ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'Eglise s’en ira-t-elle avant la tribulation de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 58-0309E La durĂ©e est de: 1 heure 24 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

L'Eglise s’en ira-t-elle avant la tribulation

1    Inclinons la tĂȘte juste un instant maintenant pour un mot de priĂšre.

2    Dieu trĂšs saint et juste, nous voulons Te remercier de Ta bontĂ©, car elle vaut mieux que la vie pour nous. Et nous Te prions de nous rencontrer, ce soir, d’une maniĂšre trĂšs spĂ©ciale, et de nous accorder Tes bĂ©nĂ©dictions. Puissions-nous voir la main puissante et tendue de notre tendre Sauveur guĂ©rir les malades et les affligĂ©s, et accueillir ceux qui sont fatiguĂ©s de suivre la voie du pĂ©chĂ© ce soir, les inviter Ă  la maison du PĂšre oĂč ils sont censĂ©s se trouver.

3    Nous Te demandons de Te souvenir de ceux qui se sont Ă©garĂ©s loin du chemin Ă©troit et resserrĂ©, afin qu’eux aussi reviennent encore Ă  la communion du PĂšre.

4    Et ce soir, nous Te prions, Seigneur, d’ouvrir les oreilles des gens pour qu’ils entendent l’Évangile, et de circoncire les lĂšvres de l’orateur. Et puissions-nous ĂȘtre utilisĂ©s pour Ta gloire. Et Ă  la fin de ce service, quand nous retournerons dans nos diffĂ©rentes demeures, puissions-nous dire comme ceux qui venaient d’ÉmmaĂŒs: «Nos cƓurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous, lorsqu’Il nous parlait en chemin?» car nous le demandons au Nom de Ton Fils, le Seigneur JĂ©sus. Amen.

5    Ce soir, j’aimerais lire une portion des Écritures, le chapitre 17 de Saint Luc, en commençant au – au verset 26.
    Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme aux jours du Fils de l’homme.
    Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour oĂč NoĂ© entra dans l’arche; le dĂ©luge vint, et les fit tous pĂ©rir.
    Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bĂątissaient;
    mais le jour oĂč Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de soufre tomba du ciel et les fit tous pĂ©rir.
    Il en sera de mĂȘme le jour oĂč le Fils de l’homme paraĂźtra.
    Et comme sujet, je voudrais prendre dans GenĂšse, le chapitre 19, et le – le verset 22.
    HĂąte-toi et viens ici, car je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©.

7    Ce matin, j’ai parlĂ© des jugements imminents. Et ce soir, j’aimerais continuer. Nous sentons les vents chauds du jugement imminent du Dieu Tout-Puissant. Puisque nous commençons Ă  percevoir ces choses, il nous incombe de voir attentivement oĂč nous en sommes concernant l’heure dans laquelle nous vivons.

8    Et il y a quelque temps, j’ai eu le privilĂšge de visiter l’Inde. Et juste avant que je n’arrive en Inde, ils avaient connu un grand tremblement de terre. Et en Inde, je lisais dans les journaux comment, deux jours avant le tremblement de terre, les gens semblaient savoir que quelque chose n’allait pas, tous les petits oiseaux qui vivaient dans les fissures de grands bĂątiments et qui vivaient le long de grands murs en pierres. La bonne partie de l’Inde a des murs en pierres. Et tous les petits oiseaux qui avaient leurs nids dans ces fissures, ont quittĂ© les murs. Et tout le bĂ©tail qui d’habitude, se tenait Ă  l’ombre, les aprĂšs-midi, prĂšs de grands bĂątiments, et prĂšs de grands murs en pierres, pendant environ deux jours, avant le tremblement de terre, tous ces animaux ainsi que les petits oiseaux sont allĂ©s rester au milieu du champ.

9    Vous voyez, il y avait quelque chose de rĂ©el en rapport avec cela, c’est que Dieu prenait soin de Ses petits oiseaux et de Ses animaux. Vous savez que le mĂȘme Dieu qui les conduisit Ă  l’arche au dĂ©but, lorsque les gens furent dĂ©truits par l’eau Ă  la suite de la prĂ©dication de NoĂ©, ce mĂȘme Dieu vit et rĂšgne encore aujourd’hui, et Il a le contrĂŽle de Ses crĂ©atures.

10    Et je me disais que si Dieu S’est tant prĂ©occupĂ© de Ses petits oiseaux, de Son bĂ©tail et de Ses brebis, pour les Ă©loigner de la destruction avant que celle-ci ne frappe, combien plus Se prĂ©occupera-t-Il de Ses enfants, qui sont nĂ©s de Son Esprit et lavĂ©s dans Son Sang? Il Se prĂ©occupe d’eux. Et de mĂȘme qu’Il a averti les petits oiseaux de quitter leurs nids, je crois vraiment qu’Il avertit de mĂȘme Son peuple aujourd’hui. De mĂȘme que nous voyons venir les grands signes de Sa Venue, de mĂȘme je crois que Dieu est en train d’avertir Son peuple, pour que ce dernier se rassemble. Et un grand appel dans ce dernier jour...

11    Mon sujet ce soir, c’est: L’Église s’en ira-t-Elle avant la – la tribulation? Eh bien, il est plus tard que vous ne le pensez.

12    Il est tellement tard que je crois qu’en AmĂ©rique, c’est presque trop tard. Nous sommes juste Ă  la fin de la route.
    Et ce matin, pendant que je prĂȘchais sur Babylone et les conditions dans lesquelles elle Ă©tait, j’ai pensĂ© que ce serait une trĂšs bonne chose, ce soir, d’en prĂ©senter quelques-unes contenues dans la Bible pour montrer combien nous sommes proches de la Venue du Seigneur. Et nous voyons que, nous... avec notre oeil naturel que quelque chose est sur le point d’arriver.

13    Il y a un – un tel dĂ©sordre parmi les gens qu’il est tout simplement difficile d’envisager un rĂ©veil. Les Ă©glises sont trĂšs divergentes et elles se battent Ă  cause des barriĂšres dĂ©nominationnelles. Et les chrĂ©tiens semblent si nerveux et si troublĂ©s. Mais vous savez, c’est Ă©trange, mais notre Seigneur a dit que lorsque ces choses commenceront Ă  arriver, qu’on lĂšve les yeux, car notre rĂ©demption serait proche.

14    Et comme nous voyons Sa grande misĂ©ricorde, telle que projetĂ©e sur nous, en voyant Ses mains opĂ©rer de grands miracles et prodiges, nos yeux seront ouverts dans quelques instants pour voir cela. Et cela nous procure alors cette consolation trĂšs solennelle, de savoir que le Dieu de la Bible est encore vivant aujourd’hui. Et Il aime Ses enfants, Il les avertit; et ceux qui sont spirituels sont en train de sortir.

15    Et nous remarquons qu’à l’époque oĂč JĂ©sus en parlait, Il a dit: «Ce qui arriva au temps de NoĂ© et au temps de Lot...»

16    Eh bien, Ă  chaque jonction des temps, Dieu lance toujours un cri de misĂ©ricorde avant le cri du jugement.

17    Maintenant, si vous ĂȘtes un historien... Et j’ai Ă©tudiĂ© l’histoire cette semaine, ces deux ou trois derniĂšres semaines, l’histoire ancienne de l’église des PĂšres PrĂ©-NicĂ©ens, juste avant le Concile de NicĂ©e, et ce sont eux qui ont formĂ© l’Église catholique pendant les 1500 ans des Ăąges de tĂ©nĂšbres... Et je trouve dans les Ă©crits nicĂ©ens du Concile prĂ©-nicĂ©en, qu’ils avaient connu la mĂȘme chose que nous connaissons aujourd’hui. Oh, comme cela se rĂ©pĂšte!

18    Et nous voyons la condition de l’église, la condition des gens ainsi que les signes de temps, cela est Ă©crit partout.

19    Eh bien, Dieu, avant de faire quoi que ce soit, Ă  chaque jonction des temps, Il envoie toujours la misĂ©ricorde, un ange, un prophĂšte, un message. Et cependant comme toujours, le tout est rejetĂ© avec mĂ©pris. L’église ne veut pas recevoir cela.

20    NoĂ©... Il a parlĂ© de NoĂ© ici. Et celui-ci prĂȘcha pendant cent vingt ans. Et bien que son message fĂ»t la misĂ©ricorde, les gens ne tinrent pas compte de son enseignement. C’était quelque chose destinĂ© Ă  les sauver, et cependant, ils ne voulurent pas Ă©couter. N’est-ce pas lĂ  une trĂšs belle image du temps prĂ©sent!

21    Eh bien, vous pourriez me dire: «FrĂšre Branham, comment pouvez-vous parler de «belle», en nous peignant une image comme celle que vous ĂȘtes en train de peindre?»

22    Elle est belle, car le Seigneur JĂ©sus vient bientĂŽt pour Son Église, et c’est la plus belle pensĂ©e que toute crĂ©ature de Dieu puisse avoir Ă  l’esprit:  sortir de ce chaos pour entrer dans Sa gloire bĂ©nie, lĂ  oĂč les personnes ĂągĂ©es rajeuniront, oĂč les malades seront Ă  jamais en bonne santĂ©; il n’y aura plus de tristesse ni de chagrin. N’est-ce pas lĂ  la chose la plus belle Ă  laquelle je puisse penser... Et heureux ceux qui attendent ce temps de rassemblement!

23    Maintenant, nous dĂ©couvrons, alors que JĂ©sus se rĂ©fĂ©rait au temps de NoĂ©... Faisons simplement un recul, car Il a dit: «Inspirez-vous de l’exemple de ce temps-lĂ ...»

24    Bon, lorsque CaĂŻn et Abel... Lorsque CaĂŻn a tuĂ© Abel, et que celui-ci fut par la suite remplacĂ© par Seth, nous comprenons que Satan avait tentĂ© de dĂ©truire cette Semence qui devrait venir, car Dieu avait promis que la Semence de la femme briserait la tĂȘte de la semence du serpent. Et Satan essayait de dĂ©truire cette Semence royale. Et il pensait y ĂȘtre parvenu lorsqu’il tua Abel. Mais Dieu suscita Seth Ă  sa place, une trĂšs belle image de la mort et de la rĂ©surrection de Christ, la Semence royale qui venait.

25    Ensuite, il est frappant de constater comment, dans la lignĂ©e de CaĂŻn, les gens devinrent trĂšs religieux. Et c’était des gens qui frĂ©quentaient l’église. Il en Ă©tait ainsi de CaĂŻn, il frĂ©quentait l’église. Il adorait le Seigneur. Il a dressĂ© un autel. Il Ă©tait membre d’église. Il payait ses dettes. Quand on le regardait, il Ă©tait Ă  tous  Ă©gards un vrai croyant.

26    Mais il n’existe que trois catĂ©gories de gens, Ă  savoir: les croyants, les incrĂ©dules et les semi-croyants. Et le monde en est encore plein ce soir.

27    Et CaĂŻn faisait simplement semblant de croire. Et de sa lignĂ©e est venu un grand nombre des gens qui frĂ©quentent l’église, des gens trĂšs religieux.

28    Eh bien, on n’est pas trĂšs habituĂ© Ă  entendre cela, mais avez-vous remarquĂ© que c’est de son cĂŽtĂ© qu’est issue la race des gens cultivĂ©s et instruits? La Bible le dit clairement. Elle rapporte qu’ils bĂątissaient et faisaient de grandes rĂ©alisations. La science vient de la lignĂ©e de CaĂŻn. Et les grands savants, les docteurs ainsi que les grands hommes sont issus de la lignĂ©e de CaĂŻn.

