ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Je me tiens à la porte et je frappe de William Branham a été prêchée 57-1208 La durée est de: 1 heure 39 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Je me tiens à la porte et je frappe

1    J√©sus, et Il nous sauve du p√©ch√©. Et nous allons juste lire un petit texte et vous parler pendant quelques moments de la Parole de Dieu. Parce que, apr√®s tout, c'est la partie toute suffisante, c'est la Parole. ¬ęLa foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole de Dieu.¬Ľ

2    Maintenant, courbons la t√™te un moment avant d'ouvrir Sa Parole.

3    Tr√®s gracieux Seigneur, nous sommes heureux, ce matin, du privil√®ge que nous avons de nous tenir dans Ta Pr√©sence, de regarder √† Toi et de T'appeler notre P√®re. Et nous nous souvenons que Tu as dit dans nos √Čcritures: ¬ęPriez ainsi: Notre P√®re qui es aux cieux.¬Ľ Sachant que nous sommes compl√®tement impurs. ¬ęNous sommes n√©s dans le p√©ch√©, con√ßus dans l'iniquit√© et venus au monde en disant des mensonges. Nous sommes de tels mis√©rables, et cependant, par le Sang de Ton Fils, le Seigneur J√©sus, par la gr√Ęce imm√©rit√©e qui nous a √©t√© donn√©e, nous avons le privil√®ge de lever les yeux et de dire: ¬ęP√®re.¬Ľ Oh! combien nous Te remercions pour ceci!

4    Et aujourd'hui, Seigneur, nous voudrions Te demander de sonder nos coeurs, alors que nous adorons. Nous ne venons pas ici dans un autre but que de T'adorer. Et nous voyons, en ce grand jour dans lequel nous vivons, que tout a failli. Mais il y a une chose certaine qui ne peut jamais faillir, c'est J√©sus. Car Il nous a dit, quand Il √©tait sur Terre, que ¬ęles cieux et la terre passeraient, mais Mes Paroles ne passeront jamais.¬Ľ Quelle assurance nous avons, alors, que de reposer la destin√©e √Čternelle de nos √Ęmes sur Sa Parole!

5    Et maintenant, comme Elle nous a √©t√© donn√©e, sous la forme d'un Livre appel√© la Bible, nous savons qu'Elle a √©t√© √©crite par le Saint-Esprit et qu'Elle ne peut √™tre interpr√©t√©e que par le Saint-Esprit, puisse-t-Il venir maintenant sur cette Parole √©crite, et parler par des l√®vres mortelles √† des oreilles mortelles et donner une compr√©hension √©ternelle. Accorde-le, P√®re, afin qu'Elle puisse remuer nos coeurs, pour L'aimer davantage, et pour avoir une meilleure communion avec Lui, pour nous amener √† une communion plus proche.

6    Ensuite, nous voulons Te demander, ce matin, Seigneur, car il y a beaucoup de malades et de n√©cessiteux ici dans l'√©glise et partout dans le pays. Puissions-nous recevoir sur nous, aujourd'hui, les bienfaits du d√©pouillement de Son corps, car il est √©crit: ¬ęIl fut bless√© pour notre transgression, par Ses meurtrissures, nous sommes gu√©ris.¬Ľ Et comme David, dans les temps anciens, s'est √©cri√©: ¬ęB√©nis le Seigneur, √ī mon √Ęme, et n'oublie aucun de ses bienfaits; c'est Lui qui pardonne toutes tes iniquit√©s; qui gu√©rit toutes tes maladies.¬Ľ Accorde, Seigneur, que dans cette adoration, que chaque personne ici qui a besoin de ces deux choses, le Salut de leur √Ęme ou la gu√©rison de leur corps, puissions-nous retirer les bienfaits de ce grand sacrifice supr√™me, aujourd'hui.

7    Nous nous soumettons √† Toi maintenant, Seigneur. Et nous prions que Tu parles au travers de nous, et que Tu entendes au travers de nous et que Tu r√©pondes √† la pri√®re. Car nous le demandons au Nom de Ton Fils b√©ni, le Seigneur J√©sus, notre Sauveur. Amen.

8    Il y a tant de bonnes choses dans la Parole de Dieu, qu'il est difficile pour n'importe qui de choisir un certain passage. Quand je lis la Parole, je dirai: ¬ęCeci semble si bon, je vais juste le souligner. Et alors, quand j'irai √† la prochaine r√©union, je vais pr√™cher sur ce sujet.¬Ľ Ensuite je m'assieds quelques minutes et j'√©coute l'Esprit parler. Ensuite, il ne faut pas longtemps que je lise un peu plus loin et je trouve quelque chose qui sonne m√™me mieux. Et je vais souligner cela, et dire: ¬ęCeci est ce dont je vais parler quand j'irai √† l'√©glise.¬Ľ Et avant que je m'en rende compte, ma Bible est soulign√©e avec certaines choses dont je vais parler quand j'irai √† l'√©glise.

9    C'est combien le Seigneur est bon et combien pr√©cieuse Sa Parole est pour Ses saints. Et quel grand privil√®ge nous avons aujourd'hui, en cette heure, lorsqu'il semble que tout espoir est perdu, de trouver cependant une fondation s√Ľre et solide, c'est la Parole.

10    J'avais √† coeur, il y a quelques jours, comme je l'ai dit √† Fr√®re Neville, ou je lui ai transmis un mot, par notre soeur Woods, que j'allais parler ce matin sur: ¬ęL'√Čcriture sur la muraille.¬Ľ C'est un message que le Seigneur m'a donn√© dans un train, en revenant de Californie. Mais dans le message, c'√©tait tellement remuant, en un moment pareil... au point o√Ļ en laissant les gens d√©couvrir de grandes choses, m√™me ce spoutnik moderne dont nous entendons tant parler, c'est r√©v√©l√© dans la Parole de Dieu. Et voir l'heure dans laquelle nous vivons, nous sommes certainement √† la fin. Et ensuite, laisser les gens dans cet √©tat, et alors, ne pas apporter un autre message pour le suivre, pour donner l'esp√©rance de l'√Čglise, alors cela laisse les gens dans l'interrogation et cela les rend nerveux.

11    Aussi je pensais que j'attendrais Dimanche prochain, quand je reviendrai, alors je parlerai de ¬ęL'√Čcriture sur la muraille¬Ľ, Dimanche prochain. Et alors, Dimanche soir, parler de: ¬ęL'Enl√®vement de l'√Čglise avant la Tribulation.¬Ľ Et alors, si ces choses sont si proches, alors l'Enl√®vement est encore plus proche, si l'√Čglise va dans la tri... avant la Tribulation. Ainsi, je suis s√Ľr que vous comprenez que c'est ainsi.

12    Maintenant, je d√©sire lire dans le livre de l'Apocalypse, au troisi√®me chapitre, ce qui concerne l'√©glise de ce jour. Et je vais lire au verset 14 pour commencer. Apocalypse 3:14.
    √Čcris √† l'ange de l'√Čglise de Laodic√©e: Voici ce que dit l'Amen, le t√©moin fid√®le et v√©ritable, l'auteur de la cr√©ation de Dieu:
    Je connais tes oeuvres: tu n'es ni froid ni bouillant. Si seulement tu √©tais froid ou bouillant!
    Ainsi, parce que tu es ti√®de et que tu n'es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche.
    Parce que tu dis: Je suis riche, je me suis enrichi et je n'ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, mis√©rable, pauvre, aveugle et nu,
    je te conseille d'acheter de moi de l'or √©prouv√© par le feu, afin que tu deviennes riche, et des v√™tements blancs, afin que ta nudit√© ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.
    Moi, je reprends et je corrige tous ceux que j'aime. Aie donc du z√®le et repens-toi! Voici: je me tiens √† la porte et je frappe. Si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui, je souperai avec lui et lui avec moi.

13    Maintenant, je d√©sire prendre le 20√®me verset comme titre, pour voir si Dieu va nous donner un contexte: Je me tiens √† la porte et je frappe.

14    Ce message entier que nous venons de lire ce matin, sont les Paroles de Christ Lui-m√™me, apr√®s Sa r√©surrection, qui parle au dernier √Ęge de l'√Čglise. Comme nous comprenons, il y avait sept √©glises en ce jour-l√†, les sept √©glises d'Asie. Chacune d'elles avait un ange, et ces anges √©taient envoy√©s pour guider ces √©glises au travers des √Ęges. Et nous terminons maintenant, au dernier √Ęge de l'√Čglise, Laodic√©e.

15    Et il est tr√®s inhabituel de voir combien c'est frappant ce matin, combien cela concerne l'√©glise de ce jour, de voir la condition de ti√©deur et d'indiff√©rence dans l'√©glise. Et comme ils disent: ¬ęOh! nous avons un grand programme, nous construisons une √©glise d'un million de dollars, et notre √©glise prosp√®re. Nous avons plus de membres que nous n'en avons jamais eus. Notre pasteur est mieux pay√©. Et nous sommes tout √† fait les meilleurs.¬Ľ Si ce n'est pas l'appel du jour!

16    Cependant la Bible dit: ¬ęTu es nu, pauvre, mis√©rable, aveugle.¬Ľ

17    Pensez-y seulement, une personne qui est nue, pauvre et mis√©rable, et aveugle et qui ne le sait pas. Maintenant, s'il le savait, il essaierait de s'am√©liorer. Il se h√Ęterait de quitter la rue pour trouver des v√™tements. Il essaierait de s'am√©liorer. Mais s'il est dans cet √©tat et ne le sait pas, quelle chose horrible! Et maintenant, devant tout cela... Ce n'est pas mon sujet.

18    J√©sus a dit: ¬ęJe me tiens √† la porte et je frappe. Et si quelqu'un ouvre la porte, J'entrerai avec lui et je souperai avec lui, et lui avec Moi.¬Ľ Quelle invitation √†--√† un peuple qui vit en ce jour! Voir ces choses horribles que nous voyons maintenant!
    Et avec une telle invitation glorieuse: ¬ęJe me tiens √† la porte et je frappe. Et si un homme entend et ouvre, je viendrai √† lui et je souperai avec lui et lui avec moi.¬Ľ Quelle communion! Quel privil√®ge! Quelle communion! Se tenant √† la porte et frappant!

19    Quand le grand artiste... je ne me souviens pas de son nom pour l'instant. Il a peint J√©sus en train de frapper √† la porte. Tout tableau, avant de devenir un tableau c√©l√®bre, doit franchir la revue des critiques, des--des gens qui sont des artistes c√©l√®bres vont critiquer le tableau. Ils vont d√©couvrir tous les d√©fauts qu'il y a. Ainsi, apr√®s que ce tableau ait franchi la revue des critiques, on posa des questions √† l'homme qui avait fait le tableau. Un critique dit: ¬ęIl y a juste une chose qui ne va pas avec votre tableau.¬Ľ Il dit: ¬ęVous avez oubli√© de mettre la fermeture sur la porte.¬Ľ

20    Et le peintre a dit: ¬ęOh! non. Vous comprenez mal. Si la fermeture √©tait √† l'ext√©rieur, il appuierait et entrerait. Mais la fermeture est √† l'int√©rieur; c'est la personne √† l'int√©rieur qui doit actionner le loquet.¬Ľ

21    C'est ainsi que c'est. J√©sus est l√† avec toute Sa mis√©ricorde et toute Sa compassion; cependant, vous √™tes la personne qui va Le laisser entrer ou Le laisser dehors. La fermeture se trouve de votre c√īt√©.

22    Pourquoi un homme frapperait-il √† la porte d'un autre? Quelle en serait la raison? Eh bien! c'est afin de pouvoir entrer. Il d√©sire entrer. Il d√©sire, Il a quelque chose dont Il d√©sire parler, ou quelque chose √† vous montrer, quand quelqu'un frappe √† votre porte. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire quatre fois. - N.D.√Č.] Ils d√©sirent entrer, avoir un peu de communion ou vous parler de quelque chose. C'est la raison pour laquelle J√©sus a frapp√© √† votre porte.

23    Que pensez-vous qu'il s'est pass√©, au travers des √Ęges, les nombreux appels qui ont √©t√© donn√©s √† la porte des gens. Repensons-y quelques instants.

