ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LE SCEAU DE DIEU de William Branham a été prêchée 54-0514 La durée est de: 1 heure 51 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

LE SCEAU DE DIEU

1.         ‚Ķr√©veil‚Ķ juste du genre √† l'ancienne mode, que nous avions il y a plusieurs ann√©es, et nous en sommes tr√®s reconnaissant. Et j'appr√©cie ce cantique extra, tous les cantiques, et ces cantiques sp√©ciaux. " J'ai parcouru le dernier kilom√®tre du chemin ; le repos √† la fin de la journ√©e. " C'est l√† , peut-√™tre, que l'on est juste assis ici, pendant que l'on chantait cela, regardant l√† dehors et voyant le coucher du soleil ; les oiseaux chantant tout doucement et lentement, tout est pratiquement fini maintenant, ils vont se reposer pour se r√©veiller demain matin pour un nouveau jour.

2.         Et c'est ainsi avec la vie ; des jours ouvrables passeront bient√īt, et nous nous √©tendrons sur nos lits. Ce jour-l√† j'aimerais Lui parler, juste Lui parler. Ramasser mes habits autour de moi et entrer dans cette chambre-l√†.

3.         Sachant ceci, comme saint Paul d'autrefois l'a dit : " Je Le connais dans la puissance de Sa r√©surrection. " Et, quand Il appellera √† sortir d'entre les morts, Je serai appel√© √† sortir avec eux. " Je Le connais dans la puissance de Sa r√©surrection. " Non pas Le conna√ģtre  en paroles ou en actes, mais Le conna√ģtre dans la puissance de Sa r√©surrection. C'est l'un de grands espoirs que  nous, nous avons ce soir ; et c'est l'unique espoir que nous avons, c'est dans le‚Ķ cette glorieuse r√©surrection de notre Seigneur J√©sus , et dans la r√©surrection pr√©liminaire que nous avons maintenant en passant de la mort √† la Vie, en ayant la Vie Eternelle par J√©sus-Christ.

4.         Attendant, une attente glorieuse de toute la nature, jusqu'au jour o√Ļ Il viendra des Cieux pour la seconde fois, Celui que Dieu enverra au temps marqu√©. Et alors, ces corps mortels dans lesquels nous g√©missons maintenant, rev√™tiront l'immortalit√© : " Nous serons chang√©s et transform√©s en l'image de Son propre corps glorieux, car nous Le verrons tel qu'Il est. "

Alors, le p√©ch√©  et le chagrin, le p√©ch√© et la mort de ce monde sombre cesseront, dans ce glorieux r√®gne de paix avec J√©sus pendant mille ans.

5.         Les oiseaux attendent cela. Les arbres attendent cela. La nature enti√®re se tord et g√©mit, attendant ce temps-l√†, soupirant d'√™tre rev√™tue.

6.         Il y a quelque temps, ma fillette m'a pos√© une question. Elle a dit:" Papa, comment √©tait cette terre apr√®s que l'Dieu avait termin√©e. "

7.         J'ai r√©pondu : " C'√©tait beau, ch√©rie. C'√©tait beau. " Et j'ai dit : " Un jour, elle redeviendra comme cela, quand la mal√©diction aura √©t√© √īt√©e. Et alors, nous allons‚Ķ elle sera comme c'√©tait au commencement, un grand paradis de Dieu.

8.         Maintenant, tout droit au travail. Eh bien, je pensais la premi√®re soir√©e‚Ķ  Ceci est la troisi√®me soir√©e de notre petit r√©veil. Et nous n'avons pas eu une campagne de gu√©rison. C'est juste pour nous d√©tendre, juste pour exprimer nos sentiments, et enseigner l'Evangile √† l'ancienne mode, le m√™me Evangile que j'avais enseign√© ici il y a plusieurs,  plusieurs ann√©es, je n'ai rien chang√©. C'est vrai, exactement le m√™me Evangile, rien de modifi√© ni de retravaill√© ; c'est exactement le m√™me Evangile.

9.         Dans des r√©unions ailleurs, comme c'est interd√©nominationnel, comme c'est dans des auditoriums et que beaucoup de gens de  diff√©rentes d√©nominations se rassemblent, on s'abstient un peu de la doctrine, de tout sauf de la gu√©rison divine, et, √©videmment, le fait de recevoir le Seigneur J√©sus. Mais quand on est chez soi, comme cette √©glise-ci o√Ļ on est chez soi, vous avez simplement envie d'enlever votre  col et de simplement pr√™cher ce que vous pensez √™tre correct, et c'est √ßa.

10.       Et souvent, l√†-dessus, nous avons souvent des gens qui sont en d√©saccord. Nous ne pouvons pas nous attendre √† ce que tout le monde soit en accord avec nous sur les doctrines de l'√©glise, que nous avons, et tout. Mais nous avons‚Ķ Peut-√™tre que ce serait la m√™me chose si votre pasteur pr√™chait, n√©anmoins il resterait toujours mon fr√®re. Donc, ne tenez pas compte de cela. Et chacun  voit  diff√©remment.

11.       Et  cette semaine-ci, √©tant donn√© que J'ai d√Ľ annuler une semaine au Canada, √† cause des temp√™tes de neige, eh bien, cela m'accorde le privil√®ge de venir ici, au tabernacle, pour quelques soir√©es de r√©veil, lesquelles j'avais promises √† mon d√©part. Et j'avais annonc√© qu'il n'y aurait pas‚Ķ pas un service de gu√©rison ; simplement pr√™cher l'Evangile. Juste‚Ķ Et l√†-dessus, je trouve‚Ķ  Je pensais peut-√™tre que nous consacrerions quelques soir√©es sur les sept √Ęges de l'Eglise. En effet, je crois vraiment que nous vivons dans le dernier √Ęge de l'Eglise, le dernier jour, juste avant la Venue du Seigneur J√©sus.

12.       J'essaie toujours de peser mes paroles, la petite √©glise ici, dans tout ce que je dis, parce que, comme vous le savez, le bon Seigneur du Ciel m'a aussi donn√© un tout petit minist√®re ayant un c√īt√© surnaturel. Et les gens s'accrochent √† votre parole, et - et alors, je - je dois faire tr√®s attention aux d√©clarations que je fais.  En effet, si le Saint-Esprit m'a accord√© ce pouvoir d'avoir des visions et le discernement, ce qui est incontestable, et  que les gens vous entendent parler, ils pensent que vous avez une certaine conception de ce dont vous parlez, sinon Dieu ne b√©nirait jamais une erreur et ne  r√©pandrait pas cela comme √ßa. Voyez-vous ? Ainsi donc, vous devez faire tr√®s attention, peser cela √† la lumi√®re de la Parole, tout le temps. Et √† propos, si je commets une erreur, que Dieu me pardonne, c'est ma pri√®re, car je ne le fais pas intentionnellement. Et je‚Ķ

13.       Et √† n'importe quel moment, pendant qu'on enseigne, et surtout sur ces sujets profonds que nous abordons maintenant, et hier soir c'√©tait sur La Marque de la b√™te, et des sujets comme cela, et ce soir sur le Sceau de Dieu, la Marque de Dieu et les autres comme cela‚Ķ je pense, peut-√™tre que j'aurais beaucoup qui seraient en d√©saccord l√†-dessus, avec ce que moi j'enseigne l√†-dessus. Mais j'essaie de faire cela juste comme‚Ķ non pas en dirigeant cela contre une quelconque √©glise, une quelconque d√©nomination, ni contre qui que ce soit, pas du tout. Dieu sait cela. Je L'apporte suivant la Lumi√®re que j'ai l√†-dessus.

14.       Et il n'y a aucune √©glise qui mentionne le Nom du Seigneur J√©sus, que je n'aime pas. Il n'y a personne qui peut mentionner Son Nom ou qui peut avoir du respect pour Lui, aupr√®s de qui je manquerai d'aller, au risque de ma vie, faire quoi que ce soit pour elle. C'est vrai. Peu importe la marque de la religion  qu'ils portent, qu'elle soit m√©thodiste, baptiste, catholique, quoi qu'elle puisse √™tre, cela ne vaudra pas deux sous pour moi. C'est vrai. Tant qu'ils ont du respect pour mon Seigneur.

15.       Mais, maintenant, il y a un mod√®le. Et maintenant, chaque √©glise enseigne peut √™tre, sa th√©ologie, celle de cette √©glise-l√†, croyant que cela est fond√© sur un mod√®le. Eh bien, l√†,  souvent,   en voyant ces choses, elles ne sont pas exactement tels que je les lis dans le mod√®le. Alors, j'ai donc le droit, dans ma propre √©glise, de pr√©senter ce que je pense √™tre vrai.

16.       Il y'a quelque temps  un entrepreneur‚Ķ  J'√©tais √† Milltown, √† l'Eglise baptiste de Milltown, l√† o√Ļ nous tenions un r√©veil. Fr√®re Wright ainsi que vous tous, je pense, vous vous souvenez de Marion Lee. [Fr√®re George Wright dit : " Amen." - N.D.E] Et il √©tait embrouill√© au sujet de quelque chose que j'enseignais sur le bapt√™me d'eau. Eh bien, il est rentr√© chez lui, et il √©tait embrouill√© √† ce sujet. Et c'√©tait un entrepreneur.

17.       Cette nuit-l√†, il a eu un songe. Le Seigneur lui a montr√© qu'il √©tait en train de construire une maison, et qu'il devait poser une fen√™tre en saillie. Et alors, au lieu d'y installer une fen√™tre en saillie, il a simplement mis une v√©randa, il a dit : "√áa sera en ordre. " Et quand le ma√ģtre de l'ouvrage est arriv√©, celui-ci a dit : "D√©truisez cela jusqu'√† la fondation, recommencez. "

18.       On lui avait donc appris autre chose que ce que la Bible enseignait, il a alors dit : "Je ferais tout aussi mieux de d√©molir la fondation et de  reconstruire cela. " Cette nuit-l√†, j'√©tais all√© avec lui chez lui, nous avons pass√© toute la nuit chez lui. Ainsi donc, nous‚Ķ

19.       C'est vrai. Cela doit √™tre expos√©. Et, quant √† enseigner ces sujets, je ne suis pas un enseignant. Mais ce que je sais l√†-dessus, j'aime l'expliquer aux autres, et avoir communion autour de la Parole, pendant que le Saint-Esprit rend cela r√©el √† notre cŇďur. Ainsi donc, nous passons simplement un bon moment en faisant cela.

20.       Et c'est en quelque sorte accorder un peu de repos √† notre bien-aim√© pasteur ici, fr√®re Neville. Aux √©trangers qui sont dans nos murs, cet homme ici est notre pasteur, fr√®re Neville, un homme de Dieu, un vrai serviteur du Seigneur J√©sus-Christ. Je ne le dis pas parce qu'il est assis ici. Je le dis en son absence, o√Ļ n'importe o√Ļ, c'est comme √ßa qu'il est depuis que je le connais. Il √©tait un loyal m√©thodiste, et moi j'√©tais un loyal baptiste, mais nous √©tions tous des fr√®res ; et puis, nous sommes tous deux devenus des saints exalt√©s. Tr√®s bien, n'est-ce pas, fr√®re ? Amen. [Fr√®re Neville dit : "Amen. All√©luia ! " - N.D.E.] Nous nous tenons donc sur un terrain commun.

21.       Eh bien, nous, nous passons un moment merveilleux comme cela : Juste avoir communion les uns avec les autres, pendant que " le Sang de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, nous purifie de toute iniquit√©. " Ainsi, nous passons un moment glorieux, et nous appr√©cions certainement les √©trangers qui sont dans nos murs ici ce soir.

22.       Je pense que vous vous demandez pourquoi notre petit r√©veil n'a pas √©t√© annonc√©. Eh bien, c'√©tait juste un petit moment de jubil√© pour notre √©glise ici, et c'est la raison pour laquelle nous peut-√™tre - peut-√™tre‚Ķ Je ne sais comment le Saint-Esprit conduira, mais peut-√™tre qu'une soir√©e, avant de  terminer ici, nous pourrons tenir un service de gu√©rison, le Seigneur voulant. Et j'esp√®re donc qu'Il l'accordera.

23.       Je dois donc retourner au Canada pour continuer les r√©veils. Et comme tous le savent, nous avons un programme tr√®s charg√©, plein jusqu'au moment o√Ļ on ira outre-mer. Et les pr√©paratifs sont d√©j√† faits pour commencer par Durban, au Sud‚Ķ √† Johannesburg, en Afrique du Sud, en septembre, vers le 3. Et ensuite, nous continuerons de l√† √† Durban, en Inde, en Palestine, Luxemburg, Francfort, Transjordanie, et partout l√†. Nous reviendrons chez nous quand le Seigneur conduira √† rentrer, quand Il nous dira de rentrer. On pr√©pare aussi un autre itin√©raire pour la Nouvelle Z√©lande, l'Australie, de ce c√īt√©-l√† ; et √† l'Est, au Japon, dans ces pays-l√†.

24.       Je pense que beaucoup d'√©glises par ici, o√Ļ les gens, oh ! la la !  font juste une sorte de pros√©lyte, les uns des autres, alors que des milliers de gens n'ont m√™me jamais entendu parler de J√©sus pour la premi√®re fois. Et, je pense donc que‚Ķ C'est ce que je sens personnellement, il est de mon devoir de leur apporter le Message, au mieux que je peux. Et maintenant, comme je‚Ķ

25.       Laissez-moi le r√©p√©ter donc, comme il y a ici pr√©sents les m√©thodistes, les baptistes, les catholiques, les presbyt√©riens, les pentec√ītistes, les p√®lerins de la saintet√©, les nazar√©ens, ils sont assis-l√†, c'est ce qui constitue notre groupe‚Ķ Je crois que c'est ainsi qu'il en sera aussi au Ciel, pour ainsi dire, tout notre groupe assis l√†.

26.       Et maintenant, concernant ces messages, comme la Marque de la b√™te, et aujourd'hui o√Ļ il y a une confusion telle que‚Ķ Avez-vous compris cela hier soir ? Si oui dites " amen. " [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Eh bien, ce soir nous allons parler de la marque de Dieu, ou plut√īt du Sceau de Dieu. Eh bien, nous savons‚Ķ

27.       Bon, je ne cherche vraiment pas √† pr√™cher avec deux Bibles, une seule suffit. Mais j'ai amen√© l'une d'Elles ici dans un but, pour de petites notes au bas de la page et tout, des r√©f√©rences, au cas o√Ļ quelqu'un poserait une question. Et alors, demain soir, le Seigneur voulant, apr√®s la pr√©dication‚Ķ

28.       La premi√®re soir√©e, c'√©tait les Sept √Ęges de l'Eglise, on a vu o√Ļ nous en √©tions, o√Ļ nous sommes, c√īt√© position, en ce jour o√Ļ nous vivons.

29.       Hier soir, c'√©tait sur le plus grand crime qui existe au monde : la Marque de la b√™te.

30.       Et ce soir, c'est  sur la plus grande b√©n√©diction qui existe au monde : Le Sceau de Dieu.

31.       Demain soir, je vais donc vous donner l'occasion de me tirer dessus. Demain soir, il y aura des questions, et autres que vous ne comprenez pas sur ce qui a √©t√© pr√™ch√©. Vous avez √©t√© assez gentlemen et assez dames, ou plut√īt assez chr√©tiens, je dirais, en vous tenant tranquilles pendant des r√©unions. J'aimerais que vous √©criviez demain soir lorsque vous viendrez √† l'√©glise, et venez aussi t√īt que possible ; en effet, il me faudra venir t√īt pour lire et r√©pondre un peu √† cela, √† votre question sur les Ecritures.

            Puis, le dimanche matin, il y aura une √©cole du dimanche habituelle.

32.       Le dimanche soir, peut-√™tre, le dimanche soir, il y aura un service de bapt√™me. Il y a des gens √† baptiser. Et puis, le dimanche soir, nous aurons peut-√™tre, soit un message d'Evang√©lisation soit un service de gu√©rison. Nous verrons tout ce que le Seigneur conduira √† faire ce soir-l√†, le dimanche soir, le message √† cette occasion.