29    Par contre, l’autre cĂŽtĂ©, c’était une – une catĂ©gorie des gens pauvres et des paysans; mais c’était des gens qui croyaient que leur Dieu Ă©tait rĂ©el. Ô Dieu, compte-moi parmi eux!

30    Et juste avant que n’arrive le temps de la fin, il y avait une grande confusion. Et on aurait dit que le camp de grandes Ă©glises avait triomphĂ©, exactement comme c’est le cas aujourd’hui. Car la science...

31    Et une autre grande chose, il est dit que les hommes bĂątissaient. Il n’y a jamais eu dans l’histoire un temps oĂč la construction a Ă©tĂ© aussi importante qu’aujourd’hui. C’est l’un des signes du temps de la fin. Nous n’avions jamais eu un tel temps de construction. Eh bien, mĂȘme dans notre petite ville ici, je n’arrive plus Ă  trouver assez d’espace pour aller chasser le lapin. Tout est en cours de lotissement. Rien que des constructions et des plantations... Et si nous ouvrons nos yeux, c’est l’un des poteaux indicateurs de Dieu, montrant que la fin est proche.

32    Et ce matin, nous prĂȘchions sur les spoutniks [Satellites artificiels – N.D.T.] ainsi que les missiles, comment, Ă  partir de Moscou, on peut diriger un missile vers le centre de Fourth Street, Ă  Louisville, sans quitter Moscou. Et cela fera une excavation dans le sol de 53,34 mĂštres de profondeur, sur un rayon de 281.629,25 mĂštres. VoilĂ  la dimension qu’aurait l’excavation. Trois missiles dĂ©truiraient toute la terre et la dĂ©placeraient de son orbite. La science, voyez-vous de quel cĂŽtĂ© elle se trouve? Elle se trouve du cĂŽtĂ© des mĂ©chants.

33    Dieu s’attend Ă  ce que Ses enfants se confient en Lui pour tout ce qu’ils possĂšdent. Mais nous cherchons Ă  nous confier dans la main de l’homme. Je prĂ©fĂšre fonder mes espoirs sur Christ, en m’en tenant solennellement Ă  Sa grĂące et Ă  Sa misĂ©ricorde, plutĂŽt que sur un groupe de gens instruits, qui formeraient une organisation et diraient: «Voici le chemin.» Christ a dit: «Je suis le chemin, la vĂ©ritĂ© et la LumiĂšre, et nul ne vient au PĂšre que par Moi.»

34    Donc, vous voyez que c’est un grand jour de l’instruction. C’est un grand jour des conflits mondiaux. Et juste au milieu de cela, ils doivent avoir eu un monde plus scientifique que celui que nous avons aujourd’hui. Ils construisirent des pyramides. Nous n’avons rien qui pourrait construire une pyramide. Si jamais vous vous teniez prĂšs d’elle... J’y ai dĂ©jĂ  Ă©tĂ©, en Égypte; et celles du Mexique seraient plus hautes que des pĂątĂ©s de maisons, et c’étaient de grosses pierres pouvant peser jusqu’à des centaines de tonnes, Ă©rigĂ©es lĂ , au sommet de ce bĂątiment gigantesque. Et c’est si parfaitement taillĂ© qu’il n’y a mĂȘme pas d’espace pour une lame de rasoir. Cela Ă©tait taillĂ© de main de maĂźtre. Oh, quel jour scientifique! Et qui plus est, elle se tient si parfaitement au centre de la terre que, quelle que soit la position du soleil , il n’y a jamais d’ombre autour d’elle. Je doute que nous puissions faire autant aujourd’hui, avec notre science moderne.

35    Mais JĂ©sus a dit: «Ce qui arriva du temps... arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de Dieu.»Bon, NoĂ© a donc prĂȘchĂ© pendant cent vingt ans. Et remarquez, on se moqua de lui.

36    Eh bien, JĂ©sus a Ă©galement dit que ce qui arriva du temps de Lot, arrivera... Du temps de Lot, les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, plantaient, bĂątissaient, vendaient, achetaient.

37    Oh, jamais il n’y a eu une Ă©poque qui fĂ»t aussi commerciale qu’aujourd’hui! Il y a tout un tas de voitures d’occasion et tout le reste, au point qu’on peut acheter un rĂ©frigĂ©rateur cette annĂ©e et dĂ©penser pour cela environ quatre ou cinq cents dollars, et l’annĂ©e prochaine personne n’en veut. Il est dĂ©modĂ©. Ne voyez-vous pas lĂ  oĂč le monde commercial vous fait travailler sans rĂ©pit? Vous pouvez acheter une voiture cette annĂ©e, et l’annĂ©e prochaine elle sera probablement aussi bonne que celle que vous pourriez acheter Ă  ce moment-lĂ , mais elle se sera dĂ©prĂ©ciĂ©e de mille dollars, parce qu’on aura modifiĂ© le bouchon du radiateur, ou qu’on aura fait un petit quelque chose de ridicule lĂ -dessus; c’est juste un boniment, afin d’accomplir la Bible. Ce qui arriva  du temps de NoĂ©... Et du temps de Lot...

38    Bien que dans chaque Ăąge les anges aient apparu, que les prophĂštes aient surgi, leur message a cependant toujours Ă©tĂ© la grĂące, la misĂ©ricorde et la dĂ©livrance. Le message de Dieu a toujours Ă©tĂ© la dĂ©livrance, juste avant la fin des temps. Examinez cela dans les Écritures; NoĂ© prĂȘcha la dĂ©livrance, et les gens se rirent de lui, et le ridiculisĂšrent, et se moquĂšrent de lui.

39    Et ce qui arriva en ces jours-lĂ , arrivera aussi aujourd’hui. Et lorsque vous proclamez le message selon lequel Christ est ressuscitĂ© des morts, comme Il a promis qu’Il Se rĂ©vĂ©lerait, et aujourd’hui les gens font Ă  ce message ce qu’ils firent au message d’autrefois...

40    Lot Ă©tait allĂ© Ă  Sodome, et il fit de son mieux pour amener sa famille Ă  Ă©couter le message de l’Ange, mais on se moqua de lui et on dit qu’Il s’amusait.

41    Oh, quelle image de ce jour! Lorsqu’on apporte aux gens un message de dĂ©livrance de la part de Dieu, ils disent: «Vous jouez Ă  la religion. Vous essayez d’imiter quelque chose.» C’est la mĂȘme race de gens. Dans quelle heure vivons-nous? Eh bien, ils pensent qu’ils sont les seuls qui seront sauvĂ©s. Ils pensent qu’ils sont les seuls qui prĂȘchent l’Évangile.

42    JĂ©sus a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Ce n’est pas Ma Parole; c’est la Sienne.

43    Et remarquez, j’aimerais que vous remarquiez rapidement le genre de message que cela Ă©tait. Oh, ça me fait simplement tressaillir le cƓur! Quand je pense que Sodome et Gomorrhe Ă©taient devenues si corrompues moralement qu’on trouvait partout des pervers.

44    Mais bien avant la grande destruction finale, Dieu envoya un prophĂšte lĂ . Et je pense aussi qu’Il y envoya un Ange. Et j’aimerais que vous remarquiez le message de l’Ange. Abraham, qui avait pris le chemin avec les quelques mĂ©prisĂ©s du Seigneur, s’était Ă©tabli dans le – le dĂ©sert, lĂ  oĂč la terre Ă©tait pauvre.

45    Et Lot s’en Ă©tait allĂ© et Ă©tait devenu le maire de la ville. Et il Ă©tait un grand homme au milieu du pĂ©chĂ©. Je prĂ©fĂ©rerais ne pas ĂȘtre trĂšs populaire mais ĂȘtre en ordre avec Dieu. Mais Lot Ă©tait trĂšs populaire. Et il Ă©tait assis dans les rues, Ă  l’entrĂ©e de la ville. Il Ă©tait le juge pour ceux qui pouvaient entrer et pour ceux qui ne pouvaient pas entrer. Et le voilĂ  livrant sa vie Ă  la fornication, Ă©tant bien conscient que de tels actes se commettaient dans sa ville.

46    N’est-ce pas lĂ  une image de ce jour et de notre nation: des programmes non censurĂ©s, toutes sortes de folies, de la mĂ©chancetĂ©, la bassesse... Oh, ils pourraient bien mettre fin Ă  cela, s’ils le voulaient, mais ils ne veulent pas. Et ils ne sauront le faire, car Dieu a dit qu’il en serait ainsi. Si seulement ils pouvaient ouvrir les yeux et comprendre...

47    Et remarquez, juste avant que la grande heure cruciale ne vienne, Abraham et Sarah, qui Ă©taient assis dehors sous le chĂȘne... Un jour, pendant qu’ils Ă©taient lĂ  dehors, Sarah vit des gens venir et elle se retira dans la tente.

48    Combien c’était diffĂ©rent d’avec les femmes d’aujourd’hui; combien c’était tout autre chose lĂ  Ă  Sodome! Quand c’est l’heure oĂč les hommes rentrent Ă  la maison, toutes elles mettent leurs petits habits courts et sortent, et elles prennent des tondeuses Ă  gazon. Quelle diffĂ©rence!

49    Mais Sarah entra dans la tente. Et alors, ces Hommes vinrent et Abraham Les observait. Ils avaient l’air des Étrangers. Et l’Un d’eux semblait ĂȘtre le Porte-parole, et lorsqu’Il se fut assis, Il commença Ă  parler avec Abraham.

50    Abraham dit: «Assoyez-vous ici, j’irai prendre un peu d’eau et vous laverai les pieds. Et je pĂ©trirai un petit pain, et nous apprĂȘterons cela, et vous pourrez manger un morceau de viande, aprĂšs quoi, vous pourrez poursuivre votre route.»

51    Et ayant couru vers le troupeau, il parvint Ă  trouver un veau gras et le tua; il dit Ă  Sarah de pĂ©trir un petit pain et de faire quelques gĂąteaux.

52    Puis il parla Ă  l’Homme. Je crois que, d’une maniĂšre ou d’une autre, Abraham savait Ă  Qui il avait affaire. Et l’Homme qui Ă©tait l’orateur avait le dos tournĂ© Ă  la tente. Il Ă©tait le Messager de ce jour-lĂ . Et Il dit: «Abraham, Je te visiterai conformĂ©ment Ă  la promesse. Il y a vingt-cinq ans, Je t’ai fait la promesse, et Je vais la tenir.»

53    Oh, bĂ©ni soit le Nom du Seigneur! Dieu a fait une promesse selon laquelle dans les derniers jours, Il rĂ©pandrait de Son Esprit sur toute chair, et Il tiendra cela. JĂ©sus a fait une promesse, disant: «Les choses que Je fais, vous les ferez aussi.» Et Il tiendra cela, car Il est juste.

54    Et Abraham L’observait. Et Il dit: «Le mois prochain, vers cette pĂ©riode, quand son terme sera lĂ  [Darby. – N.D.T.] (c’était avec Sarah), Je te visiterai, et Sarah aura l’enfant que J’ai promis.» Or, Abraham avait cent ans, et Sarah quatre-vingt-dix.

55    Et Sarah Ă©tant derriĂšre l’Ange, Ă  l’intĂ©rieur de la tente, se mit Ă  rire [FrĂšre Branham en fait l’illustration. – N.D.É.]

