ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Et Leurs Yeux S’Ouvrirent, Et Ils Le Reconnurent de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0421E La durĂ©e est de: 1 heure et 5 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Et Leurs Yeux S’Ouvrirent, Et Ils Le Reconnurent

1          Dans l’Evangile de Saint Luc, chapitre 24, Ă  partir du verset 30–du verset 31, ou plutĂŽt je veux dire le verset 30 du chapitre 24.

Pendant qu’il Ă©tait Ă  table avec eux, il prit le pain; et, aprĂšs avoir rendu grĂąces, il le rompit, et le leur donna.

Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent; mais il disparut de devant eux.

Et ils se dirent l’un Ă  l’autre: Notre coeur ne brĂ»lait-il pas au dedans de nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous expliquait les Ecritures?

2          Puisse le Seigneur y ajouter Sa bĂ©nĂ©diction. Mon sujet, si je devais lui donner un titre ce soir, serait: Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils Le reconnurent. Eh bien, il fait chaud, mais je vous demanderais d’ĂȘtre aussi patients que possible juste quelques instants, et je tĂącherai de me dĂ©pĂȘcher. Mais maintenant, nous aimerions regarder solennellement Ă  la Parole, Ă  la merveilleuse Parole de Dieu. Et nous prions que Dieu, d’une maniĂšre ou d’une autre, ouvre nos yeux ce soir.

3          Si PĂąques n’est qu’une fĂȘte pour cĂ©lĂ©brer un Ă©vĂ©nement historique, et rien d’autre, alors nous avons de bonnes raisons de douter, nous avons de bonnes raisons de remettre cela en question; parce qu’il n’en resterait que la pensĂ©e solennelle consistant seulement Ă  accepter des paroles. Et si Christ n’avait pas fait les promesses qu’Il a faites, alors nous aussi nous aurions, nous n’aurions pas l’évidence que nous avons.

4          Mais notre Seigneur bĂ©ni, pendant qu’Il Ă©tait ici sur terre, a dit: «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus.» Eh bien, ce terme «monde», lĂ , provient de «l’ordre du monde, les gens de la terre.» «Le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde.» Maintenant, ces Paroles sont tout aussi vraies que toutes les autres Paroles tirĂ©es de la Bible, que nous avons citĂ©es tout au long de cette semaine; Elles sont tout aussi vraies que toutes les autres Paroles de la Bible. «Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus.» Leurs yeux ne s’ouvriront jamais. Il y a des gens qui sont nĂ©s dans ce monde et qui, non pas par la volontĂ© de Dieu, mais par leur propre choix Ă©goĂŻste, ne voudront pas croire en JĂ©sus, mĂȘme s’Il se tenait juste ici en train de vous parler ce soir. C’est triste de le dire, mais c’est la Bible qui le dĂ©clare: «Ils sont nĂ©s dans ce monde pour ĂȘtre condamnĂ©s»; je pense que c’est dans Jude, au verset 3.

5          Maintenant, mais vous qui ĂȘtes venus ce soir, qui vous tenez dans cette salle et qui ĂȘtes entassĂ©s dans ce petit bĂątiment chaud comme ceci, vous n’ĂȘtes pas venus juste pour ĂȘtre vus. Vous ĂȘtes venus pour un but. A mon avis, vous ĂȘtes venu avec un coeur sincĂšre pour une marche plus intime avec Dieu, afin de partir d’ici ce soir Ă©tant une meilleure personne que vous ne l’étiez en entrant. C’était lĂ  ma priĂšre lorsque j’ai franchi la porte ce soir: «Seigneur, fais de moi une meilleure personne, lorsque je sortirai ce soir, que je ne le suis en entrant.»

6          Eh bien, lorsqu’Il... Avant que le Seigneur s’en aille, voici le genre de dĂ©clarations qu’Il a faites. Il a dit: «Celui qui croit en Moi...» Saint Jean, chapitre 14, verset 7: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais, et il en fera davantage, parce que Je m’en vais au PĂšre. Je m’en vais, et Je reviendrai.»

7          Maintenant, nous allons voir les oeuvres qu’Il a faites. Les oeuvres qu’Il a faites, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un grand personnage; Il n’était qu’un Homme humble. Dans son parler, Il n’utilisait pas un vocabulaire soutenu; Il parlait simplement comme un homme ordinaire. Il vivait parmi les pauvres; les renards avaient des taniĂšres et les oiseaux des nids, mais Lui n’avait pas de lieu oĂč reposer Sa tĂȘte.

8          Il n’avait qu’une seule tunique qui Lui avait Ă©tĂ© offerte, qui Ă©tait sans couture, d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas. VoilĂ  pourquoi ils l’ont tirĂ© au sort. Pourquoi donc? Parce que la prophĂ©tie de l’Ancien Testament devait s’accomplir: «Ils se sont partagĂ© Mes vĂȘtements, et ils ont tirĂ© au sort Ma tunique.» Ils n’ont donc pas pu la dĂ©chirer par la couture; ils ont dĂ» la tirer au sort, et c’était pour accomplir une prophĂ©tie de l’Ancien Testament.

9          Mais nous le remarquerons juste dans quelques instants; qu’a-t-Il fait? Et ce soir, je pense que c’est la soif du coeur de chacun de nous, du plus petit au plus vieux ce soir, de voir JĂ©sus-Christ. C’est le dĂ©sir de mon coeur. Pourquoi cela? Si nous prĂ©tendons par les Ecritures...

10        Les radios annoncent cela avec tapage aujourd’hui; les chaĂźnes de tĂ©lĂ©visions y consacrent des Ă©missions; des piĂšces de thĂ©Ăątre ont Ă©tĂ© jouĂ©es, oĂč l’on disait: «Il n’est pas ici, Il est plutĂŽt ressuscitĂ©.»

11        Eh bien, alors, s’Il est ressuscitĂ©, la Bible dit dans HĂ©breux 13.8: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.» Eh bien, voici ce qu’il en est, mes amis: soit cela est la vĂ©ritĂ©, soit cela n’est pas la vĂ©ritĂ©. Si cela n’est pas la vĂ©ritĂ©, alors la Bible est fausse, alors Ses Paroles sont fausses; et nous sommes donc perdus, et il n’y a point de rĂ©surrection des morts, et nous ne sommes que dans un monde des chimĂšres. Mais si c’est la vĂ©ritĂ©, alors Cela doit se confirmer.

12        Supposons que vous disiez que cette eau est humide, et que moi je n’aie jamais vu de l’eau auparavant. Si vous la dĂ©versez sur moi et qu’elle ne soit pas humide, alors vous–vos paroles ne sont pas vraies. Mais si vous la dĂ©versez sur moi et qu’elle est humide, alors vos paroles sont vraies.

13        Si Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors la Bible est vraie. S’Il n’est pas le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, alors Elle n’est pas vraie. Si les Paroles de Dieu ne sont pas vraies, alors Christ n’est pas vrai. Si donc les Paroles de Dieu ne sont pas vraies, Dieu n’est pas vrai. Mais, si donc la Parole de Dieu est vraie, la Bible est donc vraie, Dieu est vrai, Christ est vrai, et nous devrions ĂȘtre fidĂšles Ă  la cause. C’est correct.

14        Eh bien, lorsqu’Il Ă©tait sur terre, Il ne prĂ©tendait pas ĂȘtre un grand guĂ©risseur. Combien savent que le Fils de Dieu n’a jamais prĂ©tendu ĂȘtre un guĂ©risseur? C’est tout Ă  fait exact. Il a dit: «Je ne fais que ce que Je vois faire au PĂšre. Ce n’est pas Moi qui fais les oeuvres, a-t-Il dit, c’est le PĂšre qui demeure en Moi. C’est Lui qui fait les oeuvres.» Quel genre d’oeuvres faisait-Il?

15        Nous voyons dans la Bible lĂ  oĂč un homme du nom de Philippe a Ă©tĂ© sauvĂ©; il est allĂ© chercher son ami, NathanaĂ«l, trĂšs loin lĂ -bas, Ă  30 miles [48 km–N.D.T.], en contournant la montagne. Il l’a amenĂ© auprĂšs de JĂ©sus. Et quand Philippe l’avait trouvĂ©, il Ă©tait sous un arbre, en priĂšre. Et il lui a dit: «Viens voir Qui nous avons trouvĂ©, JĂ©sus de Nazareth, Fils de Joseph.»

            Il lui a dit: «Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon?»

            Il lui a dit: «Viens, et vois.»

16        C’est la meilleure Ă©vidence que je connaisse. Ne crois pas quelqu’un d’autre sur paroles. Viens voir par toi-mĂȘme. Il lui a dit: «Viens, et vois.»

17        Et lorsqu’il est arrivĂ©, JĂ©sus Ă©tait debout, tenant une ligne de priĂšre, peut-ĂȘtre en train de prier pour les gens. Et lorsque Philippe s’est avancĂ© avec NathanaĂ«l, JĂ©sus a dit: «Voici un IsraĂ©lite, dans lequel il n’y a point de fraude.»

