ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La DĂ©dicace de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-1111M La durĂ©e est de: 1 heure 4 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

La DĂ©dicace

1    Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Merci beaucoup. Bonjour Ă  tous. C’est vraiment un privilĂšge d’ĂȘtre ici ce matin dans cette jolie petite Ă©glise, pour un service de redĂ©dicace. Quand je parlais Ă  la sƓur Hoover dans la salle de derriĂšre, elle a dit qu’autrefois, je crois, ceci Ă©tait une Ă©glise des PĂšlerins de la SaintetĂ©, ou l’Église Unie des frĂšres, (une Ă©glise des PĂšlerins de la SaintetĂ©, je crois, oui) et maintenant, elle est reconsacrĂ©e au Plein Évangile, et c’est un service de redĂ©dicace.
    Et son aimable pasteur, comme nous le savons tous, frĂšre Hoover, est un homme profondĂ©ment sincĂšre et trĂšs consacrĂ©. J’ai fait connaissance avec sa mĂšre il y a des annĂ©es. Elle et ma famille Ă©taient juste comme... Les enfants l’appellent mĂȘme Mamy Hoover, car elle Ă©tait en quelque sorte... Elle est restĂ©e longtemps chez nous quand les enfants Ă©taient jeunes, et c’est ainsi qu’ils ont fait connaissance avec elle – une vieille mĂšre sainte et pieuse.
    Et son fils, un excellent prĂ©dicateur pour lequel elle avait tant priĂ©, a donnĂ© sa vie Ă  Christ, et a consacrĂ© sa vie au service du Dieu Tout-Puissant. Et aujourd’hui, il est donc lĂ , et il a achetĂ© l’église, ou plutĂŽt ce bĂątiment qui Ă©tait peut-ĂȘtre dans un Ă©tat de dĂ©labrement pendant longtemps, pour continuer l’Évangile Ă  la maniĂšre – Ă  la me – mesure du Plein Évangile.

2    Mme Hoover m’a dit (Mme L.G Hoover), elle m’a dit que c’est sa fillette qui jouait le cantique d’il y a quelques minutes, le cantique d’appel «Crois Seulement», et c’est elle la pianiste ici. Il y a trois mois, quand les gens entraient, ils – elle n’était pas en mesure de jouer un air. Mais maintenant, elle sait jouer. Eh bien, c’est trĂšs, trĂšs bien.

3    J’ai une fille qui est assise lĂ  derriĂšre, elle prend des leçons de musique depuis environ cinq ans ou plus. Et cela... Je ne sais pas ce que cela va me coĂ»ter ainsi qu’un piano neuf. Elle ne saurait pas jouer un cantique comme cette petite. Ainsi cela dĂ©montre ce que sont les talents donnĂ©s par Dieu, et puis quelque chose que vous essayez de fabriquer, vous voyez.
    Eh bien, nous sommes reconnaissants que Dieu ait donnĂ© ce lieu Ă  ces gens, et je crois que ce sera un grand Phare pour ce coin du pays.

4    Maintenant, bien des fois, les gens pensent que lorsqu’ils voient une congrĂ©gation... et ils se disent: «Bien, cette petite Ă©glise ne peut pas contenir beaucoup de gens.» Et – et je pense que c’est frĂšre L.G qui m’a appris, ou plutĂŽt c’était par un autre canal, que sa congrĂ©gation compte soixante-dix ou quatre-vingts personnes environ, et... quelque chose de ce genre. Il se peut que je sois un peu en-deça, ou un peu au-delĂ , mais c’est quelque part lĂ ; elle vient de commencer.
    Ils se disent: «Eh bien, regardez les Ă©glises dans... les environs, combien leurs congrĂ©gations comptent aujourd’hui des milliers.» Et peut-ĂȘtre que certaines comptent des milliers chaque jour qu’il y a service.
    Mais pour encourager ce petit groupe, ce n’est pas tout Ă  fait cela que Dieu considĂšre – le nombre. Il – Il considĂšre... Il ne se base pas toujours sur la quantitĂ©, mais sur la qualitĂ©.

5    Nous voyons dans la Bible, au chapitre 19 des Actes, lĂ  oĂč Paul, aprĂšs avoir parcouru les hautes provinces, est arrivĂ© Ă  ÉphĂšse. Et lĂ , il trouva une Ă©glise. C’était l’Église d’ÉphĂšse, la premiĂšre de l’Age de l’Église Ă  ĂȘtre considĂ©rĂ©e dans la rĂ©vĂ©lation de Christ. Et cette Ă©glise, ainsi qu’on le rapporte, comptait douze personnes. Il y avait douze personnes.
    Mais si cette Ă©glise-ci n’avait que douze personnes, ou Ă©tait comme cette Ă©glise de jadis, et qu’elle s’abandonnait Ă  Dieu, Celui-ci pourrait faire plus avec ces douze personnes qu’Il ne le ferait avec le reste du monde. C’est quand nous nous abandonnons que la vĂ©ritĂ© de l’Évangile, non seulement est proclamĂ©e de l’estrade, mais qu’elle trouve son lieu de repos dans les cƓurs des gens, et rĂ©agit en retour. Ainsi ce matin, je considĂšre ceci comme un plaisir.

6    Comme je franchissais la porte, j’ai entendu frĂšre Beeler prier, et j’ai pensĂ© Ă  lui qui est un vĂ©tĂ©ran; et c’est le jour de l’Armistice aujourd’hui. Évidemment, nous sommes tous heureux qu’il y ait eu l’Armistice. Et on peut aussi avoir la – l’Armistice ici Ă  l’église, c’est-Ă -dire quand les gens qui ont Ă©tĂ© d’eux-mĂȘmes en guerre contre Dieu peuvent signer l’armistice aujourd’hui et avoir la paix avec Dieu par JĂ©sus-Christ; je crois que Romains 5:1 dit: «Étant donc justifiĂ©s par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur JĂ©sus-Christ.»
    Et maintenant, j’ai remarquĂ© certaines personnes qui sont assises ici, frĂšre et sƓur Bryant et ces quelques amis ici prĂ©sents qui viennent du Tabernacle.

7    Bien, ce matin j’allais parler sur un sujet d’une leçon de l’école du dimanche, ce matin au Tabernacle, mais j’ai remis cela Ă  ce soir, parce que je devais venir ici pour cette dĂ©dicace. Les services commenceront tĂŽt ce soir au Tabernacle, voyez-vous. Je souhaite ĂȘtre sur l’estrade, prĂȘt pour la prĂ©dication Ă  19 heures, afin que nous ne traĂźnions pas. Et j’ai un – un long message. Le sujet, c’est: «Pourquoi suis-je contre la Religion OrganisĂ©e?» Et c’est un enseignement des Écritures. Ainsi, vous ĂȘtes – vous le troupeau du Tabernacle, qui ĂȘtes lĂ , eh bien, venez de bonne heure.

8    Maintenant, FrĂšre Hoover, je – je ne sais comment remercier le Seigneur ce matin,  pour un jeune homme qui s’est donnĂ© Ă  Christ, Ă©tant au milieu de son peuple, ici, en vue d’apporter ce glorieux Message de Christ Ă  ce peuple.
    Je suis moi-mĂȘme originaire du Kentucky. Je viens d’une petite ville appelĂ©e Burkesville non loin d’ici, sur cette route, et je vous demande Ă  vous qui habitez les alentours, comme un originaire du Kentucky demandant Ă  un autre, de venir Ă©couter cet homme. Sortez du milieu des gens d’ici, et rĂ©pandez la nouvelle partout, et venez. Amenez les gens ici. Si c’est nĂ©cessaire, la Bible dit: «Obligez-les, contraignez-les Ă  venir. Descendez dans les rues: le long des haies et – et contraignez – c’est-Ă -dire forcez. Venez entrer.

