ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Croire Du Coeur de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 57-0623 La durĂ©e est de: 1 heure et 22 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Croire Du Coeur

 

1         

... ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement.

Quelqu’un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu’il prie. Quelqu’un est-il dans la joie? Qu’il chante des cantiques.

Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur;

La priĂšre de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relĂšvera; et s’il a commis des pĂ©chĂ©s, il lui sera pardonnĂ©.

Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La priÚre fervente du juste a une grande efficace.

Elie Ă©tait un homme de la mĂȘme nature que nous; il pria avec instance pour qu’il ne plĂ»t point, et il ne tomba point de pluie sur la terre pendant trois ans et six mois.

 Puis il pria de nouveau, et le ciel donna de la pluie, et la terre produisit son fruit.

Mes frĂšres, si quelqu’un parmi vous s’est Ă©garĂ© loin de la vĂ©ritĂ© et qu’un autre l’y ramĂšne,

Qu’il sache que celui qui ramĂšnera un pĂ©cheur de la voie oĂč il s’était Ă©garĂ© sauvera une Ăąme de la mort et couvrira une multitude de pĂ©chĂ©s.

2          Au dernier chapitre de l’Evangile selon Marc, chapitre 16, et le dernier verset du chapitre 16 de Saint Marc, voici les Paroles que nous lisons:

AprĂšs... il apparut aux onze, pendant qu’ils Ă©taient Ă  table; et il leur reprocha leur incrĂ©dulitĂ© et la duretĂ© de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui... ressuscitĂ© des morts.

Puis il leur dit: Allez par tout le monde et prĂȘchez la bonne nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.

Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues;

Ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.

            La priĂšre de la foi sauvera le malade.

3          Maintenant, alors que nous inclinons la tĂȘte pour la priĂšre, tous ensemble, Ă  notre maniĂšre, et chacun Ă  sa maniĂšre, offrons la priĂšre de la foi pour ces malades ici ce matin. Puis, j’aimerais leur imposer les mains, avec les anciens. Nous aurons alors accompli exactement ce que dit la Parole de Dieu, car c’est exactement lĂ  que je vais en venir dans mon message. Maintenant, prions.

            Notre PĂšre cĂ©leste, alors que nous Te chantons ce cantique, la mĂ©lodie de Crois seulement, cela T’exprime nos sentiments vis-Ă -vis de Ta Parole. Et comme les malades ont Ă©tĂ© oints conformĂ©ment Ă  Ta Parole, maintenant, nous allons offrir cette priĂšre de la foi, au mieux de notre connaissance, par obĂ©issance Ă  Tes commandements. Et nous savons que malgrĂ© notre faiblesse, Tu es plus que capable de surmonter notre faiblesse par Ta puissance et Ta bontĂ©.

4          Ainsi donc, nous allons faire venir les anciens pour imposer les mains aux malades, accomplissant ainsi chaque commission qui, Ă  notre connaissance, a Ă©tĂ© donnĂ©e par notre Seigneur. Et, Seigneur, nous prions de trouver grĂące Ă  Tes yeux. AprĂšs toutes ces annĂ©es, nous essayons toujours d’obĂ©ir Ă  Ton commandement.

            Et maintenant, je prie ce matin avec ce petit groupe auquel Tu nous as envoyĂ©, car ils sont dans le besoin, ces gens qui sont ici pour que l’on prie pour eux. Et nous offrons cette priĂšre pour chacun d’eux. Tu connais leurs coeurs et Tu connais leurs dĂ©sirs. Et j’offre cette priĂšre de la foi avec cette Ă©glise, que Tu rendes manifeste pour eux chaque dĂ©sir qu’ils ont, que cela devienne une rĂ©alitĂ©, maintenant mĂȘme, et qu’en quittant cette Ă©glise aujourd’hui, ils aillent comme Abraham d’autrefois, appelant ces symptĂŽmes-lĂ  comme s’ils n’existaient pas et reniant tout ce qui serait contraire Ă  la bĂ©nĂ©diction que nous avons demandĂ©e. Tu as promis dans Ta Parole que cela s’accomplirait, et nous le croyons.

5          Maintenant, avec ces hommes que Tu as choisis et appelĂ©s pour ĂȘtre ministres et anciens, nous allons leur imposer les mains juste comme si nous Ă©tions... comme si nous les baptisions. Et ils ont Ă©tĂ© oints; la priĂšre de la foi est offerte et des mains leur sont imposĂ©es. Nous prions que leur foi regarde maintenant Ă  Toi, ĂŽ Dieu Tout-Puissant, et qu’ils soient guĂ©ris au Nom de JĂ©sus, nous prions.

            Maintenant, j’ai invitĂ© les anciens Ă  descendre directement ici, le long de la ligne, alors que nous leur imposons les mains. Et tandis que chacun de vous impose les mains aux malades... [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Veuillez m’accorder toute votre attention, juste pendant quelques instants, s’il vous plaĂźt. Je vais tĂącher de ne pas prendre beaucoup de temps, comme je place ma montre ici pour en ĂȘtre sĂ»r.

            FrĂšre Beeler, je pense que tu es Ă  l’enregistrement Ă  l’autre bout. LĂ©o et Gene ne sont pas ici. Ainsi, j’aimerais que, s’il te plaĂźt, tu enregistres ce tĂ©moignage que je vais donner dans quelques minutes pour qu’il soit envoyĂ© Ă  frĂšre Boze. Il–il en faisait une collection.

6          J’aimerais lire ce matin dans le–l’Evangile selon saint Marc, chapitre 12. Nous aimerions en prendre une portion, la lire et... parce que c’est la Sainte Parole de Dieu sans mĂ©lange. Et nous croyons que Dieu est dans Sa Parole. Le croyez-vous? Et nous prions que Dieu Y ajoute Ses bĂ©nĂ©dictions alors que nous La lisons. Et je suis certain qu’Il le fera.

            Et ensuite, j’aimerais prendre une autre portion de Sa Parole dans Actes, chapitre 1. Et nous lirons Ă  partir de lĂ . Et je demande au Seigneur de bien vouloir ajouter Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la–à la lecture de Sa Parole.

            Je regardais tout simplement ici. J’ai fait un signe ici, dans ma–dans ma Bible, sur un passage que je voulais lire en premier lieu, mais je ne crois pas pouvoir retrouver cela en ce moment. Excusez-moi juste un instant, le temps pour moi de retrouver cela, si possible, je pensais l’avoir.

... JĂ©sus... et leur dit: Ayez foi en Dieu.

Je vous le dis en vĂ©ritĂ©, si quelqu’un dit Ă  cette montagne: Ôte... de lĂ ... et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.

            Maintenant, dans Actes, chapitre 1, verset 8.

Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes tĂ©moins Ă  JĂ©rusalem; dans... JudĂ©e, dans la Samarie, et jusqu’aux extrĂ©mitĂ©s de la terre.

7          J’aimerais attirer votre attention sur la Parole du Seigneur ce matin, pendant un instant. J’aimerais que vous y accordiez la plus grande attention. Ecoutez attentivement. La valeur de cette Parole... AprĂšs vingt-cinq ans d’exercice du ministĂšre pour le Seigneur, Ă  Son service et dans Sa Parole, et atteignant ma douziĂšme annĂ©e d’évangĂ©lisation sur le plan international et, par la grĂące de Dieu, ayant rencontrĂ© des dizaines de milliers de–de gens et ayant vu notre Seigneur dans nos propres campagnes... Quand... Maintenant, comme je L’ai vu, oh! jusqu’à environ deux millions de gens, ou un million cinq cent mille, ou quelque chose comme ça lĂ  dans les rĂ©unions, j’en suis arrivĂ© Ă  cette conclusion: MalgrĂ© tous nos efforts et autres, il est impossible Ă  Dieu de faire quoi que ce soit pour les gens tant que ces derniers ne sont pas fixĂ©s sur la question de savoir si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas.

8          Vous ne pouvez simplement pas... Peu importe... J’ai vu de grands chefs-d’oeuvre de notre Seigneur, dans la–la Parole, qui peuvent expliquer la Parole mieux que quiconque que j’aie jamais vu, et qui pourtant n’arrivaient pas Ă  exĂ©cuter le programme. Et ce matin, j’ai Ă  l’esprit un certain homme qui, Ă  mon avis, a l’une des meilleures Ă©missions radiophoniques sur les ondes, mais pour une certaine raison ou une autre, l’homme n’arrive pas Ă  faire passer son programme. C’est le docteur White, un vrai enseignant, mais il y a quelque chose qui ne tourne pas rond. Je ne sais pas Ă  quel niveau. Il a la vision. Et il a l’idĂ©e. Il a la capacitĂ©. Mais, pour une raison ou une autre, il n’arrive tout simplement pas Ă  faire marcher son Ă©mission. L’émission qu’il a est strictement consacrĂ©e Ă  la Parole, et elle devrait amener le monde Ă  genoux.

9          Et j’ai vu ici Ă  Louisville, il n’y a pas longtemps, quand j’ai vu le docteur Mordecai Hamm et plusieurs grands thĂ©ologiens que je connais, qui sont de loin meilleurs prĂ©dicateurs que le jeune Ă©vangĂ©liste aux cheveux roux de trente-huit ou quarante ans qui s’est avancĂ© Ă  l’estrade, dĂ©passant ces hommes; et ceux-ci passaient au second plan, et il s’est tenu lĂ  ce soir-lĂ . Il ne reprĂ©sentait pas, en tant que prĂ©dicateur, un dixiĂšme ou un centiĂšme de l’homme assis derriĂšre lui; cependant, il avait le programme de Dieu et il l’exĂ©cutait: Billy Graham. J’ai remarquĂ© ces choses-lĂ .

            Et c’est aprĂšs ce constat que j’en suis arrivĂ© Ă  cette conclusion: Peu importe ce que vous ĂȘtes, c’est Dieu qui doit pourvoir Ă  l’auditoire. Et peu importe si je pouvais me tenir ici ce matin, ressusciter les morts et rĂ©tablir les estropiĂ©s Ă  leur Ă©tat normal et si, malgrĂ© tout, Dieu n’est pas dans le programme, cela n’aboutirait nulle part. Dieu doit ĂȘtre dans le programme. Et on reconnaĂźt tout homme... On reconnaĂźt son caractĂšre par ses oeuvres. Peu importe qui il est, ses oeuvres dĂ©montrent son caractĂšre.

            Si vous prenez un homme, peu importe combien il essaie d’ĂȘtre bon, si ses oeuvres sont mauvaises, toute sa bontĂ© n’aboutira Ă  rien. Et ce qui caractĂ©rise un homme, c’est sa parole. Un homme dont la parole ne vaut rien, vous n’aurez alors jamais confiance en cet homme-lĂ , car sa parole ne vaut rien. Ainsi donc, Dieu, notre PĂšre, Son caractĂšre et Ses oeuvres prouvent ce qu’Il est.

