ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication Isra√ęl dans sa patrie de William Branham a √©t√© pr√™ch√©e 53-0329 La dur√©e est de: 53 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Isra√ęl dans sa patrie

1    Le Seigneur vous b√©nisse! Maintenant, ce matin, nous avons eu des questions et des r√©ponses. Oh, l√†, l√†, nous en avons eu beaucoup! J'ai commenc√©, cela paraissait √™tre environ neuf heures; j'ai arr√™t√© √† deux heures et demie, et j'en ai encore une pleine poche. De toutes sortes. Mais peut-√™tre pourrons-nous les aborder la semaine prochaine. Il y en a encore plus amass√©es ici, que je n'ai pas m√™me encore vues; nous les aborderons aussit√īt que possible. J'esp√®re que fr√®re Tom restera parmi nous la semaine prochaine. Et ainsi, nous avons beaucoup de pr√©dicateurs par ici; si l'un de nous est enrou√©, nous passerons aussit√īt au suivant! Ainsi, nous‚Ķ

2    C'est la premi√®re fois que je tiens des r√©unions de r√©veil de ce genre depuis sept ans. Il y aura sept ans la semaine prochaine, que j'ai tenu la derni√®re s√©rie de r√©unions de r√©veil ici au Tabernacle. C'√©taient des services de gu√©rison. J'admettrai que nous avons eu de plus grandes foules et ainsi de suite, jusqu'√† cent mille personnes, mais je n'ai jamais eu un aussi bon temps. J'ai simplement eu un bon moment.

3    Hier soir, je salivais simplement comme un cheval lorsqu'il mange du tr√®fle, fr√®re Wright; j'ai eu un merveilleux moment! Le Seigneur nous a b√©nis.

4    Il nous a b√©nis aujourd'hui au point que nous aurions d√©moli la maison! Cela ressemble √† une r√©union en plein air √† l'ancienne mode, "√† faire tomber les murs de la maison", n'est-ce pas? Mais nous avons eu un bon moment. Le Seigneur nous a b√©nis. Nous croyons qu'Il nous b√©nira ce soir. Nous avons discut√© ce matin au sujet de questions tr√®s vitales, quelques-unes d'entre elles ayant rapport √† des sujets bibliques profonds.

5    Maintenant, vendredi prochain, il y aura un message sur la crucifixion, vendredi soir prochain, le Seigneur voulant ... Nous prendrons J√©sus √† la croix, nous Le verrons crucifi√©, nous Le mettrons dans le tombeau et nous Le garderons l√† la soir√©e de samedi; mais dimanche matin, au service du lever du soleil de P√Ęques, nous allons essayer de l'en faire sortir, vous montrer comment Il prouve ce qu'Il est.

6    Il serait tr√®s bien, juste apr√®s cela, si le Seigneur nous permettait de tenir un grand service de gu√©rison, n'est-ce pas? Cela serait-il bien? Peut-√™tre que nous obtiendrons le gymnase de l'√©cole secondaire ou quelque chose comme cela, et nous y rassemblerons quelques milliers de personnes, et nous aurons un grand service de gu√©rison; nous l'annoncerons dans le journal et aux stations de radio, et ainsi de suite. Habituellement, cela s'√©l√®ve √† plusieurs milliers de personnes lorsque nous avons des services de gu√©rison. C'est mon appel, de prier pour les malades. J'ai eu de tellement merveilleuses exp√©riences dans ce domaine!

7    Et je crois que le Seigneur est en train de pr√©parer quelque chose maintenant, la raison pour la quelle Il m'a enlev√© des champs missionnaires et m'a plac√© ici, je crois que c'est Son m√©morial, sept ans; Il va susciter un autre niveau, aller un peu plus loin. "Quand l'ennemi vient comme un fleuve", dit-Il, "J'√©l√®verai un √©tendard contre lui." [Voir Trad. Darby - √Čsa√Įe 59/19.]
    Ce soir, je voudrais lire comme texte, ou comme passage de l‚Äô√Čcriture ...

8    Et maintenant, nous avons, aussit√īt apr√®s, un service de bapt√™mes. Je ne parlerai pas trop longtemps ce soir. J'ai dit cela chaque soir, et puis je vous ai donn√© la punition de rester assis l√† pendant environ deux heures et demie! Mais je ne peux pas faire cela ce soir, parce que j'ai plusieurs personnes √† baptiser.

9    Et le matin de P√Ęques, aussit√īt apr√®s le service du lever du soleil, il y aura des bapt√™mes d'eau ici au Tabernacle, aussi, le bapt√™me du matin de P√Ęques.

10    On baptisera ce soir. Nous sommes des "baptistes", dans la fa√ßon de baptiser. Nous devons simplement √™tre scripturaires, c'est tout. Pas exactement des baptistes; mais l'√Čcriture ... Nous croyons au bapt√™me par immersion. Et, maintenant, si vous ne croyez pas cela de cette fa√ßon, c'est encore tr√®s bien. Mais nous croyons cela, le bapt√™me d'eau par immersion.

11    Voici donc un passage de l'√Čcriture que j'ai ... Cela m'est venu il y a des ann√©es et des ann√©es, les quatre derni√®res ann√©es. Sans faillir une seule fois, je pouvais prendre la Bible et je prenais ce chapitre. Et c'est que ... J'ignorais cela jusqu'√† il y a quelque temps; cela a abouti droit √† la conclusion m√™me du message de ce soir.

12    La semaine prochaine, nous retournerons peut √™tre dans la Gen√®se ou dans les environs. Nous ne savons pas encore vers o√Ļ nous nous dirigerons en ce qui concerne la semaine prochaine; comme le Seigneur conduira. Mais ce soir ...

13    Lorsque j'√©tais malade ici il y a quelque temps, ‚Äď ce n'est pas que j'√©tais malade, j'√©tais simplement √† plat ‚Äď je suis rest√© debout pendant des heures; je me suis trouv√© dans les lignes de pri√®re pendant huit jours et huit nuits sans quitter l'estrade. Je prenais mes repas et dormais un peu, toujours sur l'estrade. Et je dis: "Je vais prier pour chacun, si c'est possible." Et lorsque j'ai arr√™t√©, il y avait encore vingt-huit mille personnes dans la ville pour lesquelles il fallait prier, vingt-huit mille! Bien, c'est ce que rapportent les journaux. Ils √©taient tous l√†, quand le journal dit qu'ils √©taient l√†, le "Jonesboro Sun".

14    Alors maintenant ce... [Un fr√®re dit: "Vous parliez de la r√©union en Arkansas, fr√®re Bill. Quand j'√©tais l√†, on y parlait d'une r√©union √† Jonesboro." ‚Äď Ed.] Nous les avions tout ce temps-l√†. C'est l√† que des aveugles, des sourds, des muets, des estropi√©s, et tout le reste √©taient gu√©ris. √áa a commenc√©, de l√†, √† se propager autour du monde. ["Je les ai rencontr√©s. Ils sont toujours gu√©ris l√†-bas, fr√®re Branhary apr√®s cette campagne."] C'est merveilleux. Vous avez pu entendre cela, n'est-ce pas? Oh, oui. Dieu ne rafistole pas les choses. Il gu√©rit. C'est juste. Il le fait bien. Maintenant j'aimerais retourner l√†-bas et tenir une autre r√©union. ["Amen"] Oui, nous venons d'en manquer une. ["Ils seraient heureux de vous avoir, ils viennent de partout, de ces collines et de ces coins perdus"]

15    Nous avons annul√© une r√©union √† Memphis l'autre jour o√Ļ il y avait l'√Čglise de Christ, ou, pas une √©glise, c'est plut√īt, la "Jeunesse pour Christ" qui allait patronner le grand auditorium du M√©morial √† Memphis. Et le Saint-Esprit dit: "Reviens √† la maison", ainsi je suis ici. Je ne sais pas ...

16    Il avait conduit Philippe dans un grand r√©veil une fois; Il lui dit de partir pour le d√©sert et de pr√™cher √† un homme; il est all√© l√†-bas. C'est vrai. Il a quitt√© le r√©veil, juste lorsqu'il en √©tait √† son point le plus chaud. C'est juste. C'est exactement ainsi. Nous devons simplement faire ce que Dieu dit de faire. Maintenant, il s'agit de Josu√©, le 1er chapitre ...

17    Dans la vision o√Ļ j'allais aux Indes ... Vous connaissez donc tous l'histoire, lorsque je suis revenu d'Afrique, j'√©tais assis au bord de mon lit un matin. Ces visions‚Ķ

18    Combien ont d√©j√† √©t√© une fois dans mes campagnes de gu√©rison? Levez la main! Certainement. Vous savez comment les visions viennent. Combien √©taient ici lorsque je tenais justement un service de gu√©rison un soir ici? Vous vous souvenez de cette fois-l√†? Tout √©tait bond√©, tout autour, dehors, et il pleuvait et cela persistait. Une fille vint ici dans une chaise roulante; elle √©tait comme du pl√Ętre depuis la taille jusqu'en bas du corps, paralys√©e, assise ainsi depuis des ann√©es. Le Saint-Esprit lui dit tout ce qu'elle avait fait et ce qu'elle avait manqu√© de faire. Elle dit: "Si Dieu me gu√©rit, je le ferai."

