ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La foi parfaite de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 63-0825E La durĂ©e est de: 1 heure 44 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La foi parfaite

1     Notre PĂšre cĂ©leste, c'est notre intention, ce soir. Nous nous sommes rassemblĂ©s afin de croire, simplement croire le Seigneur JĂ©sus. Il y a ici, ce soir, ceux qui sont malades et affligĂ©s; et nous avons consacrĂ© notre service Ă  la guĂ©rison des malades et des corps brisĂ©s. Comme le frĂšre vient de chanter ce magnifique cantique: Alors JĂ©sus vint, puisses-Tu, Seigneur, venir sur la scĂšne pour nous ce soir et guĂ©rir tous ceux qui sont affligĂ©s, et, ainsi, il n'y aura pas une seule personne infirme au milieu de nous ce soir. Accorde-le, Seigneur, et aide-nous alors que nous regardons Ă  la Parole pour trouver la foi suffisante pour cette heure. Nous Te le demandons dans le Nom de JĂ©sus. Amen. [FrĂšre Branham parle Ă  quelqu'un sur l'estrade – N.D.É.]

2     Il y a une paire de lunettes, ici, que quelqu'un a perdue, et qui a Ă©tĂ© trouvĂ©e dans l'Ă©glise. Si quelqu'un... Si elles vous appartiennent, elles sont ici sur l'estrade, sur la chaire.

3     Je sais que beaucoup travaillent, et qu'ils doivent rentrer tĂŽt chez eux. Ainsi, je ne parlerai pas trĂšs longtemps; et ensuite, il y aura une ligne de priĂšre pour les malades. Cela me donne une occasion de me rattraper en m'occupant de quelques-unes des urgences qui Ă©taient dans la piĂšce d'Ă  cĂŽtĂ©, et que j'ai examinĂ©es juste avant d'entrer et aussi cette aprĂšs-midi. Certaines d'entre elles sont, bien sĂ»r, trĂšs, trĂšs graves et violentes. J'ai fait des visites, afin de prier pour les malades; et j'ai vu la main de notre Seigneur JĂ©sus guĂ©rir les malades et les affligĂ©s. Oh! comme Il est merveilleux!

4     Nous n'avons pas ces services de guĂ©rison trĂšs souvent car, gĂ©nĂ©ralement, nous... le Saint-Esprit vient, s'il y a un cas d'urgence, et le discerne trĂšs vite; Il le dĂ©signe et dit quelque chose Ă  ce sujet. Quant aux autres, nous... peut-ĂȘtre que ce n'est rien de trĂšs grave, et alors, nous les laissons de cĂŽtĂ©. Je pensais qu'Ă©tant ici deux fois aujourd'hui, il faudrait que nous consacrions un service Ă  la priĂšre pour les malades. Je crois dans la guĂ©rison des malades. Je crois que c’est un commandement de la Bible. Nous ne pouvons pas prĂȘcher le plein Évangile sans inclure cela.

5     Maintenant, il est possible... je ne sais pas encore, je n'ai pas encore tĂ©lĂ©phonĂ© Ă  la maison ce soir, mais il est possible que dimanche prochain je sois de nouveau ici. Et, si vous ne recevez rien de notre part cette semaine, si Billy ne vous le fait pas savoir (il le saura dans le courant de la semaine), si vous n'avez pas de nouvelles, alors nous serons ici de nouveau dimanche prochain. Cela vous donne donc le jour de la fĂȘte du Travail, voyez-vous, pour vous reposer ou pour retourner chez vous. Ainsi, nous essayerons, si le Seigneur le veut... Eh bien, si vous n'avez pas de nouvelles... Je pense que Billy vous enverra une carte, ou alors il vous le dira durant les services, d'une façon ou d'une autre. Ainsi, s'il ne vous appelle pas, alors c'est que je reviens dimanche prochain. FrĂšre Neville, si c'est en ordre que je revienne...? [FrĂšre Neville parle Ă  frĂšre Branham – N.D.É.] Oh! c'est bien.

6     Y a-t-il quelqu'un qui dĂ©sire savoir ce qui est arrivĂ© Ă  ce petit Collins, ici? Pendant la durĂ©e des Sept Sceaux, les docteurs avaient dit de ce petit garçon qui avait du rhumatisme articulaire aigu, qu'il devait rester couchĂ© sur le dos et boire Ă  l'aide d'un tuyau; c'Ă©tait cela. Le pĂšre et la mĂšre l'ont emmenĂ© Ă  la maison, l'ont dĂ©posĂ© dans la chambre et ont priĂ© pour lui. Et le Seigneur JĂ©sus l'a guĂ©ri d'une façon si complĂšte qu'il est retournĂ© Ă  l'Ă©cole. Et l'Administration les a convoquĂ©s Ă  cause de cela. Ils ont alors appelĂ© le spĂ©cialiste qui s'occupait de lui, et elle ne pouvait pas croire–il ne pouvait pas croire une telle chose.
    Ils ont conduit le petit garçon pour un examen, et il Ă©tait parfaitement normal et en bonne santĂ©. Alors JĂ©sus vint, et la puissance du tentateur fut brisĂ©e!

7     Vous savez, c'est Ă©trange, j'allais demander Ă  quelqu'un de chanter ce cantique, ce soir. Et, alors que je m'occupais des personnes dans la piĂšce d'Ă  cĂŽtĂ©, voici quelqu'un qui le chante ici: Alors JĂ©sus vint. Si on ne l'avait pas chantĂ©, j'aurais demandĂ© Ă  quelqu'un de le faire avant que je ne prenne la parole ce soir. Ainsi, Il fait toutes choses parfaitement.

8     Maintenant, beaucoup d'entre vous qui avez une longue distance Ă  parcourir, vont attendre jusqu'au matin, et j'apprĂ©cie cet effort. Certains d'entre vous rentreront chez eux ce soir, parce qu'ils doivent reprendre le travail demain matin, de bonne heure, et je sais que c'est pĂ©nible. Et alors, quand je pense Ă  cela...

9     J'ai aussi des passes, vous savez, oĂč j'ai le cafard. J'arrive Ă  un point oĂč je... Ce qui me gĂȘne, c'est que j'ai ces moments quand je suis surmenĂ©, et Satan vient me dire: «Mais... personne ne se soucie de toi. Au fond, vois-tu, tu n'as pas un seul ami dans le monde.» Et cela...

10     Souvenez-vous que je ne suis pas immunisĂ© contre la tentation. Je dois surmonter cela. Alors, quand je regarde en arriĂšre et que je vois quelque chose comme ceci, je le lui mets sous les yeux et je dis: «Et puis ça?» Cela m'aide Ă  vaincre. «Et puis ça, alors?»

11     C'est comme pour un certain de mes amis, qui est assis dans la salle ici. Il y a un clan, une sorte de clan, qui ne croit pas dans la guĂ©rison divine, qui est venu rĂ©cemment vers ce jeune homme et lui a dit: «Cette histoire qu'ils prĂȘchent lĂ -bas au sujet de cette guĂ©rison divine, cela ne vaut rien.»

12     Cet homme habite dans le Kentucky, tout prĂšs d'une vieille dame qui, lorsque nous Ă©tions au camp d'Akton, se mourait du cancer. Et sa soeur vint Ă  la rĂ©union ce soir-lĂ  avec un mouchoir qu'elle avait pris dans son sac Ă  main. Le Saint-Esprit appela cette dame (je n'avais jamais Ă©tĂ© dans cette rĂ©gion auparavant), et lui dit qu'elle avait un mouchoir dans son sac Ă  main, qu'elle l'avait pris Ă  la maison, et que sa soeur se trouvait sur une certaine montagne lĂ -bas, se mourant d'un cancer de l'estomac, et que le docteur avait abandonnĂ© son cas. Je lui dis: «Allez mettre le mouchoir sur cette dame car, AINSI DIT LE SEIGNEUR, elle vivra.» C'est le soir oĂč les voisins pensĂšrent qu'il y avait lĂ -bas l'ArmĂ©e du Salut, lorsque frĂšre Ben y alla, et alors... Et ensuite, cette dame fut si parfaitement guĂ©rie qu'elle peut faire son propre travail et le travail du voisin.

13     Ainsi, ce jeune homme, sachant cela, a dit: «Alors, expliquez son cas! (Ce fut rĂ©glĂ©.) Expliquez! Vous savez qu'elle avait le cancer. Elle Ă©tait ici Ă  Louisville et les docteurs qui l'opĂ©raient Ă  ce moment dirent simplement: 'Recousez-la ' car on ne peut rien faire.' Et maintenant, elle est parfaitement normale et bien portante! Expliquez cela!» Ce fut rĂ©glĂ©.

14     Vous savez ce que dit la Bible: «Et ils ne purent rien dire de mal, car l'homme qui avait Ă©tĂ© miraculĂ©, Ă©tait debout au milieu d'eux.» C'est lĂ  oĂč... Cela confond Satan, n’est-ce pas? L'homme qui avait Ă©tĂ© miraculĂ© se trouvait lĂ .

15     Dieu ressuscite-t-Il les morts? Ici mĂȘme se trouve un homme qui fut ressuscitĂ© des morts. Dieu guĂ©rit-Il les malades? Oh! les mains qui pourraient se lever partout, Dieu guĂ©rit les malades. Et nous savons qu'Il est le grand, le grand JE SUIS, pas le grand «J'Ă©tais» ou «Je serai»; JE SUIS. JE SUIS, c'est-Ă -dire «toujours prĂ©sent, partout, tout le temps.» Le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.

16     Maintenant, dĂ©pĂȘchons-nous; lisons dans cette Bible bĂ©nie. Je dĂ©sire lire un passage qui avait coutume de me troubler, lorsque je le lisais. Et je dĂ©sire avoir une ligne de priĂšre ce soir et je prierai pour tous ceux qui le dĂ©sirent.

17     Et maintenant, nous allons lire dans Marc, Marc chapitre 11. Et nous allons commencer Ă  lire vers le verset 22 du chapitre 11 de Marc. Beaucoup d'entre vous connaissent ce passage de l’Écriture. Il nous est trĂšs familier. C'Ă©tait le passage auquel je pensais, frĂšre Russell... quand Il me parla au sujet de ces Ă©cureuils. C'Ă©tait justement le passage auquel je pensais. Cela a toujours Ă©tĂ© une Ă©nigme pour moi. Il a dit: «Si vous dites», pas «Si Je dis». «Si vous dites»!

18     Maintenant, lisons:
    JĂ©sus prit la parole et leur dit: Ayez foi en Dieu
    Je vouslte dis en vĂ©ritĂ©, si quelqu'un dit Ă  cette montagne: Ôte-toi de lĂ  et jette-toi dans la mer, et qu' il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s’accomplir.
    C’est pourquoi je vous dis: Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous 1'avez reçu, et vous le verrez s’accomplir.
    Et, lorsque vous ĂȘtes debout faisant votre priĂšre, si vous avez quelque chose contre quelqu'un, pardonnez, afin que votre PĂšre qui est dans les cieux vous pardonne aussi vos offenses.
    Mais si vous ne pardonnez pas, votre PĂšre qui est dans les cieux ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

19     Ainsi, la foi est basĂ©e sur le pardon. Et, alors, comme nous l'avons dit ce matin, essayant de placer l'Ă©glise lĂ  oĂč nous pouvons rĂ©ellement voir les temps apostoliques agissant au milieu de nous, c'est de cela que nous avons tous faim. Et cela se trouve juste Ă  la porte. Nous le voyons, mais nous voulons en voir plus. Nous voulons que ce soit une telle effusion que cela nous aide Ă  nous dĂ©verser sur d'autres.

20     Souvenez-vous, JĂ©sus (comme nous l'avons dit dans la leçon ce matin), n'a jamais utilisĂ© Sa puissance pour Lui-mĂȘme. Il l'utilisa pour les autres. C'est pour cela qu'elle fut envoyĂ©e. Et vous pensez parfois: «Pourquoi un Homme comme Lui, qui Ă©tait si plein de puissance, devrait-Il ĂȘtre une fois malade?» Oui, monsieur. J'ai lu dans un livre quelque part, que lorsqu'Il ressuscita ce garçon, le fils de la veuve de NaĂŻn (je crois que c'est dans Le Prince de la Maison de David), Il s'assit sur un rocher et se plaignit d'un mal de tĂȘte. Il porta sur Lui nos infirmitĂ©s. Porter signifie «prendre sur Lui». Vous voyez, Il les porta. Et Il avait toutes choses en... comme nous. Il avait la maladie, Il avait des tentations, Il avait des ennuis, il avait des frustrations comme nous en avons, parce qu'Il devait ĂȘtre le genre de MĂ©diateur parfait. Il devait donc ĂȘtre un participant, le cultivateur du fruit, avant de savoir... La femme au puits et beaucoup d'autres choses, voyez-vous... si nous regardons dans l’Écriture.

21     Je dĂ©sire dire que je crois toute l’Écriture, et que tout Son contenu est vrai. Il y a des critiques aujourd'hui, qui ne veulent pas le croire. Un critique a dit une fois que, lorsque JĂ©sus envoya Ses disciples Ă  l'endroit et au carrefour oĂč l'Ăąnon Ă©tait attachĂ©, Il avait arrangĂ© cela d'avance. Voyez-vous, ils ne comprennent pas que c'est Dieu qui l'arrangea d'avance.

22     L'autre jour, Dieu m'a dit au sujet de frĂšre Dauch, qui est ici, que je lui serrerais de nouveau la main dans la rue. C'est trĂšs Ă©trange: je n'Ă©tais pas ici ce matin-lĂ , mais deux minutes de plus, ou une minute de plus, et je ne l'aurais pas rencontrĂ© dans la rue. Mais je suis sorti de la voiture juste Ă  temps pour lui serrer la main, alors qu'il venait dans la rue. Il ne m’a pas reconnu car il avait enlevĂ© ses lunettes, et, ainsi, il ne pouvait pas me voir. Mais, quand il a entendu ma voix, il a commencĂ© Ă  pleurer. Qu'Ă©tait-ce? D'habitude, il ne fait pas cela; mais c'Ă©tait une rĂ©ponse Ă  ce qui lui avait Ă©tĂ© dit lĂ -bas, sous la tente Ă  oxygĂšne.

