ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La semence de discorde de William Branham a été prêchée 65-0118 La durée est de: 1 heure 34 minutes .pdf La traduction MS
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La semence de discorde

1     Ce soir, j’ai choisi comme court texte, ou comme courte lecture, si le Seigneur veut nous en donner le contexte, de lire dans Matthieu 13, de 24 à 30. Et je–je veux aussi lire de 36 à 40 dans quelques instants. Donc, Matthieu, chapitre 13, à partir du verset 24 du chapitre 13 de Matthieu. Écoutez attentivement la lecture de la Parole. Mes paroles failliront, mais les Siennes ne failliront pas.
    Il leur proposa une autre parabole, et il dit: Le royaume des cieux est semblable à un homme qui a semé une bonne semence dans son champ.
    Mais, pendant qu’il dormait, son ennemi vint, sema de l’ivraie parmi le blé, et s’en alla.
    Lorsque l’herbe eut poussé et donné du fruit, l’ivraie parut aussi.
    Les serviteurs du maître de la maison vinrent lui dire: Seigneur, n’as tu pas semé une bonne semence dans ton champ? D’où vient donc qu’il y a de l’ivraie?
    Il leur répondit: C’est un ennemi qui a fait cela. Et les serviteurs lui dirent: Veux-tu que nous allions l’arracher?
    Non, dit-il, de peur qu’en arrachant l’ivraie, vous ne déraciniez en même temps le blé.
    Laissez-les croître ensemble l’un et l’autre jusqu’à la moisson, et à l’époque de la moisson, j’enverrai les moissonneurs: Arrachez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes pour la brûler, mais amassez le blé dans le grenier.

2     Avez-vous remarqué: “Amassez d’abord l’ivraie, et liez-la en gerbes”? Maintenant, en lisant ceci, quelque chose de bizarre m’est venu à l’esprit pendant que j’étais assis au sommet des monts Catalina l’autre soir, en prière. Et alors je me suis demandé où je pourrais trouver un mot qui me servirait pour ce sujet dont je voulais parler ce soir.

3     Je suis descendu, et j’ai trouvé le mot discorde, alors j’ai pris le dictionnaire et j’ai regardé ce que ce mot discorde veut dire. Et il veut dire, il s’agit de “semer la discorde”, ou–ou “être contraire”, c’est ce que dit Webster, “semer de la discorde, quelque chose de différent”, ou “être contraire à ce qui existait auparavant”. Alors, j’ai pensé, le texte de ce soir, que je l’intitulerais: la Semence de discorde. Et j’ai confiance que le Seigneur bénira Sa Parole maintenant, alors que nous L’abordons.

4     Et nous savons aussi qu’Il a donné l’interprétation, au verset 36 et–et jusqu’au verset 43, montrant comment cette semence est venue à maturité. Pendant que nous y sommes, lisons-le aussi, du verset 36, maintenant, jusqu’au verset 43.
    Quand Il eut renvoyé la foule, Il entra dans la maison. Ses disciples s’approchèrent de lui, et dirent: Explique-nous la parabole de l’ivraie du champ.
    Il répondit: Celui qui sème la bonne semence, c’est le Fils de l’homme;
    Le champ, c’est le monde; la bonne semence, ce sont les fils du royaume; l’ivraie, ce sont les fils du malin;
    L’ennemi qui l’a semée, c’est le diable; la moisson, c’est la fin du monde; les moissonneurs, ce sont les anges.
    Or, comme on arrache l’ivraie et qu’on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde.
    Le Fils de l’homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l’iniquité:
    Et ils les jetteront dans un feu, la fournaise ardente, où il y aura des gémissements, ou, y aura des pleurs et des grincements de dents.
    Alors les justes resplendiront comme le soleil dans le royaume de leur Père. Que celui qui a une oreille... entende.

5     C’est Jésus qui donne Lui-même l’interprétation de la parabole, c’est pourquoi nous en connaissons l’interprétation. Et maintenant, comme nous abordons ceci, cette semence qui est semée et–et récoltée, voilà qu’Il en donne l’interprétation. Et aussi, je crois que Jésus prononçait cette parabole en Son jour, mais comme devant s’accomplir à la fin du monde, ou à la fin de l’âge, c’est-à-dire en ce jour-ci. Et je crois que ce petit texte de ce soir convient très bien à l’heure où nous vivons. En effet, Jésus a bien précisé ici que “le rassemblement se ferait à la fin du monde”, que c’est alors que la fin viendrait, que le blé serait rassemblé, et que l’ivraie aussi serait rassemblée et brûlée, et que le blé serait emporté dans le Royaume. Et je crois que c’était ça.

6     Un autre passage de l’Écriture qui me porte à croire que c’est ça, je l’ai noté ici, c’est Matthieu 24.24, où il est dit, là, en parlant du–du siège... de la semence de discorde, Jésus a dit que les deux seraient tellement proches que cela séduirait même les Élus, si c’était possible. Presque exactement pareilles.

7     Il y a un autre endroit dans l’Écriture où c’est écrit, que la pluie tombe sur les justes et sur les injustes.

8     Je me souviens de mon expérience, quand, pour la première fois, je me suis retrouvé parmi les pentecôtistes. J’étais à Mishawaka, dans l’Indiana. J’assistais à une grande convention, dans une salle semblable à celle-ci, où ceux du Nord et ceux du Sud s’étaient assemblés. En effet, à cette époque-là, à cause de la ségrégation, ils avaient dû se réunir là-bas. C’étaient deux grandes associations de frères pentecôtistes. Je n’avais jamais entendu parler d’eux, et je ne les avais jamais rencontrés auparavant. C’est là que, pour la première fois, j’ai entendu parler en langues. Et au bout de la rangée, à la convention... Comme je n’étais pas un de leurs membres, – j’étais simplement un jeune prédicateur baptiste, – je me suis assis tout au fond. Et je me souviens, la première fois que j’ai entendu quelqu’un parler en langues, je ne savais même pas de quoi–de quoi il s’agissait. Et alors, il y avait ces deux hommes, notamment, qui étaient assis en avant. L’un d’eux parlait en langues, et l’autre interprétait ce que l’homme avait dit. Eh bien, je me suis mis à étudier ma Bible sans relâche à ce moment-là, et j’ai vu que c’était Biblique. C’est exactement, selon l’Écriture, ce que le Saint-Esprit ferait.

9     Eh bien, peut-être le lendemain… Cette nuit-là, j’avais le cœur tout remué. J’ai dormi dans un champ de maïs. Je n’avais pas assez d’argent pour me payer un–un–un lit, alors, j’avais juste assez d’argent pour rentrer à la maison. Je me suis acheté des beignets, faits depuis quelques jours, ou plutôt des petits pains, et, pour mon petit déjeuner. J’aurais pu manger avec eux, j’étais le bienvenu, mais je ne pouvais pas participer aux frais. À cette époque-là, c’était la dépression, 1933, alors c’était–c’était une période assez difficile. Et alors, je me suis dit: “Eh bien, je vais... Je ne veux pas manger avec eux, mais je veux savoir ce qu’ils ont. Ils ont quelque chose que je n’ai pas.”

10     Donc, ce matin-là, je... ils m’ont demandé: “Que tous les prédicateurs viennent sur l’estrade, vous n’avez qu’à vous nommer, dire qui vous êtes, d’où vous venez.”

11     Eh bien, je–j’ai simplement dit: “William Branham, évangéliste, Jeffersonville”, je me suis assis. Eh bien, à ce moment-là j’étais le prédicateur le plus jeune qu’il y avait sur l’estrade. Et le lendemain, ils m’ont fait venir sur l’estrade pour prêcher. Ensuite, après que j’ai eu prêché, eh bien, nous avons passé des moments bénis, et ensuite, j’ai fait la connaissance de plusieurs personnes qui m’ont invité à venir à leur église. Ensuite, après qu’ils...

12     Après, eh bien, je me suis dit: “Si seulement je pouvais trouver ces deux hommes principaux qui parlaient en langues et interprétaient!” C’est ce qui brûlait dans mon cœur, je le désirais tellement. Eh bien, comme je vous le disais au début, un petit don par lequel on enclenche un mouvement. Vous savez, les dons et les appels sont sans repentir, vous les avez toute votre vie, vous voyez, vous naissez avec, si ce sont des dons de Dieu. Alors, j’ai toujours, depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours eu ça. Les gens qui me connaissent depuis toujours savent que c’est vrai. Eh bien, si, je me disais... À l’époque, je ne savais pas ce que c’était, ça s’appelait une vision, je ne savais vraiment pas ce que c’était. Mais je me disais: “Si je pouvais seulement arriver à leur parler!” Eh bien, et l’esprit qu’il y avait dans la salle me faisait vraiment l’effet d’être l’Esprit de Dieu.

13     Alors, je–j’ai réussi à parler à l’un d’eux, je lui ai posé quelques questions, et c’était un chrétien tout à fait authentique. Il n’y avait aucun doute là-dessus, cet homme-là était un vrai croyant. Et l’autre homme, quand je lui ai parlé, si j’ai jamais rencontré un hypocrite, celui-là en était bien un. En fait, cet homme-là... Son épouse était blonde, et il avait eu des enfants de... deux enfants d’une femme aux cheveux noirs. Je me suis dit: “Bon, qu’est-ce qu’on fait maintenant? Me–me voilà tout déboussolé. Moi qui suis fondamentaliste, il faut que ce soit la Parole, sinon ce n’est pas juste. Et voilà que l’Esprit, – l’un d’eux, d’après ce que j’en sais, donnait une vibration absolument authentique, et l’autre n’était pas bon du tout, – et l’Esprit descendait sur les deux. Mais, comment est-ce possible?” Je, là, je ne savais pas quoi penser.

14     Deux ans plus tard, je priais dans la caverne où j’avais l’habitude d’aller pour prier. Comme c’était poussiéreux dans la caverne, un après-midi je suis sorti, j’ai posé ma Bible sur un tronc d’arbre, et un coup de vent L’a ouverte à Hébreux, chapitre 6. Là, il est dit que dans les derniers jours, ce qui arriverait si nous abandonnions la Vérité et que nous nous renouvelions encore pour venir à la repentance, qu’il ne resterait plus de sacrifice pour le péché; que les épines et les chardons qui sont près d’être rejetés, on finit par y mettre le feu; mais la pluie tombe souvent sur la terre pour l’arroser, pour la préparer; mais les épines et les chardons seraient rejetés, mais le blé serait amassé. Je me suis dit: “Eh bien, c’est juste le vent qui L’a fait s’ouvrir là.” Bon, j’ai simplement reposé la Bible. Et je me suis dit: “Eh bien, maintenant, je vais juste...” Et voilà le coup de vent qui L’ouvre. C’est arrivé trois fois. Je me suis dit: “Eh bien, c’est bizarre, ça.”

15     Et, en me relevant, j’ai pensé: “Seigneur, pourquoi ouvrirais-Tu cette Bible pour que je lise ça, je... alors que j’arrive à ce passage-là, ‘les épines et les chardons qui sont près d’être rejetés, on finit par y mettre le feu’?” Je pensais: “Pourquoi L’ouvrirais-Tu pour que je lise ça, là?” Et comme je regardais au loin...

