ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Hébreux chapitre 6, Troisième Partie de William Branham a été prêchée 57-0915M La durée est de: 1 heure 40 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Hébreux chapitre 6, Troisième Partie

1    Bonjour, mes amis, c'est un privil√®ge d'√™tre ici.
    Et--et un... pour accomplir cette merveilleuse introduction que notre pasteur nous a donn√©e, voil√† qui requerrait certainement une vraie vie, n'est-ce pas? Alors, nous rendons gr√Ęces √† Dieu pour tout Son grand pouvoir de gu√©rison et Sa mis√©ricorde qu'Il nous a accord√©s √† travers les ann√©es.

2    J'ai maintenant quelques annonces √† faire. Premi√®rement nous, le Fr√®re Wood et le Fr√®re Roberson... Nous voulons tous vous remercier de prier pour nous, que nous ayons un voyage √† l'abri du danger. Nous avons pass√© des moments merveilleux; nous sommes simplement partis quatre jours et demi, je crois, et nous sommes revenus sains et saufs. Le Seigneur nous a vraiment b√©nis.

3    Maintenant, nous annon√ßons que les r√©unions de r√©veil du fr√®re Graham Snelling continuent au bout de la Brigham avenue ici en ville. Et mercredi soir prochain... (Je d√©sire partir demain, apr√®s un service de fun√©railles pour une personne, que j'annoncerai d'ici quelques instants.) Nous vous mettrons au courant mercredi soir, nous voulons aller avec une d√©l√©gation compl√®te pour rendre visite au fr√®re Graham avant qu'il ne termine sa campagne l√†-bas. Et nous essaierons de r√©unir l'√©glise tout enti√®re si nous le pouvons, pour aller en tant que d√©l√©gation √† la rencontre... pour √™tre avec fr√®re Graham dans une de ses r√©unions.

4    Et maintenant cet apr√®s-midi, √† l'√©tablissement de l'entrepreneur de pompes fun√®bres √† Charlestown, il y a une certaine madame Colvin qui jadis est venue √† l'√©glise ici il y a de nombreuses ann√©es, √Ęg√©e de 74 ans, qui a quitt√© cette vie hier, afin de s'en aller pour √™tre avec le Seigneur J√©sus. Et le service de fun√©railles devra √™tre pr√™ch√© lundi par le pasteur monsieur McKinney, qui jadis... a d'abord √©t√© le pasteur de l'√©glise m√©thodiste √† Port Fulton pendant de nombreuses ann√©es et qui √©tait un ami personnel de sa famille. Je dois l'assister lundi √†... je crois que c'est √† une heure trente √† la chapelle de Charlestown, Indiana.
    Et vous tous les amis de la famille Colvin, ils appr√©cieraient, je le sais maintenant, juste quelques paroles d'encouragement ou une simple poign√©e de main. Car nous savons tous ce que c'est, nous qui nous sommes trouv√©s nous-m√™mes dans ces situations, dans les vall√©es, nous savons ce que √ßa signifie de perdre un ami. Aussi nous... elle g√ģt √† la chapelle maintenant, √† Charlestown, Indiana. Si vous y allez cet apr√®s-midi, certainement que la famille Colvin appr√©cierait cela, j'en suis s√Ľr. Beaucoup d'entre eux viennent encore ici au Tabernacle. J'ai mari√©, enterr√©, baptis√© presque toute leur famille. Et monsieur Grayson qui √©tait notre voisin ici m√™me est l'entrepreneur de pompes fun√®bres l√†-bas.

5    Et alors, ce soir, le Seigneur voulant, l√† o√Ļ nous avions laiss√© la chose ce matin, nous essaierons de reprendre ce soir, dans cette grande √©tude dans laquelle nous nous sommes maintenant... Donc, je pense que c'√©tait les annonces pour autant que je sache. Et pour mercredi soir, nous annoncerons ce soir que nous irons l√†-haut pour √™tre avec le Fr√®re Graham.

6    Nous souhaitons la bienvenue √† tous les √©trangers se trouvant dans nos portes. Et nous sommes heureux de vous voir ici ce matin et nous prions que Dieu vous b√©nisse extr√™mement et abondamment aujourd'hui pour ce rassemblement.

7    Le Fr√®re Cox vient juste de me dire que l'√©quipement de sonorisation n'a pas fonctionn√© trop bien pour le moment. C'est peut-√™tre d√Ľ au temps, il y a √©norm√©ment d'humidit√© dans les haut-parleurs l√†-bas. Et ils ne sont d√©j√† pas trop bons pour commencer; cela pourrait donc en √™tre la cause.

8    Tandis que je vois une soeur ici pr√©sente que je connais, la Soeur Arganbright, je... Ce n'est pas gentil et--et selon les convenances de demander ceci, mais avez-vous eu des nouvelles du Fr√®re Arganbright depuis qu'il est all√© de l'autre c√īt√© de l'oc√©an. Je suis tr√®s int√©ress√© d'entendre de ses nouvelles d√®s que ce sera possible. Il est en Suisse et en Allemagne, dans une r√©union l√†-bas avec le Fr√®re Tommy Hicks et Paul Cain. Si vous entendez quelque chose, Soeur Ruth, faites-le moi savoir tout de suite, aussi vite que vous le pouvez.

9    Maintenant, le petit Tabernacle n'a pas d'adh√©rents mais nous avons de la communion. Nous n'avons pas de credo, si ce n'est Christ, pas de loi sinon l'Amour, pas de livre sinon la Bible! C'est l√† le seul Livre que nous connaissions, et la seule chose que nous sachions. Comme nous avons... Comme le Sang de J√©sus-Christ nous purifie de tous p√©ch√©s, nous avons communion l'un avec l'autre, chacun.

10    J'ai remarqu√© ce matin, et je dis ceci √† certains d'entre vous qui pourraient avoir entendu prier le Fr√®re, que c'√©tait un catholique aussi... ou pr√©c√©demment un cathodique, car nous avons toutes sortes de gens qui viennent ici. J'ai juste eu le privil√®ge il y a quelques moments de serrer la main √† un fr√®re Mennonite ici pr√©sent. Et les membres Mennonites, ou quiconque veut, qu'ils viennent! Nous communions ensemble autour des b√©n√©dictions de la Parole de Dieu. Nous trouvons ici pr√©sents des T√©moins de J√©hovah et diff√©rentes sortes de gens, de d√©nominations si diff√©rentes.

11    Autrefois j'aimais (en fait, je l'aime encore) l'Ouest. J'aime les chevaux et les troupeaux. J'ai simplement √©t√© √† la ferme, et je l'aime. Nous √©tions accoutum√©s √† voir le rassemblement du b√©tail, et j'allais avec eux et nous avions une ¬ęcl√īture de rassemblement¬Ľ. J'ignore si vous, les gens de l'Est, savez ce qu'est une ¬ęcl√īture de rassemblement¬Ľ ou non. C'est quand on met le troupeau dans la for√™t: on met une cl√īture pour les emp√™cher de ¬ęd√©river¬Ľ comme ils disent, de revenir vers les fermes. Ils mangeraient toute l'herbe, alors qu'on laisse cro√ģtre l'herbe pour la p√Ęture d'hiver.
    Et alors, l√†-haut sur la montagne, on a √©galement des ¬ęcl√ītures de rassemblement¬Ľ o√Ļ on s√©pare autant de femelles et de m√Ęles, et tout le reste, cela s'appelle une ¬ęcl√īture de rassemblement¬Ľ. Mais la principale cl√īture de rassemblement, c'est l√† o√Ļ se trouve le vacher quand le troupeau passe.

12    Je me suis donc trouv√© l√† pas mal de jours sur ma selle et je les observais alors que le troupeau passait. Il y en avait avec toutes sortes de marques qui p√©n√©traient. Il y en avait certains qui s'appelaient ¬ędiamant¬Ľ, et certains appel√©s ¬ęBar X¬Ľ, et certains... les n√ītres √©taient les ¬ęTr√©pieds¬Ľ, quelque chose comme un embl√®me de boy-scout. Les suivants, plus bas, √©taient une ¬ęTrace de Turquie¬Ľ [Noms de races de bovins en anglais. ‚Äď N.D.T.] sur le cheval. Et il y avait toutes sortes de marques diff√©rentes au fer rouge, pour reconna√ģtre son troupeau quand on le sortait.

13    Or le vacher n'√©tait pas tellement int√©ress√© de savoir quelle marque ils avaient, mais voici ce qui comptait, ce qui int√©ressait le vacher √©tait de voir une √©tiquette dans l'oreille. Tout ce qui entrait l√†, peu importe quelle √©tait la marque, devait √™tre un Hereford pur-sang. Il ne pouvait entrer l√† s'il n'√©tait pas un Hereford; ce devait √™tre un b√©tail enregistr√©, sinon il ne pouvait pas passer.

14    Je pense qu'en ce jour-l√† o√Ļ le Seigneur viendra, Il ne pr√™tera aucune attention √† la marque que nous portons, mais bien √† savoir si nous sommes tous des chr√©tiens n√©s de nouveau. C'est vrai! C'est l√† le troupeau de Christ. Le reste du sang va nous prouver que nous sommes des chr√©tiens. Et si nous allons tous √™tre ainsi l√†-bas, nous pourrions tout aussi bien √™tre ainsi ici. Ne pensez-vous pas cela? C'est ainsi que nous appr√©cions toute communion de toutes les diff√©rentes √©glises.

15    Maintenant, nous sommes en train d'√©tudier dans ce livre b√©ni des H√©breux. Un fr√®re y a tellement pris plaisir qu'il en a pris les bandes et qu'il est en train de faire un livre de conf√©rences √† ce sujet.

16    Maintenant, nous allons aborder tr√®s bient√īt le chapitre 2. Nous nous attendons √† passer l'hiver sur ce sujet, le chapitre 2. Pour chacun de ces personnages, nous souhaitons remonter le livre et faire en sorte que soient li√©es ensemble toutes les √Čcritures. J'allais le faire... je le fais en partie, pour certaines parties de ceci (de ces chapitres pr√©c√©dents), pour faire en sorte que le livre entier soit li√© ensemble. Car, voyez-vous, l'√Čcriture doit prouver l'√Čcriture.

17    C'est pourquoi, s'il y a quelque contradiction, que certains penseraient que ¬ęles √Čcritures se contredisent entre elles¬Ľ, c'est une erreur! Aucune √Čcriture ne contredit les autres passages des √Čcritures. La contradiction, on la trouve dans le fait que l'√Čcriture contredit peut-√™tre notre fa√ßon de voir la Chose, mais Elle ne se contredit pas en Elle-m√™me! J'ai √©t√© dans le minist√®re pendant maintenant vingt-six ans, et je n'ai jamais trouv√© une seule fois une chose dans la Bible qui contredise une autre chose qui a √©t√© √©crit dans la Bible, et je sais tout simplement que √ßa ne se trouve pas.

18    Aujourd'hui, nous √©tudions l'un des chapitres les plus b√©nis des H√©breux, le chapitre 7. Et si quelqu'un n'a pas de Bible et qui aimerait nous suivre dans la lecture, nous serions heureux de vous apporter une Bible, si vous levez simplement la main. Je demanderai √† quelques-uns des anciens... Que quelqu'un vienne ici pour prendre quelques... Il y en a qui l√®vent les mains l√†-bas dans le fond et... Merci, mon fr√®re. Et si vous d√©sirez une Bible, levez simplement la main et on vous l'apportera.

19    La seule fa√ßon maintenant par laquelle une √©glise puisse √™tre √©difi√©e, la seule fa√ßon pour un homme d'avoir la Foi, ce n'est pas par sa d√©nomination, pas par son affiliation, sa Foi n'est pas fond√©e sur la th√©ologie des id√©es d'hommes (car ce n'est pratiquement rien d'autre que l'homme), mais la seule mani√®re que la Foi puisse trouver son solennel lieu de repos, c'est sur la Parole immuable et inchangeable de Dieu. ¬ęLa Foi vient de ce qu'on entend, de ce qu'on entend la Parole.¬Ľ Voil√† ce que cela requiert. Et quand la Foi est entendue et accept√©e, c'est r√©gl√© pour toujours. Plus rien ne peut plus jamais la remuer, peu importe ce qui va ou ce qui vient. Plus rien ne peut jamais changer cette Foi. Songez-y!
    Vous √™tes ancr√© et vous ne changez plus, pour le temps et l'√©ternit√©! Vous √™tes ancr√© √† jamais! ¬ęCar Dieu, par un seul sacrifice, a amen√© √† la perfection pour toujours ceux qui sont sanctifi√©s, ou appel√©s.¬Ľ

20    Et la Foi occupe une telle place dans le chr√©tien, dans la vie du croyant, qu'elle peut prendre position √† c√īt√© d'un tombeau boueux ou au-dessus d'un cercueil, ou quand un pr√©cieux b√©b√© ou un √™tre ch√©ri est pass√© de cette vie √† l'au-del√†, et avec le regard aust√®re d'un oeil d'aigle, on peut regarder √† Celui qui a dit: ¬ęJe suis la r√©surrection et la Vie.¬Ľ Et on oublie ce qui est dans le pass√©, on court vers le but de la vocation c√©leste!

21    Je suis tellement heureux que Dieu ait pourvu √† cela et en ait fait un don gratuit pour tous. Voil√† ce que les √©glises doivent √™tre. L'expression ¬ęles √©glises¬Ľ ne signifie pas des d√©nominations ou des organisations, elle signifie ¬ędes groupes de gens (de croyants) qui se sont r√©unis ensemble dans la communion de la Parole¬Ľ.