33.       Eh bien, nous voyons, avant d'aborder ceci, que " personne dans le Ciel, personne sur la terre, personne sous la terre, ne fut digne de prendre le Livre, ou de L'ouvrir, ou d'En rompre les Sceaux. " Personne ! Jean a vu cela dans l'Apocalypse. Et nous enseignons maintenant l'Apocalypse. "Et Jean a pleur√©. Mais il y avait un Agneau qui avait √©t√© immol√© depuis la fondation du monde ; Il  fut trouv√© digne de venir et de prendre le Livre de la main droite de Celui qui √©tait assis sur le Tr√īne, d'ouvrir le Livre et d'En rompre les Sceaux. " Et cet Agneau-l√†, √©videmment, c'√©tait J√©sus-Christ, le Fils de Dieu. Et maintenant, s'Il est l'unique qui soit digne‚Ķ

34.       Il a une fois v√©cu ici, sur la terre, avec nous sous la forme d'un Homme. Dieu a v√©cu dans Son Fils, J√©sus-Christ, comme Dieu-homme.

35.       Et Il est retourn√© dans la Gloire, laissant cette Parole-ci : "Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, cependant vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde. " La personne du Saint-Esprit, Dieu, retournant sous la forme qu'Il‚Ķ J√©sus a dit : "Je suis venu de Dieu ; Je retourne √† Dieu. " Il est venu de l'Eternit√©, Il est entr√© dans le temps ; Il est sorti du temps, Il est retourn√© √† l'Eternit√©.

36.       Et le monde ne L'a point connu. "Il √©tait dans le monde, le monde a √©t√© cr√©e par Lui, et le monde ne L'a point connu. Mais √† tous ceux qui L'ont re√ßu, ils‚Ķ Il leur a √©t√© donn√© le pouvoir de devenir fils de Dieu. "

37.       Eh bien, maintenant J√©sus-Christ est avec nous : "Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, cependant vous, vous Me verrez. " Eh bien, il y aura un monde qui ne Le verra plus, il y aura un "lui " qui Le verra. "Car Je‚Ķ " "Je ", c'est un pronom personnel. "Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde. " Et vous, les croyants, vous Le verrez jusqu'√† la fin du monde.

38.       H√©breux 13.8 dit : "J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Observez-Le dans Sa puissance, le m√™me Seigneur J√©sus, le m√™me amour, les m√™mes prodiges, les m√™mes signes qui L'accompagnaient, continuent jusqu'au bout. Il est dans le Corps mystique aujourd'hui, le Corps constitu√© de ceux qui sont ressuscit√©s, en passant du p√©ch√© √† la vie. Il vit en eux.

39.       Dieu, dans Sa grande gloire, Dieu s'abaissant, Il est descendu, partant de la Colonne de Feu, que personne ne pouvait toucher, Il a pris la forme de la chair humaine dans laquelle Il pouvait toucher, mais Il √©tait n√© d'une vierge. Et puis, l√†, Il donne Sa vie pour √™tre crucifi√©, afin de purifier l'homme p√©cheur et qu'Il puisse vivre en plein parmi les hommes. Quel amour Dieu a pour l'homme, au point qu'Il s'est d√©voil√© Lui-m√™me, pour frayer une voie pure, de sorte qu'Il puisse vivre et aimer parmi les hommes et les femmes. C'est beau. Oui ! C'est √ßa notre P√®re.

40.       Pouvons-nous Lui parler maintenant m√™me, Lui l'Auteur du Livre, avant que nous tournions les pages.

41.       Notre Bienveillant P√®re C√©leste, nous venons √† Toi ce soir tel que cela nous a √©t√© promis : "Si vous Me demandez quelque chose en Mon Nom, Je le ferai. " Nous n'avons donc pas de justice, nous n'avons rien que nous puissions offrir, nous venons simplement au Nom du Seigneur J√©sus, Nom par lequel Tu as promis d'exaucer, ce Nom.

42.       Alors, nous Te prions, sachant que nous avons ici sous examen, ce soir, l'un des sujets les plus remarquables du jour, le Sceau de Dieu, P√®re, nous prions, √ī Seigneur, sachant que ce petit groupe de gens rassembl√©s ici, si je les entra√ģne dans une erreur, j'en rendrai compte au Jour du Jugement. Et hier soir, c'√©tait La Marque de la b√™te. √Ē P√®re, nous Te prions de diriger et de conduire ces Paroles-l√†, puisse Cela ne pas retourner √† vide, mais puisse Cela accomplir le but pour lequel cela a √©t√© √©crit dans le Livre.

43.       Et maintenant, viens, Toi le Saint, prends la Parole de Dieu directement de la Bible, et proclames La au travers des l√®vres d'un mortel, aux oreilles des mortels, circoncis √† la fois l'orateur et l'auditeur, afin que nous puissions accomplir quelque chose de par ce rassemblement, ce soir ; sachant qu'il y a peut-√™tre, certains ici, qui, si jamais le monde subsiste encore une ann√©e, ne seront plus des mortels sur la terre.

44.       Et maintenant, nous sommes dans une maison de correction, dans la maison de Dieu, o√Ļ nous devons  supporter la correction. Puisse le Saint-Esprit me corriger, et me fermer la bouche, comme Tu fermas la gueule des lions qui √©taient avec Daniel. Et Tu connais mon cŇďur, si je devais prononcer une seule parole contraire, ou de moi-m√™me, puisse le Saint-Esprit oindre chaque Parole. Et je me tiens juste comme un vase vide ; et puisse-t-Il proclamer la Parole de Dieu ce soir, car nos cŇďurs affam√©s qui d√©sirent ardemment L'entendre‚Ķ Et puisse Celui qui a √©crit la Bible, venir et L'interpr√©ter pour Tes humbles serviteurs qui sont ici. Nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

45.       Maintenant, juste comme un petit arri√®re-plan, √† partir duquel commencer ce soir, avec le Sceau de Dieu‚Ķ

46.       Ne l'oubliez pas, demain soir, nous aimerions que vous apportiez votre question. Et √©crivez-la lisilement, d√©posez-la sur l'estrade, t√īt, ou plut√īt sur la chaire, aussi t√īt que possible. Eh bien, ce grand sujet que nous avions eu hier soir‚Ķ

47.       La premi√®re soir√©e, avant hier, c'√©tait l'Eglise et l'√Ęge de l'Eglise ; nous avons vu J√©sus se tenir au milieu des sept chandeliers d'or, Il avait l'aspect d'une pierre de Jaspe et de sardoine, le Commencement et la Fin, Ruben et Benjamin. Voyez les sept chandeliers, ou plut√īt les sept pieds de lampes l√†, et l'arc-en-ciel au-dessus de cela, comme une alliance, et quel aspect Il avait. Et Sa voix √©tait celle de grandes eaux, c'√©tait √† la fois Christ et l'Eglise, parlant ensemble, avec une ceinture d'or au niveau des seins, de l'Eglise, couverte, tenant, l'Evangile maintenant la justice de Christ sur l'Eglise. Il se tenait sur une fondation d'airain, le Jugement divin ; Dieu a d√©vers√© Son Jugement divin sur Christ, et ce Dernier a souffert, Lui, l'innocent pour les coupables.

48.       Puis, on a vu comment l'Eglise d'Eph√®se a commenc√©, ensuite le deuxi√®me √Ęge de l'Eglise, le troisi√®me √Ęge de l'Eglise, le quatri√®me √Ęge de l'Eglise, 1500 ans, les √Ęges de t√©n√®bres ; et on est pass√© par l'√Ęge luth√©rien, l'√Ęge de Philadelphie, jusqu'√† l'√Ęge de Laodic√©e, le dernier √Ęge.

49.       On a vu comment cela √©tait parfaitement repr√©sent√© sous forme de types dans l'Ancien Testament, au d√©but du temps de Salomon, jusqu'au temps d'Achab, l'√Ęge sombre‚Ķ Et on a vu J√©zabel, Achab, un pr√©dicateur frontalier, ou un homme qui √©tait pied dedans pied dehors. Juste comme beaucoup de membres d'√©glise ti√®des aujourd'hui, les gens ayant un pied dedans et un pied dehors ; et aujourd'hui √† l'√©glise, et demain vous pouvez vous attendre √† les trouver n'importe o√Ļ faisant des compromis, et se rel√Ęchant, fr√©quentant le monde, pourtant ils se disent chr√©tiens. Et Achab, dans cette condition-l√†, tomba amoureux d'une belle petite femme, quoi quelle fut une femme m√©chante au bout de compte. Et il l'a √©pous√©e, et elle a introduit l'idol√Ętrie en Isra√ęl, en plein, au temps le plus sombre pour Isra√ęl, l'√Ęge sombre. Eh bien, nous voyons qu'ils sont sortis de l√† avec un fondement d'airain, et ils ont continu√© √† s'√©garer, finalement, ils sont devenus ti√®des, et cela a continu√© jusqu'√† ce que Dieu les a vomis de Sa bouche et Il a re√ßu les Gentils

50.       Et maintenant, nous voyons qu'ils ont  commenc√© par la premi√®re, la - l'√©glise d'Eph√®se, au commencement, dans cet √Ęge de l'Eglise ; l'√Ęge suivant de l'Eglise commence √† se refroidir, √† devenir  ti√®de ; et cela a continu√© jusque dans l'√Ęge des t√©n√®bres. Et tout comme - tout comme en cette √©poque-l√† o√Ļ Achab √©pousa une idol√Ętre, J√©zabel, et introduisit l'idol√Ętrie en Isra√ęl, de m√™me le protestantisme a √©pous√© le romanisme, le catholicisme et a introduit l'idol√Ętrie dans l'Eglise. C'est pass√© par Martin Luther, John Wesley, jusqu'aux pentec√ītistes, et √ßa s'est √©loign√© au point o√Ļ Dieu a m√™me vomi cela de Sa bouche. Alors, Dieu ram√®nera cela de nouveau aux juifs, c'est tout  aussi parfait.

51.       Eh bien, je sais que je suis‚Ķ Vous dites, eh bien , je suis typologue.  C'est vrai. En effet, je sais, je sais une seule chose, si je me dirige vers mon ombre et que je voie √† quoi ressemble mon ombre, j'aurai une repr√©sentation de ce √† quoi je ressemble, si je suis un animal √† quatre pattes ou un oiseau couvert des plumes ou n'importe quoi que cela est, cela projettera une ombre.

52.       Et l'Ancien Testament √©tait une ombre du Nouveau. Nous avons vu cela hier soir dans Apocalypse 12 : la femme qui avait la loi sous ses pieds, la lune et le soleil √† la t√™te, et c'est un type. Oh, toutes ces choses, H√©breux  chapitre 11 nous le dit, elles √©taient toutes des types et des ombres. Je pense, dans H√©breux 12, il est dit : " Puisque nous sommes envelopp√©s d'une si grande nu√©e de t√©moins, rejetons  tout fardeau et le p√©ch√© qui nous enveloppe si facilement, afin que nous courrions avec pers√©v√©rance dans la carri√®re qui nous est ouverte. " Eh bien, nous avons vu ces choses. Aussi, hier soir‚Ķ

53.       Nous avons repris ici, pour voir, ou - ou, avant hier soir‚Ķ Nous voyons donc la premi√®re Eglise, comment elle a commenc√©. Elle avait √©t√© inaugur√©e, elle a commenc√© le jour de la Pentec√īte, quand le Saint-Esprit a √©t√© d√©vers√© sur les croyants. Et nous avons vu la r√©action de ces croyants, et comment le Saint-Esprit avait agi sur eux, et ce qu'ils avaient fait, et les signes et les prodiges qui les accompagnaient.

54.       Ensuite, nous voyons qu'√† la fin de cet √Ęge-l√† de l'Eglise, vers 300 ans, une h√©r√©sie est sortie parmi eux, c'√©tait appel√©  " la doctrine de - de Nicola√Įte. " Nous voyons donc que c'√©tait des Ňďuvres au commencement.

            Dans l'√Ęge de Eglise  suivant, c'√©tait devenu une " doctrine. "

            Et puis, c'√©tait devenu une " pers√©cution "  dans l'√Ęge des t√©n√®bres.

55.       Puis, on est pass√© de l'autre c√īt√©, ici, et on a vu que cela a produit des Eglises protestantes qui √©taient sorties.

56.       Ensuite, nous sommes retourn√©s l√† une fois de plus donc, et nous voyons que tous les ti√®des sont ici, √† la fin de l'√Ęge, de ce c√īt√©-ci, que tout cela se refroidit. Juste comme ce fut le cas chez les Juifs, c'est ainsi que √ßa se passe chez les Gentils : un refroidissement au fur et √† mesure que √ßa se dirige dans cette direction, l'ombre, la disparition.

57.       C'est juste comme c'√©tait du temps de Wesley et de Luther, c'est ce que nous avons vu hier soir. Quel grand r√©veil on avait, mais √† la g√©n√©ration suivante, cela a commenc√© √† se refroidir. A la g√©n√©ration suivante, cela s'√©tait refroidi davantage. Et maintenant, c'est juste un tas de credo et de formalismes. C'est tout ce qu'il en est. Voyez-vous ? √ßa a √©t√© ainsi tout  au long du chemin. C'est  cela donc que nous avons enseign√©.

58.       Maintenant, √©coutez  donc attentivement afin que vous puissiez certainement vous en souvenir. Je ne condamne pas les catholiques, et je ne condamne pas les protestants ; en effet, √† partir de tous les deux, et d'eux tous provient la Semence de Dieu par √©lection. Ceux qui sont ordonn√©s √† la Vie verront Cela et Y marcheront. Ceux qui ne voient pas marcheront dans les t√©n√®bres. C'est l'affaire de Dieu. C'est Dieu qui fait cela. Il jura et promit √† Abraham qu'Il le sauverait lui, et sa Post√©rit√©. Eh bien, si vous avez la Semence d'Abraham, vous avez la Vie Eternelle, c'est tout, et vous √™tes h√©ritiers selon la promesse. Et tout est par gr√Ęce et par l'√©lection de Dieu.

59.       Maintenant, remarquez bien l√†-dessus.  Et parfois, je suis juste,‚Ķ peut-√™tre comme j'ai beaucoup pr√™ch√©, ou beaucoup enseign√©. √áa fait des ann√©es‚Ķ Ceci est la premi√®re r√©union o√Ļ j'enseigne, depuis environs huit ans. Et c'est juste un peu, peut-√™tre un  peu rude l√†-dessus, par moments. N'importe quand que vous √™tes - que vous √™tes‚Ķ Posez-moi n'importe quelle question que vous voulez ;d√©posez-la sur l'estrade, ou plut√īt sur la chaire, et je serai content de la recevoir.

60.       Maintenant, remarquez. Mais tout ce que je sais √† ce sujet, je ne l'ai point appris d'un homme, dans un s√©minaire. J'ai pri√© jusqu'√† ce que j'en ai eu la r√©v√©lation,  et cela devait s'accorder avec la Parole de Dieu.

61.       Dans l'Ancien Testament, ils avaient trois moyens pour identifier un message. Le premier moyen par lequel ils d√©couvraient cela, c'√©tait de voir si c'√©tait √©crit dans la loi, le moyen suivant, c'√©tait par un proph√®te, ou encore, il y avait l'Urim Thummim. Eh bien, n'importe quel enseignant sait ce qu'√©tait l'Urim Thummim. C'√©tait une - une Lumi√®re qui brillait sur le pectoral d'Aaron, cela √©tait suspendu au temple. Eh bien, quand un proph√®te proph√©tisait et que la Lumi√®re ne brillait pas sur l'Urim Thummim, c'est que c'√©tait faux. C'√©tait une r√©ponse divine, de la part de Dieu : " C'√©tait faux. " Ensuite, s'ils‚Ķ Si quelqu'un avait un songe, et que cela ne donnait pas une lumi√®re sur l'Urim Thummim, c'est que c'√©tait faux.

62.       Eh bien, l'Urim Thummim sous cette formule-l√† a disparu, mais Ceci est l'Urim Thummim de Dieu aujourd'hui, la Bible. Si un proph√®te, ou quelqu'un qui a un songe ou quoi que ce soit, ou un enseignant, ne repose pas sa th√©orie parfaitement sur l'AINSI DIT LE SEIGNEUR, Je ne croirai pas cela, voyez-vous. Cela doit appara√ģtre ici m√™me, de la Gen√®se √† l'Apocalypse, pas juste √† un seul endroit. Cela doit √™tre dans toute la Bible et rattacher cela parfaitement ensemble. Oui, oui. Cela doit s'accorder avec le reste de la chose et rattacher  tout cela ensemble. Autrement, vous pouvez prendre une seule chose et dire que c'est le purgatoire et pr√™cher le catholicisme √† partir de la Bible. Mais cela doit s'accorder enti√®rement, de la Gen√®se √† l'Apocalypse, et rendre le tableau clair. C'est vrai.

