ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Ce qu’il faut pour triompher de toute incrédulité: notre Foi de William Branham a été prêchée 60-0729 La durée est de: 1 heure 41 minutes .pdf La traduction SHP
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Ce qu’il faut pour triompher de toute incrédulité: notre Foi

1                   J'ai longtemps attendu avec impatience cette grande et glorieuse opportunit√© pour venir dans - dans cette ville, et servir ces pr√©cieuses personnes. Dans nos premiers jours de pionnier, quand j'ai envoy√© Monsieur Lindsay, j'avais Yakima sur le cŇďur, mais je  me suis retrouv√© √† Spokane. Ainsi donc, une fois de plus, j'ai envoy√© quelqu'un pour venir √† Yakima, et pour une raison ou une autre, j'ai contourn√© et je suis all√© ailleurs. Ainsi ce soir, c'est une longue attente, cela fait environ dix ou douze ans que je cherchais l'opportunit√© de venir dans cette ville. Je suis aussi tr√®s heureux de l'opportunit√© que nous avons ici d'avoir cette belle √©cole qui porte le nom de notre bien-aim√© pr√©sident, Dwight Eisenhower. Et j'ai confiance que le Seigneur va nous accorder infiniment au-del√† de tout ce que nous pourrions faire ou nous imaginer, pendant ces dix jours de r√©unions. Et nous voulons que Dieu, si c'est dans Son glorieux plan, sauve tous les perdus qu'il y a dans cette contr√©e, qui sont juste ici sur place pour √™tre sauv√©s.
2                   Je crois vraiment que la Venue du Seigneur J√©sus est proche. Je crois que si... nous vivons √† l'ombre de Sa Venue, et je veux faire tout mon possible pour appr√™ter chaque personne pour ce grand √©v√©nement qui a √©t√© proph√©tis√©, et que les gens ont attendu depuis Son d√©part. Et nous voyons les conditions appara√ģtre aussi bien dans le monde politique, dans le monde militaire que dans le monde religieux, comme quoi tous les signes indiquent maintenant que cette venue est proche. De voir l'√©glise devenir une minorit√©, les croyants spirituels, et nous voyons s'accomplir le... tout ce qu'il a annonc√©.
3                   Nous savons que ce qui nous attend maintenant, ce sont des bombes qui viendront de partout dans le monde ; on n'a pas besoin de regarder aux grandes nations ; de petites nations ont des missiles pour d√©truire le monde √† tout moment qu'elles le voudront. Et ces missiles sont entre les mains des p√©cheurs. Et chaque √©cran de radar est en √©veil, attendant, attendant qu'un missile apparaisse sur leur √©cran, et alors, ils lanceront les leurs. Que va-t-il se passer, quand tout cela arrivera comme cela?
Je suis si heureux de conna√ģtre le Seigneur J√©sus comme mon Sauveur. J'en suis si heureux. Je suis si heureux de savoir qu'il y a tant de dizaines de milliers d'autres personnes qui ressentent la m√™me chose que moi. Elles attendent ce glorieux moment.
4                   Nous ne connaissons la vie que telle que nous la connaissons, comme des humains, parce que nous n'avons jamais √©t√© rien d'autre que des humains. Mais quand nous sommes n√©s de nouveau, il y a une vie qui vient d'En Haut et qui entre en nous.
J'ai eu le privil√®ge de voyager dans plusieurs nations, et j'ai vu beaucoup de gens. Tout compte fait, je pense que bien des fois c'est dit partout dans le monde. J'ai √©t√© dans presque chaque nation du monde, faisant l'Ňďuvre missionnaire. Et je remarque, quand j'arrive dans une nation, une chose √©trange, c'est que cette nation a un certain esprit. L'esprit de cette nation-l√† semble √™tre le... dominer en quelque sorte la nation.
Quand on va en Allemagne, on trouve un esprit diff√©rent de celui qui est en Finlande. Quand on va en Finlande, on trouve un esprit diff√©rent de celui qui est en Australie. Et quand vous allez en Australie, vous trouvez un esprit diff√©rent de celui qui est au Japon. Puis, quand on rentre en Am√©rique, celle-ci poss√®de un esprit am√©ricain. O√Ļ que vous alliez, vous trouvez un esprit diff√©rent. Les gens vivent diff√©remment, se comportent diff√©remment, mais j‚Äôai  remarqu√© une chose glorieuse : si vous prenez un Allemand et l'envoyez aux Etats-Unis, il adoptera vite l'esprit des Etats-Unis. Prenez un Am√©ricain et envoyez-le en Allemagne, il adoptera l'esprit allemand. Mais o√Ļ que ce soit et dans quelque nation que vous alliez, quand vous trouvez des chr√©tiens n√©s de nouveau, ils sont tous les m√™mes, peu importe l'endroit.
5                   Et j'ai vu des gens venir √† la r√©union, comme dans... La foule la plus importante que nous ayons jamais eue, c'√©tait cinq cents mille personnes, √† Bombay, et puis je pense que mon plus grand appel √† l'autel, o√Ļ nous ayons jamais estim√© le nombre, c'√©tait √† Durban, en Afrique du Sud, o√Ļ  trente mille pa√Įens, un apr√®s-midi, ont donn√© leurs cŇďurs au Seigneur J√©sus, quand ils ont vu quelque chose se produire sur l'estrade. Dix mille mahom√©tans ont suivi cela.
Eh bien, mais j'ai remarqué ceci : prenez le Bochiman, quelqu'un de cette tribu qui vient là, il ne sait même pas distinguer la main droite de la main gauche. Ils ne portent pas de vêtements. Ils ne connaissent pas un seul mot anglais. Ils ne connaissent aucune langue à part la langue de leur tribu, mais quand ils reçoivent le Saint-Esprit, ils se comportent et agissent exactement comme vous, quand vous recevez le Saint-Esprit ; ils se comportent tout simplement de la même façon, ils vont... exactement de la même façon. Cela montre que Dieu est universel. Dieu est omniprésent, omniscient, infini, et Il agit de la même façon avec tous ces gens.
6                   Et tous les √™tres humains, peu importe leur couleur, ou ce qu'ils sont, qu'ils soient petits, qu'ils soient grands, peu importe leur couleur, ils sont tous issus du m√™me sang. Dieu a fait toutes les nations √† partir d'un seul sang. L'Allemand, le Suisse, l'Africain, tout le monde peut donner √† l'autre son sang pour la transfusion. La couleur de notre peau et notre taille n'ont rien √† voir avec cela. Mais chaque √™tre humain a dans son cŇďur un petit compartiment o√Ļ il n'y a m√™me pas une cellule de sang. Il y a plusieurs ann√©es les critiqueurs disaient : ¬ę Dieu a fait vraiment une grave erreur quand IL a dit : 'Tel l'homme pense dans son cŇďur', car il n'y a aucune facult√© mentale dans le cŇďur de l'homme par laquelle il puisse penser. ¬Ľ
Mais il y a deux ans, je crois, quand j'assistais √† une r√©union √† Chicago, de gros titres parurent dans le journal, disant qu'on avait d√©couvert, que la science avait d√©couvert que l'homme a effectivement une facult√© mentale dans son cŇďur, qu'il y a un petit compartiment dans le cŇďur, dans le cŇďur humain, qu'on ne trouve pas dans le - le cŇďur de l'animal. Ils ont d√©couvert cela en menant des recherches sur le cŇďur, et cela... C'est l√†-dedans, disent-ils, que se trouve la demeure de l'√Ęme. Ainsi donc, apr√®s tout, Dieu avait raison quand IL a dit : ¬ę Tel l'homme pense dans son cŇďur... ¬Ľ
7                   Or, nous - nous raisonnons avec notre esprit, mais le cŇďur ne raisonne pas. Le cŇďur croit tout simplement. Nous regardons avec nos yeux, mais nous voyons avec notre cŇďur. Regardez-vous... Prenez quelque chose qui est compliqu√©, vous dites : ¬ę Je ne vois simplement pas cela. ¬Ľ Vous - vous voulez dire que vous ne comprenez pas cela. Voyez-vous ? Votre compr√©hension vient de votre cŇďur. Vous avez votre compr√©hension.
Or, bien des fois, je sais que tous les chr√©tiens savent ceci, les gens se disent : ¬ę Eh bien, c'est impossible et pourtant dans mon cŇďur quelque chose me dit que cela va arriver. ¬Ľ Avez-vous d√©j√† fait cette exp√©rience, vous chr√©tiens ? Certainement. C'est cet homme int√©rieur qui r√©fl√©chit. Cela renverse les raisonnements ; cela n'a rien √† voir avec les raisonnements, parce qu'avec - avec Dieu, on ne doit pas raisonner sur la Parole. On ne peut pas comprendre Dieu par le raisonnement. On ne conna√ģt pas Dieu par la science, on ne conna√ģt pas Dieu par - par des facult√©s mentales. On ne conna√ģt Dieu que par la foi. La connaissance n'am√®nera jamais un homme √† Dieu ; la connaissance l'√©loigne de Dieu.
8                   C'est l√† que la chose a commenc√© dans le jardin d'Eden. Il y avait deux arbres, l'un c'√©tait l'Arbre de Vie, l'autre l'arbre de la connaissance. Quand l'homme prit sa premi√®re bouch√©e de l'arbre de la connaissance, il se s√©para de l'Arbre de Vie. Et chaque fois qu'il mange de l'arbre de la connaissance, il s'√©loigne constamment davantage de l'Arbre de Vie, parce qu'il commence √† penser qu'il sait comment y arriver par la raison. Vous ne pouvez pas comprendre Dieu par le raisonnement; vous devez revenir au simple Arbre de Vie, et demeurer l√† en dessous √† manger le fruit de la Vie.
C'est pour cela que nous sommes ici, pour apporter le ministère, que le Seigneur m'a donné, à vous qui êtes ici à Yakima, et beaucoup d'entre vous ont assisté aux réunions à d'autres endroits, mais pour ce qui est de cette ville, peut- être que plusieurs de ceux qui sont ici cette semaine n'ont jamais assisté aux réunions.
9                   Maintenant, bien des fois les gens disent : ¬ę Fr√®re Branham, vous mettez en vedette la gu√©rison divine. ¬Ľ Non, c'est faux. Je mets en vedette J√©sus-Christ. Voyez-vous ? La gu√©rison divine est secondaire, et vous ne pouvez jamais accorder la primaut√© √† ce qui est secondaire. Et Christ est notre sujet principal, nous croyons donc que Christ, J√©sus-Christ est le Fils de Dieu, qu'il est mort pour nos p√©ch√©s, et qu'il est ressuscit√© le troisi√®me jour, conform√©ment aux Ecritures, et qu'il est assis maintenant √† la droite de la Majest√© de Dieu, √©tant le Souverain Sacrificateur pour faire intercession sur base de nos confessions.
Nous - nous sommes dans l'attente, nous nous attendons √† ce qu'il quitte la Gloire un jour pour revenir sur la terre ressusciter les morts et changer les vivants en leur donnant des corps glorifi√©s qui seront enlev√©s au Ciel, afin de vivre avec Lui pendant trois ans et demi, durant la p√©riode de tribulations. Il retournera sur une terre purifi√©e pour vivre mille ans, ici sur la terre en compagnie de Son Eglise, et Elle sera toujours avec Lui, quand IL s'assi√©ra sur le tr√īne de David. Eh bien, nous attendons - attendons ce glorieux moment.
10              L√† au - au taberna-... dans nos services, notre th√®me, c'est J√©sus-Christ le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, le m√™me. Eh bien, nous croyons qu'il est le m√™me dans chaque principe. Eh bien, H√©breux 13.8 est notre th√®me. N'oubliez donc pas cela, pendant les r√©unions. S'il survient quelque chose d'√©trange, tenez- vous-en juste √† cette Ecriture, et ramenez la chose aux Ecritures : J√©sus-Christ, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.
Or, nous ne pouvons pas renier les Ecritures, car Jésus a dit que toute Ecriture (nous le savons) a été donnée par inspiration, et que les cieux et la terre passeront, mais que pas une seule Ecriture ne passera, car c'est la Parole de Dieu.
Or, nous croyons que Dieu peut faire des choses qu'il n'a pas √©crites dans Sa Parole. Mais nous aimons nous en tenir juste √† ce qu'il a √©crit, alors nous savons que nous sommes s√Ľrs, si nous nous en tenons juste √† ce qu'il a √©crit dans la Parole.
11              Bon, pendant ces dix jours, si Dieu nous permet de continuer, il se peut que vous ayez vu... que vous voyez certaines choses qui vous para√ģtront d√©raisonnables.
Mais s'il semble se poser une petite question dans mes prédications, je m'en tiendrai toujours juste aux Paroles relatives aux promesses de Dieu. Cela nous suffit. Si nous nous en tenons juste à Ses promesses, si Dieu confirme toutes Ses promesses, c'est pratiquement ce dont nous avons besoin. Ne le pensez-vous pas ? C'est pratiquement ce dont nous avons besoin, quand Dieu s'en tient à Sa promesse.
En effet, je crois que nous vivons dans un jour o√Ļ des choses myst√©rieuses se passent, continueront √† se passer et deviendront compliqu√©es, parce que nous savons qu'un Jann√®s et un Jambr√®s doivent se lever dans les derniers jours pour r√©sister √† Mo√Įse et √† Aaron, comme le dit la Bible, avec des imitations pour agir comme si on a quelque chose qui n'est pas l√†.
Mais la Parole de Dieu est toujours la v√©rit√©. Je m'accroche toujours √† cela, et cette Parole de Dieu est toujours et √©ternellement v√©ridique. Et aucune parole d'homme ou plut√īt aucun homme ne vaut plus que sa parole. Sije ne tiens pas ma parole, alors je ne vaux pas grand-chose. Et si Dieu ne tient pas Sa Parole, Il n'est pas Dieu. Mais si Dieu tient effectivement Sa Parole, alors IL demeure toujours Dieu. Pour √™tre Dieu, Il doit tenir Sa Parole. Voyez-vous, Il doit tenir Sa Parole.
12              Et maintenant, concernant ces... Peut-√™tre ce soir, j‚Äôaimerais vous parler un petit peu, et m'habituer en quelque sorte avec l'assistance, avec les gens, et nous pr√©parer en quelque sorte pour les services qui viennent. Maintenant, j'ai dit, il y a quelques instants, que nous ne cherchons pas √† accorder la primaut√© √† la gu√©rison divine, quoique nous enseignions que c'est l'une des v√©rit√©s de laBible, que J√©sus- Christ fut bless√© pour nos p√©ch√©s, et que c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√© gu√©ris.
13              Maintenant, toutes les b√©n√©dictions r√©demptrices √† notre disposition, nous la race humaine, furent pay√©es pour - pour nous au Calvaire, quand J√©sus est mort pour nous. Nous croyons que l'Ňďuvre et le plan entier de Dieu, que chaque b√©n√©diction r√©demptrice furent accomplis au Calvaire, que toutes les promesses de Dieu furent rendues possibles pour chaque √™tre humain qui accepterait cela, lorsque J√©sus est mort au Calvaire pour innocenter l'homme devant Dieu. Je crois que chaque homme au monde fut sauv√© lorsque J√©sus est mort au Calvaire. Chaque personne malade au monde fut gu√©rie lorsque J√©sus est mort au Calvaire. Et maintenant, c'est une Ňďuvre achev√©e. Maintenant, la chose √† faire, c'est de pouvoir amener les gens √† voir cela et √† accepter cela. Par cons√©quent, la gu√©rison divine ne repose pas sur quelque chose de magique que quelqu'un a entre les mains, ou sur une certaine huile sainte, ou une eau b√©nite qu'on asperge sur les gens. Je ne crois pas dans ces choses. Je - je crois que le Sang de J√©sus-Christ est suffisant pour tout ce dont nous avons besoin. Voyez-vous ? Et je crois que c'est quelque chose pour lequel on a d√©j√† pay√©.
