ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Apocalypse chapitre quatre #3 (le trĂŽne de misĂ©ricorde et de jugement) de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 61-0108 La durĂ©e est de: 2 heures 56 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Apocalypse chapitre quatre #3 (le trÎne de miséricorde et de jugement)

1     Bonjour, Ă©tudiants de la Bible! Comment vous sentez-vous ce matin? Bien, j’espĂšre. Amen! C’était un peu court pour prĂ©venir que nous serions ici ce matin, parce que je n’avais pas encore fixĂ© mon itinĂ©raire et la date de mon dĂ©part. Et ceci Ă©tant maintenant rĂ©glĂ© pour les six prochains mois, j’ai pensĂ© qu’il vaudrait mieux faire cette rĂ©union ce matin, parce que, pour autant que je sache, il va s’écouler un certain temps avant que je revienne. Je ne serai peut-ĂȘtre pas de retour avant cet automne.

2     Et nous allons partir cette semaine pour Beaumont, au Texas. La semaine prochaine nous y tiendrons pendant huit Ă  dix jours une sĂ©rie de rĂ©unions avec l’association de diverses Ă©glises et groupes indĂ©pendants. En rĂ©alitĂ©, ces rĂ©unions sont organisĂ©es par l’église “Jesus Name” de Beaumont, oĂč nous avons eu une grande rĂ©union il y a quelque temps, juste aprĂšs que la photographie ait Ă©tĂ© prise. Il y avait eu un train spĂ©cial de vingt-sept wagons pour les gens qui voulaient y venir. Nous avons passĂ© de bons moments Ă  Beaumont; nous y retournons la semaine prochaine. Nous pensions nous arrĂȘter Ă  San Antonio sur le chemin du retour, mais nous n’en aurons pas le temps.

3     De lĂ , nous partirons pour Phoenix, Los Angeles, et jusqu’à Long Beach. Puis nous reviendrons, Dieu voulant, et nous repartirons vers la cĂŽte Est jusqu’en Virginie et en Caroline du Sud. Puis nous reviendrons Ă  Bloomington, en Illinois. De lĂ , nous partirons pour le Lane Tech High School, la derniĂšre semaine d’avril, pour une rencontre avec les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens. Ensuite, je partirai en Colombie Britannique et jusqu’en Alaska oĂč je resterai jusqu’en juin. Nous espĂ©rons passer des moments glorieux.

4     Prions pour que l’enquĂȘte Ă  laquelle j’ai Ă©tĂ© soumis par le fisc concernant cette Ă©glise soit terminĂ©e Ă  ce moment. Si c’est le cas, je pourrai partir outre-mer en juin dĂ©jĂ , ce qui est une bonne Ă©poque pour l’Afrique. Je pourrais ĂȘtre alors en Afrique en juillet et aoĂ»t. Aussi ai-je vraiment besoin de vos priĂšres!

5     Nous nous attendons Ă  la venue du Seigneur. Tous ces projets, c’est: «Si c’est la volontĂ© du Seigneur». Nous ne savons pas; ce ne sont pas exactement des directives prĂ©cises. Nous avons seulement rassemblĂ© toutes les invitations et priĂ©; nous avons demandĂ© au Seigneur: «Dans quelle direction devons-nous aller?». Je ne voulais pas penser Ă  cela tout seul, c’est pourquoi j’ai demandĂ© Ă  d’autres d’y rĂ©flĂ©chir et de prier pour cela. On aurait dit que nous nous sentions tous conduits en mĂȘme temps Ă  aller les uns vers l’ouest, les autres vers le sud ou l’ouest. Comme nous avions reçu des invitations d’un peu partout, nous nous sommes aussitĂŽt mis au travail. Le premier endroit que j’ai eu Ă  coeur Ă©tait soit Beaumont, soit San Antonio. Nous avons vu que nous avions des invitations pour ces deux endroits.

6     Nous avons tĂ©lĂ©phonĂ© Ă  Beaumont. Étant donnĂ© qu’il y a quarante-deux Ă©glises qui coopĂšrent, des PentecĂŽtistes UnifiĂ©s et d’autres, nous avons pensĂ© qu’avec une grande salle ce serait mieux de leur accorder dix jours plutĂŽt que d’en accorder cinq ici et cinq ailleurs. Je crois qu’il est prĂ©fĂ©rable de centraliser. Il y a beaucoup de gens dans le besoin Ă  Beaumont et dans ces rĂ©gions pĂ©trolifĂšres du fond du Texas. Nous nous attendons Ă  passer lĂ -bas de glorieux moments.

7     Nous n’essayons jamais d’aller dans les grands centres et les endroits importants. Nous essayons d’aller comme le Seigneur nous conduit, que le lieu soit petit ou grand; nous allons simplement oĂč le Seigneur nous conduit. À n’importe quel moment Il peut nous envoyer un “appel pour la MacĂ©doine”. AussitĂŽt, nous quittons le champ oĂč nous travaillons pour aller faire ce qu’il faut lĂ  oĂč Il nous appelle.

8     Chers amis, nous avons vraiment apprĂ©ciĂ© ces moments de communion que nous avons vĂ©cus avec vous autour de la Parole de Dieu. Je crois que vous serez fidĂšles maintenant, que vous irez Ă  l’église et obĂ©irez aux enseignements de la Bible que vous donne ici notre vaillant frĂšre Neville, que je recommande hautement comme serviteur de notre Seigneur Dieu; il vous conduira de plus en plus profondĂ©ment dans la connaissance de Dieu. J’en suis si heureux!

9     Petite Ă©glise, je vous adjure au Nom du Seigneur JĂ©sus de croĂźtre dans la grĂące de Dieu, de vous affermir et de regarder sans cesse au Calvaire, ĂŽtant toute racine d’amertume de votre coeur et de votre Ăąme afin que Dieu puisse vous employer en tout temps. Si vous vous sentez conduits Ă  faire quelque chose, qu’une rĂ©vĂ©lation ou quelque chose d’autre vienne Ă  vous d’une maniĂšre Ă©trange, quelque chose pour mettre en garde ou autre chose, faites attention! Satan est extraordinairement malin et sournois. Vous voyez? Confrontez cela avec la Parole de Dieu et consultez votre pasteur!

10     On voit toutes sortes de dons et autres choses se glisser dans l’église, et y opĂ©rer. Avant de les laisser opĂ©rer, sentez-en bien la pression sur votre coeur. L’ennemi est trĂšs rusĂ©, vous comprenez? Et ces vrais dons qui opĂšrent Ă  faux, c’est ce qui dĂ©chire toujours les assemblĂ©es. Vous voyez? Si l’opĂ©ration de quelque chose venant de Dieu se fait mal, non seulement cela vous blessera, mais cela dĂ©chirera toute l’assemblĂ©e. ContrĂŽlez cela avec la Bible tout entiĂšre pour voir si cela vient vraiment de Dieu ou non. ContrĂŽlez, testez, Ă©prouvez pour voir si c’est parfaitement dans la ligne de la Parole d’un bout Ă  l’autre. Alors seulement ce sera trĂšs bien.

11     Si la Parole dit que cela doit se passer de telle et telle façon, tenez-vous Ă  cela! N’en dĂ©mordez pas quoi que fassent les autres gens et quelque vrai qu’ils pensent que cela soit. Si cela ne ressort pas des Écritures, depuis la GenĂšse jusqu’à l’Apocalypse, laissez-le de cĂŽtĂ©! Ne prenez pas de risques: nous sommes dans les derniers jours et Satan est aussi trompeur qu’il l’a toujours Ă©tĂ©.

12     Pardonnez-moi si j’essaie de prendre la place d’un chef; je ne suis pas un chef. Mais j’éprouve Ă  votre Ă©gard ce que Paul disait autrefois Ă  son assemblĂ©e: “Vous ĂȘtes les Ă©toiles de ma couronne”. Quand j’aurai fait la grande traversĂ©e, que je serai arrivĂ© de l’autre cĂŽtĂ© et que je vous rencontrerai dans dans cet Ă©tat glorifiĂ©, je voudrais que vous soyez lĂ , brillant comme des Ă©toiles. Vous voyez? Je voudrais que vous soyez lĂ , et moi aussi je voudrais ĂȘtre lĂ .

13     Je me souviens de cette vision oĂč j’ai vu le peuple du Seigneur dans ce glorieux Pays lĂ -bas; je regardais autour de moi; ils me dirent que je serais juge en premier d’aprĂšs l’Évangile que je prĂȘchais. J’avais rĂ©pondu: «Je l’ai prĂȘchĂ© exactement comme Paul».

14     Ces millions de gens criĂšrent alors: «C’est sur cela que nous nous reposons!». Vous voyez? Je voudrais qu’il en soit ainsi. Un jour, nous nous rencontrerons lĂ -haut.

15     Dieu n’a jamais envoyĂ© frĂšre Neville et moi-mĂȘme pour que nous soyons vos chefs. Pas du tout! Nous ne sommes que vos frĂšres, vous comprenez, nous sommes lĂ  pour vous instruire dans l’Évangile. C’est pourquoi, travaillons ensemble!

16     Quelquefois, il y a quelque chose Ă  redire lorsqu’un don opĂšre et nous avons Ă  faire une remarque ou une correction; mais si la personne qui a exercĂ© le don refuse la remontrance, alors sachez que ce don n’était pas juste. Cela ne venait pas de Dieu. Celui qui a l’Esprit de Dieu est toujours prĂȘt Ă  se laisser corriger; il est doux, humble et plein de bonne volontĂ©. S’il se redresse et dit: «Je le ferai de toute façon!», rappelez-vous que les esprits arrogants ne sont pas de Dieu. Vous voyez? Pourquoi prendre un substitut quand la terre entiĂšre est remplie de la Gloire de Dieu, de la vĂ©ritable puissance de Dieu? Pourquoi prendre un substitut? Maintenant, le jour est dĂ©jĂ  tellement avancĂ©! Rappelez-vous que la Bible dit que Satan viendrait avec toute sa ruse afin de sĂ©duire mĂȘme les Ă©lus si c’était possible. Vous voyez?

17     Parfois, nous pensons que nous sommes les Ă©lus (j’espĂšre que nous le sommes); alors restons bien dans la ligne de la Bible. Si tout est juste Ă  cent pour cent selon la Parole; si tout s’accorde avec l’Écriture, donnant gloire Ă  Dieu et honneur Ă  l’Église, nous savons que cela vient de Dieu, parce que la Bible le confirme. Mais notre thĂ©orie ne confirme rien du tout: elle ne donne rien de bon et tombe loin du but.

18     Donc si quelque chose vous a frappĂ©, peu importe si cela semble vrai: si ce n’est pas correct, si ce n’est pas scripturaire, dĂ©barrassez-vous en aussitĂŽt, parce qu’il y a quelque chose de vrai qui vous attend!

19     C’est pourquoi, priez! Quoi que vous fassiez, priez toujours pour moi. Priez pour moi parce qu’à mon avis, c’est la derniĂšre fois que nous parcourrons ces champs de mission.

20     Rappelez-vous qu’il y a de grandes choses qui se passent, mais que le monde n’y voit rien. JĂ©sus est venu; Il a vĂ©cu et Il est mort. Il a Ă©tĂ© sacrifiĂ©, puis est retournĂ© dans la Gloire; des millions de gens n’en ont jamais rien su! Ce n’est pas quelque chose de brillant et de grandiose, mais il est dit: “Il est venu chez les Siens!”. Il dit aussi: “Que celui qui a des oreilles Ă©coute ce que l’Esprit dit aux assemblĂ©es!”. Il ne parle pas aux gens du dehors mais Ă  l’Église: c’est l’Église qui reçoit la grande secousse.

21     Autrefois je pensais diffĂ©remment; mais un jour, Il me parla. Il me fallut retourner Ă  la Parole pour considĂ©rer comment tous les prophĂštes avaient parlĂ© de la venue de Jean, disant que: “
 toute montagne serait abaissĂ©e, que toute vallĂ©e serait exhaussĂ©e” et comment la puissance de Dieu agirait! “Toutes les montagnes sauteraient comme des bĂ©liers et les feuilles frapperaient des mains”. Il semblait bien que quelque chose allait vraiment se produire! Mais quand cela arriva, que se passa-t-il? Un drĂŽle d’individu barbu et hirsute sortit du dĂ©sert, vĂȘtu d’une vieille peau de brebis. Il n’y avait aucun confort dans le dĂ©sert! Il y Ă©tait depuis l’ñge de neuf ans et il en avait maintenant trente! Il sortit du dĂ©sert, prĂȘchant la repentance debout sur les rives du Jourdain, ayant probablement de la boue jusqu’aux genoux. C’est alors que les montagnes furent abaissĂ©es et que les vallĂ©es furent exhaussĂ©es. Vous comprenez?

22     Il faut que vous ayez une comprĂ©hension spirituelle. Rappelez-vous que sur cette terre, Dieu n’a jamais demeurĂ© et ne demeurera jamais dans des apparences brillantes. Il y est opposĂ©. Ses grands messages ne seront jamais du genre: «Faites un grandiose ceci ou cela ». Cela ne se passe pas ainsi. Ses serviteurs n’agissent pas de cette maniĂšre. Son Ă©clat et sa gloire sont d’en haut.

23     Il y a deux jours, je suis allĂ© dans le Kentucky. LĂ -bas, j’avais dans la voiture mon cher ami, le frĂšre Banks Wood. En roulant, nous vĂźmes une femme policier qui se tenait un peu plus loin. AussitĂŽt le frĂšre ma dit: «Il vaut mieux ralentir parce qu’elle n’est pas commode!».

24     Je rĂ©pondis: «Oui, d’accord!». Je lui dis: «Quand une nation en arrive au point oĂč il y a des millions de chĂŽmeurs et qu’on doit prendre des femmes pour en faire des policiers qu’on envoie dans les rues, que d’autres sont chauffeurs de taxi et toutes sortes de choses semblables, c’est l’une des plus grandes taches sur cette nation!». Elles n’ont strictement rien Ă  faire lĂ ! Ce n’est tout simplement pas leur place. Je lui dis: «Autrefois cela me tracassait beaucoup; mais maintenant, je commence Ă  me rappeler que ce n’est pas Ă©tonnant, vu que notre royaume n’est pas d’ici-bas et que nous ne sommes pas de ce monde».

25     Pourquoi nos femmes ne portent-elles pas les cheveux courts, ne se maquillent-elles pas, ne dansent-elles pas le rock’n’roll et ne font-elles pas toutes ces bĂȘtises? Les gens qui vont dans les Ă©glises ordinaires pensent que tout cela est trĂšs bien. Pourquoi? Parce que ce sont des AmĂ©ricains! Ils sont AmĂ©ricains et on l’esprit amĂ©ricain. Nous, nous ne sommes pas AmĂ©ricains, nous sommes chrĂ©tiens. Notre esprit est d’un autre Royaume. Si notre esprit Ă©tait de ce royaume, nous adorerions ces choses, nous adorerions tous ces chants vulgaires et ce rock’n’roll: “La oĂč est votre coeur, lĂ  est votre trĂ©sor”. Mais notre trĂ©sor est en haut. Ainsi donc nous nous dirigeons vers un Royaume.

26     Notre maison n’est pas ici-bas; nous sĂ©journons seulement ici, essayant de faire sortir des tĂ©nĂšbres d’autres citoyens. Nous allons dans une ville pour faire une campagne d’évangĂ©lisation, peut-ĂȘtre Ă  l’échelle de la ville tout entiĂšre pendant une semaine ou dix jours pour qu’une seule Ăąme prĂ©cieuse en sorte, une seule et unique qui se trouve lĂ .

27     Vous direz: «La rĂ©union a Ă©tĂ© un grand succĂšs, cinq mille sont venus Ă  l’autel!». Mais il se peut que pas un seul de ceux-lĂ  ne soit sauvĂ©! Ou bien vous direz: «Il n’y a que deux personnes qui sont venues Ă  l’autel!». — Mais l’une d’elles est peut-ĂȘtre une pierre prĂ©cieuse! Nous jetons simplement le filet dans le fleuve. Dieu attrape les poissons: Il sait qui est un poisson et qui ne l’est pas.

28     C’est pourquoi nous nous contentons simplement de prĂȘcher. Rappelez-vous que c’est exactement ce que vous faites ici dans ce tabernacle. N’oubliez jamais cette Parole: “Mes brebis entendent ma voix”. Et la Voix de Dieu, c’est Sa Parole.

29     Je pensais l’autre jour Ă  ces gens d’une certaine dĂ©nomination qui disent: «La guĂ©rison divine n’existe plus. Personne n’a jamais reçu un don de guĂ©rison divine si ce n’est Paul ou les apĂŽtres, les cent vingt dans la chambre haute. Ce sont eux qui reçurent le don de guĂ©rison divine. Un point, c’est tout!».

30     Mais vous voyez, grĂące Ă  ce magnifique schĂ©ma que notre frĂšre Willie a si bien dessinĂ© pour nous, nous voyons le chemin que ce petit fil a parcouru tout au long des Ăąges de l’église. Je me demande ce que cette mĂȘme dĂ©nomination dit de l’histoire de l’église, d’IrĂ©nĂ©e, de Martin et de tous ces martyrs morts tout au long des Ăąges, des centaines d’annĂ©es aprĂšs la mort des apĂŽtres; de tous ces gens qui ont parlĂ© en langues, guĂ©ri les malades, ressuscitĂ© les morts, fait des miracles, et cela dans toutes les Ă©glises. Je me demande ce qui s’est passĂ© avec ces gens-lĂ  si ces choses n’étaient que pour les apĂŽtres!

31     Voyez-vous comme ce chemin est Ă©troit? Ils n’ont aucune comprĂ©hension spirituelle, c’est tout. Ils sont aveugles, morts dans le pĂ©chĂ© et les transgressions. PĂ©chĂ© signifie incrĂ©dulitĂ©. Tout ce qui est dans l’incrĂ©dulitĂ© est pĂ©chĂ©. Si quelqu’un a un titre universitaire long comme cela, mais qu’il dise que la guĂ©rison divine ou le baptĂȘme du Saint-Esprit n’existe pas, cet homme est mort dans le pĂ©chĂ©. Il pourrait ĂȘtre capable d’expliquer toutes sortes de mystĂšres de la Bible, mais sa vie mĂȘme, son tĂ©moignage, prouve qu’il est mort. Il est mort dans le pĂ©chĂ© et les transgressions parce qu’il est pĂ©cheur.

32     Le pĂ©chĂ©, c’est l’incrĂ©dulitĂ©. Le pĂ©chĂ©, ce n’est pas commettre adultĂšre, fumer, danser et mal se conduire d’une maniĂšre ou d’une autre. Cela n’est pas le pĂ©chĂ©, ce sont les attributs de l’incrĂ©dulitĂ©. MĂȘme si un homme ne boit pas, ne fume pas, ne fait pas ces choses, ne dit jamais de mauvaises paroles et garde tous les dix commandements, il peut ĂȘtre malgrĂ© tout un grand pĂ©cheur complĂštement pourri. S’il nie quoi que ce soit de la puissance de Dieu, il est pĂ©cheur! Le mot pĂ©chĂ© signifie incrĂ©dulitĂ©. Cherchez seulement et vous verrez si ce n’est pas juste! Un incrĂ©dule qui ne croit pas Ă  la Parole de Dieu est un pĂ©cheur: il ne peut entrer dans le Royaume des Cieux.

33     Ce matin, j’ai pensĂ© et j’ai pris sur moi, par la volontĂ© du Seigneur, par le commandement du Saint-Esprit, de revenir Ă  ce tabernacle et de vous garder peut-ĂȘtre deux ou trois heures. Je voudrais terminer le chapitre quatre de l’Apocalypse avant de partir. J’espĂšre que cela ne vous ennuie pas et que vous trouvez cela glorieux. J’espĂšre que c’est quelque chose qui vous fera du bien et vous aidera dans les jours Ă  venir.

34     J’ai dit Ă  Billy de venir ici ce matin et de distribuer des cartes de priĂšre s’il y avait des Ă©trangers parmi nous, parce que nous allons partir et je ne sais pas quand je serai de retour. Dieu seul le sait. Billy m’a tĂ©lĂ©phonĂ© aux environs de neuf heures pour me dire: «Papa, il y a quelques personnes ici qui dĂ©sirent que l’on prie pour elles; je les ai interrogĂ©es, mais ce sont des gens qui viennent Ă  l’église rĂ©guliĂšrement».

35     J’ai rĂ©pondu: «Alors, ne distribue aucune carte de priĂšre. Si nous prions pour les malades ce matin, nous appellerons les gens et nous prierons pour eux». J’ai ajoutĂ©: «Si ce sont des gens qui viennent au Tabernacle et que nous connaissons
 Je voudrais m’occuper plus spĂ©cialement des gens du dehors».

36     Alors, il m’a dit il y a quelques minutes, quand il est sorti et qu’il m’a rencontrĂ© dehors: «J’ai distribuĂ© quelques cartes de priĂšre. Je n’en ai distribuĂ© qu’un petit nombre. Fais ce qui te semble le meilleur».

37     Je lui ai rĂ©pondu: «Eh bien, nous verrons comment se dĂ©roule le message, oĂč nous en serons, puis nous nous occuperons d’eux!».

38     Il m’a dit: «Beaucoup voulaient des cartes de priĂšre, bien sĂ»r, mais c’étaient des gens qui appartiennent Ă  cette assemblĂ©e».

39     Bien, nous savons que Dieu est Dieu. Oh, quelles choses Il accomplit! Le tĂ©lĂ©phone sonne sans arrĂȘt pour des problĂšmes divers, parfois pour de toutes petites choses, mais comme Dieu rĂ©pond aux priĂšres!

40     Je me demande si cette dame ou son mari venus de New Albany sont ici, ceux qui ont amenĂ© chez moi vers minuit ou une heure ce petit bĂ©bĂ© Ă  moitiĂ© Ă©touffĂ© Ă  cause d’une pneumonie. Oui? C’est trĂšs bien! Comment va le bĂ©bĂ©? [un homme dans l’auditoire rĂ©pond: «TrĂšs bien!» — N.D.É.] Bon, c’est parfait!

41     Laissez-moi seulement vous montrer que c’est quelque chose que vous ne pouvez connaĂźtre, qui ne peut se passer que si le Saint-Esprit parle. Il y a un instant, j’ai entendu notre cher frĂšre Sothmann dire: «Amen!», mais je n’ai pas pu voir oĂč il Ă©tait. OĂč est-il? Est-il ici? Oui, frĂšre Fred Sothmann est lĂ . Je voudrais vous montrer comme c’est simple. Quelques-uns de ses amis devaient venir, je suppose que c’était frĂšre Welch Evans; je ne sais pas. Ils avaient une roulotte dont ils avaient fermĂ© la porte Ă  clef, mais Fred a perdu la clef. Ils ont cherchĂ© partout mais n’ont pas pu la trouver. Et frĂšre Welch Ă©tait sur le point d’arriver! Le jour de sa venue arriva, mais ils ne pouvaient trouver la clef nulle part. Alors il me tĂ©lĂ©phona et me dit: «FrĂšre Branham, oĂč est la clef? OĂč allons-nous la trouver?».

42     Cela ne vous embarrasserait-il pas, si l’on vous posait une telle question? Mais attendez un instant! Vous rappelez-vous les fils de Kis cherchant leurs Ăąnesses? «Si nous avions un prĂ©sent Ă  lui offrir, nous le donnerions au prophĂšte, et il nous dirait peut-ĂȘtre oĂč sont les Ăąnesses». Vous souvenez-vous de cette histoire?

43     Tandis qu’ils passaient dans la rue, ils rencontrĂšrent le prophĂšte. Celui-ci leur dit: “Vous ĂȘtes Ă  la recherche de vos Ăąnesses. Retournez chez vous, on les a dĂ©jĂ  retrouvĂ©es”. N’est-ce pas vrai?

44     J’ai priĂ©, et Fred n’a eu qu’à aller ramasser la clef!

45     FrĂšre Ed Dalton, oĂč ĂȘtes-vous? OĂč est Ed Dalton? Je sais qu’il est ici quelque part, je l’ai vu tout Ă  l’heure. Oh, il est au fond. Il m’a entendu dans le haut-parleur. L’autre soir, frĂšre Ed m’appela; il avait un grave problĂšme. Je me proposais de l’aider, mais il me dit: «Non, je voudrais simplement que vous demandiez Ă  Dieu!». J’ai demandĂ© Ă  Dieu de l’aider. Le jour suivant, sa femme me tĂ©lĂ©phona pour me dire que quelqu’un Ă©tait venu Ă  son secours. C’est trĂšs bien! N’est-ce pas vrai, frĂšre Ed?

46     Vous voyez, Il est simplement Dieu. C’est tout! Il est simplement Dieu. Il va Ă  tout instant d’un endroit Ă  un autre. Quel que soit le problĂšme, Il est Dieu. Nous n’allons pas partout nous vanter de ces choses, nous ne devons pas le faire. Ne laissez pas votre main gauche savoir ce que fait votre droite! Nous en parlons entre nous, mais nous ne le rĂ©pandons pas partout parce que ce serait de l’orgueil! Comme lorsqu’on dit par exemple: «Dieu ne pouvait le faire que pour une seule personne». Il le fait pour quiconque croit en Lui! C’est la foi! Quoi que vous vouliez faire, quelles que soient vos pensĂ©es, apportez-les Ă  Dieu: Il pourvoit Ă  tout. N’est-ce pas? Il rĂ©pond Ă  la priĂšre. Dieu est un PĂšre qui rĂ©pond aux priĂšres.