10        Or, nous savons que ce monde existe ici grĂące Ă  un certain Grand CrĂ©ateur. Il ne pouvait tout simplement pas se retrouver ici par un hasard. Eh bien, j’aimerais que ceci, juste pendant quelques instants, soit aussi simple que possible. Mais j’aimerais que vous le receviez en priant que le Saint-Esprit l’apporte, Ă  sa juste lumiĂšre.

            Or, si seulement vous regardez et que vous voyiez les arbres qui grandissent, les–les branches, les feuilles, comment elles apparaissent et disparaissent, et les fleurs, le printemps, l’automne, l’hiver, l’étĂ©, il doit y avoir quelque chose derriĂšre cela. Il ne pourrait pas exister d’arbre s’il n’existait pas une Intelligence pour faire que cela soit un arbre. Peu importe le genre de vie qui est dedans, il doit y avoir derriĂšre cela une Intelligence pour faire de cela ce que cela est. Maintenant, pensez-y; c’est direct. Eh bien, ne laissez pas cela vous passer par-dessus. Pensez-y profondĂ©ment.

11        Car, si vous remarquez dans notre leçon sur les Ecritures, JĂ©sus a dit: «Si vous dites dans votre coeur...»; pas dans votre intellect, cela ne marchera jamais. Peu importe combien vous essayez de faire marcher cela, cela ne marchera pas, car c’est l’intellect et il a une fin. Mais quand quelque chose est Ă©ternel, il n’a pas de fin, et il n’a pas de commencement. Tout ce qui a une fin... un commencement a une fin, sauf ce qui n’a pas de commencement. Et il n’y a que Dieu seul qui n’a ni commencement ni fin. Et alors, pour avoir ces choses qui ont un commencement, il devait y avoir Quelque Chose sans commencement Ă  la base du commencement.

12        Le premier arbre jamais crĂ©Ă©, tel que celui que JĂ©sus a maudit lĂ , disant: «DĂ©sormais, aucun fruit ne sortira de toi. Personne ne mangera de toi», cet arbre doit avoir eu un commencement quelque part et il a connu une fin quand les Paroles sorties des lĂšvres de Celui-lĂ  mĂȘme qui lui avait donnĂ© le commencement l’ont amenĂ© Ă  la fin. Ainsi, vous voyez combien Ses Paroles sont Ă©ternelles.

            Mais nous avons juste acceptĂ© la Parole sur une base intellectuelle, et nous avons vu plusieurs Ă©checs complets au point oĂč cela a amenĂ© les gens Ă  ne savoir guĂšre quoi croire. Ils n’ont qu’un tas de points en suspens Ă  leur–leur religion. Ils arrivent au bout du rouleau dans ce sens-ci et dans ce sens-lĂ  et, Ă  la fin, ils reviennent en rampant.

13        De grands mouvements dĂ©marrent, et ils se lancent, par exemple, les mĂ©thodistes, les baptistes et les pentecĂŽtistes et tout ça, et, tout d’un coup, vous savez, ils attrapent une petite idĂ©e psychique, ils arrivent au bout du rouleau et ils passent un bon moment, mais la chose suivante, vous savez, ils se retrouvent au bout. Mais les seules choses qui jamais demeurent sont les choses Ă©ternelles. Et les choses Ă©ternelles, c’est Dieu.

            Eh bien, si vous le remarquez, un homme qui est reconnu par son–son caractĂšre est reconnu par ses oeuvres. Et si nous pensions Ă  la façon dont Dieu manifeste Son caractĂšre par Ses oeuvres... Il a un caractĂšre propre Ă  Lui et Il a accompli Ses oeuvres. Et si vous regardez Ses oeuvres, oh! comme elles sont grandioses!Maintenant, laissez-moi dĂ©fier chaque homme de science au monde de me construire un arbre. Laissez-moi dĂ©fier chaque homme de science au monde de me fabriquer un petit brin d’herbe. Et c’est totalement impossible.

14        Bien. Il me semble alors, en pensant Ă  ces choses, qu’on pourrait se placer, en lisant la Parole de la foi, au-delĂ  des conceptions intellectuelles, dans le coeur. JĂ©sus a dit: «Si tu dis dans ton coeur...» Eh bien, nous avons l’esprit tout agitĂ©, nous sortons et nous disons: «Oh! J’ai vu cela s’accomplir; oui, je...» Et de temps en temps, ça ne fait que sauter, sauter et tout, mais c’est comme si cela n’avance tout simplement pas. C’est parce que nous cherchons Ă  mĂ©langer l’intellect avec le surnaturel. Ils n’ont pas du tout de rapports. L’intellect dira une chose et le spirituel en dira une autre. Et tout homme qui ait jamais Ă©tĂ© conduit par l’Esprit de Dieu ne prend pas en ligne de compte une quelconque pensĂ©e de l’intellect, mais il est conduit Ă  partir de son coeur par l’Esprit de Dieu. Il est mal compris. Les gens disent: «Oh! Comment est-ce possible?»

15        Pendant ces jours mĂȘmes, je reçois des lettres et des appels tĂ©lĂ©phoniques: «FrĂšre Branham, vous voulez dire que vous n’irez pas outre-mer aprĂšs tout ce grand... Mais cela paraĂźt merveilleux!»Mais Quelque Chose au fin fond dit: «Fais attention.» Ainsi donc, nous ne regardons pas aux choses visibles. Nous regardons aux choses invisibles, Ă  partir de ce que Dieu dit dans le coeur. Et si nous arrivons Ă  faire attention Ă  ces choses-lĂ , Ă  combien plus forte raison pour la guĂ©rison divine. Si Dieu a fait la promesse et qu’elle s’ancre dans le coeur, eh bien, Ă  quoi nous servent encore les pensĂ©es intellectuelles? Je ne tiens pas compte de mon affliction. Je ne considĂšre pas mes symptĂŽmes. Je considĂšre ce que Dieu a dit Ă  ce sujet, car aprĂšs tout, c’est Lui le Patron, et le Patron suprĂȘme.

16        Que le mĂ©decin ait dit telle et telle chose... Or, si vous essayez de bluffer, ça ne marchera pas. Si vous essayez de raisonner lĂ -dessus dans votre esprit et que vous dites: «Oui, la Parole de Dieu est vraie. Je La crois. Je crois qu’Elle s’accomplira. C’est ce que je pense.»... Or, si c’est intellectuel, vous feriez tout aussi mieux d’arrĂȘter d’y penser. Avant que quelque chose descende Ă  l’intĂ©rieur de vous, qui vous dit que c’est vrai, et c’est tout ce qu’il en est... il n’y a pas assez de dĂ©mons dans les lieux des tourments qui peuvent donc ĂŽter cela de vous en secouant. Il y a quelque chose Ă  l’intĂ©rieur appelĂ© le coeur. C’est lĂ  que la vraie foi trouve son lieu de repos. Les facultĂ©s intellectuelles chercheront Ă  raisonner lĂ -dessus. «Maintenant, soyons raisonnable.» Mais la foi ne raisonne pas. Elle n’a qu’une seule chose, et c’est: «La Parole de Dieu est vraie.» Oh! C’est lĂ  que l’ñme pose ses pieds et repose Ă©ternellement, lĂ  mĂȘme, car Dieu l’a dit. Pas un bluff, mais savoir que cela...

17        Et la terre, Ă©tant l’oeuvre de Dieu, est une preuve irrĂ©futable de Son existence. Il doit exister un Dieu, sinon il n’y aurait pas de terre. Il doit exister un CrĂ©ateur, sinon il n’y aurait pas de crĂ©ation. Et si cette Parole, par Laquelle Il a crĂ©Ă© la terre, donne la promesse, Cela doit ĂȘtre une crĂ©ation aussi parfaite que cette terre l’a Ă©tĂ© au commencement par Sa Parole, quand Dieu a dit: «Qu’il y ait..»Et cela peut avoir pris dix milliards d’annĂ©es. Je ne sais combien de temps cela a pris. Mais le temps que cela avait pris importait peu, car Dieu est Ă©ternel. Et Il a dit: «Qu’il y ait.» Et cela commença Ă  se dĂ©velopper, car Dieu se servait de Sa propre Parole, et Il croyait. Et si Sa Parole utilisĂ©e pour Sa crĂ©ation, Son oeuvre ici, prouve qu’Il est le CrĂ©ateur, alors pourquoi ne pouvons-nous pas Le prendre au Mot dans ce qu’Elle dit et croire Cela, car c’est la Parole du mĂȘme CrĂ©ateur?

18        Donc, Ses oeuvres rendent tĂ©moignage. Et maintenant, avant que Dieu, l’Infaillible, puisse proclamer quoi que ce soit, cela doit ĂȘtre parfait parce que cela ne peut que–cela ne peut que... Si cela vient de Dieu, cela vient d’un canal parfait. Maintenant, remarquez ceci. Tout le monde, tout, on reconnaĂźt les hommes par leurs oeuvres. Quand on allait construire le grand pont municipal de Sydney, en Australie, on a lancĂ© un appel d’offre international aux constructeurs des ponts, aux architectes, et depuis... Un pont qui enjamberait la pĂ©ninsule à–à Sydney, en Australie, jusqu’au sud de Sydney. Les architectes et tout sont venus et ont creusĂ© la terre et l’ont analysĂ©e. Et eux tous sont arrivĂ©s Ă  cette conclusion: «C’est impossible.» Ils disaient: «Toute la baie est pleine de sable mouvant, et le sol n’est pas assez stable. Il ne fait que bouger d’un endroit Ă  un autre. Par consĂ©quent, si on construisait un pont, ce serait dangereux d’oser passer dessus.»

19        Et finalement, il y eut un homme, un visionnaire, un constructeur de ponts en Angleterre. Il est arrivĂ© et il a examinĂ© le sable. Il–il en a fait une Ă©tude. Il a analysĂ© les sols. Il a sondĂ© les eaux. Il a d’abord tout examinĂ©, de fond en comble. Oh! J’aime ça. Il a d’abord tout examinĂ©, de fond en comble.

            JĂ©sus a dit: «Un homme qui achĂšte un terrain, ou qui va affronter une armĂ©e, s’assoit d’abord et Ă©value le coĂ»t.»

            Si chacun de vous qui avez Ă©tĂ© ici Ă  l’autel, ce matin, s’était assis lĂ  dans son siĂšge avant de venir pour ĂȘtre oint, et avait Ă©valuĂ© ce que cela reprĂ©sente, cela ne se rĂ©duirait pas au simple fait de passer au hasard par une ligne de priĂšre. Cela reviendrait Ă  passer lĂ  avec une confiance ferme que Dieu l’a promis, et Dieu est capable de tenir Sa Parole.

