ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Viens, suis-Moi de William Branham a été prêchée 63-0601 La durée est de: 42 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Viens, suis-Moi

1     Oh! non, c'√©tait bien avant que Becky ne soit n√©e. Et ainsi, je -je me disais: "Eh bien, vous savez... je - je prends juste un bol de bouillie √† l'avoine, cela co√Ľte dix cents." Eh bien, seulement je... On me donnait mon bon et je le signais tout simplement (voyez-vous?), et je payais pour cela, je le remettais, et je le restituais parce que je b√©n√©ficiais d'une indemnit√© pour frais professionnels.
    Et un jour, pendant que nous tenions une r√©union des agents patrouilleurs, oh l√† l√†! on a demand√©: "Qui est ce cingl√© qui a remis pareille chose?" (voyez-vous?) C'√©tait le - le chef, vous savez. "Dix cents pour un d√©jeuner!" Ainsi cela semblait vraiment moins cher aux yeux des autres coll√®gues, vous savez. Certains d'entre eux le remettaient pour un dollar, voyez-vous, deux dollars pour le d√ģner. Et moi, je remettais juste exactement ce qu'il fallait. "Eh bien, ai-je dit, eh bien, maintenant il n'est pas n√©cessaire pour moi de remettre... Que devrai-je faire, si je ne mange que pour dix cents?"

2     Mr. Fields, qui √©tait l'assistant du directeur, m'a dit: "Billy, remets-le quand m√™me pour un dollar. C'est au moins ce que font les autres." Il a dit: "Tu dois en faire autant. "
    "Eh bien, ai-je dit, je ne prends jamais qu'un bol de bouillie √† l'avoine et c'est pour cela que je fais payer."
    Il dit: "Oh! Ne fais jamais cela." Eh bien, alors je me suis dit: "Qu'en ferais-je?" Apr√®s, je pouvais faire payer cinquante cents pour le d√©jeuner. Je pouvais donc pr√©lever quarante cents l√†-dessus, si je voulais effectuer une quelconque d√©pense: les donner √† des enfants dans la rue - des enfants, vous savez, qui semblaient avoir aussi besoin d'un sandwich.
    Eh bien, ensuite je me suis dit que, peut-√™tre, il se pourrait que j'aie... Bien. C'√©tait la soci√©t√© elle-m√™me qui me le disait ainsi. C'√©tait un homme de la soci√©t√©. Je me suis donc dit: "Peut-√™tre que j'ai fait quelque chose de mal."

3     Il n'y a donc pas longtemps, ici - avec un patrouilleur... Maintenant ils patrouillent en h√©licopt√®re. Voyez-vous? Il passait donc par l√† et il s'est arr√™t√©. Il a dit: "Dites donc, Fr√®re Branham"; il dit: "Cet arbre est en train de cro√ģtre."
    ‚ÄĒ J'ai dit: "Ouais." J'ai dit: "Les enfants jouent l√† en dessous." -Il a dit: "Pouvons-nous l'√©cimer?"
    ‚ÄĒ J'ai dit: "Ouais, mais ne le coupez pas. Voyez-vous?"
    ‚ÄĒ Il a dit: "Eh bien, nous voudrions le couper. Nous vous payerons pour cela."
    ‚ÄĒ J'ai dit: "Non, non. Je ne veux pas que vous le coupiez." Eh bien, moi aussi je connais les lois sur le droit de passage, vous savez, car je m'en suis occup√© pendant sept ans. Et j'ai dit: "Non, je ne veux pas qu'on le coupe, mais vous pouvez l'√©cimer." J'ai dit: "Je -je l'√©cime toujours." Mais j'ai dit: "Vous pouvez - vous pouvez l'√©cimer si vous le voulez." J'ai dit: "Fr√®re Wood et moi, nous nous appr√™tons √† l'√©cimer. Nous √©cimons tous les autres par ici." Et j' ai dit: "Mais celui-l√†, nous aimerions le conserver l√† pour les enfants. Joe et les autres, vous savez, les petits amis qui jouent sous cet arbre."

4     Je suis all√© en voyage; lorsque je suis revenu, il avait √©t√© sci√© et d√©racin√©. Oh, quel proc√®s cela aurait pu √™tre contre cette soci√©t√© (voyez-vous?) pour avoir coup√© cet arbre! Voyez-vous? Et ainsi, je me suis dit: "Bon, bon." J'ai dit: " Seigneur, je n'en ferais m√™me pas mention." Voyez-vous? Si - s'il y a quelque chose que je - que je - √† ce sujet, remettant parfois - ne mangeant que pour dix cents alors que j'ai d√Ľ remettre pour cinquante cents. Voyez-vous? J'ai dit: "S'il y a quelque chose √† ce sujet, qu'il y ait une compensation (voyez-vous?) afin que - afin que je - afin que je le mentionne. Voyez-vous? Pour que je..." Et j'ai cess√© d'y penser. J'√©tais alors dans une soci√©t√© d'utilit√© publique (voyez-vous?), car cela doit avoir eu lieu, il y a bien longtemps. Nous devons faire attention √† ce que nous faisons. Nous devrons rencontrer cela un jour.

5     Venez par ici, les enfants. Ta m√®re √©tait ici aujourd'hui, Trudy. Je pense que tu ne - tu ne le savais pas. Comme je peux le constater, cela a √©t√© en quelque sorte, une surprise. Et tu es sur le point de recevoir ton dipl√īme. Et nous avons effectu√© ce voyage ensemble jusqu'ici. Et j'en arrive maintenant √† la r√©union. Imm√©diatement apr√®s cette r√©union, nous allons rentrer √† la maison. J'ai pens√© que ce serait une bonne occasion de vous parler √† vous tous; et puis, j'ai √©galement pens√© qu'il serait bien de parler aux enfants, juste un peu, avant la remise de leurs dipl√īmes. Lire un verset de la Bible et juste vous parler du fond de mon coeur pendant environ dix minutes... Je vous quitterai en douceur. Voyez-vous?

6     Avant que je ne m'adresse √† vous, les enfants, j'aimerais simplement parler juste un instant aux adultes...?... √† vous tous. C'est... maintenant, peut-√™tre -peut-√™tre un voyage fatigant. C'√©tait un... Mais l'exp√©rience que j'ai acquise de Dieu - j e n'accepterais pas dix mille dollars en √©change de ce que j'ai appris du Seigneur depuis que je suis ici. Je crois vraiment que je suis venu en pleine ob√©issance √† l'ordre du Tout-Puissant, et je - j'esp√®re pouvoir demeurer toujours ainsi. Et il y a un...