47     Encore ceci: Je pensais qu’à la fin de ces derniĂšres rĂ©unions, pendant que nous y sommes, nous pourrions peut-ĂȘtre avoir un temps consacrĂ© au discernement Ă  la fin de la derniĂšre rĂ©union, si le Seigneur le permet, ou peut-ĂȘtre mĂȘme pendant la rĂ©union. Nous ne savons pas ce qu’Il va faire. J’aime qu’il en soit ainsi. Ne vous dĂ©terminez pas sur telle ou telle chose, mais laissez-Le simplement faire ce qu’Il veut.

48     Prenons maintenant le chapitre 4 de l’Apocalypse et arrĂȘtons l’horloge. [Un homme demande: «FrĂšre Bill?» — «Oui!» — «Puis-je dire un mot?» — «Oui, frĂšre!» Le frĂšre donne un tĂ©moignage
 — partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

49     C’est certain! je crois cela. Parfaitement! Je crois cela.

50     Pendant que nous cherchons Apocalypse 4, je raconterai encore l’aventure de frĂšre Welch Evans. Je crois qu’il est assis lĂ -bas au fond.

51     Il n’y a pas longtemps, vous avez tous entendu parler dans les journaux de cette bande de Louisville qui volait des voitures et les amenait rapidement quelque part dans le Kentucky. Au Kentucky, les formalitĂ©s sont trĂšs simples. Il suffit de donner votre adresse et on vous fait le permis de circulation. Il suffisait donc Ă  ces voleurs d’emmener trĂšs rapidement les voitures, de changer leur aspect, de les repeindre, puis il leur Ă©tait facile de les revendre. Ils sont organisĂ©s et forment un rĂ©seau qui couvre l’ensemble des États-Unis, mais une grande partie de ce trafic se fait au Kentucky. Il n’y a pas longtemps j’ai lu un article dans la presse.

52     Notre cher frĂšre Evans et sa famille font tous les dimanches la route depuis Macon en Georgie jusqu’ici pour entendre l’Évangile. Ce sont de vrais amis. Ensuite, ils vont dĂ©jeuner Ă  la cafetaria Miller.

53     Je ne fais pas de publicitĂ© pour Miller, mais je pense vraiment qu’ils ont la meilleure nourriture du Kentucky, ou en tout cas de Louisville. Je ne parle Ă©videmment pas des familles chez qui j’ai mangĂ©, mais des restaurants. Et j’y mange, moi aussi. D’ailleurs, si je vais manger lĂ  avec ma famille, cela nous coĂ»te moins cher que de manger Ă  la maison. C’est vrai!

54     Je m’étais rendu lĂ  et frĂšre Evans, aprĂšs avoir garĂ© sa voiture, entra lui aussi avec toute sa famille pour dĂ©jeuner. Quand ils ressortirent, il n’y avait plus de voiture (et ils y avaient tous laissĂ© des vĂȘtements). Tout Ă©tait parti. Le frĂšre Evans est un homme comme nous tous, il a une petite affaire. Il achĂšte des vieilles voitures et les remet en Ă©tat. Il est pauvre et dĂ©pense son argent pour venir ici parce qu’il croit Ă  ce genre d’Évangile. Je prie que Dieu leur envoie lĂ -bas un messager pour les aider dans cette rĂ©gion.

55     FrĂšre Evans ne savait que faire! Il avait averti la police, mais elle n’a pu retrouver la voiture. Alors il est venu Ă  la maison avec frĂšre Fred et les autres, nous nous sommes installĂ©s dans une chambre et nous avons parlĂ© de cela. C’est ainsi que nous faisons, nous nous installons dans une chambre, nous cherchons Ă  comprendre ce qui se passe, et ensuite nous nous approchons de Dieu. Nous avons demandĂ© au Seigneur qu’Il fasse revenir l’homme qui avait pris la voiture et qu’Il le renvoie, oĂč qu’il se trouve.

56     GĂ©nĂ©ralement, ils conduisent les voitures volĂ©es vers Bowling Green ou dans les environs: ils les Ă©loignent ainsi de la zone critique jusqu’à ce qu’ils les aient repeintes et arrangĂ©es. C’était une belle voiture, une fourgonnette, je crois. C’est cela, frĂšre Evans? C’était une fourgonnette.

57     VoilĂ  donc ce qui s’est passĂ©. Alors nous nous sommes mis Ă  prier. Le Seigneur nous a rendu tĂ©moignage que tout Ă©tait en ordre, que tout Ă©tait bien. La puissance du Seigneur Ă©tait descendue parmi nous. Alors, frĂšre Evans est sorti et il fut conduit Ă  aller dans une certaine direction.

58     Il est revenu ici mĂȘme Ă  Jeffersonville. La voiture avait Ă©tĂ© volĂ©e Ă  Louisville, elle avait juste assez d’essence pour aller jusqu’aux environs de Bowling Green puis Ă  Jeffersonville. Les voleurs sont sortis de la voiture et l’ont arrĂȘtĂ©e en y laissant la clef; ils sont partis et l’ont laissĂ©e lĂ , en plein Jeffersonville, oĂč le frĂšre a pu la retrouver; non pas Ă  Louisville, mais Ă  Jeffersonville.

59     Vous savez, le Seigneur peut faire que les oiseaux Lui obĂ©issent. Il peut faire que les hommes Lui obĂ©issent, et mĂȘme que Ses ennemis Lui obĂ©issent. C’est vrai. Il est Dieu. Sa voiture Ă©tait lĂ , rien ne manquait, sauf environ la moitiĂ© de l’essence qui avait permis au voleur d’atteindre les environs de Bowling Green. Le Saint-Esprit a dĂ» lui dire: «Retourne! Reviens en arriĂšre et conduis cette voiture Ă  Jeffersonville. DĂ©pose-la dans la rue et gare-la Ă  tel endroit parce que Je vais envoyer son propriĂ©taire Ă  cet endroit-lĂ  pour qu’il la retrouve». N’est-ce pas vrai, frĂšre Welch? C’est vrai!

60     Il est Dieu! Il rĂ©pond aux priĂšres, frĂšre Roy. Avec le frĂšre Slaughter, c’est exactement la mĂȘme chose: Il a guĂ©ri son petit chien. Je sais qu’Il guĂ©rit, qu’Il rĂ©pond aux priĂšres, qu’Il accomplit toujours des miracles, qu’Il est toujours Dieu! Il a toujours Ă©tĂ© Dieu et Il sera toujours Dieu!
    Il est Dieu sur le sommet du toit, (qu’est-ce que ce frĂšre chantait ici Ă  l’église?) Dieu dans la cuisine, Dieu Ă  la ferme, Dieu dans l’automobile, Il est Dieu partout, Il est Dieu d’un bout Ă  l’autre!

61     Oh, que c’est merveilleux! Mais si nous nous mettons Ă  prĂȘcher, nous ne pourrons jamais aborder cette Ă©tude! Bien, courbons nos tĂȘtes juste un instant pour prier.

62     Bon PĂšre cĂ©leste, nous aimons tellement Ta Sainte Parole que nos coeurs brĂ»lent au-dedans de nous quand nous savons que Ton Esprit descend au milieu de nous et nous parle, et que nos coeurs s’efforcent de saisir ces choses. Ta Parole nous fait tellement de bien, ĂŽ Seigneur!

63     Et, sachant qu’en cette heure sombre oĂč il y a tant de confusion
 Comme le prophĂšte le disait: “Dans les derniers temps, il y aura une famine (quelque chose comme cela), non pas de pain et d’eau, mais d’entendre la vĂ©ritable Parole de Dieu, et les hommes viendront de l’est et de l’ouest, du nord et du sud, cherchant Ă  trouver la vraie Parole de Dieu”. La Parole! Qu’est-ce que la Parole? JĂ©sus est la Parole: “La Parole a Ă©tĂ© faite chair et Elle a habitĂ© parmi nous”. Pour voir la vĂ©ritable Parole de Dieu s’accomplir et ĂȘtre rendue manifeste selon les Écritures, combien les gens voyageront et chercheront mais ne pourront pas La trouver. Ô Dieu, nous sommes si heureux, si heureux de L’avoir trouvĂ© il y a des annĂ©es dĂ©jĂ , Lui qui est si cher Ă  notre coeur, et de voir que nous ne sommes pas du tout confus.

64     Ă” Dieu, Tu as dit: “
 Eux qui savent que leur Dieu accomplira des exploits en ce jour
”. Et nous voici dans les derniers jours, voyant toutes les choses que JĂ©sus a dit devoir s’accomplir se manifester au milieu de nous! Il y a des signes, des prodiges, des miracles accomplis exactement comme Lui-mĂȘme l’avait fait! Il l’avait dit: “Comme il en fut au temps de Sodome, ainsi en sera-t-il Ă  la venue du Fils de l’homme”.

65     Et Seigneur, permets-nous par le Saint-Esprit de pĂ©nĂ©trer dans cette Parole, d’obtenir ces choses rĂ©elles, de les rattacher au Calvaire par la Parole et de voir qu’en Lui nous avons la plĂ©nitude. Et que les richesses, les bĂ©nĂ©dictions, la gloire et tout aillent Ă  Celui qui est digne, Lui qui est venu prendre le Livre de la main droite de Celui qui est assis sur le trĂŽne et qui s’y est assis Lui-mĂȘme, ayant Ă©tĂ© immolĂ© avant la fondation du monde.

66     PĂšre, nous avons parlĂ© de Lui ce matin. Nous Te prions de bĂ©nir nos coeurs. Que Son Esprit Se meuve parmi nous, nous bĂ©nisse, enrichisse notre expĂ©rience, guĂ©risse les malades au milieu de nous et nous donne la grĂące triomphante.

67     Et, notre Dieu, tandis que je pars vers les champs de mission pour faire face Ă  l’ennemi, que je puisse rĂ©aliser qu’à chaque heure vos priĂšres sont une garnison autour de moi. Oh, combien je compte sur cette garnison quand l’ennemi approche! Je sais que la garnison tient bon Ă  cause des pĂšres et des mĂšres, des garçons et des filles, des chrĂ©tiens nĂ©s de nouveau par une expĂ©rience, des gens en route pour le Ciel qui sont sur leurs genoux en priĂšre et qui disent: «Ô Dieu, accorde la dĂ©livrance!». PĂšre, nous Te prions de nous laisser aller de l’autre cĂŽtĂ© dans les lignes ennemies et de conquĂ©rir chaque Ăąme prĂ©cieuse qui attend. Fais-le, ĂŽ Seigneur, et fais-les sortir des tĂ©nĂšbres et entrer dans la LumiĂšre. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen!

68     Prenons le chapitre 4 de l’Apocalypse. Nous avons terminĂ© le chapitre 3. Que cela nous donne le respect de ces choses. Je vais essayer de ne pas vous garder trop longtemps. Dans ce chapitre 3, l’enlĂšvement de Jean au Ciel est un type de l’enlĂšvement de l’Église. L’Église est enlevĂ©e; Ă  partir de ce moment, il n’y est plus question que d’IsraĂ«l jusqu’au retour de l’Église. Voyez-vous comment cela se passe? Aujourd’hui, les gens disent: «Quelque chose de grandiose va secouer le monde entier et toutes choses». Ce n’est pas scripturaire! Certainement pas! Le prochain Ă©vĂ©nement Ă  venir est l’enlĂšvement de l’Église. Lisez les Ages de l’Église, vous le verrez.

69     Le reste arrive pendant la CĂ©rĂ©monie du mariage, alors que l’Église est dans la gloire. Dieu revient avec de grandes choses Ă  accomplir, des miracles dans toutes les nations et toutes sortes de choses faites par le moyen des Juifs, mais cela n’est pas du tout pour l’Église.

70     Le chapitre 3 termine les Ăąges de l’église. Les Ăąges de l’église se terminent dans une si petite minoritĂ© que nous voyons que
 Ecoutez bien ceci. J’ai encore lu ce passage ce matin; cela m’a dĂ©chirĂ© le coeur de voir la position de Christ Ă  la fin des Ăąges de l’église! Cela se trouve aux versets 20 Ă  22 d’Apocalypse 3. Pensez un peu! Christ, Ă  la fin, oĂč est-Il? OĂč est-Il Ă  la fin des Ăąges de l’église? En dehors de Son Église, rejetĂ© par les dĂ©nominations et les credo! Quelle est Son attitude? Il essaie de rentrer. Quelle pitoyable situation!

71     Puis nous avons vu “qu’aprĂšs ces choses” Jean a entendu une Voix qui lui parlait. Qu’est-ce que c’était? L’Esprit avait quittĂ© la terre. “AprĂšs ces choses”
 c’est le dĂ©but du premier verset:
    AprĂšs ces choses, je vis: et voici, une porte ouverte dans le ciel


72     Apocalypse 4: aprĂšs l’enlĂšvement de l’Église, une porte est ouverte. Nous avons Ă©tudiĂ© tout cela et nous avons dĂ©couvert que Christ Ă©tait cette Porte. Et cette Voix qui marchait au milieu des sept lampes d’or Ă©tait la mĂȘme Voix que Jean a entendue dans le Ciel disant: “Monte ici!”. Jean est montĂ©. Cela reprĂ©sente l’Église montant dans l’enlĂšvement.

73     Jean est montĂ© en Esprit; il fut enlevĂ© dans le Ciel et vit Ă  l’avance toutes les choses que Dieu avait promises et annoncĂ©es aux disciples: “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe?”. Jean vit la venue du Seigneur et ce qui se passerait. Il vit sur terre ce qui se passerait sur terre jusqu’à l’enlĂšvement de l’Église, puis fut enlevĂ©: ensuite il lui fut mĂȘme montrĂ© ce qui se passerait aprĂšs le MillĂ©nium. Oh, n’est-ce pas merveilleux?

74     Nous nous sommes arrĂȘtĂ©s dimanche dernier au chapitre 4, verset 4.
    â€Šet autour du trĂŽne, vingt-quatre trĂŽnes, et sur les trĂŽnes vingt-quatre anciens assis, vĂȘtus de vĂȘtements blancs, et sur leurs tĂȘtes des couronnes d’or.

75     Nous avons vu que c’étaient des anciens. Le terme “ancien” n’est jamais appliquĂ© Ă  un ange ou Ă  une crĂ©ature cĂ©leste. Les anciens sont des hommes rachetĂ©s. Les trĂŽnes, les couronnes, les autoritĂ©s ne se rapportent jamais Ă  des anges; mais les couronnes et les trĂŽnes, etc., se rapportent Ă  des ĂȘtres humains. Ces anciens Ă©taient couronnĂ©s, revĂȘtus et assis sur des trĂŽnes. Et nous avons trouvĂ© dans d’autres parties de l’Écriture qu’ils Ă©taient les douze apĂŽtres et les douze patriarches. Ils Ă©taient vingt-quatre: douze apĂŽtres et douze patriarches.

76     Et nous avons trouvĂ© que mĂȘme la CitĂ© qui descendait de Dieu, venant du Ciel
 AprĂšs que la terre aura explosĂ© et sera rĂ©duite en morceaux, qu’il ne restera rien sur la terre si ce n’est des cendres volcaniques (c’est tout ce qui restera), il n’y aura plus de mer: la mer s'assĂ©chera.

77     Comme je le disais hier Ă  quelqu’un: autrefois, l’axe de la terre n’était pas inclinĂ©, il Ă©tait droit en tournant autour du soleil, et la tempĂ©rature Ă©tait uniforme sur les deux hĂ©misphĂšres. Dans les glaciers de Colombie Britannique, si l’on creuse jusqu’à cent cinquante mĂštres, on trouve des palmiers. Le changement est venu brusquement et le gel est venu comme aujourd’hui dans un rĂ©frigĂ©rateur. C’est comme dans votre congĂ©lateur qui congĂšle les fraises et toutes sortes de choses et qui peut ainsi les conserver pendant des annĂ©es et des annĂ©es. C’est de la mĂȘme maniĂšre que cela s’est passĂ© autrefois. Une destruction est venue brusquement par le dĂ©luge et a inondĂ© toute la terre. Alors la puissance atomique a fait basculer son orbite; des rĂ©gions ont gelĂ© entiĂšrement et elle est devenue ce qu’elle est maintenant. Creusez et vous dĂ©couvrirez des palmiers, etc., jusque dans les zones arctiques. Ce qui montre qu’elle Ă©tait autrefois magnifiquement habitable. Mais bientĂŽt elle sera remise dans sa position initiale.

78     Pour ce qui est du lieu oĂč Dieu prit l’eau, je pense qu’on le trouve au dĂ©but de la GenĂšse, au verset 1:
    La terre Ă©tait informe et vide, il y avait des tĂ©nĂšbres Ă  la surface de l’abĂźme, et l’esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumiĂšre soit!.
    Dieu sĂ©para le sec d’avec les eaux: c’est ce qui donna la terre. Mais la terre entiĂšre Ă©tait recouverte d’eau. Il l’a simplement soulevĂ©e de la terre et l’en a sĂ©parĂ©e, et maintenant l’atmosphĂšre est chargĂ©e de vapeur d’eau. Il n’y avait pas de riviĂšres sur la terre en ce temps-lĂ , mais Dieu arrosait la terre sans mĂȘme qu’il pleuve. Une vapeur s’élevait qui irriguait la terre.

79     Quand l’homme l’a fait sortir de son orbite et pencher d’un cĂŽtĂ©, que s’est-il passĂ©? Il y avait le chaud en bas ici, et le froid lĂ -haut. Et quand il y a du chaud et du froid, qu’est-ce qui s’accumule? On le voit ici mĂȘme sur ces fenĂȘtres maintenant; il fait chaud dedans et froid dehors. Voyez-vous la condensation? La pluie n’est qu’une condensation, une transpiration. Et l’eau n’est que cendre.

80     J’aime ce chant:
    Seigneur, Tu Ă©tends Ta main prĂ©cieuse sur la prairie, Tu Ă©tends Ta main puissante sur les sommets; Seigneur, Tu as fait surgir la source, Tu as Ă©levĂ© la montagne, Oh, Seigneur, garde Ta bonne main sur moi. Tu as fait les nuĂ©es qui donnent la pluie, Et la pluie a formĂ© la mer, et la mer apporte les nuĂ©es Pour nous donner la vie en abondance; Tu tiens la terre et les cieux sous Ton autoritĂ©, Seigneur, Oh! je Te prie de garder Ta bonne main sur moi. (Oh, c’est grandiose! oui, le Dieu du Ciel).

81     Puis, en ce jour glorieux, elle reprendra sa position, comme ceci; Il nous a fait une promesse: “Cette fois, ce ne sera plus l’eau, mais le feu!”. Ils avaient Ă©loignĂ© la terre du soleil, et bien sĂ»r, elle s’est refroidie. Si on la projetait dans le soleil, elle se consumerait. De mĂȘme qu’Il la dĂ©truisit par l’eau et plaça l’arc-en-ciel en disant qu’Il ne le ferait plus, Il a fait la promesse que cette fois, Il la consumerait. Et c’est lĂ  qu’on en arrive avec le pĂ©chĂ©, la gloire de ce monde et toute cette souillure.

82     Il n’y a pas longtemps, je chevauchais dans la prairie. Quand j’étais un jeune garçon, je rĂ©flĂ©chissais, je prenais mes livres d’histoire et de gĂ©ographie et je pensais aux grandes plaines de l’Ouest. Je me disais: «Un jour, j’irai vivre lĂ  dans la paix et la tranquillitĂ©, lĂ  ou il n’y a pas de pĂ©chĂ©! Je parcourrai la prairie et je chasserai comme les Indiens. Je vivrai lĂ  une vie paisible tous les jours de ma vie». Mais maintenant les blancs y sont allĂ©s. LĂ  oĂč le blanc va, le pĂ©chĂ© va avec lui. Le blanc est le plus grand meurtrier et le plus grand assassin de tous les peuples de la terre. Il est le renĂ©gat de toutes les races!

83     Il y a deux semaines je crois, j’ai vu un article dans le journal oĂč il Ă©tait Ă©crit que si les AmĂ©ricains Ă©taient encore autorisĂ©s Ă  aller en Afrique, dans dix ans le grand lion d’Afrique aurait complĂštement disparu et les Ă©lĂ©phants aussi. Ces renĂ©gats tirent sur tout ce qu’ils peuvent. Il y a une photographie de deux grands mĂąles essayant de soutenir une femelle blessĂ©e. On dirait que des larmes coulent de leurs yeux. Ces mĂąles ne voulaient pas que la femelle mourĂ»t. Chacun la soutenait d’un cĂŽtĂ© pour l’empĂȘcher de tomber. Cette femelle avait Ă©tĂ© mitraillĂ©e. Un homme qui tire n’importe quoi comme cela ne mĂ©rite pas d’avoir un fusil entre les mains! C’est vrai! Il n’a pas assez de bon sens pour cela.

84     Il y a deux ans, j’essayais de rabattre un troupeau d’élans vers frĂšre Roy Roberson et d’autres amis alors que je les guidais dans le Colorado; je savais qu’il y avait un beau troupeau. Jeff et moi-mĂȘme les connaissions depuis des annĂ©es; il y avait prĂšs de quatre-vingts tĂȘtes. J’appris qu’on avait laissĂ© quelques-uns de ces ronds-de-cuir de Denver venir lĂ  avec leurs culottes de zouave et leurs bottines Ă  lacets; ça, des chasseurs? Oh! ils sont arrivĂ©s lĂ  toute une bande en jeeps et autrement, et ont pĂ©nĂ©trĂ© dans notre territoire.

85     J’avais dirigĂ© ces Ă©lans Ă  travers la montagne, derriĂšre ces gens, Ă  environ deux ou trois kilomĂštres et ils s’étaient rassemblĂ©s. On doit les maintenir clairsemĂ©s, les grands vieux mĂąles et les autres, sinon vous dĂ©cimez votre troupeau. C’est exactement comme l’élevage du bĂ©tail. Les bĂȘtes sauvages devraient avoir la mĂȘme valeur pour nous. Ce ne sont pas des cibles! Si vous voulez les tirer comme des cibles, il faut les aligner. C’est vrai, c’est une honte de faire une telle boucherie. C’est un pĂ©chĂ©, c’est impie!

86     J’ai comptĂ© cent vingt-trois coups; ils avaient des espĂšces de mitraillettes qu’ils tiraient Ă©paulĂ©es. Le lendemain matin, frĂšre Banks Wood et moi-mĂȘme sommes retournĂ©s dans la montagne et j’ai dĂ©nombrĂ© dix-neuf endroits ensanglantĂ©s! Ces gens ne connaissent rien Ă  la chasse! On peut tirer un gros animal comme cela, on peut l’atteindre assez profondĂ©ment pour le tuer. Eux avaient tirĂ© Ă  la volĂ©e: «pan, pan, pan», tirant sur l’un, puis sur l’autre. Ces bĂȘtes mourront, c’est certain. Quand l’infection sera venue, si on les retrouve, elles ne vaudront plus rien parce qu’elles se seront gĂątĂ©es. Ce sont les rapaces, les coyotes et autres qui les mangeront. Dix-neuf endroits ensanglantĂ©s! Des gros mĂąles ayant des sabots gros comme cela! Le sang jaillissait Ă  plus de cinquante centimĂštres des trous faits par ces fusils! On ne devrait pas permettre Ă  de tels voyous de tenir un fusil. C’est vrai. Ils n’ont pas assez de bon sens pour tenir une arme Ă  feu! Oh, c’est terrible! C’est un pĂ©chĂ© d’agir ainsi.

87     C’est affreux, mais les AmĂ©ricains sont ainsi. Quant au Canada, chers habitants du Canada! Si l’AmĂ©rique continue ainsi, en peu de temps le Canada sera aussi vil que l’AmĂ©rique. Allez n’importe oĂč prĂšs des frontiĂšres du Canada, vous y trouverez partout cette ambiance amĂ©ricaine. Cette AmĂ©rique-lĂ  est la prostituĂ©e des nations. C’est exactement ce qu’elle est, et cela ira en empirant. Elle va vers sa fin! La Bible parle de sa condamnation et dit comment elle sera. L’AmĂ©rique est abjecte, pourrie, souillĂ©e, elle ne vaut plus rien! C’est parfaitement vrai. Elle a Ă©tĂ© une grande nation. Elle a portĂ© le message de l’Évangile. Qu’est-ce qui la rend ainsi? Elle s’est dĂ©tournĂ©e du message de l’Évangile et a rejetĂ© la VĂ©ritĂ©. Elle est horrible. Cela lui pend au nez, ne vous en faites pas! Je l’ai vue dans cette vision qui Ă©tait AINSI DIT LE SEIGNEUR! Cela vient. Elle va payer pour ses pĂ©chĂ©s.

88     Autrefois, quand l’AmĂ©rique Ă©tait l’AmĂ©rique, c’était une grande nation. La plus grande que le monde ait jamais connue depuis IsraĂ«l, c’était l’AmĂ©rique. Mais il est certain que maintenant elle s’est souillĂ©e. Elle a rejetĂ© le message. Vous pouvez voir oĂč elle en est maintenant. Tout le monde sait cela! Les derniĂšres Ă©lections ont montrĂ© oĂč se situe son niveau spirituel. Oui! Mais elle ne s’en rend pas compte.

