ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Que fais-tu ici? de William Branham a été prêchée 59-0301E La durée est de: 1 heure 7 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3

Que fais-tu ici?

1    Merci, Fr√®re Neville. Comme je l'ai dit ce matin, il est toujours bon de venir √† la maison du Seigneur.

2    J'avais envie de demander √† une petite demoiselle de venir chanter un cantique que j'avais entendu chez moi l'autre jour. Je crois que nous en avons encore le temps, si elle n'est pas trop timide. Mademoiselle Jefferies, qu'en pensez-vous, ce petit chant que vous aviez chant√© l√†, et que j'ai entendu quand je suis entr√©; je l'aimais vraiment bien. J'esp√®re que je ne vous embarrasse pas, en vous demandant de le chanter √† nouveau. ¬ęDites-moi Son Nom¬Ľ, ou quelque chose comme cela, n'est-ce pas? J'aimerais le r√©entendre. Je sais que vous allez tous l'appr√©cier. [Passage blanc sur la bande. Soeur Jefferies chante: ¬ęRedites-moi Son Nom.¬Ľ ‚Äď N.D.√Č.]

3    Oh! j'aime vraiment cela! J'aime Son Nom. Vous savez ce qui m'a fait penser √† cela, de demander √† cette petite dame de le chanter?

4    C'est une petite camarade de classe de ma petite fille, Rebekah. Et j'√©tais l√†, l'autre matin, faisant quelque chose dans la pi√®ce, et j'ai entendu ce chant. Et je pensais: ¬ęEh bien! je vais lui demander de chanter cela √† l'√©glise, un jour.¬Ľ

5    En √©tant sur le chemin pour emmener les enfants √† l'√©cole, je lui ai parl√© au sujet du chant, et elle a dit: ¬ęJe me suis lev√©e...¬Ľ Je ne l'exprime peut-√™tre pas avec les m√™mes mots. Mais elle a dit: ¬ęJe me suis lev√©e, l'autre nuit; j'√©tais au lit et je pensais √† ce chant, et j'ai re√ßu une telle b√©n√©diction!¬Ľ

6    "Eh bien! pensais-je, c'est remarquable pour une adolescente, de parler d'une b√©n√©diction du Saint-Esprit; sp√©cialement dans cette communaut√©, dans cette ville.¬Ľ Nous avons besoin de davantage d'adolescentes comme cela. Certainement.

7    Cette autre petite fille qui a chant√© aussi, il y a quelques minutes; je ne me souviens pas de son nom, mais j'appr√©cie ces petits enfants, des petites adolescentes qui chantent. Savez-vous, notre marche est un exemple pour les autres. Certainement.

8    Une vieille histoire, il y a quelques ann√©es, raconte qu'il y avait un homme en Angleterre qui √©tait sorti pour prendre un petit verre √† No√ęl, juste pour avoir un contact avec les autres. Et il est sorti chez ses voisins et ils √©changeaient des cadeaux et tout le monde lui disait: ¬ęAllons, John, prends un petit verre!¬Ľ Et une petite gorg√©e ici, une petite gorg√©e l√†... il devint vraiment intoxiqu√©.

9    Et sur le chemin du retour, la neige √©tait tomb√©e sur environ quinze centim√®tres. Son petit gar√ßon le suivait. Il ne pouvait le porter car il √©tait ivre. Et il √©tait sur le chemin de la maison. Il s'est retourn√© et a remarqu√© que son petit gar√ßon zigzaguait dans la neige. Il a dit: ¬ęFils, pourquoi zigzagues-tu dans la neige?¬Ľ

10    Il r√©pondit: ¬ęPapa, j'essaie de suivre tes empreintes.¬Ľ
    Il a prit le petit gar√ßon dans ses bras et il dit: ¬ę√Ē Dieu, √† partir d'aujourd'hui, je ne prendrai plus jamais un autre verre!¬Ľ

11    Quelqu'un va suivre vos empreintes. Suivons cette ligne droite, du berceau au Calvaire. Ce sont les empreintes, dans lesquelles nous voulons marcher.

12    Je sais que ce soir est le soir de la communion. Je vais simplement prendre un court moment pour vous parler dans la Parole. J'aime parler de Lui, car Il est si r√©el pour moi.

13    Je lisais un petit article, il y a quelque temps, en repensant aux jeunes filles. C'√©tait arriv√© dans l'Ouest. Une nuit, une grande temp√™te s'√©tait lev√©e et le vent soufflait fort. Des gens avaient une r√©union de pri√®re. La personne qui conduisait la r√©union de pri√®re √©tait une petite dame tr√®s attrayante. Insouciante du danger, elle vivait dans un coin recul√© de la petite ville. Habituellement, il y avait beaucoup de monde dans les rues √† cette heure de la nuit. La r√©union de pri√®re s'√©tait achev√©e, les chants d√©di√©s au Seigneur et les coeurs √©taient heureux. Je suis s√Ľr qu'ils se sentaient comme Fr√®re Beeler l'a dit il y a un instant, dans son t√©moignage. Simplement si content, au point de ne pouvoir contenir la joie, ils devaient la laisser sortir d'une mani√®re ou l'autre. Apr√®s le dernier ¬ęamen¬Ľ, tous prirent le chemin de la maison.

14    Et la petite jeune dame prit son manteau, releva le col, l'attacha soigneusement et s'en alla dans la rue. Elle d√©couvrit que le froid avait chass√© tout le monde vers leurs foyers. Elle se trouva seule dans la rue. Un danger sembla commencer √† la hanter.

15    Vous savez, je suis si content que le Saint-Esprit peut nous avertir des choses qui vont arriver, pour √©chapper √† ces dangers.

16    Et elle n'avait jamais pens√© √† l'id√©e d'avoir peur. Elle commen√ßa √† chanter ce vieux cantique: ¬ęNon, jamais tout seul.¬Ľ Et alors qu'elle traversait la ville, il semblait que personne n'allait l'ennuyer, mais tout √† coup, l√† tout pr√®s, il y avait un homme √† l'aspect vraiment hideux qui la regardait et qui, les bras tendus, s'avan√ßait vers elle.

17    Il n'y avait pas moyen d'√©chapper. C'est une histoire vraie. Elle ne pouvait s'enfuir: il l'aurait rattrap√©e. Il n'y avait qu'une seule chose √† faire. Elle ne pouvait pas crier. Le vent soufflait si fort, soulevant pratiquement son corps du sol. Personne n'aurait pu l'entendre. La neige tombait de mani√®re aveuglante.

18    Il n'y avait qu'une seule chose √† faire, c'√©tait de prier. Ainsi, elle commen√ßa √† murmurer une pri√®re √† Dieu. Et tout √† coup, sans qu'elle sache d'o√Ļ il sortait, un grand chien se t√ģnt pr√®s d'une porte. Il avait les poils h√©riss√©s et il s'avan√ßa √† ses c√īt√©s, se tenant du c√īt√© o√Ļ l'homme arrivait. Il commen√ßa √† grogner dangereusement au passage de l'homme. D√®s que celui-ci eut disparu dans la rue, le chien retourna √† sa place et se coucha pr√®s de la porte.

19    Dieu prend soin des Siens. Parfois, Dieu agit m√™me au travers d'un chien ou d'un animal, ou d'une autre mani√®re, pour montrer Sa gloire et Sa protection. Je suis si heureux de Le conna√ģtre dans le pardon de mes p√©ch√©s et avec l'assurance que mes p√©ch√©s sont sous le Sang, alors que je les Lui confesse chaque jour.

20    Ce matin, dans le Message, j'ai peut-√™tre √©t√© un peu hach√© ou rude, mais ce n'√©tait pas vraiment un texte pour un service de gu√©rison. Mais j'ai v√©cu assez longtemps pour savoir ceci, Fr√®re Tony: si un homme veut simplement agir comme il se sent conduit √† le faire, Dieu prendra soin du reste, d'une fa√ßon magistrale. C'est la premi√®re fois que c'est arriv√© comme cela ici. Habituellement nous distribuons des cartes de pri√®re et les gens doivent se tenir debout. Mais le Saint-Esprit m'a pouss√© √† demander combien d'√©trangers il y avait dans le b√Ętiment, et c'√©tait pratiquement rempli. Et alors Il leur fit conna√ģtre leurs d√©sirs et Il a prononc√© leur gu√©rison. Cela montre simplement que l'ob√©issance vaut mieux que les sacrifices, pr√™ter l'oreille vaut mieux que la graisse des b√©liers.

21    Ainsi, ce soir, j'ai choisi un petit passage, afin d'en parler quelques instants. Avant cela, courbons la t√™te un instant dans la pri√®re.

22    √Čternel, Tu es Dieu √† tout jamais. Et nous Te remercions et Te louons pour le privil√®ge que nous avons de venir devant Toi, par la pri√®re. Nous savons premi√®rement que Tu nous as promis que ¬ęsi vous demandez quelque chose en Mon Nom, Je le ferai.¬Ľ Et nous avons l'assurance que Tu accorderas notre requ√™te.

