ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'Expectative de William Branham a été prêchée 58-0508 La durée est de: 1 heure 26 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3

L'Expectative

1    Restons debout, juste un moment, si vous voulez, alors que nous courbons la t√™te pour la pri√®re. Dieu √Čternel et b√©ni, nous Te sommes reconnaissants pour ce que nos yeux ont vu et nos oreilles ont entendu. Et nous pourrions nous joindre au po√®te qui a √©crit ce chant. Et nous sommes si contents de savoir que la religion Chr√©tienne n'est pas simplement un livre de r√®gles, mais elle est une exp√©rience d'un Dieu vivant et omnipr√©sent.

2    Nous laissons ces enfants entre Tes mains, Seigneur. Et nous prions qu'ils grandissent dans la gr√Ęce, et que leurs √©glises, d'o√Ļ ils viennent, soient b√©nies et qu'il puisse y avoir un r√©veil dans le pays. Et ceux qui se sont lev√©s bravement et T'ont accept√© comme leur Sauveur personnel, nous Te demandons que Tu leur accordes, Seigneur, Tes riches b√©n√©dictions. Et ceux qui T'ont accept√© comme leur Gu√©risseur; puisses-Tu les b√©nir, et puisse leur t√©moignage, quand le m√©decin les aura laiss√©s aller, puisse leur t√©moignage √™tre merveilleux. Que leur t√©moignage fasse que les docteurs prient pour leurs patients et qu'ils r√©alisent que Toi, √ī Dieu, Tu es le seul qui peut nous gu√©rir. Et nous Te demandons de rester avec nous ce soir, que Ta mis√©ricorde demeure sur nous.

3    Nous r√©alisons que nous combattons un dur ennemi. Et nos armes ne sont pas charnelles, mais elles sont fortes, pour an√©antir les forteresses de l'ennemi.

4    Et aide-nous √† unir nos coeurs ensemble, ce soir, alors que nous regardons √† Toi maintenant, pour avoir communion avec Toi autour de Ta Parole √©crite. Et ensuite, Seigneur, que les p√©cheurs trouvent leur place √† l'autel de Dieu, dans leur coeur, et qu'ils se repentent et deviennent Tes enfants. Et alors, que les malades soient gu√©ris, et que la gloire puisse se trouver dans la ville, parce que Tu nous auras visit√©s. Nous le demandons au Nom de Ton Fils, J√©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

5    Je le dis avec sinc√©rit√©, de mon coeur: Je regrette ce soir que je--ceci est la r√©union de cl√īture de nos rencontres. Je viens juste de faire votre connaissance, juste de sentir que vous √™tes--vous faites partie de nous, ce que vous √™tes au commencement. Mais alors c'est ainsi que cela semble √™tre quand je suis ici au pays, et √† l'√©tranger √©galement. C'est juste: ¬ęComment allez-vous? Je suis heureux de vous rencontrer. Que le Seigneur vous b√©nisse. Au revoir.¬Ľ Mais il y a une grande chose que j'ai √† l'esprit quand je voyage et que je rencontre ces merveilleux enfants de Dieu, qu'un jour nous nous rencontrerons et nous ne devrons plus nous s√©parer. Il n'y aura pas des sections dans le Ciel pour que certains enfants de Dieu vivent en un certain endroit et d'autres ailleurs. Je crois que Ses enfants seront tous ensemble. Je m'attends √† ce temps-l√†.

6    Nous ne savons simplement pas ce que c'est, mais les √Čcritures nous enseignent que l'oeil n'a pas vu, ni l'oreille entendue, et ce n'est pas entr√© dans le coeur de l'homme, ce que Dieu a en r√©serve pour ceux qui L'aiment. Ainsi, par-dessus tout, aimez le Seigneur J√©sus et honorez Dieu le P√®re. Et croyez Ses serviteurs, les pr√©dicateurs, vos pasteurs. Et enseignez la Parole, en tout temps, en saison et hors saison. Et priez que Dieu sauve les perdus et gu√©risse les malades.

7    Souvenez-vous, la gu√©rison divine n'est pas l√† seulement quand un √©vang√©liste passe. Dieu est dans vos √©glises. Il est dans votre peuple. Il est en vous. Il vous gu√©rira si vous Le croyez. Vous ne devez pas attendre qu'un certain √©vang√©liste arrive. Dieu n'est pas oblig√© d'avoir les √©vang√©listes, bien qu'Il les utilise. Mais c'est juste pour remuer; les dons sont pour remuer... Le Gu√©risseur est toujours l√†, Dieu.

8    Ce soir c'est la r√©union de cl√īture, et je pourrais annoncer que mon bon ami ici, Fr√®re Leo Mercier, qui vient d'une famille catholique, une famille catholique du Canada fran√ßais. Monsieur Goad et lui... je ne sais pas exactement quelle √©tait la religion de monsieur Goad. Lorsqu'il y eut une r√©union dans une certaine ville, ils √©taient l√†. Et ils ont senti que ces visions... (Je me demande si c'√©tait dans ma maison?) Ainsi, ils se sont constitu√©s en petits agents du FBI, et sont venus pour d√©couvrir si c'√©tait vrai ou pas. Vous devriez entendre leur t√©moignage. Ils sont devenus mes amis.

9    Ceci ici, c'est juste quelque chose de mineur. Ils sont avec moi maintenant comme mes collaborateurs officiels pour les livres et les bandes. Les bandes des r√©unions, si vous avez des enregistreurs et que vous appr√©ciez les messages que Dieu nous a donn√©s, ils les ont sur bande. Et je crois qu'ils pourraient vous vendre la bande avec le message, √† un prix inf√©rieur o√Ļ vous pourriez acheter la bande, car ils ont une mani√®re sp√©ciale...

10    J'ai achet√© une bande d'un certain √©vang√©liste, juste r√©cemment, et j'ai pay√© neuf dollars. Ils vendent les leurs pour pas plus de trois dollars et demi, ou trois dollars? Quoi? [Quelqu'un parle √† Fr√®re Branham. - N.D.√Č.] Trois dollars, un tiers du prix. Je ne sais pas comment ils font, mais ils ont dit qu'ils voulaient simplement faire passer le message vers les gens. Ce n'est pas que ces hommes veuillent de l'argent. C'est afin de r√©pandre le message quelque part ailleurs. La Foi vient de ce qu'on entend.

11    Ainsi, ils se tiennent au stand des livres et la photo... La photo n'est pas √† moi en r√©alit√©. Elle est... Vous ne l'achetez pas pour moi... parce que cela change m√™me mon expression et tout. Quelqu'un a dit: ¬ęFr√®re Branham, cela ne vous ressemble pas.¬Ľ
    Que Cela soit pr√®s de vous, et vous verrez quelle expression et quelle diff√©rence cela fait pour vous. Certainement.

12    Maintenant, si vous remarquez, ce n'est pas simplement une photo que nous voulons √©pargner pour gagner de l'argent. Nous achetons cette photo et la vendons de la m√™me fa√ßon que nous l'obtenons; trois ou quatre cents par photo pour la manutention, c'est tout ce que nous recevons. Elle a des droits d'auteur et se trouve √† Washington D.C., comme le seul √ätre surnaturel dont la photographie ait jamais √©t√© prouv√©e. Maintenant, le... George J. Lacy, des Empreintes Digitales et des Documents du FBI, a examin√© ce cas.
    Et il m'a dit: ¬ęMonsieur Branham, j'ai entendu parler de vos r√©unions, et je suis all√© √† une ou deux. Et j'ai dit que c'√©tait de la psychologie, que cette Lumi√®re n'√©tait pas l√†. Mais, dit-il, monsieur Branham, l'oeil m√©canique de l'appareil photo ne prendra pas la psychologie. La Lumi√®re a frapp√© l'objectif.¬Ľ
    Il a sign√© le document et l'a transmis aux studios Douglas, membre de l'Association des photographes am√©ricains √† Houston, au Texas.

13    Maintenant, je dis ceci avec humilit√© et respect envers Lui, qui est pr√©sent: c'est la Lumi√®re que j'ai vue. C'est cette Lumi√®re qui √©tait au-dessus de mon berceau quand je suis n√©. C'est la Lumi√®re qui est... De l√† est venue une Voix qui m'a parl√© tout au long de ma vie, qui a dit des choses, par centaines. Et sondez o√Ļ vous voulez; en Afrique et autour du monde, dans ma propre ville, des m√©decins, des juges ou qui que ce soit, et voyez si cela a jamais failli une seule fois, d'√™tre exactement ce qu'Il avait dit. C'est cela qui parle ici sur l'estrade, pas votre Fr√®re.

14    Maintenant, je crois de tout mon coeur... Combien savent qu'une colonne de Feu suivait les enfants d'Isra√ęl et les guidait dans le d√©sert? Et combien savent que c'√©tait J√©sus-Christ, le Christ, l'Ange de l'alliance; vous les enseignants? Et quand Il √©tait ici sur terre, Il √©tait--c'√©tait le m√™me Dieu.

15    Il n'y a pas trois Dieux. Il n'y a qu'un seul Dieu, trois fonctions du m√™me Dieu: P√®re, Fils et Saint-Esprit ne veulent pas dire trois Dieux. Si nous avons trois Dieux, nous sommes des pa√Įens. Voyez? Comme les Juifs disent: ¬ęLequel est votre Dieu?¬Ľ Il n'y a pas trois Dieux. Il y a un Dieu en trois fonctions du m√™me Dieu: la Paternit√© et la Filiation. Ceci est la dispensation du Saint-Esprit. Voyez? C'est un Dieu. ¬ęDieu √©tait en Christ, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me¬Ľ, dit l'√Čcriture.

16    Et quand Il √©tait ici sur Terre, ils ont dit: ¬ęTu dis que Tu as vu Abraham, et Tu n'as pas cinquante ans?¬Ľ
    Il a dit: ¬ęAvant qu'Abraham f√Ľt, Je Suis.¬Ľ ¬ęJE SUIS¬Ľ √©tait Celui-l√†, la Colonne de Feu qui avait parl√© √† Mo√Įse dans le buisson ardent. Nous en sommes tous conscients.

17    Il a dit: ¬ęJe viens de Dieu et Je retourne √† Dieu.¬Ľ L'un de vous, qui est enseignant, conna√ģt-il cela dans les √Čcritures? J√©sus a dit cela. Et alors, s'Il est venu d'une Colonne de Feu, vers quoi est-Il retourn√©? Vers la m√™me chose d'o√Ļ Il est venu.

