ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Les oints du temps de la fin de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 65-0725M La durĂ©e est de: 3 heure 11 minutes .pdf La traduction MS
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Les oints du temps de la fin

1     Bonjour Ă  mon auditoire. Parlons Ă  notre Seigneur, maintenant. Grand Dieu, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, qui, ce matin, nous as Divinement assignĂ© ce moment pour T'adorer... Et puissions-nous, Seigneur, du fond du cƓur, nous abandonner complĂštement Ă  Ta volontĂ© Divine et Ă  l’Ɠuvre du Saint-Esprit en nous, afin d'apporter ce que Tu voudrais nous faire connaĂźtre. Notre dĂ©sir, c'est d'ĂȘtre de meilleurs chrĂ©tiens et de meilleurs reprĂ©sentants de Toi. Veuille nous l'accorder ce matin, alors que nous nous attendons Ă  Toi, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
    Vous pouvez vous asseoir. [Quelqu'un dit: «Voulez-vous ĂŽter les tissus de priĂšre de lĂ ? – N.D.É.] Oui.

2     Nous sommes trĂšs heureux d'ĂȘtre ici encore ce matin, au–au service du grand Roi. Et nous sommes dĂ©solĂ©s de, encore une fois, de ne pas avoir assez de place pour les gens, mais on... On va essayer de faire le mieux possible, compte tenu des circonstances.

3     Maintenant, beaucoup ont des mouchoirs et des requĂȘtes qui ont Ă©tĂ© dĂ©posĂ©s ici, pour qu'on prie sur eux. Et je les pose simplement Ă  cĂŽtĂ©; pas parce que je n'en tiens pas compte, mais je prie surtout pour eux aprĂšs que je... comme, et ce soir. Je le ferai ce matin, et puis encore ce soir, quand... À ce moment-lĂ  je prierai et je m'attendrai Ă  l'Esprit de Dieu pour la guĂ©rison, et c'est lĂ  que j'aime prier sur les–les mouchoirs et tout.

4     Et pour ce qui est des requĂȘtes spĂ©ciales, Billy me les a remises, chacune d'elles. Il y en a environ trois cents, et je viens juste de sortir des salles d'entretiens, lĂ . Vous voyez, je m'en occupe vraiment au plus vite, et de toutes celles que je peux. Et je vais m'en occuper aussi rapidement que possible. Je ne pourrai pas les voir toutes. J'Ă©tends la main, simplement, et je dois en prendre une, je dis: «Seigneur, est-ce que ce sera celle-ci, et est-ce que ce sera celle-1Ă ?» Juste comme ça, parce que ce sont, chacune d'elles, des besoins, de vraies requĂȘtes; quelque chose, sans aucun doute, dont nous devrions parler ensemble. Et je... À moins que, vous savez, parfois le Saint-Esprit peut dire, il y en a une en particulier que j'aurai lue, et que j'aurai constamment Ă  cƓur; j'y retourne de nouveau, je cherche jusqu'Ă  ce que je la trouve. Autrement, je les prends comme ça au hasard.

5     Maintenant, nous voulons aussi dire, ce matin, et saluer ceux qui sont lĂ , dans les autres rĂ©gions du pays. Nous voulons saluer les gens, ce matin, qui nous sont reliĂ©s par tĂ©lĂ©phone, Ă  New York; Ă  Beaumont, au Texas; Ă  Prescott, en Arizona; Ă  Tucson, en Arizona; Ă  San Jose, en Californie; dans le Connecticut; Ă  Gainesville, en GĂ©orgie; et Ă  New Albany, en Indiana; d'un bout Ă  l'autre du pays. Nous vous saluons au Nom du Seigneur JĂ©sus.

6     Ce matin, en Indiana, c'est une belle matinĂ©e. Nous avons eu une averse la nuit derniĂšre, ce qui a rafraĂźchi la tempĂ©rature. Et nous... Le Tabernacle est plein Ă  craquer, et tout le monde attend, avec beaucoup d'impatience, la leçon de l'Ă©cole du dimanche. Et j'ai confiance que les plus riches bĂ©nĂ©dictions de Dieu reposeront sur vous lĂ -bas.

7     Et on espĂšre, dĂšs que possible, trouver un–un moyen de pouvoir tous se rassembler, peut-ĂȘtre sous une grande tente, oĂč je me sens trĂšs nettement conduit Ă  prĂȘcher sur les Sept derniĂšres Coupes de la Bible.

8     Donc, maintenant, pour que nous ne passions pas trop de temps sur cette grande leçon de ce matin... J'ai cherchĂ© le Seigneur, je me suis dit: «Qu'est-ce que je pourrais dire?», en sachant que ceci pourrait ĂȘtre la toute derniĂšre rĂ©union que nous aurons. La Venue du Seigneur est tellement proche!

9     Je vois, aprĂšs cette prĂ©diction qui a Ă©tĂ© faite en Californie, qu'il y a des maisons lĂ -bas, et des Ă©tablissements, qui s'enfoncent Ă  raison de trente pouces Ă  l'heure, les madriers qui craquent et qui cĂšdent. Et ils ne savent pas Ă  quoi c'est dĂ». Nous sommes Ă  la fin. Des maisons de cent mille dollars, qui s'enfoncent. J'ai des gros titres du journal, des photos, que j'espĂšre apporter ce soir, vu que je veux parler de quelque chose en rapport avec cela ce soir.

10     Et ce soir, nous allons aussi prier pour les malades. Venez cet aprĂšs-midi, Ă  cinq heures, six heures, ou Ă  l'heure qu'on aura fixĂ©e. Nous allons commencer de bonne heure, je pense, pour que les gens puissent partir de bonne heure, et, venez chercher vos cartes de priĂšre. Et nous prierons pour les malades ce soir, si le Seigneur le veut.

11     Maintenant, aprĂšs avoir Ă©tĂ© en priĂšre, Ă  me demander: «Qu'est-ce que je dois faire?», en sachant qu'un jour je devrai rĂ©pondre de ce que je dis ici... Et j'ai dĂ©cidĂ©, ou je me suis senti conduit par le Saint-Esprit Ă  parler de la prophĂ©tie, ce matin, pour nous renseigner, en quelque sorte. Voyez? C'est quelque chose que nous... Si nous ne sommes pas renseignĂ©s, et que quelque chose arrive, comme ça en passant, nous devrions ĂȘtre au courant. Le Saint-Esprit nous a donnĂ© cela, de prĂ©venir les gens des choses Ă  venir. Vous savez, la Bible a dit que «Dieu ne fera rien sans le montrer d'abord Ă  Ses serviteurs, les prophĂštes». Et–et comme JĂ©sus, qui a prĂ©venu les gens, au sujet de ce qui se produirait; comme les prophĂštes, qui ont prĂ©venu les gens que cela se produirait. Aussi il est de notre intĂ©rĂȘt en ce moment, en cette grande heure dans laquelle nous vivons, de voir dans quel Ăąge nous vivons, et ce qui arrive, ce qui va arriver dans cet Ăąge. Donc, un de ces sujets inhabituels que nous avons peut-ĂȘtre lu bien des fois, il m'est venu Ă  cƓur de–d'en parler aux gens ce matin.

12     Maintenant, dans nos Bibles, prenons Matthieu, au chapitre 24, et lisons un extrait de la Parole. [FrĂšre Branham s'Ă©claircit la voix. – N.D.É.] Excusez-moi. C'est ce qui va servir de–de contexte pour notre thĂšme, notre sujet.

13     Maintenant, souvenez-vous, nous allons l'enseigner comme une Ă©tude Biblique, lentement. Sortez vos crayons et vos papiers. J'ai notĂ© beaucoup de passages de l'Écriture ici, alors–alors, vous pourrez les prendre en note. Ensuite rentrez chez vous et Ă©tudiez-les, parce que c'est exactement comme une leçon de l'Ă©cole du dimanche, pour que nous puissions connaĂźtre, et ĂȘtre prĂ©venus et prĂ©parĂ©s pour les heures dans lesquelles nous vivons.

14     Dans l'Évangile de Matthieu. [FrĂšre Branham s'Ă©claircit la voix. – N.D.É.] Excusez-moi. Le verset 24... Ou le chapitre 24, plutĂŽt, en commençant au verset 15, je dĂ©sire lire un extrait de Sa Parole.
    Et c'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de 1a dĂ©solation, dont a parlĂ© 1e prophĂšte Daniel, Ă©tablie en lieu saint – que celui qui lit fasse attention! –
    Alors, que ceux qui seront en JudĂ©e fuient dans les montagnes;
    Que celui qui sera sur le toit–toit ne descende pas pour prendre ce qui est dans sa maison;
    Et que celui qui sera dans les champs ne retourne pas en arriĂšre pour prendre son manteau.
    Malheur aux femmes qui seront enceintes et Ă  celles qui allaiteront en ces jours-lĂ !
    Priez pour que votre fuite n'arrive pas en hiver, ni un jour de sabbat.
    Car alors, la dĂ©tresse sera si grande qu'il n'y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu'Ă  prĂ©sent, et qu'il n'y en aura jamais.
    Et, si ces jours n'Ă©taient abrĂ©gĂ©s, nulle chair ne serait sauvĂ©e; mais, Ă  cause des Ă©lus, ces jours seront abrĂ©gĂ©s.
    Si quelqu'un vous dit alors: Le Christ est ici, ou:II est lĂ , ne le croyez pas.
    Car il s'Ă©lĂšvera de faux christs et de faux prophĂštes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de sĂ©duire, s'il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus.
    Voici, je vous l'ai annoncĂ© d'avance.
    Si donc on vous dit: Voici, il est dans 1e dĂ©sert, n'y allez pas; voici il est dans la chambre, ne 1e croyez pas.
    Car, comme l'Ă©clair part de l'orient et se montre jusqu'en occident, ainsi sera l'avĂšnement du Fils de l'homme.
    En quelque lieu que soit le cadavre, lĂ  s'assembleront les aigles.

15     Maintenant, comme sujet, j'aimerais prendre le verset 24, et insister tout particuliĂšrement sur ce verset pour notre leçon de l'Ă©cole du dimanche de ce matin. Et Ă©coutez attentivement pendant que je le relis encore.
    Car il s'Ă©lĂšvera de faux christs et de faux prophĂštes; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de sĂ©duire, s'il Ă©tait possible, mĂȘme les Ă©lus.

16     Maintenant, comme sujet ce matin, ou comme thĂšme, plutĂŽt, je veux prendre: Les Oints du temps de la fin. C'est le sujet sur lequel je veux parler, ou le thĂšme: Les Oints du temps de la fin.

17     Je crois que nous vivons au temps de la fin. Je pense que presque tout le monde qui... Celui qui lit les Écritures, ou mĂȘme qui est un–un croyant, sait que nous sommes maintenant Ă  la fin de l'histoire du monde. Il ne servira Ă  rien de l'Ă©crire, parce qu'il n'y aura personne pour la lire. C'est la fin du temps. Quand exactement, je ne sais pas. Dans combien de temps exactement ce sera, pas mĂȘme les Anges des Cieux ne connaissent cette minute ou cette heure. Mais il nous a Ă©tĂ© dit par le Seigneur JĂ©sus, que, quand ces choses, que nous voyons maintenant, commenceraient Ă  arriver, alors de redresser nos tĂȘtes, parce que notre rĂ©demption approche. Maintenant, ce que veut dire «approche», je ne sais pas. Ça peut vouloir dire...

18     Comme les hommes de science le disaient l'autre jour, Ă  la tĂ©lĂ©vision, en parlant de cette grande faille dans la terre, de plusieurs milliers de milles de long, qui va s'enfoncer. On lui a posĂ© la question: «Ça pourrait s'enfoncer, lĂ -bas?» C'est-Ă -dire Los Angeles, la CĂŽte Ouest. Et beaucoup d'entre vous ont vu de quelle maniĂšre ils l'ont suivie par radar, et ça montait en passant par... ça s'est fissurĂ© en dessous de San Jose, ça a traversĂ© jusqu'en Alaska, Ă  travers les Ăźles AlĂ©outiennes, Ă  environ deux cents milles au large des cĂŽtes, et c'est redescendu pour passer par San Diego, ça a fait le tour derriĂšre Los Angeles, et c'est remontĂ© lĂ , ça forme un grand sac.
    Et tous ces tremblements de terre qu'on a eus, c'est dĂ» aux activitĂ©s volcaniques dans cette espĂšce de grande louche creuse, lĂ . Je ne me souviens plus du nom qu'ils–qu'ils lui ont donnĂ©. Mais toujours est-il que quand il y a des secousses lĂ , ça produit ces tremblements de terre qu'on a depuis des annĂ©es sur la CĂŽte Ouest. Maintenant, c'est fissurĂ© tout le tour. Et les hommes de science disaient, l'un d'eux...

19     Cet homme disait Ă  l'autre: «Ça pourrait s'affaisser?»
    Il a dit: «Pas ‘ça pourrait’, mais ça va s'affaisser.»
    Il a dit: «Mais pas dans notre gĂ©nĂ©ration, peut-ĂȘtre?»
    Il a dit: «D'ici cinq minutes, ou d'ici cinq ans. On ne sait pas quand exactement.»

20     Cette semaine, on m'a envoyĂ© les gros titres d'un journal des grosses maisons de cent mille dollars qui craquent et qui se fissurent, et les gens qui dĂ©mĂ©nagent. Et ils ne savent pas comment arrĂȘter ça. Il n'y a aucun moyen d'arrĂȘter ça. Vous voyez, Dieu peut faire ce qu'Il veut, et il n'y a personne qui peut Lui dire comment faire.

21     Vous construisez des maisons, vous pouvez faire des choses par la science, et c'est Dieu qui est le crĂ©ateur de la science. Comment allez-vous faire pour L'arrĂȘter? S'Il le veut, Il peut dĂ©truire la terre par des puces ce matin. Vous vous rendez compte, Il pourrait crĂ©er des puces par Sa Parole, et, dans l'espace d'une demi-heure, il y en aurait quarante milles d'Ă©pais, vous voyez, il n'y a pas... et elles dĂ©voreraient les gens sur place. Il est Dieu. Il fait ce qu'Il veut, c'est tout. Il est souverain, par Lui-mĂȘme.

22     Maintenant, devant toute cette accumulation de preuves, quant Ă  l'heure dans laquelle nous vivons en ce moment, je pense qu'il est bon d'Ă©tudier ces choses et d'en faire un tableau, maintenant que les Sceaux ont Ă©tĂ© ouverts, et de bien voir la vĂ©ritĂ© de ces choses, puisque Dieu a Ă©tĂ© si loyal envers nous, de nous montrer ces choses, par Sa grĂące.

23     J'aimerais que vous remarquiez ici, dans Matthieu 24, JĂ©sus a utilisĂ© le terme de «christs», c-h-r-i-s-t-s, «des christs». Pas Christ, mais «des christs», au pluriel, pas au singulier. «Des christs.» Donc, le mot Christ veut dire «le Oint». Et alors, s'il s'agit de «oint», il n'y en aura pas seulement un, mais plusieurs, qui seront oints, «les oints». Voyez?

24     Autrement dit, s'Il voulait l'expliquer pour qu'on le comprenne un peu mieux, Il dirait: «Dans les derniers jours, il s'Ă©lĂšvera de faux oints.» Or, cela semble presque impossible, vous voyez, ces termes de «oints». Mais remarquez les mots qui viennent tout de suite aprĂšs, «et de faux prophĂštes», p-r-o-p-h-Ăš-t-e-s, au pluriel.

25     Maintenant, un oint, c'est «quelqu'un qui a un message». Et le seul moyen pour que le message puisse ĂȘtre apportĂ©, c'est par quelqu'un qui est oint, c'est-Ă -dire par un prophĂšte, oint. «Il s'Ă©lĂšvera des faux enseignants oints.» Un prophĂšte enseigne son message. Des enseignants oints, des gens qui sont oints, mais avec un enseignement faux. Des oints, «des christs», au pluriel; «des prophĂštes», au pluriel. Et si un–un Christ, au singulier, cela existe, alors ceux-lĂ , il faudra qu'ils soient «des oints», et c'est la prophĂ©tie de ce qu'ils enseignent qui fera la diffĂ©rence, parce que ce sont des oints, ils sont oints.

26     Vu que c'est une leçon de l'Ă©cole du dimanche, nous voulons–voulons essayer de vraiment confronter tout ça, avec les Écritures, non pas avec ce que quelqu'un d'autre en a dit, mais juste en lisant les Écritures.
    Vous allez peut-ĂȘtre dire: «Comment est-ce possible? Est-ce que les oints...»

27     Qu'est-ce qu'ils Ă©taient? «Des christs», c-h-r-i-s-t-s, oints. «Des christs, et des faux prophĂštes.» Des oints, mais des faux prophĂštes!
    JĂ©sus a dit que «la pluie tombe sur les justes et sur les injustes».

28     Maintenant, quelqu'un pourrait me dire: «Croyez-vous que cette onction sur ces gens, ça veut dire que c'est l'onction du Saint-Esprit?» Oui monsieur, le vĂ©ritable Saint-Esprit de Dieu sur une personne, et pourtant ils sont faux.
    Maintenant Ă©coutez attentivement pour voir ce qu'Il a dit. «Et ils feront des prodiges et des miracles, au point que cela sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible.» Et ils sont oints du vĂ©ritable Saint-Esprit. Je sais que ça a l'air insensĂ©, mais on va prendre le temps de l'expliquer par la Parole, que c'est absolument AINSI DIT LE SEIGNEUR, la VĂ©ritĂ©.

29     Prenons maintenant dans nos Bibles, pendant un instant, Matthieu, au chapitre 5, et commençons au–au verset 45, et on va voir, lĂ , alors que nous passons quelques instants Ă  lire ces passages de l'Écriture. Et ensuite, quand nous en serons arrivĂ©s lĂ , eh bien, nous vous donnerons... Pour que vous, si nous ne les lisons pas tous, alors vous pourrez prendre votre Bible; et–et vous pourrez aussi les lire quand nous serons partis d'ici, que vous serez rentrĂ©s chez vous, et–et vous lirez ce que la Bible dit lĂ -dessus.

30     Maintenant, on va prendre notre temps, pour comprendre une–une rĂ©alitĂ© fondamentale, parce que je fais ici une dĂ©claration qui est saisissante. Comment le Saint-Esprit peut-Il oindre un faux enseignant? Mais c'est ce que JĂ©sus a dit qu'il arriverait.
    Donc, Matthieu, chapitre 5, au verset 45, lisons maintenant. Prenons, commençons un–un peu avant, au verset 44.
    Mais moi, je vous dis: Aimez vos ennemis, bĂ©nissez ceux qui vous maudissent, faites du bien Ă  ceux qui vous haĂŻssent... .priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persĂ©cutent,
    Afin que vous soyez fils de votre PĂšre qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les mĂ©chants et... les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et... les injustes. (La pluie tombe sur les mĂ©chants comme sur les bons.)

31     Maintenant, pour faire suite Ă  ça, avec une autre prophĂ©tie qui s'y rapporte, prenons maintenant HĂ©breux, chapitre 6, pour le prochain verset complĂ©mentaire lĂ -dessus, alors que Paul Ă©voque la mĂȘme chose que ce que JĂ©sus a dit. C'est Paul qui parle ici. Pendant que vous le cherchez... Et vous, lĂ -bas sur les ondes, prenez vos Bibles Ă  cĂŽtĂ© de vous, avec un bout de papier, et allez vĂ©rifier ça. HĂ©breux, chapitre 6, Paul qui Ă©crit aux HĂ©breux, il leur montre les ombres et les types, il les fait passer du judaĂŻsme au christianisme, il leur montre que toutes les choses anciennes ne faisaient que prĂ©figurer les choses Ă  venir. C'est Paul qui parle ici, HĂ©breux 6.
    C'est pourquoi, laissant les Ă©lĂ©ments de la parole de Christ (C-h-r-i-s-t, au singulier), tendons Ă  ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement... des oeuvres mortes, de la foi en Dieu,
    De... doctrine des baptĂȘmes, de l'imposition des mains, de la rĂ©surrection des morts, et du jugement Ă©ternel.
    C'est ce que nous ferons, si Dieu le permet.
    Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont goĂ»tĂ© le don cĂ©leste, qui ont eu part au Saint-Esprit,
    Je veux attirer votre attention juste un instant. Avez-vous remarquĂ©, c'est «le don»; et non pas «des dons», participants «des dons cĂ©lestes»? Mais c'est «le don cĂ©leste», au singulier; «Christ», au singulier; «le don», au singulier .
    ...don cĂ©leste... eu part au Saint-Esprit,
    Qui ont goĂ»tĂ© de la... parole de Dieu... (goĂ»tĂ© de quoi?)... la parole de Dieu et la puissance du siĂšcle Ă  venir,
    Et qui sont tombĂ©s, se soient encore renouvelĂ©s et amenĂ©s Ă  la repentance, puisqu'ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l'exposent Ă  l'ignominie.
    Lorsque (Ă©coutez) une terre est abreuvĂ©e par la pluie qui tombe souvent sur elle, pour produire une herbe utile Ă  ceux pour qui elle est cultivĂ©e, elle participe aux bĂ©nĂ©dictions de Dieu;
    Mais, si elle produit des Ă©pines... des chardons, elle est rĂ©prouvĂ©e et prĂšs d'ĂȘtre maudite, et on finit par y mettre le feu.

32     Maintenant comparez ça avec Matthieu 5:24 de nouveau. Remarquez, JĂ©sus a dit que la pluie et le soleil viennent sur la terre, que Dieu les envoie pour prĂ©parer la nourriture et tout, pour les gens de la terre. Et la pluie est envoyĂ©e pour la nourriture, les herbes. Mais l'ivraie, la mauvaise herbe, comme elle est dans le champ, elle reçoit la mĂȘme chose. La mĂȘme pluie qui fait pousser le blĂ©, c'est cette mĂȘme pluie qui fait pousser la mauvaise herbe.

33     Quelle leçon j'ai eue Ă  ce sujet-lĂ  une fois, quand j'ai eu ma premiĂšre rencontre avec les pentecĂŽtistes! Cela a Ă©tĂ© une grande leçon pour moi. J'ai vu deux hommes, l'un... Je n'avais jamais entendu parler en langues. L'un parlait en langues, l'autre donnait l'interprĂ©tation, et vice versa. Et c'Ă©tait la vĂ©ritĂ©, ça disait que «beaucoup de gens ici devraient se repentir ce soir. Il y a des femmes et des hommes, les deux». Et les gens se levaient et allaient Ă  l'autel.
    Je me suis dit: «Que c'est glorieux!»

34     Et ensuite, Ă  l'aide du petit don du Saint-Esprit, j'ai parlĂ© Ă  ces hommes, juste, vous savez comment, par le discernement, juste un petit moyen de savoir. Et l'un d'eux Ă©tait un vĂ©ritable chrĂ©tien, et c'Ă©tait un vrai serviteur de Christ, et l'autre Ă©tait un hypocrite. Et l'un d'eux, celui qui Ă©tait un hypocrite, il vivait avec une femme aux cheveux noirs et il sortait avec une qui Ă©tait blonde, et il avait eu des enfants avec elle. Eh bien, c'Ă©tait en plein lĂ  dans la vision; on ne pouvait pas le nier. Et je lui en ai parlĂ©. Il m'a regardĂ© et il est reparti en longeant le bĂątiment.

35     LĂ , j'Ă©tais vraiment dĂ©sorientĂ©. Je pensais ĂȘtre arrivĂ© chez des anges, et aprĂšs je me demandais si je n'Ă©tais pas parmi des dĂ©mons. Comment Ă©tait-ce possible? Je n'arrivais pas Ă  le comprendre. Et pendant des annĂ©es, je ne me suis plus occupĂ© de ça, jusqu'au jour oĂč...
    George Smith, le garçon qui sort avec ma fille, hier on est allĂ©s lĂ  oĂč il y a le vieux moulin, Ă  l'endroit oĂč je vais prier.
    Et aprĂšs avoir passĂ© quelques jours lĂ -bas, le Saint-Esprit m'a ramenĂ© ce passage de l'Écriture Ă  la mĂ©moire. «Car la pluie tombe souvent sur la terre pour y produire de l'herbe, mais les Ă©pines et les chardons vivent de cette mĂȘme pluie, et on finit par y mettre le feu.» Ils vivent de la mĂȘme source vivifiante de Dieu. LĂ , je l'ai compris. «C'est Ă ...» JĂ©sus a dit: «C'est Ă  leurs fruits qu'on les reconnaĂźt.»

36     Bon, donc, la pluie qui tombe sur la vĂ©gĂ©tation naturelle de la terre est un type de la pluie Spirituelle qui donne la Vie Éternelle, alors qu'elle tombe sur l'Église; en effet, nous l'appelons la pluie de la premiĂšre saison et la pluie de l'arriĂšre-saison. Et c'est une pluie, qui se dĂ©verse de l'Esprit de Dieu, sur Son Église.

37     Remarquez, c'est quelque chose de vraiment Ă©trange, lĂ . Voyez? Quand ces semences ont Ă©tĂ© mises en terre, quel que soit le moyen par lequel elles se sont retrouvĂ©es lĂ , c'Ă©taient des Ă©pines pour commencer. Mais lĂ , le blĂ© qui a Ă©tĂ© mis en terre, et les herbes, c'Ă©taient des herbes pour commencer. Et chaque herbe, en se reproduisant, a montrĂ© qu'elle Ă©tait dans le commencement originel.

38     Â«Et ils sĂ©duiront les Élus, si c'Ă©tait possible», parce qu'ils reçoivent la mĂȘme pluie, la mĂȘme bĂ©nĂ©diction, ils font les mĂȘmes prodiges, les mĂȘmes miracles. Voyez? «Ils vont sĂ©duire, ou sĂ©duiront les Élus, si c'Ă©tait possible.» Or, une Ă©pine ne peut pas s'empĂȘcher d'ĂȘtre une Ă©pine, et le blĂ© non plus ne peut pas s'empĂȘcher d'ĂȘtre du blĂ©; c'est ce que le CrĂ©ateur de chacun a dĂ©cidĂ© au commencement. VoilĂ  les Élus. La mĂȘme pluie!

39     Le soleil se lĂšve le matin et couvre toute la terre, comme il le fait en ce jour que nous vivons sur cette terre. Et le soleil, le mĂȘme soleil qui se lĂšve Ă  l'est, c'est ce mĂȘme soleil qui se couche Ă  l'ouest. Et le soleil est envoyĂ© pour faire mĂ»rir le grain sur la terre, ce dont nos corps sont composĂ©s.

40     Nous vivons de substance morte. C'est le seul moyen pour vous de vivre. Et si quelque chose doit mourir chaque jour pour que vous puissiez vivre, dans le naturel, alors n'est-il pas vrai que, si votre... votre corps doit vivre de substance morte, pour sa vie naturelle, alors, vous devez avoir Quelque Chose qui meure, dans le spirituel, pour sauver votre vie spirituelle. Et Dieu s'est fait matiĂšre, chair, et Il est mort pour que nous puissions vivre. Il n'y a aucune Ă©glise qui puisse vous sauver, ni rien d'autre au monde que Dieu. C'est la seule chose dont ils vivent.

41     Maintenant suivez le fil des Écritures. JĂ©sus est la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair et Elle a habitĂ© parmi nous. Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a vĂ©cu, Elle a habitĂ© parmi nous.» «Et l'homme ne vivra pas de pain seulement,» physiquement, «mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.» Alors, vous voyez, nous vivons de la Parole, et Elle est Dieu.

42     Donc, le soleil atteint le grain et le fait mĂ»rir. Or, il ne peut pas le faire mĂ»rir tout d'un coup. En continuant d'avancer vers la maturitĂ©, il mĂ»rit continuellement, jusqu'Ă  ce qu'il devienne un Ă©pi complet.
    C'est la mĂȘme chose aujourd'hui, avec l'Église. Elle a commencĂ©, Ă  ses dĂ©buts, Ă  l'Ăąge des tĂ©nĂšbres, quand elle Ă©tait sous terre. Elle a grandi et elle est maintenant Ă  maturitĂ©. Et nous pouvons le voir, parfaitement, de quelle maniĂšre Dieu, toujours, par la nature...

43     Il ne faut pas perturber la nature. C'est ça qu'il y a aujourd'hui. On fait sauter des bombes, et lĂ , dans l'ocĂ©an, on brise et on fait tout Ă©clater partout avec des bombes atomiques. Vous ne faites que dĂ©tacher de plus en plus de morceaux de cette terre tout le temps, en lançant ça dedans. Abattez les arbres, les orages vont vous surprendre. Endiguez le fleuve, il va dĂ©border.
    Il vous faut trouver le moyen de Dieu de faire les choses, et vous y tenir. Par des dĂ©nominations, on a fait entrer les gens dans les Ă©glises et les organisations; et regardez ce qu'on a rĂ©coltĂ©! Tenez-vous-en au moyen pourvu par Dieu.

44     Mais, vous voyez, «Il fait pleuvoir», pour revenir Ă  notre sujet, «sur les justes et sur les injustes». JĂ©sus vous dit ici, dans Matthieu 24, lĂ , que ce serait un signe du temps de la fin.
    Or, si ce signe, on ne le connaĂźtra qu'au temps de la fin, alors il faudra que ce soit aprĂšs l'ouverture des Sceaux. Voyez? C'est un signe de la fin. Ce serait, quand ces choses arriveront, ce sera au temps de la fin. Et ce sera un signe, lĂ , pour que les Élus ne soient pas dans la confusion face Ă  ces choses. Vous le voyez? Alors, il faut que ce soit rĂ©vĂ©lĂ©, dĂ©voilĂ©.