22    Et dans ce merveilleux enseignement ici, ce saint Paul, comme arri√®re-plan, dans les chapitres pr√©c√©dents, il a trait√© de mani√®re sp√©cifique de la D√©it√© supr√™me du Seigneur J√©sus et de qui Il √©tait. Christ √©tait Dieu fait de telle mani√®re que l'homme puisse Le sentir et Le toucher, et avoir communion avec Lui. Christ, le Seigneur J√©sus, √©tait le corps dans lequel Dieu a demeur√©. ¬ęDieu a √©t√© fait chair, et il a habit√© parmi nous.¬Ľ 1 Timoth√©e 3:16. ¬ęSans contredit, le myst√®re de la pi√©t√© est grand, car Dieu a √©t√© manifest√© en chair.¬Ľ

23    Le grand J√©hovah est descendu et a √©t√© rendu tangible en vivant dans le corps de son propre Fils, faisant ses d√©clarations et r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. Dieu n'√©tait rien... Christ n'√©tait rien de moins que Dieu, et Dieu n'√©tait rien de moins que Christ. Les deux ensemble ont constitu√© corporellement le Divin, abaiss√© pour un peu de temps au-dessous des anges afin qu'Il puisse souffrir. Les anges ne peuvent pas souffrir! J√©sus √©tait le Tabernacle dans lequel Dieu demeurait.

24    La Bible a dit, au chapitre 7 des Actes des Ap√ītres que: ¬ęTu n'as voulu ni tabernacles ni holocaustes... (plut√īt)... ni sacrifices ni holocaustes, mais tu m'as form√© un corps. Cependant le Tr√®s-Haut n'habite pas dans des tabernacles faits de main d'homme, mais Tu M'as form√© un corps.¬Ľ C'est-√†-dire en tabernaclant ou demeurant dans une communion avec l'homme.

25    Si Dieu le permet, d√®s que nous en aurons termin√© avec ce livre, nous reviendrons en arri√®re et prendrons le livre de Ruth pour y monter comment Dieu est devenu notre parent pour r√©concilier avec Lui-m√™me ceux qui √©taient perdus en ayant communion avec nous et en devenant l'un des n√ītres. Le Sauveur doit √™tre un parent, et la seule mani√®re par laquelle Dieu p√Ľt devenir notre parent, √©tait de devenir l'un des n√ītres. Il ne pouvait donc pas devenir un Ange et √™tre apparent√© √† l'homme.

26    Hier soir, quand je parlais au fils au coeur bris√©, mon coll√®gue, le fils dont la m√®re venait juste de d√©c√©der, il m'a dit: ¬ęOh! fr√®re Bill, je suppose qu'elle est un ange ce soir.¬Ľ

27    Je dis: ¬ęNon, Earl, elle ne sera jamais un ange. Elle est une femme ce soir, juste telle que Dieu l'a faite, et elle le sera toujours; elle ne sera jamais un ange.¬Ľ Dieu a fait les anges. Il n'a jamais fait en sorte que les hommes deviennent des anges. Il a fait les anges et les hommes. Les hommes ne seront donc jamais des anges, et les anges ne seront jamais des hommes! Dieu les a faits diff√©rents.

28    Alors, et dans le fait que Christ soit devenu chair pour sauver de ce grand au-del√† o√Ļ l'homme √©tait tomb√© et o√Ļ cette immortalit√© √©tait tomb√©e √† cause du p√©ch√©... Dieu est descendu et a rev√™tu la forme d'un homme, et est devenu notre parent, afin qu'Il puisse supporter nos p√©ch√©s et notre mort.

29    Et dans une des illustrations que nous avons donn√©es, dans les le√ßons pr√©c√©dentes... (simplement un petit arri√®re-plan afin que les nouveaux venus puissent comprendre)... Dieu, sur son chemin du Calvaire, tandis que l'aiguillon de la mort √©tait sur Lui et qu'il bourdonnait autour de Lui, cet aiguillon L'a finalement piqu√© jusqu'√† ce qu'Il meure. Il est mort √† tel point que le soleil s'arr√™ta de briller. Il est tellement mort que la lune et les √©toiles ne donn√®rent plus leur lumi√®re. Mais quoi?

30    Il devait faire cela pour ancrer l'aiguillon de la mort. S'Il avait √©t√© une personne immortelle, s'Il avait √©t√© dans sa th√©ophanie ou s'Il avait √©t√© dans l'Esprit, la mort n'a aucun contr√īle sur ces choses! Il fallait qu'Il devienne chair, afin qu'Il puisse prendre l'aiguillon de la mort. Mais lorsqu'une abeille ou un insecte qui pique... une fois qu'il a piqu√© profond√©ment, il ne piquera plus jamais. Il laisse son aiguillon dans la chair. Et c'est l√† ce que Christ... ou ce que Dieu est devenu, Christ a v√©cu dans la chair afin qu'Il puisse ancrer dans sa propre chair l'aiguillon de la mort. Et lorsque la mort s'est d√©gag√©e de Lui √† la Croix, elle a laiss√©e son dard, cela ne pouvait plus jamais piquer un croyant! Elle peut faire un bruit vrombissant, elle peut faire un bourdonnement et une menace, mais elle ne peut pas piquer! Elle n'a pas de dard!

31    Le grand saint Paul, dans sa marche de la mort, cria et dit: ¬ę√Ē mort, o√Ļ est ton aiguillon? Et Had√®s, o√Ļ est ta victoire? Mais gr√Ęces soient rendues √† Dieu, qui nous a donn√© la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ!¬Ľ car, et la mort et le tombeau ont perdu leur pouvoir!

32    Donc... alors, Dimanche dernier, nous avons pris: ¬ęLaissant les √©l√©ments de la Parole de Christ¬Ľ, au chapitre six, et nous avons lu ceci: ¬ęTendons √† ce qui est parfait.¬Ľ Et nous avons d√©couvert que les gens aujourd'hui dans nombre d'√©glises tout comme au Branham-Tabernacle et dans diff√©rentes √©glises, nous mettons trop l'accent sur l'√©tude des √©l√©ments de Christ: ¬ęIl √©tait le Fils d'Abraham, il √©tait le fils d'un tel, et ainsi de suite jusque dans les g√©n√©alogies.¬Ľ
    Mais la Bible dit: ¬ęMettons ces choses de c√īt√© et tendons √† ce qui est parfait!¬Ľ

33    D'abord, vous devez conna√ģtre la doctrine, et ensuite il vous faut conna√ģtre toutes ces choses; alors mettons-les de c√īt√©, dit-il, ce qui concerne la r√©surrection des morts, l'imposition des mains, les bapt√™mes et tous ces articles morts de Dieu. Car, ils n'ont point de vie en eux. Mais l'√©glise aujourd'hui va simplement vers ces choses: ¬ęOh! nous croyons en la Divinit√© de Christ.¬Ľ (Oui, certainement,) ¬ęNous croyons au bapt√™me d'eau¬Ľ (oui, certainement,) ¬ęl'imposition des mains!¬Ľ

34    Paul dit: ¬ęNous ferons tout ceci, si Dieu le permet. Mais face √† tout cela, mettons ces choses de c√īt√© maintenant et tendons √† ce qui est parfait!¬Ľ

35    Or, l'√©glise ne peut √™tre rendue parfaite par des organisations. Cela l'√©loigne constamment de Dieu tout le temps, et √©loigne l'un de l'autre. Nous dressons des barri√®res, nous nous s√©parons, n'ayant apparemment pas la foi. Mais alors, quand nous laissons ces √©l√©ments de la Parole, si nous continuons √† avancer vers la perfection, alors ces petites choses n'ont plus beaucoup d'utilit√©.

36    Nous entrons dans une relation et nous d√©couvrons que la seule mani√®re que nous puissions √™tre rendus parfaits est d'√™tre en Christ. Et nous d√©couvrons alors, par les enseignements de la Bible, que... comment nous entrons en Christ. Pas par le bapt√™me d'eau, pas par l'imposition des mains, pas par l'enseignement, mais ¬ęnous avons tous √©t√© baptis√©s dans un seul Esprit, pour former un seul corps, et sommes rendus parfaits par sa souffrance.¬Ľ Alors, nous avons une apparence diff√©rente, nous pensons diff√©remment, nous agissons diff√©remment, nous vivons diff√©remment. Ce n'est pas parce que c'est un devoir ou que nous appartenions √† l'√©glise, mais √† cause de ¬ęl'amour que Dieu a r√©pandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit!¬Ľ, qui fait de nous des concitoyens du Royaume de Dieu, et alors il n'y a ni d√©nomination ni barri√®res l√†-dedans. Nous sommes tous un Corps puissant.

37    Maintenant, nous sommes pr√™ts pour entrer dans la le√ßon du matin, dans quelques instants. Une chose de plus √† laquelle j'aimerais arriver, c'est que Paul nous parle dans le livre au sujet du chapitre 7, ou du chapitre 6, et nous d√©couvrons ici que nous sommes rendus parfaits en Christ. Alors au verset 13 du chapitre 6, simplement un petit arri√®re-plan:
    Lorsque Dieu fit la promesse √† Abraham, ne pouvant jurer par un plus grand que lui, il aura par lui-m√™me. (Dieu jura par lui-m√™me, parce qu'il ne pouvait pas jurer par quelqu'un de plus grand.)

38    Alors, nous allons revenir en arri√®re, passons aux Galates juste quelques instants. Retournez au livre des Galates 3:16. Et nous lirons ici, simplement un instant, au sujet de ce par quoi Il a jur√©:
    Or les promesses ont √©t√© faites √† Abraham et √† sa post√©rit√©. Il n'est pas dit: et aux post√©rit√©s, comme s'il s'agissait de plusieurs mais en tant qu'il s'agit d'une seule:... √† la post√©rit√©, c'est-√†-dire, √† Christ.

39    Maintenant, si vous pouvez le remarquer, en regardant de bien pr√®s, remarquez en lisant:
    ...les promesses (pluriel) ont √©t√© faites √† Abraham et sa Post√©rit√©...

40    Or, la Post√©rit√© d'Abraham √©tait une seule, c'est-√†-dire Christ (et en pr√©figuration, Isaac). Mais Abraham avait beaucoup d'enfants. Il en avait un avant d'avoir Isaac, ce qui a montr√© l'erreur dans l'incr√©dulit√© de Sara√Į qui voulait que Anne produise l'enfant, pensant qu'elle-m√™me √©tait trop √Ęg√©e, et que Dieu contourne la chose en frayant une voie diff√©rente de celle qu'Il avait promise de faire.

41    Mais Dieu tient sa promesse! Peu importe combien cela peut para√ģtre d√©raisonnable, Dieu est oblig√© de tenir sa promesse. Et Sara√Į pensait que peut-√™tre elle pouvait ordonner √† Anne, ou plut√īt √† Agar, sa servante, de donner naissance √† un b√©b√© par Abraham et qu'elle prendrait l'enfant. Cela devint Isma√ęl, qui fut une √©charde dans la chair √† partir d'alors jusqu'√† maintenant. C'est toujours une √©charde dans la chair, car de l√† sont issus les Arabes et ils ont toujours √©t√© ainsi.

42    Maintenant, chaque fois que vous √™tes incr√©dules √† l'√©gard de la Parole de Dieu sans fard et que vous acceptez une autre voie, ce sera une √©charde dans votre chair √† partir de l√†. Vous devez recevoir simplement ce que Dieu a dit. S'il l'a dit, c'est tout simplement ce qu'Il entend par l√† (oh! lou√© soit Son Nom!) prenez simplement Sa Parole!

43    Peu importe ce qui essaie de contourner cela, comme ¬ęeh bien! ceci ne signifie pas vraiment cela.¬Ľ
    Cela signifie exactement ce qui est dit, quand Dieu fait une promesse!

44    Maintenant, si nous faisons tr√®s attention:
    ...les promesses ont √©t√© faites... √† Abraham et √† sa post√©rit√©.
    Un seul √©tait la Post√©rit√© (singulier), et l'autre c'√©tait des promesses, il y a plus d'une promesse et plus d'une personne qui sont incluses dans la Post√©rit√© d'Abraham. Voyez-vous, il y a une Semence, mais beaucoup de personnes de cette Post√©rit√©. Voyez-vous, elles n'√©taient pas simplement pour Abraham toute la Post√©rit√© d'Abraham. Les promesses ont √©t√© faites √† absolument chaque semence individuelle de cette Post√©rit√©. Vous comprenez?

45    C'est pourquoi nous, √©tant morts en Christ, conform√©ment aux √Čcritures nous rev√™tons la Post√©rit√© d'Abraham et sommes h√©ritiers conform√©ment √† la promesse, non pas en adh√©rant √† l'√©glise, ou en √©tablissant les articles morts ou etc. Mais par le fait d'√™tre n√©s de l'Esprit de Christ, nous sommes la Post√©rit√© d'Abraham et sommes coh√©ritiers avec Lui dans le Royaume.

46    Alors, nous continuons donc √† lire, simplement un peu plus loin maintenant. Dieu fait un serment. Maintenant, le verset 17 du chapitre 6:
    C'est pourquoi Dieu, voulant avec plus d'√©vidence... Dieu voulant montrer avec plus d'√©vidence aux h√©ritiers de la promesse l'immuabilit√© de la r√©solution, intervient avec un serment.

47    Oh! reposons-nous donc simplement quelques minutes: ¬ęDieu voulant davantage...!¬Ľ Non pas qu'Il ait √† vouloir plus, mais pour faire de ceci une chose certaine!

48    Donc, nous avons d√©j√† d√©couvert que Dieu s'est fait chair, qu'Il a habit√© parmi nous, comment Il s'est Lui-m√™me manifest√© √† l'√©gard du monde. Lorsqu'Il trouva la femme en √©tat d'adult√®re, Il dit: ¬ęJe ne te condamne pas; va, et ne p√®che plus!¬Ľ Lorsqu'Il trouva les malades, Il se comporta exactement comme Il devait se comporter, car Il √©tait Dieu, et Il gu√©rit les malades. Il ressuscita les morts. Il pardonna les p√©ch√©s, peu importe combien ils √©taient grands et nombreux, et combien la personne avait r√©trograd√©. Il leur pardonna, de toute mani√®re, s'ils √©taient d√©sireux de venir et de demander pardon.

49    Maintenant, faites attention! Si Dieu a agi une fois dans une certaine circonstance et si cette m√™me circonstance se pr√©sente √† nouveau, Il doit agir la seconde fois comme Il l'a fait la premi√®re fois, sans quoi Il serait injuste. Voyez-vous? Peu importe combien vous √™tes enfonc√©s dans le p√©ch√©, combien vous pouvez √™tre avilis l√†-dedans, Il est tenu d'agir √† votre √©gard comme Il l'a fait √† l'√©gard de cette femme d√©chue, sans quoi Il avait mal agi alors.