19    Je dis: "L√®ve-toi, au Nom du Seigneur J√©sus!" Et la voil√† sortie, sortant du b√Ętiment en marchant tout √† fait normalement. Voyez-vous? Voyez-vous?

20    Voil√† la chose qui d√©couvre ce qu'est le probl√®me. Vous devez trouver la cause avant de pouvoir trouver le rem√®de, toujours.

21    Ainsi nous ne voulons pas commencer sur la gu√©rison, parce que, maintenant, on a commenc√© √† jouer, "Crois seulement", et nous formerions presque une ligne de pri√®re. Mais maintenant nous voulons parler un petit peu √† ce sujet.

22    Et maintenant pour finir de vous raconter cette vision ... Je l'ai vue l√† se d√©rouler devant mes yeux. Et un Homme vint vers moi, Il avait des feuilles de papier. Et Il prit ces feuilles, Il dit: "Puisque tu pensais √† ce que serait ton avenir ..." et Il les jeta comme cela, et elles mont√®rent droit au ciel. J'ai inscrit le tout ici dans ma bible. Tout comme j'ai pos√© la pierre angulaire l√†-bas, et ce qui arriverait dans les derniers jours; et chacun sait ce que c'√©tait, c'√©tait exactement la Parole. Il en sera juste ainsi. Il dit: "Ton avenir est clair." Et Il dit: "Comme tu pensais √† cet ennui que tu avais, tout partira. Tu ne l'auras plus." Alors Il dit "une autre chose", Il dit: "Tu t'es pos√© des questions au sujet de la fa√ßon de tenir tes r√©unions."

23    Tout le monde m'a toujours dit qu'Oral Roberts prierait pour cinq cents personnes pendant que je prie pour deux. Mais je ne suis pas Oral Roberts. Dieu m'a donn√© un minist√®re; Il en a donn√© un √† Oral. Quoi que ce soit qu‚ÄôOral fasse, il les fait simplement passer et leur impose les mains comme cela. C'est ainsi que Dieu lui a dit de faire. Moi, je dois rester sur place et voir la chose dans son ensemble.

24    Vous devez faire attention, mes amis. C'est une chose dangereuse. Souvenez-vous, qu'arriverait-il si Dieu met une mal√©diction sur une personne dans un certain but, pour faire quelque chose, et qu'ensuite le proph√®te arrive et enl√®ve cette mal√©diction de la personne, et que la chose n'a pas encore √©t√© accomplie. Alors vous aurez des ennuis avec Dieu.

25    Regardez Mo√Įse, le personnage dont nous parlons ce soir. Dieu lui dit: "Descends et parte au Rocher"; il alla et frappa le Rocher! Mais Dieu s'est occup√© de Mo√Įse!

26    Regardez √Člie, ce jeune proph√®te, ce jeune gar√ßon √©tait devenu chauve. Des petits enfants commenc√®rent √† se moquer de lui; ils disaient: "Chauve, pour quoi n'es-tu pas mont√©?" Et ce proph√®te en col√®re se retourna et maudit ces petits enfants au nom de l'√Čternel. Et deux ourses tu√®rent quarante-deux petits enfants innocents. Maintenant, on ne peut pas dire que c'est la nature du Saint-Esprit. Mais c'√©tait le proph√®te en col√®re. Certainement. Nous devons faire attention.

27    Regardez Jean, une fois, il dit: "Devons-nous faire descendre le feu du Ciel et les consumer?"
      J√©sus dit: "Tu ne sais pas de quel esprit tu es anim√©."

28    Voyez-vous, vous devez faire attention, avancer tranquillement et lentement, veiller √† ce que le Saint-Esprit dit de faire.

29    Une jeune femme vint √† la maison ici, il n'y a pas longtemps. On avait tellement pri√© pour elle qu'elle avait √©t√© ointe cinquante fois, je suppose. Comment tout cela est arriv√© ... J'ai pri√© pour elle l√†. Mais assis dans la pi√®ce un matin, lorsque l'Ange du Seigneur s'est approch√©, Il a commenc√© √† lui parler et lui dire simplement ce qu'elle avait fait, parlant de quelque chose qu'elle retenait dans son √Ęme; elle avait gard√© cela pendant huit longues ann√©es. Elle ne voulait le dire √† personne. Le psychiatre ne pouvait pas le lui faire dire. Et elle s'√©vanouit presque. Elle tomba sur le plancher et commen√ßa √† pleurer. Et je dis: "Allez r√©parer cela et Dieu vous gu√©rira." C'est juste. Elle s'en est all√©e s'en remettre √† son mari et mit les choses en ordre ensuite, et elle remonta la pente. Elle est gu√©rie aujourd'hui. Combien savent de qui je parle, dans le b√Ętiment? Beaucoup d'entre vous le savent, c'est s√Ľr. Je pense, si je ne me trompe pas, que cette femme pourrait √™tre pr√©sente ici maintenant. C'√©tait une chose tr√®s embarrassante, mais Dieu a fait le travail‚Ķ

30    Maintenant, voyez-vous, toutes ces pri√®res, tous ces mouvements rapides, toutes les fois que l'on chassait les mauvais esprits, elle cachait un p√©ch√© tout au fond de son cŇďur; elle ne voulait dire √† personne qu'elle l'avait commis, mais le Saint-Esprit a r√©v√©l√© le secret de son cŇďur. Elle est all√©e rectifier cela, alors elle √©tait en ordre. Dieu ne b√©nira pas ce qui couvre un p√©ch√©. Vous devez √©claircir la chose en premier lieu. C'est juste.

31    Maintenant, et pour continuer l√† (Fr√®re Roberts), Il m'a dit: "Juste comme tu es conduit."

32    Et alors Il m'a envoy√© √† Durban, Afrique du Sud, o√Ļ nous avons eu cent mille personnes √† la r√©union, la derni√®re r√©union. Il y a eu trente mille convertis en un jour, lorsqu'ils virent ce que le Seigneur avait fait, comment Il avait fait les grandes, puissantes Ňďuvres. Et l√†, alors, j'√©tais assis de nouveau l√†-bas; Il m'a montr√© une autre foule identique, Il a montr√© cette foule en train de mourir.

33    Alors Il m'a tourn√© de ce c√īt√©, et un ange est descendu avec une lumi√®re qui √©clairait. Je voyais tout simplement des oc√©ans de gens, et c'√©taient des hindous v√™tus de leurs costumes d'hindous. Il me dit, disant ... Et j'ai vu l'ange s'approcher tr√®s pr√®s. Et je dis "Qui sont ces gens?"

34    Et lui, l'autre Ange qui se tenait pr√®s de moi, celui que vous voyez dans le fond sur la photo, bien, il s'approcha de moi, il dit: "Il y en a trois cent mille √† cette r√©union-l√†!"

35    Maintenant, inscrivez-le dans votre bible et observez le rapport qui sera donn√© lorsque je reviendrai des Indes, il y aura trois cent mille personnes qui assisteront √† la r√©union en une fois. Je m'attends √† ce qu'il y ait cent mille conversions √† la fois. Voyez-vous? C'est la seule chose qui refoulera la mar√©e communiste maintenant, alors que quarante pour cent dans les Indes se sont d√©j√† convertis au communisme.

36    Regardez, si l'√Čglise, (je dis ceci avec respect,) si l'√Čglise ne peut pas produire plus que de la lecture, des √©crits, et de l'arithm√©tique, et le c√īt√© psychologique de l'√Čvangile, c'en est fini des hindous. Les hindous, tout comme les indig√®nes d'Afrique, doivent voir la puissance de Dieu en d√©monstration. Voyez-vous, on a envoy√© des missionnaires l√†-bas depuis cinquante ans, en Afrique. Et lorsque les suppos√©s-chr√©tiens arrivent, ils portaient une petite idole d'argile sous leur bras, comme le missionnaire le leur avait dit ... Eh bien, au sujet de la gu√©rison, ils obtenaient la gu√©rison par l'interm√©diaire de l'idole, (pas par l'idole), par Dieu; Dieu fermait les yeux sur leur ignorance. Mais quand on en est arriv√© au point o√Ļ ils auraient du √™tre gu√©ris, [sans les idoles - N. Tr.], le missionnaire disait: "Oh, ces choses-l√†, ces temps sont pass√©s. Nous avons appris cela au s√©minaire. Voyez-vous, c'est d√©j√† pass√©. Une telle chose n'existe pas." Bien, alors, il continuait de porter son idole pour la gu√©rison.

