ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Hébreux chapitres 5 et 6 - première partie de William Branham a été prêchée 57-0908M La durée est de: 1 heure 36 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Hébreux chapitres 5 et 6 - première partie

1    ...du--du Livre des H√©breux. Ensuite nous entrons dans le septi√®me chapitre, la pr√™trise de Melchis√©dek. Et ensuite nous entrons, partant du sacerdoce de Melchis√©dek, dans ces grands jours d'expiation, dans la s√©paration et division de l'expiation. Puis, dans ce grand chapitre de la foi, le onzi√®me chapitre. Le douzi√®me chapitre: ¬ę Rejetant tout fardeau. ¬Ľ Et le treizi√®me chapitre: ¬ę Cette demeure √©ternelle non pas construite par des mains d'homme; mais Dieu seul est Celui qui a fait cette grande demeure. ¬Ľ Comme c'est merveilleux!

2    Je suis heureux de voir notre soeur dans le fond qui vient juste d'entrer au culte. Je la vois, elle et son mari. Hier nous √©tions en route nous dirigeant vers un endroit o√Ļ... Je pensais conna√ģtre chaque petite fente et la moindre petit coin, ayant √©t√© gardien de chasse ici en Indiana et patrouilleur pendant plusieurs ann√©es; je connaissais chaque endroit. Mais j'aurais pu me perdre hier l√†-haut, o√Ļ ils √©taient au sommet des buttes, une nouvelle route.

3    La dame avait un cancer des poumons, mais le Seigneur a absolument gu√©ri la femme. Nous avons pris... Oh! et comment tout √ßa est arriv√©! Nous √©tions assis l√†... le Fr√®re Roberson, il est probablement ici aujourd'hui... je vois sa femme... et le Fr√®re Wood qui est ici. Et nous nous trouvions l√†-haut dans un vieux camion, le Fr√®re Roberson et moi, et Fr√®re Wood. Nous avons pris ce camion et sommes mont√©s l√†-haut au sommet de la colline. L√†, le Seigneur a montr√© le cancer de mani√®re indiscutable. Nous nous trouvions donc l√† et nous l'avons vu quitter la femme. De nos propres yeux, nous √©tions debout et l'avons observ√© qui quittait la femme. Elle ret√©l√©phona √† la femme de Fr√®re Wood; et elle me disait qu'elle avait crach√© compl√®tement cette mani√®re vraiment noire. Et la voici ce matin assise au fond de l'√©glise, elle et son mari bien-aim√©, ils passent des moments merveilleux dans le Seigneur. N'est-Il pas merveilleux?

4    J'ignorais qu'ici... Habituellement, pour les gens pr√©sents, il est tr√®s rare que se produisent des visions ici. Ceci est ma maison. Et... je veux dire, dans cette √©glise.

5    Le Dimanche, il y a une semaine, nous... Combien parmi vous se trouvaient ici et ont vu l'homme dans la chaise roulante? Aveugle, estropi√©, d√©s√©quilibr√©: les nerfs mentaux √©taient partis, et les gens de la clinique Mayo l'avaient abandonn√©. Mais un docteur catholique de mes amis l'a envoy√© ici. Et avant que j'arrive au culte, le Seigneur m'a donn√© une vision de cet homme. Vous savez tout cela. Et l√†, l'homme a √©t√© gu√©ri par le ¬ę AINSI DIT LE SEIGNEUR ¬Ľ! Voyez-vous? Puis il s'est lev√©, est sorti en marchant, a pris sa chaise roulante; il pouvait voir comme vous et moi! et il est sorti du b√Ętiment en marchant, poussant sa chaise, tout √† fait normalement. Le nerf d'√©quilibre... vous savez, on ne peut se tenir debout sans lui. Voyez-vous, on ne le peut simplement pas. Et c'√©tait ainsi depuis des ann√©es.

6    Et hier, quand je suis arriv√© l√†, la dame avait eu un r√™ve dans lequel elle me voyait entrer √† deux heures pr√©cises, annon√ßant que ¬ę elle avait le cancer ¬Ľ, puis ¬ę AINSI DIT LE SEIGNEUR, elle √©tait gu√©rie ¬Ľ! Elle avait eu... Et le Seigneur donna l'interpr√©tation. Elle fut gu√©rie, la m√™me sur-le-champ, √† l'endroit pr√©cis o√Ļ nous observions ce qui se passait. Comme c'est merveilleux!

7    Je ne me rappelle pas son nom. Quel est-il? Comment vous appelez-vous, ma soeur? Walton, la soeur Walton, assise l√† dans le fond. Voulez-vous vous levez, soeur Walton? J'aimerais vous demander comment vous vous sentez. Amen, c'est bien, tr√®s bien et √©patant! Il est si bon pour nous b√©nir de cette fa√ßon. Ainsi nous attendons ¬ę L'infiniment plus ¬Ľ de la grande mesure de Dieu.

8    Un docteur ne lui avait pas cach√© la chose. Il lui dit que ¬ę elle ne respirait que d'un c√īt√©. ¬Ľ C'est-√†-dire qu'un cancer avait grandi de part en part et avait coup√© la respiration de ce c√īt√©-l√† du poumon, voyez-vous? On ne peut voir le cancer √† travers un rayon X, parce que le cancer est lui-m√™me un amas de cellules et c'est une vie, et on traverse le cancer avec un rayon X sans le voir. On ne le voit pas.

9    Et... Mais le Seigneur a vraiment... Nous √©tions l√† et l'avons observ√© nous-m√™mes, de nos propres yeux. Nous l'observions qui se mouvait et l'avons vu s'en aller, de nos propres yeux. Ainsi, nous sommes reconnaissants pour cela.

10    Et maintenant... Priez pour nous maintenant, cette semaine, pendant que nous serons partis. Le Fr√®re Neville prendra probablement le relais l√† o√Ļ j'aurai arr√™t√© le sujet, pour le culte du mercredi soir. Ne manquez donc pas cela dans cette grande cha√ģne du livre de l'Apocalypse.

11    Maintenant, je sais qu'on a beaucoup pri√© √† ce sujet, et nous savons que Dieu entend les pri√®res. Mais nous... Ce matin, nous voulons simplement dire une courte pri√®re avant la lecture du Livre. Alors, toute personne capable de lire peut lire le livre de cette mani√®re-ci; on peut l'ouvrir de telle autre mani√®re. Mais il faut Dieu, et Lui seul, pour ouvrir l'entendement, car Il est le Seul qui puisse le faire.
    Courbons donc nos t√™tes juste un instant.

12    Maintenant, P√®re, dans le Nom de Ton fils bien-aim√©, le Seigneur J√©sus, nous venons maintenant en toute humilit√© pour nous soumettre en tant que Tes serviteurs, afin que Tu nous parles. Circoncis les l√®vres qui parlent et les oreilles qui entendent; que la Parole puisse √™tre parl√©e par Dieu et entendue par l'Esprit dans les gens. Accorde-le, P√®re! Puisse-t-Il prendre la Parole de Dieu et nous la donner juste comme nous en avons besoin, car nous le demandons dans Son Nom et pour Sa gloire! Amen.

13    Maintenant, lisant ce matin... Nous √©tudions, nous ne pr√™chons pas, mais √©tudions simplement ce Livre des H√©breux. Combien y prennent plaisir? Oh! nous passons des moments merveilleux! Et maintenant que nous √©tudions de pr√®s, √Čcriture apr√®s √Čcriture, il faut... La Bible enti√®re est reli√©e ensemble. Il n'y a pas une seule Parole qui soit hors de sa place, si le tout est dispos√© ensemble par le Saint-Esprit.

14    Maintenant, certains disent: ¬ę La Bible se contredit. ¬Ľ
    Je veux le voir! J'ai demand√© cela pendant vingt-cinq ans et personne ne me l'a jamais encore montr√©. La Bible ne se contredit pas. S'il en √©tait ainsi, ce ne serait pas la Bible. Le grand, l'infini J√©hovah ne pourrait pas se contredire lui-m√™me; ainsi il n'y a pas de contradiction dans la Bible. Ce sont simplement les mauvaises interpr√©tations des gens.

15    Alors, en guise de petit arri√®re-plan, jusqu'√† ce que nous retournions... Le Livre des H√©breux a √©t√© √©crit par saint Paul, aux H√©breux. Il en √©crit un aux √Čph√©siens, c'√©taient les gens d'√Čph√®se, l'√Čglise chr√©tienne; un aux Romains √† Rome, et un aux Galates, et un aux H√©breux.

16    Maintenant, nous remarquons que Paul √©tant un enseignant de la Bible pour commencer... C'est l√† ce que nous avons appris. Qu'il √©tait assis aux pieds du grand enseignant, un des plus grands de son temps, Gamaliel. Et il avait une profonde connaissance de l'Ancien Testament; il le connaissait bien. Mais il devint un pers√©cuteur de la voie qui √©tait la voie de Christ, parce qu'il avait √©t√© form√© dans l'Ancien Testament par des enseignants. Les enseignants toutefois, habituellement charnels... (J'esp√®re ne rien dire de faux.)

17    Mais habituellement, si un homme n'a que l'enseignement et la m√©thode de faire des √©coles, c'est habituellement fait de mains d'homme. Voyez-vous, ce n'est pas inspir√©, pour la raison que cela aujourd'hui: presbyt√©rienne, luth√©rienne, pentec√ītiste, toutes ces √©coles ont leur th√©orie et elles enroulent simplement les √Čcritures l√†-dedans.

18    C'√©tait la m√™me chose dans l'Ancien Testament. Mais Paul, √©tant bien form√©, et comme il connaissait les √Čcritures √† la lettre... Mais, voyez-vous, les √Čcritures, peu importe √† quel point vous les connaissez, si l'Esprit ne leur donne pas vie, alors la lettre tue. L'Esprit ne leur donne la vie! Voyez-vous, elles doivent √™tre vivifi√©es, ou rendues vivantes par l'Esprit. Si l'Esprit ne vivifie pas la Parole et ne nous la rend pas r√©elle, alors la lettre est simplement intellectuelle. C'est l√† que nous avons tant de chr√©tiens de confessions aujourd'hui, ou des chr√©tiens qui professent; c'est cette conception intellectuelle de Christ.

19    Alors, nous avons quitt√© la route avec: ¬ę Eh bien! il devait sentir quelque chose, et il devait faire quelque chose, et... ¬Ľ (Oh! nous entrerons l√†-dedans dans un moment.) L'un devait crier, les M√©thodistes avaient l'habitude de crier, avant de l'avoir. Les Pentec√ītistes devaient parler en langues avant de l'avoir. Et, oh! certains d'entre eux, les Trembleurs [Shakers] avaient coutume de trembler. Vous savez, ils allaient faire les cent pas, les hommes d'un c√īt√©, et les femmes de l'autre. Voyez-vous? Des Trembleurs. Alors, le Saint-Esprit venait sur eux et les secouait; ils l'avaient. Mais ce sont simplement toutes des choses fantastiques, et aucune n'est la v√©rit√©.

20    Dieu vit dans sa Parole. ¬ę La foi vient de ce qu'on entend, l'√©coute de la Parole. C'est par la foi que vous √™tes sauv√©s, par le moyen de la gr√Ęce. ¬Ľ Pas par quoi que ce soit... Que vous trembliez, ou parliez en langues, ou quoi que ce soit, cela n'a rien √† voir du tout avec la chose. J√©sus a dit: ¬ę Celui qui entend Mes Paroles et croit en celui qui m'a envoy√©, a la Vie √©ternelle. Celui qui entend ma Parole et croit (ayant √©t√© vivifi√©e pour lui) a la Vie √©ternelle. ¬Ľ Voil√† la chose. Peu importe quelle petite chose vous faites.

21    Maintenant, je ne suis pas contre le fait de trembler, ou de parler en langues, ou de trembler, oh! le fait de crier. C'est en ordre! C'est bien, mais ce ne sont que des attributs. Voyez-vous? Je pourrais vous donner une pomme de l'arbre, vous n'auriez pas encore l'arbre pour autant. Voyez-vous, vous... ce sont les attributs.

22    Le fait de mentir, voler, boire, fumer, jouer, commettre l'adult√®re, cela n'est pas le p√©ch√©, ce sont les attributs de l'incr√©dulit√©. Voyez-vous, c'est ce que vous... Vous faites cela parce que vous √™tes un p√©cheur. Voyez-vous? Mais en premier lieu, vous √™tes un p√©cheur, c'est ce qui vous fait faire cette chose, parce que vous ne croyez pas. Et si vous croyez, alors vous ne faites pas cela. Alors, vous avez l'Amour, la joie, la paix, la longanimit√©, la bont√©, la bienveillance, la douceur, la patience. Voil√† le fruit du Saint-Esprit. Voyez-vous?

23    Ainsi, nous avons les petites choses, ces petites sensations, c'est parce que l'homme s'est √©loign√© du vieux sentier battu de la Parole. C'est la Parole! ¬ę La foi vient de ce qu'on entend. ¬Ľ

24    aussi lorsque Paul... Dieu a choisi Paul. Les hommes ont choisi Matthias. Lorsqu'il... On a tir√© au sort, mais il n'a jamais rien fait. Cela montre quel pouvoir a donc l'√©glise, de faire un choix, d'√©lire ses diacres, et d'envoyer ses pr√©dicateurs √† divers endroits! Cela est souvent charnel.

25    Laissez un homme aller o√Ļ Dieu le conduit √† aller. J'aime √ßa! Si les gens, dans une assembl√©e, disent simplement: ¬ę Eh, bien, voici une belle √©glise. Ce fr√®re a √©tabli une jolie √©glise. ¬Ľ
    Et s'ils ont un petit ¬ę favori ¬Ľ, ils l'enverront diriger cette √©glise. Ils ne se rendent pas compte qu'ils se tuent eux-m√™mes! Voyez-vous? En premier lieu, si cet homme entre l√†, il ne peut pas prendre la place du premier. Et alors ils ne font qu'affaiblir l'√©glise, pour essayer de faire une faveur √† un ¬ę favori ¬Ľ. Cela a toujours √©t√© ainsi.

26    Mais je crois dans l'autorit√© supr√™me de l'assembl√©e locale. Oui, que chaque √©glise soit ma√ģtre d'elle-m√™me, choisisse ses pasteurs, ses diacres, ses... quoi que ce soit. Et alors, de cette mani√®re, l'homme, l√†, n'a pas d'√©v√™que au-dessus de lui. Si le Saint-Esprit veut dire quelque chose √† cette √©glise, ils ne doivent pas demander √† qui que ce soit s'ils peuvent faire ceci ou faire cela. C'est l'individu en contact avec le Saint-Esprit. Montrez-moi dans la Bible ce qui est plus grand dans la Bible qu'un ancien local pour une √©glise locale? C'est vrai. Oui monsieur, la souverainet√© de l'√©glise locale, chaque √©glise pour elle-m√™me. Maintenant, la fraternit√©, toutes ensemble. Mais il y a la souverainet√© de l'√©glise locale.

