ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication Isra√ęl √† Kad√®s-Barn√©a de William Branham a √©t√© pr√™ch√©e 53-0328 La dur√©e est de: 1 heure 32 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Isra√ęl √† Kad√®s-Barn√©a

1    Dans le Livre des Nombres, vers lequel nous nous sommes dirig√©s hier soir, nous avons quatre √©tapes, trois √©tapes du voyage du p√®lerinage des enfants d'Isra√ęl √† examiner cette semaine, typifiant; comme nous croyons en typologie, typifiant la nouvelle √©glise par l'ancienne; eux dans le naturel, nous dans le spirituel. Le Seigneur nous a rencontr√©s.

2    Nous sommes retourn√©s √† Abraham, Isaac, Jacob, Joseph, et puis √† l'esclavage en √Čgypte.

3    Alors, hier soir, le Seigneur nous a b√©nis et nous les avons fait sortir, les amenant jusqu'√† la Mer Rouge, jusqu'au rocher frapp√©, se tenant l√† devant Dieu.

4    Maintenant, ce soir, nous les amenons √† Kad√®s-Barn√©a jusqu'au si√®ge de jugement devant l'autel d'airain, ou le serpent d'airain, plut√īt.

5    Demain soir, le Seigneur voulant, nous les retrouverons dans la patrie. Oh, l√†, l√†! Sortir, nous allons traverser le Jourdain demain, le Seigneur voulant! Josu√© leur dit: "Rassemblez-vous maintenant, nous allons passer de l'autre c√īt√©." Maintenant, juste avant...

6    Vous savez, il n'y a pas un seul d'entre nous, ni un pr√©dicateur qui n'ait Dieu dans son cŇďur, et qui lorsqu'il regarde les √Čcritures n'ait pas, un peu peur: "Est-ce que je fais les choses par moi-m√™me ou bien le Saint-Esprit est-Il l√† pour me conduire?"

7    Souvenez-vous, que la semence qui a √©t√© sem√©e, sans aucun doute, elle l√®vera quelque part, et nous voulons que cela soit la Semence de Dieu toute r√©elle et non adult√©r√©e qui soit sem√©e dans le cŇďur des gens. Car un de ces jours, je devrai me tenir au jugement, et rendre compte de ce que j'ai dit et fait dans cette vie, avec vous. Si je vous √©gare, alors je serai consid√©r√© comme un trompeur. Et certainement je ne veux pas faire une telle chose, pas volontairement.

8    Juste avant de prier, ou de prier sur la Parole‚Ķ vous savez, la Bible dit que lorsque Jean le vit dans le livre de l'Apocalypse, il dit qu'il vit le Livre, et il √©tait scell√© sur le dos, le devant et l'arri√®re, et aucun homme dans le Ciel, et aucun homme sur la terre, ni aucun homme sous la terre n'√©tait digne de prendre le Livre ni m√™me de le regarder. Et alors un Agneau qui avait √©t√© immol√© depuis la fondation du monde, vint, et le prit de la main de Celui qui √©tait assis sur le Tr√īne. Et les anciens cri√®rent: "Tu es digne!" Maintenant puisse cet Agneau ce soir venir et ouvrir la Parole. Nous pouvons parcourir les pages, mais nous avons besoin de l'Agneau de Dieu pour ouvrir la Parole.

9    Inclinons nos t√™tes. Fr√®re Junior, conduisez-nous dans un mot de pri√®res, si vous le voulez bien, pendant que... priez que Dieu nous ouvre Sa Parole, si vous voulez. [Le fr√®re Junior prie. Ed.] Tr√®s bien. Le Seigneur vous b√©nisse maintenant.

10    Allons pour commencer, ce soir, dans Nombres le chapitre 13. Nous commen√ßons l√†, et alors nous continuerons. Je vais simplement essayer de ne pas faire comme j'ai fait, de vous garder bien longtemps, mais cette fois je vous laisserai partir le plus t√īt possible. D√®s que le Saint-Esprit dira que c'est assez, alors nous nous en irons.

11    Demain matin, maintenant rappelez-vous, l'√©cole du dimanche, √† neuf heures et demie. Et vers quatre... ou vers dix heures, nous r√©pondrons aux questions. Apportez vos questions; apportez-les ce soir. Apr√®s l'office, donnez-les √† l'un ou l'autre des anciens, afin que je puisse les recevoir, ou d'une fa√ßon ou d‚Äôune autre, pour les questions de demain. J'en ai un bon nombre. Demain soir, ce sera la travers√©e du Jourdain.

12    Maintenant nous avons eu trois √©tapes. Il y a trois √©tapes du voyage: Isra√ęl en √Čgypte , Isra√ęl dans le d√©sert , Isra√ęl dans la patrie, en Palestine, promise par Dieu des centaines d'ann√©es auparavant.

13    Tr√®s bien, nous trouvons alors, en reprenant l'√Čglise pour un petit aper√ßu, nous avons d√©couvert que Dieu promit √† Abraham qu'Il le sauverait; Il lui donna une promesse inconditionnelle, une alliance inconditionnelle qu'Il le sauverait lui et sa post√©rit√©. Pas toute sa post√©rit√©, mais sa post√©rit√© promise (Isaac). Abraham avait onze fils, vous savez, mais un seul d'entre eux √©tait le fils promis, √† travers Isaac. C'est la raison pour laquelle Paul dit, dans Romains, le 9√®me chapitre, que "tous ceux d'Isra√ęl ne sont pas Isra√ęl, mais √† travers Isaac sera nomm√©e pour toi une post√©rit√©." Maintenant, alors Dieu, √† travers Isaac, repr√©sente Christ.

14    Nous remarquons, Christ √©tait en Abraham, Christ √©tait en Isaac, Christ √©tait en Jacob, Christ √©tait en Joseph, Christ √©tait en Mo√Įse.

15    Christ dans tout l'Ancien Testament, dans tout l'Ancien Testament. Tout le‚Ķ Si nous avions le temps! Ici il y a sept ans, la semaine pass√©e... Ces derniers mois, nous avons pris le livre de l'Exode, d'un bout √† l'autre, en prenant des types partout. M√™me les eaux de s√©paration , la g√©nisse rousse, elle ne pouvait pas √™tre brune, elle devait √™tre rousse; aucun d√©faut en elle. Elle devait √™tre br√Ľl√©e. Et alors cela aboutit aux eaux de s√©paration, et cela servait √† l‚Äôaspersion du peuple apr√®s qu'ils eussent p√©ch√© et fussent sortis du camp. Comment l'hysope, et le bois de c√®dre, et tout cela mis ensemble, comment le bois du tabernacle, comment l'autel d'airain, la cuve, le pain de proposition, chaque chose nous montrait Christ. Et en Lui nous sommes complets, en J√©sus-Christ.

16    Maintenant, combien notre le√ßon de ce soir est merveilleuse, comment Dieu a donn√© Isra√ęl comme un type, une ombre pr√©alable de ce qui serait.

17    Maintenant nous d√©couvrons donc qu'eux-m√™mes, apr√®s quatre cents ans... Dieu avait promis √† Abraham que sa post√©rit√© s√©journerait dans un pays √©tranger pendant quatre cents ans, mais en sortirait par Sa puissante main. Les promesses de Dieu se r√©alisent toujours. Dieu fait que Sa Parole soit toujours vraie. Les vieilles roues proph√©tiques et les dents de la roue dent√©e de Dieu tournent lentement mais s√Ľrement; elles arrivent droit √† leur place.

18    C'est la raison pour laquelle ce soir en √©tudiant cet exode de l'√Čglise, je crois que nous sommes de nouveau en exode. Je crois que Mo√Įse, √©tant un parfait type de l'organisation de l'√Čglise qui a manqu√© Dieu, repr√©sente l'√Čglise dans ses √©checs envers Dieu; et Josu√© le nouveau conducteur, et Josu√© fit traverser Isra√ęl de l'autre c√īt√© jusqu'en Terre promise. Parfait, si nous y pr√™tons attention, comment Dieu agit l√†-bas en ces jours-l√†... Tout allait bien, ils pensaient qu'ils √©taient install√©s pour toujours; mais lorsque le temps de la promesse approcha, vint un pharaon qui n'avait pas connu Joseph. Les choses commenc√®rent √† aller diff√©remment, et c'√©tait le temps pour une d√©livrance. Le peuple commen√ßa √† g√©mir et pleurer, et alors Dieu descendit les d√©livrer. Comme c'est parfait!

19    Et alors Il envoya un homme; un enfant √©tait n√©, un enfant particulier, et il fut √©lev√© d'une fa√ßon particuli√®re, mais Dieu avait Sa main sur lui. Mo√Įse, comment il fut cach√© dans les joncs. N√© dans un temps de pers√©cution, tout comme Christ. N√© un enfant juste √† propos, tout comme Christ. Et il √©tait n√© dans ce monde pour √™tre un lib√©rateur, tout comme Christ. Et, oh, comment il... son Ňďuvre, comment il √©tait un l√©gislateur, montant sur les montagnes, o√Ļ il resta quarante jours, puis en redescendit avec la Loi. Et lui, son grand d√©faut √©tait un caract√®re col√©rique, et il brisa les commandements. Il remonta, montrant que cette pr√™trise devait mourir, dispara√ģtre.

20    Tout comme J√©sus alla dans le d√©sert quarante jours, et lorsqu'Il en sortit, Lui, J√©sus, satan Le rencontra juste sur Son point faible, comme il le fit pour Mo√Įse... Le point faible de J√©sus √©tait la faim. Il dit: "Si Tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres soient chang√©es en pains!"

21    J√©sus dit: "Il est √©crit: 'L'homme ne vivra pas de pain seulement'." Il savait qu'il n'avait pas rencontr√© Mo√Įse alors. Il savait qu'il se trouvait en face de quelque chose de plus que Mo√Įse, car J√©sus connaissait la Parole.

22    Et s'il y a quelque chose que l'√Čglise devrait savoir aujourd'hui, c'est la Parole de Dieu, comment rassembler ses √©l√©ments et l'appliquer √† votre cŇďur.

23    Car ceci est le jour, fr√®res, - et vous en serez t√©moins, - c'est un jour de "ismes". J'ai √©tudi√© la Gen√®se maintenant depuis deux ans, ce qui concerne la Gen√®se. C'est le commencement, le d√©part, le chapitre des semences. Et vous remarquerez que toutes ces sectes de nos jours ont leur commencement dans la Gen√®se. Ils ont eu leur d√©but l√†-bas dans la Gen√®se, et se terminent ici dans les derniers jours.

24    Par exemple, beaucoup d'entre eux, comme... comment cette religion formelle commen√ßa en Ca√Įn. Comment cela continua √† se d√©velopper et √† continuer par les fils de No√©, par Cham. De Cham est issu Nimrod. Nimrod construisit la Tour de Babel. Babel continue jusqu'au temps du Roi Nebucadnetsar et jusqu'√† l'Apocalypse, Babylone. Comment cette petite semence commen√ßa il y a longtemps √† l'est des portes d'√Čden, continuant et finissant. Toutes les sortes de sectes et autres commenc√®rent l√†-bas, allant jusqu'√† leur fin.

25    Maintenant, il n'en tient qu'√† nous de regarder; attention, soyez bien √©tablis sur la Parole. Beaucoup de choses non scripturaires arrivent aujourd'hui. Regardons l'√Čcriture, soyons s√Ľrs que l√† o√Ļ nous sommes nous avons raison. C'est ce que nous avons essay√© d'enseigner cette semaine.

26    La plus grande chose que je puisse trouver contre l'√Čglise aujourd'hui, c'est la peur; tout le monde a une peur terrible de quelque chose. De quoi avez-vous peur? Si un homme est n√© de nouveau, il devrait √™tre heureux, libre de soucis. Juste comme ces gar√ßons ont chant√© l√†, et le fr√®re qui a t√©moign√© l√†-bas, simplement libres! Il n'y a rien qui puisse vous faire du mal. Ni les choses pr√©sentes, ni les choses futures, rien ne peut nous s√©parer de l'amour de Dieu qui est en Christ. Dieu l'a promis!

27    Il a appel√© par √©lection. Il a mis Son √Čglise en ordre. J√©sus dit: "Nul ne peut venir √† Moi si le P√®re ne l'attire." Vous n'√™tes pas venu √† Dieu parce que c'est vous qui le vouliez; vous √™tes venu parce que Christ vous a appel√©. Dieu vous a appel√©. "Et celui qui vient √† Moi, Je ne le mettrai point dehors. Je lui donnerai la Vie √©ternelle", pas seulement qui dure une semaine, d'un r√©veil √† un autre, mais qui dure toujours, la Vie √©ternelle, "et Je le ressusciterai au dernier jour." Oh, l√†, l√†! Si cela n'enl√®ve pas le vent des voiles de satan, je ne sais pas ce qui le fera.
      Vous dites: "Comment le savez-vous?"
      Je dis: "J√©sus l'a dit! AINSI DIT LE SEIGNEUR!"

28    J√©sus l'a dit, cela r√®gle la question. S'Il l'a dit, je le crois. Il dit, en Jean 5/24, c'est ma "marotte": "Celui qui √©coute Mes Paroles et qui croit √† Celui qui M'a envoy√©, a la Vie √©ternelle et ne vient point en jugement mais il est pass√© de la mort √† la Vie." Vous dites: "C'est vraiment facile, fr√®re Branham!"

29    Aucun homme ne peut croire que J√©sus est le Christ, dans son cŇďur, et √™tre le m√™me homme qu'il √©tait avant. Il ne le peut pas. Non, monsieur!

30    Comme j'ai dit hier soir... Boire, fumer, jouer, toutes ces choses, ce n'est pas le p√©ch√©. Ce n'est pas un p√©ch√© de jouer, ce n'en est pas un; jouer n'est pas un p√©ch√©, plut√īt, fumer n'est pas p√©ch√©, boire n'est pas p√©ch√©, jurer n'est pas p√©ch√©, c'est un attribut du p√©ch√©! Parce que vous √™tes p√©cheur, c'est la raison pour laquelle vous faites cela. Si vous √©tiez chr√©tien, vous ne le feriez pas! Il dit: "Celui qui aime le monde ou les choses du monde, l'amour de Dieu n'est point en lui, pas en lui." Ainsi maintenant vous √™tes soit un... Vous ne pourrez jamais voir un demi chr√©tien.

31    J'ai demand√© √† quelqu'un l'autre soir, j'ai dit: "√ätes-vous chr√©tien, mon fr√®re?"
      Il dit: "Je suis un assez bon chr√©tien."
      J'ai dit: "Non, vous ne l'√™tes pas."