89     Maintenant, voyons ces anciens assis sur le trĂŽne avec leurs couronnes. Commençons au verset 5:
    Et du trĂŽne sortent des Ă©clairs et des voix et des tonnerres; et il y a sept lampes de feu brĂ»lant devant le trĂŽne, qui sont les sept Esprits de Dieu.

90     Oh, j’aime cela! Pas vous? Cela me fait comme si je me sentais parfaitement bien dans mon vĂȘtement! Je veux parler de mon vĂȘtement spirituel, bien sĂ»r! Vous comprenez.

91     â€œDu TrĂŽne”. Maintenant parlons de ce trĂŽne pendant quelques instants. Ce n’était pas le trĂŽne de la grĂące: avec celui-lĂ , c’est terminĂ©. Il n’y a plus de grĂące: ce trĂŽne-ci est sans misĂ©ricorde. Comment le trĂŽne du jugement va-t-il ĂȘtre le trĂŽne du jugement de Christ, le grand trĂŽne blanc du jugement? Y aura-t-il encore la grĂące? Il n’y aura plus aucune ombre de grĂące accordĂ©e. Au trĂŽne du jugement, vous pouvez crier “grĂące!” jusqu’à perdre la voix, c’est comme si vous criiez dans le vide: il n’y a plus de grĂące.

92     AUJOURD’HUI est jour de grĂące! Revenons Ă  l’Ancien Testament un petit instant et cherchons ce qu’est la grĂące. Voyons ce qui se passait Ă  ce trĂŽne. Ce trĂŽne, bien sĂ»r, est le trĂŽne du jugement. Et la raison pour laquelle il y a la grĂące, c’est parce que le propitiatoire, le trĂŽne de la grĂące, est aspergĂ© par quelque chose qui fait l’expiation: le Sang! Tant que le Sang est sur le propitiatoire, il n’y a pas de jugement; c’est la grĂące parce que quelque chose est mort pour que l’on puisse Ă©chapper au jugement. Si vous comprenez cela, dites: «Amen!». [L’auditoire dit: «Amen!» — N.D.É.] Aussi longtemps que le Sang est sur le trĂŽne de la grĂące, il montre que quelque chose est mort pour retenir le jugement. Mais quand l’Église sera enlevĂ©e, le trĂŽne de la grĂące deviendra un trĂŽne de jugement!

93     Vous savez que dans le Nouveau Testament lui aussi, c’est dans le sanctuaire que le juge a son trĂŽne. Or, le sanctuaire oĂč se trouvait le trĂŽne du jugement fut rempli de fumĂ©e. Qu’est-ce que c’était? C’était comme le jugement sur le mont SinaĂŻ! La grĂące a quittĂ© le trĂŽne de Dieu. Dieu jugera le monde sans misĂ©ricorde. Combien savent cela?

94     Quelle est la seule chose qu’Il reconnaĂźtra ce jour-lĂ ? Le Sang! C’est la seule chose qui apaisait la colĂšre de Dieu.

95     Adam et Eve s’étaient faits un aussi bon tablier que n’importe quel MĂ©thodiste, Baptiste, PresbytĂ©rien ou PentecĂŽtiste; il couvrait leur nuditĂ©. Mais Dieu pouvait voir au travers, c’est pourquoi Il tua un animal et en prit la peau pour les couvrir. Le sang devait ĂȘtre Ă  sa place. Cela arrĂȘtait la colĂšre de Dieu: Il voyait le sang et S’en Ă©loignait parce que quelque chose avait rĂ©pandu sa vie. Ô Dieu!

96     Pensez Ă  cela! La seule chose qui apaisera Dieu, c’est le sang! Et il n’y a qu’un seul Sang dont Il S’éloignera, c’est Celui de Son propre Fils. Quand Il voit que c’est le Sang de Son propre Fils, Il recule. Parce que c’est le don que Dieu a fait Ă  Son Fils pour racheter ceux qu’Il a connus d’avance et cela Ă©loigne Dieu de Son jugement. Mais quand ce Sang sera ĂŽtĂ© et que tous ceux qui ont Ă©tĂ© connus d’avance auront Ă©tĂ© appelĂ©s dans le prĂ©cieux Corps, que Son Église aura Ă©tĂ© prĂ©parĂ©e et enlevĂ©e, alors la colĂšre de Dieu sera sur les gens.

97     Oh, frĂšres, je ne voudrais jamais me trouver lĂ . Placez-moi devant une mitrailleuse, coupez-moi en morceaux, sciez-moi centimĂštre par centimĂštre, quoi que ce soit (comme dans le serment des Chevaliers de Colomb), qu’ils m’ouvrent le ventre et y fassent brĂ»ler du soufre, que mes bras et mes jambes soient coupĂ©s, n’importe quoi, mais que jamais je ne me trouve Ă  ce trĂŽne blanc du jugement devant Dieu.

98     Oh, que je prenne ce petit trĂŽne ici, devant le trĂŽne de Christ, et que j’accepte Son Sang. Je n’apporte rien dans mes mains, ĂŽ Seigneur.
    Je ne connais pas d’autre source, Rien que le Sang de JĂ©sus; (c’est lĂ  tout ce que je connais) C’est lĂ  toute mon espĂ©rance et ma position: Rien que le Sang de JĂ©sus.

99     Il n’est pas Ă©tonnant que les gens aient mĂ©prisĂ© les chants d’Eddie Pruitt. Quand il devint un chrĂ©tien, un chrĂ©tien solide, on ne voulut pas acheter ses chants. Il dit une fois: «Je vais en Ă©crire un, et un jour ils l’accepteront». (Les gens voulaient des chants religieux plus modernes). Un jour, le Saint-Esprit S’empara de lui; il saisit sa plume et Ă©crivit ceci:
    Que tous louent la puissance du Nom de JĂ©sus! Que les anges tombent sur leur face! Apportez le diadĂšme royal Et couronnez-Le Seigneur des seigneurs! Car je me repose sur Christ, ce ferme Rocher. Tout le reste n’est que sables mouvants.

100     Que ce soit l’église, un ami, un ennemi, une nation, les richesses, la pauvretĂ©, ce qui est bon ou quoi que ce soit, tout cela n’est que sables mouvants! Tout cela finira par disparaĂźtre. Mais:
    Je me repose sur Christ, le ferme Rocher; Tout le reste n’est que sables mouvants.

101     Remontons maintenant jusqu’à LĂ©vitique, chapitre 16, verset 14. J’aime prendre mon temps pour faire ressortir ces choses.
    Il prendra du sang du taureau, et il fera l’aspersion avec son doigt sur le devant du propitiatoire (sur le trĂŽne de la grĂące! Nous allons Ă©tudier cela dans un instant) vers l’orient


102     N’oubliez pas ces mots: “vers l’orient”! D’oĂč vient JĂ©sus? De l’orient dans une nuĂ©e de gloire. OĂč se lĂšve le soleil? À l’orient. D’oĂč s’élĂšvera le Fils? De l’orient. OĂč se trouvait le trĂŽne de la grĂące? Vers l’orient! Pourquoi vous ai-je fait asseoir comme ceci vers l’est? Pourquoi? L’autel est Ă  l’orient. Nous verrons dans un instant comme cela est beau; je vais le dessiner. À tous ceux que j’ai pu, j’ai demandĂ© d’apporter du papier pour que vous puissiez recopier cela. Nous allons le dessiner dans quelques instants.
    â€Švers l’orient; il fera avec son doigt sept fois l’aspersion du sang devant le propitiatoire.

103     Oh, n’est-ce pas beau? “Sept fois, vers l’orient”. Qu’est-ce que c’est? Les sept Ăąges de l’église seront couverts par le Sang! AllĂ©luia! Le Sang de JĂ©sus-Christ est toujours suffisant hier, aujourd’hui et Ă©ternellement et dans chaque Ăąge pour sauver chaque pĂ©cheur, guĂ©rir chaque malade, accomplir chaque miracle et chaque signe. DĂ©jĂ  “sept fois” dans l’Ancien Testament, mille quatre cent quatre-vingt-dix ans avant la venue de Christ. Pensez un peu! Ce symbole: “sept fois
”.
    Il Ă©gorgera le bouc expiatoire pour le peuple, et il en portera le sang au-delĂ  du voile.
    Il fera avec ce sang comme il a fait avec le sang du taureau, il en fera l’aspersion sur le propitiatoire et devant le propitiatoire.
    C’est ainsi qu’il fera l’expiation pour le sanctuaire Ă  cause des impuretĂ©s des enfants d’IsraĂ«l et de toutes les transgressions par lesquelles ils ont pĂ©chĂ©. Il fera de mĂȘme pour la tente d’assignation, qui est avec eux au milieu de leurs impuretĂ©s.

104     Qu’est-ce que c’était? “Le propitiatoire, le trĂŽne de la grĂące”. OĂč est-il maintenant? Qu’y avait-il Ă  l’intĂ©rieur de l’arche? La loi! Et d’aprĂšs la loi, enfreindre un seul commandement, c’était mourir sans misĂ©ricorde. Mais Ă©tant donnĂ© qu’on pouvait obtenir misĂ©ricorde, le sang devait ĂȘtre rĂ©pandu sur l’autel pour faire l’aspersion du propitiatoire. Et le propitiatoire, c’est l’autel oĂč vous vous agenouillez pour demander misĂ©ricorde. Dieu interdit que nous enlevions de nos Ă©glises l’autel Ă  l’ancienne mode oĂč l’homme peut s’agenouiller et invoque la misĂ©ricorde de Dieu. Et la misĂ©ricorde est abondante et s’écoule librement du Sang du Seigneur JĂ©sus. C’est le trĂŽne de la grĂące. C’est le propitiatoire.

105     Mais vous remarquerez qu’ici il ne s’agit plus du propitiatoire, du trĂŽne de la grĂące, car il y a des Ă©clairs, des voix et des tonnerres. Il n’y a pas d’éclairs et de tonnerres avec la grĂące. Ils vont avec le jugement.

106     Lisons maintenant depuis Exode 19, verset 16. Écoutez ce qui arriva quand Dieu descendit sur le sommet du mont SinaĂŻ:
    Le troisiĂšme jour, au matin, il y eut des tonnerres, des Ă©clairs et une Ă©paisse nuĂ©e sur la montagne; le son de la trompette retentit fortement (qu’est-ce la voix de la trompette? — L’archange) et tout le peuple (Ă©coutez!), tout le peuple qui Ă©tait dans le camp fut saisi d’épouvante.

107     â€œLe jugement!”. Oh! ils avaient marchĂ© depuis lĂ -bas et Dieu leur avait fait la grĂące de les accompagner. Mais ils avaient exigĂ© une loi. Dieu voulait qu’ils soient interdĂ©nominationnels, mais eux voulaient faire une dĂ©nomination, un sujet de discussion, au lieu de suivre Dieu simplement et de vivre sous Sa juridiction, sous Sa puissance. La grĂące avait fourni un prophĂšte, la grĂące avait pourvu Ă  une expiation (un agneau), la grĂące avait pourvu Ă  toutes ces choses, mais malgrĂ© tout cela, ils voulaient le jugement. Ils voulaient quelque chose qu’ils puissent faire.

108     Dieu dit: “Rassemble-les! Je vais leur faire connaĂźtre ce que c’est. Je vais leur montrer ce que c’est”. Lisez! Écoutez! Et la voix de la trompette devint de plus en plus forte, au point d’ébranler la terre. Voyez-vous ce qu’est le jugement? Ce n’est pas ce que je veux! Donnez-moi plutĂŽt la grĂące! [FrĂšre Fred demande Ă  frĂšre Branham la rĂ©fĂ©rence de la derniĂšre citation — N.D.É.]

109     C’était Exode, chapitre 19, verset 16, frĂšre Fred.

110     Notez maintenant le verset 17.
    MoĂŻse fit sortir le peuple du camp, Ă  la rencontre de Dieu; (oh, je veux Le rencontrer dans la paix, et non pas ainsi!) et ils se placĂšrent au bas de la montagne.

111     Rappelez-vous qu’une limite avait Ă©tĂ© tracĂ©e autour de cette montagne. MĂȘme si une vache touchait cette montagne, elle devait mourir Ă  l’instant mĂȘme: elle n’avait pas le droit de venir dans la PrĂ©sence de Dieu! MoĂŻse fit sortir le peuple.

112     Maintenant, le verset suivant: verset 18.
    La montagne de SinaĂŻ Ă©tait toute en fumĂ©e, parce que l’Éternel y Ă©tait descendu au milieu du feu; cette fumĂ©e s’élevait comme la fumĂ©e d’une fournaise


113     Dans quoi descend-Il? Non pas dans la Gloire de Sa Shekinah, mais dans la colĂšre de Ses jugements.
    â€Šcette fumĂ©e s’élevait comme la fumĂ©e d’une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence (frĂšres, je ne tiens pas Ă  me trouver lĂ !).
    Le son de la trompette retentissait de plus en plus fortement. MoĂŻse parlait, et Dieu lui rĂ©pondait Ă  haute voix (MoĂŻse parlait; non pas le peuple qui, lui, Ă©tait saisi d’épouvante).
    Ainsi, l’Éternel descendit sur la montagne de SinaĂŻ, sur le sommet de la montagne; l’Éternel appela MoĂŻse sur le sommet de la montagne.
    Et MoĂŻse monta. L’Éternel dit Ă  MoĂŻse: Descends, fais au peuple dĂ©fense expresse de se prĂ©cipiter vers l’Éternel, pour regarder, de peur qu’un grand nombre d’entre eux ne pĂ©rissent.
    [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

114     Les gens assis au fond de l’église rient de celui qui parle en langues ou qui danse dans l’Esprit. Pour ceux-lĂ , c’est fini: ils ont blasphĂ©mĂ© contre le Saint-Esprit, ils sont scellĂ©s pour toujours. “Quiconque dira un mot contre le Saint-Esprit ne sera jamais pardonnĂ© dans ce monde, ni dans le monde Ă  venir”. Ne les regardez pas en vous moquant! Acceptez cela, ou alors tenez-vous Ă  l’écart!

115     Il vaut mieux que nous laissions de cĂŽtĂ© ce passage. Lisons-en la suite pour voir ce que Dieu a dit. Le peuple a dit: “MoĂŻse, que ce soit toi qui nous parles, que Dieu ne nous parle plus! Nous voudrions maintenant n’avoir jamais demandĂ© cela! Que ce soit toi qui nous parles, MoĂŻse! Si Dieu parle, nous mourrons tous!”. Vous voyez, Dieu avait fait une expiation.

116     Examinons ces voix qui sortent du trĂŽne. Remarquez que devant ce TrĂŽne, il y avait sept Ă©toiles; la Voix des Ă©toiles. “Des voix”, vous comprenez? Il y a quelque chose de plus dans le verset 5, nous l’avons vu: “
 du trĂŽne sortent des Ă©clairs, des voix et des tonnerres”. Non pas une seule voix, mais DES voix, au pluriel. Qu’est-ce que c’est? C’est Dieu qui parle Ă  l’église, Se reflĂ©tant au travers des sept Esprits. Quand le vĂ©ritable oint de Dieu parle, c’est la Voix de Dieu! La rejeter, c’est ĂŽter Sa lampe. “Des voix”, c’est la Voix des sept Ăąges de l’Église (voyez le dessin dans le coin). Les voix parlent avec le tonnerre et les Ă©clairs.

117     De nos jours, c’est pareil: «Nous ne croyons pas qu’il faille prononcer le mot enfer en chaire». Oh, misĂ©ricorde! Nous avons besoin d’hommes de Dieu, d’hommes qui osent dire les choses comme elles sont!

118     Tout le monde ne peut pas ĂȘtre prĂ©dicateur, mais vous avez tous une voix. Si vous ĂȘtes prĂ©dicateur, vous ĂȘtes appelĂ© Ă  la chaire pour prĂȘcher. Sinon vous ĂȘtes quand mĂȘme prĂ©dicateur, mais pour VIVRE une prĂ©dication aux gens. Que votre prĂ©dication soit vĂ©cue! Ce sera alors la Voix de Dieu qui reprendra ceux qui la rejettent. Ils diront: «Personne ne peut mettre le doigt sur quoi que ce soit dans sa vie Ă  lui ou Ă  elle. Ils sont doux et vivent
 S’il est possible de trouver un homme ou une femme de Dieu, c’est cet homme ou cette femme-là». Vivez vos prĂ©dications! N’essayez pas de prĂȘcher si vous n’ĂȘtes pas appelĂ© Ă  ĂȘtre prĂ©dicateur! vous mĂ©langeriez tout, vous bouleverseriez tout, vous embrouilleriez les gens: vous les conduiriez Ă  la ruine et vous avec! Vivez simplement votre prĂ©dication!

119     Le prĂ©dicateur est appelĂ© Ă  prĂȘcher, mais aussi Ă  VIVRE ce qu’il prĂȘche. Si vous ne pouvez pas le vivre, alors arrĂȘtez de prĂȘcher. Vous ĂȘtes censĂ© vivre ce que vous prĂȘchez.

120     Bien, c’étaient des “voix”. Oh, combien nous aurions besoin Ă  Jeffersonville de milliers de voix vĂ©cues, du tonnerre de Dieu tonnant dans la douceur, la saintetĂ©, la puretĂ©; combien nous aurions besoin de vies pures parcourant la terre aujourd’hui sans une tache! Oui, des vrais chrĂ©tiens sont un tonnerre contre l’ennemi! Peu importe au diable si vous criez bien fort, si vous sautez trĂšs haut, si vous faites ceci ou cela ou si vous criez! Mais ce qui lui fait mal, c’est de voir une vie sainte, une vie sanctifiĂ©e et consacrĂ©e Ă  Dieu. À une telle personne on peut tout dire; on peut lui donner tous les noms: elle est aussi douce que possible et poursuit simplement sa route. Oh, voilĂ  ce qui chasse le diable! C’est cela, le tonnerre qui secoue le diable!

121     On dit par exemple: «Oh, s’il pouvait prĂȘcher comme un Billy Graham, un Oral Roberts, ou l’un de ces grands orateurs influents!». — Non! Parfois le diable ne fait que rire de cela. Il n’y prĂȘte pas la moindre attention. Vous pouvez avoir toute la thĂ©ologie que vous voulez et la formation complĂšte d’un sĂ©minaire: le diable se rassied et en rit! Mais quand il voit cette Vie!


122     Voyez ces disciples avec cet enfant Ă©pileptique. Ils criaient: “Sors de lui, dĂ©mon! sors de lui, dĂ©mon!”.

123     Mais le dĂ©mon restait lĂ  et disait: “N’ĂȘtes-vous pas en train de vous ridiculiser? Voyez-vous ce que vous ĂȘtes en train de faire? JĂ©sus vous a envoyĂ©s me chasser, mais pas un seul d’entre vous ne le peut!”.

124     Mais, frĂšres, quand il vit JĂ©sus, qu’il Le vit S’approcher tranquillement
 Oh! JĂ©sus n’eut rien besoin de dire! Ce dĂ©mon Ă©tait dĂ©jĂ  tout Ă©pouvantĂ©. Il savait qu’il devrait s’en aller parce qu’une Vie arrivait; pas seulement une prĂ©dication, mais une VIE! JĂ©sus dit: “Sors de lui!”. Oh, c’était suffisant! Il a fait cela tranquillement car Il savait de quoi Il parlait, Il savait ce qu’Il faisait.

125     Ces voix, les voix des sept trompettes; il y avait les voix des sept Ă©toiles, des sept messagers. Mais considĂ©rez ceci maintenant:
    â€Šet il y a sept lampes de feu, brĂ»lant devant le trĂŽne, qui sont les sept Esprits de Dieu.

126     â€œSept lampes”. Faisons un petit dessin. Voici le trĂŽne, le lieu saint, l’assemblĂ©e. Et lĂ , il y avait une, deux, trois, quatre, cinq, six, sept Ă©toiles, sept lampes, sept messagers, sept Esprits; ce qui ne veut pas du tout dire que Dieu est en sept Esprits, mais ce sont sept manifestations du mĂȘme Saint-Esprit.

127     OĂč est le Saint-Esprit? Il est sur le trĂŽne, rayonnant dans chaque Ăąge de l’église. Cet Ăąge-ci reflĂšte de cette façon-ci la voix de Dieu proclamant que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Vous voyez ces sept, c’étaient des voix. Et les sept lampes de feu, ce sont sept Esprits, les sept Esprits de Dieu.

128     Vous souvenez-vous d’un de ces derniers dimanches oĂč nous avons parlĂ© du gros diamant? Il est taillĂ© de nombreuses facettes afin de reflĂ©ter le feu et la lumiĂšre. C’est ainsi que JĂ©sus-Christ est le commencement de la crĂ©ation de Dieu, Apocalypse 1. D’accord? Alors, quand Dieu a-t-Il Ă©tĂ© crĂ©Ă©? Il est le commencement de la crĂ©ation de Dieu. Et Dieu est Ă©ternel. N’est-ce pas? Mais un petit bĂ©bĂ© fut conçu dans le sein d’une mĂšre, d’une vierge. Et les cellules se dĂ©veloppĂšrent en elle jusqu’à ce qu’un petit enfant eĂ»t Ă©tĂ© mis au monde, Lui qui Ă©tait le commencement de la crĂ©ation de Dieu. En effet, Dieu avait Ă©tĂ© fait chair; Il a habitĂ© parmi nous et est devenu Emmanuel, Dieu avec nous, le commencement de la crĂ©ation de Dieu.

129     Puis, dans ce glorieux Joyau qui venait de la poussiĂšre
 parce qu’Il a Ă©tĂ© fait avec de la poussiĂšre, n’est-ce pas? Il a mangĂ© de la nourriture comme vous et moi. Son corps Ă©tait de la poussiĂšre, du calcium, de la potasse, du pĂ©trole, de la lumiĂšre cosmique, mais en Lui demeurait la LumiĂšre Éternelle. Il n’est pas Ă©tonnant que les mages aient dit Ă  l’étoile: “Guide-nous jusqu’à ta parfaite LumiĂšre!”.

130     Ils ne faisaient que reflĂ©ter l’éclat de la seule LumiĂšre parfaite. Et Il Ă©tait lĂ , la parfaite LumiĂšre de Dieu, le commencement de la crĂ©ation de Dieu.

131     Comment a-t-Il pu Se reflĂ©ter dans Ses Ă©toiles de la terre aprĂšs que les mages L’aient vu dans les Cieux, et comment sont-elles devenues des esprits administrateurs ici sur cette terre? “Mais il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s (le grand Diamant fut taillĂ©), brisĂ© pour nos iniquitĂ©s, le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris”. Que faisait-Il? Il reflĂ©tait la LumiĂšre!

132     Tout homme qui prĂ©tend ĂȘtre serviteur de Dieu et qui nie la guĂ©rison Divine et la puissance de Dieu ne reçoit pas sa lumiĂšre de ce Diamant; il ne reçoit pas sa lumiĂšre du TrĂŽne, parce que ce Diamant Le reflĂšte comme Ă©tant Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Vous pouvez le voir dans les sept Ă©toiles et les sept Ăąges de l’Église.

133     Oh, Dieu soit louĂ©! Je crois qu’il convient Ă  un ministre de l’Évangile d’adorer Dieu du haut de la chaire en Lui rendant grĂąces, honneur et louange, et en reconnaissant Sa puissance. Oh, comme c’est vrai! Cela me remue l’ñme au point qu’il me semble que je pourrais crier, courir et sauter de toutes mes forces, parce qu’il y a quelque chose en moi qui m’a changĂ© de ce que j’étais en ce que je suis maintenant. Je ne suis pas ce que je devrais ĂȘtre ni ce que je voudrais ĂȘtre, mais j’ai Ă©tĂ© changĂ© et je ne suis plus ce que j’étais. Quelque chose s’est passĂ©, quelque chose est arrivĂ©!

134     Oh, Se tenir lĂ  et voir cette Parole Éternelle qui a balayĂ© toutes les tempĂȘtes! Les hommes ont essayĂ© de brĂ»ler la Bible, mais Elle a continuĂ© Ă  balayer la terre comme si de rien n’était, parce qu’Elle dit: “Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point”.

135     Dans une Ă©glise prĂšs de Chicago, il y a une Bible qui est posĂ©e sur le pupitre. Autrefois, avant la premiĂšre guerre mondiale, un homme s’était converti et avait voulu donner une Bible Ă  un certain missionnaire. Il avait dit: «Je ne peux pas vous donner celle-ci, c’est ma mĂšre qui me l’a donnĂ©e. Quand je serai chez moi, je vous en enverrai une».

136     Puis il repartit en mer; mais un sous-marin allemand fit sauter le navire et on n’en a jamais retrouvĂ© un morceau. Deux ans plus tard, on vit flotter une boĂźte prĂšs du rivage. Deux promeneurs, pensant que c’était quelque chose qui Ă©tait tombĂ© Ă  la mer, prirent cette boĂźte et l’ouvrirent. Et lĂ -dedans il y avait cette Bible qu’il avait envoyĂ©e au missionnaire. C’était tout ce qui restait de ce naufrage. Aujourd’hui, elle est posĂ©e sur le pupitre d’une Ă©glise MĂ©thodiste prĂšs de Chicago. “Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point”.

137     En 1937, quand il y eut l’inondation (le sol de cette salle Ă©tait encore en terre battue), on put passer en barque au-dessus du toit. Le soir oĂč les eaux montĂšrent, j’avais laissĂ© ma Bible ouverte sur le pupitre aprĂšs avoir prĂȘchĂ©, et j’étais rentrĂ© chez moi.

