ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'Age de l’Eglise de Sardes de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 60-1209 La durĂ©e est de: 1 heure 50 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

L'Age de l’Eglise de Sardes

1     Mon frĂšre me disait qu’il y avait ces mouchoirs et que parmi ces mouchoirs, il y en avait un pour quelqu’un qui se mourait du cancer. Aussi, nous allons prier pour eux dans un instant. [FrĂšre Neville dit: «Il y a ici deux requĂȘtes.» — N.D.É.] Deux requĂȘtes? Bien. Je vais les mettre ici et nous prierons Ă©galement pour elles.

2     Quelqu’un vient de me transmettre une communication au sujet des rĂ©unions de demain. Vous qui nous rendez visite ici, nous serions vraiment heureux que vous veniez demain aprĂšs-midi Ă  deux heures: il y aura une rĂ©union pour Ă©couter des bandes magnĂ©tiques. Et si vous n’avez rien de spĂ©cial Ă  faire, vous pourrez venir Ă©couter un message que vous n’avez encore jamais entendu et participer Ă  une rĂ©union de priĂšre; nous espĂ©rons passer un bon moment demain aprĂšs-midi Ă  deux heures. Pour moi ce sera une pĂ©riode chargĂ©e, parce que demain, je dois chercher dans les livres d’histoire et prĂ©parer les messages de demain soir, de dimanche matin et de dimanche soir.

3     Dimanche matin, le Seigneur voulant, nous nous attendons Ă  des moments glorieux, parce que dimanche matin, c’est la fin, ce sera en quelque sorte la finale de samedi soir. Ce sera l’ñge de LaodicĂ©e. Dimanche matin, j’aimerais Ă©tudier le sujet des vierges folles, de la rĂ©surrection, des cent quarante-quatre mille, et toutes ces petites choses qui donnent une unitĂ© au message. La rĂ©union commencera Ă  neuf heures. C’est bien cela, frĂšre? Dimanche matin Ă  neuf heures, nous Ă©tudierons toutes ces choses, comme par exemple: «Que de viennent les vierges folles, et que deviennent les vierges sages? Quand reviennent-elles? OĂč apparaĂźtront les cent quarante-quatre mille?», et beaucoup d’autres choses, nous verrons cela dimanche matin, afin d’essayer de relier le tout, car cela fait partie de ce message. Puis dimanche soir, si le Seigneur le permet, nous Ă©tudierons le dernier ange et le message Ă  LaodicĂ©e.

4     Demain aprĂšs-midi, donc, nous aurons un service d’écoute de bandes magnĂ©tiques. FrĂšre Gene vient juste de confirmer que la rĂ©union commencera Ă  deux heures. Et vous qui aimez venir entendre les messages, vous rĂ©unir autour de l’autel pour prier, vous qui cherchez le Saint-Esprit, j’espĂšre que vous pourrez passer des moments merveilleux. L’église est bien chauffĂ©e, ouverte, et prĂȘte en tout temps pour tous ceux qui aimeraient venir prier et chercher le Seigneur. L’église est ouverte et vous attend. Nous vous attendons demain aprĂšs-midi.

5     Chaque fois que vous voulez venir Ă  l’église pour prier, allez-y, elle est toujours ouverte. Et s’il arrivait que les portes soient fermĂ©es, traversez simplement la rue et allez jusqu’au 811. C’est lĂ  qu’habite le frĂšre qui s’occupe de la salle. Lui ou sa femme viendra vous ouvrir. En gĂ©nĂ©ral, on laisse la porte ouverte le matin. Le soir, aprĂšs la rĂ©union, on la ferme pour empĂȘcher les enfants de venir y jouer, de casser les vitres et tout le reste; vous savez comment sont les enfants, surtout aujourd’hui! C’est pour cela que nous fermons. Nous n’aimons pas du tout devoir fermer la porte de l’église Ă  quelque moment que ce soit. Peut-ĂȘtre que lorsque l’autre salle sera terminĂ©e, nous nous arrangerons pour que ce soit diffĂ©rent, et peut-ĂȘtre que quelqu’un pourra ĂȘtre lĂ  en permanence afin que les gens puissent venir prier, rechercher la guĂ©rison et rechercher le Saint-Esprit.

6     Vous qui n’avez pas le Saint-Esprit dans votre vie, venez, restez ici, restez toute la nuit, s’il le faut; restez jusqu’à ce que vous Le receviez.

7     Qui est-ce qui chantait cela ici, il n’y a pas longtemps: «Dieu tout autour de moi, Dieu partout»? Je pensais que l’enlĂšvement Ă©tait arrivĂ©! Je regardai autour de moi pour voir s’il y avait quelqu’un. C’était vraiment merveilleux; j’aime cela! Nous pourrions supporter cela de temps en temps! Certainement. J’étais arrivĂ© juste Ă  temps pour l’entendre.

8     J’ai manquĂ© tous les bons chants dans ces rĂ©unions parce que peut-ĂȘtre
 Je suis si occupĂ©, vous savez comment c’est. Les gens viennent en avion, en train
 Ils viennent Ă  tout moment; ils vous tĂ©lĂ©phonent, et il faut aller les chercher et prier pour eux, oĂč qu’ils soient. C’est un va-et-vient continuel. Et pendant ce temps, il faut Ă©tudier; c’est vraiment un problĂšme! Mais je suis toujours heureux de rencontrer des gens et de faire ce que je peux pour eux, parce que nous sommes un service public du Seigneur JĂ©sus-Christ pour Son peuple en ce jour. Et nous aimerions faire plus que ce que nous faisons, mais nous ne le pouvons pas!

9     Un serviteur de Dieu, un brave homme, a fait irruption chez moi ce matin, atteint d’une dĂ©pression nerveuse; il s’est effondrĂ©. Le surmenage! Il s’apprĂȘtait Ă  se lever, et sa petite fille Ă©tait dans la chambre; elle se mit Ă  faire des pirouettes. Elle avait un pyjama rouge; il me dit que la derniĂšre chose dont il se souvĂźnt, c’était d’une petite tache rouge qui tournait, tournait, tournait, tournait, comme cela. Il avait perdu la tĂȘte, vous voyez. Alors, on l’a amenĂ© tout droit ici. Cela venait simplement d’un excĂšs de travail, vous comprenez. Nous devons nous souvenir que nous sommes des corps de chair, et nous avons souvent tendance Ă  penser que le fardeau repose tout entier sur nous. Mais vous savez, Dieu a des serviteurs partout pour prendre soin d’une partie des choses, et nous devons simplement faire du mieux que nous pouvons. Mais en ces derniers jours, un ministre rempli de la grĂące essaiera de faire tout ce qu’il peut pour son Seigneur. Le Seigneur a dĂ©livrĂ© cet homme, l’a rĂ©tabli, et maintenant il va bien; il est tout Ă  fait normal, et a pu reprendre son chemin dans la joie.

10     Une chose glorieuse est arrivĂ©e aujourd’hui! Je ne voudrais pas m’étendre sur ces choses, mais
 Je dis Ă  ma femme: «Quelqu’un va venir ici, un homme trapu aux yeux et aux cheveux noirs; il lira l’écriteau et commencera
 mais tu l’appelleras, parce que le Seigneur a un message pour lui». J’ouvris ma Bible, et je dis: «Je vais noter ces choses ici afin que tu voies que c’est exactement ce que le Seigneur veut qu’il fasse».

11     Il y a huit ans, lors d’une rĂ©union, un Polonais, Ă©levĂ© en Pologne, est venu vers l’estrade et le Saint-Esprit le regarda et dit: «Vous ĂȘtes perplexe!». Il pensait que c’était moi qui disais cela, mais c’était le Saint-Esprit. Cela lui est restĂ© tout le temps et l’a finalement entraĂźnĂ© de Kansas City Ă  cette salle hier soir. Il devint rĂ©ellement perplexe lorsqu’il entendit parler du baptĂȘme d’eau. Il rentra Ă  son hĂŽtel, et lĂ , le Saint-Esprit lui dit: «LĂšve-toi, et va lĂ -bas». Quelqu’un voulait venir avec lui, mais il refusa parce que dans la vision il venait seul. Vous voyez? Pendant qu’il lisait cet Ă©criteau, ma femme le vit et remarqua qu’il avait l’air d’un homme bien Ă©levĂ©; il s’apprĂȘtait Ă  rebrousser chemin, et lorsqu’elle m’appela, j’allai Ă  la porte, et je dis: «C’est lui, fais-le entrer!».

12     Il me dit: «Que dois-je faire». AprĂšs avoir vu, il me dit: «Maintenant, je comprends!».

13     Je lui dis: «Je voudrais vous montrer ceci, afin que vous sachiez maintenant que le Seigneur m’avait dit que vous viendriez». Je lui dis: «Maintenant, voici ce passage de l’Écriture. Veuillez le lire maintenant mĂȘme, avant que nous continuions».

14     Eh bien, il est ici maintenant pour ĂȘtre baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ. Il doit ĂȘtre prĂ©sent ici maintenant, pour autant que je le sache; ĂȘtes-vous ici, frĂšre? Ce frĂšre polonais? Comment? Oui, lĂ -bas au fond, dans le coin. Levez la main, afin que l’on puisse vous voir. TrĂšs bien! Vous voyez, le Saint-Esprit
 Cela arrive constamment! Beaucoup pensent que les visions ne viennent que sur l’estrade. Oh! ce n’est pas cela qui les provoque! Qu’en pensez-vous, frĂšre Leo? Elles viennent partout! Il n’y a qu’une petite partie des visions qui se produisent ici. A cet Ă©gard, ce lieu est d’importance tout Ă  fait secondaire. A l’extĂ©rieur, cela arrive jour et nuit. Demandez Ă  ma femme, Ă  mes voisins, Ă  frĂšre Wood et Ă  tous ceux qui sont par ici. Oh! Ici n’arrivent que les petites choses. Les grandes choses arrivent lĂ -bas. Et la moitiĂ© n’a encore jamais Ă©tĂ© racontĂ©e! Oh, je suis si heureux de savoir que notre Seigneur vient bientĂŽt et que nous allons ĂȘtre avec Lui pour toujours; non pas pour toujours, mais pour l’ÉternitĂ©, pour l’ÉternitĂ©!

15     J’ai eu un combat terrible; Satan a essayĂ© de me donner cette grippe qui traĂźne ces temps-ci dans la rĂ©gion, et je ne cesse de la lui rendre. Il me la donne, et je la lui rends
 Ainsi, j’ai eu une bonne petite bataille. Nous le mettrons sans doute hors de combat la semaine prochaine. Dimanche prochain, le dix-huit, le Seigneur voulant, nous essayerons de faire une rĂ©union de priĂšre pour les malades. Nous avons du retard et les choses s’amoncellent de plus en plus, mais nous essayons de nous occuper aussi vite que possible des cas d’extrĂȘme urgence; nous nous en occupons Ă  toutes les heures du jour et de la nuit, prenant les gens quand ils viennent. Le dix-huit donc, nous aurons un de nos services de guĂ©rison habituels. Et si vous avez quelques-uns de vos bien-aimĂ©s qui veulent que l’on prie pour eux, amenez-les ce soir-lĂ .

16     Beaucoup de personnes de Jeffersonville m’ont dit ĂȘtre venues ici trĂšs tĂŽt, vers cinq heures, et n’avoir mĂȘme pas trouvĂ© de place pour parquer leurs voitures. Je leur ai rĂ©pondu: «Mais ce sont nos frĂšres qui viennent nous rendre visite de partout, et il y a parmi eux beaucoup de pasteurs. Ils viennent parce qu’ils veulent s’appuyer sur l’enseignement de ces choses!».

17     Nous essayons seulement d’aborder les points essentiels. Plus tard, nous mettrons cela sous forme de livre pour que vous puissiez le lire, et on y apportera quelques petits complĂ©ments, parce que, le soir
 vous avez pu remarquer que ces derniers soirs, j’ai essayĂ© de mĂ©nager ma voix, parce que je voudrais garder mes forces pour le jour oĂč nous arriverons au point culminant, Ă  la rĂ©vĂ©lation de Christ dans l'Ăąge ou nous vivons aujourd’hui.

18     Demain est un jour de grande activitĂ© commerciale: nous devons tous aller faire nos courses du samedi. Et nous devons les faire samedi matin ou aprĂšs-midi, afin de pouvoir ĂȘtre libres le samedi soir pour aller Ă  la rĂ©union. C’est pourquoi nous essaierons de terminer assez tĂŽt ce soir afin que vous ne soyez pas trop fatiguĂ©s demain matin et que vous puissiez revenir ici pour le service de l’aprĂšs-midi avec les frĂšres pour Ă©couter les bandes, et que vous ne soyez pas trop fatiguĂ©s demain soir. Maintenant, voulez-vous vous lever pour un moment de priĂšre, s’il vous plaĂźt?

19     Avant que nous priions, je me demande si quelqu’un a une requĂȘte spĂ©ciale Ă  apporter; qu’il le fasses avoir simplement en levant la main. Dieu le voit. Eh bien, vous pouvez voir maintenant si oui ou non nous sommes dans un monde oĂč il y a des besoins, frĂšres! Je vois que les quatre-vingt-quinze ou quatre-vingt-dix-huit pour cent de l’assemblĂ©e lĂšvent la main! Or, souvenez-vous que vous ne pouvez pas faire le moindre mouvement sans que Dieu le sache! Vous voyez? Il connaĂźt vos intentions, Il sait ce que vous avez demandĂ©. Inclinons nos tĂȘtes.

20     Bien-aimĂ© PĂšre cĂ©leste, nous nous approchons ce soir du trĂŽne de Ta SaintetĂ©, nous appuyant sur Ta promesse oĂč Tu nous as dit que Tu nous Ă©couterais. Et que si nous croyions, Tu nous donnerais ce que nous demandons. Nous confessons toutes nos erreurs. Et nous comprenons, Seigneur, que nous ne sommes pas dignes de Tes bĂ©nĂ©dictions. Nous sommes indignes. Nous sommes tout Ă  fait indignes, et nous ne nous approchons pas de Toi comme si nous Ă©tions dignes et comme si nous avions fait quelque chose de grand. O PĂšre, lorsque nous regardons au Calvaire, cela ĂŽte toute pensĂ©e de grandeur en nous, et nous ne connaissons plus rien d’autre que Christ, et Christ crucifiĂ©. Et nous pouvons voir que, conformĂ©ment aux Écritures, Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour pour notre justification. Que quarante jours plus tard, Il est revenu sous la forme du Saint-Esprit pour habiter en nous jusqu’au jour oĂč Il apparaĂźtra visiblement dans les cieux au temps de la fin; nous voyons que ce temps de la fin approche trĂšs rapidement maintenant! Et nous sommes les plus heureux des hommes, Seigneur, parce que Tu nous as donnĂ© ce glorieux privilĂšge!

21     Je suis tellement reconnaissant, PĂšre, que cette assemblĂ©e ait le coeur plein de respect, et qu’ils Ă©coutent dans le silence et la paix. Et, Seigneur, je Te prie aussi de sanctifier mes lĂšvres ce soir, et chaque soir, et chaque fois que je monterai en chaire pour parler Ă  Ton peuple; ĂŽ Seigneur, ne me laisse jamais dire quoi que ce soit de faux. Tu as encore le pouvoir de fermer les bouches comme Tu l’as fait pour Daniel dans la fosse aux lions. Et s’il m’arrivait de dire quoi que ce soit qui ne soit pas selon Ta volontĂ©, ferme ma bouche, Seigneur, afin que je ne le dise pas. Mets de cĂŽtĂ© mes pensĂ©es; place-moi sur la bonne voie, Seigneur, lĂ  oĂč je ne dirai rien d’autre que la VĂ©ritĂ©. Car je me rends bien compte qu’en ce temps glorieux, ces gens prendront garde au message que je leur ai prĂȘchĂ©. Si tu viens prendre l’une quelconque de Tes Ă©toiles, l’un quelconque de Tes anges, de Tes serviteurs, ils devront ĂȘtre Ă©prouvĂ©s d’aprĂšs ces messages que nous avons prĂȘchĂ©s ici. Tu tiendras Tes serviteurs pour responsables.

