ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'Age de l’Eglise de Thyatire de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 60-1208 La durĂ©e est de: 1 heure 32 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

L'Age de l’Eglise de Thyatire

1     Ce soir, avant d’aborder ce glorieux Ăąge de l’église de Thyatire
 J’espĂšre que notre Seigneur va dĂ©verser Son Esprit sur nous maintenant mĂȘme et nous bĂ©nir encore. Nous ne pouvons toucher que les points culminants, parce que nous ne disposons que d’une semaine pour considĂ©rer le glorieux Ă©vĂ©nement de Sa venue. Hier soir, nous avons passĂ© des moments si merveilleux!

2     Avant de lire les Écritures, pourrions-nous changer de position quelques instants et nous lever pour prier?

3     Notre PĂšre cĂ©leste, nous venons dans le Nom pleinement suffisant du Seigneur JĂ©sus, sachant qu’un jour Tu viendras. Et nous essayons de prĂ©parer les coeurs des gens Ă  recevoir cette grande rĂ©vĂ©lation qui nous enseigne que Tu es le Fils vivant de Dieu; que Tu n’es pas mort, mais que Tu vis Ă  perpĂ©tuitĂ© dans Ton Église comme tĂ©moin de PentecĂŽte, de ce glorieux moment oĂč des temps de rafraĂźchissement viendraient de la PrĂ©sence du Seigneur. Nous sommes tellement heureux de pouvoir encore nous rĂ©jouir ici, dix-neuf cents ans aprĂšs.

4     Et, PĂšre, nous courbons humblement nos tĂȘtes par respect pour ces grands hommes de tous les Ăąges, ces Ă©toiles que Tu as tenues dans Ta main et que Tu as appelĂ©es les anges des Ăąges de l’église, Tes serviteurs. Combien nous Te remercions pour ce grand Paul de l’église d’ÉphĂšse. Combien nous Te remercions pour IrĂ©nĂ©e, ĂŽ Seigneur, pour IrĂ©nĂ©e, Ton grand serviteur; et pour Martin; et ce soir, pour Colomban. Seigneur, combien nous Te remercions pour ces hommes! Au milieu de ce Romanisme de tĂ©nĂšbres, de ce paganisme qui est entrĂ© dans l’église, ils ont combattu vaillamment pour le message et les bĂ©nĂ©dictions de PentecĂŽte, parlant en langues, accompagnĂ©s de grands signes et de prodiges, guĂ©rissant les malades et ressuscitant les morts.

5     Beaucoup d’entre eux, Seigneur, ont Ă©tĂ© Ă©cartelĂ©s, tuĂ©s, jetĂ©s en pĂąture aux lions; des choses glorieuses se sont passĂ©es. La terre est baignĂ©e du sang des justes. Et, PĂšre, leur sang crie aujourd’hui contre cette Ă©glise mĂ©chante et adultĂšre. Et Tu as dit qu’un jour, “l’ange verserait sa coupe sur elle, et le sang de tous les martyrs fut trouvĂ© en elle”.

6     Seigneur, aide-nous Ă  ĂȘtre prĂȘts Ă  nous lever maintenant, car le temps est proche. Tandis que nous voyons cette bĂȘte Ă  deux cornes monter de la terre — et non pas des profondeurs et des multitudes des peuples — “qui avait des cornes semblables Ă  celles d’un agneau, mais qui parlait comme un dragon”, nous croyons que cette heure est proche, maintenant, ĂŽ PĂšre, alors que ces Ă©glises se rĂ©unissent en une fĂ©dĂ©ration faisant une image Ă  la bĂȘte; et ce sera terrible, ĂŽ Seigneur, pour ce groupe qui ne se joindra pas Ă  eux. Ils seront boycottĂ©s, mais Tu as promis qu’en cette heure-lĂ , Tu enlĂšveras Ton Église. Tu nous aideras, ĂŽ Seigneur.

7     Avant que tombe une seule goutte d’eau, NoĂ© Ă©tait dans l’arche. Avant que le feu frappe Sodome, Lot Ă©tait parti. PĂšre, nous croyons qu’avant que la puissance atomique fasse voler la terre en morceaux, l’Église sera partie. Nous sommes tellement heureux, Seigneur! Et pourtant, nous savons que ce soir mĂȘme, les bombes sont prĂȘtes dans les avions.

8     Nous pouvons regarder vers le Ciel, et voir le Fils de l’homme Se lever de Son trĂŽne et descendre vers la terre pour enlever Son Église; nous savons qu’alors, Ses pieds prĂ©cieux ne toucheront pas cette terre pĂ©cheresse; c’est comme Rebecca qui descendit de son chameau et qui vint Ă  la rencontre de son Ă©poux dans les champs, dans le pays d’Abraham. Ô Dieu! l’Église rencontrera son Époux dans les airs: “Car nous, les vivants, restĂ©s pour l’avĂšnement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui dorment. La trompette de Dieu sonnera, les morts en Christ ressusciteront premiĂšrement, et nous serons tous enlevĂ©s avec eux sur des nuĂ©es, Ă  la rencontre du Seigneur (dans les champs?) — dans les airs! Et ainsi, nous serons toujours avec Lui”.

9     Oh, aide-nous ce soir, Seigneur! Donne-nous la douceur de l’Esprit; ĂŽte toute amertume et toute indiffĂ©rence de nos coeurs, et puissions-nous nous fondre complĂštement avec le Saint-Esprit! Que l’Ange de Dieu dirige cette soirĂ©e!

10     Seigneur, je ne sais pas que dire Ă  ces gens. J’ai pris des notes sur l’histoire et les choses que Tu as faites, mais il est nĂ©cessaire que ce soit Toi qui interprĂštes le futur, aussi je Te prie de bien vouloir nous l’accorder, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen!

11     Ouvrons maintenant le Livre de l’Apocalypse. Ce soir, nous arrivons au quatriĂšme Ăąge, celui de Thyatire, une longue pĂ©riode des Ăąges de l’église connue sous le nom d’Âge des TĂ©nĂšbres. Cet Ăąge a commencĂ© en 606 pour se terminer en 1520. Beaucoup de thĂ©ologiens considĂšrent Patrick comme l’étoile de cet Ăąge.

12     Les sept Ă©toiles sont les sept anges des sept Ăąges de l’église. Pour ce qui concerne demain soir, nous savons sans l’ombre d’un doute qu’il s’agit de Luther; ensuite, ce sera Wesley. Nous ne savons pas quelle sera l’étoile de l’église de LaodicĂ©e. Nous sommes dans cet Ăąge maintenant, depuis le dĂ©but de la PentecĂŽte, en 1906. Mais il y aura un ange qui s’élĂšvera pour balayer tous les dogmes et prĂ©parer l’Église Ă  entrer dans la Maison. Il y aura un homme ayant l’Esprit, et il se lĂšvera avec des signes et des prodiges. Maintenant, je prie que Dieu nous vienne en aide.

13     AprĂšs avoir bien cherchĂ© et Ă©tudiĂ© toutes ces notes
 je crois que Patrick Ă©tait un grand homme. En consultant certains des anciens manuscrits, on peut voir que Patrick n’était pas Catholique. Il s’est opposĂ© Ă  l’église Catholique. Et pendant la RĂ©forme, on a exhumĂ© ces choses, et il a Ă©tĂ© prouvĂ© que Patrick s’était opposĂ© Ă  l’église Catholique. Mais Patrick semble malgrĂ© tout avoir Ă©tĂ© un homme d’organisation, car il avait sa propre Ă©cole. Mais, avant cela, il fut enlevĂ© sur le rivage de la mer, lui et ses deux petites soeurs, et il n’entendit plus jamais parler d’elles. Il est probable qu’elles furent emmenĂ©es Ă  Rome pour y ĂȘtre vendues comme esclaves. Lui aussi fut vendu comme esclave, et on lui fit garder les cochons.

14     Il entraĂźna des chiens Ă  prendre soin des cochons, et Ă  rĂ©agir Ă  diffĂ©rents grognements et bruits qu’il leur avait enseignĂ©s. Finalement, ce fut pour lui un moyen d’évasion; il s’étendit au fond d’un bateau, cachĂ© par les chiens qui le recouvrirent jusqu’à ce qu’il soit en pleine mer. Plus tard, il revint Ă  son beau pays, l’Irlande, et il retrouva son pĂšre et sa mĂšre encore en vie. Patrick Ă©tait le neveu du grand Martin.

15     Martin fut l’un des plus grands hommes que nous ayons eus depuis JĂ©sus-Christ. Ses Ă©glises Ă©taient toutes remplies du Saint-Esprit; tous parlaient en langues, avaient des signes, des prodiges et des miracles; il y avait toutes sortes de miracles. Il apporta la foi de PentecĂŽte au milieu de cette Ă©glise qui se mariait au Catholicisme, oĂč le paganisme et le NicolaĂŻsme faisaient une organisation en se mariant ensemble. Les NicolaĂŻtes
 Nico veut dire conquĂ©rir, l’emporter sur les laĂŻcs, et cela ĂŽtait le Saint-Esprit de l’assemblĂ©e. Ils disaient aussi: “Seul le prĂȘtre est saint!”. Vous voyez? Je pense que les gens pouvaient vivre comme bon leur semblait, du moment qu’ils se confessaient au prĂȘtre.

16     Nous avons vu hier soir que ce fut Constantin qui installa le premier Ă©vĂȘque; il fit don Ă  ces gens de bĂątiments, et je vous ai dĂ©jĂ  indiquĂ© les dates et tout ce que vous avez pu noter. Ensuite, ils ont eu cette grande fĂȘte du solstice d’hiver, le 21 dĂ©cembre, le jour le plus court de l’annĂ©e. C’est ainsi qu’ils introduisirent cette hĂ©rĂ©sie, disant que c’était le “jour du soleil”. C’est ainsi qu’ils dĂ©placĂšrent l’anniversaire de la naissance de JĂ©sus-Christ du mois d’avril au 25 dĂ©cembre.

17     Le 25 dĂ©cembre
 Pendant ces cinq jours, les Romains avaient de grandes fĂȘtes, des jeux de cirque, etc. C’est alors qu’était cĂ©lĂ©brĂ©e cette grande fĂȘte paĂŻenne. Ils avaient Ă©levĂ© cet homme comme un dieu, l’avaient vĂȘtu d’habits somptueux et tout. Ainsi, ils avaient leur dieu au milieu d’eux. C’est alors que le postmillĂ©narisme prit naissance, parce que ces gens pensaient que l’église Ă©tait entrĂ©e dans le MillĂ©nium dĂšs ce moment-lĂ . Vous comprenez, ils Ă©taient riches, n’avaient besoin de rien, et l’état et l’église Ă©taient unis. «Nous sommes dans le MillĂ©nium». C’est encore aujourd’hui ce qu’enseigne l’église Catholique. «Le MillĂ©nium est là». Nous savons que c’est faux. C’est la seconde venue de Christ qui introduit le MillĂ©nium! C’est vrai!
La terre soupire et crie aprÚs ce jour de douce délivrance,
Quand notre Seigneur reviendra sur cette terre.

18     Le messager de cet Ăąge fut Colomban. C’était un grand homme de Dieu.

19     J’ai son histoire Ă©crite ici. Pour commencer, le nom du quatriĂšme Ăąge de l’église, Thyatire, signifie mou, relĂąchĂ© ou encore flou. Vous voyez, c’est une Ă©poque d’illĂ©gitimitĂ©, qui s’étend de 606 Ă  1520.

20     L’étoile de cet Ăąge Ă©tait Colomban, d’Irlande et d’Ecosse, un neveu de Martin; il a vĂ©cu environ soixante ans aprĂšs Patrick, et son ministĂšre commence donc environ soixante ans aprĂšs celui de Patrick.

21     Il n’accepta jamais la doctrine de Rome. C’était un homme d’une grande foi. Il rejeta l’enseignement de Rome; il n’alla jamais Ă  Rome et rejeta complĂštement toutes ces choses. Pour autant que je le sache, on ne l’a mĂȘme jamais canonisĂ©. Comme Martin, IrĂ©nĂ©e et les autres, on ne l’a jamais canonisĂ©, parce qu’il Ă©tait encore dans cette Église qui avait les signes et les prodiges de PentecĂŽte, et qui croyait. Il n’accepta jamais les enseignements de Rome. Il s’attacha aux enseignements de la Bible, suivant en cela l’exemple de sa pieuse mĂšre, la soeur de Martin, et ne suivit jamais les enseignements de Rome. Il enseigna que les signes de Marc 16 devaient accompagner chaque croyant. Amen! C’est le genre d’homme que j’aime: un croyant! Certainement!

22     Il entendit l’appel audible de la Voix de Dieu. C’est un bon point de plus en sa faveur. Alors, aprĂšs cela, rien ne put plus l’arrĂȘter: il partit, il se mit en route dĂšs qu’il entendit la Voix audible de Dieu.

23     L’un des miracles
 J’en ai notĂ© plusieurs ici, mais je ne vais en raconter qu’un. Il se dirigeait vers une certaine ville oĂč le Seigneur l’avait envoyĂ©, mais cette ville ne voulait pas le recevoir. Les gens sortirent et essayĂšrent de
 Ils fermĂšrent les portes de la ville, et y amenĂšrent des musiciens qui eurent pour mission de jouer assez fort pour couvrir sa voix. Mais lui commença Ă  prĂȘcher, et c’est sa voix qui couvrit le bruit des musiciens; alors les portes s’ouvrirent, il entra, continua Ă  prĂȘcher, et tous ces gens se convertirent!

24     Voici encore un autre petit miracle que j’aimerais vous raconter. Il entra dans une ville. En ce temps-lĂ , les villes Ă©taient fortifiĂ©es. Il entra donc dans la ville, mais on le mit Ă  la porte. Il s’en allait, quand le fils du chef tomba gravement malade; on envoya alors des gens rappeler le bon saint. Celui-ci revint et s’étendit en travers du garçon mourant qui revint Ă  la vie.

25     Son Ă©glise Ă©tait remplie du Saint-Esprit, et il voulait que chaque membre de cette Ă©glise fĂ»t rempli du Saint-Esprit. Il dĂ©testait de tout son coeur la hiĂ©rarchie de Rome et s’y opposait fortement. Je crois que c’est lui qui fut l’étoile de son Ăąge. Que faisait-il? Il parlait en langues, baptisait au Nom du Seigneur JĂ©sus, apportant les mĂȘmes choses qu’au dĂ©but. Si Dieu est infini, si c’est ainsi qu’Il a Ă©tabli Son Église au commencement, elle doit rester la mĂȘme (aussi la minoritĂ©), du commencement jusqu’à la fin; elle fut presque Ă©crasĂ©e ici, mais nous la verrons rĂ©apparaĂźtre avec Luther.