24    Pensons au grand c√©sar Auguste aux jours de l'Empire romain. Que se serait-il pass√© si un petit fantassin vivant dans une petite cabane quelque part, et que c√©sar Auguste sorte de son palais et vienne vers cette cabane o√Ļ le fantassin vivait, et frappe √† sa porte? Quelle excitation cela aurait √©t√© pour ce fantassin! Le grand empereur de Rome, √† sa porte, essayant de lui parler. Oh! il aurait √©t√© heureux. Il aurait ouvert la porte et serait tomb√© sur la face et aurait dit: ¬ęGrand Empereur, entre dans mon humble demeure. Et tout ce que tu vois et que tu veux, t'appartient.¬Ľ Certainement, il aurait √©t√© tout enthousiasm√© d'avoir un--un tel privil√®ge d'accueillir l'empereur de Rome de son temps.

25    Quel privil√®ge cela aurait √©t√© pour un paysan, au temps d'Adolf Hitler, en Allemagne, le F√ľhrer de l'Allemagne! S'il √©tait all√© dans la maison d'un pauvre homme, s'il avait frapp√© √† la porte et que l'homme soit all√© √† la porte, qu'il ait soulev√© le rideau et regard√©. Et le F√ľhrer de l'Allemagne, le grand Hitler, se tenant √† la porte, le dirigeant, le dictateur de l'Allemagne. Il dirait: ¬ęEh bien! je ne suis pas digne qu'un tel homme frappe √† ma porte. Voulez-vous dire qu'Hitler veut me parler, √† moi, un paysan?¬Ľ

26    Certainement il ouvrirait grand la porte et tomberait sur sa face, et dirait: ¬ęHitler, entrez dans ma maison. Certainement. Tout ce qui est ici vous appartient, grand F√ľhrer de l'Allemagne.¬Ľ Certainement il aurait √©t√© heureux de le faire. Pas seulement cela, mais il aurait √©t√© honor√© de le faire, en pensant qu'Hitler soit venu √† sa porte.

27    Vous devez faire attention √† l'importance de la personne qui frappe √† votre porte. Cela a de l'importance. Si c'√©tait un mendiant, vous pourriez avoir le droit de fermer votre porte, ou de ne pas aller √† la porte; si vous n'avez rien √† lui donner et si vous vous sentez pitoyable √† son √©gard. Mais si c'√©tait une personne importante...

28    Je dirais aujourd'hui, si--si le pr√©sident Dwight Eisenhower venait ici √† Jeffersonville, aujourd'hui, et frappait √† la porte de tout bon d√©mocrate; vous seriez tr√®s honor√© d'aller accueillir √† votre porte le pr√©sident Eisenhower. Bien que vous ayez une opinion diff√©rente, en politique, vous appr√©cieriez certainement qu'il frappe √† votre porte. Pourquoi? Il est le Pr√©sident des √Čtats-Unis. C'est un homme de grande importance. Et bien que vous ayez une opinion diff√©rente de la sienne, en ce qui concerne la politique, ce serait un honneur pour tout d√©mocrate, dans cette ville ou une autre ville, d'accueillir le Pr√©sident Dwight Eisenhower, √† cause de son importance comme Pr√©sident des √Čtats-Unis. C'est un grand homme, un homme honorable, et il a une position honorable.

29    Il n'y a pas longtemps, la reine est venue, d'Angleterre. Elle est all√©e au Canada. Elle a visit√© tout le Canada. Ensuite, elle est all√©e aux √Čtats-Unis. Et il n'y a pas une personne aux √Čtats-Unis qui n'aurait √©t√© heureuse de recevoir la visite de cette reine.

30    Qu'auriez-vous pens√© ce matin, si la Reine d'Angleterre... bien que vous ne soyez pas l'un de ses sujets. Mais malgr√© tout, qu'auriez-vous fait si elle √©tait venu frapper √† votre porte? Et vous auriez vu ses demoiselles d'honneur, et ainsi de suite, se tenant l√†. Et elle aurait dit: ¬ęJe suis la Reine d'Angleterre. Je viens vous rendre visite.¬Ľ Quel honneur cela serait, √† cause de son importance. Elle est la reine. Et la Reine d'Angleterre est l'une des plus grandes reines au monde. Cependant elle n'a aucun pouvoir dans cette nation. Mais parce qu'elle est importante, vous seriez heureux de la laisser entrer. Je serais heureux de la faire entrer, sachant que j'ai le privil√®ge et l'honneur d'accueillir la Reine d'Angleterre.

31    Mais, oh! J√©sus se tient √† la porte et frappe et nous Le laissons dehors. Nous ne voulons pas ouvrir la porte. Nous Le laissons simplement frapper. Et qui est plus important que J√©sus? Dites-moi quelle personne est plus grande que Lui? Et voici, Il dit: ¬ęJe me tiens √† la porte et je frappe; et si quelqu'un ouvre, J'entrerai.¬Ľ

32    Si vous aviez tous les C√©sar, tous les Hitler, tous les grands hommes et femmes du monde devant votre porte, vous n'en auriez jamais un, tous √©tant r√©unis, nul ne pourrait √™tre comparable √† Celui qui se tient √† la porte, journellement et qui frappe √† votre coeur: le Seigneur J√©sus. Il d√©sire entrer. Il veut vous parler. Vous √™tes l'un de Ses sujets. Vous avez √©t√© fait √† Son image. Vous √™tes un √™tre humain, qui est fait √† l'image de Dieu. Et Il d√©sire vous parler. Il ne va tout simplement pas vers les grands, les c√©l√®bres. Il vient au pauvre et au n√©cessiteux. ¬ęTout homme qui entendra Ma voix et qui ouvrira la porte, J'entrerai et Je parlerai avec lui.¬Ľ

33    Pensez seulement √† ce que cela signifie ce matin; pour le Roi de Gloire, pour le grand ¬ęJe Suis¬Ľ. Ou, Celui qui √©tait dans le buisson ardent. Ou Celui qui a partag√© les eaux de la Mer Rouge pour que les enfants d'Isra√ęl puissent passer. Ou Celui qui a parl√© et fait s'arr√™ter le soleil. Celui qui a form√© la lune et les √©toiles, et les a mit dans leurs orbites, pour briller. Celui qui a dit: ¬ęLazare, sors!¬Ľ, et un homme qui √©tait mort depuis quatre jours est revenu √† la vie. Pensez-y! Celui qui est all√© dans la fosse aux lions avec Daniel et qui l'a prot√©g√© des lions. Celui qui est all√© dans la fournaise ardente avec les enfants h√©breux, et qui a apais√© le feu pour eux. Celui qui s'est lev√© et a dit: ¬ęJe suis la r√©surrection et la vie. Celui qui croit en Moi, m√™me s'il est mort, vivra. Quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.¬Ľ

34    Il se tient √† la porte d'une humanit√© d√©chue, frappant et essayant d'obtenir l'acc√®s de l'√Ęme. [Fr√®re Branham frappe plusieurs fois sur la chaire. - N.D.√Č.] Et nous avons rejet√© cette grande Personne importante.

35    Oh! vous me dites alors: ¬ęFr√®re Branham, je diff√®re avec vous ici m√™me, parce que je L'ai d√©j√† laiss√© entrer.¬Ľ

36    Eh bien! c'est tr√®s bien. Je suis heureux que vous ayez fait cela, Le laisser entrer. Mais alors, vous savez quoi? Il semble qu'apr√®s L'avoir laiss√© franchir la porte, vous avez tout un tas de petits--petits appartements dans votre coeur. Et vous l'accueillez √† la porte: ¬ęRestez ici, mais n'allez pas regarder partout dans la maison.¬Ľ

37    Pourriez-vous vous imaginer dire au F√ľhrer qu'il peut entrer, mais qu'il ne peut pas regarder toute la maison? ¬ęMaintenant, F√ľhrer, vous pouvez rester ici, √† la porte, monsieur Hitler, mais ne regardez pas dans ce r√©duit. Ne regardez pas ici. J'ai des petits secrets que je ne veux pas que vous sachiez.¬Ľ

38    C'est la fa√ßon dont nous traitons J√©sus parfois, nous qui nous appelons Chr√©tiens: ¬ęTu peux entrer. Oui, je crois que Tu es le Fils de Dieu, mais ne Te m√™le pas de mes affaires.¬Ľ
    Voyez? C'est la ligne dangereuse. Vous avez des petits endroits dans votre coeur, des petites portes qui ouvrent sur des petits r√©duits dans votre coeur. Les Chr√©tiens ont cela. Et beaucoup de ceux qui laissent J√©sus entrer ne veulent pas laisser J√©sus aller o√Ļ Il veut. Il n'est pas enti√®rement le bienvenu.

39    Si je viens chez vous, et que vous me souhaitiez la bienvenue, je me sens comme si j'√©tais votre fr√®re. Et je peux aller partout o√Ļ je le d√©sire, si je suis vraiment bien accueilli, si je vais chez vous. Je ressens que si vous dites: ¬ęSoyez le bienvenu¬Ľ, cela veut dire que je suis le bienvenu partout dans la maison. Je pourrai juste aller partout. Si je veux me coucher un moment, j'irai dans la chambre √† coucher. Et si je d√©sire manger quelque chose, j'irai dans la cuisine. Je sentirais juste que je suis le bienvenu.

40    Et si vous veniez chez moi, ou moi chez vous, et que vous dites: ¬ęMaintenant, restez l√†, mais n'essayez pas d'ouvrir cette porte. N'allez pas l√†!¬Ľ
    Je ne serais pas tellement le bienvenu.

41    Eh bien! c'est ainsi aujourd'hui avec les gens qui s'appellent ¬ęChr√©tiens¬Ľ. Vous dites: ¬ęOh! j'appartiens √† l'√©glise.¬Ľ
    C'est bien. Mais vous voyez, la raison pour laquelle il y a tant de probl√®mes dans l'√©glise, la raison pour laquelle il y a tant de confusion dans l'√©glise, tant de m√©contentement dans l'√©glise, ce n'est pas parce que J√©sus n'est pas l√†, c'est parce que J√©sus ne peut obtenir l'acc√®s aux endroits o√Ļ Il veut aller. Nous avons ces petits compartiments et nous disons: ¬ęOh! non, ne touchez pas cela. Vous pouvez entrer, mais pas plus loin. Je vais me joindre √† l'√©glise, mais √† part cela, laissez-moi diriger ma propre entreprise.¬Ľ

42    J√©sus veut √™tre le chef supr√™me de votre √™tre. Et la seule mani√®re dont Il puisse vous b√©nir est quand Il devient votre Seigneur. ¬ęSeigneur¬Ľ, c'est ¬ęle gouvernement, la possession.¬Ľ Qui vous a fait? J√©sus. Qui a un droit sur chaque place dans votre coeur? Le Cr√©ateur. N'ayez pas de secrets pour Lui. Ouvrez votre coeur.

43    Maintenant, parlons, juste un moment, de certaines de ces petites portes.

44    L'une d'elles est une petite porte d'√©go√Įsme. Oh! nous d√©couvrons si souvent cela dans le coeur de chr√©tiens de profession. √Čgo√Įstes, oh! vous... je... ¬ęC'est pour moi et pour mon groupe. Du moment que c'est dans ma d√©nomination, tout va bien. Mais si c'est √† l'ext√©rieur, si ce n'est pas une √©glise Baptiste, ou si ce n'est pas presbyt√©rien ou pentec√ītiste, si c'est en dehors des Assembl√©es, ou ainsi de suite, ce n'est pas bon.¬Ľ

45    Alors, vous voyez, Christ ne peut pas avoir le commandement. Il ne peut √™tre Seigneur. S'il est Seigneur, Il est le Chef.

46    Si vous dites: ¬ęEh bien! j'aimerais qu'Il fasse une certaine chose pour moi, mais si c'est... si je peux en obtenir autant. J'irai √† l'√©glise si les gens de ma communaut√© ont une meilleure consid√©ration de moi.¬Ľ
    Mais vous ne voulez pas ouvrir cette petite porte.
    ¬ęJe vais L'accepter, mais je ne veux pas Le laisser entrer dans ce petit endroit, parce que je suis comme cela depuis que je suis petit et je sens que je suis juste un peu au-dessus de ce type de personnes. Je vais laisser J√©sus entrer, mais je n'irai jamais √† l'une de ces petites missions, √† l'un de ces endroits o√Ļ ils hurlent tous: ¬ęAmen¬Ľ et ¬ęGloire √† Dieu¬Ľ et ¬ęAll√©luia¬Ľ. Je vais Le laisser entrer, mais je n'irai pas l√†.¬Ľ
    Il n'est pas votre Seigneur.

47    ¬ęMes brebis connaissent Ma Voix.¬Ľ Alors Il est votre Seigneur. Il est le Chef.