9    Et frĂšre Hoover, j’ai fait connaissance avec lui il y a de cela quelques annĂ©es, et je sais que c’est un homme pieux et consacrĂ©. Et puisse le Seigneur Ă  jamais bĂ©nir ses efforts. J’ai suivi votre petite chorale. J’ai – j’ai essayĂ© de jeter un coup d’Ɠil Ă  la porte, et – et j’ai entendu la petite chorale chanter: «Soyez trĂšs sĂ»r.» C’est juste. Vous pouvez vous hasarder pour  n’importe quelle autre chose, mais quand il est question de votre destination Ă©ternelle, vous feriez mieux d’ĂȘtre trĂšs sĂ»r. Voyez? Souvenez-vous-en – soyez trĂšs, trĂšs sĂ»r. Ne prenez pas de risque lĂ -dessus.
    Si vous alliez dans un restaurant et qu’ayant commandĂ© un bol de soupe, vous trouviez dans cette soupe une grosse araignĂ©e, vous repousseriez assurĂ©ment cela. Vous n’y toucheriez pas du tout (non, monsieur) parce que cela vous tuerait probablement. Le poison de cette araignĂ©e cuite dans cette soupe pourrait causer votre mort. Ainsi, si vous veillez tant Ă  ce corps qui doit mourir (voyez-vous?), qu’en est-il de cette Ăąme qui ne doit pas mourir?
    Ainsi, j’aime toute la Parole de Dieu Ă  la maniĂšre du Plein Évangile. Et ainsi je sais et je crois, et j’ai confiance que frĂšre Hoover tiendra sa promesse envers Dieu, pour prĂȘcher au mieux de sa connaissance le Plein Évangile.

10    J’étais assis lĂ -bas, j’entendais la petite pianiste jouer cet air: «Crois seulement»; mon fils, Billy Paul... Je ne pense pas qu’il soit ici maintenant. Mais j’ai dit: «Billy, tu entends ce petit air «Crois seulement» comme c’est jouĂ© sur le piano? J’ai entendu ce petit cantique dans presque toutes les langues sous le ciel m’inviter Ă  l’estrade. Depuis les rĂ©gions glacĂ©es de l’Arctique jusqu’aux jungles tropicales du Sud; sous la terre, autour de la terre, «Crois seulement», par toutes sortes de voix, m’inviter Ă  l’estrade. Un jour, quand, sur terre, ma vie  aura touchĂ© Ă  sa fin, j’espĂšre qu’ils chanteront cela, quand ils seront... si je ne vis pas assez longtemps pour voir Sa venue, quand ils me dĂ©poseront au loin. Je crois en JĂ©sus-Christ.

11    Maintenant, j’ai ici quelques Écritures auxquelles j’aimerais me rĂ©fĂ©rer concernant la redĂ©dicace du bĂątiment – elle est biblique. Et je pense que, maintenant que... cette Ă©glise n’est pas dĂ©diĂ©e Ă  l’organisation; elle est dĂ©diĂ©e au service de Dieu.
    Maintenant inclinons la tĂȘte juste un instant pendant que nous prions.

12    PĂšre saint et misĂ©ricordieux, alors que nous venons dans Ta PrĂ©sence, quittant cette salle, nous venons par la foi, au TrĂŽne de Dieu oĂč cet Autel dorĂ© s’étend d’un bout Ă  l’autre du Ciel, oĂč chaque mortel, chaque credo, chaque race, ou chaque couleur a le droit de venir, toute crĂ©ature pour laquelle Christ est mort et S’est Ă©tendu Lui-mĂȘme sur l’Autel comme notre offrande pour le pĂ©chĂ©. Nous avons le droit de venir avec assurance au trĂŽne de grĂące. Nous Te remercions de ce grand privilĂšge que nous pouvons avoir aujourd’hui, et que nous avons. Nous Te remercions pour chaque membre de Ton Corps sur la terre aujourd’hui, qui est venu Ă  ce grand TrĂŽne et a acceptĂ© l’offrande de paix, et la paix qui dĂ©passe tout entendement, la paix de l’Évangile.
    Maintenant, nous prions, ĂŽ Dieu, pour cette Ă©glise, ce groupe de gens qui viennent ce matin dans ce petit bĂątiment ce matin pour une dĂ©dicace de l’amour, symbole de leurs mains et de leur cƓur, pour avoir prĂ©parĂ© le lieu oĂč les gens peuvent venir adorer. Et nous Te prions, ĂŽ Dieu, de bĂ©nir leurs efforts. Et nous Te prions de bĂ©nir leur pasteur, notre aimable frĂšre et sa femme... sa famille, les diacres, les administrateurs, le conseil, les membres et tout le monde ensemble.

13    Et maintenant, comme nous ouvrons aujourd’hui Ta Parole pour la consolation, pour savoir si ces choses que nous faisons sont conformes aux Écritures... Car, il est plus tard que nous le pensons. Nous sentons aujourd’hui qu’il ne reste pas beaucoup de temps. Mais nous devons ĂȘtre debout et Ă  l’Ɠuvre. Nous devons presser et contraindre pour que chaque membre qui a Ă©tĂ© prĂ©ordonnĂ© au Corps de Christ, vers qui nous rĂ©pandrons ce Message – jusqu’à ce que chacun entende, jusqu’à ce que nous soyons sĂ»rs que tout effort que nous pouvions fournir a Ă©tĂ© fourni.
    PĂšre, bĂ©nis Ta Parole, et parle-nous maintenant par Ta Parole pendant que nous Ă©coutons avec des cƓurs attentifs et des oreilles ouvertes, heureux de recevoir ce que Tu aimerais que nous sachions. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

14    Bon, il peut y avoir plusieurs d’entre vous (c’est courant) qui, parfois, notent les Écritures ou les Ă©crivent, ou prennent des notes. Et je fais de mĂȘme. Et voulez-vous bien ouvrir avec moi maintenant le premier passage des Écritures. J’ai trois passages que j’aimerais lire ce matin. Et c’est I Chroniques 17:1-2 et Actes 7:44-49, et HĂ©breux 10:1-5.
    Eh bien, premiĂšrement nous lirons dans Chroniques, I Chroniques 17, Ă  partir du verset 1. Et puis, deuxiĂšmement, nous lirons dans le Livre des Actes des ApĂŽtres au – au chapitre 7. Nous aimerions commencer Ă  lire au verset 44 du chapitre 17 des Actes, le tout en rapport avec la dĂ©dicace du temple. Et ensuite HĂ©breux 10:5.
    Lorsque David fut Ă©tabli dans sa maison, il dit Ă  Nathan, le prophĂšte: Voici, j’habite dans une maison de cĂšdre, et l’arche de l’alliance de l’Éternel est sous une tente.
    Nathan rĂ©pondit Ă  David: Fais tout ce que tu as dans le cƓur, car Dieu est avec toi.
    La nuit suivante, la Parole de Dieu fut adressĂ©e Ă  Nathan: Va dire Ă  mon serviteur David: Ainsi parle l’Éternel: Ce ne sera pas toi qui me bĂątiras une maison pour que j’en fasse ma demeure.

