ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS



PrĂ©dication Ta PostĂ©ritĂ© PossĂ©dera La Porte De Son Ennemi de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 59-1121 La durĂ©e est de: 1 heure et 8 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Ta Postérité Possédera La Porte De Son Ennemi

1          La merveilleuse chose qui puisse jamais m’arriver, c’est quand je peux venir Ă  la maison du Seigneur. Je peux ĂȘtre tellement fatiguĂ©, Ă©puisĂ©, bouleversĂ©, et... Mais, laissez-moi aller simplement Ă  la maison du Seigneur, lĂ  oĂč tous les saints sont rassemblĂ©s et prient, alors, je vais aussitĂŽt me sentir mieux. Il y a lĂ -dedans quelque chose qui apaise. Ne le pensez-vous pas, frĂšres? Quelque chose qui vous apaise simplement et qui semble aplanir toutes les difficultĂ©s, et vous ĂȘtes simplement satisfait.

2          [Espace vide sur la bande–N.D.E.] ... les rĂ©sultats du dernier service pour la premiĂšre soirĂ©e, et nous prions que Dieu continue, FrĂšre Wagner, qu’Il continue simplement Ă  nous donner ce genre de services.

            Maintenant, nous ne savons pas ce que le Saint-Esprit fera avec nous soirĂ©e aprĂšs soirĂ©e. Nous sommes simplement venus ici sans formalisme, sans aucun rituel, nous nous attendons simplement au Seigneur pour voir ce qu’Il nous conduira Ă  faire. Et je pense que c’est de cette maniĂšre que nous devrons y aller: venir et nous attendre au Seigneur. Un de ces soirs, j’aimerais que l’un de ces bons chanteurs que nous avons ici chante pour moi: Ceux qui se confient en l’Eternel renouvellent leur force. Oh! j’aime vraiment cela. Car c’est ce que j’ai dĂ» faire toute ma vie. Je suis si heureux d’avoir dĂ» le faire. Chaque jour et Ă  chaque heure je m’attends simplement Ă  ce qu’Il va faire. Je n’ai aucune capacitĂ© par moi-mĂȘme, aucune–aucune instruction sur laquelle compter; je dois dĂ©pendre simplement de Lui. Et heure aprĂšs heure, je m’attends simplement Ă  Lui, je regarde ce qu’Il va me dire de faire. Evitez d’ĂȘtre agitĂ© lorsque vous recevez des centaines d’appels des gens qui sont malades et mourants... Si vous ĂȘtes tout agitĂ©, alors Dieu ne peut pas vous utiliser. Tranquillisez-vous simplement; Il est assez grand pour vous le dire. Et alors, continuez simplement Ă  Lui parler, et Il vous dira quoi faire lorsque vous en arriverez lĂ . Il est mieux que nous nous acquittions simplement de notre commission, ensuite, Le laisser nous dire quoi faire aprĂšs que nous en sommes arrivĂ©s lĂ . Ne le pensez-vous pas? C’est trĂšs bien.

3          J’étais si heureux d’apprendre que... J’espĂšre que j’ai bien compris cela, que les Ă©glises se rassemblent toutes afin de continuer Ă  coopĂ©rer pour ce dimanche, qu’on va tenir cela le dimanche aprĂšs-midi, afin que cela ne perturbe aucune des Ă©glises et ses services. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, frĂšres, c’est vraiment merveilleux et loyal. J’apprĂ©cie cela, que l’on permette aux gens... et de rĂ©unir tout le monde. C’est pour cela que nous sommes ici, pour coopĂ©rer en toutes choses, pour coordonner tous nos dons et toutes nos forces et tout pour l’amour du Royaume de Dieu. C’est de cette seule façon que nous arriverons Ă  dĂ©placer cette grande charge, c’est en tirant ensemble.

            J’avais un peu l’habitude de monter des chevaux. Lorsque vous avez une lourde charge et que vous prenez un seul cheval, il va tirer, ensuite, il va lĂącher, et l’autre va tirer et vous n’arriverez simplement nulle part. Mais, laissez-les se calmer, se mettre cĂŽte Ă  cĂŽte, et puis, commencer... Et l’un des meilleurs moyens de faire cela, de tirer une charge, comme cela, c’est de conduire vos chevaux. Et le meilleur moyen qu’il nous faut maintenant, c’est de nous arrĂȘter, de cesser de nous agiter, de sauter, pour laisser le Saint-Esprit nous conduire. C’est simplement de cette maniĂšre; conduisez carrĂ©ment cela et la charge sera dĂ©placĂ©e, j’en suis certain.

4          Maintenant, juste avant que nous puissions ouvrir la Parole, car nous voudrions que vous puissiez vous lever de bonne heure pour assister Ă  votre Ă©cole du dimanche. Et maintenant, vous les visiteurs qui ĂȘtes ici, qui ĂȘtes Ă©trangers dans cette ville, tous ces hommes-ci reprĂ©sentent des Ă©glises. Il y en a une tout prĂšs de l’endroit oĂč vous habitez. Allez dans l’une d’elles demain matin et demain soir aussi. Allez dans l’une de ces Ă©glises; vous serez le bienvenu dans n’importe laquelle. Et vous ici qui ĂȘtes membres des Ă©glises, les diffĂ©rents groupes, invitez ces gens chez vous pour frĂ©quenter votre Ă©glise. Donnez-leur l’adresse de votre Ă©glise. Si j’habitais Ă  San Jose, je serais membre de l’une de ces Ă©glises. C’est tout Ă  fait exact. J’amĂšnerais mes enfants dans leurs Ă©coles du dimanche, parce que ces Ă©glises soutiennent la mĂȘme chose pour laquelle je donne ma vie: cet Evangile, le Plein Evangile. Et j’amĂšnerais certainement mes enfants pour qu’ils soient enseignĂ©s dans de telles Ă©coles, oĂč on leur enseignerait la Parole de Dieu et le chemin de la Vie. Et je suis sĂ»r que cela vous fera du bien, si vous assistez simplement Ă  leur service demain matin. Demain aprĂšs-midi, soyez ici. Et demain soir, retournez Ă  l’une des Ă©glises. Ils vont tous... tout cela sera apprĂ©ciĂ©. Ensuite, la semaine prochaine nous allons commencer notre rĂ©veil continuel de chaque soir, la semaine prochaine.

5          Maintenant, avant que nous ouvrions la Parole, parlons Ă  l’Auteur. Quelqu’un me parlait une fois, disant: «FrĂšre Branham, a-t-il dit, sĂ»rement vous parlez un mauvais anglais.»

            Et j’ai dit: «Je le sais.» Et il a dit... C’était un homme trĂšs intelligent, et vous le connaissez presque tous; il peut prĂȘcher en sept ou huit langues, et alors, discutant avec mois sur quelque chose, il m’a dit, il a dit: «Vous ne connaissez simplement pas votre Bible.»

            Et j’ai dit: «Mais je connais trĂšs bien l’Auteur.» Et c’est–c’est la chose principale. Je... Aussi longtemps que je Le connais, Il me conduira dans ce qui est juste. Je crois cela. Alors, parlons-Lui maintenant avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, juste un instant.

6          Grand Auteur de la Vie, l’Auteur des Ecritures sacrĂ©es qui nous ont Ă©tĂ© donnĂ©es, Lesquelles ont Ă©tĂ© inspirĂ©es par le Saint-Esprit, et ne peuvent ĂȘtre interprĂ©tĂ©es que par le Saint-Esprit... Et je Te prie de L’envoyer ce soir, l’InterprĂšte divin de cette Ecriture et de La placer dans nos coeurs, Ă  chacun de nous, afin que nous recevions la foi pour tout ce dont nous avons besoin ce soir.

            S’il y en a ici qui ne Te connaissent pas en tant que Sauveur, puissent les Ecritures ĂȘtre communiquĂ©es Ă  leurs coeurs ce soir par le Saint-Esprit, Ă  savoir que Christ est mort pour leurs pĂ©chĂ©s, conformĂ©ment aux Ecritures. Et s’ils n’ont pas encore reçu le baptĂȘme du Saint-Esprit, accorde que ceci soit la soirĂ©e oĂč cette partie des Ecritures leur sera communiquĂ©e; puissent-ils recevoir le Saint-Esprit bĂ©ni pour accomplir la volontĂ© de Dieu dans leurs vies.