18        Il lui a demandĂ©: «Quand m’as-Tu connu, Rabbi?» Cela l’a Ă©tonnĂ©. «D’oĂč me connais-Tu?»

19        JĂ©sus lui rĂ©pondit: «Avant que Philippe t’appelĂąt, quand tu Ă©tais sous l’arbre, Je t’ai vu.» LĂ , Ă  30 miles [48 km–N.D.T.], de l’autre cĂŽtĂ© de la montagne, et cependant Il a dit: «Je t’ai vu.»

20        Cela montrait qui Il Ă©tait. Il Ă©tait le Dieu omniprĂ©sent, non pas seulement un prophĂšte, mais Dieu Lui-mĂȘme manifestĂ© dans la chair. VoilĂ  pourquoi Il pouvait donner Sa Vie et la reprendre.

21        Un jour, une petite femme Ă©tait sortie pour puiser de l’eau. Il lui a adressĂ© la parole et a dit: «Femme, apporte-Moi Ă  boire.»

22        Elle lui rĂ©pondit: «Il n’est pas de coutume que vous, les Juifs, vous nous demandiez une telle chose Ă  nous, les Samaritains. Nous n’avons point de relations entre nous.»

23        JĂ©sus lui dit: «Mais si tu connaissais Celui Ă  qui tu parles, tu M’aurais toi-mĂȘme demandĂ© Ă  boire. Je te donnerais de l’Eau que tu ne viendrais pas puiser ici.»

24        Et elle dit: «Le puits est profond, Seigneur. Tu n’as rien pour puiser, et oĂč pourrais-Tu puiser cette Eau?» Que faisait-Il? Il contactait son esprit. Et lorsqu’Il a trouvĂ© ce qu’était son problĂšme... Son problĂšme Ă©tait qu’elle vivait dans l’adultĂšre. Elle avait eu cinq maris, et elle vivait avec le sixiĂšme.

25        Et JĂ©sus lui dit: «Va, cherche ton mari, et viens ici.» Et elle Lui dit: «Je n’ai point de mari.»

26        Il dit: «Non, tu en as eu cinq, et celui avec qui tu vis maintenant n’est pas ton mari. Tu as eu donc raison de dire cela.»

27        Maintenant, considĂ©rez le Juif. Lorsque JĂ©sus a accompli ce miracle devant lui, ce vĂ©ritable Juif loyal, ce vĂ©ritable et authentique Juif a dit: «Tu es le Fils de Dieu, le Roi d’IsraĂ«l.» Il savait que ces signes Ă©taient censĂ©s accompagner le Messie.

28        Et maintenant, voici une Samaritaine. Lorsque ce miracle a Ă©tĂ© accompli devant elle, elle a dit: «Seigneur, je vois que Tu es prophĂšte. Nous savons que quand le Messie sera venu, Il nous annoncera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu?» JĂ©sus lui dit: «Je Le suis, Moi qui te parle.»

29        Ayant laissĂ© sa cruche, la femme entra dans la ville en courant, disant: «Venez voir un Homme qui m’a dit ce que j’ai fait; ne serait-ce point le Messie mĂȘme?» Certainement.

30        Tout au long des Ecritures, nous pourrions prendre cela pour montrer qu’Il faisait les choses que le PĂšre Lui montrait. La Bible dit dans Saint-Jean, lorsqu’on Lui a demandĂ© pourquoi Il n’a pas guĂ©ri tous ces gens estropiĂ©s, Il a rĂ©pondu: «En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis (Saint Jean 5.19). En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme; Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre; et ce que le PĂšre fait, le Fils aussi le fait pareillement.»

31        Eh bien, si Christ est ressuscitĂ© des morts, et qu’Il est parmi nous aujourd’hui, et qu’Il a promis que les mĂȘmes choses qu’Il a faites, nous les ferions aussi, soit c’est la vĂ©ritĂ©, soit ce n’est pas la vĂ©ritĂ©. La Bible dit: «Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.»

32        Et, mes amis, je suis vraiment heureux de savoir qu’aujourd’hui, avec tout ce qui est en moi, je crois sincĂšrement que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu. Il a Ă©tĂ© conçu et Il est nĂ© d’une naissance immaculĂ©e. Il a souffert sous Ponce Pilate, Il a Ă©tĂ© crucifiĂ©, Il est mort, Il a Ă©tĂ© enseveli, Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour; Il est montĂ© au Ciel et est assis Ă  la droite de Sa MajestĂ© divine. Et le Saint-Esprit est ici pour continuer le mĂȘme travail qu’Il faisait lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre. Quelle pensĂ©e magnifique!

33        Quel beau matin que ce premier matin de la rĂ©surrection, la premiĂšre PĂąques qui se soit jamais levĂ©e sur la terre! Vous rendez-vous compte que cette PĂąques oĂč nous cĂ©lĂ©brons Sa rĂ©surrection ne fait que pointer une autre grande PĂąques Ă  venir, l’heure oĂč Il viendra des cieux? Et tous ceux qui sont morts en Christ ressusciteront et s’en iront avec Lui. Nous attendons seulement avec impatience cette grande PĂąques qui vient. Comme cela est beau aujourd’hui! quelle consolation! quelle preuve nous avons, lorsque la Bible dĂ©clare cela, lorsque Son omniprĂ©sence dĂ©clare cela, lorsque Sa puissance de guĂ©rison dĂ©clare cela, lorsque Son Glorieux Esprit dĂ©clare cela, lorsque toute chose dans la nature dĂ©clare cela, Son Eglise dĂ©clare cela, mon coeur dĂ©clare cela, le coeur de tout homme nĂ© de nouveau dĂ©clare cela, que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, et qu’Il reviendra! Et Il est donc le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

34        Maintenant, remarquez. C’était en ce beau matin de PĂąques. Il y avait beaucoup de rumeurs. Quelques femmes Ă©taient revenues du tombeau et avaient dĂ©clarĂ© que des anges leur Ă©taient apparus. Et elles avaient pensĂ© que c’était un jardinier; Marie, la mĂšre! En effet, elle avait entendu une voix parler derriĂšre elle et dire: «Qui cherches-tu?» Et lorsqu’Il s’est retournĂ©...

35        Elle s’est retournĂ©e et a dit: «On a emportĂ© mon Seigneur, je ne sais pas oĂč on L’a mis. Si tu le sais, dis-moi oĂč Il est, et j’irai Le prendre.» L’Homme s’est retournĂ© et a dit: «Marie!»

36        Elle L’a regardĂ© et elle a dit: «Rabbouni», ce qui signifie «MaĂźtre».

37        JĂ©sus lui a dit: «Ne Me touche pas, car Je ne suis pas encore montĂ© au Ciel. Mais Je vais monter vers Mon PĂšre et votre PĂšre, vers Mon Dieu et votre Dieu. Mais va dire Ă  Mes disciples que Je les rencontrerai en GalilĂ©e.»

38        Combien cela paraissait ĂȘtre des illusions au sujet de cet Homme qu’ils avaient vu ĂȘtre embaumĂ©, qui Ă©tait mort, enseveli; et voici que c’était le quatriĂšme jour ou plutĂŽt le troisiĂšme jour depuis qu’Il Ă©tait mort! Pierre Ă©tait dĂ©couragĂ© et voulait retourner faire la pĂȘche. Deux d’entre les disciples ont dit, l’un d’eux, nommĂ© ClĂ©opas, a dit: «Nous allons simplement retourner chez nous Ă  JĂ©rusalem.» Et sur leur chemin, pendant qu’ils marchaient ce matin-lĂ , aprĂšs que Pierre avait pris sa ligne de pĂȘche et s’en Ă©tait allĂ© pĂȘcher, ces deux autres Ă©taient en route, tristes. Et, chemin faisant, ils disaient: «Eh bien, je pense que la vie ne vaut plus la peine. Oh! nous croyions bien que c’était Lui le Messie. Comment cet Homme qui a ressuscitĂ© les morts pouvait donc se tenir lĂ  et permettre que ce souverain sacrificateur se moque de Lui? Comment cet Homme qui pouvait avoir vision aprĂšs vision pouvait donc permettre qu’un soldat romain Lui mette un bandeau autour du visage, Le frappe Ă  la tĂȘte et dise: ‘Si Tu es prophĂšte, dis-nous qui t’a frappĂ©.’? Comment pouvait-Il implorer la misĂ©ricorde sur la croix, Lui qui Ă©tait mĂȘme capable de ressusciter les morts?» Oh! c’était un moment de dĂ©couragement.

39        Et ces moments de dĂ©couragement arrivent Ă  chaque croyant pour vous tester et vous Ă©prouver, afin de voir si vous croyez rĂ©ellement. «Tout fils qui vient Ă  Dieu doit premiĂšrement ĂȘtre testĂ©, ĂȘtre formĂ© comme un enfant.»

40        Sans doute que certains d’entre vous ici ce soir passeront par ce mĂȘme test. Si nous devrions appeler une ligne de priĂšre, je n’ai aucune idĂ©e sur ceux qui ont les cartes de priĂšre; personne d’autre ne le sait; toutes ces cartes ont Ă©tĂ© complĂ©ment mĂ©langĂ©es et vous ont Ă©tĂ© remises. Je vais appeler Ă  partir de quelque part, n’importe quel numĂ©ro qui me viendra Ă  l’esprit Ă  ce moment-lĂ . Nous ne pouvons prendre que quelques personnes Ă  la fois. Peut-ĂȘtre qu’on fera passer une dizaine de personnes dans la ligne de priĂšre. Tout le monde veut venir. Vous pouvez penser que JĂ©sus vous a oubliĂ©, mais ce n’est pas le cas. Il vous teste tout simplement, pour voir si vous croyez rĂ©ellement en Lui. La vision ne guĂ©rit pas; la vision ne fait que confirmer Sa PrĂ©sence.