23     Je lui ai dit: «De mĂȘme vous vous assiĂ©rez de nouveau dans l'Ă©glise!» C'Ă©tait le dĂ©sir de son coeur. Lorsque nous eĂ»mes une rĂ©union Ă  Chicago, il voulait y aller, son coeur le dĂ©sirait. Je lui envoyai un tĂ©lĂ©gramme de salutations de notre part et de la part des enfants, lui disant que nous priions afin qu'il guĂ©risse rapidement. Et un frĂšre bienveillant qui le visitait, nous rapporta qu'il voulait tellement venir. Le voici avec nous ce soir, voyez-vous? Cela n'Ă©tait pas arrangĂ© d'avance. C'est le mĂȘme Dieu qui a arrangĂ© cela; il fait concourir toutes choses parfaitement et au moment prĂ©cis.

24     Un critique a dit une fois: «Ce n'est pas Ă©tonnant que JĂ©sus ait pu prendre cinq pains et en nourrir cinq mille car, dit-il, les pains Ă©taient plus gros en ce temps-lĂ , et Il a simplement coupĂ© chaque pain pour en nourrir mille.»

25     Je vous ferai remarquer que c'est ce qu'un petit garçon avait pour son dĂźner!» Un petit garçon transporta cinq miches de pain qui purent nourrir Ă  satiĂ©tĂ© cinq mille personnes. Et ensuite, n'y eut-il pas douze paniers pleins, qu'ils emportĂšrent? Voyez-vous? Oh, ce ne sont que des critiques, c'est tout. Cela ne change pas la Parole de Dieu. Elle continue d'ĂȘtre la mĂȘme.

26     Nous voulons maintenant parler de la foi, mais d'un type de foi diffĂ©rent: la Foi parfaite. C'est une grande chose. Or, la foi, la Bible nous dit que la foi vient de ce qu'on entend. Maintenant, vous ne pouvez pas ĂȘtre sauvĂ© sans la foi. Et la foi vous fait croire Ă  l'existence de quelque chose que rien d'autre ne dĂ©clare, si ce n'est la foi. J'essaie maintenant de vous amener Ă  recevoir la foi, afin que vous puissiez ĂȘtre prĂȘts pour cette ligne de priĂšre dans quelques minutes.

27     Maintenant la foi: Il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe. Et il est impossible de plaire Ă  Dieu sans la foi; vous ne pouvez pas Lui plaire. Et si vous dites que vous croyez en Dieu
 Vous ne L'avez jamais vu; vous devez donc Le croire par la foi. Et, si vous pouviez Le voir, ce ne serait plus la foi. Voyez-vous? Tout ce que les sens dĂ©clarent, ce n'est plus la foi; c'est un fait scientifique, voyez-vous, ce n’est plus la foi. Mais vous devez L'accepter, Lui, par la foi. «Et celui qui s'approche de Dieu doit croire en Dieu; et la foi vient de ce qu'on entend la Parole de Dieu.» Voyez-vous? Vous devez croire premiĂšrement que ceci est la Parole de Dieu, et vous devez venir Ă  Dieu par la Parole. Voyez-vous? Prenez simplement la Parole, ce qu'Elle dit, et dites: «C'est juste!» Toutes les autres choses qui Lui sont contraires ne sont pas justes.

28     Abraham dut croire simplement ce que cette Voix lui avait dit. Et, lorsqu'il fut ĂągĂ© de cent ans, vingt-cinq ans plus tard, il croyait cela plus fort que vingt-cinq ans plus tĂŽt, lorsque cela lui fut donnĂ©. Voyez-vous? Il le croyait. Et «il ne douta pas par incrĂ©dulitĂ© de la promesse de Dieu, mais il fut fortifiĂ©, donnant gloire Ă  Dieu, sachant qu'Il pouvait accomplir ce qu'il avait promis.» Et c'est ainsi que chacun doit ĂȘtre. Vous devez venir avec une foi infaillible, croyant que Dieu a fait la promesse. Mais, maintenant, vous devez ĂȘtre dans une certaine position pour avoir cette foi, et c'est de cela que nous allons parler, voyez-vous, afin de recevoir cette foi.

29     Dans HĂ©breux, le Livre des HĂ©breux, au chapitre 11, il nous est dit que «la foi est la substance des choses qu'on espĂšre» [Bible anglaise – N.D.T.].

30     VoilĂ  pourquoi beaucoup de personnes ne parviennent pas Ă  recevoir leur guĂ©rison ou ce qu'elles demandent, c’est parce qu'elles prennent la foi pour quelque chose qui n’est pas. Voyez-vous? Ils ne croient pas cela. C’est... Ce n’est pas... de l'imagination. C'est une substance rĂ©elle.

31     Maintenant, Ă©coutez attentivement! Voyez-vous, ce n’est pas ce que vous imaginez. C'est aussi rĂ©el pour vous que ce que n'importe quel autre sens de votre corps vous dĂ©clare. C'est aussi rĂ©el que si mes yeux dĂ©clarent: «Ceci est un morceau de papier.» C'est aussi rĂ©el que de dire que ceci est une lampe. C'est aussi rĂ©el que de dire: «Je sens ma veste.» C'est aussi rĂ©el que d'entendre ce bĂ©bĂ© lĂ -bas parler ou faire de petits bruits. Voyez-vous? C'est aussi rĂ©el que d'entendre de la musique. C'est aussi rĂ©el que tout ce que je goĂ»te dans ma bouche. C'est Ă  ce point rĂ©el, seulement, vous ne pouvez pas le montrer Ă  quelqu'un d'autre. Vous seul l'avez. Amen! C'est Ă  vous. La foi est la substance, pas simplement un mythe. Tellement de personnes viennent...

32     Maintenant, ce sont des leçons vraiment profondes, je les effleurerai seulement, ensuite, vous pourrez encore creuser.

33     Notez bien, c'est quelque chose que vous possĂ©dez; pas de l'imagination... si vous l'avez rĂ©ellement. C'est aussi rĂ©el pour vous que n'importe quelle autre chose qu'il puisse y avoir. C'est aussi rĂ©el pour vous que de savoir que vous roulez en automobile, aussi rĂ©el pour vous que de savoir que vous ĂȘtes assis dans une Ă©glise, aussi rĂ©el pour vous que d'entendre ma voix. C'est une substance, pas une imagination, pas une Ă©motion; mais c'est quelque chose que vous avez, et cela vous vient en entendant la Parole de Dieu et cela seulement. «La foi vient de ce qu'on entend, et de ce qu'on entend la Parole de Dieu.» Cela fait alors que votre foi n'est pas dans un individu. Elle n'est pas dans un homme. Elle n'est pas dans une organisation. Elle n'est pas dans un groupe de gens. Elle est en Dieu, parce que Dieu est la Parole. Votre foi est en Dieu! La foi vient en entendant la Parole de Dieu!

34     Alors, quand Dieu, par Sa Parole... pas par ce que quelqu'un d'autre a fait, ni par ce que quelqu'un d'autre a dit, mais par ce que la Parole de Dieu dit. Il dit: «Que toute parole d'homme soit mensonge et la Mienne reconnue pour vraie.»

35     Si vous voyez quelqu'un faire quelque chose par une Parole... un acte de Dieu, une promesse de Dieu, beaucoup diront: «Je peux aussi faire cela!» Mais c'est de l'imagination. Et quand ils le font, vous les retrouvez ensuite naufragĂ©s quelque part. Cela doit ĂȘtre une substance! Or, c'est potentiellement de la foi. C'est quelque chose qui vous amĂšnerait Ă  la foi. Potentiellement c’en est. C'est comme si vous me demandiez un chĂȘne, et que je vous donne un gland. Potentiellement vous avez un chĂȘne, mais il ne s'est pas encore dĂ©veloppĂ©; mais, quand il pousse vraiment, c’est un chĂȘne. Et quand vous imaginez que Dieu fait ceci... Mais quand cela vous est rĂ©vĂ©lĂ©, c'est alors de la foi, une Foi parfaite qui ne peut faillir.

36     C'est la raison pour laquelle ces visions sont si–si extraordinaires pour moi, parce qu'elles ont Ă©tĂ© reconnues justes, chaque fois. Voyez-vous? Et je sais qu'Il a promis cela. Il a promis cela dans Sa Parole, et Il vient ici et le promet pour ce jour. C'est pourquoi vous savez oĂč vous vous tenez, quand c'est Lui qui le dit. Vous voyez, cela me donne de la foi, parce qu'Il ne fait rien qui soit contraire Ă  Sa Parole Ă©crite. Voyez-vous? Si c'Ă©tait contraire Ă  la Parole, je ne pourrais pas avoir foi en cela. Cela nous ramĂšne directement Ă  la Parole, voyez-vous, la foi qui vient en entendant la Parole de Dieu. Vous devez entendre la Parole! La parole de Dieu est cette Parole entiĂšrement suffisante. Cette Parole est tout ce dont vous avez besoin.

37     La foi est la substance, et, dans HĂ©breux, nous dĂ©couvrons ce qu'Ă©tait la foi et ce que firent ceux qui l'avaient. Il y a souvent des personnes qui ont la foi aujourd'hui, et qui demain ne l'ont pas; et le jour suivant, il y a autre chose. Mais aussitĂŽt que Dieu l'ancre et que vous le voyez, il n'y a plus rien qui pourra vous Ă©branler. Sans quoi, vous ne faites que tĂąter, tendre vers cela, prĂ©sumer (et prĂ©sumer signifie «se hasarder sans autorité»). Vous essayez ceci, et vous essayez cela; vous allez de ce cĂŽtĂ©, vous courez ici, et vous courez lĂ . Vous n'avez pas encore la Foi! Mais quand... C'est-Ă -dire ce que nous appelons «la Foi»

38     Je–je–je... (Excusez-moi!) Je veux que vous... (Merci, frĂšre!)

39     Je veux, maintenant, que vous compreniez ceci. Nous... L’Église doit s'Ă©lever dans la puissance de Dieu. Nous sommes trop prĂšs de la fin, maintenant; je crois que l’Église est en Ă©tat de recevoir l'enseignement de choses un peu plus profondes et d'en faire sortir un peu de cette soi-disant croyance, afin d'entrer dans quelque chose de rĂ©el. Voyez-vous? Ce doit ĂȘtre quelque chose que vous savez!
    Et si vous dites: «FrĂšre Branham, cela n'est pas la lumiĂšre.»
    Â«Pourtant je sais que c'est la lumiĂšre.»
    Â«Comment savez-vous que c'est la lumiĂšre?»
    Â«Je la regarde.»
    Â«Mais comment savez-vous que vous ne pourriez pas ĂȘtre dans l'erreur?»
    Â«Ma vue m'a toujours dĂ©clarĂ© que cela Ă©tait la lumiĂšre.» Voyez-vous?

40     Et c’est la raison pour laquelle je crois ces visions, cela a toujours Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© ĂȘtre la vĂ©ritĂ©, parce que cela vient de la Parole. Alors, s'Il le dit, c’est rĂ©glĂ©. Lorsque c'est dĂ©clarĂ© ainsi, il n'y a plus besoin de supposer, cela va ĂȘtre ainsi. Alors, vous entendez que c'est «AINSI DIT LE SEIGNEUR», parce que c'est au-delĂ  de la pensĂ©e humaine. C'est en haut, dans les domaines de la pensĂ©e du Seigneur. Mais vous ĂȘtes ici, comme le Cep... comme un sarment qui produit le fruit qui est dans le Cep. Voyez-vous? Dieu utilise des hommes, et uniquement des hommes. Dieu n'utilise pas des machines. Dieu n'utilise pas des groupes d'hommes. Dieu n'utilise pas des organisations. Dieu utilise des individus, toujours!

41     La foi est la substance, et par elle nous comprenons comment toutes ces choses sont faites. Ce n'est pas une... Ce n'est pas une imagination, c'est une substance, et spĂ©cialement la Foi parfaite. C'est de cela que je parle ce soir, comment arriver Ă  la Foi parfaite. Ce n'est pas une imagination.

42     Il y a des personnes qui viennent et qui disent «Oh! j'ai vraiment la foi; Oh! je l'ai vraiment.» Alors pourquoi ĂȘtes-vous debout, ici? Voyez-vous? Vous voyez, vos actions prouvent que vous n'avez pas ce dont vous parlez. Voyez-vous? Si vous avez la foi, alors pourquoi ĂȘtes-vous dans la ligne de priĂšre? Voyez-vous? Pourquoi faites-vous ces choses?

43     Voyez-vous, si vous aviez la Foi parfaite, vous regarderiez directement Ă  Dieu, vous croiriez, et vous vous en iriez. Vous n'auriez pas besoin de venir dans une ligne de priĂšre. Vous n'auriez pas besoin de ces choses, parce que votre foi l'a dĂ©jĂ  fait. Voyez-vous? A quoi servirait-il que je dise: «Je dois mettre une chemise»? Je porte une chemise!

44     Â«Comment savez-vous que vous portez une chemise?»

45     Â«Eh bien, je la vois, je la sens et je sais qu'elle est lĂ .» C'est Ă  ce point rĂ©el, lorsque la Foi parfaite s'accroche. Vous n'avez rien besoin de plus. C'est dĂ©jĂ  fait; vous le savez!

46     Â«Comment le savez-vous?»

47     Â«La foi me le dit!» C'est cela. Vous voyez? Comprenez-vous maintenant ce que je veux dire au sujet de la Foi parfaite?

48     Maintenant, en d'autres termes, je me risque Ă  sortir: «Eh bien, j'irai. La Bible dit: 'Appelez les anciens pour qu'ils fassent l'onction d'huile et qu'ils prient pour cela.' Je le sais et j'irai lĂ -bas.» Et vous dites: «Je vais ĂȘtre guĂ©ri.» Vous voyez, vous le faites par vous-mĂȘme; si vous ne faites pas attention, vous allez vous emballer. Et alors que vous passez par lĂ , vous dites: «Oh, je n'ai pas encore...» C'est cela, vous n'aviez pas la foi!

49     Votre foi vĂ©ritable le fera Ă  ce moment-lĂ . Votre foi vĂ©ritable vous le rendra si rĂ©el que... Regardez la petite femme avec la perte de sang, elle dit: «Si seulement je peux toucher le bord de Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie.» Et aussitĂŽt qu'elle le fit, elle dit qu'elle sentit au-dedans d'elle que sa perte de sang s'Ă©tait arrĂȘtĂ©e. Elle le crut rĂ©ellement.