27    Remarquez Paul, un grand ma√ģtre et enseignant, bien form√©, sur le chemin de Damas, un jour, en vue d'arr√™ter les gens qui marchaient dans cette nouvelle voie... Maintenant, il √©tait sinc√®re. Dieu ne vous juge pas d'apr√®s votre sinc√©rit√©. Je n'ai jamais vu de gens plus sinc√®res que les pa√Įens! Beaucoup d'entre eux vont m√™me jusqu'√† tuer leurs propres enfants et des choses semblables, en sacrifice √† une idole. Ce n'est pas la sinc√©rit√© qui compte. Un homme pourrait prendre de l'acide carbonique, en toute sinc√©rit√©, pensant qu'il prend autre chose. La sinc√©rit√© ne nous sauve pas. ¬ę Telle voie para√ģt droite √† l'homme, mais son issue est la voie de la mort. ¬Ľ
    Paul √©tait sinc√®re lorsqu'il rendit t√©moignage, dans sa propre autorit√©, pour lapider √Čtienne. Plus tard √† la suite des ann√©es... j'aime l'apologie de Paul, disant: ¬ę Je ne suis pas digne d'√™tre appel√© disciple ou d'√™tre appel√© ap√ītre, parce que j'ai pers√©cut√© l'√Čglise, m√™me jusqu'√† la mort. ¬Ľ Sinc√®rement!

28    Et sur son chemin, une exp√©rience l'a frapp√©. Le Saint-Esprit s'est manifest√© dans une grande colonne de Feu, et il l'a aveugl√©. Maintenant, nous avons parcouru cela, la colonne de Feu qui conduisit les enfants d'Isra√ęl √† travers le d√©sert. Christ √©tait Dieu, et Dieu √©tait Christ. Dieu a √©t√© fait chair en Christ, r√©conciliant le monde avec lui-m√™me, montrant ce qu'il √©tait.

29    Dans la Bible, pour en revenir l√† dans les premiers versets, nous avons lu que ¬ę Il s'est abaiss√© au-dessous des anges. Il a pris non pas la forme des anges, mais Il prit une forme de chair. ¬Ľ Les anges n'√©taient pas tomb√©s, ils n'ont pas besoin de r√©demption. La Chair avait chut√©, des √™tres humains, et ils avaient besoin de r√©demption. Aussi, dans les vieilles lois, un homme pour √™tre r√©dempteur, devait d'abord √™tre parent; le grand livre de Ruth, nous l'avons parcouru il y a quelque temps... Comment Dieu, √©tant esprit, nous fut fait parent (en devenant un des n√ītres), afin de nous racheter et de nous donner la Vie √©ternelle. Il devait devenir nous, afin que par la Gr√Ęce, nous puissions devenir comme Lui.

30    Et nous d√©couvrons que la colonne de Feu a conduit les enfants d'Isra√ęl. Et lorsqu'elle s'est faite chair ici-bas, nous l'avons entendue parler un jour, et il affirma qu'Il √©tait la colonne de Feu. On disait: ¬ę Diras-Tu que tu es plus grand que notre p√®re Abraham? ¬Ľ

31    Il dit: ¬ę Avant qu'Abraham f√Ľt, je suis. ¬Ľ Qui √©tait le ¬ę JE SUIS ¬Ľ? La colonne de Feu dans le buisson ardent, un m√©morial perp√©tuel √† travers chaque g√©n√©ration; non seulement cette g√©n√©ration-l√†, mais cette g√©n√©ration-ci (la m√™me colonne de Feu). Et nous sommes reconnaissants ce matin d'en avoir m√™me la photographie, le B√©ni! Il fait les m√™mes choses maintenant qu'Il a faites alors, et combien cela vous rend heureux!

32    Mais, Paul, avant d'accepter cette exp√©rience... Il savait que l'Ange du Seigneur √©tait la colonne de Feu, qui √©tait Christ, le... Eh bien! il √©tait l'Ange de l'Alliance, qui √©tait Christ. Mo√Įse croyait alors que... a plut√īt choisir de subir les afflictions avec le peuple de Christ et d'√™tre conduit par Christ, que de poss√©der tous les tr√©sors d'√Čgypte. Il a suivi Christ, lequel √©tait sous forme de la colonne de Feu.

33    Ensuite Christ dit: ¬ę Je suis venu de Dieu (lorsqu'Il √©tait ici sur terre) Je retourne vers Dieu. ¬Ľ Apr√®s sa mort, son ensevelissement, sa r√©surrection, le corps glorifi√© assis √† la droite de la Majest√© pour faire des intercessions, Paul le vit √† nouveau comme la Colonne de Feu. Une lumi√®re qui lui arracha les yeux, ou presque. Elle l'a frapp√© de c√©cit√©.

34    Pierre l'a vu venir dans la prison sous forme de lumi√®re, et l'a vu ouvrir les portes devant lui pendant qu'il sortait. Nous d√©couvrons qu'il √©tait l'Alpha et l'Om√©ga, le Premier et le Dernier.

35    Et le voici avec nous aujourd'hui, faisant exactement les m√™mes choses qu'il a faites alors, se rendant lui-m√™me de nouveau visible √† nous, montrant la chose au monde scientifique.

36    Oh! en cette grande heure de t√©n√®bres et de chaos sur Terre, nous devrions √™tre les gens les plus heureux de toute la Terre! Pour nous r√©jouir, sachant... Tout le temps, lorsque les gens sont endoctrin√©s et que toutes sortes de ismes et choses semblables sur Terre... Et cependant aujourd'hui, le vrai Dieu vivant, par Sa Parole et par sa preuve visible, nous montre qu'il est ici avec nous. Il op√®re, se meut, vit, agit juste exactement comme il l'a toujours fait. Quel peuple privil√©gi√© nous sommes d'avoir ceci! Nous devrions... La Bible dit alors, au deuxi√®me chapitre, que: ¬ę Nous devrions demeurer fermes dans ces choses. Car, comment √©chapperions-nous en n√©gligeant un aussi grand Salut? ¬Ľ

37    Maintenant, nous poursuivons pour d√©couvrir que Paul avant d'accepter cette exp√©rience... Maintenant, nous sommes en train d'instruire. Maintenant, peu importe quelle sorte d'exp√©rience vous pouvez avoir; √©glise, je veux vous demander quelque chose. Peu importe combien la chose para√ģt bonne, combien elle semble r√©elle, cela doit d'abord √™tre test√© par la Bible. Toujours avec la Parole! N'abandonnez jamais cela pour n'importe quelle sorte d'exp√©rience.

38    Et Paul, avant de l'accepter, est all√© en Arabie, et y a demeur√© trois ans pour tester cette exp√©rience avec la Parole. Et lorsqu'il est revenu, il √©tait s√Ľr. Rien ne pouvait le renverser, car il se trouvait solidement sur la Parole, immuable. Et le voici maintenant qui se tourne pour montrer √† ces H√©breux ces grandes choses dont l'Ancien Testament parlait et qui furent rendues manifestes en J√©sus-Christ. Quelle Gloire!

39    Maintenant, Dimanche dernier ou mercredi dernier, le Fr√®re Neville, pr√©sent ici, (au cinqui√®me chapitre) a atteint quelques points tr√®s hauts, car c'est un chapitre merveilleux. Et nous le voyons qui traitait le quatri√®me chapitre, Dimanche dernier, au sujet du sabbat, de l'observance du Sabbat. √ätes-vous certains ce matin, de savoir ce qu'est l'observance du Sabbat? Si oui, dites ¬ę Amen ¬Ľ. [L'Assembl√©e dit: ¬ę Amen. ¬Ľ ‚Äď N.D.√Č.]

40    Le sabbat est un ¬ę Repos ¬Ľ dans lequel nous entrons, non pas par la loi, mais en entrant en Christ qui est notre Sabbat. Il est notre Sabbat. Nous avons montr√© que le temps arriverait o√Ļ la Parole viendrait ¬ę Ligne sur ligne, pr√©cepte sur pr√©cepte. ¬Ľ Et il a prouv√© que nous entrerions dans son Repos le jour de Pentec√īte. ¬ę Car ceci donnerait du repos √† qui est fatigu√©. ¬Ľ, voyez-vous?

41    Et nous d√©couvrons que Dieu a fix√© un jour en David, en ce qui concerne le septi√®me jour. Et Dieu s'est repos√© le septi√®me. Il a donn√© aux enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert. Et de nouveau, il a fix√© un jour. Quel jour √©tait-ce? Un certain jour de la semaine? ¬ę Le jour o√Ļ vous entendez sa voix, n'endurcissez pas votre coeur. ¬Ľ C'est le jour dans lequel Il entre, pour vous donner une paix √©ternelle, un Sabbat √©ternel.

42    Vous n'allez donc pas √† l'√©glise le Dimanche pour devenir religieux. Lorsque vous √™tes n√© de l'Esprit de Dieu, vous entrez dans le Repos pour toujours, il n'y a plus d'observance de sabbat. Vous √™tes dans le Sabbat continuellement, pour toujours et pour l'√Čternit√©. ¬ę Vos oeuvres du monde sont termin√©es ¬Ľ, dit la Bible, ¬ę Et vous √™tes entr√©s dans cette paix b√©nie. ¬Ľ

43    Ces cinq premiers chapitres placent J√©sus en position de Souverain Sacrificateur. ¬ę Dieu a, √† plusieurs reprises et de plusieurs mani√®res, parl√© √† leurs p√®res par les proph√®tes, mais dans ce dernier temps, Il a parl√© par Son Fils, J√©sus. ¬Ľ (1er chapitre, 1er verset.)

44    Ensuite, continuant jusqu'√† la fin du cinqui√®me chapitre, nous le trouvons repr√©sent√© comme Melchis√©dek qui n'avait ni commencement de jours ni fin de vie. Mais un sacrificateur √† perp√©tuit√©, pour toujours. Songez-y! qui √©tait ce grand homme? Nous y arriverons dans deux chapitres environ. C'est sa vie tout enti√®re que nous √©tudierons. Ce grand homme qui a rencontr√© Abraham, qui n'a jamais eu de papa, jamais eu de maman. Il n'a jamais eu de temps o√Ļ il a commenc√© une vie, et il n'aura jamais de temps o√Ļ Il terminera sa vie. Et Il rencontra Abraham venant de la d√©faite des rois.

45    Regardez que cette grande personne, qui que ce soit, est toujours vivante. Elle n'avait pas de fin de vie. C'√©tait Christ qu'Abraham rencontra. Nous nous dirigerons vers une √©tude profonde de cette chose d'ici quelques jours.

46    Maintenant, nous voulons commencer ici au cinqui√®me chapitre, en guise de petit arri√®re-plan avant que nous n'atteignions le sixi√®me, car c'est quelque chose de vraiment remarquable. Regardez attentivement, nous allons commencer vers le septi√®me verset de ce chapitre. Eh bien! commen√ßons au sixi√®me verset:
    Comme il dit encore ailleurs: tu es sacrificateur pour toujours, selon l'ordre de Melchis√©dek.
    C'est lui qui, dans les jours de sa chair, ayant pr√©sent√© avec de grands cris et avec des larmes, des pri√®res et des supplications √† celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant √©t√© exauc√© √† cause de sa pi√©t√©, a appris,
    bien qu'Il f√Ľt fils, l'ob√©issance par les choses qu'Il a souffertes...

47    Voici maintenant o√Ļ je veux en venir, √† ce neuvi√®me verset. √Čcoutez! Je suppose que le Fr√®re Neville l'a abord√© mercredi. Je n'√©tais pas ici. Eh bien! √©coutez:
    ...et qui, apr√®s avoir √©t√© √©lev√© √† la perfection, est devenu pour tous ceux qui lui ob√©issent l'auteur d'un Salut √©ternel,
    Dieu l'ayant d√©clar√© Souverain Sacrificateur selon l'ordre de Melchis√©dek. Nous avons beaucoup √† dire l√†-dessus.

48    Nous laissons ceci de c√īt√© car nous allons reprendre Melchis√©dek dans quelques soir√©es.

49    Maintenant, nous allons commencer avec ceci notre √©tude habituelle. Je souhaite pouvoir lire simplement le reste de ceci pendant un moment... le onzi√®me verset:
    Nous avons beaucoup √† dire l√†-dessus... des choses difficiles √† expliquer, parce que vous √™tes devenus lents √† comprendre.
    Vous, en effet, qui depuis longtemps devriez √™tre des ma√ģtres, vous avez encore besoin qu'on vous enseigne ce que sont les premiers rudiments des oracles de Dieu, vous en √™tes venu √† avoir besoin de lait au lieu d'une nourriture solide.
    Or, quiconque en est au lait n'a pas l'exp√©rience de la Parole de justice; car il est un enfant. (Oh! j'esp√®re que le Saint-Esprit a plac√© ceci au plus profond de vous-m√™mes, maintenant.)
    Car quiconque en est au lait n'a pas l'exp√©rience de la Parole de justice; car il est un b√©b√©.

50    Si vous donnez de la viande solide √† un b√©b√©, vous le tuez. C'est pourquoi tant de gens disent: ¬ę Oh! je ne crois pas √ßa! ¬Ľ, et s'en vont. Toujours des b√©b√©s! Ils ne peuvent simplement pas comprendre. Ils ne peuvent pas saisir cette v√©rit√©. Elle les tue. L'√©glise devrait conna√ģtre aujourd'hui de grandes et puissantes choses, mais on ne peut pas les enseigner. Ils s'achoppent √† cela. Ils ne savent qu'En faire.

51    Paul, parlant √† ce groupe d'H√©breux... des √©rudits cependant; c'est √† des √©rudits qu'il parle ici, bien instruits. Nous trouverons cela, d'ici quelques instants: tr√®s instruits. Mais le profond Myst√®re spirituel, l'√©glise est toujours aveugl√©e √† ce sujet. Il a dit: ¬ę Toi, qui devrais enseigner aux autres, tu es encore un petit enfant! ¬Ľ

52    Oh! je sais qu'il y en a beaucoup qui se l√®vent et sortent en disant: ¬ę Oh! je n'ai plus besoin d'aller √† l'√©glise. Dieu soit lou√©, le Saint-Esprit est venu, Il est celui qui enseigne! ¬Ľ
    Quand vous en arrivez √† avoir cette id√©e-l√†, vous √™tes tout simplement dans l'erreur. Car pourquoi le Saint-Esprit a-t-Il plac√© des enseignants dans l'√©glise, si Lui allait √™tre l'enseignant? Voyez-vous? Il y a premi√®rement des ap√ītres, des proph√®tes, des docteurs des √©vang√©listes, et des pasteurs. Et s'il y a... si ce n'est pas suivant la Parole (Dieu ne le confirme pas), alors ce n'est pas la vraie sorte d'enseignement. Il faut que cela puisse √™tre compar√© avec la Bible enti√®re et √™tre tout aussi vivant aujourd'hui que c'√©tait alors. Voil√† la chose r√©elle rendue manifeste.

