ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Et a qui le bras de l’Éternel a Ă©tĂ© rĂ©vĂšle? de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 50-0824 La durĂ©e est de: 46 minutes .pdf La traduction BBV
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Et a qui le bras de l’Éternel a Ă©tĂ© rĂ©vĂšle?

1         Je suis trĂšs heureux d'ĂȘtre ici. Je regrette que ceci soit la derniĂšre soirĂ©e de ce... Non, ce n'est pas la derniĂšre soirĂ©e. Nous avons encore le dimanche, n'est-ce pas? C'est vrai. Le dimanche aprĂšs-midi et le dimanche soir. C'est trĂšs bien. Je suis donc heureux que nous ayons cela. En effet... Oui oui. Et demain soir aussi. Le vendredi soir, le samedi soir, nous allons donc nous reposer. Alors le dimanche soir-le dimanche aprĂšs-midi, le dimanche soir.

Vous faites des annonces ...?... respects ...?... quand les réunions débuteront ...?... C'est trÚs bien. Et maintenant, nous nous attendons à un moment merveilleux.

Je dois quitter ici vers 3 h 30, 4 heures du matin, et rouler sur une distance de 200 miles [313 km-N.D.T.] pour me retrouver dans une rĂ©union demain soir, et puis revenir. Et le jour suivant, ĂȘtre de nouveau ici pour le dimanche, le jour suivant. Et puis, il y aura deux rĂ©unions d'affilĂ©e.

2         Mais c'est une chose glorieuse que de servir JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, de rencontrer des gens heureux. Je crois ce soir que si ceci devait ĂȘtre notre derniĂšre soirĂ©e sur-sur terre, oĂč nous sommes ensemble, eh bien, nous aurons toujours le tĂ©moignage du Seigneur JĂ©sus, n'est-ce pas? Nous croyons certainement en Lui de tout notre cƓur.

Eh bien, nous allons poser cette question maintenant mĂȘme. Combien ont Ă©tĂ© guĂ©ris dans cette sĂ©rie de rĂ©unions, ceux qui sentent qu'ils sont guĂ©ris? Faites voir les mains. C'est trĂšs bien.

3         II y a quelques instants, j'ai dit : «Il y a quelque chose lorsqu'on quitte les gens, c'est juste au moment oĂč on commence Ă  se familiariser avec eux, qu'on est alors obligĂ© de leur dire au revoir.» Mais ce n'est qu'un au revoir pour nos rĂ©unions ...?... c'est pour-pour un peu de temps.

Et vous avez été trÚs gentils envers moi, et tout; aussi, je suis vraiment désolé que nos réunions arrivent à la fin.

Et j'ai dit Ă  ma fillette aujourd'hui, elle est prĂȘte Ă  partir. Elle veut vraiment rentrer Ă  la maison immĂ©diatement aprĂšs ceci. Il n'y a pas d'enfant avec qui jouer.

Et j'ai dit : «Chérie, veux-tu rentrer à la maison?» Elle a dit : «Non, papa, j'aime cet endroit.»¶Ainsi, je... elle est vraiment gentille, tout le monde l'assiste et tout, elle est donc trÚs contente de rester. Et... [Espace vide sur la bande-N.D.E.]

4        Et voici frĂšre Redford, l'un de vaillants hĂ©ros de la foi d'autrefois. Sa fille est...?... aigle ...?... mourant ...?... Dieu l'a rĂ©tablie. Elle est...?... ce mois- ci. Et c'est une fille trĂšs aimable...

Monsieur Bosworth, Fred Bosworth. Eh bien, beaucoup parmi vous le connaissent ...?... Je suis sûr qu'il est ici. C'est un trÚs bon frÚre chrétien... c'est l'un de nos ...?... qui nous accompagne, frÚre Bosworth. Et il m'accompagnait en ce temps-là comme organisateur.

Et je me rappelle lorsque je l'ai rencontré à Miami, en Floride. Il venait d'abandonner tous les services de guérison divine, et il s'était retiré; je pense qu'il avait déjà atteint 70 ans et quelques. Alors quand il... Il m'a fait venir à une réunion, il a vu cela, eh bien, le vieil homme est tout simplement redevenu un jeune homme. Et je lui ai demandé : «Quel ùge avez-vous, FrÚre Bosworth?»

5        Un soir, il se tenait prĂšs de... Ă  un hĂŽtel Ă  Miami, je me suis avancĂ©, je contemplais la plage, c'Ă©tait en hiver. Et il marchait tout droit, vous savez, avec la souplesse d'un jeune homme, vous savez. Moi, j'Ă©tais lĂ  Ă  me traĂźner, ayant Ă  peu prĂšs le tiers de son Ăąge. Il a jetĂ© un coup d'Ɠil vers moi.

J'ai dit : «FrĂšre Bosworth, Ă  quel moment vous ĂȘtes-vous retrouvĂ© dans votre meilleure forme?»

Il a dit : «Maintenant mĂȘme.» Il a dit : «FrĂšre Branham, je ne suis qu'un enfant qui habite dans une vieille maison.»

Et-et ça, c'est frÚre Bosworth. Vous savez, il aime beaucoup plaisanter. Et lui et son... Fred, et frÚre ...?... aussi.

6        Dans une rĂ©union, madame Bosworth, sa femme, vendait des livres au kiosque des livres, Ă  l'entrĂ©e du tabernacle, alors il y a eu une-une jeune fille, du nom de ...?... Bryan qui louchait. Et elle a dit : «J'ai cherchĂ© Ă  avoir une carte de priĂšre...» Tous les efforts qu'elle avait dĂ©jĂ  fournis pour entrer dans la ligne de priĂšre Ă©taient... Ă©taient cependant restĂ©s vains. Elle n'y arrivait pas.

Je crois que c'Ă©tait le dernier soir, le soir oĂč un homme avait Ă©tĂ© guĂ©ri de sclĂ©rose en plaques, l'homme qui avait envoyĂ© un mot au roi George d'Angleterre, dont je dĂ©tiens l'attestation. Dieu l'a guĂ©ri. Et cet homme Ă©tait alitĂ© pendant dix ans Ă  cause de la sclĂ©rose en plaques. Ce soir, il est parfaitement guĂ©ri, il glorifie Dieu.

Cette petite fille pleurait, c'était une jeune fille. Et madame Bosworth a dit : «Chérie, vous ne comprenez pas.» C'est vrai. Quelques paroles en rapport avec

cela. Elle a dit : «Eh bien, vous... Vous n'avez pas besoin d'une carte de priĂšre. Si seulement vous vous avancez ici et que vous vous teniez dans cette allĂ©e, a-t-elle dit, et que vous croyiez cela vraiment de tout votre cƓur, que Dieu va vous rĂ©tablir, alors, a-t-elle dit, Dieu parlera Ă  frĂšre Branham sur l'estrade.»

7         Et je tenais une ligne de priĂšre, je parcourais la ligne de priĂšre. Alors cette jeune fille, malgrĂ© qu'elle fut trĂšs polie, vous savez, et qu'elle eĂ»t... Elle s'est avancĂ©e... C'Ă©tait le dernier soir de la rĂ©union... elle s'est avancĂ©e lĂ , elle s'est vraiment emparĂ©e de Dieu. Et tout d'un coup, j'ai senti Quelque chose venir sur moi et me faire faire demi-tour. Elle se tenait lĂ  trĂšs loin, Ă  une distance qui dĂ©passe la longueur de ce bĂątiment.