26     Maintenant, nous allons commencer Ă  lire ces versets. Verset 8:
    Et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  Thyatire, Ă©cris


27     Avez-vous remarquĂ© ces adresses? Ces messages sont adressĂ©s Ă  l’ange, ou au serviteur qui porte la lumiĂšre de cet Ăąge de l’église. Vous voyez? Hier soir, nous avons vu, en terminant cet autre Ăąge de l’église, celui de Pergame, que l’ange de l’église (lorsqu’il est parlĂ© de “celui qui vaincrait” dans cet Ăąge de l’église) recevrait un caillou. Et sur ce caillou


28     Nous avons Ă©tudiĂ© ce caillou, et cherchĂ© de quoi il Ă©tait le symbole, et nous avons vu qu’il reprĂ©sentait une pierre, un rocher. Qu’est-ce que cela voulait dire? Que l’ange serait comme Pierre, qui avait Ă©tĂ© appelĂ© caillou, ou pierre.

29     Nous dĂ©couvrons ainsi que votre nom a une influence sur votre vie. Je ne pourrai jamais trop insister lĂ -dessus, parce que le diable a une fausse numĂ©rologie: nous le savons; et cela donne certains sentiments aux gens qui finissent par tomber dans le spiritisme, et le spiritisme est du diable. Nous le savons! C’est pour cela que vous devez faire attention.

30     La raison pour laquelle ils disaient de JĂ©sus qu’Il Ă©tait un “BĂ©elzĂ©bul”, un “dĂ©mon”, c’est parce qu’Il pouvait discerner les pensĂ©es de leur coeur. Mais Il n’était rien d’autre que la Parole de Dieu, et HĂ©breux 4 dit que “la Parole de Dieu est plus tranchante qu’une Ă©pĂ©e quelconque Ă  deux tranchants, pĂ©nĂ©trante jusqu’à partager Ăąme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensĂ©es du coeur”. Vous voyez, Il Ă©tait la Parole, Il est la Parole vivante, et la Parole vivante vient en nous et produit les mĂȘmes effets en nous, parce qu’Elle est toujours la mĂȘme Parole. C’est la mĂȘme chose qui est au milieu de nous. C’est ainsi que cela se passe. Il arrive que, de deux personnes qui n’ont rien de commun, l’une parle en langues, et l’autre donne l’interprĂ©tation. Qu’est-ce que c’est? — La Parole faite de nouveau chair parmi nous!

31     Nous remarquons que l’ange de cet Ăąge de l’église recevrait un caillou. C’était un caillou blanc, indiquant non pas sa propre justice, mais la “propre justice de Dieu”.

32     Et sur ce caillou blanc il y avait un nom Ă©crit, un nom que personne ne connaissait si ce n’est celui qui le recevait. Il le connaissait, mais personne d’autre que lui ne pouvait le connaĂźtre. Quand vous entendez ces gens se flatter, disant qu’ils sont “Jean”, “Paul”, “Marie”, “celui-ci” ou “celui-là”, ne les croyez pas, parce que si c’était vrai, ils n’en diraient jamais rien: Vous voyez? C’est vrai! Il doit le garder pour lui. Il le connaĂźt. Personne ne le connaĂźt si ce n’est lui-mĂȘme, et il le connaĂźt, parce que tout vainqueur parfait reçoit un nom nouveau.

33     Avez-vous remarquĂ© qu’Abraham s’appelait Abram? Mais lorsque Dieu vint pour Se servir de lui, Il changea son nom en celui d’Abraham. Sa femme s’appelait SaraĂŻ, mais quand Dieu voulut Se servir d’elle, Il changea son nom en celui de Sara, c’est-Ă -dire princesse. Et Jacob? Jacob voulait dire supplanteur. ÉsaĂŒ signifie roux, velu et roux. Un rouquin entiĂšrement roux, voilĂ  ce qu’était ÉsaĂŒ. Jacob Ă©tait un supplanteur. Un supplanteur, c’est un trompeur. ÉsaĂŒ n’a-t-il pas dit: “Son nom n’est-il pas Jacob, supplanteur”? Mais lorsqu’il lutta avec le Seigneur toute la nuit, qu’il vainquit et fut bĂ©ni, Dieu changea son nom en celui d’IsraĂ«l, qui veut dire: un prince avec Dieu. Paul s’appelait Saul jusqu’à ce qu’il rencontrĂąt le Saint-Esprit sous la forme d’une LumiĂšre qui brilla au-dessus de lui, et son nom fut changĂ© de Saul en Paul. Lorsque JĂ©sus rencontra Simon, Il changea son nom en celui de Pierre.

34     Lorsque JĂ©sus eut vaincu, Son Nom fut changĂ©. Et Il rĂ©vĂ©lera ce Nom: “Celui qui sera avec Lui, qui aura vaincu comme Lui a vaincu, recevra un nom nouveau; et Je lui rĂ©vĂ©lerai Mon Nom nouveau”. Vous voyez? C’est vrai pour tout vainqueur, je veux dire, parmi tous ceux qui ont Ă©tĂ© des conducteurs. Il est Ă©vident que le nom de tous les enfants d’IsraĂ«l n’a pas Ă©tĂ© changĂ©. C’est vrai! Mais ces conducteurs, lorsqu’ils vainquirent, reçurent un nom nouveau. Voyez-vous comment cela correspond parfaitement?

35     Nous voyons aussi que le vainqueur reçoit la manne cachĂ©e. La manne cachĂ©e est reprĂ©sentĂ©e par les pains de proposition. Les pains de proposition n’étaient que pour les sacrificateurs. C’est vrai! C’était une chose spĂ©ciale faite pour les sacrificateurs, c’est-Ă -dire pour les conducteurs; ces hommes ont vaincu. Toute l’assemblĂ©e recevait de la manne, mais lui avait une manne cachĂ©e, spĂ©ciale, une rĂ©vĂ©lation spĂ©ciale, de qui Ă©tait JĂ©sus et de tout ce qui Le concernait. Vous voyez, cet ange, s’il avait vaincu, il recevait cette rĂ©vĂ©lation. “Tiens ferme, car Ă  celui qui vaincra
”. Il avait vaincu! C’est adressĂ© Ă  l’ange de l’église. Vous comprenez?

36     Ce soir, nous trouvons pour commencer:
    Et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  Thyatire, Ă©cris: Voici ce que dit le Fils de Dieu, qui a ses yeux comme une flamme de feu, et dont les pieds sont semblables Ă  de l’airain brillant


37     Lorsque nous L’avons vu dans le premier Ăąge, l’ñge d’ÉphĂšse, ou au dĂ©but de l’Apocalypse, nous L’avons vu dans Sa septuple personnalitĂ© glorifiĂ©e. Nous avons vu que Jean L’avait rencontrĂ© au Jour du Seigneur.

38     Quand Il vient maintenant, Il est Sacrificateur. Quand Il Ă©tait ici sur cette terre, Il Ă©tait ProphĂšte, le ProphĂšte de Dieu. Il prit Son propre Sang, et alla devant Son PĂšre, ce qui fit de Lui un Sacrificateur. Lorsqu’Il reviendra, Il sera un Roi. ProphĂšte, Sacrificateur et Roi. Quand Il Ă©tait le ProphĂšte de Dieu, Il Ă©tait un Aigle. Quand Il Ă©tait le Sacrificateur de Dieu, Il Ă©tait un Agneau. Quand Il reviendra, Il sera le Lion, le Roi, le Lion de la tribu de Juda, et Il entrera dans Son rĂšgne.

39     Mais aprĂšs Son activitĂ© de Sacrificateur, lorsqu’Il quitte le sanctuaire, alors nous Le voyons Se tenir lĂ . Jean dit qu’il avait Ă©tĂ© transportĂ© en Esprit au Jour du Seigneur; non pas au septiĂšme jour, au Dimanche: c’est faux. Nous avons trouvĂ© en sondant l’Écriture que c’était le Jour du Seigneur. Nous sommes maintenant dans le jour de l’homme. Mais lorsque le Seigneur reviendra, ce sera Son Jour.

40     Et nous voyons Jean transportĂ© au Jour du Seigneur. Il vit que le Seigneur avait les cheveux “blancs comme de la neige”. Nous savons que cela reprĂ©sente le Juge.

41     Autre chose maintenant: Il n’était plus Sacrificateur, parce que le Sacrificateur Ă©tait ceint au niveau de la taille, ce qui reprĂ©sente le service. Mais Lui Ă©tait ceint au niveau de la poitrine, ici, ce qui signifie qu’Il Ă©tait Juge. Amen! Et nous Le voyons marcher au milieu des sept lampes d’or.

42     Maintenant, revenons Ă  «l’Ancien des Jours» aux cheveux blancs, assis sur le trĂŽne blanc du jugement comme Daniel Le vit:
    Il s’avança vers l’ancien des jours dont les cheveux Ă©taient blancs comme la neige.

43     Les cheveux blancs
 De tout temps, les juges anglais ont eu l’habitude de porter dans la salle du jugement une grande perruque blanche, une perruque blanche comme la neige, indiquant qu’ils Ă©taient juges. Au jour du Seigneur, Jean vit le Seigneur Se prĂ©senter en tant que Juge. Amen!

44     Nous voyons aussi qu’Il avait des yeux “comme des flammes de feu”. LĂ , Ses yeux sont comme des flammes de feu
 Un jour, ces yeux avaient Ă©tĂ© embuĂ©s de larmes humaines. Ils pouvaient pleurer sur un mourant, tout en sachant que, cinq minutes plus tard, cet homme ressusciterait; c’était simplement de la sympathie humaine. Mais derriĂšre cela, il y avait une telle puissance qu’Il pouvait regarder au travers de la vie d’un homme, lui dire qui il Ă©tait et tout ce qui le concernait. Mais maintenant, Son regard Ă©tait comme une flamme de feu: des yeux qui pouvaient parcourir toute la terre et voir tout ce qui s’y passait. OĂč vous tiendrez-vous, le jour du Jugement? Vos pĂ©chĂ©s seront mis Ă  nu devant Lui.

45     Remarquez que de Sa bouche sortait une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, et nous avons dĂ©couvert que c’était la Parole.

46     Nous avons vu que Ses pieds Ă©taient semblables Ă  de l’airain ardent: ce sont Ses fondations. Il a foulĂ© la cuve de la colĂšre du Dieu Tout-Puissant, a foulĂ© le pĂ©chĂ© et l’a pris sur Lui, puis en est sorti et a Ă©tĂ© agrĂ©able Ă  Dieu. C’est vrai! Et Sa fondation est aussi notre fondation. Eddie Pruitt a dit: «Je me tiens sur Christ, le solide Rocher; tout le reste n’est que sable mouvant». (C’est vrai!)

47     Nous voyons que chaque fois qu’Il vient Ă  la rencontre d’un Ăąge de l’église, Il Se prĂ©sente dans l’un de Ses attributs Divins. Nous trouvons que tout au dĂ©but des rĂ©vĂ©lations, il y a celle de la DivinitĂ©, de la DivinitĂ© SuprĂȘme de JĂ©sus-Christ: “Moi, je suis l’alpha et l’omĂ©ga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, et qui Ă©tait, et qui vient, le Tout-Puissant”. C’est la premiĂšre rĂ©vĂ©lation. Jean se retourna pour voir qui lui parlait. Pour commencer, Il Se prĂ©senta Ă  lui.

48     Un roi, lorsqu’il se prĂ©sente, dit qui il est. Tout le monde fait ainsi. — «Vous ne me connaissez pas: je suis Untel, moi qui vous parle. Je suis William Branham, je suis Dupont, je suis ».

49     Il a dit: “
 moi, je suis le premier et le dernier, et le vivant; et j’ai Ă©tĂ© mort; et voici, je suis vivant aux siĂšcles des siĂšcles
”. Oh, la DivinitĂ©! Nous Le voyons ici dans la septuple personnalitĂ© de Son Ă©tat glorifiĂ©. Il prĂ©sente Ă  chaque Ăąge de l’église un aspect diffĂ©rent de Sa DivinitĂ©, un trait particulier de Ses Ă©tats glorifiĂ©s.

50     Ce soir, Il vient comme une flamme de feu. Il plonge Ses regards dans l’église de Thyatire. C’est l’ñge dans lequel l’église est mariĂ©e au Catholicisme et au paganisme, c’est-Ă -dire oĂč le NicolaĂŻsme et le paganisme se sont mariĂ©s pour donner naissance Ă  la premiĂšre Ă©glise organisĂ©e.

51     Dieu dit que les oeuvres des NicolaĂŻtes (dans l’ñge d’ÉphĂšse) se retrouvent dans la petite Ă©glise de Pergame oĂč elles sont devenues une doctrine, et Il dit ensuite que c’est “la doctrine de Balaam”. Balaam Ă©tait celui qui enseigna Ă  IsraĂ«l Ă  commettre adultĂšre, et ils se livrĂšrent Ă  l’adultĂšre avec Moab, qui Ă©tait une Ă©glise tiĂšde, l’église ordinaire, la grande organisation. Et nous voyons que Dieu dit que cette doctrine NicolaĂŻte mit de cĂŽtĂ© toute la puissance qui se trouvait dans l’église et en fit une organisation. Il dit: “Tu hais cela, et Moi aussi, je le hais”. Il ne cesse de dire “Je hais cela! Je hais cela! Je hais cela!”. Et c’est ici que cela prend toute son envergure. Voyez comment l’église a Ă©crasĂ© cela jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une petite chose minuscule: c’est l’église que nous Ă©tudions aujourd’hui.

52     Lorsque cette rĂ©vĂ©lation fut donnĂ©e Ă  cette Ă©glise, Rome avait dĂ©jĂ  Ă©levĂ© ses constructions de foin et de paille. Mais Il Se prĂ©sente Ă  cette Ă©glise comme: “Celui dont les yeux sont comme des flammes de feu pĂ©nĂ©trant au travers du voile du temps, et Ses fondations ne sont pas de foin et de paille, mais sont semblables Ă  de l’airain massif qui a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ© dans la fournaise ardente”. Les fondations sont sĂ»res. J’aime cela! Nous savons sur quoi nous reposons!

