ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'UnitĂ© de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0211 La durĂ©e est de: 2 heures 21 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3

L'Unité

1     Merci, frĂšre Orman, que le Seigneur te bĂ©nisse. Bonjour mes amis. Il est agrĂ©able d’ĂȘtre de nouveau ici au tabernacle ce matin. Quand je suis entrĂ©, je me suis tenu Ă  l’arriĂšre et j’ai Ă©coutĂ©; et j’ai entendu la prophĂ©tie qui a Ă©tĂ© donnĂ©e par le moyen du parler en langue, accompagnĂ©e de l’interprĂ©tation. Et je disais aux gens dans cette piĂšce, qui est comble elle aussi, je leur disais donc: «Je ne sais pas, je n’ai pas parlĂ© Ă  cet homme.» C’était frĂšre Higginbotham, si je ne me trompe. Cela fait des mois que je ne lui ai pas mĂȘme serrĂ© la main. Or, c’est prĂ©cisĂ©ment de cela que je vais parler. Il ne le savait pas. Moi-mĂȘme, ça ne fait qu’un moment que je sais sur quel sujet je vais parler. Et c’est prĂ©cisĂ©ment cela, ce qu’il a dit, juste lĂ . Nous sommes donc heureux de savoir que nous sommes rassemblĂ©s au Nom du Seigneur JĂ©sus, et sous Ses ailes protectrices.

2     Maintenant, je vois qu’il y en a beaucoup qui sont debout; l’endroit est plein Ă  craquer et nous sommes tout simplement dĂ©solĂ©s de voir cela. Alors, dĂšs que ce sera possible, nous allons changer cela, ici, nous aurons un plus grand tabernacle. Maintenant, j’aimerais sans tarder donner un rapport sur PhƓnix.

3     J’étais ici samedi soir dernier, et j’ai parlĂ© sur le sujet de la Communion, avant le service de communion. La communion, ce n’est pas prendre du pain; communier signifie «parler Ă , dialoguer intimement, parler avec quelqu’un».

4     Et maintenant, ce matin, s’il arrivait que je prenne un peu trop de temps, eh bien, que quelqu’un change de place avec ceux qui sont debout, et cela sera apprĂ©ciĂ©. Laissez-les s’asseoir pendant un petit moment. Je suis prĂ©occupĂ© par ce temps oĂč nous vivons. Cela me prĂ©occupe vraiment. Quand je vois les choses qui arrivent, que je les vois se passer, quelque chose en moi s’éveille. Et je dĂ©sire simplement prendre le temps qu’il me faut et essayer de
.

5     Pour le message de ce matin, je vais parler sur le sujet de L’UnitĂ©. Et je dĂ©sire prendre mon temps et essayer de rendre cela tout aussi
 d’exposer cela tout aussi parfaitement que je sais le faire. Et comme vous ĂȘtes rassemblĂ©s, je dĂ©sire vos priĂšres.

6     Et maintenant, si vous avez une Bible et que vous aimeriez lire avec moi, je voudrais que vous preniez d’abord le 1er chapitre des HĂ©breux. Et je dĂ©sire lire les trois premiers versets du 1er chapitre des HĂ©breux, et ensuite, GenĂšse 1.26 et 27 pour relier cela. Et personne ne peut dire quoi que ce soit qui mĂ©rite d’ĂȘtre dit, Ă  moins que Dieu ne l’aide Ă  le dire. Et cela est conforme au message de ce matin aussi, de l’unitĂ© des gens et de Dieu. Bon, dans les HĂ©breux, au 1er chapitre, nous lisons ceci:
    AprĂšs avoir autrefois, Ă  plusieurs reprises
 de plusieurs maniĂšres, parlĂ© Ă  nos pĂšres par les prophĂštes,
    Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlĂ© par Son
 par le Fils, qu’Il a Ă©tabli hĂ©ritier de toutes choses, par lequel Il a aussi crĂ©Ă© le monde,
    et qui, Ă©tant le reflet de Sa gloire et l’empreinte de Sa personne, et soutenant toutes choses par Sa Parole puissante, a fait la purification des pĂ©chĂ©s et s’est assis Ă  la droite de la majestĂ© divine dans les lieux trĂšs hauts.

7     Et maintenant, dans GenĂšse, le 1er chapitre, et le 27e
 les 26e et 27e versets, je lis ceci:
    Puis Dieu dit: Faisons l’homme Ă  notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bĂ©tail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre.
    Dieu crĂ©a l’homme Ă  Son image, Il le crĂ©a Ă  l’image de Dieu, Il crĂ©a l’homme et la femme.

8     Maintenant, courbons la tĂȘte juste un instant, pendant que nous prions. Et je suis sĂ»r que dans un auditoire de cette importance, il y a de nombreuses requĂȘtes. Donc, on va peut-ĂȘtre juste lever notre main vers Dieu, et celui qui a une demande fera ainsi savoir qu’il dĂ©sire des priĂšres pour quelque chose. Que Dieu l’accorde Ă  chacun de vous.

9     Seigneur, nous nous sommes rassemblĂ©s sous le toit de ce tabernacle, et nous sommes reconnaissants d’avoir ce toit au-dessus de nous, aujourd’hui, mais c’est dans un but plus glorieux que cela que nous sommes rassemblĂ©s. Nous considĂ©rons que nous sommes rĂ©unis sous les ailes du Tout-Puissant, par la promesse de Dieu. Que semblable Ă  la poule qui protĂšge ses poussins, Il va nous protĂ©ger de tout ce que nous dĂ©sirons qu’Il nous protĂšge, et qu’Il va planer au-dessus de nous et nous nourrir, et nous donner notre pain quotidien, Ă  la fois physiquement et spirituellement, afin que nous puissions avoir la puissance fortifiante du corps pour aller et venir sur la terre, et la puissance fortifiante du Saint-Esprit pour apporter la Parole de Dieu Ă  un peuple affamĂ©. Puis repartir d’ici avec cela sur nos lĂšvres et dans nos cƓurs, avec une onction d’huile si fraĂźche, que nous pourrons parler aux autres du jour oĂč nous vivons et de la condition du temps. Ô Dieu, nous nous en remettons pleinement Ă  Toi. Il n’y a plus d’autre endroit oĂč quelqu’un pourrait aller. Nous nous sentons comme Pierre s’est senti ce jour-lĂ  oĂč JĂ©sus a dit: «Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?»

10     Il a dit: «Seigneur, Ă  qui irions-nous? Tu as les Paroles de la Vie Ă©ternelle.» Et c’est pourquoi nous nous rĂ©unissons en Ton Nom, ce matin, parce que Toi seul as les Paroles de la Vie Ă©ternelle. Et nous Te prions de rendre cela si rĂ©el pour chacun de nous, aujourd’hui, que nos cƓurs vont brĂ»ler au-dedans de nous. Nos Ăąmes seront fortifiĂ©es, nos corps guĂ©ris, nos esprits guĂ©ris, nos Ăąmes renouvelĂ©es, crĂ©Ă©s comme Dieu nous a voulus.

11     PĂšre, je Te prie de fortifier ceux qui sont debout, dans les salles et le long des murs, et autour dans le vestibule. Je te prie de leur donner de la force. Sachant aussi que ceci sera sur bande, que cela ira dans plusieurs nations diffĂ©rentes, vers les nationalitĂ©s et les tribus de la terre. Et, ĂŽ Dieu, nous nous en remettons entiĂšrement Ă  Toi. Donne-nous simplement la force, la parole et l’onction, afin que cela soit exactement comme Tu le voudrais pour cette heure. Nous nous remettons Ă  Toi maintenant, notre facultĂ© auditive, notre voix, notre attention, tout ce que nous sommes, nous Te les confions pour que Tu puisses agir en nous. ƒuvre Ă  travers nous et manifeste Ta glorieuse PrĂ©sence auprĂšs de nous. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus, Ton Fils. Amen.

12     Le mot unitĂ© signifie «ĂȘtre un avec». UnitĂ©, « uni». Et maintenant, ceci est un sujet assez important et il mĂ©rite beaucoup plus d’attention que je ne peux lui en accorder, et plus que la plupart des gens sur la terre ne pourraient lui en accorder. Toutefois, au moyen de ce que Dieu va nous donner, j’aimerais vous exprimer mon opinion lĂ -dessus. Maintenant, dans ceci, c’est l’enseignement de la doctrine. Et pour les frĂšres qui entendront peut-ĂȘtre cette bande, je veux croire que ça ne vous vexera pas, mais que cela vous fera prendre ceci trĂšs considĂ©rablement
 en considĂ©ration plutĂŽt, que vous voudrez bien Ă©tudier cela en priĂšre, soigneusement, et le peser dans la balance de la Parole de Dieu, pour voir si c’est de Dieu ou non.

13     Car je crois que c’est toujours ainsi que nous devrions faire, peser les choses avec la Parole, parce que la Parole est la seule chose qui pourra demeurer. JĂ©sus a dit: «Le ciel et la terre passeront, mais Mes Paroles ne passeront point». C’est pourquoi je crois cela, et je crois que c’est le programme de Dieu. Je crois que c’est l’Ɠuvre achevĂ©e de Dieu en parole Ă©crite. Par consĂ©quent, si quelque chose Ă©tait contraire Ă  cette Parole, ça ne pourrait pas ĂȘtre Dieu ou le programme de Dieu. Je crois que ceci est le programme. Or, l’Esprit de Dieu dans la Parole fait vivre la Parole elle-mĂȘme, Il la fait s’exprimer. Il amĂšne la Parole Ă  la vie, comme une semence.

14     Bon, dans le jardin d’Éden, le premier homme et la premiĂšre femme Ă©taient en parfaite harmonie avec Dieu, Ă  tel point que Dieu pouvait descendre quand Il le dĂ©sirait et parler de bouche Ă  oreille avec Adam et Ève. Et lĂ , c’est l’unitĂ© parfaite, Dieu et Sa crĂ©ation, Dieu parlant de bouche Ă  oreille avec Adam et Ève. Et ils Ă©taient si parfaitement en harmonie avec Dieu qu’ils Ă©taient un avec Dieu. Dieu et Sa famille Ă©taient un.

15     Un homme et sa famille sont un l’un avec l’autre, une famille correcte, bonne, noble, obĂ©issante, n’importe quelle famille. Puis s’il y a quelque chose dans la famille qui les Ă©loigne les uns des autres, alors ce n’est pas bien, la famille est dĂ©sunie quelque part. Ils devraient tous ĂȘtre un, le pĂšre avec la mĂšre, la mĂšre avec le pĂšre, les enfants avec les parents, les parents avec les enfants, tous en accord. Et chaque fois que vous verrez cela, vous verrez une trĂšs jolie image.

16     C’est le dessein de Dieu. Et comme PĂšre suprĂȘme, Son objectif Ă©tait d’ĂȘtre un avec Sa famille, Sa famille terrestre, Adam et Ève. Et le seul moyen par lequel ils pouvaient ĂȘtre un avec la famille
 ou avec Dieu, c’était que la nature de Dieu soit en eux. Ainsi avec la nature de Dieu en eux, cela faisait donc que l’un avec l’autre et avec Dieu, ils devenaient tous un. N’est-ce pas un beau tableau? Dieu dans Sa famille, PĂšre au-dessus de tout, suprĂȘme! Pas de mort, pas de tristesse, pas de chagrin, rien de rien; seulement la joie inexprimable. Ne jamais ĂȘtre malade, ne jamais avoir de chagrin, un avec Dieu, c’est tout. Quel tableau! Parce que la nature mĂȘme de Dieu Ă©tait dans ces gens. Et, par consĂ©quent, ce qu’ils faisaient, ils marchaient exactement en accord avec Dieu, et Dieu Ă©tant avec eux, cela les rendait un.

17     Maintenant, JĂ©sus a priĂ©, dans Jean, chapitre 17, verset 11 (pour vous qui prenez en note ces textes d’école du dimanche, et j’en ai plusieurs ce matin), Jean 17.11, JĂ©sus a priĂ© pour que l’Église et Lui soient un, comme Lui et le PĂšre Ă©taient un. Pour que l’Église, nous, en tant que membres du Corps de Christ, qu’ensemble nous soyons un, tout comme Lui et le PĂšre sont un. Et en ce jour-lĂ , nous allions savoir qu’Il Ă©tait dans le PĂšre, le PĂšre en Lui, et Lui en nous, qu’ensemble nous serions un. Quelle union, quelle unitĂ© ce serait de voir Dieu dans Son Église, Ă  un point tel que chaque membre est simplement en harmonie parfaite avec l’autre et avec Dieu! C’est pour cette Église que JĂ©sus reviendra. C’est alors que Sa priĂšre sera exaucĂ©e, que nous serons un.

18     Or, c’est la seule base de communion fraternelle que Dieu ait jamais posĂ©e pour Lui-mĂȘme et Son Église, c’est l’unitĂ© de Lui-mĂȘme dans les gens. C’est la seule base de communion fraternelle. Et l’unique moyen pour vous d’avoir cette base, c’est par une union, d’ĂȘtre unis Ă  Lui pour toujours. Exactement comme lorsque vous vous unissez Ă  votre mari. Pour la femme, s’unir Ă  son mari, c’est un vƓu jusqu’à la mort. Bon, puis quand vous vous unissez Ă  Dieu, c’est pareil; c’est jusqu’à ce que la mort nous sĂ©pare que l’Église est unie Ă  Christ. Et alors si vous ne pĂ©chez jamais ou si vous ne faites rien de mal, vous serez Ă©ternellement unis Ă  Dieu. Et seulement la mort peut vous Ă©loigner de Dieu, et non pas la mort physique, mais le pĂ©chĂ© de mort. Le pĂ©chĂ©, c’est la mort, et cela vous sĂ©pare de Dieu. C’est donc la Vie Ă©ternelle que d’ĂȘtre unis Ă  Lui dans l’Esprit de Sa puissance; vous ĂȘtes Ă©ternellement unis Ă  Dieu. Oh, je veux en venir Ă  cela dans un instant. Unis Ă©ternellement avec le Dieu Ă©ternel, parfaitement en harmonie avec Lui, parfaitement unis ensemble, une Église oĂč tous, Dieu et Son Église, sont un, tous les deux unis ensemble.

19     Si vous remarquez la façon dont Ève Ă©tait unie Ă  Adam, elle est devenue une partie de lui. Avez-vous remarquĂ© que Dieu, dans GenĂšse 1.27, crĂ©a l’homme mĂąle et femelle, Il les crĂ©a? Or, l’homme Ă©tait un
 Ă  la fois mĂąle et femelle, lorsqu’on en arrive au fait d’ĂȘtre masculin et fĂ©minin dans l’esprit. Puis Dieu lui a pris une cĂŽte. Avez-vous remarquĂ© que c’est le corps qui Ă©tait un produit dĂ©rivĂ© et non l’esprit? C’est le corps de la femme qui Ă©tait un produit dĂ©rivĂ©. Une fois la crĂ©ation achevĂ©e, Dieu prit une cĂŽte du cĂŽtĂ© d’Adam et en fit une femme. Pas l’esprit toutefois, l’esprit faisait partie d’Adam, car il Ă©tait Ă  la fois homme et femme, spirituellement parlant, Ă  la fois masculin et fĂ©minin.

20     Maintenant, ne voyez-vous pas le magnifique tableau? Dans la chair, nous sommes diffĂ©rents. Nous sommes comme un produit dĂ©rivĂ©, un ĂȘtre crĂ©Ă© par les saints liens du mariage. Mais en esprit nous sommes des fils et des filles, non pas un autre esprit quelconque, mais l’Esprit du Dieu Vivant. Nous sommes Ă  Sa ressemblance, dans Son unitĂ©, Ă  l’image parfaite du Dieu Vivant, parce que nous devenons des fils et des filles. Non pas sĂ©parĂ©s, mais le mĂȘme Esprit, le mĂȘme Dieu, la mĂȘme Personne, unis Ă  l’Éternel par les liens du mariage. Voyez-vous comment Dieu a prĂ©vu cela? Que nous ne soyons pas quelqu’un de diffĂ©rent, mais Lui! Non pas un autre ĂȘtre quelconque, d’une certaine autre tribu, mais une vĂ©ritable union et un fruit du Tout-Puissant, accompli par une sainte union. Maintenant, le corps vient de la mĂšre et du pĂšre, mais l’Esprit vient de Dieu, Dieu se sĂ©parant Lui-mĂȘme, comme Adam a Ă©tĂ© sĂ©parĂ©.

21     Au jour de la PentecĂŽte, nous voyons le Saint-Esprit, la Colonne de Feu, qui se sĂ©pare elle-mĂȘme et se pose sur chaque membre de cette Église. Dieu qui se forme de nouveau! Puis avec ce groupe de gens ensemble, ça fait quoi? Ça ramĂšne le corps unifiĂ© du Seigneur JĂ©sus. Il se rassemble!

22     Et cette grande sĂ©paration dans laquelle nous vivons aujourd’hui, les diffĂ©rences entre les dĂ©nominations et ces choses, quel dommage, quelle honte!

23     Unis au Dieu Ă©ternel par les liens du mariage cĂ©leste, une partie de Lui, une partie de Dieu. Dans la chair, je suis devenu Branham Ă  cause de mon pĂšre, Branham. Vous ĂȘtes devenus une partie de votre pĂšre et de votre mĂšre, mais en esprit, en union avec Dieu, c’est une partie de Dieu que nous devenons. C’est la raison pour laquelle l’esprit ne peut pas mourir. «Celui qui croit en moi a la Vie Ă©ternelle. Et Je le ressusciterai au dernier jour, selon l’image qu’il est ici sur la terre, et Ă  Sa ressemblance». Non pas un ĂȘtre esprit, car nous aurons un corps semblable au glorieux corps de Dieu, le corps glorifiĂ© du Seigneur JĂ©sus, ressuscitĂ© Ă  cette image.

24     Se rendant au tombeau de Lazare, JĂ©sus a dit: «Je suis la rĂ©surrection et la vie. Celui qui croit en moi vivra, quand mĂȘme il serait mort; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais.» Croit en moi, non pas Ă  moi, mais en moi. Étant en Lui, croyant! «Si vous demeurez en moi et que Mes Paroles demeurent en vous » En Lui, croyant! Oh lĂ  lĂ ! J’espĂšre que le Saint-Esprit vous envoie directement cela. Maintenant, vous ĂȘtes le petit troupeau, c’est pour cela que pendant la semaine, en priant et en demandant Ă  Dieu, j’ai choisi ce texte pour vous montrer oĂč nous en sommes. Croyant en Lui. Vous ne pouvez pas croire en Lui tant que vous n’ĂȘtes pas venus en Lui ou qu’Il n’est pas venu en vous; Ă  ce moment-lĂ , vous croyez en Lui, vous avez alors la Vie Ă©ternelle. Jusqu’à ce que vous receviez la Vie Ă©ternelle, vous croyez Ă  Lui; puis la Vie Ă©ternelle est la vie de Dieu en vous, alors vous croyez en Lui.

25     «Vous en moi, moi en vous. Pour qu’ils soient un, PĂšre, comme Toi et moi Nous le sommes.» Dieu en Christ, Christ dans l’Église. Vous voyez? «Qu’ils soient un, tout comme Nous le sommes». Alors, comment pouvez-vous ĂȘtre un? «Si vous demeurez en moi, Mes Paroles en vous.» Voyez, «Demeurez
 (
) 
 Mes Paroles en vous, alors demandez ce que vous voudrez.» Car ce n’est plus vous, c’est la Parole qui est en vous; or la Parole est Dieu.

26     Maintenant, la Parole de Dieu est une Ă©pĂ©e. Le chapitre 4 des HĂ©breux nous le dit – HĂ©breux 4.12. Bon, elle est une Ă©pĂ©e. Et une Ă©pĂ©e est absolument inerte si elle n’est pas maniĂ©e par une main ou une puissance. Et ça
 Mais il faut une main pour tenir l’épĂ©e. Et c’est la main de la foi qu’il faut pour tenir cette Ă©pĂ©e-ci.

27     Maintenant, cette main de foi, ça dĂ©pend de la force qu’elle a. Cette main de la foi peut ĂȘtre juste assez forte pour percer un petit trou Ă  travers les tĂ©nĂšbres et dire: «Je suis sauvĂ© par la foi». C’est une bonne entaille, mais si la main qui manie cette Ă©pĂ©e n’est pas plus forte que cela, c’est tout ce qu’elle pourra entailler. Toutefois, s’il s’agit d’une main forte, elle va tailler, traversant tout ce que le diable peut produire lĂ , faisant resplendir chaque promesse de Dieu dans la puissance de Sa rĂ©surrection. Si c’est une main de foi qui est forte: «Les jours des miracles! JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement», elle s’ouvre un chemin. Ça dĂ©pend de la puissance de la main derriĂšre l’épĂ©e.