22     Maintenant, PĂšre, je Te prie de bien vouloir laisser parler le Saint-Esprit, et non pas l’homme. Circoncis nos coeurs afin que nous puissions L’entendre. J’écouterai, ĂŽ PĂšre. Je Te prie de guĂ©rir les malades et de soulager les affligĂ©s. Toutes ces personnes qui sont dans le besoin, oĂč qu’elles soient, que Ta grĂące et Ta misĂ©ricorde soient avec elles. Exauce chaque requĂȘte qui s’est fait connaĂźtre ce soir par une main levĂ©e. Dans tout le pays, il y en a encore beaucoup d’autres qui sont dans la souffrance, en particulier ceux qui sont reprĂ©sentĂ©s ici par ces mouchoirs et ces requĂȘtes qui sont sous ma main; que le Saint-Esprit rĂ©ponde, ĂŽ PĂšre, et guĂ©risse les malades! Parle-nous maintenant au travers de Ta Parole Ă©crite par le Saint-Esprit; nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen! Vous pouvez vous asseoir.

23     Ce soir, il fait un peu chaud dans l’église. Le grand Ăąge de LaodicĂ©e approche. Et ce soir, nous abordons cet autre grand Ăąge de l’église, le cinquiĂšme. Nous avons Ă©tudiĂ© le premier Ăąge de l’église, celui d’ÉphĂšse. Je pourrais les relire dĂšs le dĂ©but, car tout cela a Ă©tĂ© mis par Ă©crit; c’est d’ailleurs ce que je vais faire, pour ceux d’entre vous qui voudraient vĂ©rifier leurs notes.

24     Le premier Ăąge de l’église est celui d’ÉphĂšse, qui va de 53 Ă  170. Paul en fut l’étoile. C’est le premier Ăąge de l’église. Dieu leur reprocha d’avoir les oeuvres sans l’amour. La rĂ©compense Ă©tait “l’Arbre de Vie”.

25     Le second Ăąge de l’église va de 170 Ă  312. IrĂ©nĂ©e en est le messager. Ce fut un Ăąge de tribulations et de persĂ©cutions de l’église. La rĂ©compense Ă©tait “la Couronne de Vie”.

26     Le troisiĂšme Ăąge de l’église est celui de Pergame, Martin Ă©tant le messager de cette Ă©glise. Cet Ăąge s’étendit de 312 Ă  606. L’accusation est: “fausse doctrine, mensonge de Satan, Ă©tablissement de l’autoritĂ© papale et mariage de l’église avec l’état”. La rĂ©compense Ă©tait “la manne cachĂ©e, et un caillou blanc”.

27     Le quatriĂšme Ăąge est celui de Thyatire. Colomban est l’ange, le messager de cet Ăąge. Il s’est Ă©tendu de 606 Ă  1520. Cet Ăąge fut celui de la sĂ©duction papale, l’ñge des tĂ©nĂšbres (nous avons parlĂ© hier soir de l’ñge des tĂ©nĂšbres). La rĂ©compense pour cet Ăąge est “l’autoritĂ© sur les nations, et l’Etoile du matin”.

28     Ce soir, nous abordons le cinquiĂšme Ăąge de l’église, celui de Sardes. Le messager de cet Ăąge, Martin Luther, est mieux connu des laĂŻcs. Cet Ăąge a commencĂ© en 1520 et s’est terminĂ© en 1750. C’est l’ñge que l’on appelle “l’ñge de la RĂ©forme”. Voici l’accusation: “tu t’es donnĂ© un nom!”. Et la rĂ©compense pour le petit reste qui demeurait Ă©tait de “marcher avec Lui en vĂȘtements blancs, et d’avoir leurs noms inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau”. Que le Seigneur nous bĂ©nisse tandis que nous entreprenons cette Ă©tude!

29     Nous commençons au chapitre 3, verset 1. C’est le message Ă  l’église de Sardes, c’est l’époque de la RĂ©forme. Il ne reste plus qu’un petit groupe de croyants, et ce groupe est sur le point de disparaĂźtre.

30     Maintenant, nous allons rĂ©pĂ©ter certaines choses pour les nouveaux venus afin qu’ils puissent nous suivre et ne pas rester en arriĂšre. Nous avons fait cela un peu sommairement mais, un de ces jours, nous essaierons de situer ces messages
 Nous ferons un dessin. Nous viendrons l’aprĂšs-midi pour mettre cela au point; peut-ĂȘtre que nous ferons cela dimanche. Chacun de ces dessins reprĂ©sente un Ăąge de l’église; un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept.

31     Celui-ci reprĂ©sente l’église qui existait Ă  PentecĂŽte. Au commencement, c’était une Ă©glise trĂšs importante, mais ils commencĂšrent bientĂŽt Ă  introduire un esprit dĂ©nominationnel parmi eux, essayant de faire de l’église une dĂ©nomination; c’est ce qui fut appelĂ© “les oeuvres des NicolaĂŻtes”. Ce n’était pas encore une doctrine. Nous avons cherchĂ© Ă  analyser le sens de ces mots, oeuvres et NicolaĂŻtes. Ce mot de NicolaĂŻte nous est Ă©tranger, c’est pourquoi je l’ai Ă©tudiĂ© Ă  partir du grec. Nico signifie conquĂ©rir ou l’emporter, ou vaincre quelque chose. LaĂŻte signifie l’église, les laĂŻcs. Le NicolaĂŻsme, ce sont des oeuvres pour essayer de vaincre les laĂŻcs et placer toute la bĂ©nĂ©diction
 Le seul qui avait le droit de lire la Bible et d’en donner l’interprĂ©tation devait ĂȘtre l’évĂȘque, ou quelque personnage important de l’église.

32     Puis nous avons vu, dans le second Ăąge de l’église, que la PentecĂŽte commençait Ă  ĂȘtre Ă©vincĂ©e peu Ă  peu. Ceci est encore PentecĂŽte, mais ici, c’est la dĂ©nomination.

33     Puis, dans le troisiĂšme Ăąge, celui de Pergame, l’expĂ©rience de PentecĂŽte est presque complĂštement Ă©liminĂ©e. Mais la doctrine de la dĂ©nomination, qui n’était ici que des oeuvres, a fini par devenir lĂ , une doctrine. Puis, lĂ , ils se mariĂšrent vĂ©ritablement. “Ils se mariĂšrent!”
 ce groupe, ici, l’avait emportĂ© sur ceux de PentecĂŽte.

34     Ce que je dis ainsi, frĂšres, c’est la vĂ©ritĂ© mĂȘme. C’est en accord avec les textes de l’histoire sacrĂ©e: le livre du Concile de NicĂ©e, le Livre des Martyrs, de Fox, et tous les textes anciens. Je possĂšde quelques-uns des textes des manuscrits les plus anciens. Et chacun
 Je ne dis pas que je suis PentecĂŽtiste. Cela ne veut rien dire. Quand je dis “PentecĂŽte”, je ne parle pas de l’organisation actuelle (ils sont aussi coupables que les autres), mais je veux parler de la vraie PentecĂŽte, le vĂ©ritable Saint-Esprit de Dieu avec la doctrine originale, avec les bĂ©nĂ©dictions originales, avec les noms originaux, avec tout ce qui est exactement comme cela avait commencĂ© au dĂ©but et comme cela s’est manifestĂ© tout au long de la Bible.

35     Maintenant, nous arrivons Ă  cet Ăąge-ci, et nous voyons jusqu’oĂč la PentecĂŽte est allĂ©e. Hier soir, nous avons vu ce grand Ăąge oĂč a vĂ©cu Constantin. C’était un paĂŻen, et il demanda Ă  ces chrĂ©tiens-ci (ceux qui avaient la doctrine NicolaĂŻte), s’ils voulaient prier pour qu’il gagne une certaine bataille; s’il la gagnait, il se ferait chrĂ©tien. Pendant cette guerre, il fit un rĂȘve. Il vit une croix blanche, et il entendit une voix, lui disant: “Par ceci tu vaincras!”. Alors, il rĂ©veilla son armĂ©e et fit peindre une croix blanche sur les boucliers; ce fut la naissance, ou le dĂ©but, de l’ordre des chevaliers de Colombus.

36     En ce qui concerne Constantin, vous ne pouvez rien trouver dans l’histoire qui prouve qu’il se soit converti. Il n’était rien d’autre qu’un politicien retors. Il avait en tĂȘte d’unifier son royaume et de le rendre fort. Étant paĂŻen, il adorait les idoles; voyant que la doctrine des NicolaĂŻtes avait presque rĂ©ussi Ă  s’imposer, il employa la stratĂ©gie que nous avons dĂ©couverte hier soir.

37     Trois cent quatre ans avant que cela n’arrive, JĂ©sus prĂ©dit que la doctrine de Balaam sĂ©duirait les enfants d’IsraĂ«l, leur faisant commettre fornication en leur faisant manger des viandes offertes en sacrifice aux idoles. Nous savons ce que signifie “manger des viandes sacrifiĂ©es aux idoles”: cela signifie adorer. En entrant, ils se prosternaient devant des idoles, ces idoles qu’ils avaient amenĂ©es dans l’église chrĂ©tienne. C’est exactement ce qu’avait fait Balaam, faisant tomber IsraĂ«l dans la fornication en l’incitant Ă  se rendre Ă  la fĂȘte de l’idole.

38     Constantin fit la mĂȘme chose avec sa stratĂ©gie: il fit une Ă©glise. Il donna beaucoup lors du concile de NicĂ©e. Il transforma en Ă©glises beaucoup de grands Ă©difices qu’il possĂ©dait. Puis il fit de grands autels de marbre dĂ©corĂ©s d’or et de pierres prĂ©cieuses. Au-dessus, il mit une sorte de trĂŽne sur lequel il plaça un homme qui devait ĂȘtre le chef, la tĂȘte, et qu’on appelait alors Ă©vĂȘque. AprĂšs cela, on le mit sur un trĂŽne; Boniface III fut le premier Ă  ĂȘtre intronisĂ©. Il ne s’agissait plus pour lui de sortir comme un simple paysan, mais on lui fit des vĂȘtements somptueux qui lui donnĂšrent l’apparence d’un dieu; on l’installa sur le trĂŽne, et on lui donna le titre de “Vicaire”. Le Vicaire
 VICARIUS FILII DEI signifie: “à la place du Fils de Dieu”.

39     Maintenant, voici pour celui qui a de la sagesse: Ă©crivez ceci: VICARIUS FILII DEI. Si vous tirez un trait lĂ -dessous et que vous additionniez les valeurs numĂ©riques, vous obtenez exactement ce que Dieu a dit ĂȘtre le nombre de la bĂȘte: six cent soixante-six. Vous voyez: Vicarius Filii Dei
 Je suis allĂ© Ă  Rome et au Vatican. J’ai vu la couronne triple: l’autoritĂ© sur l’enfer, le ciel et le purgatoire. J’ai vu la couronne, j’ai vu le vĂȘtement, je les ai vus lĂ -bas!

40     En fait, le jeudi aprĂšs-midi Ă  trois heures, je devais ĂȘtre reçu en audience chez le pape. Le baron von Blomberg me dit: «Lorsque vous irez, frĂšre Branham, la premiĂšre chose que vous devrez faire est de vous agenouiller sur le genou droit et de baiser son anneau».

41     J’ai rĂ©pondu: «Cela suffit! N’en parlons plus! Je n’ai rien contre cet homme; je donne volontiers son titre Ă  un homme. Si c’est un “RĂ©vĂ©rend”, c’est trĂšs bien, si c’est un “ÉvĂȘque”, un “Ancien”, un “docteur”, ou quoi que ce soit, je le saluerai volontiers. Mais adorer un homme? Je ne dois rendre hommage qu’à un seul homme: JĂ©sus-Christ! C’est le seul homme devant qui je m’agenouillerai. N’en parlons donc plus! Annulez tout simplement cette audience». Je n’aurais pas acceptĂ© de faire cela.

42     AprĂšs ĂȘtre rentrĂ© Ă  la maison, je dĂ©couvris qu’un autre AmĂ©ricain, un grand homme, lui, avait fait cela: ThĂ©odore Roosevelt. Il a refusĂ© de le faire pour la raison
 Vous souvenez-vous d’avoir vu cela en histoire? Il a refusĂ© de voir le pape parce qu’il aurait dĂ» baiser son anneau. Vous savez, ils font la mĂȘme chose avec le gros orteil de Pierre.

43     Avant de quitter ce sujet, disons encore ceci: on avait consolidĂ© l’église par le mariage. On prit quelques idoles paĂŻennes que l’on plaça dans l’église: Jupiter, le dieu du soleil, Mars, VĂ©nus
 Toutes ces idoles de dieux viennent des Ă©glises paĂŻennes; et on a Ă©levĂ© Paul, Pierre, la vierge Marie et tous les autres, et on a dit: «Voici votre Vicaire, car JĂ©sus a dit Ă  Pierre: Je te donne les clefs! et il est le successeur apostolique!». C’est la doctrine catholique, de nos jours encore. Et ils ont Ă©levĂ© des idoles. Qu’ont-ils fait? Ils ont introduit le culte des idoles dans le christianisme, dans le soi-disant christianisme; non pas dans le vrai christianisme, parce que les chrĂ©tiens de PentecĂŽte


44     En parlant des chrĂ©tiens de PentecĂŽte
 n’oubliez pas que je ne parle pas des dĂ©nominations Baptiste, MĂ©thodiste, PresbytĂ©rienne, PentecĂŽtiste! Pas du tout! Mais le vrai et authentique ordre de Dieu est celui de l’expĂ©rience de PentecĂŽte. Cela a toujours Ă©tĂ©, et cela sera toujours ainsi. C’est lĂ  que l’église a commencĂ©, lĂ  mĂȘme, avec la puissance de PentecĂŽte.

45     Vous me direz: «Est-ce bien vrai, frĂšre Branham?». Prenez les livres d’histoire et sondez le cours des temps jusqu’ici, et vous verrez si chacun de ces vrais et authentiques enfants de Dieu ne s’est pas accrochĂ© Ă  cette bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte: ils parlaient en langues, interprĂ©taient les langues, avaient des signes et des prodiges et baptisaient au Nom de JĂ©sus-Christ. Tout ce que les apĂŽtres ont fait, ils l’ont aussi fait, du dĂ©but jusqu’à la fin. C’est pourquoi, en lisant l’histoire, j’ai pris Paul, IrĂ©nĂ©e, Martin, Colomban, etc. Chacun de ces hommes, jusqu’à cet Ăąge-ci, avait les signes et les prodiges.

46     M’entendez-vous bien? On me dit qu’il y a une panne de micro
 Est-ce que cela va mieux? J’entends tout le monde dire: «Ça va, allez-y!». Bon, trĂšs bien! Je continue.