50     Et quand elle le toucha... Pour prouver qu'elle s'Ă©tait arrĂȘtĂ©e, JĂ©sus se retourna et dit: «Qui M'a touchĂ©?» Ceci est la Foi parfaite! Et cette mĂȘme Foi parfaite, ce soir, touchera JĂ©sus-Christ comme elle le fit alors. La femme vint avec une Foi parfaite, Ă  ce moment-lĂ .

51     Maintenant, nous voyons qu'au commencement, les disciples n'avaient pas cette Foi parfaite. Ils ne l'avaient pas, parce qu'ils avaient eu Christ, et qu'ils avaient marchĂ© avec Lui; mais ensuite, ils eurent Christ en eux. Par consĂ©quent, vous voyez qu'il est difficile d'avoir cette Foi parfaite sans le Saint-Esprit; Il doit la susciter, Il le fait. Maintenant, vous dites: «Les disciples n'avaient pas la Foi parfaite?» Non; car ils avaient lĂ  un enfant Ă©pileptique, et ils essayaient de chasser ce dĂ©mon hors de lui, mais ils ne purent pas le faire.

52     Et le pĂšre, voyant JĂ©sus venir, lui dit: «Nous avons amenĂ© mon fils vers Tes disciples, mais ils n'ont pu le guĂ©rir.» Voyez-vous?

53     Et ensuite, les disciples dirent Ă  JĂ©sus: «Pourquoi ne pouvions-nous pas le guĂ©rir?»

54     Et JĂ©sus leur dit: «A cause de votre manque de foi, de votre incrĂ©dulitĂ©.» C'est juste. «A cause de votre incrĂ©dulitĂ©...»

55     Maintenant, souvenez-vous qu'ils avaient la puissance. JĂ©sus leur avait donnĂ© la puissance pour guĂ©rir les malades, ressusciter les morts et chasser les dĂ©mons, juste quelques jours avant. Ils avaient la puissance, mais pas la foi pour utiliser la puissance. Maintenant, voilĂ  le Branham Tabernacle! VoilĂ  l’Église, l’Épouse, aujourd'hui! Le Saint-Esprit est ici, avec la puissance, mais vous n'avez pas cette foi pour l'animer. Voyez-vous ce que je veux dire? Il faut de la foi pour l'animer.

56     Tenez, j'ai une cartouche que j'ai chargĂ©e Ă  la main. Je sais ce qu'elle fera, selon la balistique, – de mĂȘme que la Parole, – mais je dois tirer un coup de feu. Le feu doit arriver Ă  la poudre. La poudre a la puissance, mais elle doit avoir le feu pour l'allumer. Et c'est la mĂȘme chose: la poudre est dans la cartouche, mais elle a besoin de la foi pour l'allumer et la projeter dehors. C'est cela qu'il faut, la Foi parfaite pour mettre le feu Ă  la puissance du Saint-Esprit, que nous avons maintenant, depuis qu'Il est venu sur nous. La foi pour mettre le feu, pour voir de grandes choses... la foi, quelque chose qui vous prĂ©sente cela.

57     Avec un coeur plein de joie, vous marchez dans la chambre de malade, sachant exactement ce que vous allez dire. Vous y pĂ©nĂ©trez en sachant ce qui va arriver, car quelque chose a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©, et vous le savez. Alors vous entrez et dites: «Au Nom de JĂ©sus-Christ, levez-vous de lĂ , AINSI DIT LE SEIGNEUR!» Vous y ĂȘtes; c’est la Foi parfaite. S’il y avait dix millions de personnes Ă  cet endroit, disant que cela n'arriverait pas, vous savez que cela arrivera de toute façon, parce que vous le savez. Cela arrivera. Peu importe ce que quiconque peut dire, vous ĂȘtes celui qui a la foi.

58     Pourriez-vous vous imaginer JosuĂ© rassemblant les anciens d'IsraĂ«l et leur disant: «HĂ©!... frĂšres» nous sommes les serviteurs du Seigneur, et j'aimerais que vous Lui demandiez s'Il serait d'accord de nous donner un peu plus de lumiĂšre solaire et de retenir le soleil pendant un petit moment»?

59     Non! Il en avait besoin (et sans priĂšre, sans rien)... Il en avait besoin, et il commanda simplement au soleil! Il dit: «ArrĂȘte-toi lĂ ! Il en ai besoin; je suis au service du Seigneur et Il m'a envoyĂ© ici pour faire ce travail et je le fais le mieux possible. Mais l'ennemi s'est rassemblĂ© et il est par ici; si je laisse le soleil descendre, ils se rassembleront et me causeront plus d'ennuis. C'est pourquoi, arrĂȘte-toi! Et toi, lune, aussi!» Amen! Elle resta lĂ  pendant vingt-quatre heures.

60     Maintenant, si le monde tourne et qu'Il l'ait arrĂȘtĂ©, et que le soleil soit restĂ© Ă  un endroit sans se dĂ©placer, qu'est-il alors arrivĂ©? Maintenant, si vous ne croyez pas cela, vous devenez un infidĂšle; et alors, si vous le croyez, vous vous mettez la science Ă  dos, parce qu'ils disent que, si le monde s'arrĂȘtait, il tomberait. Ainsi, qu'en est-il? Si vous dites que la Parole de Dieu n'est pas juste, alors vous ĂȘtes un infidĂšle. Voyez-vous? Mais cela arriva, c'est le principal. je n’en connais pas la mĂ©canique, mais cela arriva!

61     Je ne connais pas la mĂ©canique du Saint-Esprit, mais je sais qu'Il tomba sur moi. Je ne peux pas en dire la mĂ©canique, mais j'en connais les bĂ©nĂ©dictions. Tout ce que je dĂ©sire connaĂźtre, ce sont les bĂ©nĂ©dictions du Saint-Esprit. Et la mĂ©canique, c'est Lui qui la fait marcher, c'est Son secret.

62     Ce garçon ne put pas ĂȘtre guĂ©ri, parce que... Les disciples avaient la puissance; JĂ©sus leur avait donnĂ© la puissance pour guĂ©rir toutes sortes de maladies, pour chasser les dĂ©mons, pour purifier les lĂ©preux et pour ressusciter les morts. Il leur avait donnĂ© la puissance, mais ils n'avaient pas la foi pour exploiter la puissance qu'ils avaient. Alors, ils questionnĂšrent JĂ©sus et Lui dirent: «Mais pourquoi n'avons-nous pas pu le faire?»

63     Or, souvenez-vous qu'ils avaient la Parole; et la Parole Ă©tait alors chair. Et la Parole leur dit: «Je vous donne la puissance.» Amen! «Je vous donne la puissance.» Et ils avaient la puissance, mais ils n'avaient pas la foi pour actionner la Parole qui Ă©tait en eux. Voyez-vous ce que je veux dire? Mais JĂ©sus l'avait, Il Ă©tait la Parole, et Il avait la foi que ce qu'Il disait arriverait. Il dit: «Oh!, amenez-le ici. Jusqu’à quand vous supporterai-je?»

64     Il avait la foi, avec Sa puissance. Comment l'avait-Il? Il dit: «Je ne peux rien faire de Moi-mĂȘme.» Pourquoi? Parce qu'Il avait confiance en ce qu'Il Ă©tait; Il avait confiance dans le fait qu'Il savait qu'Il Ă©tait la Parole. Et Il avait foi en Dieu, qui avait fait de Lui la Parole. Il Ă©tait Dieu (la Parole), et Elle Ă©tait en Lui, et cela Lui donna la foi, parce qu'Il comprit Sa position. Il savait ce qu'Il Ă©tait, parce que l’Écriture avait dit qu'Il Ă©tait ceci. Chaque passage de l’Écriture s’enchaĂźnait pour prouver qu'Il Ă©tait exactement ce que l'Écriture avait dit qu'Il serait; et Il savait ce qu'Il Ă©tait.

65     C'est pourquoi Il avait confiance en ce que Dieu avait fait de Lui. S'Il fit ainsi, alors ne pouvons-nous pas, comme croyants, avoir confiance en ce que Dieu a fait de nous? «Voici les signes qui suivront ceux qui auront cru.» Il avait foi en ce qu'Il Ă©tait. Et si vous ĂȘtes un croyant, vous avez foi en ce que vous ĂȘtes! Vous ĂȘtes un croyant! Et si vous avez foi en Dieu, la Bible dit: «Si notre coeur nous condamne» nous ne pouvons pas avoir la foi; mais si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons alors la foi, nous avons de l'assurance envers Dieu.» Si vous voulez le lire, cela se trouve dans Jean 3: 21. J'ai inscrit ici le passage de l’Écriture.

66     Maintenant, remarquez! Jean... je veux dire I Jean 3: 21. Écoutez!:
    ...si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de 1'assurance de devant Dieu.

67     Mais aussi longtemps que vous faites des choses qui sont fausses, vous ne pourrez pas vraiment avoir de l'assurance devant Dieu. Ainsi, voyez-vous, vous saurez automatiquement que vous ĂȘtes dans l'erreur. Vous vous remettez automatiquement Ă  la place d'un pĂ©cheur, si vous savez que vous ĂȘtes dans l'erreur. Mais si votre coeur ne vous condamne pas, et si vous savez que vous ĂȘtes un croyant et qu'il n'y a rien entre vous et Dieu, vous pouvez demander ce que vous voulez, sachant que cela vous sera donnĂ©, parce que c'est la Parole qui vous est donnĂ©e, comme Elle le fut Ă  ces disciples.

68     Alors, la seule chose que vous devez faire, c'est d'avoir foi en ce que vous ĂȘtes. Ayez foi dans ce que la Parole dit que vous ĂȘtes! JĂ©sus avait foi dans la Parole de Dieu, qui disait ce qu'Il Ă©tait: «Il est Ă©crit de Moi». David dans les Psaumes, les prophĂštes et tous les autres, n'ont-ils pas parlĂ© de Lui? «Je suis le Pain de Vie qui vient de Dieu et qui est descendu du ciel.» Amen! «Je suis cet Arbre de Vie du Jardin d’Éden. Je suis toutes ces choses. JE SUIS CELUI QUI SUIS.» Il savait, avec cette Foi parfaite, qu'Il Ă©tait le Messie oint et que l'Esprit de Dieu Ă©tait sur Lui. Il dit: «De Moi-mĂȘme, Je ne peux rien faire, mais c'est Ma foi en Dieu.» Dieu Ă©tait en Lui, la Parole rendue manifeste. Et quand la Parole de Dieu vient en vous, Elle est rendue manifeste, car vous ĂȘtes un croyant. Voyez-vous? Et un croyant, c'est «la Foi de Dieu» agissant en vous.

69     Vous aimez ça? J'aime lorsque vous... j'aime enseigner ce qu'est rĂ©ellement la Foi.

70     Il savait qui Il Ă©tait et, sans l'ombre d'un doute, Il savait qu'Il Ă©tait le Fils de Dieu. Il le savait, car la Parole identifiait. La Parole de Dieu identifiait qui Il Ă©tait. Il dit: «Si Je ne fais pas les oeuvres de Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas; si Je ne fais pas ces oeuvres-lĂ , ne Me croyez pas. Mais, si je les fais, alors croyez en elles, car elles sont la manifestation de la Parole qui avait Ă©tĂ© promise.» Oh! si seulement vous pouviez vous Ă©veiller Ă  cela une minute! Vous voyez, la Parole Elle-mĂȘme identifiait qui Il Ă©tait. Et il dit: «Qui de vous Me convaincra de pĂ©chĂ©?» En d'autres termes: «Qui peut Me montrer que Ma vie et Mes oeuvres n'accomplissent pas exactement ce qu'on attend du Messie?» Personne ne put rien dire, car c'est ce qu'Il Ă©tait. Il avait alors la foi pour croire que tout ce qu'Il dirait s'accomplirait.

71     Ensuite, Il se retourna et dit: «Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, parce que Je serai avec vous et mĂȘme en vous. Ne vous inquiĂ©tez pas de ce que vous direz, car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est votre PĂšre qui habite en vous qui parlera. Et ce n'est pas Moi, c'est le PĂšre qui demeure en Moi qui accomplit les oeuvres.» Voyez-vous ce que je veux dire?

72     L'identification d'un chrĂ©tien de l’Écriture, ce sont ces Mots que JĂ©sus prononça: «Ces signes suivront ceux qui auront cru.» Comment pouvez-vous vous appeler un croyant, un peuple et nier ces Mots? Comment pouvez-vous vous appeler un croyant et nier une partie de cette Parole? Voyez-vous? Vous ne pouvez pas le faire. Vous n'ĂȘtes pas un croyant, c'est pourquoi ces signes ne peuvent pas vous suivre; car vous acceptez et croyez seulement ce que vous voulez, et le reste, vous ne le croyez pas. Mais vous devez prendre le tout et le croire. Et lorsque vous croirez vraiment (pas soi-disant croire mais rĂ©ellement croire), alors ces signes suivront ceux qui auront cru.

73     Oh! pourriez-vous comparer un chrĂ©tien d'aujourd'hui avec ces chrĂ©tiens d'antan? Voyez combien ces disciples marchaient dans la puissance de l'Esprit, poussĂ©s par le Saint-Esprit, tel un prisonnier, comme je l'ai prĂȘchĂ© l'autre soir, un prisonnier de la Parole et de la volontĂ© de Dieu. Il ne pouvait mĂȘme pas bouger, avant que Dieu ne le pousse Ă  le faire. N'aimeriez-vous pas voir une telle Église se lever? Elle le fera; nous retournons Ă  cela. Cela doit arriver. C'est vrai. C'est en route maintenant, je crois.

74     Car la Parole L'a identifiĂ©, a identifiĂ© ce qu'Il Ă©tait; et la mĂȘme Parole nous identifie. Voyez-vous? «Si un homme M'aime, il gardera Mes commandements. S'il dit qu'il M'aime, et qu'il ne garde pas chacun de Mes commandements, c’est un menteur, et la VĂ©ritĂ© n'est mĂȘme pas en lui.»

75     Vous dites: «Je ne crois pas tout...» Alors, c'est que vous n'ĂȘtes qu'un incroyant, c'est tout. Si la Bible le dit, alors c'est juste, et c’est ainsi pour l'Ă©ternitĂ©. Ce que la Bible dit, c'est la VĂ©ritĂ©.