32    Il n'existe pas d' "assez bon" chr√©tien. Combien ont d√©j√† vu un homme saoul et sobre √† la fois? Personne. Combien ont d√©j√† vu un oiseau noir, blanc? Personne. C'est soit... Vous n'avez jamais vu un p√©cheur qui soit en m√™me temps un saint. Soit, vous √™tes n√© de nouveau, soit vous n'√™tes pas n√© de nouveau. Vous √™tes d'un c√īt√© de la barri√®re ou de l'autre. Et maintenant si vous √™tes n√© de nouveau, vous avez la Vie √©ternelle, et il n'y a rien en vous... Toutes les choses anciennes ont pass√©, et il n'y a que la Fontaine. De l'eau am√®re et de l'eau douce ne peuvent provenir de la m√™me fontaine. Voyez-vous? L'arbre est reconnu par le fruit qu'il porte. "√Ä leurs fruits vous les reconna√ģtrez."

33    Il y a bien longtemps, tous les m√©thodistes pensaient: "Mon vieux, nous L'avons, nous pouvons crier." Apr√®s les jours de Luther, ils pensaient que parce qu'ils criaient ils L'avaient. Je crois aussi dans le fait de crier, mais ce n'est pas pour cela que je L'ai; c'est l'attribut montrant que je L'ai.

34    La Pentec√īte est venue; on parlait en langues, on disait: "Oh, maintenant nous savons que nous L'avons." L'aviez-vous? Vous devez avoir chang√© d'avis maintenant. Ce n'est pas cela, vous d√©couvrez que ce n'est pas cela.

35    O mon fr√®re! "Cher Agneau mourant, Ton pr√©cieux Sang ne perdra jamais Sa puissance jusqu'√† ce que l'√Čglise rachet√©e de Dieu soit sauv√©e pour ne plus jamais p√©cher." Voyez-vous, voici ce que c'est, "Et depuis, par la foi j'ai vu le fleuve que Tes sanglantes blessures alimentent; l'amour r√©dempteur a √©t√© mon th√®me et il le sera jusqu'√† ma mort."

36    "Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas l'Amour, cela ne me sert de rien. Et si j'ai donn√© tous mes biens pour la nourriture des pauvres, cela ne me sert de rien. Et quand j'aurais la puissance pour faire d√©placer les montagnes, et ainsi de suite, cela ne me sert de rien. Les proph√©ties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance dispara√ģtra. Et o√Ļ il y a la connaissance, cela dispara√ģtra. Mais lorsque le parfait Amour sera venu dans le cŇďur humain, tous les d√©mons de l'enfer ne seront pas capables de le renverser." C'est juste.

37    Si ma femme me respectait parce qu'elle avait peur de moi, je ne serais pas... J'aurais peur de la quitter. Mais elle m'aime. Elle a confiance en moi parce qu'elle sait que je l'aime, et elle m'aime. Maintenant lorsque je pars, je ne dois pas dire: "Maintenant, Madame Branham, je vais te donner toute une s√©rie d'ordres ici auxquels tu devras ob√©ir, tout un tas de commandements. Tu ne regarderas pas un autre homme, tu ne feras pas ceci, ou tu... Je..." Eh bien, elle... c'est automatique. Je l'aime et elle m'aime, et cela r√®gle la question et je vais de l'avant.

38    C'est de cette fa√ßon que l'on vit pour Christ. All√©luia! Vous L'aimez simplement de tout votre cŇďur, de toute votre √Ęme, de tout votre esprit, et vous continuez, c'est tout. Aucun mal ne peut se manifester. C'est juste. Parce que l√†-dedans, √† toutes choses, vous √™tes mort. Vous √™tes mort, et votre vie est cach√©e en Dieu, par Christ, scell√©e l√†-dedans par le Saint-Esprit. Comment le diable va-t-il pouvoir vous avoir? Non.

39    Prenez un wagon, ils vont commencer √† le charger, et le charger, sur la voie ferr√©e. Beaucoup d'entre vous ici, je sais que certains d'entre vous chargent des voitures. Et ils iront d'un coin √† l'autre, ils demanderont qu'il y en ait tant ici et tant l√†. Mais avant que la voiture puisse √™tre scell√©e, l'inspecteur doit venir. Il v√©rifie tout et veille √† ce que tout ce qui y est soit bien serr√© et que tout soit pr√™t. Il va aller vers sa destination. Bien, si quelque chose est d√©tach√©, s'il a trop peur que cela se casse, il dira: "Sortez-le et remettez-le jusqu'√† ce que ce soit en place!" Et lorsque tout est bien serr√© ensemble et empaquet√© et install√©, alors il fera claquer la porte et la scellera, et personne ne peut briser ce sceau jusqu'√† ce qu'il arrive √† sa destination. Est-ce juste?

40    C'est ainsi qu'il en est quand il est √©crit dans √Čph√©siens 4/30: "N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez √©t√© scell√©s jusqu'au jour de votre r√©demption." S'il y a un bruit de ferrailles qui se sont desserr√©es, Dieu le sortira de vous et l'arrangera avant que vous ne soyez scell√© dans le Royaume.

41    Chaque homme et chaque femme ici, sans le bapt√™me du Saint-Esprit... La seule raison pour laquelle vous ne l'avez pas re√ßu, c'est parce que vous ne croyez pas. C'est juste. Le fait de croire! Nous avons pris et prouv√© cela cette semaine, qu‚Äô Abraham crut Dieu, par la foi. C'est juste.

42    Maintenant c'est une bonne doctrine baptiste de croire Dieu. Fr√®re Tom, vous savez, je pense que vous sortez d'une √©glise baptiste, dont on dit qu'ils "croient en Dieu." Moi aussi. C'est une bonne √©glise dont il vaut mieux ne pas faire partie. Oh, oh, excusez-moi, je ne voulais pas dire cela. Maintenant juste un moment, je n'ai rien contre les Baptistes, ils ont √©norm√©ment de bonnes choses.

43    Mais regardez, fr√®re, je les ai entendus √† la radio l'autre jour, un gar√ßon, un bon pr√©dicateur baptiste, essayant de passer par-dessus Actes 19. Il dit: "Apollos ne connaissait pas J√©sus, c'est donc la raison pour laquelle ils durent √™tre rebaptis√©s." Oh, non!

44    Apollos connaissait J√©sus, et il prouvait, par la Parole de Dieu, que J√©sus √©tait le Christ. Amen. Et il dit: "Avez-vous re√ßu l'Esprit Saint apr√®s avoir cru?" [Trad. Darby. - N.Tr.] C'est juste.

45    Dieu donna la promesse √† Abraham, et il crut la promesse, et cela lui fut imput√© √† justice; mais Il lui donna le signe de la circoncision, comme un sceau de la promesse. All√©luia! Vous croyez Dieu, par la foi, que vous √™tes sauv√© et L'avez accept√©; et, aussi longtemps que vous faites cela, Dieu vous donne le Saint-Esprit comme le Sceau de la Promesse qu'Il vous a promise. Le Saint-Esprit est le Don de Dieu, c'est vrai, qui circoncit le cŇďur, coupe le surplus de chair, et fait de vous une nouvelle cr√©ature en J√©sus-Christ. Amen. Tr√®s bien, nous y voil√†. Ce n'est rien o√Ļ vous avez eu quelque chose √† faire vous-m√™me, c'est le Don de Dieu. Et lorsque vous croyez correctement, Dieu vous Le donne. C'est par la foi. Vous... Maintenant, la foi n'est pas la chose m√™me.

46    C'est comme si j'ai une pi√®ce de 25 cents et un pain co√Ľte 25 cents. La pi√®ce... [Fr√®re Branham laisse tomber une pi√®ce. - Ed.] (Je la ramasserai dans un moment.) La pi√®ce n'est pas le pain, mais avec la pi√®ce on ach√®te le pain. C'est le... c'est le... c'est ce qui permet d'acheter le pain. C'√©tait justement, c'√©tait justement un demi-penny d'Afrique, ainsi je suppose que c'est la raison pour laquelle elle s'est retourn√©e. Tr√®s bien! La pi√®ce n'est pas le pain; la pi√®ce permet d'acheter le pain.

47    La foi est ce que vous avez en Dieu. Et alors, en reconnaissance pour votre foi, Dieu vous donne le Saint-Esprit qui circoncit le cŇďur et les oreilles. Est-ce juste? Cela fait de vous une nouvelle cr√©ature.

48    Maintenant Dieu Se pr√©pare √† d√©livrer, et nous avons d√©couvert qu'Il... Mo√Įse emmena avec lui son propre fils, qui √©tait incirconcis, pour d√©livrer les enfants d'Isra√ęl. Et S√©phora prit une pierre aigu√ę, coupa le pr√©puce de son enfant, et le jeta devant lui en disant: "Tu es pour moi un √©poux de sang."

49    Vous savez, avez-vous d√©j√† √©tudi√© cela de tout pr√®s? Mo√Įse √©tait d‚Äôhumeur col√©rique; vous savez, ce qui l'emp√™cha finalement d'entrer en Terre promise, ce fut son caract√®re col√©rique. Et Dieu l'avait plac√© l√† bas et lui avait donn√© une petite femme de fort temp√©rament, elle aussi. Je parie qu'ils ont eu quelques ennuis au fond de ce d√©sert, pas vous? Dieu sait comment vous amadouer. Ainsi, Il S'occupa de lui l√†-bas avec une petite femme, et montra qu'elle coupa le pr√©puce et le jeta devant lui en disant: "Tu es un √©poux de sang." Oh, l√†, l√†! Il savait comment S'occuper de lui, comment faire sortir cette humeur col√©rique de lui! Tr√®s bien.

50    Alors ils continu√®rent leur route et il fit des signes, des prodiges et des miracles. Et remarquez! Oh, l√†, l√†! J'ai senti quelque chose me frapper! Regardez comment Jann√®s et Jambr√®s, ces deux astrologues, se tinrent l√† pour accomplir la m√™me sorte de miracles que Mo√Įse et Aaron; ils les suivaient tout le long.

51    L'imitation! Fr√®re, le monde en est plein aujourd'hui. L'√Čglise en est pleine aujourd'hui, des imitations charnelles. Et il y a une chose pour arr√™ter cette chose maintenant, remarquez. L'autre jour, un grand enseignant de la Bible passant √† la radio a dit que "la gu√©rison divine √©tait du diable", que "le diable op√©rait des gu√©risons divines." Je voudrais que vous me trouviez dans l'√Čcriture o√Ļ le diable a jamais op√©r√© de gu√©rison divine, o√Ļ Dieu a jamais promis cela.

52    Dieu dit: "Je suis l'√Čternel", Psaume 103/3, "Je suis l'√Čternel qui gu√©rit toutes tes maladies."

53    Et J√©sus dit: "Si satan chasse satan, alors son royaume est divis√© contre lui-m√™me." Il ne peut pas le faire. Il ne peut pas se chasser lui-m√™me. Ainsi toute gu√©rison, peu importe d'o√Ļ elle vient, vient uniquement de par Dieu.

54    Et regardez ces magiciens. Ils pouvaient faire venir les poux, mais ils ne pouvaient pas les enlever. Ils ne pouvaient pas gu√©rir. Ils pouvaient accomplir le prodige, mais ils ne pouvaient pas accomplir la gu√©rison. La gu√©rison r√©side en Dieu seul. Et lorsqu'ils appel√®rent les ulc√®res, les √Čgyptiens eux-m√™mes furent couverts d'ulc√®res. Et ils dirent: "C'est le doigt de Dieu." All√©luia! Je pense √† ce "doigt de Dieu." Si... Dieu pouvait ouvrir un Ňďil aveugle avec Son doigt, "c'est le doigt de Dieu", Il pouvait faire toutes ces choses. Regardez ce qu'Il fit avec Son doigt. Il gu√©rit les maladies et ressuscita les morts. Toutes ces choses, Il les fit avec Son doigt. Mais lorsqu'Il alla chercher la brebis perdue, Il n'utilisa jamais Son doigt, Il la pla√ßa sur Son √©paule; et la fit rentrer. All√©luia! Quelle s√©curit√©, une brebis perdue sur Son √©paule pas Son doigt, Il ne l'utilisa pas. Il utilisa Son √©paule pour ramener la brebis. Regardez!

56    Puis Dieu, apr√®s S'√™tre occup√© de Mo√Įse, apr√®s l'avoir pr√©par√©, envoya les signes, et le dernier signe (nous l'avons vu hier soir) √©tait la mort. Et nous avons d√©couvert que c'est la mort spirituelle dans l'√Čglise, la derni√®re plaie maintenant, l'√Čglise se dess√©chant et disparaissant. C'est juste. Nous vivons dans un temps horrible. Comment l'√Čglise, les anciens qui avaient l'habitude d'avoir r√©ellement la victoire, est en train de perdre la bataille; c'est un temps de mort, ils laissent le Sang s'effacer de devant la porte. "Je verrai le Sang, et Je passerai par-dessus vous."

57    Ils continu√®rent leur route, jusqu'au rocher frapp√©. Remarquez lorsqu'ils arriv√®rent √† ce rocher, ils avaient un besoin. Maintenant, Mo√Įse frappa le rocher avec la verge. C'est l√† que nous nous sommes arr√™t√©s hier soir. Il frappa le rocher avec la verge, et la verge √©tait la verge du jugement de Dieu. Et il frappa le rocher, et il y eut une faille dans le c√īt√© gauche du rocher. Lorsque les enfants d'Isra√ęl eurent faim, ils all√®rent l√†. Et une ruche‚Ķ une abeille s'√©tait gliss√©e l√† et avait fait une ruche, et ils eurent du miel du rocher. Tout ce dont ils avaient besoin √©tait dans le rocher. Le Rocher a suivi l'√Čglise, et le Rocher √©tait le Christ J√©sus. Lorsqu'ils avaient soif, ils ont bu du rocher. Lorsqu'ils avaient faim, ils mangeaient du rocher. L√† o√Ļ ils allaient, le Rocher les suivait. Et le Rocher a toujours suivi l'√©glise! Christ est le Rocher qui √©tait dans le d√©sert. Remarquez maintenant, donc, ce m√™me Rocher!

58    Pas √©tonnant que lorsqu'Il entra √† J√©rusalem, ils dirent: "Qu'Il Se taise, que tous se taisent."

59    Il dit: "S'ils se taisent, les rochers, les pierres crieront?" Qu'est-ce? Cette Pierre Angulaire principale √©tait venue, descendant en roulant parmi les pierres. Quelque chose devait arriver, les pierres criaient!