20        Alors, cet homme a analysĂ© les sols. Il a analysĂ© le... chaque lit, lĂ , contenant ce sable mouvant. Puis, finalement, il s’est rendu auprĂšs des autoritĂ©s; il a dit: «Je vais construire le pont et il sera solide.»

            Les constructeurs de ponts d’AmĂ©rique et de diffĂ©rentes parties du monde n’ont fait que rire et ils ont dit: «Cet homme est un malade mental. Nul ne peut jeter un pont lĂ -dessus». Ils ont dit: «Si mĂȘme une poule traversait le pont qui serait construit, il s’affaisserait. Le pont ne peut pas supporter cela. Les vibrations causĂ©es mĂȘme par le passage d’un chien qui le traverserait en courant, ce qui ferait vibrer le pont...» Ils ont dit: «Cela ferait bouger le sable et le pont s’effondrerait. Ce n’est pas faisable».

21        Mais cet homme Ă©tait un visionnaire. Et il savait de quoi il parlait, car quelque chose dans son for intĂ©rieur lui disait qu’il pouvait le faire. Ô Dieu, donne-nous de tels hommes dans l’église!

            Or, d’aprĂšs toutes les recherches scientifiques, c’était impossible; la science avait des preuves que c’était impossible, mais cet homme avait une vision, qu’il pouvait le faire. Aussi souscrivit-il Ă  la soumission. Il s’est rapidement mis au travail. Il s’est mis Ă  analyser les sols. Il est passĂ© aux tests, aux sondages des profondeurs du lit de sable mouvant. Il a testĂ© tous les Ă©crous. Il a testĂ© chaque morceau de–de bois, chaque piĂšce de mĂ©tal, chaque bĂ©ton. Tout devait ĂȘtre parfaitement testĂ©, car sa–sa grande renommĂ©e, son caractĂšre et sa capacitĂ© reposaient sur la rĂ©ussite ou non de ce pont.

22        Et si un homme de cette terre, par une vision, s’est rassurĂ© que tout a Ă©tĂ© parfaitement testĂ© avant qu’il l’installe dans un pont, Ă  cause de son caractĂšre et de sa renommĂ©e, Ă  combien plus forte raison notre BĂ©ni PĂšre cĂ©leste a testĂ© chaque Parole qui ait jamais Ă©tĂ© prononcĂ©e, ou Ă©crite dans la Bible. Il a testĂ© chaque Parole, chaque prophĂšte. «Et chaque fils qui vient Ă  Dieu doit ĂȘtre testĂ©.» Le matĂ©riau qui est utilisĂ© dans la construction de cette grande autoroute, chaque rocher, chaque matĂ©riau, doit ĂȘtre Ă©prouvĂ©, chĂątiĂ© avant d’ĂȘtre placĂ© dans le–le Corps de Christ.

            Et chaque fils qui vient Ă  Dieu doit d’abord ĂȘtre testĂ©, sans exception, chacun d’eux. Chaque prophĂšte, avant qu’il puisse Ă©crire dans cette Bible, a Ă©tĂ© testĂ© par le Saint-Esprit.

23        Juste quand il... Le constructeur du pont... Je suis dĂ©solĂ© d’avoir oubliĂ© son nom, je le savais. Il y a quelques jours, je lisais l’article, comment il avait tout fait tester. Il a recrutĂ© les meilleurs mĂ©caniciens qu’il pouvait trouver. Il a recrutĂ© les meilleurs fabricants de bĂ©ton. Il a recrutĂ© les meilleurs qu’il pouvait trouver, afin de rassembler les meilleurs qu’il avait eus.

            Oh! Mon Ăąme aimerait crier allĂ©luia Ă  Dieu, quand je pense que Dieu place dans Son Eglise les meilleurs qu’Il peut trouver. Dieu prend Ses enfants et les soumet Ă  un test acide. Puis, Il les place dans le Corps de Christ, car ils sont testĂ©s, ils croient. Ils sont passĂ©s par des Ă©preuves. Ils ont eu l’expĂ©rience. Ils sont Ses tĂ©moins, ils savent de quoi ils parlent. Non pas juste une conception intellectuelle, mais ils sont nĂ©s de nouveau du prĂ©cieux Saint-Esprit, et ils ont Ă©tĂ© testĂ©s et Ă©prouvĂ©s au fil du temps, au point que leurs Ăąmes pointent comme du silex vers le Calvaire.

24        Oui, ils sont testĂ©s au fil du temps. Ils sont tĂ©moins de Sa puissance. Et avec cela, Dieu construit un pont qui part de la terre Ă  la Gloire; un voyageur peut passer sur l’autoroute, s’asseoir sous l’arbre dans la fraĂźcheur du jour, Ă  cĂŽtĂ© du matĂ©riel testĂ© au fil du temps, ceux qui prennent Dieu au Mot. Peu importent les symptĂŽmes, les circonstances, cela ne fait pas obstacle. Dieu a du matĂ©riau testĂ© au fil du temps comme tĂ©moins, et c’est ce qu’Il place.

            Alors, ce grand constructeur de ponts, finalement, son architecte se dĂ©solidarisa de lui et lui dit, comme plusieurs critiqueurs: «Il ne tiendra pas.»

            C’est ce qu’ils ont dit de l’Eglise, qu’Elle ne se relĂšvera jamais. C’est ce qu’ils ont dit, que les jours des miracles Ă©taient passĂ©s. C’est ce qu’ils ont dit, qu’on ne pouvait plus apprĂ©cier la religion de l’ancien temps.

25        Mais, oh! quand cet homme a rassemblĂ© tous ces matĂ©riaux, il a creusĂ©; il a pris les machines Ă  vent, et il a Ă©vacuĂ© ces lits de sable mouvant. Il a continuĂ© Ă  descendre plus profondĂ©ment, plus profondĂ©ment et encore plus profondĂ©ment, Ă  des centaines de pieds sous l’eau, jusqu’à Ă©vacuer ce sable mouvant, jusqu’à ancrer son bĂ©ton au rocher, au fond de la mer. Oh! Il y avait un prix; oui. Et tout ce qui vaut d’ĂȘtre acquis a du prix. Combien ce salut est grand! Que le prix en est grand!

            Mais, finalement, il est descendu en dessous du sable mouvant. Et Dieu a pris les chrĂ©tiens, Il les a Ă©prouvĂ©s, Il les a encore Ă©prouvĂ©s, Il a eu Ă  les nettoyer, les nettoyer, et encore les nettoyer, jusqu’à ce que finalement, un de ces jours, Il atteindra le rocher solide. Un homme prendra cette expĂ©rience molle qui consiste Ă  serrer la main, Ă  adhĂ©rer Ă  l’église et Ă  ĂȘtre aspergĂ© Ă  quelques reprises, ou baptisĂ©, ou quelque chose de ce genre. Et il Ă©vacue tout le sable mouvant jusqu’à s’ancrer au Rocher, JĂ©sus-Christ. Tous les dĂ©mons dans les lieux des tourments ne peuvent pas l’ébranler.

26        Ce constructeur de ponts savait ce qu’il faisait. Et, finalement, quand c’était tout achevĂ©, quelques-uns d’entre eux ont dit: «Ça ne tiendra pas. Ce sera dangereux pour quoi que ce soit de le traverser.»

            Il a pris pratiquement une poignĂ©e de machinistes (et cela comportait des voies ferrĂ©es) et, ce jour-lĂ , quand ils passaient de Sydney sud vers Sydney nord en traversant le pont, il a placĂ© environ huit gros trains cargos bien chargĂ©s. Et il a mis le maire de la ville dans une voiture; il a pris la tĂȘte de file, il est passĂ©, arborant le drapeau. Et alors que la grande armĂ©e et les gros... les huit gros engins Ă  vapeur bien chargĂ©s traversaient ce pont, avec le constructeur en tĂȘte de peloton, cela n’a mĂȘme point bougĂ©.

27        Et JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, qui est l’Architecte de l’Eglise, est venu sur cette terre et a posĂ© la fondation. Quand Il a rencontrĂ© le diable, Il a Ă©tĂ© testĂ© par la Parole de Dieu, et Il a dit: «Il est Ă©crit: L’homme ne vivra pas de pain seulement.» Quand il L’a amenĂ© au sommet du temple, Il a dit: «Il est Ă©crit.» Voyez-vous le genre de matĂ©riau qu’Il plaçait dans Son Eglise? Il L’a amenĂ© Ă  la montagne et Lui a montrĂ© tous les grands programmes qu’Il pouvait avoir. Il a dit: «Il est Ă©crit.»

            Toute la Parole de Dieu a Ă©tĂ© testĂ©e au fil du temps. Et Il est le Grand Capitaine qui marche au-devant de nous, avec Sa propre tunique ensanglantĂ©e flottant au vent. Mais aux rachetĂ©s acquis par le Sang de JĂ©sus-Christ, Il a acquis une Eglise, par le Saint-Esprit qui a testĂ© chaque Ă©crou ainsi que toute personne qui soit jamais ancrĂ©e dans cette grande Eglise du Dieu vivant. C’est du matĂ©riau testĂ© au fil du temps, c’est ça qui le fait.

28        Et pendant qu’Il avance, la grande structure Le suit, en tant qu’Eglise du Dieu vivant, nĂ©e de nouveau; elle n’est pas Ă©branlĂ©e, car nous avons reçu un Royaume inĂ©branlable. Cela s’est directement ancrĂ© au Rocher solide qui est JĂ©sus-Christ, comme elle est...?... Puis, comme Il marche devant nous avec Sa propre tunique ensanglantĂ©e, frayant la voie, c’est un signe de la rĂ©demption.

            Des tĂ©moins! «Vous serez Mes tĂ©moins et Ă  JĂ©rusalem, et en JudĂ©e, et en Samarie.» Son Eglise se tient lĂ  comme Son tĂ©moin. Eh bien, ce matin, j’aimerais dire ceci et vous laisser avec. Nous sommes Ses tĂ©moins aprĂšs qu’on a reçu le Saint-Esprit. En effet, vous ne pouvez tĂ©moigner que d’une seule chose, c’est ce que vous savez ĂȘtre la vĂ©ritĂ©.

29        Cet homme-lĂ  pouvait tĂ©moigner, aprĂšs avoir Ă©vacuĂ© tout le sable et avoir trouvĂ© le rocher solide... Sur la surface de la terre, il Ă©tait tĂ©moin que cela tiendrait bon. Il avait placĂ© les appareils de dĂ©tection et les machines sur ces grosses piĂšces de matĂ©riaux et il a testĂ© chacune d’elles. Il Ă©tait tĂ©moin de ce que cela tiendrait bon, car il les avait vus tourner Ă  plein rĂ©gime et tenir bon.

