ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Sur Ta Parole de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 51-0506E La durĂ©e est de: 52 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Sur Ta Parole

1          Merci, frĂšre...?... Bonsoir, mes amis. Je suis heureux de revenir prĂȘcher encore ce soir.

            Nous sommes trĂšs content des rĂ©sultats des rĂ©unions de la semaine passĂ©e, et de la façon dont notre PĂšre cĂ©leste a si abondamment bĂ©ni. Beaucoup de gens ont dĂ©jĂ  donnĂ© leur tĂ©moignage. Une dame de couleur vient de monter en courant, tout Ă  l’heure, et elle a placĂ© un tĂ©moignage, ou quelque chose comme ça, dans ma main. Elle a dit: «Je suis guĂ©rie.» Et–et je vois d’autres m’en parler, et leurs lettres affluent, sur la façon dont diverses maladies ont quittĂ© leur corps.

            Nous sommes trĂšs content parce que notre Seigneur est ici pour–pour se faire connaĂźtre aux gens en guĂ©rissant leurs corps, en pardonnant leurs pĂ©chĂ©s.

            Et nous espĂ©rons que dans les prochains jours, au cours de cette sĂ©rie de rĂ©unions, il y aura plus que ce qu’il y a eu dans la premiĂšre partie de la... de la semaine passĂ©e. Que Dieu accorde cela Ă  tous.

2          Et nous sommes content d’ĂȘtre ici dans cette ville. Et sachant que d’autres grandes campagnes se tiennent dans la ville, nous prions pour chacune d’elles, que Dieu accomplisse aussi de grands miracles dans leurs rĂ©unions.

            Nous avons essayĂ© de sortir un peu tĂŽt chaque soir, afin de pouvoir donner aux gens une opportunitĂ©. Beaucoup parmi eux doivent aller au travail. AprĂšs avoir passĂ© deux semaines ici avant, parlant de beaucoup de choses que le Seigneur a accomplies, donnant des tĂ©moignages, parlant de la Parole, je sens que tout ce qui importe maintenant, c’est prier pour les malades.

            Et hier soir, nous avons eu une glorieuse soirĂ©e pour les estropiĂ©s, ceux qui sont sortis des fauteuils roulants et autres, Ă©tant dĂ©livrĂ©s. C’est ce que beaucoup de gens appellent l’évidence de–d’un miracle. Pas tout Ă  fait, ce n’est pas vrai. Un miracle, c’est tout ce qui est contraire au–au cours normal des choses, le cours naturel ou quelque chose comme ça, c’est un miracle.

3          JĂ©sus a une fois guĂ©ri un garçon par... Il a dit une Parole Ă  son pĂšre. Et le lendemain... la fiĂšvre avait quittĂ© le garçon ce jour-lĂ  et il a commencĂ© Ă  se remettre. Et la Bible a appelĂ© cela un miracle. C’est encore le second miracle que JĂ©sus a accompli quand il est entrĂ© en GalilĂ©e.

            PremiĂšrement, Il a changĂ© l’eau en vin. Eh bien, cette eau serait un jour devenue du vin de toute façon, peut-ĂȘtre. Mais elle aurait eu Ă  passer par un processus normal qui consiste Ă  devenir une vigne, ĂȘtre transformĂ©e en raisin comme cela.

            JĂ©sus a simplement contournĂ© tout cela, parce qu’Il Ă©tait le Dieu de la nature. Il avait simplement contournĂ© la vigne et tout, et Il a changĂ© l’eau en vin, parce qu’Il avait le contrĂŽle de toutes choses. Cela n’a pas eu Ă  ĂȘtre distillĂ©, ou Ă  passer par n’importe quel procĂ©dĂ© de fabrication de vin. Je ne sais pas. Mais on... De toute façon, Il a directement changĂ© cela en vin lĂ . Et c’est ce que nous appelons un miracle.

4          Puis, la chose suivante qu’Il avait faite, c’était juste prononcer la Parole. Un homme cherchait Ă  L’amener Ă  aller prier pour quelqu’un. Il a dit: «Va, Ton fils vit.»

            Et le lendemain, son pĂšre est arrivĂ© lĂ  oĂč il... chez lui dans sa propre contrĂ©e, et il a rencontrĂ© un de ses serviteurs. Et ce dernier a dit: «Ton fils vit.»

            Il a dit: «A quelle heure s’était-il trouvĂ© mieux?»

            Il lui a rĂ©pondu: «A telle heure, hier.» Et JĂ©sus... ou l’homme reconnut que c’était Ă  cette heure-lĂ  que JĂ©sus avait dit: «Ton fils vit.» Et il crut. Il crut ce que JĂ©sus avait dit, et il dit: «C’est le second miracle, quand la fiĂšvre a commencĂ© de quitter.»

5          Nous sommes donc content des miracles que notre Seigneur est en train d’accomplir Ă  travers le monde.

            Je venais de suivre un jeune marin Ă  la radio il y a quelques instants. Je cherchais Ă  suivre ce temple ici, l’EvangĂ©liste, ou Angeles Temple. Oh! Ils ont une Ă©mission Ă©vangĂ©lique tout le temps. J’ai une petite radio que je porte sur moi dans ce but, spĂ©cialement quand je viens ici.

            Alors, je suivais une radio Ă©mettant... une Ă©mission de lĂ  destinĂ©e Ă  un pĂ©cheur ici qui... un jeune marin qui Ă©tait revenu d’outre-mer il n’y avait pas longtemps, ou quelque chose comme cela. Et il a dit qu’en CorĂ©e et ailleurs, il y a un grand rĂ©veil. Oh! la la! N’est-ce pas merveilleux? Notre Seigneur revient encore sur terre. Toute la nature gĂ©mit pour ce jour de douce dĂ©livrance.

6          Il y a quelque temps ici, on Ă©tait Ă  table Ă  Fresno avec certains de mes bons amis armĂ©niens. J’étais trĂšs mince Ă  l’époque. Une dame voulait m’aider. Elle est venue et elle a dit: «FrĂšre Branham, prenez ceci.»

            Et c’était un mĂ©dicament. J’ai regardĂ© cela, j’ai dit: «Eh bien, merci.» Je ne voulais pas la blesser pour ça. Et je–je ne prends pas beaucoup de mĂ©dicaments. J’ai dit: «Je...» Et j’ai dit: «C’est trĂšs bien. Eh bien, c’est trĂšs bien.»

            Et un mĂ©decin Ă©tait assis lĂ  juste Ă  mes cĂŽtĂ©s. Il a dit: «Faites-moi voir ce que c’est.» Et il a examinĂ©, et c’était une espĂšce de vitamine. Et le mĂ©decin a dit: «FrĂšre Branham, a-t-il dit, ce n’est pas un mĂ©dicament.» Il a dit: «C’est une vitamine.»

            J’ai dit: «Eh bien, pas... Voyez, c’est trĂšs bien.» J’ai dit: «Un mĂ©dicament, c’est bien.» Et j’ai dit: «Je n’ai pas l’intention de dĂ©considĂ©rer quoi que ce soir qui aidera quelqu’un d’autre. Non, non. Je... Tout ce qui vous aidera, je soutiens cela. C’est vrai. C’est la misĂ©ricorde.» Et j’ai dit: «Je ne dĂ©considĂšre pas cela comme mĂ©dicament», c’était aprĂšs tout un mĂ©dicament.

7          Il a dit: «Mais voici ce qu’il y a, FrĂšre Branham.» Il a dit: «Notre terre est devenue trĂšs pauvre. On en a retirĂ© toutes les vitamines au point qu’elle est artificiellement fertilisĂ©e et tout, au point qu’en mangeant, nous ne consommons pas la quantitĂ© de vitamines qu’il faut, peu importe la quantitĂ© de nourriture consommĂ©e. Ce n’est qu’une masse.» Et il a dit: «Nous ne consommons pas des vitamines. Et tout le monde devrait prendre ces vitamines.»