41        J’étais simplement assis ici, promenant mon regard tout Ă  l’heure dans l’auditoire. Et je vois une–une amie Ă  moi, une certaine madame Cox qui vient du Kentucky. Elle avait un gros cancer au visage, il y a quelques semaines, qui lui avait dĂ©jĂ  rongĂ© l’oeil tout autour. Elle Ă©tait mourante. Madame Wood, une grande amie Ă  moi, m’a appelĂ© au tĂ©lĂ©phone tout en pleurant, elle a dit: «Je crois que cela va ronger complĂštement l’oeil de ma mĂšre d’ici quelques jours.» Le mĂ©decin s’était mis Ă  tripoter dessus avec une certaine histoire et l’avait rĂ©pandu. Le cas s’était sĂ©rieusement aggravĂ©. Je me suis enfermĂ© et j’ai offert une petite priĂšre simple, avec une foi ancrĂ©e, afin que la chose puisse arriver; et la voici assise ici ce soir, tout Ă  fait normale et en bonne santĂ©; il n’en reste mĂȘme pas la moindre trace, elle est guĂ©rie et cela a complĂštement disparu de son visage. Elle est assise juste ici devant nous. D’autres par-ci par-lĂ  qui avaient le mĂȘme cas... Pourquoi? C’est parce que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts et qu’Il est vivant.

42        Le mĂȘme Homme qui pouvait toucher un lĂ©preux et Qui a dit: «Je le veux, sois pur», peut toucher un cancĂ©reux et dire: «Je le veux, sois pur», s’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement.

43        Et pendant que ClĂ©opas et les autres marchaient, Ă©tant dĂ©couragĂ©s, ils passaient plutĂŽt un de ces matins tristes; tout semblait mal tourner. Et tout d’un coup, Quelqu’un a surgi comme s’Il venait de derriĂšre eux; Il s’est avancĂ© et les a rattrapĂ©s. Ils ne savaient pas du tout que c’était lĂ  le Seigneur JĂ©sus. Il Ă©tait vivant, et bien des gens qui L’aimaient ne le savaient pas.

44        Et il en est de mĂȘme aujourd’hui. Il y a aujourd’hui bien des gens qui aiment le Seigneur, mais qui ne se rendent pas compte [de Sa PrĂ©sence]. Vous pourriez leur en parler, mais ils ne peuvent pas reconnaĂźtre que ce soir Il est vivant pour toujours, qu’Il est ici dans cette Ă©glise ce soir, qu’Il est au milieu de nous, et qu’Il y sera jusqu’à ce qu’Il viendra dans le Corps physique, de chair. «Je ne t’abandonnerai point, je ne te dĂ©laisserai point.»

45        Et pendant qu’ils marchaient et qu’ils ont commencĂ© Ă  s’entretenir tout au long du chemin... JĂ©sus, j’aimerais vous faire remarquer la premiĂšre chose que JĂ©sus a faite, Il est directement passĂ© aux Ecritures. Il a dit: «Oh! hommes sans intelligence, est-ce pour vous difficile de croire ce que les prophĂštes ont dit?» En effet, Il venait de leur poser la question: «Pourquoi ĂȘtes-vous si tristes?»

46        Et ils ont rĂ©pondu: «Es-Tu un Ă©tranger? Ne sais-Tu pas que JĂ©sus de Nazareth, Lui que nous pensions ĂȘtre le Messie, le LibĂ©rateur d’IsraĂ«l, ne sais-Tu pas que c’est mĂȘme le troisiĂšme jour depuis qu’Il a Ă©tĂ© crucifiĂ©? Et Il Ă©tait un Homme puissant en Paroles. Il Ă©tait un prophĂšte puissant, parce qu’il y a eu beaucoup de miracles et tout que Dieu a faits par Lui. Et voici, c’est le troisiĂšme jour, ils L’ont donc mis Ă  mort; ils L’ont enseveli et Il Ă©tait dans la tombe. Et quelques femmes sont venues vers nous et nous ont dit qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Et nous sommes sĂ»rs que ce n’étaient que des fables insensĂ©es; ainsi, nous retournons.»

47        C’est Ă  ce moment-lĂ  qu’Il a commencĂ© Ă  ouvrir la Parole. Oh! j’aime la Parole Ă©ternelle de Dieu. Il a commencĂ© Ă  parcourir les Ecritures, en commençant par MoĂŻse. Il leur a tout dĂ©voilĂ©; Il est allĂ© droit Ă  la Parole.

48        Tout homme envoyĂ© de Dieu, peu m’importe qui il est, il s’en tiendra Ă  la Parole de Dieu. S’il ne le fait pas, c’est qu’il n’est pas un vĂ©ritable serviteur de Dieu.

49        Il est allĂ© directement Ă  la Parole. Et Il a dĂ©montrĂ© par la Parole que Christ devait mourir, ressusciter et entrer dans Sa gloire. Maintenant, oh! comme ils ont dĂ» s’entretenir!

50        J’aurais aimĂ© avoir ces quelques petites heures d’entretien avec Lui (pas vous?) tout au long du chemin. Vous direz: «Eh bien, FrĂšre Branham, je le souhaiterais certainement. J’aurais aimĂ© en avoir.» Eh bien, nous pouvons en avoir maintenant mĂȘme. C’est Lui qui vous parle dans votre coeur. Vous ne reconnaissez tout simplement pas cela.

51        Maintenant remarquez, comme Il s’approchait de la ville, et que le soir approchait, Il a fait comme s’Il allait continuer Son chemin.

            Il pourrait aussi le faire avec vous. Il pourrait vous amener Ă  penser qu’Il va continuer Son chemin, mais Il ne le fera pas. Il ne va pas continuer Son chemin. Il veut tout simplement que vous L’invitiez.

52        Et ils Lui ont dit: «Oh! le jour est sur son dĂ©clin. Maintenant, ne continue pas, mais nous Te prions d’entrer et de rester avec nous.» Offrez-Lui tout simplement ce genre d’invitation; observez ce qui va se passer. Ils ont dit: «Le jour est maintenant sur son dĂ©clin. Viens et reste avec nous. Le soir approche.» Alors, Il s’est retournĂ© et est entrĂ© dans ce petit restaurant, cette petite auberge.

53        En Europe, ils ont encore cela. On y mange et on y dort, et tous les frais de l’hĂŽtel sont payĂ©s dans une seule facture.

54        Et quand Il est entrĂ© Ă  l’intĂ©rieur avec eux, voici la partie magnifique. Toute la journĂ©e, pendant qu’ils s’entretenaient avec Lui, Il n’avait encore rien dit. Pourtant, ils avaient marchĂ© avec Lui, ils s’étaient entretenus avec Lui avant, mais ils ne L’avaient pas reconnus.

55        Qui vous a Ă©pargnĂ© cet accident l’autre jour? Qui a permis que ce bĂ©bĂ© soit guĂ©ri? Qui a payĂ© pour vous cette facture de l’épicerie? C’était Lui, mais vous ne reconnaissez tout simplement pas cela. Qui vous a donnĂ© la santĂ© pour venir ce soir Ă  l’église? C’est Lui, mais vous ne reconnaissez pas cela. Oh! si seulement nous pouvions faire comme eux, L’inviter simplement Ă  entrer!

56        Et lorsqu’Il est entrĂ©, lorsqu’Il s’est trouvĂ© Ă  l’intĂ©rieur, et que les portes ont Ă©tĂ© fermĂ©es, alors Il a fait quelque chose qu’aucune autre personne ne pouvait faire de cette façon-lĂ . Il Ă©tait l’unique Personne qui pouvait le faire; en effet, ils avaient Ă©tĂ© avec Lui avant Sa crucifixion. Et Il a pris ce pain et la maniĂšre dont Il a procĂ©dĂ©, c’était Sa propre façon de le faire. Alors leurs yeux se sont ouverts, et ils comprirent que ça ne pouvait ĂȘtre que Lui. Il n’est pas restĂ© trĂšs longtemps avec eux. [FrĂšre Branham claque les doigts.–N.D.E.] Il a disparu de devant eux, juste en un instant.

57        Et sur leur chemin du retour, ils sont allĂ©s en toute hĂąte, d’un pas lĂ©ger, criant victoire, pour aller dire aux autres: «Le Seigneur est rĂ©ellement ressuscitĂ©.» Ils ne sont pas rentrĂ©s pour discuter de leur religion. Ils n’étaient pas rentrĂ©s pour faire des histoires Ă  ce sujet. Mais ils Ă©taient sĂ»rs qu’Il Ă©tait ressuscitĂ© des morts.

58        Maintenant, mon ami, si JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu qui est vivant, aprĂšs dix-neuf cents ans, si la Bible est vraie, Lui qui a dit: «Je suis vivant pour toujours», Il est tout aussi vivant ici dans cette salle ce soir qu’Il l’était le jour de Sa rĂ©surrection. Il est simplement dans un corps.