23    Ce soir, tant de choses ont d√©j√† √©t√© accomplies, que si nous devions terminer la r√©union et rentrer chez nous, nous pourrions dire: ¬ęCe fut bon d'√™tre ici.¬Ľ Entendre les chants de Sion chant√©s par l'assembl√©e! Entendre les gens s'exprimer de toute leur voix dans la pri√®re, la m√©ditation et les hymnes! Comme dit l'√Čcriture: ¬ęR√©jouissez-vous dans vos coeurs, en chantant des cantiques spirituels.¬Ľ Entendre ces petites adolescentes! Dans cette heure sombre, dans laquelle nous vivons, comme notre Fr√®re Beeler l'a exprim√© ce soir, et les entendre entonner les chants de Sion! Entendre comment Fr√®re Beeler s'est exprim√© vers Toi, combien il T'appr√©cie, ce que Tu as fait, comment Tu l'as rendu infirme pour qu'il r√©alise ce qu'il ferait sans ce bras. Cela montre simplement que nous sommes prot√©g√©s par Ta gr√Ęce et Ta puissance.

24    Prenons garde, ce soir, Seigneur, car je crois qu'il est temps que nous fassions l'inventaire; c'est un temps de v√©rification, car nous ne savons pas quand nous devrons nous en aller. Il est peut-√™tre plus tard que nous ne le pensons. Ainsi, consid√©rons nos voies ce soir, et nos pens√©es.

25    Nous Te prions de nous parler quelques instants par Ta Parole, et ensuite b√©nis-nous dans le service de communion, par apr√®s, quand nous prendrons les morceaux bris√©s de ce pain kasher et le vin, qui repr√©sente Ton corps bris√© et le Sang vers√© pour la r√©mission de nos p√©ch√©s.

26    Ce soir, notre bien-aim√© pasteur ne se sentait pas bien. Mais dans notre conversation t√©l√©phonique, il a plac√© cela sur l'autel. Je suis s√Ľr que Tu le recevras, Seigneur. J'offre encore une pri√®re pour lui, car nous l'aimons et nous avons besoin de lui. Nous prions pour lui et sa famille, et pour chaque famille qui est ici, et pour toutes les requ√™tes qui ont √©t√© exprim√©es ce soir, et pour les silencieuses aussi.

27    B√©nis-nous dans le reste de ces r√©unions, car nous le demandons au Nom de J√©sus, Ton Fils. Amen.

28    Je d√©sire lire un passage des √Čcritures, dans 1 Rois 19, en commen√ßant au verset 9:
    Et il entra dans la caverne et y passa la nuit. Et voici, la Parole de l'√Čternel vint √† lui et lui dit: Que fais-tu ici, √Člie?
    Et il dit: ¬ęJ'ai √©t√© tr√®s jaloux pour l'√Čternel, le Dieu des arm√©es; car les fils d'Isra√ęl ont abandonn√© ton alliance, ils ont renvers√© tes autels et ils ont tu√© tes proph√®tes par l'√©p√©e, et je suis rest√©, moi seul, et ils cherchent ma vie pour me l'√īter.
    Et il dit: Sors, et tiens-toi sur la montagne devant l'√Čternel. Et voici, l'√Čternel passa, et devant l'√Čternel un grand vent imp√©tueux d√©chirait les montagnes et brisait les rochers: l'√Čternel n'√©tait pas dans le vent. Et apr√®s le vent, un tremblement de terre: l'√Čternel n'√©tait pas dans le tremblement de terre.
    Et apr√®s le tremblement de terre, du feu: l'√Čternel n'√©tait pas dans le feu. Et apr√®s le feu, une voix douce, subtile.
    Et il arriva, quand √Člie l'entendit, qu'il enveloppa son visage dans son manteau, et sortit et se tint √† l'entr√©e de la caverne. Et voici, une voix lui parla, et dit: Que fais-tu ici, √Člie?

29    Je d√©sire prendre comme titre, pour quelques moments: Que fais-tu ici?

30    √Člie avait eu une journ√©e difficile. Il avait √©t√© au Mont Carmel et il avait vu descendre la gloire de Dieu. Il avait pri√© que le feu tombe du ciel et--et il avait pri√© que la pluie tombe sur Terre. Et dans toute cette tension, ses nerfs √©taient presque bris√©s. Oh! combien je peux avoir de la compassion pour lui!

31    Nous le voyons ici, en train de pr√™cher √† une nation r√©trograde et √† une J√©zabel qui voulait suivre son propre chemin. Le peuple √©tait arriv√© √† un endroit o√Ļ ils avaient abandonn√© Dieu, toutes Ses promesses et Ses commandements; ils ne gardaient plus Ses statuts et ne se souciaient en rien pour Lui. √Člie, au milieu de tout cela, ne voulait faire aucun compromis. Il devait rester fid√®le √† ses convictions. Comme cela se refl√®te en ce jour-ci!

32    Ils avaient l√† une reine du nom de J√©zabel. Elle avait √©gar√© tous les enfants d'Isra√ęl avec sa mani√®re fantastique et moderne de vivre. Elle les avait pouss√©s √† la fornication et √† faire des choses mauvaises. Si ceci n'est pas en parfait parall√®le avec aujourd'hui!

33    Mais √Člie, au milieu de tout cela... Cependant, beaucoup des enfants d'Isra√ęl, des milliers avaient fait des compromis et d√©siraient cette tendance moderne de vie. Mais √Člie ne voulait pas faire de compromis. Il avait dit √† J√©zabel quelle √©tait sa place et ce qu'elle devait faire. Oh! elle d√©testait ce proph√®te. Bien qu'elle ne voulait pas le reconna√ģtre, il √©tait son pasteur de toute fa√ßon.

34    Oh! bien souvent ils ne veulent pas le reconna√ģtre, mais un homme envoy√© par Dieu dans une communaut√© est un pasteur pour la communaut√© enti√®re, qu'il soit Baptiste, Presbyt√©rien ou qui que ce soit. Dieu oint Son homme et il ne fera pas de compromis. Et les gens le d√©testent parfois parce qu'il se tient pour la V√©rit√©, mais cependant il est le pasteur de Dieu pour cette heure.

35    Oh! elle le m√©prisait. Elle aurait voulu faire n'importe quoi pour le tuer, mais malgr√© tout il √©tait fid√®le aux principes de Dieu et aux normes de Dieu. Ses soir√©es modernes et sociales, son maquillage, les v√™tements qu'elle portait avaient pollu√© la nation. Et le vieil √Člie n'√©tait pas facile. Il lui a dit directement o√Ļ elle se tenait.

36    √Ē Dieu! Envoie-nous davantage d'√Člie en ce jour, qui ne feront pas de compromis avec le p√©ch√©; quelqu'un qui pr√™chera la V√©rit√©, peu importe si cela fait mal. Dieu a encore toujours des serviteurs dans chaque communaut√©, qui ne feront aucun compromis avec les choses du monde.

37    √Člie n'aimait pas la tendance moderne des choses, il restait fid√®le √† Dieu. Et l'heure de v√©rit√© arriva, et l'heure de v√©rit√© arrive √† nouveau.

38    Et √Člie, sur le Mont Carmel, alors qu'ils pensaient que les jours de miracles √©taient pass√©s, que rien de semblable aux miracles ne pouvait exister, il y avait un homme qui y croyait. Il a dit: ¬ęAmenez tous vos proph√®tes. Amenez-les ici sur la montagne. √Čprouvons-les et voyons qui est Dieu.¬Ľ J'aime cette √Čcriture.

39    Si jamais il y a eu un temps, un lieu o√Ļ la v√©ritable Puissance de Dieu devrait √™tre manifest√©e, c'est bien aujourd'hui. √Čprouvons qui est Dieu.

40    Si l'instruction est la voie de la libert√©, pourquoi cela ne marche-t-il pas? Si le statut social et ainsi de suite est le chemin, pourquoi cela ne marche-t-il pas? Si le fait de payer d'autres nations pour qu'elles soient amies... Nous voyons qu'elles l√®vent le talon contre nous, d√®s qu'elles le peuvent. Vous ne pouvez acheter l'amiti√© avec de l'argent. L'amiti√© est un don de Dieu. Si les grandes √©glises et les grands docteurs sont la fa√ßon de s'en sortir, alors pourquoi n'avons-nous pas davantage de Dieu dans nos communaut√©s? Pourquoi sommes-nous toujours r√©trogrades? Si les programmes √©ducatifs, le fait d'√™tre bien form√© pour monter en chaire, des choeurs bien entra√ģn√©s et nous nous √©loignons toujours davantage de Dieu, tout le temps; ainsi cela ne marchera pas.

41    Qu'a fait la science? Les scientifiques disent: ¬ęLe temps viendra o√Ļ on pourra faire ceci et cela.¬Ľ
    Qu'ont-ils fait? Ils nous ont conduits √† un endroit o√Ļ ils sont en train de d√©truire le monde entier. Que font-ils? Ils d√©vastent le monde au lieu de le rendre meilleur.