28     Et l’épĂ©e est suffisamment tranchante. HĂ©breux 4 dit: «C’est plus tranchant qu’une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, qui coupe Ă  la fois quand elle entre et quand elle sort, et elle atteint mĂȘme la mƓlle de l’os, et dans les jointures, et elle discerne les pensĂ©es du cƓur.» Cela dĂ©passe le monde physique, ça pĂ©nĂštre dans le monde spirituel et va dĂ©nicher les pensĂ©es du cƓur et les rĂ©vĂšle. L’Esprit de Dieu, la Parole de Dieu.

29     Maintenant, la Parole va tailler lĂ -dedans, si le bras derriĂšre elle est assez fort pour la faire pĂ©nĂ©trer. Elle va trouver sa place et dĂ©couper chaque promesse et vous les donner, si seulement vous avez un bras qui est assez fort derriĂšre cela. L’épĂ©e, prenez-la dans un bras de foi! Tenez-la bien solidement, cramponnez-vous Ă  elle et marchez face Ă  l’ennemi. Comment cet ennemi incirconcis peut-il bien rĂ©sister en prĂ©sence du Dieu Ă©ternel? Vous prenez donc l’épĂ©e de la Parole, et chaque promesse vous appartient. Saisissez-la dans une main de foi forte, allez de l’avant! Si vous avez besoin de guĂ©rison, dĂ©coupez ça avec la Parole: «JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» S’il vous faut le salut, chaque promesse de la Bible est Ă  vous. Ça repose lĂ -dedans et Satan essaie de les cacher, mais prenez l’épĂ©e et ouvrez-vous un chemin dans les tĂ©nĂšbres jusqu’à ce que la lumiĂšre de Dieu illumine votre Ăąme et que vous ayez la promesse. Il va le faire.

30     Adam Ă©tait une partie de
 ou Ève faisait partie d’Adam, elle Ă©tait chair de sa chair et os de ses os. VoilĂ  ce qu’est l’union correcte. VoilĂ  ce qu’est l’union correcte de l’Église, Esprit de Son Esprit, Parole de Ses Paroles. Ne dĂ©viant jamais de Sa Parole, le vrai croyant fidĂšle ne fera pas de compromis sur aucune Parole. Souvenez-vous qu’Ève a fait un compromis sur une Parole seulement, une Parole. Toutefois, le croyant fidĂšle ne fera pas de compromis sur aucune Parole. Il va tenir l’épĂ©e de la foi avec
 dans la foi plutĂŽt, l’épĂ©e de la Parole, puis rĂ©clamer chaque promesse divine que Dieu a faite. C’est ça.

31     Eux, ils ont Ă©tĂ© les exemples de Dieu pour nous, ce que nous devrions ĂȘtre, immuables, sans jamais faillir. Lorsqu’ils parlaient, Dieu rĂ©pondait. Il veillait sur eux, tous les jours. Le soir, lorsqu’ils allaient se coucher, Il veillait sur eux. Pendant la journĂ©e, Il les guidait, les nourrissait, les aimait, Il Ă©tait en communion avec eux, continuellement, toujours. Ils Ă©taient Ă  l’image de Dieu, et Dieu Ă©tait en eux. C’est cela qui fait la communion fraternelle. C’est cela qui fait l’union, c’est Dieu dans Son Église. L’union, c’est ça. On pourrait en dire pas mal lĂ -dessus, il y a beaucoup de rĂ©fĂ©rences que l’on pourrait prendre. Unis Ă  Lui, c’est la Vie Ă©ternelle. Et le seul moyen possible de nous unir Ă  Lui, c’est en venant Ă  Sa Parole tout entiĂšre. C’est vrai, prendre chaque promesse et les croire.

32     Maintenant, Ève est restĂ©e unie jusqu’à ce qu’elle dĂ©sobĂ©isse Ă  une Parole, ou qu’elle doute de la vĂ©racitĂ© d’une Parole. Ça l’a sĂ©parĂ©e. «De toute Parole
 L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole!» Nous pouvons donc ĂȘtre unis en Dieu, parce qu’avant la chute, avant qu’on ait doutĂ© de la Parole, Adam et Ève Ă©taient un exemple de ce que nous pourrions ĂȘtre en Lui. Être unis Ă  Lui, c’est la vie; ĂȘtre sĂ©parĂ©s de Lui, c’est la mort. Maintenant, c’est si nous nous conformons Ă  Ses commandements.

33     Nous faisons des erreurs, nous le savons. Toutefois, ce n’est pas Ă  cela que nous devons regarder. Ce ne sont pas nos erreurs qui comptent, parce que nous allons toujours les avoir. Mais, vous voyez, il s’agit de se conformer Ă  Ses rĂšgles, se conformer Ă  ce qu’Il a dit de faire. TrĂ©bucher et tomber n’a strictement rien Ă  voir avec ça. Un vĂ©ritable serviteur va se relever, s’il trĂ©buche. S’il chancelle, Dieu le ramĂšne tout droit dans le chemin, pourvu qu’il soit dans le chemin du devoir. Mais s’il a quittĂ© le chemin du devoir, Dieu n’est pas liĂ© Ă  lui. Mais tant qu’il est dans le chemin du devoir, Dieu est liĂ© Ă  lui par une obligation, sachant qu’il n’est qu’un homme ou qu’elle n’est qu’une femme. Il est liĂ© Ă  cette personne tant qu’elle se trouve dans le chemin du devoir.

34     Bon, l’Église est maintenant fiancĂ©e Ă  Christ en vue des noces. Les noces n’ont pas encore Ă©tĂ© cĂ©lĂ©brĂ©es, elles le seront au Souper des Noces de l’Agneau. Nous voyons ainsi que l’Église est prĂ©sentement fiancĂ©e, comme un homme fiancĂ© Ă  sa femme. Pendant qu’ils sont fiancĂ©s, qu’est-ce qu’il fait? Il lui donne simplement toutes sortes de choses, il lui envoie des cadeaux, il s’arrange pour qu’elle se sente bien. C’est ce que Christ est en train de faire Ă  Son Église, tiens! Il nous envoie des dons de l’Esprit. Comment donc pouvez-vous ĂȘtre fiancĂ© alors que vous niez l’existence de ces dons? Ce sont justement les gages d’amour. C’est le gage d’amour de Dieu Ă  Son Église. JĂ©sus l’a dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru».

35     Maintenant, n’oubliez pas ces choses. L’Église doit croire chaque Parole, chaque promesse, chaque iota, et rĂ©clamer cela pour elle-mĂȘme, et s’exercer Ă  cela. Si j’étais cĂ©libataire et que j’étais fiancĂ© Ă  une fille, puis que je lui envoie quelque chose, une bague de fiançailles, et qu’elle ne la porte pas, en ce cas, cela montre qu’elle ne me croit pas. Elle ne veut pas ĂȘtre mon Ă©pouse. Et si Christ envoie Ă  Son Église les dons qu’Il a promis, et qu’ils les refusent et disent: «Ils n’existent pas», ils ne veulent pas ĂȘtre l’Épouse de Christ. Ils sont fiancĂ©s Ă  quelque autre amoureux, et non pas Ă  Christ, l’Époux. Donc, la vraie Église garde la promesse, et garde tout, et accepte les dons que Dieu lui envoie. TrĂšs bien.

36     Maintenant, les premiers ĂȘtres humains se sont retranchĂ©s de la communion de la foi en Dieu en ne croyant pas Sa Parole et en Ă©coutant un mensonge du diable. Maintenant, c’est la premiĂšre chose qui a interrompu la communion dans cette merveilleuse union. Voyez maintenant Adam et Ève en mesure de ne jamais mourir, en mesure de ne jamais vieillir, ne jamais ĂȘtre malades, ne jamais avoir un souci.

37     Vous dites: «Je voudrais sĂ»rement ĂȘtre comme cela.» Permettez-moi de
 J’ai du nouveau Ă  vous annoncer. Vous ĂȘtes dans la mĂȘme situation. Dieu place cela pour chaque crĂ©ature sur la terre, dans la mĂȘme situation.

38     L’entente, c’était quoi? «Si tu gardes Mes Paroles! Ma Parole, si tu la gardes, si tu la crois et que tu agis lĂ -dessus!» Cependant, la toute premiĂšre fois qu’Ève n’a pas cru, qu’elle a retranchĂ© un mot de ce que Dieu avait dit, cela a rompu la communion avec cette glorieuse union. Et dĂšs l’instant que l’Église doute d’un seul mot de la Bible de Dieu et qu’elle place cela ailleurs, alors ils rompent la merveilleuse communion fraternelle qui leur a Ă©tĂ© offerte et sont sĂ©parĂ©s. DĂšs qu’elle eĂ»t fait cela, la mort est entrĂ©e dans son ĂȘtre mortel. Non seulement son ĂȘtre mortel, mais son ĂȘtre spirituel. Elle a rompu sa relation avec Dieu, Ă  l’instant oĂč elle n’a pas cru. Et personne ne peut croire
 Voici, aucun homme, aucune femme ne peut croire le mensonge du diable tant qu’il n’a pas refusĂ© de croire la vĂ©ritĂ© de Dieu. Personne ne peut croire le mensonge du diable avant d’avoir refusĂ© de croire la vĂ©ritĂ© de Dieu. Aussi, vous voyez, Ève, Adam, oĂč cela nous place ce matin?

39     Maintenant, rĂ©flĂ©chissons sĂ©rieusement, parce que nous ne pourrons plus jamais y rĂ©flĂ©chir aprĂšs ceci, une fois que cette vie mortelle sera terminĂ©e. C’est maintenant qu’il vous faut rĂ©flĂ©chir. Vous ne pourrez pas choisir aprĂšs ceci, vous devez choisir maintenant, car ce jour-ci est celui du choix, de faire votre choix. Une seule Parole maintenant, pas tout un dĂ©calogue, juste un mot, elle a mis Dieu en doute parce que cela lui a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ© sous cette lumiĂšre-lĂ , que cette Parole Ă©tait discutable. La Parole de Dieu ne peut pas ĂȘtre mise en doute; Il voulait dire exactement ce qu’Il a dit. Mais elle a mis cela en doute parce que ça lui Ă©tait prĂ©sentĂ©: «Oh, Dieu ne voulait sĂ»rement pas dire cela». Mais c’est bien cela qu’Il voulait dire! Dieu pense vraiment chaque mot qu’Il dit. Et ça n’a besoin d’aucune interprĂ©tation personnelle, c’est prĂ©cisĂ©ment comme Il le dit.

40     Bien, vous dites:» Au sujet de la Bible, comment savez-vous?» Je crois que mon Dieu a guidĂ© cette Bible, Il veille sur Sa Parole. Il savait que des athĂ©es et des incroyants allaient se lever dans les derniers jours; Il a donc veillĂ© sur elle. Ceci est prĂ©cisĂ©ment comme Dieu le voulait. Elle est comme cela pour nous maintenant. Et lĂ  nous devons la croire. Qu’un mot en soit retranchĂ© et nous perdons notre communion fraternelle, nous nous en allons Ă  la mort, la sĂ©paration Ă©ternelle d’avec Dieu, tout comme Adam et Ève l’ont fait. Nous devons croire la vĂ©ritĂ© de Dieu.

41     Permettez que je reprenne cela. Ne doutez d’aucune Parole de la Bible de Dieu. Et ne vous contentez pas simplement de dire: «Oui, je la crois.» Vous dites: «Mais?» Non, il n’y a rien Ă  ce sujet. Si vous la croyez, vous l’accepterez. Si vous la mettez de cĂŽtĂ©, en disant: «Eh bien, mon Ă©glise ne croit pas cela de cette maniĂšre», en ce cas vous ne croyez pas que c’est la Parole de Dieu, et vous partirez avec la mĂȘme condamnation sous laquelle Ève est repartie. Vous vous ĂȘtes sĂ©parĂ©s de l’Éternel alors que vous aviez une chance d’ĂȘtre unis Ă  Lui. Maintenant, souvenez-vous que cela ne peut ĂȘtre mis en doute, parce que ça, c’était un mot dans la Parole de Dieu.

42     Et si Dieu n’avait que quelques Paroles auxquelles les gens Ă©taient tenus d’obĂ©ir Ă  ce moment-lĂ , et que l’une d’entre elles ait Ă©tĂ© dĂ©formĂ©e, causant la mort, voyez les Paroles que nous avons aujourd’hui! Voyez? Nous devons recevoir chacune d’elles, nous y accrocher et entrer en elles comme Ă©tant des promesses de la part de Dieu. Et une vraie Épouse de Dieu va faire cela, la vraie FiancĂ©e fidĂšle. Maintenant, j’espĂšre que ces petites choses vont bien en profondeur, lĂ , pour que l’on puisse les saisir.

43     Quelle a Ă©tĂ© la premiĂšre chose qui a amenĂ© Ève Ă  ne pas croire la Parole de Dieu? Ça a Ă©tĂ© que Satan lui a promis plus de sagesse. «Tu seras sage.» Maintenant, vous voyez, la race humaine est toujours en quĂȘte de quelque chose. Et Ève Ă©tait en quĂȘte de plus de sagesse.

44     Maintenant, arrĂȘtons-nous juste un instant. Aujourd’hui le monde n’est-il pas dans cette situation-lĂ ? Ils veulent plus de sagesse, une classe meilleure, une instruction supĂ©rieure, voulant quelque chose de diffĂ©rent, davantage de sagesse. C’est ce qu’Ève voulait. Mais permettez-moi de rajouter Ă©galement ceci, qu’il n’y a pas de sagesse qui puisse surpasser celle de Dieu, mais c’est sous une forme si humble que les gens passent Ă  cĂŽtĂ©.

45     Comme je l’ai souvent dit, Satan brille, mais l’Évangile rayonne. Oh, il y a toute une diffĂ©rence entre briller et rayonner. Hollywood brille, mais l’Église rayonne de la puissance et l’amour de Dieu. Hollywood brille. Toute une diffĂ©rence entre rayonner et briller. Nous ne voulons pas briller, nous voulons rayonner.

46     Il est vraiment triste de penser ça, mais aujourd’hui les Ă©glises essaient de s’appuyer sur leur propre sagesse, tout comme Ève l’a fait. Parce que cela lui a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©, elle a trouvĂ© que ça avait l’air si vrai
 oh, ne manquez pas ceci
 ça avait l’air si vrai, quelque chose que l’on pouvait ajouter Ă  ce que Dieu avait dit. C’était comme si elle avait eu quelque chose oĂč Dieu ne lui avait pas dit prĂ©cisĂ©ment jusqu’oĂč elle pouvait aller. Dieu ne lui avait pas donnĂ© de limite comme Il en a posĂ© pour la mer et qu’elle ne peut franchir parce que la lune garde cela. Elle a pensĂ© que Satan avait du gĂ©nie, comme on dit, qu’elle pourrait toujours ĂȘtre en union avec Dieu, et ĂȘtre pourtant plus intelligente, qu’elle aurait une meilleure instruction. Mais Dieu lui avait assignĂ© exactement ce qu’il lui fallait.

47     Et Il a assignĂ© la mĂȘme chose Ă  l’Église. Il ne s’agit pas d’une affaire dĂ©formĂ©e d’un sĂ©minaire, ou de dĂ©naturĂ©e qui arrive ou qui sort d’une Ă©cole biblique. Mais il s’agit prĂ©cisĂ©ment de ce qui est Ă©crit, et du AINSI DIT LE SEIGNEUR! On ne peut pas changer cela! Cependant les Ă©glises s’appuient sur leur propre sagesse. Elles pensent que c’est peut-ĂȘtre une
 qu’il y a quelque chose d’arranger pour elles et que c’est trompeur.

48     Je dois m’arrĂȘter ici une minute. Le monde entier est basĂ© lĂ -dessus. Toute l’économie de cette nation est basĂ©e sur une fausse conception. Je vais vous dire quelque chose de drĂŽle sur moi-mĂȘme, ce n’est pas une farce. Vous savez, nous aimons tous nos Ă©pouses, du moins nous le devrions. Et il y a quelque temps j’étais parti dans l’Ouest et je regardais une Ă©mission; c’était il y a longtemps, environ trois ans. Et un matin je me suis levĂ©, et dans ma chambre, il y avait lĂ  une tĂ©lĂ©vision. Et je pensais: «On dirait que le temps est mauvais.» Et il m’est venu Ă  l’idĂ©e: «Tiens, Ă  huit heures, on devrait prĂ©senter les informations.» Et j’ai pris le petit manuel, ça disait que le bulletin d’information Ă©tait Ă  telle heure.

49     J’ai allumĂ© le poste pour les informations, et pendant que je les Ă©coutais, j’ai remarquĂ© qu’au milieu de l’émission ils ont fait une pause pour faire la publicitĂ© d’un certain article, un dĂ©tergent quelconque. Et on disait: «Madame, vous n’avez plus besoin de laver la vaisselle. Tout ce qu’il y a Ă  faire c’est de plonger ça dans l’eau et de laisser reposer une minute ou deux, de retirer, de mettre sur l’égouttoir, et le tour est jouĂ©.»

50     J’ai pensĂ©: «De retour Ă  la maison je vais ĂȘtre un hĂ©ros.» J’ai pris en note le nom de ce certain produit. Je dis: «Je vais dire Ă  ma femme: Regarde ce que je peux faire.»

51     Je suis donc allĂ© chercher une bouteille de ce truc de marque un tel, et j’ai fait gicler tout ça dans l’eau. Je lui avais dit de continuer Ă  balayer la maison, j’allais arranger cela pour elle. J’ai donc pris les assiettes des enfants et j’en ai enlevĂ© les miettes, et ainsi de suite, et de l’Ɠuf Ă©tait collĂ© dessus; j’ai ensuite plongĂ© ça dans l’eau et je les y ai laissĂ©es quelques minutes; puis je les ai retirĂ©es et les ai mises lĂ . Il y avait autant d’Ɠuf collĂ© dessus que lorsque je les y avais mises. Voyez, j’aurais perdu 
 À ce moment-lĂ , ma femme aurait dĂ©jĂ  perdu confiance en moi.

52     Vous voyez, pourquoi est-ce que la nation, pourquoi ces
 cette nation laisse-t-elle les gens ĂȘtre sĂ©duits? Il devrait ĂȘtre interdit de le dire de cette maniĂšre-lĂ . Ça devrait ĂȘtre contre la loi. Au sujet de cette publicitĂ© moderne sur la cigarette, quelle honte! «Pas de toux, mĂȘme aprĂšs en avoir fumĂ© des tonnes», et toute sorte de
 Ça devrait ĂȘtre interdit. Qu’est-ce que ça produit? C’est trompeur. Chacune d’elles renferme la mort. La consommation du whisky renferme la mort (le viol, le meurtre, la folie) dans la bouteille. Et pourtant, on nous permet de mettre ça dans nos Ă©missions et d’en faire la rĂ©clame comme Ă©tant «la sorte que grand-pĂšre buvait. Jouissez davantage de la vie», certaines sortes de boissons, de biĂšre et d’alcool. C’est quoi ça? C’est trompeur. C’est prĂ©senter quelque chose au public pour qu’il se tue avec ça. Et on nous permet de le faire.

53     Et permettez-moi de relancer ça Ă  nouveau. Et les Ă©glises, par un dogme d’homme, des credos d’homme, prĂ©sentent aux gens une grande façade; et ils s’y laissent prendre, ce qui est la mort. Aucune Ă©glise ne va purifier votre Ăąme. Aucun credo ne peut purifier votre Ăąme. Seulement le Sang de JĂ©sus-Christ peut purifier votre Ăąme. C’est le remĂšde de Dieu, c’est appuyĂ©. C’est donc simplement faux, mais les gens s’appuient sur l’intelligence du sage, et ils meurent en faisant cela. Et aujourd’hui, les gens s’appuient sur la sagesse des credos et des dĂ©nominations, et des millions se jettent dans l’abĂźme de l’enfer, comme des cochons Ă  l’abattoir. Quelle honte! Il nous est interdit de nous appuyer sur notre sagesse. On ne peut chercher Ă  le faire.

54     Vous dites: «Un conseil d’hommes ne devrait-il pas ĂȘtre en mesure d’en dire plus lĂ -dessus qu’une seule personne?» Pas si cette seule personne dit la Parole de Dieu. Une fois, il y a eu quatre cents prophĂštes qui sont venus devant deux rois, et ils s’appuyaient sur leur propre sagesse. Mais il y en a eu un qui est restĂ© avec la Parole de Dieu, et il s’est avĂ©rĂ© qu’il avait raison – MichĂ©e. Ça dĂ©pend de si c’est la Parole de Dieu ou non. Tout ce qui est contraire Ă  la Parole est faux, ça finit par la mort. Aucune sagesse ne peut surpasser celle de Dieu. Il est le plus intelligent de tous. Il est la fontaine. Il est la seule ressource de sagesse. À part la Parole de Dieu, toute parole d’homme est bĂȘtise et mensonge si c’est contraire Ă  celle de Dieu. Maintenant, si la personne dit la Parole de Dieu, alors ce n’est plus la parole de l’homme, c’est la Parole de Dieu. Voyez, ce n’est pas la sagesse de l’homme.