59        Certains d’entre eux Ă©taient assemblĂ©s. Et Il est juste entrĂ© lĂ , en traversant les murs, et Il est apparu juste au milieu d’eux, et Il a dit: «Me voici. Touchez Moi. Voyez les cicatrices dans Mes mains. Un esprit a-t-il de la chair et des os comme J’en ai?» Il a dit: «Donnez-Moi quelque chose Ă  manger.» Et ils Lui ont donnĂ© du poisson et du pain. Et Il s’est tenu lĂ  et a mangĂ© cela devant eux, et Il a dit: «Un esprit ne mange pas comme vous Me voyez manger.»

60        Qui est-Il? Il est ce Grand JĂ©hovah Dieu qui est vivant, et qui est au milieu de nous ce soir. Il est lĂ , partout oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s; «Je serai au milieu d’eux.»

61        Et maintenant, voici ce que je pense. Si Christ vient dans cet auditoire de gens, pendant que vous ĂȘtes en train de transpirer, attendant, et qu’Il prouve Ă  cette PĂąques, qu’Il est vivant et qu’Il se tient dans cette salle ce soir, alors vous avez le droit de Lui demander tout ce pour quoi Il est mort; et croyez que vous le recevrez. Croyez-vous que cela est la vĂ©ritĂ©? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] Certainement, c’est la vĂ©ritĂ©.

62        Eh bien, je pourrais vous parler longtemps, mais une seule Parole de la part de Christ vaudra plus que toutes les paroles que je pourrais prononcer jusqu’à avoir une voix fatiguĂ©e et Ă©puisĂ©e, et fatiguĂ©e au possible.

63        Et puis, une autre chose en rapport avec la prĂ©dication; c’est difficile, Ă©tant donnĂ© que c’est chez moi, d’avoir une rĂ©union qui a du succĂšs, avec l’onction de l’Esprit comme cela. Pourquoi? Parce qu’ici c’est chez moi. JĂ©sus a dit qu’un prophĂšte dans sa propre maison, sa propre patrie, mĂȘme dans son propre comtĂ©... C’est ce qui arrive.

64        C’est ce que les gens ont dit lorsque JĂ©sus est allĂ© chez Lui; ils ont dit: «N’est-ce pas le fils du charpentier? Marie, sa mĂšre, n’est-elle pas ici parmi nous? Tous ses frĂšres et soeurs ne sont-ils pas ici? Ne les connaissons-nous pas? De quelle Ă©cole est-Il sorti? Dans quel sĂ©minaire a-t-Il terminĂ© Ses Ă©tudes? Quelles lettres de crĂ©ance porte-t-Il?» Il n’avait frĂ©quentĂ© aucune Ă©cole, ni [aucun] sĂ©minaire, et Il n’avait aucune lettre de crĂ©ance; mais Il venait de Dieu. Cependant, eux ne pouvaient pas voir cela. Ils ont dit: «D’oĂč Lui vient cette sagesse?»

65        Et lorsqu’ils L’ont vu discerner les pensĂ©es des gens... Lorsque Pierre est venu auprĂšs de Lui, JĂ©sus lui a dit: «Tu t’appelles Simon. Le nom de ton pĂšre est Jonas», cela l’a dĂ©concertĂ©. Comment l’a-t-Il connu?

66        Les pharisiens, qui se tenaient lĂ , ont dit: «Il est BĂ©elzĂ©bul. Il est le prince des diseurs de bonne aventure. Il est un dĂ©mon.»

67        Et JĂ©sus a dit: «Vous dites cela contre Moi, le Fils de l’homme; cela vous sera pardonnĂ©. Mais lorsque le Saint-Esprit sera venu et qu’Il fera la mĂȘme chose, si vous dites un seul mot contre Lui, cela ne vous sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» C’est donc dangereux. Comment l’a-t-Il donc su? Pourquoi a-t-Il dit cela? Il savait que ces signes ne se manifesteraient plus jusque dans ce dernier jour.

68        Et dans ces derniers jours, il ne serait pas juste de Sa part de dĂ©verser Sa colĂšre sur un peuple juste. Ils ont... Nous avons Ă©tĂ© pesĂ©s sur la balance et nous avons Ă©tĂ© trouvĂ©s lĂ©gers. Tout ce Ă  quoi nous pensons, ce sont des moments de divertissements, des programmes radiodiffusĂ©s non censurĂ©s, Elvis Presley, Arthur Godfrey, de sales plaisanteries grossiĂšres, des vedettes de la radio et de la tĂ©lĂ©vision. Nous restons Ă  la maison le mercredi soir, nous absentant de la rĂ©union de priĂšre, pour regarder de telles bĂȘtises et nous nous disons chrĂ©tiens!

69        Et puis, lorsque Dieu dĂ©verse Son Esprit et qu’Il accomplit les signes de Sa rĂ©surrection, nous condamnons cela et nous nous en Ă©loignons. C’est un pĂ©chĂ© impardonnable que de faire cela. JĂ©sus a dit: «Si vous dites un seul mot contre Lui, cela ne vous sera jamais pardonnĂ© ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir.» Ainsi, cet Esprit doit venir dans ces derniers jours pour confirmer que cette Parole de Dieu est vraie.

70        Et, en vertu de l’autoritĂ© de la Parole de Dieu, et selon ce que je ressens dans mon Ăąme, je dĂ©clare que ce mĂȘme Esprit, le Saint-Esprit est juste ici en ce moment, au milieu de ce peuple. Maintenant, je dĂ©clare qu’Il est ressuscitĂ© des morts. Je dĂ©clare qu’Il est vivant, vivant pour toujours. J’ai dĂ©clarĂ© qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; le mĂȘme en principes, le mĂȘme en puissance, le mĂȘme en toutes choses, tout sauf pour ce qui est de Son Corps physique qui est assis Ă  la droite de la MajestĂ© divine dans la gloire. Mais le Saint-Esprit est ici, oeuvrant, agissant, accomplissant, faisant trĂšs exactement les oeuvres que JĂ©sus faisait, car c’est la preuve de Sa rĂ©surrection. Quelle heure merveilleuse!

71        Maintenant, je pense que vous voyez oĂč je me tiens. Maintenant, ce n’est pas seulement devant ce petit groupe d’environ cent ou deux cents personnes qui sont ici dans–dans cette petite salle, qui sont entassĂ©es ici ce soir, mais j’ai fait cette dĂ©claration devant des milliers et des milliers de personnes, et des centaines de milliers de personnes; j’ai tenu la Bible d’une main, et le Coran de l’autre, et j’ai dit: «L’un de deux est vrai et l’autre est faux.» Et j’ai dĂ©fiĂ© chaque prĂȘtre musulman Ă  venir relever le dĂ©fi ou n’importe quel autre prĂȘtre, de Bouddha ou qui qu’il fĂ»t, contre le Coran et contre leur religion. Mais tout le monde s’est tu.

72        Mais, mes frĂšres, la raison pour laquelle je fais ça, c’est parce que je sais que mon RĂ©dempteur est vivant. Et Il est la VĂ©ritĂ©. JĂ©sus-Christ est vivant. Il est ici.

73        Eh bien, je ne peux rien faire par moi-mĂȘme, c’est un don de Dieu. «Comment faites-vous cela?» C’est tout simplement en s’abandonnant.

74        En ce moment mĂȘme, dans ce bĂątiment, il y a beaucoup, beaucoup d’anges. Vous direz: «Est-ce l’Ecriture?» C’est la Bible. Laissez-moi vous le dĂ©montrer. Combien de chrĂ©tiens y a-t-il ici? Levez la main. TrĂšs bien, vous pouvez baisser la main. La Bible dit que les anges de Dieu campent autour de ceux qui Le craignent. Il y a donc des anges ici.

75        Et puis, Christ a dit: «LĂ  oĂč deux ou trois sont assemblĂ©s en Mon Nom, Je serai au milieu d’eux.» Il est donc ici. Seulement, vous ne pouvez pas Le voir; mais par la foi nous croyons cela.

76        Je peux vous prouver que des ondes de radio traversent cet endroit, ainsi que des voix. Je peux vous prouver que des images traversent cet endroit. Ça ne sera pas captĂ© par ce tube-ci; ça ne sera pas captĂ© par ce–ce cristal, dans ce micro; ça ne sera pas non plus captĂ© par cet objet, parce que ça n’a pas Ă©tĂ© conçu Ă  cette fin, mais il y a un objet qui va reproduire cette image.

77        Et Dieu a Ă©tabli dans l’Eglise premiĂšrement des apĂŽtres, ensuite des prophĂštes, des docteurs, des Ă©vangĂ©listes et des pasteurs, tous pour le perfectionnement de l’Eglise. Comment pouvons-nous rejeter l’un et dire que l’autre n’est pas cela? C’est Dieu Lui-mĂȘme qui fait la chose. Il ne s’agit que de vous abandonner simplement au Saint-Esprit. Et le Saint-Esprit prend la relĂšve Ă  partir de lĂ , et vous ne savez pas ce que vous faites. C’est l’oeuvre souveraine du Saint-Esprit.

