ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'Age de l’Eglise de LaodicĂ©e de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 60-1211E La durĂ©e est de: 2 heures 24 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

L'Age de l’Eglise de LaodicĂ©e

1     Il n’a jamais terminĂ© cela. Je me disais: «Je suis nĂ© un peu en retard, je suis arrivĂ© un peu en retard Ă  mon mariage; si je pouvais seulement ĂȘtre en retard Ă  mon enterrement!». C’est lĂ  oĂč j’aimerais bien ĂȘtre en retard, trĂšs en retard!

2     Il y a eu des appels tĂ©lĂ©phoniques chez moi, et je n’ai pas pu partir. Ma femme et les autres venaient de partir, mais j’avais encore tant de choses Ă  faire. Et il y avait ces gens venant de diffĂ©rents endroits pour prier; ils entrent juste maintenant; la rĂ©vĂ©lation du Seigneur est venue pour un frĂšre; il y a une soeur, lĂ -bas au fond, qui Ă©tait malade. Vous comprenez, il faut toujours aller, aller, aller, aller
 Et je n’ai mĂȘme pas eu le temps d’aller serrer la main de quelques-uns de mes amis venus de GĂ©orgie et d’ailleurs, venus mĂȘme du Canada! Cela me met trĂšs mal Ă  l’aise de ne pas avoir pu vous serrer la main.

3     Ă€ propos, oĂč est Fred Sothmann? Fred, vous souvenez-vous de cette fois oĂč vous m’avez tĂ©lĂ©phonĂ© du Canada que vous alliez venir, et oĂč je vous ai dit de ne pas venir, et oĂč je vous ai dit de ne pas venir en voiture? Vous ĂȘtes quand mĂȘme venu, et vous avez eu un accident qui a presque complĂštement dĂ©moli votre voiture, presque tuĂ© votre femme et votre famille; vous avez eu le nez cassĂ©, et vous vous ĂȘtes tous retrouvĂ©s Ă  l’hĂŽpital!

4     Vers midi, alors que je m’apprĂȘtais Ă  partir, frĂšre Ben se tenait dehors et vint vers moi. Et Rosella vint, elle aussi, et me dit: «Je rentre Ă  la maison».
    Je lui dis: «Rosella!».
    â€” «Qu’y a-t-il, frĂšre Branham?».
    â€” «Je me sens tout drĂŽle maintenant que vous m’avez dit cela!».
    Elle me demanda: «Est-ce que quelque chose va arriver?».
    â€” «Je ne sais pas. Il me semble que quelque chose m’a mis en garde».

5     Et voilĂ  qu’elle vient de me tĂ©lĂ©phoner il y a quelques instants: elle a eu un accident. Personne n’a Ă©tĂ© blessĂ©, c’est la main du Seigneur. À Indianapolis, elle a dĂ©rapĂ© (tout est verglacĂ© dans le nord), et la voiture a traversĂ© la route Ă  toute vitesse. Alors, elle a criĂ©: «Ô Seigneur, aide-moi!». La voiture a de nouveau fait un tĂȘte-Ă -queue comme cela. Elle est revenue, et est repartie sur la bonne voie. Elle se dit: «Oh, comme je suis reconnaissante de m’en ĂȘtre tirĂ©e, parce que d’autres voitures arrivaient juste sur la mĂȘme voie, Ă  toute vitesse!». Un peu plus loin, elle s’arrĂȘta pour prendre une tasse de cafĂ© ou quelque chose de chaud. Et juste avant qu’elle sorte de sa voiture, une autre voiture la heurta en plein Ă  l’arriĂšre, puis une autre derriĂšre celle qui l’avait heurtĂ©e, et encore une autre: c’était une collision en chaĂźne. Elle me dit qu’elle fut un peu secouĂ©e, mais qu’elle n’a pas de mal. Elle voulait remercier le Seigneur et tĂ©lĂ©phoner pour dire Ă  l’église de remercier le Seigneur qu’elle n’ait pas Ă©tĂ© blessĂ©e, et nous demander aussi de continuer Ă  prier pour qu’elle puisse arriver Ă  la maison. Elle est nouvelle conductrice, elle vient juste d’avoir son permis. C’est pourquoi je suis tellement reconnaissant pour elle.

6     Il vaut toujours la peine de prendre au sĂ©rieux ces avertissements du Seigneur. Elle disait: «Mais je vais manquer une journĂ©e de travail!». Qu’est-ce qu’une journĂ©e de travail? La rĂ©paration de sa voiture va de toute maniĂšre lui coĂ»ter beaucoup plus cher! C’est pourquoi il vaut mieux rester avec le Seigneur, n’est-ce pas? S’Il nous dit quelque chose, il vaut mieux que nous nous y tenions, parce qu’Il a toujours raison, n’est-ce pas? Il a toujours raison!

7     Oh, cette semaine a Ă©tĂ© tellement merveilleuse! Je ne sais vraiment pas comment exprimer mes sentiments Ă  Dieu et Ă  vous pour cette merveilleuse semaine! Ces huit jours ont Ă©tĂ© parmi les plus merveilleux de toute ma vie de prĂ©dicateur. C’est la vĂ©ritĂ©. J’ai tellement appris du Seigneur et de Sa tendre misĂ©ricorde! Quand je pense Ă  tout ce qu’Il a fait pour nous et que je vois Son Esprit agissant de nouveau dans l’Église! Et je suis si heureux de voir les dons recommencer Ă  opĂ©rer dans l’église!

8     Une fois qu’on en est lĂ , on dirait que quelqu’un veut rĂ©ellement essayer d’entrer pour souiller cela et faire n’importe quoi. Et si vous dĂ©shonorez ces dons, Dieu vous dĂ©shonorera! Vous voyez? C’est vrai! Vous devez les employer correctement. Et ce que nous voulons, c’est simplement que cela soit fait correctement, comme pour ces parlers en langues. Il ne s’agit pas simplement de citer des passages de l’Écriture, mais de dire quelque chose qui va arriver. Si nous avons vraiment le respect de ces choses
 Si, dans l’église, quelqu’un se met Ă  sortir du droit chemin, le Saint-Esprit le dira Ă  haute voix, et dira qui c’est. Et il se sentira chĂątiĂ© et ira Ă  l’autel. C’est Ă  cela que servent ces dons.

9     Quand je vois notre pasteur d’ici, frĂšre Neville; c’était un homme timide et effacĂ©. Et c’est moi qui vous le dis, on aurait dit qu’il ne serait jamais arrivĂ© Ă  prendre sa position lorsqu’il s’agit de l’expĂ©rience de PentecĂŽte. Mais quand je le vois se lever pour interprĂ©ter les langues et prophĂ©tiser, je peux vous dire qu’il est venu de loin! C’est Vrai! Prions pour notre pasteur!

10     Vous voyez, les dons commencent Ă  venir dans l’église. Et je voudrais encore vous parler d’un autre frĂšre humble qui doit ĂȘtre quelque part dans cette salle. Je pense qu’il est lĂ ; il est toujours lĂ ! C’est un petit homme trĂšs humble. Il fut l’un des administrateurs de notre Ă©glise. C’est notre frĂšre Higginbotham, un brave homme, un homme pieux. Il a reçu un don de parler en langues! Qui aurait jamais pensĂ© que notre frĂšre Higginbotham aurait fait cela? Un homme timide et effacĂ©, qui ne voulait pas ĂȘtre reconnu, qui ne disait jamais rien et restait toujours en arriĂšre. Mais vous voyez, Dieu peut prendre un homme comme cela et l’utiliser, parce que cet homme ne dĂ©sire pas faire cela. S’il voulait le faire, il pourrait devenir orgueilleux. Mais tant que ce n’est pas sa volontĂ© de faire cela, peut-ĂȘtre que Dieu peut l’utiliser ainsi.

11     Je crois que Junie est ici, derriĂšre le pilier, Ă  cĂŽtĂ© de lui.

12     Je voudrais dire ceci: J’ai entendu beaucoup de gens parler en langues. Je pense que tout cela vient de Dieu, parce que vous ne pouvez pas produire un seul son sans qu’il signifie quelque chose pour quelqu’un quelque part. Vous le savez, c’est la Bible qui le dit: “Il n’y a aucun son qui n’ait un sens”. C’est-Ă -dire qu’il n’y a aucun son qui ne veuille dire quelque chose. Vous ne pouvez Ă©mettre un son quelconque sans qu’il signifie quelque chose. Je me suis souvent demandĂ© comment c’était possible. Mais depuis que je suis allĂ© en Afrique, j’ai entendu toutes sortes de sons qui se sont rĂ©vĂ©lĂ©s ĂȘtre la voix de quelqu’un qui parlait. Parfois, c’est une voix angĂ©lique, etc.

13     Il y a aussi Junie Jackson, un petit prĂ©dicateur de campagne, timide, effacĂ©, qui vient d’une Ă©glise MĂ©thodiste prĂšs d’Elizabeth, dans les forĂȘts de l’Indiana; il se tient tranquille, ne dit rien, est d’un caractĂšre effacĂ©. Quelquefois, en le voyant, j’aurais voulu le secouer, lui dire: «Dis quelque chose, Junie, cesse de te tenir lĂ  Ă  me regarder comme ça!».

14     Nous nous asseyions sur une souche dans les bois, et il me disait: «Euh
 je pense que
 oui, c’est vrai ».

15     Je lui disais: «Junie, j’aimerais le dire pour toi, tu comprends. Tu es trop lent pour moi!». Mais Dieu lui a donnĂ© un don de parler en langues, et de ma vie, je n’ai entendu un langage aussi distinct!

16     Observez le Saint-Esprit agir dans l’église! Vous vous rappelez cette femme qui a parlĂ© en langues ce matin, sans connaĂźtre l’autre femme? Aucune ne connaissait l’autre! Elle parla dans une certaine tonalitĂ© de voix, et quand ce fut interprĂ©tĂ©, on entendit la mĂȘme tonalitĂ©, les mĂȘmes voyelles, la mĂȘme ponctuation. C’était exactement la mĂȘme chose qui revenait. Et le message Ă  l’église Ă©tait parfait. Comprenez-vous comment cela se passe? Nous devrions rendre grĂąces Ă  Dieu pour cela! Mais oh, ne bombez pas le torse! Si vous le faites, vous vous enorgueillirez et le diable s’emparera de vous. Soyez humbles, et dites: «Ô Seigneur, retiens-moi, ne me laisse pas me lever avant le temps!».

17     Il ne vous laissera jamais faire des choses qui ne sont pas en ordre. Si cela vous arrive parfois, cela n’a pas d’importance. Si vous le faites, le pasteur vous le dira! Les dons ne doivent pas se manifester quand on prĂȘche. GĂ©nĂ©ralement, si les dons commencent Ă  se manifester convenablement dans l’église, vous devriez vous rencontrer longtemps avant la rĂ©union suivante. Laissez le Seigneur agir avec vous pendant ce temps-lĂ , en sorte que, dans cette partie-ci, il n’y ait aucune interruption. Pendant que vous ĂȘtes dans l’assemblĂ©e, peut-ĂȘtre que vous devrez vous retenir et garder le silence pendant un certain temps. Mais si Dieu a un message Ă  donner, Il le donnera d’une maniĂšre ou d’une autre! Laissez-Le S’en occuper, mais faites cela selon l’enseignement biblique. Peut-ĂȘtre que frĂšre Neville nous enseignera sur ces choses, et nous essayerons de faire ainsi. J’essaierai de l’aider autant que possible, et nous tĂącherons tous les deux de vous montrer comme cela doit ĂȘtre employĂ©.

18     Vous sentez-vous mieux, mon frĂšre polonais? C’est parfait. Oh, comme le Seigneur l’a bĂ©ni! Il y a huit ans, il lui fut dit que quelque chose allait se passer. Il Ă©tait strictement trinitaire, et il Ă©tait complĂštement dĂ©sorientĂ©. L’autre jour, le Seigneur m’a dit: «Un homme va venir, il a les cheveux noirs, les yeux bruns et il est corpulent. Ne le renvoie pas, car c’est Moi qui te l’envoie». Je choisis un passage de l’Écriture qui correspondait exactement au point sur lequel il Ă©tait dans la confusion. Je le notai sur un morceau de papier et je le laissai lĂ . Peu aprĂšs, il arriva. Ma femme me dit: «Il y a un homme qui veut te voir!». — «C’est lui, fais-le entrer», rĂ©pondis-je.

19     Il me raconta ce qui lui avait Ă©tĂ© dit sous l’inspiration du Saint-Esprit. Il avait toujours cru le message et avait tenu ferme parmi les siens; malgrĂ© les critiques, il Ă©tait restĂ© ferme. lime raconta qu’il y a quelque temps, lors d’une rĂ©union, je lui avais parlĂ©, et que j’avais dit son nom. Comment j’en suis arrivĂ© Ă  citer ce nom, je n’en sais rien! Il me dit que j’avais dĂ» l’épeler, c’était pendant une rĂ©union
 Il me raconta qu’il tenait dans ses bras un bĂ©bĂ© qui avait une Ă©ruption sur le visage et que le petit bĂ©bĂ© en avait Ă©tĂ© complĂštement dĂ©barrassĂ©. Et comment le Seigneur


20     Je dis: «Ce dont vous avez besoin, maintenant, c’est d’aller Ă  l’église vous faire baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ!».

21     Je l’ai rencontrĂ© il y a quelque temps au sommet de la montagne, parce qu’il est venu et a Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ. Maintenant, il est tout Ă  fait heureux, il se sent bien et va rentrer chez lui. J’espĂšre qu’il sera un de ces jours mon interprĂšte en Pologne, en Allemagne, et dans tous ces pays lĂ -bas. Que le Seigneur vous bĂ©nisse, mon frĂšre!

22     Le Seigneur accomplit des choses tellement grandioses! Voyez simplement Sa misĂ©ricorde, et comment Il fait venir Ses chers enfants de l’est, de l’ouest, du nord et du sud; ils se rassemblent, se purifient, ĂŽtent le mal du milieu d’eux. Il y aurait tant Ă  dire!

23     Maintenant, n’oubliez pas dimanche prochain! Si le Seigneur le permet, nous aurons un service de guĂ©rison. Si je vous dis: dimanche matin, c’est parce qu’il y aura peut-ĂȘtre plus de gens que nous ne pourrons en prendre, alors nous terminerons dimanche soir; mais j’espĂšre pouvoir terminer dimanche matin.

24     Mercredi soir, c’est la rĂ©union de priĂšre du milieu de la semaine. Pour vous qui habitez aux alentours, venez Ă  la rĂ©union de priĂšre! Ne la manquez pas, restez fidĂšles! Priez, cherchez Ă  vous rapprocher de Dieu! Ne laissez pas le fanatisme s’installer parmi vous. Il y a trop de vrai pour accepter le faux, n’allez pas du mauvais cĂŽtĂ©! Restez lĂ .

25     J’ai entendu un «Amen!» qui m’est familier et que je n’ai pas entendu depuis des annĂ©es: c’est celui de frĂšre Russel Creech. On m’a dit que Patty Ă©tait celle qui avait parlĂ© en langues l’autre soir. Patty, oĂč es-tu? Es-tu lĂ ? Je ne l’aurais jamais reconnue si je l’avais vue! Je crois que c’est ici mĂȘme que j’ai tenu cette enfant dans mes bras pour la consacrer au Seigneur! Meda m’a dit: «Maintenant, c’est une belle jeune fille!». Elle a la puissance du Saint-Esprit sur elle, elle parle en langues
 Russel, tu es un homme riche! Oui, c’est vrai!

26     OĂč est soeur Creech? Je ne l’ai pas vue. Est-elle ici? Oui, au fond. Soeur Creech, comme je suis reconnaissant que Dieu vous ait donnĂ© une telle enfant, vous ne pouvez pas comprendre Ă  quel point j’en suis reconnaissant! Elle est Ă  l'Ăąge oĂč les adolescentes ricanent, font les sottes, courent aprĂšs les garçons, se coiffent en “canard”, et tout le reste; mais cette jeune fille est ici, pĂ©nĂ©trĂ©e de la puissance du Saint-Esprit et parlant en langues!

27     Oh! ce soir, combien d’hommes, de prĂ©dicateurs PentecĂŽtistes, donneraient leur vie tout entiĂšre pour voir leurs filles venir ici, au lieu d’aller Ă  ces soirĂ©es de rock’n’roll!

28     ApprĂ©ciez cela, frĂšre! Je connais le travail que vous faites Ă  la compagnie “Interstate”, je l’ai fait moi-mĂȘme. J’ai souvent travaillĂ© trĂšs dur, mais, frĂšre, nous faisions cela pour Ă©lever nos enfants! Mais rappelez-vous que Dieu est fidĂšle. C’est Lui qui rĂ©compense, c’est certain! “Je rendrai a chacun selon ses oeuvres”.

29     Que Dieu te bĂ©nisse, Patty. Ma petite, je ne crois pas que je t’aurais jamais reconnue. N’abandonne jamais ce sentier Ă©troit, mon enfant. Ne laisse jamais le diable mettre quelque chose en toi qui te semblerait ĂȘtre une jolie pomme dorĂ©e, parce qu’en rĂ©alitĂ©, ce serait un citron! Jette cette chose et restes-en lĂ ! Garde les yeux fixĂ©s sur Christ, fixĂ©s sur la Croix, et va de l’avant, car l’heure est proche!

30     Il y a tant de paroles d’exhortations que je pourrais donner, qui sont des bĂ©nĂ©dictions de Dieu! Je n’ai pas pu voir beaucoup de gens, et pendant toute cette semaine, je n’ai pas priĂ© pour plus de cinquante personnes, je crois; il y a eu toutes ces allĂ©es et venues, les urgences et tout ce qui se prĂ©sente, etc., et j’étais occupĂ© Ă  Ă©tudier. Mais dimanche prochain, nous prierons pour les gens; nous demanderons Ă  Dieu de descendre, de nous donner cette grande puissance et de Se manifester parmi nous — dimanche prochain, le matin, si le Seigneur le veut.

31     Oh, je n’aime vraiment pas commencer cet Ăąge de l’église, parce que c’est le dernier, celui dans lequel se fait le dĂ©nouement des sept Ăąges de l’église. Avez-vous eu du plaisir Ă  Ă©couter cela? [L’auditoire rĂ©pond: «Amen!» — N.D.É.] Maintenant, rappelez-vous bien ceci, je le dis Ă  la fin comme je l’ai dĂ©jĂ  dit au commencement: il peut y avoir beaucoup de choses sur lesquelles vous pouvez ĂȘtre carrĂ©ment en dĂ©saccord avec moi, mais ne m’en veuillez pas! Aimez-moi de toute façon, parce que, quoi que vous fassiez ou que vous disiez, cela ne fait aucune diffĂ©rence pour moi: je continuerai Ă  avoir la mĂȘme opinion de vous; et j’aurai plutĂŽt tendance Ă  avoir une plus haute opinion de vous. Je vous aime, Dieu le sait; il n’y a pas un homme qui prononce le Nom de JĂ©sus-Christ sans que je l’aime!

32     Et je ne voudrais pas qu’il y ait de l’amertume ou de l’indiffĂ©rence, mĂȘme si nous sommes en complet dĂ©saccord. Si nous Ă©tions assis Ă  une table, l’un mangeant une tarte d’une certaine sorte et l’autre d’une autre sorte, ce serait la mĂȘme chose! Quand nous avons communion les uns avec les autres, nous nous aimons les uns les autres. Et si nous ne le faisons pas, alors nous devrions le faire. Et nous n’irons jamais plus loin en Dieu avant que nous le fassions.

33     N’oubliez pas, n’oubliez pas que le plus grand de tous les dons, c’est l’amour! “Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, quand je livrerais mon corps pour ĂȘtre brĂ»lĂ© en sacrifice, je ne suis rien. Mais quand ce qui est parfait, c’est-Ă -dire l’amour
”. Si tous les dons spirituels ne sont pas cimentĂ©s ensemble par l’amour, cela ne tiendra pas! Tout autre ciment s’émiettera, mais l’amour demeure Ă  toujours. Vous pouvez lire cela dans 1 Corinthiens 13.

34     Ce soir, nous abordons ce grand Ăąge de l’église. Peut-ĂȘtre que nous terminerons vers neuf heures et quart. Je suis vraiment dĂ©solĂ© que nous n’ayons pas assez de place pour faire asseoir tout le monde, mais nous n’en avons vraiment pas! Peut-ĂȘtre qu’un jour, nous aurons davantage de place.