7     Quand je suis venu, d'abord, c'√©tait d'apr√®s une vision dans laquelle je me tenais ici au-dessus de Tucson lorsqu'une d√©flagration a retenti. Fr√®re Fred √©tait l√† lorsqu'elle a retenti. Et on a pris cette photo-l√†, vous savez, dans le ciel. Et je n'y pensais pas beaucoup, je ne l'avais jamais remarqu√©. Puis, l'autre jour, cela a commenc√© √† m'impressionner, d'une certaine fa√ßon. Et Fr√®re Norman, le p√®re de Norma ici, m'a parl√©, disant: "Avez-vous remarqu√© ceci?"
    Et aussit√īt que j'ai regard√©, l√† m√™me se trouvaient ces Anges, tout aussi visibles que possible. Ils √©taient l√† m√™me, sur cette photo. Voyez-vous? J'ai regard√© pour voir √† quel moment cela a eu lieu, et c'√©tait au moment - le m√™me - environ un ou deux jours avant, ou plut√īt un ou deux jours apr√®s que j'eus √©t√© l√†. J'ai observ√© l'endroit o√Ļ c'√©tait arriv√©, c'√©tait au nord-est de Flagstaff, ou plut√īt de Prescott qui est en dessous de Flagstaff. Eh bien, c'est juste l√† o√Ļ nous nous trouvions (voyez-vous?), tr√®s exactement.

8     √Ä 26 miles [42 Km - N.D.T.] d'altitude - eh bien, la vapeur, l'humidit√© ou n'importe quel genre de brouillard, ou quoi que ce soit, ne peut s'√©lever au-del√† de 4 - 4 miles [6,5 - 6,5 Km] ou de 5 miles [8 Km] d'altitude. Voyez-vous? Les avions volent √† dix-neuf milles. C'est pour s'√©lever au-dessus de tous les nuages. Voyez-vous? Et dix-neuf milles √©quivalent √† environ 4 miles [6,5 Km] altitude. Ceci mesure 26 miles [42 Km] de hauteur et 30 miles [48 Km] de largeur, et c'est en forme de pyramide, si vous avez observ√© la photo.
    Et √† droite, comme je vous l'avais annonc√©, j'ai √©t√© frapp√© par cet Ange remarquable, le voil√†, la poitrine bomb√©e, les ailes en arri√®re, apparaissant nettement, juste exactement comme c'√©tait. Je ne l'avais jamais remarqu√© quand pour la premi√®re fois cela... Il y a tellement de choses qui sont...

9     Pendant que je descendais la route l'autre jour, quelque chose s'est produit et cela m'a parl√© de ce que je -je dois faire. Et c'est un - ce n'est pas mon message. Une fois, L√©o Mercier disait- disait: "Fr√®re Branham, un temps viendra apr√®s ceci", (il l'a dit il y a de cela cinq ou six ans, peut-√™tre sept), il dit: "Le Seigneur va changer votre minist√®re, Fr√®re Branham." Et il dit: "Quand Il le fera, probablement, vous allez simplement aligner les h√īpitaux et faire sortir les gens des - des lits et autres par une parole."
    Cela ne semblait pas juste, quoique je croie que Fr√®re L√©o essayait d'√™tre sinc√®re √† ce sujet. Mais cela ne semblait pas juste parce que (voyez-vous?) notre Seigneur J√©sus n'a jamais fait cela. Voyez-vous? Et Il entrait dans les h√īpitaux. Il y avait quelqu'un dans cet h√īpital. Vous rappelez-vous o√Ļ c'√©tait dans la Bible? La piscine de Bethesda. Une impressionnante multitude de gens impotents, boiteux, estropi√©s, aveugles, atrophi√©s, √©taient √©tendus l√†, dans l'attente de l'Ange.

10     Maintenant, c'√©tait dans un h√īpital spirituel o√Ļ les gens attendaient la gu√©rison Divine. Et le Gu√©risseur Divin Lui-m√™me y entra, gu√©rit une seule personne et s'en alla. Ainsi, vous ne pouvez donc pas vous attendre √† ce qu'un homme mortel ou un minist√®re apparaisse et soit plus grand que celui-l√†. Voyez-vous? Je ne pouvais pas accepter cela.
    Mais comme je me retournai, le Saint-Esprit vint sur moi. Je demandai un bic √† L√©o. Je pris un morceau de papier et √©crivis cela. Et cela se trouve aujourd'hui dans sa roulotte, si jamais vous allez o√Ļ elle se trouve. Il s'agit de cette vieille roulotte en aluminium, l√† o√Ļ je gardais les appareils de manutention. Juste quand vous entrez, il y a un rayon √† droite, juste √† l'avant de la roulotte. Cela se trouve l√† en dessous. Je l'ai plac√© l√†. J'ai dit "Un jour, vous pourrez le faire sortir." Dieu ne changera jamais le minist√®re, mais Il changera l'homme qui a le minist√®re. C'est ce qui doit √™tre fait. Vous voyez, je -je sais ce que je dois faire, mais je - je ne peux pas - je ne peux pas le faire dans l'√©tat o√Ļ je suis maintenant, parce que je dois... Quelque chose doit se passer en moi, qui va amener Dieu √† faire cela.

11     Nous avons l'intention de rentrer √† la maison. Les enfants ont de la nostalgie, ils veulent tous rentrer. Ainsi, je compte les ramener, le Seigneur voulant, peut-√™tre apr√®s le service de samedi. Et ainsi... rentrer... De l√†, je ne sais pas. Mais je sais qu'aussit√īt que quelque chose se passera en moi pour m'amener √† avoir envers les gens des sentiments diff√©rents de ce que je ressens maintenant... J'avais rejet√© les - les gens (voyez-vous?), et je -je ne voulais plus rien avoir √† faire avec eux. Vous savez ce que je veux dire - ce que j'appelle "Ricky" et "Ricketta". Ils avaient... Les choses qu'ils avaient faites. J'ai pr√™ch√© en toute sinc√©rit√©, et Dieu a confirm√© cela de toutes les mani√®res. Mais si eux ne voulaient pas croire cela, eh bien, il fallait alors les laisser tranquilles. J'allais rejoindre Bud l'automne prochain, commencer √† m'√©quiper l√†-bas, attendre dans le d√©sert, laisser pousser les cheveux et la barbe. Et si le Seigneur voulait que j'aille quelque part, Il m'adresserait une Parole et je descendrais accomplir cela.
    Et l'autre jour, quand je venais sur la route, Il m'a arr√™t√©. Et j'ai vu l√† o√Ļ le - o√Ļ j'en arrivais. Je suis -je suis en route vers quelque chose d'autre maintenant. Et je me disais qu'aussit√īt arriv√© √† la maison, je ferai ce qu'on appelle un entretien √† coeur ouvert, que j'enregistrerai peut-√™tre. Et ensuite... et afin que le public puisse comprendre la raison de ce brusque changement.