63.       Et le Saint-esprit est Celui qui d√©veloppe Cette image pour vous. Si seulement vous Le laissez faire cela, Il vous conduira dans toute la Lumi√®re. C'est ce que dit la Bible. J√©sus a dit qu'Il le ferait.

64.       Remarquez donc comme‚Ķ Une fois de plus‚Ķ Eh bien, nous voyons ce qu'ils ont fait l√†. Ensuite, peu apr√®s, ils ont eu une doctrine. Ils ont eu la pers√©cution. Et ils ont d√©vi√©.                       .

65.       Et puis, nous en sommes arriv√©s √† d√©couvrir que pour ce jour-ci donc, la Bible avait pr√©dit qu'il viendrait un temps o√Ļ les hommes recevraient une marque, et une marque de la b√™te.

66.       Chaque fois qu'un petit quelque chose parcourt le pays, tout le monde dit : " C'est la marque de la b√™te. " Quand l'ancien‚Ķ je venais d'√™tre ordonn√© dans l'Eglise baptiste, quand j'ai entendu parl√© de N.R.A. [Nation Rifle Association : Association Am√©ricaine d√©fendant les droits du port d'armes.-N.D.T.] Eh bien, tout le monde disait : " C'est √ßa la marque de la b√™te. " Et puis, tout a continu√© : " C'est la marque de la b√™te . "

67.       Et aujourd'hui, ils disent : " La Russie vient ici, le communisme, c'est la marque de la b√™te. " Mais, c'est un mensonge. Ce n'est pas la marque de la b√™te. La Bible montre ce qu'est la marque de la b√™te. La marque de la b√™te ne sera pas un grand √©v√©nement anti-religieux ou antinationaliste comme cela.  Le communisme, ce n'est pas la Russie, le communisme est un esprit. C'est tout‚Ķ  Nous ne - nous ne devons pas nous faire des inqui√©tudes au sujet de la Russie.

68.       Notre propre pourriture, c'est ce qui nous tue. Le communisme s'infiltre en plein dans nos √©glises et dans tout le reste, vous le savez, dans nos √©coles, dans nos foyers, partout, dans notre pays. Tout est simplement corrompu. Ce qui d√©truit la pomme, ce n'est pas le rouge-gorge qui la picore du dehors, mais c'est le ver qui la ronge dans le noyau. C'est ce qu'il en est, c'est juste la pourriture parmi  nous. On va, on se dit chr√©tien, on agit comme le monde, on s'habille  comme le monde, et on a part avec le monde, et on se dit‚Ķ Le monde en a marre de telles choses. Et non seulement le monde, beaucoup de chr√©tiens aussi en ont marre. Oui.

69.       J'ai souvent dit : " Que Dieu h√Ęte le jour o√Ļ les hommes seront ce qu'ils devraient √™tre. Si j'√©tais contre Dieu, je dirais que je suis contre Lui, je serais contre Lui en tout, autant que possible. " Mais je suis pour Lui, je L'aime, et je crois en Lui. Et - et ma vie est entre Ses mains, pour qu'Il en fasse tout ce qu'Il veut, parce que je crois que le christianisme est la v√©rit√©. C'est vrai. Je crois que c'est la v√©rit√©.

70.       En voyageant √† travers le monde, et en observant cela dans diff√©rents ismes, et autres, tous leurs fondateurs sont morts et ils gisent dans des tombes, et ils ont la th√©ologie. C'est aussi loin que va l'Eglise chr√©tienne √† ce sujet, malheureusement.

71.       " Mais ceux qui connaissent leur Dieu feront des exploits. " Et la puissance de J√©sus-Christ ressuscit√© vit dans cet homme-l√†. [ Fr√®re Branham tape six  fois sur la chaire.-N.D.E.] C'est vrai. Il n'est pas mort, Il est ressuscit√©. " Je serai avec vous, m√™me en vous, et les Ňďuvres que Je fais vous les ferez aussi. " Oui, Oui.

72.       Puis, le monde regarde et dit : " Du fanatisme ! " Vous avez vu l√† o√Ļ nous avons pris cela hier soir, avec l'aide de Dieu.

73.       Eh bien, nous voyons que la premi√®re chose qui se soit jamais lev√© pour former une image √† la b√™te, ou‚Ķ. une " B√™te " repr√©sente une " puissance. " Nous avons examin√© tous les symboles et tout, hier soir, pour d√©montrer que la b√™te √©tait une puissance. Et elle n'est pas sortie de la Russie. Elle est sortie de Rome. C'est vrai. Elle est venue de Rome.

74.       Et ce n'√©tait pas - ce n'√©tait pas un groupe d'hommes. Ce n'√©tait pas une organisation politique. C'√©tait une institution religieuse, c'√©tait une √©glise qui √©tait assise sur sept collines, avec un seul homme, l√†-dedans, qui a le pouvoir de diriger le monde entier. C'est tout √† fait vrai. Et nous voyons que c'√©tait une femme et nous l'avions d√©crite tr√®s clairement. Il n'est pas question de prendre ma propre interpr√©tation ; il est juste question de lire la Bible. En fait, il n'y a aucun autre endroit au monde, aucune autre ville au monde, qui r√®gne sur le monde entier. Dans chaque nation, ce filet de fer du romanisme se r√©pand  comme dans les dix orteils de la vision de Daniel, et nous avons vu que c'√©tait la  Cit√© de vatican.

75.       Il y avait au moins une douzaine de catholiques loyaux qui √©taient assis ici hier soir. Ils s'√©taient tenus tranquilles, √©coutant. Ils sont sinc√®res. Ils ont faim.

76.       Eh bien, vous ne pouvez pas discuter avec un pr√™tre. Il ne voudra pas discuter; en effet, pour un pr√™tre : " Si l'√©glise dit autre chose que ce qu'il y a dans cette Bible-ci, c'est l'√©glise qui a raison. " Pour moi, c'est la Bible qui a raison et l'√©glise a tort. Voyez vous ? Vous ne pouvez pas discuter avec lui. Eux, vous avez‚Ķ Il n'y a pas moyen de discuter. Il n'y a pas moyen de discuter ou de d√©battre. Car ils croient ceci : " Ce que l'√©glise dit, c'est √ßa ! C'est √ßa, ce que l'√©glise dit, peu importe ce que la Bible dit. C'est ce que l'√©glise dit qui compte ! " Ils croient l'√©glise. Nous, nous croyons la Bible.

77.       Or, nous avons vu qu'elle √©tait appel√©e‚Ķ L'√©glise √©tait une femme. Et elle √©tait appel√©e par un nom grossier, vulgaire de pute, et ensuite elle √©tait la m√®re des prostitu√©es. Et nous avons vu que l'Eglise catholique √©tait la premi√®re √©glise m√®re. Elle est exactement ce qu'elle disait qu'elle √©tait. Elle est la premi√®re √©glise √† s'√™tre donc organis√©e. Quand donc Dieu a-t-il organis√© une religion ? Ce fut l'Eglise catholique. La premi√®re organisation qui ait jamais √©t√© form√©e dans le monde, dans la religion chr√©tienne, fut l'Eglise catholique. Eh bien‚Ķ

78.       Et puis, finalement, elle √©tait devenue la m√®re des prostitu√©es. Elle a donn√© naissance aux √©glises √† son image ; en effet, √ßa ne pouvaient pas √™tre des gar√ßons. √áa  devaient √™tre des filles ; et nous avons vu que l'Eglise protestante est un produit de l'Eglise catholique. En sondant les Ecritures, et en consultant votre livre d'histoire, nous voyons que l'Eglise protestante en est le produit. Et les protestants ne peuvent pas s'en prendre aux catholiques ; en effet, de tous les deux, il est dit qu'elles sont des prostitu√©es et des putes. C'est grossier, mais c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. C'est vrai.

79.       Observez, ensuite il est dit :  " Faisons-nous ", aux Etats-Unis d'Am√©rique, il est dit : " Faisons-nous une image √† la b√™te. " Si la b√™te √©tait une puissance, et que la puissance √©tait une organisation‚Ķ  Il n'est donc pas question de prendre une th√©orie maintenant. C'est la Parole de Dieu .L'organisation de l'Eglise catholique, ils se sont organis√©s ensemble et ont form√© une‚Ķ  accord√©s. Ils ont rassembl√© les p√®res primitifs, et ils ont organis√© l'Eglise catholique, et ils ont √©labor√© un - un - un rite, ce qu'ils croyaient et ce qu'ils voulaient enseigner, une croyance universelle. Et ils ont oblig√© les gens √† accepter cela sous peines de ch√Ętiments.

80.       Et apr√®s, quand martin Luther est sorti, comme l'Esprit de Dieu l'avait conduit √† sortir, au lieu de laisser les gens rester libres, il a organis√© l'√©glise une image √† la b√™te, une puissance politique qui ressemblait √† cela. Au lieu de laisser les gens marcher selon que Dieu leur donnait la Lumi√®re, ils ont organis√© cela sous une discipline, et on devait s'en tenir √† cette discipline-l√†.

81.       Dieu est directement sorti pour entrer dans l'Eglise m√©thodiste. Les m√©thodistes ont eu un r√©veil qui a balay√© le monde ; le Saint-Esprit √©tait avec eux, ils ont enseign√© la sanctification. Et la chose suivante, vous savez, quand ils ont fait cela, ils ont alors organis√© une √©glise, ils ont form√© une image √† la b√™te, c'est vrai, une puissance politique organis√©e pour lier le peuple de Dieu √† un credo ; plut√īt que de rester libres pour adorer et marcher dans la Lumi√®re selon que la Lumi√®re illuminait leur sentier.

82.       On les a ramen√©s dans cet √Ęge-l√†. C'√©tait une bonne Lumi√®re pour ce temps-l√†. C'√©tait la Lumi√®re pour le - pour l'Eglise de Pergame.

83.       Mais qu'en est-il de l'Eglise de Philadelphie ? C'√©tait une autre Lumi√®re. Mais, vous voyez, sans tenir compte du niveau de leur organisation, Dieu est directement pass√© dans cet autre √Ęge de l'Eglise, malgr√© tout, Il a envoy√© un homme du nom de John Wesley. Luther n'a pas pu suivre cela, car il ne croyait pas cela. Il s'√©tait d√©j√† organis√© ici en arri√®re.

84.       Ensuite, John Wesley s'est tellement organis√© qu'il est arriv√© √† un niveau o√Ļ, ce fut le temps pour cet √Ęge-ci de l'Eglise de commencer. Dieu a envoy√© le groupe pentec√ītiste ; ils sont all√©s l√† avec le bapt√™me du Saint-Esprit. Oh, les m√©thodistes ont dit : "Euh !Euh ! Nous ne pouvons pas accepter √áa. Euh ! Euh ! nous ne croyons pas dans cette sottise. Oh, non. " Pourquoi ? Ceci est la Lumi√®re dans laquelle ils marchaient, ici ; voici la Lumi√®re pour ce temps-ci, maintenant.

85.       Nous nous dirigeons vers le coucher du soleil. Vous rappelez-vous ce que le proph√®te a dit ? " √áa sera un jour nuageux , qui ne sera ni jour ni nuit, mais vers le soir la Lumi√®re para√ģtra. " La Lumi√®re qui avait autrefois brill√© dans le pays de l'orient sur les Juifs, en Orient (les Juifs sont des Orientaux), Elle brille  sur les Gentils, la m√™me Lumi√®re , le m√™me Saint-Esprit, ici dans ces derniers jours, le m√™me bapt√™me de l'Esprit. Nous avons examin√© tous ces √Ęges jusqu'ici, l√† o√Ļ le temps n'√©tait ni clair ni  sombre, mais c'√©tait un jour nuageux, brumeux ; mais ici m√™me, la Lumi√®re a brill√© exactement comme Elle avait brill√© l√†-bas.

86.       C'est pourquoi : " Il a l'aspect d'une pierre de Jaspe et de sardoine ; l'Alpha et l'Omega, le Commencement et la Fin ;Celui Qui √©tait, Qui est, et Qui viendra ; la Racine et le Rejeton de David ; l'Etoile du matin. " C'est √ßa ! [ Espace vide sur la bande - N.D.E.]  J'esp√®re que vous voyez cela.

87.       Et, rappelez-vous, nous avons vu sans aucun doute, que la marque de la b√™te est une marque d'apostasie, c'est-√†-dire les membres d'√©glise s'accrochent √† leur √©glise plut√īt que de marcher dans la Lumi√®re. Ils rejettent la Lumi√®re et il ne reste que les t√©n√®bres. C'est vrai, tant les catholiques que les protestants. Il y a " une b√™te et une prostitu√©e ", et elle a des filles qui sont des putes. Et ces filles prostitu√©es, √† leur naissance, √©taient vierges gr√Ęce √† la Lumi√®re de ce jour-l√† ; elles se sont organis√©es et ont ramen√© les gens ici, de nouveau ici, faisant d'elles le m√™me genre d'histoire que ce que Rome √©tait au commencement. C'est la Bible qui le dit. " la b√™te, et une image √† la b√™te ; la lettre de son nom ", ainsi de suite.

88.       Nous avons examin√© tout cela hier soir, et la Bible, clairement‚Ķ Ce n'est pas la th√©orie de quelqu'un. Mais la Bible l'expose, que cette b√™te qui a sept t√™tes et dix cornes, provient [ Espace vide, peut-√™tre, sur la bande -N.D.E.] de Rome, √©tait l√† √† Rome, et " qui √©tait, qui n'est pas, qui est, et qui n'est pas ", un pape apr√®s un autre, un pape apr√®s un autre, et √ßa va √† la perdition. Et nous avons vu que cette m√™me vieille femme a enfant√© de jeunes filles. Elles √©taient vierges au d√©part, elles ont march√© dans la Lumi√®re qu'elles avaient. Et puis, elles ont commenc√© √† agir comme des prostitu√©es, elles sont simplement retourn√©es, faisant la m√™me chose que leur m√®re. [ Fr√®re Branham tape deux fois sur la chaire. - N.D.E.] C'est vrai. C'est vrai.

89.       Laissez-moi vous dire quelque chose, femmes. Ecoutez . Il  se peut que vous ne me fassiez pas beaucoup confiance maintenant que je mart√®le sur ces choses. Et ce n'est pas pour vous blesser ; c'est pour vous aider. [ L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] Mais lorsque vous voyez les gens, les √©glises aujourd'hui, permettre aux femmes‚Ķ Eh bien, je - je vais aussi en arriver aux hommes. Mais permettre aux femmes d'agir comme elles agissent aujourd'hui, et puis confesser le Christianisme ! Je ne vous bl√Ęme pas vous, les femmes ; je le ferai apr√®s ce soir. Mais, regardez, maintenant je - je ne vous bl√Ęme pas, vous, les femmes. Mais, ma sŇďur, beaucoup de ces enseignants de s√©minaire qui sont par ici, les enseignants de cimeti√®re, ou je ne sais comment vous les appelez, qui viennent de quelque part ici, vous laissent simplement marcher dans ces illusions. La Bible dit : "  C'√©taient des aveugles, conduisant des aveugles. " C'est vrai. Maintenant‚Ķ

90.       Et, J√©sus voyant cela, sachant que certaines de ces Eglises protestantes s'avanceraient directement jusqu'√† la porte de la Lumi√®re, et s'en d√©tourneraient ; J√©sus, dans Mathieu 24 : 24, a dit qu'il en serait ainsi : "  L'anti-Christ sera si proche de la chose v√©ritable qu'il s√©duirait s'il √©tait possible m√™me les √©lus. "

91.       Eh bien, voyez, le romanisme, le catholicisme, oh, √ßa a √©t√© un coup √† la t√™te pour certains parmi vous, les protestants. Mais, un homme qui a un tout petit peu de gr√Ęce, un peu‚Ķ qui conna√ģt un peu la Bible, il √©vitera cela et s'en √©loignera. C'est vrai. L'attrait pour Lui, l'attrait de cette chose est sombre. Il sait qu'il n'y a rien dans toutes ces sottises qu'ils enseignent. Il n'y a pas d'Ecriture pour √ßa. Des temps en temps, ils prennent un petit morceau.

