ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Questions et rĂ©ponses sur les hĂ©breux #3 de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-1006 La durĂ©e est de: 1 heure 55 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Questions et réponses sur les hébreux #3

553    ...de se retrouver ici au Tabernacle ce soir pour anticiper sur cette merveilleuse communion, et cette adoration autour de la Parole de Dieu qui nous a Ă©tĂ© donnĂ©e gratuitement. Et nous sommes – nous aimons prendre part Ă  cette bĂ©nĂ©diction.

554    Et je crois absolument que Dieu nous bĂ©nira ce soir comme Il l’a fait ce matin par le Message de ce matin. Et je venais d’en parler Ă  ma voisine, madame Wood, il y a un instant, et nous discutions lĂ -dessus, avec monsieur Wood et les autres. Et je crois que c’était le meilleur sermon de frĂšre Neville. De tous les bons sermons qu’il a prĂȘchĂ©s, celui-lĂ  Ă©tait, pour moi, meilleur que tout autre qu’il a prĂȘchĂ© jusqu’à prĂ©sent. Vraiment, j’ai certainement admirĂ© et apprĂ©ciĂ© ce merveilleux sermon. Et ça me donne du courage, et ça me taille. Ainsi, je – j’aime accepter la vĂ©ritĂ©, vous savez. Ainsi, concernant les actes de bravoure, vous savez, ĂȘtre courageux, et comment...
    Il y eut David, et comment il... Lors de ce grand combat, au lieu de dire: «Eh bien, je m’en vais faire telle chose, Seigneur, Toi, aide-moi tout simplement», il a attendu, il est parti demander au Seigneur ce qu’il fallait faire. Il a apportĂ© l’éphod, vous savez, et il a dit: «Maintenant, mettons-nous debout et demandons Ă  Dieu ce que nous devons faire dans cette crise.» Oh! c’était vraiment riche. Cela avait plus de vitamines que toutes les pharmacies que l’on a dans le pays. Oui, monsieur, cela vous fait vraiment du bien.

555    Eh bien, ce soir, nous – nous n’avons pas l’intention de rester sur ces questions au-delĂ  de minuit, si nous le pouvons. Ainsi nous allons – nous allons directement les aborder trĂšs bientĂŽt. C’est la fin de ces questions. Et chaque fois que j’essaie de les Ă©puiser toutes... (Eh bien, sƓur Hattie, je ne voulais pas dire cela, vous savez cela. Je – je l’ai dit juste pour dire. Vous voyez? Et... TrĂšs bien.) Mais j’en ai de trĂšs ardues ici qui viennent d’un ministre, et auxquelles il est vraiment difficile de rĂ©pondre. Vous savez, ces prĂ©dicateurs, ils tordent la chose tout au long de la Bible, puis ils essaient de trouver leur propre rĂ©ponse avant de vous poser la question. Vous voyez? Et ensuite... Et comme ceci est enregistrĂ©, ça va en GĂ©orgie chez un ami Ă  moi qui est prĂ©dicateur; il a posĂ© huit questions remarquables ici sur la Bible, qui sont trĂšs trĂšs profondes.

556    Et maintenant, la semaine prochaine, n’oubliez pas de prier pour nous.

557    Et ma femme va bien mieux; elle s’est relevĂ©e maintenant, elle a fait la cuisine aujourd’hui. Nos bons amis du Canada, frĂšre et sƓur Sothmann, sont ici pour nous rendre visite, et nous apprĂ©cions certainement leur visite. Et ma femme, sachant qu’ils allaient venir, eh bien, elle voulait se mettre debout pour se divertir un peu et communier avec ces prĂ©cieux chrĂ©tiens. Nous sommes contents d’avoir frĂšre Freddie au milieu de nous ce soir, et elle est restĂ©e avec... Elle Ă©tait ici ce matin, mais je crois qu’elle est restĂ©e avec... Non, c’est juste; elle est avec Meda pour lui tenir un peu compagnie pendant que nous venons ici; en effet, je sais qu’on ira jusque tard ce soir. Il y a la communion et le lavage des pieds. Ainsi, nous sommes heureux de les avoir avec nous ainsi que d’autres visiteurs.

558    Maintenant, avant de commencer Ă  essayer de rĂ©pondre Ă  ces questions... Et souvenez-vous bien que je – je peux me tromper. Vous voyez? Je – je ne prĂ©tends pas avoir raison dans tout ce que je fais. Je – j’essaye  d’agir correctement, mais il se peut que je sois – que je sois dans l’erreur. Et – et si je suis dans l’erreur, alors vous, pardonnez-moi tout simplement; et je prie que Dieu le fasse aussi, car mon intention n’est pas d’ĂȘtre dans l’erreur. Je n’essaie pas d’y rĂ©pondre juste pour – ou plutĂŽt de façon dont je le fais, juste pour causer prĂ©judice; j’y rĂ©ponds vraiment au mieux de ma connaissance. Voyez? Et si je dois changer mes idĂ©es sur une question Biblique, je pense que c’est vraiment la chose Ă  faire. Nous devrions changer tout le temps lorsque la Parole de Dieu parle, parce que c’est la Parole de Dieu.

559    Et maintenant, je pense que nous allons aussi prier ce soir pour les malades, comme d’habitude. Et parfois vous vous posez tout simplement des questions, vous prenez par exemple un petit groupe comme celui-ci, plus petit (oh!) que ce Tabernacle, et parfois vous ne voyez pas le rĂ©sultat que vous auriez voulu voir. Mais en rĂ©alitĂ©, ce que l’on fait, c’est prĂ©lever sur environ deux cents personnes. Et dans l’une de ces grandes rĂ©unions, peut-ĂȘtre que l’on prĂ©lĂšve, partout, sur trois Ă  dix milles (vous voyez?), et – et peut-ĂȘtre plus. C’est donc ainsi que vous parvenez Ă  voir un plus grand nombre. Mais ce soir, je me suis mis tout simplement Ă  rĂ©pondre... Bien sĂ»r, notre tĂ©lĂ©phone sonne presque chaque cinq minutes, tout au long de la journĂ©e et une partie de la nuit.

560    Est-ce bien madame Reisert qui est assise ici, et que je regarde? sƓur, votre Bible, c’est sƓur Wood qui La dĂ©tient,  lĂ  au fond. Je L’ai apportĂ©e ce matin pour vous, mais je – je n’ai pas pu vous La remettre. Et je – je ne vous ai pas vue ce matin, et sƓur Wood La dĂ©tient.

561    Ainsi, concernant le fait de rĂ©pondre au tĂ©lĂ©phone et d’apprendre les – les grandes choses  qui ont Ă©tĂ© accomplies, une dame m’a tĂ©lĂ©phonĂ© et a dit: «FrĂšre Branham, j’étais Ă  une certaine – certaine rĂ©union, et depuis, pendant trĂšs longtemps, j’ai souffert d’une certaine – d’une certaine maladie. Et, vous savez, vous avez tout simplement parlĂ©, lĂ , et juste... dit-elle, j’ai failli m’évanouir lorsque Cela a rĂ©ellement rĂ©vĂ©lĂ© ma vie passĂ©e.» Et elle a dit: «Depuis lors, je n’ai plus jamais souffert de cela.»

562    Et une dame est venue et a dit (je crois qu’elle est ici ce soir), ou plutĂŽt elle devait conduire depuis Bedford, je crois, ou de quelque part lĂ -bas. Son fils Ă©tait ici, je crois, il souffrait des troubles cardiaques, il Ă©tait dans un Ă©tat critique. Et il Ă©tait assis ici Ă  la rĂ©union, et – et le Seigneur est entrĂ© en action lĂ  et l’a touchĂ©, et Il a parlĂ© au garçon de sa maladie; et il pouvait Ă  peine lever son bras, ayant une attaque cardiaque et des crampes partout au bras, et son cƓur Ă©tait comme cela. Et immĂ©diatement, il est directement montĂ© Ă  bord du vĂ©hicule et il a conduit vers la maison, il n’en a plus jamais souffert depuis lors. Est-ce que cette femme qui vient de Bedford est arrivĂ©e ici? Êtes-vous ici? Ils – la voilĂ , lĂ  au fond. Oui, elle venait de m’appeler il y a un instant.

563    Ensuite, il y a une dame qui m’a tĂ©lĂ©phonĂ© depuis lĂ  Ă  Evansville, et elle ne pouvait pas venir ici parce qu’elle habite  trĂšs loin, elle ne savait pas que nous allions tenir un service de guĂ©rison ce soir. Et elle a dit: «FrĂšre Branham, j’étais assise Ă  la rĂ©union d’Evansville et, a-t-elle dit, vous avez regardĂ© derriĂšre, dans la foule et, a-t-elle ajoutĂ©, vous m’avez dit qui j’étais et ce que j’avais fait et ce dont je souffrais, et des choses comme cela.» Et elle a dit: «Je souffrais de l’asthme, et je devais brĂ»ler l’Asthmador et tout dans la chambre depuis que j’étais une petite fille.» Elle ajouta: «Cela a eu lieu il y a deux ans, et depuis lors je n’ai plus jamais eu une seule crise.» Voyez?

564    Et juste Ă  l’intention de ceux qui sont ici ce soir, je n’étais pas ici ce matin pour me rĂ©jouir de ce tĂ©moignage; hier j’étais lĂ  dans un bazar pour acheter une poupĂ©e. Maintenant, ce n’était pas pour moi, voyez, c’était pour ma petite fille RĂ©becca, lĂ ; et – et Sarah devait se rendre Ă  l’une ou l’autre activitĂ© aujourd’hui. Certaines de ces petites camarades de l’école avaient quelque chose comme un petit rassemblement pour un anniversaire ou autre chose, et elle lui a apportĂ© un petit cadeau; et j’achetais un petit bĂ©bĂ© de poupĂ©e de cette taille-ci. Alors une dame s’est approchĂ©e de moi, lĂ , et elle a demandĂ©: «Vous souvenez-vous de moi?»

565    Et j’ai rĂ©pondu: «Je ne pense pas.»

566    Et finalement, on a dĂ©couvert que c’était une parente de frĂšre Neville ici prĂ©sent, qui environ... Quand j’étais en route vers la SuĂšde, ils... elle Ă©tait venue ici, elle avait un petit garçon dans un fauteuil roulant, juste comme la petite Edith lĂ , et le petit garçon souffrait du cancer, une tumeur maligne au cerveau. Et sa petite tĂȘte se rapetissait, et il... Et les mĂ©decins ne lui avaient accordĂ© que trois semaines pour vivre. On avait fait un prĂ©lĂšvement et le diagnostic, et on avait trouvĂ© que c’était... ce que c’était; alors on lui avait tout simplement donnĂ© trois semaines pour vivre. On devrait le conduire ici et lĂ  dans un fauteuil roulant, et ensuite, le placer sur le brancard lorsqu’il entrait dans la chambre pour ĂȘtre examinĂ©. Et aprĂšs, on le ramenait lĂ . On est parti prier pour ce petit garçon et on a demandĂ© au Seigneur de le guĂ©rir. Et juste le lendemain, lorsqu’on l’a amenĂ© lĂ , il a dit: «Je n’ai pas besoin de ce fauteuil roulant.»

567    Il monta Ă  bord de la voiture et il roula lĂ , et le docteur poussa le brancard dehors; il dit: «Je n’ai pas besoin de ce brancard.»

568    Il courut lĂ  et s’assit, le docteur l’examina, il dit: «Eh bien, dit-il, au lieu de trois semaines, je vais vous donner cent et huit ans.» Il va vivre.

569    Et hier, la maman m’a rencontrĂ©. Il se peut qu’elle soit ici ce soir, Ă  ce que je sache. Et le petit garçon Ă©tait lĂ , jouant au football, il est maintenant un jeune homme; c’était un cancer malin au cerveau, et cela montre tout simplement que...

570    Oh! des milliers de choses... Voyez? Dieu ne peut pas faillir. Il – Il ne peut tout simplement pas faillir.

571    FrĂšre John, est-ce que votre Ɠil va mieux, frĂšre? Il avait eu un accident, il Ă©tait en train d’enfoncer un clou et cela l’a frappĂ© Ă  Ɠil. Et nous Ă©tions tous en train de prier pour frĂšre John O’bannon, notre frĂšre de Louisville, qui avait eu un accident, un clou l’ayant frappĂ© Ă  l’Ɠil.

572    Maintenant, ces questions sont la – la profondeur du cƓur de quelqu’un; des choses qu’ils ont lues dans les Écritures et qu’ils ont trouvĂ©es, et ils ne – peut-ĂȘtre ne pouvant pas trouver satisfaction par eux-mĂȘmes, ils les ont  ainsi envoyĂ©es ici pour que nous essayions d’y rĂ©pondre. Et vous voyez dans quelle position cela nous place, car tout ce que vous direz, ils vont s’y accrocher. Ainsi, on doit ĂȘtre sĂ»r d’ĂȘtre dans le vrai, et je suis... aussi sĂ»r que l’on puisse l’ĂȘtre... Ainsi, la chose Ă  faire pour ĂȘtre sĂ»r que nous sommes dans le vrai, c’est tout simplement de demander maintenant au Saint-Esprit d’interprĂ©ter ceci pour nous, pendant que nous inclinons la tĂȘte.

573    Maintenant, PĂšre cĂ©leste, ĂŽ quel privilĂšge d’appeler «PĂšre» le Grand CrĂ©ateur des cieux et de la terre! Et nous Te demandons tout simplement de T’occuper Toi-mĂȘme de ces questions maintenant. Elles ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©es ici avec une profonde sincĂ©ritĂ©. Et, ĂŽ Dieu, laisse que cela provienne de nos cƓurs, avec une trĂšs profonde sincĂ©ritĂ©, pour y rĂ©pondre au mieux de notre connaissance; accorde-le.

574    Et puisse Ta misĂ©ricorde reposer sur chacun. Et qu’il soit dit quelque chose, ici ce soir, qui va vraiment aider tout le monde qui est ici. Et Ă  notre dĂ©part, aprĂšs la priĂšre pour les malades et aprĂšs avoir pris la communion et le reste, puissions-nous dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs: «Nos cƓurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous pendant qu’Il nous parlait en chemin?» Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

575    Maintenant, comme je l’ai dit plusieurs fois, ceci – ceci, ici, c’est ma meilleure  opinion lĂ -dessus; et puis, parfois cela soulĂšve un peu de controverse.
    La premiĂšre ici, je vois qu’il s’agit de quelque chose que j’avais dit auparavant et qui m’est renvoyĂ©. Je ne vais pas – je veux lire cela maintenant, si vous le voulez.
    65    Quand Adam et Ève avaient eu leurs enfants en Éden, y avait-il d’autres personnes sur la terre en ce temps-lĂ ? Dans GenĂšse, chapitre 5, verset 16, CaĂŻn habitait au pays de Nod et il connut sa femme.

576    Eh bien, ça, c’est une question merveilleuse. Maintenant, nous sommes enseignĂ©s dans la Bible... Et souvent, c’est... Parfois nous avons nĂ©gligemment... ... j’avais l’habitude de placer un petit bout de papier et de dire: «Posez... Ă  rĂ©pondre n’importe quelle question biblique.»

577    Et quelqu’un demanda: «Eh bien, qui Ă©tait la femme de CaĂŻn?»

578    Oh! je faisais une petite plaisanterie lĂ -dessus ou autre chose, je disais: «Oh! c’était la fille de sa belle-mĂšre», quelque chose comme cela, vous savez, ou – ou «c’était madame CaĂŻn». Mais cela ne rĂ©pondait pas Ă  la question. Il y a...

579    LĂ , CaĂŻn eut une femme; en effet, la Bible dit qu’il en avait eu une. Et si CaĂŻn a eu une femme, il devait l’avoir trouvĂ©e quelque part. Et cela va tout Ă  fait dans le mĂȘme sens que ceci:
    Y avait-il d’autres personnes sur la terre lorsque Adam et Ève avaient leurs enfants dans le jardin d’Éden?

580    Eh bien, si vous remarquez bien, il est rarement fait mention de la naissance d’une femme dans la Bible. C’est toujours l’enfant mĂąle qui est mentionnĂ© dans la Bible, et non la femme. C’est rarement qu’il est fait mention de la naissance d’une fille dans la Bible. Ou, franchement, je n’en connais pas une autant que je puisse m’en souvenir tout de suite, maintenant, dans mon esprit, oĂč on ait mentionnĂ© la naissance d’un enfant. Il est dit: Ils eurent des fils et des filles.

581    Maintenant, la Bible mentionne seulement trois enfants comme Ă©tant  issus d’Adam et Ève, et c’était CaĂŻn, Abel et Seth. Or, comme tous les trois Ă©taient des hommes, s’il n’y avait pas de femmes qui furent nĂ©es, alors dans ce cas, aprĂšs la mort de l’unique femme, Ève, la race humaine aurait dĂ» aussitĂŽt cesser d’exister. En effet, il n’y aurait pas eu un moyen pour eux de – d’avoir n’importe – la race humaine de continuer, parce qu’il ne restait pas d’autres femmes. Ève aurait Ă©tĂ© l’unique femme. Mais vous voyez, on ne fait pas mention de la naissance des fillettes dans la Bible; ainsi, ils ont dĂ» avoir aussi bien des filles que des garçons.

582    Eh bien, l’ancien Ă©crivain, l’un des plus anciens Ă©crivains que nous ayons, JosĂšphe, affirme qu’ils avaient eu septante enfants, Adam et Ève; c’est l’un de plus anciens Ă©crivains: septante enfants; et que c’étaient aussi bien des fils que des filles. Maintenant, si... et puis, si CaĂŻn s’est rendu au pays de Nod... Maintenant, si vous remarquez bien, celui qui a Ă©crit Ă©tait trĂšs trĂšs avisĂ© en Ă©crivant ici. Avez-vous remarquĂ© comment il a citĂ© cela?

583    Bon:
    En Éden, lorsqu’ils avaient eu leurs enfants en Éden... Eh bien,  non pas dans le jardin d’Éden, celui qui a Ă©crit savait cela. Celui qui a Ă©crit cette note-ci a dit: lorsque Adam et Ève avaient eu leurs enfants en Éden...

584    Non pas dans le jardin d’Éden, car ils avaient Ă©tĂ© chassĂ©s du jardin d’Éden. Mais ils Ă©taient toujours en Éden, et le jardin d’Éden Ă©tait situĂ© Ă  l’est de l’Éden. Mais Éden Ă©tait comme un comtĂ© ou ce que – ou un État, et puis Nod Ă©tait un autre État ou un comtĂ© voisin.

585    Maintenant, l’unique personne que CaĂŻn pouvait avoir eue ou Ă©pousĂ©e devait ĂȘtre sa propre sƓur. C’est ce qu’il a dĂ» faire. En effet, il n’y avait qu’un seul homme et une seule femme dont ils pouvaient ĂȘtre issus (voyez?), et il a dĂ» Ă©pouser sa propre sƓur. Maintenant, cela Ă©tait lĂ©gal en ce temps-lĂ .

586    Aussi, Isaac a Ă©pousĂ© sa propre cousine germaine, RĂ©becca, ce qui Ă©tait ordonnĂ© par Dieu. Sarah Ă©tait la sƓur d’Abraham, sa sƓur de sang, non pas par sa mĂšre, par son pĂšre. Voyez, une sƓur de sang que – qu’Abraham a Ă©pousĂ©e, d’une mĂšre diffĂ©rente, mais de mĂȘme pĂšre...

587    Ainsi, vous voyez, Ă©pouser une parentĂ© en ce temps-lĂ , avant que le – le sang ne s’affaiblisse dans la race humaine, c’était lĂ©gal et tout Ă  fait en ordre. Aujourd’hui ça ne l’est plus. Aujourd’hui, si vous Ă©pousiez votre sƓur et que vous ayez des enfants, ils seraient probablement... eh bien, ils seraient tout simplement dĂ©formĂ©s et tout. MĂȘme en descendant jusqu’au cousin de premier ou second degrĂ©, on ne devrait jamais se marier (voyez?), parce que le sang s’affaiblit et diminue.

588    Mais l’unique chose que CaĂŻn pouvait faire en ce temps-lĂ , c’était d’épouser sa propre sƓur. Et c’est lĂ  que les enfants qui Ă©taient ce... il a pris sa femme, et il est parti au pays de Nod, et il l’a connue; et de lĂ  sont issus les – les enfants. Voyez, les...

589    Si vous remarquez bien, c’est de la lignĂ©e de CaĂŻn que sont issus les hommes intelligents. De la lignĂ©e de Seth sont issus les hommes religieux, je veux dire la – la vigne de la justice. C’est bien de lĂ  qu’est venue, par ces deux lignĂ©es, la lignĂ©e mĂȘme dont nous faisons partie aujourd’hui.

590    Si vous remarquez bien aujourd’hui, maintenant (juste pour terminer cette question), cette lignĂ©e de CaĂŻn existe encore, la lignĂ©e de Seth aussi existe encore. Toutes les deux ont continuĂ© malgrĂ© tout. Les enfants de CaĂŻn sont ici Ă  Jeffersonville ce soir, les enfants de Seth aussi sont ici Ă  Jeffersonville ce soir. Et mĂȘme si le sang s’affaiblit et diminue, nĂ©anmoins cette lignĂ©e persiste toujours.

591    Maintenant, faites attention. Les enfants de CaĂŻn Ă©taient toujours... Et avant la destruction antĂ©diluvienne, ils Ă©taient des gens intelligents, des savants, des enseignants et des gens trĂšs religieux, mais c’était un groupe des gens condamnĂ©s. Voyez? Maintenant, faites attention. Ils Ă©taient juste comme leur pĂšre CaĂŻn. CaĂŻn, il Ă©tait un homme religieux. Il avait bĂąti un bel autel, et il avait construit une belle Ă©glise, et il essaya de lui donner une apparence plus jolie que celle de cette petite mission que Seth avait lĂ -bas. Saviez-vous cela? AssurĂ©ment qu’il... il a dĂ©corĂ© l’autel avec des fleurs, il a bien embelli cela, il l’a rendu joli, il en a fait une Ă©norme Ă©glise bien garnie, parce qu’il pensait pouvoir trouver la faveur de Dieu en agissant ainsi.