45     Il Remarquez, les deux, le blĂ© et la mauvaise herbe vivent de la mĂȘme Onction du Ciel. Tous les deux se rĂ©jouissent Ă  cause d'Elle.
    Je me souviens de ça, je reviens Ă  ce qui s'est passĂ© ce jour-lĂ , lĂ -bas Ă  Green's Mill. Je–j'ai vu apparaĂźtre cette vision. Et il y avait une terre immense, et elle Ă©tait toute hersĂ©e. Et un Semeur est sorti, en premier. Je veux bien vous faire voir ça. Regardez bien ce qui sort en premier, et ce qui vient aprĂšs. Et, comme cet Homme vĂȘtu de blanc est arrivĂ© de l'autre bout de la terre, en semant de la semence, aprĂšs, un homme est arrivĂ© derriĂšre Lui, il portait des vĂȘtements foncĂ©s, il avait l'air trĂšs sournois, il se glissait furtivement derriĂšre Lui, en semant de la mauvaise herbe. Et, au mĂȘme moment, j'ai vu les deux rĂ©coltes pousser. Et, quand elles ont poussĂ©, l'une, c'Ă©tait du blĂ©, et l'autre, c'Ă©tait de la mauvaise herbe.
    Alors il y a eu une sĂ©cheresse, et alors, on aurait dit que les deux avaient la tĂȘte penchĂ©e, en train de pleurer pour qu'il pleuve. Ensuite un gros nuage a couvert la terre, et il a plu. Et le blĂ© s'est redressĂ© et a dit: «Gloire au Seigneur! Gloire au Seigneur!» Et la mauvaise herbe s'est redressĂ©e et s'est Ă©criĂ©e: «Gloire au Seigneur! Gloire au Seigneur!» Les mĂȘmes rĂ©sultats. Tous les deux Ă©taient en train de pĂ©rir, tous les deux se mouraient. Et donc, le blĂ© est sorti et il avait soif. Alors, Ă©tant donnĂ© qu'ils Ă©taient dans le mĂȘme champ, le mĂȘme jardin, le mĂȘme lieu, en dessous du mĂȘme jet, le blĂ© a poussĂ© et l'ivraie a poussĂ©, grĂące Ă  exactement la mĂȘme chose. Remarquez, la mĂȘme eau d'onction qui produit le blĂ©, produit la mauvaise herbe.

46     Le mĂȘme Saint-Esprit, qui oint l'Église, qui leur donne le dĂ©sir de sauver des Ăąmes, qui leur donne la puissance de faire des miracles, Il tombe sur les injustes comme sur les justes. Exactement le mĂȘme Esprit! Il n'y a vraiment pas moyen de l'expliquer autrement pour comprendre Matthieu 24:24. Il a dit: «Il s'Ă©lĂšvera de faux christs», des oints, faux. Oints de la Chose vĂ©ritable, mais ils En seraient de faux prophĂštes, de faux enseignants.
    Qu'est-ce qui fait qu'un homme voudrait ĂȘtre un faux enseignant de quelque chose qui est la VĂ©ritĂ©? LĂ , nous allons en arriver Ă  la marque de la bĂȘte dans quelques minutes, et vous allez voir que c'est la dĂ©nomination. Voyez? Des faux enseignants; des faux oints. Des christs oints, mais des faux enseignants. Vous ne pouvez pas le voir autrement.

47     C'est comme ici, il y a quelque temps, j'ai dĂ©jĂ  racontĂ© ça. Je pourrais peut-ĂȘtre le raconter, vu qu'on est reliĂ©s un peu partout dans le pays. Un jour je parlais Ă  un de mes amis, Ă  un endroit qui est en ligne avec nous ce matin, en Arizona. Et il avait une–une exploitation d'agrumes. Et lĂ , il avait un arbre, qui Ă©tait un oranger, et qui portait des pamplemousses, et des citrons, des mandarines, des tangelos. Et je ne me souviens plus combien de fruits diffĂ©rents il y avait sur cet arbre-lĂ  Ă  lui seul. Et j'ai dit Ă  ce–ce–cet homme, j'ai dit: «Comment ça? C'est quelle sorte d'arbre, ça?»
    Il a dit: «L'arbre, en lui-mĂȘme, c'est un oranger.»
    J'ai dit: «Comment se fait-il qu'il porte des pamplemousses? Pourquoi est-ce qu'il porte des citrons?»
    Il a dit: «Ils sont greffĂ©s dessus.»
    J'ai dit: «Je vois. Bon, eh bien,» j'ai dit, «maintenant, l'annĂ©e prochaine, quand cet arbre va donner une autre rĂ©colte de fruits,» d'ailleurs ils mĂ»rissent Ă  peu prĂšs tous en mĂȘme temps, j'ai dit, «à ce moment-lĂ , il va produire rien que des oranges. Si c'est un oranger porteur d'oranges navel, il va produire des oranges navel, n'est-ce pas, monsieur?»
    Il a dit: «Non, monsieur. Chaque branche qui a Ă©tĂ© greffĂ©e va produire selon son espĂšce.»
    J'ai dit: «Vous voulez dire que cette tige de citronnier va produire du citron sur cet oranger?»
    Il a dit: «Oui, monsieur.
    Est-ce que celle de pamplemoussier va produire du pamplemousse sur cet oranger?»
    Il a dit: «Oui, monsieur. C'est ça la nature de la branche qui a Ă©tĂ© greffĂ©e dessus.»
    J'ai dit: «Gloire Ă  Dieu!»
    Il a dit: «Qu'est-ce que vous voulez dire?»
    J'ai dit: «Une derniĂšre question. Maintenant, est-ce qu'un jour cet oranger va redonner des oranges?»
    Il a dit: «Quand il va produire une autre branche.» Quand lui va produire une autre branche, pas quand il y en aura une de greffĂ©e dessus. Seulement ce sont tous des agrumes, et ils vivent de cette vie d'agrume qu'il y a dans cet arbre porteur d'agrumes.

48     J'ai dit: «VoilĂ ! Les mĂ©thodistes produiront des mĂ©thodistes Ă  tous les coups. Les baptistes produiront des baptistes Ă  tous les coups. Les catholiques produiront des catholiques Ă  tous les coups. Mais l'Église du Dieu vivant produira Christ, Ă  partir de la racine, la Parole, Ă  tous les coups, si un jour elle produit une autre branche qui Lui est propre.»

49     Donc, vous pouvez faire une greffe dessus, vous voyez. Tous les pamplemousses, les citrons, les tangelos, les mandarines, n'importe quels agrumes, ils peuvent tous vivre sur cet arbre; mais ils rendent un faux tĂ©moignage de l'arbre, ils vivent de l'arbre. Vous le voyez? Ils vivent et ils se dĂ©veloppent grĂące Ă  la vie vĂ©ritable qu'il y a dans cet arbre.
    Maintenant, voilĂ  Matthieu 24:24, ils vivent de la mĂȘme Vie, mais ils n'Ă©taient pas des vrais, au commencement. Ils rendent un faux tĂ©moignage de cet Arbre! C'est un oranger, et pourtant c'est un arbre porteur d'agrumes. Et ils disent: «Cette Ă©glise, cette dĂ©nomination rend tĂ©moignage de Christ», et ils ont un faux baptĂȘme, un faux tĂ©moignage de la Parole, ils cherchent Ă  dire que la puissance de Dieu, c'Ă©tait seulement pour les disciples.
    JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit: «Allez par tout le monde et prĂȘchez l'Évangile Ă  chaque branche qui, – chaque arbre qui produira jamais, – chaque branche qu'il y aura dans l'arbre. Et voici les signes qui accompagneront les branches vĂ©ritables.» OĂč? Tant que ce sera un Arbre, tant qu'Il produira des branches, jusqu'Ă  la fin du monde. «En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; ils boiront des breuvages mortels; ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront guĂ©ris.» Vous voyez dans quelle heure nous vivons? Vous voyez ce que JĂ©sus a dit?

50     Souvenez-vous, ceci, c'Ă©tait au temps de la fin, pas Ă  l'Ă©poque de Wesley, pas il y a longtemps. C'est maintenant, au temps de la fin, que ceci devait arriver.
    Maintenant observez les Écritures; que ce soient Elles qui rendent tĂ©moignage. JĂ©sus a dit: «Sondez les Écritures, parce que vous pensez, ou vous croyez, avoir en Elles la Vie Éternelle, et ce sont Elles qui rendent tĂ©moignage de Moi.» Autrement dit, si jamais cet arbre produit une branche... «Je suis le Cep, l'Arbre; vous ĂȘtes les sarments. Celui qui croit en Moi fera aussi les oeuvres que Je fais», Jean 14:12.

51     Maintenant, «celui qui demeure en Moi, celui qui... celui-lĂ  qui Ă©tait dans Ma racine au commencement.»
    VoilĂ  pourquoi JĂ©sus Ă©tait Ă  la fois la Racine et la PostĂ©ritĂ© de David. Il Ă©tait avant David, en David, et aprĂšs David, Ă  la fois la Racine et la PostĂ©ritĂ© de David; l'Étoile du Matin, la Rose de Saron, le Lis de la VallĂ©e, l'Alpha et l'OmĂ©ga; le PĂšre, le Fils, et le Saint-Esprit. «En Lui habite corporellement la plĂ©nitude de la DivinitĂ©.» À la fois la Racine et la PostĂ©ritĂ© de David!
    Â«Celui qui est la Vie Ă©lue, la Vie prĂ©destinĂ©e, qui est en Moi», et Il est la Parole, «depuis le commencement; quand il viendra, il portera Mes fruits.» Jean 14:12.
    Mais les autres vont vivre de la mĂȘme chose, en prĂ©tendant ĂȘtre des chrĂ©tiens et des croyants. «Ceux qui disent: ‘Seigneur, Seigneur!’ n'entreront pas tous.»
    Bien, et ceci doit se produire et se manifester dans les derniers jours, «quand les mystĂšres de Dieu s'accompliraient», comme nous le verrons un peu plus tard.

52     Ces arbres, la vraie vigne et la fausse vigne! Vous m'avez entendu prĂȘcher lĂ -dessus depuis des annĂ©es en arriĂšre, comment elles ont poussĂ© ensemble. Je les ai montrĂ©es dans des individus, et j'ai dĂ©montrĂ© que, depuis CaĂŻn et Abel, les deux vignes qui se sont rencontrĂ©es Ă  un autel, – tous les deux religieux, tous les deux oints, tous les deux dĂ©siraient la vie, et adoraient le mĂȘme Dieu, – et l'un a Ă©tĂ© rejetĂ©, et l'autre acceptĂ©.
    Et si celui qui a Ă©tĂ© acceptĂ© a pu agir diffĂ©remment de son frĂšre, c'est seulement parce que ça lui avait Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Car la Bible dit: «Par la foi...» HĂ©breux, chapitre 11: «Par la foi, Abel offrit Ă  Dieu un sacrifice plus excellent que celui de CaĂŻn, c'est ainsi que Dieu rendit tĂ©moignage qu'il Ă©tait juste.»
    JĂ©sus a dit que c'Ă©tait la rĂ©vĂ©lation spirituelle de Qui Il Ă©tait! «Qui dit-on que Je suis, Moi, le Fils de l'homme?»
    Il a dit, Pierre a dit: «Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.
    â€“ Tu es heureux, Simon – Simon, fils de Jonas; ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont rĂ©vĂ©lĂ© cela. Mon PĂšre qui est dans les Cieux te l'a rĂ©vĂ©lĂ©. Sur cette pierre Je bĂątirai Mon Église», (quoi?) la vraie rĂ©vĂ©lation de la Parole. VoilĂ  encore la vraie Vigne. «Abel, par la foi!»
    Vous dites: «Ce n'Ă©tait pas une rĂ©vĂ©lation.»

53     Qu'est-ce que la foi? La foi, c'est quelque chose qui vous est rĂ©vĂ©lĂ©; qui n'est pas encore lĂ , mais vous croyez que ça viendra. La foi, c'est une rĂ©vĂ©lation de la volontĂ© de Dieu. Donc, par rĂ©vĂ©lation!

54     Et les Ă©glises d'aujourd'hui ne croient mĂȘme pas Ă  la rĂ©vĂ©lation spirituelle. Elles croient Ă  un enseignement dogmatique d'un systĂšme quelconque. «Par rĂ©vĂ©lation, Abel offrit Ă  Dieu un sacrifice plus excellent que celui de CaĂŻn, c'est ainsi que Dieu rendit tĂ©moignage qu'il Ă©tait juste.» Amen. J'espĂšre que vous voyez ça. Vous voyez oĂč nous vivons? Vous voyez l'heure?
    Il n'y a pas longtemps, je parlais Ă  un–un monsieur, un chrĂ©tien, un homme cultivĂ© et raffinĂ©. Il a dit: «Monsieur Branham, nous refusons toute rĂ©vĂ©lation.»

55     J'ai dit: «Dans ce cas-lĂ , vous ĂȘtes forcĂ©s de refuser JĂ©sus-Christ, puisqu'Il est la rĂ©vĂ©lation de Dieu, Dieu rĂ©vĂ©lĂ© dans la chair humaine.» Si vous ne voyez pas ça, vous ĂȘtes perdu.
    JĂ©sus a dit: «Si vous ne croyez pas que Je suis Celui-lĂ , vous mourrez dans vos pĂ©chĂ©s.» Il est la rĂ©vĂ©lation de Dieu, l'Esprit de Dieu rĂ©vĂ©lĂ© sous forme humaine. Si vous ne pouvez pas croire ça, vous ĂȘtes perdu. Si vous faites de Lui une troisiĂšme personne, une deuxiĂšme personne, ou n'importe quelle autre personne que Dieu, vous ĂȘtes perdu. «Si vous ne croyez pas que Je suis Celui-lĂ , vous mourrez dans vos pĂ©chĂ©s.» Une rĂ©vĂ©lation!

56     Ce n'est pas Ă©tonnant qu'ils n'aient pas pu Le voir. «Nul ne peut venir Ă  Moi, si Mon PĂšre ne l'attire. Et tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s», dans les racines, «viendront Ă  Moi.» Vous voyez? Vous saisissez? Oh, combien nous devrions L'aimer, L'adorer, Le louer; de voir le fruit de l'Esprit dans les derniers jours, et l'Arbre de l'Épouse en train de mĂ»rir Ă  l'extrĂ©mitĂ© du temps!

57     La vraie vigne et la fausse vigne, elles avaient toutes les deux la mĂȘme onction. L'eau est tombĂ©e sur les deux. Ce n'est pas Ă©tonnant qu'Il nous ait prĂ©venus que «ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible».

58     Remarquez, elles ont la mĂȘme apparence. Elles ont la mĂȘme onction. Mais remarquez: «C'est Ă  leur fruit...» Comment ferez-vous pour savoir?
    Comment savez-vous que ce n'est pas une orange? Parce qu'elle produit un pamplemousse. Cette tige-lĂ , elle va bien, elle vit dans l'arbre, mais elle produit du pamplemousse. Elle n'est pas comme celle du dĂ©but.
    Et si une Ă©glise dit qu'ils «croient que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours», et qu'ils renient Sa puissance, renient Ses oeuvres, renient Sa Parole; si–si... L'Église qui croit en JĂ©sus-Christ fera les oeuvres de JĂ©sus-Christ, elle aura la Vie de JĂ©sus-Christ. Et, si elle n'est pas, – la Vie aura beau se dĂ©verser en elle, – si elle n'est pas prĂ©destinĂ©e, Ă  partir des racines, elle portera du pamplemousse Ă  tous les coups, ou quelque chose d'autre. Mais s'il s'agit de la Vie prĂ©destinĂ©e, dans les racines, elle produira JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours, si c'est la Parole qui monte Ă  travers la Racine. Et Il est la Racine, le commencement du temps.

59     Remarquez, mais c'est Ă  ce qu'ils produisent qu'on reconnaĂźt la diffĂ©rence. «C'est Ă  leur fruit», a dit JĂ©sus, «que vous les reconnaĂźtrez.» «On ne cueille pas des raisins sur des chardons», mĂȘme si le chardon peut ĂȘtre en plein dans la vigne. Ça, c'est possible, mais c'est au fruit qu'on saura.
    Le fruit, c'est quoi? La Parole, le fruit pour la saison. VoilĂ  ce que c'est, leur enseignement. L'enseignement de quoi? L'enseignement de la saison, l'heure qu'il est. Une doctrine dĂ©nominationnelle, la doctrine de l'homme, mais, ou bien la Parole de Dieu pour la saison?
    Maintenant, le temps passe tellement vite qu'on pourrait rester lĂ -dessus un bon bout de temps. Mais je suis sĂ»r que vous, ici prĂ©sents, et je suis sĂ»r que vous, un peu partout dans le pays, vous pouvez voir ce que j'essaie de vous dire, parce qu'on ne peut plus s'attarder trop longtemps lĂ -dessus.

60     Mais que vous puissiez voir que l'Onction vient sur les injustes, les faux enseignants, et leur fait faire exactement ce que Dieu leur a dit de ne pas faire; mais ils vont le faire quand mĂȘme. Pourquoi? Ils ne peuvent pas s'en empĂȘcher. Comment un chardon peut-il ĂȘtre autre chose qu'un chardon? Peu importe la quantitĂ© de bonne pluie dont on l'asperge, il sera forcĂ©ment un chardon. VoilĂ  pourquoi JĂ©sus a dit qu’«ils seraient tellement proches que ça sĂ©duirait mĂȘmes les Élus,» qui sont dans les racines, «si c'Ă©tait possible», mais ce n'est pas possible. Le blĂ© ne peut rien faire d'autre que de produire du blĂ©; c'est tout ce qu'il peut produire.

61     Remarquez. Souvenez-vous, Dieu n'est pas l'auteur des organisations. C'est le diable qui est l'auteur des organisations. Je l'ai prouvĂ© Ă  fond, et maintes et maintes fois, par la Parole; on n'aura pas besoin d'entrer lĂ -dedans ce matin. Nous savons que jamais Dieu n'a rassemblĂ© les gens dans des organisations, comme ça, jamais Il n'a formĂ© d'organisation. C'est des centaines d'annĂ©es aprĂšs la mort du dernier disciple, que la premiĂšre organisation a Ă©tĂ© instituĂ©e. Cela a toujours Ă©tĂ© un Ă©chec, les preuves sont lĂ . Sinon, pourquoi ne sommes-nous pas tous unis dans l'amour aujourd'hui, les mĂ©thodistes, les baptistes, les presbytĂ©riens, les catholiques et tous les autres? Pourquoi est-ce que les oeuvres de Dieu ne nous accompagnent pas, alors, avec toutes les Ă©glises ralliĂ©es Ă  la mĂȘme chose, la Parole? Ce sont ces choses-lĂ  qui provoquent des divisions entre les hommes, les frĂšres
 Nous sommes plus loin de Dieu que nous ne l'avons jamais Ă©tĂ©, les Ă©glises, je veux dire.

62     Il Maintenant, il nous est dit que «toutes les choses anciennes sont arrivĂ©es pour servir d'exemples, pour nous instruire, nous convaincre, nous corriger». C'est-Ă -dire que toutes les choses anciennes de l'Ancien Testament sont arrivĂ©es, comme prĂ©figuration, pour qu'on voie ce qui arriverait dans le Nouveau Testament, Ă  notre Ă©poque Ă  nous.
    C'est comme si vous n'aviez jamais vu votre main, que vous leviez les yeux et que vous voyiez une ombre sur le mur, comme celle que ma main ferait Ă  cause de la lumiĂšre; si l'ombre, lĂ , elle a cinq doigts, dans le nĂ©gatif, et que vous approchez votre main, qui est le positif, du–du nĂ©gatif, il faut que ça donne cinq doigts.
    La Bible nous dit que «l'Ancien Testament Ă©tait une ombre, un type des choses nouvelles, ou des choses qui devaient venir; ce n'est pas la chose elle-mĂȘme, mais c'est une ombre, un type des choses qui sont Ă  venir».

63     Faisons un retour en arriĂšre, pour voir si c'est dĂ©jĂ  arrivĂ© dans un autre Ăąge. Vous voulez bien? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Alors nous saurons, en le prouvant Ă  fond, par la Parole; non pas par l'idĂ©e d'un homme, une thĂ©orie quelconque.
    Peu m'importe qui il est; que ce soit n'importe quel autre homme, moi ou n'importe qui d'autre, «s'il ne parle pas selon la loi et les prophĂštes, il n'y a pas de LumiĂšre en lui . Voyez? C'est ce que la Bible dit. «Que toute parole d'homme soit un mensonge, et que la Mienne soit vraie», peu importe de qui il s'agit.

64     Donc, faisons un retour en arriĂšre, pour voir si c'est dĂ©jĂ  arrivĂ© pour nous servir d’exemple.
    Nous pourrions retourner prendre le Livre de l'Exode, et lĂ , parler d'un personnage appelĂ© MoĂŻse, qui Ă©tait un prophĂšte oint, envoyĂ© de Dieu, avec la Parole de Dieu et la volontĂ© de Dieu pour sa gĂ©nĂ©ration. Comme il y a toujours une continuitĂ© dans la Parole de Dieu, Il a dit qu’«Il ne ferait rien sans L'avoir d'abord rĂ©vĂ©lĂ© Ă  Ses prophĂštes»; ensuite il le ferait. Voyez?
    Or Il ne peut pas mentir. Il ne peut pas ĂȘtre Dieu, et mentir. Non monsieur. Il doit demeurer vrai. Il n'y a aucun mensonge en Lui. Il est...
    Et Il ne peut pas La changer. S'Il le fait, alors, Il n'est pas Dieu, Il a fait une erreur. Il doit forcĂ©ment ĂȘtre infini. Et l'infini, ça ne connaĂźt pas l'erreur. Voyez? Alors, si jamais Dieu dit quelque chose, c'est vrai pour l'ÉternitĂ©. Voyez? Et Il l'a promis. Alors, regardez bien, la Bible ne s'Ă©carte pas de sa continuitĂ©, nulle part.

65     Bon, Dieu avait promis Ă  Abraham que sa postĂ©ritĂ© serait Ă©trangĂšre dans un–dans un pays Ă©tranger pendant quatre cents ans, et qu'ensuite Il les ferait sortir par le bras puissant de Sa force, qu'Il ferait Ses prodiges et Ses miracles au milieu du peuple avec lequel ils habitaient. Le temps de la promesse approchait. Les gens l'avaient oubliĂ©e. Ils avaient des pharisiens et des sadducĂ©ens, et ainsi de suite, des dĂ©nominations. Mais, tout d'un coup, Dieu est arrivĂ©, retirĂ© et Ă  l'Ă©cart, en dehors, loin de tous ceux-lĂ .
    Dieu n'a jamais, Ă  aucune Ă©poque et Ă  aucun moment, appelĂ© un prophĂšte qui Ă©tait dans une dĂ©nomination. Non monsieur. Il serait tellement tordu qu'il ne le pourrait pas; il prĂ©fĂ©rerait rester dans cette dĂ©nomination.

66     MoĂŻse, un homme envoyĂ© de Dieu, avec la Parole de Dieu, il poursuivait son chemin pour emmener IsraĂ«l dans le pays promis, il obĂ©issait strictement au commandement de Dieu, quand il a rencontrĂ© un autre prophĂšte, un autre oint, qui avait une vĂ©ritable onction du mĂȘme Saint-Esprit qui Ă©tait sur MoĂŻse. C'est vrai. Il Ă©tait prophĂšte. Le Saint-Esprit Ă©tait sur cet homme-lĂ . Il s'appelait Balaam. Nous le connaissons tous. Eh bien, les choses mĂȘmes, exactement, les choses–les choses que cet homme a dites, sont encore en train de se produire, et c'Ă©tait il y a environ deux mille huit cents ans. «Tu es comme un buffle, ĂŽ IsraĂ«l. Quiconque te bĂ©nira sera bĂ©ni. Quiconque te maudira sera maudit. Ta vigueur, et ta puissance, qu'elles sont justes tes tentes, ĂŽ Jacob!» Vous voyez, il ne pouvait pas s'en empĂȘcher. Il Ă©tait venu lĂ  avec dans son cƓur l'intention de maudire le peuple.

67     Oh, vous, faux enseignants, qui avez Ă©coutĂ© ces bandes toutes ces annĂ©es, et qui avez vu Dieu confirmer exactement ce qu'Il avait dit, vous ĂȘtes assis lĂ  dans votre bureau et vous savez que c'est la VĂ©ritĂ©; mais Ă  cause des diffĂ©rences de vos dĂ©nominations, vous contestez cela et vous dites Ă  vos fidĂšles que ce n'est pas vrai. Malheur Ă  vous! Votre heure est proche.

68     Balaam, oint du mĂȘme Esprit qui Ă©tait sur MoĂŻse. Quelle Ă©tait la diffĂ©rence? L'enseignement de MoĂŻse Ă©tait parfait. La Bible dit ici, dans II Pierre, que c'Ă©tait «l'enseignement de Balaam» qu'IsraĂ«l avait acceptĂ©, que Dieu n'a jamais pardonnĂ©. Un pĂ©chĂ© impardonnable! Pas un seul d'entre eux n'a Ă©tĂ© sauvĂ©, bien qu'ils aient reçu les bĂ©nĂ©dictions de Dieu, et qu'ils aient vu la main de Dieu agir, par ce prophĂšte puissant, et qu'ils aient vu tout ça parfaitement confirmĂ© par Dieu. Et, en effet, un autre prophĂšte s'est prĂ©sentĂ© lĂ  avec un enseignement contraire, et il s'est opposĂ© Ă  MoĂŻse, et il a essayĂ© de prouver au peuple que MoĂŻse avait tort. Et Dathan, KorĂ© et beaucoup d'entre eux, ont Ă©tĂ© d'accord avec lui, et ils ont enseignĂ© aux enfants d'IsraĂ«l Ă  commettre la fornication, Ă  aller dans le sens de son organisation, c'est-Ă -dire: «Nous sommes tous pareils.»
    Â«Que nous soyons mĂ©thodistes, baptistes, presbytĂ©riens, pentecĂŽtistes, ou quoi encore, nous sommes tous pareils.»

69     Nous ne sommes pas pareils! Vous ĂȘtes un peuple Ă  part, saint pour le Seigneur, consacrĂ© Ă  la Parole et Ă  l'Esprit de Dieu, afin de porter le fruit de Sa promesse pour ce jour-ci. Et vous n'ĂȘtes pas l'un d'eux! Je sais que c'est assez percutant, mais c'est la VĂ©ritĂ© quand mĂȘme. ConsacrĂ©s pour un service en ces derniers jours! «Sortez du milieu d'elle!»

70     Donc, «l'enseignement de Balaam», pas la prophĂ©tie de Balaam. Ça, c'Ă©tait trĂšs bien. Ça, c'Ă©tait Dieu. Combien le croient? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] La prophĂ©tie de Balaam Ă©tait tout Ă  fait exacte, parce qu'il ne pouvait rien dire d'autre; l'onction de Dieu n'aurait rien dit d'autre. Et Dieu l'a confirmĂ©e, en prouvant que c'Ă©tait la VĂ©ritĂ©. Mais c'Ă©tait «l'enseignement de Balaam».

71     Maintenant, comparez ça Ă  Matthieu 24:24. Des oints, mais leur enseignement est faux. Les trinitĂ©s, et toutes les choses du genre; faux, antichrist!
    J'espĂšre que ça ne vous blesse pas. Et ne coupez pas, ne raccrochez pas les tĂ©lĂ©phones. Et ne vous levez pas pour sortir. Mais restez bien tranquilles, et on va voir si le Saint-Esprit ne va pas nous le rĂ©vĂ©ler, et nous le prouver. Vous dites: «Mais ça...» Quoi que vous croyiez, restez bien tranquilles, lĂ , et Ă©coutez. Demandez Ă  Dieu d'ouvrir votre cƓur, alors vous verrez si vous ĂȘtes une ronce, ou un chardon, ou quelle est votre position. Voyez?

72     Maintenant, mĂȘme Judas, «prĂ©destinĂ© Ă  la condamnation, il l'Ă©tait», il Ă©tait lĂ  devant JĂ©sus. Et JĂ©sus lui a dit: «Tu es celui-lĂ . Ce que tu vas faire, et ce que tu dois faire, fais-le vite.» Il savait ce qu'il faisait, mais, malgrĂ© tout, pour ces trente piĂšces d'argent, et pour la popularitĂ©, il a vendu le Seigneur JĂ©sus-Christ. C'Ă©tait l'un de Ses disciples, le trĂ©sorier de l'Ă©glise, JĂ©sus l'a appelĂ© Son «ami». Voyez? La Bible dit qu’«il est nĂ© le fils de la perdition», exactement comme JĂ©sus est nĂ© le Fils de Dieu. «SĂ©duire mĂȘme les Élus, s'il Ă©tait possible.»

