ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication L'influence d'un autre de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-1013 La durĂ©e est de: 1 heure 50 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

L'influence d'un autre

1     Merci, frĂšre Neville. Que le Seigneur te bĂ©nisse! Bonsoir, mes amis. J'ai beaucoup de joie Ă  ĂȘtre de nouveau ici ce soir, au Tabernacle, pour parler de notre Seigneur et Sauveur, dont nous sommes tous Ă©pris, j'en suis sĂ»r; sans quoi, nous ne serions pas assis dans ce bĂątiment surchauffĂ©, serrĂ©s comme nous le sommes ce soir, si nous ne L'aimions pas. Parce que notre but, en Ă©tant ici, c'est de Lui exprimer notre amour. Et notre attente est stimulĂ©e quand nous pensons Ă  l'imminence de Sa venue. Alors que nous voyons les signes de Son avĂšnement apparaĂźtre, nous soupirons aprĂšs cette heure glorieuse oĂč nous Le verrons.

2     Depuis dimanche que je suis ici, cela fait une semaine, plusieurs sont partis Ă  Sa rencontre. L'une de ces personnes est Madame Ford, Madame LĂ©vi Ford. Elle avait quatre-vingts ans; c'Ă©tait une femme de valeur. Son mari est dĂ©cĂ©dĂ© il y a quelque temps. Il Ă©tait un vĂ©tĂ©ran de la guerre hispano-amĂ©ricaine. Dans le rĂ©cit de ma vie, je mentionne le nom de son fils. C'est lui qui devait me lĂ©guer son costume, vous savez, aprĂšs l'avoir usĂ©; c'Ă©tait, je crois, un costume d'Ă©claireur. Quand je suis allĂ© le chercher, il ne restait plus qu'une jambe...

3     Lloyd est peut-ĂȘtre ici ce soir, c'est de lui qu'il s’agit. J'ai eu le service funĂšbre de sa mĂšre, l'autre jour. Et il m'a demandĂ©, il a dit: «Billy, je souhaiterais que tu parles de quelque chose qui prouve que ma mĂšre ressuscitera.» Et le Seigneur m'a donnĂ© un message montrant exactement cela. Car, d'une maniĂšre positive, la Bible, toute la nature, tout ce que Dieu a crĂ©Ă©, parle qu'elle ressuscitera. Ainsi, qui... qui contestera cela? Dieu l'a dit et prouvĂ© par la nature, prouvĂ© par Sa Parole, prouvĂ© par Sa vie, par tout le reste; elle doit ressusciter, vous voyez. Il n'y a... Il n'y a pas d'autre possibilitĂ©, il n'y a rien... «Les cieux et la terre peuvent faillir, mais cela ne faillira jamais.» Elle doit ressusciter.

4     Avant-hier, un organisateur qui Ă©tait avec moi dans le passĂ©, Monsieur Baxter (beaucoup parmi vous se souviennent de lui; il a parlĂ© ici de cette estrade)... Sa femme est morte subitement d'une crise cardiaque. Il Ă©tait dĂ©chirĂ© et trĂšs triste; et j'espĂšre... j'ai confiance que vous vous souviendrez de frĂšre Baxter dans vos priĂšres, parce qu'il est l'un de nos frĂšres. Il habite Ă  Vancouver, en Colombie-Britannique. Il n'Ă©tait plus avec moi depuis un certain nombre d'annĂ©es. J'ai entendu dire que sa femme avait eu une sorte de dĂ©pression nerveuse et que, subitement, elle avait eu une crise cardiaque et s'en Ă©tait allĂ©e. Nous ne pouvons pas dire Ă  quel moment nous serons repris. Ainsi, quand Il appelle, nous devons ĂȘtre prĂȘts. C'est la raison pour laquelle nous sommes ici ce soir.

5     J'Ă©tais lĂ , dans l'Ă©tude, ou plutĂŽt le bureau, parlant Ă  Monsieur Moore. Il m'a persuadĂ©... J’essayais de me libĂ©rer pour la FĂȘte d'action de grĂąces [Thanksgiving – N.D.T.]; je dĂ©sirais avoir une rĂ©union ici, le jour de l'Action de grĂąces [Thanksgiving], pour aller ensuite Ă  Shreveport. Bien sĂ»r, j'aurais eu beaucoup de peine Ă  y arriver. Finalement, il m'a dit: «Eh bien, si vous avez maintenant trois rĂ©unions et que, plus tard vous allez prĂȘcher sur ces Sept Sceaux, alors vous pourriez bien nous donner ce jour.» Ainsi, finalement, nous allions lui donner vendredi, samedi et dimanche; mais maintenant, je lui ai promis le jeudi aussi, puis vendredi, samedi et dimanche. La PentecĂŽte aura 50 ans en Louisiane, le jour de l'Action de grĂąces [Thanksgiving]. Le Saint-Esprit est tombĂ©, il y a cinquante ans, en Louisiane.

6     Demain matin, nous allons encourager tous ceux qui n'ont pas d'Ă©cole du dimanche oĂč aller... Je vois ici notre cher frĂšre Don Ruddell, et je sais qu'il a l'Ă©cole du dimanche, le matin. Et peut-ĂȘtre qu'il y a d'autres prĂ©dicateurs ici, venant du voisinage, qui ont l'Ă©cole du dimanche. Nous voulons que vous alliez Ă  votre propre Ă©cole du dimanche, si vous en avez une. Mais, si vous n'en avez point et que vous aimeriez vous joindre Ă  nous, je dĂ©sire parler demain matin... installer un tableau noir et enseigner sur «La pleine stature d'un homme parfait». Je dĂ©sire le dessiner sur le tableau noir, en montrant les exigences de Dieu et la maniĂšre nous permettant d'arriver Ă  la stature parfaite d'un homme parfait devant Dieu.

7     Puis, demain soir, si le Seigneur le veut, je parlerai du sujet: «Mon Guide». Donc, si certains parmi vous, qui viennent de l'extĂ©rieur... Nous voulons essayer de commencer ces services de bonne heure. Je n'en ai pas encore parlĂ© au pasteur, mais je souhaiterais que vous commenciez l'Ă©cole du dimanche trĂšs tĂŽt le matin, et que la rĂ©union de demain soir commence, si possible, Ă  18 h 30. Cela donnera l'occasion aux gens, s'ils veulent rester, de... Nous pourrons ĂȘtre dehors peut-ĂȘtre vers 20 h 30, et alors certains...

8     Aujourd'hui, j'ai rencontrĂ© une dame qui fait chaque fois trois ou quatre heures de voiture. Elle m'a dit que si nous Ă©tions dehors Ă  20 h ou 20 h 30, elle arriverait chez elle vers 2 h 30 ou 3 h du matin. Son mari va travailler... Ainsi, comme nous ne ferons de toute façon rien d'autre que de flĂąner, venons tĂŽt Ă  l'Ă©glise. Nous n’avons pas... Vous savez il n'est pas obligatoire que nous ayons un protocole Ă  ce sujet. Dieu n'en a pas, vous savez; la Bible 
?
 Ainsi, nous espĂ©rons que vous serez tous ici, tous ceux qui en auront la possibilitĂ©.

9     Si vous avez vos propres services, souvenez-vous qu'ici, c'est un tabernacle interdĂ©nominationnel, oĂč les gens viennent simplement. Et la plupart des gens qui viennent ici, viennent de l'extĂ©rieur.

10     Maintenant, s'il y a un Ă©tranger ici, je veux vous montrer quelque chose. En venant sur l'estrade, je n'ai pas vu dix personnes que je connaisse. Combien viennent de l'extĂ©rieur de la ville de Jeffersonville? Levez la main. Voyez-vous? Le 99%. Voyez-vous? Ce sont simplement des amis. Combien viennent de 150 km, levez la main. Le 50% de cela vient de plus de 150 km. Combien viennent de plus de 300 km, levez la main. 450 km, levez la main. Regardez-moi ça! 600 km, levez la main. Regardez! 750 km, levez la main. Regardez, plus d'un tiers de la congrĂ©gation vient de plus de 750 km! Vous voyez, ce sont simplement des amis qui, venant de diffĂ©rents endroits, se rĂ©unissent ici, sachant que nous y serons. Nous sommes donc reconnaissants pour vous et nous sommes ici pour vous aider. Nous sommes ici pour faire tout notre possible pour vous.

11     J'Ă©tais juste en train de lire, lĂ  en arriĂšre, une lettre que mon fils m'a transmise tout Ă  l'heure d'une dame qui dit que c'est le trente-cinquiĂšme voyage qu'elle fait, dans l'espoir qu'on prie pour elle. Trente-cinq fois, elle a conduit sur des centaines de kilomĂštres, trente-cinq voyages.

12     Et souvenez-vous qu'il y en a environ 600 qui sont sur la liste d'attente, venant du monde entier, pour un entretien personnel. Vous voyez que c'est assez compliquĂ©. Quand nous pensons seulement Ă  cet endroit, cela ne fait pas beaucoup de cas. Nous pourrions les entendre facilement. Mais, voyez-vous, c'est du monde entier. Nous sommes donc 
?


13     Je me demande si cette dame est dans le bĂątiment, ce soir, qui en est Ă  son trente-cinquiĂšme voyage, et qui a Ă©crit dans sa lettre qu'elle serait ici demain? Elle est venue trente-cinq fois, sans qu'on prie pour elle. Je pense qu'elle n'est pas dans le bĂątiment, peut-ĂȘtre qu'elle n'a mĂȘme pas pu venir. Mais j'ai lu sa lettre lĂ , en arriĂšre.
    J'ai toujours essayĂ©, lorsque je viens ici, de... quand je suis chez moi, de parler, pas simplement l'histoire de parler ou de dire quelque chose de plaisant aux gens; j'ai toujours essayĂ© de parler de quelque chose qui plairait Ă  Dieu et qui aiderait les gens (voyez-vous?), qui soit une aide, afin que nous puissions tous... peu importe l'Ă©glise Ă  laquelle vous appartenez ou la dĂ©nomination, mais afin que cela puisse vous aider Ă  marcher plus prĂšs de Dieu. Et c'est notre raison d'ĂȘtre ici: marcher plus prĂšs de Dieu.

14     Et, quand nous rĂ©alisons que le jour est aussi avancĂ© et que l'avĂšnement du Seigneur est proche... J'ai dit aujourd'hui Ă  ma femme: «Si je ne participe pas Ă  un rĂ©veil quelque part, je vais pĂ©rir; je ne peux pas le supporter, car il y a quelque chose en moi, qui brĂ»le.»

15     Oh! nous venons de terminer toute une sĂ©rie de rĂ©unions, oĂč des milliers de gens sont venus. Mais, qu'importe que vous ayez deux ou trois millions de personnes, s'il n'y a pas de rĂ©veil, c'est simplement ce qu'on appelait, au Kentucky, un «protractive meeting», c’est-Ă -dire une sorte de rassemblement, vous savez. Non, nous voulons un rĂ©veil oĂč l'Esprit du Seigneur se dĂ©place au-dessus des gens et oĂč ceux-ci sont sauvĂ©s, de grandes choses se faisant pour accomplir quelque chose en faveur du Royaume de Dieu.

16     GĂ©nĂ©ralement, dans les services de priĂšre, nous... Vous pouvez voir pourquoi il n'est pas possible d'avoir ici une ligne de priĂšre. C'est si bondĂ© que vous ne pourriez pas le faire. Voyez-vous? Mais, gĂ©nĂ©ralement, dans les lignes de priĂšre se trouvent des gens, qui viennent et dĂ©couvrent que le Seigneur est rĂ©el. Nous voyons alors que le Seigneur JĂ©sus n'a pas du tout changĂ©. Ce qu'Il Ă©tait alors, Il l'est aujourd'hui et le sera toujours. La Bible dit, dans HĂ©breux 13:8, qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. Dans les congrĂ©gations qui se rassemblaient pour L'Ă©couter, en ce temps-lĂ , peut-ĂȘtre qu'ils ne pouvaient pas aller dans une ligne de priĂšre, mais ils avaient la foi pour croire. Quand leur foi Le touchait, notre Seigneur se retournait et rĂ©vĂ©lait aux gens les fautes qu'ils avaient commises. Alors, ils pouvaient partir et ĂȘtre guĂ©ris; parfois, ils Ă©taient appelĂ©s Ă  faire quelque chose, comme rectifier quelque chose.

17     Nous connaissons l'histoire de la femme au puits, de la femme Ă  la perte de sang, oh, de tellement d'autres... de l'aveugle BartimĂ©e, dont la foi Le toucha. Et, ce soir, Il est toujours le Souverain Sacrificateur de notre confession et Il est aussi grand que jamais. Nous devons alors accepter d'ĂȘtre Ses serviteurs. Il est le Cep, la Source de la Vie. Nous sommes les sarments qui reçoivent cette Vie. Et c'est le sarment qui porte le fruit, pas le cep. Et, maintenant, Christ oeuvre Ă  travers Son Église. Alors, si nous pouvons nous abandonner, de telle maniĂšre que le Saint-Esprit puisse avoir le contrĂŽle entier de nous, de notre foi en Christ, Il fera la mĂȘme chose, parce que c'est Christ.

18     Si vous ĂȘtes un Ă©tranger ici parmi nous... GĂ©nĂ©ralement, les gens dans le Tabernacle... Notre pasteur, ici, prie pour les malades pratiquement chaque soir; notre bien-aimĂ© pasteur, frĂšre Neville, peut prier pour vous. C'est un homme plein de bontĂ©, dont Dieu entend et exauce les priĂšres, frĂšre Orman Neville. Et frĂšre Don Ruddell et ces autres frĂšres prient pour les malades... et frĂšre Jackson, je pense qu'il est ici, quelque part, venant de l'Ă©glise-soeur qui se trouve Ă  Howard Park.

19     Et, aujourd'hui, oĂč c'est spĂ©cialement comble, si vous croyez simplement Dieu, pour ce dont vous avez besoin, et que vous soyez un Ă©tranger et que je ne vous connaisse pas, demandez simplement Ă  Dieu et voyez s'Il n'est pas le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. Voyez s'Il ne peut pas rĂ©pondre immĂ©diatement. Il vous connaĂźt, Il sait ce qui ne va pas avec vous; la seule chose que vous deviez faire, c'est de croire en Lui. Et alors, Il vous utilisera comme un instrument, et moi comme un autre. JĂ©sus a dit, dans Jean 14:7: «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» Il s’agit lĂ  d'un vase qui s'est abandonnĂ©.

20     Demain, nous allons vous enseigner comment devenir ce vase Ă  travers lequel Dieu, le Saint-Esprit, peut agir. Voyez-vous? Il Ă©tait... Dieu Ă©tait dans une Colonne de Feu; ensuite, Il habita dans Son Fils, JĂ©sus-Christ. Maintenant, Il est dans Son Église. Une fois, Il fut appelĂ© PĂšre, puis Fils; maintenant le Saint-Esprit: c'est Dieu se rĂ©vĂ©lant au monde. La seule façon qui Lui permit d'entrer dans Son Église, ce fut premiĂšrement de mourir pour Elle, afin de La sanctifier, pour qu'Il puisse ensuite se rĂ©vĂ©ler Ă  travers Elle. Puis, Il dit, dans Jean 15: «Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments.» Voyez-vous? Le sarment portant simplement du fruit. Que le Seigneur vous bĂ©nisse!

21     Maintenant, avant que nous... pour la leçon de ce soir... Je ne veux pas vous garder longtemps, parce que je vois des personnes debout, et certaines se levant pour que d'autres puissent s'asseoir. Nous faisons tous nos efforts pour essayer d'obtenir l'autorisation d'asseoir environ 300 Ă  400 personnes de plus, mais les autoritĂ©s locales semblent vouloir nous en empĂȘcher, parce que nous n'avons pas l'espace voulu pour parquer. Nous avons reçu l'autorisation d’Indianapolis, et alors la ville... nous devons avoir de l'espace pour parquer. Oh! quand nous mettons ici dedans quatre personnes, nous devons avoir assez de place pour mettre une voiture dehors. Et cette place de parc, ici, appartient en fait Ă  la ville. Ainsi, voyez-vous... Notre Ă©glise est Ă  environ 30 cm [un pied – N.D.T.] du terrain communal. Et la route, la raison pour laquelle elle a Ă©tĂ© construite lĂ ... Bien sĂ»r, certains parmi vous, spĂ©cialement les jeunes gens ici, ne comprennent pas, mais cet endroit Ă©tait autrefois un Ă©tang. Je me souviens quand j'Ă©tais garçon et que nous passions par ici; nous devions passer dans le champ et contourner l'Ă©tang. Depuis, ils ont construit la route juste autour de l'Ă©tang.

