ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Les Ames qui sont maintenant en prison de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 63-1110M La durĂ©e est de: 2 heures 46 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Les Ames qui sont maintenant en prison

1    Merci. Inclinons la tĂȘte juste un instant. PĂšre cĂ©leste, nous Te sommes reconnaissants aujourd’hui pour ce privilĂšge que nous avons de nous rassembler une fois de plus, sachant qu’un jour nous nous rĂ©unirons pour la derniĂšre fois en tant que mortels, et qu’ensuite nous serons rĂ©unis avec Toi dans un Ă©tat glorifiĂ©, et tous les rachetĂ©s de tous les Ăąges seront rĂ©unis lĂ .

2    Oh! nos cƓurs battent fort dans cette grande expectative, attendant que cette heure arrive! À cause de cela, toute crainte disparaĂźt de nous. Nous n’avons rien Ă  craindre, rien Ă  redouter. Nous regardons en avant vers la promesse que le Dieu Éternel nous a faite, et nous savons que c’est la VĂ©ritĂ©. C’est pourquoi nous vivons. Nous vivons pour cette – cette heure, pour ce moment oĂč ce corps mortel sera changĂ© et que nous serons rendus semblables Ă  Lui; et il n’y aura plus de maladie, plus de tristesse, plus de chagrin. Oh! tout sera alors terminĂ©. Et de cƓur joyeux, nous attendons ce jour avec foi et courage.

3    C’est pourquoi nous sommes rĂ©unis ici aujourd’hui, Seigneur, pour confesser nos torts et demander misĂ©ricorde. C’est pourquoi nous nous tenons devant cet autel ce matin, car nous savons que nous sommes des mortels, et qu’il y a beaucoup d’erreurs en nous, et que nous sommes pleins de fautes. Mais nous venons confesser nos torts et ensuite regarder Ă  notre PĂšre cĂ©leste avec des cƓurs ouverts, en vue des bĂ©nĂ©dictions et du renouvellement de nos forces et de notre foi qu’il nous donnera en cette heure, alors que nous sommes rĂ©unis ici selon la promesse, dans les lieux cĂ©lestes en Christ JĂ©sus. En effet, nous proclamons que nous sommes passĂ©s de la mort Ă  la Vie selon Sa promesse, et que nous avons Ă©tĂ© enlevĂ©s dans une atmosphĂšre cĂ©leste oĂč nous sommes maintenant assis avec Lui. Puisse-t-Il nous enseigner ce matin les choses qu’Il dĂ©sire que nous sachions, et nous donner le Pain de Vie, afin que nous puissions ĂȘtre soutenus dans les jours Ă  venir. Accorde-le, Seigneur. C’est la priĂšre que nous faisons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Vous pouvez vous asseoir.

4    Bonjour Ă  tous. Il est trĂšs bon d’ĂȘtre Ă  nouveau rĂ©unis ce matin avec vous ici dans cette atmosphĂšre cĂ©leste d’adoration.

5    Je suis un tout petit peu en retard. Nous avons eu un... de trĂšs, trĂšs mauvaises nouvelles il y a quelques minutes; un garçon Ă©tait Ă©tendu lĂ , mourant. Et aussi certain que je me tiens ici, le Seigneur toucha son corps et le remit sur ses pieds.

6    Et ce garçon est ici; c’est le fils de mon cousin. Ils Ă©taient de vĂ©ritables catholiques pour commencer. Et ce matin, ils sont allĂ©s Ă  la messe, et quelque chose leur a dit de venir ici. Et ainsi, ils.... Il y a un changement; ainsi ils sont – ils viennent Ă  la maison se prĂ©parer pour le baptĂȘme d’eau. Ainsi donc il y a un – il y a simplement des choses merveilleuses que notre Seigneur accomplit tout le temps. Il fait sans cesse des choses. Ils sont venus pour entrer, mais ils n’ont pas pu. Ils ont dit qu’il n’y avait tout simplement pas moyen d’y entrer.

7    Je leur ai dit: «Eh bien, vous voulez me parler?» Et j’ai dit: «Venez tout simplement Ă  la maison et nous en parlerons lĂ -bas.»

8    Ainsi je pensais, en allant Ă  New York, Ă  cette rĂ©union Ă  venir, que ce serait vraiment bien... Je sais que je serais rafraĂźchi en faisant un saut lĂ -bas et – et que je maintiendrais mon feu allumĂ© Ă  partir de celui de vous tous. Et nous nous sommes arrĂȘtĂ©s pour un jour, ce matin. Nous sommes arrivĂ©s hier... avant-hier Ă  midi.

9    Et puis nous devrons partir. J’étais sur le point de partir cet aprĂšs-midi, mais je pense que je partirai... Nous partirons tĂŽt, trĂšs tĂŽt demain matin... Il se pourrait qu’il y ait sur la route de la neige et tout, d’ici Ă  New York. Je dois traverser la Virginie, les montagnes et aussi les Alleghenies, et aller dans la vallĂ©e des – des Adirondacks.

10    Ainsi, nous commencerons Ă ... J’ai oubliĂ©... C’est une nouvelle arĂšne, lĂ -bas. Je comprends qu’ils ont dĂ©moli l’ancienne arĂšne St. Nicolas. Ils ont construit cette nouvelle arĂšne.
    Et pour autant que je sache, nous nous dĂ©plaçons pour les premiĂšres soirĂ©es qui ont jamais... qui ont Ă©tĂ© annulĂ©es. C’est pourquoi nous sommes reconnaissants de cela, de ces plus grands pentecĂŽtistes de New York. Et je pense qu’il y a plusieurs Ă©glises qui coopĂšrent, et nous nous attendons Ă  avoir un trĂšs bon moment.

11    Et nous serons de retour, le Seigneur voulant, au courant de la semaine prochaine. Et – et si c’est la volontĂ© de Dieu, eh bien, nous espĂ©rons pouvoir nous arrĂȘter le dimanche, dans une semaine, pour – pour le service du dimanche matin.

12    J’ai donc de nouveau interrompu notre pasteur, comme toujours, vous voyez, et je – et je pensais que je pouvais peut-ĂȘtre entrer sans mĂȘme avertir. Et alors, Ă©tant donnĂ© qu’il y a ici un groupe sympathique de gens et que je vois des gens de l’extĂ©rieur ici prĂ©sents, peut-ĂȘtre je pensais que ce soir, si le pasteur n’a rien de spĂ©cial Ă  dire, nous pourrions avoir un petit service ce soir, juste un court, et peut-ĂȘtre prier pour les malades. [FrĂšre Neville et l’assemblĂ©e se rĂ©jouissent – N.D.É.] Merci.

13    Nous espĂ©rons prier pour les malades ce soir, parler sur la guĂ©rison divine et – et prier pour les malades. Nous commencerons tĂŽt afin de pouvoir sortir tĂŽt. Et si le pasteur veut que... Vous commencez gĂ©nĂ©ralement Ă  7h30', n’est-ce pas? Et si on commençait Ă  7h ce soir, Ă  7h [FrĂšre Neville dit: «Amen» – N.D.É.], et me laisser commencer Ă  7h30'? Cela me permettra de sortir Ă  8 heures ou 8h30' et cela laissera alors aux gens le temps de – de partir; si c’est – c’est tout en ordre. Tout le monde a ri quand j’ai dit: «8h ou 8h30'». Je – je – j’espĂšre ĂȘtre sorti Ă  cette heure-lĂ . En priant pour les malades, vous savez, on ne sait jamais.

14    Ainsi, nous avons eu un – un moment glorieux depuis que nous vous avons quittĂ©s au dĂ©but de cet automne, et le Seigneur nous a bĂ©nis de toutes sortes de grandes choses. Cela... Ce soir, le Seigneur voulant, je dĂ©sire vous parler sur la derniĂšre visitation de Dieu que j’ai eue dans le Colorado il y a quelques semaines; et c’est ce que j’ai pensĂ© vous apporter maintenant pour peut-ĂȘtre stimuler la foi, en vue d’un bon service de guĂ©rison ce soir pour les malades et les affligĂ©s.

15    Maintenant ce matin, pour entrer directement dans le service, je... Quelque chose a touchĂ© mon cƓur il y a environ un mois, et il se pourrait maintenant... Je pense qu’ils sont... Sont-ils en train d’enregistrer ceci? Sont-ils en train d’enregistrer ceci? TrĂšs bien. C’est pour que je connaisse l’endroit lorsque la bande va aller chez les autres. Je ne peux pas dire que ce dont je vais parler ce matin... Je ne peux pas dire que ce – ce – c’est... Je sais que c’est vrai, vous voyez, la partie Message sera vraie, mais la chose que je veux faire, c’est une question dans mon esprit. Cela paraĂźt si rĂ©el, et pourtant, depuis que je suis entrĂ© et depuis que je... cela m’a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©, j’avais vraiment peur de dire la chose qu’il ne faut pas et de laisser peut-ĂȘtre une fausse impression dans les gens. Et c’est un... Et je...

16    Des notes que j’avais relevĂ©es sur ce que j’allais dire, j’en ai retranchĂ© une partie afin que cela ne soit pas trop fort. Parce que, voyez-vous, si une – si une personne... Je – j’aime le Seigneur Dieu et la seule maniĂšre pour moi de savoir que je L’aime, c’est parce que je vous aime. Vous voyez, c’est la seule maniĂšre pour moi de le savoir.
    Et pourtant, je – je ne voudrai pas garder quelque chose qui m’a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© et ensuite ne pas vous le dire, si je dois le faire. Et ensuite, j’ai peur que si je dis quelque chose d’un peu trop fort, cela pourrait blesser quelqu’un. Et vous savez, c’est un... Vous devez presque arriver simplement Ă  l’estrade et ensuite vous sentir conduit Ă  dire ce que vous allez dire. C’est tout. Et parfois, il se peut que vous disiez quelque chose et quelqu’un comprendrait sous un autre angle, et il partira dans ce sens-lĂ . Alors quelqu’un dira: «Oh! c’est ceci.» Voyez-vous.

17    Mais je veux que vous sachiez que ce que je vais dire n’est qu’une prĂ©somption. Et le mot prĂ©sumer veut dire s’aventurer sans autoritĂ©. Ainsi, je suis... Je – je ne dis pas que ceci est vrai, mais ce n’est qu’une petite pensĂ©e que je pourrais partager avec vous afin que vous puissiez la peser et voir ce que vous en pensez. Et ensuite cela... bien sĂ»r, ce – ce sera scripturaire parce que je ne prĂȘcherai rien...

18    Mais, est-ce dĂ©jĂ  l’heure? Ceci est-il arrivĂ© Ă  cette heure, et ces choses voulaient-elles dire cela? Je prie de tout mon ĂȘtre pour que ce ne soit pas le cas. Voyez? Je prie que ce ne soit pas vrai, que ce ne soit pas cette heure. Cela va arriver, mais ce temps est-il dĂ©jĂ  lĂ ? Vous voyez, c’est ce que je me demande. Maintenant, tout le monde comprend-il parfaitement que je ne le sais pas? [L’AssemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Simplement je... Est-ce ce moment-ci? Si c’est le cas, que Dieu soit misĂ©ricordieux envers nous; mais si ce n’est pas ce moment que... cela viendra.

19    Maintenant, dĂšs que possible... Nous avons un long programme de voyage devant nous, le Seigneur voulant. Je dois aller outre-mer, juste aprĂšs NoĂ«l, en Europe et en Asie, spĂ©cialement en Europe. Et ensuite, je reviendrai ici aux États-Unis pour quelques rĂ©unions, et alors je retournerai en Afrique du Sud. Je commencerai le 2 de septembre Ă  Durban et j’irai, je pense, du 2 jusqu’aux environs du 10. Ensuite j’aurai 3 jours pour aller de lĂ  Ă  Johannesbourg pour recommencer. Mais je pense que c’est en avril que nous partirons pour les pays Scandinaves: en NorvĂšge et en SuĂšde, et – et en Finlande, et – et en Hollande, et en Suisse, et en Allemagne, et – et lĂ  dans toute l’Europe. Ainsi, priez pour nous.

20    Nous aurons ici quelques rĂ©unions de NoĂ«l bientĂŽt, juste aprĂšs NoĂ«l. À propos, nous dĂ©sirons ĂȘtre ici Ă  la maison Ă  NoĂ«l, vous voyez. Les enfants veulent rentrer Ă  la maison Ă  NoĂ«l. Et nous – nous aimons l’Arizona, mais vous savez, ce – ce qui nous manque et que nous ne pouvons pas oublier, c’est cette Ă©glise et vous, les gens. Peu importe oĂč nous allons, ce que nous faisons, ce – c’est tout simplement... Pour les enfants, ma femme, tous et moi, il n’y a vraiment pas d’endroit comme celui-ci. C’est vrai. Il n’y a vraiment pas d’endroit.

21    J’ai naviguĂ© sur les sept Mers et je – j’ai Ă©tĂ© partout, mais il n’y a pas d’endroit qui me semble saint comme ce petit endroit, juste ici. C’est cela. Partez d’ici une fois, si vous voulez le sentir. Il y a quelque chose ici. J’ai prĂȘchĂ© pratiquement dans le monde entier, mais je n’ai jamais senti, en aucun moment, en aucun endroit, l’Esprit de Dieu agir avec libertĂ© et tout, comme je me tiens juste ici. C’est cela.

22    Dieu, que cela... C’est comme le jour oĂč j’ai posĂ© cette pierre angulaire, lĂ -bas, j’ai dit: «Seigneur Dieu, ne laisse pas ceci tomber.» Les gens ont dit: «Dans deux mois, ça sera un garage.»

23    J’ai dit: «Ne laisse pas ceci tomber, Seigneur. Que cela soit debout et que les gens qui y sont soient en train de Te louer quand JĂ©sus reviendra.» J’espĂšre qu’il en sera ainsi.

24    Bien, ouvrons nos Bibles maintenant et – et attendons-nous Ă  ce que le Seigneur nous donne Ses bĂ©nĂ©dictions; et nous voulons lire quelques passages de l’Écriture. J’ai quelques passages de l’Écriture inscrits ici, ainsi que quelques notes, auxquels je veux me rĂ©fĂ©rer. Et je veux lire Ă  trois endroits de la Bible, et je vais premiĂšrement vous les donner.
    J’aimerais lire dans Jude 5 et 6. Jude, c’est tout simplement un seul Livre, vous savez. Et ensuite, j’aimerais lire II Pierre 2:4 et 5. Et enfin j’aimerais lire I Pierre 3, de 18 Ă  20.

25    Et mon sujet ce matin, le Seigneur voulant, c’est: «Les Ăąmes qui sont maintenant en prison.» «Les Ăąmes qui sont maintenant en prison.» EnfermĂ©es, condamnĂ©es pour toujours. Jamais... Sans aucun moyen d’ĂȘtre sauvĂ©es, vous voyez. «Les Ăąmes qui ont Ă©tĂ© maintenant emprisonnĂ©es.»

26    Maintenant, lisons premiĂšrement dans le Livre de Jude. Je crois que je l’ai notĂ© ici, premiĂšrement dans Jude, ensuite dans II Pierre, et enfin – enfin dans I Pierre. Maintenant, Jude, j’aimerais le lire en entier, mais juste pour gagner du temps, car il est dĂ©jĂ  10h30', je vais commencer au verset 5. Bien, Jude Ă©tait un frĂšre, un frĂšre de lait de JĂ©sus-Christ, comme nous le savons tous. Vous voyez? Il Ă©tait fils de Joseph.
    Je veux vous rappeler, Ă  vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, aprĂšs avoir sauvĂ© le peuple et l’avoir tirĂ© du pays d’Égypte, fit ensuite pĂ©rir les incrĂ©dules.

27    PremiĂšrement, Il les sauva, les fit sortir d’Égypte, et ensuite Il dut les faire pĂ©rir, parce qu’ils ne continuĂšrent pas avec leur message. Voyez-vous?
    Qu’Il a rĂ©servĂ©s pour le jugement du grand jour, changĂ©s un... enchaĂźnĂ©s Ă©ternellement par les tĂ©nĂšbres, les anges qui n’ont pas gardĂ© leur dignitĂ©, mais qui ont abandonnĂ© leur propre demeure.

28    Les anges, qui autrefois demeurĂšrent dans le ciel et qui ne gardĂšrent pas leur dignitĂ©, ne restĂšrent pas ce qu’ils Ă©taient; ils tombĂšrent et sont maintenant enchaĂźnĂ©s pour toujours par les tĂ©nĂšbres, enchaĂźnĂ©s pour toujours par les tĂ©nĂšbres. Ils sont gardĂ©s dans cet Ă©tat jusqu’au jugement du grand Jour, quand ils seront jugĂ©s avec tous les autres incrĂ©dules.

29    Maintenant, dans II Pierre, chapitre 2, commençons depuis le verset 4... ce qui est juste un Livre ou deux en arriĂšre. Vous voyez.
    Car, si Dieu n’a pas Ă©pargnĂ© les anges qui ont pĂ©chĂ©, mais s’Il les a prĂ©cipitĂ©s dans les abĂźmes de tĂ©nĂšbres et les rĂ©serve pour le jugement;
    S’Il n’a pas Ă©pargnĂ© l’ancien monde, mais s’Il a sauvĂ© huit personnes et NoĂ©, ce prĂ©dicateur de la justice, lorsqu’Il fit venir le dĂ©luge sur un monde d’impies...

30    Il n’a pas Ă©pargnĂ© les anges, mais Il les a mis dans les abĂźmes de tĂ©nĂšbres et a condamnĂ© le monde entier par la destruction... de – de NoĂ©.

31    Maintenant, dans I Pierre, chapitre 1 et le... I Pierre, chapitre 3, en commençant par le verset 18, nous lisons de nouveau. Bien, Ă©coutez attentivement maintenant:
    Christ aussi a souffert une fois pour les pĂ©chĂ©s, Lui juste pour les injustes, afin de nous amener Ă  Dieu, ayant Ă©tĂ© mis Ă  mort quant Ă  la chair, mais ayant Ă©tĂ© rendu vivant quant Ă  l’Esprit,
    (Mis Ă  la mort quant Ă  la chair, ayant Ă©tĂ© rendu vivant quant Ă  l’Esprit.)
    Dans lequel aussi Il est allĂ© prĂȘcher aux esprits en prison;
    (Il prĂȘcha Ă  ces gens en prison.)
    Qui autrefois avaient Ă©tĂ© incrĂ©dules, lorsque la patience de Dieu se prolongeait au jour de NoĂ©, pendant la construction de l’arche, dans laquelle un petit nombre de personnes, c’est-Ă -dire huit, furent sauvĂ©es Ă  travers l’eau.
    Cette eau Ă©tait une figure du baptĂȘme qui n’est pas la purification des souillures du corps, mais l’engagement d’une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ,
    Qui est Ă  la droite de Dieu, depuis qu’Il est allĂ© au ciel et que les anges, les autoritĂ©s et les puissances Lui ont Ă©tĂ© soumis.
    Prions de nouveau.

32    Maintenant, PĂšre cĂ©leste, une telle... une succession de passages de l’Écriture ici... trois tĂ©moins, trois endroits dans les Écritures qui rendent tĂ©moignage. Et Tu as dit dans Ta Parole que toute affaire se rĂšgle sur la dĂ©claration de deux ou trois tĂ©moins.
    Maintenant, je Te prie, ĂŽ Dieu! de venir vers les gens interprĂ©ter cette Parole, ce Message, dans l’angle qu’il faut, afin que chaque homme, femme, garçon ou fille puisse le comprendre selon la capacitĂ© de comprĂ©hension que Tu as ordonnĂ©e pour chacun. Et maintenant, nous savons que ces trois tĂ©moignages dĂ©clarent la vĂ©ritĂ©.

33    Et je Te prie d’envoyer le Saint-Esprit sur nous maintenant. Et nous regarderons Ă  Lui qui est notre Roi au milieu de nous ce matin, le Seigneur JĂ©sus-Christ, en qui nous sommes ressuscitĂ©s maintenant par la foi, Ă©tant assis dans les lieux cĂ©lestes en Lui. Nous attendons Son Message.
    PrĂȘche-le Ă  travers nous, Seigneur, Ă©coute-le Ă  travers nous, alors que nous Te demandons de circoncire les lĂšvres qui parleront et les oreilles qui entendront, afin que cela puisse ĂȘtre Ă  l’honneur et Ă  la gloire de Celui qui est l’Écriture. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.

34    Maintenant, souvenez-vous du service de ce soir, un service de guĂ©rison. Je ne pense pas qu’il serait nĂ©cessaire de distribuer les cartes de priĂšre. Ainsi nous prierons simplement pour les malades. J’ai quelque chose que j’aimerai vous dire et je – j’espĂšre que cela amĂšnera l’assemblĂ©e au point oĂč il y aura tout simplement toutes sortes de guĂ©rison. Je sais que cela arrivera, si nous le croyons tout simplement ainsi.

35    Maintenant, ceci: les Ăąmes en prison maintenant, les Ăąmes qui sont maintenant en prison.

36    Bien, l’ñme de l’homme n’est pas son corps. C’est l’ñme, vous voyez. Et l’ñme, c’est quelque chose qui est la – la nature de l’esprit; et alors, quand la nature d’un homme... Quand il dit: «Nous sommes morts», l’Écriture nous dit clairement que nous sommes morts et que nos vies sont cachĂ©es en Dieu Ă  travers Christ, scellĂ©es lĂ  par le Saint-Esprit. Bien, ce n’est pas que votre corps soit mort. Ce n’est pas que votre esprit soit mort. C’est la nature de votre esprit qui est morte, voyez-vous. La nature, ce qui est l’ñme. La nature de votre Ăąme, c’est – c’est Dieu, si vous ĂȘtes nĂ© de nouveau. Si ce n’est pas le cas, elle est du monde.
    Tout ce qui a un commencement doit avoir une fin. C’est pourquoi, la seule façon que vous puissiez avoir la Vie Éternelle, c’est d’avoir une Vie qui n’ait jamais commencĂ©. Et alors votre vie a commencĂ© Ă  votre naissance. Quand Dieu a soufflĂ© le souffle de vie dans vos narines et que vous ĂȘtes devenu une Ăąme vivante, c’est alors que vous avez commencĂ© Ă  exister. Mais quand vous...

37    Cette nature qui Ă©tait en vous... Par nature, vous Ă©tiez du monde, Ă©tranger Ă  Dieu. Vous Ă©tiez en fait un animal. C’est tout Ă  fait vrai. Tous, nous savons que nous sommes des mammifĂšres. Combien savent cela, que nous sommes des mammifĂšres? Nous sommes des animaux Ă  sang chaud. Et c’est ce que nous sommes par notre crĂ©ation terrestre. Mais, vous voyez, ce qui nous rend diffĂ©rents des autres mammifĂšres, c’est – c’est que Dieu a mis une Ăąme en nous. Voyez?
    Bien, les autres mammifĂšres n’ont pas besoin de porter des vĂȘtements. Aucun autre animal ne doit porter des vĂȘtements pour cacher sa honte, exceptĂ© nous. Nous sommes les seuls Ă  le faire, parce que nous avons une Ăąme. Mais, vous voyez, Dieu, au commencement, savait Ă  quoi ressemblerait un homme. Et Il crĂ©a la terre et Il y mit toutes sortes d’animaux, du plus bas au plus Ă©levĂ©; et l’animal le plus Ă©levĂ© qui soit apparu fut l’homme.

38    Et alors, le premier homme qui fut crĂ©Ă©, c’était un homme esprit, Ă  l’image de Dieu.

39    En effet, Dieu est Esprit (Saint Jean 4). Maintenant, Il est un Esprit, et ceux qui L’adorent L’adorent en Esprit et en VĂ©ritĂ©, et Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Maintenant, nous L’adorons en Esprit et en VĂ©ritĂ©. Il est un – un Être Esprit.

40    Il n’y avait alors point d’homme pour cultiver le sol, alors Dieu forma l’homme de la poussiĂšre de la terre.

41    Puis Il prit de son cĂŽtĂ© un sous-produit, une cĂŽte, et Ă  partir de cela Il sĂ©para cet homme qui avait une double nature, qui Ă©tait Ă  la fois femelle et mĂąle. Il fit sortir la partie femelle, parce que c’était l’amour, et Il la plaça dans une personne appelĂ©e Ève, qu’Adam appela Ève, laquelle Ă©tait sa femme. C’est lĂ  que son amour naturel, l’amour philĂ©o, est attachĂ© Ă  sa femme. C’est ainsi que devrait ĂȘtre un homme aujourd’hui, et elle, envers son mari. L’homme, le mĂąle; la femme, la femelle.

42    Et ensuite, voyez, aprĂšs avoir crĂ©Ă© l’homme Ă  Son image, «Il les crĂ©a mĂąle et femelle». Il n’y avait point d’homme pour cultiver le sol et Il le mit dans la poussiĂšre de la terre, et c’est pourquoi il devint... Il Ă©tait cet homme.
    Ce type d’homme Ă©tait un mammifĂšre. Voyez, il Ă©tait un animal, mais Il plaça cet Esprit de Dieu, une vie, en lui et le crĂ©a en partant du principe qu’il puisse faire un choix. Et alors, quand cet homme...

43    Maintenant, nous pensons ĂȘtre quelque chose. Souvenez-vous-en, que sommes-nous? Une motte de terre. C’est tout. Et parce que «tu es poussiĂšre, tu retourneras Ă  la poussiĂšre.»
    Ainsi, quand vous voyez cet homme qui marche dans la rue en pensant qu’il est quelqu’un, vous savez, et qu’il a un peu d’instruction et tout, souvenez-vous que c’est une motte de terre d’Indiana. C’est tout. Et cette femme toute vĂȘtue de shorts fumant la cigarette et faisant des histoires dans la rue, se dandinant comme si elle possĂ©dait le pays entier, c’est une motte de terre d’Indiana et c’est Ă  cela qu’elle retournera. Ainsi, pour commencer, vous n’ĂȘtes pas grand-chose, vous voyez. Ainsi ce – c’est vrai. C’est ce que vous ĂȘtes.

44    Mais cette Ăąme qui est lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, vous voyez, cette Ăąme, c’est quelque chose dans lequel Dieu opĂšre, voyez. Si seulement Il peut amener cette nature, cet esprit Ă  s’accorder avec Lui, alors cette nature meurt. Cette nature et l’amour du monde meurent et les choses du monde sont mortes; voyez? En effet, «Si vous aimez le monde, ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est point en vous.» Voyez?
    Et un homme doit naĂźtre de nouveau. Ainsi, cette nature doit mourir, puis la nature de Dieu vient et habite en vous. Et Dieu est le seul Être qui existe et qui n’a jamais eu de commencement ou qui ne peut jamais avoir de fin.