            Et nous qui sommes nĂ©s de nouveau du Saint-Esprit, qui sommes remplis de la puissance de Dieu, cette foi dans la Vie Eternelle, ou le Dieu Eternel qui habite en nous, nous sommes tĂ©moins de Sa bontĂ©, de Sa Parole ainsi que de Sa puissance. Ce n’est plus quelque chose que l’on suppose. C’est plutĂŽt ce qu’on sait ĂȘtre vrai, par expĂ©rience.

30        NoĂ©, en construisant l’arche, rendait tĂ©moignage au monde injuste qu’il existait un Dieu juste. MĂȘme si cela paraissait insensĂ© pendant la construction, mais il a Ă©tĂ© prouvĂ© que c’était l’unique bateau qui avait pu voguer jusqu’à la fin de la tempĂȘte. Et tandis qu’on le construisait, c’était... Il a condamnĂ© le monde injuste et a justifiĂ© ceux qui y croyaient

            Combien Dieu, des fois, fait des choses ridicules aux yeux de l’homme! Vous ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  arrĂȘtĂ© pour penser au genre de bois que NoĂ© utilisa pour construire ce bateau? C’était construit en bois de Sittim. Et c’est le bois le plus tendre qui puisse ĂȘtre trouvĂ©.

            C’est comme le sapin. C’est juste comme... Eh bien, si vous le plongiez lĂ  dans le lac, il s’enfoncerait dans cinq minutes. C’est ainsi avec le sapin, ou plutĂŽt le bois de sittim; il est percĂ© de trous. Et n’est-ce pas une chose Ă©trange qu’une arche qui devait endurer l’épreuve de la grande destruction antĂ©diluvienne ait Ă©tĂ© construite en bois tendre?

31        Eh bien, cela Ă©tait flexible. Et des fois, quand nous devenons trop raides et Ă©tablis dans nos voies, Dieu ne peut nous utiliser Ă  rien. Mais voici la raison pour laquelle Il a fait cela. Aviez-vous remarquĂ©, aprĂšs qu’il eut pris cela, il a donc bouilli un peu de bitume, ou de la rĂ©sine issue d’autres arbres.

            Or, qu’est-ce que cela signifie? Quand il a montĂ© l’arche, elle Ă©tait construite en ce bois trĂšs lĂ©ger et tendre. On pouvait la soulever trĂšs facilement. C’est si lĂ©ger et flexible. Et puis, il a coupĂ© un autre arbre, c’était un pin. On l’a battu, suivant leur procĂ©dĂ© habituel de l’époque, pour extraire cela, on battait cela, on battait cela, jusqu’à en extraire de la rĂ©sine. Et puis, on prenait cette rĂ©sine et on la dĂ©versait dans du bois lĂ©ger et les petits trous qui s’y trouvaient se remplissaient de rĂ©sine, recouvrant le bois, le rendant plus dur que l’étain.

32        Et Dieu prend son Eglise, ceux qui se sont vidĂ©s eux-mĂȘmes et qui sont juste flexibles entre les mains de Dieu. Dieu a coupĂ© Son propre Fils, Il a pris Sa Vie par des coups et des meurtrissures et L’a dĂ©versĂ©e dans le croyant; et celui-ci est chĂątiĂ©, prĂȘt pour le jugement.

            C’est la seule chose qui endurera le jugement. Elle est passĂ©e droit au-dessus des jugements. En effet, elle a traversĂ© droit le... L’eau Ă©tait le jugement, et elle a traversĂ© les jugements. C’était un tĂ©moignage que Dieu savait ce qu’Il faisait. NoĂ© a suivi la Parole de Dieu. Tant de choses pourraient ĂȘtre dites.

            Eh bien, Daniel Ă©tait tĂ©moin qu’il y avait un ange dans le Ciel, ou un Dieu dans le Ciel, qui connaissait les secrets du coeur, car Il avait envoyĂ© Ses anges et ils avaient dĂ©livrĂ© Daniel. Plusieurs autres Ă©taient tĂ©moins.

33        Quand JĂ©sus mourait sur la croix, les cieux rendirent tĂ©moignage. VoilĂ  le matĂ©riau. C’est cela la chose. Si vous remarquez bien, toute la crĂ©ation en a rendu tĂ©moignage.

            En plein milieu du jour, comme Dieu avait prophĂ©tisĂ© bien avant et que le sabbat touchait Ă  son terme, il avait dit qu’un temps arriverait oĂč le soleil se coucherait au milieu du jour. Et de la sixiĂšme Ă  la neuviĂšme heure, il y eut des tĂ©nĂšbres. Qu’était-ce?

            Le soleil... Les tĂ©nĂšbres, cela ne veut pas dire qu’il y avait un peu de lumiĂšre. L’obscuritĂ©, ce sont des tĂ©nĂšbres complĂštes, absolument, noires comme les tĂ©nĂšbres de l’Egypte qu’on pouvait palper, sans un rayon de lumiĂšre.

            Et le soleil a rendu tĂ©moignage. Le voilĂ , c’est Lui le matĂ©riau que Dieu va utiliser dans la construction de Son Eglise. La lune et les Ă©toiles rendirent tĂ©moignage. Quand Il mourait, les cieux rendirent tĂ©moignage; la terre vomit, les rochers se fendirent; la terre rendit tĂ©moignage. Et les saints qui dormaient sous terre, dans la poussiĂšre de la terre, se levĂšrent et rendirent tĂ©moignage.

34        Les gens Ă  la PentecĂŽte, alors qu’ils se moquaient, Pierre se prĂ©senta et rendit tĂ©moignage. Mais une portion de cette mĂȘme LumiĂšre, qui avait Ă©tĂ© tirĂ©e de Lui Ă  force de Le battre au Calvaire, a Ă©tĂ© dĂ©versĂ©e en Pierre sous forme du Saint-Esprit. Et il se prĂ©senta lĂ  comme tĂ©moin, la Parole de Dieu. Et il rendit tĂ©moignage avec le passage des Ecritures qui disait: «Hommes Juifs, et vous tous qui sĂ©journez Ă  JĂ©rusalem, sachez ceci, et prĂȘtez l’oreille Ă  mes paroles! Car ces gens-ci ne sont pas ivres comme vous le supposez, mais c’est ici ce qui a Ă©tĂ© dit par le prophĂšte JoĂ«l: ‘Dans les derniers jours, Je rĂ©pandrai de Mon Esprit sur toute chair.» Il Ă©tait tĂ©moin.

            Maintenant, nous arrivons en ces derniers et mauvais jours, oĂč il va avoir des tĂ©moins. Il doit avoir des tĂ©moins. Dieu vit, la Parole de Dieu est Ă©ternelle. Eh bien, revenons Ă  notre passage des Ecritures.

35        JĂ©sus descendait de la montagne, affamĂ©, et Il a regardĂ© dans un arbre, et il n’y avait pas de fruit. Peut-ĂȘtre qu’Il n’a pas Ă©levĂ© Sa voix. Il ne s’est point prĂ©sentĂ© pour dire: «Maintenant, messieurs, tenez-vous de cĂŽtĂ©, J’aimerais vous montrer Ma puissance.» Il a dit: «Eh bien, J’ai la puissance de faire faire Ă  cet arbre ceci et cela.» Il n’a point dit cela. Il s’est simplement approchĂ© de l’arbre, Il n’y a rien trouvĂ©. Alors, Il a dit: «Que personne ne mange de toi.» Et Il s’est Ă©loignĂ©.

            Pierre a entendu cela. Et le lendemain, quand il passait, oh! l’arbre Ă©tait toujours lĂ , mais il avait dĂ©pĂ©ri. Alors, il a fait un commentaire lĂ -dessus, sur le dessĂ©chement rapide de l’arbre depuis ses racines.

36        JĂ©sus a dit: «Non...» Et, regardez, ce n’était pas la faute de l’arbre. Ce n’était pas encore la saison des figues. Mais Il a fait cela afin de se magnifier, se confirmer, pour... Il Ă©tait le Messie, et c’était lĂ  l’un des tĂ©moignages qu’Il Ă©tait bien le Messie. C’était lĂ  un sceau de Son statut de Messie. Le dernier sceau Ă©tait Sa rĂ©surrection et Son ascension. C’était le dernier sceau de Son statut de Messie. Ce qu’Il faisait prouvait ce qu’Il Ă©tait.

            Or, il n’est jamais allĂ© çà et lĂ , disant: «Vous tous, arbres, mourez.» Il l’a fait seulement lĂ , afin que les disciples, qui allaient Ă©crire cette Ecriture plus tard, sachent qu’Il Ă©tait le Messie. Voyez?

37        Eh bien, alors, quand Pierre a fait cette remarque: «Regarde combien l’arbre s’est rapidement dessĂ©ché», alors, Il leur a dit: «Si tu dis Ă  cette montagne: Ôte-toi de lĂ  et jette-toi dans la mer; et si tu ne doutes pas, mais crois que ce que tu dis arrive, tu le verras s’accomplir.»

            Maintenant, Ă©coutez. Ça fait partie du matĂ©riau dans cette grande Ă©conomie de Dieu, ce grand bateau dans lequel nous nous trouvons, le vieux bateau de Sion, dans le Corps de Christ.

            Maintenant, allons au tĂ©moignage. Ça a eu lieu il y a quelque temps. J’observais ceci. Et maintenant, Ă©coutez attentivement donc pour un petit enseignement.

            Il est arrivĂ© des moments dans la vie oĂč tout... Quand je considĂšre la souffrance et que je vois ceux qui sont affligĂ©s et tourmentĂ©s par les puissances dĂ©moniaques, mon coeur ne fait que saigner pour eux. Et pourtant, je leur ai demandĂ© de me tĂ©lĂ©phoner, et les... dans les rĂ©unions, avec cris, ces va-et-vient, l’attraction et la traction, alors, c’est si difficile de dire non Ă  ces gens. Franchement, je n’arrive pas Ă  le faire; quelqu’un d’autre le dit pour moi. Je n’arrive pas Ă  les atteindre. Combien mon coeur ne fait que saigner pour eux!

38        Jour aprĂšs jour, cela me torture. Et des fois, je me demande, et je... Puis, je me console en me rĂ©fĂ©rant aux Ecritures, je Le vois traverser cet endroit appelĂ© BethsaĂŻda, Il a vu tous ces estropiĂ©s et affligĂ©s, et Il est allĂ© vers un seul homme couchĂ© sur un grabat et Il l’a guĂ©ri. Celui-ci Ă©tait couchĂ© sur un grabat. Et Il s’en est allĂ©, laissant les autres.

            Mais toutefois, au fond de mon coeur, cela me fait... cela n’îte pas ce qui brĂ»le. Oh! Combien je souhaiterais que quelque chose arrive!