47     C’est dans cet Ăąge que l’on crĂ©a cette grande Ă©glise. On Ă©leva un homme au poste d’évĂȘque universel, et on le mit Ă  la tĂȘte de toutes les Ă©glises. Constantin leur donna beaucoup d’argent et tout le reste, et leur fit toutes sortes de promesses; il unit l’église Ă  l’état et laissa l’église diriger l’état. Cela fit de lui un homme important. Constantin fit exactement la mĂȘme chose que ce que nous avons vu dans cette autre Ă©glise: c’est Dieu qui nous le dit. Comme du temps d’Élie, ils acceptĂšrent que cette femme JĂ©zabel sĂ©duisĂźt les enfants de Dieu; cela s’est passĂ© dans cet Ăąge de tĂ©nĂšbres. Et voyez ce qu’est devenue la PentecĂŽte aujourd’hui! Les tĂ©nĂšbres sont devenues complĂštes. Et pendant presque mille ans, de 500 Ă  1500 (les dates exactes sont 606 Ă  1520), il y a eu de sanglantes persĂ©cutions! Lisez simplement l’histoire.

48     Les Catholiques vous diront que ce sont eux qui sont l’Église ChrĂ©tienne. Ce qu’ils sont, c’est l’église chrĂ©tienne dĂ©nominationnelle. Mais les vrais chrĂ©tiens, ceux de PentecĂŽte, furent expulsĂ©s, mis Ă  mort, assassinĂ©s par les papes, les Ă©vĂȘques et autres, qui Ă©taient des gens particuliĂšrement sanguinaires.

49     Peut-ĂȘtre qu’un jour, cela me coĂ»tera la vie, de dire cela! Mais une chose est sĂ»re: je sais dans quelle direction je vais! Vous voyez? Le sang continue Ă  couler! Mais l’heure vient maintenant et vous pouvez voir, d’aprĂšs ce qui se passe dans le pays, que ce ne sera pas long! Ne reculez jamais devant cela! C’est la VĂ©ritĂ©. Restez avec Elle. MĂȘlez votre sang Ă  votre tĂ©moignage comme eux, en ce jour-lĂ .

50     Vous voyez ici ce qui s’est passĂ©. C’est ici que la doctrine de JĂ©zabel a pĂ©nĂ©trĂ©. JĂ©zabel Ă©tait une femme paĂŻenne. Achab fit la mĂȘme chose que Constantin. Il Ă©pousa cette femme pour fortifier son royaume et introduisit l’idolĂątrie en IsraĂ«l, exactement comme Constantin le fit plus tard. Alors, la PentecĂŽte avait presque complĂštement disparu.

51     Dieu suscita Martin Luther. Je voudrais que vous remarquiez combien cela diminue ici et disparaĂźt presque complĂštement; puis cela recommence Ă  peine ici et descend de nouveau ici. Et j’ai fait une marque en travers, parce que c’est une grande leçon pour dimanche soir, si le Seigneur le permet.

52     Maintenant, je crois que nous avons rattrapĂ© l’époque Ă  laquelle nous nous sommes arrĂȘtĂ©s. Ici, c’est le moyen-Ăąge, de 606 Ă  1520; c’est l’ñge des tĂ©nĂšbres. Cette Ă©glise-ci est dans l’ñge des tĂ©nĂšbres. Et l’ñge de l’église oĂč nous arrivons maintenant est l’ñge de Luther.

53     Ces hommes, IrĂ©nĂ©e, Martin, Colomban, sont morts il y a bien longtemps dĂ©jĂ , et leur mĂ©moire s’est estompĂ©e. Si vous cherchez dans les livres d’histoire, mĂȘme les livres sĂ©rieux, ils vous diront: «Saint Patrick Ă©tait Catholique!». Ils ne savent pas de quoi ils parlent! Patrick s’est opposĂ© Ă  l’église Catholique; il n’est jamais allĂ© Ă  Rome, et a refusĂ© avec fermetĂ© leur doctrine. C’est vrai! Allez en Irlande du nord, et vous verrez bien que Patrick Ă©tait un homme de Dieu. Mais pour ce qui est de dire qu’il a chassĂ© tous les serpents de l’Irlande, c’est une pure lĂ©gende!

54     Combien parmi vous ont entendu parler de l’histoire de Guillaume Tell tirant sur une pomme placĂ©e sur la tĂȘte de son fils? C’est une lĂ©gende catholique, et il n’y a pas un mot de vrai lĂ -dedans! Je suis allĂ© Ă  l’endroit oĂč cela est censĂ© s’ĂȘtre passĂ©. Il est Ă©crit: «C’est une lĂ©gende». Billy et moi-mĂȘme, nous nous assĂźmes au bord du Lac des Quatre-cantons en Suisse, Ă  l’endroit mĂȘme oĂč il aurait fait ces choses. Il a tirĂ© sur un homme. Ce n’est pas la mĂȘme chose que tirer sur une pomme placĂ©e sur la tĂȘte de son enfant! Tout cela n’est que lĂ©gende et superstition, cela n’est jamais arrivĂ©. C’est une histoire qui s’est rĂ©pandue, mais dans tout cela, il n’y a aucune vĂ©ritĂ© historique.

55     Or, c’est dans cet Ăąge-ci que la vĂ©ritĂ© s’est estompĂ©e jusqu’à disparaĂźtre presque complĂštement. Ensuite vient l’ñge de la RĂ©forme. Au bout de presque mille ans de tĂ©nĂšbres et d’obscuritĂ© oĂč tout s’effaçait, l’église avait presque complĂštement perdu de vue la personnalitĂ© d’IrĂ©nĂ©e. Pourtant c’était un grand homme, un homme de Dieu. Et comme lui, des centaines de ces saints bien-aimĂ©s donnĂšrent avec joie leur vie dans l’arĂšne pour la cause de Christ, pour le baptĂȘme au Nom de JĂ©sus-Christ, pour le parler en langues, pour la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ manifestant Sa Vie dans nos vies par Sa divine PrĂ©sence, alors que ceux qui se donnaient le nom de chrĂ©tiens les persĂ©cutaient. C’est vrai! C’est l’exacte vĂ©ritĂ©!

56     Mais ils ne sont qu’une lĂ©gion de dĂ©mons sortis de l’enfer, mĂ©ritant je ne sais quoi. Ils sont venus comme cela et se sont organisĂ©s: «Elle se dit prophĂ©tesse, divine interprĂšte de la Parole!» — Ils sont les seuls Ă  La connaĂźtre! C’est elle qui se donne ce nom, mais c’est une menteuse. Cependant, au mĂȘme moment, l’ange de Dieu vient avec la VĂ©ritĂ©. La VĂ©ritĂ© revient toujours Ă  ceci. Vous voyez? Elle revient toujours Ă  l’original, parce que Dieu ne S’éloigne jamais de cela.

57     Nous avons dĂ©couvert cela hier soir avant de quitter ce sujet. Cela devrait donc ĂȘtre clair dans votre coeur maintenant. JĂ©zabel, le type de cela, avait une fille. Vous en souvenez-vous? Dans Apocalypse 13, il est dit: “Rome, cette Ă©glise apostate, avait des filles. Elle Ă©tait la mĂšre de prostituĂ©es”. N’est-ce pas vrai? JĂ©zabel avait une fille; et qu’a fait JĂ©zabel de sa fille? ConsidĂ©rez toutes ces choses: ce sont des types, des ombres. JĂ©zabel donna sa fille en mariage Ă  Joram qui Ă©tait le fils de Josaphat, roi de Juda.

58     En ce temps-lĂ , IsraĂ«l Ă©tait divisĂ© comme ceci. Ici, c’est JĂ©rusalem, et lĂ , c’est Samarie. Achab Ă©tait ici, et Joram, lĂ . Bien! JĂ©zabel avait conquis ceci: Tout IsraĂ«l adorait les idoles (tous, sauf Élie et ce petit groupe fidĂšle). De l’autre cĂŽtĂ©, ici, il y avait Joram, roi de Juda. JĂ©zabel donna la fille qui naquit de son union avec Achab en mariage Ă  Joram, fils de Josaphat, qui introduisit de cette maniĂšre l’idolĂątrie en Juda et fit Ă©lever des autels paĂŻens Ă  JĂ©rusalem.

59     C’est exactement ce que l’église Catholique a fait! Elle a mis en avant sa doctrine dĂ©nominationnelle, retranchant le Saint-Esprit de l’église ici, avec sa fille (les LuthĂ©riens, MĂ©thodistes, Baptistes, PentecĂŽtistes, etc.). C’est exactement ce qu’elle a fait. La Bible dit qu’elle est la mĂšre de prostituĂ©es.

60     Sondez simplement les Écritures! Si vous voyez dans l’Écriture ou dans l’histoire quelque chose de diffĂ©rent de ce que je dis, venez me le dire franchement!

61     Ces dĂ©nominations sont un poison au sein du protestantisme, essayant de faire diriger l’église par l’homme, faisant une autre image semblable Ă  celle qui est assise sur ce trĂŽne: l’évĂȘque principal, les surintendants du PentecĂŽtisme, disant: «Bon! voyons quelle est sa doctrine. Oh, il baptise au Nom de JĂ©sus? Alors, il ne peut venir ici! Certainement pas!». Vous rejetez ces choses. Il faut qu’ils les rejettent! «Sachez bien que je ne veux pas voir l’un de vous aller a ces rĂ©unions, lĂ -bas! Pouce en bas! Peu m’importe que vous soyez malade! Restez Ă  l’écart de tout cela, quoi que Dieu fasse! Si vous ne regardez pas Ă  travers nos lunettes, vous ne voyez rien du tout!». C’est ainsi qu’ils font une image Ă  la bĂȘte. Et l’image avait le pouvoir de parler. C’est parfaitement exact. Si vous ne croyez pas qu’elle peut parler, mettez-vous une fois sur son chemin, et vous verrez si elle ne vous cause pas des ennuis!

62     Lorsque j’étais Ă  Tulsa, en Oklahoma, je me rappelle que je commençais Ă  tomber dans une confusion terrible Ă  cause de toutes ces dĂ©nominations qui s’agitaient dans cette rĂ©gion. Mais un jour, j’eus une vision. Je vis un gentil petit chaton couchĂ© sur un coussin de soie; c’était le plus joli petit chat que l’on puisse imaginer. J’ai peur des chats, mais malgrĂ© tout, je le caressai, et il se mit aussitĂŽt Ă  ronronner. En le caressant, je lui disais: «Joli minet!» — Lui me rĂ©pondait par son ronron.

63     En regardant derriĂšre son coussin, je vis qu’il Ă©tait Ă©crit: «Petit chat PentecĂŽtiste!». Je pensai: «C’est Ă©trange! cela doit ĂȘtre une vision!».

64     Ensuite, quelque chose me dit: «Tant que tu le caresses ainsi, c’est bien; mais essaie de le caresser Ă  rebrousse-poil et tu verras de quel bois il se chauffe!». Je le caressai donc Ă  rebrousse-poil, mais aussitĂŽt, ses yeux verts prirent une expression dure, et c’est comme un petit monstre qu’il se mit Ă  me souffler contre mĂ©chamment. Parce que je l’avais caressĂ© un peu Ă  rebrousse-poil! Dites-lui que son baptĂȘme au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit est du diable et vient de l’église Catholique, et vous verrez comment il rĂ©agit! Cela le mettra dans tous ses Ă©tats!

65     Je suis descendu dire Ă  frĂšre Gene, Ă  frĂšre Leo et aux autres: «Je viens d’avoir une vĂ©ritable vision des dĂ©nominations PentecĂŽtistes!».

66     Et maintenant, le chapitre 3
 Sardes est une Ă©glise morte. Elle est morte, parce qu’elle a Ă©tĂ© tuĂ©e pendant ce temps-lĂ . Il n’y a plus qu’une petite parcelle de Vie, et dans un moment, nous verrons ce que c’est. L’ñge de Sardes s’étend de 1520 Ă  1750. L’étoile qui Ă©tait dans Sa main, c’est l’ange, ou le messager de cet Ăąge. Est-ce parfaitement compris? L’étoile Ă©tait un ange, et un ange est un messager pour cet Ăąge. Bien!

67     Maintenant, nous avons terminĂ© avec le concile de NicĂ©e. Elle est morte lĂ -bas; ils sont entrĂ©s dans la puissance et la gloire par cette union de l’église et de l’état. Quelqu’un se souvient-il de l’enseignement d’hier soir, oĂč nous avons vu ce que beaucoup de gens pensaient? «Le MillĂ©nium est lĂ !». Le MillĂ©nium sans la venue de Christ! Vous voyez? C’est la venue de Christ qui nous introduit dans le MillĂ©nium! Si vous Ă©tudiez l’histoire, vous verrez qu’en ce temps-lĂ  s’élevĂšrent des faux JĂ©sus et autres. Et ils pensaient mĂȘme que le pape Ă©tait JĂ©sus, l’appelant vicaire, c’est-Ă -dire “à la place du Fils de Dieu”. Oui, ils l’élevĂšrent et en firent un grand dieu saint.

68     Laissez-moi vous dire quelque chose. La Bible dit qu’avant la venue de JĂ©sus “
 s’élĂšveraient des faux prophĂštes et des faux christs”. C’est vrai! Mais laissez-moi placer ceci dans votre coeur: JĂ©sus ne mettra jamais le pied sur cette terre jusqu’à ce que l’Église soit partie dans l’enlĂšvement. Gardez cela Ă  l’esprit, car il s’élĂšvera de faux christs! JĂ©sus ne sera pas ici sur terre; parce que quand la trompette sonnera, ce n’est pas du tout Lui qui viendra, c’est nous qui irons Ă  sa rencontre dans les airs (l’Église est enlevĂ©e). Ensuite, lorsque JĂ©sus paraĂźtra, Elle reviendra. L’Église des nations ira Ă  Sa rencontre dans les airs. N’est-ce pas l’Écriture qui nous le dit? Nous irons Ă  Sa rencontre dans les airs, et alors nous monterons. JĂ©sus ne pose pas le pied sur cette terre avant que l’Église ait Ă©tĂ© enlevĂ©e Ă  la Maison et que le Repas des noces soit terminĂ©: alors, Il revient pour chercher le reste d’IsraĂ«l.

69     Donc, le concile de NicĂ©e Ă©tait terminĂ©, et il y avait prĂšs de mille ans que l’église Ă©tait sous l’autoritĂ© papale. On avait tuĂ© tous ceux qui n’étaient pas d’accord. C’est vrai! Soit vous vous soumettiez, soit vous Ă©tiez tuĂ©, comme JĂ©zabel l’avait fait avec IsraĂ«l.

70     Le Saint-Esprit S’étant presque complĂštement retirĂ©, il ne restait plus qu’un trĂšs petit nombre pendant cet Ăąge, comme du temps d’Élie oĂč seul un petit reste en IsraĂ«l n’avait pas pliĂ© le genou devant Baal. Si vous voulez le lire, cela se trouve dans 1 Rois, chapitre 19, verset 18, lorsque Élie se tenait dans la caverne oĂč il dit: “Seigneur, ils ont tuĂ© tous Tes prophĂštes et je suis restĂ© moi seul. Je suis le seul Ă  avoir Ă©chappĂ©!”. Mais Dieu lui dit qu’Il en avait encore plusieurs centaines parmi les laĂŻcs, lĂ -bas, qui n’avaient pas pliĂ© le genou devant Baal.

71     Maintenant, nous commençons l’étude de Sardes. D’abord, le mot Sardes, au verset 1. Le mot “Sardes”, traduit en français, signifie “quelqu’un qui a Ă©chappĂ©â€. La vĂ©ritable Sardes Ă©tait “celle qui avait Ă©chappĂ©â€. Voyons maintenant qui est “celui qui a Ă©chappĂ©â€.