35     Maintenant, je dĂ©sire vous demander de m’accorder une faveur. Vous connaissez ma position et vous savez ce que cela me coĂ»tera un jour, et l’heure est proche. Vous comprenez? Je voudrais que vous fassiez ceci: priez toujours pour moi. Rappelez-vous que j’ai toujours Ă©tĂ© honnĂȘte au mieux de ma conscience. Je me rends compte que je ne suis plus un gamin: j’ai cinquante et un ans! Je ne peux aller nulle part avant que Dieu ne m’appelle. Je suivrai le chemin qu’Il veut que je suive, et c’est tout. Mais je dois ĂȘtre honnĂȘte et dire la VĂ©ritĂ© sans faire de concessions. Je sais que c’est parfois une marche solitaire, mais tant qu’Il est avec moi, quelle importance cela a-t-il?

36     Maintenant, avant que nous entrions dans ce grand Ăąge de l’église, pourrions-nous nous lever pour prier un moment? Cela vous permettra aussi d’allonger vos jambes et vous serez plus Ă  l’aise. Comme c’est notre derniĂšre rĂ©union, combien y en a-t-il ici qui voudraient que l’on intercĂšde pour eux devant Dieu? Levez les mains vers Dieu: «Souviens-Toi de moi, ĂŽ Seigneur, Ă  la fin de cet Ăąge. Quand toute vie sera terminĂ©e, souviens-Toi de moi!».

37     Notre PĂšre cĂ©leste, nous n’avons pas assez de mots pour exprimer notre gratitude pour la PrĂ©sence du Dieu Vivant qui a Ă©tĂ© au milieu de nous cette semaine, pour les choses que nous avons apprises de Toi, pour la maniĂšre dont Tu T’es rĂ©vĂ©lĂ© pendant tout ce temps, et parce que Tu as rendu Ta Parole si claire pour nous. Combien nous avons comptĂ© sur Toi, combien nous avons essayĂ© d’exprimer notre amour, mais nous n’avons pas rĂ©ussi Ă  le faire, Seigneur, parce que des langues de chair ne le peuvent pas; parce que Tu nous as sauvĂ©s, et que Tu nous as donnĂ© faim de Toi. Car il est Ă©crit dans la Parole: “Heureux ceux qui ont faim (avoir simplement faim, c’est une bĂ©nĂ©diction!), faim et soif de justice
”. Ensuite, Tu as fait cette glorieuse dĂ©claration: “
 car ils seront rassasiĂ©s!”. Nous croyons cela, Seigneur! Pardonne-nous nos manquements.

38     Ce soir, nous entrons dans ce dernier Ăąge de l’église, celui de LaodicĂ©e, aprĂšs avoir vu que les Écritures et l’histoire coĂŻncident chaque fois parfaitement. C’est pourquoi, PĂšre, nous savons que l’expression de cette glorieuse prophĂ©tie qui concerne ce dernier Ăąge sera exactement comme celle des six autres Ăąges. PĂšre, je Te prie de laisser le Saint-Esprit venir Ă  nous ce soir, et nous bĂ©nir, tandis que nous continuons Ă  nous attendre Ă  Toi. Au Nom de JĂ©sus. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

39     Si le Seigneur le veut, le livre sera prĂȘt dĂšs que possible. FrĂšre Lee est en train de stĂ©nographier les enregistrements pour prĂ©parer le texte dactylographiĂ© qui ira Ă  l’imprimerie.

40     Par la mĂȘme occasion, je vous annonce la prochaine parution du livre de Rosella: Une alcoolique sauvĂ©e. Vous vous souvenez tous de son histoire, comment le Saint-Esprit l’a appelĂ©e lors de la rĂ©union. Elle avait Ă©tĂ© abandonnĂ©e par quatre des plus grandes institutions pour alcooliques, ainsi que par les hĂŽpitaux de Chicago. Mais le Seigneur JĂ©sus, en un seul instant, la dĂ©barrassa de tous ses maux! Ensuite, elle alla dans les prisons et ailleurs, racontant aux gens comment Dieu peut dĂ©livrer, parlant aux alcooliques et autres. Par son tĂ©moignage, elle a gagnĂ© beaucoup de personnes Ă  Christ.

41     Pouvez-vous me dire maintenant quel Ă©tait le premier Ăąge de l’église? ÉphĂšse. Le second? Smyrne. Le troisiĂšme? Pergame. Le quatriĂšme? Thyatire. Le cinquiĂšme? Sardes. Le sixiĂšme? Philadelphie. Le septiĂšme? LaodicĂ©e!

42     Le premier, celui d’ÉphĂšse, s’étendit de 55 Ă  170. Smyrne, de 170 Ă  312. Pergame, de 312 Ă  606. Thyatire, de 606 Ă  1520. Sardes, de 1520 Ă  1750. Philadelphie, de 1750 Ă  1906; alors commence l'Ăąge de LaodicĂ©e qui le chevauche, et hier soir, nous avons Ă©tudiĂ© ce chevauchement. Ce soir, nous allons voir la fin de l'Ăąge de LaodicĂ©e.

43     Nous croyons que l’église de LaodicĂ©e a commencĂ© en 1906. Je prĂ©dis
 Rappelez-vous bien ceci: «Je prĂ©dis», — surtout vous qui Ă©coutez les enregistrements. Je ne dis pas que ce sera ainsi, mais je prĂ©dis qu’il se terminera vers 1977, que l’église entrera complĂštement dans l’apostasie et qu’elle sera rejetĂ©e de la bouche de Dieu. Et la seconde venue, ou l’enlĂšvement par Christ, peut arriver Ă  tout instant. Je peux me tromper d’un an, de vingt ans, de cent ans! Je ne sais pas quand cela
 Mais je prĂ©dis simplement d’aprĂšs une vision qu’Il m’a donnĂ©e et en considĂ©rant les temps et la maniĂšre dont les choses Ă©voluent, que cela se passera Ă  un certain moment entre 1933 et 1977. En tout cas, cette grande nation se lancera dans une guerre qui la rĂ©duira en cendres. Tout cela est trĂšs proche, terriblement proche. Mais je puis me tromper, parce que je ne fais que prĂ©dire. Que ceux qui comprennent cela disent: «Amen!» [L’auditoire rĂ©pond: «Amen!» — N.D.É.] Vous voyez?

44     En 1933, le Seigneur m’a montrĂ© en vision cette grande femme puissante; j’ai notĂ© cela. Et aussi comment Roosevelt contribuerait au dĂ©clenchement de la guerre mondiale; et comment Mussolini entreprendrait sa premiĂšre invasion de l’Ethiopie et la prendrait, mais qu’il aurait une fin ignominieuse; et comment les trois ismes (nazisme, fascisme et communisme) se rĂ©uniraient tous dans le communisme. Combien ici s’en souviennent, lorsque je vous avais fait rester debout et dire: «Observez la Russie! Observez la Russie, le roi du Nord! Observez la Russie, le roi du Nord! Observez la Russie, le roi du Nord!». Combien m’ont entendu dire cela, et le rĂ©pĂ©ter encore et encore? En tout cas les vĂ©tĂ©rans, lorsque je le dis dans l’ancienne partie de cette Ă©glise! Je me tenais lĂ , et je rĂ©pĂ©tais: «Observez la Russie, le roi du Nord! Voyez ce qu’il va faire, car tous ces ismes vont se rassembler en Russie».

45     Puis je dis que notre nation entrerait finalement en guerre avec l’Allemagne. Et que l’Allemagne bĂątirait un mur de bĂ©ton. Ce fut la ligne Siegfried, dont je parlai onze ans avant qu’on ne commence Ă  la construire! Onze ans! Et je dis: «Les AmĂ©ricains subiront une terrible dĂ©faite sur cette ligne!». Certains des frĂšres ici ont Ă©tĂ© sur cette ligne, frĂšre Roy Roberson et les autres. Demandez-leur ce qui s’est passĂ©! C’est la vĂ©ritĂ©. Oui! Mais finalement, ai-je dit, nous l’emporterons, et nous serons l’un des vainqueurs de la guerre contre l’Allemagne.

46     Et j’ai dit qu’ensuite, aprĂšs cette pĂ©riode, la science ferait de rĂ©els progrĂšs. C’est arrivĂ©: on a fait la bombe atomique et toutes ces choses. J’ai dit que durant leur progrĂšs, les autos prendraient de plus en plus la forme d’un oeuf. Vous souvenez-vous du vieux capot des modĂšles de 1933, l’arriĂšre qui descendait ainsi, la roue de secours fixĂ©e derriĂšre? Regardez comme elles sont maintenant, aĂ©rodynamiques, ayant la forme d’un oeuf. Et j’ai dit que, finalement, ils inventeraient une voiture qui n’aurait pas besoin de volant. On voyait une famille roulant sur ce qu’ils appelaient “une route” dans une voiture ayant un toit de verre. C’étaient de grandes et belles routes, et c’était une belle automobile. Les gens Ă©taient assis face Ă  face, et la voiture roulait toute seule, passant les courbes sans problĂšme. Maintenant, cette voiture a Ă©tĂ© inventĂ©e. J’avais dit: «Oh, comme la science fera des progrĂšs en ce temps-lĂ !».

47     J’avais ajoutĂ©: «En ce temps-lĂ , ils permettront aux femmes de voter». Et maintenant, les femmes ont le droit de vote. «Et par leur vote, elles vont Ă©lire, un de ces jours, l’homme qu’il ne faut pas». Vous l’avez fait, lors des derniĂšres Ă©lections. Ce sont les bulletins des femmes qui ont Ă©lu Kennedy. Nous savons cela; il y a eu ces machines truquĂ©es et ces choses arrangĂ©es Ă  l’avance que le F.B.I. a dĂ©noncĂ©es. Pourquoi ne fait-on rien Ă  ce sujet? Pourquoi ne dit-on rien? C’est parce qu’ils ont peur de perdre leurs emplois! Vous voyez, ce n’est qu’une bande de politiciens, pourris jusqu’à la moelle. C’est tout. Certainement!

48     Il n’y a pas de salut dans cette nation, il n’y a pas de salut dans aucune nation. Le salut est en JĂ©sus-Christ, et en Lui seul! C’est vrai! Pourtant, je suis reconnaissant Ă  l’AmĂ©rique. J’aime mieux vivre ici que nulle part ailleurs dans le monde, Ă  l’exception du Canada. Le Canada et les Etats-Unis sont jumeaux, nous le savons, ce sont des pays voisins. Le Canada est un endroit merveilleux, mais je crois que j’aime encore mieux vivre ici qu’en aucun autre endroit que je connaisse, parce que c’est chez moi. Je suis heureux d’ĂȘtre AmĂ©ricain, et j’en suis reconnaissant. Mais, c’est moi qui vous le dis, elle aurait certainement besoin d’un autre rĂ©veil, c’est sĂ»r. Mais elle ne l’aura pas! Certainement pas! Elle ne se relĂšvera plus! Non! C’en est fini d’elle! Rappelez-vous ce que j’avais dit il y a environ cinq ans Ă  Chicago: c’est enregistrĂ©! Gene, tu as l’enregistrement. J’avais dit: «Ils L’accepteront cette annĂ©e, ou alors ils persisteront Ă  Le refuser!». C’est ce qu’ils ont fait, et c’est ce qu’ils feront jusqu’à ce que c’en soit fait d’eux.

49     Il y aura une femme puissante! Souvenez-vous en! Cela est aussi enregistrĂ©! Une femme puissante, une femme glorieuse; elle sera prĂ©sidente, ou alors, cette femme reprĂ©sente l’église Catholique (je pense que c’est cela); c’est elle qui prendra un jour les choses en main et qui gouvernera ce pays. Cette nation est le pays de la femme. Son drapeau a Ă©tĂ© fait par une femme, et son nombre est treize. Elle a commencĂ© avec treize Ă©toiles et treize rayures sur son drapeau. Elle a eu treize colonies. Tout va par treize! C’est treize, treize, continuellement. Il y a treize Ă©toiles sur sa piĂšce d’un dollar en argent. Tout va par treize. Son nombre est le nombre treize, et elle apparaĂźt au chapitre 13 de l’Apocalypse! Treize d’un bout Ă  l’autre! Tout est “femme, femme, femme, femme, femme” continuellement. Elle dirige toutes les administrations. Elle s’est emparĂ©e de Hollywood; elle domine la nation, elle domine les administrations. Elle domine tout! Elle a les mĂȘmes droits que les hommes, elle a le droit de vote comme un homme, elle vote comme un homme, elle jure comme un homme et tout le reste. Elle est un appĂąt pour l’église Catholique, pour l’adoration d’une femme! De toute façon, ils adorent dĂ©jĂ  une femme.

50     â€Šune femme immorale est le meilleur appĂąt que le diable ait jamais eu. Elle est pire que tous les cabarets. Elle peut envoyer plus d’ñmes en enfer que tous les cabarets du pays. C’est vrai!

51     â€œUne femme vertueuse est un joyau sur la couronne de l’homme”, a dit l’homme le plus sage de la terre. Un homme doit honorer une femme vertueuse. “Mais une femme mĂ©chante est de l’eau dans son sang”, et son sang, c’est sa vie. Vous, les hommes qui avez des femmes vertueuses, vous ne savez pas combien vous devez remercier Dieu pour une femme vertueuse! Car si Dieu avait pu donner Ă  l’homme mieux qu’une compagne, Il l’aurait fait. Mais une femme est la meilleure compagne que Dieu puisse donner Ă  un homme. Mais quand elle se dĂ©tourne


52     Il y en eut une dans le jardin d’Eden que Satan choisit comme instrument. Il ne prit pas l’homme, mais la femme. Pourquoi n’est-il pas allĂ© vers Adam pour mettre la passion dans son coeur? Il est allĂ© vers la femme et a mis cela en elle, parce que c’est elle qu’il a choisie. Dieu a pris l’homme, et Satan, la femme.

53     Regardez ensuite et jusqu’à la fin
 Quand Babylone fut fondĂ©e (vous pouvez lire cela dans le livre intitulĂ©: Les deux Babylone, de Hislop), il y avait une femme! Quand cela arrive dans l’ñge actuel, cela termine l’ñge des nations. Babylone a commencĂ© ainsi, et cela se termine par l’adoration d’une femme (Marie) dans l’église. Dans quels jours vivons-nous!

54     Maintenant, voyons cet Ăąge de LaodicĂ©e, mot qui signifie tiĂšde. Elle est riche et pense qu’elle n’a besoin de rien. Mais la Bible dit qu’elle est pauvre, aveugle, misĂ©rable et nue! Quelle situation!

55     La rĂ©compense de ceux qui vaincront dans cet Ăąge est de s’asseoir sur le TrĂŽne avec le Seigneur.

56     L’étoile, ou l’ange, ou le messager de cet Ăąge de l’église, est inconnu.

57     Or, qui Ă©tait le messager du premier Ăąge de l’église? Paul, pour l’ñge d’ÉphĂšse. De Smyrne? IrĂ©nĂ©e. De Pergame? Martin. De Thyatire? Colomban. De Sardes? Luther. De Philadelphie? Wesley. Mais pour cet Ăąge de LaodicĂ©e, nous ne le connaissons pas encore, et probablement qu’on ne le connaĂźtra pas avant que tout soit terminĂ©.

58     Mais je voudrais seulement indiquer selon moi ce que cet ange sera, ce Ă  quoi nous pouvons nous attendre. Est-ce que vous ĂȘtes d’accord? [l’auditoire rĂ©pond: «Oui!» — «Amen!» — N.D.É.] Nous avons un petit moment pour cela; j’ai simplement Ă©crit une petite note ici sur ce que je pense.

59     L’ange de cette Ă©glise de LaodicĂ©e viendra Ă  la fin de l’ñge, comme les autres, selon ce que nous montre la Bible. Il viendra Ă  la fin de l’ñge. Pas au dĂ©but, mais Ă  la fin, parce que l’ange vient toujours pour les rĂ©primander Ă  cause de ce qu’ils ont fait. “Ecris Ă  l’ange de l’église de LaodicĂ©e”.

60     Voyez aussi ceci: “Ecris Ă  l’ange de l’église de Smyrne”. Vous voyez, chaque fois, l’ange vient Ă  la fin de l’ñge. Paul est venu Ă  la fin de l’ñge. Et ainsi de suite, toujours Ă  la fin de l’ñge. Le chevauchement se fait Ă  la fin de l’ñge. La fin de l’ñge, c’est ce qui le fait chevaucher. Vous voyez: “À l’ange
”; il leur dit ce qui en est. Celui-ci chevauche celui-lĂ . “À l’ange
”, Ă  la fin de l’ñge. Vous voyez, cela apparaĂźt ici mĂȘme, et ces sept Ăąges de l’église se chevauchent comme un escalier qui monte.

61     Cet ange qui vient en ce jour
 J’ai notĂ© quelque chose ici, j’aimerais simplement le lire. Il sera connu dans la derniĂšre partie de l’ñge. Et parce que nous en sommes si proches, si prĂšs de cet Ăąge de LumiĂšre, il est probablement sur terre maintenant. Mais on ne le connaĂźt pas. Il sera un prophĂšte puissant, rejetĂ© par le monde religieux, car ils continueront Ă  marcher dans leurs pĂ©chĂ©s et seront finalement vomis de la bouche de Dieu, de la bouche de la PrĂ©sence de Dieu.

62     Je crois que ce sera quelqu’un comme Élie. Voici les raisons qui me font dire cela. Prenons le livre de Malachie juste un instant; je vais vous dire pourquoi je pense qu’il sera oint de l’Esprit d’Élie. Je dĂ©sire maintenant que vous vous revĂȘtiez de la grĂące. Malachie, chapitre 4. Écoutez, tandis que je lis et que vous lisez vous aussi dans votre Bible. RĂ©flĂ©chissez attentivement pendant les quelques minutes qui vont suivre, avant que nous entrions dans l’ñge de l’église.
    Car voici, le jour vient, ardent comme une fournaise. Tous les hautains et tous les mĂ©chants seront comme du chaume; le jour qui vient les embrasera, dit l’Éternel des armĂ©es, il ne leur laissera ni racine ni rameau.

63     Que dit-Il? Il parle d’un jour Ă  venir. Etes-vous d’accord sur ce point? Il s’agit du Jour de la venue du Seigneur.

64     Maintenant, observez qu’Il parle de nouveau Ă  IsraĂ«l. Et que dit-Il?
    Car voici, le jour vient (bien plus tard), ardent comme une fournaise.
    Mais pour vous qui craignez mon nom se lĂšvera le soleil de la Justice, et la guĂ©rison sera sous ses ailes; vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une Ă©table.
    Et vous foulerez les mĂ©chants, car ils seront comme de la cendre sous la plante de vos pieds, au jour que je prĂ©pare, dit l’Éternel des armĂ©es
 (le jour oĂč il brĂ»lera la terre, nous marcherons sur leurs cendres. C’est le MillĂ©nium, vous voyez).
    Souvenez-vous de la loi de MoĂŻse, mon serviteur, auquel j’ai prescrit en Horeb, pour tout IsraĂ«l, des prĂ©ceptes et des ordonnances.
    Voici, je vous enverrai Élie, le prophĂšte, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramĂšnera le coeur des pĂšres Ă  leurs enfants, et le coeur des enfants Ă  leurs pĂšres, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit.
    C’est la fin de l’Ancien Testament.

65     JĂ©sus parle de cela dans Matthieu 17.10. Tous les Juifs attendent cette venue d’Élie. Écoutez ce que JĂ©sus en a dit dans Matthieu 17.10. Nous commencerons au verset 9:
    Comme ils descendaient de la montagne, JĂ©sus leur donna cet ordre: Ne parlez Ă  personne de cette vision
 (vous voyez: “N’en parlez pas. Vous la connaissez, mais gardez-la pour vous”) 
ne parlez Ă  personne de cette vision, jusqu’à ce que le Fils de l’homme soit ressuscitĂ© des morts
 (n’en parlez pas)

    Les disciples lui firent cette question: Pourquoi donc les scribes disent-ils qu’Élie doit venir premiĂšrement? (pourquoi Élie doit-il venir premiĂšrement avant que le Christ vienne, le Soleil de Justice? Pourquoi disent-ils cela? Tu es dĂ©jĂ  ici, et les scribes disent qu’Élie doit venir premiĂšrement. Maintenant, observez ceci)
    Il rĂ©pondit: Il est vrai qu’Élie doit venir, et rĂ©tablir toutes choses. Mais je vous dis qu’Élie est dĂ©jĂ  venu; qu’ils ne l’ont pas reconnu
 (vous voyez, JĂ©sus n’a pas dit qui il Ă©tait) 
et qu’ils l’ont traitĂ© comme ils ont voulu.
    De mĂȘme, le Fils de l’homme souffrira de leur part. Les disciples comprirent alors qu’il leur parlait de Jean-Baptiste
 (Jean-Baptiste Ă©tait l’Élie qui devait venir)

66     Maintenant, faites bien attention: je reviens Ă  Malachie 4. Rappelez-vous qu’il dit ici:
    Je vous enverrai Élie, le prophĂšte, avant que le jour de
 [l’assemblĂ©e rĂ©pond: «de l’Éternel.» — N.D.É.] 
 de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable.