50    Le comportement de Dieu, c'est la personne, et ce qu'Il est dans son comportement d√©clare sa personne. Et c'est ainsi que ce que vous √™tes, dans votre comportement dans la vie, cela exprime qui vous √™tes. Comme nous l'avons vu et parcouru lors de la derni√®re ou avant derni√®re le√ßon, les M√©thodistes voulaient affirmer que ¬ęQuand on crie, on l'a¬Ľ.
    Les pentec√ītistes disent: ¬ęQuand vous avez parl√© en langues, vous l'avez.¬Ľ
    Les ¬ętrembleurs¬Ľ disent: ¬ęQuand on tremble, on l'a¬Ľ les Trembleurs de Pennsylvanie [¬ęPennsylvania Shakers¬Ľ ‚Äď N.D.T.]
    Et nous d√©couvrons qu'ils sont tous dans l'erreur. Votre vie d√©clare la chose! Votre personne d√©clare ce que vous √™tes, un homme est connu par ses oeuvres. Et quelle que soit votre vie...

51    Vous avez entendu la vieille histoire: ¬ęVotre vie parle tellement fort que je ne puis entendre vos paroles!¬Ľ Ainsi, quoi que vous soyez, vous l'√™tes! La vie que vous vivez montre quelle sorte d'esprit est en vous.

52    Et alors, on peut imiter la chose fausse... ou, imiter la vraie chose, voil√† ce que je dis maintenant, vous pouvez imiter un chr√©tien, mais bient√īt il viendra un temps o√Ļ la tension viendra, et elle montrera ce que vous √™tes. Une cha√ģne est aussi forte que son cha√ģnon le plus faible!

53    Lorsque Christ, le Fils de Dieu, a √©t√© mis √† l'√©preuve, cela a montr√© ce qu'Il √©tait. S√Ľrement! Quand vous serez mis √† l'√©preuve, √ßa prouvera ce que vous √™tes. Votre vie refl√®te toujours ce qu'il y a √† l'int√©rieur de vous. Dans un proche avenir... Mais soyez certains que vos p√©ch√©s ne vous d√©couvrent pas. Et c'est cela que nous essayons de dire.

54    J√©sus dit, dans Saint Jean 5:74: ¬ęCelui qui √©coute... (pas celui qui tremble, celui qui parle, celui qui...) celui qui √©coute Ma Parole, et qui croit √† celui qui m'a envoy√©, a la Vie √©ternelle et ne viendra jamais en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie.¬Ľ

55    C'est votre foi! Et votre foi, confess√©e par vos l√®vres, rend manifeste aux gens qui peuvent entendre, mais votre vie est ouverte devant tous. Ainsi, peu importe combien vous essayez de vous conduire comme ceci et de faire comme cela, √ßa ne marchera jamais, il faut que la Chose soit en vous. Voil√† le vrai moyen de toute l'histoire. Votre foi personnelle dans le Christ ressuscit√© en tant que votre Sauveur; qu'Il est √† la droite de Dieu agissant √† votre place ce matin alors que vous agissez √† Sa place ici-bas comme t√©moin. Un t√©moin c'est celui qui agit √† la place de quelqu'un, qui se tient pour vous comme t√©moin. Et comme votre vie refl√®te ici ce qu'est votre t√©moignage en Christ, elle refl√®te l√†-haut et elle refl√®te ici pour vous, Il refl√®te et l√†-haut et ici. Ainsi vous √™tes... C'est par votre foi que vous √™tes sauv√©, et par elle seule. Ainsi, les sensations, les √©motions, les sentiments, ou quoi que ce soit, n'y ont aucune place.

56    Alors, je ne suis pas... ceci... Maintenant, ne vous faites pas de fausse id√©e en pensant que je ne crois pas dans ces √©motions. Certainement j'y crois! Mais ce dont nous traitons maintenant, ce que nous essayons d'exercer avec les gens de ce jour, ce ne sont pas les √©motions. Le diable a pris ces choses et les a utilis√©es de mani√®re d√©sordonn√©e avec les gens en leur faisant baser leur destination √©ternelle sur une √©motion! le fait de crier, parler en langues, aller √† l'√©glise tous les Dimanches, se comporter comme un chr√©tien, cela ne rapportera rien du tout en ce jour-l√†! ¬ęSi un homme ne na√ģt de nouveau!...¬Ľ Et votre vie refl√®te ce que vous √™tes √† l'int√©rieur, voyez, pas vos √©motions!

57    Vous pouvez avoir du sang dans les mains, vous pouvez parler en langues, vous pouvez gu√©rir les malades, vous pouvez d√©placer des montagnes avec votre foi, et vous n'√™tes toujours rien! 1 Corinthiens 13, voyez-vous. Il faut que ce soit quelque chose qui se produise par une naissance qui vient de Dieu, et Dieu apporte une nouvelle naissance en vous et vous donne une partie de Lui-m√™me. Alors ces choses sont! Vous √™tes une nouvelle cr√©ation. ¬ęJe leur donne la Vie...¬Ľ

58    Nous avons examin√© le mot ¬ę√©ternel¬Ľ. ¬ęPour toujours¬Ľ, c'est ¬ęun espace de temps¬Ľ. L'√©ternit√©, c'est pour toujours, pour toujours et pour toujours, mais il n'y a qu'une seule √©ternit√©; et nous d√©couvrons que l'on re√ßoit la ¬ęVie √©ternelle¬Ľ, et le mot en grec est ¬ęZo√©¬Ľ, ce qui signifie ¬ęla vie de Dieu¬Ľ, et vous recevez une partie de la vie de Dieu, qui fait de vous un fils spirituel de Dieu, et vous √™tes juste aussi √©ternel que Dieu! Vous n'avez pas de fin, pas d'endroit o√Ļ vous arr√™ter, parce que vous n'avez pas eu d'endroit o√Ļ commencer. Tout ce qui a un commencement a une fin, et ce qui est sans commencement n'a pas de fin.

59    Combien nous aimons cette pr√©cieuse Parole! combien le chr√©tien devait √™tre fond√© dans la Foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes et ne pas flotter d'endroit en endroit, et adh√©rer √† diverses √©glises. Toute √©glise √† laquelle vous d√©sirez appartenir est tr√®s bien aussi longtemps que vous √™tes chr√©tien; mais mettez la premi√®re chose en premier lieu, c'est-√†-dire la naissance qui fait de vous des √™tres apparent√©s √† Dieu comme Dieu est devenu votre parent.

60    Il est devenu notre parent afin de pouvoir vous ressusciter... Avant qu'Il puisse vous ressusciter, Il doit vous donner la Vie √©ternelle. Alors Dieu devait devenir notre parent pour recevoir la mort, afin de vous ressusciter. Alors, vous devez devenir apparent√©s √† Lui, afin d'entrer dans la r√©surrection. Vous voyez ce que c'est? C'est simplement un √©change. Dieu est devenu vous afin que vous puissiez devenir Dieu. Voyez-vous? Dieu est devenu une partie de vous (chair), afin que vous puissiez devenir par sa gr√Ęce une partie de Lui (c'est tout, pour avoir la Vie √©ternelle). Quelle belle image! Et, oh! nous T'aimons!

61    Maintenant:
    ...Dieu, voulant avec plus d'√©vidence... (il ne le devait pas, mais il √©tait d√©sireux de le faire.)

62    J'en suis tellement heureux (pas vous?), que notre Dieu soit d√©sireux! Regardez, qu'en serait-il, s'Il n'√©tait pas patient? Quel est le fruit de l'Esprit? l'Amour, la joie, la fid√©lit√©, la paix, la longanimit√©. Voil√† une partie de Dieu qui est en vous. Et peut... la patience, supporter les fardeaux les uns des autres. Le pardon r√©ciproque, comme Dieu vous a pardonn√©, √† cause de Christ. L'Esprit de Dieu en vous, vous rend ainsi. Et alors, quand Dieu √©tait ici-bas et qu'Il est devenu vous, qu'Il est devenu p√©ch√©, quand Lui, a pris votre p√©ch√©, Il l'a port√© pour vous et en a pay√© le ch√Ętiment. Dieu est patient, supportant nos fardeaux.

63    Ensuite, c'est un Dieu bon. Si vous voulez que... certaines choses √† votre fa√ßon, vous savez que Dieu a la bont√© de faire cela. Il aime vous rendre--rendre heureux. Il veut... Il est Amour, et Son amour va jusqu'√† Le contraindre parfois √† descendre, pour que vous ayez les choses que vous voulez.

64    Regardez Thomas, apr√®s la r√©surrection, Thomas ne voulait pas croire. Oh! il a beaucoup d'enfants aujourd'hui! Mais Thomas disait: ¬ęNon, non! il me faudra avoir quelque √©vidence. Je devrai mettre mes mains dans son c√īt√© et dans son... mettre mes doigts par ici dans ses mains, avant que je ne le croie! Peu m'importe ce que vous dites.¬Ľ
    Voyez-vous, il √©tait compl√®tement en dehors de l'ordre scripturaire, √† ce moment-m√™me. Vous √™tes cens√© le croire! Aussi il disait: ¬ęJe dois avoir une sorte d'√©vidence, pour le prouver.¬Ľ

65    Et J√©sus est apparu, car il est bon: ¬ęViens donc, Thomas, si c'est l√† ce que tu veux, eh bien! nous y voil√†. Tu peux l'avoir.¬Ľ

66    C'est ainsi que nous sommes! Nous disons: ¬ęSeigneur, je dois parler en langues. Je dois crier, je dois...¬Ľ

67    ¬ęOh! vas-y! Je permettrai que tu l'aies.¬Ľ
    Il est bon.

68    Aussi, il enfonce les mains dans Son c√īt√©; alors il dit: ¬ęOh! c'est mon Seigneur et mon Dieu!¬Ľ

69    Il dit: ¬ęAlors, Thomas, tu crois depuis que tu as vu. Mais combien plus grande est la r√©compense de ceux qui n'ont pas d'√©vidence et cependant le croient!¬Ľ Nous y voil√†! C'est l√† que nous devons aboutir. ¬ęCombien pour grande est la r√©compense de ceux qui n'ont rien vu mais cependant le croient!¬Ľ C'est un acte de foi, que nous l'acceptons.

70    Maintenant, je crois que les signes accompagnent les croyants, mais mettons les premi√®res choses en premier lieu. Vous pouvez avoir les signes sans Ceci. Paul a dit que vous pouviez les avoir, il dit: ¬ęJe pourrais parler en langues comme les hommes et les anges: je ne suis rien! Je puis d√©placer des montagnes par la foi; je ne suis rien! Je pourrais comprendre tous les myst√®res de Dieu: je ne suis rien!¬Ľ Voyez-vous, voil√† des dons du Saint-Esprit sans le Saint-Esprit!

71    Le Saint-Esprit est Dieu, et Dieu est ¬ęl'Amour, la Joie, la Paix... la longanimit√©, la bienveillance,¬Ľ la patience: voil√† l'Esprit de Dieu. Voil√† ce que Dieu suscite au dernier jour, par cet Esprit.

72    Maintenant, ¬ęDieu, voulant davantage montrer... aux h√©ritiers de la promesse... ¬Ľ Qui sont les h√©ritiers? ¬ęNous, √©tant morts en Christ, nous rev√™tons la Post√©rit√© d'Abraham et nous sommes des h√©ritiers!¬Ľ Oh! cela p√©n√®tre-t-il en vous? Nous sommes h√©ritiers du Royaume de Dieu par une promesse jur√©e! Dieu n'avait pas √† jurer. Sa Parole est parfaite. Mais Il jura √©galement par Lui-m√™me, car il n'y a pas de plus grand que Lui.

73    Pendant que nous continuons √† lire juste un instant, √©coutez:
    ...la promesse d'immuabilit√© de sa r√©solution, intervint par un serment... (l'immuabilit√©: ce qui ne change point.)

74    Dieu ne peut changer. Il doit rester le m√™me. Et si Dieu a gu√©ri une personne malade, Il ne peut jamais changer son attitude. Si Dieu a pardonn√© √† un p√©cheur, une prostitu√©e, Il ne peut jamais changer son attitude. L'immuabilit√©, ce qui ne change pas dans la Parole de Dieu. Si Dieu a dit √† un endroit: ¬ęJe suis l'√Čternel, qui gu√©rit toutes tes maladies.¬Ľ Il doit demeurer fid√®le √† cela; car Il est infini, Il connaissait jusqu'√† la fin des choses et ce d√®s le commencement.

75    Maintenant, je peux dire: ¬ęJe ferai ici¬Ľ, alors que la Bible a dit que nous devrions dire: ¬ęsi le Seigneur le veut¬Ľ (parce que je suis mortel, j'ignore ce qui arrivera). Parfois, je dois retirer ma parole, mais Dieu ne peut pas retirer la Sienne. Il est Dieu!

76    Et Il n'a requis qu'une seule chose: ¬ęSi tu peux le croire!¬Ľ Oh! la la! ¬ęSi tu peux croire, tout est possible! si tu peux croire.¬Ľ C'est tout ce que vous... si tu peux! Voil√† la question. Mais la question n'a pas trait √† la Parole de Dieu; √† cause de Son immuabilit√©, Il ne peut changer! Comme c'est merveilleux!

77    √Čcoutez donc, tandis que nous continuons √† lire:
    Afin que, par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente... (impossible, une impossibilit√© et l'immuabilit√© sont pratiquement le m√™me mot: cela ne peut se changer, ne peut bouger, cela doit rester pareil pour toujours. √áa ne peut √™tre chang√©: l'immuabilit√© et l'impossibilit√©.)
    Et deux... par deux choses immuables, dans lesquelles il est impossible que Dieu mente... (¬ęNous avons deux choses?¬Ľ Oui! Premi√®rement, sa Parole a dit qu'Il ferait la chose. Le second point √©tait son serment jur√© √† ce sujet, qu'Il le ferait.)