16     Or, ces vraies visions viennent sans aucun effort de ma part. C’est Dieu, un point c’est tout. Voyez? J’ai regardé et j’ai vu une terre qui tournait devant moi, et j’ai vu qu’elle était toute labourée. Il y avait un homme habillé de blanc, il avançait en semant du blé. Et après qu’il a eu disparu à l’horizon, un homme est arrivé, il était horrible à voir, il était habillé de noir, et il lançait des semences de mauvaise herbe partout. Les deux ont levé ensemble. Et à ce moment-là, toutes les deux avaient soif, parce qu’elles avaient besoin de pluie. Et on aurait dit que chacune priait, la petite tête inclinée: “Seigneur, envoie la pluie, envoie la pluie.” Alors les gros nuages sont arrivés, et la pluie est tombée sur les deux. À ce moment-là, le petit blé s’est relevé tout d’un coup, et s’est mis à dire: “Loué soit l’Éternel! Loué soit l’Éternel!” La petite mauvaise herbe qui était juste à côté, elle aussi s’est relevée tout d’un coup, et elle disait: “Loué soit l’Éternel! Loué soit l’Éternel! “

17     Et alors, la vision a été interprétée. La pluie tombe sur les justes et sur les injustes. Le même Esprit peut descendre dans une réunion, et que tout le monde s’en réjouisse: les hypocrites, les chrétiens, et tout le monde ensemble. Tout à fait exact. Mais qu’en est-il? On les reconnaît à leurs fruits. Voyez? C’est le seul moyen par lequel on pourra jamais les reconnaître.

18     Alors, vous voyez là que, puisque l’avoine sauvage ou le blé sauvage et le grain sauvage imitent parfois un grain authentique du pays, tellement proche que ça séduirait même les Élus, je crois que nous vivons dans un âge où il convient tout particulièrement de prêcher sur ces choses et d’en parler.

19     Remarquez, au verset 41, là encore les deux sont très proches, tellement proches dans les derniers jours qu’Il n’a pas... qu’Il ne pouvait pas compter sur telle ou telle église pour faire le tri, disons, les méthodistes, ou les baptistes, ou les pentecôtistes, pour faire le tri. Il a dit: “Il envoie Ses anges pour faire le tri.” Un ange vient faire le tri, faire la séparation entre le juste et le faux. Et personne d’autre que l’Ange de l’Éternel ne peut le faire. C’est Lui qui va dire lequel est le juste et lequel est le faux. Dieu a dit qu’Il enverrait Ses anges aux derniers temps. Non pas des anges tout au long, ici, mais des anges au dernier temps, et qu’ils rassembleraient. Nous savons que nous sommes maintenant à l’approche du temps de la moisson. Or, un ange, en fait, selon l’interprétation du mot, c’est un “messager”. Et nous voyons qu’il y a sept anges des sept églises, et maintenant... non, tout au long des âges de l’église.

20     Remarquez qui Il a dit qu’étaient les semeurs et aussi ce qu’était la semence. L’un d’eux, le semeur, c’était Lui, le Fils de Dieu, qui est sorti semer la Semence. Et un ennemi est venu après Lui, qui était le diable, et il a semé la semence de discorde après que la bonne semence a eu été semée. Maintenant, mes amis, cette chose-là s’est produite dans tous les âges depuis que le monde est monde. Exactement. Tout au long, depuis le commencement, c’est toujours la même chose qui s’est produite.

21     Or, Il a dit: “La Semence de Dieu, la Parole de Dieu.” Jésus a dit quelque part que “la Parole est une Semence”. Et chaque semence produira selon son espèce. Et maintenant, si le chrétien, les enfants de Dieu, les enfants du Royaume, sont devenus la Semence de Dieu, alors il faut qu’ils soient la Parole de Dieu, la Parole de Dieu manifestée dans l’âge où ils vivent, pour être la Semence promise de cet âge-là. Dieu a donné Sa Parole au commencement, et chaque âge a eu sa Semence, son temps, ses promesses.

22     Or, quand Noé est venu, il était la Semence de Dieu, la Parole de Dieu pour cet âge-là.

23     Quand Moïse est venu, il ne pouvait pas venir avec le message de Noé, ça n’aurait pas marché, parce que c’était lui la Semence de Dieu à ce moment-là.

24     Ensuite, quand Christ est venu, Il ne pouvait pas venir avec l’âge de Noé ou celui de Moïse. C’était Son époque, celle où une vierge devait concevoir et mettre au monde un Fils, qui allait être le Messie.

25     Or, nous avons vécu l’âge de Luther, l’âge de Wesley (l’âge méthodiste), tous les âges se sont succédé, et l’âge pentecôtiste, et chaque âge reçoit une promesse de la Parole. Et les gens de cet âge-là, qui manifestent cette Parole promise, sont la Semence de cet âge, selon ce que Jésus a dit ici même: “Ce sont les enfants du Royaume.” C’est exact. La manifestation du Saint-Esprit qui agit à travers Ses enfants, ce sont les Semences du Royaume pour cet âge-là.

26     Remarquez, l’ivraie, c’est lui, l’ennemi, Satan, qui a semé la discorde, ou la–ou la semence de discorde, c’est lui qui s’est rendu coupable d’avoir fait cette chose horrible. Satan a semé sa semence dès le commencement, au moment où Dieu a placé Sa première moisson d’êtres humains sur la terre. Adam, bien sûr, il savait déjà qu’il y avait une–une connaissance de la vérité, et du bien et du mal, mais il n’en était pas encore venu là.

27     Mais nous voyons que Dieu a donné à Ses enfants Sa Parole, pour qu’Elle soit leur Défense. Leur... Nous n’avons aucune autre Défense que la Parole de Dieu. C’est Elle notre Défense. Il n’y a aucune bombe, aucun abri, aucune retraite, ni Arizona, ni Californie, ni où que ce soit; nous n’avons qu’une seule Défense, et c’est la Parole. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité parmi nous, c’est Jésus-Christ. Il est notre seule Défense. En étant en Lui, nous sommes en sécurité.

28     Le péché n’est même pas imputé à un véritable croyant. Le saviez-vous? Celui qui est né de Dieu ne commet pas le péché, il ne peut pas pécher. Voyez? Ça ne lui est même pas imputé. Tenez, David a dit: “Heureux l’homme à qui Dieu n’impute pas son péché.” Quand vous êtes en Christ, vous n’avez aucun désir de pécher. “L’adorateur, étant une fois purifié, n’a plus aucune conscience de son péché”, vous n’en avez pas le désir. Or, aux yeux du monde, vous êtes peut-être un pécheur, mais aux yeux de Dieu, vous n’en êtes pas un, parce que vous êtes en Christ. Comment pouvez-vous être dans un pécheur, alors que vous êtes dans Celui qui est sans péché, et que Dieu ne voit que Celui en Qui vous êtes?

29     Maintenant, ce temps de la moisson. Au commencement, quand Dieu a semé Sa Semence sur la terre et qu’Il l’a placée dans le cœur de Ses enfants, de Sa famille, garder cette Parole, c’était leur seule Défense, garder cette Parole! Et l’ennemi est entré, il a enfoncé cette Barrière en semant la semence de discorde, quelque chose de contraire à la Parole de Dieu. Si c’était de la discorde au commencement, ça l’est toujours! Tout ce qui ajoutera quoi que ce soit à la Parole de Dieu, c’est toujours la semence de discorde! Peu m’importe quelle en est la source, que cela vienne d’une organisation, que ce soit de source militaire, que cela vienne de puissances politiques, tout ce qui est contraire à la Parole de Dieu, c’est la semence de discorde!

30     Quand un homme est là à dire qu’il est prédicateur de l’Évangile, et qu’il déclare que “les jours des miracles sont passés”, ça, c’est la semence de discorde. Quand un homme est là à dire qu’il est ministre, pasteur d’une église quelque part, et qu’il ne croit pas que Jésus-Christ est le même dans les moindres détails (à l’exception du corps physique), le même hier, aujourd’hui et pour toujours, ça, c’est la semence de discorde. Quand il déclare que “les miracles et l’âge apostolique, c’est du passé”, ça, c’est une semence de discorde. Quand ils disent: “La guérison Divine, ça n’existe pas”, ça, c’est une semence de discorde. Et le monde en est rempli. Ça ne laisse pas de place au blé, ça l’étouffe.

31     Nous constatons que le premier qui a semé la semence de discorde, il a été étiqueté comme étant “le diable”, et nous savons que c’est bien ça, Genèse 1. Maintenant nous voyons, ici, dans–dans le Livre de Matthieu, au chapitre 13, Jésus étiquette encore tout ce qui est en désaccord avec Sa Parole, comme étant du “diable”. Et en cette année 1956, tout ce qui sème la discorde, quelque chose de contraire à la Parole écrite de Dieu, ou qui En donne une interprétation personnelle, c’est la semence de discorde. Dieu n’honorera pas cela. Il ne le peut pas. Ça ne se mélangera pas avec. Certainement pas. C’est comme la semence de moutarde; elle ne se mélangera avec rien d’autre, vous ne pouvez pas l’hybrider, il faut que ce soit l’authentique. La semence de discorde!

32     Maintenant nous voyons que, quand Dieu a semé Sa Semence dans le jardin d’Eden, nous voyons qu’elle a produit un Abel. Mais quand Satan a semé sa semence de discorde, elle a produit un Caïn. L’une a produit un juste, l’autre a produit un injuste. En effet, Ève a écouté la parole de la discorde, quelque chose de contraire à la Parole de Dieu, et c’est là que le ballon du péché a commencé à rouler, et depuis ce jour-là, il n’a pas cessé de rouler. Et nous n’arriverons jamais à nous en débarrasser complètement, tant que les anges ne seront pas venus faire le tri, alors Dieu emportera Ses enfants dans le Royaume, et l’ivraie sera brûlée. Remarquez ces deux vignes.

33     Si seulement nous pouvions passer plus de temps sur ce sujet, mais nous allons seulement en voir les grandes lignes, pour pouvoir prier pour les malades sans tarder, dans quelques minutes.

34     Remarquez, leurs semences ont poussé ensemble, exactement comme Dieu l’a dit ici aussi, au chapitre 13 de notre texte de ce soir, dans Matthieu: “Laissez-les croître ensemble.” Or, Caïn est allé dans la terre de Nod, il s’y est trouvé une épouse, et il s’est marié. Abel, lui, il a été tué, et Dieu a suscité Seth pour le remplacer. Et à partir de là, les générations se sont succédé, le juste et le faux côte à côte. Maintenant, nous remarquons que, chaque fois, au fil du temps, elles se sont rassemblées, et Dieu a été obligé de... La méchanceté est devenue tellement grande que Dieu a été obligé de détruire.

35     Mais ces deux semences ont fini par produire, la semence de discorde et la Semence de Dieu ont produit chacune leur tête véritable, dont l’aboutissement a été Judas Iscariot et Jésus-Christ. En effet, Il était la Semence de Dieu, Il était le commencement de la création de Dieu, Il n’était rien moins que Dieu. Et Judas Iscariot est né le fils de la perdition, il est venu de l’enfer, il est retourné en enfer. Jésus-Christ était le Fils de Dieu, la Parole de Dieu manifestée. Judas Iscariot, par sa discorde, il était la semence du diable, il était venu dans le monde, et, pour tromper; exactement tel qu’il était au commencement, dans Caïn, son ancêtre.