92.       Le plus gros mensonge qui ait jamais √©t√© prof√©r√©, contenait beaucoup de v√©rit√©. C'est vrai. Et le tout premier, Satan parlant √† Eve, il lui avait dit beaucoup de V√©rit√©. Mais il avait un mensonge au bout de cela, il avait un mensonge qui a fait condamner la femme et a ab√ģm√© toute la race, toute la cr√©ation. C'est vrai.

93.       Il vous faut veiller √† cela. Cela doit √™tre la V√©rit√© ici, la V√©rit√© l√†, la V√©rit√© ici, la V√©rit√© l√†. Sur toute la ligne, la V√©rit√© ; √ßa doit √™tre identique sur la ligne, d'un bout √† l'autre.

94.       Et puis, comment les gens peuvent-ils voir l'Eglise primitive qui avait √©t√© illumin√©e l√†-bas dans le pass√© par ce pied de lampe, ce chandelier,  et ensuite voir ici la m√™me chose qui √©tait arriv√©e dans le pass√©, ainsi que la Parole de Dieu qui dit que √ßa sera J√©sus Christ le m√™me hier, aujourd'hui, et √©ternellement, et refuser cela ? Cela montre qu'ils ont rejet√© la Lumi√®re, et qu'ils marchent dans les t√©n√®bres ;c'est tout ce qui reste.

95.       C'est vrai, mon fr√®re. Je ne dis pas cela pour faire le malin. Dieu le sait ; Il conna√ģt mon cŇďur. J'ai un minist√®re et beaucoup de choses devant moi cependant ; et je sais qu'un jour, √† la barre du Jugement, je vais r√©pondre pour ces choses. C'est tout √† fait vrai. S'il est √©tabli que je suis un calomniateur, un faux enseignant, alors Dieu me condamnera. C'est vrai. Et si je connais effectivement la v√©rit√© sur ces choses, et que je ne vous le dis pas, alors il me condamnera aussi, certainement.

96.       Il a dit √† la sentinelle : " Fais attention ! Si tu n'avertis pas, alors je vais - je vais  te demander des comptes. Mais si tu as effectivement averti,  et que eux vont de l'avant, ils mourront, c'est leurs p√©ch√©s, mais Je ne te demanderai pas de comptes. Tu en seras quitte. "

97.       Ainsi, nous aimerions faire attention, du moment que nous savons ce qu'est la V√©rit√© selon la Bible. Et comment cet √Ęge a commenc√©, et ce qu'ils ont fait, et de voir aujourd'hui l'Eglise protestante exactement l√† !

98.       Regardez √ßa. Il n'y a pas longtemps, c'√©tait une habitude‚Ķ Et vous les gens de la saintet√©, c'√©tait mauvais pour vous les femmes de vous couper les cheveux. Qu'est-ce qui est devenu bon l√†-dessus ? Alors que la Bible dit : " Si une femme se coupe les cheveux, son mari a le droit de divorcer d'avec elle. " C'est un enseignement cru, mais c'est la Bible.

99.       Et  vous les femmes, vous sortez ici et vous coupez la pelouse dans vos cours, en salopette, et en v√™tements d'homme, alors que la Bible dit, le Dieu Tout-Puissant dit : " C'est une abomination, une souillure aux  yeux de Dieu pour une femme de porter un v√™tement d'homme. " Mais vous, vous le faites.

100.     Et vous fumez la cigarette, vous allez aux soir√©es dansantes et aux cin√©mas, et vous demeurez n√©anmoins membres d'√©glise. Vous‚Ķ cela montre que vous avez attrap√© une esp√®ce de quelque chose ; vous n'√™tes pas marqu√© au Ciel par le Saint-Esprit. Et d'ici peu, nous allons aborder cela et vous montrer autre chose que √ßa. Eh bien, ce n'est qu'une petite chose.

101.     Et vous les hommes, vous allez √† l'√©glise, vous descendez la rue avec un cigare √† la bouche,  comme un - comme un bŇďuf √©corn√© de Texas. Et  vous avez‚Ķ Je ne dis pas cela pour plaisanter. Je suis‚Ķ Je ne crois pas au fait de plaisanter √† la chaire. Je dis ce qu'est la V√©rit√©. Vous descendez la rue, et vous vous asseyez √† des lieux publics, vous mentez, vous volez, et vous vous escroquez les uns aux autres, et vous √™tes des  diacres au comit√© de l'√©glise.

102.     Vous entrez dans des √©glises et vous jouez √† ce bizarre jeu d'arnaque, ce qui n'est rien d'autre au monde que de la loterie vile et basse. C'est vrai. Et vous faites cela, et puis, vous vous en prenez au pari. Vous √™tes tout aussi mauvais dans vos √©glises, vous les m√©thodistes, les baptistes, les pentec√ītistes, qui que vous soyez qui faites cela. C'est vrai. Et vous savez que c'est la v√©rit√©. Mais qu'est-ce ? Vous comblez la mesure comme votre maman jadis l√†-bas. C'est exactement la m√™me chose, et la po√™le ne peut pas se moquer du chaudron. Et c'est cela l'esprit de ces choses.

103.     Mais je n'ai rien contre les catholiques. Je n'ai rien contre les m√©thodistes, ou les baptistes, ou les presbyt√©riens. Dieu a des gens, la post√©rit√© d'Abraham l√†. Ce n'est pas contre les gens. C'est contre leurs √©glises, ils s'organisent l√†, et ils adorent l'√©glise plut√īt que Dieu. Oh, vous les protestants,  vous ne voulez pas croire cela, mais c'est ce que vous faites de toute fa√ßon. Je peux vous poser une question : " Etes-vous chr√©tien ? "

104.     Eh bien, il n'y a pas longtemps, fr√®re Bosworth a pos√© une question √† une jeune fille, disant : " Etes-vous chr√©tienne ? "

105.     Elle a dit : " Une chr√©tienne ? Je vous apprends que j'allume une bougie chaque soir ! "

106.     Eh bien, maintenant vous les protestants, pensez-vous que cela soit quelque chose ? Etes-vous chr√©tien ? je vous apprends que je suis m√©thodiste, ou baptiste. " Eh bien, pour moi cela ne signifie rien, sinon que vous √™tes d√©chu du jour de gr√Ęce, pour vous m√™me; c'est vrai, si c'est tout ce que vous √™tes, juste un m√©thodiste ou un baptiste. Si vous n'√™tes pas chr√©tien en √©tant dans cette √©glise m√©thodiste, ou baptiste, ou catholique, vous √™tes perdu. C'est vrai. Voil√† donc exactement votre marque.

107.     Les deux marques sont spirituelles. Et, je vais vous le prouver par la Bible. Les deux marques sont des marques spirituelles.

108.     Beaucoup de gens se disaient : " Qu'on ira √ßa et l√† faisant des tatouages au front, et faire des tatouages sur la main. " Nous avons vu hier soir que c'√©tait un mensonge. Oui, oui. C'est faux. Il s'agit d'une marque spirituelle. C'est - c'est  vraiment tr√®s  cach√©. Et, √©coutez, souvent‚Ķ

109.     Maintenant, je sais que ceci peut √™tre en train de h√©risser beaucoup de plumes, et cela - cela - cela para√ģt dur. Mais cela - cela redressera si seulement nous‚Ķ nous accordons √†  Dieu une petite occasion. Je - je n'ai pas l'intention d'√™tre rude, mais je - j'essaie simplement de dire la r√©alit√©, de tout mon cŇďur.

110.     Quand J√©sus-Christ a vu cette Eglise protestante se d√©tacher de l'√©glise catholique l√†, sortir et retourner directement, redevenir tel qu'elle a fait, Il a dit : " L'esprit sera si proche qu'il s√©duirait m√™me les √©lus‚Ķ "

111.     Savez-vous, amis chr√©tiens, que l'anti-christ, est la marque de la b√™te ? L'anti-christ, tout le monde sait que, l'anti-christ, l√†, c'est sa marque, c'est le‚Ķ  de sa puissance. Et, voyez,  c'est une b√™te, c'est une puissance. Il y a une puissance de l'Eglise catholique. Il y a une puissance de l'Eglise m√©thodiste.

112.     Il n'y a pas longtemps, je suis all√© aupr√®s d'un tr√®s brave gentleman. Si je ne me trompe pas, il est assis ici m√™me dans cette √©glise ce soir. Le jeune Edith Wright et les autres √©taient venus √† la r√©union ici m√™me, ce n'est pas √† 20 miles [32 Km.-N.D.T] d'ici. Et, nous, les gens‚Ķ J'√©tais juste en train de pr√™cher l'Evangile du salut. Il a d√Ľ monter par dessus des voitures pour arriver √† cet endroit-l√†. Et ce soir-l√†, le pasteur m'a directement fait  venir dehors, il a dit :  " Je regrette de vous le dire, R√©v√©rend Branham. Mais on m'a dit  qu'ils ont fait venir quelques malades l√†, et notre responsable de district est venu et a  dit : " Pas de gu√©rison Divine dans l'Eglise m√©thodiste. Vous allez donc devoir monter √† l'estrade, vous excuser pour vous retirer et  quitter l'assembl√©e. " C'est vrai.

113.     Pourquoi ? La puissance de l'Eglise m√©thodiste. C'est √ßa la puissance de la b√™te. L'Eglise baptiste, la m√™me chose ; les campbelistes, et les luth√©riens, et tous les autres, les pentec√ītistes, c'est tout aussi mauvais. C'est vrai. J'ai eu les pentec√ītistes‚Ķ et les assembl√©es de Dieu sont entr√©es dans le  conseil des √©glises, ce qui est une - une‚Ķ Ils se sont simplement joints √† la vieille " m√®re " prostitu√©e. Chaque organisation eccl√©siastique vient donc de Rome. Voil√† leur m√®re. Et je ne suis pas un saint du dernier jour ou plut√īt de la pluie de l'arri√®re-saison, ou je ne sais comment vous l'appelez. Je ne voudrais pas‚Ķ  Je ne suis rien de  tout cela.

114.     Mais voici ce que je veux dire, les hommes et les femmes devraient √™tre libres en J√©sus-Christ pour marcher dans la Lumi√®re. Et cela devrait √™tre de m√™me pour chaque √©glise. C'est vrai.

115.     Maintenant, remarquez ceci, comment la Bible‚Ķ Saisissez cela. Cette organisation, rappelez-vous, c'est l√† que √ßa se trouve, l√†-m√™me. Et nous voyons que lorsque l'Eglise catholique avait commenc√© l√†-bas, ils se sont retrouv√©s avec un faux bapt√™me, l'aspersion, plut√īt que le bapt√™me. Il n'y a pas un seul passage des Ecritures dans la Bible pour soutenir cela. Et ce n'est pas seulement cela, le bapt√™me du Saint-Esprit, et le bapt√™me d'eau, dans des formes, titres et autre, c'est tout simplement une imitation de la chose v√©ritable. Et il n'y a pas un pr√©dicateur dans le pays, qui puisse me montrer un seul passage o√Ļ cela ait √©t√© d√©j√† fait dans l'Eglise primitive. C'est vrai. C'est-cela n'est pas dans la Bible. Mais ils sont sortis avec cela, et nous nous plions carr√©ment √† cela. Voyez-vous o√Ļ nous retournons directement ?

116.     Et aujourd'hui, vous vous demandez pourquoi nous n'avons pas de r√©veil. Voil√† ce qu'il en est, fr√®re. Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un bon r√©veil du vieux temps, √† la saint Paul, et d'un retour du Saint-esprit de la Bible une fois de plus dans le pays. C'est ce dont nous avons besoin.

117.     Eh bien‚Ķ Et ils  ont re√ßu " la marque de la  b√™te ", ou "  la lettre de son nom ", √† laquelle ils ont form√© une image. L'image c'√©tait une organisation, juste comme l'Eglise catholique. Ils ont organis√© cela et ont form√© une image √† l'Eglise catholique. Est-ce que l'Eglise m√©thodiste en est-il une image ? L'Eglise baptiste ? L'Eglise pentec√ītiste ? L'Eglise presbyt√©rienne ? L'Eglise de la saintet√© ? Les p√®lerins de la saintet√© ? Les fr√®res unis ? Chacune d'elles qui s'est  organis√©, a tir√©  son mod√®le de l√†. Cela n'a jamais √©t√© dans la Bible de Dieu [ Fr√®re Branham frappe une fois  sur la chair.-N.D.E.] C'est vrai.  Les organisations ; s'organiser

118.     C'est Dieu  qui est le conducteur. Examinez cela dans le pass√© aussi loin que vous voulez. Consid√©rez Isra√ęl, quand il est sorti de l'Egypte.

119.     Et il y avait l√† tous ces Moabites, fondamentalistes, offrant des sacrifices ; sept autels, sept ch√®‚Ķ sept moutons, lesquels repr√©sentaient la venue de Christ ; sept veaux, une offrande pure. L√†, se tenait son grand proph√®te, Balaam, l√† m√™me, pour maudire Isra√ęl. Et l√† se trouvait Isra√ęl‚Ķ Il y avait Moab, une grande nation. Il y avait des Amor√©ens et  tout, une grande nation, ils s'√©taient organis√©s comme une nation.

120.     Et Isra√ęl √©tait dispers√© l√† dans des prairies avec un tas de tentes. Ils √©taient " des p√®lerins et √©trangers, √† la recherche d'une cit√© √† venir ",  ils √©taient  tout √† fait interdenominationnels. Et qu'ont-ils fait ?  Ils avaient des signes  et des prodiges qui les accompagnaient. Les autres ici n'en avaient pas et ils √©taient jaloux des enfants d'Isra√ęl. C'√©tait des  esprits.

121.     Dieu retire Son homme, mais jamais Son Esprit. Il avait retir√© Elie, et Son Esprit √©tait venu sur Elis√©e ; et plusieurs centaines d'ann√©es plus tard, Cela √©tait venu sur Jean Baptiste ; et Cela est encore pr√©dit pour le dernier jour.

122.     Le diable retire son personnage, mais jamais son esprit. Ce m√™me enseignant religieux qui avait condamn√© J√©sus-Christ √† cause de Ses miracles, Ses signes et Ses prodiges, et qui √©tait en d√©saccord avec Lui sur les Ecritures, √©tait assez stupide pour venir Lui en parler. Ce m√™me esprit vit jusque-l√† dans les enseignants eccl√©siastiques de ce jour‚Ķ ?‚Ķ parce que cela a √©t√© ordonn√© par Dieu √† √™tre condamn√©. C'est ce que dit la Bible : " Les hommes d'autrefois, pr√©destin√©s √† √™tre condamn√©s, ils ont chang√© la gr√Ęce de notre Seigneur en d√©r√®glement. " C'est tout √† fait vrai. Vous pouvez trouver cela dans Jude, verset 3-3 de-de Jude. C'est vrai.

123.     Remarquez, toutes ces choses prouvent qu'il y a la marque de la b√™te. C'est l√† qu'on en est. Alors, lorsque vous courrez √ß√† et l√† disant : " Eh bien, je suis s√Ľr que lorsque la marque de la b√™te viendra‚Ķ ",  faites attention que vous ne l'ayez d√©j√† re√ßue. Et ceux qui la recevront seront punis dans le feu et le soufre d√©vers√©s par la coupe de la col√®re de Dieu, pour √™tre tourment√©s nuit et jour, aux si√®cles des si√®cles. C'est s√©rieux. Maintenant o√Ļ est votre issue pour √©chapper ?

124.     Il viendra un temps, et cela vient maintenant m√™me. Remarquez, dans cette organisation en cours‚Ķ Eh bien, laissez-moi vous donner un petit signe ici. Dans cette organisation qui √©volue comme √ßa, un temps viendra o√Ļ il faudra appartenir √† cette organisation, sinon vous ne pourrez ni acheter ni vendre ; √† moins  d'avoir cette marque d'apostasie, cette marque de l'√©glise. Il vous faudra  √™tre membre d'une organisation sinon vous ne pourrez ni acheter ni vendre.

125.     Et, √©coutez, vous qui savez que c'est la v√©rit√©. Je ne dis pas de quitter votre √©glise. Je ne dis rien contre votre‚Ķ √† votre sujet ou au sujet de vos membres. Je parle des quartiers g√©n√©raux l√†-bas, lorsqu'ils ont organis√© cette chose, et ont form√© cela :  "  Nous allons faire telle chose. Nous allons faire telle autre. " Et ils √©tablissent des r√®glements √† toute √©preuve.  Et Dieu taille cela en pi√®ces, et en fait sortir Son Eglise du coup ; Il l'a toujours fait.