60    La femme qui avait une perte de sang depuis si longtemps, lorsqu'elle parla au Rocher, le Rocher produisit la gu√©rison. Lorsque Lazare √©tait mort, Marthe parla au Rocher, et Il apporta la r√©surrection. Lorsqu'ils √©taient sur la mer, entour√©s de temp√™tes, et le vieux petit bateau √©tait ballott√© par les flots comme un bouchon de bouteille au milieu de la mer...

61    Une femme m‚Äôa dit, il n'y a pas longtemps, elle a dit:" Fr√®re Branham, dit-elle, J√©sus n'√©tait rien de plus qu'un homme ordinaire." Elle a dit: "Il √©tait un proph√®te, mais vous essayez de faire de Lui, Dieu."
      Je dis: "Il √©tait Dieu. Il √©tait soit Dieu, soit un s√©ducteur."

62    Et elle dit: "Oh, Il √©tait un homme bon, Il √©tait un philosophe. Mais Il ne pouvait pas √™tre Dieu, Il n'√©tait pas divin."

63    Je dis: "Il √©tait divin. Il devait √™tre divin. S'Il √©tait un homme, Il serait n√© d'une naissance sexuelle; mais Il naquit d'une naissance virginale, ainsi Il √©tait le Sang de Dieu. La Bible dit: 'Nous sommes sauv√©s par le Sang de Dieu'."

64    Elle dit: "Je vais vous le prouver, Il n'√©tait pas plus que Dieu... pas plus qu'un proph√®te, et Il n'√©tait pas divin."
      Je dis: "Si vous pouvez le prouver par la Bible."
      Elle dit: "Je vais le faire."
      Je dis: "√Čcoutons votre passage de l'√Čcriture."

65    Elle dit: "Dans Jean, le chapitre 11, lorsque J√©sus est all√© ce jour-l√† vers la tombe de Lazare."
      Je dis: "Je m'en souviens."
      Elle dit: "Il pleura. La Bible dit qu' 'Il Pleura'."
      Je dis: "C'est vrai." Je dis: "Quel rapport y a-t-il avec cela?"
      Elle dit: "Cela prouve qu'Il n'√©tait pas divin, parce qu'Il ne pouvait pas pleurer et √™tre divin."

66    Je dis: "Regardez, madame. Il √©tait le Dieu-homme." Je dis: "Lorsqu'Il descendit l√†, pleurant, alors qu'Il √©tait en train de pleurer, Il √©tait un homme. Mais je vous dis, lorsqu'Il fit sortir cette petite forme, et dit: 'Je suis la r√©surrection et la Vie'! Et Il parla √† un homme qui √©tait mort depuis quatre jours, son corps √©tait putr√©fi√©, les vers rampaient dans le corps et en ressortaient. La corruption connut son Ma√ģtre! Et un homme qui √©tait mort depuis quatre jours, se leva sur ses pieds et v√©cut √† nouveau, c'√©tait plus qu'un homme qui parlait. C'√©tait Dieu." Oui, monsieur!

67    Il √©tait un homme lorsqu'Il √©tait l√†-haut sur une montagne cette nuit-l√†; Il descendit, cherchant partout autour d'un arbre pour trouver quelque chose √† manger, un figuier, essayant de... Il avait faim. Il avait faim en tant qu‚Äôhomme. Lorsqu'Il cherchait sur cet arbre, Il √©tait homme. Mais lorsqu'Il prit cinq biscuits et deux morceaux de poisson, et nourrit cinq mille personnes, c'√©tait plus que Dieu... plus qu'un homme, c'√©tait Dieu dans cet homme. Oui, monsieur!

68    Vraiment Il √©tait un homme lorsqu'Il √©tait couch√© dans ce bateau, et le bouchon‚Ķ √©tait comme un bouchon de bouteille; il dit: "Oh, je vais le pousser de tous c√īt√©s et le faire rebondir", dix mille d√©mons de la mer jur√®rent qu'ils le noieraient cette nuit-l√†! Il √©tait un homme, si fatigu√© qu'Il ne pouvait bouger. Mais, lorsqu'Il mit Son pied sur les cordages du bateau, et dit: "Silence! Taisez-vous!" Et les vents et les vagues lui ob√©irent; c'√©tait plus qu'un homme, c'√©tait Dieu. Oui, monsieur!

69    Lorsqu'Il mourut au Calvaire, Il cria apr√®s la gr√Ęce comme un homme. Il √©tait un homme, lorsqu'Il mourut. Mais lorsqu'Il ressuscita, le matin de P√Ęques, Il prouva qu'Il √©tait Dieu. C'est vrai, Il ressuscita des morts!

70    Ce n'est pas √©tonnant que le po√®te ait dit: "Vivant, Il m'a aim√©; mourant, Il m'a sauv√©; enseveli, Il emporta mes p√©ch√©s au loin; ressuscitant, me justifia, libre √† jamais; Il viendra un jour, √ī glorieux jour!"

71    Le Dieu-homme! Dieu √©tait en Son Fils, r√©conciliant le monde avec Lui-M√™me. On avait affirm√© qu'Il √©tait un "magicien", et un "devin", et un "d√©mon", et "B√©elz√©bul", et ainsi de suite. Mais Il √©tait Dieu, Emmanuel, habitant parmi nous, r√©conciliant le monde avec Lui-M√™me. Nous avons eu cela sur une question ce matin, de toute fa√ßon, nous aborderons cela et terminerons demain. D'accord?

72    Continuant, ainsi, ce rocher frapp√©. Lorsqu'ils avaient besoin de quelque chose, ils allaient au rocher. Maintenant, apr√®s tout cela, et les b√©n√©dictions et choses semblables, ils murmuraient encore.

73    Ils arriv√®rent √† l'endroit appel√© Kad√®s-Barn√©a. Maintenant nous voulons √©tudier cela juste un moment. Kad√®s-Barn√©a √©tait le tribunal du monde, en ce jour-l√†. Cela se trouve au chapitre 13 des Nombres maintenant. Et inscrivez les passages des √Čcritures si vous voulez maintenant. L√†, il y avait le tribunal. Lisez les chapitres pr√©c√©dant cela, dans votre √©tude. Nous devons seulement toucher les points importants maintenant, en trois ou quatre jours de r√©unions de r√©veil comme celles-ci. Nous ne pouvons pas l'√©tudier verset apr√®s verset. Mais c'√©tait un tribunal. Il y avait un grand puits l√†. Et beaucoup de petits puits sortaient de lui, les affluents, ou les sources de cette grande et importante source, Kad√®s-Barn√©a.

74    Un parfait type de l'√Čglise. L'√Čglise est le tribunal. Le jugement commence dans la Maison de Dieu.

75    Isra√ęl s'est assembl√© l√†, √† Kad√®s. Et maintenant Mo√Įse dit ici, le premier verset, chapitre 13:
    L'√Čternel parla √† Mo√Įse, et dit:
    Envoie des hommes pour explorer le pays de Canaan, que Je viens de donner aux enfants d'Isra√ęl. Tu enverras un homme de chacune des tribus de leurs p√®res; tous seront des principaux d'entre eux.

76    Maintenant, Dieu ordonna que douze hommes soient envoy√©s l√†-bas, un de chaque tribu, qu'on les envoie l√†-bas dans le pays de Canaan, pour √©pier le pays, pour voir si c'√©tait un bon endroit ou pas. Les espions partirent, un de chaque tribu. Un de Dan, Aser, de chacune, jusqu'√† ce que cela fasse douze hommes.

77    C'est tout √† fait l'√Čglise d'aujourd'hui, dans nos voyages. Je crois que nous avons voyag√© jusqu'√† ce que l'√Čglise se tienne aujourd'hui √† Kad√®s-Barn√©a, le jugement! Maintenant, Dieu me vienne en aide. J'esp√®re que Dieu va m'aider √† vous donner ceci; cela p√©n√©trera bien et profond√©ment.

78    Envoyer des √©claireurs. Souvenez-vous, ils √©taient arriv√©s si loin parce que Dieu le leur avait promis. Et tout le temps, ils avaient eu des signes, des prodiges et des miracles, et maintenant ils sont arriv√©s juste √† la fronti√®re du pays.

79    Et je crois que nous sommes √† la fronti√®re du pays ce soir. Je me demandais au sujet de toutes mes r√©unions et tout cela, comment je devais les annuler. Je crois sinc√®rement que l‚Äô√Čglise doit avoir la foi de l‚Äôenl√®vement avant qu‚Äôelle ne puisse se trouver dans l'enl√®vement. Nous ne pouvons pas m√™me avoir de la foi pour la gu√©rison divine; ne parlons pas de foi d'enl√®vement! Nous devons avoir une foi qui changera et donnera la Vie √† ce corps, et √™tre enlev√©s. Je crois qu'il y a une √Čglise en route ce soir, une puissance du Dieu vivant telle que des hommes prononceront la Parole ici et l√†, et cela jettera comme des √©clairs. Et une √Čglise sort de tout cela; pas un psychologue, pas de ce vernis, de ce semblant de foi; mais une r√©elle, v√©ritable, authentique √Čglise du Saint-Esprit ointe et appel√©e hors de! Amen!

80    Ils se tiennent l√† √† Kad√®s-Barn√©a. On leur dit, "Allez de l'autre c√īt√©! Le pays nous a √©t√© donn√© par Dieu, √† travers notre p√®re, il y a plusieurs centaines d'ann√©es. Nous sommes la post√©rit√© d'Abraham. Dieu nous a conduits s√Ľrement durant ces soixante et quelques kilom√®tres en √Čgypte jusqu'√† la fronti√®re √† Kad√®s." Ils devaient y arriver apr√®s quelques jours, mais, souvenez-vous, √† cause de leur incr√©dulit√©, ceci les fit errer pendant quarante ans.

81    L'incr√©dulit√©! Remarquez, c'est de l'√Čglise que je parle, sous forme de parabole. Ce qu'√©tait l'Ancien, voil√† ce qu'est le Nouveau, d'une fa√ßon encore plus amplifi√©e. Le spirituel est ce qu'√©tait le naturel.

82    Maintenant, √† Kad√®s. Et l√†, il dit: "Maintenant vous, allez-y et explorez." Dieu les envoya; Mo√Įse ne l'avait jamais fait. Dieu les envoya l√†-bas et dit: "Allez l√†-bas pour explorer le pays, et revenez nous dire si c'est un bon pays ou un mauvais pays, ou si nous pouvons le prendre, ou bien ceci, cela et encore cela. Vous, passez de l'autre c√īt√© et allez vous rendre compte de ce qu'il en est.

83    Il y en a douze qui y sont all√©s. Ils coup√®rent une grande grappe de raisin. Vous savez au sujet de Rahab, la prostitu√©e, et ainsi de suite. Tr√®s bien. Ils all√®rent l√†-bas et coup√®rent cette grappe de raisin, et ils revinrent. Mais √©coutez le rapport des douze hommes!

84    Dix parmi les douze dirent: "Oh, c'est un peuple √† faire fr√©mir." Regardez l√†-bas, quelle vue! √Čcoutez ceci. Si maintenant nous passons au verset 17, ou au verset 27 plut√īt, et nous lisons... Il va de l'avant et dit l√† quels sont les hommes qui √©taient envoy√©s. Et lorsqu'ils revinrent, le cŇďur leur manquait, ils dirent: "Oh, ce sont des hommes de grande taille!" √Čcoutez ici.
    Voici ce qu'ils leur racont√®rent: Nous sommes arriv√©s dans le pays o√Ļ tu nous as envoy√©s. √Ä la v√©rit√©, c'est un pays o√Ļ coulent le lait et le miel, et en voici les fruits. (Tout simplement comme Dieu avait promis. Maintenant remarquez.)
    Mais le peuple qui habite ce pays est puissant, les villes sont fortifi√©es, tr√®s grandes; nous y avons vu des enfants d'Anak.
    Les Amal√©cites habitent la contr√©e‚Ķ; les H√©thiens, les J√©busiens et les Amor√©ens habitent la montagne; et les Canan√©ens habitent pr√®s de la mer et le long du Jourdain.
    Caleb (All√©luia), Caleb fit taire le peuple, qui murmurait contre Moise. Il dit: Montons, emparons-nous du pays, nous y serons vainqueurs!

85    Ah, j'aime cela! Oh, l√†, l√†! ‚Ķ Juste un peu plus loin.
    Mais les hommes qui √©taient all√©s avec lui dirent: Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous.
    Et ils d√©cri√®rent devant les enfants d'Isra√ęl le pays qu'ils avaient explor√©.
    Ils dirent: Le pays que nous avons parcouru, pour l'explorer, est un pays qui d√©vore ses habitants; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes... d'une haute taille;

86    √Čcoutez cela! Et ils continu√®rent en disant que "nous sommes, compar√©s √† eux, comme des sauterelles!" Voil√† le rapport.

87    Mais Caleb et Josu√© dirent: "Nous pouvons le prendre! Nous sommes capables de le faire!" Pourquoi sont-ils capables de le faire? Dieu leur avait promis de le faire. J'aime ce courage.

88    Il y en avait dix d'entre eux. Maintenant l'√Čglise a surgi. Et elle est arriv√©e au point maintenant o√Ļ nous avons travers√© l'√Ęge de Luther, l'√Ęge m√©thodiste, et l'√Ęge pentec√ītiste, et ainsi de suite jusqu'√† un point d√©termin√©. Et maintenant certaines personnes du Plein √Čvangile se sont retourn√©es fermement contre la gu√©rison divine; elles croient que ce n'√©tait m√™me pas dans l'expiation. Bien, on en est venu au point, mes amis, o√Ļ on... Cela devient affreux en ce moment. "La religion du vieux temps", disent-ils, "c'est quelque chose qui est pass√© depuis bien longtemps; nous ne pouvons pas l'avoir, c'est trop. Nous vivons dans un temps moderne, nous devons recevoir des id√©es modernes. Nous devons avoir des tables de jeux dans l'√©glise, des jeux de ping-pong et autres, pour garder nos jeunes gens."

89    Fr√®re ou sŇďur; s'il vient un temps o√Ļ je dois avoir une partie de cartes dans l'√©glise pour garder un auditoire, j'arr√™terai de pr√™cher l'√Čvangile, parce qu'Il aurait perdu sa puissance. Je vous le dis, fr√®re, ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de l'√Čvangile simple, √† l'ancienne mode, la puissance du Saint-Esprit pr√™ch√©e dans sa simplicit√©. L'homme... "Et Moi, quand J'aurai √©t√© √©lev√© de la terre, J'attirerai tous les hommes √† Moi." Oui, monsieur.