14              Or, la voie initiale et originale pour recevoir une b√©n√©diction r√©demptrice, c'est en entendant la Parole de Dieu, car la foi vient de ce qu'on entend, de ce qu'on entend la Parole de Dieu, telle que la pr√™chent les pr√©dicateurs. Si c'√©tait vous et moi, ce serait suffisant. Si les gens ne voulaient pas nous croire, eh bien, nous les laisserions tout simplement poursuivre leur chemin. Mais Dieu est si bon et si plein de mis√©ricorde qu'apr√®s tout cela IL a envoy√© Sa Parole, puis IL a envoy√© des dons dans l'√©glise. Nous croyons tous cela. I Corinthiens 12, il y a neuf dons spirituels dans l'Eglise, c'est dans chaque corps local, ou plut√īt il devrait y avoir dans chaque corps local les dons de gu√©rison, le don de sagesse, le don de connaissance, le don de... tous ces autres dons sont dans l'√©glise. Il y a neuf diff√©rents dons spirituels dans chaque corps local.
Et puis, Dieu a des dons qu'il a connus d'avance pour chaque √Ęge et qu'il a plac√©s dans l'Eglise. Or, nous voyons qu'il y en a cinq. Le premier, ce sont les missionnaires ou les ap√ītres. Le mot ap√ītre signifie un envoy√©. Le mot missionnaire signifie un envoy√©. Un missionnaire est envoy√©, et un ap√ītre est envoy√©. Dieu envoie Son missionnaire; Dieu envoie Ses ap√ītres.
15              Dans l'Eglise, il y a premi√®rement les ap√ītres, les proph√®tes, les docteurs, les √©vang√©listes, les pasteurs, ces cinq dons donn√©s par Dieu. Ainsi, chacun de vous qui a un pasteur pieux a un don de la part de Dieu dans son √©glise, un beiger. Pasteur signifie un berger, pour veiller sur le troupeau, pour lui enseigner la Parole de Dieu.
Et puis, ces neuf autres différents dons spirituels doivent opérer dans l'église pour garder l'église pure. C'est comme avec Ananias et Saphira et ainsi de suite, l'Esprit de Dieu se lève et dénonce quelqu'un et lui dit qu'il mène une mauvaise vie, et - et IL réprimande ouvertement ce péché, et c'est pour cela que le Saint- Esprit est dans l'église, pour garder l'église pure et prête pour la Venue du Seigneur. Nous croyons cela.
16              Maintenant, ensuite il y a ces autres dons que l'Eglise re√ßoit. Eh bien, apr√®s le pasteur, il y a donc des √©vang√©listes qui viennent. Et ensuite viennent des docteurs, et puis viennent des proph√®tes. Et puis viennent des ap√ītres. Tous ceux- ci travaillent de concert avec les dons, et gardent l'Eglise parfaite, pure et pr√™te pour la Venue du Seigneur. Et quand un certain √Ęge de l'√©glise s'endort, dans l'attente du Seigneur, le second √Ęge de l'√©glise s'endort, ainsi de suite jusqu'√† la septi√®me veille, peu importe le nombre d'√Ęges qui se sont endormis, ils se r√©veilleront tous √† la Venue du Seigneur, et ils seront ensemble enlev√©s avec ceux qui sont vivants et qui seront rest√©s, √† la rencontre du Seigneur dans les airs. Et nous attendons ce jour glorieux, et je crois que si Dieu nous aide, avant la fin de la semaine, je - je crois que nous verrons plus clairement qu'avant. J'esp√®re que mes yeux sont aussi ouverts √† bien des choses, car je suis ici pour apprendre comme vous tous. Je suis ici pour tirer de vous quelque chose qui - qui m'aidera.
Bien des gens pensent que l'évangéliste n'a besoin d'aucune aide. Vous vous trompez. Il a besoin de plus d'aide que toute l'assemblée, car il se tient entre l'ennemi et l'assemblée.
17              Maintenant, √©tant un √©tranger pour vous, je me suis dit que je prendrais ces choses pour les expliquer, pour que vous compreniez que nous pouvons commencer et avoir une grande r√©union ici dans cette r√©gion. Et je crois et j'ai confiance en Dieu qu'apr√®s la fin de ce service chaque √©glise dans cette r√©gion sera pleine de nouveaux membres, ceux qui auront √©t√© convertis et amen√©s l√†. Je crois qu'√† travers cela, il y aura un r√©veil √† l'ancienne mode qui balayera cette vall√©e-ci et qui fera que les gens de toute la contr√©e afflueront ici √† la recherche de quelque chose. Je trouverai donc √† mon retour aux Etats-Unis un peuple affam√©, apr√®s toutes les grandes r√©unions et les grandes choses que nous aurons eues √† travers la nation.
Nous avons eu de grands hommes qui ont parcouru notre nation : Billy Graham, Oral Roberts, et bon nombre de ces grands guerriers de la foi, de grands hommes, les amis personnels à moi. Et je sais que ce sont des hommes de bien, remplis de l'Esprit de Dieu, de merveilleux enseignants.
18              Et moi - moi-m√™me, je suis vraiment le genre de personne illettr√©e. Je n'ai pas d'instruction ; j'en suis d√©sol√©. Je n'ai pas re√ßu d'instruction qu'il fallait. J'ai √©t√© √©lev√© dans une famille pauvre, de dix enfants, et j'√©tais l'a√ģn√©. J'ai d√Ľ travailler pour faire vivre la famille. Mais d'une fa√ßon ou d'une autre, Dieu dans Sa grande sagesse providentielle a trouv√© bon, bien avant que je ne sache quoi que ce soit √† ce sujet, de me donner une petite place parmi vous. Et pour cela, je d√©sire servir de tout mon cŇďur, pour - pour √™tre votre fr√®re. Et je ne serais pas venu ici, pour rien au monde, pour provoquer un quelconque - quelconque d√©chirement, ou une quelconque fict-... friction dans l'√©glise, mais je suis venu ici pour essayer de - d'√īter les frictions, et de r√©unir le Corps de Christ, et de nous faire comprendre que nous sommes tous fr√®res, que nous sommes tous ensemble.
Et quand je suis parti de ma propre √©glise baptiste pour - pour servir parmi les pentec√ītistes qui croient le Message que l'Ange du Seigneur m'avait apport√©... Et j'ai d√©couvert qu'ils √©taient aussi mauvais que les baptistes ; ils avaient tant de diff√©rentes d√©nominations. Et j'ai trouv√© des fr√®res merveilleux et formidables dans chacune d'elles. Je - je ne peux donc pas dire ce soir que je suis membre des assembl√©es de l'√©glise de Dieu ; quoique je sois effectivement l'un d'eux ; en effet, je n'ai pas - n'ai simplement pas adh√©r√© √† leur rang, mais je suis n√© parmi eux comme un fr√®re, quand j'ai re√ßu le Saint-Esprit. Et j'ai essay√© de me tenir juste au milieu, dans la br√®che, et de dire aux deux camps : ¬ę Ne vous disputez pas, fr√®res. Nous sommes fr√®res ; aimons le Seigneur, et allons de l'avant en √©tant unis ensemble... ¬Ľ
19              Je suis un Kentuckien de naissance, et vous connaissez tous l'embl√®me du Kentucky, ou plut√īt la devise, ce sont des mains qui se croisent, comme ceci : ‚Äúensemble nous tenons bon, et divis√©s nous tombons ¬Ľ. Nous ne voulons donc pas que les √©glises soient divis√©es ; nous voulons rester ensemble. Quoique nous soyons en d√©saccord les uns avec les autres, comme cela, ce sont juste de petites tech-... petites choses techniques. Croyons les principes essentiels : J√©sus est mort pour nous sauver, nous tous ; Il nous a donn√© la nouvelle naissance √† nous tous, et nous attendons Sa Venue, et nous jouissons des attributs de Sa mort jusqu'√† ce qu'il vienne. Voil√† tout. Nous jouissons de la gu√©rison divine, de la Pr√©sence du Saint-Esprit. Et si J√©sus-Christ est le m√™me... Que Dieu me pardonne de dire : ¬ę S'il est ¬Ľ ; c'est sacril√®ge de dire cela, mais IL est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, parce que la Parole dit qu'il est le m√™me. Si donc IL est le m√™me, alors comment agirait-Il s'il √©tait ici sur terre aujourd'hui ? Il agirait exactement comme IL l'a fait hier, s'il est le m√™me. Croyez-vous cela, vous tous ? Il le ferait. Si donc IL agit de la m√™me fa√ßon, alors IL ferait les m√™mes Ňďuvres qu'il a faites hier. Croyez-vous cela ?
20              Or, les Ecritures d√©clarent... J√©sus a dit Lui-m√™me dans Saint Jean 14.7 : ¬ęCelui qui √©coute Ma Parole... ¬Ľ Non : ¬ę Les Ňďuvres que Je fais, que... Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais. ¬Ľ Et l√†, la - la traduction anglaise dit : ¬ę Il en fera de plus grandes, parce que Je m'en vais au P√®re. ¬Ľ Mais si vous prenez la traduction grecque de la chose, il est dit : ¬ę Il en fera davantage. ¬Ľ Or, personne ne pourrait faire de plus grandes Ňďuvres que ce que Lui a fait ; en effet, Il a ressuscit√© les morts, Il a arr√™t√© la nature, et IL a tout fait. Mais ce qu'il en √©tait, quand IL a dit : ¬ę Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus (Eh bien, ce mot, c'est 'cosmos', qui signifie l'ordre du monde). Il ne Me verra plus, mais vous (l'Eglise), vous Me verrez, car Je (et je, c'est un pronom personnel, nous le savons), Je serai avec vous (a-t-Il aussi dit), en vous jusqu'√† la fin du monde ¬Ľ...
Eh bien, qu'était-ce donc ? Dieu pouvait se manifester à travers un seul Homme, un Homme, Son Fils appelé Jésus. Maintenant, Dieu prend l'Esprit de ce Jésus et Le place de nouveau dans Ses enfants, qui ont été adoptés par Jésus- Christ, et ils manifestent le même Esprit et la même puissance, dans le monde entier. Ça, c'est Dieu en nous, Emmanuel en nous.
21              Nous avons √©t√© purifi√©s par le Sang de J√©sus, et je crois dans une religion et dans une saintet√© pures absolument du Saint-Esprit. Je crois qu'un homme qui est lav√© de la vie du p√©ch√©, cesse totalement de boire, de mentir, de voler, et tout le reste. Je crois qu'il vit pour Dieu, parce que l'Esprit qui est en lui, c'est l'Esprit de Dieu. Et cet Esprit le conduit et le guide dans la justice et la saintet√©, pour que Dieu puisse vivre en lui et vouloir Sa... faire Sa volont√© en lui.
Or, il n'y a donc qu'une seule différence qui empêcherait que Jésus soit le même qui marchait en Galilée que Celui qui est avec nous ici ce soir, dans chacun de nous. Maintenant, rappelez-vous, le Jésus dont je parle, c'est la troisième Personne, qui est le Saint-Esprit, Lequel est en nous, Dieu en nous.
22              Quand le Fils de Dieu... Dieu a v√©cu jadis dans une Colonne de Feu, Il a conduit les enfants d'Isra√ęl, puis IL est descendu et a v√©cu dans un Homme, Son propre Fils, un corps cr√©√©. Ensuite IL - ensuite IL √©tait... Il s'est rapproch√© de nous un peu plus. Ensuite, Il a d√Ľ donner ce Corps en sacrifice pour briser cette cellule de Sang n√©e virginalement pour purifier l'Eglise, afin qu'il puisse vivre dans les cŇďurs de tous ceux qui accepteraient ce Sang pour la purification, dit Paul, afin qu'il puisse entrer dans leurs cŇďurs par le Saint-Esprit. Alors, c'est Dieu Ňďuvrant en nous.
Or, le corps physique de Jésus ne peut pas être ici ce soir. Cela pourrait venir. Ce serait un moment glorieux, n'est-ce pas? Si le Corps physique du Seigneur Jésus, lequel est assis à la droite de Dieu ce soir, si cela devrait descendre du Ciel et venir sur la terre, nous n'aurons plus besoin de services de guérison ni de services de prédication. Tout sera fini alors.
Quand cela viendra-t-il? Je ne sais pas. Je ne pense pas que quelqu'un le sache, car Jésus a dit qu’on ne le savait pas. Mais IL a dit, quand IL a vu des signes comme ceux que nous voyons aujourd'hui, que l'on sache que le temps est proche.
23              Eh bien, Il a promis que les choses qu'Il faisait (je vais aborder cela plus tard dans le message)... La pens√©e ce soir porte sur la pr√©paration, sonder en quelque sorte l'auditoire. Nous avons dix soir√©es, et bien des fois les gens... si vous ne... Si vous vous pr√©cipitez dans quelque chose, sans savoir ce que vous faites, alors bien vite vous vous retrouvez tout √† fait dans la confusion. Mais si vous entrez dans la ligne, sachant exactement √† quoi vous attendre, alors vous savez comment recevoir votre gu√©rison.
Bien des fois les gens qui sont atteints du cancer, d'une tumeur, ou d'une certaine grosseur, maligne ou pas, bien des fois ils manquent de s'emparer de leur guérison après qu'ils l'ont reçue une fois.
24              Eh bien, une grosseur est une multiplication des cellules. C'est exactement ce que vous √™tes, une multiplication des cellules. Vous savez d'o√Ļ provient votre vie ; en effet, c'√©tait au travers du saint mariage. Et nous savons que la femme n'a pas d'h√©moglobine ; cela provient de l'homme. Et - et c'est le m√Ęle qui produit les cellules de sang. Eh bien, beaucoup parmi vous sont des fermiers, et vous avez des poules, vous avez... Regardez dans la cour et voyez les oiseaux, et les oiseaux...
Une m√®re oiseau peut construire son nid et y pondre plein d'Ňďufs, et elle peut couver ces Ňďufs, et en prendre soin au mieux de ce qu'elle peut, et se priver de nourriture au point de devenir si faible qu'elle peut √† peine sortir du nid, retournant ces Ňďufs, avec r√©v√©rence toutes les 2 ou 3 minutes, pour qu'ils puissent √©clore, les gardant au chaud, se passant de toute nourriture et tout ce qu'elle devrait prendre pour fortifier son propre corps. Elle est fid√®le envers ces Ňďufs. Mais si cette m√®re oiseau n'a pas √©t√© avec le m√Ęle, ses Ňďufs n'√©cloront jamais. Ils pourriront l√† m√™me dans le nid.
La poule, vos poulets peuvent pondre des Ňďufs, la poule peut le faire. Elle peut se mettre dessus de la m√™me fa√ßon, et cela n'√©clora jamais √† moins qu'elle ait √©t√© avec le m√Ęle.
25              Eh bien, c'est ce que je pense au sujet de l'√©glise aujourd'hui. Voyez-vous ? Peu importe le nombre de membres que nous avons, combien nous devons les chouchouter et les dorloter, s'ils n'ont pas √©t√© avec le M√Ęle, J√©sus-Christ, et qu'ils ne sont pas n√©s de nouveau, ils ne pourront jamais croire √† la gu√©rison divine ni √† quoi que ce soit d'autre. Vous avez tout simplement un nid plein d'Ňďufs pourris. Il serait mieux de nettoyer le nid et de tout recommencer. C'est... Si - si jamais il y a eu un temps o√Ļ on a besoin d'un nettoyage du nid enAm√©rique, c'est maintenant m√™me. C'est vrai. Nous avons emmen√© bien des gens par erreur et les avions inscrits dans le registre de l'√©glise et tout ; ce qui n'est pas mal. Je pr√©f√©rerais qu'ils soient dans l'√©glise plut√īt que l√† dehors dans la rue ; mais cependant, ce qu'il nous faut, c'est un r√©veil.