73     Soyez trĂšs attentifs, alors que nous continuons notre Ă©tude. Nous allons prendre un autre exemple, dans le Livre des Rois. Il y avait un–un prophĂšte, et son nom Ă©tait MichĂ©e. C'Ă©tait le fils de Jimla, et il Ă©tait prophĂšte. Il l'Ă©tait.
    Et il y avait un autre prophĂšte, le chef de l'organisation des prophĂštes, des oints. La Bible a dit que c'Ă©taient des «prophĂštes», au mĂȘme titre qu'Elle a dit que Balaam Ă©tait prophĂšte; des oints.
    Et l'un d'eux, du nom de MichĂ©e, Ă©tait oint de Dieu et envoyĂ© de Dieu, avec la Parole de Dieu.
    Il y en avait un, SĂ©dĂ©cias, qui se pensait envoyĂ© de Dieu. Il Ă©tait oint de Dieu, mais son enseignement Ă©tait contraire Ă  la Parole de Dieu. «S'Ă©lĂšvera de faux christs, ils feront de grands prodiges, pour sĂ©duire les Élus, s'il Ă©tait possible.»

74     Remarquez, tous les deux, tous les deux Ă©taient oints. Maintenant, comment pouvait-on savoir lequel avait raison, et lequel avait tort? Regardez ce que la Parole avait promis Ă  Achab. Le prophĂšte qui avait Ă©tĂ© avant lui, c'est-Ă -dire Élie, l'un des plus grands prophĂštes de l'Ăąge, il Ă©tait un prophĂšte confirmĂ©. Ce prophĂšte confirmĂ© avait dit que, «parce que Achab avait fait ce qui est mal, les chiens lĂ©cheraient son sang; pour avoir pris la vie de Naboth. Et les chiens mangeraient JĂ©zabel, et le... son corps serait comme du fumier sur les champs». Maintenant, comment pouvez-vous bĂ©nir ce que Dieu a maudit? Ou comment pouvez-vous maudire, comme Balaam l'a dit, ce que Dieu a bĂ©ni? Voyez?
    Mais ces prophĂštes Ă©taient sincĂšres. Ils Ă©taient sans aucun doute des hommes bons, des hommes honorables. Car il fallait qu'on soit honorable pour ĂȘtre prophĂšte en IsraĂ«l, ou mĂȘme pour ĂȘtre un simple IsraĂ©lite. On vous lapidait, sinon. C'Ă©taient des hommes honorables. C'Ă©taient des hommes intelligents. C'Ă©taient des hommes instruits. C'Ă©tait l'Ă©lite d'Achab, de la nation. (Vous voyez ça, SƓur Wright?) L'Ă©lite de la nation, ils convenaient trĂšs bien au...

75     Et alors, quand MichĂ©e a eu sa vision, au fond de son cƓur il savait ce que la Parole avait dit, mais il voulait voir ce que l'Esprit qui Ă©tait en lui dirait.
    Donc, ils lui ont dit, ils ont dit: «Dis la mĂȘme chose que ce que les autres prophĂštes disent. Et, Ă  ce moment-lĂ , eh bien, tu seras, nous te reprendrons dans notre association, c'est sĂ»r. Tu vois? Nous ferons de toi l'un des nĂŽtres. Nous te reprendrons avec nous dans notre dĂ©nomination. Tu es... Nous savons que tu es prophĂšte, mais tu es toujours en train d'annoncer des malĂ©dictions. Tu es toujours en train de maudire Achab. Or SĂ©dĂ©cias, le chef, le pape, ou le...» ou ce qu'il Ă©tait, lĂ . «Or lui, il a bĂ©ni Achab, et il a dit: ‘Vas-y.’ Allons, toi, dis la mĂȘme chose, Jimla. Voyons, tu n'es qu'un pauvre type. Tu n'as pour ainsi dire pas d'assemblĂ©e du tout. Et ces gars-lĂ , ils en ont des millions. La nation tout entiĂšre est pour eux. Alors, en disant la mĂȘme chose qu'eux, tu vois ce que tu feras, tu–tu mangeras des richesses du pays.» Il Ă©tait en train de parler au mauvais gars, lĂ !

76     Et si on lui avait dit: «Peux-tu trouver quelque chose Ă  reprocher Ă  SĂ©dĂ©cias, MichĂ©e? – Non. – L'as-tu dĂ©jĂ  surpris en train de pĂ©cher? – Non. – L'as-tu dĂ©jĂ  entendu disputer quelqu'un? – Non. – L'as-tu dĂ©jĂ  surpris en Ă©tat d'ivresse? – Non. – Contesterais-tu son instruction? – Non. – Est-ce que tu crois que son doctorat est faux? – Non. – Tu crois que son–son doctorat en philosophie est valide?
    â€“ Bien sĂ»r. D'aprĂšs le conseil du sanhĂ©drin, je pense, tout le conseil, je pense qu'il est bien valide.
    â€“ Mais, alors, pourquoi est-ce que tu ne te joins pas Ă  lui?
    â€“ Parce qu'il ne se tient pas sur la Parole!»

77     Eh bien, ils vont avoir une Ă©preuve de force, dans ce cas-lĂ , comme le prophĂšte Élie en avait eu une avant. Et si vous ĂȘtes un enfant de Dieu, vous resterez avec le prophĂšte de cette Bible. C'est la Parole. Remarquez l'heure, la saison.

78     Eh bien, disons, si SĂ©dĂ©cias avait dit: «Oh, je sais bien que le prophĂšte a dit ça, mais c'est pour une gĂ©nĂ©ration future. C'est pour dans trĂšs longtemps»?
    Il a dit: «Attends que j'aie une vision de Dieu, et lĂ  je te le dirai.»
    Il a dit: «Alors tu vas dire la mĂȘme chose?»
    Il a dit: «Je dirai seulement ce que Dieu dit; rien d'autre, rien de plus. Je ne peux pas Y ajouter un mot, ni En retrancher un Mot.»
    Alors, cette nuit-lĂ , il priait, et le Seigneur est venu Ă  lui dans une vision. Il est parti le lendemain matin, il a dit... VoilĂ  deux prophĂštes!

79     L'homme le plus important de la nation, au point de vue militaire et national, c'Ă©tait SĂ©dĂ©cias. Il Ă©tait le prophĂšte en chef, du roi. Il Ă©tait le chef de tous les autres prophĂštes de l'organisation. Il avait Ă©tĂ© nommĂ©, par son organisation, Ă  la tĂȘte de tous; c'Ă©tait probablement le plus cultivĂ©, le plus instruit, le plus apte pour le poste. Et il Ă©tait oint du Saint-Esprit, car il Ă©tait appelĂ© un «prophĂšte». Certainement, et pas juste un prophĂšte ordinaire, c'Ă©tait un prophĂšte hĂ©breu. Maintenant regardez-le bien.

80     SĂ©dĂ©cias a dit: «Le Seigneur m'a parlĂ©: ‘Fais-Moi deux cornes de fer’, un symbole.» Un prophĂšte donne habituellement des symboles. «Il a dit: ‘Fais ces cornes de fer.’ Le Saint-Esprit m'a dit: ‘Prends-les.’ L'Onction qui m'a bĂ©ni.» Ne pensez pas que c'est sacrificiel, mais c'est pour faire ressortir quelque chose. «Le Saint-Esprit qui parle en langues Ă  travers moi, Celui qui m'a confirmĂ©, Il a dit: ‘Prends ces cornes, et c'est avec ça, tu le diras au roi, qu'il fera complĂštement sortir la Syrie du pays. Et Je vais lui redonner le pays qui appartient de droit Ă  IsraĂ«l, l'Ă©glise.’»
    FrĂšre, c'est assez fondamental, ça, c'est Ă  peu prĂšs comme Balaam, lĂ . Balaam Ă©tait tout aussi fondamental dans son discours, que MoĂŻse. MoĂŻse... Le nombre exact de Dieu est sept. Et Balaam a dit: «BĂątis-moi sept autels; sept sacrifices purs, des taureaux, et sept bĂ©liers.» Cela tĂ©moigne de la venue du Fils de Dieu. Fondamentalement, il avait raison, tout autant que les autres.

81     Et voici SĂ©dĂ©cias, il avait fondamentalement raison, tout autant: «Car ce pays nous appartient. Voyons, les Syriens et les Philistins, sont lĂ  Ă  se remplir le ventre, celui de leurs enfants et tout, nos ennemis, de la nourriture dont nos enfants sont privĂ©s! Alors que Dieu nous a donnĂ© ce pays!»
    FrĂšre, voilĂ  un bon argument. J'imagine qu'il pouvait proclamer ça Ă  grands cris devant IsraĂ«l, et qu'eux pouvaient crier de toutes leurs forces. Maintenant, je parle d'aujourd'hui, lĂ . J'espĂšre que vous me suivez. Tous ces cris, tout ce tapage!

82     Vous vous souvenez de David, dimanche dernier? Voyez? Vous lĂ -bas, au pays de la radio, ou au pays de cette liaison tĂ©lĂ©phonique; si vous n'avez pas eu le Message de dimanche dernier, procurez-vous-le sans faute. Essayer de rendre un service Ă  Dieu, sans avoir Ă©tĂ© Ă©tabli pour le faire, peu importe combien on peut ĂȘtre sincĂšre et bon, ce n'est absolument pas acceptĂ© par Dieu. Voyez?
    Donc, ici, il y avait SĂ©dĂ©cias, qui pensait avoir raison.

83     MichĂ©e a dit: «Je vais demander Ă  Dieu.» Alors, il est revenu le lendemain matin avec le AINSI DIT LE SEIGNEUR. Il a comparĂ© sa vision Ă  la Parole.

84     Bon, s'il avait dit Ă  SĂ©dĂ©cias: «Sais-tu ce que le prophĂšte de la Bible, lĂ , a dit qu'il arriverait Ă  ce gars-lĂ ?

85     â€“ Mais ça, ce n'est pas pour cette Ă©poque-ci, parce que cet homme-lĂ  est un homme honorable. Il essaie,» – ne manquez pas ça, – «il essaie de redonner Ă  l'Ă©glise les choses qui appartiennent Ă  l'Ă©glise. Il essaie de lui redonner ses biens», pas les choses Spirituelles; si ça avait Ă©tĂ© le cas, il aurait Ă©branlĂ© la nation tout entiĂšre, comme Élie l'avait fait. Mais, il essayait de leur donner les choses matĂ©rielles: «Nous possĂ©dons des biens. Nous sommes une grande organisation. Nous en sommes membres. Tous, nous, vous tous, les protestants, vous devriez vous joindre Ă  nous.» Ah oui.
    Nous allons y venir tout Ă  l'heure. «Ce sont tous des frĂšres et sƓurs, de toute façon.» Pas du tout! Ce n'en a jamais Ă©tĂ© et ce n'en sera jamais, pour la vĂ©ritable Église de Dieu, la vraie. Impossible!

86     Remarquez, il a eu la vision. Alors, il a dit: «Dieu m'a parlĂ©.» Maintenant, regardez, cet homme Ă©tait sincĂšre. Il a dit: «Il a dit: ‘Fais ces cornes, et va lĂ -bas devant le roi, et ouvrez-vous un chemin en direction de l'ouest’», ou dans la direction des terres Ă  partir d'oĂč ils Ă©taient. «‘Ouvrez-vous un chemin et, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, il va remporter la victoire et revenir, avec une victoire pour l'Ă©glise.’ Nous allons les chasser!» C'est assez proche, hein? Qu'est-ce qu'il y avait?
    VoilĂ  MichĂ©e qui arrive. Ils ont dit: «Maintenant donne ta prophĂ©tie.»

87     Il a dit: «Montez! Mais j'ai vu tout IsraĂ«l dispersĂ©, comme des brebis qui n'ont pas de berger.» Fiou! Exactement l'inverse.

88     Maintenant, c'est vous l'assemblĂ©e. Maintenant, lequel a raison? Tous les deux sont prophĂštes. La seule maniĂšre pour vous de les distinguer, c'est de vĂ©rifier ça par la Parole.
    Â«OĂč es-tu allĂ© chercher ça?»
    Il a dit: «J'ai vu Dieu assis sur un TrĂŽne.» Il a dit: «J'ai vu tout Son conseil autour de Lui.»

89     Maintenant, souvenez-vous, SĂ©dĂ©cias venait de dire qu'il avait vu Dieu, lui aussi, et le mĂȘme Esprit. «J'ai vu Dieu. Il m'a dit de faire ces cornes de–de fer. D'aller lĂ -bas et de repousser les nations d'ici, car ceci nous appartient. Les autres n'ont aucun droit lĂ -dessus.» Ils l'auraient eu, s'ils Ă©taient restĂ©s fidĂšles Ă  Dieu. Ils auraient eu ça, mais ils s'Ă©taient Ă©loignĂ©s de Dieu.
    C'est pareil pour l'organisation, l'Ă©glise. Elle a droit Ă  ces choses, mais on vous les a escroquĂ©es, parce que vous vous ĂȘtes Ă©loignĂ©s de la Parole de Dieu et de l'Esprit de Dieu, l'onction, qui confirme la Parole de la saison. Surtout ne manquez pas de recevoir ce Message.

90     Remarquez bien ce qui s'est passĂ©. Il a dit: «J'ai vu Dieu», MichĂ©e L'a vu, «assis sur le TrĂŽne dans le Ciel. Son conseil Ă©tait rĂ©uni autour de Lui. Il a dit: ‘Qui pourrait descendre tromper Achab, pour faire que les paroles d'Élie s'accomplissent; Mon prophĂšte qui a Ă©tĂ© confirmĂ©. J'avais annoncĂ© sa venue. Et Élie avait Ma Parole. Aussi, les cieux et la terre passeront, mais Ma Parole ne faillira pas. Peu m'importe combien ils seront modernes, combien ils seront bons, combien ils seront instruits, ou combien ils peuvent ĂȘtre importants, Mes Paroles ne failliront jamais.’»
    Â«Et un esprit de mensonge est montĂ© de l'enfer, il est tombĂ© Ă  genoux, et il a dit: ‘Si Tu veux me le permettre, je pourrai leur donner mon onction, leur faire faire toutes sortes de prodiges et de miracles, pour autant que je les Ă©loigne de la Parole. Il ne saura mĂȘme pas que C'est Ta Parole. Il n'En tiendra aucun compte, Ă  cause de la popularitĂ©.’» FrĂšre, les temps n'ont pas changĂ©. FrĂšre Neville, c'est vrai. Souvenez-vous-en, c'est vrai. «‘Je vais venir sur lui, lui faire faire les mĂȘmes choses que les autres. Je vais le faire prophĂ©tiser, et il dira un mensonge.’» En quoi est-ce que c'Ă©tait un mensonge? Parce que c'Ă©tait contraire Ă  la Parole.

91     Prenez n'importe quoi, ces faux baptĂȘmes, telle et telle et telle choses qui sont fausses, peu m'importe combien ça peut avoir l'air vrai, combien ils essaient d'imiter, si c'est contraire Ă  la Parole de Dieu de cette heure, c'est un mensonge. C'est exactement ça.
    Vous dites: «Eh bien, chez nous, eh bien, nous avons fait ceci, et nous faisons ceci, et notre Ă©glise est comme ceci et comme cela.
    Peu m'importe de quoi il s'agit. Si c'est contraire Ă  la Parole Ă©crite pour cette heure, c'est un mensonge. Dieu n'aura rien Ă  voir avec ça, peu importe leur sincĂ©ritĂ©, leur instruction, leur intelligence, combien ça semble ĂȘtre vrai, combien ça semble raisonnable, si c'est contraire Ă  la Parole de cette heure. [FrĂšre Branham donne deux coups sur la chaire. – N.D.É.] Nous allons approfondir ça encore un peu dans quelques minutes, si le temps nous le permet. Sinon, nous y reviendrons ce soir.

92     Remarquez, il Ă©tait sincĂšre, c'Ă©tait un homme bon, sans doute. Et il a dit... LĂ , autrement dit, MichĂ©e lui a dit (il ne lui a pas dit tout cru, mais en d'autres termes): «Tu es oint d'un esprit de mensonge.» Ce serait quelque chose, de dire ça Ă  un Ă©vĂȘque, n'est-ce pas? Mais il l'a fait.

93     Alors, cet Ă©vĂȘque s'est avancĂ© et il a dit: «Tu n'auras plus jamais de communion fraternelle», et il l'a giflĂ©. Il a dit: «Tu sais que je suis un homme confirmĂ©. Mon Ă©glise m'a placĂ© Ă  la tĂȘte de ceci, de cette chose. Le vote populaire du peuple de Dieu m'a placĂ© lĂ . Mon organisation m'a placĂ© lĂ . Et Dieu nous a donnĂ© ce pays, et Son intention, c'est qu'il nous appartienne. Et j'ai le AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Il l'a giflĂ©, et il a dit: «De quel cĂŽtĂ© l'Esprit de Dieu est-Il allĂ©, quand Il est sorti de moi?»

94     MichĂ©e a dit: «Tu le sauras, un de ces jours», quand la Californie sera au fond de la mer, lĂ -bas, et toutes ces choses. Voyez? «Tu verras de quel cĂŽtĂ© Il est allĂ©, quand tu seras assis au fond d'un cachot.»

95     Maintenant, Achab, qu'est-ce que tu vas dire? Il a dit: «Je crois mon prophĂšte.» Et si seulement il avait sondĂ© la Parole? Vous voyez, il ne voulait pas se voir maudit. Écoutez-moi! Il ne voulait pas se voir maudit. Aucun homme ne veut cela.
    Et toi, mon frĂšre qui es dans les organisa-...organisations, voilĂ  ce qui t'arrive. Tu veux croire que tu as raison, alors que tu sais, au fond de ton cƓur, que, quand tu baptises au nom de «PĂšre, Fils, Saint-Esprit», tu mens. Tu sais que, quand tu prĂ©d-... tu dis ces choses, comme tu fais, et que tu acceptes des signes initiaux, et toutes ces choses-lĂ , tu as tort. Comment le signe initial peut-il ĂȘtre le parler en langues, pour parler ensuite de maniĂšre contraire Ă  une promesse de Dieu pour cette heure-ci? Comment est-ce possible? Tu ne veux pas de la malĂ©diction, hein? Mais c'est Ă©crit Ici, alors il en sera ainsi. C'est la marque de la bĂȘte, tellement proche que ça sĂ©duirait les Élus, si c'Ă©tait possible.

96     Avec tous les prodiges, tous les miracles, tous les hommes oints, les prophĂ©ties, toutes sortes de choses qui se passent, toutes sortes de prodiges, toutes sortes de miracles, comment allez-vous pouvoir distinguer? Gardez l’Ɠil sur la Parole pour cette heure-ci. C'est comme ça que vous...

97     Regardez MoĂŻse, comment il a pu le dire Ă  Balaam. Regardez MichĂ©e, lĂ , comment avons-nous su qu'il avait raison? La Parole, avant lui, avait prophĂ©tisĂ© cela pour Achab. [FrĂšre Branham donne plusieurs coups sur la chaire. – N.D.É.]
    Et la Parole, avant nous, a prophĂ©tisĂ© au sujet des organisations de ce jour-ci, et de cette malĂ©diction qui reposerait sur elles. Et les choses qui se produiraient par l'entremise de Son Église vĂ©ritablement ointe, – qui aura la Parole, une Épouse-Parole. Nous y voilĂ . C'est ici, aujourd'hui, exactement comme Ă  cette Ă©poque-lĂ .

98     La Bible dit: «Par la bouche de deux ou trois tĂ©moins, que toute parole soit Ă©tablie.» J'ai parlĂ© de Balaam, j'ai parlĂ© de Balaam et de MoĂŻse. Et je viens de parler de MichĂ©e et SĂ©dĂ©cias. Maintenant, je vais en donner un de plus. D'ailleurs, il y en a des centaines, mais un de plus, pour avoir trois tĂ©moins. J'en ai toute une sĂ©rie en note ici; mais pour gagner du temps.

99     JĂ©rĂ©mie, qui Ă©tait confirmĂ©, il Ă©tait rejetĂ©, mais c'Ă©tait un prophĂšte de Dieu confirmĂ©. Ils haĂŻssaient cet homme. Ils lui lançaient des fruits pas mĂ»-... trop mĂ»rs, et tout le reste. Et il a prononcĂ© la malĂ©diction sur eux. Et les choses qu'il a faites, quand il s'est couchĂ© sur un cĂŽtĂ© et sur l'autre, et tout, qu'il a donnĂ© Ă  IsraĂ«l des signes qu'ils avaient tort.
    Chaque prophĂšte, chaque vrai prophĂšte, qui a Ă©tĂ© suscitĂ© dans le monde, a toujours maudit ces organisations dĂ©nominationnelles de l'Ă©glise. Comment est-ce que ça pourrait changer, avec le Dieu qui ne change pas?

100     Le Saint-Esprit est le ProphĂšte de cette heure; Il confirme Sa Parole, Il La dĂ©montre. Le Saint-Esprit Ă©tait le ProphĂšte de l'heure Ă  l'Ă©poque de MoĂŻse. Le Saint-Esprit Ă©tait le ProphĂšte de l'heure Ă  l'Ă©poque de MichĂ©e. Le Saint-Esprit, qui a Ă©crit la Parole, vient confirmer la Parole.

101     Or, qu'est-ce qui s'est passĂ© du temps de MichĂ©e? Achab a Ă©tĂ© tuĂ©, et les chiens ont lĂ©chĂ© son sang, conformĂ©ment Ă  la Parole de Dieu.
    Vous tous, faux enseignants, ainsi dit Dieu, un jour vous rĂ©colterez ce que vous semez, vous, aveugles qui conduisez des aveugles! Je ne suis pas en colĂšre. Je vous dis une VĂ©ritĂ©, c'est tout. Et je ne l'aurais pas dit, si, lĂ  dans la piĂšce, le Saint-Esprit n'avait pas dit: «Dis-le de cette maniĂšre-lĂ .» Vous ai-je dĂ©jĂ  dit quelque chose de faux, dont Dieu n'aurait pas prouvĂ© que c'Ă©tait vrai? RĂ©veillez-vous, mes frĂšres, avant qu'il ne soit trop tard!

102     Mais je vais vous dire ceci. Comment une Ă©pine peut-elle se rĂ©veiller et ĂȘtre un chardon, alors qu'elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e Ă  cela? Comment les Élus peuvent-ils s'empĂȘcher de le voir? En effet, ils sont Ă©lus Ă  le voir. «Tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront,» a dit JĂ©sus, «mais aucun d'entre eux ne peut venir, sans qu'Il Me l'ait donnĂ© avant la fondation du monde, quand leurs noms ont Ă©tĂ© mis dans le Livre de Vie de l'Agneau», pas dans un registre d'Ă©glise, mais dans le Livre, le Livre de Vie de l'Agneau.

103     Remarquez, JĂ©rĂ©mie s'est levĂ©, confirmĂ© devant le peuple, et pourtant ils le haĂŻssaient.

104     Donc, ils sont allĂ©s faire un joug, il y est allĂ©, et il l'a mis sur son cou, et il est allĂ© devant le peuple. Ils disaient: «Oh, nous sommes le grand peuple de Dieu. Voyons, nous sommes IsraĂ«l. Nous sommes vraiment sincĂšres dans notre synagogue! Nous allons Ă  l'office tous les dimanches, nous–nous offrons des sacrifices, et nous donnons notre argent. Comment donc Nebucadnetsar pourrait-il retenir en sa possession les choses saintes de Dieu?» Ah! C'est Ă  cause de vos pĂ©chĂ©s.
    Dieu a dit: «Si vous observez Mes commandements, Je ne le ferai pas. Mais, sinon, voilĂ  ce qui vous attend.» C'est tout Ă  fait vrai. C'est encore pareil. Observez Ses commandements, Sa Parole de l'heure, ce qu'Il a promis.

105     Maintenant remarquez. Donc, JĂ©rĂ©mie, par la volontĂ© de Dieu, un prophĂšte confirmĂ©, bien que haĂŻ... Ils ont tous Ă©tĂ© haĂŻs Ă  leur Ă©poque. Ils faisaient des choses tellement bizarres, contraires Ă  la dĂ©nomination de l'Ă©poque; tout le monde le haĂŻssait, jusqu'aux rois et tout le reste. Il a donc mis un–un joug sur son cou, et il a dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR. Vous serez lĂ -bas pendant soixante-dix ans», parce qu'il en avait reçu la comprĂ©hension par la Parole de Dieu. «Soixante-dix ans!»

106     Ensuite, Hanania, Hanania, je pense que ça doit se prononcer comme ça, H-a-n-a-n-i-a. Hanania, un prophĂšte parmi le peuple, s'est prĂ©sentĂ© lĂ , il a ĂŽtĂ© le joug du cou de JĂ©rĂ©mie, et il l'a brisĂ©. Et il a dit, pour faire l'important devant le peuple, vous voyez, alors que ce qui Ă©tait dit, c'Ă©tait contraire Ă  la Parole de Dieu. Et il a dit: «Dans deux ans ils reviendront. AINSI DIT LE SEIGNEUR.»
    Deux prophĂštes oints. Quelle Ă©tait la diffĂ©rence entre eux? L'un avait la Parole, qu'il prononçait, et pas l'autre. JĂ©rĂ©mie a dit: «Amen.»

107     Devant tous les anciens et l'assemblĂ©e, tout IsraĂ«l, vous voyez, il voulait montrer qu'il pouvait ĂȘtre aussi important que JĂ©rĂ©mie. «Tu sais, ils ne t'aiment pas, de toute façon. Alors, moi aussi, je suis prophĂšte. Je suis plus prophĂšte que toi, parce que toi, tu prophĂ©tises un mensonge. Tu me racontes que le peuple de Dieu va subir telle et telle chose?»
    VoilĂ  ce qu'ils disent aujourd'hui; mais vous y serez quand mĂȘme, en tant qu'Ă©glise. Vous ĂȘtes maudits d'une malĂ©diction. Vous toutes, les Ă©glises, les dĂ©nominations, qui vous attachez aux traditions de l'homme plutĂŽt qu'Ă  la Parole de Dieu, vous ĂȘtes maudites par Dieu.

108     Bon, remarquez, le voilĂ  qui arrive. Hanania arrache ce joug de son cou, un symbole de Dieu; il l'a brisĂ©, et il a dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR. Dans deux ans ils reviendront.» Rien que pour se montrer: «Moi, je suis Untel.» En effet, il a pris cette place, lui qui Ă©tait un prophĂšte dans une organisation.

109     JĂ©rĂ©mie Ă©tait un homme des lieux sauvages, il vivait seul. S'il prophĂ©tisait tout le temps des choses mauvaises contre eux, c'est parce qu'ils Ă©taient mauvais.
    Et cet homme-lĂ , il leur disait: Oh, tout va bien pour vous, tant que vous ĂȘtes membres. Tant que vous ĂȘtes IsraĂ«l, c'est tout ce qui est nĂ©cessaire. Vous voyez, vous, nous... Dieu ne va pas faire ça. Je sais qu'il s'est passĂ© un petit quelque chose, lĂ , mais ne vous alarmez pas, n'ayez pas peur.»
    Oh, frĂšre, ils sont encore en vie aujourd'hui. «Ne vous inquiĂ©tez pas, tout va bien. Nous avons tout ça bien en main. Nous sommes l'Église.» N'allez pas penser ça. Ah oui.

110     Donc, il a dit: «Tout va bien. Ils reviendront dans deux ans. Ça, c'est une petite chose qui est arrivĂ©e. Ce n'est rien d'exceptionnel. Ça arrive. C'est juste Nebucadnetsar qui est venu ici, mais notre Dieu va s'occuper de tout ça.»
    Seulement la Parole disait qu'ils y seraient soixante-dix ans; jusqu'Ă  ce que cette gĂ©nĂ©ration-lĂ  se soit Ă©teinte, et une autre gĂ©nĂ©ration. Une gĂ©nĂ©ration, c'est quarante ans. «C'est pendant presque deux gĂ©nĂ©rations que vous serez lĂ -bas.» Et JĂ©rĂ©mie l'a dit conformĂ©ment Ă  la Parole de Dieu.

111     Hanania a brisĂ© ça! JĂ©rĂ©mie a dit: «TrĂšs bien. Amen. Seulement, Hanania, souvenons-nous-en, nous sommes tous les deux prophĂštes. Nous sommes prĂ©dicateurs.»
    Â«Et je te dis ceci, mon frĂšre. Souvenons-nous qu'il y a eu des prophĂštes avant nous, et ils ont prophĂ©tisĂ© contre des royaumes, ils ont prophĂ©tisĂ© contre certaines choses. Mais, souviens-toi, quand le prophĂšte disait quelque chose, il devait prophĂ©tiser conformĂ©ment Ă  la Parole. Comme MichĂ©e, et MoĂŻse, et tous les autres. Ça doit ĂȘtre selon la Parole. Sinon, alors, souviens-toi de ce qui arrive.»

112     Ă€ ce moment-lĂ , Hanania, sa juste indignation a Ă©tĂ© soulevĂ©e. «Je suis Hanania, le prophĂšte du Seigneur, et moi, je dis: ‘Deux ans.’» En d'autres termes: «Ce que la Parole dit, ça m'est Ă©gal.» Son onction: «Je dis: ‘Dans deux ans ils reviendront.’»

113     JĂ©rĂ©mie l'a laissĂ© lĂ , il est parti, et il a dit: «Seigneur, peu m'importe ce que lui a dit, je crois quand mĂȘme, et je le sais, que c'est ce que la Parole dit. Je Te resterai fidĂšle. Je ne me laisserai pas tromper par lui.»