72     Nous allons commencer au verset 1. Je crois que nous allons appeler cet Ăąge l’ñge de la RĂ©forme; ce nom conviendra parfaitement. La RĂ©forme, c’est “celui qui a Ă©chappĂ©â€, qui est sorti et s’est Ă©chappĂ©:
    Et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  Sardes, Ă©cris: Voici ce que dit celui qui a les sept Esprits de Dieu et les sept Ă©toiles: Je connais tes oeuvres, — que tu as le nom de vivre, et tu es mort.

73     Maintenant, la salutation: “Les sept Esprits et les sept Ă©toiles”. Les Esprits sont les anges qui vont vers les Ă©toiles qui sont les messagers. “Sept Esprits”; Ă  sept reprises, le Saint-Esprit oignit un messager qui Ă©tait l’étoile pour son temps. Un Esprit est Ă©ternel, et les Ă©toiles ont Ă©tĂ© faites dans le but de reflĂ©ter la LumiĂšre dans les tĂ©nĂšbres de ces Ăąges de l’église; elles sont reprĂ©sentĂ©es par des lampes. L’ange, l’Esprit, c’est Celui qui alla vers l’étoile et qui reflĂ©tait la LumiĂšre du Saint-Esprit au travers de l’étoile pour cet Ăąge de l’église. Mais vous pourriez vous demander qui sont ces sept Esprits. Ce sont les sept messagers des sept Ăąges de l’église. Vous voyez? Et chaque fois qu’une Ă©toile est entrĂ©e en scĂšne, le Saint-Esprit est descendu et a oint cette Ă©toile, et l’a gardĂ©e exactement comme Il l’a fait de la Semence.

74     Laissez-moi vous confirmer cela. Si vous voulez le savoir, Paul nous dit de quel genre d’étoile il s’agit. Parce que, pensez-y, Satan est aussi une Ă©toile, un astre brillant. Croyez-vous que Paul Ă©tait l’étoile de l’église d’ÉphĂšse? Si vous voulez savoir si c’est vrai ou non, Paul a dit dans Galates 1.8, en parlant des temps oĂč viendraient les loups ravisseurs: “Quand un ange du ciel annoncerait un autre Ă©vangile
”. Vous savez, quand il viendrait, il ressemblerait Ă  un ange, Ă  un grand vicaire. Paul dit: “Peu importe qui ce sera, si un ange ou qui que ce soit vient annoncer quoi que ce soit d’autre que cet Évangile que nous vous avons prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme!”. N’est-ce pas vrai?

75     Paul est celui qui les a obligĂ©s Ă  ĂȘtre rebaptisĂ©s, parce qu’ils n’avaient pas Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ. “Venez, et soyez baptisĂ©s de nouveau afin de recevoir le Saint-Esprit”, Actes 19.5. Il Ă©tait aussi celui qui imposait les mains aux gens, qui avait des dons, qui mit de l’ordre dans l’église, accomplissant des miracles, manifestant la guĂ©rison divine, ayant le don des langues et l’interprĂ©tation des langues. Est-ce exact? Vous verrez ce que Paul a dit dans 1 Corinthiens 12. Vous trouverez cela dans 1 Corinthiens 12. Dieu avait placĂ© dans l’église ces dons glorieux, et Paul les a mis en ordre afin qu’ils puissent servir Ă  la gloire de Dieu. Il nous l’a dit. C’est pourquoi si un homme, quelle que soit la dĂ©nomination Ă  laquelle il appartienne, essaie de vous dire que le temps du parler en langues, de l’interprĂ©tation des langues, de la guĂ©rison divine, des miracles et du tĂ©moignage du baptĂȘme du Saint-Esprit sont passĂ©s, qu’il soit anathĂšme! Car l’Esprit qui sera envoyĂ© dans tous les Ăąges de l’église successivement est le mĂȘme que Celui qui Ă©tait sur Paul. Le mĂȘme Esprit, le Saint-Esprit! Croyez-vous cela?

76     Remarquez que c’est Ă©crit ici. L’auteur le savait. Vous voyez, les “sept Esprits”. Vous remarquerez qu’il y a “E” majuscule, parce qu’il s’agit du Saint-Esprit: “sept Esprits”. Il n’y en a qu’Un. C’est le mĂȘme Saint-Esprit qui vient apporter sept fois la mĂȘme LumiĂšre Ă  tous les sept Ăąges de l’église. Comprenez-vous maintenant? Sept Ăąges de l’église, et sept fois le Saint-Esprit apportant ce mĂȘme message! Et une malĂ©diction fut prononcĂ©e contre quiconque y changerait quelque chose.

77     Voyez si cela ne correspond pas avec la rĂ©vĂ©lation dans son ensemble. Il a dit: “Quiconque retranchera ou ajoutera, sa part sera ĂŽtĂ©e du Livre de Vie”. De cette maniĂšre, tous les cas sont prĂ©vus. Vous ne pouvez pas sauter par-dessus quelque chose, ni glisser quelque chose, parce que tout est lĂ . C’est ce que Dieu a dit, c’est ce que l’Esprit a dit, et c’est ce que les Ă©glises ont dit. C’est pourquoi, si vous essayez d’introduire une autre doctrine que celle qui a Ă©tĂ© enseignĂ©e par Paul, c’est faux! C’est la Bible qui est correcte. JĂ©sus a dit: “Je retrancherai sa part du Livre de Vie”.

78     Mais vous direz: “Quelle part du Livre de Vie?”.

79     Il y en a beaucoup dont le nom est dans le Livre de Vie et qui Ă©choueront certainement! Vous savez cela, n’est-ce pas? Vous souvenez-vous de ce que j’ai enseignĂ© l’autre soir? L’avez-vous compris? Permettez-moi de rĂ©pĂ©ter cela encore une fois, parce que j’ai l’impression que cela n’a pas Ă©tĂ© trĂšs bien compris.

80     Judas Iscariot Ă©tait le fils de Satan, il Ă©tait un dĂ©mon manifestĂ© dans la chair. C’est la Bible qui nous le dit. La Bible dit qu’il est nĂ© fils de la perdition.

81     Examinez cela un instant. Ici, il y avait JĂ©sus; lĂ , il y avait le voleur qui Ă©tait Ă  Sa droite; lĂ , il y avait celui qui Ă©tait Ă  Sa gauche. JĂ©sus Ă©tait le Fils de Dieu. N’est-ce pas? Certains ne voient que trois croix, mais en rĂ©alitĂ©, il y en avait quatre! Quatre croix! Qu’est-ce qu’une croix? C’est un bois, un arbre. N’est-ce pas? La Bible dit: “Maudit est celui qui est pendu au bois”. Il a Ă©tĂ© fait malĂ©diction pour nous. Il a Ă©tĂ© pendu au bois. On a coupĂ© ce bois, mais auparavant, c’était un arbre. N’est-ce pas? TrĂšs bien! LĂ  en bas, au pied de la colline, il y en avait un autre. C’était Judas qui s’était pendu Ă  un sycomore. N’est-ce pas vrai?

82     Voyez ceci! Ici, c’est le Fils de Dieu, venant du Ciel et retournant au Ciel, prenant avec Lui le pĂ©cheur repentant. LĂ , c’est le fils de perdition, venant de l’enfer et retournant en enfer, prenant avec lui (“Si Tu es le Fils de Dieu
”) le pĂ©cheur non repenti. Vous voyez, le pĂ©cheur non repenti, celui qui disait: “Si Tu es le Fils de Dieu, sauve-toi, et nous avec!”.

83     Celui-ci disait (c’était un prĂ©dicateur de l’Évangile): “Nous mĂ©ritons ce qui nous arrive, mais cet homme, lui, n’a rien fait. Seigneur, souviens-Toi de moi quand Tu viendras dans Ton rĂšgne!”. Oh, qui Ă©tait-ce donc?

84     Nous avons un peu Ă©tudiĂ© cela un de ces derniers soirs. Ici, c’est l’Abel de Dieu; lĂ , c’est le CaĂŻn du diable; de mĂȘme que CaĂŻn a tuĂ© Abel prĂšs de l’autel, Judas a tuĂ© JĂ©sus prĂšs de l’autel. C’est vrai! La fumĂ©e qui s’élevait lĂ -bas en Eden autrefois redescend ici.

85     Oh, elle est glorieuse, cette vieille route, cette vieille route bĂ©nie! Elle est glorieuse!

86     Maintenant, nous voyons l’ange de cette Ă©glise de Sardes. Il dit: “Celui qui a les sept Esprits de Dieu
”.
    Et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  Sardes, Ă©cris: Voici ce que dit celui qui a les sept Esprits de Dieu


87     Combien savent que Dieu est un seul Esprit? C’est la vĂ©ritĂ©! Dieu le Saint-Esprit, Dieu le PĂšre: tout cela est une seule et mĂȘme Personne, parce que Marie conçut par le Saint-Esprit. Mais Dieu utilisa ce Saint-Esprit dans sept LumiĂšres Ă©vangĂ©liques diffĂ©rentes pour Ă©clairer les sept Ăąges.

88     Vous direz: «Dieu ne fait pas cela!». Oh, si, frĂšre!

89     Regardez! Il a employĂ© l’Esprit d’Élie, et quand Élie est parti, ÉlisĂ©e en a reçu une double portion. ÉlisĂ©e tomba malade et mourut, mais cet Esprit revint plus tard sur Jean-Baptiste. Il fit la mĂȘme chose, Il le fit agir comme Élie qui vivait dans le dĂ©sert, etc. N’est-ce pas vrai? Et il est prĂ©dit qu’Il reviendrait dans les derniers jours. Dieu emploie l’Esprit du dĂ©but jusqu’à la fin.

90     JĂ©sus Ă©tait oint du Saint-Esprit, et Il alla faisant le bien. Est-ce vrai? Et le Saint-Esprit qui revint dans l’Église le jour de PentecĂŽte, est le mĂȘme que Celui qui Ă©tait sur JĂ©sus; Il est revenu dans l’ñge suivant, puis dans l’ñge suivant, et ainsi de suite. Qu’est-ce que c’est? C’est toujours le mĂȘme, le seul, l’unique Saint-Esprit. Oh, ne comprenez-vous pas? Dieu au-dessus de nous, dans le PĂšre; Dieu avec nous, dans le Fils; Dieu en nous, dans le Saint-Esprit. Bien!

91     ConsidĂ©rez bien ceci tandis que nous poursuivons:
    â€Šce que dit celui qui a les sept Esprits

    En d’autres termes: “Celui qui tient dans Sa main Ses messagers”. Messagers qui seront oints du Saint-Esprit, ayant ce mĂȘme Saint-Esprit qui oignit Paul (qui Ă©tait le premier), et qui oignit aussi le deuxiĂšme, le troisiĂšme, le quatriĂšme, le cinquiĂšme, le sixiĂšme, et le septiĂšme: Tous Ă©taient dans Sa main droite (oh!) puisant la puissance et la LumiĂšre dans Sa main droite.

92     Maintenant, Il est montĂ© dans les lieux trĂšs hauts. En mourant, Etienne dit: “Je vois les cieux ouverts, et JĂ©sus assis Ă  la droite de Dieu!”. Cela ne signifie pas que Dieu a une grande main droite, et que JĂ©sus est assis sur elle! Mais la main droite de Dieu veut dire la main droite de la puissance et de l’autoritĂ©.

93     Ce corps que Dieu crĂ©a
 “Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, et Je n’abandonnerai pas Son Ăąme dans le sĂ©jour des morts, mais Je Le ressusciterai et Je L’établirai entant qu’Esprit sur l’autel”. Vous voyez, lorsqu’Il Ă©tait sur l’autel et tenait le Livre dans Sa main, personne sur la terre, sous la terre ou ailleurs, ne fut trouvĂ© digne de regarder le Livre. Mais il y avait lĂ  un Agneau qui Ă©tait comme immolĂ© dĂšs la fondation du monde. C’est-Ă -dire: il y a longtemps, au commencement, lorsqu’Il commença Ă  Ă©difier ce corps rachetĂ©; Il vint et Le prit de la main droite de Celui qui Ă©tait assis sur le TrĂŽne, et S’y assit Lui-mĂȘme. VoilĂ ! C’est l’Écriture qui le dit. C’est vraiment beau!
    Celui qui vaincra, je lui donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trĂŽne, comme moi aussi, j’ai vaincu et me suis assis avec mon PĂšre sur son trĂŽne.
En d’autres termes, “J’ai pris le Saint-Esprit dans Mon corps. J’ai vaincu toutes les choses de ce monde (au travers de la tentation) par le Saint-Esprit, et J’ai vaincu!”. Colossiens 2.9:
    Car en lui habite corporellement la plĂ©nitude de la divinitĂ©.
    JĂ©sus dit dans Matthieu 28.18:
    Tout pouvoir m’a Ă©tĂ© donnĂ© dans les cieux et sur la terre.
Tout pouvoir! Alors, Dieu serait sans pouvoir s’il y avait une autre personne. Car la Bible dit que JĂ©sus dĂ©clare aprĂšs Sa rĂ©surrection:     Tout pouvoir m’a Ă©tĂ© donnĂ© dans le ciel et sur la terre.

94     Et JĂ©sus vient du Ciel avec les myriades de myriades de Ses saints, et la Bible dit: “qu’il y eut dans le ciel un silence d’environ une demi-heure”. OĂč se trouve alors cette Glorieuse Personne, Dieu? Elle est en Christ! C’est certain! Et nous qui avons vaincu par le Saint-Esprit comme Lui, nous nous assiĂ©rons avec Lui quand Il prendra le trĂŽne de David sur cette terre pour rĂ©gner avec Lui avec puissance et autoritĂ© sur toute la terre, exactement comme Il l’a fait lĂ -haut. Amen! “Aussi la crĂ©ation attend-elle avec un ardent dĂ©sir la rĂ©vĂ©lation des fils de Dieu”.

95     Parce que, aprĂšs tout, ce monde n’a pas Ă©tĂ© donnĂ© pour ĂȘtre dominĂ© par Dieu. Sachons-le bien. Qui est le dieu de la terre? C’est l’homme! C’est son domaine. Tout, tout ce qui est sur terre est assujetti Ă  l’homme. Par le pĂ©chĂ©, il est tombĂ©; par la puissance rĂ©demptrice de Christ, il a Ă©tĂ© relevĂ©. C’est vrai, la terre appartient Ă  l’homme, elle lui a Ă©tĂ© donnĂ©e pour qu’il domine sur toutes choses. Et toute la nature soupire dans l’attente de ce moment oĂč les fils de Dieu seront de nouveau manifestĂ©s. Oh, la manifestation des fils de Dieu! Il vaut mieux que nous laissions cela de cĂŽtĂ© maintenant.

96     Mais les messagers sont dans Sa main droite, et ils attendent. OĂč qu’Il les envoie, ils diront la mĂȘme chose. Car le Saint-Esprit qui Ă©tait en Christ
 Quand Il est parti, Il a dit: “Encore un peu de temps et le monde (en grec: cosmos, ce qui signifie l’ordre du monde, non pas la terre, mais le monde), l’ordre du monde ne Me verra plus. Les dĂ©nominations et les autres ne Me verront plus. Cependant, vous, les croyants, l’Église, Me verrez, car Je (Je, pronom personnel) serai avec vous, et mĂȘme en vous, jusqu’à la fin du monde”. JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Comprenez-vous cela?