56    Et l’Ange, le dos tournĂ© Ă  la tente, dit: «Pourquoi Sarah a-t-elle ri?» C’était le Messager. Oh, comprenez-vous de quoi je parle? Quelle sorte de tĂ©lĂ©pathie mentale Ă©tait-ce? Avec le dos tournĂ© Ă  la tente, et elle tout en Ă©tant Ă  l’intĂ©rieur, sourit, et Il dit: «Pourquoi a-t-elle ri?» Il le savait. Et c’était cela le dernier message avant que Sodome et Gomorrhe ne fussent brĂ»lĂ©es. FrĂšre, si vous entendez cela ce soir, c’est maintenant le dernier message avant que le monde ne soit brĂ»lĂ©. Voyez-vous la nature de l’Ange? Qui Ă©tait cet Ange? C’était Dieu.

57    Rappelez-vous qu’Abraham L’appela «Seigneur». Et la traduction Ă  cet endroit, c’est Élohim, le Grand et Puissant JĂ©hovah. C’était JĂ©sus-Christ rĂ©incarnĂ©.

58    Quelqu’un a dit:» Vous voulez dire que c’était... Comment a-t-Il eu ce corps?»

59    Eh bien, Il a simplement appelĂ© ces deux Anges et a soufflĂ© un peu comme cela, et les atomes, le calcium ainsi que la potasse se sont rassemblĂ©s, et Gabriel entra dans l’un, et l’autre Ange dans l’autre. Et Il forma un autre pour Lui-mĂȘme.

60    BĂ©ni soit Son saint Nom! Je suis trĂšs heureux ce soir de savoir qu’en ce mĂȘme Dieu Tout-Puissant, qui a pu se faire un corps pour y vivre, je place ma foi, qu’un jour, Il ressuscitera celui-ci comme Il l’a promis.

61    Et Il est au milieu de nous, faisant exactement la mĂȘme chose qu’Il fit lĂ -bas (oh, que Son glorieux Nom soit louĂ© ), nous avertissant, nous parlant, en nous demandant d’ĂȘtre prĂȘts. Bien entendu, Il a dit: «Encore un peu de temps, le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Dans quelle heure vivons-nous!

62    Remarquez, l’Ange qui amena le feu, c’est le mĂȘme qui avait opĂ©rĂ© ce miracle. Et tous nous savons que le monde va ĂȘtre dĂ©truit prochainement par le feu. Et l’Ange qui a Ă©tĂ© envoyĂ© Ă  Sodome et Gomorrhe... Observez ce que JĂ©sus a dit.( Oh, cela fait frĂ©mir mon Ăąme, d’aborder cela): «Ce qui arriva du temps de NoĂ©, arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme.» Qu’est-ce que l’Ange a fait? Il avait l’Esprit de discernement, et Il a dit: «Ce qui arriva autrefois, arrivera de mĂȘme lorsque le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© du Ciel.» Voyez-vous cela? Pensez-y! car ce mĂȘme Ange du Seigneur, qui n’est personne d’autre que le Seigneur JĂ©sus-Christ, sous la forme du Saint-Esprit, Se tient maintenant au milieu de nous. Il est au milieu de nous. Et ce jour-lĂ ... Il Ă©tait donc Dieu, et c’était Son Message, juste avant que la destruction ait lieu.

63    Eh bien, nous constatons que c’était un Message de dĂ©livrance. Il alla pour essayer de dĂ©livrer les gens, et ceux-ci refusĂšrent de L’écouter.

64    Et aujourd’hui, c’est la mĂȘme chose dans notre nation, parmi notre peuple. J’ai eu le privilĂšge de voir notre Seigneur JĂ©sus opĂ©rer des miracles et des prodiges ainsi que de grandes choses dans les rĂ©unions. Et les gens vont se tenir bel et bien Ă  l’estrade et reconnaĂźtront sans l’ombre d’un doute que le – que le Dieu infini, immortel et puissant est prĂ©sent, opĂ©rant le mĂȘme genre de miracles; et ils vont se tenir lĂ  mĂąchant des chewing gum, et partiront de l’estrade indiffĂ©rents; cela ne leur dit rien.

65    Il me semble que si un homme avait un peu de spiritualitĂ©, ou plutĂŽt s’il avait en lui l’Esprit de Dieu, et aprĂšs avoir vu le Seigneur JĂ©sus accomplir exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, cela ferait frĂ©mir son cƓur, au point qu’il ne saurait plus se taire. Il mettrait la nation en feu avec le message. «Ce qui arriva en ce temps-là» dit-Il, arrivera pareillement.»

66    Ce message a Ă©tĂ© proclamĂ©, et on s’en est simplement ri, et on s’en est moquĂ©, comme si quelqu’un racontait un conte Ă  dormir debout. Mais c’était un message de misĂ©ricorde, et c’était un message de grĂące, et c’était un message de dĂ©livrance. Oh! la la!

67    Et ce matin-lĂ , l’Ange dit Ă  Lot, aprĂšs qu’Il eut donnĂ© le message, Il dit: «HĂąte-toi et viens ici, car je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©.» Et j’aimerais que vous remarquiez ceci maintenant, car nous devons arrĂȘter ici Ă  cause de la ligne de priĂšre. Avez-vous remarquĂ© ce que l’Ange a dit? «Je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivé». Qu’était-ce? C’était un message de dĂ©livrance. Et avant qu’une Ă©tincelle de feu ne tombĂąt du ciel, Lot devait sortir de Sodome.

68    Et avant qu’une goutte de pluie ne tombĂąt du ciel, NoĂ© entra dans l’arche.

69    Et avant que la bombe atomique ne frappe cette nation, l’Église s’en ira dans l’enlĂšvement pour rencontrer le Seigneur JĂ©sus. Et si les spoutniks ainsi que les missiles sont installĂ©s, si les percuteurs sont tirĂ©s, les Anges sont tous en position. AllĂ©luia! les grands corridors du Ciel sont bondĂ©s. Les harpes sont toutes accordĂ©es. Les grands orchestres ont dĂ©jĂ  rĂ©pĂ©tĂ©. TrĂšs bientĂŽt ce sera le temps de dĂ©part Ă  la maison pour l’Église du Dieu vivant, qui attend Sa Venue. Tout est en place. Je suis trĂšs heureux (Je deviens trĂšs fatiguĂ©), oh, pour cette heure glorieuse!

70    Et penser que nous avons jouĂ© un rĂŽle dans ce temps de jonction! Rappelez-vous: «Il en sera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme, lorsque le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© du Ciel.» Maintenant, rappelez-vous qu’avant que la pluie ne tombĂąt, NoĂ© Ă©tait dans l’arche.

71    Avant que le feu ne tombĂąt, Lot Ă©tait hors de Sodome; en effet l’Ange avait dit: «Je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©. Je dois de ma main tenir le levier et tirer pour faire tomber les feux du ciel.»

72    Et je pense que c’est exact; l’Ange de la destruction retient la main de la Russie, avec les bombes atomiques, jusqu’à ce que l’Église soit unie comme un seul grand Corps de Christ. «Je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©.» Oh, n’est-ce pas lĂ  une assurance bĂ©nie!

73    Et quand nous verrons toute chose se mettre en place, le dĂ©part de l’Église est prĂȘt. Voici l’Ange du Seigneur avec le mĂȘme message, opĂ©rant les mĂȘmes miracles, les mĂȘmes prodiges; chaque chose est en place. Branham Tabernacle, il y a presque vingt-cinq ans que je vous ai parlĂ© du haut de cette mĂȘme chaire, et je vous ai dit que ces choses sont – arriveront un de ces jours. Les voici. Nous sommes au temps de la fin; voici la jonction, c’est presque le temps du dĂ©part de l’Église.

74    Les critiqueurs riaient, ridiculisaient et raillaient au temps du roi Nebucadnestar et de Beltschatsar comme il en Ă©tait au temps de NoĂ©. Il en Ă©tait de mĂȘme au temps de Lot; et les gens font la mĂȘme chose aujourd’hui. «Je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©.»

75    J’aimerais que vous fassiez attention, Lot sortit de quelque chose qui aurait pu le dĂ©truire. Et NoĂ© entra dans quelque chose qui a pu le sauver. Et c’est un type de l’Église. Nous sommes sortis du monde et loin de cet Ăąge d’Elvis Presley et d’Arthur Godfrey, dans lequel nous vivons. Sortez du monde et entrez en Christ. Sortez du monde. Ceux qui sont du monde pĂ©riront avec le monde. Ceux qui sont en Christ s’en iront Ă  la Maison avec Christ. «Car ceux qui dorment en Christ, Dieu les ramĂšnera quand Il reviendra.» Nous sommes sortis du monde pour entrer en Christ et ĂȘtre en sĂ©curitĂ©. Oh!

76    Â«Mais je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivĂ©.» J’aime cela. DĂ©pĂȘchez-vous, hĂątez-vous. Le message est urgent: «DĂ©pĂȘchez-vous, dĂ©pĂȘchez-vous, fuyez.»

77    BĂ©ni soit le Nom du Seigneur! JĂ©sus a promis que cet Évangile serait prĂȘchĂ©. Cela poursuit son cours au fil des annĂ©es. Et Le voici Ă  la fin du temps, le dernier grand signe, juste avant que les Anges crient fort: «DĂ©pĂȘche-toi», Il se retourna et dit: «Pourquoi Sarah a-t-elle ri?» L’Ange de la destruction dit: «J’ai entendu parler de leurs pĂ©chĂ©s et Je suis descendu pour voir si cela est vrai. Et Il trouva que c’était la vĂ©ritĂ©. Et c’était un message de grĂące, de misĂ©ricorde et de dĂ©livrance, mais «DĂ©pĂȘche-toi, dĂ©pĂȘche-toi.»

78    Oh, enfants, ne restez pas assis le dos voĂ»tĂ©, vous posant des questions; dĂ©pĂȘchez-vous, vite, dĂ©pĂȘchez-vous; le temps approche. Fuir vers oĂč? Dehors, comme les petits oiseaux; Ă©loignez-vous de ces murailles modernes de Babylone, ces grandes vieilles dĂ©nominations qui disent que c’est la mĂȘme chose; ces grandes vieilles Ă©glises incrĂ©dules qui disent que la guĂ©rison divine n’existe pas, les miracles n’existent pas. Éloignez-vous de ces murs, car ils vont s’écrouler. Ils courent Ă  la destruction et Ă  la ruine, car mon Dieu l’a dit.

79    Fuyez vers le milieu du Calvaire, lĂ -bas. Si les oiseaux sont allĂ©s vers les arbres, vous aussi allez vers l’arbre , cet arbre sur lequel Christ a Ă©tĂ© crucifiĂ©; accrochez-vous-y, au milieu de Sa misĂ©ricorde et criez Ă  Dieu jusqu’à ce que la tempĂȘte soit passĂ©e.

80    Â«DĂ©pĂȘche-toi, fuis, viens car je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu sois sorti.» Il vous attend. Éloignez-vous de ces vieilles choses modernes. Éloignez-vous de cette tĂ©lĂ©vision aussitĂŽt que ce genre de jeux est prĂ©sentĂ©. Prenez... Éteignez ce poste  de radio aussitĂŽt que ce rock’n’roll commence Ă  jouer. Comportez-vous en dame, habillez-vous comme une dame. Comportez-vous en homme, habillez-vous comme un homme. Parlez comme un chrĂ©tien; vivez comme un chrĂ©tien. BrĂ»lez tous ces bridges. DĂ©pĂȘchez-vous, sortez. La destruction approche. Dieu en a marre.