15    Maintenant, dans le livre des Actes des ApĂŽtres, Ă  partir du chapitre 7, verset 44:
    Nos pĂšres avaient au dĂ©sert le tabernacle du tĂ©moignage, comme l’avait ordonnĂ© celui qui dit Ă  MoĂŻse de le faire d’aprĂšs le modĂšle qu’il avait vu.
    Et nos pĂšres, l’ayant reçu, l’introduisirent, sous la conduite de JosuĂ©, dans le pays qui Ă©tait possĂ©dĂ© par les nations que Dieu chassa devant eux, et il y resta jusqu’aux jours de David.
    David trouva grĂące devant Dieu, et demanda d’élever une demeure pour le Dieu de Jacob; et ce fut Salomon qui lui bĂątit une maison.
    Mais le TrĂšs-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme, comme dit le prophĂšte:
    Le ciel est mon trĂŽne, et la terre mon marchepied. Quelle maison me bĂątirez-vous, dit le Seigneur, ou quel sera le lieu de mon repos?
    N’est-ce pas ma main qui a fait toutes ces choses...
    Et dans le livre des HĂ©breux, au chapitre 10, verset 5:
    C’est pourquoi Christ, entrant dans le monde, dit: «Tu n’as voulu ni sacrifice ni offrande, mais tu m’as formĂ© un corps.»

16    Nous connaissons trĂšs bien ces passages des Écritures que nous avons arrĂȘtĂ©s et sur lesquels nous voulons parler pendant quelques instants. Eh bien, David, poussĂ© par le dĂ©sir et par la rĂ©vĂ©lation, pensa dans son cƓur Ă  une chose trĂšs noble. Quand... David Ă©tant un homme droit et un bien-aimĂ© du peuple, Dieu l’avait bĂ©ni de plusieurs maniĂšres. Et il dit: «Est-il donc juste que je sois ici dans une belle habitation que le Seigneur m’a donnĂ©e, et que l’arche de l’alliance de mon Dieu soit lĂ  dehors sous des tentes? C’était une chose trĂšs noble.
    Cela a dĂ» ĂȘtre une rĂ©vĂ©lation pour David de connaĂźtre ceci, parce que ce n’était pas convenable que lui ait une telle – une belle maison sous... une maison de cĂšdre, qui avait coĂ»tĂ© trĂšs cher. Et il dit alors: «L’arche de l’alliance de mon Dieu, qui m’a donnĂ© toutes ces choses, est toujours lĂ  dehors sous la tente.»

17    Alors Nathan, le prophĂšte, sachant que Dieu Ă©tait avec David, dit: «David, fais tout ce qui est dans ton cƓur, car Dieu est avec toi.» En d’autres termes, quand Dieu te donne la rĂ©vĂ©lation, mets-la en exĂ©cution. Et tout marchait.
    Et cette nuit-lĂ , le Seigneur vint vers ce voyant, et le – le prophĂšte Nathan, et lui dit: «Va dire Ă  mon serviteur David», Voyez-vous. J’apprĂ©cie cela. Oh, en d’autres termes: «J’apprĂ©cie son courage, et ses intentions de me construire une maison.» Mais Il dit: «Je – Je n’ai pas habitĂ© dans une maison. Je n’ai pas eu de lieu d’habitation. Quand Je descends sur la terre pour visiter Mon peuple, Je n’ai pas de lieu d’habitation, mĂȘme depuis que J’ai fait monter IsraĂ«l. Je n’ai ordonnĂ© Ă  aucun des juges de Me construire une maison de cĂšdre. Mais J’ai Ă©tĂ© de tente en tente.»
    N’est-ce pas lĂ  Ă  peu prĂšs la situation d’aujourd’hui! «J’ai Ă©tĂ© de tente en tente et de demeure en demeure pour rencontrer Mon peuple.»
    Il a dit: «Va dire Ă  David (comme l’Écriture le dit plus loin): «Je t’ai pris lĂ  au pĂąturage, derriĂšre les quelques brebis de ton pĂšre, et J’ai rendu ton nom semblable au nom des grands qui sont sur la terre.» J’ai exterminĂ© tes ennemis de droite Ă  gauche. Je t’aime, David, et Je sais que tes dĂ©sirs sont justes. Je sais que tes ambitions sont loyales, et Je sais que tu M’aimes.»
    ConsidĂ©rez les Psaumes, comment David pense constamment Ă  Dieu. Plusieurs d’entre nous aujourd’hui ne pensent qu’à leurs propres rĂ©alisations, Ă  quelque chose que nous pourrions faire pour amĂ©liorer notre condition. Mais David pensait constamment Ă  ce qu’il pouvait faire pour Dieu.
    Â«Je connais tes dĂ©sirs, David, et Je veux que tu saches ce que J’ai fait pour toi. Tu n’étais qu’un petit garçon, connu de personne, et ton – mĂȘme ton pĂšre te confiait quelques brebis lĂ  pour que tu en prennes soin. Mais J’ai Ă©tĂ© avec toi. Et J’ai exterminĂ© tes ennemis de droite Ă  gauche. Mais tes dĂ©sirs sont corrects.
    Â«Mais David, tu es un homme de guerre. Tu es un homme qui a rĂ©pandu le sang. Je ne peux pas te laisser faire ceci. Mais Je te promets que par le fruit de tes entrailles, J’élĂšverai ton fils et il construira le temple.»

18    Maintenant, tous nous savons que le terrestre n’est que le type du cĂ©leste. Le naturel n’est que le type du spirituel, le... En rĂ©alitĂ©, Celui dont Il parlait, concernant le temple, c’était Christ. Mais il Ă©tait... Salomon, le fils de David selon la chair dans le naturel; plus loin nous lisons dans I Rois (si vous voulez le lire) qu’il – il construisit le tabernacle que David allait construire, parce que Salomon fut un homme de paix et plein de sagesse. Il n’allait pas Ă  la guerre comme David qui avait versĂ© beaucoup de sang. Il Ă©tait un homme de paix. Et Dieu lui donna de la sagesse. Quand il lui fut demandĂ© ce qu’il dĂ©sirait en PrĂ©sence de Dieu, il demanda seulement la sagesse pour conduire le peuple de Dieu. Et il n’a jamais choisi les grands dons que l’on pourrait choisir, mais il demanda simplement la sagesse pour – pour conduire au mieux le peuple de Dieu.

19    Et je pense que nous, en priant nous-mĂȘmes, si nous pouvions simplement demander cela, simplement l’intelligence, quelque chose qui serait plus bĂ©nĂ©fique pour les enfants de Dieu. Je pense vraiment que c’est l’intention du pasteur en amenant cette Ă©glise ici, voyez-vous, prendre cette vieille Ă©glise et la consacrer aujourd’hui. Il essaie de trouver un abri contre la pluie et la neige, et ainsi de suite, pour le peuple de Dieu. Je pense que Dieu honorera cela chez cet homme, de mĂȘme qu’Il le fit chez David.

20    Maintenant, nous voyons qu’il y a lĂ  une grande application spirituelle Ă  laquelle j’aimerais principalement me rĂ©fĂ©rer. Maintenant, si vous lisez dans I Rois, vous trouverez Ă  ce sujet que Salomon, juste encore un jeune homme, se mit Ă  construire ce temple dont son pĂšre avait reçu de Dieu la promesse que lui construirait. Vous voyez, il est restĂ© dans la ligne des Écritures et des promesses.
    Maintenant, ce que nous devons toujours faire pour rĂ©ussir, c’est de rester dans la ligne des promesses de Dieu. Peu importe combien ça semble mieux d’aller dans cette direction-ci ou dans cette direction-lĂ , restez dans la ligne des Écritures. Et Salomon savait que Dieu avait promis Ă  son pĂšre, David, que lui construirait le temple.