97     Donc, si c’est le Saint-Esprit de Christ qui est venu le jour de PentecĂŽte et qui a fait ces choses, c’est le Saint-Esprit de Christ qui est venu ici, ici, ici
 jusqu’à la fin du monde. Le Saint-Esprit dont Paul fut rempli et qui lui fit faire les choses qu’il a faites est le mĂȘme Saint-Esprit qui remplira celui-ci (IrĂ©nĂ©e), Martin, et tous les autres. Il les remplit complĂštement, et Il nous remplira complĂštement, vous et moi. C’est une bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte qui se transmet d’un Ăąge de l’église Ă  l’autre; c’est l’Alpha et l'OmĂ©ga, le Commencement et la Fin, le Tout en tout, la Racine et le Rejeton de David, l’Etoile du Matin, la Rose de Saron, le Lis de la VallĂ©e et tout le reste, PĂšre, Fils, Saint-Esprit, Celui qui Ă©tait, qui est et qui vient, l’Alpha, l’OmĂ©ga, le

Oh, qui dites-vous que Je suis (demanda JĂ©sus)?
D’oĂč dites-vous que Je viens?
Connaissez-vous Mon PĂšre, pouvez-vous dire Son Nom?
Il dit: Je suis l’Alpha et l’OmĂ©ga, le commencement et la fin,
Je suis la création tout entiÚre, et Jésus est Mon Nom.
Je suis Celui qui a parlé à Moïse dans le buisson ardent.
Je suis le Dieu d’Abraham, l’Etoile Brillante du Matin.
Je suis la Rose de Saron, et d’oĂč dites-vous que je viens?
Je suis la création tout entiÚre, et Jésus est mon Nom.

98     Toutes les familles dans les Cieux et sur la terre se rattachent Ă  ce seul Nom (il y en a partout, elles sont bĂ©nies, remplies Ă  dĂ©border du Saint-Esprit, une mesure bien tassĂ©e, elles parlent par le Saint-Esprit, elles reçoivent leur nom du Saint-Esprit, elles sont nĂ©es par le Saint-Esprit). C’est vrai! Dieu dans le Ciel et toute famille dans les Cieux et sur la terre, tout genou flĂ©chira devant ce Nom: “Et il n’y a aucun autre Nom donnĂ© sur la terre par lequel l’homme puisse ĂȘtre sauvĂ©â€Šâ€. Ce n’est pas un peut-ĂȘtre, ou un il se pourrait: c’est la seule voie du salut. Oh, j’aime cela! c’est si bon!

99     â€œDans Sa main droite”. Comprenez-vous maintenant? C’est une Église de PentecĂŽte. La puissance, les signes et les prodiges se sont manifestĂ©s tout au long de son existence. Elle a traversĂ© les Ăąges de tĂ©nĂšbres oĂč elle a Ă©tĂ© presque complĂštement Ă©touffĂ©e. Restons encore un peu sur le verset 1:
    Je connais tes oeuvres, — que tu as le nom de vivre, et tu es mort.

100     Allons jusqu’à l’église suivante; ici on trouve: “Tu n’as pas reniĂ© mon nom”. Mais dans cette Ă©glise-ci: “Tu as le nom de vivre”. Regardez! Cette Ă©glise-ci a gardĂ© Son Nom; cette Ă©glise-ci a gardĂ© Son Nom; cette Ă©glise-ci a gardĂ© Son Nom; cette Ă©glise-ci a traversĂ© les Ăąges de tĂ©nĂšbres. Mais rien n’a Ă©tĂ© dit Ă  ce sujet. Puis, lorsqu’ils reviennent Ă  la Vie de ce cĂŽtĂ©-ci, ceux qui ont Ă©chappĂ© lorsque Luther les a sortis de lĂ , il leur est dit: “Tu as le nom de vivre, et tu es mort”. Quel nom ont-ils donc utilisĂ© aprĂšs avoir abandonnĂ© le Nom de JĂ©sus? Celui de PĂšre, Fils et Saint-Esprit! Et il n’existe rien de tel! C’est une thĂ©ologie morte!

101     Dites, est-ce que PĂšre est un nom? Combien y a-t-il de pĂšres ici? Veuillez lever la main. Lequel d’entre vous s’appelle pĂšre et fils? Des hommes, voilĂ  ce que c’est. Son Nom n’est pas non plus Saint-Esprit; c’est ce qu’Il est; Il est le Saint-Esprit. Des Noms? Saint-Esprit n’est pas un nom, Saint-Esprit est un titre: PĂšre, Fils et Saint-Esprit.

102     Comme vous pouvez le constater, tout cela est aussi dĂ©nuĂ© de fondement que le terme: “fils Ă©ternel”; un fils Ă©ternel, cela n’existe pas! Un fils naĂźt d’une maniĂšre ou d’une autre, mais jamais ce qui est Ă©ternel.

103     Comme je le disais l’autre soir; un enfer Ă©ternel, cela n’existe pas! Comment pourrait-il y avoir un enfer Ă©ternel? Cela voudrait dire qu’il y en aurait toujours eu un. La Bible dit “qu’il fut crĂ©Ă© pour le diable et ses anges”. Il y aurait toujours eu un enfer
 s’il y en avait toujours eu un, il aurait dĂ» y en avoir un dĂšs le commencement! A quoi aurait-il servi, quand Dieu Ă©tait El, Elohah, Élohim: “Celui qui existe par Lui-mĂȘme”, et qu’il n’y avait rien d’autre? L’enfer aurait dĂ» exister en mĂȘme temps que Dieu. Vous voyez? “L’enfer a Ă©tĂ© crĂ©Ă© pour le diable et ses anges. Et tous les mĂ©chants seront jetĂ©s
” [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

104     Ils Ă©taient condamnĂ©s dĂšs le commencement. Ils ne pouvaient mĂȘme pas voir, puisqu’ils Ă©taient morts. Ils n’avaient pas Ă  mourir, ils Ă©taient morts dĂšs le commencement. Vous voyez, ils Ă©taient dĂ©jĂ  retranchĂ©s.

105     Remarquez ceci maintenant: Lisons le verset suivant.
    Sois vigilant, et affermis ce qui reste, qui s’en va mourir, car je n’ai pas trouvĂ© tes oeuvres parfaites devant mon Dieu.

106     Maintenant, Il parle Ă  Luther. Nous admettons tous qu’il s’agit de l’ñge de Luther, de la RĂ©forme. Maintenant, que dit-Il? “Tu as pris faussement le nom de vivre, mais tu es mort”. Qu’avaient-ils fait? Ils Ă©taient revenus tout droit Ă  la dĂ©nomination. “Et la marmite n’a pas Ă  dire Ă  la casserole qu’elle est sale”; n’accusez pas sans cesse les Catholiques! Vous y ĂȘtes revenus tout droit, utilisant les mĂȘmes credo et autres. Luther a rejetĂ© de nombreux catĂ©chismes et doctrines qui venaient de l’église Catholique, mais ils se donnĂšrent un nom. Vous voyez: “Tu as le nom d’ĂȘtre vivant, ce nom qui vient de ce millĂ©naire qui est mort maintenant, et tu t’attaches encore Ă  ce nom”. — “Tu as le nom
”. Vous comprenez?

107     Certainement que c’est vrai! Il est dit aux autres Ă©glises: “Tu as gardĂ© Mon Nom, tu as gardĂ© Mon Nom”. Dans cet Ăąge-ci: “Tu l’as perdu!”. Ici, il est rĂ©apparu et il est dit: “Tu as le nom de vivre, mais tu es mort”.

108     Oh, vous les MĂ©thodistes, Baptistes, PresbytĂ©riens, LuthĂ©riens et PentecĂŽtistes, repentez-vous et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission de vos pĂ©chĂ©s! Sortez de ces vieux credo morts et de ces choses qui appartiennent Ă  une Ă©glise Catholique sur le point d’ĂȘtre consumĂ©e avec toutes ses filles.

109     Personne ne peut dire: “PĂšre, Fils et Saint-Esprit”, ce sont des titres. Et ils appellent cela la “Sainte TrinitĂ©â€! La trinitĂ©? Que celui qui trouvera ce mot de trinitĂ© dans la Bible vienne me le montrer! Essayez de trouver ce mot de “trinitĂ©â€ dans la Bible! Il ne s’y trouve mĂȘme pas! Cela n’existe pas!

110     Et maintenant:
    â€Šaffermis ce qui reste, qui s’en va mourir


111     â€œAccrochez-vous Ă  ce que vous avez, car Luther vous a arrachĂ©s de justesse. Accrochez-vous Ă  cela, parce que vous ĂȘtes sur le point de mourir! Ils vous rejetteront dans ces choses. Accrochez-vous Ă  ce que vous avez, car le reste est sur le point de mourir”.

112     Maintenant:
    Car je n’ai pas trouvĂ© tes oeuvres parfaites devant mon Dieu.

113     N’est-ce pas beau? Oh, j’aime cela! “Tes oeuvres ne sont pas parfaites”. Pourquoi? Ils venaient d’ĂȘtre justifiĂ©s: Luther prĂȘchait la justification; il fallait encore ĂȘtre sanctifiĂ©s, et ensuite remplis du Saint-Esprit. Ils n’étaient pas parfaits par eux-mĂȘmes, ils Ă©taient rendus parfaits par le Saint-Esprit en eux. Ce ne sont pas les chrĂ©tiens qui sont parfaits, c’est le Saint-Esprit qui est parfait en eux. Vous voyez? Comme je l’ai dĂ©jĂ  dit: “Ce n’est pas la sainte montagne, c’est le Dieu saint sur la montagne. Ce n’est pas la sainte Ă©glise, ou le peuple saint, mais c’est le Saint-Esprit dans l’Église et dans le peuple”. VoilĂ  oĂč se trouve la partie “sainte” de ces choses.

114     â€œJe n’ai pas trouvĂ© tes oeuvres parfaites”. Ils n’étaient pas parvenus Ă  la perfection. Parce que nous venons de voir qu’ici, ils avaient la justification. La justification, c’est ici, avec Luther, et la sanctification, c’est lĂ . Et lĂ , c’est le Saint-Esprit. Vous voyez? Ces trois Ă©lĂ©ments qui ont Ă©tĂ© mis en oeuvre pendant ces trois Ăąges de l’église, c’est ce qui est nĂ©cessaire pour que la naissance soit complĂšte. Ils Ă©taient seulement conçus comme un petit germe dans le sein de la mĂšre. C’est vrai, c’était le Saint-Esprit qui prenait naissance.

115     Maintenant, je voudrais vous demander quelque chose. Lors d’une naissance naturelle, qu’est-ce qui arrive en premier? Les eaux. Ensuite? Le sang, n’est-ce pas? Et ensuite? L’esprit. C’est vrai!

116     Qu’est-ce qui est sorti du corps de JĂ©sus lorsqu’Il mourut? Ils percĂšrent Son cĂŽtĂ©, et il en sortit de l’eau et du sang; puis: “PĂšre, Je remets Mon Esprit entre Tes mains”. L’eau, le Sang, l’Esprit.

117     â€œĂ‰tant donc justifiĂ©s par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur JĂ©sus-Christ”. (Rom. 5.1). C’est la justification. Nous voyons la sanctification dans HĂ©breux 13.12 et 13: “JĂ©sus a souffert hors de la porte afin de sanctifier le peuple par Son propre Sang”. Luc 24.49. “Mais vous, restez dans la ville de JĂ©rusalem jusqu’à ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d’En-Haut. AprĂšs que le Saint-Esprit soit descendu sur vous, alors, vous serez mes tĂ©moins Ă  JĂ©rusalem, en JudĂ©e, en Samarie
”.

118     Ce n’est pas quand vous devenez Ă©vĂȘque, diacre, pasteur ou pape, mais c’est: “aprĂšs que le Saint-Esprit soit descendu sur vous que vous rendrez tĂ©moignage”. Si vous n’ĂȘtes rien de plus qu’un diacre, qu’un pasteur, ou qu’un pape, etc., vous ne pouvez rendre tĂ©moignage que de votre Ă©glise ou de votre credo. Mais lorsque le Saint-Esprit descend sur vous, alors vous tĂ©moignez de Lui! Et les oeuvres qu’Il a faites, vous les faites aussi, parce que Sa Vie est en vous. Oh, j’aime cela, oui! Oh, frĂšres, il me semble que je reçois mieux Cela ici sur cette estrade que vous lĂ  en-bas! Ces choses me font tellement de bien!

119     â€œAffermis ce qui reste, qui s’en va mourir”. Maintenant, voyons au verset 3.
    Souviens-toi donc comment tu as reçu et entendu, (j’aime cela!) et garde, et repens-toi. Si donc tu ne veilles pas, je viendrai sur toi comme un voleur, et tu ne sauras point Ă  quelle heure je viendrai sur toi.

120     â€œAccroche-toi bien Ă  ta justification. Accroche-toi!”. Ne laissez pas les gens vous arracher cela. “
. comment tu as reçu et entendu”. Ils lisaient la mĂȘme Bible que nous, vous voyez. Mais simplement, ils ne prenaient pas tout, parce que tout ne leur avait pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Ce n’était pas pour leur Ăąge. C’est pourquoi ils viendront dans la rĂ©surrection. Ils ont marchĂ© dans la LumiĂšre qu’ils avaient, c’est pourquoi ils paraĂźtront en ce jour.

121     J’ai souvent entendu les PentecĂŽtistes qui prĂȘchent le baptĂȘme dire: «Ces LuthĂ©riens et autres n’y seront pas!». Mais oui! Je connais une petite histoire sur le docteur Haggery. Vous savez, ils ont construit ce grand sĂ©minaire LuthĂ©rien “BĂ©thanie”, lĂ -bas Ă  Minneapolis. Cet homme me demanda: «Nous autres LuthĂ©riens, qu’est-ce que nous avons reçu?».

122     Je lui rĂ©pondis: «Eh bien, je vais vous le dire: je crois que vous avez Christ!».

123     Mais il me dit: «Ce que nous voulons avoir, c’est le Saint-Esprit! Croyez-vous que nous L’ayons?».

124     Je lui rĂ©pondis: «Potentiellement oui. Croyez-vous au Saint-Esprit?».

125     â€” «Que voulez-vous dire par lĂ ?».

126     Ils ont lĂ -bas des centaines d’hectares de terrains, et les Ă©tudiants qui n’ont pas les moyens de payer leurs Ă©tudes peuvent travailler dans leurs champs, oĂč l’on cultive le maĂŻs. Ils m’avaient offert de partager leur repas; c’étaient tous de braves gens. Le docteur Haggery Ă©tait assis lĂ . FrĂšre Jack Moore Ă©tait ici, et je m’étais assis Ă  cĂŽtĂ© de lui afin que, si le docteur employait des mots trop savants pour moi, je puisse faire un signe Ă  Jack avec ma jambe, et qu’il puisse ainsi me l’expliquer.

127     Il Ă©tait assis Ă  cĂŽtĂ© de moi; il me dit: «Ce que nous voudrions ici, c’est trouver quelque chose. Nous avons faim de Dieu! Nous avons lu un livre pentecĂŽtiste intitulĂ©: Les dons. Un groupe d’entre nous avons pris l’avion pour aller en Californie afin de rencontrer celui qui avait Ă©crit ce livre» (je le connais). «Nous aurions aimĂ© voir s’exercer quelques-uns de ces dons. Mais l’auteur de ce livre nous dit: â€čJe n’en ai aucun, j’ai seulement Ă©crit sur eux!â€ș — Nous sommes restĂ©s sur notre faim. Ce que nous voulons, c’est Dieu!».