76     Remarquez ce qu'Il nous a dit: «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous...» Jean 15: «Si vous demeurez en Moi...» (Si vous avez foi en Lui...) «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous, alors vous, demandez ce que vous voulez.»

77     Vous voyez, Il savait qui Il Ă©tait, c’est pourquoi Il avait la foi. La foi put produire lorsqu'Il sut ce qu'Il Ă©tait. «Si vous demeurez en Moi, et que Ma parole demeure en vous... (alors vous savez qui vous ĂȘtes!) ... demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.»

78     Ne serait-ce pas merveilleux, ce soir, si tous ceux qui viennent dans cette ligne de priĂšre disaient: «Je suis un chrĂ©tien, rien ne me condamne. Je sais que mon coeur ne me condamne pas. Quelque chose me dit que ce soir, c’est la fin de ma souffrance»? Si vous croyez, vous repartirez d'ici avec quelque chose. Peu importe avec quelle Ă©motion vous venez ou ce que vous faites, cela ne marchera pas avant que cette Foi parfaite ne soit manifestĂ©e et identifiĂ©e en vous comme une substance. Mais lorsqu'elle est lĂ , rien ne peut plus vous Ă©branler et vous en dĂ©tacher.

79     Si vous aviez le cancer et que le docteur vous ait dit hier que vous alliez mourir avant lundi matin (votre coeur est atteint, vous ne pouvez plus respirer, le cancer vous a rongĂ© complĂštement, votre circulation sanguine s'est entiĂšrement transformĂ©e en cancer, quel que soit votre Ă©tat), et que Quelque Chose vienne avec la substance de cette foi vĂ©ritable, que la Foi parfaite devienne une substance en vous, vous ririez au nez de ce docteur.

80     Vous seriez comme le vieil Elie, lorsqu'il marchait devant l'idole et disait: «Pourquoi n'appelez-vous pas un peu plus fort? Peut-ĂȘtre qu'il est occupĂ©.» Il savait ce qu'il allait faire, car Dieu lui avait dit ce qui allait arriver. Il dit: «Que le dieu qui rĂ©pondra par le feu soit Dieu!»

81     Ils dirent: «Nous acceptons cette proposition.» Et ils versĂšrent de l'eau sur les autels. Ils se firent des incisions et firent tout le reste, et ils appelĂšrent: «Ô Baal! Ô Ô Baal! RĂ©ponds-nous!»

82     Ă‰lie Ă©tait aussi calme que possible. Il dit: «Appelez un peu plus fort, il est peut-ĂȘtre occupĂ©. Il est peut-ĂȘtre Ă  la pĂȘche. Il fait peut-ĂȘtre quelque chose d'autre, vous voyez. Il est parti quelque part. Il se moqua d'eux, parce qu'il savait que cela allait arriver.»

83     Oh! regardez ce qu'il fit lorsque tout fut en ordre. Il alla lĂ -bas et dit: «Éternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et d'IsraĂ«l!» Il n'utilisa pas le nom de Jacob, «filou», il l'appela IsraĂ«l, «Prince avec Dieu».

84     Â«Ă‰ternel, Dieu d'Abraham, d'Isaac et de ce prince (Jacob), que l'on sache aujourd'hui que je suis Ton serviteur, et que j'ai fait ceci non selon mon dĂ©sir, ni de moi-mĂȘme, mais sur Ton ordre, selon Ta volontĂ©, et que c'est Toi qui m'as dit ce qu'il fallait faire. Tu m'as montrĂ© que ces choses seraient ici. Maintenant, j'ai versĂ© l'eau sur l'autel. J'ai fait toutes ces choses selon Ton commandement. Maintenant, que cela se sache!» Et quand il eut dit cela, le feu tomba des cieux. Il avait confiance qu'il tomberait, parce qu'il avait la substance. Pourquoi? Parce que la Parole l'avait dit.

85     La Bible est la mĂȘme Parole de Dieu. Et quand vous pouvez recevoir la substance – ce qui est la Foi parfaite – la substance que cette promesse faite par Dieu vous appartient...

86     Â«Comment vous sentez-vous, frĂšre Branham, quand vous ĂȘtes lĂ  debout et que vous voyez venir des personnes parlant dans diffĂ©rentes langues? Avez-vous peur? «Non, monsieur, non. C'est Lui qui l'a dit! Je n'ai encore jamais eu peur, parce que c'est Lui qui me l'a dit, et je crois que c'est la VĂ©ritĂ©.

87     S'Il me disait ce soir d'aller au cimetiĂšre prĂ©sidentiel et de ressusciter demain matin George Washington, J'inviterais le monde entier et je dirais: «Venez le voir s'accomplir. Amenez tous les critiques possibles et mettez-les lĂ  autour, car vous allez voir la Gloire de Dieu. Mettez cette chaise Ă  cet endroit, afin que vous puissiez vous asseoir et vous reposer un petit moment; Il sera lĂ  dans un moment, aussitĂŽt que je l’appelle.»

88     Lorsque je vis cette nuit, ou plutĂŽt ce jour-lĂ , ce petit garçon en Finlande qui Ă©tait Ă©tendu, mort depuis une demi-heure, le corps Ă©crasĂ©, le sang coulant des yeux, du nez et des oreilles, ses petites jambes brisĂ©es dans ses petites chaussettes, et ses pieds sortant du bout de ses chaussettes, plus de souliers... Alors que je regardais cela, je pensai: «Ça devrait ĂȘtre ce garçon-lĂ .» Je dis: «Dites, regardons Ă  la fin de cette Bible, frĂšre Moore.»

89     FrĂšre Lindsay et frĂšre Moore regardĂšrent, et c'Ă©tait Ă©crit: «Il arrivera, DIT LE SEIGNEUR, (oh! lĂ  lĂ !) que, dans un pays oĂč il pousse beaucoup de sapins et oĂč des rochers sont amoncelĂ©s, il y aura un petit garçon aux cheveux coupĂ©s courts... Il portera des pantalons courts qui se boutonnent ici en haut, et des chaussettes longues. Il aura les yeux bruns et ceux-ci seront rĂ©vulsĂ©s. Il sera tuĂ© dans un accident d'automobile. Mais tu poseras tes mains sur lui et il reviendra Ă  la vie.»

90     C'Ă©tait Ă©crit lĂ . Et il Ă©tait Ă©tendu lĂ , amen, attendant la Parole. Je dis: «Si ce garçon n'est pas vivant d'ici deux minutes, alors je suis un faux prophĂšte, chassez-moi hors de Finlande. Mais s'il est vivant, tombez sur votre face et repentez-vous!»

91     Je dis: «Mort, tu ne peux le retenir.» Je rĂ©clamai son esprit selon la Parole de Dieu, «au Nom de JĂ©sus-Christ», et il se leva d'un bond. C'est vrai! Vous voyez, la foi s'y accrocha. Dieu l'a dit, et le voilĂ !

92     C'est Dieu qui parle en ce jour par des visions. Mais, si cette vision Ă©tait contraire Ă  Ceci, elle serait fausse; Ceci est plus que la vision. Si une vision est contraire Ă  la Parole, abandonnez-la; elle n'est pas de Dieu, Dieu ne contredit pas Sa propre Parole. Ainsi, si cette Parole vous dit quelque chose, alors vous pouvez avoir la mĂȘme confiance que cela va arriver. Il n'y a rien... Si Elle dit: «Ils imposeront les mains aux malades et ils seront guĂ©ris»... eh bien, frĂšre, si la foi, si cette Foi parfaite s'y accroche, lorsque vous aurez passĂ© par cette ligne de priĂšre, vous sauterez en partant d’ici et crierez: «C'est terminĂ©! C'est terminĂ©! C'est entiĂšrement terminĂ©, c'est fini!» Si vous aviez une requĂȘte dans votre coeur et que vous croyiez que la priĂšre qui a Ă©tĂ© faite pour cela sera exaucĂ©e, vous n’avez rien Ă  discuter, car c’est ce qui va arriver, comme pour la femme avec la perte de sang.

93     JĂ©sus avait la Foi parfaite. Il l'avait, et elle vint parce qu'Il Ă©tait la Parole. Et vous devenez la Parole; vous devenez la Parole, comme vous recevez la Parole. «Si vous demeurez en Moi, et que Mes Paroles demeurent en vous... (Mes Paroles, c’est-Ă -dire cette Parole)... demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordĂ©.» Voyez-vous? «Si vous dites Ă  cette montagne: Ôte-toi de lĂ , et si vous ne doutez pas, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s'accomplir. Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir; cela vous sera donnĂ©.» Ni le temps, ni l'espace, ni rien d'autre ne le changera. Vous savez que c'est fait. C'est dĂ©jĂ ... C'est dĂ©jĂ  fini.

94     Maintenant, regardez! Il nous a dit: «Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous... (ici, dans Jean)... demandez ce que vous voudrez, et cela vous sera accordĂ©.» Alors, reconnaissez votre position dans l’Écriture, en tant que croyant. Voyez-vous, vous devez reconnaĂźtre votre position, de mĂȘme qu'Il reconnut Sa position.

95     Â«N'est-il pas Ă©crit que Christ viendrait, et qu'Il ferait toutes ces choses?», dit-Il Ă  ClĂ©opas et aux autres, ce matin-lĂ . «N'est-il pas Ă©crit dans les Écritures qu'Il devait souffrir et ĂȘtre mis Ă  mort, pour ensuite ressusciter le troisiĂšme jour? Pourquoi ĂȘtes-vous si lents Ă  comprendre?»

96     Et ils pensĂšrent: «Comme cet homme parle diffĂ©remment des autres hommes.» Et quand ils furent dans l'auberge, ils dĂ©couvrirent que c'Ă©tait Lui. Voyez-vous, leurs yeux Ă©taient empĂȘchĂ©s de Le reconnaĂźtre. Toutefois ils remarquĂšrent qu'Il se rĂ©fĂ©rait continuellement Ă  l’Écriture, et ils surent que c'Ă©tait Lui.

97     Vous devez croire en ce que vous demandez. Si vous ĂȘtes un croyant, reconnaissez-vous comme tel. Reconnaissez que ces choses sont pour vous. S 'il y a une condamnation dans votre vie, commencez par rectifier cela. Voyez-vous? Si vous avez une condamnation dans votre... je... ou vous pouvez demander Ă  Oral Roberts et Ă  une douzaine d'autres personnes, qui ont la foi, de venir ici et de prier pour vous, et de sauter de bas en haut, et de verser de l'huile sur vous, cinq litres [des gallons – N.D.T.] Ă  la fois, mais cela ne bougera toujours pas. C'est vrai.

98     Qu'arrive-t-il Ă  ceux qui ne sont pas guĂ©ris dans les rĂ©unions d'Oral? Je les retrouve dans la ligne de priĂšre. Vous L'entendez dire: «On a dĂ©jĂ  priĂ© pour vous.»

99     Â«... un homme avec des cheveux foncĂ©s, assez grand, ayant une forte mĂąchoire.» C'est Oral Roberts. Voyez-vous? «Et c'Ă©tait dans telle ville, Ă  un endroit appelĂ© ainsi.»

100     Â«Oui, c'est vrai.» Voyez-vous?

101     Â«Tel homme a priĂ© pour vous.» Vous voyez, comme cela. «Mais, voici votre ennui.» Voyez-vous? «Allez rectifier cette chose. Allez lĂ -bas, et confessez ce pĂ©chĂ© Ă  votre mari ou Ă  votre femme. Allez faire cette chose.» Cela ne vous fera jamais de bien, – peu importe qui prie pour vous, – avant que vous ne rectifiiez cela. La condamnation est dans votre coeur, et Dieu ne viendra pas dans ce coeur qui est condamnĂ©. Dieu n'y habite pas; vous devez le rectifier. Ensuite, quand vous l'avez fait, vous devez avoir la foi. Si tout est juste, vous devez avoir la foi et croire. N'ayez pas peur.

102     Dans le Livre de Job, il est dit que Job eut peur. Et ce qu'il craignit arriva effectivement. Qu'est ce qui en fut la cause? Sa crainte. C'est ce qui le fit arriver. Sa foi l'aurait gardĂ© de cela, mais sa crainte le lui amena. Il avait peur que cela n'arrive, et cela arriva. S'il avait su que cela n'arriverait pas, cela ne serait pas arrivĂ©. Voyez-vous ce que je veux dire?

103     Si vous avez peur, lorsque vous venez dans la ligne de priĂšre, et que vous pensez: «Peut-ĂȘtre que je n'ai pas une foi suffisante...», cela n'arrivera jamais, ne vous inquiĂ©tez pas. Mais, si vous savez que cela va arriver, cela arrivera. Voyez-vous? C'est la substance de quelque chose. Job craignit que ces choses ne lui arrivent, et elles lui arrivĂšrent. Si vous craignez que votre maladie ne vous quitte pas, elle ne vous quittera pas. Si vous avez la foi, elle vous quittera.

104     Demandez Ă  n'importe quel mĂ©decin; la premiĂšre chose qu'il fera, c'est de vous donner confiance dans le mĂ©dicament qu'il vous donne. Si vous n'avez pas confiance en lui, vous feriez mieux de le laisser. Voyez-vous? C'est sĂ»r! Alors, qu'est-ce que c'est? C'est la foi qui opĂšre la guĂ©rison, c'est la foi qui fait cela tout le temps.

105     Pierre, tout alla bien pour lui jusqu'Ă  ce qu'il eĂ»t peur. La Parole lui avait dit qu'il pouvait marcher sur l'eau. Il eut peur, d'abord, car il pensa que c'Ă©tait un fantĂŽme et il dit: «Seigneur, si c'est Toi, ordonne que j'aille vers Toi sur les eaux.»

106     Il dit: «Viens!» C'est exactement la mĂȘme chose que Jacques 5: 14 et que Marc 16; le mĂȘme Dieu qui a dit cela, a dit: «Viens!» Et ainsi. il commença Ă  marcher. Tout allait bien, il sortit du bateau et commença Ă  marcher sur...

