ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Y a-t-il quelque chose qui soit trop difficile pour le seigneur? de William Branham a été prêchée 60-0328 La durée est de: 52 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Y a-t-il quelque chose qui soit trop difficile pour le seigneur?

1     ‚Ķchantons:
Seigneur, je crois; Seigneur, je crois,
Tout est possible; Seigneur, je crois.
    Restons debout juste un moment pour la pri√®re. Inclinons nos t√™tes.
    Notre aimable et mis√©ricordieux P√®re, nous nous approchons de Ton tr√īne de gr√Ęce au Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus, sollicitant la mis√©ricorde du Tr√īne. Et nous prions, P√®re c√©leste, que Tu daignes jeter un regard sur nous et √™tre mis√©ricordieux envers nous, et que Tu veuilles nous accorder de Ta gr√Ęce ce soir. Pardonne-nous nos manquements, nos transgressions de Ta grande et sainte loi. Et nous voudrions demander, ce soir, que Tu veuilles Te souvenir de chaque personne qui se trouve dans la Pr√©sence Divine. Puisse ce glorieux message, qui vient d'√™tre proclam√©, p√©n√©trer profond√©ment dans le coeur de chacun; qu'il soit arros√© par la foi et qu'il produise une abondante moisson pour Ton Royaume.
    Accorde qu'il n'y ait pas ce soir une seule personne faible au milieu de nous quand le service sera termin√©. Qu'il n'y ait personne qui ait un p√©ch√© non pardonn√©. Et ensuite, quand nous retournerons ce soir √† nos maisons respectives √† la fin du service, puissions-nous parler le long du chemin comme ceux qui revenaient d'Emma√ľs, disant: "Nos coeurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous lorsqu'Il nous parlait en chemin?" Car nous le demandons au Nom de J√©sus, Ton Fils. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

2     Je venais √† peine d'arriver en voiture quand j'ai entendu la derni√®re partie du message qu'on apportait. Et j'ai seulement regrett√© de n'√™tre pas arriv√© √† temps pour en entendre le d√©but. Je pense que nous avons eu un - l'Evangile nous a √©t√© pr√™ch√© ce soir. Maintenant, juste avant que j'appelle ces cartes de pri√®re que nous n'avions pas fini d'appeler hier soir, j'aimerais juste vous parler pendant quelques minutes sur la Parole pour, en quelque sorte, amener la foule √† se calmer et chaque personne √† sa place, afin que le Seigneur puisse nous b√©nir, gu√©rir les malades et sauver ceux qui peuvent √™tre sauv√©s.
    J'√©tais - je marchais sur l'estrade, dimanche apr√®s-midi, et j'√©tais - j'avais alors l'impression d'avoir commis une faute, pour avoir parl√© apr√®s que notre aimable Fr√®re Tommy Osborn eut apport√© un message. Et quand nous sommes sortis, mon fils Billy a dit: "Papa, as-tu dit quelque chose de plus?" Il dit: "Le Saint Esprit √©tait simplement en train de remplir la salle". Et puis, quand je suis de nouveau mont√© ce soir, la m√™me chose s'est r√©p√©t√©e.
    Et de toute fa√ßon, je ne suis pas un pr√©dicateur fameux. Je n'ai pas re√ßu suffisamment d'instruction scolaire pour cela, mais le Seigneur me donne tout simplement une fa√ßon diff√©rente de proclamer Son Evangile, ayant vu que mon coeur voulait faire quelque chose tandis que je n'√©tais peut-√™tre pas qualifi√© d'une autre fa√ßon. Mais je suis tr√®s content de ce qu'Il me laisse faire ce dont je suis capable pour montrer que je L'aime et que je L'appr√©cie de tout mon coeur.

3     Dans le livre de la Gen√®se, au chapitre 18, les huit premiers mots du verset 14 [ce verset a huit mots en anglais - N.D.T.], j'aimerais lire ceci:
    Y a-t-il quelque chose qui soit trop difficile pour le Seigneur?
    Et maintenant, juste un petit drame pour attirer en quelque sorte l'attention de l'auditoire. Quelques heures avant qu'on ne vienne me chercher, eh bien, je reste dans une pi√®ce, en train de prier, d'attendre. Avec les portes ferm√©es, personne ne me d√©range, et je continue seulement √† prier. Et alors, quand je sens que Sa Pr√©sence est vraiment proche, parfois je l√®ve les yeux et je vois Cela, cette Lumi√®re que vous voyez sur la photo, et que l'on a maintenant partout √† travers le monde.
    Et ensuite, quand je viens √† la r√©union, j'aime entrer directement et avec douceur, chercher √† d√©couvrir l'atmosph√®re de la r√©union pour voir o√Ļ le Saint-Esprit est en train de se mouvoir, et alors je peux tenir ma ligne de pri√®re.

4     Et maintenant, nous voyons dans la premi√®re partie de ce chapitre qu' Abraham √©tait assis √† la porte de sa tente par un jour tr√®s chaud. Cela a d√Ľ √™tre un jour tr√®s chaud. Peut-√™tre que les bergers venaient de pr√©senter beaucoup de dol√©ances disant que toute l'herbe √©tait √©puis√©e, la terre se dess√©chait, le b√©tail devenait tr√®s maigre, et que, de plus, toutes les provisions en eau √©taient presque √©puis√©es. Ils avaient trouv√© des puits d'eau dans le pays; et comme le niveau d'eau baissait, ils continuaient √† creuser jusqu'√† atteindre le niveau o√Ļ l'eau suintait √† travers les roches; mais le b√©tail n'avait toujours pas assez d'eau pour son approvisionnement.
    Vous savez, parfois quand les choses vont mal, s'obscurcissent ...Nous savons d'apr√®s la nature qu'il fait beaucoup plus sombre juste avant le jour. Et bien des fois, quand nous voyons des choses d√©sastreuses arriver comme cela, sp√©cialement aux croyants, nous devons garder ceci √† l'esprit, que c'est Satan qui essaie de bloquer la b√©n√©diction qui est en route.

5     C'√©tait vraiment ainsi dans ce cas-ci. Satan essayait de les tenter pour les amener √† penser qu'ils avaient mal agi et il essayait d'emp√™cher la prochaine visitation que Dieu allait accorder √† Abraham et √† Sarah. Et les Ecritures nous enseignent que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu. Et peu importe combien cela semble d√©sagr√©able, souvenez-vous-en, cela doit concourir √† votre bien. Je suis vraiment content de cela. Satan m'a pourchass√© toute la journ√©e. Ainsi, je crois tout simplement qu'il y a une b√©n√©diction en r√©serve quelque part ici dans cette ville. Et je sais, quand il tente et essaie de faire obstacle; qu'essaie-t-il de faire? Vous amener √† ne pas croire. Et si vous - la pire des choses que vous puissiez faire, c'est de ne pas croire en Dieu. Et aussit√īt que vous √™tes un peu effray√©: "Bien, peut-√™tre que je n'ai pas fait ceci et que je n'ai pas fait cela", juste √† ce moment-l√†, Satan s'empare de cette b√©n√©diction qui a √©t√© conquise pour vous. Vous ne pouvez pas y acc√©der aussi longtemps que Satan vous fera croire cela.