128     Pour me placer sur son propre terrain, je rĂ©pondis: «Eh bien, une fois, il y eut un homme qui partit pour dĂ©fricher un grand champ. Et il arracha toutes les racines, puis sema du maĂŻs. Chaque matin, il sortait sur le pas de sa porte, et regardait s’il y avait du maĂŻs. Et voici qu’un matin, pointĂšrent ces petits brins verts » (si jamais vous avez cultivĂ© du maĂŻs
 OĂč sont George Wright, Roy Slaughter, et les autres? vous savez, ces deux petits brins qui sortent
) — «Oh, dit-il, gloire Ă  Dieu pour mon maĂŻs!». Je posai la question: «Avait-il un champ de maĂŻs?». Le docteur me rĂ©pondit: «Oui, dans un certain sens!».

129     Je lui dis: «Potentiellement, oui! C’étaient vous, les LuthĂ©riens de la premiĂšre RĂ©forme, qui poussĂšrent ce petit brin. Et peu Ă  peu, ce brin a crû» (je ne lui dis rien sur la partie qui tombe, mais je lui montrai simplement comment le grain poussait).

130     J’ai donc poursuivi: «La plante a crĂ», et plus tard, il y a eu l’aigrette. Mais cette aigrette abaissa les yeux avec mĂ©pris sur le petit brin, et lui dit: â€čAh, ah vous n’ĂȘtes rien du tout, vous autres vieux LuthĂ©riens formalistes! C’est moi qui suis le reproducteur, la grande Ăšre missionnaire!â€ș». Le vent se mit Ă  souffler, et la petite aigrette se dĂ©tacha et tomba sur le sol. Cela, c’est l’époque de Wesley, la sanctification. Cet Ăąge fut le plus grand Ăąge missionnaire qu’il y ait jamais eu, et c’est en ce temps-lĂ  qu’il y eut l’église Wesleyenne: cela a durĂ© pendant toute la vie de Wesley, et a mĂȘme dĂ©passĂ© la durĂ©e de cet Ăąge. L’ñge de l’église Wesleyenne fut un Ăąge missionnaire qui rĂ©pandit au loin la semence. Il la rĂ©pandit.

131     Vous voyez, la nature elle-mĂȘme tĂ©moigne de ces trois choses, ici mĂȘme. Dieu, au commencement, a fait la nature pour qu’elle soit ainsi. Vous n’avez mĂȘme pas besoin d’avoir la Bible, vous n’avez qu’à regarder la nature pour savoir oĂč vous en ĂȘtes.

132     Elle est tombĂ©e, et plus tard, qu’est-ce qui est sorti? Un Ă©pi avec les grains: c’était le groupe PentecĂŽtiste. Le groupe PentecĂŽtiste Ă©tait de la mĂȘme espĂšce que ce groupe ici en bas. De lĂ  sont sortis deux brins: c’était Luther; ici, ce fut l’aigrette: Wesley; et lĂ  il y eut le grain exactement semblable Ă  ce qu’il Ă©tait lĂ . La mĂȘme chose!

133     Et ici, qu’est-ce que c’est? Les PentecĂŽtistes disent: «Je n’ai pas besoin de vous, MĂ©thodistes, ni de vous, LuthĂ©riens!». Mais aprĂšs tout, c’est la vie qui Ă©tait dans les deux petits brins qui a aidĂ© Ă  faire l’aigrette! Et c’est la vie qui Ă©tait dans l’aigrette qui a fait le grain. Donc, vous voyez, tout se fait conformĂ©ment au programme de Dieu. Ils avaient le Saint-Esprit potentiellement, comme d’ailleurs Wesley avec la sanctification; mais aujourd’hui, cela a ramenĂ© le parler en langues et la restauration de ce qui Ă©tait lĂ  au commencement. Le mĂȘme Saint-Esprit, vous voyez, le vĂ©ritable Saint-Esprit. Amen!

134     Bien. “Sois vigilant, et affermis ce qui reste, qui s’en va mourir”. Maintenant, le 4Ăšme verset, je crois:
    Toutefois, tu as quelques noms Ă  Sardes qui n’ont pas souillĂ© leurs vĂȘtements; et ils marcheront avec moi en vĂȘtements blancs, car ils en sont dignes.

135     Â«Ne faites pas une dĂ©nomination de cela; vous ne devez pas le faire». “Toutefois, tu as quelques noms Ă  Sardes qui n’ont pas souillĂ© leurs vĂȘtements
”. Il y en avait quelques-uns qui refusaient de s’incliner devant cela. Ils Ă©taient remplis du Saint-Esprit et suivaient l’ancien chemin qui venait de PentecĂŽte. Dans l’ñge de Luther, un grand nombre commencĂšrent Ă  se former en dĂ©nominations. Que faisaient-ils? Ils faisaient comme le dit la Bible: “Agissant comme leur mĂšre”. RĂ©trogradant et crĂ©ant leur dĂ©nomination. Mais quelques-uns se tinrent en dehors de cela et dirent qu’ils ne le feraient pas; pour Dieu, ils restĂšrent au-dehors. Dieu dit d’eux: “Tu en as quelques-uns qui sont dignes de marcher avec Moi en vĂȘtements blancs. Ne faites pas une dĂ©nomination! Ne vous attachez pas Ă  la doctrine NicolaĂŻte! Ne recommencez pas Ă  faire vos dĂ©nominations, mais restez libres en Dieu! Laissez le Saint-Esprit vous conduire tandis que vous avancez! Il en reste quelques-uns
”.

136     Verset 5, maintenant.
    Que celui qui a des oreilles


137     Non, je me trompe:
    Celui qui vaincra, celui-lĂ  sera vĂȘtu de vĂȘtements blancs, et je n’effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon PĂšre et devant ses anges.

138     â€œQuelques noms
”. Il y en avait trĂšs peu, un petit reste, qui ne s’était pas laissĂ© subjuguer par la doctrine Catholique.

139     Maintenant, nous allons parler de la RĂ©forme. J’avais laissĂ© de cĂŽtĂ© l’arriĂšre-plan LuthĂ©rien, afin de pouvoir le reprendre ici. Le verset suivant dit:
    Que celui qui a des oreilles Ă©coute ce que l’Esprit dit aux assemblĂ©es.

140     Dieu essaie de les avertir de se tenir hors de ce NicolaĂŻsme. “Restez loin de cela! Ne souillez pas vos vĂȘtements par les choses de ce monde!”. S’ils restaient en Lui, Il les conduirait et les guiderait. C’était le point de dĂ©part.

141     Maintenant, par RĂ©forme, je veux dire: “les rescapĂ©s”, ceux qui ont Ă©chappĂ©, mĂȘme au temps de l’église de Sardes. Comprenez-vous ce que je veux dire? Je parle de ceux qui avaient toujours pu Ă©chapper Ă  cette chose horrible. Nous reprendrons cela demain soir, et nous l’appliquerons jusque dans l’ñge PentecĂŽtiste, et je vous montrerai que c’est exactement pareil. Il y a de ces choses dont nous parlerons ici, afin de savoir comment y Ă©chapper. Nous retrouverons cela jusque dans l’ñge suivant. Vous voyez, il faut faire tenir tout cela ensemble, sinon, on ne donne pas aux gens
 nous fixerons cela dans l’ñge suivant; il faut le leur donner exactement comme la Bible le donne. Vous voyez?

142     Il parle de ceux qui ont rĂ©chappĂ©. Ce sont ceux-ci, ce tout petit groupe qui vivait par la justification. Maintenant, regardez! Ils sortirent, ils virent la LumiĂšre, Luther avait pris le bon tournant. Mais aprĂšs la mort de Luther
 Luther n’a jamais fait d’organisation! Ce fut le groupe qui vint aprĂšs lui. Wesley ne fit jamais d’organisation; ce fut le groupe qui vint aprĂšs lui. Ces vieux fondateurs de la PentecĂŽte n’ont jamais fait d’organisation; ce fut le groupe qui vint aprĂšs qui dit cela! Le vĂ©ritable ange de LumiĂšre ne fera jamais d’organisation! Et vous dĂ©couvrirez aussi, Ă  propos de cet Ăąge PentecĂŽtiste, ce qui arrive Ă  la fin de cette organisation; vous voyez, le Saint-Esprit nous le rĂ©vĂ©lera.

143     Il a dit: “Il vous reste encore un tout petit peu de LumiĂšre, et Elle est prĂšs de s’éteindre; Elle dĂ©croĂźt, il n’y a que la justification, et on peut vous ballotter dans n’importe quelle direction. Vous n’avez pas encore de Vie, parce que vous avez pris le mauvais nom. Mais vous pouvez ĂȘtre satisfaits d’avoir Ă©tĂ© arrachĂ©s. Vous avez Ă©chappĂ© Ă  l’église Romaine. Vous avez Ă©chappĂ© Ă  tous ces dogmes, vous ĂȘtes allĂ©s au moins jusqu’à ce point-lĂ . Vous lisez la mĂȘme Bible. Mais cette mĂȘme Bible enseigne que le Saint-Esprit
 Il ne les a pas condamnĂ©s pour ce qu’ils avaient. ‘Tiens ferme ce que tu as jusqu’à ce que je vienne. Tiens cela fermement!’”.

144     Donc, cet Ăąge de l’église a commencĂ© aux environs de 1520, alors, l’église Catholique romaine Ă©tait Ă  son apogĂ©e. Cela dura jusqu’au 31 octobre 1570, lorsque Martin Luther afficha sa thĂšse en quatre-vingt-quinze points, Ă  la porte de l’église de Wittenberg, en Allemagne. C’est Ă  cette date que la RĂ©forme a commencĂ©, que le feu a commencĂ© Ă  se propager. Luther s’est opposĂ© avec la plume et l’encre Ă  cette Ă©glise Catholique Ă©tablie. Il dit: “Ceci, le Corps de Christ? Ce n’est qu’une hostie et une gorgĂ©e de vin!”. Et vlan! il jeta cela par terre! C’est vrai!

145     Il s’est opposĂ© Ă  l’église Catholique, et la cassure s’est faite Ă  ce moment-lĂ . Et maintenant, tout cela Ă©tait en route. Mais c’était plus une lutte pour le pouvoir politique que pour la vĂ©ritable Église et les principes chrĂ©tiens. Ils combattaient uniquement pour avoir le droit politique de sortir de l’église Catholique et d’en fonder une autre. En sortant de l’église Catholique, ils n’ont rien rĂ©formĂ©, dans le sens de ramener le Saint-Esprit et la puissance dans l’église, parce qu’ils niaient cela. Vous voyez, ce n’était qu’une compĂ©tition politique. C’est lĂ  que s’applique vraiment cette Parole: “Tu as le nom de vivre, et tu es mort”. En d’autres termes, il n’a fait que crĂ©er la dĂ©nomination protestante: c’est tout. Il a enfantĂ© une fille Ă  l’église Catholiques. Il fit en sorte qu’une prostituĂ©e naisse de la prostituĂ©e. C’est exactement ce qui est arrivĂ©. Il a fait naĂźtre Athalie de JĂ©zabel.

146     Quiconque lit l’histoire de la RĂ©forme sait que c’est vrai, parce qu’il a seulement dĂ©moli quelques-unes des vieilles lois et cĂ©rĂ©monies et quelques rĂšglements, mais pour ce qui est de rĂ©introduire le Saint-Esprit dans l’église comme c’était le cas ici, il ne l’a pas fait. Certainement pas! C’était la politique et non pas le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit n’avait pas encore pĂ©nĂ©trĂ© dans l’église. Oh, frĂšres, Il n’était pas encore revenu! Il est revenu ici, mais pas lĂ .

147     Ce fut donc une grande compĂ©tition politique, mais non pas en faveur des Saintes Écritures et du Saint-Esprit. Ce fut par une action politique qu’il se dĂ©barrassa de quelques vieilles reliques, du crucifix, des “je vous salue, Marie”, etc. Mais malgrĂ© tout, il publia un catĂ©chisme. Il a encore institué  comment appelle-t-on cela? Ces services de consĂ©cration, ou je ne sais quoi, qu’ils font le matin de PĂąques
 Ah, oui le service de confirmation. C’est ce que je voulais dire. On faisait venir les gens pour les confirmer et leur donner la premiĂšre communion. La confirmation, cela n’existe pas! La seule confirmation qui soit mentionnĂ©e dans la Bible, c’est lorsque Dieu confirme Sa Parole en l’accompagnant des signes et des prodiges. C’est cela, la confirmation, et non pas le fait de confirmer son appartenance Ă  l’église LuthĂ©rienne. C’est Dieu confirmant Sa Parole en vous. “Et le Seigneur travaillait avec eux, confirmant la Parole par les miracles qui L’accompagnaient”. Marc 16. C’est la confirmation de l’église de PentecĂŽte. C’est Dieu confirmant qu’Il est vivant en tant que Dieu, accomplissant des miracles dans l’église par le parler en langues, l’interprĂ©tation des langues, et en faisait les mĂȘmes choses qu’au dĂ©but.

148     Est-ce que vous ĂȘtes fatiguĂ©s [l’assemblĂ©e rĂ©pond: «Non.» — N.D.É.] Bon! Remarquez donc qu’ils ne ramenĂšrent pas le rĂ©veil du Saint-Esprit. Ils introduisirent un nouvel Ăąge de l’église. Ils ramenĂšrent un reste rĂ©chappĂ© de la hiĂ©rarchie romaine et en firent une hiĂ©rarchie protestante. C’est la seule chose qu’ils aient faite. Ils sautĂšrent de la poĂȘle pour tomber dans le feu! C’est vrai. C’est exactement cela!

149     JĂ©zabel donna simplement naissance Ă  une fille. Et ne croyez pas que je dise cela uniquement pour faire un bon mot: Je le dis parce que c’est la Bible qui le dit. Dans Apocalypse 17, la Bible dit qu’elle «était la mĂšre de prostituĂ©es». JĂ©sus dit ici: «Elle sera comme JĂ©zabel, sa mĂšre!». JĂ©zabel mit au monde des filles qui souillĂšrent un pays qui n’était pas souillĂ©; c’est exactement ce que le Protestantisme a fait du vĂ©ritable Esprit de Dieu, souillant cela et faisant de cela une organisation de plus. A ce propos, dimanche matin, Dieu voulant, je vous montrerai qu’ils ont fait une image Ă  la bĂȘte, et que la bĂȘte, c’est Rome. Ils ont fait une image comme cela. Qu’est-ce que c’était? Une organisation! Oh J’espĂšre que cela pĂ©nĂštre au fond de vos coeurs!

150     Vous vous demanderez pourquoi, ma vie durant, j’ai combattu si fort les organisations; je ne le savais pas moi-mĂȘme! Mais c’était quelque chose en moi qui criait, et je ne pouvais pas m’en empĂȘcher. Je me demandais toujours, et cela durant toute ma vie, pourquoi je m’en prenais ainsi aux femmes (je veux dire Ă  celles qui devraient ĂȘtre de vraies femmes, mais qui sont devenues immorales, dont les fibres morales ont Ă©tĂ© rompues).

151     Quand j’étais un petit garçon, et que je voyais une de ces femmes passer dans la rue, ivre, accrochĂ©e au bras d’un homme (et son mari qui Ă©tait au travail pendant ce temps!) 
 et l’homme lui donnait le bras, la faisant marcher pour la dĂ©griser jusqu’à ce qu’elle soit devenue assez sobre pour pouvoir prĂ©parer le repas de son mari
 je pensais qu’elle ne valait mĂȘme pas la cartouche qu’on brĂ»lerait pour l’abattre! C’est vrai! Je disais qu’elles Ă©taient infĂ©rieures aux animaux, lorsqu’elles faisaient cela. A dix-sept ou dix-huit ans, quand je voyais une fille passer dans la rue, je changeais de cĂŽtĂ© en pensant: «VipĂšre puante!». Vous voyez? Je commençais vraiment Ă  les dĂ©tester! Mais quand je reçus Dieu dans mon coeur, Il me fit connaĂźtre que lĂ  aussi, Il avait quelques joyaux, et qu’Il avait des filles qui Ă©taient des femmes vraiment dignes de ce nom. Elles ne se souillent pas toutes comme cela, grĂąces soient rendues Ă  Dieu!