45    C’est pourquoi, en tant que partenaire, vous voyez, Il a pris cet homme terrestre et cet Esprit Éternel et les a mis ensemble. En effet, Dieu S’est reflĂ©tĂ© en cela en ce sens qu’Il est devenu homme en Christ-JĂ©sus. Et Il Ă©tait Dieu, vous voyez. Dieu Ă©tait en Christ; que – vous voyez, Il habita en Lui, rĂ©conciliant le monde avec Lui-mĂȘme. Et par cet Homme parfait, chacun de nous, imparfait et qui croit en Dieu et qui a acceptĂ© cela, devient Sa perfection.

46    Et Il n’a jamais laissĂ© Son corps voir la corruption, ni Son Ăąme au sĂ©jour des morts, mais Il L’a ressuscitĂ© au troisiĂšme jour et Il est vivant aux siĂšcles des siĂšcles. Et nous aurons un corps semblable Ă  Son Corps glorieux.

47    C’est pourquoi nous sommes baptisĂ©s en Son Nom, afin que nous puissions nous conformer en Son Nom, en Sa mort, en Sa rĂ©surrection, afin que nous ressuscitions, tĂ©moignant au monde que nous avons une Vie nouvelle, que le vieil homme est mort. Nous avons enterrĂ© cette premiĂšre nature. Voyez?
    Cette premiĂšre nature a disparu, et maintenant nous sommes Sa nature, Il vit en nous et nous ne faisons pas notre propre volontĂ©, nous faisons Sa volontĂ©. Nous ne pensons pas nos propres pensĂ©es. L’esprit – l’esprit, c’est ce qui pense. La pensĂ©e qui Ă©tait en JĂ©sus-Christ est dans chaque croyant. Voyez, lĂ . C’est ça l’ñme, et c’est ce dont nous parlons. Bien, c’est la partie Ă  laquelle je pense maintenant, celle qui se trouve en nous, l’ñme.

48    Bien, si nous faisons attention, en ce qui concerne ceci... Parfois, beaucoup de choses arrivent et nous nous demandons pourquoi elles arrivent; nous nous posons des questions et nous en posons aux autres. Mais finalement, aprĂšs quelques temps, nous dĂ©couvrons que si nous sommes des chrĂ©tiens, d’une maniĂšre ou d’une autre, tout marche vraiment bien. Et comment...
    Vous avez expĂ©rimentĂ© cela. Tous les chrĂ©tiens expĂ©rimentent cela. Nous nous demandons pourquoi nous l’avons fait.

49    Je me suis demandĂ© une fois, quand j’ai lu pour la premiĂšre fois la Bible: «Pourquoi Dieu a-t-Il laissĂ© Abraham, ce grand homme, se tenir lĂ  et dire que Sarah n’était pas sa femme? Et comment l’a-t-Il laissĂ© se tenir lĂ  et mentir Ă  ce sujet et faire ce qu’il a fait. Et puis, comment a-t-Il donc laissĂ© Abraham quitter la terre promise, alors qu’Il lui avait dit de ne pas le faire?» N’importe quel Juif qui quitte la terre promise est un rĂ©trograde, parce que Dieu la leur a donnĂ©e et s’attend Ă  ce qu’ils y restent, vous voyez, mais ils l’ont quittĂ©e.
    Ainsi, il alla Ă  GuĂ©rar, mais si ce n’était pour cela...

50    Et alors, AbimĂ©lec, ce roi lĂ -bas dans le pays des Philistins, tomba amoureux de Sarah et allait l’épouser; et c’était un homme bon, un homme droit. Et aprĂšs avoir probablement... Ceci paraĂźt ridicule, mais c’est pour le rendre plus vivant pour vous. AprĂšs qu’il eut pris son bain du soir et enfilĂ© son pyjama et fait sa priĂšre, et qu’il soit allĂ© au lit, le Seigneur lui apparut et lui dit: «Tu es juste comme un homme mort.» Pourtant, cet homme n’avait rien fait. Vous voyez? Il avait Ă©tĂ© certainement trompĂ©, Ă  la fois par Abraham et par Sarah. C’est vrai. Il lui dit: «Tu as pris la femme d’un autre homme, vous voyez. Et je – je n’entendrai pas tes priĂšres, peu importe combien tu pries. Tu es comme un mort; mais cet homme est Mon prophĂšte.» Voyez?

51    Voyez, c’est difficile de comprendre cela, vous voyez, mais si ce n’était pas ainsi, nous ne saurions pas ce qu’est la grĂące.

52    Pourquoi est-il parti Ă©pouser Agar aprĂšs avoir eu une Ă©pouse charmante comme Sarah? Et il ne voulait pas le faire, voyez, mais c’est Sarah qui le lui avait dit. Et ensuite, le Seigneur lui dit: «Tu as Ă©coutĂ© ce que Sarah t’a dit.» Pourquoi? Il devait y avoir un IsmaĂ«l, pour que l’esclave et son enfant n’hĂ©ritent pas avec la femme libre et son enfant. Comprenez-vous ce que je veux dire?

53    Toutes ces choses sont des types. Pourquoi ce prophĂšte dut-il Ă©pouser une prostituĂ©e et avoir – avec ces enfants... et avoir deux enfants d’elle? C’était en guise de signe. Pourquoi l’un s’est-il couchĂ© sur son cĂŽtĂ© droit pendant 340 jours et ensuite sur l’autre cĂŽtĂ© autant de jours comme cela? C’était en guise de signe. Un autre enleva ses vĂȘtements et marcha devant IsraĂ«l. Et je... Toutes ces choses Ă©taient des types et des ombres. Vous voyez? Ces choses doivent nous servir de type.

54    Et souvent, bien des choses nous arrivent que nous nous demandons pourquoi c’est ainsi. C’est Dieu nous montrant quelque chose d’avance.

55    Bien, quand j’étais un petit garçon (et vous connaissez l’histoire de ma vie), je – j’ai toujours cru, aussi loin que remontent mes souvenirs... Une des premiĂšres choses dont je me souviens... Maintenant, ceci... Bien, vous pourriez m’avoir dit quelque chose hier et aujourd’hui dĂ©jĂ , je l’aurais oubliĂ©; mais il y a des choses qui sont arrivĂ©es autrefois dans notre jeune Ăąge (beaucoup d’entre nous sont ainsi) dont nous nous souvenons toujours. Et ceci paraĂźt presque ridicule Ă  dire. Mais je me souviens quand j’allais Ă  quatre pattes portant une longue robe. Les petits enfants... Maintenant certains d’entre vous qui avez mon Ăąge se souviendraient que les bĂ©bĂ©s portaient de trĂšs longues robes. Et je me souviens quand j’allais Ă  quatre pattes, et – et que j’enlevais la neige des pieds de mon oncle et que je la mangeais quand il entrait et se tenait prĂšs de la cheminĂ©e.

56    Et ensuite, la chose suivante dont je me souviens ĂȘtre arrivĂ©e dans ma vie fut une vision (la toute premiĂšre que j’aie jamais eue), et il me fut dit que je passerais une grande partie de ma vie prĂšs d’une ville appelĂ©e New Albany. Et j’étais lĂ , un petit bĂ©bĂ© des montagnes, et il n’y avait mĂȘme pas de mĂ©decin Ă  ma naissance; et – et je – je... vous savez, ils... J’ai vĂ©cu ici environ cinquante ans, ici mĂȘme; une vision.

57    Et aussi combien j’ai toujours su qu’il y avait un Dieu quelque part et, alors que j’étais un petit garçon, Il me parla et me dit de ne jamais fumer ou boire, de ne jamais souiller mon corps, c’est-Ă -dire mener une vie immorale avec les femmes et tout. J’avais toujours eu peur de cela. J’étais ainsi un jeune homme.

58    Et ainsi, une fois, j’étais sorti pour chasser, ce qui semble ĂȘtre une deuxiĂšme nature chez moi: l’amour de la chasse. Et j’étais parti chasser avec un garçon, Jim Poole, un enfant aimable. Je pense que son fils vient ici Ă  l’église, le petit Jim. Et c’est une gentille famille. Je connais les Poole. Jimmy et moi avions dormi ensemble, avions vĂ©cu ensemble depuis que nous Ă©tions de petits garçons Ă  l’école; nous avons environ six mois de diffĂ©rence d’ñge. Et Jimmy laissa partir un coup de son fusil et cela me toucha ainsi dans les deux jambes Ă  bout portant avec son fusil de chasse. On m’emmena Ă  l’hĂŽpital et lĂ , j’étais couchĂ© lĂ , mourant; il n’y avait pas de pĂ©nicilline ou quoi que ce soit en ce temps-lĂ . Eh bien, on avait mis un drap de caoutchouc sous moi et je sus cette nuit-lĂ  qu’on allait m’opĂ©rer le lendemain matin.

59    Ils prirent juste... et ils nettoyĂšrent la plaie et de gros morceaux de chair Ă©taient dĂ©chiquetĂ©s; ils prirent des ciseaux et les coupĂšrent; et je dus tenir les mains d’un homme. Et c’était Frankie Eich, il s’est suicidĂ© rĂ©cemment; et ils durent arracher mes mains de ses poignets, quand – quand ils eurent terminĂ©.
    J’ai criĂ© et j’ai pleurĂ© en me cramponnant comme cela, et eux coupaient ces morceaux de chair de ma jambe. J’avais 14 ans, je n’étais qu’un garçon.

60    Et cette nuit-lĂ , j’essayai de m’endormir et ils... Je me rĂ©veillai et quelque chose gicla: et voilĂ  qu’il y avait du sang; environ 1/2 gallon [2 litres – N.D.T.], je pense, qui Ă©tait sorti de ces veines. Et ils avaient... Ils avaient pris une radiographie et avaient dit que la balle Ă©tait si prĂšs de cette artĂšre, de chaque cĂŽtĂ©, que juste une petite Ă©gratignure la percerait juste en deux et que je commencerais Ă  saigner. «Eh bien, pensai-je, c’est ma fin.» Et je posai mes mains comme ceci et les relevai, et le sang coulait de mes mains; j’étais couchĂ© dans mon propre sang. J’appelai, je sonnai. L’infirmiĂšre arriva et l’absorba simplement avec un linge, parce qu’on ne pouvait rien faire d’autre.

61    Et le matin suivant, dans cet Ă©tat de faiblesse (On ne faisait pas de transfusion sanguine en ce temps-lĂ , vous savez.), ainsi on – on m’opĂ©ra. On me fit aspirer de l’éther et quand je... L’éther d’autrefois, je pense que vous vous en souvenez, c’est l’anesthĂ©sie d’autrefois. Et sous l’effet de cet Ă©ther, quand je suis revenu Ă  moi... J’ai quittĂ© l’effet de l’éther huit heures plus tard. On dut m’en administrer une forte dose, et ils pensĂšrent que je ne pouvais pas – je ne me rĂ©veillerais pas. Ils ne pouvaient pas me rĂ©veiller.

62    Je me souviens que Madame Roeder se tenait prĂšs de moi, lĂ -bas Ă  l’hĂŽpital. Je n’oublierai jamais cette dame. Quoi qu’il advienne, je ne pourrai jamais l’oublier. Elle n’était alors qu’une jeune femme. Son mari Ă©tait surveillant ici Ă  la fabrique de voitures; et je – je me souviens qu’elle se tenait prĂšs de moi, elle et Madame Stewart. En fait, ce sont elles qui avaient payĂ© ma facture d’hĂŽpital. Je... À la maison, nous n’avions mĂȘme pas de quoi manger; alors, comment pouvions-nous payer une facture d’hĂŽpital pour des centaines de dollars? Mais elle, par l’entremise de l’association de son Ă©glise et du Ku Klux Klan, elle a payĂ© la facture d’hĂŽpital pour moi – les Francs-Maçons. Je ne pourrai jamais les oublier. Voyez? Peu importe ce qu’ils font ou quoi, toujours je... Il y a quelque chose qui reste gravĂ© en moi, voyez, c’est ce qu’ils ont fait pour moi en payant la facture chez le docteur Reeder. Il vit encore, il habite ici Ă  Port Fulton et il pourra vous raconter l’histoire.

63    Lorsque les effets de l’éther eurent cessĂ©, quelque chose m’arriva, lĂ . J’ai toujours cru que c’était une vision. En effet, j’étais si faible qu’ils pensĂšrent que je mourrais. Elle pleurait. Quand j’ouvris les yeux pour voir, je pouvais l’entendre parler, et ensuite je me rendormis. Et je m’étais rĂ©veillĂ© deux ou trois fois.
    C’est alors que j’eus une vision. Et ensuite j’eus...

64    Environ 7 mois plus tard, je dus retourner pour qu’on enlĂšve de mes jambes de la bourre de fusil de chasse et des habits de chasse pleins de graisse que le mĂ©decin n’avait pas enlevĂ©s. Ainsi donc, j’avais l’empoisonnement du sang; les deux jambes avaient enflĂ© et Ă©taient repliĂ©es sous moi et ils voulaient m’amputer les deux jambes Ă  la hauteur des hanches. Et je dis: «Non, venez simplement plus haut et coupez cela par ici.» Je ne pouvais tout simplement pas supporter cela, voyez. Ainsi, finalement, le Dr. Reeder et le Dr. Pearl de Louisville firent l’opĂ©ration, ils ouvrirent lĂ  Ă  l’intĂ©rieur et enlevĂšrent cela. Et aujourd’hui, j’ai de merveilleuses jambes par la grĂące de Dieu.
    Mais sous la – la derniĂšre vision que j’eus...

65    La premiĂšre vision, juste aprĂšs que j’eus repris connaissance, j’entrai alors en extase. Et je pensai que j’étais en enfer, juste aussi clair...
    [Un frĂšre dans l’assemblĂ©e dit: «Pardonnez-moi, monsieur.» – N.D.É.]

66    Oui, oui. [Il y a ici une femme qui a perdu connaissance, lĂ  mĂȘme]. TrĂšs bien, que quelqu’un lui impose les mains et elle... conduisez-la probablement Ă  l’air. Maintenant que n’importe quelle personne qui se trouve lĂ -bas lui impose les mains. Prions.

67    Bien-aimĂ© Seigneur JĂ©sus, que notre sƓur qui est malade ce matin et qui s’est Ă©vanouie dans la salle... que Ta grĂące, Ta force et Ta puissance... On lui a maintenant imposĂ© les mains Te reprĂ©sentant. Et l’Écriture dit: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Et maintenant, que notre sƓur se remette de ce malaise et soit guĂ©rie pour la gloire de Dieu. Au Nom de JĂ©sus-Christ, nous le demandons et nous Te la remettons. Amen.

68    Maintenant, conduisez-la Ă  l’air. Il fait – il fait terriblement lourd. Je peux le sentir ici, il fait trĂšs, trĂšs mauvais. On sent juste comme si on va s’évanouir ici sur l’estrade. Je l’ai senti 4 ou 5 fois ici. S’il y a... AussitĂŽt qu’elle se sentira un peu mieux, eh bien, conduisez-la Ă  un endroit oĂč elle peut avoir de l’air. C’est bien. Oui,  oui, voyez. Il fait si terriblement lourd, vous savez. Les ĂȘtres humains fabriquent, chacun de nous, tant de mĂštres carrĂ©s de germes de maladies. Si vous avez... quelqu’un a lĂ  de l’eau ou quelque chose Ă  mettre sur la sƓur... Elle est... elle va mieux maintenant. Mieux maintenant, voyez? Je... Mieux. [Un frĂšre dans l’assemblĂ©e dit: «Gardons les portes ouvertes, FrĂšre Branham – N.D.É.] Oui, vous pouvez peut-ĂȘtre ouvrir les portes, peut-ĂȘtre, pour avoir juste un tout petit peu d’air, autant que possible, d’une façon ou d’une autre, voyez.

69    Bon, pendant ce temps, alors que j’eus cette vision, je pensai que j’étais passĂ© de cette vie aux tourments...

70    Et sept mois plus tard, ici Ă  l’hĂŽpital Clark County Memorial, je subis la deuxiĂšme opĂ©ration. Et cette fois-lĂ , quand je revins Ă  moi, je pensai que je me trouvais Ă  l’Ouest. J’eus une autre vision: il y avait une grande croix dorĂ©e dans les cieux et la gloire de Dieu se dĂ©versait de cette croix. J’étais debout, les mains Ă©tendues comme ceci, et cette gloire tombait dans ma poitrine et je... La vision me quitta. Mon pĂšre Ă©tait assis lĂ  en train de me regarder quand j’eus la vision.

71    J’ai toujours senti, vous... Tous ceux qui m’ont connu pendant toutes ces annĂ©es savent que j’ai toujours dĂ©sirĂ© aller Ă  l’Ouest. Vous savez comme c’est. Il y a toujours eu quelque chose concernant l’Ouest. En effet, un astrologue m’avait dit une fois la mĂȘme chose, que je devrais aller Ă  l’Ouest... Les Ă©toiles, quand elles traversent leur cycle et tout... j’étais nĂ© sous ce signe et je n’aurais jamais de succĂšs Ă  l’Est et que je devais aller Ă  l’Ouest. Et l’annĂ©e derniĂšre, je suis parti Ă  l’Ouest pour – pour accomplir ce qui a Ă©tĂ© mon dĂ©sir durant toute ma vie. Voyez, pour – pour faire cela.

72    Pourquoi je suis lĂ -bas? C’est la chose la plus ridicule. S’installer lĂ -bas dans le dĂ©sert, payer 110 dollars de location par moi, alors qu’il y a une maison ici, un presbytĂšre qui m’est fourni, voyez. Mais c’est suivre le Seigneur, voyez; ce – c’est tout ce que je sais faire. Et vous connaissez la vision et ce qui est arrivĂ© lĂ -bas. Maintenant, concernant ceci, je dĂ©sire dire Ă ...

73    (Bien, si notre sƓur se sent un peu faible, FrĂšre Roy... vous voulez bien la conduire dehors quelque part et la mettre dans une piĂšce, ici, oĂč elle peut avoir plus d’air ou quelque chose comme cela, et c’est parfaitement en ordre, parce que je pense qu’elle se portera trĂšs bien maintenant. Vous voyez. Ça va. Elle s’est tout simplement Ă©vanouie, elle est malade. Et ainsi, je – je vous dis, si vous... si vous voulez l’amener ici, lĂ  oĂč l’air... relevez ces fenĂȘtres, FrĂšre Roy. Si la sƓur veut passer par... ce – ce sera bien. Voyez, si elle veut venir ici, eh bien, n’ayez tout simplement pas peur de cela.

74    Je veux lui imposer les mains quand elle passera par ici. Veuillez tous m’excuser juste une minute. Et que Dieu me pardonne. Ça, c’est bien.)

75    Â«PĂšre cĂ©leste, voici Ta fille assise ici ce matin et elle est venue pour entendre le Message et a eu... Satan essaie de l’en empĂȘcher, mais il ne le peut pas. Il ne le peut pas. Satan ne le peut pas au Nom de JĂ©sus-Christ.» TrĂšs bien. Eh bien, cette porte, je pense que si quelques...?... frĂšres, ainsi l’air peut passer par ici vers vous.

76    Vous parlez de lourdeur. Vous devriez entrer outre-mer dans certains de ces endroits, oĂč les gens s’entassent tout simplement les uns sur les autres, avec de la lĂšpre et du cancer et, oh la la! vous pouvez Ă  peine reprendre votre souffle, vous savez, dans des conditions comme cela. Ils se couchent lĂ  dans ces trĂšs grands bĂątiments, simplement contaminĂ©s de – de maladies. Et vous savez ce qu’est la lĂšpre! LĂ , ils sont couchĂ©s lĂ  sans oreilles, et la moitiĂ© du visage rongĂ©e, sans bras, de petits moignons Ă  la place de pieds, et des choses semblables, couchĂ©s, entassĂ©s les uns sur les autres, et beaucoup d’entre eux meurent lĂ  mĂȘme, Ă©tendus lĂ , suite Ă  l’entassement des uns sur les autres, essayant d’entrer quelque part, vous savez, pour entendre le Message.

77    Et maintenant... Maintenant, pour en revenir Ă  ceci, je veux vous dire ce qui est arrivĂ© dans la vision que j’ai eue. Je vais y revenir, parce que j’ai mentionnĂ© cela, les deux visions, pour vous montrer que concernant l’une d’elles, je devais aller Ă  l’Ouest. Je l’ai toujours dĂ©sirĂ©.

78    Et maintenant, le but du Message, ce matin, est de mettre l’église au courant de tout ce qu’Il me permettra d’informer l’église, autant que je sache,  jusqu’à ce que le... au fur et Ă  mesure. Et ceci m’avait frappĂ©, c’est pourquoi j’ai voulu en informer l’église. Maintenant, ceci est destinĂ© seulement Ă  ce tabernacle ici, vous voyez. Bien. Et dans cette vision, la premiĂšre, voici ce qui Ă©tait arrivĂ©.

79    AprĂšs que la vision m’a frappĂ©, j’étais si faible et j’avais perdu tout ce sang, et allais... Je pensais que je m’enfonçais dans une Ă©ternitĂ© sans fin. Beaucoup de vous m’ont entendu le dire auparavant; et – et je m’enfonçais dans une Ă©ternitĂ© sans fin. PremiĂšrement, je traversais comme des nuages, et ensuite des tĂ©nĂšbres, et je descendais toujours plus bas, plus bas, plus bas. Et la premiĂšre chose, vous savez, j’entrai dans la rĂ©gion des perdus. Et lĂ , je – je – je criai et je regardai; et lĂ , tout – il n’y avait pas de fondation Ă  cela. Je ne pouvais jamais m’arrĂȘter de tomber – pour l’éternitĂ© – il semblait que j’allais tomber. Il n’y avait nulle part d’arrĂȘt possible.

80    Et quelle diffĂ©rence donc avec la vision que j’eus ici, il n’y a pas longtemps, celle d’ĂȘtre dans la gloire avec les gens. Quel contraste! Mais quant Ă  celle-ci, alors que je tombais, finalement je – j’appelai papa Ă  mon secours. Bien entendu, n’étant qu’un enfant, c’est tout ce que je pouvais faire. J’appelai papa Ă  mon secours; et mon papa n’était pas lĂ . J’appelai ma mĂšre Ă  mon secours: «Que quelqu’un me retienne!» Et il n’y avait pas lĂ  de mĂšre. Je ne faisais que descendre. Et j’ai alors appelĂ© Dieu Ă  mon secours, et il n’y avait point de Dieu lĂ . Il n’y avait rien lĂ .

81    Et plus tard, j’entendis le son le plus lugubre que j’aie jamais entendu; et c’était la sensation la plus affreuse. Il n’y a pas moyen... MĂȘme un feu naturel flambant serait un plaisir Ă  cĂŽtĂ© de ce que c’était. Or, ces visions n’ont jamais Ă©tĂ© fausses. Et ce fut une des sensations les plus horribles que j’aie jamais eues, et que fit...

82    J’entendis un bruit, en quelque sorte comme celui d’un royaume hantĂ©. Et Ă  ce moment-lĂ  mĂȘme, je regardai et c’était des femmes qui s’avançaient. Et elles avaient du machin vert... On pouvait juste voir leur visage, et elles avaient du machin vert sous les yeux; et leurs yeux Ă©taient comme prolongĂ©s en arriĂšre comme les femmes aujourd’hui se maquillent les yeux, prolongĂ©s en arriĂšre comme cela, et juste leurs yeux et leur visage. Et elles faisaient: «Uh, uh, uh, uh». Oh la la!

83    J’ai tout simplement criĂ© trĂšs fort: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi; sois misĂ©ricordieux, ĂŽ Dieu. OĂč es-Tu? Si seulement Tu me laisses retourner et vivre, je Te promets d’ĂȘtre un bon garçon.» Bien, c’est la seule chose que je pouvais dire. Maintenant Dieu le sait, et au jour du Jugement Il me jugera pour cette dĂ©claration. C’est ce que j’ai dit: «Seigneur Dieu, laisse-moi retourner et je Te promets d’ĂȘtre un bon garçon.»

84    Et quand j’avais reçu cette balle... J’avais dit des mensonges, j’avais fait presque tout ce qui pouvait ĂȘtre fait. La seule chose que je puisse dire... Je peux tout aussi bien le dire pendant que je suis ici maintenant. Et quand je regardai et que je vis que j’étais presque Ă  moitiĂ© coupĂ© en deux, je dis: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi. Tu sais que je n’ai jamais commis adultĂšre.» C’était la seule chose que je pouvais dire Ă  Dieu. Je n’avais jamais acceptĂ© Son pardon et toutes ces choses. Simplement je dis – je pouvais dire: «Je n’ai jamais commis adultĂšre.»

85    Et alors on m’emmena lĂ -bas, et lĂ  je criai: «Ô Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi. Je serai un bon garçon, si seulement Tu me laisses retourner.» En effet, je savais qu’il y avait un Dieu quelque part. «Et ainsi, aide-moi.» Et ces crĂ©atures horribles tout autour... Je n’étais qu’un nouveau venu. C’était la sensation la plus hideuse, horrible, impie, dans ce... Cela ressemblait Ă  de gros yeux, de longs cils ressortant comme cela et allongĂ©s comme ceux d’un chat, comme... en arriĂšre comme ceci, et du machin vert, comme si cela s’était ulcĂ©rĂ© ou quelque chose comme cela. Et elles Ă©taient – elles faisaient: «Uh, uh, uh.» Oh! quelle sensation! Maintenant, quand je...

86    Et puis Ă  un moment, j’étais revenu Ă  la vie normale. Cette chose m’avait troublĂ©. Je pensais: «Oh! puissĂ©-je ne jamais aller dans un endroit pareil, qu’aucun ĂȘtre humain n’ait jamais Ă  aller dans un endroit pareil.»

87    Sept mois plus tard, j’eus la vision que je me trouvais Ă  l’Ouest, et je vis cette croix en or descendre sur moi. Et je – je sus qu’il y avait la rĂ©gion des damnĂ©s quelque part.