6     Et peut-√™tre, si nous √©coutions de pareilles choses concernant les tentations comme cela, et que nous y pr√™tions attention, il se pourrait alors que nous manquions la b√©n√©diction. J'aurais bien voulu avoir du temps. J'ai maintenant √† l'esprit un cas particulier sur la fa√ßon dont je ne parvenais pas √† trouver un endroit pour prier. Dieu semblait me conduire au d√©sert. Et l√†, au sud de l'Indiana, o√Ļ une petite fille √©tait couch√©e sur un lit d'affliction... Et son - elle avait souffert de la tuberculose, et elle n'avait m√™me pas relev√© sa t√™te de l'oreiller pendant neuf ans et huit mois. Elle appartenait √† une √©glise qui ne croyait pas √† la gu√©rison Divine.

7     Et en ce temps-l√†, je venais d'entreprendre ma tourn√©e √† l'Eglise Baptiste de Milltown. Etant pr√©dicateur baptiste, eh bien, j'√©tais un pr√©dicateur ambulant, et j'avais visit√© cette √©glise. Et le Seigneur accomplissait de grandes choses. Et ils ont envoy√© me chercher pour aller prier pour cette petite fille d'environ dix-sept ans. Et elle √©tait dans un √©tat tr√®s critique. Et ce bon fr√®re qui m'avait amen√© l√†... Le p√®re de la fille √©tait diacre dans cette √©glise qui ne croyait pas √† la gu√©rison Divine et qui avait fait une d√©claration selon laquelle tout membre qui se rendrait √† l'√©glise baptiste o√Ļ je priais pour les malades serait excommuni√© de l'√©glise. Comme son p√®re √©tait un - un diacre, cela le mit en quelque sorte dans une situation embarrassante.

8     Ainsi -je vais raccourcir cela, juste aussi rapidement que possible. Et je me souviens √™tre parti voir cette petite fille. Sa m√®re √©tait sortie de la chambre et son p√®re avait quitt√© la maison, car ils ne voulaient rien avoir √† faire avec cela. Mais cette petite fille avait lu un livre que j'avais √©crit, intitul√© "J√©sus-Christ, le M√™me Hier, Aujourd'hui et pour Toujours". Et quand je suis entr√© dans la chambre, elle ne pouvait m√™me pas lever ses mains pour tenir son crachoir afin d'y cracher lorsqu'elle tousserait. Elle pesait environ quelque seize ou dix-huit kilogrammes, ses petites jambes √©taient √† peu pr√®s de cette grosseur - elle √©tait de loin plus maigre que Florence Nightingale qui est sur cette photo-l√†, et qui avait √©t√© gu√©rie du cancer. Et j'ai pri√© pour elle et elle m'a demand√© si j e - si elle serait capable de marcher comme une petite fille m√©thodiste du nom de Nail, qui √©tait rest√©e si longtemps infirme. Et je lui ai r√©pondu: "Soeur, l'Ange du Seigneur m'avait parl√© et m'avait dit d'aller dans cet Etat chercher cette fille-l√†. Eh bien," dis-je, "je ne sais pas".

9     Apr√®s ce r√©veil de deux semaines, je me suis simplement rendu √† l'√©glise (j'√©tais un jeune pr√©dicateur). Nous avions eu un service de bapt√™me √† un endroit appel√© "Totten's Ford". Cet apr√®s-midi-l√†, apr√®s que j'eus baptis√© quelque cent cinquante personnes dans l'eau, je partis alors d√ģner avec un de mes amis, un de mes vieux amis du nom de George Wright.
    Et quelque chose commen√ßa √† me presser, disant: "Monte au d√©sert pour prier". Bien, je ne pouvais tout simplement pas √īter cela de mon esprit.
    Maintenant, quand quelque chose vous presse comme cela, allez le faire imm√©diatement parce que c'est le Saint Esprit. Maintenant, observez ce qui fait obstruction √† cela.
    Et Mademoiselle Wright dit: "Fr√®re Billy, d√®s que je sonnerai la vieille cloche de campagne pour appeler au d√ģner (je ne pense pas que vous en ayez ici dans l'Oklahoma, mais elles sont... L√†, dans ces r√©gions montagneuses, on sonne une cloche et les fermiers peuvent entendre sonner cette cloche et alors ils viennent pour leur d√ģner)..."
    Et elle dit: "D√®s que je sonnerai la cloche, c'est que le souper est pr√™t." Et elle dit: "Venez alors et vous allez vous appr√™ter pour rentrer ce soir √† l'√©glise". Le service de r√©veil touchait alors √† sa fin.

10     Et j'ai dit: "Tr√®s bien, Soeur Wright". Je suis mont√© sur la colline, je commen√ßai √† m'agenouiller et les √©pines vertes me piquaient. Eh bien, je me suis d√©plac√© pour aller un peu plus loin, et ce terrain √©tait si accident√© avec ces pierres que je ne pouvais tout simplement pas √™tre √† l'aise √† cause de ces pierres. J'ai contourn√© le flanc de la colline, et √ßa formait une pente tr√®s raide, et ... Vous savez, le diable essaie tout simplement de vous emp√™cher de recevoir la b√©n√©diction. C'est tout ce qu'il en √©tait.
    Ensuite, je suis mont√© un peu plus loin dans le fourr√©, et je me suis agenouill√© - les - les moustiques ne faisaient que bourdonner tout autour de mes oreilles, et je ne pouvais gu√®re prier. Et j'ai alors compris que c'√©tait le diable. Aussi, ai-je dit: "√Ē Seigneur Dieu, sois mis√©ricordieux". Et j'ai tout simplement lev√© mes mains et je me suis mis √† prier quand m√™me et j'ai simplement laiss√© les moustiques faire leur invasion s'ils le voulaient.
    Mais il y avait quelque chose qui accablait mon coeur. Et apr√®s que je fus vraiment perdu dans la pri√®re... Je pense que vous, les Chr√©tiens, vous savez ce que cela veut dire que d'√™tre perdu dans la pri√®re; vous oubliez tout simplement o√Ļ vous vous trouvez. C'est cela prier en Esprit, je crois. Et quand j'ai ouvert mes yeux, il y avait l√† cette Lumi√®re suspendue juste √† c√īt√© d'un petit buisson de cornouillers et Elle - la Lumi√®re brillait l√† o√Ļ je me trouvais.
    Il dit: "L√®ve-toi, et prends le chemin qui m√®ne chez les Carter".

11     Eh bien, quand j'ai regard√© tout autour, il faisait presque sombre. La cloche sonnait, et ils avaient form√© des √©quipes de recherche pour me retrouver. Je me suis relev√© d'un bond et j'ai couru tr√®s rapidement √† travers les bois, et j'ai saut√© par-dessus un petit brin de fil de fer, juste dans les bras de Fr√®re Wright. Il dit: "Fr√®re Billy", il dit: "Maman sonne cette cloche et nous avons cherch√© partout".
    J'ai dit: "Fr√®re Wright, pas question de souper. La petite Georgie Carter va sortir de ce lit-l√† et elle vivra".
    Et il demanda: "Comment le sais-tu?"
    Je r√©pondis: "Le Seigneur vient de me rencontrer juste l√†, pr√®s de ce buisson de cornouillers et Il m'a dit de prendre le chemin qui m√®ne chez les Carter".
    Croyez-vous que Dieu r√©pond de part et d'autre? Sa m√®re... Cet apr√®s-midi-l√†, la petite Georgie avait ardemment d√©sir√© √™tre baptis√©e au point qu'elle pleura tout l'apr√®s-midi. Et sa m√®re, une bonne femme (je vais vous donner son adresse si vous voulez lui √©crire apr√®s ceci) - et sa m√®re, une tr√®s bonne femme, son p√®re aussi...
    Et ils vivent paisiblement √† l'extr√©mit√© de la petite ville. Ainsi donc, elle avait pleur√© tout l'apr√®s-midi. Sa m√®re, encore jeune, avait pourtant des cheveux gris √† force - √† force de rester simplement assise pendant neuf ans, √† c√īt√© de cette fille, veillant sur elle alors qu'elle d√©p√©rissait et se mourait. Elle n'avait vu ni feuilles ni herbes, ni rien d'autre pendant neuf ans et huit mois. Elle √©tait rest√©e couch√©e sur son dos. On ne pouvait m√™me pas la placer sur le bassin hygi√©nique. Elle √©tait sur une alaise et on enlevait simplement le drap, les linges ordinaires. Et ainsi, elle √©tait en train de pleurer et voulait se r√©tablir pour qu'elle puisse aller se faire baptiser.