37    Je lui dis que le m√™me Dieu dont le missionnaire avait parl√©, √©tait la T√™te de toute gu√©rison, et je le leur ai prouv√© sur l'estrade. Alors ils ont accept√© Christ et sont all√©s dans les jungles et l√†-bas. Un des confr√®res l√†-bas, qui est all√© dans les champs missionnaires, baptise en moyenne un millier de personnes par semaine, en ce moment, qui sont eux-m√™mes des indig√®nes. C'est cela la mission. Dieu est en train de faire une Ňďuvre vraiment rapide.

38    Combien ont entendu l‚Äô√©mission "Les Ailes de la Gu√©rison", le docteur Wyatt et les autres; et un de mes amis intimes, Raymond Huckster? Bien s√Ľr, il a pr√™ch√© ici-m√™me, au Tabernacle, Raymond Huckster. Il s'est dirig√© vers les Indes Orientales l√†-bas, a tenu des r√©unions de r√©veil, et il a eu des milliers de convertis l√†-bas. Voyez-vous ce que Dieu a fait? Oh, oh, regardez, il y a ...

39    Laissez-moi demander, dire ceci. Permettez-moi de vous donner une illustration. Ici, voici une sph√®re, voici une autre sph√®re, et en voici encore une autre. Maintenant ici nous avons l'√©glise nominale; maintenant en haut ici, nous avons le Sublime, ici c'est o√Ļ nous sommes suppos√©s √™tre, juste voisins du Ciel, o√Ļ la Puissance de Dieu coule. Tr√®s bien, cela coule sur cette sph√®re ici, continue √† couler jusqu'√† celle-ci, alors cela continue jusqu'√† celle-l√†. Ici est l'√©glise nominale, elle continue simplement, juste sur de froides professions de foi et une petite affaire rituelle, c'est l'√©glise nominale; elle prend seulement les tr√®s petites gouttes; l'√©glise suivante, √† ce niveau-ci, le Plein √Čvangile, prend quelques b√©n√©dictions, mais ils s'√©loignent dans des ismes; si vous devons nous √©lever dans cette sph√®re suivante ici, avant de pouvoir √™tre enlev√©s, alors c'est parfaitement juste, on doit s'√©lever jusque l√†-dedans avant de pouvoir y avoir part. Et c'est vrai.

40    Maintenant - notez donc cela dans votre bible - Il ne m'a jamais rien dit depuis que j'√©tais un b√©b√©, et cette Colonne de Feu ... Et ma propre m√®re qui est assise l√†-bas au fond maintenant, elle qui avait quinze ans lorsque je suis n√©, elle a ouvert largement la petite fen√™tre, et l'Ange du Seigneur est entr√© et s'est tenu l√† ... Cela, √† partir de ce moment-l√†, aussi loin que je puisse me rappeler, Il ne m'a jamais dit la moindre chose qui soit fausse. Et me voici ici dans la ville m√™me o√Ļ je suis n√© et o√Ļ j'ai √©t√© √©lev√©. Quelques-uns parmi vous, √©trangers ici, cherchez √† travers la ville, et demandez √† n'importe qui si jamais une chose a √©t√© dite au Nom du Seigneur qui ne soit pas arriv√©e juste exactement comme c'√©tait dit. Ainsi je sais que c'est en ordre, voyez-vous, c'est Dieu!

41    Et maintenant, √† la fin de cela, la fin de cette vision, j'ai vu ma bible venir vers moi, et elle s'ouvrit au 1er chapitre de Josu√©. Et cela a √©t√© constamment devant moi. Oh, c'est ... je ne peux pas m'√©loigner de cela!

42    Et ce soir je voudrais lire cela, parce que nous y voyons les enfants d'Isra√ęl passer de l'autre c√īt√©. Josu√©, le grand chef. Alors nous reviendrons en arri√®re dans les Nombres et nous aurons notre le√ßon, et mettrons l'accent l√†-dessus dans les vingt ou trente minutes suivantes, ou quelque chose comme cela. Nous aurons le service de bapt√™mes, et nous pouvons, ou vous pouvez vous pr√©parer pour cela.

43    Maintenant, √©coutez attentivement, alors que nous lisons Josu√©, le 1er chapitre. Apr√®s la mort de Mo√Įse, c'est l√† que nous nous sommes arr√™t√©s hier soir. Est-ce juste? Mo√Įse, o√Ļ avons-nous laiss√© Mo√Įse? Se tenant sur la colline, agitant la main pour dire au revoir √† son peuple ... Il allait mourir, se couchant l√†. Et il regarda, et ici se tenait le Rocher, se tenant pr√®s de lui. Il passa simplement sur le Rocher, et les anges vinrent et l'emport√®rent. Tr√®s bien.
    Apr√®s la mort de Mo√Įse, serviteur de l'√Čternel, l'√Čternel dit √† Josu√©, fils de Nun, serviteur de Mo√Įse,
    Mo√Įse, Mon serviteur, est mort; maintenant, l√®ve-toi, passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que Je donne aux enfants d'Isra√ęl.
    Tout lieu que foulera la plante de votre pied, Je vous le donne, comme Je l'ai dit √† Mo√Įse.
    Vous aurez pour territoire depuis le d√©sert et le Liban jusqu'au grand fleuve, de fleuve de l'Euphrate, tout le pays des H√©tiens, et jusqu'√† la grande mer vers le soleil couchant.
    Nul ne tiendra devant toi, tant que tu vivras. Comme J'ai √©t√© avec Mo√Įse, Je serai avec toi; Je ne te d√©laisserai point, Je ne t'abandonnerai point.
    Fortifie-toi et prends courage, car c'est toi qui mettras ce peuple en possession du pays que J'ai jur√© √† leurs p√®res de leur donner.
    Fortifie-toi seulement et aie bon courage, en agissant fid√®lement selon toute la loi que Mo√Įse, Mon serviteur, t'a prescrite; ne t'en d√©tourne ni √† droite ni √† gauche, afin de r√©ussir dans tout ce que tu entreprendras.
    Que ce livre de la loi ne s'√©loigne point de ta bouche; m√©dite-le jour et nuit, pour agir fid√®lement selon tout ce qui y est √©crit; car c'est alors que tu auras du succ√®s dans tes entreprises, c'est alors que tu r√©ussiras.
    Ne t'ai-Je pas donne cet ordre: Fortifie-toi et prends courage? Ne t'effraie point et ne t'√©pouvante point, car l'√Čternel, ton Dieu, est avec toi dans tout ce que tu entreprendras.

44    Maintenant, nous allons retourner dans le livre des Nombres, et reprendre o√Ļ nous nous sommes arr√™t√©s hier soir.

45    Maintenant je voudrais toute votre attention, juste pour quelques minutes, parce que vous √™tes serr√©s, et beaucoup sont debout, et ainsi de suite, et nous sommes d√©sol√©s de cela, mais nous n'y pouvons rien, le Tabernacle n'est pas plus grand. Maintenant nous avons laiss√© Mo√Įse‚Ķ

46    Les enfants d'Isra√ęl √©taient sortis d'√Čgypte. Ils √©taient all√©s dans le d√©sert, ils commen√ßaient √† murmurer. Dieu envoya des serpents br√Ľlants parmi eux et ils les mordirent, et ils mouraient par milliers. Et alors Il fit une expiation, un serpent d'airain. Oh, comme c'est beau! Ce serpent d'airain, parlant de jugement, "jugement divin, et le p√©ch√© est d√©j√† jug√©", Gen√®se 3/14, Dieu avait d√©j√† jug√© le serpent. Et alors dans Exode 17, nous d√©couvrons que l'airain parle de jugement divin, l'autel d'airain. Puis aussi dans les jours d'√Člie, nous avons vu que les cieux √©taient d'airain. L'airain est toujours un symbole du jugement divin.

47    Ce soir, les nations commencent √† devenir d'airain; un symbole: le jugement est tout pr√®s. Je crois que nous vivons √† la fin de l'histoire du monde. Je crois que le jugement divin est sur les nations, et Dieu a permis ces choses. Parce que nous avons n√©glig√© Christ c'est la raison pour laquelle le communisme a balay√© les pays. Nous avons pris des milliers de porcs et les avons tu√©s, et les avons br√Ľl√©s ici dans les prairies. Nous ne pouvions pas marcher sur le sentier droit et √©troit. Nous avons rapport√© du whisky et de la bi√®re. Nous avons br√Ľl√© le bl√©, l'avons retourn√©, nous avons sem√© du coton par-dessus; et des centaines de petits enfants sont morts de froid ou presque, en un an. Tr√®s bien, nous l'avons maintenant, le communisme est entr√© sans probl√®me et nous a retir√© ce que nous avions de dessous les pieds.

48    Pas √©tonnant que le christianisme ne puisse m√™me pas √©lever son √©tendard! C'est parce que, non parce que Christ n'en est pas capable, mais parce que les gens veulent la mort. Le Message est pr√™t, la puissance de Dieu est suffisante. Les hommes et les femmes ont peur de se lib√©rer l√†-bas vers ces sph√®res devant Dieu, pour oser mettre leur confiance en Lui et prendre Sa Parole.