42    Il n'y a pas longtemps, j'√©tais dans le bureau du Capitaine Al Farrar du F.B.I., responsable de la d√©linquance juv√©nile aux √Čtats-Unis. Je l'avais conduit √† Christ dans un stand de tir. Il me disait: ¬ęFr√®re Branham, je suis Baptiste. J'ai appris que vous √©tiez Baptiste.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęOui.¬Ľ

43    Il m'a dit: ¬ęMais je n'ai pas ce Saint-Esprit dont vous parlez.¬Ľ Il a dit: ¬ęPensez-vous qu'Il serait pour moi?¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęOui, monsieur.¬Ľ

44    Il a dit: ¬ęEh bien! je vais commander une belle suite, quelque part, une belle chambre d'h√ītel. Ensuite, nous irons l√†, vous et moi, et peut-√™tre viendra-t-Il dans cette chambre d'h√ītel me remplir de Son Esprit.¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęIl n'est pas n√©cessaire d'aller dans une suite d'h√ītel.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęO√Ļ peut-Il me rencontrer?¬Ľ
    J'ai dit: ¬ęIci m√™me.¬Ľ

45    Il disait: ¬ęIl ne viendrait pas dans un stand, n'est-ce pas, un stand de tir?¬Ľ

46    J'ai r√©pondu: ¬ęPour l'un, Il est all√© dans le ventre d'une baleine, pour l'autre dans une fournaise ardente. Il vous rencontrera sur n'importe quel terrain o√Ļ vous voudrez bien Le rencontrer.¬Ľ Certainement. Dieu d√©sire vous rencontrer. Il veut en parler avec vous. Il viendra l√† o√Ļ vous √™tes.

47    Maintenant, J√©zabel avait pollu√© le pays et les nerfs d'√Člie avaient √©t√© soumis √† rude √©preuve. Il avait accompli de grands miracles et montr√© des signes sur la colline, pour prouver que Dieu √©tait toujours Dieu et qu'Il pouvait r√©pondre par un miracle. Quel r√©sultat cela a-t-il apport√©? Une menace pour sa propre vie. Qu'est-ce que cela a apport√© au lieu d'un r√©veil universel? Cela a apport√© une menace pour sa vie.

48    Quand Achab lui a racont√© ces choses, J√©zabel a dit: ¬ęQue les dieux me rendent la pareille et davantage, si je ne lui ai pas coup√© la t√™te √† la m√™me heure demain soir.¬Ľ

49    √Člie essayait avec son coeur, selon Dieu, de montrer aux gens que Dieu √©tait toujours Dieu. Il y eut un retour de flamme et il s'enfuit au d√©sert quand il entendit cela. Et l√†, il se coucha sous le gen√™t, essayant de trouver de la consolation. Il avait--il avait renvoy√© son serviteur, qui l'avait quitt√©.

50    Donc notre histoire se produit dans trois endroits diff√©rents: premi√®rement au Mont Carmel, ensuite sous le gen√™t, et le troisi√®me endroit o√Ļ Dieu le rencontre, c'est dans une caverne.

51    C'est tr√®s √©trange. Le pasteur ici le sait, et les autres pr√©dicateurs aussi. Faites attention, apr√®s votre Mont Carmel, vous allez avoir un gen√™t. Chaque fois qu'un homme a une b√©n√©diction, et que la puissance de Dieu se d√©verse et fait quelque chose pour vous, attention! Satan est en piste. Souvenez-vous simplement: le lendemain, ce lundi apr√®s une bonne journ√©e de Dimanche, vous allez avoir un dur moment, car il va faire tout ce qu'il peut pour √©branler votre confiance, que le Saint-Esprit vous a instill√©e le jour d'avant. Ainsi, √Člie avait eu un grand jour. Et il √©tait nerveux, de toute fa√ßon.

52    Tous les proph√®tes sont... ont √©t√© consid√©r√©s comme des malades mentaux. J√©sus-Christ a √©t√© d√©clar√© fou, chacun des ap√ītres le fut, par le public, car leur minist√®re fut tellement surnaturel que les gens pensaient qu'ils avaient perdu l'esprit. Tous ceux qui vivent pieusement en J√©sus-Christ souffriront la pers√©cution. Vous devenez une personne diff√©rente.

53    Comme Fr√®re Beeler l'a dit, √† propos de son signe dans le dos, vous naissez de nouveau. Vous devenez une nouvelle cr√©ature en Christ. Les choses anciennes sont pass√©es. Les choses charnelles du monde n'ont plus d'emprise sur vous, et vous n'avez plus de prise sur elles, lorsque vous √™tes pass√©s de la mort √† la Vie.

54    Quand Dieu se saisit d'un homme dans une √©glise, la premi√®re chose qu'Il fait, est de le faire passer de la mondanit√© √† la saintet√©, et Il le fait passer de la mort √† la Vie. Il est n√© de nouveau. C'est nouveau. Ses id√©es sont nouvelles. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un r√©veil comme cela. Vraiment, c'est vrai. Oh! nous avons eu une petite immersion dans l'Esprit. Nous avons eu des b√©n√©dictions spirituelles et des mouvements spirituels, mais nous n'avons plus besoin de cela. Nous avons besoin d'un r√©veil de l'Esprit du Dieu vivant, dans les coeurs des gens. Nous n'avons pas tant besoin d'immersions dans l'Esprit, ou d'un r√©veil spirituel. Nous avons besoin d'un r√©veil; c'est-√†-dire r√©veiller ce que nous avons. Non pas un r√©veil spirituel; cela provoque parfois des multitudes mixtes. Mais nous avons besoin d'un r√©veil qui va tamiser, secouer et qui va couper toutes les choses.

55    Comme lorsque vous vous tenez pr√®s du rivage. Il y a quelque temps, je parlais √† des fr√®res, √† Porto Rico. J'ai vu cette grande mer, quand il y avait une grande temp√™te; les vagues √©taient plus hautes que ce tabernacle. J'ai dit: ¬ęVous savez quoi? Il n'y a pas une goutte d'eau en plus que lorsqu'elle √©tait parfaitement calme. Mais que signifie ce bouillonnement et ce tumulte? Cela rejette toutes les salet√©s sur la rive.

56    C'est ce dont l'√©glise a besoin: un r√©veil, pour secouer d'elle toute la mondanit√© et les choses du monde, et pour ramener la puret√© et la saintet√© de Dieu dans le coeur des croyants, l'humilit√©.

57    Si les hommes, pour se satisfaire eux-m√™mes, n'ont pas de r√©veil de temps en temps dans leur esprit, ils deviennent tellement charnels et indiff√©rents, si bien qu'ils attrapent leur propre style, sont raides et ont leur propre justice. Ils lisent et √©tudient, et c'est bien, mais ce n'est pas ce dont nous parlons. Vous en savez davantage au sujet de la Parole. Il est bon de conna√ģtre la Parole, mais c'est mieux de conna√ģtre l'Auteur de la Parole. Voyez-vous? Cette petite Chose que vous laissez de c√īt√©, ce Quelque Chose dans le coeur qui fait de vous ce que vous √™tes, c'est la chose.

58    Et je vous le dis, √Člie avec les nerfs √† fleur de peau; j'ai toujours eu compassion de lui. Ses nerfs √©taient sur le point de craquer et cette grande rage de J√©zabel fut le coup de gr√Ęce. Alors, il s'est enfui et est all√© dans le d√©sert, se coucher sous un gen√™t.

59    Oh! cette exp√©rience du gen√™t! Beaucoup parmi nous se retrouvent sous le gen√™t. Je m'y retrouve moi-m√™me, souvent; √† un endroit o√Ļ vous ne savez que faire. Vous √™tes frustr√©s. Franchement, j'y suis maintenant m√™me, et je me demande: ¬ę√Ē Dieu, que veux-Tu que je fasse?¬Ľ

60    Vous savez, les gens sous le gen√™t sont comme √Člie: ils ont envie de dormir. Je--je pr√™che √† des gens fatigu√©s plus que n'importe qui au monde. Les gens sont tellement fatigu√©s. Ils--ils--ils--ils sont sous une telle tension mentale qu'ils remplissent les institutions psychiatriques et les h√īpitaux, partout. Ils sont entr√©s dans une telle situation nerveuse qu'ils ne savent plus que croire, ni ce qu'ils d√©sirent. Ils ne savent que faire. Oh! c'est tellement triste de voir cela.

61    √Čcoutez, mon fr√®re. Vous ne pouvez vous d√©barrasser de cela par la boisson, ni par les cris. Vous ne pouvez non plus jouer aux cartes jusqu'√† en √™tre dans la confusion. Vous pourriez aussi faire mille siestes et essayer de vous en d√©barrasser en dormant; vous ne pouvez le faire. La seule chose que font tous nos petits rem√®des c'est de favoriser les sympt√īmes. Nous avons besoin d'un rem√®de pour la maladie. Nous avons besoin... Tous les psychiatres du monde ne peuvent gu√©rir cela. [Fr√®re Branham frappe trois fois sur la chaire. ‚Äď N.D.√Č.] Cela ne fait qu'aider les sympt√īmes. Le rem√®de est dans le Sang de J√©sus-Christ. Pas prendre du repos au bord de la mer. Non pas avoir un hymne, un choeur pour chanter des hymnes. C'est ce que nous essayons de faire aujourd'hui, nous en d√©barrasser par les chants.