90    Nous, aujourd'hui, on dit: "Oh, nous ne pouvons pas revenir en arri√®re et faire ces choses que les ap√ītres ont faites!"

91    Nous vivons dans les derniers jours, le temps dans lequel Dieu a promis qu'Il d√©verserait Son Esprit sur toute chair. All√©luia! Nous sommes ici √† la fin de la route. Je remercie Dieu pour les Caleb et les Josu√© qui sont pr√™ts √† traverser, all√©luia, aller de l'autre c√īt√© et rapporter l'√©vidence, all√©luia, c'est un glorieux pays! Ils rapportent deux grappes de raisin, et ils marchaient comme ceci pour essayer de les porter. Quelle terre! Quel endroit! Remercions Dieu pour des gens qui ont travers√©, qui sont sortis de leur vieille √©glise formelle, li√©e par des entraves, impie, et retardataire. All√©luia! Ils ont atteint le point o√Ļ ils sont pass√©s au pays de Canaan, et ont mang√© beaucoup de bons raisins qui m√™me vous font saliver en chaire! All√©luia! C'est tout de cette sorte... √† l'ancienne mode... Ivres de vin, comme celui que Pierre a bu le jour de la Pentec√īte, lorsque la puissance de Dieu s'empara de l'√Čglise. All√©luia! Kad√®s-Barn√©a. Nous pouvons le faire!

92    Un gar√ßon me dit: "Voulez-vous dire que nous pouvons avoir le Saint-Esprit comme ils L'ont re√ßu il y a si longtemps?"
      "Oui, monsieur."
      "Alors, comment le savez-vous?"
      Je dis: "Je L'ai re√ßu! All√©luia! C'est pourquoi je le sais."

93    Nous avons eu un beau type hier soir, lorsque les enfants d'Isra√ęl travers√®rent le pays, travers√®rent pour arriver dans leur p√®lerinage, ce qui √©tait un parfait type de notre p√®lerinage. Nous sortons de Canaan. J'ai tir√© mes piquets, mes tentes, et j'ai quitt√© (et vous?), abandonnant l'ail d'autrefois et les pots de viande d'autrefois et la puanteur du monde. J'ai d√©mont√© ma tente, quitt√©, travers√© le Jourdain! All√©luia! La Mer Rouge du Sang de J√©sus-Christ a noy√© chaque vieille cigarette, le tabac... la salet√© et les ordures du monde ont √©t√© noy√©es, comme les chefs de corv√©e de jadis, et elles flottent dans la mer. All√©luia! Ne vous √©tonnez pas que nous crions et dansons!

94    Regardez ce que fit Mo√Įse, il leva la main et chanta dans l'Esprit. Et Myriam prit un tambourin et commen√ßa √† danser, et √† sauter de-ci de-l√†, et louait Dieu. Et les filles d'Isra√ęl la suivaient, dansant et louant Dieu, et criant. All√©luia! Ils travers√®rent la mer. Tous les anciens chefs de corv√©e √©taient derri√®re, morts, l√†-bas dans la mer. Ils regardaient en arri√®re et disaient: "Mon vieux, tu ne me troubleras plus jamais!" Oh, l√†, l√†! J'ai br√Ľl√© les ponts tout autour, pr√™t √† marcher maintenant et continuer mon voyage.
      Alors ils dirent: "Pourrons-nous le prendre?"
      "Bien s√Ľr, nous le pouvons!"
      "Pourquoi?"
      "Dieu l'a dit!"

95    Et souvenez-vous, Dieu a promis de subvenir √† leurs besoins. Nous l'avons vu hier soir. "Comment vont-ils subsister?" "Je l'ignore." "Bien, peut-√™tre enverront-ils l√†-bas quelque p√Ęte de quelque..."

96    "Il ne reste plus rien en √Čgypte; d'o√Ļ viendra la p√Ęte?" "Oh, l√†, l√†! Ce n'est pas mon probl√®me!"

97    Une fois quelqu'un m‚Äôa dit: "Croyez-vous √† propos d'√Člie, cette histoire d'oiseaux l√†-bas?"
      Je dis "Bien s√Ľr!"

98    Il dit: "Voulez-vous dire que vous croyez que ce pr√©dicateur s'assit l√†-bas au bord du ruisseau de K√©rith et que les corbeaux le nourrirent?"
      Je dis: "Bien s√Ľr."
      "Comment savez-vous qu'ils le nourrirent!"
      Je dis: "La Bible le dit." C'est exact.

99    Il dit: "Je voudrais vous demander quelque chose, pasteur." Il dit: "√Ä quel endroit de la terre pensez-vous que ces corbeaux ont trouv√© ces sandwiches?"'

100    Je dis: "Je ne sais pas. Ils les ont apport√©s et √Člie les a mang√©s. C'est tout ce que je sais!"
      Il dit "Je crois que vous vous √™tes tous excit√©s."

101    Je dis: "Non. Je ne peux pas vous dire d'o√Ļ cela venait, mais cela est venu de quelque part. Dieu l'apporte, et nous le mangeons. All√©luia, et cela produit de la joie!"

102    Comment cela arrive, je ne sais pas. Dieu l'envoie tout simplement, et je le saisis. J'en ai pris une poign√©e il y a juste quelques minutes, et je l'ai aval√©, cela me fait encore du bien, pendant que cela descend. C'est bon! Ne vous excitez pas,  je ne suis pas fou. J'ai d√©j√† √©t√© trait√© de fou, mais je ne le suis pas. Et si je le suis, laissez-moi simplement tranquille, je suis heureux. Tr√®s bien. Oui, c'est vrai, je me sens vraiment transport√© maintenant m√™me! Et comment! Tr√®s bien.

103    Regardez-le. Les voil√†, "Comment ferons-nous?" Maintenant, Dieu fit pleuvoir la manne du ciel, et les nourrit. N'est-ce pas? C'est vrai qu'Il les a nourris. Et ils l'ont ramass√©e. Nous avons vu cela.

104    Maintenant, c'√©tait un type parfait de notre mani√®re de nous nourrir aujourd'hui. Cette manne n'a jamais cess√©; elle est tomb√©e chaque nuit, chaque nuit, tout le temps qu'ils √©taient dans leur voyage de l'√Čgypte √† la Terre promise. Et le Saint-Esprit tomba d√®s que les disciples quitt√®rent l'√Čgypte; le jour de la Pentec√īte, le Saint-Esprit vint du Ciel, du m√™me endroit que la manne, comme un vent imp√©tueux qui soufflait; Il remplit toute la maison o√Ļ ils √©taient assis; des langues fendues se tinrent au-dessus d'eux, comme du feu. Ils sortirent de l√†, criant, et se comportant comme des hommes ivres, dansant, chancelant, criant, larmoyant, et ainsi de suite.

105    Avez-vous jamais vu un homme ivre rentrer chez lui? Mon ami, il prend les deux c√īt√©s de la rue, "Salut, √ī √©tranger!" Rien ne le d√©range!

106    "Et il n'y a aucune condamnation pour ceux qui sont en J√©sus-Christ, qui marchent, non selon la chair mais selon l'Esprit", Romains 8/1. Les voil√† qui viennent, rentrant √† la Maison maintenant, et ils chancellent, sous l'emprise du Saint-Esprit, qui √©tait la Manne de Dieu descendue du Ciel, et elle est tomb√©e depuis ce jour-l√† jusqu'√† aujourd'hui. Chaque...

107    Vous savez ce qu'√©tait l'omer; il restait plein afin que chaque pr√™tre qui entrait puisse avoir une bouch√©e de la manne originelle.

108    Combien de temps cette Manne allait-elle durer? R√©visons ce que nous avons eu hier soir, dans la le√ßon . Pierre dit: "Repentez-vous, chacun de vous, soyez baptis√©s dans le Nom de J√©sus-Christ, pour la r√©mission de vos p√©ch√©s, et vous recevrez le Don du Saint-Esprit. Car la Promesse est pour vous, pour vos enfants, pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Le Saint-Esprit est simplement le m√™me Saint-Esprit ce soir qu'Il √©tait l√†-bas au commencement. Pouvons-nous saisir cela? Oui, monsieur.

109    L'√©glise arrive √† Kad√®s? Qu'allez-vous faire? Nous y voil√†. On dit... Maintenant, chacun individuellement, vous √™tes chacun d'entre vous √† Kad√®s, c'est l√† que nous arrivons.

110    On dit: "Maintenant, si je vais l√†-bas et fr√©quente la religion de saints com√©diens dont on parle, ma maman me mettra √† la porte de la maison."

111    Nous y voil√†, √† Kad√®s. Pouvez-vous le faire? Oui, Dieu vous l'a promis. "Je ne viens pas apporter la paix, mais l'√©p√©e. Je suis venu s√©parer le p√®re et la m√®re, le mari, la femme, la sŇďur, le fr√®re et tout. Et celui qui ne renonce pas aux siens pour Me suivre n'est pas digne d'√™tre appel√© Mien. Et celui qui met la main √† la charrue et va jusqu'√† se retourner pour regarder, n'est pas digne!" C'est juste.

112    Fr√®re, je vous dis, cela signifie beaucoup, beaucoup plus que de s'avancer et serrer la main du pr√©dicateur, et que quelques gouttes d'eau asperg√©es sur vous. C'est juste. Fr√®re, cela consiste en bien plus que de s'approcher de l'autel, prendre la communion et revenir vous asseoir √† vos si√®ges. Cela signifie un d√©pouillement complet, une mort compl√®te, fr√®re, et obtenir une religion √† l'ancienne mode, des for√™ts, du ciel bleu, qui tue le p√©ch√© qui ne‚Ķvous lave blanc, qui ne vous badigeonne pas en blanc, mais vous lave blanc, all√©luia , vous nettoie, br√Ľle toutes vos impuret√©s, vous purge, vous st√©rilise et fait de vous une nouvelle personne. Amen! Cette vieille sorte de sassafras [arbre d‚ÄôAm√©rique du Nord dont les feuilles, les racines et l‚Äô√©corce sont utilis√©es comme condiment et en parfumerie -Tr.], fr√®re, mais je vous dis, cela collera √† vos c√ītes. Procurez-vous-en un peu! C'est juste, cela vous gardera √† travers les √©preuves. Amen! J'ai l'impression que je vais bient√īt crier. C'est bien grand pour... Oui, monsieur!

113    Quand je pense √† cela, fr√®re, tout est assur√©. Dieu l'a dit. Pouvons-nous le saisir? Bien s√Ľr que nous pouvons le saisir. "Dans les derniers jours, Je r√©pandrai Mon Esprit et Je ferai para√ģtre des signes et des prodiges! All√©luia! Il a dit qu'Il le ferait. Dieu l'a promis. Nous sommes √† Kad√®s, emparons-nous de la chose! Quelqu'un a √©t√© de l'autre c√īt√© et a rapport√© quelques raisins. Je sais que le pays est bon. C'est juste. Traversons et prenons quelques raisins. C'est vrai.

114    L'√©glise a commenc√© √† murmurer et √† ne pas savoir comment se tenir, et tout le reste. Dieu aurait envoy√© l'√©glise en mission il y a des ann√©es, s'ils l'avaient seulement √©cout√©. Mais ils ont commenc√© √† discuter et se disputer, et murmurer partout.

115    Les m√©thodistes eurent un r√©veil √† l'ancienne mode jadis au temps de Spurgeon; ils ont commenc√© √† recevoir des dons, et ainsi de suite. Et l'√©glise s'est immisc√©e juste l√†-dedans et a commenc√© √† d√©chirer cette chose en pi√®ces; et cette √©glise a err√© depuis dans le d√©sert, elle n'a fait qu'errer. Elle s'est divis√©e en Nazar√©ens, les P√®lerins de la Saintet√©, et ceci, cela, et ceci, et cela, et cela et encore cela, et tout le reste, jusqu'√† ce que maintenant cela ressemble √† un grand groupe de je-ne-sais-quoi. C'est vrai. Ils ont organis√© de grandes √©coles, et pensaient qu'il fallait enseigner la th√©ologie d'un certain endroit.

116    Comme j'ai dit hier soir, cela me fait penser √† une morgue d'une entreprise des pompes fun√®bres. Vous en faites le tour l√†-bas, et il fait tellement froid! Si vous entrez, le thermom√®tre‚Ķle thermom√®tre spirituel indique "soixante-quinze degr√©s sous z√©ro!"

117    Quelqu'un une fois, il n'y a pas longtemps, une vieille petite femme vint de la campagne; elle entra; elle portait sa vieille longue robe qui montait jusqu'√† son cou, comme ceci. Elle entra; son fils l'avait amen√©e √† l'√©glise, mais il avait honte d'elle. Elle monta jusqu'√† la porte, et dit: "Bonjour, fr√®re ancien." Elle entra comme cela.

118    Et son mari, ou un de ses fr√®res, ou son fils dit: "Oh, maman! Maman, tiens-toi tranquille." Il √©tait all√©... appartenait √† une de ces grandes √©glises aristocratiques, vous savez.

119    Elle dit: "Bien, gloire √† Dieu! Ne suis-je pas dans la maison de Dieu?" Elle ne connaissait rien d'autre!

120    Laissez-moi vous dire, fr√®re, il se peut que son nom ne se soit pas trouv√© dans le "Who‚Äôs Who?" ["Qui est qui?"Liste des personnes c√©l√®bres aux U.S.A. ‚Äď Tr.] comme c'est le cas pour beaucoup; et ils disent qu‚Äôils en ont 400 parfaits. Mais son nom √©tait √©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau. Je pr√©f√©rerais avoir le mien l√†-dedans plut√īt que dans tous les "Who‚Äôs Who?" All√©luia! Cela vous dit qui est qui, il y a un nom √©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau.

121    Elle entra et s'assit comme cela. Le pr√©dicateur commen√ßa √† dire; "Maintenant, le Seigneur J√©sus est venu sur la terre pour sauver le p√©cheur."

122    Elle dit: "Amen! Gloire √† Dieu! C'est juste, fr√®re." Et tout le monde s‚Äô√©tira le cou, comme une oie quelque part, regardant alentour, se demandant ce qui se passe!

123    Et ainsi il dit: "Uh-hum, uh-hum." Il lisait ses notes, vous savez. Ainsi il √©tait quelque peu embrouill√© alors, et il dit: "Uh-hum, uh-hum. Excusez-moi." Il dit: "Et comme je disais, le Seigneur J√©sus-Christ vint sur la terre."
      Elle dit: "Gloire √† Dieu! C'est juste, fr√®re. All√©luia!"

124    Aussi l'huissier se dirigea vers le fond et lui tapa sur l'√©paule et dit: "Madame, vous devez vous tenir tranquille, sinon nous devrons vous mettre √† la porte." Oh, l√†! l√†! All√©luia!