49    Mo√Įse, alors, faillit devant Dieu. Mo√Įse est un type parfait de l'organisation d'√©glise. C'est, excusez ceci, mes fr√®res, mais je voudrais que vous √©coutiez ceci attentivement ... Toutes ces choses √©taient une ombre et un type.

50    Et aujourd'hui on entend des gens qui disent: "Oh, j'appartiens √† tel groupe. J'appartiens aux M√©thodistes." Pas seulement √ßa, mais les Pentec√ītistes, les gens de la Saintet√©: "J'appartiens aux Assembl√©es, c'est le plus grand groupe! J'appartiens √† l'√Čglise de Dieu." [Fr√®re Branham fait claquer ses doigts. - Ed.] Dieu ne fait pas plus attention que √ßa au sujet de l'un ou de l'autre, ni √† quelque groupe que ce soit. Non monsieur! Dieu s'int√©resse aux individus, et √† un homme et une femme qui osent se confier en Lui.

51    Mo√Įse √©tait un type de l'organisation d'√©glise, c'est-√†-dire qu'il repr√©sentait la loi. Et Mo√Įse s'est glorifi√© devant le peuple, au lieu de glorifier Dieu. Et Dieu s'est d√©tourn√© de lui.

52    Et aujourd'hui l'√Čglise commence √† se glorifier au lieu de glorifier Dieu. Ils essaient d'obtenir plus de membres, de meilleures √©glises, de meilleures orgues, et de meilleurs bancs, et une plus grande √©glise. Dieu ne se soucie [fr√®re Branham fait claquer ses doigts. - Ed.] pas plus que √ßa √† ce sujet! Vous devriez glorifier Dieu. Je pr√©f√©rerais avoir une petite mission quelque part, bien nettoy√©e, quelque part dans un quartier mis√©rable, o√Ļ on pourrait √™tre vraiment libre et crier, et louer Dieu et avoir un bon moment, que toutes les cath√©drales du monde! Amen! C'est juste. Dieu en a termin√© avec les √Ęges de l'√Čglise.

53    Maintenant remarquez, Il condamna Mo√Įse parce que Mo√Įse se glorifia lui-m√™me.

54    Maintenant, pr√™tez donc attention √† ce qui se passe aujourd'hui. Ces grandes √©glises, ils veulent tous que vous veniez dans leur √©glise et leur organisation. Et chaque pr√©dicateur tire pour essayer de mettre une plume √† son chapeau; il continuera dans ce sens et dira: "Bien, je pourrais √™tre un doyen sur tout un district. Je pourrais √™tre ceci, cela et encore cela." Fr√®re, je veux √™tre chr√©tien. C'est ce dont les hommes et les femmes ont besoin, c'est de Christ. Oh, quand je commence √† les voir, voir la mani√®re dont ils se comportent!

55    Cela me rappelle, il n'y a pas longtemps, je prenais quelques vacances en revenant d'Afrique ‚Äď j'√©tais l√†-haut dans les bois du Nord, tout l√†-haut √† la fronti√®re de l'Alaska, √† bien mille kilom√®tres d'une route goudronn√©e. Je suis parti pendant six jours, √† dos de cheval, m'√©loignant de toutes choses. Et comme je passais de nouveau par l√†, j'√©tais sur mon cheval; un jour il fut v√©ritablement effray√©. Un ours gris avait juste apparu, et il eut peur. Et je continuai √† avancer, ou plut√īt c'est lui qui commen√ßa √† courir, nous avons travers√© tout cela. Et il y avait eu un grand incendie depuis pas mal de temps, et il y avait tout un groupe de grands vieux et hauts arbres qui se tenaient l√†. Et ils √©taient blancs, l√†, au clair de lune, oh, juste aussi majestueux et forts qu'ils en avaient l'apparence. Toute vie s'en √©tait all√©e d'eux. Et j'√©coutais les vents hurlants, et les vents descendirent l√† √† travers eux, juste g√©missant, vous savez, et tout ce que ces vieux arbres faisaient, c'√©tait simplement des cris rauques et des grincements aigus, des cris rauques et des grincements aigus.

56    Dans Jo√ęl, il est dit: "Ce qu'a laiss√© le gazam, le hasil l'a d√©vor√©; ce que le hasil a laiss√©, le ver l'a d√©vor√©." Ces √©glises, oh, sans aucun doute, c'√©tait comme ces grands arbres, elles furent une fois de grandes statues vivantes: les M√©thodistes, les Baptistes, les Presbyt√©riens, les Pentec√ītistes. Mais je vous le dis, les feux et les br√Ľlures de ce monde les ont roussis et ont enlev√© toute l'√©corce; ils se tiennent comme un groupe de pierres tombales maintenant, et ils se dressent l√†, sans aucune vie du tout en eux. Amen. C'est juste. Et lorsque le Vent imp√©tueux descend du Ciel, la seule chose qu'ils font c'est simplement pousser des cris rauques et des grincements aigus, et g√©mir et parler contre la chose. All√©luia! Ce dont nous avons besoin c'est de quelqu'un qui l'accepte.

57    Et j'ai remarqu√© l√†-bas, ces jeunes arbres qui poussaient, ils √©taient flexibles, ils se donnaient simplement au vent, s'√©battaient d'un c√īt√© et de l'autre comme cela, ayant un bon moment. Je dis: "Cela me fait penser √† un bon r√©veil du Saint-Esprit √† l'ancienne mode, envoy√© de Dieu. All√©luia! "

58    Lorsque des signes et des prodiges commencent √† entrer dans l'√Čglise, les grandes vieilles √©glises g√©missent: "Je ne crois pas ces choses. C'est du fanatisme. Les jours des miracles sont pass√©s." Et le Vent siffle aussit√īt apr√®s, le m√™me qui les fait g√©mir, donne la gaiet√© aux autres. All√©luia!

59    Et lorsque vous secouez cet arbre, chaque fois qu'il re√ßoit une secousse, cela d√©gage les racines; ainsi il peut cro√ģtre vers le bas et avoir une meilleure assise, all√©luia. C'est ce dont nous avons besoin ce soir, c'est d'une bonne secousse du Saint-Esprit de l'ancien temps, se mettre √† genoux, (gloire √† Dieu) arriver √† s‚Äôaccrocher √† Dieu, √† l'ancienne mode. Toutes les secousses et tous les tiraillements que le Saint-Esprit vous cause ... Il d√©gage la salet√© autour des racines afin qu'Il puisse creuser, pour avoir une meilleure prise, "Soyez enracin√©s et fond√©s dans le Christ J√©sus." Certaines exp√©riences, exp√©rience de gu√©rison, le fait d'exp√©rimenter le bapt√™me du Saint-Esprit, exp√©rience des dons de l'Esprit, all√©luia, cela vous ancre simplement en Christ, plus fort Il souffle!

60    Laissez l'√Čglise grincer et g√©mir si elle veut. Laissez-la dire: "Les jours des miracles sont pass√©s", s'ils le veulent. Ils sont morts, de toute fa√ßon. Oh, ils disent: "Nous sommes l'√Čglise!" Ainsi en √©tait-il des arbres.

61    Mais regardez-les. Ils n'ont pas d'√©corce, ils sont simplement boursoufl√©s; toute l'√©corce a √©t√© br√Ľl√©e. On ne pourrait pas y introduire la vie, voil√† la raison. Si ces arbres avaient de l'√©corce, et qu'on pouvait y introduire la vie, ils vivraient √† nouveau. Mais toute l'√©corce, ils sont all√©s de l'avant et ont fait leurs rites et ainsi de suite; ainsi ils ne peuvent pas m√™me avoir d'√©corce sur eux, rien que pousser des cris rauques et des grincements aigus lorsque le Vent souffle.

62    Mais Dieu a envoy√© le Vent malgr√© tout. Ainsi, cette toute petite √Čglise qui grandit, une petite poign√©e, ils avaient juste un bon moment avec cela, alors que le reste d'entre eux s'agitaient √† ce sujet. Oh, l√†, l√†! Nous avons besoin de la Puissance de Dieu dans l'√Čglise!

63    Maintenant, lorsqu'ils sont partis, √† la mort de Mo√Įse, ils commenc√®rent √† aller vers la Terre promise. Je dois me d√©p√™cher maintenant parce que nous n'avons pas beaucoup de temps.

64    Mais d√®s qu‚Äôils commenc√®rent √† se diriger vers la Terre promise, qui s'est tenu en travers de leur chemin? Mais un jour, un vieux roi s'agita terriblement contre cette bande d'H√©breux qui traversait son pays. Et ils savaient que Dieu √©tait avec eux. Ainsi il alla voir et envoya un proph√®te du nom de Balak, pour aller les maudire. Et le vieux Balaam avait un‚Ķ Balak avait un proph√®te du nom de Balaam. Et Balaam chevaucha une vieille petite mule, apr√®s que Dieu lui e√Ľt dit de ne pas aller. Et, vous savez, il commen√ßa sa randonn√©e, conduisant sa mule, avec deux serviteurs. Il allait l√†-bas pour maudire Isra√ęl. "Bien s√Ľr, je m'occuperai de ce groupe de fanatiques religieux, de ta part! Je vais les remettre en place!" Ainsi il monta sur la mule et s'en alla, droit vers Isra√ęl. Le premi√®re chose qu'on sut ...