53    Maintenant, remarquez:
    Mais la nourriture solide est pour les hommes faits, pour ceux dont le jugement est exerc√© par l'usage √† discerner ce qui est bien et ce qui est mal. (Ils savent ce qui est juste et ce qui est faux, par le discernement.)

54    Maintenant, remarquez, nous commen√ßons notre le√ßon maintenant. Ce grand arri√®re-plan donc, allons-y pour le 1er verset:
    C'est pourquoi, laissant les √©l√©ments de la Parole de Christ... [ou, selon version synodale: ¬ę Ainsi donc, laissant les premiers enseignements, de l'√Čvangile de Christ. ¬Ľ ‚Äď N.D.T.]
    Que dit-il? L'ensemble de tous les cinq premiers chapitres a √©t√© bas√© sur Christ, pour montrer qui Il est. Maintenant, nous quittons ces principes des doctrines de Christ.

55    Qu'avons-nous d√©couvert qu'Il √©tait? Nous avons d√©couvert qu'Il √©tait le grand J√©hovah Dieu rendu manifeste en chair. Nous avons d√©couvert qu'Il √©tait, non un proph√®te, mais la pl√©nitude de la Divinit√© corporellement. Il √©tait J√©hovah fait chair. Et le corps, J√©sus, ne faisant que lui servi de tabernacle. Dieu demeurent dans l'homme! Dieu √©tant r√©concili√© avec l'homme, par la naissance virginale de son propre Fils. Et J√©hovah, l'Esprit, demeurait en lui.

56    Maintenant, combien se rappellent l'enseignement au sujet de la Divinit√©? Comment nous avons recul√© dans le temps et vu Dieu comment √©tant le grand Arc-en-ciel avec toutes les diff√©rentes... spirituelles, comment c'√©tait... Et alors le logos est sorti de Dieu et est devenu la Th√©ophanie, et c'√©tait en forme d'un homme. Mo√Įse l'a vue passer depuis la fente du rocher. Et ensuite, la Th√©ophanie fut carr√©ment faite chair humaine, Christ! Et comment nous d√©couvrons que nous avons, par sa gr√Ęce, la Vie √©ternelle. Maintenant, le mot ¬ę √©ternellement ¬Ľ [forever] signifie ¬ę sur une certaine distance, pour un espace de temps. ¬Ľ Il est dit dans la Bible, ¬ę aux si√®cles des si√®cles ¬Ľ pr√©positions [en anglais: conjonction ¬ę forever and forever ¬Ľ ‚Äď N.D.T.].
    Mais ¬ę √©ternellement ¬Ľ [forever] signifie seulement ¬ę un certain temps ¬Ľ. Mais ¬ę √Čternel ¬Ľ signifie ¬ę pour toujours ¬Ľ. Et seule une chose qui a eu un commencement a une fin. Mais les choses qui n'ont pas eu de commencement n'ont pas de fin. Ainsi Dieu n'a pas eu de commencement et Il n'a pas de fin.

57    Et ainsi, par cons√©quent, Melchis√©dek, le Souverain Sacrificateur (comme un homme)... Il n'eut pas de commencement et Il n'a pas de fin. Et alors nous, √† travers cette Th√©ophanie qui... Nous avons √©t√© faits √† l'image de Dieu, avant que le monde ait jamais √©t√© fait. Lorsque cette Th√©ophanie a √©t√© faite chair et qu'elle habita parmi nous, alors par sa mort, nous recevons son Esprit et nous n'avons pas de fin, la Vie √©ternelle; pas des Anges, mais des hommes et des femmes. Oh! je ne sais comment... Si je pouvais seulement l'apporter d'une mani√®re que mon auditoire puisse le saisir. Vous ne serez jamais un Ange. Dieu a fait des Anges, mais Dieu a aussi fait l'homme. Et ce qui Dieu fait est une partie provenant de Dieu, ce qui est aussi √©ternel que Dieu. L'homme est simplement aussi √©ternel que son Cr√©ateur, car Il a √©t√© fait depuis l'√Čternit√©.

58    Le p√©ch√©, par contre, conna√ģt une fin, la souffrance conna√ģt une fin. C'est pourquoi, il ne peut y avoir d'enfer √©ternel. Il existe un enfer, de feu et de soufre, nous savons cela, mais il n'y a pas d'enfer √©ternel. Il existe un seul type de Vie √©ternelle, et elle appartient √† Dieu. Si vous deviez souffrir √©ternellement, vous devriez avoir la Vie √©ternelle. L'enfer a une fin, cela pourrait √™tre dans des milliers d'ann√©es, mais il arrivera finalement √† une fin.

59    La Bible ne dit nulle part qu'ils souffriront √©ternellement; elle dit: ¬ę Aux si√®cles des si√®cles. ¬Ľ [Forever and forever ‚Äď N.D.√Č.] Jonas croyait qu'il √©tait dans le ventre de la baleine ¬ę pour toujours ¬Ľ √©galement. ¬ę Aux si√®cles ¬Ľ [forever] conna√ģt une limite de distance ou de temps, mais ¬ę √Čternel ¬Ľ est perp√©tuel. Cela n'a ni commencement, ni fin. C'est comme un anneau, un cercle, et compar√© √† notre temps, il continue √† tourner... Nous sommes seulement dans... tournant autour des grands th√®mes de Dieu.

60    Le mobile de Dieu √©tait de faire l'homme √† son image, pour avoir communion avec Lui. Et Il a fait de lui un √™tre tangible. Or, le p√©ch√© nous a conduits √† un lieu de--de--de corruption, mais cela n'a jamais arr√™t√© le programme de Dieu. Et mon ami p√©cheur, aujourd'hui, si tu n'es pas n√© de nouveau de l'Esprit de Dieu, tu auras une fin quelque part. Et, alors, ta fin est le chaos, dans la ruine, la souffrance et la mis√®re. Mais √† toi qui as cru au Seigneur J√©sus et l'as accept√© comme Sauveur personnel, c'est tout aussi √©ternel que Dieu est √©ternel. Tu n'as pas de fin: ¬ę Je leur donne la Vie √©ternelle, la 'zo√©', la vie m√™me de Dieu, et ils ne p√©riront jamais, pas plus m√™me qu'ils ne viendront en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie. ¬Ľ Voil√† ce qu'Il √©tait. Voil√† pourquoi Il est revenu.

61    Maintenant, J√©sus dans sa venue, celle de son sacerdoce, n'est pas simplement venu pour susciter la--de la sympathie. Beaucoup de gens enseignent de cette mani√®re, qu'Il est venu disant: ¬ę Eh bien! peut-√™tre que si je souffre, je serai un--un--un spectacle si pitoyable que les gens viendront s√Ľrement √† Moi! ¬Ľ
    C'est une erreur; il n'y a pas d'√Čcriture pour cela. Car chaque personne qui sera sauv√©e, Dieu la connaissait avant m√™me que le monde soit form√©. C'est ce que dit la Bible. Or, Dieu ne veut pas qu'aucun p√©risse; Il veut qu'ils arrivent tous √† la repentance. Mais √©tant Dieu, Il le savait selon sa prescience.

62    Regardez dans Romains, le huiti√®me chapitre; Paul d√©clare l√†, disant ceci au sujet des √©lus de Dieu: qu'√Čsa√ľ et Jacob, avant qu'aucun des b√©b√©s ne f√Ľt n√© ou quoi que ce soit, Dieu dit qu'Il les connaissait et qu'Il ha√Įssait √Čsa√ľ et aimait Jacob, avant qu'aucun des gar√ßons n'eut une chance d'exprimer sa gratitude, car Il √©tait Dieu. Il savait... Il est infini. S'Il est infini, Il connaissait chaque puce, chaque mouche, chaque moucheron, tout ce qui serait jamais sur Terre. Il le savait! Il est le Dieu infini, √©ternel, immortel, le Dieu b√©ni, omnipotent, omnipr√©sent, omniscient. Il n'y a rien qu'Il ne sache; c'est la raison pour laquelle Il peut dire ce que sera la fin. Il connaissait la fin d√®s le commencement.

63    Ce qui est proph√©tique, est simplement sa connaissance, il est le Procureur G√©n√©ral. Il est le... Juge. Et il communique simplement au Juge un peu de sa sagesse. C'est ce qu'est la proph√©tie, qui peut pr√©dire la chose, parce qu'Il sait ce qui va √™tre. Voil√† le Dieu que nous servons! Pas un dieu de l'histoire, pas comme les bouddhistes et les musulmans, etc., mais un Dieu qui est omnipr√©sent (maintenant m√™me) ce matin dans ce tabernacle ici, maintenant m√™me; le grand J√©hovah, JE SUIS, qui s'est form√© lui-m√™me dans l'humilit√© pour rev√™tir la forme de la chair p√©cheresse. Le voici. C'est Lui Qui vous a sauv√©. Il ne peut y avoir d'autre, nulle part, en aucune √©poque, qui puisse le faire.

64    Dieu n'avait pas trois personnes l√†-haut, dont il en aurait envoy√© une, son fils. C'√©tait Dieu Lui-m√™me, qui est venu sous forme de fils, un fils a un commencement, et le Fils a eu un commencement. voil√† quelques-uns d'entre vous, chers catholiques... J'ai votre livre, ¬ę Faits de notre Foi ¬Ľ, o√Ļ il est dit: ¬ę l'√Čternelle filiation de Dieu. ¬Ľ Comment allez-vous exprimer cette parole? Comment pouvez-vous faire en sorte qu'elle ait un sens? Comment cette chose peut-elle √™tre √©ternelle? Cela n'est pas la Bible, c'est votre livre. ¬ę Filiation √©ternelle ¬Ľ, ils n'ont pas... Cette parole n'est pas juste, car tout ce qui est un fils a un commencement, et ce qui est √©ternel n'a pas de commencement. Ainsi, ce n'est pas la ¬ę Filiation √©ternelle ¬Ľ; Christ est devenu chair et a habit√© parmi nous, il a eu un commencement. Ce n'√©tait pas une ¬ę Filiation √©ternelle ¬Ľ, c'est la Divinit√© √©ternelle, pas une filiation. Alors, il est venu pour nous racheter, et Il nous a rachet√©s.

65    Maintenant, Paul, arrivant √† ce point, que je suis s√Ľr que vous avez compris √† travers les le√ßons pass√©es... Nous allons parcourir de nouveau la chose un de ces jours, le Seigneur voulant, simplement verset par verset.

66    Alors:
    Ainsi donc, ayant... laissant les--les premiers enseignements de l'√Čvangile du Christ, tendons √† ce qui est parfait... [traduction Synodale. ‚Äď N.D.T.]
    (Cela les a fait tr√©bucher, n'est-ce pas? Faisons quoi?) ...tendons √† ce qui est parfait; sans poser de nouveau le fondement...

67    Regardez bien ici: prenons ce mot ¬ę parfait ¬Ľ. Savez-vous qu'il y a seulement une mani√®re par laquelle vous vous tiendrez dans la Pr√©sence de Dieu? C'est en √©tant parfait! Dieu ne peut tol√©rer des choses non saintes.

68    Et vous, les l√©galistes, comment pourriez-vous jamais √™tre parfaits par vous-m√™mes, quand vous n'avez pas une seule chose avec laquelle vous puissiez vous perfectionner vous-m√™mes? Vous √™tes n√©s dans le p√©ch√©. Votre conception m√™me a √©t√© dans le p√©ch√©. Le d√©sir m√™me qui a amen√© votre √™tre ici √©tait p√©ch√©. ¬ę N√© dans le p√©ch√©, con√ßu dans l'iniquit√©, venu au monde en disant des mensonges. ¬Ľ Maintenant, o√Ļ allez-vous vous tenir?

69    O√Ļ es-tu p√©cheur qui as dit: ¬ę J'arr√™terai de fumer et j'irai au ciel. ¬Ľ
    O√Ļ es-tu soi-disant chr√©tien, ti√®de et retardataire, qui te prom√®nes avec un long visage, disant que ¬ę Eh bien! j'appartiens √† l'√©glise. ¬Ľ
    Oh! p√©cheur! C'est juste! √Ä moins que vous ne soyez n√©s de l'Esprit de Dieu, vous √™tes perdus. C'est vrai!

70    Comment iras-tu au Ciel? Tu dis: ¬ę Je n'ai jamais menti dans ma vie. ¬Ľ
    ¬ę Oh! le petit ch√©ri. C'√©tait juste un ange, au d√©part. ¬Ľ
    Voil√† un mensonge. Peu m'importe combien vous √™tes bon, vous √™tes un p√©cheur. Et vous n'avez pas une seule chose en votre faveur; il n'y a ni pr√™tre, ni √©v√™que, ni cardinal, ni pape, ni rien d'autre qui puisse vous sauver, car il est exactement dans le m√™me bateau que vous! Nous entrerons dans ce sujet dans quelques minutes. Exactement sous la m√™me forme, con√ßu dans l'iniquit√©, est venu au monde en disant des mensonges, n√© par le d√©sir sexuel d'un homme et d'une femme. O√Ļ allez-vous trouver de la justice l√†-dedans?

71    ¬ę Mais son papa et sa maman sont n√©s de la m√™me mani√®re, et ils sont n√©s de la m√™me mani√®re, et aussi sa grand-maman et sa grand-papa et ainsi de suite dans le pass√©. ¬Ľ
    C'est un p√©ch√© au d√©part!

72    Qui peut donc dire que ceci est saint et cela est saint? Il y a une seule chose qui est sainte, c'est J√©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, qui a √©t√© fait parfait. Et ce qui est exig√© de nous, est d'√™tre parfaits. Alors, comment allons-nous l'√™tre? Essayez-le vous-m√™mes. Je n'aimerais pas essayez d'aller au Ciel d'apr√®s les m√©rites de ¬ę Je suis n√© il y a cinq minutes, et je quitte le monde √† l'instant m√™me. ¬Ľ Je serais perdu! Si je n'ai jamais eu de mauvaises pens√©es dans ma vie, si je n'ai jamais prononc√© une mauvaise parole dans ma vie, si je n'ai jamais regard√© quelque chose de mauvais, ni pens√© quelque chose de mal ou rien, je suis tout aussi f√©tide et noir que les parois noircies de l'enfer. Je suis un p√©cheur.

73    Je pourrais passer ma vie en restant enferm√© dans une chambre, oui comme certaines des soeurs carm√©lites ou quelque chose de semblable, et ne jamais voir le monde; rester l√†, √† l'int√©rieur et prier toute ma vie, faire le bien, √©tant n√© multimillionnaire et donner aux pauvres tout ce que je poss√®de, et je suis toujours un p√©cheur et j'irai en enfer. Oui, monsieur!

74    Je pourrais adh√©rer √† l'√©glise luth√©rienne, baptiste, pentec√ītiste, presbyt√©rienne, quand je suis encore dans mon berceau, et vivre fid√®le √† cette √©glise jusqu'√† cent ans; si ma vie est prise, alors qu'aucun homme ne pourrait me montrer du doigt et dire: ¬ę Il a eu une fois quelque chose comme une mauvaise pens√©e... ¬Ľ j'irai en enfer aussi s√Ľrement que je me trouve debout ici.

