ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication Le Proph√®te conna√ģt le cŇďur de William Branham a √©t√© pr√™ch√©e 51-0929 La dur√©e est de: 1 heure 17 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Le Proph√®te conna√ģt le cŇďur

1    Merci, Fr√®re Baxter, merci beaucoup. Bonsoir mes amis. Je suis heureux d'√™tre par ici de nouveau ce soir pour repr√©senter notre Seigneur J√ČSUS-CHRIST et Son grand pouvoir de sauver et de gu√©rir jusqu'aux extr√©mit√©s de la terre. Les Fr√®res me disaient √† l'instant que le micro n'√©tait pas tr√®s bon ce soir. Et pouvez-vous m'entendre tout l√†-bas au fond? Tout en haut? Pouvez, si vous pouvez lever la main, afin que je puisse entendre cela, savoir que tout au fond... √ßa va; √ßa va.
    Je suis un peu fatigu√© ce soir, j'√©tais debout jusqu'√† environ deux heures du matin, et le Seigneur... J'avais quelque chose dans mon esprit, et Il... Je suis rest√© debout et j'ai pri√© jusqu'√† ce qu'Il envoie Sa puissance et qu'Il me r√©v√®le ce que c'√©tait. Et cela est arriv√© aujourd'hui de la mani√®re qu'Il l'avait dit. Et combien nous sommes reconnaissants pour cela.

2    Bien, je pense que nous avons dit que demain apr√®s-midi je parlerai √† l'auditorium, donc je--j'esp√®re que vous prierez pour moi. Et je prie constamment pour vous tous. Il nous reste juste une journ√©e, et nous devons repartir √† des milliers de kilom√®tres. Mais j'ai confiance que par la Gr√Ęce de Dieu, que nous rentrerons bien, et que nous pourrons avoir un jour, ce genre de r√©union ici √† New York, que j'aimerais voir: une qui durerait toujours, jusque...
    Les gens de bien souvent, lorsqu'ils sont dans la r√©union, je ne suis jamais pr√©sent et--et Satan en profite. Voyant que cela fait trois ou quatre jours, et il faut parfois plus que cela pour que r√©ellement, les b√©n√©dictions commencent √† s'installer dans un individu. Alors quand--quand Satan revient apr√®s ce temps l√†, l'esprit impur qui est sorti de cet homme, et alors il essaie de tenter la personne √† nouveau, et bien souvent ils c√®dent √† la tentation. Et quand ils le font, alors c'est fini. Voyez, si les r√©unions continuaient, ils pourraient revenir. Et ils pourraient voir ce qui se passait, et simplement rester jusqu'√† ce que la r√©union ait de l'effet, vous verriez des dizaines de milliers √™tre gu√©ris, je--je crois, si nous pouvions simplement rester assez longtemps.

3    Bien, ayez foi. Et je dirai ceci: apr√®s que je sois parti, eh bien! vous--vous d√©couvriez, qu'il y a beaucoup de gens qui sont d√©j√† gu√©ris dans cette auditoire, qui, peut-√™tre qu'ils ne le r√©alisent pas maintenant, mais je--je sais que c'est vrai.
    Bien, j'aimerais lire un peu l'√Čcriture, car ma parole est comme celle d'un autre homme; elle faillira. Mais celle de Dieu ne faillira pas.
    Je viens de remarquer mon fr√®re et bon ami, le Fr√®re Raymond T. Richey. Je suppose qu'il a d√©j√† √©t√© pr√©sent√© et--et... mais ici j'ai vraiment un chaleureux amour chr√©tien pour Fr√®re Richey. Il √©tait √† l'auditorium le soir o√Ļ la photo de l'Ange du Seigneur fut prise. Il a r√©pondu pr√©sent au moment du conflit quand ce serviteur est apparu, essayant de me traiter de gu√©risseur Divin. Je lui ai dit que je n'√©tais pas un gu√©risseur Divin; aucun homme n'est un gu√©risseur Divin. Personne ne peut gu√©rir sinon Dieu. Et les docteurs, ils ne gu√©rissent pas; ils assistent simplement la nature. Ils ne pr√©tendent pas gu√©rir, ils peuvent recoudre un endroit, mais ils ne peuvent pas le gu√©rir. Ils peuvent replacer un os, mais ils ne peuvent pas le gu√©rir. Et il faut Dieu; Il est le Gu√©risseur. Il a dit: ¬ęJe suis l'√Čternel qui gu√©rit toutes tes maladies.¬Ľ Car toutes les maladies doivent √™tre d√©termin√©es par Dieu.

4    Bien, nous sommes reconnaissants pour les docteurs, et ainsi de suite, nous pouvons nous procurer de l'aide m√©dicale, et remettre les os en place, arracher une dent, et--et--et ainsi de suite, mais tout √ßa--√ßa c'est bien. C'est... les docteurs sont des serviteurs de Dieu pour les gens, et ils aident les gens. Dans les h√īpitaux et les institutions, nous sommes tr√®s heureux de les avoir. Et je n'ai rien contre eux; la seule chose que je fais c'est de prier que Dieu continue √† les aider. Car tout ce qui peut aider la b√©n√©diction, ou tout ce qui peut aider les gens, je suis pour. Et je sais que Dieu est avec chaque agissements qui essayent d'aider les gens.
    C'est ce pourquoi nous sommes--nous devrions toujours faire cela, essayer de faire quelque chose pour aider quelqu'un d'autre. Apr√®s tout, c'est l'attitude Chr√©tienne √† appliquer.

5    C'est un grand et redoutable privil√®ge que personne ne conna√ģt. C'est entre Dieu et moi. Mais quel privil√®ge lorsque je vais me coucher, de m'agenouiller devant Dieu et de dire: ¬ęP√®re, j'ai fait au mieux de ma connaissance aujourd'hui... J'ai fait tout ce que je savais pour rendre la vie plus agr√©able aux gens.¬Ľ Et je suis s√Ľr que Ses b√©n√©dictions reviennent et reviennent et me rendent la vie un peu plus agr√©able. Si vous voulez faire quelque chose pour Dieu, faites quelque chose pour Son peuple. Vous voulez qu'on dise du bien de vous, dites du bien de quelqu'un. B√©nissez quelqu'un, et alors que vous b√©nissez quelqu'un, vous b√©nissez Dieu. Parce que J√©sus a dit: ¬ęTout ce que vous avez fait au plus petit d'entre les miens, c'est √† Moi que vous l'avez fait.¬Ľ Donc, nous savons que c'est la v√©rit√©. Donc, puisse le Seigneur J√©sus nous b√©nir ce soir, alors que nous lisons Sa Parole.

6    Et regardez, nous tous, nous sommes ici repr√©sentant diff√©rentes d√©nominations, M√©thodiste, Baptiste, Luth√©rienne, Catholique, toutes... [Passage blanc sur la bande. Ndt.] sortes d'√©glises, mais cela ne signifie pas grand-chose pour Dieu, l'√©glise √† laquelle vous appartenez. C'est l'√©tat de votre coeur. C'est ce √† quoi Dieu regarde. Ce n'est pas la d√©nomination de l'√©glise; elles sont toutes en ordre...?...c'est comme un contrat de travail entre les hommes et ainsi de suite, et je ne viens pas ici pour repr√©senter une quelconque √©glise. Oh! je repr√©sente l'√Čglise, l'√Čglise que chacun d'entre vous repr√©sente. Ceux qui sont n√©s de Lui sont dans le Royaume de Dieu, le Corps de Christ.
    J'ai √©t√© dans la famille Branham pendant quarante ans; ils ne m'ont jamais demand√© de me joindre √† leur famille. Je suis n√© dans la famille Branham. Et c'est ainsi que vous rentreriez dans la famille de Dieu. Ce n'est pas en vous joignant √† l'√©glise; je n'ai rien contre cela; c'est en ordre; et vous devriez faire cela. Mais vous √™tes n√© dans l'√Čglise de Dieu. C'est votre naissance. Et vous devenez un enfant de Dieu en √©tant n√© de nouveau, r√©g√©n√©r√©, et devenu une nouvelle cr√©ature en J√©sus-Christ, alors vous √™tes un fils ou une fille de Dieu. En dehors de la d√©nomination de l'√©glise √† laquelle vous appartenez.

7    Bien, dans le deuxi√®me Livre des Rois, le sixi√®me chapitre... j'aime simplement lire cette Parole, et je suis... Fr√®re Baxter prenait ma d√©fense pour accaparer tout ce temps. Je dis: ¬ęNe faites pas cela, Fr√®re Baxter.¬Ľ Parce que j'√©tais derri√®re le rideau en train de lire son merveilleux message. Fr√®re Baxter est vraiment un orateur. Et je suis tr√®s heureux de l'avoir de notre c√īt√©, qu'il soit l'un des n√ītres. Et Fr√®re Bosworth ici est l'un des plus grands enseignants sur la gu√©rison divine que je n‚Äôai jamais entendu de ma vie, c'est Fr√®re Bosworth. Il est vieux, et il est--il--il ne fait--il ne fera pas--il serait contrari√©.
    J'√©tais l√†-bas √† l'H√ītel Biltmore √† Miami un soir, il √©tait toujours aussi galant et se tenait pos√©ment. Et je l'ai regard√©; je l'admirais. Je savais les batailles par lesquelles il √©tait pass√© au cours de sa vie, et je suis simplement en train de suivre le chemin qu'il a trac√© dans le d√©sert. Et j'ai dit: ¬ęFr√®re Bosworth, vous avez soixante-treize ans maintenant, quand avez-vous √©t√© au mieux de votre forme?¬Ľ
    Il a rejet√© ses √©paules en arri√®re comme le vieux Caleb, et il a dit: ¬ęJuste maintenant, dit-il, je me sens bien maintenant.¬Ľ Il a dit: ¬ęFr√®re Branham, tu me comprends mal, dit-il, je suis simplement un enfant dans une vieille maison.¬Ľ
    Donc c'est comme cela qu'il se sent √† ce sujet, et Dieu l'a gard√© de cette fa√ßon, merveilleux.

8    Oh! si je... si J√©sus tarde, et que je reste si longtemps, que je sois comme cela. C'est juste. Fr√®re Richey ici, combien je pourrais parler de lui, comment, lorsque j'avais encore l'√Ęge d'aller √† l'√©cole, il √©tait par ici pr√™chant l'Evangile et priant pour les malades, alors que j'√©tais encore un gar√ßon. Vos p√®res et vos m√®res l'ont √©cout√© pr√™cher l'Evangile sur la gu√©rison Divine, l√†-bas √† Sion en Illinois. Les candidats descendent tous du--du grand enseignant feu Docteur Dowie. Comment Docteur Dowie dans son agonie a proph√©tis√© que je viendrais dans cette ville quarante ans apr√®s sa mort. Ne sachant rien de cela, il est mort un certain jour, et je suis n√© le lendemain. Et quarante ans apr√®s je suis entr√© dans cette ville, ne sachant rien de cela. Oh! combien les grandes manoeuvres de Dieu se rejoignent, j'entends le bruit d'une abondance de pluie.