21    Maintenant, si vous remarquez, on ne trouvait pas tous les matĂ©riaux en Palestine, pour que ce temple... car on ne trouvait pas tout lĂ -bas. On devait se rendre dans d’autres parties du monde, du monde connu, pour chercher ces Ă©lĂ©ments qui feraient partie du temple.
    Combien cela est une belle application, Ă  savoir que Dieu ne taille pas Ses matĂ©riaux seulement des Juifs, ou seulement des Blancs, ou des Bruns, ou des Rouges, ou des Noirs ou de n’importe quelle couleur, ou de quoi que ce soit – ou des États-Unis seulement, ou du Canada seulement; mais Il taille Ses matĂ©riaux du monde entier!

22    Et si, pendant qu’ils tallaient une certaine sorte de pierre qui a Ă©tĂ© trouvĂ©e dans telle partie du pays, et peut-ĂȘtre en taillant une pierre dans une autre nation pour l’ajuster Ă  cette pierre qui a Ă©tĂ© taillĂ©e dans la... dans une autre nation...
    Eh bien, peut-ĂȘtre que les gens, les passants, trouvaient trĂšs Ă©tranges ces pierres d’apparence Ă©trange, qu’on taillait. Mais Dieu faisait quelque chose Ă  Sa façon. Je pense qu’Il fait la mĂȘme chose aujourd’hui, afin de – de donner l’antitype du type qui a existĂ©. Il les taille comme Il l’entend.
    Maintenant, nous trouvons que les matĂ©riaux qui avaient Ă©tĂ© taillĂ©s dans leur pays d’origine, Ă©taient spĂ©ciaux par rapport Ă  un autre matĂ©riau taillĂ© dans un autre pays d’origine. Et nous trouvons qu’ils furent transportĂ©s de – sur des chars Ă  bƓufs, et ainsi de suite. Et certains d’entre eux venaient par mer, et d’autres par les chars Ă  bƓufs, et d’autres flottaient jusqu’à JoppĂ©e, par radeau et ainsi de suite, et ensuite ils Ă©taient embarquĂ©s. Tous ensemble, ils venaient dans un seul lieu, pour un seul but, celui d’accomplir l’ordre de Dieu.

23    Et les cĂšdres Ă©taient coupĂ©s au Liban. Et les cĂšdres du Liban Ă©taient les plus cĂ©lĂšbres du monde. C’est comme aujourd’hui, il y a un endroit oĂč l’on trouve le bois rouge: C’est en Californie. Et il y a, lĂ  en Afrique, un endroit appelĂ© la Baie de Mossel, oĂč l’on trouve le fameux bois appelĂ© OrĂ©odaphnĂ©. On ne le trouve jamais ailleurs, sauf lĂ -bas. Et on trouve diffĂ©rents bois de construction dans diffĂ©rentes parties du pays; mais on trouvait les cĂšdres au Liban – un cĂšdre trĂšs haut, trĂšs grand, dur, parce que c’est un pays chaud. Plus le pays est chaud, plus le bois devient dur et – et mou – plus le pays est froid, plus son bois devient mou.
    Cela a aussi une application spirituelle: froid et indiffĂ©rent, mou et flottant. Mais quand c’est chaud, rempli de l’Esprit, cela reste Ă©troitement uni et devient utile dans la main du MaĂźtre.

24    Maintenant, nous trouvons que ces grands cĂšdres Ă©taient taillĂ©s par les Ă©quarrisseurs, et ils Ă©taient... Ils avaient des modĂšles. Et ils les rassemblaient de diffĂ©rentes parties du monde. Maintenant si vous remarquez, Salomon n’a jamais rien changĂ© au modĂšle que MoĂŻse avait vu au ciel, sur le Mont SinaĂŻ. MoĂŻse, lorsqu’il sortit de la vision, il dressa la tente, et il la fit exactement telle qu’il l’avait vue au ciel.
    Et lorsque Salomon construisit le temple, il le fit  exactement tel qu’il avait – en avait vu le modĂšle, le type. MoĂŻse dressa une tente, d’un – un type perpĂ©tuel, parce qu’on le dĂ©plaçait de lieu en lieu. Mais Salomon, lui, fit le – le tabernacle exactement selon le modĂšle que MoĂŻse avait vu au ciel. Tout Ă©tait rassemblĂ©, placĂ© parfaitement en ordre.
    Quelle application spirituelle nous pourrions faire ici, Ă  savoir que nous ne devons jamais abandonner les Écritures! Conformez-vous strictement au modĂšle. C’est la raison pour laquelle je crois que la maniĂšre dont la premiĂšre Ă©glise Ă©tait modelĂ©e, c’est la maniĂšre dont la suivante devrait ĂȘtre modelĂ©e, c’est la maniĂšre dont toute autre devrait ĂȘtre modelĂ©e – juste comme il en Ă©tait au commencement. Et je crois que Dieu l’a faite ainsi, je crois, la vĂ©ritable Église. TrĂšs bien.

25    Les matĂ©riaux qui Ă©taient coupĂ©s dans leur pays d’origine Ă©taient amenĂ©s Ă  un seul endroit, mais lorsqu’ils furent rassemblĂ©s... (Je lis maintenant le chapitre 16, je cite cela plutĂŽt). Maintenant, quand ils Ă©taient rassemblĂ©s, ils s’ajustaient si parfaitement que dans l’espace de quarante ans qu’il avait fallu pour Ă©riger la construction, il n’y avait pas une – une seule pierre qui devait ĂȘtre sciĂ©e de nouveau; on n’entendait pas le bruit d’une scie, ni le bruit d’un marteau pendant quarante ans.
    Vous parlez de la maçonnerie, de l’architecture! Maintenant cela montrait que, lorsque nous faisons quelque chose, et que nous le faisons selon le modĂšle que Dieu a conçu pour nous... Maintenant, la  plupart de ces pierres paraissaient trĂšs Ă©tranges, mais il y avait dans le temple une place pour toute pierre Ă©trange et particuliĂšre. Dieu avait de la place pour elles.
    Nos ministĂšres, ce qui est lĂ  un beau type, ou plutĂŽt un antitype, montrent que dans notre particularitĂ©, notre maniĂšre d’adorer... Cependant, quand le temple, le vĂ©ritable temple auquel nous arriverons dans quelques minutes, sera rassemblĂ©, il y aura une place pour chaque personne au comportement bizarre. Nous pouvons paraĂźtre un peu bizarres Ă  quelqu’un d’autre, et agir un peu drĂŽlement; mais rappelez-vous, il y a lĂ  une place pour nous. Dieu est en train de tailler Son Église. Et chaque petite pierre avait une place qui lui convenait parfaitement.