            Puis, j’ai remarquĂ©, lĂ  Ă  Portland, dans l’Oregon, quand ce fou furieux a couru Ă  l’estrade ce soir-lĂ  pour me tuer. Je me souviens que quelque chose Ă©tait arrivĂ© lĂ ; ce n’était pas du tout de l’intellect. Intellectuellement, j’aurais fui comme les autres prĂ©dicateurs l’avaient fait, mais je n’ai pas fui. Quelque chose Ă©tait lĂ . Dieu s’apprĂȘtait Ă  dĂ©montrer Sa puissance.

            Une fois, Il a dit: «Tenez-vous tranquille, et sachez que Je suis Dieu.»

39        Si seulement l’église se tenait tranquille assez longtemps! Que Dieu fasse une petite chose, ils deviennent tout excitĂ©s et vont çà et lĂ  faire cela (Voyez?); ils sortent de la volontĂ© de Dieu. Tenez-vous tranquille.

            Une fois, Il allait montrer Sa puissance Ă  la mer Rouge. Il a dit: «Mer Rouge, tiens-toi tranquille.» Et Il a fait marcher Ses enfants au pas, droit au travers de cela. Et s’ils s’étaient retournĂ©s et avaient dit: «Accorde-nous de refaire cela, Seigneur», ça ne serait pas arrivĂ©. Certainement pas.

40        Une fois, Il eut besoin d’un peu de temps pour terminer une bataille. Dieu a tout simplement arrĂȘtĂ© le soleil, lĂ -haut, pour voir ce qu’Il allait faire. Oui. «Eh bien, soleil, arrĂȘte-toi simplement lĂ -haut quelques instants. Je m’en vais te montrer quelque chose.»

            Eh bien, et si JosuĂ© avait dit le lendemain: «Soleil, arrĂȘte-toi»? Il ne se serait pas arrĂȘtĂ©. Dieu Ă©tait sur le point de faire quelque chose. Il allait tĂ©moigner de Sa puissance. Sa Parole est toute puissante, et Il En a rendu tĂ©moignage.

            Une fois, il y avait un aveugle qui venait de JĂ©richo. Et comme JĂ©sus passait par-lĂ , l’aveugle s’est Ă©criĂ©: «Aie pitiĂ© de moi.»

            Et la Bible dit: «JĂ©sus s’arrĂȘta.» Il a dit: «Amenez-le ici.» Oh! la la! Christ s’est arrĂȘtĂ©, car Dieu allait L’utiliser pour montrer Sa puissance.

            Il pouvait y avoir une autre centaine d’aveugles sur la route; je n’en sais rien. Peut-ĂȘtre que le sacrificateur disait: «Venez ici une minute! Qui es-Tu, Toi qui ressuscites les morts? Ressuscite... Nous en avons un cimetiĂšre tout plein par ici. Nous avons appris que Tu as ressuscitĂ© Lazare.» Mais Dieu confirmait Son statut de Messie; c’est ce qu’Il faisait. Certainement.

41        Eh bien, je me suis souvent demandĂ© ce qui se passe. Mais les hommes en arrivent Ă  vivre si prĂšs de la PrĂ©sence de Dieu. Ce n’est pas par votre choix, c’est par l’élection de Dieu que vous vivez Ă  ce niveau oĂč vos propres facultĂ©s intellectuelles n’ont plus rien Ă  avoir avec cela.

            LĂ , en Afrique du Sud, une bande de sorciers m’avait dĂ©fiĂ©. Et je me tenais lĂ , seul parmi cette douzaine ou plus, et ils cherchaient Ă  me jeter de mauvais sorts. Mais Dieu a tout simplement fait qu’ils se tiennent tranquilles et qu’ils contemplent la gloire de Dieu, rendant la vue aux aveugles et rĂ©confortant les affligĂ©s.

            LĂ  Ă  Karlsruhe, en Allemagne, un aprĂšs-midi, alors que des spirites Ă©taient sortis pour... Ils voulaient me faire des histoires Ă  l’hĂŽtel. Le responsable ne leur a pas permis d’entrer. Ils ont dit: «Nous allons jeter un mauvais sort sur cette rĂ©union-lĂ  cet aprĂšs-midi et personne ne viendra...» Non. Il ont dit: «Nous ferons capoter cela par une tempĂȘte.» Et le ciel Ă©tait beau et clair.

42        Mais quand nous sommes arrivĂ©s lĂ -bas, et l’on venait juste de commencer Ă  chanter, une grande et puissante tempĂȘte a Ă©clatĂ©. Ils Ă©taient environ vingt d’un cĂŽtĂ© et vingt de l’autre de moi. Et eux tous faisaient des enchantements, ils coupaient leurs plumes avec des ciseaux, faisaient des rites comme cela pour jeter le mauvais sort. Et soudain, la grande tente contenant trente mille personnes s’est mise Ă  trembler, Ă  se secouer, et les vents soufflaient. Et je prĂȘchais; alors, Quelque Chose a dit: «Tiens-toi tranquille.»

            AllĂ©luia! Je ne dis pas: «Excusez-moi.» Cela veut dire: «Gloire Ă  notre Dieu.»

            Et Dieu a fait que cette tempĂȘte s’arrĂȘte, qu’elle recule, pour qu’on voie les louanges de Dieu lĂ  oĂč environ quarante mille Ăąmes entraient dans le Royaume de Dieu jour et nuit Ă  partir de cela. «Tiens-toi tranquille.» C’est vrai. Il rend tĂ©moignage.

43        LĂ  en SuĂšde, ou en Suisse, eh bien, ils sont ici. J’ai dit lĂ  en Finlande, un jour, un petit garçon mort gisait sur le cĂŽtĂ© de la route, une automobile lui avait roulĂ© dessus et avait dĂ©chiquetĂ© son petit corps. Il Ă©tait si brisĂ© que son pied perçait ses bas. Une voiture lui avait roulĂ© dessus et l’avait roulĂ© comme un lambeau, comme ça; il l’avait projetĂ© loin en l’air et l’avait jetĂ© de l’autre cĂŽtĂ© de la route. Il avait les yeux ressortis, la bouche ouverte, la langue ressortie et pendante, et il saignait des oreilles.

            Mais deux ans plutĂŽt, Dieu avait montrĂ© cela en vision. Et je me suis approchĂ©, en toute stupiditĂ©, j’ai regardĂ© l’enfant et je me suis Ă©loignĂ© en pleurant. Et le Seigneur, ou Quelqu’Un de surnaturel, a mis Ses mains sur mes Ă©paules. Il a dit: «N’est-ce pas lĂ  le garçon que Je t’avais montrĂ©?» Oh! Quelle impression!

            Le maire de la ville Ă©tait lĂ , le chef, comme on l’appelle, et plusieurs se tenaient lĂ . Et Dieu les a fait se tenir tranquilles afin qu’Il puisse montrer Sa grande puissance en ressuscitant les morts, les ramenant de nouveau Ă  la vie «Tenez-vous tranquille.» Croyez Dieu et soyez un tĂ©moin. Sa Parole est Ă©ternelle.

44        Il y a de cela quelques jours, quand nous Ă©tions ... Juste pour voir comment Dieu fait des choses de façon si simple, et nous nous agitons tellement que nous cherchons de grandes choses... Soyez satisfait de petites choses. Observez-Le quand Il accomplit Ses glorieuses oeuvres, comment Il vous protĂšge. Ne regardez pas quelque chose par le dessus, regardez-le ici par le bas.

            Remarquez, je me suis mis Ă  penser Ă  ceci, qu’il est possible que quand un homme, comme les apĂŽtres, quand vous arrivez Ă  vivre plus prĂšs de Dieu et que Dieu, par Sa grĂące, opĂšre par vous, plus vous avez de Dieu, plus vous devenez pieux. Plus la Vie Eternelle entre, plus elle fait sortir de vous l’intellectualisme. Or, je n’ai pas l’intention d’ĂȘtre fanatique. Je veux ĂȘtre un croyant vraiment sain et normal (Voyez?), sans un tas d’ismes, mais un vrai croyant, trĂšs solide et intelligent.

45        Et maintenant, observez. J’ai vu cela marcher. Et de penser que si l’on entre en contact avec Dieu, il arrivera que ce ne sera plus votre voix. Ce ne sera plus votre pensĂ©e. Cela devient la PensĂ©e de Dieu et la Voix de Dieu. Vous ĂȘtes juste un cep, ou plutĂŽt juste un sarment. Il est le Cep. Et si c’est Son Esprit qui entre et donne la vie, tant que vous pouvez vous mettre hors du chemin, Il va remplir cela. Et alors, vous pouvez devenir un tĂ©moin, juste comme l’arche de NoĂ© Ă©tait un tĂ©moignage, de mĂȘme que JĂ©sus Ă©tait un TĂ©moin de Dieu.

            Il est devenu si plein de Dieu que Dieu et Lui Ă©taient Un. «Dieu habitait en Christ, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme», la mĂȘme manifestation.

46        L’oeuvre d’un homme manifeste son caractĂšre. Christ Ă©tait l’oeuvre de Dieu. Et Christ a manifestĂ© le caractĂšre de Dieu, Sa compassion pour les malades, Son dĂ©sir de sauver des Ăąmes, au point qu’il a mĂȘme donnĂ© Sa propre vie. L’oeuvre de Dieu... le caractĂšre de Dieu a Ă©tĂ© manifestĂ© en Christ.

            Et si seulement vous pouvez vous vider de vos pensĂ©es intellectuelles, et donner libre cours Ă  Dieu, Il peut manifester Son caractĂšre par votre abandon. Videz-vous complĂštement. Faites sortir le monde, ĂŽtez les doutes du chemin.

            Si vous venez Ă  l’autel pour que l’on prie pour vous et que vous dites: «Je vais y aller voir si je serai guĂ©ri», Dieu ne peut jamais manifester Ses oeuvres; vous devez mettre vos propres pensĂ©es hors du chemin et Le laisser vous remplir.

            Maintenant, la façon dont je vois ces choses... Comme ce vieux taureau lĂ -haut qui allait me tuer cette fois-lĂ , comme les guĂȘpes lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de la clĂŽture, comme beaucoup d’autres choses qui arrivent; l’ours dans les bois; c’est une Ă©tude de la nature. C’est quelque chose qui arrive.

47        Voici ce que je dis. Maintenant, permettez cela comme une expĂ©rience personnelle, mais je veux vous la raconter, car on est au temps moderne. Quelqu’un a dit: «Oh! Eh bien, ces choses arrivaient dans le passĂ©, du temps des prophĂštes, aux jours...» Eh bien, Dieu montrait des exemples.