125    C'est l√† dedans que nous sommes entr√©s, c'est vrai, des √©coles de proph√®tes. Nous faisons des enseignants, nous leur injectons un vieux fluide embaumeur pour les conserver. Ils sont morts de toute fa√ßon. Et alors on met des fluides embaumeurs pour garder la forme encore plus morte, quelque vieille petite th√©ologie qu'ils enseignent, "le jour des miracles est pass√©; une religion qui vient du cŇďur, cela n'existe pas."

126    Cela me rappelle un homme de couleur au loin dans le sud, un vieil homme qui portait sa bible partout. On lui a dit: "Pourquoi portes-tu cette bible, mon ami?"
      Il dit: "Je la crois!"
      On lui dit: "Mais tu ne peux pas en lire un seul mot!"

127    Il dit: "Je la crois de toute fa√ßon!" Il dit: Je la crois de quiverture √† quiverture et je crois la quiverture aussi!" [Certains noirs am√©ricains prononcent "qui" au lieu de "co". Couverture en anglais: cover. Fr. Branham imite cet accent en racontant l‚Äôhistoire ‚Äď Tr.]
      On lui a dit: "Comment sais-tu cela?"

128    Il dit: "Il est √©crit dessus 'la Sainte Bible'." Oui, monsieur! Il la croyait, peu importe, cela ne faisait aucune diff√©rence.

129    On lui a dit: "Que ferais-tu," on a dit, "tu ferais n'importe quelle chose qui se trouve dans cette Bible?"
      Il dit: "Si le Seigneur me dit de faire quoi que ce soit, je le ferai."
      Il dit: "Et s'Il te disait de sauter √† travers ce mur?"
      Il dit: "Je sauterais."

130    On lui dit: "Crois-tu que tu pourrais traverser ce mur sans qu'il y ait un trou dedans?"

131    Il dit: "Si le Seigneur me disait de sauter, il y ferait un trou pour moi." C'est vrai, aussi, cela, fr√®re. All√©luia! C'est la v√©rit√©. Dieu vous dit de sauter. Il aura fait en sorte qu'il y ait un trou l√† lorsque vous y arriverez. Ne vous faites pas de soucis pour cela!

132    L'√©cole et la th√©ologie! Oh, l√†, l√†! Vous savez ce qu'ils ont fait? Ils ont substitu√© une salle de soupers √† la chambre haute; ils ont fait bouillir un vieux coq et rassembl√© leurs cinquante cents par assiette, pour essayer de payer le pr√©dicateur. Fr√®re, si vous payiez vos d√ģmes et faisiez ce que Dieu a dit que vous deviez faire, vous n'auriez pas ces vieux soupers au potage [Fr√®re Branham frappe la chaire avec la main. - Ed.] et ces choses comme cela. Amen. (M√™me l'huile pour l'onction a coul√© apr√®s √ßa!) Laissez-moi vous dire quelque chose, fr√®re, Dieu veut une √Čglise qui avance dans la divine volont√© de Dieu, bas√©e sur le AINSI DIT LE SEIGNEUR. Oui, c'est vrai. Ils ont enlev√© toute l'attente de la chambre haute, tout d'un coup. Ce qu'ils ont fait √† la place du Saint-Esprit, ils lui ont substitu√© de la th√©ologie. Quelqu'un s'en va pr√™cher et dit: "Bien, nous croyons ceci et nous croyons cela." Pourquoi croyez-vous cela? Ce n'est pas dans la Bible, rien √† ce sujet.

133    Quelqu'un dit: "Que pensez-vous de ce pr√™tre ici; l'autre jour, il est parti avec cette femme et s'est mari√© avec elle?"
      Je dis: "Il avait le droit de le faire. Il a autant le droit de se marier que moi, ou que qui que ce soit d'autre. Vous ne pouvez pas trouver cela dans la Bible."

134    Un jeune gar√ßon catholique me dit: "Est-ce vrai, Billy?"
      Je dis: "C'est la v√©rit√©."
      Il dit: "Montre-le-moi."

135    Et je dis: "Bien, je te montrerai dans la Bible 'que le mariage soit honor√© parmi tous'. All√©luia! Paul dit, 'que chacun ait sa femme'. C'est tout √† fait juste." Je dis: "C'est une invention romaine, et il n'y a pas plus de v√©rit√© dans cela que dans le fin fond de l'enfer." All√©luia! Je crois la Parole de Dieu. Je dois croire quelque chose, et ceci est AINSI DIT LE SEIGNEUR!

136    Une fois ils eurent un groupe de pr√©dicateurs en route comme cela, jadis dans l'Ancien Testament, leur enseignant tout un tas de choses. Je vais vous montrer quelle sorte d'√©ducation ils avaient. On leur enseignait tout ce qui concernait la th√©ologie de ce jour-l√†, l'√©cole de proph√®tes. Et on est venu jusque l√† un jour pour voir un v√©ritable proph√®te. Le proph√®te dit √† l'un d'eux: "Va, et ramasse-toi une brass√©e de l√©gumes maintenant, nous les mettrons dans la grande bouilloire, nous aurons un grand pot de pois."

137    Et vous savez ce que ce pr√©dicateur fit? Il sortit et ramassa une brass√©e de coloquintes, des gourdes vertes d'une vigne sauvage. Mon ami, un gars qui ne savait pas la diff√©rence entre des pois et des gourdes sauvages est un dr√īle de pr√©dicateur, je vous le dis. Il les jeta dans la marmite et commen√ßa √† faire cuire. La premi√®re chose, vous savez, chacun eut une grande assiette de cela, comme cela, et il dit: "La mort est dans le pot."

138    C'est ce qui ne va pas aujourd'hui, il y a la mort dans le pot! Certains vieux et froids s√©minaires, formels, des endroits impies et o√Ļ on essaie d'enseigner une th√©ologie quelconque. Ils arrachent les gens, ils les √©loignent de Christ. Nous avons besoin du bapt√™me du Saint-Esprit pour donner la Vie. All√©luia! Ouf! Il me semble que je suis deux fois plus grand maintenant. Mais c'est la v√©rit√©, fr√®re, on cuit quelque chose, c'est bien vrai, on fait cuire quelque chose, mais que fait-on cuire? Cela c'est autre chose. Un gars qui ne connaissait pas la diff√©rence entre les coloquintes vertes et des pois! C'est un peu comme certains d'entre eux. C'est la v√©rit√©. Oui, monsieur!
      Ils dirent: "La mort est dans le pot."

139    Le vieil √Člie √©tait un vrai proph√®te. Il dit: "Oh, ne vous faites pas de soucis pour cela. Ne vous troublez pas ainsi." Amen. Nous avons un gar√ßon ici qui a une double portion. All√©luia! Il avait travers√© le pays de Canaan, il √©tait revenu, il avait une double portion. Il dit... Il savent quoi faire lorsque les ennuis arrivent. Il dit: "Va me chercher une poign√©e de farine." Il prit la farine et la jeta dans le pot. Il dit: "Maintenant, mangez tout ce que vous voulez. C'est en ordre maintenant."

140    Pourquoi la farine? La farine √©tait l√† pour √™tre agit√©e, pour l'offrande de farine, l'offrande agit√©e devant le Seigneur. Et cette farine devait √™tre √©cras√©e par la meule qui √©crase chaque grain de la m√™me fa√ßon. Cette offrande de farine √©tait Christ. Mettez Christ l√†-dedans, chaque meule de la m√™me fa√ßon. J√©sus-Christ le M√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Lorsqu'il y a la mort dans le pot, mettez-y Christ. All√©luia! Ouf! Gloire! All√©luia!

141    La premi√®re fois que j'ai vu quelqu'un qui avait le Saint-Esprit, c'√©tait un vieil homme de couleur v√™tu d'un grand, long manteau. Ils devaient l'aider comme ceci  (il √©tait si vieux), et il monta sur l'estrade et commen√ßa √† pr√™cher. Beaucoup de pr√©dicateurs ont commenc√© √† pr√™cher, oh, au sujet de ce qui s'√©tait pass√© sur la terre. Lui, il prit son texte dans Job: "O√Ļ √©tais-tu quand Je fondais le monde alors que les √©toiles du matin √©clataient en chants d'all√©gresse et que les fils de Dieu poussaient des cris de joie?" Il dit: "Vous pensez que nous avons une esp√®ce de... nouvelle sorte de religion." Il dit: "Fr√®re, j'ai seulement un go√Ľt de l'ancien temps, je suis un cas battant neuf de religion de l'ancien temps!" Au bout d'un moment, le Saint-Esprit Se saisit de lui. Le pauvre vieil homme √©tait si ankylos√©! Il se tenait l√†; il se redressa, frappa de ses talons, et dit: "Gloire! All√©luia!" Il dit: "Vous n'avez pas assez de place pour moi ici pour pr√™cher," il descendit de l'estrade.

142    Je dis: "Fr√®re, si cela fait une chose pareille pour un homme de quatre-vingts ans, qu'est-ce que cela ne ferait pas pour moi? Je Le veux!" All√©luia! C'est juste. Oui, c'est vrai, j'avais l√† de grands moments. Je suis sorti droit dans un champ de bl√©, et sur mes vieux genoux rouill√©s je suis all√© prier pour cela. C'est vrai!

143    C'est comme le brave Buddy Robinson, qui continuait √† pers√©v√©rer; il voulait le Saint-Esprit. Il dit: "Gloire √† Dieu! Je voulais tellement le Saint-Esprit, mais je ne savais pas quoi faire." Il dit: "Je labourais un champ de bl√© un matin avec le vieil Alec," son mulet. Il dit: "Alec marchait toujours sur le bl√©. Je devins furieux contre lui; je courus l√†-bas et le frappai √† l'oreille aussi fort que je pus. Alec me donna un coup de pied." Il dit: "J'allai de l'autre c√īt√© et je m'assis. Je le regardai, il se tenait l√†." Il dit: "J'ai mordu le vieil Alec aussi fort que je pouvais." Il dit: "J'ai regard√© de son c√īt√©.‚ÄĚ Il dit: "Alec!" Il dit... il dit: "Alec, je suis d√©sol√©. Je ne ferai plus jamais cela!" Il dit: "Alec regarda autour de lui." Il dit: "Si tu n'arrives pas √† plus de religion que ce que tu as maintenant, tu me traiteras de nouveau de cette fa√ßon!" Oh, l√†, l√†! C'est juste. Il dit: "Je suis descendu dans un rang de bl√©, et j'ai dit: 'Bon Seigneur, donne-moi √©norm√©ment de connaissance dans le pignon de mon √Ęme. Aide-moi √† combattre le diable aussi longtemps que j'ai une dent dans la bouche, alors je le tiendrai entre mes m√Ęchoires jusqu'√† ce que je meure'." Il dit: "Seigneur, si Tu ne me donnes pas le Saint-Esprit, lorsque Tu reviendras sur la terre, Tu trouveras un tas d'os √† cet endroit-m√™me!" Il Le re√ßut. C'est vrai!

144    Si vous vous mettez r√©ellement √† la t√Ęche et que vous la prenez au s√©rieux devant Dieu, Dieu vous conduira jusqu'√† l'autre c√īt√©. Peu importe ce que les pr√©dicateurs des s√©minaires disent, nous pouvons avoir le Saint-Esprit parce que Dieu nous L'a promis.

145    C'est sur cela que Caleb basait sa foi; c'est sur cela que Josu√© la basait, parce que Dieu avait dit: "C'est √† vous, Je vous l'ai d√©j√† donn√©." All√©luia! J'aime cela. Pas "Je le donnerai." "Je l'ai donn√©!"

146    "Ceux qu'Il a appel√©s, Il les a justifi√©s." Est-ce vrai? "Et ceux qu'Il a justifi√©s, Il les a glorifi√©s." Est-ce vrai? Alors mon fr√®re, au Ciel, nous sommes d√©j√† glorifi√©s ensemble avec J√©sus-Christ. All√©luia! C'est juste. Laissez simplement le diable hurler et crier et avoir tous les acc√®s de col√®re qu'il veut. AINSI DIT LE SEIGNEUR! C'est vrai. Oh, l√†, l√†!

147    Passons √† d'autres textes ici, pr√™chons un peu sur autre chose, pour sortir un petit peu de cela. Oh, comme c'est merveilleux! Ils en sont arriv√©s √† murmurer, √† discuter. Allons aux environs du chapitre 21, et commen√ßons vers le verset 5. Ils en arriv√®rent √† murmurer, √† discuter et √† s'agiter; cela coupa leur approvisionnement en eau.

148    Peut-√™tre que c'est cela qui ne va pas avec l'√Čglise ce soir; elle fait trop d'histoires, ronchonne partout! L'approvisionnement en eau est coup√©!

149    Vous savez, je voyage beaucoup autour du monde. Et un des endroits les plus piquants, d√©plaisants pour essayer de s'allonger, c'est dans le d√©sert. Tout y a des √©pines. Vous savez pourquoi? Chaque sorte des moindres mauvaises herbes est un cactus. On ne peut s'allonger nulle part, cela vous pique. La raison en est qu'il n'y a pas d'eau. L'eau adoucit les choses. O√Ļ il y a de grandes quantit√©s d'eau, il n'y a pas d'√©pines ni de chardons, o√Ļ il y a beaucoup d'eau.

150    Et je vous dis, fr√®re, si vous prenez une vieille √©glise qui est dess√©ch√©e dans ses os, et o√Ļ il n'y a pas de Saint-Esprit, et pas de salut, pas de gu√©rison divine, pas de puissance de Dieu, ni de cris, ni de joie, et c'est toujours: "Ceci, oh, elle a fait ceci, et il a fait cela, et il a fait ceci", une piq√Ľre, piq√Ľre, piq√Ľre... Ce dont vous avez besoin, c'est d'un d√©versement √† l'ancienne mode, d'un flot du Saint-Esprit, all√©luia, et cela adoucit un petit peu! Amen! Cela signifie "ainsi soit-il". Le Branham Tabernacle en a aussi besoin d'une bonne dose. C'est vrai! Oh, est-ce bien ainsi? Amen? Oh, je vis un bon moment ici. Mes v√™tements me vont parfaitement bien, fr√®re Higginbotham! Oui, monsieur! Mon col n'est pas trop grand, ma chemise me va bien, je me sens simplement bien. Et m√™me ma femme n'est pas ici, ainsi je‚Ķje peux juste avoir un glorieux moment! Oh, ne le lui dites pas, non. Tr√®s bien, mais je vis un bon moment!
    Vous dites: "√ätes-vous heureux?"