53     Bien! Lisons:
    Je connais tes oeuvres, et ton amour, et ta foi, et ton service, et ta patience, et tes derniĂšres oeuvres qui dĂ©passent les premiĂšres.

54     Cette Ă©glise semble avoir Ă©tĂ© presque complĂštement retranchĂ©e et rĂ©duite Ă  nĂ©ant; ils s’étaient Ă©loignĂ©s des grandes rĂ©unions spirituelles, et se reposaient en quelque sorte sur les oeuvres. Mais Dieu ne veut pas que nous nous confiions dans les oeuvres.

55     C’est le signe de l’organisation: «Nous chargerons Miss Jones du bois de chauffage. Nous demanderons aux enfants Untel de s’occuper des vĂȘtements». C’est trĂšs bien, mais ne vous reposez pas sur cela!

56     Ayant dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©, ils avaient recouru aux oeuvres plutĂŽt qu’à l’amour et Ă  la foi, et cela s’accentuait de plus en plus.

57     Nous avons lu ceci:
    Je connais tes oeuvres, et ton amour, et ta foi, et ton service, et ta patience, et tes derniĂšres oeuvres qui dĂ©passent les premiĂšres.

58     Ă‰coutons maintenant ce que nous dit le verset 20, Ă©coutez:
    Mais j’ai contre toi, que tu laisses faire la femme JĂ©zabel qui se dit prophĂ©tesse; et elle enseigne et Ă©gare mes esclaves en les entraĂźnant Ă  commettre la fornication et Ă  manger des choses sacrifiĂ©es aux idoles.

59     â€œLa femme”. Qu’avons-nous trouvĂ© que la femme reprĂ©sentait hier soir? “L’église!”. Maintenant, nous voyons qu’aprĂšs avoir Ă©tĂ© appelĂ© NicolaĂŻsme, puis doctrine de Balaam, c’est devenu maintenant “JĂ©zabel”.

60     â€œJĂ©zabel”. Vous remarquerez que cela nous ramĂšne Ă  l’histoire. Si vous prenez des notes, cela se trouve dans 1 Rois, vers le chapitre 16. JĂ©zabel n’était pas une fille d’Abraham; la Rome paĂŻenne non plus. Les NicolaĂŻtes Ă©taient un groupe froid et formaliste de chrĂ©tiens qui s’étaient sĂ©parĂ©s des vrais chrĂ©tiens qui apparemment “n’avaient pas la foi”. Ils voulaient rendre l’église semblable Ă  une loge, comme aujourd’hui; semblable Ă  une loge, sans la moindre trace de l’Esprit: «Le jour des miracles est passĂ©! C’était pour une autre Ă©poque! Nous avons la communion fraternelle!». Une bonne franc-maçonnerie ou n’importe quoi de semblable produirait les mĂȘmes rĂ©sultats. C’est trĂšs bien, mais cela ne remplacera jamais la nouvelle naissance en JĂ©sus-Christ, le salut de l’ñme, la VĂ©ritĂ©.

61     Bon, cette JĂ©zabel. Cette princesse n’était pas fille d Abraham; elle Ă©tait la fille d’un roi idolĂątre. En ce temps-lĂ , sa famille royale Ă©tait renommĂ©e pour sa fidĂ©litĂ© cruelle et sauvage envers Baal. Son pĂšre Ă©tait prĂȘtre de l’idole AstartĂ©. Achab usa de la mĂȘme stratĂ©gie que Constantin. Cette grande nation puissante Ă©tait voisine du peuple d’IsraĂ«l, c’est pourquoi


62     Que fit Constantin? Il n’était pas converti. C’était un politicien. Qu’essaya-t-il de faire? Il sĂ©duisit les chrĂ©tiens, lorsqu’ils lui dirent qu’ils prieraient
 (rappelez-vous que nous parlons ici des NicolaĂŻtes). Il dĂ©clara que s’ils priaient et qu’il gagne cette bataille, il se ferait chrĂ©tien. Il avait eu un rĂȘve, et il fit peindre une croix blanche sur les boucliers de ses soldats. C’est ainsi qu’est nĂ© l’ordre des chevaliers de Colombus. C’est Ă  ce moment-lĂ . Mais Constantin n’a jamais agi comme un chrĂ©tien! Sur l’une des Ă©glises NicolaĂŻtes, la basilique Sainte Sophie, il a fait Ă©lever une Croix! Comme je l’ai dit hier soir, c’est la seule chose qu’il ait jamais faite qui puisse donner quelque peu l’impression qu’il Ă©tait partisan de l’église, en tout cas selon ce que j’ai pu glaner dans les livres d’histoire; de nombreux thĂ©ologiens confirment cela. Nous ne savons rien de sa conversion. Mais qu’a-t-il introduit? Ce qu’il avait en vue, c’était la puissance de Rome.

63     Maintenant, observez bien cette stratĂ©gie. Et voyez comme la Bible, comme Dieu le confirme des centaines et des centaines d’annĂ©es avant que cela n’arrive. Et Dieu nous montre ici que Constantin usa de la mĂȘme stratĂ©gie qu’Achab.

64     Constantin avait vu qu’une grande partie des chrĂ©tiens Ă©taient des NicolaĂŻtes. Certains d’entre eux Ă©taient appelĂ©s hĂ©rĂ©tiques, c’étaient les PentecĂŽtistes; ils Ă©taient “hĂ©rĂ©tiques ou fanatiques” et tout le reste. Mais c’est lĂ  que vous trouviez les signes et les prodiges authentiques! L’église naturelle, elle, continuait Ă  se diriger vers l’organisation. Que fit Constantin? Il joua un jeu habile! Il alla chercher ses amis paĂŻens et ses amis chrĂ©tiens et unit ensemble leurs Ă©glises, introduisant le paganisme dans le christianisme. Le christianisme et le paganisme se sont mariĂ©s au temps de l’église de Pergame.

65     Et que nous dit le Seigneur ce soir? que Constantin a fait exactement comme Achab. Achab, pour fortifier son royaume, Ă©pousa JĂ©zabel, cette femme idolĂątre; il fit cela pour fortifier son royaume, pour donner plus de puissance Ă  IsraĂ«l.

66     Et c’est ce que les Ă©glises essaient de faire. Avez-vous vu comment ils essaient de fabriquer cette Bible qui doit paraĂźtre en 1962? C’est la Bible qui plaira aux Juifs, qui plaira aux Catholiques, et qui plaira aux Protestants. Oh, frĂšres! j’ai la coupure du journal qui en parle. Je ne l’ai pas avec moi ce soir, mais vous m’avez entendu parler de cela l’autre soir. VoilĂ !

67     Oh, que ne ferait-on pas pour s’accroĂźtre en nombre! Ils prennent les choses saintes de Dieu et les dispersent n’importe comment afin de s’accroĂźtre, et d’ĂȘtre plus nombreux. C’est ce que l’église a fait. Elle a acceptĂ© que les gens y entrent sur la base d’une simple poignĂ©e de mains et ils rĂ©coltent des renĂ©gats et tout le reste, un peuple irrĂ©gĂ©nĂ©rĂ©. Mais dans le vĂ©ritable Corps de Christ, qui n’est pas une organisation mais le Corps mystique de Christ, vous ne pouvez entrer que d’une seule façon: par le baptĂȘme du Saint-Esprit. C’est vrai! Et les mĂȘmes signes qui seront manifestĂ©s parmi les apĂŽtres se manifesteront dans l’Église. C’est exactement comme cela!

68     Nous n’avons pas Ă  faire de compromis en disant: «Eh bien, nous allons nous joindre aux AssemblĂ©es de Dieu. Nous allons nous joindre aux Unitaires. Nous allons nous joindre Ă  ceci, Ă  cela, aux Baptistes, aux MĂ©thodistes». Joignons-nous Ă  Christ! Ne nous attachons pas Ă  ces choses! Ces organisations sont trĂšs bien, mais elles ont leurs propres doctrines et tout le reste, et vous devez aller demander au surveillant gĂ©nĂ©ral s’il veut bien vous laisser entrer dans le pays pour y tenir une rĂ©union. Si vous n’enseignez pas exactement comme ils le font, ils vous mettent dehors: vous ne pouvez pas vous en tenir Ă  la Bible. Dieu ne veut pas de cela! Il hait cela! Et tout chrĂ©tien nĂ© de nouveau le haĂŻra Ă©galement. Beaucoup de ces gens lĂ -bas veulent bien faire, ils veulent servir et recherchent la communion fraternelle; mais vous ne pouvez rien faire, car ils vous mettraient Ă  la porte. Eh bien, laissez-les vous mettre dehors, continuez, et ayez le Saint-Esprit! C’est juste! Mais vous voyez, ils veulent avoir leurs dogmes. Ils veulent vous faire aller lĂ  oĂč vous ramĂšnerez beaucoup d’argent. Les Baptistes avaient un slogan: «Un million de plus en 1944!». Qu’ont-ils obtenu?

69     Comme le disait le grand Ă©vangĂ©liste Billy Graham, alors qu’il Ă©tait Ă  Louisville: «Lorsque Paul allait dans une ville, il faisait un converti; il revenait l’annĂ©e suivante, et il y en avait trente, venus par celui-lĂ ; des arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre petits-enfants issus de cette seule conversion. Moi, si je vais dans une ville, il y en a trente mille qui se lĂšvent, mais l’annĂ©e suivante, lorsque je reviens, je ne peux pas en trouver trente!». En disant cela, il a dit quelque chose de trĂšs juste, mais je ne crois pas malgrĂ© tout que notre cher frĂšre avait raison. Il a aussi dit: «PrĂ©dicateurs fainĂ©ants! Quand je vous donne leurs noms et adresses, vous mettez les pieds sur votre bureau et leur Ă©crivez une lettre, au lieu d’aller chez eux leur parler!».

70     Je l’ai admirĂ© d’avoir dit cela. J’aime qu’un homme soit ce qu’il est, et non pas un hypocrite; restez debout, et soyez ce que vous ĂȘtes! C’est ce que j’aime! Mais j’aimerais dire: «Billy, qui Ă©tait lĂ  pour prendre en charge ce converti que Paul avait fait? C’est ce qui arriverait, Billy, si au lieu de le laisser aller en lui serrant la main, aprĂšs qu’il ait proclamĂ©: â€čJ’accepte JĂ©sus comme mon Sauveur personnelâ€ș, vous le gardiez lĂ  jusqu’à ce qu’il meure, pourrisse et naisse de nouveau du Saint-Esprit: alors, il en amĂšnerait d’autres Ă  la conversion».

71     DĂšs ce moment, il devient un feu dĂ©vorant et vous ne pouvez plus l’éteindre! Il est comme une maison enfeu par grand vent, vous ne pouvez rien faire! Oh, cela se propage partout, frĂšres! Un vrai converti de Christ ne peut pas se tenir tranquille! Il faut qu’il avance! Oh, je suis si heureux! Ce baptĂȘme du Saint-Esprit Ă  l’ancienne mode qui enflamme votre Ăąme! Vous ne pouvez rester tranquille, le vent puissant et impĂ©tueux vous attise continuellement! Je n’ai besoin que d’y jeter un peu de bois, et le feu continue. Certainement! Personne n’avait Ă  s’occuper des convertis de Paul; Paul les emportait assez profondĂ©ment en Christ pour qu’ils meurent Ă  eux-mĂȘmes et vivent en Christ, et Lui faisait le reste! C’est vrai. Tout est lĂ !

72     Les frĂšres Baptistes sont de braves gens. Mais un million de plus, Ă  quoi cela sert-il? Vous avez seulement un million de noms supplĂ©mentaires! Inventez-en quelques-uns et ajoutez-les Ă  la liste, si vous voulez! C’est trĂšs bien; mais, frĂšres, ce dont nous avons besoin, c’est de noms inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau immolĂ© dĂšs la fondation du monde, lavĂ©s dans le Sang, remplis du Saint-Esprit, avec les signes et les prodiges qui vous accompagnent.

73     Faites des recherches dans les livres d’histoire. Je voudrais que vous ayez tous “Le Concile de NicĂ©e” et que vous lisiez ces choses: vous verriez comment les martyrs ont brandi cette flamme de PentecĂŽte! Maintenant, je vais vous dire ceci, frĂšres, vous les Baptistes, les MĂ©thodistes, qui que vous soyez: la vĂ©ritable et authentique LumiĂšre, ce n’est pas l’organisation PentecĂŽtiste; mais la vĂ©ritable et authentique LumiĂšre, c’est l’expĂ©rience de PentecĂŽte. J’ai Ă©tudiĂ© jour aprĂšs jour ces livres d’histoire, cherchant dans tout ce que j’ai pu trouver, et j’ai vu que c’est cette flamme de PentecĂŽte qui est restĂ©e allumĂ©e depuis le jour de PentecĂŽte jusqu’à aujourd’hui. Certainement! Mais elle a Ă©tĂ© rejetĂ©e


74     Certains ont dit: «Eh bien, la grande Ă©glise Catholique a rĂ©sistĂ© aux tempĂȘtes. Cela prouve bien qu’elle est la vĂ©ritable Église». Qu’elle puisse exister encore aujourd’hui n’est pas ce qui m’étonne, vu qu’elle avait avec elle l’état et tout le reste. Ce qui est Ă©tonnant, c’est ce petit groupe qui a Ă©tĂ© rejetĂ©, cette petite minoritĂ© chassĂ©e dehors, jetĂ©e en prison, sciĂ©e en morceaux. Comment ont-ils pu mĂȘme exister? Parce que l’Esprit du Dieu vivant Ă©tait en eux! Et tous les dĂ©mons de l’enfer ne prĂ©vaudront point contre Elle! “Sur ce rocher, je bĂątirai mon Église, et les portes de l’enfer ne prĂ©vaudront point contre elle”. C’est cela, la rĂ©alitĂ©! C’est ce qui a donnĂ© le Saint-Esprit Ă  ces prĂ©dicateurs MĂ©thodistes et aux autres. Cela les a fait se lever, cela provoque en vous quelque chose. C’est toujours ainsi!

75     Quant Ă  Achab, cet hypocrite, vous voyez, il s’était dit: “Si je pouvais seulement m’associer Ă  cette grande nation, la prendre sous ma domination. Si j’épouse la fille de leur roi, eh bien, nous serions amis”. Que faisait-il? Il vendait tout simplement son droit d’aĂźnesse!

76     Aujourd’hui, cette Ă©glise Protestante retourne rĂ©ellement Ă  l’église Catholique pour s’unir Ă  elle, et cela donnera les mĂȘmes rĂ©sultats qu’autrefois.

