ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Allez dire! Courir sans un message de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 60-0417M La durĂ©e est de: 2 heures 7 minutes .pdf La traduction SHP
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Allez dire! Courir sans un message

1                   ... TĂ©moigner et la jeune sƓur lĂ  derriĂšre. Je pense que c'est ce qu'exprime ce cantique:
Oh! L'amour de Dieu, combien riche et pur!
Combien insondable et fort!
Quel jour merveilleux pour nous! Doucement, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, chantons-le maintenant au Seigneur juste avant la priĂšre. Juste... Teddy, si tu peux nous jouer un petit accord. Chantons-le simplement, avec nos tĂȘtes inclinĂ©es et les yeux fermĂ©s, avant de prier.
Oh! L'amour de Dieu, combien riche et pur!
Combien il est sans mesure et fort!
Pour toujours, il va... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]
2                   Si l'encre... toute l'eau devenait de l'encre, et que tous les cieux Ă©taient un parchemin, et que chaque tige sur terre Ă©tait une plume, et tout homme un Ă©crivain, cela ne peut cependant pas exprimer l'amour de Dieu Ă  la race dĂ©chue d'Adam. Nous Te remercions, PĂšre, pour ce prĂ©cieux Sang du Seigneur JĂ©sus et pour ce matin mĂ©morable de la rĂ©surrection et pour Ton amour rĂ©dempteur qui est rĂ©pandu dans nos cƓurs aujourd'hui par le Saint-Esprit, en nous faisant entrer dans la communion avec Lui, le Divin, le CrĂ©ateur, et en nous faisant entrer dans une fraternitĂ© qui n'a jamais Ă©tĂ© Ă©galĂ©e sur terre. Il n'y a pas de loge, ni de vƓu qui puissent jamais, jamais ĂȘtre comparĂ©s Ă  la fraternitĂ© des hommes et femmes nĂ©s de nouveau. Et cela sera pour toujours le chant des saints et des anges.
3                   Nous Te prions aujourd'hui de bĂ©nir tout ce que nous faisons, en essayant de T'exprimer du fond de nos cƓurs la gratitude pour ce que Tu as fait pour nous. Et de savoir que ce n'Ă©tait pas seulement les cƓurs de disciples qui Ă©taient heureux ce matin-lĂ : Marie et Marie de Magdala, mais nous aussi, Tes disciples d'aujourd'hui, nos cƓurs sont dans la joie au moment oĂč nous comprenons qu'il n'est pas mort, mais qu'il est vivant. Puisse-t-Il rester Ă  jamais vivant dans nos cƓurs, parmi nous. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
Personne ne pourrait décrire la résurrection!
4                   Maintenant, en ce matin de la rĂ©surrection, c'est donc un moment trĂšs merveilleux de voir de petits Ă©vĂ©nements se passer dans l'Ă©glise: des mĂšres qui consacrent leurs enfants. C'est quelque chose de nouveau, quelque chose a Ă©tĂ© ajoutĂ© Ă  leur foyer. Une nouvelle bĂ©nĂ©diction est venue Ă  eux. Et ils veulent en retour remettre le bĂ©bĂ© Ă  Dieu.
5                   Et puis aprĂšs le - le message du matin, nous aurons la priĂšre pour les malades, afin que vous puissiez ressusciter de votre maladie pour une santĂ© nouvelle. Puis immĂ©diatement aprĂšs cela, pour ceux qui n’ont pas Ă©tĂ© baptisĂ©s, nous aurons une rĂ©surrection de cela – ĂȘtre enseveli dans l’eau pour ressusciter en nouveautĂ© de vie. C’est entiĂšrement la rĂ©surrection ce matin, la rĂ©surrection ! Nos cƓurs sont joyeux et heureux pendant que nous chantons les cantiques et que nous Ă©coutons les tĂ©moignages des autres, sur ce merveilleux matin de la rĂ©surrection. Quand nous regardons dehors, nous voyons que Dieu est content de cela, les arbres sont en train de ressusciter.
6                   Il n’y a pas longtemps au Kentucky, Monsieur Wood et moi, nous faisions la chasse Ă  l’écureuil et nous nous sommes rendus dans le domaine d’un certain homme. A ce que je sache, cet homme peut ĂȘtre assis ici maintenant mĂȘme. Et il Ă©tait supposĂ© ĂȘtre un infidĂšle. Et frĂšre Wood lui a demandĂ© : « Puis-je faire la chasse Ă  l’écureuil dans votre domaine ? »
Il a rĂ©pondu: “Oui, Wood, tu peux faire la chasse Ă  l’écureuil. Vas-y. »
Wood a dit : « Eh bien, j’ai amenĂ© mon pasteur avec moi. »
7                   Et l’homme a dit: “Wood, tu ne vas pas me dire que tu es tombĂ© si bas au point de trimballer avc toi un prĂ©dicateur tout le temps! »
8                   Et il m’a donc appelĂ© pour-pour me prĂ©senter. Et l’homme a dit qu’il Ă©tait plutĂŽt du genre difficile. Les autres lui ont dit que 
 mais il ne trouvait rien qui pouvait l’amener Ă  croire.
9                   Et il y avait un pommier plantĂ© lĂ , d’oĂč j’ai cueilli une pomme. C’était au mois d’aoĂ»t. Et j’ai posĂ© la question Ă  ce gentil homme, disant : « Quel Ăąge a cet arbre ? »
10              Et il a rĂ©pondu : « Une trentaine d’annĂ©es. » Ou quelque chose comme cela. C’est lui qui l’avait plantĂ©.
11              Et j’ai dit : « Est-ce que vous en avez mangĂ© des pommes depuis qu’il porte des fruits ? »
-          Oui, oui.
12              J’ai dit: “Qu’est-ce qui arrive Ă  cet arbre? Si vous le regardez, c’est le mois d’aoĂ»t, il fait toujours chaud, maintenant ses feuilles sont en train de tomber, la sĂšve quitte les branches et descend dans les racines. Si elle devait rester lĂ  pendant l’hiver, l’arbre n’existerait plus ; mais elle descend dans la terre pour se protĂ©ger des vents froids. Si elle restait ici au dessus, l’arbre mourrait, il ne porterait plus de pommes. Mais elle decend pour se cacher dans les racines afin de revenir l’annĂ©e prochaine pour vous apporter les pommes et les feuilles qui viennent de quelque part. »
13              Et j’ai dit : « Maintenant, Monsieur, je – je vous prie de me dire quelle intelligence amĂšne cette sĂšve Ă  quitter l’arbre avant chque temps froid et Ă  descendre dans les racines pour se cacher ? Si vous pouvez me dire ce qui fait cela et me l’expliquer, ce qui fait cela, alors je vous laisserai condamner Dieu. » J’ai dit : « Mettez de l’eau sur un poteau et voyez si la mĂȘme chose se produira, voyez si le changement de saison le fera. Il y a une grande intelligence qui fait descendre cette sĂšve jusque dans la racine de l’arbre et puis la fait remonter avec une nouvelle vie. C’est Dieu. »
14              Et il a dit : « Je n’ai pas beaucoup frĂ©quentĂ© l’église. » Il a dit : « Mais un prĂ©dicateur Ă©tait venu une fois ici Ă  Acton et a dit Ă  une certaine femme qui vivait sur la colline, que sa sƓur Ă©tait dans la rĂ©union ce soir-lĂ , il lui a dit qu’elle priait pour une sƓur qui avait le cancer. » Et il a dit : « Ma femme et moi, nous Ă©tions lĂ  pour l’aider ». Et il a dit : «Elle souffrait terriblement du cancer de l’estomac, au point qu’on devait la tourner dans le lit avec un drap et que sais-je encore. Sa sƓur avait ramenĂ© un mouchoir. » Elle a dit qu’aprĂšs que l’homme lui a parlĂ© de son Ă©tat et tout, il a dit : « Posez le mouchoir sur elle. » Et il a dit : « Elle se porte bien aujourd’hui. »
15              C’est ça la chose. J’ai dit : « La mĂȘme intelligence qui dit Ă  cette sĂšve dans l’arbre qui est sous vos yeux, annĂ©e aprĂšs annĂ©e, de descendre dans les racines et se cacher, c’était la mĂȘme intelligence qui m’avait dit que la femme serait guĂ©rie quand on placerait le
 « ». J’ai dit : « Ce n’est pas si – si mystĂ©rieux. Vous avez de loin un meilleur prĂ©dicateur qui se tient devant votre cour de devant, l’arbre, qui vous enseigne annĂ©e aprĂšs annĂ©e. »
16              Si nous pouvons simplement regarder autour de nous, nous verrons Dieu partout. Il est dans chaque arbre, dans chaque brin d’herbe. Il n’y a rien qui peut produire cela si ce n’est Dieu. Nous pouvons produire quelque chose qui ressemble Ă  cela, mais pas cette vie-lĂ  ; ça, il faut Dieu.
17              Maintenant, un petit brin d’herbe a Ă©tĂ© ajoutĂ© Ă  certains foyers ici et nous voulions consacrer ces petits enfants au Seigneur. Teddy, nous avons un petit cantique ici que nous chantons : « AmĂšne-les », veuillez jouer cela pendant que les mĂšres et les pĂšres qui veulent que leurs enfants soient consacrĂ©s, amĂšnent leurs petits ici Ă  l’autel.
18              Et nous avons beaucoup de petites fleurs de PĂąques ici Ă  l’autel ce matin, n’est-ce pas ? Oh ! la la ! Oh ! la la ! Je pense qu’il y a de petites Marie des Ruth, des Rebecca, et de petits Jacques, des Paul et des Jean, tout le long ici, de petites fleurs de PĂąques pour une autre gĂ©nĂ©ration.
19              C’est trĂšs bien, juste lĂ . Je pense que frĂšre Beeler veut tirer la photo de ce petit ami qui se tient ici. C’est le petit-fils de frĂšre Wood, la sƓur Wood est ici. Et les autres sont maintenant en train de venir avec leurs petits. Avancez-vous ici, vous les parents. C’est trĂšs bien. FrĂšre Neville.
20              Elle est merveilleuse, cette sainte union du mariage. Elle est ordonnĂ©e par Dieu. Et c’est par ce saint mariage que viennent ces charmants petits bĂ©bĂ©s.
21              Il faut que vous disiez son nom maintenant ici. Brenda Sue. Tu sembles ĂȘtre trĂšs diffĂ©rent, bĂ©bĂ©, par rapport Ă  la premiĂšre fois que je t’ai vue. Eh bien, voici la petite Brenda Sue Wood, c’est vraiment un prĂ©cieux petit trĂ©sor pour nos cƓurs Ă  nous tous, et spĂ©cialement pour ces jeunes mĂšre et pĂšre.
22              Et au temps de la Bible 
 Beaucoup de gens aspergent ces petits enfants, mais nous, nous essayons de suivre le modĂšle de la Bible aussi fidĂšlement que possible. Dans la Bible, nous n’avons jamais vu lĂ  oĂč on avait aspergĂ© des enfants, mais on les a amenĂ©s au Seigneur JĂ©sus et Il les a bĂ©nis. Et en tant que Ses serviteurs, nous les amenons auprĂšs de Lui et nous les Ă©levons vers Lui.
23              Je crois que vous savez combien le grand-pĂšre est fier, vous savez. Inclinons la tĂȘte un moment.
24              Seigneur JĂ©sus, le Fils de Dieu, qui a Ă©tĂ© livrĂ© pour nos offenses
 Et c’est une trĂšs prĂ©cieuse chose que de voir les petits enfants T’ĂȘtre amenĂ©s en commĂ©moration de ce qui est arrivĂ© il y a beaucoup d’annĂ©es, quand les mĂšres et les pĂšres T’avaient apportĂ© leurs enfants. Aujourd’hui, nous tenons dans nos bras de foi devant Toi, la petite Brenda Sue Wood, qui a Ă©tĂ© envoyĂ©e dans la famille de notre frĂšre David et de sa prĂ©cieuse femme. Dieu notre PĂšre, bĂ©nis cette enfant.
25              Ils confessent leur foi en Toi, pendant qu’ils prĂ©sentent le fruit de leur union. Et nous Te prions de les bĂ©nir. Et puissent leurs cƓurs ĂȘtre rĂ©chauffĂ©s par le Saint-Esprit pour qu’ils mĂšnent une vie trĂšs pieuse et consacrĂ©e, afin que cette enfant soit Ă©levĂ©e dans une famille chrĂ©tienne, qu’elle soit Ă©levĂ©e dans la crainte de Dieu, et qu’elle vive une longue et heureuse vie ici sur terre et qu’elle Te serve tous les jours de sa vie.
Et dans la gloire, oĂč les familles se rassembleront, puissent la petite Brenda Sue, son pĂšre, sa mĂšre et toute leur famille se rassembler autour du TrĂŽne de Dieu, rachetĂ©s par la grĂące de Christ, Ă  Qui nous Ă©levons Brenda Sue maintenant.
26              Ma jeune soeur, je te confie maintenant au Seigneur JĂ©sus-Christ pour une vie Ă  Son service au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu. Amen.
27              Que Dieu te bĂ©nisse, Marilyn, David, je vous souhaite beaucoup de bonheur et de succĂšs. Puisse la petite vivre pour le Royaume de Dieu.
28              Eh bien ! Voici un beau garçon, avec un grand sourire sur son visage. Son nom ? Sharon Rose Dalton. Est-ce l’enfant de frĂšre Ed ? Eh bien, il y a environ vingt-deux ans, quelqu’un
 Dieu a pris de mes bras une petite Sharon Rose qui, aujourd’hui, est au ciel. Et maintenant, je Lui consacre cette petite Sharon Rose Dalton. Nous connaissons frĂšre Ed et sƓur Dalton, ce sont nos prĂ©cieux amis. Quel charmant bĂ©bĂ© !
Notre PĂšre cĂ©leste, nous T’apportons cette petite Sharon Rose, en mĂ©moire du Grand Seigneur JĂ©sus qui Ă©tait sur la terre, et Ă  qui on a amenĂ© de petites filles comme celle-ci, je prie pour cette enfant, Seigneur. Puisse-t-elle vivre, et ĂȘtre forte et en bonne santĂ©. Puisse-t-elle vivre pour la gloire de Dieu. BĂ©nis son pĂšre et sa mĂšre. Qu’elle soit Ă©levĂ©e dans la crainte de Dieu. Ils confessent leur foi en Toi comme ils Te prĂ©sentent leur enfant. Maintenant, nous T’offrons la petite Sharon Rose Dalton afin que Tu bĂ©nisses, sa vie, Seigneur. Je la prĂ©sente des bras de sa mĂšre et de son pĂšre vers Toi, mon Seigneur et Sauveur JĂ©sus-Christ, pour Sa gloire. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse sƓur et vous, frĂšre.
Oh ! la la ! Un petit garçon malade. Quel est son problĂšme ? (Espace vide sur la bande – N.D.E.)
 quelque chose de diffĂ©rent ; je crois en Lui. Seigneur Dieu, je Te prĂ©sente le petit Mason. Je Te prie, Seigneur JĂ©sus, de prendre cet enfant alors que je le tiens ici dans mes bras pour Te le consacrer. Je maudis cette maladie qui est sur lui. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisse le petit Mason ĂȘtre placĂ© dans Tes bras, Seigneur, et puisse le – puisse l’enfant vivre pour l’honneur et la gloire de Dieu. Les parents expriment leur foi comme ils l’amĂšnent. Puisses-Tu guĂ©rir et rĂ©tablir l’enfant. Puisse-t-il vivre pour la gloire de Dieu, pour Te servir. Seigneur Dieu, je T’offre le petit Mason, au Nom de JĂ©sus-Christ, et pour sa vie, pour sa guĂ©rison. Amen. (Espace vide sur la bande – N.D.E.) Croyez simplement de tout votre cƓur.
Oh ! Encore une petite fille ? Eh bien, c’est bien. Montez ici, jeune ami et mettez-vous juste ici. Vous vous appelez ?... Sumner, FrĂšre et SƓur Sumner, je pense que vous venez de la Georgie, est-ce vrai ? Je pense que je me souviens de l’église, de beaucoup de gens de lĂ . C’est ? Latraya. Dwight et David. Vous avez entendu leurs noms. Que Dieu Ă©crive leurs noms dans le Livre de Vie de l’Agneau.
Notre PĂšre cĂ©leste, nous T’apportons ces petis chĂ©ris ce matin, comme je place ma main sur les petites tresses de sa tĂȘte, les petis cheveux doux de ces garçons. Oh, Seigneur, bĂ©nis-les. Leurs parents ont exprimĂ© leur amour et leur foi en Toi en prĂ©sentant leurs enfants. Et nous Te les consacrons, Seigneur, comme ils sont pris des bras des parents pour  qu’on les prĂ©sente ici Ă  l’autel ce matin, afin que leurs vies soient consacrĂ©es Ă  Dieu. BĂ©nis-les, PĂšre Nous prions que Tu leur accordes de vivre heureux tous les jours de leur vie
 la Vie Eternelle dans le monde Ă  venir. Qu’ils soient Ă©levĂ©s dans la crainte de Dieu, dans un foyer chrĂ©tien.
Maintenant, par la commission de JĂ©sus-Christ, qui a donnĂ© un exemple Ă  Ses ministres, afin qu’ils suivent ce qu’Il avait fait, je Te les prĂ©sente au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. (Espace vide sur la bande – N.D.E.)