9    Bien, dans le sixi√®me chapitre et le verset huit, √©coutez attentivement... Dieu n'a jamais promis de b√©nir ma parole, mais Il a promis de b√©nir Sa Parole. Et maintenant, √©coutez attentivement maintenant, alors que nous reproduisons ce jour. Au jour de ce grand homme, √Člis√©e, qui avait une double portion de l'Esprit d'√Člie.
    Il n'y a jamais eu dans les √Ęges, jamais eu deux proph√®tes majeurs au m√™me moment. Il y a eu beaucoup de proph√®tes mineurs, mais il y avait un proph√®te majeur. Et √Člie √©tait le proph√®te jusqu'√† ce que √Člis√©e vienne. Alors quand √Člie fut repris, une portion, une double portion, de l'Esprit d'√Člie, l'Esprit d'√Člie vint sur √Člis√©e.
    Voyez, rappelez-vous toujours cela, Dieu enl√®ve Son homme de la terre, mais Il n'enl√®ve jamais Son Esprit. Son Esprit revient directement par ce chemin. Il vint sur √Člie, partit d'√Člie vers √Člis√©e, d'√Člis√©e Il partit sur Jean le Baptiste, et il a √©t√© pr√©dit qu'Il reviendrait dans les derniers jours. Voyez? C'est l'Esprit de Dieu.

10    Le Saint-Esprit √©tait sur l'√Čglise √† la Pentec√īte, Il est descendu au travers des √Ęges, et jusqu'√† l'√Ęge des Luth√©riens, des Baptistes, des M√©thodistes, et toujours, jusqu'√† cet √Ęge-ci. C'est toujours le m√™me Saint-Esprit. Lorsque la foi des gens atteint un endroit o√Ļ ils re√ßoivent les b√©n√©dictions, lorsqu'ils r√©alisent que cela leur appartient, alors la m√™me op√©ration du Saint-Esprit op√©rera dans l'√Čglise comme Il l'a fait tout l√†-bas, de la m√™me mani√®re. Maintenant, √©coutez attentivement.
    Le roi de Syrie √©tait en guerre avec Isra√ęl, et, dans un conseil qu'il tint avec ses serviteurs, il dit: Mon camp sera dans un tel lieu.
    Mais l'homme de Dieu fit dire au roi d'Isra√ęl: Garde-toi de passer dans ce lieu, car les Syriens y descendent.
    Et le roi d'Isra√ęl envoya des gens, pour s'y tenir en observation, vers le lieu que lui avait mentionn√© et signal√© l'homme de Dieu. Cela arriva non pas une fois ni deux fois.
    Le roi de Syrie en eut le coeur agit√©; il appela ses serviteurs, et leur dit: Ne voulez-vous pas me d√©clarer lequel de nous est pour le roi d'Isra√ęl?
    L'un de ses serviteurs r√©pondit: Personne! √ī roi mon seigneur; mais √Člis√©e, le proph√®te, qui est en Isra√ęl, rapporte au roi d'Isra√ęl les paroles que tu prononces dans ta chambre √† coucher.

11    Inclinons la t√™te. P√®re C√©leste, nous Te remercions ce soir, de savoir que ce grand Saint-Esprit de Dieu qui √©tait sur √Člis√©e, est sur Terre aujourd'hui, toujours √† l'oeuvre au travers des fils de Dieu. Le grand Saint-Esprit qui a √©t√© donn√© √† la Pentec√īte est ici ce soir. Et Tes enfants, beaucoup sont fatigu√©s et √©puis√©s, repouss√©s, √† cause de leurs bonnes oeuvres, de leur enseignement, leur fa√ßon d'√©lever leurs enfants, pour les amener √† la contemplation du Seigneur. Les √©preuves sont plus pr√©cieuses que l'or et l'argent, mais comme il est √©crit: ¬ęIl est vrai que tout ch√Ętiment semble d'abord un sujet de tristesse...¬Ľ
    Mais finalement quand Ton √Čglise arrive √† √™tre entra√ģn√©e, lorsqu'ils deviendront des fils adopt√©s, ou des fils plac√©s, dans l'h√©ritage de Dieu qu'ils h√©riteront et qu'ils seront √©gaux en puissance et en b√©n√©dictions en tant que fils de Dieu, Ses propres fr√®res.

12    Nous pensons √† la mani√®re dont Il est n√© dans ce monde, le Fils de Dieu. Mais √† l'√Ęge de trente ans, Dieu L'a plac√©. Sur les rivages du Jourdain ce jour-l√†, quand Il se trouvait dans l'eau, avec Ses longs cheveux qui gouttaient, Dieu a confirm√© que c'√©tait Son Fils et a dit: ¬ęCelui-ci est mon Fils bien-aim√©, en qui j'ai mis toute mon affection.¬Ľ Adoptant, pla√ßant, pla√ßant dans Son Royaume pour l'oeuvre qu'Il avait √† achever. Et combien nous sommes reconnaissants ce soir, qu'Il ait achev√© Sa course. Ensuite Il a m√©pris√© la honte, mais l'a port√©e, et Il fut clou√© au Calvaire comme notre substitut, mourant de la peine capitale: n√© dans une √©table, finissant par la peine capitale.
    Le Roi de Gloire descendit et tabernacla parmi les hommes, descendu des Palais d'Ivoire pour √™tre, prenant sur Lui, non la forme des Anges, mais celle d'un serviteur humain. Habill√© avec humilit√©, tourment√©, n'ayant rien pour poser Sa t√™te, dormant o√Ļ Il pouvait, m√©pris√© par ceux qu'Il aimait, et qui finalement, fut transform√© en Sacrifice sanglant. Mais Il a plut au P√®re √† tel point qu'Il a dit: ¬ęCelui-ci est mon Fils bien-aim√©: √©coutez-le!¬Ľ

13    Puis Il souffrit sous Ponce Pilate, fut crucifi√©, mourut, fut enterr√©, et ressuscita le troisi√®me jour et s'assit √† la droite de Dieu le P√®re, faisant intercession maintenant pour nous qui avons accept√© le Saint-Esprit, la troisi√®me Personne de la trinit√©. Et dans nos coeurs ce soir Il gouverne et r√®gne. Et Il a dit: ¬ęQuoi que ce soit que vous d√©siriez en priant, croyez que vous le recevez, et et vous l'aurez.¬Ľ Nous le croyons.
    Et maintenant, Seigneur, les terribles heures sombres sont venues au temps de la fin. Aide-nous maintenant ce soir dans cette r√©union, que ce grand Esprit de Dieu puisse devenir visible parmi les hommes, que chaque personne ici puisse savoir qu'Il se tient √† c√īt√© d'eux. √Ē Dieu, prends l'argile, la voix des √™tres humains et parle, Seigneur, des oracles de Dieu, afin que les gens voient, et Te servent.
    Et puissent tous les malades et les afflig√©s ici ce soir, soient tous gu√©ris, qu'il ne reste personne de faible parmi nous. Accorde, Seigneur, que ce soir soit une soir√©e m√©morable. Ceux qui se souviendront de cette 'Arena Saint Nicholas' se souviendront toujours de cette soir√©e. B√©nis nous tous ensemble maintenant, car nous le demandons dans le Nom de Ton Enfant bien-aim√©, J√©sus. Amen.

14    Combien c'est merveilleux de regarder dans l'√Čcriture un instant, parce que le temps est √©coul√©, environ douze ou quinze minutes. Je voulais terminer de vous raconter la vision d'hier soir, le petit gar√ßon ressuscit√© en Finlande. Combien ici ont √©crit cela dans leur Bible avant que cela n'arrive, vous m'avez entendu en parler dans l'auditorium, levez votre main? J'ai demand√© hier soir? Sur le petit gar√ßon ressuscit√© des morts en Finlande. Voyons vos mains lev√©es, ceux... dans tout le b√Ętiment, partout, regardez.
    Voyez, c'√©tait bien avant que √ßa n'arrive. Cela est toujours dit de cette mani√®re, et il--√©crivez-le simplement, c'est parfait. Parce que ce n'est pas l'homme qui parle, c'est Dieu. C'est la voix de Dieu pour les gens, chaque Parole de Dieu est une Semence et si elle est re√ßue dans un bon terrain, elle fera exactement comme cela est dit dans la Bible. Bien, c'est la voix de Dieu pour Son √Čglise.

15    Pour un homme, Il utilise de temps en temps la voix humaine, qui n'est pas importante, car cela doit de toute fa√ßon s'accorder avec la Parole √Čcrite. Quand le roi de Syrie d√©clara la guerre √† Isra√ęl, √Člis√©e, le proph√®te, s'assit chez lui, et vit ce que l'ennemi allait faire. Alors il envoya quelqu'un au roi d'Isra√ęl, pour lui dire o√Ļ le roi de Syrie allait lui tendre un pi√®ge. Le roi d'Isra√ęl envoya quelqu'un l√†-bas et c'√©tait exactement comme √Člis√©e, le proph√®te, lui avait dit.
    Dieu aide-nous, en tant qu'am√©ricains, √† vouloir retourner √† Dieu encore une fois. Le Dieu qui, au travers du royaume divin, √©tait capable d'aider la nation d'Isra√ęl, peut sortir l'Am√©rique de tous ses probl√®mes. Et c'est le seul espoir que nous avons. Notre espoir ce soir n'est pas dans la bombe atomique; notre espoir ce soir est en J√©sus-Christ. Christ est la r√©ponse.

16    Pendant la deuxi√®me Guerre mondiale, un ami qui √©tait aum√īnier √©tait assis dans un camp de concentration, au Japon. Il leva ses mains en l'air et dit: ¬ęDieu je vais sans doute retourner √† la Maison directement d'ici. J'aimerais bien revoir ma femme et mes b√©b√©s encore une fois, mais malgr√© tout, Seigneur, si Tu veux que je parte d'ici √† la Maison, je suis pr√™t!¬Ľ
    L'aum√īnier regardait le petit soldat qui marchait dans sa gu√©rite. Il se rapprocha de lui comme s'il voyait qu'il voulait lui dire quelque chose. Le soldat regarda √† droite, puis √† gauche, avant de lui dire: ¬ęToi Chr√©tien?¬Ľ
    L'aum√īnier lui dit: ¬ęOui.¬Ľ
    ¬ęMoi Chr√©tien aussi¬Ľ, dit le soldat.
    C'est l√† qu'est la r√©ponse. Ce n'est pas 'les Quatre Grands', pas ‚Äėl'ONU‚Äô mais le chemin donn√© par Christ. J'√©tais l√† et j'ai vu ces Russes et ces Finlandais jeter leurs bras les uns autour des autres, s'√©treignant et s'embrassant avec les joues pleines de larmes. Ils √©taient Fr√®res dans le Seigneur. Ils n'avaient rien l'un contre l'autre. Le dieu de cet √Ęge est arriv√© dans les coeurs des dirigeants. Tous les royaumes de ce monde sont √† Satan √† l'heure qu'il est. Vous ne voulez peut-√™tre pas le croire mais c'est l'√Čcriture.

17    Satan enleva J√©sus et Lui montra tous les royaumes de ce monde et dit: ¬ęToutes ces choses je Te les donnerai, si Tu tombes √† mes pieds et m'adores.¬Ľ
    J√©sus savait qu'elles appartenaient √† Satan mais Il savait aussi qu'Il en deviendrait h√©ritier. J√©sus dit:
    ... Il est √©crit, tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu ne serviras que Lui. [Matthieu 4:9-10]
    Et le septi√®me ange sonna de la trompette. Et il y eut des voix fortes dans les cieux disant: Les royaumes de ce monde sont devenus les royaumes de notre Seigneur et de son Christ; et Il r√©gnera pour toujours et √† jamais. Et les vingt-quatre anciens, qui si√©geaient devant Dieu sur leurs si√®ges, tomb√®rent sur leur face, et ador√®rent Dieu. [Apocalypse 11:15-16]
    Alors il n'y aura plus de guerre. Maintenant il y a de l'√©go√Įsme partout mais au milieu de tout cela, l'√Čglise de Dieu est en train d'√™tre tir√©e hors de, par le Saint-Esprit.