36     Judas ne faisait que jouer à l’église. Il n’était pas vraiment sincère, il n’avait pas réellement la foi (il n’aurait jamais trahi Jésus). Mais, vous voyez, il a semé cette semence de discorde. Il pensait pouvoir se lier d’amitié avec le monde, Mammon, tout en étant ami avec Jésus. Mais il était trop tard pour qu’il puisse rien y changer; quand l’heure fatale est venue, quand il a fait cette vilaine chose, il a franchi la ligne, la séparation entre aller de l’avant et faire demi-tour. Il a été obligé de continuer sur sa lancée, comme imposteur. Il a semé la semence de discorde, il a cherché à trouver grâce devant ces grandes organisations de l’époque, les pharisiens et les sadducéens. Et il pensait gagner un peu d’argent comme ça et être bien vu des gens. N’est-ce pas ce qui amène tant de gens à donner dans cette discorde: ils cherchent à trouver grâce devant l’homme! Trouvons grâce devant Dieu, et non devant l’homme. Mais c’est ce que Judas a fait, quand cette discorde a eu son aboutissement en lui.

37     Nous savons que Jésus était la Parole. Dans Jean 1, il est dit: “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair, et Elle a habité ici parmi nous.” Donc, la Parole est une Semence, et donc, cette Semence a été faite chair, et Elle a habité parmi nous.

38     Si Judas était la semence de l’ennemi et de la discorde, elle aussi a été faite chair, et elle a habité parmi nous dans la personne de Judas Iscariot. Il n’a jamais eu la vraie, vraie foi. Il avait ce qu’il pensait être de la foi. On peut avoir la foi, et aussi avoir une foi artificielle.

39     Et une véritable foi de Dieu croira en Dieu, et Dieu est la Parole: elle n’Y ajoutera jamais rien. La Bible nous dit que si nous Y ajoutons une seule parole ou En retranchons une seule Parole, notre part sera retranchée du Livre de Vie Apocalypse 22.18, à la fin, au dernier chapitre.

40     Au tout début, dans le premier Livre de la Bible, Dieu leur a dit de ne pas En transgresser une seule Parole, “il faut garder chaque Parole”, ils devaient vivre de cette Parole. Jésus, au milieu du Livre, Il est venu et Il a dit que, à Son époque, Il a dit: “L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui–qui sort de la bouche de Dieu.” Et au dernier âge, celui de l’Apocalypse, il nous a été annoncé d’avance que “quiconque retranchera une seule Parole du Livre, ou Y ajoutera une seule parole, sa part sera retranchée du Livre de Vie”.

41     C’est pourquoi il ne doit rien y avoir de douteux, mais seulement une Parole de Dieu véritable, sans mélange! Ce sont là les fils de Dieu, les filles de Dieu, qui ne sont pas nés par la volonté de l’homme, ni par une poignée de main ou une forme quelconque de baptême, mais qui sont nés de l’Esprit de Dieu, par le Saint-Esprit, et à travers lesquels la Parole Se manifeste. Voilà la véritable Semence de Dieu!

42     L’ennemi adhère à l’église, et il devient très orthodoxe, dans un credo ou quelque chose comme ça. Mais ce n’est pas... Ça, c’est de la discorde, tout ce qui manipule cette lignée de Vérité authentique qu’est la Parole de Dieu.

43     Et comment savoir? Nous disons: “Eh bien, ils, avez-vous le droit de L’interpréter?” Non monsieur! Aucun homme n’a le droit d’interpréter la Parole de Dieu. Il est Son propre interprète. Il fait une promesse, ensuite Il l’accomplit, c’est ça qui En est l’interprétation. Une fois qu’Il a fait la promesse, Il l’accomplit, c’est ça qui En est l’interprétation. Tout ce qui est contraire à la Parole de Dieu, c’est de la discorde! Absolument!

44     Maintenant, comme je le disais, Judas n’avait pas une vraie foi. Il avait une foi artificielle. Il avait une–une foi qui faisait qu’il pensait que c’était le Fils de Dieu, mais il ne le savait pas, que c’était le Fils de Dieu. Il n’aurait pas fait ça. Et un homme qui accepte de faire des compromis sur la Vérité de la Parole de Dieu a une foi artificielle. Un véritable serviteur de Dieu s’accrochera à cette Parole.

45     L’autre soir, un certain ministre, de l’Arizona, d’une école très réputée de la ville, ici, est venu me voir, et il m’a dit “Je–je voudrais vous corriger sur quelque chose,” (j’ai dit...) “au moment qui vous conviendra.”
    J’ai dit: “Le moment ne pourrait pas mieux convenir. Venez donc.”

46     Et alors, il est venu, il a dit: “Monsieur Branham, vous essayez... Je crois que vous êtes sincère et honnête, mais vous essayez de présenter au monde une Doctrine apostolique.” Et il a dit: “L’âge apostolique a pris fin avec les apôtres.”

47     J’ai dit “La première question que j’aimerais vous poser, mon frère Croyez-vous que chaque Parole de Dieu est inspirée?”
    Il a dit “Oui monsieur, certainement que je le crois.”

48     J’ai dit “Dans ce cas, pourriez-vous s’il vous plaît me montrer dans la Parole où l’âge apostolique a pris fin? Maintenant, montrez-moi où, et je croirai avec vous.” Et j’ai dit: “L’écrivain de l’ère apostolique, celui qui avait les clés du Royaume, le jour de la Pentecôte, quand l’âge apostolique a été inauguré, les gens disaient: ‘Hommes, frères, que pouvons-nous faire pour être sauvés?’ Il a dit: ‘Repentez-vous, chacun de vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.’ Maintenant, comment la Parole pourrait-Elle Se contredire?”
    L’homme a dit: “Je suis très enrhumé ce soir.”
    J’ai dit: “Je suis bien de votre avis.” Voyez?

49     Maintenant, dites-moi, est-ce que Dieu appelle encore? Si Dieu appelle encore, alors nous vivons encore à l’âge apostolique. Certainement! En aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu appellera, appellera jamais, les appellera jamais, en aussi grand nombre qu’Il les appellera, alors ce sera toujours l’âge apostolique, car Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

50     Donc, nous voyons aujourd’hui que cette discorde a été semée dans tous les âges. Si je pouvais vous montrer cela dans les dix ou quinze prochaines minutes, je le ferais, mais c’est impossible. Tout au long des âges... Tous, nous, la plupart d’entre nous, nous lisons la Bible. Par exemple, quand Jésus est venu, Il a vu qu’il y avait cette discorde, quelque chose de contraire. Il était la Parole manifestée, Il était l’interprétation de Dieu de la Parole. En effet, Il a dit: “Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en elles la Vie Éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de Moi.” Voilà. Il–Il était l’interprétation de la Parole. Et tous les fils et les filles de Dieu nés de nouveau de cet âge sont l’interprétation de la Parole. Vous êtes des lettres écrites, lues de tous les hommes. Oui.

51     Remarquez, Il a dit: “C’est en vain qu’ils M’honorent, en enseignant la discorde comme Doctrine. C’est en vain qu’ils M’honorent, en enseignant comme Doctrine la discorde, des doctrines d’hommes, des credo d’hommes, en enseignant que ces choses sont la Parole de Dieu, alors qu’elles n’ont rien à voir avec la Parole de Dieu.”

52     Regardez, chaque âge a produit ce genre de récolte, tous les âges l’ont fait, et le nôtre ne fait pas exception. Nous trouvons la même chose, et encore plus dans cet âge que dans tous les autres âges réunis, car nous en sommes à la fin de l’histoire de ce monde. La discorde qu’il y a sur la face de la terre aujourd’hui est plus grande que jamais auparavant sur cette terre. Dans les autres âges, la discorde les a éloignés du Dieu vrai et vivant pour les entraîner vers les idoles. Aujourd’hui, Jésus a dit, dans Matthieu 24.24, que ce serait tellement proche que ça séduirait même les Élus, si c’était possible. Vous parlez de discorde! Oh, c’est tellement subtil. Satan est au milieu des gens, et il est tellement doué, ce théologien, ce docteur en théologie, qu’il peut enseigner la Parole de façon presque parfaite. Jésus l’a dit. Mais observez-le bien, quelque part il y aura quelque chose. Il dira: “Eh bien, ça, là, ce n’était pas pour ici.” Ah, mais oui, absolument, voyez-vous, parce que Dieu a dit que ça l’était.

53     Regardez ce que cela a produit. Cette même discorde a fait descendre la colère de Dieu aux jours de Noé, quand Dieu a envoyé Son prophète, et qu’il a prêché comme une flamme de feu, qu’il a appelé les gens à la repentance, et que la discorde a été engloutie par l’eau. Alors, qu’est-ce que Satan a fait? Il est revenu tout de suite dans Cham, et il s’est remis à semer. C’est tout à fait exact.

54     Ensuite Moïse est venu, le grand prophète, pour faire sortir les enfants d’Israël du désert. Qu’est-ce qui s’est passé? Moïse, le grand prophète de Dieu, il leur a apporté la Vérité absolue, la Vérité confirmée. Il avait rencontré Dieu. Dieu a prouvé qu’il L’avait rencontré. Et les gens, là-bas, ces sacrificateurs, ils avaient leurs religions, leurs rituels, leurs rites, et tout, mais Moïse s’est tenu là, comme confirmation de l’interprétation de la Parole. Ne l’oubliez pas! Moïse était l’interprétation de Dieu de Sa promesse. Il avait dit qu’Il le ferait. Il était l’interprétation de Dieu.

55     Qu’est-ce qui s’est passé? L’église venait à peine de sortir de l’Égypte, elle était en marche depuis quelques jours, et qu’est-ce qui s’est passé? Satan est venu avec sa discorde, dans la personne du second Caïn, c’est-à-dire Balaam, et il a semé la discorde parmi eux. Nous savons que c’est vrai. Balaam, là, cet enseignement de Balaam, comme quoi “nous sommes tous pareils, nous servons le même Dieu que vous”, fondamentalement, il avait raison. En effet, il a offert un sacrifice que Dieu offrait, sept béliers, sept taureaux, sur sept autels, et il a prié le même Dieu, de façon aussi parfaite que Moïse là-bas dans le désert, c’était tout à fait pareil. Mais ils n’étaient pas pareils! Tout cela préfigurait ce qui allait arriver. Encore là, il y avait Caïn, manifesté dans la–la personne de Balaam. Et il y avait Dieu, manifesté dans la personne de Moïse, qui interprétait Ses Paroles à travers un être humain, qui Se faisait connaître Lui-même, Sa promesse, à travers un être humain. Et la discorde s’est élevée.

56     Et il y a eu la même chose du temps de Judas, il est venu avec sa discorde.

57     Et, souvenez-vous, ce péché, ce que ces gens-là ont cru, que “nous sommes tous pareils, nous adorons le même Dieu, nous devrions tous faire partie de la même église, nous devrions être un même peuple”, ce péché-là n’a jamais été pardonné à Israël! Jésus Lui-même a dit: “Ils sont tous morts!”

58     Ils ont tous péri, sauf trois: ceux qui ont tenu bon et qui ont cru la promesse. Quand les poules mouillées ont dit: “Nous ne pouvons pas nous emparer de ce pays-là, nous avons affaire à trop forte partie”, et tout, Caleb et Josué ont fait taire le peuple, et ils ont dit: “Nous sommes plus que capables de nous en emparer, parce que Dieu nous L’a promis! Quelle que soit l’opposition, ça m’est égal!”

59     Et nous pouvons encore prêcher la guérison Divine et le baptême du Saint-Esprit, encore avoir la puissance de Dieu pour nous détacher des choses du monde. Dieu l’a dit! L’âge apostolique n’a jamais pris fin, et il ne prendra pas fin, il continue.