126.     Consid√©rez le p√®lerinage des enfants d'Isra√ęl. Ils allumaient un feu. Ils s'arr√™taient chaque nuit. La Colonne de Feu se suspendait au-dessus d'eux. Et peu importe le moment du jour ou de la nuit, o√Ļ cette Colonne de Feu se d√©pla√ßait, les trompettes retentissaient et Isra√ęl d√©pla√ßait ses camps et s'en allait. Que √ßa soit √† minuit, √† quatorze heures, n'importe quand que c'√©tait, ils d√©pla√ßaient les camps et suivaient la Colonne de Feu. Est-ce vrai ? [ L'assemble dit : " Amen. " - N.D.E.]Ils suivaient le Feu.

127.     Eh bien, quand Martin Luther a vu le Feu de Dieu se d√©placer, Martin Luther est sorti, suivant le Feu hors du catholicisme. Mais il s'√©tablit sous cela  et organisa son √©glise, alors il ne pouvait pas continuer √† se d√©placer.

128.     Le Feu continuait √† avancer, et Wesley a vu Cela, il a suivi Cela. C'est vrai. Le Feu de Dieu a laiss√© Luther qui s'√©tait √©tabli. Alors la chose suivante,  vous savez, Wesley a construit sous Cela. l'Eglise m√©thodiste wesley√©enne.

129.     Et puis, vint Alexandre Campbell, John Simth avec les baptistes, et les autres comme cela, Moody, et tout cela. Puis, la chose suivante, vous savez, ils ont commenc√© √† devenir formalistes, empes√©s, froids, apr√®s que les anciens proph√®tes √©taient morts et tout. Ce nouveau groupe est apparu avec rien d'autre qu'une instruction de s√©minaire, et alors, la chose suivante, vous savez, ils s'en sont m√™l√©s et ils ont ab√ģm√© Cela.

130.     Et le Saint-Esprit √©tait sorti, les pentec√ītistes ont vu Cela et ils sont partis ( c'est vrai), ils sont directement sortis, s'√©loignant des m√©thodistes, des baptistes, et autres. Maintenant, la chose cruelle l√†, mais c'est pour accomplir la Parole de Dieu, les pentec√ītistes se sont organis√©s, et ils sont devenus tout aussi froids et formalistes que les autres. Mais, regardez, il n'y aura plus jamais un autre √Ęge de l'Eglise. Le dernier √Ęge, c'est l'Age de l'Eglise de Laodic√©e, qui n'est ni chaud ni froid. Qui a assez de religion, pendant que la musique joue, pour danser dans toute l'all√©e, et puis s'asseoir, rentrer √† la maison et parler de son voisin.

131.     Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'un r√©veil √† l'ancienne mode, du Saint-Esprit, envoy√© de Dieu, qui br√Ľle, vous am√®nera √† vous coucher sur la face et crier nuit et jour, pleurer et g√©mir, et vous comporter comme √ßa,  √† cause des p√©ch√©s du monde. Nous aborderons cela. C'est vrai.

132.     Mais ils en sont l√†. Et c'est exactement ce que nous devenons, ti√®des. Dieu a dit : " Cela Me donne simplement la naus√©e ! Je vais simplement vous vomir de Ma bouche. " √ßa c'est l'√©glise, l'Eglise protestante qui est rejet√©e. L'Eglise protestante est rejet√©e ; depuis les pentec√ītistes jusqu'√† Luther, chacune d'elles. C'est la Parole de Dieu qui le dit.

133.     Mais, de chacune de ces √©glises, Il a tir√© un √©lu. Il a tir√© la Semence de chacune d'elles, des m√©thodistes, baptistes, presbyt√©riens, luth√©riens , de partout l√†, des catholiques, et tout. Il a pris un reste, Il a fait sortir un peuple.

134.     Il n'y a pas longtemps, une petite dame √©tait couch√©e l√†, √† Louisville, une catholique qui se mourait. Je suis all√© l√†. Et le pr√™tre a dit : " C'est du non-sens, pareille chose ! "

            Et son mari a dit :  " Mettez-vous √† l'√©cart. Laissez-le entrer. "

135.     Je suis entr√© l√†. Et cette femme √©tait cens√©e √™tre morte le lendemain matin. Pendant que je priais pour elle, il y a eu une vision et il a √©t√© dit : " AINSI DIT LE SEIGNEUR. " C'est vrai. Le lendemain matin‚Ķ Je lui ai dit avec exactitude combien d'heures cela prendrait,et quand elle retournerait √† la maison bien portante. Ils s'en sont moqu√©s. Et √† l'heure m√™me que le Saint-Esprit avait indiqu√©e ; elle est rentr√©e bien portante chez elle et elle est en bonne sant√© aujourd'hui. Elle √©tait une catholique. Et c'√©tait des catholiques. Ils √©taient des catholiques.

136.     Lorsqu'on re√ßoit la Lumi√®re‚Ķ Dans l'Ancien Testament‚Ķ Laissez-moi vous montrer la marque maintenant. Ecoutez attentivement, ensuite je vais directement √† mon sujet. Regardez, dans l'Ancien Testament, quand quelqu'un √©tait dans l'esclavage, et qu'ensuite il avait‚Ķ Il avait √©t√© achet√© l√†, √† un prix. Il devait servir ce ma√ģtre-l√† jusqu'√† l'ann√©e de Jubil√©. Et lorsque l'ann√©e de Jubil√© arrivait, une trompette retentissait.

137.     Et pendant que cet esclave √©tait l√†, lui et ses enfants, sa femme, eux tous d√©siraient retourner chez eux. Ils marchaient d'un pas lourd dans des champs, le ma√ģtre de corv√©e les frappait et par ici, et par l√†. Et alors, quand le sacrificateur de Jubil√© passait, sonnant de la trompette, et ce sacrificateur sonnait de la trompette, et que cet homme entendait cette trompette-l√†, il avait le droit de laisser tomber sa houe, il avait le droit de laisser tomber tout ce qu'il faisait, regarder son ma√ģtre de corv√©e en face et dire : "  Tu n'as plus le droit de me frapper une fois de plus. Je suis libre. " Il s'en allait et rentrait directement chez lui. Pourquoi ? Le son de jubil√© avait retenti, une fois cela entendu !

138.     Et c'est l'Evangile, le Jubil√©, qui vous lib√®re du p√©ch√©. Vous √™tes libre de toutes ces sales habitudes et des choses que le monde a produites ici au nom de la religion, tant chez les protestants que chez les catholiques, sous le pouvoir de la marque de la b√™te. C'est vrai. Vous √™tes libres.

139.     Vous n'√™tes pas oblig√©s. Mais alors, si cet homme refusait d'accepter cela, alors on amenait cet homme de l√† au poteau de l'autel de l'√©glise, et on mettait une marque sur lui, on lui trouait l'oreille. Et il restait serviteur de ce ma√ģtre-l√† tant qu'il √©tait en vie.

140.     Et si vous refusez d'accepter la Lumi√®re de l'Evangile, quand l'Evangile est apport√© dans une pr√©dication sous la puissance du Saint-Esprit, par la Bible, vous pouvez sceller vous m√™me votre destin√©e √©ternelle. Amen.

141.     Maintenant √©coutez encore une autre petite chose, excusez-moi d'avoir fait ce commentaire il y a  quelques instants,  sur-sur cet homme. Mais, √©coutez √ßa : " S√©duire m√™me les √©lus ‚Ķ "

142.     L√†, nous √©tions entrain de marteler les luth√©riens, les baptistes, et les autres, ainsi que les catholiques, maintenant laissez-moi en venir √† vous, les gens de la saintet√©, juste une minute. Voyez-vous ? Je crois dans la saintet√©. On doit √™tre saint : "  la sanctification sans laquelle personne ne verra Dieu. " Non pas ma saintet√© ; Sa saintet√©. Et il n'y a rien que je puisse faire √† ce sujet ; il s'agit de ce qu'Il a d√©j√† fait pour moi. Je ne  compte pas sur la mienne, parce que je n'en ai aucune. je n'essaie m√™me pas d'en avoir une. Je ne cherche pas √†-√† para√ģtre.

            " Cherchez-vous √† tenir ferme, Fr√®re Branham ? " Non, non.

143.     Je me d√©tends simplement et je Le laisse tenir ferme. C'est vrai. C'est Lui qui tient ferme. Restez simplement mort, c'est tout ce qu'il vous faut faire. Restez simplement mort, et Lui tiendra ferme. Il a d√©j√† tenu ferme. Il avait tenu l√† au point qu'Il a dit : " C'est fini . " C'est r√©gl√©. Dieu est sur le point de faire la m√™me chose. C'est fini.

144.     Mais, les gens de la saintet√©, vous les nazar√©ens et les p√®lerins de la saintet√© donc,  rappelez-vous. Ils √©taient sous la puissance et ils sont sortis de l'Eglise wesley√©enne,  ou de l'Eglise m√©thodiste, lorsque ces derniers se sont organis√©s, vous, chers gens de la saintet√©,  vous √™tes sortis et vous avez dit : "  Nous continuerons avec la saintet√©. " C'√©tait merveilleux. Vous avez continu√© avec cet √Ęge-l√†, cet √Ęge de Philadelphie, jusqu'√† ce qu'on en est arriv√© √† Laodic√©e. Mais lorsque le bapt√™me du Saint-Esprit est arriv√©, et que les signes sont revenus dans l'Eglise, vous avez trait√© √ßa  "  du diable. "  Et comme ils parlaient en langues et croyaient en de pareilles choses vous, vous avez dit : " C'√©tait du diable. " Et en faisant cela, vous avez blasph√©m√© contre le Saint-Esprit.

145.     Comment puis-je dire √† ma main : "  Je n'ai pas besoin de toi " ? S'il y a des docteurs, il y a aussi des parlers en langues. S'il y a des √©vang√©listes, il y a aussi des dons de gu√©rison.  Comment le pied peut-il dire √† l'Ňďil : " Je n'ai pas besoin de toi " ? Voyez-vous ?  Vous, si vous √™tes un enfant n√© de Dieu, vous marcherez et vous accepterez tout ce que Dieu dit √™tre vrai. Vous marcherez directement dans la Lumi√®re.

146.     Quand le temps d'avancer arriva pour l'Eglise, Luther s'est avanc√©. Quand le temps arriva pour la-l'Eglise de bouger ses mains, Wesley a boug√© les mains. Quand le temps arriva pour l'Eglise de parler, les pentec√ītistes sont entr√©s en sc√®ne. C'est vrai. Mais maintenant remarquez.

147.     Vous dites : " Et un type ? " Vous dites : "  Y a-t-il un type de cela ? " Oui, oui.

148.     Savez-vous que Judas Iscariot, le v√©ritable anti-christ √©tait un homme tr√®s religieux ? Saviez-vous cela ? On lui avait beaucoup fait confiance, les fr√®res, au point qu'on a fait de lui tr√©sorier de l'√©glise.

149.     Et Judas Iscariot avait √©t√© justifi√© par la foi, en croyant au Seigneur J√©sus-Christ.

150.     Il avait √©t√© sanctifi√© par la Parole. H√©breux ,17 :17‚Ķ Je veux dire Saint Jean 17 : 17 : " Sanctifie-les, P√®re, par la V√©rit√© ; Ta Parole est la V√©rit√©. " Et Il √©tait la Parole.

151.     Et il leur avait √©t√© donn√© le pouvoir d'aller pr√™cher l'Evangile, de chasser des d√©mons et de gu√©rir les malades. Judas Iscariot, Mathieu 10, figurait parmi eux. Et ils sont all√©s, et ils ont chass√© des d√©mons, ils ont pr√™ch√© l'Evangile de telle mani√®re que les p√©cheurs s'√©taient repentis et que les d√©mons quittaient. Et ils sont revenus en se r√©jouissant, poussant des cris, et passant un bon moment,  comme une petite r√©union √©vang√©lique de la saintet√© sous des tentes. Et Judas √©tait juste l√† avec eux. C'est tout √† fait vrai, juste l√† avec eux.

152.     Mais quand le temps de la Pentec√īte arriva, Judas montra ses couleurs.

153.     C'est l√† que l'Eglise de la saintet√© a montr√© ses couleurs, l√† m√™me, ils se sont directement retourn√©s et ont reni√© le Saint-Esprit m√™me qui les conduisait dans les eaux plus profondes ; ils se sont directement retourn√©s et  ont reni√© Cela. Je sais qu'on a beaucoup de fana -‚Ķ

154.     Je ne suis pas pentec√ītiste. Je n' ai jamais √©t√© membre d'une organisation pentec√ītiste, jamais. Je me suis tenu √† la br√®che. Je ne suis pas pentec√ītiste, m√©thodiste, baptiste. Je suis juste un chr√©tien Biblique. C'est tout. Je crois ce que la Parole  dit. Et je ne peux pas nier le don du parler en langues ; si je le faisais, je nierais l'enseignement et tout autre don inspir√© ; C'est vrai. Je ne me suis jamais mis d'accord avec les fr√®res pentec√ītistes sur " l'unique √©vidence ", celle du parler en langues. Jamais. Eh bien, c'est en ordre, s'ils croient cela comme √ßa. C'est leur affaire, voyez, mais c'est parfaitement en ordre. Moi‚Ķ Paul a dit : " Je d√©sire que vous parliez tous en langues. " J'aimerais voir tout le monde √™tre si pr√®s de Dieu.

155.     On a beaucoup d'artificiels, beaucoup de fausses croyances. Ils sont all√©s l√†, plusieurs fois, et ont agi comme s'ils avaient le Saint-Esprit, et ils ont dit quelque chose qui n'√©tait pas le parler en langues. Leur vie a prouv√© ce que c'√©tait. Mais il y a un v√©ritable produit authentique qui continue, malgr√© tout, tout le temps.

156.     Eh bien, pourquoi le diable ne pourrait-il pas jeter une attrape nigaud ratatin√©e ? Assur√©ment, qu'il le ferait pour essayer de mettre un obstacle. Il a jet√© la m√™me chose parmi les gens la saintet√©. Il a jet√© la m√™me chose parmi les m√©thodistes. Il a jet√© la m√™me chose du temps de Luther. Et il jette la m√™me chose aujourd'hui sous le couvert de la puissance des dons, de la gu√©rison divine et des discernements, il jette les m√™mes choses l√†.

157.     Mais que repr√©sente un √©pouvantail pour vous, si vous pouviez parler le langage des oiseaux ? Les oiseaux diraient : "  Lorsque je vois un √©pouvantail, c'est un bon de repas. Les meilleures pommes qu'il y a sont juste l√† o√Ļ se trouvent tous les morceaux de bois et l√† o√Ļ sont  suspendus les √©pouvantails. C'est vrai.

158.     Mais voyez comment cet esprit a directement √©volu√© jusqu'ici.  Et J√©sus a regard√© et a vu cela d'avance, appara√ģtre dans cette Eglise catholique. Il a dit : "  N'appelez personne P√®re. Ne multipliez pas de vaines paroles, toutes ces choses. " Il est venu et  a dit : " Faites donc attention, l'anti-Christ sera tellement proche qu'il s√©duirait s'il √©tait possible m√™me les √©lus. "

159.     Regardez, fr√®re, combien de vierges √©taient all√©es √† la rencontre du Seigneur ? Dix. Elles √©taient toutes vierges.  Que signifie " sanctifier "? " Pure, sainte, vierge ." Les dix √©taient vierges. Cinq n'avaient pas d'huile dans leurs lampes. Cinq avaient de l'huile dans leurs lampes. Ces cinq √©taient tout aussi pures et vierges que les cinq autres. Mais que repr√©sente l'huile, dans la Bible ? C'est ce que nous avons vu hier soir, avant hier soir. Esprit, le Saint-Esprit . Elles s'√©taient purifi√©es, et √©taient assises l√†, mais elles avaient peur et se tenaient loin de la Fontaine qui d√©versait de l'huile. Voyez, elles s'√©taient organis√©es et s'√©taient √©tablies, elles √©taient l√†, ti√®des. C'est l√† que l'√Ęge de l'Eglise est all√©.

160.     Eh bien, maintenant nous en arrivons √† la marque de Dieu. Il me reste trente minutes, le Seigneur voulant. Maintenant, j'aimerais que vous alliez avec moi, d'abord pour voir combien cette marque de Dieu est importante.