81    Oh, il est plus tard que vous ne le pensez. L’heure approche. La misĂ©ricorde de l’Ange... L’Ange de misĂ©ricorde qui a envoyĂ© Son Message est ici mĂȘme, ce soir. Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.] L’Église devra-t-Elle s’en aller avant la pĂ©riode de tribulation? [«Amen.»]

82    Ă‰coutez, IsraĂ«l alla Ă  Goshen, et l’Égypte fut plongĂ©e dans les tĂ©nĂšbres. L’Égypte alla Ă  Goshen – fut amenĂ©e dans la terre promise. L’Égypte fut plongĂ©e dans les tĂ©nĂšbres et fut enterrĂ©e dans la mer morte.

83    DĂ©pĂȘchez-vous, dĂ©pĂȘchez-vous et fuyez. Il se peut que ceci soit votre derniĂšre occasion. Et rappelez-vous, nous voyons les missiles dĂ©jĂ  en place. Nous en attendons parler. Nous voyons cela dans les journaux. Le monde entier tremble. Tout ce que Dieu a dit est en train de s’accomplir.

84    Qu’en est-il alors de ceci? «Au jour oĂč le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© du Ciel...» Qu’est-ce que le Fils de l’homme rĂ©vĂ©lĂ©? «JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours.» Voyez cela au verset 21, plutĂŽt au verset 30.
    Il en sera de mĂȘme le jour oĂč le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© du ciel.

85    Qu’est-ce? Ce message Ă ... Ceci n’est jamais arrivĂ© depuis que JĂ©sus Ă©tait sur la terre. Et le voici ici Ă  la fin de l’ñge des Gentils. Examinons cela pendant un instant et rĂ©flĂ©chissons-y sĂ©rieusement.

86    Lorsque JĂ©sus Ă©tait ici sur terre, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un guĂ©risseur. Il a dit: «Ce n’est pas Moi qui fais ces oeuvres, c’est Mon PĂšre. Mais Je ne fais que ce que le PĂšre me montre.» Saint Jean 5:19, Il a dit: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-mĂȘme, il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.»

87    Si vous remarquez bien, lorsque Philippe venait d’ĂȘtre converti au dĂ©but, la façon dont le Seigneur JĂ©sus a commencĂ© Son ministĂšre, qu’est-il arrivĂ©?

88    Voyons comment le Fils de l’homme va Se rĂ©vĂ©ler. S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours, Il devra Se rĂ©vĂ©ler comme Il le fit hier. S’Il Se rĂ©vĂšle comme Ă©tant le mĂȘme, Il devra rĂ©vĂ©ler le mĂȘme message. Soyez calmes et observez...

89    Lorsque Pierre s’approcha de Lui, aprĂšs Son ministĂšre (saint Jean 1), Pierre s’avança vers Lui... Il ne s’appelait pas Pierre auparavant. Il portait un autre nom. Et lorsqu’il s’avança vers Lui, Ce dernier dit: «Tu es Simon et ton pĂšre est Jonas.»
    Ce vieux pĂȘcheur se dit: «Comment me connaĂźt-Il?»

90    Et ensuite, Philippe, de BethsaĂŻda aussi... Il se rendit vers une montagne et rencontra un ami, NathanaĂ«l, sous un arbre, en priĂšre. Il dit: «Viens voir Celui que nous avons trouvĂ©. JĂ©sus de Nazareth, Fils de Joseph.» Faites attention Ă  la maniĂšre dont Il s’est rĂ©vĂ©lĂ©.

91    Et il dit: «Eh bien, peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»

92    Il dit: «Viens et vois.» C’est la meilleure rĂ©ponse que tout homme peut donner Ă  un autre. Ne critique pas cela; viens dĂ©couvrir par toi-mĂȘme. Oh, si seulement nous pouvons ĂȘtre aussi sincĂšres aujourd’hui!

93    Et tout au long du chemin, il se mit Ă  l’instruire. Eh bien, il dit: «Hier un homme, Pierre, Cephas, tu connais le vieux pĂȘcheur? «Oui.»

94    Il s’est avancĂ© vers cet Homme, et Celui-ci lui a dit qui il Ă©tait et qui Ă©tait son papa. «Hein!» s’exclama NathanaĂ«l, «je ne suis pas au courant.»

95    Et lorsqu’il s’avança lĂ  oĂč Ă©tait JĂ©sus, dans la ligne oĂč Il priait pour les malades, JĂ©sus le fixa et dit: «Voici un IsraĂ©lite dans lequel il n’y a point de fraude.» Comment a-t-Il su qu’il Ă©tait un IsraĂ©lite? Les Grecs et les autres s’habillaient de la mĂȘme maniĂšre et ils se ressemblaient.

96    Comment a-t-Il su qu’il Ă©tait un IsraĂ©lite? Il Ă©tait Dieu manifestĂ© dans la chair. Qu’est-ce qu’Il a fait? Il a regardĂ© et Il a vu.
    Il demanda: «D’oĂč me connais-Tu, Rabbi?

97    Il rĂ©pondit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, je t’ai vu.»

98    Il dit: «VoilĂ  qui est net! Tu es le Fils de Dieu. Tu es le Roi d’IsraĂ«l.»

99    JĂ©sus rĂ©pondit: «Parce que je t’ai dit ceci, tu crois?»
    Il dit: «Alors tu verras des choses plus grandes que celles-ci.»

100    Mais les membres d’église incrĂ©dules se tenaient Ă  cĂŽtĂ©; oh, tout aussi respectueux et dĂ©vouĂ©s que possible! Certainement. Ils Ă©taient lĂ  bourrĂ©s d’instruction, ayant une grande expĂ©rience thĂ©ologique du sĂ©minaire. Ils disaient: «Cet homme est un diseur de bonne aventure. C’est BĂ©elzĂ©bul.»

101    JĂ©sus dit: «Si vous Me traitez ainsi, Je vous pardonnerai, mais quand le Saint-Esprit viendra et fera la mĂȘme chose, une seule parole contre Lui, ne vous sera jamais pardonnĂ©, ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.»

102    Il y avait une petite femme atteinte d’une perte de sang. Elle perça donc la foule et toucha Son vĂȘtement, car elle se disait en elle-mĂȘme: «Si je puis toucher cet Homme, je serai guĂ©rie.» Elle Le toucha. Elle se sauva dans la foule et s’assit, ou fit je ne sais quoi, et JĂ©sus se retourna et dit: «Qui m’a touchĂ©?»

103    Pierre Le reprit. Il dit: «Écoute, la foule Te touche et Tu dis: «Qui M’a touchĂ©?»

104    Il dit: «Mais je me sens faible.» Une vertu ou une force est sortie de Moi. Et Il chercha des yeux partout avec un tel regard jusqu’à ce qu’Il la trouva. Comment y fut-Il arrivĂ©? Nous n’en savons rien, mais Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours. Et c’est de cette maniĂšre qu’Il S’est rĂ©vĂ©lĂ© Ă  la nation juive.

105    Lorsqu’Il vint chez les Samaritains, il y avait une femme au puits, une aimable femme samaritaine.

106    Rappelez-vous qu’il n’y a que trois catĂ©gories de gens, Ă  savoir: le Juif, le Gentil ainsi que le Samaritain (la race de Cham, la race de Sem et la race de Japhet). Et le Samaritain Ă©tait moitiĂ© Juif, moitiĂ© Gentil. (Et rappelez-vous que cela a commencĂ© quand ils ont Ă©pousĂ© leurs femmes, et tout le reste.)

107    Et cette jeune femme vint lĂ , dans notre pays nous la prendrions pour une femme de mauvaise rĂ©putation, mais ce n’est pas ce qu’elle Ă©tait. Ce garçon qui vient de l’Inde peut vous le dire. Ceci est un Livre oriental et vous essayez de Le lire d’aprĂšs la culture occidentale.

108    Lorsque je suis allĂ© en Inde, Ă  ma – Ă  ma descente de l’avion, Ă  Bombay, il y avait un Ă©vĂȘque de l’Église mĂ©thodiste. Et tous ceux qui se tenaient lĂ  disaient: «Ne nous dites pas que vous ĂȘtes un missionnaire, Monsieur Branham. Nous en savons plus sur la Bible que vous les Yankees.» Et c’est vrai. Il a dit: «Nous avons eu la Bible deux mille ans avant que vous ne deveniez une nation.» C’est vrai. L’église saint Thomas est encore lĂ  oĂč saint Thomas est allĂ© prĂȘcher. Mais il a dit: «Nous comprenons que Dieu vous a visitĂ©s pour faire revivre cette Bible. Il a dit: «C’est cela que nous voulons connaĂźtre.» C’est ça. Le monde a faim du Pain vivant.

109    Pendant que cette femme samaritaine se tenait au puits, JĂ©sus lui dit: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.»

110    Â«Eh bien», fit-elle... la sĂ©grĂ©gation existait entre eux. Mais Il lui fit savoir que la diffĂ©rence n’existait pas. Dieu fit tous les hommes d’un seul sang.

111    Et Il dit: «Si tu connaissais Ă  qui tu parles, Tu m’aurais demandĂ© Ă  boire.»

112    Et la conversation se poursuivit jusqu’à ce qu’Il capta son esprit. Puis Il dĂ©couvrit ce qu’était son problĂšme. Il dit: «Va, appelle ton mari et viens ici.»

113    Qu’arriva-t-il lorsque cela a Ă©tĂ© dit au Juif? Le Juif dit: «Tu es le Fils de Dieu.» C’est juste.

114    Qu’arriva-t-il Ă  la Samaritaine lorsque cela lui a Ă©tĂ© dit? Il dit: «Va, appelle ton mari, et viens ici.»

115    Elle dit: «Seigneur, je vois que Tu es un prophĂšte. Eh bien, nous savons que, lorsque le Messie, celui qu’on appelle Christ, lorsqu’Il viendra, Il nous annoncera ces choses, mais Qui es-Tu?»
    Il dit: «Je le suis, Moi qui te parle.»

116    Elle entra dans la ville en courant et elle disait: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait. Ne serait-ce point le Messie?»

117    Et Il n’avait jamais fait cela une seule fois avec un Gentil. Pourquoi? Il avait rĂ©servĂ© cela pour ce jour. C’est ce dont Il parle ici, en disant: «Au jour oĂč le Fils de l’homme sera rĂ©vĂ©lĂ© du ciel...» Il Se rĂ©vĂšle maintenant Ă  l’Église pour la misĂ©ricorde. La prochaine fois qu’Il Se rĂ©vĂšle, c’est pour dĂ©truire ceux qui ont rejetĂ© le Message.

118    Ă” Dieu, soit misĂ©ricordieux pour – envers nous, pendant que nous prions, juste un instant. (Doucement et tendrement, sƓur Gertie, s’il vous plaĂźt.)

119    Je me demande ce soir... je suis dĂ©solĂ© pour vous qui vous tenez le long du mur, je sens vos attentes. Je me demande simplement, oh, si vous pouvez ĂȘtre sincĂšre avec vous-mĂȘme et avec Dieu juste un instant!

120    Voulez-vous rĂ©ellement vous dĂ©pĂȘcher et sortir de cela? Il y a ici ce soir, la PrĂ©sence d’un Homme appelĂ© le Seigneur JĂ©sus. Il a le ticket pour vous. Et tout ce que vous avez Ă  faire, c’est simplement Lui confier votre cƓur; Il le lavera dans Son propre Sang et vous purifiera de tout pĂ©chĂ© et de tout doute, et Il vous amĂšnera dans Son Ciel lorsqu’Il viendra.