48    ¬ęJe Le laisserai entrer, s'ils m'emm√®nent dans la meilleure √©glise de la ville.¬Ľ

49    Peu m'importe s'ils mettaient... Si je voulais aller dans le poulailler; l√† o√Ļ Il veut que j'aille, je veux aller, pour autant qu'Il m'appelle. Je Le laisserai entrer sur le fait qu'Il est mon Seigneur. Quoi qu'Il veuille faire, qu'Il le fasse.

50    Il y a une autre petite porte appel√©e orgueil. Oh! que d'horribles petits d√©mons noirs sont accroch√©s dans le coeur de l'orgueil, quand vous pensez que vous √™tes mieux que quelqu'un d'autre. ¬ęEh bien! je n'enverrais pas mes enfants l√†. Ils ne s'habillent pas convenablement. Les gens qui vont l√† ne sont pas de ma classe.¬Ľ

51    Si Christ est Seigneur dans votre coeur, nous sommes tous d'une seule classe, car d'un seul Esprit. Nous sommes tous baptis√©s dans un seul Corps. L'orgueil, se sentir juste un peu... Un petit complexe que vous avez. Oh! vous ne voulez pas que J√©sus touche √† cela, car cela d√©graderait votre standing social dans la communaut√©. Je pr√©f√®re d√©grader mon standing social dans la communaut√© plut√īt qu'effacer mon nom du Livre de Vie de l'Agneau. Mais ils ne veulent pas Le laisser entrer. Ce petit orgueil Le tient dehors.

52    ¬ęOh! J√©sus, oui, je vais me joindre √† l'√©glise. Je vais T'accepter, mais, oh! ne regarde pas dans ce petit compartiment. Car, Tu peux T'asseoir sur une chaise √† la porte, mais je ne veux pas que Tu entres dans ce compartiment.¬Ľ Alors Il ne peut pas √™tre votre Seigneur. Il doit pouvoir acc√©der √† chaque pi√®ce de la maison, chaque compartiment, tous les petits secrets de votre vie. Il doit pouvoir acc√©der √† chacun d'eux, alors Il devient Seigneur.

53    Pourquoi d√©sire-t-Il venir dans votre coeur? C'est pour √™tre votre Seigneur. Il frappe √† votre porte pour √™tre votre Sauveur. Et si vous gardez de l'√©go√Įsme et de l'orgueil, de la malice et toutes ces choses dans votre coeur, Il ne peut pas √™tre le Seigneur. Quand Il est Seigneur, Il est Seigneur sur tout. Et c'est pour cela qu'Il frappe. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire quatre fois. - N.D.√Č.] ¬ęOh! Seigneur¬Ľ dites-vous. Laissez-Le entrer.

54    ¬ęJe veux entrer et souper.¬Ľ Ce que ¬ęsouper¬Ľ est, c'est ¬ęla communion¬Ľ. Quand vous avez communion l'un avec l'autre, combien alors le--le Seigneur et vous, vous √™tes amis intimes. Vous √™tes partenaires et quelle que soit la chose que vous ayez, Il l'a aussi. Quoi qu'Il ait, alors, vous l'avez aussi. Vous voyez, Il devient vous, afin que vous puissiez devenir Lui, et tout est en commun.

55    Ensuite, il y a une autre petite porte dans le coeur dont j'aimerais parler ce matin, et cette petite porte est la porte de la foi. Il y en a tant qui professent √™tre chr√©tiens qui ne veulent pas ouvrir cette porte de la foi. Maintenant, vous dites: ¬ęSeigneur, Tu peux entrer. C'est exact. Mais je ne crois pas que toute la Bible est vraie. J'accepte ce que mon √©glise dit, mais je n'en accepte pas le reste.¬Ľ
    Comment le Seigneur peut-Il vous b√©nir alors? Comment peut-Il √™tre votre Seigneur et Celui qui vous gu√©rit, s'Il ne peut obtenir que la porte de la foi de votre coeur s'ouvre? S'Il peut entrer et que vous L'accueillez, Il ouvrira cette porte. Et Il entrera dans cette foi qui est la v√ītre et Il soupera avec vous, dans la porte de la foi.

56    Oh! je d√©sire Lui souhaiter la bienvenue, ce matin, dans mon coeur, dans chaque pi√®ce, dans tout ce que je suis. Je veux L'accueillir √† chaque porte. Ouvrez-la vivement et tenez-vous l√† et embrassez la coupe de b√©n√©dictions avec Lui, √† la porte, et dites: ¬ęOui, Seigneur, tout ce que je suis, et tout ce que j'ai, et tout, c'est √† Toi. Tenons-nous √† cette porte, Seigneur, et ayons communion l'un avec l'autre. Ayons communion √† la porte de la foi, Seigneur. Ayons communion √† la porte de l'orgueil, Seigneur. Ayons communion √† la porte de l'√©go√Įsme, Seigneur. Enl√®ve tout cela de moi, Seigneur.¬Ľ La foi!

57    Oh! vous dites: ¬ęJe vais me joindre √† l'√©glise, mais je crois que les jours des miracles sont pass√©s.¬Ľ
    Alors vous refusez de laisser le Seigneur entrer par la porte de la foi et de Se manifester Lui-m√™me √† vous. ¬ęOh! si¬Ľ, dites-vous ¬ęmais, Fr√®re Branham, je suis une chr√©tienne.¬Ľ Je sais, petite ch√©rie, que tu es une chr√©tienne et j'appr√©cie cela, en acceptant le Seigneur, mais tu vis en dessous de tes privil√®ges. Tu gardes ta porte ferm√©e. Tu cours d'un endroit √† l'autre, et ainsi de suite, parce que tu ne crois pas.

58    Vous devez ouvrir cette porte de la foi et Le laisser entrer, alors Il vous donnera le d√©sir de votre coeur. ¬ęCelui qui s'attend au Seigneur renouvellera Ses forces. Il s'√©l√®vera comme les aigles; ils courront et ne se fatigueront pas; ils marcheront et ne failliront pas.¬Ľ Si vous demeurez en Moi et que Mes Paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voulez, cela vous sera donn√©.¬Ľ Oh! ¬ęEn v√©rit√©, Je vous le dis, si vous dites √† cette montagne: ¬ęD√©place-toi¬Ľ, et dans l'originel grec, il est dit: ¬ęSois √©lev√©e et jet√©e dans la mer¬Ľ, et si vous croyez que c'est fait.¬Ľ Oh! la la! ¬ęSi vous croyez que c'est fait; vous aurez ce que vous dites.¬Ľ Certainement.

59    Oh! cela ne doit pas √™tre spontan√©. Cela ne doit pas √™tre ainsi. Certainement pas. Aussi longtemps que vous le croyez. C'est l√† que les chr√©tiens faillissent aujourd'hui.

60    La Bible dit: ¬ęLa foi est la substance des choses que l'on esp√®re. C'est l'√©vidence des choses non vues.¬Ľ Alors, que diriez-vous, alors? Maintenant, ce n'est pas un mythe. Ce n'est pas une pens√©e. Ce n'est pas une esp√©rance. Ce n'est pas un souhait. ¬ęC'est une substance.¬Ľ C'est en fait quelque chose que vous poss√©dez.

61    Par exemple, si je viens vers vous et que je vous dise: ¬ęJ'ai faim. J'ai besoin d'avoir du pain.¬Ľ
    Et si vous dites: ¬ęDe quoi avez-vous besoin? Combien d'argent vous faut-il?¬Ľ

62    ¬ęJ'ai besoin de 25 cents, pour acheter un pain. J'ai faim.¬Ľ

63    Et vous dites: ¬ęVoici les 25 cents.¬Ľ
    Maintenant, 25 cents, c'est le pouvoir d'achat du pain. Et pour autant que j'aie les 25 cents, je l'ai. C'est une substance. Je peux juste √™tre aussi heureux, de me tenir ici avec les 25 cents et le pain qui est √† Spring Street.

64    Oh! b√©ni soit Son Nom! Vous ne Le laissez pas entrer. Ouvrez cette porte de la foi. Quand Il dit quelque chose, c'est la V√©rit√©. Quand Sa promesse est pour vous, c'est la substance. Quand la foi s'ancre, √† savoir que Dieu ne peut mentir, c'est r√©gl√©.

65    Maintenant, j'ai les 25 cents. Ce n'est pas juste quelque chose que j'ai imagin√©. Je poss√®de les 25 cents. Je sors. Eh bien! je suis tout aussi heureux que si... j'avais le pain, car j'ai le pouvoir d'achat.

66    Et si j'ai la foi, l'ouvrage est termin√©; s'Il peut ouvrir cette porte et entrer et me donner la foi de Dieu dans mon coeur. C'est termin√©, quand je peux v√©ritablement Le croire. Cela pourrait ne pas arriver directement √† ce moment-l√†. Vous savez, la Bible dit que: ¬ęMo√Įse a pers√©v√©r√©, en regardant √† Celui qui est invisible.¬Ľ

67    Beaucoup parmi vous ont √©t√© voir le film ¬ęLes Dix Commandements¬Ľ qui a √©t√© √† l'affiche √† Louisville pendant tout un temps. Un film merveilleux.

68    Maintenant: ¬ęMo√Įse a pers√©v√©r√©, en regardant √† Celui qui est invisible.¬Ľ L'invisible! Il a pers√©v√©r√©, cela veut dire: il a tenu bon.

69    Abraham, quand il a re√ßu la promesse, quand il avait soixante-quinze ans, de recevoir un enfant par Sara√Į. C'√©tait r√©gl√©. √Ä l'heure m√™me o√Ļ Abraham a ouvert son coeur, et sa porte de la foi, et qu'il a dit: ¬ęCela sera.¬Ľ Et comme il vieillissait, il... La Bible dit ¬ęqu'il n'a jamais chancel√©, par incr√©dulit√©; mais il √©tait fort dans la foi, donnant gloire √† Dieu, car il savait qu'Il √©tait capable d'accomplir ce qu'Il avait dit.¬Ľ Voil√† la foi. Les ann√©es ont pass√©. Sara√Į, pas de diff√©rence. ¬ęMais il ne chancela pas √† la promesse de Dieu, par incr√©dulit√©; mais il √©tait fort, donnant gloire √† Dieu.¬Ľ

70    Nous, qui nous appelons chr√©tiens, nous laissons J√©sus entrer. Nous disons: ¬ęOh! je suis chr√©tien.¬Ľ Et on peut prier pour vous, vous pouvez √™tre oint ou faire ce que Dieu dit de faire, ou Il peut faire un miracle devant vous et vous pouvez le voir; et si vous n'√™tes pas gu√©ri instantan√©ment: ¬ęEh bien! c'est √ßa. Je ne l'ai pas re√ßu. Je reviendrai la prochaine fois.¬Ľ Vous voyez, ce n'est pas la foi.

71    Vous devez Le laisser entrer; dites: ¬ęSeigneur, voici la porte, entre et prends possession.¬Ľ Alors, quand Il entre l√†, la question est r√©gl√©e pour toujours.

72    ¬ęJe me tiens √† la porte et je frappe.¬Ľ Il essaie d'entrer dans cette petite porte de la foi. S'Il peut simplement Se frayer Son chemin l√†, alors l'affaire est r√©gl√©e.

73    Quand je marche avec les 25 cents en main, c'est tout juste comme si j'avais le pain, en ce qui me concerne, car j'ai le pouvoir d'achat de--de la substance que je veux.

74    Et quand la foi s'ancre dans un coeur, rien ne peut la secouer. L'ouvrage est termin√©. Dieu a r√©gl√© la question. C'est fait pour toujours.

75    Je descends la rue. Je traverse le fleuve. Je vais vers le parterre des rosiers sauvages. J'ai toujours plus faim, tout le temps. Je n'ai pas encore le pain, mais pendant tout le temps o√Ļ je marche, je me r√©jouis parce que j'ai le pouvoir d'achat et l'assurance que le pain m'appartient. Oh! b√©ni soit Son Saint Nom!

76    Quand je... Avant que j'arrive l√†, je peux avoir des crampes; j'ai tellement faim. Je peux avoir le d√©lire, au point de me frayer un chemin au travers des buissons, en combattant comme un fou. Mais pour autant que je tienne les 25 Cents, le pain doit venir.

77    Vous y voil√†! Aussi longtemps que cette foi est ancr√©e! Les m√©decins peuvent m'abandonner, tous, tout, mais je serai l√†. Je serai gu√©ri. Dieu l'a dit. Je vais Le laisser entrer dans la porte de mon coeur. Ma foi Lui a √©t√© donn√©e et Il m'a donn√© la promesse, et rien ne pourra interf√©rer. C'est l√†. La foi!