22     Et j'ai achetĂ© cette parcelle ici. Alors que j'Ă©tais en train de prier Ă  cet endroit mĂȘme, le Seigneur me dit de l'acheter; c'Ă©tait, je pense, il y a trente ou trente-deux ans. Je priais dans ce grand marĂ©cage oĂč les roseaux s'Ă©levaient au-dessus de ma tĂȘte... J'ai achetĂ© la parcelle pour 160 dollars, le coin ici mĂȘme, et j'ai construit l'Ă©glise.

23     Maintenant, que le Seigneur vous bĂ©nisse! Je veux (si cela peut ĂȘtre appelĂ© un texte... ) lire une partie du contexte qui se trouve sur mes notes. J'aimerais parler Ă  cet auditoire, ce soir, du sujet: L'influence d'un autre. Et, avant que nous ne parlions ou lisions la Parole, inclinons nos tĂȘtes et parlons Ă  l'Auteur de la Parole.

24     Et, maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es et nos coeurs dans un saint respect, je me demande s'il y a des personnes ici, ce soir, qui auraient une requĂȘte qui brĂ»lerait sur leur coeur. Qu'ils lĂšvent simplement la main devant Dieu et disent dans leur priĂšre: «Seigneur JĂ©sus, j'ai des besoins. Parle-moi, ce soir. GuĂ©ris-moi. Pourvois Ă  mes besoins matĂ©riels», ou quoi que ce soit d'autre. Il est Celui qui pourvoit Ă  tous nos besoins. Que Dieu vous bĂ©nisse! À peu prĂšs 90 % de la congrĂ©gation...

25     Notre PĂšre cĂ©leste, nous nous approchons de Toi. Maintenant, alors que nous quittons ce petit tabernacle d'argile dans lequel nous habitons, ce petit bateau qui navigue sur l'ocĂ©an solennel de la vie, par la foi nous montons au-dessus de Mars, Jupiter, VĂ©nus, la lune, les Ă©toiles, la voie lactĂ©e, et arrivons maintenant, par la foi, au trĂŽne du PĂšre. Nous Le voyons, qui est assis lĂ , Ses mains et Ses pieds percĂ©s. Puisse, maintenant, ce Sang intercĂ©der, alors que nous dĂ©posons nos dons sur l'autel d'or, autour de Son trĂŽne.

26     Nous Te remercions premiĂšrement pour JĂ©sus, qui a rendu toutes ces choses, que nous allons demander, possibles pour nous, par la foi. Tu as vu les mains, Tu sais ce qui bat dans le coeur des gens. Je place ma foi, Seigneur, sur le sacrifice se trouvant sur le grand autel d'or de Dieu, oĂč l'encens est brĂ»lĂ© chaque jour. Je Te prie d'entendre et d'exaucer leurs priĂšres, PĂšre. Accorde-leur le dĂ©sir de leur coeur.

27     Et maintenant, ce soir, alors que nous sommes rassemblĂ©s, Seigneur, pour ces trois rĂ©unions, nous sommes ici, dans ce bĂątiment oĂč il fait chaud, pour aucune autre raison si ce n'est de marcher plus prĂšs de Toi. Sachant ce qu'il faut faire, oui, Seigneur, ce qu'il faut faire... Comme le prophĂšte l'a dit: «Ceux qui s'attendent Ă  l'Éternel, renouvelleront leurs forces. Ils s'Ă©lĂšveront avec des ailes, comme des aigles. Ils courront et ne se fatigueront pas; ils marcheront et ne se lasseront pas.» Seigneur, apprends-nous Ă  attendre aprĂšs avoir demandĂ©... et que, par la foi, nous croyions que Tu as entendu, et qu'au moment choisi par Toi, Tu enverras notre rĂ©ponse en bas de l'escalier d'or, depuis les corridors du ciel jusque dans notre Ăąme. Et nous recevrons ce que nous aurons demandĂ©, parce que nous l'aurons cru.

28     Ce soir, sanctifie nos oreilles pour qu'elles entendent, et nos coeurs pour qu'ils reçoivent. Et, quand le service sera terminĂ©, puissions-nous dire comme ceux qui revenaient d'EmmaĂŒs: «Nos coeurs ne brĂ»laient-ils pas au-dedans de nous, lorsqu'Il nous parlait en chemin?» Car nous Te le demandons en Son Nom. Amen.

29     J'aimerais lire, ce soir, une portion de l’Écriture se trouvant dans le Livre ÉsaĂŻe. Demain, assurez-vous-en, si vous avez du papier, je veux que vous... J'aurai ici un graphique, ou un tableau noir, pour illustrer la leçon. Et je veux que vous le releviez, si possible, parce que vous pouvez l'Ă©tudier une fois rentrĂ©s chez vous.

30     Ă‰saĂŻe, chapitre 6, je souhaiterais lire quelques versets dans ce chapitre, pour en retirer le contexte pour ce soir.
    L 'annĂ©e de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur assis sur un trĂŽne trĂšs Ă©levĂ©, et les pans de sa robe remplissaient le temple.
    Des sĂ©raphins se tenaient au-dessus de lui; ils avaient chacun six ailes: deux dont ils se couvraient la face, deux dont ils se couvraient les pieds, et deux dont ils se servaient pour voler.
    Ils criaient l'un Ă  l'autre, et disaient: Saint, saint, saint est l’Éternel des armĂ©es! toute la terre est pleine de sa gloire!
    Les portes furent Ă©branlĂ©es dans leurs fondements par la voix qui retentissait, et la maison se remplit de fumĂ©e.
    Alors je dis: Malheur Ă  moi! je suis perdu, car je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, j'habite au milieu d'un peuple dont les lĂšvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l'Éternel des armĂ©es.
    Mais l'un des sĂ©raphins vola vers moi, tenant Ă  la main une pierre ardente qu'il avait prise sur l'autel avec des pincettes.
    Il en toucha ma bouche, et dit: Ceci a touchĂ© tes lĂšvres; ton iniquitĂ© est enlevĂ©e, et ton pĂ©chĂ© est expiĂ©.
    J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous? Je rĂ©pondis: Me voici, envoie-moi.

31     Quelle entreprise, quand nous pensons Ă  la signification que cela aura, au fur et Ă  mesure que nous Ă©tudierons la vision ÉsaĂŻe. J'ai toujours aimĂ© ÉsaĂŻe. Il est l'un des grands prophĂštes. ÉsaĂŻe a Ă©crit la Bible complĂšte. Il y a soixante-six Livres dans la Bible, et ÉsaĂŻe a Ă©crit soixante-six chapitres. Il commence avec le commencement de la crĂ©ation; au milieu du Livre, il parle du Nouveau Testament et de Jean-Baptiste; et aux chapitres 56 et 60, il termine dans le grand Millenium; de la GenĂšse Ă  l'Apocalypse, en passant par le Nouveau Testament. Cet ÉsaĂŻe fut un grand homme. Il mourut finalement de la peine capitale, en martyr.

32     Chaque homme de la Bible rempli de l'Esprit mourut ou fut persĂ©cutĂ© par le gouvernement. Tel fut le cas de tous ceux auxquels vous pouvez penser: MoĂŻse, les enfants hĂ©breux, Daniel et ÉsaĂŻe. ÉsaĂŻe fut sciĂ© en morceaux. Et, plus tard, Jean-Baptiste, chacun des apĂŽtres, JĂ©sus Lui-mĂȘme, tous moururent de la peine capitale ou d'une peine infligĂ©e par le gouvernement. Et, au train oĂč vont les choses, un de ces jours, plus d'un tĂ©moignage viendra s'ajouter Ă  ceux-ci. Voyez-vous? Et, s'il y a un temps dans lequel nous devons faire preuve de solidaritĂ©, c'est bien maintenant.

33     Je pense que vous avez entendu parler de la rĂ©union qui se dĂ©roule Ă  Rome; ils se rĂ©jouissent lĂ -bas. Ils vont commencer un rĂ©veil. Ce sera un rĂ©veil mondial, assurĂ©ment.

34     Retournons Ă  notre sujet (Nous traiterons de cela dans les Sept Sceaux.) ... au fait d'ĂȘtre influencĂ©.
    Le roi Ozias Ă©tait un berger. Il fut Ă©levĂ©... et il aimait vivre en plein air. Il rĂ©gna pendant le temps de la prophĂ©tie d'ÉsaĂŻe. ÉsaĂŻe avait Ă©tĂ© enseignĂ© par l'un des autres grands prophĂštes. Je crois que c'Ă©tait Zacharie, celui par lequel ÉsaĂŻe fut enseignĂ© et qui Ă©tait prophĂšte, quand il vint sur la scĂšne. ÉsaĂŻe fut appelĂ© en tant que prophĂšte. Les prophĂštes ne le sont pas par la main des hommes; les prophĂštes sont nĂ©s prophĂštes.

35     Il y a un don de prophĂ©tie, qui vient dans l'Ă©glise et qui fait que les gens donnent une prophĂ©tie. Beaucoup de membres du Corps de Christ peuvent faire cela, en Ă©tant sous l'inspiration. Mais un prophĂšte est placĂ© dans l’Église par Dieu et prĂ©destinĂ© au don de prophĂšte, c’est-Ă -dire Ă  ĂȘtre un prophĂšte et non un prophĂ©tiseur.

36     Maintenant, nous voyons que ce jeune homme monta sur le trĂŽne. Si vous voulez inscrire certains passages de l’Écriture, c'est II Chroniques, chapitre 26. Vous pourrez lire oĂč il est dit que le roi Ozias, aprĂšs la mort de son pĂšre À-m-a-t-s-i-a, Amatsia... Amatsia Ă©tait un homme juste; mais, s'Ă©tant dĂ©tournĂ© du Seigneur, il fut tuĂ© par son propre peuple; alors, Ozias prit sa place comme roi. Il fut placĂ© sur le triĂŽne et oint Ă  l'Ăąge de 16 ans; ce n'Ă©tait qu'un garçon, mais il Ă©tait dans la lignĂ©e pour ĂȘtre roi, bien qu'il ne fĂ»t qu'un jeune homme. Et il agit bien. La Bible nous dit qu'il avait un pĂšre pieux et une mĂšre pieuse et, avec une telle influence, il ne pouvait presque ĂȘtre rien d'autre qu'un garçon pieux, parce que c'Ă©tait ce qui lui avait toujours Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©.

37     Savez-vous Ă  quoi je pense? Chacun a sa propre opinion... Mais, Ă  mon avis, l'un des plus grands, voire le plus grand prĂ©sident que nous ayons jamais eu dans ce pays fut Abraham Lincoln. Non parce qu'il Ă©tait rĂ©publicain, mais parce qu'il Ă©tait ce qu'il Ă©tait: un homme pieux. Et il fut Ă©levĂ© pour servir Dieu. Il dit: «S'il y a quelque chose que je peux louer pour avoir influencĂ© ma vie, c'Ă©tait bien une mĂšre pieuse qui m'enseigna Ă  prier et Ă  connaĂźtre JĂ©sus comme mon Sauveur.»

38     Oh! Votre famille est ce que vous ĂȘtes. Vous Ă©levez votre enfant au milieu d'un certain entourage; il a 98% de chance en plus pour lui de bien tourner, que si vous l'aviez Ă©levĂ© de la mauvaise maniĂšre. «Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre et, quand il sera vieux, il ne s'en dĂ©tournera pas.» Soyez bien Ă©levĂ©s, enseignez vos enfants Ă  bien agir, Ă  ĂȘtre honnĂȘtes, Ă  ĂȘtre francs et loyaux, mĂȘme quand ils sont Ă  l'Ă©cole.

39     Souvent, les enfants sont enclins Ă  se copier les uns les autres et, ainsi, ils essaient de favoriser leur promotion Ă  l'Ă©cole. Mais, vous savez, je pense que, si vous l'obtenez par vos propres mĂ©rites, vous saurez d'autant mieux apprĂ©cier la bonne note sur votre travail Ă©crit.

40     Vous savez, si vous avez un examen le jour suivant, au lieu de trotter toute la nuit et de penser en vous levant le matin: «Eh bien, je m'assiĂ©rai prĂšs de celui-ci et de celui-lĂ , ils sont intelligents, et ils... je pourrai copier sur eux.» Si vous disiez simplement, avant que papa rende grĂąces au petit dĂ©jeuner: «Papa, souviens-toi de moi aujourd'hui, j'ai un examen de chimie», ou quoi que ce soit d'autre. Alors, vous, le pĂšre, quand vous priez, dites: «0 Dieu, bĂ©nis Jean et Marie dans leur examen aujourd'hui.» Laissez-moi vous dire que cela changerait le cours des choses.

41     Souvenez-vous que nous pouvons obtenir ce que nous voulons, si nous le demandons avec foi. JĂ©sus a dit: «Toutes choses sont possibles Ă  ceux qui croient. Vous ne possĂ©dez pas, parce que vous ne demandez pas, et vous ne demandez pas, parce que vous ne croyez pas.» Il dit: «Demandez beaucoup, afin que votre joie soit parfaite.» J'aime cela.

42     Notre enseignement est juste: Dites la chose juste; faites la chose juste; pensez la chose juste; pensez toujours juste. Et j'ai un petit slogan:
    Agissez juste, c'est votre devoir envers Dieu. Pensez juste, c'est votre devoir envers vous-mĂȘmes; alors vous ĂȘtes obligĂ©s de finir juste.

43     Vous ne pouvez pas aller Ă  l'est et Ă  l'ouest en mĂȘme temps, non; vous ne pouvez pas non plus faire juste et faux en mĂȘme temps. Peu importe combien vous pensez que vous allez dans l'autre direction. Si vous ne voyagez pas effectivement vers l'ouest... Vous n'allez pas Ă  l'est, si vous allez Ă  l'ouest.

44     Ainsi, ce jeune roi, sous l'influence de son pĂšre, dĂšs son jeune Ăąge, enseigna Ă  IsraĂ«l les prĂ©ceptes de Dieu... Puis, tout Ă  coup, dans ses derniers jours, il changea et apporta un enseignement contraire Ă  Dieu. Et son propre peuple... Son pĂšre fut tuĂ© par son propre peuple. Il semble que cela aurait dĂ» ĂȘtre une grande leçon pour Ozias. Mais nous voyons que lorsque Ozias monta sur le trĂŽne, il commença dans la mĂȘme voie que son pĂšre, introduisant Ă  nouveau les choses de Dieu, ramenant IsraĂ«l Ă  l'adoration de Dieu. Il se fortifia.

45     Et je veux toujours ĂȘtre reconnaissant de ce que, dans ses jeunes annĂ©es, il n'ait jamais fait de politique. Bien que la politique ait Ă©tĂ© peut-ĂȘtre contre lui, pourtant, il resta exactement dans la ligne de Dieu. Et cela fit vibrer ce jeune prophĂšte Ă  tel point qu'il devint un hĂ©ros. Il fut un exemple pour ÉsaĂŻe, le prophĂšte.

46     Et ÉsaĂŻe alla au chĂąteau pour demeurer avec lui, au palais du roi. Il le fit entrer; il aimait ÉsaĂŻe. ÉsaĂŻe Ă©tait jeune aussi, et ils furent copains. Et ce roi... quand il devait aller lĂ -bas et que des politiciens venaient et lui disaient: «Nous devons faire telle chose», le roi Ozias recherchait premiĂšrement l’Éternel. «Éternel, est-ce Ta volontĂ©, que nous fassions telle ou telle chose?» 0 Dieu, donne-nous un prĂ©sident de cette trempe, non seulement cela, mais donne-nous aussi des prĂ©dicateurs comme lui. «Cherchez premiĂšrement le royaume et la justice de Dieu, et toutes ces choses vous seront donnĂ©es par-dessus.»

47     Son influence dut ĂȘtre grande, car ÉsaĂŻe l'aimait, parce qu'il vit que c'Ă©tait un grand homme et qu'il restait ferme et solide pour Dieu. Et, vous savez, chaque jour de notre vie et chaque chose que nous faisons... Souvenez-vous que ceux du dehors ne regardent pas seulement le pasteur, Ă  la façon dont il vit, ils regardent aussi les laĂŻques.

48     Oh! combien c'est affligeant, quand nous pensons Ă  l'Ă©glise. Parfois, si le pasteur appartient Ă  une certaine organisation ou Ă  un clan, et que cette organisation l'envoie dans telle Ă©glise, il arrive que les mains de ce pasteur soient liĂ©es par cette organisation. Et, si cet homme veut servir le Seigneur et pense que... On lui a enseignĂ© que, pratiquement la seule façon dont il puisse le faire, c'est en servant son organisation. Et, s'il se levait et prĂȘchait ce que dit la Parole, l'Ă©glise voterait son renvoi; et alors, il aurait peur de n'avoir plus l'occasion de prĂȘcher l’Évangile.