107     Il y avait un gros orage sur la mer, vous savez, avec de grandes vagues coiffĂ©es d'une crĂȘte blanche; elles Ă©taient plus grosses que les collines ici autour, et l'Ă©cume se brisait sur eux. C'Ă©tait terrifiant de voir peut-ĂȘtre ces cinq ou six mĂštres [quinze, vingt pieds – N.D.T.] d'Ă©cume blanche et ces vagues qui se brisaient. Et ce fut une chose terrifiante pour lui de demander: «Seigneur, si c'est Toi...» Voyez-vous, Il ressemblait Ă  une ombre ou Ă  un esprit. Il dit: «Si c’est Toi, ordonne que j'aille vers Toi sur les eaux.

108     JĂ©sus lui dit: «Viens!»

109     Et il fit un pas et dit: «C'est le Seigneur, je vais simplement marcher.» Mais, quand il regarda les vagues, il eut peur. Que se passa-t-il dans son esprit? PremiĂšrement, il pensa: «Je vais marcher, parce que la Parole m'a dit de marcher.» Et ensuite, il regarda Ă  ses... eh! bien, il regarda Ă  ses symptĂŽmes; il regarda et vit la grosseur de ces vagues, et il eut peur; et aussitĂŽt, il s'enfonça. Voyez-vous? Ce qu'il craignit arriva! Ce qu'il crut arriva! Quand il crut qu'il pouvait marcher, il marcha. Quand il crut... Quand il eut peur, malgrĂ© sa croyance, alors sa substance le quitta. Le voyez-vous? Il professait toujours sa foi, mais il n'avait pas la substance. La substance aurait passĂ© par-dessus cette vague et aurait Ă©tĂ© directement vers Lui, s'il avait eu la Foi parfaite. Voyez-vous? Mais il ne l'avait pas. Il pensait qu'il l'avait. Il l'avait au dĂ©but, il Ă©tait prĂȘt Ă  se hasarder en dehors du bateau: «Le Seigneur M'a dit de le faire, cela doit arriver.» Il sortit donc du bateau et s'en alla. Il ne pensa jamais aux vagues et combien elles Ă©taient contraires. Cela ne lui vint jamais Ă  l'esprit.

110     Maintenant, quand vous commencez Ă  penser: «Maintenant, attendez. Vous savez, j'ai Ă©tĂ© malade si longtemps, je...» Stop! Vous feriez mieux de retourner sur le bateau. Voyez-vous? Voyez-vous? Mais quand vous arrĂȘtez de penser Ă  cela...

111     Â«Abraham ne considĂ©ra point que son corps Ă©tait dĂ©jĂ  usĂ© et que Sarah n'Ă©tait plus en Ă©tat d'avoir des enfants.» Il ne pensa pas Ă  cela, il ne le considĂ©ra mĂȘme pas. Cela ne lui vint mĂȘme pas Ă  l'esprit. Il ne le considĂ©ra mĂȘme pas du tout; il considĂ©ra seulement ce que Dieu avait dit et il alla de l'avant. Aussi longtemps que Pierre fit cela, il marcha.

112     Mais JĂ©sus vivait dans un monde que personne ne connaissait. Il Ă©tait une personne Ă©trange. Il vivait dans un monde de Foi parfaite dans le Dieu parfait, dans Lequel Il Ă©tait. Si nous vivions comme des chrĂ©tiens avec une Foi parfaite, nous serions des mystiques pour le monde: les gens ne vous comprendraient pas. Vous marcheriez dans l'Esprit. Ce que l'Esprit dirait, vous le feriez. Ce qu'Il interdirait, vous ne le feriez pas. Alors, les gens commenceraient Ă  dire... Vous seriez une personne mystique pour eux.

113     C'est ainsi pour tous les croyants, ils sont des mystiques. Les gens ne comprennent pas, parce qu'ils vivent dans un monde Ă  eux. JĂ©sus vivait dans un monde que personne d'autre ne pouvait toucher. Les disciples ne pouvaient Le comprendre. Quand Il leur parlait, ils disaient ensuite: «Tu parles par Ă©nigmes! Nous ne comprenons pas ceci. Comment cela peut-il ĂȘtre?» Voyez-vous, ils n'Ă©taient pas dans le monde dans lequel Il vivait. Ils ne pouvaient pas Le comprendre, personne ne pouvait Le comprendre.

114     Ainsi, quand un homme vit par la foi et marche par la foi, je veux dire la foi en tant que substance, il est isolĂ© du monde entier et devient une nouvelle crĂ©ature en Christ. Maintenant, vous arrivez dans la matiĂšre pour l’Épouse. Voyez-vous? Maintenant, vous arrivez dans la condition nĂ©cessaire pour l'enlĂšvement. Cela veut dire que chacun d'entre nous, pas seulement le pasteur, les diacres ou les administrateurs, mais aussi les laĂŻques, chaque individu marche dans un monde avec Dieu seul. Vous ĂȘtes baptisĂ© dans ce Royaume, et il n'y a personne lĂ , si ce n'est vous et Dieu. Voyez-vous? Il donne les ordres et vous les exĂ©cutez. Quoi qu'Il dise, il n'y a nulle part l'ombre d'un doute, vous continuez votre marche. Si le Seigneur dit ceci, il n'y a personne au monde qui puisse vous en dissuader, vous continuez Ă  avancer de la mĂȘme façon. Maintenant, vous arrivez Ă  cette Foi parfaite, une parfaite perfection qui ne peut faillir. Cette foi-lĂ  ne faillit jamais. Oui, Il Ă©tait un mystique pour eux, avec Sa Foi parfaite. Et c'est comme ça maintenant, ceux qui ont la Foi parfaite sont des mystiques pour les autres.

115     La Bible nous enseigne de rĂ©sister au diable, et il fuira loin de nous. Lui rĂ©sister, c’est simplement le repousser; lui rĂ©sister, c'est vous Ă©loigner de lui. Si Dieu vous a dit une certaine chose, peu importe ce que le diable essaie de vous dire, vous ne l'Ă©coutez mĂȘme pas. Vos oreilles sont sourdes Ă  tout, sauf Ă  ce que l'Esprit dit. Voyez-vous? «Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Ă©glises. «Celui qui possĂšde un poste d'Ă©coute capte ce que l'Esprit dit aux Ă©glises. Voyez-vous?

116     Ce que Satan dit: «Je ne peux pas...», cela n'a rien Ă  voir... «Si vous enseignez cela, la dĂ©nomination vous jettera dehors.» Cela n'a rien Ă  voir, il continue Ă  avancer de la mĂȘme façon.

117     Â«Que celui qui a des oreilles entende ce que l'Esprit dit aux Ă©glises.» Vous savez qu'il est constamment dit dans la Bible: «Que celui qui a la foi... Que celui qui a des oreilles pour entendre entende.» Voyez-vous? «Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la bĂȘte.» Toutes ces diffĂ©rentes choses. «Que celui qui a... le dise aux autres, afin qu'ils puissent en avoir.»

118     Et c'est de la foi que nous parlons maintenant, la foi que vous devez avoir, cette Foi parfaite. Cette foi qui dit: «Oui!» Il n'y a rien qui puisse dire: «Non», lorsque Dieu dit: «oui». Voyez-vous? Quand Il dit «Oui», c'est «Oui»! Et rien ne peut vous l'enlever.

119     Avec Sa Foi parfaite, Il Ă©tait trĂšs Ă©trange. Et le diable ne resta pas autour de Lui trĂšs longtemps. Nous avons eu cela dans la leçon, ce matin. Lorsqu'il vint en bluffant avec cette grande conception intellectuelle, pour narguer JĂ©sus, il dĂ©couvrit qu’il avait touchĂ© une ligne de courant de dix mille volts, et cela le jeta de nouveau en arriĂšre. Oui, monsieur!. Et Il dit: «Il est Ă©crit, l'homme ne vivra pas de pain seulement» Il reçut alors un choc. Il revint un peu plus doucement, la fois suivante, lorsqu'il dit: «Tu es un grand homme, Tu peux Te mettre ici en haut, et ĂȘtre quelqu'un.»

120     Il dit: «ArriĂšre de Moi, Satan!» Oh! lĂ  lĂ ! ce qu'il rencontra! Et: «Tu ne tenteras point le Seigneur, ton Dieu.» Voyez-vous? Il prouva Ă  Satan qu'Il Ă©tait le Seigneur Dieu. «Car il est Ă©crit, tu ne tenteras point...»

121     Si Satan n'avait pas reconnu que c'Ă©tait le Seigneur Dieu, il aurait dit: «Attends une minute, Tu n'es pas cette Personne.» Mais il savait faire mieux que de dire cela Ă  JĂ©sus.

122     Il savait sur quel terrain se tenir. JĂ©sus dit: «Tu ne tenteras pas le Seigneur, ton Dieu.» Et c'est ce qu'Il Ă©tait. Et Satan savait faire mieux que de dire cela, car les oeuvres de JĂ©sus avaient dĂ©jĂ  prouvĂ© qu'Il Ă©tait le Seigneur, ton Dieu.

123     Notez bien! Voici un autre point: la Foi parfaite a la maĂźtrise de toutes les circonstances. La Foi parfaite maĂźtrise toutes les circonstances. Peu importe ce que c'est, elle le maĂźtrise. Maintenant, observez! Quand vous croyez quelque chose, ou que vous faites quelque chose, et que vous avez foi en ce que vous faites, peu importe ce que sont les circonstances, elles n'ont rien Ă  voir avec cela. Voyez-vous, elle maĂźtrise ces circonstances. Si c'est dans une chambre de malade et que le Seigneur ait rĂ©vĂ©lĂ© que cette certaine chose va arriver, vous le dites et vous allez de l'avant.

124     Â«Oh, est-ce que...?» Ne posez pas de questions. C'est dĂ©jĂ  fini, allez de l'avant. Voyez-vous? Elle maĂźtrise toutes les circonstances. «Eh bien, si vous faites ceci... Un tel va faire... «Cela... Voyez-vous, elle a dĂ©jĂ  maĂźtrisĂ© cela. Voyez-vous?

125     La foi croit que Dieu le mĂšnera Ă  bien. «Je ne sais pas comment Il le fera, mais Il le fera de toute façon.» Voyez-vous? Elle maĂźtrise toutes les circonstances.

126     La Foi et l'Amour sont parents, car vous ne pouvez pas avoir la Foi Ă  moins que vous ayez l'Amour, parce que votre Foi est dans un Dieu qui est l'essence mĂȘme de l'Amour. La Foi et l'Amour travaillent ensemble.

127     Tenez, c'est comme pour un jeune couple. Vous prenez un jeune homme et une jeune fille qui tombent amoureux l'un de l'autre. Alors qu'ils vont de l'avant et qu'ils commencent Ă  mieux se connaĂźtre, leurs coeurs commencent Ă  battre Ă  l’unisson. Voyez-vous? Pourtant, ils ne sont pas encore mari et femme, mais leur amour les lie et ils ont confiance l'un dans l'autre. Maintenant, S'ils s'aiment vraiment, s'aiment vraiment... et si vous savez que cette fille vous aime, et si elle sait que vous l'aimez, vous avez confiance, vous avez foi l'un dans l'autre. Vous avez foi l'un dans l'autre. Si vous ne l'avez pas, vous feriez mieux de ne pas vous marier. Voyez-vous?

128     Vous devez donc avoir foi. Et si vous les sĂ©parez et que vous en mettiez un Ă  l'extrĂȘme sud et l'autre Ă  l'extrĂȘme nord, ils auraient toujours cet amour l'un pour l'autre, oĂč qu'ils se trouvent. Ils sont aussi fidĂšles l'un Ă  l'autre que possible, parce qu'ils s'aiment. Et si vous aimez le Seigneur, pas seulement pour Ă©chapper Ă  l'enfer, mais si vous aimez le Seigneur, alors vous avez foi en Dieu; voyez-vous, si vous L'aimez vraiment.

129     C'est comme ce qui est arrivĂ© ici Ă  Louisville, il n'y a pas longtemps. Il y avait une demoiselle, chrĂ©tienne depuis de nombreuses annĂ©es, qui tomba amoureuse d'un homme qui, lui, Ă©tait chrĂ©tien depuis environ deux ans. Et, ainsi, ils se mariĂšrent; ils s'aimaient et avaient confiance l'un dans l'autre, et ils se mariĂšrent. Et la femme dit Ă  son mari: «ChĂ©ri, cela doit ĂȘtre difficile pour toi, car tu n'es qu'un jeune chrĂ©tien, et tu as dĂ» passer par tant de choses...» (car il buvait.) Elle dit: «Tu as dĂ» passer par tellement de choses et je sais que tu dois ĂȘtre terriblement tentĂ©, mais, dit-elle, je dĂ©sire maintenant que tu saches une chose: Si tu tombes, si tu as une tentation et que tu y succombes, ne reste pas loin de la maison, mais reviens. Reviens ici, parce que je serai ici mĂȘme Ă  t'attendre, et je t'aiderai Ă  prier jusqu'Ă  ce que tu aies la victoire. Je resterai avec toi, parce que lorsque je t'ai Ă©pousĂ©, je l'ai fait parce que je t'aimais. Et peu importe ce que tu es, je t'aimerai toujours.»

130     Quelques jours aprĂšs cela, alors qu'il mangeait son dĂźner avec d'autres hommes dans la chaufferie, il leur parla de cela et leur dit: «Comment un homme pourrait-il faire une seule fois quelque chose de mal, quand il y a quelqu'un qui vous aime ainsi?» Voyez-vous?

131     C'est cela. Comment pourriez-vous abuser de cette confiance?

132     Et lorsque nous Ă©tions des pĂ©cheurs et que nous Ă©tions sans Dieu, Ă©loignĂ©s de Lui, dans le monde, dans la saletĂ© et dans la boue, comme j'en ai parlĂ© ce matin, Dieu est venu Ă  nous! Dieu vous a cherchĂ©. Vous n'avez jamais cherchĂ© Dieu: «Nul ne peut venir Ă  Moi, si le PĂšre ne l'attire.» Et Dieu est venu dans la saletĂ© oĂč vous Ă©tiez, vous y a cherchĂ© et vous en a fait sortir! Cela devrait crĂ©er un Amour parfait. Regardez ce que vous Ă©tiez, et regardez ce que vous ĂȘtes. Qui a fait cela? Quelqu'un qui vous aimait! Alors ne pouvez-vous pas avoir foi dans ce qu'Il vous a promis? Un rĂ©el et vĂ©ritable amour crĂ©era en vous la confiance dans Sa Parole.