18    Vous dites: ¬ęFr√®re Branham, est-ce authentique?¬Ľ
    Oui, dans Actes, vers le huiti√®me ou neuvi√®me chapitre, vous trouverez o√Ļ Paul, apr√®s la r√©surrection de J√©sus, √©tait en chemin vers Damas pour mettre en prison les gens qui faisaient trop de bruit et causaient du d√©sordre. Et il... Ils √©taient contre--ils √©taient contre leur enseignement orthodoxe, et il √©tait un grand enseignant, sous Gamaliel, le grand ma√ģtre orthodoxe.

19    Et sur son chemin, il y eut une--une Lumi√®re qui le frappa et le jeta √† terre, aveugle. Tous les enseignants savent cela. Tous les gens savent cela, ceux qui lisent la Bible. Il fut aveugl√©, et il--et quand il s'est relev√©, il a dit, une voix est venue et a dit: ¬ęSaul... (C'est au huiti√®me chapitre des Actes.) Saul, Saul, pourquoi Me pers√©cutes-tu? Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.¬Ľ Et il a dit: ¬ęQui es-Tu, Seigneur, que je pers√©cute?¬Ľ La Voix revint et dit: ¬ęJe suis J√©sus, que tu pers√©cutes.¬Ľ

20    Alors nous voyons dans les √Čcritures que Dieu, apr√®s avoir habit√© en Christ, √©tait retourn√©, dans le Nom de J√©sus, dans la m√™me Lumi√®re o√Ļ Il √©tait au commencement.

21    Quand saint Pierre, l'ap√ītre, √©tait en prison; et dans la maison de saint Marc, ils priaient que Dieu le d√©livre--nous comprenons, selon les √Čcritures, qu'une Lumi√®re est venue en prison o√Ļ se trouvait l'ap√ītre. Et comme la Lumi√®re le conduisait, les portes s'ouvrirent devant lui--les portes int√©rieures et ext√©rieures--jusque dans la rue. Et il pensait qu'il avait r√™v√©, parce que la Lumi√®re qui √©tait si r√©elle, avait ouvert les portes devant lui.

22    Si Dieu habite dans l'immortalit√©, alors Il ne peut mourir. Il est immortel. Et c'est Lui que nous adorons ce soir. C'est Lui qui a fait la promesse: ¬ęLes oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.¬Ľ Il a promis √† Son √©glise qu'Il agirait dans Son √Čglise, parmi Ses membres, Son Corps mystique- parlant de mani√®re spirituelle- jusqu'√† ce qu'Il revienne, afin que les m√™mes choses qu'Il a faites, soient confirm√©es dans Son √Čglise, par les croyants.

23    Les derni√®res paroles que notre Seigneur a dites quand Il quittait la terre furent: ¬ęAllez dans le monde entier et pr√™chez l'√Čvangile √† chaque cr√©ature. Celui qui croit et est baptis√©, sera sauv√©. Celui qui ne croit pas, sera condamn√©. Et ces signes suivront ceux qui auront cru...¬Ľ Nous ne pouvons rien ajouter ou retrancher √† cela. Nous devons croire ce que Dieu a dit. Vous pouvez obtenir la photo et les bandes qui sont au stand des livres, ainsi que les livres.

24    Cela a √©t√© un--un plaisir d'√™tre avec vous, ces quelques soir√©es. J'appr√©cie, s'il y a des journalistes ici, leur bont√© et leur gentillesse pour essayer de faire avancer la cause. Ils ont √©t√© des ¬ęgentlemen¬Ľ qui sont venus et ont fait un rapport honn√™te des r√©unions. Et j'appr√©cie cela. Et je suis s√Ľr que les gens appr√©cient cela.

25    Parfois les gens sont critiques; c'est parce qu'ils ne savent pas. S'ils ne savent pas mieux que cela, alors nous avons piti√© de telles personnes, parce qu'ils ne savent pas mieux que cela. Et ce serait une chose horrible, mes amis, de penser... Si vous √©tiez l'une de ces personnes qui ont critiqu√© Christ et qui ne croyaient pas? Si vous aviez suivi les r√©unions et remarqu√© ce qui arrive, √† des gens qui sont devenus fous, qui sont morts du cancer, qui ont √©t√© paralys√©s, apr√®s les r√©unions... Ce n'est pas simplement ma parole; ce sont des faits authentiques, des documents sign√©s et enregistr√©s.

26    J'ai vu des gens √™tre paralys√©s dans la r√©union et devant √™tre emmen√©s hors de la salle, qui √©taient venus en se moquant, juste pour troubler. J'ai vu des gens qui ont perdu la raison, et deux jours plus tard on les trouvait dans la rue, des officiels de la ville de Phoenix en Arizona, compl√®tement fous; ils sont morts ainsi, faisant appel √† la mis√©ricorde et demandant que quelqu'un vienne prier pour eux. On ne joue pas √† l'√©glise. Ce jour-l√† est termin√©. Nous vivons dans l'√©glise du Dieu vivant. Ainsi, soyons respectueux et ayons de la r√©v√©rence pour le Dieu que nous adorons.

27    Maintenant, je d√©sire remercier les gens qui nous ont fait avoir l'auditorium. Nous sommes reconnaissants pour ce privil√®ge. Que le Seigneur vous b√©nisse. Et pour les policiers qui se sont tenus ici chaque soir et qui ont √©t√© tr√®s respectueux et gentils. J'appr√©cie, et je suis s√Ľr qu'une ville devrait appr√©cier des officiers de ce genre et les autorit√©s.

28    Et le programme de radio et de t√©l√©vision; vous avez √©t√© si gentils. Et je suis s√Ľr que cette petite ville sera b√©nie pour son effort. Bien que beaucoup parmi vous peuvent ne pas √™tre d'accord avec moi, dans la th√©ologie; il y a beaucoup de catholiques, beaucoup de d√©nominations diff√©rentes. Je ne parle pas en mal d'aucune d√©nomination. J'essaie juste d'aider les gens √† conna√ģtre Christ et j'essaie d'aider ceux qui sont malades. Je ne viens pas pour de l'argent. Je ne viens que pour vous aider. Et j'ai essay√© de mon mieux et je suis reconnaissant pour les pri√®res que vous avez faites. Que Dieu vous b√©nisse toujours. J'esp√®re qu'un jour ce sera la volont√© de Dieu que je vous revoie ici, o√Ļ je pourrai rester plus longtemps et rencontrer vos pr√©dicateurs et le clerg√© et ainsi de suite.

29    Je veux √©galement remercier ces pr√©dicateurs de nous avoir introduits, de nous avoir donn√© cette occasion. Et comme je l'ai dit √† un journaliste, cet apr√®s-midi, pour l'√©mission de ce soir, nous essayons tous de faire simplement tout ce que nous pouvons pour nous aider les uns les autres.

30    Vous savez, on entend souvent dire... Dans les premiers jours, aux jours de la Bible, quand un miracle se faisait, on ne disait rien √† ce sujet, si ce n'est remercier le Seigneur, c'est tout. Aujourd'hui, cela doit √™tre prouv√© scientifiquement. Je me demande s'il n'y a pas quelque chose de faux aujourd'hui, √† ce sujet. Je pense √†- comme dans des professions, comme le m√©decin. Si vous remarquez, bien souvent le m√©decin ne sera pas d'accord avec le chirurgien. ¬ęVous ne devriez pas vous faire op√©rer. Vous avez besoin de m√©dicaments.¬Ľ
    Et le chirurgien dira: ¬ęVous avez besoin d'une op√©ration et non de m√©dicaments.¬Ľ
    Et ils vont pratiquement... Tous deux seront en d√©saccord avec les chiropracteurs et les ost√©opathes, et bien souvent, tous sont en d√©saccord avec le pr√©dicateur. Quand vous voyez des choses comme celles-l√†, mes amis, √† mon opinion, tout comme avec les gens d'√©glise, c'est une motivation √©go√Įste. Si nous nous int√©ressions les uns aux autres, le docteur, le chiropracteur, l'ost√©opathe, qui font tous du bien, nous le savons, mettons nos √©paules et nos bras ensemble et allons de l'avant pour rendre la vie un peu meilleure aux gens avec qui nous vivons. S'il n'y a pas de motivation √©go√Įste, je suis certain que c'est l'attitude que nous prendrions.

31    Maintenant, je vais lire quelques passages des √Čcritures de la Parole √Čternelle de Dieu. Et alors, bri√®vement, nous nous occuperons des malades, Dieu voulant.

32    Maintenant, demain soir, nous devons commencer √†... Quel est ce nom? [Quelqu'un dit: ¬ęPittsfield, Massachusetts.¬Ľ - N.D.√Č.] Pittsfield dans le Massachusetts. De l√†, jusqu'√† Boston, je crois. [Quelqu'un dit: ¬ęEverett.¬Ľ] Everett, et alors dans le Maine, de retour au Texas, de nouveau, et au-del√† de la mer.

33    Maintenant, je d√©sire lire ce soir dans saint Luc, au deuxi√®me chapitre, le verset 25:
    Et voici, il y avait √† J√©rusalem un homme appel√© Sim√©on. Cet homme √©tait juste et pieux, il attendait la consolation d'Isra√ęl, et l'Esprit-Saint √©tait sur lui.
    Il avait √©t√© divinement averti par le Saint-Esprit qu'il ne mourrait point avant d'avoir vu le Christ du Seigneur.
    Il est venu au temple, pouss√© par l'Esprit. Et, comme les parents apportaient le petit enfant J√©sus pour accomplir √† son √©gard ce qu'ordonnait la loi,
    il le re√ßut dans ses bras, b√©nit Dieu, et dit:
    Maintenant, Seigneur, Tu laisses Ton serviteur s'en aller en paix, selon Ta Parole.
    Car mes yeux ont vu Ton Salut...

34    Puisse-t-Il ajouter Ses b√©n√©dictions √† la lecture de Sa Parole. Dans tous les √Ęges, Dieu n'a jamais √©t√© sans un t√©moin quelque part, en tout temps. Parfois, c'est all√© si bas, peut-√™tre, un t√©moin, comme au temps d'√Člie ou aux jours de No√©, mais Il a toujours eu un t√©moin quelque part, quelqu'un en dehors de millions de gens, de qui Il pouvait dire: ¬ęCelui-ci est Mon serviteur.¬Ľ Et Il pouvait utiliser une telle personne.

35    Et au temps de la lecture de cette √Čcriture, l'√©glise juive orthodoxe, Isra√ęl, √©tait occup√©e par Rome, parce qu'ils avaient manqu√© de croire leurs proph√®tes, qui les avaient avertis que leurs p√©ch√©s les conduiraient finalement dans la destruction. Et ils ont ignor√© leurs proph√®tes. Ils voulaient suivre leurs propres voies. Ils voulaient juste vivre comme ils voulaient et croire ce qu'ils voulaient croire; et les proph√®tes les avaient avertis d'une pareille condition et ils devaient recevoir la punition.