78    La porte de la foi, combien de chr√©tiens Le gardent dehors? Combien de pentec√ītistes Le gardent √† l'ext√©rieur de cette porte de la foi? Combien de Baptistes? Combien de Presbyt√©riens? M√©thodistes? Cette porte!

79    Oh! il y a beaucoup de portes. Je vais encore en parler d'une, et c'est la porte des yeux. Il a dit: ¬ęTu es aveugle et ne le sais pas.¬Ľ Il parle de l'√©glise aujourd'hui, spirituellement aveugle.

80    Je parlais l'autre jour, et je ne peux pas dire cela publiquement. Mais √† Fr√®re Sothmann l√†, et beaucoup d'autres, Leo et Gene et les autres: ¬ęO√Ļ en arrivons-nous?¬Ľ disais-je. ¬ęPourquoi ces gens ne peuvent-ils voir ces choses? Pourquoi ne peuvent-ils comprendre?¬Ľ

81    M√™me cette photo devrait secouer les nations, mais pas m√™me--pas m√™me un journal ne s'en est empar√©. Qu'a dit George J. Lacy, ou le F.B.I.? Il a dit: ¬ęMonsieur Branham, cela sera dans les boutiques √† dix sous, un de ces jours, mais pas de votre vivant.¬Ľ
    Cela n'a jamais fait √©cho. Il n'y a jamais eu de r√©ponse l'autre jour. J'ai pens√©: ¬ęC'est vrai.¬Ľ

82    Pensez au maniaque √† Portland. Pensez aux m√©decins sorciers en Inde. Pensez au petit poisson, Fr√®re Woods, sur la rivi√®re. Pensez aux choses qui sont infaillibles, les preuves. Et malgr√© tout, je peux √† peine sortir, pour tenir une grande campagne; je suis retenu. Quelque chose voudrait aller de l'avant, mais c'est retenu. Qu'est-ce?

83    Ils n'ont jamais connu √Člie avant qu'il ne soit parti. Ils n'ont jamais connu beaucoup d'entre eux. Ils n'ont jamais su qui √©tait Jean avant qu'il soit d√©capit√©. Ils n'ont jamais connu J√©sus comme √©tant le Sauveur du monde jusqu'√† ce qu'Il soit crucifi√© et qu'Il ressuscite.

84    Saint Patrick ha√Įssait l'√©glise catholique et il protesta contre elle. Mais apr√®s sa mort, ils l'ont canonis√© comme un saint. Ils n'ont jamais su qu'il √©tait un saint avant qu'il ne soit mort et parti.

85    Ils n'ont jamais su que saint Fran√ßois d'Assise √©tait un saint. Il a protest√© contre l'√©glise catholique. C'√©tait un pr√©dicateur itin√©rant, avec la Bible sous le bras. Il allait au fleuve pour pr√™cher, et les petits oiseaux criaient. Il disait: ¬ęMes petits fr√®res, taisez-vous; je pr√™che la Parole de Dieu.¬Ľ Et ils se taisaient. Mais ils ne surent pas cela avant qu'il soit mort bien longtemps apr√®s.

86    Jeanne d'Arc, qui a sauv√© la France, cette fille √©tait une sainte. Elle √©tait spirituelle. Elle avait des visions. C'√©tait une femme spirituelle. Elle a entendu des anges lui parler. Elle a entendu la voix de Dieu. Elle a eu des visions. Qu'ont-ils dit? ¬ęC'est une sorci√®re.¬Ľ
    Et les catholiques ont √©rig√© un b√Ľcher et l'y ont conduite et l'ont br√Ľl√©e; ces pr√™tres l'ont fait, et elle criait pour obtenir mis√©ricorde.

87    Deux cents ans plus tard, ils ont r√©alis√© qu'elle √©tait une sainte, aussi ils se sont beaucoup repenti. Ils ont d√©terr√© les corps de ces pr√™tres qui l'avaient br√Ľl√©e et les ont jet√©s dans le fleuve. C'est beaucoup de repentance, bien s√Ľr. Mais ils ne l'ont jamais connue avant qu'elle soit venue et repartie.

88    J√©sus a dit: ¬ęIls ne peuvent croire, parce que √Čsa√Įe a dit: -Ils ont des yeux et ne peuvent voir; des oreilles, et ne peuvent entendre.¬Ľ

89    Seulement hier soir, sur la page de garde de ma Bible, quand il y a quelque temps, dans une vision que le Seigneur m'avait donn√©e, et j'en ai parl√© √† l'√©glise, et Il m'a dit: ¬ęVa en Afrique, ensuite en Inde.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęOui, Seigneur.¬Ľ

90    Et quand monsieur Baxter m'a dit, au Canada, ou a Chicago, il a dit: ¬ęAllons en Inde. Laissons ces Afrikaans seuls; ils ne vont pas coop√©rer avec nous correctement.¬Ľ J'ai dit: ¬ęTr√®s bien.¬Ľ

91    Je l'avais oubli√©. Quand je suis rentr√© √† la maison, l'Ange du Seigneur m'a rencontr√© entre deux pi√®ces: une Colonne de Feu, une Lumi√®re, la M√™me que l√†. Et Il dit: ¬ęVa en Afrique comme Je t'ai dit d'y aller.¬Ľ Et un an plus tard, ils me parl√®rent √† nouveau de cela.

92    Et je l'ai oubli√©; je ne l'ai pas √©crit. Et j'√©tais avec mon gar√ßon, l√† au Portugal, √† Lisbonne au Portugal. Et j'√©tais abattu, malade, toute la nuit. Et le lendemain matin, je me dirigeais vers la baignoire, pour prendre une petite douche. Et sur mon chemin, en allant l√†, voil√† que se tint l'Ange du Seigneur, Il dit: ¬ęJe pensais t'avoir dit d'aller d'abord en Afrique?¬Ľ

93    J'ai dit: ¬ęSeigneur Dieu, je ne suis pas digne d'√™tre Ton serviteur.¬Ľ J'ai dit: ¬ęSi Tu veux, √©l√®ve Ton Esprit et donne-Le √† un autre.¬Ľ

94    Ensuite, jusqu'√† il y a √† peine quelques jours, quand j'ai fait les pr√©paratifs pour l'Afrique cette ann√©e; ils sont l√†, en train de les faire. Et hier soir, je lisais dans la vision, et Dieu savait que j'allais faillir l√†. Et dans la vision... je ne l'avais jamais vu avant hier soir. Et j'ai appel√© Fr√®re Sothmann, Leo et eux tous. La vision disait: ¬ęTu iras en Inde premi√®rement, et ensuite en Afrique.¬Ľ

95    Voyez, je--je l'ai √©crit moi-m√™me. J'ai √©crit la chose moi-m√™me. J'ai saut√© du lit o√Ļ j'√©tais assis, t√īt un matin, et je L'ai vu entrer dans la chambre. Et j'ai √©crit juste exactement ce qu'Il a dit, comme Il--Il me le disait l√†. Et je l'ai relu de nombreuses et nombreuses fois et je ne l'ai jamais remarqu√©. Et hier soir, quand j'ai appel√© les gars; le voil√†, juste sur la page de garde de ma Bible, l√† o√Ļ de nombreuses personnes l'ont lu.

96    Cela disait: ¬ęDes gens √† demi v√™tus arrivent, et--et je leur pr√™chais, et ils se r√©jouissaient. Ensuite une lumi√®re fit un flash, apr√®s, et montra les Noirs et les Blancs, ensemble, en Afrique.¬Ľ Je ne l'avais jamais vu; le regardant directement, les yeux ouverts.

97    √Ē Dieu, ouvre mes yeux afin que je puisse voir. Laisse-moi regarder au-del√† du rideau du temps, Seigneur. Laisse-moi juste voir, Seigneur, ce qu'il y a autour de moi. Laisse-moi voir ce qui est sur le point d'arriver.

98    Quand je pense aux gens aveugl√©s sur cette terre, qui voient mais cependant ne peuvent comprendre; ils voient Dieu entrer dans la r√©union et accomplir les choses m√™me qu'Il a accomplies quand Il √©tait ici sur Terre. Voir J√©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, accomplir et agir, et faire exactement comme Il a fait quand Il √©tait ici sur Terre, et ils ne comprennent toujours pas. Comment cela se peut-il? Parce que leurs yeux ne sont pas ouverts.

99    Ils vont s'ouvrir, l'un de ces jours, mes amis, mais il sera trop tard alors. Le temps sera pass√©. Et vous vous demanderez: ¬ęVoulez-vous me dire que ceci, cette chose ¬ęTelle et telle¬Ľ √©tait ceci, et je ne l'ai pas su?¬Ľ Cela passe au-dessus de leur t√™te. Ils ne le saisissent pas. Saisissez-vous ce que je dis? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Cela passe au-dessus d'eux. C'est juste... Et vous vous attendez √† voir quelque chose de grand arriver dans le futur, alors que c'est maintenant m√™me, et vous manquez de le voir.

100    √Ē Dieu, entre dans mon coeur et ouvre les portes de mes yeux afin que je puisse voir.

101    Comme Cl√©opas et son ami qui marchaient sur la route un jour, venant d'Emma√ľs, ou allant √† Emma√ľs. Et sur la route, l√†, Il leur parla, Il marcha avec eux. Il soupa avec eux, et les yeux de leur entendement √©taient clos. Quand Il entra, et qu'ils se calm√®rent, Il fit un petit quelque chose qu'ils reconnurent, que personne ne pouvait faire sinon Lui, c'√©tait apr√®s Sa r√©surrection. Et rapidement, la Bible dit: ¬ęleurs yeux furent ouverts.¬Ľ Il ouvrit leurs yeux et ils sont revenus en se r√©jouissant et disant: ¬ęVraiment, le Seigneur est ressuscit√©, car Il √©tait avec nous pendant la journ√©e.¬Ľ Leurs yeux furent ouverts. Ils avaient de l'entendement.

102    Notre J√©sus peut venir directement au milieu des gens et accomplir ces m√™mes actes, et que se passe-t-il? Les gens s'en vont en disant: ¬ęC'est de la t√©l√©pathie mentale. Oh! c'est peut-√™tre un spirite ou un diseur de bonne aventure, quelque chose qui est arriv√© de cette mani√®re.¬Ľ

103    Oh! si Dieu ouvrait nos yeux et nous faisait savoir ce que sont ces choses! Cette porte de l'oeil est dans le coeur. Ce n'est pas ce que vous voyez avec vos yeux. Ce n'est pas la vue; c'est regarder. J√©sus a dit √† Nicod√®me: ¬ę√Ä moins qu'un homme ne naisse de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu.¬Ľ Vous ne Le voyez pas avec vos yeux; vous Le voyez avec votre entendement. Vous regardez avec vos yeux, et vous comprenez avec votre coeur. Ainsi la porte de vos yeux est dans votre coeur, parce que c'est une porte d'entendement.

104    ¬ęOh! je comprends que J√©sus a dit qu'Il ferait cela dans les derniers jours. Je comprends que ces choses sont le signe de Dieu.¬Ľ Alors comme c'est diff√©rent, comme cela devient une r√©alit√© pour vous, comme les choses changent, si nos yeux sont ouverts. Il est avec vous tout le temps. Il vous aide. Il se tient √† votre porte, journellement, mais vous ne Le reconnaissez pas.

105    J'ai entendu un pr√©dicateur dire quelque chose, il n'y a pas longtemps, qui m'a frapp√©. Dans le sud, il y avait un vieil homme l√†, un homme de Couleur, qui... c'√©tait un bon vieux gars, mais ils ne pouvaient obtenir de lui qu'il s'aligne avec Dieu. Il ne voulait tout simplement pas aller √† l'√©glise, et cependant, c'√©tait un bon vieux gars. Et ils ne pouvaient obtenir qu'il aille √† l'√©glise.