138     En prĂ©disant cette inondation, j’avais dit: «Je vois une perche qui indique une hauteur de vingt-deux pieds au-dessus de Spring Street!».

139     Le vieux frĂšre Jim Wisehart et les autres s’étaient moquĂ©s de moi. Vous en souvenez-vous, frĂšre Georges? Il m’avait dit: «Oh, Billy, en 1884 il n’y a eu que six pouces d’eau dans Spring Street!».

140     Je lui rĂ©pondis: «J’ai vu un homme descendre du ciel, prendre un bĂąton de mesure et le dresser ici sur Spring Street en disant qu’il y aurait vingt-deux pieds d’eau!». Il me dit: «Tu es simplement un peu excité».
    Je rĂ©pliquai: «Pas du tout! C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR!».

141     Demandez-leur combien il y eut d’eau dans Spring Street! Tout juste vingt-deux pieds! Exactement!

142     Et cette vieille Bible avec laquelle j’avais prĂȘchĂ© ce soir-là
 Il s’était mis Ă  pleuvoir; les eaux envahissaient tout, et dans cette vieille Ă©glise, les siĂšges montĂšrent droit jusqu’au plafond; la Bible, Elle aussi, monta jusqu’au plafond: tout Ă©tait inondĂ© avec toute cette eau qui montait. Le pupitre monta jusqu’en haut. Puis tout redescendit; chaque siĂšge revint Ă  sa place, ma Bible aussi. MalgrĂ© toute cette eau, elle Ă©tait revenue au mĂȘme endroit et elle Ă©tait ouverte Ă  la mĂȘme page, au mĂȘme chapitre.

143     â€œLe ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point!”.

144     Comment cette Bible a-t-elle pu flotter pendant deux ans dans l’eau salĂ©e sans mĂȘme que ses lettres soient altĂ©rĂ©es? La Parole de Dieu est vĂ©ritable. Amen!

145     Je me rappelle qu’aprĂšs cela, frĂšre Jim Wisehart Ă©tait tellement content que chaque fois qu’il avait mal au bras
 vers l’ñge de soixante-quinze ans il avait commencĂ© Ă  souffrir de rhumatismes. Quand il avait mal quelque part, il ouvrait sa Bible et la posait sur l’endroit malade. S’il avait encore mal ailleurs, il mettait encore une Bible. Un jour, je suis allĂ© voir frĂšre Jim: il avait tant de Bibles sur lui que je ne pouvais plus le voir! Il Ă©tait couvert de Bibles! Il disait: «C’est la promesse de Dieu!». C’est vrai.

146     â€œLe ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront point”.

147     Vous souvenez-vous de ce vieillard qui venait me voir? Je ne pense pas qu’un des siens soit ici. Je l’aidais un peu, vous comprenez, parce qu’il Ă©tait ĂągĂ© et avait besoin d’argent. Un jour que j’allais partir pour le Canada, je venais de passer le portail quand je le vis. Il me dit: «Billy, mon garçon, un de ces jours, quand tu reviendras, tu ne verras plus Jim, le vieil oncle Jim se traĂźner sur cette route». Ce fut la derniĂšre fois que je le vis. Au Canada je reçus un tĂ©lĂ©gramme annonçant qu’il Ă©tait mort dans les bras de soeur Morgan. Il avait eu une crise cardiaque. On l’avait aussitĂŽt conduit Ă  l’hĂŽpital. ArrivĂ© lĂ , il leva les yeux vers elle, puis ce fut fini.

148     Est-ce que soeur Margie est ici ce matin? Elle vient d’habitude. Vous la connaissez tous. C’était un cas de cancer cĂ©lĂšbre dans l’hĂŽpital baptiste oĂč elle avait Ă©tĂ© considĂ©rĂ©e comme morte il y a dix-sept ans. C’est inscrit dans son dossier Ă  la clinique: «Mourante d’un cancer», il y a de cela dix-sept ans! Elle demeure au 412, Knoblauch Avenue, et travaille comme infirmiĂšre Ă  l’hĂŽpital. Oh, grĂące merveilleuse, que le son en est doux!

149     Vous connaissez tous Jim Tom Robertson, un juge de Louisville. Eh bien, c’est cela qui l’a amenĂ© Ă  croire en ce message. Il est allĂ© lĂ -bas. Son pĂšre est l’un des administrateurs de cet hĂŽpital. Il est venu vĂ©rifier pour voir si c’était exact qu’elle se mourait du cancer, qu’on l’avait abandonnĂ©e et renvoyĂ©e Ă  la maison et qu’à leur connaissance, elle Ă©tait dĂ©jĂ  morte. Son pĂšre fit des recherches et put constater quelle Ă©tait la vĂ©ritĂ©. Jim Tom lui avait dit: «C’est un mensonge, elle est assise lĂ -bas, je peux te conduire vers elle!».

150     Oh, c’est un Dieu rĂ©el, n’est-ce pas? Je suis si heureux qu’Il puisse oublier mes fautes, pas vous? C’est Ă  cause de cela que nous L’aimons de tout notre coeur.

151     Des trĂŽnes, des Ă©clairs et quoi? Sept lampes, ou plutĂŽt sept Ă©toiles appelĂ©es les “sept Esprits”, c’est-Ă -dire les sept manifestations du Saint-Esprit des sept Ăąges de l’Église auprĂšs du trĂŽne de la grĂące pour le peuple. Les voici: Sept Ă©glises, sept Ă©toiles, sept manifestations, sept Esprits, sept lampes. Oh, que Dieu est parfait!

152     Il faut que ce soit le souffle, l’inspiration de la Bible. L’inspiration de la Bible est la chose la plus parfaite qu’il y ait sur cette terre. De la GenĂšse Ă  l’Apocalypse on ne peut trouver un seul dĂ©faut dans l’inspiration de la Bible. Dans n’importe quel livre vous trouverez des fautes avant d’en avoir lu trois lignes, mais pas dans la Bible.

153     Pendant plus de deux cents ans on a essayĂ© d’ajouter une phrase Ă  la priĂšre du Seigneur ou d’en ĂŽter une. Mais elle est parfaite! Vous ne pouvez pas plus y ajouter qu’en retrancher. On a pensĂ© amĂ©liorer un peu la priĂšre. On a essayĂ© d’y introduire ceci, d’y mettre cela ou d’en enlever ceci ou cela; mais ce n’est pas juste! Vous comprenez, elle est parfaite! Toutes les voies de Dieu sont parfaites.

154     Nous sommes imparfaits, mais Il a dit: “Soyez parfaits comme votre PĂšre cĂ©leste est parfait”. Comment le pouvons-nous? Par le prĂ©cieux Sang de JĂ©sus-Christ par lequel nous pouvons nous oublier nous-mĂȘmes et vivre simplement en Lui. VoilĂ . Combien ce Sang est prĂ©cieux!

155     Bien. Entrons dans le sujet et lisons ce verset 6.
    â€Šet devant le trĂŽne, comme une mer de verre semblable Ă  du cristal, et au milieu du trĂŽne et Ă  l’entour du trĂŽne, quatre animaux pleins d’yeux devant et derriĂšre.

156     Oh, considĂ©rez cela! “Quatre animaux vivants, pleins d’yeux devant et derriĂšre”. Non! Attendez

    â€Šet devant le trĂŽne, comme une mer de verre semblable Ă  du cristal, et au milieu du trĂŽne et Ă  l’entour du trĂŽne, quatre animaux pleins d’yeux devant et derriĂšre.

157     Voyons cette mer de verre. Nous avons besoin d’étudier quelque chose pendant un moment. On trouve le symbole de la mer de verre dans l’ancien temple. En effet, MoĂŻse avait Ă©tĂ© chargĂ© par Dieu de bĂątir le temple sur cette terre selon le modĂšle qu’il avait vu dans le Ciel. Chacun sait cela. Bien!

158     Faisons un petit dessin. Ici, c’est l’arche de l’Ancien Testament; ensuite vient ce qu’on appelait le “lieu TrĂšs Saint”; puis venait l’autel, qu’on appelait “lieu saint”, et juste lĂ -devant Ă©tait placĂ© ce qu’on appelait la “mer d’airain”. Autrement dit, c’était un lieu oĂč les sacrifices Ă©taient lavĂ©s avant d’ĂȘtre reçus Ă  l’autel, Ă  l’autel d’airain oĂč le sacrifice Ă©tait consumĂ©.

159     Maintenant, nous allons voir quelle Ă©tait la place de ces choses. Cette mer de verre Ă©tait donc devant le trĂŽne et devant le lieu saint. Rappelez-vous que les sept lampes d’or se trouvent ici, comme ceci, et que leur lumiĂšre se reflĂšte dans un bassin. Vous voyez? C’est ainsi que se reflĂšte vers l’extĂ©rieur la lumiĂšre qui vient du lieu saint. Je voudrais vous montrer encore quelque chose que j’ai dessinĂ©: vous voyez, ceci Ă©tait appelĂ© la mer d’airain. Elle n’est pas tout-Ă -fait aussi grande, mais elle Ă©tait posĂ©e Ă  peu prĂšs Ă  cet endroit dans le temple. Elle Ă©tait disposĂ©e Ă  peu prĂšs comme ceci: la mer d’airain Ă©tait une cuve faite d’airain oĂč les sacrifices Ă©taient lavĂ©s. Avant que les sacrifices soient consumĂ©s ou acceptĂ©s, ils devaient ĂȘtre lavĂ©s.

160     Oh, on pourrait faire toute une prĂ©dication lĂ -dessus! Cela vient juste de me frapper: “lavĂ©s”! Avant qu’un sacrifice soit reçu par Dieu, il devait d’abord ĂȘtre lavĂ©. Comment cela? Non par une Ă©motion, mais lavĂ© par la Parole! Nous pourrions revenir Ă  cette prĂ©dication que j’avais faite sur les eaux de sĂ©paration, la gĂ©nisse rousse, cette eau que l’on devait garder et dont on faisait une eau de sĂ©paration. Et avant que nous puissions venir Ă  Dieu avec une vraie foi, nous devons d’abord passer par les eaux de sĂ©paration. Certainement! Par quoi devez-vous venir? — Par la Parole!

161     Voyons si je puis vous parler de cela de maniĂšre que chacun comprenne bien. RevĂȘtez maintenant votre pensĂ©e spirituelle! Ôtez votre casque de guerre, revĂȘtez votre pensĂ©e spirituelle parce que voici quelque chose: «Il fallait que ce soit d’abord lavĂ© avant que cela puisse ĂȘtre reçu Ă  l’autel!». Il fallait d’abord que ce soit lavĂ© par les eaux de sĂ©paration.

162     Maintenant lisons rapidement ÉphĂ©siens, chapitre 5, verset 26.
    â€Šafin qu’il la sanctifiĂąt, en la purifiant par le lavage d’eau par la parole
 (Il parle de l’Église).

163     Remontons encore un peu plus haut, au verset 21.
    â€ŠĂ©tant soumis les uns aux autres dans la crainte de Christ.

164     â€œĂ‰tant soumis”. AssemblĂ©e, soumets-toi Ă  ton pasteur! Pasteur, soumets-toi Ă  ton assemblĂ©e! Si une petite coterie s’élĂšve, ne soyez ni d’un cĂŽtĂ© ni de l’autre, mais soumettez-vous Ă  l’assemblĂ©e tout entiĂšre. AssemblĂ©e, plutĂŽt que de commencer Ă  faire de petites coteries, soumets-toi Ă  ton pasteur dans la crainte de Dieu. Vous comprenez?
    Femmes, soyez soumises Ă  vos propres maris comme au Seigneur; parce que le mari est le chef de la femme


165     Combien savent cela, vous les femmes? C’est la pure vĂ©ritĂ©! La Bible a dit cela au commencement! Et c’est toujours pareil!
    Femmes, soyez soumises Ă  vos propres maris comme au Seigneur; parce que le mari est le chef de la femme, comme aussi le Christ est le chef de l’assemblĂ©e, lui, le Sauveur du corps. (Ainsi en est-il du mari).

166     Vous devriez savoir cela, vous qui ĂȘtes mariĂ©s, vous les adultes, comme d’ailleurs vous aussi, les enfants qui ĂȘtes assez ĂągĂ©s pour connaĂźtre les choses de la vie. Bien!
    Mais, comme l’assemblĂ©e est soumise au Christ, ainsi, que les femmes le soient aussi Ă  leurs maris en toutes choses.
    Maris, aimez vos propres femmes, comme aussi le Christ a aimĂ© l’assemblĂ©e et s’est livrĂ© lui-mĂȘme pour elle (ne l’écrasez pas! Si vous le faites, vous n’ĂȘtes pas dignes d’ĂȘtre un mari. C’est vrai!), afin qu’il la sanctifiĂąt


167     Ă‰coutez, c’est cela! Comprenez bien cela!
    â€Šafin qu’il la sanctifiĂąt, en la purifiant par
 [l’assemblĂ©e rĂ©pond: «la Parole!» — N.D.É.]

168     Ainsi, tout adorateur qui obtient l’accĂšs ici doit venir par la Parole. Il y en a trop qui viennent autrement. Je veux bien croire Ă  ces petites histoires du genre: «Ta mĂšre est morte il y a des annĂ©es et elle t’attend au Ciel». C’est trĂšs bien, mais APRES que la Parole ait Ă©tĂ© appliquĂ©e! Beaucoup viennent Ă  l’autel parce qu’ils dĂ©sirent rencontrer leur mĂšre au Ciel. C’est trĂšs bien d’avoir cette pensĂ©e, mais ce n’est pas la raison pour laquelle on vient Ă  l’autel! Vous venez Ă  l’autel en confessant vos pĂ©chĂ©s parce que Christ est mort Ă  votre place! vous venez par la Parole!

169     Ainsi, tout sacrifice qui ne vient pas selon la Parole est refusĂ©. Est-ce vrai? Oh, frĂšres, je n’aime pas du tout dire ces choses! Pardonnez-moi de les dire! C’est pourquoi Actes 19 est Ă©crit dans la Bible:
    Avez-vous reçu l’Esprit Saint APRES AVOIR CRU? Et ils dirent: Mais nous n’avons mĂȘme pas ouĂŻ dire si l’Esprit Saint est. [Darby]

170     â€œAlors, comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s? Pourquoi n’ĂȘtes-vous pas entrĂ©s dans Ceci?”.

171     Ils Ă©taient venus par un autre chemin que la Parole! “Oh, nous sommes venus par une certaine formule, nous avons Ă©tĂ© baptisĂ©s du baptĂȘme de Jean!”.

172     Paul leur dit: “Cela ne vaut rien! Jean a seulement baptisĂ© pour la repentance et non pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s”.

173     Quand ils entendirent cela, ils furent rebaptisĂ©s. Comment? Par la Parole! “LavĂ©s par les eaux de la Parole”. La Parole dit “Au Nom de JĂ©sus-Christ!”. Tout ce qu’on y ajoute est faux!

174     Mes chers frĂšres, je sais que tout cela est enregistrĂ©. Ne vous excitez pas! Laissez-moi vous dire ceci dans l’amour divin, parce que l’heure est venue oĂč je ne peux me taire davantage sur ces choses: la venue du Seigneur est trop proche! Le trinitarisme est du diable! Je le dis comme Ă©tant AINSI DIT LE SEIGNEUR! Regardez d’oĂč c’est venu: c’est venu du concile de NicĂ©e, quand l’église Catholique a commencĂ© Ă  dominer. Le mot “trinitĂ©â€ n’est mentionnĂ© dans aucun des livres de la Bible! Et pour ce qui est de trois Dieux, cela vient de l’enfer. Il y a un seul Dieu! c’est l’exacte vĂ©ritĂ©!

175     â€” «Alors, croyez-vous que tous ces gens, ces trinitaires, sont de l’enfer?». Certes pas! Je crois que ce sont des chrĂ©tiens. Mais l’heure approche, frĂšres, et ils sont dans l’erreur, et en toute sincĂ©ritĂ©!

176     Tout homme, oĂč que ce soit, n’importe quand, qui voudrait parler sur ce sujet, qu’il vienne me voir; n’importe quel pasteur, Ă©vĂȘque, archevĂȘque, quoi que vous soyez. Ce que je dis maintenant est enregistrĂ© et fera le tour du monde. Je le demande dans l’amour fraternel: si quelqu’un m’entend sur cette bande, oĂč que ce soit dans le monde, et qu’il vienne me voir et me montre un passage des Écritures ou un seul paragraphe de n’importe quel livre d’histoire (d’histoire authentique, bien entendu!) oĂč quelqu’un aurait Ă©tĂ© baptisĂ© dans les titres de “PĂšre, Fils et Saint-Esprit” avant que l’église Catholique ait Ă©tĂ© organisĂ©e, je changerai ma doctrine! Tous Ă©taient baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ! Mais, mes chers frĂšres, vos yeux sont aveuglĂ©s Ă  ces choses. Priez Dieu qu’Il vous donne la lumiĂšre!

177     Mais si vous avez un seul verset de l’Écriture sur lequel vous appuyer, j’attends votre visite ou votre coup de tĂ©lĂ©phone. Vous qui Ă©coutez cet enregistrement, vous marchez volontairement dans l’ignorance spirituelle si vous ne venez pas me dĂ©fier sur ce point. Si vous voulez savoir ce qu’est la LumiĂšre, et ce qu’est l’obscuritĂ©, demandez Ă  Dieu. Rappelez-vous que ce que je dis lĂ , c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR! Si vous croyez que je suis Son serviteur
 et si ce n’était pas en accord avec la Parole, ce serait faux. Alors, si ce n’est pas en accord avec la Parole, c’est votre devoir de venir me corriger, et nous verrons ce que cela donnera. Parce qu’il y a une erreur quelque part.

178     Je crois qu’il y a des milliers de trinitaires croyant en trois Dieu qui seront sauvĂ©s parce qu’ils ne savent pas la diffĂ©rence. Nous verrons cela plus loin dans ce message.

179     Ne rĂ©agissez pas Ă  ces paroles en arrĂȘtant votre enregistreur ou en quittant cette salle. Vous, mes frĂšres trinitaires, Ă©coutez ceci. Restez encore assis quelques minutes. Vous le devez Ă  vous-mĂȘmes. Vous le devez Ă  votre assemblĂ©e. Ne cessez pas d’écouter ces bandes, restez seulement avec cela. Cherchez dans la Parole et voyez si c’est juste. La Bible dit: “Éprouvez toutes choses!”.

180     Je sais que c’est impopulaire: ainsi en fut-il de JĂ©sus, ainsi en a-t-il Ă©tĂ© de Son message. Cela a toujours Ă©tĂ© impopulaire. Vous m’avez aimĂ© quand je suis venu guĂ©rir les malades et les affligĂ©s parmi vous, vous pensiez que c’était glorieux, qu’il y aurait de grandes foules et que l’église s’accroĂźtrait. Et JĂ©sus a fait la mĂȘme chose jusqu’au jour oĂč Il commença Ă  enseigner la VĂ©ritĂ©. Quand Il le fit, mĂȘme les soixante-dix s’éloignĂšrent de Lui! Alors, Il Se retourna vers le reste, les douze, et leur demanda: “Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?”.

181     Pierre rĂ©pondit par ces paroles remarquables: “Seigneur, Ă  qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie Ă©ternelle!”.

182     Seule la Parole de Dieu est Ă©ternelle! Trouvez-moi un endroit oĂč Dieu aurait enseignĂ© de baptiser quelqu’un dans les titres de “PĂšre, Fils et Saint-Esprit!”.

183     Vous prenez Matthieu 29.19 oĂč il est dit: “PĂšre, Fils et Saint-Esprit” alors que ce passage dĂ©clare:
    Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant AU NOM du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit.
    Tous ceux qui pensent que “PĂšre, Fils et Saint-Esprit” sont des noms montrent qu’il y a quelque chose de faux dans leur instruction. Et c’est un Ă©lĂšve de septiĂšme annĂ©e qui doit dire cela aux Ă©vĂȘques qui Ă©coutent cette Parole! PĂšre n’est pas un nom, Fils n’est pas un nom, Saint-Esprit n’est pas un nom! Ce sont des titres (PĂšre, Fils et Saint-Esprit) qui s’appliquent au Nom, c’est-Ă -dire Ă  JĂ©sus-Christ.

184     Rappelez-vous que je ne dis pas cela avec colĂšre, mais dans l’amour et avec un profond respect, avec amour et considĂ©ration pour le Corps de Christ tout entier. J’ai Ă©tĂ© invitĂ© par mes frĂšres trinitaires, et ceci dans le monde entier, Ă  venir prĂȘcher dans leurs assemblĂ©es. Mais je ne parle jamais de ces choses quand je suis parmi eux. Si vous me le demandez, j’irai chez vous parler de ces choses avec vous. Mais devant votre assemblĂ©e cela causerait du trouble. C’est votre rĂŽle de recevoir la rĂ©vĂ©lation et de l’enseigner Ă  votre troupeau; vous ĂȘtes les bergers du troupeau (je parle aux ministres de la Parole). Si vous ne comprenez pas, venez, asseyons-nous et raisonnons ensemble. La Bible dit: “Examinez toutes choses; retenez ce qui est bon!”.

185     â€œLa mer de verre” oĂč le sacrifice Ă©tait lavé  Nous sommes lavĂ©s! Oh, n’oubliez pas cela, nous allons y revenir dans un instant: “purifiĂ©s par le lavage d’eau par la parole”. C’est pourquoi vous devez entendre la Parole avant de pouvoir entrer lĂ , parce que la seule façon pour vous d’approcher Dieu, c’est par la foi. N’est-ce pas vrai? “La foi vient de ce qu’on entend de la Parole”, c’est le lavage de notre conscience. Le but n’est pas de rencontrer un homme, de retrouver un pĂšre, une mĂšre, un petit enfant (tout cela est vrai, cela arrivera), mais oĂč nous devons aller premiĂšrement, c’est dans la voie que Dieu a tracĂ©e pour nous approcher de Lui: ĂȘtre lavĂ©s quand nous entendons la Parole de Dieu.

186     C’est par la foi que nous marchons. La grĂące, c’est ce que Dieu a fait pour nous. C’est vrai! Vous avez cru en Dieu, vous croyez en Dieu; et dĂšs le moment oĂč vous vous repentez, vous ĂȘtes dĂ©jĂ  pardonnĂ©.

187     Comme je le disais hier Ă  un frĂšre qui Ă©tait un peu dĂ©sorientĂ© Ă  ce sujet: «Regardez, frĂšre: si vous dites quelque chose qui blesse les sentiments de votre femme, aussitĂŽt vous serez en peine pour elle, vous regretterez de l’avoir fait; vous vous ĂȘtes dĂ©jĂ  repenti dans votre coeur, c’est vrai. Mais vous devez aller le lui dire! Vous devez aller lui dire: â€čChĂ©rie, je suis dĂ©solĂ© d’avoir dit celaâ€ș. Alors votre repentance est complĂšte». C’est ainsi qu’il faut faire avec Dieu.

188     Un homme qui penserait: «Je lui ai fait de la peine, cela n’a pas d’importance. Je vais malgrĂ© tout lui dire que je suis dĂ©solĂ©, mais en fait, je ne le suis pas», serait un hypocrite. Dieu n’acceptera jamais une telle chose.

189     Vous devez ĂȘtre profondĂ©ment dĂ©solĂ© de vos pĂ©chĂ©s. Quand vous savez que vous ĂȘtes dĂ©solĂ© de vos pĂ©chĂ©s, alors repentez-vous et soyez baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission de vos pĂ©chĂ©s; vous recevrez alors le pardon, vous recevrez le Saint-Esprit. Vous voyez, c’est aussi simple que cela! Dieu a fait cela de façon toute simple.

190     Nous remarquons que cette “mer de verre” Ă©tait semblable Ă  du cristal. La mer de verre est reprĂ©sentĂ©e en type par la mer d’airain. Ici dans les Cieux, c’est la mer de verre. MoĂŻse l’a vue comme une mer de verre et a fait ce qu’on appelait la mer d’airain, un autel d’airain.

191     Savez-vous ce que signifie l’airain dans la Bible? Le jugement. MoĂŻse fit un serpent d’airain. Que signifie ce serpent? Le serpent d’airain reprĂ©sente le pĂ©chĂ© dĂ©jĂ  jugĂ©. Dans le jardin d’Eden, Dieu dit: “Il te blessera au talon, mais tu lui Ă©craseras la tĂȘte”.

192     L’airain reprĂ©sente le “jugement divin”. Le sacrifice Ă©tait consumĂ© sur l’autel d’airain. Il Ă©tait lavĂ© par la Parole dans la mer d’airain. Vous voyez? Élie, de son temps, leva les yeux et dit: “Le ciel est comme de l’airain” (le jugement divin sur une nation rejetĂ©e). Oh, l’airain!

193     Maintenant, examinons cette mer. Vous avez remarquĂ© qu’il n’y avait pas de feu dedans et qu’elle Ă©tait aussi limpide que le cristal. Pourquoi? L’Église avait dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rachetĂ©e.

194     Un peu plus loin, lorsque apparaissent les saints venus de la tribulation, nous voyons que cette mer est maintenant mĂȘlĂ©e de feu. Voulez-vous lire cela? Lisons dans Apocalypse au chapitre 15, versets 1 et 2, et lisons lĂ  oĂč l’on voit de nouveau ce feu ardent.
    Et je vis dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux: sept anges, ayant sept plaies, les derniĂšres: car en elles le courroux de Dieu est consommĂ©.