151    Bien s√Ľr que je suis heureux. Comment puis-je ne pas √™tre heureux et savoir ce que je sais? Amen. Christ m'a sauv√©, m'a rempli du Saint-Esprit, Il m'a donn√© un billet pour le Ciel. Je vis simplement un bon moment, avan√ßant ainsi et disant: "Avancez, chacun d'entre vous." Oui, monsieur.

152    Cela me rappelle un gar√ßon une fois qui allait faire couver une poule. Et la vieille poule avait‚Ķ Il lui manquait un Ňďuf. Et il n'avait pas‚Ķ Il pensa: "Que vais-je faire pour juste un Ňďuf?" Il sortit donc et il trouva un Ňďuf de cane, et il le mit sous la brave poule.

153    Et la brave poule fit na√ģtre tous ses poussins et un canard, aussi. Et ils circulaient dans la basse-cour, vous savez. Et comme ce petit canard semblait ne pas √™tre √† sa place! Un peu comme l'un de vous, les saints com√©diens, maintenant, vous savez. Il circulait: "Couac-couac, couac-couac" ainsi. Et, oh, ils sortaient de derri√®re la grange, vous savez, et la vieille poule attrapa une sauterelle. Et, "couac-couac, couac-couac." Puis elle faisait: "Cloc-cloc, cloc-cloc". Et voici que les petits poussins accouraient vers elle comme cela, chacun. Mais le bon vieux petit canard ne connaissait pas l'appel, "couac-couac." Il ne savait pas ce que toute cette poussi√®re signifiait; elle p√©n√©tra dans ses narines et ainsi de suite. Il √©tait un petit gars de dr√īle d'apparence, pas √† sa place.

154    Il en est de m√™me pour un bon membre du Saint-Esprit √† l'ancienne mode dans une vieille √©glise formelle et froide, simplement pas √† sa place. On y parle de tout ceci, cela, et encore cela, et de qui est le pr√©sident. Ils veulent savoir qui est Dieu, ils veulent apprendre au sujet de Dieu.

155    Mais vous savez, cette vieille poule fit une erreur un jour, juste comme ce que fit la vieille √©glise. C'est juste. Elle sortit un jour, loin dans la basse-cour comme ils avaient fait et apr√®s un moment le bon vieux canard redressa la t√™te, et [fr√®re Branham renifle. - Ed.] il sentit l'eau. C'√©tait sa nature, vous savez. Amen. Il sentit l'eau. Il dit: "Honck-honck, honck-honck." Oh, l√†, l√†! Il n'avait pas une nature de poulet, de toute fa√ßon, il avait une nature de canard. Ainsi il sentit l'eau; il y avait un petit cours d'eau l√†-bas. La vieille poule cria: "Cloc-cloc, cloc-cloc, cloc!"

156    Il cria: "Honck-honck, honck-honck," se dirigeant tout droit vers l'eau, aussi vite qu'il le pouvait!

157    Il en est ainsi lorsqu'un homme est n√© dans le Royaume de Dieu. La vieille √©glise peut dire: "Tenez-vous √©loign√©s des saints com√©diens, c'est un non-sens, c'est ceci, cela, et encore cela." "Honck-honck, honck," il doit arriver jusqu'√† l'eau! All√©luia!

158    Gloire! "Celui qui croira et qui sera baptis√© sera sauv√©." Gloire √† Dieu! Vous dites que c'est de la folie, mais, fr√®re, nous sommes heureux!

159    "Honck-honck, honck-honck, honck-honck." Les petits canards commenc√®rent √† se diriger vers l'eau. Qu'est-ce que cela? C'√©tait sa nature. Il n'y pouvait rien. Il y a quelque chose en lui l'appelant vers l'eau.

160    Et lorsque Dieu est dans un cŇďur, Il l'appellera √† une r√©union du Saint-Esprit √† l'ancienne mode. Gloire √† Dieu! Gloire! C'est vrai, fr√®re, je sais que c'est ma nature. All√©luia! √Ä moins que votre nature n'ait √©t√© chang√©e, vous √©couterez toujours le gloussement de la vieille poule. Mais lorsque vous sentez l'eau, si vous √™tes un canard, vous avez fini d'√™tre un oison, parce que vous vous dirigez vers l'eau. All√©luia!

161    Josu√©, lui, a dit: "Ah, nous pouvons r√©ussir!" Josu√©, lui, a dit: "Nous pouvons le faire!" Caleb a dit: "Nous pouvons le faire!"
      "Comment savez-vous que nous pouvons le faire?"

162    Il dit: "Parce que Dieu l'a dit, et nous allons traverser. Nous allons r√©ussir, et nous allons le faire." Et aussit√īt ils partirent! Ils s'√©lanc√®rent vers le pays, et ils obtinrent l'√©vidence du Saint-Esprit, et ils revinrent pour le prouver. Le pays √©tait bon, il y poussait de bons raisins. Je suis heureux de cela, n'√™tes-vous pas heureux? Oh, l√†, l√†! Mangez-les simplement et salivez comme un cheval mange du tr√®fle! C'est juste! Oui, monsieur, vous passerez simplement un bon moment, prenez-y plaisir!

163    Qu'ai-je √† me soucier de ce que le monde dit? Je n'ai rien √† faire avec cela! Le Dieu m√™me qui m'a suscit√©, a sauv√© mon √Ęme, et m'a envoy√© tout autour d'ici pour prier pour des rois et ainsi de suite, tout autour du pays; c'est ce bon Saint-Esprit √† l'ancienne mode qui l'a fait. Je n'ai jamais eu honte de cela. J'ai dit dans des palais de rois: "J'ai re√ßu le bapt√™me du Saint-Esprit." All√©luia. C'est vrai. Ils ont faim eux aussi. Ils ont faim et soif.

164    Regardez donc ceci, ils en sont arriv√©s √† murmurer et en vinrent √† se plaindre. Leur approvisionnement d'eau √©tait coup√©.

165    Maintenant d√©p√™chons-nous. Quelle heure est-il? Dites, je suis d√©sol√©, je suis en retard. Excusez-moi de pr√™cher trop longtemps. Oh, je n'ai pas encore donn√© mon enseignement n'est-ce pas? Mais juste une minute, j'arriverai √† ma le√ßon dans un moment. Non, je vous faisais simplement marcher; restez bien tranquilles. Prenons juste quelques paroles ici, je voudrais dire quelque chose.

166    Le verset 5 du chapitre 21 maintenant... √©coutez tr√®s attentivement.
    Et le peuple parla contre Dieu et contre Mo√Įse: Pourquoi nous avez-vous fait sortir d'√Čgypte, ... dans ce d√©sert? ... o√Ļ il n'y a point d'eau, et nos √Ęmes sont d√©go√Ľt√©es de cette mis√©rable nourriture.

167    Apr√®s avoir √©t√© nourris par la bonne nourriture d'anges et autres choses, ils dirent: "Oh, nous sommes fatigu√©s de cela. Nous voudrions de l'ail et une citrouille." Ils voulaient des bonnes vieilles pot√©es de viande d'√Čgypte.
    Alors l'√Čternel envoya contre le peuple des serpents br√Ľlants... mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens‚Ķ
    ‚Ķ vint √† Mo√Įse et dit: Nous avons p√©ch√©, et nous avons parl√© contre l'√Čternel et contre toi. Prie l'√Čternel afin qu'Il √©loigne de nous ces serpents br√Ľlants. Mo√Įse pria pour le peuple.
    L'√Čternel dit √† Mo√Įse: Fais-toi un serpent br√Ľlant, et place-le sur une perche; quiconque aura √©t√© mordu, et le regardera, conservera la vie.
    Mo√Įse fit un serpent d'airain et le pla√ßa sur une perche; et quiconque avait √©t√© mordu par un serpent et regardait le serpent d'airain, conservait la vie.

168    Oh, permettez-moi d'en venir l√†, cette petite chose-l√† avant le service de demain soir. Le Serpent d'airain. Comme hier soir, le Rocher frapp√©, comme nous avons termin√© par le Rocher frapp√©... Le Serpent d'airain √©tait J√©sus-Christ.
      Vous dites: "Un serpent?" Oui.

169    Le serpent repr√©sentait "le p√©ch√© d√©j√† jug√©". Dieu a jug√© le serpent dans le Jardin d'√Čden, dans le troisi√®me chapitre de la Gen√®se, et le verset 14... Dieu a d√©j√† prononc√© le jugement sur le serpent. Oh, il √©tait beau, il marchait debout, et √©tait le plus rus√© de toutes les b√™tes des champs. Mais Dieu le jugea, et le fit marcher sur son ventre pour le reste de ses jours, sur son ventre. Il √©tait jug√©!

170    Et Christ √©tait "nos p√©ch√©s jug√©s". Amen. Le voyez-vous? C'est beau. Mon p√©ch√©, vos p√©ch√©s... nous devrions en toute justice aller en enfer et √™tre punis pour nos p√©ch√©s. Mais Christ prit notre place. Le serpent‚Ķc'est pour cela qu'il repr√©sentait Christ.

171    L'airain, le serpent √©tait fait en airain‚Ķ L'airain signifiait "jugement divin". Maintenant, le serpent √©tait "le p√©ch√© d√©j√† jug√©", et l'airain signifiait "jugement divin."

172    Comme l'autel d'airain... L'autel √©tait fait d'airain, o√Ļ l‚Äôon br√Ľlait les corps du sacrifice. Vous le trouverez donc dans le chapitre 17, vous qui inscrivez les r√©f√©rences des √Čcritures.

173    Maintenant, ils prirent la b√™te, puis ils la lav√®rent (un type parfait, le bapt√™me), ils la firent entrer, pos√®rent leurs mains dessus (confess√®rent leurs p√©ch√©s), coup√®rent la gorge. Le sang √©tait vers√©, et la viande br√Ľlait; il y avait le sang sur le bloc de sacrifice, sur l'autel, l'autel d'airain, o√Ļ les p√©ch√©s √©taient r√©pudi√©s, o√Ļ ils... O√Ļ le Dieu juste demandait une enti√®re s√©paration. Et le jugement divin de Dieu, avec le feu, consumait le sacrifice pour le p√©ch√©. All√©luia!
      Le jugement divin de Dieu √©tait sur J√©sus-Christ.

174    Regardez, le jugement divin, √† nouveau dans les jours d'√Člie, montre que c'est le jugement divin. √Člie... Il vint un temps o√Ļ il n'y avait rien, les gens s'√©taient √©loign√©s de Dieu. Et √Člie alla sur la montagne, et il pria. Il vint devant le roi et dit: "M√™me la ros√©e ne tombera pas des cieux jusqu'√† ce que je l'appelle." Et pendant trois ans et six mois la ros√©e ne tomba vraiment pas sur la terre.

175    Et lorsqu'on en √©tait arriv√© √† ce point, √Člie dit: "Prouvons qui est Dieu, le Dieu ardent." Notre Dieu est un feu d√©vorant. "C'est ce Dieu qui r√©pondra par le feu..."

176    C'est ce que je dis ce soir. C'est ce Dieu qui r√©pondra par le Feu, le Saint-Esprit et le Feu, c'est Celui -l√† qui sera Dieu!

177    Maintenant, ils mirent le... regardez, il monta apr√®s qu'ils eussent fait descendre le feu du ciel, et ainsi de suite, et qu'il e√Ľt consum√©, le sacrifice, ils lev√®rent les yeux vers le ciel, et celui-ci ressemblait √† de l'airain. Qu'√©tait-ce? Le jugement divin sur toute la nation.

178    Et mon fr√®re, ma sŇďur, si vous regardez autour de vous aujourd'hui, vous verrez √† nouveau la couleur de l'airain. Le jugement divin vient sur une nation. Le jugement! Le serpent ardent, des serpents ardents, avec le jugement divin l√†-dedans.

179    Maintenant, regardez, il √©leva ce b√Ęton sur lequel il y avait le serpent, fait en airain. Et quiconque regardait ce serpent √©tait gu√©ri de ses maladies.

180    Quelle belle image de J√©sus-Christ, ce soir! Il a dit: "Comme Mo√Įse, de m√™me que Mo√Įse √©leva le serpent d'airain dans le d√©sert!" Le voici, maintenant saisissez-le. Si vous √™tes malade, vous d√©couvrirez ce qui vous gu√©rira! Comme J√©sus a dit: "Comme Mo√Įse √©leva le serpent d'airain dans le d√©sert, il faut de m√™me que le Fils de l'Homme soit √©lev√©." Pour la m√™me raison, en une raison compos√©e, "Il √©tait bless√© pour nos p√©ch√©s... C'est par Ses meurtrissures que nous sommes gu√©ris."

181    Ils murmuraient contre Dieu et contre Mo√Įse, et furent mordus par les serpents. Le serpent fut utilis√© pour une double application. La premi√®re √©tait de pardonner leur p√©ch√©, et ensuite de gu√©rir leur maladie.

182    Et J√©sus a √©t√© √©lev√©, ce qui devait pouvoir pardonner notre p√©ch√©, et gu√©rir notre maladie.

183    Ensuite, en continuant, apr√®s cela vient Balaam, le proph√®te mercenaire; il descend pour arr√™ter Isra√ęl. Oh, l√†, l√†! Nous aborderons cela demain soir, comment ce gaillard... Et une mule muette a d√Ľ lui parler et le r√©primander. Un pr√©dicateur en dehors de la volont√© de Dieu, avec l'esprit dirig√© vers l'argent, il est all√© l√†-bas, et une mule devait le r√©primander l√†-bas, une mule muette. Si Dieu peut parler par une mule muette, alors bien s√Ľr qu'Il le peut par un homme. Oui, monsieur.

184    Remarquez le pauvre vieux Mo√Įse l√†, apr√®s tout ce temps. Je voudrais vous montrer ce qu'est un homme devant Dieu. Comment Cor√© et tous ceux‚Ķ Remarquez, quand Dieu a dit √† Mo√Įse: "Sors d'ici, Mo√Įse, Je vais d√©truire tous ces hommes, et faire de toi une nation puissante..."

185    Et Mo√Įse se jeta devant Dieu, il se mit dans la br√®che et dit: "Dieu, prends-moi!" Et Dieu ne pouvait pas contrarier cet homme, quel puissant saint devant Dieu! Regardez donc cela!

186    Regardez le vieil √Čsa√Įe, il monte et va dire au proph√®te √Čz√©chias: "Donne tes ordres √† ta maison, tu vas mourir. AINSI DIT LE SEIGNEUR."