67     OĂč trouverons-nous le “jour de l’Éternel”? À la fin de l’ñge! C’est lorsque le monde sera consumĂ©. Vous vous rappelez que nous avons Ă©tudiĂ© cela, cette perruque de cheveux blancs et cette ceinture sur Sa poitrine. Vous en souvenez-vous? Et nous avons prouvĂ© par la Bible que ce n’était pas un jour de sabbat, ni un dimanche; c’était le jour du Seigneur. N’est-ce pas? Et c’est le jour oĂč Il vient pour juger et “frapper le pays d’interdit”. N’est-ce pas?
    Je vous enverrai Élie, le prophĂšte, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable.

68     Remarquez qu’Élie vient Ă  plusieurs reprises. Remarquez que toute l’Écriture a un sens multiple, “mais cela est cachĂ© aux yeux des sages et des intelligents, et est rĂ©vĂ©lĂ© aux enfants qui veulent apprendre!”. Ne croyez-vous pas cela? Restez Ă  Malachie 4.

69     Maintenant, lisons un peu plus loin, dans Luc 1.17. Je voudrais consacrer quelques instants Ă  vous montrer la signification multiple de l’Écriture. Il y a l’adoration d’Anne, le retour Ă  Nazareth, la PĂąque, le ministĂšre de Jean
 Je voudrais que nous lisions ce passage afin que vous compreniez que c’est comme cela que fait le Seigneur; Il fait les choses de cette maniĂšre. Je voudrais rapprocher ce passage de celui oĂč il est dit: “J’ai appelĂ© mon fils hors d’Égypte”.

70     Luc 1.17, vous pouvez le noter. Cela fait partie des bĂ©nĂ©dictions du Seigneur prononcĂ©es sur Jean. Lisons depuis le verset 14.
    Il sera pour toi un sujet de joie et d’allĂ©gresse et plusieurs se rĂ©jouiront de sa naissance. Car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira ni vin, ni liqueur enivrante


71     Cet homme qui vient sera enseignĂ© dĂšs sa naissance Ă  ne pas boire et n’avoir aucun contact avec ce genre de pĂ©chĂ©s. Vous comprenez?

    â€Šet il sera rempli de l’Esprit Saint dĂšs le sein de sa mĂšre. Il ramĂšnera plusieurs des fils d’IsraĂ«l au Seigneur, leur Dieu. Il marchera devant Dieu avec l’esprit et la puissance d’Élie, pour ramener les coeurs des pĂšres vers les enfants, et les rebelles Ă  la sagesse des justes, afin de prĂ©parer au Seigneur un peuple bien disposĂ©.

72     Nous pouvons comprendre maintenant que ce prĂ©curseur avait Ă©tĂ© annoncĂ© par prophĂ©tie, et que c’était Jean. Est-ce vrai? Jean Ă©tait l’Élie qui devait venir en ce temps-lĂ .

73     Nous savons aussi que l’Écriture signifie parfois deux choses. Nous prendrons ce passage de Matthieu 2.15 (c’est celui que je cherchais, oĂč il est dit:
    J’ai appelĂ© mon fils hors d’Égypte!
    Si nous remontons Ă  OsĂ©e, dont ce passage est tirĂ©, nous voyons qu’il ne s’agit pas Ă  ce moment-lĂ  de JĂ©sus Son Fils, mais d’IsraĂ«l, Son fils, OsĂ©e 11.1:
    Quand IsraĂ«l Ă©tait jeune, je l’aimais, et j’appelai mon fils hors d’Égypte.
    Mais ce verset a un sens multiple et une plus grande signification quand il parle de la venue de JĂ©sus (qui Ă©tait plus grand qu’IsraĂ«l) que quand Il parle de faire sortir IsraĂ«l.

74     Mais nous avons Ă©galement trouvĂ© que Sa premiĂšre venue ne s’est pas faite le jour du Seigneur, de l’Éternel. N’est-ce pas vrai? Revenons maintenant Ă  Malachie et mettons d’abord cela au point: “La venue le jour de l’Éternel!”. Voyez Sa venue multiple, Sa premiĂšre venue et Sa seconde venue. Est-ce que votre entendement spirituel est prĂȘt? Le verset 5, maintenant:
    Voici, je vous enverrai Élie, le prophĂšte, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et redoutable.

75     Nous comprenons qu’il ne s’agit pas de Jean, car ce ne fut pas le jour redoutable de l’Éternel (n’est-ce pas?) et Il ne consuma pas non plus la terre. Donc ce message doit se rapporter Ă  une autre venue d’Élie dans le futur. Cela devait donc ĂȘtre une prĂ©diction. N’est-ce pas? Parce qu’Il dit: “J’enverrai Élie et Je consumerai la terre entiĂšre; Je la purifierai complĂštement, et vous foulerez leurs cendres”. C’est le MillĂ©nium, nous le savons. AprĂšs que la bombe atomique aura tout rĂ©duit en cendres, la terre se relĂšvera. Il y aura un jour glorieux sur cette terre, et l’Église rĂ©gnera avec JĂ©sus sur la terre pendant mille ans. “Mais avant ce jour de l’Éternel, ce jour grand et redoutable, avant cette explosion, Je vous enverrai Élie, le prophĂšte”. N’est-ce pas vrai? Dans cette dĂ©claration, il ne s’agit donc pas de Jean-Baptiste, parce que le jour redoutable de l’Éternel n’a pas lieu Ă  ce moment; il doit arriver deux mille ans plus tard. N’est-ce pas?

76     ConsidĂ©rez maintenant le verset suivant, et vous verrez si vous ĂȘtes vraiment spirituels. C’est une lettre d’amour; il faut que vous lisiez entre les lignes, et alors tout est clair! Vous comprenez ce que je veux dire! Souvenez-vous de cette Écriture que j’ai citĂ©e, oĂč JĂ©sus a remerciĂ© Dieu de ce qu’Il avait cachĂ© ces choses aux sages et aux intelligents, et qu’Il les avait rĂ©vĂ©lĂ©es aux enfants. J’ai souvent pris comme exemple les lettres que je reçois de ma femme; je peux lire entre les lignes pour savoir ce qu’elle veut rĂ©ellement dire, parce que je l’aime et connais sa nature. Il faut que vous connaissiez la nature de Dieu et que vous L’aimiez, alors l’Écriture se dĂ©voile devant vous. Il La rĂ©vĂšle.

77     Maintenant, lisons le verset suivant:
    Il ramĂšnera le coeur des pĂšres Ă  leurs enfants (attention maintenant!) et le coeur des enfants Ă  leurs pĂšres


78     Lorsque Jean vint en tant qu’Élie, il ramena le coeur des IsraĂ©lites, le coeur de ceux qui avaient acceptĂ© son message, le coeur des pĂšres Ă  leurs enfants. Mais quand il vient cette fois-ci, il ramĂšnera le coeur de l’Église aux pĂšres de la PentecĂŽte. Vous voyez, ici c’est vice versa. Comprenez-vous cela? Lisez-le!

79     Ă‰coutez attentivement maintenant:
    Il ramĂšnera le coeur des pĂšres Ă  leurs enfants


80     Ă€ ces vieux prĂȘtres orthodoxes, Il dira: “De ces pierres-ci, Dieu est capable de susciter des enfants Ă  Abraham”. Vous voyez? Il va prendre le coeur de ces vieux prĂȘtres orthodoxes endurcis et le ramener Ă  la foi que les enfants avaient autrefois. Vous voyez, tous ceux-ci qui ont Ă©tĂ© baptisĂ©s et qui attendent la venue du Messie! “Race de vipĂšre, qui vous a appris Ă  fuir la colĂšre Ă  venir?”. Oh, vous voyez! “Il ramĂšnera le coeur des pĂšres aux enfants”.

81     â€œEt le coeur des enfants Ă  leurs pĂšres”. Lorsque ce grand Élie-ci viendra Ă  la fin de cet Ăąge, il apportera le message de PentecĂŽte pour ramener les enfants Ă  la foi des pĂšres, parce qu’il les reprendra pour ne pas avoir gardĂ© cette foi qui existait au commencement. Amen! Maintenant, je crois que nous comprenons assez bien ce que sera cet Élie. N’est-ce pas? Maintenant, nous le savons.

82     Nous voyons donc que ce jour de l’Éternel grand et redoutable n’est pas encore venu. Je me suis souvent demandĂ©: «Est-ce que cet homme ne sera qu’un prĂ©dicateur?». Élie a accompli toutes sortes de miracles, mais il n’a pas prĂȘchĂ©. Quand son esprit fut sur Jean, il ne fit que prĂȘcher, mais ne fit pas de miracles. Pourquoi? Parce que JĂ©sus allait le suivre, et c’est Lui qui ferait les miracles, car il est dit que “le Soleil de justice se lĂšverait avec la guĂ©rison sous ses ailes”. Ainsi, Jean n’avait pas besoin de faire des miracles: il annonçait simplement la venue de Christ.

83     Rappelez-vous que cet Élie qui va venir sera mal compris; ce sera un homme tellement puissant devant le Seigneur que les gens le prendront pour le Messie.

84     D’ailleurs, ses meilleurs amis eux-mĂȘmes lui dirent: “Tu es le Messie”.

85     Mais il leur rĂ©pondit: “Je ne suis pas digne de dĂ©lier Ses souliers, mais Lui vient aprĂšs moi!”.

86     C’est parce qu’ils Ă©taient alors dans l’attente d’un Messie. Ils pensaient que le Messie allait venir
 Lorsqu’ils virent ce personnage phĂ©nomĂ©nal s’élever au milieu d’eux, ils dirent: “C’est le Messie!”.

87     Mais Jean rĂ©pondit: “Ce n’est pas moi! Lui, Il vient aprĂšs moi!”.

88     Oh! avez-vous compris? Pour ce qui est du deuxiĂšme Élie, ses proches amis, eux aussi, penseront qu’il est le Messie.

89     Remarquez que, dans cet ordre d’idĂ©es, il se passera aussi quelque chose de particulier: c’est qu’il viendra juste avant le jour du Seigneur. Or, la terre ne fut pas consumĂ©e du temps de Jean; c’est donc quelque chose qui doit arriver plus tard. Quand il est venu la premiĂšre fois, il n’a fait que prĂȘcher; la seconde fois, il y aura Ă  la fois la prĂ©dication et les miracles promis par JĂ©sus-Christ. Bien! Maintenant, examinons le caractĂšre de ce prophĂšte qui doit venir.

90     Nous sommes convaincus maintenant que l’ange de ce dernier Ăąge de l’église a Ă©tĂ© annoncĂ© dĂšs l’Ancien Testament, ce qui ne fut pas le cas de ceux qui le prĂ©cĂ©dĂšrent. Paul, IrĂ©nĂ©e, etc., n’ont pas Ă©tĂ© annoncĂ©s. Mais ce dernier Ăąge, celui de la consommation, celui de la fin du monde, sera une Ă©poque tellement extraordinaire (et elle est juste devant nous), que l’ange de cet Ăąge a Ă©tĂ© annoncĂ© tout au long de l’Écriture dĂšs l’Ancien Testament, pour la fin de cet Ăąge. C’est Élie, cet oint glorieux.

91     Maintenant, attention! Quel sera le caractĂšre d’Élie? PremiĂšrement, ce sera un prophĂšte puissant, fidĂšle Ă  la Parole de Dieu, car Élie et Jean Ă©taient fidĂšles. C’est vrai! Il fera des signes et des prodiges, il ramĂšnera le coeur des enfants Ă  la foi des pĂšres de PentecĂŽte. Comme Élie, il haĂŻra les dĂ©nominations. C’est vrai, il les haĂŻra. Je crois que cela vient juste de commencer, et il est grand temps qu’il vienne. Il haĂŻra les dĂ©nominations! Élie les a haĂŻes, et Jean, lui aussi, haĂŻssait les dĂ©nominations.

92     Jean dit: “Ne prĂ©tendez pas dire en vous-mĂȘmes: Nous avons Abraham pour pĂšre! Pharisiens et SadducĂ©ens, race de vipĂšres! serpents cachĂ©s dans l’herbe
 Je vous dĂ©clare que, de ces pierres-ci, Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham!”.

93     Ă‰lie dit: “Ils se sont tous Ă©garĂ©s, absolument tous! Il ne reste plus que moi seul!”. Oh!

94     Il haĂŻra aussi les femmes lĂ©gĂšres, comme Élie haĂŻssait JĂ©zabel, et comme Jean, HĂ©rodias. N’est-ce pas? Ces deux prophĂštes avaient un mĂȘme esprit. Ils haĂŻssaient le monde dĂ©nominationnel, le monde religieux. Ils haĂŻssaient Ă©galement les femmes lĂ©gĂšres et immorales. Quelque chose dans leur esprit criait contre cela. JĂ©zabel chercha Ă  faire couper la tĂȘte Ă  Élie, et HĂ©rodias fit dĂ©capiter Jean.

95     Ce prophĂšte aimera les dĂ©serts, comme Élie, qui vĂ©cut seul dans le dĂ©sert. Jean aussi vĂ©cut seul dans le dĂ©sert. Et nous savons que ce sera de nouveau Élie. Bien!

96     Ce prophĂšte restera fidĂšle Ă  la vraie Parole de Dieu. Oui, il restera avec Elle, avec la Parole tout entiĂšre. Pour quoi faire? Pour restaurer la foi telle qu’elle Ă©tait dans l’église d’ÉphĂšse et qui avait Ă©tĂ© perdue au cours des Ăąges, pour ramener la foi dans l’église qui a une “Porte ouverte” devant elle, et qui L’a rejetĂ©e!

97     Ce ne sera pas un homme instruit. Élie le Thischbite n’était pas un homme instruit. Jean n’était pas un homme instruit. Dans Luc 1.80, la Bible dit: “Il demeura dans les dĂ©serts jusqu’au jour oĂč il se prĂ©senta devant IsraĂ«l”. C’est vrai! C’est dans Luc 1.80, si vous voulez le noter.

98     Ce prophĂšte sera aussi un homme d’humeur changeante. AprĂšs une grande rĂ©union, personne ne pouvait approcher Élie. Il eut des moments difficiles. AprĂšs avoir fait descendre le feu du ciel et consumer les autels de Baal, il s’enfuit dans le dĂ©sert et dit: “Seigneur, je ne suis pas meilleur que mes pĂšres, laisse-moi mourir!”. N’est-ce pas? Il s’assit sous un genĂȘt, et aprĂšs ce grand rĂ©veil, voilĂ  qu’il voulait mourir!

99     Jean, quand cette mauvaise femme le fit jeter en prison, s’assit lĂ  et commença Ă  devenir triste. Je crois que c’est Pembermian ou un autre qui a dit: “Dans la prison, son oeil se ternit!”. Il envoya quelques-uns de ses disciples.

100     Pourtant, c’est lui qui avait annoncĂ©: “Voici l’Agneau de Dieu qui ĂŽte le pĂ©chĂ© du monde!”. Jean avait vu la Colonne de feu suspendue au-dessus de Lui, descendant comme une colombe et se posant sur Lui. Il avait Ă©tĂ© tĂ©moin de tout cela et avait dit: “Voici l’Agneau de Dieu!”. Il avait aussi dit: “C’est moi qui ai besoin d’ĂȘtre baptisĂ© par Toi, et Tu viens Ă  moi?”.

101     JĂ©sus lui rĂ©pondit: “Laisse faire maintenant!”.

102     Mais quand on l’eut mis en prison, il se dĂ©moralisa rapidement! C’était dur, et il avait de la peine Ă  se ressaisir. Alors, il dit: “Allez Lui demander si c’est bien Lui qui devait venir, ou si nous devons en attendre un autre”. C’est exactement ce qu’Élie avait fait, exactement!

103     Vous voyez, c’était un personnage d’humeur changeante. C’est pourquoi nous le plaignons: nous savons ce que c’est!

104     Ce puissant Élie que Dieu nous enverra se fera connaĂźtre comme Élie autrefois; Ă  ce moment, l’Église sera prĂȘte Ă  ĂȘtre dĂ©livrĂ©e, comme elle fut autrefois dĂ©livrĂ©e des mains du paganisme. N’est-ce pas vrai? Au moment mĂȘme oĂč il est venu, disant: “Nous allons prouver qui est Dieu!”, Élie dĂ©livra l’Église. C’est exactement comme Jean lorsqu’il dit envoyant JĂ©sus: “Il faut qu’Il croisse et que je diminue”. Jean commença Ă  prĂȘcher, et il se fit connaĂźtre juste avant la venue du Seigneur. Cette manifestation se fait juste Ă  la fin. Bien!

105     Nous avons dĂ©couvert qu’Élie devait reprĂ©senter l’ñge de cette Ă©glise. Pour prouver que c’était Élie
 Élie, aprĂšs avoir donnĂ© sa prophĂ©tie
 Élie n’eut pas Ă  mourir, il fut enlevĂ© et transportĂ© au Ciel: c’est un type de l’Église de la fin, de cet Élie qui va venir. À la fin de son Ăąge, l’Église partira dans l’enlĂšvement sans passer par l’ombre de la mort. Ce sera l’enlĂšvement! Je crois que le grand Élie qui va venir sera cet Élie oint qui est annoncĂ© pour les derniers jours dans la prophĂ©tie. Amen! Je crois que, lorsqu’il viendra, ce sera l’ange, ou le messager, pour l’église des derniers jours (un peuple rejetĂ© et dĂ©pravĂ©, c’est ce que l’église sera devenue, et elle l’est dĂ©jĂ !). Je crois qu’Élie nous a Ă©tĂ© promis dans la Bible. Je crois que nous pouvons comprendre cela, qu’Élie est celui qui, selon la Bible, a Ă©tĂ© annoncĂ© comme venant en ce jour. Le croyez-vous?

106     Lisons maintenant cette lettre Ă  LaodicĂ©e, et voyons ce que notre Seigneur a Ă  nous dire lĂ -dessus ce soir. L’ñge de LaodicĂ©e. Bien! L’adresse Ă  l’église et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  LaodicĂ©e


107     C’est le verset 14 du chapitre 3 de l’Apocalypse:
    Et Ă  l’ange de l’assemblĂ©e qui est Ă  LaodicĂ©e, Ă©cris: Voici ce que dit l’Amen, le tĂ©moin fidĂšle et vĂ©ritable, le commencement de la crĂ©ation de Dieu


108     Oh, si nous pouvions rester toute la nuit sur cela, combien le Seigneur pourrait nous rĂ©vĂ©ler ces choses! Écoutez!

109     â€œL’Amen” est le dernier. Il est apparu tout au long des Ăąges de diffĂ©rentes maniĂšres, mais ici, c’est le dernier Ăąge de l’église, et il y est dit: “C’est la fin, Je suis le Dernier!”.

110     Et pour montrer qu’Il Ă©tait aussi le Premier, car Il l’était, Il dit qu’Il est “le commencement de la crĂ©ation de Dieu”. Oh, saisissez-vous cela? (comment Dieu pourrait-Il ĂȘtre crĂ©Ă©, s’Il est Esprit? Comment le pourrait-Il, s’Il est Éternel? Il n’a jamais Ă©tĂ© crĂ©Ă©, Il ne sera jamais crĂ©Ă© parce qu’Il est Dieu). Mais Celui qui est “le commencement de la crĂ©ation de Dieu” Ă©tait JĂ©sus-Christ lorsqu’Il fut manifestĂ©, alors que Dieu vivait en Lui. Il est la crĂ©ation de Dieu! Vous voyez: Il est le Premier et le Dernier, l’Amen, le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Vous comprenez? Lorsque Dieu Se crĂ©a un corps, Il descendit et vint vivre en Lui: c’est le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Vous voyez? N’est-Il pas merveilleux?

111     Au dĂ©but, nous avons trouvĂ© qu’Il avait rĂ©vĂ©lĂ© Sa DivinitĂ© ici mĂȘme: “Je suis le Tout-Puissant! Je suis Celui qui Ă©tait, qui est et qui vient, le Tout-Puissant!”. Ce fut dit trois fois Ă  l’église d’ÉphĂšse. N’est-ce pas vrai? Puis Il va jusqu’à l’ñge de LaodicĂ©e, et dit: “Je suis l’Amen. J’étais le Premier autrefois lĂ , maintenant, ici, Je suis le Dernier. Et je suis le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Tout au long des Ăąges que vous traverserez, vous apprendrez que Je suis Dieu, Dieu crĂ©Ă© en forme d’homme. Je suis le commencement de la crĂ©ation de Dieu!”. Amen.

112     VoilĂ  qui devrait faire pousser des cris mĂȘme Ă  un PresbytĂ©rien! Pensez donc! “Le commencement de la crĂ©ation de Dieu”. Oh, comme j’aime cela: “la crĂ©ation de Dieu”; lorsque Dieu a Ă©tĂ© crĂ©Ă©, lorsque Dieu a Ă©tĂ© fait chair en JĂ©sus-Christ et a demeurĂ© parmi nous!