55     Satan va vous faire toutes sortes de promesses, mais il n’a rien Ă  vous donner, parce qu’il ne possĂšde rien. Il ne possĂšde pas de salut. Satan, c’est quoi? Tout ce qui est contraire Ă  la Parole. Il n’a pas de salut, il n’a pas de lumiĂšre. Son royaume c’est les tĂ©nĂšbres, et son issue c’est la mort. Les tĂ©nĂšbres et la mort sont le royaume de Satan. FrĂšre Branham, rĂ©pĂ©tez ça de nouveau. Le royaume de Satan, c’est quoi? – Tout ce qui est contraire Ă  la Parole de Dieu.

56     Maintenant, c’est tranchant ça, mais c’est le moment de trancher. Voyez? Le sarment, le cep, pour produire, il doit ĂȘtre Ă©mondĂ©. C’est le moment.

57     Tout ce qui est contraire aux prĂ©ceptes de Dieu, Ă  la Parole de Dieu, ce n’est pas Dieu. C’est quoi
 le pĂ©chĂ©, c’est quoi? – La justice pervertie. La mort, c’est quoi? – La vie pervertie. Le royaume de Satan, c’est quoi? – Tout ce qui met quelque chose pour remplacer la Parole, n’importe quoi, n’importe quel enseignement. Un seul mot, juste un mot. Vous croyez peut-ĂȘtre tout cela en entier. Ève a cru tout cela en entier, Ă  un mot prĂšs. Il suffisait qu’elle ne croit pas ce seul mot, c’est tout. Il suffit que vous ne croyiez pas ce seul mot, rien que ça.

58     Maintenant, examinons cela. Le seul moyen de rester en communion divine, c’était de rester fidĂšle Ă  la Parole de Dieu. Dieu a dit: «Tu feras ceci. Tu ne feras pas ceci. Tu feras ceci. Et tu peux faire ça et faire ceci. Mais ceci ne le fais pas.» Or, juste un petit fragment d’un commandement auquel elle a dĂ©sobĂ©i, et cela a dĂ©clenchĂ© toute l’affaire. Qu’elle ait fait cela a Ă©tĂ© la cause de chaque enfant affamĂ© qu’il a pu y avoir dans le monde, chaque douleur de la mort, chaque tristesse, chaque chagrin. Elle l’a fait juste Ă  ce moment-lĂ . Comme c’est horrible de ne pas croire la Parole de Dieu. Toute personne qui aura gĂ©mi dans les douleurs au cours de toutes les morts qui ont eu lieu ou qui auront jamais lieu, elle a fait cela juste Ă  ce moment-lĂ . Chaque petit enfant hors des liens du mariage, elle a fait cela, chaque enfant nĂ© sous 
 hors des liens du mariage. Tout pĂ©chĂ© qui ait jamais Ă©tĂ© commis, elle en a Ă©tĂ© la cause juste lĂ , en Ă©tant tout Ă  fait fidĂšle Ă  chaque Parole, sauf Ă  un petit endroit, ici. Elle raisonna. Elle ne le savait pas
 Elle le savait, mais elle a juste
 elle a Ă©tĂ© entraĂźnĂ©e Ă  faire quelque chose de meilleur parce qu’on lui avait promis une meilleure classe de gens, une meilleure sagesse, d’en savoir plus lĂ -dessus, Ă  condition qu’elle fasse ceci. «Nos prĂ©dicateurs sont mieux instruits. Nous avons une classe meilleure.»

59     Il n’y a pas de meilleure classe de gens au monde que ceux qui gardent la Parole de Dieu. C’est ce qu’il y a de mieux. C’est la seule classe que Dieu considĂšre. Rien qu’un petit moment et Dieu nous laissera peut-ĂȘtre entrer dans ceci.

60     Son royaume ne peut rien promettre d’autre que la mort. C’est tout ce qu’il possĂšde. Il est l’auteur de la mort. Il peut promettre des mensonges, car il est le pĂšre des mensonges. Il ne peut pas vous donner la vie. Il ne peut pas vous donner le Ciel, car il n’a pas de Ciel Ă  vous donner.

61     Pensez-y! Un mot, ne pas croire Dieu Ă  cause d’une promesse du diable ou de ses manƓuvres, un mot vous envoie dans les tourments. Cela a commencĂ© de cette maniĂšre-lĂ . Et si Dieu, misĂ©ricordieux comme Il l’est, allait envoyer cette masse infernale sur la terre et faire qu’il y ait des petits enfants affamĂ©s, toutes sortes d’afflictions, et des gens souffrant de la faim, et la mort sur la terre, Ă  cause d’un mot au commencement, n’aurait-Il pas pu passer par-dessus cela et empĂȘcher toute cette masse de souffrances? N’aurait-Il pas pu le faire? Alors, s’Il n’a pas excusĂ© un mot Ă  ce moment-lĂ , sachant que ceci en serait les rĂ©sultats, Ă  combien plus forte raison n’excusera-t-Il pas un mot, lĂ , alors que le seul Ă  en souffrir sera l’individu, celui qui n’aura pas cru. RĂ©flĂ©chissez Ă  cela, c’est quelque chose de terrible.

62     Bon, lorsque Adam et Ève ont Ă©coutĂ© le mensonge du diable, la sainte image de Dieu les a quittĂ©s, leur communion fraternelle avec Dieu fut rompue. Leur communion d’unitĂ© avec Dieu fut rompue. DĂšs l’instant oĂč ils ont Ă©coutĂ© le mensonge du diable, cela a brisĂ© leur communion. Et dĂšs l’instant oĂč vous Ă©couterez le mensonge du diable, cela va rompre votre communion. C’est juste Ă  cet instant-lĂ  que vous sortez de la PrĂ©sence de Dieu, comme elle l’a fait, c’est lorsque vous avez manquĂ© de prendre la Parole de Dieu exactement comme elle est.

63     Maintenant, je veux vous demander quelque chose. Nous savons tous que Dieu existe. Et si Dieu est si correct avec Sa Parole et si rĂ©solu Ă  juger les gens par Sa Parole, alors quelque part Il doit garder une Parole d’aprĂšs laquelle Il va juger les gens. C’est cette Bible. N’oubliez surtout pas cela. C’est d’aprĂšs cette Bible que Dieu va juger les gens, car dans Apocalypse 22, elle dit: «Celui qui retranchera un mot de ceci ou qui y ajoutera un mot »

64     Ne vous contentez pas simplement de dire: «Bien, je vais Ă  l’église. Je crois. Je crois en Dieu.» Eh bien, tous les dĂ©mons de l’enfer croient en Lui. Chacun d’eux est religieux, chacun.

65     Mais un mot c’est suffisant, ça coupe la communion juste lĂ . La force d’une chaĂźne se mesure Ă  son maillon le plus faible. LĂ  oĂč votre faiblesse est de ne pas croire la Parole de Dieu, c’est lĂ  que vous voulez placer un nouveau maillon, solide, avec les autres. Si vous croyez que JĂ©sus-Christ sauve, alors vous devez placer lĂ  un maillon qui croit qu’Il guĂ©rit. Si vous croyez qu’Il Ă©tait, vous devez croire qu’Il est. AllĂ©luia! Si vous croyez qu’Il Ă©tait, et que vous vous demandez s’Il est, ce maillon-lĂ  va casser et vous serez perdus. Vous voyez ce que je veux dire? C’est sĂ©vĂšre, c’est dur, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Vous devez Le croire, Lui, chaque Parole, tout ce qu’Il a dit.

66     Maintenant, vous dites: «Bon, lĂ , frĂšre Branham, et ces dĂ©nominations?» Bien, Ă©coutez maintenant. Si elles sont en accord avec cette Parole, trĂšs bien. Mais si elles nient cette Parole, alors ce n’est pas juste, c’est le diable Ă  nouveau. Voyez?

67     «Qu’en est-il de telle Ă©glise?» Je ne la connais pas cette Ă©glise-lĂ . Tout ce que je connais, c’est cette Parole. Comment donc allez-vous croire une Ă©glise quand il existe neuf cents et quelques dĂ©nominations diffĂ©rentes, et chacune d’elles disant: «Notre dĂ©nomination possĂšde prĂ©cisĂ©ment la vĂ©ritĂ©.»?

68     Maintenant, oĂč est-ce que vous iriez? Il faut bien que vous ayez foi en quelque chose. «Bien, dites-vous, j’ai foi dans les mĂ©thodistes, dans les baptistes, dans les presbytĂ©riens, dans les luthĂ©riens, dans ceux de la pentecĂŽte, dans les catholiques», quels qu’ils soient. Vous avez foi en l’organisation, et si elle est contraire Ă  la Parole, vous ĂȘtes en train de faire la mĂȘme chose qu’Ève a faite. Exactement! Vous faites prĂ©cisĂ©ment la mĂȘme chose qu’elle a faite, prendre la Parole de Dieu et en faire


69     «Bien, il y a une meilleure classe de gens qui vient ici. C’est un plus gros Ă©difice. Ce sont des hommes plus astucieux.» Cela n’a aucun rapport. Satan Ă©tait beaucoup plus astucieux qu’Ève. Elle Ă©tait complĂštement Ă©liminĂ©e de la scĂšne. Elle n’était pas censĂ©e ĂȘtre astucieuse, elle Ă©tait censĂ©e ĂȘtre obĂ©issante! Nous ne sommes pas censĂ©s ĂȘtre astucieux. JĂ©sus a dit que les enfants de ce monde, ou que le royaume de ce monde, les enfants des tĂ©nĂšbres sont beaucoup plus astucieux que les enfants de la lumiĂšre. On nous compare Ă  des brebis. Les brebis ne peuvent mĂȘme pas se conduire elles-mĂȘmes, il leur faut un berger. Dieu ne veut pas que nous soyons astucieux, Il veut que nous nous reposions sur Sa sagesse (amen!) exactement lĂ  oĂč Il conduit. Amen. Vous voyez le tableau? Ne vous appuyez pas sur votre sagesse Ă  vous. Proverbes 3.5 Ne t’appuie pas sur ta sagesse, appuie-toi sur Sa sagesse. Peu importe combien cela semble contraire, et combien ces lumiĂšres vives semblent remarquables lĂ  au-dehors, n’y prĂȘte pas attention. Appuyez-vous seulement sur Sa sagesse, sur ce qu’Il a dit qu’était la vĂ©ritĂ©.

70     Maintenant, l’unitĂ© de communion a Ă©tĂ© rompue entre Dieu et Ses enfants dĂšs l’instant oĂč elle n’a pas cru un petit paragraphe, une petite Parole de Dieu. Tous ceux qui ont saisi cela, dites «amen». [L’assemblĂ©e dit: «Amen!» – N.D.É.] Pas toute une Bible; de dire: «Je ne crois pas la Bible du tout. J’en crois la moitiĂ©.» Elle devait tout croire cela, en entier.

71     Non seulement cela, mais l’unitĂ© entre le mari et la femme a Ă©tĂ© rompue. Je ne crois pas qu’il y ait un seul mariage qui puisse ĂȘtre ce qu’il devrait ĂȘtre sans une union entre le mari et la femme et Dieu. C’est vrai. Ils vont faire des enfants illĂ©gitimes, ils vont les Ă©lever dans le monde, leur donner des cigarettes, du whisky, jouer au cartes devant eux, prendre de l’alcool devant eux. Peu importe combien ils sont fidĂšles Ă  leurs vƓux de mariage, ça c’est sexuellement, c’est la chair. Mais il y a un esprit dans ça, cet esprit de papa et maman pĂ©cheurs, qui s’avĂ©rera faux, peu importe combien ils font preuve de loyautĂ© Ă  leurs enfants.

72     «Enfin, dites-vous, je connais des hommes et des femmes qui n’étaient pas des chrĂ©tiens et qui n’ont pas montrĂ© ça Ă  leurs enfants.» Le seul fait de ne pas les avoir conduits Ă  Christ a Ă©tĂ© la chose la plus fausse qu’ils aient jamais pu faire, en plus des autres – ne pas les conduire Ă  Christ. Voyez? Vous ne pouvez donc pas avoir une union correcte sans cela. La communion est rompue.

73     Puis dĂšs que la communion fut rompue entre Adam et Ève
 DĂšs que la communion entre Dieu et eux fut interrompue, ensuite leur communion fraternelle mutuelle a Ă©tĂ© coupĂ©e.

74     Écoutez, toutes les fois qu’une Ă©glise coupe sa communion pour se jeter dans une organisation, la communion fraternelle entre croyants est interrompue. Nous devons croire d’un seul cƓur, d’une mĂȘme pensĂ©e, d’un commun accord. C’est comme ça qu’ils Ă©taient avant mĂȘme que l’union ne soit faite le jour de la PentecĂŽte; un cƓur, une pensĂ©e et un commun accord. Et lorsque vous envoyez une Ă©glise dans une organisation, vous allez obtenir toutes sortes de partis dans ça. Parce que quelques-uns des enfants qui s’y trouvent vont croire en Dieu, ils vont s’en tenir Ă  ce qui est juste; et les autres suivront l’autre direction. Ainsi, vous n’avez pas de communion fraternelle du tout. En effet.

75     Quoi? Sa pensĂ©e a changĂ©. Oh oui, sa pensĂ©e a changĂ©. Sa communion avec son mari n’était pas comme il fallait qu’elle soit. Ils ont commencĂ© Ă  refiler la responsabilitĂ© Ă  l’autre. Voyez? Sa pensĂ©e a vraiment Ă©tĂ© changĂ©e. Pourquoi? Elle avait la vie du diable en elle. PrĂ©cisĂ©ment! AussitĂŽt qu’elle n’a pas cru la Parole de Dieu, elle a acceptĂ© la vie du diable, car elle a acceptĂ© son enseignement.

76     Je pourrais insister trĂšs fort ici, mais c’est sur bande. Je suis sĂ»r que vous, l’Église, vous comprenez.

77     Elle n’a pas cru la Parole de Dieu et ça l’a dissociĂ©e de Dieu, parce que juste Ă  ce moment-lĂ  il y avait la vie du diable en elle. Elle avait cru son mensonge qui disait «le fruit est bon», et elle a pris part avec lui. C’est vrai.

78     Je ne vais pas retenir ceci. Je vais le laisser venir de toute façon. Je ne peux simplement pas l’arrĂȘter. L’autre jour, en Californie
 en Arizona je veux dire, j’enseignais dans une Ă©glise. Je n’ai jamais eu Ă  reprendre quoi que ce soit de tout ce que j’ai dit sous l’inspiration. Il y a tant de prĂ©dicateurs qui sont aprĂšs moi au sujet de la semence de Satan, la semence du serpent. «La femme, c’était le fait de manger une pomme.» Oh ça! Eh bien, CaĂŻn a pensĂ© la mĂȘme chose; il a apportĂ© les fruits des champs, vous voyez. Il ne s’agissait pas du tout de pommes! Comment s’est-elle rendu compte qu’elle Ă©tait nue? Nous avons dĂ©jĂ  examinĂ© ça Ă  fond. À vrai dire, ça a Ă©tĂ© des rapports sexuels. SĂ»rement ça l’a Ă©tĂ©; elle s’est aperçue qu’elle Ă©tait nue. Et elle a eu un enfant par le serpent, qui n’était pas un reptile, il Ă©tait le plus rusĂ© de tous les animaux. Il Ă©tait ce qui se rapprochait le plus de l’homme. L’homme peut trouver des singes et des chimpanzĂ©s, et ainsi de suite, mais ils n’arrivent pas Ă  trouver ce lien qui rattache l’homme et la bĂȘte. Le voilĂ . Dieu l’a Ă  ce point maudit qu’il ne peut plus revenir; cela est sur lui Ă  cause de cette mĂ©chancetĂ© qu’il a commise. Il Ă©tait la seule semence qui serait compatible.

79     Maintenant, l’autre jour, comme je prĂȘchais, il y avait un groupe de catholiques dans mon auditoire, et j’ai dit: «Vous, les catholiques, qui appelez JĂ©sus
 ou plutĂŽt qui appelez Marie la mĂšre de Dieu, comment Dieu peut-Il avoir une mĂšre alors qu’Il est Ă©ternel? Il ne peut pas avoir de mĂšre. JĂ©sus n’avait mĂȘme rien Ă  voir avec Marie, mais Il n’était qu’un
 elle Ă©tait une incubatrice qui L’a couvĂ©.»

80     C’est qu’ils ont toujours cru, et moi-mĂȘme j’avais cette idĂ©e lĂ -dessus il y a quelques annĂ©es, que l’ImmaculĂ©e Conception, c’était que Dieu l’avait couverte de Son ombre et avait placĂ© une cellule de sang Ă  l’intĂ©rieur, mais que l’ovule venait de la femme. Si l’ovule vient de la femme, il faut qu’il vienne une sensation pour faire descendre l’ovule par la trompe jusque dans l’utĂ©rus. Vous voyez ce que vous faites de Dieu? Vous L’impliquez dans un gĂąchis sexuel. Dieu, qui crĂ©a la cellule de sang, crĂ©a aussi l’ovule. Vous, docteurs, il faut qu’il y ait les deux, le pollen mĂąle et femelle. C’est vrai.

81     Bien, alors, si cette femme a produit l’ovule, comment donc David pouvait-il dire: «Je ne permettrai point que Mon Bien-AimĂ© voit la corruption. Je n’abandonnerai pas non plus Son Ăąme dans le sĂ©jour des morts.»? Alors si l’ovule de la femme Ă©tait en Christ, c’est donc dire que la personne y Ă©tait pour quelque chose dans le rĂŽle qu’Il a jouĂ© Ă  la rĂ©surrection, alors que c’était tout Ă  fait complet avec Dieu. Pourquoi Dieu a-t-Il ressuscitĂ© ce qui est sexuel d’une personne? Dans la rĂ©surrection, pourquoi n’a-t-Il pas permis que Son corps voit la corruption? Parce qu’Il Ă©tait saint. Et comment pouvait-Il ĂȘtre saint s’Il avait eu une conception avec Marie et que le pollen Ă©tait venu de Marie, l’ovule descendant par la trompe jusque dans l’utĂ©rus? Il aurait fallu une certaine sensation pour faire descendre l’ovule. Alors la femme serait


82     «Bien, dites-vous, l’ovule reposait peut-ĂȘtre lĂ . Ce n’était pas impossible.» Mais, en ce cas, regardez donc ce qui arrive ici, Il n’était pas entiĂšrement Dieu alors. Il n’était pas Dieu, en ce sens qu’Il Ă©tait humain. Mais alors, si c’est le cas, la femme a eu une part lĂ -dedans. Et la vĂ©ritable semence venant de Marie, qui est venue de sa mĂšre, et de sa mĂšre, et de sa mĂšre, c’était quelque chose d’humain de mĂȘler Ă  cela, avec un dĂ©sir humain. Ça ne se pouvait pas. Non monsieur.

83     Tout comme si l’on prend un aigle et qu’il ponde un Ɠuf que l’on placera sous la poule. La poule va faire Ă©clore l’Ɠuf; elle n’est que l’incubatrice. Mais il n’y aura pas un atome de poulet dans l’aigle. Non monsieur. Vous pourriez bien attacher un chiot au-dessus d’un Ɠuf d’oiseau, et c’est un oiseau qui en sortirait. Le chiot ferait cela. C’est la chaleur du corps qui fera Ă©clore l’Ɠuf.

84     Et c’est pareil avec JĂ©sus. Marie n’était que l’incubatrice. Dieu l’a utilisĂ©e comme Il utilise n’importe quelle autre femme. Elle Ă©tait vierge, elle n’avait pas eu d’enfants. Il est venu dans un sein vierge. Mais Dieu, le CrĂ©ateur, a fait l’ovule tout aussi bien que le germe, les a crĂ©Ă©s. C’était donc effectivement l’ImmaculĂ©e Conception.

85     Bien entendu, lorsque je suis sorti, les frĂšres m’attendaient. Ils ont dit: «FrĂšre Branham, je veux vous demander quelque chose. Vous avez fait une erreur. Nous vous avons attrapĂ©.» J’ai dit: «TrĂšs bien, c’est ce que je veux, me faire attraper.»