592    Mais Abel s’est rendu lĂ , il a attrapĂ© un petit agneau et il s’est mis Ă  le traĂźner vers l’autel, et il l’a placĂ© sur le rocher, puis il l’a immolĂ©.

593    Et maintenant, si Dieu est juste, si tout ce qu’Il exigeait n’était que l’adoration, CaĂŻn avait adorĂ© Dieu avec autant de sincĂ©ritĂ© qu’Abel. Tous les deux Ă©taient sincĂšres. Tous les deux essayaient de trouver grĂące auprĂšs de Dieu. Aucun d’eux n’était infidĂšle. Tous deux croyaient absolument dans JĂ©hovah. Maintenant, lĂ , cela nous donne matiĂšre Ă  rĂ©flexion.

594    Il y a des gens ici, ce soir, que je n’ai jamais vus, je ne vous ai jamais vus auparavant, mais vous devez comprendre ceci, et garder cela Ă  l’esprit. Voyez? Peu importe combien vous ĂȘtes religieux, cela n’a rien Ă  voir avec la chose. Vous pourriez vivre dans l’église, vous pourriez ĂȘtre toujours trĂšs sincĂšre, et ĂȘtre nĂ©anmoins perdu. Voyez?

595    Et vous dites: «Eh bien, (vous dites) nos pasteurs sont les plus intelligents, ils sortent des sĂ©minaires et ils ont reçu la meilleure instruction. Ils sont des thĂ©ologiens, ils connaissent toute – toute la thĂ©ologie et tout le reste. Et ils sont intelligents, formĂ©s, les vĂ©ritables – les mieux sĂ©lectionnĂ©s que nous connaissions.» Mais ils pourraient nĂ©anmoins ĂȘtre perdus. Voyez?

596    Eh bien, CaĂŻn dans sa lignĂ©e, c’étaient tous des gens trĂšs religieux, des gens trĂšs cĂ©lĂšbres, et c’étaient des savants, des mĂ©decins, des constructeurs, des ouvriers, et des gens intelligents. Mais toute cette lignĂ©e a Ă©tĂ© rejetĂ©e depuis CaĂŻn jusqu’à la fin.

597    Et du cĂŽtĂ© d’Abel, il n’y avait pas de constructeurs, ni d’enseignants, ni des hommes intelligents, les gens Ă©taient plus au moins humbles, cette catĂ©gorie de gens qui Ă©lĂšvent des brebis, des paysans qui sont tout simplement conduits par l’Esprit.

598    Or, la Bible dit: «Il n’y a point de condamnation pour ceux qui sont en JĂ©sus-Christ, qui marchent non selon la chair mais selon l’Esprit.» L’homme spirituel a une Ăąme spirituelle qui ne peut jamais mourir. Et l’homme charnel a une atmosphĂšre religieuse autour de lui et il aime adorer et tout, mais il est charnel, ce n’est pas un incroyant mais un croyant charnel, et c’est le genre qui a Ă©tĂ© rejetĂ©.

599    Eh bien, de lĂ , CaĂŻn s’en alla et Ă©pousa sa femme au pays de Nod. Maintenant, on ne dit pas qui Seth avait Ă©pousĂ©e ni qui les autres avaient Ă©pousĂ©es. Ce qui est vraiment intĂ©ressant lĂ -dessus, c’est de savoir que CaĂŻn s’est mariĂ©, nous avons la rĂ©ponse Ă  cela. En effet, il a dĂ»  Ă©pouser sa sƓur, sinon il – sinon il y aurait eu une...

600    Il n’y avait pas d’autres femmes sur terre, en dehors de celles qui devaient provenir d’Ève. Elle Ă©tait la mĂšre de tous les vivants, c’est-Ă -dire de tous ceux qui vivaient; elle Ă©tait leur mĂšre. C’est la raison pour laquelle elle... le mot «Ève» signifie «la mĂšre des vivants». Ainsi, elle vint et mit au monde cet enfant. Et CaĂŻn a Ă©pousĂ© sa propre sƓur, c’est la seule façon pour moi de voir cela. Ainsi, il y avait des gens qui vivaient en ce jour-lĂ , effectivement. Voyez? Eh bien, et...
    Lorsque Adam et Ève ont eu leurs enfants en Éden... Maintenant, faites attention, voilĂ  la question: Lorsqu’ils ont eu leurs enfants en Éden, y avait-il d’autres personnes sur la terre Ă  cette Ă©poque-lĂ ? Non. Puis, dans GenĂšse 5:16 (vous voyez?), CaĂŻn habita au pays de Nod et il connut sa femme. AssurĂ©ment. Voyez-vous cela?

601    C’est dans GenĂšse 1 qu’Il a crĂ©Ă© l’homme Ă  Sa propre image, lequel Ă©tait dans la thĂ©ophanie. Et dans GenĂšse 2, Il a formĂ© l’homme de la poussiĂšre de la terre, lequel Ă©tait l’ĂȘtre humain que nous avons maintenant. Et puis dans 3, c’était la chute et ils ont Ă©tĂ© chassĂ©s du jardin d’Éden; et puis, les enfants ont engendrĂ© des enfants. Et CaĂŻn a pris sa femme et il a vĂ©cu avec elle au pays de Nod, en dehors, car Dieu l’avait excommuniĂ© de la communion avec son propre frĂšre, Ă  cause de la mort de – d’Abel. Et c’est celle qu’il avait trouvĂ©e, sa propre sƓur, et il l’a Ă©pousĂ©e; c’est la seule façon pour moi de voir comment il s’est mariĂ©.

602    Maintenant, il a Ă©tĂ© dit... J’espĂšre que mes amis de couleur qui sont ici excuseront cette observation; au fait, elle est absolument fausse. La premiĂšre fois de ma vie que j’ai rencontrĂ© quelqu’un, aprĂšs ma conversion... J’étais – j’ai rencontrĂ© frĂšre George DeArk et les autres lĂ -bas. Et je me promenais et le Seigneur m’avait conduit Ă  un petit endroit. Et on discutait sur l’origine de l’homme de couleur. Et ils s’évertuaient Ă  dĂ©montrer que pour l’homme de couleur, c’était CaĂŻn qui avait Ă©pousĂ© un animal, tel que le singe; et de lĂ  est venue la race de couleur. Eh bien, cela est faux, absolument faux. Et je ne peux jamais soutenir cela. En effet, il n’y avait ni noir, ni blanc ni une quelconque autre diffĂ©rence. C’était juste une seule race de gens jusqu’au dĂ©luge. Puis aprĂšs le dĂ©luge et la tour de Babel, lorsque les gens avaient commencĂ© Ă  se disperser, c’est alors qu’ils ont eu des couleurs et autres. Mais ils proviennent tous du mĂȘme arbre. C’est tout Ă  fait vrai. Adam et Ève Ă©taient le pĂšre et la mĂšre, du point de vue terrestre, de chaque crĂ©ature vivante appartenant Ă  la race humaine, qui ait jamais existĂ© sur la terre. C’est vrai. Noir, blanc, pĂąle, brun, jaune, quelle que soit votre couleur, elle est absolument due au milieu oĂč vous vivez et Ă  la façon dont – dont le... c’est juste comme...

603    Je pense que je ferais mieux de dire ceci pendant que je suis encore lĂ -dessus. Maintenant, ces gens par ici, concernant ces sĂ©grĂ©gations, ces lois et autres choses qu’ils adoptent, je pense que c’est ridicule, certainement. Écoutez. Laissez tout simplement ces gens tranquilles. Ils savent ce dont ils ont besoin. Dieu a fait un homme un homme de couleur, et celui-ci en est content. Absolument. Si Dieu m’avait crĂ©Ă© un homme de couleur, j’en serais trĂšs heureux; s’Il m’avait crĂ©Ă© brun, j’en serais heureux; comme Il m’a crĂ©Ă© blanc, j’en suis heureux; s’Il m’avait crĂ©Ă© jaune, j’en serais heureux. Dieu nous a crĂ©Ă©s selon nos couleurs, et Il nous a crĂ©Ă©s comme Il le voulait, et nous sommes tous Ses enfants. Absolument. Et les gens ne devraient pas se disputer et faire des histoires comme cela. C’est mauvais de faire cela. On ne devrait pas le faire. Dieu nous a crĂ©Ă©s... comme nous le voulons.

604    Et l’homme de couleur n’a pas besoin d’aller lĂ  pour dĂ©truire sa – sa race ou sa couleur, et de mĂ©langer cela avec une... la blanche et tout le reste comme cela. Je ne le condamne pas. Non. L’homme de couleur a des choses que le blanc ne possĂšde mĂȘme pas. Absolument. C’est tout Ă  fait vrai. Et Dieu ne les avait pas conçus pour ĂȘtre ainsi.

605    Eh bien, Ă©coutez. L’homme de couleur est... Il est – il est un... Il a un – il a en lui une disposition que le blanc ne peut jamais avoir... Il a une attitude insouciante, il a confiance en Dieu et il laisse simplement le reste aller comme cela. Qu’il ait des biens ou qu’il n’en ait pas, il est de toute façon heureux. Je prĂ©fĂ©rerais vraiment avoir cela ce soir, certainement. Eh bien, il a cela, et c’est un acquis pour lui. Ils n’ont pas besoin de mĂ©langer cela avec une autre race ni de briser cela d’une autre façon. C’est tout Ă  fait vrai.

606    Je pense que la dame lĂ , Ă  Shreveport, a fait l’un des meilleurs – des meilleurs commentaires que j’aie jamais entendus de ma vie. Elle a fait un commentaire qui a Ă©tĂ© publiĂ© dans le journal. Elle s’est avancĂ©e et a dit: «A l’allure oĂč vont les choses ici avec cette sĂ©grĂ©gation, je n’aimerais pas que mes enfants frĂ©quentent l’école des blancs.» Elle a dit: «Ils ne bĂ©nĂ©ficieront pas de l’attention qu’ils auraient eue s’ils avaient eu un enseignant de couleur.» Cette femme est une femme intelligente. Elle savait de quoi elle parlait; ils reçoivent une meilleure instruction. C’est tout Ă  fait vrai. Ainsi, je pense que les gens commettent une erreur en agissant ainsi.

607    Et puis, ils disent: «CaĂŻn et Abel...» et autres, comme cela. Non, monsieur. La couleur n’a rien Ă  voir avec la chose. C’est l’esprit Ă  l’intĂ©rieur qui a quelque chose Ă  voir lĂ -dedans. C’est tout Ă  fait vrai.

608    Ainsi, CaĂŻn connut sa femme, et c’était sa sƓur. Et ils... Il l’emmena au pays de Nod, et de lĂ  sont sorties ces grandes tribus de la terre: des religieux et des adorateurs.

609    Et pensez-y aujourd’hui, mon ami, arrĂȘtez-vous un peu et pensez juste un instant au fait qu’il y a des dizaines de milliers de fois, des milliers de milliers de milliers de gens qui frĂ©quentent effectivement l’église, tout aussi sincĂšres et consacrĂ©s Ă  l’église que possible, qui sont tout aussi perdus que  l’était CaĂŻn. Voyez? C’est Dieu qui choisit. C’est Dieu qui Ă©lit (voyez?), c’est Dieu qui fait misĂ©ricorde. L’argile ne peut pas dire au potier... C’est le potier qui a l’autoritĂ© sur l’argile. C’est vrai.

610    Eh bien, en voici une merveilleuse, celle qui suit ici:
    Dans 2 Pierre 2:4 – 2:4...

611    Que celui qui a une Bible veuille bien aller Ă  ces passages des Écritures trĂšs vite, pendant que je les lis, si vous le voulez, et pour ainsi m’aider ici pendant que nous abordons cette question.

612    Maintenant, concernant celle qui porte sur CaĂŻn et – et autres, si vous n’ĂȘtes donc pas satisfait, faites-le-moi simplement savoir. Nous serons content...

613    Maintenant, 2 Pierre 2:4. TrĂšs bien, monsieur. Nous y sommes.
    66    2 Pierre 2:4: Car, si Dieu a... car si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les anges qui ont pĂ©chĂ©, mais s’Il les a prĂ©cipitĂ©s dans les abĂźmes, pourquoi Christ a-t-Il alors prĂȘchĂ© aux esprits en prison, d’aprĂšs 1 Pierre 3:19?

614    Maintenant, nous avons Pierre 2:4, d’abord. TrĂšs bien.
    Car, si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les anges qui ont pĂ©chĂ©, mais s’Il les a prĂ©cipitĂ©s – prĂ©cipitĂ©s dans les abĂźmes, et les a livrĂ©s pour ĂȘtre gardĂ©s dans les chaĂźnes de l’obscuritĂ© pour le jugement;

615    Eh bien, voyons maintenant dans 1 Pierre (ça, c’est 2 Pierre), 1 Pierre 3:19, Ă©coutez ceci. VoilĂ , c’est juste ici. Celles-ci viennent d’arriver, c’est la raison pour laquelle je n’en ai pas pris note.
    ...lequel aussi... est allĂ©  prĂȘcher aux esprits en prison;

616    Oh! oui, nous y sommes. Commençons un peu avant cela, au verset 18.
    En effet, Christ aussi a souffert une  fois pour les pĂ©chĂ©s, Lui juste pour les injustes, afin de vous amener Ă  Dieu, ayant Ă©tĂ© mis Ă  mort quant Ă  la chair, mais ayant Ă©tĂ© rendu vivant quant Ă  l’Esprit, dans lequel aussi Il est allĂ© prĂȘcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient Ă©tĂ© rebelles...

617    Mon cher ami, si vous aviez bien lu le verset suivant, c’est lĂ  que la chose est expliquĂ©e. Voyez?...
    Qui autrefois avaient Ă©tĂ© rebelles lorsque la patience de Dieu se prolongeait aux jours oĂč NoĂ© construisait l’arche, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-Ă -dire huit, furent sauvĂ©es Ă  travers l’eau. (Voyez?)

618    Maintenant, si vous remarquez bien ici, je pense que ce prĂ©dicateur en a une autre sur le – quelque chose du mĂȘme genre, on y rĂ©pondra un peu plus tard.

619    I Pierre 4, ou plutĂŽt 2 Pierre 4, si vous remarquez bien: «Car, si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les anges...» Comment «ange» est-il Ă©crit? Avec «a» minuscule. Voyez? Maintenant, ici les esprits qui Ă©taient en prison, qui ne s’étaient pas repentis pendant la patience aux jours de NoĂ©, le mĂȘme ange... C’étaient des hommes, des messagers, des prĂ©dicateurs: «n’a pas Ă©pargnĂ© les anges». Savez-vous qu’un – le mot «ange» vient du mot «messager»? Combien savent que «ange» signifie «messager»? Absolument, un ange est un messager, «et Il n’a pas Ă©pargnĂ© les anges». Voyez?

620    Et ici, dans HĂ©breux, vous vous souvenez que nous avons Ă©tudiĂ© cela il y a quelques semaines: «les anges»?

621    Et dans HĂ© – dans l’Apocalypse: «Écris Ă  l’ange de l’église de Sardes: Voici ce que... Écris Ă  l’ange de l’église d’ÉphĂšse: Voici ce que... A l’ange de l’église...» Vous vous rappelez cela? Et nous avons examinĂ© le mot “ange”, et Ă  partir du dictionnaire, nous avons trouvĂ© qu’il signifie un messager. Ça peut ĂȘtre un messager sur la terre, un messager surnaturel, le mot «ange».

622    Ainsi, Ă  ce niveau, si nous prenons le lexique et que nous le consultions, vous trouverez que cela commence par «les messagers, les premiers messagers». Voyez? «Si le – s’Il n’a pas Ă©pargnĂ©... Car, si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les anges qui avaient pĂ©chĂ© (voyez?), et les ĂȘtres surnaturels (voyez?), aprĂšs l’attente...» Maintenant observez, il a dit:
    ...si... n’a pas Ă©pargnĂ© les anges qui avaient pĂ©chĂ©, mais qu’Il les a prĂ©cipitĂ©s dans les abĂźmes et les a livrĂ©s dans les chaĂźnes des tĂ©nĂšbres, pour ĂȘtre prĂ©servĂ©s pour le jugement;

623    Ensuite, regardez dans I Pierre, encore une fois ici, 3:19; faites attention Ă  la façon dont cela se lit maintenant:
    ...dans lequel aussi Il est allĂ© prĂȘcher aux esprits en prison, qui autrefois avaient Ă©tĂ© rebelles lorsque la patience de Dieu se prolongeait aux jours de NoĂ©... (Voyez, c’étaient les messagers de ce jour-lĂ : les messagers)... pendant la construction de l’arche, dans laquelle... c’est-Ă -dire huit Ăąmes furent sauvĂ©es Ă  travers l’eau.

624    Maintenant, si vous remarquez bien, lorsque ces ĂȘtres Ă©taient au Ciel... Maintenant, dans Apocalypse 11, ou plutĂŽt le chapitre 7, je crois – ou non, non, c’est le chapitre 12, Il montre l’image d’une femme qui se tient avec le soleil Ă  la tĂȘte et la lune, ou plutĂŽt le soleil Ă  sa tĂȘte et la lune Ă  ses pieds. Et le dragon rouge se tint debout pour dĂ©vorer l’enfant aussitĂŽt qu’Il allait naĂźtre, et il a pris sa queue et a entraĂźnĂ© le tiers des Ă©toiles des cieux et les a projetĂ©es sur la terre. Avez-vous remarquĂ© cela? Maintenant, cela ne signifie pas que Satan a une – une longue queue avec laquelle il aurait liĂ© les gens, mais il s’agit des propos qu’il avait tenus et qui avaient entraĂźnĂ© le tiers de ces Ă©toiles. Ces Ă©toiles Ă©taient la semence d’Abraham.

625    Abraham: «Oh!...»

626    Dieu a dit Ă  Abraham: «LĂšve les yeux vers les cieux et compte les Ă©toiles si tu le peux.»

627    Il a dit: «Je ne le peux pas.»

628    Il a dit: « Tu ne pourras pas non plus compter ta semence», les Ă©toiles.

629    Qui est l’Étoile brillante du Matin? JĂ©sus de Nazareth, c’est l’Étoile la plus brillante qui ait jamais vĂ©cu dans la chair humaine. Il est l’Étoile brillante du Matin. Et Il est la Semence d’Abraham venue par Isaac. Et nous, Ă©tant morts en Christ, nous revĂȘtons la Semence d’Abraham et nous sommes hĂ©ritiers selon la promesse.

630    Ainsi, les Ă©toiles du ciel reprĂ©sentaient les esprits des hommes, ici. Et quand le dragon rouge (Rome, lors de sa persĂ©cution) a enserrĂ© les deux tiers du... ou plutĂŽt le tiers des Ă©toiles, et les a prĂ©cipitĂ©es sur la terre... C’était lors de la crucifixion de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, lorsqu’ils L’ont rejetĂ© et qu’Il Ă©tait – qu’ils L’ont rejetĂ© et qu’ils n’avaient rien Ă  faire avec Lui; c’était lĂ  ce tiers des Ă©toiles angĂ©liques, des ĂȘtres angĂ©liques.

631    Voyez, dans votre corps, en vous... (Nous avons une autre question lĂ -dessus, tout de suite, qui rĂ©pondra mieux Ă  cela.) Ainsi lorsque... Il y a en vous un esprit, un autre homme. Votre extĂ©rieur, c’est un homme; votre intĂ©rieur, c’est un autre homme. Ainsi, votre intĂ©rieur, c’est le surnaturel et votre extĂ©rieur, c’est le physique. Voyez? Et cela Ă©tant, si vous ĂȘtes spirituellement conduit par Dieu, vous devenez un messager de Dieu ou un ange. Le messager de Dieu, l’ange de Dieu, c’est exactement le mĂȘme mot, on ne peut pas les dissocier: le messager de Dieu ou l’ange de Dieu.

632    Et lequel a la plus grande autoritĂ©: un ange du Ciel ou un ange Ă  la chaire? Lequel en a plus? L’ange Ă  la chaire. Paul a dit: «Si un ange du Ciel vient et vous prĂȘche un autre Ă©vangile que celui que j’ai dĂ©jĂ  prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme.» Ainsi, l’ange oint du Saint-Esprit et de la Parole est plus proche de Dieu. C’est vrai. Au  Ciel, son autoritĂ©...

633    Â«Tout pouvoir M’a Ă©tĂ© donnĂ© dans le Ciel et sur la terre. Allez, et Je serai avec vous. Tout ce que vous liez sur la terre, Je le lierai au Ciel. Ce que vous dĂ©lierez sur la terre, Je le dĂ©lierai au Ciel.»

634    Oh! si la grande et sainte Église pouvait seulement se rendre compte de la  puissance qu’Elle a pour faire ces choses! Mais il y a tant de doute, de peur, de tremblement, de questions pour savoir si ça va se faire: «Est-ce que cela pourra avoir lieu?» Tant que cela existe, l’Église ne pourra jamais se tenir debout. Mais dĂšs que tout propos de peur aura disparu et que le Saint-Esprit aura  complĂštement pris l’Église sous Son contrĂŽle, alors toutes les peurs disparaĂźtront, cette Église aura la puissance. Voyez? Eh bien, ils ont derriĂšre eux tout ce que les Cieux possĂšdent. Ils sont les ambassadeurs du TrĂŽne. Absolument. Un ambassadeur de Christ a l’autoritĂ©, et tout ce que Christ possĂšde appartient Ă  cet ambassadeur. Et Il a dit: «Allez par tout le monde»; «vous serez Mes tĂ©moins aprĂšs que le Saint-Esprit sera venu sur vous.» Et qu’est-ce qu’un tĂ©moin? C’est un ambassadeur, il a pour mission d’aller et de tĂ©moigner de quelque chose. Tout pouvoir au Ciel est juste dans vos mains. Oh! pourquoi restons-nous assis, et l’église est stĂ©rile et nous restons endormis? C’est parce que nous ne reconnaissons pas ces choses.