Loin, lĂ -bas en Georgie, de l’Etat du soleil, cette enfant a Ă©tĂ© amenĂ©e ici par ses tendres pĂšre et mĂšre pour qu’elle Te soit consacrĂ©e en ce matin mĂ©morable. C’est un trophĂ©e de Ta grĂące dans leur famille. Je Te prie de bĂ©nir la petite Renee, sa mĂšre et son pĂšre. Ils T’expriment leur foi en apportant l’enfant, rĂ©clamant sur elle Tes bĂ©nĂ©dictions. Et puisse-t-elle vivre et ĂȘtre une chrĂ©tienne forte et heureuse tous les jours de sa vie et qu’elle ait la Vie Eternelle dans les jours Ă  venir, et dans le monde Ă  venir. Accorde-le, PĂšre. Comme Tu avais pris dans Tes bras de doux petits ĂȘtres comme ces enfants, ce matin, ces familles T’ont exprimĂ© leur foi en les apportant Ă  Ton serviteur. Et  nous bĂ©nissons la petite RenĂ©e et nous Te l’offrons Ă  partir des bras de ses parents. Au Nom de JĂ©sus-Christ, puisses-Tu la bĂ©nir. Amen
. Vous bĂ©nisse ? 
 Que Dieu te bĂ©nisse, chĂ©rie.
AmĂšne-les, amĂšne-les,
Sors-les des champs du péché ;
AmĂšne-les, amĂšne-les,
AmĂšne les enfants Ă  JĂ©sus.
29              Oh! Combien j’aurais aimĂ© me tenir dans la ligne et parler pour chacun de ces petits amis, mais je suis si lent de toute façon, et les gens sont debout. FrĂšre Wood m’a parlĂ© ce matin, disant qu’il a mal au dos Ă  force de s’ĂȘtre tenu debout. Vous ne savez pas combien j’apprĂ©cie la maniĂšre dont vous restez lĂ  debout Ă  attendre. Et je serai aussi rapide que possible avec le message. Et Ă©coutez trĂšs attentivement.
30              Je n’avais pas le temps de prĂ©parer le service de ce matin ou le message de ce matin. En un instant, j’ai pris un texte et
 quelque chose qui Ă©tait diffĂ©rent.
31              La derniĂšre fois, Ă  la PĂąques, j’ai prĂȘchĂ© sur le sujet : « Vivant, Il m’a aimĂ© ; mourant, Il m’a sauvĂ© ; enseveli, Il a emportĂ© mes pĂ©chĂ©s au loin ; ressuscitant, Il m’a justifiĂ© gratuitement Ă  jamais. Un jour, Il reviendra, ĂŽ glorieux jour ! » Et puis, ce matin nous avons prĂȘchĂ© sur le sujet : « Je sais ».
32              Et maintenant, le Seigneur voulant, j’aimerais lire un chapitre de Saint Marc. Et priez avec moi maintenant.
33              Et immĂ©diatement aprĂšs ceci, ce sera le service de guĂ©rison. Et alors aprĂšs le service de guĂ©rison, il y aura le service de baptĂȘme. Et alors les services auront lieu ce soir Ă  19h30.
34              Maintenant, Marc 16 :
Lorsque le sabbat fut passé, Marie de Magdala, Marie la mÚre de Jésus, et Salomé, apportÚrent des aromates, afin d'aller embaumer Jésus.
Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre, de grand matin, comme le soleil venait de se lever.
Elles disaient entre elles: Qui nous roulera la pierre loin de l'entrée du sépulcre?
Et, levant les yeux, elles aperçurent que la pierre, qui était trÚs grande, avait été roulée.
Elles entrĂšrent dans le sĂ©pulcre, virent un jeune homme assis Ă  droite, vĂȘtu d'une [longue] robe blanche, et elles furent Ă©pouvantĂ©es.
Elles se disaient en elles... Il leur dit: Ne vous Ă©pouvantez pas; vous cherchez JĂ©sus de Nazareth, qui a Ă©tĂ© crucifiĂ©; il est ressuscitĂ©, il n 'est point ici; voici le lieu oĂč on l'avait mis.
Mais allez dire à ses disciples et à Pierre qu'il vous précÚde en Galilée: c'est là que vous le verrez, comme il vous l'a dit.
Elles sortirent du sépulcre et s'enfuirent. La peur et le trouble les avaient saisies; et elles ne dirent rien à personne, à cause de leur effroi.
Jésus, étant ressuscité le matin du premier jour de la semaine, apparut d'abord à Marie de Magdala, de laquelle il avait chassé sept démons.
Elle alla en porter la nouvelle à ceux qui avaient été avec lui, et qui s'affligeaient et pleuraient.
35              Vous voyez, ils  Ă©taient aussi assis sur un tas de cendre.
Quand ils entendirent qu’il vivait, et qu’elle l’avait vu, ils ne le crurent point.
36              Combien les Paroles de Dieu sont mystĂ©rieuses!
AprĂšs cela, il a-apparut Ă ... sous une autre forme, Ă  deux d'entre eux qui Ă©taient en chemin pour aller Ă  la campagne.
Et quand...Ils revinrent l'annoncer aux autres, qui ne les crurent pas non plus. Enfin, il apparut aux onze, pendant qu'ils Ă©taient Ă  table; et il leur reprocha leur incrĂ©dulitĂ© et la duretĂ© de leur cƓur, parce qu'ils
n 'avaient pas cru ceux qui l'avaient vu ressuscité.
Puis il leur dit: Allez par tout le monde, et prĂȘchez la bonne nouvelle Ă  toute la crĂ©ation.
Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé;... celui qui ne croira pas sera condamné.
Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues;
ils saisiront des serpents;... s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades... les malades seront guéris.
Le Seigneur, aprĂšs leur avoir parlĂ©, fut enlevĂ© au ciel, et il s’assit Ă  la droite de Dieu.
Et ils s’en allĂšrent prĂȘcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient. Amen.
 
37              J'aimerais tirer un texte Ă  partir de deux mots: Allez dire.
38              Vous savez, ça ne fait pas beaucoup de bien d'aller si vous n'avez pas quelque chose Ă  dire. Je pense que c'est ce qui est Ă  la base de tous les troubles qu'on a aujourd'hui. Nous allons pour annoncer [quelque chose]; nous y allons, mais nous n'avons rien Ă  dire, rien de bĂ©nĂ©fique, rien qui puisse aider les gens.
39              Mais si nous pouvons suivre les instructions comme ces disciples qui avaient reçu la commission, nous avons la mĂȘme commission: «Allez dire Ă  Mes disciples que Je suis ressuscitĂ© des morts.» Allez annoncer cela.
40              Puis Il a dit: «Allez prĂȘcher cela, et accomplissez ces miracles montrant que Je suis vivant et [que Je suis ressuscitĂ©] des morts.» Quel message! «Allez annoncer et allez montrer Ă  mes disciples ces choses que vous avez vues, que Je ne suis pas mort, mais que Je suis ressuscitĂ© des morts.»
41              Dans le message de ce matin, nous avons vu que chacun de nous a un petit tas de cendres de problĂšmes et d'Ă©preuves sur lesquelles nous nous tenons, attendant parfois la consolation. Nous avons dĂ©couvert que le grand patriarche Job a eu une vision, parce qu'on n’avait pas encore de PĂąques, mais il avait vu ce matin, quatre mille ans avant. Il a vu quatre mille ans avant, une PĂąques; et il a criĂ© dans sa dĂ©tresse: «Je sais que mon RĂ©dempteur est vivant. Dans les derniers jours, Il se tiendra sur la terre. MĂȘme aprĂšs que les vers auront dĂ©truit ce corps, cependant dans ma chair, je verrai Dieu.»
42              Maintenant, aprĂšs la PĂąques, nous trouvons que Dieu a donnĂ© Ă  1'homme une commission: «Allez dire! Et si vous le faites, ceci vous accompagnera. Allez dire!»
43              Maintenant, cela ne fait aucun bien, comme je l'ai dit, d'aller si vous n'avez pas quelque chose Ă  dire. Et si vous avez un faux message Ă  annoncer, alors ça ne fera aucun bien. Vous devez dire ce qu'est le secret.
44              Il n'y a pas longtemps, je lisais dans un livre l'histoire d'un garçon qui Ă©tait entrĂ© dans une compĂ©tition. Et dans cette compĂ©tition, il devait se faire un renom; n'importe quel petit garçon qui garderait le mot de passe par cƓur jusqu'Ă  ce qu'il arrive Ă  un certain endroit, et qui prononcerait ce mot de passe, le portier le laisserait passer. C'Ă©tait pour tester le coefficient intellectuel de l'enfant. Et quand il arriverait sur le lieu, et qu'il dirait le mot de passe qui lui avait Ă©tĂ© communiquĂ©, la porte s'ouvrirait et il gagnerait un grand prix.
45              Un petit garçon, qui Ă©tait trĂšs rapide Ă  la course qui savait bel et bien qu'il pouvait courir plus vite que tous les autres garçons dans la compĂ©tition - ou qui pensait qu'il pouvait... il s'entraĂźnait jour aprĂšs jour, Ă  la course. Il dilatait ses petits poumons, il gardait son corps dans une bonne condition physique, de telle sorte qu'il ne puisse pas se fatiguer pendant la course. Et il s'entraĂźnait Ă  prendre le dĂ©part et comment prendre de l'avance sur les autres garçons, et sur la maniĂšre dont il devait respirer pendant sa course, afin de conserver l'oxygĂšne qui entrait dans son corps pour l'aider Ă  garder son souffle, en sorte que cela ne puisse pas trop ralentir son cƓur. Il a Ă©tudiĂ© cela sous tous les angles possibles.
46              Et le matin oĂč la course a commencĂ©, plus de cent cinquante petits garçons d'un certain Ăąge Ă©taient alignĂ©s. Ce petit garçon Ă©tait plutĂŽt d'une bonne taille pour un garçon de son Ăąge. Et il s'est rappelĂ© tous ses entraĂźnements. Et il s'est apprĂȘtĂ©. Ils se sont alignĂ©s, ils ont mis leur visage contre la ficelle qui Ă©tait lĂ , et ont poussĂ© leur petit nez contre cela. Il en avait appris toutes les rĂšgles, et s'Ă©tait prĂ©parĂ©.
47              Et alors, quand on a tirĂ© le coup de feu, et que le fil Ă©tait coupĂ©, les petits garçons se sont lancĂ©s en avant. Et physiquement, ce petit gars Ă©tait tellement apte qu'il a foncĂ© et s'est retrouvĂ© loin en tĂȘte des autres. Et sur la piste, Ă©tant bien entraĂźnĂ©, il est parti en trombe, au point qu'il a pu dĂ©passer chaque garçon qui Ă©tait dans la course. Et il est arrivĂ© Ă  destination, oh! bien longtemps, peut-ĂȘtre une minute ou plus, avant que le meilleur des autres coureurs n’atteignent le lieu.
48              Mais malgrĂ© tout son entraĂźnement physique, il avait oubliĂ© le mot de passe. Il avait oubliĂ© le mot mĂȘme qu'il devait dire pour qu'on le laisse franchir la porte. Et il s'est mis Ă  faire les cents pas, il Ă©tait bloquĂ© et il cherchait Ă  se le rappeler. Il s'Ă©tait tellement intĂ©ressĂ© aux conditions physiques et naturelles de son corps, qu'il a oubliĂ© la chose essentielle. LĂ  dans la ligne, d'autres garçons qui n'avaient pas couru aussi vite que lui, se sont rappelĂ© le mot de passe et ils sont entrĂ©s.
49              Ainsi en est-il aujourd'hui. Nous nous intĂ©ressons tellement Ă  construire de grands autels, des Ă©glises, des immeubles, ainsi de suite et nous sommes tellement prĂ©occupĂ©s Ă  garder nos Ă©glises en forme avec de beaux bĂątiments, de beaux bancs en peluche, des orgues magnifiques. Nos prĂ©dicateurs sont si bien formĂ©s Ă  partir de... ils ont des diplĂŽmes de doctorat en lettres, en philosophie et en droit, mais nous avons oubliĂ© ce pourquoi nous courons. C'est cela le problĂšme.
«Allez dire à Mes disciples que Je suis ressuscité des morts et que Je les rencontrerai en Galilée.» Nous avons oublié le mot-clé. Nous avons été si occupés avec les autres choses, bùtissant de grandes églises, bùtissant de grandes dénominations, au point que nous avons oublié le mot-clé.
50              Beaucoup de vies ont Ă©tĂ© Ă©pargnĂ©es grĂące aux dispositions prises en vue des Ă©vĂ©nements Ă  venir. Il y a un bon bout de temps, j'avais appris qu'en Floride, un journaliste, la mĂ©tĂ©o avait annoncĂ© dans un bulletin d'information qu'une grande tempĂȘte viendrait. Et il y avait un homme, un Ă©leveur de volaille qui s'est rendu chez son voisin et lui a dit que la tempĂȘte approchait. Ce dernier a ignorĂ© cela et a dit: «C'est du non-sens.» Et il a simplement continuĂ© son bonhomme de chemin. Il n'a pas mis ses poulets Ă  l'abri. Il ne s'est point abritĂ©. Il n'avait pas pris de dispositions. Mais son voisin avait pris des dispositions. Et pour celui qui n'avait pas pris l'avertissement en considĂ©ration, tous ses poulets Ă©taient emportĂ©s et tuĂ©s; sa maison dĂ©molie, son bĂ©tail Ă©tait perdu et lui Ă©tait hospitalisĂ©, tout cela, parce qu'il n'avait pas pris en considĂ©ration l'avertissement. Il Ă©tait au courant du message qui avait Ă©tĂ© donnĂ©, mais il avait manquĂ© de prendre garde au message.
51              Il en est ainsi de beaucoup de nos gens aujourd'hui, de beaucoup de nos Ă©glises. Nous savons que la Bible enseigne que JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement. Nous savons que la Bible enseigne... JĂ©sus a dit dans saint Jean 14.12: «Celui qui croit en Moi, les Ɠuvres que Je fais, il les fera aussi; il en fera des plus grandes parce que Je m'en vais au PĂšre.» Maintenant, nous sommes intĂ©ressĂ©s Ă  d'autres choses, sans considĂ©rer l'avertissement, sans y prendre garde. Nous avons couru, mais sans prendre garde au message. Nous sommes partis, mais nous n'avons pas su quoi dire une fois arrivĂ©s lĂ .
52              Il y a quelques jours, quand les Ă©glises de ce monde... quand la honte et la disgrĂące ont Ă©tĂ© amenĂ©es sur les Ă©glises chrĂ©tiennes, lorsque l'honorable et Ă©minent serviteur qui craint Dieu, Billy Graham a Ă©tĂ© amenĂ© Ă  une confrontation avec la Bible... Il avait couru, mais il avait oubliĂ© le message, quand ce musulman s'est tenu en face de lui et lui a dit: «Si ceci est la Parole de Dieu, manifestez-la-nous.» Il avait bien couru, avec de grands rĂ©veils, de grandes choses. Mais quand on en Ă©tait arrivĂ© au point capital, il n'avait pas le message: «Je suis ressuscitĂ© des morts. Je suis le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.»
53              Courir: avoir de belles Ă©glises du point de vue matĂ©riel, beaucoup de membres, de grandes dĂ©nominations, mais ce n'est pas cela le point capital. Observez ce qui a suivi: «Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» Ils sont partis, mais ils ne savaient quoi dire...
54              Dieu n'a jamais envoyĂ© un homme sans qu'Il lui donne quelque chose Ă  dire. Dieu confirme toujours Ses paroles.
55              On part, mais on ne sait que dire quand on arrive Ă  destination. Peu importe combien vos rĂ©veils sont grands, combien votre Ă©glise est grande, ou combien votre dĂ©nomination domine sur les autres, si vous n'avez rien Ă  dire aux gens, vous n'avez rien qu'une bande de gens rassemblĂ©s comme dans une loge.
56              Nous avons un message Ă  annoncer au monde: «JĂ©sus est vivant! Il n'est pas mort!» Nous prenons garde au message!
57              Dans cette grande nation, les Etats-Unis d'AmĂ©rique, dont nous sommes maintenant reconnaissants [Ă  Dieu], dans tout son chaos, dans toute sa vulgaritĂ©, tous ses points nĂ©gatifs, elle est cependant la plus grande nation du monde. Et c'est parce qu'au dĂ©but, elle a Ă©tĂ© bien Ă©tablie. Elle n'a pas eu de message Ă  apporter.
58              Une histoire me vient Ă  l'esprit, il y a plusieurs annĂ©es, quand cette nation Ă©tait Ă  ses dĂ©buts, les Britanniques allaient occuper son territoire. Un groupe d'hommes s'Ă©taient rassemblĂ©s, ils Ă©taient de service et ils veillaient. Un cheval Ă©tait attachĂ© lĂ  avec un cavalier prĂȘt Ă  l'enfourcher n'importe quand. La premiĂšre chose qu'il avait reçue, c'Ă©tait un signal comme quoi les Britanniques arrivaient; et il a enfourchĂ© son cheval. Quel bien cela lui aurait-il fait d'Ă©peronner son cheval? Quel bien cela aurait-il fait de battre le cheval et d'essayer de se frayer le chemin depuis l'Ă©glise jusqu'Ă  Boston ? Quel bien cela lui aurait-il fait s'il n'avait pas de message Ă  annoncer aux gens? Comment auraient-ils su se prĂ©parer?