            Vous voyez, la terre est esquintĂ©e. Tout est juste... C’est juste la fin, n’est-ce pas? C’est vrai. C’est juste la fin. C’est vrai. On dirait que le vieux monde retourne Ă  la maison en titubant. Un de ces jours, il y aura quelque part une grande explosion de la bombe atomique ou Ă  hydrogĂšne qui dĂ©clenchera une rĂ©action en chaĂźne de cette fission des particules. Et je ne sais pas ce que je suis... peut-ĂȘtre ce dont je parle. Mais j’ai comme l’impression que, quelque part lĂ , elle sera encore dĂ©truite par le feu.

8          Et dix... Je dis cinq cents ans Ă  partir de ce soir, ce petit groupe assis ici sera quelque part. Ça, c’est vrai. Et oĂč que nous soyons donc, nous serons lĂ  oĂč il nous faudra passer l’éternitĂ©. Et ce soir, ça peut ĂȘtre un temps de dĂ©cision, et la derniĂšre fois oĂč certains d’entre nous auront Ă  prendre une dĂ©cision. Faisons-le ce soir pour Lui, l’unique Homme qui–qui a donc prouvĂ© qui Il Ă©tait.

            Nous avons beaucoup de grandes religions dans le monde, celles des philosophes et autres, Confucius, Mahomet et les autres.

            Et Ă  la tombe de Mahomet, ça fait maintenant deux mille ans, on place chaque jour un cheval blanc, attendant qu’il ressuscite, qu’il monte dessus, qu’il chevauche en vainqueur et parcoure le monde entier. Mais il est mort, et il gĂźt dans la tombe.

            Confucius, le grand philosophe chinois, et–et le fondateur de la religion de Bouddha et autres, de toutes ces religions, ils sont tous morts et ils sont partis.

            Mais il n’y a qu’un seul Homme Qui dit: «J’ai le pouvoir de donner Ma Vie et de La reprendre.» Et Il a prouvĂ© qu’Il a l’autoritĂ© sur la mort.

9          Ses disciples qui descendent du grand saint Paul, quand la mort les frappe, ils sont... Je les ai vus plusieurs fois. Leurs yeux sont devenus vitreux, brillants on dirait comme un ange, et ils criaient: «Ô mort, oĂč est ton aiguillon? Ô mort, oĂč est ta victoire? Mais grĂąces soient rendues Ă  Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur JĂ©sus-Christ.»

            C’est en Lui que je place ma confiance ce soir. C’est Lui que j’aime. Et je sais que vous L’aimez aussi. Adorons-Le donc de tout notre coeur.

            Il m’incombe ce soir d’accomplir cette partie du ministĂšre, en tant que Son serviteur ici qui est... pendant que Ses autres serviteurs sont partout dans le monde entier... Son Evangile a parcouru le monde. Et je suis ici ce soir pour essayer de tout mon coeur de vous apporter les Ă©vidences d’un JĂ©sus-Christ ressuscitĂ© au–au milieu de cette assistance. S’il vous plaĂźt, recevez-Le, et croyez que Ses Paroles sont vraies.

10        Maintenant, ici dans Sa Parole Ă©crite. Et cela... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... son ami. Et il a sautĂ© du tracteur, il a couru dans le champ. Ils se sont embrassĂ©s et se sont soulevĂ©s, louant Dieu. Il Ă©tait ami au secrĂ©taire particulier du roi, le roi George d’Angleterre.

            Un tĂ©lĂ©gramme a Ă©tĂ© reçu au bureau de Jeffersonville, lĂ , venant du roi George d’Angleterre, en ces termes: «FrĂšre Branham, mon secrĂ©taire m’apprend que l’un de ses amis a Ă©tĂ© guĂ©ri de la sclĂ©rose en plaques. J’aimerais que vous veniez prier pour moi, que notre Seigneur JĂ©sus me guĂ©risse.»

            Et je sais que l’Ange de Dieu a dit: «Tu prieras pour des rois, des monarques et de grands hommes.»

            Oh! Je Lui ai demandĂ© si je pouvais partir. Aujourd’hui, le roi George d’Angleterre est guĂ©ri de sclĂ©rose en plaques. Il est bien portant. Il est un homme en bonne santĂ©. Ses ulcĂšres sont finis.

            Oh! la la!GrĂące Ă©tonnante!

            Oh! Quel doux son,

            Qui sauva un vil comme moi!

            Autrefois, j’étais perdu, mais maintenant je suis retrouvĂ©,

            J’étais aveugle, mais maintenant je vois.

11        Je me souviens quand j’allais Ă  Louisville, dans le Kentucky, en train de palper le long du mur en pierre, portant de grosses lunettes aux yeux. Je ne voyais pas oĂč j’allais. Quelqu’un est venu vers moi et a dit: «Crois-tu que JĂ©sus-Christ peut te guĂ©rir?» Oh! la la! Ce soir, mes yeux sont vingt sur vingt. Je peux lire un journal Ă  cinq pieds [1,5 m] de moi.

            Qu’était-ce? La puissance de JĂ©sus-Christ ressuscitĂ©, le Fils du Dieu vivant qui est dans notre prĂ©sence maintenant. Certainement Il l’est.

            Ô chrĂ©tiens, vous parlez du jour de la PentecĂŽte! Ce qui peut arriver dans cette salle ce soir ferait que ce qui Ă©tait arrivĂ© lĂ  paraisse petit. C’est vrai. Oh! Si seulement vous pouvez ĂȘtre d’un commun accord, avoir un seul choix: voir Dieu ĂȘtre glorifiĂ©!

12        Quand JĂ©sus Ă©tait ici sur terre... Eh bien, je sais que beaucoup de gens ont dit que j’étais un spirite, un mĂ©dium, que j’exerçais la tĂ©lĂ©pathie. Et tout celui qui a un bon sens en sait mieux que ça. Cela montre que les gens qui ont de telles pensĂ©es souffrent de dĂ©ficience mentale. Ce–c’est vrai.

            Il n’y a pas longtemps, dans une certaine rĂ©union Ă  Cleveland... FrĂšre Hall Ă©tait Ă  cette rĂ©union-lĂ . Un mĂ©decin est venu Ă  la rĂ©union. Il a dit: «Oh! C’est de la tĂ©lĂ©pathie.» Il a dit–il a dit: «J’aimerais...» Il a parlĂ© Ă  l’une des dames qui venaient d’ĂȘtre guĂ©rie.

            Elle a dit: «Oh! Ce frĂšre opĂšre des miracles au Nom du Seigneur JĂ©sus.»

            Il a dit: «Eh bien, j’aimerais le voir.»

            Elle a dit: «Pourquoi voulez-vous le voir?»

            Il a dit: «J’ai mal Ă  la jambe.»

            J’ai dit: «Docteur, il ne s’agit pas de votre jambe, c’est votre tĂȘte qui ne tourne pas bien lĂ -bas.» J’ai dit... C’est vrai. Oui, oui.

13        Vous parlez de la tĂ©lĂ©pathie ... Oh! la la! C’est la puissance de JĂ©sus-Christ selon Sa promesse, par Sa Parole. En effet, Il a dit qu’Il accomplirait ces choses dans les derniers jours. Et elles sont lĂ  pour confirmer Sa PrĂ©sence. Amen. Croyez-vous cela?

            Non, non. On L’avait aussi taxĂ© de spirite et de mĂ©dium (C’est vrai), taxĂ© de BĂ©elzĂ©bul.

            Une fois, un homme du nom de Philippe alla vers Lui. Il Ă©tait sauvĂ©, et il alla chercher son frĂšre NathanaĂ«l. Et lorsqu’il lui a parlĂ©, il a dit: «Viens, et vois Qui nous avons trouvĂ©, Celui dont MoĂŻse et la loi avaient parlĂ©, JĂ©sus de Nazareth.»

            Il a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?» Un peu critique.

            Il a dit: «Viens, et vois.»

            Et quand il est arrivĂ© auprĂšs de Lui, Il est... Peut-ĂȘtre que JĂ©sus tenait une ligne de priĂšre, Il priait pour les malades. Il a vu NathanaĂ«l s’approcher. Il a dit: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.» Il est allĂ© de l’avant...