635    Maintenant, les Ăąmes qui Ă©taient en prison (qui ne s’étaient pas repenties) n’étaient pas des ĂȘtres angĂ©liques qui avaient – qui avaient Ă©tĂ© prĂ©cipitĂ©s sur terre sous la forme des anges, mais c’étaient les esprits de ces ĂȘtres angĂ©liques qui Ă©taient tombĂ©s autrefois, avant la fondation du monde, lorsqu’il y avait eu guerre au Ciel. Satan et – et le dragon se firent la guerre, et alors... ou plutĂŽt MichaĂ«l et – et le – le dragon se firent la guerre. Et Lucifer – et Lucifer fut chassĂ© avec tous ses enfants (tous les anges qu’il avait sĂ©duits), et ces anges vinrent sur la terre et ils pouvaient alors devenir humains. Et lorsqu’ils le devinrent, c’est alors que les fils de Dieu virent que les filles des hommes Ă©taient belles et qu’ils en prirent pour femmes.

636    Ce sont des fils de Dieu. Tout homme qui vient au monde est un fils de Dieu. Peu importe qu’il soit pĂ©cheur ou quoi qu’il soit, il est un fils de Dieu, crĂ©Ă© Ă  l’image de Dieu pour louer Dieu; il est crĂ©Ă© ainsi. Mais Dieu, au commencement, savait qui Le recevrait et qui ne Le recevrait pas. C’est pourquoi Il pouvait prĂ©destiner, ou plutĂŽt non pas prĂ©destiner, mais par prescience Il pouvait dire qui allait ĂȘtre sauvĂ© et qui n’allait pas ĂȘtre sauvĂ©, car Il connaissait quel esprit telle personne allait avoir.

637    Et ces esprits sont venus du TrĂŽne de Dieu, ils se tenaient devant le TrĂŽne de Dieu, et ils ont vĂ©cu dans la PrĂ©sence de Dieu des millions et des millions, des aeons de temps avant que le monde ne commence. Pensez-vous qu’ils ne  connaissent rien de l’adoration? Ils sont descendus et ils sont directement entrĂ©s dans les hommes et ils adorent Dieu. Absolument, ils adorent Dieu. Et ils ont une connaissance de Dieu, et ils sont intelligents, malins, instruits, toujours. Mais Dieu les avait rejetĂ©s dĂšs le dĂ©but.

638    Ainsi, mes amis, le fait d’ĂȘtre membre d’une Ă©glise, ou – ou la connaissance d’une certaine thĂ©ologie ou autre chose, n’a rien Ă  voir avec la chose. Il faut le sang de JĂ©sus-Christ et une nouvelle naissance qui vous unissent Ă  Lui comme une seule personne. VoilĂ .

639    Dieu, au commencement, comme Il savait que... L’homme et la femme Ă©taient crĂ©Ă©s un seul ĂȘtre, non pas deux; ils ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s un seul ĂȘtre. Ils ont Ă©tĂ© sĂ©parĂ©s, l’un fut placĂ© dans la chair et l’autre dans une thĂ©ophanie. Il savait cela. Pour vous le prouver donc, lorsque Dieu forma la femme, Il n’a jamais pris de la poussiĂšre pour la former, comme Il l’avait fait pour l’homme; Il a pris une cĂŽte du cĂŽtĂ© d’Adam, et elle est devenue un sous-produit de l’homme. En effet, elle est une partie de Lui. Comprenez-vous donc cela? Voyez? VoilĂ .

640    Ce sont lĂ  les anges. Dieu et l’esprit qui s’est uni Ă  Dieu, c’est un seul Esprit. C’est vrai. Maintenant, l’Esprit de Dieu qui demeure dans l’Église, c’est l’Esprit qui est venu du Ciel, Celui que Dieu connaissait avant la fondation du monde, Celui qui avait rejetĂ© le mensonge du diable. Et cet Esprit devait revĂȘtir un corps de chair pour ĂȘtre... pour subir ces Ă©preuves. Il devait devenir chair comme l’avaient fait les autres lĂ , et eux tous ont portĂ© le mĂȘme joug. Et Dieu, depuis le commencement, connaissait les esprits qui accepteraient et ceux qui n’accepteraient pas. Vous y ĂȘtes. Le diable est si malin... sĂ©duire mĂȘme les Ă©lus, si possible.

641    Ainsi, ces esprits, ces anges qui prĂȘchaient Ă©taient en prison... Ces anges, si vous remarquez cela ici, c’est un «a» minuscule qui signifie «homme»; les anges, les messagers ici sur la terre. Ils avaient pĂ©chĂ©, et la seule façon pour eux de pĂ©cher, c’était de ne pas croire. Et la façon... ils avaient leurs propres religions, mais ils ne croyaient pas le Message de NoĂ©. Ils ne croyaient pas le Message d’Énoch. Et ils avaient rejetĂ© leur Message et ils furent condamnĂ©s; la Bible dit qu’ils le furent.

642    Ă‰noch avait prophĂ©tisĂ© Ă  leur intention, disant: «Le Seigneur viendra avec dix milliers de Ses saints.»

643    Et ils avaient prophĂ©tisĂ©. Et NoĂ© construisit une arche, mais les gens dirent: «C’est un exaltĂ©. C’est un fanatique. Il n’y aura pas de pluie...» Et cent vingt ans s’écoulĂšrent, et il avait une religion qui avait en elle le salut, il y avait une Ă©chappatoire qui avait Ă©tĂ© offerte, mais eux se plaisaient dans leur condition.

644    Il en est de mĂȘme aujourd’hui oĂč les hommes sont satisfaits de leur condition. Mais il y a une Ă©chappatoire, et elle est en JĂ©sus-Christ. Amen! VoilĂ . La mĂȘme race, les mĂȘmes esprits.

645    Et ils Ă©taient absolument des hommes religieux, trĂšs religieux, mais ils n’observĂšrent pas le vƓu de l’alliance.

646    Il en est de mĂȘme aujourd’hui. Les hommes frĂ©quentent l’église et ils adhĂšrent aux grandes Ă©glises, et essaient d’ĂȘtre les gens les plus populaires de la ville. S’ils veulent adhĂ©rer Ă  une Ă©glise, ils choisissent la plus grande de la ville, la meilleure, celle qui jouit d’une bonne rĂ©putation dans la ville. Combien ils ratent l’appel! Combien ils ratent cela!

647    Le seul moyen pour vous de connaĂźtre JĂ©sus-Christ, c’est par la rĂ©vĂ©lation spirituelle, ce n’est pas par la thĂ©ologie, ni par le fait de beaucoup Ă©tudier la Bible. Que vous soyez de la Science ChrĂ©tienne, que vous soyez mĂ©thodiste, tĂ©moin de JĂ©hovah ou qui que vous  soyez, peu importe qui vous ĂȘtes, vous ne connaĂźtrez jamais Cela par la Parole, c’est l’Esprit de Dieu qui vous rĂ©vĂšle JĂ©sus. Il s’agit d’une rĂ©vĂ©lation spirituelle.

648    Lorsque Adam (dans le jardin d’Éden) et Ève... Lorsque ces enfants furent chassĂ©s, CaĂŻn se prĂ©senta lĂ  avec une bonne thĂ©ologie. Il dit: «Dieu, en principe, sait que nous faisons ceci de tout notre cƓur. Je bĂątirai un bel autel; je placerai des fleurs dessus; je mettrai des fruits dessus, je l’embellirai. AssurĂ©ment, je peux apaiser Dieu avec ceci et je Lui montrerai que je suis sincĂšre dans mon cƓur.» Il Ă©tait allĂ© aussi loin que la Parole l’exigeait, Dieu voulait l’adoration; il se mit Ă  L’adorer. Il avait bĂąti un bel endroit pour adorer, une grande et belle cathĂ©drale comme on l’appellerait aujourd’hui. Et il avait bien arrangĂ© cela, il avait bien construit cela, il y avait placĂ© un autel; il n’était pas un infidĂšle.

649    Mais Abel, sur base de la Parole de Dieu... Il n’y avait pas de Bible Ă©crite en ce temps-lĂ , mais Dieu lui rĂ©vĂ©la que ce n’était pas le fruit qui nous avait fait quitter le jardin d’Éden. Adam et Ève n’avaient pas mangĂ© des pommes, c’était absolument une affaire sexuelle qui les avait sĂ©parĂ©s et divisĂ©s. Et sachant qu’ils avaient Ă©tĂ© souillĂ©s dans le sang d’Adam et par le sang du serpent qui avait commencĂ© cela, Abel alla, par une rĂ©vĂ©lation divine, prendre un agneau et l’offrit. Alors Dieu dit: «VoilĂ  la chose.» AssurĂ©ment.

650    Lorsqu’ils sont descendus de la montagne de la Transfiguration, JĂ©sus a dit: «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l’homme?»

651    Certains disent que Tu es MoĂŻse, certains disent que Tu es Élie, certains disent que Tu es JĂ©rĂ©mie et d’autres disent que Tu es ce prophĂšte-lĂ .»

652    Il demanda: «Mais vous, qui dites-vous que Je suis?»

653    Pierre dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.»

654    Il dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Faites attention. Ce n’est pas non plus par la lettre, ce n’est pas par l’école; tu n’as jamais appris cela dans un sĂ©minaire; personne ne te l’a appris. Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela, mais c’est Mon PĂšre qui est dans les Cieux qui te l’a rĂ©vĂ©lĂ©. Et sur ce rocher Je bĂątirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prĂ©vaudront point contre Elle.» Vous y ĂȘtes. VoilĂ  l’Église du Dieu vivant. C’est cela. C’est cette Église... C’est sur cette rĂ©vĂ©lation que cette Église est bĂątie. C’est une rĂ©vĂ©lation divine que Dieu a rĂ©vĂ©lĂ©e, que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, et vous L’avez acceptĂ© comme votre Sauveur personnel, vous ĂȘtes passĂ© de la mort Ă  la Vie.

655    Et le Saint-Esprit agit et travaille parmi les membres de Son Corps. VoilĂ  l’Église. Peu importe qu’elle soit pauvre, et dans une mission, et que vous vous teniez quelque part sous un pin, oĂč que ce soit, que ce soit dans la maison de quelqu’un, dans une rĂ©union privĂ©e, peu importe oĂč cela peut ĂȘtre... La beautĂ© et tout le reste ne sĂ©duisent pas Dieu. Mais c’est la sincĂ©ritĂ© du cƓur par une rĂ©vĂ©lation oĂč JĂ©sus-Christ a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© comme le Fils de Dieu, un Sauveur personnel. Amen!

656    Oh! la la! nous ne pourrons jamais aborder ceci si nous y allons comme cela, n’est-ce pas?

657    Il y a ceux qui – lĂ  auprĂšs desquels Il alla... Les anges, les messagers, ces prĂ©dicateurs, ces intellectuels, ces messagers qui n’avaient pas cru lorsque NoĂ© s’étaient mis Ă  leur prĂȘcher et Ă  leur dire: «Eh bien, entrez dans cette arche.»

658    Ils ont dit: «Écoutez cet exaltĂ©! Écoutez ce fanatique! Eh bien, il n’y a pas de pluie. Qui a dĂ©jĂ  entendu parler d’une telle chose? Eh bien, oh! la la! n’avons-nous pas d’églises? Ne sommes-nous pas religieux?» Eh bien, ils Ă©taient religieux.

659    JĂ©sus a dit que ce serait une gĂ©nĂ©ration comme celle qui passa Ă  cette Ă©poque-lĂ , que cette gĂ©nĂ©ration rĂ©apparaĂźtrait encore juste avant Sa venue: «Comme il en Ă©tait aux jours de NoĂ©, ainsi en sera-t-il Ă  la Venue du Fils de l’homme. Car les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage.» Ils avaient quelque part en ce temps-lĂ  un «Reno au Nevada». Ils avaient toutes sortes de non-sens qu’on a aujourd’hui, des rassemblements, des loisirs et des Ă©bats, des moqueries et tout le reste; ils avaient une forme de piĂ©tĂ©, mais ils reniaient la pure VĂ©ritĂ©. L’alliance, le Message de grĂące. Dieu frayait ce chemin et accordait aux gens Son – Son alliance, le moyen par lequel ils pouvaient Ă©chapper. Cela avait en soi le salut. Le salut Ă©tait le lieu de refuge.

660    A quoi nous servirait le salut? Aujourd’hui les gens disent: «N’avons-nous pas une bonne forme de gouvernement dĂ©mocratique? Qu’est-ce qui nous manque?

661    Peu m’importe combien dĂ©mocratique est la forme de gouvernement que nous dĂ©sirons, nous avons besoin du Sang de JĂ©sus-Christ. C’est vrai. Nous avons besoin de Christ. J’apprĂ©cie la forme dĂ©mocratique de gouvernement; cela n’a rien Ă  voir avec le salut de l’ñme. Absolument pas. Ces gouvernements passeront, et chaque nation passera. Je me suis tenu prĂšs de l’endroit oĂč les pharaons s’étaient tenus, et il vous faut creuser Ă  vingt pieds [environ 6,5 m – N.D.T.] sous terre pour retrouver lĂ  oĂč se trouvent leurs trĂŽnes. Tous les pharaons et tous les royaumes de ce monde, et toutes les choses chancelantes failliront et disparaĂźtront, mais JĂ©hovah rĂ©gnera toujours, car Il est le Dieu immortel. Nous nous tenons solidement sur le Rocher, JĂ©sus-Christ, car tous les autres fondements ne sont que sable mouvant.

662    Peu importe que ce soit... Les royaumes se lĂšveront et tomberont, mais, oh! il n’y a rien... Peu m’importe si c’est... Il n’y a rien  prĂ©sentement, rien dans le futur, rien, ni mourir de faim, ni le pĂ©ril,  rien qui puisse nous sĂ©parer de cet amour de Dieu qui est en Christ. Lorsqu’un homme est nĂ© de l’Esprit de Dieu, il n’est plus une crĂ©ature du temps, mais il est une crĂ©ature de l’éternitĂ©. Amen! Il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. Il est passĂ© de... Il est passĂ© de la dimension temporelle Ă  l’ÉternitĂ©. Il ne peut jamais pĂ©rir. Et Dieu a jurĂ© qu’Il le ressusciterait au dernier jour.

663    Ainsi, ils peuvent avoir toutes leurs grandes Ă©glises, passer tout leur grand moment, et tout ce qu’ils veulent, raconter toutes les sales plaisanteries, et avoir tous les jeux d’argent, tous les repas [soup suppers – N.D.T.], et tout ce qu’ils veulent avoir, et ensuite avoir un prĂ©dicateur instruit qui se tient lĂ . Peut-ĂȘtre qu’il est capable de faire du bon travail lĂ -dessus, mieux que ces pauvres petits garçons qui connaissent Ă  peine leur abc. Mais je vous dis la vĂ©ritĂ©, je prĂ©fĂ©rerais qu’un garçon qui ne connaĂźt pas son abc me prĂȘche, celui qui connaĂźt Christ, plutĂŽt que tous ces grands thĂ©ologiens qu’il y a, qui ont toute l’instruction possible. Absolument.

664    Il n’y a pas longtemps, ici au Kentucky,  un pauvre petit gars, qui pouvait Ă  peine lire son propre nom, disait que Dieu l’avait appelĂ© Ă  prĂȘcher, et il sollicitait le bĂątiment d’une Ă©cole. Eh bien, les autoritĂ©s ne voulaient pas  lui accorder cela. Un certain Ă©minent prĂ©dicateur est passĂ© par-lĂ , porteur d’un grand titre comme ça, un grand docteur en thĂ©ologie; eh bien, ils lui ont accordĂ© l’école, assurĂ©ment. Il y a tenu un rĂ©veil de deux semaines et il n’y avait pas une seule Ăąme. Et le pĂšre du garçon est allĂ© lĂ , il a dit: «Eh bien, vous avez accordĂ© cela Ă  l’autre, je suis un contribuable, j’ai le droit de l’obtenir pour mon garçon. Et en principe, mon garçon doit aussi l’avoir.»

665    Ainsi, il retourna pour se renseigner et aprĂšs... Ils ont dit: «Eh bien, nous le lui accorderons pour au moins deux soirĂ©es.» Et ils sont passĂ©s Ă  l’acte et ils le lui ont accordĂ© pour deux soirĂ©es.

666    Et ce soir-lĂ , ce pauvre petit garçon arriva sur le lieu, et il ne pouvait mĂȘme pas lire la Bible; il faisait lire son texte par quelqu’un d’autre. Mais lorsqu’il s’est avancĂ© Ă  l’estrade, il Ă©tait oint du Saint-Esprit. Et quand il a prĂȘchĂ©, environ vingt personnes sont venues Ă  l’autel; et ce soi-disant prĂ©dicateur pleura en se dirigeant au Calvaire, Ă  l’autel.    

667    AssurĂ©ment, mon frĂšre, il ne s’agit pas – pas de ce que vous connaissez, il s’agit de Qui vous connaissez. C’est cela! C’est cela qu’il faut. Il faut connaĂźtre Christ. Le connaĂźtre, c’est la Vie; Le rejeter, c’est la mort.

668    Passons vite aux autres questions que nous avons, celles qui iront donc lĂ  en GĂ©orgie:
    67    Qu’est-ce que les pierres dans le... reprĂ©sentent dans Apocalypse 21:19 et 20?

669    Si vous dĂ©sirez prendre du temps pour ouvrir vos Bibles, en fait, nous n’avons pas beaucoup de temps maintenant, mais j’essaierai d’y rĂ©pondre  rapidement. Apocalypse vingt–... je crois que c’est 21:19 et 20. Oui.

670    TrĂšs bien. LĂ , vous verrez qu’on parlait des pierres qui Ă©taient dans le bĂątiment. Et les pierres Ă©taient les fondements. Si vous remarquez bien... Je crois vraiment que vous l’avez lĂ , FrĂšre Neville. Et chaque pierre Ă©tait un fondement. Non pas qu’une seule pierre Ă©tait un fondement et que les autres... mais chaque pierre Ă©tait un fondement. Chaque pierre Ă©tait un solide fondement. Et il y avait douze pierres. Si vous observez bien ces douze pierres, donnez Ă  chacune... D’abord, commençant avec le jaspe, puis le sardoine et ainsi de suite comme cela, reprĂ©sentant chaque pierre.

671    LĂ , dans la Bible, vous trouverez qu’il est fait mention des noms de certaines pierres; certaines d’entre elles sont appelĂ©es un peu diffĂ©remment, vous n’en avez jamais entendu parler. Si vous consultez le dictionnaire, vous dĂ©couvrirez qu’il s’agit de la mĂȘme pierre, on en a tout simplement changĂ© le nom.

672    Mais cela commence par – par le jaspe. Le jaspe Ă©tait la pierre de – de Benjamin, ou la pierre de... oh! le premier fils, Ruben. La premiĂšre pierre, c’était Ruben, c’était le jaspe. La derniĂšre pierre, c’était Benjamin, la derniĂšre au bout.

673    Eh bien, ces douze pierres sur lesquelles reposaient les fondations, ces – ces douze pierres Ă©taient suspendues au pectoral d’Aaron. Et elles – elles reprĂ©sentaient (il Ă©tait le souverain sacrificateur de ces – ces tribus) chacune de leurs pierres de naissance, lĂ , sur ce – ce pectoral. Et lorsque le peuple voyait ce pectoral, ils reconnaissaient qu’Aaron Ă©tait le souverain sacrificateur de toutes les tribus, lorsqu’ils voyaient la pierre de naissance sur ce pectoral.

674    Eh bien, ce matin, lorsque nous sommes entrĂ©s dans le message de frĂšre Neville... Et chaque fois qu’on apportait l’Urim Thummim, vous voyez cela mentionnĂ© dans la Bible comme Ă©tant le moyen par lequel ils discernaient si oui ou non leur message Ă©tait la VĂ©ritĂ©... ces pierres, lorsqu’on voulait vĂ©rifier ce qu’un homme disait, ce que le prophĂšte prophĂ©tisait, et toutes ces pierres Ă©mettaient en mĂȘme temps une rĂ©flexion, cela produisait un faisceau de lumiĂšres, qui prenait le saphir, le jaspe, l’escarboucle, et toutes ces autres pierres qui donnaient leurs lumiĂšres, cela formait un bel et Ă©norme arc-en-ciel de couleurs qui fusionnait le tout ensemble.

675    Eh bien, eh bien, le jour oĂč cet Urim Thummim a Ă©tĂ© retirĂ© avec ce sacerdoce-lĂ , c’est donc cette Bible qui est devenue l’Urim Thummim de Dieu aujourd’hui. Et lorsqu’un prĂ©dicateur prĂȘche, cela ne doit pas ĂȘtre tout simplement un petit passage, lĂ , sur lequel il repose tous ses espoirs, il faut que la Bible entiĂšre reflĂšte le message que l’homme est en train de prĂȘcher. VoilĂ  la chose. Pas juste un seul passage, et puis dire: «Eh bien, la Bible le dit.» Oh! assurĂ©ment, Elle dit beaucoup de choses. Mais vous devez prendre tout cela mis ensemble. Et lorsque l’Esprit de Dieu vient et entre dans la – la Parole, Il met tout cela ensemble et reflĂšte une Ă©norme LumiĂšre, et cette LumiĂšre, c’est JĂ©sus-Christ.