60     Donc, nous trouvons ce même vieux semeur de discorde. Et, souvenez-vous, ce péché n’a jamais été pardonné. Maintenant, frère, s’il n’a jamais été pardonné à cette époque-là, qu’en est-il de maintenant, alors que la–la véritable semence de tous les âges est en train de se rassembler?

61     Remarquez cette grande chose que Balaam a faite, elle a continué, et continué, pour finalement aboutir à la venue de–de Judas Iscariot, et de Jésus. Qu’est-ce que c’était? Judas et Jésus étaient une image très exacte de Caïn et Abel. En effet, comme Judas était religieux, Caïn aussi était religieux. Caïn a construit un autel, il a offert un sacrifice, il a adoré Dieu, il l’a fait avec autant de sincérité que l’autre. Mais, voyez-vous, il n’avait pas la révélation de ce qu’était la Parole. Il pensait que c’était Adam et Ève qui avaient mangé des pommes ou des fruits. Et Caïn... Abel, par révélation, il savait que c’était faux; c’était à cause du sang qu’ils étaient sortis, alors il a offert un agneau. Et Dieu a témoigné de ce que son offrande était juste. C’est là qu’il est devenu jaloux et qu’il a essayé de tuer son frère. Et, comme il a tué son frère sur le même autel que celui sur lequel son sacrifice était mort, – l’agneau était mort sur l’autel, – c’est la même chose pour Judas Iscariot, qui a trahi Jésus-Christ sur l’autel de Dieu, et il L’a tué, tout comme Caïn avait tué Abel. En effet, Caïn était la semence de discorde.

62     Même chose pour Balaam, le prophète mercenaire, un homme qui aurait dû avoir plus de bon sens. Dieu l’a mis en garde par des signes et des prodiges, même qu’une mule lui a parlé en langues inconnues, et malgré tout ça il a continué quand même. Il était né pour être un–un semeur de discorde.

63     Et si Jésus a prédit que cet âge-ci se terminerait dans la plus grande discorde qu’il y ait jamais eue, l’âge de l’église de Laodicée, tiède, qui L’a expulsé de l’église, comment peut-il en être autrement que cela, la discorde! Certainement que c’est ça. Elle se termine dans cet âge-là.
    Et c’était Caïn et Abel à nouveau, au Calvaire.

64     Maintenant remarquez, comme toujours, dès que Jésus est parti, qu’Il est allé au Ciel, le Saint-Esprit a été renvoyé. C’était là la Semence, qui donnait la Vie à la Parole, comme nous le disions hier soir. C’est Lui qui vivifie la Parole. Vivifier veut dire “faire vivre”. Le véritable Saint-Esprit ne fait vivre que la Parole, ce qu’Elle est. Il ne fera pas vivre un credo, Il ne peut pas, parce qu’il n’y a rien du credo en Lui. Il est la Vie de la Parole de Dieu, car Il est Dieu. Voyez? Et Il vivifie ce Corps-là.

65     Maintenant remarquez ce qu’ils ont fait. Alors, la Bible dit, et–et Jean a parlé à ses enfants, il a dit: “Petits enfants, vous avez appris que l’antichrist devait venir dans le monde,” il a dit, “et il est déjà dans le monde, et il agit dans les fils de la désobéissance.” Or, ça, c’était peut-être une trentaine d’années après la venue du Saint-Esprit. Nous voyons que, quand le Saint-Esprit est venu, la vraie Semence, Celui qui donnait vraiment la Vie à la Semence, voilà que la discorde s’est introduite de nouveau. Et remarquez, ça a continué comme ça. Il y avait...

66     La vraie Parole avait été confirmée; l’un après l’autre, les prophètes d’autrefois avaient confirmé que la Parole de Dieu était la Vérité. Si quelqu’un ici a déjà lu le Concile de Nicée, ou le Concile Prénicéen, ces quinze jours de politique avide de sang, où ce groupe de Romains, là-bas, a voulu établir, faire une dénomination de cette église. Des prophètes vêtus de peaux de moutons, qui mangeaient des herbes sauvages, sont venus, et ils ont pris position pour la Parole. Mais avec quel résultat? Il fallait que ça se passe comme pour Caïn, il fallait que ça se passe comme pour Abel, l’un des deux devait mourir. Effectivement. Et la Parole a perdu Son influence sur les gens; aussi, par un vote unanime, ils ont exclu la Parole véritable, et ils ont accepté les dogmes de discorde de l’église catholique primitive. Ils ont ajouté un pape, ils ont ajouté un évêque, ils ont ajouté ceci, cela et autre chose. Ils ont retranché le vrai sens de Pierre, et de–de–de Marie, et–et de tout le reste; et ils se sont fait des idoles, et ils ont carrément transformé la soi-disant religion chrétienne en une cérémonie païenne. Qu’est-ce que c’était? La semence de discorde! Et ils ont organisé, organisé, pour la première fois sur terre, une église. Qu’est-ce que c’était? Cette semence de discorde, qui avait commencé à semer, quelque chose qui ajoutait, qui retranchait.

67     Qui a déjà entendu parler, dans la Bible, de ne pas manger de viande le vendredi? Qui a déjà entendu parler, dans la Bible, de quelque chose comme l’aspersion, au lieu du baptême, de l’immersion? Qui a déjà entendu parler de ces choses-là, d’un “je vous salue, Marie”, ou quelque chose comme ça? Qui a déjà entendu parler de certaines de ces âneries qu’on retrouve aussi chez les protestants? La poêle ne peut pas se moquer du chaudron. C’est vrai! Celui qui est coupable de la plus petite chose est coupable de tout, voilà! Qui a déjà entendu parler que Dieu ait jamais oeuvré dans une organisation? Montrez-moi une seule fois où l’une d’elles s’est formée en organisation et qu’elle soit restée en vie. Elles sont mortes sur le coup, et elles ne se sont jamais relevées! Il est temps que quelque chose se produise, il est temps que Dieu entre en action. Cela a détruit l’influence sur les gens.

68     Il s’est passé la même chose aujourd’hui. Ils détruisent l’influence, ils disent: “Oh, cette bande d’exaltés, ce sont des minus.” Mais, c’est de la discorde! Retrouvez-vous nez à nez avec la Parole et voyez ce qu’il En est, voyez si Dieu n’interprète pas Sa propre Parole. De ces pierres Dieu peut susciter des enfants à Abraham. Amen.

69     La Parole avait été parfaitement confirmée par ces premiers chrétiens: Dieu les avait délivrés de tout, et des maladies, et ils avaient des prophètes, et ils parlaient en langues, ils interprétaient, ils prononçaient des messages qui s’avéraient parfaitement justes chaque fois. Mais malgré toute cette Parole confirmée, les gens ont voté Son expulsion, et ils ont voté pour une dénomination. C’est la mère de toutes les organisations.

70     Les deux sont maintenant parvenues à pleine maturité. Elles ont recommencé à produire leur semence. Elle s’était éteinte, mais elle a refleuri aux jours de Luther, comme nous le savons par le message de l’autre matin, au petit déjeuner. Elle a refleuri à l’époque de Luther. Mais qu’est-ce qu’ils ont fait? Immédiatement après la mort de ce grand homme, ils ont formé une organisation.

71     Elle a refleuri, de nouveau encore, aux jours de John Wesley. À cette époque, les anglicans, avec toutes leurs doctrines, sur la sécurité éternelle et tout, ils avaient tellement tout entortillé qu’ils en étaient presque arrivés à l’universalisme, et qu’est-ce qui s’est passé? Dieu a suscité un homme du nom de John Wesley, et il a fauché tout ça. Et, dès qu’il est mort (lui et Asbury et les autres), qu’est-ce qui s’est passé? Ils ont formé une organisation, et maintenant on a toutes sortes de méthodistes. Ensuite est venu tel ou tel autre, Alexander Campbell, John Smith, et qui encore.

72     Finalement, les pentecôtistes ont fait surface, ils sont sortis de tout ça. Et alors, qu’est-ce qui s’est passé? Ils couraient bien: qu’est-ce qui vous a arrêtés? Vous êtes retournés tout droit dans la boue même dont vous étiez sortis, retournés dans les mêmes eaux sales, vous êtes retournés à la discorde et à former des organisations, il vous fallait faire des compromis sur la Parole. Et chaque fois que Dieu envoyait quelque chose de nouveau, vous ne pouviez pas l’accepter. C’est vrai! La discorde de nouveau! Et, remarquez, comme je le disais l’autre jour, la première petite enveloppe qui sort de la racine, ensuite il y a les feuilles, et puis l’épi, et puis encore la tige, et elle sort, – cette petite enveloppe du blé est presque identique au grain lui-même. Et nous pensions que ça l’était, mais quand on l’ouvre, il n’y a pas de grain dedans du tout. Elle n’est qu’un support pour permettre au grain de pousser, et elle meurt aussi, et la vie en sort complètement pour aller dans le grain. Remarquez, donc, on appelle les églises qui ont semé...

73     Nous voyons qu’aujourd’hui nos prétendues églises, et même nos églises pentecôtistes, nous sommes sortis, nous n’étions pas satisfaits, il nous fallait former nos propres groupes. Il y a eu toutes sortes de choses, il nous fallait avoir ceci, il nous fallait avoir ceci, il nous fallait former un autre groupe. Et quelqu’un s’élevait, en disant: “Il viendra sur un nuage blanc.” Un autre disait: “Non–non, Il viendra sur un cheval blanc.” “Très bien, nous allons former deux groupes.” Voyez? Qu’est-ce que c’est? C’est semer la discorde! Quand Il viendra, que ça se passe n’importe comment, c’est Lui qui interprétera Sa propre Parole quand Il viendra. Attendons ce moment-là. Comprenez le... À parler de ces choses-là, vous ne saisissez même pas le Message du jour. Vous regardez toujours en direction de ce que Dieu va faire, ou de ce qu’Il a déjà fait, et vous ne tenez aucun compte de ce qu’Il est en train de faire. C’est comme ça qu’on se retrouve avec des éléments discordants.

74     Maintenant nous remarquons qu’aujourd’hui, nos églises, toutes–toutes nos églises, ont semé le vent, et elles récoltent la tempête. Nous n’avons plus les réunions de prière, nous n’avons plus les réunions que nous avions. Qu’est-ce qu’il y a? Nous avons levé les barrières sur tout. Regardez, jusqu’à nos églises pentecôtistes qui sont remplies de femmes aux cheveux coupés. Avant, on ne permettait pas ça. De se maquiller, de se vernir les ongles, toutes sortes de choses; un homme, là, avec... des espèces de Ricky et tout, mariés trois ou quatre fois, et ils sont diacres; oh, quelle discorde! C’est de la souillure! Comment y arrivent-ils? Dieu n’accepterait pas ça dans Son Église, alors il faut qu’ils aillent dans une organisation pour se le permettre. On a peur d’en parler, parce qu’on se ferait mettre à la porte de l’organisation. Ô Dieu, donne-nous des hommes qui ne soient attachés à rien d’autre qu’à Dieu et à Sa Parole, qui diront la Vérité sur ces choses. Voilà exactement ce qu’il nous faut. Qu’est-ce que nous avons fait? Semé la discorde. Nous avons semé le vent, et maintenant nous récoltons la tempête.