7          Et nous prions, Seigneur, pour ceux qui sont malades et dans le besoin ce soir. Les malades qui restent isolĂ©s, ceux qui sont dans les hĂŽpitaux, sur des lits de mort, ĂŽ Grand Dieu du Ciel, envoie des Anges Ă  leur chevet et guĂ©ris leurs corps malades, Seigneur. Parle-leur de la paix de Dieu.

            Et ceux qui sont prĂ©sents, puissent les Ecritures leur ĂȘtre communiquĂ©es ce soir par le Saint-Esprit, afin qu’ils sachent que les Ecritures dĂ©clarent: «Je suis l’Eternel qui guĂ©rit toutes tes maladies.» Et qu’il n’y ait pas un seul pĂ©cheur ou une seule personne malade parmi nous lorsque ce service sera fini ce soir. Que les coeurs des saints soient ravis par de glorieuses louanges et par la joie au point que des allĂ©luias se feront entendre partout dans toute la–la salle. Et lĂ  au sous-sol, lorsqu’ils vont partir, puissent-ils dire comme ceux qui revenaient d’EmmaĂŒs: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous, lorsqu’Il nous parlait tout au long de service?» Accorde-le, Seigneur.

8          Demain, accorde Ă  chacun de ces ministres, Seigneur, je Te prie de leur accorder une telle onction demain que chaque Ă©glise aura un feu de rĂ©veil en train de brĂ»ler. Que les pĂ©cheurs soient sauvĂ©s, et que les croyants soient remplis de l’Esprit, et que les malades et les affligĂ©s soient guĂ©ris dans les Ă©glises. Puissent-ils venir de tous les coins du pays demain soir, tĂ©moignant de glorieuses choses qui se seront produites dans leurs Ă©glises. Accorde-le, Seigneur. Accorde-nous ces victoires, PĂšre.

            Maintenant, sanctifie chaque croyant; cache-nous derriĂšre la Parole, Seigneur. Que le Sang fasse expiation pour nos pĂ©chĂ©s. Et que le Saint-Esprit entre simplement et prenne la prĂ©Ă©minence dans nos vies, Ă  partir de la lecture mĂȘme de la Parole jusqu’à la fin du service. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus et Ă  cause de Lui. Amen.

9          Nous voudrions lire quelques passages tirĂ©s des Saintes Ecritures ce soir, Ă  deux diffĂ©rents endroits que j’ai choisis pour la lecture. J’aimerais prendre un sujet juste aprĂšs la lecture de la Parole. PremiĂšrement, nous allons lire dans GenĂšse, chapitre 24, Ă  partir du verset 56 jusqu’au verset 60 inclus. Et ensuite, nous lirons dans GenĂšse 22, du verset 15 au verset 18 inclus. Maintenant, dans GenĂšse 24.56 il est dit ceci:

Il leur rĂ©pondit: Ne me retardez pas, puisque l’Eternel a fait rĂ©ussir mon voyage; laissez-moi partir, et que j’aille vers mon seigneur.

Alors ils répondirent: Appelons la jeune fille et consultons-la.

Ils appelĂšrent donc Rebecca, et lui dirent: Veux-tu aller avec cet homme? Elle rĂ©pondit: J’irai.

Et ils laissùrent partir Rebecca, leur soeur, et sa nourrice, avec le serviteur d’Abraham et ses gens.

Ils bénirent Rebecca, et lui dirent: O notre soeur, puisse-tu devenir des milliers de myriades, et que ta postérité possÚde la porte de ses ennemis!

Et dans GenĂšse 22.15...

L’ange de l’Eternel appela une seconde fois Abraham des cieux,

Et dit: Je le jure par moi-mĂȘme, parole de l’Eternel! parce que tu as fait cela, et que tu n’as pas refusĂ© ton fils, ton unique,

je te bénirai et je multiplierai ta postérité, comme les étoiles du ciel et comme le sable... sur le bord de la mer; et ta postérité possédera la porte de son ennemi.

Toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité, parce que tu as obéi à ma voix.

10        Si je devais donner un titre Ă  cela juste pour quelques instants, je dirais ceci: Ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera la porte de son ennemi. Dieu Ă©prouvait Abraham pour voir s’il allait s’accrocher Ă  Sa promesse d’un coeur qui Ă©tait–qui Ă©tait d’une foi pure. Vous savez, il y a tant de gens qui peuvent saisir la Parole juste pour une minute. Cela leur semble trĂšs bon. Et puis, aprĂšs quelques heures, quelque chose de contraire Ă  ce que la Semence semble leur dire apparaĂźt, et finalement, Cela se flĂ©trit. Certains peuvent garder cela pendant quelques jours. Mais d’autres semblent s’y accrocher si fort qu’ils ne lĂącheront jamais cela. JĂ©sus a parlĂ© de ces choses en Son temps, de la semence qui Ă©tait tombĂ©e sur un terrain pierreux, dans les ronces et les Ă©pines, et puis, dans la bonne terre.

11        Eh bien, la derniĂšre fois que j’étais ici, j’avais pris trois aprĂšs-midi d’affilĂ©e pour enseigner sur Abraham, comment Dieu lui avait donnĂ© la promesse lorsqu’il avait soixante-quinze ans, et lui avait dit qu’il aurait un enfant par sa femme Sara, qui en avait soixante-cinq alors. Et Abraham crut que ce que Dieu avait dit Ă©tait la vĂ©ritĂ©. Il ne considĂ©ra pas son Ăąge avancĂ© ni l’ñge avancĂ© de Sara. La semence s’était certainement enracinĂ©e dans l’ñme d’Abraham, il a fallu vingt-cinq ans pour que cette semence puisse prendre vie. Mais Abraham ne la rejeta pas du fait qu’il ne la voyait pas croĂźtre, et que tout semblait toujours contraire Ă  la promesse, par contre Abraham savait que c’était la Parole de Dieu et que Dieu tiendrait Sa Parole. Eh bien, le temps Ă©tait arrivĂ© oĂč Abraham accomplissait exactement cent ans avant que la semence puisse commencer Ă  prendre vie.

12        Et quand Dieu a Ă©prouvĂ© Abraham, la maniĂšre dont Il le fit avec lui, Il fait de mĂȘme avec la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Et nous devons comprendre que nous, les croyants, sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Car la Bible dit que lorsque nous sommes morts en Christ, nous sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham et hĂ©ritiers avec lui en vertu de la promesse. Et nous recevons la semence d’Abraham, lorsque nous recevons le Saint-Esprit. Nous recevons la foi par ce Saint-Esprit, qui Ă©tait la foi qui avait Ă©tĂ© transmise au pĂšre Abraham. Car, lorsque nous mourons en Christ, nous obtenons la promesse.

            Abraham, ce grand homme de foi, comme nous l’appelons, Dieu a confirmĂ© toutes Ses promesses Ă  Abraham. Et il est promis que dans les derniers jours, Il confirmerait la mĂȘme chose qu’Il avait dite Ă  Abraham, Il la confirmerait de nouveau Ă  la postĂ©ritĂ© d’Abraham.

13        JĂ©sus a repris cela dans le Nouveau Testament, et Il s’est rĂ©fĂ©rĂ© Ă  ce qu’Abraham avait fait, et Il a annoncĂ© ce qui se passera plus tard dans cette gĂ©nĂ©ration. Car, nous comprenons que juste avant la grande destruction de Sodome, JĂ©sus s’y est rĂ©fĂ©rĂ© en Son jour, et Il a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme.» Exactement les mĂȘmes Ă©vĂšnements qui s’étaient produits, arriveront pareillement Ă  la postĂ©ritĂ© d’Abraham dans les derniers jours.