            Et il a dit: «D’oĂč me connais-Tu, Rabbi (ou MaĂźtre, RĂ©vĂ©rend, ou je ne sais comment vous voulez L’appeler, Docteur)?»

            Et Il a dit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre...»

            Il a dit: «Tu es le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l.» Et il s’est prosternĂ© et L’a adorĂ©, il est devenu un disciple. Est-ce vrai?

14        Maintenant, et s’il s’en Ă©tait allĂ©, disant: «Je... Vous savez, c’est de la tĂ©lĂ©pathie. Je dois bien Ă©tudier cette chose»? Jamais vous ne comprendrez Dieu, vous feriez donc tout aussi bien d’oublier cela maintenant. Vous devez croire cela. On ne connaĂźt pas Dieu autrement que par la foi. Vous devez accepter cela.

            Ensuite, il y eut une femme qui est allĂ©e au puits puiser de l’eau vers onze heures, la journĂ©e. Elle Ă©tait probablement sortie toute la nuit et elle ne s’est pas rĂ©veillĂ©e assez tĂŽt. Ou peut-ĂȘtre qu’elle avait tellement honte d’elle-mĂȘme qu’elle n’est pas sortie avec les dames honorables. Mais elle Ă©tait venue puiser de l’eau au puits. Et alors, eh bien, JĂ©sus Ă©tait assis lĂ  au puits.

            Et elle s’est avancĂ©e, et Il lui a parlĂ©, disant: «Apporte-Moi Ă  boire.»

            Et elle a dit: «Il n’est pas de coutume que vous...»

            Il lui a parlĂ© un petit instant, et Il a prononcĂ© un mot: «Va, appelle ton mari.»

            Elle a dit: «Je n’ai point de mari.»

            Il a dit: «Tu en as eu cinq.»

            Elle a dit: «Je vois que Tu es ProphĂšte.»

            Elle est entrĂ©e dans la ville et a dit: «Venez voir un Homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait.» Voyez?

15        Eh bien, JĂ©sus a dit: «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais, et vous en ferez de plus grandes (ou pas de plus grandes, mais davantage), car Je m’en vais au PĂšre.»

            Croyez-vous cela? C’est la promesse, n’est-ce pas?

            Et quand JĂ©sus Ă©tait ici, guĂ©rissant les gens... Ecoutez attentivement, nous allons former la ligne de priĂšre. Quand JĂ©sus Ă©tait ici, guĂ©rissant les gens, Il disait qu’Il faisait cela afin que la Parole de Dieu soit accomplie. Est-ce vrai?

            Eh bien, j’aimerais vous poser une question: Depuis ce temps-lĂ  jusqu’aujourd’hui, je n’ai jamais vu, ni jamais appris que cet Esprit Ă©tait dans le monde. Je n’ai jamais lu Ă  ce sujet, ni un livre ni rien, des docteurs, et autres. C’est maintenant que Cela doit ĂȘtre ici Ă  l’Eglise. C’est vrai. Ça y est. Cela est ici, en confirmation. Cela est ici, pour ce qui est de la Parole de Dieu, pour accomplir ce que JĂ©sus avait dit devoir arriver.

            Maintenant, c’est en cours. Pendant qu’Il est ici, recevez-Le, croyez-Le, acceptez-Le. Dites: «Ô Dieu, je Te crois de tout mon coeur.»

            Et Il parle de JĂ©sus. JĂ©sus, c’est Lui. JĂ©sus, c’est Lui qui a payĂ© le prix. Il est le Seul qui peut vous guĂ©rir. Ayez simplement foi en Lui, et croyez cela. Et cet Ange de Dieu confirme qu’Il est ici. Sa PrĂ©sence est ici, et Sa Parole est en train d’ĂȘtre accomplie. Croyez-vous cela? Que Dieu vous bĂ©nisse.

16        Maintenant, nous... Billy Paul est-il maintenant proche, pour savoir combien de cartes ils ont distribuĂ©es? Mon fils, s’il est proche... TrĂšs bien. Pendant qu’il approche, je voulais prononcer ces paroles, que... Je suppose qu’il a probablement distribuĂ© cinquante cartes au cours du service de cet aprĂšs-midi.

            Maintenant, pendant que nous l’attendons, prenons juste quelques personnes qui souffrent peut-ĂȘtre de certaines maladies, ou qui ont des cartes de priĂšre, ou autre chose; elles aimeraient ĂȘtre...

            Combien ont dĂ©jĂ  vu le discernement? Alors, voyons combien savent dĂ©jĂ  que c’est vrai, qu’Il est juste ici, qu’Il rĂ©vĂšle aux gens les secrets de leurs coeurs, les choses qu’ils ont faites lĂ  dans le passĂ©, dans leur vie, et ainsi de suite. Est-ce vrai? Il leur dit tout au sujet de leur vie et ainsi de suite...

17        Maintenant, nous savons que c’est la vĂ©ritĂ©. Y a-t-il ici quelqu’un qui a une carte de priĂšre, pour qui on va prier ce soir, qui n’a jamais vu le discernement de l’Esprit du Seigneur? Personne. TrĂšs bien. Alors, c’est Ă  vous, ce sont ceux Ă  qui il est demandĂ© de croire. C’est Ă  vous de–de l’accepter et de croire.

            Quelqu’un a-t-il dĂ©jĂ  dĂ©couvert lĂ  oĂč se trouve mon fils? Il nous faut mettre on dirait une clochette autour de lui, n’est-ce pas? Fiou. Quelqu’un l’a-t-il rĂ©veillĂ©? Son visage est devenu rouge maintenant, il–il est aussi Irlandais, bien que sa mĂšre fĂ»t Allemande.

            Son... Il est nĂ© un vendredi 13 Ă  quinze heures. Nous allions l’appeler porte-malheur. Mais je... Nous ne croyons pas en cela, n’est-ce pas, fils? Non, nous... Sa mĂšre Ă©tait une Allemande, et moi, un Irlandais. Alors, au lieu de cela, nous l’appelons Hiney Michaels. Mais Dieu nous a conduits Ă  l’appeler Billy Paul, du nom de son pĂšre et de celui du grand saint Paul, l’apĂŽtre.

18        Et je suis content ce soir de ce que je crois cela de tout mon coeur maintenant, que Dieu enverra mon fils dans le ministĂšre, dans les champs de travail, pour gagner des Ăąmes pour Lui. Je viens de le retirer de l’école secondaire normale et je l’ai placĂ© maintenant dans un collĂšge, un collĂšge chrĂ©tien.

            PremiĂšrement, avant ceci, Ă  propos, il s’est rĂ©cemment converti, il est venu. Je suis... Il veut recevoir le baptĂȘme du Saint-Esprit. Et j’aimerais qu’il reçoive cela. Cela le scellera donc dans le Royaume de Dieu. «N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ© pour le jour de votre rĂ©demption.»

            Et dans les derniers jours, il y aura deux catĂ©gories de gens: ceux qui ont le sceau, et les autres qui auront la marque de la bĂȘte. C’est vrai. Ainsi, le Sceau de Dieu, c’est le baptĂȘme du Saint-Esprit (EphĂ©siens 4.30.) Est-ce vrai? Le Sceau de Dieu...

19        TrĂšs bien. Maintenant, nous sommes... Presque tout le monde ici a vu le discernement des esprits, comment le Saint-Esprit accompli ces choses. J’ai essayĂ© de m’en abstenir ce soir, pour voir si nous pouvions nous en abstenir, si possible.

            Mais Dieu connaĂźt tout votre coeur. Il connaĂźt chacun de vous, et Il... La seule diffĂ©rence est que, quand vous appelez les gens ici Ă  l’estrade, cela leur donne un contact actuel. Avez–avez-vous dĂ©jĂ ... Avez-vous remarquĂ© les visages des gens quand ils montent ici Ă  l’estrade, quand l’onction est lĂ ?