195     Maintenant, c’est la colĂšre de Dieu. Écoutez ceci:
    Et je vis comme une mer de verre, mĂȘlĂ©e de feu (attention maintenant!), et ceux qui avaient remportĂ© la victoire sur la bĂȘte, et sur son image, et sur le nombre de son nom, se tenant debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu. Et ils chantent le cantique de MoĂŻse, esclave de Dieu


196     Comprenez-vous cela? Ceux de la pĂ©riode de la Tribulation! Oh, ĂȘtes-vous pressĂ©s? [l’auditoire rĂ©pond: «Non!» — N.D.É.] Bien, Ă©coutez, j’ai encore quelques remarques Ă  faire.

197     Comment venons-nous? Nous, l’Église des nations, devons venir Ă  cette Parole, cette mer de verre, l’eau, l’eau de la Parole (n’est-ce pas?) et accepter la Parole comme Elle est Ă©crite. Alors, le sacrifice est acceptĂ© et, rempli du Saint-Esprit par l’intĂ©rieur, il rayonne la LumiĂšre de cet Ăąge. Ici, Elle quitte le lieu saint pour entrer lĂ : Elle quitte l’étoile pour entrer lĂ . Vous comprenez?

198     Remarquez qu’à la fin de cet Ăąge-ci, quand Jean a vu la mer d’airain, elle Ă©tait claire comme du cristal. De quoi s’agit-il? La Parole a Ă©tĂ© retirĂ©e de la terre, enlevĂ©e au milieu de l’Église; elle Ă©tait “claire comme le cristal”. Il n’y a plus de Sang, les Ăąges de l’église sont terminĂ©s.

199     Maintenant, dans Apocalypse 15, nous voyons le reste de la semence de la femme, c’est-Ă -dire les saints de la tribulation, ceux qui sont passĂ©s par la tribulation, debout sur cette mer. Elle Ă©tait mĂȘlĂ©e de feu, de sang, de langues de feu rouges, c’était le feu de Dieu. Ils avaient remportĂ© la victoire sur la bĂȘte (Rome), sur son nombre, sur les lettres de son nom et sur son image (le Conseil mondial des Ă©glises) et ils Ă©taient sortis de cela. Et grĂące Ă  la prĂ©dication de MoĂŻse et d’Élie, ces deux prophĂštes qui apparaĂźtront Ă  IsraĂ«l pour faire sortir ce groupe de gens, on retrouve ces saints de la pĂ©riode de la tribulation dans cette pĂ©riode qui apparaĂźtra alors.

200     Maintenant, l’Église a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© enlevĂ©e, et rappelez-vous que l’Épouse est sur le trĂŽne. Ceux qui vivaient dans les royaumes viendront avec leurs rois rendre honneur et gloire dans la Ville. Vous le verrez quand nous arriverons Ă  Apocalypse 21. Si vous notez ces choses et les conservez, vous verrez ce que nous voulons dire quand nous y arriverons. Nous n’avons pas assez de temps pour Ă©tudier Ă  fond chaque petite chose, mais nous touchons les points saillants. Un jour, peut-ĂȘtre, le Seigneur voulant, nous aurons beaucoup de temps pour en parler.

201     Mais ces saints de la pĂ©riode de la tribulation qui apparaissent maintenant, sont passĂ©s par la grande tribulation (l’Église ne passera pas par la grande tribulation! Pouvez-vous voir qu’elle est dĂ©jĂ  dans la gloire?). Ces saints de la tribulation, c’est de ma faute et de la vĂŽtre s’ils n’ont jamais entendu la Parole. S’ils l’avaient entendue et rejetĂ©e, ils iraient en enfer, ils seraient jetĂ©s dans les tĂ©nĂšbres du dehors pour avoir rejetĂ© la Parole. Mais s’ils ne L’ont jamais entendue!
 Dieu est juste, la pĂ©riode de la tribulation est pour eux.

202     RĂ©flĂ©chissez un instant Ă  ceci: “LavĂ©s par la mĂȘme Parole”: car c’est le mĂȘme autel, la mĂȘme mer de verre et la mĂȘme Parole (Apoc. 15.2-5). Faisons une remarque juste un instant. Nous ne leur avons jamais apportĂ© la Parole, c’est pourquoi ils Ă©taient comme cela. Si nous ne leur avons jamais apportĂ© la Parole, nous en serons tenus pour responsables. Pourtant il ne nous sera pas possible d’amener tout le monde: l’Église de cet Ăąge-ci, qui a la VĂ©ritĂ©, n’y arrivera pas. Comme ces gens vont dans la tribulation, ce ne sont pas les saints qui sont morts autrefois durant ces Ăąges de l’église, parce qu’il est dit: “ils viennent de la grande tribulation ”, et la grande tribulation doit venir aprĂšs que l’Église soit allĂ©e Ă  la Maison.

203     VoilĂ ! Oh, j’aime cela! Écoutez! Allons un peu plus loin, je veux voir quelle sorte de Parole ils ont entendue. Reprenons au verset 2 du chapitre 15.
    Et je vis comme une mer de verre, mĂȘlĂ©e de feu, et ceux qui avaient remportĂ© la victoire sur la bĂȘte, et sur son image, et sur le nombre de son nom, se tenant debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.

204     Vous voyez, ils n’étaient jamais entrĂ©s, mais ils avaient entendu la Parole. Ils avaient entendu la Parole! Maintenant, voyez quelle sorte de doctrine ils ont reçue et si cela correspond Ă  l’Église d’aujourd’hui:
    Et ils chantent le cantique de MoĂŻse, esclave de Dieu (celui que MoĂŻse chanta aprĂšs avoir traversĂ© la Mer Rouge), et le cantique de l’Agneau, disant: Grandes et merveilleuses sont tes oeuvres, Seigneur, Dieu, Tout-puissant (qui est l’Agneau? c’est le Seigneur Dieu Tout-puissant!), justes et vĂ©ritables sont tes voies, ĂŽ roi des nations!

205     Vous voyez comment ils ont reconnu qui Il est? Non pas la troisiĂšme personne d’une trinitĂ©, mais “le Seigneur Dieu Tout-puissant, le roi des nations!”. Écoutez! Êtes-vous prĂȘts? Lisons le verset 4.
    Qui ne te craindrait, Seigneur, et qui ne glorifierait ton nom?

206     Ils avaient Ă©tĂ© lavĂ©s par les mĂȘmes eaux que celles dans lesquelles vous ĂȘtes lavĂ©s maintenant en Ă©coutant la Parole, ayant la foi en la puissance de JĂ©sus-Christ qui est le Tout-puissant. C’est la rĂ©vĂ©lation complĂšte au commencement. Tout est contenu dans la rĂ©vĂ©lation de QUI est JĂ©sus: Dieu fait chair parmi nous!
    Qui ne te craindrait, Seigneur, et qui ne glorifierait ton nom? Car seul tu es saint, car toutes les nations viendront et se prosterneront devant toi; parce que tes faits justes ont Ă©tĂ© manifestĂ©s.
    En d’autres termes, nous voyons ce que cela signifie de ne pas la recevoir: “Tes faits justes sont manifestĂ©s!”. C’est pourquoi: “Nous nous tenons ici, nous sommes lavĂ©s maintenant, nous sommes en train d’ĂȘtre lavĂ©s par l’eau aprĂšs avoir passĂ© par la tribulation. Nous avons pris position pour Toi, nous avons cru en Toi; maintenant nous sommes debout sur la mer de verre, nous T’honorons et Te glorifions dans le reflet de Ta sainte Parole. Ta lumiĂšre est vĂ©ritable et Tes faits justes ont Ă©tĂ© manifestĂ©s!”.

207     Nous pourrions rester une semaine lĂ -dessus! Faisons un dessin au sujet du baptĂȘme du Saint-Esprit; il y a quelque chose que je voudrais dessiner. Pourquoi n’étudierions-nous pas cela maintenant, pendant que nous y sommes?

208     Remarquez ce grand dessin. Ici, c’est le lieu TrĂšs Saint. Ici, c’est le lieu saint. Et ici avant de venir lĂ , il y a la mer.

209     Bien! Maintenant remarquez ceci. Comment s’approche-t-on de Dieu? “La foi vient de ce qu’on entend”, ce qu’on entend de la Parole de Dieu reflĂ©tĂ©e du lieu TrĂšs Saint dans le messager de l’ñge.

210     Au fond, dans le temple de Salomon, il y a une rĂ©flexion: ces chandeliers reflĂštent leurs lumiĂšres dans cette cuve d’airain. Donc, ici, l’ange de l’ñge de l’église reflĂšte dans cette eau la Personne qui Se tient lĂ , il reflĂšte Sa grĂące, Sa Parole, Son jugement, Son Nom. Tout est reflĂ©tĂ© ici, oĂč vous ĂȘtes sĂ©parĂ©s par la foi en croyant. Comprenez-vous cela?

211     Remarquez comme c’est beau! Nous en avons parlĂ© l’autre jour. Regardez ici: “Étant donc justifiĂ©s, justifiĂ©s par la foi
”. Bien! en second lieu, aprĂšs avoir Ă©tĂ© lavĂ©, on est sanctifiĂ©. Et c’est ensuite qu’on est rempli du Saint-Esprit. Justification, sanctification, baptĂȘme du Saint-Esprit. Comprenez-vous cela? Quel Ă©tait son message? La justification par ce qu’on entend; la sanctification, c’est ce que l’on fait, et en considĂ©ration de ce que vous avez fait, pour apprĂ©cier cela, Dieu vous scelle par le Saint-Esprit.

212     Et Ă  vous, mes frĂšres Baptistes, je voudrais demander quelque chose. Vous dites: «Qu’est-ce qu’Abraham pouvait faire de plus que croire en Dieu, puisque Dieu le lui imputa Ă  justice?».

213     Ici, c’est tout ce qu’il pouvait faire: croire en Dieu. Mais Dieu, pour agrĂ©er sa foi, lui donna le sceau de la circoncision et le scella, montrant qu’Il avait acceptĂ© sa foi. Si vous prĂ©tendez avoir foi en Dieu mais que vous n’avez jamais Ă©tĂ© scellĂ© par le Saint-Esprit
 Il est dit dans ÉphĂ©siens 4.30, si vous voulez le noter: “N’attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s
”. Mais tant que vous n’avez pas reçu le Saint-Esprit, vous n’ĂȘtes pas scellĂ©s.

214     ScellĂ©s jusqu’à quand? Jusqu’au prochain rĂ©veil? Non! “
 pour le jour de la rĂ©demption”. Il n’est pas possible de sortir de lĂ , vous ne pouvez pas sortir de cela, parce que cela ne sortira pas de vous. “
 Vous avez Ă©tĂ© scellĂ©s pour le jour de la rĂ©demption”. Ni les choses Ă  venir, ni les choses prĂ©sentes, ni les pĂ©rils, ni la faim, la soif, la mort, rien ne pourra nous sĂ©parer de l’amour de Dieu qui est en Christ. Paul a dit: “J’en ai l’assurance!”. VoilĂ ! Vous ĂȘtes scellĂ©s pour le jour de la rĂ©demption.

215     Remarquez que cela nous ramĂšne Ă  ce que nous avons vu dimanche dernier. Ai-je le temps? ConsidĂ©rez ceci: l’esprit, l’ñme et le corps.

216     Puis-je effacer ceci? Je voudrais vous montrer quelque chose. Je vais maintenant faire un dessin, car je n’ai pas eu l’occasion de le faire dimanche dernier, c’est pourquoi je l’ai dessinĂ© moi-mĂȘme sur ce morceau de papier jaune. Je veux que vous puissiez le recopier et comprendre ce que je veux dire. Donc, ceci est le corps; ceci est l’ñme et ceci, c’est l’Esprit (avec une majuscule): le Saint-Esprit. Bien! VoilĂ  de quoi nous sommes faits.

217     Si vous l’avez remarquĂ©, ici c’est le lieu trĂšs saint: ici, c’est l’autel, le lieu saint; et ici, il y a la mer. C’est lĂ  que l’on entend la Parole: “La foi vient de ce qu’on entend, de ce que l’on entend de la Parole”. C’est la mer, les eaux de sĂ©paration. Maintenant remarquez ceci. Il y a une seule entrĂ©e pour pĂ©nĂ©trer lĂ , et vous devez venir premiĂšrement ici. N’est-ce pas vrai?

218     Si j’avais assez de place, je mettrais les vierges ici, et aussi le Souper des Noces. Voyez-vous comment cet homme s’est introduit ici au Souper des Noces, entrant pas un autre chemin? La Porte est ici. JĂ©sus a dit: “Je suis la Porte”. Cette table du repas des Noces se trouvait ici et les gens Ă©taient assis autour; mais lĂ  il y avait un homme qui ne portait pas ce vĂȘtement de noce. Lorsque le Roi entra, Il dit: “Comment es-tu venu ici, mon ami? Comment es-tu entrĂ© ici?”. Cela montrait qu’il n’était pas passĂ© par cette Porte. Il Ă©tait entrĂ© par une fenĂȘtre ou par derriĂšre, par quelque credo ou dĂ©nomination, Il n’était pas entrĂ© par la Porte.

219     Dans les pays orientaux, on fait encore ainsi aujourd’hui: le futur Ă©poux distribue des invitations et procure un vĂȘtement Ă  tous les invitĂ©s.

220     Oh, comme mon coeur bat quand je pense Ă  ceci: “Personne ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne lui donne d’abord une invitation, et tous ceux que le PĂšre M’a donnĂ©s viendront Ă  Moi”. Comment avons-nous Ă©tĂ© appelĂ©s? Avant la fondation du monde, nos noms furent Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau et nous fĂ»mes destinĂ©s Ă  voir la LumiĂšre et Ă  recevoir le Saint-Esprit pour pouvoir entrer. Quand l’Agneau fut immolĂ©, nos noms furent inscrits dans le Livre en mĂȘme temps que le Nom de l’Agneau. La Bible dit (nous allons bientĂŽt y arriver): “Satan a sĂ©duit tous ceux sur terre dont les noms ne sont pas Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau dĂšs la fondation du monde”.

221     Vous voyez, l’époux lui-mĂȘme se tenait Ă  la porte. L’invitĂ© prĂ©sentait son invitation en disant: “La voici!”.

222     L’époux rĂ©pondait: “Merci!”, prenait l’invitation, la posait et revĂȘtait l’invitĂ© d’un vĂȘtement afin que tous fussent semblables. J’aime cela! Vous voyez? Par la puissance de Dieu, dans l’Église du Dieu vivant, le riche, le pauvre, l’esclave, l’affranchi, le noir, le rouge, le jaune, tous se ressemblent, car ils sont revĂȘtus de la mĂȘme puissance du Saint-Esprit. Vous comprenez? Pour ce qui est de l’autre homme, cela montrait qu’il n’était pas passĂ© par la porte.

223     Remarquez ceci. Si un homme essayait d’entrer dans le lieu trĂšs saint (c’est un docteur en thĂ©ologie qui me l’a fait remarquer), si quelqu’un pĂ©nĂ©trait dans ce lieu trĂšs saint sans ĂȘtre passĂ© par ici, il mourait! Un jour, les fils d’Aaron prirent du feu Ă©tranger, du feu dĂ©nominationnel (ce ne pouvait ĂȘtre qu’un feu dĂ©nominationnel), et ils moururent Ă  la porte. N’est-ce pas vrai?

224     Il n’y a qu’un seul chemin pour entrer dans le Corps. Qu’est-ce qui dirige ce corps? Faites bien attention maintenant et prĂ©parez vos crayons. Ici, c’est la porte qui donne accĂšs au corps: un, deux, trois, quatre, cinq. Vous l’avez dessinĂ©? La premiĂšre porte, c’est ceci: la vue, l’odorat, l’ouĂŻe, le goĂ»t et le toucher. Ce sont les sens du corps, n’est-ce pas? Combien savent que ces cinq sens dirigent le corps? AprĂšs avoir passĂ© par cela, nous voyons qu’il y a une Ăąme. Les sens sont en dehors, c’est le systĂšme extĂ©rieur.

225     Maintenant ici, dans l’ñme, il y a un, deux, trois, quatre, cinq attributs. Voulez-vous les noter? Le premier, c’est l’imagination; le second, c’est la conscience, le troisiĂšme, la mĂ©moire; le quatriĂšme, c’est la raison; et le cinquiĂšme, ce sont les sentiments.

226     Les avez-vous tous notĂ©s? Sinon, dites-le moi. Il y a donc: la vue, le goĂ»t, le toucher, l’odorat et l’ouĂŻe; ce sont les portes d’entrĂ©e du corps.

227     Les attributs de l’ñme sont: l’imagination, la conscience, la mĂ©moire, la raison et les sentiments; ce sont les attributs, les sens de l’ñme en quelque sorte. Et l’ñme est la nature de l’esprit qui est Ă  l’intĂ©rieur, parce que l’ñme ne fait que manifester ce qui est en vous. L’ñme est le lieu de la sanctification: ces deux choses vont ensemble. Avez-vous tous notĂ© cela?

228     Bien! il n’y a qu’une seule porte, qu’on appelle notre volontĂ©. Vous ĂȘtes le maĂźtre de ce qui se passe lĂ -dedans. Que fait-elle? Le corps doit ĂȘtre lavĂ© dans la cuve; sanctifiĂ©, ici; rempli du Saint-Esprit, lĂ , et cela redevient le trĂŽne du jugement de Dieu, oĂč Dieu S’assied dans votre coeur et vous fait dire si vous faites mal: «Oh, j’ai mal agi!».

229     Il y a des femmes qui disent: «Je ne me sens pas condamnĂ©e quand je porte les cheveux courts, quand je me maquille, quand je vais danser, quand je raconte un petit mensonge innocent ou que je vais jouer Ă  mon club de bridge». Savez-vous pourquoi? C’est parce qu’il n’y a rien en vous pour vous condamner! — «Cela ne blesse pas ma conscience!». — Bien sĂ»r que non! Vous n’avez pas plus de conscience qu’un serpent n’a de hanches! Vous n’avez pas de conscience qui puisse ĂȘtre blessĂ©e! Vous ĂȘtes du monde!

230     Mais je vous dĂ©fie de laisser JĂ©sus-Christ entrer ici et d’essayer une seule fois de faire ces choses! Soeur, vous serez tellement condamnĂ©e que vous reculerez et vous dĂ©tournerez de cela, aussi sĂ»r que je me tiens ici! Parce qu’Il est saint. Écoutez ceci, je cite l’Écriture: “Si vous aimez les choses du monde, c’est parce que l’amour de Dieu n’est point en vous!”.

231     â€” «Pourquoi notre volontĂ©? Pourquoi appelez-vous cela notre volontĂ©, frĂšre Branham?». — Parce que cela place l’homme et la femme exactement dans la mĂȘme situation qu’Adam et Eve au jardin d’Eden. Devant quoi? Devant les deux arbres! Celui-ci est la mort; celui-lĂ  est la Vie. Nous choisissons par notre propre volontĂ©: c’est le libre arbitre. Dieu avait placĂ© les premiers humains, Adam et Eve, dans une situation de libre arbitre. Il vous met dans la mĂȘme situation. Et la seule maniĂšre pour vous de choisir, c’est en faisant usage de votre propre volontĂ©. AllĂ©luia! C’est votre volontĂ©! Vous devez vouloir la VolontĂ© de Dieu. Vous devez ĂȘtre dĂ©barrassĂ©s de votre propre volontĂ© pour laisser entrer la VolontĂ© de Dieu, car c’est le seul canal qui conduise au coeur.

232     Oh, vous pouvez bien vous joindre Ă  une Ă©glise, vous les Baptistes et les PresbytĂ©riens. Et vous, les MĂ©thodistes et les PĂšlerins de la SaintetĂ©, vous pouvez bien arriver jusqu’à la sanctification. Mais il vous faut vouloir faire la volontĂ© de Dieu, avoir la volontĂ© de laisser le Saint-Esprit entrer ici pour produire ceci: “Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris”. — “Ces signes accompagneront ceux qui auront laissĂ© leur volontĂ© devenir Ma VolontĂ©; les oeuvres que Je fais, ils les feront aussi”. J’espĂšre que vous ne manquerez pas cela. Il existe une volontĂ© de faire la VolontĂ© de Dieu. Comprenez-vous ce que je veux dire?

233     Ă€ propos du lieu saint, considĂ©rez la cuve. Voici le chandelier (un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept); sur chaque branche il y a une lampe. OĂč la lumiĂšre se rĂ©flĂ©chit-elle? Elle ne se rĂ©flĂ©chit pas dans un coin d’une dĂ©nomination quelconque. Elle revient par rĂ©flection ici, dans la Parole! Ce sont les eaux de sĂ©paration. Oh!

234     La repentance et le pardon des pĂ©chĂ©s seront prĂȘchĂ©s en Son Nom Ă  toutes les nations, Ă  commencer par JĂ©rusalem (Luc 24.47). Comment la repentance et le pardon des pĂ©chĂ©s ont-ils Ă©tĂ© enseignĂ©s Ă  JĂ©rusalem? Et jusqu’oĂč? Dans le monde entier! Pierre a dit dans Actes 2.38:
    Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de ses pĂ©chĂ©s.
    Ce message est destinĂ© Ă  aller dans le monde entier, alors viendra la fin. Alors ce sera la fin, quand ce message sera allĂ© dans le monde entier.

235     Comment ces lampes pourraient-elles reflĂ©ter la lumiĂšre sur une quelconque dĂ©nomination MĂ©thodiste, PresbytĂ©rienne ou PentecĂŽtiste? C’est impossible!

236     Elle se reflĂšte ici comme le “JE SUIS”. et non pas comme le “J’étais”. Non pas comme trois ou quatre personnes diffĂ©rentes, mais comme Dieu Se tenant lĂ  et Se reflĂ©tant dans chacune de ces Ă©glises. Regardez en arriĂšre et voyez ce qu’elles ont fait (nous venons d’étudier leur histoire): elles L’ont reflĂ©tĂ© comme Celui qui Ă©tait, qui est et qui sera toujours.

237     â€œCelui qui Ă©tait
”. À peine Jean L’eĂ»t-il aperçu qu’il put dire: “Celui qui Ă©tait, qui est et qui vient, le Dieu Tout-puissant, le commencement de la crĂ©ation de Dieu, l’Alpha, l’OmĂ©ga, le Commencement et la Fin”. C’est cela la vĂ©ritable LumiĂšre qui doit ĂȘtre reflĂ©tĂ©e. La voyez-vous? Amen!

238     Il est midi passĂ©. DĂ©pĂȘchons-nous pour que vous puissiez noter cela. Je n’aime pas vous garder trop longtemps, mais je ne sais pas quand je vous reverrai. Et je veux que vous receviez ceci, mes amis, car c’est la Vie! Je ne dis pas cela parce que c’est moi qui le dis. Ce serait mal me comprendre que penser cela. Je ne veux pas dire que si vous ne reflĂ©tez rien, c’est parce que vous n’ĂȘtes rien! Ce n’est pas ce que je veux dire! Si vous n’avez pas reçu la LumiĂšre, j’essaie de vous conduire vers l’Unique. Non vers celui qui est ici en chaire, mais vers Celui qui est sur le TrĂŽne. Et ce TrĂŽne doit venir dans votre coeur: alors vous verrez exactement ce qui se reflĂšte ici.

239     Qu’est-ce que cela? C’est ce qui reflĂšte Ceci. Et Ceci, c’est la Parole; vous ĂȘtes lavĂ©s des choses de ce monde par les eaux de sĂ©paration, par la Parole. La Parole dit qu’Il est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Elle ne dit pas qu’Il Ă©tait le mĂȘme du temps de PentecĂŽte, du temps des disciples d’autrefois, puis qu’à l’ñge suivant Il a changĂ©. Non, il est le mĂȘme! Vous ne pouvez pas Lui faire dire autre chose. Nous pourrions rester des heures sur un seul de ces sujets, mais j’espĂšre que vous comprenez maintenant. Si Dieu vous a appelĂ©, vous comprendrez. C’est ce que je crois. Certainement!

240     De quoi s’agit-il? De la justification, de la sanctification, du baptĂȘme du Saint-Esprit; Ăąme, corps, esprit; une seule et mĂȘme chose. La lampe reflĂšte la Parole. Et que reflĂšte la vĂ©ritable Parole? Que reflĂ©terait cette lampe si elle recevait sa lumiĂšre de la Gloire de la ShĂ©kina? Elle reflĂ©terait la Gloire de la ShĂ©kina, n’est-ce pas?

241     Si vous recevez votre lumiĂšre d’un sĂ©minaire, vous reflĂ©terez le sĂ©minaire. Si vous la recevez dans une Ă©cole mĂ©thodiste, vous reflĂ©terez le MĂ©thodisme. Si vous la recevez dans un sĂ©minaire pentecĂŽtiste, vous reflĂ©terez le PentecĂŽtisme. Vous reflĂ©tez. Mais si vous La recevez de la Gloire de Dieu, par le buisson ardent


242     C’est pourquoi, lorsque MoĂŻse sortait de Sa PrĂ©sence, il devait se couvrir le visage, car le peuple ne pouvait mĂȘme pas le regarder. N’est-ce pas? Il Ă©tait rempli de la puissance de Dieu.

243     Etienne Ă©tait un homme rempli du Saint-Esprit. Essayer de l’arrĂȘter, c’était comme essayer d’éteindre un incendie un jour de grand vent. Plus on souffle, plus cela brĂ»le. Ils ne purent l’arrĂȘter! On l’avait traĂźnĂ© devant le SanhĂ©drin, mais la Bible dit que Son visage leur parut comme celui d’un ange.