12     Maintenant, vous les enfants, ayons juste... ayons un petit mot de pri√®re.
    Seigneur J√©sus, nous sommes reconnaissants pour ce moment, sachant que nous sommes r√©unis ici, jeunes et vieux, et ceux d'entre deux √Ęges. Et nous nous sommes rassembl√©s, une fois de plus, de ce c√īt√©-ci de l'Eternit√©, pour parler de Toi et des choses qui concernent la Vie √Čternelle.
    Et ces jeunes assis ici √† l'int√©rieur ce soir, certains d'entre eux vont recevoir leurs dipl√īmes, d'autres ont d√©j√† re√ßu les leurs. Mais je me rends compte, Seigneur, que juste quelques heures avant la grande secousse ou la grande d√©flagration, quelque chose a eu lieu l√†, √† la montagne, au nord de Tucson, quand les Anges du Seigneur sont descendus. Je me rappelle ce qui avait √©t√© dit et - et sp√©cialement au sujet des jeunes gens. Je Te prie, Seigneur, de nous aider √† comprendre. Et que je sois capable, ce soir, de dire √† ces jeunes gens quelque chose qui les aidera tout au long du voyage, car Seigneur, nous avons tous besoin de cette aide en ce temps-ci.

13     B√©nis-nous ensemble. Pardonne nos p√©ch√©s. Et si depuis que nous sommes ici nous avons fait quelque chose qui T'aurait d√©plu, nous prions que Tu nous le pardonnes. Car nous nous rendons compte aujourd'hui que nous n'avons aucune garantie pour le lendemain. Nous ne savons pas ce que nous r√©serve le lendemain. Nous devons √™tre pr√©par√©s aujourd'hui √† affronter le lendemain.
    Et Dieu notre P√®re, il n'y a qu'un seul moyen que nous connaissons pour faire cela c'est de nous pr√©parer √† Te voir. Car nous nous rendons compte que bient√īt nous allons tous faire cela. Et nous devons l'affronter un jour, soit en paix en tant qu'ami ou enfant, soit en tant qu'ennemi. Loin de nous, Seigneur, d'√™tre autre chose que Tes propres enfants bien-aim√©s. Accorde ces choses que nous demandons au Nom de J√©sus. Amen.

14     Aujourd'hui, pendant que je sarclais l'herbe tr√®s t√īt ce matin, j'ai trouv√© un passage dans la Bible que j'ai cru √™tre une bonne chose √† lire en ce moment-ci. Et c'est un... peut ne pas √™tre tr√®s frappant, et appropri√©, mais j'ai juste pens√© parler pour un -juste pour un petit moment. J'aimerais lire cela dans le 18e chapitre de Saint Luc. Tous les quatre √©crivains de l'Evangile ont √©crit l√†-dessus. Chapitre 18 et verset 18
    Et un chef l'interrogea, disant
    Bon Ma√ģtre, que dois je faire pour h√©riter la Vie √Čternelle?
    Et J√©sus lui r√©pondit: Pourquoi M'appelles-tu bon? Nul n'est bon, sinon un Seul, Dieu.
    Tu connais les commandements: Ne commets point adult√®re; ne tue point; ne vole point; ne dis point de faux t√©moignage; honore ton p√®re et... ta m√®re.
    Et il dit: J'ai gard√© et observ√© toutes ces choses depuis mon jeune √Ęge. Et quand J√©sus eut entendu cela, Il lui dit: Il te manque encore une chose: vends tout ce que tu as, et distribue-le aux pauvres et tu auras un tr√©sor dans les cieux: viens, suis-Moi.
    Je pense que l'expression "Viens, suis-Moi" serait le meilleur conseil que je pourrais donner, si je parlais √† dix mille enfants ou si je parlais juste √† ceux √† qui je parle. C'est un ordre et c'est l'occasion la plus glorieuse, je pense, qui ait jamais √©t√© offerte √† quelqu'un et sp√©cialement √† une jeune personne: "Suis-Moi."

15     Vous aurez toujours √† suivre quelqu'un. Maintenant, juste vous... Vous pouvez vous en souvenir: vous aurez toujours √† suivre quelqu'un. Et la fa√ßon dont vous suivez cette personne - soyez s√Ľr de celui que cette personne est en train de suivre. Voyez-vous? Nous... Paul a dit une fois: "Soyez mes imitateurs comme je le suis de Christ." En d'autres termes: "Suivez-moi juste comme je suis Christ."
    Et maintenant, √† ce tournant d√©cisif, √† cette - cette √©tape de la vie que nous traversons tous... Et plusieurs fois vous m'avez entendu crier "Ricky", "Ricketta" et consorts. Ce - C'est l'√Ęge. C'est l'√Ęge dans lequel nous vivons. Il ne s'agit vraiment pas de ces gens.

16     Ces gens sont des hommes comme nous. Ces enfants, l√†-bas, avec ces bolides parcourant les rues, et se m√©conduisant comme ils le font, fumant la cigarette et buvant des liqueurs, et des jeunes filles habill√©es de fa√ßon immorale et ainsi de suite, ce sont des jeunes filles et des gar√ßons comme nous. Voyez-vous? Ce sont des humains. Ils aiment, ils mangent, ils boivent, ils dorment, ils respirent, ils doivent mourir. Ce sont juste des hommes comme nous.
    Et pourtant ils sont - ils sont poss√©d√©s d'un mauvais esprit. Ils ne le savent pas. Ce n'est pas √† cause des - des gens, mais c'est parfois √† cause d'un conducteur qu'ils suivaient, qui les a conduits sur une mauvaise voie.

17     Maintenant, vous jeunes filles et jeunes gar√ßons, vous en savez mieux que cela. Vous savez, vous avez √©t√© mieux enseign√©s que cela. Vous avez eu de meilleurs parents, une √©ducation plus saine et vous ne pouvez donc pas faire pareille chose. Vous en savez mieux que cela. Mais pas eux. Voyez-vous? C'est parce que les √©glises qu'ils fr√©quentent sont des √©glises modernes - modernistes. Et ils - ils vivent juste √† la page, plus populaires et, oh l√† l√†! ce qui est... Les moeurs deviennent pour eux des vertus. Voyez-vous? Ainsi, ils... ce que... Comme j'ai une fois suivi dans un film que j'ai vu ici, il n'y a pas longtemps, sur Sodome et Gomorrhe, o√Ļ cette femme poss√©d√©e de d√©mons disait √†- √† Lot: "Ce que vous qualifiez d'immoral, moi je l'appelle vertu."
    J√©sus a dit: "Comme il en √©tait aux jours de No√©, ainsi en sera-t-il √† la Venue du Fils de l'homme." Ainsi, nous sommes retourn√©s √† cette condition.

18     Observons pendant quelques minutes cet homme dont nous avons lu le r√©cit. Sans doute, cet enfant √©tait n√© dans une bonne famille, comme vous l'√™tes, vous les enfants. Il √©tait √©lev√© par de bons parents car cela se confirma lorsque J√©sus lui pr√©senta les commandements de Dieu; il dit: "Je les ai observ√©s depuis mon jeune √Ęge." Cela prouva qu'il avait - qu'il avait √©t√© - qu'il avait √©t√© bien √©lev√©. Il n'√©tait pas du tout un rat√©, ni... vous savez. Il - il avait √©t√© √©lev√© de fa√ßon √† discerner ce qui est juste - des enfants comme vous tous. Probablement qu'il avait grandi aux pieds d'un papa et d'une maman craignant Dieu, qui s'occupaient de - qui - qui l'enseignaient correctement lorsqu'il √©tait enfant. Certainement que c'est une bonne chose.