78    Oh! la la! quel genre de personnes devrions-nous √™tre? pourquoi devrions-nous flotter et tourner en rond en acceptant les choses du monde et en nous comportant comme ce christianisme model√© style 1957? Nous devons √™tre le type de chr√©tiens √† l'ancienne mode qui prennent Dieu au mot et qui appellent les choses qui n'√©taient point comme si elles √©taient! ¬ęSi Dieu l'a dit, √ßa r√®gle la chose!¬Ľ

79    Abraham, √† qui la promesse fut donn√©e, √† lui et √† sa Post√©rit√©, il appela les choses qui n'√©taient point comme si elles √©taient. Car c'√©tait le promesse de Dieu, sachant que Dieu ne pouvait pas mentir. Il lui promit cela, et il le crut. Et tandis que les ann√©es passaient et que la promesse semblait s'√©loigner davantage de l'oeil naturel, la chose s'est rapproch√©e d'Abraham.

80    Au lieu de s'affaiblir et de dire: ¬ęEh bien! peut-√™tre que la gu√©rison divine, cela n'existe pas. Peut-√™tre ai-je mal consid√©r√© la chose. Peut-√™tre que cela n'existe pas. Peut-√™tre me suis-je tromp√© dans toutes mes conceptions...¬Ľ
    Alors cela montre une chose: que vous n'√™tes pas n√© de nouveau.

81    ¬ęCar il est...¬Ľ Nous sommes pass√©s Dimanche dernier juste un peu plus loin en arri√®re dans le chapitre: ¬ęcar il est impossible que quelqu'un qui a go√Ľt√© une fois les dons c√©lestes et autres choses, tombe encore et soit renouvel√© et amen√© √† la repentance.¬Ľ(Absolument totalement impossible.) ¬ęCar celui qui est n√© de Dieu ne pratique et ne peut pas pratiquer le p√©ch√©. Parce que la Semence de Dieu demeure en lui, et il ne peut p√©cher.¬Ľ (La Semence de Dieu est ¬ęLa Parole de Dieu¬Ľ.) ¬ęLa foi vient de ce qu'on entend, de ce qu'on entend dans la Parole: ‚Äėle sacrifice √©tait fait, tout est termin√©'!¬Ľ

82    Maintenant, si vous commettez une faute, Dieu vous fera payer pour cette faute! Mais si vous le faites... la faute, vous ne le faites pas volontairement. Chapitre 10, le verset 47, je crois: ¬ęCar si nous p√©chons volontairement apr√®s avoir re√ßu la connaissance de la v√©rit√©...¬Ľ Mais une fois que vous √™tes n√©, vous avez la v√©rit√©; pas la connaissance de la v√©rit√©, mais vous avez accept√© la v√©rit√©, et elle est devenue une r√©alit√©, et vous √™tes un enfant de Dieu pour le temps et l'√Čternit√©! Dieu a jur√© qu'Il le ferait!

83    J√©sus a dit: ¬ęCelui qui √©coute mes Paroles, et qui croit √† celui qui m'a envoy√©, a la Vie √©ternelle et je le ressusciterai au dernier jour; il ne viendra jamais en jugement, il est pass√© de la mort √† la vie.¬Ľ Alors avec pareil serment: ¬ęDieu voulant que nous le recevions...¬Ľ

84    Maintenant, remarquez ce que dit Paul ici, s'adressant √† l'√©glise:... ¬ę... est impossible que Dieu mente, nous devrions trouver un puissant encouragement... (pas: ¬ęEh bien! si les Baptistes ne me traitent pas comme il faut, j'irai chez les M√©thodistes!¬Ľ Voyez-vous?)... Nous devrions trouver un puissant encouragement, nous dont le seul refuge a √©t√© de saisir l'esp√©rance qui nous √©tait propos√©e.¬Ľ

85    Maintenant donc, la lecture de la fin:
    Cette esp√©rance, nous la poss√©dons comme une ancre de l'√Ęme (l'esp√©rance: le serment jur√© de Dieu)... nous la poss√©dons comme une ancre de l'√Ęme, s√Ľre et solide; elle p√©n√®tre au-del√† du... du voile.

86    Parlons juste un moment au sujet du ¬ęvoile¬Ľ. Nous ne l'avons pas tellement bien saisi, Dimanche soir pass√©.

87    ¬ęAu-del√† du voile!¬Ľ le voile, c'est la chair. Le voile est ce qui nous emp√™che de voir Dieu face √† face dans cette √©glise. Le voile est ce qui nous emp√™che de voir les anges √† leur place ce matin, debout √† c√īt√© des si√®ges. Le voile est ce qui nous emp√™che de voir. Nous sommes cach√©s derri√®re le voile, et ce voile-l√†, c'est la chair. Nous sommes fils et filles de Dieu, nous sommes dans la Pr√©sence de Dieu. ¬ęLes Anges de Dieu campent aupr√®s de ceux qui Le craignent.¬Ľ Nous sommes en pr√©sence de Dieu tout le temps. ¬ęJe ne quitterai jamais; jamais Je ne t'abandonnerai. Je serai avec toi tous les jours, jusqu'√† la fin.¬Ľ
    Mais le voile est la chair, c'est l√† ce qui nous retient hors de Sa Pr√©sence. Mais √† travers l'√Ęme, l'Esprit, par notre foi nous savons qu'Il nous garde. Il est √† nos c√īt√©s. Il est ici maintenant!

88    Un jour, le matin, √† Dothan, un vieux proph√®te √©tait encercl√© par une arm√©e et... son serviteur est all√© √† sa rencontre pour dire: ¬ęOh! mon p√®re, le pays tout entier est entour√© par les √©trangers.¬Ľ

89    Et √Člie s'est lev√©, disant: ¬ęEh bien! mon fils, il y en a plus avec nous qu'il n'y en a avec eux!¬Ľ

90    Eh bien! il √©carquilla les yeux et regarda autour de lui, il ne pouvait rien voir.

91    Il dit: ¬ęDieu, j'aimerais que Tu lui ouvres les yeux, que Tu lui enl√®ves le voile.¬Ľ Et lorsque le voile tomba autour de ses yeux, autour de ce vieux proph√®te, il y avait des chars de feu, la montagne √©tait en feu avec des anges et des chars. Vous y √™tes!

92    Oh! Alors Gu√©hazi a pu dire: ¬ęMaintenant, je comprends.¬Ľ
    Voyez-vous, le voile tomba. Voil√† o√Ļ r√©side l'emp√™chement!

93    Voici la chose, cramponnez-vous bien, c'est le voile qui nous emp√™che de vivre de la mani√®re qu'il nous faudrait vivre! C'est le voile qui nous emp√™che de faire les choses que nous voulons vraiment faire. Et Dieu est devenu voil√© dans la chair, et le voile a √©t√© d√©chir√© en deux. Et Dieu est redevenu Dieu et Il fit revenir √† la vie le voile dans lequel Lui-m√™me s'√©tait cach√©, c'√©tait la r√©surrection du Seigneur J√©sus. En nous prouvant que dans ce voile dans lequel nous sommes cach√©s maintenant... Par la foi, nous le croyons et l'acceptons. Et quand ce voile-l√† sera d√©chir√© en deux, j'irai dans Sa pr√©sence, avec cette assurance de savoir que ¬ęJe le connais dans la puissance de sa r√©surrection.¬Ľ
    √Ä la venue du Seigneur J√©sus, ce voile sera √† nouveau ressuscit√©, d'une mani√®re parfaite, au point que je me prom√®nerai et parlerai avec Lui en tant que mon Sauveur et mon Dieu, quand Il s'emparera du tr√īne de David. Et nous vivrons pour toujours dans ce voile apr√®s qu'il aura √©t√© rendu parfait, mais ce voile contient du p√©ch√©. Il √©tait... peu importe comment... ne pensez jamais √† ce corps glorifi√© dans cette terre. Il doit mourir tout comme votre √Ęme doit mourir, pour na√ģtre de nouveau. Dans la perfection...

94    Ce n'est pas le fait de manger des viandes, de faire telle chose et de perfectionner le corps, vous ne le recevrez jamais avec cela. Et devoir abandonner ceci, et faire ceci, et faire cela et encore faire ceci, cela c'est la loi! C'est l√©galiste! Nous le croyons ainsi: ¬ęC'est par la gr√Ęce que nous sommes sauv√©s!¬Ľ Et ce n'est pas vous. Vous n'avez rien √† voir avec cela. C'est l'√©lection de Dieu qui vous sauve: ¬ęNul ne peut venir √† Moi, si mon p√®re ne l'attire.¬Ľ C'est vrai. Et il... Tout ce que J√©sus est venu faire, c'√©tait d'obtenir ceux que le P√®re pr√©-connaissait; et Il les a pr√©destin√©s avant la fondation du monde, √† devenir fils et filles de Dieu. Amen, ¬ęCe n'est ni celui qui court, ni celui qui veut, mais Dieu qui fait mis√©ricorde!¬Ľ
    C'est Dieu qui le fait! Vous ne pouvez pas du tout vous vanter. Il n'y a pas une seule chose que vous ayez faite, Dieu par gr√Ęce, vous a sauv√©; ce n'est pas vous-m√™me; si c'√©tait le cas, vous auriez quelque chose dont vous pourriez vous vanter. Mais vous n'avez rien pour vous vanter. Toutes les louanges Lui reviennent. C'est Lui. Alors Il vous donne cette ferme assurance, Il l'a jur√©e par un serment, l'impossibilit√© pour ses enfants de jamais √™tre perdus.

95    Maintenant, on re√ßoit des coups de fouet pour avoir mal agi, on s√®me ce qu'on r√©colte, on re√ßoit cela. Ne pensez pas maintenant que vous puissiez simplement continuer √† sortir et √† p√©cher et vous en tirer sans probl√®me! Si vous le faites, et que vous ayez cette attitude, cela montre que vous n'√™tes jamais n√© de nouveau. Vous saisissez? Si vous avez encore le d√©sir en vous de faire le mal, alors vous √™tes encore dans le mal, Voyez-vous? ¬ęCar Il a rendu parfaits pour toujours ceux qui...¬Ľ
    Et ces b√™tes sous l'Ancien Testament, aux jours de la loi, offerts annuellement, continuellement, ne pouvaient jamais √īter le p√©ch√©. Mais lorsque nous mettons les mains sur Sa t√™te et que nous confessons nos p√©ch√©s et que nous sommes n√©s de nouveau de l'Esprit de Dieu, nous n'avons plus le d√©sir du p√©ch√©. Le p√©ch√© s'est √©loign√© de vous. Et c'est pour le temps et l'√©ternit√©!

96    Vous ferez des fautes, vous tomberez, vous ferez volontairement le mal, vous sortirez parfois pour faire certaines choses; cela ne signifie pas que vous soyez perdu, cela signifie que vous allez recevoir une correction!

97    Mon petit gar√ßon, maintes fois... Mes enfants feront certaines choses, les v√ītres en font aussi, de mani√®re √† ce que vous... ils savent que c'est contre les r√®gles √©tablies. Et ils savent √† quoi s'attendre quand ils le font: ils auront la fess√©e √† cause de cela, et parfois une bonne! Mais c'est toujours votre enfant! Certainement!

98    Il est impossible pour cet homme de se perdre de nouveau, une fois, celui qui est une fois n√© de la Vie √©ternelle, Dieu n'est pas un ¬ędonneur indien¬Ľ. ¬ęCelui qui √©coute mes Paroles, et qui croit √† celui qui m'a envoy√©, a la Vie √©ternelle et ne viendra jamais en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie. Et je le ressusciterai √† la fin des temps.¬Ľ Voil√† la promesse de Dieu!

99    Maintenant, si vous continuez √† dire: ¬ęEh bien! alors je puis simplement faire...¬Ľ
    Je fais toujours ce que je veux faire. Mais si vous √™tes chr√©tien, vous ne voulez pas faire les choses qui sont fausses, √† cause de la Vie-m√™me qui est en vous, le fondement-m√™me. Si vous voulez faire les mauvaises choses, cela montre que les mauvaises choses sont l√†, √† l'int√©rieur. Comment l'eau am√®re et douce peuvent-elles provenir de la m√™me fontaine?

100    Aussi, si vous avez √©t√© tout embrouill√© √† cause d'une esp√®ce d'√©motion ou de quelque chose de fantastique, oubliez-le! Retournez vers l'autel et dites: ¬ęDieu, enl√®ve ma vieille vie p√©cheresse, et mets-moi dans une telle condition que mon d√©sir tout entier...¬Ľ
    ¬ęCelui qui est n√© de Dieu ne pratique pas le p√©ch√©.¬Ľ C'est vrai, il n'a aucun d√©sir d'agir ainsi.

101    S√Ľrement le diable lui tendra des pi√®ges ici et l√†, mais il n'y tombera pas volontairement. Certainement qu'il tendra des pi√®ges. Il a essay√© de tendre un pi√®ge √† notre Seigneur J√©sus. Il l'a essay√© avec Mo√Įse et il l'a essay√© avec Pierre et l'a attrap√©. Il l'a essay√© avec un grand nombre, mais... Pierre a m√™me reni√© J√©sus, mais il est all√© pleurer am√®rement, car il y avait quelque Chose en lui.

102    Lorsque la colombe fut envoy√©e hors de l'arche... le corbeau est sorti, et il a croass√© tout autour. Il √©tait tr√®s bien dans l'arche, mais quand il en est sorti, sa nature √©tait diff√©rente. Il pouvait manger toutes les vieilles carcasses mortes qu'il voulait, et √™tre satisfait. Pourquoi? Il √©tait un corbeau au d√©part, il √©tait un n√©crophage, il ne valait rien de bon. C'√©tait un hypocrite, assis sur le perchoir avec la colombe, aussi gros que la colombe! Et il pouvait voler partout o√Ļ la colombe volait! Et il pouvait manger de la bonne nourriture tout comme la colombe, mais il pouvait aussi manger de la nourriture putr√©fi√©e, ce que la colombe ne pouvait pas faire! Car la colombe a une constitution diff√©rente, elle est de fabrication diff√©rente, c'est une colombe! Et la colombe ne peut dig√©rer de la nourriture putr√©fi√©e, car elle n'a pas de bile.