18    √Člis√©e avait vu ce que le roi de Syrie allait faire, alors il envoya un mot au roi d'Isra√ęl. Il lui dit de ne pas descendre par ce chemin parce qu'ils s'√©taient couch√©s par terre en l'entendant.
    Mais regardez ce m√™me proph√®te, quand il descendit √† Dothan. L'Ange de l'√Čternel ne lui avait jamais montr√© les Syriens, sortant et entourant la ville. Dieu avait une autre mani√®re pour √ßa! Dieu ne montre pas toutes ces choses √† Ses serviteurs. Il leur montre juste la Parole de connaissance, selon ce qu'ils ont besoin de savoir. Donc vous voyez, √ßa d√©pend du pouvoir de Dieu, pas du pouvoir des hommes. Autant qu'un homme soit b√©ni, Dieu est toujours le P√®re et le Ma√ģtre sur toutes choses.
    Balaam, un proph√®te il y a longtemps, disait: ¬ęJe ne peux pas aller au-del√† du commandement du Seigneur, pour faire quoi que ce soit de bien ou de mal de mon propre choix; ce que le Seigneur dit, n'est-ce pas ce que je dirai?¬Ľ [Nombres 24:13]. Et c'√©tait vrai.

19    Nous lisons les proph√®tes d'il y a longtemps. Nous lisons les pouvoirs de Dieu et comment ce pouvoir op√©rait dans l'√Čglise. Ces puissances de Dieu extraordinaires, glorieuses, sont en train de gouverner et de r√©gner dans Son √Čglise √† nouveau. Ami, toi qui es peut-√™tre ti√®de ou pas au niveau o√Ļ tu devrais √™tre en Christ, ne sois pas celui qui est derri√®re... N'essayez pas d'√™tre populaire avec le monde et droit avec Dieu parce que ceci vous ne pouvez l'√™tre. Vous devez √™tre droit avec Dieu et alors vous n'√™tes pas populaire vis-√†-vis du monde.
    Dans ce jour dans lequel nous vivons, efforcez-vous de trouver Dieu de tout votre coeur. Appelez-Le, alors qu'il y a du temps pour appeler, alors que vous avez une chance de vous repentir, alors que la Mis√©ricorde de Dieu se d√©croche pour vous. Car l'heure vient o√Ļ cela ne fera aucun bien d'appeler. Ce sera trop tard alors. Aujourd'hui vous pouvez dire, ¬ęSi j'avais v√©cu aux jours o√Ļ ils crucifi√®rent J√©sus, je L'aurais d√©fendu! J'aurais donn√© ma vie pour Lui.¬Ľ
    Vous avez plus qu'une occasion de faire ceci maintenant, que vous l'auriez eue en ce jour-l√†. Tenez-vous pour Lui maintenant. L'opposition est plus grande aujourd'hui qu'elle ne l'√©tait alors.

20    Vous avez peut-√™tre entendu comment le Seigneur ressuscita un petit gar√ßon en Finlande. Cela a √©t√© d√©montr√© dans une vision deux ans avant que cela n'arrive. Maintenant qu'est-ce qui a fait cela? Ce n'√©tait pas moi, votre Fr√®re, mais l'Esprit de Dieu. Le m√™me Esprit qui √©tait sur √Člis√©e, sur les hommes du pass√©, est le m√™me Esprit √† l'oeuvre aujourd'hui sur le monde. Il voit, proph√©tise. Vous qui avez √©t√© dans des r√©unions, savez que ceci est vrai.
    Cet Esprit √©tait sur notre Ma√ģtre, J√©sus-Christ. Quand Nathana√ęl vint √† Lui en doutant, J√©sus le vit et dit: ¬ęVoici vraiment un Isra√©lite, en qui il n'y a pas de ruse!¬Ľ En d'autres termes, Il l'appela un Chr√©tien, un croyant.
    Nathana√ęl dit: ¬ęD'o√Ļ me connais-Tu?¬Ľ
    J√©sus r√©pondit et dit: ¬ęAvant que Philippe t'appelle, quand tu √©tais sous le figuier, Je t'ai vu.¬Ľ

21    Maintenant Philippe ne se r√©f√©ra pas √† cela comme √©tant de la lecture de pens√©e ou bien de la t√©l√©pathie mentale. Nathana√ęl dit seulement: ¬ęTu es le Fils de Dieu, Tu es le Roi d'Isra√ęl!¬Ľ Aujourd'hui il demeure immortel √† cause de sa d√©cision. Votre nom deviendra immortel quand vous prendrez votre d√©cision pour J√©sus-Christ, en tant que Fils de Dieu, le Roi d'Isra√ęl.
    De la m√™me fa√ßon J√©sus dit √† la femme au puits ses p√©ch√©s. Il parla un petit peu avec elle et dit: ¬ęVa, appelle ton mari...¬Ľ [Jean 4:16] C'√©tait cela. C'√©tait ce qui √©tait en train de lui faire obstacle.
    Il a √©t√© interrog√© un jour √† propos d'une gu√©rison. Il avait gu√©ri un homme qui avait une sorte de maladie, et laiss√© une grande multitude non gu√©rie. Ils Le questionn√®rent.
    Il dit: ¬ęEn v√©rit√© en v√©rit√©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, mais seulement ce qu'Il voit faire au P√®re. Car tout ce qu'Il fait, le Fils le fait √©galement. Car le P√®re aime le Fils, et Lui montre tout ce qu'Il fait Lui-m√™me; et Il Lui montrera de plus grandes oeuvres que celles-ci, afin que vous soyez √©tonn√©s.¬Ľ Le verset 20.

22    Maintenant, l'√Čcriture dit que J√©sus-Christ est le M√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Il n'a pas proclam√© qu'Il √©tait un gu√©risseur. Il disait que ce n'√©tait pas Lui qui accomplissait les oeuvres. ¬ę... Mais le P√®re qui demeure en Moi, Lui fait les oeuvres.¬Ľ Il ne proclamait pas qu'Il √©tait un grand personnage. Par contre, ce qu'Il proclamait √™tre, Il l'√©tait, et Dieu confirmait Ses oeuvres et elles rendaient t√©moignage. Dieu confirmera chaque homme qui parlera selon la V√©rit√©. Dieu prouvera que c'est bien cela. L'homme peut dire quoi que ce soit, cela ne s'accomplit pas pour autant. Mais quand Dieu parle, cela s'accomplit √† la lettre. Et Il dit qu'Il faisait seulement comme le P√®re le Lui montrait.
    L'√Čcriture dit: ¬ęJ√©sus-Christ, le M√™me hier, aujourd'hui, et pour toujours.¬Ľ Alors J√©sus-Christ, s'Il est le M√™me aujourd'hui comme hier, continue les m√™mes oeuvres aujourd'hui comme Il les faisait hier. S'Il ne le fait pas, Il n'est pas J√©sus-Christ et Ses affirmations ne sont pas vraies.

23    Et comment fait-Il ces oeuvres? Dans un corps visible? Non. Car, il est √©crit: ¬ęEncore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous Me verrez, car Je serai avec vous, m√™me en vous et cela jusqu'√† la fin du monde. Celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, il les fera aussi; de plus grandes oeuvres (ou davantage) seront accomplies par lui √©galement, parce que Je vais √† mon P√®re.¬Ľ
    Et dans une nuit, dans une seule r√©union, Il fait plus en disant aux gens ce qu'il faut faire et ainsi de suite, que ce qui est √©crit de Lui discernant les gens dans le Nouveau Testament. Pensez aux choses qui sont √©crites √† propos des trois ann√©es de Son minist√®re. Bien s√Ľr, selon Luc [Jean, Ndt.], il y a beaucoup de choses qu'Il a faites qui ne sont pas racont√©es.
    Une fois, Il dit √† un homme o√Ļ il y avait un poisson qui avait une pi√®ce dans la bouche (Matthieu 17:27). Il dit √† deux de Ses disciples o√Ļ √©taient attach√©s des mulets, dans un lieu o√Ļ deux chemins se croisaient (Marc 11:4). Il savait o√Ļ un homme serait en train de remplir une cruche, et Ses disciples durent le suivre et ils pr√©par√®rent la chambre haute [Marc 14:13-16]. √Ä peu pr√®s six ou sept choses sont tout ce que qui est enregistr√© de Lui parlant ainsi. Mais Il percevait leurs pens√©es (Matthieu 16:8; 22:18). Il lit leurs esprits.

24    Il savait alors ce √† quoi ils pensaient et Il sait ce soir, ce √† quoi vous pensez. Vous pouvez √™tre s√Ľr qu'Il sait ce que vous √™tes en train de penser et Il peut r√©v√©ler ces pens√©es au travers de Son serviteur.
    Bien s√Ľr nous savons que le diable a des √©chantillons et des types de chaque chose que Dieu poss√®de. Chaque chose que Satan poss√®de est secondaire, prise sur le mod√®le de Dieu. Chaque chose factice est faite √† partir de quelque chose d'originel. S'il n'y avait pas de vrai dollar, le faux dollar serait l'originel et le premier. Et aussi longtemps qu'il y a un faux, c'est la preuve qu'il y en a un de vrai quelque part. Alors quand vous voyez quelque chose que le diable fait, sachez que Dieu a quelque chose bien au-del√† de ce que le diable essaie de copier. Mais J√©sus disait: ¬ęVous les reconna√ģtrez √† leurs fruits.¬Ľ

25    Son Esprit est ici. Il est le M√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Il se meut dans Son √Čglise. √Čglise, sais-tu ce qui se passe avec Toi? Tu ne c√®des pas au Saint-Esprit. Tu re√ßois le Saint-Esprit et penses: ¬ęEh bien! je ne puis aller plus loin.¬Ľ
    En fait, Tu es seulement pr√™te √† partir pour travailler pour Dieu √† ce moment-l√†. Tu es seulement une candidate pour partir travailler pour Dieu. Alors allez, abandonnez-Lui vos membres et observez ce qu'Il aura √† vous faire accomplir. Il se peut qu'Il veuille vous voir pr√™cher, chanter, t√©moigner, donner des tracts, parler aux gens, amener quelqu'un √† l'√Čglise. Ils sont tous des dons en quelque sorte et des aides dans le CORPS DE CHRIST. Peu importe ce que vous avez ou combien cela est petit.
    Peut-√™tre direz-vous: ¬ęEh bien! Fr√®re Branham, la seule chose que je puisse faire c'est peut-√™tre de parler aux gens.¬Ľ
    Bon, il se peut que ce ne soit pas vraiment √† vous, mais mettez-le dans les mains de J√©sus et observez ce qu'Il fera avec. Rappelez-vous le petit poisson qui √©tait dans les mains du petit gar√ßon. C'√©tait juste assez pour le nourrir, mais lorsqu'il le mit entre les mains de J√©sus cela nourrit 5.000 personnes [Jean 6:5-14]. Ainsi en sera-t-il pour vous. Mettez ce que vous avez dans SES mains.

