d'amour, voudriez-vous lever la main vers Dieu et dire: «Ô Dieu! prends-moi ce soir et fais de moi ce que je dois ĂȘtre»? Je prierai pour vous juste ici Ă  cette chaire. Voudriez-vous que l'on prie pour vous? Levez la main.

481     Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ  au fond, monsieur. Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. Quelqu'un d'autre? Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Je viens Ă  l'Ă©glise depuis des annĂ©es... Dieu vous bĂ©nisse, monsieur. Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre ici. Dieu vous bĂ©nisse lĂ  au fond, jeune dame. «Je demanderai Ă  Dieu de me rendre paisible.» Est-ce que vous... Êtes-vous vraiment furieux? Êtes-vous de mauvaise humeur? Doutez-vous? Vous agitez-vous? Vous demandez-vous si c'est vraiment rĂ©el ou pas? Quand vous venez Ă  Christ, venez-vous avec une pleine assurance, avec un coeur plein d'amour? Vous approchez-vous de Lui sans peur, en disant: «Je sais qu'Il est mon PĂšre et il n'y a pas de condamnation?»

482     Vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. Vous le savez et vous examinez votre vie: vous ĂȘtes plein d'amour, vous pardonnez, vous ĂȘtes bon, vous ĂȘtes paisible, vous ĂȘtes doux, tous ces fruits de l'Esprit accompagnent chaque jour votre vie. Et dĂšs que vous faites quelque chose de mal, «oh! la la! »... DĂšs qu'il vous vient Ă  l'esprit que vous avez mal agi, mettez rapidement la chose en ordre, Ă  l'instant mĂȘme. N'attendez pas une minute de plus, allez directement mettre la chose en ordre. Si vous ne le faites pas, eh bien, vous n'avez pas l'Esprit de Christ. Vous pourriez ĂȘtre une brave femme, vous pourriez ĂȘtre un brave homme, vous pourriez ĂȘtre bien considĂ©rĂ© dans l'Ă©glise, vous pourriez ĂȘtre bien considĂ©rĂ© dans votre entourage, mais tendez-vous Ă  cette perfection, au point oĂč vous placez toute votre confiance en Christ? Et selon le... vous donne simplement le sceau. Abraham crut Dieu, et cela lui fut imputĂ© Ă  justice, et Dieu lui donna le sceau de la circoncision comme confirmation.

483     Maintenant, vous dites: «Je crois en Dieu, j'ai fait ma confession.» Mais Dieu a-t-Il apposĂ© en retour sur votre vie le sceau du Saint-Esprit (l'amour, la joie, les fruits de l'Esprit) pour prouver que vous avez Ă©tĂ© sauvĂ©? S'Il ne l'a pas fait, alors Il n'a pas encore reconnu votre foi. Vous avez simplement fait votre confession, et Il ne l'a pas acceptĂ©e il y a quelque chose qui ne va pas. Aimeriez-vous donc Le recevoir? Levez la main, s'il y a quelqu'un d'autre avant que nous priions.

484     Dieu vous bĂ©nisse, jeune dame. Dieu vous bĂ©nisse aussi, lĂ -bas au fond, Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien, quelqu'un d'autre, juste avant que nous priions? TrĂšs bien. Dieu vous bĂ©nisse, lĂ  au fond, soeur. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Dieu vous bĂ©nisse, mon frĂšre. C'est bien! Une dizaine, une quinzaine de mains se sont levĂ©es.
    Prions maintenant:

485     Adorable Seigneur, ils trouvent leur autel lĂ  oĂč ils sont assis. C'est Ă  leur siĂšge, lĂ  oĂč ils sont assis maintenant, que Tu as parlĂ© Ă  leurs coeurs, disant qu'ils sont dans l'erreur. C'est lĂ , Ă  leurs siĂšges, que Tu as mis un dĂ©sir dans leur coeur, un dĂ©sir ardent d'ĂȘtre davantage comme JĂ©sus.

486     Ils veulent que leur vie change; ils veulent ĂȘtre doux et humbles, ils veulent ĂȘtre bons et pleins de patience, ils veulent ĂȘtre tempĂ©rants et tolĂ©rants. Ils veulent ĂȘtre tellement comme des chrĂ©tiens, tellement comme Christ que le monde dira quand ils passeront dans la rue: «Cet homme est vraiment un chrĂ©tien. Cette femme est vraiment une chrĂ©tienne. Oh! ce sont des gens les plus aimables, les plus humbles et les plus doux.»