78        Maintenant, mes amis, toi ma propre ville. J’aimerais maintenant dire ceci, avant de clĂŽturer ce rĂ©veil. L’un de ces jours, il ne restera rien de Jeffersonville, pas mĂȘme la cendre; il ne restera rien de Charlestown; il ne restera rien de Louisville. Ce monde est prĂȘt pour le jugement. Ils ont maintenant une bombe Ă  hydrogĂšne que la Russie peut lancer depuis Moscou, la faire tomber sur la 4e Rue, et atteindre chacune de ces usines d’explosifs par ici, et envoyer cela Ă  75 pieds [24 m–N.D.T.] sous le sol, rien qu’avec une seule bombe: une seule bombe; sur un rayon de 15 miles carrĂ©s [24 kmÂČ], ça fera sombrer tout Ă  150 pieds [environ 49 m], sous le sol. La main est sur la gĂąchette. Le temps passe. Il est plus tard que vous ne le pensez. Pourquoi attendre jusqu’à ce moment-lĂ ?

79        Souvenez-vous, si cette tente terrestre est dĂ©truite, nous en avons dĂ©jĂ  une qui attend. Ne soyez pas effrayĂ© par les bombes Ă  hydrogĂšne ni par aucune autre chose. Tant que vous avez Christ dans votre coeur, c’est le meilleur abri que je connaisse contre les bombes. Il est fait de plumes: sous Ses ailes nous demeurerons. Ainsi, ne vous inquiĂ©tez pas au sujet de ces choses, si vous ĂȘtes un chrĂ©tien.

80        Mais si vous n’ĂȘtes pas un chrĂ©tien, vous vous tenez certainement dans une position terrible. Vous ne savez pas Ă  quel moment votre coeur va cesser de battre. La Bible dit que dans les derniers jours les hommes mourront des maladies cardiaques: «Les coeurs des hommes dĂ©faillent de peur, il y aura la perplexitĂ© des temps et l’angoisse chez les nations.» Remarquez autre chose, il y a dix fois plus d’hommes qui meurent que des femmes; la Bible n’a point dit que les coeurs des femmes dĂ©failliraient; il est dit: «Les coeurs des hommes dĂ©failliraient.» C’est absolument vrai, parfaitement.

81        L’autre jour, Ă  Oakland, ma femme et moi Ă©tions lĂ  à–prĂšs de San Francisco; il y a eu un grand tremblement de terre. Et la terre a commencĂ© Ă  cracher et Ă  hoqueter lĂ , au point que les immeubles Ă©taient Ă©branlĂ©s et que les cheminĂ©es tombaient. De grandes bulles d’air contenant de la fumĂ©e ou de la suie (peu importe ce que c’était) montaient comme cela de ces endroits-lĂ . Et les gens couraient dans les rues, poussant des cris. Je me suis dit: «Que se passera-t-il lorsque le Seigneur paraĂźtra rĂ©ellement?» Les dĂ©bits de boissons alcooliques ont continuĂ© bonnement, remettant leurs liqueurs sur les Ă©tagĂšres, et continuant la vente. Les gens venaient acheter cela. L’homme ne pourrait pas les vendre si personne n’achetait. C’est vrai.

82        C’est–c’est nous qui sommes coupables. Laissez-moi vous le dire, mon frĂšre. Je suis un AmĂ©ricain, et j’aime mon pays. Mais cette vieille nation a Ă©tĂ© pesĂ©e sur la balance et a Ă©tĂ© trouvĂ©e lĂ©gĂšre. Elle est en train de sombrer, aussi sĂ»r que je suis un prĂ©dicateur sur cette estrade ce soir. Eh bien, je dis cela pour trouver faveur aux yeux de Dieu. Je le dis parce que Dieu le met sur mon coeur de le dire. Et la meilleure chose que vous puissiez faire, c’est de vous prĂ©parer pour la Venue du Seigneur.

83        Maintenant, croyez en Lui; ayez foi en Lui. Eh bien, toutes les paroles que je pourrais dire, je le rĂ©pĂšte, ne reprĂ©sentent rien devant ce que JĂ©sus-Christ dirait. Mais vous rendez-vous compte oĂč je me tiens? Avec ce groupe de gens ce soir, soit j’ai mal interrompu–mal interprĂ©tĂ© quelque chose, soit j’ai dit la VĂ©ritĂ©. Eh bien, si JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts, et qu’Il a promis que les mĂȘmes choses qu’Il a faites, nous les ferions aussi... Et j’ai affirmĂ© depuis que j’étais un tout petit enfant...

84        Je n’avais pas encore dix-huit mois, je pense, mais de toute façon, je n’avais pas plus de deux ans, lorsque j’ai eu ma premiĂšre vision. J’en ai eu tout au long de ma vie. Les gens ici au Tabernacle le savent. Tout le temps que je suis restĂ© ici, aucune fois cela n’a failli. Et ça ne faillira jamais, parce que c’est Dieu. Cela est parti partout dans le monde, et ç’a allumĂ© le feu d’un grand rĂ©veil. Et maintenant, par la grĂące de Dieu, je vais totaliser environ deux millions d’ñmes de gagnĂ©es au Seigneur JĂ©sus, juste dans mes propres rĂ©unions: deux millions d’ñmes. C’est vrai. Et que dire d’autres millions qui ont Ă©tĂ© [gagnĂ©s par] ceux qui sont allĂ©s dans les champs, Oral Roberts et tous les autres, de petites flammes qui se sont allumĂ©es Ă  partir de la Chose et qui ont continuĂ©, des milliers et des milliers de personnes, au point que partout dans le monde un trĂšs grand rĂ©veil de la puissance de Dieu est en cours? Et le diable lĂąche toutes sortes de choses fausses pour contrecarrer cela. Mais la vraie et authentique Parole de Dieu ira droit jusqu’à la fin. Elle ne faillira jamais. «Moi, le Seigneur, Je l’ai plantĂ©e. Je l’arroserai jour et nuit de peur qu’on ne l’arrache de Ma main.»

85        Eh bien, ce soir, j’affirme que Christ est ressuscitĂ© des morts. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Maintenant, que le Seigneur vous bĂ©nisse. S’Il fait cela, alors vous ĂȘtes... Si vous croyez cela, que Dieu vous bĂ©nisse. Demandez-le-Lui alors s’Il vient sur la scĂšne. Si Christ apparaĂźt ici sur cette estrade... Voici un dĂ©fi. Si JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, apparaĂźt juste ici Ă  l’estrade et fait les mĂȘmes choses qu’Il a faites lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre, croirez-vous en Lui? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.]

86        ConsidĂ©rez-Le sur le chemin d’EmmaĂŒs, comment ces deux jeunes gens... Il a brisĂ©... Lorsqu’Il a brisĂ© le pain, Il a fait lĂ  quelque chose qu’aucun autre homme ne pouvait faire. C’était quelque chose que Christ seul pouvait faire. Et ils ont reconnu cela.

87        Maintenant, s’Il fait ici la mĂȘme chose que seul Christ peut faire, non pas quelque chose de faux, mais exactement la mĂȘme chose qu’Il avait faite, alors croyez en Lui; recevez-Le, ayez foi en Lui; aimez-Le; servez-Le.

88        Laissez-moi vous le dire; n’adhĂ©rez donc pas Ă  l’église. Cela ne marchera pas. Vous devez naĂźtre de nouveau, non pas un enthousiasme Ă©motionnel, non pas un petit quelque chose que vous avez dĂ©clarĂ©: «Eh bien, j’ai criĂ©. J’ai parlĂ© en langues, j’ai fait ceci ou cela.» Lorsque, rĂ©ellement, tout au fond de votre coeur, Quelque Chose vient vous changer, et que vous devenez une nouvelle crĂ©ature en JĂ©sus-Christ, lorsque vous recevez la Personne de JĂ©sus-Christ, lorsque les choses anciennes sont mortes, et que les nouvelles sont nĂ©es de nouveau, lorsque vous mettez en ordre les mauvaises choses que vous avez faites, lorsque vous aimez vos ennemis et que vous priez pour ceux qui vous maltraitent, c’est alors que vous ĂȘtes un chrĂ©tien. On connaĂźt l’arbre par les fruits qu’il porte.

89        Puisse le Seigneur vous bĂ©nir maintenant, alors que nous inclinons la tĂȘte. Je demanderai Ă  la soeur de passer au piano et de jouer doucement le Grand MĂ©decin est ici maintenant, le compatissant JĂ©sus. Vous qui ĂȘtes dehors maintenant, qui avez des cartes de priĂšre, avancez-vous jusque tout prĂšs de la porte, nous allons commencer juste dans un instant. Prions.

90        Notre Adorable PĂšre cĂ©leste, oh! ma pauvre voix, aprĂšs quatre mois de prĂ©dication, ma voix est vraiment Ă©ternuĂ©e. Mais je Te prie de me venir en aide maintenant mĂȘme. Il y aura ici, au Branham Tabernacle, un autre poteau indicateur. Il y aura ici un autre tĂ©moin qui se lĂšvera dans les derniers jours, au jour du Jugement. Plusieurs de ceux qui se tiennent Ă  l’intĂ©rieur et ceux qui sont Ă  l’extĂ©rieur ce soir, beaucoup d’entre eux se demandent, beaucoup d’entre eux se posent la question: «Cela est-il vrai ou faux?»