26    En Finlande cette nuit alors que le petit gar√ßon avait √©t√© ressuscit√© de la mort, l'autre gar√ßon √©tait en train de mourir. Ils nous appel√®rent de l'h√īpital. Lors de l'accident il avait √©t√© frapp√© et √©ject√© de l'autre c√īt√© de la route et avait re√ßu un choc. Nous avions alors des r√©unions √† Kuopio, Finlande, pr√®s de Laplands.
    Ils √©taient des milliers et des milliers √† attendre. Sur pr√®s de deux ou trois b√Ętiments c'√©tait compl√®tement bouch√© partout. Vous n'auriez pas pu vous approcher de l'auditorium. Et oh! quel merveilleux, quel glorieux temps nous avions l√† en Christ.
    Quand je rentrai dans le service une nuit, Mademoiselle Isaacson, l'interpr√®te dit: ¬ęFr√®re Branham, ces pauvres petits parents sont assis ici dehors. C'est touchant de les voir. Ils sont en train de pleurer et ils veulent que vous alliez voir leur fils.¬Ľ
    Je dis: ¬ęSoeur Isaacson, je ne pourrais rien faire. Dieu devrait d'abord me le montrer. Je continue de prier pour l'enfant.¬Ľ
    L'interpr√®te dit: ¬ęVoudriez-vous seulement sortir et leur parler?¬Ľ
    Donc ils amen√®rent les parents dans le hall. Je me sentis si d√©sol√© pour cette pauvre petite m√®re Finnoise. Elle courut jusqu'√† moi et par l'interpr√®te dit: ¬ęOh! allez gu√©rir mon b√©b√©!¬Ľ Elle ne parlait pas anglais.
    Je dis: ¬ęSoeur, je ne pourrais pas gu√©rir votre b√©b√©.¬Ľ
    Elle dit: ¬ęMais vous avez ressuscit√© l'autre petit gar√ßon apr√®s qu'il soit mort. Vous pouvez gu√©rir mon petit gar√ßon. Il est mourant.¬Ľ
    Je dis: ¬ęNon, Madame. C'√©tait une vision. Il y a deux ans quand j'√©tais dans mon pays, en Am√©rique, Dieu me montra une vision, montrant exactement o√Ļ le petit gar√ßon serait √©tendu, √† quoi les choses ressembleraient, comment le petit bonhomme serait.¬Ľ (Beaucoup d'entre vous ont lu cette vision dans ¬ęLa Voix De La Gu√©rison¬Ľ. Et je disais qu'un jour le r√©cit de cet √©v√©nement √† venir serait dans ¬ęLa Voix De La Gu√©rison¬Ľ et cela arriva ainsi.)

27    Et alors la pauvre petite Maman--je me suis senti si d√©sol√© pour elle. Et elle dit... je dis: ¬ęC'√©tait une vision.¬Ľ
    Et elle dit: ¬ęBien, allez, ayez une vision pour mon petit gar√ßon.¬Ľ
    Oh! c'√©tait tr√®s doux, mais vous ne pouvez pas voir des visions toutes les fois que vous le voulez. Ce n'est pas selon votre bon plaisir. C'est l'ordre divin de Dieu. Ce n'est pas ce que je veux mais ce qu'Il veut. Je demandais √† la m√®re: ¬ę√ätes-vous Chr√©tienne?¬Ľ
    - Non.
    Je dis: ¬ęVoyez-vous, votre petit gar√ßon peut √™tre en train de mourir comme les docteurs le disent. Il montera au Ciel parce qu'il est un b√©b√©. N'ayant pas plus de six ou sept ans, il ne sait pas encore ce qu'est le p√©ch√©. Il montera au Ciel et si vous mourrez dans vos p√©ch√©s, vous ne pourrez jamais plus √™tre avec lui. Mais si vous √™tes sauv√©e et que le petit gar√ßon meurt et monte au Ciel, quand vous mourrez vous monterez au Ciel et serez avec lui tout le temps, l√† o√Ļ il n'y a plus de malheurs.¬Ľ Je continuais en disant: ¬ęPeut-√™tre que si vous vouliez une faveur de ma part, vous feriez quelque chose pour moi, quelque chose de gentil. Si vous d√©sirez une faveur de Dieu alors faites quelque chose de gentil.¬Ľ
    Et donc elle... ils ont vu qu'ils n'avaient rien √† perdre en cela aussi ils s'agenouill√®rent et commenc√®rent √† pleurer et √† prier et donn√®rent leurs coeurs √† Christ. Ils se relev√®rent et alors la pauvre petite chose dit: ¬ęMaintenant, allez et ayez une vision pour mon petit gar√ßon.¬Ľ
    Je dis: ¬ęJ'irai prier.¬Ľ
    Elle dit: ¬ęVenez, allez √† l'h√īpital.¬Ľ
    Je dis: ¬ęNon, Il peut me le montrer dans ma chambre exactement comme Il peut me le montrer l√†-bas.¬Ľ Je dis: ¬ęIl se peut qu'Il ne me le montre pas du tout.¬Ľ
    Donc mademoiselle Isaacson ['le fils d'Isaac'. Ndt.], obtint finalement d'eux qu'ils s'en aillent. En peu de temps ils commenc√®rent √† rappeler toutes les deux minutes pour demander: ¬ęFr√®re Branham n'a-t-il pas encore eu sa vision?¬Ľ Les docteurs √©taient tr√®s pein√©s parce que le petit gar√ßon n'avait pas repris conscience et c'√©tait d√©j√† le troisi√®me jour.

28    Cette nuit-l√†, alors que nous revenions de l'auditorium, Fr√®re Baxter et mon fr√®re Howard se rendirent dans leur chambre. Fr√®re Gordon Lindsay et Fr√®re Jack Moore aussi. Soeur Isaacson alla dans sa chambre. J'√©tais dans ma chambre. Je me penchais √† la fen√™tre, tenant ma Bible sur mon coeur. Il ne fait pas noir l√†-bas √† cette √©poque de l'ann√©e et je me tins l√† regardant par la fen√™tre. Des soldats Finnois et des civils arrivaient en marchant, se parlant l'un √† l'autre, probablement √† propos de la r√©union car ils venaient tous de la r√©union. La place enti√®re √©tait grouillante de gens.
    Alors que j'avais pos√© ma Bible sur une table, mon fr√®re Howard est venu dans la pi√®ce. Beaucoup d'entre vous se rappellent de lui. Maintenant je ne veux pas dire ceci comme une claque au peuple Canadien ou √† leur pays. Mais quand nous √©tions au Canada, nous avions du sucre candi qui avait un go√Ľt plut√īt fade. Il n'avait tout simplement pas le m√™me go√Ľt que le candi am√©ricain. Howard me dit: ¬ęTu parles du candi Canadien plut√īt fade, go√Ľte ceci!¬Ľ Et il me donna deux petits morceaux de candi et ensuite quitta la pi√®ce.
    Je les ai laiss√©s simplement sur la table, me suis √©loign√© et j'ai √©lev√© mes mains tout en disant: ¬ęOh! GRAND J√©hovah, combien Tu es merveilleux, combien Tu es √©tonnant! Tu as tout simplement gu√©ri cette jolie petite orpheline de guerre.¬Ľ Elle √©tait boiteuse avec une jambe plus courte que l'autre de quinze centim√®tres. Sa photo √©tait dans ¬ęLa Voix De La Gu√©rison¬Ľ. Et je me tenais debout l√†, remerciant Dieu pour sa gu√©rison.

29    Et je me tenant debout l√†, je sentis quelque chose d'√©trange. Je regardais et l√† se tenait l'Ange pr√®s de moi. Dans Sa main Il tenait ce que j'appellerais un vase. C'√©tait une sorte de chose longue et grande et √† l'int√©rieur √©taient deux jonquilles, quelque chose ressemblant √† des fleurs. Nous les appelons 'fleurs de P√Ęques' dans l'Indiana et le Kentucky. Vous pouvez avoir un nom diff√©rent ici mais ce sont des fleurs jaunes qui sortent vers P√Ęques. Et deux de cette sorte de fleurs √©taient dans le r√©cipient que l'Ange avait. Il le posa sur la table.
    Une de ces petites fleurs de P√Ęques penchait vers le nord, et continuait de pencher. L'autre se fanait, descendant vers le bas.

30    Et l'Ange me regarda. Il est grand, un homme √©norme, de pr√®s de cent kilos, avec des cheveux noirs et le teint couleur olive. Il avait toujours les bras crois√©s et vint vers moi par la droite. Il est venu depuis que je suis un tout petit b√©b√©. Je n'√©tais pas vieux de quelques minutes qu'Il apparut dans la petite cabane du Kentucky o√Ļ je suis n√©. Se tenant l√†, Il d√©posa ce petit vase, et me regarda. Et je Le regardais. Il dit: ¬ęQue t'a donn√© ton fr√®re?¬Ľ
    Je dis: ¬ęMonsieur, deux morceaux de candi.¬Ľ
    Et Il dit: ¬ęMange-les!¬Ľ
    J'ai attrap√© un des morceaux de candi et commenc√© √† le manger. Il avait un bon go√Ľt et je l'ai aval√©. Quand je l'ai fait, la fleur de P√Ęques qui penchait vers le nord remonta, fiou! se tenant toute droite. Elle √©tait rest√©e pench√©e tr√®s exactement et g√©ographiquement, positionnellement de la m√™me fa√ßon que le premier gar√ßon tomb√© vers le nord quand la voiture le frappa. La voiture avait fonc√© droit sur lui. Et il avait √©t√© √©cras√© sous elle et √©tait mort. Mais maintenant il √©tait vivant et √©tait retourn√© √† l'√©cole. L'autre gar√ßon allait en direction du sud. Il avait √©t√© attrap√© sous le menton, et √©ject√© contre un arbre. Ce petit gar√ßon √©tait encore √† l'h√īpital.

31    Alors l'Ange dit: ¬ęMange le second morceau!¬Ľ
    J'ai pris le morceau de candi et je l'ai mis dans ma bouche pour le manger. Mais oh! quel go√Ľt horrible! Je l'ai crach√© et cette fleur commen√ßa √† pouffer en descendant.
    Il dit: ¬ę√Čchoue, et le gar√ßon mourra!¬Ľ
    Je l'ai remis dans ma bouche et je l'ai m√Ęch√© vraiment vite et je l'ai aval√©. Quand je l'ai fait, la fleur s'est redress√©e, fiou! et elle s'est tenue droite devant l'autre. Il me regarda. Puis ce Cercle de Lumi√®re qui est visible sur la photo prise √† Houston, descendit l√† o√Ļ Il √©tait, et Il monta dans la Lumi√®re et disparut.

32    Fr√®re Baxter et mon fr√®re Howard √©taient partis dans leur chambre. Fr√®re Lindsay et Fr√®re Moore √©taient partis dans leur chambre, et Soeur Isaacson dans la sienne, et j'√©tais rentr√© dans la mienne. Et je suis sorti en courant et j'ai appel√© les autres, et j'ai dit: ¬ęSouvenez-vous, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR! Ce gar√ßon vivra, ce gar√ßon qui se meurt √† l'h√īpital. Appelez la m√®re et dites-le lui!¬Ľ
    Les t√©l√©phones qu'ils ont l√†-bas √©taient de petits engins que vous mettiez sur votre oreille en tournant une petite manivelle. Mademoiselle Isaacson alla au t√©l√©phone et appela la maison. Elle parla avec une baby-sitter qui √©tait l√† avec leur autre enfant. Les parents avaient √©t√© appel√©s √† l'h√īpital. Le b√©b√© √©tait en train de dispara√ģtre et de mourir et ils √©taient partis voir les derniers instants de leur b√©b√©.
    Et alors qu'ils--alors qu'ils appelaient l'h√īpital, et le docteur amena la m√®re au t√©l√©phone o√Ļ on lui dit: ¬ęL'Ange du Seigneur vient juste d'appara√ģtre dans la chambre en disant: - ton gar√ßon va vivre.¬Ľ
    Et elle dit: ¬ęJe le savais. Il s'assied tout seul, en bonne condition, pr√™t √† retourner √† la maison.¬Ľ
    Aujourd'hui le gar√ßon vit en Finlande, parfaitement bien, parce que J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, a eu de l'√©gard pour la pri√®re d'une maman. Voyez-vous? Ce n'√©tait pas moi. C'√©tait la pri√®re de la m√®re, sa promesse √† Dieu qu'elle et le p√®re Le serviraient.