Eh bien, un r√©veil ce n'est pas tellement faire entrer de nouveaux membres, c'est plut√īt ranimer ce qu'on a d√©j√† √† l'int√©rieur. Voyez-vous ? C‚Äôest juste comme votre - votre mer par ici. L'autre jour, j'√©tais assis l√† sur le rivage, et hier on m'a amen√© √† la p√©ch√©, apr√®s que j'ai eu unjour de repos, et j'observais cette grande et puissante mer soulever ces vagues dans tous les sens. Je me suis dit : ¬ę Pourquoi est-elle si agit√©e ? Pourquoi fait-elle monter les vagues ? ¬Ľ Je me suis dit : ¬ę Il n'y a pas une seule goutte d'eau de plus que lorsqu'elle est - lorsqu'elle est parfaitement calme. ¬Ľ C‚Äôest juste. Elle a la m√™me quantit√© d'eau. La quantit√© de son eau n'a pas du tout augment√©. Mais pourquoi connais-tu une telle agitation ? Je me suis dit : ¬ę Elle a un r√©veil. ¬Ľ Qu'est-ce que cela fait ? Cela fait sortir tous les d√©chets de l'eau et les projette sur la rive.
Ainsi, ce dont - ce dont l'√©glise a besoin aujourd'hui, c'est d'un r√©veil. On va nous secouer pour faire sortir de nous toute incr√©dulit√©, jusqu'√† ce que nous soyons propres. Ne le pensez-vous pas? Car tout... ce que je veux dire par p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. Nous comprenons que le seul p√©ch√© qui soit, c'est l'incr√©dulit√©. Nous croyons cela. ¬ę Celui qui ne croit pas est d√©j√† condamn√©. ¬Ľ
26              Comme je l'ai dit une fois, il y a quelque temps, pendant que je pr√™chais dans une √©glise m√©thodiste, j'ai dit : ¬ę Fumer la cigarette, boire du whisky, commettre adult√®re, mentir, voler, ce n'est pas cela le p√©ch√©. ¬Ľ
Et une pr√©cieuse et ch√®re petite sŇďur qui √©tait assise l√†, avec l'un de ces petits cols ronds, qui avait enseign√© la saintet√© toute sa vie, a dit : ¬ę Je vous prie de me dire qu'est-ce qui est p√©ch√©. ¬Ľ
Je me suis simplement approch√© d'elle. J'ai dit : ¬ę Le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. ¬Ľ Vous - vous faites ces choses parce que vous ne croyez pas. Celui qui croit au Seigneur ne fait pas ces choses. Il est pass√© de la mort √† la Vie.
J√©sus a dit dans Saint Jean 5.24 : ¬ę Celui qui √©coute Mes paroles et qui croit √† Celui qui M'a envoy√© a la Vie Eternelle (il n'existe qu'une seule forme de Vie Eternelle, c'est le Saint-Esprit. Voyez-vous ?) - a la Vie Eternelle, et ne vient point en jugement mais il est (temps pass√©) pass√© de la mort √† la Vie. ¬Ľ Oh ! j'aime cela, pas vous ? Celui qui croit...
27              Bien, nous... Les r√©unions produisent toujours les trois cat√©gories de gens : l'incr√©dule, le soi-disant croyant, et le croyant. Nous avons eu cela dans... et c'est ce que nous avons toujours eu, et nous - et nous aurons toujours cela. Et ainsi, nous voulons amener le - l'incroyant √† devenir un croyant, et le soi-disant croyant √† devenir un v√©ritable croyant. Pourquoi accepterions-nous un substitut alors que les deux sont pleins de choses authentiques ? Pourquoi voulons-nous avoir quelque chose de vraiment fictif et tout... quelque chose... un tas d'√©motions ou que sais-je encore ?
Eh bien, souvenez-vous, je crois que le Saint-Esprit a beaucoup d'émotions. Tout ce que - je peux vous prouver que tout ce qui n'est pas - qui n'a pas la vie en soi est mort. Si donc l'église n'a pas une petite vie, il y a quelque chose qui cloche en elle. Elle a besoin d'une résurrection. Je crois donc que nous devons avoir de l'émotion. Nous devenons...
Je vois que nous sommes sur un terrain de basket-ball. Eh bien, beaucoup d'entre vous, les enfants qui √™tes ici, vous fr√©quentez l'√©cole, et je remercie certainement Dieu pour cette belle √©cole. C'est la plus belle √©cole o√Ļ je sois jamais entr√©, je crois. Pour ce qui est des auditoriums, j'en ai vu beaucoup. Mais je... Ici... Qu'en serait-il si vous aviez un match de basket-ball ici, et que votre √©quipe √©tait en train de mener ? Oh ! la la ! et vous, vous √™tes tout simplement assis l√† au balcon, vous dites : ¬ę C'est le match le plus froid auquel j'ai jamais assist√©. ¬Ľ Eh bien, certainement.
Eh bien, si notre Ma√ģtre m√®ne le combat, je vous assure, cela - cela - cela... Nous pouvons certainement... pourrions faire une blague de temps en temps, vous savez, afin qu'il sache que nous - nous appr√©cions la victoire qu'il nous donne. C‚Äôest juste. Nous ne voulons donc pas que ce soit une r√©union morte, une √©glise morte ; nous la voulons vivante, avec l'Esprit de Dieu √† l'Ňďuvre, et du style authentique, sensible, sain et √©vang√©lique, l'Esprit accomplissant tout simplement de grands miracles et prodiges, et manifestant parmi nous les signes du Messie.
28              Pendant qu'Isra√ęl √©tait en route de la - de l'Egypte vers la Terre promise, pendant qu'ils √©taient en route, Balaam ne se doutait pas qu'il y avait une - la voix du Roi dans le camp. Il a oubli√© de voir ce rocher frapp√© et ce serpent d'airain, et leur... le cri de triomphe du Roi.
C'est ce que nous voulons ce soir, nous avons un Rocher frapp√© dans le camp. Croyez-vous cela ? C'est le Rocher, J√©sus-Christ. Il fut frapp√© comme le rocher le fut dans le d√©sert par le b√Ęton de jugement de Dieu, et IL a port√© nos ch√Ętiments, afin qu'en tant qu'un peuple qui p√©rit nous soyons rajeunis et qu'il nous soit donn√© une nouvelle vie provenant de cette eau qui sort du rocher ; et il en est ainsi de l'Eglise. Chaque fois qu'elle parle au Rocher, ce Dernier fait couler sur l'Eglise une nouvelle eau, une nouvelle vie, et elle est revivifi√©e.
Et puis, Il avait un serpent d'airain qui faisait l'expiation pour tous les péchés qu'ils avaient commis ; une eau de séparation était préparée en dehors du camp pour séparer l'incroyant de son incrédulité. Ils avaient tout cela, et puis au milieu de tout cela, il y avait tout le temps un cri de triomphe du Roi dans le camp. Nous sommes donc en route ce soir, et servons le Seigneur de tout notre coeur.
29              Bon, nous t√Ęcherons chaque soir de vous laisser sortir... Je pense que ce soir nous commen√ßons √† 20 h 30, et peut-√™tre demain soir, nous commencerons un peu plut√īt. Et puis demain soir, je voudrais aller plus loin avec vous sur le sujet de la gu√©rison divine, pour que vous puissiez tr√®s bien comprendre.
Une petite chose que je d√©sire enfoncer juste ici, de sorte que si j'oubliais cela demain soir... Prenons par exemple une - une grosseur, une tumeur, un cancer, quoi que ce soit. Comment cela commence-t-il ? Par exemple ma main que voici, il n'y a √† pr√©sent rien sur ma main. Un jour, il pourrait s'y former une grosseur, un cancer, quoi que cela puisse √™tre, une tumeur. C'est quoi, cette grosseur ? C'est... Quelque part un autre petit germe s'y introduit et commence √† d√©velopper des cellules, et c'est une multiplication des cellules. C'est exactement comme vous avez commenc√© dans le sein de votre m√®re, vous avez commenc√© √† cro√ģtre pour devenir un - un √™tre humain. Un chien devient un chien, la poule une poule, et ainsi de suite.
Mais une tumeur, un cancer, ou n'importe laquelle de ces grosseurs, cela n'a aucune forme précise, parce que cela a... cela n'est pas fait à l'image de l'être humain. Certaines ont des pattes, d'autres sont rondes comme des crêpes, et d'autres sont allongées, et que sais-je encore. Qu'est-ce ? Ce sont des démons. Jésus les a appelés des démons. Avait-Il raison ? Certainement qu'il avait raison. Car le terme démon signifie un tourmenteur ; le cancer, la tumeur, ainsi que les maladies, cela vous tourmente.
30              Or, la derni√®re commission que J√©sus a donn√©e √† Son Eglise √©tait : ¬ę Allez par tout le monde, pr√™chez la Bonne Nouvelle √† toute la cr√©ation. Celui qui croira et qui sera baptis√© sera sauv√©. Celui qui ne croira pas sera condamn√©. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les d√©mons (Croyez-vous cela ?), chasseront les d√©mons. ¬Ľ
Ensuite, que se passe-t-il quand la vie quitte cette tumeur ? Nous allons appeler cela une tumeur ou un cancer. C'est le plus grand tueur. Eh bien, quand la vie quitte ce cancer, qu'arrive-t-il aussit√īt que la vie vous quitte ? Le premier jour ou disons ce temps-l√†, votre corps diminue de volume.
Combien de chasseurs y a-t-il ici, ceux qui chassent le cerf et les animaux? Tr√®s bien. Eh bien, si vous tuez un cerf aujourd'hui et dites, ou le boucher ou n'importe qui que vous voulez, m√™me l'entrepreneur des pompes fun√®bres... Voyez-vous ? Vous dites : ¬ę On a mis ce corps sur la balance, il p√®se 250 livres [environ 113 kilos - N.D.T.]. ¬Ľ Faites attention √† ce que vous dites au gar√ßon l√†, quand vous pesez cela le matin. Il p√®sera moins. Vous le savez, n'est-ce pas ? Pendant la nuit, son volume va diminuer consid√©rablement. C'est pareil avec le corps humain. C'est ce qui arrive aux cellules de tout corps, parce que cela meurt. Eh bien, laissez donc cela g√©sir l√† pendant environ trois ou quatre jours au soleil. Ensuite prenez cela.
Qu'un petit chien se fasse écraser sur la route, et laissez-le gésir là pendant trois ou quatre jours sous ce soleil chaud. Observez ce qui se passe. Il va pratiquement doubler de volume. A ce moment-là, il pèse plus que jamais auparavant.
31              Eh bien, par exemple un homme, quand cet esprit... Voyez-vous ? Nous ne nous occupons pas de cette grosseur. √áa, c'est le m√©decin qui s'en occupe. Le m√©decin s'occupe de ce qu'il peut toucher ou voir. Il se sert de deux de ses cinq sens pour pouvoir travailler, √† savoir : son toucher ou sa vue. Eh bien, il touche la grosseur ; il op√®re ; il consid√®re cela et enl√®ve la chose. Or, s'il reste un morceau de racine, cela va tout simplement continuer √† pousser. Voyez-vous ?
32              Or, nous, nous ne nous occupons pas du tout de cette grosseur, dans la gu√©rison divine. Nous nous occupons de la vie qui se trouve dans cette grosseur, le d√©mon lui-m√™me, cette vie. Ensuite, quand cette vie sort, imm√©diatement ou apr√®s quelques heures, le patient commence √† sentir un soulagement, il se sent bien, il se met √† t√©moigner. G√©n√©ralement, apr√®s trois ou quatre jours, j'ai d√©j√† quitt√© la ville. Voyez-vous ?
Eh bien, et puis la Bible dit : ¬ę Quand un esprit impur quitte un homme, il s'en va dans des lieux arides. ¬Ľ Il ram√®ne sept d√©mons pires que lui ; et si le brave homme de la maison n'est pas l√† pour la prot√©ger, ce d√©mon va y retourner directement, et la derni√®re condition de cet homme est huit fois pire que ce qu'elle √©tait au d√©part. Voyez-vous ? Il a attrap√© sept autres d√©mons diff√©rents. Eh bien, nous devons croire cela, car Dieu l'a dit, et c'est Sa Parole. Dans notre message, nous devons travailler √† partir de cela, voyez-vous, montrant que c'est la v√©rit√©, car c'est la Parole de Dieu.
Eh bien, si les gens s'y pr√©cipitent directement, peut-√™tre en ayant trois soir√©es de r√©unions, les gens s'y pr√©cipitent directement et on prie pour eux. ¬ę Oh ! je suis gu√©ri ; je me sens vraiment mieux. ¬Ľ La personne a quitt√© le petit lit, est rentr√©e √† la maison en marchant, apr√®s environ trois ou qua-... environ soixante- douze heures, la corruption s'installe, et la n√©crose commence √† enfler, alors la personne dit : ¬ę Oh ! j'ai perdu ma gu√©rison. Oh ! je - j'ai perdu ma gu√©rison. ¬Ľ C'est le meilleur signe au monde que vous avez obtenu votre gu√©rison. Voyez- vous ? C'est le signe que vous l'avez obtenue, et non que vous l'avez perdue. Et on doit enseigner des choses √©l√©mentaires comme celles-l√† √† l'Eglise. Voyez- vous ? Savoir comment tenir bon. Ne donnez pas libre acc√®s √† l'incr√©dulit√© ; d√®s que vous dites : ¬ę Oh ! je l'ai perdue ¬Ľ, Satan revient aussi vite. C‚Äôest juste. Alors votre √©tat est pire qu'avant. Voyez-vous ?
33              Et c'est la raison pour laquelle mes r√©unions n'ont jamais eu suffisamment le temps au cours duquel je pouvais expliquer cela et venir parmi les gens pour leur en parler. Et un de ces jours, le Seigneur voulant, je vais prendre une grande tente et aller quelque part o√Ļ je pourrais rester trois ou quatre semaines enti√®res, ou cinq, continuer simplement... permettre √† ces patients de revenir, et leur prouver la chose, et leur montrer que la chose a disparu, car Dieu ne fait acception de personne. Celui qui gu√©rit un homme atteint du cancer en gu√©rira un autre atteint du cancer, si la personne vient avec la m√™me attitude, sur la m√™me base. En effet, pourriez-vous prendre vos enfants, les mettre √† table, alors que chacun d'eux a faim, et dire : ¬ę Eh bien, tu peux prendre un verre de lait pour ne pas mourir Mais toi, John, tu ne peux pas prendre cela. Joe lui peut prendre cela. ¬Ľ Vous ne pourriez pas faire cela. Vous serez autant pr√©occup√©s pour John que pour Joe, si vous √™tes de vrais parents. Eh bien, si vous savez bonne... donner de bonnes choses √† vos enfants, √† combien plus forte raison votre P√®re c√©leste donnera-t-Il de bonnes choses √† Ses enfants. Vous voyez donc, chacun de nous peut √™tre gu√©ri.
34              J'ai vu tant de choses √™tre accomplies, je vous assure, mes amis, je - je suis tout √† fait convaincu que Dieu peut tout faire. J'ai vu la l√®pre √† son dernier stade √™tre gu√©rie. J'ai vu des gens qui √©taient... Je d√©tiens des attestations des m√©decins pour des gens qui √©taient √©tendus morts, que des m√©decins avaient examin√©s, qui √©taient morts et qui sont revenus √† la vie par la foi, juste en croyant cela. Voyez- vous ?
Et une petite m√®re n'a pas l√Ęch√© son b√©b√©, et voir ce b√©b√© revenir √† la vie apr√®s avoir √©t√© - qu'il √©tait mort ce matin-l√† √† 9 heures, et c'√©tait pratiquement √† 22 heures et demie ce soir-l√†, tout r√©cemment, l√† √† Mexico. J'ai dit : ¬ę Ne d√©clarez pas cela ; que le m√©decin signe cela. ¬Ľ Voyez-vous ? Ainsi quand nous faisons une d√©claration, cela doit √™tre confirm√©. Voyez-vous ? C'est vrai. On ne permet pas que cela soit publi√©, parce que je - je..., vous savez ce que je veux dire, de grandes choses, parce que le...