676    Eh bien, ces douze pierres Ă©taient douze fondements, qui commençaient par Ruben, Gad, et continuaient jusqu’à Benjamin: douze tribus, douze pierres. Et ces pierres dans le temple, dans la nouvelle JĂ©rusalem cĂ©leste, chaque fondement reposera sur l’un des patriarches.

677    Maintenant, faites attention, si vous remarquez bien, ces pierres, eh bien, vous allez voir comment ces patriarches sont reprĂ©sentĂ©s dans quelque chose d’autre, juste dans une autre question.
    68    Expliquez – expliquez le quatriĂšme – les quatre ĂȘtres vivants d’Apocalypse 5.

678    FrĂšre Neville, si vous l’avez juste lĂ  prĂšs, ou l’un de vous, dans  l’Apocalypse 5, nous allons lire cela juste dans une minute. C’est une – c’est une belle image ici de... Ici, j’ai cela moi-mĂȘme, Apocalypse, chapitre 5.
    Puis je vis dans la main droite de celui qui Ă©tait assis sur le – sur le trĂŽne un livre Ă©crit en dedans et en dehors et – et – et au dos, scellĂ© de 7 sceaux. Et je...

679    Eh bien, ce n’est pas cela le passage. Il me faut aller un peu plus loin, les quatre ĂȘtres vivants. Voyons le verset 14. TrĂšs bien, monsieur. Eh bien, allons-y. TrĂšs bien. Eh bien, commençons ici au – au verset 12; non, je pense que le...
    Et les quatre ĂȘtres vivants dirent: Amen...
    Non, il y a un petit passage aprĂšs cela, FrĂšre Neville.
    Voici j’entendis la voix...

680    Voyons, juste une minute, je lisais cela il y a un instant. Oh! nous y sommes! Commençons au verset 6, verset 5.
    Et l’un des vieillards me dit: Ne pleure point; voici, le Lion de la tribu de Juda, le Rejeton de David, a vaincu pour ouvrir le livre et en rompre les... sceaux.
    Et je vis, et... au milieu du trĂŽne et... quatre ĂȘtres vivants et au milieu des vieillards, un agneau qui Ă©tait lĂ  comme immolĂ©. Il avait sept tĂȘtes et sept yeux qui sont les sept esprits... envoyĂ©s par toute la terre.

681    J’aimerais que vous gardiez cette question, et si je ne la traite pas d’ici une minute, j’aimerais que vous la rappeliez une fois de plus. J’aimerais traiter ceci: les sept esprits des sept yeux qui Ă©taient sur l’Agneau. Oh! c’est vraiment merveilleux! (Eh bien, nous voudrions Ă  prĂ©sent prendre la question de ce frĂšre.) TrĂšs bien, n’oubliez pas cela maintenant.
    Il vint et prit le livre de la main droite de celui qui Ă©tait assis sur le trĂŽne.
    Quand il eut pris le livre, les quatre ĂȘtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternĂšrent devant l’Agneau, tenant chacun une harpe...

682    Maintenant, ce sont lĂ  ces – ces quatre – ces quatre ĂȘtres vivants, si vous remarquez bien. Maintenant continuons et lisons un peu plus loin.
    Les harpes d’or,... pleines de coupes et de parfums,... et les priĂšres des saints, et ils chantaient un cantique nouveau... Tu es digne... (et ils ont continuĂ© et ils ont fait leur... toute leur adoration au Seigneur)

683    Maintenant, ces quatre ĂȘtres vivants de l’Apocalypse, si vous les observez, chaque endroit... (Vous, lecteurs de la Bible, et l’homme qui va suivre cette bande enregistrĂ©e est aussi lecteur de la Bible.) Ces quatre ĂȘtres vivants, ils avaient quatre faces: l’un avait la face d’un homme; l’autre avait la face d’un veau; et l’autre avait la face d’un aigle; et l’autre avait la face d’un lion, et ils ne reculaient jamais. Ils ne pouvaient pas marcher Ă  reculons.

684    Combien se souviennent du vieux livre de l’Apocalypse, lorsqu’on enseignait cela il y a des annĂ©es, lorsque j’avais consacrĂ© ici environ deux ans au livre de l’Apocalypse? Beaucoup d’anciens s’en souviennent.

685    Ă‰coutez, ils ne pouvaient pas reculer, parce que peu importe le sens dans lequel ils allaient, ils avançaient. S’ils allaient dans tel sens, ils y allaient comme un homme; s’ils allaient dans tel sens, ils y allaient comme un lion; s’ils allaient dans tel sens, ils y allaient comme un aigle; s’ils allaient dans tel sens, ils y allaient comme un veau. Vous voyez, ils ne pouvaient pas reculer, ils avançaient toujours.

686    Eh bien, ces quatre ĂȘtres vivants... Maintenant, pour vite prendre ceci, car je n’aimerais pas rester trop longtemps lĂ -dessus... Mais les quatre ĂȘtres vivants... Dans la Bible, une bĂȘte reprĂ©sente une puissance. Et si vous remarquez bien, ces quatre ĂȘtres vivants n’étaient pas lĂ  dans le lac ou dans la mer, quelque part, en train de monter, mais ils Ă©taient au TrĂŽne de Dieu, et ils adoraient Dieu. Ces quatre ĂȘtres vivants signifient les quatre puissances qui sont sorties de la terre, et ces quatre puissances Ă©taient les quatre Évangiles: Matthieu, Marc, Luc et Jean; l’un ne contredit pas l’autre.

687    Et l’un d’eux, les... Quand l’Évangile sort en tant que Lion, Il est ferme, Il est hardi; l’Évangile est brave comme un lion, et Il est un roi comme un lion. S’Il va du cĂŽtĂ© de la face de l’homme, Il est perspicace, habile comme un homme. S’Il va du cĂŽtĂ© de la face de l’aigle, Il a des ailes rapides pour les hauteurs les plus Ă©levĂ©es. Cela... Comprenez-vous ce que je veux dire? S’Il va en tant que veau, Il est le cheval de labour qui peut tirer, le veau de labour qui tire le – le – le fardeau de l’Évangile. Les quatre ĂȘtres vivants Ă©taient les quatre puissances, qui Ă©taient Matthieu, Marc, Luc et Jean, les quatre Évangiles qui retentissent dans la PrĂ©sence de Dieu, c’était...

688    Si vous l’avez bien remarquĂ©, ils avaient des yeux devant et derriĂšre. Ils – ils... Partout oĂč cela allait, ça Ă©mettait de la lumiĂšre. Ils voyaient partout oĂč ils allaient. Et c’est la puissance des Évangiles au fur et Ă  mesure qu’Il sort; cela peut... Il a la perspicacitĂ© de l’homme; Il a la rapiditĂ© de l’aigle; Il a la – la – la – la puissance, la puissance d’attraction, le porte-fardeaux comme un veau; Il a la – la fermetĂ© et la hardiesse du lion. Voyez, ce sont les quatre Évangiles qui sont les quatre puissances de l’Apocalypse, chapitre 4.
    TrĂšs bien, maintenant la prochaine...
    69    Qui sont les vingt-quatre anciens? TrĂšs bien, je crois que c’était sur le – le... Qui sont les vingt-quatre anciens?

689    Eh bien, ça, c’est trĂšs facile; nous pouvons l’aborder. Les vingt-quatre anciens Ă©taient assis devant le TrĂŽne. C’était dans le ver... Je crois que c’est le verset 4, c’est lĂ  que ça se trouve. «Et il sortit lĂ  un autre...» Je dois... Voyons, j’ai... 4:10.

690    TrĂšs bien, Apocalypse, chapitre 4, et, verset 10. C’est correct. Prenons cela.
    Et les vingt-quatre anciens se prosternĂšrent devant celui qui Ă©tait assis sur le trĂŽne et ils adorĂšrent celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles et ils jetĂšrent leurs couronnes devant le trĂŽne, en disant: Tu es digne, ĂŽ Seigneur, de recevoir la gloire et l’honneur et la puissance, car Tu as crĂ©Ă© toutes choses et c’est par Ta volontĂ© qu’elles existent et qu’elles ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©es.

691    Maintenant, les vingt-quatre anciens... Un ancien est un surveillant. Eh bien, remarquez, ils Ă©taient douze patriarches et douze apĂŽtres. Ils Ă©taient assis, douze d’un cĂŽtĂ© et douze de l’autre. C’étaient les vingt-quatre anciens, qui Ă©taient les douze patriarches d’un cĂŽtĂ©, l’Ancien Testament, les douze apĂŽtres de l’autre cĂŽtĂ©, le Nouveau Testament. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit: «Vous serez assis sur douze trĂŽnes, et vous jugerez les douze tribus d’IsraĂ«l?”

692    Et quel Ă©tait l’aspect de ces fondements... Il y a mĂȘme lĂ  un arbre. Et l’arbre, de chaque cĂŽtĂ©, produit douze sortes de fruits. Et ils portaient leurs fruits une fois le mois, en effet, il y a douze mois dans une annĂ©e. Ils produisaient douze sortes de fruits chaque annĂ©e. Douze, c’est le chiffre de l’adoration, vous voyez. Et il y a vingt quatre: douze apĂŽtres et douze patriarches, ce qui fait vingt-quatre. Ils sont assis au TrĂŽne.

693    TrĂšs bien, maintenant le verset 4, ou plutĂŽt la 4e question.
    70    Que reprĂ©sentait le fil cramoisi de GenĂšse 38?

694    Le fil cramoisi, si vous le remarquez bien, c’était Juda. Et il avait un – des fils, et l’un de ses fils avait Ă©pousĂ© une femme cananĂ©enne. Et cette femme cananĂ©enne n’avait pas eu d’enfants; et le fils de Juda Ă©tait mort. Alors, la loi, en ce temps-lĂ , exigeait de prendre... le fils qui suivait devait prendre la femme de son frĂšre et susciter une postĂ©ritĂ© au dĂ©funt. Et cet autre homme n’a pas collaborĂ© et n’a pas agi comme il le devait, et le Seigneur l’a frappĂ©. Il lui resta alors un jeune fils; ainsi, Juda dit: «Attendons jusqu’à ce que ce fils conduise – grandisse jusqu’au moment oĂč tu pourras l’avoir comme Ă©poux.

695    Et lorsqu’il avait atteint l’ñge oĂč il devait prendre en mariage la femme de ses deux premiers frĂšres, eh bien, il Ă©tait alors censĂ© la prendre pour susciter la postĂ©ritĂ© Ă  ses frĂšres qui avaient Ă©tĂ© – qui Ă©taient morts avant lui... Juda ne donna pas la femme (la femme cananĂ©enne) au fils, au garçon, et il l’a tout simplement laissĂ© continuer. Ainsi, elle a vu que Juda agissait mal, aussi sortit-elle et se voila-t-elle le visage; et elle s’assit sur une place publique comme le ferait une prostituĂ©e.

696    Juda passa par-lĂ  et la prit pour femme, elle s’était prĂ©sentĂ©e comme une prostituĂ©e, et il alla avec elle. Et dit... Elle dit: «Eh bien, qu’est-ce que tu vas me donner en contrepartie?» Et il... Elle dit...

697    Il dit: «Un don d’un – d’un chevreau.» Il a dit... «Eh bien, donne-moi un gage qui prouve que tu me le donneras.» Ainsi, elle prit son bĂąton et son cachet et autres, et garda cela.

698    Et lorsqu’on apporta le chevreau, on ne retrouva pas la prostituĂ©e; en effet, elle n’était pas une prostituĂ©e.

699    Quelque temps aprĂšs, elle manifesta les signes de grossesse. Et quand elle manifesta les signes de grossesse, les gens allĂšrent le rapporter Ă  Juda: «Ta belle-fille s’est prostituĂ©e.» On lui dit: «En effet, elle – elle attend famille; pourtant tes deux garçons sont morts.»

700    Il dit: «Eh bien, on la fera sortir pour la brĂ»ler.»

701    Ainsi, elle envoya un message Ă  Juda, en ces termes: «L’homme qui a fait cela, c’est celui Ă  qui appartiennent ce bĂąton et ce cachet.» TrĂšs bien. C’était son beau-pĂšre.

702    Alors, il dit: «Elle est plus juste que moi.»

703    Eh bien, lorsqu’elle sut que ses enfants allaient naĂźtre, c’étaient des jumeaux... Et lorsque les jumeaux... Le premier enfant qui devait naĂźtre, selon la vieille coutume juive, le premier enfant avait le droit d’aĂźnesse, le premier enfant Ă  naĂźtre. Et, souvenez-vous, c’était son premier enfant Ă  elle. Aucun des autres garçons n’avait eu des enfants avec elle. Jusque-lĂ , elle n’avait jamais eu d’enfants.

704    Et lorsque son premier enfant apparut, ce fut juste une main. Et la sage-femme y lia un fil cramoisi; en effet, le fil cramoisi parlait de la rĂ©demption, montrant que le premier fils de la vierge Marie allait ĂȘtre... porterait le fil cramoisi de la rĂ©demption.

705    Et lorsqu’il retira sa main, l’autre sortit le premier. Et quand il sortit, quelqu’un demanda: «Pourquoi as-tu fait ça? L’autre avait le droit d’aĂźnesse!»

706    C’est donc ce que signifie GenĂšse 38, vous voyez, Ă  savoir que le premier-nĂ© gardait toujours sa position jusqu’à la Venue du Seigneur JĂ©sus-Christ, que le premier Ă©tait sous la loi de la rĂ©demption.

707    Vous – vous savez, j’ai dit... le petit mulet, vous savez, j’en ai parlĂ©, disant que ces yeux Ă©taient... que sais-je encore, ses oreilles Ă©taient rabĂąchĂ©es, mais il Ă©tait nĂ© avec un droit d’aĂźnesse, et un agneau innocent et parfait mourait Ă  sa place. VoilĂ .

708    Ainsi, cela concernait le droit d’aĂźnesse. Le premier enfant qui sortait de la mĂšre... les gens avaient vu cette main et ils savaient que cela pouvait revenir une fois de plus. Et lorsqu’il sortit sa main pour montrer que c’était lui qui l’avait, qu’il Ă©tait le premier-nĂ©, la sage-femme lui lia un fil cramoisi autour la main, et il retira celle-ci. Voyez? Mais, il Ă©tait absolument le premier. C’était le fil cramoisi, le fil cramoisi a... Tout au long de la Bible, il reprĂ©sente la rĂ©demption, ce qui annonçait la venue du premier fils.

709    Le premier-nĂ© du cheval, la premiĂšre-nĂ©e de la vache, quoi que ce fĂ»t, tout ce qui Ă©tait premier-nĂ© (qui venait avant) Ă©tait sous la rĂ©demption, cela devait ĂȘtre rachetĂ©; tout devait ĂȘtre rachetĂ©. AllĂ©luia! Oh! cela m’émeut tout simplement! Comprenez-vous cela? Le premier devait ĂȘtre rachetĂ©. C’était une loi. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur.

710    Et lorsque JĂ©sus-Christ naquit, Il racheta le monde entier. Certainement, Il l’a fait. Il Ă©tait le RĂ©dempteur de chaque crĂ©ature qui ait jamais Ă©tĂ© crĂ©Ă©e sur la terre. Il Ă©tait le RĂ©dempteur. Et Ă ... Toute la rĂ©demption repose en Lui, et il n’y a pas du tout un autre moyen par lequel vous puissiez venir. Ce n’est pas par les bonnes Ɠuvres, ni par le fait d’adhĂ©rer Ă  l’église, ni par quoi que ce soit; vous devez venir par le fil cramoisi, ce RĂ©dempteur, ce Parent RĂ©dempteur.
    TrĂšs bien, maintenant la prochaine, c’est...
    71    OĂč sont les dons... Que sont les dons qu’on s’envoie Ă  la mort de deux tĂ©moins de l’Apocalypse 11?
    Oh! FrĂšre Palmer, si vous ne pouvez pas poser des questions...

711    Maintenant, la rĂ©demption, ces fils-ci, ce fil cramoisi, nous voyons qu’il signifiait la rĂ©demption.

712    Maintenant, la question suivante, c’est:
    Que sont les dons de l’Apocalypse 11?

713    Un temps viendra... Eh bien, voici ce qui va rĂ©pondre Ă  une question qui a Ă©tĂ© posĂ©e l’autre soir, qu’un prĂ©dicateur, un ami Ă  moi, avait Ă©crite au sujet des Juifs, comment ce serait.

714    Maintenant, ces Juifs ont trois ans et demi qui leur ont Ă©tĂ© promis. Combien savent cela? Soixante-dix semaines avaient Ă©tĂ© promises. Il est dit: «Le Messie viendra et sera retranchĂ© au milieu.» Pendant trois ans et demi, Christ a prĂȘchĂ©, Il a Ă©tĂ© mis Ă  mort au – exactement aprĂšs trois ans et demi; il a prĂȘchĂ© pendant trois ans et six mois. [Espace vide sur la bande – N.D.É.]

715    Et puis, l’abomination qui cause la dĂ©solation: la – la mosquĂ©e d’Omar a Ă©tĂ© Ă©rigĂ©e sur le Lieu Saint, comme Dieu l’avait dit, deux mille cinq cents ans avant que cela n’arrive, qu’elle s’érigerait lĂ . Le prophĂšte avait vu cela, et ayant vu cela, il a dit: «Ils allaient... Les Gentils possĂ©deraient cela jusqu’à la fin de la dispensation des Gentils.»

716    Eh bien, il y a encore trois ans et demi qui sont promis. Si vous remarquez bien, ces tĂ©moins d’Apocalypse 11 prophĂ©tisent pendant mille deux cent soixante jours, c’est exactement trois ans et demi. Maintenant... Ils portaient des sacs. Maintenant, observez leur ministĂšre, ce qu’ils sont. Maintenant, ces deux tĂ©moins sont tuĂ©s.

717    Eh bien, le... ils retournent vers les Juifs aprĂšs l’enlĂšvement de l’Église des Gentils. L’Église des Gentils rentre Ă  la Maison pour le souper des noces. Et de mĂȘme que RĂ©becca a Ă©tĂ© amenĂ©e chez Abraham auprĂšs d’Isaac et fut mariĂ©e lĂ ... RĂ©becca et Isaac entrĂšrent en pleine possession de tout ce qu’Abraham avait; le tout revint Ă  Isaac. Absolument! Et cela ne pouvait pas revenir Ă  Isaac avant qu’Isaac ne fĂ»t mariĂ©. Oh! allĂ©luia! Vous y ĂȘtes.

718    Et Christ devient... Dieu habite pour toujours et pour l’éternitĂ© dans ce Corps parfait... complĂštement abĂźmĂ©. Lorsque l’Agneau et l’Épouse seront mariĂ©s au Ciel, Elle entrera en possession de tout. Absolument. Isaac et RĂ©becca avaient pris possession de tout.

719    Et pendant que cette cĂ©rĂ©monie se dĂ©roule au Ciel, celle de l’Épouse, l’Épouse des Gentils se mariant au Prince, le Fils de Dieu, dans la Gloire... Pendant qu’Ils se marient, il y a trois ans et demi qui s’écoulent pendant que le – MoĂŻse et Élie...

720    En effet, jamais MoĂŻse n’était absent... Non, son corps n’a pas Ă©tĂ© emportĂ©. Les Anges l’avaient emmenĂ©, il n’a pas Ă©tĂ© rongĂ©, il n’a pas Ă©tĂ© corrompu. Il Ă©tait un type parfait de Christ. Il mourut et les Anges l’emmenĂšrent, et mĂȘme le diable ne sait pas oĂč il a Ă©tĂ© enterrĂ©; et il a essayĂ© de se disputer avec l’Archange MichaĂ«l au sujet de son enterrement. C’est ce que la Bible dit. Dieu le prit dans l’enlĂšvement.

721    Et Élie, un prophĂšte de Dieu, pendant qu’il marchait lĂ , arriva au Jourdain, il enleva son manteau et frappa les eaux, qui se partagĂšrent ça et lĂ . Il marcha sur la montagne. ÉlisĂ©e dit... dit: «Pourquoi me suis-tu?»

722    Il dit: «Je veux une double portion de ton Esprit.»

723    Il dit: «Tu as demandĂ© une chose difficile, mais si tu me vois partir...» Il fixa ses yeux sur lui.

724    Et aprĂšs un instant, des Cieux descendirent un char de feu ainsi que des anges de feu, et des chevaux de feu, et Élie s’avança et alla dans la Gloire. Il n’a point goĂ»tĂ© la mort; il a Ă©tĂ© enlevĂ©. Il doit mourir.

725    Et si vous observez ces deux prophĂštes d’Apocalypse 11, ils font exactement la mĂȘme chose que MoĂŻse et Élie. Vous dites: «FrĂšre Branham, voulez-vous me dire qu’Élie et MoĂŻse sont toujours vivants?» Absolument.

726    Eh bien, avant la montagne de la Transfiguration... A la montagne de la Transfiguration, avant que Christ aille au Calvaire, MoĂŻse et Élie se sont tenus lĂ , tous deux, en train de Lui parler. Certainement, ils y Ă©taient, ils ne sont pas morts. Ils n’étaient jamais morts, ce sont des mortels, ils doivent mourir. Ainsi, ils sont donc dans un Ă©tat glorifiĂ©, attendant ce temps-lĂ .