244     Je ne pense pas que le mot ange signifie simplement qu’il Ă©tait un certain Être se tenant lĂ ; mais comme un ange, il savait exactement de quoi il parlait. De mĂȘme, aucun ange, aucun messager des Ăąges de l’Église n’a besoin de regarder derriĂšre lui pour voir ce que pense le sĂ©minaire. Il sait ce que Dieu dit dans Sa Bible, la puissance se reflĂ©tant pour confirmer que JĂ©sus-Christ est Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Il n’a pas peur, il annonce exactement ce qu’il sait ĂȘtre la VĂ©ritĂ©. Et Dieu Se tient lĂ  pour La confirmer par les mĂȘmes sortes de signes et de prodiges, et par la mĂȘme Parole. C’est un ange!

245     Etienne se tenait lĂ , disant: “Je sais de quoi je parle. Vous avez le cou raide; vous ĂȘtes incirconcis de coeur et d’oreilles et vous vous opposez toujours au Saint-Esprit! Ce que vos pĂšres ont fait, vous le faites Ă©galement. Lesquels de vos pĂšres n’ont pas tuĂ© les prophĂštes et bĂąti leurs tombeaux?”.

246     Vous, les dĂ©nominations, laquelle d’entre vous n’a pas fait la mĂȘme chose? Vous voyez? Vous avez bĂąti des chĂąteaux et des sĂ©pulcres aux murailles blanchies et toutes sortes de choses semblables, et ensuite vous parlez de Dieu! Vous, les dĂ©nominations, avec vos grandes Ă©glises et vos grands palais de marbre blanc, c’est vous qui L’avez mis dans la tombe. Vous, pharisiens et sadducĂ©ens qui L’avez mis lĂ , vous essayez de Lui bĂątir un mĂ©morial!

247     Laissez-moi vous dire que Christ est un Être vivant! Il n’est pas quelque chose de mort, Il est Quelque chose qui est ressuscitĂ© d’entre les morts et vivant pour toujours! Oh, frĂšres! C’est certain! Qu’est-ce que cela produit? Qu’est-ce que cela reflĂšte? Le reflet vient d’ici; qu’est-ce que ce sera? Quel est le vĂ©ritable reflet de Sa Personne? La premiĂšre chose reflĂ©tĂ©e, c’est Son Nom. N’est-ce pas? C’est Son Nom qui est reflĂ©tĂ©. La chose suivante qui est reflĂ©tĂ©e, c’est Sa puissance. Comprenez-vous ce que je veux dire? Cela reflĂ©tera tout ce qu’Il est.

248     Donc si ceci reflĂšte sur cet Ăąge-ci tout ce qu’Il Ă©tait, alors Il est Le mĂȘme! Oh, gloire Ă  Dieu! De quoi s’agit-il? Cela Le reflĂšte comme Il Ă©tait, comme Il est et comme Il sera toujours, parce que cela vient directement du TrĂŽne de Dieu: JĂ©sus-Christ est Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; le mĂȘme Dieu, la mĂȘme puissance, la mĂȘme Gloire, Le mĂȘme en toutes choses. Il est Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Oh, frĂšres!

249     Allons encore un peu plus loin. Prenons maintenant le reste de ce verset 6, au chapitre 4. J’ai Ă©crit quelques commentaires lĂ -dessus, mais je veux me dĂ©pĂȘcher et terminer, si je puis. Le reste, aprĂšs que nous aurons terminĂ© ce verset, ne fait que montrer Ă  tour de rĂŽle ce que font tous les acteurs de cette scĂšne. Voyons si nous pouvons Ă©tudier tout cela. Maintenant, nous savons ce qu’était “cette mer de verre”.
    Et au milieu du trĂŽne et Ă  l’entour du trĂŽne, quatre animaux pleins d’yeux devant et derriĂšre.

250     Combien possĂšdent une version rĂ©visĂ©e de la Bible? Dans cette version il est dit: “ĂȘtres vivants”. Et je me demande comment la version du Roi Jacques a pu dire que c’étaient quatre bĂȘtes? En cherchant dans un dictionnaire grec et un dictionnaire biblique, j’ai trouvĂ© ce que cela signifiait. Voici de quoi il s’agit. Faites bien attention! Le mot traduit ici
 notez-le pour que vous puissiez vĂ©rifier et ĂȘtre sĂ»rs. J’aimerais que vous notiez ce que je dis, si vous le pouvez et le voulez. Bien. La version revisĂ©e dit: “ĂȘtres vivants” dans ce verset. Écoutez:
    â€Šquatre animaux pleins d’yeux devant et derriĂšre.

251     Le passage continue et dĂ©crit les animaux. Nous allons l’étudier dans un instant. On y dĂ©crit un de ces animaux. Ce mot animaux signifie CREATURES VIVANTES, en grec: ZOON.

252     Je voulais lire Apocalypse 11, 13 et 17, mais nous n’en aurons pas le temps: lĂ  on ne parle plus d’animaux, mais de bĂȘtes, en grec THERION, ce qui signifie: BETE SAUVAGE, INDOMPTEE.

253     Mais zoon signifie: “crĂ©ature”. Il y a quatre crĂ©atures vivantes, quatre zoon. Non pas des bĂȘtes sauvages, therion: mais zoon, des crĂ©atures vivantes.

254     â€œTherion”, ce sont des bĂȘtes sauvages et indomptĂ©es. Remarquez qu’au chapitre 11, il s’agit de la bĂȘte de Rome. Au chapitre 13, ce sont les États-Unis. Au chapitre 17, il s’agit Ă  la fois des États-Unis et de Rome, des Ă©glises dĂ©nominationnelles rĂ©unies au Catholicisme, ce qui fait de tout cela un groupe d’inconvertis rebelles Ă  l’Évangile. Oh! indomptĂ©s!

255     Â«Dieu soit bĂ©ni, nous venons de la grande dĂ©nomination MĂ©thodiste, Baptiste, PresbytĂ©rienne, PentecĂŽtiste! Nous savons de quoi nous parlons! Nous n’avons pas besoin qu’on vienne nous enseigner!». VoilĂ  oĂč vous en ĂȘtes! Vous ĂȘtes indomptĂ©s, inconvertis, dĂ©pourvus de sentiments naturels, traĂźtres, calomniateurs, intempĂ©rants, ennemis des gens de bien, ayant l’apparence de la piĂ©té  [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

256     J’aimerais bien dĂ©chirer cela maintenant mĂȘme! Ce sera enregistrĂ© de toute maniĂšre. Mais je n’ai pas le temps de le faire. Mais comprenez-vous bien? Combien le comprennent? Dites: «Amen!». [L’auditoire rĂ©pond: «Amen!» — N.D.É.]

257     Qu’est-ce que zoon? — des crĂ©atures vivantes.

258     Et therion signifie: des bĂȘtes indomptĂ©es, des fauves, des bĂȘtes sauvages. C’est ce que ces bĂȘtes sont. Prenez votre dictionnaire grec et recherchez si ce n’est pas ce mot-lĂ ! Consultez des livres de grec, et vous verrez s’il n’est pas vrai que dans Apocalypse 11, 13 et 17 il s’agit de bĂȘtes indomptĂ©es!

259     Ici, dans Apocalypse 4, il s’agit d’animaux, de crĂ©atures vivantes, et non de bĂȘtes; c’est la mĂȘme chose dans ÉzĂ©chiel 1. Nous le verrons peut-ĂȘtre dans un moment. Bien! une bĂȘte indomptĂ©e, inconvertie, sauvage


260     Mais ici ce sont des crĂ©atures vivantes. Que sont-elles? Ce ne sont pas des anges. Tournons la page et lisons Apocalypse 5, verset 11.
    Et je vis: et j’ouĂŻs une voix de beaucoup d’anges Ă  l’entour du trĂŽne et
 (“et” est une conjonction) 
et des animaux et des anciens.

261     Vous voyez, “et” est une conjonction de coordination. Ils ne sont pas des anges, ni des anciens; ils sont des “crĂ©atures vivantes” Ă  l’entour du trĂŽne. Oh, n’aimez-vous pas cela? Des crĂ©atures vivantes! Ils ne sont pas des anges, car la preuve en est donnĂ©e ici:
    Et je vis: et j’ouĂŻs une voix de beaucoup d’anges Ă  l’entour du trĂŽne et des animaux et des anciens.

262     Il y a lĂ  trois catĂ©gories diffĂ©rentes d’ĂȘtres. J’espĂšre que vous avez tous notĂ© cela maintenant. Je veux vous montrer ces trois catĂ©gories diffĂ©rentes, ces trois espĂšces diffĂ©rentes qui sont autour du trĂŽne.

263     Voici le trĂŽne. Autour de ce trĂŽne il y a premiĂšrement quatre crĂ©atures vivantes. À l’extĂ©rieur de cela, il y a vingt-quatre anciens assis sur leurs trĂŽnes, des trĂŽnes plus petits, placĂ©s plus bas. Et autour de tout cela il y a la grande armĂ©e des anges autour du trĂŽne. Oh! comprenez-vous ce que je veux dire? ils sont tous diffĂ©rents les uns des autres. Voici les anges, voici les anciens et voici les animaux, les crĂ©atures vivantes.

264     Restons un moment sur ce sujet des animaux, des crĂ©atures vivantes. Que sont-elles, si ce ne sont pas des anges ni des hommes rachetĂ©s? Que sont-elles? Aimeriez-vous le savoir? Voici mon interprĂ©tation. J’espĂšre qu’elle est juste, je crois qu’elle l’est. Ce sont les gardiens Ă©tablis par Dieu autour de Son trĂŽne. Nous allons effacer ce dessin dans un instant. Vous voyez, ce ne sont pas des anges, ni des hommes. Ce ne sont pas des bĂȘtes sauvages. Ce sont des animaux, des crĂ©atures vivantes.

265     Ici, c’est le trĂŽne de Dieu. Et ceux-ci sont Ses gardiens. Lisons un peu cela et nous le dĂ©couvrirons dans quelques instants. Vous voyez, ce sont les anges de Dieu, ou plutĂŽt les gardiens que Dieu a Ă©tablis sur Son trĂŽne. Revenons un instant Ă  EzĂ©chiel, chapitre 1, et commençons avec les versets 12-17:
    Chacun marchait droit devant soi


266     Nous allons voir cela dans quelques instants. Rappelez-vous Ă  quoi elles ressemblent dans le verset 7 du chapitre 4 de l’Apocalypse.
    Et le premier animal est semblable Ă  un lion; et le second animal, semblable Ă  un veau; et le troisiĂšme animal a la face comme d’un homme: et le quatriĂšme animal est semblable Ă  un aigle volant.

267     Or, quand ÉzĂ©chiel vit la Gloire de Dieu, il vit la mĂȘme chose que Jean. Vous rappelez-vous dimanche dernier comment nous avons parlĂ© de la Gloire de Dieu, et comment nous avons pris la photographie avec nous? Vous en souvenez-vous? La Gloire de Dieu qu’a vue ÉzĂ©chiel est la mĂȘme que celle que Jean a vue et que celle qui est au milieu de nous aujourd’hui. Ce qui nous montre que JĂ©sus-Christ Ă©tait le mĂȘme au temps d’ÉzĂ©chiel, le mĂȘme quand Il Ă©tait ici sur cette terre, et qu’Il est le mĂȘme Dieu ici parmi nous aujourd’hui; le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement; Celui qui Ă©tait, qui est et qui vient, la porte d’entrĂ©e de l’ñme, du corps et de l’esprit; la mer d’airain (la Parole) qui sanctifie notre Ăąme, Celui qui nous remplit du Saint-Esprit. La mĂȘme chose, exactement la mĂȘme!

268     Continuons dans ÉzĂ©chiel 1.12.
    â€Šils allaient oĂč l’Esprit les poussait Ă  aller, et ils ne se tournaient point dans leur marche.

269     Ils ne pouvaient pas se tourner. S’ils allaient dans telle direction, c’était comme un homme; dans une autre direction, c’était comme un aigle; puis dans une autre encore, c’était comme un boeuf; et dans la derniĂšre direction enfin, ils avançaient comme un lion. Ils ne pouvaient pas reculer! Ces animaux devaient aller droit devant eux, oĂč qu’ils aillent. Or, que reprĂ©sente un animal dans la Bible? Une puissance! Bien! Il reprĂ©sente une puissance.

270     Lisons la suite.
    L’aspect de ces animaux ressemblait Ă  des charbons de feu ardents, c’était comme l’aspect des flambeaux, et ce feu circulait entre les animaux; il jetait une lumiĂšre Ă©clatante et il en sortait des Ă©clairs” (c’est Dieu. Du feu sortait la LumiĂšre, non pas la lumiĂšre naturelle, mais la LumiĂšre Ă©ternelle).
    â€Šet les animaux couraient et revenaient comme la foudre.
    Je regardais ces animaux; et voici, il y avait une roue sur la terre, prĂšs des animaux, devant leurs quatre faces
    Ă€ leur aspect et Ă  leur structure, ces roues semblaient ĂȘtre en chrysolithe, et toutes les quatre avaient la mĂȘme forme; leur aspect et leur structure Ă©taient tels que chaque roue paraissait ĂȘtre au milieu d’une autre roue.

271     â€” «Que signifie ce symbole, frĂšre Branham? Qu’est-ce que c’est?». Il signifie que ces gardiens Ă©taient l’arche de Dieu. Ils Ă©taient en voyage, roulant sur ces roues quand ÉzĂ©chiel les vit. Mais quand Jean les vit, ils Ă©taient dĂ©jĂ  parvenus Ă  leur place dans les Cieux. L’arche de Dieu Ă©tait sur la terre, roulant sur des roues qui la conduisaient de lieu en lieu, ce qui veut dire qu’elle Ă©tait en voyage; elle Ă©tait conduite Ă  travers le dĂ©sert, jusque dans le temple et ainsi de suite; mais maintenant elle a Ă©tĂ© reçue en haut, parce que les Ăąges de l’Église sont terminĂ©s; l’arche a Ă©tĂ© reçue en haut dans la Gloire. Vous voyez? Maintenant elle est stationnaire, elle est dans le Ciel et il y a tous ces anges et autres choses autour d’elle. Nous retrouvons plus tard ces personnages qui jettent leur couronne et tombent sur leur face devant le Seigneur et Lui rendent gloire. Vous voyez? C’étaient les gardiens du temple, de l’arche.

272     Souvenez-vous de ces gardes de Dieu qui gardent l’arche, le trĂŽne de la grĂące. Souvenez-vous en! Combien ÉzĂ©chiel en a-t-il vus? Quatre! Et Jean, lui, combien en a-t-il vus? Il en a aussi vu quatre: quatre animaux, quatre crĂ©atures vivantes. Vous voyez, les deux ont eu la mĂȘme vision.

273     Quatre est le nombre de la terre. Le saviez-vous? Combien savent, avant que nous n’ayons Ă  l’étudier, que quatre est un nombre terrestre? C’est sĂ»r! Par exemple, les quatre HĂ©breux
 C’est un nombre de la terre, un nombre de dĂ©livrance. Gardez cela Ă  l’esprit, parce que je vais mettre fortement l’accent lĂ -dessus dans un instant. La dĂ©livrance! Il y avait trois HĂ©breux dans la fournaise ardente, mais quand le QuatriĂšme vint, ce fut la dĂ©livrance. Lazare est restĂ© trois jours dans le tombeau, mais le quatriĂšme jour il a Ă©tĂ© dĂ©livrĂ©. Quatre est le nombre de Dieu en rapport avec la dĂ©livrance; cela nous montre que ces crĂ©atures ont un certain rapport avec la terre.

274     J’espĂšre que vous n’avez pas encore trop faim et que votre appĂ©tit spirituel l’emporte un peu sur votre appĂ©tit naturel. Bien!

275     Notez ceci maintenant: dans l’Apocalypse, il est dit qu’ils Ă©taient pleins d’yeux tout autour et au-dedans. Lisons-le. Je crois qu’il est dit que chacun de ces animaux avait quatre faces, dont l’une Ă©tait semblable Ă  celle d’un aigle, qu’ils avaient des ailes et qu’ils Ă©taient pleins d’yeux tout autour et au-dedans. Lisons Apocalypse 4.8:
    Et les quatre animaux, chacun d’eux ayant six ailes, sont, tout autour et au-dedans, pleins d’yeux.

276     Et ils volent, et ils ont des yeux au-dehors, au-dedans, et derriĂšre. Cela nous montre leur intelligence. Ils savaient ce qui Ă©tait, ce qui est et ce qui sera (ce ne sont pas les gardiens du temple, les gardiens du temple sont les 144 000). Ce sont les gardiens du trĂŽne de la grĂące. Le trĂŽne est Ă  proximitĂ© immĂ©diate de Dieu, puis il y a les quatre animaux. Leur intelligence leur permet de savoir ce qui Ă©tait, ce qui est et ce qui vient, ils avaient des yeux “au-dehors”, ce qui montrait qu’ils pouvaient voir les choses Ă  venir, des yeux “au-dedans”, connaissant tout le prĂ©sent, et des yeux “derriĂšre” connaissant le passĂ©. Ce qui Ă©tait, ce qui est, ce qui sera: reflĂ©tant tout au long des Ăąges de l’église Celui qui Ă©tait, qui est et qui vient: “JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement”.

277     Gardez cela Ă  l’esprit. Nous allons prĂ©ciser cela sur le tableau dans quelques instants.

278     Cela rĂ©vĂšle leur intelligence et montre qu’ils connaissent les choses. Ils connaissent le futur, le prĂ©sent et le passĂ© et tout ce qui concerne tout cela.

279     Ils Ă©taient infatigables. Ils ne se fatiguaient jamais. ils n’avaient aucun point commun avec l’homme, parce que lui se fatigue. Ils Ă©taient infatigables et chantaient jour et nuit tout au long de chaque Ăąge: “Saint, saint, saint! Saint, saint, saint! Saint, saint, saint! est le Seigneur Dieu Tout-Puissant! Saint, saint, saint!”.

280     Revenons un moment en arriĂšre. Il me vient Ă  l’esprit un passage des Écritures dans ÉsaĂŻe 6. ÉsaĂŻe a vu exactement la mĂȘme chose.

281     C’est comme je le dis toujours: Si les visions que nous avons aujourd’hui ne sont pas exactement bibliques, alors elles sont fausses! Si une rĂ©vĂ©lation montre Dieu autrement que ce qu’Il a toujours Ă©tĂ©, c’est une fausse rĂ©vĂ©lation! L’Église entiĂšre est bĂątie sur la rĂ©vĂ©lation: Matthieu 17.

282     Voyons ÉsaĂŻe, chapitre 6. Ce jeune prophĂšte s’était reposĂ© sur les bras d’un bon roi, et celui-ci lui avait donnĂ© toutes sortes de beaux vĂȘtements. Il Ă©tait prophĂšte et vivait Ă  la cour du roi. Mais un jour, le roi mourut, et le prophĂšte dut se dĂ©brouiller tout seul. Alors il se rendit au temple pour prier. Ce brave vieux roi Ă©tait un saint homme. Le prophĂšte sortit pour voir comment le peuple vivait, et c’est pourquoi il se rendit au temple. Écoutez ceci maintenant.
    L’annĂ©e de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trĂŽne trĂšs Ă©levĂ© et les pans de sa robe remplissaient le temple (Gloire Ă  Dieu!).

283     Qu’est-ce que les “pans de Sa robe”? Ce sont les anges, les ĂȘtres vivants, Sa suite qui Le suivait. Les pans de Sa robe, c’est ce qui est derriĂšre: “Les pans de Sa robe remplissaient le temple”.
    Des sĂ©raphins se tenaient au-dessus de Lui; ils avaient chacun six ailes: deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.
    Ils criaient l’un Ă  l’autre et disaient: Saint, saint, saint est l’Éternel des armĂ©es! Toute la terre est pleine de Sa gloire!
    Les portes furent Ă©branlĂ©es dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumĂ©e.

284     Cela montre que tous ces hommes ont eu la mĂȘme vision. “Saint, saint, saint!”. Ces ĂȘtres vivants sont infatigables: jour et nuit ils crient: “Saint, saint, saint est l’Éternel!”.

285     Revenons un moment en arriĂšre afin d’ĂȘtre sĂ»rs d’avoir bien compris qui sont ces personnages. La premiĂšre fois que ces gardiens sont mentionnĂ©s, c’est dans la GenĂšse. Et rappelez-vous que tout ce que nous prĂȘchons doit se retrouver de la GenĂšse Ă  l’Apocalypse. Si vous voulez me poser une question, venez me la poser! Ce doit ĂȘtre la Bible entiĂšre, et pas seulement une partie, parce que Dieu ne change pas! Ce qu’Il Ă©tait dans la GenĂšse, Il l’est aujourd’hui, et Il l’était dans les Ăąges intermĂ©diaires. Il est toujours Le mĂȘme! Dans la GenĂšse, quand ces chĂ©rubins
 C’est ainsi que j’ai fini par trouver qui Ă©taient ces ĂȘtres vivants: j’ai dĂ» retourner en arriĂšre pour dĂ©couvrir ce qu’ils Ă©taient au commencement.

286     Prenons un instant GenĂšse 3.24. Aimez-vous cela? [L’auditoire rĂ©pond «Amen!» — N.D.É.] Bien! Commençons au verset 22. J’aime vraiment cela! C’est quelque chose que je veux simplement introduire ici, un petit supplĂ©ment, mais il se peut que cela vous fasse beaucoup de bien un jour.
    L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous


287     Maintenant, mes bien-aimĂ©es et trĂšs chĂšres soeurs, ne pensez pas que je veuille jeter une ombre sur la loyautĂ© et la grĂące du prĂ©cieux joyau qu’est la femme. J’essaie de montrer ici ce qu’une femme
 Et vous, les femmes qui Ă©coutez cet enregistrement, je ne vous mĂ©prise pas, je ne suis qu’un serviteur du Seigneur dont le rĂŽle est d’apporter la lumiĂšre. La chose la plus vile, la plus immorale, la plus souillĂ©e qu’il y ait sur terre, c’est une femme quand elle est mauvaise. Mais le joyau le plus prĂ©cieux pour un homme en dehors du salut est une femme de bien. Mais ce que je vais dire maintenant concerne les femmes immorales, corrompues. Et, pendant que nous y sommes, je voudrais aussi vous montrer pourquoi la Bible enseigne que les femmes ne doivent pas ĂȘtre prĂ©dicateurs, pasteurs ou quoi que ce soit d’autre dans l’église. Écoutez ceci:
    L’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous (Il n’a jamais dit: “La femme est devenue comme l’un de nous, mais: l’homme est devenu comme l’un de nous) pour la connaissance du bien et du mal (pas la femme; elle a Ă©tĂ© sĂ©duite. Comprenez-vous cela?).

288     Paul a dit:
    Je ne permets pas Ă  la femme d’enseigner, ni de prendre de l’autoritĂ© sur l’homme
 car Adam a Ă©tĂ© formĂ© le premier et ensuite Ève; et ce n’est pas Adam qui a Ă©tĂ© sĂ©duit, c’est la femme qui, sĂ©duite, s’est rendue coupable de transgression.
    Ainsi, elle n’est pas devenue comme “l’un de nous”. Elle ne connaissait pas la diffĂ©rence, elle a Ă©tĂ© sĂ©duite. Comprenez-vous? Si oui, dites: «Amen!». [l’auditoire rĂ©pond: «Amen!» — N.D.É.]
    â€Šl’Éternel Dieu dit: Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. EmpĂȘchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger et de vivre Ă©ternellement.
    Et l’Éternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultivĂąt la terre d’oĂč il avait Ă©tĂ© pris.
    C’est ainsi qu’il chassa Adam; et il mit Ă  l’orient du jardin d’Eden des chĂ©rubins qui agitent une Ă©pĂ©e flamboyante (voyez-vous les quatre animaux? Il n’y a que quatre directions vers lesquelles vous puissiez aller: l’est, le nord, l’ouest et le sud; ces chĂ©rubins avaient une Ă©pĂ©e flamboyante et se tenaient Ă  la porte du jardin) 
pour garder le chemin de l’arbre de vie (parce que si un homme prenait de l’arbre de Vie, il pouvait vivre Ă©ternellement).

289     Ces chĂ©rubins mentionnĂ©s ici pour la premiĂšre fois Ă©taient placĂ©s Ă  la porte orientale du jardin, allant dans les quatre directions. J’aurais dessinĂ© cela un peu diffĂ©remment: je n’arrive pas Ă  le faire cadrer correctement avec la disposition de Dieu et ces choses
 j’aimerais que vous compreniez bien ce que je veux dire. Voici le jardin d’Eden. Et voici la porte, elle est grande ouverte, et Ă  cette porte il y avait les chĂ©rubins. Rappelez-vous qu’il n’est pas dit “UN chĂ©rubin”, mais “DES chĂ©rubins”. Les chĂ©rubins Ă©taient placĂ©s lĂ  pour garder quoi? L’Arbre de Vie! Ils devaient garder le chemin qui mĂšne Ă  l’Arbre de Vie! Qui est le Chemin? JĂ©sus! D’oĂč est-il reflĂ©tĂ©? Ici, il y a le lieu saint; lĂ , il y a les chĂ©rubins.