77     C’est arrivĂ© trois fois. Du temps d’Achab, c’était le milieu de la nuit pour le voyage du peuple d’IsraĂ«l; ici, nous arrivons au milieu de la nuit, et lĂ  aussi, nous sommes au milieu de la nuit. Il y a trois gĂ©nĂ©rations avant celle-ci: Celle-ci, celle-ci, et celle-ci.

78     Remarquez qu’Achab Ă©pousa JĂ©zabel pour fortifier son royaume. C’est exactement ce que fit Constantin. Il fonda une grande Ă©glise, fit un grand autel de marbre blanc, vĂȘtit un homme (le pape), d’habits somptueux, et l’établit au-dessus de tout cela. Et cet homme Ă©tait un dieu vivant, il pouvait leur parler, leur parler de leurs pĂ©chĂ©s: cela plaisait bien Ă  cette vieille Ă©glise tiĂšde, aussi tous ceux-lĂ  s’égarĂšrent. Certainement! C’est cela! Mais cela ne pouvait pas plaire Ă  l’homme nĂ© de nouveau lorsqu’il voyait entrer dans l’église ces rĂ©citations de priĂšres qui n’étaient que du paganisme! On avait abaissĂ© Jupiter pour Ă©lever Pierre; on avait abaissĂ© VĂ©nus pour Ă©lever Marie! C’est comme cela que l’on introduisit le paganisme dans les rangs des chrĂ©tiens!

79     Lorsque Achab Ă©pousa JĂ©zabel, c’est exactement ce qu’il fit! Il introduisit l’idolĂątrie en IsraĂ«l. Et que fit JĂ©zabel? Elle tua tous les prophĂštes sur lesquels elle put mettre la main. N’est-ce pas vrai? Les papes firent de mĂȘme. Tout vrai chrĂ©tien qui tomba entre leurs mains, ils l’ont mis Ă  mort.

80     Mais il y avait l’étoile de cet Ăąge: c’était le vieil Élie! Lui n’avait pas peur de leur dire ce qu’il pensait! Oh, non! Il Ă©tait l’étoile de Dieu pour cet Ăąge-lĂ . Il en arriva jusqu’à dire un jour: “Seigneur, je suis le seul qui reste!”.

81     Mais Dieu lui rĂ©pondit: “Un instant, Élie! Un instant! J’en ai encore sept mille qui sont cachĂ©s ici et lĂ  dans le pays. Tu vois? Tu ne sais pas oĂč ils sont! Ils sont lĂ -bas, au milieu des Pharisiens, des SadducĂ©ens, des Baptistes, des MĂ©thodistes et des PresbytĂ©riens, mais Je vais les faire sortir de lĂ ! Attends seulement. Tu vois? Ils sont lĂ ! Ils sont Ă  Moi, et ils ne flĂ©chissent pas le genou devant Baal!”. Le vieil Élie Ă©tait la Voix de Dieu en ce temps-lĂ . Il Ă©tait certainement le type mĂȘme de la Voix de Dieu prĂ©cĂ©dant la premiĂšre venue de Christ, et il est le type de la Voix prĂ©cĂ©dant la seconde venue de Christ, conformĂ©ment aux Écritures.

82     Nous voyons que cette JĂ©zabel, lorsqu’elle vint en IsraĂ«l, allait vraiment abattre tous les autels de Dieu pour Ă©lever ses propres autels. Et elle fit se prosterner les IsraĂ©lites devant une idole. C’est exactement ce que fit Constantin lorsqu’il institua l’église Catholique: il introduisit le paganisme dans l’église chrĂ©tienne et fit se prosterner les chrĂ©tiens devant les idoles. Ce sont les mĂȘmes Ăąges de tĂ©nĂšbres: l’ñge des tĂ©nĂšbres d’IsraĂ«l et l’ñge des tĂ©nĂšbres de l’église. Se prosterner devant les idoles! Et Élie Ă©tait l’étoile pour son temps.

83     C’est ainsi qu’IsraĂ«l tout entier se mit Ă  adorer Baal, et c’est ce que fit l’église Catholique Ă  Thyatire.

84     Je voudrais que vous remarquiez encore quelque chose de frappant ici; j’ai trouvĂ© cela dans mes livres d’histoire. JĂ©sus dit qu’elle se disait prophĂ©tesse: “Cette femme JĂ©zabel qui se dit prophĂ©tesse
 (qui se dit!)”. Vous voyez, l’église Catholique ne permet pas Ă  ses fidĂšles de lire la Bible, parce qu’ils disent que le prĂȘtre est le seul qui puisse “deviner” divinement la Parole.

85     Cela, c’est la vraie mission du prophĂšte. Le prophĂšte a l’interprĂ©tation divine de la Parole de Dieu. C’est parfaitement exact. Comment peut-on dire de quelqu’un qu’il est prophĂšte et dire ensuite qu’il a une “fausse rĂ©vĂ©lation”? Cela n’a pas plus de sens que ce soi-disant “Fils Éternel”, vous voyez? Le prophĂšte, c’est: “celui qui discerne correctement, celui Ă  qui vient la Parole de Dieu, Ă  qui vient la rĂ©vĂ©lation”. Le mot prophĂšte signifie “celui qui discerne la Parole divine”. JĂ©sus a dit: “Si parmi vous quelqu’un est spirituel ou prophĂšte, Moi le Seigneur, Je lui parlerai. Si ce qu’il dit s’accomplit, alors Ă©coutez-le, Je suis avec lui. Si cela ne s’accomplit pas, ne l’écoutez pas”. C’est tout! Il Ă©tait la Divine Parole de Dieu, et la Parole du Seigneur est venue aux prophĂštes.

86     Or, ils disent que l’église Ă©tait une prophĂ©tesse. Rappelez-vous que ce changement vient du NicolaĂŻsme, qui a changĂ© le “Il” en “elle”. Comprenez-vous cela? Une JĂ©zabel! Hier soir, c’était la “doctrine de Baalam”. Il y avait la “doctrine des NicolaĂŻtes”, et ensuite la “doctrine de Balaam”.

87     Balaam Ă©tait celui qui fit d’IsraĂ«l une prostituĂ©e. Et qu’ont fait les NicolaĂŻtes? Ils ont crĂ©Ă© l’organisation. Si vous mettez ces deux choses ensemble, vous l’obtenez, “elle, l’église”. C’est certain! Apocalypse 17: “
 la grande prostituĂ©e qui est assise sur plusieurs eaux”. Une femme, une prostituĂ©e. Qu’est-elle, ou plutĂŽt comment peut-elle ĂȘtre une prostituĂ©e? En commettant adultĂšre, un adultĂšre spirituel, interprĂ©tant faussement la Parole pour le peuple. Éloignez-vous de ce fanatisme! Car c’est cela, le vrai fanatisme!

88     Vous voyez qu’elle se dit prophĂ©tesse: “Nous sommes les vĂ©ritables! Nous sommes le concile! Nous sommes le nouveau concile de LaodicĂ©e, un concile d’hommes, et nous avons dĂ©cidĂ© ceci, ceci et cela. C’est pourquoi, Ă©coutez-nous!”.

89     Un jeune prĂȘtre vint me questionner au sujet d’Elisabeth Frazier. Il me dit: «L’évĂȘque voudrait savoir si vous avez baptisĂ© cette demoiselle Frazier. Elle va devenir Catholique».
    Je dis: «Oui, c’est ce que j’ai appris».
    â€” «L’avez-vous baptisĂ©e».
    â€” «Oui, monsieur».
    â€” «Comment l’avez-vous baptisĂ©e».

90     J’ai rĂ©pondu: «Du baptĂȘme chrĂ©tien» (Eh oui!).
    â€” «Qu’entendez-vous par lĂ ?».
    â€” «Le baptĂȘme chrĂ©tien, tel que la Bible l’enseigne. Il n’y a qu’une seule façon d’ĂȘtre baptisĂ©, du baptĂȘme chrĂ©tien. Tous, dans la Bible, ont Ă©tĂ© immergĂ©s dans l’eau au Nom de JĂ©sus-Christ».

91     Il prit note de cela et se mit Ă  Ă©crire. Il dit ensuite: «Vous savez, l’église Catholique faisait comme cela autrefois».

92     â€” «Quand?», lui dis-je. «J’ai tous les livres d’histoire ancienne que j’ai pu me procurer, j’en ai fait venir de Londres et de partout». Ainsi, je peux Ă©tudier quand cette heure va venir ou que quelque chose va se passer. Vous voyez? Je lui dis: «Je voudrais savoir oĂč».
    Il me rĂ©pondit: «Dans la Bible!».
    â€” «Vous dites que
?».
    Il me dit: «JĂ©sus a organisĂ© l’église Catholique».
    Je lui dis alors: «Pierre Ă©tait donc le premier pape?».
    Il me dit: «C’est tout Ă  fait certain!».

93     Je rĂ©pondis: «Je croyais que l’église Ă©tait infaillible et ne changeait pas, et que toutes les messes Ă©taient dites en latin afin qu’il n’y ait pas de changement».

94     â€” «C’est vrai», me dit-il.

95     â€” «Eh bien, lui dis-je, vous avez certainement fait quelques changements depuis ce temps. Si cette Bible est un livre Catholique, alors, je suis un Catholique Ă  l’ancienne mode!». Vous voyez? C’est vrai! «Je suis donc un Catholique Ă  l’ancienne mode!».

96     Il me dit: «Vous savez, la Bible n’est que l’histoire de l’église Catholique. Dieu est dans Son Ă©glise».

97     Je rĂ©pondis: «Dieu est dans Sa Parole». C’est vrai!

98     Â«Que Ma Parole soit reconnue pour vraie, et tout homme pour menteur». Et ce Livre de l’Apocalypse est le seul Livre (laissez-moi le rĂ©pĂ©ter) que JĂ©sus ait signĂ© de Son Nom. Et la premiĂšre chose qu’Il fit, fut de rĂ©vĂ©ler Sa divinitĂ©, et Il l’a fait complĂštement. Il a dit: «Quiconque en retranchera ou y ajoutera quelque chose, sa part lui sera ĂŽtĂ©e du Livre de Vie. BĂ©ni soit celui qui lit ou qui Ă©coute! Et maudit soit celui qui y ajoutera ou qui en retranchera quoi que ce soit». VoilĂ ! Vous voyez d’oĂč vient le danger. N’ajoutez donc rien Ă  la Parole; laissez-la comme Elle est, et allez simplement de l’avant.

99     L’Esprit vous rĂ©vĂ©lera ces choses si seulement vous ĂȘtes humble! Vous voyez? C’est vrai! La Parole n’est pas compliquĂ©e! JĂ©sus a remerciĂ© le PĂšre en disant: «Je Te loue, PĂšre, de ce que Tu as cachĂ© ces choses aux yeux des rabbins, des Ă©vĂȘques, des cardinaux et des surintendants, et de ce que Tu l’as rĂ©vĂ©lĂ© aux enfants qui veulent apprendre!». Ce qu’il nous faut, c’est une rĂ©vĂ©lation de Dieu.

100     Cela ne peut venir que comme Il l’a dit: «Qui dit-on que Je suis?».

101     Pierre rĂ©pondit: “Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant!”.

102     JĂ©sus lui dit: “Ce n’est pas dans un sĂ©minaire que tu as appris cela. Personne ne te l’a jamais dit. Cela, c’est une rĂ©vĂ©lation venant du Ciel. Et sur ce rocher, Je bĂątirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prĂ©vaudront point contre Elle”.

103     C’est exactement la rĂ©vĂ©lation qu’Abel eut au commencement. C’est la rĂ©vĂ©lation; c’était la rĂ©vĂ©lation, c’est encore la rĂ©vĂ©lation, et ce sera toujours la rĂ©vĂ©lation. C’est vrai!

104     Nous voyons ici qu’elle Ă©tait une femme, et qu’une femme reprĂ©sente une Ă©glise. (N’est-ce pas vrai? Pourquoi Christ vient-Il? Pour chercher une Ă©pouse, une femme, une vierge chaste!). Et cette femme-lĂ  prĂ©tend qu’elle est l’Église de Dieu. Mais elle est couverte de perles et de bijoux, et les rois de la terre sont ivres du vin de ses prostitutions qu’elle leur tend dans sa coupe. N’est-ce pas vrai?

105     Nous voyons ici qu’elle est appelĂ©e JĂ©zabel. Et JĂ©zabel, cette mauvaise JĂ©zabel, aussitĂŽt qu’elle put prendre le pouvoir au milieu des IsraĂ©lites, elle leur apporta la mort et fit tout ce qu’elle put, et elle bĂątit ses propres autels. N’est-ce pas vrai? C’est exactement ce qu’a fait l’église Catholique. Exactement! Nous lisons maintenant un peu plus loin. Cela vous fera un choc. Quelquefois, un choc vous fait manger un peu plus.
    â€Šla femme JĂ©zabel qui se dit prophĂ©tesse (elle dit: Je suis le seul interprĂšte de la Parole); et elle enseigne et Ă©gare mes esclaves en les entraĂźnant Ă  commettre la fornication et Ă  manger des choses sacrifiĂ©es aux idoles.

106     Je pense Ă  ce frĂšre qui m’a questionnĂ© au sujet du serpent et du fruit mangĂ© dans le jardin d’Eden. Vous voyez maintenant ce que c’est quand il est parlĂ© de “manger”? Cela a un sens spirituel.
    Et je lui ai donnĂ© du temps afin qu’elle se repentit; et elle ne veut pas se repentir de sa fornication. Voici, je la jette sur un lit
 (quel genre de lit? Celui de l’esprit de ce monde. C’est cela qu’elle devra supporter) 
et ceux qui commettent adultĂšre avec elle, Ă  moins qu’ils ne se repentent de leurs oeuvres
 (ils entrent dans la grande tribulation) 
et je ferai mourir de mort ses enfants


107     Ses quoi? Cette femme-lĂ  a des enfants! Lisons Apocalypse 17, maintenant, je pense que vous Ă©tiez tous ici hier soir. Bien! Apocalypse 17; cette prostituĂ©e, c’est l’église Catholique; elle a Ă©tĂ© appelĂ©e “prostituĂ©e”, et elle Ă©tait “la mĂšre de prostituĂ©es”. Ce ne pouvaient ĂȘtre des fils, c’étaient des Ă©glises.