121    Et cela pourrait se produire avant que le matin n’arrive.
    Les spoutniks... Il n’y a rien, dit la science, vous entendez cela chaque jour Ă  la radio, lorsqu’ils sont... Ă  la tĂ©lĂ©vision, quand on a interviewĂ© ces scientifiques. Ils disent  qu’Il n’y a rien pour empĂȘcher que le monde explose, Ă  n’importe quel moment. Il suffira simplement d’un bon verre de vodka et on tirera le levier, et ça sera parti!

122    DĂ©pĂȘchez-vous. Le Message est urgent. DĂ©pĂȘchez-vous, fuyez. Sauvez-vous Ă  toute jambe. Sortez de lĂ . Sortez de cette Babylone moderne. Éloignez-vous des murs. Ne sentez-vous pas quelque chose tirer fort votre cƓur? Si vous ĂȘtes vraiment spirituel et que Dieu vous parle... Si rĂ©ellement Il a parlĂ© Ă  ces petits oiseaux, Il peut vous parler.

123    Voulez-vous bien lever la main vers Lui? Nous n’avons pas de place pour mettre les gens autour de l’autel, mais si vous pouvez simplement lever la main et dire: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, oh! la la! partout dans le bĂątiment. Je ne sais pas combien de mains il y a. «Sois misĂ©ricordieux envers moi, ĂŽ Dieu. Voici ma main. Je voudrais Ă©chapper, Seigneur. Il se peut que j’entende le cri avant la matinĂ©e.» En regardant dehors, les arcs-en-ciel pourraient apparaĂźtre dans les cieux, le Fils de l’homme pourrait venir.

124    Quel jour terrible! Savoir que vous avez manquĂ© votre occasion! Vous veniez Ă  l’église sans but, n’est-ce pas? Oh, vous avez dit: «Maman Ă©tait membre de ceci.» C’est trĂšs bien, frĂšre. C’est trĂšs bien, sƓur. Mais le salut de maman ne vous fera jamais entrer. Maman a vĂ©cu dans un jour, et vous, vous vivez dans un autre.

125    Ă‰coutez le message du Seigneur, et Ă©coutez l’avertissement de l’Esprit. Quel Ă©tait ce genre d’Esprit qui a discernĂ© le – que Sarah riait Ă  l’intĂ©rieur de la tente? L’Ange de l’Éternel.

126    Maintenant, alors que vos tĂȘtes sont inclinĂ©es, j’aimerais prier pour chacun de vous.

127    Que faites-vous en levant la main? Vous dites: «Cela signifie-t-il quelque chose, FrĂšre Branham?» Bien sĂ»r! Si vraiment vous ĂȘtes sĂ©rieux en le faisant, cela fait la diffĂ©rence entre la vie et la mort. Le Message est urgent. Ne voulez-vous pas lever la main maintenant mĂȘme? «Sois misĂ©ricordieux, ĂŽ Dieu, envers moi.»

128     Que Dieu bĂ©nisse la petite fille. Que Dieu bĂ©nisse la dame. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous, fiston, vous, vous jeune homme. Les petits enfants, tout le long de l’autel, ont levĂ© leurs petites mains. Bien, qu’ils sont mignons! Vous dites: «Ils ne sont pas sĂ©rieux.» Oh, si.

129    JĂ©sus a dit: «Laissez venir Ă  Moi les petits enfants, ne les empĂȘchez pas; car le Royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent.» Il se peut qu’ils ne vivent pas assez longtemps pour devenir adultes; mais ils seront... Ils ne pourront jamais... Ils Ă©chapperont peut-ĂȘtre Ă  toutes les grandes choses par lesquelles nous avons dĂ» passer.

130    Ă” Dieu, sois misĂ©ricordieux. Quand vous levez la main, cela montre que quelque chose en vous a pris une dĂ©cision. Votre corps serait mort, s’il n’y avait rien en vous qui avait dit: «LĂšve ta main.» C’était l’Esprit; c’est alors que vous avez levĂ© la main. Dieu a attestĂ© cela. C’est l’Esprit qui vous a fait lever la main.

131    Que Dieu vous bĂ©nisse, ainsi que vous tous petits enfants, lĂ  derriĂšre. Il y a aussi de petits enfants de couleur lĂ -bas. Que vous ĂȘtes mignons, mes chĂ©ris! Que Dieu vous bĂ©nisse. Oui.

132    Nous partirons d’ici un de ces jours. Je ne sais pas Ă  quel moment ça sera, mais ça – ça vient. HĂątez-vous. Entrez dans le Royaume.
    Vous dites: «Eh bien, j’ai dĂ©jĂ  entendu cela.» Vous pourriez aussi l’entendre pour la derniĂšre fois. Que ceci soit le moment. Que Dieu vous bĂ©nisse, lĂ  au fond, jeune femme.

133    Ă‰loignez-vous de ces vieilles choses modernes, ces vieux murs. Ils vont tous s’écrouler. Tout ce rock’n’roll ainsi que toutes ces choses pĂ©riront avec le monde. Ne soyez pas inclus dans le monde. Sortez de lĂ . Dieu vient pour Son Église. Et Il vous a choisi. C’est la raison pour laquelle Il vous parle. Le Message est urgent, venez vite.

134    Eh bien, pendant que nous prions, soyez sincĂšre maintenant et demandez Ă  Dieu d’ĂȘtre misĂ©ricordieux envers vous.

135    Adorable Seigneur, il se peut qu’Il y ait ici des gens qui n’ont jamais vu jusqu’ici les puissances de Dieu Ă  l’Ɠuvre, mais quelque chose dans leur cƓur a dit: «LĂšve ta main. C’est Moi.» Et ils ont compris qu’il y a un appel urgent. Ils – ils sont assez intelligents pour regarder autour d’eux et voir que quelque chose est sur le point d’arriver.

136    Les petits enfants, plusieurs d’entre eux ont levĂ© la main. Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers eux. Plusieurs personnes ĂągĂ©es ainsi que celles d’un certain Ăąge ont levĂ© la main, les adolescents ont levĂ© la main. Ô Dieu, ils implorent la misĂ©ricorde. Et je suis heureux de savoir que la premiĂšre rĂ©vĂ©lation de Christ, c’est la misĂ©ricorde. La seconde rĂ©vĂ©lation, c’est le jugement. Ô Dieu, merci pour ceux qui ont choisi la misĂ©ricorde ce soir, le chemin de la misĂ©ricorde. «Heureux les misĂ©ricordieux, car ils obtiendront misĂ©ricorde!» Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice; ils seront rassasiĂ©s!»

137    Allume leurs lampes, ce soir, Seigneur. Qu’ils soient des chandelles placĂ©es sur une colline et qui ne peuvent ĂȘtre cachĂ©es, mais qui rĂ©pandront la lumiĂšre dans les Ă©coles et dans les endroits avec lesquels ils seront en contact aprĂšs ici. Accorde-le, Seigneur. Qu’ils soient des lumiĂšres qui luisent pour la gloire de Dieu. BĂ©nis-les.

138    Et qu’un jour alors, dans un monde meilleur, Seigneur, que nous puissions nous assembler autour de cette grande table de Dieu, au souper des noces. Garde Ton Esprit sur nous, Seigneur.
    BĂ©nis ceux qui se tiennent le long des murs, lĂ  dans le vestibule et tout autour, qui ont levĂ© la main et tout. Sois avec eux, Seigneur. Ils sont restĂ©s debout et ont eu des crampes aux membres ce soir, mais sois misĂ©ricordieux. Accorde ces choses.

139    Ils sont les fruits du petit message urgent de ce soir. Je prie les Anges de Dieu de rendre cela si rĂ©el Ă  leurs cƓurs qu’ils ne – qu’ils ne manqueront rien de cela. Ils sont donc les fruits. Et je Te les offre, et que Tu les donnes Ă  JĂ©sus, car ils sont les dons d’amour pour Toi. Personne ne peut les arracher de la main; car nul n’est plus grand que Dieu. Et je prie que Tu les gardes bien en sĂ©curitĂ© jusqu’à ce que JĂ©sus vienne pour eux.

140    Que les autres se dĂ©pĂȘchent, Seigneur, et qu’ils se dĂ©pĂȘchent, car le message est urgent. Il nous faut sortir avant que la destruction ne se produise.
    Et maintenant, Éternel Dieu, je Te prie d’envoyer Ton Ange, le mĂȘme qui S’était assis avec Abraham (Accorde-le, Seigneur), et qui pouvait dire ce que Sarah faisait, lĂ  derriĂšre, dans la tente. Et c’était l’Ange de l’alliance. Et c’était l’Ange qui a apportĂ© la misĂ©ricorde avant que le feu ne tombĂąt. Le feu pouvait tomber d’un moment Ă  l’autre, les atomes qui pouvaient diviser le monde entier en deux. Puisse-t-Il venir ce soir et nous accorder la misĂ©ricorde, Seigneur, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

141    Oh, il y a quelque chose dans ce vieil Évangile bĂ©ni qui semble vous rĂ©curer. J’aime Cela.

142    Chantons cela juste une fois. «Doucement et tendrement, JĂ©sus appelle.» Tout le monde, levons simplement la main vers Lui, voulez-vous bien le faire?
Doucement et  tendrement JĂ©sus appelle,
Un appel adressé à toi et à moi;
Bien que nous ayons péché, Il a miséricorde et pardon,
Pardon pour toi et pour moi
Reviens, reviens (Enfermez-vous simplement avec Christ maintenant.)
Toi qui es fatigué, reviens
Ardemment, tendrement JĂ©sus appelle
Il appelle: Oh, pécheur, reviens!
    [Espace vide sur la bande – N.D.É.]

143    ...jamais assistĂ© avant Ă  un de nos services de guĂ©rison; faites voir vos mains, jamais Ă©tĂ© dans les services... C’est bien, je suis heureux de vous avoir ici.

144    Eh bien, je ne prĂ©tends pas ĂȘtre un guĂ©risseur. J’affirme que JĂ©sus n’est pas mort, mais qu’Il est vivant. Je ne suis pas un guĂ©risseur. Il  n’existe pas de guĂ©risseurs, Christ vous a dĂ©jĂ  guĂ©ri. «Par Ses meurtrissures vous ĂȘtes guĂ©ri.»

145    Mais je voudrais vous dire quelque chose, Ă  vous les nouveaux venus. Eh bien, vous frĂ©quentez peut-ĂȘtre une Ă©glise, plusieurs d’entre vous ont levĂ© la main, tout Ă  l’heure, vous avez levĂ© la main pour la priĂšre, il y a quelque temps. Si vous n’avez aucune Ă©glise de votre choix, nous vous souhaitons la bienvenue ici au Branham Tabernacle, oĂč notre cher frĂšre Orman Neville, un homme pieux, qui n’enseigne que la vĂ©ritĂ© de la Bible – vous serez le bienvenu Ă  notre communion. Nous ne sommes pas une dĂ©nomination. Nous sommes simplement une Ă©glise ici, une communion. Nous sommes mĂ©thodistes, baptistes, presbytĂ©riens, pentecĂŽtistes, luthĂ©riens, nous sommes tout... Nous sommes des chrĂ©tiens qui vous aiment. Et nous prions afin que vous vous trouviez... Si vous ne pouvez pas venir ici, cherchez-vous une bonne Ă©glise oĂč vous vous sentirez chez vous, quelque part oĂč l’on prĂȘche rĂ©ellement l’Évangile, afin que vous soyez nourri par l’Esprit de Dieu.

146    Partout, dans le bĂątiment ce soir, si le Seigneur JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts et que je vous aie dit la vĂ©ritĂ©, alors Dieu est liĂ© par Sa Parole pour qu’Il en soit ainsi. Voyez-vous?