727    Et puis, lorsqu’ils reviendront prĂȘcher pendant exactement trois ans et demi, sous l’onction du baptĂȘme du Saint-Esprit, pendant que les bĂ©nĂ©dictions seront ĂŽtĂ©es aux Gentils et que L’Église sera enlevĂ©e, et que l’église froide et formaliste sera pourchassĂ©e comme des chiens par des bandes de communistes et des Romains... Et pendant qu’ils seront pourchassĂ©s et tuĂ©s, ils – ils seront tuĂ©s, alors ces prophĂštes prĂȘcheront pendant trois ans et demi; et la Bible dit qu’ils seront tuĂ©s dans la grande – dans la rue de ce qui est spirituellement appelĂ© Sodome et Égypte, lĂ  oĂč notre Seigneur a Ă©tĂ© crucifiĂ©. C’est lĂ  Ă  JĂ©rusalem (Voyez?), lĂ  Ă  JĂ©rusalem, qui est ainsi appelĂ©e spirituellement.

728    Et ils resteront dans la rue pendant trois jours et trois nuits. Et puis, Ă  la fin des trois jours et demi, l’Esprit de vie entrera en eux et ils ressusciteront. Ils devront mourir comme les autres mortels; ils devront y passer. Et aprĂšs qu’on aura tuĂ© ces deux prĂ©dicateurs...

729    Ils ont prĂȘchĂ© contre le mal, et ils ont fait descendre le feu du ciel. Qui a fait cela? Voyez? Ils ont fait venir des plaies du ciel et ils ont frappĂ© la terre aussi vite – Ă  tout moment qu’ils le voulaient. Et ils ont fait descendre le feu du ciel. Et ils ont fermĂ© les cieux pour qu’il ne pleuve pas tout le temps qu’ils le voulaient. Qui Ă©taient-ce? Exactement MoĂŻse et Élie. Ce sont lĂ  ces deux tĂ©moins.

730    Et comme ils ont tourmentĂ© l’église, ou plutĂŽt le monde par leur prĂ©dication, et en ramenant les Juifs et en les ramenant Ă  la repentance, les ramenant Ă  croire en... Lorsqu’ils verront JĂ©sus revenir pour l’Épouse, ils diront: «Voici notre Dieu que nous attendions. C’est Lui.» Mais Il ne vient pas pour eux, Il vient pour Son Épouse. Et Son Épouse...

731    Lorsque Joseph alla en Égypte, il n’y avait pas amenĂ© ses frĂšres, mais il y prit sa femme. Absolument. Mais lorsqu’il s’est fait connaĂźtre Ă  ses frĂšres, personne n’était prĂ©sent. C’est tout Ă  fait vrai. Et lorsqu’Il Se fera connaĂźtre Ă  ces Juifs, personne, Ă  part les Juifs, ne sera lĂ . Ceux qui avaient tuĂ© Joseph se tenaient lĂ , et Joseph dit: «Eh bien, c’est moi Joseph, votre frĂšre.» Alors il pleura.

732    Et ils ont dit: «Eh bien, maintenant nous savons que nous allons Ă©coper parce que nous l’avions tuĂ©.»

733    De mĂȘme, ces Juifs connaĂźtront ce moment redoutable de tourments juste avant la Venue, un temps de persĂ©cution pour les ramener dans leur patrie. On les pourchasse comme un troupeau de brebis qu’on ramĂšne lĂ  au Mont Carmel.

734    Lorsque le Seigneur JĂ©sus viendra pour Son Épouse, et qu’ils Le verront, ils diront: «C’est Lui que nous attendions, Le voici.» Il se lĂšvera avec la guĂ©rison sous Ses ailes. C’est vrai.

735    Et l’Église, le reste des Juifs, lorsqu’ils auront finalement tuĂ© ces deux prophĂštes et que ceux-ci resteront dans la rue de la ville qui est spirituellement appelĂ©e Sodome et Égypte, lĂ  oĂč notre Seigneur a Ă©tĂ© crucifiĂ©, ils s’enverront des cadeaux l’un Ă  l’autre (le monde le fera).

736    Eh bien, FrĂšre Palmer, vous y ĂȘtes. Revoyez l’histoire romaine et vous trouverez qu’il n’y a qu’une seule nation au monde oĂč l’on s’envoie des cadeaux aprĂšs une bataille: c’est l’Empire romain.

737    C’est la raison pour laquelle je dis que l’antichrist vient de Rome, la bĂȘte vient de Rome, elle ne peut pas venir de Moscou. Elle vient de Rome, le dragon rouge qui s’est tenu prĂšs de la femme pour dĂ©vorer son enfant aussitĂŽt qu’il allait naĂźtre, ce dĂ©mon... OĂč Ă©tait ce dĂ©mon? Qui Ă©tait-ce? C’est CĂ©sar Auguste qui envoya tuer tous les enfants de moins de deux ans. Le dragon rouge, le dragon, la bĂȘte signifie une puissance. La puissance romaine  persĂ©cuta et  essaya de trouver cet Enfant, Christ.

738    Et cette mĂȘme chose... Chaque fois que les Romains, l’ancienne Rome paĂŻenne, remportaient une grande victoire, les gens s’envoyaient des pierres blanches et tout le reste comme cadeaux, comme cela, comme souvenir. Ainsi ces pierres qui Ă©taient... ce que c’étaient, c’étaient de petits cadeaux Ă©changĂ©s entre les membres de l’Église romaine. Absolument, exactement. Ça doit ĂȘtre ainsi.

739    Je me suis tenu lĂ  mĂȘme, Ă  la CitĂ© du Vatican, et j’ai vĂ©rifiĂ© cela par la Bible. Le pape porte une triple couronne, Vicarivs Filii Dei. Toutes ces choses dont j’avais entendu parler et autres, c’est absolument la vĂ©ritĂ©. C’est un groupe religieux qui gouverne chaque nation sous les cieux, et il le fait. C’est cela. Ce sont ces...

740    Je n’ai rien contre les catholiques. Non, monsieur; ils sont tout aussi bons que n’importe qui d’autre, mais leur religion est fausse, selon cette Bible. Si cette Bible dit la vĂ©ritĂ©, ils sont dans l’erreur. Ils disent qu’ils ne font... «Peu importe ce que dit la Bible, c’est ce que dit l’église qui compte». Nous, nous croyons que la Bible parle avec une autoritĂ© suprĂȘme. Absolument, c’est la Parole de Dieu.

741    Ainsi, vous voyez lĂ , ces pierres qu’on envoyait, ici dans l’Apocalypse, ce sont les – les pierres qui Ă©taient des dons que les gens s’envoyaient. Ce qui montre tout simplement que... La Bible dit ici dans l’Apocalypse, il est dit: «Que celui qui a de la sagesse calcule le nombre de la bĂȘte. Que celui qui a de la sagesse fasse ceci et cela. Que celui qui a l’esprit de certains dons fasse ceci et cela. Vous voyez combien l’église est dĂ©munie?

742    Un jeune homme m’a posĂ© une question ce matin au sujet des dons spirituels, au sujet du parler en langues (un jeune garçon trĂšs sincĂšre. Je crois qu’il sera ministre un de ces jours) et au sujet de l’église; j’ai dit: «Il y a beaucoup de choses charnelles. Nous n’en avons pas besoin, mais nous avons besoin de la chose rĂ©elle. Nous dĂ©sirons ardemment avoir cela.»

743    Vous ne pouvez pas vous mettre Ă  enseigner cela dans l’église; la premiĂšre chose, vous savez, vous aurez l’un avec une langue, l’autre avec un psaume; et alors vous devrez combattre pour faire sortir cela. Mais lorsque Dieu a donnĂ© un don d’une façon souveraine, cela se manifestera de soi-mĂȘme. C’est vrai. Vous voyez, ce sont lĂ  des dons de Dieu, c’est ce que Dieu envoie Ă  l’Église lors d’une victoire.

744    Eh bien, l’antichrist avait quelque chose comme le pour et le contre; il avait la – la – la voie pervertie pour faire cela. Et lĂ , c’est l’empire romain, oĂč les gens s’envoient des dons, des dons naturels. Dieu envoie des dons spirituels aux vainqueurs; les Romains s’envoient des dons naturels.

745    Nous croyons que le Saint-Esprit est un Esprit, nous Le recevons par un baptĂȘme qui vient d’En Haut.

746    L’Église catholique enseigne que la sainte eucharistie, c’est le corps de Christ; lorsque vous recevez ce pain kasher, c’est le Saint-Esprit, le Saint-Esprit, la sainte eucharistie. Voyez?

747    Nous croyons que cela est un morceau de pain, nous ne croyons pas que c’est le corps de Christ. Nous allons bientĂŽt prendre cela, dans quelques minutes. Nous croyons que cela reprĂ©sente le corps de Christ. Mais ce n’est pas...

748    C’est cela la diffĂ©rence entre la doctrine catholique et la doctrine protestante. Voyez? L’Église catholique dit: «Le corps, c’est... Le pain, c’est le corps littĂ©ral. L’église a le pouvoir de transformer cela.» Avez-vous dĂ©jĂ  vu un catholique passer prĂšs d’une Ă©glise? Il incline la tĂȘte et fait le signe de la croix. C’est Ă  cause de la petite lumiĂšre qui brĂ»le lĂ , dans l’église, sous ce petit tabernacle, il y a une lumiĂšre lĂ -dedans, et ce pain kasher se trouve lĂ  Ă  l’intĂ©rieur. «Et cela est le corps de Christ. Et lorsque vous prenez cela, vous prenez absolument le Corps littĂ©ral de Christ, Ă  votre premiĂšre communion et lors de vos confessions et tout le reste. Vous prenez littĂ©ralement le corps de Christ.»

749    Nous, nous disons que cela reprĂ©sente le corps de Christ (voyez?), que ce n’est rien d’autre au monde qu’un morceau de pain. Et peu importe, mĂȘme si ce n’était  pas du pain, si c’était autre chose, ce serait malgrĂ© tout pour reprĂ©senter trĂšs – trĂšs exactement ce que c’est...

750    C’est comme ces gens qui disent: «Je n’aimerais pas ĂȘtre baptisĂ© dans un Ă©tang, j’aimerais ĂȘtre baptisĂ© dans une riviĂšre.»

751    Qu’est-ce que ça change tant que vous ĂȘtes baptisĂ©? Si c’est dans un Ă©tang, et... Eh bien, Philippe Ă©tait baptisĂ© dans un Ă©tang... Lorsque l’eunuque fut baptisĂ©... lorsque Philippe baptisa l’eunuque dans l’étang, le Saint-Esprit enleva Philippe et l’emporta si loin qu’il ne fut plus trouvĂ© sur une distance de deux cents miles [environ 322 km – N.D.T.]. Il a Ă©tĂ© emportĂ© par l’Esprit, et il lui avait Ă©tĂ© donnĂ© un – un char venant directement du ciel pour parcourir une distance de deux cents miles [322 km – N.D.T.]. Amen! Merveilleux.
    Maintenant:
    ...OĂč seront les saints aprĂšs le rĂšgne de mille ans? Et quel genre de corps auront-ils?
    Je reviendrai lĂ -dessus dans un moment. [FrĂšre Branham rĂ©pond Ă  ceci au dĂ©but du paragraphe 820, c’est la question 74. – N.D.É.]
    Ils seront avec JĂ©sus.

752    TrĂšs bien, la – la 7e question:
    72    Comment allons-nous juger les anges?

753    Cela se trouve dans... Comment allons-nous juger les anges? En Ă©tant fils et filles de Dieu. Les anges sont des serviteurs; nous, nous sommes des fils et des filles de Dieu. Et la Bible dit que nous jugerons les anges. C’est vrai. Maintenant, maintenant, si vous...
    La 8e question...
    73    Pourquoi les cheveux Ă  cause des anges dans I Corinthiens?

754    Eh bien, que quelqu’un prenne pour moi I Corinthiens, chapitre 11, et nous verrons lĂ  – vous verrez cela, le – le... Dans I Corinthiens 11, nous trouvons que Paul en parle. Laissez-moi prendre cela juste une minute, et nous allons lire cela trĂšs vite et ensuite nous allons – nous allons examiner cela.

755    J’ai quelque chose Ă  dire sur cet autre verset ici, et j’espĂšre que le Seigneur nous fera comprendre cela de la maniĂšre qu’il faut. Si quelqu’un trouve cela... je pense que c’est le chapitre 11. Oui. TrĂšs bien. Maintenant, Ă©coutez attentivement, trĂšs attentivement maintenant, afin que vous puissiez comprendre. Maintenant, prenez toute votre conscience et mettez-la dans la poche de votre veste jusqu’à ce que j’aie terminĂ© de lire ceci (vous voyez?), de commenter lĂ -dessus. Écoutez trĂšs attentivement, ceci est AINSI DIT LE SEIGNEUR.
    Soyez mes imitateurs, comme moi, je le suis de Christ (Paul dit: suivez-moi, comme moi je suis Christ.)
    Eh bien, je vous loue, frĂšres, de ce que vous vous souvenez de moi Ă  tous Ă©gards et de ce que vous retenez mes instructions telles que je vous les ai donnĂ©es.
    Mais je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme et que Dieu est le chef de Christ.

756    Voyez comment cela est? Dieu, Christ, l’homme, la femme. Bien.  
    Tout homme qui prie ou qui prophĂ©tise la tĂȘte couverte dĂ©shonore Christ.
    Mais toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophĂ©tise la tĂȘte non voilĂ©e dĂ©shonore son chef...

757    Maintenant, nous avons juste une minute pour vous montrer que pour une femme, la chevelure, c’est le voile.
    ...car si... c’est comme si elle Ă©tait rasĂ©e (Cela signifie que si – si elle se met Ă  couper ses cheveux, autant alors qu’elle les rase.)
    Car si une femme n’est pas voilĂ©e qu’elle soit aussi rasĂ©e. («RasĂ©e» signifie «tondue». Voyez?) ... mais si c’est une honte pour une femme d’ĂȘtre rasĂ©e ou d’ĂȘtre tondue, qu’elle soit voilĂ©e.

758    Eh bien, nous en arrivons Ă  la question que vous avez posĂ©e ici. Voyez? TrĂšs bien. Eh bien, ce n’est pas juste pour une – une dame de se couper les cheveux, selon la Bible. Eh bien, Ă©coutez ici mĂȘme et voyez si la Bible ne donne pas Ă  l’homme un droit lĂ©gal de rĂ©pudier sa femme au cas oĂč elle se coupait les cheveux. Voyez si c’est vrai ou pas.
    Si un homme... Car l’homme en effet ne devrait pas se voiler la tĂȘte... (C’est-Ă -dire avoir de longs cheveux.)... car il est l’image et la gloire de Dieu: mais la femme est pour la gloire de l’homme. (Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  cela?)

759    J’aimerais m’arrĂȘter ici, car j’aimerais que ceci pĂ©nĂštre trĂšs bien. Voyez? Et maintenant souvenez-vous, j’ai vu des dizaines de milliers d’aimables femmes (mĂȘme au moment oĂč je parle, j’en connais beaucoup qui sont assises dans cette Ă©glise) avec des cheveux courts, ce sont des chrĂ©tiennes. Et je ne m’en prends pas Ă  vous, mais Ă  l’enseignement que vous avez reçu. Voyez? C’est cela. Votre prĂ©dicateur ne vous en a jamais parlĂ©. Mais s’il s’agit de l’une des femmes du Tabernacle comme cela, alors elle est coupable (voyez?); en effet, nous leur en parlons certainement.

760    Bien, observez maintenant ceci.
    ...un homme... Car... (le verset 7)... Car un homme...

761    Eh bien, qui parle ici? Maintenant, parfois une femme dira: «Oh! Paul Ă©tait misogyne!»

762    Eh bien, maintenant, pendant que nous y sommes, allons juste ici dans Galates 1:8, et voyons ce que Paul dit Ă  ce sujet. Voyez, dans Galates 1:8. Vous trouverez que Paul a dit lĂ  dans Galates 1:8...
    ...quand bien mĂȘme nous ou un ange du ciel prĂȘcherait un autre Ă©vangile que celui qui a Ă©tĂ© dĂ©jĂ  prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme.

763    Maintenant, ne me condamnez pas, condamnez-le, voyez?
    L’homme ne doit pas se couvrir la tĂȘte puisqu’il est la gloire et l’image de Dieu, tandis que la femme est la gloire et l’image de l’homme.

764    Maintenant, observez le verset suivant:
    En effet, l’homme n’a pas Ă©tĂ© tirĂ© de la femme, mais la femme a Ă©tĂ© tirĂ©e de l’homme.
    Et l’homme n’a pas Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  cause de la femme, mais la femme a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e Ă  cause de l’homme.

765    Eh bien, je veux dire ceci maintenant, avec un vĂ©ritable amour et une vĂ©ritable douceur, et j’espĂšre que vous le comprenez de la mĂȘme maniĂšre que je le dis. Mais l’AmĂ©rique... (En tant que quelqu’un qui voyage Ă  travers le monde), l’AmĂ©rique a les mƓurs les plus basses et les plus dĂ©gradĂ©es concernant la femme, plus que n’importe quelle nation au monde; Paris, en France, serait trĂšs Ă©levĂ©, Ă  voir comment l’AmĂ©rique laisse ses femmes agir. C’est une disgrĂące.

766    Saviez-vous que le dieu de l’AmĂ©rique est une femme? Je peux vous le prouver par cette Bible. C’est vrai. Savez-vous qu’il devait en ĂȘtre ainsi pour que l’Église catholique puisse introduire sa doctrine de la vierge Marie?

767    Maintenant, si la femme a Ă©tĂ© faite non pas pour l’homme, non pas... Si l’homme n’a pas Ă©tĂ© fait pour la femme, mais que la femme a Ă©tĂ© faite pour l’homme, comment pouvez-vous alors adorer une femme? Voyez? Eh bien, ce qui en est la cause, c’est que Paris a commencĂ© cela et ç’a atterri Ă  Hollywood. Et maintenant, Paris doit venir Ă  Hollywood pour prendre ses modĂšles et prendre des modes et des choses; c’est dĂ©gradant pour les femmes amĂ©ricaines.

768    Qu’est-ce? Notre nation est tombĂ©e si bas qu’on a mĂȘme chassĂ© les hommes du travail et on a mis les femmes Ă  ces postes, au point que quatre-vingt-dix pour cent d’entre elles sont presque des prostituĂ©es. Et vous parlez des hommes qui sont congĂ©diĂ©s; certainement! C’est parce que les femmes occupent leurs postes. Et on est tombĂ© si bas qu’on a placĂ© des femmes dans la rue comme agents de l’ordre. C’est un dĂ©shonneur pour n’importe quelle nation. Oui, monsieur! Qu’allez-vous faire Ă  ce sujet?

769    Â«Que faites-vous Ă  ce sujet, FrĂšre Branham?» Je suis obligĂ© de respecter cela; je suis un citoyen amĂ©ricain. Je fais ce que le grand patron dit de faire. Si jamais je... Si les – si jamais les membres d’une famille n’ont plus de respect pour leur famille (les enfants n’ont plus de respect envers leurs parents), cette famille sera en piĂšces. Si une – si jamais une Ă©glise n’a plus de respect pour son pasteur, eh bien, cela – c’en est fini de cette Ă©glise. Et si jamais une nation n’a plus de respect envers la Cour SuprĂȘme et ses dĂ©cisions, cette nation sera en piĂšces. C’est tout Ă  fait vrai. Nous devons honorer ces choses, parce que ce sont eux les grands patrons. Voyez-vous? Mais ce n’est pas correct au dĂ©part. Absolument.

770    Saviez-vous que dans la Bible, dans GenĂšse, chapitre 1, un homme... quand Dieu crĂ©a la femme et – et l’homme, et qu’Il forma l’homme et la femme, Dieu dit Ă  Ève: «Ton mari dominera sur toi, il sera ton chef»? PrĂȘchez cela en AmĂ©rique et voyez oĂč vous vous retrouverez. Mon gars, ce n’est plus ça; la femme domine sur l’homme; elles sont obligĂ©es de le faire. Les lieux publics sont amĂ©nagĂ©s...

771    Je pourrais amener des femmes, si je devais le faire, Ă  partir de mon bureau, par douzaines, des femmes dĂ©centes... Je ne dis pas que toutes les femmes ne devraient pas quelquefois travailler; elles ont peut-ĂȘtre un mari malade ou autre chose, et il faut qu’elles travaillent. Mais si cela n’est pas un impĂ©ratif pour elles, elles ne devraient pas le faire. Leur place, c’est Ă  la maison, leur petit chĂąteau; c’est exactement lĂ  qu’elles devraient ĂȘtre.

772    Et nos femmes amĂ©ricaines ont reçu le privilĂšge de n’en faire qu’à leur tĂȘte. MĂȘme chez tous les animaux et autres espĂšces, quand cette chose prĂ©vaut et s’installe, ça avilit toute leur race.

773    Il y a un petit oiseau en Afrique; et sa femelle est un petit oiseau diffĂ©rent. Maintenant, d’habitude, la femelle est toujours la plus laide du couple. Le mĂąle est toujours le plus beau: le cerf, l’élan, le faisan, le – le coq, et il est toujours le plus... En effet, la femelle est casaniĂšre. Elle reste sur le nid; elle Ă©lĂšve ses petits. Elle se cache loin du faucon, du serpent, du coyote et d’autres animaux (voyez-vous?), Ă©levant ses petits.

774    Mais une race oĂč la – oĂč le sexe, oĂč – oĂč – oĂč la femme ou la femelle dĂ©passe en beautĂ©, c’est toujours une espĂšce avilie.

775    En Afrique, prenez un oiseau... Il y a lĂ  un petit oiseau, et c’est l’unique que je connaisse de tous les continents, chez qui la femelle est plus jolie que le mĂąle. Et quand elle fait... La femelle de cet – cet oiseau se prostitue tout le temps. Elle va courir partout et se taper un compagnon; et elle s’envole et va pondre un tas d’Ɠufs aprĂšs qu’elle s’est accouplĂ©e avec ce dernier; puis elle laisse ce compagnon couver les Ɠufs pendant qu’elle va faire la cour Ă  un autre compagnon. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Voyez? Voyez-vous ce que je veux dire?