103    Et un homme qui est n√© de l'Esprit de Dieu devient une colombe de Dieu, sa nature, son changement, sa composition. Oui monsieur! Si vous mettez l'esprit de la colombe dans le corbeau, il ne s'assi√©ra jamais sur un cadavre! s'il se posait par erreur, il s'√©loignerait certainement vite, il ne pourrait pas le supporter. Et quelqu'un qui est n√© de l'Esprit de Dieu, ne le tol√®re pas! Il pourrait filer une fois pour aller dans un bar, mais il en sortira rapidement. Une femme pourrait l'attirer, faire en sorte qu'il se retourne, mais il d√©tournera de nouveau la t√™te. Il s'√©loignera de l√† rapidement. Pourquoi? Il est une colombe. C'est vrai. Vous ne pouvez le duper, parce qu'il sait bien, c'est: ¬ęMes brebis connaissent Ma Voix, et elles ne suivront point un √©tranger.¬Ľ Il est une colombe au d√©part. C'est ce dont je parle, la chose r√©elle qui est ancr√©e l√†-dedans.

104    Maintenant, faites bien attention, Dieu l'a jur√©:
    Cette esp√©rance, nous la poss√©dons comme une ancre de l'√Ęme... et solide: elle p√©n√®tre au-del√† du voile.

105    Le voile: Dieu est descendu voil√© dans la chair. Pour faire quoi? Pour Se montrer Lui-m√™me! Il devait se cacher, parce que nous ne pouvions pas Le voir. Et Il s'est cach√© derri√®re le voile. Et le voile √©tait qui? J√©sus! ¬ęCe n'est pas Moi qui fais les oeuvres, mais mon P√®re, dit J√©sus. Mon P√®re demeure en moi, j'agis et mon p√®re agit; Moi aussi, j'agis jusqu'√† pr√©sent.¬Ľ Le voici en tant que Celui est voil√©, marchant en chair, Dieu Emmanuel (Dieu avec nous). ¬ęDieu √©tait en Christ, r√©conciliant le monde avec lui-m√™me.¬Ľ Le voici marchant parmi nous.

106    Alors Il est descendu et a fait une sanctification (ou une provision ou une propitiation), de sorte que par Sa mort qu'Il a offerte, Il a pay√© le salaire du p√©ch√©; afin de pouvoir revenir et demeurer en nous. Alors, la foi que nous avons est une--est une foi voil√©e ou une personne voil√©e, c'est pourquoi nous ne regardons pas aux choses que nous voyons dans ce voile. Le voile a de l'√©ducation, et il fait des choses et parle certaines choses. C'est une chose scientifique. Mais l'Esprit du Dieu vivant qui demeure ici √† l'int√©rieur, appelle les choses qui n'√©taient point comme si elles √©taient, si Dieu a dit qu'elles √©taient. Voil√† votre voile. Nous sommes dans le voile.

107    Maintenant, un jour Il ressuscitera ce voile non point n√© d'une femme par le d√©sir sexuel de l'homme et de la femme, mais par la volont√© de Dieu. Il parlera et la chose s'accomplira. Alors nous aurons un corps comme Son propre corps glorieux. Nous serons voil√©s afin de pouvoir parler l'un √† l'autre, se serrer la main l'un de l'autre.

108    Maintenant, lorsque nous partons d'ici, il y a un tabernacle, une th√©ophanie (simplement l'image d'un homme), qui ne mange pas, ne boit pas, ne dort pas, toujours √©veill√©! C'est l√† que nous allons. Mais ils attendent sous l'autel, criant ¬ęSeigneur, combien de temps? combien de temps?¬Ľ, avant de pouvoir redescendre, parce qu'ils veulent se serrer la main, ils veulent s'asseoir, manger et se parler. Ce sont des humains. B√©ni soit le Nom du Seigneur!

109    Lorsque Dieu fit l'homme √† Sa propre image au commencement, Il le fit ainsi. L'homme avait communion avec les autres, parce que nous nous connaissons les uns les autres. Nous aimons les choses que Dieu a faites de nous, parce que nous avons √©t√© faits ainsi. Et dans Sa grande venue, ceux qui sont pr√™ts seront ainsi pour toujours, immortels, nous nous tiendrons dans Sa ressemblance. Oh! b√©ni soit ce Nom de Christ!

110    Et maintenant nous avons les arrhes de notre Salut, alors que nous L'acceptons comme notre Sauveur personnel, comme notre Gu√©risseur. Toutes ces autres r√©mun√©rations sont les dividendes pay√©s sur la police d'assurance, amen! Vous savez ce qu'est une police d'assurance. Vous pouvez en tirer des dividendes jusqu'√† ce que vienne la valeur nominale. Certainement, vous pouvez retirer des dividendes, et nous retirons des dividendes maintenant. La seule chose qu'il y ait, c'est que, d√®s que nous retirons des dividendes, les r√©mun√©rations augmentent √† nouveau.

111    Un agent d'assurance me dit une fois: ¬ęBilly, j'aimerais vous vendre une assurance.¬Ľ
    Je dis: ¬ęJ'en ai une!¬Ľ Ma femme se retourna pour me regarder.

112    Maintenant, je n'ai rien contre les assurances. Mais certaines personnes sont ¬ępauvres d'assurance¬Ľ. Ainsi, ils se sont retourn√©s, et il dit...

113    Ma femme me regardait dr√īlement: ¬ęTu as une assurance?¬Ľ

114    Je dis: ¬ęBien s√Ľr!¬Ľ Eh bien! elle n'en savait rien!

115    Il dit: ¬ęEh bien! Billy, quelle sorte d'assurance avez-vous?

116    Je dis:
Certitude bénie, Jésus m'appartient!
Oh! quel avant-go√Ľt de la gloire divine!
Héritier du Salut, par Dieu racheté,
Né de son Esprit, dans Son sang lavé!

117    Il dit: ¬ęCela c'est tr√®s bien, Billy, dit-il, mais cela ne vous aidera pas pour vous mettre au cimeti√®re.¬Ľ
    Je dis: ¬ęMais Cela m'en sortira, c'est la chose principale. Je ne suis pas inquiet d'aller l√†. Je suis inquiet d'en sortir.¬Ľ

118    Et depuis que j'ai l'assurance, par le Dieu de l'√©ternit√©, qui a jur√© qu'Il me ressuscitera √† nouveau √† la ressemblance de Son Fils au dernier jour, je marcherai avec hardiesse et j'aurai une consolation et une ancre de l'√Ęme, √† savoir que pendant que je suis dans ce voile, il y a quelque chose d'invisible qui me tient ancr√© dans le Rocher des si√®cles l√†-bas! Et les eaux peuvent sauter et exploser, cela n'a aucune esp√®ce d'importance. Si la mort, les p√©rils ou quelque chose nous s√©parent, √ßa ne nous s√©parera pas de l'Amour de Dieu. Mon ancre tient au-del√† du voile! que les flots se l√®vent, qu'ils heurtent, que les infid√®les arrivent, le croyant n√© de nouveau poss√®de une ancre.
    Vous ne pouvez pas encore voir √† travers ce voile. Mais je sais que mon ancre tient l√†-bas fix√©e au Rocher des si√®cles, qui est une promesse jur√©e qu'Il me ressuscitera au dernier jour.

119    Il n'est pas √©tonnant que vous puissiez voir la mort en face et dire: ¬ęO√Ļ est ton aiguillon? Tombeau, o√Ļ est ta victoire? mais gr√Ęces soient rendues √† Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur J√©sus-Christ!¬Ľ Nous sommes dans le Pr√©curseur. Oh! la la! (Nous n'allons pas parvenir √† la le√ßon.) Nous avons un Pr√©curseur pour nous.

120    Un pr√©curseur. Avez-vous jamais remarqu√© dans les jours d'autrefois dans l'Ouest, souvent le long des vieilles pistes, il y avait un √©claireur avant-coureur? Quand le convoi de chariots √©tait en p√©ril pour manque d'eau, l'√©claireur courait en t√™te (et s'il voyait les tribus d'Indiens, il les contournait), et il voyait o√Ļ il y avait une fontaine d'eau.

121    Et ici, nous avons l'Avant-Coureur. L'homme fut une fois clou√© par le diable sous la mitraille, mais quelqu'Un a pris le nid de la mitrailleuse. C'√©tait J√©sus, le Pr√©curseur est all√© devant nous. Et Satan se tenait l√† avec une mitrailleuse, et nous clouait au sol (toujours dans l'esclavage et effray√©s de la mort); il montait la garde devant cette Fontaine; certainement qu'il la montait, la commission lui avait √©t√© faite parce que nous avions p√©ch√© et que nous en avions √©t√© chass√©s. Mais le Pr√©curseur, Christ, est entr√© et a pris le nid!

122    Avez-vous entendu ce vieux cantique: ¬ęTenez le fort car je viens!¬Ľ non pas ¬ętenez le fort!¬Ľ, mais ¬ęprenez-le!¬Ľ Nous ne voulons pas le tenir plus longtemps, Christ a pris le fort! All√©luia! La porte est ouverte. Une source est ouverte dans la maison de Dieu, dans la cit√© de David, pour que vous puissiez vous purifier, pour la purification des impurs. Notre Pr√©curseur est d√©j√† entr√© √† l'int√©rieur pour nous!

123    Le Pr√©curseur, Il nous dit: ¬ęIl y a un endroit juste au-del√†, l√†-bas, o√Ļ vous ne vieillirez jamais!¬Ľ O√Ļ il n'y aura pas de rides, o√Ļ vous ne devrez pas utiliser du Max Factor pour avoir l'air belle pour votre mari! Le Pr√©curseur est all√© de l'avant. Il n'y aura plus jamais d'endroit o√Ļ vous vieillirez et deviendrez las et chancelant. Il y a un endroit o√Ļ vous ne deviendrez jamais malade. O√Ļ les b√©b√©s n'auront jamais de coliques. O√Ļ vous ne perdrez jamais de fausse... ou de dent pour en avoir une fausse. All√©luia! Oh! b√©ni soit Son Nom! Il y est entr√©, et nous nous tiendrons un jour immortels √† Sa ressemblance, de l'autre c√īt√©, pour briller plus que les √©toiles et le soleil! Certainement, le Pr√©curseur est all√© au-devant de nous!
    ...J√©sus est all√©... est entr√© pour nous comme pr√©curseur, ayant √©t√© fait souverain sacrificateur pour nous, selon l'ordre de Melchis√©dek.

124    Ce grand Pr√©curseur est all√© devant nous, a fray√© un chemin. Il viendra de l'Esprit, les grandes fontaines de l'arc-en-ciel de Dieu, qui n'avait ni commencement ni fin. Il √©tait pour toujours, Dieu. Ce rayon de lumi√®re est sorti, c'√©tait un rayon d'Amour, c'est l√† le principal, le rouge. La couleur suivante √©tait le bleu; le bleu, la fid√©lit√©. Apr√®s, ce qui suivait, c'√©taient d'autres couleurs jusqu'√† former sept couleurs parfaites, qui sont les sept esprits de Dieu, qui sont sortis de grandes sources ou de ce grand Diamant dont J√©sus a parl√©. Ce grand Diamant, qui a √©t√© taill√© pour refl√©ter ces couleurs: Dieu a √©t√© fait chair et a habit√© parmi nous, afin de pouvoir refl√©ter Sa bont√© et mis√©ricorde parmi nous par des dons, des signes et des prodiges! Tout ce grand arc-en-ciel avait rev√™tu la forme d'une th√©ophanie de... Faite √† l'image de l'homme! Cependant, Il n'√©tait pas un homme, Il n'avait pas encore de chair, Il √©tait une th√©ophanie.

125    Mo√Įse dit: ¬ęJ'aimerais Te voir.¬Ľ Dieu le cacha dans le rocher.

126    Et lorsqu'il passa par l√†, Il lui tourna le dos. Mo√Įse dit: ¬ęCela ressemblait √† un homme vu de dos.¬Ľ

127    Alors, que s'est-il pass√© ensuite? un jour l√†-bas, alors qu'Abraham √©tait assis dans sa tente...
128    Eh bien! nous aborderons cela ce soir. Quand Abraham √©tait assis dans sa tente, Dieu est venu vers lui dans un corps de chair.

129    ¬ęEh bien! direz-vous, Fr√®re Branham, il √©tait...¬Ľ
Nous allons le découvrir ici rencontrant Abraham avant cela, selon l'ordre de Melchisédek; un corps de chair qui était Dieu dans la chair.

130    Vous dites: ¬ęAlors, Fr√®re Branham, pourquoi devrait-il revenir et na√ģtre?¬Ľ
    Il n'√©tait pas n√© alors, il √©tait simplement cr√©√©, un corps dans lequel il a habit√©.

131    Melchis√©dek √©tait le Roi de Salem, c'est-√†-dire le Roi de J√©rusalem, c'est-√†-dire le Roi de Paix; qui n'avait ni p√®re, ni m√®re, ni commencement de jours ni fin de vie. J√©sus avait et p√®re et m√®re, et un commencement de jours et une fin de vie. Mais lui a √©t√© fait selon l'ordre de Melchis√©dek, qui n'avait ni commencement de jours ni fin de vie.

132    Melchis√©dek √©tait Dieu Lui-m√™me. Melchis√©dek √©tait J√©hovah Dieu, le m√™me qui rencontra Abraham des ann√©es plus tard, devant sa tente. Il avait le dos tourn√© par rapport √† lui. Il dit: ¬ęPourquoi donc Sara a-t-elle ri?¬Ľ C'est vrai. Il √©tait celui qui se tenait l√†, regardant en direction de Sodome. Abraham L'a reconnu, parce qu'√† l'int√©rieur de son voile il y avait une ancre qui √©tait cette promesse. Non parce qu'il avait une certaine sensation, mais parce que Dieu lui avait fait la promesse! Et quand il est entr√© en contact avec ce grand aimant, il savait qu'Il √©tait dans cette chair!