88    Or, je n’y avais jamais fait trĂšs attention avant jusqu’il y a 4 semaines environ. Ma femme... Je n’y avais jamais pensĂ© de cette maniĂšre. Il y a environ 4 semaines, ma femme et moi sommes allĂ©s faire quelques achats Ă  Tucson, et pendant que nous Ă©tions assis... Ma femme... Nous Ă©tions entrĂ©s au rez-de-chaussĂ©e, et – et il y avait lĂ  une bande de ces garçons effĂ©minĂ©s aux cheveux en queue de rat (Vous savez, comme le font les femmes) et – et les cheveux coupĂ©s en frange, peignĂ©s vers le devant; et ils portaient des pantalons allant vraiment au-dessus de la taille, Ă  la maniĂšre, je pense, des beatniks ou quoique vous les appelez. Et ils Ă©taient lĂ  Ă  l’intĂ©rieur et tout le monde les regardait, et leur tĂȘte Ă©tait grosse comme les femmes qui ont cette sorte de coiffure Ă  l’hydrocĂ©phale, vous savez, et ils Ă©taient lĂ .

89    Et une jeune femme passa et dit: «Qu’en pensez-vous?»

90    Je rĂ©pondis: «Vous devriez donc avoir honte de vous-mĂȘme, si vous pouvez penser ainsi, dis-je; il a autant le droit de le faire que vous. Aucun de vous n’a raison.»

91    Ainsi, je suis montĂ© Ă  l’étage supĂ©rieur et je me suis assis. AprĂšs cela, il y avait lĂ  un escalier roulant (C’était dans le magasin JC Penny.) et cet escalier roulant faisait monter les gens. Eh bien, je fus vraiment Ă©cƓurĂ© en voyant ces femmes monter lĂ ; des jeunes, des vieilles, des indiffĂ©rentes, des ridĂ©es, des jeunes, et de toute catĂ©gorie, portant des tout petits shorts, leur corps corrompu, et ces femmes habillĂ©es sexy, avec ces tĂȘtes vraiment grosses comme cela, et les voici s’avancer. Et l’une quittant l’escalier roulant venait juste comme cela Ă  l’endroit oĂč j’étais assis sur une chaise; j’étais assis lĂ , la tĂȘte inclinĂ©e.

92    Et je me retournai pour regarder. Et l’une d’elles montant les marches, disait (Elle parlait espagnol.) Ă  une autre femme; c’était une blanche qui parlait Ă  cette espagnole. Et quand je regardais [FrĂšre Branham claque son doigt – N.D.É.], tout Ă  coup je fus changĂ©. LĂ , j’avais vu cela auparavant. Ses yeux... Vous savez comment les femmes font aujourd’hui. De nos jours, elles se maquillent les yeux comme des chats, vous savez, elles mettent cela au-dessus comme ceci et elles portent des lunettes Ă  la chatte et tout, vous savez, avec des yeux hauts comme ceci. Et il y avait ce machin vert sous les yeux. C’était cette chose que j’avais vue quand j’étais un enfant. [FrĂšre Branham frappe plusieurs fois sur le pupitre – N.D.É.] C’était exactement la mĂȘme femme. Et j’étais tout engourdi; je commençai Ă  regarder autour de moi et il y avait ces gens qui marmonnaient, vous savez, en parlant sans cesse des prix et de tout dans le bĂątiment. Et simplement je...

93    Il semblait que j’étais changĂ© pour un moment. Et je regardai et je pensai: «C’est ce que j’avais vu en enfer.» Les voilĂ , cet ulcĂšre. Je pensai que, parce qu’elles Ă©taient en enfer, c’est ce qui les a rendues ainsi: un bleu verdĂątre sous les yeux. Et voici ces femmes, maquillĂ©es avec du bleu verdĂątre, tel que le montrait la vision il y a environ 40 ans.

94    Vous voyez, c’est ce qu’il y avait il y a environ 40 ans. J’ai 54 ans; j’en avais 14. Ainsi, il y a environ 40 ans, je ... Et c’est le – le... De toute maniĂšre, c’est cela le nombre du jugement. Vous voyez. Bien, il y avait...

95    J’avais vu cela et je ne pouvais mĂȘme pas parler Ă  ma femme quand elle revint. Elle Ă©tait lĂ -bas essayant de trouver quelque chose pour Sarah et les enfants, quelque chose comme une – une robe ou quelque chose pour l’école, et je – je ne pouvais mĂȘme pas... Je ne pouvais mĂȘme pas lui parler. Elle dit: «Bill, qu’y a-t-il?»
    Je rĂ©pondis: «ChĂ©rie, je suis comme... je suis presque un homme mort.»
    Elle me demanda: «Qu’y a-t-il? Es-tu malade?»
    Je rĂ©pondis: «Non, quelque chose vient de se passer.»

96    Pour le moment, elle ne sait rien. Elle attend le retour de cette bande. Je ne l’ai jamais dit Ă  personne. Et je pensai que j’attendrai, comme j’ai promis, de l’apporter premiĂšrement Ă  l’église, voyez-vous. L’apporter Ă  l’église. C’était ma promesse. Et vous comprendrez aprĂšs ce soir la raison pour laquelle j’ai essayĂ© de garder ma promesse. Voyez-vous?

97    Je pensai alors, quand j’ai vu les yeux de ces femmes qui paraissaient ulcĂ©rĂ©s... Il y avait lĂ  une Espagnole, une Française, une Indienne et une Blanche et toutes ensemble, et ces trĂšs grosses tĂȘtes, vous savez, broussailleux, Ă  l’aide de ces peignes, la façon dont elles peignent cela en arriĂšre de maniĂšre volumineuse, et puis elles sortent. Vous savez, vous savez comme elles le font, elles les arrangent comme elles le font. Et puis ces yeux qui paraissaient ulcĂ©rĂ©s, et ces yeux avec du maquillage se prolongeaient en arriĂšre comme ceux d’un chat; et elles Ă©taient en train de parler. Et Ă©tant lĂ  dans le magasin J.C. Penny, je me trouvai de nouveau en enfer.

98    Je – je – j’eus trĂšs peur. Je pensai: «Seigneur, assurĂ©ment, je ne suis pas mort, et, aprĂšs tout, c’est Toi qui m’as permis de venir Ă  cet endroit.»

99    Et voilĂ , elles Ă©taient lĂ , faisant... juste tout autour comme cela, comme lĂ  dans la vision. Vous pouviez Ă  peine l’entendre de vos oreilles, vous savez. Juste le marmonnement et les mouvements des gens, ces femmes qui montaient cet escalier roulant et passaient lĂ  tout autour, et ce «Uh, uh.» Il y avait lĂ  ces yeux verts d’apparence bizarre et lugubre.

100    Ma femme s’approcha et je lui dis: «Laisse-moi seul ne fĂ»t-ce qu’une minute, chĂ©rie, dis-je, si cela ne te dĂ©range pas; je – je – je veux rentrer Ă  la maison.»
    Et elle me demanda: «Es-tu malade?»

101    Je lui rĂ©pondis: «Non, va tout simplement de l’avant, chĂ©rie, si tu as des achats Ă  faire.»
    Elle dit: «Non, j’ai fini.»

102    Et je lui dis: «Laisse-moi te tenir par le bras.» Voyez-vous? Et je suis sorti.
    Elle demanda: «Qu’y a-t-il?»
    Je lui dis: «Meda, je – je – je... quelque chose est arrivĂ© lĂ -bas.»

103    Et alors que j’étais encore sous l’effet de cela, je pensai ceci: «Dans quel jour vivons-nous? Ceci pourrait-il ĂȘtre le 3Ăšme Pull?» Maintenant, j’ai quelques notes ici.

104    JĂ©sus... Nous voyons que JĂ©sus, dans Son ministĂšre, aprĂšs qu’Il eut prĂȘchĂ© aux gens... Maintenant, nous allons ĂȘtre vraiment scripturaires sur ceci. AprĂšs que JĂ©sus eut terminĂ© Son ministĂšre... et Son ministĂšre Ă©tait rejetĂ© par les gens. Maintenant, lisez entre les lignes, tirez vos propres conclusions. Souvenez-vous de ce que je vous avais dit au dĂ©but. AprĂšs qu’Il eut prĂȘchĂ©...

105    Il est venu comme Celui qui avait Ă©tĂ© promis pour ce jour-lĂ , nous le savons tous. Les Écritures identifiĂšrent JĂ©sus-Christ comme Ă©tant le Messie. C’est vrai. Il a Ă©tĂ© entiĂšrement et fidĂšlement confirmĂ© par Dieu et Sa Parole qu’Il Ă©tait le Messie. Il n’y a pas de doute Ă  ce sujet. Si quelqu’un en doute disant qu’Il n’était pas le Messie, si c’est le cas, alors vous devriez venir Ă  l’autel. Il fut clairement identifiĂ© en tant que le Messie. Mais aprĂšs qu’Il eut clairement... Dieu L’identifia.

106    C’est comme Pierre l’a dit le jour de la PentecĂŽte, quand il parla au SanhĂ©drin Ă  quatre... environ 4 jours plus tard, il dit: «JĂ©sus de Nazareth, cet homme Ă  qui Dieu a rendu tĂ©moignage devant vous par les miracles et les prodiges qu’Il a opĂ©rĂ©s par Lui au milieu... dont nous sommes tous des tĂ©moins. Vous voyez? Vous L’avez fait mourir par la main des impies et vous avez crucifiĂ© le Prince de la Vie que Dieu a ressuscitĂ© et par qui Il a montrĂ© ces choses que vous avez vues.» Voyez? Christ a vĂ©cu bien sĂ»r, et Il vit encore aujourd’hui.

107    Ainsi, aprĂšs que JĂ©sus fut certainement venu, Il s’identifia. Dieu L’identifia et Il prophĂ©tisa. Et aprĂšs les jours de sa prophĂ©tie, bien qu’Il Ă©tait identifiĂ© scripturairement, les gens Le rejetĂšrent. C’est vrai. Et Il prĂȘcha alors aprĂšs qu’ils L’eurent rejetĂ© ici. Ceux qui pouvaient ĂȘtre sauvĂ©s... Souvenez-vous, pendant qu’Il prĂȘchait, tout le monde avait la possibilitĂ© d’ĂȘtre sauvĂ©. Nous ne les connaissons pas, ils sont prĂ©destinĂ©s. Mais Il prĂȘcha continuellement.

108    Mais aprĂšs les jours de Sa prĂ©dication, Son ministĂšre continua parce que le dernier groupe auquel Il prĂȘcha, c’était aux Ăąmes qui Ă©taient en enfer et qui ne pouvaient plus ĂȘtre pardonnĂ©es. Je l’ai lu clairement ici dans la Bible dans II Pierre. Voyez? Il alla et prĂȘcha aux Ăąmes qui Ă©taient en prison, ce qui est l’enfer, enfermĂ©es jusqu’au jour du jugement.

109    En effet, voyez-vous, le jugement ne s’exerce pas maintenant et il n’y a pas d’enfer qui brĂ»le maintenant. Si quelqu’un vous dit que cet homme est maintenant dans un enfer qui brĂ»le, c’est faux. Voyez? Un juge sur cette terre est assez juste pour ne jamais condamner un homme avant de l’emmener en jugement. Et Dieu ne jettera jamais un homme dans la fournaise ardente avant qu’il soit premiĂšrement condamnĂ© par les propres Lois de Dieu. Il a rejetĂ© la misĂ©ricorde, ainsi, voyez-vous, il doit premiĂšrement ĂȘtre jugĂ©, et ce jugement se passe au grand TrĂŽne blanc du jugement; mais maintenant, il est dans un endroit appelĂ© la prison.

110    Comme j’eus la vision des deux endroits, et par la grĂące de Dieu... (Je ne dis pas ceci pour ĂȘtre sacrilĂšge et si c’est faux, que Dieu me pardonne.), je crois que j’ai Ă©tĂ© dans les deux endroits, vous voyez, dans les deux endroits. Et j’ai vu les rachetĂ©s et les bĂ©nis, et j’ai vu les perdus et l’endroit oĂč ils se trouvent. Et c’est pourquoi je me tiens ici aujourd’hui, en tant que votre frĂšre, pour vous conseiller de fuir ce chemin qui descend. N’allez jamais sur cette route. Et vous avez tout pour vivre pour ce chemin bĂ©ni qui va vers le haut oĂč les rachetĂ©s sont dans la joie et la paix, et ils ne peuvent pas pĂ©cher. Ils ne peuvent pas – peuvent pas avoir du chagrin. C’est impossible. LĂ , il n’y a rien de cela, ils sont parfaits. J’ai vu les deux endroits. Je sais que c’est une forte dĂ©claration que quelqu’un peut faire, mais Dieu Ă©tant mon Juge, je crois solennellement que j’ai vu les deux endroits. Je le crois.

111    Et, oh! loin de quelqu’un l’idĂ©e d’entrer dans cette rĂ©gion des perdus! Si vous Ă©tiez lĂ  avec des fils mĂ©talliques brĂ»lants, vous perçant, vous tourmentant dans tous les sens, ça ne serait pas comme de ce tourment dĂ©moniaque qu’il y a en cet endroit. Il ne pourrait rien y avoir... La pensĂ©e humaine ne peut pas – la pensĂ©e humaine ne peut pas concevoir ce qu’est cette rĂ©gion des perdus. Il n’y a pas moyen de l’expliquer. Il n’y a pas moyen non plus d’expliquer ce qu’est la rĂ©gion des bĂ©nis. C’est si glorieux. Cette autre est si horrible, mais celle-ci est si – si glorieuse. Cela va du ridicule au sublime. Ainsi, si quelqu’un m’entend...

112    Et je deviens vieux. Je ne sais pas combien de temps il me reste encore. J’aurai bientĂŽt 55 ans et je – je ne sais pas... Selon la nature, je peux ne plus en avoir pour longtemps. Je ne sais pas oĂč cette bande ira, mais que tous ceux qui Ă©coutent ici et qui Ă©couteront cette bande oĂč qu’elle puisse aller, n’aillent jamais vers cette rĂ©gion des perdus. Vous ne pouvez pas vous reprĂ©senter l’enfer comme Ă©tant si mauvais. Et quoi que vous fassiez, n’ayez jamais un... n’oubliez jamais ceci que la rĂ©gion des bĂ©nis... Je dirai ceci avec saint Paul: «Ce que l’Ɠil n’a point vu, ce que l’oreille n’a point entendu, ou ce qui n’est point montĂ© au cƓur de l’homme, des choses que Dieu a en rĂ©serve pour ceux qui L’aiment!» Ainsi, arrĂȘtez-vous si vous Ă©coutez la bande, arrĂȘtez la bande et repentez-vous si vous n’ĂȘtes pas sauvĂ©s, et mettez-vous en ordre avec Dieu.

113    Je dis ceci par une expĂ©rience personnelle telle que je le crois dans mon cƓur; et je dĂ©clare que si celles-ci... si ces visions m’ont trompĂ©, que Dieu soit misĂ©ricordieux envers moi de faire une telle dĂ©claration. Mais, avec toute la sincĂ©ritĂ© de mon cƓur, sachant qu’aucune de ces visions n’a jamais failli, je crois avoir Ă©tĂ© dans ces deux endroits. Loin de quiconque la pensĂ©e de prendre cette route qui descend!

114    Maintenant, JĂ©sus, aprĂšs qu’Il eut terminĂ© Son ministĂšre, prĂȘcha aux Ăąmes qui ne pouvaient pas ĂȘtre sauvĂ©es, qui ne pouvaient jamais ĂȘtre sauvĂ©es. Bien, la Bible nous dit cela. Il alla et prĂȘcha aux Ăąmes qui Ă©taient en prison et qui ne s’étaient pas repenties. Quand la grĂące leur fut accordĂ©e, ils la rejetĂšrent; et maintenant, ils attendent le jugement. Oh! quel moment cela dut ĂȘtre! Oh! je souhaiterais avoir un moyen pour pouvoir secouer le monde avec cela et leur faire voir ce qu’est la rĂ©alitĂ©.

115    Et JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit: «Comme le PĂšre m’a envoyĂ©, Moi aussi Je vous envoie.» Et comme le PĂšre L’a envoyĂ© prĂȘcher aux – aux vivants, Ă  ceux qui avaient de l’espĂ©rance, et ensuite prĂ©senter le mĂȘme Message Ă  ceux qui n’avaient pas de l’espĂ©rance, il semble que c’est opportun, en ce moment, que cela doive ĂȘtre fait, parce que l’Esprit de Christ qui habite en nous ne change pas Sa nature ni la mĂ©thode de Dieu; Il doit ĂȘtre le mĂȘme dans chaque gĂ©nĂ©ration. Il doit ĂȘtre le mĂȘme. Il a dit: «Comme le PĂšre m’a envoyĂ©, Moi aussi Je vous envoie.»

116    Les ministĂšres doivent ĂȘtre semblables, au point qu’Il a dit... Je vois certains de vous inscrire les passages de l’Écriture. St Jean 14:12... «Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.» Voyez, les oeuvres, prĂȘcher aux perdus, guĂ©rir les malades et ensuite ceux Ă  qui il est impossible d’ĂȘtre sauvĂ©s. Voyez? L’Ɠuvre a continuĂ© de la mĂȘme maniĂšre. Ainsi, ceci a Ă©tĂ© (ceci a-t-il Ă©tĂ©?)... puis-je le dire comme ceci, le ministĂšre de JĂ©sus-Christ s’est rĂ©incarnĂ© dans Son Église en ces derniers jours. C’est ce que beaucoup de nous croient. Je le crois avec vous. Je crois ceci. Si ce n’était pas le cas, je ferais quelque chose d’autre Ă  ce sujet, parce qu’aprĂšs tout c’est moi qui suis concernĂ© dans ceci. Et si l’Esprit de Dieu est en vous, vous ĂȘtes inquiets au sujet des gens.

117    Il y a un passage de l’Écriture qui m’a toujours embarrassĂ©, comment MoĂŻse put donner Ă  Dieu une meilleure idĂ©e que la Sienne, jusqu’à ce que j’aie dĂ©couvert que c’était l’Esprit de Christ en MoĂŻse. Voyez?

118    Dieu dit: «MoĂŻse, sĂ©pare-toi d’eux. Je vais tous les dĂ©truire et recommencer avec toi.»

119    Il dit: «Seigneur...» Il se jeta dans la brĂšche et dit: «Reprends-moi, et efface mon nom.» Son cƓur eut compassion de ces gens mĂȘme qui s’étaient rebellĂ©s. Voyez?

120    Et quand un prĂ©dicateur qui a le poids des gens sur son cƓur... Comment pourrais-je me sentir justifiĂ© envers mon... devant Dieu et envers moi-mĂȘme si je me retenais de dire quelque chose aux gens que j’aime mieux que moi-mĂȘme? Comment un homme pourrait-il faire entrer une personne dans l’église par une poignĂ©e de main ou par une aspersion ou par un faux baptĂȘme ou quelque chose de semblable et la laisser sous le – l’influence d’un mensonge, sachant que la Bible est lĂ , dire qu’il aime la personne?

121    MĂȘme si je dois mendier pour vivre, quoi qu’il en soit, laissez-moi ĂȘtre honnĂȘte avec Dieu et les gens et leur dire la vĂ©ritĂ©. Ne me laissez jamais ĂȘtre un trompeur. Comment pourrais-je tromper celui que j’aime? MĂȘme si je dois les blesser, pourtant je les aime. La raison pour laquelle vous donnez une fessĂ©e Ă  votre enfant, c’est parce que vous l’aimez. Non pas parce que vous ne l’aimez pas, mais parce que vous l’aimez. S’il a mal agi, il mourra si vous ne le corrigez pas.

122    Bien, c’est ce qu’a Ă©tĂ© le ministĂšre. Comme il en fut, de mĂȘme il en est aujourd’hui. Il a Ă©tĂ© prĂȘchĂ© et entiĂšrement confirmĂ© par la Parole de Dieu que cela ne pouvait pas ĂȘtre l’homme; cela devait ĂȘtre Dieu. Cela devait l’ĂȘtre. Remarquez. Les mĂȘmes signes spirituels que JĂ©sus a accomplis se sont reproduits sur la terre en ces derniers jours. Le mĂȘme signe spirituel par lequel Il S’identifia comme Ă©tant le Messie L’a identifiĂ© aujourd’hui; Il est toujours le Messie! Les mĂȘmes signes matĂ©riels qui ont apparu sur la terre sont ceux qui L’ont accompagnĂ©, c’est ce qu’Il Ă©tait. La mĂȘme Colonne de Feu que St Paul vit, c’est la mĂȘme. Et tout cela s’est reproduit, ayant la mĂȘme nature en soi et accomplissant la mĂȘme chose.

123    JĂ©sus a dĂ©clarĂ© qu’Il ne faisait rien avant que le PĂšre ne le Lui montre, et le PĂšre est le Saint-Esprit; nous savons cela, c’est simplement un office de Dieu. Si ce n’est pas le cas, alors lequel des deux est le PĂšre de JĂ©sus-Christ? JĂ©sus a dit que Dieu Ă©tait Son PĂšre, et la Bible dit que le Saint-Esprit Ă©tait Son PĂšre. Maintenant, vous ne pouvez pas faire de Lui un enfant illĂ©gitime; ainsi, le Saint-Esprit est Dieu. De mĂȘme, JĂ©sus est Dieu. Ainsi, Dieu, PĂšre, Fils et Saint-Esprit, c’est simplement... ce sont trois offices d’un seul Dieu. Ce sont trois attributs, le mĂȘme Dieu.

124    Vous ĂȘtes une partie de Dieu et je suis une partie de Dieu, mais je ne suis pas tout Dieu et vous non plus; voyez-vous? Vous voyez, ce sont les attributs de Dieu en nous; en tant que des fils adoptĂ©s par JĂ©sus-Christ, Lequel est Dieu Lui-mĂȘme devenu chair afin de mourir pour nous.

125    Bien, le Saint-Esprit Lui montrait toujours les choses Ă  venir, et Il n’avait jamais Ă©tĂ© dans l’erreur. C’était toujours parfait. Est-ce vrai? Il ne S’en attribua pas le mĂ©rite. Il le donna Ă  Dieu. Il dit: «Le Fils ne peut rien faire de Lui-mĂȘme, Il ne fait que ce qu’Il voit faire au PĂšre.» Et le PĂšre... le Saint-Esprit Ă©tait Son PĂšre. Est-ce vrai? «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint-Esprit.», Lequel Ă©tait Son PĂšre. Et le Saint-Esprit montra Ă  JĂ©sus les choses Ă  venir et Lui parla des choses qui Ă©taient.

126    Et Il Ă©tait le Dieu-prophĂšte, parce que la Parole du Seigneur vient seulement au prophĂšte. Cela montre que la Parole est venue sous une forme mineure. Les prophĂštes ont Ă©crit ce que le Seigneur leur disait, mais Lui n’a rien Ă©crit, parce qu’Il Ă©tait la Parole. Il Ă©tait la Parole.

127    Remarquez, c’est le mĂȘme Saint-Esprit qui habitait en Lui: «Encore un peu de temps, et le monde ne me verra plus, mais vous, vous Me verrez, parce que Je serai avec vous et mĂȘme en vous jusqu’à la fin du monde. Je viendrai Ă  vous.», dit-Il. JE, c’était le PĂšre qui Ă©tait en Lui qui viendra Ă  vous. Et Il ajouta: «Quand le Saint-Esprit sera venu sur vous, Il vous rĂ©vĂ©lera ces choses que Je vous ai enseignĂ©es et Il vous annoncera les choses Ă  venir.» Vous y ĂȘtes maintenant.

128    Maintenant, nous remarquons que, comme le Saint-Esprit a opĂ©rĂ© dans l’Église d’alors, Il fait exactement les mĂȘmes choses aujourd’hui: Il annonce par la Colonne de Feu, exactement la mĂȘme chose qu’au commencement. En Le voyant descendre sur JĂ©sus, Jean avait annoncĂ© cela au fleuve Jourdain. Tout a Ă©tĂ© prouvĂ© et mĂȘme la science en a pris des photographies. Cela ne peut pas ĂȘtre contestĂ©. Cela a Ă©tĂ© prouvĂ© scientifiquement. C’était matĂ©riel. Ce n’était pas une pensĂ©e mythique, ce n’était pas de la psychologie. Comme George J. Lacy l’a dit: «L’Ɠil mĂ©canique de l’appareil photographique ne prendra pas de la psychologie. La LumiĂšre a frappĂ© effectivement l’objectif.»

129    Qu’en est-il de vous, Ă©glise, qui ĂȘtes ici et qui m’avez entendu dire il y a 6 ou 8 mois: «C’EST AINSI DIT LE SEIGNEUR, je m’en vais Ă  Tucson, en Arizona. Il y aura une explosion et 7 Anges apparaĂźtront.»? Vous souvenez-vous-en? [L’AssemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] MĂȘme pas... Dieu le rendit si rĂ©el que le magazine Look en prit des photographies. Le spirituel vu d’avance a Ă©tĂ© matĂ©rialisĂ© exactement de la mĂȘme façon, les 7 Anges qui ont apportĂ© l’accomplissement de toutes les Écritures. En effet, tous les mystĂšres de la Bible entiĂšre se trouvent dans les 7 Sceaux. Nous savons cela. Cela est le... Le Livre est scellĂ©. C’est le mystĂšre de tout le Livre cachĂ© dans ces Sept Sceaux que le Seigneur nous a permis d’apporter.

130    Il y a des hommes assis ici aujourd’hui qui Ă©taient juste lĂ  prĂ©sents avec moi quand cela arriva. Le magazine Look le prouva Ă©galement, disant que cela – c’était effectivement arrivĂ©. En effet, c’est Dieu qui l’avait annoncĂ©; c’est Dieu qui se tient derriĂšre Sa Parole pour L’accomplir quand Il a annoncĂ© qu’Il le ferait. C’est pourquoi, ce n’est pas un homme, une personne charnelle comme moi, qui est au milieu de vous, c’est le Dieu Éternel.

131    Il utilise l’homme, c’est vrai. Il ne fait rien en dehors de ce qu’Il fait par l’homme. Nous savons cela. Lui, il est Son – il est Son agent. C’est lui qu’Il a choisi. Pourquoi? Je ne sais pas. Il aurait pu faire en sorte que le soleil prĂȘche l’Évangile ou que le vent le fasse. Il aurait pu se servir du vent pour accomplir des choses, mais Il a choisi l’homme.