J'ai dit : «Ça va, sƓur, Dieu vous a guĂ©rie de ces yeux qui louchaient.» Les deux yeux ont Ă©tĂ© redressĂ©s. Cette jeune fille est quelque part ici dans ce bĂątiment. J'aurais souhaitĂ© qu'elle s'avance simplement, si vous m'entendez, sƓur. Quelque part... La voici, ici mĂȘme maintenant.

Disons : «Gloire au Seigneur !», tout le monde. [L'assemblĂ©e dit : «Gloire au Seigneur!»-N.D.E.] [La sƓur donne le tĂ©moignage] Dieu a fait que ses yeux ...?... maintenant. Disons: «Gloire au Seigneur!» Maintenant mĂȘme, disons : «Gloire au Seigneur !», tout le monde. [Espace vide sur la bande]...

8         Cela durera autant que durera la foi. C'est ça. DĂšs que vous faiblissez dans la foi, cela va directement revenir. N'importe quand que vous allez faiblir dans la foi, vos pĂ©chĂ©s vont directement revenir sur vous, les mĂȘmes vieux dĂ©sirs, seulement ça sera pire. Est-ce vrai? Allez donc et croyez.

La jeune fille se tenait là loin de moi. Et sa foi... Voyez, sa foi avait touché Dieu. Dieu a dit que tout ce qu'on devait faire, c'était donc de parler à la jeune fille, et aussitÎt que la Parole avait pris de la prééminence, ses yeux se sont redressés. [Espace vide sur labande-N.D.E.]... bien...

Eh bien, des milliers de ces cas... je pense que nous avons 460 et quelques cas des yeux étrangement louches, des cas de guérison divine des gens qui avaient des yeux louches, et leurs yeux sont redevenus parfaitement droits et normaux. Et ça fait moins d'une année, dans des réunions que nous avons tenues dans la ville... Monsieur Moore était ...?... des gens aux yeux louches ont été guéris. Nous sommes trÚs reconnaissants pour cela, et pour tout.

9         Je vois un petit enfant assis ici maintenant, avec ses petits pieds dans les plĂątres de Paris. Petit enfant... Elle se souvient de ce soir-lĂ  Ă  Fort Wayne, il y avait lĂ  un petit enfant, avec de petits pieds vraiment bots. Oh! la la! c'Ă©tait horrible! On lui avait mis ça dans des appareils orthopĂ©diques. Les mĂ©decins disaient que cela resterait ainsi pour toujours.

Lorsqu'il est passĂ© dans la ligne de priĂšre, j'ai dit : «SƓur, allez maintenant enlever ces histoires-lĂ .» Voyez? Et le petit enfant est revenu lĂ , marchant vers elle, tout aussi normal que possible. Il s'est tenu sur l'estrade. LĂ , ses petits pieds Ă©taient redevenus tout Ă  fait normaux, il a bien continuĂ©. C'est merveilleux, ce que le Seigneur JĂ©sus peut faire pour nous, si seulement nous avons la foi pour croire. C'est tout. Simplement croire.

10    Maintenant, j'aimerais lire juste une petite portion de la Parole. Et de nouveau, je... Avant de laisser cette partie du service sous cette tente, la vieille tente a tenu bon ici. Et j'en suis trĂšs reconnaissant. Et je-je prie que Dieu laisse cela rĂ©sister Ă  beaucoup, beaucoup de grands orages ...?... Puissent beaucoup d'Ăąmes ĂȘtre sauvĂ©es sous cette tente, et le ...?... partir de cette rĂ©union pour payer une tente, et...?... pendant que j'Ă©tais ici. J'en-en suis trĂšs reconnaissant. Cela est utilisĂ© uniquement pour l'Évangile. Ça appartenait Ă  la «Voix de la guĂ©rison» de Shreveport, en Louisiane. Ça ne sera pas utilisĂ© pour les cirques ou des choses semblables. Ce sera utilisĂ© pour l'Évangile.

Et les hommes qui utilisent cela l'ont loué. Nous avons loué cela. On a payé le loyer, le loyer a permis d'acheter une tente. Et alors, lorsqu'il est arrivé que tout avait été pris en charge, nous avons ajouté d'autres parties ici. Continuez simplement comme cela. Ensuite, le-l'argent du loyer là, on va continuer à l'affecter à différentes choses et on ira sans cesse de l'avant.

La Voix de la guĂ©rison reste toujours une association sans but lucratif. FrĂšre Lindsay en est le rĂ©dacteur en chef, et le frĂšre Moore, le corĂ©dacteur en chef, et sƓur Anna Jean Moore, la rĂ©dactrice en chef ambulante. C'est un petit journal qui publie toutes les-les-toutes les rĂ©unions de n'importe quel groupe sur la guĂ©rison divine en ces derniers jours.

11   TrĂšs bien. ÉsaĂŻe 53, c'est l'un de mes passages favoris des Écritures. Juste ...?... le temps de lire cela ce soir. C'est vraiment appropriĂ© pour ce temps-ci.

Qui a cru à ce qui était annoncé, et à qui le bras de l'Eternel a-t-il été révélé? [Darby]

Il s'est élevé devant lui comme une faible plante,

Comme un rejeton qui sort... terre desséchée;

Il n 'avait ni beauté, ni éclat... attirer nos regards, et son aspect n 'avait rien pour nous plaire.

Méprisé et abandonné des hommes, homme de douleur...

Habitué à la souffrance, semblable à celui dont on détourne le visage, nous l'avons dédaigné, nous n 'avons fait de lui aucun cas.

Cependant, ce sont nos souffrances qu 'il a portées, c 'est de nos douleurs qu 'Il s'est chargé; et nous l'avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés,

Brisé pour nos iniquités; le chùtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui,

Et c 'est par ses meurtrissures que nous sommes guéris.

Nous Ă©tions tous errants comme des brebis, chacun suivait sa propre voie;

Et l'Eternel a fait retomber sur lui l'iniquité de nous tous.

12    Prions. Notre PĂšre cĂ©leste, c'est juste la lecture de la Parole maintenant, puisse le Saint-Esprit prendre ces Paroles maintenant et Les enfoncer droit dans les cƓurs des gens; et puissent-ils arriver Ă  se rendre pleinement compte ce soir, ici sous cette tente, que c'est de JĂ©sus que nous parlons. Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui; et c'est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.

Oh, combien nous L'aimons de tout notre cƓur! C'est avec reconnaissance que nous venons incliner la tĂȘte vers la poussiĂšre de la terre, d'oĂč nous avons Ă©tĂ© tirĂ©s, et oĂč nous retournerons un jour, si le Seigneur tarde vraiment.

Et je Te prie, ĂŽ PĂšre, de nous bĂ©nir ce soir, et d'agir parmi nous d'une maniĂšre trĂšs merveilleuse, et que plusieurs grandes guĂ©risons soient accomplies ce soir, de par Sa PrĂ©sence. Puissent ces bien-aimĂ©s qui sont ici tendre directement la main et prendre prise, Seigneur (accorde-le, Seigneur.), et lĂ , qu'ils s'accrochent au Rocher des Ăąges jusqu'Ă  ce que la puissance du Seigneur les fasse franchir la porte pour entrer dans la libertĂ©, en Ă©chappant Ă  l'emprise de l'ennemi, jusqu'Ă  ce qu'ils soient libĂ©rĂ©s du pĂ©chĂ© et de la maladie. Accorde- le, PĂšre. Écoute la priĂšre de Ton serviteur, comme nous prions au Nom de JĂ©sus. Amen.