36    Maintenant, Dieu ne change pas. Dieu ne peut grandir en sagesse. Les premi√®res paroles qu'Il a dites, doivent √©galement √™tre Ses derni√®res paroles. Vous et moi, dans notre condition humaine, chaque g√©n√©ration devient un peu plus sage que la g√©n√©ration pr√©c√©dente, parce qu'il est enseign√© dans la Parole de Dieu que nous serions plus faibles et plus sages. Les hommes ne vivent plus aussi longtemps qu'ils vivaient jadis dans leur espace de vie. Tout d'abord ce fut cent vingt ans. Ensuite soixante-dix, soixante-dix, fut le temps allou√©. Nous dans la--notre g√©n√©ration, nous nous sommes approch√©s de cela. La vie moyenne est quelque part entre trente-cinq ou quarante ans, selon les assurances. Je pense que cela doit √™tre correct.

37    Et dans cette vie, si nous avons l'occasion de choisir ce qui est juste et ce qui est faux, c'est de nouveau la m√™me chose, comme c'√©tait au jardin d'√Čden: un homme et une femme ayant re√ßu le choix pour agir bien ou mal. Ils avaient deux arbres devant eux. Les √Čcritures nous enseignent que l'un √©tait l'arbre de la Vie: l'autre, un arbre de la connaissance. L'homme a choisi de manger de l'arbre de la connaissance. Et la premi√®re fois o√Ļ il mangea de cet arbre, il se s√©para de son amiti√© avec Dieu, et il devint un √™tre mortel.

38    Depuis lors, l'homme a d√©sir√© vivre de cet arbre de la connaissance. Et il a fait de grandes choses, mais la connaissance ne peut atteindre qu'un certain point. La connaissance est tr√®s bien, mais quand vous avez atteint la fin de votre connaissance, alors croyez √† partir de l√†.

39    Et quand ils laiss√®rent l'arbre de la foi, ils ont perdu Dieu. L'homme ne peut conna√ģtre Dieu par la connaissance. L'homme conna√ģt Dieu par la foi, la seule mani√®re pour l'homme de conna√ģtre Dieu est sur le terrain de la foi. ¬ęSi tu crois¬Ľ, a dit le Seigneur J√©sus. Non pas si vous dites un credo, ou si vous √™tes baptis√© de telle et telle mani√®re, mais ¬ęSi tu crois...¬Ľ

40    Il n'y a qu'un p√©ch√©, et c'est le p√©ch√© d'incr√©dulit√©. Chaque personne ici ce soir est poss√©d√©e, soit par la foi, soit par l'incr√©dulit√©. Votre vie prouve ce que vous √™tes, par la vie que vous vivez et les choses que vous faites.

41    Vous ne pouvez attendre qu'une colombe mange avec un charognard. Un charognard est celui qui mange les vieilles charognes de la terre. Ils sont satisfaits de n'importe quoi. Mais la colombe n'a pas de bile; elle ne peut dig√©rer ces choses que le charognard, le vautour mange. Ainsi, vous pouvez observer la vie d'un homme ou d'une femme et voir ce qu'ils font et la mani√®re dont ils agissent, et les d√©sirs qu'ils ont, et dire quelle est la nature de cette personne. Un Chr√©tien ne peut pas tol√©rer les choses de ce monde. J√©sus a dit: ¬ęSi un homme aime le monde ou les choses qui sont dans le monde, l'Amour de Dieu n'est pas en lui.¬Ľ Cela a √©t√© solennellement dit par notre Seigneur. Et nous devons le croire.

42    Donc, si Dieu a d√Ľ amener la punition sur Sodome et Gomorrhe pour leur p√©ch√©, Il a d√Ľ prendre Son peuple √©lu, Isra√ęl, et les punir pendant des ann√©es en captivit√© sous de cruels gardiens, parce qu'ils ne croyaient pas la Parole du Seigneur, venant par inspiration, par leurs scribes et leurs proph√®tes, et parce qu'ils continu√®rent √† vivre comme le reste du monde... Si Dieu les a fait payer pour leur p√©ch√©, nous n'√©chapperons pas. Nous devons payer pour nos p√©ch√©s, notre incr√©dulit√©. L'incr√©dulit√© est une chose mis√©rable. C'est terrible. C'est la mort, l'ombre de la mort, c'est l'incr√©dulit√©.

43    Et alors en Isra√ęl, en ce temps-l√†, il y avait beaucoup d'hommes de distinction. Et Sim√©on √©tait l'un de ces hommes. Il √©tait un homme qui avait √©t√© bien enseign√© parmi le peuple. C'√©tait un enseignant et un ma√ģtre en Isra√ęl. Et Dieu a choisi d'utiliser cet homme particulier. Et un jour, pendant qu'il √©tait en pri√®re, le Saint-Esprit est venu √† lui et a dit: ¬ęSim√©on, tu ne verras pas la mort jusqu'√† ce que tu aies vu le Christ.¬Ľ

44    Pouvez-vous imaginer l'attitude des gens quand cet homme d'environ quatre-vingts ans, un vieil enseignant, un sage, pr√™tre d'Isra√ęl, est sorti disant: ¬ęJ'ai eu une vision. Et le Saint-Esprit m'a dit que je ne verrai pas la mort que je n'aie vu le Christ.¬Ľ S'il y avait un temps o√Ļ ils ne s'attendaient pas au Christ, c'√©tait en ce jour-l√†. Ils l'avaient attendu depuis le jour d'√Čden, depuis que la promesse avait √©t√© faite: ¬ęLa semence de la femme √©crasera la t√™te du serpent.¬Ľ

45    David, Samuel et tous les proph√®tes avaient regard√© et proph√©tis√©, et attendu le Messie. Et ici, un homme de quatre-vingts ans, au moment o√Ļ on s'y attendait le moins, avait fait la d√©claration: ¬ęJ'ai vu l'Ange du Seigneur. Et Il m'a dit que je ne mourrai pas avant d'avoir vu le Christ.¬Ľ

46    Oh! je peux imaginer les autres pr√™tres dire: ¬ęLe vieux est au bout du rouleau.¬Ľ Ou peut-√™tre: ¬ęIl a perdu la raison.¬Ľ Et de dire aux autres pr√™tres: ¬ęN'√©coutez pas ce gars-l√†, parce qu'il est fou. Laissez-le tranquille, ainsi il dira lui-m√™me √† tout le monde qu'il est fou. Nous savons que les anges n'apparaissent pas aux hommes de nos jours. Nous savons que ces choses n'arrivent pas. Cela n'est plus arriv√© depuis le temps des proph√®tes et de Mo√Įse.¬Ľ

47    Mais le vieux pr√™tre savait ce dont il parlait. Cela lui avait √©t√© r√©v√©l√© par le Saint-Esprit, et il tint ferme son t√©moignage. Et il n'avait pas honte de dire aux autres: ¬ęJe ne verrai pas la mort avant que je ne voie le Christ.¬Ľ
    Il avait raison, car cela lui avait √©t√© r√©v√©l√© par le Saint-Esprit.

48    Maintenant, il n'y a pas deux Saint-Esprit. Il n'y a qu'un Saint-Esprit. Et si le Saint-Esprit est dans les √©glises, conduisant les gens, Il les conduira de la m√™me mani√®re. Et alors vous conna√ģtrez si votre √©glise a raison ou non; cela sera comparable avec la conduite du Saint-Esprit au commencement, la mani√®re dont Il le fit en premier lieu.

49    Maintenant, nous remarquons cet homme avec cette affirmation. Et tous les gens qui se moquaient de lui. Et il n'y a jamais eu d'√Ęge -sondez l'histoire, sondez les √Čcritures, il n'y a jamais eu d'√Ęge ou une personne que Dieu ait appel√© et dont le monde ne se soit moqu√©. Voyez les √Čcritures. Consid√©rez le Seigneur J√©sus; consid√©rez les proph√®tes; consid√©rez les saints; et trouvez s'il y a jamais eu une telle chose: jamais, dans toute l'histoire du monde.

50    Le monde a montr√© ce qu'il √©tait quand ils ont dit: ¬ęDonnez-nous Barabbas, et non J√©sus.¬Ľ Et qui a dit cela? L'√©glise, non pas le monde ext√©rieur; l'√©glise a dit cela: ¬ęNous ne voulons pas J√©sus; nous pr√©f√©rons avoir un meurtrier.¬Ľ Cela sera exprim√© de lui-m√™me alors, et il en est de m√™me aujourd'hui.
    Mais le v√©ritable croyant dit: ¬ęJe d√©sire J√©sus. Nous souhaitons l'avoir.¬Ľ

51    Maintenant, nous d√©couvrons que... Situons la chose dans une petite histoire; √©tant donn√© qu'il y a des petits enfants. Et rendons les choses simples, afin que les petits comprennent. Ils formeront la g√©n√©ration de demain, s'il y en a une.

52    Remarquons... Nous dirions que Sim√©on, c'√©tait un lundi matin. Le jour du Sabbat avait √©t√© un grand jour. Et maintenant, c'est lundi matin, et Sim√©on est dans son bureau, √©tudiant la Parole de Dieu. Disons qu'il regardait dans le rouleau d'√Čsa√Įe. Et il arrive au--au neuvi√®me chapitre et au verset 6. Et l√†, il est √©crit ceci: ¬ęUn Enfant nous est n√©, un Fils nous est donn√©: et le gouvernement sera sur Ses √©paules; et Son Nom sera appel√© Conseiller, Prince de la Paix, Dieu Puissant, P√®re √Čternel.¬Ľ

53    Et comme il lisait les √Čcritures, au m√™me moment, Marie et Joseph entr√®rent dans le temple, emmenant l'Enfant Christ. Car c'√©tait la loi, que huit jours apr√®s la naissance d'un enfant, la m√®re devait venir au temple et offrir une offrande pour sa purification et la circoncision de l'enfant, si c'√©tait un m√Ęle. Et Marie entre avec l'Enfant.

54    Isra√ęl √©tait constitu√© d'environ trois millions de personnes, en ces jours-l√†, en Palestine. Combien d'enfants naissaient en l'espace de vingt-quatre heures, avec autant de monde? Des centaines de petits enfants naissaient. Et les m√®res √©taient align√©es, pour faire circoncire leurs enfants et pour offrir pour la purification de la m√®re. Et l'offrande √©tait soit un--un petit agneau (les riches pouvaient se le permettre), et les pauvres paysans offraient deux tourterelles.