113     Le verset suivant devrait ĂȘtre (comme pour les autres Ă©glises) un Ă©loge, mais Il n’a pas fait d’éloge Ă  cette Ă©glise-ci. Il a un blĂąme Ă  lui faire, et non un Ă©loge. Il n’y a rien sur quoi Il ait pu louer cet Ăąge de LaodicĂ©e. Avec toute cette LumiĂšre qu’ils avaient reçue et Ă  laquelle ils s’étaient opposĂ©s, ils ne mĂ©ritaient aucun Ă©loge! C’est un blĂąme qu’Il avait pour cette Ă©glise, et non pas un Ă©loge.

114     Maintenant, je voudrais lire les versets 15 et 16:
    Je connais tes oeuvres, — que tu n’es ni froid ni bouillant. Je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant!
 (en d’autres termes, ne soyez pas seulement tiĂšdes)

    Ainsi, parce que tu es tiĂšde, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche.

115     Est-ce un Ă©loge? C’est un blĂąme Ă  cet Ăąge impie de LaodicĂ©e, le pire de tous. Tous les autres ont Ă©tĂ© soumis aux tourments, n’avaient rien, Ă©taient pauvres, allant çà et lĂ  vĂȘtus de peaux de brebis et de peaux de chĂšvres, dĂ©nuĂ©s de tout, sciĂ©s, brĂ»lĂ©s, jetĂ©s aux lions, et tout le reste, mais ils ont toujours gardĂ© la foi. Mais cet Ăąge est “riche et n’a besoin de rien, etc.”. C’est une prostituĂ©e! C’est vrai!

116     Nous avons lĂ  une leçon trĂšs importante; j’espĂšre que le Seigneur nous aidera. Il a dit:
    Parce que tu es tiĂšde, et que tu n’es ni froid ni bouillant


117     C’est comme le lait. Un verre de lait froid fait du bien. N’est-ce pas? Du lait chaud fait du bien. Mais du lait tiĂšde vous fera vomir.

118     Je me souviens d’un soir oĂč j’étais malade, au bord de la riviĂšre (il y a environ vingt-cinq ans de cela). Je vivais dans une petite cabane flottante. J’étais tombĂ© malade. Mon beau-frĂšre m’emmena chez le docteur Isler, qui me demanda: «Qu’est-ce qu’il y a?».

119     â€” «J’ai l’estomac embarrassĂ©!».

120     Il me dit: «Buvez un verre de lait tiĂšde». Oh, frĂšres! Ce lait tiĂšde me fit vomir et me dĂ©barrassa de tout ce qui me chargeait l’estomac.

121     Dieu dit: “Il vaudrait mieux que tu sois bouillant, chauffĂ© Ă  blanc ou glacĂ©; que ce soit l’un ou l’autre! Ne sois pas tiĂšde, parce que tu Me fais vomir!”.

122     C’est ce que cet Ăąge de l’église fait Ă  Dieu: il Le fait vomir! Vous voyez? “Je voudrais que tu fusses froid ou bouillant! Ne sois pas tiĂšde! Sois chaud ou froid, sinon tu Me fais vomir!”.

123     La froideur de l’église Anglicane du temps de John Wesley le conduisit Ă  tenir des rĂ©unions ailleurs, parce qu’elle Ă©tait froide et glacĂ©e.

124     La froideur de l’église MĂ©thodiste conduisit William Booth Ă  devenir un salutiste chauffĂ© Ă  blanc. Dieu a dit: “À moins que tu ne te repentes, J’îterai ta lampe de sa place. Je l’îterai et la donnerai Ă  quelqu’un d’autre”. C’est pourquoi, lorsque l’église MĂ©thodiste ne voulut pas recevoir le message de sanctification de John Wesley, William Booth s’est levĂ© aussitĂŽt avec l’ArmĂ©e du Salut et a continuĂ©. C’est vrai. Pourquoi? Parce que les MĂ©thodistes s’étaient organisĂ©s! C’est la vĂ©ritĂ©! Ils en ont fait une organisation, et Dieu dit: “Je hais cela!”.

125     VoilĂ  donc William Booth qui vient et qui prend la relĂšve avec l’ArmĂ©e du Salut, et eux, qu’ont-ils fait? La mĂȘme chose! Ils se sont dĂ©tournĂ©s et ont fait une organisation! AprĂšs lui sont venus les Campbellistes qui ont subsistĂ© un peu de temps, puis ce fut au tour de John Smith avec les Baptistes; aprĂšs cela sont venus les NazarĂ©ens, et aprĂšs les NazarĂ©ens, la PentecĂŽte.

126     Qu’ont fait les NazarĂ©ens? Ils ont fait de leur mouvement une dĂ©nomination!

127     Qu’est-il arrivĂ© ensuite? Deux petites branches sont sorties, l’Église de Dieu, etc. Qu’ont-ils fait? Ils se sont organisĂ©s, et Dieu les a laissĂ© aller.

128     AprĂšs cela, les PentecĂŽtistes sont venus avec la bĂ©nĂ©diction de la derniĂšre pluie, et qu’ont-ils fait? Ils se sont organisĂ©s, et Dieu les a laissĂ© aller. C’est vrai!

129     Maintenant, nous arrivons Ă  la fin, et vous allez recevoir quelque chose de vraiment fort dans quelques instants.

130     Il vous veut chauffĂ©s Ă  blanc, ou glacĂ©s: l’un ou l’autre. Ne soyez pas tiĂšdes! Ne prĂ©tendez pas avoir quelque chose que vous n’avez pas; soyez enflammĂ©s pour Dieu, ou retournez dans l’organisation. Ne soyez pas tiĂšdes!

131     C’est la mĂȘme chose maintenant! C’est la mĂȘme chose qui est arrivĂ©e dans ces Ă©glises, ici. Il vous veut bouillant ou froid. Il ne veut pas de tiĂšdes. C’est lĂ  que la PentecĂŽte en est arrivĂ©e Ă  un Ă©tat de tiĂ©deur. De temps en temps, ils se mettent au piano et s’accompagnent de quelques tambours et ils s’amusent Ă  faire un peu de bruit; quand ils ont fait assez de musique, quelqu’un se lĂšve et se met Ă  dire: «Louange au Seigneur! AllĂ©luia!». Et la musique s’arrĂȘte peu Ă  peu
 «La, la, la, la », et c’est tout. Oh, cela donne la nausĂ©e Ă  Dieu! Vous comprenez? Bien!

132     Il ne se passe plus grand chose, comme par exemple un rĂ©veil bouillant tombant sur eux, mais par contre, il y a plein de trucs mĂ©caniques dans ces Ă©glises, vous voyez, car ils sont riches, oh oui! Ils se rassemblent, font de grandes rĂ©unions et tout le reste. Ils ont eu de bons moments, dans ces Ă©glises, c’est vrai, mais maintenant, tout est devenu machinal et mĂ©canique, et il n’y a plus la chaleur du Saint-Esprit.

133     Voyez ce qu’Il dit:
    Je connais tes oeuvres, — que tu n’es ni froid ni bouillant. Je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant!
    Ainsi, parce que tu es tiĂšde, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche!

134     Il dit: “J’aimerais. que tu fusses froid ou chaud. Parce que tu ne l’es pas, il faut que Je me dĂ©barrasse de toi, c’est tout! Il faut que Je te rejette de Ma bouche”.

135     Ils sont pleins d’argent, ils ont de grands bĂątiments, ils ont de grandes entreprises en route, mais ils n’ont pas la chaleur du Saint-Esprit. Ils ont une machinerie, un systĂšme. Ils ont constituĂ© une Église UnifiĂ©e. Ils ont les plus grands bĂątiments qu’ils aient jamais eus, et leurs affaires marchent bien; mais ils n’ont pas le Saint-Esprit! Vous voyez? Le Saint-Esprit est pourtant ce que Dieu avait envoyĂ© Ă  l’Église. Nous continuons sur ce verset 16.

136     Ils ont toutes sortes de comitĂ©s. «Oh, nous avons un bon systĂšme. L’association d’aide aux femmes ĂągĂ©es, la soirĂ©e de cartes pour les jeunes gens, le jeu de loto du vendredi soir, le basket-ball du dimanche aprĂšs-midi, le base-ball, etc., nous avons aussi la soirĂ©e de causerie pour les hommes. Oh, nous avons toutes sortes de choses!».

137     C’est moi qui vous le dis: cette Ă©glise est surchargĂ©e d’associations, de clubs, de rĂ©unions et de tout ce que vous voudrez, mais il n’y a aucune chaleur venant du Saint-Esprit. Vous voyez, vous avez un grand systĂšme, mais vous n’avez rien pour le rĂ©chauffer. Vous vous rĂ©chauffez Ă  la chaleur du monde, mais pas Ă  celle de Dieu! c’est pourquoi vous ĂȘtes tiĂšdes.

138     Et vous avez plus de membres que jamais! «C’est vrai, mon cher! nous avons eu un million de plus en 1944!» ont dit les Baptistes. Mais qu’est-ce que tout cela? Une grande machine!

139     C’est dans cette mĂȘme Ă©glise que j’ai entendu demander une interruption de la rĂ©union de quinze minutes pour donner au pasteur, aux diacres et Ă  tous, l’occasion de sortir un moment pour fumer une cigarette. Vous voyez? VoilĂ  oĂč on en est. Pourtant, la Bible condamne clairement cela! “Si quelqu’un dĂ©truit le temple de Dieu, Dieu le dĂ©truira
” (1 Cor. 3.17).

140     Les mĂ©decins condamnent la cigarette. Ils disent: «Elle est trĂšs cancĂ©rigĂšne». Mais si l’on Ă©coute la radio, on entend: “Un filtre pour l’homme qui rĂ©flĂ©chit”. [Il s’agit d’un slogan publicitaire qui dit: “À smoking man’s filter with a thinking man’s filter”, que l’on peut traduire ainsi: «Une cigarette pour le fumeur, avec un filtre pour l’homme qui rĂ©flĂ©chit». C’est-Ă -dire un filtre pour l’homme qui a le souci de sa santĂ©, tout en voulant continuer Ă  fumer — N.D.É.]

141     Comme le disait Billy Graham: «Celui qui rĂ©flĂ©chit de cette maniĂšre n’est qu’un insensĂ©!».

142     Â«Le filtre de l’homme qui rĂ©flĂ©chit ». Un homme qui rĂ©flĂ©chit rĂ©ellement ne fume pas! Il y regarde Ă  deux fois. Mais on dit aux femmes que ça les amincit et qu’ainsi elles pourront porter ce nouveau genre de vĂȘtements Ă  la mode. Et cela fait vendre des cigarettes! Il y a plus de femmes que d’hommes qui fument la cigarette, et les femmes en fument trois fois plus que les hommes maintenant. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©! C’est parce qu’elles veulent devenir minces. Elles ne comprennent pas que c’est la tuberculose et le cancer sous forme embryonnaire qui les rendent ainsi et que cette saletĂ©, en entrant en elles, les dĂ©vore et les tue. Rien d’autre que du mal ne peut sortir de cela! C’est vrai! Vous voyez? Et ces gens qui disent: «Le filtre de l’homme qui rĂ©flĂ©chit!».

143     Vous direz: «Non, frĂšre Branham, je m’élĂšve contre cela! Nous avons de grandes rĂ©unions! Regardez ce que Billy Graham a fait dans le pays tout entier!». Oh, certes, c’est un grand systĂšme, avec des Ă©vangĂ©listes payĂ©s et des meneurs de chant rĂ©munĂ©rĂ©s!

144     Oui, ils paient leurs Ă©vangĂ©listes! «Combien me donnerez-vous si je viens faire cette rĂ©union de rĂ©veil? Eh bien, si vous ne pouvez pas me donner tant de milliers de dollars, je ne viendrai pas! Et qui allez-vous engager pour conduire les chants? Engagez Untel, c’est un grand soliste! Il remplira Ă  lui tout seul la moitiĂ© de la salle!».

145     Des solistes payĂ©s! Des Ă©vangĂ©listes payĂ©s! Cela en arrive au point oĂč gagner les Ăąmes est un commerce. Gagner les Ăąmes, ce n’est pas l’affaire de l’église, c’est l’affaire du Saint-Esprit manifestant Sa puissance dans l’église. Gagner les Ăąmes appartient Ă  Dieu, vous n’achetez pas cela avec de l’argent! Certainement pas! Non! Tout cela, ce sont des oeuvres, des oeuvres, des oeuvres! Ces Ă©vangĂ©listes payĂ©s, ces meneurs de chant payĂ©s, ces chorales payĂ©es et tout le reste! Dieu ne veut pas de cela, ce sont des oeuvres! Dieu ne veut pas d’oeuvres, Il veut le Saint-Esprit oeuvrant en vous. C’est vrai!

146     Le verset 17 dit:
    Parce que tu dis: Je suis riche, et je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et que tu ne sais pas que toi, tu es le malheureux et le misĂ©rable, et pauvre et aveugle, et nu


147     Ils pensent qu’ils sont riches, ces PentecĂŽtistes dans ces Ă©glises du dernier Ăąge! Ils pensent
 extĂ©rieurement, ils le sont! Certes, ils sont riches! Pensez un instant Ă  cette Ă©glise, Ă  ce qu’elle Ă©tait il y a quelques annĂ©es, se tenant au coin des rues, rejetĂ©e d’un endroit Ă  l’autre, passant par des temps difficiles. Mais maintenant, ils ont quelques-uns des bĂątiments les plus grands qui existent.

148     Voyez oĂč en Ă©taient les AssemblĂ©es de Dieu: elles tenaient leurs rĂ©unions dans un simple bĂątiment de bois un peu comme celui-ci. Maintenant, elles construisent un bĂątiment de six millions de dollars! Et ils disent: «JĂ©sus va bientĂŽt revenir!»  Vos oeuvres prouvent que vous ne le croyez pas! C’est de l’hypocrisie! Ils bĂątissent des immeubles de millions de dollars et font des choses comme cela, tout en disant: «JĂ©sus vient bientĂŽt!». Et les pauvres missionnaires, dans les champs de mission, qui n’ont mĂȘme pas de chaussures, de vrais missionnaires craignant Dieu, sans chaussures et vivant de deux rations de riz par semaine! Ils ne mangent que deux fois la semaine afin de pouvoir apporter l’Évangile Ă  travers la jungle, pour L’apporter Ă  leurs frĂšres! Et nous construisons des bĂątiments de six millions de dollars et des Ă©glises avec de grands vitraux et tout le reste, et nous mettons tout cet argent dans ces choses! Oh, ils gagnent tellement d’argent que parfois ils constituent des sociĂ©tĂ©s de crĂ©dit au sein mĂȘme de leur Ă©glise. C’est vrai!

149     Ils ont un mĂ©decin pour examiner leurs Ă©vangĂ©listes ou leurs missionnaires. Si quelqu’un veut aller dans les champs de mission, on lui fait passer un examen mĂ©dical ou un examen psychiatrique pour voir si son quotient intellectuel est bon. C’est le Saint-Esprit qui examine cela, vous n’avez pas besoin de psychiatre!

150     Â«Nous sommes riches, nous n’avons besoin de rien!». Oh, c’est certain. Vous ĂȘtes pleins d’argent! ExtĂ©rieurement, vous ĂȘtes dans l’abondance. Vous avez de grands bĂątiments, des vitraux, etc.

151     Et vous avez des prĂ©dicateurs Ă©loquents! Oh, c’est moi qui vous le dis, ils sont vraiment Ă©loquents! Ils pourraient rester toute une nuit Ă  parler — sans rien dire! Quand ils viennent
 je pense aux choses qu’ils ne devraient pas dire. Il y en a un qui se lĂšve; il se met Ă  parler un peu sur ceci et sur cela. Vous savez comment c’est, Ils ont des chanteurs rĂ©munĂ©rĂ©s, c’est vrai, et des prĂ©dicateurs Ă©loquents. Lorsque ceux-ci montent en chaire, s’ils ne sont pas tirĂ©s Ă  quatre Ă©pingles avec un col raide et une sorte de redingote, alors leur auditoire se sent tout dĂ©contenancĂ©.

152     Et ces chanteurs arrivent. Les femmes ont les cheveux coupĂ©s comme JĂ©zabel et assez de peinture sur le visage pour peindre une grange! DĂšs qu’elles ont quittĂ© leur robe de choeur, elles portent des shorts et des vĂȘtements d’homme, et la Bible dit: “Si une femme porte un vĂȘtement d’homme, c’est une abomination aux yeux de Dieu!”. Elles marchent dans la rue en relevant tellement le nez que s’il pleuvait, cela les noierait! Des JĂ©zabel rusĂ©es, arrogantes et hautaines! C’est pourquoi nous n’avons pas de rĂ©veil, tout cela n’est qu’une grande machine.

153     Oh, elles peuvent bien avoir une voix semblable Ă  celle d’un archange, mais Dieu leur en redemandera compte! Ces Elvis Presley et autres, Ernie Ford, ou quelque soient leurs noms, qui utilisent leur belle voix pour le diable! Dieu a dit: “Je le redemanderai de leurs mains”.

154     La raison pour laquelle je respecte Fanny Crosby, c’est qu’elle n’a jamais vendu son don au monde. Elle l’a gardĂ© pour Dieu.

155     Beaucoup de ces gens, chanteurs Ă©loquents, hommes Ă©loquents, grands hommes, etc., au lieu d’employer leurs talents pour Dieu, le diable les a pervertis et ils se mettent Ă  travailler pour Satan. Des personnalitĂ©s de la radio et de la tĂ©lĂ©vision se vendent entiĂšrement au monde au lieu de donner leurs talents Ă  Dieu. Certaines d’entre elles vont chanter Ă  l’église en mettant une grande et belle robe de choeur, puis le lendemain soir, elles retournent chanter le rock’n’roll. C’est comme ces chanteurs que nous connaissons et qui appartiennent Ă  certaines Ă©glises; ils font des films et chantent le rock’n’roll. Ce sont les rois du rock’n’roll, et ils se prĂ©tendent religieux! C’est un piĂšge du diable!

156     J’ai connu un homme qui eut assez de simple bon sens. Il disait qu’il allait devenir prĂ©dicateur, alors il devait prĂȘcher le dimanche, puis il s’en allait Ă  la station radio pour chanter du rock’n’roll et des choses de ce genre. Pour finir, il a pris un pistolet et s’est fait sauter la cervelle. Je respecte cet homme pour avoir fait cela! C’est vrai! Il avait au moins autant de bon sens que ces pourceaux: quand le diable fut en eux, ils se prĂ©cipitĂšrent dans la mer et se noyĂšrent. Certaines personnes n’en ont mĂȘme pas autant!

157     Je n’aime pas Ă  ĂȘtre dur comme cela, mais, frĂšres et soeurs, il faut que vous vous enfonciez cela profondĂ©ment dans la tĂȘte! C’est dans ces temps-lĂ  que nous vivons! Je suppose que si JĂ©sus a traitĂ© HĂ©rode de “vieux renard”, et si Jean les a traitĂ©s de “race de vipĂšres”
 Bien!

158     Ils ont de vastes bĂątiments, des vitraux, des prĂ©dicateurs Ă©loquents, des chanteurs rĂ©munĂ©rĂ©s. Certainement! Mais qu’est-ce qu’il y a dans tout cela? Rien du Saint-Esprit! Elles viennent chanter dans le choeur, mais dans la rue, elles portent des shorts. MisĂ©rables hypocrites! Parfaitement!

159     Et vous, prĂ©dicateurs qui allez Ă  un endroit plutĂŽt qu’à un autre parce que l’on vous y donne plus d’argent! Canailles! Vous n’ĂȘtes mĂȘme pas dignes de monter en chaire. L’argent! «Si vous ne pouvez pas nous procurer tant de milliers de dollars, nous ne pourrons pas venir. Nos administrateurs viendront: si vous pouvez rassembler la somme, nous viendrons. Si je ne puis avoir une totale coopĂ©ration avec tous, je ne viendrai pas. Si toutes les Ă©glises ne coopĂšrent pas complĂštement afin que j’aie assez d’argent pour payer mes dettes, je ne viendrai pas!».

160     FrĂšres, un vĂ©ritable homme de Dieu ira de toute maniĂšre, si le Saint-Esprit le conduit, mĂȘme s’il doit se contenter de boire de l’eau du robinet. Il se contentera de biscuits secs et boira de l’eau du robinet. C’est vrai, c’est cela, le vrai serviteur de Dieu.

161     Mais les gens se lient eux-mĂȘmes avec des Ă©missions de radio et de tĂ©lĂ©vision et toutes sortes de choses du monde, jusqu’au point oĂč il leur faut ce genre d’argent, celui du monde. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©! Cela ne vient pas de Dieu.