108     Maintenant, d’oĂč vient l’église LuthĂ©rienne et toutes ces Ă©glises? D’oĂč viennent toutes les organisations? OĂč est le commencement de l’église de LaodicĂ©e? C’est en quelque chose de pareil que les NicolaĂŻtes ont fini par se former, et c’est exactement la mĂȘme chose aujourd’hui. Vous ne pouvez rien y faire, frĂšres. Le pauvre Élie a criĂ© lĂ -contre en son temps. Jean a criĂ© lĂ -contre en son temps. C’est vrai! Ne dites pas en vous-mĂȘmes: «Nous avons Abraham pour pĂšre, car Dieu est capable de susciter de ces pierres des enfants Ă  Abraham». Vous voyez? On ne peut rien faire contre cela!

109     Donc, elle avait des enfants. Est-ce que la vraie JĂ©zabel avait des enfants? Certainement! Écoutez ceci:
    â€Šje ferai mourir de mort ses enfants


110     Les enfants de l’église Catholique, ce sont les dĂ©nominations protestantes. Vous voyez, c’est cela, parce qu’ils font la mĂȘme chose. Ils sont baptisĂ©s en elle par un baptĂȘme de fantaisie, un baptĂȘme non scripturaire; il y a des poignĂ©es de mains au lieu du Saint-Esprit; “PĂšre, Fils et Saint-Esprit” au lieu de “JĂ©sus-Christ”. Faisant toutes choses en contradiction avec la Bible. Et c’est toujours comme cela! Et ils entrĂšrent tout droit dans ces choses.

111     La fille de JĂ©zabel s’appelait Athalie; JĂ©zabel maria Athalie Ă  Joram, le fils du roi de Juda, et bientĂŽt les autels de Baal s’élevĂšrent Ă  JĂ©rusalem. Vous n’avez pas besoin de consulter les livres d’histoire pour cela, c’est dans la Bible. Vous voyez? Sa fille, Athalie, Ă©pousa le fils de Jasaphat, c’est-Ă -dire Joram. Et ses filles ont fait comme elle.

112     Oh, ne pouvez-vous pas voir ces choses? Vous voyez comment ces organisations ont agi, frĂšres? Tout cela s’est propagĂ© mĂȘme au-delĂ  de l’ñge de Luther, et ils s’organisent au lieu de laisser faire le Saint-Esprit. Et les PentecĂŽtistes ont fait exactement la mĂȘme chose! Ils ne pouvaient pas laisser simplement le Saint-Esprit continuer et agir Ă  Sa maniĂšre. Ils ne pouvaient pas examiner simplement ce qu’ils recevaient Ă  la LumiĂšre de la Parole et aller de l’avant. Ils ne pouvaient pas laisser le Saint-Esprit diriger, mais il a fallu qu’ils fassent une organisation et qu’ils se sĂ©parent de tout ce qui pourrait venir d’ailleurs. Ils sont revenus directement en arriĂšre et se sont de nouveau mariĂ©s avec cela! Exactement! Quand nous arriverons Ă  cet Ăąge-lĂ , vous verrez ce qui vous attend au bout du chemin! Vous voyez? Ils se sont remariĂ©s dans cela! JĂ©sus dit ici: “Cette JĂ©zabel se dit prophĂ©tesse, mais je vais la jeter dans le lit de la mondanitĂ©, et je ferai aussi mourir de mort ses enfants”. Comment? — “de mort!”.

113     De quelle sorte de mort ses enfants vont-ils ĂȘtre frappĂ©s? Vous voyez qu’ils sont morts maintenant: Morts spirituellement! Ils n’ont aucune rĂ©vĂ©lation! Ils connaissent leur organisation, ils connaissent leur catĂ©chisme, ils connaissent la doctrine de leur Ă©glise; mais pour ce qui est de connaĂźtre Dieu, certains n’en savent pas plus qu’un Hottentot sur les merveilles de l’Egypte. C’est vrai, pour ce qui est de connaĂźtre rĂ©ellement le Saint-Esprit. Je me demande
 lorsqu’ils voient l’Esprit de Dieu chasser les dĂ©mons et discerner les pensĂ©es, ils appellent cela de la divination et disent que cela vient du dĂ©mon. — «Oh, il n’appartient pas Ă  notre dĂ©nomination! c’est un de ces groupes ». Vous voyez: ils ne connaissent rien Ă  ces choses! Ils leur collent une Ă©tiquette: «JĂ©sus Seul», «fanatiques», etc. Ils ne savent pas, tout simplement!

114     Et l’heure est proche oĂč cela va ĂȘtre exposĂ© Ă  la vue de tous. C’est vrai! Dieu le fera, aussi sĂ»r que je me tiens derriĂšre cette chaire; Il fera sortir Ses enfants d’un seul coup, aussi certain que je me tiens ici! Dieu dans les Cieux sait cela. Si vous croyez que je suis un prophĂšte du Seigneur, un serviteur du Seigneur, alors Ă©coutez-moi! Il est Ă  la porte, c’est certain!

115     â€œJe ferai mourir de mort spirituelle ses enfants”. Regardez-les: ils sont froids et formalistes. Nous n’avons pas besoin de parler des Baptistes et des PresbytĂ©riens: nous savons qu’ils sont morts depuis des annĂ©es!

116     Quand Luther eut son rĂ©veil, celui de la justification, s’il avait continuĂ©, ce grand mouvement de PentecĂŽte aurait Ă©tĂ© l’église LuthĂ©rienne. La LumiĂšre aurait abouti Ă  la sanctification, ainsi que Wesley L’a suivie. Mais Luther ne pouvait pas suivre cela. Certainement pas! Ils Ă©taient dĂ©jĂ  des LuthĂ©riens.

117     Ensuite vint Wesley. Qu’est-il arrivĂ© aprĂšs la mort de Wesley? Ils ont organisĂ© cela et crĂ©Ă© les MĂ©thodistes Wesleyens, les MĂ©thodistes Primitifs, etc., tous les genres de MĂ©thodistes. Vous voyez? Ils avaient eu un grand rĂ©veil, mais ils se jetĂšrent ensuite dans l’organisation; et que s’est-il passĂ© quand les PentecĂŽtistes sont venus avec le parler en langues et la restauration des dons? Ils ne purent pas suivre, et dirent que cela venait du diable.

118     Maintenant, qu’a fait la PentecĂŽte? La mĂȘme chose qu’eux! Et oĂč en sont-ils? Ils sont aussi morts qu’un gond de porte. C’est vrai! “Je jetterai ses enfants sur un lit, sur un lit de mort, et Je les tuerai”. Laissez-moi vous lire cela afin que vous puissiez le voir. Je crois que c’est le verset 22:
    Voici, je la jette sur un lit, et ceux qui commettent adultĂšre avec elle, dans une grande tribulation (la grande tribulation)


119     C’est ce qui est en train d’arriver. ArrĂȘtons-nous un instant Ă  ceci; ceux qui subiront cette grande tribulation, ce sont ces gens qui sont reprĂ©sentĂ©s par les vierges folles, celles qui n’ont pas d’huile dans leur lampe; pourtant, elles appartiennent Ă  une organisation; ce sont de braves gens qui vont Ă  l’église; mais quand elles viennent chercher de l’huile, il est trop tard. C’est Ă  cause de cela qu’elles seront prĂ©cipitĂ©es dans la grande tribulation; l’église Catholique, et tous ses enfants avec elle iront dans la grande tribulation.
    â€ŠĂ  moins qu’ils ne se repentent de ses Ɠuvres.

120     Il ne s’agit pas des enfants qui sont lĂ -dedans, mais de l’église elle-mĂȘme, les organisations, qui sont ses enfants. Il ne s’agit pas des gens qui s’y trouvent, comme ces pauvres Catholiques, Baptistes, PresbytĂ©riens, ou PentecĂŽtistes. Je me sens attristĂ© pour eux.
    â€” «Êtes-vous un chrĂ©tien».
    â€” «Je suis PresbytĂ©rien». Oh!

121     Ce n’est pas parce que vous mettez une selle Ă  un cochon que vous en ferez un cheval de course! Que pourriez-vous faire pour cela? Rien du tout! Je ne dis pas cela pour plaisanter; nous ne sommes pas ici pour plaisanter, car il s’agit ici de l’Évangile. Vous voyez? Je voulais seulement vous donner une image. C’est vrai. Vous voyez, cela ne veut rien dire, cela n’a aucun rapport!
    â€” «Je suis PentecĂŽtiste!».

122     Cela ne veut rien dire du tout! Vous pouvez appartenir Ă  une cinquantaine de leurs organisations, mais ĂȘtes-vous un enfant de Dieu nĂ© de nouveau? Aimez-vous rĂ©ellement chacun de tout votre coeur, de toute votre Ăąme, et aimez-vous Dieu dans votre vie quotidienne quoi que l’on puisse vous faire? Si vous regimbez et ronchonnez sans cesse, cela montre que le Saint-Esprit vous a quittĂ© — si vous L’avez jamais eu!

123     Voyez ceci:
    â€ŠĂ  moins qu’ils ne se repentent de ses oeuvres; et je ferai mourir de mort ses enfants


124     â€œSes enfants”, ceux de JĂ©zabel. Qu’a fait JĂ©zabel? Elle a mariĂ© sa fille dans l’autre camp (celui de Juda), pour l’introduire dans le camp de Juda. Observez l’application spirituelle de cela! Peut-ĂȘtre que je vais pouvoir mieux vous expliquer cela sur le tableau noir. Regardez attentivement:

125     Ici, il y a JĂ©zabel et IsraĂ«l. Mais lĂ , c’est Juda, un autre type, un autre personnage; c’est Josaphat qui rĂ©gnait lĂ . Maintenant, ici, c’est Achab; et voici JĂ©zabel ici Ă  l’intĂ©rieur. Elle est venue par lĂ , et a fait tomber tout IsraĂ«l dans l’idolĂątrie.

126     C’est exactement ce qu’a fait l’église Catholique au dĂ©but, lorsque Constantin les rĂ©unit aux NicolaĂŻtes (les froids formalistes lĂ -dedans) rĂ©unissant l’église et le paganisme, et qu’il crĂ©a une forme paĂŻenne du christianisme. Je ne voudrais pas heurter vos sentiments, vous les Catholiques, mais je suis responsable devant Dieu. L’église Catholique n’est rien d’autre qu’une forme paĂŻenne de christianisme: superstitions, idoles et tout le reste. C’est parfaitement exact, ce n’est qu’une forme paĂŻenne. C’est la vĂ©ritĂ©! Si je devais mourir Ă  la minute mĂȘme, je vous dirais encore: c’est la vĂ©ritĂ©! Et les Protestants entrent tout droit lĂ -dedans! Ils ne sont simplement qu’une autre catĂ©gorie.

127     Maintenant, observez ce que JĂ©zabel a fait. Elle Ă©tait tellement livrĂ©e Ă  Satan qu’elle entraĂźna ses filles. Elle avait une fille nĂ©e ici, et cette fille est partie lĂ -bas, vers ce grand homme saint pour Ă©pouser son fils; et la mĂȘme chose se produisit avec Josaphat dans son royaume.

128     Les vrais NicolaĂŻtes, les NicolaĂŻtes froids et formalistes qui voulaient une organisation, sont entrĂ©s lĂ  par mariage. Remarquez comme il s’agit d’une seule et mĂȘme chose. Nous voyons JĂ©zabel ici (l’église Catholique), et nous voyons lĂ  comment elle a pris sa fille (ses organisations) pour l’unir avec eux lĂ -bas, leur faisant la mĂȘme chose. “Je ferai mourir de mort ses enfants” — de la mort spirituelle. En s’organisant ils vont Ă  la mort, et le Saint-Esprit Se retire entiĂšrement.

129     Dites-moi ceci. Laissez-moi poser une seule question Ă  n’importe quel historien (et je sais qu’il y en a cinq ou six ici). Je voudrais que vous veniez me montrer un passage des Écritures ou un texte dans un livre d’histoire montrant qu’une de ces Ă©glises, aprĂšs qu’elle fut retombĂ©e dans l’organisation, se soit de nouveau relevĂ©e et ait eu un rĂ©veil. Dites-le moi! Ont-ils jamais eu un rĂ©veil, aprĂšs qu’ils se furent organisĂ©s? Jamais! L’Esprit les acquittĂ©s. Et j’inclus aussi les PentecĂŽtistes lĂ -dedans!

130     Lorsque les bĂ©nĂ©dictions de PentecĂŽte descendirent et que vous parliez tous en langues, vous les vieux du dĂ©but, ayant ces glorieuses bĂ©nĂ©dictions de PentecĂŽte et toutes ces choses, vous ĂȘtes tombĂ©s. Peu de temps aprĂšs, vous avez eu ce que vous avez appelĂ© l’AssemblĂ©e GĂ©nĂ©rale. L’organisme, c’est trĂšs bien, mais pas l’organisation! Mais vous ne pouviez pas supporter ces choses, et il a fallu que vous retourniez en arriĂšre et que vous deveniez des “fils de Satan” en vous organisant.

131     Puis une autre LumiĂšre vint concernant le Nom de JĂ©sus-Christ. Alors, ils se glorifiĂšrent pour cela et se dirent les uns aux autres: “Dieu soit bĂ©ni, si vous n’avez pas le Nom de JĂ©sus, vous allez en enfer. Nous, nous L’avons, mais vous, vous ne L’avez pas!”. Que font-ils? Ils meurent en chemin. Ils font de cela une organisation. Vous voyez? S’ils laissaient simplement la LumiĂšre Se rĂ©pandre au travers de l’église, elle prendrait automatiquement Sa place. Mais vous vous organisez! Qu’est-ce que c’est? Un enfant de JĂ©zabel! Et tous, ils sont morts ensemble.

132     Maintenant, je veux vous demander quelque chose. Est-ce que les AssemblĂ©es de Dieu, les Unitaires, ou tous les autres se sont jamais levĂ©s ensemble dans un rĂ©veil? Pas du tout! Le dernier rĂ©veil Ă©tait Ă  peine terminĂ© que le Saint-Esprit est descendu au bord de la riviĂšre (beaucoup d’entre vous y Ă©tiez) en 1933, et cela fut le point de dĂ©part de ces grandes campagnes de guĂ©rison dont il fut dit: «Cela se rĂ©pandra dans le monde entier». Mais cela ne s’est jamais fait au travers d’aucune organisation. Dieu est sorti de ces royaumes, et a utilisĂ© des gens qui Ă©taient presque des paĂŻens pour commencer ce rĂ©veil. Et voyez ce que cela a donnĂ©!