75     Remarquez qu’elles sont maintenant en train d’être rassemblées pour être brûlées. Avez-vous remarqué, Jésus a dit: “Amassez-les d’abord, liez-les en gerbes, et ensuite mettez toutes les gerbes sur le même tas, et Je les brûlerai.” Il y a une petite gerbe appelée les méthodistes, les baptistes, les presbytériens, les luthériens, elles se rassemblent toutes dans le Conseil mondial des Églises. Qu’est-ce? “Amassez-les d’abord!” Alléluia! Avez-vous remarqué, Il rassemble l’ivraie en premier, Il les éloigne du blé, Il les sépare: “Rassemblez-les et brûlez-les.” Elles doivent toutes êtes brûlées par les jugements de Dieu, pour avoir semé la discorde parmi les gens, ces choses que... Ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la Force, niant la Parole, simplement pour soutenir des rites religieux, quelque dogme que quelqu’un y a injecté, a essayé d’ajouter à la Parole de Dieu. Ça ne marchera pas. C’est de la discorde.

76     Je m’écrie aujourd’hui, comme ce grand prophète d’il y a longtemps, Amos, quand il est entré dans cette ville et qu’il a dit: “Je ne suis ni prophète, ni fils de prophète. Mais si le lion rugit, qui ne serait effrayé!” Il a dit: “Quand Dieu parle, qui ne prophétiserait.” Il a prédit que le jugement s’abattrait sur cette génération-là, il a dit: “Le Dieu même que vous prétendez servir vous détruira.”

77     Mettez ceci, ça l’est, sur bande, et souvenez-vous-en. Le Dieu même que... Ces gens, là, qui se rassemblent dans cette grande moisson du–du Conseil mondial des Églises, et vous serez obligés d’y entrer. Vous ne pourrez pas rester en dehors. Ou bien vous en sortirez individuellement, ou bien vous y entrerez. Il n’y aura pas de terrain entre les deux. Ce sera la marque de la bête. Personne ne pourra acheter ni vendre, que celui qui a la marque, ou qui a la discorde. Alors, restez en dehors de cela! Sortez-en! Fuyez-le! Tenez-vous-en loin! Le Dieu qu’ils prétendent servir les détruira. Le grand Dieu d’amour, qui...
    Ils disent: “Eh bien, Jésus a prié que nous soyons tous un.”

78     Et Il a aussi dit: “Comment pouvez-vous marcher ensemble, deux hommes peuvent-ils marcher ensemble s’ils ne sont pas d’accord?” Il a dit “un” comme Lui et le Père sont Un. Le Père était la Parole, et Lui, Il était la Parole manifestée. Il l’était, “Un” avec le Père, parce qu’Il était la manifestation de la Parole promise de Dieu. Et c’est la même chose aujourd’hui, ou dans n’importe quel jour. Oui monsieur. Le Dieu, Il est Un. Il veut que nous soyons un.

79     Comment ceci peut-il être un, alors que celui-ci nie la naissance virginale, et que celui-ci ne, nie la guérison Divine, et ceci, cela, et qu’ils sont tous dans un méli-mélo pareil? Certains d’entre eux ne croient même pas en Dieu, ne croient pas qu’Il était le Fils de Dieu; ils croient qu’Il était le fils de Joseph, appelé le Fils de Dieu. Certainement. Le frère jumeau des luthériens, les Zwingli, ils croient ça, qu’Il n’était absolument rien d’autre qu’un brave homme. La science chrétienne déclare qu’Il était un prophète, rien qu’un homme comme les autres, qu’Il n’était pas Divin. Voyons, s’Il n’était pas Divin, c’est le plus grand imposteur que la terre ait jamais porté. Il était Dieu ou Il n’était rien. Il l’était, Divin! Il était la Divinité, Elle-même, faite chair parmi nous, dans la personne du Fils de Dieu. Certainement, voilà ce qu’Il était.

80     Maintenant nous voyons que la discorde est entrée. Nous savons qu’elle est là, personne ne peut le nier. Oh! la la! Remarquez bien. Il détruira ce groupe qui prétend servir Dieu. Observez bien.

81     Dieu a planté Sa Semence. Je termine, parce que c’est le moment de former la ligne de prière. Dieu a planté Sa Semence, et Sa Semence, c’est Christ. Je vais prêcher là-dessus un soir, dans quelque temps: le lieu où Dieu a décidé de mettre Son Nom, si le Seigneur le veut, peut-être à l’un des petits déjeuners, quand j’aurai un peu plus de temps. Regardez, Il est la seule Issue. Il est le seul Souverain véritable. Il est le seul vrai Dieu, il n’y en a pas d’autre que Lui. Il a dit: “Je suis Dieu, le seul Dieu.” Jésus a dit: “Voici le commandement: Écoute, Israël, Je suis l’Éternel, ton Dieu, un seul Dieu. Je Le suis. Pourquoi en attendez-vous un autre? Un autre viendra... Je viens au Nom de Mon Père, et vous ne Me recevez pas. Mais un autre viendra en son propre nom, et lui, vous le recevrez.” Et ils l’ont fait, à Nicée.
    “Êtes-vous chrétien?
    – Je suis baptiste.”
    “Êtes-vous chrétien?
    – Je suis pentecôtiste.”
    “Êtes-vous chrétien?
    – Je suis méthodiste”, un autre nom.

82     Mais pour ce qui est de ce Nom, de “Jésus-Christ”, ils s’En éloignent le plus possible, ils ne veulent rien avoir à faire avec Lui, car Il est la Parole, et la Parole Se manifeste Elle-même. Remarquez, la seule Issue. Il est la Rose de Saron, la Bible l’a dit. Tous les titres (dans la Bible) de Dieu appartiennent à Jésus-Christ. Il était l’Alpha, l’Oméga, le Commencement et la Fin; Celui qui était, qui est, et qui vient; la Racine et la Postérité de David, à la fois la Racine et la Postérité de David; l’Étoile du Matin, la Rose de Saron, le Lis de la Vallée, l’Alpha, l’Oméga, le Père, le Fils, le Saint-Esprit, tout cela en Jésus-Christ! Il était la pleine manifestation de Jéhovah Dieu, qui a été fait chair pour habiter parmi nous. Voilà exactement ce qu’Il était.

83     Il était la Rose de Saron. Qu’est-ce qu’on a fait à la Rose de Saron? On L’a écrasée, on L’a broyée, pour En faire sortir le parfum. Une rose magnifique doit être écrasée complètement, pour qu’on puisse recueillir le parfum de cette rose. Et c’était une Vie magnifique que Celle-là, il n’y a jamais eu une vie vécue comme Celle-là, mais Elle a dû être écrasée au Calvaire.

84     Vous voyez, on prenait la–l’onction de la Rose de Saron, et on la mettait sur Aaron, il fallait qu’il soit oint de cela pour pouvoir entrer dans la présence de l’Éternel, dans le lieu saint, au dedans du voile saint. Il fallait qu’il soit oint de la Rose de Saron, pour pouvoir aller faire l’aspersion du propitiatoire tous les ans. Et cette onction devait être sur lui, une odeur agréable à l’Éternel, alors qu’il portait le sang de l’agneau devant lui, après avoir été aussi aspergé de cet agneau. Avec des grenades et des clochettes sur le tour de ses vêtements, il devait marcher à une certaine cadence, en faisant de la musique: “Saint, saint, saint est l’Éternel.”

85     Remarquez, Il est cette Rose de Saron, cette Odeur agréable, l’Onction qui est sur Son peuple. Vous ne pouvez pas entrer dans Sa présence avec aucun credo, ni rien d’autre, mais seulement oints de cette Rose de Saron, la Parole. Il est aussi le Lis de la Vallée.

86     Or, comment obtient-on l’opium? On obtient l’opium en prenant un lis et en l’écrasant, on en obtient l’opium. Les médecins l’utilisent dans leurs laboratoires. Prenez un homme qui est nerveux et agité, ou une femme qui a l’impression qu’elle va perdre la tête, elle fait les cent pas et elle crie, elle est hystérique, le médecin va prendre un peu de son opium de lis, et il lui injectera ça dans le bras ou dans une veine quelque part, à elle ou à lui, et ils se calment. C’est terminé pour un moment. Mais aussitôt l’effet de l’opium disparu, les voilà qui reviennent, pires que jamais.

87     Mais je vais vous dire, mes amis, ça, c’est seulement un type de l’Opium véritable, qui vient du Lis de la Vallée que je connais. Il est le Lis de la Vallée. Il a été écrasé au Calvaire. Il a été blessé pour nos transgressions, c’est par Ses meurtrissures que nous avons été guéris. Dans cet–cet écrasement de fleurs, Il était une Fleur. Il était la Fleur la plus admirable qui ait jamais poussé: ce Lis de la Vallée, et cette admirable Rose de Saron. Or, Il est là ce soir, suspendu entre Ciel et terre, c’est ce que je crois, ou plutôt à ce moment-là, Il l’a été, pour–pour ôter le péché du monde et pour ramener la guérison au monde. Et la Bible dit qu’Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours.

88     Mon ami, quand Dieu a dit à Moïse, dans le désert, – et c’était un–un type qui Le représentait, Lui, – d’élever un serpent d’airain. L’airain représente le péché jugé, le serpent représente, le serpent d’airain représente “le péché déjà jugé”. Et l’airain, c’est “le jugement Divin”, par exemple, l’autel d’airain où on déposait les sacrifices. Et il y a aussi Élie, qui a levé les yeux et qui a dit que les cieux étaient comme de l’airain: le jugement Divin sur une nation incrédule, qui s’était éloignée de Dieu. L’airain représente le jugement, le jugement Divin. Et le serpent représentait le péché déjà jugé; et Jésus était ce serpent, qui a été fait péché pour nous, et qui a pris le jugement de Dieu sur Lui. Il a été blessé pour nos transgressions, brisé pour notre iniquité, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, et c’est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.

89     Oh, ce soir, Dieu a une pharmacie remplie d’Opium pour vous. Ami chrétien, vous êtes malade et vous souffrez. Oh, vous êtes épuisé, c’est vraiment trop difficile pour vous. Vous ne pourrez plus tenir le coup encore longtemps, c’est à vous–vous rendre fou, ce jour moderne où nous vivons.

90     Avez-vous écouté Life Line ce soir, ce qu’ils ont dit, que–que la Russie déclare qu’en 55, ils “auraient le monde entier sous leur emprise totale”? Avant que cela puisse se produire, l’Enlèvement doit avoir lieu. Alors, c’est pour quand, mon ami? C’est ici, tout près maintenant.

91     Ne voulez-vous pas Le chercher ce soir, de tout votre cœur? Il est le Lis de la Vallée, et Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Il est ici ce soir, pour S’élever au milieu de Son peuple, tout comme Moïse a élevé la–l’indication du péché jugé. Et pas seulement du péché, mais de la maladie. Souvenez-vous, Jésus a dit: “Comme Moïse éleva le serpent d’airain, il faut de même que le Fils de l’homme soit élevé.” Dans quel but Moïse l’a-t-il élevé? Pour le péché, l’incrédulité et pour la maladie. Jésus aussi a été élevé, pour le péché, la maladie et l’incrédulité. Lui, c’était la même chose.

92     Maintenant, ce soir, aux jours où nous trouvons cette grande discorde, Jésus-Christ a promis, dans Luc, qu’aux jours de la… avant la Venue du Seigneur, ce serait comme aux jours de Sodome, qu’alors le Fils de l’homme Se révélerait comme le Fils de l’homme S’est révélé à Abraham, là-bas; Élohim, Dieu, fait chair parmi les gens, Il est resté là-bas, avec Abraham, et Il lui a montré, lui a dit ce que Sara pensait (assise derrière Lui) dans la tente, alors qu’Il ne l’avait jamais vue. Il lui a dit ce qu’elle... Et Il l’a appelée par son nom: “Sara”. “Abraham”, non pas son–non pas son nom, Abram, qu’il avait au départ, mais Abraham. Non pas Saraï, S-a-r-a-ï, mais S-a-r-a. “Où est Sara, ta femme?”
    Il a dit “Elle est dans la tente, derrière Toi.”