162     â€œJe suis riche et je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien!”. Bien sĂ»r! Mais la chose mĂȘme dont vous auriez besoin, vous ne l’avez pas. C’est vrai! mais vous ne le savez pas. Vous voyez! “Je suis riche, et je n’ai besoin de rien”. Ils sont payĂ©s pour faire les choses qu’ils font et jouent Ă  l’argent. Vous dites: «Nous avons de grandes assemblĂ©es! Et vous savez, le maire de la ville vient Ă  notre Ă©glise. Et aussi le grand Untel, quand il vient ici, il vient Ă  notre Ă©glise. Nous avons tous les gens cĂ©lĂšbres, dans notre Ă©glise!».

163     Si le pauvre et le nĂ©cessiteux viennent dans votre Ă©glise, ils sont un reproche vivant pour vous. Vous n’en voulez pas! Vous avez peur que quelqu’un dise «Amen!» pendant que vous prĂȘchez.

164     C’est comme cette femme dont j’ai lu l’histoire. Elle avait Ă©levĂ© ses enfants dans une Ă©glise Ă  l’ancienne mode, au fond des bois, quelque part oĂč les gens Ă©taient vraiment pieux. Un jour, un jeune gars est venu et a Ă©pousĂ© sa fille. Il disait appartenir Ă  une grande Ă©glise de la mĂȘme dĂ©nomination, en ville. Il avait dit Ă  la mĂšre qu’il Ă©tait chrĂ©tien. Il Ă©pousa la fille et l’emmena.

165     Ils finirent par la faire quitter cette vieille petite Ă©glise de campagne pour l’emmener dans cette grande et belle Ă©glise qui avait le mĂȘme nom; mais lĂ -bas, dans les montagnes, ils avaient le Saint-Esprit; ici, ils n’avaient rien. Ils allĂšrent donc dans cette grande et belle Ă©glise.

166     Un jour, la maman fit savoir Ă  sa fille qu’elle allait venir la voir. Ses enfants se demandĂšrent ce qu’ils pourraient bien faire d’elle. Lorsqu’elle arriva, on aurait dit un personnage sorti d’un vieil album! Elle avait une de ces robes au col boutonnĂ© jusqu’au menton, vous savez, et de longues manches; elle s’était fait un chignon qui avait l’air d’un oignon. Lorsqu’elle arriva chez eux, elle leur dit: «AllĂ©luia, mes chĂ©ris! comment allez-vous tous? Demain matin, c’est dimanche. Vous allez tous Ă  la rĂ©union, n’est-ce pas?».

167     Mais ses enfants parlĂšrent entre eux, et son beau-fils dit Ă  sa femme: «Qu’allons-nous faire d’elle? Nous ne pouvons pas la prendre Ă  la rĂ©union comme cela! Je ne sais vraiment pas que faire!». Alors, il alla dire Ă  sa belle-mĂšre: «Maman, je voudrais vous dire quelque chose ».

168     Elle lui rĂ©pondit: «Oh, mais je ne peux pas me passer d’aller Ă  l’église! Il y a certainement une Ă©glise telle et telle dans les environs
 Oh, j’en ai vu une, lĂ -bas au coin, je vais y aller!».

169     Les enfants se dirent l’un Ă  l’autre: «Bon, il va falloir que nous y allions!».

170     Ils y allĂšrent donc. Ils la laissĂšrent partir la premiĂšre, parce qu’ils avaient honte d’elle. Elle traversa la rue dans ce vĂȘtement dĂ©suet, sa Bible sous le bras. FrĂšres, elle n’avait peut-ĂȘtre pas son nom dans le rĂ©pertoire des cĂ©lĂ©britĂ©s, mais j’ai l’impression que son nom Ă©tait inscrit dans le Livre de Vie de l’Agneau. C’était l’essentiel!

171     Elle entra dans l’église et s’installa au fond; elle ouvrit sa Bible, se mit Ă  lire. Tout le monde commençait Ă  se retourner en se demandant d’oĂč venait cette espĂšce d’antiquitĂ©. Ils se retournaient comme cela, avec des «oh, lĂ , lĂ !». Avec tous leurs beaux vĂȘtements, leurs belles robes, vous savez, c’était la LaodicĂ©e typique. Ils se retournĂšrent pour voir cette petite dame assise lĂ  au fond, lisant sa Bible, un sourire rayonnant sur son visage.

172     AprĂšs tous leurs prĂ©liminaires, il ne restait plus au pasteur que quinze minutes pour prĂȘcher. Il se leva et dit: «Le Seigneur est bon!».

173     Alors, la petite vieille s’écria: «LouĂ© soit Dieu! c’est vrai! AllĂ©luia!». Tous les gens se retournĂšrent, tendant le cou comme des oies, se demandant: «Qui est-ce?».

174     Le pasteur se racla la gorge: «Hem, hem, hem!» et dit: «En tout temps, les chrĂ©tiens devraient ĂȘtre courageux, de bons et nobles chrĂ©tiens!» — ou quelque chose de ce genre.

175     Elle s’écria: «Dieu soit louĂ©! c’est vrai!». Tout le monde se retourna de nouveau.

176     Le pasteur fit de nouveau: «Hem, hem!» et jeta un regard significatif vers les diacres.

177     Enfin, un diacre comprit. Il alla vers la vieille dame, la prit par le bras et la conduisit dehors en disant: «Vous interrompez le pasteur!».

178     Vous ĂȘtes mort, et vous ne le savez pas! Oui! À quoi vous servent vos vitraux et vos siĂšges rembourrĂ©s? Et que sont toutes vos grandes assemblĂ©es? Vous allez tout droit vers l’enfer, comme la martre Ă  son trou! Car si vous n’avez pas l’Esprit de Dieu, vous ĂȘtes perdu! Si vous n’ĂȘtes pas nĂ© de nouveau, vous ne pouvez voir le Royaume de Dieu!

179     C’est quelque chose d’amer Ă  avaler! C’est comme quand je prenais de l’huile de ricin. Je disais: «Maman, je ne peux pas la supporter!».

180     Elle me rĂ©pondait: «Si cela ne te rend pas malade, alors cela ne te servira Ă  rien». Je crois que c’est Ă©galement vrai pour ces choses-ci.

181     Oh, si jamais vous voulez leur parler
 Ils ont de beaux et grands bĂątiments, et tout le reste. Si vous allez Ă  leur Ă©glise et que vous leur demandiez: «Etes-vous PentecĂŽtistes?», ils vous rĂ©pondront: «Oh oui, bien sĂ»r, nous sommes PentecĂŽtistes!».
    â€” «Croyez-vous en la nouvelle naissance?».
    â€” «Bien sĂ»r!».
    â€” «Eh bien, je voudrais vous montrer quelque chose». Mais ils vous coupent la parole!

182     â€” «Regardez ce bĂątiment! Savez-vous combien il a coĂ»tĂ©? Trois quarts de million de dollars! Vous savez, autrefois, nous n’avions pas cela: nous allions prĂȘcher dans la rue!». OĂč que vous portiez vos regards, vous voyez leurs richesses. C’est vrai! Et eux disent: «Vous voyez toutes ces grandes choses que nous avons!». Mais ils n’ont pas sur leur coeur le fardeau des Ăąmes perdues! Ils veulent toujours vous montrer combien de bĂątiments ils ont. «Regardez notre registre d’école du dimanche, comme il est grand». “Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien”.

183     C’est pour cela qu’Il a dit: «C’est ce que vous croyez, mais vous ne savez pas que vous ĂȘtes pauvres, malheureux, misĂ©rables, aveugles, et nus. Vous ne le savez pas!». Vous voyez? C’est ainsi!

184     Ils disent, bien sĂ»r: «Vous savez, la petite Ă©glise que nous avions autrefois lĂ -bas est devenue cette grande Ă©glise-ci!». Mais, comme je vous le dis, ils n’ont pas le fardeau des Ăąmes, mais leur fardeau, c’est l’entretien de ces grands bĂątiments! L’entraide fĂ©minine et tout le reste, il faut bien s’en occuper, mais ils n’ont pas le fardeau des Ăąmes! Oh, dans quel triste Ă©tat cette Ă©glise est tombĂ©e!

185     Ils n’avaient pas le fardeau des Ăąmes, mais celui de leur richesse. C’est vrai! Ils portaient le mauvais fardeau. Ils avaient le fardeau de leur richesse, mais pas le fardeau des Ăąmes perdues. L’Écriture dit: “Ils ne savaient pas qu’ils Ă©taient malheureux, misĂ©rables, aveugles!”.

186     Ils croyaient pouvoir amasser de l’argent et convertir le monde. «Oh, si seulement nous pouvions faire un programme pour recueillir beaucoup d’argent, je crois que nous pourrions convertir le monde entier! FrĂšre Branham, si nous pouvions dĂ©cider quelques-uns des riches de notre Ă©glise, je crois que nous pourrions crĂ©er une sociĂ©tĂ© qui pourrait aller partout et convertir le monde entier. Nous prendrions des avions, et pourrions semer de la littĂ©rature surie territoire de l’Afrique tout entiĂšre et faire des choses comme cela. Si nous avions seulement un peu d’argent!».

187     FrĂšres, ce n’est pas l’argent qui convertira le monde. Le monde sera converti par la prĂ©dication puissante du Saint-Esprit, et la Croix sera la seule chose qui convertira le monde. Le programme de Dieu, ce n’est pas l’argent. C’est le Saint-Esprit! VoilĂ  ce qu’est le programme de Dieu pour l’ñge de l’église de LaodicĂ©e, comme d’ailleurs pour tous les autres Ăąges de l’église. Certainement!

188     Ce dont ils ont besoin, c’est du Saint-Esprit! Ils disent: «Nous avons de l’or». Bien sĂ»r que c’est de l’or, mais pas de la bonne sorte. Ils avaient de l’or en quantitĂ©, mais pas de la bonne sorte! C’est pourquoi ils furent repris par JĂ©sus qui leur dit:
    Parce que tu dis: Je suis riche, et je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien
 je te conseille d’acheter de moi de l’or passĂ© au feu
 (une sorte d’or diffĂ©rente, un or qui a Ă©tĂ© Ă©prouvĂ© dans une fournaise ardente, qui a passĂ© par le feu de la mort, quia passĂ© par le Calvaire et en est sorti).

189     Une grande partie de cet or que vous avez maintenant est terni, il va se corrompre et se rouiller. Si vous voulez le noter, cela se trouve dans Jacques 5.1,2; alors, vous comprendrez ce que cela veut dire:
    Ă€ vous, maintenant, riches! Pleurez et gĂ©missez Ă  cause des malheurs qui viendront sur vous. Vos richesses sont pourries et vos vĂȘtements rongĂ©s par les teignes!
    Vous voyez, voilĂ  la sorte d’or qui se corrompt!

190     Mais l’or que JĂ©sus donne, c’est le Saint-Esprit, l’Huile dorĂ©e de l’Esprit, qu’il dĂ©verse dans votre coeur. Et II nous donne un conseil: “Je te conseille d’acheter de moi de l’or passĂ© au feu, afin que tu deviennes riche
”. Oh, oui!

191     Ils Ă©taient aussi aveugles. C’est un triste Ă©tat que celui de l’aveugle! Mais je pense que ces chrĂ©tiens Ă©taient plutĂŽt myopes qu’aveugles. Je crois qu’ils Ă©taient myopes. Les seules choses qu’ils pouvaient voir, c’étaient leurs grandes assemblĂ©es, leurs belles chorales avec leurs belles robes de choeur et toutes ces choses-lĂ . Je pense qu’ils Ă©taient simplement myopes et pouvaient Ă  peine voir plus loin que le bout de leur nez. Je ne pense pas qu’ils Ă©taient aveugles, ils Ă©taient seulement myopes. Tout ce qu’ils pouvaient voir c’était: “Comment, vous ne le savez pas? Nous appartenons Ă  ceci et Ă  cela!”. — Ă  leurs grandes dĂ©nominations, avec leurs grandes foules, leurs nombreux membres, leurs Ă©coles du dimanche, leurs beaux bĂątiments!

192     â€œMais ce dont ils avaient besoin, c’était du Saint-Esprit”, dit JĂ©sus. Ils avaient besoin du Saint-Esprit! C’est pourquoi le Seigneur leur dit: “Tes yeux sont si mauvais, tu es si myope que tu ne peux rien voir que ta grande Ă©glise, ta grande et belle assemblĂ©e, le maire de la ville et les autres notables qui viennent Ă  ton Ă©glise, et tu as chez toi des cĂ©lĂ©britĂ©s. Mais Moi, tu M’as oubliĂ©!”
    â€Špauvre, aveugle et nu: je te conseille d’acheter de moi
 un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.

193     Il est Ă©trange que ces docteurs en thĂ©ologie n’en aient point, n’est-ce pas? Ils ont beaucoup de parfum, beaucoup de thĂ©ologie. Mais ils ont besoin d’un collyre, le Saint-Esprit de Dieu, afin d’oindre leurs yeux, en sorte qu’ils puissent considĂ©rer la venue du Seigneur, considĂ©rer la Bible, considĂ©rer la Parole. Ils savent comment dire «ù-Ăą-mĂšne!» Ă  la perfection! Ils ont tous les parfums et tous les onguents. Mais la Bible dit qu’ils ont besoin d’un collyre. Elle dit: “Tu as besoin d’un collyre pour oindre tes yeux, et cela les ouvrira”.

194     Autrefois, quand j’étais petit garçon
 je crois que je l’ai dĂ©jĂ  dit ici, dans cette Ă©glise, mais cela me vient Ă  l’esprit maintenant. J’ai Ă©tĂ© Ă©levĂ© lĂ -bas dans les montagnes du Kentucky, du moins en partie, et nous vivions dans une vieille baraque en planches. Il y avait une petite piĂšce Ă  l’étage dans laquelle nous avions nos paillasses. Et, sur cette paillasse, il y avait un sac garni de plumes. Je ne sais pas si vous savez ou non ce qu’est un sac de plumes, ou une paillasse; nous Ă©tions trop pauvres pour avoir un lit. Papa et maman avaient le lit en bas. Nous grimpions par une petite Ă©chelle dans la piĂšce du haut, et parfois, maman Ă©tendait un morceau de toile par-dessus les couvertures et tout. Lorsque nous Ă©tions couchĂ©s, nous pouvions compter les Ă©toiles entre ces vieilles planches. Nous Ă©tions Ă©clairĂ©s par la lumiĂšre de la lune, vous savez, car il y avait des trous gros comme cela dans le toit.

195     S’il se mettait Ă  neiger ou Ă  pleuvoir, nous les petits, nous nous blottissions sous cette toile afin de ne pas ĂȘtre mouillĂ©s. Parfois, Ă  cause du vent qui soufflait Ă  travers ces trous, nous attrapions des rhumes, et nos yeux restaient collĂ©s. Vous savez, ils Ă©taient fermĂ©s par le froid. Quand maman nous appelait le matin pour descendre, je disais: «Je ne peux pas venir, maman, parce que mes yeux sont tout collĂ©s!». J’avais cette chose dans les yeux, vous savez, Ă  cause du froid. Je ne pouvais plus les ouvrir. Un des petits Ă©tait encore couchĂ©, et moi et Humpy et les autres, essayions de lui ouvrir les yeux, mais nous n’y arrivions pas.

196     Mon grand-pĂšre Ă©tait trappeur, il trappait le raton laveur. Chez nous, la graisse de raton laveur Ă©tait une panacĂ©e. On cirait les chaussures avec la graisse de raton laveur. Lorsqu’on avait le croup, ma mĂšre y mĂȘlait de la tĂ©rĂ©benthine, et nous faisait avaler cela.

197     Quand nos paupiĂšres Ă©taient collĂ©es, maman courait Ă  la cuisine prendre son grand bol de graisse de raton laveur qu’elle mettait chauffer. Quand la graisse Ă©tait bien chaude, maman montait et nous massait les yeux jusqu’à ce que la graisse ait bien pĂ©nĂ©trĂ©. Au bout d’un moment, je pouvais ouvrir les yeux. La graisse les avait ouverts.

198     Je vous le dis, nous avons eu de terribles vagues de froid! Une vague de froid a balayĂ© le pays! Les Baptistes disent: «Le temps des miracles est passĂ©. Le Saint-Esprit, cela n’existe pas, nue parler en langues. Il n’y a pas de baptĂȘme au Nom du Seigneur JĂ©sus!». Oh, il y a eu toutes sortes de courants froids, et beaucoup d’yeux ont Ă©tĂ© fermĂ©s par une sorte de froid spirituel. Il faudra plus que de la graisse de raton laveur pour leur ouvrir les yeux, frĂšres! Il faudra un nouveau baptĂȘme du Saint-Esprit qui massera leurs yeux et les nettoiera, et vous guĂ©rira de votre myopie, afin que vous puissiez voir que la Parole de Dieu est la VĂ©ritĂ©. C’est vrai! “Je te conseille d’acheter de Moi un collyre”. Quelque chose pour oindre vos yeux, vous comprenez!

199     Les docteurs en thĂ©ologie ont leur propre thĂ©ologie, leurs parfums et tout cela, mais il faut plus que cela. Seul le Saint-Esprit peut donner la vision spirituelle qui permet de voir les puissances cĂ©lestes en action. Le Saint-Esprit, le collyre du Saint-Esprit! Un collyre, c’est une huile chaude, nous le savons, et le Saint-Esprit est l’Huile de Dieu.

200     Tous ces parfums des thĂ©ologies! — «Cher frĂšre, ce que vous faites est trĂšs bien! Il n’y a rien Ă  redire en ce qui vous concerne. Tout est en ordre! Et nous avons la plus grande Ă©glise de la ville!». Ce parfum-lĂ  n’a pas d’effet. Non! Cela vous conduira tout droit Ă  la myopie, et vous direz: «Oui, nous avons la plus grande Ă©glise!». Mais qu’arrivera-t-il au jour du Jugement qui vient, lorsque Dieu vous demandera des comptes Ă  vous, membres de l’église de LaodicĂ©e?

201     Ce n’est pas tellement pour cette assemblĂ©e-ci que je parle, mais ce que je dis est enregistrĂ© et va dans le monde entier, vous comprenez, c’est pourquoi, en ce moment, je parle en rĂ©alitĂ© Ă  plusieurs millions de personnes.

202     Nous voyons donc oĂč nous en sommes. LaodicĂ©e! Elle est tiĂšde, rĂ©trograde, myope et je ne sais quoi d’autre! Ce sont des mules! Une mule est une hybride, elle n’a pas le moindre bon sens. Si vous lui parlez, elle dresse ses grandes oreilles et se met Ă  braire: «Hi han! hi han!». Il n’y a aucune douceur en elle. C’est une hybride qui est Ă  mi-chemin entre le cheval et l’ñne. C’est cela le problĂšme, aujourd’hui: vous mettez ensemble le NicolaĂŻsme et LaodicĂ©e, et vous obtenez de nouveau une mule! Ils ne le savent pas! Vous leur parlez de la guĂ©rison divine, du baptĂȘme au Nom de JĂ©sus, etc., et ils disent: «Hi han! mon pasteur ne croit pas
 Hi han! nous ne croyons pas cela, nous les PresbytĂ©riens». Ignorants! C’est bien le mot qui leur convient! Que sont-ils?

203     Je dĂ©teste les mules. Mais combien j’aime un bon cheval de race! On peut lui apprendre quelque chose! On peut lui apprendre Ă  saluer, il peut travailler dans les cirques, il agit presque comme un ĂȘtre humain, parce qu’il sait quelque chose. Il a un pedigree. Une mule ne sait pas qui Ă©taient son pĂšre ou sa mĂšre, et elle ne peut se reproduire. C’est le cas de certaines de ces vieilles dĂ©nominations froides et formalistes: elles ne peuvent plus jamais se relever. C’est pourquoi l’église devient une dĂ©nomination: elle est morte! Elle ne ressuscitera jamais plus. Qu’est-ce que c’est? Une hybride!

204     Les LuthĂ©riens Ă©taient trĂšs bien, mais quand ils s’organisĂšrent, que firent-ils? Les MĂ©thodistes Ă©taient trĂšs bien, mais quand ils s’organisĂšrent, que firent-ils? Le PentecĂŽtisme Ă©tait trĂšs bien, mais quand vous l’avez organisĂ©, qu’avez-vous fait? Vous avez hybridĂ© cela, vous l’avez croisĂ© avec l’église Catholique nicolaĂŻte. C’est exactement ce que vous avez fait! Vous avez pris sa forme de baptĂȘme, vous avez pris ses maniĂšres et ses façons, et la Bible dit: “Tu es une fille de prostituĂ©e, une prostituĂ©e! une fille de prostituĂ©e!”. C’est parfaitement vrai!

205     Un bon cheval de pure race est doux. C’est un bon cheval, comme je les aime. Il pose sa tĂȘte sur votre Ă©paule, il est affectueux. Pourquoi? Il sait qui est son pĂšre, qui est son grand-pĂšre, il sait qui Ă©tait le grand-pĂšre de son pĂšre. Il peut remonter dans sa gĂ©nĂ©alogie, il a un pedigree!