49     Mais, oh! ce dont nous avons besoin Ă  la chaire aujourd'hui, ce sont des hommes tels qu'Ozias. Peu importe la politique de son Ă©glise ou la politique de n'importe quoi d'autre, il agit selon la volontĂ© de Dieu, d'un bout Ă  l'autre. Il attendait jusqu'Ă  ce qu'il ait le AINSI DIT LE SEIGNEUR, ensuite, il le faisait.
    Ce petit prophĂšte (de son Ăąge Ă  peu prĂšs) allait dans le temple avec lui; ils s'agenouillaient ensemble et priaient, sans doute pour connaĂźtre la volontĂ© du Seigneur et, ensuite, ils comparaient avec les lois de la Bible. Alors, si c'Ă©tait conforme, Ozias la faisait passer; si cela ne jouait pas, il condamnait cette politique. 0 Dieu, donne-nous-en plus comme celui-ci! Et cela faisait vibrer ÉsaĂŻe, parce qu'il Ă©tait nĂ© prophĂšte.

50     Ainsi, Ozias devint un hĂ©ros pour ÉsaĂŻe. Vous voyez, il Ă©tait... À cause de la position qu'il prenait pour Dieu, il devint un hĂ©ros aux yeux du juste. Il n'y a peut-ĂȘtre pas eu beaucoup de justes. Voyez-vous? Mais la chose que nous voulons faire, c'est que notre vie compte pour Dieu. Quelqu'un vous observe.

51     J'ai fait une remontrance Ă  quelqu'un, l'autre jour. Dans un certain quartier, une importante Ă©glise dĂ©nominationnelle organisa une grande soirĂ©e de rock 'n' roll et ils dansĂšrent jusqu'Ă  environ 1 heure du matin. Et ils taquinĂšrent quelqu'un qui vient au Tabernacle, lui disant que c'Ă©taient des «holy rollers» [expression pĂ©jorative qui signifie «saints qui se roulent par terre» lorsque l'Esprit les saisit – N.D.T.] qui venaient ici, parce que nous ne sommes pas une dĂ©nomination. Et, oh! cela me donna vraiment une occasion de parler. Vous pouvez presque imaginer ce qui arriva. Mais la cause de cela... ces gens... Sans doute que la jeune fille qui a fait cette remarque, si seulement elle connaissait la VĂ©ritĂ©...

52     J'Ă©tais dans les montagnes, il y a quelques semaines. Et alors que je rentrais chez moi.. . Nous Ă©tions retournĂ©s lĂ -bas (ma famille et moi) pour nous reposer un peu; c'est lĂ  que nous irons, si le Seigneur le veut, la semaine prochaine. LĂ -bas, un soir, j'ai eu une vision. Il s'agissait d'une femme charmante et jolie, qui paraissait jeune. Elle avait sa main comme ceci et s'en allait d'une crise cardiaque; une belle femme. Elle s'affaissa et expira. Et l'Ange du Seigneur m'a dit: «Quand tu entendras parler d'elle, souviens-toi qu'on dira qu'elle s'est suicidĂ©e, mais sache qu'elle est morte d'une crise cardiaque. Et il est presque 4 heures, ainsi tu peux dire 4 heures», et ensuite, Il m'a quittĂ©.

53     Je n'ai pas rĂ©veillĂ© la famille, dans le petit campement de cow-boys oĂč l'on se retrouvait pour rassembler le bĂ©tail. Je les ai laissĂ©s dormir jusqu'au matin. Le jour suivant, je leur ai racontĂ© et j'ai dit: «une certaine jeune femme trĂšs sĂ©duisante va mourir d'une crise cardiaque.» Et, sur la route, deux jours plus tard, on entend Ă  la radio que cette Mademoiselle (je ne peux pas me rappeler son nom) ... Monroe, Madame Monroe... Je pense que c'Ă©tait son nom d'artiste, elle devait s’appeler autrement. On annonce qu'elle Ă©tait morte et qu'elle s'Ă©tait suicidĂ©e.

54     Or, peu importe combien de fois je le dirai, ils continueront Ă  dire qu'elle s'est suicidĂ©e. Mais cette jeune femme ne l'a pas fait! Elle est morte d'une crise cardiaque! Et si vous pouviez voir... elle avait sa main tendue, pour essayer d'atteindre le tĂ©lĂ©phone... le tĂ©lĂ©phone dans sa main. Elle a eu une crise cardiaque. Ils ont dit que des somnifĂšres Ă©taient lĂ ; elle les avait pris dans ce flacon pendant un mois (voyez-vous?) ou plus. Mais elle est morte d'une crise cardiaque, et elle est dĂ©cĂ©dĂ©e environ 4 Ă  5 secondes avant 4 heures, exactement.

55     Et j'ai lu le rĂ©cit de sa vie, dans une revue. Il y Ă©tait dit qu'elle Ă©tait une enfant illĂ©gitime, qu'elle dut laver beaucoup de vaisselle, que sa mĂšre Ă©tait dans une maison d'aliĂ©nĂ©s et qu'elle avait soupirĂ© aprĂšs... (Elle Ă©tait la femme qui avait le corps le plus parfait au monde, je pense.) Mais elle soupirait aprĂšs quelque chose que l'argent ne pouvait lui procurer. Je pensai: «Oh! combien j'aurais souhaitĂ© pouvoir la rencontrer! Je sais de quoi elle avait besoin!» Vous y ĂȘtes!

56     Peut-ĂȘtre que des membres d'Ă©glises renommĂ©es, les meilleures d'Hollywood, avec toutes leurs dĂ©corations clinquantes... Mais ils virent ces gens... elle put voir qu'ils ne vivaient pas diffĂ©rent d'elle. Il faut de l'influence! Il faut la puissance de la rĂ©surrection de Christ parmi les gens, pour qu'ils voient que Christ n'est pas une statue suspendue dans un bĂątiment, mais qu'Il est un Être vivant, dans la forme du Saint-Esprit, vivant dans des hommes et des femmes, apportant la paix, le contentement et le bonheur. Oh! si seulement nous avions pu arriver vers cette jeune dame, avant qu'elle ne quitte ce monde!

57     Donc, l'influence. Nous voyons que la vie d'Ozias influença ce prophĂšte. Ozias construisit des murailles, il se fortifia et reprit aux Philistins les terres et les possessions qui leur appartenaient, si bien que sa rĂ©putation se rĂ©pandit jusqu'en Égypte. Et laissez-moi vous dire que, de toutes les chroniques des rois, il n'y en eut point, Ă  part Salomon, qui s’étendĂźt comme Ozias. Pourquoi? Parce qu'il montra l'exemple. Il resta avec Dieu. Peu importe ce que son peuple pensait, ce que quiconque d'autre pensait, ce que ses politiciens pensaient, en essayant de l'influencer. Il resta directement avec Dieu, et Dieu le bĂ©nit. Il fut d'une grande aide pour ce jeune prophĂšte.

58     Combien Dieu bĂ©nit un homme qui restera fidĂšle Ă  la Parole de Dieu. Il ne sera peut-ĂȘtre pas trĂšs populaire, mais il sera bĂ©ni. Et, maintenant, les gens doivent faire leur choix: soit vous agissez comme le reste des gens, soit vous voulez ĂȘtre bĂ©nis de Dieu. Maintenant, vous pouvez faire votre choix. Si vous voulez vivre comme le reste du monde, vous serez bĂ©nis d'eux; mais, si vous tournez tous vos dĂ©sirs vers Dieu, vous serez bĂ©nis de Dieu. Vous devez donc choisir aujourd'hui qui vous voulez servir, comme l'a dit le prophĂšte. «Souviens-toi toujours de ton CrĂ©ateur, premiĂšrement.»

59     Quand ce roi, devenu un grand homme, exerçant son influence sur ÉsaĂŻe et les justes de son royaume, en arriva au point oĂč il commença Ă  se sentir sĂ»r de lui-mĂȘme... Et, c'est lĂ  que vous commettez votre faute. C'est lĂ  oĂč tant d'hommes justes mordent la poussiĂšre de la honte, mordent la poussiĂšre de la dĂ©faite, parce qu'ils commencent Ă  se sentir sĂ»rs d'eux-mĂȘmes. Vous commencez Ă  penser que vous avez vĂ©cu si longtemps pour Christ, que peu importe ce qu'Il prĂ©sentera devant vous, de toute façon, vous ferez votre choix pour savoir si vous le voulez ou non. Vous devez continuer Ă  servir Dieu. Peu importe ce que vous Ă©tiez il y a dix ans, c’est ce que vous ĂȘtes maintenant, qui compte.

60     Le roi en arriva au point oĂč il pensa en lui-mĂȘme qu'il Ă©tait quelqu'un d'important. L'orgueil entra dans son coeur. Et c'est ce qui nous arrive. Pardonnez-moi cette expression, mais c'est ce qui est arrivĂ© Ă  nos Ă©glises dans tout le pays. Il y a de braves gens qui les frĂ©quentent, certains sont parmi les meilleurs de ce monde. Oui, je pense que les meilleurs, en ce monde, vont Ă  l'Ă©glise. Mais, ce qui arrive, c'est que le systĂšme organisĂ© tend Ă  s'Ă©lever. C'est ce qui est arrivĂ© aux MĂ©thodistes; c'est ce qui est arrivĂ© aux Baptistes; c'est ce qui est arrivĂ© aux NazarĂ©ens, aux PĂšlerins de la saintetĂ©, aux PentecĂŽtistes... Ils se sont Ă©levĂ©s, ils se sont entĂȘtĂ©s, ils sont devenus Ă©gocentriques, fiers, si bien que vous ne pouvez rien leur dire. Dieu ne peut pas trouver accĂšs Ă  leur coeur. C'est parce qu'ils sont devenus tellement «moi je sais tout» que personne ne peut rien leur dire. Et, en s'Ă©difiant sur des raisonnements avec des frĂšres, ils s'Ă©difient autour de leurs credo. Et, quand ils le font, ils laissent Dieu en arriĂšre.

61     C'est ce qui arrive aux docteurs. Quand ils deviennent si Ă©gocentriques qu'ils n'ont besoin d'aucune aide de la part de Dieu, c'est alors que je ne veux pas que l'un d'entre eux fasse le fou avec moi. Quand vous laissez Dieu en dehors de quelque chose, je veux que vous me laissiez aussi en dehors. Voyez-vous? Parce que vous devez toujours vous souvenir de Dieu, premiĂšrement! Il s'Ă©leva.

62     Tellement aujourd'hui... Prenez une famille qui commence Ă  aller Ă  l'Ă©glise. Et Dieu guĂ©rit la petite famille. Il les bĂ©nit et leur donne le Saint-Esprit dans leur vie. Les petits enfants prieront autour de la table; ils prieront avant d'aller au lit. La mĂšre et le pĂšre joindront leurs mains et prieront. Aussi longtemps qu'ils agiront ainsi, ils resteront une famille. Mais, si vous les laissez... Au dĂ©but, ils n'avaient rien pour se dĂ©placer, si ce n'est une vieille voiture, ou peut-ĂȘtre allaient-ils Ă  pied. Finalement, ils achĂštent une bonne voiture et une meilleure maison. Alors, vous vous apercevez qu'ils veulent s'associer Ă  ce que le monde appelle une meilleure classe. Ils dĂ©mĂ©nagent dans un voisinage diffĂ©rent et, lĂ , ils dĂ©couvrent qu'ils commencent Ă  subir une mauvaise influence. Vous devez toujours rester lĂ  oĂč se trouve le Royaume de Dieu, et lĂ  oĂč la gloire de Dieu est dĂ©versĂ©e. Restez oĂč vous pouvez ĂȘtre nourris spirituellement jour et nuit. Tout Ă  coup, vous vous apercevez que la sĂ©paration entre dans le foyer, la mondanitĂ©, et qu'ils commencent Ă  s'Ă©lever. Ozias fit ainsi, il s'Ă©leva et devint trĂšs orgueilleux.

63     Maintenant, nous voyons ce qu'il essaya de faire. OĂč il s'est fait avoir, quand il se fut Ă©levĂ© dans son coeur... (il nous est dit dans la Bible, dans Chroniques 26, II Chroniques 26... ) nous dĂ©couvrons qu'il entra dans le temple de l’Éternel, avec un encensoir Ă  la main, pour brĂ»ler de l'encens Ă  l’Éternel. À ce moment-lĂ , le sacrificateur du temple, avec quatre-vingts autres sacrificateurs, le suivit et lui dit: «Ne fais pas cela; tu agis mal! Tu n'es pas un sacrificateur, tu es un roi, pas un sacrificateur!»

64     Cela l'irrita, et il se mit en colĂšre. Ne pouvant contenir sa colĂšre, il alluma l'encensoir, pour entrer quand mĂȘme. Et Dieu le frappa de lĂšpre, Ă  ce moment mĂȘme, alors qu'il Ă©tait lĂ , en colĂšre. Et il mourut lĂ©preux. On dut le conduire hors du temple.

65     C'est lĂ  oĂč nous voulons, maintenant, apprendre une leçon. Si cet homme, que Dieu avait bĂ©ni dans sa fonction... Mais il n'Ă©tait pas satisfait avec cela, il voulut prendre la place de quelqu'un d'autre. Vous ne pouvez pas ĂȘtre quelque chose... Comme Upshaw, membre du CongrĂšs... (Vous vous souvenez de lui; c'est lui qui, aprĂšs avoir Ă©tĂ© estropiĂ© pendant soixante-huit ans, fut guĂ©ri dans la rĂ©union lĂ -bas, vous savez. Il Ă©tait membre du CongrĂšs des États-Unis.) Il dit: «Vous ne pouvez pas ĂȘtre quelque chose que vous n'ĂȘtes pas.» C'est assez vrai. Vous devez rester avec votre appel, lĂ  oĂč Dieu vous a appelĂ©.

66     Aussi longtemps qu'il resta roi, il fut une bĂ©nĂ©diction pour les gens en tant que tel. Mais, quand il s’est pris pour un sacrificateur, un ministre, alors... Il pensa, parce que Dieu l'avait bĂ©ni, qu'il pouvait ĂȘtre tout ce qu'il voulait. Il fut une bĂ©nĂ©diction pour les gens en tant que roi, mais pas une bĂ©nĂ©diction... il devint une malĂ©diction pour eux, quand il essaya de prendre la place du sacrificateur. Et nous en avons beaucoup came cela. Tout le monde veut porter le ballon. Voyez-vous?

67     Quand vous jouez au ballon (comme c'est la saison du football... ), ce que nous voulons, ce n'est pas que tous cherchent Ă  enlever le ballon de l'homme qui s'en est emparĂ©, mais c'est d'essayer de protĂ©ger cet homme. ProtĂ©gez-le; laissez-le passer. Nous essayons de marquer un but. Voyez-vous?

68     Pourriez-vous imaginer une Ă©quipe si mal formĂ©e, qui, voyant un de ses joueurs courir avec le ballon vers les buts, chercherait Ă  le lui prendre des mains, au lieu d'Ă©loigner l'ennemi de lui, c'est-Ă -dire l'Ă©quipe adverse, pour lui permettre de se sauver? ... ForcĂ©ment vous perdriez!

69     Et, aujourd'hui, c'est la mĂȘme chose. Quand nous voyons Dieu venir sur la scĂšne et commencer Ă  bĂ©nir une certaine chose, gardons-en tous les ennemis Ă©loignĂ©s. Utilisons notre influence pour plaquer l'adversaire, pas en Ă©tant des coureurs, mais pour servir de protection au coureur. Laissez-le aller jusqu'au bout avec le ballon, parce que rien ne fait opposition. Tout ce que vous devez faire, c'est de continuer Ă  courir. Et nous devrions ĂȘtre des protecteurs pour les autres.

70     Je prĂȘche dans le monde entier, vous savez, pour les Hommes d'Affaires du Plein Évangile, en organisant des chapitres. Et il n'y a pas longtemps, je crois que c’est Ă  Kingston, en JamaĂŻque, quand ils eurent Castro et tous les autres, lĂ -bas, Ă  cette rĂ©union (ou plut3t, je crois que nous Ă©tions allĂ©s chez lui), et les cĂ©lĂ©britĂ©s de toutes les Îles y Ă©taient. Et ces hommes d'affaires essayĂšrent de prĂȘcher l’Évangile. Eh bien, ils ne sont pas Ă  leur place. Nous, prĂ©dicateurs, avons assez de difficultĂ© Ă  garder cela d'aplomb; quant Ă  ceux-ci, ils utilisent chaque petite influence ou chaque technique, comme ceci et comme cela, et ils gardent cela si embrouillĂ© que vous ne savez que faire.

