ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication La profondeur appelle la profondeur de William Branham a été prêchée 54-0624 La durée est de: 1 heure .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

La profondeur appelle la profondeur

1    Il n'y a pas deux Saint-Esprits; le m√™me Saint-Esprit qui a conduit Sim√©on ce soir--ce matin-l√† vers le Christ, vous a conduits ici ce soir parce que vous croyez la promesse du Saint-Esprit, et Il a la m√™me obligation envers vous qu'envers Sim√©on. La m√™me. Parce qu'Il est Dieu et qu'Il doit tenir Sa Parole.
    Je peux me repr√©senter Sim√©on: il d√©sirait ardemment voir le Christ. Il croyait ce que la Parole de Dieu lui disait. Peu importe ce que les critiques disaient, il croyait la Parole de Dieu. Il y avait dans son coeur un d√©sir ardent de voir le Christ et il croyait qu'il Le verrait. Comme David disait: ¬ęQuand la profondeur appelle la profondeur...¬Ľ
    Beaucoup parmi vous croient en la gu√©rison Divine. Y croyez-vous? Croyez-vous en la gu√©rison Divine? La raison m√™me qui vous fait croire en la gu√©rison Divine prouve qu'il y a une gu√©rison Divine.

2    Quand nous sommes arriv√©s en Am√©rique, nous avons d√©couvert l'Indien d'Am√©rique. Il adorait quelque chose: le soleil, la lune et la nature; parce qu'en lui-m√™me, il est un √™tre humain, il sait qu'il a un Cr√©ateur, car il y a quelque chose dans son coeur qui fait appel √† l'adoration. C'est ainsi avec chaque mortel. Vous pouvez adorer votre auto, votre travail, votre maison ou autre chose. Vous allez adorer quelque chose. Ainsi, s'il y a une idole, enlevez-la et laissez J√©sus-Christ avoir la premi√®re place. Laissez-Le √™tre le premier en tout.

3    Alors la faim, la profondeur... Comme David disait: ¬ęQuand la profondeur appelle la profondeur au bruit de tes cataractes.¬Ľ
    Maintenant, la profondeur appelant la profondeur. Par exemple, si... s'il y a ici une profondeur qui appelle, il doit y avoir une profondeur pour r√©pondre √† cet appel. Peut-√™tre vais-je me rendre clair comme ceci.
    Je suis un grand amoureux de la nature, et en allant dans les bois, j'observe le coucher du soleil, j'entends les animaux, les cris du monde sauvage. Ma m√®re est √† demi-indienne. Ainsi c'est--il y a quelque chose √† ce sujet, dans mon sang, qui fait que j'aime la nature. Et quand j'entends l'appel de la nature, il y a quelque chose qui embrase mon √Ęme, je ne peux pas l'emp√™cher.

4    Derni√®rement, j'√©tais dans le Colorado et je me tenais sur une montagne et j'observais une vieille m√®re aigle, comment elle transportait ses petits hors du nid, sur ses ailes et les posait sur un gras p√Ęturage. Et ensuite, elle est retourn√©e en s'envolant vers le sommet, le rocher le plus √©lev√© qu'elle pouvait atteindre et elle s'est pos√©e l√†. Elle a commenc√© √† observer.
    Eh bien! je regardais avec mes jumelles, mon cheval √©tait attach√© √† un arbre et j'observais. Et j'ai dit: ¬ęSeigneur, j'aime cela.¬Ľ Il me semblait que je... [Passage blanc sur la bande. Ndt.]

5    Si jamais vous avez √©t√© pr√®s d'un nid d'aigles. Ils le font avec des bouts de bois pointus et d'autres choses; et ces pauvres petits aigles doivent marcher sur ces branches et ces √©pines; ils ne connaissent rien d'autre. Mais un jour, leur m√®re a √©tendu ses ailes, ils ont grimp√© dessus et elle s'est envol√©e. Maintenant je regardais ces petits qui √©taient en train d'avoir un--un r√©veil de Pentec√īte. Ils couraient de ci, de l√†, sur cette herbe douce, picotant ici, gazouillant l√†, sautant l'un par-dessus l'autre, aussi libres qu'il √©tait possible de l'√™tre.

6    Je pensais: ¬ęC'est exact! C'est comme un homme dans le vieux nid du monde, qui ne conna√ģt rien d'autre que ce que le diable peut lui donner. Mais un jour, Dieu le prend et l'assied √† l'ombre d'un vert p√Ęturage. Oh! comme il est heureux! Il est libre. Il n'y a plus ni mal, ni rien.¬Ľ Je pensais: ¬ęMais pourquoi ces petits gars ne sont pas effray√©s? Je me demande s'ils savent qu'il y a des coyotes autour d'eux qui pourraient les attraper?¬Ľ
    Mais de temps √† autre ils regardaient vers le haut et ils voyaient leur vieille maman qui les surveillait.
    Je pensais: ¬ęOh! que Dieu soit lou√©! C'est juste, Il m'a sorti du nid du monde et Il a escalad√© les remparts de la Gloire; Il S'est assis sur la hauteur, surveillant Son h√©ritage, pour S'assurer qu'aucun mal ne lui arrivait.¬Ľ Je pensais que si un coyote venait √† se diriger vers l'un de ces petits aigles, elle le grifferait √† mort. Je pensais: ¬ęC'est vrai. Si Satan venait √† poursuivre un croyant, il se retrouverait en face de J√©sus-Christ.¬Ľ C'est tout √† fait vrai!
    Apr√®s un moment, elle a tourn√© sa belle t√™te majestueuse, en observant. Elle s'√©tait perch√©e sur le plus haut rocher qu'elle avait pu trouver, afin de tout voir. Ses yeux per√ßants d'un aigle observaient; au bout d'un moment, je l'ai vue lever la t√™te, √† travers mes jumelles grossissant dix fois, je l'ai vue lever la t√™te et regarder autour d'elle. Elle humait l'air. Je pensais: ¬ęQu'est-ce que c'est?¬Ľ

7    Venant du nord, un orage s'approchait. Le tonnerre grondait. Elle poussa un cri per√ßant et s'√©lan√ßa dans le vide. Puis elle √©tendit ses grandes ailes et se posa sur la verte prairie. Alors les petits aigles saut√®rent rapidement sur son dos. Peut-√™tre avaient-ils √©t√© instruits, avant de quitter le nid... Ils plant√®rent leurs petites pattes dans ses plumes et ils enfouirent leurs petites bouches, le bec accroch√© autour d'une plume, et elle s'envola avec cette bande de petits aigles sur les ailes; puis elle vola droit dans ce vent qui soufflait √† quelques 80 km/h pour aller se poser dans la fente du rocher.
    Je pleurais comme un enfant. Je pensais: ¬ęUn jour glorieux, lorsque ce r√©veil sera termin√©, Il viendra de la Gloire, Il √©tendra Ses grandes ailes puissantes et les petits aigles s'accrocheront avec leur bec dans Ses plumes et s'envoleront dans la Gloire avec Lui.¬Ľ

8    La profondeur appelle la profondeur! Si la profondeur appelle, il y a une profondeur pour r√©pondre. En d'autres termes, avant qu'un arbre puisse cro√ģtre sur Terre, il devait d'abord y avoir une terre; Dieu n'a jamais fait l'arbre pour la terre, mais la terre pour l'arbre. Il a cr√©√© la terre et lui a command√© de produire l'arbre et la terre a appel√© jusqu'√† ce que l'arbre soit sorti.
    Avant qu'il y e√Ľt une nageoire sur le dos d'un poisson, il n'y avait point d'eau pour qu'il puisse y nager. La raison pour laquelle il a une nageoire est qu'il y avait de l'eau pour qu'il puisse y nager et l'utiliser. Tout ce que nous avons existe pour un but et pour une raison.
    Ici, il n'y a pas longtemps, je lisais qu'un petit gar√ßon mangeait la gomme des crayons. Il mangeait tout le caoutchouc qu'il pouvait trouver. Il--il a m√™me mang√© la p√©dale d'une bicyclette. On ignorait ce qui n'allait pas chez ce petit enfant. Alors, on l'a emmen√© √† l'h√īpital pour un examen m√©dical, et apr√®s l'avoir examin√©, on a d√©couvert que son corps avait besoin de soufre. Et il y a du soufre dans le caoutchouc. Il mangeait le caoutchouc pour avoir du soufre. Alors voil√†, vous comprenez, s'il y avait quelque chose en lui qui r√©clamait du soufre, il devait y avoir du soufre pour y r√©pondre avant qu'il puisse en r√©clamer. Vous voyez ce que je veux dire?