133     Ces organisations, dĂšs qu’elles s’organisent, elles meurent. Il a dit: “Je ferai mourir de mort ses enfants”. Oh! Ne m’en veuillez pas! Mais si je savais cela et que je ne vous le dise pas, je serais un hypocrite de la pire espĂšce et Dieu m’en tiendrait pour responsable. Je veux ĂȘtre comme Paul: “
 je vous ai annoncĂ© tout le conseil de Dieu”. C’est vrai!

134     Ils ont construit des autels jusque dans JĂ©rusalem! Quand JĂ©zabel Ă©pousa Achab, elle apporta des images devant lesquelles IsraĂ«l devait se prosterner. De mĂȘme, la doctrine NicolaĂŻte, en s’alliant au paganisme, fit descendre Jupiter de son piĂ©destal et y installa Pierre; de mĂȘme, Marie prit la place de VĂ©nus, et comme le dit la Bible: “elle a fait pĂ©cher tout IsraĂ«l”.

135     C’est ce que l’église Catholique, comme JĂ©zabel, a fait avec sa fille: elle a incitĂ© toutes ses filles Ă  faire alliance avec une organisation, mais tout ceci est pĂ©chĂ©. Lorsque la hiĂ©rarchie fut mise en place et que le pape Boniface III fut montĂ© sur son trĂŽne, ils eurent un dieu sur un trĂŽne, et l’on n’eut plus besoin du baptĂȘme du Saint-Esprit dans l’église. C’est vrai. Ils avaient leurs credo et leur formalisme, et c’est avec cela qu’ils ont marchĂ©.

136     Et lorsque l’organisation (qu’elle soit Baptiste, PresbytĂ©rienne, MĂ©thodiste, etc.) accepta le mĂȘme dogme, elle rejeta de l’église la libertĂ© du Saint-Esprit. C’est ce qu’ils ont fait! Et progressivement, nous les voyons se dessĂ©cher et mourir, comme JĂ©sus l’avait dit Ă  propos de la vigne. Toutes les manifestations du Saint-Esprit dans les signes et les prodiges furent considĂ©rĂ©es comme Ă©tant des choses du passĂ©. Et ces organisations sont devenues riches comme leur mĂšre. C’est ainsi qu’elle a fait pĂ©cher le monde entier; en effet, elle est allĂ©e, elle et ses filles, vers toutes les nations. C’est vrai!

137     Maintenant, observez comment le Seigneur l’appelle, dans un autre Ăąge de l’église. Remarquez comme Il l’appelle! Voyez comme Il plaide ici pour faire sortir Son reste “pour l’amour des Ă©lus”. Il n’en reste qu’un petit nombre, et s’il n’y avait pas ce reste, aucune chair ne serait sauvĂ©e.

138     Cela est Ă©crit dans Apocalypse 13.16. Aimeriez-vous que nous Ă©tudiions cela juste un instant? Il dit que “cette femme fit que tous reçussent une marque (c’est ce qu’a fait cette bĂȘte) 
 elle fit que tous reçussent une marque (pauvres et riches, petits et grands, quels qu’ils soient), la marque de la bĂȘte”, qui est l’église Catholique Romaine.

139     Dans Apocalypse 13.14, ils ont fait une image Ă  la bĂȘte. Je suppose que vous ĂȘtes tous en train de lire cela. Sinon, lisons-le. Apocalypse 13.14:
    Et elle sĂ©duit ceux qui habitent sur la terre, Ă  cause des miracles qu’il lui fut donnĂ© de faire devant la bĂȘte (c’est la confĂ©dĂ©ration des Ă©glises), disant Ă  ceux qui habitent sur la terre de faire une image Ă  la bĂȘte qui Ăą la plaie de l’épĂ©e (le paganisme) et qui a repris vie (par la papautĂ©, la Rome paĂŻenne devenant la Rome papale).

140     Vous voyez: “Faire une image Ă  la bĂȘte”. Qu’est-ce que cela signifie? Exactement la mĂȘme chose que ce qu’ils font maintenant mĂȘme en entrant dans cette confĂ©dĂ©ration des Ă©glises: «Toutes les Ă©glises appartiennent Ă  cette organisation, toutes entrent dans un seul groupe». Ils auront mĂȘme leur Bible! D’ailleurs, le pape Jean XXIII les a tous invitĂ©s Ă  revenir, l’archevĂȘque de Canterbury, tous! ils viennent tous! Et vous savez, toutes ces Ă©glises reviennent vers leur “maman” parce qu’elles sont aussi des prostituĂ©es. Vous voyez? Elles disent: «Nous allons tous nous rĂ©unir et faire cause commune pour combattre le communisme!». Ils ne savent pas que Dieu a suscitĂ© le communisme (je pourrais prouver cela par la Bible) mettant cela dans leur pensĂ©e afin de venger le sang des saints rĂ©pandu sur cette terre. Dieu a suscitĂ© le communisme exactement comme Il a suscitĂ© le roi NĂ©bucadnetsar pour chĂątier IsraĂ«l! Il a Ă©tabli le communisme qui, un jour, fera disparaĂźtre Rome de la carte d’un seul coup.
    [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

141     Nous avons vu qu’elle fit que tous, pauvres et riches, petits et grands, reçussent la marque; mais il y a un groupe qu’elle ne pouvait pas toucher! Saviez-vous cela? Lisons Apocalypse 13, depuis le dĂ©but.
    â€Šet je vis monter de la mer une bĂȘte qui avait dix cornes et sept tĂȘtes, et sur ses cornes dix diadĂšmes, et sur ses tĂȘtes des noms de blasphĂšme
 (ce sont les sept collines; nous avons vu tout cela hier soir)

    Et la bĂȘte que je vis Ă©tait semblable Ă  un lĂ©opard, et ses pieds comme ceux d’un ours, et sa bouche comme la bouche d’un lion; et le dragon
 (qui Ă©tait le dragon roux qui se tenait devant la femme pour dĂ©vorer son enfant, nous savons tous que ce dragon, c’est Rome) 
lui donna sa puissance et son trĂŽne, et un grand pouvoir.
    Et je vis l’une de ses tĂȘtes comme frappĂ©e Ă  mort
 (le paganisme) 
mais sa plaie mortelle avait Ă©tĂ© guĂ©rie
 (le pape prend sa place, s’unissant avec le christianisme, avec les NicolaĂŻtes) 
et la terre tout entiĂšre Ă©tait dans l’admiration de la bĂȘte.

142     Le Catholicisme s’est rĂ©pandu dans toutes les nations qui sont sous les cieux. C’est vrai! C’est comme Daniel l’a dit au sujet du fer se mĂ©langeant avec l’argile.

143     Je voudrais encore vous dire une petite chose au sujet de ce mĂ©lange du fer et de l’argile. Ne vous ai-je pas dĂ©jĂ  parlĂ© de cette grande confĂ©rence oĂč Khrouchtchev a enlevĂ© sa chaussure et en a frappĂ© la table? Il y avait lĂ  cinq nations orientales et cinq nations occidentales; Khrouchtchev Ă©tait Ă  la tĂȘte des pays de l’Est et Eisenhower Ă  la tĂȘte des pays de l’Ouest. Ce sont les deux grands chefs, les deux pieds: Khrouchtchev, en russe, signifie “argile”; Eisenhower, en anglais, signifie “fer”. Nous sommes au temps de la fin!
    Et ils rendirent hommage au dragon, parce qu’il avait donnĂ© le pouvoir Ă  la bĂȘte (c’est le sujet de notre prochain message) 
ils rendirent hommage Ă  la bĂȘte, en disant: Qui est semblable Ă  la bĂȘte, et qui peut combattre contre elle?

144     En d’autres termes, Ă©coutez ceci. Eisenhower est un grand personnage ici aux États-Unis, mais Ă  Rome il n’est rien, et en Russie il n’est rien. Khrouchtchev est un grand homme en Russie, mais aux États-Unis il n’est rien. Mais il y a un homme qui est grand partout, c’est le pape! (c’est vrai!). «RĂ©unissons-nous tous ensemble, et organisons-nous!».
    Et il lui fut donnĂ© une bouche qui profĂ©rait de grandes choses et des blasphĂšmes; — et le pouvoir d’agir quarante-deux mois lui fut donnĂ©. Et elle ouvrit sa bouche en blasphĂšmes contre Dieu
 (prĂȘchant des doctrines qui Ă©taient des commandements d’homme; arrogants, hautains, et amis des plaisirs, ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant ce qui en fait la force) 
pour blasphĂ©mer son nom
 (PĂšre, Fils et Saint-Esprit, au lieu de Seigneur JĂ©sus-Christ) 
et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel.
    Et il lui fut donnĂ© de faire la guerre aux saints
 (voici venir la persĂ©cution) 
et de les vaincre. Et il lui fut donnĂ© autoritĂ© sur toute tribu, tout peuple, toute langue, et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas Ă©tĂ© Ă©crit dĂšs la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a Ă©tĂ© immolĂ© (Oh!).

145     â€œDĂšs la fondation du monde”. Nos noms, si jamais ils ont Ă©tĂ© Ă©crits sur le Livre, l’ont Ă©tĂ© Ă  ce moment-lĂ . JĂ©sus a dit: “Personne ne peut venir Ă  Moi si le PĂšre ne l’attire premiĂšrement, et tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi. Mes brebis entendent Ma voix” (c’est cela la Nourriture, vous voyez?).

146     Mais les gens disaient: «Eh bien, je suis devenu membre de telle et telle Ă©glise, je suis aussi bon que vous!». Cela, ce n’est pas la Nourriture des brebis!

147     Voici la Nourriture des brebis: “Assis ensemble dans les lieux cĂ©lestes en JĂ©sus-Christ!”. Oh, Il est si merveilleux, n’est-ce pas?

148     DĂ©pĂȘchons-nous de terminer maintenant, parce que nous avons dĂ©passĂ© l’heure. Voyons maintenant le verset 23:
    â€Šet je ferai mourir de mort ses enfants; et toutes les assemblĂ©es connaĂźtront que c’est moi qui sonde les reins et les coeurs; et je vous donnerai Ă  chacun selon vos oeuvres.
    Mais Ă  vous, je dis, aux autres qui sont Ă  Thyatire, autant qu’il y en a qui n’ont pas cette doctrine
 (quelle sorte de doctrine Ă©tait-ce?? Les organisations, les Ă©vĂȘques, les archevĂȘques et les papes. Vous voyez?).

149     â€œQui n’ont pas cette doctrine”. Dans la Bible, nous avons dĂ©couvert hier soir qu’IsraĂ«l, lorsqu’il passa prĂšs du pays de Moab, n’était pas une nation. Ils habitaient sur la surface de la terre, et c’était un peuple libre. N’est-ce pas? C’est un type; ils Ă©taient errants et vivaient sous des tentes. Les groupes PentecĂŽtistes, ceux de la vraie PentecĂŽte, font pareillement; ils errent de lieu en lieu. Vous voyez? Bien!
    â€Šautant qu’il y en a qui n’ont pas cette doctrine
 (s’organisant, faisant de cela une grande organisation) 
 — qui n’ont pas connu les profondeurs de Satan


150     Souvenez-vous maintenant que nous avons dĂ©couvert oĂč se trouvait le trĂŽne de Satan. Hier soir, nous avons retracĂ© cela jusqu’au point de dĂ©part. OĂč Ă©tait son trĂŽne au commencement? A Babylone! Quand le roi-prĂȘtre de Babylone fut poursuivi par les conquĂ©rants chaldĂ©ens, il alla Ă  Pergame avec toute sa hiĂ©rarchie pour y installer son trĂŽne. Vous voyez, il dĂ©plaça son trĂŽne du pays de ShinĂ©ar Ă  Pergame. Nous venons de lire cela hier soir dans les livres d’histoire. Et lĂ , il recommence et forme l’église Catholique qui est toujours la mĂšre, Babylone, “le trĂŽne de Satan”.
    â€Šqui n’ont pas connu les profondeurs de Satan, comme ils disent: je ne vous impose pas d’autre charge


151     â€œIl n’y aura pas d’autre charge que celle que vous avez dĂ©jà”. Cette petite minoritĂ© qui est lĂ  a Ă©tĂ© Ă©crasĂ©e dans cet Ăąge de tĂ©nĂšbres. Ils ont dĂ» endurer cela pendant presque quinze cents ans.
    â€Šmais seulement, ce que vous avez, tenez-le ferme jusqu’à ce que je vienne
 (en d’autres termes: «Vous avez encore la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte dans votre coeur. Gardez cela jusqu’à ce que Je vienne vous donner du relĂąche, car l’ñge suivant va bientĂŽt venir»)
    Et celui qui vaincra, et celui qui gardera mes oeuvres jusqu’à la fin, — je lui donnerai autoritĂ© sur les nations; et il les paĂźtra avec une verge de fer, comme sont brisĂ©s les vases de poterie, selon que moi aussi, j’ai reçu de mon PĂšre


152     Vous voyez comment sera cette Église-lĂ , lorsque cette Église de l’ñge des tĂ©nĂšbres se lĂšvera en jugement contre ces paĂŻens? Comme elle les Ă©crasera! Ses pieds semblables Ă  de l’airain ardent les piĂ©tineront, c’est moi qui vous le dis! “Ils les briseront comme des vases d’argile”, dit la Bible.
    Et je lui donnerai l’étoile du matin
 (Vous savez ce que c’est, n’est-ce pas? L’Étoile du Matin, c’est Christ)
    Que celui qui a des oreilles Ă©coute ce que l’Esprit dit aux assemblĂ©es.

153     Oh! N’ĂȘtes-vous pas heureux! Je voudrais dire encore quelque chose au sujet de ces deux mille ans, mais nous verrons cela demain soir, car il se fait tard.
Il est le Lis de la VallĂ©e, la brillante Étoile du Matin,
Pour mon Ăąme, Il est plus beau que dix mille.
Le Lis de la Vallée, par Lui seul je vois tout ce dont
J’ai besoin pour ĂȘtre purifiĂ© et rĂ©tabli complĂštement.
Dans la douleur, Il est ma consolation.
Dans le trouble, Il est mon appui,
Il m’a dit de dĂ©poser sur Lui tous mes soucis. AllĂ©luia!
Il est le Lis de la VallĂ©e, la brillante Étoile du Matin,
Pour mon Ăąme, Il est plus beau que dix mille.

154     L’aimez-vous?
Oh, je L’aime, oui, je
 (adorons-Le maintenant, pour toutes ces Paroles tranchantes et ce message),
Parce qu’Il m’a aimĂ©,
Et a donné Sa vie pour moi à Golgotha.