152     Quand j’étais en Afrique, en Suisse, Ă  Rome, on me posait toujours cette question: «Dites, frĂšre Branham, n’avez-vous pas de femmes convenables en AmĂ©rique? Dans toutes les chansons qui nous parviennent de lĂ -bas, il y a toujours quelque chose de sale au sujet des femmes».

153     J’ai rĂ©pondu: «Ce sont les AmĂ©ricaines! Mais nous avons un autre Royaume qui existe lĂ -bas, c’est le Royaume de Dieu, et lĂ , les femmes sont des dames Ă  cent pour cent!». C’est vrai!

154     La Bible dit dans les prophĂštes, peut-ĂȘtre dans le chapitre 3 ou 4 d’EsaĂŻe, je n’en suis pas certain: “BĂ©nie est la fille de Sion, qui Ă©chappera en ce jour Ă  toutes ces choses!”. Ces femmes qui marchent dans la rue, les bas roulĂ©s sur les chaussures, minaudant et se trĂ©moussant comme cela, faisant toutes ces choses
 C’est exactement comme cela qu’elles agissent maintenant! Elles portent des vĂȘtements d’hommes, ce qui est une abomination aux yeux de Dieu.

155     Il y a quelque temps, j’ai vu un groupe de gens, d’une sociĂ©tĂ© religieuse, qui se prĂ©paraient pour une petite sortie comme ils en ont presque tous les soirs; toutes les femmes allaient en pantalon golf
 ou, comment appelle-t-on ces sortes de pantalons? Pas les shorts, les autres? Ces espĂšces de culottes de cycliste


156     Vous direz: «Je pense que c’est plus dĂ©cent pour une femme de porter cela que de porter une jupe!».

157     Dieu dit que c’est une abomination Ă  Ses yeux pour une femme de porter des vĂȘtements d’hommes. Et quand une femme se coupe les cheveux comme un homme
 Dieu veut qu’une femme ait l’air d’une femme, s’habille comme une femme, et agisse comme une femme.

158     Et Il ne veut pas d’un homme aux longs cheveux pendant comme ceci, et qui a tellement de cheveux que l’on dirait qu’un canard s’est posĂ© sur sa tĂȘte! Il veut que l’homme ait l’air d’un homme! C’est vrai! Ils s’habillent de façon tellement effĂ©minĂ©e que je ne sais plus Ă  quel sexe ils appartiennent! C’est une pitiĂ© de voir ces beatnicks et tout ce que nous avons aujourd’hui! Il n’est pas Ă©tonnant que nous vivions au temps de la fin: il ne reste rien dans ce monde que les choses sur lesquelles Dieu doit dĂ©verser Sa colĂšre et qu’Il doit consumer. C’est tout. Un Dieu Saint et juste ne peut rien faire d’autre.

159     Ils ont mĂ©prisĂ© le Sang de JĂ©sus-Christ! Ils se sont dogmatisĂ©s. Ils sont entrĂ©s dans une organisation. Un saint pĂšre ou un bachelier quelconque en col blanc est venu leur dire: «Mes chers enfants ». Cela n’a pas plus de sens que si c’était une truie qui le disait:

160     Je vous le dis, frĂšres, ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est d’un retour Ă  la Bible et au Saint-Esprit, et que la puissance de Christ ressuscitĂ© pĂ©nĂštre dans l’église, accomplissant des signes, des prodiges et des miracles. Amen! C’est cela, l’Évangile! Certainement!

161     Ce rĂ©veil a apportĂ© quelques trĂšs bonnes choses. Mais il n’a pas apportĂ© le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit n’a pas Ă©tĂ© apportĂ© avant l’ñge de LaodicĂ©e, l’ñge de PentecĂŽte. Mais une chose a Ă©tĂ© faite. Ce rĂ©veil a fait ces choses dont Il a dit: “Affermis le reste qui est prĂšs de mourir, consolide-le, ajoutes-y”. Vous voyez?

162     Il a redonnĂ© aux gens un libre accĂšs Ă  la Bible. L’ñge LuthĂ©rien a redonnĂ© un libre accĂšs Ă  la Bible. Ils se sont fabriquĂ© une imprimerie et ont commencĂ© Ă  distribuer la Bible dans le monde. Que Dieu bĂ©nisse les LuthĂ©riens pour cela! Ils remirent la Bible entre les mains des laĂŻcs; auparavant, seul le prĂȘtre en possĂ©dait une. Il n’avait mĂȘme pas Ă  la consulter. Il fallait faire ce que le pape disait: c’était lui, le dieu. Tout ce qu’il disait avait force de loi.

163     Ainsi, dans ce rĂ©veil LuthĂ©rien, ce dont ils avaient besoin, c’était “d’affermir”. Vous qui avez la Bible entre vos mains, lisez-la! lisez-la! Ne l’abandonnez pas sur une Ă©tagĂšre en disant: «Eh bien, nous avons une Bible». Ce n’est pas lĂ -haut qu’elle pourra vous faire le moindre bien! Il y a beaucoup trop de LuthĂ©riens dans la PentecĂŽte d’aujourd’hui, qui laissent la Bible de cĂŽtĂ© et prennent ce que quelqu’un d’autre en dit! FrĂšres, lisez-la Parole! “Sondez les Écritures, car ce sont Elles qui tĂ©moignent de Moi!” a dit JĂ©sus. “En Elles, vous pensez avoir la Vie Ă©ternelle”. C’est ce qu’il faut faire: lire la Parole!

164     Il dit: “Tenez cela fermement et ne le laissez pas s’échapper!”. Il voulait aussi que ceux qui avaient encore un peu de force en eux
 La seconde chose que fit le rĂ©veil LuthĂ©rien, ce fut de mettre en lumiĂšre la doctrine de la justification. Les Catholiques n’acceptent pas la justification: pour eux, c’est l’église Catholique qui justifie.

165     C’est comme ce prĂȘtre qui disait: «Il n’y a point de salut en dehors de l’église Catholique!». Le salut est en Christ! Il n’est pas dans l’église Catholique, ni dans l’église Protestante. Le salut est en Christ! Mais les Catholiques croient
 Ils ne se soucient pas de ce que la Bible dit. Ce qui compte pour eux, c’est ce que l’église dit. Vous voyez? Et vous ne pouvez rien leur dire, il n’y a pas moyen, personne ne peut rien leur dire. Ils ne veulent rien entendre. Ils vous parleront d’aprĂšs leur catĂ©chisme ou quelque chose comme cela; et quand on commence Ă  parler de la Bible, ils la rejettent: «Ce qui compte, c’est ce que dit l’église!». C’est un blasphĂšme!

166     JĂ©sus dit Lui-mĂȘme Ă  ce sujet: “Si quelqu’un y ajoute ou en retranche quelque chose, Dieu retranchera sa part de l’Arbre de Vie”. JĂ©sus dit: “Que toute parole d’homme soit reconnue comme mensonge, et la Mienne comme la VĂ©ritĂ©. Le ciel et la terre passeront, mais Ma Parole ne passera jamais”. N’est-ce pas vrai? Tout est lĂ , frĂšres!

167     Je crois en la Parole de Dieu. C’est vrai! Et non seulement en cette Parole que Dieu a prononcĂ©e lĂ , mais je demande encore au PĂšre cĂ©leste de me donner le Saint-Esprit pour confirmer cette Parole, afin que Christ vive en moi. C’est alors que je sais que j’ai la Vie Ă©ternelle; non parce que je la mĂ©rite, mais s’Il me L’a donnĂ©e, c’est par Sa grĂące. C’est cela, le rocher. “Sur ce rocher, je bĂątirai mon Ă©glise”, a-t-Il dit.

168     Bien. La justification. Ils avaient dĂ©jĂ  rĂ©tabli une chose qu’ils ne devaient pas laisser mourir: ils avaient mis la Bible entre les mains de tous. C’est ce que firent les LuthĂ©riens. Autre chose encore: ils eurent la doctrine de la justification par la foi. C’est ce que Luther a enseignĂ©; tout le monde sait que c’était sa doctrine. Ne voyez-vous pas comme tout cela est parfait? Ensuite vint Wesley avec la sanctification, puis les PentecĂŽtistes avec le baptĂȘme du Saint-Esprit. Tout cela Ă©tait parfait!

169     â€œTu as peu de choses, tiens-les fermement et ne les laisse pas mourir. Si tu ne t’y accroches pas, Je viendrai rapidement, comme un voleur, et tu retourneras directement dans les dĂ©nominations”. C’est exactement ce qu’ils ont fait: ils y sont retournĂ©s! “Tu retournes directement au nicolaĂŻsme, parce que tu reviens Ă  la dĂ©nomination! Tiens ferme! Continue Ă  lire la Bible. Garde la justification, et maintiens-la en activitĂ©!”. Mais seul un petit reste est sorti. Un petit reste!

170     AprĂšs la venue du premier, Luther, il y eut Zwingli, Calvin, et ainsi de suite, jusqu’à Wesley. De lĂ  est sorti un petit reste qui enseigna la sanctification. Et de la sanctification sortit un petit reste qui apporta le Saint-Esprit. Vous voyez, il y a toujours ce petit reste tout le long du chemin qui conserve cela bien vivant. Bien!

171     Mais, troisiĂšmement, ils apportĂšrent avec eux de nombreuses formes paĂŻennes de la doctrine, telles que la dĂ©nomination et le faux baptĂȘme. Ils se mirent Ă  pratiquer l’aspersion et des choses comme cela, avec PĂšre, Fils et Saint-Esprit. Ils crĂ©Ăšrent leur catĂ©chisme. Ils correspondaient bien Ă  la description qu’en donnait JĂ©sus: “Tu as le nom de vivre, et tu es mort”. C’est vrai!

172     QuatriĂšmement, il est vrai que la RĂ©forme balaya beaucoup de leurs belles cĂ©rĂ©monies bien rĂ©glĂ©es, mais elle ne rĂ©ussit pas Ă  s’introduire dans l’église, elle ne rĂ©ussit pas Ă  restaurer l’enseignement du plein Évangile avec les signes qui l’accompagnent. L’église LuthĂ©rienne ne l’a jamais fait. Cela n’est jamais arrivĂ©, et cela n’est pas non plus arrivĂ© dans l’ñge de Wesley. Cela n’est arrivĂ© qu’à la fin de l’ñge de LaodicĂ©e.

173     Lorsque nous Ă©tudierons cela, nous reviendrons directement Ă  l’Écriture pour vous montrer comment Elle l’a promis. Les LuthĂ©riens ne restaurĂšrent pas le rĂ©veil du Saint-Esprit.

174     Ils se dĂ©tournĂšrent effectivement des idoles; c’est vrai. Ils renversĂšrent les idoles et les jetĂšrent hors de l’église: Marie, Joseph, Pierre, Paul, et toutes les autres. Ils se dĂ©tournĂšrent des idoles, mais ils ne se tournĂšrent pas vers le Christ ressuscitĂ©. Luther les dĂ©tourna des idoles, mais les conduisit dans quelque chose qui avait l’air d’une politique ou d’une dĂ©nomination, pour qu’ils fassent simplement une autre organisation (une image semblable Ă  la premiĂšre) et essaient de devenir plus grands que leur mĂšre.

175     Ils continuent encore Ă  combattre aujourd’hui. Les MĂ©thodistes voudraient que tous les Baptistes soient MĂ©thodistes. Les LuthĂ©riens voudraient que tous les Baptistes et les MĂ©thodistes soient LuthĂ©riens. Les PentecĂŽtistes voudraient que tous les Baptistes, les LuthĂ©riens et les autres soient PentecĂŽtistes. Vous voyez, cela ne fait qu’ajouter des membres Ă  votre dĂ©nomination. Mais ce n’était pas le programme de Dieu au commencement. Le programme de Dieu pour une restauration, c’est de ramener ce qui Ă©tait au dĂ©but.

176     Regardez ici. Ressusciter! Si ce livre tombe Ă  terre et que je prenne un autre livre pour le mettre Ă  sa place, ce n’est pas une restauration, une rĂ©surrection; c’est le mĂȘme qu’il faut relever! Amen! Donc, si l’église est morte au cours de l’ñge des tĂ©nĂšbres et est devenue entiĂšrement paĂŻenne depuis ici, alors la restauration
 c’est une rĂ©forme qui a pour but de rĂ©former. Mais ĂȘtre rĂ©formĂ© et ĂȘtre nĂ© de nouveau sont deux choses diffĂ©rentes. Vous voyez? Ils ont amenĂ© la RĂ©forme, s’éloignant d’une foule d’idoles, etc; mais ils n’ont pas ramenĂ© le Saint-Esprit dans l’église. Oh, que le Nom du Seigneur soit bĂ©ni! FrĂšres, soeurs, pouvez-vous comprendre cela? Ils n’ont jamais ramenĂ© le Saint-Esprit parce que celui qui apporte vraiment la LumiĂšre du vĂ©ritable Évangile
 Retenez bien cela! Celui qui apporte la vraie LumiĂšre de l’Évangile, c’est l’ange de cette Ă©glise-lĂ . Nous verrons cela dimanche.

177     Ils auront beau avoir eu lumiĂšres sur lumiĂšres (et des lumiĂšres chrĂ©tiennes!), ils retourneront tous directement dans l’organisation. Mais il en viendra un qui s’opposera Ă  eux (c’est certain!), et il secouera de lĂ  un reste, aussi sĂ»r que je me tiens ici en chaire. C’est vrai! Il retournera tout droit au point de dĂ©part. Je prendrai des passages de l’Ancien et du Nouveau Testament pour vous prouver que l’ange de l’église de LaodicĂ©e fera cela. C’est vrai. Il retournera directement Ă  l’origine et il ressuscitera ces choses. Et la rĂ©surrection viendra en ce temps, ici.

178     Luther a secouĂ© et fait sortir l’église, ceux qui avaient rĂ©chappĂ©: les rĂ©chappĂ©s, le premier pas, la justification. Les rĂ©chappĂ©s ont mis un pied hors du paganisme. C’était trĂšs bien: La prochaine fois, il faut que les deux pieds soient dehors. C’est tout.

179     Avez-vous remarquĂ© dans la Bible que de l’eau sortait du Temple? Et il dit qu’il vit l’eau atteindre ses genoux, puis sa poitrine; enfin, elle montait plus haut que sa tĂȘte. Mais lorsqu’elle fut plus haut que sa tĂȘte, il lui fallut trouver le moyen de nager. Vous voyez, il lui fallut nager.

180     Maintenant, nous sommes en train d’atteindre un endroit oĂč il n’y aura plus d’autre possibilitĂ© que nager ou se noyer. C’est tout! Cela vous noiera et vous emportera dĂ©finitivement ou, au contraire, vous fera entrer. Ainsi, c’est nager ou se noyer! AllĂ©luia! Oh, je suis si heureux qu’il y ait le Saint-Esprit! Et vous?
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
Je suis l’un d’eux
 (qui, “eux”? Non pas ceci ou cela!)
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux,
L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!

181     Est-ce que ce ne sont pas des bonnes paroles? Écoutez:
Ils étaient réunis dans la chambre haute,
Priant tous en Son Nom,
Ils furent baptisés du Saint-Esprit
Et la puissance pour servir descendit sur eux;
Et ce qu’Il fit pour eux ce jour-là,
Il le fera aussi pour toi.
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux,
Oh, l’un d’eux, je suis l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux,
AllĂ©luia! L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux.