9    Maintenant, avant... quand la profondeur appelle la profondeur... Avant qu'il puisse y avoir un appel de la profondeur, il devait y avoir une profondeur pour y r√©pondre. Comme vous... vous √©tiez probablement tous des p√©cheurs il y a quelques ann√©es. Peut-√™tre √©tiez-vous dans une sorte d'√©glise traditionnelle, qui ne croyait pas au bapt√™me du Saint-Esprit. Mais vous avez entendu le message! Il y avait quelque chose en vous qui r√©clamait plus de Dieu. Vous pouviez avoir v√©cu dans un √©tat de justification devant Dieu, mais vous vouliez le bapt√™me de l'Esprit, et vous en aviez faim. La raison m√™me pour laquelle il y a un Saint-Esprit est parce que vous avez faim; vous ne l'auriez jamais d√©sir√© s'il n'y avait pas eu en vous quelque chose qui Le r√©clamait. Vous voyez ce que je veux dire?
    Alors la raison pour laquelle vous √™tes ici ce soir, est parce que vous croyez en la gu√©rison Divine. S'il n'en √©tait m√™me pas parl√© dans la Bible et que vous croyiez en la gu√©rison Divine... il devait y avoir une fontaine ouverte quelque part, ou vous n'en auriez jamais eu le d√©sir. Si vous avez le d√©sir d'√™tre gu√©ri par Dieu, il y a un Dieu pour vous gu√©rir. C'est vrai! Parce que la profondeur appelle la profondeur.

10    C'√©tait comme √ßa avec Sim√©on. Il savait qu'un Christ devait venir, il savait que Dieu lui avait promis qu'il Le verrait avant de mourir.
    Maintenant, regardez comment Sim√©on fut conduit; n'est-ce pas √©trange? Au moment o√Ļ J√©sus entra en sc√®ne, Sim√©on fut conduit par le Saint-Esprit directement √† Christ, par le Saint-Esprit qui lui avait donn√© la promesse!
    Et le Saint-Esprit qui donne la promesse de la gu√©rison Divine vous a conduits ici ce soir, directement vers la Fontaine qui est ouverte ce soir pour qui le d√©sire, √† ce moment pr√©cis! C'est le m√™me Saint-Esprit qui vous conduit et qui conduit les fils de Dieu qui croient la promesse de Dieu. Voyez-vous ce que je veux dire?
    Chacun d'entre vous, fils et filles de Dieu, √™tes conduits ici parce que vous croyez la promesse de Dieu. Oh! quand j'y pense!

11    Alors je pense √† cette vieille femme qui se tenait dans un coin. On nous enseigne qu'elle √©tait aveugle et son nom √©tait Anne. Elle √©tait une proph√©tesse et attendait la venue du Seigneur. Dieu √©tait dans l'obligation de lui montrer le Christ. Alors, le Saint-Esprit s'est d√©plac√© sur Anne, et je peux voir cette vieille proph√©tesse aveugle marchant √† travers ce b√Ętiment ce matin-l√†, aveugle, mais conduite par le Saint-Esprit, se frayant un passage √† travers les gens, passant pr√®s de cette rang√©e de femmes, puis s'arr√™tant exactement devant la Fontaine, car elle √©tait conduite par le Saint-Esprit.

12    Oui, Il est ici ce soir. Il est ressuscit√© des morts. Il vous a donn√© la promesse. Le Saint-Esprit vous a r√©unis. Si vous n'√©tiez pas ici, ce soir, si le Saint-Esprit ne vous avait pas conduits ici, vous seriez dehors quelque part dans le monde. Mais vous √™tes assis ici dans cette salle √©touffante et vous vous √©ventez.
    Pourquoi? Parce que vous vous attendez √† voir J√©sus-Christ entrer en sc√®ne et confirmer Sa Parole: l'expectative.

13    Si vous venez ici seulement pour trouver quelque chose √† critiquer, le diable vous montrera certainement beaucoup de choses √† critiquer. Il le fera! Vous recevez ce que vous attendez. Certains disent: ¬ęEh bien! si je ne le re√ßois pas dans la ligne de pri√®re, si je vois quelque chose comme cela, alors je croirai...¬Ľ
    Vous obtiendrez ce que vous attendez. Je m'attends √† voir ce soir le Saint-Esprit venir et Se manifester Lui-m√™me en puissance, d√©versant Sa Gloire dans ce b√Ętiment; beaucoup recevant le bapt√™me du Saint-Esprit, les p√©cheurs pleurant en pensant au Calvaire, les malades √©tant gu√©ris, toutes sortes de signes et de miracles; parce que J√©sus-Christ l'a promis. Et je crois Sa promesse!

14    Prions. P√®re C√©leste, comme Ta Parole est la V√©rit√©, confirme Ta Parole par des signes et des miracles de J√©sus ressuscit√©. Nous savons que lorsqu'Il √©tait sur Terre, Il ne pr√©tendait pas √™tre une personne importante. Il affirmait seulement que Tu Lui montrais par des visions ce qu'Il devait faire. Il connaissait les pens√©es des gens et leur situation. Il savait qu'une femme ayant une perte de sang avait touch√© Son v√™tement.
    Elle √©tait l√†, debout, et elle avait vu qu'elle ne pouvait pas se cacher parce que J√©sus la regardait. Il savait. Il a dit: ¬ęTa foi t'a sauv√©e.¬Ľ P√®re, nous savons qu'Il est ici ce soir, parce qu'Il l'a promis. Et notre confiance est ancr√©e en Lui, dans Sa Parole, nous sommes s√Ľrs de L'avoir vu dans la manifestation de Sa glorieuse r√©surrection ici sur Terre, agissant parmi Son peuple dans Son √Čglise.
    Seigneur, laisse-nous √™tre aujourd'hui ceux qui transmettent la lumi√®re de cet √Ęge. Lorsque le grand drame sera plac√© √† la fin de la route, que chacun d'entre nous viendra devant Toi, que le grand √©cran sera d√©roul√© et que nos vies dans cette g√©n√©ration seront rappel√©es devant nous, √ī Dieu, laisse-moi entendre ma voix criant contre l'iniquit√© et demandant aux gens de croire en J√©sus Ton Fils.

15    Ce soir, b√©nis ces gens qui doivent supporter cette chaleur. Et je prie que Tu leur donnes une b√©n√©diction sp√©ciale. Que les puissances apaisantes du Saint-Esprit d√©tachent leurs pens√©es de cette chose.
    Seigneur, sanctifie maintenant Ton serviteur pour cette r√©union. Je suis debout ici, r√©alisant que les yeux regarderont dans cette direction. Et je demande, P√®re, dans l'humilit√©; que Tu veuilles faire conna√ģtre Ta grande et glorieuse puissance √† chacun; et si Ton indigne serviteur a trouv√© gr√Ęce √† Tes yeux ce soir, puisses-Tu prendre cette indigne personne, √īte ¬ęle moi¬Ľ et entre, Seigneur J√©sus, et parle √† Ton peuple.

16    Et quand la vie sera arr√™t√©e sur Terre et que la derni√®re pri√®re aura √©t√© prononc√©e, les batailles termin√©es, les fum√©es dissip√©es, les armes d√©pos√©es, les Bibles ferm√©es, nous monterons dans Ta maison, √† l'aube d'un grand matin √©ternel, lumineux et beau, ¬ęquand les √©lus seront rassembl√©s dans leur maison, au-del√† des cieux...¬Ľ comme dit le po√®te. Seigneur, lorsque nous verrons cette grande table dress√©e pour le souper, longue de milliers de kilom√®tres, nous regardant l'un l'autre par-dessus la table, anciens combattants couverts de cicatrices, des larmes de joie coulant sur nos joues, le Roi se pr√©sentant dans Sa beaut√© et Sa Saintet√©, marchant le long de la table et essuyant de Ses mains les larmes de nos yeux et disant: ¬ęNe pleurez plus. C'est termin√©! Entrez dans la joie du Seigneur!¬Ľ
    Les peines de la route ne sembleront plus rien alors, P√®re, lorsque nous arriverons au bout du chemin. Aide-nous ce soir, Seigneur, √† oublier ces choses qui sont du pass√©. Courons vers le but de la vocation c√©leste. Que Ton Esprit vienne et manifeste Ton Fils J√©sus-Christ √† ces gens, parce que moi, je ne suis qu'un mortel qui essaie de leur dire que Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Nous Te le demandons au Nom de J√©sus, Ton Enfant bien-aim√©. Amen.

17    Que le Seigneur vous b√©nisse! Ce soir, juste avant le service de gu√©rison... Excusez-moi d'√™tre un b√©b√©, mais il y a quelque chose qui fait battre mon coeur quand je parle de Lui! Je me souviens quand, au commencement, mes pr√©dicateurs m'ont dit, voyant que j'avais des visions depuis mon enfance, ils ont dit: ¬ęBilly, ne te laisse pas entra√ģner par cela! C'est du diable!¬Ľ
    √Čtant enseign√© ainsi par des hommes d'√©glise, j'ai cru en partie que ces visions pouvaient √™tre fausses; mais quand Il est venu vers moi cette nuit-l√†, et m'a dit Qui Il √©tait... Oh! Et je sais qu'Il est ici maintenant! Et je connais Sa pr√©sence et je sais que je L'aime! Je pensais: ¬ęComment puis-je √™tre un d√©mon et aimer le Seigneur J√©sus comme je L'aime? Comment--comment mon coeur peut-il saigner pour Lui, et Il conna√ģt mon coeur?¬Ľ
    Alors Il est venu et m'a parl√© diff√©remment, et je Le crois, parce que ce qu'Il dit correspond √† la Parole de Dieu; et leur parole ne correspond pas √† la Parole de Dieu. Parce que nous vivons dans ces jours-l√†.