19     Peut-√™tre que lorsqu'il √©tait encore un petit enfant, sa m√®re avait de grandes ambitions sur lui, d√©sirant qu'un jour il devienne un grand homme. Son p√®re gagnait assez d'argent pour financer son instruction et - et lui accorder une instruction dont il pouvait... Il pouvait en sortir avec une bonne instruction et √™tre √† m√™me de devenir quelqu'un dans le monde.
    Et avec la sinc√©rit√© de ce papa et de cette maman qui √©duquaient cet enfant - et peut-√™tre qu'il en arriva au moment de recevoir son dipl√īme comme vous (voyez-vous?), au moment o√Ļ il terminait ses √©tudes, et avait acquis son instruction. Sans doute qu'il faisait, peut-√™tre, la fiert√© et la joie de vivre de - de cette maman et de ce papa. Sans doute qu'√† leur √©poque, il avait de beaux chevaux comme vous, vous avez des automobiles, et un bon papa et une bonne maman comme vous en avez vous tous, qui veillent √† ce que vous ayez de bons habits et- et une voiture et que vous puissiez - et jouir tout simplement de la vie -juste quelque chose comme ce que vous avez aujourd'hui.

20     Et le p√®re et la m√®re avec le - priaient constamment que - que leur fils ne devienne pas juste un homme ordinaire, mais qu'il devienne un homme remarquable. Tous les parents d√©sirent cela. Avez-vous entendu J√©sus se r√©f√©rer √† ce commandement: "Honore ton p√®re et ta m√®re"? Puis, Il s'arr√™ta. Voyez-vous?
    Et c'est cela l'ambition de tout parent: faire le meilleur possible pour leurs enfants, leur assurer une instruction et leur donner des choses que, peut-√™tre, eux n'√©taient pas capables d'avoir. C'est ce que je pense pour mes enfants.
    Des fois, je me dis qu'en allant √† l'√©cole... Maintenant, je me dis... Envoyer Becky, Sarah et Joseph dans ces √©coles secondaires et consorts o√Ļ il y a tout ce laisser-aller... Je pense que je ferais mieux de les prendre et de les ramener √† la montagne et - et les √©lever l√†, afin qu'ils aient - comme vivent les Indiens.

21     Mais voici ce qu'il en est: ce qui est dans l'enfant finira par se manifester. Peu importe l'endroit o√Ļ il se trouve, cela doit - cela va se manifester. S'il y a du mal, cela se manifestera dans le camp indien. S'il y a du bien, cela se manifestera dans n'importe quel camp. Voyez-vous? Il s'agit de ce qui est dans l'enfant, du caract√®re de l'enfant, de ce qui est au-dedans de vous. Et ce que vous √™tes maintenant, c'est ce que vous serez probablement le reste de votre vie. Vous √™tes √† l'√©tape o√Ļ s'op√®re le changement.
    Savez-vous quoi? Quatre-vingt-six pour cent des conversions √† J√©sus-Christ se font avant vingt et un ans. Cela est confirm√©, les statistiques le prouvent. Quatre-vingt-six pour cent de ceux qui viennent √† Christ viennent avant vingt et un ans. Apr√®s avoir d√©pass√© cet √Ęge, vous devenez plus model√© ou ancr√© dans vos voies. Oh! Bien s√Ľr que c'est possible. Ils viennent √† soixante-dix, quatre-vingts ans. Mais cela est tr√®s rare.
    Voyez-vous, vous vous formez lorsque vous √™tes jeune. Vous fixez vos ambitions sur ce que vous voulez faire et ce que vous essayez d'accomplir dans la vie. Vous y pensez et quand vous y pensez, naturellement, votre pens√©e... Cela est pr√©sent√© √† votre esprit par quelque chose d'inconnu qui - qui domine votre esprit. Et puis quand cela vient dans votre esprit, alors vous le proclamez, disant que vous allez l'accomplir. Et alors, vos ambitions vous conduisent vers cela.

22     Ainsi, le p√®re et la m√®re s'attendaient √† ce que ce jeune homme- ses ambitions de devenir important - assez d'argent pour accomplir cela, et puis, sans doute qu'ils avaient pri√© pour que ce - ce jeune gar√ßon puisse - puisse avoir cette opportunit√©. Vous voyez, ils - ils avaient fait tout ce qu'ils pouvaient faire. Il avait peut-√™tre accumul√© beaucoup de beaux chevaux et - et peut-√™tre qu'il √©tait tr√®s populaire parmi les femmes. Et ce qui pourrait s'appliquer aux hommes pourrait de m√™me s'appliquer aux femmes, et vice-versa. Voyez-vous? Parce que nous parlons de la vie humaine, des √Ęmes, des hommes et des femmes.
    Et alors, apr√®s toute cette opportunit√© qu'avait le gar√ßon (Voyez-vous?), il atteignit le "chemin facile" , comme nous l'appelons, un niveau o√Ļ il ne devait pas trop se soucier. Ses parents avaient de l'argent. Il avait... Il √©tait tr√®s... Il √©tait devenu un chef. La Bible se r√©f√®re √† cela ici, au - comme √©tant le jeune - riche, le jeune chef. Et nous voyons le - il √©tait devenu un... Il √©tait chef √† bas √Ęge, peut-√™tre dans son adolescence juste apr√®s l'√©cole, juste apr√®s l'obtention de son dipl√īme, peut-√™tre quelques semaines avant ou quelque chose comme cela. Et il avait tout ce que pouvaient d√©sirer les coeurs.

23     Et le gar√ßon n'√©tait pas un Ricky moderne. Il √©tait un bon enfant. Je crois que quand Luc √©crivit √† ce sujet ou plut√īt je crois que c'√©tait Marc - J√©sus le regarda et soupira, parce qu'Il l'aima. Voyez-vous? Il y a quelque chose dans cet enfant , il y avait une bonne personnalit√© dans cet enfant. D'o√Ļ venait-il? D'une bonne famille qui lui avait enseign√© les commandements de Dieu et avait veill√© √† ce qu'il les observ√Ęt.
    Et il avait fait cela depuis son jeune √Ęge. Et le jeune homme avait une ambition: il voulait la Vie √Čternelle. Il dit: "Bon Ma√ģtre, que puis-je faire pour h√©riter la Vie √Čternelle?"

24     Voyez-vous, malgr√© tout ce que vous avez acquis dans ce monde, pourtant vous - l'√Ęme, au-dedans de vous, vous dit qu'il y a quelque chose dont vous avez besoin, que vous n'avez pas re√ßu. Juste par la richesse... Ou cela ne doit pas toujours √™tre la richesse. Cela pourrait √™tre la popularit√©, - une jolie jeune fille, elle a sa beaut√© √† laquelle elle peut penser. Peut-√™tre qu'elle est tr√®s populaire √† l'√©cole. Peut-√™tre que le gar√ßon peut avoir n'importe quelle jeune fille qu'il d√©sire. Il sent qu'il est en quelque sorte en s√©curit√©. Ce n'est pas cela la s√©curit√©. Cela fanera tout comme la fleur dans le champ. Voyez-vous? √áa dispara√ģtra. √áa ne fera pas longtemps, juste quelques tours du soleil et c'en est fini. Pourtant vous avez une √Ęme qui doit vivre √©ternellement.