114     Dieu a dit: «Va dire Ă  Hanania que ‘le prochain joug, Je le ferai de fer.’» Et, pour avoir fait ça, il a Ă©tĂ© ĂŽtĂ© de la surface de la terre, Hanania l'a Ă©tĂ©, dans la mĂȘme annĂ©e.
    VoilĂ  nos exemples, tous les deux prophĂštes. Il y en a encore bien plus qu'on pourrait citer et dont on pourrait parler en ce moment.

115     Mais, regardez bien. JĂ©sus a dit qu'en ce temps de la fin, de nouveau, les deux esprits seraient encore trĂšs proches l'un de l'autre. Pas vrai? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Maintenant remarquez. Ce sera plus proche encore qu'Ă  cette Ă©poque-lĂ . C'est maintenant le temps de la fin. Oh, mes enfants! Que Dieu aie pitiĂ© de nous! Si bien que «ce serait tellement rĂ©el, au point de sĂ©duire mĂȘme les Élus, si possible». Maintenant, comment allez-vous... comment a-t-on fait pour savoir Ă  ces Ă©poques-lĂ ? Comment allez-vous faire pour savoir aujourd'hui? Par le mĂȘme moyen, en vous en tenant Ă  la Parole, «JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours».
    Maintenant, prĂȘtez attention Ă  tout ce Message. Et, quand vous Ă©couterez la bande, peut-ĂȘtre mĂȘme que je serai parti, un jour, quand le Seigneur n'aura plus besoin de moi ici sur terre, vous vous rĂ©fĂ©rerez Ă  cela. Écoutez ma voix, ce que je suis en train de vous dire. S'Il me prend avant Sa Venue, souvenez-vous bien, je vous ai parlĂ© au Nom du Seigneur, par la Parole du Seigneur. Oui.

116     Remarquez: «Ils seraient tellement proches l'un de l'autre, que ça sĂ©duirait les Élus, si c'Ă©tait possible», ils feraient les mĂȘmes prodiges, les mĂȘmes miracles, par le mĂȘme Esprit. Pas vrai? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Exactement comme pour les prophĂštes, lĂ , dont on vient de parler, des prophĂštes. Or, il est aussi Ă©crit...

117     On va le prendre, celui-lĂ , si vous voulez, II TimothĂ©e 3. On ne va pas le laisser de cĂŽtĂ©, celui-lĂ . Et je ne veux pas...

118     Je regarde l'horloge, lĂ , et je–j'ai envie d'en passer beaucoup, mais je ne pense pas qu'on devrait le faire en ce moment. Voyez? Remarquez. Simplement... Si je suis ici, Ă  transpirer comme ça, vous voyez, mais, je suis heureux. Et je sais que ceci est vrai. II TimothĂ©e 3:8.

119     Paul, l'homme qui a dit: «Si un Ange descendait du Ciel pour vous annoncer une autre parole que ce que j'ai dit, qu'il soit maudit», un Ange, lĂ , qui descendrait. Ça, c'est II Thessaloniciens... Oh, excusez-moi.

120     Remarquez, dans II TimothĂ©e 3:8. Observez, c'est Paul qui parle, ici. Commençons vers le... Commençons au premier verset, et Ă©coutez trĂšs attentivement, lĂ . Vous qui avez votre Bible, lisez avec moi. Vous qui n'avez pas votre Bible, Ă©coutez attentivement. Sa...
    Sache que, dans les derniers jours...
    Soulignez ça, «derniers jours». C'est lĂ  que cela va arriver .
    ...il y aura des temps difficiles. (Nous sommes dedans.)
    Car les hommes seront Ă©goĂŻstes, amis de l'argent, fanfarons, hautains, blasphĂ©mateurs, rebelles Ă  leurs parents, ingrats, irrĂ©ligieux,

121     Regardez-moi la bande qu'on a aujourd'hui, pourris. Jusqu'aux hommes, lĂ , dans la rue, des jeunes hommes, qui se ramĂšnent les cheveux sur le front, avec des franges comme les femmes. De la perversion! Des sodomites!

122     Avez-vous lu, dans le Reader's Digest de cette annĂ©e, de ce mois-ci? Ça dit que «les AmĂ©ricains, Ă  l'Ăąge de», je pense que c'Ă©tait «entre vingt et vingt-cinq ans, ils ont dĂ©jĂ  atteint l'Ă©tat d'Ăąge mĂ»r». Ils sont finis! Ils sont pourris! La science le dit, que l'homme atteint l'Ăąge mĂ»r, la femme aussi, quand ils sont encore au dĂ©but de la vingtaine, tellement leur corps est pourri et abandonnĂ© Ă  la souillure.

123     Oh, AmĂ©rique, combien de fois Dieu aurait voulu te prendre sous Ses ailes, mais maintenant ton heure est venue! Tu entraĂźnes le monde dans la souillure.
    ...blasphĂ©mateurs, rebelles Ă  leurs parents, ingrats, irrĂ©ligieux,
    Sans affections naturelles... [Darby]
    Pas d'amour vĂ©ritable, mĂȘme, l'un envers l'autre, l'homme pour la femme, la femme pour l'homme. «Pas mĂȘme d'affection naturelle.» De la souillure, sexuellement!
    ...dĂ©loyaux, calomniateurs, intempĂ©rants, cruels, et ennemis des gens de bien,
    En d'autres termes, ils disent: «Vous autres, bande d'exaltĂ©s.» Quelqu'un s'informait l'autre jour, pour venir Ă  l'Ă©glise ici. On lui a dit: «Ne va pas lĂ -bas. Tout ce qu'il y a lĂ , c'est beaucoup de tapage et d'excitation, rien d'autre.»
    Vous voyez, «ennemis de ces gens-là».
    TraĂźtres, emportĂ©s, enflĂ©s d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu,
    Vous dites: «FrĂšre Branham, ça, c'est les communistes.» Le verset d'aprĂšs, qu'est-ce qu'il dit?
    Ayant l'apparence de la piĂ©tĂ©, mais (quoi?) reniant ce qui en fait la force (la Parole, JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours, manifestĂ©, la promesse du jour)...
    Exactement comme Hanania, exactement comme SĂ©dĂ©cias, exactement comme Balaam, et ainsi de suite, d'autres faux prophĂštes.
    Ayant l'apparence de la piĂ©tĂ©, oints... Voyez?
    Ayant l'apparence, oints, des prĂ©dicateurs qui ont Ă©tĂ© ordonnĂ©s...
    Ayant l'apparence de la piĂ©tĂ©, mais reniant qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui... Reniant Sa Parole!
    Comment ont-ils reniĂ© JĂ©sus en ce jour-lĂ ? Qui ont-ils reniĂ© quand ils ont reniĂ© JĂ©sus? La Parole. Ils Ă©taient religieux. Ils prenaient leur Bible pour enseigner, mais ils reniaient la Parole du jour.
    Qu'est-ce qu'ils sont aujourd'hui? La mĂȘme chose, ils sont oints, ils prĂȘchent l'Évangile de la pentecĂŽte, mais ils renient la promesse d'aujourd'hui, la Parole confirmĂ©e, «JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours». Est-ce que vous le voyez? [L'assemblĂ©e: «Amen.» – N.D.É.]
    Il en est parmi eux qui s'introduisent dans les maisons, et qui captivent des femmes d'un esprit faible et bornĂ©, chargĂ©es de pĂ©chĂ©, agitĂ©es par des passions de toute espĂšce,
    Â«Nos rĂ©unions de couture, et nos ceci et cela.» Quelqu'un se prĂ©sente, en cherchant Ă  donner une mauvaise interprĂ©tation de la Parole, en disant que «c'est trĂšs bien, sƓur, si vous avez les cheveux courts. Ne faites pas attention Ă  cet imbĂ©cile-lĂ . Voyez? Ou, si vous–si vous portez ça; ce n'est pas ça, mais ‘c'est ce qui sort du cƓur de l'homme qui le souille’». Voyez? Et vous rendez-vous compte que vous ĂȘtes ointe d'un mauvais esprit, sale, souillĂ©? Peu m'importe, vous aurez beau chanter dans la chorale, avec vos cheveux courts, n'empĂȘche que vous avez un mauvais esprit. C'est contraire Ă  la Parole, ça. C'est vrai. C'est ce que dit la Bible. Et vous dites: «Eh bien, moi, je porte des shorts. Ça ne me condamne pas.»
    Â«Quiconque, si une femme met un vĂȘtement d'homme, c'est une abomination aux yeux de Dieu.» Le Dieu qui ne change pas l'a dit.

124     Oh, il y en a tellement, on pourrait passer toutes ces choses en revue; mais cela prendrait tout notre temps. Seulement vous en savez assez pour connaĂźtre ce qui est bien et ce qui est mal. Et comment est-ce que je peux les forcer Ă  le faire? Comment est-ce que je peux, moi? Vous dites: «Mais alors, pourquoi est-ce que vous criez comme ça?» Je suis un tĂ©moin contre vous. Un jour, au Jour du Jugement, vous n'aurez pas un seul recoin oĂč vous retirer.

125     MichĂ©e, comment pouvait-il arrĂȘter ça? MoĂŻse, comment; il criait, il essayait d'arrĂȘter ça, et JosuĂ© et les autres qui couraient au milieu du peuple, et LĂ©vi qui a sorti son Ă©pĂ©e et qui est mĂȘme allĂ© jusqu'Ă  les tuer? Ils ont continuĂ© quand mĂȘme.
    Il a Ă©tĂ© prĂ©dit qu'ils le feront. Et ils vont le faire, car c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, qu'ils vont le faire. Pensez-vous que ces nominations vont rompre leurs dĂ©nominations, revenir Ă  la Parole? C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, ils ne le feront pas! Vont-ils aller du cĂŽtĂ© de l'antichrist? Tout Ă  fait. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, ils le feront! «Dans ce cas-lĂ , pourquoi en parlez-vous?» Je dois ĂȘtre un tĂ©moin, et vous aussi, tous les croyants. Regardez bien.
    ...des femmes d'un esprit faible et bornĂ©, chargĂ©es de... passions de toute espĂšce,

126     Â«Mais, toutes les autres femmes le font.» Des faux prophĂštes! Maintenant Ă©coutez. C'est des faux prophĂštes que je parle. Maintenant, qu'est-ce qu'ils vont faire au dernier jour?
    ...captivent des femmes d'un esprit faible et bornĂ©... agitĂ©es de passions de toute espĂšce,
    Â«Mais, je sais, toutes les autres femmes...» Bon, eh bien, allez-y.

127     Qu'est-ce que j'avais dit, juste avant ce grand Ă©vĂ©nement qui s'est produit, ici en Californie? «Vous, les gens de Los Angeles, ici, chaque annĂ©e, quand je reviens, il y a plus de femmes aux cheveux coupĂ©s et d'hommes effĂ©minĂ©s qu'il y en avait au dĂ©part, plus de prĂ©dicateurs qui se joignent aux organisations. Vous ĂȘtes sans aucune excuse! Si les miracles qui ont Ă©tĂ© faits au milieu de vous avaient Ă©tĂ© faits dans Sodome et dans Gomorrhe, elles subsisteraient encore aujourd'hui. Oh, CapernaĂŒm, toi qui te nommes du nom des anges, Los Angeles!» Vous voyez ce qui se passe? Elle s'en va directement au fond de la mer. Quand? Je ne sais pas quand elle va y aller, mais elle va y aller. Vous, les jeunes, si je ne le vois pas Ă  mon Ă©poque, ouvrez bien l’Ɠil. Elle est finie!
    Apprenant toujours... ne pouvant jamais arriver Ă  la connaissance de la vĂ©ritĂ©.
    Maintenant, le plus terrible, le plus terrible dans tout ça, c'est ceci. Écoutez ça.
    De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s'opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme ces hommes s'opposent Ă  la vĂ©ritĂ©, Ă©tant corrompus d'entendement, rĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne la foi, celle qui a Ă©tĂ© transmise aux saints une fois pour toutes, Ă©videmment.
    Â«En ce qui concerne la Foi.» «Et il ramĂšnera la Foi des pĂšres, ou des enfants, vers les pĂšres.»

128     Â«RĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne la Foi.» Ah! Vous savez ce que rĂ©prouvĂ©s veut dire? Si vous avez une Bible Scofield, il y a un «h» lĂ . Juste en haut, lĂ , il est dit «apostasie». Une apostasie, voilĂ  ce que c'est.

129     Maintenant, un petit instant. Je veux aller vĂ©rifier quelque chose, lĂ . Je pense que je l'ai notĂ© comme il faut. Je ne suis pas certain; mais je veux le dire, et je veux le vĂ©rifier avant de–de le dire. Juste un instant, lĂ . [espace non enregistrĂ© sur la bande – N.D.É.] «RĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne la VĂ©ritĂ©, en ce qui concerne la Foi.» «La Foi», il n'y a qu'une Foi. C'est vrai. «En ce qui concerne la Foi, rĂ©prouvĂ©s!»
    Maintenant je veux lire Luc 18. Un petit instant. Vous n'ĂȘtes pas... Vous pouvez le noter; nous n'ĂȘtes pas obligĂ©s de le lire.
        JĂ©sus leur adressa une parabole, pour montrer qu'il faut toujours prier, et ne point se relĂącher.
    Il dit–il dit: Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait point Dieu et qui n'a d'Ă©gard pour personne.
    Il y avait aussi dans la mĂȘme ville une veuve qui venait lui dire: Fais-moi justice de ma partie adverse.
    Pendant longtemps il refusa–il refusa. Mais ensuite il dit en lui-mĂȘme: Quoique je ne craigne point Dieu et que je n'aie d'Ă©gard pour personne,
    NĂ©anmoins, parce que cette veuve m'importune, je lui ferai justice, afin qu'elle ne vienne pas.. me rompre 1a tĂȘte.
    Le Seigneur ajouta: Entendez ce que dit le juge inique.
    Et Dieu ne fera-t-il pas justice Ă  ses Ă©lus, qui crient Ă  lui jour et nuit Ă  lui, et tardera-t-il Ă  leur Ă©gard?
    Je vous le dis, il leur fera promptement justice. Mais, quand le Fils de l'homme viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre?

130     Bon, voilĂ  la question. C'est Ă  ceci que je voulais en venir, dans Apocalypse 10. Nous y arriverons dans quelques minutes, avec un autre verset de l'Écriture. Il a dit: «Aux jours du Message du septiĂšme ange, le mystĂšre de Dieu devrait ĂȘtre terminĂ©.» Voici la question, c'est, si vous suivez le mĂȘme ordre d'idĂ©es, en cette heure, est-ce qu'il sera terminĂ©? «Trouverai-Je la Foi?» Est-ce que Malachie 4 sera accompli en ce temps-ci: «Ramener la Foi des enfants, Ă  la Foi des pĂšres, l'originelle, la Parole»? Voyez?

131     Â«RĂ©prouvĂ©s, JannĂšs et JambrĂšs, de mĂȘme qu'ils s'opposĂšrent.» Maintenant, de mĂȘme, Ă©coutez, II TimothĂ©e 3:8. «De mĂȘme que Jan-... s'opposĂšrent Ă  MoĂŻse, de mĂȘme, dans les derniers jours, ces mĂȘmes rĂ©prouvĂ©s viendront,» vous voyez ce qu'il est dit, lĂ , «ayant l'apparence de la piĂ©té», des oints. Maintenant, on va juste... Revenez lĂ -dessus et–et lisez-le quand vous rentrerez chez vous, comme ça je vais pouvoir terminer ce matin, si possible. «RĂ©prouvĂ©s en ce qui concerne...» Pas rĂ©prouvĂ©s dans–dans–dans leur vie; ce sont des hommes bien, cultivĂ©s.

132     Maintenant, remarquez, quand MoĂŻse est descendu en Égypte, avec un message qui Ă©tait AINSI DIT LE SEIGNEUR, et qu'il a Ă©tĂ© confirmĂ©; il a appelĂ© IsraĂ«l, qui Ă©tait un peuple, pas une Ă©glise. IsraĂ«l Ă©tait un peuple; ils n'Ă©taient pas du tout une Ă©glise. En effet, le mot Ă©glise veut dire «ceux qui sont appelĂ©s Ă  sortir». Ils Ă©taient le peuple de Dieu. Ensuite, une fois qu'ils ont Ă©tĂ© oints sous la Parole et qu'ils ont Ă©tĂ© appelĂ©s Ă  sortir, ils sont devenus l'Ă©glise de Dieu. Et aprĂšs, ils ont rĂ©trogradĂ©, parce qu'ils n'ont pas cru la Parole de Dieu, et qu'ils ont Ă©coutĂ© un faux prophĂšte. J'espĂšre que cela pĂ©nĂštre profondĂ©ment.
    IsraĂ«l, qui Ă©tait un peuple de Dieu, est sorti sous la main de Dieu, oint de la Parole... de la Puissance de Dieu, il a vu les prodiges et les miracles de Dieu. Ensuite, pendant que Dieu avançait avec eux, un faux prophĂšte est arrivĂ©, oint, et il a donnĂ© un enseignement contraire Ă  la Parole de Dieu originelle, qu'ils avaient entendue; et chacun d'eux a pĂ©ri dans le dĂ©sert, Ă  part trois personnes. Maintenant, arrĂȘtons-nous ici.

133     Â«Ce qui arriva du temps de NoĂ©, oĂč huit Ăąmes furent sauvĂ©es Ă  travers l'eau, arrivera de mĂȘme Ă  la venue du Fils de l'homme.» «Ce qui arriva du temps de Lot, oĂč trois sortirent de Sodome, arrivera de mĂȘme au temps oĂč le Fils de l'homme sera rĂ©vĂ©lĂ©.» Tout ce que je fais, c'est de citer les Écritures, la Parole du Seigneur, et «les cieux et la terre passeront...» Ce sera une minoritĂ©!

134     Remarquez bien, lĂ . MoĂŻse va vers Aaron. MoĂŻse devait ĂȘtre Dieu. Dieu lui a dit d'ĂȘtre Dieu, Il a dit: «Tu seras Dieu, et qu'Aaron, ton frĂšre, soit ton prophĂšte. Tu mettras les paroles dans sa bouche, puisque tu ne sais pas parler comme il faut.» Il a dit: «Mais qui a rendu l'homme muet? Qui a donnĂ© Ă  l'homme de parler?» C'est le Seigneur.
    Et il est descendu lĂ . Qu'est-ce qu'il a fait? Il a fait un miracle vĂ©ritable et juste, que Dieu lui avait dit de faire. Dieu lui avait dit: «Va et jette ton bĂąton.» Il l'a ramassĂ©, et c'Ă©tait un serpent. Il l'a ramassĂ©, et il Ă©tait redevenu un bĂąton. Il a dit: «Va faire ça devant Pharaon, et dis: ‘AINSI DIT LE SEIGNEUR.’»

135     Et quand Pharaon a vu ça, comme on pourrait le dire: «Voyons, quel tour facile de magicien.» Il a dit: «C'est facile comme tout. C'est de la tĂ©lĂ©pathie, ou quelque chose, tu sais. On a des hommes dans notre organisation, qui peuvent faire pareil. ‘Viens ici, l'Ă©vĂȘque Untel. Et toi, viens donc ici.’ Nous en avons qui peuvent faire pareil.» C'Ă©tait Satan qui parlait Ă  travers Pharaon.
    C'Ă©tait Dieu qui parlait Ă  travers MoĂŻse.

136     Mais regardez bien cet homme qui arrive. JannĂšs et JambrĂšs se sont prĂ©sentĂ©s devant MoĂŻse, et publiquement, devant le peuple, ils ont fait tous les miracles que MoĂŻse pouvait faire. «Ils sĂ©duiront mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible.» Pas vrai? Ils ont fait la mĂȘme chose que ce que MoĂŻse avait fait. Vous saisissez? Maintenant, souvenez-vous, c'est AINSI DIT L'ÉCRITURE, que cela se rĂ©pĂ©tera encore dans les derniers jours.
    Quelle Ă©tait la diffĂ©rence entre MoĂŻse et JambrĂšs?
    MoĂŻse a dit: «Qu'il y ait du sang dans l'eau.»
    Et les faux prophĂštes, ils ont dit: «C'est sĂ»r, nous aussi, on va mettre du sang dans l'eau.» Et c'est arrivĂ©.

137     Alors, MoĂŻse a dit: «Qu'il y ait des puces.» D'oĂč est-ce qu'il prenait ça? Directement de Dieu. Voyez?
    Et qu'est-ce qu'il a fait? Il a dit: «Voyons, c'est sĂ»r, nous aussi, on peut faire venir des puces.» Et ils l'ont fait. Chaque miracle que MoĂŻse pouvait faire, eux aussi, ils pouvaient le faire!
    Souvenez-vous-en, ne l'oubliez pas, et on va y venir tout Ă  l'heure. Ils peuvent faire tout ce que les autres peuvent faire, mais ils ne peuvent pas s'en tenir Ă  la Parole. Ils ne peuvent pas s'en tenir Ă  la Parole.

138     Maintenant remarquez, ils l'ont fait. Mais MoĂŻse, le vrai prophĂšte envoyĂ© par Dieu, commissionnĂ© par Dieu, il n'a pas argumentĂ© avec eux, pour dire: «Écoutez, vous ne pouvez pas faire ça! Vous ne pouvez pas!» Il les a simplement laissĂ©s tranquilles, il les a simplement laissĂ©s faire. Ils sont prophĂštes pour leurs organisations, mais, allez-y.
    MoĂŻse a simplement continuĂ© son chemin, il a Ă©coutĂ© Dieu. Tout ce que Dieu lui disait: «Maintenant, fais ceci», MoĂŻse allait le faire. Il faisait quelque chose de nouveau. Alors, ce qu'ils faisaient, chacun d'eux avait une sensation ou quelque chose, et les voilĂ  qui rappliquaient. Eux le faisaient aussi, exactement ce que MoĂŻse avait fait.

139     Maintenant, remarquez. Ces gars-lĂ  sont apparus... Oh, les amis, ne manquez surtout pas ça! Ces imposteurs, ces imitateurs, sont apparus aprĂšs que le vrai Ă©tait sorti en premier. Voyez? Ils viennent pour imiter. Vous voyez, forcĂ©ment. Le diable ne peut rien crĂ©er; il ne fait que pervertir l'original.
    Et qu'est-ce que le pĂ©chĂ©? C'est la justice pervertie. Qu'est-ce que l'adultĂšre? L'acte juste perverti. Qu'est-ce qu'un mensonge? La vĂ©ritĂ© dĂ©formĂ©e. Une perversion!
    Regardez Hanania, une perversion de la Parole originelle. Regardez Balaam, une perversion de la Parole originelle. Regardez SĂ©dĂ©cias, la perversion de la Parole originelle.
    Et la Bible a dit que ces hommes-lĂ  sortiraient aprĂšs, celui qui pervertit, pour pervertir la Parole originelle, confirmĂ©e et prouvĂ©e comme Ă©tant la VĂ©ritĂ©.

140     Â«Fais l’Ɠuvre d'un Ă©vangĂ©liste,» dans la pierre angulaire, lĂ , «remplis bien ton ministĂšre. Car il viendra un temps oĂč ils ne supporteront pas la saine Doctrine, mais, ayant la dĂ©mangeaison d'entendre des choses agrĂ©ables, ils se donneront une foule de docteurs selon. leurs propres dĂ©sirs; et ils vont se mettre Ă  faire tout ce qu'ils veulent, et: ‘C'est en ordre, on a les mĂȘmes prodiges, les mĂȘmes miracles.’ Et ils se feront dĂ©tourner de la VĂ©ritĂ©, et seront attirĂ©s dans des fables, des dogmes.»

141     Oh, la vigilance du Saint-Esprit, la crainte respectueuse qui s'empare de l'Ăąme d'un homme, quand il se met Ă  rĂ©flĂ©chir lĂ -dessus, combien c'est rĂ©el et clair devant nous! DĂ©terrez la premiĂšre pierre, ici dehors, et lisez donc le bout de papier qu'on a mis dedans, il y a trente-trois ans de ça. Voyez ce qu'Il a dit, lĂ , sur–sur la SeptiĂšme Rue, le matin oĂč on a posĂ© cette premiĂšre pierre. Maintenant regardez bien. Regardez, ici Ă  la riviĂšre, quand l'Ange du Seigneur est descendu sous la forme d'une Colonne de Feu, alors que des centaines d'Ă©glises, de gens d'Ă©glises, Ă©taient lĂ , debout sur la berge; ce qu'Il a dit, voyez si cela ne s'est pas accompli. Voyez ce qui est arrivĂ©.
    C'est tellement dur. Je sais que ça semble dur, frĂšres, lĂ -bas. Mais c'est... La Bible dit, JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit que «ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible». C'est inĂ©vitable. Ils ne seront jamais capables de Le voir. Si c'Ă©tait possible, mĂȘme les Élus seraient sĂ©duits.

142     Remarquez, ces gars-lĂ  sont apparus aprĂšs que le vrai oint de Dieu a Ă©tĂ© envoyĂ©; par Son vrai prophĂšte, MoĂŻse. Et quand MoĂŻse faisait quelque chose, eux en faisaient une imitation.

143     Maintenant, frĂšre, sƓur, je... Ici, c'est ma propre Ă©glise. J'ai le droit de prĂȘcher ce que je veux, tant que cela vient de la Parole de Dieu. Et je ne vous condamne pas, vous, mais on va sonder ça par rapport Ă  l'Ă©poque et Ă  l'heure que nous sommes en train de vivre.
    Salutations Ă  FrĂšre Ruddell, Ă  Junior Jackson, et Ă  ceux qui sont lĂ , de nos Ă©glises fraternelles. Je les ai oubliĂ©s tout Ă  l'heure. Je pense qu'eux aussi ils nous sont reliĂ©s par tĂ©lĂ©phone ce matin, parce qu'il n'y avait pas–pas de place dans l'Ă©glise.

144     Pensez-y, lĂ , juste une minute. Ils ont fait les mĂȘmes miracles que MoĂŻse avait faits. MoĂŻse a fait venir des puces; ils ont imitĂ© ça et ont fait venir des puces. Voyez?
    Dieu a dit: «Le jour oĂč tu en mangeras, ce jour-lĂ  tu mourras.»

145     Satan s'est prĂ©sentĂ© lĂ , et il a dit: «Certainement, tu ne mourras pas. Tu seras simplement plus sage. Tu auras une meilleure organisation, une meilleure...» Vous savez. «Tu sais, tout ira mieux pour toi, tu auras plus de LumiĂšre.» Vous voyez, simplement une perversion. Est-ce que...
    Et, souvenez-vous, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, selon Il TimothĂ©e 3:18, que «dans les derniers jours, ces JannĂšs et JambrĂšs seraient sur la terre». Maintenant, je veux vous faire remarquer qu'il y en a deux, vous voyez, des imitateurs.

146     Maintenant nous allons en revenir Ă  Sodome, tout Ă  l'heure, Ă  ces trois, retrouver ces trois Anges qui sont descendus, et voir l'imitation, et tout, vous voyez, pour voir lequel est le vrai et lequel est le faux. Voyez? Voyez?

147     Remarquez, ils ont fait les mĂȘmes miracles. Mais, remarquez, ils en ont fait une imitation, aprĂšs que la vraie Parole avait Ă©tĂ© ointe, par celui qui Ă©tait le vrai envoyĂ© de Dieu; ils ont suivi, en deuxiĂšme.
    Je me demande si on pourrait rĂ©flĂ©chir un instant. En prenant les gens par la main, il n'y a pas longtemps, il y a Ă  peu prĂšs vingt ans de ça, on voyait un signe. Alors, oh! la la! des signes, il y en a eu encore plus, un peu partout, et tout le monde... L'un, c'est dans sa main droite; l'autre, c'est dans sa main gauche; l'autre, c'est par l'odeur. Vous voyez, toutes sortes de... Et je me demande... Dieu ne me permet pas, pour le moment, de vous dire ce qui Ă©tait vraiment la vĂ©ritĂ© mais, un jour, vous le saurez. Ça, c'Ă©tait seulement pour manifester leur folie. Ce n'Ă©tait pas juste, au dĂ©part. Je vous le dirai, un jour, si le Seigneur le permet.

148     Remarquez, ils ont fait les mĂȘmes miracles, mais ils ne... Remarquez, ils ne les ont pas faits, tant que la Parole originelle n'est pas sortie d'abord. C'est comme ça que Satan a fait dans le jardin d'Éden. C'est comme ça qu'il a toujours fait. Qui a prophĂ©tisĂ© le premier? MoĂŻse. Qui a paru le premier, MoĂŻse ou Balaam? MoĂŻse. Qui a paru le premier, JĂ©rĂ©mie ou Hanania? Vous voyez ce que je veux dire? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.]

149     Remarquez, ils ont copiĂ©. Des imitateurs charnels, qui Ă©taient sincĂšres, qui pensaient «rendre un service Ă  Dieu», comme David, la semaine derniĂšre, mais c'Ă©tait une imitation charnelle. Je fais une pause, lĂ . Je veux que vous rĂ©flĂ©chissiez entre ces observations. Si je ne le dis pas, certainement que le Saint-Esprit le rĂ©vĂ©lera, en particulier aux Élus Voyez?