62    ¬ęOh! nous allons faire comme les Jones¬Ľ, et nous essayons de faire quelque chose de diff√©rent, nous en d√©barrasser par l'instruction. Il n'y a qu'une seule mani√®re d'agir, c'est de faire face aux faits. C'est vrai. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire deux fois. ‚Äď N.D.√Č.] Oh! si vous √™tes contrari√© et frustr√©, ne vous joignez pas √† l'√©glise, venez √† Christ. C'est le seul rem√®de. Ne venez pas pour tourner une nouvelle page, recevez simplement une nouvelle Vie. Christ est la r√©ponse.

63    Il se trouvait l√†, sous le gen√™t. Il ne savait que faire. Ses nerfs √©taient us√©s, il tremblait. Il pleurait, sans doute, et il √©tait dans une situation terrible.

64    Beaucoup d'entre nous en arrivent √† ce point-l√†, sp√©cialement apr√®s une exp√©rience de Mont Carmel. Quelqu'un m'a pos√© une question √† ce sujet, l'autre jour. Comment... que ferions... que pouvons-nous faire? Qu'est-ce qui peut √™tre fait pour nous √† ce moment? Il n'y a qu'une seule chose √† faire: vous en remettre √† Dieu. Je sais qu'un homme peut se surmener, un homme peut aussi travailler trop peu.

65    Dieu savait que cet homme avait besoin d'√™tre nourri. Il avait besoin de quelque chose √† manger. √Ä l'endroit o√Ļ il se trouvait, Dieu devait faire quelque chose pour lui.

66    Dieu doit faire quelque chose pour tout homme qui vient sous le gen√™t, sinon il volera en pi√®ces. Il doit le faire, si Son serviteur est couch√© sous le gen√™t, ne sachant que faire. Il a accompli sa commission. √Člie disait: ¬ęOh! Seigneur, laisse-moi mourir.¬Ľ

67    J'ai eu ces sentiments apr√®s une r√©union o√Ļ j'ai essay√©, pr√™ch√©, suppli√© et persuad√©; apr√®s avoir vu l'Ange de Dieu descendre dans la r√©union et faire des signes et des prodiges, et puis, quand je suis assis dans la voiture √† l'ext√©rieur, je les entends dire: ¬ęCe n'√©tait rien d'autre que de la psychologie. Il n'y a rien √† Cela! Rien √† Cela. C'est du non-sens.¬Ľ

68    Oh! alors, je rampe sous le gen√™t. Je pense: ¬ęSeigneur, pourquoi m'as-Tu laiss√© faire cela? Que puis-je faire?¬Ľ Nous avons tous ce genre d'exp√©riences. Mais, la mis√©ricorde de J√©hovah √† l'√©gard de Son serviteur! Dieu conna√ģt vos √©preuves. Sachez-le simplement, Il conna√ģt tout √† ce sujet. C'est pourquoi Il descend.

69    Et Il sait que Son serviteur a besoin de repos; ainsi Il le fait endormir un petit moment; alors qu'il est l√†, en train de r√©cup√©rer ou de prier pour mourir: ¬ęSeigneur, mes p√®res sont morts avant moi, maintenant prends ma vie. J'en ai fait assez. J'ai combattu le bon combat, j'ai termin√© ma course.¬Ľ Mais il y avait encore du travail √† faire. Dieu n'avait pas termin√© avec Son proph√®te. Il avait encore du travail.

70    Peu importe combien nous crions, nous pensons ceci, cela ou autre chose; rien ne peut nous prendre jusqu'√† ce que Dieu en ait termin√© avec nous. Je suis si heureux de savoir cela.

71    Parfois, vous avez envie, comme cela m'est arriv√© une fois, de mettre un pistolet contre ma t√™te pour me suicider, mais je n'ai pas pu le faire. J'ai enlev√© mon gant, pour mettre la main sur une ligne √† haute tension o√Ļ je travaillais, mais je n'ai pas pu le faire. Quelque chose me retenait encore. Le m√™me Dieu qui √©tait avec √Člie, le m√™me Dieu aujourd'hui! Il m'a vu sous le gen√™t. Ma femme et le b√©b√© √©taient l√† dans la tombe; et mon p√®re, mon fr√®re et tous. J'√©tais presque parti moi-m√™me. Je me suis retrouv√© couch√© sous le gen√™t; c'est dur. Je suis arriv√© √† un endroit o√Ļ j'√©tais hors de moi, j'ai essay√© de me faire √©clater la cervelle avec un fusil, mais cela n'a pas march√©. Voyez-vous? Il y avait encore du travail √† accomplir. Quelque chose devait √™tre fait. Dieu n'avait pas encore termin√©. Il prendra toujours soin de vous.

72    Pauvre serviteur √©prouv√©, √©puis√©! Il l'a vu. Il savait o√Ļ il √©tait.

73    Il sait o√Ļ vous √™tes, ce soir. Vous √™tes peut-√™tre sous un gen√™t, sans espoir, mais souvenez-vous: Il sait o√Ļ vous √™tes. Nous n'avons pas tellement besoin d'√™tre r√©par√©s.

74    Comme disait la vieille dame de Couleur, dans le sud; elle avait eu un accident, une voiture l'avait touch√©e. Elle avait √©t√© assez gravement bless√©e et l'avocat avait dit: ¬ęVoulez-vous la poursuivre en dommages?¬Ľ

75    Elle r√©pondit: ¬ęMis√©ricorde! Non, mon cher, dit-elle, j'ai eu assez de dommages. Je veux une r√©paration.¬Ľ

76    Et je pense qu'elle a bien parl√© pour cette communaut√©, et cette √©glise ce soir, et cette Am√©rique qui est bonne pour l'enfer. Elle n'est pas r√©trograde, elle est d√©j√† finie. Elle n'est pas en route vers l'enfer; elle a d√©j√† rencontr√© l'enfer. Elle n'est pas perdue, sur le chemin de la perdition; elle est d√©j√† perdue. Nous n'avons pas besoin de poursuivre en dommages; ce qu'il faut, ce sont des r√©parations. C'est la v√©rit√©. Il sait o√Ļ vous vous trouvez. Il sait o√Ļ vous √™tes couch√©.

77    Il envoya un Ange, l'Ange le toucha et il s'endormit. Et lorsqu'il se r√©veilla, il y avait des g√Ęteaux de ma√Įs, ou une certaine sorte de g√Ęteaux, cuits, pos√©s √† ses c√īt√©s. Et Il dit: ¬ę√Člie, l√®ve-toi et mange.¬Ľ C'est la gr√Ęce de Dieu envers Son serviteur. Voyez-vous, Il le fait reposer.

78    Vous savez, J√©sus a dit: ¬ęVenez √† l'√©cart, dans le d√©sert et reposons-nous un peu.¬Ľ Certaines personnes pensent qu'il n'est pas n√©cessaire de prendre du repos; nous voyons qu'ils br√Ľlent la chandelle par les deux bouts. S'ils ne prennent pas de repos, ils se retrouvent emp√™tr√©s quelque part. Je pense que c'est l√† o√Ļ se trouve notre Fr√®re Billy Graham ce soir, en essayant de d√©passer les limites. Le corps humain est robuste, mais il a besoin de repos.

79    Alors, si vous prenez un peu de repos et que vous alliez quelque part, ils vous critiquent en disant: ¬ęJe pensais qu'il √©tait un pr√©dicateur. Regarde-le, l√†-bas sur le rivage, en train de p√™cher", ou quelque chose du genre. Mais cela ne fait rien! J√©hovah prendra soin des Siens.

80    Et alors qu'il √©tait couch√© l√†, sous l'arbre, fatigu√© et contrari√©, Dieu a calm√© ses nerfs. Il l'a nourri. Il l'a r√©veill√© et l'a nourri √† nouveau et l'a fait se rendormir.

81    Vous savez, je me suis souvent demand√© ce qu'il y avait dans ces g√Ęteaux. Quel genre de vitamines a-t-il re√ßu dans ces g√Ęteaux? Quoi qu'il en soit, cela a suffit pour quarante jours et quarante nuits. Il est parti avec la force de ces g√Ęteaux.

82    Ce soir, Dieu sait que j'en ai besoin. Et je suis s√Ľr que cette √©glise en a besoin. Venez √† l'√©cart, loin du monde, et reposons-nous un moment, parlons un peu ensemble.

83    Vous dites que vous n'avez pas le temps de vous reposer. Un jour, John Wesley a dit cela; il a dit: ¬ęJ'ai peur de me reposer, je n'ai pas le temps de me reposer.¬Ľ Mais vous vous retrouvez bris√©, si vous ne prenez pas ce repos.

84    Et nous d√©couvrons qu'il a march√© quarante jours et nuits, et Dieu l'a localis√© alors qu'il se tenait, ou qu'il s'√©tait retranch√© dans une caverne. Dieu voulait attirer son attention. Ainsi, une grande temp√™te s'est lev√©e, qui d√©chirait les montagnes. Elle √©tait si puissante qu'elle secouait les rochers, mais Dieu n'√©tait pas dans la temp√™te. Elle est partie avant Dieu. Ensuite est venu un grand tremblement de terre qui a secou√© la terre; mais Dieu n'√©tait toujours pas dans le tremblement de terre. Un feu survint; mais Dieu n'√©tait pas dans le feu. Ensuite vint une petite Voix douce et tranquille, et Dieu √©tait dans cette Voix.