Vous savez, nous Am√©ricains, nous cherchons de grandes choses, des choses grandioses, un tas de bruit avec cela, voyez-vous, oh ! beaucoup de choses √† la Hollywood. Que Dieu nous aide √† nous √©loigner de cela et √† revenir √† l'Evangile. C‚Äôest juste. J'en ai vraiment marre et je suis si fatigu√© de l'√©vang√©lisation √† la Hollywood, et de voir des millions mourir l√†-bas sans conna√ģtre Christ du tout. Voyez-vous ? C'est... Cela rend certainement malade. Combien c'est √† l'oppos√© de Dieu !
Elie, le vent imp√©tueux ne l'a pas attir√© ; le bruit de tonnerre ne l'a pas attir√©. Le tremblement de terre ne l'a pas attir√©, mais quand il a entendu un murmure doux et l√©ger, alors le proph√®te s'est voil√© la face et il est sorti. C'est ce qui a attir√© son attention. Et, mon fr√®re et ma sŇďur, √©coutons cette semaine ce murmure doux et l√©ger. Voyez-vous ?
35              Bon, avant de nous approcher de Sa Parole, pour La lire, inclinons la t√™te juste un instant pour la pri√®re.
Maintenant, Dieu notre P√®re, nous nous approchons de Ta Parole au Nom du Seigneur J√©sus, parce que Tu as promis que si nous Te demandons quelque chose en Son Nom, nous le recevrons. Et nous sommes s√Ľrs que Ta Parole est la v√©rit√© ; en effet, nous sommes venus dans cette petite ville accueillante qui nous a invit√©s ici.
Et tous Tes aimables serviteurs qui sont r√©unis ici, ainsi que ces pr√©cieux fr√®res pr√©dicateurs ici derri√®re, qui sont derri√®re moi pour prier, qui veillent sur leur troupeau par ici, des bergers fid√®les, combien je Te remercie pour cela, P√®re ! Et plusieurs brebis malades attendent l'heure √† laquelle Tu les d√©livreras. Ils ne peuvent pas aller plus loin, Seigneur ; le m√©decin a peut-√™tre abandonn√© plusieurs, parce que leur cŇďur est trop malade pour continuer √† fonctionner, le cancer va les tuer. Et le m√©decin a fait tout ce qui est en son pouvoir. Nous Te sommes reconnaissants pour ce dernier et pour la connaissance que Tu lui as donn√©e.
36              Mais maintenant, P√®re, il y a cependant un nouveau pas que nous pouvons effectuer. Et c'est la raison pour laquelle nous sommes ici. Certains d'entre eux sont ici avec des √Ęmes malades du p√©ch√© ; ils ne connaissent pas la joie qu'il y a √† Te servir, Seigneur, et ils ne Te connaissent pas comme un Ami personnel qui marche avec vous sur la rue, qui conduit avec vous dans la voiture, qui vous parle dans le secret de votre chambre, qui mange avec vous √† table. O Dieu, que J√©sus devienne un Ami personnel, juste un membre de la famille, dans chaque foyer qui est dans cette ville, √† travers la r√©gion. Accorde-le, Seigneur.
37              Nous Te prions maintenant de b√©nir nos faibles efforts alors que nous allons nous efforcer de pr√©senter l'Evangile √† nos pr√©cieux amis. Et, Seigneur, je Te prie de m'aider, je suis quelqu'un qui a besoin d'aide.
Et si je disais quelque chose ou essayais de dire quelque chose qui est contraire à Ta volonté ou à Ta Parole, alors, Père, Tu es toujours le même Dieu qui a pu fermer les gueules des lions qui étaient dans la fosse avec Daniel, Tu peux aussi fermer ma bouche. Et je Te prie de ne pas permettre que je dise une seule chose qui ne pourrait être à... édifiante et à... pour Ton Eglise et pour Ton peuple.
Et que chaque personne malade soit gu√©rie. Que chaque personne qui est perdue soit sauv√©e, chaque r√©trograde ramen√© √† la communion. B√©nis Ta Parole alors que nous La lisons ce soir pour ce petit sujet, puisse cela constituer ensemble une pr√©paration pour de - de bons moments durant ces quelques soir√©es prochaines avec Tes serviteurs. Et quand les services seront termin√©s, alors nous inclinerons humblement nos t√™tes et nos cŇďurs devant Toi, et nous Te rendrons toute la louange et toute la gloire. Car nous le demandons au Nom de Ton pr√©cieux Fils bien-aim√©, le Seigneur J√©sus-Christ, notre Sauveur. Amen.
38              Maintenant, √† vous qui √™tes... qui gardez d‚Äôhabitude le texte ou qui notez le texte ou plut√īt les passages, je d√©sire ce soir que vous ouvriez dans I Jean chapitre 5, le verset 4, juste pour lire quelques paroles. Je d√©sire avoir un petit texte pour en tirer un contexte.
39              Et pendant que vous ouvrez, je pourrais dire maintenant que les soirs nous prierons pour les malades, et pour maintenir l'ordre, les gar√ßons seront ici environ une heure avant le d√©but du service pour distribuer des cartes de pri√®re √† tous ceux qui en veulent. Ils prendront les cartes de pri√®re et les am√®neront devant les gens, et ils m√©langeront compl√®tement ces cartes, les am√®neront et les donneront √† tous ceux qui en veulent, et les cartes de pri√®re doivent √™tre utilis√©es le soir Ne - ne les amenez pas ou plut√īt ne les donnez pas √† quelqu'un d'autre. Vous - vous avez suivi les instructions. C'est vous qui recevez la carte de pri√®re. Et puis, si vous avez un ami qui d√©sire une carte de pri√®re, demandez-lui donc de venir suivre les instructions que monsieur Borders et les autres vous donneront, ainsi que les ministres et ainsi de suite. Et les cartes de pri√®re ne sont pas √©changeables, elles doivent √™tre remises √† chaque personne, et ensuite on les appellera par leurs num√©ros pour venir sur l'estrade. C'est ce qui fait donc que personne ne sait o√Ļ la ligne de pri√®re va commencer, personne ne sait quelles cartes... Vous diriez : ¬ę Donnez-moi la carte de pri√®re num√©ro 1. ¬Ľ Eh bien, m√™me si vous avez le num√©ro 1, il se peut que nous commencions par le num√©ro 15.
40              En effet, j'ai essay√© ceci ; nous avons essay√© cela sans cartes de pri√®re, et quelle bousculade ! C'√©tait vraiment une ar√®ne. Et puis, nous avons une... Ensuite nous avons essay√© cela. Puis j'ai essay√© d'envoyer cent cartes de pri√®re √† chaque pasteur qui coop√©rait. Et alors le premier pasteur a fait entrer son groupe, les autres n'ont pas fait entrer les leurs pendant que la r√©union se poursuivait, √† cause du temps o√Ļ nous avons termin√© cela, et ces lignes qui avancent lentement ; en effet, nous ne les laissons passer que si nous sommes s√Ľrs que tout est en ordre. Je pense donc que c'est la fa√ßon dont vous voulez que √ßa soit. Est-ce juste ?
Et puis - et puis, bien des fois, lorsqu'une seule personne est guérie à l'estrade, il y en a cinquante qui sont guéries sur l'estra-... là-bas. Donc cela n'a pas tellement d'importance. Et le Saint-Esprit va directement dans l'auditoire, comme nous allons le voir plus tard, et les gens sont malgré tout guéris. Mais les cartes...
41              Et puis vous voyez, ensuite ce que nous avons fait... Nous n'avons pas pu faire cela, parce que le premier pasteur a fait entrer les siens, environ cent cartes, pendant les trois soir√©es de la r√©union. Cela a r√©gl√© la question. Et alors ce que nous avons fait donc par la suite, j'allais l√† et distribuais des cartes de pri√®re, et je venais... je disais : ¬ę Que nous... un... comme ce petit gar√ßon-ci, qu'il vienne compter, et l√† o√Ļ il s'arr√™tera, c'est √† partir de l√† que nous allons commencer. ¬Ľ C'est incroyable, maman faisait en sorte que fiston s'arr√™te juste √† sa carte, vous savez. Nous sommes donc malgr√© tout des hommes, nous nous en rendons compte, et nous avons re√ßu des plaintes √† ce sujet.
Ensuite j'ai eu un homme qu'on a attrap√© lors de mes r√©unions en train de vendre ces cartes de pri√®re, assurant quelqu'un que ce dernier entrerait dans les lignes de pri√®re. Apr√®s une seule soir√©e, c'√©tait fini pour cet homme. J'ai alors demand√© √† mon propre fils de distribuer les cartes de pri√®re, et je sais que cela n'arrivera pas avec lui. Et alors, j'ai arrang√© la chose de sorte que les gens sachent que lui-m√™me ne savait pas o√Ļ la ligne de pri√®re allait commencer. Il am√®ne les cartes de pri√®re devant les gens et il les m√©lange compl√®tement, et il vous les tend tout simplement, o√Ļ que vous le d√©sirez. Lui-m√™me ne le sait donc pas. Personne d'autre ne le sait.
Et alors - alors, quand j'arrive √† la r√©union, je laisse cela juste l√† o√Ļ le Saint- Esprit... Je l'ai fait bien des fois, je compte le nombre de gens qu'il y a dans cette rang√©e-ci, et j‚Äô√©loigne cette rang√©e-ci de celle-l√†, je divise cela par cette rang√©e- ci, et ainsi de suite comme cela. Ou tout simplement o√Ļ que le Saint-Esprit me conduise √† commencer, c'est l√† que nous commen√ßons. Alors nous... Cependant, avant que les services ne se terminent, nous prions toujours pour tous ceux qui viennent √† la r√©union. Nous faisons toujours cela.
42              Et puis, nous voudrions aussi vous faire savoir que nous n'essayons pas de dire : ¬ę Eh bien, l'√©vang√©liste est ici. C'est lui qui va op√©rer la gu√©rison. ¬Ľ Nous vous faisons savoir que votre pasteur est un homme de Dieu, qu'il a autant d'autorit√© pour prier pour les malades que moi ou quiconque d'autre, moi, Oral Roberts ou Tommy Osborn, ou n'importe lequel - n'importe lequel des hommes qui sont dans les champs missionnaires aujourd'hui, qui prient pour les malades. Votre pasteur a la m√™me autorit√©. Il pourrait ne pas op√©rer sous le m√™me don, mais il est malgr√© tout un serviteur de Dieu, il op√®re sous le don que Dieu lui a donn√©. N'oublions donc jamais cela.
Et maintenant, venez vers... Je... A quelle heure allez-vous commencer les services...?...? A 19 h 30, alors vous devriez √™tre ici √† 18 h 30 pour que vous... cela ne va pas entraver le reste de la r√©union. Ils vont s'y mettre pour distribuer les cartes jusqu'√† cette heure-l√†, venez donc aussit√īt que possible, pour qu'ils ne soient pas tous partis quand vous arriverez ici. Et puis chaque soir, ils distribueront des cartes pour que nous prions pour les malades, et cela emp√™chera qu'il y ait une grande ru√©e et que tout le monde alors... les gens grimpent les uns sur les autres.
43              Oh ! la la ! Vous devriez voir dans les pays √©trangers o√Ļ nous... Il vous faut pratiquement avoir une milice. J'ai vu les gens se ruer sur un groupe de cinq soldats qui formaient une barri√®re, j 'ai vu une femme bondir sur les √©paules d'un homme et passer carr√©ment de l'autre c√īt√© en courant, en passant par-dessus les √©paules de cet homme. Ils ont d√©sorient√© toute une arm√©e, quelque chose comme des rangs, leur passant entre les jambes, peut-√™tre quatre ou cinq mille personnes √† la fois, se ruant simplement comme cela, et fon√ßant √† travers eux d'une fa√ßon ou d'une autre, vous d√©chirant les habits et tout le reste, cherchant tout simplement √† vous toucher ou quelque chose de ce genre. Ainsi nous avons ici... Nous pouvons avoir de l'ordre dans les petites r√©unions comme celle que nous avons maintenant, et faire la chose d√©cemment et dans l'ordre. Ne croyez-vous pas dans cela ?
44              Tr√®s bien maintenant, alors que nous lisons le chapitre 5 et le verset 4 de I Jean :
Parce que tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ;
Et la victoire qui triomphe du monde, c 'est notre foi.
Que le Seigneur ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.
Eh bien, ce soir je désire parler sur ce sujet : Ce qu'il faut pour triompher de toute incrédulité : notre foi.
45              Eh bien, on vient de cl√īturer hier, on a tenu ici aux Etats-Unis deux grandes campagnes. L'une, c'√©tait celle des D√©mocrates ; ils ont tenu la leur en Californie, et tous les journaux ne parlaient que de cela. Vous ne pouvez pas allumer la radio et ne pas entendre cela. C'est tout √† fait normal. C'est le parti. Et ils ont choisi celui qu'ils pensaient √™tre le meilleur homme de leur parti, et ils ont choisi monsieur Kennedy. Et puis, quand ils ont √©lu monsieur Kennedy dans leur congr√®s, et, oh ! ils ont √©rig√© la tribune pour monsieur Kennedy, pour qu'il soit le plus grand homme du monde aujourd'hui. Et puis, quand finalement ils ont √©lu l'homme qu'ils voulaient, ils ont tous fait retentir des acclamations et ont fait de grands √©loges √† monsieur Kennedy.
Et hier, ou plut√īt avant-hier, peu importe quand c'√©tait, l'autre parti, le parti r√©publicain a choisi monsieur Nixon. Eh bien, ils ont pr√™ch√© pendant plusieurs jours, √©rigeant une tribune pour monsieur Nixon, et... dans leur campagne. Et ils... Quand le parti a finalement √©lu l'homme qu'ils pensaient qu'il leur fallait pour briguer la pr√©sidence de notre cher pays, les Etats-Unis, la foule tout en liesse a fait retentir des acclamations, et elle a cri√©, elle a sautill√©, parce qu'elle avait √©lu l'homme qu'elle √©tait venue √©lire dans cette campagne.
46              Eh bien, nous, nous sommes venus ici ce soir pour √©lire un Homme, et cet Homme, c'est le Seigneur J√©sus. Et j'essaie d'√©riger une tribune pour Lui ce soir, afin que pendant les prochaines soir√©es de cette campagne nous puissions nous r√©jouir et louer Son Nom, parce que nous L'avons √©lu dans nos cŇďurs pour qu'il soit notre Sauveur, notre Dieu, notre Gu√©risseur. Et nous voulons premi√®rement dresser une tribune pour Lui.
Et maintenant, nous allons parler de la foi et de la victoire. Il y a eu beaucoup de grandes victoires remportées dans ce monde. Il y... Si je pouvais les énumérer ce soir, cela ferait plusieurs milliers de grandes victoires qui ont été remportées à travers le monde : dans les temps anciens de Rome, et de la Grèce, et ainsi de suite, les grands guerriers ont remporté de grandes victoires, au point que la terre entière est baignée du sang des martyrs. Pour commencer, je peux attirer votre attention sur deux ou trois grandes victoires, et sur la manière dont les gens se sont comportés quand ils ont remporté ces victoires.