12     Et ainsi, cet apr√®s-midi-l√†, nous avions baptis√© cette fille de la famille Nail qui avait √©t√© pendant longtemps infirme √† la suite - √† la suite d'une inflammation ou plut√īt c'√©tait √† la suite de l'arthrite. Cela l'avait rendue infirme et avait repli√© sa jambe. Et elle devint tout aussi normale que n'importe quelle autre fille. Et elle voulait √™tre baptis√©e avec la fille des Nail.
    Et sa m√®re √©tait tellement d√©courag√©e d'entendre sa propre fille pleurer, couch√©e l√†, agonisant, qu'elle se retira dans la cuisine. Et elle leva ses mains et dit: "√Ē Seigneur J√©sus, cet imposteur a parcouru ce pays et a rendu mon enfant si compl√®tement abattue et agit√©e". Et elle dit: "L√† se trouve couch√©e cette pauvre petite enfant √† l'agonie, et alors, lui passe par ici et raconte une chose comme celle-l√† et la fait pleurer et - et tout..."
    Et pendant qu'elle priait ... (Maintenant c'est elle-m√™me qui raconte son histoire. Je ne peux pas affirmer que c'est vrai, seulement je crois que c'est vrai).
    Elle dit qu'elle vit sur le mur une ombre avancer et elle pensa que c'√©tait sa fille qui habitait quelques portes plus loin, qui venait la visiter √† la maison. Et ayant lev√© les yeux, elle dit que c'√©tait l'ombre de J√©sus sur le mur.
    Et il dit: "Qui est-ce?" Et elle a point√© du doigt dans cette direction et elle a eu comme une vision; elle a vu mon front √©lev√© ici, quand j'entrai, portant une Bible sur mon coeur. Et elle s'est lev√©e d'un bond pour courir l'annoncer √† sa fille, et presque √† ce moment-l√†, j'entrai par la porte. Dieu vous fait toujours arriver sur le lieu √† temps si vous voulez simplement croire cela.

13     Mes pr√©cieux amis, je me suis avanc√© vers le lit et j'ai dit: "Georgie, je ne sais pas pourquoi, mais J√©sus-Christ..." (J'ai regard√© derri√®re son lit, l√† o√Ļ, quand elle pouvait tenir ses mains en arri√®re, elle avait, √† force de frotter, effac√© toute la peinture de la petite affiche du lit √† l'endroit o√Ļ ses petites mains se retrouvaient en arri√®re, alors qu'elle √©tait en train de pleurer continuellement et de prier).
    Et j'ai dit: "Georgie, J√©sus-Christ te gu√©rit. L√®ve-toi".
    Je ne sais pas pourquoi j'avais dit cela. De moi-m√™me, je ne l'aurais point dit pour rien parce que - comment la jeune fille allait-elle se tenir debout alors que ses jambes n'√©taient pas plus grosses que √ßa au niveau des cuisses? Et ses petits bras - elle ne pouvait m√™me pas lever ses mains pour prendre son crachoir.
    Maintenant, vous pourriez demander √† sa m√®re, et qu'elle vous remette la d√©claration du m√©decin l√†-dessus. Et elle - et quand elle dit -je la pris par la main et mes amis (je ne sais comment; je ne saurais le dire, mais rien n'est trop difficile pour le Seigneur), et d'un bond cette jeune fille quitta ce lit pour se tenir sur ces petites jambes maigres comme des allumettes, et je me suis retourn√©, vraiment rempli du Saint-Esprit, et je suis sorti par la porte.
    Et apr√®s quelques minutes, elle - sa m√®re s'√©vanouit en criant. Les gens se mirent √† accourir de partout, et Georgie sortit (son nom, c'est Georgie Carter), elle alla dehors et b√©nit l'herbe et les feuilles sur les arbres; c'√©tait la premi√®re fois qu'elle les voyait depuis neuf ans et huit mois. Et elle - les gens s'occupaient de sa m√®re parce qu'elle pensait que sa fille √©tait morte.

14     Et - et Georgie rentra en courant dans la maison... Quand elle a contract√© la tuberculose, elle recevait des le√ßons de piano, ou plut√īt des le√ßons d'orgue, et elle s'est assise √† l'orgue et s'est mise √† jouer. Et son p√®re entendit le bruit; et il quitta l'√©table en courant pour venir voir ce qui n'allait pas, apportant un petit seau de lait. Et il se pr√©cipita √† la porte, et quand il le fit, l√† se trouvait sa fille √† l'orgue, en train de jouer
Il y a une fontaine remplie de Sang,
Tiré des veines d'Emmanuel,
Là, les pécheurs plongés dans ce flot,
Perdent toutes leurs taches de culpabilité.
    Maintenant, son nom est Georgie Carter, C-a-r-t-e-r; Georgie Carter, √† Milltown, Indiana. Ecrivez-lui, si vous voulez, vous-m√™mes, recevoir le t√©moignage.
    Et ainsi, cela vous montre que quand Satan essaie de vous emp√™cher d'avoir acc√®s √† quelque chose de bien, continuez quand m√™me d'aller de l'avant.

15     Maintenant, Satan essayait de barrer la route √† Abraham et √† Sarah parce qu'il savait qu'il allait y avoir une visitation des Anges.
    Et puis, quand tout se dresse, tout est en d√©sordre, alors nous savons que quelque chose ne va pas. Maintenant, je crois peut-√™tre que, si nous √©coutions Satan, nous pourrions comme Sarah manquer de voir cela.
    Imaginons que Sarah, ayant fait ce qu'elle avait fait, imaginons qu'elle ait √©t√© pour ainsi dire un peu agit√©e ce matin-l√†, qu'elle ait pu dire: "Abraham, tu sais que les provisions diminuent ici, et les bergers disent que le - le p√Ęturage s'est compl√®tement dess√©ch√© ainsi que les puits d'eau. Je pense que tu avais pris la mauvaise d√©cision quand tu avais choisi de monter ici et de laisser Lot et Madame Lot ainsi que leur famille vivre dans l'abondance l√†-bas. Eh bien, l'autre jour ou plut√īt il y a de cela quelque temps, quand je m'√©tais rendue en ville, eh bien, mademoiselle Lot portait l'une des plus jolies robes que j'aie jamais vues. C'√©tait cousu d'apr√®s la mode des Egyptiens. En effet, une caravane de chameaux √©tait pass√©e par-l√† et elle s'√©tait procur√© les nouvelles modes. De telles caravanes et de telles modes ne passent pas par ici".
    Mais si seulement elle pouvait le savoir; il y avait plus qu'une caravane qui passait par-l√†. Il y avait une arm√©e de l'Eternel qui passait par-l√†.