33    Juste un instant, je vais commencer la ligne de pri√®re. Hier soir quand nous sommes rentr√©s √† la maison, nous avons eut une mauvaise nouvelle. Ma femme est assise ici devant moi avec notre b√©b√©. Nous avons laiss√© notre plus jeune petite fille √† la maison; elle a pr√®s de six mois. Vous ne savez pas combien la chose est dure pour moi de laisser ce petit b√©b√©, ce ¬ędoux petit hochet de t√™te¬Ľ. Elle se mit contre moi si doucement, l'autre jour, que je me sentis comme si l'on m'enlevait la partie la plus profonde de mon coeur.
    La nuit derni√®re, alors que nous retournions √† notre motel, nous avons re√ßu une tr√®s mauvaise nouvelle. Nous avons re√ßu une lettre de la maison, du secr√©taire. Elle disait que le b√©b√© √©tait malade. Vous savez bien s√Ľr comment la m√®re se sent. Elle √©tait presque hors d'elle. Le b√©b√© reste avec sa grand-m√®re qui habite √† une distance consid√©rable du t√©l√©phone le plus proche. Je dis: ¬ęIl est si tard. Nous n'appellerons pas ce soir; nous appellerons dans la matin√©e.¬Ľ

34    Donc nous avons laiss√© cela comme √ßa. Je n'aurais pas pu aller dormir. Finalement ma femme s'est assoupie, sa respiration devenant lente et normale. Alors je me suis gliss√© en haut √† l'int√©rieur de l'autre pi√®ce et me suis agenouill√© pour prier. Aux alentours de trois heures ce matin-l√†, j'ai regard√© dans la pi√®ce et j'ai vu quelqu'un venant √† moi, et portant mon b√©b√©. Le b√©b√© s'√©touffait et ne pouvait retrouver sa respiration. Son petit visage √©tait rouge, ses petits yeux exorbitants. Chacun √©tait nerveux et ils me la tendirent. Je la pris dans mes bras et disais: ¬ę√Ē Dieu, ne laisse pas mon b√©b√© mourir. √Čpargne sa vie, veux-Tu Seigneur?¬Ľ
    √Ä partir de ce moment-l√† je l'entendis reprendre sa respiration. Elle tourna les yeux vers moi et se trouvait bien. Je la rendis et l'Ange du Seigneur parla dans la pi√®ce. Il dit: ¬ęDans la matin√©e tu recevras des nouvelles de l'enfant disant qu'elle a √©t√© terriblement malade mais elle va bien ce matin.¬Ľ
    J'ai attendu juste un petit peu, je suis descendu me coucher et je me suis lev√© ce matin-l√†, √† neuf heures. Ma femme est venue dans la pi√®ce et a dit: ¬ęJe vais appeler maintenant et avoir des nouvelles de l'enfant.¬Ľ
    Je dis: ¬ęCh√©rie, tu n'auras pas √† appeler mais voici le message si tu veux le recevoir. Quand la dame ira se renseigner pour l'enfant, elle reviendra et dira: - Le b√©b√© a √©t√© terriblement malade mais elle va bien ce matin! Dieu l'a gu√©rie la nuit derni√®re.¬Ľ

35    Ainsi ma femme appela et trouva la dame, et lui demanda de traverser le champ pour demander √† la grand-m√®re des nouvelles de l'enfant. Mon fils, Billy Paul, et chacun d'entre nous √©tions rassembl√©s autour du t√©l√©phone. Je dis: ¬ęSurveillez ses paroles, mot √† mot.¬Ľ
    La dame est revenue et a dit: ¬ęLe b√©b√© a √©t√© terriblement malade mais elle va bien ce matin.¬Ľ
C'√©tait vraiment du mot √† mot. Oh! amis, cela prendrait des heures √† r√©v√©ler les choses qu'Il fait! Je ne pourrais pas le faire. C'est illimit√©! Qu'est-ce que c'est? Cela montre que J√©sus-Christ est le M√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Il est Celui qui √©tait l√†-bas avec √Člie. Il est Celui qui √©tait sur le Fils de Dieu, J√©sus-Christ, Celui qui est dans l'√Čglise ce soir, le Saint-Esprit sait le secret de chaque coeur et conna√ģt exactement ce que nous pensons, ce que nous ferons, et ce que nous serons. Croyez-vous cela? Inclinons la t√™te.

36    P√®re C√©leste, puisses-Tu b√©nir cette soir√©e d'une mani√®re merveilleuse. Tu connais toute chose, Seigneur, Tu sais que je ne parle pas de moi-m√™me, mais que je parle de Ton Esprit qui est ici maintenant. Oh! Puisse l'Ange du Seigneur venir avec une telle onction ce soir et que de nombreuses personnes, des centaines qui sont ici afin que l'on prie pour elles, Seigneur, puissent voir d'un commun accord la gloire de Dieu. Et si cela est possible, si c'est Ta Divine volont√© ce soir, P√®re, qu'Il puisse appara√ģtre juste ici sur l'estrade, visible, afin que chaque oeil ici puisse t√©moigner avoir vu Sa grande silhouette. Oh! je sais qu'Il se tient tout pr√®s √† pr√©sent.
    Dieu, aide les incr√©dules ce soir √† reconna√ģtre que Tu es proche et que Ton serviteur a dit la v√©rit√©. Seigneur, si je parle de la v√©rit√©, alors c'est Toi-m√™me qui parleras de cette v√©rit√© car Tu es la V√©rit√©. Tu es la V√©rit√©, le Chemin, la Lumi√®re. Et j'ai parl√© de Toi, P√®re, et donc je sais que c'est la v√©rit√©. Et je n'ai aucune crainte sachant que Tu confirmeras que c'est la v√©rit√© ce soir, devant eux, Ton peuple. Et puisse cela √™tre une grande et glorieuse r√©union et que demain apr√®s-midi, Seigneur, vraiment des centaines d'√Ęmes Te trouvent. Demain soir donne-nous le point culminant pour terminer Seigneur, ce pourquoi nous avons pri√© pendant toutes les r√©unions. B√©nis-nous maintenant ensemble car nous le demandons dans le Nom de Ton Fils, J√©sus. Amen.

37    Il est terriblement tard, ce samedi; vous pourrez vous reposer sans doute un petit peu demain. Que chacun soit aussi respectueux que possible maintenant. Ne vous agitez pas. Je suis si heureux de voir ces Fr√®res ici, voil√† une ligne enti√®re de magn√©tophones et quel travail ils font pour le Seigneur. Ces enregistrements sont envoy√©s dans tout le pays, vont dans les maisons, dans les salles, partout. Ils en ont m√™me mis un dans un film de cin√©ma l'autre jour afin de pr√©senter ces choses. Et des centaines de personnes sont sauv√©es et gu√©ries au travers de ces enregistrements m√™mes. N'√™tes vous pas heureux que l'homme ait le message sur son coeur? Ils ne sont peut-√™tre pas pr√©dicateurs, mais ils essayent d'apporter le message aux gens. Ils me disent que des docteurs et des hommes im--importants dans le monde sont au dehors, essayant de gagner des √Ęmes √† Christ.
    Dieu peut utiliser ces choses d'une mani√®re indirecte comme cela, que le Seigneur J√©sus b√©nisse tous ceux qui √©coutent le message. Qu'ils puissent √™tre sauv√©s et gu√©ris.

38    √Ä pr√©sent, s'il vous pla√ģt chers amis, dans le Nom du Seigneur, si vous le d√©sirez, soyez simplement aussi respectueux et tranquilles que vous le pourrez pendant les quelques instants qui vont suivre. J'essayerai d'√™tre le plus rapide possible. Et alors, je d√©sire vous demander quelque chose avant que nous formions la ligne de pri√®re; je d√©sire vous demander quelque chose.
    Maintenant regardez, autant que je sache, je ne connais personne ici dans ce b√Ętiment except√© ma femme, Monsieur et Madame Roberson, Monsieur et Madame Upshaw et Mademoiselle Brown, ce sont les seuls que j'aurais pu voir ou conna√ģtre en un lieu quelconque, √† moins que ce ne soit Fr√®re Bosworth ici au fond et Fr√®re Richey et notre Fr√®re ici, Fr√®re Baxter, mon fils.
    √Ä pr√©sent, vous √™tes malades et inquiets. Pouvez-vous imaginer un instant? Comment voudriez-vous prendre ma place, vous tenir l√† maintenant, sachant qu'ici, quelques cinq √† six mille personnes peut-√™tre, install√©es l√†, ont le regard sur vous et que l√†-dedans vous pouvez sentir les ondes froides de scepticisme et tout ce qui se d√©place maintenant. Satan, sans repos, les puissances d√©moniaques se d√©pla√ßant. Vous devriez r√©aliser ce que vous ressentez. Onde froide apr√®s onde froide. Puis vient la foi et de nouveau une onde froide. Les ondes, les canaux, comme cette radio ou autre chose comme la t√©l√©vision. La t√©l√©vision se compose d'ondes, elle se mat√©rialise alors que les ondes sont amen√©es sur une certaine sorte de cristal ou un autre syst√®me.

39    Et ainsi se mat√©rialise la puissance du Dieu Tr√®s-Haut. La vision se mat√©rialise devant vous comme la radio et comme la t√©l√©vision. Si Dieu vous a appel√© √† faire ainsi... Vous croyez cela? Il le fait. C'est prouv√©. Je vais vous demander d'√™tre aussi calme que possible et de ne pas vous agiter parce que vous provoquez alors une interf√©rence. Et tous les Chr√©tiens, en silence dans votre coeur, priez pour moi, voulez-vous? Et alors je suis ici repr√©sentant le Dieu que vous aimez. Et un de ces jours glorieux, vous et moi, chaque personne ici, nous nous tiendrons devant Dieu pour rendre compte de nos vies et de ce que nous aurons fait de J√©sus-Christ. Je veux me tenir ce jour et dire: ¬ęDe tout mon coeur, cher Dieu, lorsque j'√©tais √† New York, j'ai essay√© de Te repr√©senter de toutes les fa√ßons possibles. Et je Te suis reconnaissant d'√™tre descendu pour confirmer que ce que je disais √©tait la v√©rit√©.¬Ľ Alors ce sera √† Toi de d√©cider ce que Tu en feras. Je serai libre alors, comme le vieux Paul a dit: ¬ęJe suis innocent du sang de tous les hommes.¬Ľ Et je serai libre quand ce temps arrivera, si je t√©moigne de la v√©rit√©, et que Dieu confirme que cela est la v√©rit√©.

40    Maintenant, lorsque quelqu'un ici sur l'estrade sera en voie de gu√©rison, que chaque personne souffrante ici croie au m√™me moment. Croyez pour vous-m√™me et Dieu vous gu√©rira. Acceptez-le et croyez-le.
    Tr√®s bien. O√Ļ est Billy? ...?... o√Ļ est...?...Tr√®s bien, commen√ßons alors simplement √† 50, √† J-50. [Passage blanc sur la bande. Ndt.] L'aimez-vous? De tout votre coeur? √Ä pr√©sent, nous allons √™tre aussi tranquilles que possible devant Lui afin qu'Il puisse √™tre l√† o√Ļ nous nous tenons. As-tu la totalit√© des quinze, Billy? Il y en a environ vingt ici. Tr√®s bien, que chacun soit aussi respectueux que possible maintenant. Tr√®s bien, amenez votre malade. Que chacun soit aussi respectueux que possible maintenant.