            Eh bien, nous savons que la ville de Sodome Ă©tait divisĂ©e entre les croyants et les incrĂ©dules. Et les incrĂ©dules Ă©taient mĂ©chants, ils Ă©taient trĂšs immoraux comme le sont les incrĂ©dules d’aujourd’hui. Et l’église qui se trouvait dans Sodome Ă©tait dans un Ă©tat de tiĂ©deur, juste comme l’église qui est dans le monde aujourd’hui. Mais il y avait un groupe, la postĂ©ritĂ© d’Abraham, celle qui Ă©tait appelĂ©e l’élue, qui s’était sĂ©parĂ©e du reste du monde. C’était la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Et lorsque vint le temps de la visitation avant la destruction par un grand feu qui allait tomber du ciel et consumer la ville tout entiĂšre, ce qui Ă©tait un type de ce jour dans lequel nous vivons, oĂč la destruction de ce monde doit venir par le feu...

14        Remarquez. Juste avant que cela se produise, trois Messagers vinrent du Ciel. Et Ils vinrent premiĂšrement chez Abraham, l’Eglise Ă©lue, et Ils s’assirent et s’entretinrent avec lui. Et deux d’entre eux se levĂšrent et descendirent Ă  Sodome pour faire sortir l’église formaliste, l’église dĂ©nominationnelle, une Ă©glise basĂ©e sur la forme et les rituels. Cependant, Un seul resta avec Abraham, pour parler Ă  l’Eglise Ă©lue, la postĂ©ritĂ© d’Abraham.

            Et ceux qui sont descendus et qui ont parlĂ© Ă  Sodome, Ă  Lot, et Ă  ses enfants, et Ă  ses petits-enfants, et Ă  ses gendres et autres, ils ont prĂȘchĂ© l’Evangile du jugement qui venait. Si ce n’est pas un type parfait d’un Billy Graham moderne, j’ignore ce que c’est. Et avez-vous remarquĂ©? Cela aveugla les yeux des gens! Et la prĂ©dication de l’Evangile, si cela n’est pas reçu, aveugle l’incrĂ©dule.

15        Mais il y en avait Un auquel nous voudrions prĂȘter attention ce soir; c’était Celui qui Ă©tait restĂ© derriĂšre et qui s’entretenait avec Abraham. Il a dit qu’Il Ă©tait un Ă©tranger et qu’Il avait effectuĂ© un long voyage. Et Il a dit Ă  Abraham: «Abraham, oĂč est ta femme, Sara?» S’Il Ă©tait un Ă©tranger et qu’Il ignorait qui Ă©tait Abraham, comment savait-Il qu’il avait une femme, et que celle-ci s’appelait Sara?

            Maintenant, postĂ©ritĂ© d’Abraham, rĂ©veille-toi! Comment cet Ange a-t-Il su, cet Homme, a-t-Il su qu’Abraham Ă©tait mariĂ© et que le nom de sa femme Ă©tait Sara? Il a dit: «OĂč est Sara, ta femme?»

            Abraham a dit: «Dans la tente», laquelle Ă©tait derriĂšre l’Ange, ou l’Homme qui parlait.

            Et Il a dit: «Etant donnĂ© qu’Abraham est l’hĂ©ritier du monde, Je ne lui cacherai pas ceci; mais, au temps de la vie, Je vais te visiter, puisque tu as gardĂ© la promesse de Dieu. Et Sara aura ce bĂ©bĂ© que Je t’ai promis il y a vingt-cinq ans.» C’est de cette maniĂšre que la postĂ©ritĂ© d’Abraham garde la promesse; ils s’accrochent Ă  la Parole de Dieu. «Cela fait vingt-cinq ans que Dieu t’a fait la promesse, Abraham, et tu as Ă©tĂ© fidĂšle Ă  cela, et tu as cent ans aujourd’hui. Maintenant, Je vais te prouver ma Puissance, afin que ta postĂ©ritĂ© aprĂšs toi sache saisir la Parole de Dieu et s’Y accrocher.» Peu importe combien de temps cela peut attendre, Il va toutefois rĂ©pondre. Saisissez la Parole de Dieu, et ne La lĂąchez pas.

16        Alors, lorsque Sara entendit cela, elle Ă©tait assise dans la tente, derriĂšre l’Ange, elle ria sous cape. Et l’Ange, qui regardait Abraham et qui avait le dos tournĂ© Ă  la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri?» Ne voyez-vous pas Dieu, ce mĂȘme Saint-Esprit qui Ă©tait sur Celui qui Ă©tait venu au milieu de l’Eglise dans les derniers jours? «Pourquoi Sara a-t-elle ri?»

            Sara eut peur et elle dit: «Je n’ai pas ri.»

            Il dit: «Oh! si, tu as ri.» En effet, elle avait peur.

17        Voyez-vous ce que JĂ©sus a dit? Il y aura des signes dans les derniers jours, et «ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme». Maintenant, postĂ©ritĂ© d’Abraham, rĂ©veille-toi! Tiens ferme! Regarde Dieu tenir chaque Parole. Bien que deux mille ans se soient Ă©coulĂ©s, Dieu a accompli Sa promesse, ce que JĂ©sus avait annoncĂ©. Sodome moderne; des Ă©vangĂ©listes sont lĂ  Ă  travers tout le pays. L’église formaliste. L’Eglise spirituelle. Observez oĂč ces dons sont en train d’opĂ©rer et dans quel groupe ils opĂšrent. Dieu tient Sa Parole.

18        AprĂšs la naissance du petit garçon, Dieu donna Ă  Abraham une double Ă©preuve afin de tester la fidĂ©litĂ© de la semence d’Abraham. Il lui a dit d’offrir son fils. Et vous connaissez l’histoire. Lorsqu’il alla pour le tuer, il y eut un bĂ©lier qui bĂȘla derriĂšre lui, lĂ  dans le dĂ©sert, et il offrit le bĂ©lier. Et c’était un bĂ©lier; ce n’était pas une vision. Le sang coula du bĂ©lier, et le sang ne coule pas d’une vision. Il tua le bĂ©lier, car le bĂ©lier prĂ©figurait la Venue de Christ.

19        Alors, lorsque Dieu vit qu’Il avait un homme Ă  qui Il pouvait faire confiance, Il dit: «Je le jure par Moi-mĂȘme.» En effet, l’homme jure toujours par quelqu’un de plus grand que lui. Et nul n’était plus grand que Dieu. Alors, Il jura par Lui-mĂȘme que la postĂ©ritĂ© d’Abraham possĂ©derait la porte de l’ennemi. Oh! la la! Il le jura. Dieu jura par Lui-mĂȘme que la postĂ©ritĂ© d’Abraham possĂ©derait la porte de l’ennemi.

            Regardez comment Il confirma cela. Rebecca allait devenir une partie d’Isaac, ce qui est aussi une partie de la postĂ©ritĂ© de la femme... Et lorsque son pĂšre, sa mĂšre et ses bien-aimĂ©s, sa famille qui croyait en Dieu, lorsqu’ils... elle prit–elle fut mise Ă  l’épreuve... Et lorsque l’épreuve vint: «Veux-tu partir avec cet Ă©tranger, ou veux-tu rester avec nous?» Elle prit sa dĂ©cision, sans Ă©quivoque. C’est de cette maniĂšre que le peuple de Dieu prend la dĂ©cision: immĂ©diatement.

            Elle a dit: «J’irai.» Sans savoir oĂč elle allait, mais par la foi, elle est partie, car il y avait en elle quelque chose qui commençait Ă  bouger, et elle savait que Dieu Ă©tait dedans. Et lorsqu’ils la firent asseoir sur le chameau, ils la bĂ©nirent et dirent: «Que ta postĂ©ritĂ© soit des milliers de myriades», des milliers de myriades. Dieu avait dit Ă  Abraham: «Comme les Ă©toiles du ciel ou le sable qui est sur le bord de la mer.» Cela faisait entrer les Gentils. C’est ce que serait la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Et ils ont aussi dit: «Que ta postĂ©ritĂ© possĂšde les portes de son ennemi.» Dieu promettait au travers d’elle, au travers d’Abraham que la postĂ©ritĂ© possĂ©derait la porte, et elle la possĂ©dera. Aussi longtemps qu’il y a un reste de la postĂ©ritĂ© d’Abraham, elle possĂ©dera la porte de chaque promesse de Dieu comme le fit Abraham. Elle le fera.