            Mais saviez-vous qu’aujourd’hui Dieu est en train de bĂątir une Eglise? Vous dites: «Eh bien, eux avaient des prophĂštes, qui devaient proclamer la Parole de Dieu.» Mais Il a une Eglise de Dieu aujourd’hui.

            Remarquez, il y a quelque chose qui se passe; je souhaiterais que cela se passe tout le temps. Plaise Ă  Dieu que cela soit constant, mais ce n’est pas le cas. Cela arrive Ă  Sa volontĂ©.

            Bien. Il y a quelques jours, ou environ deux ou trois semaines passĂ©es, je priais pour des gens souffrant de la leucĂ©mie. Je priais avec des gens qui attendaient des visions, des malades et ceux qui souffraient. Pour beaucoup, j’ai continuĂ© Ă  attendre pendant des annĂ©es, par exemple, la petite Edith Wright, estropiĂ©e. Je me souviens quand son papa Ă©tait couchĂ©, mourant, et Dieu a montrĂ© une vision pour son pĂšre, laissant Edith couchĂ©e lĂ .

48        Il y a une petite femme, je–je suppose qu’elle est encore ici, Madame Geiger, de Fort Wayne, une petite mĂšre Ă  l’air pitoyable, une jeune femme. Elle a donnĂ© naissance Ă  un enfant, et l’enfant Ă©tait trop gros; elle, trop petite, cela lui a causĂ© un cancer. Et Dieu a guĂ©ri le cancer. Et maintenant, elle a presque une dĂ©pression mentale due Ă  la nervositĂ©. Elle est dans la mĂ©nopause. Et la pauvre petite crĂ©ature, avec un mari trĂšs loyal, et le petit compagnon est allĂ© partout, priant, cherchant et pleurant. Et moi, je priais pour tout ça. Et savez-vous ce qui est arrivĂ©?

            FrĂšre Wood, lĂ  derriĂšre, son papa est venu, un tĂ©moin de JĂ©hovah. FrĂšre Wood fut tĂ©moin de JĂ©hovah. Dieu a rendu tĂ©moignage et s’est manifestĂ© Ă  lui en guĂ©rissant son garçon estropiĂ©, David. Puis, son frĂšre est venu. Et son frĂšre menait une vie immorale. Et lĂ , le Saint-Esprit en revanche l’a rĂ©primandĂ©. J’ai vu la femme avec laquelle il courait. Et il a abandonnĂ© sa vie et a laissĂ© sortir de lui chaque dĂ©mon ce jour-lĂ . Et il parcourt les rues maintenant, faisant tout ce qu’il peut pour servir Dieu, tĂ©moignant aux membres de sa famille.

49        Puis, son pauvre vieux papa, honnĂȘte au possible, dans toutes ses transactions de fermier et tout... Et quand son papa est venu, il voulait que j’aille Ă  la pĂȘche avec lui. Et nous sommes descendus le... au lac.

            En route vers lĂ , une vision est apparue ce matin-lĂ . Et Il a dit: «Chaque point d’eau que vous traverserez et chaque ruisseau, ce sera boueux; la pĂȘche ne sera pas possible. Mais quand vous arriverez lĂ  au Wolf Creek, au Dale Hollow, a-t-Il dit, ce sera bleu et beau. Et tu n’as jamais attrapĂ© un poisson-chat dans ces eaux-lĂ , mais tu vas en attraper tout un filet.» Et Il a dit: «Eux vont en attraper un ou deux tout petits. Et puis, tu vas attraper un gros poisson Ă  Ă©cailles, ce sera l’espĂšce la plus grosse.» Je me suis retournĂ© et leur en ai parlĂ©. J’observais les yeux du vieil homme, alors qu’il regardait en direction de ses garçons.

50        Quand nous sommes arrivĂ©s lĂ  et que nous sommes entrĂ©s dans l’eau, chaque point d’eau qui coulait Ă©tait boueux. Quand nous sommes arrivĂ©s lĂ , c’était d’un bleu Ă  vous faire mal aux yeux, presque. Et nous avons pĂȘchĂ©, nous n’arrivions pas Ă  attraper une perche, ni un poisson-lune ni rien. Et soudain, je me suis mis Ă  attraper des poissons-chats et j’en ai attrapĂ© tout un filet. Et quelques-uns d’entre eux pesaient cinq livres [23 kg] la piĂšce, et des fois deux sur une ligne. Nous avons pĂ©chĂ© et avons attrapĂ© tout un filet de poissons.

            Et le lendemain matin, j’y suis retournĂ© pĂȘcher. J’ai attrapĂ© un gros poisson aux ouĂŻes bleues, ou–ou ce que nous appelons poisson-soleil au ventre rouge, le plus gros que j’aie jamais vu.

            Puis, quand cet homme est venu vers moi, j’ai dit: «Bon, monsieur, la Bible dĂ©clare: ‘S’il y a parmi vous quelqu’un de spirituel, ou un prophĂšte, et si ce qu’il a dit arrive, alors Ă©coutez-le. Si cela n’arrive pas...’» Et j’ai pris quatre prophĂ©ties remarquables des tĂ©moins de JĂ©hovah et je lui ai dĂ©montrĂ© qu’aucune d’elles ne s’est accomplie. Chacune d’elles a Ă©chouĂ©. J’ai dit: «Maintenant, qu’en est-il du poisson?»

51        Et Dieu a montrĂ© cette vision-lĂ  pour changer cet homme, lui faire faire demi-tour, rien que pour ce seul homme, alors qu’il y en avait des milliers couchĂ©s, souffrant. C’est la souverainetĂ© du Dieu Tout-Puissant, pour vous faire savoir qu’Il manifeste Ses oeuvres par ce qu’Il fait. Son caractĂšre aussi.

            Regardez Ă  la piscine de BethsaĂŻda; vous dites: «Cela ne ressemble pas Ă  Dieu, faire pareille chose.» Regardez des estropiĂ©s, des impotents, des boiteux, des aveugles, des paralytiques, qui attendaient. Et voici venir JĂ©sus, passant par lĂ , les vĂȘtements pleins de vertu; Il s’est dirigĂ© vers un homme, et Il est allĂ© vers un homme qui pouvait marcher, qui pouvait faire tout ce qu’il voulait, mais qui souffrait d’une espĂšce de maladie chronique. Et Il l’a guĂ©ri, laissant les autres lĂ . Voyez, Son caractĂšre, Il voulait montrer Sa puissance. Il voulait faire quelque chose, oui... Le monde se tient tranquille pour voir cela.

52        Maintenant, remarquez, avant hier, quand nous sommes revenus... Je suis revenu de la rĂ©union d’Indianapolis et je m’étais dit que je devais m’éloigner un peu de gens jusqu’à ce que je me sois suffisamment reposĂ©, car j’en recevais vingt ou trente par jour, aux entretiens privĂ©s, et il y avait ces visions. J’étais pratiquement mort Ă  mon arrivĂ©e Ă  la maison. Personne ne sait ce que j’endure avec cela. Personne. Il n’y a aucun moyen d’expliquer cela.

            Mais alors, frĂšre Wood, son frĂšre et moi, nous sommes vite allĂ©s Ă  un endroit pĂȘcher encore pendant un jour et une nuit. Et cet aprĂšs-midi-lĂ , frĂšre Wood Ă©tait assis lĂ  derriĂšre, il s’est mis Ă  parler d’une vieille femme qui, par le passĂ©, Ă©tait membre de l’Eglise de Dieu d’Anderson, par ici, quand ils Ă©taient en pleine floraison. Combien c’était merveilleux! Il racontait comment elle recevait ces petits garçons tĂ©moins de JĂ©hovah et leur tĂ©moignait son amour.

53        Et frĂšre Wood a dit Ă  son frĂšre Lyle, il a dit: «Lyle, ne serait-ce pas merveilleux aujourd’hui si nous allions trouver cette vieille soeur pour lui faire savoir que nous sommes sauvĂ©s?»

            Or, cette parole a plu Ă  Dieu. AprĂšs qu’il eut parlĂ© de Dieu pendant longtemps, mais cette parole a plu. Ces deux garçons tĂ©moins de JĂ©hovah, tous deux des hommes ĂągĂ©s, ils voulaient retrouver une vieille femme et lui dire qu’ils Ă©taient sauvĂ©s, deux frĂšres. Quand ils ont dit cela, l’Esprit de Dieu, dans Sa souverainetĂ©, est descendu sur moi, pendant que j’étais assis dans ce canot. Oh! Comme j’aurais souhaitĂ© avoir une voix d’une espĂšce quelconque afin de pouvoir faire pĂ©nĂ©trer cela dans les coeurs des gens.

54        Je n’arrivais plus Ă  me contrĂŽler, pas plus que vous ne pourriez vous envoler vers la lune, juste par cette parole-lĂ . Et j’ai dit: «Mes gars, quelque chose est sur le point d’arriver. Il y a une espĂšce de petit animal qui va ĂȘtre ramenĂ© Ă  la vie. Cela va avoir un rapport avec ça et vous verrez cela d’ici peu.»

            Et je me suis dit: «Eh bien, qu’ai-je dit?»

            Et je me suis mis Ă  penser Ă  certaines choses. Qu’est-ce qui m’a fait dire cela? Il n’y avait pas de vision, c’était simplement quelque chose qui avait parlĂ©. Qu’était-ce? Ce n’était pas mes facultĂ©s intellectuelles. Je ne pouvais mĂȘme pas penser Ă  une telle chose. C’était en bas, en dessous de cela. C’était dans le coeur que Dieu Ă©tait entrĂ©. C’est Lui qui parlait. Ce n’était pas moi, je ne pensais mĂȘme pas Ă  une chose pareille. Et Cela a parlĂ©.

55        Je pense que c’est lĂ  que JĂ©sus a dit: «Si tu crois dans ton coeur et que tu dis Ă  cet arbre, ou Ă  cette montagne, et qu’ensuite tu ne doutes pas, mais crois que ce que tu dis arrive, tu le verras s’accomplir.» C’est lĂ  mon sujet. Atteindre ce point, oĂč c’est quelque chose qui n’est pas vous-mĂȘme. C’est quelque chose, au-delĂ  de vos raisonnements, qui dit cela.

            Nous avons continuĂ©. Pour terminer, je dis ceci, frĂšre Wood et les autres sont assis ici comme tĂ©moins. Le lendemain matin... Ce soir-lĂ , nous sommes allĂ©s, et le Seigneur nous avait donnĂ© une glorieuse soirĂ©e de pĂȘche. Personne n’avait attrapĂ© des poissons, nous en avons attrapĂ©s trois lĂ , juste en quelques instants. Et les trois pesaient environ vingt livres [9,06 kg]. Et nous avons simplement eu de grands filets de poissons.