75    Je suis un p√©cheur. C'est exact. Je n'ai rien. Je ne pourrais en aucun cas trouver un prix pour payer. Dieu a exig√© la mort, et si je donne ma propre vie, si je donne ma vie, alors comment puis-je me repentir, car on... les lettres doivent d'abord √™tre pay√©es. Et Dieu √©tait le Seul Qui pouvait donner sa vie et la reprendre. Ainsi, il pouvait devenir p√©ch√©, donner sa vie et la reprendre, et appeler cela ¬ę Justice ¬Ľ, et la dette est pay√©e. Nous y voil√†!

76    Passons maintenant √† Matthieu, vers le huiti√®me chapitre, je crois que c'est... le septi√®me ou le huiti√®me chapitre. Nous verrons ce que J√©sus dit ici. Tr√®s bien, c'est Matthieu, le cinqui√®me chapitre, et le... J√©sus pr√™chant les b√©atitudes, au verset 47:
    Et si vous saluez seulement vos fr√®res, que faites-vous de plus que les autres? Les publicains eux-m√™mes... pas de m√™me? (Regardez.)
    Mais soyez donc parfaits... (Quoi?) soyez donc parfaits, comme votre p√®re c√©leste est parfait. (C'√©tait l√† le commandement de J√©sus.)
    Soyez aussi...

77    On dit: ¬ę Personne ne peut √™tre parfait, dit la Bible, il n'y en a aucun qui soit parfait. ¬Ľ
    Voil√† votre contradiction, pas vrai? Tr√®s bien, vous ne pouvez √™tre parfait en vous-m√™me. Si vous mettez votre confiance en ce que vous avez fait, vous √™tes perdu. Soyez donc parfait, tout aussi parfait que Dieu est parfait!

78    Alors:
    Soyez donc parfaits, comme votre p√®re dans le ciel est parfait. C'est pourquoi...

79    Maintenant, le cinqui√®me chapitre... sixi√®me chapitre d'H√©breux.
    Ainsi donc, laissant les premiers enseignements de l'√Čvangile du Christ, tendons √† ce qui est parfait... [Synodale ‚Äď N.D.T.]

80    Alors, toi, Branham Tabernacle... Oh! je sais, ¬ę Nous avons des gu√©risons! ¬Ľ
    C'est merveilleux.
    ¬ę Nous avons des visions. ¬Ľ
    Oh! cela c'est bien. Et vous avez des r√™ves spirituels, et parfois ce ne sont pas des r√™ves spirituels. Et parfois, vous... nous essayons d'aider les pauvres. Nous faisons ce que nous pouvons. Oh! cela est tr√®s bien, mais ce n'est pas ce dont nous parlons maintenant. Nous sommes en train d'entrer dans une autre phase:
    ...laissant... les enseignements... [Synodale ‚Äď N.D.T.]

81    ¬ę Oh! oui, nous avons la doctrine de Christ, nous croyons qu'Il √©tait le fils de Dieu, qu'Il est n√© d'une vierge. Nous croyons cela, avec toutes ces autres choses. ¬Ľ
    C'est tout simplement merveilleux. Mais laissons cela, allons √† la perfection! Oh! la la! je souhaiterais avoir la voix d'un archange maintenant, pour amener ceci √† un point o√Ļ vous pourriez le voir.

82    Or il dit:
    ...laissant... tout l'enseignement de Christ (tous les th√©ologiens, et toute la th√©ologie que nous connaissons, tout au sujet de la Divinit√© de Christ, comment il √©tait Dieu fait chair, toutes ces autres choses.)...

83    Paul continue √† l'expliquer enti√®rement ici, en quelques minutes. Lisons-le simplement juste un petit peu, avant que nous abordions la chose:
    ...poser de nouveau les fondements du renoncement aux oeuvres mortes... (Maintenant, nous croyons cela)... la foi en Dieu (nous croyons cela.)
    ...et de la doctrine des bapt√™mes (comment on doit en fait √™tre baptis√©... nous croyons cela)... de l'imposition des mains... (nous croyons en l'imposition des mains, n'est-ce pas? Voyez-vous? Tout cela. Certainement)... et de la r√©surrection des morts... (nous croyons cela.)

84    Maintenant, attention, vous voyez ici, le jugement est utilis√© dans le sens d'¬ę √©ternel ¬Ľ. Cela est pour toujours. Quand on parle du jugement qui vient de Dieu, c'est pour toujours. Ensuite, il ne peut plus y avoir aucune r√©conciliation apr√®s que le jugement ait √©t√© prononc√©. Maintenant vous pouvez comprendre pourquoi Dieu devait prendre son propre... comme on dit, sa propre m√©decine. Lorsqu'il condamna l'homme pour avoir p√©ch√©, la seule mani√®re par laquelle il peut r√©concilier, √©tait de prendre lui-m√™me la place de l'homme. La seule fa√ßon par laquelle il puisse √™tre r√©concili√©... ou pouvait nous r√©concilier, c'√©tait de prendre notre place et devenir p√©cheur. Dieu, J√©hovah, est devenu p√©cheur et Il a donn√© sa vie.

85    Maintenant, vous pourriez donner votre vie, en tant que p√©cheur, pour mourir pour la cause. Paul dit: ¬ę Quand je livrerais mon corps pour √™tre br√Ľl√© en sacrifice, je ne suis encore rien ¬Ľ, car cela n'aura aucun effet. Voyez-vous, quand vous mourez, c'est termin√©; si vous mourez comme p√©cheur, vous √™tes perdu.

86    Mais Dieu est venu ici-bas en chair et a condamn√© le p√©ch√© dans la chair, √©tant fait chair p√©cheresse; car Il √©tait l'√Čternel Dieu, et a ressuscit√© son propre corps. Ainsi, Il est le justificateur. Maintenant, ¬ę Toutes ces choses... Allons vers la perfection ¬Ľ, dit Paul.

87    Maintenant, observez:
    ...du jugement √©ternel... C'est ce que nous ferons... Dieu le permet. (troisi√®me verset.)

88    Alors: ¬ę Allons vers la perfection. ¬Ľ J√©sus dit: ¬ę Soyez donc parfaits, comme votre p√®re dans le ciel est parfait. ¬Ľ Et nous sommes, chacun de nous, condamn√©s. Peu importe ce que nous avons pu faire, nous sommes condamn√©s. Nous sommes n√©s condamn√©s. Votre maman et votre papa sont n√©s condamn√©s. Vos... tous vos anc√™tres sont n√©s dans le p√©ch√©, form√©s dans l'iniquit√©. Aussi, comment allez-vous jamais obtenir la perfection? Comment allez-vous √™tre parfait? Si vous n'avez jamais rien fait (jamais vol√©, jamais menti, jamais rien fait dans votre vie), vous √™tes encore condamn√©. Vous √©tiez condamn√© avant de respirer votre premier souffle, vous √©tiez condamn√©. C'est exact. Et vous √©tiez jug√© par Dieu avant que vous respirez votre premier souffle. Car vous √©tiez jug√© pour le d√©sir sexuel de votre p√®re et m√®re qui, par leur acte, vous ont amen√© ici sur Terre; et Dieu a condamn√© cela au commencement. Vous √™tes condamn√© pour commencer. ainsi o√Ļ... vous...? avec vous. O√Ļ allez-vous donc aller pour obtenir la perfection?

89    Regardez! Passons juste un moment √† H√©breux, le dixi√®me chapitre. √Čcoutez attentivement. Je veux lire un petit peu du neuvi√®me chapitre, d'abord, le onzi√®me verset:
    Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens √† venir; il a travers√© le tabernacle plus grand et plus parfait (Son Propre tabernacle, sa chair)...

90    Voyez-vous, le tabernacle ancien... Avez-vous remarqu√© que l'ancien tabernacle contenait un voile qui cachait l'Arche o√Ļ Dieu vivait? Combien savent cela? Certainement. Eh bien! ce vieux tabernacle fait de mains d'homme ici, les rideaux de peaux de ch√®vres teintes et tout cela, on en a fait un tabernacle pour cacher la pr√©sence de Dieu. Combien savent que seul un homme pouvait y p√©n√©trer une fois par an? Certainement, et c'√©tait Aaron, il entrait une fois par an, et devait √™tre oint. Et, oh!.. que d'exigences! Et il devait avoir du feu dans les mains; et s'il y allait sans √ßa, il mourait d√®s qu'il retirait ce voile. Il tombait mort. Il devait entrer l√†, allumer ces chandeliers, et asperger le propitiatoire qui appelait le sang de la mort de quelque chose servant de substitution comme... ainsi Christ devait venir pour l'accomplir.

91    Maintenant... mais Dieu s'est alors form√© en un autre type de tabernacle. Et ce tabernacle √©tait qui? J√©sus. Et Dieu √† l'int√©rieur de J√©sus, et Il √©tait cach√©, mais √©tait en train de r√©concilier le monde avec Lui-m√™me par ses expressions. Christ r√©v√©la Dieu; Il dit ¬ę Ce n'est pas Moi qui fait le oeuvres, c'est mon p√®re qui demeure en moi. Je ne fais rien de Moi-m√™me. Je ne fais que ce que je vois faire au p√®re. Le p√®re en moi, me montrant ces visions, et alors je vais simplement faire ce que le p√®re m'a dit de faire. ¬Ľ Vous le saisissez, Dieu √©tait √† l'int√©rieur d'un corps humain, pas derri√®re des peaux de ch√®vres teintes, mais Il y √©tait en train de vivre, de se mouvoir. Dieu avait des mains, Dieu avait une langue, Dieu avait des yeux, et c'√©tait Christ! C'√©tait Lui, le voil√†.

92    Maintenant, il est parti, et l'Esprit est entr√©, de sorte que par sa mort, Il puisse parfaire l'√Čglise et amener l'√Čglise √† la soumission. Et alors, le m√™me Esprit qui √©tait en Christ est dans l'√Čglise, faisant les m√™mes choses que Christ fit: ¬ę Un peu de temps et le monde ne me verra plus; mais vous, vous me verrez, car je serai avec vous, oui en vous jusqu'√† la fin du monde! ¬Ľ

93    Alors √©coutez ceci:
    Mais Christ est venu comme souverain sacrificateur des biens √† venir; il a travers√© le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n'est pas construit de main d'homme, c'est-√†-dire, qui n'est pas de cette cr√©ation [ce b√Ętiment. version du Roi Jacques ‚Äď N.D.T.]; (Comment est-il n√©? Par une naissance virginale.)
    ...et il est entr√© une fois pour toutes dans le lieu tr√®s saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang...

94    Vous savez que le sang vient du sexe m√Ęle. Et alors quelqu'un a dit: ¬ę Oh! J√©sus √©tait juif. ¬Ľ
    Il n'√©tait pas juif.
    ¬ę Oh! nous sommes sauv√©s par du sang juif. ¬Ľ
    Non, nous ne le sommes pas! Si nous √©tions sauv√©s par du sang juif, nous serions toujours perdus. J√©sus n'√©tait pas juif. Il n'√©tait pas non plus un Gentil. Il √©tait Dieu! Dieu le p√®re, l'Esprit, l'invisible, ¬ę personne n'a jamais vu Dieu, mais seul le Fils engendr√© de p√®re l'a fait conna√ģtre. ¬Ľ Il a manifest√© Dieu, ce qu'√©tait Dieu.

95    Maintenant, son √Čglise est cens√©e manifester Dieu, montrer ce qu'est Dieu. Voyez-vous? Que faisons-nous? Nous nous organisons nous-m√™mes et, ¬ę Je n'ai rien √† voir avec eux, ce sont des M√©thodistes, ils sont Presbyt√©riens. Je ne veux rien avoir √† faire avec eux, je suis Baptiste, je suis Pentec√ītiste! ¬Ľ
    Vous √™tes perdu avec cette sorte de mobile l√†! C'est vrai!

96    Qui peut se vanter? Qui peut dire quoi que ce soit? Regardez quelle disgr√Ęce les Presbyt√©riens ont apport√©e! Voyez la disgr√Ęce chez les Baptistes. Voyez la disgr√Ęce de l'√©glise catholique. Voyez la disgr√Ęce chez les Pentec√ītistes, les Nazar√©ens, les ¬ę P√®lerins de la saintet√©. ¬Ľ Regardez le reste d'entre eux. Mais je vous d√©fie de diriger une main vers son visage, vers cela? Amen! Dirigez un doigt contre lui, alors que le Dieu Tout-Puissant a dit: ¬ę Celui-ci est Mon Fils bien-aim√©, en qui j'ai trouv√© mon plaisir √† demeurer, √©coutez-le! ¬Ľ Le voil√†, voil√†, voil√† le Parfait!

97    Lisons donc simplement un peu plus loin maintenant:
    Et il est entr√© une fois pour toutes dans le lieu tr√®s-saint, non avec le sang des boucs... des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une R√©demption √©ternelle... (Comprenez-vous?)... une R√©demption √©ternelle pour nous.

98    Non pour √™tre sauv√© aujourd'hui, et puis la semaine prochaine quand commence le r√©veil, √™tre de nouveau sauv√©, et ensuite, oh! nous r√©trogradons et sommes √† nouveau sauv√©s. Vous √™tes sauv√© une fois pour toutes! C'est juste. Non plus sauver, et sauver, et sauver. Une √©ternelle r√©demption! ¬ę Celui qui √©coute mes paroles, et qui croit √† celui qui m'a envoy√©, a la Vie √©ternelle, et ne vient jamais dans le jugement, mais il est pass√© (temps pass√©)... est pass√© de la mort √† la vie. ¬Ľ (parce qu'il a trembl√©? Parce qu'il a √©t√© baptis√© d'une certaine mani√®re? parce qu'il avait du sang dans la main?) Parce qu'il a cru au Fils unique engendr√© de Dieu! ¬Ľ Voil√† comment nous avons la R√©demption √©ternelle.

99    √Čcoutez donc:
    Car... le sang des taureaux et des boucs, et la cendre des g√©nisses qu'on r√©pand sur ceux qui sont souill√©s, les sanctifient de mani√®re √† purifier la chair,
    combien plus le sang de Christ, qui, par l'Esprit √©ternel, s'est offert Lui-m√™me sans tache √† Dieu, purifiera-t-il notre conscience des oeuvres mortes, afin que nous servions le Dieu vivant! (Nous sommes pass√©s de la mort √† la Vie.)

100    Peu importe ce que pense le monde! Peu importe ce que pense votre voisin! Notre conscience est morte, et nous sommes r√©g√©n√©r√©s et n√©s de nouveau par l'Esprit de Dieu, pour servir le Dieu v√©ritable et vivant. Voil√† la chose!