13    Ceci est... ce soir, nous ne prendrons pas beaucoup de temps Ă  beaucoup parler, seulement, j'aimerais remercier tous ceux qui ont contribuĂ© aux rĂ©unions. J'aimerais remercier les prĂ©dicateurs qui ont collaborĂ©. Que Dieu les bĂ©nisse. Les Ă©trangers qui sont ici devraient frĂ©quenter leurs Ă©glises, leur rendre visite, une visite. Et je suis sĂ»r que ce sont-que ce sont de bons hommes de Dieu, sauvĂ©s et envoyĂ©s de Dieu.

Jamais je n'ai Ă©tĂ© Ă  un endroit oĂč les prĂ©dicateurs et les gens ont Ă©tĂ© en harmonie et dans l'amour plus que dans ce groupe de gens. Et l'auditoire a Ă©tĂ© merveilleux, vraiment...

Jamais je n'ai repris quelqu'un, ils n'ont fait que garder la tĂȘte inclinĂ©e. Cela m'a Ă©tonnĂ©. GĂ©nĂ©ralement, parfois dans des rĂ©unions, Dieu doit envoyer dans ...?... une demi-douzaine ou plus, pour les amener Ă  ĂȘtre respectueux. Eh bien, c'est... Ici, les gens sont vraiment respectueux, ils croient d'un seul cƓur et d'un commun accord. C'est ainsi qu'il faut s'y prendre. Ainsi donc, c'est merveilleux.

14     Et toutes nos dĂ©penses sont couvertes. Nous vous sommes vraiment reconnaissants. On m'a remis une offrande d'amour, j'apprĂ©cie cela du fond de mon cƓur, pour rien ces...

Quelqu'un m'a écrit une petite lettre il y a quelques instants. Et, oh! la la! Oh, comme il m'a taillé en piÚces au sujet de la réunion du dimanche aprÚs-midi! Oh! la la! c'est une dame. Elle a dit : «Je suis venue pour voir les miracles, et non pour entendre ce qui était arrivé dans la vie de quelqu'un.»

Avec une telle attitude, sƓur, vous n'allez jamais voir ces miracles, jusqu'Ă  ce qu'il y en aura un qui sera accompli sur vous, et c'est lorsque vous serez convertie. C'est vrai. C'est vrai. En effet, votre cƓur n'est pas en ordre vis-Ă - vis de Dieu, avec quelque chose comme cela. L'attitude affichĂ©e vis-Ă -vis de cela le prouve. Le fruit-c'est Ă  l'usage qu'on apprĂ©cie l'efficacitĂ© d'une chose. Remarquez donc : «Vous les reconnaĂźtrez Ă  leurs fruits.»

15     Bon. Ainsi donc, nous avons connu un glorieux succĂšs pour JĂ©sus-Christ. Savez-vous que JĂ©sus a fait plus ici qu'il ne l'a fait dans Sa propre ville? N'est-ce pas? En effet, JĂ©sus n'a pas pu accomplir des miracles dans Sa propre ville, mais dans cette ville-ci, Il a accompli des miracles, n'est-ce pas? Ainsi, Il a eu plus de succĂšs dans cette ville-ci qu'il n'en a eu dans Sa propre ville.

Pensez-y. Jésus-Christ, aprÚs mille neuf cents ans, a eu plus de succÚs à Cleveland, dans l'Ohio, dans une série de réunions de six semaines ici, ou une série de réunions de trois semaines qu'il n'en a eu pendant Son pÚlerinage, dans Sa propre ville. Pensez-y.

Cela montre que le Glorieux et Vieux Bateau de l'Évangile a la mĂȘme puissance qu'il avait au commencement (c'est vrai.), quand les hommes et les femmes croiront en Lui. Bon, nous en sommes reconnaissants, et nous prions que Dieu vous bĂ©nisse tous.

16     Et j'espĂšre vous voir le dimanche aprĂšs-midi. Et le dimanche aprĂšs-midi, ça sera un service de prĂ©dication. Et si le Seigneur ne me fait pas changer d'avis, j'aimerais parler sur le sujet : «Le retour de l'enfant prodigue», le dimanche aprĂšs-midi. Et venez si vous ĂȘtes dans ...?... Et puis... Alors, nous...

Puis le dimanche soir, j'espĂšre que nous tiendrons le service de guĂ©rison le plus glorieux que nous n'ayons jamais tenu. Je crois vraiment que cet endroit sera illuminĂ© par la puissance de Dieu.¶Je me sentirai peut-ĂȘtre un peu reposĂ©, aprĂšs quelques soirĂ©es de repos donc, je vais conduire le samedi soir; je serai plus disposĂ© Ă  venir Ă  la rĂ©union. A cette allure, je deviens, on dirait, lourd et engourdi. Et je-et je... quand je me sens fatiguĂ© et Ă©puisĂ©, je deviens plus ou moins engourdi pour percevoir par ce don. Je pense que quelqu'un ressentirait la mĂȘme chose dans le naturel. AprĂšs avoir beaucoup travaillĂ©, vous devenez plutĂŽt engourdi, le sens liĂ© ...?... c'est ainsi que ce ...?... Et j'espĂšre que Dieu nous accordera un dĂ©but trĂšs frais le dimanche soir. Venez en croyant, venez dans l'esprit de priĂšre, tout le monde.

17     Je remercie tous les huissiers, les officiels et autres qui collaborent, mĂȘme si on me donne ...?... cet aprĂšs-midi. [Espace vide sur la bande-N.D.E.]... quelques minutes de plus. Non pas... Je me tenais dans le parking, je suis censĂ© quitter ici Ă  4 heures. J'Ă©tais lĂ , courant çà et lĂ . Et le Seigneur m'a visitĂ© dans deux visions aujourd'hui, d'aller au ...?... dans les rues aujourd'hui. J'Ă©tais assis dans une chambre. Le Seigneur est descendu et a dit : «Va dans tel coin, tourne Ă  gauche et descends ici et tiens-toi lĂ . Il y aura une femme qui passera par lĂ , portant une veste grise et un petit chapeau blanc.» Il a dit : «Elle a un cancer, elle doit ĂȘtre guĂ©rie.»

Et la femme était là, descendant la rue. Elle a dit : «N'est-ce pas vous le Révérend Branham qui est sous cette tente-là?»

J'ai dit : «Oui.»

Elle a dit : «Oh, j'ai cherché à venir, mais mon mari ne m'a pas permis d'aller au...»

J'ai dit : «Le Seigneur vous a guĂ©rie de votre cancer, sƓur. Allez en paix.» Elle a dit : «Oh! la la!» Elle a descendu la rue en pleurant comme cela. Voyez, Dieu sait tout au sujet de ces choses. Ainsi donc, c'est merveilleux.

18    Je pense que j'ai vu un-un frĂšre rĂ©trograde venir aussi au Seigneur cet aprĂšs-midi, revenir Ă  la maison du Seigneur, Ă  la communion avec Son-Son Fils, JĂ©sus. Priez donc beaucoup.