132    C’était Son plan que l’ĂȘtre humain parle Ă  son prochain. Non pas Lui-mĂȘme. Mais la Parole du Seigneur vient aux prophĂštes, aux prophĂ©tiseurs, aux prĂ©dicateurs. Et un prophĂ©tiseur qui nie la Parole originelle, comment peut-il ĂȘtre un vĂ©ritable prophĂšte? Voyez? Il ne le peut pas, parce qu’il nie la vĂ©ritĂ© de la Parole. Alors, si cela ne fait pas... alors cette Parole, Elle-mĂȘme, si Elle est prĂȘchĂ©e dans toute Sa vĂ©ritĂ© et dans la vĂ©ritĂ© du Saint-Esprit, Elle manifestera chaque promesse qu’Elle a faite. C’est ainsi que nous savons si c’est vrai ou pas. C’est ce que JĂ©sus a dit: «Si Je n’accomplis pas ce qui est Ă©crit Ă  Mon sujet, alors ne Me croyez pas.» Voyez? Maintenant, nous comprenons ces choses.

133    Souvenez-vous, les 7 Sceaux sont accomplis, et quand ces 7 vĂ©ritĂ©s rĂ©vĂ©lĂ©es...

134    L’une d’elles, Il ne nous a pas permis de la connaĂźtre. Nous... Combien Ă©taient ici lors des Sept Sceaux et ont entendu? [L’AssemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Vous tous, je pense. Voyez, le – le 7e sceau, Il n’a pas permis de le connaĂźtre.

135    Il S’est tenu juste lĂ  dans la piĂšce et a rĂ©vĂ©lĂ© chacun d’eux. Et si jamais dans ma vie j’ai prĂȘchĂ© quelque chose qui Ă©tait inspirĂ©, c’était bien cela. Et cela doit ĂȘtre vrai pour vous. Je me suis tenu ici et je vous ai dit que cela arrivera et je suis allĂ© juste lĂ . Et mĂȘme la science et tout le reste, la recherche scientifique et tout – c’est un mystĂšre pour les gens – ont prouvĂ© que c’est arrivĂ© lĂ  mĂȘme. Et je suis revenu, et vous avez entendu cela ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ© et rendre chaque Parole parfaitement vraie. Dans quel jour vivons-nous? OĂč en sommes-nous?

136    Et souvenez-vous que dans ce 6e sceau, oĂč... Toutes les 7 trompettes ont sonnĂ© sous ce 6e sceau. Quand nous arriverons Ă  cela, vous le comprendrez. Chacune des 7 trompettes sonna dans ce 6e Sceau.

137    Le nombre 7 est toujours un mystĂšre. Observez ce 7: c’est l’achĂšvement. C’était la Venue du Seigneur. Le ciel Ă©tait serein, silencieux; personne ne bougea parce que JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit: «MĂȘme un ange du ciel ne sait pas quand Je reviendrai. Moi-mĂȘme, je ne connais mĂȘme pas Ă  quelle heure. Le PĂšre, Lui, l’a mis dans Sa pensĂ©e.» Dieu seul le sait, l’Esprit. Mais je ne le savais pas. Voyez, cela ne fut pas rĂ©vĂ©lĂ©. Quand cette 7e trompette sonna... ou plutĂŽt le 7e Ange, ou un Sceau fut ouvert, alors Il y eut un silence dans le ciel. Voyez, ce qui arriverait ne fut pas rĂ©vĂ©lĂ©.

138    Mais c’est sous le 6e sceau oĂč ces trompettes sonnĂšrent. Souvenez-vous que lĂ  nous voyons que l’Agneau s’est avancĂ© et est apparu sur la scĂšne. Il avait quittĂ© le trĂŽne de misĂ©ricorde; Son oeuvre de la rĂ©demption Ă©tait terminĂ©e. Et Il s’avança et prit le Livre de la main droite de Celui qui Ă©tait assis sur le TrĂŽne, et il n’y eut plus de temps. Et immĂ©diatement un Ange apparut au chapitre 7 – au chapitre 10, verset 7, disant... Cet Ange descendit et jura qu’il n’y aurait plus de dĂ©lai.

139    Mais, voyez-vous, dans ce Livre se trouvaient ceux qui Ă©taient rachetĂ©s; c’était le Livre de la RĂ©demption. Et tout ce qu’Il avait rachetĂ© Ă©tait inscrit dans ce Livre. Tous ceux pour qui Il est mort Ă©taient inscrits dans ce Livre et Il ne pouvait pas quitter Son siĂšge de MĂ©diateur jusqu’à ce qu’Il ait accompli tout le rachat. Il ne pouvait pas les racheter Ă  la croix, car ils Ă©taient dĂ©jĂ  prĂ©destinĂ©s dans le Livre de Vie de l’Agneau et Il devait rester lĂ  Ă  faire l’intercession jusqu’à ce que la derniĂšre personne soit scellĂ©e. Gloire!

140    Mais un jour, Il se leva de lĂ , s’avança. OĂč Ă©tait le Livre? Il Ă©tait toujours chez le PropriĂ©taire original, le Dieu Tout-Puissant. Et Jean regarda autour de lui et pleura, parce qu’il n’y avait personne qui Ă©tait assez digne de regarder le Livre et spĂ©cialement d’en ouvrir les Sceaux, pour rĂ©vĂ©ler ce qu’était le mystĂšre cachĂ©.

141    Les mystĂšres Ă©taient dans les 7 Sceaux. Quand ces 7 Sceaux furent ouverts, la Bible entiĂšre s’ouvrit. Les 7 Sceaux Ă©taient scellĂ©s de 7 mystĂšres. Et dans ces 7 Sceaux Ă©tait contenu le mystĂšre entier de Cela. Et c’était le Livre de la RĂ©demption: le Nouveau Testament. Pas l’Ancien.

142    Cela ne fut annoncĂ© que pour le Nouveau Testament. «Ils ont Ă©tĂ© rendus... Ils ne peuvent parvenir Ă  la perfection sans nous.» HĂ©breux 11. Voyez? Voyez? Bien, la RĂ©demption est venue seulement Ă  la mort du RĂ©dempteur. Et ils Ă©taient potentiellement sous le sang des agneaux et non de celui du RĂ©dempteur... Ils n’avaient pas encore Ă©tĂ© rachetĂ©s avant la venue du RĂ©dempteur.

143    Remarquez maintenant, quand ce RĂ©dempteur... Jean regarda autour de lui, et Dieu Ă©tait assis sur le TrĂŽne, tenant dans Sa main le Livre qui avait Ă©tĂ© scellĂ© de 7 Sceaux et qui contenait tout le plan de la RĂ©demption, et que la race humaine, Adam, avait perdu.

144    Et Dieu... C’est retournĂ© oĂč? Satan ne pouvait pas Le prendre; il le lui a simplement fait perdre. Mais alors, oĂč le Livre est-il donc allĂ©? Il n’appartenait plus Ă  la race humaine [FrĂšre Branham frappe plusieurs fois sur le pupitre – N.D.É.]. Les bĂ©nĂ©dictions n’étaient pas pour ici, ici la race humaine – humaine l’avait perdu. Ainsi, Il retourna directement Ă  Son PropriĂ©taire original, Qui Ă©tait Dieu.

145    Il Ă©tait assis lĂ , Le tenant, et Il demanda Ă  un homme, Ă  quelqu’un, de s’avancer et de Le revendiquer.

146    Jean regarda autour de lui et il n’y avait personne dans le ciel, personne sur la terre, personne, aucun ange. Personne ne put prendre le Livre ni pour ouvrir les Sceaux ni mĂȘme pour Le regarder. Aucun homme n’en Ă©tait digne. Jean dit qu’il pleura amĂšrement.

147    Puis un Ange vint vers lui et lui dit: «Ne pleure pas, Jean, car le Lion de la Tribu de Juda a prĂ©valu et Il est digne.»

148    Et Jean regarda pour voir un Agneau, ou plutĂŽt pour voir un Lion; et que vit-il? Un Agneau. Et c’était un Agneau ensanglantĂ©, un Agneau qui avait Ă©tĂ© immolĂ©. Depuis quand? Depuis la fondation du monde.

149    L’Agneau apparut et s’avança vers Celui qui avait le Livre dans Sa main droite, et Il prit le Livre, Il monta sur le TrĂŽne et s’assit. C’est cela. C’était terminĂ©. Quand? Lorsque les Sceaux furent rĂ©vĂ©lĂ©s. Quand le dernier... c’était tout ce qu’Il avait rachetĂ©... il n’y avait rien... Il est venu pour faire le rachat.

150    Vous dites: «Pourquoi ne les a-t-Il pas rachetĂ©s il y a 40 ans? Il y a 2000 ans?»

151    Vous voyez, leurs noms Ă©taient dans le Livre de Vie, dans ce Livre. Et Il devait ĂȘtre ici, parce que c’était le dessein de Dieu de les racheter. Leurs noms furent inscrits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde. L’Agneau fut placĂ© lĂ  avec cela pour ĂȘtre immolĂ©. Voici venir l’Agneau aprĂšs qu’Il fut immolĂ©, Il est revenu pour faire l’intercession.

152    Observez-Le! Il y aura beaucoup d’imitations, beaucoup d’autres choses, mais quelqu’un allait vraiment ĂȘtre sauvĂ©, car Il... L’Église Ă©tait prĂ©destinĂ©e Ă  ĂȘtre sans tĂąche, ni ride. Elle sera lĂ -bas, et l’Agneau mourut dans ce but. Alors, quand le dernier nom inscrit dans ce Livre fut rachetĂ©, l’Agneau s’avança, prit le Livre, [et dit]: «Je suis Celui qui l’a fait!»

153    Les anges, les chĂ©rubins, les vingt-quatre anciens, les Êtres vivants, tout, enlevĂšrent leur couronne, tombĂšrent devant le TrĂŽne et dirent: «Tu es digne.»

154    Jean dit: «Tout dans le ciel et sur la terre m’entendit m’écrier: Amen, pousser des cris d’allĂ©luia et de louanges Ă  Dieu.» Le cri monta au ciel. Pourquoi? Leurs noms Ă©taient dans ce Livre pour ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©s et l’Agneau les avait rĂ©vĂ©lĂ©s.

155    L’Agneau les avait rachetĂ©s, mais Il ne pouvait pas s’avancer avant que chaque nom soit rĂ©vĂ©lĂ©; et cela se passait sous le 6e Sceau, avant que le 7e soit brisĂ©. Alors, le... sans tĂąche... Alors l’Agneau vint pour ceux qu’Il avait rachetĂ©s. Il est venu pour rĂ©clamer ceux qu’Il avait rachetĂ©s. Il les a dĂ©jĂ  ici mĂȘme dans le Livre qu’Il a pris de Sa main. Maintenant, Il vient prendre ceux qu’Il a rachetĂ©s; c’est cela l’Ɠuvre qu’Il a accomplie, Il est venu pour les prendre. Oh! quel – quel moment! Et cela a Ă©tĂ© prouvĂ©. Le 7e Sceau l’a prouvĂ©. Il est revenu et Il a pris le Livre de la rĂ©demption.

156    Remarquez. C’était le Message du 7e ange qui devait rĂ©vĂ©ler le SeptiĂšme – les 7 Sceaux. Apocalypse 10:7, eh bien, vous le trouverez lĂ . Voyez?

157    Et il vit cet Ange descendre, poser Son pied sur la terre et sur la mer; c’était Christ. Il avait un arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte. Observez-Le; vous allez une fois de plus Le voir dans Apocalypse 1 avec l’arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte; Il avait l’aspect d’une pierre de jaspe et de sardoine et ainsi de suite. Voici Il vint, Il posa une main – un pied sur la terre, un autre sur l’eau, leva la main. Il avait encore un arc-en-ciel au-dessus de Sa tĂȘte; c’est une alliance. Il Ă©tait l’Ange de l’alliance, Lequel Ă©tait Christ, Il Ă©tait rendu un peu plus infĂ©rieur aux Anges pour souffrir. VoilĂ  Il vint, leva les mains vers le ciel et jura par Celui qui vit aux siĂšcles des siĂšcles (Celui qui est Éternel, le PĂšre, Dieu), «qu’il n’y aurait plus de dĂ©lai», quand ceci arriverait. C’est terminĂ©. C’est fait. C’est fini.

158    Et ensuite, l’Écriture dit: et au – au Message du 7e ange terrestre, le messager sur la terre, le 7e et dernier Ăąge de l’église... au commencement de son ministĂšre, quand cela commence sur la terre, Ă  ce moment-lĂ , le mystĂšre de Dieu de ces 7 Sceaux devrait ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ© en ce temps-lĂ . Maintenant, nous voyons oĂč nous en sommes. Serait-ce possible, mes amis? Serait-ce possible? Remarquez. Tout est possible.

159    Il s’avança pour la RĂ©demption de tous ceux qui avaient Ă©tĂ© rachetĂ©s [inscrits] dans le Livre. Tous ceux qui devaient ĂȘtre rachetĂ©s Ă©taient mentionnĂ©s dans le Livre, ils Ă©taient prĂ©destinĂ©s avant la fondation du monde et Il est venu afin de les racheter. Tous ceux qu’Il avait rachetĂ©s y Ă©taient inscrits.

160    Je veux maintenant vous poser une question. Et vous qui Ă©coutez la bande, Ă©coutez attentivement. Ces yeux hideux, cette tĂȘte hideuse... est-ce la raison pour laquelle ce Message a Ă©tĂ© vraiment contre ces femmes de l’ñge moderne? Est-ce ceci le Message de ce dernier ange? Qu’a-t-Il dit lĂ -bas Ă  la riviĂšre il y a environ 33 ans? «Comme Jean fut envoyé», voyez-vous, «pour annoncer la premiĂšre Venue de Christ, Ton Message annoncera Sa seconde Venue.» Partout au monde, et c’est ce qu’il a fait. Alors, la venue doit ĂȘtre proche. Observez ce qui arrive maintenant.

161    Pourquoi? Je me suis grattĂ© la tĂȘte, je me suis retournĂ© sur mon oreiller; j’ai marchĂ© sur le parquet me disant: «Que se passe-t-il avec toi?»

162    Il y a quelques jours, j’ai posĂ© la question Ă  deux hommes avec lesquels j’étais en voiture... Une fois, j’ai posĂ© la question Ă  Jack Moore. (Vous connaissez tous Jack Moore. Je vais chez lui Ă  Shreveport.) Je lui ai dit: «FrĂšre Jack, vous avez Ă©tĂ© l’un de mes amis les plus intimes sur la terre...» Mais avant de lui poser la question, je l’avais posĂ©e Ă  ma femme.

163    S’il y a quelqu’un qui sait quelque chose Ă  mon sujet, mes faiblesses et tout, c’est bien ma femme, vous voyez, une chĂšre personne. Et un jour, je lui parlais,  disant: «ChĂ©rie, en tant que ton mari, je suis ministre de l’Evangile, je ne veux pas apporter l’opprobre sur Celui que j’aime. Non. Je ne veux pas te blesser. Je ne voudrais pas apporter l’opprobre sur toi. Que Dieu me garde en tout temps de faire quelque chose qui te ferait du mal; Ă  combien plus forte raison penses-tu cela ferait-il mal Ă  Dieu? Combien je L’aime! Tu es mon Ă©pouse, Il est mon Sauveur et mon Dieu. Je veux te poser une question. Ne me cache rien, dis-moi la vĂ©ritĂ©.»
    Je lui dis: «Ai-je beaucoup Ă©tudiĂ©...»

164    Et je voulais bien le savoir... Je suis – je suis – j’ai un caractĂšre bizarre, Ă©trange, je le sais. Tout le monde dit: «Quel genre de personne!»
    Eh bien, voyez-vous, vous ne pouvez pas ĂȘtre ce que vous ĂȘtes par vous-mĂȘme. Vous ĂȘtes ce que vous ĂȘtes par la grĂące de Dieu.

165    Et je – je – je dis: «Ai-je un tout petit peu perdu l’esprit, (vous savez) et – et en quelque sorte devenu fou? Pourquoi suis-je constamment en train de condamner ces femmes, alors que je les aime?»

166    On m’appelle, on dit que je suis un misogyne, ce n’est pas que je n’aime pas... que je dĂ©teste les femmes. Vous voyez? C’est faux. J’aime les femmes, je veux dire en tant que mes sƓurs.

167    Je ne vais pas vous tapoter au dos, voyez, quand je vois que vous ĂȘtes dans l’erreur. Je peux vous dire que je vous aime tant pour agir ainsi. Un homme qui le ferait aurait un autre genre d’amour. Voyez? Je vous aime parce que j’aime ce que vous ĂȘtes. Vous ĂȘtes une aide pour un fils de Dieu et vous ĂȘtes une partie de lui. Voyez? Et je – et je vous aime, parce que vous avez Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  l’image de l’homme et que l’homme a Ă©tĂ© crĂ©Ă© Ă  l’image de Dieu. C’est pourquoi, ensemble, vous ĂȘtes un en Christ. C’est pourquoi je vous aime. Le reste ne vaut rien, Dieu le sait. Toute ma vie... Voyez? C’est vrai. Je vous aime. Pourquoi me tiendrais-je debout constamment...

168    Les gens disent: «Dites Ă  toutes les femmes, qui disent qu’elles ont l’intention de venir Ă©couter FrĂšre Branham prĂȘcher, de se coiffer autrement, de mettre un chapeau ou quelque chose d’autre, parce qu’il va commencer Ă  vocifĂ©rer contre les cheveux courts, et de ne pas mettre du maquillage et tout comme cela.» C’est ce qu’elles firent, pensant: «Oh! il a parlĂ© de quelqu’un...»

169    Ils dirent: «Pourquoi vous ne...» Ils dirent: «Les gens croient que vous ĂȘtes un prophĂšte. Pourquoi n’enseignez-vous pas aux femmes comment recevoir de grands dons spirituels et des choses comme cela au lieu d’essayer de leur enseigner de telles histoires?»

170    Je rĂ©pondis: «Si elles ne veulent pas apprendre leur ABC, comment sauront-elles l’algĂšbre?» Voyez? Voyez? Mettez-vous premiĂšrement en ordre.

171    Et plus je prĂȘche, cela s’empire. Alors vous dites: «Pourquoi n’arrĂȘtez-vous pas?» Non, Monsieur. Il doit y avoir une voix, un tĂ©moin contre cela.

172    Un des plus grands hommes dans le ministĂšre aujourd’hui a posĂ© ses mains sur moi, il n’y a pas longtemps, et m’a dit: «Je vais prier pour vous, FrĂšre Branham, si vous le permettez, pour que Dieu enlĂšve cela de votre cƓur, de laisser ces femmes tranquilles avec ces choses.»

173    Je rĂ©pondis: «Eh bien, dis-je, croyez-vous cela, Monsieur, vous qui ĂȘtes un prĂ©dicateur de la SaintetĂ©?»

174    Il rĂ©pondit: «Certainement, je n’y crois pas; mais, dit-il, c’est – c’est l’affaire...»
    Je dis: «Non.»
    Il dit: «C’est l’affaire des pasteurs.»
    Je rĂ©pondis: «Ils ne le font pas.»

175    Quelqu’un doit le faire. La riviĂšre doit ĂȘtre traversĂ©e. La pelure doit ĂȘtre enlevĂ©e. Je ne voudrais pas le faire. Dieu sait bien que je n’ai pas le dĂ©sir de le faire. Beaucoup de ces femmes pourvoient aux besoins de mes enfants et elles donneraient presque leur vie pour moi. Pensez-vous qu’avec la grĂące de Dieu rĂ©pandue abondamment par le Saint-Esprit, pensez-vous que je pourrais rester tranquille en voyant cette pauvre Ăąme tomber lĂ -bas dans une Ă©ternitĂ© sans espĂ©rance, sans crier contre cela?

176    Ce n’est pas pour ĂȘtre un monsieur je-sais-tout, mais l’esprit de cette nation, l’esprit de l’église, non pas l’Esprit de Christ maintenant, l’esprit de l’église, de la dĂ©nomination, a jetĂ© ces femmes dans cette confusion lĂ -bas et je suis seulement une voix qui crie: «Sortez de cela. Fuyez loin de cette saletĂ©. Ne laissez pas le diable vous faire une telle chose. C’est faux!»

177    Et vous, AssemblĂ©es de Dieu, vous laissez ces femmes – vous laissez ces femmes couper leurs cheveux alors que vous leur interdisez de porter du maquillage. En fait, il n’y a pas d’Écriture contre le maquillage, mais bien contre le fait de couper vos cheveux. Elle n’est mĂȘme pas digne de prier devant Dieu, dit la Bible. Son mari a le droit de divorcer d’avec elle et de la quitter. C’est vrai. Elle s’affiche aux yeux du monde comme une femme impure. La Bible le dit. Elle dĂ©shonore son propre mari quand elle le fait. C’est exactement ce que la Bible dit. Voyez?

178    Eh bien, une femme qui porte du maquillage... Nous trouvons dans la Bible qu’une seule femme fit cela, c’était JĂ©zabel. C’était elle. La seule personne dans la Bible qui ait jamais portĂ© du maquillage fut JĂ©zabel, et Dieu l’a immĂ©diatement donnĂ©e Ă  manger aux – aux chiens sauvages. Elle Ă©tait devenue une disgrĂące et mĂȘme son... Tout – tout ce qui est vil est appelĂ© JĂ©zabel.

179    Vous n’avez pas Ă  faire cela. Vous n’avez pas Ă  le faire. Qu’est-ce qui vous fait donc faire cela? L’esprit du diable.

180    Vous ne vous en rendez pas compte, je sais que non. Vous ĂȘtes – vous ĂȘtes des gens trop bons. Vous ĂȘtes bons. Vous me serrez la main, vous me parlez. Et je vous aime. C’est vrai. Mais si je laisse cela, ne serais-je pas un hypocrite?

181    Paul a dit: «Je vous ai annoncĂ© tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher.» Puisse le sang d’aucune femme ĂȘtre sur moi en ce jour-lĂ , ou celui d’aucun homme. Je vous ai dit la VĂ©ritĂ©. J’ai dĂ©testĂ© le faire – pas dĂ©testĂ©, parce que je ne veux pas faire ce que Dieu me dit de faire, mais je vous aime, je ne voudrais pas vous blesser. Ainsi, que vais-je faire? Mais un pur Amour divin vous conduira Ă  le faire.

182    JĂ©sus a mĂȘme priĂ© pour esquiver la croix. «Est-ce possible que cette coupe s’éloigne de Moi, dit-Il? Toutefois, non pas Ma volontĂ©, mais la Tienne.»

183    Devrais-je ĂȘtre l’homme qui prononce de telles paroles? Devrais-je prendre ces prĂ©cieuses femmes si gentilles, et tout, et juste les rĂ©duire en morceaux? Devrais-je le faire? Devrais-je prendre mes frĂšres dans le ministĂšre et me tenir lĂ  et leur dire qu’ils aiment l’argent et la – la dĂ©nomination plus que Dieu? Moi, Ă  mes chers frĂšres qui mettent leur bras... Oh! dois-je faire cela? Ô Dieu! ne me laisse pas faire cela! NĂ©anmoins, «je vous ai annoncĂ© tout le conseil sans rien vous cacher».

184    C’est l’amour authentique qui m’y a conduit.

185    Est-ce la raison pour laquelle ce Message a Ă©tĂ© ce qu’il est? Nulle part ailleurs au monde on trouve cela. [L’AssemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] OĂč cela se trouve-t-il? TrĂšs bien. Ils ont peur, voyez, mais cela a Ă©tĂ© sans crainte. Exactement. Dieu est toujours ainsi, voyez? TrĂšs bien. Est-ce la raison pour laquelle les femmes ont Ă©tĂ© tellement rĂ©primandĂ©es par ce Message? Ne sachant pas... Cela n’avait pas Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Cela m’a Ă©tĂ© montrĂ©, mais ce n’était pas venu Ă  l’esprit avant l’autre jour. Regardez lĂ -bas. TrĂšs bien. AssurĂ©ment, cela concorde avec le ministĂšre.

186    Maintenant, attendez une minute. Y a-t-il dĂ©jĂ  eu un temps oĂč le monde est devenu celui de la femme? Oui. Selon l’histoire, au temps d’Élie, il y eut une femme appelĂ©e JĂ©zabel. Elle prit autoritĂ© sur l’église de Dieu, ce qui, selon la Bible, doit se rĂ©pĂ©ter dans les derniers jours: son esprit au travers d’une Ă©glise, d’une organisation. Et elle sera une prostituĂ©e et toutes les autres Ă©glises avec elle seront des prostituĂ©es juste comme elle. Est-ce vrai? [L’AssemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.]

187    Apocalypse 17 dit: «Elle est une prostituĂ©e et la mĂšre des impudiques.» Cela ne peut pas ĂȘtre des hommes, ce sont des femmes; vous voyez? Et elles Ă©taient [seront – N.D.T.] toutes jetĂ©es vivantes dans le lac de feu et consumĂ©es. Est-ce vrai? Vous y ĂȘtes.

188    Remarquez. Quand cette JĂ©zabel apparut sur la scĂšne, il y eut un homme qui s’éleva contre cela. Dieu suscita un homme. Nous ne savons mĂȘme pas d’oĂč il venait. Il n’avait pas d’antĂ©cĂ©dent du ministĂšre; il ne fut jamais sacrificateur ou autre. Il est apparu comme un rude vieil homme des bois, du nom d’Élie; et il mit la cognĂ©e Ă  la racine de l’arbre, et les gens le haĂŻrent. Non seulement ceux-ci, mais son assemblĂ©e entiĂšre le haĂŻt. Et un moment, il pensait qu’il Ă©tait restĂ© seul.

189    Dieu lui dit: «Non, J’en ai encore 7000 qui sont d’accord avec toi.» Voyez? C’était ce groupe Ă©lu, voyez. C’est toujours ce groupe, voyez. Il dit: «Ne crains pas, Élie. Je sais que tu penses que tu es abandonnĂ©, parce que les dĂ©nominations t’ont fait fuir au sommet de la colline, mais dit-Il, J’en ai 7000 qui croient ce que tu prĂȘches. Je les ai.»

190    Alors, aprĂšs son temps, Rome prit le pouvoir et il arriva Ă  nouveau un temps oĂč ce fut le monde de la femme. Toute la mode Ă©tait axĂ©e sur – sur la femme, comment elles sortaient portant leur chapeau et tout, vous voyez. Et Dieu en suscita un autre avec le mĂȘme Esprit sur lui, l’esprit d’ÉlisĂ©e [Élie – N.D.T.]. Est-ce vrai? Et il dit: «La cognĂ©e est mise Ă  la racine de l’arbre.»