106    Ainsi, un jour, lui et le pr√©dicateur sont all√©s √† la chasse. Et il n'√©tait vraiment pas un bon tireur. Il ne pouvait rien atteindre. Ainsi, ce jour-l√†, sur le chemin du retour, ils avaient tu√© tant de gibier qu'ils en √©taient surcharg√©s. Et le nom du vieil homme de Couleur √©tait Gabriel. Et il l'appelait Gabe, un diminutif. Ainsi, il √©tait surcharg√©, le gibier pendant autour de lui; il pouvait √† peine remuer. Il marchait derri√®re le pr√©dicateur. Apr√®s un moment, il lui tapota sur l'√©paule et dit: ¬ęPasteur?¬Ľ
    Il dit: ¬ęOui, Gabe, que veux-tu?¬Ľ

107    Il dit: ¬ęDimanche matin, je serai sur le banc des p√©nitents. Je vais prendre ma position dans l'√©glise, pour y vivre le reste de mes jours.¬Ľ

108    Le pasteur dit: ¬ęBien, Gabe. Mais qu'est-ce qui a provoqu√© ce soudain changement. Alors que nous t'avons parl√©, des gens saints, pieux ont pri√© avec toi et t'ont persuad√©, et toi, tu n'as pas d√©tourn√© ton coeur?¬Ľ

109    Il dit: ¬ęPatron, vous savez, je ne suis pas un bon tireur. Je n'arrive pas √† toucher quelque chose.¬Ľ Et il dit: ¬ęRegardez le gibier que j'ai. Il doit m'aimer, sinon Il ne me l'aurait pas donn√©.¬Ľ Vous y voil√†. Qu'√©tait-ce? Ses yeux venaient juste de s'ouvrir. Il a r√©alis√© Qui lui avait donn√© ce gibier, d'o√Ļ il √©tait venu.

110    ¬ęLe boeuf conna√ģt son √©table. La mule conna√ģt la mangeoire du ma√ģtre, mais Mon peuple ne sait pas¬Ľ, dit le Seigneur. Certainement, ils ne savent pas d'o√Ļ viennent ces bonnes choses. Si vos yeux √©taient simplement ouverts, vous pourriez voir.

111    Il y a un certain temps, un homme √©tait en route pour la mer. Il allait l√† pour se reposer. Il voulait se rafra√ģchir, parce qu'il aimait... Il pensait qu'il aimerait entendre les mouettes voler au-dessus de l'eau et sauter pr√®s des grandes vagues aux franges blanches, alors qu'elles rugissent et √©clatent en l'air. Et il voulait sentir le go√Ľt de l'eau sal√©e. Il disait: ¬ęCe sera un tel repos, de vivre pr√®s du bord de la mer, pour un moment. Je veux juste me reposer. Je veux vivre au bord de la mer, voir toutes les choses que la mer peut offrir; le ciel bleu, qui se refl√®te du ciel sur l'eau. Comme l'√©cume de l'eau sal√©e bouillonne dans les grandes vagues, elle frappe et roule!¬Ľ Et il disait: ¬ęSi je peux me tenir l√†, voir cela et entendre le cri des mouettes!¬Ľ

112    Et sur le chemin du rivage, il rencontra un homme, c'√©tait un vieux loup de mer, un vieux marin de la mer. Il dit: ¬ęO√Ļ allez-vous?¬Ľ

113    Il dit: ¬ęJe vais au bord de la mer, pour profiter de la bont√© de la mer.¬Ľ

114    Et le vieux loup de mer dit: ¬ęJe ne vois l√† rien de sp√©cial. L'eau, c'est juste de l'eau. Le ciel, c'est juste le ciel. La mouette est juste un autre oiseau.¬Ľ Vous voyez, il en avait tant vu que c'√©tait devenu quelque chose de commun pour lui. Ce n'√©tait plus enthousiasmant pour lui.

115    Et c'est le probl√®me avec vous, les gens. Vous avez vu la bont√©, et les miracles, et les choses Divines de Dieu qui agit et se d√©place, au point o√Ļ cela devient commun pour vous. Vous ne le remarquez plus.

116    Dans les r√©unions, j'ai remarqu√© des gens, lorsque le Seigneur, sous le discernement, va parler directement dans l'assembl√©e, tout comme Il le fit quand Il a march√© en Galil√©e, et accomplir la promesse qu'Il a faite. Et les gens, la premi√®re fois, ils disent: ¬ęOh! si jamais... Oh! cela doit √™tre le Seigneur.¬Ľ
    La fois suivante: ¬ęCela doit arriver.¬Ľ
    Et peu de temps apr√®s: ¬ęEh bien! c'est juste encore une fois.¬Ľ
    C'est commun. C'est pass√©. Vous ne le remarquez pas. Les yeux de votre entendement, votre coeur, ils se ferment.

117    L'enthousiasme, la b√©n√©diction de conna√ģtre le Seigneur J√©sus ressuscit√© est au milieu de nous, cela devrait envoyer chaque √Ęme dans des hauteurs au-dessus de toute l'excitation de ce monde. Cela devrait vous faire quelque chose. Cela devrait secouer votre foi au point d'ouvrir toutes les portes de la foi, et tout, en disant: ¬ęSeigneur J√©sus, prends une pleine possession de moi maintenant. Prends soin de moi. Voici, entre dans mon coeur. Enl√®ve mon √©go√Įsme; enl√®ve mon incompr√©hension. Enl√®ve mes doutes. Ouvre mes yeux, Seigneur, et laisse-moi voir, et prends tout de moi et sois mon Seigneur.¬Ľ Jusqu'√† ce que l'√©glise fasse cela, nous marchons dans l'aveuglement. J√©sus frappe √† la porte, et nous Le laissons dehors. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire quatre fois. - N.D.√Č.]
    Prions un moment, alors que nous courbons la t√™te.

118    Alors que nos t√™tes sont inclin√©es en silence, nos visages sont tourn√©s vers la poussi√®re d'o√Ļ nous sommes tir√©s. Et un jour, cette chair mortelle devra... les r√©sidus retourneront √† la poussi√®re. Y aurait-il une personne ici qui n'a jamais ouvert son coeur, de cette mani√®re, au Seigneur J√©sus, et qui voudrait lever les mains vers Lui, maintenant, et dire: ¬ęJ√©sus, sois mis√©ricordieux envers moi?¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Que Dieu vous b√©nisse. Quelqu'un d'autre. Que Dieu vous b√©nisse, jeune homme. ¬ęJ'ouvre mon coeur en ce moment.¬Ľ

119    Dites: ¬ęSeigneur J√©sus, prends-moi enti√®rement, une pleine possession. Sois mon Seigneur.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. Pr... sois mon Seigneur.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, Madame. ¬ęSois mon Seigneur; le Seigneur de ma fiert√©, le Seigneur de ma foi, le Seigneur de mes yeux, le Seigneur de ma vue, le Seigneur de mon ou√Įe, le Seigneur de mon app√©tit.¬Ľ J'aurais pu parler de beaucoup de ces choses, mais le temps ne le permet pas. ¬ęSois Seigneur de tout.¬Ľ
    Que Dieu vous b√©nisse, Madame. Juste... Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re. ¬ęPrends-moi, Seigneur.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re. ¬ęPrends-moi comme je suis, Seigneur.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, Soeur. Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, l√† derri√®re. C'est exact. ¬ęPrends-moi juste comme je suis, et prends pleinement le contr√īle, Seigneur. Ne me laisse pas Te conduire. Conduis-moi.¬Ľ Une personne disait... Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re.

120    Un gars a dit qu'il √©tait all√© dans une prairie et qu'il avait attrap√© un poney, ici, l'autre jour. Il mit la corde autour du cou du poney, ensuite il fit un demi-noeud autour de son museau et il ramenait le poney √† l'√©curie. Avant d'arriver l√†, c'est le poney qui le menait!

121    Et c'est ainsi. Dieu nous attrape et nous essayons de Le conduire. Laissez-Le conduire. Il conna√ģt le chemin. Il a d√©j√† parcouru la route. Il a fait la route. Nous ne connaissons pas la route, ainsi, pourquoi essayons-nous de raisonner ces choses? Soumettons-nous simplement √† Lui; disons: ¬ęSeigneur, conduis-moi. Je suivrai.¬Ľ

122    Peut-√™tre avez-vous √©t√© un chr√©tien. Peut-√™tre Christ est-Il venu dans votre coeur, mais vous n'avez jamais lib√©r√© votre foi envers Lui. Dites: ¬ęSeigneur, entre. Enl√®ve tous les doutes de mon coeur. Si Ta Parole dit cela, je Le crois. Ainsi, √† partir de ce jour, je Te prends comme... je d√©sire que Tu me donnes ce dont le Fr√®re vient juste de parler, comme une pi√®ce de 25 Cents pour une miche de pain. Et dans la pri√®re ce matin, pour les malades, je vais Te recevoir. Je crois que Tu vas le faire. Et je marche de l'avant, en me r√©jouissant, peu importe quand cela arrivera. Cela arrivera.¬Ľ
    Voudriez-vous Lui ouvrir votre porte de la foi, dans votre coeur, aujourd'hui? [Passage blanc sur la bande. - N.D.√Č.]... vous le feriez, alors levez les mains et dites: ¬ęSeigneur, me voici.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse. Il y en a beaucoup qui ont les mains lev√©es.
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur Divin,
√Čcoute ma pri√®re,
Enlève tous mes péchés, (mon incrédulité)
Laisse-moi dès ce jour être
Tout à Toi!

123    Seigneur J√©sus, Tu vois les mains de ces gens. Tu connais leurs coeurs. Tu te tiens l√†. C'est Toi qui frappes. Puissent-ils ne pas consid√©rer cela comme quelque mysticisme mythique. Mais puissent-ils regarder directement le visage du Fils de Dieu crucifi√©. Puissent-ils avoir une compr√©hension, ce matin, comme jamais auparavant. Accorde-le, Seigneur.

124    Nous avons eu des difficult√©s. Satan nous a combattu de toutes les mani√®res. M√™me pour la r√©union ce matin, il n'y avait m√™me personne pour donner les cartes de pri√®re, afin que les gens puissent s'aligner, pour ceux qui viennent de l'ext√©rieur; afin que Tu puisses montrer l'abondance de Ta Pr√©sence, selon un don Divin et la volont√© de Ta grande puissance propre. Mais Tu es Dieu qui gouverne toutes choses. Tu gouvernes les difficult√©s et les circonstances.

125    Et je prie, Dieu, que Tu saisisses le coeur de chaque personne aujourd'hui, que tu obtiennes l'acc√®s √† chaque pi√®ce et compartiment. Puissent-ils ouvrir grand leur coeur maintenant, et tous ceux qui ont lev√© les mains, d'avoir √©t√© √©go√Įstes, ou d'avoir √©t√© n√©gligents, ou d'avoir fait des choses que Tu ne veux pas. Cela montre dans leur vie, que Tu ne vis pas dans ce compartiment. Puisse-t-il √™tre ouvert juste maintenant. Et, Seigneur J√©sus, entre et fais Ta demeure chez eux.

126    Et ensuite, Seigneur, nous prions aussi pour ceux qui sont malades et afflig√©s, afin qu'en cette heure, quelque chose puisse arriver qui soit comme un choc pour ces gens afin qu'ils r√©alisent la Pr√©sence de J√©sus-Christ, afin que leurs coeurs soient ouverts. Je prie dans le Nom de J√©sus. Amen.

127    Il a √©t√© annonc√©, √† la radio et de bouche √† oreille, au tabernacle, qu'on donnerait des cartes de pri√®re aujourd'hui. La raison pour laquelle nous donnons des cartes de pri√®re, au tabernacle, c'est pour avoir les gens qui viennent de l'ext√©rieur. Voyez? Les gens qui sont d'ici, de la ville, nous prions pour eux journellement, ou √† certains moments, ici, au tabernacle. Mais pour avoir les gens... la puissance de discernement est seulement en Christ. Tout le monde sait cela. Cela est en Dieu seul. Et dans...

128    Quand Christ √©tait sur Terre, dans un corps physique, corporel, comme nous aujourd'hui, Il a march√© en Galil√©e et en diff√©rents endroits. L√†, Il ne pr√©tendait pas avoir la puissance de gu√©rir ou d'accomplir des miracles. Il disait: ¬ęJe ne peux rien faire de Moi-m√™me. Je ne fais rien avant que Mon P√®re Me montre ce que Je dois faire.¬Ľ Tous ceux qui connaissent les √Čcritures, Saint Jean 5, savent que c'est vrai. Il n'accomplissait pas de miracle avant que le P√®re ne le Lui montre. Il a dit: ¬ęEn v√©rit√©, en v√©rit√©, Je vous le dis, le Fils Lui-m√™me (le tabernacle dans lequel Dieu habitait, Son Corps), le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me; si ce n'est ce qu'Il voit faire au P√®re; le Fils le fait pareillement.¬Ľ

129    Et vous remarquez, quand Il est venu dans Son propre pays, dans Sa propre ville: qu'est-il arriv√©? Il n'a pas pu le faire. Il a impos√© les mains √† quelques personnes malades. Ensuite Il se retourna et dit: ¬ęEn v√©rit√©, Je vous le dis, un proph√®te, dans son propre pays, parmi les siens...¬Ľ Vous savez comment cela a √©t√© dit.