Et je viens de voir deux douces petites filles assises lĂ . Que leurs petits cƓurs soient bĂ©nis ...?... Tout aussi douces! Je ...?... deux des fillettes sont juste assises lĂ , ayant une petite chevelure blonde.

Je me rappelle l'une des scĂšnes les plus pathĂ©tiques que j'aie jamais vues de ma vie, c'Ă©tait Ă  Mexico, oĂč nous comptons effectuer des voyages en hiver prochain, si possible. Je me rappelle, nous avions franchi la frontiĂšre Ă  Juarez. C'Ă©tait pour moi la premiĂšre fois d'ĂȘtre donc Ă  Mexico. Et quand frĂšre Moore et moi, nous avons franchi la frontiĂšre et que nous sommes entrĂ©s lĂ , j'ai parcouru la rue. Et, oh! la la!, il y avait des gens dans des rues, souffrant de la tuberculose et tout.

J'ai tendu la main, cherchant à leur donner de l'argent et à tenir leurs mains. Oh! la la, comme ces tuberculeux pouvaient se heurter dehors. Je leur parlais, ils n'arrivaient pas à me comprendre, à cause de leur langue, ils n'arrivaient pas à comprendre la mienne. Ils se retiraient. Ils avaient peur, comme... J'ai continué à parcourir la rue. Nous sommes passés par une certaine église. Et, oh, c'était trÚs pauvre.

19    Nous avons vu un petit enfant lĂ  qui mettait des tomates pourries dans un sac, sur un petit ...?... dans la rue. Je vous assure ! Vous vous sentez indignes en voyant ça.

J'ai vu une autre scÚne. Là, c'était un petit enfant. Il n'avait rien sur lui sinon un manteau. Il avait un petit portefeuille, rafistolé, tout plein de papiers tout déchirés. Il plongeait la main là dans une vieille poubelle. Il en retirait quelque chose, vous savez, et il en secouait l'eau, et enlevait de sa main des histoires, puis regardait cela. Tous pratiquement étaient partiellement aveugles. Il a regardé cela comme ça, il a mis cela dans un vieux petit sceau, d'une matiÚre.

Sa grand-mÚre se tenait là, pieds nus. Elle avait des pieds comme les pattes d'un ours, au bout, tout aussi calleux que possible, elle portait un vieux chùle sale, elle se tenait là gardant le... entre ses mains. Et le petit garçon a tendu la main et a de nouveau tùté cela.

Et j'ai dit : «Je vais aller voir cela.»

Les gens ont dit : «Oh, il ne faut pas aller là.» Ils ont dit : «Ils... »

20     Je suis allĂ© lĂ . La chose, c'est que ce petit garçon mexicain prenait de tous petits morceaux de pommes de terre, Ă  peu prĂšs comme ça, du fond des poubelles sales, lĂ . Et lorsque le fleuve Mexico rejette tous les rebuts, c'est vraiment dĂ©sagrĂ©able. Mais il en avait environ une demi-douzaine. Eh bien, il riait vraiment et les gens riaient. Ils regardaient leurs pommes de terre.

Je me suis dit : «Oh! la la! Et il n'y a pas longtemps que j'ai quittĂ© lĂ . Et mes frĂšres m'ont payĂ© un petit dĂ©jeuner d'au moins 75 cents ou 1 dollar, environ, quand nous avions franchi la frontiĂšre.» Et j'ai considĂ©rĂ© ce pauvre petit enfant. Je... On dirait que son cƓur allait sortir de lui, enflĂ©.

21     Eh bien, c'est peut-ĂȘtre un petit Mexicain, mais il Ă©prouve la faim autant qu'un petit AmĂ©ricain. Quand il est affamĂ©, il est tout aussi bien affamĂ©. Absolument. Et JĂ©sus est mort pour lui tout aussi bien que pour nous tous. Et je l'ai regardĂ©, je me suis dit : «Pauvre petit ĂȘtre! Et si c'Ă©tait mon petit Billy Paul.» Je l'ai regardĂ©...¶Je me suis approchĂ© de lĂ  oĂč il Ă©tait, et la grand-mĂšre m'a vu venir. Eh bien, c'Ă©tait peut-ĂȘtre la grand-mĂšre. Elle est rentrĂ©e en courant. J'ai touchĂ© le petit garçon, comme ça. Et, oh! la la! il a bondi dans la rue, pensant que quelqu'un l'avait piquĂ© ou quelque chose comme, pour avoir pris ces pommes de terre. Il a regardĂ©. Et ses petits yeux avaient, on dirait, des larmes et ça bougeait comme cela, on dirait qu'il me regardait ...?... tenu le petit garçon ...?... Je pointais du doigt le ciel en tenant ma main sur mon cƓur. Et je lui faisais savoir que j'Ă©tais un prĂ©dicateur. J'ai continuĂ© Ă  pointer du doigt vers le haut comme ça. Et...?... tout autour, voir ce qui allait se passer lĂ . Et je-je me suis agenouillĂ©.

Je savais qu'il Ă©tait catholique, eux tous lĂ -bas sont donc catholiques. En effet, je les ai vus faire le signe de la croix, vous savez, sur mon cƓur. Et... retenir mon... [Espace vide sur la bande-N.D.E.]

22     Dans tous les bancs. Ils ont juste prĂ©levĂ© une offrande d'amour... [Espace vide sur la bande-N.DE.] J'ai vu lĂ  oĂč ...?... vous savez, marche sur ces mains. Et il se met Ă  marcher avec lui. J'ai tendu la main, j'ai tendu la main, et dans sa petite poche [Espace vide sur la bande]

23     Je me suis avancĂ©, j'ai mis la main dans la poche, j'avais environ, oh, 5 ou 6 dollars, en piĂšces de 50 cents, de 25 cents et autres que j'avais en poche. Et je lui avais fait baisser ses petites mains. Je lui avais dit de garder ses mains comme ça, vous savez. Alors il m'a regardĂ©, vous savez. Et finalement, je lui ai demandĂ© de tendre ses petites mains. J'ai dĂ©versĂ© tout cela dans ses petites mains.

Et il a regardé cela comme ceci. Il s'est baissé et a regardé cela attentivement. Il s'est tenu là un petit moment et a mis cela dans sa petite poche, il a levé les yeux vers moi, comme ça, il a enlevé son petit chapeau, il s'est agenouillé et a saisi ma main.

Oh! la la! J'ai dit : «Que Dieu te bénisse, chéri. Je te rendrai encore visite un de ces jours, aussitÎt que possible.» C'est vrai.

24     II y a beaucoup de choses que nous pouvons faire avec l'argent, si seulement nous les AmĂ©ricains, nous voulons le faire. Savez-vous cela? C'est vrai. C'est lĂ  qu'on en a vraiment besoin, lĂ  oĂč on souffre et oĂč on est dans le besoin. De pauvres petits enfants...

FrÚre Gordon et moi, le Seigneur voulant, vers Noël, on va effectuer un voyage là pour voir ces petits enfants.

Dieu est misĂ©ricordieux envers nous, n'est-ce pas? Nous les AmĂ©ricains, nous ne savons pas Ă  quel point nous sommes heureux. C'est vrai. En voyant le besoin de ce monde, combien les gens sont dans le besoin! Et pourtant, nous avons beaucoup de choses et... [Espace vide sur la bande-N.D.E.] Insensible. Il a dit : «J'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donnĂ© Ă  manger. J'Ă©tais nu, vous ne m'avez pas vĂȘtu. J'Ă©tais en prison, vous ne m'avez pas rendu visite. Seigneur, quand T'avons-nous vu? Toutes les fois que vous avez fait ces choses Ă  l'un de ces plus petits, c'est Ă  Moi que vous les avez faites. » Est-ce vrai?