55    Et voici que le Christ Se tient ici. Voici le Christ, dans le temple, pour la premi√®re fois de toute l'histoire, dans la chair, sous la forme d'un petit b√©b√©, dans les bras de Marie.
    Et alors que les m√®res formaient une ligne, attendant leur tour pour passer devant le pr√™tre, elles attendaient.

56    Maintenant, si Dieu avait dit √† Sim√©on qu'il n'allait pas mourir qu'il n'ait vu le Christ, alors il appartenait √† Dieu de faire savoir √† Sim√©on que le Christ √©tait dans Son temple, car le Saint-Esprit donne la promesse; c'est au Saint-Esprit de tenir cette promesse. Et voici, Il √©tait l√† pour la premi√®re fois.

57    Maintenant, comme nous pouvons l'imaginer, alors que Sim√©on lisait les √Čcritures, tout √† coup le Saint-Esprit lui parla et dit: ¬ęSim√©on, l√®ve-toi.¬Ľ Il d√©pose le rouleau. Il ne savait pas o√Ļ aller, mais la Bible dit que les fils de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. Il n'est pas n√©cessaire de savoir o√Ļ vous allez, aussi longtemps que vous √™tes conduits par Son Esprit.

58    Et voici le Christ dans le temple. Sim√©on sort. Il ne sait simplement pas par o√Ļ aller, mais il y a Quelque chose en lui qui le conduit, qui est le Saint-Esprit qui lui a donn√© la promesse. ¬ęQuand la profondeur appelle la profondeur...¬Ľ Sim√©on croyait le Saint-Esprit; peu importe ce que les gens disaient, il le croyait.

59    Et s'il y a une faim ici pour quelque chose, il doit y avoir quelque chose d'abord pour r√©pondre √† cette faim, sinon vous n'auriez pas cette faim. Puis-je dire ceci: avant qu'il y ait une nageoire sur le dos d'un poisson, il y avait de l'eau premi√®rement, pour qu'il y nage, sinon il n'aurait pas de nageoire. Tout est pour une cause. Avant qu'il y ait un arbre qui puisse grandir sur Terre, il devait y avoir une terre pour qu'il y grandisse, sinon il n'y aurait pas d'arbre. En d'autres termes, je dis ceci: avant qu'il puisse y avoir une cr√©ation, il devait y avoir un Cr√©ateur.

60    Maintenant, il y a quelque temps, j'ai lu dans un journal qu'un petit gar√ßon mangeait les gommes des crayons √† l'√©cole. Et sa m√®re en √©tait alarm√©e. Et alors, un apr√®s-midi, √† sa surprise, elle trouva le petit gar√ßon assis dans la v√©randa, en train de manger la p√©dale d'une bicyclette. Elle fut fort alarm√©e.

61    Elle pr√©para rapidement le petit et l'emmena √† la clinique. Pendant que les docteurs examinaient son sang et--et lui faisaient passer un examen complet, ils d√©couvrirent que son sang avait besoin de soufre. Maintenant, on trouve du soufre dans le caoutchouc. Vous voyez, avant qu'il puisse avoir besoin de soufre, il devait y avoir du soufre d'abord, pour r√©pondre √† ce besoin, sinon il n'aurait jamais √©prouv√© ce besoin.

62    Et aussi longtemps que des hommes et des femmes, protestants et catholiques, juifs ou quels qu'ils soient, aussi longtemps qu'il y a quelque chose dans leur coeur qui r√©clame la gu√©rison de Dieu, il doit y avoir un endroit o√Ļ ils peuvent aller trouver cette gu√©rison; ou il doit y avoir un Cr√©ateur pour cr√©er ce d√©sir avant qu'il puisse y avoir un d√©sir.

63    Beaucoup de catholiques vont vers cet √©crin de reliques (j'ai oubli√© le nom, je suis all√© l√†) √† Paris; j'√©tais √† Notre-Dame l√† o√Ļ la--la soeur qui est enterr√©e l√† et les gens ont frott√© le sommet de la pierre, pour la gu√©rison, la priant de leur donner la gu√©rison. Et les gens de toutes les religions semblent avoir quelque chose en eux qui fait appel √† quelqu'Un qui les a cr√©√©s, pour qu'Il les aide quand il y a des probl√®mes.

64    Quand nous sommes arriv√©s en Am√©rique, au Rocher de Plymouth, nos anc√™tres ont d√©couvert l'indien, qui adorait le soleil ou quelque chose. Il y a quelque chose √† l'int√©rieur de l'homme qui lui dit qu'il y a un Dieu quelque part.

65    Dans la jungle lointaine, en Afrique, chez les Hottentots, vous les trouvez avec des idoles macul√©es de sang, des b√™tes √† l'aspect hideux. Ils savent qu'il y a quelque chose quelque part. Et aussi longtemps qu'il y a quelque chose dans le coeur de l'homme, qui fait appel √† Dieu, il doit y avoir un Dieu pour r√©pondre √† cet appel. S'il y a une faim pour la gu√©rison divine... La raison m√™me pour laquelle vous √™tes assis ici ce soir, peut-√™tre les docteurs vous ont-ils abandonn√©... Si je n'avais jamais lu les √Čcritures, quelque chose me dirait qu'il y a une Fontaine ouverte quelque part.

66    Et si vous √™tes juste venu comme cela, et que vous vous attendiez √† trouver quelque chose √† critiquer, en venant ici; Satan vous le montrera. Vous obtenez toujours ce que vous attendez. Dieu a promis cela. Si vous √™tes venus pour trouver du bon, si vous √™tes venus pour conna√ģtre Christ, et pour--pour Le voir, et pour Lui parler de votre maladie ou de votre √Ęme; Dieu veillera √† ce que vous Le trouviez. Vous obtenez ce que vous attendez, toujours. Tout d√©pend de ce que vous vous attendez √† trouver.

67    Maintenant, Sim√©on s'attendait √† trouver l'Enfant Christ, parce que la promesse avait √©t√© faite. Et √† la premi√®re petite secousse venue dans son coeur, qui ressemblait √† la M√™me qui lui avait parl√© en premier lieu, ¬ęil se leva, dit l'√Čcriture, et fut conduit par l'Esprit¬Ľ, le m√™me Esprit qui avait donn√© la promesse.

68    Maintenant, si le Saint-Esprit ne change pas, et Il a donn√© la promesse de la gu√©rison Divine pour tous les √Ęges, dans Sa Parole, qu'est-ce qui vous a amen√©s en cet endroit ce soir. Dieu est li√© √† Sa Parole. Et s'Il est li√© √† Sa Parole, et que vous croyez qu'Il est un Gu√©risseur, Il est oblig√© de vous amener √† cette fontaine o√Ļ il y a la gu√©rison. Si vous avez soif pour de l'eau, il doit y avoir de l'eau √† boire quelque part, sinon vous n'auriez jamais soif. C'est pourquoi vous √™tes ici ce soir.

69    Observons ce que Sim√©on a fait. Maintenant, il n'est pas n√©cessaire que vous soyez ici. Vous pourriez √™tre √† l'autel dans votre √©glise, dans votre propre maison. Vous pourriez √™tre √† votre autel ou quelque part o√Ļ vous auriez fait votre autel. Dieu vous rencontrera o√Ļ vous voulez Le rencontrer. Mais vous avez entendu que d'autres ont √©t√© gu√©ris. Ainsi donc, vous √™tes venus pour voir... Je crois que vous l'avez fait. Sinon, que Dieu ait piti√© de votre √Ęme p√©cheresse, car vous n'avez fait que prendre la place de quelqu'un qui serait venu avec sinc√©rit√©.

70    Remarquez alors, si vous avez √©t√© conduit par le Saint-Esprit, c'est le m√™me Saint-Esprit qui a fait la promesse dans la Bible, qui vous a amen√©s ici. Observez la mani√®re dont Il l'a fait. Quand le Saint-Esprit a parl√© √† son coeur, il s'est lev√©, ne sachant pas ce qu'il allait faire. C'est par la foi. Il a march√© vers le temple, dans le parvis ext√©rieur, et il a remarqu√© les femmes qui √©taient align√©es. Ensuite, le Saint-Esprit commen√ßa √† le conduire. Il s'est dirig√© vers les femmes, et a commenc√© √† remonter la ligne de femmes...

71    Observez, voici une jeune fille qui n'a pas plus de dix-huit ans, et elle se tient l√† avec un B√©b√© dans les bras et toutes les autres femmes se tiennent √©loign√©es d'elle, parce qu'elle a une mauvaise r√©putation: l'Enfant est n√© hors des liens sacr√©s du mariage, comme le monde disait, ainsi disait l'√©glise.

72    Marie allait √™tre m√®re avant que Joseph ne l'√©pouse. Et l'Enfant, toutes les femmes, les femmes riches, elles tenaient leurs b√©b√©s dans des linges brod√©s, rose et bleu, elles avaient des agneaux en offrande pour leur purification; mais cette petite dame, pauvrement v√™tue, venant d'un foyer paysan, se tenant avec un petit B√©b√© dans les bras, envelopp√© dans des langes...

73    Si je comprends ce qu'√©taient ces langes, √† ce qu'on m'a dit, c'√©tait le... ce qui provenait du joug d'un boeuf qui avait √©t√© au labour; cela se trouvait dans l'√©table o√Ļ Christ √©tait n√©. Et ils avaient pris cette √©toffe pour L'emmailloter et L'avaient envelopp√© dedans, dit l'√Čcriture.

74    Et les femmes se tenaient toutes √† distance, car elles disaient: ¬ęCette personne, ce b√©b√© est n√© en dehors du mariage, et nous ne voulons rien √† voir avec cela. Nous ne garderons pas notre... Nous allons nous tenir √† distance d'une telle chose.¬Ľ

75    √Ē Dieu! aie piti√© de nos esprits et de nos √Ęmes p√©cheurs et impies, quand nous voulons nous tenir √† distance de Dieu, et de la V√©rit√©, et de l'Amour, et de la Puissance. Quelle chose p√©cheresse et impie. Et elles se tenaient √† distance.

76    Et alors, voici qu'arrive ce vieux pr√™tre qui avait √©t√© consid√©r√© comme fanatique parce qu'il disait qu'il avait vu un ange. L'ange lui avait dit qu'il ne mourrait pas qu'il n'ait trouv√© le Christ.