155     N’est-Il pas merveilleux? Je L’aime! Les choses que je n’ai pu aborder, vous pouvez les trouver dans les livres, bien sĂ»r, parce que nous ne pouvons Ă©tudier l’ñge entier en une seule soirĂ©e. J’ai parlĂ© un peu moins fort ce soir, parce que je suis un peu enrouĂ©. Mais oh! n’est-Il pas merveilleux?
Il y a des gens presque partout,
Dont les coeurs sont enflammés
Par le feu qui est tombé à PentecÎte,
Et qui les a purifiés et nettoyés;
Il brûle maintenant en mon coeur,
Oh, gloire Ă  Son Nom!
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
Oh, l’un d’eux, je suis l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
AllĂ©luia! L’un d’eux, l’un d’eux
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux! (ĂȘtes-vous heureux?)

156     Je me souviens d’une nuit oĂč je revenais de Chattanooga; l’avion avait atterri dans le Tennessee, Ă  Memphis mĂȘme. On m’avait logĂ© dans un bel hĂŽtel, et on m’avait dit que mon avion partirait le lendemain matin Ă  sept heures.

157     J’avais pris avec moi quelques lettres pour les poster; j’écrivais Ă  quelques-uns de mes amis que je rentrais Ă  la maison. J’étais en chemin, lorsque le Saint-Esprit me dit: «Continue Ă  marcher». Je continuai Ă  marcher, et je descendis dans le quartier noir.

158     J’étais lĂ , lorsque je pensai: «Oh, mais c’est l’heure du dĂ©part de mon avion!».

159     Mais le Saint-Esprit me disait toujours: «Continue Ă  marcher», comme Il l’avait fait l’autre fois dans la forĂȘt, vous savez. «Continue Ă  marcher!». Je continuai donc.

160     Je portai mes regards vers une de ces pauvres cahutes oĂč vivent les gens de couleur. Une vieille «tante Jemima» tout Ă  fait typique, une chemise d’homme attachĂ©e autour de la tĂȘte, se tenait penchĂ©e comme cela sur la barriĂšre.

161     En marchant, je chantais:
L’un d’eux, je suis l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
Oh, alléluia! («Et que veux-Tu que je fasse, Seigneur?»)
L’un d’eux, je suis l’un d’eux (croyez-vous que l’on puisse ĂȘtre conduit par le Saint-Esprit? Oui, certainement!)
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux.

162     Il y a aujourd’hui environ 14 ans de cela. Elle regardait par-dessus la barriĂšre. J’étais environ Ă  un demi-pĂątĂ© de maisons d’elle, et je voyais cette vieille femme de couleur me regarder fixement
 J’arrĂȘtai de chanter, et je continuai Ă  marcher en me dirigeant vers elle. Je m’approchais d’elle, et il y avait de grosses larmes sur ses bonnes grosses joues; elle me regarda et dit: «Bonjour, pasteur!».

163     Je me tournai vers elle, et lui dis: «Bonjour, grand-mĂšre». Je vis qu’elle riait, qu’un grand sourire Ă©clairait son visage. Je lui demandai: «Comment avez-vous su que j’étais pasteur?». Dans le sud, vous savez, un prĂ©dicateur est appelĂ© «pasteur». Je lui demandai: «Comment savez-vous que je suis un pasteur?».

164     â€” «Je savais que vous alliez venir!».

165     Je demandai: «Comment savez-vous cela? Me connaissez-vous?».

166     â€” «Pas du tout!». Et elle ajouta: «Je savais que vous alliez venir. Connaissez-vous l’histoire de la Sunamite?».

167     â€” «Oui, bien sĂ»r!».

168     Elle me dit: «Eh bien, je suis une femme comme cela. Le Seigneur m’a donnĂ© un enfant, et je Lui ai dit que je l’élĂšverais pour Lui. Je suis une pauvre femme; je lave le linge et je travaille pour les blancs afin de gagner ma vie. Il m’a dit qu’Il me donnerait un enfant, et je Lui ai dit que je l’élĂšverais pour Lui. Je l’ai Ă©levĂ© le mieux que j’ai pu, mais, pasteur, il est allĂ© en mauvaise compagnie. Il a attrapĂ© une maladie, et nous n’en avons rien su jusqu’à ce qu’elle ait atteint un stade avancĂ©. Et il est en train de mourir lĂ , dans son lit. Il y a maintenant deux jours qu’il est inconscient. Le docteur est venu. Il a dit que la maladie avait rongĂ© son coeur et tout et avait atteint sa circulation, au point qu’il est gravement atteint maintenant, et tous ces trucs qu’on lui donne ne lui servent plus Ă  rien. Il est en train de mourir. Je ne peux vraiment pas supporter de le voir mourir comme un pĂ©cheur. J’ai priĂ© et priĂ©! j’ai priĂ© toute la nuit! Il est inconscient, il ne sait rien. Il y a deux jours qu’il n’est pas revenu Ă  lui».

169     Elle ajouta: «J’ai priĂ©, et j’ai dit: Seigneur, Tu m’as donnĂ© cet enfant, comme Tu l’as fait pour la Sunamite. OĂč est ton Élie? OĂč est-il? OĂč y a-t-il quelque chose qui puisse m’aider?».

170     Elle me dit: «Puis, Ă©tant toujours Ă  genoux, je me suis endormie. Le Seigneur m’a parlĂ© dans un songe et m’a dit: â€čSors, et tiens-toi Ă  la porte. Un homme descendra la rue, portant un petit chapeau brun et un costume sombre. Il t’adressera la paroleâ€ș».

171     Elle me dit: «J’étais ici avant le lever du jour!». Son dos Ă©tait trempĂ© de rosĂ©e! Elle me dit: «Je vous ai vu arriver avec ce chapeau brun, mais vous ĂȘtes censĂ© porter une petite sacoche».

172     â€” «Je l’ai laissĂ©e Ă  l’hĂŽtel. Votre garçon est donc malade?».
    â€” «Il est mourant!».
    Je lui dis: «Mon nom est Branham. Me connaissez-vous?».
    â€” «Pas du tout, pasteur Branham, je n’ai jamais entendu parler de vous».

173     Je lui dis: «Je prie pour les malades». Ce n’est pas cela qui l’intĂ©ressait. Elle ne voulait pas que son fils meure pĂ©cheur.

174     J’entrai; ils avaient une vieille porte avec un soc de charrue qui pendait et que l’on devait tirer pour la refermer. (Je pense qu’il y en a peu, parmi vous, gens du Nord, qui savez de quoi il s’agit; c’est simplement pour que la porte reste fermĂ©e). J’entrai dans la maison, un vieux petit deux-piĂšces minuscule (cela ressemblait Ă  un petit pavillon de chasse), il y avait une piĂšce qui faisait salon, chambre Ă  coucher et tout le reste; Ă  l’arriĂšre, il y avait la cuisine. Quand j’entrai
 C’était une petite maison coquette, blanchie Ă  la chaux; la chambre Ă©tait tapissĂ©e de papier rayĂ©, et il y avait un placard. Je crois qu’il y avait du papier goudronnĂ© sur le toit, je me souviens avoir vu dessus ces grosses bulles semblables Ă  de la rosĂ©e.

175     En entrant, je vis un Ă©criteau accrochĂ© sur la porte, disant: «Dieu bĂ©nisse cette maison!». Il y avait un vieux lit dans un coin, et un autre plus loin. Sur un de ces lits Ă©tait Ă©tendu un grand gaillard (il n’y avait pas le moindre tapis par terre); c’était un homme qui avait d’avoir fiĂšre allure; il devait mesurer environ 1.85 m. et peser 80 Ă  90 kg. Et il tenait une couverture dans la main et disait: «Oh!
 Oh! ».

176     Elle dit: «Mon petit!».

177     Je pensai: «Mon petit»? Pourtant, il avait une maladie vĂ©nĂ©rienne, la syphilis. Et il Ă©tait en train de mourir!

178     Elle l’embrassait sur le front et le caressait en disant: «Mon petit enfant!».

179     Eh bien, j’en eus le coeur gros! Je pensai: «C’est vrai! si profondĂ©ment enfoncĂ© que tu sois dans le pĂ©chĂ©, tu es toujours son petit enfant!». Je me dis encore: «Si loin qu’il se soit Ă©garĂ©, c’est toujours le petit garçon Ă  sa maman!». Je pensai: «Dieu a dit: Quand une femme oublierait l’enfant qu’elle allaite, Moi, Je ne l’oublierai point. Voici, Je t’ai gravĂ©e sur Mes mains!». Vous voyez? Comment pourrait-Il t’oublier?

180     Je regardai cette pauvre chĂšre sainte aller et venir dans la maison. On pouvait vraiment dire, frĂšres, qu’elle n’avait rien dans sa maison; mais elle avait dans sa maison quelque chose que toute maison d’Indiana et d’ailleurs devrait avoir: c’est Dieu. Je prĂ©fĂ©rerais avoir Cela plutĂŽt qu’une belle maison pleine de filles provocantes et de toutes ces choses vulgaires et sales. Il y avait lĂ  une vieille Bible ouverte, aux pages Ă©cornĂ©es.

181     Je regardai cette femme. Elle dit Ă  son enfant: «Le pasteur vient prier pour toi, mon chĂ©ri».

182     Il se mit Ă  dire: «Oh!
 Oh!
 c’est sombre
 Oh!».

183     Je demandai: «Que veut-il dire?».

184     â€” «Il ne sait pas ce qu’il dit. Le docteur a dit qu’il a perdu la raison. Il croit qu’il est parti quelque part sur une grande mer, qu’il rame, et qu’il est perdu. C’est ce que je ne peux pas supporter, pasteur: savoir que mon enfant meurt perdu. Je sais que vous ĂȘtes venu pour m’aider, parce que c’est le Seigneur qui me l’a dit».

185     Je rĂ©pondis: «Je vais prier pour lui, peut-ĂȘtre que le Seigneur va le guĂ©rir».

186     Ce n’était pas cela qui l’intĂ©ressait, elle voulait simplement qu’il se redresse et dise qu’il Ă©tait sauvĂ©. C’est tout ce qu’elle demandait: qu’il soit sauvĂ©. De toute façon, un jour, il devrait partir: peu lui importait, du moment qu’il fĂ»t sauvĂ©! Oh, si nous pouvions seulement avoir cette attitude! Cette Maison Éternelle, lĂ -bas, elle savait qu’elle y vivrait de nouveau avec lui!

187     Elle disait: «Si je pouvais simplement l’entendre dire qu’il est sauvĂ©!».

188     J’ai dit: «Mettons-nous Ă  genoux». Elle s’est agenouillĂ©e, et j’ai pris les pieds du garçon; ils Ă©taient vraiment froids et humides. Je ne pouvais pas les recouvrir, car il n’y avait qu’une petite couverture mince sur lui, et il n’avait qu’un caleçon.

189     Et il tirait comme cela, pensant qu’il Ă©tait dans une barque. Il s’accrochait, pendant qu’il Ă©tait en train de ramer. Il disait continuellement: «Il fait si sombre! Oh! Oh!
 Il fait si sombre! ». Sa mĂšre essayait de lui parler; mais lui continuait Ă  dire: «Il fait sombre et froid!» — et il continuait Ă  ramer


190     Je regardai la mĂšre: elle s’était agenouillĂ©e; je lui demandai: «Grand-mĂšre, voudriez-vous nous conduire dans la priĂšre?».

191     Elle rĂ©pondit: «Oui».

192     Il n’y avait dans la chambre qu’elle et moi, et le garçon, et le Saint-Esprit; c’est tout. Alors, cette brave sainte s’est mise Ă  prier. Oh! quand elle Lui parla, on voyait bien que ce n’était pas la premiĂšre fois qu’elle Lui parlait! Certainement! Elle savait Ă  Qui elle parlait! Elle disait: «Seigneur, je ne sais pas ce que Tu vas faire, mais tout se passe conformĂ©ment Ă  ce que Tu as dit!».

193     Oh! Je suis si heureux! Je suis heureux qu’Il soit toujours le mĂȘme JĂ©sus que Celui du temps de ces saints d’autrefois! Il est encore le mĂȘme JĂ©sus aujourd’hui!

194     Je ne lui posai aucune question sur sa religion, je ne lui demandai pas si elle Ă©tait Baptiste, PentecĂŽtiste, ou quoi que ce soit d’autre: cela ne me regardait pas! Je suivais seulement le Saint-Esprit, et elle faisait la mĂȘme chose. Nous voulions voir ce qu’Il allait faire.

195     Nous nous sommes donc agenouillĂ©s, et elle a commencĂ© Ă  prier. Quand elle eut terminĂ© de prier, elle se leva et embrassa la tĂšte du garçon en disant: «Ô Dieu, bĂ©nis mon enfant!».

196     Puis elle me dit: «Maintenant, voulez-vous prier, pasteur?».

197     Je lui dis: «Oui, madame». Il Ă©tait environ huit heures et demie, peut-ĂȘtre neuf heures moins le quart, et j’étais Ă  deux miles de l’aĂ©roport, et l’avion devait partir Ă  sept heures! Je ne savais pas du tout quand je pourrais m’en aller.

198     Donc, je posai mes mains sur ses pieds et je dis: «PĂšre cĂ©leste, je ne comprends pas cela; j’étais censĂ© prendre mon avion il y a bientĂŽt une heure et demie, mais Tu m’as dit sans arrĂȘt: â€čMarche!â€ș, et c’est la seule chose que je sache pour le moment. Et elle m’a dit que Tu lui avais montrĂ© que je viendrais. Si cela vient de Toi, Seigneur, alors, je ne peux rien faire d’autre que poser mes mains sur ce garçon!».

199     Alors, il se mit Ă  dire: «Oh, maman, il commence Ă  faire clair ici dedans!». Environ cinq minutes plus tard, il Ă©tait assis au bord du lit, serrant sa mĂšre dans ses bras.

200     Je m’éclipsai; je courus prendre un taxi et je bondis dans l’hĂŽtel pour prendre ma valise. Je pensai que je risquais bien devoir attendre un jour ou deux: c’était ainsi en ce temps-lĂ . Vous savez combien il Ă©tait difficile de trouver un avion juste aprĂšs la guerre; aussi je pensai: «Je vais devoir attendre quelques jours».