161.     Rappelez-vous ce qu'√©tait la marque de la b√™te ; ce n'est pas le communisme. La marque de la b√™te vient de Rome, et se r√©pand dans le monde entier ; le catholicisme, avec le protestantisme qui s'est joint √† cela, la religion organis√©e. Et ils vont unir les √©glises au point que chaque √©glise aura √† se plier devant cette chose-l√†, nos √©glises interd√©nominationnelles sont mises de c√īt√©. C'est vrai.

162.     Apocalypse, chapitre 9 maintenant. Lisons tr√®s attentivement ici pendant quelques instants, Dieu voulant, voyons ce qu'Il a dit dans Sa Parole. Maintenant‚Ķ [Espace vide sur la bande - N.D.E.]‚Ķ  de - de l'Apocalypse, et le verset 4. Ecoutez ceci :

  Il leur fut dit (quand ils ont vu des fl√©aux √™tre d√©vers√©s) de ne point  faire de mal √† l'herbe de la terre, ni aux arbres‚Ķ ni √† aucune  verdure, ni √† aucun arbre, mais‚Ķ aux hommes qui n'avaient pas le sceau de Dieu sur le front. 

163.     Quand les fl√©aux frappaient, les seuls qui √©taient prot√©g√©s, c'√©taient ceux qui avaient √©t√© scell√©s dans le Royaume de Dieu. Ceci est l'investigation en vue du jugement, quand les hommes‚ĶEt-et si Dieu me vient en aide, nous le prouverons dans quelques minutes, par la Parole du Seigneur, que c'est maintenant le temps du scellement en vue du fl√©au. Et pour ceux qui rejettent Cela, il ne reste que la ch√Ętiment √©ternel.

164.     Maintenant, nous allons dans l'Ancien Testament. Et allons ici, si vous le voulez, dans le livre d'Ezechiel, si vous le  voulez, et lisons un peu dans Ezechiel 9. Maintenant, avec l'aide de Dieu donc, puisse-t-Il nous aider √† rester tranquille maintenant pour l'enseignement, juste pendant les trente prochaines minutes, Dieu voulant. Eh bien, ceci se rapporte, notez-le, Ezechiel 9, ceci se rapporte‚Ķ

165.     La premi√®re question que nous devrions r√©gler maintenant, c'est : qu'est-ce que le Sceau de Dieu ? [ Espace vide sur la bande - N.D.E.] Ne pensez-vous pas que ce serait capital ? [ L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] la Bible vous suffit-Elle comme Parole ? [ L'assembl√©e dit : " Amen. "-N.D.E.] Eh bien je sais qu'il y en a qui aiment dire : " Que c'est l'observation du jour de Sabbat ", mais il n'y a pas un seul passage des Ecritures pour soutenir cela, dans le Nouveau Testament. Voyons ce qu'est le Sceau de Dieu, selon‚Ķ . Allons dans Eph√©siens 4 :30, 4 :30, et 1 :13. Notez cela. Eph√©siens 4 :30 dit :

  " N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu, par lequel vous avez √©t√© scell√©s pour le jour de la r√©demption. "

166.     Eh bien, que signifie le scellement ? le scellement, c'est un signe que l'Ňďuvre est achev√©e. Est-ce vrai ?

167.     Eh bien, avez vous d√©j√† vu un chargement de wagons par un employ√© de chemin de fer ? Il ira l√†, et il chargera autant ici,  autant ici. L'inspecteur passera, et examinera, et  si c'est un peu branlant ici, √ßa bouge, il dira : "Non, je ne vais pas sceller √ßa. On doit d√©faire cela et on doit le refaire. " La chose suivante, il essayera de recharger cela ; et s'il le fait mal, l'inspecteur passera et dira : " C'est mal fait.  Reprenez cela. "

168.     Et c'est ce que Dieu fait avec Son Eglise depuis longtemps. Vous chargez, et vous √™tes en route vers le Ciel ; et vous amenez tout avec vous. Vos jeux de cartes, hein ! et tout autre chose que vous pouvez charger dans l'√©glise. Et vous essayez d'amener cela avec vous.  Dieu condamne simplement √ßa, ce n'est pas pr√™t pour le scellement.

169.     Mais quand Dieu voit un homme, √† l'esprit bris√© et contrit, sinc√®re dans son cŇďur, √† genou √† l'autel, Dieu ferme la porte du monde pour cet homme-l√†, et le scelle √† l'int√©rieur par le bapt√™me du Saint-Esprit, et cela dure jusqu'√† la Venue de J√©sus. Ce n'est pas d'un r√©veil √† l'autre, mais " pour le jour de la r√©demption. "

170.     Une fois la porte du wagon est ferm√©e, et que le sceau de l'Etat est appos√© l√†-dessus, cela ne peut plus √™tre bris√© jusqu'√† la destination finale.

171.     Et tout homme qui est n√© de nouveau et qui est scell√© dans le Royaume de Dieu, n'a plus le d√©sir du monde jusqu'au jour o√Ļ J√©sus-Christ l'am√®nera dans le Royaume. Et si vous avez donc des probl√®mes et que vous d√©clarez avoir le Saint-Esprit, que vous soyez membre de l'Eglise m√©thodiste, de l'Eglise baptiste, de l'Eglise pentec√ītiste, que vous ayez cri√©, que vous ayez parl√© en langues, que vous ayez √©t√© baptis√© face en avant, face en arri√®re, ou que vous ayez √©t√© asperg√©, si vous avez toujours ce genre d'ennuis avec vous ; vous feriez mieux de revenir et de v√©rifier le chargement. C'est vrai. Vous prenez trop  avec vous, c'est trop branlant, √ßa bouge. Dieu ne scellera pas √ßa dans cet √©tat-l√†.

172.     Quand un grain de bl√© tombe en terre, peu importe‚Ķ Si ce grain de bl√© meurt √† lui-m√™me, il ne peut pas reproduire un gratteron, pour sauver son √Ęme. Un grain de bl√© reproduira un grain de bl√©, tout aussi certainement que deux  fois deux font quatre. Et si nous avons √©t√© ensemenc√© avec une Semence incorruptible de Dieu, comment cela peut-il reproduire autre chose qu'une vie, que la Vie de Christ ?

173.     Le Saint-Esprit qui conduit l'Eglise, La conduit par la puissance de la r√©surrection de J√©sus-Christ, et vous √™tes scell√©s pour le jour de la r√©demption. C'est la Bible. " N'attristez pas le Saint-Esprit de Dieu par lequel vous avez √©t√© scell√©s pour le jour de votre r√©demption. " Eph√©siens 4 :30.

174.     Eh bien, avant donc que le Saint-Esprit vienne, il est scell√© avant que l'√Ęge des Gentils ait donc commenc√©. Il est scell√© sous ces chandeliers d'or (nous avions un tableau, pour illustrer cela), √† l'√©poque, dans cet √Ęge-l√†.

175.     Il a continu√© √† √©voluer avec eux, √† travers Abraham, Isaac, Jacob, David, jusque dans l'√Ęge des t√©n√®bres qu'ils avaient eu, du temps d'Achab, et cela a continu√© avec Salomon, ainsi de suite, jusqu'√† ce qu'on soit arriv√© √† cette condition ti√®de. Mais juste avant qu'Il termine cette dispensation-l√†, Il a donn√© une grande vertu du Saint-Esprit aux Juifs seuls ; " N'allez pas chez les Gentils, mais allez aupr√®s des brebis perdues d'Isra√ęl. " Est-ce vrai ? " Il est venu chez les Siens, et les Siens ne L'ont pas re√ßu. "

176.     " Mais √† tous ceux qui L'ont re√ßu, Il a donn√© le pouvoir de devenir les rejetons de Dieu ." Il a dit : "  Je leur donne la Vie Eternelle. " La "Vie Eternelle ", √ßa vient du mot grec " Zo√© ". Zo√©, c'est cette Vie-l√†. Zo√©, c'est la Vie de Dieu. Et si la Vie de Dieu vit en vous, cela produit une vie pieuse tout aussi certainement que je me tiens sur cette estrade-ci. Et l'homme qui a Cela ne peut plus p√©rir, pas plus que Dieu ne le peut, parce que Dieu est dans cet homme-l√†. Amen. " Celui qui entend Mes Paroles et qui croit √† Celui qui M'a envoy√© a la Vie Eternelle, il ne passera pas en jugement, mais il a la Vie Eternelle.  Celui qui mange Ma chair et qui boit Mon sang, Je le ressusciterai au dernier jour. " √áa, c'est Sa Parole. Quelle consolation pour le croyant ! Et quelle condamnation pour ceux qui refusent de marcher dans la Lumi√®re !

177.     Il fait chaud, n'est-ce pas ? Tr√®s bien. C'est bien pour vous. Remarquez, voyez si c'est vrai. Fr√®re, nous pouvons prendre cela Ecriture apr√®s Ecriture, semaine apr√®s semaine, semaine apr√®s semaine, rester l√†-dessus, directement‚Ķ le m√™me sujet pendant un an, et ne pas toujours l'√©puiser dans la Bible, tout cela et en √©tant sur la m√™me chose.

178.     Maintenant, juste comme un petit pr√©alable ici, nous allons retourner pour voir ce que signifie pour vous rejeter le bapt√™me du Saint-Esprit, ce que  cela avait signifi√© pour eux √† l'√©poque.

179.     Eh bien, dans Ez√©chiel, chapitre 9, ce proph√®te avait vu J√©rusalem. Eh bien, rappelez-vous, nous parlons de cette p√©riode-l√†, les Juifs, juste avant leur fin.

180.     Aujourd'hui, nous sommes chez les Gentils, √† leur fin. Puis nous entrerons dans le Mill√©nium. Tr√®s bien.

181.     Mais maintenant, observez ici, on voit la fin pour les Juifs maintenant. Le proph√®te voit cela d'avance. C'est encore 100 ans, environ 800 ans, avant la Venue du Seigneur, et cela avait √©t√© annonc√© par le proph√®te. Maintenant, √©coutez attentivement pendant que nous lisons.

  Puis Il cria d'une voix tr√®s forte √† mes oreilles : Approchez, vous qui devez ch√Ętier la ville, chacun son un instrument de destruction ou plut√īt son instrument de destruction √† la main !

182.     Maintenant, suivez attentivement pendant que nous lisons

         Et voici, six hommes arriv√®rent de la porte sup√©rieure du c√īt√© du septentrion, chacun son instrument de destruction √† la main. Il y avait au milieu d'eux un homme v√™tu de lin, et portant une √©critoire √† la ceinture. Ils vinrent se placer pr√®s de  l'autel d'airain .

         La gloire du Dieu d'Isra√ęl s'√©leva du ch√©rubin sur lequel elle √©tait, et se dirigea vers le seuil de la maison, et il appela l'homme v√™tu de lin, et portant une √©critoire √† la ceinture. (Ecoutez). L'Eternel lui dit : passe au milieu de la ville, au milieu de J√©rusalem (la destin√©e de J√©rusalem), et fais une marque sur les fronts des hommes qui soupirent et g√©missent √† cause des abominations‚Ķ  s'y commettent.

         Et, s'adressant aux autres √† ma pr√©sence, Il dit ; Passez apr√®s lui dans la ville, et frappez ; que votre Ňďil soit sans piti√©, et n'ayez point de mis√©ricorde !

         Tuez, d√©truisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n'approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et  commencez par Mon sanctuaire ! Ils commenc√®rent par les anciens qui √©taient devant la maison.

183.     Maintenant, observez ce proph√®te en Esprit, emport√© dans la gloire. Dieu dit : " Je vais te montrer comment je vais r√©gler cela avec les Juifs, avant d'aller chez les Gentils. " Lisez le verset, ou plut√īt le chapitre pr√©c√©dent. Eh bien, quand Il est all√© l√†, il a dit : "  J'ai vu‚Ķ " Premi√®rement, il a vu le p√©ch√© dans la ville, comme il n'en avait jamais vu auparavant, et il a vu J√©rusalem. Eh bien, rappelez-vous, cela n'√©tait destin√© qu'aux Juifs, pas aux Gentils ; les Juifs, et leur capital, J√©rusalem. C'est juste comme hier soir, nous avons vu que cela √©tait destin√© aux protestants ; maintenant, ce soir, c'est destin√© aux Juifs. Il a dit :  " Parcourez la ville. " Voici venir des hommes avec des instruments de destruction √† la main, allant pour tout exterminer dans la ville. Il a dit : " Maintenant, retenez simplement cela, juste une minute. "

184.     Et un homme habill√© en blanc est apparu l√†. Arr√™tons-nous une minute. " Habill√© en blanc, la justice, la saintet√©. " " Habill√© en blanc ", il portait une √©critoire √† la ceinture. Il a dit : " Passe le premier au milieu de la ville, avant que les autres viennent et fais une marque sur le front, une marque sur le front de chaque homme, chaque femme, chaque jeune gar√ßon et chaque jeune fille de la ville, qui soupire et g√©mit √† cause des abominations qui se commettent dans la ville, √† cause des p√©ch√©s des gens. " Fais une marque sur eux !

185.     Et puis, apr√®s qu'il eut parcouru et qu'il eut fait la marque, il revint et dit : " C'est fait. "

186.     Alors, Il a envoy√© ces hommes, disant : " Allez et n'√©pargnez rien, mais exterminez tout ce qui ne porte pas la marque. "

187.     Ecoutez √ßa, fr√®re. Cet homme qui mettait la marque n'√©tait rien d'autre que le Saint-Esprit.

188.     Et remarquez, s'Il venait √† Jeffersonville ce soir, au Branham Tabernacle, ou √† n'importe quel autre tabernacle de la ville, ou √† n'importe quelle autre √©glise, sur qui mettrait-Il une marque, quelqu'un qui a √©t√© si sinc√®re et si honn√™te devant Dieu, qu'il a pleur√©, g√©mit et pri√© nuit et jour √† cause du p√©ch√© de la ville ? [ Fr√®re Branham frappe deux fois sur la chaire.- N.D.E.]

189.     Que ferait-Il aux pr√©dicateurs qui laissent leurs femmes sortir ici en maillots de bain, s'exposer en shorts, parcourir des rues, puis chanter dans la chorale, se maquiller et agir comme J√©zabel ? Et quand‚Ķ Des hommes sont l√†, fumant, buvant, faisant des histoires, jouant √† l'argent et tout le reste ! Et ils agissent comme s'ils n'√©taient pas concern√©s par cela ; ils vont √† un grand d√ģner aux poulets, ou √† une partie de f√™te quelque part. Ils restent √† la maison le mercredi soir √† regarder la t√©l√©vision, plut√īt que d'assister √† une r√©union de pri√®re. En √©t√©, ils ferment l'√©glise, plut√īt que d'avoir des r√©unions. Que scellerait-Il ?

190.     Ce dont nous avons besoin ce soir, c'est de repousser ce tas d'√©vang√©lisation √† la Hollywood, et avoir un r√©veil √† l'ancienne mode, envoy√© de Dieu , avec des hommes et des femmes qui s'agenouillent √† l'autel ! Et arr√™ter ces poign√©es de main que vous soulever, asperger les gens, les baptiser face en avant, face en arri√®re, et tous ces autres formalismes et des ismes. Et avoir un esprit vraiment contrit et bris√©, l√† o√Ļ il y a le p√©ch√©. Mettre tout cela ensemble, et commencer √† pousser des cris d'un nouveau-n√©, √† l'ancienne mode. Amen. C'est ce genre-l√† qui re√ßoit le Saint-Esprit. C'est vrai.

191.     Peu importe qu'ils soient m√©thodistes, baptistes, ou catholiques ou quoi qu'ils soient. Lorsqu'ils viennent devant cet autel et crient nuit et jour : " √Ē ! Seigneur Dieu, consid√®re les p√©ch√©s de cette ville ! Mon cŇďur ne peut trouver du repos ! Je ne peux trouver du repos, Seigneur, en voyant ces choses qui se passent. √Ē Dieu, fais quelque chose ! Envoie-nous un r√©veil √† l'ancienne mode ", vous √™tes alors √† la fronti√®re pour recevoir le Saint-Esprit, fr√®re ! ‚Ķ ?‚Ķ

192.     Mais si vous vous avancez l√†, parce que vous avez sautill√© ou que vous avez dans√© au rythme de la musique, ou que vous avez fait quelque chose d'autre et que vous allez √ßa et l√†, sonnant la trompette ; sans √™tre int√©ress√©, et boudant, faisant des histoires, adh√©rant √† l'√©glise, allant des lieux en lieux, cela montre que vous n'avez jamais rien re√ßu pour commencer.