16     Et je pourrais l'entendre dire quelque chose comme ceci: "Tu aurais d√Ľ voir la nouvelle coiffure qu'elle avait". Vous savez, une femme de 60 ans qui essaie d'avoir l'air d'une femme de 20 ans... Mais ce sont tout simplement des choses qui d√©tournent votre attention - quelque chose - des choses de Dieu, c'est √† cela que j'essaie d'en venir.
    "Et tu aurais d√Ľ la voir".
    Et le pauvre vieux Abraham, le vieux fr√®re fid√®le, je - cela ne l'√©branla pas du tout. Il s'avan√ßa et prit sa chaise et s'assit √† la porte de la tente. J'aime cela.
    Avez-vous remarqu√© que lorsque les Anges all√®rent aupr√®s de Lot, Lot √©tait assis au portail, mais Abraham √©tait assis √† la porte. Le portail donne sur la cour, mais la porte introduit dans la maison. J'aime m'asseoir √† la porte, √† l'autel, me tenir autant que possible pr√®s de Lui. C'est l√† que reposent mes espoirs, sur l'autel, en attendant Son apparition.

17     Abraham prit sa chaise et s'assit, et observez ce vieux et fid√®le serviteur de Dieu incliner sa t√™te. Et peut-√™tre que Sarah, un peu agit√©e, continua, mais il la laissa simplement faire et se mit √† se rappeler: "Combien de grandes b√©n√©dictions Dieu m'a donn√©es..."
    Vous savez, les fils de Dieu sont conduits par l'Esprit de Dieu. Croyez-vous cela? Alors, pendant qu'il √©tait assis l√†, il pensait au temps o√Ļ Dieu lui √©tait apparu dans le Nom du Tout-Puissant, El Shadda√Į, le Sein, les mamelles de la femme, le Donateur de la force. Maintenant, si vous observez bien, ce mot est un mot compos√©, qui signifie Shadda√Į, non pas une mamelle, mais le porteur des seins (deux). Il √©tait bless√© pour nos transgressions, par Ses meurtrissures nous avons √©t√© gu√©ris. Oh! je suis vraiment content de cela. N'importe - n'importe quelle promesse du sein de Dieu, c'est Lui le Puissant, c'est Lui qui donne la force. Si vous √©tiez Abraham, un vieil homme de quatre-vingt-dix-neuf ans, Il vous dirait: "Abraham, Je suis le Dieu porteur des seins. Empare-toi simplement de Ma promesse et t√®te pour tirer ta force de Moi". Il en est ainsi pour chaque croyant qui prendra la Parole de Dieu, et qui n' En doutera pas, mais s'Y accrochera simplement et t√©tera pour en tirer sa force.

18     C'est comme le b√©b√© qui repose sur le sein maternel. Chaque fois qu'il t√®te, il est satisfait. Quand un vrai Chr√©tien peut s'emparer d'une promesse de Dieu et croire qu'elle est pour lui, il est satisfait pendant qu'il t√®te pour en tirer la force, venant... Il ne se plaindra pas du tout, il est simplement satisfait. Oh! j'aime cette satisfaction de savoir que Dieu l'a dit. Pendant que ce vieux saint avanc√© en √Ęge √©tait assis l√† avec sa t√™te inclin√©e, sans doute en train de prier, ce fut √† ce moment-l√† qu'il releva sa t√™te et qu'il vit trois Hommes se diriger vers la tente. Oh! il sauta promptement. √áa devait √™tre l'Esprit qui lui avait dit: "Va vers eux".
    Vous savez, il y a quelque chose dans les gens qui sont remplis de l'Esprit, qui fait qu'ils reconnaissent la Pr√©sence de Dieu. Je ne sais pourquoi cela est ainsi, mais forc√©ment ils - ils ont quelque chose en eux qui les rend magn√©tiques √† l'Esprit de Dieu. Ainsi, il a reconnu qu'il y avait quelque chose.
    M√™me Lot, dans sa condition r√©trograde, quand ces deux Anges √©vang√©liques, ces messagers, ces √©vang√©listes ou peu importe comment vous voudriez les appeler, quand ils arriv√®rent l√†, Lot √©tait assis au portail; il y avait encore une petite √©tincelle qui √©tait rest√©e dans son coeur. Il reconnut que c'√©tait des Anges. C'√©tait des messagers de la part de Dieu.

19     Quand Abraham alla √† Leur rencontre, il Les d√©tourna de Leur chemin en disant: "Entrez Vous asseoir. Asseyez-vous un petit instant sous le ch√™ne et permettez-moi d'apporter un peu d'eau pour laver Vos pieds, et je Vous donnerai un morceau de pain. Et reposez-Vous juste un peu, ensuite Vous pourrez poursuivre Votre chemin". Oh, quand il Le fit asseoir l√†, quand bien m√™me Ils n'avaient pas une apparence diff√©rente de celle des autres hommes, car Ils portaient des habits, il y avait de la poussi√®re sur leurs habits et Ils venaient d'un autre pays; probablement que Leurs pieds √©taient poussi√©reux et Leurs v√™tements en lambeaux, mais Abraham savait l√† √† l'int√©rieur qu'il y avait Quelque Chose de r√©el. L'Esprit l'avait r√©v√©l√©. Pourquoi? Parce qu'il demeurait tout le temps dans une atmosph√®re spirituelle de sorte qu'il pouvait chaque fois distinguer le bien du mal.
    C'est ainsi que les Chr√©tiens devraient agir aujourd'hui: se maintenir toujours dans la pri√®re, dans une atmosph√®re spirituelle. Toujours, sans jamais voir le - le mauvais c√īt√©, ne consid√©rant que le bon c√īt√©. Vous √™tes les enfants de Dieu, qui attendent Ses b√©n√©dictions.

20     Apr√®s qu'il Les eut arr√™t√©s -je peux le voir entrer encourant et tenir Sarah parla main et dire: "Viens √† l'√©cart, ch√©rie, juste pour un instant. J'aimerais te dire quelque chose. Je crois que nous vivons le jour de notre visitation maintenant m√™me".
    Il sortit et examina le b√©tail, et il attrapa un petit veau, l'appr√™ta, et l'apporta dehors et en donna √† manger √† ces Hommes. Deux d'entre eux redress√®rent leurs t√™tes et continu√®rent jusqu'√† leur destination pour pr√™cher l' √Čvangile √† cette contr√©e, qui fut aveugl√©e par leur pr√©dication.
    Combien devrions-nous penser aujourd'hui que la pr√©dication de l'√Čvangile aveugle l'incr√©dule! Il n'est pas √©tonnant qu'ils ne puissent pas voir, ils sont aveugl√©s. Dieu dit qu'ils ont des yeux, mais ne voient pas, des oreilles mais n'entendent pas.
    S'il y a quelque chose que j'aimerais que Dieu fasse pour moi, c'est d'ouvrir mes yeux spirituels afin que je puisse Le reconna√ģtre et regarder partout pour Le voir, car Il est partout. J'aimerais Le voir et Le conna√ģtre au point o√Ļ je Le reconna√ģtrai √† la toute premi√®re vue. Je reconna√ģtrai que c'est Dieu. C'est cela le d√©sir de mon coeur, √™tre comme Abraham. Et rappelez-vous que si nous sommes morts en Christ, nous sommes la semence d'Abraham. Et Abraham a reconnu ces Hommes comme √©tant des Messagers de Dieu alors qu' Ils s'avan√ßaient. Car, la fa√ßon dont il Les traita montrait qu'il avait reconnu qu'ils √©taient les Messagers de Dieu.