191    Et il y avait lĂ  une pauvre petite femme querelleuse qui avait Ă©pousĂ© son... quittĂ© son mari et avait Ă©pousĂ© le frĂšre de son mari, HĂ©rode... HĂ©rodias. Et elle Ă©tait un – un clown de ce temps-lĂ , totalement maquillĂ©e. Elle dansait. Elle apprit Ă  sa fille Ă  danser, la fille qu’elle avait eue avec son pĂšre nourricier, le – le pĂšre nourricier, chez le frĂšre de son pĂšre. HĂ©rodias! C’était la fille de – de – de la femme. Et alors, elle lui apprit Ă  danser et elle devint une vĂ©ritable strip-teaseuse comme sa mĂšre. Et elle pensait qu’elle pouvait se marier 4 ou 5 fois et faire tout ce qu’elle voulait.

192    Et voici qu’HĂ©rode sortit. Maintenant, souvenez-vous qu’ils Ă©taient tous Juifs. C’étaient des gens d’église. Voici sortir HĂ©rode et son Ă©glise pour Ă©couter ce prophĂšte, cet homme que les gens croyaient ĂȘtre un prophĂšte.

193    Il s’avança tout droit au-devant d’eux et dit: «Il ne t’est pas permis de prendre cette femme.» Oh! que cela la fit exploser! Voyez?

194    Bien, un homme ordinaire aurait dit: «Comment allez-vous, HĂ©rodias? Nous sommes certainement contents de vous avoir dans notre assemblĂ©e aujourd’hui.» Mais pas Jean.

195    JĂ©sus leur dit: «Qui ĂȘtes-vous allĂ©s voir quand vous avez Ă©tĂ© voir Jean? Etes-vous allĂ©s voir un homme vĂȘtu comme un sacrificateur? Non, dit-Il, cela peut – ce genre-lĂ  embrasse les bĂ©bĂ©s et enterre les morts.» Voyez?
    Il dit: «Qu’ĂȘtes-vous allĂ©s voir? Un vent... un roseau agitĂ© par tout vent?»
    Ils peuvent avoir dit: «Viens ici, Jean. Nous te paierons davantage si tu nous prĂȘches; et nous, nous sommes la plus grande organisation.» Pas Jean. Non, il n’est jamais allĂ© voir cela.

196    Il dit: «Alors, qu’ĂȘtes-vous allĂ©s voir, quand vous ĂȘtes allĂ©s Ă©couter et voir Jean, un prophĂšte?» Il ajouta: «Et je vous dis: plus qu’un prophĂšte! Si vous pouvez recevoir cela, c’est celui dont le prophĂšte a annoncĂ© la venue. ‘J’enverrai Mon messager devant Ma face et il prĂ©parera le chemin du Seigneur.’» Il Ă©tait un messager de l’alliance. Il – Il dit: «Il n’y a pas eu d’homme nĂ© d’une femme d’aussi grand que lui.» Voyez?

197    C’est le genre d’homme que Dieu suscita pour ce jour-lĂ : Élie, un rustre; Jean, de mĂȘme. Voyez-vous, l’Esprit d’Élie Ă©tait sur Jean. Et Il dit que, lorsque reviendrait le jour de la femme, cet Esprit se leverait de nouveau avant la Venue du Seigneur, quand la terre sera brĂ»lĂ©e et que les justes marcheront sur les – les cendres des mĂ©chants... comme des cendres sous leurs pieds. Il l’a de nouveau promis en ces jours. Remarquez: le Saint-Esprit a promis cela. Cela correspond au temps dans lequel nous vivons.

198    Il doit se lever quelqu’un. Cela doit arriver, car c’est AINSI DIT LE SEIGNEUR; Malachie, chapitre 4. C’est exactement le signe qu’Il a annoncĂ©: «Juste avant la venue du grand et redoutable Jour de l’Éternel, Je vous enverrai Élie.» Et que fera-t-il? Il ramĂšnera les cƓurs des enfants Ă  la doctrine des pĂšres, Ă  la Bible. Il les enlĂšvera de ces diffĂ©rences dĂ©nominationnelles pour les ramener Ă  la Bible, Ă  Dieu. C’est ce qu’il fera. Remarquez dans quel temps glorieux nous vivons.

199    Ces prophĂštes rĂ©primandĂšrent ces femmes modernes de leur temps et tous deux en payĂšrent de leur vie. L’histoire atteste que chacune de ces Ă©poques Ă©tait le monde de la femme, lorsque les femmes avaient le plein pouvoir.

200    Regardez ce qu’il en est aujourd’hui. Nous aurons un PrĂ©sident l’un de ces jours; il semble que cela pourrait arriver maintenant mĂȘme. En fait, elle est prĂ©sidente, voyez, lui n’est qu’un figurant. Il n’y a pas longtemps, dans un autre pays, elle reçut tellement de louanges et tout de tout le monde que le prĂ©sident lui-mĂȘme dĂ©clara: «Je suis son mari.» Le prĂ©sident des États-Unis! vous voyez. Elle lance la mode et les femmes la suivent, voyez, juste comme le fit JĂ©zabel. C’est ainsi qu’agit JĂ©zabel. Vous avez entendu mon sermon sur «La religion de JĂ©zabel», vous voyez, vous savez – vous en savez quelque chose. Voyez-vous oĂč nous en sommes maintenant?

201    Vous voyez ce qui est arrivĂ©, il y a une ou deux semaines, ici dans la ville? Un pasteur luthĂ©rien a invitĂ© un prĂȘtre catholique du SacrĂ© CƓur Ă  venir prĂȘcher Ă  sa place et il l’a fait; puis le pasteur luthĂ©rien est allĂ© chez le prĂȘtre catholique et a prĂȘchĂ© Ă  sa place.

202    Le conseil des Ă©glises qui se rĂ©unit maintenant lĂ -bas Ă  Rome... Cette lettre-circulaire que mon cher ami David duPlessis... Quand j’étais Ă  Fourteen Mile Creek, je lui avais criĂ© Ă  ce sujet il n’y a pas longtemps; il ne se rendait pas compte qu’il avait conduit l’église tout droit dans Babylone, alors que tout le monde dit: «Oh! toutes les Ă©glises vont devenir une, maintenant.» Oui, je le sais. C’est exactement ce qui a Ă©tĂ© Ă©crit dans mon livre de prophĂ©ties en 1933, que cela arriverait. Eh bien, ne rĂ©alisez-vous pas que c’est Satan qui est en train de les unir? La Bible le dit. AprĂšs un peu... dans quelques temps, dĂšs qu’ils seront devenus un, ce sera alors la fin de ce qui est interdĂ©nominationnel. Voyez. Ce sera lĂ  votre marque de la bĂȘte. C’est vrai. Voyez? Simplement ce...

203    Je n’ai vraiment pas le temps de continuer lĂ -dessus, mais... Il est presque midi moins le quart. Voyez, je dĂ©sire terminer ceci pour prendre ce point. Je mentionne simplement ces passages de l’Écriture ici oĂč vous pouvez voir oĂč nous en sommes. Ensuite nous allons terminer dans quelques minutes.

204    Maintenant, remarquez ce qui est arrivĂ©. Les – les prophĂštes rĂ©primandĂšrent ces femmes de leur temps et ils furent traitĂ©s de misogynes. C’est vrai. L’histoire atteste cela.

205    Maintenant, attendez une minute. Vous qui inscrivez les passages de l’Écriture, vous voulez bien noter I TimothĂ©e 5:6. La Bible dit: «La femme qui vit dans – dans les plaisirs mondains...» (cela ne peut pas ĂȘtre les plaisirs de Dieu; ainsi, cela devrait avoir Ă ... voyez.) «La femme qui vit dans les plaisirs mondains est morte quoique vivante.» C’est ce que le prophĂšte a dit; Saint Paul. La femme qui vit dans cette condition mondaine est morte, quoique vivante. Et si elle rejette la grĂące, elle pourra franchir la ligne de sĂ©paration, lĂ  oĂč il n’y a plus de place pour elle. Alors, oĂč en est-elle avec ses yeux fardĂ©s et ses cheveux coupĂ©s? Elle est de l’autre cĂŽtĂ© de la ligne, sans aucun moyen de retourner. Et un ministĂšre doit ĂȘtre suscitĂ© afin de lui prĂȘcher. Mais souvenez-vous, Ă  ce moment-lĂ , tout est terminĂ©. C’est fini. C’est tout simplement une obsession.

206    Il y aura un ministĂšre qui manifestera de grands prodiges, JoĂ«l l’a dit, mais il n’y aura plus de temps pour la rĂ©demption. Tout sera terminĂ©. L’Agneau a dĂ©jĂ  pris Son Livre et Son oeuvre rĂ©demptrice est terminĂ©e. De mĂȘme que JĂ©sus prĂȘcha premiĂšrement et, aprĂšs avoir prĂȘchĂ©, fut rejetĂ©, et qu’Il alla ensuite visiter ceux qui Ă©taient enfermĂ©s lĂ , Il prĂȘcha Ă  ceux qui Ă©taient en prison et qui ne pouvaient pas se repentir, qui n’avaient plus de possibilitĂ© de salut. Ce mĂȘme ministĂšre devra se rĂ©pĂ©ter. Et si c’était le troisiĂšme Pull Ă  ceux qui sont perdus pour toujours? Et si c’est le cas? J’espĂšre que non. Et si c’est le cas? Maintenant, pensez-y une minute. Et si c’est le cas? Que Dieu nous prĂ©serve! J’ai des enfants. Voyez? Mais, assurĂ©ment, cela paraĂźt plus proche maintenant.

207    Pourquoi cette vision est-elle venue quand j’étais un garçon? Pourquoi n’y avais-je jamais pensĂ© auparavant? Pourquoi cette vision est-elle venue lĂ  dans la piĂšce l’autre jour? Je me suis dit: «Ça y est.» C’est juste au milieu des «Uh! uh! uh!» des Ăąmes perdues. Et JĂ©sus leur prĂȘcha, et tĂ©moigna; mais ils – ils ne se repentirent jamais. Et plus je prĂȘche, pires ils deviennent: il n’y a pas de repentance. Elle n’est plus possible.

208    L’Agneau prit Son Livre quand le SeptiĂšme Sceau Ă©tait sur le point d’ĂȘtre ouvert – le SixiĂšme Sceau. Souvenez-vous qu’Il nous a cachĂ© le SeptiĂšme Sceau, Il n’a pas voulu le faire. Quand l’Ange s’est tenu lĂ , jour aprĂšs jour, rĂ©vĂ©lant cela... mais alors Il n’a pas voulu le faire pour celui-lĂ . Il dit: «Il y a un silence dans le ciel.» Personne n’en savait rien. C’était la Venue du Seigneur. «Oh! dites-vous, ça ne peut l’ĂȘtre!» J’espĂšre que non.

209    Allons juste un peu plus loin. J’ai quelque chose de notĂ©. Voyez. TrĂšs bien.

210    Souvenez-vous: «Celle qui vit dans les plaisirs mondains, qui vit des choses du monde et agit comme lui.» Elle pourrait frĂ©quenter l’église et agir comme une sainte, ça n’a rien Ă  voir avec cela, voyez, nĂ©anmoins elle est morte, quoique vivante.

211    Regardez ce que les dĂ©nominations ont fait d’elle. Ils en ont fait une manipulatrice de la sainte Parole, ce qui est contraire Ă  la Bible. Ils ont fait d’elle un prĂ©dicateur. Selon les Écritures, c’est interdit. Aujourd’hui, ils font mĂȘme d’elle un dirigeant, un maire, un gouverneur, etc. dans le pays, et un ministre dans la maison de Dieu, alors qu’elle est coupable de tout pĂ©chĂ© qui a Ă©tĂ© jamais commis. Elle en est la cause. C’est vrai.

212     Maintenant je ne suis pas... je ne parle pas des droits. Elle est coupable. Elle est la cause de chaque bĂ©bĂ© qui naĂźt aveugle. Elle est la cause de chaque tombe qui est creusĂ©e. Elle est la cause du pĂ©chĂ©, de la maladie, de la tristesse. Une ambulance ne peut pas klaxonner sans qu’une femme en soit la cause. Ni les pleurs, ni le pĂ©chĂ©, ni la mort, ni la tristesse, ni la souffrance ne peuvent arriver, sans que la femme en soit la cause. Et Dieu lui interdit de monter Ă  la chaire pour prĂȘcher; et pourtant elles le font. La dĂ©nomination... Voyez-vous oĂč c’en est arrivĂ©?

213    Elle est une dĂ©esse. Combien le diable est Ă  l’Ɠuvre! Eh bien, les catholiques font de ces femmes des dĂ©esses et leurs adressent des priĂšres. C’est vrai: la dĂ©esse Marie et tout. Je comprends que c’est lĂ  dans le Conseil oecumĂ©nique qu’on a dit qu’il adviendrait qu’ils prieraient un tout petit peu plus JĂ©sus si cela pourrait aider les protestants Ă  y entrer. Voyez? Voyez? Oh! cette hypocrisie! Ça ne peut pas ĂȘtre changĂ©, ont-ils dit. Voyez-vous? C’est toujours le mĂȘme dĂ©mon ancien. La Bible dit qu’il fit en sorte que tous ceux dont les noms n’étaient pas Ă©crits dans le Livre de Vie de l’Agneau reçoivent une marque sur le front.

214    C’est Ă  l’Église prĂ©destinĂ©e que je parle, pas Ă  ceux du dehors. Non, monsieur. De chaque groupe, Il a retirĂ© Ses prĂ©destinĂ©s. C’est pour cela qu’Il vient dans chaque Ăąge.

215    Et elle se tient lĂ . La voilĂ . C’est elle, elle prĂȘche la Parole, elle manipule la Parole, elle devient une dĂ©esse et elle est la cause de tout pĂ©chĂ©. La Bible dit: «Je ne permets pas Ă  la femme d’enseigner, ni de prendre une quelconque autoritĂ©, mais d’ĂȘtre en soumission selon que le dit aussi la – la loi.» Voyez? Et elle ne peut pas le faire; mais, on fait d’elle un dirigeant du pays, un maire, un gouverneur; bientĂŽt elle sera prĂ©sidente. C’est sĂ»r. Vous y ĂȘtes. C’est ainsi – c’est ainsi que cela se passe, voyez. Et les gens font cela parce qu’ils ne prennent pas en considĂ©ration cette Parole. Non, monsieur. Ils ne la verront jamais.

216    ConsidĂ©rez ces Juifs se tenant lĂ , des Ă©rudits, des hommes distinguĂ©s. Mais JĂ©sus leur a dit: «Vous ĂȘtes de votre pĂšre, le diable.»

217    Et si je L’amenais en jugement maintenant mĂȘme devant vous? Essayons cela juste une minute et que Dieu me pardonne de prendre position contre Lui, mais juste une minute pour vous montrer quelque chose.

218    Et si vous dites: «Eh bien, je... gloire Ă  Dieu, j’ai parlĂ© en langues! AllĂ©luia! Je sais. Je, oui, je – je L’ai reçu. Dieu soit bĂ©ni!» Oui! Ah, ah! vous l’avez fait?

219    Souvenez-vous du peuple d’IsraĂ«l: la Bible dit qu’aprĂšs qu’Il eut appelĂ© ce peuple Ă  sortir et qu’Il les a sauvĂ©s hors d’Égypte, Il les dĂ©truisit parce qu’ils ne suivirent pas le Message. Voyez? Ils avaient mangĂ© de la manne venant du ciel. Ils avaient mangĂ© de la manne que Dieu fit pleuvoir sur la terre comme nourriture. Et ils se tinrent en prĂ©sence du messager, et ils virent la Colonne de Feu, et ils entendirent la Voix de Dieu et En virent la confirmation. Et ensuite, parce qu’ils prĂ©fĂ©rĂšrent croire KorĂ© qui leur disait: «Il peut y avoir d’autres saints. Il peut y avoir ceci, cela ou autre. Nous devons aussi ĂȘtre saints. Nous devons tous faire ceci. Tout le peuple est saint.», Dieu dit: «SĂ©pare-toi d’eux. Éloigne-toi de lĂ .»

220    MoĂŻse dit: «Que tous ceux qui sont du cĂŽtĂ© de l’Éternel viennent avec moi.» C’est vrai. Vous voyez? Et Il entrouvrit tout simplement la terre et les engloutit. Vous voyez?

221    C’étaient aussi de bonnes gens. AssurĂ©ment, ils l’étaient. C’étaient des gens bien. Oui, monsieur. Mais cela n’était pas suffisant. «Ce n’est pas tous ceux qui disent: Seigneur, Seigneur, mais celui-lĂ  seul qui fait la volontĂ© de Mon PĂšre.» Non celui qui commence, mais celui qui arrive Ă  la fin. C’est cela; il n’y a pas de raccourci. Vous serez disqualifiĂ© Ă  la fin de la course. Pas de raccourci; vous devez venir juste de la maniĂšre dont le dit l’Écriture.

222    Si Elle dit: «Repentez-vous et soyez baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ et vous recevrez le don du Saint-Esprit...», il n’y a pas de raccourci comme serrer la main, joindre une Ă©glise ou une dĂ©nomination. Vous venez de cette maniĂšre! À moins de mourir Ă  vous-mĂȘme et d’ĂȘtre nĂ© de l’Esprit de Dieu, vous ĂȘtes – vous ĂȘtes – vous ĂȘtes perdu. C’est tout. Il n’y a pas de raccourci.

223    Vous dites: «Oh! je suis un membre d’église!» Je sais, c’est bien. «Eh bien, ma mĂšre...» Je n’en doute pas, mais c’est Ă  vous que je parle. Voyez? Vous devez venir de cette maniĂšre-lĂ , parce qu’il n’y a pas de raccourci possible; sans quoi vous serez disqualifiĂ© au jour du jugement. Vous venez par ce seul chemin.

224    Il n’y a qu’un seul chemin, et Christ est ce Chemin. Et Christ est la Parole qui vit en vous, qui confirme tout ce qu’Il a promis en sa saison. Voyez? Avez-vous compris cela? [L’assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] TrĂšs bien. Remarquez maintenant...

225    Certains disent: «Ces gens sont bons.» AssurĂ©ment. Je ne dis pas que ce ne sont pas de bonnes gens. Je ne dis pas que Sainte CĂ©cile et les autres n’étaient pas de bonnes femmes; ma mĂšre l’était aussi, mais assurĂ©ment je ne lui adresse pas de priĂšres. Certainement pas. J’ai certainement vu beaucoup de bonnes gens, mais elles ne sont pas des dĂ©esses; ce sont des femmes, des hommes. «Il n’y a qu’un seul MĂ©diateur entre Dieu et l’homme.»

226    Alors pourquoi – pourquoi un homme, un pentecĂŽtiste, un homme du monde, voudrait-il...? Cette lettre circulaire que frĂšre duPlessis, notre cher frĂšre fait circuler... Beaucoup d’entre vous... Peut-ĂȘtre que certains de vous en ont. Il Ă©tait assis... (Oui, vous l’avez.), lors du Conseil oecumĂ©nique, Ă  cĂŽtĂ© du pape, il a dit que c’était trĂšs spirituel. C’est cela le discernement de l’esprit, n’est-ce pas? «Oh! l’Esprit du Seigneur Ă©tait lĂ , c’était trĂšs spirituel.» Oui. Vous y ĂȘtes.

227    Pourquoi? Parce que c’est une occasion pour unir les protestants et cela. Ce que nous avons combattu depuis quatre annĂ©es, et la Bible l’a soutenu et nous a prĂ©dit cela. Et notre... l’un de nos plus grands dirigeants est juste entrĂ© et a dĂ©clarĂ©: «C’est vrai. C’est ce que nous faisons.» Et l’église protestante entiĂšre s’y laisse prendre.

228    Si vous regardez lĂ , c’est tout Ă  fait AINSI DIT LE SEIGNEUR.  PremiĂšrement, la Parole l’a dit, puis l’Esprit du Seigneur a dit en 1933... lequel a dit toutes ces autres choses au sujet des nations qui allaient entrer en guerre, du genre de machines qu’il y aurait et des choses semblables. Il dit que c’est exactement ce qui arriverait Ă  la fin. Et le voici. Cela n’a jamais failli. Et nous le voyons ici en train de se concrĂ©tiser.

229    Vous vous souvenez, il n’y a pas longtemps, de mon sermon sur «la religion de JĂ©zabel»? Vous vous souvenez d’ÉlisĂ©e qui descendait la route ce matin-lĂ  pour leur dire que... J’ai prĂȘchĂ© lĂ -dessus, voyez. Et combien j’ai alors prĂ©dit que le temps viendrait oĂč ce Conseil oecumĂ©nique deviendrait finalement la marque de la bĂȘte, parce qu’il s’unirait Ă  la bĂȘte. C’est ce qu’il est en train de faire. Dans mon Ăąge, j’ai vĂ©cu pour voir cela. Et ici des protestants, par milliers, s’y laissent prendre. Pourquoi? C’est ce qu’ils cherchent.

230    Ils sont aveugles! JĂ©sus a parlĂ© Ă  ces Pharisiens, disant: «Vous, aveugles, conducteurs d’aveugles. Si un aveugle conduit un aveugle, dit-Il, ne tomberont-ils pas tous dans la fosse?» Et c’est lĂ  qu’ils tombent. Comment pourrais-je croire qu’un homme qui a Ă©tĂ© avec moi et qui a parlĂ© avec moi puisse s’asseoir et faire une telle remarque? Voyez-vous, «C’est cachĂ© aux yeux des sages et des intelligents et C’est rĂ©vĂ©lĂ© aux enfants qui veulent apprendre.»

231    Je sais qu’un jour cela me coĂ»tera la vie. C’est vrai. Ça va... Cela arrivera, mais ici, la VĂ©ritĂ© est en train d’ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©e. Oui, oui.
Le premier Ă  mourir
Pour ce plan du Saint-Esprit
fut Jean Baptiste, (mais il n’a pas esquivĂ©).
Il est mort comme un homme.
Puis vint le Seigneur JĂ©sus:
Ils Le crucifiĂšrent;
Il prĂȘcha que l’Esprit
Sauverait l’homme du pĂ©chĂ©. (Est-ce vrai?)
Ensuite, ils lapidĂšrent Etienne,
Qui prĂȘcha contre le pĂ©chĂ©.
Il les rendit tellement furieux
Qu’ils lui Ă©crasĂšrent la tĂȘte.
Mais il mourut dans l’Esprit.
Il rendit l’Esprit,
Et alla rejoindre les autres,
Et cet hĂŽte Dispensateur de la Vie.
Il y a Pierre et Paul
Et Jean le divin.
Ils donnĂšrent leur vie
Pour que l’Évangile puisse briller (Que firent-ils?)
Ils mĂȘlĂšrent leur sang
À celui des prophĂštes du passĂ©,
Afin que la véritable Parole de Dieu
Puisse ĂȘtre honnĂȘtement annoncĂ©e.
Les ñmes sous l’autel
Criaient: «Jusqu’à quand...?»
Pour que le Seigneur punisse
Tous ceux qui avaient mal agi.
Mais il y en aura encore qui donneront
Leur sang (Oui, c’est vrai),
Pour cet Évangile du Saint-Esprit
Et son Flot Ă©carlate.

232    Il continue Ă  ruisseler de sang!
    (Oui, un jour, cela arrivera ainsi, mais j’attends cette heure oĂč cela sera fini).

233    Une sƓur venait d’avoir un songe. Elle me l’avait envoyĂ©, elle a dit: «Je les ai vus... Cette Ă©glise cherchait le moyen de me tuer secrĂštement. Un jour ou l’autre, quand je sortirai de ma voiture et que j’entrerai, on me tirera de...» Mais dit-elle: «Puis l’Esprit a dit: ‘Pas maintenant, mais cela viendra plus tard.’» Oui, oui.

234    Que Dieu me garde de faire des compromissions sur quoi que ce soit. Je ne connais rien si ce n’est JĂ©sus-Christ et Lui seul crucifiĂ©. Nous vivons dans une Ă©poque terrible. C’est le rĂ©sultat du pĂ©chĂ©. Oui, ils lapidĂšrent Etienne. Ils firent couper la tĂȘte de Jean; elle le fit. Je ne sais pas comment nous donnerons les nĂŽtres, mais cela arrivera un jour. TrĂšs bien.

235    Remarquez, dans Saint Jean (si vous voulez connaĂźtre le passage qui s’y rĂ©fĂšre), Saint Jean 6:49, c’est lĂ  oĂč il est dit qu’ils mangĂšrent de la manne, et JĂ©sus dit: «Et ils sont tous morts.»

236    Vous dites: «Eh bien, ma – ma sƓur, je – j’ai vu cette femme danser dans l’Esprit.» Oh! Oui, oui. Ah! Ah! «Je les ai vues faire cela. Je l’ai vue parler en langues. Je l’ai vue...» Oui.

237    JĂ©sus a dit: «Beaucoup viendront Ă  Moi en ce jour-lĂ  et diront: J’ai fait toutes ces choses.» Voyez? «Ils ont mangĂ© de la manne dans le dĂ©sert, a dit JĂ©sus, et ils sont tous sĂ©parĂ©s pour toujours.» Ils sont morts, c’est-Ă -dire sĂ©parĂ©s pour toujours. Ils pĂ©rirent lĂ  mĂȘme dans le dĂ©sert.

238    Vous vous souvenez d’HĂ©breux chapitre 6: Pour ceux qui, une fois, entendirent la VĂ©ritĂ© et refusĂšrent d’Y marcher, il n’y a plus de repentance possible. Voyez-vous, un croy... limitrophe. Quand la VĂ©ritĂ© est prĂ©sentĂ©e Ă  quelqu’un pour la derniĂšre fois et qu’ils refusent de La recevoir (selon le Livre des HĂ©breux), voyez, ils vont... il n’y a vraiment plus rien au monde qui puisse jamais les sauver.

239    Ils sont finis. Pas de repentance, pas de rĂ©demption, il ne leur reste plus rien. Ils sont sĂ©parĂ©s pour toujours. La Bible le dit: «Il ne reste plus qu’une attente d’un feu redoutable et ardent qui dĂ©vorera les rebelles.» Et quand la VĂ©ritĂ© de l’Évangile a Ă©tĂ© prouvĂ©e, pleinement confirmĂ©e, et qu’ensuite ils font demi-tour et s’En Ă©loignent, alors c’est fini pour eux. C’est tout. C’est terrible, mais je dois le dire.