85    Et, fr√®re, soeur, je me suis tenu suffisamment longtemps dans une caverne, et vous aussi, pour savoir qu'il y a eu beaucoup de tremblements de terre aux alentours, beaucoup de bruit et de discussions, et d'√©cume, et de choses comme cela, et de grandes r√©unions. Mais o√Ļ √©tait Dieu, dans tout cela? C'est la raison pour laquelle j'ai dit ce que j'ai dit ce matin. Quelque chose de plus profond qu'un service de gu√©rison doit arriver. Quelque chose de plus profond qu'un don de parler en langues doit arriver. Il doit y avoir quelque chose de plus profond qu'un puissant vent imp√©tueux. Le vent est pass√©, mais Dieu n'√©tait pas dedans. Nous avons eu de puissants vents imp√©tueux, partout dans le pays, et des sensations, et du sang sur le visage, et sur les mains, toutes sortes de signes. Mais o√Ļ est Dieu?

86    √Člie a attendu. C'√©tait un proph√®te, mais il √©coutait. Il n'est jamais all√© comparer les r√©veils entre eux, il n'est jamais sorti pour avoir la plus grande tente du pays. Il n'est jamais pass√© √† la t√©l√©vision, ou quoi encore, comme nous dirions aujourd'hui.

87    Toutes ces grandes histoires... l'Am√©rique est coupable d'√©couter ces bruits. Oh! nous aimons le bruit, mais Dieu n'est pas dans le bruit. Bien que ces choses soient honorables, cependant Dieu n'est pas dans le bruit. Si c'√©tait ainsi, quand les Africains battent le tam-tam... vous n'avez jamais entendu un tel bruit et un tel rythme. Dieu n'√©tait pas l√†-dedans. Nous avons eu des vents puissants, imp√©tueux; nous avons eu toutes sortes de feux, et tremblements de terre, et secouements; et de grands r√©veils et des choses comme cela. Dieu n'√©tait pas l√†-dedans. Si cela avait √©t√© ainsi, cela serait apparu de soi-m√™me.

88    Mais ensuite vint une petite Voix douce et subtile, et Dieu √©tait dans la Voix.

89    C'est √† cela que je pense aujourd'hui, les amis. Nous, les gens, nous sommes tellement emport√©s par tout le bruit. Ainsi, l'Am√©rique aime le bruit. Regardez ce qu'ils font; ils font marcher ces vieilles radios, aussi fort qu'ils le peuvent, avec ce ¬ęrock'n roll¬Ľ et le boogie-woogie et toutes ces choses. Ils veulent les faire aller si fort, √† vous faire √©clater les tympans, presque. Tout ce bruit, √† toute heure de la journ√©e.

90    Et dans l'√©glise, nous avons tap√© sur les tambourins, nous avons couru de long en large; nous avons cri√©, hurl√© et saut√©; nous avons pass√© un grand moment comme cela. Je n'ai rien contre, mais o√Ļ Dieu √©tait-Il? Qu'est-ce que cela a fait? Cela nous a √©parpill√©s en mille morceaux, qui sont appel√©s les Assembl√©es de Dieu, l'√©glise de Dieu, l'√©glise pentec√ītiste unifi√©e, et toutes ces autres petites d√©nominations. Dieu n'√©tait pas l√†-dedans. C'est un pr√©curseur de Dieu, c'est un cadre.

91    Quand vous voyez la soi-disant chr√©tient√© aujourd'hui, les gens qui vont √† l'√©glise et qui vivent ces vies ¬ęrev√™tues de dignit√©¬Ľ, puis qui vont renier la gu√©rison, renier la Puissance de Dieu, renier une vie consacr√©e et qui vous appellent 'fanatiques', souvenez-vous, ce n'est qu'un cadre. C'est... Fr√®re Woods, je crois que vous appelez cela un √©chafaudage. C'est factice, c'est un cadre qui est situ√© √† l'ext√©rieur. Dieu ne s'y trouve que pour construire le b√Ętiment. Gloire √† Dieu! Ce n'est qu'un cadre qui sera d√©moli.

92    Nous avons frapp√© des mains et dit: ¬ęGloire √† Dieu! Quand vous criez, vous L'avez.¬Ľ Les M√©thodistes ont dit cela, les Nazar√©ens. Ils ont d√©couvert qu'ils ne L'avaient pas.

93    Les Pentec√ītistes ont dit: ¬ęFrappez des mains et criez, jusqu'√† ce que vous parliez en langues. Vous L'avez.¬Ľ Mais, nous avons d√©couvert que nous ne L'avions pas.

94    Il reste encore une chose. ¬ę√Ē Dieu, emm√®ne-moi dans une caverne o√Ļ je peux Le trouver.¬Ľ Ayons cette petite Voix douce et subtile, ce Quelque Chose qui met de la cr√®me dans la vie. Ce Quelque Chose qui: ¬ęBien que vous parliez les langues des hommes et des Anges, et que vous n'ayez pas Cela, vous n'√™tes rien. Bien que vous proph√©tisiez et parliez en langues, et que vous montriez des signes et des prodiges, et accomplissiez des miracles et de grands signes, mais si cette petite Voix douce n'est pas l√†, vous n'√™tes rien¬Ľ, dit l'√Čcriture. C'est ce que nous voulons entendre, maintenant.

95    Nous avons eu les tonnerres, nous avons eu le feu, nous avons eu les vents imp√©tueux et les tremblements de terre; mais, ¬ę√Ē Dieu, envoie-nous la petite Voix douce et subtile.¬Ľ C'est ce dont nous avons besoin. √Čcoutez, Fr√®re, nous avons besoin de cette petite Voix douce, une petite Voix douce et subtile qui a parl√©.

96    On a dit de J√©sus: ¬ęVous ne pouviez entendre Sa Voix dans les rues. On ne l'entendait pas crier.¬Ľ Il √©tait notre mod√®le. Regardez-Le. Son Esprit a √©t√© compar√© √† une colombe, douce.

97    Les grandes choses sont silencieuses. Saviez-vous cela, les amis? √Čcoutez. Le soleil, qui donne la vie √† chaque chose vivante sur Terre, √† la vie botanique, les plantes, les arbres et combien plus. Il produit la vie; le soleil. Et il peut aspirer des millions de litres d'eau de la terre en faisant moins de bruit que nous ne pourrions en faire en pompant un seau d'eau. Voyez-vous? Ce sont les grandes choses. Les choses silencieuses sont de grandes choses. Avez-vous d√©j√† entendu le monde tourner? Avez-vous d√©j√† entendu les plan√®tes, quand elles passent dans leurs orbites? En avez-vous d√©j√† entendu une? Ce sont les grandes choses! Avez-vous d√©j√† entendu le soleil se lever?

98    Oh! nous pensons que nous devons avoir beaucoup de bruit, avoir un orchestre de cuivres, battre des instruments, sauter; sinon nous n'avons pas eu de bonne r√©union. Nous pensons que tout le monde doit √™tre en super forme, en train de frapper des mains et ces choses. Nous pensons que la musique doit √™tre jou√©e avec rythme et que tout le monde doit courir dans les all√©es. Nous avons eu cela. Quel bien cela nous a-t-il fait? O√Ļ en sommes-nous? O√Ļ cela nous a-t-il conduit aujourd'hui? Dans la confusion, un tas de d√©nominations; divis√©s, la fraternit√© bris√©e. Certainement. C'√©tait la vieille chenille, la sauterelle et toutes sortes d'insectes du commencement. Job a vu... Jo√ęl les a vus: ¬ęCe que la chenille a laiss√©, la sauterelle l'a mang√©, et ce que la sauterelle a laiss√©, le j√©lek l'a mang√©¬Ľ et ainsi de suite, jusqu'√† ce que nous ayons tout mang√© jusqu'√† la souche.

99    Mais, les √Čcritures disent: ¬ęJe restaurerai, dit le Seigneur.¬Ľ Nous attendons quelque chose.

100    Avec tous les cris, nous avons eu assez d'explosions et de bruit pour convertir le monde entier. Nous avons eu assez de ¬ęHourra!¬Ľ et de hurlements et tout ce comportement... Qu'est-ce que cela a fait? Cela n'a pas construit l'√Čglise. Cela a construit des d√©nominations. Cela a produit des hommes avec des id√©es empes√©es et des chemises raides. Je n'aime pas cela. Quand l'un d'entre eux quitte la chaire, ils disent: ¬ęOh! regardez-le, c'est un prince. Regardez comme il est habill√©, bien raffin√©, et tout. Il sait comment parler, et ainsi de suite.¬Ľ Ce n'est pas ce que Dieu choisit.

101    Un jour, un proph√®te pensait cela; il allait oindre un serviteur. Il dit: ¬ęC'est le plus grand de la famille. Il semble √™tre le bon.¬Ľ Mais Dieu l'a refus√©.