101    Maintenant, sautez jusqu'au dixi√®me verset... Le dixi√®me chapitre plut√īt, juste √† la page √† c√īt√©:
    ...la loi, qui poss√®de une ombre des biens √† venir, et non l'exacte repr√©sentation des choses, ne peut jamais, par les m√™mes sacrifices qu'on offre chaque ann√©e, continuer √† amener les assistants √† la perfection (√† la perfection-il s'agit de cette perfection.)
    ...laissant les premiers enseignements de l'√Čvangile du Christ, tendons √† ce qui est parfait.
    Soyez donc parfaits, comme votre P√®re dans le ciel est parfait.

102    La loi, qui poss√®de une ombre des biens √† venir, toutes les ordonnances et les bapt√™mes et les... toutes les autres choses qu'ils avaient, ne pouvaient jamais rendre l'adorateur parfait. Et pourtant, Dieu exige le Parfait.

103    Si vous adh√©rez √† l'√©glise des Nazar√©ens, cela ne vous rendra jamais parfait. Si vous adh√©rez √† l'√©glise baptiste, pentec√ītistes, ou quoi que ce soit, cela ne vous rendra jamais parfait. Vous pouvez √™tre un homme bon ou loyal, cela ne vous rendra jamais parfait. Vous ne pouvez m√©riter une seule chose. Il n'y a rien que vous puissiez m√©riter, vous √™tes perdu! Vous dites: ¬ę Eh bien! j'ai observ√© la loi. J'observe le sabbat. J'observe ceci, toutes les ordonnances de Dieu. Je fais ceci. ¬Ľ

104    Paul dit: ¬ę Mettons toutes ces choses de c√īt√© maintenant. ¬Ľ

105    ¬ę Cela est tr√®s bien, mais nous ferons ceci. Nous baptiserons les gens, et nous leur imposerons les mains pour leur gu√©rison, etc. ¬Ľ

106    Nous pourrions prendre chacune des ces choses, verset par verset. Le bapt√™me, nous y croyons. ¬ę Il y a une seule esp√©rance, un seul Seigneur, une seule Foi, un seul Bapt√™me. ¬Ľ Nous croyons qu'il y a un Bapt√™me. Nous croyons en la r√©surrection des morts. Absolument! Nous croyons que J√©sus est mort et est ressuscit√©. Nous croyons cela. Imposer les mains aux malades, voil√† ce qui √©tait dit: ¬ę Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S'ils imposent les mains aux malades, les malades seront gu√©ris. ¬Ľ Nous croyons cela. Mais qu'est-ce que cela? Paul dit: ¬ę Ce sont toutes des oeuvres mortes! ¬Ľ C'est quelque chose que vous faites! Maintenant, tendons √† ce qui est parfait! Oh! la la!

107    Nous arrivons dans le Tabernacle, non pas le fondement, le Tabernacle m√™me. Voil√† le fondement: la loi, et la justice, et le fait d'adh√©rer √† une √©glise et d'√™tre baptis√©, et l'imposition des mains. Ce sont l√† toutes des ordonnances de l'√©glise, mais maintenant, allons vers la perfection. Et il y en a un seul qui est rendu parfait: c'est J√©sus.

108    Comment arrivons-nous en lui? ¬ę Par les M√©thodistes? ¬Ľ
    Non!
    ¬ę Le pentec√ītisme? ¬Ľ
    Non!
    ¬ę Le baptisme? ¬Ľ
    Non!
    ¬ę Par l'une ou l'autre √©glise? ¬Ľ
    Non!
    ¬ę L'√©glise catholique-romaine? ¬Ľ
    Non!

109    Comment y entrons-nous? Romains 8:1: ¬ę Il n'y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Christ, qui marchent, non selon les choses de ce monde, la chair, mais selon les choses de l'Esprit. ¬Ľ (Qui ne pr√™tent aucune attention √† ce que le monde a √† dire.)

110    M√™me si vous √™tes malade, et que le docteur dise: ¬ę Vous allez mourir ¬Ľ, vous n'y pr√™tez aucune attention, √ßa ne vous touche pas le moins du monde.

111    Si on vous dit: ¬ę Vous devez devenir catholique avant √™tre sauv√©, ou presbyt√©rien, ou vous devez faire ceci ¬Ľ, vous n'y pr√™tez aucune attention. Ainsi donc, il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en J√©sus-Christ, qui ne marchent pas selon la chair (les choses qu'ils voient). Toutes les choses que vous voyez par vos yeux, c'est du terrestre.

112    Mais ce sont les choses que vous voyez dans l'Esprit, par la Parole; la Parole est le miroir qui refl√®te ce qu'il est et ce que vous √™tes. All√©luia! Oh! la la! Elle vous dit... Voici le seul livre au monde qui vous dise d'o√Ļ vous venez, qui vous √™tes, et o√Ļ vous allez. Montrez-moi quelque page de litt√©rature, o√Ļ que ce soit... avec toute la science ou quelque chose d'autre, chaque bon livre qui a √©t√© √©crit, rien l√†-dedans ne peut vous dire cela. voici le miroir de Dieu qui montre ce qu'il est et ce que vous √™tes. Alors, au milieu, il y a une ligne de sang qui montre ce que vous pouvez √™tre, si vous voulez faire votre choix. Nous y voil√†! ¬ę Par un seul Esprit. ¬Ľ

113    Maintenant: 1 Corinthiens 12. Comment entrons-nous dans ce corps? ¬ę Par le fait de serrer la main? ¬Ľ
    Non, monsieur!
    ¬ę En adh√©rant √† l'√©glise? ¬Ľ
    Non, monsieur!
    ¬ę En se faisant baptiser en arri√®re, en avant? Dans le Nom du P√®re, Fils et Saint-Esprit? Le Nom de J√©sus-Christ? Le nom de Rose de Sharon, de Lys de la vall√©e, √Čtoile du matin? ¬Ľ
    Tout ce que vous voulez, cela n'a rien √† voir avec la chose, c'est simplement un engagement d'une bonne conscience envers Dieu. Et encore nous faisons des histoires, et nous sommes dans tous nos √©tats; nous discutons, et faisons des divisions et des diff√©rences. C'est vrai. Mais tout cela, ce sont des oeuvres mortes! Nous, allons vers la perfection.

114    Voil√† des choses que moi j'ai faites. Un serviteur de l'√Čvangile vous a baptis√©. Qu'il vous ait baptis√© en avant, en arri√®re, ou trois fois, quatre fois, ou une fois, ou de quelque mani√®re qu'il l'ait fait, cela n'a rien √† voir avec la chose. Vous √™tes simplement baptis√© dans la communion de cette √©glise de toute mani√®re, prouvant √† cette √©glise que ¬ę Vous croyez en la mort, l'ensevelissement et la r√©surrection de Christ. ¬Ľ L'imposition des mains pour gu√©rir les malades, voil√† qui est merveilleux. Mais tout cela, c'est naturel, et ce corps mourra de nouveau aussi certainement que vous vivez. Il mourra de nouveau. Maintenant, laissons toutes ces choses de c√īt√© et tendons √† ce qui est parfait.

115    Commet parvenons-nous √† la perfection? c'est ce que nous voulons savoir; Christ a √©t√© perdu parfait. ¬ę Dieu l'a frapp√© pour l'iniquit√© de nous tous. Il √©tait bless√© pour nos p√©ch√©s, bris√© pour nos iniquit√©s; le ch√Ętiment qui nous donne la paix est tomb√© sur lui; c'est par ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris. ¬Ľ Voil√† le corps o√Ļ nous d√©sirons parvenir. Voil√† le corps. Pourquoi? Si vous √™tes dans ce corps, vous ne verrez jamais le jugement, vous ne go√Ľterez jamais la mort. Vous √™tes libre de la mort tout enti√®re, du jugement, du p√©ch√© et de tout le reste, quand vous √™tes dans ce Corps.

116    ¬ę Comment y entre-t-on, pr√©dicateur? En adh√©rant √† ce tabernacle? ¬Ľ
    Vous √™tes encore perdu. Vous ne pourriez y adh√©rer de toute mani√®re, vous n'avons pas de livre.
    ¬ę Comment y parvenons-nous? En adh√©rant √† une √©glise? ¬Ľ
    Non, monsieur!
    ¬ę Comment y parvient-on? ¬Ľ
    Vous y √™tes n√©s!

117    1 Corinthiens 12:
    Nous avons tous, en effet, √©t√© baptis√©s dans un seul Esprit, pour former un seul corps.

118    Par le bapt√™me du Saint-Esprit, nous avons √©t√© baptis√©s dans ce corps et sommes libres du p√©ch√©. Dieu ne vous voit plus, vous; il voit uniquement Christ. Et quand vous √™tes dans ce corps, Dieu ne peut pas juger ce corps, il l'a d√©j√† jug√©. Il a pris notre jugement et nous a invit√©s √† l'int√©rieur. Et par la foi, par gr√Ęce, nous marchons et acceptons notre pardon. Et le Saint-Esprit nous am√®ne dans cette communion avec lui. Alors, nous ne marchons plus √† la poursuite des choses du monde, mais nous marchons dans l'Esprit.
    Vivifi√©s... la Parole est venue vers nous. Il est mort √† ma place, et je suis rendu vivant. Me voici, moi qui √©tais autrefois mort dans le p√©ch√© et les transgressions, rendu vivant! Tous mes d√©sirs consistent √† Le servir. Tout mon amour est pour lui. Tous mes pas veulent √™tre faits en son nom. Et o√Ļ que j'aille, quoi que je fasse, je le glorifie. Si je vais √† la chasse, si je vais p√™cher, si je joue √† la balle, si je... quoi que je fasse, je dois √™tre... ¬ę Christ en moi ¬Ľ... dans une vie telle qu'elle fera d√©sirer √† un homme d'√™tre ainsi; sans caquetage, sans m√©disance et discussion au sujet de vos √©glises. vous comprenez cela? ¬ę Nous avons √©t√© baptis√©s dans un seul Esprit, pour former un seul corps; quand Je verrai le sang, Je passerai par-dessus vous! ¬Ľ

119    √Čcoutez. Lisons simplement un peu plus loin par ici, je vous prie
    ...ce qui ne pourrait jamais amener l'arrivant √† la perfection.
    Autrement... (verset 2, au chapitre 10.) Autrement, on n'aurait pas cess√© de l'offrir...?

120    Si cela pouvait amener la personne √† la perfection... et Dieu requiert la perfection... Si l'observance des mois et la pratique de tous les commandements pouvait vous amener √† la perfection, alors il n'est pas besoin d'avoir autre chose; vous avez d√©j√† √©t√© amen√© √† la perfection. Parce que quand vous √™tes parfait, vous √™tes √©ternel; parce que Dieu est le seul qui soit √©ternel, et Dieu est le seul qui soit parfait. Et la seule mani√®re pour vous d'√™tre √©ternel est de devenir une partie de Dieu.
    ...√©tant une fois purifi√©s, n'auraient plus aucune conscience de leur p√©ch√©, (Quoi?)... Celui qui rend ce culte, √©tant une fois purifi√©... de ne plus avoir aucune conscience... (Si vous prenez note de la traduction, il s'agit de ¬ę d√©sir ¬Ľ)... celui qui rend ce culte, √©tant une fois purifi√©... n'a plus aucun d√©sir du p√©ch√©.

121    Si l'adorateur a une fois √©t√© purifi√©... Si vous montez √† l'autel maintenant et dites: ¬ę Oh! all√©luia, j'ai √©t√© sauv√© hier soir, mais je... Eh bien! Dieu soit b√©ni; elle m'a fait rechuter. All√©luia! un jour, je serai √† nouveau sauv√©. ¬Ľ Oh! pauvre illettr√© et inexp√©riment√©! Ce n'est pas de cette mani√®re que la chose se passe. ¬ę L'adorateur, √©tant une fois purifi√©, n'a plus conscience du p√©ch√©. ¬Ľ La Bible dit...

122    √Čcoutez, pendant que nous continuons de lire simplement un instant:
    Mais de ces sacrifices... comme souvenir contre le p√©ch√© chaque ann√©e...

123    Maintenant, nous allons vite descendre plus bas, pour atteindre le huiti√®me verset, afin de gagner du temps, l√† o√Ļ je veux en venir:
    Apr√®s avoir dit d'abord: Tu n'as voulu et tu n'as agr√©√© ni sacrifices ni offrandes ni holocaustes... Pour le p√©ch√© (ce qu'on offre selon la loi)...

124    Le neuvi√®me verset:
    Voici, je viens pour faire, √ī Dieu, Ta volont√©. Il abolit ainsi la premi√®re chose (la loi) pour √©tablir la seconde.

125    J'aimerais que nous ayons le temps de nous √©tendre l√†-dessus. Aussi longtemps que vous √™tes Presbyt√©rien, ou Pentec√ītiste, ou Baptiste, ou M√©thodiste, il ne peut jamais rien faire de vous! Il doit d'abord enlever tout cela, voyez-vous, afin qu'il puisse √©tablir la seconde chose. Aussi longtemps que vous dites: ¬ę Bon, je suis M√©thodiste. ¬Ľ
    ...je ne suis pas du tout oppos√© aux M√©thodistes, ou aux Baptistes, ou aux Pentec√ītistes. Mais, mon fr√®re, cela ne remplace pas la chose. Vous devez tendre √† ce qui est parfait, c'est-√†-dire aller en Christ!

126    Faites donc attention √† ceci, juste une minute:
    C'est en vertu de celle-ci que nous sommes sanctifi√©s, par l'offrande du corps de J√©sus-Christ, une fois pour toutes. (Oh?)

127    Alors, continuons simplement √† lire un peu plus loin. Et tenez votre doigt l√†, que cela puisse p√©n√©trer profond√©ment pendant que nous lisons (une fois pour toutes):
    Et tandis que tout sacrificateur fait chaque jour le service en offrant souvent les m√™mes sacrifices, qui ne peuvent jamais √īter les p√©ch√©s, lui... (√™tes-vous pr√™t? Gardez votre veste ouverte maintenant, afin que cela ne rebondisse pas loin de vous, mais que √ßa vous aille droit au coeur.)
    Lui... (Qui? non pas le pape de Rome, pas l'√©v√™que de l'√©glise m√©thodiste, ou n'importe quelle autre √©glise.)
    Lui, Christ, apr√®s avoir offert un seul sacrifice pour les p√©ch√©s, s'est assis pour toujours √† la droite de Dieu,
    Attendant d√©sormais que ses ennemis soient devenus son marchepied (Attention! Voici la chose)
    Car, par un seul sacrifice, il a amen√© √† la p-e-r-f-e-c-t-i-o-n... Il a amen√© √† la perfection... (jusqu'au prochain r√©veil? Qu'est-ce qu'il y est dit?)... Il a amen√© √† la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifi√©s. (Avez-vous bien compris?)
    Tendons √† ce qui est parfait!