193.     Fr√®re, c'est - c'est un rem√®de tr√®s fort, mais cela va certainement vous arranger. C'est vrai. Oui, oui. Cela vous fera arriver sans qu'il y ait un faible parmi vous.

194.     C'est comme Mo√Įse. J'aimerais regarder dans sa trousse, pas vous ? Il avait deux millions de gens l√† . Voudriez-vous voir ce que Mo√Įse avait dans sa trousse ? Avec tous ces vieillards, et des centaines de petits b√©b√©s qui naissaient chaque nuit, des infirmes,  et des malades. Et quand Il est arriv√© apr√®s quarante ans, il n'y a m√™me pas eu une - une seule personne faible parmi eux. Certains parmi vous les m√©decins qui √™tes assis ici ce soir, ne voudriez-vous pas regarder dans sa trousse ?

195.     Regardons l√†-dedans et voyons ce qu'il y a. Eh bien, examinez. Nous trouverons : " Je suis l'Eternel qui te gu√©rit. " C'est √ßa. " Amen. " C'est ce qu'il y avait : " Je suis l'Eternel qui te gu√©rit. " On annonce la naissance d'un enfant : " Je suis l'Eternel qui te gu√©rit. " Il a attrap√© la pneumonie : "  Je suis l'Eternel qui te gu√©rit. " C'est l'unique prescription qu'il pouvait donner. C'est  tout ce dont il avait   besoin. C'est tout ce qu'il avait. C'est ce que Dieu lui avait donn√©.

            Evidemment, aujourd'hui : " Oh, nous ne croyons pas √† Cela. Non, ce‚Ķ "

196.     Dieu ne change jamais. Il est le m√™me. Si cet esprit, avec des histoires que les gens font aujourd'hui, sous le  nom du christianisme, avait donn√© de la naus√©e √† Dieu dans le pass√©,  et que c'√©tait une abomination pour les gens que de faire cela, c'est une abomination aujourd'hui. " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Oh, je me sens religieux.

197.     Remarquez : " Vas-y, a-t-il dit, passe au milieu de la ville et fais une marque sur ceux qui soupirent et qui g√©missent √† cause des abominations qui sont commises dans la ville. " Et puis, Il a dit :  " Apr√®s que Tu auras fait cela‚Ķ " Il a envoy√© ces hommes qui avaient des instruments de destruction, ils sont all√©s et ont tout extermin√©.

198.     Maintenant, vous les historiens, juste un instant. J√©sus est venu dans la chair ; Dieu manifest√© dans la chair : " Dieu √©tait en Christ, r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. " Et quand Il √©tait venu dans la chair,  Il allait √ßa et l√†, enseignant. On L'a trait√© de Beelz√©bul, de diseur de bon aventure. On s'est moqu√© de Lui, de Sa naissance, et tout le reste ; on L'a rejet√©, on L'a repouss√©.

199.     Il a dit : "  Quiconque parle en mal du Fils de l'homme, cela lui sera pardonn√©, mais quiconque parle en mal du Saint-Esprit, cela ne lui sera jamais pardonn√© ni dans ce si√®cle ni dans le si√®cle √† venir. "

200.     Il a rassembl√©  quelques Juifs. Il n'est pas all√© chez les Gentils. Il est all√© chez les Juifs. Il avait √©t√© envoy√© chez les Juifs ; ce n'√©tait pas la dispensation des Gentils. La derni√®re lampe br√Ľlait pour l'√Ęge des Juifs , alors Il est all√© l√†.            Il y a  eu quelques personnes qui L'ont re√ßu, les appel√©s √† sortir.

201.     Exactement comme c'est le cas aujourd'hui. De m√™me que le Saint-Esprit avait parl√© par J√©sus-Christ, et qu'Il avait appel√© ceux-l√† √† sortir en ce temps-l√† ; de m√™me le Saint-Esprit, parlant par J√©sus-Christ, appelle √† sortir aujourd'hui.

202.     Ils croyaient au surnaturel l√†. Ils observaient leur Conducteur. Ils L'observaient. Ils savaient qu'Il √©tait le Roi des proph√®tes. Ils savaient tout ce qu'Il √©tait. Ce qu'Il disait, Dieu confirmait cela et disait que c'√©tait la V√©rit√©. Ils savaient qu'ils avaient la V√©rit√©. Ils savaient en Qui ils croyaient, et ils ont continu√© avec J√©sus.

203.     Apr√®s, on L'a crucifi√©. Il a dit : "  P√®re, pardonne-leur, ils ne savent m√™me pas ce qu'ils font. "

204.     Mais le jour de la Pentec√īte, il y eut un groupe d'hommes simples qui pleuraient, criaient et tout. " Et le jour de la Pentec√īte‚Ķ "

205.     Tout √† coup, un sacrificateur remonta la rue, avec une bo√ģte de pain kascher, une bo√ģte de la communion, et dit : " Toi, fais donc sortir la langue, et moi, je boirai du vin. " Quel non-sens ! Un pr√©dicateur protestant remonta la rue et dit : " Nous allons vous donner la main d'association, et vous soumettre √† un essaie de six mois ." Hein ! Non-sens ! " Je vais vous asperger. Je vais vous baptiser. Je vais vous amener par ici, vous introduire dans l'√©glise, vous donner la main d'association ." Non-sens !

206.     " Mais le jour de la Pentec√īte, tout √† coup vint du Ciel un bruit comme celui d'un  vent imp√©tueux, et il remplit toute la maison o√Ļ ils √©taient assis. Et des langues s√©par√©es, semblables √† des langues de feu se pos√®rent sur eux. Ils se mirent √† marmonner, baragouiner, balbutier et cr√©piter et  tout.

207.     Vous direz : "  Non ! " Je vais vous le prouver par la Bible. Oui, oui. " Voulez-vous me dire que c'est ce qu'ils avaient fait ? " C'est ce que la Bible dit.

208.     Savez-vous qu'Esa√Įe avait proph√©tis√© cela ? Laissez-moi vous lire un petit passage ici, dans Esa√Įe, juste une minute. Esa√Įe, chapitre 28, √† partir du verset 8.

            Toutes les tables sont pleines des vomissements‚Ķ(il parle de ce jour-ci) d'ordures ; il n'y a plus de place pure. (Fr√®re, si ce n'est pas l√† le tableau des Juifs). A qui veut-on enseigner la sagesse ?

A qui veut-on enseigner la sagesse ? A qui veut-on donner des le√ßons ? [Dans la Bible anglaise : " Doctrine. "-N.D.E.] (Nous parlons de la doctrine ce soir) qui viennent d'√™tre sevr√©s,  qui viennent de quitter la mamelle ?

Car c'est précepte sur précepte, précepte sur précepte, règle sur règle, règle sur règle, (c'est ainsi que l'Evangile est apporté de la Genèse à l'Apocalypse).

Eh bien ! c'est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare que l'Eternel parlera à ce peuple… : Voici le repos, le repos que j'avais promis ! Mais ils n'ont point voulu écouter, ils se sont éloignés, secouant la tête.

209.     Vous y √™tes. C'est ce qu'Il a dit. Ce n'√©tait pas ma parole ; c'est Sa Parole. Changez Cela si possible. Cela ne peut jamais √™tre chang√©. Il a dit : " Ce sera pr√©cepte sur pr√©cepte ; r√®gle sur r√®gle ; un peu ici un peu l√†-bas. " Tout l'Evangile doit √™tre apport√©.

210.     Le plein Evangile doit commencer ici, et ils ont pr√™ch√© Cela. Et alors, la puissance du Saint-Esprit est venue.

211.     Et ces Juifs qui s'√©taient moqu√©s de J√©sus, et ils ont ri, disant : " Ah ah ah ! Ces hommes sont pleins de vin doux. " Ils ont scell√© leur destin√©e √©ternelle. Ils disaient :  " Comment se fait-il que nous les entendons dans notre propre langue, parler des merveilles ? Eh bien, ces hommes sont pleins de vin doux. Ah - Ah ! " ils se sont moqu√©s et ils ont raill√©.

212.     Et Pierre, ce petit pr√©dicateur saint exalt√© qui pr√™chait sur une caisse √† savon, il a install√© une caisse √† savon, il a bondi dessus. Il a dit : "Hommes juifs, et vous qui s√©journez √† J√©rusalem, sachez ceci et pr√™tez l'oreille √† mes paroles. Mais c'est ici - c'est ici ce qui a √©t√© dit par le proph√®te Jo√ęl. Ces hommes ne sont pas pleins de vin doux, comme vous le supposez, car c'est la troisi√®me heure du jour. Mais c'est ici ce que‚Ķ  " Il s'est r√©f√©r√© √† la Bible. J'ai souvent dit : " Si 'ceci' n'est pas 'ce que', je garderai 'ceci',  jusqu'√† ce que 'ce que' vienne ", si c'est quelque chose de diff√©rent. C'est vrai. Il a dit : " C'est ici ce qui a √©t√© dit par le proph√®te Jo√ęl. Il arrivera dans les derniers jours‚Ķ ", les derniers deux mille ans.

213.     Les premiers deux mille ans, le monde a √©t√© d√©truit par l'eau. Les deuxi√®mes deux mille ans, Christ est venu. Les derniers deux mille ans, " Je d√©verserai de Mon Esprit. " All√©luia ! Non pas : " J'instruirai des pr√©dicateurs et J'enverrai des pr√™tres. "

214.     Mais " Je r√©pandrai de Mon Esprit d'En haut ; vos fils et vos  filles proph√©tiseront ; sur Mes servantes et Mes serviteurs, Je r√©pandrai de Mon Esprit ; et ils proph√©tiseront. Je ferai para√ģtre des signes en haut dans le Ciel, et en bas sur la terre. " C'est ce qui s'est pass√©. C'√©tait l'inauguration.

215.     Et ces Juifs ont raill√©, se sont moqu√©s, et ont dit : " Ils sont pleins de vin doux. " Cela a scell√© leur destin√©e.

216.     En l'an 96 apr√®s J√©sus-Christ, Titus arrive, descendant de cette partie, J√©rusalem est investie par des arm√©s. Et savez-vous ce qui s'est pass√© ? Ces Juifs-l√† ont dit : " Eh bien, nous retournerons √† la maison de l'Eternel. "

217.     Mais ceux qui avaient √©t√© avertis et qui √©taient remplis du Saint-Esprit‚Ķ

218.     Comme Jos√®phe a dit : " Ces gens, c'est une esp√®ce de cannibales, qui mangent le corps de ce J√©sus de Nazareth ‚Ķ " Il a dit : "  Ils ont cach√© au loin Son corps, et c'est ce qu'ils mangent. " Ils prenaient la communion. Il disait de ce groupe-l√† : "Ces h√©r√©tiques. "

219.     Savez-vous que ces gens-l√† √©taient trait√©s autrefois d'h√©r√©tiques ? " Savez-vous cela ?. Savez-vous ce que c'est un  h√©r√©tique ? C'est un fou. Oui. Regardez Saint Paul.

220.     Eh bien, vous, vous - vous les baptistes, vous aimez dire : " Saint Paul, oh, je crois en lui. " Vous les catholiques, vous dites : " Oh, Saint Paul ", et vous baisez deux ou trois fois ces pieds, ses statues qui sont l√† √† Rome. " Saint Paul ! Oui, oui ! "

221.     Consid√©rez ce que Saint Paul a dit quand il comparaissait devant  Agrippa. Il a dit : "  J'adore Dieu selon la voie qu'ils qualifient de secte, de saint exalt√©. " Amen.

222.     J'aurais bien voulu lui serrer la main ; je dirais : " Je crois la m√™me chose, Paul ! All√©luia ! Oui, oui , la m√™me chose ! Apr√®s mille neuf cents ans, Paul , je crois toujours la m√™me chose ! " On a toujours le Saint-Esprit , les m√™mes signes, les m√™mes prodiges, tout pareil ; √ßa continue toujours, le m√™me Saint-Esprit, √©tant toujours scell√© jusque ( Quand ?) le jour de la r√©demption.

223.     " Cet Evangile sera pr√™ch√©‚Ķ " Quel Evangile ? " L'Evangile ! " Qu'est-ce qu'est l'Evangile ? Ce n'est pas en parole seulement. " [ Fr√®re Branham frappe quatre fois sur la. - N.D.E.] Paul a dit : "  L'Evangile ne nous est pas parvenu en paroles seulement, mais par la puissance et la d√©monstration du Saint-Esprit que l'Evangile est venu [ Fr√®re Branham frappe trois fois sur la chaire. - N.D.E.]

224.     Paul dit : " Je ne suis jamais venu avec l'instruction du s√©minaire, venu en utilisant de grands mots, afin que votre salut soit fond√© sur de grands mots et un discours s√©duisant, une doxologie ou un credo des ap√ītres, ou quelque chose  comme cela. Je ne suis jamais venu √† vous comme cela. Mais je suis venu vers vous, ne sachant rien d'autre que la puissance de la r√©surrection de J√©sus-Christ, et la d√©monstration du Saint-Esprit. " All√©luia ! Que Dieu nous donne d'autres Paul, qui ont ces tr√®s forts coups qui exposent cela l√† par cette Evan‚Ķ sans gant de s√©minaire. Amen. Le Sceau de Dieu ! Amen.

225.     Eh bien, combien de temps nous reste-il ? Beaucoup, n'est-ce pas ? [L'assembl√©e dit : " Amen. " - N.D.E.] C'est ce que je me disais. C'est en ordre. Demain, c'est le samedi, personne parmi vous ne va au travail. Tr√®s bien. Tr√®s bien. Rappelez-vous, encore - encore quelques minutes.

226.     Priez ! Remarquez, fr√®re, c'est le temps o√Ļ il faut √™tre sinc√®re. C'est le temps o√Ļ nous devrions faire l'inventaire. Je ne me tiens pas ici pour faire le plaisantin. Si c'√©tait le cas, je serais parti √† l'autel pour me repentir. Peut-√™tre que pour certains parmi vous, je fais le plaisantin, mais ce n'est pas mon intention. Je fais un peu le fou, de temps en temps ; je n'y puis rien. Quelque chose se saisit de moi, et me fait agir comme cela, je n'y puis donc rien. Mais, dans mon cŇďur, fr√®re, je crois Cela de tout mon cŇďur. Pendant vingt ans et quelques, j'ai pr√™ch√© Ceci √† cette chaire-ci, dans le monde entier, et Dieu a confirm√© Cela par des signes et des prodiges. Amen. " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Oui.

227.     Eh bien, Il a dit : " En effet, faites avancer ceux qui ont des instruments. " Les gens avaient refus√© de recevoir cette marque-l√†. Et il s'est avanc√©, et Titus a assi√©g√© les murs de J√©rusalem, ils ont accouru dans la ville ; ils les ont fait crever de faim, l√†-dedans, au point qu'ils ont fait bouillir les uns les enfants des autres pour manger. Et ils ont mang√© l'√©corce de l'arbre, l'herbe de champ. Et puis, lorsqu'ils ont d√Ľ finalement se rendre‚Ķ Titus, quand il est entr√© dans J√©rusalem, il a extermin√© tout ce qui √©tait l√†, il a tu√© les femmes, les enfants, les b√©b√©s, les sacrificateurs, tout le reste, et il a br√Ľl√© la  ville.

228.     Et J√©sus avait dit : " Il viendra un temps o√Ļ il ne restera pas une pierre. "

229.     On Lui a dit : " Regarde notre immense cath√©drale. Fr√®re, nous sommes baptistes, ou m√©thodistes, ou pentec√ītistes, ou je ne sais quoi. "

            Il a dit : " Il ne restera pas pierre sur pierre . "

230.     Cela montre que "Dieu n'habite pas dans des maisons faites des mains[d'homme]. " Dieu habite dans des cŇďurs humains. " Car Tu M'as form√© un corps. " Le Saint-Esprit n'habite pas dans une maison. Il habite dans le cŇďur. C'est √ßa le temple. " Ne savez-vous pas que vous √™tes le temple du Dieu vivant ? " Amen. Si vous construisez un temple, si vous construisez une √©glise, et que toute votre foi repose sur votre temple ou votre √©glise, ou une idole en bois, vous recevez la marque de la b√™te sans le savoir. C'est vrai‚Ķ Vous planez l√† et vous perdez tout votre temps, pr√©dicateurs, √†  supporter  votre organisation, et vous vous dirigez tout droit en enfer avec cela aussi vite que possible.