18    Maintenant, amis Chr√©tiens, je veux dire cela √† tous; car lorsque cela me frappe quelquefois, vous pourriez vous demander ce qui se passe. Je--je ne peux pas l'expliquer. C'est au-del√† de toute explication: je deviens si faible que je peux √† peine rester debout, apr√®s avoir rencontr√© une ou deux personnes. Vous pouvez ne pas le comprendre, mais lisez simplement les √Čcritures! Elles le d√©clarent.

19    Je crois que le proph√®te Daniel avait eu une vision et qu'il dit qu'il a eu l'esprit troubl√© pendant plusieurs jours. N'est-ce pas vrai? Et J√©sus, lorsqu'une femme, ayant eu assez de foi pour Le pousser √† Se retourner pour voir qui elle √©tait, Il dit: ¬ęJe ressens qu'une vertu, qu'une force, est sortie de Moi.¬Ľ
    Et les gens qui sont l√†... ce n'est pas moi, Chr√©tiens, non, je ne suis qu'un homme, le premier des p√©cheurs, mais quelqu'un n√© hors de la saison pour vous, gens du plein √Čvangile. C'est exact! Par gr√Ęce, par la gr√Ęce de Dieu! Il me permet de vous appeler mes Fr√®res et Soeurs, et je vous aime. Et je--je ne suis pas ici ce soir pour √™tre vu ou entendu. Je ne suis pas ici pour une raison financi√®re. Vous le savez. Ainsi, je suis ici √† cause d'une chose: parce que j'aime J√©sus et que je vous aime; et je crois que d'avoir √©t√© invit√© ici, peut-√™tre pourrais-je me soumettre √† Lui, Il ferait quelque chose au travers de moi qui vous ferait L'aimer davantage, croire en Lui et √™tre gu√©ri par Lui. C'est la seule raison que j'ai d'√™tre ici.

20    Dieu vous b√©nisse! Dieu vous b√©nisse, vous, pasteurs et hommes d'affaires, je vous le dis maintenant, parce que je deviens si faible, parfois, que je ne peux pas quitter l'estrade. Mon fils, l'administrateur et les autres veillent sur cela. Je veux vous dire ¬ęau revoir¬Ľ, et que Dieu vous b√©nisse; et si je ne vous rencontre plus de ce c√īt√© de la grande rivi√®re, je vous verrai ce matin-l√†, et j'aurai le t√©moignage que j'ai maintenant: ¬ęJ'aime le Seigneur J√©sus!¬Ľ

21    Quant aux visions... Dieu me donne des visions, c'est vrai. La Bible devant moi, et Dieu est mon t√©moin, j'affirme que je peux dire seulement ce qu'Il me permet de dire par Sa gr√Ęce; aussi, priez pour moi.
    Et je--encore une chose que j'aimerais vous demander. Je vais en Afrique, en Inde, en Palestine, en Allemagne; souvenez-vous de ces pays, de ce qu'ils √©taient. Ne pensez pas que les docteurs-sorciers et tous ces gens poss√©d√©s de toutes sortes de d√©mons vous d√©fient sur le terrain; et vous avez avantage √† savoir de quoi vous parlez. Exactement! Et quand les vents souffleront, chauds et violents, et qu'il y aura de la pers√©cution, alors je me souviendrai qu'√† Washington D.C., quelqu'un prie pour moi. Me le promettez-vous? Si vous le voulez, levez la main. Merci! Dieu vous b√©nisse! Merci beaucoup!

22    Maintenant, je crois qu'hier soir, on a distribu√© 100 cartes de pri√®re, hier soir. Je crois que ce num√©ro √©tait... ou que cette lettre √©tait Y, et je crois que j'ai appel√© les quinze premiers, hier soir. Je pense que c'est juste, n'est-ce pas, Fr√®res? Les quinze premi√®res cartes ont √©t√© distribu√©es. Maintenant, nous voulons en appeler d'autres et peut-√™tre que si la foi grandit, ce soir, peut-√™tre pourrons-nous recevoir deux ou trois groupes; sinon je demande √† chaque personne ici...
    Combien y a-t-il de personnes ici qui n'ont pas de carte de pri√®re et qui d√©sirent √™tre gu√©ries par Dieu ce soir? Levez seulement la main. Ceux qui n'ont pas de carte de pri√®re. Bien, c'est difficile √† dire. C'en est plein partout! Je vais vous demander quelque chose. Il se peut que ce soit la premi√®re fois que je vous rencontre. C'est bien dommage que nous ne puissions pas rester un peu plus longtemps pour ces r√©unions afin que vous puissiez savoir comment accepter la gu√©rison Divine. La gu√©rison...

23    Bien des fois quand les gens sont gu√©ris... Une grosseur est un d√©mon. Chaque maladie vient du diable. Dieu ne met pas la maladie sur Ses enfants; c'est le diable qui le fait. Et si Satan chasse Satan... Vous dites: ¬ęLe diable gu√©rit aussi!¬Ľ Mais J√©sus a dit qu'il ne le peut pas! Il a dit: ¬ęSi Satan chasse Satan, son royaume est divis√©.¬Ľ Ainsi, il ne peut le faire. Seul Dieu peut gu√©rir.
    La m√©decine... les m√©decins ne pr√©tendent pas gu√©rir. Les fr√®res Mayo font partie des plus hautes personnalit√©s, ils ont dit: ¬ęNous ne pr√©tendons pas gu√©rir, nous pr√©tendons seulement assister la nature. Il n'y a qu'un gu√©risseur, c'est Dieu.¬Ľ Ils peuvent suturer une plaie dans votre main, mais ils ne peuvent pas la gu√©rir. Ils ne peuvent que la suturer.
    Un dentiste peut arracher une dent, mais qui va gu√©rir l'endroit? Ou encore: le m√©decin peut enlever l'appendice, mais qui va gu√©rir l'endroit qu'il a coup√©? C'est Dieu! La m√©decine ne peut pas fabriquer des tissus. La m√©decine n'est qu'une aide. Dieu est le Gu√©risseur. Le m√©decin peut remettre votre bras en place, mais lorsqu'il l'a fait, vous n'en sortez pas gu√©ri. Le m√©decin fait sa part, ce qu'on lui a enseign√© et ce qu'il sait. Il remettra votre bras en place, mais il laisse Dieu le gu√©rir. C'est juste. Toute gu√©rison vient de Dieu. Alors maintenant, croyez en Lui.

24    Et quelquefois, la vie sort de ces grosseurs: c'est le d√©mon. Alors, ces grosseurs meurent. Si la vie sort de vous, bien s√Ľr vous allez mourir! La vie s'en va de vous, mais le corps est toujours l√†; il se contracte. S'il y a ici un entrepreneur de pompes fun√®bres, il sait que le corps humain ou toute autre chair se contracte lorsque la vie est partie. Observez un petit animal quand il se fait tuer sur la route.
    Ou l'un de vous, chasseurs, si vous tuez un animal, ou le boucher un boeuf, et que vous le mettiez sur la balance et le pesiez maintenant... tuez-le et pesez-le, ensuite le lendemain pesez-le de nouveau et voyez combien de kilos il p√®se en moins. Ensuite, laissez-le deux ou trois jours et vous verrez combien de kilos il p√®se en plus.

25    Pour ce qui est d'une grosseur, quand elle meurt, le d√©mon sort d'elle comme pour une tumeur, un cancer, une cataracte, et ainsi de suite. Quand le d√©mon en sort, ce qui est une vie... Chaque personne ici provient d'un petit germe; les cellules commencent √† se d√©velopper et ces cellules-l√† vont dans celles-ci, selon la nature de la vie qui √©tait en elles et qui fait l'homme. La cellule qui est dans le chien fait le chien. Pour l'oiseau, c'est l'oiseau. Chacune selon sa nature, chaque fois.
    Mais un d√©mon est une grosseur (il n'est d'ailleurs pas oblig√© de venir dans une grosseur); il commence √† d√©velopper des cellules, par exemple, le cancer; il commence √† d√©velopper des cellules et il devient de plus en plus gros. Maintenant, il a une vie, et cela est en train de vivre tout comme vous qui avez v√©cu et vous √™tes d√©velopp√©s dans le ventre de votre m√®re. La m√™me chose, vous vous √™tes d√©velopp√©s. Mais quand cette vie-l√† est dans votre vie, c'est une vie diff√©rente. Vous avez re√ßu la vie pour vivre, mais cela, c'est une vie de mort; ou plut√īt un esprit de mort, pardonnez-moi, et c'est la mort. Maintenant, cela ne vous appartient pas. Elle ne se trouvait pas l√† avant; mais c'est l√† maintenant.