128    Maintenant, vous les gens de la sanctification, vous dites: ¬ę Oh! oui, nous croyons dans la saintet√©. All√©luia! Nous croyons dans la sanctification. ¬Ľ
    Mais vous prenez votre propre interpr√©tation. Vous abandonnez simplement ceci et cela, et vous savez que vous ne pourriez pas le faire. √Ä moins que Christ n'ait ouvert la porte et rendu la chose vivante √† votre coeur... et que vous devenez un lieu o√Ļ le p√©ch√© est mort, et aussi le d√©sir. Tout est parti. Alors, il enl√®ve votre propre justice en vous, de mani√®re √† pouvoir s'√©tablir lui-m√™me en vous. Et c'est Christ, le Fils de Dieu en vous, l'esp√©rance de la Gloire.

129    ¬ę Tendons √† ce qui est parfait. ¬Ľ Comment pouvons-nous √™tre parfaits? Par la mort de Christ; non pas en adh√©rant √† une √©glise, non par nos bonnes oeuvres, ce que nous faisons (tout cela est tr√®s bien), non parce que nous avons √©t√© baptis√©s de telle mani√®re ou de telle autre mani√®re, non parce que nous avons √©t√© gu√©ris par imposition des mains, non √† cause de n'importe quelle autre de ces choses: ¬ę Nous croyons en la mort, l'ensevelissement et la r√©surrection... ¬Ľ

130    Paul a dit: ¬ę Je pourrais parler la langue des hommes et des anges (Il s'agit √† la fois des langues que l'on comprend et des langues qu'on ne peut comprendre, qui doivent √™tre interpr√©t√©es), je ne suis encore rien. Quand j'aurais le don de connaissance, la science de toute la sagesse de Dieu (pour expliquer la Bible de... relier le tout ensemble), je ne suis rien. ¬Ľ Il n'y a donc pas grand avantage √† aller √† l'√©cole, n'est-ce pas? pour √©tudier la Bible. ¬ę Quand j'aurais m√™me la foi pour d√©placer des montagnes... ¬Ľ Les campagnes de gu√©rison ne signifient donc pas grand-chose, n'est-ce pas? ¬ę Je ne suis rien, quand je livrerais m√™me mon corps pour √™tre br√Ľl√© en sacrifice. ¬Ľ

131    ¬ę Oh! dit-on, cet homme-l√† est religieux. ¬Ľ

132    ¬ę Mais il n'est rien, disait Paul, il n'est jamais rien devenu! ¬Ľ

133    ¬ę Car o√Ļ il y a des langues, elles cesseront; o√Ļ il y a des proph√©ties, cela prendra fin... Mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel dispara√ģtra. ¬Ľ Voyez-vous, encore ce ¬ę parfait ¬Ľ. Qu'est-ce qui est parfait? L'Amour! Qu'est-ce que l'Amour? Dieu! Laissons de c√īt√© toutes ces petites oeuvres mortes et ces ordonnances, et tendons √† ce qui est parfait. Voyez-vous? Nous sommes rendus parfaits par Christ. Comment y entrons-nous? Par le Bapt√™me du Saint-Esprit.

134    ¬ę Tr√®s bien, que se passe-t-il? ¬Ľ
    Vous √™tes pass√©s de la mort √† la vie.

135    ¬ę Eh bien! est-ce que je tremble? je saute? Est-ce que...? ¬Ľ
    Vous ne devez rien faire. Vous l'avez d√©j√† fait. Dieu vous a amen√© de la mort √† la vie, et vous √™tes vivant. Alors les fruits de votre vie le montrent.

136    Beaucoup parmi vous M√©thodistes et Nazar√©ens, avez cri√© aussi fort que vous pouviez, et vous voliez du ma√Įs dans les champs. C'est vrai, et vous faisiez tout ce qui est possible de faire!

137    Beaucoup parmi vous les Pentec√ītistes, avez parl√© en langues comme si on d√©versait des pois sur une peau de vache, c'est vrai, et vous sortiez et alliez courir avec la femme du voisin, faisant toutes sortes de choses. Cela n'est pas la chose, mon Fr√®re!

138    N'essayez pas d'avoir quelque sensation ou autre chose prenant la place du Saint-Esprit. Quand la nouvelle naissance est venue, vous √™tes chang√©. Vous ne devez rien faire pour le prouver, votre vie le prouve. Tandis que vous poursuivez votre route, votre amour, paix, longanimit√©, bienveillance, douceur, patience, voil√† ce que vous √™tes! Et le monde entier voit le reflet de J√©sus-Christ en vous.

139    Maintenant, le parler en langues, le fait de crier, voil√† simplement des attributs qui suivent ce genre de vie. Et vous pouvez prendre et imiter ces attributs tout en n'ayant jamais cette vie. Nous le voyons. Combien savent que cela est vrai? S√Ľrement, certainement, vous le savez, oh! la la! Vous le voyez tout autour de vous!

140    Ainsi, il n'y a rien que vous dites, qui soit l'√©vidence du Saint-Esprit, √† moins que ce ne soit la vie que vous vivez. Alors, si vous voulez parler en langues, c'est parfaitement bien, si vous vivez la Vie pour le soutenir. c'est juste. Et si vous voulez crier, bien, cela est bon. Je crie moi aussi, je deviens parfois si heureux que je tiens √† peine dans mes chaussures; j'aimerais sauter en les laissant sur place! Et cela est merveilleux. Je le crois.

141    J'ai eu des visions, et des malades gu√©ris, des morts ressuscit√©s. Quand ils sont √©tendus l√† et que les m√©decins s'en vont en disant: ¬ę C'en est fini d'eux, ils s'en sont all√©s! ¬Ľ
    Ils gisent l√† une heure ou deux, et... Le Saint-Esprit descend aussit√īt et donne une vision, et descend l√† et ressuscite cette personne... J'ai vu ceux qui √©taient sourds, muets et aveugles √™tre gu√©ris, et des estropi√©s marcher. Cela n'arrive pas... Des attributs.

142    Mon fr√®re, il y a longtemps, avant que le monde fut... eut une fondation, Dieu dans Sa gr√Ęce √©ternelle a regard√© en bas, et par sa pr√©connaissance il nous a vus, vous et moi. Il savait √† quelle √©poque nous allions vivre, il savait ce qui allait √™tre. C'est pourquoi, par √©lection, Il nous a choisis d√®s avant la fondation du monde, afin que nous soyons avec Lui sans tache.

143    Maintenant, s'il nous a choisi d√®s avant la fondation du monde afin que nous soyons en lui sans tache, et que nous sommes n√©s pleins de souillures et que rien d'autre ne puisse... rien ne peut nous purifier, comment allons-nous √™tre sans... comment allons-nous √™tre sans tache? ¬ę Il a envoy√© son fils unique, afin que quiconque croit en lui, ne connaisse pas de fin de vie, mais qu'il ait la Vie √©ternelle; qu'il ne p√©risse jamais, mais ait la Vie √©ternelle. ¬Ľ Alors, quand nous entrons en lui... c'est par la foi, par le moyen de la Gr√Ęce que nous sommes sauv√©s, par le Saint-Esprit qui nous appelle.

144    Avant qu'il y eut un corps sur Terre, vos corps gisaient l√†! Ce corps est fait de calcium, de potasse, d'humidit√©, de lumi√®re cosmique, de p√©trole, etc., seize √©l√©ments. Et le Saint-Esprit a commenc√© √† couver sur Terre, ¬ę faisant signe de la main. ¬Ľ Et pendant qu'Il faisait cela, la premi√®re chose que l'on vit, une petite fleur de P√Ęques a surgi. Puis, Il a engendr√© un peu d'herbe, et quelques oiseaux, et apr√®s quelque temps, un homme a surgi.

145    Or, Il n'a jamais fait de femme de la poussi√®re de la terre. Elle est d√©j√† un homme pour commencer, l'homme et la femme sont un. Ainsi, Il prit une c√īte du c√īt√© d'Adam et fit une femme, une aide pour lui, puis le p√©ch√© est entr√©.

146    Ensuite, apr√®s que le p√©ch√© fut entr√©... Dieu ne sera pas vaincu, quoi qu'il arrive. Il ne sera jamais vaincu... Ensuite, les femmes ont commenc√© √† enfanter des hommes sur Terre. Et Dieu, par Gr√Ęce √©ternelle, a vu qui serait sauv√© et vous a appel√©: ¬ę Nul ne peut venir √† Moi, si Mon P√®re ne l'appelle premi√®rement. Non pas celui qui veut, ni celui qui court, mais Dieu qui fait mis√©ricorde. ¬Ľ

147    Vous dites: ¬ę Eh, bien, j'ai cherch√© Dieu! J'ai cherch√© Dieu! ¬Ľ
    Non, jamais! Dieu vous a cherch√©. Voil√† comment il en √©tait du commencement.

148    Ce n'√©tait pas Adam qui disait: ¬ę Oh! P√®re, P√®re. J'ai p√©ch√©. O√Ļ es-Tu? ¬Ľ

149    C'√©tait le P√®re qui disait: ¬ę Oh! Adam, Adam, o√Ļ es-tu? ¬Ľ Voil√† la nature de l'homme. Voil√† la tendance de l'homme. Voil√† de quoi il est fait.

150    ¬ę Et nul ne peut venir √† moi, si le P√®re ne l'attire. Et tout ce que le P√®re me donne... ¬Ľ All√©luia! ¬ę Tous ceux qui viennent, je leur donnerai la Vie √©ternelle, et je les ressusciterai au dernier jour. ¬Ľ Quelle b√©n√©fique... quelle promesse b√©nie, du Dieu du Ciel. L√† o√Ļ nous en venons ce soir, o√Ļ Il a jur√© par Lui-m√™me, il n'y a personne de plus grand. On pr√™te serment par quelqu'un de plus grand que soi-m√™me. Il n'y a personne de plus grand, Dieu pr√™ta donc serment par lui-m√™me. Nous y arrivons: comment Il le fit et quand Il le fit, et Il jura par lui-m√™me qu'Il nous ressusciterait et qu'Il ferait de nous Son propre h√©ritage.

151    Oh! combien nous pouvons nous tenir parfaitement et solidement ce matin. Comme vous pouvez regardez en face la mort qui vous fixe droit dans les yeux-vous pouvez dire comme Paul: ¬ę Mort, o√Ļ est ton aiguillon? Tombeau, o√Ļ est ta victoire? Mais gr√Ęces soient rendues √† Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ. ¬Ľ Nous y voil√†!

152    Comment?
    - Oh! vous avez fait ceci et cela.

153    ¬ę Je le sais, mais je suis couvert par Son sang! ¬Ľ All√©luia!

154    ¬ę Nous avons tous √©t√© baptis√©s dans un seul Esprit, pour former un seul corps. ¬Ľ Vous, M√©thodistes, Baptistes, Presbyt√©riens, qui que vous soyez, nous avons √©t√© baptis√©s pour former un seul corps. Et nous sommes en communion, et nous sommes citoyens du Royaume de Dieu, confessant que ¬ę Nous ne sommes pas de ce monde. ¬Ľ

155    Ma petite fille est venue vers moi l'autre jour et dit: ¬ę Papa, telle petite fille a fait telle et telle chose, et elles ont fait telle et telle chose, et nous sommes pass√©es √† la maison et avons fait ceci et cela. ¬Ľ Je dis... Elle dit: ¬ę Pourquoi ne faisons-nous pas cela? ¬Ľ

156    Je dis: ¬ę Ma ch√©rie, nous ne sommes pas de ce monde-l√†. Ils vivent dans un monde √† eux. ¬Ľ

157    Elle dit: ¬ę Nous ne marchons pas tous sur la m√™me Terre? ¬Ľ

158    Je dis: ¬ę Pas du monde, ma ch√©rie. Nous ne sommes pas de ces gens-l√†! ¬Ľ

159    La Bible dit: ¬ę Sortez du milieu d'eux, s√©parez-vous ¬Ľ dit Dieu. Voyez-vous, vous n'√™tes pas de ce genre-l√†. Et quand cette nouvelle nature vient en vous, on ne doit pas vous en arracher, vous ne voulez pas retourner comme la femme de Lot. Vous √™tes simplement n√© hors de ce monde. Et vous vous trouvez dans une autre dimension. Et cela vous para√ģt des d√©tritus. Et ceci, la grande et fabuleuse Am√©rique dans laquelle nous habitons, est devenue un grand chaos de cette salet√©. Tout est convoitise et femmes. Les femmes de la mani√®re dont elles s'habillent, les hommes de la mani√®re dont ils agissent, et les choses qu'ils font, et puis cela va s'appeler des ¬ę chr√©tiens ¬Ľ!

160    Par exemple, cet Elvis Presley est all√© adh√©rer maintenant √† l'√©glise pentec√ītiste, parce que c'est l√† que... Judas re√ßut trente pi√®ces d'argent, Elvis a eu tout une flop√©e de Cadillac et quelques millions de dollars pour avoir vendu son droit d'a√ģnesse. Et Arthur Godfrey! Voyez donc cela.

161    Voyez par ici, Jimmy Osborne, √† Louisville l√† avec ce vieux boogie-woogie, rock'n roll, ces vieilles b√™tises et salet√©s. Et le Dimanche matin, il prend la Bible, et se tient sur l'estrade et pr√™che. Quelle honte! Pas √©tonnant que la Bible ait dit: ¬ę Chaque table est pleine de vomissements. ¬Ľ

162    Et comment, nous vivons en un jour terrible. Et les gens disent: ¬ę Oh! ils sont tr√®s religieux. ¬Ľ
    Oh! Ne savez-vous pas que le diable est religieux? Ne savez-vous pas que Ca√Įn √©tait tout aussi religieux qu'Abel? Mais il n'avait pas la R√©v√©lation. C'est √ßa, il n'avait pas la R√©v√©lation de J√©sus-Christ dans leur coeur. Non pas en tremblant, en sautant, non pas par le fait d'adh√©rer √† l'√©glise, mais la R√©v√©lation; Dieu l'a r√©v√©l√©.

163    Voyez ce que J√©sus disait: ¬ę Qui dit-on que je suis, moi, le fils, de l'homme? ¬Ľ

164    ¬ę Les uns disent que tu es un proph√®te. Les autres disent que tu es √Člie. Et les autres... ¬Ľ
    Il dit: ¬ę Mais vous, qui dites-vous que je suis? ¬Ľ

165    Pierre dit: ¬ę Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant! ¬Ľ Cela ne venait pas de ses l√®vres.

166    Il dit: ¬ę Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car la chair et la sang ne t'ont jamais r√©v√©l√© ceci. Tu n'as jamais appris ceci dans une certaine √©thique de la Bible, ou un s√©minaire th√©ologique. Vous √™tes heureux, car ce ne sont pas la chair et le sang qui vous ont r√©v√©l√© ceci, mais c'est mon P√®re qui est dans les cieux qui l'a r√©v√©l√©. Et sur ce roc, Je b√Ętirai mon √Čglise, et les portes de l'enfer ne pr√©vaudront point contre Elle. ¬Ľ

167    Si vous √™tes chr√©tien, ce matin, parce que vous appartenez √† l'√©glise, vous √™tes perdu. Si vous √™tes chr√©tien, parce que vous √™tes pass√© de la mort √† la vie, vous √™tes libre du jugement; en Christ, vous √™tes dans la Perfection, en permanence. Dieu ne peut voir une seule chose... Vous dites: ¬ę Est-ce qu'il m'arrivera de faire des fautes? ¬Ľ
    Certainement, mais vous ne les faites pas volontairement.