206     Et j’aime voir un vĂ©ritable chrĂ©tien pur sang! Non pas comme ceux qui collectionnent les lettres d’adhĂ©sion, MĂ©thodistes la semaine passĂ©e, Baptistes cette semaine, PentecĂŽtistes la semaine prochaine, et PĂšlerins de la SaintetĂ© la semaine suivante! Ils ne connaissent ni pĂšre, ni mĂšre. Mais permettez-moi de vous dire qu’un homme nĂ© de l’Esprit de Dieu peut vous ramener tout droit au jour de PentecĂŽte: il a un pedigree, celui de PentecĂŽte! Amen! Je veux ĂȘtre de PentecĂŽte du sommet de la tĂȘte Ă  la plante des pieds! Je ne parle pas de la dĂ©nomination PentecĂŽtisme, mais de la vĂ©ritable puissance du Christ ressuscitĂ©, de la vĂ©ritable bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte.

207     Un collyre pour ouvrir vos yeux, afin que vous puissiez regarder en arriĂšre et voir d’oĂč l’église est venue. Vous regardez seulement ce que l’église est aujourd’hui! Regardez en arriĂšre et voyez d’oĂč elle vient! Continuez d’avancer vers Dieu et vous vous Ă©loignerez de l’église actuelle. Certainement!

208     Bien, j’ai encore notĂ© autre chose; il est dit: “Ils sont nus”. “Tu ne connais pas que toi, tu es
 nu (c’est certain!)”.

209     Oh, ils sont nus et ne le savent pas! Quelle triste situation que celle de l’homme malheureux, aveugle, misĂ©rable et nu! S’il le sait, il se sortira de lĂ ; mais s’il ne le sait pas, le pauvre ĂȘtre n’a plus son bon sens! N’est-ce pas vrai? Oh! le Seigneur ne mĂąche pas Ses mots! Cet homme n’a plus son bon sens, il n’en sait pas assez pour s’en sortir.

210     Si vous voyez dans la rue quelqu’un qui est pauvre, misĂ©rable, aveugle, malheureux et nu, et que vous lui dites: «FrĂšre, tu es nu!», il s’écriera: «Oh, c’est vrai? Oh, frĂšre, faites-moi entrer quelque part, aidez-moi Ă  m’habiller!».

211     Mais si vous allez leur demander: «Dites, avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?», ils vous rĂ©pondront:

212     Â«N’ĂȘtes-vous pas un de ces exaltĂ©s? Que prĂ©tendez-vous me dire? Ne me parlez pas ainsi! Je suis PresbytĂ©rien
 je suis Baptiste
 je suis ceci
 je suis cela! ».

213     Ils sont nus et ne le savent pas! Ce n’est pas moi qui ai dit cela, c’est la Bible, lorsque Elle parle de cet Ăąge: “
 tu ne connais pas que toi, tu es nu. Je te conseille d’acheter de moi
 des vĂȘtements blancs
”. Il a dit: “des vĂȘtements blancs”. Ils sont pour les saints, c’est la justice des saints. Vous voyez?

214     Nus? Bien sĂ»r! Certainement! Vous pouvez bien dire: «FrĂšre Branham, il ne s’agit pas de notre Ă©glise! C’est l’église la mieux habillĂ©e de toute la ville!». Je n’en doute pas! Vous ĂȘtes Ă  la derniĂšre mode, vos vĂȘtements sont coupĂ©s dans les meilleurs tissus, vous ĂȘtes Ă  la derniĂšre mode des stars d’Hollywood, vous ĂȘtes si provocantes que vous attirez l’attention de tous les hommes dans la rue! C’est vrai!

215     Une dame m’a dit: «FrĂšre Branham, que pouvons-nous faire d’autre? Nous achetons ces robes dans les magasins: c’est tout ce que nous trouvons».

216     Mais je lui dis: «On vend encore du tissu et des machines Ă  coudre! Vous n’avez pas d’excuse!».

217     La Bible dit: “Quiconque regarde une femme pour la convoiter a dĂ©jĂ  commis adultĂšre avec elle”. N’est-ce pas vrai? Alors, si la femme s’habille de façon provocante et s’exhibe devant un homme, qui mĂ©rite le blĂąme? Elle! C’est elle qui a commencĂ©! C’est l’exacte vĂ©ritĂ©!

218     Vous pouvez ĂȘtre aussi pure qu’un lis envers votre mari, vous pouvez ĂȘtre une jeune fille qui n’a jamais rien fait de mal dans sa vie, ĂȘtre vierge le jour de votre mariage, mais si vous vous habillez comme cela et incitez les hommes Ă  vous regarder ainsi, ils ont dĂ©jĂ  commis adultĂšre avec vous dans leur coeur. Ce pĂ©cheur vous a regardĂ©e! En tant que chrĂ©tienne, vous pouvez avoir les plus beaux habits de toute la ville et les meilleurs lainages, mais il ne convient pas Ă  une sainte de Dieu de s’habiller ainsi. C’est vrai! [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

219     â€Šc’est vrai! ce n’est pas digne d’une enfant de Dieu!

220     Elles disent: «Dans notre Ă©glise ». Etes-vous bien habillĂ©es? Elles disent que oui! “Je suis riche
 je n’ai besoin de rien”. Bien sur! Ils disent: «MĂȘme notre pasteur porte une belle grande robe, et tous les choristes ont de grandes robes de choeur!». Mais lĂ -dessous, c’est le diable qui se cache! Oui, c’est vrai! Mais je prĂ©fĂšre ne rien dire de plus Ă  ce sujet


221     Oh, toutes ces grandes choses! Des choristes vĂȘtues de longues robes, des choeurs qui se font payer pour chanter! Il faut donner tant au prĂ©dicateur, sinon il prendra une autre charge qui lui rapportera un peu plus. Il rassemblera le conseil d’administration de l’église pour leur dire: «FrĂšres, vous avez Ă©tĂ© trĂšs bons avec moi, vous m’avez donnĂ© tant par semaine. Mais dans l’autre Ă©glise PresbytĂ©rienne
 (appelez-la PentecĂŽtiste ou comme vous voudrez) 
 de lĂ -bas, ils ont promis de me donner tant de plus que vous ».

222     Alors, que peut recevoir un pauvre saint? Quelle chance a-t-il? Une pauvre petite Ă©glise remplie du Saint-Esprit, quelle chance a-t-elle? Elle n’aura jamais les moyens de s’offrir cela! C’est pourquoi, le Seigneur nous suscite quelqu’un (amen!), quelqu’un qu’Il a cueilli de Sa propre main: Il le remplit du Saint-Esprit et l’établit comme surveillant gĂ©nĂ©ral. Il l’envoie et lui dit: “Je te conseille d’acheter de Lui des vĂȘtements blancs”. La Bible dit: “Les vĂȘtements blancs sont la justice des saints”.

223     Maintenant, je crois que nous arrivons au verset 20, pour autant que je sache; oui, et nous terminerons lĂ -dessus. Écoutez attentivement, dans le silence, tandis que nous le lirons. Écoutez:
    Voici, je me tiens Ă  la porte et je frappe: si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui et je souperai avec lui, et lui avec moi.
    Celui qui vaincra, je lui donnerai de s’asseoir avec moi sur mon trĂŽne, comme moi aussi j’ai vaincu, et je me suis assis avec mon PĂšre sur son trĂŽne.
    Que celui qui a des oreilles Ă©coute ce que l’Esprit dit aux assemblĂ©es.

224     VoilĂ  l’une des dĂ©clarations les plus importantes que j’aie jamais vues dans le Nouveau Testament. Je voudrais que vous remarquiez cette phrase: “Je me tiens Ă  la porte et je frappe”. Ce verset est gĂ©nĂ©ralement utilisĂ© comme un appel aux pĂ©cheurs. N’est-ce pas? Nous disons aux pĂ©cheurs: “JĂ©sus est Ă  la porte, et Il frappe”. Mais ici, Il frappe Ă  la porte de l’église, car autrefois, Il a marchĂ© avec elle, mais avec son organisation, sa mondanitĂ© et sa froideur, elle L’a rejetĂ©. Il est en dehors de l’église.

225     Avant que nous terminions, rappelez-vous que dans le premier des Ăąges de l’église, Il marchait au milieu de sept lampes d’or (n’est-ce pas?), au milieu des sept Ăąges de l'Ă©glise. Et ici, Ă  la fin, nous Le trouvons en dehors de quelle Ă©glise? Celle de LaodicĂ©e, en dehors de l’église de LaodicĂ©e! Ils L’ont mis dehors, ils L’ont exclu. Et Le voilĂ  qui Se tient dehors et qui essaie d’entrer! Quelle image lamentable! Le Sauveur du monde reste en dehors de l’église qu’Il a rachetĂ©e par Son propre Sang! Honte Ă  elle!

226     â€œJe me tiens Ă  la porte et je frappe”. AprĂšs avoir Ă©tĂ© exclu, mis dehors, Il essaie de rentrer! Il revient en suppliant et frappe Ă  la porte. C’est le passage le plus frappant de tout le Nouveau Testament. Je pense qu’il ne peut rien y avoir de plus triste que de voir le Sauveur du monde rejetĂ© hors de Sa propre Ă©glise, dans cet Ăąge de LaodicĂ©e. AprĂšs qu’Il leur eut montrĂ© ce qu’ils avaient fait, ce qu’était leur richesse, dans quel Ă©tat ils Ă©taient, combien ils Ă©taient tiĂšdes
 Il n’a pas eu besoin de les vomir: ce sont eux qui L’ont vomi, Lui! Mais malgrĂ© tout, Il continue de frapper Ă  la porte et essaie de rentrer. Pour quoi faire? Pour leur donner la Vie Éternelle! Il essaie de sauver l’ñme de ceux-lĂ  mĂȘmes qui L’ont fait mourir au Calvaire! C’est le tableau le plus pathĂ©tique que j’aie jamais vu de ma vie.

227     Ils L’ont exclu! De quoi a-t-Il Ă©tĂ© exclu? Écoutez bien maintenant, mes amis! N’est-ce pas frappant? Essayez de bien vous reprĂ©senter ce tableau et gravez-le dans votre coeur! Notre Sauveur, quand Il Ă©tait sur terre, fut exclu de Sa propre nation. Il fut rejetĂ©, exclu. Le monde L’a exclu et crucifiĂ©. Et maintenant, c’est de Sa propre Ă©glise qu’Il est exclu. On ne veut plus de Lui nulle part, on n’a plus besoin de Lui. Il sont une dĂ©nomination, ils n’ont pas besoin de Lui. Ils ont un pape, pourquoi donc auraient-ils encore besoin de Lui? Ils ont un archevĂȘque, un surveillant gĂ©nĂ©ral: ils n’ont plus besoin du Saint-Esprit! Ils n’en ont plus l’usage. Christ, le Saint-Esprit, ils n’en ont plus l’usage.

228     Je ne crois pas qu’ils L’avaient rejetĂ© consciemment, mais Christ ne leur manquait pas. Ils ne regrettaient pas Son absence, parce qu’ils continuaient Ă  Lui chanter des cantiques et le prĂ©dicateur parlait toujours de Lui. Le Seigneur ne leur manquait pas. Mais ce qui L’a exclu, c’est leur mondanitĂ©, leurs organisations, le fait qu’ils disent: «Le temps des miracles est passĂ©. Ceci et cela, ça n’existe pas! etc ».

229     Je veux vous demander ceci, Ă  vous les historiens: chaque fois qu’il y a eu un rĂ©veil, cela ne s’est-il pas toujours passĂ© en dehors des organisations? Et chaque fois qu’un rĂ©veil a commencĂ©, n’avaient-ils pas des signes et des miracles, des parlers en langues, des dons de guĂ©rison et tout le reste? Mais dĂšs que le fondateur mourait, ils faisaient une organisation, allaient tout droit Ă  la mort, et Dieu ne perdait plus Son temps avec cela. C’est parfaitement vrai!

230     Et voici ce Dieu Tout-Puissant qui Se tient Ă  la porte dans ce dernier Ăąge de l’église. Cela me brise le coeur d’y penser! Mon Seigneur Se tenant Ă  la porte de Sa propre Ă©glise, aprĂšs avoir Ă©tĂ© mis dehors par la mondanitĂ©, la froideur, l’esprit de dĂ©nomination et l’indiffĂ©rence; Se tenant Ă  la porte, frappant, essayant d’y rentrer! Alors que j’y pensais il y a quelque temps, je me suis penchĂ© sur ma table et j’ai commencĂ© Ă  pleurer!

231     J’ai souvent pensĂ© Ă  JĂ©sus assis dans la maison du pharisien: personne ne faisait attention Ă  Lui, alors qu’Il avait les pieds sales. Ils n’étaient pas allĂ©s Ă  Sa rencontre Ă  la porte pour Lui laver les pieds et L’oindre, pour enlever le crottin et la saletĂ© qui s’étaient attachĂ©s Ă  Ses pieds pendant qu’Il marchait. Ses vĂȘtements, qui avaient balayĂ© le sol, s’étaient imprĂ©gnĂ©s de l’odeur de la route sur laquelle passaient les chevaux, etc. Cette puanteur Ă©tait venue sur Lui!

232     Pourtant, on lavait toujours les pieds des visiteurs: c’était la coutume. Un serviteur se tenait Ă  la porte pour laver les pieds des visiteurs. Quand quelqu’un entrait, le serviteur lui lavait les pieds et lui passait une paire de sandales Ă  sa pointure. Puis on oignait sa tĂȘte pour le parfumer et pour calmer la brĂ»lure des rayons du soleil sur son cou, et on le coiffait. Alors, il entrait.

233     Et on souhaitait la bienvenue Ă  l’invitĂ© de la maniĂšre suivante; Pat, viens ici un instant, je voudrais vous montrer quelque chose. Voici comme ils s’y prenaient pour accueillir l’invitĂ©. Je crois
 Non, viens ici! Je crois que c’était quelque chose comme cela: l’hĂŽte lui souhaitait la bienvenue comme ceci, et ils s’embrassaient. Alors, l’invitĂ© Ă©tait le bienvenu.

234     Mais quand JĂ©sus vint Ă  ce festin (exactement comme lorsqu’Il vint Ă  la fĂȘte de PentecĂŽte), certains Le manquĂšrent. Ces Ă©vĂȘques et autres Ă©taient tellement occupĂ©s Ă  leurs propres affaires! JĂ©sus avait Ă©tĂ© invitĂ©, mais personne ne Lui lava les pieds. Il Se tenait lĂ , dans un coin, les pieds sales et malodorants, toute Sa personne sale et poussiĂ©reuse, Ă  peine remarquĂ© par Ses hĂŽtes.

235     Mais voici que vint une pauvre prostituĂ©e; elle n’avait qu’un petit peu d’argent dans son sac. Elle regarda autour d’elle, aperçut JĂ©sus, et vit que ses pieds Ă©taient sales. Cela lui brisa le coeur. Elle se dit: “Voici l’Homme qui a pardonnĂ© les pĂ©chĂ©s de cette femme! C’est Celui dont j’ai entendu dire qu’Il guĂ©rissait les malades. Pourquoi ne font-ils pas attention Ă  Lui?”.

236     Parce que ces Ă©vĂȘques et autres qui Ă©taient lĂ  Le rejetaient. Pourtant, ils L’avaient invitĂ© Ă  venir!

237     C’est ainsi que nous faisons! Nous L’invitons Ă  venir Ă  nos rĂ©unions, mais quand Il vient, nous avons honte de Lui. «Oh, je ne voudrais jamais dire: Louez le Seigneur! Oh, non! sinon ils penseraient que je suis aussi exaltĂ© que soeur Jones». Hypocrites que vous ĂȘtes! «J’ai peur de parler en langues et de me faire traiter de parleur en langues». Vous ĂȘtes un pauvre misĂ©rable!

238     Rappelez-vous la phrase tout entiĂšre: “Tu ne connais pas que toi, tu es le malheureux et le misĂ©rable, et pauvre, et aveugle, et nu
”.

239     JĂ©sus est assis lĂ , Ses pieds n’ont pas Ă©tĂ© lavĂ©s. Mais une prostituĂ©e venue de la rue
 considĂ©rons-la un instant. Je la vois entrer dans le magasin. Elle pense
 les larmes commencent Ă  couler sur son visage. Elle se dit: “Je ne peux pas faire cela! MĂȘme si je vais vers Lui avec ce parfum, Il saura comment j’ai gagnĂ© l’argent qui m’a permis de l’acheter, mais c’est tout ce que j’ai!”.

240     Et c’est tout ce qu’Il dĂ©sire! C’est tout ce qu’Il veut!, Il ne fait pas d’histoires! Venez seulement et dites: «Je n’ai rien Ă  T’apporter!».

241     Elle acheta donc du parfum et l’apporta. Elle pensait: “Oh, si seulement je pouvais Le voir!”. Et elle trouva le moyen de se faufiler dans la maison.

242     Oh, JĂ©sus n’était pas le bienvenu parmi ces gens! Elle prit le vase d’albĂątre, le brisa et en versa le contenu sur Ses pieds, qu’elle se mit Ă  laver. Elle fondit en pleurs en pensant: “Oh, c’est sĂ»r que c’est Lui! C’est celui dont j’entends toujours parler en lisant ma Bible. Je sais qu’Il acceptera”. Quelle belle eau pour Ses pieds que ces larmes de repentance! Et n’ayant pas de linge pour essuyer Ses pieds, elle se servit de ses propres cheveux! Ses belles boucles Ă©taient toutes dĂ©faites, et elle lava Ses pieds, tout en les Lui baisant [frĂšre Branham fait le bruit d’un baiser — N.D.É.]

243     JĂ©sus avait les pieds sales, et personne n’y avait prĂȘtĂ© la moindre attention. Et aujourd’hui encore, Il est revĂȘtu du nom sale de fanatique ou de quelque chose de ce genre, et personne n’a le courage de prendre Son parti!
Je porterai cette croix consacrée
Jusqu’à ce que la mort me libùre.
Je prendrai le chemin des méprisés du Seigneur.
J’ai commencĂ© avec JĂ©sus, ĂŽ Seigneur,
Conduis-moi jusqu’au bout!
Conduis-moi (conduis-moi jusqu’au bout, Seigneur, quoi qu’il en coĂ»te).

244     Comme Jacob, j’ai une pierre pour oreiller. Quelle importance cela a-t-il, aprĂšs ce qu’Il a fait pour moi!

245     Et cette pauvre prostituĂ©e en larmes! Et aussitĂŽt, Simon le lĂ©preux, ce grand personnage qui L’avait invitĂ©, se dit: “Hum! hum! VoilĂ  qui montre qu’Il n’est pas un prophĂšte: autrement, Il aurait dĂ» voir quel genre de femme c’était!”. Hypocrite!

246     JĂ©sus ne bougea pas les pieds. Il Ă©tait simplement assis et Il la regardait et l’observait. Oh, j’aime cela! Ce ne sont pas les grandes choses que nous faisons, ce sont quelquefois les petites choses que nous ne faisons pas. Il l’observait; Il Ă©tait assis et l’observait simplement. Personne ne faisait attention Ă  Lui; mais peu Ă  peu, l’attention des gens fut attirĂ©e par cette femme en pleurs qui lavait les pieds du Seigneur. Mais Lui Se contentait de l’observer sans rien dire.

247     Et ce Simon qui disait: “Hum! Vous voyez Ă  quel genre de prophĂšte nous avons affaire? Je vous l’avais bien dit! Si c’était un vrai prophĂšte, Il aurait bien vu de quel genre de femme il s’agissait! Vous voyez, ici, c’est nous qui sommes la grande Ă©glise! Nous connaissons ces choses. Nous savons qu’Il n’est pas un prophĂšte, sinon Il aurait bien vu ce qu’était cette femme!”.

248     AprĂšs que les larmes de la repentance eurent coulĂ© sur son visage, elle lava les pieds de JĂ©sus. Je pense qu’Il dut se sentir quelque peu rafraĂźchi.

249     Ă” mon Dieu, j’aurais aimĂ© ĂȘtre lĂ ! Je les aurais lavĂ©s encore une fois! Certainement!

250     Dites-moi, ne serait-ce pas difficile pour une femme d’aujourd’hui d’essuyer les pieds de quelqu’un avec ses cheveux? Il lui faudrait marcher sur la tĂȘte pour trouver assez de cheveux pour le faire! Elles ont tout coupĂ©!

251     Personne ne prenait garde Ă  JĂ©sus (ils ne pensaient qu’à critiquer), JĂ©sus qui restait assis lĂ  dans l’ignominie, les pieds sales. Mais cette femme les lava. AprĂšs que tout eĂ»t Ă©tĂ© terminĂ©, Il baissa les yeux vers elle comme pour dire: “C’est bien!”.