21     Et apr√®s que les deux autres furent partis √† leur destination pour pr√™cher l'√Čvangile, Celui qu'il avait appel√© SEIGNEUR (et ce Seigneur en majuscule S-E-I-G-N-E-U-R), Elohim, le Grand, le Puissant J√©hovah, Il √©tait dans la chair, un Homme. Quelqu'un m'a parl√©, il y a quelque temps, disant: "Bon, attends juste un instant, Billy. Tu ne crois vraiment pas que c'√©tait Dieu?"
    J'ai dit: "Je crois certainement que c'√©tait Dieu".
    Il a dit: "Comment au monde peut-il donc se faire que Dieu soit jamais dans une forme humaine?"
    J'ai dit: "Eh bien, vous pourriez penser que c'√©tait une Th√©ophanie, mais ce n'en √©tait pas une parce qu'Il mangea la viande de veau, but du lait, mangea le pain de ma√Įs, Il s'√©tait assis l√† et causait. Il √©tait un Homme. Dieu √©tait en train de montrer quelque chose".
    Oh! certes qu'il est facile pour notre Dieu d'√©tendre simplement Sa main et de prendre une poign√©e de calcium, de potasse et de p√©trole. Nous sommes form√©s de seize diff√©rents √©l√©ments du monde. C'est Lui qui a cr√©√© tous les √©l√©ments; Il a tout simplement tendu Sa main, et a pris une poign√©e de ces √©l√©ments et a dit: "Pfff! [Fr√®re Branham souffle ‚ÄďN.D.√Č.] Entre dedans, Gabriel." Il √©tendit Sa main et en prit une autre: "Pfff! Entre l√†-dedans, Micha√ęl". Il en prit une autre pour Lui-m√™me: "Pfff!" Il entra dedans... Bien s√Ľr que oui, Il m'appellera un jour et je pourrai ne pas - ne plus √™tre plus que cela, mais Il me rappellera dans mon corps √† la r√©surrection. Nous avons le Dieu Puissant comme notre Dieu. Je crois certainement que c'√©tait Lui et qu'apr√®s Il disparut et S'√©clipsa. Il ajuste utilis√© cela aussi longtemps qu'Il le voulait; et apr√®s, Il a renvoy√© cela √† la poussi√®re. Il vous utilisera aussi longtemps qu'Il le voudra, et apr√®s, Il vous renverra √† la poussi√®re. Il m'utilisera aussi longtemps qu'Il le voudra, et apr√®s je retournerai √† la poussi√®re. Mais oh, cette glorieuse pens√©e, cette -cette glorieuse V√©rit√©, selon laquelle un jour, Il appellera et nous nous l√®verons de la poussi√®re! Nous attendons cette heure-l√†.

22     Et Le voici maintenant, et Sarah - Je... Tournons-nous vers elle juste pour un instant. La voil√† assise, l√†-derri√®re, disant: "Je me demande combien de fanatiques mon mari est capable de recevoir?" Et le voil√† assis l√†-dehors, vous savez, et Abraham √©tait tout simplement int√©ress√©. Peut-√™tre avec le vieux chasse-mouche, vous savez, il l'agite pour chasser les mouches, tout en disant que le...
    Bien, je vois l'Ange s'asseoir sur Sa chaise, peut-√™tre, et - et se pencher en arri√®re vers - Son dos tourn√© √† la tente. Et Sarah suivait dans la tente, vous savez, avec en quelque sorte une oreille tendue, vous savez, et en train d'√©couter dans la tente... Et elle √©tait en quelque sorte de mauvaise humeur, ce matin-l√†.
    Vous ne saisissez pas les choses quand vous venez √† l'√©glise dans ce genre d'humeur. Il ne faut simplement pas essayer cela; vous auriez tout aussi bien fait de rester √† la maison. Vous n'en tirerez rien. Rentrez √† la maison dans un s - Quand vous venez √† l'√©glise, venez en √©tant compl√®tement dans un esprit de pri√®re, venez √©tant dans l'atmosph√®re; venez en √©tant dans l'expectative.

23     Abraham savait que le temps de la promesse approchait. Cela devait arriver. Il avait cent ans. Il attendait cela √† tout moment. Il veillait √† chaque minute. Quand il √©tait entr√© en courant, il avait dit √† Sarah: "Je crois que ceci est le jour de notre visitation". Et elle le regarda d'une certaine fa√ßon avec ses grands yeux et elle se dit: "Eh bien, Abraham, c'est depuis si longtemps que tu le dis". Mais vous savez, il viendra un temps o√Ļ il en sera ainsi, si c'est Dieu qui l'a dit.
    Alors quand l'Ange s'assit sur Sa chaise et se pencha en arri√®re, Il dit: "Abraham, comme tu as trouv√© gr√Ęce aux yeux de Dieu, comme tu es un h√©ritier de la terre, et - et que tu seras p√®re de plusieurs nations, et que tu as cru cela depuis que tu avais soixante-quinze ans (vingt-cinq ans), et en d'autres termes, tu as attendu l'enfant promis au travers de Sarah, alors, je ne te cacherai pas ceci, ce que je vais accomplir. Je vais te visiter au temps de la vie".
    Et vous savez, Sarah se tenait l√† √† l'int√©rieur avec une oreille tendue, probablement, dans son humeur quasi triste. Par suite de son √©tat de ce matin-l√†, elle se disait dans son coeur: "Maintenant, n'est-ce pas l√† une chose insens√©e. Pensez-y, de nos jours, moi une vieille femme - aussi vieille que je le suis... Me voici √Ęg√©e de quatre-vingt-dix ans. Abraham, mon mari qui est assis l√†, est √Ęg√© de cent ans. Bien, moi, √ßa fait cinquante ans que je ne suis plus comme les autres femmes, et Abraham... Bien, nous nous sommes mari√©s alors que nous avions, moi, environ dix-sept ans, et lui en avait environ vingt-sept... Bien! Comment... comment cela se pourrait-il? Comment cela se pourrait-il?" Voyez-vous? Elle s'√©tait mise totalement hors d'√©tat de recevoir cela alors que Dieu l'avait apport√©. Oh! l√† l√†! ne soyez jamais ainsi dans votre coeur. Soyez ouvert. Soyez pr√™t. Elle manqua cela. Elle manqua de voir cela.
    Je -peut-√™tre que si nous ne veillons pas, mes amis, l'√©glise va manquer de voir cela. Ne recherchons pas les coiffures et les nouvelles robes eccl√©siastiques. Cherchons que le Saint Esprit vienne de fa√ßon surnaturelle et suscite certaines choses.
    L'√©glise n'a pas besoin d'un d√©ridage; elle a besoin d'une naissance, elle a besoin que le Saint Esprit entre dans l'√©glise pour ramener les gens afin qu'ils croient au Surnaturel et s'y accrochent et qu'ils attendent la Venue du Seigneur comme si Elle allait avoir lieu √† n'importe quel moment, tout en vivant dans ces conditions.