26    Et rappelez-vous, c’était taillĂ© loin du lieu oĂč cela devait ĂȘtre rassemblĂ©. Mais quand cela Ă©tait rassemblĂ©, cela ne – n’avait mĂȘme pas besoin d’ĂȘtre aiguisĂ©. C’était dĂ©jĂ  aiguisĂ©. Dieu l’avait fait de telle sorte que ça convienne parfaitement Ă  sa place. Oh! quel type du spirituel trouvons-nous lĂ ! Chaque don de Dieu, chaque comportement bizarre des chrĂ©tiens nĂ©s de nouveau, malgrĂ© leur particularitĂ©, a cependant sa place. Il s’ajuste au Corps. Il va Ă  la place qu’il faut.
    Et plusieurs d’entre nous pourraient – essayeraient de dire: «Eh bien, cela ne vient pas de Dieu.» Un bon soldat de la croix, saint et consacrĂ©... Et nous disons: «Eh bien, nous Ă©tions Ă  l’église l’autre soir, nous avons entendu telle et telle chose. Cela ne peut pas venir de Dieu.» Mais si c’est conforme au modĂšle, si c’est conforme aux  Écritures, il se peut que ça soit bizarre, mais, cela aura sa place, voyez-vous. Cela s’ajustera exactement lĂ -dedans, et ça n’aura pas besoin d’ĂȘtre aiguisĂ© ou plutĂŽt d’ĂȘtre poli. Cela ira bien Ă  sa place, car le grand Architecte, Christ, est en train de prĂ©parer cela maintenant – l’un bizarre pour l’autre.

27    Maintenant, nous remarquons dans cette construction, au chapitre suivant, qu’il avait dans cette construction une pierre qui Ă©tait au fait trop bizarre pour qu’ils perdent leur temps lĂ -dessus. Aussi, les bĂątisseurs l’ont-ils rejetĂ©e. Ainsi, ils l’ont tout simplement jetĂ©e dans un coin, et ils ont dit: «Cette pierre est vraiment trop bizarre pour ĂȘtre utilisĂ©e. Il n’y a pas de place...» Maintenant, rappelez-vous, c’était des bĂątisseurs qui auraient pu en savoir mieux. JĂ©sus-Christ en a parlĂ©.
    Mais ils se sont rendu compte qu’ils avaient Ă©levĂ© la construction trĂšs haut, jusqu’au niveau oĂč cette pierre leur fit dĂ©faut, et ils ne savaient pas oĂč se trouvait cette pierre. Peut-ĂȘtre ont-ils fouillĂ© tous les bateaux; peut-ĂȘtre ont-ils inspectĂ© chaque char Ă  bƓufs; peut-ĂȘtre ont-ils envoyĂ© des messages Ă  JoppĂ©e et partout lĂ -bas, en disant: «Est-il arrivĂ© une autre cargaison? Avez-vous perdu une cargaison en route? Il y a quelque chose qui ne va pas. Nous n’arrivons pas Ă  trouver la pierre pour cet endroit.»
    Et puisqu’ils n’ont pas pu la trouver nulle part, ils sont parvenus Ă  dĂ©couvrir qu’elle Ă©tait juste au sol. C’était elle la Pierre principale de l’angle que les bĂątisseurs avaient rejetĂ©e.

28    Et je pense qu’aujourd’hui, dans la construction de la maison spirituelle dans laquelle on adore Dieu, je pense que c’est un trĂšs grand Ă©chec aujourd’hui chez les bĂątisseurs. Nous sommes venus avec nos dĂ©nominations, et nous les avons Ă©tablies en toute sincĂ©ritĂ©. Nous avons envoyĂ© nos garçons Ă  l’école pour qu’ils apprennent Ă  bien parler devant une congrĂ©gation, on leur a appris la psychologie et l’histoire de la Bible. Et nous avons fait tout, et fabriquĂ© des bancs magnifiques et nous avons construit des cloches trĂšs Ă©levĂ©es, de la belle musique, et tout le reste, c’est ce que nous avons fait. Mais nous nous rendons compte qu’il y a quelque chose qui ne marche pas.
    Nous avons essayĂ© de faire cela Ă  partir de matĂ©riau fait de main d’homme, ce que l’instruction pouvait produire, ce que les sĂ©minaires pouvaient donner, ce que le savoir... Nous avons essayĂ© de bĂątir cela sur l’instruction, sur le savoir, sur la dĂ©nomination. Et toutes ces choses ne marcheront pas aussi longtemps que nous n’aurons pas acceptĂ© cette Pierre bizarre, cette Pierre particuliĂšre. Mais comme la construction commençait Ă  prendre forme, ils se sont rendu  compte que pour le trou qui restait, la Pierre bizarre s’y ajusterait parfaitement. C’est lĂ  que les bĂątisseurs spirituels aujourd’hui... Et la raison pour laquelle le BĂątiment Épouse de Christ n’est pas prĂȘt pour l’Époux est que les bĂątisseurs ont rejetĂ© la Pierre principale de l’angle, qui est le BaptĂȘme du Saint-Esprit, laquelle a Ă©tĂ© posĂ©e le jour de PentecĂŽte, voyez-vous.

29    Â«C’est bizarre. Ces gens agissent drĂŽlement et ils - ils ne se conforment pas Ă  notre – Ă  notre psychologie, Ă  notre instruction, Ă  notre savoir, Ă  nos credo.» Elle ne s’ajustera pas lĂ . Et ils l’ont rejetĂ©e parce qu’elle Ă©tait trop bizarre, trop – trop particuliĂšre, trop dĂ©plaisante par rapport aux – aux plans que nous, en tant qu’hommes, avions en tĂȘte de ce que devrait ĂȘtre l’Église.
    Cela doit ĂȘtre un groupe d’érudits raffinĂ©s. Ça doit ĂȘtre un groupe de gens bien habillĂ©s. Ça doit ĂȘtre un groupe de quelque chose que nous avons essayĂ© de façonner par un programme d’éducation ou quelque chose, pour plaire Ă  nos cinq sens, quelque chose que nous pouvions voir, goĂ»ter, ou – ou sentir, ou – ou quelque chose de ce genre. Presque tout a Ă©tĂ© basĂ© sur l’apparence: «Regardez notre beau groupe, regardez notre groupe, le meilleur de la ville. Le maire vient chez nous. Les – les directeurs de notre ville, le prĂ©fet de police vient Ă  notre Ă©glise.»
    Et puis, nous trouvons que lorsqu’on en arrive Ă  la vĂ©ritable – Ă  la construction, tout ce que nous avons, c’est du mortier et de la pierre. Et la construction n’a pas avancĂ©. Ils ont rejetĂ© la voie. La Pierre que Dieu avait si bien prĂ©parĂ©e pour cela, ils L’ont rejetĂ©e.

30    Maintenant, nous voyons cependant, dans le chapitre suivant, que quand les bĂątisseurs ont compris qu’ils s’étaient trompĂ©s... Bien qu’ils eussent lĂ  toutes les autres pierres, ils ne pouvaient cependant pas les rassembler, parce qu’il restait un trou. Quelque chose n’allait pas.
    Maintenant, nous avons dĂ©jĂ  des pierres, les pierres que Dieu a prĂ©ordonnĂ©es, voyez-vous. Et nous les avons eues tout du long, depuis ÉphĂšse jusqu’à LaodicĂ©e. Nous attendons seulement cette Pierre FaĂźtiĂšre que les bĂątisseurs ont rejetĂ©e, nous attendons Sa Venue. La Pierre de FaĂźte. Et quand... Ces grosses pierres sont des confessions. Maintenant, nous savons qu’une confession est une pierre.