102    Il n'est pas n√©cessaire d'avoir des princes et ainsi de suite, pour se tenir l√† comme je ne sais pas quoi. Ce ne sont pas les v√™tements que vous portez, ou l'√©loquence avec laquelle vous parlez. C'est le Quelque Chose qui est √† l'int√©rieur de vous, cette Voix de Dieu. C'est cela.

103    Un autre se pr√©senta devant le proph√®te, il dit: ¬ęCe n'est pas lui. Dieu l'a refus√©.¬Ľ Un autre passa. Il dit: ¬ęN'en avez-vous pas un autre?

104    Ils dirent: ¬ęNous en avons un petit au visage color√©; il est l√†, sur le flanc de la colline, en train de garder le troupeau.¬Ľ C'√©tait David.

105    Lorsqu'ils amen√®rent ce petit gars au visage rouge, couvert de taches de rousseur, avec les petites √©paules vo√Ľt√©es, rev√™tu d'une peau de mouton, Dieu dit: ¬ęC'est lui.¬Ľ

106    Toutes vos grandes statues et chemises raides ne convenaient pas √† Dieu. Vous pourriez √™tre docteur en th√©ologie, docteur en philosophie, ou doublement en th√©ologie. Vous pourriez √™tre √©v√™que, pape ou tout ce que vous pourriez √™tre, mais il faut Dieu pour faire quelque chose au d√©part de rien. Aussi longtemps que vous pouvez √™tre le ¬ęrien¬Ľ, Dieu est le Quelque Chose. Pourvu que vous puissiez vous tenir vous-m√™me hors du chemin, alors Dieu peut entrer. Mais lorsque vous √™tes tellement enfl√© et empes√© que vous avez ¬ęle plus grand¬Ľ et ¬ęle meilleur¬Ľ, vous n'avez pas ce que vous devriez avoir: un coeur humble devant Dieu. Nous savons cela, fr√®res. Certainement. Assur√©ment.

107    Vous n'avez jamais vu... ou entendu le soleil se lever. Vous n'avez jamais entendu cela. √ätes-vous jamais sorti, la nuit, pour entendre tomber la ros√©e? Que ferions-nous sans elle? Voyez-vous, il ne faut pas cela.

108    Maintenant, je vais vous dire quelque chose. C'est la tranquille... ce ne sont pas les eaux tumultueuses, qui font tant de bruit et sautent qui refl√®tent la beaut√© des √©toiles; c'est une petite mare profonde et tranquille, qui refl√®te la beaut√© des √©toiles.

109    Ce dont nous avons besoin ce soir, c'est cette exp√©rience profonde et riche, ce Quelque Chose au fond de nous. Il n'est pas n√©cessaire de crier, bien que cela soit possible; mais nous mettons tout l'accent sur nos cris. Il pourrait ne jamais parler en langues, bien qu'Il le puisse, mais nous mettons toute l'emphase l√†-dessus. [Passage blanc sur la bande. ‚Äď N.D.√Č.]

110    Il se peut que vous n'ayez pas assist√© aux r√©unions de Billy Graham, aux r√©unions d'Oral Roberts ou √† mes r√©unions. Ce n'est pas n√©cessaire. Ce qu'il doit y avoir, ce sont les profondeurs de l'Amour √Čternel de Dieu. Cet Esprit √† l'int√©rieur de vous, qui fait ce que vous √™tes.

111    C'est ce dont je parlais ce matin. C'est ce que j'√©tais constamment en train de faire, attirer l'√Čglise au Calvaire. Ne pensez pas que vous en savez plus que l'autre parce que vous avez parl√© en langues, ou parce que vous en connaissez tellement dans les √Čcritures, ou parce que vous avez lu les livres de quelqu'un. Il a dit: ¬ęMets une marque sur ceux qui g√©missent et soupirent √† cause des abominations commises dans la ville.¬Ľ Qui marquerait-Il dans nos villes ce soir? Vous voyez, ce sont les profondeurs de l'Esprit, pas ce qui est superficiel. Ce n'est pas la coquille de la noix qui est bonne, c'est la noix dans la coquille. Si vous avez une grande coquille vide, il n'y a rien l√†-dedans. Ce qu'il nous faut ce soir, ce sont les profondeurs de l'Amour de Dieu.

112    Quand √Člie a entendu cette douce Voix subtile, rien ne l'inqui√©tait plus.

113    Qu'avez-vous entendu dans tout cela? Vous vous en irez dans quelques jours. Vous avez entendu Billy Graham, vous entendrez Oral Roberts; vous en entendrez d'autres, de grands hommes. Je n'ai rien contre ces hommes, ce sont des serviteurs de Dieu; mais n'√©coutez pas le bruit, √©coutez cette douce Voix subtile, cette profondeur de Quelque Chose qui entre dans le coeur humain, qui √īte de vous toute la folie, qui enl√®ve le monde loin de vous. Cela vous fait d√©tester les choses du monde et aimer les choses de Dieu. Ce sont les profondeurs, c'est la mare qui refl√®te les √©toiles de la gloire √©ternelle de Dieu. C'est ce qui am√®ne des larmes dans les yeux, ce qui apporte une joie inexprimable, pleine de gloire. Cela vous fera tenir debout quand tout le reste faillira. Cela fera... Quand la maladie viendra, ou m√™me la mort, vous y verrez encore le reflet des b√©n√©dictions de Dieu; c'est cette petite mare qui est profonde et qui refl√®te les cieux, non pas le tumulte et le bruit de l'eau. Les eaux tumultueuses ne sont pas tr√®s profondes. Ce sont les eaux tranquilles qui ont de la profondeur.

114    Que Dieu nous aide ce soir, les amis, alors que nous nous approcherons de la table de la communion, √† nous souvenir de cela; peu importent les choses ext√©rieures que nous pratiquons, les bonnes choses que nous faisons.

115    Vous dites: ¬ęEh bien! Fr√®re Branham, je vais √† l'√©glise, j'essaie de vivre de mon mieux.¬Ľ
    Bien! Il n'y a rien contre cela, Fr√®re. ¬ęJ'ai parl√© en langues, Fr√®re Branham. J'ai cri√© dans l'Esprit.¬Ľ
    C'est bien, mais ce n'est pas ce dont je parle, Fr√®re. Ce n'est pas encore cela, ce n'est pas ce dont je parle.

116    Je parle de cette petite Voix tranquille, ce Quelque Chose de riche et de Royal. C'est ce que je voyais, il y a des ann√©es, quand les vieilles mamans marchaient dans cette all√©e avec des larmes coulant le long de leurs joues lorsqu'un gar√ßon p√©cheur se levait pour venir √† l'autel.

117    Aujourd'hui, quand je fais un appel et qu'on voit un gar√ßon s'approcher, elles restent assises en train de m√Ęcher leur chewing-gum. Que se passe-t-il? Vous avez perdu cette √©coute.

118    Qu'avez-vous entendu? Qu'entends-tu? Nous sommes au temps de la fin.

119    Vous entendez √† la t√©l√©vision et √† la radio, dans vos magazines, dans vos journaux, qu'un tourbillon va d√©ferler sur le pays, un de ces jours. Qu'√™tes-vous en train d'√©couter... √Čcouter toutes ces choses alarmantes, la radio allum√©e toute la journ√©e, pour entendre tout ce non-sens, quand vont tomber les balles ou les bombes? Je n'√©coute pas ce genre de choses.

120    J'√©coute afin d'entendre une Voix dire: ¬ęMonte plus haut, tu as bien agi, Mon bon et fid√®le serviteur.¬Ľ

121    Qu'entends-tu? Vous savez, je pense que nous sommes si int√©ress√©s √† √©couter de pr√®s toutes les choses du monde et des choses comme cela, que nous n'entendons plus cette douce Voix subtile.

122    Nous entendons nos pasteurs dire: ¬ęJoignez-vous simplement √† l'√©glise; tout ira bien.¬Ľ Nous en entendons dire: ¬ęVous n'avez qu'√† parler en langues, et c'est termin√©.¬Ľ Certains disent: ¬ęPoussez simplement des cris, et c'est termin√©.¬Ľ

123    Vous ne pouvez entendre cette petite Voix tranquille qui place Quelque Chose de riche et de profond dans votre vie, qui fait de vous ce que vous devriez √™tre.

124    Le bl√© ne porte pas de bl√© parce qu'il est sur un cep ou sur une tige. Une mauvaise herbe est aussi sur une tige; mais il faut la vie qui est dans le cep pour produire du bl√©. Les eaux qui tombent vont les arroser tous les deux, tous deux vont s'en r√©jouir, tous deux vont cro√ģtre gr√Ęce √† cela.

125    Des hommes et des femmes peuvent grandir en criant et en louant Dieu, en parlant en langues et en appartenant √† l'√©glise, en dansant dans l'Esprit et en payant leurs d√ģmes; et ne pas entendre encore dans leur coeur, cette douce Voix subtile de l'Amour riche et profond de Dieu.

126    ¬ęBien que j'offre mon corps pour √™tre br√Ľl√© en sacrifice et que je n'aie pas l'amour, je ne suis rien. Bien que je donne tous mes biens pour nourrir les pauvres, je ne suis toujours rien. J'ai la foi pour d√©placer les montagnes, je ne suis encore rien. Je--je--je parle en langues, comme les hommes et les anges, je ne suis encore rien.¬Ľ Voyez-vous? C'est cette douce Voix subtile qui parle au fond du coeur, qui change chaque attitude, qui rend la nature diff√©rente, et vous devenez une nouvelle cr√©ature en Christ.