776    Cela... Maintenant. Écoutez, aujourd’hui en AmĂ©rique, concernant nos femmes... Un jeune homme du Kentucky m’a dit, il y a quelques jours, qu’il y avait huit cents femmes qui travaillaient dans une certaine usine, lĂ  au Kentucky. Et il disait: «Je pourrais probablement me sentir rassurĂ© de jurer pour attester que quatre cents d’entre elles sont absolument des prostituĂ©es de la rue, tout en Ă©tant des femmes mariĂ©es et ayant des enfants. Un gars a attrapĂ© sa femme lĂ  et il l’a tabassĂ©e avec une planche, et il voulait donc la tuer. Et un autre est allĂ© pour tirer sur un homme, et un autre a blessĂ© et a livrĂ© une bagarre. Il ne devrait pas en ĂȘtre ainsi. Ce n’est pas correct.»

777    Mettez la femme lĂ  derriĂšre, Ă  la cuisine, oĂč se trouve sa juste place, alors toutes choses iront trĂšs bien. Mais si vous la mettez lĂ  dans le service public, c’en est fini d’elle. Abso–... Je ne dis pas que...

778    Les femmes amĂ©ricaines vous rient au nez et disent: «Ce n’est pas vrai», et, «prouvez-le-moi.» Certainement, vous devez le faire parce que la Bible a prĂ©dit que vous feriez cela.  Il faut que vous le fassiez.

779    Et ici lorsque... Il y a bien longtemps, dans l’Église mĂ©thodiste, s’il arrivait qu’une femme se coupe les cheveux, elle Ă©tait chassĂ©e de l’église. Certainement, c’est ce qu’ils faisaient. Oui, certainement. Les nazarĂ©ens, les pĂšlerins de la SaintetĂ©, les pentecĂŽtistes, c’est ce qu’ils faisaient tous. Qu’est-il arrivĂ©?

780    Vous savez pourquoi? On a des effĂ©minĂ©s derriĂšre la chaire. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Quelqu’un qui a peur Ă  cause de son bon de repas, qui a peur d’ĂȘtre excommuniĂ©, d’ĂȘtre chassĂ© de l’église. Ils n’ont pas la vĂ©ritable audace pour tenir ferme, et s’en tenir Ă  la Parole de Dieu, qu’Elle blesse ou pas. C’est tout Ă  fait vrai.

781    Ă‰coutez ceci, c’est l’homme qui est le chef; ne pensez pas que vous pouvez diriger la maison. Vous n’ĂȘtes pas le chef de la maison. Vous ĂȘtes absolument... Vous n’ĂȘtes donc pas pour autant une esclave, mais vous ĂȘtes une aide. Et Adam... L’homme a l’autoritĂ© sur sa femme, il est le seul responsable de sa femme. Dieu demandera des comptes Ă  l’homme pour sa femme. Maintenant, lisez et voyez si c’est donc ce que Dieu dit.
    En effet, l’homme ne doit pas se voiler la tĂȘte, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu...

782    Dieu n’est pas une femme; Dieu est un homme. Vous savez, lorsque les gens font de la vierge Marie et tout le reste des interce – ou des intercessions et toutes les choses de ce genre, et qu’ils prient la vierge Marie, savez-vous ce que cela me rappelle? La grande dĂ©esse Diane Ă  laquelle Paul s’était opposĂ© et qu’il a rejetĂ©e. C’est vrai. Il a dit: «Dieu n’est pas une femme.»

783    Une pierre Ă©tait tombĂ©e lĂ  dans les champs et on disait que leur dĂ©esse avait laissĂ© tomber son image. VoilĂ  pourquoi les femmes, Ă  Corinthe et dans ces contrĂ©es avoisinantes le – oĂč l’on adorait Diane, voulaient devenir des prĂ©dicateurs.

784    Elles disaient: «Eh bien, l’Esprit nous a dit que nous pouvons prĂȘcher.»

785    Il a dit: «Quoi? Est-ce de chez vous que la Parole de Dieu est sortie? Ou est-ce Ă  vous seules qu’Elle est parvenue? Si quelqu’un croit ĂȘtre inspirĂ© ou prophĂšte, qu’il reconnaisse que ce que je vous Ă©cris est un commandement du Seigneur: Que la femme se taise et qu’elle soit soumise dans l’église, il ne lui est pas permis d’enseigner ni d’user d’une quelconque autoritĂ©.» C’est exact. C’est ce que disent les Écritures. Voyez-vous? Et Dieu va demander Ă  une bande de prĂ©dicateurs de rendre comptes pour cela au jour du jugement.

786    Eh bien, Ă©coutez. Vous dites: «Eh bien, je vous assure, c’est ce qui m’a Ă©tĂ© enseignĂ©.» Vous ĂȘtes avisĂ© maintenant. C’est vrai. Si vous ou n’importe qui se met Ă  prendre une dose de mĂ©dicament, et que quelqu’un vous dise que c’est de l’arsenic, et que vous – et que vous fassiez fi de cela et que vous en preniez malgrĂ© tout, c’est votre propre faute, aprĂšs tout. Voyez-vous?

787    Maintenant, Ă©coutez ceci:
    En effet, l’homme n’a pas Ă©tĂ© tirĂ© de  la femme, mais la femme a Ă©tĂ© tirĂ©e de l’homme; c’est pourquoi la femme, Ă  cause des anges, doit avoir sur la tĂȘte une marque de l’autoritĂ© dont elle dĂ©pend.

788    Quelqu’un parmi vous a-t-il dĂ©jĂ  lu cela? I Corinthiens, chapitre 11, verset 10. Si vous observez bien: «l’autoritĂ©, l’autoritĂ© des anges», I Corinthiens, en effet, les anges, c’est l’homme, le messager. Regardez, c’est encore un «a» minuscule. LĂ  oĂč il est question des Anges, des Anges cĂ©lestes, c’est un grand «A», «A» majuscule. LĂ  oĂč c’est un petit «a», il s’agit des hommes, des anges.
    Toutefois, dans le Seigneur, l’homme n’est pas... ou la femme... la femme n’est pas sans l’homme – l’homme.
    Car de mĂȘme que la femme a Ă©tĂ© tirĂ©e de l’homme, de mĂȘme l’homme naĂźt par la femme, et tout vient de Dieu.
    Jugez-en vous-mĂȘmes: est-il convenable qu’une femme prie Dieu... (avec des cheveux courts)... sans ĂȘtre voilĂ©e? (Pensez-y maintenant.)

789    Suivez attentivement, maintenant.
    La nature elle-mĂȘme ne vous enseigne-t-elle pas que si un homme a de longs cheveux...

790    Vous direz: «De quoi s’agissait-il?» Des cheveux. Ne voyez-vous pas de quoi Paul est en train de parler? Des cheveux, de longs cheveux. Si... La femme devrait avoir de longs cheveux. Maintenant le verset 14:
    La nature elle-mĂȘme ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour l’homme de porter de longs cheveux?

791    Comprenez-vous cela? C’est une honte pour un homme de porter de longs cheveux, mais une femme... Ça, c’est propre Ă  la femme. Dieu a fait l’homme diffĂ©rent de la femme: de par le sexe, l’apparence et toute autre chose. Elle ne devrait pas porter un habillement... La Bible dit que si une femme porte un pantalon ou n’importe quel habillement qui appartienne Ă  l’homme, c’est abominable, obscĂšne et sale aux yeux de Dieu. Et Dieu lui fera payer pour cela. Qui allez-vous Ă©couter? Mais Ça, c’est la Bible.

792    Et vous courez ça et lĂ , et vous dites: «Eh bien, je pense que c’est bien pour – de voir les femmes en pantalons.» Mais Dieu les a faites diffĂ©rentes, Il veut qu’elles s’habillent d’une façon diffĂ©rente.

793    Et la Bible dit: «Si une femme porte un habillement d’homme, c’est une abomination.» Savez-vous ce que c’est qu’une abomination? C’est quelque chose qui est une souillure aux yeux de Dieu. Et le Grand JĂ©hovah Qui vous regarde comme une souillure... Et la Bible dit...

794    Et vous qui avez dit... Certaines d’entre vous mesdames, eh bien, vous qui avez dit Ă  vos jeunes filles, des adolescentes d’environ dix-huit, vingt ans... Vous les laissez sortir lĂ , portant ces vĂȘtements comme si elles Ă©taient...

795    Et vous aussi, les mamans,... Voyez-vous? Lorsque vous sortez, vĂȘtues de ces pantalons et des vĂȘtements de ce genre, vivant ainsi... et lorsque vous sortez dans la rue, et – et portant ces vĂȘtements modernes et bizarres, qui vous dĂ©nudent et vous donnent une autre apparence, voyez-vous, et vous sortez lĂ  dans la rue, avec une apparence complĂštement sexy. Vous pourriez ĂȘtre tout aussi innocente et pure que possible vis-Ă -vis de votre mari et tout, mais si vous sortez dans la rue et qu’un homme vous regarde parce que vous vous ĂȘtes prĂ©sentĂ©e de la sorte, vous ĂȘtes coupable, et vous rĂ©pondrez au jour du jugement d’avoir commis adultĂšre avec chaque homme qui vous a regardĂ©e comme cela. C’est ce que la Bible dit.

796    La Bible dĂ©clare: «Quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle dans son cƓur.» Vous ĂȘtes coupable et vous allez...

797    Quand vous vous prĂ©senterez au Jugement, vous direz: «Seigneur, Tu connais mon cƓur; je n’ai jamais commis un adultĂšre; j’ai Ă©tĂ© fidĂšle Ă  mon mari.»

798    Mais il y aura lĂ  un homme, il y aura un autre, lĂ  un autre, un autre, un autre, quinze, vingt, trente, quarante hommes qui se tiendront lĂ , Ă  qui on dira: «Coupable d’adultĂšre.» Pourquoi?  Ce sont des hommes qui vous avaient regardĂ©e.

799    Â«Eh bien, je n’y suis pour rien.» Eh bien, pourquoi vous Ă©tiez-vous prĂ©sentĂ©e comme cela, alors que Dieu vous a dit de ne pas porter de tels habits? C’était une abomination de le faire; et vous, vous alliez Ă©couter «Qui aime Susie?», ou qu’est-ce que cette...

800    Avez-vous appris ce qui est arrivĂ© au mari dans le film «Qui aime Susie?» Vous avez tous vu cela rĂ©cemment dans le journal. Cela a paru lorsque nous Ă©tions Ă  Casper, dans le Wyoming. Et comment s’appelle-t-il? Ce type qui... dans ce film «Nous aimons Susie», ou qu’était-ce donc? Le... Oh! ce que vous restez voir Ă  la maison le mercredi soir en manquant la rĂ©union de priĂšre. Qu’est-ce donc? «Nous aimons...» Comment est-ce que ça s’appelle? [Une sƓur rĂ©pond: «J’aime Lucy.» – N.D.É.] «J’aime Lucy», son mari qui est supposĂ©... il fait la cour; on l’a attrapĂ© lĂ  Ă  Reno, au Nevada, avec une fille de couleur; il vivait avec elle depuis des annĂ©es. Et c’est ce que vous restez voir Ă  la maison, au lieu de venir Ă©couter l’Évangile. La femme a confessĂ© cela. Oh! misĂ©ricorde! Il n’y a rien de pur en dehors de JĂ©sus-Christ.

801    Merci, frĂšre; je – j’aimerais vous dire, vous monsieur, certains... Vous dites: «Oh! la la! considĂ©rez les gens de la haute classe.» Certains de ces – ces pires vautours qu’on a, des charognards, ce sont de bons oiseaux. Vous ne pouvez juger l’oiseau Ă  ses plumes, voyez-vous? Ainsi, souvenez-vous-en bien. Oh! la la!

802    Suivez attentivement, maintenant.
    La nature elle-mĂȘme (c’est le verset 14) ne vous enseigne-t-elle pas que c’est une honte pour un homme de porter de longs cheveux? (Ça, c’est pour la femme.)
    Mais que c’est une gloire pour la femme de porter de longs cheveux...

803    Maintenant, de quoi parle-t-il? D’un chapeau que vous portez, vous, les catholiques dans l’église? Certainement pas. D’un petit voile sur la tĂȘte, avec un foulard? Il parle de votre chevelure.

804    Bon, et si une femme coupe ses cheveux, elle ĂŽte sa gloire; et il ne lui est pas permis d’aller Ă  l’autel pour prier. Voyez, c’est juste  ce qui est dit ici: «Est-il convenable pour une femme d’aller prier la tĂȘte non voilĂ©e?» Il est dit ici, il est dit: «Eh bien, si elle se coupe les cheveux, alors qu’elle se les rase.» Il est dit: «Et si elle se les rase, c’est un dĂ©shonneur, c’est une honte pour une femme de le faire.» Ensuite, il est dit: «Elle doit avoir la tĂȘte voilĂ©e.» Maintenant, je ne fais que – je ne fais que lire la lettre de Paul. Cela dĂ©pend de vous, vous tous. Voyez?
    Mais c’est une gloire pour la femme de porter de longs cheveux, car la chevelure lui a Ă©tĂ© donnĂ©e comme voile.

805    Est-il dit qu’on lui a donnĂ© un chapeau? Vous, les catholiques ou les protestants, les uns comme les autres, qui aimez porter un chapeau pour aller Ă  l’église, en disant: «Eh bien, je vais Ă  l’église; il me faudrait porter un chapeau.» Non, il vous faut laisser pousser vos cheveux. VoilĂ  la diffĂ©rence. Voyez-vous?
    ...car sa chevelure lui a Ă©tĂ© donnĂ©e comme voile. (Et c’est une honte pour elle d’entrer dans l’église sans ĂȘtre voilĂ©e, et d’aller Ă  l’autel pour prier.)
    Mais si quelqu’un se plaĂźt Ă  – Ă ... (Je ne crois pas ĂȘtre en mesure de prononcer ce mot-lĂ , c-o-n-t-e...) ...contester, contester... (Vous savez ce que contester signifie) ...nous n’avons pas cette habitude, non plus que l’Église de Dieu.

806    Maintenant, si vous voulez discuter lĂ -dessus, discutez avec Cela. TrĂšs bien, si vous voulez contester cela: «Oh! ça ne change rien. Laissons-les aller de l’avant. Eh bien, je pense que ce n’est rien. Je... De toute façon, il ne s’agit pas de ce qu’est la chevelure, il s’agit de ce qu’il en est du cƓur.» C’est vrai; si le cƓur est en ordre, la chevelure sera en ordre. Oui! oui!

807    Allez de l’avant, vous qui voulez contester. Paul a dit: «Nous n’avons pas cette habitude, non plus que l’Église de Dieu.» Si donc vous voulez ĂȘtre du cĂŽtĂ© de CaĂŻn, eh bien, allez simplement de l’avant. Mais ça, c’est ce que Paul a dit.

808    Oh! et je ne le dis pas pour faire rire, parce que ce n’est pas une plaisanterie. Mais je vous dis, mes amis, que c’est une honte de voir comment on a laissĂ© faire ces choses, je...

809    Ă‰coutez. Pour vous, mes bien-aimĂ©es sƓurs, je veux que vous ayez une meilleure apparence et que vous soyez bien jolies; c’est ainsi que vous devriez ĂȘtre. C’est ainsi que vous devriez ĂȘtre. Et vous devriez ĂȘtre aussi douce et fraĂźche que possible, et que sais-je encore, quand votre mari revient, juste comme quand il Ă©tait votre chĂ©ri.
    Et vous devriez l’accueillir Ă  la porte avec un – en lui donnant juste un doux baiser comme le jour oĂč vous l’aviez embrassĂ© Ă  l’autel pour qu’il devienne votre mari. C’est vrai. Je ne vous condamne pas d’avoir une meilleure apparence et d’ĂȘtre bien jolie. Et c’est ainsi que je veux que vous soyez. Dieu sait que c’est ce que je veux.

810    Il n’y a pas longtemps, ici, je parlais Ă  Jack Schuller. Qui a dĂ©jĂ  entendu parler de Jack Schuller, le prĂ©dicateur le plus cĂ©lĂšbre que les mĂ©thodistes ont? Il disait: «Une femme est venue, (dit-il) les cheveux tout sales, mĂąchant du chewing-gum, et Ă  moitiĂ© habillĂ©e, disant: vous savez quoi, mon mari ne veut mĂȘme pas me supporter.»

811    Il lui a dit: «Je ne le condamne pas.»

812    C’est vrai. Bon, par contre, voici ce que vous devez faire, vous devez vous tenir sur le bon chemin. Ne tirez pas votre fraĂźcheur et votre beautĂ© de Hollywood; tirez cela de la Bible, de devant Dieu. Soyez une dame, agissez comme une dame; habillez-vous comme une dame; soyez pure. Comportez-vous comme une dame; ne portez pas ces...

813    Tout homme qui laisse sa femme sortir en portant ces petites choses bizarres devant les hommes, et ces petites choses bizarres, sortir dans la cour pour tondre le gazon, et d’autres choses comme cela... Monsieur, je vous dis, frĂšre, je ne – ce n’est pas mon intention d’ĂȘtre mĂ©chant, je – je... Dieu sait que c’est ce qui est dans mon cƓur. Il me faudra beaucoup changer pour laisser la mienne faire une telle chose. Je serai le patron lĂ  sur la colline tant que je le peux, voyez-vous? Et si je n’y arrive pas, je vais m’écarter du chemin. C’est vrai.

814    Oh! frĂšre, c’est une honte et un dĂ©shonneur pour les femmes d’agir de la sorte. Et, sƓur, je – je n’ai pas l’intention... Je – je ne vous rabaisse pas; j’essaie simplement de vous dire... Notre Ă©glise, ici, n’a pas de membres; les gens viennent tout simplement ici. Mais ceci est une maison de Dieu, et nous disons absolument aux gens de ne pas porter de telles choses, que c’est... Ils rĂ©pondront pour cela au jour du jugement. Maintenant, regardez ici. Et laissez pousser vos cheveux (voyez-vous?) et soyez une dame.

815    Maintenant:
    Or, en donnant cet (ceci est)... avertissement, ce que je ne loue point, c’est que vous vous assemblez (pour) non pour devenir meilleurs, mais pour devenir pires. Et d’abord, j’apprends que, lorsque vous vous rĂ©unissez dans l’église, il y a parmi vous des divisions; et ainsi de suite... (On en vient maintenant Ă  la communion.)

816    Ă‰coutez cela maintenant. C’est pourquoi les anges...

817    Maintenant, FrĂšre Palmer, ce n’est pas Ă  vous que je m’adresse sur cette bande: vous prĂȘchez lĂ -bas la mĂȘme chose que je prĂȘche ici. Mais vous le savez parfaitement bien, et vous, Ă©tant prĂ©dicateur, vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©, frĂšre. TrĂšs bien.

818    Ainsi, ici les «anges» sont «des hommes». Si vous remarquez bien, FrĂšre Palmer, c’est en lettre minuscule, les «anges». Et la Bible va plus loin... Il parle de l’homme et de sa femme (voyez-vous?); c’est de cela qu’il est question.

819    C’est ainsi que les gens s’embrouillent tellement dans la Bible. Ils disent: «Eh bien, Dieu dit une chose ici et une...» Non, c’est vous – vous qui vous Ă©cartez du sujet. Restez juste sur le mĂȘme sujet; c’est tout. Il parle de l’homme et de sa femme.

820    Bon, une autre chose que je voudrais aborder juste avant de clĂŽturer; cela me prendra Ă  peu prĂšs vingt minutes.
    74    OĂč seront les saints aprĂšs le rĂšgne de mille ans? Et quel genre de corps auront-ils?

821    Je pense que c’est la question la plus agrĂ©able; je l’aime vraiment. Maintenant, examinons cela sans dĂ©tours.

822    Au commencement Dieu... Nous allons revenir Ă  notre enseignement sur HĂ©breux juste pour quelques minutes. Dieu Ă©tait cette Ă©norme Fontaine Ă  sept couleurs. Combien savent cela? Vous voyez? Et combien savent que Dieu a sept Esprits? Certainement, sept Esprits. Et l’Agneau avait sept yeux et ainsi de suite; tout cela va ensemble maintenant. Vous voyez? Bon, c’était Dieu.

823    Maintenant, quand Lui, le Logos, sortit de Dieu, c’était Dieu allant de cette grande fontaine pour entrer dans un corps qui avait la forme d’un – d’un homme, et cela a formĂ© le Logos que nous appelons la ThĂ©ophanie.

824    Maintenant, si vous considĂ©rez une thĂ©ophanie, lorsque vous regardez cela, c’est un homme. Maintenant, que nous... Eh bien, c’est ce que nous Ă©tions au commencement. Bon, vous ne comprenez pas cela maintenant, mais lĂ  au commencement vous aviez cette forme-lĂ . Quand l’homme crĂ©a... Quand Dieu crĂ©a l’homme Ă  Son image, Il le crĂ©a une thĂ©ophanie. Et Il l’a simplement placĂ© dans la chair... Quand Dieu crĂ©a l’homme Ă  Son image, Ă  Sa ressemblance, il Ă©tait... Dans GenĂšse 2, il Ă©tait... Ou plutĂŽt GenĂšse 1:28 (je crois que c’est cela): «Il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol.» Pourtant Dieu avait rĂ©ellement crĂ©Ă© l’homme et la femme. C’est vrai. «Pas d’homme pour cultiver le sol...»