77    Que pensez-vous que l'√©glise orthodoxe, se tenant l√† par dizaines de milliers, la plus grande √©glise du monde, tous leurs √©rudits, et les pr√™tres, et ainsi de suite; se tenant l√†, et voici ce vieux fanatique, comme ils voulaient l'appeler, qui sort, ne sachant pas o√Ļ il allait, conduit par l'Esprit, le long de cette ligne, et il arrive directement vers cette petite vierge et s'arr√™te, il prend ce petit Enfant en haillons, qu'ils pensaient ill√©gitime, il Le prit dans les bras, les larmes coulant le long de ses joues et dit: ¬ęSeigneur, laisse Ton serviteur s'en aller en paix, selon Tes Paroles, car mes yeux ont vu Ton Salut.¬Ľ

78    Croyez-vous que l'√©glise a cru cela? Non, monsieur. Tout d'abord, c'√©tait un fanatique, un pr√™tre qui disait avoir vu un ange. La chose suivante... Regardez ce qu'il en √©tait: les plus pauvres des pauvres. Non, ils ne pouvaient pas croire cela.

79    Et ils ne le croient pas aujourd'hui. Les humains ne changent pas, et Dieu ne change pas. Dieu prend Son homme, jamais Son Esprit. Le diable prend son homme, jamais son esprit.

80    Et si vous deviez prendre la place de ces pr√™tres en enfer, ce soir? Il n'y aurait pas assez de pri√®res dans toute l'√©ternit√© pour vous sauver. Vous seriez partis, √©ternellement; parce que vous auriez refus√©. Vous dites: ¬ęJ'aurais voulu vivre en ce jour-l√†.¬Ľ
    Vous auriez la m√™me attitude.

81    Maintenant, remarquez, alors qu'il se tenait l√†, b√©nissant Dieu pour l'Enfant et de l'avoir laiss√© √™tre consid√©r√© comme fanatique. Et sans doute, les gens moqueurs disaient: ¬ęMaintenant, cela montre... Regardez cette femme. La voil√†, avec ce b√©b√© hors des liens sacr√©s du mariage. Et la voici qui entre, et voil√† ce vieux fou que tous les pr√™tres nous ont dit de ne pas √©couter; et voici ce vieux fou qui vient... Maintenant, je me demande ce qu'ils vont faire √† ce sujet?¬Ľ

82    Oh! Mais, Marie savait dans son coeur √† Qui cet Enfant appartenait. Et de m√™me le vrai croyant ce soir, qui est n√© de l'Esprit de Dieu. Vous pourriez √™tre appel√© un fanatique ou quoi encore; mais dans votre coeur vous savez Qui est votre P√®re, si vous √™tes n√© de l'Esprit de Dieu. Vous vous souvenez quand cette naissance a eu lieu, et vous connaissez ce sable sacr√©, dans le lieu aride du d√©sert. Ce doit √™tre ainsi avec chaque croyant. Et ils √©taient l√†.

83    Et maintenant, il y en avait une dans le temple, appel√©e Anne. Elle √©tait proph√©tesse. Elle √©tait aveugle depuis de nombreuses ann√©es, nous dit la Bible. Elle avait v√©cu avec son mari pendant sept ans apr√®s sa virginit√©, mais elle avait environ quatre-vingt-quatre ans, dit l'√Čcriture. Environ quatre-vingt-quatre, je crois que c'est quatre-vingt-quatre. Et elle est assise dans un coin. Elle ne quittait le temple ni la nuit, ni le jour, mais elle demeurait dans le temple, servant Dieu dans le je√Ľne et la pri√®re.
    Et elle attendait la venue de Christ, √©galement. Et le Saint-Esprit √©tait sur elle. Maintenant, si elle L'attendait, Le voici dans le temple. Et elle se leva, aveugle. Et voici cette proph√©tesse, Anne, dans le temple, aveugle, se frayant un chemin parmi les gens, touchant l'un: ¬ęPardonnez-moi, pardonnez-moi.¬Ľ Ils voyaient qu'elle √©tait aveugle. Elle, conduite par l'Esprit, aveugle... Jusqu'√† ce qu'elle se tienne dans la pr√©sence de cette sc√®ne critique, comme l'√©glise l'avait dit, une femme qui avait un Enfant (comme ils le pensaient) n√© hors des liens sacr√©s du mariage, et un pr√™tre fanatique qui disait qu'il avait vu un ange et des visions... Et cette vieille femme aveugle, conduite par l'Esprit, se fraie un chemin parmi ces milliers de gens et se tient aux c√īt√©s de l'Enfant et b√©nit Dieu et proph√©tise √† Son sujet.

84    Si Dieu peut conduire une femme aveugle... Il est bien pire d'√™tre spirituellement aveugle que d'√™tre aveugle physiquement. Si je dois perdre l'une des deux vues, que ce soit ma vue physique; laissez-moi rester en contact avec Dieu, spirituellement.

85    Et le Dieu qui les a conduits ce jour-l√† n'a pas chang√©. Il est le M√™me Dieu ce soir. Mais le probl√®me est que les gens s'attendent √† ce que quelqu'un d'autre va dire, ce que Jean va dire.

86    Si le roi George, quand j'ai pri√© pour lui, avec cette scl√©rose multiple, s'il √©tait all√© demander √† tous les pr√©dicateurs anglicans, que se serait-il pass√©? Il ne l'aurait pas cru.

87    Si Florence Nightingale, l'ombre d'une femme, l'arri√®re petite-fille de la fameuse Florence Nightingale, la fondatrice de la Croix-Rouge... Sa photo est dans le livre. Elle pesait environ trente-deux kilos, mourant d'un cancer... Et quand je suis all√© en Angleterre, par avion, pour prier pour elle; pendant que je priais, une petite colombe est entr√©e et s'est pos√©e √† la fen√™tre et a roucoul√©, pendant que nous √©tions en train de prier, et ensuite elle s'est envol√©e.

88    Et cette femme est en parfaite sant√©, pesant environ quatre-vingt-cinq kilos. Si elle avait consid√©r√© ce que les gens disaient? Mais elle √©tait conduite par l'Esprit. Ne faites pas attention √† ce que quiconque dit. Regardez √† ce que Dieu dit et soyez conduit par Son Esprit.

89    Un jour, un musicien avait √©t√© form√© dans toutes les musiques o√Ļ il pouvait √™tre form√©, car il voulait ma√ģtriser la musique. Et il y eut un grand concert, et ce jeune gar√ßon devait jouer. Et apr√®s avoir termin√© son oeuvre de ma√ģtre... Oh! c'√©tait formidable et tous les gens commenc√®rent √† se lever et √† applaudir le jeune homme en frappant des mains, en criant et en sifflant. Mais le jeune homme ne pr√™tait pas attention √† cela. Il gardait les yeux fix√©s vers le haut. Et plus ils essayaient d'attirer son attention par leurs cris et leurs applaudissements, plus il regardait fixement vers le sommet des balcons. Et l'audience √©tait √©tonn√©e de ne pas le voir accepter ou se courber √† leurs--leurs applaudissements. Et ils se tourn√®rent pour voir, et l√†-haut, au balcon, se trouvait le vieux ma√ģtre. Il regardait vers le haut, pour voir ce que le vieux ma√ģtre allait dire, et il ne pr√™tait aucune attention √† ce que disaient les gens autour de lui. Si seulement nous faisions la m√™me chose, si nous voulions regarder vers le haut pour voir ce que le Ma√ģtre dit, sans faire attention √† ce que disent les gens...

90    John Sproule, qui fut gu√©ri de la gorge, il ne pouvait pas parler, ce qui a alarm√© la nation dans le magazine... Je lui parlais, il y a quelque temps, et il disait: ¬ęJ'√©tais √† Paris, et je faisais le tour de la visite guid√©e des monuments religieux et ainsi de suite, et je suis arriv√© dans un certain jardin, disait-il, et il y avait une statue de Christ¬Ľ. Et il disait: ¬ęJe la regardais, et ma femme la regardait. Et nous la critiquions dans notre coeur, parce qu'il ne paraissait rien y avoir qui fasse appara√ģtre les souffrances de Christ.¬Ľ

91    Et il dit: ¬ęLe guide est venu vers moi, et il a dit: ¬ęMonsieur, vous faites probablement comme les autres touristes qui viennent ici. Vous vous demandez pourquoi le sculpteur a pu faire une statue comme cela?¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęC'est vrai, monsieur.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęVenez ici un moment.¬Ľ Il a dit: ¬ęVous voyez, il y a un--un endroit pour s'agenouiller au bas de la statue.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęOui, monsieur.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęC'est un autel.¬Ľ Il a dit: ¬ęMaintenant, venez ici et mettez-vous √† genoux.¬Ľ Et il le fit.

92    - Il dit: ¬ęMaintenant, regardez vers le haut.¬Ľ Et quand il regarda vers le haut, il dit que son coeur a failli le l√Ęcher en voyant les--les--les souffrances de Christ dans l'oeuvre du sculpteur. Et il a dit: ¬ęMonsieur, vous voyez que le sculpteur avait dans l'esprit que Christ doit √™tre vu √† genoux et en regardant vers le haut. C'est ainsi qu'il l'a fait. Non pas pour se tenir √† distance... Sinon vous allez critiquer. Mais si vous vous abaissez et que vous regardiez vers le haut, alors vous verrez le but entier.¬Ľ

93    Et avant que vous critiquiez le Saint-Esprit et la Parole de Dieu, Elle n'a pas √©t√© faite pour √™tre critiqu√©e; ni le Saint- Esprit. Agenouillez-vous et regardez-y vers le haut, et vous penserez diff√©remment. Et Dieu vous b√©nira. Prions.

94    Seigneur Divin, qui a ramen√© des morts le Seigneur J√©sus, Ton Fils, et qui nous L'a donn√© comme m√©morial de Ton Amour et de Ta gr√Ęce; nous partageons mutuellement cette communion, ce soir, autour de Ses b√©n√©dictions, nous Te demandons de venir vers nous ce soir, de la m√™me mani√®re que lorsque Tu √©tais ici sur Terre dans un corps physique, et que Tu agisses, ce soir, dans Ton Corps mystique, l'√Čglise, et que Tu fasses les choses que Tu as faites quand Tu √©tais ici sur Terre, afin que, lorsque le grand jugement viendra, et que chaque homme et chaque femme, chaque gar√ßon et chaque fille, ici, devra se tenir √† ce jugement (et cela peut √™tre avant le matin... nous ne savons pas, Seigneur)...
    Il peut y avoir un accident ce soir, quelque part sur la route, et le sang peut couler et les gens pourront implorer la mis√©ricorde. Ce sera trop tard. Dieu, puissions-nous maintenant nous agenouiller et regarder vers le haut, √† Toi, et dire: ¬ęSeigneur Dieu, aie piti√© de moi.¬Ľ

95    Et pardonne notre incr√©dulit√© et nos doutes et laisse-nous recevoir Ton Fils comme notre Sauveur et notre Gu√©risseur. Et accorde ce soir, Seigneur, alors que Ton √Čglise se soumet √† Ton Esprit, et Ton serviteur, accorde Seigneur, que de grands signes du Christ ressuscit√© apparaissent, comme notre cher fr√®re l'a expliqu√© √† l'auditoire dans la premi√®re partie de la r√©union, car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

96    Je me demande, ce soir, alors que nous nous regardons en face les uns les autres, y aurait-il quelqu'un ici, qui n'est pas Chr√©tien, qui voudrait lever la main et dire: ¬ęPr√©dicateur, priez pour moi. Je ne suis pas Chr√©tien. J'aimerais l'√™tre.¬Ľ Voudriez-vous faire cela? Que le Seigneur vous b√©nisse. Que le Seigneur vous b√©nisse, partout dans l'assembl√©e. Que Dieu soit mis√©ricordieux envers vous.