25    TrĂšs bien. Maintenant, nous allons former la ligne de priĂšre; en effet, ce soir j'aimerais prier autant que possible pour les malades. Ce soir, je commencerai environ 35 minutes plus tĂŽt, car j'aimerais prier aussi longtemps que possible. J'aimerais commencer, car je dois aller au lit trĂšs tĂŽt pour conduire le matin, rentrer Ă  la maison pour les rĂ©unions de demain soir.

Inclinons donc la tĂȘte une fois de plus, s'il vous plaĂźt. Mes amis, vous pouvez trop rire, vous pouvez trop parler, vous pouvez trop marcher, mais vous ne prierez jamais trop. «Je veux que les hommes prient en tout lieu, en Ă©levant des mains pures et sans...»

26    Notre PĂšre cĂ©leste, nous en arrivons maintenant Ă  la fin de cette sĂ©rie de dix-sept rĂ©unions du soir, l'une des sĂ©ries de rĂ©unions les plus longues que Tu aies jamais permis Ă  Ton serviteur de tenir. Eh bien, demain soir, il y en aura une autre ici avec frĂšre Lindsay et frĂšre Hall. PĂšre, nous Te prions de les rencontrer ici. BĂ©nis ces deux prĂ©cieux frĂšres chrĂ©tiens. Que la puissance du Saint-Esprit soit lĂ  pour dĂ©livrer les malades et les affligĂ©s, ceux qui ne peuvent pas ĂȘtre ici ce soir. Nous Te demandons ce soir de dĂ©barrasser toute cette salle, PĂšre, de chaque personne malade. Qu'il y ait une grande effusion de l'Esprit. Que plusieurs centaines de gens, tous ceux qui sont dans le besoin ce soir puissent ĂȘtre dĂ©livrĂ©s ici sur l'estrade ce soir, Seigneur, et lĂ  dans l'assistance, sur leurs siĂšges.

27     Et comme notre jeune sƓur l'a tĂ©moignĂ©, elle se tenait lĂ  derriĂšre, lĂ  au fond du bĂątiment, Dieu est descendu sur elle, Ă  cause de ces yeux qui Ă©taient louches depuis l'enfance, et II a redressĂ© ces yeux. La puissance du Saint- Esprit a ĂŽtĂ© cela. O Dieu, elle s'est avancĂ©e avec une foi dĂ©pourvue de doute, et son jeune cƓur a Ă©tĂ© bĂ©ni, elle va maintenant partout, elle est venue jusqu'ici pour pouvoir dire : «JĂ©sus guĂ©rit.» Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.

Je pense à cette fillette là, avec des yeux louches, aveugle, atteinte d'une affection à l'estomac, qui a été guérie. Et Tu as permis que cela soit mentionné dans le grand livre «Who's Who» [«Qui est Qui», répertoire des personnalités des personnes importantes-N.D.T.] O Dieu, nous Te remercions pour Ta miséricorde et Ta bonté. Sois avec nous ce soir donc, s'il Te plaßt, PÚre. Déverse Ton Esprit sur nous et accorde-nous une grande délivrance ce soir, car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

28     Bon, ce soir, tout le monde, j'espĂšre que nous chercherons Ă  tirer au clair ce seul point, Ă  savoir Dieu est ici. Je me demande si vous allez me faire cette promesse avant que nous commencions Ă  prier pour les malades. Faites-moi cette promesse et dites : «Si Dieu me touche, ne fut-ce que ce soir, je vais me lever et rĂ©clamer ma guĂ©rison sur-le-champ. DĂšs que cette foi s'ancre dans mon cƓur, je dirai : 'Seigneur, me voici.'»

Vous souvenez-vous des lĂ©preux qui Ă©taient assis Ă  la porte? Ils se sont dit : «Quoi! resterons-nous ici jusqu'Ă  ce que nous mourions? Faisons quelque chose Ă  ce sujet.» Et alors, faites de mĂȘme ce soir. Faisons quelque chose Ă  ce sujet.

Sa PrĂ©sence ici... Un petit enfant sourd Ă©tait assis lĂ  hier soir. Et cette mĂšre-lĂ , oh, comme elle regardait, comme elle a essayĂ©! Je pouvais sentir cela tirer, tirer. Puis, cela a entraĂźnĂ© tout le monde lĂ -il s'est mis Ă  tirer. Et je sais que beaucoup parmi eux ont arrĂȘtĂ©.

Je me suis retourné, j'ai dit : «Il y a quelqu'un ici, il y en a beaucoup qui ont été guéris. Je ne peux simplement pas dire qui ils étaient.»

29     La maman s'est retournĂ©e, elle a parlĂ© Ă  l'enfant, et elle a apportĂ© la carte de priĂšre avec des larmes qui lui coulaient sur les joues. Elle a dit : «Mon enfant entend.» Voyez-vous cela? C'est ça. C'est ça. Mettez-vous simplement Ă  croire de tout votre cƓur. Cela aura lieu. C'est votre foi qui vous guĂ©rit. N'est-ce pas vrai? Votre foi, il n'y a pas un autre moyen par lequel vous pouvez ĂȘtre guĂ©ri si ce n'est par la foi. Eh bien, que Dieu bĂ©nisse les cƓurs de ces gens qui sont ici [Espace vide sur la bande-N.D.E.] lĂ .

TrĂšs bien. Maintenant, nous allons essayer d'en prendre autant que possible, vous pouvez vous-mĂȘme faire l'appel. Je lui confierai cela ce soir. [Espace vide sur la bande] ...?... prie que Dieu lui vienne en aide pour qu'il fasse le choix.

30    TrĂšs bien. Eh bien, combien de cartes avez-vous distribuĂ©es? Une centaine? Je crois, peut-ĂȘtre, aprĂšs que nous aurons fait passer la ligne, quelques instants aprĂšs, peut-ĂȘtre que nous n'aurons pas Ă  traĂźner si longtemps avec une seule personne. Alors, on les laissera juste passer et tout le groupe sera guĂ©ri. Ne serait-ce pas merveilleux Ă  voir? Nous avions l'habitude de tenir cela...

Combien ont déjà été dans l'une de ces lignes de priÚre rapides? C'est que, quand nous tenions des lignes rapides à l'époque... Nous faisions passer des gens là, et les témoignages ne faisaient qu'affluer. Tout ce qu'il leur fallait faire, c'était juste de s'approcher de vous. Se tenir juste là, pendant que

l'onction était là, alors les gens recevaient leurs bénédictions et s'en allaient en se réjouissant. Et ils étaient guéris. Voyez-vous?

32     Le serpent d'airain ne pouvait pas prier pour quelqu'un, n'est-ce pas? La piscine de Bethesda, l'Ange ne priait pour personne. Il y avait une eau agitĂ©e. Est-ce vrai? Les gens regardaient tout simplement et vivaient, pour ce qui Ă©tait du serpent d'airain. Et du temps des apĂŽtres, on couchait les malades Ă  l'ombre de Pierre et les malades Ă©taient guĂ©ris.