825    Ensuite, Dieu fit descendre l’homme un peu plus bas et le plaça dans la vie animale (c’est ce qu’est ce corps, juste comme celui des animaux) de sorte qu’il puisse cultiver le sol, qu’il puisse toucher. Cette thĂ©ophanie n’a pas le toucher, elle n’a pas la vue, elle n’a pas le goĂ»t, elle n’a pas l’odorat, elle n’a pas l’ouĂŻe, ces sens que nous avons. Dieu plaça donc l’homme pour qu’il touche et ait la sensation.

826    Et – et pendant qu’il marchait dans le jardin d’Éden, Ă©tant d’abord une thĂ©ophanie (de la mĂȘme maniĂšre que le Saint-Esprit qui est ici maintenant se dĂ©place ici), il dirigeait la vie animale. Il avait le contrĂŽle de tout, mais il ne pouvait pas cultiver le sol. Vous voyez? Dieu le plaça donc dans la chair afin qu’il puisse cultiver le sol; Il lui donna les cinq sens pour cultiver le sol et arranger les – les plantations et – et les autres choses, ainsi de suite, mais alors l’homme semblait ĂȘtre jusque lĂ  solitaire. Oh! ceci est une belle image!

827    Ă‰coutez, en effet, au moment oĂč il a Ă©tĂ© formĂ©, il a Ă©tĂ© crĂ©Ă© deux personnes Ă  la fois. Il fut crĂ©Ă© Ă  la fois mĂąle et femelle. L’homme l’était. La Bible dit qu’il l’était. Dieu crĂ©a l’homme Ă  la fois mĂąle et femelle, Il le crĂ©a ainsi. Remarquez. Bien, quand il fut sĂ©parĂ© de la thĂ©ophanie et qu’il fut placĂ© dans la chair, il Ă©tait – il n’était pas lĂ  au complet. Une partie de son ĂȘtre Ă©tait toujours une thĂ©ophanie, ainsi cela ne semblait pas bon.

828    Il y avait le taureau et la vache; il y avait le cheval; il y avait aussi le bƓuf, et il y avait tous les autres, par couples. Mais Adam, lui... C’était... Vous voyez, quelque chose manquait. Ce dĂ©sir mĂȘme qu’il Ă©prouvait montrait qu’une compagne l’attendait. Vous comprenez cela? Et ces pensĂ©es mĂȘmes que nous avons sur le fait de mourir, ici, lesquelles nous rendent inquiets et perplexes, et le dĂ©sir que nous Ă©prouvons pour une Vie qui n’a pas de mort, cela montre que quelque chose nous attend. Vous voyez?

829    Et Adam Ă©tait tout seul. Et Dieu, pour montrer qu’ils ne pouvaient pas ĂȘtre sĂ©parĂ©s... (Bon, je vais retourner Ă  cette mĂȘme chose dans un instant.)

830    Ă‰coutez, Il n’est jamais allĂ© prendre de la poussiĂšre pour crĂ©er Ève, mais Il la crĂ©a Ă  partir de la poussiĂšre originelle: Adam. Il prĂ©leva une cĂŽte de son cĂŽtĂ© et lui crĂ©a une aide, et c’était Ève. Elle a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e pour l’homme et elle Ă©tait une partie de l’homme. Elle Ă©tait une partie de lui au commencement, Ă  la crĂ©ation de la thĂ©ophanie. Elle Ă©tait une partie de lui ici, Ă  cette crĂ©ation. Elle ne pouvait pas ĂȘtre tirĂ©e d’une autre crĂ©ation. Elle devait ĂȘtre crĂ©Ă©e Ă  partir de la mĂȘme crĂ©ation.

831    C’est exactement pour cela que Christ et Dieu devaient ĂȘtre exactement une mĂȘme Personne. Il ne pouvait en ĂȘtre autrement. S’Il avait Ă©tĂ© un homme bon ou un prophĂšte, Il n’aurait pas Ă©tĂ© un RĂ©dempteur. Il fallait qu’Il soit le crĂ©ateur Lui-mĂȘme. Mais Il est toujours une ThĂ©ophanie maintenant, vous voyez, et tel qu’Il Ă©tait alors.

832    Bon, l’homme apparut ici et il – il Ă©tait merveilleux; et Dieu aime cela. Il a dit: «C’est bon qu’ils soient sur la terre et qu’ils y vivent pour toujours. C’est tout, pour – pour l’éternitĂ©, continuellement; que ça pousse et que chaque plante se reproduise, et tout, comme cela. Et que l’homme vive et que les bĂȘtes et toutes les autres choses vivent aux siĂšcles des siĂšcles. C’est trĂšs bien.» Voyez-vous?

833    Et aprĂšs, le pĂ©chĂ© est entrĂ©. Et je voudrais faire cette dĂ©claration. Dans le... Tant de gens commettent une grave erreur sur cette Écriture, et c’est dans le Psaume 23. Ils lisent cela comme ceci. «Oui, mĂȘme si je marche dans la vallĂ©e sombre de l’ombre de la mort.» Maintenant, pareille chose n’existe pas. La Bible ne dit pas ceci « L’ombre sombre de la vallĂ©e, ou plutĂŽt la vallĂ©e sombre des ombres de la mort.»

834    Elle dit: «MĂȘme si je marche dans la vallĂ©e de l’ombre de la mort...» Maintenant, avant que cela soit une ombre, il devait y avoir de la lumiĂšre pour projeter une ombre, voyez-vous. Et David, un prophĂšte sous l’onction, n’a pas commis une erreur; il a simplement dit la VĂ©ritĂ©. «Oui, mĂȘme si je marche, non pas dans la sombre vallĂ©e, mais dans la vallĂ©e des ombres de la mort...»

835    Donc, vous devez avoir une certaine intensitĂ© de lumiĂšre pour projeter une ombre. Et c’est comme ça que la chose est ici. Nous sommes Ă  la fois naturels et surnaturels. Ce corps est sujet Ă  la mort, et il est venu par une femme, pas du nĂ©ant mais Ă  travers..., pas par Dieu; vous ĂȘtes une reproduction d’Adam et Ève. Que vous soyez noir, blanc ou quoi que vous soyez, vous ĂȘtes un produit, une progĂ©niture d’Adam et Ève. Cela fait que votre corps est nĂ© dans le pĂ©chĂ©, formĂ© dans l’iniquitĂ©, venu au monde en profĂ©rant des mensonges. Vous ĂȘtes maudit et condamnĂ© dĂšs le dĂ©but de votre vie, sans mĂȘme... Il n’y a aucune chance.

836    Bon, c’est parce que l’esprit qui est en vous est venu en vous par la nature, et par la nature provenant d’un rapport sexuel, un dĂ©sir de l’homme et de la femme produit un enfant terrestre. Et laissez cet enfant seul, et ne lui enseignez rien de bon, il suivra le mauvais chemin. Ne lui enseignez ni le bien ni le mal, il suivra le mauvais chemin parce que c’est dans sa nature de se conduire comme cela.

837    Observez un brave petit bĂ©bĂ©: pas plus grand que ça, il devient trĂšs furieux; il va simplement... Il – il va se tordre les mains, rougir et retenir sa respiration. Certainement. Qu’est-ce? C’est sa nature. Il a hĂ©ritĂ© cela de son papa ou de sa maman, de l’un d’eux. Elle ou le papa Ă©tait assez colĂ©rique pour affronter une scie circulaire. Si eux ne l’étaient pas, le grand-pĂšre ou la grand-mĂšre l’était, vous voyez. C’est la progĂ©niture.

838    Ainsi, cela fait... Vous ĂȘtes venu au monde. Vous ĂȘtes venu de façon naturelle et votre ĂȘtre tout entier est noir, sale, damnĂ©, maudit, et il se dirige vers l’enfer. C’est vrai.

839    Mais dĂšs que vous ĂȘtes nĂ© de nouveau [FrĂšre Branham tape plusieurs fois sur la chaire. – N.D.É.], alors la LumiĂšre de Dieu brille lĂ  dans cette Ăąme (AllĂ©luia!); alors ce n’est plus une vallĂ©e sombre, mais c’est une vallĂ©e qui a une ombre en elle. Vous pourriez ĂȘtre voilĂ© ici par la chair et par les choses qui vous voilent la vue, mais il y a assez de LumiĂšre lĂ -dedans. Et un jour, cette LumiĂšre et cette obscuritĂ© devront se sĂ©parer. Et quand la lumiĂšre brille, l’obscuritĂ© s’enfuit. Et quand nous partirons pour ĂȘtre avec Christ dans ce corps-lĂ , l’obscuritĂ© et la mort disparaĂźtront, et nous sortirons pour entrer dans la LumiĂšre parfaite. Gloire Ă  Dieu! VoilĂ : plus de maladie, plus d’obscuritĂ© mĂȘlĂ©e Ă  cela.

840    Maintenant mĂȘme, nous avons et la maladie et la joie, nous avons la santĂ© et la force, nous avons des succĂšs et des revers, des hauts et des bas, la joie et la tristesse, ainsi de suite. Eh bien, c’est juste une ombre. Nous avons assez de lumiĂšre pour savoir qu’il y a lĂ  de la LumiĂšre; et nous sommes toujours dans le corps, dans la chair. Mais un jour, le jour se lĂšvera. C’est lorsque l’ange de la mort se tiendra au pied du lit; c’est lorsque le mĂ©decin dira que tout est fini; et ce naturel vient du surnaturel, et la lumiĂšre provient de la LumiĂšre, et l’obscuritĂ© retourne Ă  l’obscuritĂ©. Alors ce mortel revĂȘtira l’immortalitĂ©. C’est lorsque cette corruption revĂȘtira l’incorruptibilitĂ©. C’est lorsque ce qui est mortel revĂȘtira l’immortalitĂ©; et des crĂ©atures du temps, nous deviendrons des crĂ©atures de l’éternitĂ©. Vous ne pouvez pas aller lĂ -bas avec une obscuritĂ© totale. Il vous faut avoir la lumiĂšre dans l’obscuritĂ©. VoilĂ . C’est ce corps-lĂ  que vous recevrez.

841    Que faisons-nous? Eh bien, mon cher frĂšre sanctifiĂ©, ma chĂšre sƓur sanctifiĂ©e, lorsque Dieu vous a crĂ©Ă© Ă  Son image avant la fondation du monde ou plutĂŽt a crĂ©Ă© le – l’homme Ă  Son image, et a crĂ©Ă© la femme Ă  l’image de l’homme pour la gloire de l’homme, Il vous a crĂ©Ă© une thĂ©ophanie tout Ă  fait semblable Ă  Lui, quand Il a dit «Faisons», aux crĂ©atures qu’Il avait crĂ©Ă©es. «Faisons l’homme Ă  notre image, Ă  notre ressemblance...»: une thĂ©ophanie. Dieu n’était pas encore devenu une chair. Il Ă©tait dans une thĂ©ophanie.

842    Et MoĂŻse L’a vu. MoĂŻse a criĂ©: «Seigneur, laisse-moi Te voir.»

843    Il a dit: «Va lĂ -bas et cache-toi dans le rocher, dans le creux. Et MoĂŻse est allĂ© lĂ , dans ce creux; et quand Dieu passa, les Ă©clairs et les tonnerres... Et comme Dieu passait, Il avait le dos tournĂ© comme ceci. Et MoĂŻse dit que c’était le dos d’un Homme. AllĂ©luia.

844    Qui Ă©tait-ce? Ce MelchisĂ©dek qui Ă©tait descendu, le Roi de Salem, qui n’avait ni pĂšre ni mĂšre, ni commencement de jours ni fin de vie. C’est Lui. Et Il est descendu, c’était Celui qui avait parlĂ© avec Abraham, Qui s’était formĂ© un petit corps de chair comme cela, et [FrĂšre Branham souffle. – N.D.É.] ayant soufflĂ© dedans, Il y entra, descendit et mangea un veau, but du lait d’une vache et mangea du beurre et du pain de maĂŻs. Et les deux Anges...

845    Et quand Il s’en est allĂ© de lĂ , toute cette chose-lĂ  a simplement [FrĂšre Branham souffle. – N.D.É.] disparu et s’en est allĂ©e.

846    Je n’avais jamais pensĂ© Ă  cela. Il n’y a pas longtemps, ici, en chargeant un fusil de cartouches... J’avais un fusil calibre 22. C’est un Swift 220. Et vous, les frĂšres qui ĂȘtes ici prĂ©sents et qui avez des fusils, vous savez cela. Cette petite balle est une balle de quarante-huit grains [environ 3 grammes – N.D.T.], de cette longueur Ă  peu prĂšs, une balle ordinaire pour le calibre 22. Ça se charge dans une chambre Ă  poudre 30–06. Maintenant, je... L’usine ne la charge qu’à environ 4.400 pieds [environ 1,5 km – N.D.T.] par seconde. TrĂšs bien, mais vous pouvez mettre assez de... la charger vous-mĂȘme et vous pouvez l’augmenter jusqu’à 5.000 pieds [environ 1,6 km – N.D.T.] par seconde. Et – et dans le cas contraire, si vous tiriez... L’autre jour, nous Ă©tions en train de tirer Ă  une distance de 200 yards [environ 183 m. – N.D.T.], et la balle atteignait la cible, et la poussiĂšre s’élevait avant mĂȘme que le fusil ne fasse un Ă©cho. VoilĂ  combien il Ă©tait rapide.

847    Prenez donc un cure-dent (vous savez, la partie plate d’un cure-dent) et plongez-le dans votre poudre et remplissez cette chose de poudre, juste environ quatre ou cinq petites graines, et posez cela au sommet, et puis mettez votre balle lĂ -dedans. Tenez-vous lĂ , et prenez une autre balle dans votre main. Et tirez sur cette marmotte d’AmĂ©rique qui se trouve Ă  200 pieds [6,5 m – N.D.T.] de vous, et la marmotte d’AmĂ©rique ne bougera mĂȘme pas. La balle retourne Ă  son Ă©tat originel, elle retourne aux gaz. Voici une balle faite d’un alliage de cuivre et de plomb; et en une fraction de seconde, elle retourne Ă  un Ă©tat oĂč vous ne la verrez plus. Elle retourne Ă  ce qu’elle Ă©tait il y a cent milliards d’annĂ©es, elle retourne aux gaz. Ces gaz doivent se former et redevenir du cuivre et du plomb et ainsi de suite, comme cela. Ces gaz doivent se stabiliser.

848    Maintenant, voilĂ . C’est ce que nous sommes ici. Nous venons d’un Être supĂ©rieur. Au commencement, nous Ă©tions Ă  l’image de Dieu. C’est le voile et l’obscuritĂ© qui nous empĂȘchent maintenant de reconnaĂźtre cela. Mais JĂ©sus a dit Ă  Ses disciples qu’Il Ă©tait avec eux avant la fondation du monde. Vous voyez? Nous y Ă©tions. Vous ne pouvez pas le reconnaĂźtre maintenant, mais vous Ă©tiez lĂ  au commencement. Et si ce tabernacle terrestre est dĂ©truit, nous en avons dĂ©jĂ  un qui attend. AllĂ©luia! Et alors, nous entrerons dans cette thĂ©ophanie, lĂ  oĂč nous vivions auparavant, ainsi nous pouvons manger et nous serrer la main. Et les Ăąmes qui sont sous l’autel crient: «Jusqu’à quand, Seigneur?»

849    Il y a sept marches qui mĂšnent vers Dieu, pour les sept Esprits, alors que – alors que cela descend. TrĂšs bien, pendant que vous allez sous l’autel de Dieu... Elles criaient: «Seigneur, jusqu’à quand? Pouvons-nous revenir?» Elles se trouvent lĂ .

850    Dieu a dit: «Encore un peu de temps, jusqu’à ce que vos compagnons souffrent les mĂȘmes choses que vous.» Vous voyez?  

851    Et alors, ces Ăąmes retourneront et elles redeviendront des hommes et des femmes, et ils vivront pour toujours; alors toute l’obscuritĂ©, la mort, la maladie et la tristesse des tĂ©nĂšbres auront disparu; il n’y a plus d’ombre; il n’y a que le soleil.

852    Ă‰coutez. Voici ce qu’il y a. Laissez cela s’assombrir autant que ça veut. L’obscuritĂ© ne peut pas ĂȘtre trop Ă©paisse pour ne pas ĂȘtre totalement dissipĂ©e par le soleil. L’obscuritĂ© et la lumiĂšre ne peuvent pas habiter longtemps ensemble. Car le... Qui est le plus puissant? C’est la lumiĂšre. Et lorsque la lumiĂšre brille, l’obscuritĂ© s’enfuit. Amen! N’ĂȘtes-vous pas contents? N’ĂȘtes-vous pas heureux de savoir cela? Il n’y a pas de doute, il n’y a pas  une ombre quelque part. Mais cette LumiĂšre sacrĂ©e se trouve dans nos cƓurs maintenant mĂȘme, quelque chose qui, en retour, rend tĂ©moignage au Fils de Dieu, la puissance de Dieu.

853    Et nous venons ici, nous voyons la puissance du Saint-Esprit descendre et aller lĂ  dans la rĂ©union et dire: «Vous ĂȘtes madame Une Telle, vous avez fait telle chose Ă  tel endroit. Vous avez Ă©tĂ© tourmentĂ©e par ceci pendant trĂšs longtemps, mais AINSI DIT LE SEIGNEUR, levez-vous, vous ĂȘtes guĂ©rie.» Et un estropiĂ© et un aveugle se tiennent sur leurs pieds. Et un homme qui n’était qu’une ombre, Ă©tant rongĂ© par le cancer, revient Ă  la vie et jouit encore d’une bonne santĂ©.

854    Il n’y a point de doute, JĂ©sus a dit: «Ces choses que Je fais, vous les ferez aussi.» Et Il a ajoutĂ©: «Je ne fais rien Ă  moins que Mon PĂšre ne Me le montre.»

855    Qu’est-ce? C’est la LumiĂšre qui est venue se mĂ©langer Ă  cette obscuritĂ©, vous voyez, pour nous racheter. Vous comprenez ce que je veux dire?

856    Maintenant un jour, cela retournera juste lĂ , et alors quand la thĂ©ophanie redevient la chair immortelle comme elle l’était au commencement, alors, JĂ©sus viendra, et Dieu... Quand Christ sera un... Christ s’assiĂ©ra sur le TrĂŽne, et tous seront des humains. Christ sera sur le TrĂŽne de David, un Homme, le Seigneur JĂ©sus, pour ne jamais mourir. Nous ne mourrons jamais. Nous ne serons jamais malades; nous n’aurons plus de tristesse et nous vivrons pendant mille ans.

857    Et quand les mille ans seront accomplis sur cette terre, alors le diable montera et la seconde rĂ©surrection aura lieu, la  rĂ©surrection des injustes. Ils seront rassemblĂ©s en une grande armĂ©e comme le sable de la mer, et ils monteront pour investir le camp des saints. Et quand cela arrivera, Dieu fera tomber du ciel une pluie de feu et de souffre, et Il les dĂ©truira.

858    Et Jean a dit: «Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la premiĂšre terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et moi, Jean, je vis la ville sainte, la Nouvelle JĂ©rusalem, descendre du Ciel, d’auprĂšs de Dieu, prĂ©parĂ©e comme une Ă©pouse qui s’est parĂ©e pour son Époux.» VoilĂ .

859    Il a dit lĂ : «L’Épouse... L’Agneau et l’Épouse seront lĂ  pour toujours.» Il y aura une nouvelle terre, des millions et des millions de kilomĂštres carrĂ©. Oh! la la! La ville, la Bible donne la mesure de cette ville: 15 mille kilomĂštres carrĂ©. Elle a une longueur de 15 mille miles [environ 22 mille km – N.D.T.], une largeur de 15 mille miles. C’est exactement la description que la Bible donne de la Ville. Il n’est pas Ă©tonnant qu’il n’y ait plus de mer. Il n’y avait plus de place pour cela.

860    Oh! ce sera une telle beautĂ©! Et lĂ -dedans, il y a une source juste prĂšs du TrĂŽne de Dieu, elle coule devant le TrĂŽne. Il y a un arbre de chaque cĂŽtĂ© de l’arbre – du fleuve de Vie. Et sur cet arbre, il y a ... les priĂšres... douze sortes de fruits, et il donne des fruits chaque mois.

861    VoilĂ  les vingt-quatre anciens. VoilĂ  votre Épouse. VoilĂ  les quarante-quatre mille, les eunuques du temple. Oh! frĂšre, nous allons quelque part. Il y a des choses qui nous attendent dans l’avenir. Les quatre... Les vingt-quatre anciens, les cent quarante-quatre mille eunuques, l’Épouse assise avec Christ. Oh! la la! vous parlez... Ma demeure, douce demeure... Amen!

862    De penser que j’ai le privilĂšge d’aller lĂ -bas, et que vous avez le privilĂšge d’aller lĂ -bas... Et pourquoi choisiriez-vous de marcher dans l’obscuritĂ©, de ne pas voir la LumiĂšre, de mourir et de sombrer dans le chaos et d’ĂȘtre anĂ©anti? Car, quand la LumiĂšre exerce son autoritĂ© suprĂȘme, il n’y a plus de place pour les tĂ©nĂšbres. Allez chercher oĂč les tĂ©nĂšbres s’en vont quand la lumiĂšre vient. C’est comme cela que les choses se passent quand tout retourne Ă  Dieu qui avait... Les tĂ©nĂšbres ont un commencement, les tĂ©nĂšbres ont une fin. La lumiĂšre n’a jamais eu de commencement et elle n’aura jamais de fin. Dieu n’a jamais eu un commencement et n’a jamais eu une fin. Donc un jour, tout ce monde corrompu, avec tous ses pĂ©chĂ©s et sa soi-disant beautĂ©, et tous ses fantasmes et ses sensations, et toute sa gloire et tout, va disparaĂźtre dans le nĂ©ant et il ne sera plus. Il ne sera plus; on n’y pensera plus. Il est mĂȘme dit qu’on ne s’en souviendra mĂȘme plus.