97    Maintenant, j'ai termin√© de parler sur le sujet de ¬ęl'expectative¬Ľ. Qu'avez-vous attendu ce soir? Les √Čcritures disent que Christ est ressuscit√© des morts. Et s'Il est ressuscit√©, Il demeure le M√™me, hier, aujourd'hui et √©ternellement.

98    Combien √©taient ici dans les r√©unions pr√©c√©dentes et ont vu l'oeuvre du Saint-Esprit, voudriez-vous juste lever la main afin que...? Merci. Combien sont ici pour la premi√®re fois, voudriez-vous lever la main et juste dire: ¬ęJe suis ici pour la premi√®re fois.¬Ľ Je suis tr√®s heureux de vous voir ici ce soir.

99    Maintenant, je dis ceci avant de commencer √† prier pour les malades. Si jamais il y avait quelqu'un, une personne, qui soit critique, je dois dire ceci en conformit√© avec la loi, je ne suis pas responsable de ce qui leur arrivera √† partir de maintenant. Voyez? Maintenant, si vous √™tes ici et que vous ne soyez pas respectueux, je vous demande maintenant, pendant que nous chanterons ce chant et que nous appellerons la ligne de pri√®re, que vous puissiez sortir. Si vous pouvez rester et que vous soyez respectueux et respectable, alors nous serons responsables de cela dans la suite de la r√©union. Que le Seigneur vous b√©nisse.

100    Maintenant, nous appelons les cartes de pri√®re. Je pense que le premier soir, nous avons appel√© les gens qui avaient les cartes... Ils les ont num√©rot√©es, afin que tout le monde ne courre pas sur l'estrade en m√™me temps. Ce n'est pas une ar√®ne, maintenant, c'est un lieu de rencontre de Chr√©tiens, qui sont appel√©s l'√Čglise, Son Corps mystique qui se rassemble. Maintenant, si... Je crois que le premier soir nous avons pris la premi√®re partie... Mon fils a distribu√© cent cartes ici. Et hier soir, nous avons simplement pri√© pour les gens qui n'avaient pas de carte, juste dans l'auditoire. Je pense que c'est juste. Ainsi, ce soir, appelons la derni√®re partie des cartes; disons... Je crois que c'est ¬ęT¬Ľ, comme une Croix. Tournez votre carte et, disons, prenons-en le dernier groupe, disons de n¬į85 √† n¬į100; et s'ils peuvent se lever, qu'ils le fassent, sinon nous les am√®nerons sur l'estrade.

101    Et alors nous allons chanter, maintenant, si le pianiste veut jouer doucement:
Ma foi regarde à Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur Divin;
√Čcoute ma pri√®re
Enlève tout mon péché,
Laisse-moi dès ce jour
Être tout à Toi.

102    Je veux d'abord demander: ¬ęQui a la carte de pri√®re n¬į85?¬Ľ Voulez-vous lever la main? Cette dame. 86, voulez-vous venir ici, madame, si vous pouvez marcher? 86? Le monsieur? Ici, monsieur. 87? Oui, ici, monsieur. 88? Maintenant, si vous ne pouvez marcher, agitez la main comme ceci et les huissiers iront vous chercher. 85, 86, 87, 88. [Passage blanc sur la bande. - N.D.√Č.] Ces choses ne se font pas dans un coin. J'ai...

103    Hier soir, combien ici sont t√©moins de m'avoir entendu dire que j'avais √©t√© en pri√®re sur la montagne, pratiquement toute la journ√©e, car l'ennemi m'avait tendu un pi√®ge? Mais Dieu va s'occuper de cet ennemi. Vous voyez, cela a √©t√© pr√©dit avant que cela n'arrive, ainsi vous savez que c'√©tait la v√©rit√©.

104    Je suppose, madame, que vous et moi, nous sommes √©trangers l'un √† l'autre? Oui. Maintenant, voici une sc√®ne sous nos yeux, comme dans les √Čcritures, Saint Jean 4. Cette dame, je ne l'ai jamais vue. Quelqu'un lui a donn√© une carte de pri√®re, avec un num√©ro. Son num√©ro a juste √©t√© appel√© au hasard, et la voici. Et tous deux, devant le Dieu des cieux, nous ne nous sommes jamais rencontr√©s, autant que je sache. Je ne connais pas cette dame; elle ne me conna√ģt pas. Et alors, c'est ainsi que c'√©tait dans Saint Jean, au chapitre 4 de l'√Čvangile, un Homme et une femme s'√©taient rencontr√©s l√† pour la premi√®re fois. Et J√©sus a dit √† cette femme quel √©tait son probl√®me, et elle a cru qu'Il √©tait le Messie, et l'a dit aux autres gens: ¬ęN'est-ce pas le signe du Messie?¬Ľ

105    Et Il demeure ce soir le M√™me, qu'Il √©tait alors, cela continuera d'√™tre le signe du Messie. C'est... Et Il a promis qu'Il le ferait juste avant la destruction du monde. Nous vivons en cette heure. Nous sommes marqu√©s.

106    Sur la photo qui se trouvait ici, il y a un moment. [Quelqu'un demande: ¬ęVous la voulez?¬Ľ - N.D.√Č.] Non. Vous avez vu l√† une Lumi√®re. Et cette Lumi√®re, je dis que c'est l'Esprit de Dieu, un des Esprits de Dieu, un Ange, qui est sorti de Lui.

107    Et devant Lui, o√Ļ nous nous tenons maintenant, vous √™tes consciente que le fait de vous tenir dans la pr√©sence d'un homme ne vous ferait pas ressentir ce que vous ressentez maintenant. Il y a quelque chose qui se passe. C'est exact.

108    Et je veux vous demander, devant l'auditoire, vous serez le juge si--si je devine et que je dise que vous √™tes malade et que quelque chose ne va pas avec vous (ce que je ne sais pas), mais vous pourriez dire: ¬ęLe Fr√®re devine cela.¬Ľ
    Mais s'Il vous dit quelque chose que vous savez, quelque chose qui, comme Il l'a fait dans la Bible, et comme Il l'a fait avec la femme au puits, ou quelque chose au sujet duquel vous savez que je ne sais rien, et qu'Il fasse cela, alors vous saurez qu'il y a ici Quelque chose de pr√©sent, qui vous conna√ģt. Moi, pas. Croirez-vous que c'est le--l'Esprit de Dieu? Le croirez-vous? L'auditoire croirait-il la m√™me chose? Puisse-t-Il l'accorder.

109    Maintenant, si l'auditoire peut encore entendre ma voix, cette dame souffre d'un probl√®me de nervosit√© extr√™me. C'est exact. Si c'est vrai, levez la main.

110    Croyez-vous que c'est l'Esprit de Dieu qui a dit cela? Croiriez-vous que j'ai juste devin√© cela? Si vous l'avez fait, juste afin que vous connaissiez la diff√©rence, laissez le Saint-Esprit parler maintenant. Et voyons... Si Dieu est Dieu, Il demeure Dieu. Je ne sais pas ce qui vous a √©t√© dit, madame. Ce n'est pas moi qui ai parl√©. C'√©tait ma voix, mais je ne l'utilisais pas. Tout comme ceci, ici, c'est muet √† moins que quelqu'un ne parle dedans. Je serais muet en ce jour-ci, car je ne vous connais pas, mais Il nous dira peut-√™tre quelque chose d'autre. Mais, quoi qu'Il ait dit, c'√©tait la v√©rit√©. Je vous parle comme un homme et une femme, tout comme notre Seigneur a parl√© √† la femme au puits, simplement pour voir ce que le P√®re va dire, car Il a dit: ¬ęJe ne fais rien, si ce n'est ce que le P√®re Me montre.¬Ľ

111    Oui, je vois la dame dans sa maison. Elle est tr√®s nerveuse, d√©rang√©e au sujet de quelque chose; elle laisse si souvent tomber des objets, et c'est... Ce qui a caus√© ceci, c'est le temps de la vie o√Ļ elle se trouve, le temps de la m√©nopause qui vient pour elle. Autre chose, je vois qu'elle a le diab√®te sucr√©. C'est vrai. Vous n'√™tes pas de cette ville; vous venez d'une autre ville. Cette ville s'appelle Richford dans le Vermont, et votre nom est Madame John Jones. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Retournez √† la maison, car Dieu vous a gu√©rie par votre foi. Allez et soyez en bonne sant√©. Que le Seigneur vous b√©nisse, Soeur.

112    Croyez-vous? R√©alisez-vous que vous √™tes dans la pr√©sence du Dieu Tout-Puissant, les amis? Avec cette Bible, qui est Sa Parole, ne doutez plus; ayez foi.

113    Monsieur, nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Le Dieu du Ciel, Que nous rencontrerons et Qui nous jugera un jour. Je n'ai aucun moyen de vous conna√ģtre, monsieur. Vous m'√™tes √©tranger, mais si le Dieu du Ciel veut me dire pourquoi vous √™tes ici, monsieur... Je crois que vous √™tes venu dans la sinc√©rit√©. Oui. Voulez-vous l'accepter comme √©tant le Fils de Dieu qui a promis ceci?

114    J√©sus demeure le M√™me, Celui qui a rencontr√© Nathana√ęl, un autre... Deux hommes se sont rencontr√©s. J'essaie de citer les √Čcritures dans chaque cas, afin que les gens voient le parall√®le, et sachent que ce n'est pas moi, un homme; je n'ai rien √† voir avec cela, monsieur.