20        Lorsqu’IsraĂ«l Ă©tait en route et arriva au pays de Moab, il y avait une porte, et les autres ont dit: «Nous ne vous laisserons pas traverser.» Et ils firent appel Ă  leur prophĂšte afin de maudire ce peuple. Au lieu de maudire, il bĂ©nit. Ils essayaient de lui montrer toutes les mauvaises choses que ce peuple avait faites. Mais Dieu lui montra les bonnes choses Ă  leur sujet. Car, Il voyait le rocher frappĂ© et le serpent d’airain qui allaient devant, faisant l’expiation pour eux. Et au lieu de maudire, il bĂ©nit la postĂ©ritĂ© et ils possĂ©dĂšrent le pays parce qu’ils Ă©taient en route pour garder une promesse de JĂ©hovah. Rien ne pouvait les arrĂȘter, car ils Ă©taient la postĂ©ritĂ© d’Abraham qui avait une promesse selon laquelle ils possĂ©deraient la porte de chaque ennemi. Et ils la possĂ©dĂšrent.

21        Daniel, une semence d’Abraham, fut jetĂ© dans la fournaise ardente, ou plutĂŽt dans une fosse au lion, excusez-moi. Daniel fut jetĂ© dans une fosse aux lions pour qu’il soit tuĂ© par les lions. Et l’Ange du Seigneur descendit ce soir-lĂ  et arrĂȘta les lions. Nul doute que c’était cette glorieuse Colonne de Feu qui suivait les enfants d’IsraĂ«l. Et les animaux ont peur de la lumiĂšre. Et lorsque cette grande LumiĂšre s’est tenue lĂ , le lion s’est couchĂ©, et Daniel a possĂ©dĂ© la porte de son ennemi. Il a fermĂ© la gueule du lion, parce qu’il avait la promesse de Dieu et il Ă©tait une semence d’Abraham.

            Les enfants hĂ©breux, lorsqu’ils furent jetĂ©s dans la fournaise ardente, ils possĂ©dĂšrent les portes de la fournaise. Et le Fils de Dieu descendit et Ă©loigna d’eux le feu. Et ils possĂ©dĂšrent les portes de leur ennemi.

            Elie, lorsque (Il Ă©tait aussi la postĂ©ritĂ© d’Abraham)–lorsque la nation tout entiĂšre s’était retournĂ©e contre lui, le roi, la reine, tout le monde, cependant, il se tint lĂ  sur le mont Carmel, sur la promesse de Dieu et possĂ©da les portes, les portes internationales de ce pays. Il le fit parce qu’il Ă©tait une postĂ©ritĂ© d’Abraham, ayant une promesse de Dieu.

22        Lorsque MoĂŻse, la postĂ©ritĂ© d’Abraham, Ă©tait parti sur base d’une commission de Dieu, observant la Parole de Dieu, lorsqu’il descendit en Egypte, fit sortir le peuple pour les amener Ă  la Terre promise, le diable dressa une porte devant eux. Les voilĂ  encerclĂ©s par l’armĂ©e de pharaon, acculĂ©s Ă  la mer Rouge. Mais Dieu fit qu’un vent fort se mette Ă  souffler. Et ils possĂ©dĂšrent la porte de l’ennemi, parce que Dieu avait soufflĂ© et fait un passage Ă  sec Ă  travers la–la mer. Et ils continuĂšrent vers la promesse, marchant sur le sec, parce qu’ils Ă©taient la postĂ©ritĂ© d’Abraham ayant une promesse faite sous serment: «Ta postĂ©ritĂ© possĂ©dera la porte de l’ennemi.»

            Lorsqu’ils sont sortis du dĂ©sert pour traverser le Jourdain, lorsque Dieu parla au cĂ©lĂšbre JosuĂ©, et dit Ă  JosuĂ© de faire la traversĂ©e, d’apprĂȘter le peuple, c’était au mois d’avril, un mois de crues. Toutes les vallĂ©es du Jourdain Ă©taient inondĂ©es. A ce qu’il paraissait, c’était une piĂštre stratĂ©gie de la part de Dieu que de les amener Ă  cet endroit, Ă  un Jourdain trouble, au pire moment de l’annĂ©e, quand le fleuve est en crue.

23        Souvent, Dieu vous laisse arriver au bout du rouleau, au dernier kilomĂštre du chemin, alors, Il entre en action. Si vous ĂȘtes une semence d’Abraham, croyez Dieu et accrochez-vous Ă  Sa promesse pour la guĂ©rison, pour le salut, pour le baptĂȘme du Saint-Esprit, quoi que ce soit, quel que soit l’ennemi; Dieu vous laisse parfois arriver au bout du rouleau. Et cela semble pire que jamais. Le mĂ©decin dit: «Il n’y a aucune chance.» Mais vous ĂȘtes la postĂ©ritĂ© d’Abraham, ayant une promesse selon laquelle vous possĂ©derez la porte de chaque ennemi.

24        JosuĂ© ne considĂ©ra pas combien le Jourdain Ă©tait large ni combien il Ă©tait trouble, il dit: «Rassemblez-vous et sanctifiez-vous, prenez l’arche de Dieu et avancez.» Et il possĂ©da la porte de l’ennemi. Pourquoi? Parce qu’il amenait un peuple promis dans un pays promis selon une promesse de Dieu, et c’étaient les enfants d’Abraham. Cela donne Ă  un baptiste l’envie de crier. La postĂ©ritĂ© d’Abraham possĂ©dera la porte de l’ennemi.

            Oui, il traversa le Jourdain. Un jour nous devons aussi arriver au Jourdain. Tous ces grands guerriers ont dĂ» mourir parce qu’ils Ă©taient nĂ©s dans le pĂ©chĂ©, nĂ©s par un dĂ©sir sexuel, conçus dans l’iniquitĂ©, venus dans le monde en profĂ©rant le mensonge. Mais, Ă  cause de la promesse, et Ă©tant la semence d’Abraham selon la promesse que Dieu avait donnĂ©e Ă  Abraham, ils vainquirent des royaumes, exercĂšrent la justice, fermĂšrent la gueule des lions, Ă©chappĂšrent au tranchant de l’épĂ©e, firent reculer les eaux et ressuscitĂšrent les morts, car ils Ă©taient la postĂ©ritĂ© d’Abraham selon une promesse de Dieu Lui-mĂȘme, ce qu’Il ferait pour eux.

25        Puis, un jour, vint finalement la PostĂ©ritĂ© royale qui n’était pas nĂ©e d’un homme, mais qui Ă©tait conçue dans le sein d’une vierge par Dieu Lui-mĂȘme, sans aucun dĂ©sir sexuel, nĂ©e du Saint-Esprit. Lorsque le Saint-Esprit recouvrit de son ombre une petite vierge et conçut en elle la vĂ©ritable PostĂ©ritĂ© d’Abraham, la foi qu’Abraham avait en Dieu... Dieu avait fait la promesse de cette Semence, nĂ©e d’une vierge, alors Il avait le pouvoir sur toutes les portes de l’ennemi. Lorsqu’Il Ă©tait sur terre, Il avait les portes de la maladie sous Son pouvoir. Il parlait aux malades, les portes s’ouvraient, et ils sortaient libres. Il avait les–les clĂ©s de la porte de la lĂšpre, des infirmitĂ©s, des afflictions, des tentations.