487     Accorde, Seigneur, qu'ils reçoivent cette expĂ©rience ce soir. Et puissent-ils ne jamais compter sur les ressources de leur Ă©glise, sur leur affiliation Ă  une Ă©glise, Ă  une quelconque dĂ©nomination, ni sur leurs Ă©motions, ni sur quelque chose de sensationnel, telles que les Ă©motions, un Ă©vĂ©nement.

488     Il se peut qu'ils aient criĂ©, parlĂ© en langues ou quelque chose d'autre. Ô Éternel Dieu, ne les laisse pas essayer de placer leur confiance lĂ -dessus pour aller au Ciel, car tant de fois nous avons vu cela faillir lamentablement. Et Tu as dit que cela faillira, «les langues cesseront, les prophĂ©ties prendront fin, la connaissance disparaĂźtra». Bien que ces choses soient des dons, des miracles, des guĂ©risons, tout cela cessera. Seul cet Amour divin subsistera.

489     Ă” Dieu, crĂ©e cela dans leur coeur et rĂ©vĂšle-leur que c'est l'Esprit qui produit les fruits. Fais-le maintenant mĂȘme, Seigneur, pendant que nous nous attendons Ă  Toi, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
    [Espace vide sur la bande – N.D.É.]

490     â€Šdes boules de feu qui voltigent, et voir des tourterelles faisant des va-et-vient dans la salle, voir Christ apparaĂźtre avec des Ă©pines dans Ses mains et dans Ses... Oh! saviez-vous que c'est du trucage de l'antichrist? Il est dit: «Quand ces choses commenceront Ă  arriver, redressez-vous, votre dĂ©livrance approche.» VoilĂ  donc la raison pour laquelle j'aime mettre Ă  profit chaque minute pour l'Ă©glise, pour vous fortifier. Il se peut que frĂšre Neville ne soit pas toujours avec nous. Je crois que frĂšre Neville est un bon et solide enseignant de l'Évangile. Nous ne savons pas ce qui se glissera Ă  cette chaire, et si cela arrivait effectivement ici, «Mes brebis connaissent ma Voix.» Tenez-vous-en Ă  cette Parole. N'abandonnez jamais cette Parole. Tenez-vous-en strictement Ă  Elle. C'est pour la libertĂ© que Christ vous a affranchis, demeurez fermes. Ne vous laissez pas mettre encore sous le joug de la servitude et tout le reste; demeurez fermes et soyez libres. Que Dieu vous bĂ©nisse. Nous n'avons rien Ă  craindre dans ce monde.

491     On se demande toujours... J'observe les gens qui viennent pour qu'on prie pour eux; ils se glissent dans la ligne de priĂšre. DĂšs qu'ils apprennent qu'il y a une campagne de guĂ©rison, ils entrent dans cette ligne de priĂšre, ils entrent dans cette autre ligne de priĂšre. Je ne les condamne pas. Ils essaient de trouver un soulagement, mais ils s'y prennent mal. Vous faites le contraire de ce que Dieu vous a demandĂ© de faire, voyez-vous. Quand vous vous approchez avec assurance du trĂŽne de grĂące et que vous croyez que ce que vous avez demandĂ© vous le recevrez, tenez-vous-en Ă  cela! C'est de cette maniĂšre qu'il faut le faire, il ne s'agit pas simplement d'aller de mission en mission, d'Ă©glise en Ă©glise, et de campagne en campagne.

492     Eh bien, ils ont transformĂ© ces campagnes de guĂ©rison en un tas de non-sens. Certainement! On en arrive au point oĂč des gens intelligents se retournent et se demandent ce qu'il en est de tout cela. Que... Dieu ne veut pas ces choses-lĂ . La guĂ©rison ne devrait pas s'exercer que dans des campagnes, la guĂ©rison devrait s'exercer dans chaque Ă©glise locale; tous ces dons doivent opĂ©rer, mais ne perdez pas la tĂȘte avec ces dons. Ne prĂȘtez aucune attention au don. Si Dieu veut vous utiliser pour quelque chose, Il le fera; mais cherchez le Donateur.