201     Je remontai dans le taxi et me prĂ©cipitai vers l’aĂ©roport. Comme j’y arrivais, j’entendis cette annonce: «Attention! DĂ©part immĂ©diat du vol N° 196 pour Louisville, Kentucky!». Dieu avait retenu cet avion au sol pour moi, comme cela! Oh, je le crois!

202     Environ deux ans plus tard, je pris le train pour aller en Arizona Ă  l’assemblĂ©e de frĂšre Sharrit pour une rĂ©union. Je voyageais avec frĂšre Moore et les autres. Nous nous arrĂȘtĂąmes Ă  Memphis. LĂ , le train dut manoeuvrer, passer sur une plaque tournante, etc.

203     Ils vendent des sandwiches dans le train, pour environ soixante cents piĂšce. Mais je connaissais un endroit oĂč on peut en acheter pour dix ou quinze cents. C’est pourquoi, j’attendis l’arrĂȘt de train pour aller m’acheter quelques sandwiches. J’allais m’acheter un cornet Ă  demi-plein de hamburgers, de quoi faire un vrai festin en route! Je sautai donc du train et me mis Ă  courir rapidement pour trouver un marchand de hamburgers; je devais faire attention parce que je ne disposais que d’une demi-heure!

204     J’allais Ă  la recherche de mes hamburgers, quand j’entendis quelqu’un m’appeler: «Hello, pasteur!». Je me retournai: c’était un homme avec une casquette rouge; il me fit un clin d’oeil et me dit: «Vous ne me reconnaissez pas?».

205     â€” «Je ne crois pas, fiston!».

206     Il s’approcha et dit: «Regardez-moi bien!».

207     Je lui dis: «Non, je ne crois pas que je vous connaisse!».

208     Alors, il me dit: «Moi, je vous connais! Vous ĂȘtes le pasteur Branham!».

209     â€” «Oui, c’est vrai. Êtes-vous allĂ© Ă  l’une de mes rĂ©unions?».

210     Il me rĂ©pondit: «Non, mais est-ce que vous vous souvenez de ce matin oĂč vous ĂȘtes venu chez nous, et oĂč ma maman ».

211     Je dis: «Ce n’est pas vous!?».

212     â€” «Oui, c’est moi! C’est moi, pasteur, je suis guĂ©ri et en parfaite santĂ©! Et non seulement cela, mais je suis chrĂ©tien maintenant!». Oh, gloire au Seigneur!
Ils étaient réunis dans la chambre haute,
Priant tous en Son Nom;
Ils furent baptisés du Saint-Esprit,
Et la puissance pour servir descendit sur eux;
Ce qu’Il fit pour eux ce jour-là,
Il le fera aussi pour vous (n’ĂȘtes-vous pas heureux?);
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux,
AllĂ©luia! L’un d’eux, je suis l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux.

213     Ils n’avaient pas beaucoup d’instruction et ne connaissaient pas grand’chose!
Bien que ces gens n’aient pas appris Ă  ĂȘtre quelqu’un
Ou à se glorifier de la renommée du monde,
Ils ont tous reçu leur PentecÎte,
Baptisés au Nom de Jésus;
Et maintenant, ils vont dire partout
Que Sa puissance est toujours la mĂȘme;
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!

214     Maintenant, serrez les mains devant vous, derriĂšre vous et autour de vous:
Oh, l’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
AllĂ©luia! L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux.
L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
AllĂ©luia! L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux.

215     Qu’est-ce donc que cette religion du bon vieux temps?
    Elle a commencĂ© ici, et dĂšs le dĂ©but, elle est inondĂ©e du Sang de JĂ©sus-Christ. Oh, comme je suis heureux d’avoir cet Évangile! Certainement!
Il est ruisselant de sang, oui,
Il est ruisselant de sang,
Cet Évangile du Saint-Esprit est ruisselant de sang,
Du sang des disciples (des martyrs) de tous ceux
Qui sont morts pour la Vérité;
Cet Évangile du Saint-Esprit continue à ruisseler de sang.

216     Quelle sorte d’Évangile est-ce? Il est maintenant comme Il Ă©tait au commencement, le jour de PentecĂŽte. Vous voyez? Le premier qui mourut pour accomplir ce plan du Saint-Esprit Fut Jean-Baptiste (il L’avait reçu dĂšs le sein de sa mĂšre, vous le savez) 
 il est mort comme un homme;
Alors est venu le Seigneur JĂ©sus, et ils L’ont crucifiĂ©.
Il enseigna que l’Esprit sauverait l’homme du pĂ©chĂ©.
Toujours ruisselant de sang, oui! ruisselant de sang,
Cet Évangile du Saint-Esprit est ruisselant de sang,
Du sang des disciples qui sont morts pour la Vérité.
Cet Évangile du Saint-Esprit est ruisselant de sang.

217     Vous ne pouvez pas L’organiser! Non!
Il y eut Pierre et Paul et Jean,
Ils donnùrent leur vie pour que puisse briller cet Évangile.
Ils rĂ©pandirent leur sang, comme les prophĂštes de l’Ancien Testament,
Pour que la vĂ©ritable Parole de Dieu puisse ĂȘtre correctement annoncĂ©e.
Toujours ruisselant de sang, oui! toujours ruisselant de sang,
Cet Évangile du Saint-Esprit est ruisselant de sang,
Du sang des disciples qui sont morts pour la Vérité.
Cet Évangile du Saint-Esprit est toujours ruisselant de sang.
Il y a des ñmes sous l’autel qui crient: “Jusques à quand?”.
Pour que le Seigneur punisse ceux qui ont mal agi;
Mais il y en aura encore plus qui donneront le sang de leur vie
Pour cet Évangile du Saint-Esprit et son flot Ă©carlate.
Toujours ruisselant de sang, oui, il est ruisselant de sang,
Cet Évangile du Saint-Esprit est ruisselant de sang,
Du sang des disciples qui sont morts pour la Vérité.
Cet Évangile du Saint-Esprit continue à ruisseler de sang.

218     Et cela, dĂšs le jour de PentecĂŽte, depuis les martyrs de PentecĂŽte, dĂšs l’église d’ÉphĂšse, jusqu’à Pergame, Thyatire, Sardes, Philadelphie et jusqu’à LaodicĂ©e! Et maintenant, que doit-il arriver dans ces derniers temps? Comme la Bible le dit, toutes doivent entrer; alors, cette bĂȘte se lĂšvera aux États-Unis.

219     Vous souvenez-vous de la vision qui a Ă©tĂ© dĂ©crite ici en 1933? Cette Ă©glise n’était pas encore construite. Je ne savais pas ce qu’était une vision, et j’appelais cela “entrer en transe”. Je n’étais qu’un jeune prĂ©dicateur Baptiste.

220     Toute ma vie j’ai eu des visions, et je demande Ă  n’importe qui de se lever et de dire si jamais l’une d’elles a manquĂ© de se rĂ©aliser. Ce n’est jamais arrivĂ©! Cela ne peut pas arriver! Vous voyez, c’est impossible!

221     Un jour, avant de commencer l’école du dimanche, je suis “entrĂ© en transe”. Nous avions la rĂ©union lĂ -bas au vieux Masonic Home, la maison de Charlie Kurn, et nous Ă©tions un petit groupe. J’ai vu alors le prĂ©sident Roosevelt conduire le monde Ă  une guerre Ă  l’échelle mondiale. Ce fut prĂ©dit! Je dis: «Il y aura trois ismes: le nazisme, le fascisme et le communisme». Et je dis (combien ici s’en souviennent?), je dis: «Gardez les yeux fixĂ©s sur le communisme, il prendra la tĂȘte de tout cela». Je dis: «Mussolini ira en Ethiopie, mais il Ă©chouera». Et je dis: «Nous irons finalement en guerre contre l’Allemagne, mais l’Allemagne sera fortifiĂ©e par une grosse masse de bĂ©ton». Onze ans avant que la Ligne Siegfried soit construite, onze ans!

222     Je dis: «Nous finirons par gagner la guerre. AprĂšs qu’elle soit terminĂ©e, il arrivera que la science inventera de grandes choses. Alors, on fabriquera des automobiles qui deviendront de plus en plus basses» (vous savez comment elles Ă©taient en 1933). Je dis: «Elles auront la forme d’un oeuf. Car j’ai vu une grande autoroute, et sur cette autoroute un vĂ©hicule roulait qui n’avait pas de volant. Il Ă©tait dirigĂ© par une certaine puissance». Aujourd’hui, ce vĂ©hicule existe.

223     Je dis: «Ils accorderont le droit de vote aux femmes; et pour finir, les femmes, en votant
 Ce pays est le pays de la femme, il porte la marque de la femme. Partout dans la prophĂ©tie, il porte la marque de la femme, et le nombre treize se trouve partout dans la prophĂ©tie. C’est un pays de femmes, elle a ses libertĂ©s ici! Elle le ruinera, elle conduira ce monde Ă  la ruine».

224     (Roy, j’ai reçu votre lettre Ă  ce sujet, cette femme qui
 «Nous avons passĂ© aux rayons X tous les cas de criminalitĂ©: dans tous, il y avait une femme derriĂšre chaque crime qui a Ă©tĂ© commis aux États-Unis».) C’est parfaitement exact! Ce sont des femmes immorales, vous voyez.

225     Je dis encore: «En ce temps-lĂ , quand les femmes auront le droit de vote, elles Ă©liront la mauvaise personne». C’est ce qu’elles ont fait lors des derniĂšres Ă©lections. C’est vrai! «Ce sera le dĂ©but de l’emprise. Pendant ce temps, une femme se lĂšvera aux États-Unis, et elle sera magnifiquement habillĂ©e». J’écrivis entre parenthĂšses: «Peut-ĂȘtre que c’est l’église Catholique». Vous voyez? «Elle prendra le pouvoir suprĂȘme, dominant les autres pouvoirs des États-Unis. Elle sera belle Ă  voir, mais elle aura un coeur d’une grande cruauté».

226     Je dis: «Puis je regardai de nouveau, et je vis les États-Unis voler en morceaux. Il ne restait plus rien sur tout le territoire».

227     Je prĂ©dis alors: «Ceci, c’était AINSI DIT LE SEIGNEUR».

228     Pensez Ă  ceci: Cinq de ces sept prĂ©dictions se sont dĂ©jĂ  rĂ©alisĂ©es!

229     L’église Catholique prendra la haute main sur tout. Et nous sommes Ă  la venue du temps de la fin.

230     Je dis: «Je vis quelque chose qui ressemblait Ă  des souches enflammĂ©es, Ă  des rochers qui volaient en Ă©clats; l’ensemble des États-Unis avait un air nu et dĂ©solĂ©, aussi loin que portaient mes regards de l’endroit oĂč je me trouvais».

231     Je dis: «Je prĂ©dis, d’aprĂšs la façon dont va le temps, que cela se passera entre les annĂ©es 1933 et 1977». Et ces Ă©vĂ©nements devront drĂŽlement se prĂ©cipiter pour se produire tous dans ce laps de temps!

232     Nous sommes assis sur un baril de poudre, mes amis! Tout est prĂȘt!

233     Oh, mais notre cher PĂšre CĂ©leste a fait une promesse! Il nous a fait une promesse! N’est-ce pas merveilleux d’ĂȘtre un serviteur de Christ? Toutes les choses qu’Il a promises! Penser que nous avons ce privilĂšge! Il est vivant, ici mĂȘme! Il est avec nous en cet instant, connaissant chaque secret de chaque coeur, sachant tout de vous; ces flammes de feu vont droit au fond de nos coeurs, connaissant tout de nous. Il nous aime!

234     N’ĂȘtes-vous pas heureux d’ĂȘtre dans ce petit groupe minoritaire ce soir, ce groupe qui garde la Foi? Car c’était Son commandement: «Ne crains rien, petit troupeau, car votre PĂšre a trouvĂ© bon de vous donner le Royaume
 Et si ces jours n’étaient abrĂ©gĂ©s, personne ne serait sauvé». Vous voyez, nous sommes tout Ă  fait au temps de la fin.

235     Les PentecĂŽtistes se refroidissent et deviennent tiĂšdes, et sont vomis de la bouche de Dieu!

236     Il n’y a ici qu’un petit groupe minuscule qui sort, seulement un petit nombre, mais c’est dans ce groupe-lĂ  que retentira le: “Voici, l’Époux vient!». Et quand cela arrivera, souvenez-vous qu’il y a sept veilles. Et nous sommes dans la derniĂšre veille! Mais chacune de ces vierges du passĂ© se lĂšve ici. Amen! Oh, qu’est-ce que c’était? Le mĂȘme Saint-Esprit!

237     Alors, quand l’église sera partie
 Comme nous l’avons vu dimanche soir, Joseph, quand il voulut se faire connaĂźtre Ă  IsraĂ«l, Ă  ses frĂšres, il fit sortir son Ă©pouse et tout le monde et les fit entrer dans le palais. Il resta seul avec les Juifs et leur dit: “Je suis Joseph, votre frĂšre”.

238     C’est Ă©crit dans ce passage mĂȘme ou il est dit qu’il y aura un jour de lamentation oĂč chaque famille se lamentera pour elle-mĂȘme.

239     Ils diront: “OĂč as-Tu reçu ces blessures que Tu as aux mains?”.

240     Il rĂ©pondra: “Dans la maison de Mes amis”.

241     â€œCeux qui L’ont percĂ© tourneront leurs regards vers Lui”. Et Joseph se tient là


242     Comme dit Joseph: “Ne soyez pas fĂąchĂ©s, car Dieu a agi ainsi pour vous conserver la vie”. Comment? La Vie de l’Église, de l’Église des nations
 “Pour la gloire de Son Nom, Il S’est choisi un peuple d’entre les nations”.

243     Oh, nous sommes Ă  la fin, mes frĂšres! Nous y sommes! BĂ©ni soit le Nom du Seigneur! Chantons ensemble ce bon vieux cantique, frĂšres et soeurs de PentecĂŽte. Vous direz peut-ĂȘtre: «Moi, je suis Baptiste!». Mais, si vous avez reçu la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte, vous ĂȘtes de PentecĂŽte! Bien!
BĂ©ni soit le lien
Qui nous unit en Christ,
Le saint amour, l’amour divin
Que verse en nous l’Esprit.

244     Maintenant, Ă©coutez, frĂšres. Si, chez l’un de vous, dans le cours du voyage de la vie, un peu d’amertume s’est glissĂ©e dans votre coeur (Ă©coutez-moi bien!), faites-la sortir maintenant! Faites cela, ne laissez jamais
 [une soeur parle en langues — N.D.É.]
EN HAUT