            Maintenant, je vais vous dire ce qui arrive. Combien ont vu la photo de l’Ange du Seigneur, celle qui avait Ă©tĂ© examinĂ©e lĂ -bas? Il y en a trĂšs peu. Combien n’ont pas vu cela? Faites voir les mains, ceux qui n’ont jamais vu la photo. Ça alors! Je pense que ce que nous avions est complĂštement Ă©puisĂ©, depuis longtemps. Et Sa photo a Ă©tĂ© scientifiquement examinĂ©e par les hommes de science (C’est vrai), les meilleurs que nous avons.

20        Madame. Soeur Kopps aimerait qu’on prie pour elle, maintenant. Bien-AimĂ© PĂšre cĂ©leste, je Te prie d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers notre chĂšre soeur maintenant mĂȘme. Accorde maintenant sa guĂ©rison. Puisse le Saint-Esprit descendre sur cette femme. Nous savons qu’elle accomplit une grande oeuvre ici avec son mari, travaillant pour Toi, chantant, enseignant et accomplissant beaucoup de choses ici dans l’église. Nous pensons qu’elle mĂ©rite cette bĂ©nĂ©diction que nous demandons. Et, Seigneur, Ton serviteur, avec mes mains posĂ©es sur elle, je demande que ceci soit un tournant maintenant mĂȘme. Qu’à partir de cette heure cela la quitte et que ça ne revienne plus jamais. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, Soeur Kopps.

            Disons: «Gloire soit rendue Ă  Dieu!» Croyez en Lui.

21        Excusez-moi. Eh bien, quand je priais pour elle, cela a fait encore descendre cet Esprit sur moi. Voyez? Il est descendu. Je pense que je vais appeler deux ou trois dans l’assistance. Voulez-vous ĂȘtre respectueux pendant qu’Il est ici? Je n’ai... Je cherchais Ă  m’en Ă©loigner, mais peut-ĂȘtre que le Seigneur a quelque chose d’autre, de diffĂ©rent.

            Appelons peut-ĂȘtre certaines cartes de priĂšre. Allez me chercher la carte de priĂšre... Combien y en a-t-il lĂ ? Voyons, vous tous qui avez des cartes de priĂšre. Combien... Est-ce de un Ă  cinquante? Dans la sĂ©rie Y? La sĂ©rie Y, de un Ă  cinquante, je me le disais. TrĂšs bien. La sĂ©rie Y de 1... Apportez-moi... Commençons dans... Apportez-moi le numĂ©ro 3, la carte de priĂšre numĂ©ro 3. Qui a le numĂ©ro 3? Et puis, nous prendrons un autre numĂ©ro lĂ  dans le... quelque part. On prendra peut-ĂȘtre deux ou trois. Quelqu’un a-t-il la carte de priĂšre numĂ©ro 3? TrĂšs bien. Avancez, madame, si vous avez la carte de priĂšre numĂ©ro 3. Et–et que cette dame monte ici Ă  l’estrade.

22        Juste un instant maintenant pendant que l’onction est proche. Que tout le monde soit respectueux. Pendant qu’elle avance, je–je souhaiterais que vous sachiez comment on sent ceci ici, quelle–quelle sensation on Ă©prouve, un sentiment surnaturel glorieux.

            Je vais juste... Peut-ĂȘtre que je peux rester debout pendant quelques minutes. C’est trĂšs bien.

23        Voici ce qui arrive, mes amis. Maintenant, maintenant mĂȘme, le Dieu qui nous aime tous, cet Être, Celui, je–je... Vous pouvez ne pas ĂȘtre Ă  mesure de Le voir, mais Il... Quelque chose m’est arrivĂ©. Eh bien, C’est... Je–j’ai senti Cela. J’éprouve un sentiment diffĂ©rent, une sorte de sentiment Ă©trange, de respect mĂȘlĂ© de crainte et de rĂ©vĂ©rence. Et Il est ici maintenant. Et il n’y a rien qui Ă©chappe Ă  Sa connaissance. Il connaĂźt toutes choses. Il me le rĂ©vĂ©lera dans la mesure oĂč Il veut me le faire savoir. TrĂšs bien. Amenez la dame juste ici.

            Maintenant, cette dame ici est seule. Nous appellerons peut-ĂȘtre un autre numĂ©ro ou deux lĂ  dans l’assistance. Maintenant, ne–ne faites pas de mouvement, ou ne me tendez pas votre carte. Je ne connais pas ce que... Je ne veux pas connaĂźtre cela. Voyez? Voyez?

24        Bonsoir, soeur. J’aimerais que vous vous approchiez juste un peu prĂšs. Avez-vous la carte de priĂšre numĂ©ro 3? Est-ce vrai? Et aimez-vous notre Seigneur JĂ©sus? Croyez-vous qu’Il est proche? Croyez-vous? Maintenant, ce sentiment...

            Maintenant, assistance, c’est ce que j’aimerais que vous saisissiez. Observez les gens quand ils viennent, lorsqu’il y a une telle onction. Voyez? Eh bien, je ne sais rien sur la dame. Et qu’est-ce que je cherche Ă  faire maintenant? Dieu sait que je ne sais rien au sujet de cette femme. Tout ce que je sais, c’est qu’elle est une dame, se tenant lĂ . Elle a Ă©tĂ© appelĂ©e Ă  partir d’un numĂ©ro qui est sur une carte de priĂšre. Il s’est fait qu’elle est montĂ©e ici Ă  l’estrade.

            Il ne vous faut mĂȘme pas avoir votre carte de priĂšre. Vous le savez. Oh! la la! Presque personne parmi ceux d’hier soir n’avait de cartes de priĂšre. La carte de priĂšre, c’est juste pour empĂȘcher les gens de se prĂ©cipiter du coup; nous pouvons donc ĂȘtre en ordre et avoir une sorte de systĂšme pour cela.

25        Et maintenant, c’est proche. Eh bien, dans quelques minutes... Maintenant, si Cela pouvait... Si Cela agit... Je ne sais pas si Cela agira. Si Cela agit, vous Le verrez. Cela va descendre sur moi. Eh bien, Il est–Il est ici maintenant, trĂšs proche. Eh bien, Celui qui parle, c’est ma... juste un... C’est ici mĂȘme, proche. Je ne Le vois pas. Je L’ai vu. Des centaines et des milliers L’ont vu. Mais maintenant, Il sait bien ce qui cloche chez elle. C’est l’Esprit de Dieu. La mĂȘme Colonne de Feu qui a conduit les enfants d’IsraĂ«l est juste parmi nous maintenant. Voyez?

            Maintenant, si Cela agit... Maintenant, si quelqu’un n’entre pas lĂ  dans la ligne lĂ ... Beaucoup de gens cherchent Ă  croire maintenant. Et maintenant, mais observez-la, juste ce qui arrive maintenant.

26        Maintenant, j’aimerais que vous me parliez, soeur, afin que je sois Ă  mesure de voir juste ce qui cloche. Eh bien, je–je ne peux pas vous guĂ©rir; vous comprenez cela. Vous–vous le savez, soeur. Oui, c’est le Seigneur JĂ©sus. Vous ĂȘtes Espagnole, je suppose? Italienne. Et ĂȘtes... croyez-vous maintenant en Lui de tout votre coeur? De tout votre coeur maintenant? Eh bien, si vous et moi... Etes-vous nĂ©e AmĂ©ricaine ici? Vous ĂȘtes nĂ©e outre-mer. Eh bien, vous ĂȘtes nĂ©e outre-mer et moi, ici, il devrait y avoir un contact avec quelque chose ou une autre. Est-ce vrai?

            Oui, madame. Donc, ce que vous sentez, c’est l’Esprit du Seigneur. Et maintenant, il me faudra Le laisser parler. Certainement, comme vous ĂȘtes la premiĂšre patiente, cela peut paraĂźtre juste un peu Ă©trange pendant un moment. Vous voyez?