130    Mais Il a √©t√© si bienveillant envers nous, nous permettant d'avoir quelques r√©unions de ce type. C'est exact. Qu'est-ce pour nous? C'est pour faire savoir √† cette ville, √† ces gens, √† ceux qui sont autour de nous, qui n'ont jamais √©t√© dans d'autres r√©unions, qu'Il est le Dieu vivant. Il a dit: ¬ęLes choses que J'ai faites, vous les ferez aussi. Vous ferez ces m√™mes oeuvres.¬Ľ Il a dit: ¬ęEncore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, cependant vous Me verrez. Car Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin des temps.¬Ľ C'est exact. ¬ęEt les choses que Je fais, vous les ferez aussi, jusqu'√† la fin des temps.¬Ľ

131    Je crois que nous vivons dans les derniers jours de la dispensation des Nations. Tout est parfaitement en ordre, maintenant m√™me, pour la fin des temps. Mais le Retour √† la Maison de l'√Čglise, c'est ce que Christ attend. ¬ęComme Il √©tait aux jours de No√©, montrant de la longanimit√©, ne voulant pas qu'aucun ne p√©risse.¬Ľ Il est ainsi aujourd'hui. Non... montrant de la longanimit√©, ne voulant pas qu'aucun ne p√©risse. Il y a eu des grands signes et des prodiges.

132    Les gens disent: ¬ęEh bien! nous attendons qu'un Grand √āge arrive.¬Ľ
    Mon ami, l'√āge est pratiquement termin√©. Les Nations sont finis. C'est le temps de la fin. Ainsi, maintenant, c'est le temps d'√™tre, de recevoir Christ et d'√™tre pr√™t. Maintenant, √©coutez, mon ami, je ne sais pas...

133    Maintenant, il n'y a pas de carte de pri√®re dans le b√Ętiment. Il n'y en a pas une. Billy √©tait ici il y a quelque temps, ou quelque part. Il avait environ une centaine de cartes √† distribuer, mais les gens ne sont pas venus ici pour les leur donner. Ils ont d√Ľ commencer la r√©union, ainsi, nous n'interrompons pas cela. Ainsi, j'ai dit: ¬ęJe vais seulement appeler les gens et prier pour eux.¬Ľ

134    Mais je sens que la Pr√©sence de J√©sus-Christ est ici. Je sens que j'ai pr√©par√©, et ce Message m√™me, pour l'√©glise ce matin, pour ce but. Et d'une fa√ßon, l'ennemi nous a environn√© d'une certaine mani√®re, mais je crois que Christ est capable surpasser l'ennemi, si nos coeurs sont droits avec Lui. Et beaucoup parmi vous, qui avez lev√© la main, bien s√Ľr, d√®s que la r√©union sera termin√©e, quand l'appel √† l'autel sera fait, je d√©sire que vous veniez ici et que vous remerciiez Dieu pour ce qu'Il a fait pour vous. Quand vous recevez la foi, qu'est-ce que la foi?

135    Nous pourrions former une ligne de pri√®re ici, et faire passer les gens, une demi-douzaine ou davantage. Ce discernement est tr√®s puissant, et Il--Il viendrait ici sur l'estrade, et vous le remarqueriez. J'ai quarante-huit ans; j'ai des visions depuis que j'ai deux ans, et jamais une seule n'a failli. M√™me les choses, quand je les disais, je ne savais pas comment--comment cela pouvait jamais √™tre. Mais quand cela oeuvre exactement comme cela, alors c'est Dieu. Voyez? Cela doit √™tre Dieu. Alors, si Dieu est pr√©sent pour accomplir Sa Parole, pour prouver qu'Il... ¬ęCes choses que Je fais, vous les ferez aussi.¬Ľ Alors, Il prouve que c'est ainsi. Alors, Dieu, ouvre nos yeux. Si nous pouvions voir cela arriver, alors chaque promesse est vraie.

136    Quand Il √©tait sur Terre... Juste un moment. Quand Il √©tait sur Terre, qu'a-t-Il dit? Voici ce qu'Il a dit. Il a dit: ¬ęD√©truisez ce Corps, Je Le rel√®verai en trois jours.¬Ľ Quelle connaissance avait-Il pour faire cela? Parce que David le proph√®te avait dit: ¬ęJe ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, et Je ne souffrirai pas... de laisser Son √āme en enfer.¬Ľ Il savait qu'Il √©tait le Messie oint. Il savait que c'√©tait Sa position. Et en sachant que c'√©tait Sa position... Maintenant, remarquez. Sachant que c'√©tait Sa position, alors Il fut capable d'exprimer cela, parce que cette promesse s'appliquait √† Lui. Il a dit: ¬ęEt les √Čcritures ne peuvent √™tre bris√©es.¬Ľ Cette promesse Lui appartenait, et Il savait que cela devait s'accomplir.

137    Alors √©coutez, les amis. Chaque √Čcriture qui vous appartient, chaque promesse qui vous appartient est √† vous, tout comme cela √©tait √† Lui. Certainement, c'est ainsi.

138    Ainsi je prends position ce matin, et si le Seigneur le permet, je vais Lui demander de faire quelque chose, et ici o√Ļ c'est si difficile, et ainsi de suite. Dans mon propre... Non pas parce que vous ne me croyez pas, mais c'est parce que Sa Parole a dit que cela serait. Voyez? Sa Parole a dit que cela serait. Je vais Lui demander de passer au-dessus de ce probl√®me de cartes de pri√®re. Voyez? Je vais Lui demander s'Il veut le faire. Voyez? Je ne...

139    Maintenant souvenez-vous, que je sois enregistr√©, et cet enregistreur qui tourne, plusieurs d'entre eux, dans la pi√®ce l√†. Je ne dis pas qu'Il le fera. Voyez? Je ne le dis pas. Je vais Lui demander de le faire. Et s'Il le veut, nous serons reconnaissants. Si le Seigneur... Combien...

140    Personne, l√†, n'a de carte de pri√®re. Combien y a-t-il de personnes malades l√†, qui sont malades, levez la main, ou--ou qui ont... que d√©sirent quelque chose du Seigneur? Levez la main, o√Ļ que vous soyez. Maintenant, je peux voir vos visages, ainsi je peux pratiquement dire qui vous √™tes. Ainsi, je--je ne... je peux dire...

141    Et s'il y a des gens du tabernacle, je ne veux pas avoir ces personnes-l√†. Je d√©sire que le Seigneur me montre quelqu'un qui est loin du tabernacle, quelqu'un qui vient du dehors de la ville. Car si quelqu'un du tabernacle... C'est pourquoi nous donnons des cartes, pour avoir les personnes qui ne sont pas du tabernacle. Ainsi...

142    Les gens disent: ¬ęEh bien! il conna√ģt cette personne. C'est ainsi que vient ce discernement.¬Ľ

143    Comment vient-Il en Italie, et en Allemagne, et en Suisse, en Afrique, et partout, dans le monde? Comment peut-Il se trouver ici et dire des choses qui vont arriver dans trois ou quatre, quatre ou cinq ans d'ici, et atteindre la chose si parfaitement? C'est Christ.

144    Qui √©tait-ce qui a conduit les enfants d'Isra√ęl dans le d√©sert? Christ. Qu'√©tait-Il alors? Je veux vous demander quelque chose; pensez √† cela une minute. Qu'√©tait-Il? Une Colonne de Feu. Et quand Il est venu sur terre, Il a dit qu'Il √©tait cette Colonne de Feu. Il...
    Ils dirent: ¬ęNos p√®res ont mang√© la manne dans le d√©sert.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęJe suis le Pain de Vie.¬Ľ
    Ils dirent: ¬ęNos p√®res ont bu √† un Rocher spirituel.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęJe suis le Rocher.¬Ľ
    ¬ęEh bien! dirent-ils, Mo√Įse L'a vu dans un buisson ardent.¬Ľ

145    Il a dit: ¬ęAvant qu'Abraham fut, JE SUIS.¬Ľ Le 'JE SUIS' √©tait dans le buisson.

146    Il a dit: ¬ęMaintenant, Je suis venu de Dieu, une Colonne de Feu.¬Ľ Dieu est Lumi√®re, nous savons cela. Lui, Dieu, demeure dans l'Esprit, non dans la chair. Et dans cette Colonne de Lumi√®re, J√©sus a dit: ¬ęJe suis venu de Cela, et Je retourne √† Cela.¬Ľ Maintenant, cela pourrait √™tre hors de votre th√©ologie, mais c'est dans la Bible. J√©sus l'a dit.

147    Et quand Il mourut, fut enseveli et ressuscita; et quand saint Paul √©tait sur le chemin de Damas, pour arr√™ter les gens, J√©sus lui apparut, √† nouveau dans cette Colonne de Feu, et le renversa. Maintenant il est possible que l'un ait pu Le voir et que les autres n'aient pas pu Le voir. Ces hommes qui √©taient avec Paul ne L'ont pas vu. Ils dirent: ¬ęNous avons entendu un bruit, mais nous n'avons pas vu de Lumi√®re.¬Ľ Mais la Lumi√®re √©tait si brillante, pour Paul, qu'Elle aveugla ses yeux, et il fut aveugle pendant plusieurs jours. Une Colonne de Feu!

148    Il est venu √†--Il est venu √† Pierre, en prison, comme une Colonne de Feu. Et Il est ici aujourd'hui!

149    Et si un esprit du--du diable est en vous, vous ferez les oeuvres du diable. Si vous √™tes un hors-la-loi, un esprit, si l'esprit de John Dillinger √©tait en vous, vous prendriez des fusils et vous tueriez des gens. Si l'esprit de quiconque √©tait en vous, vous agiriez comme cette personne.

150    L'Esprit de Christ est en vous, Il agira comme Christ. Il fera les oeuvres de Christ. ¬ęCelui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, il les fera aussi.¬Ľ Vous y voil√†!
    Et maintenant, je dis ces choses juste pour la gloire de Dieu.

151    Et je deviens un vieil homme, et je sais que mes jours ne seront peut-√™tre plus si longs sur Terre. Je ne sais pas. Je ne peux dire cela. J'esp√®re vivre pour voir la Venue du Seigneur. Je ne sais pas si ce sera ainsi. Mais, je ne sais pas si je pr√™cherai un autre sermon. Mais je... Nous ne pouvons dire cela. C'est dans les mains de Dieu. Je ne sais pas.

152    Mais voici une chose. Je... si nous voulons Lui demander de venir au milieu de nous ce matin, et de faire quelque chose, la preuve infaillible qu'Il est le m√™me Christ ressuscit√©, faire la m√™me chose qu'Il a faite quand Il a march√© sur les rivages de Galil√©e. Je me demande combien diraient: ¬ęJe laisserais ma place dans la ligne de pri√®re, m√™me s'Il ne m'appelait pas. Je laisserais ma place. Et je crois que dans mon coeur s'ancrerait une foi qui tiendrait fermement √† Christ, quand je m'en irais de ce b√Ętiment, ce matin.¬Ľ? S'Il veut venir dans ces corps humains ici, ce matin, et donner assez de foi √† quelqu'un, comme la femme qui avait touch√© Son v√™tement!
    Et Il se retourna et dit: ¬ęQuelqu'un M'a touch√©.¬Ľ
    Et ils dirent: ¬ęEh bien! tout le monde Te touche.¬Ľ

153    Il dit: ¬ęMais J'ai senti que Je devenais faible.¬Ľ Et Il regarda autour de Lui, jusqu'√† ce qu'Il trouve la femme, et Il dit, Il lui dit ce qu'elle avait, et quel √©tait son probl√®me, et Il lui dit que sa foi l'avait sauv√©e.

154    C'√©tait J√©sus. Parlez-moi de quelqu'un ayant v√©cu sur terre, qui ait fait cela, en dehors de Lui. Montrez-moi l'histoire o√Ļ cela a d√©j√† √©t√© fait. J'ai le livre ¬ęLes Martyrs¬Ľ de Foxe, j'ai ¬ęLes Premiers √Čcrits¬Ľ de Jos√®phe. J'ai ¬ęLes √āges Primitifs¬Ľ de chez Pemberman. J'ai ¬ęLes Deux Babylones¬Ľ de Hislop. Il n'y a jamais eu quelque chose comme cela jusqu'√† ce jour, c'est vrai, parce que nous sommes au temps de la fin. Nous sommes √† la jonction du temps. Et les Nations sont termin√©s, il ne faudra pas longtemps avant que nous soyons des braises et des cendres.