26    Alors, qui donc a mis cela l√†-dedans? Cela ne peut provenir que d'une chose: du diable. C'est un germe. Cancers, tumeurs, toutes ces choses proviennent d'un germe, et vous aussi vous provenez d'un germe. Vous voyez!
    Ainsi, quand cela meurt... par exemple, prenons une cataracte, la personne qui a la cataracte: quand cet esprit s'en va, les personnes disent: ¬ęOh! je peux voir, je peux voir!¬Ľ Et le jour suivant, elles peuvent voir beaucoup mieux. Puis ensuite, apr√®s environ soixante-douze heures, la corruption s'y installe; comme √† la r√©surrection de J√©sus: maintenant, ces cellules-l√† ne se sont pas corrompues. Il ressuscita, bien s√Ľr, avant trois jours et trois nuits. Vous voyez, Il est mort le vendredi apr√®s-midi et est ressuscit√© le Dimanche matin. Parce que David a dit: ¬ęJe ne laisserai pas Son √Ęme au s√©jour des morts, ni ne permettrai √† Mon bien-aim√© de voir la corruption.¬Ľ Ces cellules donc commencent √† se briser apr√®s soixante-douze heures. Et alors le patient, quand cela commence √† enfler, que cette tumeur devient plus grosse, ils... bien s√Ľr, votre coeur doit purifier cela par la circulation sanguine.

27    Une dame est venue vers moi hier soir; une femme d'apparence tr√®s pieuse, avec un gros cancer. Elle a dit qu'elle √©tait venue dans la ligne et que ses cheveux recouvraient tout; et j'√©tais debout et je la regardais, et je lui ai dit, sous l'Esprit, qu'elle avait un cancer dans la t√™te, et je lui ai dit qu'il allait partir. Et il est parti!
    Et elle l'a pris ici ce soir, je crois, dans un bocal d'alcool. Nous avons eu des milliers de cas semblables. Est-ce que cette dame est dans la salle? Voudriez-vous vous lever? Si cette dame se trouve quelque part dans la salle avec ce cancer dans de l'alcool, si elle se trouve dans cette salle, s'est-elle lev√©e? Agitez votre main ou quelque chose, pour qu'on vous voie. Oui, voil√† la dame, debout l√†, avec ce cancer. Je l'ai vue se tenir sur l'estrade, c'est juste devenu blanc et c'est tomb√© juste l√†, sur l'estrade. Vous voyez?

28    Bien, √ßa, c'est un miracle. G√©n√©ralement, lorsque la grosseur est morte, la vie sort d'elle, mais la grosseur ne peut pas se d√©tacher: elle est √† l'int√©rieur. Dans ce cas, bien s√Ľr, elle va rester l√† pendant quelques jours et commencer √† enfler, comme ici sur la chair les cellules commencent √† se d√©composer. Alors, vous devenez vraiment malade, avec de la fi√®vre. Bien s√Ľr, c'est une infection. Le coeur pompe le sang et purifie le corps. Il y a un gros morceau de chair qui est d√©tach√© dans votre corps. Le patient devient tr√®s malade, alors ils disent: ¬ęOh! je me suis senti si bien sur l'estrade, et cela pendant un jour ou deux, mais je crois que j'ai perdu ma gu√©rison.¬Ľ

29    Eh bien! Fr√®re, Soeur: c'est le meilleur signe du monde que vous avez votre gu√©rison. Et alors vous commencez √† devenir incr√©dule, et aussi s√Ľr que votre foi lui a √īt√© la vie, votre incr√©dulit√© la ram√®nera de nouveau. Vous voyez?
    Oui, elle la ressuscitera! Souvenez-vous que J√©sus a dit: ¬ęLorsque le mauvais esprit a quitt√© un homme, il marche dans des endroits d√©serts et ensuite, il revient avec sept autres esprits.¬Ľ Est-ce vrai? Alors, laissez l'homme bon de la maison, la foi, se tenir l√†, sans tenir compte de ce que vous √©prouvez. Ce n'est pas ce que vous sentez; c'est ce que vous croyez! J√©sus n'a jamais dit: ¬ęEst-ce que tu as senti?¬Ľ, mais bien plut√īt: ¬ęEst-ce que tu as cru?¬Ľ Que Dieu vous b√©nisse!

30    Bon, voyons maintenant. Je crois qu'il y a eu cent cartes de pri√®re qui ont √©t√© distribu√©es hier soir avec la lettre Y. Nous ne les avons pas eues toutes. Prenons les quinze derni√®res, ce soir, pour essayer. Qui a la carte 80? Non, 85? Qui a la carte de pri√®re 85? Voulez-vous lever la main? Si quelqu'un ici, quelqu'un en arri√®re, a la carte de pri√®re 85?

31    Bien, 86. Qui a la carte de pri√®re 86? Bien. 87. 87? Puis-je voir quelqu'un avec la carte de pri√®re 87, s'il vous pla√ģt? Si vous--voulez-vous vous lever 80? Tr√®s bien, 87 est celle... Voyez si quelqu'un ne peut pas se lever. Peut-√™tre sont-ils sur un brancard, ou qu'ils sont sourds et pensent: ¬ęPersonne ne m'aide!¬Ľ J'en re√ßois le retour de flamme dans mon bureau. Ils disent: ¬ęJe m'y trouvais, et vous avez seulement dit de l√†, √† l√†, et de l√†, √† l√†, et personne ne m'a aid√©!¬Ľ Peut-√™tre √©taient-ils sourds?
    Bien, voyons. Nous avons 85, 86, 87. Regardez sur la carte de votre voisin. Il est peut-√™tre sourd et ne peut pas entendre. 87? Merci, Soeur. 88. Qui a le 88? La carte de pri√®re 88 est-elle dans la salle? 88? Bien. 89. La carte de pri√®re 89. Pouvez-vous vous lever? 89. Y a-t-il quelqu'un pour la 89? Bien! 89. 90? 90. [Fr√®re Branham dit √† la pianiste: ¬ęCrois seulement, c'est cela.¬Ľ Ndt.]
    Maintenant, chacun d'entre vous ici, si vous vouliez seulement faire ce qu'Il vous dit de faire! Peu importe ce qu'Il vous dit de faire, faites-le. Faites seulement ce qu'Il vous dit.

32    Bien, je suis votre Fr√®re et je ne suis qu'un homme. Maintenant, s'Il veut venir et--et prendre cette pauvre carcasse et la b√©nir assez pour laisser Son Saint-Esprit agir au travers d'elle, alors vous verrez J√©sus-Christ Se d√©placer dans cet auditoire. Peu importe de quelle fa√ßon Il veut Se confirmer ici, si vous ne croyez pas en moi, Il ne peut rien faire pour vous. N'est-ce pas vrai?
    Peu importe s'Il √©tait l√† debout, √† mon c√īt√©, assez visible pour que vous puissiez Le voir: si vous ne me croyez pas, je ne pourrais rien faire pour vous. Mais... mais mes paroles seront exactement ce qu'Il a dit dans les √Čcritures et je prierai de tout mon coeur que Dieu vous aide, parce qu'il y a probablement ici des m√®res et des p√®res entre autres, qui sont malades, afflig√©s et n√©cessiteux, et je demanderai √† Dieu de vous aider au mieux de ma connaissance.

33    Tr√®s bien! Alignez-vous ici sur la droite. Maintenant, courbons tous nos t√™tes un moment.
    P√®re bienveillant, nous Te prions au Nom de Ton Fils J√©sus. Puisse le Saint-Esprit venir maintenant et manifester les oeuvres de J√©sus-Christ. B√©nis ces gens, partout. Et fais qu'ils soient tous en bonne sant√©. Gu√©ris-les, donne-leur la sant√© et le bonheur.
    Et maintenant, P√®re, pour faire cela, Tu connais la fragilit√© et la--de Ton serviteur. Et je ne sais que dire ou que faire; et maintenant, j'ai fait tout ceci √† Ton commandement et je crois que Tu seras ici ce soir pour b√©nir et aider ces gens. Et P√®re, si Tu voulais seulement laisser le Saint-Esprit venir vers Ton serviteur et nous r√©v√©ler ces choses: ce que nous devrions faire, et comment nous devrions les faire, alors nous serons tous heureux et pleins de joie. Et cet auditoire croira en Toi d'un seul coeur et d'un m√™me accord.
    P√®re, je Te demande ceci en tant que Ton serviteur: ne laisse pas une seule personne faible quitter cette salle ce soir; que chacun reparte bien et en bonne sant√© et r√©joui. Fais-le, veux-Tu, P√®re, je T'en prie avec la gr√Ęce dans mon coeur et la foi dans le Nom de J√©sus-Christ. Amen!