41    Combien de ce c√īt√© en haut croient? Combien ici en haut croient? Et en bas de ce c√īt√©? De chaque c√īt√©? Oh! N'est-ce pas merveilleux Fr√®re Baxter? Fr√®re Lindsay, regardez ici ou Fr√®re Bosworth, Fr√®re Richey. Quelque chose doit se passer, mes amis, quelque chose doit juste... [Passage blanc sur la bande. Ndt.]
    Dieu sait cela, que l'Ange du Seigneur Qui m'a rencontr√© a d√©clar√©: ¬ęSi tu am√®nes les gens √† te croire et que tu sois sinc√®re quand tu pries, rien ne pourra r√©sister devant ta pri√®re.¬Ľ Rien ne r√©sistera. Pensez simplement √† cela. Peu importe la maladie que vous avez; cela ne r√©sistera pas devant la pri√®re si vous croyez vraiment. √Ä pr√©sent, en qui devez-vous croire? Croyez en Dieu tout d'abord. Croyez dans le Fils de Dieu, J√©sus-Christ. Croyez dans le Saint-Esprit. Croyez dans les Anges. Et alors vous devez croire en moi, croire que je vous dis la v√©rit√©. Croyez-vous cela? Maintenant c'est merveilleux.
    Je fais cela pour un but, mes amis. Voyez, l'ennemi se tient l√† pour me combattre (vous voyez?), d√©clarant: ¬ęOh! Ce groupe de gens de New York, ils ne croient pas.¬Ľ
    Mais le Saint-Esprit est ici, disant: ¬ęIls ont tort; c'est faux, ils croient r√©ellement.¬Ľ Et cela me donne de l'initiative pour y aller. Vous voyez? Tr√®s bien.

42    Il y a une femme se tenant ici, vous √™tes malade, n'est-ce pas madame? Tr√®s bien. √Ä pr√©sent, cette femme d√©sire recouvrer la sant√©. Je ne connais rien au sujet de cette femme, je n'ai jam... Dieu le sait, je ne l'ai jamais vue de ma vie, que je sache. Elle m'est totalement √©trang√®re; Je ne connais rien d'elle. S'il y a quoi que ce soit au monde que je doive savoir, Dieu devra me le r√©v√©ler. √Ä pr√©sent, je ne sais pas; je ne pourrais rien faire du tout pour sa gu√©rison parce qu'elle a d√©j√† √©t√© gu√©rie. Dix-neuf si√®cles auparavant, J√©sus-Christ a plac√© au Calvaire ce dont elle avait besoin pour √™tre gu√©rie. Maintenant la seule chose qu'elle a √† faire c'est de l'accepter. Et selon sa foi, cela lui sera accord√©. Si elle croit spontan√©ment d√®s maintenant, avec une grande foi, elle s‚Äėen ira et sera gu√©rie ici. Si elle croit gros comme cela, cela lui demandera deux ou plusieurs semaines pour aller bien. Si votre foi est aussi petite qu'un grain de s√©nev√©, si vous pouviez avoir simplement cette sorte de foi, accrochez-vous y, cela vous am√®nera vers la Lumi√®re; restez simplement avec cela. Croyez-le, t√©moignez-en, confessez-le et Dieu l'accomplira.

43    √Ä pr√©sent, que chacun soit respectueux. Et que tous ceux qui sont ici maintenant, sans cartes de pri√®re, l√®vent leurs mains ainsi que ceux qui d√©sirent que l'on prie pour eux. Toutes les personnes sans cartes de pri√®re, qui n'ont pas de cartes de pri√®re, levez vos mains. Tr√®s bien, de cette mani√®re. Maintenant, soyez respectueux.
    Maintenant, regardez par ici, partout dans le b√Ętiment, et croyez que cela est la v√©rit√©; si vous √™tes malade, acceptez J√©sus comme votre gu√©risseur et dites: ¬ęSeigneur Dieu, pour confirmer ma foi, pour confirmer ma foi, que Fr√®re Branham m'appelle. Que Fr√®re Branham m'appelle √† sortir d'ici et me dise que j'ai √©t√© gu√©ri.¬Ľ
    Ferez-vous cela? Et si vous ne vouliez pas juste--pas juste, juste un peu penser √† cela 'au petit bonheur la chance', mais r√©ellement le croire de tout votre coeur, Dieu attirera mon attention de cette estrade et me montrera ce qui se passe l√†-bas, vous appellera et r√©v√©lera ce que vous √™tes, qui vous √™tes, votre nom et tout le reste. Vous croyez cela? Tr√®s bien, maintenant, maintenant priez, que chacun soit respectueux.

44    P√®re, aide-nous maintenant. Voici une femme, se tenant l√† ici √† mon c√īt√©. Je ne la connais pas. Tu la connais, Seigneur. Tu sais qui elle est, Tu l'as nourrie depuis qu'elle est sur terre, chaque souffle qu'elle a pu tirer l'a √©t√© par Ta Divine gr√Ęce. Chaque miette qu'elle ait jamais mang√©e l'a √©t√© par Ta Divine gr√Ęce. Et je Te prie, Seigneur, alors qu'elle se tient l√† ici malade et afflig√©e, afin que Tu laisses l'Esprit qui √©tait sur Ton Fils, J√©sus-Christ, descendre sur ce pauvre vase indigne [que je suis].
    Indigne est juste, Seigneur, mais si Tu cherchais des mains saintes ce soir, o√Ļ les trouverais-Tu? Nous avons tous p√©ch√© et sommes priv√©s de la gloire. Mais oh! combien nous sommes encourag√©s de lire dans l'√Čcriture qu'√Člis√©e √©tait un homme sujet aux m√™me passions que nous.
    Ce n'√©tait pas sa--sa morale (qui l'avait aid√©), c'√©tait ce que Tu l'avais appel√© √† √™tre, et ce qu'il a fait avec le don que Tu lui as donn√©. Maintenant, aide-moi, cher Seigneur, que Ta puissance qui a r√©v√©l√© √† la femme au puits ses p√©ch√©s, qui a dit √† Philippe d'o√Ļ il √©tait, leurs besoins et les causes. Puisse-t-Il venir ce soir. Comme j'ai t√©moign√© de Toi, maintenant P√®re, d√©clare que j'ai dit la v√©rit√©. Et ces gens Te croiront et seront gu√©ris. Car nous le demandons dans le Nom de J√©sus. Amen.

45    Fr√®re Baxter, je ne veux pas que vous soyez trop loin maintenant pendant un moment. Maintenant, pouvez-vous entendre correctement tout au fond? Quand quelquefois l'onction devient vraiment forte, je--ils disent que je ne parle pas assez fort. Vous surveillerez cela, Fr√®re, quelque part?
    Maintenant, madame, vous et moi sommes √©trangers; je ne vous connais pas. Je d√©pends totalement, compl√®tement de J√©sus-Christ. Et vous voil√† et il y a plusieurs milliers de personnes se tenant ici ce soir qui regardent. Beaucoup d'entre elles ont lev√© leurs mains en tant que Chr√©tiens. Et ils croient, ils croient que j'ai dit la v√©rit√©. Maintenant, voyez dans quelle position cela me met. Et l√† vous sortez de l'auditoire, en parfait √©tranger, ayant re√ßu une carte de pri√®re portant un num√©ro et vous venez ici. Il s'est av√©r√© que votre num√©ro a √©t√© appel√©. Et vous √™tes la premi√®re ce soir. Oh! la la! combien c'est merveilleux!

46    Maintenant, si je peux conna√ģtre n'importe quelle chose‚Ķ Je vois que vous respirez terriblement vite. Je d√©sire que vous soyez, non pas troubl√©e mais simplement respectueuse. Vous voyez? Ayez foi en Dieu. √ätes-vous consciente de quelque chose d‚Äė√©trange? Maintenant, c'est l'Ange du Seigneur. Auditoire, j'aimerais que vous puissiez √™tre tous assez attentifs maintenant pour sentir que cela descend; Cela s'installe; Cela vient juste de l'int√©rieur du c√īt√© de ma main droite maintenant, l'Ange de Dieu devant Qui j'aurai √† me tenir ce jour du jugement se d√©place au-dessus de moi. La dame en devient tr√®s consciente √† pr√©sent.
    Je vois une vision qui sort; elle s'√©loigne de moi maintenant. Oh! Quelle Lumi√®re. Regardez-moi Soeur. Vous essayez de croire, n'est-ce pas? Vous souffrez d'asthme tout d'abord. Vous avez cela depuis quelques temps aussi. Eh bien! je vous vois subir une op√©ration ou quelque chose comme cela; cela s'est pass√© il y a quelque temps. Je vois un docteur dans un complet noir, il semble dire qu'il y a quelqu'un vous attendant dans une salle portant un costume gris.
    Je vois un homme s'approchant de vous, oui, vous avez, vous souffrez √† pr√©sent √©galement d'un examen rec‚Ķ d'une tumeur. N'est-ce pas vrai? Cette tumeur est situ√©e sur votre poitrine, n'est-ce pas, le sein gauche, sur le c√īt√© gauche? Je vois le c√īt√© de la table o√Ļ vous √™tes √©tendue d'o√Ļ ils vous observent. Ne craignez pas, cela me quitte √† pr√©sent, juste un instant. Vous d√©sirez servir Dieu dans un domaine diff√©rent dans lequel vous Le servez aussi. Vous avez promis √† Dieu que si vous pouviez aller mieux, vous iriez plus loin chercher plus profond√©ment les choses de Dieu, n'est-ce pas? Vous √©tiez en train de prier au c√īt√© d'un lit o√Ļ se trouvait une chaise, install√©e. N'est-ce pas vrai? Et des petits objets verts pendaient l√† sur le c√īt√© du mur. N'est-ce pas vrai? Dans la chambre.
    Croyez-vous que je sois Son proph√®te? Accepterez-vous ce que je vous dirai? Accepterez-vous J√©sus comme votre Gu√©risseur maintenant? Levez votre main, dites: ¬ęJ'accepte maintenant J√©sus-Christ comme mon Gu√©risseur.¬Ľ Allez en paix, J√©sus-Christ vous gu√©rira. Continuez votre route en vous r√©jouissant maintenant et surmontez votre maladie. Allez ainsi, simplement vous r√©jouissant.

47    Donnons gloire √† Dieu. Maintenant, que chacun soit respectueux. Je veux que chacun soit conscient que les choses dont je parle ne sont pas de moi; ce n'est pas ma voix; c'est ma voix mais ce n'est pas moi qui l'utilise. Je vais dans un autre endroit et je vois ce qui se mat√©rialise devant moi. Les gens se d√©placent. Je ne peux pas, √† ce moment, vous dire ce qui n'allait avec la personne pour qui j'ai juste pri√©. J'ai juste vu une vision et je dois juste en parler alors que cela me vient. Et alors la personne t√©moigne apr√®s que cela me quitte si cela est juste ou faux. Tr√®s bien, amenez le malade. Et que tout le monde soit respectueux.
    Comment allez-vous Monsieur? Je per√ßois, √©videmment, par votre habit, que vous √™tes un pr√©dicateur. Voulez-vous juste vous rapprocher un petit peu, Monsieur? Notre Christ est merveilleux, n'est-ce pas, Fr√®re? Je vois que vous √™tes un vrai croyant. Oui, Monsieur, je le vois. Dites donc, vous avez un minist√®re de pri√®re pour les malades vous-m√™me? Vous priez pour les malades, n'est-ce pas? Vous √©crivez beaucoup de brochures et de choses sur ce sujet, n'est-ce pas? Vous venez du Canada, n'est-ce pas? C'est juste. Vous souffrez de quelque chose qui va mal dans vos intestins. Je pense que c'est‚Ķ C'est le cancer des intestins, voil√† ce dont il s'agit. Il est ulc√©r√© et commence √† provoquer beaucoup de probl√®mes. N'est-ce pas vrai? Mon Fr√®re, laissez-moi prendre votre main.