86     Et il a dit: «Vous vous ĂȘtes trompĂ© en disant ça, lorsque vous avez prĂȘchĂ© la semence du serpent. LĂ  vous dites que l’ovule appartenait 
 que Dieu l’avait crĂ©Ă©, l’ovule. Il se trouve qu’ici, dans GenĂšse, au 3e chapitre, nous voyons que Dieu dit Ă  Marie: ÂČJe mettrai inimitiĂ© entre ta semence et la semence du serpent.ÂČ»

87     J’ai pensĂ©: «Oh lĂ  lĂ !» De ma vie, je n’ai jamais prĂȘchĂ© quelque chose sous l’inspiration que j’ai dĂ» reprendre, car je ne compte pas sur ma propre comprĂ©hension. Et si ma comprĂ©hension est contraire Ă  la Parole de Dieu, c’est que ma comprĂ©hension est fausse Ă  ce moment-lĂ . Il faut que ce soit la Parole de Dieu. Si ça ne l’est pas, n’y touchez pas, ce n’est pas juste. Mais lĂ , la chose Ă  faire, c’est de dĂ©molir ça. Dans mon cƓur, j’ai dit: «PĂšre cĂ©leste, viens-moi en aide. Je ne sais pas quoi faire ici. Cet homme a le verset, il me le montre du doigt: ÂČJe mettrai inimitiĂ© entre ta semence et la semence du serpent.ÂČ»

88     Maintenant, voici, le Saint-Esprit est intervenu. Je crois que Celui qui a pu couvrir Marie de Son ombre, qui a pu crĂ©er, peut aussi mettre une Parole dans leur bouche. Je compte sur Lui tous les jours. Il ne peut dire quelque chose de contraire Ă  Sa Parole. Alors, si vous dites ĂȘtre oints et que vous prĂȘchez contre les vĂ©ritĂ©s de Dieu, ce n’est pas l’onction du Saint-Esprit Ă  ce moment-lĂ . Parce que, lorsque le Saint-Esprit vous couvre de Son ombre, Il apporte la mĂȘme chose, car c’est la Parole.

89     Écoutez. Qu’est-ce qui est arrivĂ©? J’ai dit: «TrĂšs bien, je veux vous demander quelque chose. La femme n’a pas d’ovule. Elle n’a pas de semence. Il dit là
 Il n’a pas dit ÂČun ovule ÂČ, Il a dit ÂČta semence ÂČ. Et elle n’avait pas de semence.»

90     Ça prend une union pour faire une semence. Pas vrai, docteur? Obligatoirement. Si vous aviez tout un tas de chair Ă  l’extĂ©rieur, ici, qu’il n’y ait pas de vie dans ça, et que vous le plantiez lĂ -dehors, ça ne pousserait jamais, ça resterait lĂ  Ă  pourrir. Et vous ne pourriez pas planter la vie sans avoir la chair. Ainsi, vous voyez donc que toute l’affaire consiste en une union. J’essaie maintenant de vous parler de Christ et de l’Église. C’est une union. Voyez, si la femme est la semence d’elle-mĂȘme, elle n’a donc pas besoin du mĂąle, elle peut avoir son bĂ©bĂ© toute seule. Mais elle ne le peut pas, elle ne peut pas avoir le bĂ©bĂ© tant qu’elle n’a pas Ă©tĂ© avec le mĂąle, parce que ça prend les deux ensemble pour faire une semence. C’est vrai? Plantez une semence qui n’a pas de vie Ă  l’intĂ©rieur, voyez ce qui va se produire.

91     Comme ce que l’on raconte ici Ă  propos de cette femme donnant naissance Ă  ces chiens. Voyez, ils ne pourraient pas ĂȘtre vivants. Ils ne le pourraient pas, car, vous voyez, le pollen n’est pas compatible.

92     Maintenant, remarquez ceci, lĂ , la femme n’était pas une semence. Par consĂ©quent Il a dit: «Je mettrai inimitiĂ© entre ta semence et la semence du serpent», lui disant qu’Il allait Lui-mĂȘme lui donner une semence, non pas par des relations
 sexuellement. Il allait crĂ©er une semence en elle. «Bien, dites-vous, est-ce que ça serait sa semence?» Oui. Elle appartiendrait Ă  Marie aprĂšs qu’Il lui ait donnĂ©e. Ça, ce sont mes yeux, Il m’a donnĂ© ceci. Ce sont mes yeux Ă  moi, toutefois c’est Lui qui me les a donnĂ©s. Ça, c’est ma main, Il me l’a donnĂ©e. Ça, c’est ma voix, mais c’est Lui qui me l’a donnĂ©e. Voyez? Ça n’avait rien Ă  voir avec Marie; ce fut quelque chose que Dieu a fait Lui-mĂȘme.

93     Ainsi la semence qui Ă©tait en elle Ă  ce moment-lĂ  Ă©tait une union issue d’un acte illĂ©gitime, ce qui est la mort. Elle Ă©tait dĂ©jĂ  enceinte de la semence du serpent, parce qu’elle avait vĂ©cu avec le
 Et elle se retourna et dit elle-mĂȘme: «Le serpent m’a sĂ©duite.» C’est vrai. Et aussitĂŽt CaĂŻn a paru.

94     Oh, nous savons bien qu’elle a dit avoir eu un enfant de la part de Dieu. Sans aucun doute, tout enfant qui vient au monde illĂ©gitime, et n’importe qui d’autres, doit venir par un acte de Dieu. Il est le seul qui puisse crĂ©er la vie. C’est vrai.

95     Voyez, elle Ă©tait dĂ©jĂ  enceinte. Ça n’a fait que tirer au clair l’affaire de la semence du serpent. «La semence qui est en toi prĂ©sentement l’est par une conception, un acte dĂ©fendu, contre Ma Parole, que tu as commis avec cette chose-ci, et maintenant tu as la semence du serpent. Mais Je te donnerai une semence par l’ImmaculĂ©e Conception, et Sa semence Ă©crasera la tĂȘte du serpent, et sa tĂȘte blessera le talon.» Amen! Donnez-le tout simplement Ă  Dieu. Si c’est Sa Parole, Il va l’accomplir.

96     C’est pourquoi vous devez ĂȘtre en union avec Dieu. C’est la raison pour laquelle le jour de la PentecĂŽte, Pierre a dit, aprĂšs que JĂ©sus eĂ»t dit: «Baptisez-les au Nom du PĂšre, du Fils et du Saint-Esprit», Pierre a fait demi-tour et a dit: «Baptisez-les au Nom de JĂ©sus-Christ», parce que le Nom du PĂšre, Fils et Saint-Esprit est le Seigneur JĂ©sus-Christ. Vous voyez cela? Ça prend une union.

97     Paul n’avait jamais vu Pierre, mais le mĂȘme Saint-Esprit, dans la mĂȘme union (gloire!) lui fit dire la mĂȘme chose. «Avez-vous reçu le Saint-Esprit aprĂšs avoir cru?»
    Ils dirent: «Nous ne savons pas s’il y en a un ou non.»
    Il dit: «Comment avez-vous Ă©tĂ© baptisĂ©s?»
    Ils dirent: «Du baptĂȘme de Jean.»

98     Il dit: «Vous devez ĂȘtre rebaptisĂ©s, dans le Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ.» Et ils ont reçu le Saint-Esprit.

99     Qu’est-ce que c’était? L’union, c’est de dire la mĂȘme chose que Dieu! Et ça c’est la confession. Confesser signifie «dire la mĂȘme chose». Et Il est le grand Souverain Sacrificateur de notre confession, pour agir sur ce qu’Il a dit. Nous disons que c’est la vĂ©ritĂ© et Il agit lĂ -dessus. Oh lĂ  lĂ ! Vous y ĂȘtes. VoilĂ  la conception.

100     Maintenant, remarquez comment a Ă©tĂ© rompu son union entre elle et son mari. Vous voyez, sans tarder, aussitĂŽt que Dieu eĂ»t dit: «Adam, pourquoi ceci?», au lieu de dĂ©fendre sa femme, il a repassĂ© ça Ă  sa femme. «La femme que Tu m’as donnĂ©e » Une union rompue. Voyez?

101     Qu’est-ce qu’elle a fait? Au lieu d’aimer son mari et de dire la vĂ©ritĂ©, elle a menti. Elle aurait dĂ» dire: «Il est innocent, c’est moi qui lui ai donnĂ©.» Amen. La Bible a dit: «Elle en donna Ă  son mari.» Elle aurait dĂ» dire: «L’homme est innocent. Je lui en ai donnĂ©, et puis il a mangĂ©. Mais c’est moi qui lui en ai donnĂ©.» Elle a plutĂŽt refilĂ© ça au serpent, le dĂ©tour le plus proche.

102     C’est la mĂȘme chose qu’ils essaient de faire aujourd’hui. Voyez, le mari, la femme, l’union rompue. Le mari et la femme, la communion fraternelle a Ă©tĂ© rompue entre eux. Leur unitĂ© a Ă©tĂ© rompue, l’unitĂ© entre eux et Dieu a Ă©tĂ© rompue. Toute l’affaire a Ă©tĂ© gĂąchĂ©e. Pourquoi? Parce qu’il y a un mot qui n’a pas Ă©tĂ© cru. Oh lĂ  lĂ ! frĂšre, oui, elle aurait dĂ» dire la vĂ©ritĂ©. L’unitĂ© entre elle et son mari Ă©tait disparue, et l’unitĂ© entre eux et Dieu Ă©tait disparue. Et la mĂȘme chose arrive Ă  toute Ă©glise qui ne prend pas la Parole de Dieu en entier. J’aime ça, et vous?

103     Surveillez son premier-nĂ©, CaĂŻn, un meurtrier, un menteur, un trompeur, jaloux de son frĂšre. Son frĂšre a observĂ© les commandements de Dieu, et Dieu avait fait une expiation en faisant mourir quelque chose comme offrande et en le prĂ©sentant pour eux. Observez maintenant l’ignorance de cela, de Satan, a essayĂ© de substituer quelque chose. La Bible dit que Dieu alla leur faire des habits de peaux. Pour avoir des peaux, il a fallu que quelque chose meure. Adam essaya de se fabriquer des ceintures avec des feuilles de figuier. La vie botanique, ça n’allait pas marcher. Une vie, une vie qui anime devait mourir. Ainsi, Il a tuĂ© une forme de vie infĂ©rieure, en disant par cela «qu’un jour Ma propre vie sera donnĂ©e pour vous, la vĂ©ritable vie qui va introduire cette union Ă  nouveau.» Bon, Dieu voulant, nous allons y arriver dans quelques instants. «Voyez, voici la vie d’un agneau. Maintenant, vous allez enfiler ceci et cacher votre nuditĂ©.» «Vous ne devez pas manger de pommes?» AbsurditĂ©s! Voyez? «Mettez ces peaux autour de vous.» Il a dĂ» tuer quelque chose.

104     Et le fils de Satan, cela n’est pas venu comme il l’aurait souhaitĂ©. Dites-le comme vous le voulez, mais c’était le fils de Satan, car la puretĂ© d’Adam envers Dieu n’aurait pas pu donner ce genre de chose-lĂ . Remarquez ensuite le fils de Satan qui essaie de faire une expiation, de revenir avec la mĂȘme chose que la majeure partie des gens disent aujourd’hui, une poignĂ©e de pommes et de fruits de la terre Ă  offrir comme expiation, un antidote.

105     Et Abel le juste, qu’est-ce qu’il a fait? De manger des pommes, il savait que ce n’était pas ça du tout. Il Ă©tait le sang de sa mĂšre et de son papa, la vie d’Adam. Par consĂ©quent, il a apportĂ© un agneau, tout comme Dieu avait fait. AllĂ©luia! Il a gardĂ© la Parole de Dieu, et CaĂŻn fut jaloux de lui.

106     C’est pareil aujourd’hui! Entrez dans cette offrande de sang, cette Parole de Dieu, juste ce qu’elle dit prĂ©cisĂ©ment, ne vous en Ă©cartez pas. Beaucoup d’entre eux veulent bien croire cette offrande de sang, bien sĂ»r, mais mentionnez autre chose dans la Parole, ils diront: «Oh non, ça, je ne le crois pas. Ah, ça c’est pour un autre jour.» Le mĂȘme vieux dĂ©mon, la mĂȘme vieille ruse! Attendez qu’on en ait terminĂ© avec cela. Remarquez, il vient directement de la mĂȘme maniĂšre.

107     Mais CaĂŻn, dans ses façons stupides de faire, pas tellement stupides, mais astucieux dans ce qu’il faisait, s’abusa et apporta des fruits. Adam a gardĂ© la
 Abel a gardĂ© la Parole de Dieu, il a apportĂ© un agneau. Dieu a dit: «C’est bien, Adam, tu as gardé  ou Abel, tu as gardĂ© Ma Parole. Toi, CaĂŻn, tu savais qu’il ne s’agissait pas
 Est-ce que J’ai pris des feuilles de figuier comme ton pĂšre a tentĂ© de le faire? Tu as une poignĂ©e de figues, ou de raisins, ou de pommes, ou tout ce que tu as ici. Et lĂ , ton pĂšre, lui, a pris des feuilles de l’arbre, essayant de faire une expiation, et voilĂ  que toi tu essaies d’apporter le fruit de l’arbre. Il ne s’agissait pas de ça! C’était le sang de la vie.»

108     Oh, Dieu a fait descendre la chose, il a dit: «Le voici.» Et Abel a offert celui qu’il fallait. Ensuite, son frĂšre fut jaloux de lui. Regardez ce qu’il a fait, il a tuĂ© son frĂšre. Dieu en a suscitĂ© un autre; comme la mort, l’ensevelissement, et la rĂ©surrection de Christ. Regardez. Dieu alors
 Qu’est-ce qu’Il a dit Ă  Adam et Ève? «Allez, multipliez-vous et remplissez la terre.» Dispersez la race humaine sur toute la surface de la terre, pour qu’Il puisse ainsi traiter avec eux individuellement jusqu’à ce qu’Il puisse les ramener ensemble. Traitant avec les gens, les individus, chaque personne. Mais eux ils ne le voulaient pas ainsi.

109     Ne manquez pas cette rĂ©vĂ©lation. Dieu, que cela arrive. Puissiez-vous le voir comme je le vois prĂ©sentement.

110     Voyez, ce n’était pas cela, Dieu ne traite pas avec une personne dans un groupe. Dieu ne traite pas avec vous dans une organisation. Il traite avec vous en tant qu’individu, un individu. Individuellement, nous sommes baptisĂ©s du Saint-Esprit. Collectivement, nous sommes baptisĂ©s dans le corps lorsque nous sommes baptisĂ©s du Saint-Esprit. Individuellement, chacun baptisĂ© du Saint-Esprit, Dieu traitant avec chacun. C’était ça Son dessein, de les disperser sur la surface de la terre pour qu’Il puisse traiter individuellement avec eux.

111     Mais que s’est-il passĂ© au lieu de cela? Dieu a dĂ» sĂ©parer la famille de CaĂŻn de la famille de Seth. Il a renvoyĂ© CaĂŻn. Il les a sĂ©parĂ©s afin de pouvoir traiter avec Son Église. Surveillez bien. CaĂŻn a Ă©tĂ© sĂ©parĂ©. Surveillez, lĂ . Dieu a sĂ©parĂ© celui qui Ă©tait d’Ève, CaĂŻn le mauvais, de celui qui Ă©tait d’Adam, Seth le saint. Oh, l’a-t-Il fait? Par un acte illĂ©gitime, cette femme vivant avec quelqu’un d’autre et a eu un enfant. Dieu a sĂ©parĂ© cet enfant et ses gĂ©nĂ©rations de cet homme juste et saint et de ses enfants.

112     C’est la mĂȘme chose aujourd’hui, sĂ©parant, Il les trouva sĂ©parĂ©s, ils n’étaient pas dans l’unitĂ©. Ils ne pouvaient pas avoir d’unitĂ©. La nuit peut-elle ĂȘtre en unitĂ© avec le jour? Un croyant peut-il former une unitĂ© avec un incroyant? Un homme qui croit dans toute la Parole de Dieu peut-il former une unitĂ© avec ceux qui ne croient qu’une partie de la Parole de Dieu? Dieu veut des gens qui se sĂ©parent.

113     Bon, CaĂŻn Ă©tait le fils d’Ève, elle a dit: «J’ai eu un fils.» Mais Seth Ă©tait le fils d’Adam. Et Dieu les a sĂ©parĂ©s parce qu’Il ne pouvait pas laisser
 eh bien, ils se seraient corrompus mutuellement. Les mauvais enfants de CaĂŻn auraient corrompu les bons enfants de Seth. C’est vrai.

114     Surveillez maintenant! Et le mĂȘme vieux diable qui a incitĂ© Ève Ă  douter d’une seule Parole de Dieu et qui leur a dit de se sĂ©parer et de vivre de façon diffĂ©rente, ce mĂȘme diable est venu parmi eux et les a rĂ©unis Ă  nouveau. L’avez-vous saisi? Dites «amen» si c’est le cas. [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Il les ramena ensemble Ă  nouveau sous une fausse union, un acte contre le plan de Dieu. Qu’est-ce qui est arrivĂ©? Comment a-t-il fait cela? «Les fils de Dieu, a dit la Bible, la GenĂšse, virent les filles des hommes.» Les fils de Dieu, les enfants de Seth, ont vu les filles des hommes, les enfants de CaĂŻn, comme elles Ă©taient belles. Oh! Et qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils se sont laissĂ©s prendre par elles! Et ensemble ils se sont unis Ă  nouveau, Ă  cause de la beautĂ©, qu’elles Ă©taient belles Ă  voir.

115     C’est pareil aujourd’hui! Vous y ĂȘtes, frĂšres. Vous, pentecĂŽtistes faibles, vous que Dieu a sĂ©parĂ©s et envoyĂ©s pour ĂȘtre une inter-dĂ©nomination! Vous ne pouvez pas former la PentecĂŽte en dĂ©nomination. Il vous a fait sortir pour que vous soyez Son peuple. Mais vous avez vu les belles grandes Ă©glises et la thĂ©ologie, vous avez acquis beaucoup de grosses Ă©coles et des choses. Et qu’avez-vous fait? À nouveau vous avez uni le peuple de Dieu Ă  l’organisation, chose dont le fondement mĂȘme est le catholicisme. De grosses Ă©glises, belles, des gens bien habillĂ©s, le maire de la ville et tous les autres y viennent, mieux habillĂ©s, mieux instruits, les thĂ©ologiens brillants, ils savent comment se prĂ©senter dans un endroit oĂč tout le monde porte les vĂȘtements les plus chics, et le pasteur se tient Ă  sa place si parfaitement. C’est quoi ça? Vous regardez aux choses que Dieu a condamnĂ©es. Et vous avez pris l’église pentecĂŽtiste (oh Dieu, que ça ne manque pas d’ĂȘtre sur la bande!) et vous l’avez unie dans une organisation. Dieu n’a jamais voulu qu’elle soit unie, Il voulait qu’elle soit sĂ©parĂ©e; jamais unie avec le monde.

116     Le mĂȘme vieux diable qui a incitĂ© Ève Ă  douter de la Parole de Dieu et qui lui a fait du mal est revenu dans les parages et a pris les enfants de Seth et leur a montrĂ© ces jolies femmes de CaĂŻn, et ils se sont unis de nouveau. Et il ne s’agissait pas d’infidĂšles. Il ne s’agissait pas de communistes. Non, non. C’étaient des croyants. Ils ont dit: «Il se pourrait peut-ĂȘtre que le Seigneur fasse quelque chose», ou, oh, ceci, comme ça. Ils ont pensĂ© qu’ils faisaient ce qui Ă©tait juste. Et qu’est-ce que Dieu a Ă©tĂ© obligĂ© de faire? Effacer tout ça. Il a dĂ» effacer tout cela. Sous une fausse union! Il a dĂ» envoyer un dĂ©luge et dĂ©truire tout le groupe. Le jugement a tombĂ© Ă  cause de cette fausse union. Le jugement a frappĂ© l’Éden Ă  cause d’une fausse union. Bon, le serpent avait-il une semence? Honte Ă  vous.

117     Une fausse union a amenĂ© le jugement sur la terre, pour Ève et Adam, en Éden. Et une fausse union a amenĂ© les flots du jugement de Dieu sur la terre parce que les filles de CaĂŻn ont flirtĂ© avec les fils de Dieu, et ils se sont laissĂ©s prendre et se sont unis de nouveau. Vous y ĂȘtes. Une fausse union: «Il ne peut rien arriver.» Qu’est-ce que Dieu a fait? Il a dĂ©truit tout ça, tout sauf le prĂ©cieux vieux NoĂ© et sa famille.

118     Ils se sont rĂ©unis une fois de plus aprĂšs cela, aprĂšs la mort de NoĂ©, de cette famille spirituelle de NoĂ©, la premiĂšre chose que l’on sait, les fils des hommes commencĂšrent Ă  se cĂŽtoyer Ă  nouveau. Qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ont dit: «Bon, nous ne sommes pas des infidĂšles, nous croyons tous en Dieu.» Ils se sont donc trouvĂ©s un type, un chef, un certain grand archevĂȘque rĂ©pondant au nom de Nimrod, et ils ont bĂąti une tour. Ils n’étaient pas des infidĂšles. Ils croyaient qu’il y avait un Ciel. Ils croyaient qu’il y avait un enfer. Ils croyaient dans les jugements. Mais les enfants de Dieu avec les filles des hommes, de nouveau, et ils se sont formĂ©s une union, faussement, et ont bĂąti une gigantesque cathĂ©drale, une Ă©norme organisation, et tous les autres endroits devaient payer le tribut Ă  Babel.