252     Alors, Il Se retourna, et dit: “Simon, J’ai quelque chose Ă  te dire. Tu M’as invitĂ© ici, et tu n’es pas venu Ă  Ma rencontre Ă  la porte. Tu ne M’as pas donnĂ© d’eau pour Me laver les pieds. Tu n’as pas oint Ma tĂȘte quand Je suis entrĂ©, pour soulager les brĂ»lures du soleil. Tu ne M’as pas donnĂ© de baiser de bienvenue quand Je suis entrĂ©. Mais cette pauvre femme rejetĂ©e, cette prostituĂ©e, cette femme de rue, comme elle n’avait pas d’eau pour laver Mes pieds, elle les a lavĂ©s avec ses larmes! Comme elle n’avait rien pour les essuyer, elle les a essuyĂ©s avec ses cheveux! Et pendant ce temps, elle n’a cessĂ© de Me baiser les pieds. C’est pourquoi, Je te le dis: ses nombreux pĂ©chĂ©s lui ont Ă©tĂ© pardonnĂ©s”. C’est vrai! Mais il ne dit rien de ceux de Simon! — “
 ses nombreux pĂ©chĂ©s lui ont Ă©tĂ© pardonnĂ©s”.

253     Aujourd’hui, JĂ©sus Se tient Ă  l’extĂ©rieur de la porte des organisations PentecĂŽtistes, Baptistes, MĂ©thodistes, essayant de rentrer de nouveau avec la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte: mais les gens passent Ă  cĂŽtĂ© de Lui sans s’arrĂȘter! AprĂšs que votre mondanitĂ© et le reste L’aient rejetĂ© de l’église, Il Se tient lĂ , essayant d’entrer, implorant qu’on Le laisse rentrer. C’est la chose la plus tragique que j’aie jamais vue. Ils ne veulent pas de Lui! Il est dehors, frappant, essayant d’entrer. C’est encore ce qu’Il essaie de faire aujourd’hui. Pourquoi? Pourquoi? Parce qu’Il est dehors!

254     Ils ne L’ont jamais littĂ©ralement mis dehors! Ils continuent de chanter Ses louanges et de prĂȘcher sur Lui, mais ils ne font pas attention Ă  Lui lorsqu’Il est au milieu d’eux. C’est vrai! Ils continuent comme s’Il n’existait pas. Pourquoi? Parce qu’ils sont myopes! Ils regardent Ă  leurs grands bĂątiments. Ils sont riches! Ils regardent Ă  la grande organisation Ă  laquelle ils appartiennent, essayant de l’agrandir et d’y faire entrer de plus en plus de gens, mais ils n’ont pas besoin de Lui. Non, non! Ils n’ont pas besoin du parler en langues. Ils n’ont pas besoin des grands et puissants messages de Dieu qui pĂ©nĂštrent jusqu’au coeur et qui le circoncisent, retranchant les choses du monde et le vannant comme un Ă©pi de blĂ©.

255     Si vous prĂȘchez cela dans leur Ă©glise, ils vous mettent dehors! Mais c’est ainsi que prĂȘche le Saint-Esprit! JĂ©sus a dit: “Race de vipĂšres! serpents dans l’herbe!”. Jean aussi a dit cela! C’était un homme oint qui ne mĂąchait pas ses mots. C’est vrai!

256     Mais ils ne font pas attention Ă  Lui, parce qu’ils n’ont pas Cela. Vous voyez? Ils se contentent de passer la main dans le dos des gens en leur disant: «Joignez-vous seulement Ă  nous! Inscrivez votre nom lĂ , et nous vous accepterons dans notre communautĂ©. Amenez votre lettre de l’autre Ă©glise et nous vous recevrons, etc
 combien nous donnerez-vous chaque annĂ©e?». Vous voyez, c’est cela: “Riches et n’ayant besoin de rien!”. Oh! pourtant, vous avez besoin de quelque chose de plus grand, mais vous ne L’avez pas! JĂ©sus est dehors, essayant de rentrer avec l’expĂ©rience de PentecĂŽte.

257     Que pensez-vous qu’il arriverait dans l’église MĂ©thodiste si le Saint-Esprit descendait sur l’église et que les gens se mettaient Ă  crier, Ă  sauter, Ă  parler en langues et Ă  agir comme des gens ivres? Eh bien, la ConfĂ©rence gĂ©nĂ©rale des Ă©glises MĂ©thodistes les exclurait du milieu d’eux! Vous le savez! Qu’arriverait-il dans l’église Baptiste, si cela se produisait? La mĂȘme chose! Et chez les PentecĂŽtistes? Il est arrivĂ© la mĂȘme chose Ă  beaucoup d’eux! C’est certain! Leur Ă©glise ne pouvait pas s’accommoder de ces folies! Ils dirent: «Oh, ils ont mĂȘme abĂźmĂ© nos nouveaux tapis!». C’est vrai! Quels pauvres misĂ©rables! C’est vrai!

258     Oui, Il Ă©tait autrefois avec eux. Il marchait avec eux au milieu des sept lampes d’or. Et voici la rĂ©ponse Ă  cela: les dĂ©nominations, avec leurs choses mondaines, leurs Ă©vĂȘques, leurs cardinaux et toutes leurs mondanitĂ©s, L’ont mis dehors, et ils n’ont jamais ressenti le vide de Son absence.

259     Mais alors, qu’allons-nous faire pour Le faire rentrer? S’Il est hors de l’église PentecĂŽtiste maintenant, qu’allons-nous faire pour L’y faire revenir? Faudra-t-il que les gens obtiennent un vote Ă  l’unanimitĂ© pour Le faire revenir? Faudra-t-il Ă©lire un nouveau pape, un nouveau cardinal? Ou peut-ĂȘtre faudra-t-il crĂ©er une nouvelle dĂ©nomination? Cela ne servirait Ă  rien! Cela ne donnerait aucun rĂ©sultat! Une nouvelle dĂ©nomination n’arrangerait rien, un nouveau cardinal n’arrangerait rien; un nouveau pasteur non plus, ni un Ă©vangĂ©liste bien payĂ©. Il n’y a rien au monde qui puisse ĂȘtre fait, si ce n’est par vous personnellement! Comment Le ferons-nous rentrer? Pas par un vote! Certainement pas! On ne peut pas faire rentrer JĂ©sus par un vote, car ce n’est pas ainsi qu’Il reviendra.

260     Ă‰coutez bien, car tout est lĂ : “Si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte
”. Nous savons maintenant ce qu’est la porte
 “Si quelqu’un ouvre la porte et entend Ma voix
”.

261     Non pas: “Si une Ă©glise, si une organisation
”. Certainement pas! Il ne S’occupe pas d’elles: elles sont mortes! Il les dĂ©teste, Il les a toujours dĂ©testĂ©es. Il a dit qu’Il les dĂ©testait! Et ce soir, Il les dĂ©teste encore.

262     â€œMais si quelqu’un (n’importe quel MĂ©thodiste, n’importe quel Baptiste, n’importe quel PresbytĂ©rien, Catholique, membre de l’Église de Dieu, NazarĂ©en, PentecĂŽtiste), si quelqu’un entend Ma voix et ouvre la porte, J’entrerai chez lui, Je souperai avec lui, et lui avec Moi». C’est cela, le message Ă  l’église de PentecĂŽte! Non pas essayer de faire reconnaĂźtre l’organisation de PentecĂŽte dans le coeur de chacun. C’est la seule maniĂšre. “Je souperai avec lui, et lui avec Moi”.

263     Qu’est-ce que le message Ă  l’église nous montre ensuite? La croissance de l’Esprit? Certainement pas! Mais plutĂŽt le dĂ©clin de l’Esprit, un dĂ©clin continuel. Les messagers envoyĂ©s Ă  l’église et le message de chaque Ăąge de l’église ont toujours condamnĂ© le dĂ©nominationalisme. Dans chaque message Ă  l’église, nous voyons que l’église Ă©tait constamment sur le dĂ©clin et ne voulait pas l’écouter. Le message Ă  l’église ne tient aucun compte des dĂ©nominations. Celles-ci produisent des soi-disant chrĂ©tiens, des hybrides, qui ne connaissent rien de Dieu ou du Saint-Esprit. C’est aussi vrai que ma prĂ©sence ici ce soir sur cette estrade. De beaux membres tiĂšdes, bons seulement Ă  ĂȘtre vomis de Sa bouche!

264     Paul nous a prĂ©venus que les nations sont une branche. Maintenant, je voudrais que vous lisiez avec moi les versets 15 Ă  27 du chapitre 11 des Romains, afin que vous puissiez tous le noter. Je voudrais juste vous lire cela avant de terminer. EpĂźtre aux Romains, si vous voulez le noter, chapitre 11, versets 15 Ă  27. Paul leur dit ceci, en parlant des nations: “Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les branches naturelles, mais les a retranchĂ©es pour cause d’incrĂ©dulitĂ©â€.

265     Est-ce vrai? Pourquoi furent-ils retranchĂ©s? Parce qu’ils rejetĂšrent l’expĂ©rience de PentecĂŽte. N’est-ce pas vrai? Le jour de PentecĂŽte, ils se moquĂšrent et blasphĂ©mĂšrent contre le Saint-Esprit.

266     Quand JĂ©sus Ă©tait ici sur terre, on L’appela “BĂ©elzĂ©bul”; on dit de Lui: “C’est un dĂ©mon, un diseur de bonne aventure”, et que sais-je encore.

267     Il leur dit: “Je vous pardonnerai cela, mais quand le Saint-Esprit sera venu, ne parlez pas contre Lui! Parce que si vous parlez contre Lui, cela ne vous sera jamais pardonnĂ©â€.

268     Et rappelez-vous que, lorsque JĂ©sus envoya Ses disciples, Il leur dit: “N’allez pas vers les nations (n’est-ce pas?). Mais allez plutĂŽt vers les brebis perdues d’IsraĂ«l”.

269     Comment se sont-ils condamnĂ©s eux-mĂȘmes? En blasphĂ©mant contre le Saint-Esprit, en disant de l’Esprit de Dieu qu’Il Ă©tait quelque chose d’impur. Ils se moquĂšrent de Lui quand ils dansaient dans l’Esprit le jour de PentecĂŽte. Dans cette ville mĂȘme oĂč ils se moquĂšrent, Titus les massacra et leur sang coula jusqu’à la porte, et ils furent balayĂ©s. C’est dans ce mĂȘme siĂšcle qu’ils allĂšrent jusqu’à manger leurs propres enfants! C’est vrai! L’une des plus glorieuses nations du monde devint la plus mĂ©prisable, et elle fut dispersĂ©e aux quatre coins de la terre. À cause de quoi? De l’incrĂ©dulitĂ©! Pourtant, ils Ă©taient le tronc original, l’arbre original, IsraĂ«l.

270     Paul ne le dit-il pas ici? Qui a le passage sous les yeux? Tu l’as, Pat? LĂšve-toi et lis les versets 15 Ă  27.
    Car si leur rejet Ă  Ă©tĂ© la rĂ©conciliation du monde, que sera leur rĂ©intĂ©gration, sinon une vie d’entre les morts?
    Or, si les prĂ©mices sont saintes, la masse l’est aussi; et si la racine est sainte, les branches le sont aussi.
    Mais si quelques-unes des branches ont Ă©tĂ© retranchĂ©es, et si toi, qui Ă©tais un olivier sauvage, tu as Ă©tĂ© entĂ© Ă  leur place, et rendu participant de la racine et de la graisse de l’olivier,
    ne te glorifie pas aux dĂ©pens de ces branches. Si tu te glorifies, sache que ce n’est pas toi qui portes la racine, mais que c’est la racine qui te porte.
    Tu diras donc: Les branches ont Ă©tĂ© retranchĂ©es, afin que moi, je fusse entĂ©. Cela est vrai: elles ont Ă©tĂ© retranchĂ©es pour cause d’incrĂ©dulité 

271     Ă‰coutez bien ceci: “IncrĂ©dulitĂ©â€. Bien, continue, Pat!
    â€Šet toi, tu subsistes par la foi. Ne t’abandonne pas Ă  l’orgueil, mais crains;
    car si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les branches naturelles, il ne t’épargnera pas non plus.
    ConsidĂšre donc la bontĂ© et la sĂ©vĂ©ritĂ© de Dieu: sĂ©vĂ©ritĂ© envers ceux qui sont tombĂ©s, et bontĂ© de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bontĂ©; autrement, tu seras aussi retranchĂ©.
    Eux de mĂȘme, s’ils ne persistent pas dans l’incrĂ©dulitĂ©, ils seront entĂ©s; car Dieu est puissant pour les enter Ă  nouveau.
    Si toi, tu as Ă©tĂ© coupĂ© de l’olivier naturellement sauvage, et entĂ© contrairement Ă  ta nature sur l’olivier franc, Ă  plus forte raison eux seront-ils entĂ©s selon leur nature sur leur propre olivier.
    Car je ne veux pas, frĂšres, que vous ignoriez ce mystĂšre, afin que vous ne vous regardiez point comme sages, c’est qu’une partie d’IsraĂ«l est tombĂ©e dans l’endurcissement jusqu’à ce que la totalitĂ© des paĂŻens soit entrĂ©e.
    Et ainsi, tout IsraĂ«l sera sauvĂ©, selon qu’il est Ă©crit: Le libĂ©rateur viendra de Sion, et il dĂ©tournera de Jacob les impiĂ©tĂ©s; et ce sera mon alliance avec eux, lorsque j’îterai leurs pĂ©chĂ©s.

272     Vous saisissez? Paul dit: “Si IsraĂ«l vit les signes du Saint-Esprit et fut retranchĂ©â€Šâ€. Rappelez-vous que c’est parce qu’ils rejetĂšrent le message de Paul (la repentance et le baptĂȘme au Nom de JĂ©sus, les signes et les prodiges accompagnant le croyant). Ils rejetĂšrent cela, et les apĂŽtres dirent: “Voici, nous allons vers les paĂŻens”.

273     N’est-ce pas vrai? Vous voyez, je crois que c’est lĂ  qu’on les a appelĂ©s “chrĂ©tiens” pour la premiĂšre fois, Ă  Antioche.

274     Or, le premier arbre Ă©tait saint, ses branches Ă©taient saintes: c’était l’arbre original. Mais parce qu’ils ne crurent pas le message de PentecĂŽte que Paul prĂȘchait, Dieu les retrancha, et prit un olivier sauvage (c’est-Ă -dire nous, les nations), et le greffa sur ce tronc afin que nous puissions vivre de la substance de cet arbre.

275     Ă€ combien plus forte raison, en ces temps oĂč nous rejetons le message de PentecĂŽte qui nous est parvenu au travers des Ăąges de l’église, Dieu pourra-t-Il retrancher cet olivier sauvage et ramener l’autre! Parce qu’Il le rejettera Ă  cause de son incrĂ©dulitĂ©! Maintenant, rassemblons cela avec la leçon de ce matin. Vous savez oĂč nous en sommes, maintenant, n’est-ce pas? Nous sommes au temps de la fin, au temps de l’enlĂšvement de l’Église des nations et de la dispensation du Saint-Esprit qui doit venir sur les Juifs, JĂ©sus Se faisant connaĂźtre pour sceller les cent quarante-quatre mille. VoilĂ ! Il ramĂšne l’arbre original dans la bĂ©nĂ©diction en IsraĂ«l.

276     JĂ©sus ne va pas Se tenir derriĂšre votre porte et frapper tout le temps. Un moment viendra oĂč Il en aura assez et S’en ira; c’est vous alors qui frapperez, mais vous ne Le trouverez pas! Venez tandis qu’il est temps. Venez pendant qu’Il frappe. Ne faites pas de compromis! N’ayez pas moins que le baptĂȘme du Saint-Esprit, semblable Ă  celui qu’ils eurent le jour de PentecĂŽte, que le mĂȘme baptĂȘme d’eau, que les mĂȘmes choses qu’ils firent autrefois. Ne laissez rien mettre dans votre coeur qui soit moins que cela!

277     Quant Ă  vous, mes amis Catholiques, laissez-moi vous dire quelque chose: vous croyez en la vierge Marie. La vierge Marie, bien qu’étant la mĂšre de JĂ©sus, dut passer par l’expĂ©rience de PentecĂŽte et ĂȘtre remplie du Saint-Esprit; et elle se conduisit elle aussi comme une personne ivre! Elle Ă©tait parmi les cent vingt, elle reçut le baptĂȘme du Saint-Esprit, parlant en langues et agissant sous l’Esprit de Dieu, comme une femme ivre. Et si la vierge Marie a dĂ» faire cela pour entrer dans la Gloire, comment y entrerez-vous Ă  moins de cela? Pensez-y! C’est vrai!

278     Ce prĂ©dicateur Baptiste lĂ -bas voudrait ĂȘtre sĂ»r que c’est aussi valable pour les Baptistes. C’est valable pour n’importe qui, quel qu’il soit!

279     Vous joindre simplement Ă  une Ă©glise, prononcer un credo et aller Ă  l’église tous les dimanches matins, ne vous servira Ă  rien du tout! Vous ne faites que vous moquer de Dieu. Soyez un vrai chrĂ©tien ou rien du tout! Soyez bouillant ou froid! Il n’y a pas d’oiseau Ă  la fois tout noir et tout blanc; on n’a jamais vu un homme Ă  la fois ivre et sobre, on n’a jamais vu un homme Ă  la fois pĂ©cheur et saint. Jamais! Cela n’existe pas. Ou bien vous ĂȘtes rempli du Saint-Esprit, et Dieu vit en vous, ou alors vous n’ĂȘtes rien du tout. Vous ĂȘtes, ou vous n’ĂȘtes pas!

280     Rappelez-vous donc que JĂ©sus Se tient Ă  votre porte, et souvenez-vous de la promesse de Dieu qui a dit qu’Il y serait de nos jours. Pourquoi? Parce qu’Il a Ă©tĂ© rejetĂ©. Pourquoi IsraĂ«l a-t-il Ă©tĂ© retranchĂ© de l’arbre original? Parce qu’ils ont rejetĂ© le message de PentecĂŽte de Paul! Croyez-vous que cet Ăąge de l’église est le dernier? C’est la Bible qui le dit; et que dit-Elle qui va arriver? Que l’église va ĂȘtre retranchĂ©e pour avoir rejetĂ© le message de PentecĂŽte, et alors, Dieu Se tournera de nouveau vers les Juifs.

281     Alors, tout IsraĂ«l sera sauvĂ©, parce qu’Il les prendra en tant que nation, et non pas en tant qu’individus. Mais pour vous et moi, c’est quelque chose d’individuel, parce que dans le livre des Actes, nous pouvons lire qu’Il est venu vers les nations pour prendre d’entre les nations un peuple qui porte Son Nom, Son Épouse. Un peuple! Un ici, un lĂ , un autre lĂ -bas, et Il traite avec nous en tant qu’individus, sans considĂ©ration de race, de croyance ou de couleur. Il S’occupe de nous en tant qu’individus, nous sommes Son bouquet qu’Il placera sur Son autel. Mais en ce qui concerne les Juifs, Il S’est toujours occupĂ© d’IsraĂ«l en tant que nation: une nation de personnes, Sa nation.

282     Je suis heureux d’avoir ce message ce soir. Et je suis si heureux que vous soyez prĂ©sents, et j’apprĂ©cie beaucoup votre prĂ©sence. Je suis reconnaissant au Dieu Tout-puissant de m’avoir montrĂ© ce que j’ai vu et de pouvoir l’apporter Ă  cette Ă©glise; maintenant, ce message est ĂŽtĂ© de mon coeur. Depuis quelque temps, le Saint-Esprit travaillait dans mon coeur, je ne pouvais pas m’en dĂ©barrasser, il fallait que je marche avec ce fardeau. Il y a deux choses que je me sentais conduit Ă  faire.

283     Aller Ă  Shreveport, en Louisiane, pour une rĂ©union avec frĂšre Moore. Ma femme qui est assise lĂ  peut vous le confirmer. Pendant des semaines, j’ai presque pleurĂ©, tant je dĂ©sirais aller Ă  Shreveport. Pourquoi? Tous ceux qui Ă©taient Ă  Shreveport savent maintenant pourquoi. Ils n’avaient jamais vu ou entendu quelque chose comme cela. Il y avait des prĂ©dicateurs venus de partout, des Baptistes et autres. Un homme allait ouvrir son rĂ©frigĂ©rateur, quand le Saint-Esprit vint sur lui et lui dit: «Va Ă  Shreveport, en Louisiane, et on te dira lĂ -bas ce que tu dois faire». Il lui dit mon nom et oĂč me trouver, et lui dit: «Il te dira ce qu’il faut faire».

284     Je lui ai dit: «Le bassin est prĂȘt au pied de l’estrade. Vous avez besoin du baptĂȘme du Saint-Esprit».

285     Il y avait des choses comme cela, des gens qui parlaient en langues, des prophĂ©ties et tout, prĂ©disant des choses qui arrivĂšrent lĂ  au milieu de nous.