27        Mais vous–vous... Je vois qu’il y a eu un grand changement en vous et pour votre maladie des nerfs l’annĂ©e passĂ©e, ou quelque chose comme cela. N’est-ce pas vrai? Vous commencez Ă  devenir extrĂȘmement nerveuse. N’est-ce pas vrai? Et maintenant, afin que vous sachiez ce que c’est, c’est un–c’est un sentiment Ă©trange qui vous frappe... On dirait le spasme. Cela frappera une fois. Puis, ça vous quittera et vous vous sentirez bien. Alors, vous allez... Est-ce vrai? Je vous vois. Je vous vois lĂ  oĂč vous vous tenez, et oĂč vous ĂȘtes... vous ĂȘtes... vous priez Ă  ce sujet. Parfois, quand cela vous frappe, vous cherchez Ă  aller prier. N’est-ce pas vrai? Je vous vois en robe claire. Et alors, vous ĂȘtes... vous ĂȘtes su... Quelque chose aussi cloche avec le foie, n’est-ce pas? Ne souffrez-vous pas du foie? N’est-ce pas... Oui. Oui, oui. Cela descend et... C’est vrai. Quelque chose cloche dans le... et vous... Eh bien, vous ĂȘtes pratiquement une Ă©pave, n’est-ce pas? Ne souffrez-vous pas aussi d’une hernie? N’est-ce pas vrai? Une hernie bilatĂ©rale. N’est-ce pas vrai? Oui, madame. Je vais citer... Oui, madame. N’est-ce pas vrai?

            Vous... Mais vous avez durement essayĂ©. Je vois qu’on avait priĂ© pour cela, et cela semble ne donner aucun rĂ©sultat. N’est-ce pas vrai? Voyez? Oui.

28        Maintenant, j’aimerais que vous veniez ici juste une minute. Eh bien, soeur, je–je–je suis ici pour essayer de vous aider. Et je–je veux vous aider. Et tout ce que je peux faire maintenant, c’est... JĂ©sus a dit: «Si vous croyez que Je peux faire ceci...» Et croyez-vous maintenant que je vous ai dit la vĂ©ritĂ© au sujet de cet Ange, et qu’Il m’a dit que si j’amĂšne les gens Ă  me croire et que je suis sincĂšre quand je prie, rien ne rĂ©sisterait Ă  la priĂšre? Croyez-vous cela? Venez ici et permettez-moi de prier pour vous.

            Notre PĂšre cĂ©leste, apparemment pendant que je parlais Ă  la femme, sa foi s’est Ă©levĂ©e trĂšs haut. Et sachant que ce foie ulcĂ©rĂ© ici provoquera rapidement de grands ennuis si quelque chose n’est pas fait... Et, PĂšre, je Te prie de la guĂ©rir. Accorde-le, Seigneur. Je lui impose les mains en souvenir de Ta Parole. Les derniĂšres Paroles sorties de Tes lĂšvres alors que Tu montais, Tu as dit: «Ils imposeront les mains aux malades; et les malades seront guĂ©ris.» Je crois en Toi, Seigneur. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©clame sa guĂ©rison. Amen.

29        Que pensez-vous, soeur? Allez-vous vous rĂ©tablir? Oui, soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Allez ... Vous vous inquiĂ©tiez aussi au sujet de vos yeux, n’est-ce pas? Ils Ă©taient en mauvais Ă©tat. Oui. Des yeux faibles–faibles. Allez-y, ĂŽtez-les, allez simplement de l’avant, oubliez cela, et soyez guĂ©rie.

30        Maintenant, le Seigneur est ici pour guĂ©rir n’importe qui. Maintenant, voyons, quel Ă©tait le numĂ©ro de sa carte de priĂšre? 3? Essayons un autre, un petit... Essayons 7. Qui a le numĂ©ro 7? Juste la carte de priĂšre numĂ©ro 7. Si 7 n’est pas lĂ , essayons 25. Voici–Voici... Attendez une minute. Ici mĂȘme. NumĂ©ro...

            Ce petit garçon voulait se lever. Son numĂ©ro est 25? Eh bien, que son petit coeur soit bĂ©ni. Amenez-le de toute façon. Que Dieu bĂ©nisse son petit coeur. Oh! N’est-ce pas aimable, un petit garçon? TrĂšs bien. Permettez-moi d’avoir le... d’abord cet homme.

           

            Bonsoir, monsieur. Non, j’aimerais juste parler Ă  cet homme un moment. Monsieur, j’aimerais que vous passiez par ici et que vous croyiez de tout votre coeur. J’aimerais vous poser une question, sincĂšrement. Nous sommes inconnus. Je–je ne vous connais pas. Et je ne sais pas si vous m’avez dĂ©jĂ  vu auparavant ou pas. Je–je suis juste en train de parler maintenant avant que cette onction vienne. Donc, s’il y a quelque chose que l’on connaĂźt Ă  votre sujet, cela devra venir de façon surnaturelle, n’est-ce pas, monsieur? Cela... Vous...

            Juste afin que cette assistance d’ici, d’environ trois mille personnes, je pense, veut... Juste afin que... Je cherche Ă  prĂ©senter devant l’assistance (pas moi-mĂȘme), cher frĂšre; je cherche Ă  prĂ©senter le Seigneur JĂ©sus devant les gens. Et Il a envoyĂ© cet Ange pour confirmer que je suis Son serviteur. Et Il m’a envoyĂ© pour–pour prophĂ©tiser en Son Nom et pour dire des choses. Et Il a donnĂ© ces signes pour confirmer. Vous croyez cela, n’est-ce pas, monsieur? De tout votre coeur...

31        Je sens maintenant juste par votre esprit accueillant que vous ĂȘtes un croyant. Eh bien, j’aimerais que vous vous approchiez un peu plus prĂšs de moi. Je–je ne cherche pas à–à–à lire votre pensĂ©e, monsieur, pas du tout. Vous ne croyez pas cela, n’est-ce pas? Non, car ce serait juste quelque chose que vous aviez Ă  l’esprit. Je prie que Dieu remonte dans le passĂ© et fasse quelque chose que vous n’avez mĂȘme pas Ă  l’esprit afin que vous sachiez. Vous voyez?

            Maintenant, le... Quelque chose cloche chez vous, sans doute, sinon vous n’auriez pas pris cette carte de priĂšre. Ainsi, ainsi donc, vous–vous ĂȘtes venu ici pour–pour qu’on prie pour vous. Et vous avez confessĂ© votre foi en croyant, qu’Il vous guĂ©rira. Eh bien, ce que j’essaie de faire maintenant, c’est juste vous parler pour entrer en contact avec votre esprit humain. Cela va... Votre foi... Voyez-vous? Votre foi fait opĂ©rer ce don. Voyez? Votre foi fait descendre cela sur moi. Et alors, lorsqu’Il le fait, Il commence...

32        Voyez, JĂ©sus ne pouvait rien faire si les gens ne croyaient pas en Lui. Est-ce vrai? Vous... vous... Voyez, vous croyez en Dieu; vous croyez au Fils, vous croyez au Saint-Esprit; c’est la trinitĂ©. Nous croyons en cela. Voyez? Mais alors, pour que cela opĂšre, il vous faut me croire pas comme vous croyez en Eux, mais Ils m’ont envoyĂ© ici pour ceci. Comprenez-vous? Oui, oui. Vous comprenez.

            Mon cher frĂšre, je–je... Vous pouvez savoir maintenant que quelque chose est en train de se passer, n’est-ce pas? Je sens cela. Oui, oui.

            Maintenant, vous avez... vous souffrez de la tuberculose. N’est-ce pas vrai? Oui, oui. Oui, oui. Vous... Dites donc, vous avez–vous avez le dĂ©sir de... Oui, vous ĂȘtes un prĂ©dicateur, n’est-ce pas? N’est-ce pas vrai? Oui, je... Et n’est-ce pas que vous projetez d’effectuer un voyage pour aller quelque part, peut-ĂȘtre un... N’est-ce pas vrai? Outre-mer? Vous allez en tant que missionnaire, n’est-ce pas? Que Dieu vous bĂ©nisse. Je vois que c’est trĂšs proche, lĂ . Mon frĂšre, allez en paix. Le Seigneur JĂ©sus vous a guĂ©ri. Allez-y, que Dieu vous bĂ©nisse.