34    Maintenant, souvent... (Y a-t-il quelqu'un √† ces projecteurs, quelqu'un √† ces projecteurs, qui puisse les d√©placer?) Quelquefois, le Saint-Esprit vient; beaucoup d'entre vous ont vu la photo. Si jamais je reviens, je vous en apporterai quelques-unes. Comme Fr√®re Moore le disait ce soir, Il a √©t√© pris plusieurs fois. Et dans les livres, je pense que vous tous les avez. J'en avais seulement deux caisses; j'esp√®re que vous les appr√©ciez vraiment.

35    Si vous regardez √† l'int√©rieur, vous verrez une autre photo montrant o√Ļ Elle s'est arr√™t√©e. Le photographe d'un quotidien a pris celle-l√†, √† Camden, dans l'Arkansas, mais elle ne fut pas authentifi√©e comme celle de l'American Association; ils la prirent et ensuite elle devint authentique. Ainsi nous... et plusieurs milliers de gens. Je me trouvais dans la rivi√®re ici, il y a quelque temps, baptisant cinq cents personnes apr√®s un r√©veil, quand Elle est descendue √† l'endroit pr√©cis o√Ļ je me tenais; des gens se sont √©vanouis, et partout, c'√©tait comme un grondement et du feu qui cr√©pitait. Je prie que Dieu Se rende visible encore une fois ce soir de la m√™me mani√®re ici, dans la capitale, si je peux trouver la faveur de Dieu.
    Maintenant, vous r√©alisez que cela peut appara√ģtre √† certains yeux et pas √† d'autres. Nous ne voulons pas penser cela, mais c'est bien le cas. Jean √©tait l'un de ceux qui relatent avoir vu l'Esprit de Dieu au-dessus de J√©sus. Est-ce vrai? Il n'a jamais dit ceux qui √©coutaient. Et les--les mages ont suivi l'√©toile. Le croyez-vous? Elle est pass√©e au-dessus des observatoires de toute la contr√©e, venant des confins de l'Orient, pendant des semaines et des mois. Ils pouvaient √©tablir le temps, par les √©toiles, ils les surveillaient toute la nuit. Ils suivaient le temps, mais personne ne l'a jamais vue. Toutefois, les mages l'ont vue, parce qu'ils l'attendaient. Si vous recherchez Christ ce soir, vous Le verrez. Que le Seigneur J√©sus vous b√©nisse! Tr√®s bien.

36    Billy Paul, Fr√®re Moore... est-ce que tout est pr√™t? Sont-ils tous en ligne, Billy? Tous les quinze? Tous les quinze sont-ils en ligne? Maintenant, pour les autres, ceux qui n'ont pas de carte de pri√®re et qui savent que vous ne serez pas dans la ligne, j'aimerais que vous regardiez par ici et que vous croyiez simplement. Croyez avec le m√™me genre de foi que cette femme qui a touch√© Son v√™tement. Il s'est retourn√© et lui a dit: ¬ęTa foi t'a sauv√©e.¬Ľ

37    Croyez-vous qu'Il est le m√™me ce soir? Croyez-vous que, dans cette foule hurlante, ce pauvre petit homme aveugle, assis pr√®s des murs de J√©richo, probablement deux fois la distance de ce b√Ętiment... en train de crier et d'implorer: ¬ęAie piti√© de moi!¬Ľ
    J√©sus n'avait probablement pas entendu son appel, mais Il a senti sa foi et s'est d√©plac√©, devant toute cette bande de critiques, Il s'est tourn√© et a dit: ¬ęTa foi t'a sauv√©.¬Ľ Il s'est retourn√© vers l'assistance et a dit: ¬ęPourquoi raisonnez-vous dans votre coeur?¬Ľ Il a dit √† la femme au puits: ¬ęVa chercher ton mari.¬Ľ Et Il a dit: ¬ęJe ne peux rien faire √† moins que Le P√®re ne Me le montre.¬Ľ [Passage blanc sur la bande. Ndt.]
    Je veux vous demander une chose. Si ce que j'ai dit est la V√©rit√©, si c'est la V√©rit√©, alors Dieu est li√© √† Sa Parole; pas √† moi, mais √† Sa Parole. Est-ce vrai? Il est li√© √† Sa Parole. Alors, Il le fera arriver, exactement de la mani√®re qu'Il a dit vouloir le faire. Et s'Il le fait, voudriez-vous tous recevoir J√©sus-Christ, si vous ne l'avez pas encore fait? Et vous qui √™tes ici, qui pouvez voir Sa mis√©ricorde envers les autres, pour gu√©rir, Il aura piti√© de vous si vous voulez seulement avoir la foi et croire. Priez seulement et dites: ¬ęSeigneur, je--je suis un croyant; je d√©sire que Tu me gu√©risses ce soir!¬Ľ Et Dieu le fera.

38    Nous venons de quitter l'Afrique, r√©cemment, o√Ļ je dois retourner dans quelques semaines; en Afrique, en Inde, en Palestine, en Allemagne, pour le minist√®re. Et √† Durban, en Afrique du Sud, apr√®s que trois ou quatre personnes soient pass√©es par la ligne de pri√®re et qu'ils ont vu la puissance du Saint-Esprit toucher les gens, voyant ce que Dieu faisait, trente mille ont accept√© J√©sus comme Sauveur personnel apr√®s un seul appel √† l'autel. Trente mille d'une fois! Ainsi, je vais prendre la Parole de Dieu pour r√®gle et nous irons dans le monde entier, pr√™cher l'√Čvangile. L'√Čvangile ne vient pas seulement par des paroles, mais par la puissance et la d√©monstration du Saint-Esprit. Ainsi, l'√Čvangile, c'est d√©montrer la puissance du Saint-Esprit.

39    Dans des pays o√Ļ je suis all√©, ils disent: ¬ęNous ne voulons pas de missionnaires. Nous en savons plus que vous √† ce sujet. Mais la chose que nous voulons voir, c'est quelqu'un qui ait assez de foi pour rendre manifeste la Parole de Dieu.¬Ľ C'est ce qu'ils veulent voir. Et c'est comme cela qu'ils se convertissent. C'est comme cela qu'ils trouvent Christ: parce qu'ils croient de cette mani√®re-l√†. Je fais confiance √† Dieu de tout mon coeur qu'il y en aura beaucoup, beaucoup ici ce soir qui trouveront Christ le m√™me, pour leurs coeurs. Que le Seigneur J√©sus de Nazareth b√©nisse chacun de vous: c'est l√† ma pri√®re.

40    Bien, O.K.? Ce n'est jamais l'homme qui cherche Dieu, mais c'est Dieu qui cherche l'homme. Jamais aucun homme n'a cherch√© Dieu dans le monde entier. Dieu cherche l'homme. Quand, au d√©but, l'homme a chut√© dans le jardin d'√Čden, cela a montr√© les tendances de l'homme. L'homme s'est cach√©, c'est Dieu qui a cherch√© l'homme. J√©sus a dit: ¬ęAucun homme ne peut venir √† Moi, si Mon P√®re ne l'attire.¬Ľ Il doit √™tre attir√© par le P√®re, premi√®rement.
    J'aimerais vous expliquer quelque chose: le fait de voir une vision. Combien de personnes ici ont-elles jamais r√™v√©? Levez la main. Eh bien! je crois les deux-tiers d'entre vous. Il est vrai que beaucoup de gens ne r√™vent pas. C'est votre subconscient; on nous l'a appris. Ici se trouve votre premi√®re conscience; l√†, se trouve votre subconscient. C'est sur ce subconscient que j'essaie d'agir par le Saint-Esprit. Quant √† cette premi√®re conscience, je pourrais demander √† cet homme, √† n'importe qui ici: ¬ęCroyez-vous cela?¬Ľ
    - Oh! oui, monsieur!
    Vous le croyez ici, mais qu'en est-il de cet homme, l√†-bas? Il est celui qui fait marcher le bateau. Pas l'homme au poste de pilotage, c'est l'homme √† la salle des machines.

41    Quelquefois, quand vous vous endormez, vous p√©n√©trez dans ce subconscient et vous r√™vez. Et vous r√™vez de choses que vous avez faites quand vous √©tiez ici. Puis, quand vous vous r√©veillez, vous vous souvenez des choses dont vous avez r√™v√©. Vous qui r√™vez, les r√™ves que vous avez faits il y a plusieurs ann√©es; vous en souvenez-vous encore? Eh bien! il y avait une partie de vous quelque part, n'est-ce pas? Sans cela, vous ne vous en souviendriez pas. Quelque chose que vous avez r√™v√© il y a de nombreuses ann√©es. Quand l'homme dort profond√©ment, son subconscient est bien loin. Il ne pourrait jamais l'atteindre.
    Mais pour un voyant, son subconscient n'est pas loin, il n'est pas ici non plus, il est ici. Il ne s'endort pas. Il a les yeux ouverts et il voit simplement. Dieu donne √† cet homme un lieu o√Ļ il peut dormir profond√©ment et ne pas r√™ver. Dieu a donn√© √† l'homme la mani√®re de r√™ver. Si je disais: ¬ęFaites un r√™ve!¬Ľ, vous ne pourriez pas le faire.