48    Dieu mis√©ricordieux, je tiens √† pr√©sent dans ma main la main qui √©crit les mots qui apportent le soulagement et dans cette souffrance, Satan essaie de d√©truire ce guerrier. Mais Tu es l√† pour le gu√©rir. Dieu Tout-puissant, Auteur de la Vie et Donateur de chaque don b√©n√©fique, envoie Tes b√©n√©dictions sur mon Fr√®re, alors que je parle en Ton Nom. Et Dieu si Ton serviteur a trouv√© gr√Ęce √† Tes yeux, √©pargne la vie de mon Fr√®re. Et qu'√† partir de ce soir, cela soit effac√© de lui et qu'il puisse √™tre un guerrier sur les champs de bataille l√†-haut, une grande aide pour des milliers. Accorde-le, Seigneur.
    Et √† pr√©sent je maudis ce d√©mon appel√© cancer dans le Nom de J√©sus-Christ, qu'il puisse sortir de lui et que l'homme puisse vivre. Que Dieu vous b√©nisse, mon Fr√®re. Votre foi vaillante vous a sauv√©; vous rentrez √† la maison. Et votre minist√®re va aller grandissant et vous allez faire plus pour le Seigneur que vous n'avez jamais fait. Que Dieu vous b√©nisse, mon Fr√®re.
    Donnons gloire √† Dieu.

49    Connaissez-vous cet homme, Fr√®re Baxter? Eh bien! donnons gloire √† Dieu. [Fr√®re Baxter parle: ¬ęJ'aimerais simplement dire une chose au sujet de cet homme, il a √©crit pour venir √† New York. Je lui ai dit de venir. J'ai dit qu'il n'y avait rien que je pouvais promettre. Lorsque Fr√®re Branham a dit que l'homme avait √©crit des brochures, j'√©tais sur le point de sauter parce que dans sa derni√®re lettre, il m'a envoy√© une partie de ses √©crits sur la gu√©rison Divine. Tout ce que Fr√®re Branham a dit au sujet de cet homme est vrai et Fr√®re Branham ne le savait pas.¬Ľ Ndt.]
    Je ne peux dire que ce que Dieu m'a montr√© et me dit de dire. Mais c'est seulement ce que je peux voir se mat√©rialisant devant moi, afin que je puisse le faire. Je ne peux rien faire d'autre. Mais cet homme ne va pas mourir de ce cancer; il va vivre. Tr√®s bien, amenez le malade suivant.

50    Comment allez-vous Soeur? Voudriez-vous vous rapprocher juste un petit peu? Je d√©sire que vous soyez proche afin que je sache quand Il commencera √† parler, qu'elle--que votre voix sera capt√©e dans le microphone. Vous voyez? Je vois que vous √™tes une Chr√©tienne. Oui. Vous avez √©t√© tr√®s inqui√®te derni√®rement. Vous √™tes... Quelque chose vous d√©range. Je vous vois lorsque vous vous tenez dans la chambre, vous √™tes inqui√®te. Dites donc, c'est dans votre... c'est une tumeur, n'est-ce pas? C'est une tumeur qui vous d√©range. Et cette tumeur, je vous vois la montrer; elle est--elle est dans votre bouche, n'est-ce pas? C'est une tumeur dans votre bouche; c'est juste. Il y a quelque chose qui s'est produit alors, n'est-ce pas? La vie de la tumeur s'en est all√©e, Soeur. Rentrez √† la maison gu√©rie. Dans le Nom du Seigneur J√©sus, faites...
    Donnons gloire √† Dieu qui nous donne la victoire au travers de J√©sus-Christ notre Seigneur. Tr√®s bien, la dame peut-elle venir s'il vous pla√ģt?

51    Oh! quel temps merveilleux! Vous devriez simplement le ressentir √† pr√©sent. La foi est simplement en train de se d√©placer partout maintenant, en train de rentrer. Combien c'est merveilleux! Oh! Si je pouvais seulement amener cette chose l√† aux gens maintenant. Que se passerait-il? La gloire qui suivrait serait au-del√† de toute mesure.
    Maintenant, voyons, vous √™tes... Excusez-moi Soeur, cela n√©cessite que vous soyez de mon c√īt√©. Rapprochez-vous juste un petit peu. Je--je--je ne crois pas, humainement parlant, vous avoir d√©j√† vue. Nous sommes √©trangers? Oui madame. Maintenant, j'essaie simplement de vous aider. Vous √™tes une Chr√©tienne avec le Saint-Esprit maintenant. Quelle joie lorsque vous L'avez re√ßu! Je vous vois pleurer et agiter votre main.
    Maintenant votre probl√®me c'est la souffrance; vous √™tes terriblement nerveuse; cela est dans votre vie depuis quelques temps. C'est provoqu√© par votre √Ęge, cette p√©riode de la vie, la m√©nopause. Puis je vois que vous avez un trouble f√©minin qui vous d√©range, n'est-ce pas? Oui madame. Vous √™tes tr√®s d√©rang√©e √† l'estomac. N'est-ce pas vrai? Est-ce vrai ce qui a √©t√© dit? Vous me croyez comme Son proph√®te? Levez votre main, dites: ¬ęJ√©sus-Christ, je crois maintenant que Tu es mort pour ma gu√©rison. J'accepte ma gu√©rison maintenant.¬Ľ
    Que Dieu vous b√©nisse, Soeur, allez manger tout ce que vous d√©sirez, cette perte s'arr√™tera. C'√©tait un abc√®s sur l'ovaire mais vous allez √™tre tr√®s bien maintenant, allez. Que Dieu vous b√©nisse!

52    Donnons gloire √† Dieu. Si vous le voulez, que chacun soit respectueux, s'il vous pla√ģt, simplement respectueux, juste quelques instants. Ne vous d√©placez pas, cela m'interrompt vraiment ici. Si vous connaissiez combien sont grandes la pression du d√©placement et la friction entre les personnes. Vous voyez, vous √™tes dans une ligne du--du surnaturel. Et vous pouvez sentir le moindre mouvement interf√©rer, et cela me trouble ici. S'il vous pla√ģt, soyez respectueux. Pas √©tonnant que J√©sus ait pris un homme...
    Vous dites: ¬ęFr√®re Branham, qu'est-ce que cela?¬Ľ
    Eh bien! J√©sus pris un homme par la main et le mena hors de la ville pour s'√©loigner de la foule. N'est-ce pas vrai? Il est √©crit: ¬ęRegarde-nous¬Ľ dirent Pierre et Jean.
    Tr√®s bien, venez, monsieur. Soyez vraiment respectueux s'il vous pla√ģt, juste un instant. Je sais qu'il est tard, mais pensez √† la souffrance. Vous aviez attendu √† la clinique Mayo jour apr√®s jour. J'√©tais √† la clinique Mayo il y a deux ans. Et la chose merveilleuse, ce qui fait bondir mon coeur, √† la clinique Mayo il y a deux semaines, j'ai √©crit pour mon petit livre que vous avez l√†-bas dans le stand, sur la gu√©rison Divine pour aller dans leur--dans leur bib--dans la biblioth√®que pour leurs √©tudiants. La clinique Mayo a √©crit pour mon livre sur la gu√©rison Divine et ils voulaient savoir comment ces miracles arrivaient. Ils ne peuvent pas nier ce qui se passe mais ils veulent √©tudier comment cela se fait. Dieu soit lou√©. Voici un livre qui r√©v√®le tout cela. C'est le secret de Dieu.

53    Tr√®s bien, Fr√®re, vous croyez de tout votre coeur? Votre diab√®te vous a quitt√© ainsi vous pouvez descendre de l'estrade et √™tre heureux. Tr√®s bien donnons gloire √† Dieu. Tr√®s bien, amenez la dame. Soeur, ayez foi. Vous souffriez de la m√™me chose n'est-ce pas? Descendez de l'estrade, soyez gu√©rie aussi dans le Nom du Seigneur. Amen. Vous croyez de tout votre coeur? Que chacun soit respectueux. L√†-bas au fond, croyez; je crois que le Seigneur va se frayer un chemin au travers de cet auditoire dans quelques instants. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas; croyez.

54    Que pensez-vous de cela, vous ici? Eh bien! Madame dans la chaise roulante, que pensez-vous de cela? Suivez les instructions de l'infirmi√®re. Elle conna√ģt Dieu. Tr√®s bien. Que pensez-vous Monsieur dans la chaise roulante? Croyez-vous de tout votre coeur? Ayez foi maintenant. Dieu peut faire... Il l'a d√©j√† fait, si votre foi peut juste grandir. Ayez foi; ne doutez pas. Vous tous dans la ligne, vous allez croire maintenant? Tr√®s bien, amenez la dame sur l'estrade. Je baisse le regard et vois le d√©put√© Upshaw, se tenant au milieu de nous juste maintenant, qui √©tait invalide pendant soixante-six ans. Il s'est pr√©sent√© √† la pr√©sidence des √Čtats-Unis, est connu √† travers tout le pays, partout, en Angleterre. Cet homme a √©t√© √† un endroit... Et la m√™me chose arrive ici m√™me, c'est la m√™me chose lorsqu'il a √©t√© amen√© en chaise roulante dans l'une des r√©unions en Californie. J'ai vu cet homme bless√© et tout ce qu'il avait travers√©. Et l√†, se tenant ici, invalide pendant soixante-six ans; j'ai dit: ¬ęJe vois un jeune homme; il est bless√© par un ch√Ęssis √† foin pr√®s d'un r√Ętelier d'√©curie.¬Ľ J'ai parl√© d'une sorte de docteur, d'autre chose et de tout ce qu'il avait fait.
    Et ainsi lorsque Fr√®re Baxter est venu me dire: ¬ęCe...¬Ľ

55    J'ai vu o√Ļ il se trouvait et l'homme l√† a d√©clar√©: ¬ęEh bien! cet homme est un d√©put√©. Il est ainsi depuis des ann√©es.¬Ľ Et j'ai commenc√© √† partir. Lorsque j'ai commenc√© √† partir, j'ai vu Monsieur Upshaw sans b√©quilles ou chaise roulante ou quoi que ce soit, allant, marchant simplement aussi agile qu'il pouvait l'√™tre. Et l√† cet homme, apr√®s avoir √©t√© handicap√© pendant soixante-six ans a re√ßu le ¬ęAINSI DIT LE SEIGNEUR¬Ľ. Le voici ce soir, √† 85 ans, aussi agile que n'importe quel autre homme dans sa trentaine dans le b√Ętiment. C'est comme s'il avait √©t√© gu√©ri, avait √©t√© ramen√© dans le temps o√Ļ ses os √©taient sains, avaient du bon calcium et tout le reste. Mais Dieu dans Sa puissance a montr√© qu'Il pouvait faire toutes choses. Il est un Dieu qui √©tait... Le voici maintenant agitant Ses mains sur vous. Gr√Ęce √©tonnante, combien le son en est doux.

56    Tr√®s bien, madame, votre probl√®me de coeur vous a quitt√© alors que vous vous teniez l√†. Allez sur la route vous r√©jouissant et soyez heureuse. Venez madame, vous croyez de tout votre coeur? Ne voudriez-vous pas perdre cette vieille tumeur? Descendez de l'estrade dans la joie. Cela vous a quitt√©.
    Disons: ¬ęLouange √† Dieu.¬Ľ Quelqu'un prie l√†-bas, accepte J√©sus. Acceptez Le comme votre gu√©risseur maintenant. Dans votre coeur dites: ¬ęJe crois.¬Ľ L√†-bas dans le fond, ici, s'il vous pla√ģt que chacun soit respectueux; soyez respectueux si vous le voulez. Ne doutez pas; croyez. Venez madame, ayez la foi. Comment allez-vous Soeur? Je veux juste vous parler un instant. Oui madame. Vous--vous pensez que tout va mal avec vous, des probl√®mes de coeur. Ce probl√®me de coeur est provoqu√© par une indigestion; cela empire quand vous vous allongez apr√®s le repas, n'est-ce pas? Votre probl√®me g√©n√©ral est la nervosit√©, n'est-ce pas vrai? Vous--c'est une nervosit√© mentale aussi; je vous vois--vous vois tenant votre t√™te comme cela et marchant; vous pensez quelquefois que vous avez perdu la t√™te. N'est-ce pas vrai? Mais J√©sus-Christ vous gu√©rit maintenant. Allez sur votre chemin vous r√©jouissant. Que Dieu vous b√©nisse, vous...
    Donnons gloire √† Dieu.