147    Oh, ne craignez pas de vous fier Ă  cela. Ou la Bible est la vĂ©ritĂ©, ou Elle n’est pas la vĂ©ritĂ©. Si Elle n’est pas la vĂ©ritĂ©, Elle est le plus grand livre de sĂ©duction qui ait jamais Ă©tĂ© Ă©crit, car Elle a sĂ©duit des milliers. Bien des fois, je me suis tenu devant les mahomĂ©tans avec le Koran d’un cĂŽtĂ© et la Bible de l’autre cĂŽtĂ©, et dĂ©clarant que l’un est vrai mais l’autre est faux. Que Dieu, le vĂ©ritable Dieu parle. N’ayez pas peur. Il ne vous abandonnera jamais, Il ne vous quittera jamais.

148    Eh bien, le Seigneur JĂ©sus, lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, les oeuvres qu’Il faisait, celles que nous venons de citer, Il a promis qu’Il reviendrait avant la fin de temps et ferait la mĂȘme chose. Il a dit qu’Il ferait cela dans Son Église. Eh bien, Il a dit: «Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments.» Or, le – le cep ne porte pas de fruit. Ce sont les branches qui portent des fruits.

149    Eh bien, si c’est un cep de citrouille, il portera des citrouilles. Si c’est un cep de pastĂšque, il portera des pastĂšques. Si c’est un cep de cantaloup, il portera des cantaloups.

150    Si c’est un cep de raisins, il portera des raisins. Si c’est un cep chrĂ©tien, il portera Christ, la Vie de Christ, les oeuvres de Christ. Voyez-vous? Alors quelque chose doit donner de l’énergie Ă  notre esprit.

151    Je suis trĂšs heureux d’ĂȘtre en Lui ce soir. Vous ne savez pas, petit troupeau, le sentiment que cela me donne, sachant maintenant que j’ai quarante-huit ans, un homme ĂągĂ©. Et je prĂȘche depuis vingt-sept ans. Mes Ă©paules se voĂ»tent. Et oh, je me rends compte que je ne suis plus ce petit garçon qui jouait aux billes lĂ  dehors sur la rue. Mais il y a une chose dont je suis sĂ»r, je – je suis Son serviteur. Je prĂ©fĂšre cela Ă  tout ce que je sais, car quel bien quelque chose d’autre ferait?

152    J’ai essayĂ© d’ĂȘtre honnĂȘte avec vous. J’ai essayĂ© de faire tout mon possible pour ĂȘtre honnĂȘte, juste et sincĂšre devant vous et devant Dieu, parce que je sais qu’Il nous observe tout le temps. Maintenant, si je pouvais...

153    Je vous dis donc que  ce petit Message ce soir, j’ai essayĂ© d’arrĂȘter tĂŽt, mais je prie Dieu d’apporter le reste Ă  votre cƓur. DĂ©pĂȘchez-vous, dĂ©pĂȘchez-vous, dĂ©pĂȘchez-vous... Sortez de Babylone aussi vite que possible. Ne restez pas dans le monde. Éloignez-vous de cette absurditĂ©. Sortez, sortez de lĂ , soyez libre avec Christ. Éloignez-vous de ces choses, car vous ne savez pas l’heure Ă  laquelle il ne pourrait rester sur cette terre que de la poudre, du gaz; et le vieux monde volera en Ă©clat. Il se peut que cela arrive avant la fin de ce service, et cela ne contredirait pas du tout les Écritures. Cela ne ferait qu’accomplir les Écritures. L’Évangile a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©. Voici que le dernier Message arrive.

154    Eh bien, ne cherchez pas de grandes choses dans l’avenir. L’AmĂ©rique a tellement pĂ©chĂ© qu’elle a dĂ©passĂ© son jour de grĂące. C’est tout Ă  fait vrai. Inscrivez cela dans vos Bibles et voyez si j’ai raison ou pas. Elle est sur le dĂ©clin depuis deux ans.

155    Billy Graham l’a dit lors d’un dĂ©jeuner qu’il a offert, il n’y a pas longtemps. Il a levĂ© la Bible, et a dit: «Voici le standard. Paul s’était rendu dans une ville et avait fait un converti, quand il revint l’annĂ©e suivante, il y en avait trente.» Il a dit: «J’entre dans une ville et j’ai un rĂ©veil qui fait vingt mille convertis, et quand je reviens dans six mois, parfois je ne peux pas trouver vingt.»

156    Qu’y a-t-il? Il y a bien des poissons dans l’étang. Il y en a beaucoup que Dieu avait connus avant la fondation du monde et qui sont prĂ©destinĂ©s Ă  la Vie Ă©ternelle. Lorsque le dernier entre, tout est fini.

157    Bien des oiseaux entrĂšrent dans l’arche. Bien de diffĂ©rents animaux entrĂšrent dans l’arche, et la porte fut fermĂ©e par Dieu. Et elle laissa les autres dehors, bien qu’ils essayassent d’entrer.

158    Et mon cher ami, si vous n’ĂȘtes pas Ă  l’intĂ©rieur, entrez-y maintenant mĂȘme, pendant que Dieu appelle, car les portes de la misĂ©ricorde pour les Gentils pourraient se fermer d’un moment Ă  l’autre. Bien, ce que je fais donc maintenant aura... au moment mĂȘme oĂč je – je  parle, j’ai parlĂ© et mes paroles...

159    Si je prĂȘchais pendant des heures, cela ne vaudrait pas la moitiĂ© d’un seul mot de la part de notre aimable Christ. Eh bien, cependant ce que j’ai prĂȘchĂ©, soit j’ai dit la vĂ©ritĂ©, soit j’ai dit un mensonge. Si j’ai dit un mensonge, Dieu n’aura rien Ă  voir lĂ -dedans. Si j’ai dit la vĂ©ritĂ©, Dieu se tiendra derriĂšre Sa Parole. (Vous avez dit combien? Avez-vous distribuĂ© cinquante cartes?)

160    Je vous expliquerai la raison pour laquelle il nous faut distribuer des cartes lorsque nous avons une rĂ©union de discernement. Je ne dis pas que Lui ferait cela; Il peut ne pas le faire. Mais j’aimerais que vous soyez honnĂȘte avec moi; combien ici aimeraient venir dans la ligne maintenant? Levez la main, partout dans le bĂątiment, oĂč que vous soyez. N’importe qui, dans le bĂątiment, qui aimerait venir dans la ligne, levez la main. Maintenant, combien aimeraient – qui aimerait ĂȘtre le premier? Voyez? On ne saurait pas faire cela. Il nous faut distribuer des cartes en vue de garder une – une ligne.

161    Il a donc distribuĂ© cinquante cartes. Et appelons – Ă  partir de n’importe oĂč dans cette sĂ©rie de cartes. Et cela donnera Ă  chacun l’occasion d’arriver Ă ...

162    Eh bien, ce n’est pas ce qui arrive ici, c’est ce qui arrive ici. Voyez? Il ne s’agit pas de me toucher moi, il s’agit de Le toucher Lui.
    Combien savent que le Nouveau Testament, le livre des HĂ©breux dĂ©clare maintenant mĂȘme que Christ est le Souverain Sacrificateur qui compatit Ă  nos faiblesses? Bien, comment sauriez-vous que vous L’avez touchĂ©? Lorsqu’Il rĂ©pond, comme Il l’avait fait. S’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours, Il doit se manifester juste de la mĂȘme maniĂšre qu’Il le fit hier et pour toujours. Ainsi voyez-vous, le dernier message aux Juifs et aux autres, comment l’a-t-Il fait?
    Eh bien, celui-ci est le dernier...

163    S’Il Se manifeste d’une autre maniĂšre, par une dĂ©nomination, Il serait injuste. Il ne S’est jamais manifestĂ© dans une dĂ©nomination, parce que ce n’était pas une dĂ©nomination en Son temps. Il Se manifestait par le surnaturel comme nous l’avons dit ce matin, comme l’écriture sur la muraille, l’interprĂ©tation. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et pour toujours. Que Dieu soit avec vous maintenant.

164    Il a dit: «De 1 Ă  50.» TrĂšs bien! Qui a la carte de priĂšre numĂ©ro 1, voudriez-vous lever simplement la main? Regardez votre carte. Quelqu’un sur un lit de camp ou n’importe oĂč, qui ne peut pas se lever; que chacun regarde la carte de l’autre. Ce n’est qu’une petite carte. Je ne sais mĂȘme pas si celles-ci portent ma photo. Ce n’est qu’une simple petite carte. NumĂ©ro 1, oĂč que vous soyez? TrĂšs bien, voudriez-vous juste vous mettre debout lĂ  oĂč vous ĂȘtes, monsieur? NumĂ©ro 2, voudriez-vous lever la main? La dame juste ici. NumĂ©ro 3, voudriez-vous lever la main? [Espace vide sur la bande – N.D.É.]

165    Nous sommes Ă©trangers. Ceci est notre premiĂšre fois de nous rencontrer dans la vie, je pense. Alors l’Éternel Dieu nous connaĂźt tous deux. Il connaĂźt tout Ă  votre sujet, et Il connaĂźt tout Ă  mon sujet. Mais si, dans Sa bontĂ©, Il pouvait ĂȘtre en mesure de...

166    Si je vous disais: «Oh, monsieur, vous ĂȘtes malade. Et je suis – vous allez vous remettre.» Vous auriez le droit de douter de cela. Cet auditoire aurait le droit de sĂ©cher cela. Certainement, lĂ , vous n’avez que ma parole.

167    Mais si le Saint-Esprit vient et dit quelque chose que l’homme a fait, quelque chose que moi j’ignore et qui Ă©tait arrivĂ©, il saura si c’est la vĂ©ritĂ©.

168    Alors, s’Il connaĂźt ce que c’était, c’est sĂ»r que si c’est la vĂ©ritĂ©, Il pourra vous dire ce qui arrivera, et ce sera juste.

169    Vous devez croire cela, n’est-ce pas, Mademoiselle Cox, Madame Cox? Elle est assise lĂ , je viens de la remarquer; elle est du Kentucky, par ici. Voici madame Wood, ici quelque part dans l’église, sa mĂšre. Le cancer lui avait rongĂ© la figure ici.

170    Et je venais de lĂ , dans les bois du nord, mon Ă©pouse m’a appelĂ©, disant: «Je n’ai jamais vu de ma vie une personne aussi dĂ©chirĂ©e que – que Madame Wood. Et Mme et M. Wood sont mes amis intimes. Et j’ai fait un saut chez la dame, je suis revenu avec le «AINSI DIT LE SEIGNEUR»; le cancer est mort.

171    VoilĂ  la femme, elle est assise lĂ , et vous pouvez Ă  peine savoir... Voudriez-vous vous lever, Madame Cox, afin que les gens vous voient. Tout le cĂŽtĂ© de son nez et tout, Ă©tait rongĂ© par un cancer, tout droit jusque dans l’Ɠil. Retournez-vous afin que l’auditoire vous voie, lĂ  au fond. Cancer... Il a toujours raison. Il n’a  jamais tort.