150     La dĂ©nomination de Pharaon dit: «On a des hommes qui peuvent faire la mĂȘme chose que ça», et ils l'ont fait. Voyez? Pourquoi Pharaon a-t-il fait ça? Pourquoi Dieu l'a-t-Il permis? Pourquoi est-ce que Dieu enverrait lĂ -bas un vrai prophĂšte oint produire un signe devant Pharaon, pour ensuite permettre qu'une copie dĂ©nominationnelle se prĂ©sente devant le peuple pour en faire une imitation? Pourquoi permettrait-II qu'un imitateur soit suscitĂ© pour faire ça, pour faire exactement la mĂȘme chose que ce que le vĂ©ritable Esprit de Dieu avait fait? Vous voyez, l'Écriture doit s'accomplir.

151     Remarquez, Il a fait ça pour endurcir le cƓur de Pharaon et des Égyptiens. Pour prouver que MoĂŻse n'Ă©tait pas le seul Ă  avoir la Parole, eux pouvaient tout faire exactement comme MoĂŻse.
    Et pourquoi Dieu a-t-Il permis que cette chose arrive dans les derniers jours? Alors, la mĂȘme chose que l'esprit de mensonge a dit Ă  SĂ©dĂ©cias. «Comment allons-nous faire pour que Achab aille lĂ -bas et que ces choses s'accomplissent?» Comment va-t-Il faire pour que les gens qui mettent leur confiance dans leurs Ă©glises aillent lĂ -bas et que cette chose qu'Il a prĂ©dite s'accomplisse? Ils, dans cet Âge de l'Église de LaodicĂ©e: «Parce que tu dis que tu es ‘riche et que tu n'as besoin de rien. Je suis assise comme une reine.’ Tu n'as rien! Tu ne sais donc pas que tu es misĂ©rable, malheureux, aveugle? Et Je te conseille de venir acheter de Moi», Il a dit, «de l'huile et de l'or.» Pourquoi a-t-Il fait ça?

152     Pourquoi a-t-Il permis que cette imitation survienne en ces derniers jours, quand ces choses s'accomplissent par la vraie Parole de Dieu; permettre que des imitateurs arrivent et fassent la mĂȘme chose, alors qu'ils renient la vraie Parole de Dieu? Il l'a fait dans le cas de MoĂŻse. Pharaon l'a fait contre MoĂŻse; et eux, JannĂšs et JambrĂšs, ils l'ont fait contre MoĂŻse. Et la Bible dit que cela se rĂ©pĂ©tera encore dans les derniers jours. Nous y voici. Maintenant, si ce n'est pas lĂ  l'Écriture qui s'accomplit, qu'est-ce que c'est?

153     Est-ce que MoĂŻse a fait tout un plat de ça et leur dire: «Eh lĂ ! Eh lĂ ! Vous ne pouvez pas faire ça. Je suis le seul qui a Ă©tĂ© Ă©tabli pour faire ça. Eh lĂ ! ArrĂȘtez ça tout de suite»? Il les a simplement laissĂ©s faire.
    Laissez-les aller. Rappelez-vous, la Bible a dit: «Comme leur folie a Ă©tĂ© manifestĂ©e, de mĂȘme ceux-lĂ , dans les derniers jours, seront manifestĂ©s», quand l'Épouse sera enlevĂ©e et emportĂ©e dans le ciel. Remarquez.

154     MoĂŻse, la vraie Parole manifestĂ©e, n'a jamais rien dit, il a simplement laissĂ© faire. Mais Il l'a fait pour endurcir le cƓur de Pharaon, pour sĂ©duire Pharaon.
    Il a fait exactement la mĂȘme chose pour sĂ©duire Achab. Et ce petit homme, qui s'est tenu lĂ  tout seul, le petit MichĂ©e, qui leur a dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Et en voici un autre, oint: «AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Et contraires l'un Ă  l'autre.

155     Nous sommes lĂ  aujourd'hui avec le AINSI DIT LE SEIGNEUR, que le baptĂȘme d'eau dans les derniers jours doit se faire au Nom de JĂ©sus-Christ. Et un autre va se tenir lĂ , Ă  accomplir des miracles, et, un trinitaire.
    Montrez-moi le mot trinitĂ© dans la Bible. Montrez-moi oĂč il y a trois Dieux. Montrez-moi oĂč on peut trouver des choses semblables. Elles ne sont pas dans la Parole de Dieu. Il n'y a rien de semblable, personne qui ait jamais Ă©tĂ© baptisĂ© au nom de «PĂšre, Fils, Saint-Esprit», en utilisant ces titres. Toutes ces choses. «Oh, c'est trĂšs bien, sƓurs C'est trĂšs bien, gardez-les, vos longs... vos cheveux courts. C'est trĂšs bien, vous n'ĂȘtes pas obligĂ©es de faire ceci, cela ou autre chose. Oh, ce sont des absurditĂ©s de vieux schnock.»
    Mais la Bible l'a dit! Et Il a promis que «dans les derniers jours, Il enverrait l'Esprit d'Élie, et qu'Il appellerait les gens, les enfants de Dieu, Ă  revenir Ă  la Foi originelle, celle du commencement, de la Parole». Cette Parole confirmerait, le Fils de l'homme dans les derniers jours, la mĂȘme chose qu'Ă  Sodome; hier, aujourd'hui et pour toujours. Il a promis de le faire. C'est la promesse de Dieu. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR.

156     Remarquez, ils ont fait la mĂȘme chose, exactement, que MoĂŻse, jusqu'Ă  ce que Dieu en ait assez.
    Maintenant, souvenez-vous, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR, que cela arrivera en ce jour-ci. Maintenant, cherchez partout dans le monde; prenez chaque secte, prenez chaque clan, prenez chaque homme, prenez chaque Ă©glise! Je vous somme, au Nom de Christ, de le faire, vous les prĂ©dicateurs. Je vous somme de lire les journaux et de considĂ©rer partout oĂč vous voudrez aller, pour voir si ce n'est pas ici sur terre en ce moment mĂȘme. Voyez? Voyez?
    Alors, Matthieu 24:24, c'est tout Ă  fait vrai. «Il s'Ă©lĂšvera des faux oints dans les derniers jours, et ils seront des faux prophĂštes, et ils en sĂ©duiront beaucoup.» Observez-le dans les types maintenant, comme on les voit, lĂ , vous voyez: «Ils en sĂ©duiront beaucoup.» «Des prophĂštes», au pluriel; «des christs», des oints, au pluriel; beaucoup de sortes diffĂ©rentes, les mĂ©thodistes, vous savez, et les baptistes, et les pentecĂŽtistes, et tout. Voyez?
    Mais il y a un Esprit de Christ vĂ©ritable, et c'est la Parole faite chair, comme Il l'avait promis.
    Maintenant, nous allons avancer encore un peu, et prendre d'autres passages des Écritures

157     Jusqu'Ă  ce que Dieu en ait assez, et alors, ça a Ă©tĂ© fini. Leur folie a Ă©tĂ© manifestĂ©e.

158     Remarquez. Souvenez-vous, la balle a exactement la mĂȘme apparence que le grain de blĂ©. Voyez? Or, vous n'auriez pas pu dire, il y a longtemps, dans l'Ăąge de Luther, que «la tige Ă©tait le blé», pourtant elle contient la Vie. La tige, elle est bien, la Vie dans la tige, c'Ă©tait bien, mais, souvenez-vous, la Vie a continuĂ© Ă  avancer; elle est passĂ©e d'ÉlisĂ©e Ă  Élie. La Vie continue Ă  avancer sans arrĂȘt. Mais, souvenez-vous, elle en est Ă  un autre stade. Elle ne peut pas rester Ă  ce stade-lĂ . Nous ne pouvons pas manger la charogne d'un autre Ăąge. Nous ne pouvons pas manger de la charogne pentecĂŽtiste, mĂ©thodiste ou baptiste. Vous voyez, c'est devenu de la charogne. Nous avons de la Nourriture fraĂźche, la Parole de cette heure, et tout.

159     Souvenez-vous, la balle est exactement comme le grain de blĂ©. Vous ne pouvez pas... Ça ne lui ressemblait pas dans la pousse, ça ne lui ressemblait pas dans l'aigrette, mais ça lui ressemblait dans la balle, ça, c'est certain. Ça ne lui ressemblait pas dans... JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, dans Luther; ça ne lui ressemblait pas dans Wesley; mais ça lui ressemble dans la pentecĂŽte, ça, c'est certain, de «sĂ©duire mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible». Voyez? VoilĂ  vos Ăąges.

160     Mais, souvenez-vous, cette Ă©glise pentecĂŽtiste des derniers jours, c'Ă©tait celle de LaodicĂ©e; et Christ a Ă©tĂ© mis dehors, le Noyau, le BlĂ© Lui-mĂȘme. Quand Il a essayĂ©... Souvenez-vous, quand Il a essayĂ© de Se manifester dans l'Ă©glise, on L'en a sorti. C'Ă©tait encore une Ă©glise, elle prĂ©tendait en ĂȘtre une; ointe.
    Mais voici la Parole, Christ Lui-mĂȘme, c'est la Parole ointe, qui va venir chercher le reste de Son Corps, l'Épouse. Les oints, de la mĂȘme eau qui a arrosĂ© le blĂ©, comme on en a parlĂ©, et qui arrose aussi l'ivraie, les oints. Il n'y a que les Élus, ou les prĂ©destinĂ©s, qui seront capables de dĂ©celer la diffĂ©rence entre eux. C'est ÉphĂ©siens 5:1, lĂ , qui vous le dit, qui vous dit ce qu'il en Ă©tait.

161     Ce sont des oints. Tout le monde dit: «Gloire Ă  Dieu! Ici, nous avons la libertĂ©. AllĂ©luia! Nous... Oh, allĂ©luia! Nous parlons en langues, et nous sautons. Nous avons la libertĂ© pour les femmes; alors que vous autres, vous essayez de les soumettre Ă  toutes sortes de choses.» Voyez? Allez-y. Il n'y a rien qu'on puisse y faire. Vous dites: «Eh bien, nous parlons en langues. Nous crions. Nous dansons dans l'Esprit. Nous prĂȘchons la Parole.» Absolument. Rien Ă  dire contre ça. Ces hommes aussi, dans la Bible, lĂ , ils ont fait pareil.
    JĂ©sus a dit que «ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible, mĂȘme les Élus».

162     Maintenant, remarquez la balle. À partir du Grain originel, le Grain qui est allĂ© en terre, Il n'Ă©tait pas du tout une organisation. C'Ă©tait un Grain, en Lui-mĂȘme. Mais quand cela a germĂ©, ce n'Ă©tait pas un Grain; c'Ă©tait une organisation, voyez-vous, des feuilles, du blĂ©.
    Ensuite Il est passĂ© Ă  un autre stade, qui est celui de l'aigrette. Encore lĂ , ce n'Ă©tait pas comme au commencement. C'Ă©tait une organisation.
    Il est passĂ© dans la balle, beaucoup de feuilles, la pentecĂŽte, lĂ , il a presque pris forme. Regardez-le. Il prend forme tout le temps, presque exactement pareil, il a exactement la mĂȘme apparence qu'un Grain de blĂ©, quand vous voyez la petite enveloppe, lĂ .
    Mais finalement, Il est manifestĂ©, et sans organisation. Il n'y a plus de porteurs. L'organisation, ce n'est qu'un porteur. Plus de porteurs; la tige doit mourir, la balle doit mourir, tout le reste doit mourir, mais le blĂ© continue Ă  vivre. C'est le corps de la rĂ©surrection, Il descend lĂ  et Il vient les prendre. «Ceux qui sont les derniers seront les premiers, et ceux qui sont les premiers seront les derniers.» Vous voyez, Il vient les prendre tout droit dans la rĂ©surrection. Est-ce que vous me suivez? [L'assemblĂ©e: «Amen.» – N.D.É.] TrĂšs bien. Remarquez, le grain est...

163     La balle a exactement la mĂȘme apparence que le grain. Et un homme qui fait la culture du blĂ©, ou quelque chose du genre, en regardant, il dirait: «Gloire Ă  Dieu, j'ai une rĂ©colte de blé», alors qu'il n'a pas un seul grain de blĂ©. Cela a exactement la mĂȘme apparence que le blĂ©, mais c'est la balle.

164     Maintenant, mes amis, revenez en arriĂšre avec moi. OĂč le premier rĂ©veil a-t-il eu lieu, aprĂšs (la mort) les jours oĂč le grain de blĂ© devait tomber en terre, le Corps, l'Épouse de Christ? Christ a organisĂ© Son Épouse, n'est-ce pas, Son Église? Il ne L'a pas organisĂ©e; Il a simplement Ă©tabli des apĂŽtres, des prophĂštes, et ainsi de suite, dans l'Église, pour qu'Elle garde Sa puretĂ©. Mais Ă  NicĂ©e, Ă  Rome, trois cent six ans plus tard, ils l'ont organisĂ©e, et ils en ont fait une organisation. Pas vrai? Et elle est morte. Tout ce qui n'Ă©tait pas d'accord avec cette Ă©glise Ă©tait mis Ă  mort. Et elle est restĂ©e sans bouger, pendant des centaines d'annĂ©es, dans la terre.
    Mais, au bout d'un moment, elle est apparue dans Luther. Les premiers petits brins de blĂ© sont apparus. En deuxiĂšme, elle a bourgeonnĂ© Ă  partir de lĂ . Ils ont continuĂ©, il y a eu Zwingli et ainsi de suite, et les autres organisations, et ainsi de suite. Ensuite, au bout d'un moment, les anglicans sont apparus.
    Et ensuite, qu'est-ce qui s'est passĂ©? Voici Wesley qui arrive, avec un nouveau rĂ©veil, l'aigrette, qui ressemble un peu plus au BlĂ©. Ensuite, qu'est-ce que c'est devenu? Ça s'est organisĂ©, ça a sĂ©chĂ© et c'est mort.
    La Vie est allĂ©e directement dans la balle, et la balle est sortie, une ressemblance presque parfaite avec le BlĂ©. Mais, finalement, sa folie a Ă©tĂ© manifestĂ©e dans les huit ou dix derniĂšres annĂ©es, plus particuliĂšrement dans les trois derniĂšres annĂ©es. Maintenant, qu'est-ce qu'elle fait? Elle s'Ă©loigne du BlĂ©.

165     Maintenant, pourquoi ce grand rĂ©veil qui dure depuis vingt ans n'a-t-il vu naĂźtre aucune organisation; ce sont des prophĂštes oints, des enseignants oints, et tout, mais pourquoi est-ce qu'il n'y en a pas? Il n'y a rien aprĂšs le Grain. [FrĂšre Branham donne quatre coups sur la chaire. – N.D.É.] Vous voyez, Il est lĂ  de nouveau, sans organisation. Oh! la la! un aveugle pourrait voir ça. Il ne peut pas former d'organisation, tant Il est fermement opposĂ© Ă  cela. C'est le grain de BlĂ©, Lui-mĂȘme. Le Fils de l'homme sera manifestĂ©. Le grain de BlĂ© Lui-mĂȘme sera lĂ  de nouveau, le Fils de l'homme dans les derniers jours.
    Â«Et il En viendra de fausses imitations, dans les derniers jours, qui vont presque sĂ©duire les Élus, si possible.» Regardez leurs balles des organisations qui s'Ă©loignent en ce moment.

166     Ă‡a permet seulement au BlĂ© de se faire connaĂźtre aux Élus, qui En font partie. Remarquez comme c'est prĂ©sentĂ© d'une façon magnifique ici. Seulement les... Remarquez, les oints vont pouvoir; les vrais, les Élus, les prĂ©destinĂ©s, ÉphĂ©siens 5:1, ou 1:5, plutĂŽt, ils y seront destinĂ©s, Ă©lus. Ce sont les seuls que ça ne sĂ©duira pas.
    Remarquez, les prophĂštes oints seront faux, et lĂ , au milieu de tout ça, il y aura des vrais oints. Comment allez-vous faire la diffĂ©rence? Par la Parole. Comme nous l'avons vu en type. Est-ce que vous le voyez? Dites: «Amen.» [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Voyez?

167     Remarquez, les oints, il n'y a que la Parole qui va les distinguer, pas les prodiges. Oh non. Ils feront les mĂȘmes prodiges; mais c'est la Parole qui les a distinguĂ©s. Certainement. Ils ont tous prophĂ©tisĂ©. Ils ont tous fait ceci, cela et autre chose, certainement, exactement pareil. JĂ©sus a dit qu'ils feraient la mĂȘme chose. Mais c'est la Parole qui les a distinguĂ©s, remarquez, pas les prodiges.

168     Avez-vous remarquĂ©? JĂ©sus a dit ici, dans Matthieu 24. Il n'a pas dit: «Il s'Ă©lĂšvera des faux JĂ©sus dans les derniers jours.» Oh non, ils ne tolĂ©reraient jamais cela. Non. Prenez un pentecĂŽtiste qui est un vrai pentecĂŽtiste, et qui dirait de lui-mĂȘme qu'il est «JĂ©sus»? Voyez? Prenez un faux mĂ©thodiste, ou un baptiste, ou quelqu'un comme ça, ou l'une des organisations, qui dirait: «Nous sommes JĂ©sus»? Ils s'en gardent bien. Ils ne vont pas faire ça. Mais la Bible a dit qu'ils seraient «de faux christs», pas des JĂ©sus, mais «des faux christs». Ils n'admettraient pas de dire: «Je suis JĂ©sus.» Oh non.

169     Mais ils sont «des faux christs» et ils ne le savent pas, parce qu'ils sont contraires Ă  la Parole. Et Dieu le confirme. Maintenant, j'amĂšne tout ça Ă  une Ă©preuve de force, lĂ , parce que vous avez vu ces gens faire la mĂȘme chose que ce qui a Ă©tĂ© fait par les vrais. Et JĂ©sus l'a dit.

170     Maintenant, comme je vous l'ai bien dit, vous les gens qui ĂȘtes lĂ -bas au pays du tĂ©lĂ©phone, je–je ne vous condamne pas, mais ici, c'est mon Ă©glise et–et mon groupe sur lequel le Saint-Esprit m'a Ă©tabli, et je dois leur dire la VĂ©ritĂ©. L'heure est avancĂ©e.

171     Donc, ils ne tolĂ©reraient pas cela, mais, «des faux christs», des faux oints, qui auront presque chaque prodige et chaque lettre de la Parole. «Ils croient au baptĂȘme du Saint-Esprit?» Absolument. «Ils croient Ă  tout ceci?» Mais oui. «Ils croient au parler en langues?» Mais oui. «Ils croient que les signes et les prodiges les accompagnent, que les signes vont les accompagner?» Mais oui. Ça, ce ne sont pas les mĂ©thodistes, ce ne sont pas les baptistes. Non, non. Ce sont les pentecĂŽtistes. Vous voyez, nous sommes maintenant dans les derniers jours.
    Or, au premier Ăąge de l'Ă©glise, ils n'auraient jamais remarquĂ© cela. L'Ăąge de l'Ă©glise mĂ©thodiste, ils ne l'ont pas remarquĂ©; l'Ăąge de l'Ă©glise baptiste, ils ne l'ont pas remarquĂ©; l'Ăąge de l'Ă©glise presbytĂ©rienne, ils ne l'ont pas remarquĂ©. Mais, la pentecĂŽte, tellement proche de la vraie Chose! C'est lĂ  que le BlĂ©, la balle a presque la mĂȘme apparence que le BlĂ©. Eux ne l'auraient jamais remarquĂ©. Voyez? Eux non. Mais dans les derniers jours, dans ce jour-ci. Oui monsieur.

172     Remarquez, exactement comme c'Ă©tait au commencement, c'est comme ça que ce sera Ă  la fin. Comme Ève a mal interprĂ©tĂ© un seul mot, c'est Satan qui a fait ça Ă  Ève, et elle l'a cru. Elle, pas lui; l'Ă©glise, pas Lui. Voyez? C'est l'Ă©glise qui a reçu la fausse parole. Voyez? Pas Adam; Ève. Pas le Christ; l'Ă©glise, l'Ă©pouse, l'ointe, celle qui prĂ©tend ĂȘtre, qui se donne le nom d'Épouse, vous voyez, c'est elle qui a reçu la fausse parole.
    Vous pouvez voir ça, n'est-ce pas? Voyons, ça s'enchaĂźne comme avec un lacet, comme les cils sur votre oeil. Voyons, partout oĂč vous regardez, dans la Bible, Elle relie tout ça ensemble. Ève, pas Adam; Ève l'a cru, pas Adam. L'Ă©pouse d'aujourd'hui, la soi-disant, l'a cru; pas le Christ. L'Ă©pouse en a de toutes sortes, la soi-disant Ă©pouse; les mĂȘmes prodiges, les mĂȘmes miracles, la mĂȘme en tout; mais ce n'est pas la Vraie. Voyez? «Pour sĂ©duire les Élus, si c'Ă©tait possible.»
    Maintenant, rapidement, si on arrive Ă  terminer d'ici quinze minutes, on sera Ă  l'heure. Suivez trĂšs attentivement, lĂ , pour ne pas–ne pas le comprendre de travers.

173     Bon, non, ils ne tolĂ©reraient pas de se faire appeler «des faux JĂ©sus». Ils ne seraient pas, ne tolĂ©reraient pas de s'appeler, «JĂ©sus». Certainement pas. Ça, c'est trop Ă©vident. N'importe qui saurait ça. N'importe qui saurait qu'ils ne sont pas JĂ©sus. Peu m'importe qu'ils aient de l'huile sur le dos, et du sang sur les mains, et partout autour des yeux, on saurait quand mĂȘme que ce n'est... N'importe qui, pourvu qu'il ait un peu de bon sens, saurait que ce n'est pas JĂ©sus. Voyez? Ils ne tolĂ©reraient pas cela. Seulement ils se disent «les oints». Et ils font des prodiges et des miracles, «qui sĂ©duiraient presque les Élus». «Mais il s'Ă©lĂšvera des faux christs, des oints, et ils sĂ©duiront les Élus, si c'Ă©tait possible.»

174     Maintenant, soyez trĂšs attentifs. Ne manquez pas cette dĂ©claration, parce qu'elle est digne d'ĂȘtre Ă©coutĂ©e. (Il fait seulement mettre un peu de ruban adhĂ©sif sur le microphone, ici, pour l'empĂȘcher de bouger. J'ai transpirĂ©; c'est tombĂ© sur le ruban, vous voyez.)

175     Et donc, ce sera exactement comme la Bible a dit que ce serait. Voyez?

176     Remarquez, pas des faux JĂ©sus. «Des faux christs!» Ils croient qu'ils sont oints, mais ils savent qu'ils ne sont pas JĂ©sus. Vous voyez, ça, c'est trop Ă©vident. Si des hommes se prĂ©sentaient lĂ  aujourd'hui, pour dire: «Regardez les marques dans ma main. Regardez donc mon front. Je suis JĂ©sus.» Eh bien, voyons, nous savons que ça, c'est faux. Et, souvenez-vous, JĂ©sus n'a jamais dit que ce sont des hommes comme ça qui viendraient. Il a dit qu'il viendrait «des faux christs». «Des christs», au pluriel, des dĂ©nominations, et ainsi de suite, des oints; oints d'un esprit dĂ©nominationnel, et non de la Parole. Vous me suivez? Pas des faux JĂ©sus. «Des faux christs», des faux oints. Voyez? Oh, comme c'est Ă©vident! Nous... Certainement que vous ne le manquerez pas.

177     Maintenant, souvenez-vous, je vous ai toujours dit qu'il y a trois catĂ©gories de gens. Il y a trois races de gens; Cham, Sem et Japhet, trois races. Trois catĂ©gories, et j'ai dit que ce sont le croyant, le soi-disant croyant et l'incroyant. Il en a toujours Ă©tĂ© ainsi, il en sera toujours ainsi. Voyez? Il y avait MoĂŻse, le croyant; il y avait JannĂšs et JambrĂšs; les incroyants. Voyez? Il y avait Balaam, MoĂŻse... Toujours ces trois catĂ©gories de gens, trois catĂ©gories; le croyant, le soi-disant croyant et l'incroyant.

178     Maintenant, souvenez-vous, l'incroyant, l'Ă©glise dĂ©nominationnelle, ils ne croient pas aux signes du tout; froide, formaliste, empesĂ©e, l'Ă©glise dans le monde, la dĂ©nomination. Mais le soi-disant croyant, c'est la balle. C'est celui qui fait semblant de croire. Et puis, il y a un vrai croyant, qui est vraiment authentique. Maintenant, regardez-les aller, lĂ , pendant un petit instant.

179     Et remarquez comme ils sont audacieux, ces incroyants, ou ces soi-disant croyants et ces incroyants. Oh! la la! Qu'ils sont audacieux, regardez, jusqu'Ă  Satan, qui s'est tenu lĂ  dans la PrĂ©sence de la Parole vĂ©ritable, et qui a dit: «Il est Ă©crit!» Pas vrai?
    Pourquoi Satan a-t-il fait ça? C'est parce qu'il n'a pas reconnu la Parole pour cette... Il savait que la Parole Ă©tait pour cette heure-lĂ , mais il doutait que cet humble petit Homme-lĂ  soit la Parole. «Si Tu es le Fils de Dieu. Je sais que le Fils de Dieu viendra, parce qu'il est dit qu'Il ferait cela. Et il est Ă©crit: ‘Il donnera des ordres Ă  Ses Anges Ă  Ton sujet.’ Tu vois? Prouve-le-moi! Fais un miracle! Que je Te voie faire.» Voyez? Voyez?
    Vous voyez, «incroyant, le soi-disant croyant, l'imitateur. Regardez Judas, qui Ă©tait lĂ  au milieu d'eux, au mĂȘme moment, un soi-disant croyant! Voyez? Remarquez, et il y avait la Parole vĂ©ritable.

180     Comme ils sont audacieux! «Voyons, ne fais pas attention Ă  ces absurditĂ©s. C'est sans intĂ©rĂȘt. Ne va pas lĂ . C'est beaucoup de tapage, rien d'autre. C'est sans intĂ©rĂȘt, Cela. Tout Cela, ce ne sont que des contes. C'est dans ta tĂȘte que ça se passe.» Vous voyez, vous voyez ce que je veux dire? Se tenir lĂ , directement dans la PrĂ©sence de la Parole, et dire ça.

181     Satan n'a pas hĂ©sitĂ© Ă  se prĂ©senter lĂ . Comme la Bible l'a dit, ici dans Jude: «MĂȘme l'Archange, quand il contestait avec Satan, il a dit: ‘Que le Seigneur te rĂ©prime.’» Contre la Parole Elle-mĂȘme!
    Et voici l'antichrist, le oint, qui est lĂ  Ă  s'opposer directement Ă  la vĂ©ritable Parole du jour, JĂ©sus-Christ, et qui dit: «Il est Ă©crit.»

182     Regardez, aux derniers jours. «Ce serait tellement proche que ça sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible.» Oh! la la! La raison pour laquelle les Élus ne seront pas sĂ©duits, vous savez pourquoi? C'est parce qu'ils sont la Parole. Voyez? Exactement comme la Vie qui est dans la racine, comme je le disais tout Ă  l'heure, Elle ne peut pas Se renier Elle-mĂȘme. Vous voyez, Elle est la Parole, et dans la saison de la Parole. C'est vrai.

183     Exactement comme JĂ©rĂ©mie, il savait. Peu importe ce que Hanania disait, il savait oĂč il en Ă©tait. Et c'est exactement comme ça que MoĂŻse a fait, et–et tous les autres. C'est-Ă -dire, il savait, peu importe ce que le faux prophĂšte disait, que ça, c'Ă©tait la Parole de Dieu. C'Ă©tait Ă©crit.
    VoilĂ  la raison pour laquelle MichĂ©e pouvait dire: «TrĂšs bien, attends un peu, et tu vas voir.»
    Achab a dit: «Je crois mes prophĂštes. Mon organisation a raison. Quand je reviendrai en paix... Mettez ce gars-lĂ  en prison, lĂ -bas. Je vais m'en occuper! Donnez-lui du pain d'affliction. Mettez-le dehors, n'ayez aucune communion fraternelle avec lui. Quand je reviendrai en paix, on va s'occuper de ce gars-lĂ .»

184     MichĂ©e a dit: «Si jamais tu reviens, le Seigneur ne m'a pas parlĂ©.» Il savait qu'il avait le AINSI DIT LE SEIGNEUR, et que sa vision Ă©tait tout Ă  fait conforme au AINSI DIT LE SEIGNEUR; pas pour une autre saison, mais pour cette saison-lĂ . Amen! AllĂ©luia! La saison!

185     Audacieux, se tenir lĂ  et contester avec un Archange! Il a Ă©tĂ© dit que «les fous marcheront avec des souliers cloutĂ©s lĂ  oĂč les Anges craignent de poser les pieds». C'est vrai.

