ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Trois sortes de croyants de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 63-1124E La durĂ©e est de: 1 heure 48 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3

Trois sortes de croyants

1     Inclinons nos tĂȘtes. Ayant la tĂȘte et le coeur inclinĂ©s, je me demande combien aimeraient que l’on se souvienne d’eux dans la priĂšre. Voulez-vous simplement lever la main en disant: «Seigneur, souviens-Toi de moi, ĂŽ Seigneur!». Il y a beaucoup de demandes ici et un tas de mouchoirs posĂ©s sur le pupitre.

2     Cher PĂšre cĂ©leste, ce soir nous sommes de nouveau assemblĂ©s sous ce toit oĂč Tu nous as rencontrĂ©s si souvent et oĂč Tu as exprimĂ© Ton amour Ă  notre Ă©gard, tandis que nous essayons nous-mĂȘmes Ă  notre humble maniĂšre d’exprimer notre amour et la grandeur de ce que Tu as tait pour nous. Et ce soir nous venons de nouveau, Seigneur, comme un peuple qui est dans le besoin, car nous avons toujours besoin de Toi. Et aussi longtemps que nous sommes ici sur terre nous savons que ce sera notre cri, car nous sommes dans une bataille et que la bataille fait rage. Mais Tu as fait des promesses quand Tu as dit que l’ennemi serait comme un lion rugissant. Il est dĂ©chaĂźnĂ© au milieu du peuple et nous pouvons le voir partout comme un lion rugissant dĂ©vorant qui il peut parce qu’il sait que son temps est court. Mais nous avons un PĂšre qui prend soin de Ses petits enfants, et nous fuyons vers Toi avec nos requĂȘtes ce soir, ĂŽ Seigneur. Nous Te prions de nous accorder ce que nous demandons.

3     Et PĂšre, ces mouchoirs posĂ©s ici signifient qu’il y a des malades quelque part dans ce pays qui appellent, ayant besoin de Toi et croyant que Tu exerces leur foi en leur ayant fait envoyer ces mouchoirs ici. O Dieu, accorde la guĂ©rison Ă  chacun d’eux.

4     Seigneur, nous venons de voir Ta grande puissance il y a quelques instants seulement dans cette salle, quand Tu as redonnĂ© une mĂ©moire parfaite Ă  un garçon qui Ă©tait perdu. Jour aprĂšs jour nous voyons Ta grande puissance ĂŽter la maladie, rĂ©vĂ©ler les secrets des coeurs, montrant aux gens ce qui ne va pas chez eux et remettant leur vie en ordre. Nous Te remercions, Seigneur Dieu, parce que c’est au-delĂ  de ce que l’homme peut faire. C’est au-delĂ  de ce qu’aucun de nous pourrait connaĂźtre. Mais Toi, Tu peux rĂ©vĂ©ler la cause mĂȘme, ce qui a fait le mal et comment il est. C’est Toi, ĂŽ PĂšre. Nous savons que la Parole sonde le coeur et qu’Elle discerne les pensĂ©es et les intentions du coeur. C’est pourquoi nous Te remercions pour cela.

5     Et maintenant, Seigneur, ces gens ici qui ont inclinĂ© la tĂȘte et qui pensent Ă  ces choses, nous croyons que c’est le Saint-Esprit qui leur parle. Veuille accorder la rĂ©ponse Ă  chacune de leurs requĂȘtes. Seigneur, sauve ce soir ceux qui peuvent ĂȘtre sauvĂ©s, ceux qui sont perdus. Puissent-ils entrer et ĂȘtre sauvĂ©s.

6     Nous sommes si reconnaissants de voir lĂ  cette Ă©norme pile de vĂȘtements de baptĂȘme mouillĂ©s, sachant que le tombeau a Ă©tĂ© ouvert et que pour beaucoup les pĂ©chĂ©s du vieil homme ont Ă©tĂ© ensevelis. Je Te remercie pour cela, PĂšre. Et puissent-ils marcher en nouveautĂ© de vie le reste de leurs jours. Nous Te le demandons par le Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

7    Que le Seigneur vous bĂ©nisse et qu’Il accorde la rĂ©ponse aux requĂȘtes qui Ă©taient sur votre coeur.

8     Maintenant je crois que Billy m’a dit que frĂšre Wheeler avait eu un petit enfant. Est-ce vrai? Ai-je fait une erreur? Il fallait le prĂ©senter ou quelque chose comme cela. [FrĂšre Neville suggĂšre de prĂ©senter plusieurs bĂ©bĂ©s — N.D.É.]. Si vous voulez les amener ici, je serais heureux
 Si les anciens veulent bien s’avancer et imposer les mains Ă  ces petits ĂȘtres tandis que nous les prĂ©sentons. J’essaierai d’ĂȘtre aussi bref que possible. Et nous aimerions que les parents puissent apporter au Seigneur JĂ©sus ces petits joyaux que Dieu leur a donnĂ©s. Nous essayons toujours de leur ouvrir le chemin parce que nous ne savons pas ce qui arrivera demain. Ma mĂšre me disait toujours: «Ne remets pas au lendemain ce qui peut ĂȘtre fait aujourd’hui». C’est vrai, parce que vous ne savez pas ce que demain vous rĂ©serve. Mais nous savons Qui s’occupe de demain, c’est le principal Nous savons Qui s’occupe de demain. [FrĂšre Branham prĂ©sente plusieurs bĂ©bĂ©s].

9     C’est un moment oĂč ma femme envie mon travail, ce moment oĂč je tiens, ces petits bĂ©bĂ©s. Elle aime tellement les tenir! Moi aussi, mais j’ai toujours peur de les casser! Vous savez, ils sont si jolis et ont l’air si dĂ©licats, bien qu’en rĂ©alitĂ© ils soient plus solides que nous.

10     Je vous avais dit que nous sortirions
 Eh bien il ne me reste plus que trente-cinq minutes. Je vais devoir me dĂ©pĂȘcher, n’est-ce pas? Voyons. Je ne voudrais pas mal juger les gens ou dire quelque chose de faux, mais je vais essayer de toutes mes forces parce que, vous savez, sur les routes je ne suis plus aussi actif qu’autrefois. Quelquefois c’est pĂ©nible de faire tous ces kilomĂštres quand on a tenu deux ou trois services dans la journĂ©e, mais la principale cause de fatigue ce sont ces visions. Cela ne me fait rien de prĂȘcher. Oh, mes frĂšres, je pourrais rester ici toute la journĂ©e sans que cela me dĂ©range, mais ce sont ces visions. Et quand les gens viennent me voir, c’est ce dont ils ont besoin, vous voyez. C’est pour cela qu’ils sont ici. C’est quelque chose que l’on ne peut pas simplement rĂ©gler par l’imposition des mains. Il faut connaĂźtre la racine, le point de dĂ©part des choses, ce qui a fait que les choses sont ainsi, et ensuite ce qu’il faut faire pour en sortir. C’est pour cela qu’ils sont ici.

11     Les rĂ©unions commenceront mercredi soir Ă  Shreveport en Louisiane. Et s’il y en a parmi vous qui avez des amis lĂ -bas, dites-leur de venir. Je crois que cela commencera au Life Tabernacle, Ă  moins que nous n’allions en face dans l’auditorium, si l’on peut l’avoir, ce qui nous donnerait un peu plus de places assises. Mais ils peuvent avoir le deuxiĂšme balcon, le parterre principal et un Ă©tage dessous. Je ne sais pas exactement combien on pourra faire asseoir de monde, mais si cela va trop mal, peut-ĂȘtre que nous pourrons avoir l’auditorium d’en face. Je ne sais pas non plus combien il y a de places assises. J’ai eu des services lĂ , mais je ne m’en souviens plus. C’est une convention annuelle.

12     J’étais lĂ -bas il y a trois ans et nous avions commencĂ© un rĂ©veil au Nom du Seigneur. Cela n’a jamais cessĂ© depuis lors et cela continue sans arrĂȘt chaque jour. Les gens viennent, ils sont sauvĂ©s, baptisĂ©s et se mettent ainsi Ă  marcher avec le Seigneur. Il vient des pasteurs et toute sorte de monde. Tant que cela continue ainsi et que je reste ici, j’aimerais aller les visiter tout le temps, leur dire simplement quelques mots et continuer mon chemin.

13     Nous commencerons donc mercredi et terminerons dimanche. Le dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens se tiendra Ă  l’hĂŽtel
 j’ai oubliĂ© son nom mais on vous le dira quand vous serez lĂ . C’est un dĂ©jeuner des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens.

14     La derniĂšre fois, j’ai passĂ© de glorieux moments lĂ -bas (je parle spĂ©cialement pour vous, les hommes d’affaires chrĂ©tiens). Le Seigneur a sauve un rabbin de cette ville et oh, je ne sais pas tout ce qui a encore eu lieu! Ce furent lĂ -bas des moments glorieux dans le Seigneur quand je prĂȘchai sur l'Alliance du Sang. Le sang, c’est ce que les Juifs connaissent. Sans effusion de sang il n’y a pas de rĂ©mission, vous voyez.

15     Maintenant allons tout droit Ă  la Parole et j’essaierai de tenir mes promesses Ă  votre Ă©gard. Encore une chose. Si le Seigneur le permet, le dimanche aprĂšs NoĂ«l, si vous ĂȘtes en vacances et que vous passiez par lĂ , s’il n’y a pas de verglas ou autre et que vous ĂȘtes dans les environs, eh bien, venez nous rendre visite. Nous essaierons d’avoir une rĂ©union dimanche matin aprĂšs NoĂ«l. Quel jour sera-ce? le 29? Ce sera le dimanche 29, aprĂšs NoĂ«l.

16     S’il arrive quelque chose qui nous empĂȘche d’ĂȘtre ici
 Nous ne connaissons pas le futur, vous savez, mais s’il arrive quelque chose, eh bien, vous qui habitez en dehors de ville comme les gens qui viennent de Memphis


17     J’aurais bien aimĂ© entendre frĂšre Ungren chanter Comme Tu es glorieux! Est-il ici ce soir? J’ai toujours tellement de choses Ă  faire que je ne peux pas les faire toutes. Que Dieu vous bĂ©nisse!

18     Tournons-nous maintenant vers les Ecritures et lisons un petit passage de l'Ecriture. Si mes paroles manquent, Celle-ci ne manquera pas. Dieu vous bĂ©nira de rester ici simplement pour Ă©couter Sa Parole. "La foi vient de ce qu'on entend, de ce qu'on entend de la Parole de Dieu". N'est-ce pas vrai? Je pensais Ă  quelque chose que je vous dirai tandis que vous cherchez Jean au chapitre 6. Nous commencerons Ă  lire au verset 60 et nous irons jusqu'au verset 71 y compris.

19     Il n'y a pas longtemps, en regardant le coucher du soleil par la fenĂȘtre, je pensais comme toute la nature a une loi. Quand vient l'hiver, la loi de la nature fait automatiquement descendre la sĂšve dans les racines des arbres, Elle ensevelit... Comme le disait Job: "Oh, si Tu voulais me cacher dans la tombe! Si Tu voulais me garder dans le lieu secret jusqu'Ă  la fin de Ta colĂšre!". C'est cela: "Si Tu voulais me cacher...".

20     Il voyait la nature, la vie qui descendait dans la racine des arbres, frĂšre Way, et rester lĂ  jusqu'Ă  ce que la colĂšre soit passĂ©e, disant: «Appelle-moi et assigne-moi un temps». Vous voyez? La nature a une loi. Il y a une loi de la nature. Il n'y a absolument aucun moyen de passer Ă  cĂŽtĂ©. C'est la loi de la nature. Et il y a aussi une loi de l'Esprit. Et il n'y a aucun moyen de passer Ă  cĂŽtĂ©.

21     Cet aprĂšs-midi, j'ai parlĂ© Ă  un couple sur ce sujet: vous ne pouvez rien annihiler (anĂ©antir) totalement. Les ĂȘtres humains ne peuvent rien annihiler. Ils peuvent dĂ©chirer mais pas annihiler. Quelqu'un a dit: «Que se passe-t-il quand on brĂ»le un bout de papier? Est-ce que cela l'annihile?». Non, pas du tout. La chaleur du feu sĂ©pare simplement les composants chimiques. Ils retournent Ă  l'Ă©tat de gaz, c'est-Ă -dire Ă  ce qui Ă©tait au commencement. Vous ne pouvez pas annihiler. Et si le monde subsistait assez longtemps, ces mĂȘmes gaz et produits chimiques qui Ă©taient dans ce bout de papier pourraient redevenir un bout de papier. C'est exact. Vous ne pouvez annihiler. Exactement.

22     S'il y a une rĂ©surrection oĂč chaque chose reviendra et qu'il n'y a pas d'annihilation, il y aura alors une rĂ©surrection des justes et nous devrons revenir. Tout est lĂ . Il n'y a aucun moyen de faire cela. Vous auriez beau ĂȘtre brĂ»lĂ©, noyĂ© ou quoi que ce soit d'autre qui puisse vous arriver, vous ne pouvez pas ĂȘtre annihilĂ©.

23     Rappelez-vous que chaque partie de vous Ă©tait lĂ . Quand Dieu appela le monde Ă  l'existence par Sa Parole, Il plaça votre corps ici Ă  ce moment-lĂ  et il n'y a rien qui puisse l'ĂŽter exceptĂ© Dieu. Tout est retournĂ© dans Ses mains, vous voyez? Le CrĂ©ateur est Celui qui avait fait la promesse, c'est pourquoi nous sommes sĂ»rs qu'il y a une vie Ă©ternelle. Et nous avons maintenant l'assurance dans notre coeur que nous avons maintenant la Vie Ă©ternelle, la Vie Ă©ternelle qui ne peut pas mourir en nous maintenant.

24     Bien. Lisons maintenant dans Jean au chapitre 6, depuis le verset 60.
    Plusieurs de ses disciples, aprĂšs l'avoir entendu, dirent: Cette parole est dure: qui peut l'Ă©couter?
    JĂ©sus, sachant en lui-mĂȘme que ses disciples murmuraient Ă  ce sujet, leur dit: Cela vous scandalise-t-il?
    Et si vous voyez le Fils de l'homme monter oĂč il Ă©tait auparavant?...
    C'est l'esprit qui vivifie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit (c'est Lui) et vie (Qu'a-t-Il dit? "Je suis la vĂ©ritĂ© et la Vie").
    Mais il en est parmi vous quelques-uns qui ne croient point. Car JĂ©sus savait dĂ©s le commencement qui Ă©taient ceux qui ne croyaient point, et qui Ă©tait celui qui le livrerait.
    Et il ajouta. C'est pourquoi je vous ai dit que nul ne peut venir Ă  moi si cela ne lui a Ă©tĂ© donnĂ© par le PĂšre.
    DĂšs ce moment, plusieurs de ses disciples se retirĂšrent, et ils n'allaient plus avec lui (c'Ă©taient des paroles dures, vous voyez, et ils ne pouvaient les recevoir).
    JĂ©sus donc dit aux douze: Et vous, ne voulez-vous pas aussi vous en aller?
    Simon Pierre lui rĂ©pondit: Seigneur, Ă  qui irions-nous? Tu as les paroles de la vie Ă©ternelle.
    Et nous avons cru et nous avons connu que tu es le Christ, le Saint de Dieu (Oh, mes frĂšres!).
    JĂ©sus leur rĂ©pondit: N'est-ce pas moi qui vous ai choisis, vous les douze? Et l'un de vous est un dĂ©mon!
    Il parlait de Judas Iscariot, fils de Simon; car c'Ă©tait lui qui devait le livrer, lui, l'un des douze.

25     Maintenant, si je devais donner un titre Ă  mon sujet de ce soir (et je ferai de mon mieux pour bien remplir cette demi-heure), je le nommerais ainsi: Trois sortes de croyants. J'ai souvent fait cette dĂ©claration, je pense: «Eh bien, je crois que je vais prĂȘcher une fois lĂ -dessus. J'en parlerai ce soir». C'est ce que je pensais.

26     Il y a premiĂšrement les croyants, puis les soi-disant croyants et enfin les incrĂ©dules. Nous avons lĂ  tout un sujet, mais sachons, nous qui sommes assis ici ce soir, que dans tout rassemblement il y a ces trois groupes. OĂč que des gens se rassemblent, nous trouvons ces trois groupes et nous les avons toujours trouvĂ©s et nous les aurons probablement toujours jusqu’au retour du Seigneur.

27     Et je voudrais que nous nous dĂ©crivions nous-mĂȘmes ce soir, tandis que je parle de ces trois groupes, afin de voir dans lequel nous sommes. Et rappelez-vous maintenant que si je parle Ă  cette Ă©glise ici, qui est de nouveau pleine jusqu’au murs et aux corridors, je parle aussi au monde entier, vous voyez. Et ces bandes circulent dans toutes les parties du monde. C’est le ministĂšre des enregistrements.

28     Je vais parler maintenant des trois diffĂ©rents types de croyants. Rappelez-vous qu’il s’agit de croyants. Mon sujet est: Les croyants. L’un est un vrai croyant, l’autre est un soi-disant croyant, et l’autre est un incrĂ©dule. Vous voyez?

29     Le premier groupe dont j’aimerais parler est celui des croyants, parce que je pense qu’ils doivent ĂȘtre placĂ©s en premier, Ă©tant ceux qui croient vĂ©ritablement. Ce sont des croyants qui croient comme ces disciples que nous venons de voir. Nous prendrons comme exemple ce passage de l’Ecriture que nous venons de lire.

30     Le premier groupe est celui des croyants, des croyants authentiques. Et la foi vient de ce que l’on entend, de ce que l’on entend de la Parole de Dieu, la Parole de Dieu qui est Christ, vous voyez? C’est le groupe des croyants.

31     Avez-vous remarquĂ© la glorieuse dĂ©claration qu’a faite ce croyant? Or un croyant n’a pas besoin d’ĂȘtre quelqu’un d’intelligent Ă  la maniĂšre de l’intelligence du monde. Il n’a pas besoin d’ĂȘtre quelqu’un d’instruit comme ces gens disent que vous devez ĂȘtre instruit. Vous n’en avez pas besoin. Pierre, l’homme qui avait fait cette glorieuse dĂ©claration, la Bible Elle-mĂȘme dit qu’il Ă©tait Ă  la fois ignorant et sans instruction. Il n’était pas rĂ©ellement considĂ©rĂ© comme un homme intelligent.