187    Comme il √©tait g√™nant de revenir quelques heures apr√®s. Le Saint-Esprit l'avait rencontr√©. Parce qu'√Čz√©chias avait tourn√© son visage contre le mur et pleur√© am√®rement, et dit: "√Čternel, je Te supplie de me prendre en consid√©ration. J'ai march√© devant Ta face avec int√©grit√© de cŇďur." Et les larmes coulaient le long de ses joues. Dieu avait d√©j√† scell√© son destin, mais la pri√®re changea les choses. Il dit au proph√®te: "Retourne et dis-lui ce qu'il en est."

188    Regardez quel guerrier √©tait Mo√Įse! Dans ses derni√®res heures, il est all√© par-l√† avec cet affreux caract√®re col√©rique, et finalement se glorifia lui-m√™me au lieu de glorifier Dieu, et Dieu n'allait pas lui permettre... Bien s√Ľr, le tout √©tait une pr√©figuration... Tout comme les organisations d'aujourd'hui, les M√©thodistes, les Baptistes, les Pentec√ītistes, et tous les autres, ils se glorifient eux-m√™mes.

189    Il y a quelques jours, une des plus grandes √©glises, simplement parce qu'ils ne pouvaient pas √™tre le seul canard dans la mare, ils rejettent du pouce une r√©union comme cela. Je dis: "Je n'ai pas absolument besoin de votre coop√©ration. O√Ļ sont les aigles,... o√Ļ est le corps mort, s'assembleront les aigles? [Darby - Tr.] Et c'√©tait vrai. Oui, monsieur. Dites seulement la V√©rit√©, Dieu prendra soin du reste. Et les voil√† qui disaient: "Oh, nous sommes les plus importants."

190    Je dis: "Peu importe ce que vous √™tes; Dieu est le plus important dans nos vies. C'est juste. C'est Dieu qui est requis, et non pas ce que dit l'√©glise. Et l'√©glise, chacune d'entre elles... N'importe quel historien ici qui veut examiner cette chose... Il n'y a jamais eu une √©glise qui soit une fois tomb√©e et qui se soit relev√©e. Dieu les laisse √† l'√©cart. Ils ne se sont jamais... Les Luth√©riens sont tomb√©s, les M√©thodistes sont tomb√©s, les Presbyt√©riens, les Baptistes, tout le long, et les Pentec√ītistes aussi. Dieu les rejette simplement en les mettant √† l'√©cart.

191    Et si - si vous croyez que je suis le proph√®te de Dieu, √©coutez ceci. Et je le dis avec inspiration. Pas exactement maintenant, mais ce qui a pr√©c√©d√© ceci. Il n'y aura pas une seule organisation repr√©sent√©e, (je veux dire, l'organisation toute enti√®re) √† l'int√©rieur du Royaume de Dieu; mais Dieu fera sortir de chacune d'entre elles l'√©lite de la moisson, et la remplira de l'Esprit, et l'√©l√®vera dans la Gloire. C'est vrai.

192    La Bible pr√©dit que le dernier √Ęge de l'√Čglise est l'√Ęge de l'√Čglise de Laodic√©e, qui est ti√®de. Et c'est l√†, et pas plus loin, que l'√Čglise en est arriv√©e aujourd'hui. C'est juste. Ils en sont arriv√©s peut-√™tre √† l'endroit de pouvoir frapper dans leurs mains un petit peu, et faire un peu de bruit, et sauter et donner des coups de pieds dans les meubles un moment. Mais lorsqu'il s'agit d'une r√©elle vie v√©cue, pure, sainte, non adult√©r√©e, sanctifi√©e, ils en sont aussi loin que la nuit et le jour. C'est juste. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui c'est d'une mort √† soi-m√™me √† l'ancienne mode, fr√®re: o√Ļ il s'agit, non de retourner √† l'autel et puis la chose passe, et retourner √† l'autel √† nouveau, et encore retourner √† l'autel. Allez l√†-bas et restez-y jusqu'√† ce que vous soyez mort, et alors un homme mort ne conna√ģt rien des choses du monde. All√©luia! Je ne repars pas sur ceci √† nouveau. Regardez, fr√®re, laissez-moi vous dire...

193    Dieu, apr√®s avoir eu Son pauvre vieux serviteur, Mo√Įse... Quelqu'un m‚Äôa dit une fois: "Je vous dis, cela montre Dieu, si vous l'appelez Dieu." Il a dit: "Il a abandonn√© Son serviteur √† son sort. Apr√®s..."

194    La vie de Mo√Įse √©tait par cycle de quarante. Il a √©t√© appel√© √† quarante ans et fut refus√© par ses fr√®res. Il partit dans le d√©sert et garda des moutons pendant quarante ans. Lorsqu'il avait quatre-vingts ans, Dieu l'envoya d√©livrer Isra√ęl d'√Čgypte. Et lorsqu'il fut pr√®s de la Terre promise, il avait cent vingt ans. Il avait la d√©marche d'un jeune homme, et sa vue ne baissa pas, c'est vrai, √† cent vingt ans.

195    Mais lorsqu'il se glorifia l√†-bas, au lieu de glorifier Dieu, devant ce rocher...; lorsque Dieu lui parla, lui dit: "Va, parle au rocher. Ne le frappe pas. Parle-lui." (Le Rocher a √©t√© frapp√© une seule fois) ...

196    Et Mo√Įse, avec son caract√®re col√©rique, tout excit√©, courut l√†-bas et frappa le rocher. Il ne donna pas d'eau. Il le frappa √† nouveau, il donna de l'eau. Il dit: "Vous rebelles, est-ce de ce rocher que nous vous ferons sortir de l'eau?" Ainsi parla-t-il, et cela fit jaillir des eaux, car Dieu devait √©couter ce proph√®te parce qu'Il l'avait rev√™tu de cette puissance. Et cela brisa tout le programme de la Bible de Dieu.

197    Christ a √©t√© frapp√© une seule fois. Nous parlons au Rocher maintenant, et Il donne Ses eaux, voyez-vous. Il a d√©j√† √©t√© frapp√©. Parlez-lui simplement, et Il donne Ses eaux.

198    Maintenant, je le vois ce matin-l√†. Oh, lorsque je pense √† cette image, mon cŇďur s'arr√™te presque en moi. Je vois Mo√Įse, il savait... Dieu dit: "Moise, dis-leur √† tous adieu, √† ta congr√©gation. Je vais t'appeler un peu plus haut, aujourd'hui."

199    Je vois le vieux Mo√Įse se tenant l√†, avec cette longue barbe blanche, et ses cheveux descendant sur son visage, ses vieux yeux obscurcis par les larmes, pendant qu'il regardait son auditoire. Comment il √©tait tomb√© sur le... Comme ils avaient murmur√©, et comment il s'√©tait port√© garant √† leur √©gard. Il les regarda tous. Il commen√ßa √† gravir la montagne. Il parvint sur la montagne et se retourna, il commen√ßa √† faire au revoir de la main. Il gravit jusqu'√† parvenir droit au sommet de la montagne. C'√©tait au mois d'avril. Il se tint l√† et regarda de l'autre c√īt√© en Terre promise. Oh, combien il voulait aller l√†-bas! Oh, l√†, l√†! Son pauvre cŇďur se brisait. Il voulait passer en Terre promise avec ce groupe de Juifs qu'il avait conduits et pour lesquels il s'√©tait tenu dans la br√®che. Et le voil√† donc, qui regardait de ce c√īt√©-l√†, et les larmes coulaient le long de ses joues. Il se retourna et fit √† nouveau un signe de main au peuple pour leur dire au revoir, leur vieux pasteur. Il s'en allait. Il leur fit signe comme cela. Il regarda de nouveau de l'autre c√īt√©.

200    Si seulement je pouvais me tenir o√Ļ se tenait Mo√Įse et parcourir de mes yeux le paysage! Dieu voulant, durant les quelques prochains mois, je veux me tenir sur la montagne l√†-bas et regarder du c√īt√© o√Ļ ils ont travers√©.

201    J'ai vu un film l'autre jour, o√Ļ quelques-uns des fr√®res, environ quarante de mes fr√®res des campagnes d'√©vang√©lisation, sont all√©s par-l√†, et ils ont pris un film de cela. Lorsqu'ils travers√®rent l√†, ces hommes criant et poussant des cris, auraient bien arrach√© tous les buissons de la berge, o√Ļ les enfants d'Isra√ęl s'√©taient dirig√©s, o√Ļ J√©sus fut baptis√©. Et chacun de ces pr√©dicateurs sauta dans l'eau, avec ses v√™tements et tout, et ils se sont rebaptis√©s l'un l'autre, chacun d'entre eux. Oh, mon fr√®re, il y a quelque chose l√†-bas qui bouge et remue! Nous vivons... Ils mont√®rent dans une voiture, et ils ont roul√© un peu, et ils ont dit, en passant par l'itin√©raire que les enfants d'Isra√ęl avaient suivi... Comme le vieux Buddy Robinson a dit: "Arr√™tez cette voiture, et vite!" ... Il sortit et courut d'un c√īt√© et de l'autre, et courut, criant autour de cet endroit, et hurlant: "Gloire √† Dieu! All√©luia!" Il remonta aussit√īt et dit: "Vous pouvez continuer!" C'est juste. Il avait un tel bon moment! C'est s√Ľr!

202    Si je pouvais me tenir o√Ļ se tenait Mo√Įse, sur ce rocher, regardant dans la Terre promise! Il voulait aller, et il regarda de nouveau la congr√©gation, leur dit au revoir en faisant signe de sa main √† nouveau. Les larmes coulaient sur sa longue barbe. Son heure arrivait. Ses manches... elles coulaient sur ses manches ici, son pouls a commenc√© √† battre plus fort en remontant ses manches, un vieux v√©t√©ran.

203    Je peux vous dire maintenant m√™me, fr√®re, ne pensez pas que je dirais ceci √† la fa√ßon baptiste pendant un moment, mais, fr√®re, il n'√©tait pas perdu. Non, il ne l'√©tait pas. Dieu n'abandonnera pas Son serviteur.

204    Alors les manches commenc√®rent √† monter comme cela. Et la premi√®re chose, vous savez, il fut pris, le pouls faiblissant. Ses yeux commenc√®rent √† s'obscurcir, alors qu'il regardait de l'autre c√īt√©, dans ce pays. Comme il voulait passer de l'autre c√īt√©! Oh, l√†, l√†! Son cŇďur √©tait en train de se briser.

205    Et juste au moment o√Ļ il √©tait pr√™t √† quitter cette vie, il arriva qu'il regarda justement, et debout √† son c√īt√© Se tenait le Rocher. Il est donc simplement l√†, c'est tout! Il monta sur le Rocher. Les anges sont venus et l'ont emport√©.

206    Huit cents ans plus tard, il se tenait de l'autre c√īt√© en Terre promise, √† c√īt√© d'√Člie, parlant √† J√©sus. Il n'abandonne pas les Siens.

207    Un de ces jours je devrai arriver √† la fin de la route. J'ai quarante-trois ans maintenant, je commence √† √™tre plut√īt d√©moli. J'ai pr√™ch√© vingt ans. J'ai march√© dans l'eau et la glace bris√©e, et je me suis tenu l√† et j'ai baptis√© jusqu'√† √™tre presque gel√©. J'ai d√Ľ me priver, je suis all√© sans le n√©cessaire, dans les jungles et tout cela, avec les maladies et tout le reste qui r√īdait. Je ne sais pas combien de temps je resterai encore. Mais si je vis pour voir plus loin que maintenant, peut-√™tre quand je deviendrai un vieil homme, si J√©sus tarde, je me tiendrai probablement avec le peu de cheveux que j'ai; ils pendront. Toute ma famille attrape une paralysie lorsqu'ils deviennent vieux, ils ont la tremblote. Quand je me serai fray√© un chemin en combattant dans chaque bataille, que tous mes amis et le reste seront partis, et que je me tiendrai l√† et entendrai les flots imp√©tueux passant par-l√†, que je tremblerai sur mon b√Ęton, comme cela, je veux prendre cette vieille √Čp√©e et la remettre au fourreau de l'√©ternit√©, enlever mon bouclier et le d√©poser, lever la main, all√©luia, et dire: "Seigneur! Envoie-moi le canot de sauvetage; je viendrai de l'autre c√īt√© ce matin, je vais traverser le fleuve." Il ne m'abandonnera pas alors!

208    Et tant que je suis ici, tant qu'il fait jour, je pr√™cherai et prierai, et solliciterai et chanterai, et ferai tout ce que je peux pour le Royaume de Dieu. Lorsque mon √Ęme commencera √† quitter ce corps, et que je regarderai en arri√®re et verrai mes empreintes de pas, je veux qu'elles soient au bon endroit, o√Ļ "la s√©paration laisse derri√®re nous des empreintes de pas sur les sables du temps."

209    Inclinons nos t√™tes. Teddy, va au piano un moment.

210    Notre P√®re C√©leste, oh, combien nous sommes heureux pour ces glorieux moments de r√©jouissances. Je pense que je sors un peu de moi-m√™me, Seigneur, c'est simplement le Saint-Esprit qui baptise simplement mon √Ęme. Je n'y peux rien, quelque chose se saisit simplement de moi. Je suis si reconnaissant, Seigneur, d'avoir pu faire nettoyer toutes les casseroles et les goutti√®res, afin que le Saint-Esprit puisse venir. Enlevez le bouchon des tuyaux, afin que les eaux de salut puissent se d√©verser au moment o√Ļ Dieu le veut. Priez jusqu'√† ce que cela parte. Comme √Člie parla √† Josaphat et dit: "Creuse des foss√©s. Enl√®ve toutes les pierres, tous les b√Ętons et les souches. Il y a de l'eau qui va venir!"

211    Merci, Seigneur, Tu as √©t√© ici ce soir. Et je pense au vieux proph√®te Mo√Įse! Dieu, b√©nie est sa vaillante √Ęme. Comme il se tenait l√† sur le mont, regardant vers la Terre promise, nous nous tenons ainsi ce soir, en regardant de ce c√īt√©-l√†, Seigneur. La seule chose que je Te demande pour moi-m√™me, est que Tu permettes que ce Rocher soit pr√©sent lorsque je m'en irai. Dieu, cela sera tr√®s bien pour moi. Et tout ce que j'ai jamais fait dans ma vie, Seigneur, si je peux simplement ramper jusqu'√† Tes pieds sacr√©s et les toucher, une fois, les caresser avec ma main indigne, cela me r√©compensera un million de fois. Nous savons tous que nous devons prendre cette route. Quelques-uns d'entre nous pourraient devoir le faire dans quelques heures. Je ne sais pas. Toi, Tu sais.