493     Une fois, Martin Luther, aprĂšs qu'il eut parlĂ© en langues, on lui a demandĂ© pourquoi il ne prĂȘchait pas cela. Il a dit: «Si je prĂȘchais cela, mes gens rechercheraient le don au lieu du Donateur.» C'est vrai!

494     Une fois, Moody en parlant s'est mis... comme il prĂȘchait tellement sous l'inspiration, il parla en langues. Il a dit: «Ô Dieu! pardonne-moi d'avoir marmonnĂ© des paroles insensĂ©es.» Certainement. Voyez-vous, ils avaient ces choses. Nous croyons ces choses, mais elles doivent ĂȘtre mises Ă  leur place, et elles ne peuvent ĂȘtre Ă©tablies comme des Ă©vidences.

495     Il ne reste plus rien dans la Bible comme `Ă©vidence du Saint-Esprit', exceptĂ© les fruits de l'Esprit. Trouvez un passage oĂč JĂ©sus a dit cela. Oui, monsieur, l'Ă©vidence du Saint-Esprit est le fruit de votre Esprit. JĂ©sus l'a dit: «C'est Ă  leur fruit que vous les reconnaĂźtrez.» Et le fruit de l'Esprit, c'est: l'amour, la joie, la paix, la longanimitĂ©, la bontĂ©, la paix, la bienveillance, la douceur. Mais le fruit de l'ennemi, c'est l'hostilitĂ©, l'inimitiĂ©, la malice, les disputes, et tout le reste... voilĂ  les fruits de l'ennemi. Vous pouvez donc juger par votre maniĂšre de vivre, oĂč vous, vous en ĂȘtes avec Dieu. Si tout votre coeur est amoureux de Lui, et si vous L'aimez et si vous ĂȘtes bon, et vivez avec Lui chaque jour, vous savez que vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie. S'il n'en est pas ainsi et que vous agissiez autrement, vous ĂȘtes tout simplement en train d'imiter un chrĂ©tien. C'est vrai! Et toutes les imitations charnelles seront certainement dĂ©voilĂ©es, nous savons cela.

496     Ne menez donc pas ce genre de vie; vous ne devez pas le faire. Pourquoi accepteriez-vous un substitut alors que tous les Cieux lĂ -haut sont pleins de bonnes choses et de choses rĂ©elles? Certainement! Laissez-moi choisir Dieu, voilĂ  ce que je dĂ©sire. Amen!

497     Maintenant, quelqu'un est-il venu pour qu'on prie pour lui? Si oui, levez la main. Nous avions eu le service de guĂ©rison ce matin. Je pense donc... Cette dame-ci? TrĂšs bien, soeur, voudriez-vous donc vous avancer? Voyez-vous? Et que notre frĂšre, l'ancien ici prĂ©sent, pourriez-vous venir maintenant pour oindre d'huile... [Espace vide sur la bande – N.D.É.]
Éclaire- moi.
Oh! Ă©claire-moi, Seigneur, Ă©claire-moi.
Que la LumiĂšre qui vient du phare m'Ă©claire.

498     N'est-Il pas merveilleux? Inclinons la tĂȘte, tout doucement maintenant. Encore une fois «Eclaire-moi». Allons-y donc maintenant, que tout le monde...
Éclaire... (adorez-Le simplement dans votre Ăąme maintenant, voyez-vous?) Soyez tranquilles, le service de guĂ©rison approche. Le message est terminĂ©, adorons.)
...que la LumiĂšre qui vient du phare m'Ă©claire.
Oh! Ă©claire-moi, Seigneur, Ă©claire-moi.
Que la LumiĂšre qui vient du phare m'Ă©claire.
Etre comme JĂ©sus, ĂȘtre comme JĂ©sus, (Oh!)
Sur terre je dĂ©sire ardemment ĂȘtre comme Lui.
Pendant tout mon voyage
De la terre Ă  la Gloire
Je demande seulement Ă  ĂȘtre comme Lui.
Nous marcherons dans la LumiĂšre, cette belle LumiĂšre,
Viens lĂ  oĂč les gouttes de la grĂące Ă©tincellent,
Brille tout autour de nous nuit et jour,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.
Vous tous saints de LumiĂšre, proclamez JĂ©sus, la LumiĂšre du monde;
Alors, les cloches du Ciel annonceront
Jésus, la LumiÚre du... (Reçois-nous, Seigneur, pendant que nous T'adorons.)
Nous marcherons dans la LumiĂšre, la belle LumiĂšre
Viens lĂ  oĂč les gouttes de la grĂące Ă©tincellent,
Brille tout autour de nous nuit et jour,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde!