25     Et ce jeune homme devait avoir une bonne personnalit√© parce qu'il s'√©tait pr√©sent√© √† genoux devant le Seigneur J√©sus. Il fl√©chit son genou. Il dit: "Bon Ma√ģtre, que puis-je faire pour avoir la Vie √Čternelle?"
    Il r√©pondit: "Pourquoi M'appelles-tu bon", (Il dit), "alors que tu sais qu'il n'y a qu'un seul qui est bon, et c'est Dieu?" Voyez, qu'est-ce que le jeune homme avait exprim√© par cela? Qu'Il √©tait Dieu. Voyez-vous?
    Il dit: "Tu connais les commandements. Observe-les."
    Il dit... Il a donc dit: "Quels commandements, Ma√ģtre?"
    Il r√©pondit: "Les commandements tels que `Honore ton p√®re et ta m√®re' et ainsi de suite."
    Il dit: "J'ai observ√© cela depuis mon enfance. (Voyez-vous?) Je l'ai fait."
    Il dit: "Il te manque encore une chose. Va, vends tout ce que tu as et distribue-le aux pauvres, et suis-Moi."
    Quelle opportunit√©! √ßa pouvait √™tre Pierre, Jacques, Jean ou l'un d'eux. Voyez, cet enfant avait √©t√© √©duqu√© et √©lev√© correctement, et il avait √©t√© pr√©sent√© √† Christ pour qu'Il l'utilis√Ęt avec tout le potentiel utilisable qu'il avait: probablement l'instruction, la jeunesse, la richesse, l'influence l√† o√Ļ il aurait bien pu pr√©senter l'Evangile, et pourtant il rejeta cela. Quelle incons√©quence √©tait-ce pour ce jeune homme! Voyez-vous?

26     "Suis-Moi." Maintenant remarquez, il devait suivre quelqu'un. Maintenant, il devait soit suivre l'influence des gens avec lesquels il √©tait associ√© -l'influence d'une certaine jeune dame, l'influence d'une bande de jeunes gens avec lesquels il s'√©tait associ√©, ses condisciples d'√©cole, soit suivre J√©sus-Christ. Avec toute sa bont√©, il savait cependant qu'il n'avait pas la Vie √Čternelle.
    Mes enfants, c'est √† cela que vous devez penser. Voyez-vous? Maintenant, consid√©rez ce gar√ßon ce soir, ce qu'il aurait pu √™tre et ce qu'il est, ce qu'il est ce soir. Il est quelque part. C'√©tait un homme. Il est quelque part. Il attend le jugement. Il attend d'affronter le jugement en ce jour-l√†. Il avait rejet√© la m√™me occasion qui vous est pr√©sent√©e, √† vous les enfants, presque dans les m√™mes circonstances: de bons enfants avec une bonne personnalit√©, ayant de braves p√®res et m√®res comme vous en avez. Il ne vous est m√™me pas n√©cessaire de travailler √† moins que vous le d√©siriez. Voyez-vous?

27     Mais il y a autre chose qui va avec cela. Il y a quelque chose qui va avec cela. Ce soir, cette Parole-l√† n'est jamais morte. Elle est toujours un d√©fi √† chaque jeune homme, √† chaque jeune femme. "Suis-Moi." Voyez, les paroles ne meurent pas. Chaque fois que vous prononcez quelque chose, souvenez-vous-en bien, que √ßa soit en secret √† bord de votre voiture, que √ßa soit √† la chaire, que √ßa soit l√† au coin de la rue avec votre ami ou amie, o√Ļ que √ßa soit, √ßa ne meurt jamais. √áa - √ßa doit vivre pour toujours.

28     Quand j'ai vu cette fille-l√† que je -l'autre soir dans la vision: une jolie jeune fille, une actrice d'Hollywood, et je l'ai vue mourir, √©tendant le bras pour essayer d'appeler au secours. Et elle est morte d'une crise cardiaque. Mademoiselle Monroe. Ainsi, cela fait deux ans que je l'ai vue mourir. Et deux jours apr√®s, elle √©tait effectivement morte.
    Et puis l'autre soir, j'ai entendu la voix de cette fille-l√†. Comment? Les enfants me disaient: "Papa, tu vas tout le temps √† cette rivi√®re `River of No Return'." Ils ont dit "Ils ont un film l√†-dessus ce soir." "Ils m'ont dit une ou deux semaines en avance qu'il passerait un certain soir. Je me suis dit: "Eh bien, j'aimerais voir cela, parce que je me suis rendu √† cette rivi√®re deux ou trois fois, environ cinq fois, je pense."
    Eh bien, je suis all√© voir cela, et c'est Mademoiselle Marilyn Monroe qui l'avait jou√©. Certes, c'√©tait la fille que j'avais vue en vision. Et elle √©tait l√† dans le film - et les actions, l'acte m√™me qu'elle avait pos√© √† la rivi√®re "River of No Return" quand elle jouait ce film -l√†, il y a peut-√™tre quinze ans. C'est un vieux film d'il y a peut-√™tre vingt ans. Et elle √©tait morte depuis deux ans, mais la voil√†, de nouveau vivante. Chaque action et chaque parole (voyez-vous?), c'est toujours enregistr√© sur la bande magn√©tique de sorte que cela est encore vivant.

29     Non seulement cela, mais chaque chose que nous disons reste vivante. Chaque parole que nous pronon√ßons ne peut mourir. Il y a pr√©sentement des paroles et des images des gens qui traversent cette salle. La t√©l√©vision capte cela. Vous pouvez parler juste ici et on vous √©coute √† travers le monde √† la seconde m√™me. M√™me avant que vous n'entendiez cela dans cette salle, cela parcourt le monde par l'√©lectronique. Et le grand √©cran de Dieu capte cela. Et chaque mouvement que vous faites et chaque acte que vous posez, vous aurez √† les rencontrer au jugement. Voyez-vous? Ainsi, jeune homme, il est convenable que vous vous arr√™tiez et que vous r√©fl√©chissiez sur ces choses (voyez-vous?) parce que vous rencontrerez cela de nouveau. Voyez-vous?

30     Suivons ce jeune homme - l'occasion qui lui avait √©t√© offerte. Et mettez-vous √† sa place - et jeune fille, faites juste de m√™me, qui que vous soyez, Becky, Marilyn. Juste comme... juste comme si vous √©tiez √† sa place et que vous pouviez entendre cette voix qui est toujours vivante... Elle est toujours vivante. Elle se meut toujours. La science affirme que d'ici vingt ans on captera Sa Voix litt√©rale, Celle qu'Il fit entendre il y a deux mille ans. Elle est toujours vivante. C'est comme un caillou qui tombe dans l'oc√©an. La vague ne s'arr√™te jamais. Elle parcourt des milliers des kilom√®tres jusqu'au rivage, ensuite elle revient.