32     Dans EsaĂŻe 35 il est dit:
    Et il y aura lĂ  une grande route et un chemin, et il sera appelĂ© le chemin de la saintetĂ©: l’impur n’y passera pas


33     Cet aprĂšs-midi je parlais avec un des diacres au sujet du nouveau pont. Je dis: «Il y a aujourd’hui beaucoup de ponts qui franchissent des plans d’eau et des baies, mais il y a un grand pont qui se dĂ©veloppe de la terre jusqu’à la gloire. Il est appelĂ© la Voie Royale. L’impur n’y passera pas». C’est vrai. C’est une route qui est construite par Christ notre Seigneur, c’est la route qui a Ă©tĂ© faite pour se dĂ©velopper de cette terre Ă  un autre Pays et l’impur ne la franchit pas.

34     Pierre, cet homme sans instruction, se tenant tout prĂšs, quand il vit la Parole de son jour complĂštement confirmĂ©e disant que Dieu avait promis qu’il s’élĂšverait quelqu’un qui serait un prophĂšte parmi eux
 Simon avait de la peine Ă  croire parce qu’il y avait eu tellement d’interprĂ©tations de cela, mais quand il vit dĂ©voilĂ©e la Parole authentique de cet Ăąge et qu’il L’entendit s’identifier correctement, il fut convaincu avec certitude que c’était le Seigneur.

35     Pierre Ă©tait celui qui a dit: “Seigneur, Ă  qui irions-nous!” quand la question lui fut posĂ©e, tandis que les foules se sĂ©paraient en croyants, incrĂ©dules et soi-disant croyants. Il y avait ces trois groupes qui se tenaient lĂ  dans cette compagnie de gens: les croyants, les soi-disant croyants et les incrĂ©dules. On les trouve lĂ  mĂȘme dans ce chapitre. Et c’est parce que JĂ©sus prononça ces paroles de cette maniĂšre que cela sĂ©para Son assemblĂ©e. Mais il fallait que ce soit fait.

36     Il Ă©tait un grand homme tant qu’il guĂ©rissait les malades, mais quand Il en arriva Ă  la doctrine et Ă  la prophĂ©tie, c’est ce qui sĂ©para la balle du blĂ©, vous voyez. La balle enveloppe simplement le blĂ©. Ce n’est pas le blĂ©. On ne peut rien en faire. Il n’y a rien en elle, il n’y a pas de vie en elle. C’est l’enveloppe et elle ne peut rester avec le blĂ©. Elle n’hĂ©ritera pas avec le blĂ©. Ainsi donc, c’est du grain que nous parlons, le coeur du grain de blĂ©.

37     Remarquez maintenant que Pierre Ă©tait convaincu que c’était le Messie. Ce que disait tout le reste des gens ne faisait aucune diffĂ©rence pour lui. Ce que disait le prĂȘtre ne faisait aucune diffĂ©rence. Pour Simon Pierre, ce que disait l’église n’avait aucune importance. Il Ă©tait lui-mĂȘme convaincu.

38     A un autre endroit, JĂ©sus lui demanda: “Qui dit-on que je suis?”.

39     Quelques-uns dirent: “Tu es un prophĂšte”. D’autres dirent: “Tu es un des anciens prophĂštes ressuscitĂ©. Tu es MoĂŻse, Elie
 ou autre chose”.

40     Alors JĂ©sus demanda: “Je te pose la question Ă  toi. Que penses-tu, toi?”. 41    Pierre dit: “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant”.

42     JĂ©sus lui rĂ©pondit: “Tu es bĂ©ni, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Tu n’as jamais appris cela d’un livre, d’un credo ou d’un catĂ©chisme. C’est mon PĂšre qui est dans le Ciel qui t’a rĂ©vĂ©lĂ© cela”. C’était un croyant authentique en la rĂ©vĂ©lation spirituelle de la Parole, vous voyez?

43     â€œTu es Simon, et sur ce rocher de ta rĂ©vĂ©lation de Qui je suis, je bĂątirai mon Eglise et les portes de l’enfer ne prĂ©vaudront pas contre elle”. Vous voyez?

44     Il n’est pas Ă©tonnant que Simon ait dit: “A qui irions-nous d’autre?”.

45     JĂ©sus s’était tournĂ© vers eux et leur avait demandĂ©: “Et vous, ne voulez-vous pas vous en aller?”.

46     Mais eux rĂ©pondirent: “Seigneur, oĂč irions-nous, car Toi seul as les Paroles de Vie. Tu es le seul”. Car non seulement Il AVAIT les Paroles de Vie, mais Il ETAIT la Parole de Vie. Il Ă©tait la Parole de Vie et Simon reconnut cela complĂštement. Et quand il le reconnut, c’est cela qui lui fit garder l’espoir car il lui avait Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ© que JĂ©sus Ă©tait cette Parole vivante.

47     VoilĂ  donc ce qu’est un croyant authentique. Quand le Saint-Esprit, non pas quand vous ĂȘtes persuadĂ© par une personne quelconque ou par quelqu’autre chose, mais quand le Saint-Esprit vous a rĂ©vĂ©lĂ© la Parole Elle-mĂȘme et que vous voyez la Parole rendue claire et confirmĂ©e, alors l’Esprit de Dieu entre dans cet Ăąge avec la Parole donnĂ©e pour cet Ăąge et la rend manifeste.

48     Comment quelqu’un aurait-il pu ne pas croire Luther, s’il avait su cela? Luther Ă©tait un rĂ©formateur. “L’esprit-homme” parut alors pour la rĂ©formation. Avec Wesley ce fut pareil. Il fallait le croire. Vous voyez, c’était le message pour cet Ăąge de l’église. C’était exactement ce qui s’était passĂ©. C’est ce qui devait arriver. Il fallait le croire.

49     Et nous voici maintenant arrivĂ©s Ă  l’ñge de LaodicĂ©e et l’on nous a enseignĂ© que dans l’ñge de LaodicĂ©e, Christ a Ă©tĂ© mis hors de Son Eglise et qu’Il frappa Ă  la porte, essayant d’y rentrer. C’est pourquoi, quand nous voyons ce qui arrive, nous savons dans quel Ăąge nous vivons.

50     Nous arrivons au moment oĂč l’histoire du monde se termine. Maintenant le livre est en train d’ĂȘtre achevĂ©. Un jour oĂč l’autre, la derniĂšre ligne sera Ă©crite et il sera fermĂ©. Alors il n’y aura plus de temps.

51     Il y a un grand drame en train de se prĂ©parer et les anges se tiennent dans les cieux et observent. Vous savez ce qu’est un drame. Les acteurs sont prĂȘts. Vous pouvez les voir en train de jouer.

52     Vous pouvez voir le Malin jouer son rĂŽle. Vous pouvez voir comment le vilain de la piĂšce entre en scĂšne pour tromper par sa ruse. Mais vous pouvez aussi voir se prĂ©parer l’Eglise qui doit ĂȘtre enlevĂ©e. C’est une scĂšne glorieuse.

53     Vous pouvez voir la PrĂ©sence de Dieu confirmer et faire se reprĂ©senter le grand drame qui est prĂ©dit ici dans la Bible. Oh, dans quel temps nous vivons! C’est le temps le plus glorieux! Les hommes de tous les Ăąges ont dĂ©sirĂ© ardemment vivre dans ce temps-lĂ . Les prophĂštes d’autrefois ont dĂ©sirĂ© ardemment voir cette heure, mais n’en ont pas eu le privilĂšge.

54     Pierre Ă©tait un croyant parce qu’il vit cela. Il le crut. “Nous sommes pleinement persuadĂ©s que Tu es le Christ, le Messie, la Parole de Dieu pour ce jour, et nous le croyons”. Vous voyez, c’était un croyant vĂ©ritable.

55     Prenons encore rapidement quelques croyants avant d’en arriver au personnage suivant. Prenons le prophĂšte NoĂ©. Peut-ĂȘtre qu’en ce temps-lĂ  il Ă©tait paysan. Mais quand les moqueurs et les gens religieux de ce jour
 L’église en Ă©tait arrivĂ©e Ă  son point le plus bas, et Dieu parla Ă  NoĂ©, lui disant de construire une arche. NoĂ© ne discuta jamais cela avec Dieu. Il croyait que c’était la Parole de Dieu et se mit Ă  l’ouvrage Ă  toute vitesse pour prĂ©parer les choses. VoilĂ  un vrai croyant!

56     Ne discutez pas. Ce qu’il vous faut, c’est ĂȘtre pleinement convaincu. C’est pareil pour tout le monde et pour n’importe quel genre de foi. La foi vient par ce que l’on entend. Si vous pouvez rester ici malgrĂ© tout ce que le mĂ©decin dit qui ne va pas en vous (cet homme a fait le diagnostic de votre cas et sait probablement de quoi il parle dans la mesure oĂč ses instruments et sa connaissance lui permettent de le connaĂźtre quand il dit qu’il ne reste que la mort), si vous avez priĂ© et que vous ayez pu voir au-delĂ , dans le futur, un homme ou une femme en bonne santĂ©, cela suffit. Tout est lĂ . Vous entrerez en cela avec une parfaite certitude parce que vous le croyez. Dieu a parlĂ©. Vous savez que c’est ainsi.

57     C’est comme cette pauvre femme qui cracha son cancer dans une quinte de toux, vous voyez; elle n’avait dans sa pensĂ©e aucun doute que cela arriverait. Le cancer Ă©tait mort, il se dĂ©tacha et s’en alla. Vous voyez? Tout est lĂ . Vous croyez.

58     C’est comme avec ce PĂšre qui avait amenĂ© ce petit garçon ici il n’y a pas longtemps. Il est ici quelque part dans ce bĂątiment. Ce petit garçon avait fait une chute et avait perdu la mĂ©moire. Il ne pouvait plus se rappeler de rien. Quelques instants Ă  peine aprĂšs que j’aie priĂ©, je lui demandai son nom et il me le dit, et aussi quel Ăąge il avait. Et voilĂ , il est aussi normal que n’importe quel autre garçon, vous voyez. Ils avaient cru! Et quoi que ce soit que Dieu dise, il faut qu’il en soit ainsi. NoĂ© crut Dieu et NoĂ© fut considĂ©rĂ© comme un croyant. Quand l’église Ă©tait en captivitĂ© Ă  Babylone, Daniel crut en Dieu. On eut beau dire: “Nous allons faire une proclamation. Personne ne pourra prier aucun autre dieu que cette image lĂ -bas, ce saint homme ou quoi que cela puisse ĂȘtre”. Daniel n’accorda aucune attention Ă  cela. Il avait entendu Dieu, car il Ă©tait prophĂšte et la Parole Ă©tait venue Ă  lui. Et quand le temple avait Ă©tĂ© dĂ©dicacĂ© il avait Ă©tĂ© dit: “Si quelqu’un est en difficultĂ© dans quelque pays que ce soit et qu’il prie en regardant vers le lieu saint, sa priĂšre sera entendue du Ciel”. Daniel croyait en Dieu. Il Ă©tait un croyant authentique et mĂȘme les lions ne purent le dĂ©vorer. C’est vrai, vous voyez. Il Ă©tait un croyant. Il avait quelque chose de vĂ©ritable et d’authentique. Il Ă©tait croyant.

59     David, un autre croyant, Ă©tait un fugitif. Daniel n’avait pas pris place dans l’église moderniste. Pas du tout! Ils croyaient en ce que Dieu avait dit ĂȘtre la vĂ©ritĂ©. Le monde moderniste pouvait dire ce qu’il voulait, ils croyaient que ce que Dieu disait Ă©tait la vĂ©ritĂ©. C’étaient des croyants authentiques.

60     Ils firent exactement comme Pierre et les apĂŽtres, ils croyaient qu’Il avait la Parole de Vie et qu’Il Ă©tait la Parole de Vie. Je crois la mĂȘme chose aujourd’hui. Et tout ce qui s’oppose Ă  la Parole est contraire Ă  la Vie. C’est la mort. C’est cela seulement qui est la Parole de Vie, et Christ est la Parole.

61     David, ce rouquin
 D’abord il est probable qu’il Ă©tait critiquĂ© par ses frĂšres parce qu’il Ă©tait petit. Il n’était pas assez grand pour porter une armure. Il ne pouvait pas aller Ă  la guerre parce qu’il Ă©tait trop petit et malingre. Pourtant il y alla comme croyant. Tandis qu’il se tenait lĂ -bas dans le dĂ©sert, veillant sur les quelques douzaines de moutons que son pĂšre lui avait donnĂ© Ă  surveiller, armĂ© d’une simple fronde dans une rĂ©gion oĂč l’on trouvait des lions, des ours, des loups et autres, David regardait les verts pĂąturages ombragĂ©s et savait ce que signifiait pour les brebis d’aller Ă  l’ombre et de se cacher de la chaleur du soleil; il savait ce que signifiait une bonne lampĂ©e d’eau fraĂźche, c’est pourquoi il pouvait dire: «Comme le cerf brĂąme aprĂšs les courants d’eau, ainsi mon Ăąme crie aprĂšs toi, ĂŽ mon Dieu!». Voyez?

62     Il avait criĂ©, priĂ©, et un jour il y eut une situation critique. Un lion s’empara d’une de ses brebis et l’enleva. David pensa: “Le Dieu qui m’a fait supĂ©rieur au lion
”. Vous voyez? Il prit sa fronde et frappa le lion avec la petite pierre qu’il y avait mise. Or quiconque a jamais vu un lion, un de ces lions d’Afrique que l’on trouve en Palestine et jusqu’en Asie, un de ces grands lions qui ont un pelage Ă©pais autour du cou, sait ce que reprĂ©sente une de ces bĂȘtes. On arrive Ă  peine Ă  l’abattre avec un 300 Magnum. Mais David l’abattit avec un caillou! Et quand le lion se releva pour lui courir aprĂšs, il le saisit par la barbe et le tua.

63     La raison en est qu’il savait de quoi il parlait. Il avait fait une expĂ©rience. Il avait mis Dieu Ă  l’épreuve en ce qui concerne Sa Parole.

64     Ce n’est pas parce que Goliath Ă©tait un incirconcis qu’il en aurait eu peur. Goliath n’était pas du tout croyant. Et quand Goliath sortit et le maudit au nom de son dieu
 Goliath Ă©tait beaucoup plus grand que lui. C’était un grand et gros gaillard qui avait des doigts longs de trente-cinq centimĂštres. Vous voyez, ses doigts Ă©taient longs comme cela, longs de trente-cinq centimĂštres et c’était un guerrier. Et la cotte de mailles qu’il portait devait bien peser trois cents livres ou plus. Il avait un grand casque, Ă©pais probablement de trente-cinq millimĂštres. C’était un grand gĂ©ant qui marchait en tenant une ensouple de tisserand que l’on prĂ©tend longue de six mĂštres environ. C’était sa lance. Elle avait six mĂštres de long. Un homme comme cela pouvait prendre une douzaine d’hommes et les jeter au loin tout en avançant. Quel contraste! Et il restait lĂ  Ă  se vanter et faire le fanfaron.

65     Quand il vit quelle Ă©tait la situation il dit: “Qu’il n’y ait pas de sang versĂ©. Qu’un homme vienne me combattre. Si je gagne, vous viendrez simplement tous Ă  mon service et si vous gagnez, c’est nous qui vous servirons”.

66     Vous voyez, quand le diable voit que la chance est de son cĂŽtĂ©, c’est alors qu’il aime se vanter. Mais cette fois il trouva plus fort que lui. Il avait rencontrĂ© le plus petit homme du pays, un petit rouquin aux Ă©paules tombantes.

67     David dit: “Et vous voulez me dire que vous, l’armĂ©e du Dieu vivant, allez rester lĂ  et laisser ce Philistin incirconcis dĂ©fier l’armĂ©e du Dieu vivant?”.

68     Eh bien, cela le choquait! Pourquoi? Pourquoi? Parce qu’il Ă©tait un croyant. Les autres n’étaient que des soi-disant croyants, vous voyez. Mais David Ă©tait un croyant authentique.

69     Il dit: “Si vous avez peur, c’est moi qui irai le combattre!”. Vous voyez?

70     Quel dĂ©fi pour un petit gaillard comme lui! Mais il Ă©tait un croyant et fit exactement ce qu’il savait que Dieu voulait faire.

71     Quand ce Philistin incirconcis le maudit au nom de son dieu, il dit en en voyant s’approcher ce petit bout d’adolescent: “Suis-je un chien? Je te ramasserai avec ma lance et je te suspendrai Ă  un arbre oĂč je laisserai les oiseaux manger ta chair!”. Oh, mes frĂšres, quel horrible personnage c’était!

72     Mais David lui rĂ©pondit: “Tu viens Ă  moi avec une Ă©pĂ©e, une lance et une armure. Tu viens Ă  moi au nom des Philistins. Mais moi je viens Ă  toi sans Ă©pĂ©e, sans lance et sans armure. Je viens Ă  toi au Nom du Seigneur Dieu d’IsraĂ«l”.

73     VoilĂ . C’était un croyant. C’était cela, sa forteresse. C’était son bouclier. C’était sa dĂ©fense. Amen! Cela devrait ĂȘtre la dĂ©fense de l’Eglise. C’est la dĂ©fense de chaque croyant. Quoi qu’il arrive, quoi que le monde dise ou quoi que ce soit d’autre, votre dĂ©fense est le Seigneur Dieu d’IsraĂ«l. C’est cela. “Le Nom de JĂ©sus-Christ est une tour puissante, les justes s’y rĂ©fugient et y sont en sĂ©curitĂ©â€. C’est cela notre dĂ©fense, c’est JĂ©sus-Christ.

74     Remarquez que quand cela se passa, nous savons ce qui est arrivĂ©. David ne pouvait frapper le gĂ©ant qu’à un seul petit endroit, lĂ  oĂč il s’était dĂ©couvert en relevant la visiĂšre de son casque. Le seul endroit qui pouvait ĂȘtre touchĂ© Ă©tait son front. Avant mĂȘme que David ait pu s’approcher du gĂ©ant, Dieu avait prĂ©parĂ© le point d’impact et ainsi il put abattre ce gĂ©ant. Vous voyez? C’est Dieu qui l’a fait. Remarquons que David Ă©tait un croyant.

75     Abraham Ă©tait un autre croyant qui venait de la ville chaldĂ©enne d’Ur. Il fut appelĂ© Ă  croire et Ă  faire quelque chose qui, physiquement, Ă©tait totalement impossible. Mais il ne douta pas de la promesse de Dieu par incrĂ©dulitĂ© (voyez Romains 4) et resta ferme, donnant gloire Ă  Dieu.