91        Ô PĂšre Ă©ternel et bĂ©ni, nous Te prions de manifester maintenant Ton amour envers nous, en apparaissant ici et en confirmant Ta Parole comme Ă©tant vraie. J’ai parlĂ© de Ta Parole, comme Tu l’as fait Toi-mĂȘme avec ClĂ©opas et son ami, lorsqu’ils se rendaient Ă  EmmaĂŒs. Et sur notre route, Seigneur, pendant que nous voyageons, Tu nous parles au travers de Ta Parole. Et maintenant, viens parmi nous; ĂŽ Grand Christ, viens parmi nous; confirme que Tes Paroles sont vraies, et rends manifeste Ta PrĂ©sence ici ce soir, alors que nous, pauvres crĂ©atures indignes, confessons que nous sommes des pĂ©cheurs et que nous ne sommes pas dignes de ces choses; mais nous croyons cela, Seigneur. Et par grĂące, nous acceptons par la foi que nous sommes sauvĂ©s et que nous sommes Tes enfants. BĂ©nis nous maintenant, Seigneur.

92        Je sais que Ta Parole est vraie, lorsque Tu as parlĂ© d’un prophĂšte dans sa propre ville, parmi son propre peuple. Mais, Seigneur, je Te prie, juste ce soir, de baisser Ton regard sur le peuple et de Te manifester encore une fois ici dans cette ville par l’action du Saint-Esprit. Ô Dieu Ă©ternel, bĂ©nis-nous maintenant comme nous nous attendons Ă  Toi. Fais les choses que Tu as faites avant Ta crucifixion, et Jeffersonville n’aura pas la moindre chose au sujet de laquelle se plaindre. Mais nous savons qu’ils seront sans excuse en ce jour-lĂ , parce que Tu t’es manifestĂ©. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.

93        [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... Ce n’est pas pour ça qu’elle veut que je prie pour elle. Non, il ne s’agit pas du cancer, car elle en a Ă©tĂ© guĂ©rie. Mais elle veut que je prie pour un mal de dos dont elle souffre. C’est vrai. C’est une maladie dans son dos. Est-ce vrai? Maintenant, croyez-vous qu’Il est ressuscitĂ© des morts? Maintenant suivez attentivement. Si je lui parle un peu plus longtemps, peut-ĂȘtre que quelque chose d’autre pourrait ĂȘtre dit. Je ne sais pas. Maintenant, je n’avais aucune idĂ©e de ce qu’est votre maladie. Je ne sais pas en ce moment ce que c’était. Voyez-vous? Mais les enregistreurs ont captĂ© cela; vous pouvez y trouver ce qu’Il a dit.

94        Parlons juste encore une minute, et voyons s’Il va me dire quelque chose d’autre. Je vois une femme qui paraĂźt un peu comme... Il s’agit d’une autre femme, et elle prie pour elle. Elle est dans une sorte d’institution ou d’hĂŽpital; c’est une sorte de... C’est un hĂŽpital psychiatrique. C’est Ă  Madison, dans l’Indiana. C’est–c’est pour une–c’est pour une–c’est pour une soeur que vous voulez qu’on prie; elle est dans un asile d’aliĂ©nĂ©s. Et si vous croyez de tout votre coeur, avec tout ce qui est en vous, Dieu la dĂ©livrera, et Il guĂ©rira votre dos et vous rĂ©tablira. Croyez-vous cela maintenant? Ça va, venez ici.

95        Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, nous Te prions, au Nom de JĂ©sus-Christ, de guĂ©rir cette femme et de la rĂ©tablir. Accorde-lui cette bĂ©nĂ©diction. Et je prie que la misĂ©ricorde de Dieu repose sur elle et la guĂ©risse, et que Tu en tires gloire. Je prie au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

96        Je pourrais dire ceci. Il y a une vibration qui provient de lĂ , de lĂ  tout au fond par ici. Juste un instant, tenez-vous lĂ  juste une minute. J’ai vu cette LumiĂšre vous quitter. Il y a trop de gens tellement entassĂ©s ici tout autour de moi. Tout le monde est en train de tirer. Mais je vois cette LumiĂšre se dĂ©placer vers vous. Vous avez une personne qui doit subir une opĂ©ration gynĂ©cologique. C’est vrai. J’ai vu deux ou trois personnes apparaĂźtre, et la LumiĂšre a brillĂ© juste lĂ  derriĂšre et a touchĂ© cette personne qui se tient juste lĂ  au fond. C’est cette personne qui est en train de prier pour ce cas. Vous voyez? C’est vrai. Vous avez Ă©tĂ© exaucĂ©; il s’agit d’une dame qui a un problĂšme gynĂ©cologique et qui va subir une opĂ©ration gynĂ©cologique. C’est vrai. Maintenant, partez et recevez votre guĂ©rison, et que le Seigneur vous guĂ©risse. Amen.

97        Voulez-vous approcher? Cette dame, croyez-vous au Seigneur JĂ©sus? Croyez-vous qu’Il est ressuscitĂ© des morts? Maintenant, pour ce qui est de vous connaĂźtre, je ne vous connais pas. Peut-ĂȘtre que je vous ai dĂ©jĂ  vue, si vous ĂȘtes de ces parages. Je ne sais pas. Les gens viennent et s’en vont; je ne reste pas assez ici au Tabernacle pour vous connaĂźtre. Mais, vous... ĂȘtes-vous de la ville? Vous ĂȘtes de cette ville. Alors ça va, mais je ne vous connais pas. Mais Christ vous connaĂźt bien. Mais s’Il me rĂ©vĂšle, pendant que nous nous tenons ici, le motif de votre prĂ©sence ici, allez-vous croire et accepter cela? Et vous savez que je ne connais pas le motif de votre prĂ©sence ici, je n’en ai aucune idĂ©e. La seule chose, c’est que vous pourriez m’avoir dĂ©jĂ  vu dans la ville, ou quelque chose du genre, ou–ou quelque chose du genre; je ne sais pas. C’est Ă  Dieu de–de savoir cela.

98        Juste lĂ  au fond, voulez-vous ĂȘtre guĂ©ri de cette maladie intestinale dont vous souffrez? Croyez-vous que le Seigneur JĂ©sus vous guĂ©rira? Si vous le croyez, vous pouvez l’obtenir.

99        Il y a une autre personne qui est assise lĂ  au fond, sa numĂ©ration globulaire signale une maladie, et je vois cet examen se faire. Croyez-vous que le Seigneur vous guĂ©rira? TrĂšs bien. Croyez-vous de tout votre coeur? Alors vous pouvez obtenir votre guĂ©rison; Dieu vous a guĂ©ri juste Ă  l’instant. Vous L’avez touchĂ©. Ce n’est pas moi que vous avez touchĂ©. Vous ĂȘtes Ă  trente pieds [environ 10 m–N.D.T.] de moi. Amen.

100      Maintenant, croyez-vous qu’Il est ressuscitĂ© des morts? Regardez simplement et vivez maintenant, pendant que la ligne avance. Oh! c’est trĂšs difficile ici Ă  Jeffersonville. Vous voyez? Et avec une foule comme celle-ci tout autour de vous, tout le monde... Une fois, JĂ©sus a pris un homme par la main, et l’a conduit hors de la ville.

101      Eh bien, regardez par ici, soeur, juste un moment. Croyez que le Seigneur JĂ©sus est prĂ©sent pour vous aider. Vous souffrez d’une maladie situĂ©e au niveau du rectum, et un mĂ©decin vous a examinĂ©e. Et il vous a dit que c’était des hĂ©morroĂŻdes. Je vous vois aussi essayant de vous dĂ©placer dans la maison, et vous avancez trĂšs lentement. Vous souffrez de l’arthrite. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Le mĂ©decin a dit que vous devez ĂȘtre opĂ©rĂ©e. C’est trĂšs exact. Je l’ai vu signer une petite carte lĂ  dans son cabinet: Rebekah Baker, 509 Rue Graham. C’est tout Ă  fait exact. Cela est mentionnĂ© dans le registre qui se trouve dans son cabinet. C’est vrai. Croyez-vous? Alors vous pouvez obtenir votre guĂ©rison.

            Au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, puisse cette femme recevoir sa guĂ©rison. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Vous pouvez vous en aller, en croyant maintenant. Ayez foi en Dieu. Si seulement vous pouviez vous rendre compte de la PrĂ©sence du Seigneur...

102      Maintenant, la dame qui est debout ici, afin que vous puissiez... Pour autant que je sache, je ne vous connais pas. Vous ne me connaissez pas, et je ne vous connais pas. Est-ce juste? C’est ça. Voici donc une personne qui ne me connaĂźt pas et que je ne connais pas. Je ne connaissais pas l’autre dame. Mais cette dame-ci m’est totalement inconnue, pour autant que je sache. Si c’est juste, levez la main, madame.