212    Pendant que nous sommes ici ce soir, P√®re, et que le Saint-Esprit est encore pr√©sent (Il S'est trouv√© ici-bas b√©nissant Ton peuple), P√®re, je Te demande quelque chose. Y a-t-il quelqu'un ici qui ne soit pas sauv√©, Seigneur, qui ne Te connaisse pas comme son Sauveur personnel, ne sache pas comment il se tient devant Toi? Je vais Te demander, Seigneur, si Tu veux simplement... Pas que ces gens m'entendent maintenant, mais je vais Te demander si Tu veux simplement parler √† leur cŇďur et leur donner du courage ce soir.

213    Cela pourrait √™tre le dernier appel. Comment savons-nous? Pourquoi courir un risque, alors que toute l'√©ternit√© repose sur ceci?

214    S'il y en a, Seigneur, ou un rebelle en dehors du chemin, qui peut-√™tre monte sur la colline pour regarder de l'autre c√īt√© dans le pays, et ensuite √™tre rejet√©... Dieu, je prie que le Rocher puisse √™tre avec eux. Aide-nous maintenant, et b√©nis cet auditoire pendant que nous attendons.

215    Maintenant, s'il y a un homme ou une femme ici, un gar√ßon ou une fille... avec vos t√™tes inclin√©es... Et ne levez pas la t√™te pour regarder, s'il vous pla√ģt. Les gens sont tr√®s timides, parfois, susceptibles envers ces fa√ßons de faire, mais ce sont des hommes et des femmes.

216    J'ai d√©blay√© beaucoup - beaucoup de terrain, en ces quarante-trois ann√©es. Il y a √† peine quelques jours, j'√©tais le petit gar√ßon d'autrefois courant par ici, jouant aux billes avec vous. Bien, je suis en train d'√©chouer. Je peux le sentir. Je - j'ai essay√© pendant vingt ans d'essayer de vous introduire quelque chose.

217    Jeffersonville, pourquoi rejettes-tu cela? Alors que Dieu l'a authentifi√©, a envoy√© Son Ange, une photo en a √©t√© prise... Le monde entier le sait, pourquoi penseriez-vous que c'√©tait une - une esp√®ce d'imitation de la foi?

218    √ätes-vous sans Dieu ce soir? Vous aimeriez Le conna√ģtre, vraiment. Vous savez que vous voulez cette sorte de salut avant de mourir.

219    Ici y il n'y a pas longtemps, dans cette m√™me ville, il y avait une jeune fille appartenant √† une certaine √©glise dans cette ville; elle pensait qu'elle √©tait en ordre. Son pasteur lui avait dit qu'elle √©tait en ordre. Elle se moquait d'une petite fille qui venait √† l'√©glise, parce qu'elle ne voulait pas aller au cin√©ma. Elle dit: "Ton pasteur est √©troit d'esprit."
      La petite fille dit: "C'est bien ainsi."

220    Apr√®s quelque temps, elle sortit avec de mauvaises fr√©quentations, et elle eut une maladie et laissa aller les choses trop loin. Le docteur, un certain docteur de cette ville, alla l'examiner; il d√©couvrit qu'elle √©tait d√©vor√©e par une maladie v√©n√©rienne. Elle mourut juste apr√®s cela. Ils... Elle √©tait une enseignante de l'√©cole du dimanche dans cette grande √©glise. Ils √©taient tous autour d'elle, oui, pour la voir aller au Ciel. Et juste vers ce moment-l√†, sa classe de l'√Čcole du dimanche √©tait l√†... Son pasteur marchait dans le hall fumant une cigarette... Et lorsqu'il fut √† peu pr√®s temps pour elle de partir, que les anges viennent la chercher, elle se leva, et elle dit: "O√Ļ est le pasteur?" Ils all√®rent le chercher. Elle dit: "Vous, trompeur d'hommes!" Elle dit: "Pourquoi m'avez-vous laiss√©e arriver √† cet √©tat? Je suis perdue!"

221    Ne vous faites pas de soucis, Adam savait qu'il avait des feuilles de figuier sur lui lorsqu'il vint devant Dieu. Tout √©tait bien lorsque Dieu n'√©tait pas proche. Elle dit: "Pourquoi m'avez-vous laiss√©e aller comme cela?" Elle dit: "O√Ļ est cette petite fille du Tabernacle. L√†-bas?"

222    "Oh, elle‚Ķ" Il dit: "Vous √™tes - vous √™tes - vous √™tes hyst√©rique, je vais appeler le docteur pour qu'il vous donne un calmant."

223    Elle dit:"Vous trompez les gens! Je suis perdue, et mon √Ęme ira en enfer, √† cause de vous." Elle courba la t√™te.

224    Et un de mes chers amis qui travaille au garage ici maintenant, travaillait √† l'entreprise des pompes fun√®bres. On alla mettre le fluide dans son corps, et il continuait √† injecter‚Ķ ils continuaient √† sentir le fluide, et ils ne pouvaient pas remplir ses veines; ils retir√®rent ses v√™tements, et regard√®rent; il y avait un trou dans son corps l√† aussi gros qu'un poing, ou presque. La maladie v√©n√©rienne l'avait rong√©e l√†. Oh, oui, elle "allait passer de bons moments! Cette petite fille √©tait une sainte com√©dienne". Ne sous-estimez rien, ami!

225    Le connaissez-vous ce soir? √ätes-vous r√©ellement sauv√©? Je vous le demande au Nom de J√©sus. S'il y a un homme ou une femme, un gar√ßon ou une fille, ici ce soir, qui ne soit pas sauv√©, n√© de nouveau, voudriez-vous lever la main, et dire: "Priez pour moi, fr√®re Branham."? Maintenant gardons tous la t√™te inclin√©e. Oui, Dieu vous b√©nisse, jeune dame. Dieu vous b√©nisse, et vous, vous, vous, vous, vous, vous. Dieu vous b√©nisse. Dieu vous b√©nisse, et vous, vous. Tout au fond, oui, Dieu vous b√©nisse, Dieu b√©nisse votre sinc√©rit√©, jeune homme, je vous vois. Merveilleux. Vingt ou trente mains dans ce petit b√Ętiment, non r√©g√©n√©r√©s. Le Saint-Esprit √©tait ici ce soir, vous a parl√©. Il est ici maintenant. Vous avez besoin de Lui. Pourquoi ne venez-vous pas? Ne voulez-vous pas venir √† l'autel pour vous agenouiller et dire: "Seigneur Dieu, je vais Te recevoir comme mon Sauveur personnel ce soir. Je vais T'accepter maintenant, et je vais recevoir le bapt√™me du Saint-Esprit. Je le veux. Peu m'importe ce que le monde va dire. Je vais le recevoir maintenant. Tu me l'as promis!"?

226    Et, √©coutez, chacun d'entre vous ici qui a lev√© la main, vous avez √©cout√© ces r√©unions. Personne dans ce b√Ętiment ne peut venir √† J√©sus si Dieu ne l'attire. Qu'est-ce qui fait cela? Qu'est-ce qui produit ce d√©sir? Dieu est ici. Dieu est ici.

227    √Čcoute, ami, si Dieu veut entendre ma pri√®re, comme homme, si tu crois que je suis Son proph√®te, et tu as lu les journaux et les revues, les livres et les auteurs, et tu revois ces photos qu'on vend derri√®re la porte, le soir, de cet Ange de Dieu, flamboyant, le M√™me au sujet duquel je lis ici dans le buisson ardent, et tu crois que je suis un serviteur de Dieu, et tu crois qu'Il entendra ma pri√®re, et entendra ta pri√®re si tu pries, voudrais-tu te lever devant ta chaise? Si tu as une telle r√©elle conviction, viens ici et tiens-toi √† cet autel, et dis: "Fr√®re Branham, s'Il ouvre les yeux des aveugles, Il pardonnera mes propres p√©ch√©s." Dieu vous b√©nisse, jeune homme, de ce que vous vous avanciez en premier. Qui va suivre ce jeune homme vers l'autel?

228    Je veux que les pr√©dicateurs de ce b√Ętiment viennent, ceux dans le b√Ętiment, venez ici √† l'autel juste une minute, chaque pr√©dicateur. (Venez, jeune dame. Dieu vous b√©nisse. Quelqu'un d'autre maintenant.) Je veux que les pr√©dicateurs viennent ici en haut de cette estrade, si vous voulez.

229    P√©cheur, ami. Montez directement, jeune homme. Dieu vous b√©nisse. Montez directement et agenouillez-vous l√†; Dieu vous b√©nisse, monsieur, venez donc. Dieu vous b√©nisse, madame. Dieu vous b√©nisse. Que quelqu'un d'autre s'avance ici jusqu'√† l'autel et s'agenouille. √ätes-vous sans Dieu, sans Christ, ce soir, dans un monde compl√®tement √©tranger √† Dieu?
      Oh, vous dites: "Il se fait un peu tard, et les miens m'attendent."

230    Une petite fille infirme s'avance. Honte √† vous, gens en bonne sant√©. √ätes-vous √©trangers pour Dieu ce soir, sans Dieu, sans Christ, mourant dans le p√©ch√© et la honte? Ne viendrez-vous pas? Serez-vous assez homme ou femme, avec assez de d√©cence, pour vous lever et dire: "Fr√®re Branham, je monte l√†, je veux vous serrer la main et m'agenouiller ici √† l'autel. Je veux accepter J√©sus-Christ comme mon Sauveur √† l'instant m√™me."? Viendrez-vous?

231    Toutes ces mains lev√©es, voulez-vous me dire que vous savez que vous √™tes ici dans la Pr√©sence de Dieu, que vous savez que vous √™tes dans cette condition, et vous refusez toujours de venir √† l'autel? Qu'en est-il alors si votre cŇďur s'arr√™te ce soir lorsque vous rentrez √† la maison? Qu'en est-il si vous avez un accident et si vous vous trouvez dans un h√īpital dans une heure, que le sang quitte votre corps, et que vous criez, mais personne pour prier? Dieu dit: "Si vous Me n√©gligez maintenant, Je rirai de vos malheurs." Ne voulez-vous pas venir? Vraiment? Voulez-vous dire que vous avez √©t√© assez convaincu que le Saint-Esprit est ici, pour lever la main, mais que vous ne viendrez pas √† l'autel? Quel peut donc bien √™tre l'obstacle qui vous arr√™te?

232    Dieu vous b√©nisse, monsieur. Je per√ßois que vous √™tes un homme malade, aussi, ce pourquoi vous vous avancez. N'est-ce pas? Vous souffrez de tuberculose. N'est-ce pas? Il va vous gu√©rir ici √† l'autel ce soir. Vous m'√™tes √©tranger, mais je sais ce que vous √™tes et qui vous √™tes.

233    Le Saint-Esprit vient de Se d√©verser d'un coup dans cette r√©union. Et cet Ange de Dieu Se tient sur l'estrade. Vous avez √©t√© aux r√©unions, vous savez ce que ceci signifie. N'est-ce pas?

234    Cet homme sera gu√©ri ce soir. Dieu a parl√© √† l'instant m√™me o√Ļ il s'est lev√©.

235    Dieu te b√©nisse, mon gar√ßon, avance vite. Il vient, pleurant, et les yeux pleins de larmes. Dieu vous b√©nisse, sŇďur, avancez tout de suite. Dieu vous b√©nisse, venez, agenouillez-vous tout autour de l'autel. Ne viendrez-vous pas?
... Agneau de Dieu, je viens, je viens!
Tel que je…

236    Dieu te b√©nisse, petit gar√ßon. C'est merveilleux. Quelqu'un d'autre? Quelques-uns parmi vous les jeunes gens au fond maintenant, il y a longtemps que vous avez remis cela √† plus tard. Voici le moment. L'heure est venue.

237    Que quelqu'un aide la maman avec ce b√©b√© l√†-bas, quelqu'un, s'il vous pla√ģt. Elle veut venir √† l'autel, son mari est d√©j√† ici. Que quelqu'un aide le b√©b√© ou tienne le b√©b√©, laissez venir la maman; Dieu vous b√©nisse. Avancez, maman. C'est juste. Ils prendront soin de votre petit. Venez, devenez une r√©elle maman pour J√©sus-Christ et pour vos enfants.

238    Dieu vous b√©nisse, sŇďur. C'est bien. Dieu vous b√©nisse, madame. C'est comme cela qu'il faut venir et dominer votre nervosit√©. Elle a eu un certain trouble nerveux et des habitudes nerveuses et ainsi de suite, cela vous quittera pendant que vous vous tenez l√† maintenant.

239    L'Ange du Seigneur Se tient sur cette estrade m√™me. Si vous croyez que je suis Son proph√®te, ob√©issez et faites ce que je vous dis maintenant, et vous verrez si ce n'est pas vrai.
Ne cherchant nul remède en moi,
Ton Sang lave... (Dieu te b√©nisse, mon gar√ßon) ... √Ęme impure,
Agneau de... (Dieu vous bénisse, maman.)
Je viens, je viens!

240    Est-ce que quelqu'un d'autre parmi vous voudrait venir? Le Saint-Esprit me dit qu'il y a plusieurs autres personnes ici. Soyez honn√™tes avec Dieu, n'est-ce pas? Que pouvez-vous perdre de monter √† cet autel et de prier un peu? Vous allez prier quelque part. Si vous ne priez pas ici, vous prierez en enfer. L'homme riche y leva les yeux. Maintenant, si vous croyez, si vous croyez la Parole de Dieu, et croyez que je dis la V√©rit√©, si Dieu a confirm√© la V√©rit√©, il y a des hommes et des femmes ici qui devraient √™tre √† cet autel √† l'instant m√™me. Le Saint-Esprit parle, disant qu'il en est ainsi. Venez! Dieu vous b√©nisse, sŇďur, vous-m√™me √™tes une de ces personnes. Avancez! Dieu vous b√©nisse. Venez maintenant, o√Ļ que vous soyez. Jeunes et vieux, venez!

241    Levons-nous! Vous tous qui √™tes assis, levez-vous alors que nous chantons un couplet de ce chant, maintenant. Avancez donc, √©largissez le groupe, prenons notre chemin vers l'autel. Vous dites que vous appartenez √† l'√©glise. Ce n'est pas assez. "Si un homme ne na√ģt de nouveau, il n'entrera pas dans le Royaume." Avancez donc!
    Tel que... (tout le monde.) ... je

242    Ne voulez-vous pas sortir de votre place? Ne voulez-vous pas longer l'all√©e lat√©rale maintenant? Venez ici et rencontrez-moi √† l'autel. [Fr√®re Branham quitte la chaire et continue l'appel √† l'autel - Ed.]
EN HAUT