31     D√®s qu'une voix est une fois lanc√©e comme cela dans l'air, elle ne meurt jamais. Il n'y a rien que vous puissiez dire au jugement; elle est bien l√†. Il y aura la Voix de J√©sus-Christ invitant ce jeune homme: "Suis-Moi." Et lui appara√ģtra √† l'√©cran, rejetant cela, ce qui est pitoyable; parce qu'il avait de grandes richesses. Voyez-vous?
    Nous pourrions m√™me ne pas √™tre - doit toujours √™tre de l'argent. Cela peut √™tre autre chose. Voyez-vous? Tout ce que nous estimons plus pr√©cieux que cet appel (voyez-vous?), cela devient comme de l'argent pour nous. Cela devient quelque chose qui nous corrompt.

32     Maintenant, suivons-le un peu. Qu'est-il arriv√© lorsqu'il s'est d√©tourn√©? Il n'a pas √©cout√© cette Voix de Christ. Il est parti avec ses amis. En effet, vous enfants, vous √™tes tous de bons enfants, et vous √™tes oblig√©s d'avoir des amis. Mais veillez au genre d'amis que vous avez. Si cet ami suit Christ, fr√©quentez cet ami. Suivez aussi Christ. Mais s'il ne le fait pas, ne le fr√©quentez pas.
    Observons-le. Nous d√©couvrons - peut-√™tre qu'il garda ses amis. Il devint un grand chef. Il √©tait donc un chef. Plus tard nous d√©couvrons qu'il devint si prosp√®re qu'il - il d√Ľ construire des granges suppl√©mentaires pour y stocker ses affaires. Et il se dit alors, apr√®s qu'il fut devenu √Ęg√© et que les soucis de la jeunesse et autres furent pass√©s... Peut-√™tre que tout ce qu'il faisait, c'√©tait de se divertir.

33     Quand... Pour un vieil homme et une vieille femme comme moi, et ma femme, vos mamans et vos papas, il n'y a presque rien √† quoi ils peuvent penser. Ils ne peuvent pas - ils n'ont pas le d√©sir de sortir et - et de parcourir les rues, vous savez, comme le feraient les jeunes gens et les jeunes filles. Des rendez-vous, et qui sera votre femme ou votre mari ou... vous comprenez, eux n'ont pas cela √† l'esprit. Ils - ils ont des enfants, ils sont int√©ress√©s... c'est ce que vous serez vous tous demain, s'il y a un lendemain. Voyez-vous?.
    Et un... Voyez, alors le jeune homme avec - peut-√™tre qu'il ne s'√©tait jamais mari√©. Et pourtant, il √©tait un grand chef. Et il s'est install√© sur... Comme √ßa se fait encore aujourd'hui √† J√©rusalem, on mange en plein air, sur la terrasse en ce moment de la journ√©e, quand il fait frais le soir. Et nous trouvons un autre personnage qui appara√ģt √† c√īt√© de lui: un mendiant.

34     Et cet homme, pourtant √©duqu√© √† - √† honorer les voisins et √† faire aux autres ce que les autres font pour vous... voyez-vous, en rejetant cet appel de Christ, finalement... Il semblait qu'un gar√ßon √©lev√© dans un foyer comme cela, que cela ne pourrait jamais s'√©loigner de lui, mais ce fut le cas. Cela fut le cas.
    Et l√†, √† la porte, √©tait √©tendu un homme du nom de Lazare, qui mendiait en vain de la nourriture aupr√®s de lui. Il aurait bien voulu manger les miettes qu'il faisait tomber, m√™me pas au mendiant, mais aux chiens... Et il √©tait couvert de plaies... Mais cet homme avait √©t√© si raffin√© dans la soci√©t√© que par la suite il n'√©prouvait plus de sentiments. Il devint insensible parce qu'il avait rejet√© cette offre de Christ.
    Puis, peut-√™tre qu'un soir, cette fois-ci, il organisait son toast avec des vins fins et de jolies femmes par√©es de bijoux l'entourant et des choses semblables. Il avait tout ce que son coeur pouvait d√©sirer. Et pendant qu'il prenait son toast, le mendiant couch√© √† la porte... Et le lendemain matin, avant le point du jour, il √©tait en enfer en train de crier √† tue-t√™te que Lazare aille lui mettre de l'eau sur la langue: changement de sc√®ne.

35     Et vous remarquez que lorsqu'il dit: "P√®re Abraham..." Maintenant, il se rappelait encore qu'Abraham √©tait le p√®re des Juifs. Il dit: "P√®re Abraham, envoie ce mendiant Lazare ici avec un peu d'eau sur ses doigts pour mettre sur mes l√®vres. Ces flammes me tourmentent."
    Il dit... Et Abraham r√©pondit carr√©ment: "C'est... Je ne peux pas le faire." "Et en plus de tout cela, (voyez-vous?) tu as eu ta chance dans la vie."
    Quand l'avait-il eue? C'est lorsque J√©sus avait dit: "Suis-Moi." Mais lui avait rejet√© cela. Il suivit la voie qui lui permettait de gagner de l'argent. Et c'est tr√®s bien, il n'y a rien de mal dans le fait de gagner de l'argent. Mais suivez J√©sus pendant que vous faites cela. Voyez-vous? Il suivit l'autre voie avec la foule. Et vous constaterez qu'il dit - et Abraham dit: "Et en plus de tout cela, il y a un gouffre √©tabli entre toi et lui, que personne n'a jamais travers√© et ne traversera jamais. Ceux qui sont l√†-bas ne peuvent pas venir ici, et ceux qui sont ici ne peuvent pas aller l√†-bas. C'est ainsi √©tabli. Personne ne l'a travers√© ni ne le traversera."

36     √Čcoutez-le donc, il veut alors devenir √©vang√©liste. L'appel que J√©sus lui avait lanc√© pour - pour Le suivre avait - et pour devenir un gagneur d'√Ęmes en tant que jeune homme lui revint de nouveau. Il se souvint qu'il avait cinq fr√®res l√† sur la terre, et il ne les voulait pas en ce lieu-l√†. Il a dit: "Renvoie alors Lazare dire √† mes fr√®res de ne pas venir par ici." En d'autres termes, qu'ils acceptent l'appel: "Suis-Moi." Voyez-vous?
    Mais il dit ceci: "Ils - ils ne le feront pas."
    Il dit: "Bien s√Ľr, si quelqu'un ressuscitait des morts, comme Lazare, et qu'il retournait le leur dire..."
    Voyez-vous, cela montre qu'apr√®s la mort, l'on est toujours conscient. Il s'en souvenait. Abraham dit: "Fils, souviens-toi que durant tes jours..." voyez-vous? Vous continuez √† vous rappeler; vous ne perdez pas votre m√©moire. Vous vous rappelez.
    Et les souvenirs que cet homme pouvait avoir, tout en √©tant en ce m√™me endroit, c'√©tait l'occasion qu'il avait eue d'entendre J√©sus dire: "Suis-Moi." Mais lui avait suivi la mauvaise personne, la mauvaise compagnie. Il s'√©tait joint √† la mauvaise compagnie et avait fr√©quent√© le mauvais milieu. Il a fini dans la mauvaise √©ternit√©: √™tre an√©anti en ce jour-l√† pour toujours loin de Dieu.