59              Nos Paul Revere modernes ont bien couru, ils ne font que courir; il n'y a pas de message. Voici l'heure; la crise bat son plein! Le monde est Ă  la fin. Les Ă©glises ont atteint leur apogĂ©e. Les nations ont atteint leur apogĂ©e. La vie humaine a atteint son apogĂ©e. La science a atteint son apogĂ©e. Nous nous sommes organisĂ©s et nous avons construit de grandes Ă©glises, nous avons raffinĂ© nos prĂ©dicateurs, et physiquement nous les avons mis ensemble, pour qu'ils apprennent Ă  utiliser leurs verbes et leurs adverbes, leurs sons, et toutes leurs voyelles, et tout correctement, et de la psychologie pour aborder les gens. Mais ce n'est pas ce que JĂ©sus avait dit!
60              «En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons. Ils parleront de nouvelles langues. S'ils sont mordus par un serpent au venin mortel, cela ne leur fera aucun mal. S'ils imposent les mains aux malades, ceux-ci seront guĂ©ris.» Le monde a besoin d'un messager ayant un message pour dire quelque chose et qu'on sache, d'oĂč vient le message, de Qui il vient.
61              Paul Revere, quand il est montĂ© sur son cheval, ce vaillant homme, un homme dont le nom est attachĂ© Ă  l'histoire de cette nation tant que cette nation aura une histoire, il a fait une remarquable chevauchĂ©e depuis les marches de l'Ă©glise avec un message qui a alarmĂ© tout le monde, du plus pauvre au plus riche, du fermier Ă  l'homme d'affaires, disant: «Les Britanniques arrivent! » Et les soldats s'Ă©taient apprĂȘtĂ©s pour une attaque. Et cette grande nation a Ă©tĂ© sauvĂ©e.
62              Si cet hĂ©ritage de Dieu, si ce peuple pour lequel Dieu est mort, si cette Ă©glise qui est appelĂ©e de Son Nom doit ĂȘtre sauvĂ©e, nous devons avoir un messager porteur d'un message qui vient du TrĂŽne pour relever le dĂ©fi d'aujourd'hui. Il y a un Goliath, mais Dieu aura certainement un David quelque part. Nous devons entrer en contact. Nous devons avoir un message.
63              Nous allons, mais n'ayant rien Ă  dire. Ça se prouve quand nous en arrivons au point oĂč une nation ou un peuple nie que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu et qu'il rĂ©siste Ă  nos Ă©minents prĂ©dicateurs d'aujourd'hui. Et alors, dans notre grande ligue de l'Ă©glise, nous trouvons une trentaine de communistes qui ont des papiers depuis vingt ou trente ans, comme quoi ils sont membres du parti communiste dans nos Ă©glises unies. Que pouvons-nous faire? Cela montre que les gens ont couru sans un message, vendant les droits d'aĂźnesse mĂȘme de la nation, vendant les droits d'aĂźnesse ordinaires de l'Ă©glise.
64              Tout cela est arrivĂ© Ă  une confrontation. C'est arrivĂ© Ă  un point oĂč la petite Ă©glise qui a cru le message, et s'est tenue sur ses deux pieds, avec les yeux fixĂ©s sur la Croix, avec dans son cƓur la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ, brĂ»lant... C'est arrivĂ© Ă  un point oĂč les nations doivent reconnaĂźtre cela. On en est arrivĂ© Ă  une confrontation. Ce n'est pas Ă©tonnant que les Ă©glises... Quand le Conseil des Eglises est si criblĂ© avec le communisme, ce n'est pas Ă©tonnant qu'ils ne puissent pas croire au surnaturel. Ce n'est pas Ă©tonnant qu'ils ne puissent pas croire Ă  la guĂ©rison divine. Ils n'ont pas de message dans leur cƓur, peu importe combien ils courent Ă  toutes jambes.
65              Si le Saint-Esprit entre dans le cƓur d'un homme, celui-ci croira que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts et qu'il vit en lui pour agir, et pour accomplir la volontĂ© que Lui est venu accomplir; pour faire la volontĂ©, la volontĂ© de Dieu dans la vie de cet homme.
66              Mais le problĂšme est que, nous courons, nous allons sans un message. Nous y allons avec de la thĂ©ologie. Nous y allons avec une sorte d'interprĂ©tation des Ecritures selon l'Ă©glise.
67              Nous devons aller avec la rĂ©surrection! «Allez dire Ă  Mes disciples que Je vais organiser une nouvelle Ă©glise?» Non, non. «Allez dire Ă  Mes disciples que Je suis ressuscitĂ© des morts, comme J'avais dit que Je le serais.» C'est le message Ă  l'Ă©glise ce matin, disant que JĂ©sus n'est pas mort, qu'il est vivant, qu'il est aussi grand et puissant aujourd'hui qu'il l'a toujours Ă©tĂ©.
68              Nous avons eu beaucoup de messages d'avertissement pour nous apprĂȘter, des Paul Revere et d'autres grands hommes, de grandes guerres, des tempĂȘtes et autres.
69              Puis, Dieu envoie aussi un message de rĂ©confort. C'Ă©tait un message de rĂ©confort.
70              Il y a longtemps, quand il y avait l'esclavage au Sud, les Boers avaient amenĂ© de l'Afrique du Sud des autochtones, que nous appelons aujourd'hui les hommes de couleur. On les a amenĂ©s ici et on les a vendus aux AmĂ©ricains lĂ  au Sud pour faire d'eux des esclaves.
71              Cela a suscitĂ© un grand soulĂšvement en Afrique aujourd'hui, des assassinats, et d'autres choses, qui continuent. Ils combattent pour leur libertĂ©. Ils en ont le droit. Dieu a crĂ©Ă© l'homme; l'homme a fait des esclaves. Ce n'Ă©tait pas prĂ©vu ainsi.
72              Il y a quelques annĂ©es, j'Ă©tais dans un ColisĂ©e, ou plutĂŽt dans un grand musĂ©e. Je me promenais lĂ , contemplant les diffĂ©rents tableaux et autres, car j'apprĂ©cie l'art. Je crois que Dieu est dans l'art. Je me suis approchĂ© et j'ai remarquĂ© un vieil homme noir; il Ă©tait vraiment vieux, il Ă©tait voĂ»tĂ© et n'avait qu'une couronne de cheveux derriĂšre la tĂȘte. Il portait un chapeau. Et il se promenait ou faisait quelque chose de ce genre, il regardait comme s'il observait ou cherchait quelque chose dans le musĂ©e. Et je me suis tenu lĂ  derriĂšre et je l'ai observĂ© pendant un moment.
73              Et aprĂšs un certain moment, il est arrivĂ© Ă  une certaine petite boĂźte lĂ . Et il a regardĂ© dedans, il Ă©tait surpris et ses yeux ont brillĂ©. Il a fait un bond en arriĂšre par rapport Ă  l'endroit oĂč se trouvait la boĂźte, il a ĂŽtĂ© son petit chapeau melon une minute, et l'a tenu dans la main. Et je l'observais. Et quand le vieil homme de couleur a inclinĂ© sa tĂȘte, des larmes ont commencĂ© Ă  couler sur ses joues. Pendant un certain moment, et je l'ai observĂ© avec Ă©tonnement.
74              Et je me suis dit: «Je vais dĂ©couvrir pourquoi le vieil homme Ă©tait si Ă©mu.» Je suis allĂ© de ce cĂŽtĂ©-ci, et pour moi, la chose qui Ă©tait dans la boĂźte paraissait comme une robe qui Ă©tait dĂ©posĂ©e lĂ -dedans.
75              Et je l'ai regardĂ© pendant qu'il se tenait lĂ . Je me suis approchĂ© et j'ai dit: «Bonjour, oncle.»
Et il a dit: «Bonjour, Monsieur.»
76              Et j'ai dit: «Je suis un prĂ©dicateur. J'Ă©tais surpris de vous voir offrir une priĂšre Ă  cet endroit-ci.» J'ai dit: «Je crois que vous ĂȘtes chrĂ©tien.»
Il a dit: «Je le suis, Monsieur.»
Et j'ai dit: «Qu'est-ce qui fait que vous soyez tout ému?»
77              Il a dit: «Venez ici.» Et j'ai marchĂ© avec le vieil ami jusque lĂ . Il a dit: «Vous voyez cet habit-lĂ ?»
J'ai dit: «Oui, oui.»
Il a dit: «Vous voyez cette tache-là?»
J'ai dit: «Oui, oui.»
Il a dit: «Mettez votre main sur mon cÎté.»
J'ai dit: «Qu'est-ce cet endroit dur?»
78              Il a dit: «Une chaĂźne d'esclave est passĂ©e lĂ  un jour. C'est le sang d'Abraham Lincoln.» Il a dit: «Son sang m'a libĂ©rĂ© de la chaĂźne de l'esclavage.» Il a dit: «Cela ne ferait-il pas que vous soyez aussi Ă©mu?»
79              Je me suis tenu lĂ  Ă©tonnĂ©. Je me suis dit: «Si le sang d'Abraham Lincoln pouvait Ă©mouvoir - Ă©mouvoir un esclave pour l'avoir libĂ©rĂ© de la chaĂźne de l'esclavage, que devait faire le Sang de JĂ©sus-Christ pour les gens comme Rosella ici, qui Ă©tait esclave de l'alcoolisme; pour moi un pauvre, misĂ©rable et mourant? Il a libĂ©rĂ© mon cƓur de la chaĂźne de l'esclavage du pĂ©chĂ©. Cela ne devrait-il pas Ă©mouvoir un homme? Cela ne ferait-il pas qu'il se sente diffĂ©rent? Cela ne devrait- il pas le rendre rĂ©vĂ©rencieux en y pensant? C'est Ă  peine si vous pouvez voir un arbre sans que vous incliniez la tĂȘte, sachant que JĂ©sus-Christ a rachetĂ© votre vie sur cet arbre-lĂ .
80              Comme nous continuons un moment, avec les esclaves et avec notre pensĂ©e, il y avait une proclamation, une proclamation de l'Ă©mancipation, qui avait Ă©tĂ© signĂ©e, et les esclaves allaient ĂȘtre libĂ©rĂ©s un certain jour. Vous ne savez pas, oh! si vous n'avez jamais rencontrĂ© Christ, vous ne savez pas ce que cela a reprĂ©sentĂ© pour ces esclaves. Quand ce message a parcouru le pays, disant: «Vous allez ĂȘtre libres tel et tel jour, au lever du jour, vous serez libres. Vous ne porterez plus les chaĂźnes d'esclaves et vous ne serez plus fouettĂ©s. Mais vous ĂȘtes libres, et vous ĂȘtes un citoyen de cette grande nation, les Etats-Unis. Vous ne serez plus esclaves, aprĂšs le lever du jour, un certain matin.» Oh! Ils attendaient avec beaucoup d'impatience.
81              Si seulement le pĂ©cheur pouvait voir cela! Si seulement le pĂ©cheur pouvait seulement entendre le vĂ©ritable Evangile! Pas par le fait d'adhĂ©rer Ă  une Ă©glise; mais c'est par la prĂ©dication de l'Evangile que vous pouvez ĂȘtre libĂ©rĂ© du pĂ©chĂ©, et que vous pouvez ĂȘtre dĂ©livrĂ© de votre maladie. A un certain moment, le moment oĂč vous croyez.
82              Vous savez, ces esclaves Ă©taient si excitĂ©s et sous une telle attente, attendant l'heure oĂč ils seraient libres, que, d'aprĂšs ce qu'on m'a racontĂ©, ils se sont rassemblĂ©s au bas de la colline, les mĂšres et les petits enfants, tous rassemblĂ©s, et certains vieux. Et vers minuit, ils sont montĂ©s jusqu'au sommet de la colline. Ils savaient que dĂšs que le jour se lĂšverait et que le soleil apparaĂźtrait, ils seraient libres. Cela ne prendrait pas plus de la moitiĂ© d'une minute pour que le soleil brille au sommet de la colline, mais certains d'entre eux Ă©taient au sommet de la colline, veillant, continuellement. «Oh! dĂšs que le soleil se lĂšve, nous sommes libres.» C'Ă©tait le f-i-l-s [s-o-n en anglais. - N.D.T.] - ou le s-o-l-e-i-1 [s-u-n en anglais - N.D.T.]
83              Mais quand le F-i-l-s [S-o-n en anglais - N.D.T.] se lĂšvera un de ces jours! Et quand le F-i-l-s [S-o-n en anglais - N.D.T.] s'est levĂ© il y a mille neuf cents ans, Il a brisĂ© chaque chaĂźne d'esclavage; et Il a libĂ©rĂ© chaque captif; Il a guĂ©ri chaque maladie; Il a accordĂ© la libertĂ© Ă  ceux qui sont dans la servitude. Combien nous devons monter et veiller!
84              AussitĂŽt que le soleil a pointĂ© [Ă  l'horizon], l'homme qui Ă©tait au sommet l'a vu, et il a criĂ© au suivant qui Ă©tait en bas: «Nous sommes libres!» Et le suivant a criĂ© Ă  celui qui Ă©tait plus loin au bas de la colline, «Nous sommes libres!» Jusqu'Ă  ce que cela est arrivĂ© au camp: «Nous sommes libres! » En effet, le soleil se levait. Ils avaient attendu, attendu, attendu cette heure-lĂ .
85              Combien plus devrions-nous attendre le F-i-l-s de Dieu aujourd'hui? Nous sommes libĂ©rĂ©s du pĂ©chĂ©. Nous sommes libĂ©rĂ©s des chaĂźnes. Nous sommes libĂ©rĂ©s des habitudes. Nous sommes libĂ©rĂ©s du tabagisme, de la boisson, des festins, parce que le F-i-l-s de Dieu est ressuscitĂ© de la tombe et a brisĂ© chaque chaĂźne. Toute condamnation est partie. La dette a Ă©tĂ© payĂ©e. La rançon a Ă©tĂ© payĂ©e. Les pĂ©chĂ©s sont lavĂ©s, et nous sommes libres. Oh! nous sommes libres, mes frĂšres. L'esclavage. La libertĂ©, quand le Fils de Dieu se lĂšvera avec la guĂ©rison sous Ses ailes!
86              Un jour, Il se lĂšvera du TrĂŽne et reviendra sur la terre. Et alors, nous serons libĂ©rĂ©s de toutes les douleurs, de toutes les tentations, de toutes les douleurs mortelles et tout ce qui va avec la vie mortelle, pour vivre Ă©ternellement avec Lui. Nous serons libres. «Allez dire...», c'est la chose Ă  faire.
87              Dans la Bible, il y avait une annĂ©e de JubilĂ©. Pour les gens qui Ă©taient vendus Ă  cause de dettes qu'ils devaient payer. Ils Ă©taient redevables, mais ils Ă©taient incapables de payer leurs dettes, aussi allaient-ils se vendre Ă  leurs crĂ©anciers pour devenir esclaves. Ils devaient leur ĂȘtre assujettis toute leur vie. Mais souvent il arrivait un jour de grĂące, qui Ă©tait considĂ©rĂ© comme annĂ©e de JubilĂ©. Et quand l'annĂ©e de jubilĂ© arrivait, il y avait alors un sacrificateur qui sortait et qui sonnait de la trompette. Et cette trompette signifiait au - Ă  chaque esclave, peu importe combien de temps il avait servi, combien de temps il avait dĂ» servir, quand cette trompette sonnait, cet esclave Ă©tait libĂ©rĂ©. Il pouvait dĂ©poser la houe et rentrer chez lui, auprĂšs de ses enfants. Il n'avait plus Ă  travailler parce qu'il Ă©tait libre quand le jubilĂ© sonnait. Cette trompette ne rendait pas un son confus, mais elle rendait un son clair. Et l'homme pouvait dĂ©poser son instrument, s'en aller Ă  la maison Ă©tant libĂ©rĂ© de la servitude.
88              Ce matin, la Bible dit: «Si la trompette rend un son confus, qui saura quoi faire?» Si la Bible a prĂȘchĂ© que JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts, qu'il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement, et que les trompettes que nous entendons sonner aujourd'hui disent: «Les jours des miracles sont passĂ©s, il n'existe pas de guĂ©rison divine», qui saura comment se prĂ©parer?
89              Ce dont nous avons besoin aujourd'hui ce sont des messagers oints venant de Dieu! «Il est ressuscitĂ© des morts! Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement!» VoilĂ  le message de ce jour.
90              Oh! Il y a eu de grands messages, mais [celui de] la PĂąques les a couronnĂ©s tous! De grands messages; la PĂąques Ă©tait tout cela. Quand les morts... les prĂ©paratifs Ă©taient faits... et que...le dernier ennemi. Nous avons vu la maladie ĂȘtre guĂ©rie dans l'Ancien Testament. Nous avons vu les miracles ĂȘtre accomplis dans l'Ancien Testament. Il y a eu des visions dans l'Ancien Testament. Mais tout homme qui est allĂ© dans la tombe, se demandait s'il ressusciterait. Mais le matin de PĂąques, quand ces disciples ont reçu le plus grand message qu'aucun homme ne pouvait recevoir, qu'ont-ils reçu? «Allez dire Ă  Mes disciples, Je suis ressuscitĂ© des morts!» La mort a Ă©tĂ© vaincue!