76     Abraham avait soixante-quinze ans et sa femme soixante-cinq, et ils avaient vĂ©cu ensemble depuis leur enfance, puisque Sara Ă©tait la demi-soeur d’Abraham. Ils avaient vĂ©cu ensemble depuis leur enfance et n’avaient pas eu du tout d’enfants. Et Dieu dit Ă  Abraham: “SĂ©pare-toi des incrĂ©dules”. Dieu cause toujours une sĂ©paration, quelle qu’elle soit. “SĂ©pare-toi des incrĂ©dules et marche avec moi. J’ai fait de toi le pĂšre de beaucoup de nations. Je l’ai dĂ©jĂ  fait!”. Et Abraham le crut. C’était un croyant.

77     â€œComment vas-Tu faire Seigneur?”. VoilĂ  une question qu’il n’a jamais posĂ©e! Dieu avait dit qu’Il le ferait et cela rĂ©glait la chose.

78     AprĂšs que le premier mois fut passĂ©, il demanda Ă  Sara, qui avait passĂ© l’ñge de la mĂ©nopause: “Vois-tu une diffĂ©rence?” — “Pas la moindre”.

79     Mais Abraham y croyait toujours. Vingt-cinq ans plus tard il n’y avait toujours pas de diffĂ©rence! Mais Abraham croyait toujours! VoilĂ  ce que c’est qu’un croyant. Ce n’est pas un soi-disant croyant. C’est un croyant. Vingt-cinq ans plus tard Abraham Ă©tait encore plus ferme qu’au commencement. Il croyait Dieu et cela lui fut imputĂ© Ă  justice parce qu’il Ă©tait un croyant vĂ©ritable.

80     Dans un moment, je vous ferai vous sonder pour voir dans quelle catĂ©gorie vous ĂȘtes.

81     Maintenant que fit Abraham? Il ne douta pas de la promesse de Dieu et ne considĂ©ra pas les impossibilitĂ©s.

82     Que se passerait-il si un homme de soixante-quinze ans et une femme de soixante-cinq ans allaient chez le mĂ©decin et lui disaient: «Nous voulons rĂ©server une place Ă  la maternitĂ© parce que ma femme va avoir un enfant», et que vingt-cinq ans plus tard ils reviennent encore chez le mĂ©decin et lui disent: «Alors, docteur, la place est-elle toujours rĂ©servĂ©e Ă  la clinique?». Vous voyez? Cela vous fait agir d’une maniĂšre bizarre. Vos dĂ©cisions sont bizarres pour le monde. Mais c’est un croyant et peu lui importe si cela semble Ă©trange!

83     La Bible dit qu’il Ă©tait pleinement persuadĂ© que Dieu Ă©tait capable d’exĂ©cuter ce qu’Il avait dit qu’Il ferait. C’est ce que devrait rĂ©aliser chaque croyant cet aprĂšs-midi. Dieu est capable de garder chaque Parole qu’Il a dit qu’Il accomplirait. Peu importe ce que disent les dĂ©nominations au sujet de la Parole: «Les jours des miracles sont passĂ©s. Tout cela n’est que de la tĂ©lĂ©pathie et de la bonne aventure». Peu m’importe ce qu’ils disent! Je crois toujours que si le canon est pointĂ© sur la cible, il la touchera. Et je crois que si un croyant est pointĂ© sur la Parole de Dieu, cela touchera les choses mĂȘmes que la Parole de Dieu a promises. Cela se fera de nouveau. Et je suis pleinement persuadĂ© de ceci, que quand nous verrons que nous sommes dans cet Ăąge oĂč ces choses doivent ĂȘtre ici, elles seront ici. Ces choses doivent arriver.

84     C’est la raison pour laquelle je crois que quand l’Epouse est appelĂ©e et Ă©lue et placĂ©e dans le Livre de Vie, il viendra du Ciel un son qui mettra dans cette Epouse un tel baptĂȘme du Saint-Esprit que cela l’enlĂšvera de la terre dans la grĂące de l’enlĂšvement. Dieu l’a promis.

85     Peu importe ce qu’a dit la science, ce qu’ont dit tous ces astronautes et tout le reste, peu importe Ă  combien de millions de miles ils peuvent voir, tout cela n’a pour moi aucune importance. Il y a un Ciel et il y a littĂ©ralement un JĂ©sus-Christ lĂ -haut qui viendra dans une forme corporelle recevoir Son Eglise et Son Epouse. Cela a beau sembler de la vieille histoire, c’est toujours la vĂ©ritĂ©. Dieu l’a dit. C’est ce que croient les croyants.

86     Dieu a dit: “Je suis le Seigneur qui guĂ©rit toutes tes maladies. Je suis Dieu et je ne change pas”. Amen! Et Dieu est la Parole, et si Dieu ne change pas, comment la Parole changerait-Elle? Vous voyez? “Je suis Dieu et je ne change pas”. C’est l’Ecriture qui le dit. Dieu l’a dit Lui-mĂȘme. Et s’Il ne peut changer, alors Il est la Parole. “Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu et la Parole Ă©tait Dieu (la Parole immuable)
 Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et elle a habitĂ© parmi nous
”. Amen! Certainement.

87     Dieu a Ă©levĂ© des corps tout au long des Ăąges, MoĂŻse, EzĂ©chiel, JĂ©rĂ©mie, EsaĂŻe, Elie, pendant tout le temps oĂč Sa Parole venait temporairement, mais la Pleine Parole a Ă©tĂ© manifestĂ©e en ce JĂ©sus-Christ homme qui Ă©tait Dieu et en qui habitait corporellement la plĂ©nitude de la DivinitĂ©. C’est lĂ  qu’Il fut fait chair. Je crois chaque mot de cela.

88     Job Ă©tait un autre croyant. Quelquefois les croyants sont mis Ă  l’épreuve
 pas quelquefois, mais chaque fois! Car chaque fils qui vient Ă  Dieu doit ĂȘtre chĂątiĂ©, Ă©prouvĂ©, formĂ© comme un enfant. Rappelez-vous les Ă©preuves, les routes poussiĂ©reuses, le soleil brĂ»lant de la persĂ©cution, mais la loyautĂ© de votre coeur pĂ©trit ce matĂ©riau afin qu’il soit prĂȘt Ă  entrer dans le moule. Les enfants de Dieu sont Ă©difiĂ©s correctement sur Sa Parole car ils sont des exemples vivants et la Parole de Dieu vit par leur intermĂ©diaire. Vous voyez? L’épreuve vient vous secouer, vous conduire jusque tout au fond afin que vous voyiez quelle est votre position. Vous voyez? Chaque fils qui vient Ă  Dieu est testĂ©, Ă©prouvĂ©.

89     Job passa par les Ă©preuves et les tests. Ses enfants lui furent ĂŽtĂ©s, ainsi que tout le reste. Les membres d’église vinrent l’accuser d’avoir pĂ©chĂ© en secret et essayĂšrent de dire tout ce qu’ils purent contre lui, mais il ne voulut rien Ă©couter de tout cela. Il savait qu’il avait rempli les conditions de Dieu. Il savait qu’il n’y avait pas besoin que Satan essaie de le tenter. Il savait que c’était le diable. Et aussi longtemps que Satan put lui faire croire que sa maladie lui avait Ă©tĂ© donnĂ©e par son Dieu, il fouettait Job. Mais Job eut une fois la rĂ©vĂ©lation que ce n’était pas Dieu, mais qu’il traversait seulement ces Ă©preuves pour que quelque chose soit fait de lui. Ce n’était pas Dieu qui faisait cela, c’était Satan!

90     C’est pareil aujourd’hui. Il essaie de vous dire que ces Ă©preuves et autres choses, c’est Dieu qui essaie de mettre la punition sur vous. Ce n’est pas cela. Pas du tout! C’est Satan qui le fait, et Dieu le permet afin de vous tremper pour vous faire voir si vous ĂȘtes liĂ© Ă  la terre par les soucis de la terre, ou bien si votre trĂ©sor est dans le Ciel. Car vous ĂȘtes lĂ  oĂč est votre trĂ©sor. Votre coeur est lĂ  oĂč sont vos trĂ©sors.

91     Job fut Ă©prouvĂ©, pourtant il dit: “Je sais que mon RĂ©dempteur est vivant. Aux derniers jours Il se tiendra sur la terre. MĂȘme si les vers dĂ©truisent mon corps
”. Avez-vous remarquĂ© cela? Les vers Ă©taient dĂ©jĂ  en lui. Vos vers sont en vous. MĂȘme si vous ĂȘtes dans un cercueil scellĂ© sans air, les vers sont dĂ©jĂ  lĂ . Ils sont en vous, prĂȘts Ă  tout moment Ă  ĂȘtre appelĂ©s Ă  faire leur devoir.

92     Vous vous rappelez HĂ©rode? Il mourut rongĂ© des vers lĂ  dans la rue. Les vers le mangĂšrent lĂ  dans la rue, ses propres vers. Ils sont lĂ , prĂȘts Ă  agir.

93     â€œMĂȘme aprĂšs que mes vers auront dĂ©truit ce corps, dans ma chair je verrai Dieu”. Amen! Vous ne pouvez annihiler ce corps. MĂȘme si les vers le mangent, il reviendra. “Je Le verrai moimĂȘme, mes yeux Le verront et non pas ceux d’un autre”. C’est Job qui dit cela. Pourquoi? Parce qu’il Ă©tait un croyant. Dans les Ă©preuves il Ă©tait un croyant. Dans la persĂ©cution il Ă©tait un croyant. Il Ă©tait un croyant authentique.

94     Joseph Ă©tait un autre croyant. Il ne pouvait pas s’empĂȘcher d’ĂȘtre ce qu’il Ă©tait. Il Ă©tait prophĂšte. Dieu avait fait de lui un prophĂšte. Il ne dĂ©sirait pas ĂȘtre diffĂ©rent de ses frĂšres, mais il Ă©tait diffĂ©rent. C’est Dieu qui avait fait de lui ce qu’il Ă©tait. Personne d’autre ne pouvait prendre sa place.

95     Personne ne peut prendre votre place. Si petit que vous soyez
 Vous direz: «Je ne suis qu’une simple mĂ©nagĂšre!». Mais personne ne peut prendre votre place. Dieu, dans Sa glorieuse Ă©conomie, a mis en ordre le Corps de Christ de maniĂšre que personne ne puisse prendre votre place.

96     Comme j’aimerais prendre la place de Billy Graham (nous tous, les ministres de l’Evangile)! Mais nous ne pouvons pas le faire, vous voyez. Mais rappelez-vous simplement ceci. Billy ne pourrait pas prendre notre place, vous voyez. Nous avons tous une place. Certains d’entre nous sont Ă©vangĂ©listes, certains sont prophĂštes, certains sont docteurs, certains pasteurs. Quoi que nous soyons, mĂ©nagĂšres, mĂ©caniciens, paysans, quoique ce soit, Dieu vous a mis Ă  votre place, vous voyez?

97     Joseph Ă©tait prophĂšte. Il n’y pouvait rien s’il Ă©tait capable d’interprĂ©ter les songes. Il n’y pouvait rien s’il avait des visions. Observez comme il Ă©tait fidĂšle. Cela avait beau lui coĂ»ter la communion avec ses frĂšres, il Ă©tait fidĂšle parce qu’il croyait Ă  ces songes. Il croyait que le songe qu’il avait eu montrant que tous les autres (les autres gerbes) se prosterneraient devant lui se rĂ©aliserait. Parce qu’il y croyait. Il Ă©tait un croyant authentique. Oh, j’ai cinq minutes pour dix pages de notes!

98     Remarquez ceci maintenant. Remarquez un passage de l’Ecriture que j’ai notĂ© ici. NathanaĂ«l Ă©tait un croyant, n’est-ce pas? NathanaĂ«l vit ce qui arriva et cela eut de l’effet sur lui quand JĂ©sus lui dit qui il Ă©tait, disant qu’il Ă©tait vraiment un IsraĂ©lite en qui il n’y avait pas de fraude, et lui disant aussi oĂč il Ă©tait le jour prĂ©cĂ©dent quand il priait sous un arbre. Il l’avait vu quand Philippe l’appela. C’était un croyant.

99     Il y en avaient beaucoup lĂ -bas qui disaient: “C’est l’esprit du dĂ©mon. C’est le dĂ©mon qui opĂšre la guĂ©rison divine”. Ce vieux dĂ©mon-lĂ  n’est pas encore mort aujourd’hui! Il y en a toujours qui croient que ce sont les dĂ©mons qui opĂšrent la guĂ©rison divine.

100     JĂ©sus dit: “Si Satan chasse Satan, son royaume est divisĂ©, et un tel royaume ne peut subsister”. Vous voyez? Satan ne peut pas faire cela. C’est pourquoi Satan ne peut chasser Satan.

101     Donc NathanaĂ«l Ă©tait un croyant. Et quand il vit la Parole faite chair confirmer qu’il Ă©tait un croyant, il dit: “Rabbi, Tu es le Christ. Tu es le Roi d’IsraĂ«l”. Il le croyait.

102     Quand la femme au puits Le vit, elle crut cela. Elle Ă©tait une croyante.

103     C’était pareil avec l’aveugle BartimĂ©e
 Mais tout le monde criait et s’excitait. Quelques-uns disaient: “J’ai entendu dire que tu ressuscites les morts. Il y en a un cimetiĂšre tout plein par ici. Viens les ressusciter! Montre-nous comment tu le fais!”. Et vous voyez, c’est le mĂȘme dĂ©mon qui disait: “Si tu es le Fils de Dieu, commande Ă  ces pierres d’ĂȘtre changĂ©es en pain”. C’est le mĂȘme dĂ©mon qui mit un linge sur Son visage et qui Le frappait Ă  la tĂȘte quand les soldats se moquant de Lui se passaient le bĂąton en disant: “Si tu nous dis qui t’a frappĂ©, nous te croirons!”. Vous voyez, ces soldats se moquaient de Lui. Il avait vraiment l’air d’ĂȘtre le perdant de l’affaire, mais rappelez-vous simplement que Dieu est toujours en scĂšne. Vous voyez? Il Ă©tait Ă  l’endroit mĂȘme, prĂȘt en tout temps.

104     JĂ©sus avait dit: “Il me suffirait de parler Ă  mon PĂšre qui m’enverrait immĂ©diatement douze lĂ©gions d’anges”. Oh, et que ferait un seul de ces anges? Et vous voyez, Il aurait pu envoyer douze lĂ©gions sur un simple ordre. Mais JĂ©sus avait un travail Ă  faire. Il avait quelque chose Ă  faire et il fallait qu’Il passe par lĂ .

105     Vous avez quelque chose Ă  faire. Dieu a quelque chose Ă  faire pour vous. Peut-ĂȘtre que vous aurez quelques brisements de coeur et quelques ennuis. Peut-ĂȘtre que vous aurez quelques dĂ©ceptions, mais est-ce que nous prions pour qu’elles nous soient Ă©vitĂ©es? Non Seigneur! Mais prends-moi pour passer par ces choses quelles qu’elles soient. Quelles qu’elles soient, ne me laisse pas m’en Ă©chapper. Si elles ont Ă©tĂ© prĂ©parĂ©es pour moi, fais-moi la grĂące d’y passer. C’est tout.

106     Remarquez maintenant l’aveugle BartimĂ©e. Il savait que l’on avait dit: “C’est ce prophĂšte de GalilĂ©e. Il est le Fils de David. Nous le croyons”. Certains croyants doivent lui avoir dit cela. “Nous autres croyants savons qu’Il est le Fils de David”. Il savait que s’Il l’était, Il Ă©tait la Parole.

107     Et s’il savait qu’Il Ă©tait la Parole, il savait qu’ll pouvait discerner les pensĂ©es du coeur. C’est pourquoi il cria: “Fils de David, aie pitiĂ© de moi!”. Les incrĂ©dules, les membres d’église, lui criaient que ceci, que cela
 Mais cela n’arrĂȘta pas du tout l’aveugle BartimĂ©e. Il dit: “O JĂ©sus, Fils de David, aie pitiĂ© de moi!”.

108     Peut-ĂȘtre que JĂ©sus ne pouvait pas l’entendre, mais Il savait qu’il criait alors Il s’arrĂȘta et se retourna. Il y avait lĂ  un croyant. Alors Il dit: “Ta foi t’a sauvĂ©â€. Amen!

109     Il dit la mĂȘme chose Ă  la femme qui avait une perte de sang. “Ta foi
”. Parce qu’elle avait dit dans son coeur: “Si je peux toucher Son vĂȘtement, je serai guĂ©rie”. — “Ta toi t’a sauvĂ©e!”. Vous voyez? C’était une croyante.

110     C’est la mĂȘme chose qui a sauvĂ© l’autre jour William Dauch (qui est assis ici) d’une dĂ©faillance complĂšte du coeur. Une crise cardiaque chez un homme de quatre-vingt-onze ans! Mais: “Ta foi t’a sauvĂ©!”. Pourquoi? Parce qu’il est un croyant!

111     Il y a ici le pasteur Tom Kidd qui n’a pas loin de quatre-vingt-dix ans. Quand il avait soixante-dix-neuf ans, il fut emmenĂ© Ă  l’hĂŽpital avec un cancer de la prostate. Les mĂ©decins disaient qu’il n’avait aucune chance de survivre, mais quand nous entrĂąmes ce matin-lĂ  et que nous vĂźmes ce petit patriarche assis lĂ  avec un chĂąle sur les Ă©paules et frappant le sol avec une petite canne
 Il Ă©tait presque hors de lui. Il disait Ă  la vieille femme assise lĂ  et qu’il appelait grand-mĂšre (elle Ă©tait membre de son Ă©glise depuis des annĂ©es): «Vous avez l’air aussi blanche que la neige!». Il n’avait plus son bon sens. Pourtant, quand la puissance de Dieu frappa cette chambre
 Il est vivant ce soir! Cela s’est passĂ© il y a quatre ans. C’était un homme de prĂšs de quatre-vingts ans, et le voilĂ  ici ce soir en parfaite santĂ© et guĂ©ri du cancer. Ce n’est pas un soi-disant croyant, c’est un croyant! C’est cela. Il croit. Il prend Dieu Ă  Sa Parole.

112     Il est exactement comme l’aveugle BartimĂ©e. BartimĂ©e Ă©tait aveugle, mais il savait que s’il pouvait attirer l’attention de JĂ©sus-Christ, il recevrait ce qu’il dĂ©sirait.

113     La femme savait que si elle pouvait toucher Son vĂȘtement elle obtiendrait ce qu’elle dĂ©sirait. 114 Tom avait la foi que si je priais pour lui il obtiendrait ce qu’il dĂ©sirait.