65    La mule avait une vue plus spirituelle des choses que le pr√©dicateur. C'est juste! La mule vit le Saint-Esprit se tenant sur la route, avec une √©p√©e tendue. Elle sortit de la route et alla dans le champ, √©crasa bien le pied du vieux pr√©dicateur. Fr√®re, ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est de monter un peu plus sur une mule. Ne croyez-vous pas cela? C'est juste. Oui, la voil√†. Elle sortit de la route et alla dans le champ, et vit l'Ange de l'√Čternel se tenant sur le chemin.

66    Et la fois d'apr√®s, Il (le Saint-Esprit) alla dans un petit endroit √©troit, et se tint l√† √† nouveau, et alors la premi√®re chose qu'il fit, il commen√ßa √† √©peronner la vieille mule et essaya de la faire traverser, et la mule restait simplement couch√©e. Il commen√ßa √† lui donner des coups de pied, √† la battre avec un b√Ęton, et la mule se retourna et parla avec une voix humaine, et dit: "Ne t'ai-je pas bien servi dans toutes ces choses?" Et le proph√®te √©tait encore si furieux qu'il ne remarqua m√™me pas ce que la mule disait. Oh, l√†, l√†!

67    Si Dieu peut utiliser la langue d'une mule muette pour parler, certainement qu'Il peut utiliser un homme ou une femme qui se sera abandonn√© √† Dieu. All√©luia!

68    Et maintenant, alors en premier lieu, les √©cailles tomb√®rent des yeux du pr√©dicateur, et il regarda par l√† et il vit ce qui n'allait pas, le Saint-Esprit se tenait l√†, ou l'Ange de l'√Čternel, dans le chemin.

69    Il continua sa route, et il pensait qu'il allait certainement maudire ces gens. Ainsi alors qu'il descendait la route, nous trouvons une belle image de cela dans Jude, si nous prenons la Bible l√†. √Čcoutez. Lorsqu'il parvint l√†, il dit ... Maintenant regardez Balaam. Et Balak va montrer Isra√ęl √† Balaam, ainsi il va b√Ętir son autel. Il √©tait proph√®te, Balaam. Ainsi il lui montra une partie d'Isra√ęl, mais la pire!

70    Et c'est exactement de cette fa√ßon que le diable agit aujourd'hui; il vous montre simplement le plus vilain c√īt√© de la chose. C'est ce que le diable montre √† certains de ces pr√©dicateurs modernes de th√©ologie; il dit simplement: "Maintenant, regarde ici, tu sais, Jean Dupont qui habitait par ici, il est parti avec la femme d'Untel. Nous en avons assez de cette bande de saints com√©diens." Il ne pensait pas que certains de sa propre organisation faisaient la m√™me chose. C'est juste. Mais ils peuvent le dissimuler.

71    Mais √©coutez, il en montra simplement autant au sujet d'Isra√ęl; alors il le fit retourner et lui montra tant de choses ici. Mais lorsqu'il arriva √† un endroit, et Balaam, lui, pensa, "Certainement, si Isra√ęl a mal agi ..." Effectivement, ils avaient mal agi. Ils avaient pratiquement tout mal fait dans le calendrier de Dieu, ou presque. Mais ce qu'il en √©tait ... Et Balaam pensait qu'un Dieu saint maudirait s√Ľrement un peuple qui avait fait tant de mal. Il pensait: "Certainement, Dieu le fera." Ainsi lorsqu'il arriva l√†, il √©tait tellement fou d'argent qu'il ne pouvait pas voir la raison pour laquelle Dieu ne les maudissait pas. Et chaque fois qu'il essayait de les maudire, il les b√©nissait. Il sortait sa proph√©tie comme cela et continuait sur sa lanc√©e, levait son manteau pour dire sa parabole; et au lieu de maudire, c'√©tait une b√©n√©diction qui revenait sur eux: "Qu'elles sont droites tes tentes, √Ē Isra√ęl", comme elles √©taient magnifiques. Au lieu de les maudire, c'√©tait une b√©n√©diction.

72    Ce que Balaam manqua de voir, c'est ce que les pr√©dicateurs modernes et les gens modernes manquent de voir dans l'√Čglise du Saint-Esprit aujourd'hui. Ils disent: "Je sais que beaucoup d'entre eux s'appellent ceci, cela, et encore cela, et ils ont fait tant de choses." J'admettrais cela, fr√®re. Ils disent: "Ils se mettent en col√®re √† cause de ceci, et ils ont fait cela, et fait ceci." C'est vrai, j'admettrais qu'ils agissent mal.

73    Mais o√Ļ Balaam a failli, il n'a pas vu le Serpent d'airain et ce Rocher frapp√© qui allait devant Isra√ęl, faisant expiation. C'√©tait l'appel de Dieu, l'√©lection de Dieu. Ils √©taient le peuple de Dieu. All√©luia! Dieu les avait appel√©s et les avait s√©par√©s, et avait plac√© un Serpent devant eux (en tant qu'expiation) et un Rocher frapp√©, et Balaam a manqu√© de voir cela. En ce jour, les pr√©dicateurs modernes manquent de voir la puissance du Saint-Esprit, J√©sus-Christ frapp√© ... que nous sommes en Son Corps, ... par un Esprit nous sommes tous baptis√©s en un Corps et devenons membres de ce Corps. Et c'est ce que l'homme moderne a manqu√© de voir l√†. Devant cette √Čglise du Saint-Esprit qui est en marche, ils manquent de voir que ce Rocher frapp√©, ce Serpent d'airain marche devant l'√©glise, faisant une expiation ... Balaam manqua de voir la chose.

74    Alors quand Josu√© descendit √† la fin, Josu√© prit la place de Mo√Įse. Josu√© avait √©t√© dans le camp tout le temps. Lui et Caleb ont √©t√© les deux seuls qui ont pris le d√©part alors, tout au commencement, et qui travers√®rent. En fait, la g√©n√©ration toute enti√®re mourut √† cause de l'incr√©dulit√©. Dieu entama une nouvelle g√©n√©ration; Il commen√ßa avec Josu√© comme conducteur, lui et Caleb.

75    Maintenant, remarquez, comme l'√Čglise a manqu√© la chose qui a √©t√© dans l'√Čglise tout le temps, cependant pas reconnue, les dons de l'Esprit, la manifestation de l'Esprit ... c'est ce qui rel√®ve l'√Čglise maintenant et la fait avancer.

76    Regardez, en ces jours-l√†, autrefois, ils montaient leurs tentes. Il y avait une Colonne de Feu qui les conduisait. Et chaque fois que cette Colonne de Feu bougeait, ils bougeaient avec elle. Elle restait au dessus des tentes. Et s'il √©tait dix heures du soir, deux heures de l'apr√®s-midi, il y avait un millier de trompettes qui sonnaient √† la fois; chaque Isra√©lite d√©montait sa tente, retirait les piquets, et rassemblait toutes choses, et ils suivaient la Colonne de Feu.

77    Oh, ce serait une bonne chose aujourd'hui! Ils suivaient la Colonne de Feu. Et alors l√† o√Ļ la Colonne de Feu s'arr√™tait, ils dressaient leurs tentes l√†-dessous. Cela, l'√Čglise l'a perdu.

78    Aux jours de Martin Luther, apr√®s cinq ... mille cinq cents ann√©es de l'√Ęge des t√©n√®bres, Martin Luther vit la Colonne de Feu se mouvoir; il est sorti de l'√©glise catholique, il suivit la Colonne de Feu et fit sortir des dizaines de milliers de cette √©glise.

79    Puis Martin Luther dressa ses tentes sous la Colonne de Feu. Et lorsqu'il parvint l√†, la premi√®re chose qui arriva, il fit une grande organisation appel√©e l'√©glise luth√©rienne. Mais un jour la Colonne de Feu commen√ßa √† se mouvoir √† nouveau; mais Martin Luther ne put se mouvoir, parce qu'il s'√©tait organis√©. Et il dut rester l√†. C'est juste.

80    Et un petit gars de l'autre c√īt√©, en Angleterre, du nom de John Wesley, la vit. (Martin Luther avait dit: "Le juste vivra par la foi.") Et maintenant ... Et John Wesley dit que: "J√©sus a souffert hors des portes, afin de sanctifier le peuple par Son propre Sang." Il avait vu la sanctification. La Colonne de Feu se mit en route, mais Luther ne pouvait pas bouger, parce qu'il s'√©tait organis√©.