863    Mais les bĂ©nis du Seigneur seront toujours avec Lui. Nous aurons un corps semblable Ă  Son propre corps glorieux, et nous vivrons avec Lui, et nous mangerons avec Lui, et nous nous assiĂ©rons en Sa compagnie, et nous demeurerons avec Lui pour des siĂšcles et des siĂšcles, et pour des aeons. Et les Ăąges Ă©ternels s’écouleront, avec des mondes sans fin.

864    Et vous avez un choix Ă  faire ce soir. Si vous n’ĂȘtes pas prĂȘt Ă  aller Ă  cet endroit, peu importe combien vous allez Ă  l’église, combien vous ĂȘtes un bon membre, vous ĂȘtes perdu, Ă  moins que Christ ne vous ait donnĂ© une nouvelle vie dans cette obscuritĂ© dans laquelle vous marchez. Vous pourriez ĂȘtre religieux. La religion... Eh bien, Ă©coutez, mon ami, la religion est intellectuelle, vous voyez. Tous les enfants de CaĂŻn ont toujours eu une religion. Ces Juifs avaient une religion quand JĂ©sus est venu, mais ils ont rejetĂ© le salut.

865    Vous pourriez ĂȘtre trĂšs religieux ce soir. Vous pourriez ĂȘtre presbytĂ©rien, mĂ©thodiste, pentecĂŽtiste, nazarĂ©en, pĂšlerin de la saintetĂ©. Vous pourriez ĂȘtre trĂšs religieux, aller Ă  l’église et tĂ©moigner; vous pourriez chanter, crier et louer le Seigneur; vous pourriez apporter vos dĂźmes Ă  l’église; vous pourriez bien traiter votre voisin, cela n’a rien Ă  voir avec votre destinĂ©e Ă©ternelle. CaĂŻn a fait chacune de ces choses. Certainement.

866    La Bible dit que le blĂ© et l’ivraie poussent ensemble. Le pauvre petit blĂ© dit... Il dĂ©pĂ©rit faute de pluie, et les – les chardons aussi. Quand la pluie vient, les chardons sont aussi heureux que le blĂ© d’avoir la pluie. «Mais c’est Ă  leurs fruits que vous les reconnaĂźtrez.»

867    Maintenant prions pendant que vous examinez vos fruits.
    Maintenant, PĂšre Divin, il y a eu des questions ardues ici ce soir. Je pourrais ne pas avoir fait la chose correcte, mais au mieux de ma connaissance... Tu connais mon cƓur. Je prie, ĂŽ Dieu, que Tu reçoives cela. Et maintenant, il se peut que je n’aie pas bien rĂ©pondu Ă  certaines de ces questions; alors Toi, parle au cƓur de ces gens et fais-le exactement comme il le fallait. Je pense que c’est Toi qui m’as instruit. Mais si je me suis peut-ĂȘtre trompĂ©, alors pardonne-moi.

868    Et je prie, ĂŽ Dieu, que chacun d’eux reçoive ces choses dans son cƓur et qu’il puisse mĂ©diter lĂ -dessus et rĂ©flĂ©chir en ces termes: «Oui, l’église est lĂ , ces choses sont lĂ . C’est ce que la Bible dit.»

869    Peut-ĂȘtre que les dames, Seigneur... Tu sais que je ne voulais pas dire quelque chose de personnel en leur parlant. Mais, ĂŽ Dieu, je – j’aime mes sƓurs, Tu le sais, PĂšre. Tu sais ce que je pense Ă  leur sujet. Mais quant Ă  me lever pour leur dire quelque chose de faux, je serai pour elles un – un sĂ©ducteur. Je ne veux pas ĂȘtre un sĂ©ducteur pour mes sƓurs. Je veux leur dire la vĂ©ritĂ©. Et PĂšre, je tire Cela directement de Ta Parole.

870    Et maintenant, je ne condamne pas mes frĂšres, Seigneur, mais je dis qu’ils sont dans l’erreur quand ils permettent ces choses. Et si une dame est avisĂ©e, mais qu’elle se mette Ă  faire cela, alors cela la regarde. Le pasteur n’est pas coupable, cela...

871    Mais, PĂšre, ces choses sont Ta Parole et elles T’appartiennent. Maintenant, parle aux cƓurs des gens. Je Te les confie tous. Je verrai ce que Tu as fait, PĂšre, Tu le sais. Parle Ă  chaque cƓur. Nous le demandons au Nom de Christ.

872    Et pendant que nous avons la tĂȘte inclinĂ©e, je me demande si quelqu’un voudrait lever la main et dire: «FrĂšre Branham, souvenez-vous simplement de moi, afin que je puisse ĂȘtre un parfait vainqueur, et qu’au dernier jour je porte l’habit de noce et que je sois avec Christ.» Voulez-vous lever la main et dire: «Priez pour moi»?

873    Maintenant, tous, gardez la tĂȘte baissĂ©e et simplement inclinĂ©e. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est bon. Que Dieu vous bĂ©nisse, mes sƓurs, et vous aussi, mes frĂšres qui avez levĂ© les mains lĂ -bas. C’est merveilleux.

874    Maintenant, PĂšre, Tu vois leurs mains. Je sais que quelquefois vous vous dites: «Eh bien, juste une petite priĂšre comme ça?» Ô Dieu, je pense Ă  cette mĂšre qui a dit hier: «Juste une petite priĂšre lĂ , chez elle, ce jour-lĂ , alors que son garçon se mourait de cette tumeur maligne au cerveau; il n’avait que trois semaines pour vivre, et maintenant, il y a un changement.»

875    Je pense Ă  EzĂ©chias qui tourna le visage contre le mur et pleura: «Je T’implore, Seigneur, d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers moi. Souviens-toi de moi, car j’ai marchĂ© devant Ta face avec intĂ©gritĂ© de cƓur.» Cela changea la mort en vie.

876    Un seul cri de la part du Fils de Dieu: «Lazare, sors!», et un homme mort sortit.

877    Ă” Dieu, Tu as dit: «Parlez, demandez et on vous donnera. Quand vous dites quelque chose, croyez que ce que vous dites arrivera et vous aurez ce que vous dites.»

878    Maintenant, PĂšre, je prie que tous ceux qui ont levĂ© la main reçoivent ce pour quoi ils ont levĂ© la main, et qu’ils soient bĂ©nis. Et Dieu, je prie que Tu aides nos sƓurs afin qu’elles soient... qu’elles se comportent bien; de sorte que Satan, par la tĂ©lĂ©vision et les magazines «Histoires vraies» et autres qui sont utilisĂ©s avec trop de laisser-aller et des programmes qui ne sont pas censurĂ©s, comment ces choses sales et vulgaires Ă  la tĂ©lĂ©vision et autres... Elle allait – pouvait ĂȘtre un instrument pour gagner des millions d’ñmes pour Toi, mais comme ils ne sont pas censurĂ©s et qu’on fait passer toutes ces vieilles histoires sales, qu’ils... Oh! comme c’est pitoyable! Et de savoir que l’esprit du diable est entrĂ© dans nos sƓurs et est tout autour d’elles, et qu’elles sont tentĂ©es d’ĂȘtre Ă  la mode et de s’habiller comme ce...  

879    Et nous voyons aussi cela dans les – dans nos frĂšres, Seigneur, comment ils s’imaginent qu’ils peuvent fumer, boire et faire des histoires comme cela et ĂȘtre toujours des chrĂ©tiens parce qu’ils disent qu’ils croient. Fais-leur savoir que le diable aussi croit, mais qu’il n’est pas sauvĂ©. Il croit et tremble.

880    Et maintenant, PĂšre, nous prions que Tu sois misĂ©ricordieux envers nous tous et que Tu nous pardonnes nos pĂ©chĂ©s. Et peut-ĂȘtre qu’il y en a qui n’ont pas levĂ© les mains, ĂŽ Dieu! sois misĂ©ricordieux. Puissent-ils lever les mains Ă  la prochaine occasion qu’ils auront.          

881    Nous allons bientĂŽt prendre la communion, Seigneur. Pardonne-nous nos offenses et notre vie passĂ©e. Et puissions-nous recevoir Ta bĂ©nĂ©diction, car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

882    Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Je regrette de vous avoir gardĂ©s comme ça. Je me demande simplement, juste avant la communion, s’il y a quelqu’un qui est venu pour qu’on prie pour lui, qui aimerait qu’on prie pour lui. Eh bien, nous serons heureux de le faire juste en ce moment, s’il y a quelqu’un pour qui on doit prier.

883    TrĂšs bien, frĂšre, faites-la monter juste ici. Ce sera bien. Et juste un instant, et puis nous allons – nous allons vous congĂ©dier. Et quand nous allons congĂ©dier les gens, alors ceux qui veulent rester pour la communion peuvent rester. Mais pour l’instant, nous allons offrir la priĂšre pour les malades. Que dit la Bible?

884    Si le frĂšre n’arrive pas Ă  se lever... C’est trĂšs bien. Laissez-le simplement assis lĂ . Nous viendrons vers lui. C’est trĂšs bien, laissez-le simplement assis lĂ  mĂȘme. Et nous descendrons prier pour lui. Ça va. TrĂšs bien, monsieur, laissez – laissez-le simplement assis lĂ . C’est difficile pour lui de se tenir ici; eh bien, nous serons heureux d’aller directement vers lui.

885    Maintenant, j’aimerais faire une seule petite remarque, mes chers amis. Vous voyez, je – je sais que le Seigneur a confirmĂ©  ceci tant de fois, vous voyez? Je ne suis pas extraordinaire comme prĂ©dicateur. Je n’ai pas d’instruction et tout le reste. J’aime le Seigneur JĂ©sus. Dieu sait que je L’aime. Mais j’ai Ă©tĂ© appelĂ© Ă  faire une chose: prier pour les malades. Vous croyez cela?...?... Avant mĂȘme que je ne sache quoi que ce soit au sujet du don, j’allais lĂ -bas Ă  l’hĂŽpital. Et je me souviens que ces infirmiĂšres disaient: «Vous allez bien vous porter maintenant.» Vous voyez? Et ce en quoi Dieu a Ă©tĂ© trĂšs aimable, c’est qu’il honorait mes priĂšres pour les gens.

886    Je me dis, ce soir, que si on lançait un appel, juste une annonce sensationnelle internationale, diffusĂ©e partout dans le monde et disant: «Que tous ceux pour qui frĂšre Branham a priĂ© viennent ici», je voudrais que vous rĂ©pondiez par une lettre au gouvernement des États-Unis. Et si cela Ă©tait diffusĂ© dans le monde entier, je pense que peut-ĂȘtre quatre ou cinq millions de gens rĂ©pondraient Ă  cet appel, si on publiait cela, voyez-vous.

887    Et ces gens, ou plutĂŽt certains d’entre eux Ă©taient dĂ©jĂ  morts, le mĂ©decin et – et l’entrepreneur de pompes funĂšbres les avaient dĂ©jĂ  lavĂ©s. Certains d’entre eux Ă©taient morts dans des accidents. Certains d’entre eux Ă©taient morts d’une mort naturelle. Certains d’entre eux Ă©taient aveugles, boiteux, estropiĂ©s, dĂ©formĂ©s, affligĂ©s, des malades mentaux dans les hĂŽpitaux, et ils ne savaient mĂȘme pas que nous Ă©tions passĂ©s Ă  l’hĂŽpital pour prier pour eux. On les a fait entrer lĂ , on devait les porter. Ils se sont frayĂ© un chemin en se dĂ©battant et en se dĂ©menant, ne sachant mĂȘme pas oĂč ils en Ă©taient. En cinq minutes, ils Ă©taient normaux, doux, des gens aimables et sains pour le reste de leurs jours. Voyez-vous?

888    C’est... Qu’est-ce? Ce n’est pas frĂšre Branham, c’est JĂ©sus-Christ. Il m’a envoyĂ© prier pour les malades. Voici donc ce qui se passe. Cela n’a pas vraiment Ă©tĂ© un succĂšs Ă  Jeffersonville; en effet, en voici la raison. Bon, je veux que vous sachiez que j’ai certains de mes meilleurs amis et des plus intimes ici mĂȘme dans cette ville. Bien que la ville elle-mĂȘme, l’état de la ville, je n’aime pas cela. Je n’aime pas cet emplacement et je ne l’aimerai jamais. Quand j’étais un petit garçon, je m’asseyais et lisais mes livres d’histoire. Je disais: «Un jour, je quitterai cet endroit.» Voyez-vous?

889    Je n’aime pas Jeffersonville. C’est marĂ©cageux. C’est une vallĂ©e, ici. C’est vraiment marĂ©cageux, et – et c’est vraiment moche. Montez lĂ  au sommet de Spickert Knobs ou quelque part et baissez les yeux vers New Albany et Jeffersonville, si vous voulez vous en rendre compte. Écoutez ceci, les mĂ©decins disent mĂȘme maintenant que les gens de cette vallĂ©e deviennent anĂ©miques Ă  cause de cet emplacement.

890    Une petite dame, ici, madame Morgan qui avait Ă©tĂ© guĂ©rie du cancer, elle a amenĂ© son chien ici Ă  la clinique, pensant qu’il avait la gale. Vous savez ce que c’était? C’étaient les dĂ©chets de Colgate et autres qui s’étaient dĂ©posĂ©s sur les mauvaises herbes par oĂč ils sont passĂ©s. C’est l’endroit le plus malsain.

891    Un homme qui Ă©tait dans l’armĂ©e est venu ici et a eu... Il a attrapĂ© l’asthme. Il est allĂ© lĂ  en Floride et ses yeux sont devenus vraiment noirs. Et, s’étant rendu chez le mĂ©decin, il a dit: «Docteur...»

892    Le mĂ©decin a dit: «Eh bien, vous vous ĂȘtes battu, n’est-ce pas?»

893    Il a rĂ©pondu: «Non, monsieur. Non.»

894    Si vous voulez savoir de qui il s’agit, il s’appelle Herby... Bon, si je peux seulement me rappeler... C’est – c’est Ă  la banque «Union National Bank» Ă  New Albany. Il est caissier. Allez simplement lĂ  et cherchez celui qui s’appelle Herby, demandez-le-lui.

895    Et il a dit... Il est allĂ©, il a dit: «Docteur, a-t-il dit, j’ai la sinusite.»

896    Et il l’a examinĂ©, il a dit: «C’est vrai; je pensais, a-t-il dit, que vous vous Ă©tiez battu.» Il a demandĂ©: «Eh bien, oĂč habitez-vous?»

897    Il a rĂ©pondu: «Vous pourriez ne pas connaĂźtre l’endroit, a-t-il dit, je vis dans une petite ville appelĂ©e New Albany, de l’autre cĂŽtĂ© de Louisville, au Kentucky, dans l’Indiana.»

898    Il a dit: «Vous voulez me dire qu’on attrape cette sinusite Ă  partir de l’eau salĂ©e, ici Ă  Miami, en venant ici?» Il a dit: «Si vous avez pu vivre Ă  Jeffersonville, dans l’Indiana, ou Ă  New Albany, dans l’Indiana, vous pourrez vivre n’importe oĂč au monde, oĂč l’armĂ©e amĂ©ricaine pourrait vous envoyer.» C’est tout. Voyez-vous?

899    C’est Ă  ma connaissance l’endroit le plus malsain au monde, sauf par rapport Ă  un marĂ©cage oĂč l’on attrape la malaria. Vous voyez? Et je – je – je – j’ai des amis ici.

900    Ă‰coutez ceci, je peux tout simplement me mettre Ă  les citer comme ceci. Regardez le docteur Sam Adair, mon copain. TrĂšs bien. Il y a Mike Egan assis lĂ . Oh! la la! Combien vais-je en appeler? Des centaines de vrais copains, de vieux amis que j’ai aimĂ©s... Peu importe combien de nouveaux amis je trouve, il n’y a rien qui puisse remplacer un vieux copain. Vous savez cela.

901    VoilĂ  ma vieille mĂšre assise lĂ , elle n’a plus beaucoup de jours Ă  passer sur la terre. Elle est dans la soixantaine maintenant. VoilĂ  la mĂšre de ma femme, elle a soixante-dix ans. Elle va avoir soixante et onze ans. Ce soir, elle est assise quelque part lĂ , je pense. Et lĂ , elle a quittĂ© sa... Mon pĂšre est enseveli ici. Ma femme a Ă©tĂ© ensevelie ici Ă  Walnut Ridge, mon bĂ©bĂ© repose lĂ . Voyez-vous ce que je veux dire?

902    Je – je – je n’aime pas... je – je – je – je ne veux pas rester ici, et je crois que bientĂŽt, trĂšs bientĂŽt je vais devoir quitter, je dois partir (vous voyez), parce que cela me revient constamment. Je dis ceci Ă  la chaire devant ma Bible.

903    Quand on nous a donnĂ© de l’argent pour construire cette rĂ©sidence pastorale que j’ai remise Ă  cette Ă©glise et que j’en ai parlĂ© Ă  ma femme... Cette rĂ©sidence pastorale appartient Ă  cette Ă©glise. Venez ici et voyez si ce n’est pas le cas. Voyez-vous? Je n’en ferai pas ma propriĂ©tĂ©.

904    Maintenant, quand j’étais sur le point de construire lĂ , Meda a dit: «Je veux rester ici Ă  cause de ma mĂšre.»

905    J’ai dit: «ChĂ©rie, c’est sĂ»r que si nous le faisons, nous le regretterons.» Voyez, cela ne marchera simplement pas. Dieu a dit: «SĂ©pare-toi.» Je dois le faire.

906    Et elle a dit: «Eh bien, ma mĂšre...»

907    J’ai dit: «Ma mĂšre aussi!» «Mais celui qui n’abandonnera pas les siens pour Me suivre, n’est pas digne d’ĂȘtre appelĂ© Mien.» Et c’est la vĂ©ritĂ©.

908    Un jour, bientĂŽt, je pense que je vais devoir quitter, c’est – ou plutĂŽt m’en aller. Mais, voici comment ça va se faire, les rĂ©unions ne marcheront pas ici. Ça ne marchera pas comme ça marche ailleurs. Et quiconque a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© dans les rĂ©unions sait que c’est la vĂ©ritĂ©, parce que c’est juste ici dans ma propre ville natale. VoilĂ  ce qu’il en est.

909    JĂ©sus a dit la mĂȘme chose quand Il est venu.

910    Les gens ont dit: «Qui est ce gars? N’est-ce pas lĂ  le fils du charpentier? Quelle Ă©cole a-t-il frĂ©quentĂ©e? OĂč a-t-il reçu cette instruction? Bon, j’aimerais Te voir faire... Tu dis que Tu as accompli des miracles lĂ -bas, j’aimerais Te voir faire la mĂȘme chose ici. J’aimerais Te voir faire ici ce que Tu as fait Ă  CapernaĂŒm.»

911    JĂ©sus a dit... Il s’est Ă©tonnĂ© de leur incrĂ©dulitĂ©. Il s’est retournĂ© et a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, un prophĂšte n’est pas sans honneur, exceptĂ© chez les siens, dans sa propre patrie.» Est-ce vrai?

912    Et nous savons... Regardez... Prenez Finney, prenez Sankey, Moody; prenez John Wesley, il n’a pas pu rĂ©ussir (voyez-vous?) jusqu’à ce qu’il ait quittĂ© son pays. Regardez – regardez Moody. Quand Moody, un cordonnier de Boston... il ne pouvait pas du tout progresser. Il est allĂ© Ă  Chicago avant de devenir cĂ©lĂšbre. Voyez-vous? Il a dĂ» obtenir cela loin des siens. Il vous faudra toujours faire cela.

913    Mais maintenant ici, Dieu exaucera la priĂšre si vous oubliez que c’est William Branham (voyez-vous?), si vous oubliez que c’est William Branham qui a quelque chose Ă  faire lĂ -dedans; c’est juste quelqu’un qui se tient ici pour prier pour vous. C’est JĂ©sus-Christ qui a dĂ©jĂ  fait ce dont vous demandez l’accomplissement, si seulement vous croyez cela. Voyez-vous? Il ne s’agit pas de quelque chose Ă  faire... Je n’ai rien Ă  voir lĂ -dedans, c’est juste pour tĂ©moigner. Mais il semble qu’ayant grandi ici avec vous, et vous, connaissant chacune de mes faiblesses, chacune de mes fautes... Et vous savez ce que Dieu a fait juste ici dans  cette ville.

914    Un jour, au jour du Jugement, cette ville aura de grands comptes Ă  rendre, car il y a eu des centaines et des centaines de guĂ©risons extraordinaires ici mĂȘme (c’est vrai), juste ici. Des signes et des merveilles, et l’apparition de l’Ange lĂ -bas, et les journaux ont diffusĂ© cela et tout, malgrĂ© tout, les gens ne... Pourquoi cela?

915    Bien, un jour, je quitterai cet endroit. Je me demande: «Quelle sera ma fin?» Est-ce que c’est fini? Est-ce prĂšs? J’ai quarante-huit ans. Est-ce bientĂŽt la fin? Je me demande ceci, si c’est le cas.

916    Ă‰coutez, pourquoi le monde n’a-t-il pas compris cette photo-lĂ ? Pourquoi n’ont-ils pas saisi cela rapidement? Pourquoi ne saisissent-ils pas toutes ces autres choses? Pourquoi ne saisissent-ils pas ces prophĂ©ties et ces choses? Vous savez, ils ne le peuvent pas maintenant, mais un jour, je quitterai le monde; et aprĂšs que je serai parti, alors ils reconnaĂźtront cela. Certains d’entre vous, jeunes gens, comprendront cela aprĂšs mon dĂ©part. Voyez-vous? Mais Dieu ne permettra pas que ça se fasse maintenant...
EN HAUT