91              Il n'y avait jamais eu personne sur la terre, ni prophĂšte, ni grand homme, ni sainte personne qui avait pu vaincre. Ils pouvaient vaincre la maladie par l'Esprit de Dieu. Ils ont pu vaincre le temps par l'Esprit de Dieu, et voir Ă  l'avance les choses Ă  venir. Ils ont pu vaincre cela. Mais il n'y a eu aucun homme avec une telle onction de la part de Dieu, qui a pu faire cette dĂ©claration-ci: «Je peux donner Ma Vie; et Je peux la reprendre. DĂ©truisez ce Corps, Je le ressusciterai le troisiĂšme jour.» Il n'y avait pas eu un homme qui pouvait faire une telle dĂ©claration. Et les gens se demandaient dans leur cƓur si cela Ă©tait vrai ou pas.
92              Mais le matin de PĂąques, ils ont reçu un message: «Allez partout dans le monde; prĂȘchez l'Evangile Ă  toute la crĂ©ation. Je suis ressuscitĂ© des morts. Et voici, Je suis avec vous tous les jours jusqu'Ă  la fin du monde. Celui qui croira et qui sera baptisĂ© sera sauvĂ©; mais celui qui ne croira pas, sera condamnĂ©. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: En Mon Nom, ils chasseront les dĂ©mons, ils parleront de nouvelles langues, s'ils saisissent des serpents, s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; s'ils imposent les mains aux malades, les malades seront guĂ©ris.» Le message de PĂąques, c'est l'un des messages les plus remarquables qui soient. La mort a Ă©tĂ© vaincue.
93              Nous pensons Ă  un conquĂ©rant, NapolĂ©on qui, Ă  l'Ăąge de 33 ans, a conquis le monde. Il a conquis le monde; et il avait vaincu chaque nation qu'il fallait conquĂ©rir. Et il s'Ă©tait vraiment dĂ©couragĂ© parce qu'il n'y avait plus personne Ă  combattre, il s'est assis et a pleurĂ©. Il n'y avait plus personne Ă  combattre. Il n'avait pas observĂ© les rĂšgles du jeu. Des dizaines des milliers de prostituĂ©es ont suivi son armĂ©e; il est allĂ© avec un fusil et une Ă©pĂ©e. A l'Ăąge de 33 ans, il avait conquis le monde. Alors qu'il fut autrefois un prohibitionniste, cependant il est mort Ă©tant un alcoolique invĂ©tĂ©rĂ©, parce qu'il n'avait pas observĂ© les rĂšgles du jeu. Il avait oubliĂ© le message. Il avait conquis, mais il avait oubliĂ© le message. Il Ă©tait parti, mais il avait oubliĂ© pourquoi il y allait.
94              C'est pareil au petit garçon qui avait couru Ă  la course ; c'est pareil Ă  l'Ă©glise qui est en train de courir aujourd'hui ; c'est pareil aux gens qui sont en train de courir ; c'est pareil Ă  la nation qui est en train de courir.
Notre refuge, ce ne sont pas les bombes atomiques; notre refuge, c'est Jésus-Christ et Sa résurrection.
95              NapolĂ©on avait oubliĂ© la chose essentielle. Qu'est-ce qui lui Ă©tait arrivĂ©? Il est mort complĂštement vaincu, un ivrogne abruti. Pourquoi? Il n'avait pas observĂ© les rĂšgles du jeu, bien que physiquement, il avait conquis le monde. Il avait prĂ©parĂ© une armĂ©e. Il Ă©tait un gĂ©nie militaire; il a conquis chaque nation et il a fait des choses que lui - qu'aucun autre homme ne pouvait faire ou ait jamais faites comme lui, mais il avait oubliĂ© ce qu'Ă©tait le vĂ©ritable message. Il s'en Ă©tait emparĂ© et il s'est appuyĂ© sur sa force militaire, mais il avait oubliĂ© la force du Seigneur.
96              La force du Seigneur, c'est notre consolation. Nous n'avons pas d'autre force. Je n'ai pas d'autre refuge, aucun! Que Dieu soit misĂ©ricordieux! Prends ma vie, mais ne me laisse jamais oublier d'oĂč vient ma force. Elle vient du Seigneur! Je n'ai pas besoin de belles choses du monde. J'ai besoin de JĂ©sus. Je veux que Sa rĂ©surrection brĂ»le dans ma vie.
97              Combien c'Ă©tait diffĂ©rent de JĂ©sus-Christ Ă  33 ans. A 33 ans, JĂ©sus possĂ©dait toute chose; Il a crĂ©Ă© le monde. Il Ă©tait dans le monde et le monde ne L'avait point connu. Il ne s'Ă©tait jamais fait une rĂ©putation. Il n'avait jamais rassemblĂ© les militaires. Il n'avait jamais organisĂ© des Ă©glises. Il ne s'Ă©tait jamais fait une grande rĂ©putation. Il ne s'Ă©tait jamais prĂ©sentĂ© avec des diplĂŽmes impressionnants (pour sa doctrine), et que sais-je encore ; il n'y a aucun rĂ©cit Ă  son sujet qui dise qu'il a frĂ©quentĂ© une quelconque Ă©cole de thĂ©ologie. Mais Il avait Dieu. Il avait Dieu! Et Ă  33 ans, Il a vaincu chaque dĂ©mon qui sortait sa tĂȘte de l'enfer. Il a vaincu la maladie, Il a vaincu les superstitions. Il a vaincu les dĂ©mons. Il a vaincu la mort. Et quand Il est mort Ă  la Croix, Il est descendu dans les puits de l'abĂźme de l'enfer, et Il a vaincu l'enfer.
98              Et au matin de PĂąques, Il a vaincu la tombe. Pourquoi? Il a observĂ© les rĂšgles du jeu en courant avec le message. Il est - Il est parti! «Allez-y» Dieu l'a envoyĂ©, et Il avait aussi un message Ă  annoncer. Et avec le message que Dieu lui a donnĂ©, il a vaincu les puissances de Satan. Il a vaincu la maladie. Il a vaincu la mort. Il a vaincu l'enfer. Il a vaincu la tombe. Pourquoi? Il est parti! «Allez dire!» «Je fais toujours ce que Mon PĂšre me montre de faire. Je ne fais que ce que Lui Me dit de faire.»
99              Puis, avant Sa mort, voici ce qu'il a dit: «Comme le PĂšre M'a envoyĂ©, Moi aussi, Je vous envoie», ce n'est pas pour former les hommes par la force militaire, ni consacrer tout votre temps pour chercher Ă  savoir qui sera le prĂ©sident. Cela pourrait ĂȘtre l'essentiel, mais ce n'est pas cela l'essentiel dans ce cas-ci. C'en est fini avec le monde. Nous avons un message. Le voici: «JĂ©sus-Christ est ressuscitĂ© des morts, et Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et Ă©ternellement.»
100         Hier dans une petite salle d'audience, on essayait de me faire dire quelque chose qui n'Ă©tait pas correct. J'ai dit: «Je ne suis pas un escroc.» J'ai dit: «Je - je suis sincĂšre. On ne peut dire rien d'autre que la vĂ©ritĂ©.»
101         Et un certain monsieur qui Ă©tait avec moi, a dit: «Si un homme me parlait ainsi, je le condamnerais au maximum.»
102         J'ai dit: «Non, non. Non, ce n'est pas correct. Ce n'est pas ainsi qu'il faut aborder la chose. Ce n'est pas correct.»
103         Il a dit: «Eh bien, pourquoi ne connaissez-vous pas ces choses qui se passent? Pourquoi n'ĂȘtes-vous pas lĂ  dehors faisant cela?»
J'ai dit: «Je passe mon temps à servir Jésus-Christ.»
104         O Dieu ! oh ! Les gens sont aveugles et ne peuvent voir !» Comme le PĂšre M'a envoyĂ©...», le PĂšre L'a envoyĂ©; Il est parti. Il avait un message Ă  annoncer aux gens. Et Ă  l'heure de la mort, Il a vaincu la mort, Il a vaincu l'enfer, et Il a vaincu la tombe. «Comme le PĂšre M'a envoyĂ© avec le message, je vous envoie avec le message (non pas pour bĂątir des Ă©glises, des organisations), mais allez dans le monde entier et faites la dĂ©monstration de la puissance du Saint- Esprit. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru. En Mon Nom ils chasseront les dĂ©mons, ils parleront de nouvelles langues, ils saisiront des serpents.» Et comme nos corps vont dans la tombe, le Sien y est aussi allĂ©, Il avait vaincu Ă  la fois la mort, l'enfer et la tombe. Il est le Puissant conquĂ©rant.
105         Il nous envoie avec Son message. Allons avec le message, allons avec quelque chose Ă  dire. Allez dire ! Non pas courir et ensuite ne pas ĂȘtre capable de dire [quelque chose]; ayons premiĂšrement le message dans notre propre cƓur.
106         Ce matin, lorsque vous viendrez pour qu'on prie pour vous, ne venez pas n'importe comment. Venez avec le message dans votre cƓur : «Je suis Celui qui Ă©tait mort et qui vit encore. Je suis Celui qui donne le message :’Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.’» Si le Dieu Tout-Puissant a pu prendre un - un petit enfant qui louchait et lui a redonnĂ© une vue normale avec un... Si Dieu a pu prendre un enfant, un petit garçon qui n'avait jamais vu une personne de sa vie, et lui a rendu la vue, Ă  l'Ăąge de seize ans, Dieu peut prendre une personne misĂ©rable rongĂ©e par le cancer...
107         Et comme le message est vrai, comme Dieu a envoyĂ© le message, comme Dieu a envoyĂ© le messager, sans doute que chaque arme de l'enfer sera dirigĂ©e contre lui. C'est vrai. Il trĂ©buchera et tombera, il se relĂšvera, et secouera la tĂȘte et continuera. Nous avons un message, rien ne va l'arrĂȘter! AllĂ©luia! «Sur ce Roc, Je bĂątirai Mon Eglise, et les portes de l'enfer ne prĂ©vaudront point contre elle.» Les gens peuvent dire ce qu'ils veulent, ils peuvent faire ce qu'ils veulent; le diable peut entrer dans une grande colĂšre et hurler. Mais JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts; aujourd'hui, Il vit en nous.
108         Il y a quelques jours, je parlais au grand docteur Lamsa, celui qui a traduit la Bible de l'aramĂ©en en anglais... Et j'ai vu ce petit symbole, le symbole de Dieu, avec trois petits points dessus. J'ai dit: «Docteur Lamsa, c'est quoi ça?»
Il a dit: «C'est Dieu, en trois attributs.»
109         Et j'ai dit: «Vous voulez dire que Dieu vit dans trois fonctions telles que PĂšre, Fils, et Saint-Esprit?»
110         Il s'est relevĂ© et m'a regardĂ©, les yeux de ce juif s'Ă©taient embuĂ©s de larmes. Il a dit: «Croyez-vous cela, FrĂšre Branham?»
J'ai dit: «De tout mon cƓur.»
111         Il m'a entourĂ© de ses bras et il a dit: «Je me suis posĂ© des questions quand j'ai vu ces grandes choses se produire, et ces signes que vous accomplissez.» Il a ajoutĂ©: «On m'a dit que vous Ă©tiez un prophĂšte. Je ne le croyais pas jusque maintenant. Eh bien, je sais que vous l'ĂȘtes.» Il a dit: «C'est cela. C'est cela le Message. C'est la chose qui secouera le Royaume de Dieu.» Oui. Il a dit: «Un jour, vous mourrez Ă  cause de cela, mon garçon.» Il a dit: «Vous scellerez votre tĂ©moignage avec cette chose mĂȘme.»
112         C'est l'un de grands hommes que nous ayons; quand Eisenhower et les grands hommes du monde, d'Hollywood, et toutes sortes de vedettes de cinĂ©ma et autres l'ont invitĂ©, il Ă©tait cependant bloquĂ© lĂ  dans la rĂ©union. Il a dit: «Depuis trente ans et quelque, j'utilise cette traduction, non pas Ă  partir du grec du Vatican, mais Ă  partir de l'aramĂ©en; directement Ă  partir de cela, de l'aramĂ©en en - en Anglais.» Et il a dit: «J'ai perdu tout ce temps, a-t-il dit, c'est maintenant mĂȘme que je viens de voir le Dieu de la Bible agir.» Il a dit: «Vous savez, FrĂšre Branham, nous pouvons voir des miracles et des prodiges, mais nous observons quelle est la voix du signe. Nous les Juifs, nous pouvons voir un signe, mais nous veillons sur la voix du signe.»
113         Oh! allĂ©luia! La voix du signe... Dieu a dit Ă  MoĂŻse: «S'ils n'Ă©coutent pas la voix, la voix du premier signe, alors, ils Ă©couteront la voix du deuxiĂšme signe.» Pas tellement le signe, mais la voix qui l'a accompagnĂ©.
114         Voyez ce Juif, il savait de quoi il parlait. Il a dit: «J'ai vu les discernements, j'ai vu les miracles, les prodiges, les aveugles ĂȘtre guĂ©ris, et toutes sortes de diffĂ©rents signes, et je me suis posĂ© des questions, mais maintenant, je vois que la Voix qui est derriĂšre cela ne coupera pas Dieu en trois morceaux disant qu'il est un Dieu le PĂšre, et puis [un Dieu] le Fils.» Il a dit: «Dieu est Dieu: trois attributs de Dieu, trois fonctions de Dieu.» Il a dit: «Cela confirme la chose.»
115         Oh! FrĂšre, nous avons un message. «Allez dire Ă  Mes disciples. Je ne suis pas celui qui Ă©tait mort, et un autre qui est presque mort, et un autre qui est vivant; Je suis Celui qui Ă©tait, qui est, et qui vient; la Racine et le Rejeton de David, l'Etoile brillante du matin.» Oui.
116         Quel bien cela fait-il d'aller, si vous n'avez rien Ă  dire? Vous devez avoir quelque chose Ă  dire... C'est vrai. JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, vous aime tous. Il est mort pour vous tous, c'Ă©tait JĂ©sus-Christ le Fils de Dieu.
117         Combien ont dĂ©jĂ  assistĂ© aux rĂ©unions, et ont vu de grands miracles et prodiges de Son - de Son apparition, et la façon dont Il discerne et rĂ©vĂšle les choses, et autres? C'est le Dieu du ciel qui est ressuscitĂ© des morts.
118         Vous devez voir le signe du... le signe hĂ©breu de Cela. C'est une LumiĂšre, semblable Ă  une Colonne de Feu, et lĂ -dedans il y a trois petits points: PĂšre, Fils, et Saint-Esprit, qui n'Ă©taient pas trois personnes. C'Ă©tait un Seul Dieu vivant, en trois fonctions, le mĂȘme Dieu (AllĂ©luia.): Dieu au-dessus de vous, Dieu avec vous, Dieu en vous. Le mĂȘme Dieu descendant, purifiant Son Eglise, afin qu'il puisse y vivre. Quand vous Le coupez en morceaux et que vous mettez un morceau ici, un morceau ici et un autre lĂ -bas, c'est du paganisme tout fait.
119         Je crois Ă  la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ; qu'il est ressuscitĂ© des morts. Et Il Ă©tait le Seul homme qui a pu dire: «Tout pouvoir dans les cieux et sur la terre a Ă©tĂ© remis entre Mes mains. Tout pouvoir des cieux et de la terre est mis dans Ma main. Allez par tout le monde, et prĂȘchez l'Evangile Ă  toute la crĂ©ation.» L'Evangile n'est pas venu en Paroles seulement, mais avec puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit. Que Dieu vous aide Ă  croire cela; que Dieu m'aide Ă  croire cela, et nous verrons JĂ©sus un jour.
Quand les peines de la vie seront terminées,
Nous verrons enfin JĂ©sus;
Sur Son beau trĂŽne,
Il m'accueillera Ă  la Maison,
AprÚs que le jour sera terminé. (C'est vrai.)
Le sable a été Îté sur les empreintes de pas
De cet Etranger sur la plage de Galilée.
120         Ils L'ont tuĂ© parce qu'il s'est fait Lui-mĂȘme Dieu, et Il Ă©tait Dieu. Ils L'ont pendu; en effet, Il est mort par la peine capitale. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas Ă  la peine capitale. JĂ©sus est mort aprĂšs avoir Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  mort par le gouvernement fĂ©dĂ©ral de Rome. La peine capitale consistait Ă  ĂȘtre pendu sur une croix. Il est mort par la peine capitale, le - on La dĂ©pouillĂ© de Ses habits, Il a Ă©tĂ© pendu lĂ , on L'a dĂ©shonorĂ©, et Il est mort dans cet Ă©tat-lĂ . Mais Dieu L'a ressuscitĂ© le troisiĂšme jour.
121         Et nous sommes Ses tĂ©moins. Et si nous ne prenons pas position pour Lui, qui prendra position pour Lui?
122         Un homme m'a rencontrĂ© l'autre jour, il a dit: «Oh! FrĂšre Branham, ne le dites pas. Cessez de le dire. Vous - vous blessez les femmes dans leurs sentiments, au sujet de ces cheveux courts, au sujet de leur comportement sur ceci et sur cela et autre comme cela.»
123         J'ai dit: «Si je ne le leur dis pas, qui va le leur dire? Qui va le dire?» Il a dit: «Eh bien, vous rendez ces prĂ©dicateurs furieux.»
124         J’aimerais qu’ils soient furieux contre moi, plutĂŽt que contre Lui. C'est la VĂ©ritĂ©. C'est vrai. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] C'est vrai. Qui va le dire? Quelqu'un doit le dire.
125         JĂ©sus a dit: «Allez dire. Allez dire... Dites Ă  Mes disciples que Je suis ressuscitĂ© des morts. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Voici, Je suis tous les jours avec vous, jusqu'Ă  la fin du monde.»