115     Marthe avait la mĂȘme foi. Elle dit: “MĂȘme maintenant, Seigneur, tout ce que Tu demanderas Ă  Dieu, Dieu le fera pour Toi. Mon frĂšre est couchĂ© lĂ -bas dans le tombeau, mort depuis quatre jours. Mais demande simplement Ă  Dieu, et Dieu le fera pour toi”.
    JĂ©sus dit: “Ton frĂšre ressuscitera
”.

116     Marthe dit: “Oui, Seigneur, le dernier jour, Ă  la rĂ©surrection, il ressuscitera. C’est un brave garçon”.
    JĂ©sus dit: “Mais je suis la RĂ©surrection et la Vie”.
    â€œOui, Seigneur, je crois aussi cela”.
    â€œOĂč l’avez-vous enterrĂ©?”. VoilĂ . C’était terminĂ©. C’est vrai.

117     La reine du Midi viendra dans cette gĂ©nĂ©ration d’incrĂ©dules (c’est vrai) parce qu’elle Ă©tait allĂ©e lĂ -bas et avait cru que ce qu’elle avait vu Ă©tait de Dieu. La Bible dit qu’elle se lĂšvera au dernier jour avec cette gĂ©nĂ©ration et la condamnera parce qu’elle est venue des extrĂ©mitĂ©s de la terre pour Ă©couter la sagesse de Salomon.

118     MoĂŻse Ă©tait un croyant, bien qu’il ait essayĂ© d’agir intellectuellement. Il essaya tous les stratagĂšmes, mais cela ne marcha pas. Il essaya de faire sortir IsraĂ«l, sachant qu’il avait Ă©tĂ© appelĂ© pour le faire. Il essaya la maniĂšre mathĂ©matique. Il essaya la maniĂšre militaire. Il essaya par l’éducation. Il essaya toutes les maniĂšres de faire, mais cela ne marcha pas. Mais ensuite il prit la maniĂšre de Dieu. Que s’était-il passĂ©? LĂ -bas, au-dessus d’un buisson, il y avait eu un jour un feu qui ne voulait pas cesser. De lĂ , la Parole lui avait parlĂ©, disant: “JE SUIS”. Non pas “j’étais” ou “je serai” mais “JE SUIS”. Et Il est toujours le JE SUIS! Il est la Parole, l’Eternel, la Parole qui dure Ă  toujours.

119     MoĂŻse ne douta pas. Il y eut des difficultĂ©s contre lui. Toute la nature Ă©tait contre lui. Tout Ă©tait contre lui mais, prenant son bĂąton noueux Ă  la main, il descendit lĂ -bas, prit toute la nation Ă©gyptienne, la noya dans la mer Rouge et conduisit IsraĂ«l Ă  la Terre Promise. Pourquoi? Parce qu’il croyait Dieu. C’est vrai. C’est cela le croyant. VoilĂ . Maintenant j’ai Ă©puisĂ© ma premiĂšre demi-heure avec les croyants et il me reste encore deux catĂ©gories. Nous les passerons rapidement en revue car de toute façon elles n’ont pas d’importance. Non.

120     DeuxiĂšmement il y a les incrĂ©dules. Nous parlerons maintenant des incrĂ©dules.

121     Que tait l’incrĂ©dule? Nous avons vu que le croyant fait quoi? Qu’il accepte la Parole. Dans chaque race, dans chaque gĂ©nĂ©ration ils suivent la voie de NoĂ© d’un bout Ă  l’autre. Nous pourrions faire un rĂ©veil de six mois rien que sur ce sujet, faisant ressortir le caractĂšre de ceux qui ont cru. Le croyant ne remet pas les choses en question. Le croyant croit sans Ă©gard aux apparences ou Ă  ce que les autres ont Ă  dire lĂ -dessus. Il croit mĂȘme si cela a l’air impossible. Le croyant croit. Que croit-il? La Parole et non pas le credo. La Parole et non pas la dĂ©nomination. La Parole et non pas ce que dit quelqu’un d’autre. Il croit ce que dit la Parole. Rappelez-vous que c’est cela, le croyant. Le croyant ne remet pas les choses en question. Le croyant ne dit pas: «Comment cela peut-il ĂȘtre? Si l’on peut me l’expliquer ». Cela, c’est l’incrĂ©dule qui le dit, vous voyez. Pour le croyant, peu importe ce que c’est, si c’est la Parole, c’est la Parole. C’est vrai. VoilĂ  le croyant.

122     Maintenant l’incrĂ©dule. Nous allons examiner les incrĂ©dules. Nous voyons que cela alla trĂšs bien avec eux tant qu’on leur tapa gentiment sur l’épaule en les appelant disciples. Tant qu’il en Ă©tait ainsi, tout allait trĂšs bien et ils Ă©taient en ordre. Mais quand ce ProphĂšte qu’ils croyaient ĂȘtre un prophĂšte, qu’ils savaient ĂȘtre un prophĂšte qui pouvait guĂ©rir les malades et faire tout le reste
 Que fit-il? Quand la vĂ©ritĂ© authentique et la rĂ©primande vinrent contredire ce qu’ils croyaient, ils ne purent prendre la Parole. Ils pouvaient prendre les miracles, ils pouvaient accomplir des miracles. Ils allĂšrent chasser les dĂ©mons et prĂȘcher la Parole, mais Ă©taient malgrĂ© tout des incrĂ©dules! Dans Luc 10 nous voyons qu’Il en envoya soixante-dix deux par deux et qu’ils chassĂšrent les dĂ©mons au point que JĂ©sus se rĂ©jouit et dit: “Je voyais Satan tomber du Ciel comme un Ă©clair!”. Vous voyez? Ils chassĂšrent les dĂ©mons et Judas Ă©tait avec eux (nous en arrivons maintenant aux incrĂ©dules), mais aussitĂŽt que JĂ©sus commença Ă  dire ce qu’Il Ă©tait, qu’Il Ă©tait la RĂ©surrection, qu’ll Ă©tait la Vie
 “Que diriez-vous si vous voyiez le Fils de l’homme monter d’oĂč Il est venu?”.

123     â€œCet homme essaie de nous dire qu’il vient du Ciel! C’est trop pour nous! Nous ne pouvons le croire!”.

124     Mais Il disait: “Qu’est-ce que c’est? La chair dont vous parlez ne profite en rien. C’est l’Esprit qui vivifie”.

125     VoilĂ . L’Esprit vivifie la Parole. C’est l’Esprit et non pas le credo. Le Saint-Esprit vivifie la Parole pour vous, alors Elle devient vivante. Tout est lĂ . Vous le voyez. Par la foi vous le voyez. Vous savez que c’est ainsi parce que la Parole le dit et que l’Esprit vivifie la Parole pour vous. VoilĂ .

126     Vous direz: «Qu’en est-il ». C’est lĂ  que l’on dĂ©couvre aussitĂŽt les incrĂ©dules. Quand vous dites quelque chose avec quoi ils ne sont pas d’accord, ils se dressent tout de suite contre vous: «Je ne veux pas ». Oh, il y en a de plus en plus dans le monde aujourd’hui! Commencez simplement Ă  dire quelque chose et ils se rassemblent contre vous.

127     J’ai remarquĂ© que dans les rĂ©unions ils se rassemblent en grand nombre. Vous vous levez et commencez Ă  parler. Eux restent lĂ  assis, observant et attendant. Mais aussitĂŽt que vous dites: «JĂ©sus-Christ s’est identifiĂ© en tant que Messie parce qu’Il Ă©tait ProphĂšte», la coupe est pleine et ils s’en vont. Que sont-ils? des incrĂ©dules!

128     Vous me direz: «C’est vous qui fabriquez cela!». Pas du tout! Je ne dis exactement que ce que la Bible dit ici. Ils Ă©taient incrĂ©dules et s’en allĂšrent. Bien qu’étant disciples, c’était contraire Ă  ce qu’ils


129     Ils disaient: “Qui peut croire une telle chose?”. Vous voyez? Les pharisiens et les sadducĂ©ens Ă©taient sortis pour aller avec Lui parce que, vous voyez, quand le surnaturel est manifestĂ© il produit trois catĂ©gories de gens diffĂ©rentes. C’est ce qui s’est passĂ© en Egypte. Il produit l’incrĂ©dule, le croyant et le soi-disant croyant. Il produit ces trois catĂ©gories. Je garde cela notĂ© ici jusqu’à ce que nous ayons fini d’expliquer ce soir comment sont ces choses. Partout oĂč vous trouvez du surnaturel, vous voyez ces trois groupes. C’est toujours ainsi, vous les trouvez tous les trois.

130     Vous voyez, ces soixante-dix s’en allĂšrent parce que cela ne s’accordait pas avec ce qu’ils croyaient ĂȘtre juste. Vous ne devez laisser venir aucune pensĂ©e; ce qui compte, c’est ce qu’Il dit. Vous devez renier votre propre pensĂ©e. Dites simplement ce qu’Il dit. C’est cela la vraie confession. Confesser signifie dire la mĂȘme chose.

131     Si je confesse qu’une certaine chose est arrivĂ©e, je dis la mĂȘme chose que ce qui est arrivĂ©. VoilĂ  ce qu’est la vĂ©ritable confession. Et Il est le Souverain Sacrificateur de notre confession, disant la mĂȘme chose que Dieu. Vous voyez, c’est cela qui fait que c’est juste, parce que vous rĂ©pĂ©tez simplement la Parole de Dieu.

132     Remarquez maintenant que ces soixante-dix sont partis. Qu’ont-ils fait? Ils sont partis simplement parce qu’ils n’étaient pas d’accord. C’était trop pour eux Ă  cause de leur sagesse et de leur affiliation Ă  l’église C’était trop pour eux de penser que cet homme avait le droit de s’appeler lui-mĂȘme Dieu, alors qu’il Ă©tait juste un homme et que tout le monde croyait qu’il Ă©tait nĂ© illĂ©gitimement.

133     Ils disaient: “Nous ne te lapidons pas pour les bonnes oeuvres que tu fais mais parce qu’étant homme, tu te fais toi-mĂȘme Dieu”. Mais la Parole disait qu’Il Ă©tait Dieu! “On appellera son Nom: Conseiller, Prince de Paix, Dieu fort, PĂšre Ă©ternel”. Leur Ecriture mĂȘme, Celle qu’ils lisaient ce jour mĂȘme oĂč ils chantaient ce Psaume 22, disait: “Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-Tu abandonnĂ©?
 Je pourrais compter tous mes os, Eux, ils observent, ils me regardent
 Aucun de ses os ne sera brisĂ©â€. C’était le Psaume mĂȘme qu’ils rĂ©pĂ©taient dans le Temple. Et voilĂ  que ce Sacrifice Ă©tait pendu lĂ , criant les Paroles mĂȘmes que David avaient dites huit cents ans auparavant! Mais ils Ă©taient trop aveugles pour le voir.

134     Et aujourd’hui, le Dieu mĂȘme qui parla de cet Ăąge est en scĂšne, faisant exactement ce qu’Il avait dit qu’Il ferait, mais ils sont trop aveugles pour voir cela! Ce sont des incrĂ©dules. Ils sortent en disant: «Oh, je ne peux pas croire des histoires pareilles! De ma vie je n’ai jamais entendu cela». Ce que vous avez entendu n’a aucune importance. La Bible a dit que ce serait lĂ . C’est Sa Parole.

135     Ils n’avaient jamais entendu parler de cela non plus, mais c’était lĂ  malgrĂ© tout. Vous voyez? C’est vrai. Ils Ă©taient des incrĂ©dules exactement comme Eve. Elle Ă©tait trĂšs religieuse, bien entendu, mais elle ne croyait pas la vraie Parole et il fallut qu’elle se fĂźt une religion, c’est ce qu’elle fit avec des feuilles de figuier, vous voyez, mais cela ne marcha pas. Une religion est une couverture.

136     CaĂŻn fit la mĂȘme chose. CaĂŻn ne pouvait pas croire que c’était vrai. Il dit: “Dieu est saint, Dieu est pur, et Dieu est beau. C’est pourquoi je vais me procurer quelques fleurs. Je prendrai de ces fleurs et je ferai un beau et grand autel. Je Lui montrerai mon respect. Je me lĂšverai devant cet autel, puis je me prosternerai devant Dieu et adorerai ce Dieu. Je poserai des fleurs sur l’autel parce que, vous savez, mon pĂšre et ma mĂšre ont mangĂ© quelques pommes ou quelques fruits dans le jardin d’Eden et c’est ce qui m’en a chassĂ©. J’y retournerai parce que je l’aurai fait trĂšs beau. Dieu ne peut simplement pas rejeter ma grande cathĂ©drale. Elle est bien trop grande. Je la ferai si belle qu’elle attirera l’attention de Dieu”. Satan est celui qui rĂ©side dans la beautĂ©. C’est exactement ce que dit l’Ecriture.

137     C’est pour cette raison que quelquefois une jolie femme est un appĂąt de Satan. S’il peut simplement avoir prise sur elle, il peut envoyer plus d’hommes en enfer qu’avec tous les bars du pays. C’est vrai, vous voyez. C’est comme ces grands et beaux hommes qui ne veulent pas rester Ă  la hauteur de leur vĂ©ritable nature d’hommes. Vous voyez? Eux aussi peuvent jeter ces femmes au diable et les envoyer en enfer. Parfaitement.

138     Vous remarquez que Satan rĂ©side dans la beautĂ©. Qu’essaya-t-il de faire au commencement? Un plus beau royaume que celui de MicaĂ«l. Il alla vers le nord et prit les deux tiers des anges avec lui. De qui Ă©tait le fils qui avait cette nature en lui? C’était le fils de Satan! Certainement!

139     Il bĂątit donc un autel, s’agenouilla et adora. Il fit tout ce qu’Abel fit. Mais Abel savait que ce n’était pas cela. C’était le sang qui les avait fait sortir du jardin d’Eden. Il savait que c’était cela. C’était le sang du sexe. C’est pourquoi il prit un petit animal et l’offrit sur un rocher en lui coupant le cou.

140     Remarquez que Dieu dit Ă  CaĂŻn: “Pourquoi n’adores-tu pas comme ton frĂšre? Alors tu ferais quelque chose de bien. Tu ferais bien si tu faisais ainsi”. Mais non! Il se garda bien de le faire! Vous voyez, il rejeta la Parole originelle confirmĂ©e. Si ce ne sont pas ses enfants aujourd’hui!

141     Or Dieu avait rendu tĂ©moignage
 La Bible dit dans HĂ©breux 11 que Dieu rendit tĂ©moignage Ă  Abel que son offrande Ă©tait juste. Dieu confirma son offrande. Dieu donna la preuve que c’était cela qu’Il acceptait. C’était Sa Parole, son plan, et Il dit Ă  CaĂŻn: “Fais la mĂȘme chose et tu vivras!”. Mais pensez-vous qu’il aurait abandonnĂ© son idĂ©e? Oh non! Il Ă©tait un incrĂ©dule. Il sortit immĂ©diatement! C’est vrai. CaĂŻn fit la mĂȘme chose qu’eux. Nimrod fit la mĂȘme chose. C’étaient des incrĂ©dules, ils ne croyaient pas.

142     Nebucadnetsar fit la mĂȘme chose. Il avait considĂ©rĂ© Daniel comme son dieu et l’avait appelĂ© Belschatsar qui Ă©tait le nom de son dieu. Quand il vit Daniel faire les oeuvres glorieuses de Dieu, il reconnut Daniel pour son dieu. Alors il lui fit une image, la dressa lĂ -bas et obligea tout le monde Ă  l’adorer.

143     Vous voyez, le royaume des nations est venu imposer l’adoration de l’image d’un saint homme. Et le royaume des nations s’en va en imposant l’image d’un saint homme. Vous voyez? Ils agissent de la mĂȘme maniĂšre. Au commencement du royaume des nations il y eut sur le mur une inscription en une langue inconnue que personne d’autre qu’un prophĂšte ne put lire. Et aujourd’hui (c’est vrai) il y a une inscription sur le mur, lchabod, disant que la gloire de Dieu a quittĂ© ces choses. L’inscription est sur le mur et peut ĂȘtre lue par la pensĂ©e spirituelle qui croit en les choses spirituelles et qui est nĂ©e de l’Esprit de Dieu.

144     Le vieux Belschatsar sortit et alla chercher les vases du Seigneur pour boire du vin. Pourquoi? Parce qu’il Ă©tait un incrĂ©dule! Il pensait ĂȘtre un croyant, mais il Ă©tait un incrĂ©dule. Vous voyez, c’est cela. Il ne croyait pas la Parole.

145     Achab Ă©tait un incrĂ©dule, mĂȘme s’il jouait le rĂŽle d’un croyant. Non, non, il Ă©tait parmi les croyants, mais Ă©tait un incrĂ©dule. Que fit-il? Il Ă©pousa une femme idolĂątre et introduisit l’idolĂątrie en IsraĂ«l. Il Ă©tait un incrĂ©dule. Nous le savons.

146     Ils nient que l’ensemble de la Parole de Dieu soit vraie. Rappelez-vous que l’incrĂ©dule est un hypocrite. Il joue un rĂŽle. Il dit qu’il croit la Parole, mais la renie. Il dit: «C’est vrai jusqu’à un certain point». Mais si pour lui tout n’est pas vrai, cela fait de lui un incrĂ©dule. Vous devez croire chaque petit dĂ©tail, chaque petit trait de lettre et tout ce qui y est dit. Il faut que ce soit vrai. Si ce n’est pas vrai, si vous dites: «Je ne crois pas cela», eh bien vous ĂȘtes un incrĂ©dule.

147     Un pasteur me dit une fois ceci: «Monsieur Branham, peu importe le nombre de malades que vous pourriez me montrer en disant qu’ils ont Ă©tĂ© guĂ©ris, je ne voudrais pas y croire».

148     Je lui dis: «C’est certain. Vous ne pouvez pas croire cela. Vous ĂȘtes un incrĂ©dule. Ce n’est pas pour vous, ce n’est que pour les croyants». Vous devez croire cela, vous voyez. Mais eux ne le croient pas. C’est pourquoi, quand vous voyez une personne dans cet Ă©tat
 Paul, un des prophĂštes, a bien parlĂ© d’eux quand il a dit qu’ils seraient emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant la forme de la piĂ©tĂ© mais reniant la puissance de la Parole. Il nous a dit de nous Ă©loigner de ces gens-lĂ .