93     Il a dit “Je te visiterai à la période de la vie.” Et elle a ri. Il a dit: “Pourquoi a-t-elle ri?”

94     Or, Jésus a dit que, “juste avant que cette grande discorde soit rassemblée et brûlée, le Fils de l’homme Se révélerait de la même manière qu’Il l’avait fait à l’époque”. Et ça... qu’est-ce que c’est? C’est d’élever de nouveau devant vous, que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Le croyez-vous? Alors, courbons la tête pour prier.

95     Dieu bien-aimé, nous T’aimons. Ta Parole est une nourriture tellement–tellement substantielle pour nous, Seigneur. Nous L’aimons tant! Nous vivons par Elle, Seigneur. Il semble que nous n’En avons jamais assez. Nous aimons tant nous asseoir à Ta table, autour de Ta Parole, et savourer les bénédictions, Seigneur, quand nous nous réunissions comme ceci, des frères et des sœurs qui ont été rachetés par le Sang, par le Fils de Dieu, qui ont été acquis par Ton Sang. Et nous sommes venus ici ce soir, Seigneur, nous avons consacré ces soirées à la prière pour les malades. Et, selon les Écritures, Tu as dit que “c’est par les meurtrissures que nous avons été guéris”. Il n’est donc pas nécessaire de prier, mais seulement de confesser nos péchés, car, par Tes meurtrissures, nous avons été (au temps passé) guéris. Oh, quel jour de salut! Quelle–quelle promesse faite par Emmanuel! C’est certainement la Vérité.

96     Tu as dit: “Un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez, car “Je”, le pronom personnel “je”, “Je serai avec vous, et même en vous, jusqu’à la fin du monde.” Et à la fin du temps, à la grande consommation, Tu as dit que, juste avant cela, ce serait exactement comme avant que le feu tombe sur Sodome et consume le monde des nations, qu’il y aurait de nouveau une révélation du Fils de l’homme, exactement comme à Sodome. Père, que les gens ne passent pas à côté.

97     Et je prie, ô Dieu... avec ma manière un peu primitive, si je n’ai pas dit ce qu’il fallait, pardonne-moi: enclencher un mouvement. Je les aime, Seigneur. Je–je prie qu’ils ne passent pas à côté. Que ce soit un des grands soirs, Seigneur. Que tous ceux qui sont ici malades, affligés, aveugles, ou quoi encore, Seigneur, qu’ils soient guéris ce soir. Que tous les pécheurs soient sauvés. Que, dans leur cœur, maintenant, s’ils sont des incroyants, qu’ils acceptent Christ en ce moment même. Accorde-le, Père. Tout cela est entre Tes mains. Nous nous remettons à Toi, pour Te voir venir au milieu de nous.

98     Tu as dit, dans Jean 14.12: “Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais.” Nous savons que la manière dont Tu T’es fait connaître aux gens, car Tu étais ce prophète dont Moïse avait dit qu’Il serait suscité. Il y avait des centaines d’années qu’ils n’avaient pas eu de prophètes, il y avait de la discorde partout, mais la Parole de Dieu devait quand même s’accomplir; alors, la Parole a été faite chair, et la discorde aussi. Et, Père, nous voyons la même chose aujourd’hui, la discorde qui est en train de former une grande gerbe; et nous voyons la Parole qui est en train de faire la même chose. Bénis-nous ce soir, Père. Nous nous remettons à Toi, avec Ta Parole. Tout ce que Tu trouveras utile de nous faire faire, utilise-nous pour le faire, Seigneur. Au Nom de Jésus. Amen.
    [Une sœur parle dans une autre langue. Espace non enregistré sur la bande. – N.D.É.]

99     Soyez très respectueux. Nous ne savons pas ce qu’Il a dit. Il se peut qu’Il ait quelque chose à nous dire, alors soyez très respectueux un petit instant. [Espace non enregistré sur la bande. Un frère donne une interprétation.]

100     Amen. Avez-vous déjà lu [espace non enregistré sur la bande – N.D.É.] l’Écriture, où il est raconté que l’ennemi allait venir, et ils étaient tous rassemblés, et ils… l’ennemi était en très grand nombre. Et l’Esprit de Dieu est descendu sur un homme, et Il lui a dit, celui-ci a prophétisé, il a dit où aller pour tendre une embuscade, et ils ont détruit leur ennemi. Et le voilà qui vient de nouveau. Voilà l’endroit où détruire votre ennemi, voyez-vous, prenez la main de Dieu. La main de Dieu, c’est Christ, bien sûr, la Parole, alors prenez-La dans votre cœur ce soir, pendant que nous formons la ligne de prière.

101     Je crois que Billy a encore distribué des cartes de prière aujourd’hui. B, les B, prenons B quatre-vingt-cinq. Hier soir, nous en avons pris quinze hier soir. D’habitude, nous essayons d’en appeler une quinzaine par soir. Alors, tenez vos cartes, on va s’en occuper, là. Essayons d’en appeler une quinzaine. Quatre-vingt-cinq. B, comme Branham, vous savez. B, de quatre-vingt-cinq à cent. Et nous... Voyons voir, qui a B quatre-vingt-cinq, levez la main. Tu es sûr... Oh, au fond, très bien, quatre-vingt-cinq, avancez-vous ici.

102     Maintenant, mon fils... Au cas où il y aurait des nouveaux venus ici, qui ne savent pas comment on procède. Mon fils vient ici, ou quelqu’un. S’il ne peut pas venir, c’est Frère Borders, ou quelqu’un d’autre, un homme, qui vient, et il prend les cartes, cent cartes, et là, devant les gens, il les mélange. Donc, quand il vous donne une carte, il ne peut pas vous dire si vous allez venir ici, sur l’estrade, il ne le sait pas. Et moi non plus, je ne le sais pas. J’arrive le soir, et j’en appelle simplement une dizaine ou une quinzaine, quelque chose comme ça, de ces cartes. Ce qui n’a absolument rien à voir avec votre guérison. Vous pouvez très bien rester assis là. Regardez hier soir. Combien étaient ici hier soir, levez la main. De voir les gens, qui ont été guéris partout, tout au long de la réunion!

103     Donc, on a appelé quatre-vingt-cinq; quatre-vingt-six, quatre-vingt-sept, quatre-vingt-huit, quatre-vingt-neuf, quatre-vingt-dix. Que ceux-là s’avancent tout de suite. B quatre-vingt-cinq, quatre-vingt-six, quatre-vingt-sept, quatre-vingt-huit, quatre-vingt-neuf, quatre-vingt-dix. Avec ça, on en aurait... Sûrement que, il nous faut... Si quelqu’un... En voici un autre, oui, avec ça le compte y est. Quatre-vingt-dix, de quatre-vingt-dix à cent maintenant. Quatre-vingt-dix, quatre-vingt-onze, quatre-vingt-douze, quatre-vingt-treize, quatre-vingt-quatorze, quatre-vingt-quinze, quatre-vingt-seize, quatre-vingt-dix-sept, quatre-vingt-dix-huit, -dix-neuf.

104     Si vous ne pouvez pas vous déplacer, si vous êtes... Je vois que nous avons quelques fauteuils roulants, trois ici, je crois que j’en vois quatre. Si vous avez une carte de prière, et que–qu’on appelle votre numéro, et que vous ne pouvez pas vous déplacer, levez simplement la main, nous allons pousser votre fauteuil roulant jusqu’ici.

105     Et si vous n’avez pas de carte de prière, restez simplement assis là et priez, dites: “Seigneur Jésus, que–que–que ce soit mon tour, ce soir.” Combien ici n’ont pas de carte de prière, levez la main. Oh! la la! Bien, alors, disons simplement ceci, j’espère que ça n’a pas l’air sacrilège, mais, une fois, il y avait une petite femme qui n’avait pas de carte de prière, disons. Elle s’est frayé un chemin à travers la foule, elle disait (maintenant écoutez bien): “Si je peux toucher les vêtements de cet Homme, je serai guérie.” Combien connaissent cette histoire? Très bien. Et qu’est-ce qu’elle a fait? Elle L’a touché, et elle est allée s’asseoir. Et Jésus s’est retourné, Il savait où elle était. Pas vrai? Il savait quel était son problème. Pas vrai? Il savait quel était son problème, alors Il lui a dit quel était son problème. Et elle a senti dans son corps que la perte de sang s’était arrêtée. Pas vrai? À cause de quoi? Elle L’avait touché.

106     Maintenant, combien de chrétiens ici, ce soir, savent, selon Hébreux, l’Épître aux Hébreux, que Jésus, en ce moment même, est un Souverain Sacrificateur, le Souverain Sacrificateur qui peut compatir à notre faiblesse? L’est-Il? Très bien, s’Il est le même Souverain Sacrificateur, s’Il a la même fonction, Souverain Sacrificateur, dans ce cas, comment agirait-Il? Il agirait exactement de la même manière qu’à l’époque. Le croyez-vous? Il agirait exactement de la même manière qu’à l’époque; si vous pouvez le croire. Très bien. Combien le croient, levez la main, dites: “Je le crois réellement.”

107     Très bien, avant qu’ils forment la ligne de prière, faisons une ligne de prière dans l’auditoire. Je sais qu’Il est ici. Je–je–je sens Sa Présence, et je–je sais qu’Il est ici. Venez. La ligne de prière est prête? Je me proposais d’en appeler dans l’auditoire. Vous n’avez qu’à–qu’à prier, regardez par ici et priez, croyez, simplement.

108     Une petite dame est assise ici, elle me regarde fixement, elle est assise à côté d’une dame qui porte des lunettes. Ne voyez-vous pas, là, Ce qui se trouve au-dessus de cette femme? Regardez, ici. Voyez? Elle souffre du cœur. Vous croyez que Dieu va vous guérir? Si oui, levez la main. C’était bien votre problème. C’est vrai. Maintenant, si c’était bien votre problème, levez la main pour que les gens puissent voir, levez la main comme ça. Maintenant, vous ne l’avez plus maintenant. Votre foi vous a guérie.

109     Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Oh, il y a de la discorde, mais Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Est-ce que... Maintenant continuez simplement à prier, voyez-vous, vous n’avez pas besoin d’être sur l’estrade, c’est pour vous montrer.

110     Maintenant, voici une dame. Pour autant que je sache, je ne l’ai jamais vue de ma vie, elle n’est qu’une femme, debout ici. Vous avez eu une carte de prière, et vous ne saviez pas si vous alliez être appelée ou pas. Quelqu’un vous a simplement donné une carte de prière, et vous... on a appelé votre numéro, alors vous vous êtes avancée jusqu’ici, simplement. Pas vrai? Et je n’ai aucun moyen de savoir ce que vous êtes, qui vous êtes, d’où vous venez, ce que vous voulez, rien de tout ça. Je ne suis qu’un homme, et vous la femme. C’est exact. Une fois, le même tableau s’est présenté, dans la Bible: Jean, chapitre 4.