119     Et ils ont dit: «Je vais vous dire ce que nous pouvons faire. Nous sommes intelligents, vous savez.» OĂč avaient-ils obtenu cette sagesse? Du diable. PrĂ©cisĂ©ment. Ils l’ont reçue du diable, comme ce fut le cas pour Ève. Elle l’a eue du diable. Ainsi ils ont dit: «Nous allons nous bĂątir une organisation, nous allons plaire Ă  Dieu. Et je vais vous dire ce que l’on va faire, on va faire un petit escalier. Nous allons monter et chanter et nous donner du bon temps avec les anges, et redescendre ici et vivre Ă  notre façon.» Ce dĂ©mon vit encore. Voyez? C’était contre les commandements de Dieu. Ils n’ont pas gardĂ© Ses commandements. Qu’est-ce que Dieu a fait? Bien, ils ont bĂąti une tour de Babel, faux Ă  nouveau, Dieu les a donc embrouillĂ©s et les a sĂ©parĂ©s.

120     Encore une fois Dieu a sĂ©parĂ©, et Il a envoyĂ© le brave Abraham, le juste, et a dit: «Je vais tout simplement te prendre et faire de toi une nation.» Dieu l’a sĂ©parĂ©. «Sors du milieu d’eux, Abraham, laisse tout derriĂšre.» Et Dieu ne l’a pas bĂ©ni tant qu’il n’a pas tout laissĂ© derriĂšre. Lot a Ă©tĂ© la derniĂšre chose. «Sors, Abraham, sĂ©pare-toi de ces incroyants. Puis Je vais te prendre et faire de toi une nation. Je formerai un peuple qui gardera Mes commandements. Je vais leur accorder une autre chance.»

121     Le bon vieux Abraham s’en alla sĂ©journer dans un pays Ă©tranger. C’est ce que fait chaque Abraham, il sĂ©journe dans un pays Ă©tranger. Quoi? Croyant une promesse qui humainement parlant Ă©tait impossible. Que pensez-vous que ces docteurs de CaĂŻn modernes auraient dit ce jour-lĂ ? «Oh! oh lĂ  lĂ ! un vieillard ĂągĂ© de cent ans va avoir un bĂ©bĂ© d’une femme de quatre-vingt-dix ans? Oh! quelle affaire ridicule!» Mais Abraham a cru la Parole de Dieu. Et il a appelĂ© tout ce qui Ă©tait contraire comme si ça n’était pas.

122     Tous ces faux baptĂȘmes, ces fausses sensations, ces fausses affaires qui se passent aujourd’hui, dites que cela n’est pas lĂ , croyez la Parole de Dieu et continuez d’avancer. Ce n’est qu’une pierre d’achoppement pour vous empĂȘcher d’atteindre le vrai. Continuez d’avancer, enfants. La Parole de Dieu, Dieu garde Sa Parole. Ça m’est Ă©gal combien d’affaires bidon le diable peut envoyer lĂ , Dieu a toujours une Parole vraie et Il la garde.

123     Tout ce qui Ă©tait contraire, Abraham l’a traitĂ© de faux. Si vous prenez en note Romains chapitre 4, Abraham a appelĂ© tout ce qui Ă©tait contraire Ă  la Parole de Dieu comme si ça n’était pas. C’est vrai. Il a cru en Dieu, a Ă©tĂ© fort, peu importait Ă  quel point son corps s’affaiblissait, combien cela avait l’air impossible et que cela n’allait pas arriver, Abraham a continuĂ© de le croire. Maintenant, Il n’avait pas besoin d’aller se prosterner Ă  l’autel et dire: «Si cela ne vient pas tout de suite, je vais
 Je ne sais pas si je dois le croire ou non.» Abraham a tenu bon pendant vingt-cinq ans avant que ça n’arrive, mais c’est arrivĂ©. Ça vient toujours.

124     D’Abraham est venu Isaac; d’Isaac est venu Jacob; de Jacob sont venus les patriarches; des patriarches, ils sont entrĂ©s en Égypte; en Égypte, une nation s’est dĂ©veloppĂ©. Puis une fois que Sa nation se fut dĂ©veloppĂ©e, produit de Son accomplissement, qu’a-t-Il fait? Dieu les a de nouveau sĂ©parĂ©s. L’incrĂ©dulitĂ© et la foi ne peuvent aller ensemble. Non monsieur. Ils les a sĂ©parĂ©s encore une fois, pour les Siens. Que leur a-t-Il fait pour s’assurer qu’ils soient bien conduits? Écoutez bien, lĂ , nous n’avons plus beaucoup de temps, encore quinze minutes peut-ĂȘtre. Il les a conduits de prĂšs. Remarquez, Il a suscitĂ© une nation, les a placĂ©s sous des tuteurs et ces choses. Ils se sont fait battre et ont pleurĂ©, et ont pleurĂ©, et n’en finissaient plus. Toutefois, Dieu a regardĂ© d’en haut, Il s’est souvenu de chaque promesse qu’Il avait donnĂ©e Ă  Abraham. Un jour Il a pensĂ© 
 Qu’est-ce qu’Il leur a fait? Qu’est-ce qu’Il a fait quand Il les a sĂ©parĂ©s? Il leur a donnĂ© une loi et Il leur a donnĂ© un prophĂšte, Il leur a donnĂ© une Colonne de Feu. Qu’est-ce qu’Il a fait? (Oh Dieu!) Il a mis Son Église en ordre. Une Colonne de Feu, l’Esprit, pour les conduire, un prophĂšte qui allait leur dire les vĂ©ritĂ©s de Sa Parole. À ce moment-lĂ  ils Ă©taient prĂȘts pour le voyage. N’est-ce pas merveilleux?

125     Ils partirent au dĂ©sert, accomplissant des signes et des prodiges, ouvrant la mer Rouge, appelant les flĂ©aux de l’enfer sur la tĂȘte de pharaon. Oh lĂ  lĂ ! Une Colonne de Feu avançant devant eux, amen, les conduisant de jour et de nuit. AllĂ©luia! Un prophĂšte, fidĂšle Ă  cette Parole, se tenant lĂ , les gardant alignĂ©s. Amen. À ce moment-lĂ  Il Ă©tait prĂȘt Ă  prendre Ses enfants. C’était la toute premiĂšre fois qu’ils ont Ă©tĂ© appelĂ©s une Ă©glise. C’était un type de ce qu’Il va faire dans les derniers jours. Nous allons en venir Ă  cela dans un instant seulement. Il les a appelĂ©s Ă  sortir, leur a donnĂ© une loi, leur a donnĂ© Sa Parole et leur a donnĂ© un prophĂšte; Il leur a donnĂ© un signe et Il les a envoyĂ©s dans le dĂ©sert. Il les a sĂ©parĂ©s du reste du monde.

126     Qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils ont vu les jolies femmes de Moab, une Ă©glise tiĂšde avec des dieux et des dĂ©esses et tout le reste. Qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils se sont laissĂ©s prendre par elles, ont contractĂ© des mariages parmi eux. C’est vrai, tout Ă  fait juste. J’imagine qu’elles Ă©taient d’une grande beautĂ©, ces jolies petites Moabites.

127     J’ai une prophĂ©tie chez moi, je vais la lire un de ces jours. Et vous vous demandez pourquoi je blĂąme les femmes comme je le fais. Il y a trente ans
 J’ai l’AINSI DIT LE SEIGNEUR! Il y a trente ans, quand je suis entrĂ© dans le ministĂšre, Il m’a dit que l’immoralitĂ© deviendrait si grande chez les femmes, attribuĂ©e aux derniers jours, qu’elles seraient ce qu’il y a de plus souillĂ© sur la terre. PrĂ©cisĂ©ment. Elle a commencĂ© cela au commencement et Satan l’utilise Ă  la fin. Et voyez ce qui arrive, faites un examen des annĂ©es passĂ©es. Il a dit: «Elle va continuer Ă  se dĂ©shabiller.» Et Il a dit qu’il n’y aurait qu’un tout petit groupe, «des Ă©lus mĂȘmes» qui sont prĂ©destinĂ©s, qui Ă©chappera Ă  cela.

128     Quand cette vision est venue, ça m’a inquiĂ©tĂ©. J’ai pensĂ©: «Les femmes » Je suis revenu dans la Bible Ă  ÉsaĂŻe, au chapitre 5, je crois, et ça disait: «Le germe qui aura Ă©chappĂ© de
 les filles de Sion, aura de la magnificence pour l’Éternel en ce temps-lĂ .»

129     L’autre jour, une femme m’a Ă©crit, me posant une question. Elle disait: «FrĂšre Branham », ou non, c’était un homme, un prĂ©dicateur. Il est peut-ĂȘtre ici ce matin. Il vient de l’Ohio, juste lĂ . Et il a dit: «Nous voulons dire la mĂȘme chose que vous, mais nous avons trouvĂ© quelque chose qui n’est pas juste sur vos bandes.» Billy m’a donc apportĂ© la lettre. Cela disait: «Quelque chose sur vos bandes, disait-il, c’est trĂšs opposĂ© Ă  la Parole de Dieu, frĂšre Branham. Et nous voulons dire la mĂȘme chose.» Il a dit: «J’aimerais vous poser une question. Il s’agit de I Corinthiens, le 11e chapitre, et il est question de ce que les femmes doivent ĂȘtre voilĂ©es et de ce que les hommes ne doivent pas se couvrir la tĂȘte.» Il a dit: «Nous croyons cela. Les femmes devraient porter des chapeaux dans l’église, et les hommes devraient enlever leurs chapeaux dans l’église.» Il a dit: «Nous croyons Ă  ces voiles sur la tĂȘte, et ainsi de suite.» Et il a dit: «Puis une autre question: C’est que les gens viennent nous voir et disent que l’Ange de l’Éternel vous dit tout. Chaque mot que vous dites, ça vient de l’Ange de l’Éternel. Et, frĂšre Branham, il est tellement difficile de combattre quelque chose comme ça.» Il a dit: «Dans mon Ă©glise, nous voulons dire la mĂȘme chose. Maintenant, frĂšre Branham, ne croyez-vous pas que vous faites lĂ©gĂšrement erreur, lĂ ?»

130     Je lui ai rĂ©pondu: «Mon prĂ©cieux frĂšre, je ne fais pas erreur. I Corinthiens, le 11e chapitre, dit qu’une femme devrait avoir la tĂȘte voilĂ©e et la raison de cela. Ensuite, le 15e verset dit que sa longue chevelure lui a Ă©tĂ© donnĂ©e comme voile. Pas un chapeau.» Cet esprit catholique a dominĂ© l’église assez longtemps. C’est sa longue chevelure qui est son voile. La nature elle-mĂȘme ne


131     Et voyez, la question est revenue il y a quelque temps, quelqu’un m’a demandé  Je vais l’expliquer pendant que j’y suis. Il a dit: «Bien, la Bible dit qu’elle devrait se voiler Ă  cause des anges. Qu’est-ce que les anges ont Ă  voir avec une femme?»

132     J’ai dit: «Un ange, c’est quoi?» C’est un messager. Qu’est-ce que Paul est en train de dire? Si un vrai messager passe par lĂ , un ange de la part de Dieu, il vaudrait mieux que vous ayez une longue chevelure. Il va condamner la chose. C’est exact. Combien savent qu’un ange est un messager? Tout Ă  fait juste. Un messager envoyĂ© de Dieu va condamner cela. Ça dit: «À cause des anges, il vaut mieux avoir une longue chevelure.» Que ces messagers envoyĂ©s de Dieu passent par lĂ , ils vont condamner cette chose. Oui, effectivement, parce qu’un vrai messager de Dieu, un ange, est reliĂ© Ă  Dieu, et Sa Parole ne peut pas faillir. C’est tout Ă  fait juste. LĂ , saint Paul a dit que mĂȘme si un ange du Ciel venait enseigner quelque chose d’autre, qu’il soit anathĂšme. C’est vrai. Maintenant, nous voyons que c’est vrai, ça; elle devrait avoir une longue chevelure, c’est son voile.

133     Mais j’imagine que ces jolies femmes moabites Ă©taient de toute beautĂ©, il se peut qu’elles aient Ă©tĂ© arrangĂ©es comme certaines de ces JĂ©zabel modernes d’aujourd’hui. Mais pas toutes les femmes cependant! Je pense qu’une femme qui est authentique est un bijou. Que Dieu soit louĂ© pour une vraie femme. Vous ĂȘtes les servantes de Dieu. Mais une vraie femme est comme un vrai homme; ils vont suivre la Parole de Dieu sans se soucier de ce que le diable dit ou de tout ce qui est faux.

134     Et dire: «Notre pasteur a dit que c’est correct de faire ceci.» Ça m’est Ă©gal ce que dit votre pasteur. Si c’est contraire Ă  la Parole de Dieu, que sa parole soit un mensonge, et gardez la Parole de Dieu. Peu m’importe de quelle dĂ©nomination il s’agit, ou ce qu’il est, s’il a quelque chose Ă  dire lĂ -dessus, dites-lui d’aller voir dans la Parole de Dieu. Exactement.

135     Oh, comme nous pourrions continuer et voir Dieu les sĂ©parer. Nous devrons nous arrĂȘter dans un instant. J’aimerais juste passer par-dessus des versets que j’ai ici, pour me dĂ©pĂȘcher d’arriver Ă  la fin. Que s’est-il passĂ© quand c’est arrivĂ© lĂ , la fois des femmes moabites? Dieu a dĂ» les sĂ©parer Ă  nouveau. Qu’est-ce qu’Il a fait?

136     Puis JĂ©sus est venu. C’est lĂ  que nous arrivons quelque part. JĂ©sus est venu ensuite, l’empreinte de la Personne de Dieu, la semence de la femme, conçue par Dieu Lui-mĂȘme. Le grand Architecte s’est bĂąti un corps. Il n’avait pas besoin d’emprunter du bois de construction de qui que ce soit, d’une femme ou d’un homme. Il s’est bĂąti Lui-mĂȘme une maison. Oh lĂ  lĂ .

137     Je pense Ă  ce jour oĂč Étienne s’est levĂ© et a dit: «Vous, incirconcis de cƓur et d’oreilles, hommes au cou raide, vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Ce que vos pĂšres ont Ă©tĂ©, vous l’ĂȘtes aussi!» Il a dit: «Salomon Lui a bĂąti une maison, mais le TrĂšs-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme, mais Tu as prĂ©parĂ© un corps.»

138     Il n’avait pas besoin d’emprunter de bois de construction nulle part. HĂ©breux, le 11e chapitre, je crois qu’au 2e ou 3e verset, ça dit que «le monde a Ă©tĂ© formĂ© par la Parole de Dieu, en sorte que les choses n’ont pas Ă©tĂ© faites de choses visibles». Dieu a juste dit: «Que cela soit», et cela a Ă©tĂ©. Il n’a pas Ă©tĂ© obligĂ© d’aller lĂ -bas et de dire: «Madame Lune, voudriez-vous me prĂȘter un peu de bois? Monsieur Étoile, voudriez-vous bien me prĂȘter un peu de calcium?» Dieu ne fait pas ça.

139     Il n’a pas eu besoin de dire: «Marie, tu vas Me prĂȘter un ovule, Je veux Me crĂ©er un corps pour pouvoir y demeurer.» Dieu le CrĂ©ateur a parlĂ©, et dĂšs ce moment elle est devenue mĂšre. Elle n’était pas une mĂšre, elle Ă©tait seulement une femme portant Sa semence. C’est vrai. N’oubliez pas, elle n’était pas la mĂšre de JĂ©sus. C’est le monde qui dit ça. Trouvez-moi un endroit dans les Écritures oĂč Il l’ait dĂ©jĂ  appelĂ©e mĂšre. Maintenant, revenez Ă  la Parole. «MĂšre de Dieu». Honte Ă  vous! Voyez?

140     Un jour il y a eu des gens qui Lui ont dit: «Ta mĂšre est dehors et elle Te cherche.»

141     Il a dit: «Qui est Ma mĂšre?» Il a regardĂ© Ses disciples et Il a dit: «Quiconque fait la volontĂ© de Mon PĂšre est Ma mĂšre.»

142     Elle n’était pas Sa mĂšre, elle Ă©tait une incubatrice. Dieu aurait pu utiliser autre chose, mais Il a voulu prendre ce qu’il y avait de plus bas et montrer ce qu’Il pouvait faire avec ça. Susciter quelque chose, faire quelque chose Ă  partir de rien, ça c’est Dieu.

143     L’empreinte de Sa Personne est venue, JĂ©sus, l’ImmaculĂ©, Celui qui est plein de charme, le plus beau entre dix mille, le Lys de la VallĂ©e, la Rose de Saron, oh, l’Étoile du Matin. Qu’est-ce qu’Il Ă©tait? Pourquoi est-Il venu? Écoutez attentivement, lĂ . Pour Ă©tablir Ă  nouveau l’unitĂ© entre Dieu et l’homme. Oh, frĂšre, le voyez-vous?

144     Toutes leurs tours de Babel et toutes leurs autres choses n’ont pas marchĂ© en ce temps-lĂ . Tous leurs fruits des jardins et tout le reste ont dĂ©plu Ă  Dieu. Ainsi, Dieu est descendu et a Ă©tĂ© conçu par Lui-mĂȘme dans le sein d’une femme, Il s’est fait un corps et est devenu Emmanuel, Dieu avec nous. Ni Juif, ni des nations, mais Dieu. Il n’était pas Juif, Il n’était pas des nations, Il Ă©tait Dieu. Et en tout temps, ceux des nations avaient autant de valeur pour Lui; c’est seulement qu’Il tentait de sĂ©parer les Juifs pour faire une nation. Il a tout essayĂ© pour ramener cela, et le seul moyen possible pour Lui d’établir cela, c’était de revenir Ă  un individu comme ce qu’il Ă©tait au commencement. C’est comme ça aujourd’hui, Ă  un individu. Pas Ă  une dĂ©nomination, pas Ă  une organisation, pas Ă  un groupe de gens, mais Ă  un individu. Remarquez, rĂ©tablir l’unitĂ© entre Dieu et l’homme.

145     Il Ă©tait le vĂ©ritable sacrifice d’expiation. Brebis, boucs et le reste ne pouvaient jamais enlever le pĂ©chĂ©. Mais la vie
 Parce que lorsque le sacrifice est immolĂ© et que la vie d’un agneau – ce qu’il y a de plus innocent – cette vie ne pouvait pas revenir sur le croyant, parce qu’il Ă©tait un ĂȘtre humain avec une Ăąme, et la brebis n’a pas d’ñme.

146     Voyez, seul l’homme a une Ăąme. Il est une forme animale, ça c’est vrai, mais Il a mis une Ăąme sur lui. C’est ce qui le rend diffĂ©rent des animaux. Quand il a eu une Ăąme, il a distinguĂ© le bien du mal. Souvenez-vous que lorsque Dieu a crĂ©Ă© l’homme Ă  Son image, aussitĂŽt il est devenu une Ăąme vivante. Voyez, il est devenu cela, distinguant le bien du mal.

147     Bon, remarquez. Mais lĂ , dans ceci, JĂ©sus est venu et Il Ă©tait Dieu. Ce n’était pas seulement la vie d’un autre homme qui revenait sur un autre homme, mais c’était la vie mĂȘme de Dieu, faisant de lui un enfant de Dieu, le replaçant dans la mĂȘme union oĂč il Ă©tait avant la chute. LĂ  nous arrivons Ă  la vraie unitĂ©.

148     Quelqu’un m’a dit: «FrĂšre Branham, n’es-tu pas un unitaire?» Pas de l’organisation unitaire, mais je suis unitaire avec Christ, voyez, mais pas de l’organisation unitaire.

149     Il a payĂ© la dette du pĂ©chĂ©. Bon, pour obtenir l’unitĂ© entre Dieu et l’homme, JĂ©sus ne pouvait pas le faire tant qu’Il Ă©tait ici dans un corps de chair. Ainsi Il a dĂ» devenir le sacrifice d’expiation complet pour enlever la culpabilitĂ© du croyant, voyez, l’enlever pour que le Saint-Esprit puisse venir dans l’homme, et faire que l’homme et Dieu soient une unitĂ© de nouveau. Voyez, il devait y avoir quelque chose pour rĂ©tablir.

150     Maintenant, qu’est-ce qui rendait possible de rĂ©tablir? C’est lorsque les commandements de Dieu sont accomplis. Un ange pouvait-il les accomplir? Il n’a pas de sang. Dieu pouvait-Il les accomplir? Il n’avait pas de sang. Et Dieu s’est fait chair et sang afin de pouvoir payer la dette correctement et enlever le pĂ©chĂ©, car c’est le seul moyen. Les tours de Babel les ont sĂ©parĂ©s sur la surface de la terre, tout le reste, les organisations et ces choses avaient Ă©chouĂ© sur toute la ligne, ils se mĂȘlent ensemble, le monde et tout le reste, mais ceci allait ĂȘtre une sĂ©paration totale. Gloire!