168    Maintenant, nous allons aborder cela, juste dans quelques minutes: ¬ę Car celui qui p√®che volontairement apr√®s avoir re√ßu la connaissance de la v√©rit√©, il ne reste plus de sacrifice pour le p√©ch√©. ¬Ľ Nous aborderons cela ce soir, car il est un peu trop tard maintenant.

169    Lisons simplement encore un ou deux versets de ceci, afin que nous puissions √™tre plus √† l'aise et en venir un peu plus au fait. Tr√®s bien, pourquoi ne commencerions-nous pas directement l√†-dessus ce soir? le quatri√®me verset... √Čcoutez ceci:
    Car il est impossible que ceux qui ont √©t√© une fois √©clair√©s, qui ont √©t√©... qui ont go√Ľt√© la puissance... le don c√©leste,
    qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont go√Ľt√© la bonne Parole de Dieu et les puissances du si√®cle √† venir,
    et qui sont tomb√©s, soient encore renouvel√©s... et amen√©s √† la repentance.
    Voyez-vous, et nous amenons cela dans H√©breux 10, et en avant et en arri√®re, pour montrer ce que c'est.

170    Mes amis, tendons √† ce qui est parfait! Nous avons... nous ne sommes pas... Nous n'avons pas d'excuse aujourd'hui. Nous n'avons pas du tout d'excuse. Le Dieu du ciel est apparu en ces derniers jours et Il fait exactement les m√™mes choses qu'Il a faites alors, lorsqu'Il √©tait ici pr√©c√©demment, quand Il √©tait sur Terre. Il l'a prouv√©. Pendant que nous parcourons cette Bible et que vous avez... vous, classe de cette √©cole du Dimanche, vous savez ceci; que nous avons trait√© miracle apr√®s miracle, signe apr√®s signe, et prodige apr√®s prodige, qu'il a fait les enfants dans le d√©sert, les choses et les signes qu'il a faits. Les choses qu'il a faites quand il √©tait ici-bas, manifest√© dans la chair; et exactement les m√™mes choses ont lieu aujourd'hui, au milieu de nous! voici la Parole pour le prouver. Voici la chose pour dire que c'est juste, pour le rendre juste. Voici l'Esprit de Dieu pour faire la m√™me chose, ainsi, nous sommes sans excuse.
    Prions:

171    P√®re C√©leste, puisque nous sommes environn√©s d'une si grande nu√©e de t√©moins, rejetons tout mot, toute chose, toute erreur, toute mauvaise parole, toute parole dite mal √† propos, toute pens√©e, et courons avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui nous est ouverte, ayant les regards sur le Chef et la Consommateur de la foi, le Seigneur J√©sus-Christ. Oh! b√©ni soit Son Nom tout √† fait incomparable et saint! Comme Il est venu sur Terre pour sauver l'homme qui √©tait tomb√© et pour le ramener dans la communion du Seigneur Dieu. Et nous Te remercions pour ceci. Et maintenant par sa gr√Ęce... Nous ne L'avons jamais choisi, mais Il nous a choisis. Il dit: ¬ę Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, mais moi, je vous ai choisis. ¬Ľ Quand? Avant la fondation du monde!

172    Et, cher Dieu, s'il y en a assis ici ce matin, qui peut-√™tre ont report√© ceci pendant des ann√©es et des ann√©es, mais que constamment il y a un petit battement dans leur coeur... Peut-√™tre ont-ils adh√©r√© √† une √©glise, pensant: ¬ę Eh bien! ce sera tr√®s bien. ¬Ľ
    P√®re, certainement que les √Čcritures l'ont expliqu√© ce matin: qu'on ne peut se cacher derri√®re une √©glise et √™tre juste; pas plus que vous pouvez √™tre bon, ne pas mentir ni voler ni faire quelque chose de mal, et encore √™tre juste.

173    Il n'y a qu'une seule justice que nous avons; elle ne vient pas de nous-m√™me, mais c'est sa justice. Il a rendu parfait notre Salut. C'est pourquoi, si nous sommes en lui, Dieu ne voit pas nos fautes. Quand nous faisons quelque chose de mal, il y a un esprit en nous qui s'√©crie: ¬ę Oh! P√®re, pardonne-moi! ¬Ľ Alors, Dieu ne le voit pas. Et c'est... Nous sommes amen√©s en communion et dans la gr√Ęce avec Lui. Accorde-le, Seigneur, pendant que nous terminons ce service, dans le Nom de Christ. Amen.

174    Simplement un moment... Je d√©sire vous demander... peu importe ce que vous faites, vous √™tes perdu. √Čcoutez ceci. Il y a peu de temps... J'aurais pu le dire avant, voici une petite exp√©rience qui m'est arriv√©e.

175    Je me trouvais √† Toledo, dans l'√Čtat de l'Ohio. Je tenais une s√©rie de r√©unions de r√©veil l√†-bas et il y avait tellement de monde! Ils savaient que les h√ītels √©taient bond√©s; ils m'ont donc amen√© √† la campagne. Et je me trouvais l√†, dans un petit motel.

176    Nous mangions dans un petit restaurant de croyants Dunkards. C'√©tait un endroit merveilleux. Les petites dames qui s'y trouvaient √©taient aussi chr√©tiennes et avaient une tenue aussi sanctifi√©e que l'on puisse esp√©rer; elles √©taient pures et vraiment gentilles. C'√©tait un Dimanche et j'avais faim. J'avais je√Ľn√© un peu et d√©sirais traverser la rue pour trouver un autre petite route... juste un endroit bien habituel et ordinaire, bien am√©ricain, o√Ļ on pouvait manger... C'√©tait un local pas grand, un caf√©-restaurant ouvert toute la nuit. Lorsque je suis entr√© ce Dimanche, il √©tait environ deux heures de l'apr√®s-midi, avant que j'aille pr√™cher cet apr√®s-midi-l√†... j'√©tais pris √† tel point que...

177    Je ne savais que faire. Je suis entr√© et la premi√®re chose que j'ai remarqu√©e, c'√©tait une jeune fille √Ęg√©e d'environ seize √† dix-huit ans, (un cher enfant de papa et cher enfant de maman), debout dans le fond avec un gar√ßon, les mains autour de ses hanches. Un groupe d'adolescents se trouvait aupr√®s du comptoir.

178    J'entendis le bruit d'un appareil √† sous. Puis, j'ai remarqu√© de ce c√īt√©-ci et je vis un policier, les bras autour d'une femme, qui la prenait ainsi par la taille et jouait √† cet appareil √† sous. Maintenant, vous les gens de Buckeye, vous savez que les jeux et les appareils √† sous sont interdits en Ohio. Oui, vous savez que c'est ill√©gal. Et ici, en d√©pit de la loi, on jouait √† cet appareil √† sous! C'√©tait un homme de mon √Ęge, probablement mari√©, et ayant pas mal d'enfants. Il √©tait peut-√™tre bien grand-p√®re. Un policier en patrouille qui jouait √† un appareil √† sous! Et voil√† cette jeune... Qu'est-ce que cette adolescente pouvait bien avoir fait? Comment en √©tait-elle arriv√©e l√†?

179    Je me trouvais l√†. Et personne n'a remarqu√© mon entr√©e; ils √©taient trop occup√©s, la moiti√© d'entre eux √©taient ivres. Ainsi, je les regardais. J'entendis quelqu'un dire: ¬ę Penses-tu donc que la pluie fera du tort √† la rhubarbe? ¬Ľ
    Je tournais les regards de ce c√īt√©-l√†, et je vis une dame assise par ici, une vieille dame de soixante-dix ans. Et la pauvre dame... Je ne reproche √† personne de vouloir para√ģtre √† son avantage, mais lorsqu'elle... Elle s'√©tait arrang√©e... Elle s'√©tait coup√© le sommet des cheveux √† ras et les avait vraiment teints en bleu. Et elle avait une v√©ritable couche de manucure, ou de ce que vous voudrez appeler cette mati√®re qu'elle s'√©tait mise sur le visage, de grosses taches ici et l√†! Et elle portait des shorts, et cette pauvre vieille chose √©tait tellement rid√©e que la chair, la chair molle pendait litt√©ralement ainsi sur ses jambes. Et elle √©tait ivre.
    Elle √©tait assise l√† avec un vieillard qui, en plein √©t√©, portait un de ces vieux pardessus gris de l'arm√©e, en tissu gris-brun-oliv√Ętre. Et ce pardessus lui pendait comme √ßa, et il avait autour du cou une grande √©charpe. Il y en avait deux comme √ßa, tous deux ivres, qui entouraient cette pauvre vieille femme.

180    Je me trouvais l√† et regardais autour de moi. Je dis: ¬ę Dieu, comment peux-Tu supporter cela? Que... que... comment consid√®res-tu une chose pareille? Quand cela me donne (√† moi, p√©cheur sauv√© par gr√Ęce) de telles pens√©es, comment peux-Tu regarder ces choses? Oh! il semble que tu devrais d√©truire ces choses. Est-ce que mes petites filles, Rebekah et Sarah vont devoir subir pareille influence? Est-ce que mes deux petites vont devoir faire face √† cette soci√©t√©, comme elle est aujourd'hui, o√Ļ les gens agissent de la sorte? Dieu, comment pourrais-je... que puis-je faire? ¬Ľ (Evidemment, c'est sa gr√Ęce. S'ils ont √©t√© destin√©s √† la Vie √©ternelle, ils y arriveront; s'ils ne l'√©taient pas, ils n'y arriveront pas. Je n'en sais rien. Cela d√©pend de Dieu. Je ferai mon devoir.)

181    Je songeais: ¬ę Comment peux-Tu le supporter, mon Dieu? Il semble que Tu es tellement Saint que Tu devrais effacer simplement cette chose de la terre. ¬Ľ Je dis: ¬ę Regarde cette pauvre grand-m√®re assise l√†. Regarde cette jeune fille l√†-bas, dans le fond. Et voici une femme debout, √Ęg√©e probablement de vingt-cinq ans. Et ce policier, les bras autour de sa taille, et jouant √† un appareil √† sous! Il n'y a plus de loi, plus de nation. Il n'y a plus d'esprit maternel. Les anciens ne sont plus. Et dans le fond l√†-bas, une jeune fille est assise, et elle est aussi perdue. Regarde les jeunes gens alors qu'ils devraient √™tre √† l'√©glise ou en un endroit semblable! ¬Ľ

182    Et je pensais: ¬ę √Ē Dieu, que puis-je faire? Me voici dans cette ville criant de tout mon coeur, et ils ignorent cela et se comportent comme si... ¬Ľ Je songeais: ¬ę Eh bien! Dieu... ¬Ľ

183    Puis cette pens√©e m'est venue; ¬ę Si Je ne les ai pas appel√©s, comment peuvent-ils venir? Tous ceux que le P√®re m'a donn√©s viendront. Vous avez des yeux, mais ne pouvez voir, des oreilles et vous ne pouvez entendre. ¬Ľ

184    Je pensais: ¬ę Eh bien! si, au lieu des r√©unions de r√©veil, le pr√©sident venait dans cette ville, chacun sortirait de chez soi. ¬Ľ Oh! certainement, car c'est quelque chose de mondain!

185    Puis, je me suis √† penser: ¬ę Eh bien! Dieu, comment se... Pourquoi ne viens-Tu donc pas et n'envoies-Tu pas J√©sus, afin que nous en finissions avec cela? Pourquoi ne passes-Tu pas √† l'action et n'en finis-Tu pas une fois pour toutes? ¬Ľ

186    Puis j'ai commenc√© √† voir quelque chose se mouvoir en face de moi. Cela ressemblait √† un petit tourbillon qui tournait ainsi. J'ai continu√© √† l'observer et j'ai vu la terre qui tournait sans arr√™t. Et je l'observais et je vis comme si on pulv√©risait quelque chose. Et j'ai regard√©, et c'√©tait un jet de sang rouge et cramoisi; d'un c√īt√© √† l'autre, tout autour du monde; c'√©tait tout comme un tourbillon qui l'entourait (comme une com√®te), il y avait un tourbillon tout autour pareil √† ceci. Et je regardais ce tourbillon et juste au-dessus de lui, j'ai vu J√©sus dans la vision. Il regardait en bas. Et je vois moi-m√™me debout ici sur Terre en train de faire des choses que je ne devrais pas faire. Et chaque fois que je p√©chais, Dieu m'aurait tu√©: ¬ę Car le jour o√Ļ tu en mangeras, ce jour-l√† tu mourras. ¬Ľ Et la saintet√© et la justice de Dieu exigent... et vous devriez mourir. Ensuite j'ai regard√© l√† et j'ai continu√© √† me frotter les yeux. Je disais: ¬ę Je ne suis pas... je ne me suis pas endormi. Je suis... C'est une vision. Je suis certain que c'est une vision. ¬Ľ

187    Je continuais √† regarder (tandis que je me trouvais derri√®re la porte.) Et je vis mes propres p√©ch√©s monter. Et chaque fois qu'ils √©taient pr√™ts √† frapper le Tr√īne, Son Sang agissait comme un pare-choc de voiture. Il les attrapait et je vis ce sang √™tre secou√© tandis qu'il coulait de son visage. Et je l'ai vu lever les mains et dire: ¬ę P√®re, pardonne-lui, car il ne sait pas ce qu'il fait. ¬Ľ

188    Je me vis moi-m√™me en train de faire autre chose, cela le secoua √† nouveau, encore un choc. Cela aurait... Dieu m'aurait tu√© sur-le-champ, mais son sang me saisissait. Il s'emparait de mes p√©ch√©s. Je pensais: ¬ę Mon Dieu, ai-je fait cela, moi? Ce n'√©tait certainement pas moi. ¬Ľ Cependant, c'√©tait bien moi!