56        Le lendemain matin, nous sommes retournĂ©s, nous replacions les appĂąts sur la ligne, et nous n’avions pas un seul poisson. C’était terminĂ©. J’ai dit: «Entrons dans cette petite gorge et reposons-nous un peu, frĂšres. Puis, nous pĂȘcherons les poissons aux ouĂŻes bleues avec une ligne volante.»

            Nous sommes rentrĂ©s lĂ -haut et nous pĂȘchions les poissons aux ouĂŻes bleues, nous sommes revenus dans la petite gorge Ă  bord de notre canot. Et, chaque fois que nous nous arrĂȘtions assez longtemps, le moteur s’arrĂȘtait... Nous ne pĂȘchions pas, nous parlions de Dieu.

            Et M. Lyle, qui est maintenant... Il est allĂ© chez sa soeur pour tenter de la faire sortir de chez les tĂ©moins de JĂ©hovah. Et elle lui a dit... elle–elle lui a dit qu’il Ă©coutait des dĂ©mons, que nous Ă©tions des dĂ©mons. Elle a dit: «Lyle, tu es mieux avisĂ© que ça», et toutes ces autres choses.

57        Alors, Lyle a attrapĂ© un petit poisson aux ouĂŻes bleues Ă  peu prĂšs comme ça, et il parlait. Alors, il a laissĂ© le petit poisson avaler le gros hameçon. Il est descendu jusque dans l’estomac du petit poisson. Et quand il l’a saisi, il n’arrivait pas Ă  dĂ©gager cela. Alors, il l’a tout simplement pressĂ© dans sa main, il l’a enroulĂ© et lui a fait sortir les entrailles. Il a dĂ» faire sortir l’hameçon par la bouche, car s’il avait rompu l’hameçon, cela aurait tuĂ©... un poisson mort, il allait mourir de toutes les façons. Et voici ce qu’il avait dit: «Tu as certainement tirĂ© ta derniĂšre cartouche, petit poisson.» Et il l’a jetĂ© dans l’eau. Et il a effectuĂ© trois ou quatre soubresauts et s’est enfoncĂ© en tournoyant dans les eaux bleues, jusqu’à atteindre le fond. Il est restĂ© Ă©tendu lĂ  un petit moment, puis il est remontĂ© Ă  la surface des eaux, il s’est agitĂ© deux ou trois fois, ses petites nageoires bien Ă©tendues comme cela, allongĂ©es sur les cĂŽtĂ©s, il Ă©tait tordu. Et pendant environ vingt minutes, nous, on pĂȘchait, il Ă©tait dĂ©jĂ  rentrĂ© en flottant dans la nature sauvage, retournant dans des ordures.

58        Et j’étais... Et quelqu’un a dit: «Ces petits poissons se tapent vraiment un repas, ils se nourrissent!»J’ai dit: «Oui, c’est vrai.»Et nous avons dit: «Oh! Dieu n’est-Il pas merveilleux...?...» FrĂšre Wood a dit: «Oh! C’est si merveilleux, FrĂšre Branham; c’est pour nous un privilĂšge d’ĂȘtre ici avec toi.» «Oh! ai-je dit, n’ayez pas de telles pensĂ©es, FrĂšre Wood. Ceci, ai-je dit, ce n’est pas une... ce n’est pas la sainte montagne, ce n’est pas le lieu saint. C’est le Dieu saint. Pas un saint homme, mais un Dieu saint.» [Espace vide sur la bande–N.D.E.]...?... Et pendant que nous parlions, Quelque Chose est venu sur moi. Cela a dit: «Je vais montrer Ma puissance maintenant.»

59        Avant que je sache de quoi je parlais, cette Ecriture m’est venue Ă  l’esprit: «Tout ce que vous dites, croyez que cela arrivera, dites-le dans votre coeur, et vous le verrez s’accomplir.»Je–je peux presque... Ça coulait de moi. Je me suis dit: «Que se passe-t-il?»

            Lyle et Banks Ă©taient assis lĂ , nous pĂȘchions. Le petit poisson mort Ă©tait Ă©tendu lĂ  pendant environ vingt minutes, tout tordu lĂ , et il est revenu en flottant jusqu’à l’endroit; ses petites entrailles lui pendaient par la bouche. Et j’ai regardĂ© ce petit poisson, et une pensĂ©e m’est venue: «Il a dit aux pĂȘcheurs: ‘Jetez vos filets de l’autre cĂŽtĂ© de la barque.’ Ils ont acceptĂ© Sa Parole.»

60        Pierre a dit: «Seigneur, nous avons pĂȘchĂ© toute la nuit sans rien attraper. NĂ©anmoins, sur Ta Parole, nous allons jeter le filet!» Et voilĂ ! «Sur Ta Parole!» Quelque Chose m’a dit: «Dieu connaĂźt le poisson. Prononce simplement la parole et observe ce qui arrive Ă  ce poisson.»

            J’ai dit: «Petit poisson, au Nom de JĂ©sus-Christ, reviens Ă  la vie.»

            Et Dieu, qui est mon Juge solennel, ces deux hommes Ă©taient lĂ , ce petit poisson s’est retournĂ© et s’est Ă©loignĂ© en nageant de toutes ses forces, il vit encore. Prononce la Parole! Le Dieu Tout-Puissant, alors que je me tiens ici devant Lui devant cette assemblĂ©e, avec cette Bible, sait que c’est la vĂ©ritĂ©.

            Alors que les gens se meurent, Dieu a cependant montrĂ© Sa puissance Ă  ces deux–deux tĂ©moins de JĂ©hovah, qu’Il est la RĂ©surrection et la Vie. Il n’y a rien de moins que ce qu’Il vous a dit. «Parle et crois que ce que tu dis arrive, tu le verras s’accomplir.»

61        Qu’était-ce? Dieu montrant Sa puissance; pas moi, juste un cep, ou plutĂŽt un sarment. Il a donnĂ© la vie au sarment au point que je ne pouvais pas m’empĂȘcher d’exprimer ces voix. Pourquoi aurais-je voulu jamais penser Ă  un petit poisson Ă©tendu lĂ  mort, alors que nous en avions dĂ©coupĂ©s lĂ  pour les utiliser comme appĂąt? Ce petit poisson pendait lĂ , gisait lĂ  mort. M. Wood et les autres sont assis ici, ils me regardent maintenant, comme tĂ©moins de cela. Et l’Esprit de Dieu est descendu dans cette vallĂ©e, au point qu’on aurait pensĂ© que l’EnlĂšvement avait lieu, tellement que M. Wood s’est Ă©criĂ©, disant: «Oh! Il fait bon ĂȘtre ici!» Il a dit: «FrĂšre Branham, nous sommes si heureux d’ĂȘtre ici!» Tout ce qu’ils pouvaient dire, c’était que j’étais leur frĂšre.

62        Et je me suis vite retournĂ©, car ils avaient vu que Dieu m’avait utilisĂ© pour prononcer la vie sur un poisson. Et maintenant, ça a l’air insensĂ©, mais c’était le mĂȘme Dieu qui avait proclamĂ© la vie Ă  cet opossum mort, gisant dans la cour. Il est l’Alpha et l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin. Il est la Vie, la RĂ©surrection. Il est la Puissance, l’Eternel, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Cela me fait savoir ceci, qu’un jour, quand la vie aura quittĂ© ce corps mortel et que je serai couchĂ© lĂ , inerte, s’Il s’est intĂ©ressĂ© Ă  un poisson, assurĂ©ment qu’Il s’intĂ©resse Ă  toi et Ă  moi qui essayons de Le servir. Et un jour glorieux, Il viendra. Pas le sarment, mais le Cep Lui-mĂȘme parlera depuis Son Quartier GĂ©nĂ©ral dans la Gloire, et ceux qui dorment en Christ ressusciteront et iront Ă  la Vie Eternelle. Quel sentiment! Personne ne pourrait l’exprimer.

63        Quand vous voyez un poisson mort, gisant sur l’eau, avec les entrailles ressorties par la bouche, par la force d’un homme aux grosses mains qui l’avait pressĂ© comme ceci, et l’a pris et l’a si violemment tordu qu’on pouvait entendre cela se dĂ©pecer, quand il arrachait les entrailles du poisson; il a jetĂ© le petit poisson dans l’eau. Celui-ci a frĂ©mi Ă  quatre ou cinq reprises, s’est agitĂ©, et c’était tout. De voir ce petit poisson, juste en un instant, quand la Parole a Ă©tĂ© prononcĂ©e, revenir subitement Ă  sa condition normale, tout aussi vivant qu’il l’a jamais Ă©tĂ©, et nager en descendant dans cette eau, de toutes ses forces, rentrant rejoindre son compagnon poisson...Il est Dieu. Il savait que ce poisson Ă©tait lĂ , tout autant qu’Il savait que cet autre-lĂ  avait une piĂšce d’argent dans la bouche, tout autant qu’Il savait que s’Il avait jetĂ©... Si ces gens qui disent...

64        Dans Saint Marc, chapitre 5, il est dit que JĂ©sus emprunta la barque de Pierre lĂ  et alla pĂȘcher. Eh bien, Il a dit: «Jetez vos filets pour pĂȘcher.» Alors, ils avaient pĂȘchĂ©... alors qu’ils savaient mĂȘme qu’ils avaient pĂȘchĂ© toute la nuit sans rien attraper, tout comme nous, nous avons fait la mĂȘme chose, nous n’avons rien attrapĂ©, mais Dieu voulait voir s’ils Le croyaient sur Parole. Alors, Il a dit: «Jetez vos filets pour pĂȘcher.» S’il n’y avait pas de poissons lĂ , le fait de prendre Dieu au Mot en placerait quelques-uns lĂ . C’est tout ce qu’il y avait. Puis, ce mĂȘme Dieu, avec Son mĂȘme caractĂšre du dĂ©but, est le mĂȘme Dieu avec le mĂȘme caractĂšre aujourd’hui. Il est le Premier, le Dernier. Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il reste toujours Dieu. Ainsi, vous qui ĂȘtes ici ce matin et pour qui on a priĂ©, permettez-moi de vous dire quelque chose. J’ai vu ces tĂ©moignages, et Dieu est tĂ©moin si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas. C’est vrai. Vous attendez de grandes choses. Vous essayez d’attendre lĂ  un trĂšs grand quelque chose, alors que cela se trouve juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. C’est vrai.