47              Par exemple, lors de la derni√®re, ou plut√īt, c‚Äô√©tait la Premi√®re - la Deuxi√®me Guerre mondiale, quand les - les Allemands ont remport√© la victoire en France, et apr√®s avoir tout s√©curis√©, ils ont √©rig√© une tribune pour Hitler. Et Hitler, dit-on, s'est tenu l√† √† l'Arc de triomphe. Je me suis tenu l√† moi-m√™me plusieurs fois. Et quand il s'est tenu l√†, ces dizaines de milliers et de milliers d'Allemands ont d√©fil√© au pas de l'oie, ex√©cutant le salut allemand devant leur FIlhrer, tandis que ce dernier se tenait sur sa tribune qu'on avait √©rig√©e pour lui, et on dit qu'il y avait pendant une demi-heure dans le ciel comme un nuage d'avions allemands qui survolaient le lieu. Les gens ont cri√©, des coups de canon ont √©t√© tir√©s, les sifflets ont retenti, les cloches ont sonn√©, et tout, parce qu‚Äôils avaient remport√© la victoire et s'√©taient empar√© de Paris - empar√© de la France.
R√©cemment, √† la Conf√©rence Internationale, la Conf√©rence Internationale Pentec√ītiste, √† Londres, en Angleterre, on a montr√© l√† un film de Staline, quand on l'a amen√© en Allemagne, apr√®s la chute de celle-ci, on l'a amen√© √† Berlin. Et quel spectacle √©tait-ce de voir ces Aile-... ou plut√īt ces chars de fabrication russe avec leurs canons de tourelle juste un peu au-dessus de la t√™te l'un de l'autre, si bien entra√ģn√©s pour une salve continue, ils sont pass√©s l√†. Oh ! je ne vois pas comment le monde pourrait subsister √† un choc aussi terrible que celui que les gens ont connu en Allemagne. Comment ces canons visaient tout simplement l'un l√©g√®rement au-dessus de l'autre, ce qui faisait juste un panorama, tirant tout le temps avec ces tr√®s fortes explosions de saut-... boulets d'√©clats d'obus, ils ont tout simplement mis l'Allemagne en pi√®ces.
Et quand finalement les Allemands se sont rendus, les autres sont entrés, ils - ils ont sécurisé le lieu et ont amené une tribune et ont amené Staline là dans un avion. Quand il a atterri, ces Russes avec cette petite façon curieuse de se baisser et de se relever, des dizaines de milliers et de milliers de soldats russes se sont mis à se baisser et tout, et à crier hourra, à hurler, et tout comme cela, parce qu'ils avaient remporté la victoire sur l'Allemagne. Ils les avaient vaincus.
48              Et ce fut quelque chose de semblable le jour o√Ļ la paix a √©t√© sign√©e, apr√®s qu'on avait lanc√© une bombe atomique sur Hiroshima et qu'on avait pulv√©ris√© environ un million de personnes et qu'on avait br√Ľl√© le vieux groupe, et que leurs estomacs et leurs globes oculaires √©taient tomb√©s et que le Japon s'√©tait alors rendu. Et alors les sifflets ont retenti, des coups de canon ont √©t√© tir√©s, et les cris ont fus√©, et tout, et bien des p√®res √©taient heureux que la guerre f√Ľt termin√©e, parce qu'ils auraient un peu de repos. Beaucoup de p√®res et de m√®res √©taient heureux parce que leurs fils allaient rentrer √† la maison. Et c'√©tait un - c'√©tait un grand jour. Et chaque fois qu'une victoire est remport√©e, c'est un triomphe sur quelque chose ; on triomphe de la chose contre laquelle on combat.
49              Je me suis tenu dans lesjungles d'Afrique du Sud pendant que le lion faisait la chasse, et voil√† le lion que je pensais √™tre un vieux charognard galeux, mais j'ai eu du respect pour lui, √† cause de toute sa grande puissance pour tuer, il ne tue que pour manger. Les b√™tes peuvent lui courir par-dessus toute la journ√©e, apr√®s qu'il a d√©j√† mang√© ; il ne leur accordera pas la moindre attention. Mais quand il tue quelque chose, c'est path√©tique √† voir. Il tue le - le gnou, ou le z√®bre ou quelque chose. Il pose ses pattes dessus, et il renvoie en l'air sa t√™te majestueuse, avec l'√©paisse crini√®re autour du cou, il rugit. Oh ! je me suis tenu √† une distance de cinq cents yards [457 m - N.D.T.] et j'ai vu de petits cailloux tomber du sol, tomber de la colline et rouler, √† cause de cette d√©tonation terrifiante de ce cri de victoire qu'il pousse. Lorsqu'il a trouv√© quelque chose √† manger, il pose ses pattes dessus, il l√®che cela et rugit dans la jungle.
50              Toutes ces choses ne durent pas. Ces guerres et ces effusions de sang, cela revient aussit√īt, parce que c'est remport√© de la mauvaise mani√®re. Cela ne peut pas durer. Il n'y aura pas de paixjusqu'√† ce que J√©sus viendra √©tablir Son Royaume, et le monde n'apprendra plus √† faire la guerre. Mais avant ce moment-l√†, les nations sont contr√īl√©es par le diable, comme le d√©clare la Bible. Et elles seront en guerre les unes contre les autres jusqu'√† ce que J√©sus vienne. C'√©tait cela ce jour-l√†, quand Satan L'a amen√© sur une haute montagne, et a dit : ¬ę Si Tu es le Fils de Dieu, prosterne-Toi et adore-moi, je Te donnerai tous ces royaumes. Ils m'appartiennent tous. J'en fais ce que je veux. Je Te les donnerai, si seulement Tu m'adores. ¬Ľ
J√©sus, sachant qu'il en deviendrait l'h√©ritier dans le Mill√©nium, a dit : ¬ęArri√®re de Moi, Satan, car il est √©crit : 'Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu Le serviras Lui seul.' ¬Ľ Et Satan s'est √©loign√© de Lui.
51              Il y a un vieux proverbe qui est plus qu'un proverbe. Peu importe comment - qui est arriv√© le premier, vous devezjouer selon les r√®gles du jeu, sinon vous ne gagnerez jamais. Si un coureur court en suivant la piste et qu'un autre prenne un raccourci, traverse le terrain et bat celui-l√† d'une demi-heure, il sera n√©anmoins disqualifi√© √† la fin de la course. Il doit jouer selon les r√®gles du jeu, sinon il est disqualifi√©.
Et c'est ce que nous devons faire, la course de la vie dans laquelle nous sommes maintenant doit être menée selon les exigences de Dieu, sinon nous serons perdants quand nous arriverons là. Que nous soyons président, que nous soyons le gouverneur, ou un ministre ou qui, quelle que soit l'église dont nous sommes membres ou la dénomination, les règles du jeu doivent être respectées. Nous devons faire la course honnêtement ; nous devons jouer selon les règles. Nous devons prêcher la Parole. Nous devons le faire de bon coeur.
Paul a dit dans, je crois, dans H√©breux, chapitre 12 : ¬ę Puisque nous sommes environn√©s d'une si grande nu√©e de t√©moins, rejetons tout fardeau, et le p√©ch√© qui nous enveloppe si facilement, afin que nous puissions courir avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui nous est ouverte. ¬Ľ Paul parlait des jeux olympiques et ainsi de suite qui se d√©roulaient en Gr√®ce et √† Rome, et ailleurs ; il savait que vous devriez jouer correctement, sinon, vous √©tiez disqualifi√©.
Et ce soir, en tant que des chrétiens nés de nouveau, en tant que des croyants ici au temps de la fin, nous devons jouer selon les règles. Nous devons courir avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur le Chef et le Consommateur, Jésus-Christ.
52              Juste apr√®s cela, ou plut√īt avant cela, avant cela, Il a donn√© aux H√©breux le glorieux chapitre 11 qui cite les h√©ros de la foi : ¬ę C'est par la foi que Mo√Įse, c'est par la foi qu'Abraham, c'est par la foi qu'Enoch, c'est par la foi que No√©.¬ĽTous les grands h√©ros de la foi, ensuite il dit : ¬ę Puisque nous sommes environn√©s d'une si grande nu√©e de t√©moins, rejetons tout fardeau, et le p√©ch√© (l'incr√©dulit√©) qui nous enveloppe si facilement. ¬Ľ
Nous voici ce soir juste dans les ombres de la Venue du Fils de Dieu, et pourtant, nous trouvons que l'Eglise est dans un état anémique. Nous devrions être de très grands et puissants guerriers de la foi qui pourraient secouer une nation. Dieu nous accorde cela. Nous n'avons qu'à recevoir cela. Il y a donc sur nous de petites choses qui nous empêchent de courir. Rejetons tous ces petits fardeaux maintenant, car nous regardons au Chef et Consommateur de notre foi, Jésus-Christ, qui fut fait Homme sur la terre, qui a habité parmi nous et qui fut fait péché, afin que par Sa justice nous puissions recevoir le pardon de nos péchés. Il est devenu nous, des pécheurs, afin que nous puissions devenir Sa justice. En d'autres termes, c'est comme ceci : Il est devenu moi afin que je puisse devenir Lui. Il était le Fils de Dieu ; j'étais un pécheur. Il a pris ma place, Il est devenu un pécheur afin que je puisse être un fils de Dieu.
Et quand on voit cela, cela devrait attirer l'attention de chaque homme et de chaque femme, pour rejeter chaque petit discours sceptique. Oh ! j'aime cela. Rejeter tout fardeau, et la petite incr√©dulit√© qui nous enveloppe si facilement. Qu'une petite chose survienne, et nous disons : ¬ę Eh bien, je n'ai jamais entendu cela auparavant. ¬Ľ Examinez cela dans les Ecritures ; si c'est la Bible, tenez- vous-en √† cela.
53              Vous ici, vous √™tes connus pour vos pommes, de tr√®s d√©licieuses pommes qui sont cultiv√©es dans cette vall√©e, ainsi que d'autres fruits. Quand vous plantez ce petit arbre, il n'est pas plus gros que √ßa, ce n'est qu'une petite bouture. Chaque pomme que portera cet arbre se trouve dedans juste √† ce moment-l√†. Certainement, elle s'y trouve, d'o√Ļ cela vient-il ? √áa se trouve dans l'arbre. Et vous plantez l'arbre dans le sol. Vous faites l'irrigation pour cela, vous l'arrosez. Qu'arrive-t-il au petit arbre ? Il pousse, et, eh bien... il pousse, il boit, et il tire l'eau de la terre. Il tire plus que sa portion, plus que ce qu'il faut pour le satisfaire. Il tire tellement qu'il lui pousse des branches, des sarments, des pommes, ensuite cette s√®ve descend se cacher pendant l'hiver, pour qu'elle ne soit tu√©e dans l'arbre. Quelle est cette intelligence qui la fait descendre dans le sol, qui la cache pendant l'hiver ?
Mettez de l'eau dans un gobelet en fer blanc, et posez cela sur une cl√īture, et voyez si cela va descendre quand l'hiver vient. Certainement pas. Une Intelligence fait descendre cela. Cette m√™me Intelligence qui fait entrer l'eau l√†- dedans, c'est le m√™me Esprit de Dieu qui nous a r√©unis pour cette convention, le m√™me Esprit qui nous r√©unit ici dans les lieux c√©lestes en J√©sus-Christ, pour trouver Sa bont√© et Sa mis√©ricorde pour les heures qui sont devant nous. Oh ! Il est r√©el, Dieu est r√©el.
54              Eh bien, nous voyons cela dans ce petit arbre, il pousse. Quand il grandit, il pousse. Et quand vous naissez dans le Royaume de Dieu, que vous n'√™tes qu'un petit b√©b√© en Christ, tout ce dont vous avez besoin dans ce voyage de la vie est en vous lorsque vous recevez le Saint-Esprit. Oh ! ensuite ce que vous devez faire, c'est boire, boire et continuer √† boire. Ne vous arr√™tez pas apr√®s que vous avez adh√©r√© √† l'√©glise et que vous vous √™tes fait baptiser ; continuez tout simplement √† boire jusqu'√† ce que vous ayez la foi pour ceci, et la foi pour cela, et la foi pour ceci, et croissez jusqu'√† ce que toutes les manifestations du Saint-Esprit soient vivantes dans l'Eglise.
[Espace vide sur la bande - N.D.E.]... et le rémunérateur de ceux qui Le cherchent.
55              Maintenant, comment sommes-nous plant√©s? Nous sommes plant√©s en J√©sus-Christ. Maintenant, je pense, c‚Äôest juste ma consid√©ration pour Lui, qu'il est la Fontaine in√©puisable de la Vie, parce que vous ne pouvez pas √©puiser Sa bont√©. Certaines personnes se disent : ¬ę Oh ! je d√©teste invoquer Dieu tant de fois. ¬Ľ C'est ce qu'il veut que vous fassiez.
¬ę Vous ne poss√©dez pas parce que vous ne demandez pas. Vous ne demandez pas parce que vous ne croyez pas. Demandez beaucoup afin que votre joie soit parfaite. ¬Ľ C'est ce que Dieu veut : demandez de grandes choses. Je demande des centaines d'√Ęmes dans cette r√©union. Je demande que chaque personne malade qui franchit cette porte ressorte d'ici en bonne sant√©. Je crois cela. Je crois que jusqu'√† ce que nous partions, ceci ne sera pas un autre rassemblement, mais ce sera un r√©veil ici √† Yakima. Satan m'a gard√© loin d'ici assez longtemps, et je crois que l'heure est venue pour qu'un v√©ritable r√©veil balaye chaque √©glise et partout dans cette contr√©e.
56              Je suis sorti cet apr√®s-midi, je suis all√© √† diff√©rents endroits pour rendre visite aux gens, avec un vieux chapeau de paille rabattu sur mon visage et tout, je... juste pour voir l'attitude des gens. Vous avez de braves gens ici ; vous avez quelque chose sur quoi travailler. C'est juste. Eh bien, ce que nous devons faire, c'est nous mettre au travail. Nous sommes ici ce soir pour √©lire notre Seigneur J√©sus comme Roi dans nos cŇďurs, comme notre Gouverneur, comme Celui qui nous donne la foi, comme notre Dieu, comme notre Gu√©risseur, comme notre Sauveur, L'√©lire dans notre cŇďur et ensuite aller ici pour apporter cela √† cette grande √©lection qui vient au jugement, quand IL sera couronn√© Roi des rois et Seigneur des seigneurs.
57              Nous vivons maintenant dans un jour terrible, mais tout ce dont vous avez besoin vous a d√©j√† √©t√© donn√©, lorsque vous croyez. Aujourd'hui tant de gens, √† ce que je voie, quand ils adh√®rent √† l'√©glise, et particuli√®rement ici enAm√©rique, ils deviennent tout simplement des vagabonds. Ils sont juste... ¬ę Eh bien, gloire √† Dieu, j'ai rencontr√© fr√®re Branham, et je - je suis sauv√©, et j'ai √©crit mon nom dans le registre, et c'est - c'est tout ce que j'ai fait. ¬Ľ Ils vagabondent tout simplement, on ne doit pas faire cela. Vous n'avez pas √©t√© sauv√© juste pour √™tre un membre d'√©glise. Vous avez √©t√© sauv√© pour travailler. On n'habille pas une arm√©e juste pour qu'elle reste au coin √† flirter avec les filles, en bel uniforme. Nous entra√ģnons notre arm√©e pour le combat. Et nous ne sommes pas √† un pique- nique ; nous sommes sur le champ de bataille. Nous sommes juste ici en train d'affronter l'ennemi de notre Seigneur J√©sus, l'ennemi de nos √Ęmes. Soyons √† l'Ňďuvre avec un cŇďur pr√™t √† tout combat.
J'aime ce Psaume de la vie : ¬ę Ne soyez pas comme du b√©tail qu'il faut pousser ¬Ľ, on doit vous amener dans un petit enclos quelque part et par ici, et par l√†. Soyons des h√©ros.
La vie des grands hommes nous rappelle à tous
Que nous pouvons rendre nos vies sublimes,
En partant, laisser derrière nous
Des empreintes de pas sur le sable du temps.
Des empreintes de pas peut-être qu'un autre,
En naviguant sur l'océan solennel de la vie,
Pour qu'un frère découragé et naufragé,
En voyant les traces de nos pas
Puisse reprendre courage.