24     Elle se tenait l√† dans cette condition, disant: "Maintenant, comment cela pourrait-il arriver en notre temps moderne? Comment cela pourrait-il m'arriver √† moi dans ma condition?" Mais cela est quand m√™me arriv√©.
    Abraham, l√†-dehors, attendait avec impatience... Vous voyez, cela ne fut pas r√©v√©l√© √† elle, cela fut r√©v√©l√© √† ceux qui l'attendaient.
    C'est ainsi que cela vient encore, √† ceux qui s'y attendent. Et ainsi, Abraham veillait. Il dit: "Oui, mon Seigneur. Oui, c'est vrai. C'√©tait la promesse, et - et je l'ai crue pendant tout ce temps".
    Il dit: "Maintenant, Abraham, juste vers le temps de la vie, ce sera chaque mois, eh bien, je vais te visiter. Et tu auras ce b√©b√©".
    Et Sarah, vous savez, en elle-m√™me, se mit... [Fr√®re Branham illustre cela ‚Äď N.D.√Č.], rit vraiment en elle-m√™me. Maintenant observez. Abraham re√ßoit maintenant un signe. Voyez, Sarah √©tait trop boulevers√©e, trop - trop non - pr√©occup√©e par la nouvelle coiffure qu'elle avait vue, ou - ou autre chose. Parfois nous sommes trop troubl√©s au sujet de l'homme - de l'autre homme qui a la plus grande d√©nomination ou du fait que "sa congr√©gation s'habille mieux que la mienne" ou du fait qu' "ils ont l√† au coin une √©glise plus grande que la n√ītre". Quelle diff√©rence cela fait-il? Je veux Dieu. Peu importe si je dois L'adorer au coin de la rue, dans un d√©p√īt de charbon o√Ļ que ce soit, je veux Dieu. Laissez-moi avoir un coeur dispos√© de telle fa√ßon que m√™me si je porte une salopette, je puisse contempler Dieu, et Le voir √† l'oeuvre et Le reconna√ģtre, plut√īt que passer √† c√īt√© de cela.

25     Il dit: "Abraham, o√Ļ est ta femme Sarah?" Un Etranger, Il ne l'avait jamais vu auparavant... "O√Ļ est ta femme Sarah?" Et comment a-t-Il su qu'il avait une femme et comment a-t-Il su que son nom √©tait Sarah? Il dit: "Elle est dans la tente derri√®re Toi." Et quand Sarah a ri, Il dit: "Pourquoi a-t-elle ri? "Il comprit le signe. Il savait ce que c'√©tait. Sarah ne le comprit pas. Elle s'√©tait m√™me avanc√©e et avait essay√© de nier cela. Dieu l'aurait tu√©e √† cause de cela, si elle n'√©tait pas une partie d' Abraham.
    Et bien des fois, notre incr√©dulit√© aurait caus√© notre mort, n'e√Ľt √©t√© le Sang de J√©sus-Christ. Donc, Dieu ne peut pas nous d√©truire parce que le Sang de J√©sus-Christ emp√™che le - Dieu de nous toucher. Nous sommes une partie de Christ, juste comme Sarah √©tait une partie d'Abraham, car nous sommes l'Epouse de Christ. Et nous qui sommes n√©s de l'Esprit de Dieu, nous devrions nous r√©veiller, sortir de toutes nos maisons de d√©bauche, et veiller au signe surnaturel de la Venue du Seigneur J√©sus, √† Ses signes qu'Il a promis.

26     Souvenez-vous, J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, a dit que la m√™me chose allait encore se r√©p√©ter: "Comme il en √©tait aux jours de Sodome, ainsi en sera-t-il √† la Venue du Fils de l'homme"; que Dieu allait oeuvrer au travers de la chair humaine, accomplir la m√™me chose qu'Il avait faite en ce temps-l√†. √Ē Dieu, aide-nous √† nous r√©veiller! Le jour de la visitation est l√†. Vous dites: "Oh! Dieu n'envoie plus les anges." Le Saint-Esprit est cet Ange-l√†. Le Saint-Esprit est cette Personne-l√†. Le Saint-Esprit, J√©sus a dit: "Lui, le Saint-Esprit, quand Il viendra, Il accomplira les oeuvres qu'Il avait faites." Il sera avec nous, m√™me en nous, et Il nous rappellera les choses qu'Il avait enseign√©es et nous montrera les choses √† venir: "Les oeuvres que Je fais, Il les fera aussi". Maintenant, nous vivons en ce jour-l√†. Nous vivons en ce temps.
    Observez.... "Comme il en √©tait aux jours de Sodome..." Mais vous savez quoi? L'autre classe de gens l√† √† Sodome ne re√ßut pas ce signe, seul le groupe appel√© √† sortir a re√ßu ce signe, c'√©tait uniquement eux qui l'avaient reconnu, c'√©tait eux qui l'avaient compris. Il en est ainsi aujourd'hui. Le Saint-Esprit est en train d'accomplir Ses oeuvres... Les foules immenses et les masses du monde... Et √ßa devient une Sodome et une Gomorrhe modernes. Vous savez que c'est cela.

27     Eh bien, j' ai lu dans un -dans un journal, ici √† Los Angeles, ici il y a de cela quelque temps (je survolais l'article sur Los Angeles), et j'ai vu que le nombre des homosexuels avait augment√© de 40% par rapport √† l'ann√©e pass√©e; des hommes amenant des hommes en chambre pour vivre avec eux comme des femmes, la perversion! C'est exactement ce qu'√©tait le p√©ch√© de Sodome. Et c'est cela la chose que nous avons. M√™me notre gouvernement en est plein. Toute la nation est environn√©e de cela; le communisme, toute autre chose est en train de la d√©molir.
    Ce n'est pas le rouge-gorge qui picote la pomme qui tue la pomme, c'est le ver dans le trognon. Je n'ai pas peur de l'Allemagne ni de certaines de ces autres nations. C'est notre propre pourriture parmi nous, notre √©loignement de Dieu, c'est cela qui tue cette nation. C'est cela qui la corrompt. La froideur, le formalisme qui entrent dans les √©glises remplies de l'Esprit, c'est ce qui refroidit cela. C'est ce qui va nous tuer. Non pas juste chercher quelque chose ici, un bien mat√©riel du monde, des emplois importants, des moments agr√©ables, de grandes promesses, et toutes ces histoires, d√©tournez-en vos regards. Prenez conscience du fait que Dieu reste toujours Dieu, et Il est le m√™me Dieu qui a promis les signes. All√©luia! Je crois qu'Il est ici. Vous croyez cela? Inclinons nos t√™tes.

28     P√®re C√©leste, Tu es Dieu, le Dieu Eternel. Et je cite les Paroles de Ton propre Fils bien-aim√©. Il a dit que comme il en √©tait l√† √† Sodome, en ce jour-l√†, juste avant que le feu ne tombe des cieux, et ne d√©truise la ville, ainsi en sera-t-il √† la Venue du Fils de l'homme. Maintenant, P√®re, nous voyons l√†-bas des bombes atomiques suspendues dans des hangars plac√©s sur les √ģles, des bombes atomiques, des bombes √† hydrog√®ne qui vont creuser dans le sol un trou d'une profondeur d'environ quarante-six m√®tres sur une superficie d'environ cent soixante et un kilom√®tres carr√©s, des milliers de ces bombes sont point√©es sur chaque nation. Des sous-marins se frayent leur chemin √† diff√©rents endroits sous l'eau, des tremblements de terre en divers lieux, des soucoupes volantes dans l'air, des apparitions effrayantes en haut dans les cieux, les coeurs des hommes d√©faillent, un temps de perplexit√©, la d√©tresse parmi les nations... Oh! Dieu, ensuite Tu es venu ici, et Tu es en train de Te mouvoir sur la sc√®ne par le Saint Esprit, entrant dans l'√©glise, et ramenant les jours de Sodome.
    Nous voyons l'esprit sodomite. Des femmes habill√©es de fa√ßon immorale dans les rues, dans les √©glises, portant toutes sortes d'habits souill√©s et immoraux pour tenter les hommes dans les rues; de mauvais esprits sont sur elles, mais elles ne le savent pas... Des dames distingu√©es envoient leurs √Ęmes en enfer et elles auront √† r√©pondre au jour du jugement pour avoir commis adult√®re, m√™me si physiquement elle est rest√©e aussi pure que le lys, mais pour s'√™tre expos√©e devant les hommes... "Quiconque regarde une femme pour la convoiter, a d√©j√† commis adult√®re avec elle dans son coeur". Et la femme, sans savoir qu'en pareille tenue, quand un homme la regarde, elle aura √† r√©pondre d'avoir commis adult√®re, car elle s'est permis de s'habiller comme cela et s'est exhib√©e devant les hommes pour les tenter...