65        Le Dieu mĂȘme qui a placĂ© dans votre Ăąme cette faim de venir, pour que l’on prie pour vous, c’est exactement le mĂȘme Dieu qui a donnĂ© la vie Ă  ce poisson, le mĂȘme Dieu qui a arrĂȘtĂ© ce taureau dans le champ, le mĂȘme Dieu qui a terrassĂ© ce fou lĂ  en ma prĂ©sence, le mĂȘme Dieu qui a fait sortir Daniel de la fosse aux lions, le mĂȘme Dieu qui a dit: «Jetez vos filets de cet autre cĂŽtĂ©, et allez-y pĂȘcher.» Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Ses oeuvres sont infaillibles. Son caractĂšre est infaillible. Et Ses oeuvres montrent Son caractĂšre. Il est donc ressuscitĂ© aujourd’hui, et Il est ici au milieu de nous, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et nous sommes tĂ©moins de Son caractĂšre. Son caractĂšre m’a changĂ©.

66        Quand Il est venu vers moi autrefois, j’étais pĂ©cheur. Et maintenant, je suis sauvĂ©. Autrefois, j’étais perdu; maintenant, je suis retrouvĂ©. Autrefois, j’aimais les choses du monde; maintenant, je les dĂ©teste. Autrefois, je ne me souciais pas de Dieu; maintenant, je L’aime. Quelque chose m’est arrivĂ©. Quelque chose vous est arrivĂ©. Qu’est-ce? C’est la Parole de Dieu qui manifeste Son caractĂšre. Il nous aime. Votre bien-ĂȘtre L’intĂ©resse. Votre guĂ©rison L’intĂ©resse. Votre Ăąme L’intĂ©resse. Ne voudriez-vous pas Le laisser avoir accĂšs Ă  votre vie? Ne doutez surtout pas de Lui pour quoi que ce soit. Mettez-vous Ă  croire en Lui, et Dieu vous accordera le dĂ©sir de votre coeur, car c’est dans Sa bonne volontĂ© de le faire. Il dĂ©sire ardemment cela. Mais voilĂ  ce qu’il en est: nous devenons tout agitĂ©s. Soyez tranquille! Regardez cela et dites: «Dieu, c’est de moi qu’il s’agit. Peu importe qui prie pour moi, ce qui prie pour moi.»

67        Il ne faut pas un Oral Roberts, un Billy Graham, un William Branham, ou un A. A. Allen. Il faut Dieu. C’est vrai. Il faut que votre foi soit ancrĂ©e lĂ  en Dieu. Vous direz: «Ô Dieu, c’est la vĂ©ritĂ©.» C’est uniquement lĂ -dessus que je me tiens.» Et laissez cela continuer ici dedans jusqu’à ce que cela descende ici, de votre tĂȘte Ă  votre coeur, jusqu’à ce que–jusqu’à ce que cela devienne une rĂ©alitĂ©. Alors, cela marchera. Cela ne peut marcher que quand ça arrive au coeur. Que le Seigneur vous bĂ©nisse maintenant, alors que nous inclinons la tĂȘte. Placez votre dĂ©sir sur votre coeur. Exposez-le devant Dieu, maintenant mĂȘme. Voulez-vous le faire, alors que nous prions? Que ce soit pour le salut, que ce soit pour quoi que ce soit, exposez cela devant Dieu maintenant mĂȘme pendant que nous prions.

Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur Divin,
Ecoute-moi maintenant pendant que je prie,
Ôte toute ma culpabilitĂ©,
Ô laisse-moi dùs ce jour
Etre entiĂšrement Ă  toi!

Alors que je parcours le sombre labyrinthe de la vie, (Tenez-vous tranquilles maintenant.)
Et que les chagrins m’environnent
Sois mon guide;
Ordonne que les ténÚbres se changent en jour,
Dissipe toutes mes craintes,
Ne me laisse jamais m’égarer
Loin de Toi.

68        [FrĂšre Branham fredonne Ma foi regarde Ă  toi.–N.D.E.] Adorable Seigneur, nous pourrions dire comme ceux qui se tenaient sur la montagne ce jour-lĂ  et qui ont dit: «Il est bon que nous soyons ici. Et nous aimerions construire trois tentes, Ă©tablir des pasteurs dans chacune d’elles.» Mais la Voix a vite rĂ©pliquĂ©: «Ecoutez-Le, c’est Mon Fils.» Maintenant, que nous nous dĂ©tournions des pasteurs, des MoĂŻses et des Elies et de grands hommes de la terre, quoique nous soyons reconnaissants pour eux tous. Mais Tu nous as dit de L’écouter, Lui.

            Et Sa Parole dit ceci (Ce n’est pas la parole du pasteur, ni de l’évangĂ©liste): «Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu, et vous le verrez s’accomplir. Si vous dites Ă  cette montagne: ‘Ôte-toi de lĂ  et jette-toi dans la mer’, et si vous ne doutez pas en votre coeur, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir.» Cela ne se ferait pas nĂ©cessairement Ă  l’instant, ce n’était pas non plus instantanĂ© avec Abraham et Sarah. Mais Tu as dit: «Si vous croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s’accomplir.»

69        Maintenant, PĂšre, voici notre priĂšre. Reçois-nous maintenant mĂȘme. Prends nos coeurs entre Tes mains et Ă©treins-les trĂšs Ă©troitement avec l’amour, en en chassant toute peur et toute incrĂ©dulitĂ©, les rendant creux et vides; et puis, remplis-les immĂ©diatement de Ton Esprit, pareils au bitume et au poix qui ont Ă©tĂ© utilisĂ©s dans l’arche, pour empĂȘcher la peur et le doute de jamais revenir Ă  nos coeurs. Et faites de nous Ton ouvrage, afin que, par nous, Tu manifestes Ton caractĂšre au monde, comme des EpĂźtres Ă©crites et lues de tous les hommes. Que tout celui qui Ă©tait... qui a Ă©tĂ© oint (C’est ce que Tu nous as ordonnĂ© de faire), qu’il soit guĂ©ri, aujourd’hui, toute personne, du simple mal de dents Ă  l’aveugle, l’affligĂ© ou quoi que ce soit. Que cette foi s’ancre maintenant dans ce coeur qui avait la peur et des doutes en entrant ici.

70        Et, ĂŽ Dieu, je me souviendrai toujours, personnellement de nous trois, tout comme Pierre, Jacques et Jean qui se tenaient sur la montagne de la Transfiguration et qui avaient vu ce que Tu avais fait lĂ . Jamais nous n’oublierons cette petite gorge lĂ  au Fannon Creek, tant que nous aurons des souvenirs et des mĂ©moires. Cela peut ne pas reprĂ©senter grand-chose pour le monde, mais quand nous voyons l’omnipotence de Dieu, l’omniprĂ©sence du Dieu vivant descendre, avoir assez de compassion pour les hommes, pour manifester Ta puissance, en ramenant Ă  la vie le petit poisson qui Ă©tait mort sur les eaux, cela passe droit par-dessus la tĂȘte d’un sceptique ou d’un incrĂ©dule. Mais, oh! combien cela s’enregistre dans le coeur du chrĂ©tien! Nous savons que Tu es Dieu. Tu es le mĂȘme Dieu ici dans cette salle ce matin. Combien plus Tu te soucies des gens qui sont dans cette salle, des hommes et des femmes, que du petit poisson! Que valait ce petit poisson pour Toi? Rien du tout, ce n’était que pour manifester Ton oeuvre.

71        Et, ĂŽ Dieu, je Te prie de manifester Tes oeuvres dans chaque homme et chaque femme, chaque jeune fille et chaque jeune garçon ici prĂ©sents. S’il y en a ici, Seigneur, qui ne Te connaissent pas comme leur Sauveur, qui n’ont pas encore fait cette expĂ©rience et qui aimeraient vider leur coeur aujourd’hui de toutes les choses et des sottises du monde, afin que Tu puisses remplir leur coeur de l’amour, comme NoĂ© avait enduit l’arche du poix, je Te prie d’ĂȘtre avec eux pendant ces minutes qui s’écoulent maintenant, qui restent au programme. Accorde-le, PĂšre, au Nom de JĂ©sus. Et avec nos tĂȘtes inclinĂ©es:

Que Ta riche grĂące donne
De la force Ă  mon coeur qui se relĂąche,
Inspire mon zĂšle;

72        Maintenant, si vous avez besoin de Christ pendant qu’on chante, vous voulez vider tout votre coeur ce matin, et que Dieu puisse vous prendre tel que vous ĂȘtes lĂ , voudriez-vous lever la main vers Lui pour dire: «Souviens-Toi de moi»? Que Dieu vous bĂ©nisse, monsieur, et vous, monsieur; vous, soeur; vous, frĂšre; vous. Quelqu’un d’autre Ă  ma droite? Levez la main. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur. Quelqu’un d’autre qui dirait: «Je veux vider mon coeur»? Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur, lĂ  derriĂšre.

Que je sois dĂšs ce jour
EntiĂšrement Ă  Toi.

            Quelqu’un d’autre qui aimerait lever la main maintenant, juste avant la priĂšre?

73        Dieu notre PĂšre, Tu as vu chaque main; sept ou huit, dix mains se sont levĂ©es. Ils se vident maintenant de toutes leurs peurs et de toute leur incrĂ©dulitĂ©. Ils Te rĂ©clament maintenant comme leur Tout-Suffisant, comme leur Amant, comme leur Sauveur, comme leur GuĂ©risseur. Ils veulent ĂȘtre dĂ©barrassĂ©s de tous les doutes et de toutes les peurs. Je Te prie de l’accorder, Seigneur, par Ta grande grĂące. Que cela se produise aujourd’hui. Tu as pu prononcer la vie sur un poisson, prononcer la vie sur un petit garçon mort, prononcer la vie sur «Lij» Perry gisant lĂ , mort, avec ses mains croisĂ©es; prononcer la vie sur un petit enfant mort lĂ  Ă  Mexico, prononcer la vie sur Lazare aprĂšs qu’il Ă©tait mort depuis quatre jours. A combien plus forte raison pouvons-nous prendre position aujourd’hui sur le Rocher de Sa Parole Ă©ternelle et regarder au-delĂ  de cette ombre de doute, Ă  Celui qui a dit: «Je suis la RĂ©surrection et la Vie.» Que la foi trouve son lieu de repos sur Lui, Christ, ce Roc solide. Et qu’ils reçoivent tout ce qu’ils ont demandĂ©. Exauce nos priĂšres alors que nous prions au Nom de Christ. Amen.

74                    Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

            Maintenant, pendant que nous chantons encore, serrez la main Ă  quelqu’un Ă  vos cĂŽtĂ©s. Restez simplement assis calmement maintenant; nous sommes... ce n’est pas encore la fin du service. Voyez-vous?

Je L’aime ...
...acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

            Vous sentez-vous tout rĂ©curĂ©? Vous sentez-vous mieux maintenant? Vous avez l’impression que la Parole... C’est–c’est–c’est–c’est le Sang purificateur du Seigneur JĂ©sus qui va tout droit au coeur et nous purifie de tout pĂ©chĂ© et de toute iniquitĂ©.

Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

            Maintenant, FrĂšre Neville...

EN HAUT