172    Bien, si le Seigneur notre Dieu se rĂ©vĂšle Ă  ce frĂšre, que le frĂšre soit le juge. Si le Seigneur notre Dieu lui rĂ©vĂšle ce pourquoi il est ici, ou quelque chose comme ce qu’Il fit Ă  la femme au – ou plutĂŽt comme Il le disait – comme Il a agi devant Philippe lorsque NathanaĂ«l le trouva, plutĂŽt Nathan – plutĂŽt quand Philippe trouva NathanaĂ«l, et s’Il le rĂ©vĂ©lait, croiriez-vous tous? Vous tous croyez que si cet homme sait que je ne connais rien sur lui... j’ai levĂ© les mains; je ne connais rien sur lui. Il a levĂ© les mains pour montrer que je ne le connais pas, plutĂŽt qu’il ne me connaĂźt pas. Alors, si le Seigneur rĂ©vĂšle cela, tous vous accepterez cela, n’est-ce pas? Combien? Levez la main afin que je voie. Bon, que le Seigneur vous bĂ©nisse.

173    Bien, Monsieur, je me tiens simplement ici, attendant de voir ce qu’Il me dira. Ainsi, vous serez le juge. Et si quelqu’un regarde, l’homme a les yeux fermĂ©s afin que vous voyiez que ce n’est pas de la tĂ©lĂ©pathie. Gardez simplement vos yeux fermĂ©s. Si notre Seigneur JĂ©sus rĂ©vĂšle cela, nous Lui serons reconnaissants.

174    Mais l’homme qui se tient devant moi, la raison de sa prĂ©sence ici, c’est un problĂšme spirituel, il aimerait que l’on prie pour lui Ă  ce sujet. C’est vrai. [L’homme dit: «c’est juste.» – N.D.É.] Si c’est vrai, levez la main afin que les gens voient. Maintenant, croyez-vous? Je ne l’ai jamais vu de ma vie, mais voilĂ . Quelque chose prĂ©occupe son esprit. Eh bien, plus je lui parle, plus il y a Ă  dire. Maintenant, soyez respectueux.

175    Qu’est-ce que l’Ange a fait? Il avait le dos tournĂ©. Et Il dit: «Pourquoi Sarah a-t-elle ri?»
    Elle dit: «Je n’ai point ri.»
    Il dit: «Oh, si!» Parce qu’elle avait peur.

176    Bien, si l’auditoire entend encore ma voix Ă  travers les haut-parleurs, l’homme semble s’éloigner de moi. Je vois une femme debout. C’est la raison principale pour laquelle cet homme est ici; c’est pour sa femme. Et elle n’est pas ici avec lui. Et elle a des troubles fĂ©minins, les maladies de femmes, et elle a mal au dos. C’est la vĂ©ritĂ©.

177    Vous n’ĂȘtes pas de cette ville. [L’homme dit: «C’est juste.» – N.D.É.] Vous venez d’une autre ville appelĂ©e Marysville. C’est juste. Maintenant, rentrez chez vous, que cela soit tel que vous l’avez cru. Ce sera ainsi, au Nom du Seigneur. Que Dieu vous bĂ©nisse. Ce mouchoir, vous n’avez pas besoin de l’appliquer sur elle. Vous l’aviez dans votre poche pour elle, mais vous n’en avez plus besoin.

178    Je vous connais certainement. Je ne connais pas votre nom, mais vous ĂȘtes la femme qui Ă©tait debout lĂ , Ă  la porte de derriĂšre, un jour, lorsque l’Ange du Seigneur est venu vers moi, quand vous ĂȘtes – la premiĂšre fois ici au Tabernacle, et qu’Il a rĂ©vĂ©lĂ© quelque chose qui Ă©tait tenu absolument secret, et vous avez Ă©tĂ© guĂ©rie du cancer. C’est vrai. [La femme dit: «C’est juste.» – N.D.É.] Mais je n’ai aucune idĂ©e du problĂšme que vous avez maintenant. Je n’en sais rien. Vous le savez. Je ne sais pas ce que vous avez. Mais si le Seigneur rĂ©vĂ©lait cela, accepteriez-vous cela? [«Oui.»] Je...

179    Vous n’ĂȘtes pas lĂ  pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour un – un enfant. Et cet enfant souffre.[La femme dit: «Oui.» – N.D.É.] Et la douleur se situe dans la colonne vertĂ©brale. [«Oui.»] C’est comme si vous ne pouviez pas vous mettre debout ou quelque chose comme cela. Et je vois les parents de l’enfant avec un chapelet. Ils sont catholiques. [«Oui.»] Et c’est un vieux couple. Ses grands-parents sont catholiques aussi. [«Oui.»] Et vous ĂȘtes lĂ  pour cet enfant. Prenez votre mouchoir et appliquez-le sur lui. Ne doutez pas. Vous pouvez obtenir ce que vous demandez. Maintenant, croyez de tout votre cƓur. Croyez-vous? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.»]

180    Je pense que cette dame m’est Ă©trangĂšre. Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre, mais le Seigneur JĂ©sus nous connaĂźt tous deux. Maintenant, voici une parfaite image. Voici la scĂšne de saint Jean 4: une femme de couleur, un blanc. En ce temps-lĂ , c’était une Samaritaine et un Juif, deux races. JĂ©sus lui a fait vite comprendre qu’il n’y avait aucune diffĂ©rence; tous nous sommes des crĂ©atures de Dieu. Le pays dans lequel nous vivons, la diffĂ©rence de notre couleur, ça n’a rien Ă  voir. Dieu voulait que Son peuple soit ainsi. Il crĂ©a l’homme blanc, le noir, le brun, le jaune, le rouge. Il les crĂ©a ainsi. C’est Son affaire, et Il nous aime tous. Cependant voici une image parfaite. Deux personnes qui ne se sont jamais rencontrĂ©es avant, et c’est notre premiĂšre fois; deux races diffĂ©rentes.

181    Eh bien, je vois que vous ĂȘtes une croyante. Vous ĂȘtes une chrĂ©tienne parce que votre esprit est le bienvenu, et ce glorieux Ange du Seigneur n’accueillerait rien de faux. Certainement pas. Voyez-vous cette photo lĂ -haut, cet Ange – sur cette photo lĂ , cette LumiĂšre au-dessus de l’endroit oĂč je me tiens? C’est ce qui vous donne une telle sensation maintenant, cela vient complĂštement sur vous. (Juste un instant, SƓur Gertie.)

182    On dirait qu’il y a quelque chose. Je n’arrive pas Ă  capter tout Ă  fait la dame. Oui, la dame souffre d’une maladie nerveuse. Elle est nerveuse; elle fait tomber les choses. C’est vrai. Et ensuite, vous avez un problĂšme spirituel que vous essayez de rĂ©soudre, car vous avez priĂ© lĂ -dessus pendant quelque temps. C’est vrai. Vous avez l’arthrite. Je vous vois essayant de vous lever de votre lit, lentement, surtout le matin. Vous avez aussi un problĂšme Ă  votre colonne vertĂ©brale, un mal de colonne vertĂ©brale. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR.

183    Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Croyez-vous que le mĂȘme Dieu qui connaissait Simon vous connaĂźt? Si Dieu rĂ©vĂšle cela, cela fera-t-il de vous un croyant solide afin que vous obteniez ce que vous cherchez? On vous appelle Nanny [La sƓur dit: «Amen.» – N.D.É.] Et votre nom de famille est Johnson. [«Amen.»] Et vous vivez Ă  New Albany. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie au Nom du Seigneur JĂ©sus. Croyez seulement.

184    Sommes-nous Ă©trangers l’un Ă  l’autre, Madame? Oui. Juste pour que – juste pour que les gens voient cela, voudriez-vous  lever la main et dire que nous sommes Ă©trangers, juste...? Eh bien, l’Éternel Dieu nous connaĂźt tous deux. Et s’Il accordait cette requĂȘte, en seriez-vous heureuse?
    Eh bien, certains d’entre vous ont commencĂ© Ă  croire.

185    Eh bien, un blanc se tient devant cette dame-ci.

186    C’est l’homme assis juste lĂ . Vous avez... C’est trĂšs bien, restez simplement lĂ  oĂč vous ĂȘtes. Vous avez un problĂšme des reins. Vous avez mal au dos; et vous avez des maux d’estomac. C’est vrai. Maintenant, allez tout en croyant et cela ne vous dĂ©rangera plus.

187    Croyez maintenant. Je dĂ©fie votre foi de croire cela. Combien croient cela de tout leur cƓur? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.»- N.D.É.] TrĂšs bien, alors regardez et vivez.

188    Si le Seigneur notre Dieu se rĂ©vĂšle Ă  cette dame qui m’est totalement Ă©trangĂšre, et nos mains se sont levĂ©es pour montrer que nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s auparavant, sciemment, et si le Seigneur notre Dieu se rĂ©vĂšle Ă  cette dame et fait la mĂȘme chose que ce qu’Il fit avec la femme au – la femme samaritaine, croirez-vous alors tous de tout votre cƓur, que votre cas sera rĂ©glĂ© pour toujours? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

189    Voyez, je tiendrai une rĂ©union prochainement. Il me faut partir demain. Il me faut aller en Virginie et il se tiendra lĂ  une grande rĂ©union. Je n’aimerais pas trop m’affaiblir en me tenant ici. TrĂšs bien. Je prendrai du temps juste un instant avec la dame. Croyez-vous?

190    Peu m’importe qui est cette dame, des tĂ©nĂšbres horribles la suivent. Oh, c’est – c’est le chagrin. Vous avez eu des ennuis. Vous avez perdu un bĂ©bĂ©. [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.»] C’est vrai. Et autre chose, vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e par un trouble fĂ©minin, une maladie de femme, ainsi que par des maux de dos. Et il vous arrive aussi quelque chose comme un Ă©vanouissement... Oh, l’épilepsie! C’est juste. Vous non plus vous n’ĂȘtes pas de cette ville. Vous avez traversĂ© une riviĂšre pour arriver ici. Vous ĂȘtes de Louisville. [«Oui.»] Vous habitez au numĂ©ro 1754, sur l’avenue West Oak. [La femme s’écrie: «Oui.»] Vous vous appelez Margaret Quinn. TrĂšs bien.

191    Ă‰ternel Dieu, CrĂ©ateur de cieux et de la terre, accorde Ă  cette dame ce qu’elle dĂ©sire, car j’ordonne Ă  cet ennemi de la quitter, au Nom de JĂ©sus. Amen.

192    Que Dieu vous bĂ©nisse, Madame. Ne doutez plus. Allez et recevez alors ce que vous avez demandĂ©.

193    Croyez-vous de tout votre cƓur? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

194    Bonjour, Monsieur! C’est notre premiĂšre fois de nous rencontrer, je pense. Croyez-vous que le Seigneur notre Dieu est ici prĂ©sent pour accomplir et vous donner ce que vous dĂ©sirez? [L’homme dit: «Oui, je sais qu’Il est ici prĂ©sent. Je Le vois.» – N.D.É.] J’admire votre courage. Et vous ĂȘtes ici pour une chose lĂ©gitime. [«C’est vrai. C’est vrai.» – N.D.É.] vous voulez vous dĂ©barrasser de la boisson et de la cigarette. [«C’est ça.» – N.D.É.] Bien, maintenant cela vous a quittĂ©. Allez et que la paix de Dieu soit avec vous et que cela vous procure une bonne santĂ©. Que Dieu soit avec vous. «Si tu crois, tout est possible.»

195    Voulez-vous vous dĂ©barrasser de ces maux de dos? Agenouillez-vous lĂ , louez-Le et vous allez vous en dĂ©barrasser. Allez simplement en croyant cela de tout votre cƓur.

196    Â«Si tu crois,» dit la Bible. Soyez respectueux. Croyez que ce que Dieu est en train de faire, c’est la vĂ©ritĂ©.