189    Ensuite, je me mis √† marcher comme ceci, comme si je traversais cette pi√®ce, et je marchais tout pr√®s de lui. J'ai vu un livre qui se trouvait l√† et qui portait mon nom, avec toutes sortes de lettres noires √©crites en travers. Je dis: ¬ę Seigneur, je regrette d'avoir fait cela. Mes p√©ch√©s sont-ils la cause de ce que Tu as d√Ľ faire? Est-ce que c'est moi qui ai r√©pandu Ton sang tout autour du monde? T'ai-je fait cela, Seigneur? Je suis si d√©sol√© de l'avoir fait! ¬Ľ Et Il me tendit la main. Je dis: ¬ę Veux-tu me pardonner? Je n'avais pas l'intention de... je... Toi, par Ta gr√Ęce... j'essaierai d'√™tre un meilleur gars si simplement Tu veux m'aider. ¬Ľ

190    Et de sa main, il s'est tapot√© le c√īt√© et avec son doigt a √©crit ¬ę pardonn√© ¬Ľ sur mon livre, et il l'a lanc√© par derri√®re, au-dessus de lui (la mer de l'oubli.) J'ai observ√© cela un court instant et il dit: ¬ę Maintenant, Je te pardonne, mais toi tu veux la condamner? ¬Ľ Voyez-vous? Il dit: ¬ę Tu es pardonn√©, mais qu'en est-il d'elle? Tu d√©sirais la d√©truire. Tu ne voulais pas qu'elle vive! ¬Ľ

191    Je pensais: ¬ę √Ē Dieu, pardonne-moi! Je n'ai pas pens√© cela volontairement. Je ne voulais pas faire cela, je... je ne voulais pas faire cela! ¬Ľ
192    ¬ę Tu es pardonn√©, et tu te sens tr√®s bien. Mais qu'en est-il d'elle? Elle aussi a besoin! ¬Ľ

193    ¬ę √Ē Dieu, pensais-je, comment pouvais-je savoir qui Tu as appel√© et qui Tu n'as pas appel√©? ¬Ľ Mais ma part consiste √† parler √† chacun.

194    Ainsi, lorsque la vision m'a quitt√©, j'ai march√© vers elle en disant: ¬ę Bonjour, madame. ¬Ľ Les deux hommes s'√©taient dirig√©s vers les toilettes. Et ils... Elle √©tait assise l√†, hoquetant, comprenez-vous, et en train de rire. La bouteille de whisky se trouvait sur la table, ou peut-√™tre √©tait-ce de la bi√®re, de l'alcool, √† l'endroit o√Ļ ils avaient bu. Je me suis avanc√© et lui ait dit: ¬ę Bonjour. ¬Ľ
    Elle a dit: ¬ę Allo! ¬Ľ
    Je lui dis: ¬ę Est-ce que je peux m'asseoir? ¬Ľ
    Elle dit: ¬ę J'ai d√©j√† de la compagnie! ¬Ľ
    Je dis: ¬ę Ce n'est pas pour cela que je viens vers vous, Soeur. ¬Ľ
    Elle m'a regard√© quand je l'ai appel√©e ¬ę Soeur ¬Ľ
    Elle dit: ¬ę Que voulez-vous? ¬Ľ
    Je dis: ¬ę Est-ce que je peux m'asseoir une minute? ¬Ľ
    Elle dit: ¬ę Je vous en prie! ¬Ľ
    Et je me suis assis. Je lui ai racont√© ce qui s'√©tait pass√©.
    Elle dit: ¬ę Comment vous appelez-vous? ¬Ľ
    Je dis: ¬ę Branham. ¬Ľ
    Elle dit: ¬ę √ätes-vous l'homme qui pr√™che ici dans l'ar√®ne? ¬Ľ
    Je dis: ¬ę Oui, madame. ¬Ľ

195    Elle dit: ¬ę J'ai voulu y aller. Monsieur Branham, disait-elle, j'ai √©t√© √©lev√©e dans une famille chr√©tienne. J'ai deux jeunes filles qui sont chr√©tiennes. Mais certaines choses se sont pass√©es, et je me suis retourn√©e... J'ai commenc√© √† prendre le mauvais chemin. ¬Ľ

196    Je dis: ¬ę Mais, ma soeur, peu importe, le Sang vous entoure toujours. Ce monde tout entier est ouvert par le Sang. S'il n'en √©tait pas ainsi, Dieu nous tuerait chacun de nous. Il... Lorsque ce Sang s'en ira, alors, ce sera le jugement. Et maintenant, si vous mourez sans ce Sang, vous passez au-del√† de cet endroit de gr√Ęce, et plus rien ne pourra encore agir en votre faveur. Aujourd'hui, le Sang agit pour vous. ¬Ľ Je dis: ¬ę Madame, certainement que le Sang vous couvre encore. Aussi longtemps que vous avez un souffle de vie dans votre corps, le Sang vous couvre. Mais un jour, lorsque le souffle quittera cet endroit (lorsque l'√Ęme s'en va), vous passerez au-del√† de ce Sang, et il ne restera plus que jugement. Pendant que vous avez une chance pour le pardon... ¬Ľ

197    Et je l'ai prise par la main. Elle pleurait, en disant: ¬ę Mais, monsieur Branham, je bois. ¬Ľ

198    Je dis: ¬ę Cela n'est pas un obstacle. L'une ou l'autre chose m'a averti de venir vous dire ces choses. ¬Ľ Je dis: ¬ę Dieu, avant la fondation du monde, vous a appel√©e, soeur. Et vous agissez mal et ne faites qu'aggraver votre cas. ¬Ľ

199    Elle dit: ¬ę Pensez-vous qu'il aimerait m'avoir moi? ¬Ľ

200    Je dis: ¬ę Certainement qu'il voudrait vous avoir. ¬Ľ

201    Et l√†, elle s'est mise √† genoux, nous nous sommes agenouill√©s au beau milieu du restaurant et nous avons eu une r√©union de pri√®re √† l'ancienne mode. Et le policier a enlev√© son chapeau et fl√©chi un genou. Et l√†, nous avons eu une r√©union de pri√®re, oui, √† cet endroit. Pourquoi? Dieu est souverain... ¬ę C'est pourquoi, laissons de c√īt√© ces oeuvres mortes, tendons √† ce qui est parfait! ¬Ľ Avan√ßons et p√©n√©trons dans cette sph√®re o√Ļ il y a...

202    ¬ę J'appartiens √† l'√©glise. Et j'appartiens √† cela. ¬Ľ Tout cela est termin√©. Et allons vers ce qui est parfait!

203    Mon ami p√©cheur, si tu es sans le Sang aujourd'hui, sans Salut, sans gr√Ęce, le Sang de J√©sus-Christ te tient. Tu dis: ¬ę Eh bien! je me suis d√©brouill√© tout ce temps. ¬Ľ
    Mais un jour tu iras o√Ļ il ne te restera plus rien alors. Prions maintenant, pendant que nous inclinons la t√™te:

204    Y a-t-il... y aurait-il quelqu'un aujourd'hui qui aimerait dire: ¬ę Dieu, sois mis√©ricordieux √† mon √©gard, je me rend compte que j'ai fait du mal. ¬Ľ Peut-√™tre avez-vous adh√©r√© √† l'√©glise. Cela est tr√®s bien. Mais si vous n'avez pas re√ßu la gr√Ęce de Christ, voudriez-vous lever la main et dire: ¬ę Priez pour moi, Fr√®re Branham. ¬Ľ Dieu vous b√©nisse, monsieur! Dieu vous b√©nisse, madame. C'est bien Dieu vous b√©nisse, et vous aussi. Tout, oui, tout au fond, que Dieu vous b√©nisse. Levez la main. C'est bien. Levez simplement la main et dites: ¬ę Dieu, aie piti√© de moi! ¬Ľ

205    Vous dites: ¬ę J'appartiens √† l'√©glise, Fr√®re Branham. Oui, j'ai essay√© d'√™tre bon, mais je ne sais pas... je... il semble que je ne puisse pas le faire. ¬Ľ
    Oh! pauvre p√®lerin, pauvre ami d√©cr√©pi, vous n'avez encore jamais r√©ellement vu la vision!

206    Vous dites: ¬ę Fr√®re Branham, j'ai cri√©. J'ai parl√© en langues. J'ai tout ceci. ¬Ľ
    Cela pourrait √™tre vrai aussi. C'est tr√®s bien, il n'y a rien √† dire contre √ßa. Mais mon cher ami perdu... Mais parler en langues, ou trembler, ou serrer les mains, ou √™tre baptis√©, cela est tr√®s bien, mais le conna√ģtre, c'est conna√ģtre une personne. Le conna√ģtre, c'est la vie!

207    Vous √™tes: ¬ę Je connais la Bible vraiment bien. ¬Ľ
    Eh bien! conna√ģtre la Bible n'est pas la Vie. ¬ę Le conna√ģtre lui (pronom personnel), le conna√ģtre, lui, Christ! ¬Ľ Que vous sachiez qu'Il vous a pardonn√©. Voulez-vous simplement √† nouveau lever les mains. Encore quelqu'un d'autre? Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re, par ici! Dieu vous b√©nisse, tout au fond l√†-bas! C'est vrai, le conna√ģtre, c'est la vie. ¬ę Fr√®re Branham, ne m'oubliez pas. Je vais maintenant, ici m√™me sur mon si√®ge, accepter Christ. ¬Ľ

208    Dites: ¬ę Viens dans mon coeur, Seigneur J√©sus, et donne-moi cette paix, cette douceur. ¬Ľ Aller √† l'√©glise, jouer de la musique aussi fort que possible, danser d'un c√īt√© √† l'autre, courir dans l'all√©e, retourner √† la maison bien fatigu√© puis parler et faire des histoires, ce n'est pas Christ. Vous allez √† l'√©glise, vous vous asseyez et √©coutez un sermon sur la fa√ßon dont le pont va √™tre peint, ou l'une ou l'autre chose de ce genre, et n'entendez jamais la Parole. La Parole apporte la vie. C'est la Semence. Ne voulez-vous pas la paix?

209    √ätes-vous tracass√© au sujet de la mort? Si vous deviez avoir une crise cardiaque aujourd'hui, cela vous embarrasse-t-il? Ou vous r√©jouiriez-vous en disant: ¬ę Je vais √™tre aupr√®s du Seigneur J√©sus au bout de cette route. ¬Ľ? Le connaissez-vous? Si vous ne le connaissez pas, levez simplement la main, nous pr√©senterons une pri√®re pour vous. Oui, mon fr√®re, vous aussi.

210    Tr√®s bien, maintenant dans votre coeur:
Tel que je suis, sans rien à moi,
Sinon ton Sang versé... (pour qui?)... pour moi,
Pour tout changer, Sauveur parfait,
Agneau de Dieu, je viens, je viens. (Tendrement, avec miséricorde.)
Tel que... (Marchez simplement aupr√®s de Lui. A c√īt√© de vous. Il y est.)
Pour lib√©rer mon √Ęme... (de combien maintenant?)...
D'un vi... (colère, malice,)
À lui dont le Sang purifié chaque coin... (Par la foi, je marcherai vers la Croix ce matin, je dépose mes fardeaux)
...je viens!

211    Dieu vous b√©nisse dans le fond [le Fr√®re Branham fredonne l'hymne ‚Äď N.D.√Č.] Ne soyez pas indiff√©rents, maintenant! Chaleureusement, tendrement, marchez droit vers la Croix.

212    Dans l'Ancien Testament, on apportait un agneau. Ils savaient qu'ils avaient p√©ch√©, ils le savaient par les commandements. Vous le savez maintenant, parce que Dieu a parl√© √† votre coeur. Ils ont jet√© un regard sur les commandements: ¬ę Tu ne commettras point d'adult√®re. Tu ne feras point ceci. ¬Ľ Et ils prenaient un agneau, et allaient poser les mains sur l'agneau, et le pr√™tre l'√©gorgeait. Le pauvre petit animal donnait des coups de pattes, saignait, b√™lait et mourait. Les mains √©taient toutes couvertes de sang. L'agneau mourait √† sa place, mais il repartait avec le m√™me d√©sir de refaire la m√™me chose.

213    Mais en ce lieu, nous venons par la foi par le moyen de la gr√Ęce; Dieu nous a appel√©s. Nous posons les mains sur la t√™te de l'Agneau de Dieu. Nous entendons ce marteau qui frappe. Nous entendons cette voix: ¬ę J'ai soif, donne-moi √† boire! P√®re, ne leur impute pas ce p√©ch√©, ils ne savent pas ce qu'ils font! ¬Ľ Voyez-vous, par la foi, nous sentons sa mort l√†, √† notre place. Tout au fond de notre corps vient une paix profonde, bien √©tablie, quand une voix dit: ¬ę Tu es pardonn√© maintenant, va, et ne p√®che plus! ¬Ľ
    Comment par la gr√Ęce, alors, nous repartons avec non pas le m√™me d√©sir, mais un d√©sir de ne plus jamais p√©cher ou de faire quoi que ce soit de mal. La paix qui surpasse toute intelligence est entr√©e dans notre coeur. Puissiez-vous la recevoir maintenant, pendant que nous prions, chacun de nous, ensemble.

214    P√®re C√©leste, ils viennent par la foi, par gr√Ęce. Il y a √† peu pr√®s une douzaine de mains qui se sont lev√©es, ce sont les fruits du message. Ils viennent vers toi. Ils croient. Je crois en eux, √©galement, Seigneur. Je crois que vraiment le Saint-Esprit leur a parl√©. Et par la foi, ils gravissent toute l'√©chelle de Jacob maintenant, arrivent droit au pied de la Croix, y d√©posent tous leurs p√©ch√©s et disent:
    ¬ę Seigneur, c'est trop pour moi. Je ne puis simplement pas le supporter plus longtemps. Enl√®veras-Tu le poids de mon p√©ch√© et le d√©sir de mon coeur de faire ainsi? Et permets que par la foi, en ce jour, je Te re√ßoive comme mon Sauveur personnel. Alors, dor√©navant, je Te suivrai sur chaque kilom√®tre de la route, jusqu'√† la fin du voyage. J'entrevois ce que √ßa signifie de 'tendre √† ce qui est parfait', non pas aller dans l'√©glise, et les racines des oeuvres mortes, comme les bapt√™mes etc. Mais je veux aller de l'avant, jusqu'√† ce que je ne puisse plus vivre et que Christ puisse en moi. ¬Ľ

215    Oh! J√©sus, accorde ceci √† chaque √Ęme p√©nitente ce matin. Tous ceux qui l√®vent les mains, recevront la Vie √©ternelle, parce que tu l'as promis. Ils ont fait une acceptation publique. Ils ont lev√© la main, ils ont bris√© toutes les lois de la gravitation. Ils ont fait que le science ait honte d'elle-m√™me, parce que la science dit que ¬ę nos bras doivent pendre vers le bas ¬Ľ. Tout dans la science prouverait cela: que le bras doit rester li√© √† la terre, parce que la gravitation l'attire vers le bas. Mais il y avait un esprit en eux qui a pris une d√©cision, et ils ont d√©fi√© les lois de la gravitation et lev√© les mains. ¬ę Pardonn√© ¬Ľ!
    L'ancien livre est retourn√© dans le mer de l'oubli, maintenant, pour ne plus jamais √™tre ramen√© au souvenir. Puissent-ils avancer aujourd'hui en tant que chr√©tiens affectueux et doux, pour Te servir. Et √† beaucoup peut-√™tre qui n'ont pas lev√© la main, accorde-le leur aussi.

216    Puissent les saints marcher simplement un peu plus pr√®s de Toi, Seigneur, car nous sommes un jour plus pr√®s de la Maison que nous n'√©tions hier. Sois donc Toi avec nous, Seigneur, car nous le demandons au Nom de Christ et pour Sa gloire. Amen!
EN HAUT