151     Je me sens religieux, lĂ . Bien, Il me semble que je pourrais prendre mon texte et me mettre Ă  prĂȘcher en ce moment. Je suis juste assez rĂ©chauffĂ© pour que ça me permette de commencer ici mĂȘme, et c’est le moment de m’arrĂȘter. Hum! Je le terminerai peut-ĂȘtre un de ces jours – l’unitĂ© de Dieu et de l’homme. Que tous ceux qui comprennent disent «amen». [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Amen.» – N.D.É.]

152     Voyez, c’est le seul moyen possible pour l’homme d’ĂȘtre de nouveau dans son Ă©tat originel, c’est que la pĂ©nalitĂ© pour le pĂ©chĂ© soit payĂ©e. La pĂ©nalitĂ© pour le pĂ©chĂ©, c’est quoi? La mort. «Le salaire du pĂ©chĂ©, c’est la mort.» Et Dieu a dit: «Le jour oĂč tu en mangeras, le jour oĂč tu auras cette liaison, c’est le jour oĂč tu mourras.» Et lorsque c’est arrivĂ© pour l’homme, cela a rompu sa relation, sa communion fraternelle et tout, et ça ne pouvait plus revenir tant que cette peine n’était pas payĂ©e. Et personne n’était digne de la payer, parce qu’avec l’ĂȘtre humain, c’est chacun qui est tombĂ©, car toute crĂ©ature se trouve sous l’ĂȘtre humain et il Ă©tait dĂ©chu. Gloire! Oh lĂ  lĂ , frĂšre!

153     FrĂšre Mac, je ne t’avais pas vu assis lĂ . Que Dieu te bĂ©nisse. Nous croyons ceci, frĂšre Mac. «TombĂ©s sous la peine de mort.» FrĂšre Mac que voici Ă©tait alors pasteur au tabernacle quand je partais. Oui. Bon, encore un bon vieux baptiste, missionnaire baptiste de lĂ -bas, qui a reçu le Saint-Esprit. Voyez? Remarquez, lĂ , devenir en unitĂ© avec Dieu.

154     Or, quand nous voyons ceci, quand nous voyons que la pĂ©nalitĂ© doit ĂȘtre payĂ©e et que pas
 La plus haute forme de vie animale est l’ĂȘtre humain, et l’ĂȘtre humain lui-mĂȘme Ă©tait tombĂ©. Comment donc un humain peut-il en sauver un autre? Ça prenait Dieu. Et Dieu ne pouvait pas mourir en Esprit. Ainsi, Dieu a dĂ» s’abaisser au-dessous des anges
 (HĂ©breux, chapitre 1er, le 1er verset.)
 Il a dĂ» s’abaisser au-dessous des anges afin de souffrir la mort, de payer la peine, pour ramener l’unitĂ© entre l’homme et Dieu, pour que le Saint-Esprit puisse revenir.

155     La dette du pĂ©chĂ© a Ă©tĂ© payĂ©e. C’est ce que JĂ©sus a dĂ» faire pour envoyer le Saint-Esprit sur les gens, pour les unir Ă  nouveau comme c’était le cas dans le jardin d’Éden. La dette a Ă©tĂ© payĂ© lorsque JĂ©sus est mort. Cela a rĂ©glĂ© le problĂšme. Amen, frĂšre! Si seulement je pouvais le faire pĂ©nĂ©trer, voyez. La dette est payĂ©e. AllĂ©luia Ă  l’Agneau! La dette est payĂ©e. Et tout homme et femme qui m’écoute ce matin, ou qui m’entendra par le moyen de la bande, votre pĂ©nalitĂ© est payĂ©e. Ne doutez surtout plus de la Parole de Dieu. Revenez Ă  la Parole! Ne croyez pas cela
 Il Ă©tait la Parole. Gloire! J’ai envie de pousser des cris, c’est vrai, j’en ai envie. La peine est payĂ©e. C’est terminĂ©. Pas Ă©tonnant que les anges aient poussĂ© des cris, aient chantĂ©, et que les hymnes du Ciel aient rĂ©sonnĂ©. Oui monsieur, la brebis perdue a Ă©tĂ© trouvĂ©e! Une victime propitiatoire a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e pour qu’il soit ramenĂ©, les eaux de sĂ©paration, la Parole de Dieu qui le lave de son iniquitĂ©, lorsque la Parole est morte Ă  ma place et est ressuscitĂ©e, et est devenue prĂ©Ă©minente dans ma vie, dans mon cƓur. Amen. La pĂ©nalitĂ© est payĂ©e! C’est terminĂ©. Nous sommes rachetĂ©s.

156     Non pas par une Ă©glise catholique, bien que le bon catholique, c’est nous, le catholique apostolique. Oui monsieur. Non pas catholique romain avec leurs dogmes. Par leurs dogmes ils nient cette Parole; c’est leur dogme qui compte, pas la Parole. MĂ©thodistes, baptistes, honte Ă  vous! Aimant l’iniquitĂ© plus que Dieu. Aimant le plaisir, en quĂȘte du monde, des plaisirs – des cochons pour l’abattoir. Le diable envoie ses instruments lĂ  pour vous faire avaler cette chose comme Satan l’a fait dans le jardin d’Éden. «Bien, tous nos prĂ©dicateurs sont instruits. Ils ont le doctorat de philosophie, le doctorat de droit.» Ça ne signifie rien du tout. Niez cette Parole, et c’est toujours l’astuce du diable. Je vous l’ai dĂ©montrĂ© par la Parole, ce matin. À partir de maintenant, c’est Ă  vous de dĂ©cider.

157     MĂȘme pendant qu’ils marchaient avec JĂ©sus, les disciples n’avaient pas d’unitĂ©. Ils n’avaient aucune unitĂ©. Non, ils se disputaient: «Qui va ĂȘtre l’évĂȘque aprĂšs ceci. Lequel est le plus grand parmi nous?» Ils ne pouvaient mĂȘme pas croire JĂ©sus. Ils n’arrivaient pas Ă  Le comprendre. «Tu parles en paraboles. Dis-nous ouvertement ce que Tu veux dire.» Il n’y avait pas d’unitĂ© entre JĂ©sus et les disciples, ou les disciples par rapport Ă  JĂ©sus, et les disciples entre eux.

158     Peu importe, cela prouve bien, frĂšre. Écoutez attentivement, maintenant, je veux que ceci s’enfonce bien profondĂ©ment dans votre cƓur. Voyez? Dieu a un plan. Ce qui ne fait pas partie de ce plan, peu m’importe combien il y a de sagesse lĂ -dessous, combien de beaux millions de dollars en Ă©difices, combien de belles Ă©coles de thĂ©ologie, combien de saints hommes et de saint Ceci, et saint, saint, saint, ça ne change rien du tout; si on nie une Parole de la Bible de Dieu, c’est du diable. Maintenant, je vous l’ai prouvĂ© par la Parole Ă©crite de Dieu, du Nouveau Ă  l’Ancien Testament, et si seulement vous restez avec moi pendant quelques minutes, je vais vous ramener cela Ă  aujourd’hui.

159     Les disciples qui ont marchĂ© main dans la main avec JĂ©sus ont dormi avec Lui, mangĂ© avec Lui, vu Ses miracles, se sont associĂ©s Ă  Lui, plus proches que tout frĂšre pourrait l’ĂȘtre, et cependant ils ne l’avaient pas. Ils n’étaient pas en Ă©tat de prĂȘcher l’Évangile. JĂ©sus a dit: «Ne prĂȘchez surtout plus, n’essayez mĂȘme pas. Allez attendre lĂ -bas dans la ville de JĂ©rusalem. Je vais envoyer sur vous la promesse qui vous a Ă©tĂ© faite. Cela va vous unifier Ă  ce moment-lĂ .»

160     «Maintenant, PĂšre, Je prie afin qu’ils soient un, tout comme Toi et moi Nous sommes un.» «Comme Mon PĂšre M’a envoyĂ© prĂȘcher l’Évangile, Je vous envoie.»

161     Et le PĂšre, Celui-lĂ  mĂȘme qui a envoyĂ© le Fils, est venu dans le Fils. L’unitĂ©, c’est d’ĂȘtre un. Il a dit: «Si Je ne fais pas les Ɠuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas. Mais si les Ɠuvres que Je fais parlent aussi fort, si vous ne les voyez pas, c’est que vous ĂȘtes tout Ă  fait sourds, muets et aveugles.» Oh! frĂšres. Fiou! Il a dit: «Hypocrites! vous savez discerner l’aspect du ciel, mais les signes des temps vous ne pouvez les discerner. Si vous M’aviez connu, vous auriez connu Mon jour. ÉsaĂŻe a bien parlĂ© de vous: Vous avez des oreilles, et vous ĂȘtes si sourds que vous n’entendez pas. Des yeux, et si aveugles que vous ne voyez pas!»

162     L’apĂŽtre Paul a bien parlĂ©: «Dans les derniers jours, ils auront l’apparence de la piĂ©tĂ© et renieront ce qui en fait la force.» Et Écriture sur Écriture, ce qui allait se passer dans ces organisations dans les derniers jours. Ensuite ils se demandent pourquoi je m’en prends Ă  ce systĂšme du diable fait par l’homme. De voir ces prĂ©cieux enfants ĂȘtre persuadĂ©s d’aller lĂ  par la ruse, comme des brebis qui s’en vont Ă  l’abattoir. Fais-les sortir, Seigneur!

163     Oui, les disciples n’avaient aucune unitĂ©. Ils n’arrivaient pas Ă  comprendre JĂ©sus. Ils ont dit: «Ah, qui peut comprendre ces choses?» Voyez, Dieu n’était pas encore en eux. Ils Ă©taient seulement associĂ©s en communion. Ils s’étaient seulement associĂ©s Ă  Lui. C’est comme beaucoup d’hommes bons aujourd’hui. Ils ne buvaient pas, ne mentaient pas, ne volaient pas, rien, mais ils n’avaient pas cette unitĂ© avec Dieu. Ils n’étaient pas encore un avec Dieu. Voyez, ils ne pouvaient pas l’ĂȘtre. Oh, ils avaient bien fait des miracles. Ils avaient chassĂ© des dĂ©mons.

164     L’autre jour, j’ai lu un article dans le journal lĂ -dessus, sur le fait de chasser les dĂ©mons. Les gens disent: «Oh, frĂšre, je te le dis, c’est ça.» Ce n’est pas cela! Un homme qui chasse un dĂ©mon tout en niant la Parole de Dieu est un menteur. Oui monsieur. Il dit chasser les dĂ©mons. Ils prĂ©tendent que c’est ce qu’ils font. S’il n’est pas avec la Parole de Dieu, il ne peut pas le faire. JĂ©sus l’a dit.

165     Bon, ensuite la PentecĂŽte est arrivĂ©e, Dieu les a rendus un de nouveau. Oh lĂ  lĂ ! LĂ  ils ont eu l’unitĂ© avec Dieu. Dieu Ă©tait en eux. Maintenant, dans les Actes, si vous le prenez en note, Actes 4.32, la Bible dit qu’ils Ă©taient d’un seul cƓur, d’une seule Ăąme et d’une seule pensĂ©e. Oh, frĂšre. Pourquoi? Ils avaient Ă©tĂ© ramenĂ©s Ă  l’original Ă  nouveau. Il leur restait une seule chose dont ils devaient se dĂ©faire, une vieille ville oĂč ils avaient vĂ©cu, un vieux corps, appelĂ© une ville ou un temple, dans lequel ils avaient vĂ©cu, qui devait pourrir, parce qu’il faut que ça meure et que ça se corrompe. Mais en esprit et vie, et pour ce qui est du but et de la vision et tout, ils Ă©taient un avec Dieu.

166     Oh, Adam, mes amis dĂ©couragĂ©s, ne laissez pas Satan vous dire son mensonge une fois de plus. Que cela n’arrive pas. Ne laissez pas Satan vous dire que la Parole ne veut pas dire exactement ce qu’elle dit. C’est vrai. La Parole veut dire


167     Je parlais sur le baptĂȘme au Nom de JĂ©sus-Christ. C’est vrai, il y a une rĂ©vĂ©lation qui vient avec ça. C’est la vĂ©ritĂ©. Mais qu’est-ce qu’une poignĂ©e de gens ont fait? Ils ont ramassĂ© ça ici-mĂȘme, et de cela ils ont lancĂ© une dĂ©nomination, ils ont fait une autre tour de Babel. La mĂȘme chose se reproduit, ils retournent droit Ă  cela. AssurĂ©ment. Luther a fait pareil; Wesley a fait pareil; John Smith a fait pareil; Alexander Campbell a fait pareil; la pentecĂŽte a fait pareil. Dieu traite avec des individus qui gardent Sa Parole. Le seul plan de Dieu pour amener des croyants Ă  Lui-mĂȘme, dans une vraie unitĂ©, c’est de recevoir le Saint-Esprit.

168     Vous dites: «FrĂšre Branham, j’ai parlĂ© en langues. J’ai poussĂ© des cris. J’ai fait ceci.» Si vous avez encore ce genre d’esprit-lĂ  et reniez la Parole de Dieu, vous n’avez pas la Parole de Dieu en vous, vous n’avez pas l’Esprit. Si vous restez Ă  Ă©couter la vĂ©ritĂ© qui est prĂȘchĂ©e, et que vous cherchez dans la Bible et voyez qu’Il s’agit de la vĂ©ritĂ© et que vous refusiez de le faire, ce n’est pas l’Esprit de Dieu. Ça m’est Ă©gal combien vous parlez en langues, combien vous criez, Ă  combien d’églises vous avez appartenu, ou combien de fois vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©s, ou tout le reste. La Parole est la vĂ©ritĂ©. C’est ce qui prouve la vĂ©ritĂ©. Si vous avez toutes ces autres vĂ©ritĂ©s et que la Parole suive, lĂ , vous savez que vous arrivez au but.

169     Comment le Dieu mĂȘme qui a Ă©crit la Bible peut-Il se retourner et substituer quelque chose d’autre Ă  Sa Parole? Vous, les catholiques, qui dites que Pierre a Ă©tĂ© enterrĂ© dans votre Ă©glise et que son esprit vous donne les droits de remettre les pĂ©chĂ©s et ces choses, comment est-ce que Pierre, un juif, a-t-il bien pu supporter qu’il y ait des idoles dans l’église? Comment Pierre a-t-il bien pu nier la venue du baptĂȘme du Saint-Esprit (il avait parlĂ© en langues et toutes les choses puissantes qu’il avait faites) et se retourner et dire de prendre une petite hostie, et que Dieu est dans cette hostie? Oh, c’est de l’ignorance, de l’ignorance spirituelle!

170     Bon, maintenant, pour vous les protestants, c’est pareil. Vous vous avancez et serrez la main du prĂ©dicateur, et dites: «J’accepte JĂ©sus comme mon Sauveur personnel», et vous retournez et vivez n’importe comment par cela, et vous persistez Ă  vivre avec le monde. Une autre tour de Babel.

171     Nous arrivons maintenant Ă  la fin. Regardez. Dieu a envoyĂ© le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit est Dieu Lui-mĂȘme. C’est Lui qui va faire l’unitĂ© entre Dieu et l’homme. Allons dĂ©couvrir cela maintenant. J’aimerais avoir toute votre attention pendant les cinq minutes ou plus qui vont suivre. Surveillez.

172     Sous l’influence du plan du diable, l’homme a essayĂ© d’amener l’église dans l’unitĂ© par la dĂ©nomination. Ils ont essayĂ© d’amener l’église dans l’unitĂ© par l’instruction, vous savez cela, par l’instruction, par la dĂ©nomination. Ils essaient en ce moment mĂȘme
 le Conseil mondial des Églises se met Ă  essayer de rĂ©concilier tous les catholiques et les protestants pour qu’ils ne fassent qu’un. Qu’est-ce que c’est? Un plan du diable!

173     Vous dites: «Vous ĂȘtes bigrement petit pour dire ça.» Je suis rudement petit, mais la Parole de mon Dieu est bien grande, ça je vous le dis. Les cieux et la terre passeront, mais elle ne passera pas. Ce n’est pas celui qui dit cela qui compte, mais Celui qui l’a dit en premier. Je ne fais que dire ce qu’Il a dit, je confesse Sa Parole.

174     C’est sous l’empire du diable! C’est prouvĂ© dans la Parole, ici, en plein devant vous, ce matin, que c’est du diable. Toutes ces organisations le sont. Sous le plan du diable, l’homme essaie d’amener les gens dans l’unitĂ© en formant une dĂ©nomination.

175     «Venez tous adhĂ©rer aux AssemblĂ©es de Dieu. Affiliez-vous aux Unitaires. AdhĂ©rez Ă  l’Église de Dieu. Affiliez-vous aux MĂ©thodistes. Nous sommes tous un.» Bande d’hypocrites, ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©, et reniant ce qui en fait la force. Et la Parole de Dieu est brandie devant vous, et vous avez peur de vous y attaquer. Pourquoi Dieu ne se montre-t-Il pas alors, si vous ĂȘtes d’accord avec Dieu? Pourquoi ne faites-vous pas les Ɠuvres de Dieu? Comment pouvez-vous avoir cette apparence, puis aller çà et lĂ  et Le nier, allant jusqu’à traiter les vĂ©ritables Ɠuvres de Dieu de BĂ©elzĂ©bul? Cela vous montre, tas de membres d’église instruits! JĂ©sus a dit: «Vous ĂȘtes de votre pĂšre, le diable!» C’est vrai! Je suis sĂ»r que vous comprenez ce que je veux dire. Certainement. Pourquoi quelqu’un n’attaque-t-il pas cela? Vous savez que Dieu est derriĂšre ça. Dieu va agir avec Sa Parole.

176     L’homme fait cela, il bĂątit une autre tour de Babel. Qu’est-ce qu’il fait? Ils essaient de montrer
 Regardez dans ce Conseil mondial des Églises, lĂ . L’anglican, le catholique romain, le mĂ©thodiste, le presbytĂ©rien, les pentecĂŽtistes, et tous ceux-lĂ  rĂ©unis, la Science ChrĂ©tienne, et plusieurs de ces sectes qui vont jusqu’à nier la naissance virginale, nier la divinitĂ© de JĂ©sus, faisant de Lui trois personnes, essayant d’adorer un Dieu en trois, niant la naissance virginale. Quelques-uns d’entre eux nient le Sang. Quelques-uns nient Ses miracles. Presque tous nient cela. Et ensuite on essaie d’unifier ça! Comment le pouvez-vous? C’est une tour faite par l’homme. Ça va s’effondrer comme s’est effondrĂ© Babel.

177     Mais Dieu a dit: «Ni par la puissance, ni par la force; par Mon Esprit, dit l’Éternel. VoilĂ  comment j’unis Mon Église. Ni par l’organisation, ni par l’instruction, ni par les thĂ©ologiens; mais par Mon Esprit, dit l’Éternel, Je rassemblerai Mes brebis.» Oh lĂ  lĂ ! Et qu’arrive-t-il lorsqu’Il le fait? Ses signes rendront tĂ©moignage de la mĂȘme chose. C’est ainsi qu’IsraĂ«l pouvait dire, avant qu’ils ne se mĂȘlent Ă  Moab. Il y avait une Colonne de Feu au-dessus d’eux. Oui monsieur. Que fera-t-Il? Il rendra tĂ©moignage, le mĂȘme genre de tĂ©moignage. Mais aprĂšs s’ĂȘtre dissociĂ©s d’avec Dieu, et ainsi de suite, s’ĂȘtre sĂ©parĂ©s de l’unitĂ© qui existait entre eux et Dieu, et s’ĂȘtre mĂȘlĂ©s Ă  Moab et ceux-lĂ , la victoire leur fit complĂštement dĂ©faut. Ils sont restĂ©s quarante ans de plus dans le dĂ©sert, jusqu’à ce que Dieu ait suscitĂ© un autre groupe pour y aller et achever Son plan. C’est prĂ©cisĂ©ment ce qu’ils ont fait.

178     Maintenant, regardez. Mais lorsque Dieu rassemblera une Église avec Son Esprit, ils auront les signes du Dieu vivant parmi eux. Quelle sorte de signes? Lorsque Dieu a sĂ©parĂ© IsraĂ«l de l’Égypte, Dieu a donnĂ© Ă  MoĂŻse et Ă  IsraĂ«l le signe d’une Colonne de Feu. Vrai? Un prophĂšte. Lorsqu’Il a sĂ©parĂ© Abraham d’avec Lot, il y a eu un Ange qui est venu le voir, qui pouvait lire les pensĂ©es et les intentions du cƓur. Un signe. AllĂ©luia!

179     Maintenant, ces dĂ©nominations qui sont prises dans cette Ă©glise, essayant de faire une unitĂ© comme en Égypte, comme lĂ -bas en Éden, et ainsi de suite, elles sont sous cette grande influence.