103      C’est notre toute premiĂšre fois de nous rencontrer dans la vie, voici une femme et un homme. C’est juste un beau tableau de Saint Jean 4, oĂč une femme et un Homme s’étaient rencontrĂ©s; et la femme Ă©tait une Samaritaine; JĂ©sus Ă©tait un Juif. Ils ont commencĂ© Ă  s’entretenir, et JĂ©sus a rĂ©vĂ©lĂ© les secrets du coeur de la femme et lui a fait connaĂźtre oĂč rĂ©sidait son problĂšme. Maintenant, s’Il est le mĂȘme JĂ©sus aujourd’hui, Il peut faire la mĂȘme chose aujourd’hui.

104      Si cette femme veut bien lever la main vers Dieu, non pas pour jurer (parce que nous ne croyons pas dans le fait de jurer), si elle peut juste lever la main en toute sincĂ©ritĂ©, avec moi, pour tĂ©moigner que nous ne nous sommes jamais vus auparavant, et que nous ne connaissons rien l’un sur l’autre. Voulez-vous lever la main, madame? VoilĂ . Elle ne m’a jamais vu; je ne l’ai jamais vue non plus, elle m’est totalement inconnue. Maintenant, s’il y a...

105      La PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus est ici. Si cette femme est malade, moi, je ne pourrais pas la guĂ©rir. Elle a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© guĂ©rie; JĂ©sus-Christ l’a guĂ©rie lorsqu’Il est mort pour elle. Croyez-vous cela? Mais si JĂ©sus se tenait ici maintenant avec... et lĂ  oĂč je me tiens, et qu’Il lui rĂ©vĂ©lait quelque chose, ou faisait quelque chose pour Ă©lever sa foi, afin que celle-ci atteigne... Eh bien, peut-ĂȘtre qu’elle se tient ici pour un problĂšme d’argent. Peut-ĂȘtre qu’elle se tient ici pour un problĂšme de mĂ©nage. Peut-ĂȘtre qu’elle se tient ici, mourant d’un cancer. Peut-ĂȘtre qu’elle se tient ici, souffrant de la tuberculose. Je ne sais pas. Je ne saurais le dire.

106      Et maintenant, si vous voulez vous mettre vous-mĂȘme Ă  ma place, venez ici et prenez ma place. Vous ĂȘtes le bienvenu. Certainement. Moi non plus je ne sais pas; je ne le ferais pas non plus. Mais le Dieu du Ciel le sait. Pouvez-vous comprendre maintenant?

107      Et si Christ fait la mĂȘme chose ici, la preuve infaillible, montrant qu’Il est ressuscitĂ© des morts, et qu’Il prouve qu’Il est le mĂȘme JĂ©sus qui a parlĂ© Ă  la femme au puits, combien ici diront: «Je vais Le recevoir maintenant mĂȘme comme mon GuĂ©risseur ou tout ce dont j’ai besoin»? Levez la main, dites: «Je vais Le recevoir s’Il le fait.»

108      La femme qui a les mains levĂ©es, nous ne nous sommes jamais rencontrĂ©s. Ma priĂšre est que le Seigneur accorde cela. Maintenant, la dame semble s’éloigner de moi; si l’auditoire entend ma voix. Je vois une personne qui est debout. Ce n’est pas tellement pour elle-mĂȘme. Elle prie pour quelqu’un d’autre, il s’agit d’une dame ĂągĂ©e. C’est pour sa mĂšre qu’elle prie. C’est vrai. C’est comme si elle a de petites crises cardiaques, de petites palpitations de coeur. Elle n’arrive pas Ă  dormir la nuit. N’est-ce pas vrai? Levez la main si c’est vrai. Et cette dame n’est pas de cette contrĂ©e. Cette dame vient de loin. Cette dame est de la GĂ©orgie. C’est tout Ă  fait exact. Et vous venez de la GĂ©orgie. Et vous voulez qu’on prie aussi pour vos yeux. Vos yeux deviennent aveugles. C’est vrai. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Si c’est vrai, levez la main. TrĂšs bien.

109      Maintenant, croyez-vous? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Maintenant, ayez foi en Dieu. Pendant que je prie pour elle, vous qui ĂȘtes dehors, priez pour vous-mĂȘme lĂ -bas et croyez en Dieu. Il est ici, Il est omniprĂ©sent.

110      Approchez, soeur. Seigneur bĂ©ni, je Te prie au Nom de Christ d’accorder Ă  cette femme son dĂ©sir. Puisse la puissance du Dieu Tout-Puissant reposer sur elle, et puisse-t-elle ĂȘtre guĂ©rie et obtenir ce qu’elle a demandĂ©. Je prie pour cette bĂ©nĂ©diction au Nom de JĂ©sus. Amen.

111      Maintenant vous pouvez vous en aller, vous rĂ©jouissant et Ă©tant heureuse; et croyez, soeur, et soyez guĂ©rie. Ça va.

112      Je ne suis pas sĂ»r, mais je pense que je connais cette femme. Je pense que vous ĂȘtes de Georgetown, parce que je suis... N’avez-vous pas de parentĂ© avec frĂšre Arganbright? Bien sĂ»r, maintenant, cette onction, cela–c’est diffĂ©rent. Vous vous rendez compte qu’il y a une diffĂ©rence entre ce qui se passe juste en ce moment et ce qui se passe lorsque je vous parle ailleurs; c’est diffĂ©rent juste en ce moment. Vous avez plutĂŽt ressenti une sensation trĂšs agrĂ©able. C’est le Saint-Esprit. Vous n’ĂȘtes pas ici pour vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ici pour quelqu’un d’autre, et il s’agit d’une petite fille d’environ quatre ou cinq ans. Elle souffre des reins, elle habite dans le nord de l’Indiana. C’est vrai. Ce que vous tenez dans la main, envoyez-le-lui, et elle sera guĂ©rie. Croyez de tout votre coeur maintenant, et recevez ce que vous avez demandĂ©, au Nom de Christ. «Si tu peux croire, tout est possible.»

113      Voici une dame qui m’est inconnue. Je ne vous connais pas; je ne vous ai jamais vue de ma vie. Nous ne nous connaissons pas; peut-ĂȘtre que nous sommes nĂ©s Ă  plusieurs annĂ©es d’intervalle et Ă  des endroits sĂ©parĂ©s par plusieurs kilomĂštres. Je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vue. Mais JĂ©sus-Christ vous connaĂźt.

114      Quelque chose est arrivĂ© dans l’auditoire; un homme est apparu tout prĂšs de moi. Le voici qui est assis juste ici, il a un nombril herniĂ©. Croyez-vous, monsieur? Alors Christ vous guĂ©rit et vous rĂ©tablit. Amen.

115      VoilĂ  ce qu’il faut faire, croyez. Qu’a-t-il touchĂ©? Je n’ai jamais vu l’homme; mais il a Ă©tĂ© guĂ©ri juste lĂ . Il a touchĂ© le Seigneur JĂ©sus qui est prĂ©sent ici. DĂ©barrassez-vous de cette incrĂ©dulitĂ©. Oubliez que je suis William Branham. Regardez Ă  JĂ©sus-Christ; c’est Lui qui est ici. Je somme votre foi, au Nom de Christ, de m’oublier, moi, et de croire que c’est le Seigneur JĂ©sus qui est ici; et voyez ce qui arrivera. Peu m’importe oĂč vous ĂȘtes dans la salle.

116      Maintenant, voici une petite femme. Je ne l’ai jamais vue. Elle est plus ĂągĂ©e que moi. Elle... Je ne sais pas qui elle est, d’oĂč elle vient, ni rien Ă  son sujet. Je suis un parfait inconnu pour elle. Mais Christ la connaĂźt.

117      S’Il me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, accepterez-vous cela et croirez-vous cela? Vous avez ressenti une sensation Ă©trange il y a quelques minutes, lorsque j’ai dit quelque chose, n’est-ce pas? Il s’agissait de votre soeur qui est dans un asile d’aliĂ©nĂ©s, Ă  Madison, dans l’Indiana. C’est exact. En effet, une autre femme se tenait ici, et vous vous teniez lĂ  en train de regarder dans cette direction. Et d’aprĂšs la vision, vous aviez la foi lorsque vous ĂȘtes montĂ©e ici. C’est tout Ă  fait exact. C’est ce qui a produit cela. Et ce soir, le motif de votre prĂ©sence ici, c’est parce que vous avez un problĂšme cardiaque. Vous veniez de piquer une crise cardiaque. C’est trĂšs exact. Et pendant que je regarde une vision, je vois maintenant cette contrĂ©e ondulante. Vous venez de quelque part ici dans le sud de l’Indiana. Vous venez des enviros de Corydon; c’est de lĂ  que vous venez. Retournez chez vous; vous vous portez bien. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit. C’est AINSI DIT LE SAINT-ESPRIT.

118      Ayez la foi et croyez. Ne doutez pas. Croyez seulement. Pouvez-vous reconnaĂźtre l’omniprĂ©sence du Seigneur JĂ©sus? Comme c’est merveilleux! Que se passe-t-il?

119      Ici dans ce coin, je vois une vision. Le mĂ©decin ne sait pas si c’est le cancer ou la tuberculose. C’est vrai. Mais si vous croyez... vous ĂȘtes guĂ©ri de toute façon. Votre foi vous a sauvĂ©. Vous pouvez continuer votre route.