149     Remarquez qu’ils renient la Parole dans son ensemble, mais que pour tout ce qui concerne la forme, ils sont trĂšs religieux. Ils sont des incrĂ©dules en ce qui concerne la vraie Parole, bien qu’Elle soit confirmĂ©e. Et tout au long de chaque Ăąge, Dieu a confirmĂ© la Parole donnĂ©e par ces gens dont j’ai parlĂ©, de NoĂ© jusqu’à MoĂŻse, tous les prophĂštes et tous les autres. Dieu a parlĂ© par des moyens surnaturels et confirmĂ© la Parole, mais malgrĂ© tout ces gens s’en vont.

150     Il y a lĂ  ces soixante-dix qui observaient JĂ©sus faire les choses qu’Il faisait, sachant que c’était l’Ecriture. Il leur disait que c’était l’ñge oĂč ces choses devaient avoir lieu. Mais quand Lui, le Fils de l’homme leur dit quelque chose
 Qu’auriez-vous dit Ă  leur place quand Il commença Ă  leur parler du pain qui devait ĂȘtre brisĂ© et de tout le reste, se mettant Ă  leur parler de glorieuses choses spirituelles?
    Ils rĂ©pondirent: “Oh, ces paroles sont dures!”.

151     Il leur dit: “Que diriez-vous alors si vous voyiez le Fils de l’homme monter au Ciel d’oĂč Il est descendu?”. Il leur dit encore: “Est-ce la chair ou l’Esprit qui vivifie?”. Vous voyez? Alors ils s’en allĂšrent.

152     Â«Oh, je ne peux pas croire cela!». Vous voyez? Ils sortent tout de suite de la Parole. Ils ne veulent mĂȘme pas rester pour voir ce qui va arriver. VoilĂ  comment sont les incrĂ©dules. Alors que firent-ils?

153     Nous dĂ©couvrons que ces gens, ces soi-disant croyants, ont la forme de la religion, mais manquent de voir la vĂ©ritĂ© identifiĂ©e de la Parole de Dieu parce que c’est opposĂ© Ă  ce qu’ils croient. Vous voyez, peu importe ce que vous croyez, Ă  quel point vous ĂȘtes loyal, Ă  quel point vous ĂȘtes religieux. Cela n’a aucun rapport. La sincĂ©ritĂ©? Cela n’a aucun rapport. J’ai vu des gens tellement sincĂšres! J’ai vu des paĂŻens brĂ»ler leurs enfants ou les donner en pĂąture aux crocodiles, des mĂšres faire cela avec leurs enfants! C’est plus que ne feraient les chrĂ©tiens, vous voyez. Ils croient sincĂšrement, sincĂšrement, mais ils sont sincĂšrement dans l’erreur.
    Les gens disent: «Eh bien, cette Ă©glise a pris telle et telle position!». Vous ĂȘtes sincĂšrement dans l’erreur si c’est contraire Ă  la Parole. «Eh bien, attention, moi je ne crois pas Ă  de telles choses». Eh bien, pourtant la Bible a dit que c’était ainsi, vous voyez. «Je ne crois pas que nous devions faire ceci».

154     Vous avez beau penser que vous n’avez pas besoin de le faire, Dieu a dit que cela devait ĂȘtre fait. “Ces signes accompagneront ceux qui auront cru”. Jusqu’oĂč? Jusqu’aux extrĂ©mitĂ©s de la terre. A qui? A toute crĂ©ature. Vous voyez? Non pas: cela sera, mais c’est sur le point d’arriver. Et nous apprĂ©cions ce message de l’heure, la prĂ©sence de Dieu en ce dernier jour, en ce temps du soir oĂč les lumiĂšres brillent et oĂč les choses sont dĂ©voilĂ©es, oĂč la Parole est confirmĂ©e et prouvĂ©e comme Ă©tant la vĂ©ritĂ©. Les deux choses ont Ă©tĂ© prophĂ©tisĂ©es et s'accomplissent, et la science et tout le reste prouve que c'est JĂ©sus-Christ le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. Comment des hommes peuvent-ils se retirer en entendant cela? Ce sont des incrĂ©dules. Il n'y a plus d'espoir pour eux. Ils ont Ă©tĂ© dĂ©nombrĂ©s par le pouvoir de Satan, c'est pourquoi il n'y a plus d'espoir pour eux. Ils ont dĂ©passĂ© les limites de l'espoir.

155     OĂč en sommes-nous maintenant? Il y a eu le croyant, et nous venons de voir l'incrĂ©dule. La troisiĂšme catĂ©gorie dont nous allons parler maintenant est celle des soi-disant croyants. Les voilĂ  ces gens! Les soi-disant croyants! Rappelez-vous que tous les trois Ă©taient reprĂ©sentĂ©s lĂ -bas. Nous dĂ©couvrons maintenant qu'ils font exactement comme leur pĂšre, Judas. Il y avait Pierre et le reste des apĂŽtres qui Ă©taient des CROYANTS. Il y avait les soixante-dix qui Ă©taient des INCREDULES. Mais il y avait encore Judas qui restait en suspens. Il Ă©tait un SOI-DISANT CROYANT. Que font ces gens-lĂ ?

156     C'est la sorte de gens qui restent jusqu'Ă  ce qu'ils puissent trouver un dĂ©faut. Ils cherchent tout le temps une Ă©chappatoire, ils veulent savoir comment cela se passe, voir s il y a un truc, s'il y a un artifice. Ils attendent d'ĂȘtre vendus. C'est ce qu'ils cherchent. L'incrĂ©dule, lui, n'attend mĂȘme pas. Il L'a condamnĂ© et sort. Le croyant, lui, quoi qu'il arrive, croira de toute façon parce que c'est la Parole. VoilĂ  nos trois catĂ©gories. Le vieil incrĂ©dule s'en ira Ă  la premiĂšre chose qui est dite: il n'aime pas cela! Oh, frĂšres, il montrera ses couleurs Ă  l'instant mĂȘme, c'est un incrĂ©dule.

157     Paul a dit: "Ils nous ont quittĂ©s parce qu'ils n'Ă©taient pas des nĂŽtres au commencement. Ils ont commencĂ© avec nous. Oh, vous qui courriez bien, qu'est-ce qui vous a arrĂȘtĂ©s?". Vous voyez cela? Ils sont sortis parce qu'ils n'Ă©taient pas des nĂŽtres. Quand ils voient la Parole se mouvoir parfaitement, ils veulent y trouver un artifice ou un autre qu'ils puissent utiliser. Vous voyez? Mais les vrais croyants ne remettent rien en question. C'est Ă©crit dans la Parole, ils le croient et vont de l'avant. C'est ainsi. C'est toujours: il est Ă©crit! Si ce n'est pas Ă©crit, restez loin de cela quoi qu'il arrive. Il faut que ce soit Ă©crit, vous voyez. Et ils voient cette Parole Ă©crite et ils y croient. Et ils voient Dieu se mouvoir dans Sa Parole, ils voient l'heure, le message, le temps et ils marchent avec cela comme je l'ai dit ce matin.

158     Comme ce vieux Pilate Ă  la conscience tourmentĂ©e a dĂ» marcher de long en large toute la nuit, essayant de se laver les mains! Sans doute cria-t-il toute la nuit: "J'ai essayĂ© toute la nuit de me laver les mains, mais je n'y comprends rien, elles ne sont pas encore propres! Je ne pourrai jamais Le rencontrer! J'ai du sang sur les mains!". Oh, mes frĂšres, vous voyez? Ne soyez jamais coupables de cela! Vous voyez, c'est sur vos mains. Il n'y a qu'une seule maniĂšre par laquelle vous pouvez l'ĂŽter, c'est d'accepter ce Sang. C'est vrai Devenez une partie de Lui! C'est pour cela qu'il a Ă©tĂ© rĂ©pandu.

159     Or le soi-disant croyant rĂŽde lĂ  autour, jouant un rĂŽle aussi pieux qu'il le peut, mais tout au fond de son coeur il essaie de trouver comment vous faites les choses. Oh, si le pays n'est pas rempli de cette catĂ©gorie-lĂ  d'hypocrites! Ce sont des Judas. C'est exactement cela. Il traĂźne lĂ  autour. Il devient membre du groupe. Judas en Ă©tait le trĂ©sorier! Vous voyez? Il reste lĂ  autour. Il a toujours la main tendue vers l'argent. On peut dire ceci: Il est toujours Ă  pĂȘcher de l'argent et a toujours la main tendue pour cela, mais c'est un soi-disant croyant. Il joue le rĂŽle d'un croyant, mais dans le fond de son coeur... mais rappelez-vous qu'il ne trompa pas JĂ©sus.

160     AprĂšs que les soixante-dix soient partis et que les croyants aient affirmĂ© leur position, Il se tourna vers eux et dit: "Il y a encore quelque chose en vous. J'en ai choisi douze, mais l'un de vous est un dĂ©mon". JĂ©sus le savait dĂšs le commencement. Pourquoi? Parce qu'Il Ă©tait la Parole. Il connaissait les secrets du coeur. Comme cela a dĂ» ĂȘtre dur pour Lui! ArrĂȘtons-nous une minute et pensons Ă  cela profondĂ©ment, longuement et de trĂšs prĂšs. Comme cela a dĂ» ĂȘtre dur pour Lui de marcher avec eux et de voir un de ces hommes L'appeler "frĂšre", sachant tout le temps qu'il Ă©tait le trompeur qui essaierait de Le renverser et qu'il Ă©tait celui qui Le vendrait pour trente piĂšces d'argent! Comme cela Lui fut dur de le serrer sur son sein tandis qu'Il marchait avec Ses amis! Il lui dit mĂȘme: "Ami (Il appela Judas son ami!), n'ai-je pas Ă©tĂ© avec toi tout ce temps?". Dans son coeur Il savait mais ne pouvait rien dire. Il savait dĂšs le commencement qui Ă©tait celui qui Le trahirait.

161     C’est le soi-disant croyant. Il attend simplement. Il criera: «Oh, je crois ceci, je crois ceci, je crois ceci, mais vous savez, j’ai entendu quelqu’un dire telle et telle chose ». Il a de longues oreilles! Mais le vrai croyant n’entend rien d’autre que la Parole. C’est tout. Il est attentif Ă  la Parole. Il ne cherche pas d’échappatoires. Il ne cherche pas d’artifices. Il croit Dieu et cela rĂšgle la question, et il continue simplement d’aller de l’avant. Vous voyez? Cela, c’est le croyant.

162     L’incrĂ©dule est rempli en une minute, mais ne peut pas rester Ă©couter le message dix minutes. Il faut qu’il se lĂšve et s’en aille. C’est contraire Ă  son credo et il ne veut rien avoir de plus Ă  faire avec cela, alors il s’en va. Mais le soi-disant croyant persĂ©vĂšre comme le fit Judas, vous voyez. C’est un trompeur. C’est un vaurien (mĂȘme si je dois employer un tel mot). Judas, lui, reste lĂ .

163     Quelquefois, ces soi-disant croyants sont trĂšs populaires parmi les gens. C’est vrai. Quelques-uns de ces soi-disant croyants sont des hommes puissants, instruits, ayant des titres universitaires, une grosse paie et tout le reste. Certains sont de grands hommes, astucieux comme l’étaient les fils de Satan. Voyez comment Satan apparaĂźt lĂ  et se montre d’accord avec chaque portion de cette Parole. Il attend simplement de trouver en Eve le point faible par lequel il pourra manifester sa puissance de sĂ©duction par laquelle il la trahira. C’était Satan autrefois, et voici maintenant Satan sous la forme de Judas dans cet Ăąge. Dans le premier Ăąge, c’était Satan. Que faisait-il? Il Ă©tait d’accord avec la Parole saut sur un seul petit point. Il essaya simplement de trouver l’endroit oĂč il pourrait dĂ©celer une faiblesse, et c’est exactement ce que les Judas trouvent aujourd’hui mĂȘme. Ils assistent Ă  la rĂ©union, Ă©piant autour d’eux jusqu’à ce qu’ils aient pu trouver ce petit point ou
 «Oh, voilĂ , c’est cela!». Vous voyez? «Oh, c’est ainsi qu’ils font!». Vous voyez, c’est exactement comme cela.

164     Beaucoup d’entre vous se rappellent ce soir oĂč cet homme monta sur l’estrade. Il pensait que je lisais les cartes de priĂšres par tĂ©lĂ©pathie. Et comme il pensait avoir dĂ©couvert le truc, frĂšres! Il Ă©tait sĂ»r de l’avoir dĂ©couvert. Il appartenait Ă  une Ă©glise qui ne croit pas au Plein Evangile. Il monta sur l’estrade. J’étais fatiguĂ© et l’on se prĂ©parait Ă  m’emmener. Cela se passait Ă  Windsor dans l’Ontario. Il Ă©tait venu des Etats-Unis, de Detroit, Ă  Windsor dans l’Ontario. Cela se passait dans le grand auditorium. Cet homme Ă©tait vĂȘtu d’un complet gris avec une cravate rouge. Il avait l’air intelligent et astucieux. Il monta sur l’estrade. Je dis: «Eh bien, donnez-moi simplement votre main. Je suis fatiguĂ©, j’ai eu tellement de visions, mais donnez-moi votre main». Je n’avais encore jamais vu cet homme. Il posa sa main sur la mienne. Je lui dis: «Monsieur, vous n’avez rien du tout. Allez de l’avant!».
    Il me dit: «Oh oui, il y a quelque chose!».

165     Je dis: «Laissez-moi voir encore une fois. Non monsieur, il n’y a aucun signe. Monsieur, vous ĂȘtes en bonne santé».
    Il dit: «Regardez ma carte de priĂšre».

166     Je lui rĂ©pondis: «Peu importe ce que vous avez mis sur votre carte de priĂšre. Je n’ai rien Ă  faire avec les cartes de priĂšres». Je ne pensais Ă  rien, vous voyez. J’étais fatiguĂ©, Ă©puisĂ©. Mais vous voyez, rappelez-vous que la grĂące de Dieu Ă©tait toujours lĂ . S’Il vous envoie, Il est dans l’obligation de prendre soin de vous. Il ne s’agit pas de moi. Il s’agit de Lui. C’est Lui qui a envoyĂ© cela. Je dois simplement m’en tenir Ă  ce qui est la VĂ©ritĂ©.

167     Quand MoĂŻse jeta sa verge qui se transforma en serpent et que les magiciens firent la mĂȘme chose, que put faire MoĂŻse si ce n’est de rester lĂ  et s’attendre Ă  la grĂące de Dieu? C’était tout. C’est pareil! Il avait suivi les commandements et vous savez ce qui est arrivĂ©, n’est-ce pas?

168     Cet homme dit: «Eh bien, voilĂ : regardez ma carte de priĂšre!».

169     Je dis: «Eh bien, peut-ĂȘtre que vous avez beaucoup de foi et que c’est ainsi que vous avez Ă©tĂ© guĂ©ri». Je ne rĂ©flĂ©chissais pas, vous voyez, je ne faisais mĂȘme pas attention. Alors le voici qui dĂ©boutonne sa veste et bombe le torse. Il dit: «Nous y voilĂ !» devant l’auditoire.
    Je pensais: «Que se passe-t-il?».

170     Il regarda autour de lui et dit: «Nous y voilĂ ! Vous voyez le truc?». VoilĂ  Judas! C’était un homme religieux, un prĂ©dicateur d’une grande dĂ©nomination. Il dit: «Nous y voilĂ ! J’avais tellement de foi! Il Ă©tait devenu si faible qu’il ne pouvait plus lire par tĂ©lĂ©pathie. Je ne viendrai plus vers lui!».
    Il dit encore: «Ce n’est pas ma foi qui Ă©tait si grande! J’avais Ă©crit quelque chose sur ma carte de priĂšre et vous voyez, il ne peut pas le saisir. C’est cela le truc!».

171     Je pensai: «Que se passe-t-il?». Alors la grĂące de Dieu descendit.

172     Je dis: «Monsieur, comment le diable a-t-il mis dans votre coeur d’essayer de tromper Dieu?». C’était un moderne Judas! Je dis: «Vous ĂȘtes un prĂ©dicateur de Eglise de Christ. Vous appartenez Ă  l’Eglise de Christ des Etats-Unis. Et il y a lĂ -haut un homme assis, vĂȘtu d’un complet bleu, et il y a votre femme et sa femme qui sont assises lĂ . Hier soir vous vous ĂȘtes assis autour d’une table recouverte d’une nappe verte et vous avez dĂ©cidĂ© que c’était de la tĂ©lĂ©pathie et que vous viendriez ce soir ».

173     L’homme se leva et dit: «C’est la vĂ©ritĂ©! Que Dieu ait pitiĂ© de moi!».

174     Je dis: «Monsieur, vous avez Ă©crit tuberculose et cancer sur votre carte. Et maintenant vous avez ces maladies. Elles sont Ă  vous maintenant».

175     Il s’agrippa aux jambes de mon pantalon en disant: «Je ne voulais pas ».

176     Je dis: «Je n’y puis rien. Allez! C’est entre vous et Dieu. Vous avez Ă©crit votre jugement sur votre carte». Il contracta ces maladies et ce fut tout.

177     Vous voyez, les soi-disant croyants, les trompeurs, essaient de trouver des fautes en Dieu et en Sa Parole. VoilĂ  ce que sont les Judas. Ce sont eux. Vous voyez comment Judas a fini? Vous voyez comment cet homme a fini? C’est ce qui arrive aux soi-disant croyants, vous voyez. Ce sont des soi-disant croyants. Oh, ils ont une grande instruction! Quelquefois les choses doivent en venir au fait entre la Parole et leur credo, et quand cela arrive ils se vendent Ă  leurs dĂ©nominations exactement comme le fit Judas, leur prĂ©curseur. Judas se vendit Ă  sa dĂ©nomination. Il vendit JĂ©sus, la Parole, Ă  sa dĂ©nomination, trahissant JĂ©sus-Christ aprĂšs avoir prĂ©tendu avoir part Ă  Son enseignement.

178     Il y a quelquefois des prĂ©dicateurs qui prĂ©tendent ĂȘtre des serviteurs de Christ, mais quand la Parole est complĂštement identifiĂ©e afin d’ĂȘtre confirmĂ©e pour ce jour comme Ă©tant le message de l’heure, ils se vendent pour conserver leur popularitĂ© dans leur dĂ©nomination, exactement comme le fit Judas qui trahit JĂ©sus, Le livrant aux Pharisiens et aux SadducĂ©ens. Cet esprit ne meurt pas! Il se trouve parmi les croyants, les soi-disant croyants et les incrĂ©dules, vous voyez. C’est exactement comme cela. De mĂȘme que Judas vendit JĂ©sus pour trente piĂšces d’argent, beaucoup d’hommes feront cela aujourd’hui pour un ticket de repas ou pour cent dollars de plus par semaine. C’est vrai. Ils renient le Dieu qui se tient au milieu d’eux et qui leur a donnĂ© la Vie par la pleine Parole.