81    Laissez-moi vous dire une chose, mon fr√®re. Dieu, dans Sa Bible, n'a jamais eu d'√©glise organis√©e. C'est l√† une doctrine. L'√©glise catholique dit qu'elle est "l'√©glise-m√®re". C'est l'√©glise-m√®re. C'est la m√®re des organisations, et Apocalypse 17 dit la m√™me chose. C'est juste. Elle est la premi√®re √©glise organis√©e. Et ces autres sont juste des petites filles qui en sont sorties, lisez Apocalypse 17. Nous aborderons ce sujet la semaine prochaine. Tr√®s bien, remarquez!

82    Ainsi, ils ne pouvaient pas bouger; aussi John Wesley vit la Colonne de Feu et il se mit en route √† sa suite. Et il r√©ussit une grande ... Il sauva les nations. Environ trois ou quatre nations se trouvaient dans une d√©ch√©ance morale, et John Wesley vit la Colonne de Feu et commen√ßa le r√©veil wesleyen qui s'est √©tendu autour du monde, et est venu par ici, et Asbury et les autres, sauva son jour. C'est juste.

83    Et alors la premi√®re chose qui arriva, John Wesley s'organisa si rigoureusement, que la Colonne de Feu commen√ßa √† se d√©placer √† nouveau. Wesley ne pouvait pas bouger, parce qu'il s'√©tait organis√©. Et les pentec√ītistes la virent, et ils partirent sur le chemin. C'est juste; ils laiss√®rent Wesley assis dans l'ombre; Dieu le laissa √† l'√©cart avec Luther. Tr√®s bien. Maintenant, la premi√®re chose, vous savez, ils eurent un grand r√©veil, un r√©veil de Pentec√īte, la restauration des dons et ainsi de suite.

84    Et maintenant, la premi√®re chose qui arrive, la Colonne de Feu vient de commencer √† bouger √† nouveau. Mais la Pentec√īte est tellement organis√©e qu'elle ne peut pas partir. (Fr√®re Larry y √©tait quand ils √©taient purs.) C'est tellement organis√©, cristallis√©, qu'ils ne peuvent m√™me plus bouger. C'est juste. C'est vrai. Mais la Colonne de Feu est en route, mon fr√®re, et il y a des hommes qui marchent avec elle. All√©luia! Nous sommes en route pour la Terre promise! Oui, monsieur.

85    Lorsque Mo√Įse faillit, Josu√© vit cette Colonne de Feu bouger et dit: "Avancez les enfants, nous sommes sur notre route." Il les amena l√†-bas au bord du Jourdain. Oh, quand je pense √† cela, comme c'est beau! Il dit: "Maintenant, avant de traverser, nous allons laisser quelques espions ... nager vers l'autre rive."

86    Vous connaissez le cas de la prostitu√©e, la fameuse Rahab, Rahab la prostitu√©e, plut√īt, comment elle laissa pendre les v√™tements de cramoisi, et sauva sa maison. Par la foi, elle sauva la vie, elle se sauva, elle et sa maisonn√©e. Tous les murs tomb√®rent sauf de son c√īt√©, parce qu'il y avait l√† un fil rouge sur sa porte.

87    Comme nous avons vu l'autre soir, l'ange de la mort passait par l√†. Y a-t-il un fil rouge sur votre porte avant que cette grande secousse n'arrive? Il dit: "Une fois encore, J'√©branlerai non pas la terre, mais J'√©branlerai les cieux. Et nous recevons une puissance d'un Royaume in√©branlable", H√©breux. C'est juste. Nous vivons en cette heure-l√†! Maintenant faites attention.

88    Je vois Josu√©, le jeune chef. Dieu le rencontre, Il dit: "N'aie pas peur maintenant, toi ... mon serviteur Mo√Įse est mort, mais l√®ve-toi et passe ce Jourdain. Personne, tant que tu vivras, ne tiendra devant toi. Comme J'ai √©t√© avec Mo√Įse, Je serai avec toi. Ne crains point, fortifie-toi et aie bon courage!" Oh, l√†, l√†, je peux voir ce bon guerrier marcher l√†, un humble petit gars. Il √©tait dans ... Il avait appel√© tout Isra√ęl au rassemblement, et il regardait l√†-bas de l'autre c√īt√© du Jourdain. C'√©tait au mois de la moisson, en avril. Et alors les neiges avaient fondu en Jud√©e, et il y avait un grand fleuve qui descendait l√†, mugissant.

89    J'ai, je vous ai dit que nous avons eu un film de cela, o√Ļ certains de nos fr√®res sont all√©s l√†-bas r√©cemment, et ils avaient une r√©union l√†, ou ils passaient simplement pour la pr√©parer; je vais y aller pour une r√©union. Ils √©taient √† peu pr√®s une quarantaine. Et ils sont arriv√©s √† cet endroit, et ils criaient et auraient aim√© abattre tous les buissons du coin! Et lorsqu'ils sont arriv√©s l√† o√Ļ J√©sus fut baptis√© par Jean, chacun s'est mis √† crier, √† sauter dans l'eau et se baptiser l'un l'autre √† nouveau. C'est certain, il y a comme quelque chose qui d√©chire l'√Ęme d'un homme lorsqu'il pense √† cela!

90    Le cher Buddy Robinson, quand il √©tait l√†-bas. Certains parmi vous, les Nazar√©ens, devraient saisir ceci. Il circulait dans une vieille Ford mod√®le T, refaisant le m√™me voyage par lequel les enfants d'Isra√ęl y sont arriv√©s. Il dit: "Gloire √† Dieu! Arr√™tez cette machine, je ne peux plus supporter la chose plus longtemps!" √Ä cet endroit m√™me, il se mit √† courir, et tourna tout autour de la voiture, criant aussi fort qu'il pouvait! Puis, il se rassit dans la voiture et dit: "Remets la chose en marche, allons-y!"

91    Il y a quelque chose l√†! All√©luia! Qu'est-ce? Il y a une profondeur ici √† l'int√©rieur, qui appelle une profondeur. Mon fr√®re, je crois que lorsqu'il y a une profondeur ici dedans, qui appelle, il y a une profondeur l√†-haut pour y r√©pondre. Aussi longtemps qu'il y a une faim dans un cŇďur humain en fait, pour se mettre en route et faire quelque chose pour Dieu, cela montre qu'il y a quelque chose qui nous pousse d'en haut, qui descend sur nous. Nous sommes tout pr√®s de la chose, fr√®re. √Čcoutez ce soir! Je crois ceci, au Nom du Seigneur, que les choses que nous avons faites sont de petites choses menues en comparaison de ce que Dieu est d√©termin√© √† faire √† l'instant m√™me. Vous allez entendre parler de grandes choses.

92    Je viens de voir Josu√© maintenant, il se tient l√†. Comment va-t-il traverser le fleuve? Regardez-les. Or ils n'avaient pas de b√Ętisseurs de tr√®s grands ponts en vo√Ľte, ni d'acier, ni de mat√©riaux, ni de bois pour construire des ponts en ces jours-l√†. Ils ne les avaient pas avec eux. Mais Josu√© regarda de l'autre c√īt√© de ce Jourdain boueux, il regarda derri√®re lui et vit ces milliers et dizaines de milliers de Juifs; il dit: "Dieu fraiera un chemin!" Dieu le leur avait promis.

93    Et si Dieu promet quelque chose, Dieu gardera Sa Parole. Si Dieu a promis de vous gu√©rir, Il le fera. Si Dieu a promis de vous donner le Saint-Esprit, Il le fera. Vous devez simplement venir et √™tre ... Repentez vous et soyez baptis√©s dans le Nom de J√©sus-Christ, et croyez-le, et regardez ce qui arrive! C'est juste, vous serez rempli du Saint-Esprit. Dieu est engag√© envers Sa Parole. Il ne peut pas retirer Sa Parole. Il doit garder Sa Parole, pour √™tre Dieu. Il doit le faire.

94    Maintenant, remarquez Josu√© se tenant l√†, il regardait tout autour. Oh, l√†, l√†!

95    Nous allons nous tenir l√†, aussi, un de ces jours. Nous allons nous tenir √† la fin de la route, quand nous serons dans le Jourdain boueux. Tu es en bonne sant√© ce soir, mon ami, il se pourrait que tu n'aies rien qui n'aille pas. Mais un de ces jours, le docteur sera dans ta chambre, et dira: "On ne peut plus rien y faire!" Le pouls diminuera ‚Äď on le sentira ‚Äď jusqu'√† s'arr√™ter. Ces jours de jeunesse seront termin√©s. Quelque chose a frapp√©. Le docteur dit: "On ne peut plus rien faire. Je suis d√©sol√©. C'est une jeune femme," un jeune gar√ßon, un vieux ou un jeune, qui que ce soit, "mais on ne peut plus rien faire". En sortant de la chambre, vous sentirez les froides vapeurs de la mort flotter dans la pi√®ce, ce vieux Jourdain para√ģtra boueux et rude. Oh, l√†, l√†!