71     Souvent, dans une Ă©glise... une petite Ă©glise peut avoir un rĂ©veil; quelqu'un a le dĂ©sir d'aller Ă  un certain endroit, pour y tenir une rĂ©union de priĂšre. Cependant, il a une idĂ©e diffĂ©rente de ce que la Bible enseigne vraiment et, malgrĂ© tout, il le croit ainsi; alors, il commencera Ă  user de son influence pour en attirer d'autres et les Ă©loigner de cela. La chose Ă  faire, c'est de protĂ©ger ce Message, au fur et Ă  mesure qu'Il avance, rester parfaitement avec Lui, et repousser tout ce qui est autour de Lui, si nous voulons, une fois, traverser la ligne des buts.

72     Et je leur ai dit: «FrĂšres, il y a quelque chose qui ne va pas. Vous ĂȘtes des hommes d'affaires. PremiĂšrement, vous ne comprenez pas l'approche. Vous ne comprenez pas l'approche du ministĂšre, parce que le ministĂšre est un don dĂ©pendant d'un appel de Dieu.» «Dieu a placĂ© dans l’Église premiĂšrement des apĂŽtres, puis des prophĂštes, des docteurs, des Ă©vangĂ©listes, des pasteurs.» Dieu les a placĂ©s lĂ , pour le perfectionnement de l’Église. Les hommes d'affaires devraient tĂ©moigner. Les femmes, les mĂ©nagĂšres, peu importe si vous ĂȘtes la bonne chez quelqu'un, tĂ©moignez. Faites tout ce que vous pouvez pour le Royaume; mais n'injectez jamais vos propres idĂ©es; dites simplement ce que dit le Message et allez de l'avant (voyez-vous?), et alors vous aurez peut-ĂȘtre de l'influence. Maintenant, n'essayez pas de prĂȘcher, avant de savoir que Dieu vous a appelĂ©s. Restez avec votre tĂ©moignage, parce que, si vous ne le faites pas, vous irez dans la mauvaise catĂ©gorie; et alors, vous Cacherez tout. C'est ainsi. Et cela ne plaĂźt pas du tout Ă  Dieu. Ceci le dĂ©montre.

73     Quand ce roi... quand il fut repris par le sacrificateur lui disant la vĂ©ritĂ©, essayant de lui faire comprendre qu'il Ă©tait dans l'erreur, que Dieu avait uniquement appelĂ© Ă  cette fonction les descendants d'Aaron, et qu'ils Ă©taient consacrĂ©s Ă  ce seul service... C’est tout ce qu'ils devaient faire, ils Ă©taient consacrĂ©s Ă  cela. Et un roi, aussi vertueux fut-il, ou bĂ©ni de Dieu, n'avait pas le droit de brĂ»ler de l'encens. En le faisant, il prenait la place du sacrificateur, et cela, il ne devait pas le faire. Et quand il fut rĂ©primandĂ©, il se fĂącha et se mit en colĂšre. À ce moment mĂȘme, la lĂšpre apparut sur son visage; il fut couvert de lĂšpre, et alors, il laissa tomber l'encensoir et sortit prĂ©cipitamment du bĂątiment. Voyez-vous? Il avait voulu imiter quelqu'un d'autre. Nous ne devrions pas agir ainsi.

74     Dans sa colĂšre, il agit mal et fut frappĂ©. Oh! ce fut certainement une leçon pour ce jeune prophĂšte, de rĂ©aliser que quelle que soit la grandeur de l'homme, il devait rester avec son appel.

75     Je rĂ©alise que ceci est enregistrĂ© et je sais que cela ira dans le monde entier, dans la jungle, chez les Hottentots et ailleurs. Ce message, ce soir, sera traduit dans d'autres langues. Mais je dis ceci de tout mon coeur, comment... Beaucoup de gens disent: «Pourquoi ne vous joignez-vous pas Ă  certaines organisations? Pourquoi ne venez-vous pas chez les PentecĂŽtistes? Pourquoi ne venez-vous pas dans ce groupe? Pourquoi n'abandonnez-vous pas ces petites choses?» Comment puis-je le faire? Je dois rester avec ce Message.

76     Quand l'Ange du Seigneur apparut lĂ -bas, sur le fleuve, dans cette LumiĂšre, comme vous le voyez lĂ , et que cela fut reconnu vĂ©ridique par le gouvernement, la science, par des recherches scientifiques... et Il m'a dit de rester avec cette Parole. Alors, comment pourrais-je l'Ă©changer contre un credo? Si ces hommes sont lĂ -bas pour le faire, laissez-les. Mais nous avons Ă©tĂ© appelĂ©s Ă  prĂȘcher la Parole! Ne faites pas de compromis; tenez-vous sur la Parole!

77     Donc, maintenant, vous voyez pourquoi c'est dangereux d'essayer de faire un compromis et de faire autre chose, ou d'essayer de dire prĂ©somptueusement: «Oh! je peux faire ceci et gagner plus d'argent. Je peux faire cela et tous les frĂšres seront d'accord avec moi. Je peux faire des compromis avec cette Parole, et le 99% des prĂ©dicateurs dira: ‘Mais c'est bien, c'est bien’.» Et je sais maintenant que beaucoup d'entre eux appellent... Qu'est-ce? Des pains et des poissons, voir les gens guĂ©ris, le discernement et la puissance de Dieu manifestĂ©e. Ils vous invitent Ă  tenir des rĂ©unions pour attirer des gens dans leurs Ă©glises. Mais, quand il s’agit de se mettre d'accord sur la Parole, ils cherchent Ă  se soustraire. Voyez-vous? Vous ne pouvez pas agir ainsi. Restez avec la Parole!

78     Ceci fut vraiment une leçon pour ce jeune prophĂšte: quoi qu'il essaie d'ĂȘtre, il devait rester avec son appel. Oh! il apprit l'ordre de Dieu pour les hommes. L'ordre de Dieu pour l’homme, c'est de rester Ă  sa place. L'ordre de Dieu pour la femme, c'est de rester aussi Ă  sa place. Vous ne pouvez pas prendre la place d'un homme. Elles essaient de le faire, mais ne le faites pas. Vous, hommes, ne prenez pas la place d'une femme, ne vous habillez pas comme une femme. Et vous, femmes, ne vous habillez pas comme un homme. La Bible dit que c’est faux d'agir ainsi. La Bible dĂ©clare: «Une femme qui porte un vĂȘtement d'homme, c'est une obscĂ©nitĂ© devant Dieu, une abomination.» Voyez-vous? Mais, maintenant, vous pouvez Ă  peine les diffĂ©rencier les uns des autres. Voyez-vous? Maintenant, comment allez-vous faire, si ce n’est de vous Ă©lever contre cela? Et, quand vous le faites...

79     Cette semaine, avez-vous appris la dĂ©cision du tribunal, ici, en Indiana? Quelle honte! Il y a moins de quinze ans, une famille ici Ă  Port Fulton (je pense que certains membres de cette famille sont assis ici, ce soir)... Ici, Ă  Port Fulton, ils renvoyĂšrent Ă  la maison une petite fille pour avoir portĂ© des shorts Ă  l'Ă©cole. Et, cette semaine, ils essaient de poursuivre en justice et de renvoyer de l'Ă©cole (et ils l'ont fait) une petite fille qui refusait de porter des shorts Ă  l'Ă©cole. Qu'y a-t-il avec notre nation? Je pensais que c'Ă©tait un pays de libertĂ©; je pensais que nous avions droit Ă  la libertĂ© de religion.

80     Ce pĂšre s'est levĂ© et a dit: «C'est contre notre croyance religieuse de faire porter des shorts Ă  nos enfants; que notre fille de 16 ou 17 ans porte des shorts, c'est contre notre croyance religieuse.» Et ils ont renvoyĂ© et exclu l'enfant de l'Ă©cole.

81     Je crois savoir que tous ceux qui n'accepteront pas d'adhĂ©rer Ă  l'accord international de l'association qu'ils essaient de former pour rĂ©unir toutes les Ă©glises en une fĂ©dĂ©ration, tous ceux qui n'entreront pas lĂ -dedans et ne s'uniront pas Ă  cela, seront envoyĂ©s en Alaska oĂč on prĂ©pare pour eux une petite province. Vous feriez mieux de vous prĂ©parer pour le froid, parce qu'on dirait que c'est en train de venir. Quelle honte alors!

82     Mon ami de toujours, Jim Poole (son fils est ici ce soir) ... Je souhaiterais que son pĂšre vienne seulement et fasse ce qu'a fait son fils. Alors que nous nous entretenions aujourd'hui par tĂ©lĂ©phone, il m'a fait remarquer qu'un commentateur de nouvelles ou quelqu'un d'autre (je ne me souviens pas maintenant au juste qui c'Ă©tait) a dit: «Dans le temps, les AmĂ©ricains prenaient un bain une fois par semaine et priaient chaque jour», et il a ajoutĂ©: «Mais maintenant, ils prennent un bain chaque jour et prient une fois par semaine.» Je crois que je me passerais plutĂŽt de bain. Mais, cela montre combien nous sommes tombĂ©s. Qu'est-il arrivĂ© Ă  cette nation?

83     Il y a environ cinq ans, j'Ă©tais dans l'Ohio et je tenais une rĂ©union Ă ... (quel est le nom de cet endroit oĂč j'ai tenu cette rĂ©union?) ... Chatauqua. Et, comme j'Ă©coutais les informations Ă  l'hĂŽtel, quelqu'un a dit: «La fleur de la libertĂ© est morte cet aprĂšs-midi, dans un tribunal, ici, dans l'Ohio.»
    Les Amish ne croient pas au fait d'envoyer leurs enfants dans des Ă©coles publiques. Ils ont leurs propres Ă©coles. Et, dans le quartier oĂč ils habitaient, ils n'avaient pas d'Ă©cole secondaire. C'est une loi dans l'Ohio et dans l'Indiana (je pense que c'est une loi nationale), que tous les enfants doivent aller Ă  l'Ă©cole jusqu'Ă  l'Ăąge de 16 ans. Et cet homme avait deux enfants, un garçon et une fille, qui n'avaient pas 16 ans; et ils refusĂšrent de les envoyer dans une Ă©cole publique, oĂč ils enseignent la morale de Darwin (disant que l'homme descend d'une cellule unique, qu'il est un singe; c'est tout ce qu'il est, simplement un singe glorifiĂ© et... ). Ils n'Ă©taient donc pas d'accord avec cela, et ils ne voulaient pas que leurs enfants entendent de telles choses. Aussi le tribunal les convoqua. Et ce juge, prĂ©somptueux, qui se croyait plus malin que les autres, dit Ă  ce pĂšre et Ă  cette mĂšre ĂągĂ©s, lui, avec ses cheveux taillĂ©s en «coupe bol», vĂȘtu de salopettes, le juge lui dit: «Monsieur, l’État de l'Ohio a une loi qui dĂ©clare qu'un enfant doit suivre l'Ă©cole jusqu'Ă  l'Ăąge de 16 ans; or, vous refusez d'y envoyer vos enfants. Qu'avez-vous Ă  rĂ©pondre Ă  cela?»

84     Il dit: «Honorable Monsieur, je respecte les lois de ce charmant État dont je suis originaire. Mais, il y a bien des annĂ©es, nous sommes venus, ou plutĂŽt nos ancĂȘtres sont venus jouir de la libertĂ© de religion. C'est pourquoi nous sommes ici, c'est Ă  cause de la libertĂ© de religion. Notre religion n'enseigne pas que nous descendons des animaux. Nous croyons, au contraire, que nous avons Ă©tĂ© crĂ©Ă©s Ă  l'image de Dieu. C'est pourquoi nous ne pouvons pas envoyer nos enfants dans une Ă©cole qui enseigne de telles choses; c'est contraire Ă  notre religion. Et, puisque nous n'avons pas ici d'Ă©cole secondaire oĂč peuvent aller nos enfants ... Ce n'est pas par manque de respect envers vous, nous respectons ce que vous croyez; mais, quant Ă  nous, nous ne pouvons l'accepter et nous ne voulons pas que nos enfants reçoivent un tel enseignement.»
    Il dit: «Ou bien vous allez envoyer vos enfants Ă  l'Ă©cole, ou bien vous et votre femme passerez deux ans dans le pĂ©nitencier de l’État. Quelle est votre dĂ©cision?»
    Il rĂ©pondit: «Ma femme et moi, nous passerons les deux ans.» Ils firent demi-tour et se dirigĂšrent vers la sortie.
    Le vieux juge doit s'ĂȘtre senti un peu repris dans sa conscience, car il dit: «Souvenez-vous, votre Bible ne dit-elle pas: Rendez Ă  CĂ©sar ce qui est Ă  CĂ©sar?»
    Et le pĂšre se retourna et dit: «Et Ă  Dieu ...?»
    L'homme qui donnait les informations dit: «Ainsi la libertĂ©...»
    Et le juge dit: «Je vous condamne Ă  deux ans.»
    Il dit: «Ainsi la libertĂ©, la fleur de la libertĂ©, est morte dans cette salle de tribunal, cet aprĂšs-midi.»

85     AprĂšs tout, les Dunkards, ou plutĂŽt les Amish, peu importe combien ils sont particuliers, ils croient dans une vie sanctifiĂ©e. Et il n'y a nulle part aux États-Unis de rapport dĂ©clarant qu'ils aient eu de la dĂ©linquance juvĂ©nile parmi eux. Pas une personne, pas un enfant de leur religion n'a Ă©tĂ© un dĂ©linquant juvĂ©nile. Laissez-les ĂȘtre bizarres, peu importe; ils sont bien Ă©levĂ©s. Je ne les blĂąme pas.

86     Mais, Ă©coutez: la fleur est morte Ă  ce moment-lĂ  mais, environ dix minutes plus tard, elle revint Ă  la vie. Le procureur et tous les autres repoussĂšrent leurs livres et dirent: «Nous dĂ©missionnons, car, si vous brisez ce droit constitutionnel, ils briseront les autres.»

87     Avez-vous remarquĂ©, l'autre jour, ce que ce sage, vieil Ă©vĂȘque mĂ©thodiste a dit, concernant le fait de rĂ©citer cette priĂšre Ă  l'Ă©cole? Cela ne venait pas de l'Ă©glise mĂ©thodiste. Cet Ă©vĂȘque Ă©tait assez sage pour le savoir. C'Ă©tait une autre communautĂ© qui essayait de voir jusqu'Ă  quel point ils pouvaient imposer une certaine priĂšre Ă  l'Ă©cole. S'ils pouvaient la faire passer, ils feraient passer l'autre aussi vite que possible. Ils examinent chaque dĂ©bouchĂ© qu'ils peuvent. Ne vous inquiĂ©tez pas, ils y arriveront.

88     Par consĂ©quent nous voulons la croix, nous voulons Christ maintenant, pendant que nous le pouvons! Ne soyez pas influencĂ©s par un homme qui peut, peut-ĂȘtre, descendre plus de potage. Ne vous laissez pas influencer par un homme qui vous offrirait une meilleure voiture ou une plus belle maison, et vous amĂšnerait Ă  vendre votre droit d'aĂźnesse envers Christ. Ne le faites surtout pas! Prenez garde Ă  ce que vous faites. Suivez toujours celui qui est influencĂ© et soutenu par Dieu, et dont vous savez que Dieu est avec lui. Ne suivez pas la mauvaise influence. Oui! TrĂšs bien. N'essayez pas de prendre la place d'un autre.

89     La vision au temple... Il vit Dieu assis sur un trĂŽne trĂšs Ă©levĂ©, Dieu Ă©tant Ă©levĂ©. Maintenant, vous voyez ce roi... Il avait Ă©tĂ©, pour ÉsaĂŻe, un exemple; et ÉsaĂŻe vit qu'aussitĂŽt que ce roi s'Ă©carta de son appel, Dieu le frappa de lĂšpre. Alors, ÉsaĂŻe pensa: «Que dois-je faire?» Ozias Ă©tait mort et il s'Ă©tait beaucoup appuyĂ© sur lui. Il se disait qu'il n'Ă©tait plus; qu'allait-il faire? La vie, alors, lui apparut comme terminĂ©e pour lui. Mais, que fit ce jeune prophĂšte? Il se dirigea vers le temple pour prier. Il s'agenouilla devant l'autel et cria Ă  Dieu.

90     Dieu laisse parfois les appuis nous ĂȘtre retirĂ©s. Quelquefois, Il laisse la maladie nous frapper, Il laisse la dĂ©ception, les chagrins nous frapper. Il fait cela parfois pour vous conduire au point oĂč vous pouvez ĂȘtre influencĂ©s par l’Évangile. Soyez assez sages pour le saisir. Ne soyez pas assez insensĂ©s pour vous en Ă©loigner.