33        Disons: «Gloire au Seigneur!» Croyez-vous en Lui maintenant de tout votre coeur? Eh bien, l’homme est guĂ©ri. Je l’ai vu apprĂȘter, s’apprĂȘter. Et j’ai vu des arbres souffler au vent dans une autre nation. Et je ne pouvais pas m’empĂȘcher de le dire; Cela m’a directement parlĂ©.

            Eh bien, maintenant, vous savez tous qu’un Être surnaturel est ici. Est-ce vrai? C’est la puissance du Seigneur JĂ©sus-Christ. «Vous ferez aussi les oeuvres que Je fais.» Est-ce de la mĂȘme maniĂšre que...

            Qu’en est-il de cet homme qui s’apprĂȘte Ă  aller quelque part, et quelque chose va arriver et tout? Je ne me souviens simplement pas de ce que c’était. Mais, de toute façon, ce que je lui ai dit, n’est-ce pas exactement comme quand Philippe est allĂ© voir le MaĂźtre? Eh bien alors, l’Esprit du MaĂźtre...

            Il a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus.»

            Eh bien, le monde viendra ici; ils diront: «C’est de la tĂ©lĂ©pathie.»

            «Mais cependant, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Amen. Maintenant, vous croyez, n’est-ce pas, de tout votre coeur?

34        TrĂšs bien. Cela suffit-il Ă  vous le prouver, que le Seigneur JĂ©sus... Quoi? TrĂšs bien. Nous allons commencer la ligne de priĂšre dans quelques... Si vous souhaitez, ou si vous voulez en appeler plus dans l’assistance. Je n’aimerais pas aller plus loin sous cette...

            Quoi? Oh! Excusez-moi. TrĂšs bien, chĂ©ri. Avancez. Je suis dĂ©solĂ©, chĂ©ri. Je suis vraiment dĂ©solĂ©. Quel beau petit garçon! Maintenant, juste un instant.

            Maintenant, petit garçon, j’aimerais que tu viennes ici juste afin de t’appuyer contre moi comme ceci. J’aimerais que tu places ton bras autour de moi. Je pense que tu es un bon petit garçon. Eh bien, afin que les gens t’entendent, je vais regarder dans cette autre direction pour que je ne te regarde pas droit dans les yeux (Tu vois?); ainsi, c’est juste... Je voulais demander aux gens de me regarder, mais j’aimerais que tu me tiennes.

35        Eh bien, ici... Eh bien, il y a longtemps, il y eut ici sur terre une Personne merveilleuse, et Son Nom Ă©tait JĂ©sus de Nazareth. Et Il Ă©tait le Fils de Dieu. Crois-tu cela? Tu–tu crois. Et Il–et Il est descendu sur terre et, un jour, les disciples Ă©taient... ils Ă©taient Ă  Ses cĂŽtĂ©s. Ils–ils repoussaient les gens, parce que les gens affluaient vers Lui. Et ils Le touchaient, et la vertu sortait, et Il devenait faible et ainsi de suite. Et on devait donc garder les gens loin de Lui.

            Mais des petits garçons, juste comme toi, sont venus un jour, et des petites filles. Et Il... Eux, les disciples, ont commencĂ© Ă  les repousser. Il a dit: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants, ne les en empĂȘchez pas, car le Royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent.»

36        Or, si JĂ©sus Ă©tait ici ce soir, Il te prendrait, et tu t’assiĂ©rais sur Ses genoux, ou quelque chose comme cela. N’aimerais-tu pas faire cela? Oh! Moi aussi. Oh! la la! Moi aussi. Or, si...

            Maintenant, crois-tu que JĂ©sus de Nazareth a envoyĂ© frĂšre Branham ici pour accomplir Son oeuvre? Tu crois cela.

            Que son coeur soit bĂ©ni. Cette petite foi fait directement descendre Cela. Ça y est. Ce petit garçon souffre d’un trouble nerveux. N’est-ce pas vrai, mon petit gars? C’est vrai. Tu n’arrives pas Ă  dormir la nuit, n’est-ce pas, chĂ©ri? Mignon petit garçon, tu as un grand dĂ©sir dans ton coeur. Tu voulais devenir un prĂ©dicateur. N’est-ce pas vrai? C’est vrai. Que Dieu te bĂ©nisse, mon petit gars.

            Notre PĂšre cĂ©leste, je bĂ©nis ce petit garçon en Ton Nom, et puisse-t-il ĂȘtre guĂ©ri. Et puisse-t-il retourner Ă  la maison ce soir et qu’il ait un profond sommeil. Puisse toute nervositĂ© quitter ce petit garçon. Et puisses-Tu lui accorder le dĂ©sir de son coeur, celui de devenir Ton serviteur. Et puisse-t-il grandir en force et grĂące devant Dieu et devant les hommes. Puisse-t-il devenir un grand ministre de l’Evangile, PĂšre, si Tu tardes si longtemps. Je le bĂ©nis maintenant pour sa guĂ©rison, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu qu’il aime. Amen.

            Mon petit garçon, la nervositĂ© va te quitter. Tu seras un petit garçon. normal et bien portant. Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©ri. Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©ri.

37        Oh! la la! JĂ©sus n’est-Il pas merveilleux? Il est certainement merveilleux.

            Eh bien, si vous voulez appeler une autre carte, ou... TrĂšs bien. Il y a–il y a... Oh! la la! N’est-ce pas merveilleux? Quatre-vingt-huit et environ six lĂ -bas se parlent. Les deux sont guĂ©ris en voyant une vision du Seigneur.

            MĂšre, ce qui a Ă©tĂ© dit au petit garçon, il a dit... Gloire au Seigneur! Est-ce la vĂ©ritĂ©? Etait-ce la vĂ©ritĂ©, quoi que ce fĂ»t? PĂšre, est-ce vrai? Si oui, levez la main afin que les gens voient cela. C’est la vĂ©ritĂ©, le parent dit que c’est vrai. Le petit garçon n’aspirait-il pas Ă  devenir un prĂ©dicateur? N’en parlait-il pas? J’ai pu l’entendre quand il disait: «J’aimerais devenir un prĂ©dicateur.» Vous voyez? J’ai entendu sa petite voix. Et je sais que c’est vrai quand je l’ai vu en vision, j’ai vu sa nervositĂ©, l’agitation la nuit, il se retourne, il se lĂšve, et ainsi de suite. N’est-ce pas vrai? Cela affaiblit ses reins et tout. Cela... N’est-ce pas vrai? Maintenant, il va se rĂ©tablir. Il va en ĂȘtre guĂ©ri et il va se rĂ©tablir. Eh bien, n’ayez pas peur.

38        Le Seigneur qui sait ce que c’est, connaĂźt ce qui Ă©tait, Il connaĂźt ce qui sera. Est-ce vrai? Et par cette mĂȘme voix qui dit ce qui Ă©tait, chose que vous connaissez; ce qui se passe maintenant, ce que vous connaissez, ce qui est au prĂ©sent, Il connaĂźt ce qui sera. Ayez foi en Dieu et croyez en Lui. Combien croient en Lui maintenant de tout leur coeur?

            Il ne peut pas y avoir une seule personne qui vient Ă  cette estrade sans que cela lui soit rĂ©vĂ©lĂ©. Je ne dis pas qu’ils seront guĂ©ris, mais on pouvait bien leur dire... Et plus longtemps vous parlez, plus cela se manifeste.

            TrĂšs bien. Formez votre ligne de priĂšre. Rassemblez tout le monde maintenant, et–et nous allons... tous dans la ligne de priĂšre, du numĂ©ro 1 jusqu’au numĂ©ro 50, pendant que nous nous levons tous et que nous chantons: Crois seulement, tout est possible, crois seulement. Tout le monde maintenant, pendant que le reste d’entre vous se mettent en ligne, mettez-vous en ordre ici. La carte de priĂšre Y-1 Ă  50.

            TrĂšs bien. Chantons maintenant. Donnez-nous un accord, s’il vous plaĂźt, frĂšre.