Eh bien, si vous ne croyez pas qu'on est de nouveau au temps biblique ! C'est juste une rĂ©pĂ©tition. En ces derniers jours, Dieu appelle un peuple du milieu des nations. Il appelle les Juifs et l'Église des Gentils, la mĂȘme chose, une alliance.

33    Autrefois, lorsqu'on concluait un contrat, vous savez ce qu'on faisait? Observez. Dieu vient de me dire d'en parler, je ne sais pas.

Une personne se mettait à rédiger un-un contrat sur un bout de papier. Il rédigeait un contrat. Et alors, dans ce contrat, ils écrivaient ce qu'ils allaient faire, puis ils déchiraient le papier en deux et tuaient un animal. Le me... Et on déchirait ce contrat au-dessus de cet animal. On remettait une partie à une personne et une autre, à une autre.

Et quand on les rassemblait... quand cet accord Ă©tait rassemblĂ©, cela devait former exactement le mĂȘme bout de papier dont les mots avaient Ă©tĂ© dĂ©coupĂ©s, cela devait parfaitement s'accorder, sinon le contrat n'Ă©tait pas valable. Voyez, l'accord n'Ă©tait pas valable. Le mĂȘme bout de papier qui avait Ă©tĂ© dĂ©chirĂ©, devait ĂȘtre reconstituĂ© en s'emboĂźtant parfaitement l'un avec l'autre, comme ça, pour que ça soit parfait.

Et puis, en guise d'engagement, ils tuaient un animal, quand ils prenaient des engagements.

Eh bien, Dieu avait conclu une alliance avec les gens de ce monde. Il a donc envoyĂ© le Fils de Dieu et II L'a tuĂ© au Calvaire. Croyez-vous cela? «Nous Ă©tions tous errants comme des brebis. Dieu a fait retomber sur Lui l'iniquitĂ© de nous tous. Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, brisĂ© pour nos iniquitĂ©s; le chĂątiment qui nous donne la paix est tombĂ© sur Lui, c'est par Ses meurtrissures que nous sommes guĂ©ris.» Ça, c'Ă©tait l'alliance de Dieu avec l'Église. Est-ce vrai? Alors, Dieu a tuĂ© l'Agneau au Calvaire. Croyez-vous cela? Et Lui, Il L'a dĂ©chirĂ©. Il a amenĂ© une partie, le corps, lĂ  dans la Gloire, et Il L'a placĂ© Ă  la droite de la MajestĂ© divine. Croyez-vous cela? Et le Saint- Esprit, Il L'a renvoyĂ© aux gens. Est-ce vrai?¶Puis, lorsqu'on rassemblera cela, lorsque cette alliance sera rassemblĂ©e au Jour du Jugement, le mĂȘme Saint-Esprit qui descendit le jour de la PentecĂŽte, rassemblera un groupe de gens, cela formera de nouveau ce mĂȘme Corps, ça s'emboĂźtera parfaitement pour former ce mĂȘme Corps. C'est une alliance.

35    Ainsi donc, le mĂȘme Esprit qui Ă©tait lĂ  en ce jour-lĂ , est ici aujourd'hui. Les mĂȘmes signes, les mĂȘmes prodiges, les mĂȘmes miracles sont accomplis. Le mĂȘme genre de personnes croit de la mĂȘme façon.

Quand les gens ont vu l'apĂŽtre Pierre, et qu'ils ont reconnu qu'il avait un don de Dieu, quand Pierre avait dĂ©voilĂ© et dit aux gens ce qu'ils avaient fait... Alors ils ont reconnu, il avait dĂ©voilĂ© Ă  Ananias et Saphira leurs pĂ©chĂ©s. Il savait ce que Dieu avait mis dans son cƓur pour faire. Et puis, par cela, aprĂšs qu'ils avaient reconnu cela, les lignes de priĂšre devenaient tellement longues que Pierre n'arrivait mĂȘme pas Ă  prier pour eux, on couchait alors des malades dans des rues, afin que ce vieux pĂȘcheur mĂȘme (ce n'Ă©tait pas quelqu'un avec un grand diplĂŽme de thĂ©ologie, mais c'Ă©tait un vieux pĂȘcheur), afin que mĂȘme son ombre passe sur ces gens. Et tous ceux sur qui son ombre passait Ă©taient guĂ©ris. Vous y ĂȘtes.

Il n'y avait pas d'Écriture pour soutenir cela. Il n'y en avait pas en ce temps-lĂ . Mais Dieu guĂ©rissait ces gens Ă  cause de leur respect pour l'Évangile de JĂ©sus- Christ. Et II fera la mĂȘme chose aujourd'hui. Ce n'Ă©tait pas Pierre. C'Ă©tait... Les gens respectaient le Dieu que Pierre reprĂ©sentait. Est-ce vrai? C'est de Lui qu'il s'agissait. Et l'ombre de Pierre passait sur les malades, et les malades Ă©taient guĂ©ris, parce qu'ils croyaient cela.

36    Nous vivons de nouveau dans ces jours-lĂ  : Dieu agit parmi Son peuple, avec de grands signes et de grands prodiges. Maintenant, vous n'avez pas Ă  vous coucher Ă  une ombre; mais vous ĂȘtes sous cette tente ce soir, ça y est lĂ  tout autour, le Saint-Esprit est ici. Laissez-Le tout simplement passer sur vous. Ensuite, levez-vous et dites : «Oui, je crois cela. Maintenant mĂȘme, j'accepte cela.» Soyez guĂ©ris. Amen.

Croyez-vous cela, sƓur? Le croyez-vous? Cette tumeur vous dĂ©range beaucoup, n'est-ce pas? Oui. N'est-ce pas que cette tumeur vous dĂ©range? TrĂšs bien. Elle est de toute façon morte maintenant, sƓur. Dieu vous a guĂ©rie, parce que vous avez cru. Ayez foi en Dieu. Amen.

Oh! la la! comme c'est merveilleux! Il est-Il est ici et II peut tout guérir. Ayez simplement foi. Dieu vous l'accordera. Oh! la la, Î comme cela entre maintenant! Oh, peuple! J'aurais souhaité que vous puissiez tout simplement... Si...

Écoutez. Je vais vous dire quoi. Si vous avez eu un peu peur, croyez-moi sur parole ce soir, allez-vous le faire? Croyez-moi sur parole et agissez pour accomplir ce que je vous dis de faire, et moi je rĂ©pondrai pour vous au Jour du¶Jugement. Voyez? C'est vrai. Si vous croyez en JĂ©sus-Christ de tout votre cƓur, et que vous croyiez qu'il vous a guĂ©ri maintenant, et que vous L'acceptiez ainsi, c'est tout ce que vous avez Ă  faire. Mettez-vous Ă  tĂ©moigner, Ă  dire que vous ĂȘtes guĂ©ri, et allez directement de l'avant et Dieu veillera Ă  votre dĂ©livrance. C'est vrai. Louez le Seigneur.

37    Je regardais au fond, dans la foule, observant lĂ  oĂč Ça passe. LĂ  plus loin, plus loin lĂ  oĂč je ne me retrouve pas... C'est tout Ă  fait vrai.

Quelqu'un juste dans cette direction-ci, ici mĂȘme, a Ă©tĂ© guĂ©ri d'un cancer, il y a quelques instants. Je ne suis pas sĂ»r. Je pense qu'il s'agit de cette femme qui est lĂ  avec un chapeau blanc, juste lĂ -juste lĂ . Je suis... C'est juste dans cette section-lĂ .