186     La raison pour laquelle les Élus, a dit JĂ©sus, ne seront pas sĂ©duits, c'est parce qu'ils sont cette Parole. Ils ne peuvent pas ĂȘtre autre chose. Ils ne peuvent pas entendre autre chose. Ils ne connaissent rien d'autre. C'est vrai.
    Souvenez-vous, MoĂŻse ne s'est pas laissĂ© entraĂźner par toutes leurs imitations. Est-ce qu'il l'a fait? MoĂŻse a dit: «Une minute, lĂ , Pharaon. Tu sais quoi? Le Seigneur m'a dit de faire ça, mais, gloire Ă  Dieu, je vois que tes hommes peuvent faire la mĂȘme chose. Alors, je vais te dire ce que je vais faire, je vais me joindre Ă  vous»? Ah! Ça ne ressemble pas Ă  un prophĂšte de Dieu. Non, pas du tout! Il a tenu aussi ferme que possible. Il savait, prĂ©cisĂ©ment, que Dieu s'en occuperait d'une maniĂšre ou d'une autre, parce qu'Il l'avait promis. «Je serai avec toi. Je ne t'abandonnerai pas.»

187     Il savait, alors il ne s'est pas joint Ă  eux. Oh non! Il est restĂ© lĂ , avec eux. Il ne voulait pas de leurs dĂ©nominations. Il est restĂ© lĂ , avec Dieu. Il ne s'est pas laissĂ© entraĂźner par toutes les choses qu'eux pouvaient faire. Quand ils faisaient une chose... Il faisait venir des poux; eux faisaient venir des poux. Il faisait venir du sang; eux faisaient venir du sang. Qu'il fasse venir n'importe quoi; ils l'imitaient en tout, ils suivaient. Il est simplement restĂ© tranquille. Il savait exactement ce qu'il en Ă©tait, Dieu Ă©tait Ă  l’Ɠuvre.
    Vous comprenez maintenant? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Vous prenez deux et deux, et ça fait quatre? [«Amen.»] On ne veut pas que ça chauffe trop fort. Alors, alors, vous–vous comprenez, voyez.

188     Pourquoi? Il ne seront pas sĂ©duits par Cela. Le vrai croyant, c'est la Semence prĂ©destinĂ©e qui devait tenir en ce jour.

189     Simplement, aussi, JĂ©sus a dit ceci: «Beaucoup viendront ce jour-lĂ , en Mon Nom, et ils diront: ‘Seigneur, n'ai-je pas chassĂ© des dĂ©mons en Ton Nom?’» JĂ©sus a dit: «Aux jours de la fin, quand le temps sera complĂštement terminĂ©, et que la grande rĂ©surrection viendra, alors beaucoup viendront s'asseoir dans le Royaume.» Le Royaume de Dieu est en vous.
    Beaucoup, la mauvaise herbe viendra et elle s'assoira, en plein lĂ  avec le BlĂ©, et elle dira: «Une minute, lĂ , Seigneur! J'ai parlĂ© en langues. J'ai criĂ©. J'ai dansĂ© dans l'Esprit. J'ai chassĂ© des dĂ©mons. J'ai parlĂ© en langues. J'ai fait toutes ces choses.»
    Qu'est-ce qu'Il a dit? Remarquez. «Vous, ouvriers d'iniquitĂ©, Je ne vous ai mĂȘme jamais connus.»

190     Qu'est-ce que l'iniquitĂ©? Demandez Ă  quelqu'un. C'est «quelque chose que vous savez que vous devriez faire, et vous refusez de le faire». Ils connaissent cette Parole. Ils L'entendent. Vous Ă©coutez cette bande. Vous Ă©coutez ce Message. Vous voyez le Seigneur Dieu le dire; vous Le voyez le confirmer, montrer que c'est vrai. Et vous Le savez, c'est aussi clair que le soleil qui brille dehors, mais vous, qui allez rester attachĂ© Ă  votre dĂ©nomination, rester attachĂ© Ă  ces choses fausses; vous, ouvrier d'iniquitĂ©!
    Â«Oh oui, j'ai fait des grandes campagnes. J'ai fait ceci. J'ai fait cela.
    â€“ Retire-toi de Moi, toi, ouvrier d'iniquitĂ©, Je ne t'ai jamais connu.

191     â€“ Mais, le Saint-Esprit est descendu sur moi.» Je n'en doute pas le moindrement. «J'ai parlĂ© en langues. J'ai chantĂ© dans l'Esprit. J'ai fait...» Je n'en doute pas le moindrement. Aucun doute lĂ -dessus. Oh, frĂšre, sƓur, quel Ă©tat!
    C'est un temps oĂč on devrait trembler. OĂč en sommes-nous? Cette Parole est en train de prendre Vie en ce moment. Remarquez.

192     Eh oui, Il a dit qu'ils le feraient. Remarquez: «Vous, ouvriers d'iniquitĂ©.» J'ai un passage de l'Écriture de notĂ© ici. Je ne sais pas exactement oĂč ça allait. J'ai pris tellement de temps. Je vais prendre un instant pour aller vĂ©rifier ça, et voir ce que c'Ă©tait. J'ai–j'ai Matthieu 7:21. Je–je ne sais pas exactement oĂč ça va. Je, parfois, si je ne note rien avec, eh bien, alors, quand je–je prĂȘche comme ça, je–j'oublie Ă  quoi je faisais rĂ©fĂ©rence pour ce passage de l'Écriture. Matthieu 7:21.
    Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-lĂ  seul qui fait la volontĂ© de mon PĂšre qui est dans les cieux.
    Plusieurs me diront en ce jour-lĂ : Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophĂ©tisĂ©...
    Des prophĂštes, des oints! Pas vrai? «Est-ce que nous n'Ă©tions pas prophĂšte? Est-ce que nous n'Ă©tions pas oint, un oint? N'ai-je pas prophĂ©tisĂ© en Ton Nom? Et n'ai-je pas chassĂ© des dĂ©mons en Ton Nom?» Comment pouvez-vous faire ça, et refuser d'ĂȘtre baptisĂ© au Nom de JĂ©sus? Voyez? Oh! la la! Vous voyez comme c'est trompeur? Ils avancent jusque-lĂ , jusqu'Ă  ce point-lĂ , puis ils reculent. Ils avancent jusqu'Ă  la Parole, puis ils reculent. Maintenant, regardez ceci. On va tirer ça au clair, un petit instant.
    Plusieurs me diront... Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophĂ©tisĂ©, Ă©tĂ© des prophĂštes?...
    Oui, j'ai parlĂ© de ça dans Matthieu 24:24 .
    ...n'avons-nous pas chassĂ© des dĂ©mons par ton nom? et n'avons-nous pas fait beaucoup de prod-...beaucoup de miracles par ton nom?
    Alors je leur confesserai: Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquitĂ©.
    Â«Quand vous Y avez Ă©tĂ© confrontĂ©s, et que vous L'avez vu, que vous L'avez vu agir, que vous avez vu que C'Ă©tait la Parole; et par amour pour votre dĂ©nomination, vous y ĂȘtes restĂ©s attachĂ©s. Je ne vous ai mĂȘme jamais connus. Peu m'importe combien de dĂ©mons vous avez chassĂ©s, combien de ceci et de cela vous avez pu faire; Je ne vous connaissais pas du tout.»
    Balaam a dit: «J'ai prophĂ©tisĂ© en Ton Nom, et c'Ă©tait exact. Cela s'est accompli.

193     â€“ C'est tout Ă  fait vrai, mais, quand c'en est venu Ă  la Parole, tu L'as refusĂ©e.»
    Oh, frĂšre, vous voyez oĂč se trouve la sĂ©duction? Ce n'est pas pour ce qui est d'ĂȘtre «prophĂšte», pas exactement; mais c'est quant Ă  la Parole, la vraie Parole, la Parole confirmĂ©e, manifestĂ©e. «Vous, ouvriers d'iniquitĂ©!»

194     EssayĂ©, Satan a essayĂ©, dans tous les Ăąges, d'imiter la vraie Parole. Ça, nous le savons, n'est-ce pas?

195     Remarquez, venir jusqu'Ă  la frontiĂšre, et abandonner. Regardez bien ça, Il a dit, dans HĂ©breux, au chapitre 6, lĂ , nous le lisions tout Ă  l'heure. Je vous ai dit qu'on reviendrait lĂ -dessus, et on va le faire pendant les deux ou trois minutes qui viennent. Il a dit
    ...mais des Ă©pines et des chardons... ce qui est prĂšs d'ĂȘtre rejetĂ©, et on finit par y mettre le feu. (À la frontiĂšre!)
    ...vous qui avez goĂ»tĂ© le don cĂ©leste...
    Â«GoĂ»té», autrement dit, vous L'avez vu! Vous ne pouvez pas [FrĂšre Branham fait du bruit avec ses lĂšvres. – N.D.É.] Y goĂ»ter comme ça avec la bouche. Mais vous L'avez vu, et vous saviez que C'Ă©tait la VĂ©ritĂ©. Vous saviez que C'Ă©tait la VĂ©ritĂ©. «GoĂ»tĂ© le don CĂ©leste.»
    ...et eue, part au Saint-Esprit, alors qu'Il est descendu sur vous,
    ...goĂ»tĂ© de la bonne parole de Dieu...
    Â«GoĂ»té», vous avez vu qu'Elle Ă©tait vraie. «Et le Saint-Esprit est descendu sur vous», la mauvaise herbe dans le champ .
    ...et ensuite se dĂ©tourner...
    Â«Reniant le Christ mĂȘme qui vous a sanctifiĂ©s, et qui vous a appelĂ©s, et qui a mis cette onction sur vous.»
    ...il ne reste plus de sacrifice pour le pĂ©chĂ©, pour ça.
    C'est impardonnable! «Il est impossible qu'ils puissent jamais arriver Ă  la connaissance de la VĂ©ritĂ©.»
    Car il est impossible que ceux qui ont... eu part au Saint-Esprit,
    Il est descendu sur la mauvaise herbe, vous voyez: «J'ai pris le dĂ©part avec JĂ©sus, et ‘Seigneur, j'irai jusqu'au bout’», mais quand vous en arrivez Ă  la Parole, vous faites demi-tour. «Ils ont eu part au Saint-Esprit, et ils ont mĂȘme goĂ»tĂ©, ou vu la Parole Elle-mĂȘme manifestĂ©e.» Et ensuite, s'ils s'En dĂ©tournent, «il est complĂštement impossible pour eux de jamais La voir ou de parvenir Ă  Elle.»
    C'est AINSI DIT L'ÉCRITURE. Maintenant, vous...» Les cieux et la terre passeront, mais Elle, non.» Vous le voyez? «ComplĂštement impossible.» La Bible l'a dit, et l'Esprit en rend tĂ©moignage.

196     Remarquez, je vais vous donner un petit exemple. Regardez ces gens, qui sont sortis en suivant la prophĂ©tie de MoĂŻse, qui sont sortis de cette organisation, et qui sont sortis de tout, en suivant la prophĂ©tie, ils ont vu les grandes oeuvres et les prodiges, et les choses comme ça, et ils sont venus jusqu'Ă  la frontiĂšre, au point d'entrĂ©e.
    Maintenant, Lee, le voilĂ , ton «nom dans le Livre». Tu vois? Tu as donc dĂ©jĂ  rĂ©glĂ© la question. Ah, pour vous qui n'ĂȘtes pas ici, et ceux qui sont dans les–sur les relais temporaires, c'est le docteur Lee Vayle qui est assis ici. II travaille la grammaire de ce livre des Sept Âges de l'Église. Et le problĂšme a Ă©tĂ© soulevĂ©, ou la question, au sujet de votre «nom enlevĂ© du Livre de Vie de l'Agneau». Vous voyez, ça a laissĂ© bien des prĂ©dicateurs perplexes. Mais attendez d'avoir le livre, et vous comprendrez, si vous avez un tant soit peu de LumiĂšre en vous. Voyez?

197     Remarquez, lĂ , vous dĂ©tournerez la tĂȘte, et vous refuserez mĂȘme d'Y regarder, si vous ne voulez pas Le voir. Comme ma mĂšre le disait: «On ne peut pas faire sortir du sang d'un navet, parce qu'il n'y a pas de sang dedans.»

198     Remarquez, la LumiĂšre doit venir; ça ne se trouve pas dans les tĂ©nĂšbres. La LumiĂšre vient aux tĂ©nĂšbres, et les tĂ©nĂšbres ne La perçoivent pas. Remarquez, maintenant, les oints de ce jour-ci.
    Comme MoĂŻse a fait sortir les enfants d'IsraĂ«l; et ils ont Ă©coutĂ© et ils Ă©taient tout dĂ©sorientĂ©s Ă  cause de cette grande nation lĂ -bas. Or, IsraĂ«l Ă©tait interdĂ©nominationnel. Il n'avait pas de pays, il n'avait pas de patrie. Il allait vers sa patrie.
    Nous n'avons pas d'Ă©glise. Nous ne sommes pas... Nous–nous allons vers une Église, l'Église des Premiers-NĂ©s, l'Église qui est dans la Gloire; pas l'Ă©glise qui est sur la terre, selon l'homme. L'Église qui est dans la Gloire, ceux qui sont appelĂ©s Ă  sortir, prĂ©destinĂ©s Ă  la Vie Éternelle, vous voyez, qui s'en vont Ă  leur Patrie.
    Et quand ils sont arrivĂ©s au point de traverser, ils ont doutĂ© de la Parole, et ils sont revenus. AprĂšs que JosuĂ© et Caleb, et les autres, Ă©taient allĂ©s de l'autre cĂŽtĂ© et qu'ils avaient ramenĂ© une grappe de raisins, pour leur prouver que le pays Ă©tait lĂ , la Parole de la promesse de Dieu: «C'est un bon pays, de lait et de miel.» Et ils ont ramenĂ© ça, de ce cĂŽtĂ©-ci, pour leur prouver. Et ils en ont goĂ»tĂ©, et ils ont dit: «Ahhh... mais on n'y arrivera jamais.» Qu'est-ce qui s'est passĂ©? Ils ont pĂ©ri dans le dĂ©sert. Ils n'ont pas bougĂ© de lĂ , et ils se sont organisĂ©s, et ils sont tous morts.
    Sauf ceux qui Ă©taient allĂ©s de l'autre cĂŽtĂ© et en avaient rapportĂ© quelque chose, JosuĂ© et Caleb; MoĂŻse, lui, il a Ă©tĂ© enlevĂ©. Un type de l'Église qui attend; et de la rĂ©surrection de l'Ancien Testament, du Nouveau Testament; et du Corps qui est pris dans l'EnlĂšvement. Vous voyez les trois, lĂ ? Il faut garder les trois en ligne, vous voyez, alors, et pour le croyant, et pour l'incroyant. Voyez?

199     Remarquez comme c'Ă©tait «complĂštement...» Souvenez-vous, Dieu n'a jamais pardonnĂ© ce pĂ©chĂ©. [FrĂšre Branham donne quatre coups sur la chaire. – N.D.É.] Alors, comment vont-ils faire pour entrer? Si ce sont des Ă©pines au dĂ©part, ce sont des Ă©pines Ă  la fin. Seuls les prĂ©destinĂ©s Le verront.

200     Soyez trĂšs attentifs, lĂ . Exactement comme Ă  l'Ă©poque de saint Martin, juste avant l'Ăąge des tĂ©nĂšbres; un petit homme trĂšs saint. Combien ont dĂ©jĂ  lu les Ă©crits de saint Martin? Beaucoup d'entre vous. On est allĂ©s chercher les Ă©crits de saint Martin; le prĂȘtre a dit: «Mais il n'a pas Ă©tĂ© canonisĂ©.» Bien sĂ»r que non; pas par eux, mais il l'a Ă©tĂ© par Dieu. Le Saint-Esprit nous a dit de le dĂ©signer, lĂ , pour le troisiĂšme Ăąge de l'Ă©glise. Voyez?

201     Regardez comme c'Ă©tait un saint homme; appelĂ©, prĂ©destinĂ©. Ses parents, des paĂŻens. Son papa, un soldat. Il avait dĂ» suivre ses traces, et devenir soldat. Et, Ă  ce moment-lĂ ... Et il avait toujours cru qu'il y avait un Dieu quelque part; c'Ă©tait un homme des bois, qui pouvait voir Dieu. Un jour, il traversait une ville, et il y avait un vieux clochard, Ă©tendu lĂ , en train de mourir, il demandait qu'on... Il faisait froid ce soir-lĂ . «Oh,» il disait, «donnez-moi quelque chose pour me couvrir; je vais mourir cette nuit.»

202     Personne ne voulait le faire. Et Martin est restĂ© Ă  l'Ă©cart, il l'a observĂ© pendant un moment. Personne ne voulait le faire. Il n'avait qu'un manteau. S'il–s'il lui donnait ce manteau, lui-mĂȘme mourrait de froid, il Ă©tait en service. Alors, il s'est dit: «Nous aurons tous les deux une chance de rester en vie si je partage avec lui.» Alors, il a pris son propre manteau, il l'a fendu en deux avec son sabre, et il a enveloppĂ© le vieux clochard dedans. Il l'a enveloppĂ© de son propre manteau.
    Tout le monde disait: «Regardez-moi donc cette drĂŽle de sentinelle. Regardez-moi donc ce drĂŽle de soldat, enveloppĂ© d'une moitiĂ© de manteau!»

203     La nuit suivante, il n'Ă©tait pas en service et il Ă©tait Ă©tendu sur son lit, quelque chose l'a rĂ©veillĂ©. Il a regardĂ©, et, debout dans la chambre, il y avait JĂ©sus-Christ qui se tenait lĂ , enveloppĂ© de ce vieux morceau de tissu dont il l'avait enveloppĂ©. Il a su tout de suite: «Ce que vous faites pour Mes petits, c'est Ă  Moi que vous l'avez fait; pour Mon oint», Ă©tendu lĂ .
    C'Ă©tait un grand serviteur de Dieu. L'Ă©glise s'est moquĂ©e de lui, l'a persĂ©cutĂ©, l'a mis Ă  la porte, et tout le reste, mais c'Ă©tait un prophĂšte de Dieu. Ce qu'il a dit s'est accompli. Et beaucoup ont cru en lui dans cet Ăąge-lĂ , d'ailleurs.

204     Je veux vous montrer combien le diable est trompeur. Un jour il Ă©tait assis dans son bureau. Tout Ă  coup un ange puissant apparaĂźt, avec une couronne sur la tĂȘte, des souliers dorĂ©s, de la dentelle sur ses vĂȘtements dorĂ©s, et il dit: «Martin, me reconnais-tu?» Il a dit: «Je suis ton Seigneur et Sauveur. Je suis Celui qui t'a sauvĂ©. Adore-moi, Martin.» Mais ce prophĂšte, il savait qu'il y avait quelque chose d'un peu louche lĂ -dedans, alors, il restait lĂ  Ă  le regarder. Il a dit: «Martin, je suis ton Sauveur, JĂ©sus-Christ. Adore-moi! Tu ne me reconnais donc pas, Martin?»

205     Martin restait lĂ  Ă  le regarder, il repassait l'Écriture dans sa tĂȘte. I1 a dit: «Satan, Ă©loigne-toi de moi.» Il a dit: «Tu as une couronne sur la tĂȘte. Et la Parole de Dieu dit que Ses ‘saints Le couronneront’ Ă  la fin de l'Ăąge.»
    Est-ce que ça n'aurait pas Ă©tĂ© tout un appĂąt pour les pentecĂŽtistes? Gardez l’Ɠil sur la Parole, frĂšre. C'est lĂ  que ça rapporte.

206     Un jour, encore, au monastĂšre, il y avait un vieux saint lĂ -bas, et un groupe de jeunes moines. L'un d'entre eux Ă©tait un peu irritable. Regardez bien ça, voici une bonne–une bonne parabole pour aujourd'hui. Il voulait ĂȘtre quelque chose, au-dessus des autres. Il voulait montrer qu'il avait de l'autoritĂ©, quelque chose de plus grand, quelque chose de mieux, de la classe en tout, vous savez, quelque chose de trĂšs impressionnant. Il lui fallait de la classe. Il voulait toujours que les autres frĂšres ne... Vous savez, il fallait qu'il soit diffĂ©rent. Voyez? Il, peu importe ce qu'il Ă©tait, il Ă©tait trĂšs arrogant. Il n'y avait que lui qui comptait. Personne ne pouvait rien lui dire. Maintenant regardez ce qui est arrivĂ©. Il fallait qu'il soit quelqu'un de grand. Il fallait qu'il soit Ă  la hauteur des–des grandes sociĂ©tĂ©s. Vous me suivez? Voyez? Alors, il a dit, il a prophĂ©tisĂ©. Il a dit: «Moi aussi, le Seigneur a fait de moi un prophĂšte. Je suis prophĂšte.»
    Or, il y avait un prophĂšte identifiĂ© dans le pays, et c'Ă©tait saint Martin; il Ă©tait nĂ© prophĂšte.

207     Mais ce jeune-lĂ  a dit, ce jeune homme a dit, ce jeune moine d'Ă  peu prĂšs vingt-cinq ans, il a dit: «Le Seigneur a fait de moi un prophĂšte, et je vais vous le prouver.» Il a dit: «Cette nuit, le Seigneur va me donner une belle grande robe, Il va la mettre sur moi, une robe blanche, et je me tiendrai au milieu de vous. Alors, vous viendrez tous vers moi, voyez-vous, et vous serez Ă  mes ordres.»

208     Maintenant, comparez ça Ă  aujourd'hui, vous voyez: «Je serai Ă  la tĂȘte de l'organisation. Je vais veiller sur vous, les autres moines.»
    Et, assurĂ©ment, «cette nuit-lĂ , les lumiĂšres se sont allumĂ©es dans le bĂątiment», c'est ce que rapportent les Ă©crits de saint Martin. Lisez-le. Et c'est authentique. C'est de l'histoire. Donc, les lumiĂšres se sont allumĂ©es, et tous les autres regardaient, et voici qu'arrive... Il portait une robe blanche, et il s'est tenu au milieu d'eux. Il a dit: «Vous voyez ce que je vous ai dit?» Seulement c'est contraire Ă  la Parole.

209     Et quand il est allĂ© chercher le vieux doyen du collĂšge, celui-ci a marchĂ© de long en large un petit moment, et il a dit: «Fiston, il y a quelque chose qui cloche.» Il a dit: «Il n'y a qu'un moyen.» Le voici! «Il n'y a qu'un moyen pour nous de savoir. Ça semblait ĂȘtre surnaturel.» Oh, les pentecĂŽtistes, eux, auraient gobĂ© tout ça, la racine, le plomb, la ligne, l'hameçon et tout le reste! Il a dit: «Le miracle peut sembler juste, mais ça ne semble pas conforme Ă  la Parole. Maintenant, nous avons quelqu'un comme ça, un prophĂšte oint, du nom de Martin. Viens te prĂ©senter devant lui.»
    'homme a dit: «Non, non! Martin n'a rien Ă  voir lĂ -dedans.»

210     Et il a dit: «Tu y vas quand mĂȘme.» Alors ils l'ont pris parle bras, pour l'emmener devant Martin, et la robe a disparu.

211     Vous voyez: «SĂ©duire les Élus, si c'Ă©tait possible.» Vous voyez, ils les reconnaissent. JĂ©sus a dit: «Mes brebis connaissent Ma Parole.»
    Â«Oh,» vous dites, «‘entendent Ma ‘Voix’’»
    C'est Sa Parole. «L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole.» Voyez? Les prĂ©destinĂ©s reconnaissent cela. «Une parole Ă©trangĂšre, ou une voix Ă©trangĂšre, ils ne la suivront pas.»
    C'Ă©tait le cas pour ces hommes-lĂ ; ils ont refusĂ© de suivre. Ils savaient qu'il y avait Martin, un prophĂšte pour cet Ăąge-lĂ , que Dieu avait identifiĂ© par la Parole, qui connaissait la Parole. Et cet homme-lĂ  n'aurait pas tenu devant Elle.

212     Il a aussi dit: «OĂč que soit le Cadavre,» ou la Parole, «lĂ , dans la saison, s'assembleront les aigles.» Or ça, c'est Matt-... Si vous voulez le noter, c'est Matthieu 24:28. Juste un peu avant, Matthieu 24:24, c'est quatre versets plus loin, vous voyez, si vous voulez le lire. «OĂč que soit le Cadavre,» que soit la Manne, que soit la Parole, «lĂ  s'assembleront les aigles.»

213     Maintenant il faut que je me dĂ©pĂȘche. J'ai regardĂ© lĂ -bas et j'ai vu l'heure... Il est–il est midi et sept ou huit minutes. Je vais faire trĂšs vite, ou bien nous pouvons terminer ce soir, comme vous voudrez. Ce matin ou ce soir? Hein? Combien doivent rentrer chez eux aujourd'hui, aprĂšs la rĂ©union, levez la main, voyez. Oh, on fait mieux de continuer!
    Je suis dĂ©solĂ© de retenir les gens, lĂ , qui nous sont reliĂ©s par tĂ©lĂ©phone, comme ça, mais je vais me dĂ©pĂȘcher. Ça vaut plus que votre argent. Moi, je crois que ça vaut plus, vous voyez. Votre argent va pĂ©rir. Ceci, non; C'est la Parole. Voyez?

214     Â«OĂč que soit le Cadavre, lĂ  s'assembleront les aigles.» OĂč que soit le Cadavre, oĂč que se fasse la–la–la mise Ă  mort, lĂ  s'assembleront les aigles. OĂč que soit la Viande fraĂźche, la Parole de la saison, lĂ  s'assembleront les aigles.
    Mais une fois qu'elle est pourrie, alors les vautours vont se rĂ©unir en grand nombre autour. Eh oui. Vous voyez ce que je veux dire? Quand quelque chose vient d'ĂȘtre abattu, voilĂ  les aigles qui arrivent; mais aprĂšs, quand ça reste lĂ , et que ça pourrit, voilĂ  les vautours qui arrivent. L'aigle n'aura rien Ă  faire avec ça. Voyez?
    JĂ©sus a dit: «OĂč que soit le Cadavre,» oĂč que soit tombĂ©e la Manne, le soir oĂč la Manne fraĂźche tombe, «lĂ  s'assembleront les aigles pour La recevoir.» C'est la Manne du jour. Voyez? Remarquez.

215     Mais, une fois que c'est pourri, qu'il y a des vers dedans, c'est lĂ  que les vautours arrivent. Ils ne peuvent pas le sentir, tant que ce n'est pas pourri. Pas Ă©tonnant que JĂ©sus se soit tenu lĂ  et qu'Il ait dit: «JĂ©rusalem, toi qui as lapidĂ© tous les prophĂštes!» Remarquez le pronom personnel, lĂ , vous voyez: «JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois ai-Je...» Qui Ă©tait-Il? «Combien de fois ai-Je voulu te rassembler, comme une poule rassemble sa couvĂ©e, toi qui as lapidĂ© tous les prophĂštes que Je t'ai envoyĂ©s», cette grande Ă©glise, JĂ©rusalem.

216     La JĂ©rusalem, pas celle de cette terre, «mais nous sommes de la JĂ©rusalem d'en Haut», d'oĂč est venue la Parole, par prĂ©destination, vous voyez. Pas l'ancienne JĂ©rusalem qui pĂ©rit; la Nouvelle JĂ©rusalem qui ne peut pas pĂ©rir. Pas l'ancienne JĂ©rusalem, qui a Ă©tĂ© construite par l'homme; mais la Nouvelle JĂ©rusalem construite par Dieu, vous voyez, la Parole, lĂ -haut, en train d'ĂȘtre manifestĂ©e en ce moment. «Il y a plusieurs demeures dans la maison de Mon PĂšre. Je vais aller les prĂ©parer pour vous», le CrĂ©ateur, en train de construire les rues d'or, et tout. VoilĂ  Celle qui ne pĂ©rit pas.

217     Â«JĂ©rusalem, JĂ©rusalem, combien de fois ai-Je», depuis le commencement des temps; pas une troisiĂšme Personne, quelqu'un d'autre, mais «J'aurais voulu te prendre sous Mes ailes, comme une poule sa couvĂ©e, mais tu ne l'as pas voulu. Mais maintenant, ton heure est venue.» Voyez?
    Â«OĂč que soit le Cadavre, lĂ  s'assembleront les aigles.» Mais une fois que le cadavre est pourri, c'est lĂ  que les vautours s'assemblent. Voyez?

218     Remarquez. MoĂŻse, il n'a jamais donnĂ© aux enfants de Dieu... MoĂŻse Ă©tait un aigle, et il n'a jamais donnĂ© aux enfants de Dieu les restes de NoĂ©. Il avait la Parole de Dieu fraĂźche. «Le Seigneur Dieu m'a rencontrĂ© dans le dĂ©sert, Il a confirmĂ© Sa Parole, et Il m'a envoyĂ© ici pour vous appeler Ă  sortir.» Ensuite les imitateurs se sont prĂ©sentĂ©s lĂ , ils l'ont imitĂ©. Voyez? Mais il avait la Parole de l'heure.
    En effet, Dieu avait dit Ă  Abraham, celui qui avait la promesse: «Ta postĂ©ritĂ© sĂ©journera dans un pays Ă©tranger, pendant quatre cents ans, mais Je les visiterai et les ferai sortir par une main puissante.»

219     MoĂŻse a dit: «Maintenant, le Seigneur Dieu me parlera, Il me montrera, et Il m'a dit ce qu'il faut faire, et je vais vous le dire.» Il a dit: «‘JE SUIS’ m'a envoyĂ©.»
    Â«JE SUIS!» Non pas «J'Ă©tais, ou Je serai». «JE SUIS», au temps prĂ©sent, la Parole maintenant. Pas la Parole qui a Ă©tĂ©, ou la Parole qui viendra; la Parole qui est maintenant. Voyez? Vous saisissez? «JE SUIS!» «JE SUIS», c'est la Parole. «Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu.» Pas vrai? «JE SUIS.» «Dieu m'a envoyĂ©, comme Son prophĂšte, pour confirmer que ceci est vrai. Je suis la rĂ©ponse Ă  cette Parole, donc, alors qu'Il est venu ici pour le faire.»