240    Souvenez-vous des anges qui n’ont pas gardĂ© leur dignitĂ©, mais qui sont restĂ©s lĂ  dans cette prison, dans les tĂ©nĂšbres dans lesquelles le monde marche aujourd’hui, dans cette mĂȘme prison; il n’y a plus de repentance.

241    Souvenez-vous, j’ai dit il y a quelques annĂ©es, quand j’étais revenu de Chicago: «Soit l’AmĂ©rique Le recevra cette annĂ©e, soit elle ne Le recevra plus du tout.» Voyez-vous oĂč elle s’en est allĂ©e? Voyez-vous?

242    Maintenant, je me demande si cela pourrait ĂȘtre le troisiĂšme Pull. Ô Dieu! puisse cela ĂȘtre Ă©loignĂ© de moi. Le troisiĂšme Pull est-il destinĂ© Ă  cela? Serait-ce possible? Maintenant, pensez-y, mes amis. Pensez-y. Je n’aime pas y penser.

243    JĂ©sus a dit: «Ce genre d’hypocrisie...» Si vous voulez l’inscrire, Matthieu 23:7. Je – j’ai ici: «Lisez cela.» Et vous verrez qu’il est dit: «Vous, pharisiens aveugles! Que...»

244    Avez-vous quelques minutes de plus? [L’assemblĂ©e dit: Amen. – N.D.É.] Voyons. Prenons cela tout simplement, parce que j’ai dit: «Lisez cela». Il y avait lĂ  quelque chose que je voulais lire, juste avant... Eh bien, je pourrai supprimer quelque chose d’autre que... mais juste prenons ceci une minute. Matthieu 23, juste une minute. TrĂšs bien, et nous commencerons au verset 27. Écoutez tout simplement. Maintenant, lisez le tout quand vous rentrez Ă  la maison, si vous le voulez. Juste encore quelques minutes.

245    Maintenant, soyez attentif. Matthieu 23 et commençons au verset 27:
    Malheur Ă  vous, scribes... (Maintenant, souvenez-vous que c’est aux saints hommes qu’Il parle).
    Malheur Ă  vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous ressemblez Ă  des sĂ©pulcres blanchis, (ce sont des morts, voyez), des sĂ©pulcres blanchis qui paraissent beaux au dehors et qui, au-dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toutes espĂšces d’impuretĂ©s.

246    Au dedans d’eux, c’est de l’hypocrisie, de l’envie, des conflits; au dehors, c’est: «Je suis le Docteur Un tel.» Voyez?
    Vous, de mĂȘme, au-dehors, vous paraissez justes aux hommes... (regardez le Conseil oecumĂ©nique et les pentecĂŽtistes Ă©tant assis lĂ ) ...mais au-dedans, vous ĂȘtes pleins d’hypocrisie et d’iniquitĂ©.

247    Qu’est-ce que l’iniquitĂ©? Quelque chose que vous savez effectivement ĂȘtre vrai et que vous ne voulez pas faire. JĂ©sus... Maintenant, observez ce qu’Il... Ă  quelle gĂ©nĂ©ration Il attribue cela maintenant.
    Malheur Ă  vous, scribes et pharisiens hypocrites! parce que vous bĂątissez les tombeaux des prophĂštes et ornez les sĂ©pulcres des justes. Voyez-vous? Oh! des prophĂštes!
    Et vous dites: Si nous avions vĂ©cu du temps de nos pĂšres, nous ne nous serions pas joints Ă  eux pour rĂ©pandre le sang des prophĂštes.

248    Â«Nous aurions cru la Parole du Seigneur si nous avions vĂ©cu en ce temps-lĂ .» Observez.
    Vous tĂ©moignez ainsi contre vous-mĂȘmes que vous ĂȘtes les fils de ceux qui ont tuĂ© les prophĂštes.
    Comblez donc la mesure de vos pĂšres.

249    C’est exactement ce qui est en train d’arriver. Maintenant, Ă©coutez ce qu’Il dit ici.
    Serpents, race de vipĂšres! comment Ă©chapperez-vous au chĂątiment de la gĂ©henne?

250    Comment pouvez-vous le faire? Maintenant, Il parle aux prĂ©dicateurs, voyez, c’est vrai, aux hommes saints: Comment pouvez-vous rester comme vous ĂȘtes, sachant que la Bible prĂ©dit et dit aux gens de ne pas agir ainsi, comment pouvez-vous rester lĂ  Ă  faire des compromissions pour quelques dollars infects et puants, pour une popularitĂ©, et pour que quelqu’un vous tapote dans le dos en vous appelant «Docteur»? Comment pouvez-vous dire que vous aimez ces gens? Je prĂȘche aussi sur bandes. Voyez?

251    Comment pouvez-vous – comment pouvez-vous dire que vous aimez ces gens en laissant une telle chose arriver? Voyez? Vous –vous, pharisiens; vous, aveugles; vous, serpents; vous, race de vipĂšres; comment Ă©chapperez-vous au chĂątiment de la gĂ©henne quand vous...? Comment un homme, qui aujourd’hui sait que ces choses sont fausses, peut-il se mettre lĂ  et soutenir son assemblĂ©e sans le dire aux femmes et aux hommes, pour que sa dĂ©nomination augmente en nombre? Comment Ă©chapperez-vous Ă  la colĂšre de la gĂ©henne alors qu’elle a Ă©tĂ© prĂ©parĂ©e pour vous? Comment allez-vous le faire? Voyez?

252    Ă‰coutez, suivez ici. Qu’est-ce que cela va-t-il devenir?
    C’est pourquoi... (Verset 34) voici, Je vais vous envoyer les prophĂštes... «Je vais» au futur. VoilĂ  de nouveau rĂ©apparaĂźtre vos pharisiens. Voyez?
    â€Šdes sages et des scribes. Vous tuerez et vous crucifierez les uns; vous battrez de verges les autres dans vos synagogues et vous les persĂ©cuterez de ville en ville.

254    Il a prĂ©dit qu’Il leur enverrait des prophĂštes avec la Parole du Seigneur, et que feraient-ils? La mĂȘme chose que leurs pĂšres, parce que c’est ce que vous ĂȘtes. Vous voyez, les esprits ne meurent pas. Les hommes qui en sont possĂ©dĂ©s meurent, mais les esprits ne meurent pas. Il leur dit: «Vous ĂȘtes les enfants, vous ĂȘtes ceux-lĂ .» Remarquez tout simplement comment sont ces choses.

255    Comment Saint Paul se tint lĂ  (Croyez-vous qu’il Ă©tait un prophĂšte?) et condamna les femmes qui se coupaient les cheveux? Il condamna leurs organisations, il annonça que tout homme qui n’était pas baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ devait venir et ĂȘtre baptisĂ© Ă  nouveau. C’est vrai.

256    Et aujourd’hui, ils font des compromissions en adoucissant cela Ă  la surface. En vĂ©ritĂ©, ils ne savent rien d’autre. C’est pitoyable. Si l’heure est passĂ©e, je pourrais dire ceci (voyez): ils Ă©taient aveugles, prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre aveugles. Que Dieu soit misĂ©ricordieux. Ils ne pouvaient pas voir cela.

257    JĂ©sus a dit: «Vous ĂȘtes aveugles, vous, scribes et pharisiens aveugles, vous hypocrites! Alors que vous lisez la mĂȘme Parole que tous les autres, voilĂ  que vous venez pour Me condamner. Et Je suis exactement ce que la Parole a annoncĂ© pour ce jour. Je devais ĂȘtre le Messager de ce jour. Je suis le Messie». Il l’a dit en peu de mots. «Je suis le Messie; ne l’ai-je pas prouvĂ©? Si Je n’ai pas fait ce qui Ă©tait Ă©crit Ă  Mon sujet, alors condamnez-Moi. Et vous, pharisiens aveugles, vous conduisez aussitĂŽt vos gens dans une telle chose et vous y envoyez tout le groupe.» Il ajouta: «Eh bien, l’aveugle conduit l’aveugle, dit-Il, vous ĂȘtes...»

258    Vous dites: «Oh! si nous avions vĂ©cu du temps de Saint Paul, oui, je me serais rangĂ© du cĂŽtĂ© de Saint Paul.»

259    Hypocrites que vous ĂȘtes! Pourquoi ne vous rangez-vous pas du cĂŽtĂ© de Sa Doctrine? Vous auriez agi de la mĂȘme maniĂšre que maintenant, car vous ĂȘtes les enfants de vos pĂšres, de vos pĂšres qui se sont organisĂ©s: les pharisiens, les sadducĂ©ens et les satisfaits de soi.» C’est – c’est cela. Oui, oui! Je vous dirais... À l’heure dans laquelle nous vivons, je me demande si ceci pourrait ĂȘtre le troisiĂšme Pull. Juste une minute, maintenant. JĂ©sus a dit: «Cette catĂ©gorie reçoit un plus grand chĂątiment.» Voyez? N’est-ce pas terrible?

260    C’est comme ce cĂ©lĂšbre amĂ©ricain... Une fois, alors que l’ennemi Ă©tait sur le point de prendre ce pays, il y eut un homme qui, Ă  minuit, sauta sur un cheval et chevaucha la route en criant: «L’ennemi arrive!» C’était Paul Revere.

261    Je suis aussi amĂ©ricain et je chevauche Ă  cette heure de minuit, en ne disant pas que l’ennemi vient, mais qu’Il est lĂ ! Il ne vient pas. Il est dĂ©jĂ  lĂ . Il a dĂ©jĂ  conquis. Je crains que ce soit fini. Il est en train de conquĂ©rir en cette heure de minuit!

262    Vous souvenez-vous des 7 anges Ă  Tucson, et ce qu’était le Message? La fin du mystĂšre de Dieu. ImmĂ©diatement aprĂšs cela, descendant la chaĂźne...

263    Vous avez tous entendu parler des montagnes. Remarquez. FrĂšre Fred en a des photographies, de mĂȘme que FrĂšre Tom. Et moi, j’ai aussi des photos, des films et tout. Un jour, nous vous montrerons cela ici, et aussi l’endroit exact oĂč c’était. Vous connaissez tous l’histoire.

264    Observez les trois pics. Il dit: «VoilĂ  ton Premier, DeuxiĂšme et TroisiĂšme...»

265    Et frĂšre Fred en a pris une remarquable photographie lorsque lui et sƓur Martha Ă©taient de passage. La brume s’était levĂ©e du sol et avait cachĂ© tous les autres pour ne laisser voir que les trois Pulls. Un ici, un ici et un lĂ . Voyez, les 7!

266    Observez les trois premiers. Trois, c’est la perfection, c’est alors que le ministĂšre a commencĂ©.

267    Le deuxiĂšme Pull Ă©tait le discernement des esprits, la prophĂ©tie. Le premier, c’était la guĂ©rison des malades; le deuxiĂšme, c’était la prophĂ©tie qui sortait et qui discernait les pensĂ©es cachĂ©es dans le cƓur, quand la Parole Elle-mĂȘme fut rendue manifeste, ce qui est la grĂące.

268    Mais souvenez-vous que le septiĂšme est l’achĂšvement. Ceci pourrait-il ĂȘtre le Pull final? Tout est terminĂ©. Serait-ce possible? Pensez-y maintenant. RĂ©flĂ©chissez tout simplement. OĂč en ĂȘtes-vous? Voyez? Sept est toujours l’achĂšvement. Trois Pulls!

269    Le ministĂšre de JĂ©sus consistait en trois Pulls. Le saviez-vous? Remarquez. Soyez sincĂšres comme jamais dans votre vie, pendant une minute maintenant, pour quelques minutes.

270    Son premier Pull fut la guĂ©rison des malades. Il devint un Homme trĂšs populaire. Tout le monde Le croyait, semble-t-il. Est-ce vrai? Quand Il partait guĂ©rir les malades, tout le monde Le voulait dans son Ă©glise.

271    Mais un jour, Il se retourna et commença Ă  prophĂ©tiser, car Il Ă©tait la Parole, et Il Ă©tait le ProphĂšte dont MoĂŻse avait parlĂ©. Et quand Il alla leur dire... Il leur rĂ©vĂ©la comment ils vivaient et les choses qu’ils faisaient, Il devint trĂšs impopulaire. Ce fut Son deuxiĂšme Pull.

272    Je me demande si cela ne s’est pas exactement produit Ă  nouveau? Pensez-y une minute tout simplement. Serait-ce possible? Le premier, la guĂ©rison; tout le monde! Le deuxiĂšme... «Oh! cela ne pouvait ĂȘtre que ‘JĂ©sus seul’, cela pourrait ĂȘtre BĂ©elzĂ©bul, cela pourrait ĂȘtre un...» C’est ce qu’ils firent lĂ , voyez? Ce sont les mĂȘmes esprits vivant dans les mĂȘmes sortes de gens, condamnant les gens qui ne pouvaient jamais ĂȘtre sauvĂ©s, parce qu’ils Ă©taient au prĂ©alable condamnĂ©s, ils – comme Judas Iscariot, nĂ© fils de la perdition. Vous dites: «Judas?» Bien sĂ»r.

273    Souvenez-vous qu’il Ă©tait trĂšs religieux, mais il ne pouvait pas aller jusqu’au bout avec le Message. Il pouvait en prendre une partie, mais il ne pouvait pas digĂ©rer le reste. Ils peuvent recevoir la guĂ©rison et des choses semblables, mais quand on en arrive Ă  Dieu qui amĂšne des Ă©cureuils Ă  l’existence, ça, c’est alors trop fort pour eux: «C’est impossible.» C’était Judas. Son esprit peut vivre jusqu’à ce point-lĂ , il ne peut pas aller plus loin. Voyez?

274    Ils pouvaient trĂšs bien accepter MoĂŻse quand il ouvrit la Mer Rouge et fit des choses semblables, mais quand le moment arriva de leur dire qu’ils ne devaient pas – que tous les autres ne devaient pas faire ceci, ou cela ou autre, ils dirent: «Il se fait Dieu, au-dessus de nous.» Voyez? Ils ne pouvaient pas ĂȘtre d’accord avec cela, KorĂ© et les autres. Ainsi, ils devaient avoir une organisation, alors Dieu les engloutit tout simplement.

275    Le ministĂšre de JĂ©sus... quand Il guĂ©rissait les malades, Il Ă©tait merveilleux, ce jeune prophĂšte de GalilĂ©e! «Eh bien, Il fait voir les aveugles, Il a mĂȘme ressuscitĂ© les morts. Nous en avons trois cas.» Il a effectivement ressuscitĂ© les morts.

276    Mais un jour, Il se retourna et dit: «Vous, race de vipĂšres. Vous nettoyez le dehors du plat... Vous avez l’apparence des saints, mais au-dedans de vous, vous n’ĂȘtes rien d’autre qu’un tas de serpents.» Oh! quand cette prophĂ©tie sortit condamnant cette organisation, alors cela changea. Ils se retournĂšrent contre Lui. C’est vrai. Et finalement, en Le rejetant, ils Le crucifiĂšrent.

277    Mais vous ne pouvez pas tuer le ministĂšre, il continue Ă  vivre. Vous pouvez endormir le messager, mais vous ne pouvez le faire pour le Message. Oui, oui. C’est vrai. Il continue Ă  vivre.

278    Et remarquez, quand le troisiĂšme Pull de Son ministĂšre arriva... Le premier Ă©tait la guĂ©rison des malades. Le deuxiĂšme Ă©tait de condamner les organisations et de prophĂ©tiser sur ce qu’ils avaient fait, ce qu’ils Ă©taient et sur ce qui allait arriver; sur ce qu’il y a, ce qui viendra; et ce qu’il y avait, ce qu’il y a et ce qui viendra. C’est ce qu’Il fit. Est-ce vrai? [L’assemblĂ©e dit: «Amen» – N.D.É.]

279    Mais Son troisiĂšme Pull fut quand Il prĂȘcha aux perdus qui ne pouvaient plus ĂȘtre sauvĂ©s. Ils Ă©taient lĂ -bas oĂč il y avait ces gros yeux fardĂ©s... «Hum – hum!» Il prĂȘcha aux Ăąmes en enfer qui n’avaient pas acceptĂ© la misĂ©ricorde, mais qui Ă©taient sĂ©parĂ©es pour toujours de la prĂ©sence de Dieu. Et pourtant, ils durent reconnaĂźtre cela, ce qu’Il Ă©tait, parce que Dieu L’envoya lĂ .

280    Je me demande si Son ministĂšre opĂšre de la mĂȘme maniĂšre dans les derniers jours comme il en fut autrefois! «Comme le PĂšre M’a envoyĂ©, Moi aussi Je vous envoie. Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi.»

281    Perdus, ils ne pouvaient jamais ĂȘtre sauvĂ©s; ils avaient rejetĂ© la grĂące. Ce fut Son troisiĂšme Pull.

282    Maintenant, y a-t-il une question? Dans Son premier Pull, Il guĂ©rit les malades. Est-ce vrai? [L’assemblĂ©e dit: «Amen». – N.D.É.] Dans Son second ministĂšre, Il prophĂ©tisa. Dans Son troisiĂšme ministĂšre, Il prĂȘcha Ă  ceux qui sont perdus pour toujours. Les trois montagnes, etc. – les perdus, pour toujours!

283    Le ministĂšre de NoĂ©, tous les ministĂšres, ont opĂ©rĂ© de la mĂȘme maniĂšre. NoĂ© prĂȘcha. C’est tout Ă  fait vrai. Il entra dans l’arche, et lorsqu’il entra dans l’arche, il y eut 7 jours pendant lesquels rien n’arriva. Par son tĂ©moignage, il prĂȘcha ainsi aux condamnĂ©s.

284    Sodome et Gomorrhe! JĂ©sus se rĂ©fĂ©ra aux deux comme devant arriver avant l’avĂšnement du Fils de l’homme. Ce sera pareil aux jours de NoĂ©, ce sera pareil aux jours de Sodome. Il fit allusion Ă  NoĂ©.

285    NoĂ© eut trois Pulls et son troisiĂšme fut pour les perdus, aprĂšs que la porte eut Ă©tĂ© fermĂ©e. En effet, Dieu le laissa se tenir juste lĂ  oĂč personne ne pouvait entrer ou sortir. Ils Ă©taient Ă  l’intĂ©rieur, car, comme sur la septiĂšme montagne, la montagne la plus Ă©levĂ©e, c’est lĂ  qu’Il dĂ©posa l’arche, sur la montagne. Voyez? Est-ce vrai?

286    Au temps de Sodome, le premier Pull Ă©tait pour Lot le juste. Et la Bible dit: «Les pĂ©chĂ©s de Sodome tourmentaient journellement son Ăąme juste», la façon dont les femmes agissaient, ce qu’elles faisaient...

287    Souvenez-vous: «Comme ce fut au temps de NoĂ©...» Que faisaient-ils? Ils mangeaient, buvaient, se mariaient, donnaient en mariage... Les femmes. Vous voyez, les femmes. Qu’était-ce au temps de – de Sodome? Les femmes.

288    Et le premier Message Ă©tait pour Lot. Ils se moquĂšrent de lui avec mĂ©pris.

289    Puis d’autres messagers furent envoyĂ©s, deux d’entre eux, et ils allĂšrent lĂ -bas. Cela fut Son deuxiĂšme Pull pour Lot... pour Sodome.

290    Mais regardez Celui qui y alla en dernier. De plus en plus de grĂące. Tout Ă©tait alors terminĂ©, tout fut terminĂ© Ă  ce moment-lĂ . Ce troisiĂšme Messager qui alla lĂ -bas, le troisiĂšme Pull... Qu’était-Il? Quel genre de ministĂšre avait-Il? Il resta avec les Ă©lus et leur dit ce qui se passait derriĂšre Lui. Est-ce vrai? Mais quand Il allait vers Babylone, ou plutĂŽt vers Sodome, Il voulait trouver...

291    MĂȘme Abraham cria: «Si je pouvais trouver 50 justes...» Descendant jusqu’à 10 justes.
    Dieu dit: «Oui, trouve dix justes.»

292    Laissez-moi vous dire quelque chose, sƓur, juste une minute. Vous ĂȘtes peut-ĂȘtre dĂ©modĂ©e, mais vous avez quelque chose que ces reines du sexe n’ont pas. Vous avez quelque chose qu’elles ne peuvent jamais avoir. C’est vrai. Votre habillement est peut-ĂȘtre dĂ©modĂ©, vous pouvez vous habiller comme une dame. Ils diront peut-ĂȘtre: «Regardez cette vieille exaltĂ©e»; ne vous en faites pas. Elle a quelque chose que cette pauvre petite reine du sexe, qui a tous les regards du monde tournĂ©s lĂ  vers elle, n’a pas. Elle ne peut jamais l’avoir. Elle est perdue pour toujours. Elle est condamnĂ©e. Voyez-vous, elle n’a jamais...
    Vous avez la moralitĂ©; vous avez la vertu. Elle, elle n’a rien. Elle a un appĂąt qui prend au piĂšge les Ăąmes perdues pour l’enfer. L’aveugle marche lĂ -dedans. Et vous avez quelque chose.

293    Vous savez, votre nom pourrait ne mĂȘme pas ĂȘtre dans un livre d’église, mais c’est peut-ĂȘtre votre vie juste qui retient la colĂšre de Dieu contre le monde aujourd’hui. Le monde ne le croira pas. Vous, femmes qui ĂȘtes appelĂ©es des exaltĂ©es, vous, hommes de rien du tout qui avez peu de connaissance et qui criez Ă  Dieu jour et nuit pour les pĂ©chĂ©s du pays, vous ĂȘtes peut-ĂȘtre celui-lĂ  qui retient la colĂšre... «Si Je peux en trouver 10, Je l’épargnerai. Si Je peux en trouver 10!»
    Â«Comme il en Ă©tait aux jours de Sodome, il en sera de mĂȘme.» Comprenez-vous ce que je veux dire?

294    Pas: «Si Je peux trouver 10 mĂ©thodistes; si Je peux trouver 10 baptistes; si je peux trouver 10 pentecĂŽtistes; si Je peux trouver 10 athlĂštes; si Je peux trouver 10 sĂ©nateurs, si Je peux trouver 10 ministres», mais, «si Je peux trouver 10 justes.»

295    Il y a un Seul juste, c’est Christ, Christ vivant dans un seul parmi ces – ces 10, voyez. «Je l’épargnerai.»

296    Mais ce dernier messager prĂȘcha aux condamnĂ©s. Vous dites... Il y alla, lĂ -bas. L’Écriture ne dit pas ce qui arriva, mais le feu tomba le matin suivant, c’est vrai, aprĂšs qu’Il eut accompli ces signes, immĂ©diatement aprĂšs qu’Il eut rempli son ministĂšre prophĂ©tique. «Pourquoi Sarah a-t-elle ri?»
    Elle rĂ©pondit: «Je n’ai pas ri.»
    Il dit: «Si, tu l’as fait.» Voyez?

297    Maintenant, immĂ©diatement aprĂšs cela, Il fit son entrĂ©e Ă  Babylone, ou plutĂŽt il alla Ă  Sodome. Il ne les trouva pas; alors le feu tomba. Il trouva Lot et ses deux filles et Il leur dit: «Sortez d’ici immĂ©diatement.» Il sortit. Il alla lĂ -bas. Souvenez-vous qu’Il Ă©tait en route vers lĂ . Il avait envoyĂ© des messagers devant Lui, mais Il y alla Lui-mĂȘme juste pour se rendre compte si tout Ă©tait ainsi et Il la trouva pleine de quoi? – de femmes au visage fardĂ©. Le Message aux condamnĂ©s. Que firent-ils? Ils s’en moquĂšrent.

298    Que font-ils aujourd’hui? La mĂȘme chose. «Je suis un membre des assemblĂ©es. Je suis un membre des Unitaires. Je – je – j’ai dansĂ© dans l’Esprit. Gloire Ă  Dieu, je parle en...» TrĂšs bien, allez de l’avant. «Je couperai mes cheveux si je le veux. Je ferai ceci. Je – je dirai tout simplement ceci. Je n’ai pas  besoin d’ĂȘtre baptisĂ© au Nom de JĂ©sus. Maintenant, peu m’importe ce qui est dit, Paul est de toute façon un vieux misogyne.» C’est un... TrĂšs bien, allez de l’avant.

299    Un de ces jours, si vous n’avez pas encore... vous franchirez cette ligne. Vous n’aurez plus jamais le dĂ©sir de faire ce qui est juste. Avez-vous entendu ce que j’ai dit? C’est une question de... FrĂšre, sƓur, rĂ©alisez-vous ce qui a Ă©tĂ© dit? Vous franchirez cette ligne et vous n’aurez jamais le dĂ©sir de le faire. Vous entendrez toujours l’Évangile, assurĂ©ment, mais vous ne L’accepterez jamais. Vous ne pouvez pas L’accepter. Mais l’Évangile sera prĂȘchĂ© aux condamnĂ©s, Ă  ceux qui sont perdus pour toujours, qui ne peuvent plus ĂȘtre sauvĂ©s. Vous en ĂȘtes dĂ©jĂ  Ă  ce point et vous ne le savez pas. Vous pensez que vous vivez dans les plaisirs; pourtant, vous ĂȘtes morts quoique vivants.

300    Oh! Écoutez. Tous ceux qui rejetĂšrent le Message de l’heure, avant le Jugement... L’Évangile fut prĂȘchĂ© premiĂšrement aux condamnĂ©s avant qu’ils partent, sans misĂ©ricorde. NoĂ© se tut, c’était un tĂ©moignage. Dieu ferma la porte aprĂšs son troisiĂšme Pull. AprĂšs le troisiĂšme Pull Ă  Sodome, les portes furent fermĂ©es. Il n’y eut plus de grĂące. Les 10 ne purent ĂȘtre trouvĂ©s. Et l’Évangile fut prĂȘchĂ© aux perdus qui ne pouvaient point ĂȘtre sauvĂ©s parce que c’était juste... Cela fut ainsi dans chaque Ăąge, chaque Ăąge rejette le Message, avant le jugement.

301    L’ont-ils fait de nouveau? Est-ce que cela est apparu dans une Colonne de feu, lĂ -bas, Ă  la riviĂšre? Est-ce que cela est apparu dans le Message qui met les femmes en piĂšces et qui remet les choses en place, et rĂ©primande ces prĂ©dicateurs qui se tiennent avec la dĂ©nomination au lieu de rester avec la Parole, alors que Dieu a totalement confirmĂ© que c’est Lui et non pas une espĂšce de pauvre homme ignorant et illettrĂ©? C’est Dieu! Et sommes-nous maintenant arrivĂ©s au point oĂč le troisiĂšme Pull retournerait Ă  ceux qui sont perdus pour toujours?