Madame, aviez-vous le cancer, vous qui ĂȘtes assise juste lĂ , cette femme qui a la main levĂ©e? Était-ce un cas de cancer? Aviez-vous le cancer? TrĂšs bien. Cela vous a quittĂ©e, sƓur bien-aimĂ©e. Cela vous a quittĂ©e. Que Dieu vous bĂ©nisse. Amen. TrĂšs bien. Disons : «Gloire au Seigneur.»

Oh! la la! Un autre cas de cancer juste ici. Ne voulez-vous pas aussi accepter cela pour ce rhume des foins? Que Dieu vous bĂ©nisse. Est-ce vrai? Levez- vous. Je vous ai vue ...?... Vous y ĂȘtes. Vous en ĂȘtes libĂ©rĂ©e. Vous, sƓur, qui avez le cas de cancer. Levez-vous. JĂ©sus-Christ guĂ©rit et rend....

Eh bien, oh! la la, vous pouvez vous lever partout dans la salle et ĂȘtre guĂ©ris, si seulement vous croyez cela maintenant mĂȘme. Il est ici dans toute Sa puissance.

O Jésus, Fils de Dieu, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur ces gens. Que les signes et les prodiges soient accomplis ce soir au Nom du Seigneur Jésus. Accorde-le, PÚre. Alléluia!

38     Oh! la la ! Ă©coutez. Je me demande combien parmi vous croiront cela maintenant mĂȘme, si nous descendons ici, et que nous laissions les gens passer, que nous leur imposions une-nos mains pour les bĂ©nir, qu'ils seront guĂ©ris. Combien croient cela? Levez la main.

Cela vous a-t-il été confirmé? Croyez-vous? Je vous l'avais dit, que je vous poserai cette question le dernier soir. Si ces choses n'avaient pas eu lieu, tel que je l'avais annoncé le premier soir, vous devriez me traiter de faux prophÚte. Combien étaient ici le tout premier soir et m'ont entendu dire cela? Levez la main. J'avais dit que si cela arrivait, alors croyez en Dieu. Est-ce vrai? Eh bien, cela est-il arrivé? Est-ce la vérité? TrÚs bien.

Écoutez donc. Voici ce que JĂ©sus-Christ a dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Qui accompagneront qui? «Ceux qui¶auront cru, ils imposeront les mains aux malades (non pas ils prieront pour eux), les malades seront guĂ©ris.» Sont-ce lĂ  les derniĂšres Paroles qu'il avait prononcĂ©es? Est-ce lĂ  la derniĂšre promesse qu'il a donnĂ©e Ă  l'Église avant Son Ascension au Ciel? Est-ce vrai? Il a dit : «Si on trouve des croyants, et que ces derniers imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Eh bien, j'aimerais vous poser une question : Avez-vous assez de foi ce soir?

39     Si seulement nous... je descendais ici dans cette allĂ©e, je me tenais lĂ  mĂȘme pour prier, et que chacun passait, qu'on lui imposait les mains et qu'on le laissait... Et si vous avez la foi pour dire que vous irez de l'avant et que vous serez guĂ©ri, vous partirez d'ici en vous rĂ©jouissant et en louant Dieu. Je ferai cela, si Dieu ou quelqu'un doit me soutenir pour le faire. Si c'est cela que vous voulez que je fasse, je suis-je suis ici pour vous servir dans la mesure oĂč vous voulez. Nous...

Combien aimeraient avoir cela plutĂŽt que l'on continue avec une ligne ordinaire? Levez la main. Partout dans le bĂątiment maintenant, j'aimerais voir.

TrÚs bien. Regardez, Howard. C'est le contraire maintenant. Qui aimerait qu'on continue avec la ligne de priÚre ordinaire et qu'on révÚle des choses. Si c'est... Levez la main. TrÚs bien. Nous allons former la ligne et prier pour tout le monde donc. Amen.

40     Juste un instant. Juste... Je-je-je leur ai demandĂ© autre chose. Oh! la la! Croyez-vous de tout votre cƓur maintenant? Écoutez donc. Les Écritures dĂ©clarent : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, ils imposeront les mains aux malades et les malades seront guĂ©ris.» Est-ce vrai? OĂč sont mes frĂšres prĂ©dicateurs ce soir? Venez ici. Vous allez voir la gloire de Dieu ce soir. Non, monsieur, j'aimerais que vous veniez ici mĂȘme. J'aimerais moi-mĂȘme descendre lĂ  parmi ces gens, en effet, tous ces gens, certains parmi ceux qui sont assis ici, certains de ces pauvres gens n'ont mĂȘme pas une carte de priĂšre.

Eh bien, tout le monde, soyez-soyez vraiment respectueux juste un instant. Tenez-vous lĂ . Je vais ĂȘtre... descendre auprĂšs de vous. Formez juste deux lignes de cler ...juste des prĂ©dicateurs donc, pas-pas les autres, rien que les prĂ©dicateurs. Nous allons devoir former une ligne, ainsi les gens contourneront par ici. Juste un instant, mon frĂšre se mettra Ă  appeler les numĂ©ros, il va d'abord prendre toutes les cartes de priĂšre. Et ainsi, nous commencerons par les cartes de priĂšre, ensuite nous prendrons les autres qui n'ont pas de cartes de priĂšre. Êtes-vous maintenant.., est-ce que tout le monde est vraiment respectueux? Que tout le monde soit tout-tout aussi respectueux que possible.

41     Maintenant, voyons combien de cartes de priĂšre nous avons dans la salle. Faites voir les mains. Il y a probablement une bonne centaine, ou cent cinquante cartes de priĂšre. Eh bien, nous allons d'abord prendre des cartes de priĂšre pour les aligner suivant les numĂ©ros, et nous aurons de la place pour qu'ils se tiennent juste un instant. Ensuite, j'aimerais que Howard ou quelqu'un d'autre se tienne ici, ou plutĂŽt je vais dire... Peut-ĂȘtre, un ministre se tiendra ici Ă  cette estrade. Et aussitĂŽt que les cartes de priĂšre seront terminĂ©es, alors on continuera Ă  aligner tout un groupe de gens et on les fera passer pour qu'on prie pour eux, ils passeront, on priera pour chacun, on lui imposera les mains...

Eh bien, il vous faut ĂȘtre sĂ»rs maintenant. Etes-vous sĂ»rs que vous croyez? Etes-vous sĂ»rs? Etes-vous convaincus que l'Esprit qui agit ici dans l'Ă©glise, c'est le Seigneur JĂ©sus-Christ? Etes-vous convaincus? Croyez-vous dans le don divin que Dieu a donnĂ©? Croyez-vous que cela vient de Dieu? Croyez- vous? Si donc je vous ai dit la vĂ©ritĂ© pendant ces dix sept soirĂ©es d'affilĂ©e, alors je vous dis la vĂ©ritĂ© maintenant. N'est-ce pas?

Voici ce que je vous dis : Que tout le monde qui est ici maintenant, se consacre maintenant mĂȘme Ă  Dieu... Voyez, consacrez-vous Ă  Dieu. Et tout ce qu'il vous faut faire pour accomplir la Parole...

42    Eh bien, la Bible dit : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Est-ce vrai? «Ils...» Eh bien, ce sont les derniĂšres Paroles que JĂ©sus a donnĂ©es Ă  l'Église. «Ils imposeront les mains aux malades...» Qu'arrivera-t-il? «Les malades seront guĂ©ris.»