111     Maintenant, vous direz: “Qu’est-ce que vous avez fait, Frère Branham, tout à l’heure, il y a un instant.” J’ai simplement enclenché ce petit mouvement, voyez-vous. Moi, je ne sais pas, voyez-vous. C’est Lui qui doit le faire. Moi, je ne sais pas. Et cette femme dans l’auditoire tout à l’heure? Je n’avais jamais vu cette femme-là de ma vie. Elle est une parfaite inconnue pour moi. Je crois bien qu’il s’agissait d’une femme. Qui est la personne qui vient d’être guérie, là, dans l’auditoire? Est-ce que vous... Oui. Nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Si c’est vrai, faites signe de la main, comme ceci. Voyez? Je n’avais jamais vu cette femme. Mais elle était assise là, avec la foi. Or, elle a touché Quelque Chose, n’est-ce pas? Ça ne l’avancerait à rien de me toucher, moi.

112     Mais maintenant, ne voyez-vous pas que la Bible est très précisément la Parole de Dieu? Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Nous devenons des tabernacles du Saint-Esprit, qui est Christ. Voyez? Voilà la vraie Semence. À ce moment-là, si ce vrai Saint-Esprit entre dans la vraie Semence de la Parole, non pas... Il ne faut pas En prendre seulement une partie (parce que le diable utilise Cela), il faut que vous La preniez toute, voyez-vous, chaque Parole; en effet, Il n’est pas Dieu à moitié, Il est tout Dieu. Voyez? Et voilà ce qui se produit.

113     Maintenant, voici une femme, je ne l’ai jamais vue. Une fois, Jésus a trouvé une femme comme celle-ci, peut-être qu’elle n’était pas dans le même état, je ne sais pas. Il était assis à un puits. Il fallait qu’Il descende en Samarie. Et nous voyons que la Samarie était au bas de la colline. Et–et, ou plutôt en allant à Jéricho, Il est passé par la Samarie, et Il est arrivé dans une ville nommée Sychar. Il s’est assis au bord du puits, et Il a envoyé Ses disciples acheter des vivres.

114     Combien y a-t-il de races de gens dans le monde? Trois. Le peuple de Cham, de Sem, et de Japhet. Nous descendons tous de Noé. Le reste du monde a été détruit à cette époque-là. Il n’y a que trois races de gens, ce sont les Juifs, les nations, et les Samaritains (lesquels étaient moitié Juifs, moitié des nations). Ce sont là les seules races qu’il y a dans le monde, voyez-vous, il n’y en a que trois.

115     En Dieu, tout est parfait en trois. C’est comme ces trois dont je parlais ce soir: les trois étapes de la discorde, les trois étapes de la Parole faite chair, et tout. Voyez?

116     Et, donc, Il–Il a parlé aux Juifs, Il a dit à Philippe, quand il Lui a amené Nathanaël, Il lui a dit où il était, Il a dit: “Je l’ai vu quand il était sous l’arbre.” Il a dit à... André Lui avait amené Pierre, Il lui a dit: “Ton nom est Simon, et dorénavant tu seras appelé ‘Pierre’.” Il a dit: “Tu es le fils de Jonas.” Voyez? Or, ceux-là, c’étaient tous des Juifs.

117     Mais ici, Il va vers une femme des nations... pas une femme des nations, mais une Samaritaine.

118     L’époque des nations, c’est maintenant. Il n’a jamais opéré cela, pas une seule fois, pour ceux des nations. Sondez les Écritures. Jamais. Mais Il a promis, dans Luc 22, qu’Il le ferait juste avant la Venue.

119     Mais, donc, Il était assis là, et une femme moitié Juive, moitié des nations, est arrivée. Et Il lui a dit: “Femme, donne-Moi à boire.”

120     Elle a dit: “Mais, Tu ne devrais pas me demander ça, vraiment. Nous sommes... Il y a de la ségrégation ici. Tu es Juif, et–et moi, je suis Samaritaine.”

121     Il a dit: “Mais si Tu savais à Qui tu parles, c’est toi qui Me demanderais à boire.” Qu’est-ce qu’Il était en train de faire? Il était en train de contacter son esprit. Et dès qu’Il a vu quel était son problème, eh bien, Il lui a dit d’aller chercher son mari. Elle a dit qu’elle n’en avait pas. Il a dit: “C’est vrai, tu en as eu cinq.”

122     Maintenant, regardez, quand les pharisiens L’ont vu faire ça. Là, cette discorde qui était là même, au même endroit que la Parole, eux, qu’est-ce qu’ils ont dit? Ils ont dit: “Cet Homme est Béelzébul, un diseur de bonne aventure.” Voyez?

123     Et Jésus a dit que “quiconque dirait cela du Saint-Esprit quand Il viendrait faire la même chose, il ne lui serait jamais pardonné”. La voilà, votre discorde. Voyez? Mais à ce moment-là Il leur a dit qu’Il le leur pardonnait, parce que le Saint-Esprit n’était pas encore venu; le Sacrifice, l’Agneau n’était pas encore mort.

124     Mais cette femme-là, elle, elle n’a pas pensé ça. Cette femme a dit: “Seigneur, je vois que Tu es prophète.” Il y avait des centaines d’années qu’ils n’avaient pas eu de prophète. Elle a dit: “Je vois que Tu es prophète. Or, nous savons que le Messie (Celui qu’on appelle Christ), quand Il viendra, c’est ce qu’Il fera.”

125     Eh bien, si c’est ce qu’Il a fait, alors Il est le même hier, aujourd’hui. C’est de cette manière-là qu’Il S’est fait connaître à cette époque-là, n’est-ce pas la même chose aujourd’hui? Forcément! Or, ici nous avons de nouveau une femme et un homme qui se rencontrent. Elle n’est pas cette femme-là, je ne suis pas cet Homme-là. Mais le fait est que le même Saint-Esprit est ici, et Il a fait la promesse que les oeuvres qu’Il avait faites, que nous ferions la même chose aux jours où le Fils de l’homme serait révélé.

126     Maintenant, je ne vous connais pas (et vous savez que c’est vrai), nous sommes de parfaits inconnus l’un pour l’autre, et vous êtes debout ici. Il y a quelque... Peut-être qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous, peut-être pas, je ne sais pas. Mais si le Seigneur Jésus me révèle, par Son Saint-Esprit, quel est votre problème, croirez-vous alors qu’il s’agit du Fils de Dieu, et non d’un être humain? Ceci, ce n’est qu’une enveloppe, ce tabernacle-ci que–que Dieu utilise, comme tous ceux qu’Il a choisis. Il–Il le fait par Sa grâce souveraine et par élection. Alors, mais vous croyez. Vous allez le croire? [La dame dit: “Amen.” – N.D.É.]

127     Combien dans l’auditoire le croiront? Nous voici ici, tous les deux debout devant la Lumière, déclarant que nous ne nous sommes jamais rencontrés dans cette vie, je n’ai pas la moindre idée de qui est cette femme, de ce qu’elle est, d’où elle vient, ni de ce qu’elle veut obtenir. Je ne l’ai jamais vue de ma vie, et je n’avais jamais vu la femme, là-bas, de ma vie, non plus. Mais, voyez-vous, voici ce que je veux vous amener à faire: à vous débarrasser de cette discorde maintenant, et à croire la Parole, alors que la Parole est faite chair ici même au milieu de nous. La Parole prend Vie dans notre propre chair, ce qui témoigne de la Présence de Dieu.

128     Maintenant, puisse-t-Il le lui accorder. Ce qu’elle veut obtenir, c’est pour un motif valable. Elle n’a pas d’enfant, elle veut un bébé. Elle a une quarantaine d’années. Ce n’est certainement pas chose impossible.

129     Il y a, assises en plein dans l’auditoire en ce moment, des femmes qui avaient été stériles toute leur vie, et qui sont venues sur l’estrade comme ceci, et le Seigneur leur a accordé des enfants. Que quelques-unes d’entre vous, qui le savent, lèvent la main, dans l’auditoire. Voyez? Voyez? L’autre jour, j’ai pris une ravissante petite fille dans mes bras, dimanche, quand je suis parti d’ici, dimanche après-midi. Sa mère était stérile, le Seigneur a parlé. Et la petite fille, un amour de petit être, est-ce qu’elle est ici? Où est-elle? Oui. La voici, juste ici, assise juste ici. La mère est assise là. Voici la petite fille elle-même. Vous la voyez? Elle a été une Parole prononcée par Dieu.

130     Maintenant, croirez-vous en Lui de tout votre cœur? Croyez-vous que cette bénédiction que vous avez, que vous ressentez en vous maintenant, c’est Dieu qui a répondu? Si Dieu me disait quel est votre nom, pour que vous puissiez donner un nom au bébé, croiriez-vous? Alors, Madame Thompson, vous pouvez rentrer chez vous et avoir votre bébé, si vous le croyez de tout votre cœur.

131     Croyez-vous de tout votre cœur? Ayez seulement la foi, ne doutez pas, croyez Dieu, simplement. Dieu est Dieu.

132     Bonsoir, monsieur. Je pense que nous sommes aussi des inconnus l’un pour l’autre. La première fois de ma vie que je vous ai vu, à ma connaissance, c’est quand vous vous êtes avancé ici. Et j’ai pensé que vous étiez l’oncle de Frère Shakarian, ou qui... Mashagian, Frère Mashagian, le chanteur, quand vous êtes passé. Après, j’ai vu que vous alliez dans la ligne de prière. Maintenant, comme je suis un inconnu auprès de vous, et, ou pour vous, et moi un inconnu, et vice versa. Maintenant, si le Seigneur Jésus veut bien me dire quelque chose que vous–que vous… peut-être ce que vous voulez obtenir, disons-le comme ça, qu’Il vous dise, qu’Il me dise ce que vous voulez obtenir. Or, Il vous l’a déjà accordé. Tout ce qu’il vous faut, c’est seulement assez de foi pour le croire.

133     Maintenant, combien comprennent ça? Seulement assez de foi pour croire que vous obtenez ce que vous demandez! Voyez?

134     Maintenant, donc, si vous êtes ici et que vous voulez obtenir quelque chose, et qu’Il me dise quel est votre désir, alors, vous savez que moi, je ne sais pas quel est votre désir, donc, il faut que ce soit Quelque Chose ici qui fasse cela. Maintenant, selon la Parole, c’est ce qu’Il a promis de faire. Il connaissait les pensées de leurs cœurs. Pas vrai? Très bien.

135     Vous avez un grand désir d’être guéri. Une chose, vous souffrez d’une maladie nerveuse, vous êtes très tendu. C’est exact. Autre chose, vous avez mal au dos, votre dos est en très mauvais état, et depuis longtemps, vous avez même été opéré pour ça. C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C’est vrai. Voyez? C’est exact. Et voici autre chose, le désir profond que vous avez, c’est que vous voulez recevoir le baptême de l’Esprit. C’est tout à fait exact. Venez.

136     Dieu bien-aimé, au Nom de Jésus-Christ, que cet homme soit rempli du Saint-Esprit avant de quitter les lieux, au Nom de Jésus. Amen.
    Maintenant recevez-Le, mon frère. Ayez seulement la foi, ne doutez pas.

137     Bonsoir. Je pense, pour autant que je sache, que nous sommes des inconnus l’un pour l’autre. Si c’est exact, eh bien, pour que les gens le sachent, levez simplement la main pour qu’ils voient que nous sommes inconnus l’un à l’autre. Je ne l’ai jamais vue de ma vie, à ma connaissance. Et je pense qu’elle ne m’a jamais vu, si ce n’est assise dans l’auditoire. En effet, le Père Céleste sait, et Sa Parole est ici devant moi, que je n’ai jamais vu cette femme de ma vie, à ma connaissance. Donc, je ne pourrais pas savoir pourquoi vous êtes là, avoir la moindre idée de qui vous êtes, quoi que ce soit, rien à votre sujet. Je ne pourrais pas vous dire la moindre chose.