            On L’a giflĂ© au visage, on Lui a tout fait en Lui arrachant la barbe du visage, en crachant sur Lui, en essayant de L’amener Ă  faire quelque chose de mal. Il a dit: «Je pourrais parler Ă  mon PĂšre, et immĂ©diatement, Il enverrait douze lĂ©gions d’anges.» Il pouvait le faire. Et Il en avait le pouvoir. Pourquoi ne l’a-t-Il pas fait? Il devait goĂ»ter Ă  la mort. Tous ces autres guerriers avaient remportĂ© des victoires et ainsi de suite, mais Il devait conquĂ©rir cette porte qu’aucun de ces hommes n’avait pu conquĂ©rir. Et lorsqu’ils L’ont tuĂ© au Calvaire, Il Ă©tait... Son Ăąme est descendue au sĂ©jour des morts, et lĂ -bas Il a pris les clĂ©s du sĂ©jour des morts, Il a ouvert cet endroit, et Il en a pris possession. Il possĂ©da les portes du sĂ©jour des morts. Le matin de PĂąques, Il possĂ©da les portes de la tombe. Il avait les clĂ©s de la mort, du sĂ©jour des morts et de la tombe, et Il ressuscita triomphant.

26        Et nous qui sommes morts en Christ, nous sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham, et nous sommes plus que vainqueurs en Lui qui a vaincu toutes choses pour nous. Nous n’avons aucune raison de devoir venir–conquĂ©rir quoi que ce soit, parce que c’est dĂ©jĂ  conquis. Le dernier ennemi, la maladie, la mort, la tentation, toutes choses ont Ă©tĂ© mises sous Ses pieds. Et nous sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham. En Ă©tant mort en Christ, nous sommes la postĂ©ritĂ© d’Abraham, nous marchons de victoire en victoire, de victoire en victoire, tenant la promesse de Dieu devant nous, allant de l’avant. La postĂ©ritĂ© d’Abraham qui a une promesse sous serment de JĂ©hovah Dieu, selon laquelle elle possĂ©dera la porte de chaque ennemi.

27        Maintenant, la mort n’a aucune porte pour nous. Vous direz: «La mort n’a aucune porte, FrĂšre Branham?» –Non, elle n’en a pas. Vous direz: «Qu’en est-il de ceci? Pensez-vous que vous allez mourir?»–Je ne mourrai jamais; je ne peux pas mourir. Je suis dĂ©jĂ  mort, ma vie...?... Je suis enseveli, et ma vie est cachĂ©e en Dieu Ă  travers Christ, scellĂ©e par le Saint-Esprit. Le diable ne peut pas m’avoir mĂȘme s’il le devait. «Heureux et saints ceux qui ont part Ă  la premiĂšre rĂ©surrection! La seconde mort n’a point de pouvoir sur eux.» Nous avons vaincu, car Christ a vaincu cela pour nous.

            Lorsqu’Il est montĂ© au Calvaire, il y avait des crachats sur Son visage, les larmes et le sang s’étaient mĂȘlĂ©s aux crachats des moqueries, Son vieux vĂȘtement trempĂ© de sang qui Ă©tait sur Son dos, battait contre Ses jambes, alors qu’Il gravissait la montagne. La mort s’est mise Ă  bourdonner autour de Lui. La mort a dit: «Je viens Te prendre.»

28        Oh! cet aiguillon de la mort, regardez-le sur le visage de quelqu’un. J’ai tenu les gens dans mes bras et je les ai vus frĂ©mir, puis se ressaisir, ensuite frĂ©mir, puis se ressaisir, crier et implorer misĂ©ricorde, rien n’est comparable Ă  l’aiguillon de la mort.

            Mais, vous savez, lorsque l’abeille de la mort s’est mise Ă  bourdonner autour de Lui... Vous savez, si une abeille, un insecte qui possĂšde un aiguillon, si jamais il pique assez profondĂ©ment, il y laisse son aiguillon. Il n’aura plus d’aiguillon aprĂšs cela.

            Et lorsque la mort planta son aiguillon dans le Fils de Dieu nĂ© d’une vierge, Il arracha l’aiguillon de la mort. Elle n’a plus d’aiguillon. Ce n’est qu’un bluff. Une abeille qui n’a plus d’aiguillon peut bourdonner, mais elle ne peut pas piquer. Cela a Ă©tĂ© expĂ©rimentĂ©. Saint Paul a dit, lorsque l’abeille s’est mise Ă  bourdonner autour de lui, il a dit: «Ô mort, oĂč est ton aiguillon? Ô mort, oĂč est ta victoire? GrĂąces soient rendues Ă  Dieu, qui nous donne la victoire par notre Seigneur JĂ©sus-Christ.» La vĂ©ritable semence royale d’Abraham, nous possĂ©dons la porte de chaque ennemi. Amen.

29        De quoi avons-nous peur? PossĂ©dons les portes! Nous avons la promesse de Dieu. Nous avons Sa Parole. Nous avons Son Saint-Esprit. Les Anges campent tout autour; tout est en ordre. Chaque muraille peut ĂȘtre renversĂ©e. C’est dĂ©jĂ  renversĂ©. Le Fils de Dieu va au-devant de nous, Sa banniĂšre flotte et rien ne peut faire obstacle Ă  un saint qui va accomplir une promesse de Dieu. La mort ne peut pas arrĂȘter cela. La tombe ne peut pas arrĂȘter cela. Le diable ne peut pas arrĂȘter cela. Nous sommes plus que vainqueurs. La maladie a Ă©tĂ© conquise pour vous, mes amis. La mort a Ă©tĂ© conquise pour vous. Vous l’incrĂ©dule, ne voulez-vous pas Le recevoir? Les habitudes ont Ă©tĂ© conquises pour vous. La tentation a Ă©tĂ© conquise. Vous direz: «J’ai un tempĂ©rament colĂ©rique; je n’arrive pas Ă  surmonter cela.» C’est dĂ©jĂ  conquis. Il a dĂ©jĂ  conquis cela, la DerniĂšre et Glorieuse PostĂ©ritĂ© d’Abraham. Il ne reste plus rien Ă  conquĂ©rir maintenant, Il a tout conquis pour nous.

            Maintenant, nous, par Sa grĂące au travers de Sa promesse, croyons simplement et tenons ferme. C’est tout ce que nous avons Ă  faire. C’est dĂ©jĂ  fini, notre maladie, nos transgressions. «Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.»

30        La Glorieuse PostĂ©ritĂ© royale d’Abraham, Son Esprit est ici ce soir. Ses promesses sont toutes vraies. Il accomplit tout ce qu’Il a dit. Comment se fait-il que certains qui sont assis seront guĂ©ris et d’autres pas? C’est simplement parce que vous cherchez Ă  garder un petit peu de monde autour de vous. DĂ©barrassez-vous de tout, soyez humble et regardez Ă  Dieu et croyez la chose de tout votre coeur. Accrochez-vous-y, et cela devra s’accomplir. Dieu l’a promis. Rien ne peut empĂȘcher cela. Le croyez-vous? Inclinons la tĂȘte alors juste un moment.

            Combien voudraient qu’on se souvienne d’eux dans cette priĂšre, levez la main et dites: «Ô Dieu, donne-moi la foi. Oh! j’ai honte de moi-mĂȘme en tant qu’enfant d’Abraham, la postĂ©ritĂ©. Donne-moi la foi, Seigneur; ĂŽte tous les doutes; pardonne-moi mon incrĂ©dulitĂ©.»

            Levez la main et dites: «Ô Dieu, aie pitiĂ© de moi.» Que Dieu vous bĂ©nisse. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.

31        PĂšre cĂ©leste, l’onction du Saint-Esprit semble simplement m’envahir. A ce qu’il paraĂźt, Il veut accomplir quelque chose de glorieux ici ce soir. Que cela se produise, Seigneur. Ô Seigneur, que cela se produise. Il a Ă©tĂ© dit Ă  ces gens qu’ils sont la postĂ©ritĂ© d’Abraham et qu’ils sont hĂ©ritiers avec Abraham en vertu de la promesse. Dieu a jurĂ© que la postĂ©ritĂ© d’Abraham possĂ©derait la porte de chaque ennemi.