220     Et, quand il l'a fait, Pharaon a dit: «Eh bien, nous en avons beaucoup de notre groupe qui peuvent faire ça aussi», des imitateurs.
    JĂ©sus a dit: «Or, cela se rĂ©pĂ©tera dans les derniers jours», voyez-vous, ils vont prĂ©tendre la mĂȘme chose. Remarquez qui est arrivĂ© en premier. Remarquez qui est restĂ© avec la Parole. C'est ça. C'est comme ça qu'on reconnaĂźt. Alors, voyez-vous.

221     Nous voyons que MoĂŻse ne leur a jamais donnĂ© ce qui Ă©tait de l'Ă©poque de NoĂ©: «Nous allons construire une arche maintenant, parce que c'est la Parole, vous savez. Un jour, NoĂ© a construit une arche.» Non, ce sont les vautours qui se nourrissaient de ça. Non, non. Non, non.

222     Ici, c'est une Parole promise. Remarquez, pour son message qu'il avait reçu de Dieu, il avait la vĂ©ritable Parole de Dieu prĂ©destinĂ©e pour cette heure-lĂ . [FrĂšre Branham donne trois coups sur la chaire. – N.D.É.]
    JĂ©sus non plus, Il ne leur a pas servi les restes de MoĂŻse. MoĂŻse avait la Parole pour cette heure-lĂ , mais MoĂŻse Ă©tait un prophĂšte. Ici, c'est Dieu Lui-mĂȘme, vous voyez, Il ne leur a pas du tout servi les restes de MoĂŻse–de MoĂŻse.
    Mais regardez les vautours de l'organisation, lĂ -bas, qui s'en gavaient. «Nous savons! Nous avons MoĂŻse! Nous n'avons pas besoin de Toi.»

223     Il a dit: «Si vous aviez connu MoĂŻse, vous Me connaĂźtriez, parce que MoĂŻse a parlĂ© de Moi.» Oh! la la! Voyez?
    Â«OĂč que soit le Cadavre, les aigles s'assembleront.» Les aigles! Ce qui a Ă©tĂ© fraĂźchement abattu dans la Parole, la Parole qui a Ă©tĂ© suscitĂ©e et engraissĂ©e, et qui a Ă©tĂ© manifestĂ©e et distribuĂ©e comme Nourriture aux enfants.
    Mais, le vieux cadavre qui est lĂ , par terre, depuis des centaines d'annĂ©es, il y restera.
    C'est pareil maintenant! Luther avait un message de repentance; mais vous, bande de vautours luthĂ©riens! Les baptistes avaient un message; mais vous, vautours baptistes! Voyez? Les pentecĂŽtistes avaient un message; j'approche du but, lĂ : vautours pentecĂŽtistes!
    Â«Mais oĂč que soit le Cadavre, lĂ  s'assembleront les aigles.»

224     Souvenez-vous, vous n'auriez pas pu nourrir un luthĂ©rien, Ă  cette Ă©poque-lĂ  (maintenant, vous le pouvez), de charogne catholique. Non monsieur. Il avait de la viande fraĂźche. C'Ă©tait cet Ăąge de l'Ă©glise lĂ .
    Vous n'auriez pas pu nourrir les mĂ©thodistes du message de Luther. Oh non, il ne voulait pas de cette charogne. Elle est pourrie. Vous voyez, la Vie en Ă©tait dĂ©jĂ  sortie et Ă©tait allĂ©e dans quelque chose d'autre. Ça, c'est la vieille tige, qui est morte, lĂ -bas. La Vie, Elle, Elle continue Ă  avancer.
    Et vous ne pouvez pas nourrir l'Épouse de JĂ©sus-Christ de pentecĂŽtisme. Non, pas du tout! Des organisations infestĂ©es de vers; rien Ă  faire! Non, non!
    Car la promesse est: «Et, avant que ce jour grand et redoutable arrive, Je vous enverrai Élie, le prophĂšte. Il ramĂšnera le cƓur des enfants Ă  la Foi des pĂšres de nouveau.» «Toutes ces promesses qui avaient Ă©tĂ© faites dans la Bible, Je le ferai, et lĂ  s'assembleront les aigles.» «Tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront Ă  Moi.» Voyez?

225     JĂ©sus n'a jamais essayĂ© ça. Mais, quand JĂ©sus est venu, Il a trouvĂ© lĂ  des multitudes de vautours: «Nous avons MoĂŻse et la loi.» Voyez? Eh bien, ça, c'Ă©tait de la bonne nourriture, il y a trĂšs longtemps, quand elle avait Ă©tĂ© abattue et leur avait Ă©tĂ© donnĂ©e. Vous voyez, c'Ă©tait trĂšs bien Ă  cette Ă©poque-lĂ .
    Mais voici ce qui avait Ă©tĂ© prĂ©dit Ă  celui-lĂ  mĂȘme qui avait abattu le sacrifice, MoĂŻse, en ces Mots: «L'Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d'entre tes frĂšres, un ProphĂšte. Il arrivera que quiconque ne s'attachera pas Ă  ce ProphĂšte et Ă  ce qu'Il dira sera retranchĂ© du milieu du peuple.» Et c'est arrivĂ©.

226     Regardez, environ six cents prophĂ©ties diffĂ©rentes, de l'Ancien Testament, se sont accomplies lĂ , au sujet de JĂ©sus-Christ. «Ils ont percĂ© Mes mains et Mes pieds.» Environ, je ne me souviens plus combien se sont accomplies, dans les sept ou huit derniĂšres heures de Sa vie, de ce que tous ces prophĂštes avaient dit, parfaitement.

227     Si je prophĂ©tisais aujourd'hui qu'une certaine chose arriverait dans un an, peut-ĂȘtre que j'ai–que j'ai vingt pour cent des chances que ça arrive, que ce soit vrai ou faux. Et si je prĂ©disais que ça va arriver, et que je ne dise pas quand, mon pourcentage est moins Ă©levĂ©. Si je prĂ©disais quand ça va arriver, ça rĂ©duit ma marge. Si je prĂ©disais l'endroit oĂč ça va arriver, ça rĂ©duit encore la marge. Si je prĂ©disais... Ă  qui ça va arriver, alors ça me laisse une marge d'Ă  peu prĂšs une chance sur cent mille que ça arrive, si ce n'est pas vrai.
    Et chaque Parole, allĂ©luia, qui a Ă©tĂ© Ă©crite au sujet de ce Messie, s'est accomplie Ă  la lettre. MĂȘme qu'un jour, en lisant les Écritures, Il s'est arrĂȘtĂ© en plein milieu de la phrase, Il a dit: «L'Esprit de Dieu est sur Moi, pour prĂȘcher l'Évangile, et pour apporter la dĂ©livrance aux...» Et Il s'est arrĂȘtĂ© lĂ , en plein milieu de la phrase, parce que le reste est pour Sa seconde Venue. Amen! «Les cieux et la terre passeront; Mes Paroles ne passeront pas.» Voyez?

228     Il Ă©tait la Parole Ă  cette Ă©poque-lĂ , qui les nourrissait Ă  cette Ă©poque-lĂ . MoĂŻse leur a dit la VĂ©ritĂ©; mais, voyez-vous, ils en font toujours une dĂ©nomination, pour que les vautours...
    Il En reste encore, une fois que les aigles ont fini de manger et qu'ils sont rentrĂ©s Ă  la maison. Alors, ils attendent de voir autre chose. «La Parole,» ils disent, «lĂ , Elle doit arriver. Hier, nous avons mangĂ© du caribou; demain, nous mangerons du mouton.» Vous voyez ce que je veux dire? «Il y a un vieux cadavre de caribou lĂ -bas, ils sont contents, mais nous, on va manger du mouton aujourd'hui. OĂč est-il?» Vous voyez ce que je veux dire? De la Nourriture d'Anges! Les gens qui mangeaient de la manne un jour, s'ils essayaient de la garder jusqu'au lendemain, elle se contaminait. Est-ce que vous ne voyez pas tous les types, comme ils sont parfaits? C'est pareil maintenant!

229     Remarquez, les vautours de l'Ă©poque de JĂ©sus aussi, ils chassaient les dĂ©mons; des oints qui se nourrissaient du vieux cadavre. Pas vrai? Ils chassaient les dĂ©mons. JĂ©sus l'a dit.
    Et, souvenez-vous, ils avaient des prophĂštes Ă  l'Ă©poque. CaĂŻphe, le souverain sacrificateur, a prophĂ©tisĂ©. Combien le savent? CaĂŻphe a prophĂ©tisĂ©. Remarquez, la position de la mauvaise herbe dans le champ; elle se fait arroser par la mĂȘme onction. Pourquoi a-t-il prophĂ©tisĂ©, dit la Bible? «Parce qu'il Ă©tait souverain sacrificateur cette annĂ©e-lĂ .» Un sale charognard, une mauvaise herbe et un chardon, au milieu du BlĂ©; mais l'Esprit Ă©tait sur lui, le vĂ©ritable Saint-Esprit de Dieu. Le Saint-Esprit de Dieu Ă©tait sur lui, pour prĂȘcher, prophĂ©tiser, et prĂ©dire ce qui allait arriver; et il a reniĂ© et crucifiĂ© la Parole mĂȘme de l'heure, confirmĂ©e.
    Oh, misĂ©ricorde, frĂšre! Combien de temps devons-nous encore passer Ă  dire ces choses, vous voyez, combien encore Ă  parcourir les Écritures? Je vais me dĂ©pĂȘcher. J'ai Ă  peu prĂšs dix pages ici, de passages des Écritures, pour prouver toutes ces choses. «Le soleil, sur les justes et sur les injustes, les deux.»

230     JĂ©sus a dit, pour prouver ceci. «Si Moi, Je chasse les dĂ©mons par le doigt de Dieu, vos enfants, par qui les chassent-ils?» Donc, ils chassaient les dĂ©mons. Ils prophĂ©tisaient. Pas vrai? Mais ils n'ont pas reconnu qu'Il Ă©tait la Parole de l'heure, (pourquoi) parce qu'Il ne faisait pas partie de leur groupe.
    Maintenant, prenez Matthieu 24:24: «II s'Ă©lĂšvera des faux christs,» des oints, «et il y aura des faux prophĂštes qui le prophĂ©tiseront,» voyez-vous, «et ils sĂ©duiront mĂȘme les Élus, si c'Ă©tait possible.» Vous l'avez saisi, maintenant?

231     Remarquez: les enfants. «Les enfants, par qui... Si Moi, Je chasse les dĂ©mons par la Parole de Dieu,» et c'est ce qu'Il Ă©tait, la Parole de Dieu, «vos enfants dĂ©nominationnels, par qui les chassent-ils?» Bon, et Dieu seul peut chasser un dĂ©mon, ça, nous le savons, Dieu seul. En effet, l'homme fort doit ĂȘtre plus fort que l'intrus dans sa maison. Ils avaient la puissance de le faire.
    Vous savez, dans l'Apocalypse, lĂ , il est dit qu'il... que cet antichrist qui s'Ă©tait Ă©levĂ© dans les derniers jours, «il faisait des prodiges et des miracles, qui avaient mĂȘme sĂ©duit ceux qui habitaient la surface de la terre, et qu'il avait sĂ©duit chacun de ceux, les chrĂ©tiens et tout, dont le nom n'avait pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau,» la rĂ©ponse Ă  Matthieu 24:24, «dont le nom n'avait pas Ă©tĂ© Ă©crit dans le Livre de Vie de l'Agneau dĂšs la fondation du monde».
    Cette Vie qui Ă©tait dans la racine de ce–de ce vĂ©ritable oranger, qui est montĂ©e dans tous ces agrumes et tout le reste, et qui a continuĂ© Ă  monter pour mettre le fruit au haut de l'arbre, au-dessus de toutes les greffes et de toutes les branches dĂ©nominationnelles. Vous l'avez saisi? Je vais me dĂ©pĂȘcher. L'homme fort...

232     Souvenez-vous de David, lĂ , il Ă©tait honnĂȘte, sincĂšre, il essayait de faire un travail pour Dieu, mais il n'avait pas Ă©tĂ© Ă©tabli pour le faire.
    Â«Ils», les oints; mais JĂ©sus a dit: «Ils enseignent comme Doctrine l'interprĂ©tation (des Écritures) de l'homme», vous voyez, pas la Parole de Dieu, pas Sa Parole confirmĂ©e; ils enseignent un Christ historique, vous voyez, quelque chose qui a Ă©tĂ©.
    Et la Bible a dit: «II est.» «JE SUIS», non pas «J'Ă©tais, ou Je serai». «Je suis maintenant.» Il est la Parole qui vit Ă  travers ceci.
    Il Ă©tait, au commencement, II Ă©tait dans... Il Ă©tait dans les–les pousses; Il Ă©tait dans l'aigrette; Il Ă©tait dans la balle; mais II est maintenant dans le Grain.

233     Maintenant, on retournerait en arriĂšre pour essayer de revivre? Qu'est-ce qui se passerait si cette Vie redescendait, est-ce que vous pensez que cette (reste) Vie parlerait, qu'elle retournerait Ă  cette vieille balle toute sĂšche, qu'elle retournerait pour revivre encore dedans? Elle ne le fait jamais. «Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s», et qui n'ont pas continuĂ© Ă  avancer avec la Parole, alors qu'elle s'accomplissait, «ils sont morts, finis; et les Ă©pines et les chardons, qui sont prĂšs d'ĂȘtre rejetĂ©s, on finit par y mettre le feu.» Pas vrai?
    Maintenant, je me dĂ©pĂȘche le plus possible.

234     Remarquez l'Écriture, lĂ . Ils enseignent un Dieu historique, vous voyez, c'est comme s'ils essayaient de vivre dans le passĂ©, par exemple: «Eh bien, Wesley a dit telle et telle chose. Ou Untel a dit telle et telle chose.» Vous refusez la Parole promise du jour, la Manne qui est clairement identifiĂ©e comme celle du jour. Ils essaient de mettre leur vieux vin luthĂ©rien, baptiste, pentecĂŽtiste dans nos outres neuves. Ça ne marche pas. Et notre Vin nouveau, dans leurs vieilles outres, ça ne marchera pas. S'ils essaient de mettre ce Vin nouveau dans la dĂ©nomination, leur folie est manifestĂ©e. Ils ne peuvent pas. Ça la fait Ă©clater.

235     Â«Oh! frĂšre, j'ai vu la Parole de Dieu, parfaitement selon la Parole!
    â€“ «Écoutez bien, lĂ , docteur, si... Nous–nous ne pouvons pas permettre Cela.» Ned, je pense que tu en as eu l'expĂ©rience derniĂšrement. «Nous–nous ne pouvons vraiment pas permettre Cela ici. Je–j'aimerais mieux que, peut-ĂȘtre, vous continuiez simplement votre chemin.» Vous savez. Vous voyez, ça ne marchera pas. Ça Ă©clate.
    Â«On ne met pas une piĂšce de vĂȘtement neuf Ă  un vieux vĂȘtement, parce que la dĂ©chirure s'Ă©tendrait partout.» Voyez? JĂ©sus ne l'a-t-Il pas dit? Vous ne pouvez pas mettre du Vin nouveau dans de vieilles outres. Ça les fait Ă©clater. Le Vin nouveau contient de la Vie. Bien.

236     Remarquez quelque chose, rapidement, lĂ , alors que nous arrivons Ă  la fin du... de notre exposĂ©. Remarquez, Apocalypse 16:13 Ă  14, si vous voulez le noter. Je n'aurai peut-ĂȘtre pas le temps de le prendre. Je veux que vous vous assuriez bien de regarder ça. Maintenant, remarquez, c'est ce qui retentit entre la SixiĂšme et la SeptiĂšme Coupe.

237     Maintenant, nous allons-nous allons terminer dans un petit instant, si vous pouvez encore patienter seulement quelques minutes. Nous terminons, lĂ .

238     Remarquez, Apocalypse 16:13 Ă  14, entre la SixiĂšme et la SeptiĂšme Coupe, «trois esprits impurs, semblables Ă  des grenouilles» (avez-vous remarquĂ© ça?) «sont sorties de la bouche de quelqu'un». Maintenant, remarquez, rapidement. Êtes-vous prĂȘts? Dites: «Amen.» [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Une trinitĂ© d'esprits!

239     Maintenant, frĂšre dĂ©nominationnel, restez assis tranquille un petit instant. Ne vous levez pas pour sortir de la piĂšce, vous qui nous ĂȘtes reliĂ©s par radio, par tĂ©lĂ©phone, lĂ -bas. N'arrĂȘtez pas vos magnĂ©tophones. Restez assis tranquilles un petit instant, et Ă©coutez. Si vous ĂȘtes nĂ©s de Dieu, vous Ă©couterez.

240     Une trinitĂ© de grenouilles! Une grenouille est un animal qui regarde toujours en arriĂšre. Il ne regarde jamais oĂč il va; il regarde d'oĂč il vient. Voyez? Vous voyez, n'est-ce pas? OĂč est-ce que la doctrine trinitaire a pris naissance? Souvenez-vous, «trois esprits impurs», esprits distincts. Est-ce que vous saisissez? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.]

241     Remarquez, ils regardent en arriĂšre, au concile de NicĂ©e, lĂ  oĂč la doctrine de la trinitĂ© a pris naissance, pas dans la Bible. Cette chose-lĂ  n'existe pas. Ils regardent en arriĂšre, au concile de NicĂ©e, Ă  NicĂ©e, Ă  Rome, lĂ  oĂč la trinitĂ© a pris naissance.
    Remarquez d'oĂč ils viennent. Remarquez. Et la trinitĂ© de grenouilles est sortie d'une ancienne trinitĂ©, elle a donnĂ© naissance Ă  une nouvelle trinitĂ©, leur mĂšre. D'oĂč est-elle sortie? Une trinitĂ©, «le dragon», vous voyez, «la bĂȘte», et «le faux prophĂšte». Une trinitĂ©, nouvelle. En effet, quand ces grenouilles sont-elles sorties? Quand ça? Remarquez, elles Ă©taient lĂ  dĂšs le dĂ©but, mais ce n'est qu'entre la SixiĂšme et la SeptiĂšme Coupe que ça a Ă©tĂ© manifestĂ©, juste avant que les Sceaux soient ouverts pour le rĂ©vĂ©ler.
    Â«Car, par le Message du septiĂšme ange, les mystĂšres de Dieu seraient rĂ©vĂ©lĂ©s», toutes ces choses trinitaires, ces faux baptĂȘmes, et tout, devaient ĂȘtre manifestĂ©es. Que Dieu nous aide Ă  voir la VĂ©ritĂ©! Et Ă  ne pas penser que c'est quelqu'un qui cherche Ă  dire quelque chose pour...

242     Je sens cet esprit hostile face Ă  Cela, voyez-vous. Je ne parle pas de moi, frĂšre. Je parle de l'Ange du Seigneur qui est dans le camp. C'est tout Ă  fait vrai.

243     Remarquez, une trinitĂ©! «Le dragon», combien savent ce que reprĂ©sentait le dragon? C'Ă©tait Rome. «Le dragon se tint devant la femme, afin de dĂ©vorer son enfant, lorsqu'elle aurait enfantĂ©.» Pas vrai? Qu'est-ce qu'une «bĂȘte» reprĂ©sente dans la Bible? Une puissance. TrĂšs bien. «Faux prophĂšte, un faux prophĂšte», un faux oint. Voyez?

244     Il a pris son dĂ©part oĂč? C'est «faux prophĂšte», au singulier. «Faux prophĂšte», le premier pape; et c'est de lĂ  qu'il y a eu «la–la prostituĂ©e, et la mĂšre des prostituĂ©es», tout.
    Une fausse trinitĂ© faisait son chemin; pas au dĂ©but, elle ne serait pas manifestĂ©e au dĂ©but, elle continuerait Ă  faire son oeuvre. Mais quand les Sept Sceaux seraient venus et qu'ils dĂ©voileraient ces mystĂšres et les rĂ©vĂ©leraient; c'est lĂ  que «les grenouilles, trois esprits impurs, semblables Ă  des grenouilles, sortiraient pour se manifester», une doctrine trinitaire qui s'oppose Ă  la VĂ©ritĂ©. Voyez? Ah!
    Vous voyez d'oĂč c'est venu? Vous voyez vers oĂč ça s'en retourne? Le concile oecumĂ©nique. Ils sont tous frĂšres, de toute façon; les mĂȘmes esprits, la mĂȘme chose.
    Et regardez bien. Une telle sĂ©duction, ils font des miracles! Et ce sont des dĂ©mons qui vont vers tous les dieux de la terre, qui font des miracles, pour les sĂ©duire au dernier jour, et ils rĂ©ussiront Ă  le faire. Qu'est-ce que Dieu a dit au sujet de ce mauvais esprit?
    Il disait: «Je vais descendre et entrer dans la bouche de ces prophĂštes, pour faire qu'ils prophĂ©tisent un mensonge, et qu'ainsi Achab aille lĂ -bas se faire dĂ©truire.»

245     Dieu a dit: «Vas-y. Tu rĂ©ussiras. Tu arriveras Ă  leur faire croire ça. Ils n'ont pas la Parole comme appui, au dĂ©part.» Voyez? «Vas-y, car tu vas le convaincre. C'est toi qui vas le faire, en entrant dans ces faux prophĂštes, parce qu'il se fie entiĂšrement Ă  eux. Et il ne connaĂźt rien de la Parole, et il n'essaiera pas non plus d'En apprendre quelque chose. Il ne peut pas le faire, parce qu'il est un chardon, au dĂ©part.» Voyez? Voyez? «Tu rĂ©ussiras.»

246     Regardez-les, ces fausses grenouilles, qui regardent en arriĂšre: «Eh bien, vous savez ce qu'ils ont dit, lĂ -bas, Ă  NicĂ©e?»
    Ă‡a m'est Ă©gal ce qu'ils ont dit, lĂ -bas, Ă  NicĂ©e. Moi, je dis ce qu'ils ont dit ici au TrĂŽne de Dieu; ce qui doit ĂȘtre, pas ce qui a Ă©tĂ©; ce qui sera, car Il est «JE SUIS». Voyez?
    Â«Faux.» Regardez ça. Ah! Remarquez d'oĂč ils sont venus.

247     Maintenant, Ă©coutez attentivement. Nous voyons clairement, aprĂšs que les Sept Sceaux ont Ă©tĂ© ouverts, que ça doit rĂ©vĂ©ler ce mystĂšre. Qu'est-ce que cette trinitĂ©? Voyez? OĂč est-ce qu'elle a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© appelĂ©e trinitĂ©? OĂč, dans la Bible, est-ce qu'il est mĂȘme prononcĂ© le mot trinitĂ©? Comment pourrait-il y avoir trois Dieux, que nous adorions trois Dieux sans ĂȘtre des paĂŻens?
    Comment peuvent-ils ĂȘtre distincts, alors qu'Il a dit: «Moi et Mon PĂšre, nous sommes Un»? «Si vous ne croyez pas que Je suis Celui-lĂ , vous pĂ©rirez dans votre pĂ©chĂ©, vous voyez, dans votre incrĂ©dulitĂ©.» Le pĂ©chĂ©, c'est l'incrĂ©dulitĂ©. «Vous pĂ©rirez dans votre incrĂ©dulitĂ©.»
Oh, qui dis-tu que Je suis, d'oĂč dis-tu que Je viens,
Oh, connais-tu Mon PĂšre, ou peux-tu dire Son Nom?
JE SUIS la Rose de Saron, l'Étoile Brillante du Matin.
Pouvez-vous me dire Qui Il est?
JE SUIS, qui parla Ă  MoĂŻse dans le buisson de Feu ardent,
JE SUIS le Dieu d'Abraham, l'Étoile Brillante du Matin.
JE SUIS la Rose de Saron, oh, d'oĂč dis-tu que Je viens;
Oh, connais-tu Mon PĂšre, ou peux-tu dire Son Nom? (Amen!)
JE SUIS Alpha, Omega, le Commencement et la Fin;
JE SUIS toute la création, et Jésus est Son Nom.

248     C'est exact. Pas de trinitĂ©! Non monsieur. C'est une faussetĂ©.
    Les Sept Sceaux, en dĂ©voilant ces mystĂšres qui «devaient s'accomplir», ils mettent en Ă©vidence. Un Sceau ouvert; il dĂ©voile, il met en Ă©vidence, il montre clairement les VĂ©ritĂ©s cachĂ©es, que les Sceaux avaient cachĂ©es pendant toutes ces annĂ©es, Ă  travers toutes ces Ă©glises et ces dĂ©nominations.
     «La grande prostituĂ©e», d'Apocalypse dix-... Qui Ă©tait-elle? Mais elle est aussi «LA MÈRE DES PROSTITUÉES.» Voyez?

249     Â«Donc, vous les avez appelĂ©s des ‘vautours’,» vous dites, «FrĂšre Branham.» C'est vrai.
    Mais, rappelez-vous, un vautour est un oiseau. Lui aussi est oint pour voler. «Les deux esprits seront tellement proches que ça sĂ©duirait les Élus» Un vautour est aussi gros qu'un–qu'un aigle. Il peut voler comme l'aigle; et il est oint pour voler, ou pour prĂȘcher, ou pour prophĂ©tiser, remarquez, tout comme l'aigle. Mais il ne peut pas suivre l'aigle dans les hauteurs. Non, non. S'il essaie de suivre l'aigle, ses folies seront manifestĂ©es. Oui monsieur. Il ne peut pas suivre l'aigle.
    Oh, il peut dire: «Je crois que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu. Je crois en Dieu le PĂšre Tout-Puissant, CrĂ©ateur des cieux et de la terre; JĂ©sus-Christ, Son Fils, et ainsi de suite.» Oh, c'est sĂ»r, ils peuvent faire ça. Mais qu'en est-il de dire qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours? Voyez?

250     L'aigle est un oiseau bĂąti d'une façon spĂ©ciale. Il n'y a rien de semblable Ă  lui, sur la terre. Voyez? Il–il... Si un vautour essayait de le suivre, ou n'importe quel autre oiseau, il se dĂ©sintĂ©grerait. Ses folies seraient manifestĂ©es, lĂ , c'est sĂ»r. Il Ă©claterait, quand il essaierait de mettre le Vin nouveau dans une vieille outre. Vous voyez, il Ă©claterait. Il se dĂ©sintĂ©grerait. Il n'est pas conçu, il n'est pas... Son corps n'a pas la charpente qu'il faut pour tenir lĂ -haut. Quand il pĂ©nĂ©trera dans ces grandes sphĂšres, lĂ -haut, s'il n'a pas Ă©tĂ© conçu, Ă©tabli, prĂ©destinĂ©, un aigle de naissance, il va Ă©clater. Voyez? Ses ailes perdraient toutes leurs plumes, et il tomberait par terre. Certainement. Il ne peut pas suivre l'aigle dans les hauteurs. S'il essaie de le faire, sa folie sera manifestĂ©e. C'est vrai. Vous ne pouvez pas.

251     Pourquoi? Il ne peut pas voir comme l'aigle. À quoi ça sert de chercher Ă  sauter trĂšs haut, si vous ne voyez pas oĂč vous ĂȘtes quand vous ĂȘtes lĂ -haut? Et s'il devait essayer, ne serait-ce qu'essayer d'imiter cet aigle, dans les hauteurs, lĂ , il devient tellement aveugle qu'il est tout excitĂ©, mais il ne sait pas pourquoi. C'est vrai. Il crie et il jubile, et il se dĂ©mĂšne; mais prononcez-lui seulement la Parole, oh, c'est lĂ  que sa folie se manifeste.
    Parlez-lui du baptĂȘme au Nom de JĂ©sus-Christ, ou dites-lui qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et toujours, tout–tout ça, et dites-lui. «Oh, lĂ , attends un peu!» Voyez? Oh oui, c'est lĂ  qu'il perd ses plumes. Vous voyez, il est lĂ , Ă  sauter en l'air, Ă  prophĂ©tiser, Ă  chasser les dĂ©mons, Ă  parler en langues, Ă  crier, Ă  se dĂ©mener, Ă  courir de long en large. Mais qu'il n'essaie pas de suivre LĂ -haut; oh, c'est sĂ»r qu'il va ĂȘtre manifestĂ©.
    Pourtant, il est Ă©tabli. Il est oint. Il peut voler. Il peut tenir en Ă©quilibre, monter lĂ -haut, mais pas... seulement jusqu'Ă  un certain point. Vous voyez, il peut manger de la charogne, mais il ne peut pas manger la Nourriture fraĂźche qui vient du TrĂŽne.
    Il est aveugle. Il est tout excitĂ©, mais il ne sait pas pourquoi il est si excitĂ©. Vous voyez, le mĂȘme Esprit est descendu sur lui, comme la pluie, pour faire de lui du blĂ©; mais il n'est pas du blĂ©, au dĂ©part. Il Ă©clate. «Oh, je ne peux pas accepter... Oh, non monsieur! Je sais que le docteur Jones a dit...» TrĂšs bien, allez-y. Voyez? Allez-y, c'est comme vous voulez.