133     Il m'a pris, alors que je n'Ă©tais rien. Et je ne suis toujours rien, mais je suis dans Sa main. Il m'a pris, et Il m'a aimĂ© alors que j'Ă©tais repoussant. Il vous a aimĂ© alors que vous Ă©tiez repoussant, mais Il vous a transformĂ©. C'est ce que disait la soeur de couleur, cette fois-lĂ , dans son tĂ©moignage: «Je ne suis pas ce que je devrais ĂȘtre, et je ne suis pas ce que je voudrais ĂȘtre, mais je ne suis pas ce que j'Ă©tais!» Elle savait qu'elle avait fait du chemin et que quelque chose Ă©tait arrivĂ©. Et c'est ainsi. Si Dieu, quand j'Ă©tais sĂ©parĂ© de Lui, m'aima Ă  tel point qu'Il se baissa pour me ramasser, cela me donne confiance dans le fait qu'Il dĂ©sire m'utiliser. Il a un but en faisant cela. Il a vu quelque chose en moi. Il a vu quelque chose en vous. Il avait une raison de vous sauver; regardez les gens qui ne sont pas sauvĂ©s aujourd'hui. Regardez les millions qu'Il aurait pu prendre Ă  votre place, mais Il vous a pris, vous. Amen! Personne ne peut prendre votre place. Amen! Vous ĂȘtes dans l'Ă©conomie de Dieu. Personne ne peut le faire. C'est Son amour envers vous.

134     Alors, votre amour ne va-t-il pas s'Ă©lever de nouveau vers Lui? C'est lĂ  une affaire d'amour. Peu importe la situation les circonstances sont maĂźtrisĂ©es par cet Amour qui crĂ©e la Foi. Quand Dieu vous aime et que vous aimez Dieu, et que vous vous aimez l'un l'autre, cela apporte la foi. TrĂšs bien. Alors, rien ne peut empĂȘcher que cela produise exactement ce que Dieu a promis de faire.

135     Maintenant, regardez! La Foi parfaite est pure, aussi pure que l'Amour. Voyez-vous? Lorsque vous aimez quelqu'un, et que vous avez de l'amour pour votre mari ou pour votre femme, il n'est pas nĂ©cessaire que quelqu'un vienne vous dire que vous ne le faites pas, parce que vous le faites, et vous le savez.

136     Maintenant, si je vous demandais: «Comment pouvez-vous prouver que vous le faites?»

137     Â«Oh, je le prouve par la maniĂšre dont je vis vis-Ă -vis de lui.» (Voyez-vous?) «Je suis une Ă©pouse fidĂšle et honnĂȘte.» «Je suis un mari loyal et honnĂȘte, et cela prouve que j'aime ma femme», «ou que j'aime mon mari.» Voyez-vous, votre vie prouve ce que vous ĂȘtes. C'est ainsi, pour le christianisme. Voyez-vous? Votre foi. Vous avez confiance l'un dans l'autre, cela est pur. Et il y a quelque chose de rĂ©el, que vous ne pouvez pas montrer Ă  quelqu'un d'autre. Pourtant, vous l'avez, et vos actions le prouvent.

138     Et quand vous avez une Foi pure et sans mĂ©lange, pareille Ă  l'amour que vous avez pour votre compagnon, alors vous le prouvez par la façon dont vous agissez. Vous ne vous plaignez plus, car vous savez que c'est accompli, et vous allez simplement de l'avant. Peu importe Ă  quoi ressemblent les choses, ou ce que quiconque dit, vous savez ce qui est arrivĂ©. Vous savez que c'est fini; tout autant que vous savez que vous aimez votre mari, tout autant que vous savez que vous aimez... Voyez-vous, l'amour et la foi doivent aller ensemble. Ils sont parents, ils aiment... L'Amour produit la Foi.

139     Lorsque Satan nous tente, nous devons lui rĂ©sister avec une Foi parfaite dans une Parole parfaite, comme le fit JĂ©sus. La Parole de Dieu est parfaite. Nous devons avoir une Foi parfaite dans cette Parole parfaite et rĂ©sister Ă  Satan.

140     Maintenant, dĂ©pĂȘchons-nous et allons aussi vite que possible.

141     Par Sa foi dans–dans Sa Parole, nous... (il est vainqueur), nous pouvons tout vaincre: Ă  la fois la mort, l'enfer et la tombe. Nous savons que Dieu est Dieu et que, par une Foi parfaite dans une Parole de Dieu parfaite, Il vainquit tout ce qui entra en contact avec Lui. La mort ne pouvait mĂȘme pas tenir en Sa prĂ©sence. La maladie ne pouvait pas tenir en Sa prĂ©sence. De Lui coulaient comme des riviĂšres de vertu, et cela coulait constamment. La vertu sortait de Son vĂȘtement. Ces gens se couchaient dans Son ombre et s'avançaient pour toucher de leur doigt Son vĂȘtement, et ils Ă©taient guĂ©ris. AprĂšs que cette femme eut fait cela, tout le monde voulut toucher Son vĂȘtement, parce qu'ils avaient vu que, de Lui, sortait constamment de la vertu qui coulait comme des riviĂšres. Il Ă©tait lĂ  marchant, marchant dans un monde avec la Foi parfaite, parce qu'Il Ă©tait la Parole.

142     Et maintenant: «Si vous demeurez en Moi» (au travers de Lui, Il vous apporta la Parole), «et que Mes Paroles demeurent en vous», alors, marchez de la mĂȘme maniĂšre, des vertus coulant de vous, les riviĂšres des fontaines de bĂ©nĂ©diction de Dieu, se dĂ©versant sur les gens. Voyez-vous ce que je veux dire? Vous ne le simulez pas, vous ne l'imaginez pas. Cela arrive effectivement, et vous le voyez. Si vous ne faites que l'imaginer, cela ne fait aucun bien; mais, si c'est rĂ©ellement lĂ , cela arrive vraiment.

143     Maintenant, observez! Par elle, se tenant lĂ , Il put dire: «Si vous dĂ©truisez ce corps (ce temple), je le relĂšverai en trois jours.» Pourquoi? Il en Ă©tait convaincu, parce que les Écritures avaient dit que Lui, le Messie, le ferait: «Je ne livrerai pas Son Ăąme au sĂ©jour des morts, ni ne permettrai pas que Mon Bien-aimĂ© voie la corruption.» Un prophĂšte – Ă  qui la Parole est adressĂ©e – avait dit que cela arriverait, et Il savait qu'Il Ă©tait cette Personne.

144     Et, lorsque JĂ©sus dit: «La priĂšre de la foi sauvera le malade», ou «Ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guĂ©ris», vous devez avoir la mĂȘme confiance parfaite que... lorsqu'on m'imposera les mains, je serai guĂ©ri; parce que c'est ce qu'il a dit.

145     Il a dit: «Si vous dĂ©truisez ce corps, Je le relĂšverai», parce qu'Il savait qu'Il Ă©tait le Messie. «Je ne permettrai pas que Mon Bien-aimĂ© voie la corruption». Il savait qu'Il Ă©tait le Bien-aimĂ©. «Je ne livrerai pas son Ăąme au sĂ©jour des morts»; Il ne l'a pas fait. Il savait qu'Il le ferait... Il avait confiance qu'Il Ă©tait lĂ  pour vaincre Ă  la fois la mort et l'enfer, car Il dit: «DĂ©truisez-le, si vous le dĂ©sirez, et je le relĂšverai en trois jours.» oh! lĂ  lĂ ! «J'ai le pouvoir de donner Ma vie et j'ai le pouvoir de La reprendre»; Il savait qui Il Ă©tait.

146     Vous ĂȘtes un chrĂ©tien. Vous avez droit Ă  n'importe quelle bĂ©nĂ©diction rĂ©demptrice pour laquelle JĂ©sus mourut. Tout cela vous appartient! Cela a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© payĂ©, vous n'avez qu'Ă  le croire. Pas Ă  l'imaginer, mais Ă  le croire, et vous devez savoir que cela vous appartient et que vous pouvez le confesser. Oh! c'est ça, la Foi victorieuse, savoir cela!

147     Il savait que cela arriverait. Il pouvait prĂ©dire que cela arriverait, parce qu'Il savait que cela arriverait; et quoi qu'Il ait prĂ©dit, cela arrivait. Maintenant, regardez! Quoi qu'Il ait dit, Dieu l'honorait. Pensez-y! Quoi que JĂ©sus ait dit, Dieu le faisait s'accomplir. Ainsi, Il savait que Ses Paroles Ă©taient les Paroles de Dieu. Maintenant, regardez! Ce passage de l’Écriture nous est prĂ©sentĂ© Ă  nouveau: «Si vous dites Ă  cette montagne...» Oh! lĂ  lĂ ! Je le laisse pĂ©nĂ©trer un peu, vous voyez, parce que nous allons avoir une ligne de priĂšre. Nous congĂ©dierons l'assemblĂ©e, ceux qui doivent partir, et nous prierons pour les malades.

148     Regardez! Il savait qu'Il plaisait Ă  Dieu. Il savait qu'il n'y avait rien de rĂ©prĂ©hensible dans Sa vie. Dieu avait dĂ©jĂ  tĂ©moignĂ© de cela, lorsqu'Il dit: «Celui-ci est Mon Fils Bien-aimĂ© en qui J'ai trouvĂ© Mon plaisir, Ă©coutez-Le!» «Celui-ci est Mon Fils Bien-aimĂ©, en qui J'ai trouvĂ© Mon plaisir», dit-Il, le jour de Son baptĂȘme. «J'ai trouvĂ© Mon plaisir Ă  faire Ma demeure en Lui, et rien ne peut Le condamner.»

149     Maintenant, quand le mĂȘme Dieu vient Ă  vous et qu'Il trouve Son plaisir Ă  habiter en vous, et trouve Son plaisir Ă  honorer votre parole, votre dĂ©cision... Quelle fut la dĂ©cision de JosuĂ©? «Soleil, arrĂȘte-toi!» Et il s'arrĂȘta. Amen! Certainement! Quelle fut la dĂ©cision de MoĂŻse? Il leva son bĂąton sur la-une riviĂšre comme cela, et rĂ©clama qu'elle s'ouvre. Et elle s’ouvrit! Voyez-vous, c'est ainsi, quoi que vous demandiez. «Et si vous dites Ă  cette montagne: Ôte-toi de lĂ , et si vous ne doutez pas (voyez-vous) dans votre cƓur» mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s'accomplir.» Cela vous remet dans la Parole. Maintenant, cela n'est pas du petit-lait. Cela vous y remet. Je sais que cela va peut-ĂȘtre passer par-dessus vos tĂȘtes, voyez-vous, parce que cela ne peut s'ancrer; mais une rĂ©elle et vĂ©ritable foi le saisit en ce moment.

150     Je l'ai vu, mes amis. Voici cette Bible qui est ouverte devant moi. Je l'ai vu arriver et je sais que c'est la VĂ©ritĂ©. Je sais – Dieu, dans le ciel, le sait – qu'il se peut que je ne vive pas assez longtemps pour pouvoir finir ce message, mais je sais que cela est arrivĂ©. Je l'ai vu moi-mĂȘme. Je suis un tĂ©moin de l'accomplissement de cette Parole, et je sais que c'est la VĂ©ritĂ©: Vous le dites, puis vous restez lĂ  et vous voyez le CrĂ©ateur crĂ©er un ĂȘtre vivant, juste devant vos yeux; vous secouez la tĂȘte et vous vous posez des questions. Et ensuite, vous regardez autour de vous et vous Le voyez en crĂ©er un autre, exactement pareil, parce que vous l'avez dit. Et vous venez par ici et vous dites: «Il y en aura un autre là», et vous regardez, et le voilĂ ! Maintenant, ceci est la VĂ©ritĂ©.

151     Oh! oĂč devrions-nous ĂȘtre? VoilĂ  la Foi parfaite. Pas de vision, «... Prononce simplement la Parole!»; je n'ai jamais vu l'Ă©cureuil. Il a simplement prononcĂ© ce certain passage de l’Écriture et ce qu'il Ă©tait, et: «Dis-le, et ne doute pas, et ce que tu as dit sera lĂ .» Et j'ai pris Dieu Ă  Sa Parole, et il Ă©tait lĂ . C'est vrai. C'est aussi puissant... Et mes amis, en tant que votre pasteur, c'est aussi puissant que lorsque JosuĂ© arrĂȘta le soleil; parce que le soleil Ă©tait dĂ©jĂ  lĂ , les Ă©lĂ©ments se dĂ©plaçaient, et il arrĂȘta leur mouvement. Mais ici, Il a apportĂ© quelque chose qui n'Ă©tait pas lĂ , Il a crĂ©Ă©! Je suis si content de connaĂźtre le Dieu qui peut un jour prendre la poussiĂšre de la terre et, sans qu'il n'y ait rien, me rappeler de nouveau Ă  la vie, aprĂšs que j'aie Ă©tĂ© enterrĂ© dans la tombe. Oh! lĂ  lĂ ! C'est cela:
Ma foi regarde en haut vers Toi,
Toi, Agneau du Calvaire...

152     Si vous le dites et si vous ne doutez pas, mais croyez que ce que vous dites arrive, vous le verrez s'accomplir. Voyez-vous, croyez que cela arrivera!

153     David, dans les Psaumes, parla de Lui. Et avec cette foi, Il prit Sa puissance et s'occupa des autres. Il ne la garda pas seulement pour Lui-mĂȘme, mais, avec elle, Il s'occupa des autres. Il fit aussi l'impossible pour sauver les autres, et Il peut faire la mĂȘme chose maintenant. Il a promis la mĂȘme foi aux croyants, dans Sa Parole, et Jean... comme il l'a dit dans Jean 14: 12, Marc 16 et aussi dans Marc 11: 23, que nous venons de lire.

154     Maintenant, regardez. Il nous est apparu sous la mĂȘme forme que dans l'Ancien Testament et que dans le Nouveau Testament; et Il a fait connaĂźtre le mĂȘme Christ par la mĂȘme Parole. Et je vous dĂ©clare que Christ est le Saint-Esprit. Le mot Christ signifie «le Oint»; une personne qui est ointe. C'est cela le Christ, le Oint. Combien savent que c'est vrai? C'est l'inter... Le Oint. Il est dit qu'il y aurait un homme qui serait oint, oint de quoi? La Bible dit, dans Actes 2, que JĂ©sus de Nazareth, cet homme Ă  qui Dieu rendit tĂ©moignage et qu'Il oignit du Saint-Esprit, s'en alla et fit de grandes oeuvres, voyez-vous, et Dieu manifesta et prouva qu'Il Ă©tait dans cet homme.