Faisons quelque chose; nous sommes des √©p√ģtres √©crites.
58              Eh bien, il y a quelque temps, il y a quelques ann√©es, mon √©pouse... J'√©tais dans le bureau et elle est venue √† la porte et a dit : ¬ę Billy, il y a un - il y a un clochard √† la porte. Il a besoin de quelque chose √† manger. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Donne-lui √† manger. Donne-lui quelque chose ; c'est un √™tre humain. Peu m'importe qui c'est, donne-lui √† manger. Partage ce que nous avons avec lui. Cet homme a faim. ¬Ľ
Elle a dit : ¬ę J'ai peur de lui. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Oh ! la la ! ouvre la porte et dis-lui de prendre quelque chose √† manger. Pr√©pare-lui quelque chose et donne-le-lui. ¬Ľ
Elle a donc dress√© la table, ensuite elle l'a invit√© √† entrer, puis elle est entr√©e dans la chambre. Ainsi je... Elle avait un peu peur de lui, car il √©tait un peu sale, et je suis sorti et j'ai dit : ¬ę Bonjour, mon brave homme. ¬Ľ
Il a dit : ¬ę Bonjour. ¬Ľ
Et il mangeait son d√ģner et j'ai donc dit : ¬ę D'o√Ļ venez-vous ? ¬Ľ
Il a dit : ¬ę Oh ! juste d'ici et de l√†. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę O√Ļ allez-vous ? ¬Ľ
Il a dit : ¬ę Oh ! la m√™me chose, juste ici et l√†. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Quel but avez-vous dans la vie ? ¬Ľ
Il a dit : ¬ę Aucun. ¬Ľ
59              Eh bien, c'est exactement la situation dans laquelle les gens se retrouvent. Nous devons avoir quelque chose comme but. Nous devons avoir un but dans nos cŇďurs. Nous devons faire quelque chose. Eh bien, vous dites : ¬ę Oh ! nous tenons un r√©veil. Oui ! Nous sommes l√† dans l'auditorium de l'√©cole Eisenhower. ¬Ľ Ne soyez pas juste quelqu'un qui flotte et qui est sans but dans la vie. De cette fa√ßon- l√†, vous n'arriverez jamais √† quelque chose. Levons-nous et faisons quelque chose. Veillons √† ce que notre √©glise prosp√®re ; faisons prosp√©rer le Royaume. Veillons √† ce que les malades viennent ici. Veillons √† ce que Dieu soit √©tabli parmi les gens, et que de grands miracles et prodiges se produisent, qui frapperont la nation.
Je suis convaincu qu'il se produira ici des choses qui vont ébranler cette contrée, qui la secoueront pour le Royaume de Dieu, si chacun de nous, nous nous mettons derrière cela.
Que faisons-nous ? Nous √©rigeons une tribune pour notre Seigneur. Nous voulons L'amener √† Yakima ; nous voulons L'amener dans un grand r√©veil. Et nous devons L'√©lire dans nos propres cŇďurs. Nous devons viser quelque chose, avoir quelque chose √† faire avec cela, un but, un objectif. Ne vous contentez pas, oh ! d'adh√©rer √† l'√©glise et de vous laisser aller. N'y allez pas comme cela. Vous devez toujours avoir un objectif dans ce que vous faites.
L'√©pouse dira : ¬ę Eh bien, je ne suis qu'une femme. ¬Ľ
Prenez le téléphone ; faites quelque chose. Faites quelque chose pour aider le Seigneur Jésus maintenant.
60              Eh bien, il y a un temps o√Ļ l'homme peut en arriver √† un point o√Ļ il peut avoir un objectif. C'est quelque chose qui va le changer. Et c'est lorsque l'homme rencontre Dieu. Un homme ne peut jamais rester le m√™me apr√®s avoir rencontr√© Dieu face √† face. Cela le change en d√©pit de tout ce que vous pouvez faire. Un homme ne peut jamais rester le m√™me une fois qu'il a rencontr√© Dieu. Eh bien, c'est la v√©rit√©.
Prenons quelqu'un. Commen√ßons avec No√©. No√© n'avait pas un objectif pr√©cis dans la vie. C‚Äô√©tait un cultivateur ordinaire, l√† dans le champ. Mais un jour Dieu l'a rencontr√©, et lui a parl√©, et IL lui a parl√© de quelque chose qui √©tait impossible et qui allait se produire. Alors d√®s ce moment-l√†, quand No√© a pris la r√©solution dans son cŇďur de b√Ętir cette arche, en d√©pit de ce que disaient tous les fanatiques... Eh bien, la pluie n'√©tait jamais tomb√©e du ciel. Il n'y avait jamais eu d'humidit√© sur la terre. Elle √©tait irrigu√©e √† partir des sources. Il n'y avait jamais eu des nuages au ciel. Comment allait-Il le faire ? Eh bien, Dieu avait dit que cela arriverait, et No√© avait pris la r√©solution dans son cŇďur d'accomplir cette chose pour Dieu, et il l'a accomplie. Peu importe que les gens se soient moqu√©s de lui, ou qu'ils aient dit ceci cela.
¬ę Comment va-t-il pleuvoir ? O√Ļ va-t-il pleuvoir, No√© ? ¬Ľ
¬ę Je ne sais pas. ¬Ľ
¬ę Eh bien, montre-moi o√Ļ se trouve la pluie. ¬Ľ
¬ę Je ne saurai pas te le montrer, mais quand le temps viendra, la pluie sera       l√†. ¬Ľ
C'est juste, il avait rencontré Dieu.
61              Et quand votre m√©decin vous abandonne et dit : ¬ę Le cancer va vous tuer.¬Ľ Comment donc allez-vous vivre ? Je ne peux pas vous dire comment cela va se faire, mais Dieu a dit : ¬ę La pri√®re de la foi sauvera le malade. Et il en sera ainsi. ¬Ľ C'est juste.
Quelqu'un m'a dit il n'y a pas longtemps... Je pr√™chais sur Elie et les corbeaux qui le nourrissaient. J'ai fait une petite d√©claration rude, et que les gens de couleur me pardonnent pour ceci. Mais j'ai dit : ¬ę Il est tr√®s bien. Les gens disaient qu'il √©tait fou l√† dans cet arbre. Il avait des serviteurs de couleur pour le servir chaque jour. Et quand il avait besoin d'eau, il tendait la main et avait √† boire. Quand le moment du repas venait, un serviteur de couleur, un corbeau lui apportait un sandwich. ¬Ľ
Et un ministre d'une certaine √©glise m'a dit : ¬ę En fait, vous ne croyez pas qu'il s'agissait l√† des sandwichs ? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Certainement je le crois. La Bible dit que c'√©tait de la viande et du pain, et je le crois. ¬Ľ
Il a dit : ¬ę Alors je d√©sire vous demander quelque chose : o√Ļ a-t-il obtenu cela ? O√Ļ ces corbeaux ont-ils trouv√© cela ? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Ce n'√©tait pas l'affaire d'Elie de chercher √† comprendre tout cela. Il savait tout simplement que Dieu lui avait dit qu'il le nourrirait ; les corbeaux apportaient cela, il mangeait, et il √©tait rassasi√© de cela. Et c'est tout ce qui comptait. ¬Ľ
62              Il en est ainsi de la gu√©rison divine ou de la puissance de Dieu, peu importe qu'on cherche √† expliquer cela et √† √©carter cela, Dieu a dit qu'il en serait ainsi, et √ßa sera l√†. J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Sa puissance est tout simplement la m√™me.
Il a dit : ¬ę Celui qui croit en Moi fera tout... aussi les Ňďuvres que Je fais. ¬Ľ
¬ę Comment allez-vous le faire ? ¬Ľ
¬ę Je ne peux pas vous l'expliquer, mais Dieu a dit que cela arriverait, et cela arrive tout simplement, c'est tout ce que je sais. Je ne peux pas expliquer comment une vache noire peut manger de l'herbe verte et produire du lait blanc, mais je bois cela tout le temps, malgr√© tout. Je n'en connais pas le m√©canisme, et tout ce que je sais est que c'est du lait et que je bois cela.
C'est ainsi que quelqu'un a dit : ¬ę Oh ! vous agitez ces gens. Ils sont tout excit√©s, c'est... ¬Ľ Je n'en sais rien. Je ne peux pas dire de quel genre d'excitation il s'agit. Je sais que quelque chose a chang√© ma vie, quand cette excitation est venue sur moi.
Quelqu'un a dit : ¬ę Vous allez devenir fou. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Alors laissez-moi tranquille, je suis plus heureux comme ceci que je l'√©tais dans l'autre √©tat. ¬Ľ J'ai donc re√ßu le salut de cette fa√ßon-ci. J'esp√®re pouvoir √™tre si excit√© que j'en mourrai, car je passe de tr√®s bons moments en croyant la Parole de Dieu, et en Le voyant confirmer Cela avec tout ce qu'il a dit qu'il a promis de faire. Voil√† qui est notre Seigneur. C'est cette glorieuse Personne. Assur√©ment. Croyons.
63              Oh ! quand Dieu rencontre un homme, ce dernier est chang√©. Quand No√© a rencontr√© Dieu, tout son travail consistait √† construire cette arche.
Les gens venaient dire : ¬ę Que fais-tu, No√© ? ¬Ľ
¬ę Je construis une arche. ¬Ľ
¬ę C'est quoi, une arche ? ¬Ľ
¬ę C'est un bateau. ¬Ľ
¬ę C'est quoi, un bateau ? ¬Ľ
¬ę C'est une chose... L'eau va venir, elle va tomber des cieux, et Dieu va d√©truire ce vieux monde m√©chant. Et tout celui qui n'entrera pas dans cette arche va - va p√©rir. ¬Ľ
¬ę Oh ! disaient-ils, vous devriez tous l'amener chez un psychiatre. Il y a quelque chose qui cloche dans la t√™te de ce vieil homme. ¬Ľ Eh bien, qu'√©tait-ce? Il croyait Dieu. Et un homme qui croit Dieu se comporte comme un fou pour le monde, car il a plu √† Dieu d'accomplir cela par la folie de la pr√©dication. Amen.
64              ¬ę Tous ceux qui vivent pieusement en J√©sus-Christ seront pers√©cut√©s. Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, et qu'on vous tournera en d√©rision, et qu'on vous traitera de toutes sortes de noms √† cause de Moi. (Voyez-vous ?) R√©jouissez-vous et soyez dans l'all√©gresse, car ils ont pers√©cut√© les proph√®tes qui ont pr√™ch√© avant vous. ¬Ľ √á'a toujours √©t√© l√†. Quand vous attrapez l'esprit de cette nation, vous devenez r√©ellement un Am√©ricain. C'est le bon esprit national √† avoir. Mais des fois, √† voir la mani√®re dont les choses √©voluent maintenant, cela devient tr√®s mauvais.
65              Tout r√©cemment - r√©cemment, j‚Äô√©tais √† San Angelos, √† Rome, et il y a une grande enseigne avant d'entrer √† San Angelos qui dit : ¬ę Al'intention des femmes Am√©ricaines, veuillez vous habiller pour honorer les morts, avant d'entrer ici. ¬Ľ Vous pensez que c'est tr√®s mal, un grand leader d'une certaine nation, apr√®s que nous sommes entr√©s, a dit : ¬ę Y a-t-il de bonnes femmes l√† dans votre pays ? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Il y en a des milliers. ¬Ľ
¬ę Eh bien, pourquoi chantez-vous toutes ces chansons sales √† leur sujet ?
Chaque chanson qui sort, elle a quelque chose de sale en rapport avec les femmes. ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę √áa, c‚Äôest juste l'autre c√īt√©. Vous ignorez le bon c√īt√©. Vous lisez la page blanche. ¬Ľ Comme je l'ai dit : ¬ę Certainement, nous avons des chr√©tiennes n√©es de nouveau, qui sont de vraies dames loyales, des jeunes comme celles qui sont avanc√©es en √Ęge. Elles sont r√©ellement des sujets du Royaume. ¬Ľ En fait, j'ai dit : ¬ę Je suis venu dans votre nation pour vous le dire.¬Ľ C'est juste. Voyez- vous ? Quand vous recevez un esprit...
66              Il y a quelque temps, je me rendais √† un magasin, mon √©pouse et moi, et il y avait l√† ces dames qui venaient, portant ces tout petits habits immoraux, et je... Et nous n'avons vu qu'une seule femme sur environ plusieurs milliers qui √©taient v√™tues d'autres genres d'habits. Et - et mon √©pouse m'a dit, elle a dit : ¬ę Billy, qu'est-ce ? Est-ce contre ces femmes qui sont tout habill√©es comme cela? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Oh ! c'est simplement l'esprit am√©ricain. ¬Ľ
¬ę Eh bien, a-t-elle dit, ne sommes-nous pas Am√©ricains, nous ? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Si, nous sommes des Am√©ricains. C‚Äôest juste. C'est la plus grande nation au monde. Nous l'aimons. Et pourtant, nous ne sommes pas exactement des Am√©ricains. ¬Ľ
Elle a dit : ¬ę Que sommes-nous ? ¬Ľ
J'ai dit : ¬ę Nous sommes n√©s d'En Haut. ¬Ľ J'ai dit : ¬ę Quand nous venons l√†, et que je suis juste un... nous sommes tout simplement des Am√©ricains. Nous nous habillons comme les autres, nous nous conduisons de la m√™me fa√ßon, nous nous laissons aller, nous flottons carr√©ment avec les autres. Et quand votre esprit vient de l√†-haut, il est saint. All√©luia ! Il est diff√©rent. Il vous fait vous comporter comme l√†-haut. C‚Äôest juste. Quand donc vous recevez cet Esprit, vous devenez bizarre pour ces gens par ici. Voyez-vous ? Vous avez l'apparence diff√©rente. Vous vous comportez diff√©remment.
67              Il en √©tait ainsi de No√©. Il avait parl√© √† Dieu et il a √©t√© chang√© du simple homme flottant qu'il √©tait dans le monde ant√©diluvien en une cr√©ature de Dieu, qui √©tait n√©e dans le Royaume pour apporter le Message.
J√©sus a dit : ¬ę Ce qui arriva au temps de No√© arrivera pareillement √† la venue du Fils de l'Homme. ¬Ľ On a comme une religion des fanatiques, des gens qui vivent dans la saintet√©, qui d√©clarent que quelque chose vient d'En Haut, et nous ne croyons pas que c'est de l'eau, mais chaque soir les eaux de Dieu tombent d'En Haut, de la fontaine remplie du Sang tir√© des veines d'Emmanuel, l√† o√Ļ les p√©cheurs, une fois plong√©s dans le flot, perdent toutes les taches de leur culpabilit√©. La puissance et la gloire coulent de cette fontaine l√†-haut sur Son Eglise. Quand
Il est mort et qu'il est ressuscit√© au matin de P√Ęques, Il a fray√© une issue sur tout le c√īt√© de la gloire pour que celle-ci se d√©verse sur Son Eglise qui a commenc√© le jour de la Pentec√īte. Depuis lors, elle coule. Nous croyons cela de tous nos cŇďurs.
68              Maintenant, remarquez alors que nous dressons la tribune pour Lui. Prenons d'abord un autre homme. Il y eut Abraham ; il √©tait un homme ordinaire. Il est venu de Babylone avec Son P√®re, de Schinear, dans la vall√©e et ils avaient v√©cu l√† dans la ville d'Ur, dans le pays de Chald√©e. Et ensuite, peut-√™tre qu'il √©tait un... oh ! un cultivateur, un berger ou quelque chose comme √ßa. Et un jour, il √©tait l√† dans le champ, √† l'√Ęge de soixante-quinze ans, et sa femme, Sara, √Ęg√©e de soixante- cinq ans, et Dieu a rencontr√© Abraham et lui a parl√© d'un autre pays qui √©tait loin de l'autre c√īt√©. Et IL lui a dit qu'il allait avoir de Sara un b√©b√©, alors qu'elle n'√©tait plus en √Ęge d'avoir des enfants, elle avait √©t√© st√©rile toute sa vie, et oh ! lui aussi, mais que cela allait arriver. Dieu allait accomplir quelque chose, et cet homme, pendant des ann√©es, aussi longtemps qu'il vivait, il confessait qu'il √©tait un p√®lerin et un √©tranger, qu'il cherchait une cit√© dont Dieu est l'Architecte et le Constructeur. Amen. Quand un homme entend Dieu lui parler, cela le change.