302    Est-ce ça la vision que je reçus, lĂ -bas, alors que je n’étais qu’un tout petit garçon? Et je suis allĂ© Ă  l’Ouest et il y eut la Croix dorĂ©e de l’Évangile qui brilla; et Il  manifesta le signe exactement dans le ciel. Souvenez-vous que la Croix Ă©tait dans un panorama comme un... Elle avait aussi une forme semblable Ă  celle d’une pyramide, voyez? Serait-ce possible que cela soit la partie de la tĂȘte, lĂ  oĂč elle est achevĂ©e, et elle a commencĂ© Ă  partir d’ici et est montĂ©e jusqu’à la tĂȘte?

303    C’est comme la pyramide, elle s’élĂšve Ă  travers Luther, Wesley, la PentecĂŽte et enfin la pose de la Pierre faĂźtiĂšre. Serait-ce cela? Si c’est le cas, oĂč en sommes-nous? [FrĂšre Branham frappe sur la chaire sept fois – N.D.É.]
    Ceci pourrait l’ĂȘtre. J’espĂšre que non, mais cela doit arriver [FrĂšre Branham frappe sur la chaire trois fois]. Cela doit arriver. Rappelez-vous tout simplement que ces ministĂšres doivent – ils s’accordent toujours parfaitement les uns avec les autres. Cela doit arriver; Dieu ne change pas. Pensez-y.

304    Mordez votre conscience avec vos dents spirituelles et regardez oĂč nous en sommes. Et si c’était le cas et que vous soyez toujours tels que vous ĂȘtes? Alors vous pouvez tout aussi bien marcher... Vous ĂȘtes finis, vous qui ĂȘtes dehors. AprĂšs que le Livre a Ă©tĂ© pris par l’Agneau, le sixiĂšme Sceau est rĂ©vĂ©lĂ© ainsi que tous les Sceaux, c’est terminĂ©. C’est possible. J’espĂšre que non, mais c’est possible. TrĂšs bien. Maintenant, est-ce la raison pour laquelle ce troisiĂšme Pull s’est tellement prolongĂ©?

305    Si vous remarquez, le premier Pull et le deuxiĂšme Pull allĂšrent de l’un Ă  l’autre. Je l’ai prĂ©dit, vous vous en souvenez, quand j’en Ă©tais au dĂ©but du Premier. Et j’ai dit: «Le temps viendra oĂč je connaĂźtrai mĂȘme les secrets du cƓur.» Vous vous en souvenez. Combien...? Eh bien, vous tous, vous vous en souvenez dans mes rĂ©unions partout. Et un soir, je suis simplement parti lĂ -bas, Ă  Regina, et je suis montĂ© sur la plate-forme; FrĂšre Baxter Ă©tait lĂ , ainsi que des milliers de personnes, et un homme monta sur la plate-forme [FrĂšre Branham claque une fois son doigt – N.D.É.] et la chose Ă©tait lĂ . Et Ă  partir de ce moment-lĂ , la mĂȘme chose se rĂ©pĂšte.

306    Mais cela fait des annĂ©es [FrĂšre Branham frappe plusieurs fois sur la chaire. – N.D.É.] depuis que j’ai quittĂ© le champ missionnaire, quatre... environ cinq ans depuis que j’ai quittĂ©. Qu’est-ce? Qu’est-ce qui a causĂ© ceci? Est-ce la raison pour laquelle ce fut comme au commencement, dans la GenĂšse... la «patience de Dieu»?

307    Souvenez-vous, quand Il crĂ©a le monde, le septiĂšme jour Il ne crĂ©a rien. Il se reposa. Voyez? Dieu Ă©tait patient pendant cette sixiĂšme annĂ©e, ne voulant pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous arrivent Ă  la repentance. Dieu fut patient.

308    Aussi, dans GenĂšse 15:16, (si vous voulez l’inscrire, 16:15). Il dit Ă  Abraham, lĂ  dans ce pays des AmorĂ©ens, leur iniquitĂ©... C’étaient des gentils en ce temps-lĂ . «Je ne peux pas t’y emmener tout de suite, parce que l’iniquitĂ© des AmorĂ©ens, des Gentils, n’est pas encore Ă  son comble; mais Je les jugerai. [FrĂšre Branham frappe plusieurs fois sur la chaire. – N.D.É.] Je viendrai dans cette quatriĂšme gĂ©nĂ©ration et alors Je jugerai cette nation avec une verge de fer.» Est-ce vrai?

309    Cela a-t-il durĂ© si longtemps que la patience de Dieu... Le ministĂšre a, sans cesse, ratissĂ© le monde entier par les bandes magnĂ©tiques et tout le reste, pour voir s’il y en a encore un; mais peut-ĂȘtre que ce dernier vient-il d’entrer il n’y a pas longtemps. Est-ce l’iniquitĂ© qui a – a durĂ© si longtemps? Si JĂ©sus est le mĂȘme (c’est ce qu’Il est, HĂ©breux 13:8), Son Message doit ĂȘtre le mĂȘme. (Nous sommes sur le point de terminer.) Sa façon d’agir doit ĂȘtre la mĂȘme.

310    Si le premier et le deuxiĂšme Pulls sont sans conteste... Y a-t-il encore de doute dans votre esprit au sujet du premier et du deuxiĂšme Pull? Est-ce arrivĂ© exactement comme Il l’a dit? [L’AssemblĂ©e dit: Amen. – N.D.É.] Alors pourquoi douter du troisiĂšme? Voyez? Pourquoi douteriez-vous de cela? Les deux premiers ont Ă©tĂ© identifiĂ©s par l’Écriture. Je vous ai prouvĂ© ce matin que le troisiĂšme est aussi identifiĂ© par l’Écriture.

311    ConsidĂ©rez le monde et voyez oĂč il en est. Voyez comment ils ont rejetĂ© la VĂ©ritĂ© et comment cela a Ă©tĂ© correctement identifiĂ©, la partie prophĂ©tique. Maintenant, oĂč en sommes-nous? Ô Dieu! sois misĂ©ricordieux! Cela me fend le cƓur Ă  l’intĂ©rieur. Qu’en est-il de cela? OĂč en sommes-nous?

312    Souvenez-vous de ces sept pics lĂ -bas, on pourrait vous le dire. C’est... Il n’y a pas un autre pic aprĂšs cela. C’est sur la ligne de partage des eaux continentales. De lĂ , ça va droit dans les dĂ©serts. L’éternitĂ© commence. Sept pics, juste sur la ligne de partage des eaux continentales. C’est juste entre le vrai et le faux. Et au bout de cela, le troisiĂšme Pull Ă©tait le dernier Pull de la chaĂźne. Est-ce vrai? Voyez? TrĂšs bien.

313    NoĂ© entra, puis pendant sept jours rien n’arriva. Voyez? Dans sept jours, le jugement vint. Si seulement... Écoutez maintenant, pour terminer. Si seulement du temps de NoĂ© ils avaient reconnu ce signe, si seulement ils avaient reconnu... (Maintenant, je vais terminer). Si seulement ils avaient reconnu ce signe, le monde en ce temps-lĂ ! Cela, Dieu l’a prouvĂ© ici par la lecture des Écritures, il y a quelques instants, qu’Il dĂ©truisit ces gens, non sans misĂ©ricorde.

314    La misĂ©ricorde leur fut envoyĂ©e par un prophĂšte. Ils ne voulurent pas croire cela. Dieu est misĂ©ricordieux. Et Il envoya la misĂ©ricorde, mais ils ne voulurent pas la recevoir. Il commence toujours par envoyer la misĂ©ricorde.

315    Que serait-il arrivĂ© s’ils avaient reconnu que ce signe Ă©tait celui du temps de la fin? Et quand tout Ă  coup ils s’en sont aperçu, il n’y avait plus de salut. Personne... Voyez? Juste... La premiĂšre chose, vous savez, la porte Ă©tait fermĂ©e. S’ils... Une seule personne reconnut ce signe, ce fut NoĂ© et son groupe. Ce fut le seul Ă  le reconnaĂźtre. Quand cette porte se ferma, NoĂ© le sut. NoĂ© sut que c’était la fin. Il le sut. C’est vrai. Si seulement ils avaient reconnu le signe!

316    Oh! si seulement ils avaient reconnu ce signe, quand ils virent Celui-ci entrer lĂ , Celui qui avait Ă©tĂ© lĂ -bas avec Abraham!

317    Si seulement ils avaient su que le Billy Graham moderne de ce temps-lĂ  alla lĂ -bas, lui et Oral Roberts, prĂȘcher ce message-lĂ  Ă  ces gens aveuglĂ©s! Si seulement ils avaient su que ces anciens mĂ©thodistes et baptistes justes d’autrefois Ă©taient un signe pour ceux de ce temps-lĂ ! Lot, dont l’ñme mĂȘme Ă©tait tourmentĂ©e Ă  cause du pĂ©chĂ©...
    Alors, que sont devenus les mĂ©thodistes, et les baptistes? Comme Lot, la mĂȘme chose. Mais les justes sortirent de lĂ . AssurĂ©ment.

318    Et si c’était quand Billy Graham alla lĂ -bas! Les gens prenaient des dĂ©cisions en mĂąchant du chewing-gum, en se donnant des coups de poing et en riant; les femmes avaient les cheveux coupĂ©s courts, les visages maquillĂ©s et ils ne rĂ©agissaient mĂȘme pas contre cela. Ils revenaient le jour suivant. Et Billy a dĂ©clarĂ©: «J’en ai trente mille, mais quand je reviens une annĂ©e plus tard, je n’en ai mĂȘme pas trente.»

319    Ils disent: «Oh! j’ai pris une dĂ©cision! Je – je n’irai pas en enfer, j’irai au ciel.» Voyez? Tout en continuant Ă  patauger dans le pĂ©chĂ©. Si seulement ils avaient...

320    Et alors l’Évangile Ă©tant prĂȘchĂ© en puissance, avec des signes et des prodiges, avec la Colonne de feu au-dessus de lui, et le tout se passant exactement comme prĂ©dit et prĂ©vu. S’ils avaient... Ils disent: «C’est une bande d’exaltĂ©s. C’est de la tĂ©lĂ©pathie. C’est une espĂšce d’esprit de sorcier, un dĂ©mon. Ce n’est rien d’autre. Ne croyez pas cela. Ceci n’arrive pas dans notre organisation. Nous n’avons rien Ă  faire avec cela.»
    Si seulement ils avaient reconnu le signe! Si seulement ils avaient reconnu!

321    JĂ©sus avait dit: «Si seulement tu avais reconnu ton jour, JĂ©rusalem. Si seulement tu avais pu le reconnaĂźtre! Mais, dit-Il, maintenant, tu es abandonnĂ©e Ă  toi-mĂȘme.» «Si seulement tu avais reconnu! Ô JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois ai-je voulu te rassembler comme une poule rassemble ses poussins, Ă  cause du jugement qui arrive bientĂŽt! Mais tu n’as pas reconnu ton jour. Toi qui as lapidĂ© les prophĂštes et qui as tuĂ© les justes, si seulement tu avais reconnu ton jour! Si seulement vous aviez su et aviez bien connu l’Écriture, su que Ma venue Ă©tait un signe de votre fin! Maintenant, vous ĂȘtes aveugles. Maintenant, vous avez Ă©tĂ© rĂ©prouvĂ©s. Votre temps est terminĂ©.» Et ce fut le cas. C’est vrai. Si seulement vous aviez reconnu le temps!

322    Ă‰coutez. Quand JĂ©sus fit cette dĂ©claration, le monde continua comme avant. Voyez! Le monde continua comme si de rien n’était. Pourquoi? Parce qu’ils ne reconnurent pas leur jour, leur heure.

323    Le monde continua comme avant, quand NoĂ© entra dans l’arche; le monde continua comme avant. Les moqueurs... En ce temps-lĂ , les gens continuĂšrent Ă  avoir des parties de sexe. Ils continuĂšrent Ă  manger, Ă  boire, Ă  se marier et Ă  faire les choses que les gens font aujourd’hui, exactement, comme si de rien n’était. «Ah! Ah! Ce vieil exaltĂ© a fermĂ© la porte, vous savez; avez-vous dĂ©jĂ  entendu pareille chose? Ah! Ah! Savez-vous ce qu’il dit? Nous allons tous ĂȘtre noyĂ©s. Non-sens. À quel niveau se trouve l’eau?»

324    Des moqueurs au temps de NoĂ©! «Il en sera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l’homme.» TrĂšs bien. NoĂ© reconnut le signe. La mĂȘme chose du temps de Lot. La mĂȘme chose au temps de JĂ©sus; c’est ainsi aujourd’hui. Ils se moquent pour la derniĂšre fois...?... la mĂȘme chose Ă  Sodome.

325    Ils ne le surent pas. Alors que ce Messager se tenait lĂ  avec le Message de Dieu, ils ne firent que se moquer d’Eux et essayĂšrent de Les pervertir, pour les amener Ă  agir comme eux. Est-ce vrai? «Entrez et joignez-vous Ă  nous; soyez l’un de nous.» Est-ce vrai? «Entrez et joignez-vous Ă  nous; soyez l’un de nous; vous serez l’un de nos hommes. Venez, joignez-vous Ă  nous.» Voyez? Ils ne reconnurent jamais leur signe.

326    Ils ne surent pas que, quand ce Message Ă©tait proclamĂ©, le mĂȘme... Ils ne purent pas voir cela, que le feu et la colĂšre du jugement... pendant que Dieu... un feu ardent de soufre Ă©tait allumĂ© dans les cieux. Ils ne purent pas le voir; les Messagers, eux, pouvaient. Oui, oui, Lot le sut aussi. Il sut que c’était lĂ . Certainement.

327    C’est pareil aujourd’hui. C’est vraiment la mĂȘme chose. La colĂšre s’enflamme; les bombes atomiques sont suspendues. Tout est Ă  la fin. C’est la mĂȘme chose maintenant.

328    Regardez, vous peuples; Ă©coutez! Saviez-vous que... Vous dites: «FrĂšre Branham, oh! qu’en est-il de tout cela?» Vous savez, les gens peuvent juste continuer Ă  prĂȘcher l’Évangile comme ils l’ont toujours fait, ce qu’ils appellent l’Évangile. Cela pourrait ĂȘtre terminĂ©. Ils le firent du temps de NoĂ©. Ils le firent du temps de Lot. Ils le firent du temps de JĂ©sus. Est-ce vrai?

329    MĂȘme les Juifs, aprĂšs que JĂ©sus leur eut dit que la colĂšre ... «C’en est fini de vous, vous ĂȘtes finis. Il n’y en a plus. Vous ĂȘtes finis.»

330    Â«Oh! cet exaltĂ©, dirent-ils, de quelle Ă©cole est-Il sorti? D’oĂč est-Il venu? Que...?»

331    Souvenez-vous, Il Ă©tait alors prĂȘt pour Son troisiĂšme Pull. Oui, oui. C’est vrai. Il dit: «Combien de fois ai-Je voulu vous rassembler!»

332    Lot fit son dernier appel, ou plutĂŽt je veux dire, l’ange le fit, le messager, qui qu’il fĂ»t. Dieu reprĂ©sentĂ© pour ce jour... Dieu reprĂ©sentĂ© dans la chair humaine accomplit le dernier signe, remplit Sa derniĂšre mission. Tout fut terminĂ© alors.

333    NoĂ© prĂȘcha son dernier sermon, puis la porte se ferma derriĂšre lui. C’était tout. Ils s’en moquĂšrent et en rirent.

334    RĂ©flĂ©chissez. Les gens peuvent juste continuer Ă  prĂȘcher! Le Conseil oecumĂ©nique peut se joindre Ă  l’église Catholique, juste comme ils ont promis de le faire. Toutes les organisations peuvent aller de l’avant, mais la marque de la bĂȘte est dĂ©jĂ  lĂ . Ils reçoivent cela, lĂ -dedans. Voyez? Et ils disent: «Oh! AllĂ©luia! que Dieu soit bĂ©ni. Il y en a eu tant qui ont Ă©tĂ© sauvĂ©s hier soir.» Vraiment? «Ils dansĂšrent en Esprit, ils parlĂšrent en langues.» Cela ne veut rien dire, voyez? «Oh! ils sont doux, gentils et humbles. Oui, monsieur. Ils ont les fruits de l’Esprit.» Ce n’est point le signe. Pas du tout.

335    Laissez-moi vous montrer les fruits de l’Esprit et vous allez voir lequel, entre JĂ©sus et les pharisiens, avait les fruits de l’Esprit. Et si je me levais et que je prenais maintenant position contre Christ pendant une minute, comme j’ai commencĂ© Ă  le dire, il y a quelques instants? Que Dieu me pardonne pour l’avoir mĂȘme dit, voyez, mais c’était tout simplement pour vous montrer quelque chose.

336    Et si je venais vers vous en disant: «Dites-moi, assemblĂ©e, qui est votre ami? Qui manifeste les fruits de l’Esprit? Votre bon vieux prĂȘtre. Qui vient vous visiter Ă  l’hĂŽpital quand vous ĂȘtes malade? Votre gentil vieux prĂȘtre. C’est vrai. Qui est celui qui vous prĂȘte toujours de l’argent quand vous ĂȘtes sans sous, dĂ©muni? Vous, membres de son assemblĂ©e, n’est-ce pas vers votre bon vieux prĂȘtre que vous allez pour qu’il vous prĂȘte l’argent?» Voyez? «Qui est celui-lĂ  qui est toujours aimable et gentil, montrant les fruits de l’Esprit? Votre bon vieux prĂȘtre.»

337    Â«Qui est celui qui a Ă©tudiĂ© pendant des annĂ©es et des annĂ©es, ici dans les synagogues? D’oĂč sortait son arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-arriĂšre-grand-pĂšre depuis tout ce temps? Qui est celui qui a Ă©tudiĂ© et a reçu... qui a travaillĂ© dur et a reçu des diplĂŽmes de doctorat en philosophie et en droit pour connaĂźtre cette Parole et qui se tient lĂ  pour vous L’apporter chaque dimanche matin dans son assemblĂ©e? Votre bon vieux prĂȘtre.»

338    Â«Qui est ce renĂ©gat appelĂ© JĂ©sus? De quelle Ă©cole est-Il sorti? De quelle Ă©cole vient-Il? OĂč est Sa carte de membre? De quelle organisation est-Il membre?»

339    Â«Que fait-il quand vous avez tous une dispute de famille? Qui vient vers vous? Votre bon vieux prĂȘtre pour essayer de... Et quand vous avez un diffĂ©rend avec ce voisin, lĂ -bas, c’est votre bon vieux prĂȘtre qui vient pour vous rĂ©concilier, en disant: Vous ĂȘtes tous des enfants de Dieu. Vous ne devriez pas faire cela.» C’est ce qu’il...

340    Â«Que fait ce JĂ©sus de Nazareth? Il met tout en piĂšces. Que fait-Il? Il rĂ©primande votre organisation. Que fait-Il? Il a appelĂ© votre prĂȘtre un aveugle conducteur d’aveugles. Il l’a appelĂ© un serpent dans l’herbe. Il a pris le sacrifice que Dieu avait prescrit et Il a renversĂ© les tables et a jetĂ© l’argent dehors en les regardant avec colĂšre. Avez-vous dĂ©jĂ  vu votre prĂȘtre regarder comme cela? Maintenant, oĂč sont les fruits de l’Esprit?» Oui, oui. Oui, oui. Voyez?

341    Ce n’est pas en parlant en langues, ce n’est pas en dansant dans l’Esprit, ce n’est pas en joignant l’église, ce n’est pas par les fruits de l’Esprit; la science chrĂ©tienne peut facilement surpasser n’importe lequel d’entre vous lĂ -dessus, voyez, tout en niant mĂȘme la divinitĂ© de JĂ©sus-Christ. Non, ce n’est pas cela.

342    Mais c’est la Parole vivante! C’est cela. Si seulement ils avaient prĂȘtĂ© attention... Il Ă©tait le Messie. Il Ă©tait la Parole vivante, rendue manifeste.

343    Et un homme, ou une femme, qui a l’Esprit de Dieu en lui, vit cette Parole; Celle-ci habite vraiment en eux. C’est le battement du cƓur; ce sont les prĂ©destinĂ©s, car la Parole du Seigneur vient Ă  eux et ils sont la Parole pour le peuple: des lettres Ă©crites, lues de tous les hommes. Est-ce vrai? Le troisiĂšme Pull pourrait-il ĂȘtre proche?

344    Vous qui suivez les bandes, vous qui Ă©coutez cette bande, je souhaiterais que vous puissiez voir cette assemblĂ©e en ce moment. Oui, oui. J’espĂšre que vous ressentez la mĂȘme chose.

345    Et si c’était le cas? Regardez ces Écritures entassĂ©es ici. Serait-ce possible? Le troisiĂšme Pull, est-ce pour prĂȘcher Ă  ceux qui sont condamnĂ©s pour toujours et qui ont rejetĂ© le Message du salut?

346    Â«Eh bien, vous dites, l’église va...» Oui, ils le feront. Ils continueront juste comme avant, juste de la mĂȘme maniĂšre.

347    Mais souvenez-vous que pendant tout ce temps NoĂ© Ă©tait dans l’arche. L’Épouse est scellĂ©e Ă  l’intĂ©rieur avec Christ. Le dernier membre a Ă©tĂ© rachetĂ©. Le sixiĂšme Sceau s’est manifestĂ©. Le septiĂšme Sceau Le ramĂšne sur la terre. L’Agneau est venu et a pris le Livre de Sa main droite, et Il s’est assis et a rĂ©clamĂ© les Siens, ceux qu’Il avait rachetĂ©s. Est-ce vrai? Cela a toujours Ă©tĂ© ce troisiĂšme Pull.

348    Trois est la perfection. Le ministĂšre est arrivĂ© Ă  sa perfection quand il rĂ©vĂ©la de nouveau Christ dans le naturel parmi des ĂȘtres humains, comme il avait Ă©tĂ© prĂ©dit: «Comme il en Ă©tait au temps de Lot...»

349    Oh! rĂ©flĂ©chissez! Les gens peuvent continuer Ă  prĂȘcher, pensant qu’ils sont sauvĂ©s, croyant qu’ils agissent bien, croyant que leurs organisations croissent. Bien sĂ»r! mais sans mĂȘme un rayon d’espoir! Et si telle Ă©tait cette vision et que cela a Ă©tĂ© si dur Ă  l’égard des femmes, c’est que nous sommes arrivĂ©s Ă  cette heure. La porte est fermĂ©e. C’est fini. DĂ©jĂ  le Livre est dans Sa main. Pensez-y.  

350    Laissez-moi vous dire ceci maintenant, juste avant de terminer. Je termine. On raconte que, quelque part en Irlande, faisant face Ă  la mer, il y avait un grand rĂ©cif qui descendait le long du rivage, et sur cette grande colline il y avait un homme qui allait – qui y marchait un jour, juste – juste au moment de la marĂ©e montante. Et sur la colline vivait un brave homme qui connaissait bien ces marĂ©es. Il connaissait l’heure Ă  laquelle  la marĂ©e Ă©tait censĂ©e venir. Il savait quand commençait la marĂ©e. Ce gars-lĂ , lui, ne se souciait pas de l’heure... Il Ă©tait l’un de ces messieurs-je-sais-tout. Il avait sa propre idĂ©e. Il Ă©tait athlĂ©tique, adroit, un gars intelligent, mais il ne connaissait simplement pas l’heure de la marĂ©e. Il ne connaissait tout simplement pas la contrĂ©e. Il ne savait pas quand est-ce que le signe Ă©tait bon, quand la lune avait tournĂ© le dos Ă  la terre.

351    Et quand Dieu retire son Esprit de la terre, frĂšre, c’en est fait d’elle. Tout est entiĂšrement terminĂ©.

352    Cette lune quitterait sa place, les eaux couvriraient la terre comme ce fut le cas lorsque Dieu la crĂ©a, dans GenĂšse 1. Mais la lune est restĂ©e lĂ ; et quand elle tourne juste la tĂȘte, la marĂ©e commence Ă  monter.

353    Ce vieil homme sage, qui avait vĂ©cu lĂ  dans la prĂ©sence de cela, savait l’heure qu’il Ă©tait. Cet homme, lui, ne le savait pas. Il ne l’avait jamais Ă©tudiĂ©, il ne s’en souciait pas. Et ce vieil  homme sage sortit en courant et dit: «Mon bon monsieur, vous avez l’audace d’aller plus loin. Revenez rapidement. Il y a un mur. Vous ne pouvez pas l’escalader. Vous pĂ©rirez. Le... C’est... Les signes sont lĂ ; c’est l’heure. La – la marĂ©e surgira brusquement et vous ne pourrez pas revenir. N’allez pas plus loin!»

354    Et l’homme se retourna et se moqua de lui, en disant: «Allez vous occuper de vos affaires. Je sais ce que je peux faire et ce que je ne peux pas faire.» Et la marĂ©e l’emporta. Voyez?

355    Il est peut-ĂȘtre plus tard que nous le pensons, voyez. Cela vous emportera. N’allez pas plus loin. Ne le faites pas, mes amis. Si vous m’avez toujours cru en tant que serviteur de Dieu, prenez ma parole ce matin, si vous ne l’avez jamais fait. C’est peut-ĂȘtre dĂ©jĂ  trop tard. Tellement d’Écritures le montrent ainsi. Maintenant, souvenez-vous, je ne dis pas que c’est le cas. Je ne sais pas; mais regardez simplement.

356    Et j’ai supprimĂ© environ dix pages que je craignais de vous apporter. Voyez? Voyez? Madame Wood en est tĂ©moin, de mĂȘme que Monsieur Wood. Quand je suis allĂ© les voir ce matin, j’ai dit: «Je – je ne peux pas le leur dire. Je ne peux pas aller plus loin. Je leur prĂ©senterai seulement un certain nombre d’Écritures que je leur confierai, parce que ce sera enregistrĂ©. Cela ira Ă  des gens qui se moqueront de ce Message.»