91     Remarquez: ÉsaĂŻe sut qu'il devait trouver quelque chose de diffĂ©rent. Alors, que fit-il? Il alla au temple: il leva les mains et cria Ă  Dieu. Et il eut une vision. Dans cette vision, il vit Dieu; non pas sur un trĂŽne ici-bas, mais Ă  un endroit Ă©levĂ©, trĂšs Ă©levĂ©. Oh! lĂ , lĂ ! Les pans de Sa robe Le suivaient et s'Ă©levaient dans les cieux. Et il vit des sĂ©raphins voler d'un coin Ă  l'autre du temple. Oh! lĂ , lĂ ! Le mot sĂ©raphin signifie: brĂ»leur, qui se tient prĂšs de l'autel. En fait, le sĂ©raphin est celui qui reçoit le sacrifice, purifie l'adorateur et ensuite le prĂ©sente Ă  Dieu. Ces sĂ©raphins sont des ĂȘtres angĂ©liques; ils se tiennent Ă  l'autel, juste Ă  cĂŽtĂ© de Dieu. Ils reçoivent le sacrifice. Cela montre la justice de Dieu, le pĂ©chĂ© ne pouvant entrer en Sa prĂ©sence, Ă  moins d'avoir Ă©tĂ© expiĂ©. Voyez-vous? Et ces sĂ©raphins...

92     Vous vous souvenez, dans les Sept Âges de l’Église, comme ils veillaient sur ces Évangiles, un de chaque cĂŽtĂ©? Vous souvenez-vous, quand nous les avons retrouvĂ©s au Jardin d’Éden, tenant une Ă©pĂ©e flamboyante? Ils gardent l'autel.

93     Et ÉsaĂŻe, ce grand prophĂšte, quand il entra dans l'Esprit, vit premiĂšrement Dieu, assis tout en haut dans les cieux, au-dessus de tout roi terrestre. Il dit: «J'ai vu le Roi, l’Éternel, assis sur un trĂŽne trĂšs Ă©levĂ© (alors, il vit le vĂ©ritable Roi) et les pans de Sa robe Le suivaient.»

94     Il vit les sĂ©raphins voler Ă  travers le bĂątiment. Ils avaient des ailes sur leur face, des ailes sur leurs pieds, et ils volaient avec deux ailes. Et ils criaient: «Saint, saint, saint est l'Éternel, le Dieu tout-puissant! Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!» Quelle... quelle musique, quel rythme! Vous dites: «Ils doivent l'avoir dit trĂšs doucement: 'Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant.' [FrĂšre Branham imite – N.D.É.]»

95     Ă‰saĂŻe dit: «Quand ils parlĂšrent, les piliers du bĂątiment furent Ă©branlĂ©s, au son de leur voix.»

96     Ils n'ont pas simplement dit: «Saint, saint, saint» [FrĂšre Branham imite – N.D.É.]. Oh! quelle voix! Il a dit: «Et les piliers furent Ă©branlĂ©s par leur voix.» Ils criaient... Ces ĂȘtres angĂ©liques, prĂšs de Dieu, criaient: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!» Quelle vision!
 Oh! lĂ , lĂ !

97     Remarquez de nouveau qu'ÉsaĂŻe, qui s'Ă©tait appuyĂ© sur Ozias et l'avait vu mourir sous le jugement de Dieu, vit ensuite ces ĂȘtres saints qui se tenaient tout prĂšs de Dieu. Ces sĂ©raphins criaient: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!» ... et ces saints anges se couvraient la face. Si ces saints anges couvraient leur saint visage, dans la prĂ©sence d'un Dieu saint, alors, qu'en est-il de nous?

98     Oh! vous, MĂ©thodistes, Baptistes, PresbytĂ©riens, et PentecĂŽtistes, qui sommes-nous? Si de saints anges cachent leur saint visage sous leurs ailes pour se tenir dans la prĂ©sence de Dieu, que des anges... plutiĂŽt un ĂȘtre qui est supĂ©rieur aux anges... Les anges ne se tiennent pas lĂ , seulement les sĂ©raphins. Ils ont une position plus Ă©levĂ©e que les anges. Et Dieu, Ă©tant si saint, ils couvrent leur face en prĂ©sence d'un Dieu saint. Et la seule chose qu'ils peuvent dire, c’est: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!»... Une couverture spĂ©ciale pour pouvoir se tenir dans la prĂ©sence de Dieu... De quelle genre de couverture avons-nous besoin? Ils devaient ĂȘtre couverts.

99     Je veux dire ceci tout de suite: Le Sang de JĂ©sus-Christ est entiĂšrement suffisant. Voyez-vous? Christ n’est jamais mort pour ces sĂ©raphins. Non, non! mais ils sont des ĂȘtres crĂ©Ă©s. Il n'est pas mort pour les anges; Il est mort pour les pĂ©cheurs. Il n'est pas mort pour les saints; Il est mort pour les impies. Aussi longtemps que vous pensez que vous ĂȘtes saints, Il ne peut pas vous faire de bien. Mais, quand vous rĂ©alisez que vous n'ĂȘtes rien, alors, Il est mort pour vous. Voyez-vous? Quand vous rĂ©alisez que vous n'ĂȘtes rien, alors vous ĂȘtes celui pour qui Il est mort. Dieu est parfaitement saint. En Lui, il n'y a rien d'autre que la saintetĂ©; c'est tout, la puretĂ©.

100     Maintenant, observons ces ailes, quelques minutes. Nous voyons qu'ils se couvraient la face avec deux ailes. Oh! pensez un peu! MĂȘme de saints anges couvraient leur saint visage, dans la prĂ©sence d'un Dieu saint. Et la seule chose qu'ils pouvaient dire, c'Ă©tait: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant! Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!» Et il nous est rapportĂ© qu'ils criaient jour et nuit. C'est le premier Ă©chelon en dessous de Dieu. Jour et nuit, sans discontinuer. Et vous pensez que nous faisons beaucoup de bruit. Que penser, alors, du bruit que faisaient des millions d'entre eux, autour du trĂŽne, avec une voix qui Ă©branlait les piliers du temple, lorsqu'un seul criait: «Saint, saint, saint»? Vous voyez, c'est une seule voix qui secoua le temple, alors que des millions d'entre eux criaient autour du trĂŽne de Dieu: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant! Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant!» avec des ailes sur leur face, des ailes sur leurs pieds, en signe de rĂ©vĂ©rence, de respect. Oh! lĂ , lĂ !

101     Actuellement, il n'y a ni rĂ©vĂ©rence, ni respect pour tout ce qui touche Ă  la saintetĂ©. Si vous parlez de saintetĂ©, on vous appelle un «holy roller» [expression pĂ©jorative qui signifie «saint qui se roule par terre» lorsque l'Esprit le saisit – N.D.T.]. Il n'y a pas de rĂ©vĂ©rence, de respect, ni pour Dieu, ni pour Son peuple, ni pour Sa Parole.

102     OĂč ces gens vont-ils finir? (je pense que tu as raison, Ben... Cette fois, fiston, tu as tapĂ© sur le clou. Oui, c'est Ă  peu prĂšs ça.) Alors, oĂč finira cette bande d'irrespectueux? OĂč finiront ces gens irrespectueux? (C'est cela!) ... ceux qui n'ont aucun respect de Dieu.

103     Vous savez, autrefois, si une femme ou un homme disait qu'il Ă©tait chrĂ©tien, les gens respectaient cela; mais, aujourd'hui, ils ne cherchent qu'Ă  tourner cela en dĂ©rision. Voyez-vous? Ce sont des irrĂ©vĂ©rencieux! Oh! Pourquoi? Le savez-vous? VoilĂ  la raison: ils ne sont pas conscients que c'est la VĂ©ritĂ©. Ils ne sont pas conscients de la prĂ©sence de Dieu. Ils ne se souviennent pas que la Bible dit: «Les Anges de Dieu campent autour de ceux qui le craignent.» Ils ne viennent pas seulement pour leur rendre visite; ils dressent leurs tentes. Amen! «Les Anges de Dieu campent autour de ceux qui craignent Son Nom.» Ils y restent jour et nuit.
    Le vieux frĂšre de couleur chantait ce cantique Les Anges veillent continuellement sur moi. Il disait:
    Tout le jour, toute la nuit, des Anges veillent continuellement sur moi...

104     C'est vrai. Tout le jour et toute la nuit, des Anges veillent continuellement sur moi. JĂ©sus a dit au sujet de ces petits: «Gardez-vous d'offenser un seul de ces petits, car Je vous dis que leurs Anges voient continuellement la face de Mon PĂšre, qui est dans les cieux.» Voyez-vous? Ils sont toujours campĂ©s autour d'eux, pour veiller sur eux. Et ils ne croient mĂȘme pas cela, ces impies. Nous verrons ce qu'est la piĂ©tĂ© et l'impiĂ©tĂ©, demain matin, si le Seigneur le veut.

105     Remarquez qu'ils ne croient mĂȘme pas cela. Ils ont perdu toute dĂ©cence, tout respect, toute rĂ©vĂ©rence, et pourtant, ils vont Ă  l'Ă©glise. La bande la plus irrĂ©vĂ©rencieuse qui soit, c'est celle qui va Ă  l'Ă©glise. C'est vrai.

106     Un vieux trafiquant d'alcool, un contrebandier d'alcool qui descend la rue Ă  moitiĂ© ivre, si vous lui parlez du Seigneur, il restera lĂ  et vous parlera. Certains de ces soi-disant croyants, ces membres d'Ă©glise rĂ©trogrades vous riront au nez, parce que vous n'appartenez pas Ă  leur dĂ©nomination. C'est vrai; certainement! Ils sont irrĂ©vĂ©rencieux. Vous ressentez que vous devez appartenir Ă  leur clan, ou alors vous ne vivez plus du mĂȘme cĂŽtĂ© de la route qu'eux. Voyez-vous? C'est la vĂ©ritĂ©. IrrĂ©vĂ©rencieux.

107     Maintenant, ces Anges, quand ils sont dans la prĂ©sence de Dieu... David a dit (vous vous souvenez, nous avons vu cela derniĂšrement, dans un message) ... David a dit: «Je place toujours l’Éternel devant moi, et je ne serai pas Ă©branlĂ©. De plus, quand j'agirai ainsi, ma chair reposera en sĂ©curitĂ©.» Oui, monsieur! «Car je sais qu'Il ne livrera pas mon Ăąme au sĂ©jour des morts, et Il ne permettra pas que Son Bien-AimĂ© voie la corruption. Car l’Éternel est toujours devant moi.»

108     OĂč que vous alliez, placez Dieu. Si un homme se met en colĂšre et vous injurie, placez Dieu entre vous et lui. Si quelqu'un vous traite de «holy roller» [«saint qui se roule par terre» – N.D.T.], placez Dieu entre vous et lui. Si votre femme se met en colĂšre contre vous, placez Dieu. Si votre mari se met en colĂšre, placez Dieu. Si les enfants vous agacent, placez Dieu. Voyez-vous? Quoi que vous fassiez, placez Dieu. Si papa et maman vous donnent une petite fessĂ©e et vous corrigent, placez Dieu. Vous souvenez-vous de ce que Dieu a dit Ă  ce sujet? «Instruis l'enfant selon la voie qu'il doit suivre.» Voyez-vous? Souvenez-vous toujours de placer Dieu, mettez Dieu devant vous, et vous aurez de la rĂ©vĂ©rence et du respect pour Lui. C'est vrai.

109     Maintenant, observez! Avec deux ailes, il se couvrait la face et, avec deux autres... Cela voulait exprimer la rĂ©vĂ©rence, la rĂ©vĂ©rence Ă  l'Ă©gard de Dieu, il inclinait... il se couvrait la face. Or, nous n'avons pas d'ailes pour nous couvrir la face, mais nous inclinons la tĂȘte Ă  Ses pieds, nous inclinons la tĂȘte et prions dans la rĂ©vĂ©rence, le respect. Oui, monsieur! Reconnaissez-le. Et, avec deux ailes, il se couvrait les pieds. Il se couvrait les pieds, ce qui reprĂ©sentait l'humilitĂ© et le respect.

110     De mĂȘme MoĂŻse, par respect pour Dieu, qui lui avait dit qu'il se tenait sur une terre sainte, enleva ses souliers. Voyez-vous? Il fit quelque chose Ă  ses pieds. Paul, par respect de Dieu, par rĂ©vĂ©rence... Quand l'Ange du Seigneur apparut devant lui, dans cette Colonne de Feu, il tomba par terre sur sa face. Le respect! Jean-Baptiste avait un tel respect que, lorsqu'il vit JĂ©sus arriver, il dit: «Je ne suis mĂȘme pas digne de toucher Ses pieds.» Voyez-vous? Les pieds... montrant le respect. Voyez-vous?

111     Oh! Soyez conscients. Il n'y a qu'une chose dont vous ayez Ă  ĂȘtre conscients, c'est de votre petitesse. Si vous voulez arriver quelque part avec Dieu, faites-vous vraiment petits. Ne vous faites pas grands comme Ozias. Il entra et dit: «Je ferai quand mĂȘme ceci, que je sois... ce n'est pas votre affaire de me reprendre.» Voyez-vous? Il aurait dĂ» s'humilier. «Oui, serviteurs de Christ, pardonnez-moi!» Il n'aurait jamais attrapĂ© la lĂšpre. Non! «Je sais que c'est votre travail; Dieu vous a appelĂ©s, c'est votre office. Allez-y et faites-le, Messieurs. Je regrette beaucoup.» S'il s'Ă©tait rĂ©tractĂ©, il y aurait eu un rĂ©cit diffĂ©rent dans ce Livre. Mais, quand on le corrigea, il se mit en colĂšre.

112     Vous pouvez corriger des gens sur un point quelconque ou leur parler de leurs mauvaises actions, ils quitteront l'Ă©glise. Ils ne veulent pas... Allez vers quelqu'un... Si vous dites aux femmes qu'elles ne devraient pas avoir les cheveux courts, elles disent «Eh bien, j'irai Ă  un endroit oĂč on peut le faire.»

113     Une dame est allĂ©e, il y a quelque temps... J'ai envoyĂ© ma femme. Nous Ă©tions Ă  une rĂ©union; elle n'avait pas le temps de se laver les cheveux et elle... Je lui dis d'aller simplement dans un de ces salons de coiffure se faire laver les cheveux. Elle y alla, et la coiffeuse ne sut mĂȘme pas comment arranger ses cheveux. Elle les lui enroula simplement au sommet de la tĂȘte. «Eh bien, dit-elle, je n'ai jamais lavĂ© la tĂȘte de quelqu'un qui avait de longs cheveux.» Elle n'y connaissait rien. Je ne sais pas! Oh! lĂ , lĂ ! Voyez-vous?

114     Ils ne savent pas de quoi il s'agit. Pourquoi? C'est Ă  cause d'hommes faibles Ă  la chaire, sous l'influence desquels ils se sont trouvĂ©s. C'est vrai. Exactement! Des hommes faibles Ă  la chaire, qui ne veulent pas dire la VĂ©ritĂ©. Ils Ă©tablissent des compromis avec Elle. Voyez-vous? Cela aurait mieux Ă©tĂ© si, aprĂšs avoir parlĂ© Ă  l'un d'entre eux, celui-ci s'Ă©tait levĂ©, avait explosĂ© et dit: «Je ne vais plus jamais Ă©couter ce 'holy roller' ['saint qui se roule par terre' – N.D.T.].» Voyez-vous? Continue ainsi, Ozias. C'est vrai!

115     La lĂšpre. Je prĂ©fĂ©rerais Ă  coup sĂ»r avoir la lĂšpre que ce genre de lĂšpre; car c'est la lĂšpre de l'Ăąme. Voyez-vous? Quand vous vous levez et sortez, vous ĂȘtes Ă  ce moment mĂȘme couverts de lĂšpre – le pĂ©chĂ© – ce qui est pire que la lĂšpre. C'est la lĂšpre de l'Ăąme.

116     Ozias s'endormit probablement avec ses pĂšres, comme dit la Bible, car il Ă©tait sauvĂ©. Il avait simplement fait quelque chose de faux. Mais, quand vous le faites en connaissance de cause, alors, vous attrapez la lĂšpre de l'Ăąme. Et alors, il n'y a pas moyen de faire entrer l'Ăąme d'un lĂ©preux. Vous le savez.
    Par consĂ©quent, faites-vous petits. Humiliez-vous devant Dieu. Reconnaissez. Ne vous gonflez pas et ne vous emportez pas; sondez les Écritures et voyez si c’est juste.

117     J'ai dit Ă  quelqu'un, il n'y a pas longtemps... Il disait: «FrĂšre Branham, j'ai compris que vous Ă©tiez un 'JĂ©sus seul'?»
    J'ai dit: «Vous avez mal compris.» Voyez-vous? «Je ne suis pas un 'JĂ©sus seul'.»
    Il a dit: «Mais, vous baptisez au Nom de JĂ©sus.»