            Crois seulement, crois seulement,

            Tout est possible, crois seulement;

            Crois seulement, crois seulement,

            Tout est possible, crois seulement

39        Notre PĂšre cĂ©leste, oh! nous n’avions pas l’intention de prendre trop du temps de Ton peuple. Demain, ils doivent travailler. Mais, ĂŽ PĂšre, c’est comme si je ne peux pas m’en Ă©loigner. Cela semble s’agripper Ă  moi et tirer. Je lĂšve les yeux vers l’horloge, et je vois qu’il est temps pour nous de congĂ©dier. Seigneur, il y a... Ces gens ici ont reçu une carte de priĂšre. On est censĂ© prier pour eux. Et nous Te prions, ĂŽ Dieu, de les bĂ©nir. Pas seulement eux, mais tout le monde dans cette salle. Que de grands miracles et de grands prodiges s’accomplissent ce soir. Accorde-le, PĂšre, au Nom de Ton Fils JĂ©sus. Amen.

            Y-1 Ă  50. La carte de priĂšre Y-1 Ă  50, qu’ils se mettent en ligne. Et maintenant, le reste d’entre vous peut s’asseoir, s’il vous plaĂźt.

40        Maintenant, aux Ă©trangers qui sont dans nos murs, nous–nous vous aimons, et nous aimerions que vous soyez aussi respectueux que possible, tout le monde, pendant quelques instants. Il y a lĂ  en bas des gens qui souffrent du cancer et de toutes sortes de maladies. Maintenant, je vais adresser une priĂšre pour eux et leur imposer les mains pendant que vous vous joignez Ă  moi dans la priĂšre. Allez-vous faire cela lĂ  dans l’assistance? Le promettez-vous?

            Pensez-y donc. Autrefois, quand vous alliez au cinĂ©ma et qu’il Ă©tait vingt et une heures trente, vous ne vous en rendiez jamais compte, n’est-ce pas? Vous restiez et vous suiviez l’autre film. Quand vous alliez au bal, vous dansiez toute la nuit. Qu’en est-il de maintenant? [Espace vide sur la bande–N.D.E.]... l’oeuvre du Seigneur.

41        Maintenant, vous tous les estropiĂ©s, montez ici... Ou on va vous faire monter ici, comme je vois qu’on est en train de les soulever, afin que nous puissions prier pour eux.

            Hier soir, je suis descendu parmi eux, et plusieurs parmi eux se sont levĂ©s et ont marchĂ©. Et je pense qu’il ne reste dans cette assistance ce soir qu’une dame que j’ai vue. Et elle est ici quelque part. Je l’ai vue il y a quelque temps, qui Ă©tait ici hier soir. Une dame sur tout le groupe de–d’hier, qui n’a pas Ă©tĂ© guĂ©rie, au mieux de ma connaissance.

            Certains d’entre eux qui Ă©taient assis lĂ  estropiĂ©s, souffrant de l’arthrite et tout, se sont directement levĂ©s. Une femme sur le brancard, qui Ă©tait durement clouĂ©e, s’est levĂ©e directement et a marchĂ© normalement dans l’assistance. Combien Dieu est merveilleux! N’est-Il pas merveilleux? Eh bien, Il fera la mĂȘme chose ce soir. Maintenant, que tout le monde soit respectueux, et nous allons maintenant prier. Et vous... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

42        Maintenant, nous allons essayer... Maintenant, FrĂšre Hall, je vais faire une promesse Ă  ces gens-ci. Combien parmi vous feront ceci: veuillez ĂȘtre vraiment respectueux, restez assis et soyez respectueux, et que frĂšre Hall surveille l’horloge pendant les cinq prochaines minutes. Et aprĂšs cinq minutes, alors laissez... jusqu’à ce que je puisse en quelque sorte me dĂ©faire de cette forte onction, car Cela va dĂ©signer les maladies des gens; je crains. Et si c’est le cas, nous allons alors juste commencer avec les gens, juste les laisser passer directement dans la ligne et prier pour eux, leur imposer les mains, croire qu’ils seront guĂ©ris.

            Croyez-vous que cela arrivera si nous passons dans la ligne? Vous lĂ -bas dans la ligne, croyez-vous cela?

43        Et maintenant, rappelez-vous, demain soir, le Seigneur voulant, nous aimerions prier pour au moins une centaine de gens, demain soir. Aimeriez-vous cela? Dites: «Amen.» Une centaine de gens... Venons trĂšs tĂŽt, faisons passer directement les gens pour prier pour eux.

            TrĂšs bien. Maintenant, je sais que l’onction brĂ»le encore. FrĂšre Hall, j’aimerais vous poser une question que je ne vous ai jamais posĂ©e auparavant. Pouvez-vous savoir quand cela est proche comme cela, quand cette onction est proche? Vous vous tenez lĂ ? Vous–vous pouvez le savoir. Je me le suis demandĂ© aprĂšs que Cela fut lĂ . J’ai vu venir les patients. Je constate toujours cela. Je me souviens d’une soirĂ©e, frĂšre Hall Ă©tait lui-mĂȘme malade. J’essayais de montrer quelque chose et j’ai dĂ©couvert que frĂšre Hall souffrait–souffrait du–du foie. Et il a dit que quelque chose clochait en lui. Il m’a simplement dit que c’était tout mou et tout. Il avait des abcĂšs sur son foie. Tout va bien maintenant. [FrĂšre Hall dit: «J’ai vingt-neuf ans maintenant.»–N.D.E.]

44        TrĂšs bien. Avancez, frĂšre. TrĂšs bien, monsieur. Venez ici maintenant.

            Et rassemblez votre... les gens. Maintenant, que tout le monde soit en priĂšre. Et d’ici environ cinq ou huit minutes, j’aimerais que frĂšre Hall commence la ligne afin de faire passer directement les gens. En effet, nous n’allons pas prier pour eux. Et nous sommes... Priez pour nous, Vous lĂ  dans l’assistance, allez-vous donc le faire? Vous tous, soyez dans une priĂšre silencieuse pendant qu’ils passent.

            Maintenant, venez ici, frĂšre. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que Dieu est ici? Eh bien, j’aimerais que vous regardiez de ce cĂŽtĂ©-ci juste rapidement pendant que je... [Espace vide sur la bande–N.D.E.]

45        Madame, vite vite. Eh bien, soeur, venez rapidement. Je vois que quelque chose cloche aussi dans vos yeux, n’est-ce pas? Evidemment, ce serait une chose pour laquelle vous voulez qu’on prie. N’est-ce pas vrai? Et Ă  part ça, vous avez une tumeur. Est-ce vrai? Allez-y. Que Dieu vous bĂ©nisse, et soyez rĂ©tablie.

            Disons: «Gloire au Seigneur!», tout le monde. Juste ceci, que tout le monde loue le Seigneur. Maintenant, soyez heureux, et...

            TrĂšs bien. Faites venir votre... Etes-vous la dame pour qui on doit prier? Que pensez-vous de ceci, chĂšre soeur? Croyez-vous que c’est l’Esprit qui Ă©tait sur JĂ©sus-Christ? Eh bien, nous sommes inconnus, n’est-ce pas? Vous venez de monter ici et c’est... vous venez de monter. Eh bien, s’il y a... Vous savez qu’il me faudra avoir un moyen pour savoir que quelque chose cloche chez vous. Est-ce vrai? Si je vous le dis, allez-vous accepter votre guĂ©rison en JĂ©sus-Christ? C’est l’arthrite. Est-ce vrai? Quittez l’estrade...?...

            Disons: «Gloire au Seigneur!», tout le monde.

46        Venez ici. Faites venir la dame. Bonsoir, soeur. Je vois que vous portez des lunettes. Vous ĂȘtes trĂšs mince. Vous paraissez dĂ©licate. Et vous aimeriez ĂȘtre rĂ©tablie. C’est comme si... Certainement, une chose, c’est que vos yeux sont en mauvais Ă©tat. Nous savons cela. N’importe qui peut voir cela. Mais j’aimerais voir s’il y a autre chose, si le Saint-Esprit va me rĂ©vĂ©ler. Oui, c’est dans votre sang. Vous ĂȘtes anĂ©mique. Est-ce vrai? Descendez de l’estrade et soyez rĂ©tablie au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ.