357    C’est en ordre. Ce sera au-delĂ  de tout retour possible un de ces jours. Continuez Ă  ĂȘtre simplement un membre d’église. Coupez vos cheveux court; fardez votre visage. Continuez Ă  prendre «PĂšre, Fils et Saint-Esprit», si vous voulez. Faites-en trois dieux et soyez un paĂŻen. Continuez Ă  rester collĂ©s Ă  votre organisation. Faites-le si vous voulez.

358    Dites: «J’ai dansĂ© en Esprit. J’ai parlĂ© en langues. Je L’ai...»

359    J’ai vu des dĂ©mons faire la mĂȘme chose. J’ai vu des sorciers parler en langues et interprĂ©ter cela, et Ă©crire dans des langues inconnues et interprĂ©ter cela; ils buvaient du sang dans un crĂąne humain et invoquaient le diable. Ils dansaient en esprit.

360    Les mahomĂ©tans dansent en esprit comme cela jusqu’à prendre des Ă©chardes et se les enfoncer sous les doigts, et prendre une lance et la faire traverser leur visage comme cela et la retirer ensuite, sans mĂȘme qu’une seule goutte de sang en coule.

361    Les Hindous, eux, marcheront pieds nus sur le feu d’une profondeur de trois pieds [quatre-vingt-dix centimĂštres – N.D.T.] et quatre – trois, ou plutĂŽt d’une largeur de quatre pieds [un mĂštre vingt – N.D.T.]. Ils soufflent le feu jusqu’à ce que les braises deviennent blanches, et jamais ils ne subissent une seule brĂ»lure aux pieds; pourtant, ils nient l’existence de JĂ©sus-Christ.

362    Non, non, mes amis. C’est la Parole qui le dĂ©clare. Les gens et la Parole doivent ĂȘtre un. Voyez? JĂ©sus et la Parole Ă©taient une mĂȘme chose; Il Ă©tait la Parole. Et quand JĂ©sus vit dans l’ĂȘtre humain, cela fait de celui-ci et la Parole une mĂȘme chose. Non, votre vie rĂ©vĂšle ce que vous ĂȘtes.

363    Maintenant, pendant que nous prions, regardez-vous simplement dans le miroir de Dieu et dites: «À quoi je ressemble ce matin?»
    [Un frĂšre parle en langues et un autre en donne l’interprĂ©tation – N.D.É.]
J’ai errĂ© loin de Dieu,
Maintenant, je reviens Ă  la Maison (priez comme vous n’avez jamais priĂ©!)
Ouvre tout grands Tes bras d’amour,
Seigneur, je reviens Ă  la Maison.
Revenant...

365    Pendant que vous continuez Ă  chanter, je veux vous demander quelque chose. Y a-t-il un point dans votre cƓur qui semble ĂȘtre assombri par le pĂ©chĂ©? Si c’est le cas, maintenant c’est le moment de vous en dĂ©barrasser, immĂ©diatement, s’il y a encore de la misĂ©ricorde.

366    Ceci, j’espĂšre que ce n’est pas ainsi. J’espĂšre que nous n’en sommes pas lĂ . Mais cela ne semble-t-il pas possible?

367    Ă‰coutez ce que le Saint-Esprit a dit parmi les gens aprĂšs que je sois arrivĂ© Ă  la fin: «C’est une Voix pour vous.» Et s’il y a... Et si vous avez des tĂ©nĂšbres dans votre vie, ne voulez-vous pas venir juste ici autour de l’autel maintenant pendant que nous continuons Ă  chanter? Tout de suite. S’il y a une lassitude, s’il y a une souillure, ne remettez pas cela Ă  plus tard.

368    EspĂ©rant et ayant confiance que ce n’est pas le cas... mais cela arrivera un de ces jours, et cela peut ĂȘtre aujourd’hui.
Maintenant, Seigneur, je reviens...
369    Avec le souffle de vos narines, juste autour de vous! Si ceux qui Ă©coutent les bandes pouvaient seulement voir ce qui se passe ici en ce moment! Ils se bousculent les uns les autres, pleurant, venant de partout.

370    Est-ce cette vision, quand j’étais un jeune garçon? Est-ce l’heure? Est-ce le temps oĂč ces... Ă  l’aspect horrible et lugubre... l’enfer Ă©tant crĂ©Ă© juste ici sur la terre?

371    L’autel, les couloirs et tout le reste sont remplis maintenant. Si vous ne pouvez pas venir autour de l’autel et dans les couloirs, quelque part parmi ces centaines ici prĂ©sents, levez-vous simplement si vous dites: «Je veux me lever et prier afin que les gens sachent...» Ou agenouillez-vous, ou faites ce que vous voulez. Oh! la la! Maintenant, vous pouvez Ă  peine voir quelqu’un assis, les gens sont debout partout.

372    Puis-je dire ceci: Que Dieu ne permette pas ... Que Dieu ne permette pas que ce que j’ai dit soit pour maintenant. PuissĂ©-je le comprendre! Tout le monde. Que Dieu ne le permette pas. J’ai des enfants qui ne sont pas dedans. J’ai deux filles et un fils. J’ai des frĂšres. J’ai ma famille qui n’est pas dedans. Que Dieu ne permette pas que cette grĂące nous quitte; que tout ceci ne soit qu’une supposition.

373    Est-il restĂ© encore de grĂące, Seigneur? Permets que je me trompe lĂ -dessus, Seigneur. Permets que cela soit faux, en ce moment. Que je – que ce ne soit pas le cas et que les gens puissent encore ĂȘtre sauvĂ©s. Accorde-le, Seigneur. Je prie et je Te remets cet auditoire, maintenant, dans le Nom de JĂ©sus-Christ.

374    Que tous prient maintenant, juste comme... Et si c’était le cas? Maintenant, je ne sais pas si c’est le cas, mais si c’était le cas? Priez comme vous l’entendez. Priez simplement comme vous l’entendez. Qu’arriverait-il si seulement c’était la vĂ©ritĂ©? Que ferions-nous, mes amis? Que ferions-nous? Que va-t-il arriver? Maintenant, priez, tous simplement. Criez simplement; priez simplement comme vous l’entendez. Poussez des cris directement vers Dieu, comme vous l’entendez. Ô Dieu!
...Tes bras d’amour,
Ô Seigneur, je reviens à la Maison.

375    Seigneur, j’avais l’intention de le faire, il y a longtemps. Ai-je attendu trop longtemps, Seigneur? Est-ce – est-ce terminĂ©?  Ô Dieu! ouvre Tes bras d’amour et reçois-moi. Quelque chose... Mon cƓur en a besoin, Seigneur. Ouvre encore une fois. Si mon nom Ă©tait dans le Livre de l’Agneau, parle-moi maintenant, Seigneur. Laisse-moi recevoir Cela maintenant mĂȘme. Veuille bien le faire, ĂŽ Dieu.
...je reviens Ă  la Maison, je reviens Ă  la Maison,
Oh! jamais (Je ne vais plus jamais, Seigneur) plus errer.
Ouvre tout grands Tes bras d’amour,
Ô Seigneur, je reviens à la Maison.

376    La Bible dit que lorsqu’ils reconnaĂźtront JĂ©sus, chacun pleurera comme si son propre fils avait Ă©tĂ© tuĂ©.
...viens Ă  la maison

377    Vous qui ĂȘtes dehors, vous dans les voitures qui Ă©coutez par ondes courtes; vous qui ĂȘtes debout autour du bĂątiment, beaucoup d’entre vous appuyez simplement votre tĂȘte contre le bĂątiment, en disant: «Seigneur Dieu, sois misĂ©ricordieux envers moi.»
Ouvre... (Mourez d’une façon sincĂšre, mes amis! Pensez au temps dans lequel nous vivons! OĂč en sommes-nous? [FrĂšre Branham frappe plusieurs fois sur la chaire – N.D.É.])
...amour
Seigneur, je reviens maintenant Ă  la Maison.
Je reviens Ă  la Maison...

378    Seigneur JĂ©sus, j’ai fait tout mon possible. J’ai fait tout ce que je pouvais. Permets, Seigneur, que les portes de la misĂ©ricorde soient encore ouvertes. Pour ces centaines, littĂ©ralement ces centaines qui Te cherchent en ce moment, enlĂšve toute tache de pĂ©chĂ©, Seigneur, et fais-les entrer aujourd’hui.

379    Je – j’intercĂšde de tout mon cƓur, alors que nous voyons, non seulement quelqu’un qui parle, mais l’Écriture Elle-mĂȘme qui nous conduit Ă  cette heure. Et cette vision, alors que j’étais un jeune garçon, oĂč j’ai vu ces gens dans cette condition; et maintenant je pense que l’enfer lui-mĂȘme... que la misĂ©ricorde a Ă©tĂ© retirĂ©e de la terre et que maintenant l’enfer lui-mĂȘme est ici. Et les gens, Seigneur, sont dans cette condition hideuse.

380    Ă” Dieu Puissant, je Te prie, Dieu, de dĂ©verser Tes bĂ©nĂ©dictions sur cette Église Ă©lue, afin qu’ils puissent recevoir un – un ministĂšre de tĂ©moignage comme l’a eu Lot, comme l’a eu NoĂ©, comme l’a eu JĂ©sus, aux perdus pour toujours, s’il arrive qu’eux-mĂȘmes soient scellĂ©s dans le Royaume de Dieu, mais en rendant tĂ©moignage de JĂ©sus-Christ comme Ă©tant le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. Accorde-le, Seigneur. Puisses-Tu recevoir nos requĂȘtes, alors que nous intercĂ©dons au Nom de JĂ©sus.

381    Maintenant, priez simplement comme vous l’entendez. Ne soyez pas pressĂ©s! [FrĂšre Branham frappe sur la chaire – N.D.É.] Ne soyez pas pressĂ©s! Et si vous Ă©tiez le dernier nom Ă  ĂȘtre trouvĂ© dans le Livre?
...je reviens Ă  la Maison.
Je reviens Ă  la Maison, je reviens Ă  la Maison...

382    FrĂšre Neville, approchez-vous et priez pour eux pendant un instant. Le pasteur va prier avec vous, maintenant, pendant que vous priez. Je vais chanter.
    [FrĂšre Neville prie: Dieu Tout Puissant, notre PĂšre cĂ©leste, comme c’était le cas, aujourd’hui, nous sommes tellement heureux que tu nous aies donnĂ©, comme c’était le cas, en ce moment afin que nous puissions examiner nos voies devant Toi. Mon Dieu, aujourd’hui du plus profond de nos Ăąmes nous crions Ă  Toi, Seigneur! Espace vide sur la bande – N.D.É.]
Ouvre tout grands...
Seigneur, je reviens Ă  la Maison, je reviens Ă  la Maison
Je reviens Ă  la Maison...

384    Je Te prie de sauver Becky et Sarah et Joseph et les autres aussi, Seigneur. Ne laisse pas ceci arriver Ă  mes enfants, Seigneur. Ne laisse pas cela arriver Ă  mes frĂšres, Ă  mes amis. Accorde-le, Seigneur.

385    Nous ne savons pas. Nous ne savons pas, mais nous voyons quelque chose, Seigneur. Est – est-ce un signe devant nous, maintenant mĂȘme, pour nous secouer? Accorde-le, Seigneur. Attire-nous, tous, prĂšs de Toi rapidement, Seigneur. Nous T’aimons et nous avons besoin de Toi. Permets, PĂšre, que le Saint-Esprit nous rĂ©conforte maintenant dans nos cƓurs.

386    Nous prions pour que nous soyons Tes tĂ©moins en cette heure, car nous savons que ceci doit arriver. Cela a Ă©tĂ© prĂ©dit au travers des Ăąges, et nous devons affronter cela, que nous sommes Ă  la fin des temps, quand nous voyons ces signes apparaĂźtre.
    Nous savons et nous avons appris depuis de nombreuses annĂ©es maintenant que cet Ă©vĂ©nement doit arriver. Maintenant, nous voyons cela juste Ă  notre porte. La grande et puissante colĂšre de Dieu est en train de parcourir les rues, emmenant les incirconcis. LĂ  oĂč il n’y a pas de Sang sur la porte, l’ange de la mort frappe et ils continuent Ă  vivre, mais ils sont morts quoique vivants, sans misĂ©ricorde, sans Dieu et ils ne peuvent jamais ĂȘtre sauvĂ©s.

387    Ă” Dieu! combien nous Te remercions pour ceux qui sont sauvĂ©s! Combien nous... Combien... Quelle grande bĂ©nĂ©diction c’est dans nos cƓurs que d’ĂȘtre maintenant Ă  l’intĂ©rieur sous le Sang, pendant que ce dernier ange parcourt le pays, emmenant les...

388    Ceux qui n’étaient pas sous le sang moururent sans misĂ©ricorde. C’était le dernier Pull de MoĂŻse. Le premier, un jeune homme parla Ă  IsraĂ«l; le deuxiĂšme, il alla les dĂ©livrer; le troisiĂšme, c’était le dernier message. Les miracles ayant Ă©tĂ© accomplis, MoĂŻse Ă©tait en route avec les rachetĂ©s pour la terre promise. Ô Dieu! sois misĂ©ricordieux! Je prie au Nom de JĂ©sus.

389    Maintenant, j’aimerais demander ceci: Vous qui priez; vous qui croyez avoir obtenu misĂ©ricorde et que Dieu... Vous sentez que vous ĂȘtes dans le Royaume de Dieu; vous sentez que – que vous avez Ă©tĂ© ancrĂ©s d’une façon ou d’une autre; qu’en Christ vous avez la foi pour croire que vous ĂȘtes un chrĂ©tien, que vous ĂȘtes nĂ©s de nouveau; et vous savez que vous ĂȘtes un chrĂ©tien, sans doute. J’aimerais que vous vous leviez tous, vous qui vouliez cela, vous qui croyez cela, que cette misĂ©ricorde s’est prolongĂ©e jusqu’à vous maintenant, et que vous ĂȘtes un chrĂ©tien; et vous – et vous qui croyez que – que le Sang est appliquĂ© dans votre cƓur et que – et que vous ĂȘtes pardonnĂ©s de tout pĂ©chĂ©.

390    C’était lĂ  une chose trĂšs difficile Ă  vous apporter, Ă  vous les gens. Je suis si reconnaissant de voir les gens qui viennent de partout. Et vous, je – je... tellement...

391    Je ne sais pas si cette chose est vraie, mais un jour cela doit ĂȘtre ainsi. Voyez? Cela doit en arriver lĂ , et cela pourrait l’ĂȘtre maintenant. Voyez? Et de toutes maniĂšres, le monde continuera son chemin. Les gens viendront toujours Ă  l’autel; ils crieront toujours, mais cela ne leur fera aucun bien. Voyez? Ce sera fini d’eux, voyez? Ce sera terminĂ©. Il n’y aura point de misĂ©ricorde. Souvenez-vous-en. «Et le sanctuaire se remplit de fumĂ©e.» «Que celui qui est souillĂ© se souille encore et que le juste pratique encore la justice, et que celui qui est saint se sanctifie encore.»
    Il n’y a plus de misĂ©ricorde, quand l’Agneau prend le Livre; c’est cela, tout est fini, et on dirait que le tout pourrait arriver maintenant.

392    Peut-ĂȘtre que nous avons encore un jour. Peut-ĂȘtre qu’aujourd’hui, c’est ce jour. Peut-ĂȘtre que demain, c’est le dernier... Peut-ĂȘtre que ce soir, c’est le dernier soir. Peut-ĂȘtre que celle-ci, c’est la derniĂšre annĂ©e. Je ne sais pas, mes amis. Je ne fais que vous le dire. Je ne sais pas. Cela ne me sera jamais dit.

393    Mais quand Dieu prend ce dernier nom dans le Livre de Vie et le rachĂšte, tout est fini. Voyez-vous, on ne peut plus en trouver de toute maniĂšre. Il ne peut plus y en avoir de toute maniĂšre. C’est tout. C’est fini.

394    Combien savent que c’est la VĂ©ritĂ©? [L’assemblĂ©e dit: Amen – N.D.É.]. TrĂšs bien. C’est – c’est la VĂ©ritĂ©. Maintenant que nous sentons...

395    Et je vois que cette assemblĂ©e Ă  laquelle j’ai prĂȘchĂ©, et que j’ai avertie toutes ces annĂ©es... et je vois un Message comme celui-ci, que je – que je – que j’ai apportĂ© en amateur ... Et souvenez-vous tout simplement, je le dis ainsi afin que vous compreniez: en amateur. Certaines choses en plus auraient pu presque vous rĂ©duire en miettes, voyez, mais j’ai dĂ» seulement les omettre. Je me suis senti poussĂ© Ă  le faire; parce que je ne suis pas sĂ»r ... Et si je ne suis pas sĂ»r oĂč je marche, j’irai doucement, voyez, mais je vous le dis simplement.

396    Ă‰coutez! N’ĂȘtes-vous pas heureux? Pourrait-il y avoir quelque chose de plus grave auquel vous pourriez penser, que vous auriez fait dans votre vie?

397    Et si c’était maintenant terminĂ©? Et si c’était tout Ă  fait fini? «Oh! dites-vous, FrĂšre Branham, peut-ĂȘtre...» Oui, je sais. Ils pourraient juste continuer comme avant. Ils l’ont fait chaque fois. J’ai expliquĂ© cela et je l’ai prouvĂ© par l’Écriture. Voyez, le monde continua comme avant, mais c’était fini. Voyez? Voyez?

398    La folie de la prĂ©dication sauve les perdus. C’est de la folie pour l’homme; c’est la sagesse de Dieu. Voyez? Dieu est Esprit. Il agit de maniĂšre spirituelle; voyez, Il accomplit des prodiges d’une façon Ă©tonnante. Mais nous, nous sommes humains; nous sommes limitĂ©s. Nous ne savons pas. Nous regardons simplement ce que nous pouvons voir, mais Quelque chose en nous...

399    Quand vous sortez de cet endroit, ici, si vous ne l’aviez jamais vu de votre vie, si vous n’aviez jamais vu la lumiĂšre du jour, vous sauriez que vous avez passĂ© de cet endroit Ă  un autre oĂč il y a la lumiĂšre du soleil ou autre. Il faisait chaud. Vous pouviez le sentir. S’il n’y a aucun sens de votre corps pour le dĂ©clarer, vous le sauriez tout de mĂȘme, mĂȘme si vous manquez d’yeux pour voir cela. Si vous ne pouviez voir les arbres verdoyants, voir la nature. Si vous n’aviez pas la vue, si personne ne l’avait, vous sauriez nĂ©anmoins que vous Ă©tiez dans la prĂ©sence de quelque chose; vous l’aurez senti. Vous sauriez cela si j’essayais de vous expliquer: «C’est le soleil, il se rĂ©flĂ©chit. Il rĂ©vĂšle les choses.» Voyez, vous sauriez qu’il Ă©tait lĂ  parce que vous pouviez le sentir avec vos sens. Est-ce vrai? [L’assemblĂ©e dit: Amen. – N.D.É.]

400    Maintenant, nous savons que Christ est ici. Voyez, peut-ĂȘtre que vous ne Le voyez pas avec vos yeux. Voyez? Peut-ĂȘtre que non, mais par une vision, je vous dit qu’Il est ici. Nous sentons Cela. Nous savons qu’il y a ici Quelque chose que nos sens ne dĂ©clarent pas. C’est l’Esprit qui dĂ©clare cela, que Christ est ici.

401    Je sens qu’Il nous a rachetĂ©s. Je sens que nos noms sont dans Son Livre. Je crois que nous avons Ă©tĂ© rachetĂ©s par le Sang de l’Agneau. Je vous aime et je sais que vous vous aimez les uns les autres.
Oh! béni soit le lien qui unit
Nos cƓurs dans un amour chrĂ©tien;
La communion d’ñmes sƓurs
Est pareille à celle d’En haut.

402    Nous devrions toujours nous sentir ainsi l’un pour l’autre; voyez, nous le devons. Nous devons nous sentir ainsi l’un pour l’autre, voyez? En effet, si nous nous aimons les uns les autres, nous aimons Dieu. Pouvez-vous haĂŻr votre frĂšre que vous avez vu et dire que vous aimez Dieu que vous n’avez pas vu? Nous devons nous aimer les uns les autres. Aucun homme n’a de plus grand amour que Celui qui donna Sa vie pour Ses ennemis afin qu’ils puissent devenir Ses amis. Oh!

403    Connaissez-vous ce chant: «BĂ©ni soit le lien qui unit»? N’est-ce pas merveilleux? BĂ©ni soit le lien!... Voudriez-vous nous en donner un accord, sƓur, lĂ -bas? Laissez simplement cela jouer une minute...

404    Et si c’était terminĂ©? Et si le troisiĂšme Pull qui approche maintenant, c’est de prĂȘcher aux perdus? Et si tous les types allaient ĂȘtre confirmĂ©s maintenant, et que nous soyons Ă  l’intĂ©rieur – et que nous soyons Ă  l’intĂ©rieur, cela ne serait-il pas merveilleux? Quelle communion!
Oh! béni soit le lien qui unit (Voici ce qui fait cela.)
Nos cƓurs dans un amour chrĂ©tien;
La communion d’ñmes sƓurs
Est pareille Ă ... (continuez tout simplement.)

405    Qu’était-ce? La communion d’ñmes sƓurs. «Que Ton rĂšgne vienne, que Ta volontĂ© soit faite.» Voyez-vous?

406    Nous essayons de faire de Dieu un porte-bonheur, un garçon de courses ou autre, disant: «Dieu, fais ceci, fais cela.»

407    JĂ©sus a dit: «Priez: Que Ton rĂšgne vienne, que Ta volontĂ© soit faite sur la terre comme au Ciel.»
    Alors le Ciel est descendu jusqu’à nous et nous, nous sommes montĂ©s au Ciel et nous sommes maintenant assis dans les Lieux CĂ©lestes en Christ JĂ©sus. Nous croyons tous que ce Message est la VĂ©ritĂ©, que JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous a rachetĂ©s.

408    Fermons les yeux maintenant et levons les mains pendant que nous chantons cela.
BĂ©ni soit le lien qui unit
Nos cƓurs dans un amour chrĂ©tien;
La communion d’ñmes sƓurs,
Est pareille à celle d’En haut
    (Continuez Ă  jouer cela)

409    Maintenant, pas de sourire; ce n’est pas le moment de sourire. Avec une profonde sincĂ©ritĂ©, pendant qu’on joue ce cantique, serrez la main Ă  quelqu’un prĂšs de vous, en disant: «Que Dieu vous bĂ©nisse, ChrĂ©tien.» Avec sincĂ©ritĂ©.

410    Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre Neville. [FrĂšre Neville dit: Qu’Il vous bĂ©nisse, FrĂšre Branham – N.D.É.] Cinquante-neuf ans, [C’est exact] c’est beaucoup! Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre ...? ... Maintenant, levons nos mains vers Lui.
Quand nous nous séparons
Cela nous donne une peine intérieure;
Mais nous serons toujours unis dans nos cƓurs,
Et nous espérons nous rencontrer de nouveau.

411    Maintenant, inclinons la tĂȘte, et ensemble, ne sachant pas en ce moment ce que nous rĂ©serve l’avenir, ne sachant pas si c’est terminĂ©... Je ne sais pas. Je ne peux pas le dire. Je ne peux pas le dire. Je ne sais pas. Mais devant les faits qui ont Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©s ce matin, disons la priĂšre que le Seigneur nous a enseignĂ©e. MĂȘme si c’est: Que Ton rĂšgne vienne; que Ta volontĂ© soit faite. Voyez? Disons-la ensemble.
    [FrĂšre Branham ainsi que l’assemblĂ©e disent la priĂšre suivante, ensemble, celle de Matthieu 6:9-13 – N.D.É.]
Notre PĂšre qui es aux cieux,
Que Ton Nom soit sanctifié;
Que Ton rĂšgne vienne;
Que Ta volonté soit faite
Sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien;
Pardonne-nous nos offenses
Comme nous aussi nous pardonnons
À ceux qui nous ont offensĂ©s;
Ne nous induis pas en tentation,
Mais délivre-nous du mal.
Car c’est à Toi qu’appartiennent
Dans tous les siĂšcles,
Le rĂšgne, la puissance et la gloire. Amen!

413    Maintenant, avec nos cƓurs inclinĂ©s ... La Bible dit qu’ils chantĂšrent un cantique et sortirent. Souvenez-vous, lorsqu’ils firent cela dans l’Écriture, c’était parce qu’ils avaient crucifiĂ© le ministĂšre de notre Seigneur, celui du deuxiĂšme Pull, et le troisiĂšme Ă©tait prĂȘt Ă  se manifester. Quelques heures aprĂšs cela, Il monta en enfer et prĂȘcha aux perdus qui avaient rejetĂ© leur misĂ©ricorde.

414    Un accord de «Ma foi regarde en haut vers Toi.»
Ma – ma foi regarde en haut vers Toi,
Toi, Agneau du Calvaire,
Sauveur divin!
Maintenant, entends-moi, alors que je prie,
EnlÚve tous mes péchés,
Oh! laisse-moi dĂšs ce jour
Être entiùrement à Toi!
Pendant que je marche dans le labyrinthe sombre de la vie,
Et que la dĂ©solation s’étend autour de moi,
Toi, sois mon Guide;
Ordonne aux ténÚbres de se changer en lumiÚre,
Essuie mes larmes de tristesse.
Oh! laisse-moi dĂšs ce jour
Être entiùrement à Toi!

415    Que le Seigneur vous bĂ©nisse et qu’Il fasse briller Son Fils et Sa grĂące sur vous, et puisse le Seigneur vous donner la Vie Ă©ternelle et ĂȘtre avec vous ici, dans ce monde et dans le monde Ă  venir. Et dans la Vie Ă©ternelle, puissiez-vous Le servir tout au travers des Ă©ternitĂ©s Ă  venir.

416    Si c’est le moment et que nous en sommes arrivĂ©s lĂ , je n’ai pas honte de ce que j’ai prĂȘchĂ©. Et si chaque prĂ©dicateur doit se prĂ©senter avec son assemblĂ©e et ĂȘtre jugĂ© (comme je l’ai vu dans la vision), je suis reconnaissant pour l’Évangile que j’ai prĂȘchĂ©, parce que c’est le mĂȘme Évangile que Paul et les autres ont prĂȘchĂ©.

417    Je suis heureux pour vous. Je suis heureux que vous ayez reçu Christ comme votre Sauveur. Aimez-Le et priez.

418    Et je vous verrai ce soir, le Seigneur voulant, Ă  sept heures, ici Ă  l’église. Que Dieu vous bĂ©nisse. Je vous congĂ©die.
EN HAUT