118     J'ai rĂ©pondu: «Cela ne fait pas de moi un 'JĂ©sus seul'. La doctrine de 'JĂ©sus seul' leur enseigne Ă  baptiser pour la rĂ©gĂ©nĂ©ration. Je n'y crois pas. Je ne crois pas que, dĂšs l'instant oĂč vous ĂȘtes baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus, vos pĂ©chĂ©s vous sont pardonnĂ©s. Je crois que Pierre a dit: ‘Repentez-vous premiĂšrement; faites demi-tour, vous avez manquĂ© le but; retournez.’» Repentez-vous et, ensuite, montrez au monde que vous avez Ă©tĂ© baptisĂ©s. Je crois que... Je ne crois pas que la nouvelle naissance soit le baptĂȘme du Saint-Esprit. Ce ne est pas le baptĂȘme du Saint-Esprit, c'est ĂȘtre nĂ© de nouveau! Nous sommes nĂ©s de nouveau par le Sang. La cellule de sang vient du... je veux dire, la cellule de vie vient du sang. Vous ĂȘtes baptisĂ©s par le Saint-Esprit dans le Corps, mais vous ĂȘtes nĂ©s par le Sang. Absolument. Vous ĂȘtes nĂ©s par le sang de votre pĂšre. Je suis nĂ© de nouveau par le Sang de mon PĂšre, de notre PĂšre, Christ. Oui, monsieur!

119     Mais, voyez-vous, nous ne croyons pas de telles choses. Le fait de baptiser au Nom de JĂ©sus-Christ ne fait pas de nous des «JĂ©sus seul», pas du tout. Non, monsieur!

120     Oui! MoĂŻse s'humilia en prĂ©sence de Dieu, quand il entendit Sa voix lui dire: «EnlĂšve tes souliers!» MoĂŻse se baissa et enleva rapidement ses souliers. Voyez-vous? C'est vrai.

121     Paul, quand cette LumiĂšre le jeta Ă  terre, une Voix lui dit: «Saul, Saul, pourquoi Me persĂ©cutes-tu?»
    Il rĂ©pondit: «Seigneur qui es-Tu?» Voyez-vous, il Ă©tait Ă  terre. «Qui est-ce?»
    Il rĂ©pondit: «Je suis JĂ©sus (cette Colonne de Feu) — Je suis JĂ©sus. Il te serait dur de regimber contre les aiguillons.»
    Il dit: «Seigneur, que dois-je faire?» Il Ă©tait prĂȘt.

122     Jean-Baptiste Le vit venir. Il Ă©tait l'un des plus grands hommes, car JĂ©sus a dit: «Parmi ceux qui sont nĂ©s de femmes, il n'en est point de plus grand que Jean.» Et quand Jean Le vit, il reconnut sa petitesse, c'est pourquoi il dit: «Je ne suis pas digne d'enlever Ses souliers.» Amen!

123     Souvenez-vous bien de ceci, un grand homme s'humilie. Pour monter, il faut descendre, toujours. Faites-vous petits, et Dieu vous Ă©lĂšvera. «Quiconque s'Ă©lĂšve sera abaissĂ©, et quiconque s'abaisse sera Ă©levĂ©.» Oh! j'aime cela.

124     Faites-vous petits; soyez toujours petits. Ne soyez pas le gros bonnet; soyez le petit. Voyez-vous? De toute maniĂšre, Dieu est le Seul parmi nous Ă  ĂȘtre grand. C'est vrai.

125     Vous ne pouvez pas dire: «C'est une sainte Ă©glise, un peuple saint.» Oh! non! C'est un Dieu saint (c’est vrai), mais une Ă©glise impie, un peuple impie. C'est vrai. Il n'existe pas d'Ă©glise sainte; c'est un Dieu saint dans l'Ă©glise. Ce n'est pas un peuple saint; c’est le Saint-Esprit dans le peuple. Alors, vous ne parlez pas des gens; vous parlez du Saint-Esprit qui est dans les gens. Amen! Oui, c'est le mot juste. Amen! Cela a atteint son but; je l'ai senti! Oui, monsieur! Il a aimĂ© cela, je le sais. Gloire! Oui, monsieur! TrĂšs bien.

126     Faites-vous petits. Il se couvrait la face de deux ailes, en signe de respect. Il s'humiliait en se couvrant les pieds. TroisiĂšmement, avec deux autres, il volait. Il se mit Ă  agir avec deux d'entre elles. Il Ă©tait respectueux envers Dieu. Il Ă©tait humble devant Dieu. Non seulement cela; il n'en resta pas lĂ , mais il passa Ă  l'action. Vous parlez d'une Église. Amen! Il passa Ă  l'action. Quoi qu'il ait, il Ă©tait prĂȘt Ă  partir avec cela. Oui, monsieur! La seule chose qu'il pouvait dire, c'Ă©tait: «Saint, saint, saint est l'Éternel, le Dieu tout-puissant»; mais il passa Ă  l'action avec cela. C'est vrai! Il passa Ă  l'action. C'est ce dont l’Église a besoin ce soir, c'est premiĂšrement d'ĂȘtre respectueuse, ensuite, d'ĂȘtre humble, puis, passez Ă  l'action. Oui, monsieur!

127     Il montra au prophĂšte... Quand Il montra au prophĂšte comment Il reprĂ©sentait Ses serviteurs, comment Il allait faire, que fit cet ĂȘtre, cet Ange? Ce prophĂšte vit que sa voix Ă©branla les piliers du temple, quand il cria: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant.» Et le bĂątiment fut Ă©branlĂ©... Il cria de nouveau: «Saint, saint, saint est l’Éternel, le Dieu tout-puissant», et le bĂątiment fut Ă©branlĂ©.

128     Ă‰saĂŻe dit: «Malheur Ă  moi!» Lui, un prophĂšte, un prophĂšte confirmĂ©, nĂ© prophĂšte, le prophĂšte principal de la Bible. Il dit: «Malheur Ă  moi, car mes yeux ont vu la gloire de Dieu.» Regardez ce prophĂšte s’humilier, un prophĂšte, l'homme Ă  qui venait la Parole de Dieu. Mais, quand il vit une vision en action, il dit: «Malheur Ă  moi, car je me tiens si prĂšs que je peux voir la prĂ©sence de l’Éternel.»

129     Nos AmĂ©ricains modernes peuvent voir cela, et ensuite, repartir et en rire. C'est vrai.

130     Quand il eut une vision rendue manifeste, une vision manifestĂ©e (ĂŽ Dieu, sois misĂ©ricordieux envers ce monde pĂ©cheur!) – une vision manifestĂ©e, il cria: «Malheur Ă  moi, car je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, et j'habite au milieu d'un peuple dont les lĂšvres sont impures. Je suis perdu; il n'y a rien de bon en moi.»

131     Mais, vous dites: «Que Dieu soit bĂ©ni, j'appartiens aux PresbytĂ©riens, MĂ©thodistes, Baptistes, PentecĂŽtistes; je n'ai pas besoin de rester pour Ă©couter de telles choses.» Quelle diffĂ©rence il y a, quelle diffĂ©rence...

132     Et rappelez-vous, ce prophĂšte appelĂ© dĂšs sa naissance et confirmĂ©, prĂ©destinĂ© Ă  sa fonction, recherchait la VĂ©ritĂ©; il s'Ă©tait trouvĂ© avec un roi. Il avait vu les oeuvres de Dieu manifestĂ©es, mais, quand une vision apparut, au lieu de s'Ă©lever, il dit: «Malheur Ă  moi, je suis perdu, je vais le payer, car mes yeux ont vu la gloire de Dieu.»

133     Nous pouvons voir la gloire de Dieu et faire demi-tour en disant: «C'est une bande de 'holy rollers' ['saints qui se roulent par terre' – N.D.T.], ces gens sont fous.» Ce n'est pas Ă©tonnant que nous n'arrivions nulle part.

134     Maintenant, souvenez-vous que je vous ai dit que, lorsque je venais ici, c'Ă©tait pour dire quelque chose qui aiderait les gens. Oui, nous devons respecter cela. Nous devons donner Ă  cela tout le respect possible, quand une vision de Dieu parle d'une façon nette et que nous savons que c'est la VĂ©ritĂ©.

135     Â«Malheur Ă  moi, dit ÉsaĂŻe. Je suis ici, dans ce bĂątiment, ce soir (ou aujourd'hui, ou Ă  n'importe quel moment oĂč cela a pu arriver), et je vois la gloire de Dieu. Je vois un Ange parler et je vois quelque chose bouger. Je lĂšve les yeux et je vois Dieu manifestĂ© ici mĂȘme. Malheur Ă  moi, car je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, et j'habite parmi un peuple impur.»

136     Observez ce qui arriva. Oh! que fit-il? Il montra Ă  ÉsaĂŻe, le prophĂšte, que l'homme devait ĂȘtre honorable, respectueux, en Sa prĂ©sence. oui, respectueux et humble, et ensuite, agissez! C'est vrai! Passez Ă  l'action!

137     Comme la femme au puits, quand elle vit quelque chose arriver, frĂšre, elle avait deux ailes. Elle partit avec elles immĂ©diatement. Elle Ă©tait venue lĂ , au puits de Jacob, chercher de cette eau contaminĂ©e, au sujet de laquelle ils argumentaient. Mais, quand elle eut bu Ă  cette Fontaine de la Vie, elle passa rapidement Ă  l'action. Elle ne dit pas: «Monsieur, dites-moi, s'il vous plaĂźt, oĂč vous avez reçu votre instruction. OĂč avez-vous reçu ces choses? Comment l'avez-vous appris?» Ou: «Comment savez-vous que j'ai eu cinq maris? Comment saviez-vous ce qui n'allait pas avec moi? Comment saviez-vous que j'Ă©tais une femme de Samarie? Comment saviez-vous ces choses?» Elle ne posa jamais de question; elle dit: «Seigneur, je vois que Tu es un prophĂšte. Nous savons que, lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses.» Oh! lĂ , lĂ ! Elle Le reconnut par l’Écriture. Et, ensuite, elle dit: «Je sais que, lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses.» Il rĂ©pondit: «Je le suis.»

138     Alors, elle passa Ă  l'action. Elle retourna Ă  la ville aussi vite qu'elle le pouvait et dit: «Venez voir un homme qui m'a dit les choses que j'ai faites. Ne serait-ce pas le Messie?» Quand elle vit la VĂ©ritĂ©, elle n'essaya pas de porter le ballon, mais elle Lui tĂ©moigna assurĂ©ment beaucoup de respect. Et elle Le soutenait assurĂ©ment de tout son coeur, car elle entra dans la ville en disant: «Venez voir! Si vous ne le croyez pas, venez avec moi!» Gloire!

139     Je me sens comme un «holy roller» [‘saint qui se roule par terre’ – N.D.T.] ce soir, oui, monsieur! Oh! si c'est ainsi qu'un «holy roller» [‘saint qui se roule par terre’] se sent, laissez-moi en ĂȘtre un. Oui, monsieur! Je sais qu'Il a raison. Je sais qu'Il est ici. Je sais que ce mĂȘme Messie, je sais que ce mĂȘme Dieu, ce mĂȘme Christ est ici mĂȘme, dans ce petit bĂątiment surchauffĂ©, ce soir. Je peux vous le prouver. Amen!

140     Regardez cet Ange du Seigneur, qui se tient dans le coin, juste au-dessus d'un homme assis Ă  cet endroit. Il s'appelle... C'est un pasteur: Monsieur Witt. Il vient de Virginie (c’est juste!), et il souffre d'une dĂ©pression nerveuse. Si vous croyez de tout votre coeur, vous pouvez rentrer chez vous guĂ©ri. Le croyez-vous, Monsieur? TrĂšs bien, rentrez Ă  la maison et soyez guĂ©ri! Votre dĂ©pression nerveuse est terminĂ©e.

141     Il y a un homme qui est assis lĂ ; il s'appelle Morriah. Il vient de l'Illinois. Il a une maladie rectale. Si vous le croyez, Monsieur... Le croyez-vous? Je suis un Ă©tranger pour vous. Croyez-vous cela? Elle vous quittera. AllĂ©luia!
Quand la pierre ardente eut touché le prophÚte,
Le rendant aussi pur qu'il est possible de l'ĂȘtre,
Quand la voix de Dieu dit: «Qui marchera pour nous?»
Alors il répondit: «Me voici, envoie-moi!

142 Peu importe le genre de persécution, peu importe le genre de croix: «Envoie-moi, Seigneur, me voici!» Peu importe combien vous rejettent, combien il y a de ceci ou de cela: «Envoie-moi!»

143     Il est ce mĂȘme Messie. Il est ici mĂȘme, en cet instant. Je Le vois de nouveau. Amen! Qu'est-ce?

144     Cette femme commença Ă  agir. Elle avait ces ailes et elle commença Ă  voler. Elle passa trĂšs rapidement Ă  l'action.

145     Quand l'apĂŽtre Pierre, quand il prit Dieu au mot, un jour, sur la mer... Il avait pĂȘchĂ© toute la nuit et n’avait rien pris. JĂ©sus vint vers lui et lui dit: «Jette ton filet de l'autre cĂŽtĂ© du bateau.»

146     Il rĂ©pondit: «Seigneur, je suis pĂȘcheur; je sais quand ils mordent et quand ils ne le font pas. Je sais oĂč ils sont et oĂč ils ne sont pas. Mais, j'ai pĂȘchĂ© toute la nuit et je n'ai mĂȘme pas pris un vairon. Maintenant, si Tu me dis de le jeter de ce cĂŽtĂ©... Je sais qu'il n'y a pas de poisson lĂ , mais, sur Ta Parole, Seigneur, je vais jeter le filet.» Que fit-il? Il passa Ă  l'action. Amen!

147     Il y a, ici, un bassin plein d'eau. Si vous n'avez jamais Ă©tĂ© baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus, c'est le moment de passer Ă  l'action. Si vous n'ĂȘtes qu'un membre d'Ă©glise et que vous ne connaissiez pas Dieu par le baptĂȘme du Saint-Esprit, c'est le moment de passer Ă  l'action. C'est vrai! Couvrez-vous la face par respect, couvrez-vous les pieds par humilitĂ©, flĂ©chissez les genoux, et passez Ă  l'action. Si vous ne connaissez pas Dieu, passez Ă  l'action.

148     Quand l'homme aveugle... JĂ©sus lui parla, cracha Ă  terre, fit de la boue, Il l'appliqua sur ses yeux et le guĂ©rit. AprĂšs cela, cet homme passa Ă  l'action. Il rĂ©pandit Sa renommĂ©e; il n'essaya pas de porter le ballon. Mais, frĂšre, il rĂ©pandit Sa renommĂ©e Ă  travers toute la contrĂ©e. Que fit-il? Il passa Ă  l'action.
    Une fois, un homme aveugle fut guĂ©ri, et ils lui dirent: «Cet homme est un pĂ©cheur; tu ne le connais pas!»

149     Il rĂ©pondit: «S'Il est un pĂ©cheur, je ne sais; mais je sais une chose, c'est que j'Ă©tais aveugle et que, maintenant, je vois.» Que fit-il? Il passa Ă  l'action.

150     C'est ce dont l’Église a besoin. Passez Ă  l'action! Nous avons trop de formes, nous avons trop de dignitĂ© mondaine; nous avons besoin de passer Ă  l'action. Amen! Il rĂ©pandit Sa renommĂ©e dans toute la rĂ©gion.

151     Les gens, Ă  la PentecĂŽte, avaient peu de connaissance. Certains ne pouvaient mĂȘme pas signer leur propre nom. Ils Ă©taient dans la crainte. Ils allĂšrent dans la chambre haute. Mais, un jour, que firent-ils? Ils allĂšrent lĂ  pour obĂ©ir Ă  Sa Parole. Ils acceptĂšrent Sa Parole. Oh! si les gens, aujourd'hui, acceptaient simplement Sa Parole, alors ils passeraient Ă  l'action.
    Demeurez dans la ville de JĂ©rusalem... (Luc 24:49) [Darby]
    Vous recevrez le Saint-Esprit, la promesse... le Saint-Esprit venant sur vous, et vous serez Mes tĂ©moins. (Actes 1:8.)

152     Luc 24:49 dit:
    Voici, J'enverrai sur vous ce que Mon PĂšre a promis; mais vous, restez dans la ville jusqu'Ă  ce que vous soyez revĂȘtus de la puissance d'en haut.
    Pendant combien de temps? Une heure, deux heures, dix jours, quatre mois, six mois... cela ne fait pas de diffĂ©rence. Jusqu'Ă ! Combien de temps cela fait-il? Simplement ... jusqu'Ă . Quand vous demandez quelque chose Ă  Dieu, restez lĂ ... jusqu'Ă . Amen! Je me sens bien. Restez jusqu'Ă , jusqu'Ă  quand? Jusqu'Ă  ce que cela arrive. RĂ©clamez-le! Croyez-le! Agrippez-vous Ă  cela! Passez Ă  l'action! TĂ©moignez de cela! Oui, tĂ©moignez! N'ayez pas peur! Passez Ă  l'action!