42    Alors Dieu place dans l'√Čglise certains... des ap√ītres, des proph√®tes, des dons de gu√©rison, n'est-ce pas vrai? Ils sont tous pour le perfectionnement de l'√Čglise.
    Paul a dit: ¬ęS'ils entrent... et que tous vous parliez en langues et qu'un incr√©dule entre, ne dira-t-il pas que vous √™tes tous fous? Mais si quelqu'un proph√©tise et r√©v√®le les secrets du coeur, ne tomberont-ils pas sur leur face, disant: - Vraiment, Dieu est avec vous!¬Ľ Est-ce vrai? Est-ce cela, l'√Čvangile? Eh bien! n'√©tait-ce pas J√©sus hier; ne l'est-Il pas aujourd'hui?
    Vous pouvez croire en Lui en parlant en langues. Vous pouvez croire en Lui par le Saint-Esprit. Mais moi, je crois en Lui dans la pleine mesure qu'Il est le m√™me Seigneur J√©sus. Il n'est pas mort. Il est ressuscit√© d'entre les morts et Il est ici ce soir, ici sur l'estrade, maintenant. Et puisse-t-Il nous venir en aide et nous b√©nir!

43    Je n'ai jamais √©t√© auparavant √† cet endroit et, que je sache, il n'y a pas une √Ęme vivante que je vois devant moi et que je connaisse. Tr√®s peu ici, sur l'estrade. Fr√®re Bose, je me souviens de lui. J'ai vu le monsieur, l√†, pr√®s de lui. Je ne me souviens pas de son nom. Il y a l√† Fr√®re Lindsay. Je ne connais peut-√™tre que trois ou quatre pr√©dicateurs assis ici dans cette salle. Mais Dieu vous conna√ģt tous, est-ce vrai? Il vous conna√ģt tous.

44    Maintenant, voici cette dame debout ici. Dieu dans le Ciel, Dieu sait que je ne l'ai jamais vue de ma vie, que je sache. Sommes-nous √©trangers l'un √† l'autre, madame? Nous sommes parfaitement inconnus. Mais Dieu la conna√ģt. Si J√©sus est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement... changeons de tableau et voyons ce qu'Il √©tait hier lorsqu'Il cherchait √† d√©couvrir quelque chose concernant une femme. Il lui a dit: ¬ęApporte-Moi √† boire.¬Ľ
    Elle r√©pondit: ¬ęEh bien! ce n'est pas comme cela que √ßa se passe entre les Juifs et le reste avec les Samaritains...¬Ľ Mais J√©sus, lui parlant quelques instants, trouva exactement quel √©tait son probl√®me, est-ce vrai? Si J√©sus est ressuscit√© des morts et qu'Il habite en nous ce soir: ¬ęEncore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, cependant vous Me verrez, parce que Je...¬Ľ (¬ęJe¬Ľ est un pronom personnel), ¬ęJe serai avec vous, et m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde.¬Ľ C'est la v√©rit√© de l'√Čvangile. Vous pouvez ne pas l'avoir lu ou pens√© de cette mani√®re, mais c'est ainsi que c'est √©crit dans la Bible. Votre th√©ologie peut avoir d√©vi√© quelque part, mais c'est de cette mani√®re que c'est √©crit dans la Bible. ¬ęJe serai avec vous, et m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde.¬Ľ

45    Maintenant je... vous savez que j'attends Quelque chose. C'est vrai. C'est l'Ange du Seigneur. C'est la v√©rit√©. Je suis totalement impuissant, comme d'ailleurs chacun d'entre vous, et je suis ici... peut-√™tre y a-t-il des critiqueurs assis ici. Combien ont d√©j√† vu Sa photographie, entendu parler de mes r√©unions, vu l'endroit o√Ļ l'homme de science a pris Sa photo? Cette grande Lumi√®re... Vous pouvez l'observer. Oui, beaucoup d'entre vous. Oh! des milliers de copies de celle-ci ont √©t√© vendues. Les studios Douglas, √† Houston au Texas, la poss√®dent. George J. Lacy, l'un des meilleurs qui soient dans la recherche en Am√©rique, l'a prise et examin√©e pour voir s'il n'y avait pas une double exposition ou quelque chose d'autre; mais c'est J√©sus-Christ confirmant qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement!

46    Maintenant, bien s√Ľr, je L'attends. S'Il va m'aider ce soir, je ne sais pas. Si j'ai dit quoi que ce soit avec quelque vantardise ou dit quelque chose d'excessif, que Dieu me pardonne. Je ne voulais pas le faire. Je ne voulais, dans l'humilit√© de mon coeur, que d√©peindre J√©sus-Christ, qui m'√©coute maintenant. Que Sa gr√Ęce soit ici ce soir. Comme je dis ces choses et qu'elles sont Sa Parole, puisse-t-Il nous venir en aide: c'est l√† ma pri√®re.

47    L'organiste est-elle ici quelque part? Si elle voulait bien jouer tout doucement le cantique: ¬ęCrois seulement.¬Ľ Et que chacun soit dans un esprit de pri√®re, s'il vous pla√ģt. Vous n'avez pas √† courber la t√™te, √† moins qu'on ne vous le demande.
    Maintenant, dans la ligne de pri√®re, vous qui venez, soyez attentifs. S'Il vous r√©primande, ce sera la v√©rit√©; vous devez √™tre dispos√©s √† la supporter. N'importe o√Ļ, dans l'auditoire, s'Il dit quelque chose, vous devez savoir que ce n'est pas moi, c'est Lui. Alors, redressez ces choses. La premi√®re chose que vous pouvez faire avant de pouvoir trouver un rem√®de est de trouver la cause; avant de pouvoir trouver un rem√®de. Si, √©tant malade, vous allez chez un m√©decin et qu'il vous donne une aspirine, ce n'est pas un bon m√©decin. Il essaie de se d√©barrasser de vous. Si c'est un bon m√©decin, il diagnostiquera le cas jusqu'√† ce qu'il d√©couvre quelle est votre maladie; ensuite il commencera √† travailler √† partir de l√†.

48    C'est la m√™me chose que nous devons faire ici. S'il y a un mauvais esprit... s'il y a un p√©ch√© inavou√©, ou quoi que ce soit, si quelque chose n'est pas dans la volont√© de Dieu, vous pourriez les oindre durant toute la nuit et pleurer et crier et faire tout ce que vous voudrez, ce d√©mon restera l√†. Exactement! Il en a le droit! C'est ce que vous devez surveiller. Si Dieu a mis une mal√©diction sur quelqu'un pour quelque chose, alors vous venez et vous l'√ītez: vous aurez des ennuis, comme Mo√Įse en a eus. C'est vrai.
    Il est ici, le Saint-Esprit. Maintenant, au Nom de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, je prends chaque personne ici sous mon contr√īle pour la gloire de Dieu.

49    Bien, je d√©sire vous parler une minute, Soeur. Vous √™tes consciente que quelque chose est en train d'arriver, bien s√Ľr. Vous voyez, cela vient d'arriver. Si c'est vrai, faites-le savoir aux gens en levant votre main. Bien.
    Vous voyez? C'est Sa Pr√©sence; c'est cela. Vous voyez? Je vous suis inconnu. Je ne vous ai jamais vue de la vie. Si le Saint-Esprit dont j'ai parl√©, si J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement; si j'ai vraiment t√©moign√© de cela aux gens et d√©clar√© cela comme √©tant la v√©rit√© et Il est le m√™me, alors Il me r√©v√©lera quelque chose √† votre sujet qui vous aidera √† croire en Lui. Si vous √™tes ici, je ne sais pas quel est votre besoin.
    Mais Lui le sait. Si Dieu permet cela, voudriez-vous accepter votre gu√©rison ou ce que vous voudrez, que ce soit de l'argent ou la chose que vous √™tes venue Lui demander ici. Ou alors pour des troubles familiaux, quoi que cela puisse √™tre; quoi qu'il en soit, Il le sait. Il peut me le faire savoir, n'est-ce pas? Et cela le rendrait pareil √† ce qu'Il √©tait, lorsqu'Il parlait √† la femme au puits. Je vous parle seulement comme Il l'a fait pour contacter votre esprit; et je vous vois en train de vous √©loigner de moi.
    Vous... vous... Je vois que vous avez eu un grand choc, en quelque sorte. C'est un accident. La voiture a √©t√© d√©molie, et vous avez √©t√© projet√©e en l'air comme cela, et cela vous a bless√©e quelque part dans votre cou, et un cancer s'y est install√©. Et vous √™tes un genre d'enseignante dans les √Čcritures. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous gu√©rit? P√®re Dieu, au Nom de Ton Fils J√©sus-Christ, par l'autorit√© de la Parole de Dieu aupr√®s d'une femme mourante, je demande √† cette chose mauvaise de la quitter! Satan, tu es d√©voil√©; ainsi sors de cette femme; alors que l'√Čglise du Dieu vivant te commande de la quitter au Nom de J√©sus-Christ! Amen.
    Soeur! Un instant, je veux seulement vous parler. Bien s√Ľr, vous savez que c'est parti maintenant.
    Cela restera comme √ßa... voyez comment est votre gorge. Tout est parti! Le goitre a quitt√© sa gorge! Que Dieu vous b√©nisse! Allez votre chemin maintenant et soyez reconnaissante, heureuse et pleine de joie. Vous pouvez y aller.