286     Mais je dis: «Je dois aller Ă  Jeffersonville et Ă©crire ce livre, parce que je ne sais pas combien de temps encore je resterai ici-bas. Mais si je dis ces choses et qu’elles sont Ă©crites, alors ces paroles subsisteront aprĂšs mon dĂ©part». J’ai notĂ© les rĂ©fĂ©rences historiques qui seront donnĂ©es dans le livre. Et je suis venu ici l’apporter devant l’église pour trouver l’inspiration du Saint-Esprit, parce que je ne connaissais pas ces choses moi-mĂȘme. C’est la vĂ©ritĂ©! Je le dis au Nom du Seigneur: c’est vrai, je ne les connaissais pas!

287     Maintenant, je me sens soulagĂ©, je sens que Dieu nous a apportĂ© le message. Je crois que nous sommes au bout de la route, je crois que l’heure est venue oĂč Dieu doit Se manifester parmi nous. Je ne sais pas combien de temps il faudra encore, mais l’heure est proche.

288     Nous attendons la venue de ce grand prophĂšte. Il peut ĂȘtre venu de mon temps, il peut venir du temps de nos enfants, je ne sais pas. Peut-ĂȘtre qu’il est ici parmi nous maintenant, nous ne pouvons le dire. Le Saint-Esprit est ici pour nous conduire jusqu’au temps oĂč ce conducteur nous prendra en mains. Il sera oint du Saint-Esprit; ce sera, bien sĂ»r, l’Élie qui devait venir. Il sera le conducteur qui ramĂšnera le coeur des enfants au message du jour de PentecĂŽte de notre PĂšre CĂ©leste, lorsqu’Il versa Son Esprit.

289     C’est cette ligne directrice que j’ai apportĂ©e le mieux que je pouvais par l’histoire et la Bible, et j’ai montrĂ© que cela avait traversĂ© tous les Ăąges de l’église, et que c’est ainsi aujourd’hui. J’ai montrĂ© que ces dĂ©nominations sont une malĂ©diction devant Dieu. J’espĂšre que c’est ancrĂ© dans votre esprit par la Bible, parles actes des apĂŽtres, par l’histoire et tout.

290     Ă€ aucune Ă©poque, Dieu n’a organisĂ© Son Église. La mĂšre des Ă©glises organisĂ©es, c’est la hiĂ©rarchie Catholique romaine. L’église Catholique romaine est la mĂšre des organisations. Et dĂšs qu’un rĂ©veil Ă©clate dans un groupe protestant, ils reviennent tout de suite en arriĂšre et font la mĂȘme chose! La Bible dit qu’elle Ă©tait une prostituĂ©e et qu’elle avait des filles qui Ă©taient les Ă©glises sorties d’elle. Pour que ce soient des prostituĂ©es, il fallait que ce fussent des femmes. C’est ce qu’elles sont.

291     Mais Il a aussi dit ceci: “Ne crains rien, petit troupeau, car ton PĂšre a trouvĂ© bon de te donner le Royaume”. Alors, puissions-nous tous en ce jour-lĂ , MĂ©thodistes, Baptistes, qui que nous soyons, rĂ©pondre Ă  cet appel: “
 Si quelqu’un entend ma voix et qu’il ouvre la porte, j’entrerai chez lui, et je souperai avec lui, et lui avec moi”.

292     Puissions-nous ĂȘtre comptĂ©s, frĂšres et soeurs, puissions-nous ĂȘtre comptĂ©s parmi ce petit troupeau, ce jour-lĂ ! Puissions-nous faire partie de ce petit troupeau qui sera restĂ© dans l’attente de Sa venue, lorsqu’Il viendra pour le recueillir de partout dans le monde. Car l’enlĂšvement sera universel: “De deux qui seront dans un lit, l’un sera pris, l’autre laissĂ©; de deux qui travailleront dans un champ, l’un sera pris, l’autre laissĂ©â€. Cela nous montre qu’il fera nuit d’un cĂŽtĂ© de la terre, et jour de l’autre cĂŽtĂ©. “De deux qui seront dans un lit
 de deux qui seront dans un champ
 l’un sera pris, l’autre laissĂ©â€.

293     Comme je le disais ce matin, vous conduirez sur la route un de ces jours, parlant Ă  votre mĂšre; tout Ă  coup, vous vous retournerez: elle est partie! Vous serez assis Ă  table, buvant votre cafĂ© ou prenant votre petit dĂ©jeuner, et tout Ă  coup, vous regardez autour de vous, et vous voyez que votre pĂšre n’est plus lĂ . C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Cela vient, et nous ne savons pas Ă  quel moment. Mais ce qui est sĂ»r, c’est que lorsque ce sera fini, ce sera fini, et il n’y aura plus rien Ă  faire. Vous dites: «Il y a longtemps que j’entends cela». Mais un jour, vous l’entendrez pour la derniĂšre fois. C’est vrai. Cela arrivera, parce que c’est la Parole du Seigneur. Et pensez-y: s’est-Elle trompĂ©e Ă  un moment quelconque durant ces huit soirĂ©es oĂč j’ai prĂȘchĂ©? Ce que JĂ©sus a dit ici devait arriver, et c’est arrivĂ© exactement dans chaque Ăąge de l’église.

294     Et c’est maintenant mĂȘme, dans cette Ă©poque-ci oĂč nous avons Ă©tudiĂ© ces Ăąges de l’église. Ce matin mĂȘme, en Ă©tudiant le type de ces vierges, au moment mĂȘme oĂč les vierges folles
 La Bible dit, souvenez-vous en, qu’un cri retentit: “Voici, l’Époux vient!”. C’est la venue du Seigneur — et il y a la prĂ©dication de la Parole. Alors, qu’arrive-t-il? On crie: «Le temps est proche, les bombes atomiques et tout le reste, tout est prĂȘt!». Et les prĂ©dicateurs parcourent les rues et commencent Ă  crier le message.

295     Et dĂšs qu’ils le font, la grande Ă©glise, (les vierges folles) dit: «Oh, il y a dĂ©jĂ  longtemps que nous sommes PresbytĂ©riens, peut-ĂȘtre que nous allons Ă©tudier ces choses et essayer de dĂ©couvrir cela. Oui, vous savez, je crois que nous avons rĂ©ellement besoin du Saint-Esprit!». Et ils se mettent Ă  Ă©crire des brochures Ă  ce sujet: cela commence maintenant. Elles disent: “Voulez-vous nous En donner un peu?”.

296     Mais les autres rĂ©pondent: “Non, nous en avons juste assez pour nous-mĂȘmes”.

297     Alors, ils allĂšrent Ă  la recherche du Saint-Esprit, et se mirent Ă  prier comme le font aujourd’hui les Ă©glises, ces grandes et belles Ă©glises, les organisations. Mais pendant qu’ils allaient chercher l’Huile, l’Époux vint. C’est ainsi qu’elles essaient d’En avoir maintenant mĂȘme, ces grandes Ă©glises, ces organisations, et elles tiennent de grandes rĂ©unions internationales pour cela dans les Ă©glises organisĂ©es. Elles disent: «Nous devons revenir Ă  la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte. Il nous faut des dons de guĂ©rison divine dans l’église. Il nous faut des parlers en langues et des interprĂ©tations. Il nous faut tous ces dons spirituels dans notre Ă©glise, et nous allons faire des rĂ©unions et commencer cela». Ils rĂ©unissent des conseils et commencent Ă  faire cela. Et c’est au moment mĂȘme oĂč ils commencent Ă  faire cela que l’Époux vient prendre ceux qui avaient de l’Huile dans leur lampe, et ils s’en vont.

298     Quand les autres arrivent, que se passe-t-il? Ils sont jetĂ©s dans les tĂ©nĂšbres du dehors (la pĂ©riode de la grande tribulation) oĂč il y aura des pleurs, des gĂ©missements et des grincements de dents, tandis que l’Épouse est au Ciel!

299     Puis, Ă  la fin de ces trois ans et demi, Il viendra comme Joseph et Se fera connaĂźtre Ă  Ses frĂšres. Ils proclameront un temps de lamentation partout, leurs familles se sĂ©pareront et ils pleureront en disant: “D’oĂč te viennent ces cicatrices? Tes mains ont Ă©tĂ© percĂ©es!”. Ceux qui L’ont percĂ© Le verront, et Il Se fera connaĂźtre Ă  Ses frĂšres.

300     Maintenant, Il essaie de Se faire connaĂźtre Ă  Son Ă©glise, mais elle L’a rejetĂ© au dehors! Mais Il Se tient encore lĂ , frappant et appelant: “Y en a-t-il encore un ici? Un qui voudrait M’ouvrir, Me laisser entrer et lui parler?”.

301     Je suis si heureux et si reconnaissant de ce qu’il y a de nombreuses annĂ©es (vingt-huit ans environ), j’ai senti frapper Ă  mon coeur; Il est entrĂ©, j’ai soupĂ© avec Lui, et Lui avec moi depuis lors. Et j’ai reçu la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte, le Saint-Esprit.

302     J’ai Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s; de ma vie, c’est la seule fois oĂč j’aie jamais Ă©tĂ© baptisĂ©, la seule. DĂ©jĂ  quand je n’étais qu’un petit enfant, personne n’aurait pu me faire croire qu’il y avait trois Dieux! Non, personne n’aurait pu me faire avaler cela. Vous ne pouvez pas dire cela Ă  quelqu’un qui sait qui est Dieu. C’est vrai. Donc, quand je fus baptisĂ©, c’est un prĂ©dicateur Baptiste qui me baptisa. J’avais dit: «Je veux ĂȘtre baptisĂ© au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ!». Roy E. Davis me baptisa alors au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, alors que je n’étais qu’un tout jeune homme. C’est vrai! Je croyais cela, je suis restĂ© avec cela, et je sais que c’est la VĂ©ritĂ©! C’est la Parole Éternelle de Dieu, c’est vrai.
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux,
Je suis l’un d’eux, l’un d’eux,
Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!

303     ĂŠtes-vous heureux? Si vous l’ĂȘtes, levez la main.
Je suis l’un d’eux

Je suis si heureux de pouvoir dire


304     Serrez-vous la main devant vous, derriĂšre vous et autour de vous!
Je suis l’un d’eux, je suis l’un d’eux


305     N’ĂȘtes-vous pas heureux d’ĂȘtre l’un d’eux? [L’auditoire rĂ©pond: «Oui, amen! AllĂ©luia!» — N.D.É.] Quel bruit! [Un frĂšre parle en langues; un autre interprĂšte — N.D.É.]

306     Combien nous Te remercions, PĂšre, pour Ta bontĂ© et Ta misĂ©ricorde envers nous qui sommes indignes! Penser que maintenant, Seigneur, Tu vas confirmer Ton message promis au peuple! Je prie, ĂŽ Seigneur, que Ta misĂ©ricorde demeure sur eux!

307     S’il y en a ici qui ne Le connaissent pas comme Sauveur, et qui voudraient Le trouver maintenant dans leur coeur comme Sauveur, voulez-vous vous lever, tandis que nous offrons une priĂšre pour vous? Il a dit qu’Il donnerait ce message, et qu’Il voulait vous confirmer Sa Parole. S’il y en a ici qui ne Le connaissent pas, et qui n’ont pas reçu Son Esprit, c’est Ă  eux qu’Il parle!

308     Il y a quelqu’un lĂ  au fond; voulez-vous vous lever, frĂšre? [un frĂšre de l’auditoire parle — N.D.É.] Il voudrait ĂȘtre baptisĂ© du Saint-Esprit, n’est-ce pas, frĂšre? Dieu vous bĂ©nisse! Restez lĂ  oĂč vous ĂȘtes. Y en a-t-il un autre qui aimerait se lever et dire: «J’aimerais ĂȘtre baptisĂ© du Saint-Esprit!»? Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre! Dieu vous bĂ©nisse! Restez debout! Restez simplement debout! Encore quelqu’un qui aimerait ĂȘtre mentionnĂ© dans nos priĂšres maintenant, qui voudrait ĂȘtre baptisĂ© du Saint-Esprit? Y en a-t-il un autre, avant que je dise ce que je veux dire, qui voudrait se lever et se joindre Ă  ceux-lĂ ?
Oh, serez-vous comptĂ© comme l’un des Siens? (le serez-vous?)
Soyez sans tache au-dedans, veillez et attendez-vous Ă  cette vision;
Il revient!

309     Il revient. Voulez-vous ĂȘtre Son ennemi ou voulez-vous ĂȘtre Son enfant? Ce jour-lĂ , un Dieu irritĂ© ne reconnaĂźtra que le Sang de JĂ©sus! Votre appartenance Ă  une Ă©glise ne sera rien Ă  Ses yeux. Il n’y aura que le Sang!
Oh, combien précieux, ce courant
Qui me rend aussi blanc que neige;
Je n’ai pas trouvĂ© d’autre fontaine
Que le Sang de JĂ©sus:
Qu’est-ce qui peut laver mes pĂ©chĂ©s?
— Rien que le Sang de JĂ©sus;
Qu’est-ce qui peut me rĂ©tablir?
— Rien que le Sang de JĂ©sus.
    [frĂšre Branham se met Ă  fredonner — N.D.É.]
Rien que le Sang de JĂ©sus!(c’est lĂ  toute ma justice)
Rien que le Sang de JĂ©sus!

310     Y a-t-il autre chose?
Oh, combien précieux
 (rien ne peut subsister, frÚre, soeur; le monde sombre, il est fini!)
Je n’ai pas trouvĂ© d’autre fontaine
Que le Sang de JĂ©sus!

311     Lentement, Teddy, s’il te plaĂźt: “Il y a une fontaine pleine de Sang, qui vient des veines d’Emmanuel!”.

312     Maintenant, mes amis, vous qui ĂȘtes debout, vous essayez d’accepter la douceur du Seigneur JĂ©sus. La mĂȘme Bible qui nous a dit que ces choses arriveraient les a rĂ©alisĂ©es exactement comme Elle l’avait dit. Pierre a dit: “Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera”.

313     Vous vous ĂȘtes levĂ©s parce que vous voulez la bĂ©nĂ©diction de Dieu sur vous. Et moi! En tant que Son serviteur, je prie pour vous, je prie que Dieu vous donne le baptĂȘme du Saint-Esprit. Et je me demande si vous pourriez faire ceci dans votre coeur, si vous ĂȘtes sincĂšres, si vous feriez cette promesse Ă  Dieu: «Ô Dieu, moi qui suis debout maintenant, Ă  la recherche du baptĂȘme du Saint-Esprit, je prierai constamment Ă  partir d’aujourd’hui, et j’attendrai jusqu’à ce que Tu me remplisses du Saint-Esprit!». Voulez-vous faire cette promesse Ă  Dieu en levant la main? «Je prierai constamment, constamment, jusqu’à ce que Tu me remplisses de la douceur et de la bontĂ© de l’Esprit». Je prĂ©sente maintenant ma priĂšre pour vous, tandis que nous courbons la tĂȘte.

314     Notre PĂšre cĂ©leste, voici les trophĂ©es de Ta prĂ©sence. Ils savent que ces Paroles sont vĂ©ritables, parce qu’elles viennent de Toi. Ils savent qu’elles ont Ă©tĂ© donnĂ©es par le Saint-Esprit, parce que c’est la Parole de Dieu. Et ils ont Ă©tĂ© convaincus d’avoir besoin de Toi, d’avoir besoin de la douceur du Saint-Esprit dans leur vie, qui leur donnera la puissance pour vaincre. “Et ils recevront la puissance d’En-haut”, la puissance qui leur permettra de vivre une vie chrĂ©tienne, la puissance leur permettant de vaincre la tentation. Comme dans ce cantique que nous venons de chanter: “Ils s’étaient rassemblĂ©s dans la chambre haute, tous priant en Son Nom; ils furent baptisĂ©s du Saint-Esprit, et la puissance pour servir est venue”. C’est ce qu’ils veulent, que la puissance pour servir vienne sur eux.

315     Je Te prie, ĂŽ PĂšre, en tant que Ton serviteur, tandis que Tu les as vus lever les mains, ils T’ont fait le serment et la promesse qu’ils ne cesseront jamais, qu’ils ne nĂ©gligeront jamais cela, mais qu’ils prieront jusqu’à ce que Tu les remplisses, Seigneur, jusqu’à ce qu’ils aient une portion satisfaisante de Ta Sainte PrĂ©sence dans leur vie! Je prĂ©sente ma priĂšre en leur faveur, Seigneur, en tant que Ton serviteur, afin qu’ils soient remplis du Saint-Esprit. Seigneur, je prie pour qu’ils ne quittent pas cette Ă©glise avant que cela n’arrive; qu’ils restent ici jusqu’à ce que chaque Ăąme soit remplie du Saint-Esprit. Accorde-le, ĂŽ Seigneur!

316     Tu es Dieu, le Tout-Puissant; Tu as Ă©tĂ© manifestĂ© dans la chair pour ĂŽter les pĂ©chĂ©s du monde. Tu es ressuscitĂ© le troisiĂšme jour, et Tu es montĂ© En-haut. Et Tu es ici ce soir, parmi nous, par le Saint-Esprit. Et nous Te prions, PĂšre, notre cher Seigneur, que Tu remplisses chacun d’eux de Toi-mĂȘme. Et puissent-ils ĂȘtre en bĂ©nĂ©diction pour Ton Royaume et dans le monde Ă  venir. Et un jour, lorsqu’ils arriveront finalement au bout de la route (ce qui peut arriver aujourd’hui, nous ne savons pas quand ce sera) 
 que je puisse, ĂŽ Seigneur, ĂȘtre comptĂ© parmi ceux qui s’en iront dans l’enlĂšvement. Puissent ceux-ci ĂȘtre enlevĂ©s. Puissent tous ceux qui sont dans la PrĂ©sence Divine et tous ceux qui sont remplis de l’Esprit, qui appartiennent Ă  Dieu, partir dans l’enlĂšvement.

317     Accepte-les ce soir, ĂŽ PĂšre! Ils sont Ă  Toi maintenant, je Te les confie. Au Nom de JĂ©sus-Christ, amen!

318     Maintenant, je voudrais que ceux qui sont autour d’eux et qui ont le Saint-Esprit se lĂšvent et leur imposent les mains.
Il y a une fontaine pleine de sang,
Qui vient des veines d’Emmanuel,
Et les pécheurs qui sont plongés dans ce flot,
Perdent toutes leurs taches coupables.
Le brigand mourant se réjouit de voir cette fontaine;
Et que je puisse, aussi vil que je sois,
Me laver de tous mes péchés;
Et les pécheurs qui sont plongés dans ce flot
Perdre toutes leurs taches coupables.

319     Maintenant, levez les mains vers Dieu et louez-Le. Dites: «Merci, Seigneur! Je me suis levĂ© et je Te loue! Je Te rendrai grĂąces pour Tes bĂ©nĂ©dictions, pour Ta bontĂ©, et pour m’avoir donnĂ© le baptĂȘme du Saint-Esprit». Merci, Seigneur! Merci, Seigneur! Merci de Ton appel, de ce que Tu nous donnes
 Tu tiens Ta promesse, Tu ne peux pas la reprendre. Nous Te croyons!

320     N’ĂȘtes-vous pas heureux? Dites: «LouĂ© soit Dieu!». Teddy, nous allons encore chanter ceci: “Il y en a beaucoup qui ne peuvent comprendre que Ceci est comme le Ciel pour moi”.
Il y en a beaucoup qui ne peuvent comprendre
Pourquoi nous sommes, heureux et libres;
Nous avons traversé le Jourdain pour aller dans le beau pays de Canaan:
Pour moi, c’est comme le Ciel,
Oh, pour moi, c’est comme le Ciel;
Oh, pour moi, c’est comme le Ciel;
Oui, j’ai traversĂ© le Jourdain pour aller dans le beau pays de Canaan:
Pour moi, c’est comme le Ciel.
Oh, quand je suis heureux, je chante et je crie,
Le diable n’y croit pas, je le vois.
Mais je suis rempli de l’Esprit, c’est certain!
Et c’est cela qui m’arrive.
Oui, c’est cela qui m’arrive (louĂ© soit Dieu!)
Oh, pour moi, c’est comme le Ciel!

321     Cela ne vous rend-il pas heureux? Bien! Serrez-vous la main en disant: «LouĂ© soit le Seigneur! C’est comme le Ciel!».
Prends le Nom de JĂ©sus avec toi


322     Maintenant, doucement, tandis que nos tĂȘtes sont baissĂ©es:
Prends le Nom de JĂ©sus Ă  toujours
Comme bouclier contre tout piĂšge,
Quand les tentations t’environnent,
Murmure simplement ce Saint Nom dans la priĂšre.
Précieux Nom, Nom si doux!
EN HAUT