499     N'aimez-vous pas vraiment ce rĂ©curage? Vous sentez-vous bien? Levez la main. Dites... Il y a quelque chose dans ces chants Ă  l'ancienne mode, ces cantiques d'autrefois. Je les prĂ©fĂšre Ă  tous ces nouveaux chants mondains que l'on introduit dans les Ă©glises chrĂ©tiennes. J'aime ce vieux cantique, j'aime
JĂ©sus, garde-moi prĂšs de la croix (oh! la la!) LĂ  oĂč une prĂ©cieuse fontaine
Gratuite pour tous, un fleuve qui guérit,
Coule du Mont Calvaire.
À la croix, à la croix,
Oh! soit ma gloire Ă  jamais,
Jusqu'Ă  ce que mon Ăąme ravie
Trouve le repos au-delĂ  de la riviĂšre.

500     Je pourrais trĂšs facilement quitter ce monde lorsqu'on chante ce cantique! Pas vous? Que c'est merveilleux! Tout est-il bien en ordre? Vous savez, je suis heureux d'avoir pu mettre tout en ordre. Pas vous? Les vieux problĂšmes ont Ă©tĂ© complĂštement rĂ©glĂ©s il y a longtemps. Je Lui ai dit: «Seigneur, je ne voudrais pas avoir des ennuis lĂ -bas Ă  la riviĂšre; je - je veux ĂȘtre sĂ»r maintenant!» Je veux Le connaĂźtre. Je veux Le connaĂźtre.

501     Il y a une grande fosse noire placĂ©e devant chacun de nous. Nous nous avançons dans cette direction. À chaque battement de notre coeur, nous nous en approchons de plus en plus. Mais quand j'arriverai lĂ , je ne veux pas me dĂ©rober comme un lĂąche, je veux m'envelopper des vĂȘtements de Sa justice et y faire face, sachant ceci que je Le connais dans la puissance de Sa rĂ©surrection, et quand Il appellera, je sortirai d'entre les morts.

502     Ma foi regarde Ă  Toi (Chantons-le maintenant.) Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Ô Sauveur divin!
Écoute maintenant ma priùre,
Ôte tous mes pĂ©chĂ©s...
Ne me laisse pas m'Ă©loigner De Toi.

503     Ă” glorieux MaĂźtre, comme Tu nous l'as enseignĂ© dans toute Ta merveilleuse Parole, nos coeurs frĂ©missent pour la grĂące de l'enlĂšvement, sachant que nous sommes passĂ©s de la mort Ă  la Vie. Tout ça, c'est grĂące Ă  la bontĂ© de notre Seigneur JĂ©sus, Qui nous a appelĂ©s et nous a lavĂ©s dans Son Sang, et nous a prĂ©sentĂ©s devant le TrĂŽne de Dieu, sans dĂ©faut, sans reproche, car Il a pris nos pĂ©chĂ©s (nous sommes sans pĂ©chĂ©). Dieu a mis notre iniquitĂ© sur Lui, et Il a Ă©tĂ© meurtri pour nos transgressions. Oh! combien nous L'aimons, le Grand Agneau de Dieu!

504     Et nous prions, PĂšre, que Tu nous donnes de nous exprimer, de parler, afin de tĂ©moigner aux autres, pour qu'ils Le connaissent aussi et L'aiment, car Lui les aime. Accorde-nous cette grĂące. Et merci, PĂšre, pour ces bĂ©bĂ©s nouveau-nĂ©s qui viennent d'entrer dans le Royaume de Dieu. Puissent-ils trouver une bonne Ă©glise locale quelque part, oĂč ils Te serviront jusqu'Ă  ce que la mort les libĂšre de ce vieux corps de pourriture, de douleurs et de maux. Et prĂ©sente-les devant Lui, sans dĂ©faut, sans reproche, dans le siĂšcle Ă  venir, ayant la Vie Ă©ternelle. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.
EN HAUT