180     Mais, regardez, je veux vous demander quelque chose. Quand Dieu a sĂ©parĂ© IsraĂ«l, Il leur a donnĂ© un signe surnaturel, une Colonne de Feu. Il leur a donnĂ© un prophĂšte. Qu’a-t-Il fait Ă  Abraham? Que fait-Il Ă  chaque fois? Que l’on me montre un prophĂšte nommĂ© par Dieu parmi eux. Il rassemble Son Église Ă  l’aide d’apĂŽtres, et de prophĂštes, et de docteurs, et d’évangĂ©listes. AllĂ©luia! Vous y ĂȘtes. Une Église, encore une fois, comme Il a appelĂ© IsraĂ«l Ă  sortir. Je vous avais dit que j’étais pour y revenir. Oui monsieur.

181     Pas de prophĂštes nommĂ©s par Dieu parmi eux, non monsieur, comme ils l’étaient avec IsraĂ«l et ceux-lĂ . Qu’est-ce que c’est? Une tour du diable Ă  nouveau.

182     LĂ , Sa venue est si imminente, la seconde venue de JĂ©sus; Il est en train de rassembler Ses Ă©lus. Je le crois. Oh, ils viendront de l’est et de l’ouest. LĂ  oĂč se trouve le cadavre, les aigles se rassembleront. Oh lĂ  lĂ ! qu’est-ce que c’est? Il a trouvĂ© Son unitĂ©, Sa vĂ©ritable unitĂ©, se montrant parmi eux. De chaque dĂ©nomination, rassemblant Ses Ă©lus de toutes sortes d’églises, de partout. Il est en train de faire sortir Ses enfants, se conformant prĂ©cisĂ©ment Ă  Sa Parole. Quoi?

183     Bon, la venue du Seigneur JĂ©sus est si imminente, la venue du jugement, Il appelle Ses Élus Ă  se rassembler dans une unitĂ© avec Lui-mĂȘme, avec le mĂȘme genre de ministĂšre qu’Il avait. Il n’y a pas longtemps, ici, vous savez comment j’ai tracĂ© cela tout au long des Ăąges de l’Église, sur le sujet de la grande tour qui a Ă©tĂ© bĂątie, appelĂ©e la pyramide, et dont la pierre de faĂźte n’avait jamais Ă©tĂ© posĂ©e. Rappelez-vous comment les luthĂ©riens sont venus, puis ceux de Wesley en minoritĂ©, et puis jusqu’aux pentecĂŽtistes. Et maintenant, ce qu’Il fait, Il appelle Ă  sortir de cela. Qu’a-t-Il fait? Il a appelĂ© l’élu Ă  sortir pour former les luthĂ©riens; des luthĂ©riens, Il a appelĂ© l’élu Ă  sortir pour former les wesleyens; de cela, Il a appelĂ© l’élu Ă  sortir pour former les pentecĂŽtistes; maintenant Il appelle les Ă©lus pentecĂŽtistes Ă  sortir pour permettre Ă  la pierre de faĂźte d’y entrer. Un ministĂšre exactement du mĂȘme genre descendant en plein lĂ -dessus, appelant Ses enfants Ă  sortir de toutes dĂ©nominations et de toutes conditions sociales.

184     Qu’est-ce qu’Il a fait? Il a mis un vrai docteur avec eux, de vrais prophĂštes qui restent avec Sa Parole, la Bible. «Mes brebis entendent Ma voix» a dit JĂ©sus. Si ça c’était Sa voix alors, c’est Sa voix maintenant. Tout ce qui est contraire Ă  cette voix, ce n’est pas de la nourriture de brebis. Ils ne suivront pas cela. Oh, frĂšre. De l’est, de l’ouest, de toutes dĂ©nominations, de toutes organisations

Ils viennent de l’est et de l’ouest (et se rassemblent)
À la fĂȘte du Roi, manger Ă  Sa table,
Que ces pÚlerins sont bénis!
Contemplant Son saint visage
Brillant d’un Ă©clat divin,
Heureux participants de Sa gloire,
Les joyaux de Sa couronne.
JĂ©sus reviendra bientĂŽt,
Alors nos peines finies. (Alléluia!)
Et si notre Seigneur venait maintenant
Pour ceux qui sont sans péché,
Seriez-vous dans la joie, ou le chagrin, la peine?
Mais quand notre Seigneur viendra dans la gloire,
Nous Le rencontrerons dans les airs.
    (AllĂ©luia! Oui monsieur.)

185     Qu’est-ce que c’est? Avec un docteur envoyĂ© de Dieu Ă  la vraie Église, qui va demeurer juste avec la Parole, qui ne bougera pas d’un iota, peu importe ce que dit une organisation. Ils ne sont pas reliĂ©s Ă  elle, les prophĂštes. Pas un semblant de foi, soi-disant, mais un authentique prophĂšte a l’AINSI DIT LE SEIGNEUR; il tombe pile Ă  chaque fois. C’est ce qu’Il a envoyĂ© dans Son Église. C’est ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. Il croit la Parole; pas le credo, pas le dogme, mais la Parole. Et en faisant ça, Il se montre en eux en confirmant Sa Parole, faisant revivre la mĂȘme vie qu’Il a dĂ©jĂ  vĂ©cue, accomplissant Sa Parole. Oh lĂ  lĂ !

186     Écoutez attentivement. I Corinthiens 4.20 dit: «Le Royaume de Dieu consiste en Sa Parole devenue puissance
 si vous voulez le prendre en note, I Corinthiens 4.20
 le Royaume de Dieu est la Parole de Dieu devenue puissance.» Le Royaume de Dieu, c’est quoi? C’est Ă  l’intĂ©rieur de vous. Le Royaume est en vous. Et quand la Parole entre en vous, qu’est-ce que cette Parole se met Ă  faire? Elle se change en puissance, lui faisant dire exactement ce qu’elle dit.

187     Vous ne pouvez pas dire: «Elle dit ceci», et «elle dit ceci», et faire que ça marche. Vous devez dire la mĂȘme chose qu’elle dit. Cela fait une confession. Non pas de dire: «Bien, c’est raffinĂ©, ça ici. J’aurai plus de sagesse, j’aurai une meilleure rĂ©putation de ce cĂŽtĂ©-ci.»

188     Restez avec la Parole. VoilĂ , c’est ça. Et cela en fait une puissance. «JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui, et Ă©ternellement.» Dans Jean 14.12, JĂ©sus a dit: «Si vous demeurez en moi et que Mes Paroles demeurent en vous » Non, pardonnez-moi, ce n’est pas ce qu’Il a dit lĂ , Il a dit: «Celui qui croit en moi fera aussi les Ɠuvres que Je fais. Si vous demeurez en moi, et que Ma Parole demeure en vous, demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©. Si vous demeurez en moi et que Mes Paroles demeurent en vous.»

189     Qu’est-ce que c’est? Vous devez vous aligner avec la Parole, vous Ă©liminer. Mes amis, je suis persuadĂ© que beaucoup d’entre nous ont reçu le Saint-Esprit, mais nous avons reçu juste assez de Saint-Esprit en nous pour nous amener Ă  un endroit oĂč nous ne voulons pas mentir, nous ne voulons pas voler, nous ne voulons pas faire quoi que ce soit. Toutefois, Dieu veut remplir chaque fibre de Son Église. Il veut remplir votre pensĂ©e et Il veut remplir votre esprit. Il veut vous remplir en entier, vous rendre si complĂštement, totalement mort Ă  vous-mĂȘme ou Ă  vos opinions, simplement si abandonnĂ©s en Dieu que Sa Parole vive directement Ă  travers vous. Vous ne connaissez rien d’autre que la Parole de Dieu. Demeurez juste avec Sa Parole, elle est vie. «Mes Paroles sont vie» a dit JĂ©sus. Avec eux, Il a placĂ© des docteurs croyant la Bible, des prophĂštes qui disent la vĂ©ritĂ©, disant, montrant la mĂȘme prophĂ©tie qu’ils n’ont cessĂ© de montrer au cours des Ăąges. Qu’est-ce qu’Il a fait? Il se montre vivant parmi eux, confirmant Sa Parole. Sa Parole, le Royaume de Dieu, c’est la Parole de Dieu devenue puissance.

190     Tandis que ces dĂ©nominations comptent sur les raisonnements humains
 sur les raisonnements humains
 Écoutez bien, lĂ . Nous ne devons pas compter sur les raisonnements humains. Le 3e chapitre, le 5e verset des Proverbes dit: «Ne t’appuie pas sur ta propre sagesse.» Voyez? Ne le faites pas, peu importe ce Ă  quoi la Parole de Dieu ressemble.

191     Vous dites: «Enfin, ça a l’air d’ĂȘtre tout aussi bien de cette façon-ci.»

192     Ce n’est pas ce qu’elle est. C’est la Parole de Dieu, prenez-la comme Il l’a dite. Ève a dit
 Satan a dit Ă  Ève: «Je sais bien que Dieu a dit ça, mais ça ne veut pas vraiment dire cela. Ça signifie ceci.» 
 Puis elle l’a cru. Elle l’a cru. Cela a rompu l’unitĂ©, la communion, l’union; cela a disloquĂ© le monde, dĂ©tĂ©riorĂ© la vie; cela a tout brisĂ©!

193     Et la personne qui doute d’un seul mot de la Parole de Dieu, cela rompt la communion tout entiĂšre, et tout. C’est vrai! Ou nous la croyons, ou nous ne la croyons pas. Restons donc avec elle! Dieu l’a dit, et restons donc avec cela. Je dois passer par-dessus beaucoup de choses ici, car notre temps est dĂ©jĂ  Ă©coulĂ©.

194     Comme dans le passĂ©, autrefois, quand l’homme a fait ceci, cela a amenĂ© le jugement de Dieu sur le monde. La tour de Babel, l’union des enfants de CaĂŻn avec les enfants de Seth ont amenĂ© le jugement. Cela amĂšne toujours le jugement de Dieu sur le monde. Voyez? Oh, la vĂ©ritable unitĂ© avec Lui se lĂšvera dans le jugement, au-dessus de cela, comme l’a fait NoĂ© avec sa famille, dans ce jugement-lĂ . NoĂ© le juste et sa famille ont passĂ© au-dessus des jugements. Qu’est-ce qu’ils ont fait? Ils sont partis!

195     FrĂšre Lee Vayle, si tu peux saisir ceci, eh bien, c’est ici. C’est la seule question sur laquelle nous ne sommes pas d’accord. Il croit que l’Église subira le jugement. Je ne saisis pas. Je ne crois pas ça.

196     NoĂ© n’a pas subi de jugements du tout, il est passĂ© au-dessus des jugements. Abraham n’a jamais subi le feu, il Ă©tait Ă  l’écart du feu. IsraĂ«l n’était pas dans les jugements d’IsraĂ«l, il Ă©tait sĂ©parĂ©, Ă  l’écart du feu, Ă  l’écart des jugements. L’Église va voguer au-dessus du jugement, dans l’arche du Saint-Esprit, soulevĂ©e de la terre.

197     Cette affaire de Conseil mondial des Églises n’est rien d’autre que les vierges folles qui font du bruit. Elles resteront ici sur la terre pour ĂȘtre ramassĂ©es par l’AntĂ©christ. Mais la vraie Église de Dieu va flotter comme le vieux NoĂ© l’a fait, et poursuivra son chemin jusque dans la Gloire, tout aussi sĂ»r que je me tiens ici. VoilĂ  pourquoi Il les rassemble. VoilĂ  ce que la voix annonce aujourd’hui. VoilĂ  ce que Dieu est en train de faire, en train d’en rassembler un venant de Los Angeles, et un venant de Philadelphie, et un venant de la GĂ©orgie, et ainsi de suite. Il les rassemble, Son peuple qui est prĂȘt Ă  croire la Parole du Dieu vivant. «Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme» oĂč ces quelques-uns ont Ă©tĂ© sauvĂ©s, juste quelques-uns seulement. TrĂšs bien. Notre arche du Saint-Esprit va flotter juste au-dessus des jugements de Dieu, car nous sommes dĂ©jĂ  jugĂ©s, alors que nous confessons JĂ©sus. Et Il a pris notre jugement.

198     Ces dĂ©nominations, cependant, elles sont si obstinĂ©es! Elles ressemblent Ă  Ève. Elle voulait sa sagesse sans se soucier de ce qu’était la Parole de Dieu. Nimrod voulait quand mĂȘme sa tour, Écriture ou pas! Ils Ă©taient obstinĂ©s! Ève savait mieux. Seth savait mieux que de se laisser prendre par ces jolies femmes. IsraĂ«l savait mieux que de s’en aller lĂ  dans cet adultĂšre. Vous aussi! Mais quelques-uns sont tellement obstinĂ©s, que ce soit avec ou sans l’Écriture! «Que Dieu soit bĂ©ni, ma mĂšre Ă©tait presbytĂ©rienne! Je vais aussi en ĂȘtre un.» Continuez! Tout ce que vous pourrez faire alors, c’est de continuer. Que Dieu ait pitiĂ© de votre Ăąme pĂ©cheresse. Comment allez-vous y Ă©chapper alors que vous savez que c’est la vĂ©ritĂ©? Et si vous voyez la Parole de Dieu et que vous ne pensez toujours pas que c’est la vĂ©ritĂ©, en ce cas, il y a quelque chose qui cloche dans votre discernement spirituel. C’est tout Ă  fait juste. Regardez d’un cĂŽtĂ© Ă  l’autre de la nation et voyez oĂč ces choses se passent. Nous sommes Ă  la fin des temps, mes amis. Est-ce que nous avons parcouru les Ăąges de l’Église, et est-ce que l’on sait ce qui va arriver dans l’ñge de l’Église de LaodicĂ©e? Ne venons-nous pas juste de finir ça? Vous voyez ce que je veux dire? Nous sommes Ă  la fin des temps.

199     Dieu est en train de rassembler l’élu des quatre vents de la terre. Il a dit qu’Il allait envoyer des anges et les rassembler. Est-ce vrai? Les rassembler, les sĂ©parer de l’ivraie. Amen. L’ivraie sera brĂ»lĂ©e, pas le blĂ©. C’est vrai.

200     Mais elles sont si obstinĂ©es, d’y arriver ou pas, elles n’en font pas de diffĂ©rence. Oh!

201     Mais les Ă©lus de Dieu ont reçu l’ordre de sortir du milieu d’eux. «SĂ©parez-vous, dit Dieu, et Je vous accueillerai. Ne touchez pas Ă  leurs choses du monde, et Je serai pour vous un PĂšre – ou Dieu – et vous serez pour moi des fils et des filles. Ne vous mettez pas avec les infidĂšles sous un joug Ă©tranger, mais sortez de cela!» Dieu veut une sĂ©paration d’avec le monde. Il veut ĂȘtre en union avec vous, Lui-mĂȘme. Et il n’y a pas de projet d’organisation, de dĂ©nomination ou de thĂ©ories faites par l’homme qui pourront jamais rĂ©sister. Ça va prendre Dieu, le Saint-Esprit, en vous, pour vous unir Ă  Dieu. Et comment savez-vous que vous L’avez? Le Saint-Esprit qui a Ă©crit la Parole rendra tĂ©moignage de chaque Parole, et le Saint-Esprit fera dans le Nouveau Testament les mĂȘmes choses qu’Il a faites dans l’Ancien Testament; Il fera prĂ©cisĂ©ment la mĂȘme chose en ce moment, parce que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Et vous n’ĂȘtes pas placĂ©s sous le joug avec les organisations et le monde. Vous n’ĂȘtes pas sous le joug avec eux. Ne vous mettez pas sous un joug avec eux, mais sortez du milieu d’eux! Vous ĂȘtes placĂ©s sous le joug avec Christ. Amen. Unis au Seigneur JĂ©sus-Christ.

202     La Bible dit que dans les derniers jours, il y aurait des Ă©glises, comme une autre tour de Babel. Elles auraient l’apparence de la piĂ©tĂ©, et renieraient la Parole et la puissance de Dieu, la puissance de Sa Parole. Et la Parole, c’est quoi? Le Royaume de Dieu, c’est quoi? Il nous faut appartenir au Royaume avant mĂȘme de pouvoir ĂȘtre des sujets du Roi. Combien savent cela? Dites «amen». [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Eh bien, comment entrez-vous dans le Royaume? Le Royaume de Dieu, c’est la Parole de Dieu qui s’est reconstituĂ©e en puissance. Amen. Elle est devenue une puissance, enlevant le pĂ©chĂ©, donnant des signes. Quelle sorte de signes? S’il s’agit de la mĂȘme Parole qui a fait sortir MoĂŻse, elle produira le mĂȘme signe.

203     La mĂȘme chose qui a sĂ©parĂ© Lot le tiĂšde. Bon, nous savons que Lot Ă©tait tiĂšde, et JĂ©sus a dit que ça serait le signe de la fin des temps. Lot le tiĂšde Ă©tait lĂ -bas, il Ă©tait religieux, bien sĂ»r, lui et sa femme. Puis ils Ă©taient membres de toutes sortes de partis, et il Ă©tait maire de la ville, et, oh, il se passait pas mal de choses. Il Ă©tait trĂšs religieux. Il pouvait recevoir les Ă©vangĂ©listes et tous ceux qui venaient par lĂ ; pour ça, il Ă©tait trĂšs bien. Mais, oh frĂšre, il n’était pas cet Ă©lu.

204     Regardez ce qui est arrivĂ©! Pourquoi? Le mĂȘme Dieu qui est venu Ă  Abraham, qui l’a sĂ©parĂ© et lui a montrĂ© ce qui confirmait sa sĂ©paration
 Hum! Oh Dieu, comme j’aimerais pouvoir
 si seulement je pouvais faire quelque chose pour vous le faire voir. Dieu a montrĂ© Ă  Abraham, vu qu’il s’était sĂ©parĂ©, Il lui en a montrĂ© la confirmation, qu’Il Ă©tait bel et bien avec lui. Et JĂ©sus a dit que la mĂȘme chose arriverait dans les derniers jours. Abraham n’était pas une nation, il Ă©tait en minoritĂ©. Toutefois, Dieu Ă©tait avec lui. Il l’avait sĂ©parĂ© en ce temps-lĂ . Nous sommes censĂ©s nous sĂ©parer dans ces derniers jours.

205     Or, si Dieu a donnĂ© un signe Ă  MoĂŻse, Ă  IsraĂ«l, un prophĂšte oint, une Colonne de Feu, Il a donnĂ© un signe Ă  Abraham. Il a donnĂ© un signe Ă  IsraĂ«l. Il a donnĂ© un signe aux disciples. Le mĂȘme signe, Ă  chaque fois! Le mĂȘme signe, une Colonne de Feu!

206     Paul, lorsqu’il se dirigeait vers Damas, il y a eu une Colonne de Feu qui a resplendi devant lui, qui l’a aveuglĂ© mĂȘme et l’a fait tomber sur ses genoux. Personne d’autre ne l’a vue. Ils Ă©taient tous autour, ils ne l’ont pas vue. Et une voix a dit: «Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?»

207     Il a dit: «Seigneur, qui es-Tu?»

208     Il a dit: «Je suis JĂ©sus.» Un signe! Et qui Ă©tait-il? Un apĂŽtre pour ceux des nations. Amen.

209     Nous voici Ă  la fin des temps, venant de l’est et de l’ouest, du nord et du sud. Que faisons-nous? Nous nous prĂ©parons pour cet EnlĂšvement. Nous prĂ©parant pour
 Nous nous tenons tranquilles pendant quelques instants, jusqu’à ce que chaque fibre soit remplie du Saint-Esprit. C’est alors qu’elle montera. Oh lĂ  lĂ ! Il mobilise Son peuple pour qu’il vienne Ă  Lui, dans la vĂ©ritable unitĂ© avec Lui-mĂȘme, parce qu’il s’agit de Son Saint-Esprit qui est un. «Nous sommes tous (individuellement) baptisĂ©s dans un seul corps, collectivement, le corps de JĂ©sus-Christ.» Et, vivant dans notre chair avec Son Esprit, JĂ©sus-Christ est en train de servir l’Église et de faire les mĂȘmes choses qu’Il a faites comme signe, comme banniĂšre pour le monde, de ce que nous sommes dans les derniers jours, nous prĂ©parant pour l’EnlĂšvement. Oh, je L’aime, pas vous?

210     Il me reste encore un livre ici, mais je ne peux plus continuer, il se fait trop tard. Nous le reprendrons peut-ĂȘtre une autre fois.