252     Non, remarquez, il n'est pas nĂ©, ou bĂąti, ou prĂ©destinĂ© Ă  ĂȘtre ce genre d'oiseau lĂ . Il peut... Il est un... il peut ĂȘtre un citron qui pousse sur un oranger, seulement il ne vient pas des racines. Il est quelque chose qui a Ă©tĂ© ajoutĂ©. Et quand ils montent tellement haut dans leurs dĂ©nominations, qu'ils ne peuvent pas voir la Parole de Dieu prĂ©destinĂ©e, confirmĂ©e, c'est lĂ  que leur folie est manifestĂ©e. «Oh, ces histoires-lĂ , un Halo au-dessus de la tĂȘte, et tout, oh, Cela ne tient pas debout.» Voyez? ManifestĂ©e.

253     Il n'est pas bĂąti pour voir aussi loin. Il ne peut pas voir plus loin que ce que ses lunettes dĂ©nominationnelles lui permettent de voir. Mais, plus loin que ça, il est myope comme une taupe. C'est Ă  ce moment-lĂ  que sa folie est manifestĂ©e. Voyez? C'est lĂ  que le vrai aigle s'assoit pour manger. Oui monsieur. C'est lĂ  que les vrais aigles Ă©lus voient ce qu'il est. Étant donnĂ© qu'il ne peut pas recevoir cette Parole, ils savent tout de suite qu'il est un vautour dĂ©nominationnel.

254     Pourquoi, pourquoi est-ce qu'il ne peut pas voler? C'est parce que, regardez de quoi il s'est nourri. Il s'est nourri de charogne dĂ©nominationnelle pourrie. Ça ne–ça ne spiritualise pas son corps, ça ne lui donne pas la santĂ© spirituelle, autrement dit, pour l'Ă©lever au-dessus des diffĂ©rences dĂ©nominationnelles. Voyez? Vous voyez, il s'est nourri de pourriture, c'est tout; c'est de ça que son corps est fait. Il ne peut pas monter lĂ -haut, oĂč cette Viande fraĂźche permet Ă  l'aigle d'aller. Il ne peut simplement pas. Voyez?

255     VoilĂ  l'accomplissement de Matthieu 24:24. Il vole, il saute en l'air, il bat des ailes, mais il ne peut pas monter assez haut, c'est tout. Voyez? C'est vrai. Vous voyez, il ne peut pas y aller, il ne peut pas monter assez haut pour recevoir cette Manne fraĂźche. Il peut manger de la vieille manne qui est ici, en bas, sur le sol, les vieux lapins morts qui ont Ă©tĂ© Ă©crasĂ©s il y a une semaine, il y a un mois, ou il y a quarante ans, de la matiĂšre contaminĂ©e. Il peut manger ça, et s'en gaver, et glousser, et crier, et faire toutes ces choses bizarres, et sauter en l'air et voler comme un autre aigle. Il est oint, comme un autre oiseau.
    Et c'est ce qu'il est, un type de l'aigle, c'est ça que le vautour est. Nous le savons. Certainement que c'est ce qu'il est, seulement il ne peut pas suivre cet aigle vĂ©ritable. Voyez? Il ne peut simplement pas. Non monsieur. Son corps n'est pas dĂ©veloppĂ©; il s'est nourri de diffĂ©rentes charognes, vous voyez, et ce ne sera pas... ce ne–ce ne sera pas la Viande fraĂźche, la Manne fraĂźche. Ce sera quelque chose que Luther a dit, que Wesley a dit, ou que le docteur Untel a dit. Il ne se nourrira pas de ce que JĂ©sus a dit pour cette heure.

256     Allons-y maintenant, terminons. Des oints, «des christs», dans les derniers jours, mais les «faux enseignants et faux prophĂšte». Remarquez comme c'est saisissant! Maintenant, je veux que vous compariez ceci; nous n'avons pas le temps de le lire ensemble, Matthieu 24:24 avec II TimothĂ©e 3:8.
    Dans Matthieu 24:24, il est dit que, dans les derniers jours, vous voyez, «il viendra des faux christs,» des faux oints, «des faux prophĂštes, et ils feront des prodiges et des miracles,» exactement comme le Vrai–le Vrai, «et ils vont–et ils vont presque sĂ©duire mĂȘme les Élus» Maintenant, remarquez, c'est JĂ©sus qui parlait.

257     Et voici Paul, tout de suite aprĂšs Lui, qui dit: «Maintenant, dans les derniers jours, il viendra des gens religieux, vous voyez, ayant l'apparence de la piĂ©tĂ©. Et ils captiveront des femmes d'un esprit faible et bornĂ©, agitĂ©es par toutes sortes de passions mondaines.»
    Et ils se demandent, ils disent: «Pourquoi est-ce que vous rouspĂ©tez aprĂšs les femmes?» Oh, bontĂ©... Mais, ils ne Le voient mĂȘme pas.
    Â«Ils captivent des femmes d'un esprit faible et bornĂ©, chargĂ©es de passions de toute espĂšce», loin des choses, comme... de... Vous voyez: «Et, de mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs...»
    Matthieu 24:24, «des faux christs», des faux oints, qui font des prodiges et des miracles pour sĂ©duire les Élus
    Â«Or, de mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s'opposĂšrent Ă  MoĂŻse, ces rĂ©prouvĂ©s feront de mĂȘme; d'un esprit rĂ©prouvĂ© en ce qui concerne la Foi.» Pas «une» foi. «La Foi!»
    Â«Une seule Foi, un seul Seigneur, un seul bap-...» Vous ne pouvez pas avoir «une seule Foi» sans croire en «un seul Seigneur». Vous ne pouvez pas avoir deux baptĂȘmes, pas un pour le PĂšre, et pour le Fils, le Saint-Esprit. «Un seul baptĂȘme»: JĂ©sus-Christ. C'est vrai. Vous voyez, un faux baptĂȘme!

258     Remarquez, comparez-les entre eux, lĂ , quand vous rentrerez chez vous. Remarquez, Matthieu 24:24, JĂ©sus qui parle; Paul, II TimothĂ©e 3:8; beaucoup d'autres. Et lĂ , comparez ça.

259     Et puis, notez un autre passage de l'Écriture, Luc 17:30, Malachie 4.
    Â«De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s'opposĂšrent Ă  MoĂŻse,» la Parole de l'heure, ointe, «de mĂȘme ces hommes», pas un homme, mais «des hommes», des oints, «s'opposeront Ă  la VĂ©ritĂ©.»

260     Â«Au jour mĂȘme oĂč le Fils de l'homme sera rĂ©vĂ©lĂ©.» Apocalypse 10:1 Ă  7, lisez-le quand vous rentrerez chez vous, «le Message du septiĂšme ange, qui ouvre les Sceaux». Qu'est-ce que c'est? Ce n'est pas l'ange qui est le Fils de l'homme; mais le messager rĂ©vĂšle le Fils de l'homme. Est-ce que vous pouvez faire la distinction maintenant? C'est ça qui semble vous ĂȘtre tellement difficile, voyez-vous. Pas le Fils de l'homme, Lui-mĂȘme; mais le septiĂšme ange, le septiĂšme messager, rĂ©vĂšle le Fils de l'homme au public, parce qu'Il est sorti de la balle. Il ne peut pas En faire une organisation. C'est le Grain, Lui-mĂȘme, de nouveau.
    Â«Et, en ce jour-lĂ , JannĂšs et JambrĂšs s'opposeront,» des oints (des soi-disant croyants et des incroyants, l'Ă©glise formaliste et les pentecĂŽtistes) s'Ă©lĂšveront contre le Grain vĂ©ritable, «mais laissez-les faire; leur folie sera manifestĂ©e, comme la leur l'a Ă©tĂ©.» Voyez? Vous comprenez maintenant? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.]

261     Dans Apocalypse 10, il est dit: «Aux jours de la voix du septiĂšme ange.» Maintenant, souvenez-vous, le septiĂšme, l'Âge de l'Église de LaodicĂ©e. «La voix de cet ange-là», quand cet Ăąge de l'Ă©glise lĂ  est dĂ©jĂ  entrĂ© dans la dĂ©nomination et qu'il est devenu un Ăąge de l'Ă©glise, quand il est dĂ©jĂ  installĂ© dans son organisation pentecĂŽtiste; quand le messager pour cet...
    Chaque messager, qu'est-ce qu'il Ă©tait? Martin Luther, qu'est-ce qu'il Ă©tait? Un blĂąme adressĂ© aux catholiques. Wesley, qu'est-ce qu'il Ă©tait? Un blĂąme adressĂ© aux luthĂ©riens. La pentecĂŽte, qu'est-ce que c'Ă©tait? Un blĂąme adressĂ© aux autres, lĂ . Maintenant, oĂč est-ce que la Vie est allĂ©e? Elle s'est Ă©loignĂ©e de l'organisation. Plus de balle; c'est le Grain. Qu'est-ce que c'est? Un blĂąme adressĂ© aux pentecĂŽtistes, vous voyez, pour accomplir l'Écriture de cette heure-ci. Voyez?

262     Remarquez, le jour mĂȘme oĂč ce messager... Pas quand il est Ă  ses dĂ©buts, mais quand il commence Ă  annoncer son Message. Voyez? Le Premier Pull [Pull: action de tirer vers soi, traction – N.D.T.], la guĂ©rison; le DeuxiĂšme Pull, la prophĂ©tie; le TroisiĂšme Pull, l'ouverture de la Parole, les mystĂšres rĂ©vĂ©lĂ©s. Il n'y a rien de plus, rien de plus Ă©levĂ© comme rang, pour rĂ©vĂ©ler la Parole, que les prophĂštes. Mais la seule chose par laquelle le prophĂšte peut ĂȘtre confirmĂ©, c'est par la Parole. Et, rappelez-vous, le TroisiĂšme Pull, c'Ă©tait l'ouverture de ces Sept Sceaux, pour rĂ©vĂ©ler la VĂ©ritĂ© cachĂ©e qui avait Ă©tĂ© scellĂ©e dans la Parole. Le voyez-vous? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.]
    C'est Ă  ce moment-lĂ , Ă  l'Ă©poque oĂč cette chose-lĂ  doit arriver, que JannĂšs et JambrĂšs, les imitateurs, feront de nouveau leur apparition. Exactement comme ils avaient fait quand MoĂŻse est arrivĂ© avec la Parole originelle, pour La prononcer; ils arrivent, pour En faire une imitation. Tout Ă  fait vrai. Maintenant, Matthieu 24:24, vous voyez ce que c'est? Vous voyez, des oints!

263     Bon, il y a trois choses que nous allons dire, avant de terminer. Les voici. Je veux que vous Ă©coutiez trĂšs attentivement, maintenant, comme nous terminons. Trois choses, souvenez-vous, trois choses se sont accomplies. Trois choses ont maintenant Ă©tĂ© portĂ©es Ă  votre attention.

264     PremiĂšrement. Le monde est dans un Ă©tat sodomite. JĂ©sus a dit que ça arriverait. Regardez la perversion; nos femmes qui essaient d'agir comme des hommes; nos hommes qui essaient d'agir comme des femmes, effĂ©minĂ©s; pourris, souillĂ©s, mĂ©prisables, possĂ©dĂ©s du diable, et ils ne le savent pas. La Bible a dit que ça arriverait, et on en est lĂ .

265     DeuxiĂšmement. C'est Ă  cette heure-lĂ , selon l'Écriture, ici, que JannĂšs et JambrĂšs font leur apparition. DeuxiĂšmement.

266     TroisiĂšmement. C'est Ă  cette mĂȘme heure que le Fils de l'homme doit ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©.

267     VoilĂ  votre croyant, votre soi-disant croyant et votre incroyant. Il y a une Parole vĂ©ritable qui se distingue, confirmĂ©e; il y a le soi-disant croyant qui En fait une imitation; et il y a l'incroyant qui rejette tout, en bloc.
Mais vers le temps du soir, la LumiĂšre paraĂźtra,
Le sentier de la Gloire, lĂ , tu le trouveras. (Pas vrai?)
Les nations se disloquent, Israël se réveille,
Les signes que notre Bible a prédits;
Et les jours des Gentils sont comptés (Sodome), ils sont remplis d'effroi;
Retournez, Î dispersés, vers les vÎtres.
Le jour de la rédemption est proche,
Le cƓur des hommes leur manque, ils ont peur;
Soyez remplis de l'Esprit de Dieu, vos lampes préparées et lumineuses (pour voir la Parole de l'heure),
Levez les yeux, votre rédemption est proche!
Les faux prophÚtes mentent (ils avaient dit qu'ils seraient là; des oints), ils nient la Vérité de Dieu,
Que JĂ©sus-Christ est notre Dieu.
Ça, ils ne Le croient pas. La Bible a dit que cette chose-là arriverait. La voilà!
Mais nous suivrons les traces des apĂŽtres. (La mĂȘme LumiĂšre! «Et il ramĂšnera la Foi des pĂšres vers les enfants.»)
Le jour de la rédemption est proche, tellement proche,
La peur fait dĂ©faillir le cƓur des hommes (la terre est en train de s'enfoncer);
Oh, soyez remplis de l'Esprit de Dieu, vos lampes préparées et lumineuses.
Levez les yeux, votre rédemption est proche.
    Est-ce que vous croyez ça? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Alors, courbons la tĂȘte.

268     LĂ -bas, dans le pays, partout oĂč va ce Message, de la CĂŽte Est Ă  la CĂŽte Ouest, de la Californie Ă  New York, trĂšs loin au sud et au nord, lĂ -bas dans les missions, partout oĂč Il va, et dans ce Tabernacle. Nous sommes pauvres. Nous n'avons pas toutes ces parures, ces grandes choses, lĂ , et ces Ă©missions de tĂ©lĂ©vision. Nous essayons seulement de faire de notre mieux. «Mais tous ceux que le PĂšre M'a donnĂ©s viendront.»

269     Maintenant, je veux que vous sachiez ceci avec certitude, et vous qui Ă©coutez cette bande. Il se peut que vous ayez pensĂ© aujourd'hui, que je cherchais Ă  dire ça de moi, vu que c'est moi qui apportais ce Message. Je n'ai absolument rien Ă  voir LĂ -dedans, je suis une voix, rien de plus. Et, ma voix, contre mon propre grĂ©, mĂȘme; j'aurais voulu ĂȘtre trappeur. Mais ce que j'ai rĂ©solu de faire, et que je suis dĂ©terminĂ© Ă  faire, c'est la volontĂ© de mon PĂšre.
    Je ne suis pas Celui qui est apparu lĂ -bas Ă  la riviĂšre; je me tenais simplement lĂ  quand Lui est apparu. Je ne suis pas Celui qui fait ces choses et qui prĂ©dit ces choses qui arrivent d'une façon si parfaite; je suis seulement quelqu'un qui est proche quand Lui les fait. J'Ă©tais seulement une voix qu'Il a utilisĂ©e, pour Le dire. Ce n'Ă©tait pas ce que moi, je savais; c'est seulement que je me suis abandonnĂ©, et Il a parlĂ© Ă  travers moi. Ce n'est pas moi, ce n'Ă©tait pas le septiĂšme ange, oh non; c'Ă©tait la manifestation du Fils de l'homme. Ce n'Ă©tait pas l'ange, son message; c'Ă©tait le mystĂšre que Dieu a dĂ©voilĂ©. Ce n'est pas un homme; c'est Dieu. L'ange n'Ă©tait pas le Fils de l'homme; il Ă©tait le messager de la part du Fils de l'homme. Le Fils de l'homme est Christ; c'est de Lui que vous vous nourrissez. Vous ne vous nourrissez pas d'un homme; un homme, ses paroles vont faillir. Mais vous vous nourrissez du Corps-Parole infaillible du Fils de l'homme.

270     Si vous ne vous ĂȘtes pas nourris pleinement de chaque Parole, afin de recevoir la force nĂ©cessaire pour vous Ă©lever au-dessus de toutes ces dĂ©nominations et ces choses du monde, voulez-vous le faire en ce moment, pendant que nous prions?

271     PĂšre Bien-aimĂ©, c'est une chose difficile. Ce n'est pas facile Ă  faire pour un mortel. Tu connais toutes choses. Et je Te prie, Dieu Bien-aimĂ©, de faire en sorte que ce ne soit pas mal compris. Mais puissent les gens marcher Ă  la LumiĂšre de Ta Parole.

272     Et, Dieu notre PĂšre, je ne sais pas qui sont les Élus; Toi, Tu le sais. Je ne connais pas le moment de Ta Venue. Mais tout ce que je sais, c'est que Tu as dit que, lorsque ceci se produirait, ces faux oints; pas quand ils n'en seraient qu'Ă  leurs dĂ©buts.
    MoĂŻse les a simplement laissĂ©s faire, car il ne pouvait rien faire de plus. Il pouvait seulement dire ce que Toi, Tu disais. Tu lui as dit de faire venir des puces; ensuite eux en ont fait venir. Tu lui as dit de changer l'eau en sang; ensuite eux l'ont fait. MoĂŻse n'a fait qu'exĂ©cuter, Mot Ă  Mot, ce que Tu avais dit, mais aprĂšs, c'est Toi qui as manifestĂ© leur folie.

273     Or, PĂšre, Tu es encore Dieu. Cette mĂȘme Parole a annoncĂ© que ceci arriverait dans les derniers jours. Beaucoup de gens honnĂȘtes, comme nous le disions dimanche dernier, ont manipulĂ© cette Arche, mise sur un char neuf, et non pas sur les Ă©paules des lĂ©vites, et ils sont tombĂ©s morts, «morts par leurs pĂ©chĂ©s et leurs offenses», ils s'opposent Ă  leur propre conscience.

274     Bien des prĂ©dicateurs, assis dans leur bureau, lisent la Parole, et ils se dĂ©pĂȘchent de tourner la page; pour Ă©viter d'ĂȘtre forcĂ©s de passer Ă  l'attaque, sachant qu'il perdrait sa position sociale face au public, Ă  son Ă©glise, Ă  sa dĂ©nomination. Que Dieu nous aide Ă  ne jamais faire ça!

275     Purifie notre cƓur, Seigneur, de toute souillure du monde. Seigneur, je suis prĂȘt Ă  ĂȘtre purifiĂ©. Je suis prĂȘt, ainsi que cette Ă©glise et tous ceux qui sont Ă  l'Ă©coute, et tous ceux qui Ă©couteront cette bande. Je me tiens lĂ , Seigneur, et je Te demande de me purifier. Seigneur, emmĂšne-moi dans la maison du potier, et brise-moi, façonne-moi pour faire de moi un serviteur tel que Tu le veux.
    Car, Seigneur JĂ©sus, «je suis un homme dont les lĂšvres sont impures,» comme ÉsaĂŻe s'Ă©tait Ă©criĂ©, «j'habite avec un peuple dont les lĂšvres sont impures; et malheur Ă  moi, car je vois la rĂ©vĂ©lation de Dieu, manifestĂ©e», comme ÉsaĂŻe, qui avait vu les Anges dans le Temple. Je vois le temps de la fin, Seigneur, et malheur Ă  moi et Ă  ma famille; malheur Ă  moi et Ă  mon peuple. Ô Dieu Éternel, aie pitiĂ© de nous. Je T'implore, pour moi-mĂȘme et pour le peuple. Que nous ne pĂ©rissions pas avec ceux qui ne croient pas, mais que nous vivions avec les croyants.

276     Chaque dĂ©nomination, Seigneur, chaque homme ou femme... Je ne peux pas Te demander de bĂ©nir une dĂ©nomination, alors que je sais que Tu es contre ça. Mais tout ce que je peux dire, Seigneur, si Tu as de Tes brebis, qui sont de leur nombre, puissent-elles Ă©couter cette bande. Puissent-elles Ă©couter Cela, Seigneur, et Le comprendre par la comprĂ©hension que Tu leur donneras, et puissent-elles sortir de lĂ  et Te recevoir. Qu'elles ne soient pas sĂ©duites par l'aveuglement et la tradition de cette Ă©poque. Qu'elles n'essaient pas de manger quelque chose qui... ou d'un cadavre d'une autre Ă©poque. Qu'elles prennent la Parole.
    C'est comme ça que les pharisiens T'ont crucifiĂ©, Seigneur. Ils prenaient le cadavre de l'Ă©poque de MoĂŻse, et ils essayaient de s'en satisfaire; aprĂšs que Tu avais donnĂ© le type, dans le dĂ©sert, de la manne fraĂźche chaque soir, ce qui reprĂ©sentait chaque gĂ©nĂ©ration. C'est lĂ  qu'ils ont Ă©chouĂ©. Ça les a empoisonnĂ©s. Ça les a tuĂ©s, de manger de cette nourriture contaminĂ©e.
    Et, spirituellement, ça fait la mĂȘme chose aujourd'hui: ça les tue spirituellement, par une dĂ©nomination.
    Aide-nous, Dieu Bien-aimĂ©. Tout est entre Tes mains maintenant. Au Nom de JĂ©sus-Christ.

277     Avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, nous allons chanter ça, pendant que vous prenez votre dĂ©cision. Irez-vous jusqu'au bout?
La Voix du Seign-... (et Il est la Parole) ...-eur m'appelle, Prends ta croix...
    Â«Oh, j'ai errĂ© longtemps, mais, en ce moment, c'est vrai, je L'entends: ‘Venez Ă  Moi, vous tous, qui avancez Ă  tĂątons.’ J'entends: ‘Prends ta croix, suis-Moi chaque jour.’ ‘Quand je marche dans la vallĂ©e de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal; dans la fraĂźcheur des verts pĂąturages, et prĂšs des eaux paisibles.’»
Et jusqu'au bout je veux Te...
    Â«Seigneur, je vois la folie trinitaire. Je vois que le monde entier en a Ă©tĂ© ensemencĂ©; il y a de la mauvaise herbe qui pousse partout. Mais lĂ  oĂč Tu me conduiras maintenant, Seigneur, je serai comme ceux d'Actes 19. ‘Sur ces Paroles, ils furent rebaptisĂ©s, au Nom de JĂ©sus-Christ.’»
...ou vivre, («J'ai fait une partie du chemin, Seigneur, assez pour Te recevoir.») À Toi, JĂ©sus, pour toujours.
    [FrĂšre Branham se met Ă  fredonner La Voix du Seigneur m'appelle. – N.D.É.]

278     Dieu Bien-aimĂ©, j'ai confiance que ça venait de mon cƓur. J'ai confiance que ça venait du cƓur de tous ceux qui sont en train de chanter en ce moment, peut-ĂȘtre de beaucoup qui entendront cette bande, qui ne sont pas prĂ©sents, ou ne l'entendent pas en ce moment. Puissions-nous ĂȘtre prĂȘts Ă  le faire, Seigneur, quel que soit le prix. Il a dit: «C'est comme un homme qui doit affronter une autre armĂ©e, un soldat, un roi; d'abord il s'assoit, et il fait le calcul: est-il capable d'y parvenir, est-il capable de renoncer aux choses du monde? Pouvez-vous renoncer, vous joindre Ă  l'armĂ©e de la Parole Ă©crite de Dieu; marcher avec Ses soldats, voler avec Ses aigles?» Accorde-le, Seigneur, au Nom de JĂ©sus.

279     Vous croyez? Vous L'acceptez? TrĂšs bien. Nous vous reverrons ici, ce soir, si le Seigneur le veut. Est-ce que vous croyez que c'est la VĂ©ritĂ©? [L'assemblĂ©e dit: «Amen.» – N.D.É.] Est-ce assez clair? [«Amen.»]
Alors, revĂȘts-toi du Nom de JĂ©sus,
Toi, enfant de tristesse;
Il va te procurer la joie,
Prends-le partout...
    Maintenant, serrez la main Ă  quelqu'un prĂšs de vous, lĂ .
Précieux Nom, Nom si doux!
Espoir de la terre, l'espoir de la terre, la joie du Ciel;
Précieux Nom, Nom si doux!
Espoir de la terre, joie du Ciel.
Au Nom de JĂ©sus, nous courbons,
À Ses pieds tous prosternĂ©s,
Roi des rois nous Le couronnerons (Il est Dieu, alors),
Notre voyage terminé.
Précieux Nom, précieux Nom,
Nom si doux! Nom si doux!
Espoir de la terre, joie du Ciel;
Précieux Nom, Nom si doux!
Espoir de la terre, joie du Ciel.

280     Je pense que tous les prĂ©dicateurs ont Ă©tĂ© mentionnĂ©s ce matin, que je les ai tous saluĂ©s.
    Quand un homme a priĂ© toute la semaine, qu'on a Ă©tĂ© lĂ  Ă  se demander ce qu'il en est, qu'on voit ces passages des Écritures, qu'on les voit clairement devant soi. «Malheur Ă  moi», a dit Paul, «si je n'annonce pas l'Évangile.» Au bout du chemin, il a dit: «Je vous ai annoncĂ© tout le Conseil de Dieu, tel qu'Il m'a Ă©tĂ© donnĂ©, sans en rien cacher.»

281     Il m'arrive parfois d'oublier de mentionner des choses, de faire des prĂ©sentations, de consacrer les bĂ©bĂ©s.
    Billy a dit, l'autre jour, un homme est venu, il disait: «Ça fait deux ans que je viens ici, pour faire consacrer mon bĂ©bĂ©.»
    Billy a dit: «Ne vous en faites pas pour ça. J'ai un bĂ©bĂ© d'un an, et il n'a pas encore Ă©tĂ© consacrĂ©, non plus. Alors, je pense que je vais simplement attendre qu'il soit assez vieux pour s'avancer lui-mĂȘme.»

282     Alors, nous voyons, frĂšre, sƓur, ce n'est pas-ce n'est pas, vous voyez, je... Chose certaine, nous devons consacrer nos enfants.
    Nous devrions baptiser tout le monde. Il y a un baptistĂšre; voici de l'eau. Si tu n'as pas Ă©tĂ© baptisĂ©, qu'est-ce qui t'en empĂȘche? Voici de l'eau. Venez tout de suite. N'attendez pas Ă  ce soir; venez tout de suite. Il y a des hommes qui sont ici, prĂȘts Ă  baptiser quiconque s'est repenti et a fait sa confession. Si vous avez Ă©tĂ© baptisĂ© une douzaine de fois, ils vous baptiseront au Nom de JĂ©sus-Christ pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s. Voyez? Nous avons ce qu'il faut.

283     Mais, vous voyez, moi, ce que j'ai Ă  cƓur, c'est le Message. Je dois L'annoncer. C'est mon seul but, peu importe ce que dit mon Ă©pouse, ce que disent mes enfants, ce que dit mon pasteur, ce que dit mon je-ne-sais-quoi. C'est ce que dit mon Seigneur. Je dois annoncer Cela. C'est mon seul but.

284     Et, donc, bien des fois, j'oublie de saluer les prĂ©dicateurs. Je pense que peut-ĂȘtre... notre frĂšre, FrĂšre Neville, un prĂ©cieux frĂšre. Les autres frĂšres qui sont ici, nous sommes contents de vous avoir avec nous.

285     Si nous sommes en dĂ©saccord avec vous, frĂšre, ce n'est pas par esprit de contradiction. Beaucoup d'entre vous, ici, vous ĂȘtes peut-ĂȘtre des prĂ©dicateurs trinitaires. Nous ne voulons pas nous fĂącher contre vous. Nous vous aimons. Sinon, si je ne le croyais pas, je ne sortirais jamais de cette Ă©glise, avant d'ĂȘtre tombĂ© Ă  genoux pour dire: «Ô Dieu, redresse-moi.»
    Je ne veux pas qu'un esprit arrogant, Ă©goĂŻste, se mĂȘle au mien. Je veux que mon esprit soit pur, et propre, avec de l'amour fraternel, saint par le Saint-Esprit. Maintenant, si quelqu'un me fait du tort, ça ne fait rien. Et, bien que je puisse ĂȘtre en droit de me venger, je ne veux pas de ça dans ma vie. Non, je–je veux avoir de l'amour. Je veux ĂȘtre prĂȘt Ă  corriger dans l'amour; dans l'amour, c'est ce qui rĂ©pondra entiĂšrement de ça, de l'autre cĂŽtĂ©.

286     Ce n'est pas pour vous contrarier. Qui que vous soyez, mĂ©thodiste, baptiste, catholique, presbytĂ©rien, je ne dis pas ces choses-lĂ  par esprit de contradiction. Si c'Ă©tait le cas, je suis un hypocrite, et je devrais ĂȘtre ici, Ă  l'autel, en train de prier jusqu'Ă  ce que Dieu rĂ©ponde.
    Mais si je dis ceci, c'est par amour, et parce que je vois oĂč vous vous dirigez. Maintenant, je ne le dis pas de moi-mĂȘme, et je ne le dis pas en faisant des suppositions. Je vous donne le AINSI DIT LE SEIGNEUR. C'est la VĂ©ritĂ©. Et je vous aime, c'est la raison de ces choses. Que Dieu vous bĂ©nisse.

287     Maintenant, nous allons chanter un autre couplet de ce chant-lĂ , avant de partir. Nous aimerions que vous reveniez ce soir, si vous le pouvez. Sinon, que Dieu soit avec vous, jusqu'Ă  ce que nous nous rencontrions. Nous prions simplement Dieu de–de vous bĂ©nir et de vous donner ce qu'il y a de meilleur dans Son pays, vous voyez.
RevĂȘts-toi du Nom de JĂ©sus...
EN HAUT