127    Qu'entends-tu? Tout d√©pend de ce que vous √©coutez, les amis. Si vous √©coutez ici... Je ne veux pas faire de remarque, ni de r√©flexion, mais si vous √©coutez, si vous entendez parler d'un grand r√©veil quelque part, o√Ļ dix mille personnes sont rassembl√©es, allez-y... vous √©coutez la mauvaise chose. ¬ęJe vais aller outre-mer; ils disent qu'ils ont de grandes foules.¬Ľ
    Cela ne fait aucune diff√©rence. Il y a la foule aux courses de chevaux, et partout ailleurs. Les gens du ¬ęrock'n roll¬Ľ l'ont aussi.
    - Je vais aller... je vais aller pour quelque chose d'autre.

128    Si vous allez chercher autre chose que... Si vous cherchez √† entendre autre chose que cette douce Voix subtile, retournez dans la caverne. Retournez sous le gen√™t, jusqu'√† ce que nous puissions nous pr√©parer. Tenez-vous tranquille et attendez. Laissez passer les tonnerres. Laissez le tremblement de terre secouer. Laissez passer les vents imp√©tueux, et cr√©piter le feu, quoi qu'il en soit. Je pense √† ce chant:
Enseigne-moi, Seigneur, comment attendre
Quand les coeurs sont enflammés,
Laisse-moi humilier mon orgueil et invoquer Ton Nom
Que ma foi soit renouvelée, mes yeux fixés sur Toi,
Laisse-moi être sur cette Terre ce que Tu veux que je sois.
C'est ce que je désire faire.
Ceux qui s'attendent √† l'√Čternel,
Renouvelleront leurs forces
Ils s'élèvent avec des ailes comme un aigle.
    Croyez-vous cela? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ ‚Äď N.D.√Č.]
Ils courront sans se lasser, ils marcheront sans défaillir
Enseigne-moi, Seigneur, enseigne-moi à attendre.

129    Laissez passer les tonnerres. Laissez le feu balayer. Mais laissez-moi entendre cette petite Voix douce qui dit: ¬ęVenez √† Moi, vous tous qui peinez et √™tes lourdement charg√©s. Sortez de dessous le gen√™t. Sortez de votre caverne.¬Ľ

130    Je veux voiler ma foi... ma face dans Son Sang, m'avancer et dire: ¬ęOui, Seigneur, je crois maintenant.¬Ľ
    Prions.

131    √Ē Seigneur, Cr√©ateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie √©ternelle, Donateur de tout don parfait, sois mis√©ricordieux envers nous, Seigneur. Nous nous tenons l√† avec le besoin d'entendre. Seigneur, nos voix se sont √©lev√©es.

132    Et maintenant, nous avons entendu tant de voix. Il y en a tant qui disent: ¬ęVenez ici, dans cette √©glise. Si vous voulez seulement vous joindre √† notre √©glise! Nous avons le meilleur groupe de la ville, les gens les mieux habill√©s. Le maire de la ville vient chez nous.¬Ľ

133    Et Seigneur, beaucoup de gens ont des gouverneurs et ainsi de suite, dans leurs r√©unions, qui viennent faire des discours. √Ē Seigneur, garde cela loin de moi. Cache-moi dans une caverne et laisse-moi attendre, Seigneur. Je ne me soucie pas de ce que peut dire le gouverneur. Je veux entendre cette petite Voix tranquille de mon Sauveur. Oh! aide-moi √† attendre, Seigneur et √† renouveler mes forces alors que je m'attends √† Toi.

134    Aide cette √©glise, Seigneur, afin qu'ils s'attendent √† Toi et qu'ils renouvellent leur foi, et renouvellent leur force; qu'ils s'√©l√®vent avec des ailes comme les aigles. Puissent-ils √©couter, Seigneur, non pas le bruit, non pas les cris, mais √©couter la douce Voix subtile.

135    Seigneur, dans quelques jours, j'irai grimper dans une caverne, l√†-bas, pour attendre. √Ē Dieu, aide-moi, Seigneur. Aveugle-moi et assourdis mes oreilles aux choses du monde, √† la popularit√© ou √† la c√©l√©brit√©, ou √† toute chose vaine que ce monde pourrait offrir. Laisse-moi me tenir l√†, Seigneur, jusqu'√† ce que j'entende cette petite Voix tranquille. Ensuite, que Ton serviteur sorte, Seigneur, en s'√©levant sur les ailes d'un Aigle. Accorde-le, Seigneur.

136    B√©nis cette petite √©glise. B√©nis notre Fr√®re Neville. Enl√®ve cette maladie de son estomac, Seigneur, et chasse-la loin de lui. Remets-le dans le harnais, Seigneur, et fais-le revenir ici, renouvel√©. ¬ęIls renouvelleront leurs forces.¬Ľ Accorde-le, Seigneur.

137    Pardonne-nous nos p√©ch√©s. Nous nous approchons de la table de la communion, maintenant, Seigneur. Tu as dit: ¬ęCelui qui mange et qui boit indignement, mange et boit une condamnation contre lui-m√™me, ne discernant pas le corps du Seigneur.¬Ľ Aide-nous, Seigneur, √† sonder nos √Ęmes, nos coeurs. √Čprouve-nous et regarde s'il y a quelque chose d'impur √† notre sujet. Si c'est le cas, pardonne-nous, √ī Dieu, alors que nous nous attendons humblement √† Toi. Nous le demandons dans le Nom de J√©sus, Ton Fils. Amen.
Enseigne-moi à attendre, Seigneur, sur mes genoux,
Et en Ton temps propre, Tu répondras à mes requêtes. (C'est juste.)
Enseigne-moi à ne pas me confier dans ce que font les autres,
Mais à attendre, dans la prière, Ta réponse.

138    C'est cela que je veux: une r√©ponse du Ciel. Je veux entendre Sa Voix; pas la voix du directeur, pas la voix du maire, pas la voix du gouverneur, pas la voix de l'√©v√™que. Je veux entendre Ta Voix, Seigneur. Cette douceur et cette tendresse du Saint-Esprit parlant dans mon coeur: ¬ęVenez √† Moi, vous tous qui peinez et √™tes lourdement charg√©s.¬Ľ Oui, Seigneur, nous sommes maintenant sous le gen√™t. Nous attendons, afin de voir ce qu'Il va dire.

139    Que le Seigneur vous b√©nisse, chacun, maintenant. Combien d√©sirent qu'on se souvienne d'eux dans la pri√®re? Voyons, levez la main. Dites: ¬ęSeigneur, enseigne-moi √† attendre. Enseigne-moi. Laisse-moi oublier toute ma fiert√©. Quand d'autres arrivent en faisant de grandes choses comme ceci, laisse-moi humilier ma fiert√©, et simplement invoquer Ton Nom. Enseigne-moi √† ne pas me fier √† ce que font d'autres, mais √† simplement attendre Ta r√©ponse dans la pri√®re.¬Ľ

140    Comme √Člie l'a fait, il a attendu l√†. Il a entendu le tonnerre. Il a entendu les √©clairs. Il a entendu les rochers se briser. Il a entendu le feu. Il a entendu le vent. Mais ce n'est pas ce qu'il cherchait. Cela n'a m√™me pas √©mu le proph√®te. Il a laiss√© cela passer. Mais, lorsque cette douce Voix subtile... il prit son manteau et le mit sur son visage, il alla au fond de la caverne. Le Seigneur dit: ¬ęViens et tiens-toi l√† sur le rocher.¬Ľ
    C'est ce que je veux entendre: ¬ęTiens-toi sur le rocher.¬Ľ Tr√®s bien.

141    C'est l'heure de la communion, maintenant. Que le Seigneur vous b√©nisse. Avant de faire ceci, nous voulons offrir la pri√®re pour chacun de vous qui avez lev√© les mains, qui voulez vraiment que Dieu leur parle. Y a-t-il ici quelqu'un ce soir sous un gen√™t? Levez la main. Certainement, nous le sommes s√Ľrement. Beaucoup sont dans la caverne, en train d'attendre.

142    Vous avez vu passer toutes ces choses. Vous avez entendu les grands r√©veils de Billy Graham, d'Oral Roberts, les miens, partout ailleurs, Tommy Osborn, Tommy Hicks, tout cela est pass√©. Mais o√Ļ Cela se trouve-t-il? O√Ļ est cette Voix?

143    Vous dites: ¬ęJ'ai cri√© avec les Jessups. J'ai--j'ai dans√© dans l'Esprit, avec les harpes musicales. J'ai fait toutes ces autres choses. J'ai fait tout cela. Mais o√Ļ est ce Quelque Chose, Fr√®re Branham, qui m'√©crase et me donne un fardeau pour les √Ęmes perdues, au point o√Ļ je ne peux trouver du repos?¬Ľ

144    Maintenant, c'est la seule sorte qui entrera. C'est ce que la Bible a dit: ¬ęMets un sceau seulement sur ceux qui g√©missent et soupirent √† cause des abominations qui sont commises dans la ville.¬Ľ Oh! c'est l√† ce dont nous avons besoin, les amis.
    Prions de nouveau.