211     Nous sommes Ă  la fin. L’unitĂ©. Êtes-vous un avec Dieu, Ă  ce point? Il va falloir que vous soyez comme cela. Oui. Il faudra que vous soyez un avec Lui, au point oĂč
 Ayez en vous les sentiments qui Ă©taient en JĂ©sus-Christ. Puis Christ, Sa propre pensĂ©e en vous, va reconnaĂźtre chaque Parole qu’Il a Ă©crite. Elle l’a fait dans les apĂŽtres, rĂ©partissant correctement les Écritures, qui sont la vĂ©ritĂ©, vous voyez, le Saint-Esprit. Si c’est bien la vĂ©ritĂ©, alors Il en rendra tĂ©moignage en produisant le mĂȘme signe qu’Il a donnĂ© Ă  MoĂŻse, le mĂȘme signe qu’Il a donnĂ© Ă  Abraham, le mĂȘme signe qu’Il a accompli par Christ, le mĂȘme signe qu’Il a accompli par Paul. Nous sommes Ă  la fin des temps. Il a dit que cela arriverait. Nous sommes Ă  la fin des temps. Collectivement, l’Église se rassemble dans une union, un ici, un lĂ , en train de se former.

212     Il a dit: «De deux hommes qui seront dans un champ, J’en prendrai un.» Un. Regardez: Deux dans un champ
 ça c’est pendant la journĂ©e, la moisson 
 J’en prendrai un, et J’en laisserai un. Il y aura deux personnes dans un mĂȘme lit, de l’autre cĂŽtĂ© du monde, J’en prendrai une et J’en laisserai une, Ă  la venue du Fils de l’homme. Et c’est tellement imminent, c’est si proche.

213     Ne le faites pas, ne le faites surtout pas, Adam! Adam!
 Ève, Adam, laissez-moi vous le crier bien fort, n’écoutez plus le mensonge du diable. Restez avec la Parole de Dieu. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Restez avec Sa Parole. Le fait de vous en sĂ©parer, c’est rompre votre communion avec Dieu, l’unitĂ© de Dieu par le Saint-Esprit. Puis, si vous dites avoir le Saint-Esprit et que ça ne coĂŻncide pas avec la Parole, vous n’ĂȘtes pas en unitĂ© avec Dieu alors.

214     La grande unitĂ© de Dieu c’est ceci: Votre esprit s’accorde avec cette Parole, et la manifeste, et fait de cette Parole une puissance pour agir comme elle l’a fait lĂ -bas.

215     Disons-le tous ensemble. [L’assemblĂ©e rĂ©pĂšte aprĂšs frĂšre Branham. – N.D.É.] L’unitĂ© avec Dieu, c’est d’avoir l’Esprit de Dieu en vous, s’accordant avec la Parole, toute la Parole, la Parole en entier, et de la faire se manifester en puissance.

216     Vous y ĂȘtes. Ça, c’est l’unitĂ© avec Dieu. Lorsque cette puissance Ɠuvre en moi, Ɠuvre en vous, nous sommes un. Amen! FrĂšre Kidd, quand la puissance du Saint-Esprit en moi Ɠuvre en toi, il n’y a pas de dĂ©saccord, la Parole est lĂ . Ça marche. Amen. Ça la fait devenir ce qu’elle est, Dieu fait chair en vous par Sa Parole. La Parole faite puissance parmi nous, chaque Parole!

217     Et lĂ , ne l’oubliez pas, le diable prend une bonne portion de cette Parole, Ă  peu prĂšs 99,99 % de celle-ci. Quatre-vingt-dix-neuf centiĂšmes et quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ces centiĂšmes, il va rendre cela tout Ă  fait juste, mais ensuite il va sauter ici, et c’est celle-lĂ  qui provoque la mort, juste-lĂ . Ça casse la chaĂźne en plein milieu, et voilĂ  que vous tombez.

218     Chaque Parole! Qu’est-ce que JĂ©sus a dit? «L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole.» Ce n’est pas de quelques-unes des Paroles de Dieu qu’il vivra, non pas de 99,99% de la Parole de Dieu, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu, l’homme vivra de cela.

219     Satan l’a fait monter lĂ  et a dit: «Il est Ă©crit.» Voyez, tout comme il a dit Ă  Ève: «Il est Ă©crit! Il est Ă©crit!»
    JĂ©sus a dit: «Et il est aussi Ă©crit »

220     Il a dit: «Il est Ă©crit: Il donnera des ordres Ă  Ses anges Ă  Ton sujet.» La Bible le dit! Oh, quel Ă©rudit. «Il est Ă©crit: Il donnera des ordres Ă  Ses anges Ă  Ton sujet, de peur que Ton pied ne heurte contre une pierre, et ils Te porteront.»

221     Il rĂ©pondit: «Il est aussi Ă©crit: Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.»

222     Ils ont dit: «Nous avons le verset des Écritures, Actes 19, nous avons Ă©tĂ© baptisĂ©s par Jean.»

223     Paul avait quelque chose d’autre; il a dit: «Cela ne marche plus.» Voyez? «Jean baptisait seulement » Il ne refusait pas de croire ce que Jean avait dit. Il a dit: «Je vais vous dire ce que Jean a dit: Jean a dit qu’il baptisait pour la repentance, non pas pour le pardon des pĂ©chĂ©s.» Le sacrifice n’avait pas encore Ă©tĂ© mis Ă  mort, voyez. Il a dit: «Il a baptisĂ© pour la repentance, disant que vous deviez croire Ă  Celui qui devait venir.» Puis, sur ces paroles, ils furent baptisĂ©s au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ. Paul, tellement rempli de la Parole, leur a imposĂ© les mains, et le Saint-Esprit est venu sur eux. Ils se sont mis Ă  prophĂ©tiser, Ă  parler en langues, Ă  glorifier Dieu, et quel moment! Oh lĂ  lĂ ! Il s’agissait d’une Ă©glise de combien? Douze. Oui. Oh, ce n’est pas dans des grandes foules que Dieu fait quelque chose, Il le fait dans des cƓurs honnĂȘtes. Ayons un cƓur comme cela. L’aimez-vous? Prions.

224     Oh, bien-aimĂ©, vous qui allez sans but, avez-vous jetĂ© un coup d’Ɠil aux filles de Moab, ou, je m’adresse aux Ă©glises, avez-vous vu les filles de CaĂŻn? Comme elles se sont beaucoup Ă©cartĂ©es de la Parole! Mon prĂ©cieux ami, avez-vous remarquĂ© que ces choses se sont accomplies dans les derniers jours? Est-ce que vous avez remarquĂ© derniĂšrement combien la Parole de Dieu se manifeste? Combien le rĂ©veil qui a dĂ©jĂ  frappĂ© s’est calmĂ©, qu’il n’en reste pas grand-chose? Qu’est-ce que c’est? C’est le calme prĂ©cĂ©dant la tempĂȘte. Les jugements sont prĂȘts. Avez-vous marquĂ© ces choses? Avez-vous comparĂ© les Écritures entre elles, les Paroles de la Bible entre elles, les Ă©vidences entre elles? Avez-vous comparĂ© les Paroles de JĂ©sus, que dans les derniers jours, a-t-Il dit, le diable
 ça serait si prĂšs, semblable Ă  la vraie chose, au point de sĂ©duire, s’il Ă©tait possible, tout le monde, sauf l’élu, ceux qui sont Ă©lus. Imaginez donc, cet enseignement scripturaire sera si ressemblant! «Oh, nous croyons au Saint-Esprit! Que Dieu soit bĂ©ni Ă  jamais! – Nous avons le Saint-Esprit. – Nous parlons en langues.» Et puis faire volte-face et nier la Parole? Oui. Voyez, sĂ©duira mĂȘme l’élu, s’il Ă©tait possible.

225     S’il y a quelqu’un ici qui n’est pas en ordre avec Dieu, s’il y a quelqu’un ici qui est malade ou affligé  Il y a des mouchoirs et des choses posĂ©s ici, je vais prier sur cela. Peu m’importe quel est votre besoin. Chaque promesse du Livre vous appartient. C’est Ă  vous.

226     Maintenant, je vous ai apportĂ© la Parole, je l’ai apportĂ©e de la GenĂšse jusqu’à ce jour oĂč nous vivons, trouvant simplement les endroits et vous les montrant. J’aurais pu trouver des centaines d’endroits en plus de ceux-lĂ , je n’en ai pas le temps. Mais sĂ»rement que dans cela vous pouvez voir que c’est faux, cette affaire de dĂ©nomination. C’est une fausse conception du diable, essayant d’organiser les hommes par l’unitĂ© de leur propre esprit et pensĂ©e. Alors que c’est par le Saint-Esprit que nous sommes unis Ă  Dieu, ne faisant qu’un. Et le Saint-Esprit est d’accord avec la Parole de Dieu. Voyez, la Bible a dit
 JĂ©sus a dit qu’ils iraient jusqu’à confesser cela, voyez. «SĂ©duire mĂȘme les Ă©lus, s’il Ă©tait possible». Vous voyez oĂč nous en sommes?

227     Prenez maintenant cette Parole de Dieu dans cette main de foi. De quoi avez-vous besoin ce matin? Vous avez besoin du baptĂȘme dans le Nom de JĂ©sus-Christ? Le bassin est prĂȘt. Il vous faut le baptĂȘme du Saint-Esprit? Il cherche avec insistance Ă  entrer en vous. Vous avez besoin de guĂ©rison? Eh bien, le Saint-Esprit Lui-mĂȘme, la Parole qui est devenue puissance, est prĂ©sentement ici-mĂȘme, la puissance de discernement mĂȘme, portant maintenant Son regard sur cet auditoire, et voyant cette LumiĂšre tournoyer comme une lueur. Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose de faux? [L’assemblĂ©e rĂ©pond: «Non.» – N.D.É.] L’ai-je dĂ©jĂ  fait?

228     Comme le prophĂšte l’a dit Ă  IsraĂ«l avant qu’ils ne lui donnent un roi formĂ© par l’homme, il a dit: «Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose
 Est-il dĂ©jĂ  arrivĂ© que je prenne votre argent? Est-il dĂ©jĂ  arrivĂ© que je vienne vous mendier et que j’aille ici et lĂ , puis que je vive dans des immenses palais, que je bĂątisse des choses gigantesques et que je vous arrache votre argent? Est-ce que je vous ai dĂ©jĂ  demandĂ© un sou? – Jamais.»

229     Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose au Nom du Seigneur que Dieu n’ait fait s’accomplir? Ai-je dĂ©jĂ  parlĂ© en Son Nom et qu’il n’en ait pas Ă©tĂ© ainsi? Est-il dĂ©jĂ  arrivĂ© que je rĂ©vĂšle une vision Ă  l’auditoire sans que cela ne soit tout Ă  fait exact, que la personne ne se soit levĂ©e, un visiteur ou autre, et qu’elle n’ait dit: «C’est la vĂ©ritĂ©?» Est-ce que je vous ai dĂ©jĂ  dit quelque chose de faux? [L’assemblĂ©e dit: «Non.» – N.D.É.] Bon, maintenant, permettez-moi de vous dire AINSI DIT LE SEIGNEUR: Recevez le Saint-Esprit, l’Esprit qui va prendre la Parole de Dieu dans ces mains de foi, s’avancera lĂ -bas. Tout le Royaume vous appartient. Il est Ă  vous, enfants.

230     Pourquoi donc venez-vous de la GĂ©orgie, de par le pays, de l’Ohio, du Kansas, de partout, pour une petite rĂ©union? Je pense qu’on a maintenant arrĂȘtĂ© l’enregistrement. Je peux donc dire ceci. Voyez? Pourquoi est-ce que vous venez comme ça? Qu’est-ce qui vous le fait faire? C’est quoi? Je vois ici des gens venus de l’Arkansas, venus de centaines de kilomĂštres de distance.

231     Hier soir, arrivant mĂȘme de Kansas City, un petit frĂšre polonais s’est tenu ici. Il est venu, a Ă©tĂ© conduit, il a dit: «FrĂšre Branham, depuis la premiĂšre fois oĂč j’ai entendu parler de vous lĂ -bas au Canada il y a plusieurs annĂ©es, et des choses que vous avez vues et que vous avez faites, j’ai vĂ©rifiĂ© ça d’un bout Ă  l’autre, dans tous les sens possibles, et, dit-il, il n’y a jamais eu une seule de ces choses qui ait Ă©tĂ© fausse.» C’est probablement un Polonais catholique, et voilĂ  qu’il vient ici, il prend les bandes, il va les faire jouer au dehors, rencontrant de l’opposition. Des prĂ©dicateurs qui devraient ĂȘtre avec moi et en train de nous aider, mais qui nient ce qui en fait la force, niant la vĂ©ritĂ© de la Parole, et dĂ©clarant avoir le Saint-Esprit.

232     Je ne me suis pas dĂ©clarĂ© prophĂšte. C’est vous qui l’avez dĂ©clarĂ©. Toutefois, si c’est le cas, d’oĂč est-ce que vient la Parole du Seigneur alors? Comment savons-nous si c’est vrai ou non, Ă  moins que quelque chose ne soit lĂ  pour l’appuyer? Ici, c’est la Parole de Dieu, la Parole Ă©crite. Et alors, si la Parole Ă©crite est appuyĂ©e, eh bien! c’est Dieu dans cette Parole qui la rend vraie. Paul a dit: «Suivez-moi, comme je suis Christ.»

233     Maintenant, si vous avez besoin de Dieu pour la maladie, le salut, vous dĂ©barrasser de
 Quelques-unes d’entre vous, les femmes, qui n’avez la grĂące suffisante pour vous laisser pousser les cheveux, certains d’entre vous, les hommes, qui n’avez pas assez de grĂące pour arrĂȘter de fumer la cigarette, certains d’entre vous, les prĂ©dicateurs, n’avez pas suffisamment de grĂące pour accepter la vĂ©ritĂ© du baptĂȘme d’eau au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, quelques-uns de vous, les gens malades, qui souffrez de maladies mortelles, pourquoi ne prenez-vous pas cette Parole, ce matin? Je vous le dis maintenant, elle est chair parmi nous! Prenez cette Parole dans votre main.

234     Il y a une photographie de l’Ange de l’Éternel accrochĂ©e au mur ici, le MĂȘme qui a conduit les enfants d’IsraĂ«l, le MĂȘme qui a rencontrĂ© Paul, le MĂȘme qui Ă©tait en Christ. Le mĂȘme Saint-Esprit est en vous – en vous –, vous unissant comme ne faisant qu’un. Qu’est-ce qui fait que nos cƓurs sont attirĂ©s ensemble depuis des centaines de kilomĂštres?

235     Il n’y a rien de semblable dans le pays. Ils viennent Ă  la Parole.
Il y a une fontaine remplie de Sang
Qui coule des veines d’Emmanuel,
OĂč les incroyants, se plongeant sous ce flot,
Perdent toute marque de culpabilité.
Depuis que par la foi
J’ai vu ruisseler le Sang de Tes blessures


236     Notre PĂšre cĂ©leste, il y a ici des mouchoirs, des gants, ils seront peut-ĂȘtre envoyĂ©s par la poste. Je ne sais pas qui les a posĂ©s ici, c’est peut-ĂȘtre Billy, peut-ĂȘtre les gens d’ici, de l’auditoire. J’ai simplement envie de faire ceci maintenant, Seigneur. Rien n’est entre mes mains, rien en moi en tant qu’ĂȘtre humain. Je ne pourrais pas compter sur ma propre sagesse humaine. Je ne comprends pas pourquoi c’est comme ça, mais je suis ce que Tu as dit. «Ils ont pris des mouchoirs et des linges qui avaient touchĂ© le corps de Paul, et les esprits malins sortaient des gens.» Ce n’était pas parce qu’il Ă©tait un grand homme, c’était que Dieu Ă©tait avec lui en Parole et en puissance. Et il n’avait jamais consultĂ© les apĂŽtres. Mais lorsqu’ils se sont rencontrĂ©s, il a dĂ©couvert que le mĂȘme Évangile, la mĂȘme forme de baptĂȘme, tout ce qu’ils faisaient, c’était exactement pareil.

237     Maintenant, Seigneur, pour ces prĂ©cieuses personnes qui croient en Toi, je Te demande de les guĂ©rir. Ceux-lĂ  dans l’auditoire, guĂ©ris-les, Seigneur. Que leur foi puisse simplement monter et s’emparer de cette Parole en ce moment mĂȘme, et dire: «Tumeur, maladie, mal, tu ferais aussi bien de partir, je fais une incision avec l’épĂ©e de Dieu! Je crois! Ma foi est forte, et j’enfonce bien l’épĂ©e. Ôte-toi de mon chemin! Je me lĂšve, pour ĂȘtre guĂ©ri. J’impose les mains Ă  mon pĂšre, Ă  ma sƓur, et Ă  mon enfant, Ă  mon voisin. Je crois. Ta Parole est la vĂ©ritĂ©. Je suis en unitĂ© avec Toi. Les Ɠuvres que Tu as dit avoir faites, nous les faisons aussi. Seigneur Dieu, je crois chaque Parole. Et je m’avance, je m’avance pour rĂ©clamer cela, pour prendre cela, ce matin.»

238     Oh, mon Dieu, comme je pourrais penser Ă  l’Église quand elle Ă©tait en marche, quand MoĂŻse a eu un peu peur, lĂ -bas, prĂšs de la mer. Il s’est mis Ă  crier Ă  l’Éternel. Et l’Éternel a dit: «Pourquoi ces cris? Pourquoi ces cris? Parle, et avancez. Ne t’ai-Je pas chargĂ© de faire le travail? Parle!» Dire quoi? La Parole de Dieu qui est en vous. «Parle et allez de l’avant. Ne criez pas Ă  moi. Allez de l’avant.»

239     Et, Seigneur Dieu, je viens aujourd’hui au Nom du Seigneur JĂ©sus, je viens en maniant cette Ă©pĂ©e de la foi, rĂ©clamant l’unitĂ© de Dieu et de l’homme par le Saint-Esprit, par les misĂ©ricordes et le sacrifice de JĂ©sus-Christ Son Fils. Je dĂ©fie chaque dĂ©mon qui, de quelque maniĂšre que ce soit, a liĂ© quelqu’un dans ce bĂątiment, qu’il s’agisse d’un garçon, d’une fille, d’un homme ou d’une femme. Je dĂ©fie toute maladie. Je dĂ©fie tout doute. Je dĂ©fie toute crainte. Je dĂ©fie tout ce qui est impie. Quitte cet auditoire au Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ! Sors de cet auditoire, que nous puissions ĂȘtre un avec Dieu et que nous puissions servir Dieu sans avoir la maladie ou la crainte. Que la puissance qui nous a rendus un avec Dieu
 Comment ce diable peut-il venir pousser des cris prĂšs des oints? Comment ce diable peut-il se tenir lĂ  et se faire entendre comme un Goliath? Lorsque David est entrĂ© dans le campement et qu’il a dit: «Vous voulez dire que vous laissez ce Philistin, cet incirconcis se tenir lĂ  et insulter l’armĂ©e du Dieu vivant?»

240     Ô mon Dieu, fait que des hommes et des femmes se lĂšvent dans la puissance de l’Esprit. Que cet inconvertis, ce mĂ©prisable dĂ©mon qui, au fil des Ăąges, a fait du mal Ă  la race humaine; il se tient ici et insulte l’Église du Dieu vivant? Sors, Satan, et va-t’en, au Nom de JĂ©sus-Christ!

241     Maintenant, vous qui avez assez de force pour manier une Ă©pĂ©e, Ă  prĂ©sent que vous comprenez assez la Parole de Dieu pour la dĂ©clarer votre propriĂ©tĂ© personnelle, vous qui maintenant pouvez prendre la Parole de Dieu dans votre main, tenez-la bien dans une main de foi, puis dites: «Je me range du cĂŽtĂ© du Seigneur. DĂ©sormais je formerai une unitĂ© avec mon Dieu. Je vais manier cette Ă©pĂ©e de l’Esprit dans cette Parole, et je vais en donner des coups au diable jusqu’à chaque promesse que Dieu m’a faite.»

242     Si vous croyez ça de tout votre cƓur, alors, sincĂšrement, de tout mon cƓur, au Nom de JĂ©sus-Christ, je vous demande de vous lever et de l’accepter. Êtes-vous sĂ©rieux? Êtes-vous sincĂšres? La Parole est-elle dans vos mains? Est-ce que votre main c’est votre foi? Levez votre main naturelle vers Dieu, dites: «Oh, mon Dieu, par ceci, par ma main levĂ©e, j’engage ma vie entiĂšre. Je promets mon Ăąme, je promets ma pensĂ©e, je promets tout Ă  la Parole de Dieu. Laisse Ă  prĂ©sent le Saint-Esprit prendre ma foi et me donner la chose. DĂ©coupe tous les doutes et Ă©loigne-les de moi. Puis, par la foi, je reçois la promesse que j’ai demandĂ©e pour ce moment.»
    Si vous le croyez, dites «amen», lĂ . [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Encore amen. Amen, et amen, et amen! Alors si vous le voulez de tout votre cƓur, dans le Nom du Seigneur JĂ©sus-Christ, je vous promets ce que vous avez demandĂ©. Amen. Croyez-le de tout votre cƓur. Que Dieu vous bĂ©nisse. FrĂšre Neville.
EN HAUT