Bon, si les symptÎmes se manifestent, que direz-vous? «Il est écrit.» Est-ce vrai?

Êtes-vous prĂȘt, par la foi, Ă  dire : «Je suis maintenant prĂȘt Ă  me consacrer ainsi Ă  Dieu.» Si c'est le cas, levez la main. Eh bien, II... vous vous consacrez maintenant Ă  Lui pour accomplir cette ordonnance, c'est juste comme le baptĂȘme d'eau, juste comme n'importe quelle autre ordonnance de l'Église - le souper du Seigneur.

43     Pour l'Ă©glise, ceci est une ordonnance sacrĂ©e, Ă  savoir : «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru, ils imposeront les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Eh bien, ce n'est pas moi qui l'ai dit, c'est JĂ©sus-Christ qui l'a dit.

Eh bien, pour commencer, ce qu'il vous faut faire, c'est vous abandonner vous-mĂȘme entiĂšrement Ă  Christ, et abandonner votre pensĂ©e Ă  Sa Parole : «Seigneur, je ne veux pas agir sur base de mes propres sensations, pas sur base de mes propres pensĂ©es. Je vais seulement agir sur base de Ta Parole. Je

n'aurai point le contrÎle de mes propres pensées à ce sujet. Je vais agir sur base de Ta Parole.» Tirez donc cela au clair.

Eh bien, vous ne vous mettrez pas Ă  dire : «Eh bien, j'ai perdu ma guĂ©rison.» Si vous le faites, frĂšre, ça sera pire que jamais, si vous vous consacrez ainsi. Vous devez prendre position maintenant mĂȘme. Souvenez-vous, c'est juste comme entrer dans l'Ă©glise, vous ĂȘtes censĂ© vous consacrer ainsi et dire : «Seigneur, Dieu du ciel, je vais prendre position pour Ta Parole, viens-moi donc au secours, jusqu'Ă  ce que la derniĂšre goutte du sang quitte mon corps, ou plutĂŽt le dernier souffle.» Voyez-vous?

Croyez-vous que quand votre enfant passera par cette ligne, il sera guĂ©ri, sƓur? Croyez-vous cela? A vrai dire, il est dĂ©jĂ  guĂ©ri, mais j'aimerais que vous passiez quand mĂȘme par cette ligne. Ça fait quelque temps qu'il est guĂ©ri. C'est vrai. Mais juste, j'aimerais que vous passiez, afin que vous suiviez la... ordinaire.

Eh bien, vous tous qui aimerez vous consacrer ainsi, placez votre main sur le cƓur, comme ceci. Ceux qui sont ici debout, ceux qui ne le peuvent pas, placez la main lĂ . Eh bien, levez la main. Eh bien, vous vous consacrez maintenant Ă  Dieu, comme quoi dĂ©sormais, vous croirez que vous ĂȘtes guĂ©ri par la puissance du Dieu Tout-Puissant. Faites-vous cela?

43 Dieu Tout-Puissant, je Te confie maintenant ceci, en tant que Ton humble serviteur, au Nom de Jésus-Christ ...?... ce Fils du Dieu vivant, qui a souffert, qui a saigné et qui est mort sous le... pour le pardon de nos péchés et la guérison de nos corps...

Qui a cru Ă  ce qui nous Ă©tait annoncĂ©? Et Ă  qui le bras de l'Eternel a-t-il Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©? Cela est lĂ  ce soir. Ils croient Ă  ce qui Ă©tait annoncĂ©. Le bras de l'Eternel a Ă©tĂ© rĂ©vĂ©lĂ©. Nous croyons au Seigneur JĂ©sus-Christ, et maintenant, nous rĂ©primandons chaque esprit du diable qui lie ces gens, au Nom de JĂ©sus- Christ, le Fils du Dieu vivant. Qu'il les quitte, Seigneur Dieu, alors que ces gens passent par cette ligne, et que nous leur imposons les mains. Qu'on ait ce soir la mĂȘme rĂ©union qu'autrefois dans les rues de JĂ©rusalem, lĂ  oĂč l'ombre de Pierre passait sur les gens. Nous les Gentils, nous croyons au don. Nous croyons en Dieu. Nous croyons en Christ tout autant qu'eux autrefois. Et nous sommes tout aussi reconnaissants.

Et, Seigneur Dieu, que Ta puissance parcoure cet auditoire et guérisse chaque personne qui est dans cette salle. Et pendant qu'ils passent par cette ligne, puissent-ils se lever, crier et louer Dieu pour Sa gloire. Nous le demandons au Nom de Son Fils, Jésus-Christ. Amen.

44     TrĂšs bien. Maintenant, il va aligner ceux qui ont des cartes de priĂšre. Et j'aimerais que vous... Écoutez. Voulez-vous encore faire autre chose pour moi? DĂšs que la premiĂšre main vous aura touchĂ©, levez la main et dites : «Merci, JĂ©sus.» Parcourez cette salle en louant... [Espace vide sur la bande- N.D.E.] ... Dieu, disant : «Merci, JĂ©sus. Merci.» Ne faites rien d'autre si ce n'est louer Dieu constamment dans votre cƓur, tout le temps. Oui oui.

Bon, je remets maintenant le service au frÚre, alors que je descends ici dans la ligne pour commencer ce... [La ligne de priÚre a été appelée]

45     Je pense que je peux dire du fond de mon cƓur que beaucoup de gens ont Ă©tĂ© guĂ©ris. C'est la ligne de priĂšre la plus longue que j'aie jamais vue dĂ©filer de ma vie. Eh bien, je peux dire qu'au moins 80 ou 90 pourcent des gens qui sont passĂ©s par cette ligne, sont guĂ©ris maintenant mĂȘme. J'ai vĂ©rifiĂ© cela en tenant leurs mains. J'ai essayĂ© de tendre ma main pour sentir, pour capter des vibrations, et ils en Ă©taient tout aussi libĂ©rĂ©s que possible quand ils sont passĂ©s. Pratiquement tout le monde qui est passĂ© par la ligne est dĂ©jĂ  guĂ©ri. Dieu qui est mon Juge, que je sers, sait que ce que je dis est vrai.

Je vois un aveugle qui a fait longtemps dans des réunions, il passe par ici maintenant en marchant. On dirait qu'il voit, il se tient ici devant nous, ici. Disons : «Merci Seigneur pour cela.»

46     Eh bien, je pense que ce qu'on devrait faire, c'est que tous les frĂšres... mettons-nous en ligne. Et que chacun impose les mains Ă  ceux qui sont dans les brancards roulants, et laissez-moi venir lĂ  oĂč vous ĂȘtes. Vous tous les prĂ©dicateurs, approchez. Que tout le monde soit en priĂšre maintenant pour ces gens

Eh bien, vous qui ĂȘtes dans ces fauteuils roulants et sur ces civiĂšres, aprĂšs qu'on aura priĂ© pour vous, croyez de tout votre cƓur. Que Dieu vous bĂ©nisse.

Écoutez, mes amis, du fond de mon cƓur, je vous aime d'un... chrĂ©tien-avec la chaleur de l'amour chrĂ©tien. C'est merveilleux. Maintenant, alors que vous vous approchez, que tout le monde incline la tĂȘte pendant que nous prions.


 

EN HAUT