37     J√©sus aussi a fait une forte et frappante d√©claration: "Quand bien m√™me quelqu'un ressuscitait des morts et retournait, ils ne pourraient pas √™tre persuad√©s, car ils ont Mo√Įse et la loi, et s'ils ne veulent pas √©couter cela, alors ils n'√©couteront pas quand bien m√™me quelqu'un ressuscitait des morts. Ils ne seront pas persuad√©s."
    Pourquoi? Pourquoi? Les lois disent-elles pareille chose? Oui. "Faites aux autres ce que vous voulez qu'ils fassent pour vous." Et lui avait v√©cu sous la loi. Mais il avait laiss√© le mendiant mourir √† la porte. Voyez-vous? Il avait - il avait v√©cu sous les commandements de Dieu, et pourtant il a manqu√© de voir cette glorieuse Vie √Čternelle.

38     Les enfants, chacun de vous para√ģt comme mon enfant. Chacun de vous para√ģt juste comme mon fils et ma fille, et dans un sens vous l'√™tes (voyez-vous?), spirituellement parlant, c'est vrai. Le Seigneur Dieu a - a plac√© vos √Ęmes √† ma charge parce que vous venez m'√©couter. Vous me croyez. Voyez-vous? Et dans un sens, vous √™tes mes fils et filles. C'est vrai. Et souvenez-vous toujours qu'observer les commandements de Dieu est une chose importante. Etre √©lev√© dans un bon foyer est un h√©ritage de la part de Dieu. Et √™tre de bons enfants avec de la personnalit√© comme vous en avez, c'est bien. C'est merveilleux d'avoir de l'√©ducation. C'est m√™me merveilleux de vivre dans ce pays de la libert√©. Nous avons beaucoup de choses pour lesquelles nous devons √™tre reconnaissants. Mais il y a une seule chose que vous n'h√©ritez pas, vous devez l'accepter. C'est la Vie √Čternelle. Et vous ne l'accepterez qu'en suivant J√©sus par l'exp√©rience de la nouvelle naissance. Ne n√©gligez pas cela.

39     Une fois, j'ai entendu une petite histoire concernant un homme qui √©tait... Oh, il √©tait pauvre, et il - il voulait toujours... c'est comme un petit conte de f√©e. Cependant, j'ai toujours gard√© cela.
    Et un jour, il cueillit une fleur. Et cette fleur √©tait magique, et cette fleur lui parla et dit: "Tu as √©t√© pauvre toute ta vie." Elle dit: "Maintenant, demande ce que tu veux et cela te sera donn√©."
    Il dit: "Que cette montagne l√†-bas s'ouvre et que je puisse y entrer et y trouver de l'or. "
    "Bien, le...", dit-elle, "tu devras m'emporter avec toi partout o√Ļ tu iras." Voyez-vous? "Tu devras m'emporter avec toi, de sorte que partout o√Ļ je serai, tu puisses donc demander ce que tu veux."

40     Il alla √† la montagne et la montagne s'ouvrit et il y entra. Et les rebords √©taient couverts d'or et de diamants, comme le montre la suite du petit conte de f√©e. Il d√©posa la fleur sur une - sur une table ou un rocher. Et il se pr√©cipita et s'empara d'une tr√®s grosse pierre pr√©cieuse. Et il dit: "Je dois aller montrer ceci √† mes amis. Et maintenant, je suis un homme riche. Maintenant j'ai tout. Je dois montrer ceci."
    Et alors la fleur parla et dit: "Tu as oubli√© la chose essentielle."
    Il retourna donc en courant et prit... dit: "Eh bien, peut-√™tre que je vais-je vais prendre une p√©pite d'or. Je vais prendre une pi√®ce d'argent." Ainsi, il dit: "Je vais-je vais me d√©p√™cher pour sortir et dire aux gens combien je suis devenu riche avec tout ce que j'ai eu."
    Et il atteignit la porte, et la fleur dit: "Mais tu as oubli√© la chose essentielle."
    Ainsi il retourna encore en courant. Il dit: "Ici dedans, nous trouvons toutes sortes de mati√®res." Ainsi il ramassa une pierre. Il dit: "Je vais prendre cette pierre et je montrerai aux gens de quel genre de pierre cette montagne est faite, ainsi je peux retrouver mon chemin pour y revenir." Voyez-vous?
    Et... comme il franchissait la porte pour sortir, la fleur dit pour la - la derni√®re fois: "Tu as oubli√© la chose essentielle."
    "Oh," dit-il, "oh, tais-toi."
    Voyez, il ne voulait plus l'√©couter. "Tu as oubli√© la chose essentielle." Et il sortit par la porte en courant. Et quand il le fit, la porte se ferma derri√®re lui avec la fleur √† l'int√©rieur. La chose essentielle √©tait la fleur. Voyez-vous? La chose essentielle √©tait la fleur.

41     Il y a des ann√©es, lorsque j'√©tais un enfant comme vous l'√™tes tous ici - une ferme pour b√©tail l√†-haut, au-dessus de Phoenix, je lisais un article sur un prospect- un journal sur un prospecteur. En ce temps-l√†, il n'y avait pas de routes par ici, sinon de petits sentiers de sable. On continue √† faire beaucoup de prospections ici, vous savez.
    Mais ce prospecteur √©tait arriv√© et il avait d√©couvert beaucoup d'argent. Et il avait trouv√© beaucoup d'or. Et sur son chemin de retour, il resta dans une cabane qu'il avait trouv√©e. Et il avait un chien avec lui et le - le chien √©tait attach√© √† l'ext√©rieur. Et ce soir-l√†, il y avait un hors-la- loi qui le suivait pour s'emparer de cet or. Il l'avait ramass√© dans de vieilles mines espagnoles, et il l'emportait avec lui. Et le chien se mit √† aboyer. Mais cet homme ne voulait pas √™tre d√©rang√© par le chien. Il dit: "Ferme-la." Il dit: "Demain, j'apporterai ceci en - en ville", (Et voici la le√ßon morale de l'histoire), "et je le ferai peser. Et je serai un homme riche. Et j'ach√®terai de grosses voitures. Et j'aurai toutes sortes de femmes et de grandes f√™tes. Et je serai un homme riche, parce que j'ai d√©j√† trouv√© un filon. J'ai de l'or ici, j'en ai beaucoup". Et il dit: "Je vais..."
    Et pendant qu'il essayait de s'endormir, le chien continuait √† aboyer parce que le chien voyait le hors-la-loi s'approcher furtivement, attendant que le prospecteur s'endorme. Et il se leva de nouveau et de nouveau il cria sur le chien, disant: "Ferme-la." Et le pauvre chien geignit et essaya d'avertir son ma√ģtre du danger qui le guettait.
    Et quand il... quand le chien se remit √† aboyer... Le prospecteur avait un fusil. Il ne voulait pas √™tre d√©rang√©, il se r√©veilla simplement et tira sur le chien. Et cette nuit-l√†, le prospecteur fut tu√© par le hors-la-loi. Tous ses r√™ves fantaisistes ne lui firent aucun bien. Pourquoi? Il avait fait taire la voix qui l'avertissait.