            Dites: «Gloire au Seigneur!», tout le monde.

            TrĂšs bien. Avancez, soeur. Venez ici. Croyez de tout votre coeur. Croyez-vous? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ m’a envoyĂ©? Oh! N’est-Il pas merveilleux? Je vous vois aussi porter des lunettes. Evidemment, cela est causĂ© par un astigmatisme dans vos yeux. Cela date de (oh!) long–long–longtemps. N’est-ce pas vrai? Quand vous Ă©tiez une enfant... Eh bien, j’aimerais que vous observiez quelque chose. Mais Ă  part cela, vous souffrez du coeur. Est-ce vrai? Allez-y, soyez rĂ©tablie au Nom du Seigneur JĂ©sus. Gloire au Seigneur!

47        TrĂšs bien, soeur, vous souffriez du coeur [Espace vide sur la bande–N.D.E.] lĂ , mais cela vous a quittĂ©e. Vous pouvez donc descendre de l’estrade et ĂȘtre guĂ©rie de tout... Disons: «Gloire...»

            Dites: «Gloire au Seigneur!» Si seulement je peux amener les gens...

            TrĂšs bien. Viens maintenant. Crois de tout ton coeur. Crois-tu, chĂ©rie? Veux-tu ĂȘtre guĂ©rie? Ces yeux aussi sont en mauvais Ă©tat, n’est-ce pas, chĂ©rie? Au Nom du Seigneur JĂ©sus, je te bĂ©nis, chĂ©rie, que ceci te quitte et ne te dĂ©range plus jamais. Amen. Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©rie. Ôte-les. Amen.

            Disons: «Gloire au Seigneur!» Oh! Que c’est merveilleux! Que c’est merveilleux!

48        TrĂšs bien. Avancez, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Nous sommes inconnus, n’est-ce pas? Vous venez d’arriver ici. Quelque chose cloche chez vous. Est-ce vrai? Je vais vous dire ce que c’est, soeur. C’est juste le cycle de votre vie. Vous ĂȘtes nerveuse. N’est-ce pas vrai? TrĂšs, trĂšs nerveuse. C’est ce qui vous dĂ©range. C’est juste une mĂ©nopause prĂ©maturĂ©e qui agit en vous. Il n’y a Ă  vrai dire pas... Vous pensez avoir beaucoup de choses qui clochent chez vous, mais ce n’est pas ça. C’est... C’est la chose principale. Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Au Nom de JĂ©sus-Christ, je vous bĂ©nis, ma soeur. Descendez d’ici, heureuse, et ne vous inquiĂ©tez plus.

            Disons: «Gloire au Seigneur», tout le monde.

49        TrĂšs bien. Venez, soeur. Amen. Bonsoir, soeur. TrĂšs bien. Vous ĂȘtes terriblement nerveuse, n’est-ce pas? Et vous souffrez du diabĂšte sucrĂ©. Quittez l’estrade et soyez guĂ©rie au Nom de notre Seigneur JĂ©sus.

            Disons: «Gloire au Seigneur!», tout le monde.

            TrĂšs bien. Venez ici, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ est ici pour vous guĂ©rir? Accepteriez-vous si je vous disais... si Dieu peut me rĂ©vĂ©ler ce qui cloche chez vous Ă  part vos yeux? Je ne mentionne pas cela, parce que vous portez des lunettes, et vous sauriez que je le savais. Mais je vais vous dire, soeur, qu’entre vous et moi, il y a quelque chose qui se meut, on dirait une forte vibration, sombre; on dirait la mort. Cela s’établit sur vous. C’est un cancer. N’est-ce pas vrai? Quittez l’estrade. Acceptez votre guĂ©rison. Vous serez rĂ©tablie au Nom du Seigneur JĂ©sus.

            Disons: «Gloire au Seigneur!», tout le monde.

50        TrĂšs bien...?... TrĂšs bien. AprĂšs cette dame donc, nous allons commencer la ligne.

            Venez ici, soeur. J’aimerais que vous regardiez par ici et que vous croyiez de tout votre coeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Ne pleurez pas, maman. La PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus-Christ est ici. Je sais qu’Elle est ici. Mes propres lĂšvres sont si Ă©paisses et je me sens trĂšs oint. Il y a Quelque Chose ici. Et si seulement je peux me tenir tranquille juste un moment jusqu’à ce que la vision se produise sans vous toucher. Je peux vous tenir la main. Dans un instant, Il pourra parler. Mais je veux dire juste par une vision.

            Tenez, placez votre main sur–sur la mienne. Regardez de ce cĂŽtĂ©-ci. Vous souffrez de l’estomac. N’est-ce pas vrai? Rentrez chez vous, mangez ce que vous voulez. JĂ©sus-Christ vous rĂ©tablira.

            Disons: «Gloire au Seigneur!», tout–tout le monde.

            [FrĂšre Hall fait une annonce.–N.D.E.]

51        Eh bien, soeur, comme vous ĂȘtes assise lĂ  souffrant de tuberculose, vous pouvez vous lever, retourner chez vous et ĂȘtre guĂ©rie. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Amen.

            TrĂšs bien. Que les gens lĂ -bas... DĂ©gagez l’allĂ©e, laissez-les...?... [FrĂšre Hall dit: «Eh bien, prenez-le juste par la main. Je vais le soulever.»–N.D.E.]

            Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur, et qu’Il vous guĂ©risse au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur bien-aimĂ©e, et qu’Il vous rĂ©tablisse. Croyez en Dieu.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur; qu’Il vous guĂ©risse au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur; qu’Il vous guĂ©risse au Nom de JĂ©sus-Christ, je prie.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur; qu’Il vous guĂ©risse au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je prie.

52        Au Nom de Notre Seigneur JĂ©sus-Christ, guĂ©ris ma soeur.

            Au Nom de Notre Seigneur JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison, ma soeur.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison, ma soeur.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison, mon frĂšre. La maladie d’estomac va vous quitter graduellement.

            TrĂšs bien. Allez-y, soeur. Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e, n’est-ce pas? Vous savez qu’il vous faut recevoir la guĂ©rison du coup. Cela vous a quittĂ©e, soeur. Le cancer est mort. Allez donc en louant le Seigneur.

            TrĂšs bien. Ô Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris ma soeur, je Te prie.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris cette femme de ce diabĂšte, Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Venez, soeur, croyez. Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, que ma soeur soit guĂ©rie.

            Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie.

            Au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, que notre soeur soit guĂ©rie.

            Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Croyez-vous de tout votre coeur? Votre arthrite vous quittera, soeur bien-aimĂ©e. Que Dieu vous bĂ©nisse.

53        TrĂšs bien, croyez-vous de tout votre coeur?

            Je crois que je suis... Il–Il–Il... Ainsi...?... Combien veulent ĂȘtre guĂ©ris maintenant mĂȘme dans l’assistance? Allez-vous faire quelque chose pour moi en ce moment-ci? Allez-vous faire quelque chose pour moi? Croyez-vous qu’Il est ici pour vous guĂ©rir? J’aimerais vous demander quelque chose: Combien de malades y a-t-il ici? Levez la main. Maintenant, vous qui ĂȘtes en bonne santĂ©, vous qui ĂȘtes en bonne santĂ©, imposez les mains aux malades, le voulez-vous? Vous ĂȘtes un enfant de Dieu au mĂȘme titre que nous autres. Imposez-vous les mains les uns aux autres. Les prĂ©dicateurs lĂ  en bas, certains d’entre vous, prĂ©dicateurs, venez ici et imposez les mains aux gens qui sont ici. Inclinons la tĂȘte, partout.

            Bien-AimĂ© PĂšre cĂ©leste, beaucoup, beaucoup de choses. Je deviens faible, Seigneur. Tu le sais. Et je–je Te prie d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers cette assistance ce soir. Qu’ils soient guĂ©ris, PĂšre bien-aimĂ©. Que la puissance de la maladie, le diable Satan, quitte ces gens ce soir. Que chaque personne ici soit guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, vous pouvez...

EN HAUT