96    Alors vous serez comme Josu√©; il regarda, s'asseyant de l'autre c√īt√© sur la colline, et l√† se trouvait l'Arche de l'Alliance, qui servait de tampon. Il avait quelque chose qui pouvait se mettre entre lui et leurs ennuis.

97    Et ce soir, nous avons l'Arche, le Christ J√©sus, qui se tient entre nous et la mort. Un de ces jours, lorsque le dernier souffle quittera notre corps, je veux descendre vers le fleuve, et dire: "Laisse-moi passer, Jourdain, je vais te traverser pour voir mon Seigneur." Je crois que l'√Čtoile du Matin para√ģtra, jusque dans les vall√©es de l'ombre de la mort; elle √©clairera le chemin, et le Saint-Esprit √©tendra deux ailes luisantes au travers du Jourdain et emportera nos √Ęmes fatigu√©es vers un Pays meilleur. Amen. Maintenant remarquez ceci.

98    Alors lorsque Josu√© regarda, il prit l'Arche de l'Alliance; il leur parla et dit: Rassemblez-vous ici, sanctifiez-vous d'ici demain, et pr√©parez-vous, car vous verrez la Gloire de Dieu." Alors il savait que Dieu √©tait avec lui.

99    Puis il prit les pr√™tres, et ils plac√®rent Dieu en premier, l'Arche devant les pr√™tres, devant la congr√©gation; il les faisait se tenir √† une certaine distance jusqu'√† ce que l'Arche avance premi√®rement.

100    Mon fr√®re, ma sŇďur, si vous placez Dieu en premier dans chaque chose que vous faites, vous ne pouvez qu'aboutir au bon endroit! Placez Dieu premi√®rement!

101    Et ils partirent, emmenant l'Arche. Et lorsque les pieds des pr√™tres se repos√®rent dans l'eau, Dieu fit reculer le Jourdain. Ce dernier recula. Dieu s'est tenu dans une Colonne, et Isra√ęl a travers√© √† pied sec. Ils ont b√Ęti leur camp.

102    Josu√© se promenait par l√†, quelques jours apr√®s, supervisant simplement tout l'endroit. Tout √©tait ferm√© l√†-bas, parce que Dieu leur avait inspir√© de la crainte √† tous, parmi les habitants de la Palestine, autour de J√©richo. Josu√© marchait ainsi et il regardait, car il avait vu quelqu'un. Il tira son √©p√©e, il dit ... Et cet autre Homme tira Son √©p√©e. Il dit: "Pour qui es-tu? Es-tu des n√ītres ou es-tu de nos ennemis?"

103    Il dit: "Non, mais je suis le Chef de l'Arm√©e de l'√Čternel. Enl√®ve les chaussures de tes pieds, car le sol sur lequel tu te tiens est un sol sacr√©." Il rencontra J√©sus l√†, face √† face, le Chef de l'Arm√©e de l'√Čternel. Et Il lui dit ce qu'il devait faire: marcher autour des murs, sonner de la trompette, crier, et les murs de J√©richo tomberaient. Et ils prirent le pays de la Palestine, ils s'√©tablirent l√† comme Dieu le leur avait promis, parce que la promesse de Dieu √©tait pour eux.

104    Maintenant, mon fr√®re, ce soir, nous sommes en route vers la Terre promise. Dans quelques minutes nous ensevelirons des personnes ici dans ce baptist√®re, pour la r√©mission de leurs p√©ch√©s, comme ils croient au Seigneur J√©sus. Et je voudrais dire ceci, si vous n'avez pas affermi votre vocation et votre √©lection. en Christ, puissiez-vous le faire ce soir. Vous ne ... Vous dites: "Bien, fr√®re Branham, Dieu ne veut pas de moi, je ne vaux rien." Si, vous valez quelque chose!

105    Il n'y a pas longtemps, j'√©tais dans un mus√©e au Tennessee; je regardais diff√©rentes choses, et je vis l'analyse d'un corps humain, d'un homme qui p√®serait cinquante livres. [Fr√®re Branham veut dire: cent cinquante livres, soit, environ soixante-dix kilos. Voir plus loin. N. Tr.] Vous savez combien il ... combien il vaut? Quatre-vingt-quatre cents d'√©l√©ments chimiques, quatre-vingt-quatre cents! Un corps humain qui p√®se soixante-dix kilos vaut quatre-vingt-quatre cents, en √©l√©ments chimiques! Juste √† peu pr√®s assez de calcium pour en faire quelque chose, et assez de blanc de chaux pour asperger un nid de poule et ainsi de suite comme cela; tout ce que vous avez eu l√† n'est qu'une toute petite chose, quatre-vingt-quatre cents. Mais vous vous mettrez un manteau de fourrure d'une centaine de dollars autour de ces quatre-vingt-quatre cents, vous pointerez votre nez en l'air et vous vous mettrez √† marcher comme si vous √©tiez quelqu'un, avec un chapeau de cinquante dollars au-dessus de ces quatre-vingt-quatre cents ... Il y avait un gar√ßon qui se tenait l√† qui disait: "Dis, nous ne valons pas grand-chose, n'est ce pas, Georges?"

106    Je me suis retourn√© et je dis: "Mais, mon ami, ton corps ne vaut pas grand-chose, mais tu as une √Ęme qui vaut dix millions de mondes. Qu'en est-il de √ßa?" Il montrait ses muscles, combien il √©tait fort. Je dis: "Qu'en est-il de √ßa?" L'homme aime se vanter de ce qu'il est.

107    Il n'y a pas longtemps, l√†-bas dans l'ouest, je tenais une r√©union. Je suis rentr√© √† la maison pour d√ģner, avec un vieux rancher, oh, alors que certains membres de sa famille avaient √©t√© gu√©ris. Il me fit remettre un ch√®que l√†-bas qui m'aurait achet√© quarante-cinq tabernacles comme celui-ci, si je l'avais voulu. Je dis: "Je ne veux pas de votre argent!"

108    Howard, mon fr√®re, √©tait avec moi; il dit: "Bill, pourquoi n'as-tu pas accept√© ce ch√®que?"

109    Je dis: "Je ne veux pas de son argent." Laissez-moi vivre jour apr√®s jour. Ce n'est pas l'argent que je recherche. Je suis un de ceux qui veulent servir le Seigneur J√©sus.

110    Il se tenait l√† quand cette femme avait √©t√© gu√©rie l√†-bas, les Melikians, en Californie. Vous l'avez vu ici dans le journal de Louisville. Lorsqu'ils vinrent ici, deux de ces agents ... apport√®rent un million cinq cent mille dollars, et me les offrirent quand j'habitais dans cette cabane de deux pi√®ces. Je dis: "Je ne veux m√™me pas le regarder. Non, monsieur. Non, monsieur." L'amour de l'argent est une racine de tous les maux. Tenez-vous √©loign√© de ces choses-l√†.

111    Ce rancher sortait de l√†, il dit: "R√©v√©rend Branham?"
      Je dis: "Oui, monsieur."
      Il dit: "Vous voyez ces montagnes l√†-bas?"
      Je dis: "Oui, monsieur."
      "√Ä quelle distance pensez-vous qu'elles soient d'ici?"
      Je dis: "Je ne sais pas."

112    Il dit: "Elles sont √† cent trente kilom√®tres." Il dit: "Je poss√®de toute cette √©tendue et encore bien au-del√†. Ce sont mes p√Ęturages."
      Je dis: "Oh, l√†, l√†, c'est merveilleux."

113    Il dit: "Je regarde ici en bas. Voyez-vous cette ville?" Il dit: "La banque de cette ville m'appartient; je poss√®de tout ce terrain aux alentours l√†, et je poss√®de ce terrain ici." Oh, tout ce qu'il poss√©dait!

114    Bien install√©, dans sa petite voiture familiale. Je le regardai, un homme tr√®s gentil. Je posai ma main sur son √©paule, je dis: "Mon fr√®re, je voudrais vous poser une question, √† vous."
      Il dit: "Tr√®s bien."

115    Je dis: "Regardez donc vers le haut par ici. Combien poss√©dez-vous de ce c√īt√©-l√†?" Voyez-vous?

116    Il dit: "Fr√®re Branham, j'ai bien peur que je n'y poss√®de rien."

117    Je dis:
C'est là que résident mes trésors maintenant."
Pourquoi devrais-je me soucier
D’une tente, ou d’une chaumière, louée?
Ils construisent un palais, pour moi, là-haut,
De rubis, de diamants,
Tout en or, en argent,
Ses coffres sont pleins d'indicibles joyaux.
    Oui, monsieur! C'est l√† que se trouvent les richesses, l√†-haut. Et l√† o√Ļ est votre tr√©sor, l√† aussi est votre cŇďur.

118    Un jour, on pr√©levait une offrande d'amour pour Gypsy Smith. Et lorsque tout le monde se dirigea vers le fond du b√Ętiment, pour sortir ce soir-l√†, il y avait une pauvre petite fille en haillons se tenant l√†. Elle √©tait toute ... Ses v√™tements qu'elle portait √©taient tout d√©chir√©s. Elle avait quelque chose, elle dit qu'elle voulait voir Mr. Smith. Ainsi Gypsy Smith dit: "Que veux-tu, ma ch√©rie?"