126         Croyez-vous cela, mes amis? Prions, pendant que nous inclinons la tĂȘte maintenant pour la priĂšre.
127         O Dieu notre PĂšre! C'est vrai: «Allez dire, allez dire Ă  Mes disciples que Je suis ressuscitĂ© des morts.» Dieu notre PĂšre, Tu n'as pas seulement envoyĂ© dire Ă  Tes disciples, mais Tu leur as prouvĂ© que Tu Ă©tais ressuscitĂ© des morts. Tu T'es montrĂ© Ă  eux, et Tu as agi exactement comme Tu l'avais fait avant Ta mort. Mille neuf cents ans se sont Ă©coulĂ©s, Seigneur; le Message brĂ»le encore. Il brille et brĂ»le autant dans nos cƓurs aujourd'hui qu'il l'a fait dans les cƓurs de ces disciples, car nous voyons le Seigneur ressuscitĂ© au milieu de nous, faisant les choses qu'il avait faites auparavant. Nous savons qu'Il est ressuscitĂ© des morts.
128         La PĂąques signifie beaucoup pour nous; en effet, nous sommes participants et nous sommes bĂ©nĂ©ficiaires de la communion de Sa rĂ©surrection. Car nous Ă©tions autrefois morts dans le pĂ©chĂ© et dans les offenses comme le fils prodigue, mais maintenant, nous avons trouvĂ© grĂące, et Dieu nous a pardonnĂ© nos pĂ©chĂ©s. Il nous a aussi donnĂ© le Sceau comme Il l'a fait Ă  notre pĂšre Abraham pour confirmer qu'il nous a acceptĂ©s. Notre pĂšre Abraham disait qu'il avait cru en Dieu, et Il lui donna le signe de la circoncision comme confirmation qu’il croyait en Lui.
Et maintenant, PĂšre, aujourd’hui nous sommes circoncis par le Saint-Esprit ; toutes les choses du monde sont mortes. Nous avons un objectif : Te servir. Nous avons un dĂ©sir : T’aimer et ĂȘtre Ton disciple.
129         Et maintenant, Seigneur, je Te prie de confirmer Ă  chaque cƓur ce petit message dĂ©cousu . Que les gens ne manquent pas ceci. Qu'ils voient que Tu es le mĂȘme hier, aujourd'hui, et Ă©ternellement, que Tu es ici, ressuscitĂ© des morts, et que Tu le seras jusqu'Ă  la - jusqu'Ă  ce que l'Esprit et le Corps s'unissent encore Ă  la Seconde Venue.
130         Je prie pour les malades qui sont ici, ce matin, PĂšre. Maintenant, en ce matin de PĂąques, j'ai mis de cĂŽtĂ© (ou plutĂŽt non pas mis de cĂŽtĂ©, mais j'ai juste dĂ©posĂ© cela pour quelque temps), les dons que Tu m'as donnĂ©s, comme le discernement. Le monde... J'ai Ă  maintes reprises parcouru les nations, Seigneur, ils connaissent tous cela. Maintenant, je prie que le message que Tu m'as donnĂ© ici dans les bois, il y a quelques jours afin que par la puissance crĂ©atrice qui est dans cette Ă©glise ce matin, les gens mĂȘmes sur qui c'Ă©tait crĂ©Ă©... Je prie, ĂŽ Dieu, de mĂȘme que je viens avec mes frĂšres ici prĂ©sents imposer les mains aux malades ce matin, que Tu descendes sur cette Ă©glise ce matin avec misĂ©ricorde et que Tu guĂ©risses les gens, afin qu'il n'y ait personne de faible parmi nous quand le service sera terminĂ©. Que chacun d'eux soit bĂ©ni et guĂ©ri.
131         Nous rĂ©alisons, Seigneur, qu'il n'y a rien que nous puissions nous Ă©vertuer Ă  faire par nous-mĂȘmes. Il s'agit d'une simple foi d'enfant, croire. Nous voyons les disciples, aprĂšs qu'ils avaient reçu la puissance pour guĂ©rir les malades; ils sont partis et ils ont Ă©chouĂ© sur un cas d'Ă©pilepsie: peut-ĂȘtre qu'ils ont poussĂ© des cris, hurlĂ© et sautillĂ© essayant de chasser ce dĂ©mon. Mais quand celui-ci a rencontrĂ© JĂ©sus, oh! combien c'Ă©tait diffĂ©rent. JĂ©sus a dit: «Toi, mauvais esprit, sors de lui.» Quelle diffĂ©rence! Oh! il a reconnu que ce n'Ă©tait pas un apĂŽtre! C'Ă©tait le Seigneur Lui-mĂȘme. Et l'esprit a agitĂ© le garçon et l'a jetĂ© par terre. Mais JĂ©sus a dit: «Il n'est pas mort. Relevez-le simplement et donnez-lui Ă  manger.» Le mauvais esprit Ă©tait parti.
132         O JĂ©sus, Toi, le Fils de Dieu, reviens; oins abondamment, pleinement et puissamment Ton Eglise. Que l'Esprit de JĂ©sus ressuscitĂ© et vivant ressuscite ce matin cette petite Ă©glise dans une nouvelle foi, une nouvelle puissance, la puissance de la foi, afin que nous puissions confondre chaque contradicteur. Accorde-le, Seigneur. Je t'abandonne tous ces gens, Te demandant de les bĂ©nir et de leur accorder le salut de leurs Ăąmes, la guĂ©rison de leurs corps, par JĂ©sus-Christ notre Seigneur.
133         Et avec nos tĂȘtes inclinĂ©es, je vais poser une question. Y a-t-il quelqu'un ici qui n'est pas chrĂ©tien, qui aimerait qu'on se souvienne de lui maintenant et qui aimerait dire: «Prie pour moi, FrĂšre Branham»? Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -bas. Y a-t-il quelqu'un d'autre qui aimerait dire: «Je ne suis pas chrĂ©tien. J'ai appris la nouvelle selon laquelle JĂ©sus est ressuscitĂ© des morts, mais en rĂ©alitĂ©, je ne le sais pas. Il n'est jamais ressuscitĂ© dans mon cƓur. Je n'ai aucune satisfaction. Je suis aussi malade. J'entre dans la ligne de priĂšre, je reviens et j'entre dans une autre, je reviens et j'entre dans une autre. Je vais d'Ă©glise en Ă©glise, et de lieu en lieu»? Ce n'est pas cela. Il s'agit de croire en Lui. Il est ressuscitĂ© des morts. Cela rĂšgle le problĂšme. Y a-t-il quelqu'un d'autre qui aimerait lever la main et dire...? Que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. Quelqu'un d'autre, «je veux croire. Je veux croire.»
134         Combien ici sont malades? Levez la main et dites: «Je veux croire. Je veux connaĂźtre le Message ce matin.» Que Dieu vous bĂ©nisse. C'est bien. Oui, que Dieu vous bĂ©nisse, fils. Bien. TrĂšs bien.
135         Maintenant, Teddy, j'aimerais que tu joues Le Grand MĂ©decin juste un moment, s'il te plaĂźt, «est lĂ  maintenant.» Et pendant que tu joues cela...
136         C'est difficile pour le moment. Les visions apparaissent partout dans la salle. Voyez-vous? Oui, j'essaie de... J'essayais de laisser que ceci soit une rĂ©surrection un peu plus Ă©levĂ©e, un peu plus Ă©levĂ©e Ă  partir du - Ă  partir du tas de cendres sur lequel j'Ă©tais. J'ai besoin d'un peu plus de rĂ©vĂ©lation. Je sais une chose; tant que je m'en tiendrai Ă  ce premier ministĂšre, le deuxiĂšme ne viendra pas; il n'est pas venu. Maintenant, tant que je m'en tiendrai au deuxiĂšme, le troisiĂšme ne viendra pas. Voyez-vous? Je dois sortir, sortir et croire cela et dire: «Dieu l'a dit.» Il y a quelques jours...
137         Eh bien, vous pouvez relever la tĂȘte maintenant si vous voulez. J'ai pris bonne note de vos mains, Dieu en a pris bonne note.
138         J'aimerais vous dire une petite chose. FrĂšre Ed Daulton, je pense qu'il vient de franchir la porte, un bon frĂšre baptiste, lui et sa femme. FrĂšre Jefferies est ici quelque part, Othel Jefferies. Et c'Ă©tait... Il est ici; je sais qu'il est ici quelque part. Toutefois, ces frĂšres avaient organisĂ© une rĂ©union pour que j'aille lĂ  au Kentucky. Ce sont des frĂšres, des prĂ©cieux frĂšres, qui aiment leur voisinage et leurs gens, ils ont obtenu des auditoriums et des bĂątiments servant de salle d'armes et autres, juste pour un seul service du soir, ils avaient louĂ© des salles d'armes. Le petit J.T. Hoover, quel que soit son... L.G. Hoover...?... avait organisĂ© une rĂ©union lĂ  Ă  Elisabethtown; frĂšre Ed Daulton lĂ  Ă  Willow Shade, ou - ou Ă  Somerset, Somerset. Et le frĂšre... l'autre frĂšre Ă©tait aux environs de Glasgow, oĂč je suis nĂ©. Les gens de lĂ  oĂč je suis nĂ© et oĂč j'ai grandi, lĂ  oĂč l'Ange de l'Eternel m'Ă©tait apparu pour la premiĂšre fois...
139         Et je voulais y retourner. Mais j'ai senti une petite apprĂ©hension. Et j'ai dit: «Eh bien, Ă  cause des frĂšres, je vais tenir la rĂ©union.» AussitĂŽt que je suis arrivĂ© dans cette vallĂ©e, ma gorge s'est aussitĂŽt bloquĂ©e. Et je ne pouvais plus parler pendant neuf jours jusqu'Ă  ce que les rĂ©unions Ă©taient terminĂ©es.
140         FrĂšre Ruddell, c'est possible qu'ils soient aussi ici ce matin, l'un des frĂšres de ce tabernacle, lui, Junie Jackson et les autres, j'Ă©tais censĂ© tenir une rĂ©union pour lui. Et aussitĂŽt, ma gorge s'est bloquĂ©e. Et la chose suivante, vous savez, j'ai fait une fiĂšvre d'environ cent et cinq degrĂ©s [40,5° C - N.D.T.] Et je devais premiĂšrement aller Ă  la rĂ©union, et - et doc Schoen m'a dit... j'ai dit: «Je suis enrouĂ©.»
141         Il a dit: «Je vais vous donner quelque chose pour assouplir le larynx et vous pourrez aller de l'avant et prĂȘcher.» J'ai pris quelque chose qu'il m'a donnĂ©, et cela a tirĂ© ce sinus vers le bas et a bloquĂ© la gorge. Alors, j'ai Ă©tĂ© clouĂ© au lit pendant neuf jours avec une forte fiĂšvre.
142         Beaucoup de mes frĂšres ici prĂ©sents sont venus vers moi, beaucoup de prĂ©cieux frĂšres sont venus prier pour moi. FrĂšre Graham Snelling est venu; frĂšre Ruddell est venu, tous ces frĂšres ici, tous se sont rĂ©unis, priant et tout; je priais, essayant de mon mieux, mais je ne pouvais mĂȘme pas murmurer quelque chose. Je me suis demandĂ©: «Qu'y a-t-il?» Ma charmante petite femme qui est assise lĂ , elle et les autres priaient pour moi, il n'y avait aucun changement. Ils ne comprenaient pas.
143         Eh bien, il m'a donnĂ© des mĂ©dicaments Ă  prendre, mais je n'en ai pas pris, car c'Ă©tait de la drogue. Et puis, j'ai simplement laissĂ© tomber. Et je me disais sans cesse: «Seigneur, certainement...»
144         Et alors, aprĂšs que toutes les rĂ©unions Ă©taient terminĂ©es un certain lundi... C'Ă©tait... La derniĂšre rĂ©union Ă©tait censĂ©e se tenir le samedi, et alors... je crois. Et alors, le lundi j'ai essayĂ© de me lever. J'Ă©tais trĂšs faible, je ne pouvais pas marcher dans la salle. Je me suis assis.
145         Vous savez, je suis trĂšs reconnaissant pour une bonne femme qui est un don de Dieu. Pas vous, frĂšre? Une vraie femme, une vraie compagne...
146         Je me suis assis, je lui ai fait signe, et je l'ai tirĂ©e prĂšs de moi. Je lui ai dit: «Meda, parfois je me pose des questions.» J'ai dit: «Je me demande ce qui ne va pas.» J'ai dit: «Pourquoi ces rĂ©unions doivent-elles se tenir lĂ  et Dieu me laisse me coucher comme ceci?» J'ai dit: «Pourquoi cela?» Et j'ai dit: «Parfois je me demande mĂȘme s'Il m'a appelé»
147         Elle a dit: «N'as-tu pas honte de toi-mĂȘme?» Et elle m'a dit, elle a dit: «Bill, ne sais-tu pas que Dieu connaĂźt ce qu'Il fait avec toi? Simplement... sois simplement tranquille.»
148         Et alors, je suis entrĂ©. C'Ă©tait en quelque sorte une petite rĂ©primande pour moi, vous savez. Je suis alors entrĂ© [dans la maison] et je me suis Ă©tendu sur le lit. Elle est entrĂ©e pour changer les draps. Et elle a tenu ces - ces choses dans sa main, et quand elle s'est avancĂ©e pour sortir, j'ai regardĂ© et il y avait un...
149         J'ai vu un vieux - un trĂšs grand bĂątiment servant de salle d'armes, sur lequel le soleil qui brillait depuis le ciel a causĂ© une explosion au sol et l'a fait voler en Ă©clats. Et voici venir trois femmes et un homme, ils se sont approchĂ©s lĂ  et ils avaient des choses qui Ă©taient comme de tous petits - comme des petits... comme de petites armes. Et il a dit: «Cela enfonce les clous.» Et il a dit: «Nous allons... Tenez ces piĂšces, FrĂšre Branham, et nous allons reconstruire cette salle d'armes pour vous.»
Et j'ai dit: «TrÚs bien, je ferai cela.»
150         Mais Quelque Chose a dit: «Ne le fais pas.» Eh bien, j'ai baissĂ© la main pour prendre une piĂšce, comme ceci, pour construire cela comme ceci. Et juste Ă  ce moment-lĂ  une Voix m'a parlĂ© et a dit: «Maintenant, ils sont en route pour venir te prendre et te ramener. Ne crois pas cela.» La Voix a dit: «Ils sont vraiment sincĂšres, et ils viennent vers toi avec l'AINSI DIT LE SEIGNEUR, mais ils sont dans l'erreur.» Voyez-vous?
151         Fred Sothmann et beaucoup d'entre eux qui sont ici prĂ©sents, Ă©taient lĂ  quand je leur en ai parlĂ©. En moins d'une heure, ces gens sont arrivĂ©s en voiture devant ma porte, j'ai dit: «Il y a trois femmes et un homme.»
«C'est tout à fait vrai.» «Ils viennent avec l'AINSI DIT LE SEIGNEUR?» «Oui, oui.»
152         Ils - j'ai dit: «Certainement, vous savez quoi leur dire.» SincĂšrement dans l'erreur. Voyez-vous? De bonnes gens, mais sincĂšrement dans l'erreur. Voyez-vous?
153         Alors, je me suis dit: «Eh bien, que puis-je faire? Que dois-je faire?» Et alors Meda est entrĂ©e et elle est ressortie. Et frĂšre Freddie est allĂ© parler avec ces gens. Et quelque temps aprĂšs, j'Ă©tais lĂ  sur le - sur le lit, et je me suis dit: «Pourquoi les choses se passent-elles de cette maniĂšre? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas Ă  parler? Pourquoi est-ce que je n'arrive pas Ă  parler Ă  quelqu'un Ă  propos de quelque chose?» J'Ă©tais couchĂ© lĂ . Et Meda entrait et ressortait de la salle.
154         J'ai regardĂ© et j'ai vu quelque chose scintiller d'un cĂŽtĂ©. Et j'ai regardĂ©, mon mur s'est ouvert, et j'ai vu JĂ©sus. Combien parmi vous m'ont dĂ©jĂ  entendu dire que j'ai vu JĂ©sus deux fois dans ma vie dans une vision? Et je crois que je Le verrai encore avant la fin du temps (Voyez-vous?), je Le verrai encore. Eh bien, j'ai regardĂ© et les deux Ă©taient juste lĂ , c'est comme si je regardais Ă  travers un mur. Et il y avait une Bible qui se tenait lĂ  comme ceci, une grosse Bible qui se tenait lĂ  dans les cieux. Eh bien, quelque chose produisait de la lumiĂšre autour de la Bible, et de la Bible est sortie une trĂšs jolie Croix dorĂ©e. Et Elle s'est dressĂ©e lĂ  comme ceci, et des lumiĂšres jaillissaient tout autour d'elle et Lui est sorti marchant de cette croix en marchant. La Bible reflĂ©tait la Croix; la Croix Le reflĂ©tait Lui. Et Il est sorti marchant et Il est venu marchant droit vers lĂ  oĂč j'Ă©tais. Je peux voir cela aussi clairement que possible; je peux voir le - cette croix qui reflĂ©tait Ses cheveux, se tenant lĂ ; elle Ă©tait suspendue au-dessus de Son visage.