115    Vous souffrez √©galement d'un probl√®me de nervosit√© extr√™me, et vous √™tes devenu si nerveux que cela a port√© sur le coeur. Vous avez un probl√®me de coeur. (C'est exact. Oui, monsieur.) Des palpitations. Vous n'arrivez pas √† dormir. Je vous vois vous relever la nuit, essayant de reprendre votre souffle. C'est la v√©rit√©, monsieur. Pas seulement cela, mais vous croyez que je suis le--le--le serviteur de Christ... Laissez-moi vous dire, afin que vous me croyiez davantage. Vous avez quelqu'un dans votre coeur, pour qui vous d√©sirez la pri√®re; c'est votre m√®re. Elle a des complications, n'est-ce pas? Vous avez une tr√®s bonne foi. C'est vrai. Vous √™tes catholique, pour commencer. Vous √™tes catholique. Je vous vois avec un rosaire, ainsi cela ne peut √™tre cach√©. Vous √™tes catholique. C'est parfaitement vrai. Votre foi vous gu√©rit, monsieur. Le croyez-vous? Retournez et donnez gloire au Dieu du Ciel pour votre gu√©rison. Que Dieu vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse. Que le Dieu du ciel vous b√©nisse, mon Fr√®re. [Quelqu'un parle √† Fr√®re Branham. - N.D.√Č.] Veillez √† cela comme vous voulez, monsieur.

116    Quelqu'un veut-il venir ici, s'il vous pla√ģt? Et faites attention, de l'autre c√īt√©. Croyez-vous? Ayez simplement la foi, maintenant; ne doutez pas, ayez foi. [Fr√®re Branham marque une longue pause, puis s'adresse √† un couple de jeunes gens qui se comportent mal dans l'auditoire. ‚Äď N.D.√Č.]

117    Jeune couple, arr√™tez cela ou sortez du b√Ętiment. Tenez-vous bien. Le Dieu du ciel va vous maudire. Je ne vous connais pas. Un jour, nous nous tiendrons au jugement. Il est arriv√© qu'une b√©n√©diction est venue sur une dame avec des lunettes; l√†, avec le manteau marron, elle souffre d'un probl√®me de coeur, assise ici, elle regarde autour d'elle... Croyez-vous que le Seigneur Dieu vous gu√©risse, ma soeur? Vous pouvez avoir ce que vous demandez, si vous croyez. Ne doutez pas. Ayez simplement la foi, maintenant. Priez, croyez.

118    Vous essayez de croire, vous qui √™tes assise l√† au bout de la rang√©e. Vous marchez avec une canne. C'est parce qu'une partie de votre pied a √©t√© enlev√©e. C'est vrai. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue, mais c'est la v√©rit√©. Levez la main, si c'est vrai. Si vous croyez Dieu de tout votre coeur, vous pourrez sortir sans votre canne. Qu'a-t-elle touch√©, elle qui est assise l√†? Qu'est-il arriv√©? Qu'est-ce qui a r√©primand√© un jeune couple et b√©ni une dame √Ęg√©e?

119    Maintenant, jeune homme, allez-vous faire attention √† ce que je dis? Jeune dame, vous interf√©rez avec le Saint-Esprit. Je vous avertis avant que cela n'arrive. Soit vous vous comportez bien, sinon l'huissier viendra vous faire sortir, ou la police, l√† derri√®re. Maintenant, vous √™tes dans une r√©union religieuse, et cela peut vous co√Ľter deux ans, pour des troubles. Comportez-vous bien. Pas en ce moment, messieurs les officiers.

120    Croyez-vous que Dieu va gu√©rir ce probl√®me d'estomac pour vous? Croyez-vous qu'Il va le faire? Que pensez-vous du fils? Pensez-vous qu'il va sortir de cette paralysie? Il est √† l'h√īpital. C'est vrai, monsieur. Votre femme est avec vous, et vous priez pour elle. Si Dieu me dit quel est le probl√®me avec votre femme, accepterez-vous sa gu√©rison? Elle souffre de troubles √† la t√™te et d'hypertension. C'est vrai, monsieur. Est-ce que tout est vrai? Maintenant, allez et trouvez tout comme vous le croyez, et que Dieu vous b√©nisse.

121    Vous n'√™tes pas ici pour vous-m√™me. Vous √™tes ici pour une amie, une dame, qui a la scl√©rose en plaques. C'est vrai. Je ne puis la gu√©rir, mais croyez-vous que Dieu va la gu√©rir? Alors, croyez de tout votre coeur, vous pouvez recevoir ce que vous avez demand√©. Comment allez-vous?

122    Je d√©teste faire ceci... Croyez-vous que Dieu va gu√©rir votre oreille et qu'Il va vous r√©tablir? Croyez-vous qu'Il connaisse les pens√©es de votre coeur? Vous priez pour quelqu'un d'autre. C'est pour votre m√®re et votre p√®re. L'un a de l'arthrite. L'autre a un probl√®me de coeur et quelque chose qui ne va pas au pied. C'est vrai. Vous croyez? Allez, trouvez la chose comme vous l'avez crue. Ce sera exactement comme vous le croyez. Que le Dieu du Ciel vous b√©nisse.

123    Un coeur nerveux... Dieu peut gu√©rir les probl√®mes de coeur. Il y en a beaucoup ici, qui souffrent de la m√™me chose. Voici l'Ange de Lumi√®re, l'Esprit de Dieu. L'homme assis ici, au bout de la rang√©e, l√† derri√®re, vous avez un probl√®me de sinus, l'homme plus √Ęg√©, assis pr√®s de l'homme bien portant, un probl√®me de sinusite. Vous avez un probl√®me d'estomac. C'est exact, monsieur. Levez la main, monsieur. Je vais vous dire ce qui provoque cela. Vous essayez d'abandonner une habitude. Le tabac est quelque chose de mauvais pour les sinus. C'est quelque chose de mauvais pour l'estomac. Vous acceptez que Dieu vous l'enl√®ve, n'est-ce pas, et vous croyez qu'Il va vous gu√©rir? Que le Seigneur vous b√©nisse, alors. Allez et recevez-le comme vous l'avez cru. Ayez foi.

124    Un homme assis juste l√†, derri√®re vous, en train de me regarder avec ces lunettes, vous avez de l'arthrite, √©galement un trouble de la t√™te. Si vous croyez de tout votre coeur, vous pouvez en √™tre gu√©ri. √Čtant donn√© que vous avez cela √©galement, il y a une dame assise l√†, en train de regarder un enfant. Elle a des troubles de la t√™te, √©galement. C'est vrai. Ce sont vos petits enfants de chaque c√īt√© de vous. Correct. Levez la main, si c'est vrai. Je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Vous √™tes consciente que quelque chose est en train de se passer. L'un de vos petits enfants souhaite la pri√®re car il est nerveux. L'autre a une infection. C'est exact. Levez la main. Tous les deux sont gu√©ris.

125    Vous tous qui avez un probl√®me de coeur, levez-vous juste un moment. Toutes les personnes avec un probl√®me de coeur; il y en a trop pour les appeler, on ne peut simplement pas les faire venir. Tenez-vous ici juste un moment, Soeur.

126    Venez, notre Soeur souffre d'un probl√®me d'estomac provoqu√© par la nervosit√©. Tous ceux qui ont des probl√®mes nerveux ou des probl√®mes d'estomac, levez-vous une minute, et restez debout; tous ceux qui ont de la nervosit√© ou un probl√®me d'estomac. Tenez-vous ici. Vous aviez un probl√®me d'estomac aussi, ainsi, tenez-vous ici, juste de la m√™me mani√®re. Croyez-vous, peu importe ce qui ne va pas avec vous?

127    Venez, soeur. Votre probl√®me est dans votre dos. Tr√®s bien. Tenez-vous ici. Tous ceux qui ont des probl√®mes de dos, levez-vous juste une minute; ce sont les reins et ainsi de suite. Dieu ne peut-Il pas vous gu√©rir l√†? Voyez, il y en a trop, je ne peux tout simplement pas les appeler. Ils sont hors de ma port√©e. Vous croyez, c'est la raison pour laquelle vous vous √™tes lev√©s. Vous croyez.

128    Maintenant, la raison pour laquelle je vous ai dit, hier soir, avant que cela n'arrive... Combien √©taient ici hier soir, et m'ont entendu dire: ¬ęSatan a fait du mal, il a mis un pi√®ge devant moi. Et je ne sais pas comment traiter cela.¬Ľ Combien se souviennent de cela?

129    C'√©tait le jeune homme et la jeune dame assis l√†. Les maudire, et ils seraient aveugles ou paralys√©s; Si je me tais, ils vivront. Maintenant, avant que cela n'arrive, je vous √©pargne.

130    Croyez que Dieu est ici. Maintenant, pour vous, qui √™tes malades, courbez la t√™te juste un moment pour la pri√®re. Croyez, vous qui √™tes ici, de tout votre coeur, le Saint-Esprit qui est proche.

131    Dieu √©ternel et b√©ni, qui a rugi du Mont Sina√Į, Toi qui as parl√© au travers de l'ap√ītre Pierre et qui as dit √† Ananias et √† Saphira: ¬ęPourquoi avez-vous fait ceci au Saint-Esprit?¬Ľ Rien que parce qu'il a parl√©, l'un est tomb√© mort et l'autre fut emport√©e un peu plus tard. Tu es toujours Dieu, mais Tu es plein de mis√©ricorde. Et ceci fut pr√©dit aux gens, avant que cela n'arrive, afin qu'ils sachent que Ton serviteur dit la v√©rit√©.

132    Maintenant, Dieu √©ternel, sois mis√©ricordieux et accorde ce soir, que, comme l'ennemi a envoy√© ce jeune couple, que Tu leur pardonnes leur p√©ch√©, que rien de mal ne leur arrive, mais que Tu leur pardonneras. Tu es venu pour √©pargner la vie des hommes, mais le Saint-Esprit a envoy√© Ses b√©n√©dictions pour gu√©rir les gens juste de la m√™me mani√®re. Ta gr√Ęce a surmont√© cela.

133    Mais maintenant, les gens sauront et le jeune couple saura que je n'avais rien √† faire avec leur venue, mais j'avais dit la nuit pr√©c√©dente qu'ils seraient ici.

134    Maintenant, Seigneur Dieu, je Te prie d'√™tre mis√©ricordieux envers ceux qui sont debout, qui sont malades et afflig√©s. Puisse le grand Saint-Esprit venir dans leurs coeurs, juste maintenant, dans leurs corps et qu'ils sachent que le Dieu qui a v√©cu dans l'Ancien Testament, est vivant ce soir. Cela a √©t√© pr√©dit, ensuite cela arrive. Et toutes choses sont faites parfaitement et v√©ritablement par le Saint-Esprit. Nous le trouvons ainsi et nous T'aimons, Seigneur J√©sus, parce que Tu nous as aim√©s et lav√©s dans Ton Sang, et fait de nous Tes enfants. Merci, P√®re, pour ces choses.