179     Et ils disent: «Oh, ces jours des miracles sont passĂ©s!». Ou: «Dieu n’a pas besoin de ces choses-lĂ  aujourd’hui». Vous voyez? «Oh, je crois en JĂ©sus-Christ le Fils de Dieu
 Je vous salue, Marie, MĂšre de Dieu, vous ĂȘtes bĂ©nie entre toutes les femmes» et toutes ces autres choses qu’ils disent.

180     Certains disent: «Je crois au Credo des ApĂŽtres. Je crois en Dieu le PĂšre, le Tout-Puissant, le CrĂ©ateur des Cieux et de la terre. Je crois en la Sainte Eglise catholique romaine » et toutes ces choses.

181     Veuillez me dire quand un apĂŽtre a jamais eu un credo pareil! Si jamais les apĂŽtres ont eu un credo, celui-ci est Ă©crit dans Actes 2.38! “Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission de ses pĂ©chĂ©s; et vous recevrez le don du Saint-Esprit”. S’ils ont jamais eu un credo, c’était celui-lĂ . Ils n’avaient pas de credo. Ils avaient la Parole. C’est la vĂ©ritĂ©. Et elle reste toujours la mĂȘme.

182     Elle est l’ordonnance pour guĂ©rir de la maladie du pĂ©chĂ©. “Et vous recevrez le don du SaintEsprit. Repentez-vous et soyez baptisĂ©s pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s (vous voyez?) et vous recevrez le don du Saint-Esprit”.

183     Mais ils ont fait comme Judas, ils ont vendu. Ce sont des soi-disant croyants. Quelques-uns de ces soi-disant croyants sont des gens pleins de talent. Observez-les! Ce sont des personnages trĂšs astucieux!

184     Ce petit personnage qui est tout de suite rempli, qui saute en l’air et sort Ă  chaque petite phrase qui lui dĂ©plaĂźt, n’y faites pas attention. Il est incrĂ©dule dĂšs le commencement. Mais quand vous voyez ce soi-disant croyant rester par lĂ , c’est lui le Judas. C’est lui!

185     C’est comme ces grands talents (je vais citer des noms, ce qu’en rĂ©alitĂ© je ne devrais pas faire, mais je les citerai de toute façon afin que vous soyez au courant), Elvis Presley, Red Foley, Ernie Ford, Pat Boone. Elvis Presley est pentecĂŽtiste. Pat Boone, de l’Eglise de Christ. Red Foley est diacre dans l’Eglise de Christ. Je crois qu’Ernest Ford est mĂ©thodiste. Ce sont tous des gens de talent! Ils sont intelligents et vont Ă  la tĂ©lĂ©vision, et les gens disent: «Eh bien, ne sont-ils pas religieux? Ils chantent des cantiques!». Cela ne veut rien dire du tout! Ils trompent le monde! Et que retirent-ils de cela? Judas reçut trente piĂšces d’argent. Elvis a une flotte de Cadillacs et gagne des millions avec ses disques. Avec Pat Boone et les autres, c’est pareil. Peu importe Ă  quelle Ă©glise ils appartiennent et tout le reste, c’est de l’hypocrisie. C’est de la soi-disant foi. C’est une façade et leur vie prouve que ce n’est pas juste. C’est vrai.

186     Ensuite il y a ceux qui ont de grands talents d’organisateurs. C’est la sagesse du monde. Ils prĂȘchent l’Evangile, du moins ils le prĂ©tendent. Ce sont des hommes brillants, des intellectuels. Maintenant Ă©coutez ceci: un homme qui est formĂ© dans ce domaine, ce n’est pas un prĂ©dicateur, c’est un confĂ©rencier. C’est ce qui ne va pas aujourd’hui. Nous avons des confĂ©renciers!

187     JĂ©sus n’a jamais dit: “Allez et recevez la formation pour faire ceci”. Il a dit: “Allez prĂȘcher l’Evangile, et voici les signes qui suivront la prĂ©dication”. Vous voyez? N’apprenons pas Ă  devenir des confĂ©renciers qui peuvent dire de ces paroles fleuries qui vous font vous sentir comme si vous Ă©tiez assis en prĂ©sence d’un archange. Ce n’est pas cela. Ils ont la forme de la piĂ©tĂ©, vous voyez? Ce sont des confĂ©renciers et non pas le Saint-Esprit en action.

188     Il y a de petits bonhommes ne sachant ni lire ni Ă©crire qui pourraient venir avec la puissance de la foi et la Parole et faire faire au Saint-Esprit des choses dont ces grands hommes ne connaissent rien et qu’ils renient. Vous voyez? VoilĂ . Ce sont ceux-lĂ  les grands hommes! Certainement!

189     Ce sont aussi des organisateurs. Ils sont prospĂšres, ont du succĂšs et sont sages de la sagesse du monde. Ils font exactement ce que Satan fit Ă  Eve, cette pauvre femme dĂ©semparĂ©e. Il vint tout droit Ă  elle et essaya de lui faire accepter l’idĂ©e qu’elle serait plus sage qu’elle n’était. Et c’est ce qu’elle recherchait. Au lieu de rester exactement avec ce que la Parole disait, il essaya de lui vendre l’idĂ©e qu’elle serait plus sage et elle acheta son produit. Ils font encore la mĂȘme chose aujourd’hui. Mais la sagesse de ce monde est folie pour Dieu. Certainement.

190     Oh, mes frĂšres! C’est exactement la mĂȘme chose que les pharisiens ont vendue, vous voyez, avec la sagesse qu’ils avaient, mais ils reniaient la Parole de Dieu tout entiĂšre quand elle fut correctement prouvĂ©e et qu’elle leur a Ă©tĂ© confirmĂ©e. Ils essaient toujours de trouver quelque chose et pensent qu’il y a un truc. C’est quelque chose qui n’est pas Ă©tabli dans leur pensĂ©e. Ils ne peuvent pas le croire. Vous pouvez leur dire tout ce que vous voudrez, ils reviendront toujours en arriĂšre. Vous pouvez leur dire tout ce que vous voudrez, ils reviendront toujours en arriĂšre. Vous voyez, vous ne pouvez faire pĂ©nĂ©trer cela en eux. Observez-les: ils sont attentifs pendant un certain temps, mais ne cherchent qu’une Ă©chappatoire; c’est tout ce qu’ils veulent. S’il n’y avait pas eu la grĂące de Dieu, toutes mes Ă©chappatoires auraient Ă©tĂ© dĂ©voilĂ©es si j’en avais eues. Vous voyez? C’est une grĂące de Dieu, parce qu’il n’y a pas d’échappatoires dans la Parole de Dieu. C’est l’Evangile sans dĂ©tour.

191     Comme je l’ai toujours dit: Si quelqu’un me voit enseigner ou faire quelque chose qui n’est pas exactement la Parole de Dieu, qu’il vienne me le dire. VoilĂ  ce qui ferme toutes les Ă©chappatoires que vous essayez de trouver. Dirigez vos regards lĂ -dedans et vous ne verrez pas d’échappatoires parce qu’il n’y a pas d’échappatoires.

192     Rappelez-vous que Judas pensait en avoir trouvĂ© une. Ce personnage pensait en avoir trouvĂ© une. Souvent ils pensent l’avoir trouvĂ©e, mais cela mĂȘme prouve que ce n’est pas le cas. Ce sont des soi-disant croyants, des hypocrites. Ils sont Ă  quatre-vingt-quinze pour cent dans la Parole, comme Eve. Elle y Ă©tait Ă  quatre-vingt-dix-neuf virgule neuf pour cent, mais c’est le dixiĂšme qui manquait qui causa toute la mort et toutes les douleurs. C’est cette petite chose qui condamne les organisations et autres parce qu’elles ne prennent pas la Parole de Dieu tout entiĂšre. Ce sont des soi-disant croyants. Nous dĂ©couvrons qu’ils l’ont toujours Ă©tĂ©. Ils renient la vraie Parole confirmĂ©e. Il y en a toujours eu, dans chaque gĂ©nĂ©ration. Nous les dĂ©couvrons en allant de l’avant, et ils sont aussi trĂšs religieux. Maintenant je vais tout de suite m’arrĂȘter parce que j’ai dĂ©jĂ  utilisĂ© une demi-heure de plus.

193     JĂ©sus, nous dĂ©couvrons qu’Il nous a mis en garde au sujet de ces derniers jours et de cette sorte de gens, nous disant qu’ils seraient tellement semblables Ă  la chose rĂ©elle qu’ils feraient absolument tout pour sĂ©duire les Ă©lus eux-mĂȘmes. Qui sont-ils? Ce sont les Judas, les gens qui s’élĂšvent jusqu’à un certain point. Vous voyez, ils peuvent mĂȘme crier, prĂ©tendre chasser les dĂ©mons et tout le reste, mais ensuite ils font demi-tour et renient la Parole. Exactement. Ils ont la forme de la piĂ©tĂ©. Ils sont presque
 Voyez oĂč arriva Judas. L’esprit de Judas s’éleva dans l’Evangile jusqu’à la position de PentecĂŽte. Mais quand vint pour lui le temps d’ĂȘtre baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ et de toutes ces choses qui vont avec le baptĂȘme du Saint-Esprit, il sortit et s’en alla. Il montra ses couleurs. Et l’Esprit peut vivre dans les dĂ©nominations jusqu’à ce qu’Il en arrive Ă  cette vĂ©ritĂ©. Ensuite les dĂ©nominations Le laissent tomber, comme elles l’ont fait avec l’Esprit qui Ă©tait sur Jean quand il prĂ©para la venue de JĂ©sus.

194     Vous direz maintenant: «JĂ©sus a dit qu’ils seraient si proches!». Mais les Ă©lus, ce sont ceux qui ont leur nom Ă©crit dans le Livre de Vie dĂšs la fondation du monde et qui croient la Parole de Vie tout entiĂšre. C’est cela, les Ă©lus.

195     Maintenant observez ces gens. Ce que je vais dire maintenant, je le dis dans le respect et l’amour divin. Sinon, j’aurais besoin moi-mĂȘme d’aller Ă  l’autel. Remarquez que JĂ©sus a dit qu’ils essaieraient de sĂ©duire mĂȘme les Ă©lus. Or ce ne seront pas les MĂ©thodistes. Ce ne seront pas les Baptistes. Nous savons dĂ©jĂ  que ce sont des incrĂ©dules. Ce seront les organisations pentecĂŽtistes qui ont formĂ© cette dĂ©nomination, qui ont dĂ©fini leurs lignes directrices sans la Parole, qui ont tracĂ© des limites oĂč ils ont mis leur propre organisation, dressant une barriĂšre qui maintient la Parole au dehors. Ils sĂ©duiraient les Ă©lus eux-mĂȘmes! Ils leur ressemblent si parfaitement! Vous dites: «Ils pleurent, ils crient, ils sautent en l’air, ils prĂ©tendent avoir des services de guĂ©rison!». Judas aussi a fait cela ainsi que tous les autres. AprĂšs ĂȘtre sortis, ils revinrent tout rĂ©jouis. Ils avaient mĂȘme leur nom Ă©crit dans le Livre de Vie de l’Agneau. Mais rappelez-vous que l’Epouse ne vient pas dans ce groupe. Elle part dans l’enlĂšvement.

196     Le jour du jugement, le tribunal fut installĂ© et des livres furent ouverts pour les mĂ©chants et un autre Livre, qui est le Livre de Vie, fut ouvert. Et il y avait lĂ  l’Epouse qui jugeait. Vous voyez? Un autre Livre fut ouvert qui est le Livre de Vie. Ainsi il y a les brebis d’un cĂŽtĂ© et les chĂšvres de l’autre. Vous voyez, les gens qui Ă©taient morts longtemps auparavant n’avaient pas eu l’occasion. Ce sont ceux-lĂ  qui seront sĂ©parĂ©s.

197     Remarquez ceci; SĂ©duire les Ă©lus eux-mĂȘmes. Observez ce groupe! C’est le groupe qui suit avec les autres. «Oui, frĂšre! AllĂ©luia! Oui! Gloire Ă  Dieu!». Mais tout au fond de votre coeur vous voyez ce qu’ils essaient de faire de vous: ils essaient de vous avoir dans leur Ă©glise. Pourquoi? Afin d’attirer une foule qu’ils puissent saigner en retirant tout l’argent qu’ils pourront d’elle. Pensez-vous que je ne sache pas cela? Peut-ĂȘtre pensent-ils que je ne le sais pas mais je le sais. JĂ©sus savait dĂšs le commencement qui Ă©tait le trompeur. Vous voyez? Mais que fit-Il? Il attendit jusqu’à ce que l’heure soit venue. C’est ce que nous devons toujours faire; attendre l’heure. Ne faites rien vous-mĂȘmes. Attendez jusqu’à cette minute mĂȘme.

198     â€œAyant la forme
”. Ils continueront Ă  marcher. C’est ce groupe de sĂ©ducteurs. Observez ces sĂ©ducteurs! Ce groupe-lĂ , ce ne sont pas les croyants, ce ne sont pas les incrĂ©dules mais les soidisant croyants. Oh, mes frĂšres! Que font-ils? Ils se faufilent jusqu’à ce qu’ils pensent avoir trouvĂ© quelque chose, soutirant chaque centime qu’ils peuvent aux yens et entassant cet argent dans ces organisations grandioses, sachant bien que vous ĂȘtes absolument contre cela. Vous voyez, ils le savent, mais ce que vous dites n’a pour eux aucune importance. Ils avertissent toujours leurs membres avant que vous ne veniez: «N’écoutez pas cela!».

199     LĂ -bas dans l’Ohio, lĂ  mĂȘme oĂč le frĂšre Kidd fut guĂ©ri, un homme a eu l’audace de monter sur l’estrade pour dire: «FrĂšre Branham est un prophĂšte, aucun doute Ă  cela, quand il est sous l’onction; mais quand l’onction l’a quittĂ©, ne croyez pas son enseignement parce qu’il est faux!».

200     Il ne savait pas que tandis que j’étais dans ma chambre, le Seigneur m’avait rĂ©vĂ©lĂ© cela. J’allai tout droit vers lui (beaucoup parmi vous Ă©taient prĂ©sents) et lui dis: «Pourquoi un homme dit-il une chose pareille alors que la Parole ». Vous voyez, je n’ai jamais dit que j’étais prophĂšte. C’est lui qui l’avait dit! Dans la version anglaise, prophĂšte signifie prĂ©dicateur, tandis que le voyant de l’Ancien Testament (1 Sam. 9.9) Ă©tait un homme qui avait l’interprĂ©tation divine de la Parole. Il Ă©tait confirmĂ© par le fait que la Parole venait Ă  lui et qu’Elle annonçait les choses. Comment peut-on dire qu’un homme est prophĂšte et dire ensuite que son enseignement est faux? Si ce n’est pas un stratagĂšme pour gagner de l’argent, qu’est-ce que c’est? Mais l’heure est proche oĂč cela sera retirĂ© de leur scĂšne. Et ces soi-disant croyants sont ceux qui vous tapent familiĂšrement sur l’épaule en vous appelant “frĂšre”, comme Judas le faisait. Mais rappelez-vous que JĂ©sus le connaissait depuis le commencement. Il les connaĂźt encore aujourd’hui.

201     Souvenez-vous aussi de cela, vous qui Ă©coutez ces bandes. C’est vrai. Vous ĂȘtes dans l’une de ces catĂ©gories. C’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Maintenant nous allons terminer.

202     C’est vrai pour chaque personne ici prĂ©sente comme pour chaque personne qui Ă©coutera ces bandes. MĂȘme si un jour je dois quitter ce monde, ces bandes subsisteront. C’est vrai, vous voyez. Vous ĂȘtes dans l’une de ces trois catĂ©gories. Vous devez ĂȘtre dans l’une d’elles! C’est exact. Vous ne pouvez y Ă©chapper, vous ĂȘtes dans l’une de ces catĂ©gories.

203     Identifiez-vous vous-mĂȘme avec une des personnalitĂ©s de la Bible qui ont cru. Selon ce que vous avez cru de la Parole quand Elle fut confirmĂ©e, comme j’ai prouvĂ© ce soir que c’était une Parole confirmĂ©e. C’est toujours, toujours contraire Ă  la croyance populaire. Si vous aviez vĂ©cu du temps de NoĂ© (laissez-moi vous dire cela) de quel cĂŽtĂ© auriez-vous Ă©tĂ©? Du cĂŽtĂ© de l’église ou du cĂŽtĂ© de NoĂ© le prophĂšte? Vous voyez? Si vous aviez vĂ©cu du temps de MoĂŻse, auriez-vous cru le message de MoĂŻse aprĂšs qu’il ait Ă©tĂ© prouvĂ© et confirmĂ© par Dieu? Ou auriez-vous Ă©tĂ© avec CorĂ© et Dathan, avec qui vous auriez dit: “Tu n’es pas le seul qui soit saint! Il y a d’autres gens qui peuvent aussi faire les choses que tu fais!”? Vous voyez? Vous devez ĂȘtre dans l’une de ces trois catĂ©gories et vous y ĂȘtes ce soir.

204     Auriez-vous Ă©tĂ© avec Daniel ou avec l’église Ă  la grande rĂ©ception donnĂ©e par NĂ©bucadnetsar? Vous voyez? Auriez-vous Ă©tĂ© Ă  l’extĂ©rieur, ou auriez-vous participĂ© Ă  leurs bruyantes festivitĂ©s?

205     Auriez-vous Ă©tĂ© avec Elie, cet homme qui restait tout seul, que l’on traitait de vieux fou, que l’on accusait d’avoir perdu l’esprit, qui se tenait sur les montagnes, le crĂąne luisant au soleil, tenant son bĂąton noueux Ă  la main, cet homme qui Ă©tait nourri par les oiseaux? Auriez-vous Ă©tĂ© avec ce vieux fou? Ou auriez-vous Ă©tĂ© avec tous ces prĂȘtres qui suivaient JĂ©zabel et avec toutes ces femmes aux vĂȘtements modernes? Et Elie se tenait lĂ -haut et les rĂ©primandait aussi durement qu’il le pouvait. Dans quel groupe iriez-vous avec votre femme? Pensez-y! ReprĂ©sentezvous vous-mĂȘme ce soir ce que vous ĂȘtes.