133    Il est sorti avec Abraham, a march√© un petit bout de chemin avec lui. Il dit √† Abraham ceci: ¬ęJe veillerai √† ne pas refuser ces choses √† Abraham, pour qu'il voie qu'il est l'h√©ritier du monde; Je ne le lui cacherai pas! Aussi Abraham, Je te dirai ce que Je suis en train de faire (nous le prendrons ce soir), l√†-bas, √† Sodome.¬Ľ (Et ce qu'ils allaient tous faire.) Et d√®s qu'il eut b√©ni Abraham, Il retourna dans l'espace. Un homme qui √©tait debout l√† et avait de la poussi√®re sur les v√™tements, un homme. Et non seulement cela, mais Il a mang√© la chair d'un veau qu'Abraham avait tu√©, et a bu du lait de vache, et a mang√© quelques galettes de ma√Įs (un pain de ma√Įs) qui √©tait beurr√©. C'est l'exacte v√©rit√©! Et puis Il est retourn√© √† une th√©ophanie.

134    Qu'√©tait-ce? Pourquoi ne l'a-t-il pas prise alors? il n'√©tait jamais n√© comme vous et moi; mais il devait na√ģtre dans la chair afin de pouvoir saisir cette sph√®re. C'√©tait l√† un corps cr√©√©. C'√©tait un corps o√Ļ il avait simplement retir√© le calcium et la potasse de la terre et a dit [Fr√®re Branham souffle. ‚Äď N.D.√Č.]... et Il est entr√© dedans. C'√©tait la m√™me chose qu'√©tait Melchis√©dek. Il est entr√© en lui, dans un corps o√Ļ Il pouvait marcher devant lui sous un voile, un voile de sa propre cr√©ation; non pas un voile de la cr√©ation d'une femme, par le sein d'une femme, par une cellule, jamais, mais Il a cr√©√© ceci et y est entr√© et Il a parl√© selon l'ordre de Melchis√©dek.

135    Qui √©tait ce Melchis√©dek?
    En effet, ce Melchis√©dek, roi de Salem, (c'est-√†-dire J√©rusalem), prince du Dieu Tr√®s-Haut (certainement), alla au-devant d'Abraham lorsqu'il revenait de la d√©faite des rois, qui le b√©nit,
    et √† qui Abraham donna la d√ģme de tout, qui est d'abord Roi de justice, d'apr√®s la signification de son nom, (grand Amour, l'Amour, ce grand Esprit au commencement)... Roi de justice, ensuite roi de Salem, c'est-√†-dire le Roi de paix, qui est sans p√®re, sans m√®re, sans g√©n√©alogie, qui n'a ni commencement de jours ni fin de vie.

136    Qui √©tait-ce? Il n'√©tait jamais n√©, Il ne mourra jamais. Qui est-ce? C'√©tait Dieu, bien s√Ľr, en pr√©figuration du Seigneur J√©sus. Certainement qu'Il √©tait dans cette pr√©figuration. Mais Il devait venir par une femme, selon l'ordre des choses par lequel vous venez par une femme, et Il devait venir de la fa√ßon que vous venez, afin de vous ramener √† Lui. All√©luia!
Oh! gr√Ęce √©tonnante, combien le son en est doux,
Gr√Ęce qui a sauv√© un mis√©rable comme moi!
J'√©tais perdu mais maintenant je suis sauv√© (par sa gr√Ęce)
J'étais aveugle, mais maintenant je vois!

137    Je comprends ce qu'il devait faire. Dieu est devenu moi, afin que moi par gr√Ęce je puisse devenir partie de Lui; Il a pris mes p√©ch√©s, afin que par sa justice je puisse avoir la Vie √©ternelle. Je n'ai pas pu me choisir moi-m√™me, ma nature √©tait d'√™tre p√©cheur. Je n'y suis pour rien. J'√©tais ¬ęn√© du monde, enfant√© dans l'iniquit√©, venu au monde parlant le mensonge.¬Ľ Il n'y a pas m√™me la moindre chance, rien, pas m√™me un d√©sir.

138    Dites √† un cochon que c'est ¬ęfaux de manger de la boue¬Ľ. Voyez combien il vous √©coutera! Dites √† un corbeau que ¬ęc'est faux de manger de la charogne¬Ľ, et voyez ce qu'il vous dira! S'il pouvait parler, il dirait: ¬ęOccupez-vous donc de vos propres affaires!¬Ľ Certainement.

139    Oh! mais la gr√Ęce de Dieu qui a chang√© cette nature et m'a donn√© la possibilit√© de d√©sirer et de languir apr√®s Lui, et d'avoir soif. ¬ęTon amour, ta bont√© vaut mieux pour moi que la vie, √ī mon Dieu. Mon coeur aussi soupire apr√®s toi.¬Ľ

140    David: ¬ęComme une biche soupire apr√®s des courants d'eaux, ainsi mon √Ęme est assoiff√©e de Toi, √ī Dieu.¬Ľ

141    Dieu a donn√© √† l'homme cette soif de l'adorer, d'aimer, de Le rechercher. Mais l'homme la pervertit par l'appel du diable, et il va convoiter des femmes, des plaisirs et des choses du monde, essayant de satisfaire cette sainte cr√©ation o√Ļ Dieu l'a mis pour L'aimer, et il la projette (cette soif) sur les choses du monde. Mais, mon fr√®re, une fois qu'il est chang√© et que cette fontaine avec des vers dedans (toutes sortes de d√©sordres de la citerne) a √©t√© purifi√©e et st√©rilis√©e et que la pure Parole de Dieu y est mise, le p√©ch√© ne peut jamais le toucher. Amen!
Oh! comme je L'aime, comme je L'adore!
Ma vie, mon soleil, mon tout en tout!
Le grand créateur est devenu mon Sauveur,
Et la plénitude de Dieu demeure en Lui.
Du haut de sa gloire, l'éternelle histoire,
Mon Dieu et sauveur vint, Jésus, Son Nom divin,
Né dans une crèche, étranger aux siens,
Le Dieu de peine, de larmes et d'agonie
Oh! comme je L'aime, comme je L'adore!
Mon souffle, mon soleil, mon tout en tout! (Oh! mon Dieu!)

142    Comment pouvait-il le faire? Les hommes ont essay√© de le d√©crire. Quelqu'un a dit:
Si les océans étaient tous remplis d'encre
Et les cieux un parchemin
Si chaque tige sur Terre était une plume,
Et chaque homme un écrivain,
Décrire l'Amour de Dieu (comment ce grand Dieu du Ciel est devenu chair et a pris mon péché)
Décrire l'Amour de Dieu mettrait à sec les océans;
Et le rouleau ne pourrait en contenir le tout
Quoique étendu d'un bout à l'autre du ciel.

143    Et pour donner au h√©ritiers de ce Salut une esp√©rance certaine, Il a jur√© par Lui-m√™me, qu'Il nous ressusciterait au dernier jour, qu'Il nous donnerait la Vie √©ternelle. ¬ęEt personne ne peut les ravir de Ma main!¬Ľ Amen! Prions:

144    √ätes-vous coupable de rejeter avec m√©pris son Amour? Avez-vous fui Son √™tre b√©ni (ce grand √ätre qui a fait de vous ce que vous √™tes)? Et maintenant vous avez choisi, ce matin; arriv√© √† un moment de la vie, et cela vous donne une chance. Voulez-vous continuer √† vivre? Il n'y a qu'une seule mani√®re de vivre, c'est en croyant au Seigneur J√©sus! Si vous croyez de tout votre coeur, qu'Il est le fils de Dieu, et que vous L'acceptiez en tant que votre Sauveur, et croyiez que Dieu l'a ressuscit√© pour votre justification, si vous voulez accepter les choses sur cette base, cela vous appartient maintenant!

145    Voulez-vous lever la main? S'il y a l'une ou l'autre √Ęme imp√©nitente qui aimerait se repentir ce matin, que cette personne dise: ¬ęSouviens-toi de moi, mon fr√®re pr√©dicateur, dans cette pri√®re. Moi aussi j'ai failli. J'ai adh√©r√© √† l'√©glise, mais je sais que je n'ai jamais eu la chose dont vous parlez. Je ne suis jamais n√© de cet Esprit-l√†, Fr√®re Branham. Je ne l'ai simplement pas, c'est tout! je veux que vous priiez pour moi, que Dieu me le donne ce matin.¬Ľ
    Que Dieu vous b√©nisse, monsieur, y en aurait-il encore un autre? Dites: ¬ęDieu, fais de moi ce que je... Tu veux que je sois? Je d√©sire que Tu sois... Je d√©sire √™tre comme Tu veux que je sois. J'ai rejet√© avec m√©pris Ton amour.¬Ľ Dieu vous b√©nisse, mon fils!

146    Un moment simplement, maintenant: [le Fr√®re Branham chante ‚Äď N.D.√Č.]
Si les océans étaient tous remplis d'encre
Et les cieux un parchemin,
Si chaque tige sur Terre était une plume,
Et chaque homme un écrivain,
Décrire l'Amour de Dieu
Mettrait à sec les océans,
Et le rouleau ne pourrait en contenu le tout
Quoi que étendu d'un bout à l'autre du ciel.
Oh! Amour de Dieu si riche et pur!
Combien Tu es vrai et fort!
Le chant des anges et des Saints
À jamais durera!

147    Mon cher Dieu, vraiment ce po√®te qui a √©crit ces mots √©tait simplement comme beaucoup d'autres de Tes croyants, recherchant, essayant de trouver des mots pour exprimer la chose. Et il est √©crit dans la Bible: ¬ęDe plus, parce que le Pr√©dicateur √©tait sage, il a sond√© et mis en ordre beaucoup de paroles.¬Ľ Oh! comme nous aimerions avoir la langue et le vocabulaire afin de pouvoir expliquer aux gens ce que c'est r√©ellement, mais cela n'a pas pu √™tre trouv√© sur des l√®vres mortelles. Toute l'√©ternit√©, sans doute ne r√©v√©lera jamais comment le Dieu du Ciel est venu ici-bas pour sauver de pauvres p√©cheurs perdus et mis√©rables.

148    Je Te prie, √ī P√®re, que par ces quelques paroles non bris√©es... ou bris√©es plut√īt en ce matin, comme j'aurais d√Ľ dire, que quelqu'un ait trouv√© la paix ainsi qu'une satisfaction et un puissant encouragement, quelqu'un qui a trouv√© refuge. Et puisse leur √Ęme √™tre ancr√©e √† cette promesse que Dieu a jur√©e, qu'Il les ressusciterait au dernier jour. Plusieurs mains se sont sevr√©es dans le b√Ętiment, ici m√™me dans ce tabernacle. Dieu, donne-leur cette ferme esp√©rance √† l'instant m√™me. Puissent-ils √™tre ancr√©s au Rocher des si√®cles. Peu importe combien la mer est agit√©e et combien leurs petites barques sautent, elles ont une ancre: la promesse de Dieu. C'est l√† qu'ils se tiennent: ¬ęDieu l'a dit, Il ne peut mentir.¬Ľ

149    ¬ęCelui qui √©coute mes Paroles (que j'ai essay√© de pr√™cher ce matin), et qui croit √† celui m'a envoy√©, J√©hovah, a la Vie √©ternelle et ne vient point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la Vie.¬Ľ

150    √Ē √Čternel, b√©nis ceux-l√† aujourd'hui, et puisse chaque personne ici √† l'int√©rieur qui n'est pas sous le Sang, dont l'√Ęme n'a jamais √©t√© convertie... puisse la chose se produire en cet instant m√™me, Seigneur! Tu op√®res le myst√®re, tout T'appartient, c'est remis entre Tes mains. Je prie que Tu leur donnes la Vie √©ternelle. Puissions-nous un jour, l√†-bas sur l'autre rive, alors que nous descendons √† travers la vall√©e un par un, puissions-nous nous rencontrer l√†-bas o√Ļ on ne dira plus jamais ¬ęau revoir¬Ľ.
Et un jour nous atteindrons le fleuve à la fin des temps,
Quand les dernières pensées de chagrin s'en seront allées;
Quelqu'un nous attendra, qui montrera le chemin...
    [Le Fr√®re Branham se remet √† chanter ‚Äď N.D.√Č.]
Une personne... Quelqu'un attendra, qui m'indiquera le chemin
Je n'aurai pas à traverser...

151    Tous ceux qui ont cette esp√©rance, levez la main maintenant alors que vous levez la t√™te:
Je n'aurai pas... (adorez-Le donc simplement. Le message est terminé. N'êtes-vous pas heureux? Dieu a juré qu'Il ne... Dieu a juré qu'Il vous rencontrerait là)
Jésus est mort pour expier tous mes péchés.
Quand je vois... (que dites-vous? l'aiguillon n'est plus là!)
Il m'attendra, c'est certain. Je n'aurai pas à traverser seul le Jourdain
Parfois je suis abandonné, soucieux, (Adorez-Le simplement maintenant.)
Mes amis semblent être tous partis: (Avez-vous jamais connu cette situation?)
Mais une pensée me redonne du courage (Quelle était la promesse?)
...réjouit mon coeur serein:
Je n'aurai pas à traverser le Jourdain...

152    Maintenant, enfants de la promesse, adorez-Le simplement, parce qu'Il traverse le fleuve avec vous:
Je n'aurai pas à traverser seul le Jourdain;
Jésus est mort pour expier tous mes péchés;
Quand je vois l'obscurité, Il m'attendra, c'est certain
Je n'aurai pas à traverser seul le Jourdain
Quand j'approcherai le fleuve.
    (Chacun d'entre vous y vient. Il y a une grande ombre obscure se dressant l√† devant vous. C'est une grande porte. Vous allez entrer l√†-dedans, un de ces jours, peut-√™tre avant que le jour soit termin√©, Peut-√™tre avant que l'√©glise ne ferme ce matin. Vous allez entrer l√†-dedans. Chaque fois que ce coeur bat, vous vous en approchez d'un pas.)
Mais quand je vois l'obscurité, Il m'attendra là-bas. (Il a dit qu'Il attendrait! Il a juré qu'Il attendrait!)
Alors je n'aurai pas à traverser seul le Jourdain.

153    Oh! Seigneur b√©ni, nos coeurs sont pleins ce matin, jusqu'√† d√©border.

154    Quand on pense au moment o√Ļ le pouls s'arr√™te, et que l'infirmi√®re serre le coussin autour de votre t√™te. Et que vos mains, vous ne pouvez plus les bouger, vos mains sont devenues de glace. Vos enfants, votre m√®re, vos bien-aim√©s pleurent et crient. Cette grande porte s'ouvre largement l√†-bas! Il sera en train d'attendre!