31    Maintenant, le... nos catholiques disent que quand le... JĂ©sus, en parlant, a dit: «Sur ce roc (ou pierre), je bĂątirai Mon Église.» Eh bien l’Église catholique dit qu’il s’agissait de Pierre, parce qu’il Ă©tait la pierre; l’homme littĂ©ral, Simon Pierre. Il rĂ©trograda peu de jours aprĂšs.
    Eh bien, nous trouvons ensuite que les protestants disent que Christ Ă©tait cette Pierre.
    Mais, ce n’est pas pour ĂȘtre dĂ©sagrĂ©able, mais si vous examinez bien les Écritures ce n’était ni l’un ni l’autre. C’était la confession de Pierre et sa rĂ©vĂ©lation de Qui Ă©tait Christ. En effet, Celui-ci avait posĂ© une question, et c’était une question difficile: «Qui dit-on que Je suis, Moi le Fils de l’homme?» Certains disaient MoĂŻse, d’autres disaient Élie, et d’autres, oh! vous savez, les os d’un certain prophĂšte qui est ressuscitĂ©, ou quelque chose de ce genre. C’est ce qu’Il est. Mais Il demanda: «Qui dites-vous que Je suis?» VoilĂ  la question.
    Il dit... Pierre dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu Vivant.»
    Il dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car la chair et le sang ne t’ont jamais rĂ©vĂ©lĂ© ceci. (Tu n’as jamais appris cela dans un livre, tu ne l’as jamais entendu dans un sĂ©minaire). Mais Mon PĂšre qui est dans le ciel te l’a rĂ©vĂ©lĂ©. Et sur ce Roc (la RĂ©vĂ©lation spirituelle de la Parole de Dieu, et Il Ă©tait la Parole), Je bĂątirai Mon Église, et les portes de l’enfer ne prĂ©vaudront point contre Elle.»

32    C’est ça la vĂ©ritable Église – non pas celle qui est faite de mortier, de brique et de pierre et ainsi de suite, qui est pĂ©rissable; mais la vĂ©ritable Église est bĂątie sur la rĂ©vĂ©lation de la Parole et de la volontĂ© de Dieu. Et ils ont Ă©tĂ© placĂ©s dans le Corps depuis l’ñge de l’Église d’ÉphĂšse, tout du long jusque maintenant Ă  LaodicĂ©e.
    Mais ce que... Le jour oĂč Salomon avait achevĂ© le temple, et que la Pierre principale de l’angle...
    DĂšs que les bĂątisseurs ont acceptĂ© ce qui Ă©tait rejetĂ©, alors la construction a commencĂ© Ă  monter.
    Puis-je dire ceci avec toute la rĂ©vĂ©rence et tout le respect que j’ai pour chaque homme de chaque Ă©glise, et pour la conception de chaque homme: Quand nos bĂątisseurs accepteront ceux qui ont Ă©tĂ© rejetĂ©s, au lieu de les repousser et de les traiter de bande d’exaltĂ©s, ces gens bizarres qui font la confession, alors la construction sera aussitĂŽt terminĂ©e.

33    Mais, l’avez-vous remarquĂ©? AprĂšs que le bĂątiment fut achevĂ©, c’était toujours un bĂątiment vide. Il n’y avait lĂ -dedans que le mobilier. Ainsi Salomon avait fait tout ce qu’il avait pu. Puis, vint le grand jour de la dĂ©dicace, jour oĂč ils devaient consacrer ce bĂątiment pour que les adorateurs puissent y adorer quelque chose. Maintenant, sans quelque chose lĂ -dedans Ă  adorer, le bĂątiment aurait Ă©tĂ© construit en vain. Mais le bĂątiment Ă©tait alors prĂȘt pour la dĂ©dicace.
    Et lorsque les LĂ©vites et les sacrificateurs, avec des milliers de trompettes qui dĂ©chiraient l’air, des agneaux tuĂ©s les uns aprĂšs les autres en sacrifice pour le pĂ©chĂ©... Et les LĂ©vites occupant leur place d’aprĂšs leur position, ils se mirent dans un coin, et prirent des tringles, les firent passer au travers des anneaux, au-dessus de l’arche, Ă  l’intĂ©rieur de laquelle il y avait les tables de pierre, deux tables de pierre (la mĂȘme pierre: ces deux tables Ă©taient identiques). Lorsque ces deux tables de pierre, des chĂ©rubins dont les ailes dĂ©ployĂ©es se touchaient...

34    Quand ces LĂ©vites... Seul ce groupe consacrĂ© pouvait porter l’Arche. Personne ne pouvait La toucher en dehors d’eux. Si quelqu’un le faisait, il mourait. Et ils prenaient ces tringles, sachant qu’ils Ă©taient consacrĂ©s au service pour cette chose particuliĂšre. Et ils faisaient passer les tringles Ă  travers les anneaux, conformĂ©ment aux instructions que MoĂŻse avait reçues de Dieu, de faire la construction de l’Arche.
    Et ils La soulevaient Ă  partir de ses tentes, ils se mettaient en marche, et la trompette sonnait, le psaltĂ©rion jouait, la fumĂ©e montait des animaux morts qui avaient Ă©tĂ© offerts en sacrifice Ă  JĂ©hovah. Ils descendaient Ă  travers le bĂątiment de la dĂ©dicace jusqu’à ce qu’ils ont portĂ© Cela Ă  Son lieu de repos, lĂ  oĂč Elle S’ajusta dans les socles du trĂšs vaste lieu qui avait Ă©tĂ© prĂ©parĂ© pour Elle. Et lorsqu’Elle S’ajusta et parvint finalement Ă  Son lieu de repos, l’Arche, la Bible dit que «l’Éternel descendit Ă  cet endroit au point que cela remplit tout le temple. La Colonne de Feu entra lĂ -dedans avec une telle gloire de Dieu que les ministres ne pouvaient plus faire le service Ă  cause de la gloire de Dieu.»

35    C’est lorsqu’Elle trouva Son lieu final de repos que la gloire de la Shekinah qui suivait ces... Pierre FaĂźtiĂšre, pas celle de l’angle, la Pierre FaĂźtiĂšre, la chose principale... Toutes les autres pierres Ă©taient inactives jusque-lĂ . Mais cette Pierre principale Ă©tait dans Son lieu de repos, pour cette gĂ©nĂ©ration-lĂ . La gloire de Dieu remplit le lieu oĂč ils Ă©taient, et la gloire de la Shekinah Ă©tait sur tout le bĂątiment. Et la gloire Ă©tait si grande que les sacrificateurs ne pouvaient mĂȘme pas faire le service, Ă  cause de la gloire.

36    Bon, lisons maintenant et prenons Ă  partir de la dĂ©dicace du temple... Maintenant allons encore dans Actes, chapitre 7, verset 44, et lisons le passage prĂ©citĂ©. Etienne, dans son remarquable sermon, pendant qu’il prĂȘchait, dit: «Salomon Lui construisit un temple», parce qu’il a Ă©tĂ© promis par David qu’il... Dieu avait promis Ă  David qu’il construirait le temple. Et Dieu, dans un type auquel l’antitype devait mettre fin, tout comme le sacrifice des agneaux Ă  la dĂ©dicace Ă©tait un type du vĂ©ritable Agneau qui viendrait comme sacrifice, tout dans le naturel Ă©tant le type du spirituel...
    Et nous trouvons que, aprĂšs que ceci a eu lieu, Etienne en parle. Il dit: «Nos pĂšres ont trouvĂ© grĂące devant Dieu; et Salomon Lui a construit un temple. Mais, nĂ©anmoins le TrĂšs-Haut n’habite pas dans ce qui est fait de main d’homme, comme dit le prophĂšte: «Le Ciel est mon trĂŽne, la terre est mon marche-pied; et quelle maison me bĂątirez-vous? Le Ciel est mon trĂŽne, la terre est mon marche-pied; et comment pourriez-vous me bĂątir une maison pour que j’y habite?’»
    Ensuite, comme c’est beau, HĂ©breux 10:5: «Mais tu m’as prĂ©parĂ© un corps», montrant que Dieu allait habiter dans un corps. [Espace vide sur la bande –N.D.É.]... Tu m’as prĂ©parĂ©.» Oh!