155    Recevez-Le, s'Il veut le faire. Je ne dis pas qu'Il le fera. S'Il ne le fait pas, nous formerons une ligne de pri√®re. S'Il le fait, direz-vous: ¬ęEt je sais que cette personne est absolument √©trang√®re. Et Dieu fait cela. Et je crois que le Seigneur J√©sus est pr√©sent, et Il prendra mon cas dans Ses mains. Je vais le Lui remettre et je Le recevrai. Comme les 25 Cents; je sortirai d'ici en remerciant Dieu pour ma gu√©rison. Le ferez-vous? Levez les mains et voyons. Combien ici vont dire que vous allez le faire? Levez juste la main, partout. C'est merveilleux. Oh! la la!

156    Maintenant, mettez-vous en condition; Ouvrez ce coeur; Dites: ¬ęJ√©sus, si jamais Tu as agi sur mon coeur, fais-le maintenant. Fais sortir toute l'incr√©dulit√©. Laisse-moi me r√©veiller ici, me secouer. Est-ce vrai que j'ai pass√© au-dessus de quelque chose, toutes ces ann√©es, et que je l'ai manqu√©? Ai-je √©t√© ferm√©? Oh! oui, je sais que Tu es avec moi. Mais T'ai-je laiss√© entrer, partout, pour Te voir?¬Ľ Si vous pouvez Le voir ce matin, la foi va s'ancrer, et les maladies s'en iront. Vous irez bien. Croyez-le maintenant. Oh! la la! J'esp√®re que vous le croirez. Dieu, accorde-le, c'est ma pri√®re.

157    Maintenant, avant cela, prions. [Fr√®re Branham s'agenouille √† l'autel pour prier. - N.D.√Č.]

158    √Ē Seigneur, c'est un jour terrible dans lequel nous vivons. Je r√©alise que tout ce qui pourrait arriver, ce serait parce que Tu le permettrais, Seigneur. Il y en a beaucoup ici, une douzaine ou deux, qui ont peut-√™tre un probl√®me grave, quelqu'un qui n'ira pas bien, √† moins que Tu n'interviennes. Et je prie que Tu nous accordes cette b√©n√©diction.

159    Et P√®re, nous savons qu'il n'y a qu'une seule mani√®re de recevoir la foi. La Bible dit: ¬ęLa foi vient de ce qu'on entend, ce qu'on entend de la Parole de Dieu.¬Ľ La Parole de Dieu dit: ¬ęJ√©sus-Christ est le M√™me hier, aujourd'hui et pour toujours.¬Ľ La Parole de Dieu dit: ¬ęLes choses que Je fais, vous les ferez aussi.¬Ľ La Parole de Dieu dit: ¬ęToutes choses sont possibles √† ceux qui croient.¬Ľ Et, Seigneur Dieu, nous essayons de faire entrer la foi dans le coeur des gens, pour qu'ils ouvrent leur porte, afin qu'ils voient et connaissent la bont√© de Dieu, pour permettre que ces choses soient.

160    Maintenant, aie piti√© de nous, Seigneur. Alors que je m'agenouille sur le c√īt√© de cet autel, √ī Dieu mis√©ricordieux! aie piti√© de nous. Je prie pour chaque personne ici, Seigneur, pour les gens du tabernacle, pour les gens du dehors, pour tous. Tu as dit: ¬ęLa pri√®re de la foi sauvera les malades. Dieu les rel√®vera. Et s'ils ont commis un p√©ch√©, cela leur sera pardonn√©.¬Ľ

161    Et nous savons que si les gens re√ßoivent quelque chose autrement que par la Parole, cela ne dure pas tr√®s longtemps. Nous pensons aux enfants d'Isra√ęl, comme ils ont tr√©buch√© face au surnaturel et ensuite sont tomb√©s dans le d√©sert.

162    Vraiment c'est ainsi, Seigneur, et comme les gens ont une solide foi dans Ta Parole!

163    Maintenant, accorde, ce matin, que Ta grande Pr√©sence permette ce que nous avons demand√©, Seigneur. Afin que les gens puissent savoir et voir la gloire de Dieu. Et que chaque personne qui est ici maintenant, que quelque chose, la foi, descende par les canaux de l'Esprit de Dieu, et oigne leurs coeurs juste maintenant, et que leurs yeux s'ouvrent. Afin que lorsqu'ils quitteront ce b√Ętiment, aujourd'hui, ils puissent dire: ¬ęNos coeurs ne br√Ľlaient-ils pas en nous? Car nous avons vu Son √ätre ressuscit√©. Nous nous sommes pos√© des questions, mais maintenant nous comprenons.¬Ľ Dieu, ouvre large la porte de leur foi maintenant, et entre. Et r√©v√®le-leur, fais-leur conna√ģtre Tes Voies et Ta volont√©.

164    Aide-moi, Seigneur. Je suis un pauvre sujet de Ton Royaume. Je suis indigne. Et je demande pardon pour mes propres p√©ch√©s, mes propres doutes, et mes craintes, et mes transgressions, et mon indiff√©rence, et tout ce que j'ai fait. Seigneur, pardonne-moi; et aide-moi √† √™tre l'un de Tes serviteurs brillants, afin que je puisse magnifier Ton Nom devant mes fr√®res. Dans les choses o√Ļ je n'ai pas la force, donne-moi la force, Seigneur, non pas pour ma gloire. Certainement, Seigneur, pendant toutes ces ann√©es Tu m'as √©prouv√©, je prie afin de trouver gr√Ęce dans Ton coeur ce matin, afin que je puisse obtenir un petit temps de communion et de souffrance avec Toi. Accorde-le, Seigneur. Je Te prie de m'aider maintenant. Et donne la foi aux gens, car je me l√®ve pour regarder, pour voir ce que Tu vas faire. Dans le Nom de J√©sus, amen.

165    Maintenant, ne doutez pas. Croyez seulement, car toutes choses sont possibles √† ceux qui croient.

166    Maintenant, le Seigneur J√©sus n'est pas oblig√© de faire ceci pour nous. Je vais Lui demander pour au moins trois personnes que je ne connais pas, de me r√©v√©ler ce que... Je d√©sire que chacun de vous ayant un besoin de quoi que ce soit, prie. Et ce qu'Il r√©v√©lera, si c'est la v√©rit√©, vous le saurez, si c'est la v√©rit√© ou pas. Si ce n'est pas la v√©rit√©, alors ce n'est pas la v√©rit√©. Vous le saurez, pour vous-m√™mes. Mais si c'est la V√©rit√©, alors embrassez-La et recevez-La.

167    Que ferait-Il s'Il se tenait ici ce matin? S'Il se tenait ici o√Ļ je me tiens, dans un corps physique, comme moi? Si vous disiez: ¬ęSeigneur J√©sus, j'ai besoin de la gu√©rison¬Ľ, que pensez-vous qu'Il dirait? Il dirait: ¬ęEh bien! Je--J'ai fait cela pour toi quand Je suis mort pour toi.¬Ľ Combien savent que c'est la v√©rit√©? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Certainement. C'est d√©j√† termin√©.

168    Alors qu'est-ce qui vous donnerait plus de foi? Que Fr√®re Neville et moi venions prier, et vous imposer les mains, et vous oindre d'huile? La Bible dit cela. Faites cela, c'est bon. Nous croyons cela. Parfois ils n'oignent m√™me pas d'huile. Parfois juste... Ils avaient le discernement, et trouvaient des mauvais esprits et les chassaient. Parfois c'est fait ce cette mani√®re. Et parfois c'est fait simplement en... Quand J√©sus marchait... Maintenant que nous... C'est ce qu'Il a donn√© aux ap√ītres. C'est ce que les Ap√ītres ont fait. Et souvent ils l'ont fait tous de diff√©rentes mani√®res.

169    Maintenant, qu'est-ce qui serait plus efficace, comme nous avons eu tant de r√©unions ici, qu'est-ce qui serait plus efficace maintenant? Simplement laisser le Seigneur descendre et prouver Lui-m√™me qu'Il est ici, dans les sph√®res surnaturelles.

170    Y a-t-il des personnes dans le b√Ętiment ici, qui--au sujet desquelles vous savez ce qui ne va pas, ou que vous ne connaissez pas? Levez la main, s'il y en a. Les personnes dans le b√Ętiment, qui savent que je ne vous connais pas, levez juste la main. Oui, monsieur. Je pense que c'est... partout. Tr√®s bien.

171    Maintenant, le Seigneur... Cela d√©pend de Toi, Seigneur. Maintenant, c'est tout ce que je peux faire. Et, P√®re Dieu, je prie que Tu accordes que ces personnes puissent, dans les dix prochaines minutes, affluer vers l'autel, les coeurs d√©bordants, parce qu'ils voient. Ouvre leurs yeux, Seigneur. Que...

172    Ouvre leurs yeux comme ceux qui sont all√©s √† Emma√ľs. Ils ont march√© toute la journ√©e avec Toi et ne T'ont pas reconnu. Mais quand Tu as fait quelque chose qu'ils savaient que personne ne pouvait faire si ce n'√©tait Toi, ils ont reconnu que c'√©tait Toi. C'√©tait apr√®s que Tu sois mort, enseveli et ressuscit√©.

173    Maintenant, P√®re, accorde la m√™me chose aujourd'hui, parmi ces gens. Et la Bible dit: ¬ęTrois seraient un t√©moin.¬Ľ Ainsi, je prie, Dieu, qu'une confirmation soit faite ce matin, dans la pr√©sence des gens, sans qu'ils soient amen√©s jusqu'√† l'estrade. Tout est par Ta gr√Ęce, que cela soit ainsi, Seigneur, je prie, pour la gloire de J√©sus, et dans le Nom de J√©sus. Amen.

174    Je sais que c'est un moment √©prouvant pour vous, mais qu'en est-il de moi? Mais ce que je pr√™che, je le crois. Ce que je pr√™che, je le pratique; par la gr√Ęce de Dieu, je le pratique. Que Dieu soit avec moi, pour m'aider, afin que vous sachiez que je ne dis pas ces choses de moi-m√™me. Vos yeux s'ouvrent et dites: ¬ęEh bien! je connais Fr√®re Branham depuis longtemps. J'ai vu cela. Mais je vous dis, peu importe qui il est, il pourrait √™tre le fils de Charles Branham, ou ainsi de suite, comme cela, mais je sais une chose, Dieu a fait quelque chose au travers de lui.¬Ľ
    Alors regardez √† Dieu; ne regardez pas √† l'homme. Dieu ne veut pas me montrer; Il veut Se montrer Lui-m√™me. C'est Lui. Maintenant, si une vision voulait juste venir!

175    La voici. Soeur Snyder... Je--j'essaie de m'en √©loigner, voyez. Et, Dieu, sois mis√©ricordieux.

176    Voici un homme, assis ici. La vision est sur lui, il est juste en train de me regarder. Je pense que je vous suis √©tranger. Vous essayiez de vous d√©barrasser d'une habitude, n'est-ce pas? [Un homme dit: ¬ęJ'essaie de me d√©barrasser d'une habitude, monsieur.¬Ľ - N.D.√Č.] Se d√©barrasser de fumer des cigarettes, c'est ce que vous essayiez de faire. Est-ce exact? Levez la main si c'est vrai. Non, je veux dire le jeune homme assis l√† derri√®re. Je ne vous connais pas. Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, est-ce exact? Si c'est ainsi, faites signe de la main comme ceci. √Čtiez-vous exactement en tain de prier √† ce sujet? Tr√®s bien.

177    Vous croyez? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Qu'est-ce qui fait cela? Qu'a-t-il touch√©? La Bible dit qu'Il est le Grand Pr√™tre qui peut √™tre touch√© par le sentiment de nos infirmit√©s. Il ne m'a jamais touch√©. Je n'ai jamais vu cet homme. Mais il a touch√© Christ, qui est ici, et Christ a utilis√© mes l√®vres et mes yeux, pour parler.