135    Maintenant, nous r√©primons le d√©mon de maladie des gens, qu'il s'en aille d'eux et qu'ils soient tous r√©tablis, dans le Nom du Seigneur J√©sus-Christ.

136    Que tous ceux qui croient et acceptent leur gu√©rison de Dieu se tiennent debout maintenant, alors que vous acceptez, sans l'ombre d'un doute, sentant dans votre coeur que Dieu vous a gu√©ris. Combien vous devriez rendre gr√Ęces √† Dieu!

137    La Bible dit que, lorsque quelque chose comme ceci se produisait au temps de la Bible, une crainte s'emparait de tout le monde dans toutes les r√©gions. Que pensez-vous ce soir? Si vous √™tes un p√©cheur, si vous √™tes un incroyant, je vous invite ici √† cette estrade, √† la chaire, pour abandonner votre vie √† Christ. Venez maintenant. Que tout homme... Si vous croyez que Dieu entend ma pri√®re et gu√©rit les malades et les afflig√©s, ce que tous ceux qui sont debout ont accept√©...

138    Et vous, madame? Il y a quelque chose qui ne va pas avec un estropi√© l√†-bas, ou quelque chose l√†. Croyez-vous que Dieu vous a r√©tablie? Vous n'allez plus devoir marcher avec vos b√©quilles, n'est-ce pas? Alors vous pouvez avoir ce que vous avez demand√©. Tr√®s bien, que Dieu vous b√©nisse. Vous √™tes debout, pour y rester, si vous le croyez.

139    Maintenant, vous qui d√©sirez que J√©sus soit mis√©ricordieux envers vous, maintenant √† l'heure de la mort, voudriez-vous venir √† l'estrade, ici, pendant que nous chantons cet hymne: ¬ęPratiquement persuad√©.¬Ľ Tr√®s bien. Que Dieu vous b√©nisse. Allons-y, chanteur...
Pratiquement persuadé de croire maintenant;
Pratiquement persuadé de recevoir Christ;
Il semble qu'une √Ęme dise maintenant: ¬ęVa, Esprit, va Ton chemin,
Un jour plus propice, je T'appellerai.¬Ľ
Pratiquement persuadé.

140    Faites-vous une place ici autour, pour vous tenir comme des gens p√©nitents qui viennent pour recevoir Christ. Que celui qui veut, vienne; catholiques, protestants. Il y a ici des catholiques et des protestants. Cela ne fait pas de diff√©rence. Nous ne vous demandons pas de changer d'√©glise. Nous vous demandons, dans la pr√©sence de Dieu, en tant que Son serviteur, et vous √™tes t√©moins de ces choses...
    Il semble qu'une √Ęme dise maintenant, (Ne laissez pas aller votre jour de gr√Ęce en chantant...)
...va Ton chemin, Un jour plus propice, je T'appellerai.

141    Courbons la t√™te maintenant, respectueusement, dans la pri√®re. Lui, qui a cr√©√© la terre, Lui qui a ramen√© J√©sus des morts et a fait la promesse que Son, que l'Esprit de Son √ätre, vivrait dans Son √Čglise jusqu'√† ce qu'Il revienne... Il ne devrait pas rester le moindre doute dans vos coeurs. S'il y en a, vous √™tes certainement maudits de Dieu. Si vous pouvez vous tenir ici en voyant cela et que vous continuiez de ne pas croire, que Dieu ait piti√©.

142    Vous, qui √™tes ici √† l'autel, peu importe l'√©glise √† laquelle vous appartenez, protestante ou catholique, cela n'a rien √† voir avec cela. Regardez les gens qui ont √©t√© gu√©ris. Je ne crois pas qu'il y en ait un seul qui soit debout et qui n'ait pas accept√© sa gu√©rison. Vous avez vu ce qui est arriv√© sur l'estrade, et aussi certainement que vous avez pu l'entendre des jours auparavant, des semaines auparavant et des mois auparavant, il est parl√© maintenant d'une gu√©rison. S'Il savait ce qui √©tait, Il sait ce qui sera. Il conna√ģt le futur et peut le dire. Il est Dieu. Vous √™tes dans Sa pr√©sence. Que Dieu soit mis√©ricordieux envers vous, maintenant. Priez et repentez-vous. Demandez √† Dieu de vous pardonner et de vous donner Sa mis√©ricorde. Je suis s√Ľr qu'Il le fera.

143    Et s'il y a quelqu'un d'autre qui d√©sire venir en ce moment, nous ne vous disons pas d'aller dans une certaine √©glise. Nous voulons que vous alliez dans n'importe quelle √©glise que vous voulez, mais nous d√©sirons que vous veniez maintenant. Si vous vous sentez condamn√© dans votre coeur, quand vous √™tes entr√© et que vous avez tort, et que vous avez p√©ch√© et fait ce qui est mal, l'autel est ouvert pour votre confession √† Dieu. Venez demander le pardon. Il est ici avec grande mis√©ricorde, pour gu√©rir les malades et pardonner aux p√©cheurs.

144    S'il y en a un autre, alors que nous chantons doucement, encore une fois, un hymne, ce verset... ¬ęPratiquement persuad√©¬Ľ maintenant de croire, ¬ępratiquement persuad√©¬Ľ maintenant de recevoir Christ. Voulez-vous le chanter? Et si vous d√©sirez venir, priez et demandez simplement au Saint-Esprit... Il n'est pas n√©cessaire que je vous dise qu'Il est, Lui, ici. Vous savez qu'Il est l√†. Chantons maintenant, avec nos t√™tes inclin√©es, en pri√®re, alors que nous chantons cet hymne:
Pratiquement persuadé, viens, viens aujourd'hui;
Pratiquement persuadé de recevoir Christ;
    (¬ęPratiquement¬Ľ ne peut suffire; ¬ępratiquement¬Ľ, c'est √©chouer!)
Triste, triste, cette amère lamentation:
Pratiquement, mais perdu!
    [Fr√®re Branham commence √† fredonner. ‚Äď N.D.√Č.]

145    Fredonnons-le maintenant. √Ē Seigneur Dieu, nous nous tenons dans la crainte. Moi-m√™me, je me demande; je suis √©tonn√© de Ta gr√Ęce: comme Tu es bon, et comme Tu es Saint, comme la longanimit√© et la tendre mis√©ricorde peuvent durer. Je... Cela est √©tonnant pour moi. Comme un po√®te a dit: ¬ęGr√Ęce √©tonnante...¬Ľ Nous T'aimons, cher Dieu. Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons √† ceux qui nous ont offens√©s. Et librement, de notre coeur, nous pardonnons √† tous ceux qui nous ont offens√©s, afin que nos p√©ch√©s soient effac√©s. Prends notre iniquit√©, et ensevelis-la dans la mer de l'oubli de Ton Sang. Accorde-le, Seigneur. B√©nis ces gens qui attendent. Dieu, accorde-le.

146    Ceux qui se tiennent ici, se repentant devant Toi, demandant mis√©ricorde, parce qu'ils savent qu'ils sont dans Ta Pr√©sence. √Ē Dieu √©ternel, donne-leur la paix du coeur. Parle-leur. Donne-leur une exp√©rience, comme Tu l'as fait aux jours de la Bible, car vraiment les jours de la Bible sont ici √† nouveau, √† la fin de cet √Ęge des Nations.

147    Bient√īt nous nous attendons au retour de J√©sus. Nous ne savons simplement pas quand ce sera, jusqu'√† ce que le monde soit r√©duit en poudre par une bombe atomique ou par une attaque proph√©tis√©e par les proph√®tes, il y a des milliers d'ann√©es, que le monde serait d√©truit et br√Ľlerait comme--comme une fournaise ardente.

148    Et nous demandons, √ī Dieu, que Tu sois mis√©ricordieux envers nous, et accorde, Seigneur, que chaque personne qui se tient p√©nitente √† cet autel, que leurs p√©ch√©s soient partis. Je demande ceci comme Ton serviteur, me tenant entre les vivants et les morts. Je demande que la question de leurs p√©ch√©s et de leur iniquit√© soit r√©gl√©e.

149    Je ne pourrai peut-√™tre jamais leur serrer la main sur cette terre, mais je m'attends √† ce moment-l√†, si je vis fid√®lement. Ils sont les troph√©es de Ta Pr√©sence ce soir. Tu as dit: ¬ęAucun homme ne peut venir √† Moi, si le P√®re ne l'attire. Et tous ceux qui viennent, Je leur donnerai la Vie √©ternelle et Je ne les rejetterai pas, mais Je les ressusciterai au dernier jour.¬Ľ Et nous croyons cela, et nous appelons cela pour Tes enfants qui sont p√©nitents √† l'autel. Puisse... Il y en a ici qui auraient d√Ľ venir et qui ne l'ont pas fait. Sois mis√©ricordieux envers eux, cher Dieu. Et accorde-leur la m√™me chose, je prie.

150    Maintenant, s'il en reste un, quelque part, qui n'a pas accept√© la gu√©rison, qui ne ressent pas que Christ l'a r√©tabli, puissent-ils le recevoir ainsi en ce moment. Et que l'on se souvienne longtemps de cette r√©union, dans les m√©moires, m√™me les petits enfants, si J√©sus tarde.

151    Nous croyons, Seigneur, que Tu vas b√©nir ces gens pour leurs efforts et pour tout ce qu'ils ont fait. Nous Te les remettons, dans le Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus.

152    Et avec nos t√™tes inclin√©es, je vais demander √† l'un des pasteurs ici, Fr√®re Sweet, avancez-vous, maintenant, alors que vous gardez la t√™te inclin√©e, pour la pri√®re finale et pour tout ce qu'Il a choisi de faire. J'appr√©cie toute votre sinc√©rit√©.

153    Combien, ici √† l'autel, avec la t√™te courb√©e, croient que leurs p√©ch√©s sont pardonn√©s et que vous √™tes sous le Sang du Seigneur J√©sus? Voudriez-vous lever la main vers Lui et dire: ¬ęSeigneur, je crois ceci.¬Ľ Que le Seigneur vous b√©nisse, chacun de vous, ici √† l'autel. Il ne faillit jamais. Il r√©pond toujours √† la pri√®re. Je vous suis tellement reconnaissant. Que Dieu vous b√©nisse maintenant, alors que nous courbons la t√™te et que nous remettons la r√©union √† monsieur Sweet.
EN HAUT