153     Ils Ă©taient dans la chambre haute, faisant quoi? ... louant et bĂ©nissant Dieu. À cause de quoi? La promesse. Ils savaient que cela devait arriver. Vous y ĂȘtes: passez Ă  l'action. Mettez-vous Ă  louer Dieu jusqu'Ă  ce que la promesse s'accomplisse. Vous avez la promesse.

154     Si vous croyez que Dieu guĂ©rit, restez actif. Si vous croyez maintenant qu'Il va vous faire sortir de lĂ  et que vous vous accrochez Ă  Lui, restez actif. Amen! Restez actif! Vous avez deux ailes, alors, utilisez-les. Restez actif! Faites-les battre: «Seigneur, je crois. Seigneur, je crois.» Vous ne pouvez pas simplement crier: «Saint, saint, saint», vous devez dire aussi: «Seigneur, je crois!» Restez actif! Amen!

155     Ils restĂšrent actifs, jusqu'Ă  ce qu'il vĂźnt du ciel un bruit semblable Ă  celui d'un vent impĂ©tueux. Alors, ils furent vraiment actifs. Ils passĂšrent Ă  l'action.

156     FrĂšre, soeur, ce que nous avons vu arriver en ces derniers jours devrait nous pousser Ă  l'action. Amen! Nous devrions ĂȘtre actifs. Exactement. Nous ne bougeons pas, comme si c'Ă©tait quelque chose... Eh bien, les gens ne bougent pas, les PentecĂŽtistes... Lorsque le Seigneur accomplit quelque chose, ils diront: «Euh! c’est pas trop mal.» Oh! lĂ , lĂ ! Cela ne ressemble pas beaucoup Ă  un sĂ©raphin qui vit prĂšs de Dieu. C'est vrai. Un messager, qui est mĂȘme plus prĂšs de Dieu. En devenant Son enfant, cela vous place plus loin que l'autel d'airain.

157     Le sĂ©raphin se tient Ă  l'autel d'airain. Mais vous, en tant que fils ou fille, allez directement dans la prĂ©sence de Dieu. Vous n'avez pas besoin de passer par un prĂȘtre et tout le reste. Il est votre PrĂȘtre. Voyez-vous? LĂ , dans Sa prĂ©sence, en tant que fils et filles... FrĂšre, je crois que nous avons plus que deux ailes. Amen! Nous avons le Saint-Esprit! C'est vrai.

158     Mais nous devrions agir avec rĂ©vĂ©rence et humilitĂ©, non pour tenter d'imposer quelque chose Ă  quelqu'un, mais avec une rĂ©vĂ©rence et une humilitĂ© telles que nous pourrions passer Ă  l'action et dire: «Malheur Ă  nous, car nous avons vu la prĂ©sence du Tout-Puissant. Nous avons vu des visions se rĂ©aliser, comme Il l'avait annoncĂ©. 'Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Vous en ferez davantage, parce que Je m'en vais au PĂšre.’»

159     Nous avons vu arriver bien davantage de choses que ce qui est rapportĂ© dans... Nous en avons vu se produire davantage en une seule rĂ©union qu'il n'en est question dans la Bible. C'est vrai. Plus au cours d'une rĂ©union que n'en ont Ă©tĂ© Ă©crites pendant les 33 ans et demi de Sa vie. C'est vrai. Pensez-y. Nous l'avons vu de nos yeux. Nous l'avons vu arriver. Nous l'avons vu prĂ©dit, et arriver, nous l'avons observĂ©. Des boiteux, des aveugles, des estropiĂ©s, des paralytiques, des prĂ©dictions qui s'accomplissent exactement. Cela n'a jamais failli. FrĂšre, cela devrait nous pousser Ă  l'action avec humilitĂ© et rĂ©vĂ©rence.

160     Depuis longtemps, en remontant au temps de la Bible, quand la Colonne de Feu se tint au-dessus d'IsraĂ«l et qu'Elle fut faite chair et habita parmi nous... «Je viens de Dieu et Je retourne Ă  Dieu.» Paul La vit et tomba sur sa face. Un grand docteur comme Paul, enseignĂ© par Gamaliel, se roula dans la poussiĂšre et s'Ă©cria: «Seigneur, Seigneur, qui es-Tu? Je suis prĂȘt Ă  partir.» Un grand homme, c'Ă©tait un Ă©rudit; et il s'humilia, parce qu'il vit la Colonne de Feu. Ici, nous ne La voyons pas se dĂ©placer parmi nous seulement de nos yeux, mais la science L'a photographiĂ©e. Cela devrait nous pousser Ă  agir.

161     Nous La voyons accomplir encore aujourd'hui les mĂȘmes choses qu'en ce temps-lĂ . La promesse du PĂšre. Oh! qu'est-ce? Elle vient pour confirmer la Parole, pour prouver que la Parole est ainsi. Cela devrait pousser l’Église Ă  l'action. Ne pensez-vous pas?

162     Avec deux d'entre elles, il se couvrait la face en signe de rĂ©vĂ©rence. Avec deux autres, il se couvrait les pieds: l'humilitĂ©. Et avec deux autres encore, il allait travailler. Il partait et commençait Ă  agir.

163     Maintenant, nous devrions agir par respect de la Parole. Nous devrions en parler aux gens.

164     Les signes de Sa venue apparaissent. Partout, nous les voyons ressortir de la Parole. Nous entendons le Saint-Esprit nous dire certaines choses qui sont sur le point d'arriver.

165     Il n'y a pas plus de vingt ans, dans ce mĂȘme bĂątiment, Il a annoncĂ© la venue du PrĂ©sident Kennedy. Il a dit exactement ce qui arriverait, que les femmes, etc. Ă©liraient cet homme et exactement ce qu'il serait.» Ainsi, nous l'avons su d'avance et avons dĂ©clarĂ© exactement ce qui arriverait. Et le voici, aujourd'hui. Il va bientĂŽt y avoir cette confĂ©rence regroupant la FĂ©dĂ©ration des Ă©glises et les autres. Eh bien, cela devrait nous pousser Ă  agir. C'est vrai.

166     Mot par mot, tel qu'Il l'a dit, cela s'est accompli juste Ă  cĂŽtĂ© de nous. Cela devrait nous faire agir.

167     Comme le prophĂšte, nous avons vu les signes prĂ©curseurs du dĂ©part, le rejet, l'exaltation des dĂ©nominations et, finalement, la perte de leur place.

168     De mĂȘme, ÉsaĂŻe se tint lĂ ; c'Ă©tait un homme dĂ©nominationnel, au commencement. Il s'Ă©tait appuyĂ© sur le roi, parce que c'Ă©tait un homme bon. Mais il vit ce que l'exaltation de soi-mĂȘme produisit pour lui. Cela le destitua Ă  jamais. Et nous avons vu ce que l'exaltation de la dĂ©nomination a rapportĂ© Ă  l'Ă©glise. Cela a retirĂ© Ă  jamais l'Ă©glise dĂ©nominationnelle du circuit. Indiquez-m'en une qui se soit relevĂ©e aprĂšs ĂȘtre tombĂ©e. OĂč cela se trouve-t-il? Regardez dans l'histoire et voyez n'importe quelle Ă©glise qui est tombĂ©e. AussitĂŽt qu'elle s'est organisĂ©e, elle est tombĂ©e et elle ne s’est jamais relevĂ©e. Ozias n'est jamais retournĂ© au temple. Il fut lĂ©preux le reste de sa vie et fut enterrĂ© lĂ©preux. Oui, monsieur!

169     Le prophĂšte vit ce que cela produisit. Il vit ce que cette exaltation produisit. «Mais nous sommes...» ou «Presque chaque... Personne ne peut entrer dans nos dĂ©nominations, Ă  moins qu'il ne subisse un test chez le psychiatre, pour voir si son quotient intellectuel est suffisant ou non. Il doit avoir un diplĂŽme de docteur en thĂ©ologie ou en philosophie, avant mĂȘme de pouvoir venir nous parler. Nos comitĂ©s ne le voudront pas s'il n'a pas cela.» Oh! lĂ , lĂ ! «Les gens de la haute sociĂ©tĂ© du pays viennent Ă ... Regardez les voitures autour de l'endroit oĂč nous sommes; ce sont des Cadillac, des Rickenbacker, etc.»

170     Nous avons vu cette chose mourir. Nous voyons que c’est mort, et tout cela est couvert de plaies vives, comme la Bible le dĂ©crit. Ce sont partout des plaies. Cela sent mauvais. C'est vrai. (Je veux dire spirituellement parlant. Voyez-vous?)

171     Nous les voyons lĂącher prise avec la Parole de Dieu pour exalter des credo. Qu'est-ce que cela produit? La lĂšpre apparaĂźt: l'incrĂ©dulitĂ©. Hein! Oh! lĂ , lĂ !
    De mĂȘme, Ozias essaya de prendre la place de cette fonction ointe. AprĂšs avoir Ă©tĂ© frappĂ©, il dĂ©couvrit qu'il avait failli. Et nous avons vu ces Ă©glises essayer de prendre la place de la fonction ointe, pour prĂȘcher la Parole de Dieu, et ils sont tombĂ©s dans la confusion. Ils ne savent que faire. Mettez la Parole devant eux; ils ne savent que faire. «Oh! Nous croyons que c'Ă©tait pour une autre Ă©poque.» Qu'est-ce? ils sont dans la confusion. Comment pouvez-vous remplir la fonction des oints de Dieu, tout en niant Sa Parole ointe, qui est Lui-mĂȘme sous la forme de la Parole? Comment pouvez-vous nier la vĂ©racitĂ© de la Parole et, ensuite, dire encore que vous ĂȘtes oints de l'Esprit?

172     La seule chose qui puisse manifester la Parole de Dieu, c'est le Saint-Esprit Lui-mĂȘme. «Quand le Saint-Esprit sera venu, Il prendra ces choses qui Me concernent et vous les montrera.» C'est vrai. Comment pouvez-vous prendre la place d'une fonction ointe et appartenir Ă  un credo ou Ă  une dĂ©nomination? Ils sont morts! La chose Ă  faire, c'est de tomber sur votre face et de crier: «Seigneur Dieu, je suis un homme dont les lĂšvres sont impures.» Oui, monsieur!

173     Ces dĂ©nominations essaient de prendre la place de la sainte Ă©glise. Elles disent: «Nous croyons en Dieu, le PĂšre tout-puissant, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, et en JĂ©sus-Christ, Son Fils. Nous croyons en la sainte Église catholique romaine», et toutes ces autres choses. «Nous croyons en la communion des saints.»

174     Je crois en la communion de Christ. Oui, monsieur! Je crois que les saints sont dans la gloire, assurĂ©ment. Et je crois que nous avons un MĂ©diateur entre Dieu et les hommes. Oui, monsieur! Faire avaler ces choses... Ici, la Bible ne dit pas cela. Ils disent: «Mais, c'est la Bible.» C'est Dieu! La Parole Ă©tait Dieu, et la Parole fut faite chair et Elle habita parmi nous. Maintenant, la Parole est dans notre chair, manifestĂ©e et ointe par le Saint-Esprit. C'est le moment de passer Ă  l'action. C'est juste.

175     Les effets de la vision sur le prophĂšte (oh! lĂ , lĂ !) lui firent confesser qu'il Ă©tait pĂ©cheur (lui, un prophĂšte oint). Il dit: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures; je suis dans l'erreur; j'ai mal agi. Je suis impur moi-mĂȘme.» Il Ă©tait pĂ©cheur. Il confessa ses pĂ©chĂ©s. Oui, monsieur! Cela fit qu'un prophĂšte de Dieu confessa qu'il Ă©tait un pĂ©cheur; c'est ce que la vision produisit. Certains docteurs en thĂ©ologie et en philosophie se moqueront de cela. Ils sont censĂ©s appartenir Ă  la hiĂ©rarchie d'une certaine Ă©glise.

176     Avez-vous entendu ce que le cardinal a dĂ©clarĂ© aujourd'hui, dans ce bulletin de nouvelles? Il a dit: «Il en est qui enseignent que le retour du Seigneur est proche.» Il ajouta: «Il est certain que nous devrons nous dĂ©barrasser de cette bande-lĂ . Nous voulons une religion mondiale unifiĂ©e.» Exactement. Mais vous, ne vous endormez pas maintenant. La chose est plus proche que vous ne le pensez. Cet homme est presque comme celui qui ne connaĂźt pas Joseph, vous savez.

177     Observez, cela vient d'une façon si rusĂ©e. Ils ont pris pied ici mĂȘme, en ce dernier endroit, oĂč ils formeront une image de cela, en prenant la confĂ©dĂ©ration des Ă©glises, et en la faisant parler de la mĂȘme maniĂšre que l'a fait la bĂȘte, en lui donnant la puissance pour persĂ©cuter tous les gens pieux et en faisant changer les Ă©poques et les lois de Dieu. C'est exactement ce qui a Ă©tĂ© prĂ©dit. Nous y reviendrons Ă  un autre moment; C’est trop tard ce soir, mais vous le savez tout de mĂȘme. Oui, monsieur!

178     Cela le fit ... cela le fit confesser qu'il Ă©tait pĂ©cheur 
?
 S'il s'en trouvait un soi-disant aujourd'hui, il dirait: «Eh bien, je suis docteur Untel.»
    J'ai entendu un Ă©vĂȘque dire: «Quand je monterai au ciel, savez-vous ce que je ferai? J'irai vers JĂ©sus et Lui dirai: 'Sais-tu qui je suis? Je suis l'Ă©vĂȘque Untel.’»
    Il dira: «Oui, J'ai entendu Ma mĂšre parler de toi.»
    Il a dit: «Ceux qui croient la Bible sont pareils Ă  des gens qui pataugent dans l'eau boueuse; ils ne savent pas oĂč ils vont.»

179     Ne le croyez surtout pas. Il est mon Guide. (Je prĂȘcherai lĂ -dessus demain soir.) Oui, monsieur! Il vous guidera Ă  travers toutes les eaux boueuses que vous avez Ă  traverser, tous les hauts-fonds dangereux et tous les lieux Ă©levĂ©s et infĂ©rieurs. OĂč que ce soit, Il me guidera au-dessus de la riviĂšre de la mort! Amen! Oh! oui, monsieur! Il me guidera. «Quand la mort viendra, je ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi. Quand je marcherai dans la vallĂ©e de l'ombre de la mort, je ne craindrai aucun mal, car Tu es lĂ .»

180     Â«Si je me couche au sĂ©jour des morts, dit David, L'y voilĂ .» «Oh! si je prends les ailes de l'aurore et que je m'envole... L'y voilĂ  Ă  nouveau. Il est toujours devant moi et, ainsi, je ne serai pas Ă©branlĂ©.» Amen! Oh! lĂ , lĂ ! Prenez ces ailes et passez maintenant Ă  l'action. Oui, monsieur!

181     Ce prophĂšte passa aussi rapidement Ă  l'action; il se jeta Ă  genoux et dit: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures.» Alors, aussitĂŽt qu'il eut confessĂ© cela, vint la purification. Vous devez confesser premiĂšrement.

182     Je veux que vous remarquiez, quand ce prophĂšte... Pensez Ă  cela! Un homme qui Ă©tait avec le gouvernement fĂ©dĂ©ral, un prophĂšte confirmĂ©! Mais, aussitĂŽt qu'il eut cette premiĂšre vision... Il n'avait jamais eu de vision auparavant; il le recevait autrement. Il avait ressenti la conduite de Dieu et avait marchĂ© selon la Parole. Mais, cette fois, c'Ă©tait une vision; alors, il s'Ă©cria: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, et tous ces gens sont impurs. Malheur Ă  moi, parce que j'ai vu la gloire de Dieu rendue manifeste.» Mais nous ne faisons que la regarder, alors que nous devrions nous envoler. Voyez-vous?

183     Â«Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures.» Il alla Ă  l'autel et dit: «Je suis un homme dont les lĂšvres sont impures, Seigneur. Que puis-je faire, que puis-je faire, car je T'ai vu Te manifester ici mĂȘme? J'ai vu un Ange secouer la chose. Je L'ai vu parler et quelque chose a bougĂ© lĂ -bas.» Amen! (J'espĂšre que vous ne dormez pas.) Oh! lĂ , lĂ ! Parler et voir quelque chose arriver! Gloire! Qu'arriva-t-il?

184     Puis, nous voyons qu'il confessa son pĂ©chĂ© et, tout de suite aprĂšs, cette grande voix qui avait parlĂ©... Il descendit en volant, prit des pincettes, ramassa une pierre ardente, la plaça sur sa main, vint la poser sur les lĂšvres d'ÉsaĂŻe et le purifia.