155    David dit: ¬ęSi je me couche au s√©jour des morts, il y sera.¬Ľ Je n'aurai pas √† le franchir seul. Et les poussi√®res d'eau du fleuve commencent √† briller dans notre visage; Dieu prendra le canot. Il a promis qu'Il le ferait. David, le proph√®te, a dit: ¬ęQuand je marche dans la vall√©e de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal; tu es avec moi: Ta houlette et ton b√Ęton me rassurent!¬Ľ

156    Seigneur, nous sommes tellement heureux aujourd'hui, d'avoir √©t√© inclus dans les h√©ritiers de la promesse. Aujourd'hui, nous avons en nous la Vie √©ternelle, parce que nous aimons le Seigneur J√©sus et que nous L'avons cru, et accept√© Sa Parole, et Son enseignement. Et Il nous a donn√© comme sceau de notre foi, le Saint-Esprit, le Sceau du Saint-Esprit; notre foi, le Saint-Esprit; notre foi √† l'int√©rieur de nous est agr√©√©e. Et si nous traversons souvent des ombres sombres, si nous tr√©buchons souvent le long du chemin, cependant notre ancre tient toujours bon! Il y a quelque chose l√†-dedans, loin d'ici qui semble continuer √† guider et √† dire: ¬ęContinue √† avancer. Nous continuons.¬Ľ

157    Dieu, b√©nis-nous! Nous avons besoin de Toi. Garde-nous toujours fid√®le jusqu'au temps o√Ļ Tu viendras nous chercher, et nous Te louerons pour les si√®cles des si√®cles. et en ce jour o√Ļ nous nous tiendrons debout sur Terre... Ses pieds b√©nis n'ont encore jamais touch√© la terre. Et voil√† l√† dans les airs, et les saints et les rachet√©s de tous les √Ęges dans chaque veille (la premi√®re, deuxi√®me, troisi√®me, quatri√®me, cinqui√®me, sixi√®me et septi√®me), tous sont debout l√†, v√™tus dans Sa justice.
    Et nous Le couronnons Rois des Rois et Seigneur des seigneurs et nous chanterons ces histoires de la r√©demption, nos pauvres coeurs trembleront tandis que nous regardons vers Celui qui nous a aim√©s et S'est donn√© pour nous. Alors que nous n'√©tions pas aimables et p√©cheurs, Christ est mort fin que nous puissions √™tre sauv√©s. Nous Te remercions pour cela, P√®re, dans le Nom de Christ. Amen.

158    Vous savez, il y a eu quelques personnes qui avaient l'habitude de venir √† mes r√©unions √† Phoenix, Arizona, qui disaient: ¬ęJ'aimerais reparler de ces choses avec lui. J'aimerais dire: ¬ęSeigneur, Tu m'as aim√©, alors que mon sentier devenait tellement obscur. J'aimerais tout simplement parler de ces choses avec lui avant que nous traversions. Je veux le voir. Je veux tout simplement le voir. Quand je pense comment je me sentirai! Alors, mon pauvre coeur tremblera quand je le verrai debout l√†!¬Ľ

159    Je me suis souvent demand√©: ¬ęJe souhaiterais pouvoir avoir entendu cette voix disant: ‚Äėvenez √† moi, vous tous qui √™tes fatigu√©s et charg√©s; je vous donnerai du repos'.¬Ľ

160    Je n'entendrai probablement jamais cela aussi litt√©ralement qu'Il l'a prononc√© alors, mais je veux l'entendre dire: ¬ęVoici le dernier jour. C'√©tait bien, mon bon et fid√®le serviteur, entre donc dans les joies du ma√ģtre qui ont √©t√© pr√©par√©es pour toi!¬Ľ
    - Depuis combien de temps?

161    - Depuis que vous √™tes sauv√©?

162    Non, mon fr√®re: ¬ęDepuis la fondation du monde, quand Je t'ai vu et connu d'avance et pr√©destin√© √† la Vie √©ternelle.¬Ľ Alors tu as √©t√© b√©ni! ¬ęTous ceux qu'Il a connus d'avance, Il les a appel√©s.¬Ľ Est-ce vrai? ¬ęTous ceux qu'Il a appel√©s, Il les a justifi√©s. Ceux qu'Il a justifi√©s, Il les a d√©j√† glorifi√©s.¬Ľ Nous y voil√†! Il nous a connus d'avance, Il nous a appel√©s, Lui √† la fin du monde, allons vers notre r√©compense. N'√™tes-vous pas heureux? Certainement, cela ferait en sorte que vous L'aimiez. Alors que vous ne pouviez pas vous en tirer tout seul, voici qu'Il est venu et a fait cette chose pour vous.

163    ¬ęB√©ni soit le lien... (Soeur Gertie)... qui nous unit en Christ...¬Ľ; pendant que nous avons ce peu de communion dans l'adoration ici maintenant... alors nous allons prier pour les malades. Dieu vous b√©nisse, vous qui avez lev√© les mains vers Christ ce matin, trouvez un endroit pour adorer; servez-Le.

164    Maintenant, adorons-Le simplement en tant que congr√©gation, vous tous m√©thodistes, de l'√Čglise de Dieu, des Assembl√©es de Dieu, presbyt√©riens, luth√©riens, catholiques. Tous ensemble maintenant, chantons donc:
Béni soit le lien
Qui nous unit en Christ,
Le Saint amour, l'Amour divin,
Que verse en nous l'Esprit!
Au ciel, vers notre Dieu,
Avec joie et ferveur,
S'élèvent nos chants et nos voeux,
Parfums doux au Seigneur
Si nous devons bient√īt
Quitter ces lieux bénis;
Nous nous retrouverons là-haut (Combien de méthodistes, de baptistes, et tout le reste?)
Pour toujours réunis!

165    Cela ne vous fait-il pas du bien? Retournons-nous et serrons-nous maintenant la main les uns les autres pendant que nous chantons de nouveau:
Au ciel... (serrez la main de quelqu'un derri√®re vous, en face de vous, d'un c√īt√© ou de l'autre.)
Avec joie et ferveur,
Parfum doux au Seigneur.
Alors, si nous devons bient√īt (nous nous aimerons les uns les autres.)
Quitter ces... (souhaitez-vous que la réunion puisse continuer? Voyez, c'est ainsi que vous...?...)
...lieux bénis,
Nous nous retrouverons là-haut, (en un)
Pour toujours réunis. (si nous ne nous rencontrons plus ici, c'est en ce grand jour que nous nous rencontrerons.)

166    Maintenant, p√®re, re√ßois notre adoration ce matin. Prends la Parole et plante-La dans le coeur du croyant. Puissent-ils ne pas simplement flotter, √™tre en haut aujourd'hui et en bas demain. Mais puissent ces Paroles trouver leur lieu de repos dans le coeur de chaque croyant, pour savoir que ¬ęDieu a jur√© par un serment, et il y a deux choses invariables dans ce qui ne change pas chez Dieu, c'est qu'Il ne peut mentir; afin que les h√©ritiers de ce Salut puissent avoir cette forte esp√©rance, solide et s√Ľre, une ancre dans l'√Ęme¬Ľ. De savoir ceci, que Dieu nous a promis par un serment jur√©: premi√®rement qu'Il ne peut mentir; l'autre chose, son serment jur√© en plus de cela, qu'Il nous ressuscitera au dernier jour et nous donnera la Vie √©ternelle. Sachant que apr√®s que nous avons √©t√© appel√©s, Il a dit que ¬ęIl nous a connus avant la fondation du monde et pr√©destin√©s √† √™tre Ses enfants d'adoption par J√©sus-Christ.¬Ľ
    Et Il nous a connus d'avance. Il nous a appel√©s. Et quand Il nous a appel√©s, Il nous a justifi√©s. Nous ne pouvons pas nous justifier nous-m√™mes, aussi Il nous a justifi√©s par la mort de son propre Fils. Ceux qu'Il a justifi√©s, Il les a d√©j√† glorifi√©s. La Parole a d√©j√† prononc√©, et nous sommes simplement en route, continuant sur le chemin, nous r√©jouissant sur notre chemin vers la gloire.

167    Donne de la foi aux gens, et puissent les petites habitudes et autres qui s'accrochent aux gens, puissent-elles √™tre secou√©es et se d√©tacher d'eux en ce matin, avec cette Parole de Dieu qui est une ancre de l'√Ęme, solide et s√Ľre. Puissent-ils se d√©barrasser de leurs habitudes, de leurs petits acc√®s de col√®re, et les choses qui ont √©t√©... comme Paul a dit, dans la partie suivante du message d'il y a quelques jours: ¬ęRejetons tout fardeau, et le p√©ch√© qui nous enveloppe facilement, afin que nous puissions courir avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui nous est ouverte, ayant les regards sur le chef et le consommateur de la foi, J√©sus-Christ, qui a √©t√© tent√© comme nous de toutes les mani√®res, sans p√©cher. Il a √©t√© permis qu'il f√Ľt tent√©, mais il n'a pas c√©d√© √† la tentation.¬Ľ Et nous sommes tent√©s de p√©cher, mais jamais de c√©der. Parce que la Vie qui est en nous est l'ancre de notre destination √©ternelle, et nous tenons cela sacr√© dans nos coeurs.

168    Maintenant, il y en a beaucoup qui sont malades et ont... sont afflig√©s. Nous sommes sur le point de prier pour eux, P√®re. Puissent-ils, pendant qu'ils passent par ici sous la Parole de Dieu aujourd'hui... Cette pr√©cieuse Parole qui a √©t√© pr√™ch√©e, la Bible rendant t√©moignage, les Anges de Dieu se tenant aupr√®s d'elle, et le grand Saint-Esprit (au-dessus de tout) se tient ici pour rendre t√©moignage √† la Parole. Maintenant, P√®re, tandis qu'ils passent sous la parole de promesse, ce matin, puissent-ils s'en aller d'ici en allant bien.
    Accorde Seigneur, d'enlever leurs liens, qu'ils quittent leurs chaises roulantes et civi√®res sur lesquelles ils √©taient √©tendus, et qu'ils soient simplement gu√©ris. Puissent-ils retourner et se r√©jouir √† la prochaine r√©union o√Ļ il leur sera permis de venir, ou devant leurs propres √©glises, en montrant quelles grandes choses Christ a faites. Nous faisons ceci pour Ta gloire, au Nom de J√©sus! Amen.

169    Je dois des excuses pour une promesse que j'ai faite, que ce matin nous aurions le chapitre 7, mais je n'y suis pas parvenu! Et nous devons laisser un peu de temps ici pour une... ce... pour la ligne de pri√®re. Et alors, ce soir, le Seigneur voulant, nous prendrons le chapitre 7, et nous d√©couvrirons qui √©tait ce Melchis√©dek. Combien aimeraient savoir? Oh! nous allons simplement tout droit vers lui, nous d√©couvrons juste exactement qui il est. Et l'√Čcriture nous dit qui il est, voyez-vous!

170    Scofield a dit que ¬ęc'√©tait un sacerdoce¬Ľ.
    Comment cela pouvait-il √™tre un sacerdoce, sans commencement ni fin? vous voyez, ce n'√©tait pas un sacerdoce. C'√©tait un homme, Melchis√©dek, un nom, une personne. Comme...

171    Je ne le dis pas par manque d'√©gard, mais la Science Chr√©tienne dit que le Saint-Esprit est une ¬ępens√©e¬Ľ.
    Et la Bible dit: ¬ęIl, le Saint-Esprit¬Ľ. Et ¬ęil¬Ľ est un pronom personnel, c'est une personne. Pas une pens√©e, c'est une personne. Absolument!

172    Et Melchis√©dek est un homme, un homme qui n'avait pas de commencement de jours ni fin de vie. Il n'avait ni p√®re, ni m√®re, ni g√©n√©alogie. Et nous d√©couvrirons qui il est, le Seigneur voulant, ce soir par la Parole. Aimez-vous cela? ¬ęOh! Ta parole est une lampe sur mon sentier et √† mes pieds.¬Ľ Oh!

173    Maintenant, vous dites: ¬ęFr√®re Branham, je ne comprends pas tout √† fait ceci.¬Ľ
    Moi non plus!

174    Mais un jour, je pr√™chais l√†-bas dans le Kentucky. Et s'il y a quelques-uns des nouveau-venus, catholiques et d'autres personnes qui ne comprendraient pas combien ces choses profondes et riches de l'√Čcriture... J'avais pr√™ch√© au sujet de la gu√©rison divine. Une petite fille pieds nus avait apport√©... elle n'avait que quinze ans; elle avait un petit b√©b√©.

175    Elle a dit: ¬ęIl a des spasmes.¬Ľ
    Elle ne savait pas quoi dire, la paralysie, elle ne savait pas comment appeler cela.

176    La petite n'avait probablement jamais port√© de paire de chaussures de sa vie. La petite ch√©rie d'un homme, avec de longs cheveux qui pendaient... et je dis: ¬ęCroyez-vous?¬Ľ

177    Et ces petits yeux gris acier me regardaient, elle disait: ¬ęOui, monsieur, certainement que je crois!¬Ľ

178    J'ai pris le petit b√©b√©. Et pendant que je priais pour lui, il s'est arr√™t√© d'avoir des spasmes. Eh oui! et cela s'en est all√©!

179    Le lendemain, je chassais des √©cureuils sur le flanc d'une montagne. Et j'ai entendu un homme assis l√† en train de parler, une vieille tron√ßonneuse bourdonnait. Et je me suis gliss√© l√†; j'avais √©t√© chasser des √©cureuils. Ils parlaient de moi, avaient parl√© de moi, assis l√† en train de m√Ęcher du tabac et de cracher, pendant que les feuilles volaient ainsi. Et ils parlaient alors au sujet la r√©union du soir pr√©c√©dent. L'un d'entre eux a dit: ¬ęJ'ai vu ce b√©b√©; je suis pass√© par l√† ce matin. Il n'avait plus de spasmes ce matin.¬Ľ Voyez-vous? Il a dit: ¬ęCela c'√©tait r√©el.¬Ľ Et il cracha son...