197    Je vous connais. Je vais simplement prier pour vous. Je connais votre problĂšme.

198    Ă‰ternel Dieu, sois misĂ©ricordieux envers cette dame et accorde cette requĂȘte car je le demande au Nom de JĂ©sus. Amen. Je ne me rappelle pas... Votre nom, c’est Baker? [La sƓur dit: «Oui, monsieur.» – N.D.É.] C’est juste. Je – je m’en souviens maintenant. Que Dieu vous bĂ©nisse, allez simplement de l’avant maintenant et croyez en Lui de tout votre cƓur. TrĂšs bien.

199    Je ne vous connais pas, Madame. Nous sommes Ă©trangers l’un Ă  l’autre. C’est vrai. DĂ©sirez-vous prendre votre soupe et vous dĂ©barrasser de ces maux d’estomac, cet ulcĂšre que vous avez eu tout ce temps? Allez donc manger. Et JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie.

200    Je vous connais certainement. Et je sais ce qu’est votre problĂšme. Vous ne savez pas – vous ne savez pas que je connais cela; mais je – je connais cela. Ainsi, Ă©tant donnĂ© que vous ĂȘtes – venez ici au tabernacle, je ne le dirai pas, mais l’arthrite et – vous quittera, si seulement vous croyez cela. Allez de l’avant. Que Dieu vous bĂ©nisse.

201    Disons: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu!» [L’assemblĂ©e dit: «GrĂąces soient rendues Ă  Dieu.» – N.D.É.]

202    Vous ĂȘtes nerveux aussi. Les maux d’estomac vous dĂ©rangent. Croyez que le Seigneur JĂ©sus vous guĂ©rira. [La sƓur rĂ©pond: «Oui.» – N.D.É.] Alors, allez et que la paix de Dieu repose sur vous. J’aimerais juste vous imposer les mains, et croire de tout notre cƓur que Dieu le fera.

203    Je vous suis Ă©tranger, je pense, Madame. Me connaissez-vous? FrĂ©quentez-vous cette Ă©glise-ci, n’est-ce pas? Je ne vous ai jamais vue. Évidement beaucoup de gens viennent ici. TrĂšs bien, allez en croyant et ces troubles fĂ©minins vous quitteront; cette maladie de femme dont vous souffrez. Croyez-vous? [La dame rĂ©pond: «Oui.» – N.D.É.] TrĂšs bien, alors allez et Dieu sera avec vous et vous aidera. Je suis sĂ»r.

204    Croyez-vous, Monsieur? Croyez-vous que le Seigneur ĂŽtera de vous cette raideur, cette arthrite, et vous rĂ©tablira? Retournez tout simplement par-lĂ , Le remerciant et Le louant pour cela, et vous serez guĂ©ri.

205    Vous ĂȘtes dĂ©rangĂ©e par des troubles nerveux, n’est-ce pas, madame? C’est une agitation mentale. Vous ĂȘtes vraiment faible, vous piquez des crises, surtout tard dans l’aprĂšs-midi. Satan vous a mĂȘme dit que vous allez perdre la tĂȘte. C’est juste. Mais c’est un mensonge. Vous vous en remettrez. Ce n’est qu’une pĂ©riode de la vie dans laquelle vous entrez. C’est la mĂ©nopause. Toute femme doit atteindre cela, mais vous allez trĂšs bien vous sentir maintenant. Croyez-vous mes paroles? Alors, allez remercier Dieu et chantez des cantiques, rĂ©jouissez-vous et soyez guĂ©rie.

206    TrĂšs bien, Madame. Je vous suis aussi Ă©tranger. Chose curieuse, lorsque j’ai dit cela Ă  l’autre, cela vous a quittĂ©e Ă  l’instant mĂȘme, parce que c’était exactement votre problĂšme, la nervositĂ©. Maintenant continuez votre chemin et croyez de tout votre cƓur et vous serez guĂ©rie. Amen. Allez et croyez de tout votre cƓur.

207    Je vous connais, Madame. Votre visage me dit quelque chose, mais je ne... Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Je sais maintenant qui vous ĂȘtes. Vous ĂȘtes une dame qui venez ici au Tabernacle. Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? Permettez-moi de prier pour vous.

208    Ă‰ternel Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, guĂ©ris cette dame. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.

209    Ne doutez pas. Je ne peux pas me rappeler le nom de la dame, mais je sais qui elle...

210    Et alors vous qui ĂȘtes lĂ  dans l’auditoire? Croyez-vous? Maintenant soyez vraiment tranquilles et soyez vraiment respectueux.
    Dans cette direction-ci, il y a quelqu’un, je dĂ©fie votre foi au Nom de JĂ©sus-Christ de croire ceci.

211    Une dame de couleur a les mains levĂ©es lĂ -bas. Croyez-vous, Madame, que je suis un serviteur de Dieu? [La femme rĂ©pond: «Oui, monsieur.» – N.D.É.] Si Dieu me rĂ©vĂ©lait votre problĂšme, accepteriez-vous cela? [«Oui.» – N.D.É.] Vous dĂ©sirez la priĂšre pour vous-mĂȘme, pour vos yeux, et pour cette petite fille assise lĂ . C’est juste. Imposez la main Ă  l’enfant et croyez de tout votre cƓur.

212    Et, Éternel Dieu, je prie qu’ils reçoivent cela au Nom de JĂ©sus. Amen. Croyez-vous? [L’AssemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

213    L’Ange du Seigneur se tient Ă  cĂŽtĂ© de cet homme aux cheveux noirs. Je – je pense qu’il frĂ©quente cette Ă©glise, bien que je ne sois pas sĂ»r. Monsieur, si je vous connais, je ne connais pas votre problĂšme, Ă  moins que Dieu le rĂ©vĂšle. Mais ce... certains, dans Sa misĂ©ricorde se tiennent ici... Et vous avez un – un ulcĂšre au pied, au pied gauche. C’est vrai. Vous avez – vous avez touchĂ© quelque chose par la foi.

214    Qu’en est-il de vous, de ce cĂŽtĂ©-ci? Croyez-vous? [L’AssemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.] Ayez alors foi, ne doutez pas.

215    Voici une dame assise ici, portant un chapeau noir et des lunettes. Avez-vous une carte de priĂšre, Madame? Juste derriĂšre ce petit garçon lĂ , au bout de la rangĂ©e. Vous! Avez-vous une carte de priĂšre? N’avez-vous pas de carte de priĂšre? Croyez-vous que je suis le prophĂšte de Dieu? Si Dieu me rĂ©vĂ©lait ce qu’est votre problĂšme, accepteriez-vous alors cela? Vous ĂȘtes cardiaque. C’est votre mari qui est assis Ă  cĂŽtĂ© de vous, et il avait mal au gland. Maintenant, allez et croyez.
    Qui croit en Lui? [L’AssemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

216    Qu’en est-il de cet homme de couleur assis ici? Croyez-vous, Monsieur? [L’homme rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.] Croyez-vous que je suis Son serviteur? [«Oui.»] Vous avez besoin de la priĂšre, n’est-ce pas? [«Oui.»] Si Dieu me le rĂ©vĂ©lait, de moi Ă  vous, croiriez-vous qu’Il – que vous pouvez accepter cela? [«Oui.»] Vous avez la sinusite. [«Oui? monsieur.»] Et vous avez une hernie. [«Oui.»] C’est vrai.

217    Qu’en est-il de chacun de vous lĂ -bas, croyez-vous? [L’AssemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

218    Voici une autre dame de couleur juste derriĂšre cette dame, lĂ  derriĂšre. Vous avez levĂ© la main, sƓur. DĂ©sirez-vous quelque chose de la part du Seigneur? Croyez-vous que je suis Son serviteur? Vous avez un problĂšme de voix. C’est juste. Croyez-vous qu’Il vous a guĂ©rie?

219    Juste aprĂšs vous, lĂ , vous qui regardez Ă  cĂŽtĂ©, juste aprĂšs vous, lĂ , au bout de la rangĂ©e, Ă  peu prĂšs 1, 2, 3, 4, 5 personnes, lĂ  derriĂšre. Vous avez un problĂšme de thyroĂŻde. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira?

220    Et alors lĂ  derriĂšre, l’homme au bout de la banquette, lĂ  au fond dans cette rangĂ©e? Vous souffrez de la colite ulcĂ©reuse. C’est vrai, monsieur. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rit? Alors levez-vous et acceptez cela au Nom du Seigneur JĂ©sus.

221    Que Dieu vous bĂ©nisse. Je ne vous ai jamais vu; vous m’ĂȘtes Ă©tranger. Mais Dieu vous connaĂźt.

222    Croyez-vous cela, chacun de vous? [L’AssemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]
    Croyez-vous que le mĂȘme Ange du Seigneur qui est venu chez Abraham avec la misĂ©ricorde, Qui connaissait les secrets des pensĂ©es de Sarah, le mĂȘme Qui s’était tenu sur la terre et Qui connaissait les secrets des pensĂ©es de l’esprit, ne croyez-vous pas qu’Il est ici maintenant? [«Amen.»] Le mĂȘme Dieu, juste avant que le monde ne brĂ»le encore dans la destruction, ne croyez-vous pas qu’Il est ici? [«Amen.»] Alors acceptons-Le. Croyons-Le. Acceptons-Le comme notre guĂ©risseur, maintenant mĂȘme.

223    Combien d’entre vous croiront cela? Combien d’entre vous croient vraiment, levez la main. Maintenant, imposez-vous – baissez vos mains.

224    La Bible dit ceci: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.»

225    Alors, imposez-vous les mains les uns aux autres si vous ĂȘtes des croyants. Priez pour celui qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous, et celui qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous, pour qui l’on prie, qu’il prie pour vous. Chacun de vous, priez l’un pour l’autre maintenant. N’importe oĂč dans le bĂątiment, je dĂ©fie cette foi.
    La dame lĂ -bas, atteinte de la tuberculose, n’y pensez plus; vous ĂȘtes guĂ©rie.

226    Vous, Monsieur, qui ĂȘtes assis lĂ , qui avez un problĂšme de prostate, vous vous rĂ©veillez la nuit. N’y pensez plus; vous n’aurez plus Ă  le faire. Que Dieu vous bĂ©nisse.

227    Je vous dĂ©fie de poser un acte de foi. Est-ce que vous le faites? Alors priez, chacun Ă  sa maniĂšre. Imposez vos mains Ă  quelqu’un et priez pour celui qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous, pendant que je prie pour vous tous.

228    Ă‰ternel Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Ă©ternelle, Donateur de tout don excellent, envoie ton Esprit maintenant mĂȘme sur ces gens.

229    Je condamne les oeuvres du diable, parce que le diable est exposĂ©. Satan, tu ne peux plus les retenir. Leur foi est en train de s’élever. Et ils ont les mains posĂ©es les uns sur les autres. Et je te lance ce dĂ©fi, que tu as perdu la bataille, et le jugement approche. Sors d’eux au Nom de JĂ©sus-Christ. Quitte-les au Nom de JĂ©sus.

230    Croyez-vous en Lui? Levez la main et louez-Le pour votre guĂ©rison. Si vous ĂȘtes infirme, mettez-vous debout, Christ vous a guĂ©ri. Si vous ĂȘtes un estropiĂ©, si vous avez les mains infirmes, levez-les. Tout est fini. Il y a ici une femme infirme, qui est debout. Louez le Seigneur. Disons: «Dieu soit louĂ©.» Tout le monde. [L’assemblĂ©e dit: «Dieu soit louĂ©!» FrĂšre Branham tape les mains cinq fois – N.D.É.] Amen. FrĂšre Neville!
EN HAUT