119    Elle dit: "Mr. Smith, je n'avais pas d'argent √† vous donner, mais il y a √† peu pr√®s un mois, c'√©tait No√ęl, et quelqu'un m'a donn√© une sucette. Et je vous aime tellement Mr. Smith!" Elle dit: "Mon papa a √©t√© sauv√©, il n'est plus un ivrogne maintenant. J'ai pens√© vous apporter ce sucre d'orge."

120    Mr. Smith le prit dans sa main, des larmes coulaient le long de ses joues. Il lui tapota la main, il dit: "Ch√©rie, dans mon offrande ce soir, il y a bien eu des milliers de dollars en ch√®ques, mais ceci est le plus grand don de tout ce que j'ai obtenu. Il est venu de ton humble petit cŇďur." Oh, l√†, l√†!

121    Ce que vous avez ce soir, les amis, vous n'√™tes rien du tout, de toute fa√ßon. Pourquoi ne donnez-vous pas tout ce que vous avez √† Christ. Venez, traversons ce Jourdain. Allons de l'autre c√īt√© prendre possession du pays. Vous dites: "Bien, fr√®re, vous savez, j'ai un bon travail dans cette ville. Je ... J'appartiens √† une certaine organisation de cette ville? Qu'√™tes-vous apr√®s tout? Donnez-lui ce que vous avez. Rassemblons-nous ici pr√®s du Jourdain et traversons le fleuve ce soir, passons dans la Terre promise. Puisse le Seigneur vous aider. Je prie qu'Il le fasse, alors que nous inclinons nos t√™tes.

122    J'aimerais pr√™cher un peu plus longtemps, mais je suis enrou√©. Tr√®s bien. Inclinons nos t√™tes une minute.

123    Seigneur Dieu, nous nous tenons debout pr√®s du Jourdain ce soir. Les vieilles vagues boueuses √©claboussent l√†-bas. Nous savons qu'un de ces jours nous devrons y descendre. Et je me rends compte que de l'autre c√īt√©, devant chacun de nous, il y a un grand trou noir, une grande porte √©paisse, par o√Ļ l'homme entre, appel√©e la mort. Et je sais que chaque fois que mon cŇďur bat, je suis un battement plus pr√®s de ce moment-l√†. Et je dois descendre l√†, Seigneur. Et chaque homme et femme, gar√ßon ou fille ici, doit aller √† cet endroit. De combien nous en sommes √©loign√©s, Toi seul Tu le sais. Mais, Seigneur, je ne veux pas arriver l√† comme un l√Ęche, je ne veux pas arriver l√†-bas en criant, "Seigneur, donne moi encore quelques jours pour me repentir."

124    Je veux venir comme un h√©ros. Je veux venir comme le Paul d'autrefois, disant cette seule chose: "Je le connais dans la puissance de Sa r√©surrection." Non pas par le fait de serrer la main d'un pr√©dicateur, non pas en inscrivant mon nom dans le livre d'une √©glise, et par quelques gouttes d'eau asperg√©es sur ma t√™te. Je veux le conna√ģtre dans la puissance de Sa r√©surrection, afin que, lorsqu'Il appellera mon nom, je sorte du milieu des morts. √Ē Dieu, que cela puisse √™tre le d√©sir de chaque cŇďur ici ce soir.

125    S'il y a des hommes et des femmes, des gar√ßons et des filles ici, qui ne Te connaissent pas dans le libre pardon des p√©ch√©s, et qui ont leur nom √©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau, puissent-ils prendre leur d√©cision √† l'instant m√™me. Accorde-le, P√®re. Nous aimons les gens. Et Tu as confirm√© Tes services partout. Et nous savons que Tu es ici.

126    Et nous pensons √† Isra√ęl traversant le Jourdain. Pourquoi? Tu le leur avais promis, Tu le leur as donn√©.

127    Et Tu nous l'as donn√©. Seigneur, puissions-nous nous lever et prendre possession de nos possessions ce soir. Accorde-le, Seigneur.

128    Alors que nous avons nos t√™tes inclin√©es, je me demande s'il y a une personne ici ce soir qui aimerait dire: "Fr√®re Branham," sinc√®rement du fond de son cŇďur, "je veux traverser le Jourdain. Je veux traverser, mais je ne suis pas encore exactement en ordre, je ne suis pas apte √† traverser. Je n'aimerais pas rencontrer le Seigneur dans ma condition. Je vais lever la main et dire: " ¬ęPriez pour moi, fr√®re Branham!¬Ľ Et vous le ferez, n'est-ce pas?" Je le ferai. Levez la main. Qui √™tes-vous? Dieu vous b√©nisse. Oh, l√†, l√†, il y a des mains lev√©es partout. Que quelqu'un d'autre l√®ve la main: "Fr√®re Branham, priez pour moi." Dieu vous b√©nisse. Dieu vous b√©nisse, monsieur. Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Dieu vous b√©nisse, petite dame. Dieu te b√©nisse, gar√ßon. Dieu vous b√©nisse, monsieur. Et vous au fond ... Tr√®s bien, que d'autres encore l√®vent la main.

129    Maintenant regardez, mes amis, ceci pourrait √™tre la derni√®re r√©union de l'√Čvangile √† laquelle vous assistez. Lorsque je m'en vais, √† mon retour, ma femme dit: "Bill, tu connais Untel et Untel."
      "Oui".

130    "Ils sont morts. L'un a √©t√© tu√©. L'autre est parti d'une crise cardiaque."
      "Oh, tu ne veux pas dire √ßa?"
      "Si!"

131    "Oh!" Je pense: "Oh, l√†, l√†! Je me souviens avoir fait un appel √† l'autel une fois, et j'ai vu cet homme assis l√†. Je voulais qu'il‚Ķ" M√©da, dis-je, "Est-ce que quelqu'un sait ... Est-ce qu'il est finalement sauv√©?"

132    Non, il est simplement mort subitement, en revenant du travail. Il commen√ßait √† mettre ses chaussures, il est mort. Il a √©t√© tu√© dans un accident. Il ne s'est pas r√©veill√© de son sommeil, il est all√© au lit un soir, et ne s'est jamais r√©veill√©."

133    Je pense: "Oh, l√†, l√†! J'ai pr√™ch√© √† cet homme, cette femme, √† ces jeunes gens, aussi."

134    Maintenant ne sous-estime pas les choses, mon ami. Es-tu r√©ellement un p√©cheur ce soir? Maintenant √©coute, si tu n'es pas n√© de nouveau, tu es encore loin de Christ. Veux-tu le recevoir? Si vous le voulez, combien parmi vous veulent l'accepter? Nous n'avons pas de place ici, je pense, pour un appel autour de cet autel. Mais si vous voulez bien vous mettre debout et dire: "Fr√®re Branham, en me levant, je donne le t√©moignage que je veux accepter Christ maintenant m√™me comme mon Sauveur. Je veux m'√©loigner de cette vieille condition dans laquelle je vis."

135    Serez-vous assez honn√™te dans votre cŇďur, pour vous mettre debout? Qui sera le premier √† le faire, en disant: "Je veux l'accepter"? Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Il y a trois hommes qui se tiennent debout, rien que des hommes. Dieu vous b√©nisse, madame. Restez simplement debout, madame, si vous voulez. Dieu vous b√©nisse. Quelqu'un d'autre? Dieu vous b√©nisse. Dieu vous b√©nisse, mon fils. Quelqu'un d'autre? Dieu vous b√©nisse, monsieur. Que quelqu'un d'autre se mette debout et dise: "Je veux accepter Christ maintenant m√™me. Je veux sortir de ma situation." Dieu vous b√©nisse, monsieur. Quelqu'un d'autre. Dieu vous b√©nisse vous avec votre main lev√©e, dans le fond avec le b√©b√©. Dieu vous b√©nisse, madame. Restez simplement debout. Que quelqu'un d'autre se l√®ve encore vite maintenant. Qu'en est-il de ce c√īt√©-ci, et de certains petits enfants par ici? Vous, jeune dame, Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Dieu vous b√©nisse l√†. Restez simplement debout, si vous voulez. Dieu te b√©nisse, petite fille. Si quelqu'un d'autre veut accepter Christ, qu'il se l√®ve. C'est juste. Dieu vous b√©nisse. Dieu vous b√©nisse. Levez-vous. Que quelqu'un d'autre dise: "Je veux accepter Christ √† l'instant m√™me. Je voudrais que vous ne m'oubliez pas, fr√®re Branham, √† cet instant m√™me." Voulez-vous vous lever? C'est vous qu'on attend. "Je veux accepter Christ." Savez-vous que vous √™tes p√©cheur, ou est-ce que le doute ... [Fr√®re Branham continue le service √† l'autel. Ed.]
EN HAUT