37    Et quand ce corps avait Ă©tĂ© offert en sacrifice, l’Agneau parfait avait Ă©tĂ© offert en sacrifice, de lĂ  est donc sorti... Dieu vint dans Son propre Corps, qui Ă©tait Son Épouse et il y avait cent vingt temples que Dieu avait crĂ©Ă©s, et qui Ă©taient prĂȘts pour la dĂ©dicace, desquels toute incrĂ©dulitĂ© Ă©tait ĂŽtĂ©e. Et ils se rassemblĂšrent dans la chambre haute, et attendirent pendant dix jours le service de dĂ©dicace. Alors, quand ils se furent complĂštement abandonnĂ©s, Dieu descendit une fois de plus dans la gloire de la Shekinah, et remplit toute la maison oĂč ils se trouvaient.

38    Que fit Dieu? De la mĂȘme maniĂšre que l’arche reposait sur ses propres socles pour le Message de ce jour-lĂ , Dieu reposa dans Son propre canal, non pas dans une dĂ©nomination, ou dans un bĂątiment fait de main d’homme, mais dans le cƓur de l’homme. Il entra dans Son lieu le dernier jour, ainsi que l’avait dit le prophĂšte JoĂ«l: «Il arrivera que dans les derniers jours, je rĂ©pandrai Ma Shekinah sur toute chair. Vos fils et vos filles prophĂ©tiseront. Vos jeunes gens auront des songes, et les vieillards verront des visions.» Dieu vint dans Son lieu de repos, lĂ  oĂč Il trouve du repos. Ce n’est pas dans un bĂątiment, mais dans le cƓur de Son peuple qu’Il trouve du repos.

39    Quelle honte, quelle disgrĂące, quelle disposition cette oeuvre humaine de Nimrod apporta! Quand Nimrod essaya de construire une – une tour, ou une organisation qui atteindrait les cieux, Dieu la renversa. Cela devint une honte, au lieu d’aider les hommes. Il confondit le langage des hommes de sorte que l’un ne pouvait parler Ă  l’autre. Cela brisa la fraternitĂ©.
    Mais, lorsque Dieu vint dans Son Propre temple, l’Église, le – le peuple... lorsqu’Il vint vers eux, Il les remplit – ces temples qui Ă©taient consacrĂ©s, juste comme Il l’avait fait pour le temple de Salomon. Il le remplit, non pas de credo, non pas de dĂ©nominations, mais de Sa Personne. Il remplit le temple de Sa gloire de la Shekinah. Il fit de mĂȘme le jour de la PentecĂŽte. Il remplit ces cent vingt temples qui Ă©taient lĂ -haut de Sa Personne, de la Personne du Saint-Esprit. La gloire de la Shekinah tomba sur eux.
    Et lĂ  oĂč Nimrod a Ă©chouĂ© en construisant un temple oĂč chaque homme parlait une langue diffĂ©rente de celle qu’elle entendait, Dieu descendit, et avec une seule langue, le galilĂ©en, Il fit que tout homme comprenne ce qu’Il disait, et ce qu’il en Ă©tait. VoilĂ  donc Dieu dans Son temple, Dieu dans Son temple consacrĂ©, non pas dans une oeuvre humaine, non pas dans ce que l’homme avait fait, mais ce que Dieu Lui-mĂȘme avait fait.

40    Oh, c’est stupide aux yeux des gens! Ils ne saisissent pas cela. Ils sont nĂ©s pour ne pas saisir cela, ainsi ils ne le saisiront pas. La Bible le dit. TrĂšs bien. Dieu remplit toujours Son temple. Il remplit Son temple au jour de la dĂ©dicace. Il le remplit de Sa personne. De mĂȘme aujourd’hui, Dieu remplira chaque temple qui se consacrera complĂštement Ă  Lui.
    Tous ceux qui vont... Le temple, ce n’est pas ce petit bĂątiment-ci. Le temple ce n’est pas celui qui est Ă  Salt... Lake City. Le temple n’est pas celui qui est Ă  Rome. Le temple, c’est vous. Vous ĂȘtes les temples dans lesquels Dieu veut habiter, et par lesquels Il veut S’exprimer, afin que toutes les nations puissent Le connaĂźtre. Vous ĂȘtes les images vivantes de Dieu, par lesquelles Dieu veut travailler.
    Et Ă  tout moment que tout homme ou toute femme oubliera toute la faussetĂ© qu’il a entendue dans le monde, et qu’il se conformera aux Écritures, et s’en tiendra Ă  Elles – tout comme Salomon s’est conformĂ© Ă  ce que MoĂŻse avait fait, MoĂŻse s’est conformĂ© Ă  ce que Dieu avait fait – Dieu a toujours honorĂ© cela.

41    Et si nous retournons Ă  la dĂ©dicace originelle et que nous ouvrions nos cƓurs, et que nous nous vidions en mĂȘme temps que nous les offrons en consĂ©cration Ă  Dieu, Il remplira notre temple de Sa gloire de la Shekinah. Alors le Dieu Vivant Se mouvra dans une Église Vivante, parmi un peuple vivant et rĂ©pandra Sa gloire. Alors, ensemble, un de ces jours, l’un Ă©tant comme ceci, et l’autre comme cela, et l’un dans un coin du pays, Elle se rassemblera pour former l’Épouse. Nous serons enlevĂ©s dans les airs pour Le rencontrer.
    Maintenant, cette belle Ă©glise, ce bĂątiment que les gens, par les tĂ©moignages de leur vie, par leur amour pour Christ – les adorateurs consacrent aujourd’hui ce lieu d’adoration, afin que les gens puissent venir y adorer. Eh bien, ma sincĂšre priĂšre est que chaque adoration... chaque adorateur consacre son propre temple pour adorer dans le temple qui est consacrĂ© pour l’adoration. C’est cela la vĂ©ritable dĂ©dicace.

42    Ainsi, comme notre temps est terminĂ©, (toutefois Dieu n’a pas de temps), rappelons-nous qu’il se fait tard. Je regarde les personnes ĂągĂ©es et il se peut qu’il soit plus tard que vous ne le pensez. Je regarde les jeunes gens, les jeunes filles. Regardez ces petits enfants qu’on a dĂ©couverts dĂ©pecĂ©s l’autre jour, ces petites filles qui ont Ă©tĂ© violĂ©es. Combien d’entre eux meurent chaque annĂ©e? Des milliers par des crises cardiaques, le cancer, la polio, n’importe quoi peut les tuer, les accidents de route. Nous ne savons pas si ce sera dans la jeunesse ou dans la vieillesse. Quand ce temps viendra-t-il? Quand votre carte sera-t-elle retirĂ©e du casier? Personne ne le sait, sauf Dieu. C’est juste.
    Ainsi, pendant que vous ĂȘtes ici aujourd’hui Ă  la dĂ©dicace de ce matĂ©riel, afin que les adorateurs viennent pour adorer le Dieu vivant, pourquoi ne pas nous consacrer nous-mĂȘmes pour l’adoration du Dieu vivant, et Le laisser nous remplir de Sa Personne. Et alors nous verrons la gloire de la Shekinah revenir encore dans la maison du Dieu vivant, qui est le corps humain, l’église du Dieu vivant, unie dans un grand rĂ©veil qui balayera cette contrĂ©e et les environs de ces villes, et partout ici. Alors, il y aura un tel bruit, eh bien, que les gens – les gens ne pourront pas l’arrĂȘter. Il n’y aura pas moyen de le faire.