155         Il m'a regardĂ© d'en haut comme cela, et Il m'a dit: «Tu attends que ton nouveau ministĂšre te soit confirmĂ©.» Il a dit: «Je te l'ai dĂ©jĂ  confirmĂ©. Il est dĂ©jĂ  confirmĂ©. Tu dois accepter cela.» Voyez-vous? Je me suis mis debout et je L'ai Ă©coutĂ© pendant un instant. Cela m'est venu Ă  l'esprit; je n'ai pas entendu cela; cela m'est simplement venu Ă  l'esprit.
156         C'est comme un homme qui est restĂ© pĂ©cheur toute sa vie, et qui sait qu'il y a une Bible, qui sait qu'il existe un Dieu, mais tout d'un coup, il entend un sermon, alors Quelque Chose lui dit: «Il s'agit de toi.»Alors, la mĂȘme Parole qui Ă©tait lĂ  pendant tout ce temps lui est cependant confirmĂ©e; alors il dit: «Seigneur, pardonne-moi.» Mais cela ne fera aucun bien avant qu'il accepte son salut; Ă  ce moment-lĂ , il sort et il devient un chrĂ©tien. Peu importe combien il crie, combien il implore, il doit accepter cela.
157         Et le - le... Alors Il m'a dit: «Tu dois accepter cela de la mĂȘme maniĂšre. Tu dois croire cela.»
158         Je crains l'Ă©chec. En toute chose, je crains de causer l'opprobre. Je crains toujours cela, je veille, pensant que je dirai la mauvaise chose. En effet, j'ai tirĂ© un avertissement de la Bible: MoĂŻse avait reçu une grande autoritĂ©, mais il a frappĂ© le rocher au lieu de parler au rocher. Je me souviens d'Elie, comme il Ă©tait chauve, ces petits enfants le taquinaient, parce qu'il Ă©tait chauve; il a prononcĂ© une malĂ©diction sur ces enfants, et quarante-deux d'entre eux ont Ă©tĂ© tuĂ©s par des ours. Voyez-vous? Eh bien, ce n'Ă©tait pas le Saint-Esprit, mais c'Ă©tait le prophĂšte en colĂšre. Et je - j'ai parlĂ© de toutes ces choses, pour en venir Ă  cela.
159         Il se tenait lĂ  et me parlait. Il a dit: «Mais tu marches avec trop de gens.» Il a dit: «Pour marcher avec Moi, tu dois marcher seul.»
160         J'avais vu cela. Je m'occupais trop des dĂ©nominations et tout. (Vous voyez?) Quelqu'un essaie de vous dire ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire. C'est Lui que vous devez suivre. Eh bien, rappelez-vous la vision qu'il m'a donnĂ©e au sujet des poissons, vous savez, vous ne pouvez pas enseigner les signes surnaturels aux bĂ©bĂ©s pentecĂŽtistes. Rappelez-vous. C'Ă©tait lĂ . Et je suis juste au seuil de ce nouveau message.
161         AussitĂŽt que la vision m'a quittĂ©, j'ai dit: «Amen, Seigneur.» Et ma femme qui se tenait lĂ , a failli s'Ă©vanouir. Et d'un bond, je suis sorti du lit; je pouvais parler aussi clairement que je le faisais avant. En une seconde, toute la fiĂšvre m'a quittĂ©.
162         J'ai appelĂ© Doc Schoen, j'ai dit: «J'aimerais que tu m'examines.» Il a dit: «Qu'est-ce?»
163         Et je me suis prĂ©sentĂ© lĂ , et il m'a examinĂ©, il a examinĂ© ces sinus et il a dit: «Dites-moi ce qui est arrivĂ©, FrĂšre Branham.»
Et j'ai dit: «Allez-vous croire mon histoire?»
Il a dit: «Comment puis-je en douter? La chose est arrivée.»
164         C'est cela. Voyez-vous? C'est cela, mes amis. Dieu sait comment vous garder sur un tas de cendres. Il sait comment faire quelque chose pour vous jusqu'au moment oĂč Il peut vous faire parvenir le message (voyez-vous?), pour arriver Ă  faire quelque chose.
165         Aujourd'hui, je ne sais pas Ă  quel point j'ai Ă©chouĂ©. Il n'y a pas longtemps je suis entrĂ© dans la maison et j'ai suivi une Ă©mission Ă  la radio. Et un prĂ©dicateur prĂȘchait sur la rĂ©surrection, Ă  partir de 1 Corinthiens 15. Il prĂȘchait la rĂ©surrection. Il s'est arrĂȘtĂ© juste au milieu de son sermon. Et il a dit: «Vous savez, tant de gens ont peur de l'Ă©chec.» Il a dit: «Quand le gĂ©nĂ©ral Patton a perdu une troupe de soldats, a-t-il dit, alors on lui a dit... il en a envoyĂ© chercher d'autres, et on lui en a envoyĂ© plus. On les a tuĂ©s, et il en a demandĂ© plus. Et quand il a reçu cette troisiĂšme troupe-lĂ , il a dit: 'Chaque fois qu'un obus sifflait, ils se sauvaient sous une caisse mĂ©tallique ou ils se sauvaient sous quelque chose d'autre. Ils avaient peur.’»
166         Il a dit: «Envoyez-moi des hommes, pas des enfants.» Il a dit: «J'ai besoin des hommes qui sont prĂȘts Ă  mourir. Je n'ai pas besoin de quelqu'un qui a peur de la mort. Si la cause pour laquelle nous combattons n'est pas digne de la mort, alors ne me les envoyez pas. J'ai besoin d’hommes.»
On lui a dit en réponse: «Mais vous avez perdu deux ou trois batailles.»
167         Il a dit: «Je n'ai pas perdu la guerre. Je n'ai perdu qu'une bataille.» Quelque Chose a parlĂ© Ă  mon cƓur.
168         Je me souviens qu'Eisenhower disait: «Quand je lançais un obus et que je donnais l'ordre, on introduisait un obus dans un canon, ils retiraient cela, si ça ne partait pas; si ça ne marchait pas»; il a dit: «Je n'abandonnais pas. Je retirais l'obus, j'introduisais un autre et je l'essayais. Si cela ne marchait pas, j'introduisais un autre, jusqu'Ă  ce que l'un d'eux marche.»
169         C'est ainsi que les choses doivent se faire. Je ne sais pas comment ce sera. Mais Dieu est mon juge Ă  cette chaire; je ne sais combien ne vont pas dĂ©tonner et combien - combien de batailles je perdrai, mais je ne perdrai pas la guerre. Il m'a dit qu'il serait avec moi. Je me tiendrai lĂ  jusqu'Ă  ce que je voie ce ministĂšre ĂȘtre confirmĂ© et que je le voie opĂ©rer. Je commence ce matin par la grĂące de Dieu. Je ne sais pas si cela va marcher ici, si ça va marcher ailleurs, comment ça marchera, ou ce qui arrivera. Mais je vais simplement parcourir les lignes de priĂšre, priant pour les malades, jusqu'Ă  ce que je comprenne ce qui se passe. J'ai vu cela se produire deux ou trois fois.
170         J'ai vu cela se produire dans la maison de Hattie. Combien ont dĂ©jĂ  entendu l'histoire des Ă©cureuils et de la jeune fille, la petite femme? La toute premiĂšre personne, Ă  ce que nous sachons... depuis le temps des disciples, Ă  qui il a Ă©tĂ© donnĂ© le privilĂšge de dire: «Demande ce que tu veux», pendant que vous ĂȘtes lĂ . Avez-vous dĂ©jĂ  entendu cette histoire? Avez-vous dĂ©jĂ  vu cette femme? Combien ne l'ont jamais vue et aimeraient - aimeraient voir la femme sur qui cela est arrivĂ©? Nous...Hattie, voudriez-vous vous mettre debout? VoilĂ  la dame.
171         J'Ă©tais debout dans sa maison. AprĂšs que j'avais vu huit Ă©cureuils, qui n'existaient absolument pas par lĂ ; et je devais simplement prononcer la parole, et ils se tiendraient lĂ ... C'est vrai. C'est... Ils Ă©taient lĂ . Et j'ai dit: «Qu'est-ce qui a amenĂ© ces Ă©cureuils Ă  l'existence?» Elle Ă©tait assise lĂ  Ă  sa table. Et sa mĂšre, la sƓur Wright, (voici frĂšre Wright), elle Ă©tait assise lĂ . Combien sont ici ce matin qui Ă©taient Ă  table lĂ ? Levez la main. Eh bien, les voilĂ , partout dans la salle. Voyez-vous? TrĂšs bien, ils Ă©taient lĂ . J'ai dit: «Un jour... » Leur petite sƓur estropiĂ©e Ă©tait assise lĂ ...
172         J'ai dit: «Cela doit venir par une vision, et ainsi de suite, mais un jour ça sera diffĂ©rent.» Je parlais comme cela, tout d'un coup, quelque chose a oint cela. Laissez cela Ă  ces gens... Je n'ai jamais senti une telle onction. Pourquoi? Parce que Hattie a dit la chose correcte.
173         J'ai demandĂ©: «D'oĂč venaient ces Ă©cureuils? Il n'y en avait aucun lĂ , il n'y avait mĂȘme pas d'endroit oĂč ils pouvaient ĂȘtre, c'Ă©tait juste comme sur un poteau tĂ©lĂ©phonique, lĂ . Et j'ai vu cela se produire huit fois de suite.» Et j'ai dit: «Je ne sais d'oĂč ils viennent.» J'ai dit: «Je sais une seule chose: une fois, Dieu a essayĂ© de confirmer un message Ă  Abraham, et Il a amenĂ© un bĂ©lier Ă  l'existence par la parole, car il avait besoin d'un bĂ©lier pour confirmer cela. Il a fallu que j'aie besoin d'un Ă©cureuil pour que je puisse le crĂ©er par la Parole. Et il a fait cela huit fois de suite ou plutĂŽt sept fois de suite, sept fois de suite.» Et j'ai dit...
174         Et, Hattie... peut-ĂȘtre que je ne connaissais pas ce qu'elle disait. Regardez comment cela est passĂ© Ă  cĂŽtĂ© des riches et des hautains. Regardez comment cela est passĂ© Ă  cĂŽtĂ© de tout, c'est venu chez une pauvre petite vieille femme de la campagne, lĂ -bas.
175         Et j'avais 20 dollars dans ma poche pour les remettre Ă  cette femme, car elle avait promis qu'elle donnerait 50 dollars pour la construction de cette nouvelle Ă©glise. Et je ne dis pas ceci pour l'embarrasser; Ă  vrai dire elle n'avait pas les moyens pour disposer de 50 cents, Ă  donner. Mais comme son cƓur est dans le message, elle voulait bien donner. Je crois que frĂšre Neville avait acceptĂ© cela, qu'il ne prendrait pas le reste de cela, pour la laisser simplement donner 20 dollars sur ce montant. Et j'avais deux billets de dix dollars dans ma poche. Meda me les avait donnĂ©s pour faire des provisions;  j'ai dit: «Je vais les lui rendre aujourd'hui.»
176         Alors, j'ai pensĂ©... Quelque Chose m'a parlĂ© en ces termes: «JĂ©sus a vu cette veuve mettre ses trois piĂšces de monnaie et Il ne les lui a jamais rendues.» Il l'a laissĂ©e donner parce qu'il avait quelque chose de plus grand sur le chemin.
177         Je ne savais guĂšre qu'il me parlait de la mĂȘme maniĂšre d'une veuve, qui n'avait pas de mari. Son mari avait Ă©tĂ© tuĂ©. Je ne sais pas non plus que c'Ă©tait Le mĂȘme [JĂ©sus], alors j'ai dit: «Alors, je vais simplement garder les vingt dollars; tu as quelque chose d'autre pour elle.»
178         J'ai dit: «Tout ce que je sais, est que JĂ©hovah est toujours JĂ©hovah-JirĂ©. Il est capable de pourvoir Ă  un sacrifice.»
179         Et Hattie, ne comprenant pas ce qu'elle disait, s'est levĂ©e et a dit: «Ce n'est rien d'autre que la vĂ©ritĂ©, FrĂšre Branham.» Oh! la la! C'Ă©tait la chose qu'il fallait dire. C'Ă©tait la chose appropriĂ©e qu'il fallait dire.
180         A ce moment-lĂ , la puissance de Dieu a frappĂ© cet endroit-lĂ ; je n'ai jamais senti une telle onction. Quand cela est arrivĂ©, j'ai dit: «Hattie, AINSI DIT LE SEIGNEUR, demande ce que tu veux. Peu m'importe ce que c'est; Dieu m'a donnĂ© l'autoritĂ© de te donner le dĂ©sir de ton cƓur maintenant-mĂȘme. Si tu demandes un million de dollars, tu peux les avoir. Demande que cette petite fille estropiĂ©e se lĂšve et marche, cela va lui arriver. Demande n'importe quoi.»
Elle a dit: «Que puis-je demander, FrÚre Branham?»
181         J'ai dit: «Tout ce que tu dĂ©sires, car c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR.» Oh! Quel sentiment!
182         Elle a regardĂ© tout autour. Son pĂšre ĂągĂ©, aux cheveux grisonnants, qui Ă©tait presque ramenĂ© d'entre les morts, Ă©tait lĂ . Sa mĂšre ĂągĂ©e, maladive, Ă©tait lĂ . Et sa petite sƓur, estropiĂ©e, Ă©tait assise lĂ .
183         Mais elle a choisi la chose juste. Elle avait deux garçons adolescents qui Ă©taient dans cet Ăąge-lĂ  d'irrĂ©flexion. Son prĂ©cieux mari Ă©tait dĂ©jĂ  parti dans la gloire; elle Ă©tait une chrĂ©tienne qui attendait. Mais ses fils n'Ă©taient pas des chrĂ©tiens. Elle a dit: «Les Ăąmes de mes deux fils.» Que Dieu bĂ©nisse son cƓur.
184         J'ai dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, tu les as.»
185         Et les voici, ils sont lĂ , baptisĂ©s dans la foi. On me le disait l'autre soir. MĂȘme ce tout petit garçon lavait les pieds lĂ , il avait les mains posĂ©es sur la tĂȘte de frĂšre Neville, et il priait pour lui pendant que celui-ci faisait le lavage des pieds.
186         Ces deux petits garçons sont probablement assis ici, dans la rĂ©union quelque part ce matin. Sont-ils lĂ , Hattie? Sont-ils ici avec vous? [La sƓur Hattie dit: «Ils sont lĂ  derriĂšre.» - N.D.E.] LĂ  derriĂšre, lĂ  au fond. OĂč ĂȘtes-vous, jeunes gens? Levez la main. OĂč sont ces deux garçons? Les voilĂ , ils sont debout lĂ  au fond. Que Dieu vous bĂ©nisse. TrĂšs bien. VoilĂ .
187         Eh bien, qu'est-ce qui est arrivĂ©? Cette mĂȘme chose, peu importe ce qu'elle allait... arriverait; ce qu'elle aurait demandĂ©, elle aurait pu recevoir cela. Elle aurait pu recevoir cela.
188         Maintenant, je dĂ©sire voir cela se produire. Cela va dĂ©pendre de l'attitude des gens vis-Ă -vis du Message. Voyez comment elle a dit cela? Elle a dit la chose juste. C'est ce que vous dites qui accomplit la chose. Ce que vous dites...
189         ConsidĂ©rez cette femme syrophĂ©nicienne quand elle est venue auprĂšs de JĂ©sus. Elle a dit: «Seigneur, ma fille est cruellement tour - tourmentĂ©e par un dĂ©mon. O Toi, Fils de David, viens et guĂ©ris-la.»
190         Il a dit: «Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants et de le donner Ă  vous, les chiens.»
191         Fiou ! Que serait-il arrivĂ© s’Il avait dit cela Ă  certains d’entre nous? Nous aurions dit: «Vous me traitez de chien? Hein!» Cela ne voulait rien dire pour elle de toute façon! «La grande Ă©glise a raison. Il n'est rien qu'un saint exaltĂ©. Il n'est rien qu'un BĂ©elzĂ©bul.» Nous aurions adoptĂ© cette attitude-lĂ , mais pas elle.
192         Elle a dit: «C'est vrai, Seigneur. Tu as tout Ă  fait raison. Mais les chiens veulent manger les miettes sous la table des enfants.»
193         Cela L'avait touchĂ©. Il a dit: «A cause de cette parole, le dĂ©mon a quittĂ© ta fille. A cause de cette parole!»
194         Cela dĂ©pend de votre attitude, mes amis. Ne l'a-t-Il pas dit? Vous devez croire cela, mes amis. Ne me croyez pas, moi, je suis un homme; mais croyez ce que je vous dis; croyez le Message. Si vous ne croyez pas au messager, croyez le Message. Si un homme marchait lĂ  dans la salle avec un tĂ©lĂ©gramme, peu importe comment il est ou qui il Ă©tait, grand ou petit, vous croyez ce qui est sur le tĂ©lĂ©gramme, non pas l'homme. Dieu m'a envoyĂ© pour vous le dire. J'ai un Message. Dieu m'a envoyĂ© pour vous dire qu'il est ressuscitĂ© des morts, qu'il est ici ce matin. Il a prouvĂ© cela par des miracles et des prodiges qu'il est ici et que chacun de vous peut ĂȘtre guĂ©ri de sa maladie si seulement il affiche une attitude correcte en venant. Faites-le, s'il vous plaĂźt, pendant que nous chantons Crois seulement.
195         Maintenant, que ceux pour qui on va prier viennent juste ici et forment une ligne par ici. Eh bien, ne venez pas Ă  moins que vous croyiez de tout votre cƓur.