182     AllĂšrent-ils dans des sĂ©minaires? Non! Certains ne savaient mĂȘme pas Ă©crire leur propre nom! C’est vrai! Pierre ne le savait pas. La Bible dit qu’il Ă©tait un homme ignorant et sans instruction, comme Jean, d’ailleurs. Mais les gens furent bien obligĂ©s de prĂȘter attention Ă  eux, car on savait qu’ils avaient Ă©tĂ© avec JĂ©sus.
Bien que ces gens n’aient pas appris à paraütre,
Ou Ă  se glorifier d’une renommĂ©e mondaine (oh, Dieu soit bĂ©ni, j’ai tellement de ceci et de cela),
Ils ont tous reçu leur PentecÎte,
Baptisés au Nom de Jésus;
Et ils proclament maintenant en tous lieux
Que Sa puissance est toujours la mĂȘme;
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!
Oh, l’un d’eux, je suis l’un d’eux.
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux;
L’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!

183     Cela ne vous rĂ©jouit-il pas? Je suis tellement heureux d’ĂȘtre l’un d’eux! Je prĂ©fĂšre ĂȘtre l’un d’eux qu’ĂȘtre quoi que ce soit d’autre. Oh, je prĂ©fĂšre ĂȘtre l’un d’eux que prĂ©sident des États-Unis ou roi de toute la terre. Si le Seigneur JĂ©sus Lui-mĂȘme descendait me dire: “Je vais te ramener a l’ñge de vingt ans et faire de toi un surveillant gĂ©nĂ©ral, le roi de toute la terre, je te donnerai dix mille annĂ©es Ă  vivre sur la terre, et tu auras toujours vingt ans, tu ne seras jamais malade un seul jour, tu n’auras jamais de maladie de coeur, tu n’auras que de la joie, etc
 Tu seras roi de toute la terre, et tu vivras dix mille ans; ou alors, est-ce que tu prĂ©fĂšres ĂȘtre l’un d’eux, et devoir continuer Ă  lutter comme tu le fais maintenant?”.

184     Je rĂ©pondrais: «Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!». AprĂšs dix mille annĂ©es, qu’y aurait-il? Mais cela est Ă©ternel! Comment est-ce arrivĂ©, frĂšres? C’est arrivĂ© au travers du Sang! C’est vrai! C’est venu de loin, et c’est venu par Dieu qui a Ă©tĂ© fait chair et a habitĂ© parmi nous.
Dans une crùche, il y a longtemps (et je sais que c’est vrai),
Un Enfant est nĂ© pour sauver l’homme de ses pĂ©chĂ©s.
Jean a vu sur la rive l’Agneau Ă©ternel.
Oh, Christ, le Crucifié du Calvaire!
Oh, j’aime cet Homme de GalilĂ©e,
Car Il a tant fait pour moi!
Il a pardonné tous mes péchés et a fait entrer le Saint-Esprit:
Oh, j’aime, j’aime cet Homme de GalilĂ©e.
La femme au puits, Il lui a rĂ©vĂ©lĂ© tous ses pĂ©chĂ©s (Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement),
Comme elle avait déjà eu cinq maris;
Tous ses péchés furent pardonnés et une paix profonde entra en elle;
Elle s’écria: “Venez voir cet Homme de GalilĂ©e!”.
Oh, j’aime cet Homme de GalilĂ©e,
Car Il a tant fait pour moi!
Il a pardonné tous mes péchés et a fait entrer le Saint-Esprit;
Oh, j’aime, j’aime cet Homme de GalilĂ©e.
Un jour, un publicain est venu prier au temple,
Il s’est Ă©criĂ©: “Oh, Seigneur, aie pitiĂ© de moi!”.
Tous ses péchés furent pardonnés, et une paix profonde vint en lui.
Il dit: “Venez voir cet Homme de GalilĂ©e!”.

185     J’aime cela. Pas vous?
Le paralytique s’est mis à marcher, et le muet à parler,
Cette puissance parla avec amour Ă  la mer;
L’aveugle se mit Ă  voir, je sais que cela ne pouvait ĂȘtre
Que la miséricorde de cet Homme de Galilée.

186     Chantez avec moi:
Oh, j’aime cet Homme de GalilĂ©e,
Car Il a tant fait pour moi.
Il a pardonné tous mes péchés et a fait entrer le Saint-Esprit en moi,
Oh, j’aime, j’aime cet Homme de GalilĂ©e!

187     Ne L’aimez-vous pas? Oh oui! Ce bon Évangile du Saint-Esprit, oh, je L’aime! Je L’aime de tout mon coeur. Et je suis si heureux ce soir d’ĂȘtre comptĂ© parmi eux, et que nous soyons rĂ©unis comme des frĂšres et des soeurs. Baptistes, MĂ©thodistes, Catholiques, PresbytĂ©riens et tous les autres, Dieu nous a retirĂ©s de tous les chemins de la vie et nous a transportĂ©s ici dans cette glorieuse communion du Saint-Esprit. Nous n’appartenons Ă  aucune dĂ©nomination, ce qu’elles font les regarde, mais nous sommes dans un Royaume mystique. Nous sommes baptisĂ©s dans le Corps mystique de JĂ©sus-Christ par le Saint-Esprit. Que vous soyez MĂ©thodiste, Baptiste, PresbytĂ©rien ou quoi que ce soit d’autre, entrez!

188     JĂ©sus a dit: “Tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi, aucun d’eux ne se perdra, et Je les ressusciterai au dernier jour!”. Oh! autrefois nous chantions un vieux choeur au pied de l’autel, je ne sais pas si nous pouvons encore le chanter aujourd’hui: “Il y a une place pour moi Ă  la Fontaine”. Aimez-vous ces vieux choeurs? Il faudrait que quelqu’un nous donne le ton, quelqu’un qui connaisse ce cantique. OĂč est notre pianiste? est-elle ici? Ou le frĂšre Teddy ou un autre? Oh, je ne la vois nulle part.
Une place, une place, oui, il y a une place,
Il y a une place pour toi Ă  la Fontaine;
Une place, une place, oui, il y a une place,
Il y a une place pour toi Ă  la Fontaine.

189     Vous aimez ces vieux chants? Aussi celui-ci!
À genoux au pied de la Croix oĂč mourut mon Sauveur,
AgenouillĂ© lĂ , je criai pour ĂȘtre purifiĂ© du pĂ©chĂ©;
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire à Son Nom! (Son précieux Nom)
Oh, gloire à
 (fermons les yeux, et chantons-le)
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!
J’ai Ă©tĂ© sauvĂ© miraculeusement du pĂ©chĂ©,
JĂ©sus demeure en moi avec tant de douceur,
LĂ , Ă  la Croix oĂč Il m’a fait entrer;
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire à Son Nom! (précieux Nom)
Gloire à Son Nom! (précieux Nom)
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

190     Maintenant, tandis que nous chantons la strophe suivante, serrez la main de quelqu’un devant vous, derriĂšre vous, Ă  cĂŽtĂ© de vous.
Viens Ă  cette Fontaine si abondante et si douce,
Jette ta pauvre Ăąme aux pieds du Sauveur;
Oh, plonge-toi aujourd’hui, et sois dans la plĂ©nitude;
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire à Son Nom! (Nom précieux)
Gloire à Son précieux Nom!
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

191     Oh, j’aime cela! Et vous?
Gloire Ă  Son Nom!
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

192     Oh, je suis tellement heureux! Pas vous? Tellement heureux de pouvoir venir Ă  cette Fontaine si abondante et si douce, et d’y abandonner ma pauvre Ăąme aux pieds du Sauveur.

193     Je me rappelle que, lorsque j’étais un jeune homme d’environ dix-huit ans, je fuyais le Seigneur. Je partis dans l’Ouest. Mon pĂšre faisait du cheval, et je voulais partir dresser les chevaux. C’était quelque chose d’enracinĂ© dans mon coeur, c’est moi qui vous le dis!

194     J’allai voir un prĂ©dicateur Baptiste qui me dit: «Levez-vous simplement, et dites: JĂ©sus est le Fils de Dieu, et nous inscrirons votre nom dans le registre». Cela ne me satisfit pas.

195     Partout ou j’allais
 Je suis allĂ© voir un Adventiste du SeptiĂšme jour, quelqu’un de bien, le frĂšre Barker, un cher frĂšre; il me dit: «Billy, venez, et acceptez le sabbat du Seigneur» (je l’ai fait maintenant). Mais il disait: «Le jour du sabbat». Et je pensais: «Oh, ce n’est pas encore cela!».

196     Et je suis parti pour l’Ouest. J’arrivai un soir pendant la pĂ©riode du rassemblement du bĂ©tail. Vous savez, on retire la selle et le sac de camp, on pose le tout par terre et on utilise la selle comme oreiller. Cette nuit-lĂ , je m’étais couchĂ© sous un pin. Je faisais la garde de jour, et l’équipe de nuit Ă©tait partie ramener le bĂ©tail. Il y avait lĂ  “Slim”, un Texan, qui avait une guitare; il jouait: «Gloire Ă  Son Nom».

197     Un autre l’accompagnait au moyen d’un peigne et d’un morceau de papier, et soufflait lĂ -dedans. [FrĂšre Branham fredonne “Gloire Ă  Son Nom!” — N.D.É.] Ils avaient chantĂ© d’autres chants, des ballades de cow-boy, puis ils se mirent Ă  chanter “A genoux au pied de la Croix”.

198     Oh! Je me retournai et mis ma couverture sur ma tĂȘte, comme ceci. Je regardai en l’air; on aurait dit que les Ă©toiles Ă©taient tout prĂšs, accrochĂ©es au sommet des arbres et des montagnes. Dans le bruissement de ces pins, je pouvais L’entendre me crier: “Adam, oĂč es-tu?”.

199     Environ trois semaines aprĂšs cela, je descendis Ă  la ville; tous mes compagnons s’enivrĂšrent, mais moi, je ne buvais pas. (Et de toute maniĂšre, il fallait, aprĂšs cela, que je les empile dans la voiture et les ramĂšne Ă  la maison). AprĂšs cela, ils sortirent et se mirent Ă  se tirer mutuellement sur les pieds, et Ă  faire d’autres jeux dangereux de ce genre. Puis ils tracĂšrent une ligne droite, et pariĂšrent cinq dollars qu’ils pourraient la suivre, alors qu’ils ne parvenaient pas Ă  rester sur le trottoir! Quand ils avaient reçu leur paie, c’est ainsi qu’ils faisaient, tant qu’ils avaient de l’argent.

200     Moi, j’étais lĂ  au milieu de tous ces buveurs, et je me mettais Ă  l’écart. Je me disais: «Eh bien! Eh bien!». Il y a environ trente-cinq ans de cela, je crois, Je m’asseyais Ă  l’écart. Phoenix n’était alors qu’une petite ville, on y venait depuis Wickenburg. J’étais assis lĂ , mon grand chapeau repoussĂ© en arriĂšre, quand une petite Espagnole s’approcha, passa devant moi et laissa tomber un petit mouchoir. Je lui dis: «HĂ©, vous avez laissĂ© tomber votre mouchoir!». Elle ne m’intĂ©ressait pas.

201     J’entendis un peu de bruit en bas de la rue, et je me dirigeai dans cette direction. Il y avait lĂ  un vieux bonhomme converti; il avait des marques de petite vĂ©role sur toute la figure, et les larmes coulaient sur ses joues. Il chantait: «Gloire Ă  Son Nom!» en s’accompagnant d’une guitare.

202     Oh, il Ă©tait en larmes! Puis il arrĂȘta de chanter et me dit: «FrĂšre, tu ne sais pas ce que c’est, tant que tu n’as pas reçu ce Christ merveilleux. Gloire Ă  Son Nom!».

203     Je rabattis mon chapeau et je partis! Oh, vous ne pouvez pas vous cacher devant Lui! Vous feriez mieux de sortir et de le confesser! Oh, Il est merveilleux! C’est vrai!
Je suis si merveilleusement sauvé du péché,
JĂ©sus habite en moi avec tant de douceur (Il habite en moi),
LĂ , Ă  la Croix, oĂč Il m’a fait entrer;
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire Ă  Son Nom!
Gloire Ă  Son Nom!
Oh, là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!
Oh, viens Ă  cette Fontaine si abondante et si douce;
DĂ©pose ta pauvre Ăąme aux pieds du Sauveur;
Oh, plonge-toi aujourd’hui, et sois dans la plĂ©nitude;
Gloire à Son Nom!


204     Courbons nos tĂȘtes maintenant et levons simplement nos mains:
Gloire Ă  Son Nom! (Gloire, gloire!)
Là, le Sang fut appliqué sur mon coeur;
Gloire Ă  Son Nom!

205     Gloire Ă  Dieu! Levons-nous maintenant. Je voudrais que vous Ă©coutiez ceci
 [une soeur parle en langues. Un frĂšre donne l’interprĂ©tation — N.D.É.]

206     Eh bien, si quelqu’un ne sait pas ce que c’est que cela, c’est PentecĂŽte, le Saint-Esprit qui parle. JĂ©sus a dit: “Allez par tout le monde, et prĂȘchez la bonne nouvelle Ă  toute la crĂ©ation
 Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: En mon nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris”. Toutes ces choses dont Il a parlĂ© s’accompliront!

207     Oh, je suis si heureux! Voyez-vous comment le Saint-Esprit vient confirmer la Parole? C’est une LumiĂšre, prenez-la, ne doutez pas! Recevez-la simplement et Il S’occupera de vous comme d’un enfant et vous instruira. N’est-ce pas lĂ , la bontĂ© du Saint-Esprit? C’est le Saint-Esprit sur nous!

208     Je me souviens d’un Ă©pisode de la Bible oĂč les gens ne savaient pas de quel cĂŽtĂ© l’ennemi viendrait; mais le Saint-Esprit descendit sur une personne, et lui dit exactement oĂč ils devaient aller. Ils allĂšrent par lĂ , et Dieu sema la confusion dans l’autre camp et mit l’ennemi en dĂ©route. C’est vrai!

209     Oh, nous vivons encore dans des temps Bibliques! N’est-ce pas? Oui! Et cela aussi longtemps que le Saint-Esprit est parmi nous!

210     Oh, levons-nous pour chanter:
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi (souvenez-vous de ce message)
Enfant de tourment et de douleur,
Il te donnera joie et réconfort;
Prends-le partout avec toi.
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux! (Nom si doux!)
Espoir de la terre et joie du Ciel;
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi
Comme un bouclier qui te protégera de toute embûche;
Quand les tentations rĂŽdent autour de toi,
Murmure ce saint Nom en priĂšre! (Gloire Ă  Dieu!)
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du Ciel.
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du Ciel.

211     Ă‰coutez cette strophe.
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi
Comme un bouclier qui te protégera de toute embûche;
Quand les tentations se rassemblent autour de toi,
Murmure ce saint Nom dans la priĂšre. (Gloire Ă  Dieu!)

212     Oh, chantons-le encore une fois.
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi
Comme un bouclier qui te protégera de toute embûche;
Quand les tentations se rassemblent autour de toi,
Murmure ce saint Nom dans la priĂšre. (Gloire Ă  Dieu!)

213     Courbons nos tĂȘtes maintenant:
Précieux Nom (précieux Nom), Nom si doux!
Espoir de la terre et joie du Ciel;
Précieux Nom, Nom si doux, (combien Il est doux!)
Espoir de la terre et joie du Ciel.
EN HAUT