50    Ayez seulement foi dans le Seigneur J√©sus. Faites qu'Il soit le centre de votre pens√©e, maintenant m√™me, le Seigneur J√©sus. Comme vous pensez √† ces choses... ¬ęPendant qu'ils pensaient √† ces choses, ils √©taient d'un m√™me accord.¬Ľ Rappelez-vous que J√©sus est le M√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Il est le m√™me aujourd'hui. Ayez foi. Regardez par ici, Fr√®res et Soeurs, et croyez de tout votre coeur et accordez-moi toute votre attention. Soyez en pri√®re. Gardez la foi en Dieu.
    Je crois que c'est cette dame. Est-ce la patiente? Bien, approchez, Soeur. Bien s√Ľr, cela ne vous fera pas mal. C'est... C'est seulement de Sa Pr√©sence dont vous √™tes consciente. Et je... Fr√®res et Soeurs, je... je suis votre Fr√®re. Cela, ceci n'est pas de la psychologie. J'ai senti cela venir de l'auditoire! Ce n'en est pas!
    C'est le Dieu Tout-Puissant! Voyez? Voyez? Ce n'est pas de la psychologie. Non, ce n'en est pas. Maintenant, ne faites pas cela. Pensez seulement que c'est le Seigneur J√©sus. Voyez: d'un m√™me accord.

51    Maintenant, Soeur, je d√©sire seulement vous parler un petit moment. Nous sommes √©trangers, je suppose. Mais J√©sus-Christ nous conna√ģt tous les deux. Et c'est la premi√®re fois que nous nous rencontrons sur terre, mais Lui vous conna√ģt. Il vous a nourrie toute votre vie, et Il me conna√ģt. Et si moi, votre Fr√®re, j'ai re√ßu par Sa gr√Ęce un don Divin; je n'ai rien eu √† faire pour l'obtenir. D√®s ma plus tendre enfance, la premi√®re chose dont je peux me souvenir est une vision. Je d√©sire que vous regardiez par ici, juste un moment.
    Bien s√Ľr, vous √™tes malade. Et vous souffrez de... il y a un esprit de t√©n√®bres autour de vous. C'est la mort. C'est sous la forme d'un cancer. Ce cancer est localis√© dans le sein. Et vous... Vous avez √©t√© examin√©e par quelqu'un de fort et c'est une... Vous avez une hernie et cette hernie se trouve dans les intestins; vous avez aussi quelque chose √† l'estomac. Vous souffrez s√©rieusement du coeur, ce qui vous cause des √©vanouissements.
    Il y a quelques jours, vous √©tiez assise de c√īt√©, sur le bord de votre lit et vous vous √™tes presque √©vanouie en regardant vers la fen√™tre. Ces choses sont-elles vraies? Elles le sont enti√®rement. Eh bien! quoi qu'il en soit, cela vous a quitt√©e.

52    Qui connaissait votre vie, croyez-vous? √Čtait-ce J√©sus-Christ? L'acceptez-vous comme tel? Merci. Vous √™tes bien dispos√©e. Vous savez que quelque chose de surnaturel est ici, si seulement vous croyez que c'est le Seigneur J√©sus comme je vous l'ai pr√™ch√© selon la Parole. Et vous croyez que c'est le Seigneur J√©sus?
    Je sais qu'il y a encore un esprit de t√©n√®bres au-dessus de vous maintenant. C'est quelque chose de tr√®s s√©rieux. Je vois que vous... Votre pr√©nom est Eva... et votre nom est York. Et vous habitez dans cette ville.
    Et le num√©ro de votre maison est le 613 de la sixi√®me rue. Est-ce vrai? Allez chez vous pour √™tre gu√©rie. Que Dieu vous b√©nisse! Allez et r√©jouissez-vous, soyez heureuse!

53    Ayez seulement la foi, ne doutez pas. L'√Čcriture dit: ¬ęVa, et ne p√®che plus; de peur qu'une chose pire ne t'arrive.¬Ľ Le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. Le p√©ch√©, ce n'est pas boire, fumer ou jouer √† des jeux d'argent. Ce sont les attributs du p√©ch√©. Vous faites cela parce que vous ne croyez pas. J√©sus a dit: ¬ęVa et ne p√®che plus (ou ne sois plus incr√©dule), ou des choses pires t'arriveront.¬Ľ Ayez la foi en Dieu. Croyez en Lui de tout votre coeur.

54    Je vois la Lumi√®re suivre cette femme maintenant. Oui, c'est elle qui vient de partir. Elle est suspendue au-dessus d'une personne de Couleur, l√†-bas. Oui, la dame l√†-bas, avec cette v√©sicule biliaire et une hernie.
    Croyez-vous que le Seigneur J√©sus peut vous gu√©rir? Vous qui √™tes assise l√† avec cette chose blanche autour du cou? Si vous croyez de tout votre coeur, vous pouvez vous lever, revendiquer votre gu√©rison et √™tre gu√©rie au Nom du Seigneur J√©sus! Que Dieu vous b√©nisse! Ayez foi en Dieu! Croyez-vous?
    Vous, monsieur, assis l√†-bas, vous avez une hernie, n'est-ce pas vrai? Vous √©tiez en train de prier: ¬ęSeigneur, fais que cet homme me parle!¬Ľ Est-ce juste? Si c'est juste, levez la main. Levez-vous, tenez-vous sur vos pieds. Votre foi vous a gu√©ri, Fr√®re. Rentrez chez vous. J√©sus-Christ vous gu√©rit!

55    C'est le m√™me Seigneur J√©sus. Vous n'avez pas besoin d'√™tre ici en haut. Vous avez besoin d'avoir la foi. Croyez seulement Dieu de tout votre coeur et vous aurez ce que vous demandez. J√©sus-Christ vous l'accordera, si seulement vous croyez. Mais vous devez avoir la foi. Vous devez le croire de tout votre coeur. Et Dieu fera en sorte que cela s'accomplisse.

56    Le patient... Excusez-moi, monsieur... Croyez-vous de tout votre coeur? Vous croyez, bien s√Ľr. Vous √™tes seulement un peu excit√© par la Pr√©sence de cet √ätre qui se tient ici maintenant. Ah, je crois que vous √™tes de l'ext√©rieur. Vous venez aussi d'une capitale, de Richmond en Virginie. Vous avez un cancer. C'est √† l'int√©rieur de votre bouche, sur la m√Ęchoire. Est-ce vrai? Voulez-vous rentrer chez vous gu√©ri? Acceptez J√©sus comme votre Gu√©risseur. Et au Nom de J√©sus-Christ, que cela quitte cet homme! Gloire! Que Dieu vous b√©nisse, monsieur! Allez et croyez, en ayant la foi.
    Que dites-vous? Je sais maintenant, je vous vois comme une personne d'apparence plus jeune, beaucoup plus jeune que ce que vous √™tes en ma pr√©sence. Vous souffrez d'une sorte de mal de t√™te... c'est arriv√© il y a de nombreuses ann√©es. Il y a environ vingt-cinq ans que votre mal de t√™te a commenc√© et cela vous a tourment√©e depuis lors. Vous √™tes une grande croyante et vous avez--vous avez pri√© pour cette heure-ci. Vous avez pri√© Dieu que si vous pouviez seulement venir vers moi et que je prie, vos maux de t√™te puissent cesser. Ces choses sont-elles vraies? Elles le sont!

57    Vous avez entendu ce qui a √©t√© dit, mais ce n'√©tait pas moi. C'√©tait seulement ma voix. Bien s√Ľr, quoi que ce soit, il y a quelque chose, je me souviens avoir vu une jeune personne ou quelque chose ainsi. Est-ce la fa√ßon dont cela a √©t√© dit? [La Soeur dit: ¬ęJuste de cette fa√ßon.¬Ľ Ndt.] C'est juste de la fa√ßon dont cela a √©t√© dit. Croyez-vous que c'est Dieu qui l'a fait? Vous √™tes s√Ľre que Dieu est ici.
    Un instant! Je vois quelque chose d'autre. Une jeune femme semble se tenir pr√®s de vous. C'est...
    C'est votre fille. Oui, vous √©tiez sur le point de partir quelque part en voyage. Vous alliez la voir, elle habite l'Indiana, Richmond en Indiana. C'est l'endroit o√Ļ elle habite. Son mari est un pr√©dicateur et elle vous a √©crit une lettre ou quelque chose ainsi, vous disant de ne pas venir, parce que j'allais venir ici. Est-ce vrai? Vous √™tes gu√©rie! Vous pouvez aller votre chemin. Que Dieu vous b√©nisse, Soeur!
    Croyez seulement; ayez foi en Dieu. J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Maintenant, ayez seulement la foi et croyez.