196         PrĂ©cieux Seigneur, voici l'heure. Je Te prie de guĂ©rir ces gens, Seigneur et de sanctifier cette huile. Reçois-en la gloire, PĂšre. Nous envoyons ceci au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
197         Je me demande si nous pouvons demander Ă  ces gens qui sont debout de ce cĂŽtĂ©-ci, s'il y a moyen qu'ils puissent laisser un peu d'espace par ici, afin que nous puissions faire passer les gens, si c'est possible. Juste par ici pour sortir par lĂ . Alors, ils peuvent tous venir par ici, juste dans la ligne pour former une ligne qui sortira par lĂ .
198         Quelque chose doit se produire, FrĂšre Neville. [FrĂšre Neville dit: «Amen. C'est en train d'arriver maintenant mĂȘme. Gloire au Seigneur! JĂ©sus est ici. Oui. Chacun d'eux est guĂ©ri par la puissance de Dieu.» - N.D.E.] Amen.
199         [FrĂšre Branham parle Ă  quelqu'un au sujet de l'ordre pour la ligne de priĂšre - N.D.E.] Vous dites? Juste... Pas plus, juste lĂ  de l'autre cĂŽtĂ©. FrĂšre Neville ici et moi, nous allons prier pour ceux qui sont lĂ  au bout. On ne peut donc pas les faire passer par ici, parce que si vous le faites, vous allez... Un instant.
200         Laissez-moi maintenant parler Ă  1'audience qui attend. Ça, c'est la Parole de Dieu, j'ai vĂ©cu par Elle et je mourrai par Elle, par la grĂące, et avec l'aide de Dieu. Dieu est mon juge solennel, je vous ai dit la vĂ©ritĂ©. J'ai vu... et toutes ces choses s'y accordent, mĂȘme l'histoire du petit poisson qui a Ă©tĂ© ressuscitĂ© lĂ -bas. Avez-vous entendu parler de cette histoire? Il y a des hommes qui sont assis juste lĂ  derriĂšre, deux, qui Ă©taient lĂ  quand cela s'est produit; j'avais annoncĂ© cela un jour avant que cela n'arrive. Eh bien, comment puis-je vous dire ces choses qui sont... Vous voyez? Un de ces soirs, j'aimerais prĂȘcher sur - sur le Contrepoids. Un homme peut vous dire une chose et continuer Ă  construire comme cela, mais s'il n'y a pas d'Ecriture pour contrebalancer cela, ça finira par tomber. Si ce discernement, ces visions et les choses dont je vous ai parlĂ©, si cela n'Ă©tait pas la vĂ©ritĂ©... La premiĂšre chose, il y a une Bible pour soutenir cela et le Saint-Esprit est lĂ  pour prouver que j'ai dit la vĂ©ritĂ©.
201         Maintenant, ça fait environ quatorze ans que je suis dans le champ de mission, j'ai affrontĂ© toutes sortes de critiqueurs possibles, des gens instruits, des gens intelligents, toute autre chose, pas une seule fois ils n’ont pu...
202         Savez-vous donc ce qu’ils ont dit? Vous 1’avez entendu ici. Ils disent que les gens dans l'assistance se promĂšnent et se parlent les uns aux autres. D'abord ils ont dit que c'Ă©tait les gens de mon Ă©glise qui vont lĂ  pour passer. Alors ils ne pouvaient pas comprendre cela; les gens sont trop nombreux.
203         La chose suivante, ils ont dit que cela serait... comme les frĂšres qui vont avec moi, ils se tiennent lĂ  derriĂšre et disent: «Cet homme a une bonne ouĂŻe.»
204         Et puis, ils disaient que Billy Paul... Billy Paul venait et - et - et montait lĂ  et lisait sur la carte ce que les gens disaient. S'il y avait un problĂšme d'oreille, il disait: «Ses oreilles» ou «son estomac.»
205         Comment cela a-t-il donc pu opĂ©rer sur ceux qui sont lĂ  sans carte de priĂšre? Comment cela peut-Il donc prĂ©dire des choses et cela arrive parfaitement? Comment est-ce possible? Cela est impossible. Quiconque a son bon sens le sait.
206         Les gens ont dit la mĂȘme chose au sujet de JĂ©sus, quand Philippe Ă©tait allĂ© appeler NathanaĂ«l. «Il Ă©tait un ami de JĂ©sus.» Ils ont dit: «Certainement qu'il a tout dit Ă  JĂ©sus, qu’il viendrait aprĂšs lui. »
207         Et alors ces disciples ont dit... ou plutĂŽt ces disciples de la grande Ă©glise ont dit: «Cet homme est BĂ©elzĂ©bul. Il est BĂ©elzĂ©bul. Il est un diseur de bonne aventure.
208         JĂ©sus a dit: «Je vous pardonne pour cela. Mais un jour le Saint-Esprit viendra faire la mĂȘme chose. Une seule parole contre Lui ne sera jamais pardonnĂ©e.»
209         J'ai Ă©tĂ© sincĂšre envers vous, j'ai Ă©tĂ© sincĂšre au possible. Oh! peut-ĂȘtre que j'ai contredit certaines croyances que vous avez dans la petite thĂ©ologie et autre. Mais la raison pour laquelle je fais cela... Paul a dit: «Si un ange du ciel vient et prĂȘche autre chose que ce que dit cette Bible», et ce qu’il a lui-mĂȘme enseignĂ©, «qu'il soit anathĂšme.»
210         Ainsi, je dois suivre exactement ce que dit la Bible. Si la Bible dit: «Il est le mĂȘme hier, et Ă©ternellement,» je crois cela. Tout ce que la Bible dit, c'est exactement ce que je crois. Je le rĂ©pĂšte tel quel. Je n'ai reçu aucune instruction, je n'ai reçu aucune formation. J'ai simplement Ă©coutĂ© le Saint-Esprit et la Bible. Et jusqu'Ă  prĂ©sent, jusqu'Ă  ce matin de PĂąques, ça fait 31 ans, Il ne m'a jamais déçu.
211         Et je vais vous faire part de ce que le Saint-Esprit m'a dit au sujet de ce ministĂšre qui vient, depuis les deux ou trois derniĂšres annĂ©es, et j'ai annoncĂ© cela aux Ă©glises partout. Et le Dieu Tout-Puissant est mon juge, juste ici de ce cotĂ© de Salem, ces Ă©cureuils ont Ă©tĂ© crĂ©Ă©s lĂ  oĂč il n'y avait pas d'Ă©cureuils. On Ă©tait lĂ  avec Charlie, qui est lĂ  derriĂšre, et avec beaucoup d'autres personnes ici au Kentucky, ces Ă©cureuils sont venus lĂ , Ă  des endroits oĂč il n'y en avait pas, j'ai dit lĂ  oĂč ils allaient ĂȘtre. Il y a Tonny, Banks et les autres qui sont assis lĂ . Et ils Ă©taient lĂ  exactement. Je suis directement revenu, et le premier ĂȘtre humain sur qui cela a Ă©tĂ© prononcĂ© c'Ă©tait cette femme qui est assise lĂ , et la chose Ă©tait lĂ . L'autre matin lĂ -bas, quand j'Ă©tais malade, souffrant de la gorge, j'ai vu JĂ©sus debout devant moi et Il m'a dit que le ministĂšre m'Ă©tait dĂ©jĂ  confirmĂ©.
212         Maintenant, ce qui doit arriver, je le ne sais pas. Mais, une chose est que je dois mettre l'autre de cĂŽtĂ©, laisser tomber ceci. C'est tout ce que je sais faire. Qu'on le sache maintenant. Que ce matin, ceci soit gravĂ©, sur un rocher comme l'a dit Job, avec un burin. Je ne sais quoi faire. Tout ce que je sais, c'est simplement avancer. C'est ce qu'il m'a dit. Et Dieu est mon juge; c'est ce qu'il m'a dit.. Je vous ai dit la vĂ©ritĂ©. Et si Dieu a confirmĂ© cela et que je vous ai dit... Et pas une seule fois, personne ne peut pointer du doigt quelque chose qui ait Ă©tĂ© faux. Alors, Ceci donc est aussi vrai. C'est vrai aussi.
213         Maintenant, quand je vais me tenir lĂ  au bout de la ligne, je vais laisser l'ancien, frĂšre Neville, qui est lĂ -bas, un homme pieux, notre pasteur ici, pour oindre les gens. Moi, je vais imposer les mains aux gens parce que la commission de JĂ©sus, aprĂšs la PĂąques Ă©tait: «Allez imposer les mains aux malades et ils seront guĂ©ris.»
214         Je ne sais pas ce qu'il va me dire dans la ligne. Je vais essayer de chercher cette super onction. Je ne sais pas ce qui va arriver. Je ne sais pas. Quoi qu'il en soit, j'agirai simplement tel qu'Il me le dit.
215         Maintenant, venez, venez avec un cƓur rempli. Peu importe s'il vous rĂ©primande, s'il vous dit quelque chose, peu importe ce que c'est, allez chez vous en Le remerciant, vous voyez, parce que l'Ɠuvre est accomplie; c'est une maniĂšre de vous atteindre.
216         Maintenant, frĂšre, avec cette jambe, j'aimerais que vous croyiez cela. Si par tĂ©lĂ©phone, Il a pu vous dĂ©barrasser de cette maladie d'estomac, Il peut certainement vous dĂ©barrasser de cette maladie de jambe ce matin. Maintenant, croyez de tout votre cƓur.
217         Et la dame qui a ce petit enfant et qui avait un problĂšme cardiaque, ne doutez plus. Croyez! Croyez!
218         Maintenant, je veux que tout le monde dans l'Ă©glise prie. Et je vais descendre pour prier. Vous tous, continuez Ă  prier maintenant pendant que je vais parcourir cette ligne de priĂšre, demandant, en imposant simplement les mains aux gens lĂ -bas et en prononçant une bĂ©nĂ©diction sur eux.
219         Et, rappelez-vous, si quelqu'un parmi vous a un pĂ©chĂ© non confessĂ©, sachez-le, Dieu ne vous guĂ©rira jamais avec ce pĂ©chĂ© non confessĂ©. Mettez cela en ordre avant de passer par ici, parce que cela peut vous rendre pire. Voyez- vous?
220         Eh bien, il ne s'agit pas du discernement. Dans le discernement, je dĂ©couvre ces choses. Mais... et ceci n'est pas le discernement; je suis en train de chercher un nouveau ministĂšre. Est-ce que tous, vous comprenez bien? TrĂšs bien. Maintenant, croyez.
Maintenant, prions pendant que nous aurons la tĂȘte inclinĂ©e.
221         Dieu notre PĂšre, mes empreintes digitales sont encore sur cette chaire des heures et des heures aprĂšs, voici maintenant prĂšs de trente ans ou plus, que je me suis tenu ici et partout dans le monde prĂȘchant. Et tu as confirmĂ© l'Evangile que j'ai prĂȘchĂ©, parce que le message vient de Toi. Je ne suis jamais allĂ© dans une Ă©cole, je n'ai jamais consultĂ© quelqu'un, je n'ai fait que lire Ta Parole et attendre de voir ce que l'Esprit dirait et ferait.
222         Et maintenant, Seigneur, Tu connais ce ministĂšre en rapport avec Marc 11.23, et sachant que l'heure est proche, sachant que j'ai fidĂšlement parlĂ© au sujet de ces Ă©cureuils, au sujet de la sƓur Hattie et de ses garçons... Maintenant, PĂšre, et sachant que cette vision m'est apparue lĂ  au lit l'autre matin, celle dans laquelle j'ai vu cette Bible, puis la Croix, et puis Toi... Et j'ai reçu la rĂ©vĂ©lation dans mon esprit comme quoi je dois accepter cela, pace que c'est confirmĂ©.
223         Maintenant, Seigneur, je vais de l'avant ce matin dans mon Ă©glise, pour me tenir ici en ce matin de PĂąques, je prie que Tu m'Ă©lĂšves jusqu'Ă  un nouveau don, plus puissant en faveur du peuple, un don puissant. Pas pour mon salut; en effet, Tu m'as dĂ©jĂ  sauvĂ©, Seigneur. Non pas pour soi-mĂȘme - j'ai rejetĂ© toutes les grandes choses pour Te connaĂźtre Toi. C'est comme Tu me l'as dit lĂ  Ă  ce grand temple l'autre jour: «Je suis ta portion.» Maintenant, Seigneur, laisse-moi ĂȘtre Ta portion, si je peux trouver grĂące auprĂšs de Toi, afin que Ton Esprit entre en moi. Et quand j’imposerai les mains Ă  ces prĂ©cieuses personnes qui souffrent, puisse Ton Esprit, Seigneur, faire le reste du travail. C'est tout ce que je sais faire, Seigneur.
224         Je me rappelle ma commission. Je suis nĂ© pour prier pour les malades. «Si tu amĂšnes les gens Ă  croire et si tu es sincĂšre quand tu pries.» Seigneur, je ne sais comment ĂȘtre plus sincĂšre. Ces gens sont souffrants, Seigneur. Et j'ai souffert, moi-mĂȘme. Je Te prie, ĂŽ Dieu bien-aimĂ©, d'accorder que chacun d'eux soit guĂ©ri.
225         Maintenant, je vais de l'avant, Seigneur, par la foi, comme MoĂŻse s'est avancĂ© vers la mer Rouge. Je me dĂ©place de cette chaire sacrĂ©e, je descends vers cette ligne de priĂšre au Nom de JĂ©sus-Christ. Puisse le Dieu qui m'a donnĂ© ces Ă©cureuils, le Dieu qui a donnĂ© Ă  la sƓur Hattie ces paroles, le Dieu qui m'a permis de les prononcer, qu'il puisse aller avec moi. Je vais au Nom de JĂ©sus-Christ...?...
226         Satan, je condamne. Au Nom de JĂ©sus-Christ, quitte cet enfant. Quitte- le, sors de cet enfant. Va-t-en, et que l'enfant soit guĂ©ri.
227         J'impose les mains Ă  mon frĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, et je condamne la maladie dans son corps. Amen.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, exauce sa requĂȘte. Amen.
228         Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde Ă  la sƓur Ruth sa guĂ©rison. Amen.
229         Je prierai pour l'enfant. Mais je - je suis descendu de cette chaire... OĂč est-ce que vous habitez? [La sƓur dit: «Bloomington.» - N.D.E.] Bloomington, dans Indiana? Ecrivez-moi une lettre au sujet de l'enfant: eh bien, vous avez l'estomac complĂštement gonflĂ© ici. Allez-vous croire, Madame, que c'est vrai? [«Je crois que c'est vrai.» - N.D.E.]
230         Alors, PĂšre, j'impose les mains Ă  cet enfant, et je condamne ce dĂ©mon. Quitte cet enfant. Et puissent les anges l'accompagner partout. Qu'il soit maintenant normal et guĂ©ri.
Ecrivez-moi une lettre dans quelques jours.
231         Voyez-vous ce petit enfant qui est couchĂ© lĂ  et qui louche? Si vous ne doutez plus, vous ramĂšnerez cet enfant et vous le montrerez Ă©tant normal et guĂ©ri.
232         J'impose les mains Ă  cette fille. Puisse-t-elle avoir l'attitude de la femme syrophĂ©nicienne. Qu'elle soit guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ.
Que le cƓur soit guĂ©ri au Nom de JĂ©sus-Christ.
233         Je prononce ces paroles. Elle doit ĂȘtre guĂ©rie. Il ne peut en ĂȘtre autrement. JĂ©sus a dit: «Je peux, si tu crois.» Maintenant, s'il peut faire apparaĂźtre l'Ă©cureuil comme cela, comme Il a fait apparaĂźtre un bĂ©lier une fois, Il peut faire que ce cƓur apparaisse normal et guĂ©ri. Absolument.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, que ce cƓur soit guĂ©ri. Amen.
234         Maintenant, n'est-ce pas simple? C'est simple. Dieu est si simple, avec toute Sa puissance. Maintenant, soyez assez simple pour ne mĂȘme plus y penser Tout ira trĂšs bien.
235         Seigneur, que notre sƓur soit guĂ©rie au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
236         SƓur Daulton? [Conversation non distincte - N.D.T.] Seigneur, eh bien, j'ai prononcĂ© ces paroles, j'ai confessĂ© ĂȘtre sincĂšre au possible devant les gens. Et je leur ai parlĂ©: «Si tu dis Ă  cette montagne : 'Ote-toi de lĂ ', et que tu ne doutes pas, tu peux recevoir ce que tu as dit.» Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette affliction et toutes les maladies que tu as soient ĂŽtĂ©es. Ne doutez pas maintenant. Approchez- vous de Lui maintenant.
237         Seigneur, j'impose les mains Ă  ce petit enfant qui souffre de terribles maux de tĂȘte. Au Nom de JĂ©sus-Christ, que cela soit guĂ©ri. Amen.
238         Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, que cette montagne soit ĂŽtĂ©e de lui et que cela soit guĂ©ri. Que notre frĂšre soit guĂ©ri pour le bien du royaume de Dieu. Amen.
239         Sourd et muet. Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ! Je suis debout et j'ai prĂȘchĂ© jour aprĂšs jour, annĂ©e aprĂšs annĂ©e; de toute ma vie, je n'ai jamais vu un enfant entrer en contact avec Toi, sans que quelque chose arrive! Maintenant, il est sourd d'une oreille, et il a une rupture Ă  l'estomac. Qu'il soit guĂ©ri, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Maintenant, ne doutez pas.