            Seigneur, s’il y en a un ici ce soir dont Tu as frappĂ© Ă  la porte du coeur, et qui ne T’a pas encore reçu, qu’il comprenne que Tu veux l’adopter dans la famille d’Abraham. Et ils diront: «Eh bien, je bois, je fume, je joue aux jeux d’argent, ou–ou bien je mens, je vole, ainsi de suite.» Puissent-ils comprendre que toutes ces choses sont conquises par JĂ©sus-Christ. Il y en a beaucoup ici qui, sans aucun doute, Seigneur, Ă  cause des agitations, des doutes, des soucis, ont manquĂ© de recevoir le Saint-Esprit. Puissent-ils comprendre que Tu as Ă©tĂ© tentĂ© de la mĂȘme maniĂšre que nous, sans pourtant tomber dans le pĂ©chĂ©. Tu as pris notre place, et Tu as vaincu l’ennemi par Ta vie juste, afin que nous qui sommes injustes, nous puissions avoir la victoire comme nous croyons en Toi et que nous rĂ©clamons la promesse.

            Que ceux qui sont malades, que des mĂ©decins loyaux ont soignĂ©s, essayant de leur mieux de leur sauver la vie, mais qui sont Ă©tendus, mourants, bon nombre d’entre eux souffrent des maladies dont le remĂšde n’a pas encore Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© Ă  l’homme... Ô Seigneur Dieu, ils sont la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Puissent-ils comprendre ce soir, Ă  travers le message, que Dieu a jurĂ© Ă  Abraham que sa postĂ©ritĂ© possĂ©derait la porte de chaque ennemi. Alors, Ă©tant donnĂ© que nous sommes en JĂ©sus-Christ notre Seigneur, fais de nous la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Chaque ennemi doit lĂącher prise.

32        Que le Sang de JĂ©sus-Christ puisse sanctifier ce groupe de gens ce soir. Que tous les doutes, les agitations et les frayeurs soient ĂŽtĂ©s. Et qu’il puisse y avoir une effusion du Saint-Esprit. Ô Seigneur Dieu, envoie Ton Ange ce soir, ce Glorieux Ange, le Saint-Esprit, qui Ă©tait descendu sous la forme d’un homme juste avant la destruction de Sodome, Ă  l’époque dont Ton propre PrĂ©cieux Fils a parlĂ© en disant: «A... ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de mĂȘme Ă  l’avĂšnement du Fils de l’homme»... Celui qu’Abraham a adorĂ© et a appelĂ© Eternel Dieu, Elohim. Sachant que Dieu tabernaclait dans la chair de cet Homme qui a mangĂ© une tranche de viande de veau, bu du lait et mangĂ© du pain... Ô Seigneur Dieu, que ce Saint-Esprit qui Ă©tait dans cet Homme ce jour-lĂ  puisse simplement envelopper chaque personne qui se trouve ici, et lui donner cette foi qu’avait Abraham. Puisse-t-Il parler Ă  leurs coeurs ce soir. Puisse-t-Il parler Ă  travers nous et avec nous, au point que nous serons certains que l’Eglise Ă©lue a reçu cela.

33        Ô Dieu, nous prions pour ce monde pĂ©cheur. Que toute la cĂ©citĂ© des gens qui ont Ă©tĂ© aveuglĂ©s par la prĂ©dication de l’Evangile... Nous prions, Seigneur, que bientĂŽt, Tu les appelles Ă  sortir rapidement avant la grande destruction. Nous sentons ce soir que l’Eglise est appelĂ©e Ă  sortir et qu’elle est en sĂ©curitĂ©, ancrĂ©e en Christ, et qu’elle est prĂȘte Ă  aller dans l’EnlĂšvement. Ainsi, nous prions, PĂšre, que Tu les appelles Ă  sortir de tous les diffĂ©rents milieux sociaux et que Tu leur rĂ©vĂšles que c’est Toi qui les invites Ă  venir. Accorde-le, Seigneur. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

34        Maintenant, postĂ©ritĂ© d’Abraham, le message est fini, entrons donc dans l’atmosphĂšre de l’adoration, afin que l’Esprit de Dieu puisse agir Ă  travers nous maintenant. Chantons cela avec nos yeux fermĂ©s.

Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

35        Oh! le Glorieux Saint-Esprit entre fraĂźchement comme des gouttes de rosĂ©es tombant du ciel, c’est comme la rose de Saron qui Ă©tait ointe. Lorsqu’Aaron entrait dans le Saint des saints, il Ă©tait oint d’une huile qui avait un parfum agrĂ©able. Il entrait avec des grenades qui s’entrechoquaient entre des clochettes et faisaient: «Saint, saint, saint Ă  l’Eternel.» Entrons dans le Saint des saints maintenant. Que chaque postĂ©ritĂ© d’Abraham qui se trouve ici ce soir, dans ce bal cĂ©leste, que chaque personne qui croit qu’il a reçu le Saint-Esprit, vous tous la postĂ©ritĂ© d’Abraham, avancez maintenant, en Ă©tant oints de la douceur de la foi, entrez dans le Saint des saints en chantant: «Saint, saint, saint Ă  l’Eternel.» Si vous avez un besoin, faites-le connaĂźtre Ă  Dieu juste avant que nous appelions la ligne de priĂšre.

Je L’aime (Entrez maintenant.), je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

36        Maintenant, ne pensez pas Ă  votre problĂšme. Pensez simplement Ă  Lui alors que nous chantons cela de nouveau. Dites-vous: «Est-ce que je L’aime? Est-ce que mon–est-ce que mon amour est suffisant pour Lui? Est-ce que je L’ai aimĂ© et placĂ© en premiĂšre position? Lorsque je me rĂ©veille le matin, est-ce que je... la premiĂšre chose que je fais, est-ce que je Le loue? Tout au long de la journĂ©e, est-ce que je Le glorifie? Quand je prends des dĂ©cisions, est-ce que je me demande: ‘Est-ce Ta volontĂ©, Seigneur?’ Est-ce que je Le place vraiment en premiĂšre position en toute chose? Vient-Il en premiĂšre position?» Si c’est le cas, chantons simplement cela de nouveau et pensons-y.

Je L’aime (premiùrement), je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

37        Sentez-vous cette douceur de l’Esprit qui se meut simplement au-dessus de l’auditoire? Maintenant, en toute honnĂȘtetĂ©, devant Dieu, combien sentent rĂ©ellement que le Saint-Esprit est tout prĂšs? Etant assis dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ...

            Entre en action, doux Esprit de Dieu. Appelle de la mort Ă  la vie. Parle Ă  la postĂ©ritĂ© d’Abraham. Donne-leur la foi. RĂ©vĂšle-leur qu’ils peuvent possĂ©der la porte de chaque ennemi, puisque chaque ennemi a Ă©tĂ© mis sous les pieds de Christ, mĂȘme la mort. Et nous nous tenons en Lui, le ConquĂ©rant. Chaque ennemi est sous vos pieds, aussi longtemps que vous ĂȘtes en Christ, parce que toutes choses se trouvent sous Ses pieds.

            Comment entrons-nous en Lui? Par un seul Esprit, nous sommes tous baptisĂ©s dans un seul Corps, nous sommes rendus participants de la mĂȘme bĂ©nĂ©diction, la mĂȘme puissance. La mĂȘme foi qui demeurait en Abraham demeure dans nos coeurs, cette mĂȘme foi qui Ă©tait en Abraham, qui dĂ©tenait une promesse de Dieu juste avant la destruction du monde, le monde de Sodome, au temps de Lot. Cette mĂȘme foi peut attirer ce mĂȘme Ange dans cette mĂȘme–dans cette salle et faire qu’Il accomplisse les mĂȘmes choses qu’Il avait accomplies en ce temps-lĂ . Le croyez-vous? Combien croient, lĂ -bas...?

38        Combien de malades y a-t-il lĂ  dans l’auditoire? Juste ceux qui sont malades, levez la main, ou qui ont besoin de Dieu pour quelque chose, levez la main. L’endroit oĂč vous vous trouvez m’importe peu; levez simplement la main. Vous ĂȘtes trop nombreux pour qu’on vous appelle sur l’estrade. Si vous pouvez croire de tout votre coeur que l’Ange de Dieu qui Ă©tait venu visiter Abraham est ici, croyez en Lui de tout votre coeur. JĂ©sus n’a-t-Il pas... Ce mĂȘme Ange, ce mĂȘme Esprit qui Ă©tait dans l’Homme qui parla Ă  Abraham, n’était-Il pas manifestĂ© ici dans un corps de chair pour ĂŽter le pĂ©chĂ©? Une femme toucha Son vĂȘtement un jour, et Il dit: «Qui M’a touchĂ©?» Et les Ecritures ne nous disent-Elles pas qu’Il est maintenant mĂȘme le Souverain Sacrificateur qui peut ĂȘtre touchĂ© par les sentiments de nos infirmitĂ©s?