178    Vous avez les mains lev√©es, jeune homme. Je vous vois gardant les mains lev√©es. Croyez-vous que je sois le proph√®te de Dieu? Voudriez-vous accepter ce que je vous ai dit? Si vous aviez la foi et que vous croyiez! Vous pensez qu'elle pourrait vraiment √™tre sauv√©e? C'est pour votre petite amie que vous priez, n'est-ce pas? [L'homme dit: ¬ęC'est vrai.¬Ľ. - N.D.√Č.] Hein-hein! Vous voulez qu'elle soit gu√©rie aussi, n'est-ce pas? Si c'est exact, tenez-vous debout. Vous! C'est exact, n'est-ce pas? [¬ęOui, monsieur.¬Ľ] Maintenant, ayez foi en Dieu et vous le recevrez. Je vous suis √©tranger, jeune homme, je ne vous ai jamais vu. Sommes-nous √©trangers? Levez les deux mains, haut, si nous sommes √©trangers. Je ne vous ai jamais vu de la vie; vous ne m'avez jamais vu. Maintenant qui... Vous pouvez vous asseoir maintenant, et recevoir ce que vous avez demand√©. Votre foi vous l'a accord√©.
    Croyez-vous? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ]

179    C'√©tait une plaisanterie, il y a un instant, n'est-ce pas, soeur? Mais ce n'est pas une plaisanterie maintenant. Je savais que le Seigneur ferait cela, ou je pensais qu'Il le ferait. On ne joue pas avec Dieu. Il est r√©el. Si tu peux croire!

180    Voici une femme assise ici derri√®re. Elle prie pour quelqu'un d'autre. Cette femme a un probl√®me nerveux. Elle est catholique, de confession. C'est exact. Elle habite dans l'avenue Meigs, n'est-ce pas? Si c'est vrai, levez la main, madame. Tr√®s bien. Vous croyez? Alors recevez ce que vous avez demand√©, si vous pouvez croire.

181    Et vous, l√† derri√®re? Quelqu'un... Non, vous n'√™tes pas trop loin derri√®re. Christ sait exactement o√Ļ vous √™tes assis. Je vous d√©fie, au Nom de J√©sus, de croire maintenant. Il est ici. Son Esprit est ici. Sa Puissance est ici.

182    Voici un homme, assis l√† derri√®re, en train de me regarder maintenant. Il porte une cravate verte, un costume gris, comme cela. Il est en train de prier, √©galement. Il d√©sire √™tre gu√©ri d'un genre de probl√®me d'estomac, un probl√®me gastrique dans son estomac et ses intestins. C'est exact. Vous, assis l√†; laissez-moi vous dire qui vous √™tes. Vous √™tes all√© chez un m√©decin, hier, et il vous a examin√©. C'est exact. Je ne vous connais pas, vous savez cela, mais Dieu vous conna√ģt. Votre foi vous a sauv√©, monsieur. Louange au Dieu vivant!

183    La dame assise juste derri√®re lui, dans la rang√©e suivante, environ trois, l√† derri√®re. L√†, en train de prier pour votre belle-m√®re, qui est estropi√©e. Si vous croyez, tr√®s bien.

184    Il y a un petit homme assis l√†, la main √† la bouche, en train de me regarder, l√† tout en arri√®re. Il a la main √† la bouche. Il prie. Il y a comme un esprit triste autour de lui. Il s'essuie les yeux. Je n'arrive pas √† distinguer, un homme jeune. Il prie pour quelqu'un. C'est quelqu'un de sa parent√©. Cet homme a √©t√© dans une institution. C'est une jeune personne. C'est un beau-fr√®re, un probl√®me nerveux, ou un probl√®me mental. C'est exact, monsieur. Vous avez la foi, et Dieu va s'occuper de cela pour vous.

185    Je d√©fie votre foi en Christ. Le croyez-vous? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Est-ce que cela fait trois? Oh! c'est... Votre foi est-elle assise? Votre coeur est-il ouvert? Levez les mains, si votre coeur s'est ouvert. La porte est-elle ouverte? [¬ęAmen.¬Ľ] Alors, courbons la t√™te.

186    Seigneur, approche-Toi maintenant, Seigneur b√©ni. √Ē Dieu, je Te suis reconnaissant, P√®re, que Tu as accord√© ces b√©n√©dictions. Que ces, les gens qui sont ici pr√©sents sauront que ce n'√©tait pas Ton serviteur. C'√©tait le Dieu du Ciel, Qui nous a honor√© ce matin en venant au milieu de nous, et permettant de que telles choses soient faites. Pour prouver √† cette g√©n√©ration de Nations, avant qu'elle ne soit effac√©e de la terre, que Tu es le Messie. Tu es le Seigneur Dieu des Cieux. Tu es ici, √ī Seigneur.

187    S'il te pla√ģt, je Te demande de donner encore un grand choc √† ce peuple, comme il faudrait, ou d'ouvrir leur entendement, car ils continueront dans leurs p√©ch√©s s'ils manquent de Te croire et de confesser leurs doutes et leur incr√©dulit√©. Qu'une telle b√©n√©diction descende sur les gens, juste maintenant, afin qu'ils sachent que le Saint-Esprit est pr√©sent, et qu'Il veut tout autant les gu√©rir, qu'Il d√©sire gu√©rir quiconque. C'est bas√© sur: ¬ęSi tu peux croire; toutes choses sont possibles.¬Ľ Seigneur, accorde-le. Et puisse Ta puissance de gu√©rison envahir les coeurs des gens, maintenant m√™me, et gu√©rir chacun d'eux. Je Te remercie, Seigneur.

188    Quand Satan viendra comme un lion rugissant, l'Esprit du Seigneur √©l√®vera un √©tendard contre lui, et le renversera, le grand Satan qui pr√©tend √™tre le Grand. Mais notre Seigneur J√©sus est le Grand, Lui et P√®re Dieu.

189    Et je prie, Seigneur, que maintenant m√™me, par Ton Esprit, Tu Te d√©places dans l'assembl√©e et que Tu gu√©risses chaque personne. Par le Nom du Seigneur J√©sus, nous le demandons. Amen.

190    Croyez-vous que vous √™tes gu√©ris? Vous croyez que par Ses meurtrissures... Quelque chose s'est-il ancr√© dans votre coeur? Vous avez les 25 Cents qui vont vous faire quitter le b√Ętiment. Les avez-vous? Levez la main: ¬ęJe l'ai. C'est une foi ancr√©e. Peu importe le temps que cela prendra, combien de jours, combien d'heures. J'ai le pouvoir d'achat de ma gu√©rison, maintenant m√™me; et je vais quitter ce b√Ętiment, maintenant m√™me, tout comme si j'√©tais parfaitement bien.¬Ľ
    Vous pouvez l'√™tre, quand vous vous l√®verez. Vous pouvez ne pas l'√™tre; vous pouvez ne pas l'√™tre pendant des semaines. Je ne sais pas. Mais vous le serez, si vous avez la foi pour le croire. Dieu est la foi. Croyez-Le de tout votre coeur.

191    Maintenant, enfermez-vous vous-m√™me avec Dieu. Maintenant, commencez comme ceci: ¬ęSeigneur, je crois. Seigneur, je crois. Tous mes doutes sont ensevelis dans la Fontaine. Seigneur, je crois. Sauveur, √©l√®ve ma foi en Toi, jusqu'√† ce que je puisse d√©placer la montagne. √Ē Seigneur, pourrais-Tu Te tromper? Tu ne peux Te tromper. Tout d'abord, si Fr√®re Branham n'avait pas une seule chose √† dire, Ta Parole le dit. Alors, par gr√Ęce, Tu as permis √† Fr√®re Branham de regarder √† tant de personnes dans ce b√Ętiment, pour faire la m√™me chose que Tu as faite quand Tu as march√© en Galil√©e. Si j'ai eu un doute dans mon coeur, enl√®ve-le, Seigneur, avant que ma journ√©e soit termin√©e. Avant que je sois appel√© pour r√©pondre au Jugement, enl√®ve mon p√©ch√© d'incr√©dulit√©. Et rends-moi tout √† Toi maintenant. Laisse-moi √™tre √† Toi.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse, c'est ma pri√®re. Et ceux...

192    Maintenant, alors que vous priez, enfermez-vous avec Dieu, il y a ceux qui ont lev√© la main, qui voulaient une marche avec Dieu, qui voulaient Lui ouvrir leurs coeurs. L'autel est ouvert, maintenant, mon ami. Je vais inviter chacun de vous √† venir ici √† l'autel et √† s'agenouiller et √† dire: ¬ęSeigneur J√©sus, sois mis√©ricordieux. Je d√©sire que Tu viennes dans mon coeur. Enl√®ve tous les doutes. Enl√®ve toutes les craintes. Enl√®ve l'√©go√Įsme. Enl√®ve tout, et Toi, entre. Entre dans mon coeur et sois le Seigneur. Oh! je crois que Tu es mon Sauveur, mais Tu n'as pas √©t√© mon Seigneur.¬Ľ

193    Que Dieu vous b√©nisse, Fr√®re. Le nom de cet homme est Davis. Il vient de Virginie. Il est ici pour abandonner l'habitude de fumer et une petite rancoeur qu'il a tenue dans son coeur contre un bien-aim√© depuis qu'il est enfant. C'est pourquoi il est √† l'autel, ce matin.

194    Venez maintenant. Vous √™tes invit√©s √† venir √† l'autel maintenant. Agenouillez-vous ici devant le Christ de Dieu. Ne prenez pas garde √† l'humble petit tabernacle. Prenez garde √† Celui qui est ici, ce matin, notre Sauveur b√©ni. Voulez-vous venir? Vous √™tes invit√©s. Le Seigneur J√©sus attend que vous veniez, pour que tout esprit, par la purification, s'en aille de votre coeur.
...Ses chers enfants;
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant;
Venez ce matin, agenouillez-vous dans Sa Présence.
Dieu conduit Ses chers enfants;
Parfois dans la vallée de la nuit la plus noire,
Dieu conduit Ses chers enfants.
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin,
Mais Dieu donne un chant quand c'est la saison de la nuit et toute la journée.
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant
Quand c'est la saison de la nuit et toute la journée.
Bien que la tristesse nous touche et l'opposition de Satan,
Dieu conduit Ses chers enfants;
Par gr√Ęce nous pouvons conqu√©rir; les pieds de ceux qui sont √©puis√©s, Dieu conduit Ses chers enfants.
Ne voulez-vous pas Le laisser vous conduire?
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant
Quand c'est la saison de la nuit et toute la journée.

195    Maintenant, vous √™tes invit√©s, alors que nous chantons; si Dieu frappe √† votre coeur, pour que vous ouvriez votre coeur, pour voir Sa Pr√©sence, pour vous r√©jouir de Ses b√©n√©dictions alors qu'Il est votre Seigneur, votre Gouverneur. Ne voulez-vous pas juste oublier que vous √™tes dans ce petit tabernacle? Venez ici au Tr√īne de Sa gr√Ęce et agenouillez-vous avec ces autres personnes qui pleurent, et ouvrez votre coeur, afin qu'Il puisse ouvrir votre entendement, afin que vous soyez Son enfant et que vous Le serviez. Encore une fois, nous chantons, le dernier couplet de ce chant. Vous √™tes invit√©s. Venez maintenant.
Loin du bourbier, et loin de la boue,
Dieu conduit Ses chers enfants;
L√†-haut dans la gloire, au jour de l'√Čternit√©,
Dieu conduit Ses chers enfants.
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin, mais Dieu donne un chant
Quand c'est la saison de la nuit et toute la journée. (Doucement.)
Certains par l'eau, certains par les flots,
Certains par le feu, mais tous par le Sang;
Certains par un grand chagrin (ne comprenez-vous pas?)...
Quand c'est la saison de la nuit et toute la journée.

196    Courbons la t√™te avec respect maintenant, dans la Pr√©sence du grand Roi de gloire, le grand Prince de la paix. Combien nous sommes reconnaissants que vous ayez √©lev√© vos coeurs ouverts √† ce grand Esprit qui est pr√©sent maintenant. ¬ęCelui qui vient √† Moi, je ne le rejetterai en aucune mani√®re.¬Ľ Quel que soit votre besoin. ¬ęQuelles que soient les choses que vous d√©sirez, quand vous priez, croyez que vous les recevez, et vous les aurez.¬Ľ Dieu fait ceci pour nous.

197    Maintenant, les enfants, comme vous √™tes dans le b√Ętiment, partout, courbez juste la t√™te. Soyez vraiment respectueux, pendant que notre fr√®re prie, et nous allons recevoir ce que nous avons demand√©. Que le Seigneur vous b√©nisse richement maintenant, alors que la soeur continue √† chanter doucement maintenant. [Fr√®re Neville prie. - N.D.√Č.]
EN HAUT