240         Seigneur, Tu connais les afflictions de son corps. Mes mains posĂ©es sur lui, d'un cƓur sincĂšre, qu'il soit guĂ©ri au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
241         La mort se couche Ă  une porte, et la foi Ă  la porte suivante. O Dieu, roule la pierre et laisse la foi prendre le contrĂŽle. Que le cancer la quitte, au Nom de JĂ©sus-Christ.
242         Seigneur, qu'il soit guĂ©ri. Je lui impose les mains. Le Message rĂ©sonne encore au travers des murs. Au Nom de JĂ©sus-Christ, qu'il soit guĂ©ri.
243         Dieu notre PĂšre, j'impose les mains Ă  mon frĂšre. Seigneur, que ça soit Ton Esprit et Ta puissance afin que sa requĂȘte soit exaucĂ©e. Qu'il en soit ainsi, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. C'est terminĂ©.
244         Seigneur, le dĂ©sir de notre frĂšre, c'est d'entrer dans Ta PrĂ©sence pendant qu'il a cette maladie sur lui. Maintenant, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu'il reçoive ce qu'il demande. Amen.
245         Que c'est glorieux. Que le Saint-Esprit vienne sur cet enfant, pour la gloire de Dieu, afin de prendre soin de lui. A cause du Royaume de Dieu, puisse- t-il recevoir cela. Amen.
246         PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu'il en soit ainsi, que notre sƓur soit guĂ©rie et que sa requĂȘte soit exaucĂ©e, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
247         Que cela soit fait. Vous recevrez le Saint-Esprit. Il n'y a pas moyen de vous dĂ©rober, si vous croyez. Obligatoirement. Vous devez Le recevoir parce que Dieu l'a dit. Tenez-vous-en Ă  cela.
Apportez-moi cette petite bĂ©quille-lĂ . Avez-vous besoin d'aide, sƓur?
248         PĂšre cĂ©leste, au Nom de JĂ©sus-Christ, exauce la requĂȘte de notre sƓur. Amen...?...
249         PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, exauce la requĂȘte de notre sƓur. Qu'elle soit guĂ©rie. Amen.
250         Il a appelĂ© un Ă©cureuil Ă  l'existence, et cela sept fois de suite. Il l'a fait pour Hattie lorsqu'elle l'a demandĂ©!
251         Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, exauce la requĂȘte de notre sƓur. C’est Ta Parole. Merci. Et que cela lui soit accordĂ©, PĂšre, par JĂ©sus-Christ. Amen.
252         Tes bien-aimĂ©s? PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde ces...?...
253         Seigneur, Ă  cette petite femme juive... Tu es le Dieu d'Abraham. Accorde- lui ce qu'elle demande au Nom de JĂ©sus-Christ. Qu'il en soit ainsi.
254         Au Nom de JĂ©sus-Christ, ĂŽ Dieu du ciel, exauce sa requĂȘte. Amen.
255         Cette petite fille. Juste comme tu es venue sur l'estrade, pendant que Dieu me disait tout au sujet de ta vie, Il ĂŽtera cette nervositĂ©.
256         Seigneur, je condamne la nervositĂ© dans cette fille. Accorde-lui son dĂ©sir, ce qu'elle cherche, rends-lĂ  vraiment heureuse. Il en sera ainsi, au Nom de JĂ©sus- Christ.
257         O Dieu du ciel, Toi qui as ressuscitĂ© Ton Fils JĂ©sus, dans la rĂ©surrection... nous cĂ©lĂ©brons... puisse-t-elle la cĂ©lĂ©brer ici aujourd'hui. Au Nom de JĂ©sus- Christ. Amen.
258         Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, j'impose les mains Ă  notre sƓur, demandant qu'elle soit guĂ©rie maintenant au Nom de JĂ©sus. Amen.
259         Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, que notre chĂšre sƓur soit guĂ©rie. Amen. La maladie ne peut pas rester lĂ . Elle doit quitter. Certainement. Cela doit quitter.
260         Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre sƓur soit guĂ©rie. Amen. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je guĂ©ris ma sƓur. Amen.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, je guĂ©ris ma sƓur. Amen.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, je guĂ©ris ma sƓur.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, je guĂ©ris ma sƓur.
Au Nom de JĂ©sus-Christ, je lui accorde sa requĂȘte. Amen.
261         Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, je donne Ă  cette petite mĂšre l'objet de sa requĂȘte. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je lui donne l'objet de sa requĂȘte, Seigneur.
Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ, je lui donne l'objet de sa requĂȘte.
262         Satan je te chasse. Au Nom de JĂ©sus-Christ, quitte cette femme.
263         Remerciez-Le pour la promesse qu'il a donnĂ©e. Croyez-vous cela? [Le frĂšre dit: «Amen.»] Vous serez guĂ©ri.[«Gloire au Seigneur!»] Maintenant, vous allez donc bien vous porter. Croyez-le.
264         O Dieu, au Nom de JĂ©sus-Christ, je donne Ă  cette sƓur Griffith sa guĂ©rison. Amen.
265         Au Nom de JĂ©sus-Christ, je donne Ă  cette sƓur sa guĂ©rison. Amen.
266         Au Nom de JĂ©sus-Christ, sƓur, je te donne ta guĂ©rison. Amen.
267         J'ai confiance en Dieu, je ne fais pas d'erreur. Accorde-le par la foi. Qu'il en soit ainsi.
268         TrĂšs bien. Vous croyez que Dieu me donne la force de guĂ©rir votre maladie de cƓur? Le croyez-vous? Vous croyez l'histoire que je viens de vous raconter? De tout votre cƓur? Alors, je vous donne alors votre guĂ©rison. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je vous donne votre guĂ©rison. Amen.
269         Comment s'appelle cette femme qui vient de passer lĂ ? Est-ce que vous habitez quelque part ici dans ces parages? Rappelez-vous que vous ĂȘtes guĂ©rie! C'est aussi vrai que je me tiens ici.
270         PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, accorde-lui, je prie, son besoin. Qu'il en soit ainsi. Amen.
271         PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, qu'elle reçoive sa guĂ©rison. Amen.
272         Par la grĂące de Dieu, par un don Divin, je vous donne votre guĂ©rison. Je chasse ce dĂ©mon.
273         O Seigneur, CrĂ©ateur des cieux et de la terre, donne Ă  cette sƓur Rose Austin, sa guĂ©rison, Seigneur, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. C'est cela, sƓur Rose, allez et croyez.
274         Seigneur, donne Ă  notre sƓur sa guĂ©rison, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
275         [FrĂšre Branham parle avec quelqu'un - N.D.E.] Croyez-vous? Alors, je vous donne au Nom de JĂ©sus-Christ l'objet de votre requĂȘte. Dieu la guĂ©rira.
276         Qu’il en soit ainsi, Seigneur, afin que son frĂšre soit guĂ©ri, physiquement et spirituellement, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
Que ceci soit l'heure de votre délivrance.
277         Seigneur, j'impose les mains Ă  cette... alors qu'elle est tout Ă  fait dĂ©sespĂ©rĂ©e, avec les mĂ©decins ou n'importe quel remĂšde de la mĂ©decine, mais non pas de Toi, le Christ ressuscitĂ©. Au Nom de JĂ©sus, soit guĂ©rie. Amen.
[Frùre Branham parle à une sƓur - N.D.E.]
278         Seigneur donne Ă  notre sƓur...?... Ecoute attentivement sa requĂȘte, prĂȘte attention Ă  chaque parole qu'elle a dite. C'est pour le Royaume. Je Te prie de le lui accorder au Nom de JĂ©sus.
[Une sƓur parle à frùre Branham - N.D.E.]
279         Seigneur, comme Ton serviteur, Ă©coute cette mĂšre pleurer Ă  cause de son enfant, je condamne ce dĂ©mon qui a fait cela.
280         Et sur base la confession de foi de la femme, je chasse ce dĂ©mon.Tu ne pourras plus rendre cet enfant estropiĂ©. Qu'il soit guĂ©ri au Nom de JĂ©sus. Amen.
Elle sera guĂ©rie, sƓur. Ne doutez pas de cela le moins du monde. Que Dieu vous bĂ©nisse, frĂšre. C'est votre enfant?
Puisse-t-il recevoir le Saint-Esprit!
281         Veuillez amener l'enfant quelque part et l'Ă©couter juste pendant quelques minutes; je crois que quelque chose est arrivĂ© Ă  l'enfant [Paroles non audibles - N.D.E.]
282         Au Nom de JĂ©sus-Christ, que notre frĂšre reçoive sa guĂ©rison.
283         Qu'il soit rempli du Saint-Esprit. Seigneur, puisse la puissance du Dieu Tout-Puissant condamner l'affliction dans son corps, et le remplir du Saint-Esprit. Voici l'heure et le moment. Au Nom de JĂ©sus-Christ, je le lui donne. Amen.
284         Le sucre est parti. Vous avez reçu le Saint-Esprit. Cette maladie vous a quittĂ© pour toute votre vie. Croyez-vous que cela vous a quittĂ© et que vous n'avez plus cette maladie - cette maladie, et que vous ĂȘtes redevenu normal?
285         Cet enfant? Vous ĂȘtes manchot. Si j'avais... Si j'avais en moi-mĂȘme la force ... Voyez-vous? Mais je crois que Dieu va m'aider Ă  avoir la foi pour cela. Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir. Me croyez-vous? Croyez-vous l'histoire des Ă©cureuils? Le croyez-vous? Croyez-vous que c'est possible, que ce matin, Dieu guĂ©risse votre corps, et que vous pouvez encore marcher, et marcher comme vous l'auriez dĂ» auparavant? Quelque chose est arrivĂ© lĂ  Ă  votre naissance, quelque chose qui a interrompu un peu quelque chose, et vous n'avez pas grandi comme il le faut. C'est comme un membre qui grandit sur un autre membre, qui le maintient simplement en dessous. Si ce membre peut se dĂ©tacher de cet autre membre, ça va se redresser et sera droit. Voyez-vous? Est-ce vrai? C'est une malĂ©diction. Si cette malĂ©diction peut quitter, alors vous serez guĂ©rie. Voyez-vous?
286         Seigneur, je suis en train de me demander ce qu'il en serait, si c'Ă©tait mon enfant. En effet, c'est mon devoir. Par la foi, j'ĂŽte cette malĂ©diction au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
287         Seigneur, je lui impose les mains et je demande sa guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
288         Dieu notre PĂšre, au Nom de JĂ©sus-Christ, j'impose les mains Ă  cette femme souffrante pour sa guĂ©rison. Amen. SƓur Nash, Dieu t'a guĂ©rie d'un cancer, il y a quelques annĂ©es.
289         Seigneur, donne Ă  la sƓur Nash l'objet de sa requĂȘte. Comme Ton serviteur, je le demande; ça se fera. C'est ça la rĂ©ponse. Au Nom de JĂ©sus-Christ, donne Ă  notre sƓur l'objet de sa requĂȘte. Amen.
290         [Un frĂšre et une sƓur parlent avec frĂšre Branham - N.D.E.] Merci, frĂšre et sƓur, je suis heureux que vous ayez pu prier. Que Dieu vous accorde cela. Quel temps merveilleux, les vĂŽtres se sont rassemblĂ©s lĂ  quand j’étais lĂ . Etiez-vous heureux lorsque j'Ă©tais lĂ ? Eh bien, croyez-vous aux choses que vous avez entendues?
291         Seigneur, comme il rentre vers son peuple de l'autre cĂŽtĂ© de la mer, puisse-t-il aller Ă©tant rempli de la puissance de Dieu, guĂ©ri et que chaque requĂȘte qu'il a prĂ©sentĂ©e trouve une solution. Puisse-t-il aller et recevoir cela, au Nom de JĂ©sus-Christ. Ça sera fait.
292         Au Nom de JĂ©sus-Christ, le Fils de Dieu, que notre sƓur reçoive l'objet de sa requĂȘte.
293         Seigneur, exauce la requĂȘte de notre sƓur. Que sa maladie cesse Ă  l'instant mĂȘme par la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ. Amen. Soeur, ça doit cesser; ça doit simplement cesser.
294         [Une sƓur parle Ă  frĂšre Branham - N.D.E.] Vous voulez que ceci soit rĂ©pĂ©tĂ© dans l'Evangile?
295         Seigneur Dieu, comme cette jeune femme se tient ici, non pas pour des motifs Ă©goĂŻstes, elle prie pour son frĂšre qui a une infection dans le sang. Je lui donne l'objet de sa requĂȘte. Par une commission qui m'a Ă©tĂ© donnĂ©e par un ange et par une vision de JĂ©sus-Christ, il y a quelques semaines dans ma chambre, je donne Ă  cette fille l'objet de sa requĂȘte. Amen.
296         Cela doit arriver. Vous habitez tout prĂšs d'ici? A Memphis, dans le Tennessee. Ecrivez-moi une lettre. Votre requĂȘte sera exaucĂ©e.
297         FrĂšre Grimsley. [Le frĂšre parle Ă  frĂšre Branham - N.D.E.] Que Dieu vous bĂ©nisse, FrĂšre Grimsley.
298         Seigneur, nous pouvons nous rappeler combien ce frĂšre vient de loin et la fosse d'oĂč il a Ă©tĂ© taillĂ©; il a besoin davantage de Ton Esprit, Seigneur. Je lui donne cela, au Nom de JĂ©sus-Christ. Voyant ses Ɠuvres du passĂ©, et voyant qu'il a essayĂ© de Te suivre, alors, par la puissance d'une commission qui m'a Ă©tĂ© donnĂ©e par JĂ©sus-Christ et confirmĂ©e par un ange et une vision, je donne Ă  frĂšre Grimsley son dĂ©sir. Remplis-le pleinement de la foi, qu'il ait une marche plus intime.
299         Et si je vous demandais pourquoi vous voulez ĂȘtre guĂ©ri? Est-ce pour le Royaume de Dieu? Croyez-vous ce que j'ai dit au sujet des Ă©cureuils et tout? Croyez-vous que c'est la vĂ©ritĂ©? Alors, Il me donne ce que je dis Ă  cette montagne... [InterfĂ©rence des sons sur la bande - N.D.E.] Vous n'en aurez pas d'autre. Vous n'aurez plus cette maladie, non plus et vous serez tous deux guĂ©ris.
300         Je lui donne ce qu'elle demande dans sa requĂȘte, au Nom de JĂ©sus- Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse...?...
301         Dieu notre PĂšre, accorde Ă  notre sƓur ici prĂ©sente, l'objet de sa requĂȘte au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
302         Dieu notre PĂšre, comme cette femme passe, je Te prie d'exaucer sa requĂȘte, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
303         Et au Nom de JĂ©sus-Christ, je donne Ă  cette femme l'objet de sa requĂȘte. Amen. Ne doutez pas.
304         [Une sƓur parle avec frĂšre Branham - N.D.E.] Croyez-vous que vous allez recevoir cela? Alors, je vous donne l'objet de votre requĂȘte, par la puissance qui m'a Ă©tĂ© donnĂ©e par une commission de JĂ©sus-Christ, Son Fils. Vous pouvez vous en aller. Dieu sera avec vous.
305         FrĂšre Fred, que pouvons-nous faire? [FrĂšre Sothmann parle avec frĂšre Branham - N.D.E.] FrĂšre Freddie Sothmann, je condamne ce poison qui est dans ton corps. Que cela te quitte, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.
306         FrĂšre Collins. [FrĂšre Collins parle avec frĂšre Branham - N.D.E.]
307         Seigneur, ce prĂ©cieux frĂšre cherche le baptĂȘme du Saint-Esprit. Seigneur, avec tout ce qui est en moi, je prononce cette bĂ©nĂ©diction sur mon frĂšre Collins. Que le Saint-Esprit vienne sur lui et qu'il soit rempli du Saint-Esprit! Amen.
308         FrĂšre Collins, tu dois Le recevoir. Il doit venir. Dieu nous teste simplement.
309         Seigneur, accorde-lui l'objet de sa requĂȘte. Puissent-ils Te servir lui et sa famille, de tout leur cƓur.
310         O Dieu, accorde Ă  notre sƓur l'objet de sa requĂȘte. Pour tout ce qu'elle a demandĂ©, qu'elle reçoive cela, par JĂ©sus-Christ notre Seigneur. Amen.
311         Seigneur, donne Ă  ce frĂšre la force d'aider son Ă©glise. Que cela lui soit accordĂ©. Je lui donne cette force par JĂ©sus-Christ. Amen.
312         [Une sƓur parle avec frĂšre Branham - N.D.E.] SƓur, c'est une chose terrible que vous avez, la nervositĂ©. Croyez-vous que ce que je vous dis est vrai? Croyez-vous? Non seulement cela, mais croyez-vous ceci? Alors, je vous donne votre guĂ©rison au Nom de JĂ©sus-Christ. Cela se fera. Votre nervositĂ© vous a quittĂ©e.
313         [Un frĂšre parle avec frĂšre Branham - N.D.E.] Cela est tout Ă  fait remarquable sur toi.
314         Seigneur Dieu, pour mon prĂ©cieux petit frĂšre que voici, la profondeur et les profondeurs de son esprit appellent comme la profondeur qui appelle la profondeur. Il a besoin du Saint-Esprit. Il a respectĂ© Ton service, Seigneur, de toutes les maniĂšres possibles. Par la puissance du Saint-Esprit, puisse Cela venir sur mon frĂšre et qu'il soit rempli de la puissance et de la grĂące de Dieu, du Saint- Esprit. Reçois-le, alors que je l'abandonne dans les...
EN HAUT