69              Oh ! √©coutez cette semaine, √©coutez la voix de Dieu vous parler. Elle va vous changer ; elle va √īter tout doute de votre pens√©e, sachant que le Seigneur J√©sus est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Quand nous Le voyons venir dans les r√©unions, commencer √† faire les m√™mes choses qu'il faisait quand Il √©tait ici sur terre, alors il vous faut √©couter attentivement cette petite voix. C‚Äôest quelque chose qui va vous changer, dites : ¬ę Oui ! √ī Dieu. ¬Ľ C‚Äôest exactement ce que disent les Ecritures. C'est mot pour mot ce que disent les Ecritures. Rentrez chez vous, prenez vos Bibles, examinez cela, voyez si c'est juste. Sondez les Ecritures. Cela doit aller de la Gen√®se √† l'Apocalypse, s'accorder d'un bout √† l'autre avec la Bible. C'est exactement ce qui vous a √©t√© promis. Et √©coutez Dieu, cela va vous changer. Cela va vous donner la foi pour croire. Ces mains invalides seront d√©li√©es ; ces jambes seront d√©li√©es ; ce cancer dispara√ģtra. Ces yeux aveugles s'ouvriront, et les choses que Dieu a promises seront rendues manifestes.
Nous sommes dans un monde qui a √©t√© d√©tourn√© de ces choses, mais ce soir nous √©rigeons une tribune pour un Homme. Amen. Amen. Comme la femme l'a dit au puits : ¬ę Venez voir un Homme qui m'a dit ce que j'ai fait. Ne serait-ce pas le Messie Lui-m√™me ? ¬Ľ
70              Venez voir l'Homme, l'Homme sur lequel nous b√Ętissons ce soir, le Seigneur J√©sus, c'est sur Lui, car tout autre terrain n'est que sable mouvant. Tout autre terrain p√©rira, mais ce Rocher, J√©sus-Christ, demeurera √©ternellement. Croyez- vous cela ? Oui.
Abraham confessait qu'il était un pèlerin et un étranger. Tous les jours de sa vie, il cherchait cette cité dont Dieu était l'Architecte et le Constructeur. C'est toujours comme ça.
Mo√Įse √©tait all√© √† l'aventure de l'Egypte et s'est retrouv√© dans le d√©sert, o√Ļ il menait une bonne vie ; il vivait derri√®re la montagne avec une charmante √©pouse, un petit gar√ßon, Gershom, appel√© √† h√©riter tous les moutons de Jethro et tout. Oh ! il √©tait tr√®s bien ; il continuait sa vie, se laissant aller dans la facilit√© ; et l√† en bas, Isra√ęl avait des ennuis, pleurait, et Dieu l'avait choisi pour d√©livrer le peuple. Mais il s'√©tait √©loign√© de cela.
71              Eh bien, c'est l√† le probl√®me d'un grand nombre de nos √©glises aujourd'hui. Dieu nous a appel√©s √† un minist√®re. Dieu nous a appel√©s √† √™tre Son peuple. Dieu nous a appel√©s √† croire dans les miracles et les prodiges. Dieu nous a appel√©s √† accomplir des miracles et des prodiges. Il nous a appel√©s √† faire cela, et nous nous en d√©tournons au loin. Ce qu'il nous faut, c'est une autre visitation de la part de Dieu. Dieu ne l'enverra-t-il pas ici dans cet auditorium Eisenhower ? Qu'il envoie une visitation de l'Esprit de Dieu.
Nous nous allons trop loin √† l'aventure comme Mo√Įse. Mo√Įse √©tait tr√®s bien l√†-derri√®re ; il gagnait bien sa vie. Aujourd'hui l'√©glise a de plus grands b√Ętiments que jamais, de meilleures √©glises, des gens mieux habill√©s, des gens gagnant leur vie mieux que jamais. Mais, oh ! fr√®re, ce n'est pas l√† la chose. Ces choses p√©riront. Nous avons la victoire ; nous devons combattre ; nous devons faire quelque chose pour le Royaume de Dieu.
72              Mo√Įse √©tait l√† derri√®re, vivant dans le luxe ; un matin pendant qu'il marchait, Dieu lui a parl√© dans un buisson ardent. D√®s lors, cet homme fut chang√©. Quelle chose radicale cela vous am√®ne √† faire quand vous trouvez Dieu ! Regardez Mo√Įse, il a fui, il a tu√© un Egyptien, et il s'est enfui de l√† pour aller dans le d√©sert. Et il √©tait l√† le lendemain matin, apr√®s qu'il avait rencontr√© Dieu dans ce buisson ardent, il fit asseoir son √©pouse √† califourchon sur une mule, avec ce petit Gershom comme cela sur la hanche ; lui avec une barbe qui pendait jusque-l√† √† peu pr√®s, avec un b√Ęton en main, se rendant l√†-bas, tout en sautant, en criant et en louant Dieu, en chevauchant sa vieille mule qui portait son √©pouse.
¬ę O√Ļ vas-tu, Mo√Įse ? ¬Ľ
¬ę Je vais en Egypte pour envahir. ¬Ľ Une invasion par un seul homme, et il l'a fait. Il l'a fait parce que Dieu l'avait dit, et il avait la foi.
73              Quand Dieu parle √† un homme, ce dernier a la foi, et il a une ambition, et il a un objectif. Quand Dieu parle √† un homme, Il lui donne un objectif. Quand Dieu parle √† un homme, Il lui donne une ambition. Quand Dieu parle √† un homme, Il lui donne la foi pour faire la chose, pour accomplir, ou pour r√©aliser l'objectif de sa vie, ce √† quoi Dieu l'a appel√©. Il nous a appel√©s √† √™tre dans l'Eglise de Dieu. Amen.
74              Faisons-en l'objectif de notre vie, de veiller √† ce que nous soyons l'Eglise de Dieu. Ayons une ambition, ne nous asseyons pas tout autour parce que les voisins veulent cela ou les...?... le veulent. Pourquoi nous soucions-nous de...?... si eux ne le font pas, faisons-le de toutes fa√ßons. Si le reste de la nation veut sombrer, c'est leur affaire. A Yakima, nous prenons position pour Dieu. Il nous faut Dieu. Il nous faut accomplir quelque chose. Il nous faut avoir la foi. Il nous faut avoir une ambition. Croyons au Seigneur J√©sus-Christ, car IL a dit: ¬ę Tout est possible √† celui qui croit. En v√©rit√©, Je vous le dis (pas si Je) mais si vous dites √† cette montagne : 'Ote-toi de l√†,' et que vous ne doutiez point dans votre cŇďur, mais croyez que ce que vous avez dit arrivera, vous verrez s'accomplir ce que vous avez dit. ¬Ľ Je crois cela de tout mon cŇďur. Croyez-vous cela ?
75              Il avait une ambition. Il n'y ajamais rien eu de pareil apr√®s cela. Il avait une ambition. Il avait quelque chose √† poursuivre, et il avait la foi pour faire cela. Tous les jours de sa vie, il a servi Dieu pour d√©livrer ce peuple. Aussi longtemps qu'il menait bien sa vie, il n'√©tait pas pr√©occup√© de ces gens qui croupissaient l√† dans la souffrance. Et Dieu a dit : ¬ę J'ai entendu les cris de Mon peuple, et Je me suis souvenu de la promesse que J'ai faite √† Abraham. ¬Ľ
Aujourd'hui, alors que l'Eglise est malade, que la maladie s'accumule, et que les gens à cause de - de l'orgueil intellectuel et ainsi de suite, s'éloignent de la guérison divine, s'éloignent du Saint-Esprit, Dieu entend malgré tout les cris de Son peuple. Quelqu'un doit aller.
76              Yakima, levons-nous et brillons au Nom du Seigneur J√©sus. Si vous √™tes malade... Vous dites : ¬ę Mon corps est malade. ¬Ľ Dieu a parl√©. Dieu l'a dit. ¬ę Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En Mon Nom, ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront gu√©ris. ¬Ľ Dieu l'a prononc√©. Avez-vous une ambition ?
¬ę Eh bien, le m√©decin a dit que je vais mourir. ¬Ľ C'est au mieux de la connaissance du m√©decin. Il a √©tudi√©. Toute recherche m√©dicale montre qu'il a fait tout ce qu'il pouvait pour vous ; ainsi selon la m√©dicine, vous allez mourir ¬ę Mais la pri√®re de la foi sauvera les malades. ¬Ľ Trouvez votre ambition ; ayez un objectif selon lequel vous allez √™tre gu√©ri pour la gloire de Dieu. Puis venez avec foi, en disant : ¬ę Je vais recevoir cela. ¬Ľ Et vous allez l'obtenir. Absolument.
77              Vous dites : ¬ę Fr√®re Branham, je n'arrive pas √† comprendre cela. ¬Ľ
Eh bien, maintenant, quand je vais - quand je vais outre-mer, et que je vais √†... Voici un grand a√©ronef qui est l√†, un grand dirigeable. J'ai fait sept fois le tour, je - j'ai voyag√© partout √† bord de ce truc. Je ne me mets pas √† dire : ¬ę Eh, pilote,... avant que je ne monte √† bord de cet a√©ronef, dites-moi la capacit√© de ces - de chacun de ces moteurs, expliquez-moi tout le m√©canisme du fonctionnement de cet avion. Au moment de la temp√™te, que va-t-il faire ? Quelle puissance avez-vous ? A quelle altitude pouvez-vous monter ? ¬Ľ Tout le m√©canisme. Je ne demande pas toutes ces choses. Je sais que l'a√©ronef va jusque de l'autre c√īt√© avec quelqu'un d'autre. S'il le fait avec quelqu'un d'autre, il le fera avec moi. Alors, je monte tout simplement √† bord, et je me trouve un si√®ge, et je m'assieds. C'est l'affaire du pilote de veiller √† ce qu'il arrive √† destination.
C'est ainsi avec la gu√©rison divine. Je n'en connais pas tout le m√©canisme. Je ne peux pas vous expliquer le m√©canisme ; personne d'autre ne le peut. Comment un homme peut mourir l√† et avoir tout le dos meurtri, s'il est le messager de Dieu pour gu√©rir les malades qui croient cela. Je ne peux pas expliquer cela, je ne connais pas le m√©canisme. Je m'empare tout simplement de la promesse et je l'accepte, et je dis : ¬ę Seigneur, c'est √ßa. ¬Ľ Cela r√®gle la question. Vous croyez cela, n'est-ce pas, fr√®res? Certainement. Acceptez simplement cela sur cette base que c'est Dieu qui l'a dit. C'est l'Homme pour Qui nous √©rigeons une tribune.
78              Remarquez maintenant, avant de terminer, j'aimerais dire ceci : Qu'en est- il lorsque vous vous soumettez au m√©decin ? Quand un m√©decin vient, et qu‚Äôil dit qu'il a des m√©dicaments pour vous, et vous, vous prenez les m√©dicaments et vous dites : ¬ę Eh bien, docteur, asseyez-vous ici et dites-moi tout ce qu'il y a dans cette pilule. Je - je voudrais en conna√ģtre le m√©canisme. Qu'elle est toute la composition de cette pilule ? Quel - quel - quel genre de formule m√©dicale avez-vous m√©lang√©e ici pour moi ? Comment - comment avez-vous obtenu cette strychnine ? Comment a-t-on fait - comment a-t-elle √©t√© fabriqu√©e ? D'o√Ļ vient-elle ? Et qui l'a d√©couverte? Et d'o√Ļ vient cette glyc√©rine? Et o√Ļ cette... toutes ces autres histoires qui entrent dans la composition de la formule ? ¬Ľ
Il √©crit en Grec. Peut-√™tre que lui-m√™me ne conna√ģt m√™me pas cela. Il √©tablit tout simplement cela. Tr√®s bien. C'est ce qu'il lui a √©t√© dit de faire. Mais la seule chose que vous faites, vous vous soumettez au m√©decin et vous prenez les pilules. C'est tout. Et si vous faites confiance √† votre m√©decin, il y a des chances que cela vous aide.
79              C'est la m√™me chose que de prendre cette pilule de l'Evangile. Je ne peux pas tout vous expliquer, mais je sais que √ßa agit. Je vois cela prendre les autres. Quand arrive le moment de la mort, comment vous allez √™tre transform√©, aller dans l'autre monde et devenir une nouvelle cr√©ature l√†-bas, pour - pour ne jamais vieillir, mais redevenir un jeune homme ? Comment allez-vous y arriver ? Je ne sais pas. Je me soumets tout simplement √† mon Pilote au jour de mon d√©part. Il veillera √† ce que j'arrive l√†-bas sans probl√®me. Il veillera √† tout le reste. Mes √©paules vont se redresser, je redeviendrai un jeune homme, et - et je serai alors diff√©rent. Voyez-vous ? En effet, tous les signes de la mort seront √īt√©s de ce vieux corps, et je serai rendu... aurai un corps semblable √† Son propre corps glorifi√©, car je Le verrai tel qu'il est. Je ne dis pas : ¬ę Seigneur, dis-moi comment Tu fais cela. ¬Ľ Peu m'importe comment Tu le fais, c'est juste pour que j'aie cela. C'est l'essentiel. Et IL l'a promis, et je crois cela. Amen.
80              Il nous a promis un r√©veil. Il a promis que ces miracles accompagneront ceux qui auront cru. La pri√®re de la foi sauvera le malade. Je n'en connais pas le m√©canisme. Tout ce que je sais est qu'il l'a promis, et c'est vrai. J'ai vu les autres monter √† bord de cela et aller de l'autre c√īt√©. Je peux donc aussi monter √† bord de cela et aller de l'autre c√īt√©, et vous pouvez monter √† bord de cela et aller de l'autre c√īt√©.
Qu'en serait-il si le m√©decin venait et disait : ¬ę Vous avez une appendicite que je dois retrancher ; je dois √īter un - un caillot de sang du cerveau. ¬Ľ ?
¬ę Mais, docteur, dites-moi ce que... Combien de nerfs... ce quel vous devez couper ? Comment coupez-vous ceci ? Comment... ? ¬Ľ
Vous ne faites pas cela. Vous... Vous êtes malade, et vous désirez vous rétablir. Vous vous soumettez donc au médecin et il va de l'avant et il fait le travail. C'est tout ce qu'il en est.
C'est pareil avec J√©sus-Christ. Oh ! la la ! J'esp√®re ce soir qu'Il fera une grande op√©ration sur toute notre foi. Ne l'esp√©rez-vous pas ? Otez tous les appendices qui ont √©clat√©, toutes les - toutes les autres choses, les petits charognards qui sont accroch√©s √† nous, les vieux loups de mer, pour en arriver aux d√©ceptions et tout, ce soir. Que Dieu fasse une op√©ration de notre foi et √īte tout cela, enl√®ve tout, et quand nous nous r√©veillerons √† cette r√©alit√© pour savoir que J√©sus est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, nous aurons une foi parfaite √† exercer pendant la semaine qui vient.