180    Or, ils avaient des fusils appuy√©s contre l'arbre, aussi je pensais que je ferais mieux de me faire conna√ģtre. Vous savez, ils avaient des querelles internes l√†-bas aussi. Aussi, je me suis dirig√© vers eux et j'ai dit: ¬ęBonjour, fr√®res!¬Ľ

181    Et ce grand gars semblait √™tre en train de parler, il avait une chique de tabac dans la bouche comme √ßa, qui ressortait tr√®s fort sur le c√īt√© comme √ßa, et un grand, un long cou. Et il portait un tr√®s grand et vieux chapeau rabattu sur son visage. Il a regard√© tout autour et il m'a vu; il a tendu la main et il prit ce chapeau, et l'a jet√© de c√īt√©, et est all√©... [Fr√®re Branham illustre ce qu'il dit. ‚Äď N.D.√Č.]... Il a aval√© ce tabac √† chiquer et a dit: ¬ęBonjour, pasteur!¬Ľ
    Voyez-vous? Oui, monsieur! Du respect! Et cela est juste. Comment il a jamais pu survivre √† cela, je l'ignore. Mais il a surv√©cu!

182    Ainsi donc, le lendemain soir, alors que je retournais, il y avait l√† un homme qui voulait discuter un petit peu avec moi. Il fr√©quentait une √©glise qui ne croyait pas en la gu√©rison divine. C'√©tait une √©glise m√©thodiste, √† White Hill, dans le Kentucky. Donc il--il est all√©... il se tenait dehors. Il avait une lanterne √† la main et il disait: ¬ęJe veux dire quelque chose, pr√©dicateur: je ne peux simplement pas accepter cela, parce que je ne veux pas le voir!¬Ľ

183    J'ai dit: ¬ęvous ne pouvez pas le voir?¬Ľ

184    Il a dit, ¬ęNon! je suis moi-m√™me un homme malade, mais je ne peux tout simplement pas le voir!¬Ľ qu'il disait.
    J'ai dit: ¬ęO√Ļ habitez-vous?
    Il a r√©pondu: ¬ęDe l'autre c√īt√©, √† Big Renox.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęEh bien! alors, comment allez vous pouvoir rentrer chez vous?¬Ľ
    Il a dit: ¬ęEh bien! je vais marcher pour rentrer.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęPouvez-vous voir votre maison?¬Ľ
    Il a dit: ¬ęNon monsieur!¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęIl fait terriblement noir ce soir, c'est nuageux.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęOui.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęComment rentrerez-vous chez vous?¬Ľ
    Il a dit: ¬ęAvec cette lanterne.¬Ľ
    J'ai dit, ¬ęMais la lanterne n'√©claire pas le chemin tout du long jusqu'√† la maison! Comment allez-vous faire?¬Ľ lui ai-je dit.
    Il a dit: ¬ęJe marcherai √† l'aide de la lanterne.¬Ľ

185    J'ai dit: ¬ęC'est √ßa! vous avez la lumi√®re de la lanterne maintenant, et chaque fois que vous marchez dans cette direction, la lumi√®re continuera √† montrer le chemin devant vous. Si vous continuez simplement √† marcher, la lumi√®re continuera √† avancer avec vous.¬Ľ

186    Et vous, faites donc cela ce matin, vous avez besoin de Christ le grand souverain Sacrificateur. L'Intercesseur, pour votre maladie ou vos probl√®mes de sant√© ou votre √Ęme. Il se peut que vous ne le compreniez pas, nous ne la comprenons pas, mais nous avons re√ßu l'ordre de ¬ęmarcher dans la lumi√®re comme Lui est dans la lumi√®re!¬Ľ Vous, vous faites un pas dans la lumi√®re, elle brillera jusqu'au jour parfait, elle montrera le sentier devant vous.
Et nous marcherons sur cette noble, vieille grande route,
Racontant partout à la ronde:
Plut√īt √™tre un chr√©tien √† l'ancienne mode, Seigneur
Que toute autre chose au monde (N'avez-vous jamais entendu ce vieux cantique?)
Il n'y a rien comme un chrétien d'autrefois
Pour manifester l'amour chrétien,
Nous marcherons sur cette noble, vieille grand route,
Racontant partout à la ronde:
Plut√īt √™tre un chr√©tien √† l'ancienne mode, Seigneur,
Que toute autre chose au monde (J'aime cela, tout simplement.)

187    Tr√®s bien, maintenant nous allons prier pour les malades. Nous ne sommes pas... nous ne pr√©tendons pas que nous pouvons gu√©rir les malades, sinon nous dirions quelque chose de faux. Chaque personne malade ici dedans est d√©j√† gu√©rie, c'est ce que dit l'√Čcriture: ¬ęC'est par ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris.¬Ľ Est-ce vrai?

188    Chaque p√©cheur ici pr√©sent, peut-√™tre y en aurait-il un... vous √™tes sauv√© depuis que J√©sus est mort. Mais ne mourez jamais l√† alors que votre occasion a √©t√© mise devant vous d'entrer dans Sa pr√©sence, pour essayer de L'accepter apr√®s. C'est fait pour maintenant. √Ä l'instant m√™me vous devez l'accepter. Si vous allez au-del√† du Sang, alors vous n'√™tes rien d'autre que... Vous √™tes d√©j√† jug√©, parce que vous √™tes jug√© par la fa√ßon dont vous avez trait√© l'Expiation du Seigneur J√©sus-Christ. Voyez-vous, l√† vous--vous vous jugez vous-m√™me.

189    Ainsi, ¬ęIl √©tait bless√© pour nos p√©ch√©s, et c'est par ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris.¬Ľ Aussi je n'ai rien qui puisse vous gu√©rir. L'√©glise n'a rien qui puisse vous gu√©rir. La seule chose que nous pouvons prier est ceci: que votre foi ne faillisse pas, que vous veniez √† l'autel ce matin pour accepter Christ comme votre Gu√©risseur, comme vous l'avez accept√© comme votre Sauveur. Et sans conteste... Dieu apr√®s des miracles, Il montre de grands signes; les aveugles, les sourds, les muets et tous sont gu√©ris ici m√™me au tabernacle. Mais qu'il en soit ainsi ou pas, nous l'acceptons de toute mani√®re! De nombreuses fois, ces choses se font par des visions.

190    Combien √©taient ici il y a √† peu pr√®s trois Dimanches, ou quatre, cet homme est venu ici, √† la fois aveugle et paralys√©, il √©tait assis dans une chaise roulante, il n'avait pas le nerf de l'√©quilibre. Et avant de quitter la maison, je l'avais vu dans une vision: ¬ęIl y avait un homme l√† aux cheveux fonc√©s, grisonnant. Sa femme est une femme d'apparence attrayante, √Ęg√©e d'√† peu pr√®s 60 ans. Elle viendra en pleurant et elle me demandera... Et que je revienne et prie pour son mari.¬Ľ Il √©tait assis exactement l√†.

191    Je suis venu et j'ai dit √† quelques-uns de mes fr√®res ici: ¬ęObservez ceci.¬Ľ

192    Et quand nous nous sommes agenouill√©s √† l'autel, d'autres avaient pri√©. Quand je suis all√© pour prier, j'ai recul√© aussit√īt et suis revenu par ici. Et sa femme s'est lev√©e et est venue juste exactement de la mani√®re que le Seigneur avait dit que √ßa serait. Les gens regardaient pour voir si cela arriverait de cette mani√®re-l√†, cela n'a jamais failli. Et ainsi quand il a march√©...

193    J'ai √©t√© amen√© √† d√©couvrir qu'un homme, le docteur Ackerman, l√†-bas √† Birdseye en Indiana, √©tait celui qui l'avait envoy√© par ici; c'est un catholique, et son gar√ßon est pr√™tre dans le monast√®re l√†, √† Saint-Meinrad. Et le docteur Ackerman est un de mes compagnons de chasse, et c'est lui qui a envoy√© l'homme par ici. Le Seigneur m'avait montr√© un homme aux cheveux noirs qui l'enverrait, mais j'ignorais qui c'√©tait.

194    J'ai dit: ¬ę√Čtait-ce le docteur Ackerman?¬Ľ

195    Il a dit: ¬ęOui, c'√©tait lui.¬Ľ
    Voyez-vous? Et alors cet homme...

196    J'ai dit: ¬ęC'est AINSI DIT LE SEIGNEUR.¬Ľ J'ai march√© vers lui, j'ai dit: ¬ęMonsieur, levez-vous!¬Ľ Il √©tait √† la fois aveugle et ne pouvait... Il avait √©t√©... le nerf d'√©quilibre √©tait mort, il ne pouvait lui-m√™me se tenir debout comme √ßa. Voyez-vous, il avait √©t√© ainsi pendant des ann√©es, il avait √©t√© chez les Mayo et partout. J'ai simplement dit la pri√®re pour lui, et je l'ai fait se lever. Et voil√† qu'il s'est mis √† marcher √† travers...

197    D'abord, il a dit: ¬ęJe ne peux pas vous voir.¬Ľ Puis, il a cri√©: ¬ęOui! je peux!¬Ľ
    Ses yeux se sont ouverts l√†, il avait √©t√© orthodoxe, sa femme presbyt√©rienne.

198    Certains croient que ¬ęles presbyt√©riens ne crient pas, ni les orthodoxes¬Ľ.
    Vous auriez d√Ľ les entendre! S√Ľrement. Ils criaient et s'√©treignaient l'un l'autre. Il est revenu, a pris sa chaise roulante et a continu√© √† marcher vers la sortie et a descendu les marches comme tout le monde! Il pouvait voir, parler, etc.

199    J'ai re√ßu de lui une lettre, ou un appel t√©l√©phonique, l'autre jour. Je crois que le Fr√®re Cox est all√© vers lui et il disait: ¬ęIl sentait ses yeux br√Ľler.¬Ľ Certainement! C'√©tait le nerf--les nerfs optiques qui grandissaient et revenaient √† la vie, vous savez, et qui prenaient leur place. La mal√©diction √©tait √īt√©e!

200    Si vous permettez √† la nature d'avoir ses droits, si rien n'entrave la nature, elle exercera alors son plein pouvoir. Si vous avez un bandage autour du bras, qui coupe la circulation sanguine, votre main finira par mourir. Maintenant, parce que naturellement, tout sera en ordre si vous lui laissez simplement son libre cours... Mais quelque chose a interrompu la nature. Alors, si vous ne pouvez le voir, il n'y a aucun moyen pour un m√©decin de la comprendre. Il n'y a que deux choses par lesquelles il puisse agir: ce qu'il peut voir, ce qu'il peut sentir. C'est l√† la seule chose par laquelle il puisse agir: ce qu'il voit, et ce qu'il ressent.

201    S'il ne peut pas le voir, alors cela doit √™tre spirituel. Et il y a... la seule chose qui peut arriver: nous prions et Christ √īte la mal√©diction (Il renvoie le diable), et la chose commence √† devenir normale, √† aller bien. On recouvre la sant√©, et c'est tout ce qu'il en est. ¬ęEn mon nom, ils chasseront les d√©mons¬Ľ. Est-ce juste? C'est une promesse pour l'√Čglise... C'est Sa pr√©sence au milieu de nous. Maintenant, ce qui nous emp√™che d'√™tre parfaits ce matin, pour faire ces choses juste comme Lui les a faites, c'est parce que nous sommes toujours dans le voile. Voyez-vous? Mais nous avons l'un ou l'autre sentiment l√† qui nous dit: ¬ęOh! Oui.¬Ľ Voyez-vous?

202    Et quand vous acceptez votre gu√©rison... Peu importe ce que dit le voile, c'est ce que dit La Parole, qui compte. Voyez-vous, c'est cela. C'est cela. Et la Parole est toujours pr√©dominante au-dessus de tout: la Parole √©ternelle de Dieu.

203    Regardez Sara, sa matrice √©tait morte, elle √©tait √Ęg√©e de quatre-vingt-dix ans; elle avait v√©cu avec son mari depuis qu'elle avait √† peu pr√®s seize ou dix-sept ans, sans avoir d'enfants; Abraham, cent ans, et Dieu s'est retourn√© et leur a donn√© le b√©b√©! Voyez-vous parce qu'ils croyaient, ils appel√®rent ces choses qui n'√©taient point comme si elles √©taient! Entrez par ce chemin ce matin, mes amis.

204    Et ce soir, nous attendons... Si vous tous √™tes l√† pour nous rendre visite, nous sommes heureux de vous voir ici ce matin. Et que Dieu soit avec vous. Et si vous √™tes en ville pour la soir√©e, nous serions heureux de vous avoir ce soir pour la suite de ce service, au sujet de Melchis√©dek. Et ensuite, si vous n'y √™tes pas, et que vous ayez votre propre √©glise, allez donc √† votre propre √©glise. C'est l√† votre poste de devoir. Si vous appartenez √† une √©glise, allez-y. Ceci est simplement un petit tabernacle o√Ļ nous nous rassemblons ici et o√Ļ nous avons communion les uns avec les autres. Maintenant, que le Seigneur vous b√©nisse!

205    Et la soeur Gertie jouera pour nous ¬ęle grand M√©decin est ici.¬Ľ Levez la main, ceux qui veulent venir dans la ligne de pri√®re pour placer votre foi sur Christ. Tr√®s bien, si vous voulez vous aligner de ce c√īt√©-ci de l'√©glise, s'il vous pla√ģt. Et si on veut bien abaisser le si√®ge juste un petit peu, mon fr√®re, s'il vous pla√ģt, afin que nous puissions avoir un petit emplacement l√†-dedans et que nous puissions faire passer les gens. Passez donc de ce c√īt√©-ici.

206    Nous allons prier maintenant, pendant que nous chantons. Je vais demander aux anciens ici (de quelque d√©nomination ou √©glise, peu importe ce que c'est), si vous croyez en la gu√©rison divine, voudriez-vous vous tenir debout ici avec moi sur cette estrade pour prier pour les malades? Nous serions heureux de vous avoir. L'une ou l'autre d√©nomination, ou sans d√©nomination, ou quoi que vous soyez, nous serions heureux de vous avoir. Voudriez-vous simplement venir maintenant, pour la pri√®re, venir ici et vous tenir avec lui? Fr√®re Neville, si vous voulez venir avec l'huile...
EN HAUT