120      VoilĂ : l’omniprĂ©sence du Dieu vivant. Je dĂ©fie votre foi. «Si tu peux croire...» Eh bien, Il est ressuscitĂ© des morts. Il est ici avec nous. C’est Lui. Ce sont lĂ  les choses mĂȘmes qu’Il a faites lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre. Deux mille ans sont passĂ©s; Il est toujours vivant, et Il vit Ă  jamais. Croyez simplement; ayez la foi.

121      Je ne vous connais pas, madame. Je ne vous ai jamais vue de ma vie, je ne connais rien Ă  votre sujet. C’est vrai, n’est-ce pas? JĂ©sus-Christ vous connaĂźt. Si Dieu me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, croirez-vous en Lui, et croirez-vous que je suis Son prophĂšte? S’Il le fait, vous reconnaĂźtrez que Quelque Chose m’a oint. Vous devriez reconnaĂźtre que c’est Cela. Eh bien, si je disais: «Je vais vous imposer les mains, vous serez guĂ©rie», vous auriez droit de douter de cela. Mais si Dieu me dit quelque chose que vous savez ĂȘtre la vĂ©ritĂ©, alors, vous saurez si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas. Est-ce juste? Il s’agit d’une maladie gynĂ©cologique. Vous avez Ă©tĂ© opĂ©rĂ©e, je vous vois descendre de la table d’opĂ©ration avec quelque chose de blanc recouvrant votre visage, mais cette opĂ©ration n’a pas rĂ©ussi. C’est vrai. Et ce dĂ©mon s’est cachĂ© aux yeux des mĂ©decins, mais il ne peut pas se cacher aux yeux de Dieu. Rentrez chez vous et soyez guĂ©rie, madame; JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie et vous a rĂ©tablie et...?...

            Si vous pouvez croire.

122      Je ne vous connais pas, madame. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, est ici? Croyez-vous qu’Il vous guĂ©rira? GuĂ©rir le diabĂšte ne reprĂ©sente rien pour Dieu. Croyez-vous qu’Il vous guĂ©rira? Alors, rentrez chez vous et recevez votre guĂ©rison, au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Amen.

123      Approchez, petite dame. Croyez-vous? Eh bien, cessez de penser comme cela, vous lĂ  au fond. Ce n’est pas de la tĂ©lĂ©pathie. Vous ne saurez pas vous en tirer avec cela maintenant. Je vais vous le dĂ©montrer.

124      Je ne connais pas cette femme. Posez vos mains sur ma main, madame. Si Dieu me rĂ©vĂšle votre maladie... Pendant que je regarde dans cette direction, vous savez que je ne lis pas votre pensĂ©e. Si Dieu me rĂ©vĂšle votre maladie, croirez-vous que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, et que moi, je suis Son serviteur? Si vous le croyez, levez la main. Vous avez un problĂšme gynĂ©cologique, une maladie gynĂ©cologique. C’est vrai. Vous en aviez effectivement; vous n’en avez plus maintenant. Vous ĂȘtes guĂ©rie. Vous pouvez continuer votre route, rĂ©jouissez-vous et soyez heureuse.

125      Approchez, monsieur. Ce vieux problĂšme de reins et ces histoires qui vous dĂ©rangent, croyez-vous que Dieu vous en rĂ©tablira, qu’Il vous guĂ©rira de cela? Alors, au Nom de JĂ©sus-Christ, recevez votre guĂ©rison et continuez votre route en vous rĂ©jouissant. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Croyez.

126      Bonsoir, madame. N’aimeriez-vous pas prendre encore un bon repas comme vous en aviez l’habitude? Vous ĂȘtes toute nerveuse, n’est-ce pas? Cela vous a causĂ© un ulcĂšre gastro-duodĂ©nal Ă  l’estomac. Vous pouvez aller vous procurer un hamburger et le manger; JĂ©sus-Christ vous a guĂ©rie. Continuez votre route en vous rĂ©jouissant.

127      «Si tu peux croire.» Ayez foi en Dieu. Croyez-vous? Le Christ vivant et omnipotent est ici prĂ©sent, maintenant, pour guĂ©rir toute personne qui est dans cette salle.

128      Juste un instant. LĂ  tout au bout de la rangĂ©e, un jeune homme est assis juste par ici. Ta foi est plus grande que tu ne le pensais, fiston. Tu avais des troubles cardiaques, n’est-ce pas? Si c’est vrai, mets-toi debout; JĂ©sus-Christ t’a guĂ©ri, fiston. Tu es guĂ©ri. Continue ton chemin et sois guĂ©ri.

129      Croyez-vous en Lui? Ayez foi en Dieu.

130      Voici un homme que je ne connais pas. Nous ne nous connaissons pas. Je pense que cet homme a Ă©tĂ© baptisĂ© ce matin. Mais je ne vous connais pas, je n’ai aucune idĂ©e sur vous. Est-ce juste? Si JĂ©sus-Christ me rĂ©vĂšle le motif de votre prĂ©sence ici, accepterez-vous cela?

131      Combien dans l’auditoire veulent recevoir cela maintenant mĂȘme? «Si tu peux croire.» Ayez simplement la foi. Ne doutez pas.

132      Cet homme a une maladie de la peau. C’est juste. Et, je vois que vous ĂȘtes en train de... Il s’agit aussi d’une maladie de la prostate. C’est vrai. Si c’est le cas, agitez la main. Et je vois quelque chose de sombre qui se tient entre vous et une femme. C’est votre femme. Vous priez pour elle. Elle est une pĂ©cheresse, et vous dĂ©sirez qu’elle devienne une chrĂ©tienne. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est vrai. Allez, imposez-lui les mains et priez pour elle, afin que le Dieu du Ciel rĂ©vĂšle et accomplisse ces choses qui sont rĂ©elles.

133      Croyez-vous? Croyez-vous que Dieu le fera? «Si tu peux croire...» Je dĂ©fie votre foi. LĂ -bas tout au fond, partout oĂč vous ĂȘtes, regardez et vivez. Ayez foi en Dieu, oĂč que vous soyez. «Si tu peux croire, tout est possible.» Si tu peux croire... Suivez attentivement. Regardez dans cette direction. Priez.

            Vous direz: «Qu’est-ce que vous observez, FrĂšre Branham?»

134      Rebecca, reviens un peu par ici, chĂ©rie. ArrĂȘte-toi juste lĂ  oĂč tu es. VoilĂ  ma fillette qui, un jour, sera aussi une prophĂ©tesse. Cette dame qui se tient juste lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de toi, chĂ©rie, portant un chapeau blanc, a un problĂšme de sinus. Levez la main, ou mettez-vous debout, madame. Vous priez afin que Dieu appelle–me laisse vous appeler. Est-ce juste? Que ma fillette vous impose les mains lĂ -bas. Ô Dieu Ă©ternel, au Nom de JĂ©sus-Christ, je rĂ©primande ce dĂ©mon qui tourmente cette femme. Et qu’il soit chassĂ© au Nom de Christ. Amen.

135      Oh, bĂ©ni sois le Nom du Seigneur! Puisse le Seigneur JĂ©sus se rĂ©vĂ©ler Ă ... Croyez-vous qu’Il est ici? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»–N.D.E.] Laissez-moi donc vous dire ceci: chacun de vous, si, juste en ce moment, vous pouvez croire cela, JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit tous, maintenant mĂȘme. Si mes paroles sont vraies ici, elles sont vraies lĂ -bas. Si vous faites ce que je vous dis de faire, vous pouvez ĂȘtre guĂ©ris maintenant mĂȘme. Croyez-vous cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.»] Alors, imposez-vous les mains les uns aux autres. Imposez-vous tout simplement les mains les uns aux autres, Ă  l’intĂ©rieur comme Ă  l’extĂ©rieur. Ne doutez pas. J’ai entendu un esprit sourd quitter. Il est ici, le Christ ressuscitĂ©.

136      Ô Dieu bĂ©ni et Ă©ternel, au Nom du Seigneur JĂ©sus, je somme tout esprit impur, au Nom de Christ, le Seigneur, de quitter ce lieu, de sortir de ces gens. Et maintenant, que le Glorieux Saint-Esprit baptise toute personne ici prĂ©sente, qui a une grande foi pour croire.

137      Oh! Satan, toi dĂ©mon, tu nous as bluffĂ©s assez longtemps. Christ est ressuscitĂ©; Il se tient ici avec les clĂ©s de la mort et du sĂ©jour des morts, suspendues sur Son cĂŽtĂ©. Le prix a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© payĂ© pour la puissance de la guĂ©rison. Et nous t’adjurons, par le Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu qui est vivant, de quitter ces gens. Sors d’eux, Satan, afin qu’ils s’en aillent Ă©tant guĂ©ris!

138      Si vous croyez de tout votre coeur que JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ri, levez-vous et acceptez la puissance de la guĂ©rison divine du Dieu Tout-Puissant. VoilĂ . Louez le Seigneur. BĂ©nissez le Seigneur. Vous ĂȘtes tous guĂ©ris. Levez-vous et rendez gloire Ă  Dieu. Amen. BĂ©ni sois le Nom du Seigneur. Donnons-Lui gloire, alors que nous levons les mains et Le louons. BĂ©nissez le Fils du Dieu vivant. Amen.

EN HAUT