155     Et maintenant, nous devenons, en Ă©tant oints par ce mĂȘme Esprit, des «messiets» oints, des messies des derniers jours, pour illuminer la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ, et montrer qu'Il n'est pas mort, mais qu'Il est dans Son peuple, sous la forme du Saint-Esprit, et qu'Il agit au milieu de Son Épouse. Il est Ă©pris d'Elle, et Il se dĂ©verse en Elle. Ils deviennent Un pour le Souper des Noces; et les mĂȘmes signes promis par le mĂȘme Dieu, dans la mĂȘme Parole, produisent les mĂȘmes manifestations que Lui.

156     Il ne nous reste plus rien d'autre Ă  faire que de croire cela, et «croire cela» est la substance, et cela crĂ©e une Foi parfaite. Pensez combien–combien nous sommes engourdis; pensez Ă  cela une minute.

157     Voyons maintenant: A-t-il bien fait toutes choses? Nous a-t-Il dĂ©jĂ  dit quelque chose qui ne soit pas arrivĂ© exactement tel qu'Il l'avait annoncĂ©? N'a–t-Il pas accompli et fait exactement ce qu'Il avait promis de faire, et la grande Colonne de Feu n'a-t-Elle pas Ă©tĂ© parmi nous? Ne L'avons-nous pas vue? La science ne L'a-t-elle pas photographiĂ©e, aprĂšs qu'il eut Ă©tĂ© prĂ©dit ce qui arriverait? Allant lĂ -bas, et mĂȘme les journaux et les revues en ont parlĂ© et ont montrĂ© cela, alors que ces choses avaient Ă©tĂ© annoncĂ©es des mois avant qu'elles n'arrivent. N’a-t-Il pas opĂ©rĂ© exactement de la mĂȘme façon que dans l’Ancien et dans le Nouveau Testament? Et c'est exactement le MĂȘme! Le mĂȘme Saint-Esprit vient et discerne; et la Parole de Dieu est vivante et plus pĂ©nĂ©trante qu'une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, et Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. N'est-ce pas vrai? Cela n'est-il pas le mĂȘme Dieu? Et ce mĂȘme Dieu n'est pas un Ă©tranger se trouvant dans un autre endroit: Il est ici. Il est ici et Il fait ceci pour crĂ©er une Foi parfaite. Je Le sens. Je sais qu’II est ici maintenant. Je sais que Son Esprit est ici. Je sais qu'Il sait toutes choses. Amen! Et je sais qu'Il veut faire quelque chose. Il est en train de faire quelque chose, afin de crĂ©er cette perfection dans la foi des gens.

158     Allons-nous entrer dans l'Ă©ternitĂ© avec huit Ăąmes sauvĂ©es, comme ce fut le cas aux jours de NoĂ©? Allons-nous ĂȘtre trois, comme Lot, lorsqu'il sortit de Sodome? Allons-nous ĂȘtre six croyants, comme aux jours de Jean-Baptiste? Croyons, car Ses oeuvres sont parfaites! Elles sont manifestĂ©es chaque jour parfaitement devant nous, nous montrant qu'Il est la Parole, la Parole! HĂ©breux, chapitre 4, dit:
    ...la parole de Dieu est plus pĂ©nĂ©trante qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants... et elle discerne mĂȘme les pensĂ©es et les intentions du coeur.

159     Pensez Ă  cela! La Parole de Dieu est cela: Elle discerne les intentions du coeur. Car la Parole de Dieu est vivante et opĂ©rante et plus pĂ©nĂ©trante qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, atteignant jusqu'Ă  la division de l'Ăąme et de l'esprit, des jointures et des moelles, et Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. La Parole faite chair! AllĂ©luia! La Parole opĂ©rant dans la chair humaine par des signes physiques, par des signes matĂ©riels, par des signes scripturaires, parfaitement, pour vous amener Ă  une Foi parfaite pour un EnlĂšvement parfait.

160     Pourquoi ne pouvons-nous pas Le regarder? Ce n'est pas un mystique. Le diable a mis toutes les choses du monde devant vous pour essayer de vous faire–pour vous empĂȘcher de croire cela. Il interviendra dans une rĂ©union et il essayera de jeter tout ce qu'il peut devant vous. DĂ©barrassez-vous-en! La Bible dit: «Levez-vous et secouez-vous!» Pincez-vous.

161     Son Esprit est ici, Il vous connaĂźt. Vous avez une chose Ă  faire, c'est de croire cela, d'accepter cela. Il vous connaĂźt. Le croyez-vous? Il sait ce qu'il y a en vous, Il sait ce que vous ĂȘtes, Il sait ce que vous dĂ©sirez, il sait de quoi vous avez besoin.

162     Jim, crois-tu qu'Il sache ce qu'a ce bĂ©bĂ©? Vous avez pris sa tempĂ©rature avant de partir, et il avait quarante. Croyez-vous qu'Il le guĂ©rira? C'est venu sur lui aujourd'hui, il est tombĂ© malade. Mais cela le quittera. Je viens de regarder par ici et j'ai vu ce qu'ils ont fait avant de quitter la maison. C'est vrai.

163     Madame Little, croyez-vous que Dieu vous donnera la victoire sur ce diabĂšte? Il y a une dame qui est assise Ă  cĂŽtĂ© de vous – je ne vous connais pas – mais l'Esprit est sur elle. Ce qui la tracasse, c'est qu'elle a un enfant qui doit ĂȘtre opĂ©rĂ© d'un oeil. Elle est de Chicago. «Vivante, opĂ©rante, plus qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants; et Elle discerne.» Qu'est-ce? La Parole! Croyez-vous cela? Certainement.

164     Il y a une dame qui est assise juste lĂ  dans la rangĂ©e suivante; vous venez d'ĂȘtre opĂ©rĂ©e de l'oeil, et cela n'a pas trop bien rĂ©ussi. Mais, si vous le croyez, cela–cela ira bien pour vous. Le croyez-vous? TrĂšs bien, vous... Vous pensiez Ă  cela.

165     Madame Peckenpough, ce n'est pas pour vous, c'est pour ce petit-fils qui est assis ici. Vous priez pour cela, mais croyez-vous que Dieu le guĂ©rira? Vous croyez que Dieu peut me dire ce qui ne va pas pour lui? Les docteurs ne le savent pas. Non, c'est vrai. Ses poumons sont congestionnĂ©s. C'est vrai. Il a une maladie du sang. C'est correct! Vous ĂȘtes un peu troublĂ©e au sujet de le laisser aller Ă  l'Ă©cole ou non. «Vivante, opĂ©rante, plus qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants.»

166     Je vois une femme qui vomit sa nourriture. Elle est quelque part, laissez-moi reconnaĂźtre son visage. Oui, elle est assise lĂ . Son nom est Madame LewEllen. Si vous croyez de tout votre coeur, ce trouble de l'estomac vous quittera. Amen!

167     Il y a ici une dame qui est assise Ă  la mĂȘme hauteur qu'elle, de l'autre cĂŽtĂ©, au bout de la rangĂ©e, et qui me regarde en ce moment; elle porte des lunettes. Elle a de l'arthrite. Celle-ci est dans votre main gauche; elle y Ă©tait, mais elle n'y est plus maintenant. Oui, si vous croyez!

168     Qu'en est-il de ce bĂ©bĂ© qui est lĂ ? Il vient de l'Ohio; Il a un cancer Ă  l'oeil. Croyez-vous que Dieu le guĂ©rira? Il le fera, si vous le croyez. Voyez-vous? Ashland, Ohio! Croyez-vous maintenant que Dieu le guĂ©rira? Il le fera. Qu'est-ce? «OpĂ©rante, vivante, plus qu'aucune...»

169     La dame qui est ici, quelque chose l'a frappĂ©e. Elle souffre de son Ă©paule. C'est vrai. Est-ce vrai? TrĂšs bien, croyez et cela vous quittera. Voyez-vous? La Parole de Dieu discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur.»

170     Maintenant, il n'y a pas de cartes de priĂšre dans ce bĂątiment. Personne n'a distribuĂ© de cartes de priĂšre. Nous ne les utilisons pas ici, c'est simplement pour garder l'ordre. Voulez-vous que l'on prie pour vous? Combien dĂ©sirent que l'on prie pour eux pendant que la Parole est manifestĂ©e dans la chair? Que cette rangĂ©e ici se lĂšve et s'avance de ce cĂŽtĂ©, que premiĂšrement cette partie vienne ici, ceux qui dĂ©sirent que l’on prie pour eux. Ensuite, aprĂšs cela, je dĂ©sire que cette partie ici vienne derriĂšre eux. Ensuite, quand ils auront passĂ©, que cette partie ici vienne.

171     Â«Vivante, pĂ©nĂ©trante, plus...» Une Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants pourrait-elle faire cela? Non, monsieur! Mais la Parole de Dieu peut le faire. Pourquoi? Parce que c'est la Parole de Dieu. Maintenant, le croyez-vous?

172     Le grand MĂ©decin! OĂč est cette soeur qui vient du Tennessee, soeur Ungren... Downing? Le grand MĂ©decin est proche maintenant.

173     Je n'oublierai jamais ce qui arriva Ă  Fort Wayne ce soir-lĂ , lorsque cette jeune fille Amish ou Dunkard, qui Ă©tait assise lĂ , joua Le grand MĂ©decin est proche maintenant. Quand elle entendit que ce petit garçon Ă©tait guĂ©ri, elle fit un saut; le Saint-Esprit tomba sur elle, sa jolie chevelure glissa sur ses Ă©paules, et le piano ne manqua pas une note. Le grand MĂ©decin est proche maintenant, le compatissant JĂ©sus. Une puissance surnaturelle faisait bouger les touches du piano et cela jouait: Le grand MĂ©decin est proche maintenant.

174     Regardez! Croyez-vous? Vous devriez le faire. Maintenant, souvenez-vous, lorsque vous passez... Cependant, si vous ne le croyez pas, ne venez pas; restez assis. Dites: «Je ne vais pas... Je ne vais pas m'avancer sans conviction. Je viens en le croyant fermement.» Quand je...

175     La Bible dit: «Ces signes suivront ceux qui auront cru. S'ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront guĂ©ris.» C'est exactement cela. C'est Ă  une certaine condition: «Si vous croyez cela» Maintenant, moi, je le crois. Dieu vous a prouvĂ© que je croyais cela. Voyez-vous? Il manifeste Sa Parole pour montrer que c'est Sa Parole. L'accomplissement de l’Écriture le dĂ©montre. Maintenant, croyez cela, quand vous passerez par ici. Voulez-vous le faire? Et, alors que je vous impose les mains... C'est exactement ce que la Bible a dit.

176     As-tu ici l'huile pour l'onction, frĂšre Neville? Prends-la et viens de l'autre cĂŽtĂ©; accomplissons l’Écriture. Viens de ce cĂŽtĂ© et oins chaque personne, alors qu'elle passe, et nous prierons pour elle. Maintenant, afin que je sois sĂ»r que j'ai la priĂšre de la foi pour chacun de vous, que tous ceux qui sont des croyants posent leurs mains sur quelqu'un d'autre. Étendez votre bras et croisez vos mains les uns sur les autres. C'est lĂ  que nous allons dĂ©couvrir quelque chose, dans quelques minutes.

177     Je verrai ainsi combien mon Ă©glise a avancĂ© dans ce que nous croyons. Je dĂ©sire voir combien les gens sont avancĂ©s et combien ils sont prĂȘts Ă  prendre l’ÉpĂ©e pour monter au front et dire: «Je te dĂ©fie, Satan. Je te dĂ©fie! Tu ne peux–tu ne peux plus me faire douter.» Pourquoi ces choses sont-elles faites? Pour que les gens croient. C'est la Parole. C'est cela qui vous montre que je vous prĂȘche la VĂ©ritĂ©, la Parole. La Parole faite chair, faite chair en vous; devenue Parole, devenue Vie en vous, devenue Vie en moi. Voyez-vous?
    Le grand MĂ©decin! TrĂšs bien, inclinons nos tĂȘtes maintenant:

178     Seigneur JĂ©sus, le grand MĂ©decin est proche maintenant, Tu es le MĂ©decin. J'ai prĂȘchĂ© Ta Parole, et Ta Parole a dĂ©clarĂ© que Tu Ă©tais ici, et que Tu es le mĂȘme hier, aujourd'hui, et Ă©ternellement, et que Tu ne peux faillir. Tu ne nous as jamais fait dĂ©faut, Seigneur. Et maintenant, puissent les bĂ©nĂ©dictions de Dieu reposer sur chacun de ceux qui ont leurs mains sur quelqu'un d'autre. Et alors que nous venons – ce sont des croyants – et que nous les oignons d'huile, le pasteur et moi, et que nous les faisons passer par cette ligne, puissent-ils tous passer par ici avec la foi pour croire cela, et savoir que le Dieu du ciel, Lui-mĂȘme, est prĂ©sent. Puisse chacun se secouer. Peuvent-ils le faire cette fois au moins, Seigneur? Fais que cela pĂ©nĂštre, Seigneur, une fois. Ouvre leurs yeux, Seigneur, afin qu'ils puissent voir ce qui se passe, et afin qu'ils ne soient pas comme des aveugles qui chancellent, mais qu'ils voient la rĂ©alitĂ© de la prĂ©sence d'un JĂ©sus-Christ ressuscitĂ©. Accorde-le, Seigneur, par le Nom de JĂ©sus. Amen.

179     Je vous recommande, au Nom de JĂ©sus-Christ, de ne pas venir dans cette ligne de priĂšre, Ă  moins que vous ne sentiez que vous avez cette Foi parfaite, parce que vous ne feriez que prendre la place de quelqu'un d'autre. Ne faites pas cela! Pendant tout le temps que je vous ai prĂȘchĂ©, vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose qui ne soit pas arrivĂ©? Exactement! Le Seigneur a fait cela. Il ne l'a pas fait pour moi, car je crois. Il l'a fait pour vous, afin que vous puissiez croire que ce que je vous dis est la VĂ©ritĂ©. Maintenant, croyez-le, ça ira bien et vous guĂ©rirez. En venant ici, dĂ©posez votre incrĂ©dulitĂ© dans cette poche spirituelle lĂ  en bas. Vous ne la verrez pas, mais elle sera lĂ . Quand cette huile vous touchera, dĂ©posez votre incrĂ©dulitĂ© Ă  cet endroit. DĂ©posez-la et partez avec cette Foi parfaite que vous ĂȘtes guĂ©ris. Voulez-vous le faire? Alors, que le Seigneur vous bĂ©nisse.