206     Du temps de JĂ©sus, auriez-vous Ă©tĂ© avec cet homme qui n’avait aucune lettre de recommandation? Il n’était affiliĂ© aucune dĂ©nomination. Les gens disaient: “De quelle Ă©cole viens-tu? Nous ne t’avons pas ici sur nos registres. D’oĂč as-tu cette sagesse? Comment as-tu appris ces choses si nous ne te les avons pas enseignĂ©es? Par quelle Ă©cole es-tu passĂ©? Es-tu mĂ©thodiste, presbytĂ©rien ou baptiste?”. Il n’était rien de tout cela. C’est vrai. Il Ă©tait la Parole. FrĂšres, c’est l’exacte vĂ©ritĂ©. Ou alors est-ce que vous auriez pris le parti des pharisiens de la foi moderne, de ces vieux prĂȘtres humbles qui ont l’air si bien et si gentils, et de l’organisation qui existe depuis le concile de NicĂ©e, ou de ce qui s’est organisĂ© depuis Luther? Dans quel groupe auriez-vous Ă©tĂ©? Avec quel groupe auriez-vous Ă©tĂ©? Vous seriez-vous tenu avec la Parole quand vous l’auriez vue confirmĂ©e et prouvĂ©e comme Ă©tant le message du jour, ou auriez-vous pris position pour l’église? ReprĂ©sentez-vous vous-mĂȘme ce soir ce que vous ĂȘtes.

207     Auriez-vous Ă©tĂ© avec les apĂŽtres quand ils virent JĂ©sus et toutes ces choses mystĂ©rieuses, quand Il s’en prit Ă  ces prĂ©dicateurs, disant: “Vous ĂȘtes un nid de vipĂšres!”, ces braves et honnĂȘtes prĂ©dicateurs qui Ă©tudiaient la Parole? Il disait: “Vous n’ĂȘtes rien d’autre qu’une caverne de voleurs, vous ĂȘtes pleins d’ossements de morts! Vous n’ĂȘtes rien d’autre que des sĂ©pulcres blanchis!”. Vous voyez? “Race de vipĂšres!”. Seriez-vous restĂ©s avec une pareille tĂȘte brĂ»lĂ©e, avec quelqu’un qui rĂ©primandait et qui dĂ©chirait, disant: “Qui de vous pourra m’accuser de pĂ©chĂ©? Si je ne fais pas ce que le PĂšre dit
”.

208     Mais eux dirent: “Ne l’écoutez pas! Ce gaillard a un mauvais esprit en lui. Il est insensĂ©, il est fou furieux! Il y a sur lui un esprit de dĂ©mon. Vous voyez, c’est un esprit de divination et il dit

    D’ailleurs qu’est-il? Sa mĂšre l’a eu avant d’ĂȘtre mariĂ©e, vous voyez. Par quelle Ă©cole est-il passĂ©? Nous n’avons aucun document prouvant qu’il soit jamais allĂ© Ă  l’école primaire”. Et pourtant, quand Il avait douze ans, Il Ă©tonna et confondit les sacrificateurs par la Parole de Dieu. “De quelle Ă©cole est-il sorti?”. De l’Ecole d’En-Haut! “Et si vous voyez le Fils de l’homme monter oĂč Il Ă©tait auparavant?
”. Vous voyez? C’était cela Son Ă©cole.

209     Auriez-vous pris position avec les apĂŽtres auprĂšs d’un homme pareil quand le dĂ©nouement vint? Ou seriez-vous en rĂ©alitĂ© parti avec les soixante-dix, disant: “Eh bien, si c’est ce que tu enseignes, nous allons retourner Ă  notre Ă©glise. Tu dis que toi, le Fils de l’homme
 alors qu’aprĂšs tout, qui es-tu? Qu’es-tu? Tu es un homme comme moi. J’ai mangĂ© avec toi. Tu essaies de faire croire que tu es quelque chose. Je t’ai observĂ©! J’ai vu ta faiblesse. Je t’ai vu pleurer. Je t’ai vu faire ceci et cela. Je t’ai vu aller dans le dĂ©sert avec nous et faire toutes sortes de choses pareilles. Tu n’es qu’un homme et tu dis que tu viens du Ciel. C’est trop pour moi!”. Seriez-vous parti avec ceux-lĂ ? Seriez-vous parti avec les soixante-dix ou auriez-vous persĂ©vĂ©rĂ© dans la marche avec les apĂŽtres et Christ?

210     Quand Martin essaya de maintenir le baptĂȘme au Nom de JĂ©sus-Christ dans l’église, quand il essaya de maintenir les signes et les miracles et que l’église catholique le condamna et ne voulut pas du tout le reconnaĂźtre mais le rejeta, auriez-vous pris position avec le credo catholique, ou auriez-vous pris position pour Martin quand il refusa de suspendre toutes ces images de personnes mortes et de les adorer, quand il refusa d’adorer ces images et tout le reste?

211     Quand il refusa les dogmes qui avaient Ă©tĂ© ajoutĂ©s, il dit: “Que la Parole soit reconnue pour vraie!”. Et Dieu le confirma par de grands signes et des miracles, et ce qu’il prĂ©disait arrivait. Dans tout ce qu’il faisait il marchait dans l’Esprit de Dieu et le prouvait. Il n’était pas comme ces prĂȘtres qui pouvaient faire n’importe quoi avec ces choses. Auriez-vous pris le parti de Martin et marchĂ© avec lui, ou seriez-vous allĂ© avec le credo catholique?

212     Maintenant il y a devant vous la Parole de Dieu et les dogmes d’églises. Pouvez-vous prendre et accepter ce que disent les dogmes de l’église, ou prendrez-vous ce que dit la Parole? Rappelez-vous que dans tous les Ăąges cela a Ă©tĂ© comme maintenant mĂȘme. Il y a toujours une croyance populaire parmi le peuple et elle a toujours Ă©tĂ© un tout petit peu contraire Ă  la vraie Parole. Rappelez-vous qu’il ne s’agit jamais de nier totalement la Parole Oh non! L’antichrist ne nie pas la Parole. Certainement pas! Il dit qu’il La croit, mais simplement il ne croit pas tout de la maniĂšre qu’Elle est Ă©crite ici. Vous voyez?

213     Satan parla Ă  Eve. Eve croyait toute la Parole, Ă  l’exception de ce petit peu que Satan lui avait dit. Ils prennent tout sauf un petit bout. Cela pourrait ĂȘtre le baptĂȘme par immersion, cela pourrait ĂȘtre autre chose. Mais il faut que vous preniez chaque petit bout de la maniĂšre que c’est Ă©crit ici, simplement de la maniĂšre que c’est dit ici. Peut-ĂȘtre que cela vous forcera Ă  refaire certaines oeuvres du dĂ©but, mais c’est simplement ce que la Parole a dit.

214     C’est le stratagĂšme de Satan depuis qu’il l’a utilisĂ© pour la premiĂšre fois sur Eve: rendre incrĂ©dule Ă  un tout petit bout de la Parole. C’est ce qui a toujours sĂ©parĂ© les gens en ces trois catĂ©gories. La Parole sĂ©pare toujours ces gens. Dans chaque Ăąge cela a Ă©tĂ© ainsi. Dans quelqu’ñge qu’il y ait jamais eu, cela a Ă©tĂ© ainsi. Quand Dieu fait entrer en scĂšne quelque chose qui identifie clairement Sa Parole, il y a toujours ceux qui suivent en proclamant qu’ils sont des croyants, et qui le sont. Ce sont ceux qui ne reviennent pas en arriĂšre. Ils croient la Parole. Tant que vous restez dans la Parole, ils croient. Il y a aussi ceux qui disent, quand cela devient un petit peu contraire Ă  ce qu’ils croient (et peu leur importe Ă  quel point Dieu le confirme): «Eh bien, je ne sais pas ». Ce sont les incrĂ©dules.

215     Ou alors suivrez-vous jusqu’au moment oĂč vous aurez l’occasion de dire: «A-a-a-ah, nous y voilĂ !», poignardant la personne dans le dos comme le fit Judas? «Je savais bien que cela sortirait un jour ou l’autre! Nous y voilĂ !». Cela, c’est le soi-disant croyant. Tout y est. Nous le voyons dans la Bible.

216     Il y avait une fois dans le Kentucky un petit garçon qui avait Ă©tĂ© Ă©levĂ© dans les montagnes et qui n’avait jamais vu de miroir. Chez lui il y avait bien un petit bout de miroir fixĂ© par un clou Ă  un arbre, mais il ne s’était jamais vu lui-mĂȘme dedans. On raconte qu’il descendit Ă  Louisville pour sĂ©journer chez la soeur de sa mĂšre qui vivait dans une de ces belles maisons Ă  l’ancienne mode. Une des chambres Ă  coucher avait une porte munie d’un miroir qui allait de haut en vas, vous voyez. Et quand le petit bonhomme commença Ă  courir dans la maison, tout Ă  coup il s’arrĂȘta, et le petit Johnny vit un autre petit Johnny! Il se gratta la tĂȘte, et le petit Johnny dans le miroir se gratta la tĂȘte. Il rit, et le petit Johnny dans le miroir rit aussi. Il fit un bond, et le petit Johnny dans le miroir fit aussi un bond. Vous voyez? Alors il s’approcha le plus prĂšs possible, pensant que l’autre Ă©tait un petit garçon avec lequel il pourrait jouer. Il s’avança et se cogna la tĂȘte contre le miroir. Il se tourna alors et vit ses parents qui l’observaient. Il dit: «Maman, c’est moi!».

217     Regardez maintenant dans ce miroir-ci: Qui ĂȘtes-vous? Lequel de ces petits Johnny ĂȘtesvous en train de personnifier? Lequel est vous? Vous voyez? Vous ĂȘtes l’un d’eux. C’est l’un d’eux. Il yen a un qui se dĂ©tourne au premier dĂ©faut qu’il trouve, Ă  ce que lui-mĂȘme appelle dĂ©faut, vous voyez. Faites le test par la Parole et vous verrez si c’est juste. Si la Parole Ă©prouve toutes choses, vous voyez, Ă©prouvez toutes choses par la Parole. C’est JĂ©sus qui a dit de le faire. Certainement! “Tenez-vous fermement Ă  ce qui est bon”. C’est exactement ce qu’Il a dit.

218     Regardez maintenant dans le miroir de la Parole de Dieu dans les autres Ăąges et voyez auquel de ces trois groupes vous seriez identifiĂ©. Pensez Ă  ceci: Si vous viviez du temps de NoĂ©, si vous viviez du temps de MoĂŻse, si vous viviez du temps de JĂ©sus ou Ă  une autre Ă©poque quelle qu’elle soit, rĂ©flĂ©chissez Ă  quel groupe vous seriez identifiĂ©. Pensez-y ce soir.

219     RĂ©flĂ©chissez Ă  cela maintenant mĂȘme. C’est quelque chose de profond. Ne passez pas lĂ -dessus Ă  la lĂ©gĂšre! Votre Ă©tat prĂ©sent maintenant mĂȘme vous prouve dans quel groupe vous avez Ă©tĂ© jusque lĂ . Vous ĂȘtes votre propre juge. Votre Ă©tat prouve ce que vous ĂȘtes.

220     Pasteurs, prĂ©dicateurs, dans quel groupe auriez-vous Ă©tĂ© quand JĂ©sus fit cette dĂ©claration qui Ă©tait difficile Ă  croire, et cela aprĂšs qu’Il ait Ă©tĂ© complĂštement identifiĂ© comme Ă©tant la Parole? Vous voyez? Pourtant vous n’avez jamais rien entendu de semblable Ă  cette dĂ©claration. Le Fils de l’homme! “Que diriez-vous s’il montait au Ciel d’oĂč il est descendu?”.

221     Vous diriez: «Eh bien, je sais oĂč il est nĂ©. Je connais son papa. Je connais sa maman. Et le voici qui dit qu’il va remonter d’oĂč il est descendu!». Cela aurait Ă©tĂ© un petit peu trop pour vous et vous n’auriez pas pu le digĂ©rer. C’est peut-ĂȘtre pareil aujourd’hui. Alors regardez dans le miroir de la Parole de Dieu et voyez oĂč vous en ĂȘtes. Oh, comme Satan trompe l’homme! Ne faites jamais cela!

222     Vous voyez, vous ĂȘtes dans l’une de ces catĂ©gories. Et votre Ă©tat prĂ©sent maintenant mĂȘme, l’état prĂ©sent de votre pensĂ©e, Ă  vous qui ĂȘtes ici dans cet auditoire visible, comme Ă  vous l’auditoire invisible qui Ă©coutez ces bandes, l’état prĂ©sent de votre pensĂ©e, aprĂšs que vous ayez Ă©coutĂ© cette prĂ©dication, vous prouvera dans quelle catĂ©gorie vous ĂȘtes. Il vous dit exactement oĂč vous en ĂȘtes: Si vous ĂȘtes un croyant de la Parole et que vous resterez avec Elle, ou si vous vous en irez aprĂšs avoir arrĂȘtĂ© l’enregistreur. Vous voyez? Cela dĂ©montre ce que vous ĂȘtes. Vous ne voulez pas Ă©couter, alors vous l’arrĂȘtez en disant: «Je ne veux pas Ă©couter cela!». Cela, c’est l’incrĂ©dule, vous voyez. vous ne voulez pas vous arrĂȘter pour vĂ©rifier et voir si c’est la vĂ©ritĂ© ou pas.

223     Ou alors vous tournez lĂ  autour, cherchant Ă  trouver un dĂ©faut quelconque. LĂ  aussi vous savez oĂč vous en ĂȘtes. Cela vous le montre. Que Dieu vous aide Ă  croire la Parole, Ă  vous appuyer sur Elle, Ă  Lui ĂȘtre loyal, Ă  obĂ©ir Ă  la Parole car Il est la Parole. Croyez-vous cela? Prions.

224     Cher PĂšre cĂ©leste, comme il est difficile quelquefois de dire ces choses sachant que peut-ĂȘtre des dizaines de milliers de personnes entendront ces bandes tandis qu’elles parcourront le pays et le monde entier. Mais, cher Seigneur, c’est la vĂ©ritĂ©. C’est tellement vrai! Je te prie, Seigneur, de purifier premiĂšrement mon coeur. O Seigneur, teste-moi! Eprouve-moi! Abaisse Tes regards sur moi, Seigneur. Je suis faible. Je suis fatiguĂ©. Je suis usĂ©. Ma gorge est enrouĂ©e. Mes lĂšvres sont dessĂ©chĂ©es. Mon corps s’use et devient vieux. Et, Seigneur, il n’y aura peut-ĂȘtre plus beaucoup de fois, plus beaucoup de levers et de couchers de soleil jusqu’à ce que je m’en aille. Et maintenant Ă©prouve-moi, PĂšre, et s’il y a quelque chose de mal que je fais sans le savoir, rĂ©vĂšle-le moi, Seigneur. Montre-le moi. Je suis prĂȘt maintenant Ă  le mettre en ordre.

225     Je me regarde dans le miroir de la Parole de Dieu. OĂč en suis-je? Vois-je mon image reflĂ©ter JĂ©sus-Christ? Est-ce la Personne que je vois dans le miroir? Vois-je l’un des croyants de l’Ancien Testament ou l’un des croyants du Nouveau Testament? Vois-je un soi-disant croyant? Me vois-je moi-mĂȘme comme un incrĂ©dule qui, se tenant lĂ  et Ă©coutant la Parole, choisira plutĂŽt les idĂ©es dĂ©nominationnelles?

226     Me vois-je rĂŽdant par lĂ  autour et cherchant une petite Ă©chappatoire? Seigneur, si c’est ainsi, ĂŽ Seigneur, purifie-moi! Fais que mon coeur soit propre et pur, parce qu’il s’agit de ma vie, Seigneur. Je voudrais qu’elle soit droite. Il n’y a pas besoin de faire les choses Ă  moitiĂ© s’il y a un moyen de les faire complĂštement. Je voudrais que ce soit mis en ordre, ĂŽ PĂšre. Et pas seulement cela, mais autrement je conduirais des hommes et des femmes dans l’erreur, ainsi que ceux que j’aime et qui m’aiment, et je serais moi-mĂȘme dans l’erreur.

227     Et PĂšre, si je pensais ce soir qu’une Ă©glise dĂ©nominationnelle quelconque ait raison, ou que le conseil des Ă©glise ait raison, ou que la majoritĂ© des gens ait raison, Seigneur Dieu aide-moi Ă  ĂȘtre assez homme et chrĂ©tien pour reconnaĂźtre mon erreur, me tenir ici et envoyer ces gens oĂč je pense que cela serait juste. Purifie-moi. Fais que je regarde et que je voie.

228     Mais quand nous en arrivons Ă  ces choses, Seigneur, pour autant que je puisse voir, ils ont ces formes mais renient la Parole. On aura beau le leur dire, ils rĂ©pondront: «Eh bien, cela ne fait aucune diffĂ©rence! Dieu ne s’attend quand mĂȘme pas Ă  ce que ». Seigneur, je crois que Tu es le mĂȘme JĂ©sus. Tu es le mĂȘme Dieu que Tu as toujours Ă©tĂ©. Tu es toujours Dieu et Tu ne changes pas. Je crois que cette Bible est Ta Parole et je crois que Toi et Ta Parole sont une seule et mĂȘme chose. Et je Te prie, ĂŽ Dieu, que Tu nous donnes Ton Saint-Esprit afin de vivifier la Parole et de nous donner la Puissance vivifiante pour qu’un jour, quand la vie sera terminĂ©e et que Tu en auras terminĂ© avec nous, nous soyons vivifiĂ©s et que nous montions au Ciel oĂč nous Ă©tions dans les pensĂ©es de Dieu avant la fondation du monde. O Dieu, accorde-le nous. PĂšre, pardonne-nous nos pĂ©chĂ©s.

229     S’il y a ici des hommes ou des femmes qui sont dans une autre catĂ©gorie que celle des vrais croyants en la Parole, que Dieu purifie leur coeur. S’il y en a qui Ă©coutent cette bande ou qui l’écouteront, je prie pour la purification de leur coeur afin que Tu les purifies, Seigneur. Je ne voudrais pas les voir perdus! O Dieu, je Te prie de nous aider Ă  comprendre qu’une erreur ne redressera pas une autre erreur. Il n’y a qu’une maniĂšre de faire, c’est d’îter du chemin les deux erreurs et de se mettre en ordre. Et je Te prie, PĂšre, de nous accorder cela par JĂ©sus-Christ notre Seigneur.