29     √Ē Dieu, regarde la nation, Seigneur. Regarde l'√©glise, comment elle ajuste -juste facilement aval√© cette chose venue de Satan. Et Satan les a nourris de cette corruption de l'enfer, et plusieurs milliers ont cru cela.
    Oh! viens, Seigneur J√©sus; viens, Seigneur. Tu as dit que si l'oeuvre n'√©tait pas √©court√©e, aucune chair ne serait sauv√©e. En v√©rit√©, Seigneur, nous voyons cela en nous - nous-m√™mes aujourd'hui, nous voyons l'effondrement et le refroidissement. Puisse le reste qui s'√©chappe de cette Babylone, puissent-ils se lever et briller; puisses-Tu les remplir de la puissance de Dieu, que le Saint Esprit vienne sur eux, Seigneur, qu'Il accomplisse les grandes oeuvres de Dieu, et qu'Il ram√®ne de nouveau √† la bergerie ceux qui sont destin√©s √† la Vie Eternelle. Accorde-le, Seigneur. Accorde-le. Ecoute nos pri√®res.

30     Les gens sont assis ici ce soir, il nous faut appeler cette ligne de pri√®re dans quelques minutes, et les gens passeront dans la ligne. Je prie, P√®re, que Tu veuilles r√©veiller les gens pour les amener √† reconna√ģtre que nous vivons dans le - comme dans une Sodome et une Gomorrhe modernes. Accorde-le, Seigneur, afin qu'ils voient que cet Ange qui avait √©t√© promis pour faire la visitation au travers de la chair humaine... Et Seigneur, nous savons que cet Ange est un Messager du Ciel, lequel est le Saint-Esprit. C'est Lui qui veut accomplir au travers de nous la volont√© de Dieu pour appeler l'Eglise. Accorde-le, Seigneur. Envoie-Le de nouveau ce soir. Envoie ce grand Elohim qui descendit dans la poussi√®re et Se fit conna√ģtre, parce qu'Il pouvait parler √† l'homme au travers de la poussi√®re. Utilise cette poussi√®re qui est ici dedans, Seigneur, laquelle a √©t√© consacr√©e √† Toi, cette poussi√®re qui a √©t√© sanctifi√©e par le Sang de J√©sus. Utilise cela, Seigneur. Et fais que...
    S'il y a ici un incr√©dule, Seigneur, qu'ils voient que l'heure approche. Ils voient cela dans les journaux. Ils suivent cela √† la radio et √† la t√©l√©vision. Et puissent-ils voir maintenant le signe de Dieu, le signe par lequel Il appelle Son Eglise, en lui donnant ce final et dernier appel, ce final et dernier signe qu'elle devrait recevoir. Nous avons eu des gu√©risons, des parlers en langues ainsi que des miracles et ainsi de suite, mais cette visitation est ce que nous attendons ce soir, Seigneur. Accorde-le, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.

31     Je suis d√©sol√© de vous avoir pris beaucoup de temps. Fr√®re, soeur, je ne suis qu'une masse d'argile. Ne faites pas attention √† moi, mais √©coutez ce que je dis. La Venue du Seigneur est proche. Je ne sais combien elle est proche; personne ne le sait, mais je crois qu'elle est tr√®s proche. Je vois tout simplement tout s'accomplir. Je veux que vous soyez pr√™ts. Je veux que vous soyez vraiment d√©pouill√©s de - "d√©barrassez-vous de tout p√©ch√©, de tout fardeau, et du p√©ch√© qui vous enveloppe si facilement, afin que vous puissiez courir avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui est ouverte devant nous, portant le regard sur l'Auteur et le Consommateur de notre foi, J√©sus-Christ". Consid√©rez Sa... Consid√©rez Sa douceur et Son humilit√©. Consid√©rez Sa bont√© et Sa mis√©ricorde. Consid√©rez Son Esprit qui revient sur la terre. Cela prouve qu'Il est vivant. Il n'est pas mort. Ils ne pouvaient m√™me pas tuer le Corps. Ils L'ont effectivement tu√©, mais Dieu L'a ressuscit√©, et Il est vivant pour toujours, Il est assis √† la droite de Dieu. L'Esprit qui Y √©tait est ici dans l'√©glise ce soir. Il l'a promis... Nous sommes au temps de la fin.

32     Maintenant, je ne me souviens pas exactement √† quel niveau nous nous sommes arr√™t√©s l'autre soir, en appelant ces cartes de pri√®re. Il nous en est rest√© quelques unes. Nous avons appel√© quelques unes et puis le... [Espace vide sur la bande magn√©tique ‚Äď N.D.√Č.] Amen. Amen.
    Qu'il en soit ainsi. Dieu agit par des voies myst√©rieuses pour accomplir Ses prodiges. Souvenez-vous-en, le Saint-Esprit qui a √©crit ce Livre, le Saint-Esprit qui √©tait dans cette poussi√®re-l√† √† Sodome est le m√™me Saint-Esprit qui est dans ce b√Ętiment ce soir. Il peut accomplir les m√™mes choses. Croyez-vous cela? Si vous croyez, tout est possible.
    Je veux que vous priiez, comme je... Je - j'h√©site sur les mots je... Il veut que je fasse quelque chose. Je ne sais pas ce que c'est. Par cons√©quent, priez tout simplement avec moi, et ensuite le Seigneur va essayer de faire quelque chose de diff√©rent, je ne sais pas ce que c'est. Soyez simplement r√©v√©rencieux et que chacun reste assis √† sa place. Soyez tout simplement... Nous ne savons pas ce qui pourrait se passer ici dans un instant. Je n'ai jamais ressenti ceci auparavant exactement de cette fa√ßon. Soyez simplement en pri√®re et puisse le Seigneur Dieu nous r√©v√©ler...

33     Oui, √ßa y est. Je vais tourner mon dos √† cette assistance, pour vous faire savoir que le m√™me Ange qui √©tait l√† √† Sodome, Celui qui donna ce signe en ayant Son dos tourn√©, est le m√™me Ange qui est ici ce soir. Il ne s'agit pas de votre fr√®re. Il s'agit de votre Seigneur, le Saint-Esprit.
    Maintenant, vous, dans ces rang√©es, qui appartenez √† ces √©glises qui sont ici ce soir, je ne dis pas que cela va... Quelque chose m'a amen√© √† le faire, mais si le Saint-Esprit vient ici dans ce b√Ętiment, et op√®re et agit juste comme Il l'avait fait l√† √† Sodome, devant une Eglise √©lue, un peuple appel√© √† sortir, s√©par√© de cette bande de gens l√†-bas... C'√©tait l√† qu'Il √©tait all√©, chez Abraham... Les - les Anges Messagers continu√®rent jusqu'√† Sodome et pr√™ch√®rent, mais Celui-ci resta derri√®re avec l'Eglise, l'Eglise appel√©e √† sortir. Et Il leur donna le signe qu'Il √©tait..