43    Pensez-vous que vous pouviez arrĂȘter Etienne? Eh bien, il Ă©tait comme une – une maison en feu sous un grand vent. Eh bien, vous ne pouviez pas l’arrĂȘter. MĂȘme le SanhĂ©drin ne pouvait pas l’arrĂȘter, et vous savez que la mort mĂȘme ne l’a pas arrĂȘtĂ©. Il a continuĂ© Ă  vivre, et il vit aujourd’hui, et il vivra toujours car il avait la Vie Ă©ternelle, et il Ă©tait une maison consacrĂ©e au service de Dieu.

44    Je pense que ce que cette Ă©glise doit faire ce matin, considĂ©rant tout ce qui a Ă©tĂ© fait, alors que nous offrons Ă  Dieu ce bĂątiment pour le service, c’est de nous offrir aussi nous-mĂȘmes. Levons-nous maintenant, juste un instant.
    Chacun, Ă  sa maniĂšre, Ă  la maniĂšre personnelle dont vous aimez prier. Je me reconsacre moi-mĂȘme aujourd’hui, Ă  la chaire pour le service de Dieu. Je veux que chacun de vous le fasse. Alors que nous dĂ©dicaçons le bĂątiment Ă  Dieu, consacrons-nous.

45    Notre PĂšre cĂ©leste, nous sommes trĂšs humblement et sincĂšrement assemblĂ©s ici ce matin, Ă©tant pleins de reconnaissance pour l’amour que Tu as manifestĂ© Ă  cette congrĂ©gation, en leur donnant ce bĂątiment pour l’adoration, et en donnant Ă  cette congrĂ©gation ce pasteur, un ministre de la Parole.
    Et maintenant, PĂšre cĂ©leste, comme un lieu dĂ©dicacĂ© pour l’adoration, nous en tant qu’adorateurs, nous mettons de cĂŽtĂ© toute chose, toute incrĂ©dulitĂ©, toute pensĂ©e malveillante, toute chose qui n’est pas comme Toi, et quoi que ce soit qui, en nous, est contraire Ă  Ta Parole. Quoi que ce soit, tout credo, toute pensĂ©e dĂ©nominationnelle ou toute pensĂ©e qu’un voisin ou n’importe qui... ici ou lĂ -bas, ou n’importe oĂč qui viendrait Ă  nous, comme une pensĂ©e de cette personne, qu’elle soit dĂ©jĂ  partie, qu’elle soit un vase saint et sanctifiĂ©, n’importe quoi... Tout homme, ou un ange, ou un ĂȘtre, ou une rĂ©vĂ©lation, ou quoi que ce soit qui est contraire Ă  Ton plan pour ces jours, dont il est parlĂ© dans Ta Parole (... Non pas ce que quelqu’un a dit, mais ce que Tu as dit)... Car il est Ă©crit: «Que la parole de tout homme soit un mensonge, et que la Mienne soit la vĂ©ritĂ©.» S’il y a quoi que ce soit en nous qui nous empĂȘcherait de croire la vĂ©ritable Parole et de connaĂźtre la rĂ©vĂ©lation de Christ...

46    Comme Il l’avait dit Ă  Pierre: «Sur ce roc, je bĂątirai mon Église.» S’il y a quoi que ce soit de contraire Ă  cela, enlĂšve cela de nous, Seigneur. Nous mettons cela nous-mĂȘmes de cĂŽtĂ©. Nous chassons cela et nous acceptons Ă  la place cette Pierre Principale de l’angle, le Saint-Esprit qui est le fondement de la vĂ©ritable Église de Dieu. Nous acceptons Cela.
    PĂšre, bĂ©nis cette petite Ă©glise. Garde les bĂątiments debout et que les adorateurs se rassemblent ici maintes et maintes fois, Ă  chaque service. Puisse-t-il y avoir un tel amour de Dieu au milieu d’eux qu’ils ne pourraient rester Ă©loignĂ©s l’un de l’autre. Que leurs cƓurs brĂ»lent de venir se rassembler Ă  la maison de Dieu. Accorde-le, Seigneur.
    Et puissent-ils ĂȘtre tellement salĂ©s, car Tu as dit: «Vous ĂȘtes le sel de la terre.» Puissent leurs vies ĂȘtre si riches et si saines par le Saint-Esprit que toute la communautĂ© des environs dĂ©sirera ardemment ĂȘtre comme eux. Accorde-le, Seigneur. Fais d’eux des exemples. Accorde-le, PĂšre.

47    Maintenant, prends chacun de nous. Alors que nous T’offrons l’église, le bĂątiment, nous nous offrons nous-mĂȘmes Ă  Toi pour une dĂ©dicace solennelle. Et que le Saint-Esprit dans toute Sa divine puissance, dans Sa gloire de la Shekinah, descende Ă  travers l’éternitĂ© jusque dans nos cƓurs, Seigneur, et y trouve Sa demeure pour ces derniers jours, et nous appelle au service comme des messagers. Peut-ĂȘtre pas pour la chaire, mais Ă  la station-service, au baquet Ă  lessive, oĂč que ce soit, pour tĂ©moigner au laitier, au petit vendeur de journaux, Ă  qui que ce soit. Fais de nous des tĂ©moignages et des pierres vivantes remplis de la gloire de la Shekinah, du Saint-Esprit Lui-mĂȘme. Remplis nos cƓurs et nos vies, PĂšre.
    Et quand les services seront tous terminĂ©s ici sur terre, puissions-nous nous rassembler dans cette glorieuse Église appelĂ©e Épouse, sans ĂȘtre divisĂ©s, taillĂ©s Ă  nos maniĂšres particuliĂšres, selon que Dieu nous a faits. Elle sera enlevĂ©e de ce tabernacle d’habitation terrestre, et Elle sera changĂ©e en un instant, en un clin d’Ɠil, et ensemble Elle sera enlevĂ©e avec Lui, pour Le rencontrer dans les airs, pour le souper des Noces de l’Agneau. Car nous nous offrons nous-mĂȘmes dans cette Ă©glise, aussi saints et consacrĂ©s que possible pour Ton service, PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

48    Combien d’entre vous diront: «Par la grĂące de Dieu, et avec l’aide de Dieu, j’abandonne mon cƓur. Viens, Seigneur JĂ©sus, et remplis-moi de Ta bontĂ©. Fais de moi ce que Tu veux que je sois. Si je suis diffĂ©rent, et tout en Ă©tant dans l’étau oĂč Tu m’as placĂ© pour me manipuler, lĂ  oĂč j’ai le droit d’abandonner ceci ou cela, que je ne sois pas une pierre mal taillĂ©e. Mais permets-moi de m’abandonner Ă  la scie qui fasse de moi ce que je suis, ce que Tu veux que je sois.» C’est ainsi que nous le voulons, n’est-ce pas?
    Levons simplement les mains maintenant et chantons ce glorieux vieil hymne de l’église, alors que je remets le service Ă  votre pasteur.
Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
    Maintenant, fredonnons cela. Maintenant serrez la main de celui qui est Ă  cĂŽtĂ© de vous et dites: «Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, pierre de l’église et... que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre, pierre de l’église, que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Que Dieu vous bĂ©nisse, pierre. Que Dieu vous bĂ©nisse, pierre. Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse! Oh...
Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le bois du calvaire.
    Maintenant fermons les yeux, inclinons la tĂȘte, et levons les deux mains vers Lui.
Je L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’aima le premier,
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
EN HAUT