57    Tr√®s bien, venez monsieur. Croyez-vous de tout votre coeur? Alors vous n'aurez plus de probl√®me de coeur du tout; vous pouvez descendre de l'estrade et √™tre gu√©ri. Que Dieu vous b√©nisse, mon Fr√®re.
    Donnons gloire √† Dieu. Je vois un homme assis ici tirant sur ses genoux et priant et pleurant; il y a quelque chose coinc√© dans son oreille. Vous croyez Monsieur? Evidemment je vois que vous avez un probl√®me avec votre oreille. Dieu est capable de gu√©rir cette oreille, ne l'est-Il pas? Vous le croyez? Levez-vous juste une minute? Oh! ce n'est pas tant un probl√®me d'oreille; c'est un probl√®me d'estomac qui vous d√©range. N'est-ce pas vrai? Si c'est juste, levez votre main. C'est juste. Rentrez chez vous et mangez ce que vous voulez. J√©sus-Christ vous gu√©rit. Amen.
    Maintenant vous pouvez tous vous r√©jouir. Tr√®s bien, venez soeur. Je vois entre vous et moi des gouttes de sang, cela para√ģt vraiment clair. Cela semble contenir du sucre ou de l'eau. Vous avez de l'an√©mie, n'est-ce pas? Descendez de l'estrade et recevez une transfusion du Calvaire par J√©sus-Christ, le Fils de Dieu. Que Dieu vous b√©nisse.
    Donnons gloire √† Dieu. Tr√®s bien, amenez votre malade.

58    Croirez-vous Soeur de tout votre coeur alors que vous viendrez? Je vois que vous √™tes vraiment malade, ressentant la pression de l'ennemi. Vous souffrez de cancer, n'est-ce pas? Venez ici une minute. Posez votre mouchoir juste ici. Vous me croyez comme Son proph√®te? Venez ici, je veux que vous regardiez ma main. C'est juste la main d'un homme ordinaire, n'est-ce pas? J'aimerais que vous posiez votre main ici sur la mienne afin de me toucher. Maintenant regardez ce qui s'est pass√©. Regardez-la enfler, ces parties blanches se d√©pla√ßant dessus. Maintenant je vais enlever votre main, je vais mettre ma main sur la v√ītre. Ce n'est plus l√† maintenant, n'est-ce pas?
    Je d√©sire que vous mettiez votre autre main l√†-dessus. Ce n'est plus l√† maintenant, n'est-ce pas? Eh bien! vous √™tes tout aussi humaine dans cette main que vous l'√™tes dans celle-ci. Venez ici Fr√®re Baxter; mettez votre main l√† dessus, ce n'est plus ici maintenant, n'est-ce pas? Viens ici Billy Paul; ce n'est plus l√† n'est-ce pas? Ce n'est plus l√† maintenant. Maintenant mettez votre main l√† dessus cela se reproduit. Est-ce juste? Si c'est vrai tenez cette main en l'air afin que l'auditoire la voit? Maintenant ma main a tourn√© au rouge sombre et des parties blanches se d√©placent dessus, n'est-ce pas? Ces petites choses sont comme des petits boutons, des bosses se d√©pla√ßant sur ma main. Maintenant regardez comment ils vont et viennent; les voici venir; l√† ils se d√©placent; ici ils reviennent. Vous savez quoi? C'est une vie, un cancer, une grosseur maligne qui est en vous multipliant ses cellules, essayant d'√īter votre vie.

59    Je vois que vous avez pri√© pour cela aussi, n'est-ce pas? Cela semble n'avoir port√© aucun fruit. Vous avez essay√© de croire; vous avez essayer de l'accepter. Vous avez pri√© pour cela, il y a peu de temps et vous pensiez que vous alliez vraiment aller mieux alors mais cela ne s'est pas pass√© ainsi. N'est-ce pas vrai? Je ne lis pas dans vos pens√©es; mais je vois l'endroit o√Ļ vous vous teniez. C'est vrai. Mais lorsque vous avez entendu que je ou vu... Je crois que vous avez vu quelque chose, lu quelque chose que vous‚Ķ Je vous vois regarder par terre et alors je vous entends dire: ¬ęLorsque je... Fr√®re Branham lorsque j'irai √† la r√©union qu'il tiendra, il priera pour moi, j'irai mieux.¬Ľ
    Avez-vous dit cela? Levez votre main si c'est vrai. Alors votre foi vous a sauv√©, Soeur, o√Ļ sont les vibrations √† pr√©sent? Elles sont parties. Maintenant vous pouvez vous en aller et vivre. Que Dieu vous b√©nisse, oh! la la!... Donnons gloire √† Dieu.

60    Pas besoin de pri√®re, votre foi vous gu√©rit. N'est-ce pas vrai? Vous √™tes heureux, n'est-ce pas? C'est juste. Et Il vous a gu√©ri de probl√®mes cardiaques √† l'instant m√™me. Maintenant vous pouvez descendre de l'estrade heureux car vous n'avez plus de probl√®me de coeur. Que tout le monde donne gloire √† Dieu.
    Qu'en est-il pour vous Soeur, me croyez-vous de tout votre coeur? Vous croyez que je suis le proph√®te de Dieu? Vous souffrez des nerfs, n'est-ce pas? Levez-vous et soyez gu√©rie. Dans le Nom du Seigneur J√©sus et sortez de l'... Que Dieu vous b√©nisse Soeur, vous n'aurez plus ces sentiments du tout maintenant, allez et r√©jouissez-vous. Donnons gloire √† Dieu.
    Je sens quelque chose... C'est diff√©rent maintenant, n'est-ce pas, Fr√®re? Amen. Amen. C'est juste. Amen. Votre foi vous a sauv√©, mon Fr√®re.
    Tr√®s bien, venez Soeur. Vous voulez sortir de cet asthme? Levez votre main et dites: ¬ęJ'accepte J√©sus comme mon Gu√©risseur.¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse. Je vous impose les mains selon la Parole qui a dit: ¬ęVoici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru; ils imposeront les mains aux malades et ils seront gu√©ris.¬Ľ Dans le Nom du Seigneur J√©sus, allez et soyez gu√©rie.

61    Vous voulez √™tre gu√©rie l√†-bas? Vous croyez de tout votre coeur? Je vois la petite dame; Vous vous sentez diff√©rente concernant cette nervosit√©, maintenant, n'est-ce pas Soeur? Vous venez juste d'√™tre gu√©rie, vous vous sentez diff√©rente: plus calme, certainement vous l'√™tes. Maintenant que chacun soit respectueux. Vous pourriez savoir, mon ami chr√©tien, ce qui se passe maintenant. Je regarde l√†-bas, pensant maintenant √† appeler une autre ligne de pri√®re, un autre num√©ro juste dans une minute.
    Pourquoi avez-vous lev√© votre main madame? Vous me croyez? La dame au chapeau rouge, vous croyez que je suis le proph√®te de Dieu? Vous croyez que Dieu peut me r√©v√©ler ce qui ne va pas avec vous ici? Regardez-moi juste un instant. Oui, vous souffrez d'une tumeur, n'est-ce pas? N'est-ce pas exact? Je le vois examiner... Cette tumeur est situ√©e sur la jambe gauche, n'est-ce pas? N'est-ce pas juste? Si c'est le cas, agitez votre main en avant et en arri√®re comme cela. Rentrez chez vous et recevez votre gu√©rison, Soeur. Dans le Nom du Seigneur J√©sus, Il vous gu√©rit.

62    Qui d√©sire √™tre gu√©ri? Qui d√©sire croire? Maintenant, puisse notre P√®re c√©leste me parler d√®s maintenant. Je vois un homme se tenant juste ici, du c√īt√© droit; c'est un homme assez lourd; il porte un... Oh! oui, il souffre de--d'hernie. Je vois o√Ļ je peux voir cet homme; il est sorti de ma vision juste alors, se tenant juste‚Ķ Voici un homme se tenant juste ici, avec une sorte de cheveux fins, un homme grand. Oh! n'avez-vous pas eu d'√©clatement, d'hernie? C'est juste. Que Dieu vous b√©nisse, mon Fr√®re, que le Seigneur J√©sus gu√©risse chaque cellule de votre corps.
    Juste un instant, je vois un homme se tenant devant moi maintenant, venant de ce c√īt√©, plut√īt mince, portant un costume gris et une cravate violette. L√† il se tient en bas ici. Levez-vous juste une minute, Monsieur ...?... L'homme ici avec la cravate violette, un homme plut√īt mince... Oh! oui, vous souffrez de--de probl√®me d'estomac, n'est-ce pas vrai? N'est-ce pas un probl√®me de vessie, un ulc√®re de la vessie, est-ce juste? Levez votre main. Recevez votre gu√©rison, mon Fr√®re. Dans le Nom du Seigneur J√©sus.

63    Juste un instant. Maintenant, soyez respectueux mes amis, je deviens terriblement faible. Juste un instant, croyez-moi maintenant de tout votre coeur. Maintenant, je vois un homme venant de cette mani√®re, se frayant un chemin jusqu'ici. Juste un instant. Cet homme a quelque chose qui ne va pas avec son... Je vois, non, c'est... Il l'examine, un docteur le regarde. Il s'arr√™te et revient par ici; il se d√©place, oui, c'est--c'est son foie. Il a un probl√®me de foie. Je vois l'homme √† pr√©sent, ici il... Cet homme se tient l√†, juste ici. N'avez-vous pas un probl√®me de foie, Monsieur? Un foie enfl√©, n'est-ce pas vrai? Levez-vous et recevez votre gu√©rison, mon Fr√®re. Dans le Nom du Seigneur J√©sus-Christ.
    Y a-t-il quelqu'un d'autre ici qui d√©sire √™tre gu√©ri, qui accepterait J√©sus comme son Gu√©risseur? Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. Croyez. Maintenant, me croirez-vous? Vous ai-je dit la v√©rit√©? Le Dieu Tout-puissant a-t-Il √©t√© l√† pour confirmer que j'ai dit la v√©rit√©? Vous croyez qu'il en est ainsi? Ayez foi en moi en tant que Son proph√®te: J√©sus Christ le Fils de Dieu a gu√©ri chacun d'entre vous. Il n'a pas besoin de vous saisir. Toute la Chose se d√©place ainsi maintenant, je ne sais pas si je peux en voir un ou pas. Mais ferez-vous et agirez-vous comme je vous demanderai de le faire? Posez vos mains les uns sur les autres comme ceci. Mettez vos mains les uns sur les autres s'il vous pla√ģt. Venez ici, Fr√®re Richey, Fr√®re Bosworth, quelqu'un vite, venez ici. Donnez-moi un verre d'eau, vite...?... Je suis d√©sol√©, ceci est mon...?... Je deviens si faible que je peux √† peine me tenir debout.
    √Ē Dieu, Auteur de la vie, Donateur de mis√©ricorde, envoie Tes b√©n√©dictions sur ton peuple et b√©nis le, Seigneur. Gu√©ris les tous, dans le Nom de Ton Fils J√©sus. Je maudis chaque maladie dans ce lieu dans le Nom du Seigneur ...?...
EN HAUT