230     Gardant la tĂȘte et le coeur inclinĂ©s, je voudrais que nous nous arrĂȘtions encore quelques minutes. Petit enfant, j’eus la vision de l’enfer et de ses horreurs. Peut-ĂȘtre que je me trompe en ce qui concerne cela. Peut-ĂȘtre que ce n’était qu’une prĂ©monition. Je ne sais pas. Il semblait pourtant que j’étais Ă  un endroit prĂ©cis. C’était si rĂ©el! Et il n’y a pas longtemps j’ai vu le domaine des bienheureux. Quand j’étais dans le domaine des perdus, je criai: «O mon Dieu, ne laisse jamais personne aller lĂ !». Aucune langue ne pourrait vous dĂ©crire les horreurs de ce lieu. Je n’ai aucun moyen de vous les raconter. Si vous croyez qu’il y a un enfer brĂ»lant plein de feu et de soufre, ce n’est qu’une fraĂźche prairie ombreuse par rapport Ă  l’horreur de la condition de ces perdus et Ă  la misĂšre associĂ©es de ce lieu.

231     Et si j’ai essayĂ© de vous parler de choses qui dĂ©passent l’entendement humain, je ne pourrais pas non plus vous dĂ©crire le lieu oĂč sont les bienheureux, ce lieu paisible oĂč l’on ne meurt jamais, oĂč l’on ne devient jamais vieux, jamais malade, oĂč l’on est toujours jeune, toujours en bonne santĂ©, oĂč l’on ne meurt jamais parce qu’il y a la Vie Ă©ternelle, oĂč il y a la bĂ©nĂ©diction de la jeunesse, oĂč il n’y a ni pĂ©chĂ© ni rien de semblable. Oh, il n’y a tout simplement aucun moyen de dĂ©crire cela!

232     MĂȘme Paul a dit: “Les yeux ne l’ont pas vu, les oreilles ne l’ont pas entendu. Ce n’est mĂȘme pas entrĂ© dans le coeur de l’homme”. Vous ne pouvez mĂȘme pas comprendre cela. Il n’y a aucun moyen d’expliquer “
ce que Dieu a en rĂ©serve pour ceux qui L’aiment”.

233     Maintenant (et c’est sĂ»rement la vĂ©ritĂ©) aussi bien ceux de notre auditoire invisible que nous autres ici, nous sommes dĂ©peints ici ce soir dans l’une de ces catĂ©gories. Ou bien nous sommes des croyants authentiques
 Testez cela par la Parole. Si la Parole dit une certaine chose et que l’église dit quelque chose de diffĂ©rent, que choisirez-vous? Regardez dans le miroir de la Parole de Dieu et voyez dans quelle catĂ©gorie vous vous tenez. Et si ce soir (aussi bien ceux qui sont ici que notre auditoire invisible) vous n’ĂȘtes pas du type des croyants, puis-je offrir une simple parole de priĂšre pour vous maintenant afin que vous entriez dans cette catĂ©gorie des croyants? Et voudriez-vous prĂ©senter cela Ă  Dieu, la tĂȘte inclinĂ©e et le coeur inclinĂ©, les yeux fermĂ©s, vous tenant devant Dieu? Quelquefois les gens ont un peu peur, vous savez, de lever la main, ils ont peur que leur voisin
 Il ne devrait pas en ĂȘtre ainsi, mais ils devraient ĂȘtre d’accord de se lever et de dire: «Je suis dans l’erreur, je suis dans l’erreur».

234     â€œCelui qui couvre son pĂ©chĂ© ne prospĂ©rera pas, mais celui qui confesse son pĂ©chĂ© obtiendra misĂ©ricorde”. Vous voyez? Qu’est-ce que le pĂ©chĂ©? C’est l’incrĂ©dulitĂ©. L’incrĂ©dulitĂ© en quoi? En la Parole.

235     Si vous n’ĂȘtes pas dans cette catĂ©gorie, il y a des choses dans la Bible que vous ne pouvez tout simplement pas voir avec votre intelligence. Vous savez que la Bible l’a dit, mais vous ne pouvez pas le comprendre, mĂȘme si vous le voulez. Dites: «O Dieu, donne-moi la comprĂ©hension et je T’obĂ©irai!». Voulez-vous lever la main et dire: «Souvenez-vous de moi tandis que nous prions». Que Dieu vous bĂ©nisse! Que Dieu vous bĂ©nisse! C’est bien. Vous voyez? Pensez rĂ©ellement Ă  cela. «Il y a quelque chose dans la Bible que je ne comprends simplement pas. J’ai bien peur de me trouver dans l’une de ces autres catĂ©gories. Peut-ĂȘtre que je vais me trouver avec ces soixante-dix qui
 Il y a juste certaines choses
 C’est trĂšs difficile pour moi de comprendre comment ce Dieu fait ces choses. Comment JĂ©sus pourrait-Il ĂȘtre le mĂȘme? Comment ces choses
 je ne les comprends pas. Je voudrais bien les comprendre. Je voudrais croire. Que Dieu vienne en aide Ă  mon incrĂ©dulitĂ©. Je voudrais avoir part Ă  ces choses. Je voudrais ĂȘtre participant de la Parole. Je voudrais qu’Elle soit en moi».

236     â€œSi vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez
” (Jean 15.7). Nous savons que c’est vrai. Voyez: “Si vous demeurez (non pas une fois dedans et une fois dehors), si vous demeurez en moi (et Il est la Parole) et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordĂ©â€. Vous l’aurez!

237     â€œCelui qui reçoit mes paroles et croit en Celui qui m’a envoyĂ© est dĂ©jĂ  passĂ© de la mort Ă  la Vie”. Mais premiĂšrement pouvez-vous recevoir la Parole? Pouvez-vous recevoir la Parole? Toute la Parole? Tout Christ? Christ est la Parole ointe. Il est la Parole ointe. Christ signifie Celui qui est oint, la Parole ointe pour ce jour et manifestĂ©e, le Sauveur, le RĂ©dempteur. C’est alors qu’Il dut venir, et Il Ă©tait la Personne ointe pour prendre cette place.

238     Maintenant, c’est le Saint-Esprit qui, dans les derniers jours, doit faire briller la LumiĂšre du soir, ramenant la foi qui avait Ă©tĂ© piĂ©tinĂ©e dans les dĂ©nominations, condamnant les dĂ©nominations et revenant Ă  la foi originelle, la foi biblique originelle, revenant Ă  la Bible originelle et en croyant chaque mot, n’y ajoutant rien, ne Lui faisant pas dire ceci ou cela, mais disant les choses simplement comme Elle les dit. Vous avez besoin de croire de cette maniĂšre! Y a-t-il quelqu’un qui n’ait pas encore levĂ© la main? Voulez-vous lever la main et dire: «O Dieu, souviens-Toi de moi»?

239     Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est trĂšs bien! Que Dieu te bĂ©nisse, petit garçon. Que Dieu vous bĂ©nisse, ma soeur. Que Dieu vous bĂ©nisse, soeur, vous qui ĂȘtes Ă  ma droite. Que Dieu vous bĂ©nisse, vous lĂ -bas au fond. Que Dieu vous bĂ©nisse, jeune homme, et vous, soeur, lĂ -bas. Et vous aussi, frĂšre, lĂ -bas de l’autre cĂŽtĂ©. Que le Seigneur vous bĂ©nisse! Que Dieu vous bĂ©nisse, vous lĂ -bas au fond.
    Â«Souviens-Toi simplement de moi, Seigneur!».

240     Rappelez-vous maintenant que ce n’est pas vers moi que vous levez la main, mais vers Lui.

241     LĂ -bas, juste derriĂšre moi, le Seigneur voit votre main. MĂȘme si je ne la remarque pas, Lui la voit. Il connaĂźt votre coeur. Il sait ce qui le fait battre. Il connaĂźt vos objectifs. Il connaĂźt la motivation de vos objectifs.

242     Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. Quelqu’un d’autre. «Je dĂ©sire croire toute la Parole». Que Dieu vous bĂ©nisse, Que Dieu vous bĂ©nisse. «Aide-moi, Seigneur, aide-moi». Le Seigneur voit vos mains. Certainement. C’est cela. «Il y a des choses que je ne puis comprendre. Je ne veux pas ĂȘtre un incrĂ©dule. Bien que je ne les comprenne pas, je veux les croire de toute façon. Je suis prĂȘt Ă  dire: Seigneur Dieu, me voici. Je dĂ©sire croire. Viens au secours de mon incrĂ©dulité». Que Dieu soit avec vous. Que Dieu vous bĂ©nisse. Beaucoup, beaucoup de mains sont levĂ©es et il y en a encore qui se lĂšvent.

243     Vous direz: «FrĂšre Branham, est-ce que cela sert Ă  quelque chose?». Levez une fois la main en ayant un objectif rĂ©el et juste, et vous dĂ©couvrirez ce que vous ressentirez dans ce cas. Vous tĂ©moignerez alors qu’il y a un petit quelque chose dans votre vie, vous savez. Il y a un petit quelque chose et vous n’aimez pas qu’il y soit, mais il y est quand mĂȘme. Vous vous demandez comment cela a pu se faire. «Que le Seigneur me prĂ©serve d’ĂȘtre un Judas! Qu’Il me prĂ©serve de suivre un message en pensant qu’un jour un petit dĂ©faut se manifestera. O Dieu, que je ne fasse pas cela! Que je puisse rester dans Ta Parole!». Vous voyez? Ou alors je suis un incrĂ©dule qui pense simplement: «Eh bien, les autres gens ne disent-ils pas que c’est ainsi?». Vous voyez? Je ne veux pas non plus ĂȘtre comme cela. Je veux ĂȘtre un croyant. Je vois la Parole de Dieu pour cette heure. Je vois Dieu en Elle. Et Seigneur, fais de moi une partie de cette Parole Fais de moi une partie d’Elle. Je dĂ©sire ĂȘtre une partie d’Elle. Que le Seigneur vous bĂ©nisse.

244     Prions maintenant. Que chaque personne prie pour elle-mĂȘme, et moi je vais prier pour vous. Peut-ĂȘtre que nous allons ĂȘtre sĂ©parĂ©s pour un temps. Certains d’entre nous seront repris et nous ne serons plus ensemble. Il y en a parmi nous ici qui deviennent vieux. MĂȘme les jeunes meurent! On meurt Ă  tout Ăąge. Nous devrons ĂȘtre sĂ©parĂ©s et cette chose doit ĂȘtre mise en ordre. Vous ne pouvez pas faire les choses simplement au hasard, il faut venir tandis que vous ĂȘtes encore lucide.

245     Vous direz: «Eh bien, si je peux voir cela juste avant de mourir ». Non! ne faites pas cela! Vous pourriez ne pas ĂȘtre lucide Ă  ce moment-lĂ . Vous pourriez ĂȘtre tuĂ© dans un accident avant d’arriver Ă  la maison. Vous pourriez mourir d’une crise cardiaque. Vous ne savez pas ce qui va arriver. Dieu seul le sait. Je ne me fie pas Ă  de telles choses, Par la fenĂȘtre, le vois mĂȘme des gens Ă  l’extĂ©rieur qui lĂšvent la main. Vous voyez? Oui, que Dieu vous bĂ©nisse. «Je voudrais ĂȘtre juste. Je voudrais ĂȘtre juste». Mettons maintenant les choses en ordre.

246     Vous pouvez rĂ©gler cela une fois pour toutes, si du plus profond de votre coeur vous dites sincĂšrement: «Seigneur JĂ©sus, quoi qu’il arrive ou quoi que disent les gens, Ta Parole aura la premiĂšre place dans ma vie. Je La veux dans ma vie. Et Tu es la Parole. C’est la Bible qui le dit, et je crois que la Bible est la Parole de Dieu, et je sais que les credo et les dogmes qui y ont Ă©tĂ© injectĂ©s Ont fait d’Elle un paquet d’hypocrisie. Seigneur, purifie-moi de telles impuretĂ©s et fais que je sois entiĂšrement Ă  Toi. Je lĂšve mes mains vers Toi. J’élĂšve vers Toi mon coeur, ma voix et ma priĂšre. O Dieu, aie pitiĂ© de moi!». Et Ă  moi aussi mes mains sont levĂ©es. Seigneur, purifie-moi, ĂŽ Seigneur, de toute incrĂ©dulitĂ©.

247     Bien qu’Il puisse ne pas me donner le pouvoir de marcher comme Enoch qui n’eut pas Ă  mourir, mais qui alla simplement en promenade un aprĂšs-midi et partit Ă  la Maison avec Lui, cependant, ĂŽ Dieu, je crois rĂ©ellement que cela arrivera parce que je sais que dans les derniers jours il y aura un enlĂšvement et que notre travail sera interrompu. PĂšre, c’est ce que dit notre calendrier. Encore trente-six ans et l’oeuvre sera terminĂ©e, et Tu dois venir Ă  un certain moment dans cette pĂ©riode, sinon aucune chair ne sera sauvĂ©e. Les chronologistes et les gens qui sondent ces choses nous disent absolument que nous sommes en avance de bien des annĂ©es. Ils nous disent par les calendriers que nous sommes plus loin que cela et qu’il ne nous reste peutĂȘtre plus que quinze ou vingt ans. Je ne sais pas, PĂšre. Mais je sais que mĂȘme selon notre calendrier, nous y sommes presque.

248     Je vois le moment oĂč il ne pourra plus rester la moindre espĂ©rance, Seigneur. S’ils commencent Ă  se lĂącher mutuellement ces bombes les uns sur les autres, Seigneur, il n’y aura plus de front de bataille. Ils se dĂ©truiront l’un l’autre. Seigneur, c’est suspendu lĂ , et pourtant la Bible dit que les cieux tout entiers et la terre seront embrasĂ©s. O Dieu, je vois cette heure apparaĂźtre.

249     Je pense Ă  l’assassinat du prĂ©sident et je vois cet autre mĂ©chant homme entrer et tuer de sang-froid l’assassin sans lui laisser la possibilitĂ© de passer en jugement. O Dieu, ils sont aussi coupables l’un que l’autre! Ils n’avaient aucun droit de faire cela. Tout ce mal dans notre propre nation qui est censĂ©e ĂȘtre une nation chrĂ©tienne! Quel pauvre exemple nous sommes, Seigneur, en tant que chrĂ©tiens! Seigneur, pardonne-nous nos pĂ©chĂ©s. Aide-nous, ĂŽ Dieu, et spĂ©cialement Ton Eglise, ceux qui sont baptisĂ©s dans le corps mystique de Christ. Tu as dit: “C’est l’Esprit qui vivifie. De mĂȘme que le Fils de l’homme est montĂ©, Son corps montera lui aussi. Il est la TĂȘte. Son Eglise est le Corps”. O Dieu, c’est la TĂȘte qui guide le Corps. Que la direction de la Parole guide le Corps de Christ! Et puissĂ©-je ĂȘtre une partie de ce Corps, Seigneur!

250     Je prie pour ceux qui ont levĂ© la main et pour tous ceux qui sont ici prĂ©sents et pour tous ceux qui Ă©coutent les bandes. Seigneur Dieu, je Te prie sincĂšrement de les faire entrer, Seigneur. Regarde leur coeur. Tu sais ce qu’ils sont. Mais en tant que Ton serviteur j’intercĂšde pour ces gens, Seigneur. Je les aime! Je les aime et j’essaie simplement de faire cela parce que je sens que Tu m’as donnĂ© l’ordre de le faire. C’est pourquoi, PĂšre, me voici, faisant du mieux que je peux. Pardonne ma faiblesse et mes fautes, Seigneur. Je prie que Tu m’accordes la force et que je sois capable d’expliquer les choses encore plus clairement aux gens.

251     Maintenant, sois avec nous ce soir dans ce tabernacle. Abaisse Tes regards sur ces gens, Seigneur, sur ceux qui ont levĂ© la main dans ce tabernacle. Sonde-moi, ĂŽ Seigneur, et Ă©prouve-moi. S’il y a quoi que ce soit de faux en moi, purifie-moi, ĂŽ PĂšre. Accorde-le-moi. Purifie cette Ă©glise. Purifie-nous tous, Seigneur, et que Ta Parole soit faite chair parmi nous et soit publiĂ©e dans le monde en ce jour. Accorde-le, ĂŽ PĂšre. Je me remets Ă  Toi ainsi que cette prĂ©dication et cet auditoire, avec Ta Parole et Ta promesse de salut pour nos Ăąmes, au Nom de JĂ©sus-Christ. Accorde-le, Seigneur. Que la puissance de Dieu puisse venir sur nous et nous oindre tous, depuis le pasteur jusqu’au concierge, tous ceux qui sont ici prĂ©sents. Puisse le Saint-Esprit venir et prendre Sa place dans notre coeur, qu’Il puisse prendre chaque promesse de Dieu et nous rĂ©vĂ©ler que Ta Parole est la VĂ©ritĂ©. Je T’en prie au Nom de JĂ©sus.

252     Tandis que nous gardons la tĂȘte inclinĂ©e, je voudrais simplement demander Ă  l’organiste de bien vouloir nous donner le ton du cantique: «Je puis entendre mon Sauveur qui appelle. OĂč Il me conduira, je Le suivrai. OĂč Il me conduira, je Le suivrai».
Je puis entendre mon Sauveur qui appelle (Qu’est-Il? La Parole),
Je puis entendre mon Sauveur qui appelle
 (Maintenant, reniez vos dogmes et autres choses).
“Prends ta croix et suis-moi
” (Celui qui ne veut pas prendre sa croix et me suivre, moi la Parole, n’est pas digne d’ĂȘtre mon disciple).
OĂč Il me conduit
 (Il vous ramĂšne Ă  la Bible, c’est lĂ  qu’Il vous conduit)
 je Le suivrai,
OĂč Il me conduit, je Le suivrai,
OĂč Il me conduit, je Le suivrai
 (Si c’est au baptĂȘme on son Nom, si c’est Ă  l’autel pour me dĂ©barrasser de ce qui fait ma honte)
 jusqu’au bout.
    [FrĂšre Branham commence Ă  fredonner — N.D.É.]
    â€Šavec Lui par le jugement (C’est cela maintenant mĂȘme. De quel cĂŽtĂ© ĂȘtesvous? Que voyez-vous en regardant votre reflet dans la Bible, le miroir de Dieu? Que se passerait-il si j’étais jugĂ© maintenant par la Parole?) Je Le suivrai
 (Je suivrai la Parole, quoi que cela me coĂ»te. Je passerai par les jugements de Dieu, et si je dois prendre l’une des places, fais de moi un croyant! Que je croie toute la Parole).

Avec lui, avec Lui jusqu’au bout.
Car oĂč Il me conduira, je Le suivrai (Pensez Ă  cela, et vraiment sĂ©rieusement maintenant).
OĂč Il me conduira, je Le suivrai,
OĂč Il me conduira, je Le suivrai.
EN HAUT