290     Notez bien cela. Ici, il y a le lieu trĂšs Saint; ici, il y a le lieu saint; et ici, il y a la mer. Ici, il y a les sept lampes qui rĂ©flĂ©chissent la LumiĂšre depuis ici jusque lĂ , lĂ , lĂ , lĂ , et lĂ . Vous voyez? Que reflĂštent-elles? Elles montent la garde et reflĂštent par le feu de Dieu le chemin qui mĂšne Ă  l’Arbre de Vie. Vous voyez, cela ne peut venir d’ici (les sĂ©minaires PresbytĂ©riens ou PentecĂŽtistes), cela doit venir d’ici, reflĂ©tant la LumiĂšre. Bien!

291     Remarquez que ces chĂ©rubins que Jean a vus devaient avoir de l’intĂ©rĂȘt Ă  garder l’Arbre de Vie, donc ils devaient aussi avoir de l’intĂ©rĂȘt pour les hommes. Lisez la GenĂšse, revenez Ă  la GenĂšse: “Ils gardaient l’Arbre de Vie, ils gardaient le chemin de la Vie”. Le chemin de la Vie! Quel est ce chemin? JĂ©sus a dit: “Je suis le Chemin. Je suis le Pain descendu du Ciel d’auprĂšs de Dieu. Si un homme mange de ce Pain, il vivra Ă©ternellement”. Maintenant, un chemin a Ă©tĂ© ouvert pour retourner vers cet Arbre de Vie. Vous saisissez?

292     Cela, c’est un autel, et je voudrais vous le montrer de maniĂšre que vous en soyez bien certains. Cela a dĂ» ĂȘtre un autel dans le jardin d’Eden. Je vais vous dire pourquoi. Vous rappelez-vous que CaĂŻn et Abel sont montĂ©s tous les deux pour adorer? Cela nous montre que l’autel de Dieu avait Ă©tĂ© dĂ©placĂ© et mis Ă  l’entrĂ©e du jardin d’Eden, et le seul moyen de retourner en Eden est par l’autel. Nous voilĂ  de retour au mĂȘme point: le retour en Eden se fait par l’autel. Les chĂ©rubins devaient garder le chemin de l’autel afin que l’on ne puisse y retourner avant qu’il ait Ă©tĂ© couvert par le Sang.

293     (Ô Dieu! les gens ne peuvent-ils donc pas voir cela?) Vous voyez, il n’y avait rien d’autre que le Sang! Il faut qu’il y ait une expiation, un trĂŽne de la grĂące. Cet autel du jugement devait devenir un trĂŽne de grĂące. Quand le Sang sera retirĂ© de dessus l’autel le jour du jugement, le feu de la colĂšre de Dieu sera de nouveau lĂ  pour garder cet Arbre. La seule porte par laquelle on pourra rentrer dans le jardin d’Eden sera le Sang de JĂ©sus-Christ. Vous comprenez?

294     Maintenant, remarquez ceci. Voici CaĂŻn et voici Abel. Ces deux hommes se sont rendus Ă  cette porte pour adorer, n’est-ce pas? Donc ce devait ĂȘtre l’autel de Dieu. Mais devant cet autel, ils bĂątirent un substitut, un autre autel. Ici, c’est le vĂ©ritable autel de Dieu; il est dans le coeur de l’homme. Et lĂ , il y a un autre autel qui reprĂ©sentait le lieu trĂšs saint dans le lieu saint.

295     Oh, je parlerais bien en langues! Gloire Ă  Dieu! Ne pouvez-vous pas voir que c’est parfait? ConsidĂ©rez cela! Si je dis cela, c’est parce que je ne peux pas trouver assez de mots dans ma propre langue pour exprimer mes sentiments. Il me faut trouver quelque chose pour les exprimer.

296     Comme le disait frĂšre Rowe qui fut diplomate sous quatre ou cinq prĂ©sidents: «FrĂšre Branham, je suis venu un soir Ă  une rĂ©union. Je ne savais pas quoi faire, j’étais dehors. J’ai aimĂ© le Seigneur toute ma vie. J’étais Épiscopalien. Je pensais connaĂźtre le Seigneur. Un soir, je m’approchai de la tente: je ne savais que faire. Pour rien au monde je ne serais entrĂ©, mais j’ai entendu apporter la Parole. Oh, Elle a commencĂ© Ă  entrer en moi! J’ai d’abord fait les cent pas Ă  l’extĂ©rieur de la tente, allant et venant. Mais lorsqu’il y eut l’appel Ă  l’autel, je n’y tins plus: ne prenant pas le temps de passer par la porte, je rampai sous la toile, me glissai Ă  l’intĂ©rieur, puis courus vers l’autel oĂč je me jetai Ă  terre en criant: Seigneur, je suis un pĂ©cheur! Alors, Il me remplit de Son Saint-Esprit!».

297     Il me dit: «Je sais parler huit langues!». Il est diplomate, et il l’a toujours Ă©tĂ© depuis le PrĂ©sident Woodrow Wilson. Il a Ă©tĂ© diplomate Ă  l’étranger de chacun de nos prĂ©sidents, et il peut parler n’importe quelle langue Ă©trangĂšre. Il m’a dit: «Je connais pratiquement toutes les langues Ă©crites connues dans le monde». Mais il a ajoutĂ©: «J’étais tellement rempli de la gloire de Dieu que je ne pouvais utiliser aucune d’entre elles pour Le louer, aussi le Seigneur m’en a donnĂ© une toute neuve venue du Ciel pour Le louer». Oh! c’est cela!

298     Ils gardaient cette entrĂ©e. CaĂŻn et Abel Ă©taient montĂ©s pour adorer. Par consĂ©quent, ce que ces chĂ©rubins gardaient devait ĂȘtre un autel.

299     Il y a encore une autre preuve. Examinez ce que dit la Bible! Je devrais vous faire lire ce passage, mais vous le trouverez dans la GenĂšse. Vous voyez, CaĂŻn s’est Ă©loignĂ© de la prĂ©sence de l’Éternel, de la porte du jardin. Donc la prĂ©sence du Seigneur devait ĂȘtre Ă  l’autel, et l’autel Ă  la porte. Gloire Ă  Dieu! Bien! Dieu demeure auprĂšs de Son autel. Ainsi, CaĂŻn s’est Ă©loignĂ© de la prĂ©sence du Seigneur, de ce lieu. Vous voulez la rĂ©fĂ©rence? C’est GenĂšse 4.16, si vous voulez le noter. Avez-vous notĂ© cela?

300     Mais il y a encore quelque chose que je voudrais dessiner ici. J’espĂšre que vos haricots ou ce que vous avez mis Ă  cuire n’est pas en train de brĂ»ler! Laissez-les brĂ»ler, tant pis, ils pĂ©riront de toute façon! Pensons Ă  ce qui est ici, c’est cela la chose rĂ©elle!

301     MoĂŻse a Ă©tĂ© enlevĂ© au Ciel, il a Ă©tĂ© ĂŽtĂ© de la terre et est montĂ© au Ciel oĂč il a vu l’autel de Dieu. N’est-ce pas vrai? J’essaie de vous prouver ce que j’avance. Vous comprenez ce que j’essaie de faire, n’est-ce pas? Bien! Il monta dans la prĂ©sence de Dieu. Et quand il redescendit de la prĂ©sence de Dieu, Dieu lui dit: “Fais tout sur la terre d’aprĂšs le modĂšle que tu as vu dans le Ciel”. N’est-ce pas? Bien.

302     Lorsqu’il fit l’arche de l’alliance, il mit deux chĂ©rubins pour la garder. Comprenez-vous ce que c’est? C’était l’autel, la garde du TrĂŽne. Des deux chĂ©rubins, Dieu dit: “Fais-les d’or battu et fais en sorte que leurs ailes se touchent comme ceci”, parce que c’est exactement ce que MoĂŻse avait vu dans le Ciel.

303     C’est exactement ce que Jean a vu dans le Ciel lorsqu’il vit ces quatre gardiens de l’arche. Les chĂ©rubins sont les gardiens du trĂŽne de la grĂące.

304     Si vous voulez lire ce passage (nous n’avons pas le temps de le lire ici), c’est Exode 25.10 Ă  22.

305     Ils gardent le trĂŽne de la grĂące quand Dieu est dans la gloire de Sa ShĂ©kina. OĂč Ă©tait la gloire de la ShĂ©kina? Sur le propitiatoire, n’est-ce pas? ils gardaient la gloire de la ShĂ©kina. Oh! Ă©coutez, mes amis! Cela nous montrera que n’importe quel vaurien ne peut venir lĂ  et avoir part Ă  cela. Vous devez ĂȘtre prĂ©parĂ© avant d’entrer dans cette PrĂ©sence.

306     Regardez Aaron; c’est un type. Rappelez-vous que l’assemblĂ©e en ce temps-lĂ  ne pouvait en aucune façon s’approcher du lieu trĂšs saint. Mais Aaron, combien de fois y entrait-il? Une fois par an! Et il devait porter certains vĂȘtements fabriquĂ©s par certaines mains, un genre particulier de vĂȘtements. Il devait ĂȘtre habillĂ© de cette façon. Il y avait des grenades et des clochettes qui, Ă  chacun de ses pas, proclamaient: “Saint, saint, saint est l’Éternel!”. Il s’approchait du trĂŽne de la grĂące (du propitiatoire) avec le sang.

307     Et il devait ĂȘtre oint d’une certaine huile, parfumĂ© d’un certain parfum fait avec la rose de Saron. Et c’était JĂ©sus qui Ă©tait cette Rose de Saron. Une rose, c’est quelque chose de beau, elle a du parfum en elle. Mais avant que le parfum sorte, la rose doit ĂȘtre Ă©crasĂ©e: alors le parfum est extrait de la rose. La vie de JĂ©sus fut la plus belle vie jamais vĂ©cue. Mais Il ne pouvait demeurer ainsi, parce qu’Il devait oindre Son Église afin qu’elle puisse s’approcher de Sa SaintetĂ©; c’est pourquoi Sa Vie dut ĂȘtre extraite. Alors, le mĂȘme Saint-Esprit qui Ă©tait sur Lui est placĂ© sur l’Église et Il manifeste JĂ©sus-Christ, la Rose de Saron, avec Son parfum, comme Ă©tant le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. La personne qui s’approche de ce lieu trĂšs saint doit ĂȘtre ointe du mĂȘme Saint-Esprit. Et tandis qu’elle s’avance, elle proclame: “Saint, saint, saint
 (non pas avec un cigare Ă  la bouche) 
 saint
 (pas avec un col blanc) 
 saint, saint, saint!” mais revĂȘtue de la saintetĂ© de JĂ©sus-Christ. Comme Tu es merveilleux! Oh!

308     Voyons ce trĂŽne de la grĂące. Le trĂŽne de la grĂące est dans le coeur, c’est le trĂŽne oĂč brille Sa gloire dans tous Ses enfants, la gloire de la ShĂ©kina dans le coeur humain. Ici, c’est le coeur humain, n’est-ce pas? Est-ce le trĂŽne de la grĂące? Comment passe-t-on de ceci Ă  cela au travers de ces divers systĂšmes? Par la volontĂ© personnelle! Qu’est-ce qui entre ici et passe par lĂ ? La gloire de la ShĂ©kina! Qu’est-ce qu’on appelle gloire de la ShĂ©kina? C’est la PrĂ©sence de Dieu! C’est dans sa marche qu’un homme ou une femme reflĂšte la gloire de la ShĂ©kina. Il ne va pas dans les salons de jeu, se conduisant mal et reniant la Parole. Peu importe ce que disent les gens, son coeur est fixĂ© sur une seule chose: Dieu. Et s’il est vraiment appelĂ© de Dieu, alors JĂ©sus-Christ Se reflĂšte au travers de lui par la gloire de la ShĂ©kina, et il fait les mĂȘmes oeuvres que JĂ©sus a faites autrefois, manifestant le mĂȘme Évangile, prĂȘchant la mĂȘme Parole, la mĂȘme Parole Ă©tant manifestĂ©e dans la mĂȘme mesure qu’autrefois; aujourd’hui est donnĂ©e la mĂȘme mesure que le jour de PentecĂŽte.

309     Le trĂŽne de la grĂące
 ÉzĂ©chiel et Jean ont vu tous deux les mĂȘmes choses. Maintenant nous sommes presque Ă  la fin, nous allons y arriver dans un instant. Et c’est ici que je voudrais que vous saisissiez quelque chose. Oh, je vous en prie, ne le manquez pas! Combien savent que ces chĂ©rubins Ă©taient des crĂ©atures vivantes et non des bĂȘtes? Ils Ă©taient d’un ordre supĂ©rieur.

310     Un ange est-il d’un ordre supĂ©rieur ou infĂ©rieur Ă  celui d’un homme? Lequel est le plus grand, un fils de Dieu ou un ange? Un fils de Dieu! Lequel Dieu prĂ©fĂšre-t-Il entendre, un ange qui se tient devant Lui pour intercĂ©der, ou l’un de vous qui intercĂšde? L’un de vous tous, parce que vous ĂȘtes des fils et des filles! Eux ne sont que des serviteurs. Eux sont des serviteurs, mais vous ĂȘtes des fils et des filles. Aussi, voyez quelle autoritĂ© vous avez! C’est le moment de l’utiliser!

311     Je voudrais que vous remarquiez comme c’est beau! Oh, je vais sauter certaines de ces choses pour en arriver Ă  ceci. Prenez vos crayons, car voici ce que je voudrais vraiment que vous dessiniez. [FrĂšre Branham dessine au tableau — N.D.É.] Il vaudrait peut-ĂȘtre mieux que je le fasse plus petit. Voici IsraĂ«l pendant leur voyage, pendant qu’ils campaient; faites bien attention: voici leur camp. Un, deux, trois; un deux, trois; un, deux, trois; un, deux, trois. C’est ainsi qu’ils campaient autour du trĂŽne de la grĂące. Vous savez tous cela, vous l’avez vu dans l’Ancien Testament.

312     Au cĂŽtĂ© est, Ă  l’orient, Ă  cet endroit-ci
 (je vais l’écrire pour ĂȘtre certain que vous compreniez). À l’orient, il y avait toujours Juda. Juda, c’est la porte. Il Ă©tait Ă  la tĂȘte de trois tribus avec sa banniĂšre; trois tribus avec la banniĂšre de Juda. Avez-vous vu le film “Les Dix Commandements” de Cecil B. de Mille? Bien! D’ailleurs, vous pouvez lire dans l’Écriture que c’était Juda qui Ă©tait Ă  l’orient. Bien!

313     Au cĂŽtĂ© ouest, ici (veuillez le noter; vous pouvez lire dans l’Exode dans quel ordre ils sont sortis) il y avait ÉphraĂŻm. Il y avait trois tribus sous sa banniĂšre. Bien, ÉphraĂŻm.

314     Au sud, il y avait Ruben, trois tribus avec leur banniĂšres.

315     Enfin, au nord, il y avait Dan, trois tribus et leurs banniĂšres. Bien!

316     C’est ainsi qu’ils campaient. Souvenez-vous de cela. Lisons maintenant dans l’Apocalypse pour que vous compreniez exactement. Je reviens au verset 7:
    Et le premier animal est semblable Ă  un lion; et le second animal, semblable Ă  un veau; et le troisiĂšme animal a la face comme d’un homme; et le quatriĂšme animal est semblable Ă  un aigle volant.
    Et les quatre animaux, chacun d’eux ayant six ailes, sont, tout autour et au-dedans, pleins d’yeux; et ils ne cessent de dire, jour et nuit: Saint, saint, saint, Seigneur, Dieu, Tout-puissant, celui qui Ă©tait, et qui est, et qui vient.
    Et quand les animaux rendront gloire et honneur et action de grĂąces Ă  celui qui est assis sur le trĂŽne, Ă  celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles, les vingt-quatre anciens tomberont sur leurs faces devant celui qui est assis sur le trĂŽne, et se prosterneront devant celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles;
    et ils jetteront leurs couronnes devant le trĂŽne, disant: Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, et l’honneur, et la puissance; car c’est toi qui as crĂ©Ă© toutes choses, et c’est Ă  cause de ta volontĂ© qu’elles Ă©taient, et qu’elles furent crĂ©Ă©es.

317     Maintenant, regardez ceci. Du cĂŽtĂ© est, Ă  l’orient, quelle sorte de face a-t-il vu? L’avez-vous remarquĂ©? C’était un lion; c’était cela, la banniĂšre. C’était la banniĂšre, l’étendard de Juda. Et JĂ©sus est sorti de la tribu de Juda, Il est le Lion de la tribu de Juda. C’est vrai!

318     Combien connaissent le zodiaque? Beaucoup parmi vous savent ce que c’est; ce sont les Ă©toiles. C’est la premiĂšre Bible de Dieu. Par quoi commence-t-il, quel est le premier signe du zodiaque? C’est la vierge, n’est-ce pas? Et quel est le dernier? Leo, le lion. C’est la premiĂšre et la seconde venue de Christ: tout est reprĂ©sentĂ©! On a atteint l’ñge du signe croisĂ©, l’ñge du cancer, et nous y sommes maintenant.

319     Au sujet de la pyramide construite du temps d’Enoch, remarquez que chaque pierre s’y trouvait. Ils pouvaient mesurer ces choses parfaitement, annoncer les guerres et les Ă©vĂ©nements. Seule manque la pierre de faĂźte. Tout y est, sauf la pierre de faĂźte. Pourquoi? Avez-vous examinĂ© le billet d’un dollar? Sortez-en un et regardez: la pierre de faĂźte est absente. Pourquoi la pyramide n’a-t-elle jamais Ă©tĂ© coiffĂ©e de la pierre de faĂźte? Christ est la Pierre de faĂźte qui a Ă©tĂ© rejetĂ©e, Il Ă©tait la Pierre de faĂźte rejetĂ©e. Mais il va bientĂŽt revenir. Observez combien cette Église, dans l’ñge LuthĂ©rien, Ă©tait large Ă  la base. Puis elle est devenue une minoritĂ©, de plus en plus petite jusqu’à la fin; aprĂšs avoir quittĂ© l’ñge de PentecĂŽte, elle s’est amenuisĂ©e jusqu’à ce que chaque pierre vienne s’ajuster exactement afin de pouvoir s’emboĂźter parfaitement Ă  la Pierre de faĂźte, une Église qui manifestera JĂ©sus comme Ă©tant Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement, une Église parfaite! Il Ă©tait donc le Lion de la tribu de Juda.

320     Tous ceux qui ont lu la Bible savent que Dan Ă©tait un aigle! C’est vrai. Il Ă©tait un aigle. Lisez la Bible. C’était un aigle!

321     Pour Ruben, c’était l’homme. Il Ă©tait l’aĂźnĂ©, le plus mauvais de tous. Jacob ne le dit-il pas dans GenĂšse 49:
    Ruben, tu es les prĂ©mices de ma vigueur
 impĂ©tueux comme les eaux, tu n’auras pas la prĂ©Ă©minence, car tu es montĂ© sur la couche de ton pĂšre, et tu as souillĂ© ma couche en y montant.
    Il a vĂ©cu avec la concubine de son pĂšre. C’est l’immoralitĂ© de l’ĂȘtre humain. L’animal, le lion et tous les autres n’ont rien d’immoral; mais l’homme, oui; il va avec la femme de son prochain. C’est exactement pareil, tout se complĂšte.

322     Donc celui-ci, Dan, Ă©tait un aigle. Et celui-ci, Ruben, c’était la face de l’homme. EphraĂŻm est le boeuf. Voyez-vous le tableau maintenant? C’est ainsi qu’ils campaient selon la Bible.

323     Remarquez que Dan est le chef de trois tribus, Juda est le chef de trois tribus, Ruben est le chef de trois tribus, et EphrĂ ĂŻm est le chef de trois tribus. Quatre fois trois font douze, les douze tribus d’IsraĂ«l. Chacune a sa banniĂšre; l’emblĂšme de Juda est le lion; l’emblĂšme de Ruben, l’homme; celui d’ÉphraĂŻm, le boeuf, et celui de Dan, l’aigle.

324     Revenons maintenant Ă  ce que dit Jean: lisons-le juste pour voir si au Ciel ce n’est pas pareil.
    Et le premier animal est semblable Ă  un lion; et le second animal est semblable Ă  un veau; et le troisiĂšme animal a la face comme d’un homme; et le quatriĂšme animal est semblable Ă  un aigle volant.

325     Ce sont exactement les tribus d’IsraĂ«l qui campent autour et montent la garde, les gardiens terrestres veillant sur l’accĂšs Ă  l’arche. AllĂ©luia! Ne comprenez-vous pas cela?

326     Ici, il y a le trĂŽne de la grĂące. Personne ne pouvait s’approcher du trĂŽne de la grĂące autrement qu’en passant au travers de ces tribus. Passer au travers de quoi? Du lion; de l’homme, de l’intelligence humaine; passer par le dur labeur du boeuf; passer par l’aigle et sa rapiditĂ©. Les Cieux, la terre, entre-deux et tout autour: c’étaient des gardiens. Et au-dessus il y avait la Colonne de Feu. FrĂšres, personne ne pouvait toucher ce trĂŽne de la grĂące sans passer par eux.

327     La seule maniĂšre de pouvoir en approcher Ă©tait par le sang. Aaron y entrait une fois par an avec le sang. Comprenez-vous maintenant? Ecoutez! Chaque chef de trois tribus gardait le trĂŽne de la grĂące de l’Ancien Testament. L’avez-vous tous notĂ©? Mais, frĂšres, il y a encore quelque chose de nouveau. Ecoutez ceci, puis nous terminerons. Rappelez-vous ces gardiens de l’Ancien Testament. Parmi ceux qui l’ont lu dans la Bible, combien savent que c’est vrai? Ce sont les gardiens de l’Ancien Testament.

328     Mais maintenant nous vivons dans un autre Ăąge. Gloire Ă  Dieu! Oh, j’aime cet Ăąge-ci! Pas vous? Aujourd’hui, Dieu a un trĂŽne de la grĂące qui doit ĂȘtre gardĂ©. Croyez-vous cela? OĂč se trouve le trĂŽne de la grĂące? Dans le coeur de l’homme! Quand est-il venu dans le coeur de l’homme? Le jour de PentecĂŽte, quand le Saint-Esprit, qui est Dieu, est descendu dans le coeur de l’homme. N’est-ce pas vrai? Notons-le ici et soyez prĂȘts Ă  le dessiner si vous le voulez. “PentecĂŽte”
 je vais Ă©crire “PentecĂŽte”. Voici le trĂŽne de la grĂące, le Saint-Esprit. Dessinons la colombe ici. Elle garde le trĂŽne de la grĂące. Bien! Et aujourd’hui, est-ce que Dieu a des gardiens pour le trĂŽne de la grĂące? Oui! Regardez comme tout cela se dessine bien!

329     L’autre jour, en voyant cela, j’ai bondi de ma chaise et me suis mis Ă  courir dans la chambre en criant: «Quelle gloire! quelle gloire! quelle gloire!». Cela m’arrive quelquefois de crier ainsi — dans les bois. Soeur Nellie, je crois que si j’agissais ainsi, vous me mettriez Ă  la porte! Oh, j’ai passĂ© un moment glorieux! Maintenant, voici ce que le Seigneur m’a donnĂ©.

330     AprĂšs le jour de PentecĂŽte, quel Livre fut Ă©crit? Celui des Actes du Saint-Esprit, les Actes. N’est-ce pas? Par quoi commencent les Actes, quelle est la premiĂšre chose pour entrer dans le salut? Actes 2.38! C’est la derniĂšre chose que nous allons voir. Ils furent tous remplis du Saint-Esprit et se mirent Ă  parler en d’autres langues. Pierre se leva et leur prĂȘcha un sermon. Ils demandaient: “Que ferons-nous? Comment faire pour entrer dans cela?”. Pierre leur rĂ©pondit (Actes 2.38):
    Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au nom de JĂ©sus-Christ pour le pardon de vos pĂ©chĂ©s, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.

331     Rappelez-vous que Dieu a Ă©tabli des gardiens autour du trĂŽne de la grĂące. Quels sont ces gardiens? Matthieu Ă  l’orient, Luc, Marc et Jean. Leurs quatre Évangiles confirment le Livre des Actes Ă  venir, ils le gardent en quelque passage que vous vouliez examiner.

332     Prenons-en un, juste un, car nous n’avons pas le temps. J’en ai notĂ© plus de vingt, mais prenons-en seulement un sur ce sujet du salut. Aurons-nous le temps de prier? Non, il est une heure, aussi je crois que nous n’aurons pas le temps, Ă  moins que vous vouliez tous que l’on prie pour les malades. Moi, j’ai le temps! [Un frĂšre dit: «Prenez toute la journĂ©e!» — N.D.É.] Bien!

333     Remarquez ceci: Matthieu, Marc, Luc et Jean, qu’est-ce que c’est? C’est un nombre terrestre, quatre, les quatre Évangiles. Bien! Pensez-y.

334     Prenez Matthieu 28-19. C’est le passage auquel vous vous rĂ©fĂ©rez, vous les Trinitaires. Matthieu 28-19. Bien! Il est dit dans Matthieu, Ă  la fin du chapitre:
    Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit; mais le jour de PentecĂŽte, Pierre dit: “Repentez-vous et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus!