39        Au lieu d’appeler une ligne de priĂšre ici, juste un groupe de personnes qui ont des cartes de priĂšre, j’aimerais que la salle tout entiĂšre, que chacun de vous qui ĂȘtes lĂ -bas, sache que vous n’avez pas besoin d’avoir une carte de priĂšre ici... Je–je dis ceci au Nom du Seigneur JĂ©sus et dans la PrĂ©sence de l’Ange de Dieu, dont je suis le serviteur, demandez Ă  Dieu ce dont vous avez besoin maintenant mĂȘme, et rĂ©clamez la promesse et voyez si le Souverain Sacrificateur ne rĂ©pondra pas juste comme Il le faisait lorsqu’Il se trouvait ici sur terre. Croyez-vous qu’Il peut le faire? Cela fera-t-il tressaillir votre Ăąme s’Il le faisait? Cela vous amĂšnera-t-il Ă  L’adorer? Vous tous qui ĂȘtes lĂ -bas, malades et affligĂ©s ou dans le besoin de quelque chose, voulez-vous... cela vous fera-t-il tressaillir de voir Dieu faire cela, promettre cela, aprĂšs que j’ai prĂȘchĂ© cela ce soir? Et Dieu a fait la promesse qu’il en sera ainsi juste avant la Venue du Fils de Dieu. Cela ne s’est jamais accompli depuis ce temps-lĂ . Cherchez dans toute l’histoire. Cela ne s’est jamais accompli depuis ce temps-lĂ . Mais cela est en train de s’accomplir maintenant. OĂč cela est-il allĂ©? Vers la postĂ©ritĂ© d’Abraham, ceux qui sont remplis du Saint-Esprit.

            Y a-t-il une personne malade dans cette section, levez la main, par ici, dans cette section, levez la main. Prions.

40        Seigneur Dieu, que quelqu’un ait la foi. Accorde-le, Seigneur, afin que les gens sachent que Tu es le mĂȘme Dieu, que Tu es le mĂȘme, Celui qui est venu vers Abraham dans une sorte de corps de chair. Et Tu lui as parlĂ©. Et Tu lui as dit qui il Ă©tait, ou Tu as citĂ© son nom, et Tu lui as parlĂ© au sujet de Sara, Tu as demandĂ© oĂč elle se trouvait, et Tu as accompli ce signe-lĂ . Tu as promis que cela se produirait de nouveau, et cela s’est de nouveau produit; nous sommes reconnaissants. Que les gens, dans cette assistance, soient des tĂ©moins ce soir, pour qu’en ce jour-lĂ  il n’y ait alors aucune question. Accorde-le, Seigneur.

            S’il y a un pĂ©cheur ici, homme ou femme, puisse-t-il aussi sentir l’impact de la PrĂ©sence de l’Esprit de sorte qu’il aille rapidement Ă  l’autel et abandonne sa vie. Je prie au Nom de JĂ©sus. Amen.

41        Maintenant, soyez tout aussi rĂ©vĂ©rencieux que possible, et que chaque personne prie. Partout Ă  travers la salle, au fond, devant, partout oĂč vous ĂȘtes, priez simplement. Oh! quel temps! Vous ne savez pas comment je me sens en cet instant mĂȘme. La porte de cette chose m’appartient maintenant. Dieu ouvre les portes. Les portes de–de vos afflictions, les portes du discernement des pensĂ©es de vos coeurs... La Bible a promis que le Saint-Esprit discernerait mĂȘme les pensĂ©es du coeur. C’est une porte qui a Ă©tĂ© promise. C’est une porte que Dieu donne et ouvre.

42        LĂ -bas au coin, de ce cĂŽtĂ©, que tout le monde regarde par ici juste un instant. LĂ -bas au coin, voilĂ  un homme et une femme assis lĂ . Ils sont mari et femme. VoilĂ  la LumiĂšre suspendue au-dessus d’eux. La femme est en train de me regarder; elle souffre de quelque chose au niveau de la jambe. L’homme souffre de l’estomac. Croyez-vous que Dieu vous guĂ©rira? Levez la main si vous allez le croire. TrĂšs bien, rentrez chez vous, tous deux, et soyez rĂ©tablis. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

            Qu’est-ce? PossĂ©der la porte de l’ennemi! VoilĂ  la victoire. «Si tu peux croire.» Priez.

43        Qu’en est-il de ce cĂŽtĂ©? Il y a une petite femme assise lĂ , en train de prier. Regardez par ici, soeur. Elle est assise Ă  cĂŽtĂ© d’un homme corpulent. Vous. Vous avez l’arthrite, le diabĂšte sucrĂ©, vous Ă©tiez en train de prier Dieu de vous guĂ©rir. Si c’est vrai, levez la main. TrĂšs bien, rentrez chez vous, et recevez votre guĂ©rison. Croyez maintenant.

44        Quelqu’un par ici a levĂ© la main, dans cette ligne, ici quelque part. C’est vous? Croyez-vous de tout votre coeur, vous et votre mari, ainsi que vos petits enfants? Croyez-vous que JĂ©sus-Christ m’a envoyĂ© ici dans ce but? Croyez-vous que Christ peut me rĂ©vĂ©ler quel est votre problĂšme? Vous souffrez de l’estomac. Votre mari a un problĂšme d’yeux. C’est vrai. Imposez-vous les mains l’un Ă  l’autre, car JĂ©sus-Christ vous a guĂ©ris tous deux maintenant mĂȘme. AINSI DIT LE SEIGNEUR.

45        Je vous demande de croire. Croyez-vous? Pour vous montrer qu’il s’agit du mĂȘme Ange, je vais vous tourner le dos. Il y a un homme juste derriĂšre moi. Il prie pour son pĂšre et sa mĂšre: un trouble du coeur et l’arthrite. Ils viennent de l’Arkansas; leur nom est Smith. Croyez de tout votre coeur lĂ  derriĂšre, Monsieur et Madame Smith. Rentrez chez vous, recevez votre guĂ©rison, et soyez rĂ©tablis au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Si vous croyez cela de tout votre coeur, alors partez et recevez cela.

46        Maintenant, continuez simplement Ă  prier. Quelqu’un dans cette section... Il y a une femme assise dans cette direction, elle a un problĂšme au niveau de son dos et de sa–sa hanche. Madame Kirby, croyez-vous de tout votre coeur? Le croyez-vous? Alors, vous pouvez retourner chez vous et ĂȘtre bien portante, Madame Kirby. JĂ©sus-Christ vous guĂ©rit.

            Croyez-vous? Le mĂȘme Ange de Dieu... PostĂ©ritĂ© d’Abraham, qu’y a-t-il?

47        Il y a une femme juste lĂ , aprĂšs cette dame-lĂ , elle me regarde, elle prie pour quelqu’un. Il s’agit de son fils. Il est dans un hĂŽpital psychiatrique, et elle prie pour lui. C’est vrai, madame. Croyez-vous que JĂ©sus-Christ va le guĂ©rir? Si vous le croyez, levez la main. TrĂšs bien. Qu’il en soit ainsi, comme vous avez cru. Ayez foi en Dieu.

48        A quoi penses-tu, chĂ©rie? Cette fillette, maman a mis ses mains autour de toi lĂ , crois-tu? Crois-tu que JĂ©sus-Christ te guĂ©rira de ce diabĂšte sucrĂ© et permettra que tu te rĂ©tablisses? Crois-tu? Si tu crois, lĂšve-toi. TrĂšs bien, rentre chez toi et sois bien portante, au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu’il en soit ainsi.