58    Que Dieu vous b√©nisse, ch√®re personne de Couleur qui criez! Il est toujours pr√™t √† vous aider lorsque vous croyez, pr√™t √† aider les gens dans le besoin. Un instant... cette dame. Maintenant, je vois le Saint-Esprit Se tenir dans le coin. Il est au-dessus d'une dame de Couleur. Elle regarde dans cette direction. Elle a √©t√©... et elle prie. Elle a une grosseur, et cette grosseur est dans sa gorge. Elle a lev√© la main. Acceptez-vous votre gu√©rison? Cette dame assise juste derri√®re vous... l√†! Elle aussi a une grosseur, et elle est dans son √©paule.
    Est-ce vrai, madame? Levez-vous toutes les deux maintenant, les deux dames l√†, avec la grosseur, les deux dames de Couleur. J√©sus-Christ vous gu√©rit toutes les deux. Vous pouvez retourner chez vous gu√©ries pour la gloire de Dieu. Votre foi vous a gu√©ries! Que Dieu vous b√©nisse! C'est parti.

59    Ayez foi en Dieu. Ne soyez pas incr√©dules, mais croyez que toutes choses sont possibles √† ceux qui croient. Amen! Oh! quelle banque de la foi dans cette salle! Cela semble vraiment laiteux, partout dans le b√Ętiment. Vous √™tes certainement dans l'Esprit du Seigneur maintenant; tout peut arriver.

60    Comment allez-vous, madame. Croyez-vous que je suis le proph√®te de Dieu? Je veux dire qu'un proph√®te est un pr√©dicateur. Vous ne pensez pas que je suis de l'ennemi; vous croyez que je suis de Dieu. Est-ce de cette mani√®re que vous l'acceptez? Bien, alors je peux vous aider, parce qu'Il m'a dit que si j'obtenais des gens qu'ils me croient et si j'√©tais sinc√®re quand je priais, rien ne r√©sisterait √† la pri√®re. Je ne suis pas... Ce n'est pas moi qui aide, mais c'est Dieu qui gu√©rit. Je Lui ai demand√© et j'ai dit: ¬ęIls ne me croiront pas.¬Ľ Il a dit: ¬ęIl y aura deux signes qui te seront donn√©s, comme pour le proph√®te Mo√Įse. En ceci, les gens croiront.¬Ľ Et l'un de ces signes √©tait de r√©v√©ler aux gens les secrets de leur coeur.
    Vous n'√™tes pas ici pour vous-m√™me, bien que vous soyez nerveuse et √©reint√©e, mais cela est d√Ľ √† la maladie de cette enfant. Cette enfant ici souffre. Cela a √©t√© d√©clar√© par les m√©decins comme √©tant sans espoir.
    C'est la leuc√©mie. N'est-ce pas vrai? Vous avez amen√© l'enfant de l'ext√©rieur de la ville. Vous avez voyag√© de l'Ouest vers l'Est, pour venir ici. Vous venez d'un √Čtat qui a des montagnes. C'est la Pennsylvanie. Et votre ville, je crois, est Chambersburg. Est-ce vrai? Amenez-moi l'enfant.

61    Ch√®re petite Soeur, si le Seigneur J√©sus √©tait ici, Il poserait Ses mains sur toi, la mort te quitterait et tu vivrais. Crois-tu que je suis Son serviteur? Alors, √† Sa place, je pose mes mains sur cette enfant et la b√©nis, et je demande que le d√©mon quitte l'enfant et que la vie entre dans cette enfant, qu'elle vive et soit gu√©rie. Sors de cette enfant, Satan! Par l'autorit√© de la Bible de Dieu, avec un don Divin, donn√© par un ange, je t'adjure de quitter cette enfant! Sors d'elle!
    Crois-tu que tu vas aller bien? Que Dieu te b√©nisse! Tourne-toi et fais signe √† l'auditoire avec la main.
    Que Dieu te b√©nisse! Petite fille qui a une si grande foi, sois gu√©rie! Que Dieu te b√©nisse, ma ch√©rie! Va et sois gu√©rie.

62    Me croyez-vous Son proph√®te, Son serviteur? Croyez-vous que Dieu est proche et que Son Esprit est pr√©sent et que ce qui se fait maintenant est d√Ľ au Seigneur J√©sus? Ce n'est pas moi, je ne suis qu'un homme.
    Si Dieu veut me faire conna√ģtre ce qui ne va pas chez vous comme confirmation que je suis Son proph√®te, me tenant ici et r√©v√©lant la v√©rit√©, ainsi qu'Il a dit √† la femme: ¬ęVa chercher ton mari!¬Ľ
    Elle a dit: ¬ęJe n'en ai pas.¬Ľ
    Il a dit: ¬ęTu en as eu cinq.¬Ľ
    Elle a dit: ¬ęJe vois que Tu es un proph√®te.¬Ľ Vous voyez! ¬ęJe per√ßois que Tu es un proph√®te.¬Ľ Ce m√™me Esprit qui √©tait sur ce Fils de Dieu, Il a promis de L'envoyer de nouveau sous la forme du Saint-Esprit qui serait avec nous et demeurerait en nous jusqu'√† la fin du monde. Le croyez-vous?
    Alors, Il peut conna√ģtre vos probl√®mes maintenant, n'est-ce pas? Vous souffrez du coeur, n'est-ce pas?
    Que chaque personne souffrant du coeur se l√®ve. Vous pouvez √™tre gu√©ris, maintenant, peu importe quelle est votre maladie de coeur.

63    Seigneur Dieu, Tu connais nos forces et √† quel point nous sommes faibles et sans forces. Mais, Seigneur, nous savons combien Tu es fort; et la maladie de coeur est une maladie contre laquelle nos m√©decins ne peuvent rien faire. Mais, Seigneur, qui cr√©a le coeur? C'est Toi! Je r√©primande maintenant cette puissance de d√©mon qui tient ces personnes li√©es par une maladie de coeur. Qu'elle sorte de chacune d'elles, au Nom de J√©sus-Christ! Amen!

64    Que Dieu vous b√©nisse, Soeur. J'aimerais seulement vous dire quelque chose. Vous vous sentez diff√©rente maintenant de ce que vous vous √™tes sentie pendant longtemps, n'est-ce pas? Ainsi les gens sauront qu'il y avait un esprit de t√©n√®bres. Vous aviez des souffrances p√©nibles et vous restiez couch√©e. Mais maintenant, cela est parti de vous. Vous √™tes compl√®tement gu√©rie.
    Ayez foi en Dieu, s'il vous pla√ģt; chacun, d'un m√™me accord, ayez foi.

65    Comment allez-vous, monsieur? Nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, mais le Seigneur J√©sus nous conna√ģt tous les deux. N'est-ce pas vrai? Dieu dans les cieux qui cr√©a les cieux et la terre et qui habite en J√©sus-Christ a promis de revenir √† nouveau en nous, et ce qu'Il a fait, nous le ferons aussi.
    Croyez-vous que je suis Son proph√®te? La raison pour laquelle je dis cela est que l'Ange du Seigneur m'a dit d'obtenir que les gens me croient. ¬ęEt s'ils ne te croient pas, alors tu sauras les secrets de leur coeur, et alors, ils devront te croire.¬Ľ
    Mais vous me croyez. Et en plus, la raison pour laquelle vous me croyez, c'est que vous √™tes vous-m√™me un pr√©dicateur de l'√Čvangile. Et vous √™tes ici pour une bonne cause. Vous n'√™tes pas malade. Vous avez un besoin: vous d√©sirez qu'un r√©veil √† l'ancienne mode √©clate dans votre communaut√©. C'est pour cela que vous priez. Chacun de nous d√©sire cela. Levons-nous tous pour un r√©veil √† l'ancienne mode!
    Dieu Tout-Puissant, qui a cr√©√© les cieux et la terre, je demande maintenant que toute puissance du d√©mon soit bris√©e dans cette salle. Que la puissance de J√©sus-Christ soit rendue manifeste! Seigneur, nous ne sommes pas vaincus. Satan, je t'adjure, au Nom du Seigneur J√©sus-Christ: Sors de ces gens.
    Levez-vous de vos fauteuils roulants, vous qui √™tes estropi√©s! Donnez-Lui la gloire, chacun de vous!
EN HAUT