34     Maintenant, si le Saint-Esprit fait cela (et), vous, priez dans votre coeur, et croyez Dieu; dites: "Dieu, je suis un enfant d'Abraham, et je crois de tout mon coeur," et laissez le Saint-Esprit venir et agir ici ce soir comme Il l'avait fait l√†-bas, croirez-vous vous tous en Lui, de tout votre coeur? Faisons juste... Au piano, peu importe le pianiste qui est l√†, je vous en prie, chantez "Le Grand..." jouez tout doucement, "Le Grand M√©decin est Maintenant Proche", je vous en prie, pendant que nous prions simplement. Maintenant, ceci est spirituel.
    Je me souviens qu'il y a quelques temps, cela √©tait en train de jouer √† Fort Wayne, dans l'Indiana. Quelque chose avait eu lieu, une fille Dunkard, qui n'avait pas le Saint-Esprit, fut remplie de l'Esprit; elle sauta et quitta le piano en courant. Environ cinq mille personnes assises l√† virent ce piano jouer continuellement "Le Grand M√©decin est Maintenant Proche", les gens se levaient simplement de partout et √©taient gu√©ris. Autant... un groupe des Mennonites et des "Dunkard"... Fort Wayne. "Le Compatissant J√©sus".

35     Je vais tourner le regard vers mes fr√®res l√† au fond. Vous, priez. Fr√®res, nous allons tous nous rencontrer un jour dans le Pays de l'au-del√†. Et nous aurons √† rendre compte de nos minist√®res, de ce que nous faisons de J√©sus appel√© Christ. Nous enseignons √† nos gens qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Vous croyez cela, n'est-ce pas, fr√®res?
    Maintenant...?... Maintenant juste un instant. Il y a quelqu'un en pri√®re √† mon extr√™me droite. C'est un homme. Et il prie parce qu'il est dans un √©tat critique. Il souffre d'un - on dirait d'une maladie de la vessie. Il a une tumeur. Il a subi une op√©ration. Et cela - il est pr√™t pour une autre op√©ration. Il s'agit de cet homme assis juste l√† avec sa main lev√©e. C'est vrai. Si cela est vrai, tenez-vous debout. Si nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, agitez votre main. Croyez-vous que le m√™me Ange de Dieu est dans le b√Ętiment? Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Acceptez... Qu'avez-vous touch√©, Monsieur? Vous √©tiez en train de prier pour votre gu√©rison, n'est-ce pas? Bon, alors, si moi je me tiens ici avec mon dos tourn√© vers vous, ce m√™me Ange qui avait r√©v√©l√© cela √† Sodome, Celui dont J√©sus avait dit qu'Il serait ici dans les derniers jours, juste avant Sa Venue, alors peuple, Il est en route vers ici. Il vient. C'est vrai. Priez.

36     Maintenant, il y a une femme assise pr√®s de lui, juste derri√®re lui. Elle a mal au flanc et elle a des maux de t√™te. Mme Arnorld, si vous croyez de tout votre coeur... Tr√®s bien. Je ne vous connais pas, est-ce vrai, Madame? Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre? Est-ce cela votre nom? Est-ce cela votre condition? Vous √©tiez en train de prier, n'est-ce pas? Vous avez touch√© Quelque Chose.
    L'homme assis juste l√† derri√®re, souffrant de l'hypertension, si vous voulez croire, Monsieur, accepterez-vous cela comme votre gu√©rison? L'acceptez-vous? Vous qui me regardez, Monsieur aux cheveux gris...?... Pouvez-vous croire de tout votre coeur? Croyez-vous, Monsieur? Tr√®s bien, alors cette pression sanguine va vous quitter. Je ne le connais pas, je ne l'ai jamais vu de ma vie. Est-ce vrai, Monsieur? Levez votre main si nous sommes √©trangers l'un √† l'autre. Qu'est-ce que ces gens touchent?

37     Et au milieu de tout ceci... Je sens le doute s'infiltrer... Pourquoi faites-vous cela? Que Dieu soit mis√©ricordieux. Ne faites pas cela! Le Saint-Esprit est ici, AINSI DIT LE SEIGNEUR!
    Je vois une femme devant moi. Elle porte un b√©b√© hydroc√©phale. Ce b√©b√© a subi une op√©ration chirurgicale. Il a de l'eau dans le cerveau. Elle est assise juste ici, portant un b√©b√©. Vous savez √† qui je parle? Madame Yeager. Tenez-vous debout et croyez pour le b√©b√©. Croyez-vous au Seigneur? "Si tu peux croire..." Qu'en est-il de cette rang√©e-ci, afin que vous voyiez cela... restez juste dans une seule rang√©e... Vous qui √™tes ici, croyez. Croyez-vous cela?

38     Une dame assise ici... Hypertension... Si vous croyez, Madame, une... Seigneur, qui est-elle? Mme B-B-i-r-1-e-y. Birley, croyez de tout votre coeur et vous recevrez aussi votre gu√©rison.
    Vous croyez cela? Tr√®s bien.
    Qu'en est-il de cette femme couch√©e l√† sur un petit lit-une civi√®re? Regardez par ici, Madame. Vous avez une carte de pri√®re? Je pense que non. Bien, je ne vais pas -je ne le pense pas - j'ai oubli√© de vous parler des cartes de pri√®re, je pense, certains d'entre vous... Vous n'avez pas de cartes de pri√®re. Je ne peux pas vous gu√©rir, Madame. Mais croyez-vous que si Dieu peut me dire ce qu'est votre mal, allez-vous l'accepter? Vous allez mourir si vous restez couch√©e l√†. √áa, c'est une chose certaine. Vous avez trop de liquide dans le corps, il s'agit du liquide et de tout ce qui repose sur vous. Est-ce... C'est la v√©rit√©, n'est-ce pas? Maintenant, je ne vous ai jamais vue de ma vie. C'est la premi√®re fois, et si vous croyez cela de tout votre coeur et que vous ne doutez pas, ce liquide va vous quitter et vous allez rentrer gu√©rie.
    Croyez-vous? Croyez-vous que l'Ange du Seigneur est ici? Combien d'entre vous sont des croyants, levez votre main. Bien alors, imposez-vous les mains les uns aux autres. Placez vos mains les uns sur les autres, si vous √™tes des croyants.
    Oh! Dieu, Saint-Esprit qui est pr√©sent, l'Ange qui a √©t√© promis, Celui dont J√©sus a dit qu'Il serait ici comme ce fut aux jours de Sodome... Seigneur Dieu, fais que Satan quitte ces gens... Je les place devant Toi √©tant plein de z√®le pour eux.
    Sors de ce groupe, Satan, au Nom de J√©sus-Christ. Eloigne-toi de ces gens et sois expuls√© de ce b√Ętiment, et que J√©sus-Christ re√ßoive la gloire et la puissance pour toujours. Maintenant, si vous croyez en Lui de tout votre coeur, croyez qu'Il vous gu√©rit, la Bible dit: "Ces si -... " C'est vrai, Madame, levez-vous directement de cette civi√®re et rentrez √† la maison. C'est comme cela. Croyez-vous? Tenez-vous donc debout, partout. Acceptez J√©sus. L'Ange du Seigneur est ici. Je prononce les b√©n√©dictions de gu√©rison et la puissance du Dieu Tout-Puissant dans vos mains.
EN HAUT