49        La petite dame assise lĂ , qui regarde cela en se rĂ©jouissant, elle doit subir une opĂ©ration le lundi matin, pour une maladie de femme. Croyez-vous que Dieu vous rĂ©tablira et vous aidera Ă  vous en tirer? Si vous croyez, partez et croyez-le au Nom de JĂ©sus-Christ.

50        Qu’en est-il de vous dans le fauteuil roulant? L’arthrite. Si vous le croyez, vous pouvez rentrer chez vous et ĂȘtre aussi guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. La voilĂ  qui se lĂšve du fauteuil roulant. Croyez-vous de tout votre coeur? Vous pouvez obtenir ce que vous avez demandĂ©. La voilĂ  qui s’en va, une infirme qui a quittĂ© le fauteuil roulant, qui marche au Nom du Seigneur.

51        Levons-nous, tout le monde. Tout celui qui est malade et affligĂ©, levez-vous maintenant, glorifiez Dieu. Levez les mains et glorifiez le Seigneur, tout le monde, glorifiez le Seigneur pour Sa bontĂ©, tout le monde, pour Sa bontĂ©.

            Venez au Seigneur. Chaque pĂ©cheur, venez ici. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que chaque pĂ©cheur vienne par ici. Venez, chaque pĂ©cheur, venez rapidement par ici et repentez-vous de vos pĂ©chĂ©s. Je vous l’ordonne, au Nom de JĂ©sus-Christ, devant cet Ange qui a fait marcher les infirmes, qui discerne les pensĂ©es du coeur, l’Ange du Seigneur. Avancez, vous pĂ©cheur, avec la crainte de Dieu et repentez-vous de vos pĂ©chĂ©s. C’est sĂ©vĂšre et dur. Mais c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Si vous venez, vous serez sauvĂ©, de mĂȘme que cette femme est guĂ©rie et que les autres sont guĂ©ris. Avancez, vous pĂ©cheurs.

52        Venez carrĂ©ment par ici, les amis. Tout celui qui cherche le Saint-Esprit, venez par ici. Si vous voulez recevoir le Saint-Esprit, venez par ici; voici l’heure. Sodome va ĂȘtre brĂ»lĂ©e dans peu de temps. Avancez, vous qui recherchez le Saint-Esprit et qui dĂ©sirez quelque chose de la part de Dieu. Avancez-vous, voici l’heure de la dĂ©livrance. Si vous voulez dĂ©livrer votre Ăąme de la tentation, dĂ©livrer votre Ăąme du pĂ©chĂ©, dĂ©livrer votre Ăąme de la peur, dĂ©livrer votre Ăąme du pĂ©chĂ©. Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, dont la PrĂ©sence est ici maintenant, je vous ordonne par le Dieu vivant qui vous jugera Ă  la Venue du Seigneur JĂ©sus, avancez-vous et recevez JĂ©sus-Christ.

            Venez, c’est votre opportunitĂ©. Le Saint-Esprit vous le demande. Il vous jugera au jour du Jugement. Venez avec la crainte de Dieu. Venez, car Dieu est ici. Venez, car Dieu appelle. Ne venez pas Ă  cause d’une certaine histoire pathĂ©tique; ne venez sur base de rien d’autre, mais parce que Dieu vous a dit de venir. Venez maintenant. C’est ça.

            Au Nom de Christ, je le rĂ©pĂšte. Que chaque pĂ©cheur, chaque personne qui est opprimĂ©e, chaque personne qui a un pĂ©chĂ© dans sa vie, l’incrĂ©dulitĂ©, et qui n’a pas encore reçu le Saint-Esprit, tout ce dont vous avez besoin cĂŽtĂ© spirituel, avancez-vous maintenant. Si vous avez un tempĂ©rament que vous n’arrivez pas Ă  vaincre, si vous ĂȘtes tentĂ© par le tabac, si vous ĂȘtes tentĂ© par le pĂ©chĂ©, approchez et soyez dĂ©livrĂ©, au Nom de JĂ©sus-Christ.

53        Je regarde cette pauvre vieille femme. Je ne sais pas quel est son problĂšme. Je ne sais pas ce que le Saint-Esprit a dit, mais elle Ă©tait assise, clouĂ©e dans un fauteuil roulant, il y a quelques minutes. La voilĂ  toutefois debout rendant gloire Ă  Dieu. Vous les ouvriers, venez avec eux, avancez-vous. Oh! postĂ©ritĂ© d’Abraham, rĂ©veillez-vous! Priez! PrĂ©parez-vous! La Venue du Seigneur est proche. Avancez-vous; avancez-vous; continuez Ă  venir.

            Quel moment! Quel moment! Le Saint-Esprit est juste en train de rĂ©pandre Son onction partout par ici. J’ai regardĂ© cet auditoire; quelque chose en moi semble simplement m’élever plus haut, plus haut, plus haut. Il y a quelque chose ici; la puissance de Dieu est ici. La gloire des saints est ici. La Puissance de Dieu est parmi les gens. PostĂ©ritĂ© d’Abraham, vous avez... chaque porte vous appartient. Chaque porte vous appartient. Levons les mains partout, vous tous les pĂ©cheurs pĂ©nitents. Levez les mains, tout le monde.

54        Ô Seigneur, Toi le CrĂ©ateur des cieux et de la terre, envoie Ton message et Ta puissance sur ces gens. Que le Saint-Esprit prenne la prĂ©Ă©minence dans leurs coeurs maintenant mĂȘme. Remplis-les de Ta bontĂ©. Remplis-les de la puissance de Dieu. Pardonne leurs pĂ©chĂ©s. GuĂ©ris chaque maladie dans la salle. Tires-en la gloire. Accorde-le, Seigneur, alors que les saints T’adorent. Accorde-le, PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ.

55        Alors que les saints glorifient Dieu, venez rencontrer ces gens qui sont ici Ă  l’autel, allez carrĂ©ment au coin lĂ -bas. FrĂšre Curly, quelqu’un lĂ -bas, pour les conduire... Directement par ici maintenant afin que nous puissions prier avec vous juste dans cette salle. Directement par ici. Que chacun qui est ici maintenant aille simplement de ce cĂŽtĂ©. [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Que les ouvriers aillent directement avec eux, maintenant mĂȘme, en attendant que nous allions dans la salle. Maintenant mĂȘme. Les autres, y a-t-il quelqu’un ici qui voudrait se joindre Ă  ce groupe?

            En marche vers le Calvaire. AllĂ©luia! En marche vers le Calvaire. La victoire en JĂ©sus, la victoire de JĂ©sus-Christ. Ils possĂ©deront la porte de l’ennemi. Je le promets. Dieu n’appelle personne, Ă  moins qu’il soit une postĂ©ritĂ© d’Abraham. Les voilĂ  qui vont au Calvaire. Les voilĂ  qui vont pour possĂ©der les portes de chaque ennemi. Ma priĂšre est que Dieu bĂ©nisse leurs coeurs alors qu’ils y vont.

            Avancez-vous directement, soeurs, si vous allez carrĂ©ment avec eux, allez-y carrĂ©ment. Tout celui qui veut entrer maintenant, qui a manquĂ© d’y entrer la premiĂšre fois, venez carrĂ©ment. La porte est encore ouverte. Et lĂ , vous pouvez possĂ©der la porte de chaque ennemi que vous avez, cet ennemi qui domine sur vous, cet ennemi qui vous fait faire des choses que vous ne voudriez pas faire, l’ennemi qui place le doute et la peur dans votre coeur, voilĂ  justement l’endroit pour le vaincre. C’est dĂ©jĂ  vaincu; allez simplement rĂ©clamer cela. Ils sont en route pour le Calvaire.

Je L’aime, je L’... (Levons les mains maintenant alors que nous chantons.)
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

            Serons-nous la main simplement comme ceci, et fermons les yeux.

Je L’aime (Regardez simplement cela, frùres.), je... (Que tous ceux qui L’aiment, agitent la main vers Lui.)
Parce qu’Il m’aima le premier
Et acquit mon salut
Sur... du Calvaire.

            TrĂšs bien, frĂšre...?... VĂŽtre.

EN HAUT