335     Il y a lĂ  quelque chose qui ne joue pas! “Matthieu, es-tu vraiment ce gardien de la porte orientale?”.

336     Comment est la porte? Qu’est-ce que la porte? C’est JĂ©sus. Et JĂ©sus a dit: “Étroite est la porte”. N’est-ce pas? “Étroite”. C’est comme un “dĂ©troit”. [en anglais, on emploie le mot STRAIT, qui signifie aussi bien Ă©troit que dĂ©troit — N.D.T.] LĂ  oĂč il y a un dĂ©troit, il y a de l’eau. L’eau est la porte! Comment y entre-t-on? “Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au nom de JĂ©sus-Christ!”. C’est la clef qui ouvre la porte!

337     â€” «Mais, frĂšre Branham, il y a Matthieu 28.19!». C’est parfaitement vrai! “Mais Matthieu, en es-tu un des gardiens?”. — “Bien sĂ»r, j’en suis un gardien permanent!”.

338     Mais prenez Matthieu 1.18 et voyez ce qui est Ă©crit, voyez s’il garde cela. Voyez si Matthieu 1.18 garde Matthieu 28.19 et Actes 2.38. Voyez s’il le garde:
    Voici de quelle maniĂšre arriva la naissance de JĂ©sus-Christ.

339     Les hommes disent: «Voici Dieu le PĂšre, Dieu le Fils, Dieu le Saint-Esprit».
    Voici de quelle maniĂšre arriva la naissance de JĂ©sus-Christ. Marie, sa mĂšre, ayant Ă©tĂ© fiancĂ©e Ă  Joseph, se trouva enceinte par la vertu du Saint-Esprit, avant qu’ils eussent habitĂ© ensemble.

340     Qui est le PĂšre? Cela fait de ces deux Un Seul!
    Et Joseph, son Ă©poux, qui Ă©tait un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrĂštement avec elle.
    Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit (vous voyez?);
    elle enfantera un fils, et on lui donnera le nom de?
 [«Emmanuel!», rĂ©pond l’auditoire — N.D.É.].

341     Monte-t-il la garde? PĂšre, Fils et Saint-Esprit ne sont que des titres appartenant Ă  ce seul Nom. Les gardiens se tiennent lĂ  pour Ă©tayer cela. Vous comprenez? Combien savent cela? VoilĂ ! Il est un gardien.

342     J’ai encore toute une liste de passages sur le salut. Mais si nous voulons faire une ligne de priĂšre dans un moment, dans environ dix minutes, essayons d’aborder autre chose ici juste un instant. Prenons quelques versets que j’ai notĂ©s ici. Les voici. Bien!

343     Prenons Matthieu et voyons s’il va monter la garde autour de la guĂ©rison Divine. PrĂ©parez vos crayons si vous voulez prendre des notes. Bien! Voyons si Matthieu monte la garde. Matthieu 10.1.

344     Prenons aussi un ou deux passages de Jean, par exemple Jean 14.12 et 15.7.

345     Voyez s’ils gardent la guĂ©rison Divine autour du trĂŽne de Dieu. Il y a aussi Marc 16, Marc 11.21 et 22.

346     Nous pouvons voir Ă©galement Luc 10.1 Ă  12 et Luc 11.29 Ă  31. Lisez quelques-uns de ces passages et voyez s’ils gardent l’accĂšs Ă  la guĂ©rison Divine de la mĂȘme maniĂšre qu’ils gardent la porte du baptĂȘme au Nom de JĂ©sus. Nous pouvons le trouver dans chacun d’eux. C’est vrai!

347     Mais revenons en arriĂšre et voyons Matthieu 10.1. Nous allons terminer dans cinq ou dix minutes tout au plus, le Seigneur voulant. Bien! Prenons Matthieu 10 et voyons si Matthieu garde les Actes des apĂŽtres.

348     Pensiez-vous que Dieu n’aurait pas placĂ© une garde autour de Sa Parole? Voici le boeuf, le lion, l’homme, l’aigle. La garde ne se tient-elle pas Ă  cette porte, ici mĂȘme, sur cette terre, en cet instant mĂȘme? Ce sont les Évangiles, les quatre Évangiles! Vous remarquerez que dans quelque direction qu’ils aillent, ils vont droit devant eux. Ils ne se contredisent pas l’un l’autre, ils restent ensemble. Vous voyez? L’un avance avec la sagacitĂ© d’un homme; l’autre avance avec la rapiditĂ© d’un aigle. L’un est Ă©vangĂ©liste pour voler comme l’évangĂ©liste; l’autre est un pasteur; le troisiĂšme est vigoureux; le dernier est sagace. Vous voyez, il y a un gardien de chaque cĂŽtĂ©, Dieu garde cet Évangile du Saint-Esprit! Croyez-le, mes frĂšres!

349     Prenons maintenant Matthieu 10.1.
    Puis, ayant appelĂ© ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de

    Ils Ă©taient rĂ©unis dans la chambre haute, Priant tous en Son Nom. Ils furent baptisĂ©s du Saint-Esprit Et la puissance pour servir descendit sur eux; Ce qu’Il fit pour eux ce jour-lĂ , Il le fera aussi pour toi; Je suis si heureux de pouvoir dire Que je suis l’un d’eux!

350     Oh, veuillez calmer les bĂ©bĂ©s encore juste un instant. Écoutez, soyez attentifs.
    â€Šil leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs


351     Beaucoup de pasteurs laissent simplement les esprits impurs rester dans leur Ă©glise; les vĂȘtements des femmes, les parties de cartes, les jeux de loterie, les danses, les repas de bienfaisance
 Quelle pitiĂ©!
    â€Šle pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guĂ©rir toute maladie et toute infirmitĂ©.

352     Discernez-vous ce gardien qui se tient lĂ  Ă  la porte? C’est le gardien de l’Évangile placĂ© lĂ  pour Ă©tayer le livre des Actes.

353     Il n’y a pas longtemps, j’ai rencontrĂ© un homme trĂšs Ă©rudit, un docteur. C’est un brave homme, un cher frĂšre: je lui ai serrĂ© la main. Il disait que les Actes des apĂŽtres n’étaient que la charpente pour l’Église. Oh, autrement dit, il plaçait la charpente Ă  l’extĂ©rieur. Alors que ces Actes des apĂŽtres sont Ă  l’intĂ©rieur, et que les Évangiles sont la charpente qui tient l’ensemble et le protĂšge. Vous voyez comme la pensĂ©e de l’homme peut s’égarer! J’aurais pensĂ© la mĂȘme chose si Dieu n’était pas intervenu.

354     PentecĂŽte n’est pas la charpente de l’Évangile! Ce sont les quatre Évangiles qui sont la charpente qui Ă©taie PentecĂŽte! PentecĂŽte est venue Ă  l’existence aprĂšs que cette charpente ait Ă©tĂ© dressĂ©e. N’est-ce pas vrai? Qu’est-ce qui est venu en premier, le livre des Actes ou les apĂŽtres? Les apĂŽtres! JĂ©sus est venu en faisant des oeuvres et en prĂ©disant ce qui arriverait; puis Matthieu, Marc, Luc et Jean, ces quatre gardiens, sont venus et ont Ă©crit tout ce qu’ils ont vu arriver, le racontant comme ils l’ont vu et comment cela allait se passer, ce qui allait arriver. Tous ensemble, ils ont Ă©levĂ© la charpente autour de Cela, et alors c’est arrivĂ©! Matthieu, Marc, Luc et Jean forment la charpente ou la garde qui protĂšge le temple principal, le trĂŽne, la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte.

355     Je ne parle pas de la dĂ©nomination PentecĂŽtiste, frĂšres et soeurs; elle a reculĂ© et est complĂštement en dehors de tout cela. Elle est bien plus en arriĂšre que toute autre Ă©glise. Ils sont plus Ă©loignĂ©s que ne l’étaient les LuthĂ©riens qui, eux, ont gardĂ© une position un petit peu meilleure qu’eux. — Gene, c’est parfaitement exact, parce que je n’ai pas vu JĂ©sus mis Ă  la porte de l’église luthĂ©rienne et essayant d’y entrer. D’ailleurs, je crois qu’Il ne S’y trouvait mĂȘme pas! Par contre, Il a Ă©tĂ© dans l’église de la PentecĂŽte, mais Il a Ă©tĂ© mis dehors. C’est vrai! Nous venons de le voir dans Matthieu 10.1.

356     Prenons maintenant Jean 14.12 et voyons si Jean ne va pas confirmer et garder les choses prĂ©cieuses de PentecĂŽte. C’est JĂ©sus qui parle.
    En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au PĂšre.

357     Oh, frĂšres, cet aigle se tenait lĂ  prĂšs de cette porte, parce que c’est le ministĂšre Ă©vangĂ©lique, vous savez. Il volait comme un aigle. Avec cĂ©lĂ©ritĂ© il s’élĂšve lĂ -haut dans les rĂ©gions prophĂ©tiques, prĂ©disant des choses, annonçant les choses qui Ă©taient, qui sont et qui viennent. Il se tient lĂ , montant la garde et disant: “Les oeuvres que je fais
”. ConsidĂ©rez cet aigle! Vous comprenez?

358     Ici, c’est le lion, et lĂ , le serviteur. JĂ©sus leur donna le pouvoir. Et Il protĂšge Actes 2.38. Il conduit ce lion jusque lĂ .

359     Voici la promptitude de l’Évangile avec cet aigle qui dit: “Ces oeuvres que je fais, vous les ferez aussi! vous en ferez davantage”. Il parcourt le monde entier avec cela! C’est comme les deux tourterelles. La tĂȘte de la premiĂšre Ă©tait arrachĂ©e, et on plaçait l’autre sous le sang en l’aspergeant et proclamant: “Saint, saint, saint est l’Éternel!” pour la purification de la lĂšpre.

360     J’ai encore un passage. Lisons rapidement Jean 15, verset 17:
    Si vous demeurez en moi, et que mes paroles (non pas les paroles du sĂ©minaire!) demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.

361     Est-ce vrai? VoilĂ  encore un endroit oĂč l’Évangile monte la garde! Cette bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte est gardĂ©e par Jean et son Évangile, par Matthieu et son Évangile.

362     Prenons maintenant l’Évangile suivant, Marc, au chapitre 16. Voyons si Marc garde cette bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte. Au verset 14, Il leur parle d’abord de Sa rĂ©surrection.
    Enfin, il apparut aux onze pendant qu’ils Ă©taient Ă  table; et il leur reprocha leur incrĂ©dulitĂ© et la duretĂ© de leur coeur, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui l’avaient vu ressuscitĂ©.

363     Ils n’avaient pas cru ceux qui avaient essayĂ© de leur annoncer le message. C’est la mĂȘme chose aujourd’hui! Il y en a qui ont reçu un tĂ©moignage du Saint-Esprit, mais les gens disent d’eux: «C’est absurde, ce n’est qu’une bande de fanatiques!». JĂ©sus leur reprocha la duretĂ© de leur coeur et leur incrĂ©dulitĂ©, parce qu’ils n’avaient pas cru ceux qui L’avaient reconnu dans Sa rĂ©surrection. Verset 15:
    Puis il leur dit: Allez par toute la terre, et prĂȘchez la bonne nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.

364     Quoi donc? — Oui! PrĂȘcher cela! S’il y a quatre gardiens, il n’y a qu’un seul Évangile: “PrĂȘchez cet Évangile Ă  toute la crĂ©ation!”. Rappelez-vous qu’Il le dit Ă  ces quatre gardiens, Matthieu, Marc, Luc et Jean: “PrĂȘchez l’Évangile Ă  toute la crĂ©ation!”.
    Celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©, mais celui qui ne croira pas sera condamnĂ© (vous voyez, vous devez entrer par le baptĂȘme) — celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©, mais celui qui ne croira pas sera condamnĂ© (oh, mes frĂšres, croyez, je vous en prie!).
    Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru


365     Bien! Voyons maintenant ce que disent les MĂ©thodistes: «Si vous pouvez crier et vivre une vie de bien ». Les Baptistes disent: «Ayez simplement la foi et soyez baptisĂ©s». Les Épiscopaux disent: «Tenez-vous comme un Épiscopal, comme ceci, et inclinez-vous pendant la psalmodie». Les Catholiques disent: «Dites: je vous salue, Marie!». Et les PentecĂŽtistes disent: «Joignez-vous Ă  notre dĂ©nomination. Soyez baptisĂ©s dans les titres de PĂšre, Fils et Saint-Esprit!». VoilĂ  oĂč nous en sommes!
    Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom (pas dans les titres de PĂšre, Fils et Saint-Esprit) ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents: s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal: ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guĂ©ris. (Amen! Oh, frĂšres!)

366     Revenons maintenant Ă  Marc 11 et ensuite nous pourrons terminer. Marc 11, versets 12 et 13. C’est JĂ©sus qui parle. Dans ces versets, ce n’est pas eux, c’est JĂ©sus qui parle.
    Le lendemain, aprĂšs qu’ils furent sortis de BĂ©thanie, JĂ©sus eut faim. Apercevant de loin un figuier


367     Non! c’est plus loin. C’est lorsqu’Il maudit le figuier, Marc 11.21-23.
    Pierre, se rappelant ce qui s’était passĂ©, dit Ă  JĂ©sus: Rabbi, regarde, le figuier que tu as maudit a sĂ©chĂ©.
    JĂ©sus prit la parole et leur dit: Ayez foi en Dieu. Je vous le dis en vĂ©ritĂ© (cela se passe Ă  l’intĂ©rieur), si quelqu’un dit Ă  cette montagne: ĂŽte-toi de lĂ  et jette-toi dans la mer, et s’il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu’il dit arrive, il le verra s’accomplir.

368     La porte sud est gardĂ©e par le boeuf. La porte de l’orient est gardĂ©e par le lion, la porte nord est gardĂ©e par l’aigle qui vole, Jean, l’évangĂ©liste. De ce cĂŽtĂ©-ci, il y a l’homme, Luc, le mĂ©decin.

369     Voyons ce que dit Luc. Luc 10.1 Ă  12; c’est l’ordre de mission. Vous savez tous ce que c’est. Nous n’avons pas le temps de tout lire. Je vais commencer au verset 3:
    Partez; voici, je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac
 (Vous voyez: n’allez pas au nom d’une dĂ©nomination, allez comme Je vous envoie. N’attendez pas l’assurance d’obtenir cent mille dollars pour ce rĂ©veil, sinon vous ne partiriez pas! Eux organisent leurs campagnes, mais JĂ©sus dit: Allez oĂč Je vous envoie). Ne portez ni bourse, ni sac, ni souliers et ne saluez personne en chemin. (Ne vous arrĂȘtez pas pour dire: je vais voir comment ils vont, cela a l’air de bien aller chez eux
 Allez tout droit oĂč Je vous envoie! Ne faites attention Ă  personne d’autre!)
    Dans quelque maison que vous entriez, dites d’abord: Que la paix soit sur cette maison. Et s’il se trouve lĂ  un enfant de paix, votre paix reposera sur lui; sinon elle reviendra sur vous.
    Demeurez dans cette maison-lĂ , mangeant et buvant ce qu’on vous donnera (toutes ces histoires Ă  propos de ne ”pas manger de viande, etc.!” oh, vous voyez?), car l’ouvrier mĂ©rite son salaire.
    N’allez pas de maison en maison” (aujourd’hui, je vais dĂźner chez Untel; demain, j’irai chez ceux-ci, le jour suivant, chez ceux-lĂ , etc. Restez oĂč vous ĂȘtes!)

370     C’est pourquoi, quand je fais une rĂ©union, je vais Ă  l’hĂŽtel et j’y reste. C’est lĂ  seulement que je suis tranquille. Vous voyez? N’allez pas de maison en maison!
    Dans quelque ville que vous entriez, et oĂč l’on vous recevra, mangez ce qui vous sera prĂ©sentĂ©, guĂ©rissez les malades qui s’y trouveront, et dites-leur: le royaume de Dieu s’est approchĂ© de vous.

371     Mais maintenant, lisons le verset suivant:
    Mais dans quelque ville que vous entriez, et oĂč l’on ne vous recevra pas, allez dans ses rues, et dites: Nous secouons contre vous la poussiĂšre mĂȘme de votre ville qui s’est attachĂ©e Ă  nos pieds; sachez cependant que le royaume de Dieu s’est approchĂ©.
    Je vous dis qu’en ce jour, Sodome sera traitĂ©e moins rigoureusement que cette ville-lĂ .

372     Oh, mes frĂšres, quelle assurance bĂ©nie! S’ils ne vous reçoivent pas, partez en disant: «Eh bien, si vous ne voulez pas de moi, je vais secouer la poussiĂšre de mes souliers et continuer ma route». Autrement dit: «Je ne vous ai rien pris! Si j’ai mangĂ© quelque chose, je vous le paierai». Puis vous continuez votre chemin. Il a dit: “En vĂ©ritĂ©â€Šâ€. Chacune de ces villes oĂč ils n’ont pas Ă©tĂ© reçus a sombrĂ© et est aujourd’hui disparue. Mais toutes les villes qui les ont reçus sont encore debout aujourd’hui. VoilĂ !

373     Encore un passage avant de terminer. Lisons Luc 11.29 Ă  31, puis nous terminerons. Oh, j’aime cela!
    Comme le peuple s’amassait


374     Voyons
 Est-ce que c’est bien Luc 11.29? — Oui! Nous y voilĂ !
    Comme le peuple s’amassait en foule, il se mit Ă  dire: Cette gĂ©nĂ©ration est une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante; elle demande un miracle; il ne lui sera donnĂ© d’autre miracle que celui de Jonas.
    Car, de mĂȘme que Jonas fut un signe pour les Ninivites, de mĂȘme, le Fils de l’homme en sera un pour cette gĂ©nĂ©ration.
    La reine du Midi se lĂšvera, au jour du jugement, avec les hommes de cette gĂ©nĂ©ration, et les condamnera, parce qu’elle vint des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour entendre la sagesse de Salomon; et voici, il y a ici plus que Salomon.
    Les hommes de Ninive se lĂšveront, au jour du jugement, avec cette gĂ©nĂ©ration et la condamneront, parce qu’ils se repentirent Ă  la prĂ©dication de Jonas; et voici, il y a ici plus que Jonas.

375     Qu’est-ce que je pourrais encore dire? Je dois terminer, il faut que je laisse le reste de cĂŽtĂ©. Mais en terminant, je veux dire ceci parce que je vous ai gardĂ©s si longtemps. Que dit-Il ici? “Il viendra un temps oĂč une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre (souvenez-vous en!) recherchera un signe. Et celle-ci est une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre”. Et il dit: “Cette gĂ©nĂ©ration recevra un signe”. Quel genre de signe? Le signe de Jonas! “Jonas fut dans le ventre du gros poisson trois jours et trois nuits. De mĂȘme, le Fils de l’homme sera dans le ventre de la terre trois jours et trois nuits”. Qu’est-ce que ce sera? Le signe de la rĂ©surrection. Vous voyez? Le signe de la rĂ©surrection se manifestera dans une gĂ©nĂ©ration mĂ©chante et adultĂšre, et il s’est accompli dans le livre des Actes. JĂ©sus ressuscita des morts, Il est venu dans Pierre, Jacques, Jean et les apĂŽtres, et ils ont fait le Livre des Actes; ce n’étaient pas les actes des apĂŽtres, c’étaient les actes du Saint-Esprit agissant dans les apĂŽtres.

376     Aujourd’hui, ce n’est plus un homme, c’est le Saint-Esprit qui fait les oeuvres au travers de l’homme. Ce n’est pas l’homme; l’homme n’est qu’un vase, mais le Saint-Esprit est l’huile qui est dans ce vase.

377     Regardez ce qu’ils ont fait, regardez les signes de JĂ©sus qu’ils ont accomplis. Ils avaient bien dĂ» faire attention Ă  eux! Pierre et Jean Ă©taient ignorants et illettrĂ©s, mais ils ont dĂ» faire attention Ă  ces signes, car ils avaient Ă©tĂ© avec JĂ©sus! Ils faisaient les choses que JĂ©sus avait faites. Ainsi, vous voyez, les quatre Évangiles gardent la bĂ©nĂ©diction de PentecĂŽte avec chaque verset afin d’étayer parfaitement ce qu’ils ont dit. Et les Actes des apĂŽtres confirment aujourd’hui, avec les quatre Évangiles, que JĂ©sus-Christ est Le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. L’aimez-vous?
    Ils Ă©taient rĂ©unis dans la chambre haute, Priant tous en Son Nom, Ils furent baptisĂ©s du Saint-Esprit, Et la puissance pour servir descendit sur eux; Ce qu’Il fit pour eux ce jour-lĂ , Il le fera aussi pour toi; Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux!

378     Je vais le chanter.
    Ils Ă©taient rĂ©unis dans la chambre haute, Priant tous en Son Nom, Ils furent baptisĂ©s du Saint-Esprit, Et la puissance pour servir descendit sur eux; (c’est ce dont nous avons besoin aujourd’hui) Ce qu’Il fit pour eux ce jour-lĂ , Il le fera aussi pour toi; Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux! Ces gens n’avaient peut-ĂȘtre pas appris Ă  paraĂźtre, (exactement comme Pierre, Jacques et Jean) Ni Ă  se prĂ©valoir d’une renommĂ©e mondaine, Ils avaient tous reçu leur PentecĂŽte, BaptisĂ©s au Nom de JĂ©sus; Et ils disaient maintenant dans le monde entier Que Sa puissance est toujours la mĂȘme qu’autrefois; Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux! Oh, viens mon frĂšre chercher cette bĂ©nĂ©diction Qui purifiera ton coeur du pĂ©chĂ©; Qui fera sonner les carillons de la joie Et qui gardera ton Ăąme enflammĂ©e! Oh, elle brĂ»le maintenant en mon coeur! Oh, gloire Ă  Son Nom! Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux! (AllĂ©luia!) L’un d’eux, je suis l’un d’eux. Je suis si heureux de pouvoir dire que je suis l’un d’eux! [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

379     Cela trompe beaucoup de gens. Beaucoup de gens qui vont Ă  l’église, qui appartiennent aux Ă©glises, ont Ă©tĂ© sĂ©duits comme Eve au commencement. Ils ne connaissent rien d’autre!

380     Oh, venez prendre de l’Arbre de Vie! Au lieu des chĂ©rubins
 Je voudrais vous dire quelque chose. Contrairement Ă  ces chĂ©rubins qui gardent ce trĂŽne, ils sont dehors, essayant d’amener les gens. Ces gardiens du trĂŽne essaient de les faire passer par la porte pour les ramener Ă  l’Arbre de Vie afin qu’ils puissent prendre cela. JĂ©sus a dit: “Je suis le Pain de Vie descendu du Ciel d’auprĂšs de Dieu. Celui qui mange Ma chair et boit Mon Sang a la Vie Ă©ternelle et Je le ressusciterai au dernier jour”. C’est vrai! Oh, je suis si heureux!

381     Combien y a-t-il de malades dans la salle? Veuillez lever la main. Bien! Combien ont reçu
 Ai-je bien compris, Billy? OĂč est-il? À-t-il distribuĂ© des cartes de priĂšre? [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

382     Maintenant, regardez tous ici. C’est exactement comme lorsque cela vient ici sous la Gloire. Vous comprenez? C’est la lumiĂšre lĂ -haut. Venez jusqu’ici. Regardez, ce n’est qu’un reflet, simplement un reflet que vous voyez lĂ . Ce n’est pas la LumiĂšre. La LumiĂšre Se tient ici mĂȘme, au-dessus de cette femme. Je viens juste de La voir et je pensais bien qu’Elle Ă©tait sur quelqu’un.

383     Vous n’en voyez qu’une, mais moi, j’en vois deux. L’une est naturelle, l’autre est surnaturelle. Il y a un homme assis lĂ -bas; il regarde vers cette LumiĂšre. Elle l’a frappĂ©. Il vient de Seymour dans l’Indiana; il a eu une attaque. Si vous croyez, monsieur, Dieu vous guĂ©rira de cette attaque. Amen! Croyez maintenant!

384     Et vous, soeur, croyez-vous de tout votre coeur? Alors, si le Seigneur Dieu, le CrĂ©ateur des cieux et de la terre, me fait faire quelque chose afin de vous prouver que c’est Dieu, croirez-vous de tout votre coeur? Votre malaise est d’origine nerveuse Ă  cause de la mĂ©nopause. Croyez-vous que Dieu va vous guĂ©rir? Vous non plus n’ĂȘtes pas d’ici. [Partie non enregistrĂ©e — N.D.É.]

385     â€Šcroyez-vous qu’Il peut vous guĂ©rir? Mais ce n’est pas vous qui avez besoin d’ĂȘtre guĂ©ri, c’est votre fils. Il est en Virginie. Croyez-vous qu’avec l’aide de Dieu, je puisse dire ce qui ne va pas chez lui? Il a des ulcĂšres. C’est vrai! Et il y a encore autre chose qui ne va pas chez lui: il n’est pas sauvĂ©! Mais vous priez pour lui. Maintenant, Mrs Baker, vous pouvez retourner Ă  Somerset. Croyez de tout votre coeur et JĂ©sus-Christ le guĂ©rira.

386     Ă” Seigneur notre Dieu, je prie pour que Ta grĂące et Ta bontĂ© reposent sur cette assemblĂ©e de gens qui sont restĂ©s attentifs Ă  m’écouter aussi longtemps!

387     Satan, je te dĂ©fie au Nom de JĂ©sus-Christ, sors de ces gens! Ils sont restĂ©s ici pour Ă©couter l’Évangile! tu ne peux plus garder ton emprise sur eux! Que la puissance du diable qui a liĂ© ces gens s’en aille!
EN HAUT