180     TrĂšs bien, je vais demander Ă  quelqu'un qui peut diriger les chants de... oĂč est ce grand prĂ©dicateur, frĂšre...? Quel est son nom? Capps, frĂšre Capps. Est-il dans la ligne? Que dites-vous? Venez ici, frĂšre Capps, et mettez-vous lĂ  et chantez avec l'assemblĂ©e pendant que nous prions tous: Le grand MĂ©decin est proche maintenant. Que chacun de vous chante avec son coeur. Ne chantez pas comme cela en disant: «Je vais chanter: grand – MĂ©decin – est proche – maintenant – le compatissant JĂ©sus – Il rĂ©conforte – le coeur abattu – le compatissant JĂ©sus.» oh! oh! Oh! lĂ  lĂ !
    Soyez sur vos gardes! Soyez prĂȘts Ă  agir! Soyez vigilants! «Oui, le grand MĂ©decin est ici maintenant, le compatissant JĂ©sus.» Il prouve qu'Il est ici! Je crois en Lui. Amen!

181     TrĂšs bien, que ceux qui ont la foi s'avancent. Au Nom de JĂ©sus-Christ je lui impose les mains pour sa guĂ©rison. Au Nom de JĂ©sus-Christ je condamne cette maladie. Au Nom de JĂ©sus-Christ j'impose les mains Ă  mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus-Christ j'impose les mains Ă  ma soeur pour sa guĂ©rison. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Au Nom de JĂ©sus-Christ, guĂ©ris mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris ma soeur. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris cet enfant. Ô Dieu, accorde-Le. Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris ma soeur. ( ... ) Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris ce petit garçon. ( ... ) Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris cette petite fille. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris mon frĂšre. Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris cette soeur. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Au Nom de JĂ©sus, guĂ©ris cet enfant. GuĂ©ris l'enfant, Seigneur, au Nom de JĂ©sus. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.] DĂ©posez maintenant votre incrĂ©dulitĂ©! Faites maintenant tomber votre incrĂ©dulitĂ© dans la botte. Alors que vous passez par ici, prenez cette Foi parfaite. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.] Au Nom de JĂ©sus, accorde-le, Seigneur. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Maintenant, rappelez-vous, je mets en ceci toute la foi que j'ai, au mieux de ma connaissance, pour un but. ( ... ) Ô Dieu, j'impose les mains Ă  ce bĂ©bĂ©. Il sera alors guĂ©ri, au Nom de JĂ©sus. [FrĂšre Branham continue Ă  prier pour les malades – N.D.É.]
    Au Nom de JĂ©sus, accorde sa requĂȘte. DĂ©posez votre incrĂ©dulitĂ©. Venez maintenant en croyant! Dieu l'accordera. Venez en croyant cela, et Dieu l'accordera. Je le crois. J'utilise toute la foi que j'ai, selon ma connaissance. «Ils imposeront les mains aux malades, et ils seront guĂ©ris.»
    Maintenant, ce cĂŽtĂ©-ci, frĂšre Neville. FrĂšre Dauch, un trophĂ©e de la grĂące de Dieu. Voici l'homme qui Ă©tait censĂ© mourir il y a une ou deux semaines. Au Nom de JĂ©sus-Christ, ĂŽ Dieu, Tu dois l'aimer, pĂšre, car Tu as fait de grandes choses pour lui. Je lui impose les mains au Nom de JĂ©sus-Christ. Seigneur Dieu, j'impose les mains Ă  sa prĂ©cieuse Ă©pouse au Nom de JĂ©sus-Christ, pour sa guĂ©rison. Amen. Tous ont-ils passĂ©?

182     Maintenant, inclinons nos tĂȘtes:
Le grand MĂ©decin est proche maintenant,
Le compatissant JĂ©sus;
Il réconforte le coeur abattu,
Oh, entendez la voix de JĂ©sus.
La note la plus douce du chant d'un séraphin,
Le nom le plus doux sur la langue d'un mortel;
Le chant le plus doux jamais chanté
Jésus, Jésus béni.

183     Savez-vous ce que je vous ai fait? Vous m'avez appelĂ© votre «pasteur», et vous dites bien, car je le suis. Si moi, en tant que votre pasteur, ai Ă©tĂ© identifiĂ© par JĂ©sus-Christ comme faisant Son oeuvre, alors croyez ma parole. En faisant cet acte de foi et en vous imposant les mains, j'ai condamnĂ© la maladie et les afflictions qui vous tourmentaient. Croyez-le, ainsi vous recevrez la rĂ©ponse. Peu importe ce que c’est, car toutes choses sont possibles Ă  ceux qui croient. Et quand vous priez, croyez que vous recevez ce que vous avez demandĂ©. Et je crois vraiment que je le reçois, et dans mon coeur j'accepte chacune de vos guĂ©risons; j'accepte que c'est accompli. Je le crois, je le crois avec tout ce qui est en moi. J'ai aussi posĂ© mes mains sur ces mouchoirs qui sont lĂ , j'ai surveillĂ© cela de prĂšs, je crois qu'ils produiront exactement ce que les gens ont demandĂ©. Je–je le crois.

184     Ceci entre dans ce troisiĂšme «Pull»! [mot anglais signifiant: traction, action de tirer vers soi – N.D.T. ] Je–je le crois. Maintenant, je dĂ©sire vous poser une question sincĂšre, Ă  vous qui avez passĂ© par la ligne de priĂšre. Pouvez-vous rĂ©ellement croire et sentir maintenant que quelque chose s'est passĂ© en vous, depuis que l'on vous a imposĂ© les mains? Levez la main. Levez-les. Le voilĂ . C'est ceci que nous attendions. Ce n’est pas... Cela commence juste Ă  s'Ă©panouir maintenant. Voyez-vous? Cela vient de commencer avec... J'ai fait ceci dans un but prĂ©cis. J'ai fait ceci dans un but prĂ©cis. Je suis en train de prĂ©parer quelque chose, vous voyez, en prenant cette charge de foi et en retournant pour commencer et entrer... afin d'Ă©lever en quelque sorte la foi dans un cadre que vous n'avez jamais remarquĂ© auparavant. Pas une foi quelconque, mais une Foi parfaite Ă©difiĂ©e ici en dedans. Et observez un Dieu parfait, avec un coeur parfait, garder une promesse parfaite, par Sa Parole parfaite, qui est plus pĂ©nĂ©trante qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants et qui discerne les pensĂ©es du coeur. Nous arrivons maintenant Ă  la perfection, parce que les gens doivent arriver Ă  ceci afin que l'enlĂšvement ait lieu. Ce qui le retient en ce moment, c’est attendre que cette Église entre dans cette Foi parfaite pour l'enlĂšvement. Je la cherche. Cela veut dire que je dois ĂȘtre secouĂ© et abaissĂ©, et cela veut dire la mĂȘme chose pour vous, mais, ensemble, nous y arriverons par la grĂące de Dieu. Amen.
Le grand MĂ©decin est proche maintenant
Le compatissant JĂ©sus...
    (Seigneur JĂ©sus, fortifie mon cher frĂšre pasteur, Seigneur; puisse Ton Saint-Esprit guĂ©rir Ă  jamais ce pasteur, et le garder en bonne santĂ© et fort, pour le service auquel Tu l'as appelĂ©, au Nom de JĂ©sus. Je rĂ©clame cela, Seigneur, car je l'aime. Nous...? ... Nous savons... Nous le croyons maintenant.) ...
Le chant le plus doux jamais chanté,
Jésus, Jésus béni.

185     Ne L'aimez-vous pas? Pensez qu'ici, maintenant, un travail a dĂ©jĂ  commencĂ© dans votre corps pour votre guĂ©rison, parce qu'Il a promis que cela arriverait. Et maintenant, avez-vous saisi ce que j'ai dit ce soir? En avez-vous trouvĂ© la clĂ©? «Si vous dites Ă  cette montagne...» Voyez-vous? Ne doutez pas, ne doutez pas, mais croyez que ce que vous avez dit... Maintenant, regardez, en moins de cinq minutes, chaque main s'est levĂ©e, montrant ainsi qu'une oeuvre avait commencĂ© en eux prĂ©sentement. Oh! lĂ  lĂ ! Le voilĂ . C'est cela! Qu'est-ce? La prĂ©sence du grand MĂ©decin.

186     Oh! levons nos mains vers Dieu, et chantons-le de nouveau:
Le grand MĂ©decin est proche maintenant,
Le compatissant JĂ©sus;
Il réconforte le coeur abattu,
Oh, entendez la voix de JĂ©sus.
La note la plus douce du chant d'un séraphin,
Le nom le plus doux sur la langue d'un mortel;
Le chant le plus doux jamais chanté
Jésus, Jésus béni.

187     Restons tranquilles une minute. Adorons-Le dans notre coeur. Pensez-y:...? ... Il est ici. Il est ici. Qui? Qui s'identifie comme Ă©tant la Parole? «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole fut faite chair et habita parmi nous, le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. La Parole est plus pĂ©nĂ©trante qu'aucune Ă©pĂ©e Ă  deux tranchants, et Elle discerne mĂȘme les pensĂ©es et les intentions (la raison pour laquelle vous ĂȘtes venus ici, dans quel but vous ĂȘtes ici, qui vous ĂȘtes).» Elle a identifiĂ© que JĂ©sus-Christ Ă©tait le Messie, et, aujourd'hui, Elle identifie qu'Il est le mĂȘme Messie hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.

188     Le grand MĂ©decin qui est ici, a dit: «Ces signes suivront ceux qui auront cru. S'ils imposent les mains aux malades, ils seront guĂ©ris. Et, si vous dites Ă  cette montagne: 'Ôte-toi de lĂ ', et si vous ne doutez point en votre coeur, mais croyez...» S'Il peut crĂ©er des Ă©cureuils, qui ne peuvent croire en aucun cas ni n’en ont la facultĂ©... c'est ma propre foi qui sort et fait cela, ma foi dans ce qu'Il m'a poussĂ© Ă  demander. Il m'a incitĂ© Ă  le demander, et j'ai acceptĂ© Son dĂ©fi. En obĂ©issance Ă  Sa Parole, je l'ai demandĂ© et il est apparu! Dieu dans le ciel sait que c'est vrai. Peut-il aussi guĂ©rir les malades? S'Il peut m'Ă©lever en amenant ma foi ici en haut, mĂȘme pour les gens, mĂȘme si eux ne peuvent grimper jusqu'Ă  ce cadre-lĂ , s'ils n'y arrivent pas, Il peut utiliser ma foi. Il peut m'Ă©lever jusqu'Ă  cette place et j'y monte pour vous. Je crois pour vous. Je parle pour vous.

189     Je suis votre frĂšre, et, en tant que votre frĂšre, je me tiens lĂ  comme intercesseur et j'essaie de mon mieux de vous porter devant Dieu. Et je suis debout maintenant, juste devant le TrĂŽne blanc, prenant ce... pointant mon doigt vers ce sacrifice sanglant et dĂ©clarant par Son Nom que c'est fait. Cela doit arriver, cela doit arriver. Vous savez que c'est arrivĂ©. je sais que c'est arrivĂ© et vous aussi le savez, et c'est ainsi. C'est vrai. Amen!


Le chant le plus doux jamais chanté,
Ô JĂ©sus, JĂ©sus bĂ©ni.
La note la plus douce du chant d'un séraphin,
Le nom le plus doux sur la langue d'un mortel;
Le chant le plus doux jamais chanté,
Jésus, Jésus béni.

190     Et les dĂ©mons nous Ă©taient assujettis en Ton Nom, le Nom le plus doux sur la langue d'un mortel. Les dĂ©mons... Ce Nom qui ressuscite les morts, qui guĂ©rit les malades, qui purifie les lĂ©preux, qui chasse les dĂ©mons, qui fait des chrĂ©tiens. Il n'y a pas d'autre Nom sous le ciel. Je vis, je baptise, je crois, j'adore dans ce Nom. Oh! laisse-moi en devenir une partie. Laisse-moi perdre mon moi et le retrouver, Seigneur, en Toi, ce Nom, JĂ©sus-Christ, le Messie-oint. Laisse-moi me frayer un chemin Ă  travers la boue de l'incrĂ©dulitĂ©, afin de reflĂ©ter la beautĂ© de JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.

191     Maintenant, que Dieu vous bĂ©nisse! Quand vous reviendrez ici dimanche prochain, donnez le tĂ©moignage de votre guĂ©rison et de ce qui s'est passĂ© cette semaine. Observez et voyez ce qui arrive. C'est terminĂ©! «Comment le savez-vous?»

192     Il m'a dit de le dire et je l'ai dit. C'est cela. C'est cela. C'est terminĂ©. Je le crois. Maintenant, le pasteur, frĂšre Neville.

193     Juste un instant. [Un message en une autre langue et une interprĂ©tation sont donnĂ©s depuis la congrĂ©gation – N.D.É.] BĂ©ni soit le Nom du Seigneur! Levons nos mains et adorons-Le, une minute. Nous Te remercions, Seigneur. Nous Te remercions, Seigneur. Merci, PĂšre. Merci. Maintenant, en tant que croyant, avez-vous remarquĂ© la longueur du message et le rythme dans lequel cela a Ă©tĂ© dit, et avez-vous observĂ© l'interprĂ©tation faire de mĂȘme? C'est cela. observez que c'Ă©tait exactement avec le Message, confirmant que cette chose Ă©tait la VĂ©ritĂ©, et qu'Il a dĂ©jĂ  accompli ce qu'Il vous avait promis. Observez la maniĂšre dont cela a Ă©tĂ© apportĂ©, et observez la maniĂšre dont ce fut interprĂ©tĂ©. observez pendant combien de temps il a parlĂ©, et observez combien de paroles il a dites; cela correspond exactement.
    Que le Seigneur vous bĂ©nisse, jusqu'Ă  ce que je vous revoie.
EN HAUT