138     La seule chose, c’est seulement un don. Si je peux – comme vous m’avez entendu l’expliquer tout à l’heure – seulement m’écarter du chemin, écouter ce qu’Il dit; ce que je vois, je peux le dire. Ce qu’Il ne dit pas, je ne peux pas le dire. Je le dirais de moi-même, et ce serait faux. Voyez? Ce serait faux. Mais si c’est Lui qui le dit, c’est tout à fait vrai. Ça ne pourra jamais, ça n’a jamais été faux. Ce ne sera jamais faux, tant que ce sera Dieu. Voyez? Voyez, parce que Dieu ne peut pas avoir tort.

139     Mais si Dieu peut me dire ce que vous voulez obtenir, ce que vous désirez, ou–ou la raison pour laquelle vous êtes ici, quelque chose que vous avez fait, ou quelque chose, quelque chose comme ça, ou qui vous êtes, d’où vous venez, ou ce qu’Il voudra bien me dire, est-ce que vous croiriez? Merci.

140     Une chose, vous avez des problèmes avec vos pieds. Vous avez mal aux pieds. [La dame dit: “Oui.” – N.D.É.] C’est exact. Levez la... Vous avez des problèmes féminins, des troubles gynécologiques. [“Oui.”] Et vous avez un grand désir dans votre cœur, c’est que vous venez de perdre quelqu’un ou quelque chose. C’est un garçon, votre garçon a quitté la maison, il s’est enfui, et vous voulez que je prie qu’il revienne. [“ Oui.”]

141     Ô Dieu du Ciel, envoie-lui son enfant. Que le Saint-Esprit arrête ce jeune homme sur la route ce soir, renvoie-le vers sa mère. Au Nom de Jésus. Amen.

142     Celui qui sait vous le renverra. Ne vous inquiétez pas. Maintenant, croyez, ne doutez pas. Ayez seulement la foi, de tout votre cœur. Croyez, et Dieu fera le reste pour vous.

143     Maintenant, seulement ces trois ou quatre discernements, ou ce qu’il y a eu, voyez, je–j’en arrive au point où je ne vois plus rien devant moi. Je ne peux pas l’expliquer, il n’y a pas moyen de l’expliquer. Vous dites: “Vous voulez dire que seulement ça, vous vous en ressentez plus que d’avoir prêché pendant ces quarante-cinq minutes ou plus, vous pensez?” Oui monsieur. Même si c’était trois heures, je ne m’en ressentirais pas autant.

144     Une femme a touché le vêtement de notre Seigneur Jésus. Et ces gens-là ne me touchent pas. Eh bien, cette femme, ici, regardez, elle pourrait... [Frère Branham dit à la femme: “Posez vos mains sur moi, voyez.” – N.D.É.] Elle pourrait me toucher partout, ça ne ferait rien du tout, je ne suis qu’un homme. Mais c’est Lui qu’elle doit toucher. Et moi, par un don, juste–juste... juste de m’écarter, que tout mon moi s’en aille, et je dis simplement ce que je vois. Voyez? Et c’est tout. Voyez-vous, de me toucher, moi, ça ne compte pas du tout, mais c’est Jésus qu’elle touche à travers moi. De la même façon, cette femme-là avait touché Dieu à travers Jésus, alors qu’Il ne savait pas ce qu’elle avait. Elle a simplement touché Son vêtement, et elle est allée s’asseoir. Et Il a dit–et Il a dit: “Qui M’a touché?”

145     Les apôtres ont dit: “Voyons, tout le monde Te touche. Pourquoi dis-Tu ça?”
    Il a dit: “Mais J’ai connu que de la vertu était sortie de Moi.”

146     Or, savez-vous ce que c’est que de la vertu? De la force. Ses forces ont faibli quand une seule femme L’a touché, et Il était le Fils de Dieu. Qu’en est-il de moi, un pécheur sauvé par Sa grâce? Savez-vous pourquoi c’est plus? Parce qu’Il a dit: “Vous ferez aussi les choses que Je fais. Et vous en ferez plus, parce que Je m’en vais à Mon Père.” Il est dit “de plus grandes” là, mais l’interprétation exacte du grec, c’est: “Vous en ferez plus.”

147     Donc, cette dame, je ne la connais pas. Je ne sais rien à son sujet. Elle est une parfaite inconnue pour moi, tout autant que les autres personnes l’étaient. Nous sommes inconnus l’un à l’autre. Simplement pour que les gens puissent savoir, si vous voulez bien lever la main, pour dire que “nous sommes inconnus l’un à l’autre”. Maintenant, le Fils de Dieu, si, à un moment donné, Il a rencontré une femme – une petite scène semblable à ceci – près d’un puits, qu’Il lui a parlé un petit instant, et qu’Il a su quel était son problème, et Il lui a dit quel était son problème, et alors, c’est comme ça qu’elle a su que c’était là le Messie. Maintenant que–que je... Vous m’avez touché, je vous ai touchée, et il ne s’est rien passé. Mais si ma foi (par un don) et votre foi (en y croyant) peuvent Le toucher, Lui, et qu’Il puisse parler à travers nous... vous parler à travers moi, alors vous saurez qu’Il est ici, comme Il l’était à ce–ce puits de Sychar. Voyez? Il est le même hier, aujourd’hui et pour toujours. Vous le croyez?

148     Vous avez tant de problèmes, tant d’afflictions, de complications! Une des choses principales, pour laquelle vous voulez qu’on prie pour vous, c’est l’arthrite. C’est exact. Pas vrai? L’arthrite est en train de vous ankyloser. Quand vous vous voyez lever le bras...

149     Et effectivement, vous vous êtes avancée assez lentement, si je me souviens bien. Peut-être qu’en attendant un petit instant, peut-être que quelque chose d’autre pourra être dit pour enlever... Ou, vous savez, on ressent des choses; les gens, vous savez, c’est comme un souffle qui s’élève contre Cela. Ils disent: “Voyons, il a deviné ça”, ou, vous savez, quelque chose comme ça.

150     Mais vous, vous semblez être quelqu’un de bien, parlez-moi simplement un petit instant. Restons là un petit peu, parce que j’ai vraiment l’impression qu’il y a autre chose dans votre cœur, que vous voulez recevoir de Dieu. Or, je ne peux pas exaucer votre prière, mais Lui, Il peut ré-… parce que, si vous le croyez, elle est déjà exaucée. Mais si vous voulez seulement le croire; pour vous amener à croire. Maintenant, je vais vous dire, il s’agit d’un être cher qui n’est pas ici, c’est un frère, et ce frère n’est même pas dans cette région-ci. Il est dans une région arrosée, comme, où il y a beaucoup de lacs. Je dirais quelque part comme dans le Michigan, ou quelque... Oui, le Michigan, c’est ça. Et il souffre d’une maladie mortelle, c’est une maladie incurable des reins dont il souffre. C’est bien ça, n’est-ce pas? C’est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Maintenant, ce mouchoir que vous avez dans votre main, que vous avez levé vers Dieu, envoyez-le à votre frère, et dites-lui de ne pas douter, mais de croire, et avec ça il sera guéri, là, si vous le croyez.

151     Vous croyez de tout votre cœur? Voyez, alors, si vous croyez, il n’y a qu’une chose à faire, c’est de l’accepter, absolument. Pas vrai?

152     Maintenant vous dites: “Il les regarde, là, ces gens. C’est ça qu’il fait, il les regarde.” On voit tellement de ça!

153     Mais, au cas où vous ne sauriez pas... La dame, ici, venez de ce côté, madame, ici, la malade, qui que vous soyez. Je ne la regarde pas. Croyez-vous que Dieu peut me révéler quel est votre problème? Levez les mains si vous le croyez, la dame ici, la dame ici, la malade. Oui. Oui. Très bien, alors, si vous le croyez de tout votre cœur, l’asthme dont vous souffriez ne vous causera plus d’ennuis. Très bien, rentrez chez vous et croyez-le! ...?...

154     Il ne la regardait pas, n’est-ce pas? Voyez-vous, Il... Vous regardez dans cette direction-ci, la vision est là, peu importe ce qui se passe. Amen! Ne le voyez-vous pas? C’est tout aussi parfait que Dieu peut être parfait!

155     Vous croyez, vous aussi? L’asthme pourrait s’en aller dans votre cas aussi, n’est-ce pas? Croyez-vous que ça s’en irait? Très bien, allez dire au Seigneur Jésus que vous–vous croyez en Lui.

156     Un jour, il vous faudrait vous promener avec une–une petite canne, si cette arthrite vous rendait infirme, mais elle ne le fera pas. Vous n’allez pas, vous ne croyez pas qu’elle le fera, n’est-ce pas? Vous croyez que vous irez bien? Allez votre chemin, Jésus-Christ vous guérit.

157     Les troubles cardiaques tuent des gens, mais pas forcément vous. Croyez-vous que Dieu va vous guérir de ça, et vous rétablir? Allez, croyez-le de tout votre cœur, dites: “J’y crois vraiment.”

158     Parlez-vous anglais? Comprenez-vous l’anglais? [Frère Branham dit: “Que quelqu’un vienne.” Quelqu’un s’approche pour servir d’interprète. – N.D.É.] Oui, très bien. Est-ce que vous voulez lui répéter ce que je vais lui dire? Dites-lui que si elle croit, ses problèmes d’estomac vont s’en aller. Elle–elle va le croire? Et vos maux de dos à vous vont s’en aller aussi, alors maintenant, vous pouvez aller votre chemin et être guéries.
    Bonsoir. Vous croyez? [Elle dit: “Oui, monsieur.” – N.D.É.]

159     L’homme qui est assis là-bas, qui a des maux de dos, qui m’a regardé quand j’ai dit ça. Lui aussi, il peut être guéri; si vous le croyez, monsieur. Très bien, monsieur.

160     La dame qui est assise juste à côté de vous, là, vous avez des maux de cou, n’est-ce pas, madame? Croyez-vous que Dieu va vous guérir? Si vous voulez imposer les mains au petit garçon, pour ses genoux, il sera guéri, lui aussi. Le croyez-vous? Vous aviez des problèmes gynécologiques, des problèmes féminins, vous n’en avez plus maintenant. Votre foi vous a guérie et vous a rétablie.

161     Croyez-vous que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et pour toujours? Alors, imposons-nous les mains les uns aux autres, et prions cette prière de la foi, chacun de nous, prions la prière de la foi.

162     Dieu bien-aimé, pendant que nous sommes couverts de Ta Présence Divine, en Te voyant Te mouvoir dans l’auditoire, guérir les malades partout. Tu es Dieu. Je Te prie de guérir l’auditoire tout entier. Que le Souffle de Dieu descende fraîchement dans leurs cœurs, fais-leur savoir que le temps tire à sa fin. Il ne nous reste plus qu’un peu de temps ici, ensuite nous serons avec Celui que nous aimons. Et que Sa Présence apporte maintenant la guérison à tous.

163     Nous condamnons Satan, nous condamnons toutes ses actions. Au Nom de Jésus-Christ, Satan, sors des gens.

164     Tous ceux qui vont Le croire maintenant, et accepter leur guérison, levez-vous, dites: “Je me lève maintenant, pour accepter ma guérison. J’y crois.” Quel que soit votre état, si vous le croyez vraiment, levez-vous. Maintenant, levez les mains et dites: “Merci, Seigneur Jésus, de m’avoir guéri.” Que Dieu soit avec vous.
EN HAUT