185     Remarquez qu'Il ne l'envoya jamais quelque part pour obtenir son diplĂŽme de docteur en philosophie. Il ne lui donna jamais de livre de rĂšgles Ă  apprendre; mais, Dieu montrait au prophĂšte que Sa puissance purificatrice venait par le Feu de l'autel. Amen! La puissance purificatrice de Dieu, aujourd'hui, n'est pas de rĂ©citer un credo ou de se joindre Ă  une Ă©glise, c'est la puissance du Saint-Esprit et du Feu, qui descend et purifie un homme de toute son incrĂ©dulitĂ©. Amen!

186     La façon de Dieu de purifier un prophĂšte, c'est par le Feu, et non par un credo. Qu'est-ce qu'un prophĂšte peut bien savoir d'un credo? Il allait ĂȘtre utilisĂ© par Dieu. La Parole allait ĂȘtre rendue manifeste au travers de lui, c'est pourquoi Il ne pouvait pas lui donner de credo, car il serait restĂ© attachĂ© Ă  ce credo. C'est pourquoi Il prit le Feu de l'autel et purifia le prophĂšte.

187     PremiĂšrement, la confession, puis la purification par le Feu. Gloire Ă  Dieu! Oh! observez ceci: La confession premiĂšrement; la purification, deuxiĂšmement, et, en troisiĂšme lieu, la commission. Amen! Vous y ĂȘtes. PremiĂšrement, confesser: «J'ai tort!» DeuxiĂšmement, la purification... La justification, la sanctification et le baptĂȘme du Saint-Esprit. Voyez-vous? La confession, la purification, la commission. «Allez par tout le monde et prĂȘchez l’Évangile. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Amen!

188     AprĂšs la confession, vient la purification. AprĂšs la purification, vient la commission: PrĂȘchez l’Évangile, guĂ©rissez les malades. Peu importe ce que les gens disent.

189     Finalement, ce prĂ©cieux petit prophĂšte mourut aprĂšs avoir Ă©tĂ© persĂ©cutĂ© et sciĂ© en morceaux.

190     Souvenez-vous qu'ÉsaĂŻe fit cette confession, alors qu'il Ă©tait dans l'erreur. Il avait Ă©tĂ© entiĂšrement dans l'erreur; il s'Ă©tait appuyĂ© sur son credo (voyez-vous?). Il s'Ă©tait appuyĂ© sur l'homme, sur une entreprise humaine. Il avait vu un roi qui Ă©tait un grand homme; c'Ă©tait un homme religieux. Mais il vit que tous les hommes devaient faillir. Voyez-vous? Mais, quand il se dĂ©tourna, leva les yeux et vit en vision qui Ă©tait Dieu, il dit alors: «Je veux confesser que j'ai tort. Ces vieux credo ne marcheront plus, parce qu'ils sont dĂ©jĂ  morts et ont failli. Ils sont frappĂ©s de lĂšpre, mais j'ai vu la gloire Dieu rendue manifeste.» Un credo ne peut pas manifester cela. Un credo ne peut pas le dire de cette maniĂšre. Un credo ne peut pas le faire de cette maniĂšre. Il faut que ce soit Christ qui le fasse de cette maniĂšre. Et, aussitĂŽt qu'il vit cela, il dit: «J'ai Ă©tĂ© entiĂšrement dans l'erreur, Seigneur»; et, ensuite, vint la purification, puis la commission. Oh! lĂ , lĂ !

191     C'est alors, aprĂšs sa purification, qu'ÉsaĂŻe... Quand Dieu demanda: «Qui marchera pour Moi?» ÉsaĂŻe rĂ©pondit: «Seigneur, me voici; envoie-moi!» Le prophĂšte purifiĂ©.

192     Oh! ne voyez-vous pas l’influence? Ne subissez pas l'influence de Marthela. (J'espĂšre que ce n'est pas le nom de quelqu'un ici.) Ne prenez pas le nom de... Ne subissez pas l'influence d'une certaine fille, qui va Ă  l'Ă©cole secondaire avec vous, ou Ă  l'Ă©cole primaire, ou de la voisine qui se coupe les cheveux et porte des shorts; ne subissez pas cette influence. Ne subissez pas l'influence d'un certain pasteur Ă  credo, qui nierait la Parole de Dieu et vous donnerait un credo; ne subissez pas cette influence. Mais restez lĂ , jusqu'Ă  ce que vous voyiez descendre la gloire de Dieu, jusqu'Ă  ce que vous voyiez quelque chose commencer Ă  bouger suite Ă  cela et que vous le voyiez arriver, tel que Dieu l'a dit. Alors criez: «Malheur Ă  moi, Seigneur, j'ai eu tort. Purifie-moi maintenant, Seigneur. Purifie-moi! Esprit du Dieu vivant, tombe tout Ă  nouveau sur moi.»
Quand la pierre ardente eut touché le prophÚte,
Le rendant aussi pur qu'il est possible de l'ĂȘtre;
Quand la voix de Dieu dit: «Qui marchera pour nous?»
Il rĂ©pondit alors: «MaĂźtre, me voici; envoie-moi!» (Il Ă©tait prĂȘt, il avait vu quelque chose. Oui, monsieur!)
Des millions, qui sont dans le péché et dans la honte,
Sont en train de mourir maintenant.
Écoute leurs cris tristes et amers.
HĂąte-toi, frĂšre, hĂąte-toi d'aller Ă  leur secours.
Rapidement, réponds: «Maßtre, me voici!»

193     Quelque chose doit ĂȘtre fait. C'est plus tard que nous ne le pensons. Puisse la vision de Dieu influencer les gens Ă  tel point qu'ils voient que le Dieu qui Ă©tait dans le temple avec ÉsaĂŻe est le mĂȘme Dieu, aujourd'hui, en Son lieu saint. Il est dans le lieu saint du Saint-Esprit. Il est le Saint-Esprit. Une fois, Il fut fait chair; maintenant, Il est Esprit, agissant parmi Son peuple, se montrant vivant – non un credo mort, mais un Christ vivant, le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. Oh! ÉsaĂŻe rĂ©pond rapidement: «MaĂźtre, me voici; envoie-moi.»
    Prions. Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es...
Quand la pierre ardente eut touché le prophÚte,
Le rendant aussi pur qu'il est possible de l'ĂȘtre;
Quand la voix de Dieu dit: «Qui marchera pour nous?»
Il répondit alors: «Me voici, envoie-moi!
    (Ensemble.)
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur.
Parle, et je serai prompt à Te répondre.
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur.
Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi!»

194     C'est peut-ĂȘtre votre voisin; c'est peut-ĂȘtre la femme ou l'homme avec lequel vous travaillez, mais il y en a...
Des millions, qui sont dans le péché et dans la honte,
Sont en train de mourir maintenant. (Dans des credo et des dénominations.)
Oh! Ă©coute leurs cris tristes et amers.
HĂąte-toi, frĂšre, hĂąte-toi d'aller Ă  leur secours.
Rapidement, réponds: «Maßtre, me voici!»
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur. (J'ai eu une vision du Seigneur; j'ai vu cela arriver.)
Parle, et je serai prompt à Te répondre. (Il a déjà parlé maintenant.)
Parle, mon Seigneur; parle, mon Seigneur.
Parle, et je répondrai: «Seigneur, envoie-moi!»

195     Maintenant, avec vos tĂȘtes inclinĂ©es, je me demande ce soir... Comme je vous l'ai dit au dĂ©but, j'essaie d'Ă©tudier quelque chose qui, je pense, vous aiderait. Vous avez vu ce prophĂšte: c'Ă©tait un grand homme . Il naquit dans le but d'ĂȘtre prophĂšte. Il dĂ©couvrit qu'il avait pris la mauvaise route; il s'Ă©tait appuyĂ© sur le bras d'Ozias, un roi. Il vit que vous ne pouvez pas vous appuyer sur le bras de la chair. C'est pĂ©rissable. C'est faux. Mais, regardez en haut et voyez Dieu, assis sur un trĂŽne Ă©levĂ©. Levez les yeux vers JĂ©sus. Il dit: «Je suis le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.» Laissez-Le vous ravir en Esprit. Observez et voyez s'Il n'est pas le mĂȘme hier...

196     Quand ce petit ÉsaĂŻe vit, en vision, Dieu dans ce temple, il Ă©tait prĂȘt Ă  confesser ses fautes. Il Ă©tait prĂȘt Ă  confesser qu'il n'avait rien fait de juste. À la suite de cela, il s'empressa de s'envoler vers la nation; il fit, dĂšs lors, tout ce qui Ă©tait juste. Tout ce qu'il pouvait, jusqu'Ă  ce que, finalement, il scellĂąt son tĂ©moignage avec son sang.

197     Je pense que ce serait notre sentiment Ă  tous. Combien sentent qu'ils aimeraient entendre Dieu dire
 ou dire Ă  Dieu: «Me voici, envoie-moi!» Levez la main. «Me voici; permets que je tĂ©moigne au laitier, permets que je puisse tĂ©moigner Ă  tous; – faire quelque chose. Laisse-moi faire quelque chose, Seigneur. Je ne demande pas Ă  ĂȘtre prĂ©dicateur. Je ne demande pas Ă  ĂȘtre ceci mais, Seigneur, si je suis un fermier, fais de moi un fermier qui puisse tĂ©moigner Ă  son voisin fermier. Fais de moi un fermier qui, lorsque je vends mon grain, puisse tĂ©moigner Ă  l'ouvrier chargĂ© de contrĂŽler le grain. Laisse-moi ĂȘtre un fermier...» Si je suis une... si je suis une femme, permets que je tĂ©moigne Ă  l'agent d'assurances. Permets que je tĂ©moigne au laitier, au vendeur de journaux. Permets que je fasse quelque chose, Seigneur. Permets que j'aille dans le voisinage et que je trouve grĂące aux yeux de ma soeur, ici Ă  cĂŽtĂ©, qui est mĂ©chante et dans l'erreur. Permets que je lui donne mon tĂ©moignage avec douceur. Fais que je me couvre la face avec les ailes de l'humilitĂ©; fais que je me couvre les pieds de mĂȘme. Fais que je sois respectueux en Ta prĂ©sence, et envoie-moi rapidement vers quelqu'un avec ces deux autres ailes, Seigneur: «Me voici, envoie-moi, envoie-moi!»

198     Ă€ cet Ă©gard, levons-nous tous et consacrons nos vies Ă  Dieu. Le Tout-Puissant est ici. Le croyez-vous? Nous sommes en Sa divine prĂ©sence. Maintenant, ne l'oubliez pas, Sa prĂ©sence est ici mĂȘme, couine elle Ă©tait ... Franchement, depuis que je me tiens ici, j'ai eu dĂ©jĂ  quatre ou cinq visions. C'est vrai. C'est vrai. Cela s'est trouvĂ© sur deux ou trois personnes qui appartiennent Ă  cette Ă©glise. Je n'ai rien dit; mais c'est ici tout de mĂȘme. TrĂšs bien.
    Maintenant, ce que nous voulons faire, chacun comme il l'entend, c'est nous consacrer Ă  Dieu.
Nous voyons apparaßtre le signe de Sa venue bénie;
Voici que les feuilles du figuier deviennent vertes, maintenant.
L’Évangile du Royaume est allĂ© vers chaque nation.
Nous sommes proches. On peut voir la fin. (C'est vrai. N'est-ce pas?)
Alors, avec joie, nous proclamerons le Message de Son apparition bénie;
BientĂŽt, Il reviendra dans la gloire, dites-le Ă  chacun et Ă  tous.
Alors, réveillez-vous, saints du Seigneur!
Pourquoi dormir, quand la fin approche.
Préparons-nous pour cet appel final. (Amen! )
Les nations se disloquent, Israël se réveille, (Il est maintenant une nation.)
Les signes que les prophÚtes ont prédits.
Les jours des Gentils sont comptés,
Et ils sont remplis d'horreurs. (Vous le voyez venir lĂ -bas, non seulement les nations, mais les Ă©glises.)
Retourne, Î dispersé, à ton bien.
Le jour de la RĂ©demption est proche;
La peur fait défaillir le coeur des hommes.
Soyez remplis de Son Esprit,
Vos lampes nettoyées et claires,
Levez les yeux, car votre RĂ©demption est proche.
Les faux prophĂštes mentent,
Ils nient la Vérité de Dieu,
Que JĂ©sus, le Christ, est notre Dieu. (Vous savez qu'ils le font.)
Mais nous marcherons sur les pas des apĂŽtres.
Car le jour de la RĂ©demption est proche;
La peur fait défaillir le coeur des hommes.
Soyez remplis de l'Esprit,
Vos lampes nettoyées et claires,
Levez les yeux, car votre RĂ©demption est proche.

199     Essuyez cette fumĂ©e dĂ©nominationnelle. Essuyez cette suie mondaine. Le Sang de JĂ©sus-Christ est plus que suffisant pour vous purifier. Levez les yeux! Laissez vos lumiĂšres briller. Prenez ces ailes et volez tout de suite vers quelqu'un.
    Levons nos mains maintenant, et disons: «Ô Dieu, me voici, envoie-moi.»

200     PĂšre cĂ©leste, je me consacre Ă  Toi, ce soir, Seigneur, avec cette Ă©glise, aprĂšs ce message sĂ©vĂšre et dur. «Me voici, Seigneur; envoie-moi.» Voici mon Ă©glise, Seigneur. Puissent-ils couvrir leur face avec respect. Puissent-ils couvrir leurs pieds dans l'humilitĂ©. Puissent-ils avoir le courage de voler rapidement, avec le message, vers quelqu'un d'autre. Accorde-le, Seigneur. Puissent-ils tĂ©moigner avec douceur, ĂȘtre le sel de la terre, avec toute sa saveur. Seigneur Dieu, ceci est notre sacrifice. Ceci est notre offrande. Ceci est notre action de grĂąces. C'est ce que nous dĂ©sirons ardemment, Seigneur. Envoie-nous, ce soir, vers quelqu’un de perdu. Puissions-nous, demain, les attirer quelque part dans l'Ă©glise. Puissions-nous leur enseigner la voie du Seigneur. Puissent-ils ĂȘtre sauvĂ©s, Seigneur, car c'est plus tard que nous ne le pensons. Accorde-le, Seigneur.

201     Puissions-nous le ressentir vraiment dans nos coeurs, tandis que nous le disons, Seigneur. Prends une pierre ardente du Saint-Esprit, sur l'autel du Calvaire; touche chaque coeur et chaque lĂšvre, ce soir, Seigneur, pour que nous ne disions pas de mensonge, mais que nous ne disions que la VĂ©ritĂ©. Prends-nous ce soir, Seigneur, tels que nous sommes. Nous ne sommes pas tous des prĂ©dicateurs. Nous ne sommes pas tous des prophĂštes. Nous ne sommes pas tous des gens qui parlent en langues. Nous ne sommes pas tous des gens qui accomplissent des miracles; mais nous avons tous quelque chose Ă  faire. Montre-nous ce que c'est, Seigneur. C'est peut-ĂȘtre tĂ©moigner, chanter ou prier. Et, comme le pain jetĂ© sur les eaux, il reviendra en un jour glorieux. Accorde-le, Seigneur. Nous voici. Envoie-nous vers nos voisins, partout oĂč c'est possible, vers notre prochain, pour leur parler de la venue du Seigneur. Accorde-le, PĂšre.

202     BĂ©nis-nous, maintenant. Puissions-nous avoir un bon repos pour nos corps, ce soir. Puissions-nous nous lever et venir Ă  l'Ă©glise, demain matin; et puisses-Tu parler, demain, d'une façon si puissante, que Tu ne laisses pas de pierre inachevĂ©e et que chaque homme sache comment entrer lĂ -dedans. Enseigne-nous, Seigneur. Nous attendons. Enseigne-nous, demain matin, comment arriver Ă  cette pleine mesure, oĂč nous pourrons ĂȘtre des fils et des filles de Dieu. Nous attendons, Seigneur, que la pierre ardente se pose sur nos lĂšvres. Nous l'attendons, PĂšre, au Nom de JĂ©sus.

203     Maintenant, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, je vais demander au pasteur de s'avancer pour terminer la rĂ©union. Que Dieu vous bĂ©nisse! Maintenant, j'espĂšre vous voir demain matin. Que Dieu soit avec vous, guĂ©risse tous les malades et les affligĂ©s parmi nous, et permette que chacun de vous... Je me sens rempli de l'Esprit en ce moment mĂȘme. Je sens le Saint-Esprit. Je sens Sa prĂ©sence. Je sais qu'Il est ici. Je suis convaincu qu'Il est ici. Je Le vois. Je sais qu'Il est ici. Je Le vois se dĂ©placer, cette glorieuse Colonne de Feu. Oh! gloire! Je vois la manifestation de Son Être, la DivinitĂ© de Sa prĂ©sence, ce grand Être auguste. Ô Dieu, veille sur ces gens; n'en laisse pas un seul se perdre, je Te prie! Gloire Ă  Dieu!
EN HAUT