145    Seigneur! S'il Te pla√ģt, Seigneur! Je pourrais chanter trop, je pourrais pr√™cher trop, je pourrais crier trop, je pourrais pleurer trop, mais je ne prierai jamais assez. √Ē Dieu, sonde-moi et √©prouve-moi.

146    Je parlais juste, il y a un moment, des mares profondes, comment elles refl√®tent les √©toiles; mets une profondeur de Ton Esprit en nous, Seigneur. Comme David le proph√®te a dit: ¬ęConduis-moi pr√®s des eaux paisibles¬Ľ, non pas les eaux tumultueuses. Aux eaux paisibles, conduis-moi, Seigneur. Tranquillise-moi. Je suis nerveux, je suis tout boulevers√©.

147    J'ai fait tout ce que Tu m'as dit de faire, autant que je sache. J'ai parcouru la nation, autour du monde; en pr√™chant et en pleurant, et en persuadant. Tu as √©t√© fid√®le pour d√©ployer le signe du Messie, pour montrer que c'est Toi, Seigneur, qui le fait et non un homme. Je suis reconnaissant pour cela. Mais, Seigneur, je suis sous le gen√™t, ce soir. Je me demande: ¬ęPourquoi ne se repentent-ils pas? Pourquoi cette Am√©rique ne peut-elle le voir, Seigneur?¬Ľ Ses sens sont-ils si engourdis? L'√©glise est-elle si organis√©e, si serr√©e? Ils ne veulent pas coop√©rer. Ils ne veulent faire que critiquer.

148    Mais comme cela fut avec √Člie, sous l'arbre, je suis tout aussi certain ce soir que Tu en as encore sept mille qui n'ont pas pli√© le genou devant les Baals. Tu as beaucoup de saints sur Terre aujourd'hui qui attendent la Venue du Seigneur.

149    √Ē Seigneur, aie piti√© de nous. √Čprouve-nous et mets-nous dans Ta balance, et si nous voyons que nous sommes trop l√©gers, √ī Seigneur, purifie-nous alors de nos p√©ch√©s et fais de nous ce que nous devrions √™tre. Accorde cela √† chaque individu dans cette √©glise, car nous le demandons dans le Nom de J√©sus. Amen.

150    Maintenant, √ßa va √™tre le moment de la communion. Nous prions que Dieu vous b√©nisse maintenant. Tous ceux qui doivent partir et ne d√©sirent pas prendre la communion, revenez mercredi soir, nous aurons √† nouveau une r√©union.

151    N'oubliez pas de prier pour moi. Je vais en avoir besoin maintenant. Dans les quelques prochains jours, je vais avoir besoin de vos pri√®res. Maintenant, ne prenez pas cela √† la l√©g√®re, mais portez-moi sur votre coeur et priez pour moi. J'ai besoin de vos pri√®res. Je dois prendre des d√©cisions qui pourraient faire une diff√©rence de millions d'√Ęmes. Quelque chose doit √™tre fait. J'ai √©t√© aussi loin que j'ai pu avec ma propre force. Je dois avoir une vision de Dieu pour moi-m√™me. Il me montre pour les autres, mais je dois avoir quelque chose pour moi-m√™me; j'en ai besoin. Priez pour moi. Il l'enverra, si vous voulez seulement prier.

152    En circulant aujourd'hui, je regardais aux alentours. J'√©tais pr√®s de ta maison, Fr√®re Roy, et je ne voulais pas entrer, il y avait une voiture l√†. Je vous dois une visite √† toi et √† Soeur Slaughter. Meda et moi, √©tions en route; j'ai dit: ¬ęNous reviendrons un peu plus tard¬Ľ, mais j'ai √©t√© pris et je n'ai pas pu revenir. Alors que je circulais sur la route, je pensais: ¬ę√Ē Dieu, quelque chose doit √™tre fait. Je dois tout simplement me saisir de Toi, quelque part.¬Ľ

153    L'heure est avanc√©e; les t√©n√®bres s'installent. Le temps de la fin est ici, il est minuit moins une. Vous voyez la pr√©sence de l'ennemi, les secousses, la sensation, la condition nerveuse, la tension du monde, et ils ne savent pas que c'est leur damnation. Vous voyez? Oh! la la! √Člevons-nous avec des ailes comme un aigle et envolons-nous dans les bras de Celui qui est le M√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.

154    Maintenant, tous ceux qui veulent rester pour la communion, nous serons heureux de vous avoir pour ce temps de communion fraternelle.

155    Prenons maintenant 1 Corinthiens, au chapitre 11, je crois. Je vais vous demander de lire directement si vous voulez, Fr√®re Neville. [Fr√®re Neville lit 1 Corinthiens 11:23-32. ‚Äď N.D.√Č.]
    Car moi, j'ai re√ßu du Seigneur ce qu'aussi je vous ai enseign√©: c'est que le Seigneur J√©sus, la nuit qu'il fut livr√©, prit du pain,
    et apr√®s avoir rendu gr√Ęces, il le rompit et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en m√©moire de moi.
    De m√™me il prit la coupe aussi, apr√®s le souper, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang: faites ceci, toutes les fois que vous la boirez, en m√©moire de moi.
    Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez la coupe, vous annoncez la mort du Seigneur jusqu'√† ce qu'il vienne.
    Ainsi quiconque mange le pain ou boit la coupe du Seigneur indignement sera coupable √† l'√©gard du corps et du sang du Seigneur.
    Mais que chacun s'examine lui-m√™me, et qu'ainsi il mange de ce pain et boive de cette coupe;
    car celui qui mange et qui boit indignement, mange et boit une condamnation contre lui-m√™me, ne discernant pas le corps.
    C'est √† cause de cela que beaucoup sont faibles et malades parmi vous et que beaucoup dorment.
    Car si nous nous jugions nous-m√™mes, nous ne serions pas jug√©s;
    mais, lorsque nous sommes jug√©s, nous sommes ch√Ęti√©s par le Seigneur afin que nous ne soyons pas condamn√©s avec le monde.

156    Ceci ne n√©cessite pas d'explication. C'est juste ceci: ¬ęSi nous mangeons ou buvons indignement, nous mangeons et buvons une condamnation contre nous-m√™mes, ne discernant pas le corps du Seigneur. C'est pour cela que beaucoup sont faibles et malades parmi vous, et beaucoup sont morts¬Ľ, vous voyez, quand nous venons pour prendre la communion.

157    Chaque chr√©tien devrait prendre la communion. C'est votre devoir. C'est le moment de v√©rit√©. Voyez-vous? J√©sus a dit: ¬ęSi vous ne la prenez pas, vous n'avez pas de part avec Moi.¬Ľ Voyez-vous?

158    ¬ęMais celui qui mange et qui boit indignement, mange et boit un jugement contre lui-m√™me.¬Ľ Cela veut dire que vous si vous √™tes encore dans le monde, en train de faire les choses du monde, et que les gens vous voient prendre la communion, vous faites quelque chose de mal. Vous ne faites qu'apporter la disgr√Ęce sur vous et cela ne peut que vous faire du mal. Ce n'est pas que cela fait du mal √† Dieu, mais c'est √† vous que cela fera du mal. Ainsi, chacun devrait s'examiner.

159    Et avant de nous approcher de ce moment sacr√©, demandez √† Dieu de sonder ma vie, et si j'ai fait quelque chose qui n'est pas juste, pardonnez-moi pour cela. Je--je n'ai pas l'intention de le faire. Je mettrai la chose en ordre, s'Il me le r√©v√®le; et je demanderai la m√™me chose √† votre √©gard. Il est dit: ¬ęQuand vous vous rassemblez, attendez-vous les uns les autres.¬Ľ C'est-√†-dire: ¬ęAttendez-vous les uns les autres et priez, les uns pour les autres.¬Ľ

160    Nous d√©sirons prendre cette communion. Si nous ne le faisons pas, nous n'avons pas de part avec Lui; c'est ce qu'Il a dit, dans 1... ou Saint-Jean, au sixi√®me chapitre.

161    Maintenant, prions simplement. Priez pour moi, silencieusement, pendant que je prie pour vous. [Fr√®re Branham et l'assembl√©e prient en silence. ‚Äď N.D.√Č.]

162    Je prie que Tu nous pardonnes, par la foi. Que Ton Esprit vienne, √ī Dieu. Je Te prie de nous pardonner toutes nos transgressions envers les hommes. Pardonnez.

163    √Ē Seigneur, entends notre pri√®re. C'est notre pri√®re pour le pardon, Seigneur. Nous prions pour le pardon, nous prions pour la mis√©ricorde. Pardonne-nous, Seigneur, comme il est √©crit dans Ta Parole: ¬ęPardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons √† ceux qui nous ont offens√©s. Et ne nous induis pas dans la tentation, mais d√©livre-nous du mal. Car c'est √† Toi qu'appartiennent le royaume, et la puissance, et la gloire, pour toujours. Amen.¬Ľ
EN HAUT