42     Il n'y a personne qui puisse essayer de faire quelque chose... Vous les enfants, vous ne serez jamais capables de faire quoi que ce soit de faux apr√®s avoir √©t√© √©lev√© de la fa√ßon dont vous l'√™tes, sans que vous sentiez quelque chose vous dire de ne pas le faire. Maintenant, ne faites jamais taire cette voix qui vous avertit. Et souvenez-vous-en toujours, acceptez cette Voix qui dit: "Suis-Moi." Et vous finirez toujours bien. Je crois que vous le ferez. Je vous fais confiance. Mais rappelez-vous toujours que J√©sus...
    Cette Voix-l√† est vivante sur la terre ce soir, juste de m√™me que chaque voix et chaque parole que nous pronon√ßons sont toujours vivantes. Quand cette voix sort dans cette vague d'√©ther de l'air, le... Voyez, vous avez un √©metteur ici qui √©met cela. Vous √™tes cet √©metteur qui √©met cela. Alors, il faut un poste pour capter cela. Et J√©sus √©tait l'Emetteur de la Parole de Dieu, car Il √©tait la - la trinit√© de Dieu manifest√©e dans un seul Homme. Il √©tait parfaitement Dieu et parfaitement Homme.

43     Et la trinit√© de Dieu - la trinit√© des attributs de Dieu en tant que P√®re, Fils et Saint-Esprit √©tait repr√©sent√©e dans un seul Homme, J√©sus-Christ. Ainsi, Il √©tait la Parole. Et Il √©tait l'Emetteur qui a dit: "Celui qui entend Mes Paroles et qui croit en Celui qui M'a envoy√© a la Vie √Čternelle." Voyez-vous? "En v√©rit√©, Je vous le dis, celui qui entend Mes Paroles et qui croit en Celui qui M'a envoy√© a la Vie √Čternelle."
    Maintenant, cette Parole est sortie d'un √©metteur. Un jour, Il a dit: "En V√©rit√©, je vous le dis, si vous dites √† cette montagne: `√īte-toi de l√†', et que vous ne doutez pas dans votre coeur, mais que vous croyez que ce que vous avez dit arrivera, vous pourrez obtenir ce que vous avez dit."
    Maintenant, si vous pouvez juste √™tre le poste qui capte Cela par la - un contr√īle en vous par la foi, Cela vous introduira directement dans le cycle de Dieu pour la nouvelle naissance et vous na√ģtrez de nouveau. Ensuite, vous demeurerez toujours branch√©s pour entendre cette Voix qui vous avertira toujours quand le danger approche. Quand les choses vont mal - vont mal, Cela sera toujours pour vous un avertisseur. Et puis, au lieu d'√™tre un jour comme ce jeune homme riche dont nous parlons, soyez un homme comme l'ap√ītre Pierre, Paul ou quelqu'un qui a gagn√© des √Ęmes pour J√©sus-Christ. Faites cela, mes enfants. Pouvons-nous prier?

44     Seigneur J√©sus, nous devons former les jeunes gens, hommes et femmes de demain, s'il y a un lendemain, Seigneur. Nous ressentons ce fardeau de les former comme s'il y aura un lendemain. S'il n'y en a pas, alors c'est aujourd'hui le jour.
    Et puis, P√®re, nous savons que personne n'est accept√© dans Ta Pr√©sence. Aucune chair ne peut se glorifier. Aucune instruction... Aussi bonnes que peuvent √™tre ces choses, aucune bonne oeuvre, aucune institution religieuse, aucune psychologie, rien ne peut confirmer Dieu en dehors du Saint-Esprit. Il est l'instrument, Dieu Lui-m√™me, sous la forme de la Vie √Čternelle qui peut venir √† nous individuellement. Et nous en sommes reconnaissants. Vraiment, cela a √©t√© exprim√© quand Pierre a fait la confession et que J√©sus lui a dit: "La chair et le sang ne t'ont pas r√©v√©l√© cela. Tu ne l'as jamais appris dans un s√©minaire. Tu ne l'as jamais appris dans une √©cole. C'est une chose personnelle que chaque individu doit recevoir."
    Il a dit: "Sur ce rocher, Je b√Ętirai Mon √Čglise; et les portes de l'enfer ne seront pas capables de La vaincre." Nous sommes reconnaissants pour cela, Seigneur. Cette Voix est toujours vivante ce soir. Et il y a encore des postes, des avant-postes, des postes d'√©coute, des postes r√©cepteurs de foi qui peuvent accepter cela. Nous prions que chacun de ces enfants re√ßoive cela, Seigneur, dans leurs coeurs. Et qu'ils se rappellent qu'il ne s'agit pas de ce qu'ils font pour √™tre bons, mais ils... Dieu ne nous juge pas par ce que nous faisons, mais par ce que nous avons accept√©. Nous sommes sauv√©s par notre foi, et non par nos oeuvres.

45     Ainsi nous prions, P√®re c√©leste, qu'ils saisissent la vision maintenant et qu'ils voient et qu'ils entendent cette grande invitation √©ternelle: "Viens, suis-Moi." Puisse chacun d'eux, Seigneur, se d√©tourner de toutes les choses du monde, de cette vie mortelle de moindre importance, comme ils sont ici ce soir avec leurs cheveux blonds dor√©s, et certains d'entre eux avec leurs cheveux noirs et des yeux noirs, et des yeux bleus et assis ici dans la meilleure forme de - qu'ils puissent jamais avoir... Et comme le grand √©crivain a dit: "Souviens-toi de ton Cr√©ateur aux jours de ta jeunesse, avant que les mauvais jours n'arrivent. Alors vous n'y prendrez plus plaisir."
    Seigneur J√©sus, comme Tu as dit √† Pierre: "Quand tu √©tais jeune, tu te levais et allais o√Ļ tu voulais. Mais quand tu seras vieux, un autre te m√®nera o√Ļ tu ne voudras pas aller." Qu'ils s'en souviennent. C'est maintenant le jour; c'est maintenant le moment. Accorde-le, P√®re.
    Je r√©clame chacun d'eux, √† commencer par ma propre enfant ici ce soir jusqu' √† chaque enfant ici √† l'int√©rieur; je sens que Tu m'as confi√© la charge de veiller sur eux. Je les r√©clame tous √† Satan et √† la mort pour la vie en J√©sus-Christ. Amen.

46     Qu'Il vous b√©nisse, les enfants. √á'a √©t√© vraiment agr√©able de vous adresser quelques paroles, maintenant je m'en vais. Vous √™tes vraiment de bons enfants, je vous appr√©cie. Fr√®re Fred, que le Seigneur vous b√©nisse. Que Dieu vous b√©nisse, soeur.
EN HAUT