81              Croyez-vous cela, Eglise de Dieu ? Croyez-vous qu'il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement ? Etes-vous dispos√© √† confier votre cas juste dans sa main ? Allez-vous le faire ? Allez-vous faire tout ce que vous pouvez maintenant sur cette tribune avec l'Homme dont j'essaie de parler? Il est votre Sauveur, J√©sus-Christ. Voulez-vous vous confier vous-m√™me ? Allez-vous - allez-vous voter pour Lui maintenant m√™me ? Allez-vous L'√©lire comme votre Sauveur et votre Gu√©risseur, maintenant m√™me dans votre cŇďur et dire : ¬ę Seigneur Dieu, je vais
En croire chaque Parole. Je vais travailler avec tout ce qu'il y a en moi, pour que tout aille de l'avant. Si je vois se produire cette semaine dans la s√©rie de r√©unions quelque chose que je ne comprends pas, je vais imm√©diatement rentrer chez moi pour v√©rifier si c' est dans la formule. Je vais directement rentrer chez moi et voir si cela se trouve dans la Bible, et voir si Dieu a promis cela. ¬Ľ ? S'Il l'a promis, cela vous appartient, c'est votre privil√®ge de croire cela. C'est pour vous. C'est - c'est une formule que Dieu vous donne.
82              L'autre soir, je pr√™chais sur le sujet Pourquoi ?Et pourquoi ? Pourquoi ? Et j'ai dit aux gens que la Bible avait une formule. Dans cette formule, il y avait le rem√®de contre le p√©ch√© et la maladie. Voulez-vous regarder dans Mo√Įse ? Eh bien, il avait... dans le cartable de Mo√Įse. Il a servi deux millions d'Isra√©lites. Et il les a gard√©s l√† pendant quarante ans, et quand ils sont sortis, il n'y avait pas une seule personne faible parmi eux. S'il y a un m√©decin ici, ne voulez-vous pas voir ce qu'√©tait la prescription de Mo√Įse ? combien des b√©b√©s naissaient chaque nuit ? Voyez-vous ? Quelle prescription Mo√Įse donnait-il ? Il ne faisait pas de transfusions sanguines et tout l√†-bas pour ces cas graves, et - et il n'avait pas besoin de faire des c√©sariennes et toutes ces choses. Quelle √©tait la formule qu'il avait ? Voulez- vous savoir ce que c'√©tait? C'est √©crit juste ici dans Gen√®se ou plut√īt dans Exode. C'est √©crit ici : ¬ę Je suis l'Eternel Ton Dieu qui gu√©rit toutes tes maladies. ¬Ľ C'√©tait cela la formule qu'il avait.
C'est cet Homme que nous voulons √©lire dans cette - pour notre campagne. Tous ceux qui veulent L'√©lire dans leur cŇďur, Le choisir comme leur Seigneur ressuscit√©, votre Gu√©risseur ressuscit√©, votre Dieu ressuscit√©, qui est mort pour vous et qui est ressuscit√© le troisi√®me jour et qui est vivant... Voulez-vous L'√©lire, dire : ¬ę Seigneur, viens dans cette salle chaque soir. Entre dans mon cŇďur. Donne- moi la foi et le courage. Donne-moi une ambition. Fais quelque chose pour moi. Je veux √™tre b√©ni par Ta puissance. ¬Ľ Levez la main, si vous voulez L'accepter comme cela, disons partout, o√Ļ que vous soyez. Que le Seigneur vous b√©nisse.
83              Maintenant, demain soir, le Seigneur voulant, ils seront ici pour distribuer les cartes de pri√®re √† 18 h 30. Et ensuite, nous commencerons la ligne de pri√®re aux environs de 20 h 30 - aux environs de 21 h 30, je pense, ou 21 h 00, et aux environs de 21 h 30, nous aurons termin√©. Eh bien, je pensais que ce soir je dirais ces choses, j'√©rigerais une petite tribune, pour vous faire savoir ce que nous croyons. Nous croyons en J√©sus-Christ et dans chaque promesse qu'il a faite. Nous croyons que le Nouveau Testament est un - un antitype de l'Ancien, qu'il part de l'Ancien Testament. L'Ancien est l'ombre du Nouveau, et les choses que Dieu a faites dans les deux sont ici ce soir sous la forme du Saint-Esprit, la m√™me Colonne de Feu, le m√™me Dieu, la m√™me gu√©rison, les m√™mes b√©n√©dictions, la m√™me puissance salvatrice. Tout ce qu'il √©tait, Il l'est aujourd'hui et le sera √©ternellement.
Et nous ne croyons pas que ces choses sont dans l'homme. Nous croyons que l'homme a des dons, mais Dieu a d√©j√† acquis notre salut et notre gu√©rison au Calvaire, et je voudrais que vous L'√©lisiez dans votre coeur ce soir en disant: ¬ę O Dieu, envoie Ta puissance. Envoie Tes b√©n√©dictions. Je vais croire et accepter cela comme ma propri√©t√© personnelle venant de Toi. C'est une promesse que Tu m'as donn√©e. ¬Ľ
84              Que le Seigneur vous b√©nisse. Maintenant, je d√©sire que vous vous imposiez maintenant les mains les uns aux autres, partout dans la salle, o√Ļ que vous soyez. Maintenant, s'il y a quelqu'un ici qui est malade et afflig√©, la Bible a dit : ¬ę Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. ¬Ľ
La Bible n'a jamais dit : ¬ę Voici les miracles qui n'accompagneront que fr√®re Branham, fr√®re Roberts ou votre pasteur ou le pasteur de quelqu'un d'autre. Voici les miracles qui les (au pluriel) accompagneront. ¬Ľ Etes-vous un croyant ? Dites : ¬ę Amen. ¬Ľ Alors, ces miracles vous accompagneront. ¬ę Ils imposeront les mains aux malades, et les malades seront gu√©ris. ¬Ľ Croyez-vous cela ? Alors quand je prierai ici pour vous tous, chacun de vous... Maintenant ne priez pas pour vous-m√™me, priez pour la personne √† qui vous avez impos√© les mains. Voyez- vous ? Dites : ¬ę Seigneur, donne √† cette personne √† qui j'ai impos√© la main, donne- lui le d√©sir de son cŇďur. ¬Ľ Dites cela. Dites : ¬ę Donne-lui... Si elle est malade, accorde-lui la gu√©rison. ¬Ľ Si vous connaissez la personne, dites : ¬ę Gu√©ris cette personne. ¬Ľ Et la puissance de Dieu gu√©rira chacun de vous.
Et demain soir, vous reviendrez ici, en disant : ¬ę Fr√®re Branham, avant que quoi que ce soit n'arrive, avant m√™me que je ne voie une quelconque Ňďuvre glorieuse du Saint-Esprit, j'ai d√©j√† t√©moign√© de cela dans ma vie, qu'il m'a gu√©ri hier soir, juste au moment o√Ļ nous essayions de L'√©lire ; je L'ai accept√© dans mon cŇďur, et quelque chose est arriv√©. Je - je... Il a op√©r√© sur moi hier soir, et tous mes doutes sont ensevelis dans la fontaine, et je suis maintenant une nouvelle cr√©ature en Christ J√©sus. ¬Ľ
85              Pendant que nous avons la t√™te inclin√©e, s'il y a un p√©cheur ici, souvenez- vous maintenant de votre Cr√©ateur, alors que c'est le moment o√Ļ vous pouvez le faire, car l'heure vient bient√īt o√Ļ il ne vous sera pas permis de faire ceci. Y a-t- il un r√©trograde ? Revenez √† Dieu ce soir. Ne voulez-vous pas le faire ? Alors venez t√īt le matin √† l'√©glise et dites : ¬ę Pasteur, maintenant je reviens. Je d√©sire renouer avec ma communion fraternelle. ¬Ľ
Si vous √™tes un p√©cheur, allez √† l'√©glise de votre choix et dites : ¬ęBaptisez- moi, pasteur, je d√©sire devenir membre de l'√©glise. Je d√©sire servir Dieu. ¬Ľ Et puis, demain soir, allez chercher 4 ou 5 autres p√©cheurs et amenez-les. Observez et voyez si le Saint-Esprit n'agit pas dans l'auditoire, et ne manifeste pas J√©sus- Christ le m√™me qu'il √©tait hier, aujourd'hui et √©ternellement.
86              Notre P√®re c√©leste, sur base de Ta Parole, sur base de Ton Sang vers√©, sur base des souffrances que Tu as endur√©es au Calvaire, de Ton triomphe sur la mort, sur le s√©jour des morts et la tombe, et sur Satan, sur toutes les oeuvres de Satan, du p√©ch√© jusqu'√† tous ses attributs, √† la maladie, aux d√©ceptions, aux frustrations nerveuses, et √† toutes les sombres inqui√©tudes qui accompagnent cela, tous les doutes et tout...
Nous T'√©rigeons ici ce soir une tribune pour Ton Fils bien-aim√©, le Seigneur J√©sus. Nous portons notre choix sur Lui, √ī Seigneur, pour cette campagne. Et nous sommes heureux, Seigneur. Nous ne voulons personne d'autre. Nous ne voulons que J√©sus. Nous L'aimons. Nous croyons en Lui de tout notre cŇďur. Nous L'avons √©lu comme notre Sauveur ; il n'y a pas d'autre sauveur. Il n'existe aucune √©glise, aucun credo, aucune d√©nomination, aucun pasteur, aucun pape, aucun pr√™tre, aucun rabbin, il n'y a rien qui puisse nous sauver en dehors du Sang du Seigneur J√©sus. Il est notre Sauveur. Nous L'aimons, et nous savons que cette gu√©rison divine T'appartient. Elle est √† Toi. En effet, nous lisons dans Psaume 103.3 : ¬ę Je suis l'Eternel qui gu√©rit toutes tes maladies. ¬Ľ C'est pourquoi, Seigneur, nous Te confions notre cas. Tu es notre M√©decin, notre Grand M√©decin.
Tu es ici ce soir. Tes enfants croyants ob√©issent √† Ta Parole, en imposant leurs mains les uns aux autres, ici depuis les ministresjusqu'aux la√Įcs de l'√©glise ; tout le monde, les pasteurs, les √©vang√©listes, tous ont les mains les uns sur les autres, les m√©nag√®res, les enfants, tous ont les mains les uns sur les autres parce qu'ils croient en Celui que nous avons tous √©lu, notre Seigneur, notre Gu√©risseur.
87              Maintenant, Satan, tu sais que tu es d√©voil√©, et tu n'es de toutes fa√ßons qu'un bluffeur, et nous d√©non√ßons ici ton bluff. Tous, nous L'√©lisons dans notre cŇďur comme le Gu√©risseur, comme le Sauveur, comme le Roi, comme le Ma√ģtre, le Seigneur, la Propri√©t√©, l'Autorit√©. Maintenant, tu dois sortir, Satan, tu ferais mieux de te pr√©parer √† partir, car tu es oblig√©. La Parole de Dieu doit s'accomplir. Je te somme donc, par le Nom de J√©sus-Christ, le Fils du Dieu vivant, √† travers les souffrances qu'il a endur√©es √† notre place, et Sa victoire, Lui qui t'a d√©rob√© de - ou plut√īt d√©pouill√© de tout droit l√©gal que tu avais, tu n'as plus aucun droit l√©gal. Tu es un √™tre vaincu, et nous te sommons par J√©sus-Christ de sortir de ce peuple, de les quitter, tandis qu'ils ont leurs mains les uns sur les autres. Au Nom de J√©sus-Christ, sors d'eux ! Je les lib√®re pour la gloire de Dieu. Au Nom du Seigneur J√©sus.
88              Gardez la t√™te inclin√©e. Vous avez senti Sa bont√© vous p√©n√©trer. Croyez cela, peu importe combien cela semble dr√īle. Nous ne nous basons pas sur le fait que cela para√ģt dr√īle ; nous nous basons sur le fait que c'est r√©el. C'est la Parole de Dieu.
C'√©tait un peu dr√īle pour No√© de dire qu'il allait pleuvoir ; mais il a plu. Cela avait l'air √©trange pour Abraham qui cherchait une cit√©, et qui disait qu'il allait avoir un enfant alors qu'il avait cent ans, et que Sara en avait quatre-vingt-dix ; mais il l'a eu. C'√©tait dr√īle pour Mo√Įse de dire qu'il descendait en Egypte pour l'envahir ; mais c'est ce qu'il a fait. Dieu l'avait dit. C'√©tait un peu √©trange pour les enfants h√©breux de dire : ¬ę Notre Dieu va nous d√©livrer de cette fournaise ardente. ¬Ľ Mais IL l'a fait. Daniel est sorti vivant de la fosse aux lions apr√®s y avoir pass√© toute la nuit avec de m√©chants lions affam√©s. Mais il en est sorti. Jean est sorti de...?... cuve d'huile apr√®s avoir br√Ľl√© pendant vingt-quatre heures, mais il en est sorti. Lazare est sorti de la tombe apr√®s avoir √©t√© mort pendant quatre jours, mais il en est sorti. J√©sus est ressuscit√© le troisi√®me jour apr√®s qu'il a √©t√© crucifi√© et que Son corps perc√© par une lance romaine a √©t√© embaum√©. Le t√©moin de la terre a dit : ¬ę Il est mort ¬Ľ ; Dieu a dit : ¬ę Il est mort ¬Ľ ; la nature a dit : ¬ę Il est mort ¬Ľ ; la terre a dit : ¬ę Il est mort ¬Ľ ; les Romains ont dit : ¬ę Il est mort ¬Ľ, et tout a dit qu'il √©tait mort, mais IL vit encore pour toujours. Comment va- t-Il le faire ? Mais IL l'a fait.
89              Que Dieu vous gu√©risse maintenant, c'est la Parole de Dieu qui fait cela. Vous avez donc droit √† cela. Acceptez-vous cela ? Acceptez-vous votre gu√©rison ? Peu m'importe que vous soyez infirme, que vous soyez aveugle, combien... ce qui ne va pas en vous, cela m'importe peu de le savoir. Voulez-vous bien vous tenir sur votre propre... maintenant m√™me et dire : ¬ę J'accepte ma gu√©rison sur base de la Parole de Dieu. ¬Ľ Tenez-vous debout, si vous croyez cela. Amen. Amen. C'est bon. C'est merveilleux. Eh bien, c'est bon. Bon.
A pr√©sent, vous qui n'√™tes pas malade, mais qui d√©sirez L'accepter comme votre Seigneur dans votre cŇďur, qui croyez...?... la tribune, qui voulez √©lire J√©sus pour qu'il soit le Chef de cette campagne, pour qu'il soit le Gu√©risseur pendant cette campagne, pour qu'il soit Seigneur pendant cette campagne, vous autres, tenez-vous debout, vous qui voulez faire cela. Dites : ¬ęJe L'accepte comme mon Seigneur, mon Gu√©risseur, mon Tout, mon Sauveur, et tout dans cette campagne. ¬Ľ C'est merveilleux. Tout le monde est debout. C'est bien. Oh ! je sens - je...?... Je crois que nous allons voir arriver quelque chose ici. Combien sentent cela, croient cela ? Je le crois de tout mon cŇďur.
90              Pendant que les gens sont en train de Le louer, donnez-nous un accord, Je L'aime, je L'aime. Connaissez-vous ce cantique? Tr√®s bien, tous ensemble maintenant.
Je L'aime, je L'aime,
Parce qu'il m'aima le premier
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
Fredonnons cela maintenant. [Frère Branham et l'assemblée fredonnent. - N.D.E.]
.. .m'aima le premier
Et acquit...
N'oubliez pas, pour demain soir à 18h30, les cartes de prière. Je m'attends à de glorieuses choses de la part du Seigneur.
Sur le bois du Calvaire.
91              Pendant que nous avons la t√™te inclin√©e, nous allons remettre le service √† notre campagne, ou plut√īt, √† votre organisateur, fr√®re Roy Borders. N'oubliez pas, les cartes de pri√®re seront distribu√©es demain soir√† 18 h 30, ici dans l'auditoire, et la pri√®re pour les malades d√©butera demain soir. Tr√®s bien, que le Seigneur vous b√©nisse, et au revoir. Fr√®re Borders...    
EN HAUT