231.     Je vous assure, fr√®re, il est temps que les hommes se r√©veillent et pr√™chent l'Evangile avec la puissance du Saint-Esprit, partout, appelons les m√©thodistes, les baptistes, les presbyt√©riens, les catholiques, tous, √† la croix de J√©sus-Christ.

232.     Eh bien, je raconte souvent que les anciens bergers portaient du miel et mettaient cela sur le  rocher. Et lorsque les brebis malades l√©chaient cela, elles se r√©tablissaient.

233.     Fr√®re, j'en ai tout une gibeci√®re pleine, ici ce soir. Et je mettrai cela sur le Rocher, J√©sus-Christ, et les brebis malades peuvent l√©cher et √™tre r√©tablies. C'est exact. Fr√®re, √©coutez, on ne va pas placer cela sur une quelconque √©glise. Sa place n'est pas dans une √©glise. Sa place est en Christ. C'est tout √† fait vrai.

234.     Formaliste ! " Oh, oui, nous croyons en Christ. " Vos Ňďuvres prouvent ce que vous croyez.

235.     J√©sus a dit : " Voici les miracles qui [s-h-a-l-l, en fran√ßais "doivent " - N.D.T] accompagneront ceux qui auront cru, jusqu'√† la fin du monde. Et en Mon nom, ils chasseront les d√©mons, parleront de nouvelles langues, et s'ils saisissent des serpents, ou s'ils boivent un breuvage mortel, cela ne leur fera point de mal. Ils imposeront les mains aux malades, les malades seront gu√©ris. " C'est ce que J√©sus a dit. Ce sont les derni√®res paroles qui sont sorties de Ses l√®vres. Et Il a √©t√© enlev√© au Ciel.

236.     Et les gens qui partent en croyant et en pr√™chant la gu√©rison divine, les puissances de Dieu, le monde les traite de fous. Et la Bible dit : " S'ils appellent le Ma√ģtre de la maison Beelz√©bul, √† combien plus forte raison appelleront-ils ainsi Ses disciples ? "

237.     Ils gisaient l√†, condamn√©s, tous morts, tout √† fait. Mais Jos√®phe a dit : "Ces gens l√† qui‚Ķ  chr√©tiens-l√†, avaient quitt√© J√©rusalem pour Jud√©e, et avaient √©chapp√© √† toute cette col√®re. " L√†, c'√©tait les Juifs, la fin pour les Juifs.

238.     Rapidement maintenant, pendant les quelques minutes qui vont suivre, voyons la fin pour les Gentils, tr√®s vite. Allons dans Apocalypse, chapitre 7, l√† o√Ļ on verra la fin de la dispensation des Gentils. Voyez si c'est vrai ou pas. L√†, c'√©tait le passage o√Ļ le proph√®te Ez√©chiel proph√©tisait pour la fin de cet √Ęge-l√† ; Ici maintenant, c'est le Saint-Esprit qui proph√©tise la fin de cet √Ęge-ci. Maintenant, √©coutez donc attentivement, alors que je lis minutieusement.

            Apr√®s cela‚Ķ

239.     Apocalypse 7 donc, " apr√®s cela, je vis quatre anges‚Ķ " C'√©tait des cavaliers qui √©taient all√©s, au chapitre 6, et ils sont all√©s sur un cheval p√Ęle, un cheval noir, un cheval roux, ainsi de suite, en fait, ces cavaliers ont parcouru le pays depuis longtemps.

            Je vis quatre anges debout au quatre coins de la terre ; ils retenaient les quatre vents‚Ķ   afin qu'il ne souffle point de vent sur la terre ni sur la mer, ni sur aucun arbre.

240.     Maintenant, suivez la vision  qu'il a eue premi√®rement. " Je vis quatre anges debout aux quatre coins de la terre " Quatre places de la terre, un ange, retenant les quatre vents. Les anges sont des messagers. C'est la Bible qui le dit. Et les vents ce sont des guerres et des luttes. Il retenait les quatre vents, ici‚Ķ ?‚Ķ Suivez maintenant, le verset 2

            Et je vis un autre ange, qui montait du c√īt√© du soleil levant, et qui tenait le (s-c-e-a-u, en d'autre terme une Ňďuvre accomplie) tenant le sceau du Dieu vivant ; Il cria d'une voix  forte aux‚Ķanges‚Ķ qui il avait √©t√© donn√© le droit de faire du mal √† la terre et √† la mer, et Il dit : " Ne faites point de mal √† la terre, ni √† la mer, ni‚Ķ arbres, jusqu'√† ce que nous ayons marqu√© du sceau le front des serviteurs de notre Dieu‚Ķ

241.     Suivez, je vais lire la suite.

Et j'entendis le nombre de ceux‚Ķ  avaient √©t√© marqu√©s du sceau - avaient √©t√© marqu√©s du sceau-marqu√©s du sceau cent quarante- quatre mille, de la tribu de-de‚Ķ  tribu des enfants d'Isra√ęl.

242.     " Et de la tribu de Juda‚Ķ 12‚Ķ " ainsi de suite, et Benjamin, Gad, Ruben, jusqu'√† Zabulon, ainsi de suite jusqu'aux douze tribus, √† la fin du verset 8. Et douze fois douze font combien ? [L'assembl√©e dit : " Cent quarante-quatre. "-N.D.E.] Cent quarante-quatre. Cent quarante-quatre milles, tous des Juifs. Maintenant suivez.

Et après cela, je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de tout peuple, de toute langue, et de toute nation…

243.     D'o√Ļ sont-ils venus ? Vous voyez, nous avons vu la fin de ces Juifs, et quand il a √©t√© ordonn√© aux anges d'aller d√©truire ici, il est dit, on les a vus qui " retenaient. " Mais d'o√Ļ venaient ceux-ci, de tout peuple, de toute langue, de toute nation ? Ils entrent en sc√®ne.

            De tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant l'Agneau et devant‚Ķ rev√™tus‚Ķl'Agneau, de robes blanches, et des palmes dans leurs mains.

244.     L'Epouse, l'Epouse des Gentils a √©t√© scell√©e ici. Observez.

            Et ils criaient d'une voix forte, en disant : "  le salut est √† notre Dieu  qui est assis sur le tr√īne et √† l'agneau.

            Et-et‚Ķ Les anges se tenaient autour du tr√īne, des vieillards et des quatre √™tres vivants‚Ķ se prostern√®rent sur leur face devant le tr√īne, et ils ador√®rent Dieu, en disant (Ecoutez, si √ßa n'a pas l'air d'une r√©union du Saint-Esprit.) Les louanges, Amen, la gloire, la sagesse, les actions de gr√Ęces, l'honneur, la puissance, et la force, soient √† notre Dieu, aux si√®cles des si√®cles ! Amen !

245.     Pour moi, cela n'a pas l'air d'une esp√®ce de service formaliste de remise des dipl√īmes de baccalaur√©at. Pour moi, cela a l'air d'une effusion du Saint-Esprit √† l'ancienne mode. Ces gens avaient √©t√© quelque part ; ils savaient quoi faire lorsqu'ils ont vu l'Agneau se tenir sur le Tr√īne.

            Et l'un des vieillards‚Ķ me dit : " Ceux  qui sont rev√™tus de robes blanches, qui sont-ils, et d'o√Ļ sont-ils venus ?

246.     Eh bien, vous savez que l√†, c'√©taient des Juifs, mais d'o√Ļ sont venus ceux-ci ? "De tout peuple, de toute langue, de toute nation. " Suivez.

            Je lui dis : " Mon Seigneur, Tu le sais (Non, je ne sais simplement pas). Et Il me dit : Ce sont ceux qui‚Ķ( qui avaient‚Ķ je pense. Tr√®s bien.)

247.     ‚Ķ  ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation ; (ils sont trait√©s de saints exalt√©s), on s'est moqu√© d'eux, on les a pers√©cut√©s, on les a raill√©s)‚Ķ ils viennent de la grande tribulation, ils ont lav√© leurs robes, et ils les ont blanchies dans le sang de l'Agneau. (Suivez !) 

            ‚Ķ ils sont devant le tr√īne de Dieu‚Ķ

248.     O√Ļ se tient la femme ? O√Ļ se tient la reine ? C'est l'Epouse, l'Epouse des Gentils‚Ķ

‚Ķ et Le servent jour et nuit au  temple‚Ķ

249.     Ma femme me sert chez moi nuit et jour. Voyez-vous ? C'est l'Epouse de J√©sus ; c'est l'Epouse des Gentils.

            Celui qui est assis sur le tr√īne dressera sa tente parmi eux. Ils n'auront plus faim,‚Ķ

250.     All√©luia ! Finis les jours ouvrables. Eh bien, nous avons rat√© beaucoup de repas, mais nous n'en raterons aucun l√†. Amen.

251.     Je sais que ma pauvre petite vieille m√®re est assise ici ce soir, je l'ai vue se lever de la table ; Nous prenions du caf√© et du pain rassis‚Ķ Elle pouvait d√©verser cela, mettre du sucre. Et il n'y en avait pas assez pour faire le tour ; les enfants pleuraient ; alors elle se levait et s'en allait. Mais L√†, nous ne ferons plus jamais cela ! Mon vieux Papa est mort affam√© dans mes bras, l√†, de l'autre c√īt√© de la rue.

252.     Mais nous ne ferons plus jamais cela. All√©luia ! Non, non. On n'aura plus faim.

            Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif‚Ķet  le soleil ne les frappera point, ni aucune chaleur.

            Car l'Agneau qui est au milieu du tr√īne les pa√ģtra et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.

253.     Il se peut qu'ils aient d√Ľ pleurer un peu et tout, quand le Saint-Esprit est venu ; mais Dieu essuiera toute larme de vos yeux.

254.     Suivez, il vit "  quatre anges debout aux quatre coins de la terre, retenant les quatre vents. " Rapidement maintenant. Mon  temps est fini, mais laissez-moi vous faire comprendre ceci, avant de terminer. Regardez, il vit quatre anges. On a vu la fin de l'Eglise Juive, comment on les a vu venir de la m√™me fa√ßon, venir avec des instruments de destruction, cette arm√©e-l√†.

255.     Maintenant, suivez. Quel genre de marque l'Eglise du Saint-Esprit a-t-Elle re√ßue, comme marque sur leur front ? C'√©tait un signe spirituel. Le Saint-Esprit les avait marqu√©s. Est-ce vrai ? [L'assembl√©e dit : " Amen. "-N.D.E.] Il n'a jamais mis de tatouages sur leurs t√™tes. N'est-ce pas ? [" Non. " ] Non.

256.     Ils n'√©taient pas condamn√©s par une nation anti-religieuse. Ils √©taient condamn√©s par leur propre peuple. Voyez-vous ce que je veux dire ? La v√©ritable Eglise du Dieu vivant sera condamn√©e par les catholiques et les protestants ; en effet, ces derniers s'uniront. Ils se sont d√©j√† unis comme un seul, comme m√®re et fille.

257.     Mais ceux-ci, ici, ne l'√©taient pas. Alors, observez ce qu'Il a fait. Il a dit : " Faites la marque sur leur front. " Quel genre de marque √©tait-ce ? Je vais vous le lire, Actes 2 : " tous ensemble dans le m√™me lieu. Tout √† , il vint un  bruit, l'ange venant du Ciel. "

            Vous dites : " Ce bruit √©tait un ange ? "

258.     C'√©tait quoi, ce qui √©tait all√© devant David, quand il a entendu le vent imp√©tueux dans les feuilles, dans les feuilles des m√Ľriers, cette nuit-l√†, alors qu'il avait peur d'avancer ? " Il a entendu un bruit venir du Ciel comme un vent imp√©tueux " Dieu alla devant David.

259.     " Tout √† coup, le Saint-Esprit et la puissance leur apparurent. " Ils sortirent dans des rues, bondissant et sautillant, parlant en langues, balbutiant, poussant des cris et agissant comme des gens ivres, et tout le monde se r√©jouissant simplement et louant le Seigneur Dieu. N'est-ce pas vrai ?

260.     C'est ainsi que Dieu agit quand Il envoie Sa puissance avec le bapt√™me du Saint-Esprit. Et Cela est entr√© l√† m√™me ; et le Message a √©t√© r√©pandu . All√©luia ! Et ils ont cri√©, ils ont pouss√© des cris, ils ont parl√© en langues, et ils sont all√©s l√†. Et c'√©tait la marque que Dieu avait plac√©e  sur des gens. Est-ce vrai ? Dieu a plac√© cette Marque, et c'est le genre de marque que Dieu va placer sur Son peuple aujourd'hui, le m√™me Sceau de Dieu  qui a √©t√© appos√© sur eux l√†, par le  bapt√™me du Saint-Esprit, c'√©tait le Sceau de Dieu.

261.     J'aimerais vous poser une question, √©glise. La Bible dit que la Marque de Dieu en ce jour-l√†, c'√©tait le bapt√™me du Saint-Esprit. Le sceau qui √©tait appos√© sur les gens, pour les distinguer des autres, c'√©tait le bapt√™me du Saint-Esprit. Est-ce vrai ? [L'assembl√©e dit : " Amen ." .- N.D.E.] Le Nouveau Testament dit, dans Eph√©siens 4 :30, que le Saint-Esprit est le Sceau de Dieu, pour les gens des derniers jours, jusqu'√† votre destin√©e √©ternelle. Est-ce vrai ? [" Amen. "]  Alors, le Saint-Esprit avait raison.

262.     Eh bien, nous avons eu l'√Ęge m√©thodiste, nous avons eu l'√Ęge baptiste, nous avons eu la justification, nous avons eu la sanctification. Nous avons eu toutes ces choses qui se sont pass√©es.

263.     Et il y a environ quarante ans qu' on a entendu parler du bapt√™me du Saint-Esprit pour la premi√®re fois aux Etats-unis. Est-ce vrai ? Il y a environ quarante ans, quand les gens ont commenc√© √† recevoir‚Ķ

264.     Eh bien, on appelait cela la deuxi√®me Ňďuvre pr√©cise de la gr√Ęce, la sanctification. La sanctification, c'est une bonne chose.

265.     Un vase doit premi√®rement √™tre pris, ramass√©. Il est tout couvert de la boue. Il est justifi√© du fait que le-l'homme l'a ramass√©.

266.     La chose suivante, √ßa doit √™tre- doit √™tre purifi√© et r√©cur√©. Le mot " sanctifi√© " signifie " purifi√© et √™tre mis de c√īt√© pour le service ". Mais " √™tre mis de c√īt√© pour le service ", √ßa ne veut pas dire qu'on est dans le service.

267.     Et puis, J√©sus a dit : " Heureux √™tes-vous vous qui avez faim et soif de la justice, car vous serez rassasi√©s. " Voyez, le Saint-Esprit est venu sur les croyants sanctifi√©s, les vrais et authentiques croyants sanctifi√©s. Et les signes et les prodiges ont commenc√© √† se manifester d√®s que ce vase sanctifi√© s'√©tait mis en ordre, et que le Saint-Esprit √©tait entr√© dedans. Voyez-vous ce que je veux dire ?

268.     Vous ne pouvez pas faire sortir de l'huile d'une bouteille √† moins d'en avoir l√†-dedans, peu importe combien la bouteille est propre. Vous ne pouvez obtenir le parler en langues, la gu√©rison divine et les puissances de Dieu de quelque chose qui n'en a pas. Le Saint-Esprit doit √™tre amen√© donc l√†-dedans.

269.     Regardez, il y a environ quarante ans‚Ķ R√©fl√©chissons -y. Nous voyons, l√†‚Ķ Suivez attentivement. Un grand bruit s'est r√©pandu : c'√©tait la Premi√®re Guerre mondiale ; c'√©tait la toute premi√®re fois, dans toute l'histoire du monde, d'avoir une guerre mondiale. O√Ļ a-t-elle commenc√© ? En pleine Allemagne. Qu'est-ce qui s'est pass√© ? Le changement ; Personne ne le sait jusqu'√† ce jour-ci, comment elle s'est arr√™t√©e. Personne ne le sait. Lisez La fin de la guerre mondiale. J'ai lu chaque volume. Il n'y a personne‚Ķ Tout ce qu'on sait, ce qu'il y a eu un ordre qui a √©t√© donn√© : " Rendez-vous ! " Personne ne sait qui a donn√© cela. Pourquoi ?

270.     √Ē Dieu ! Vous allez me traiter de saint exalt√©, de toute fa√ßon, alors je pourrais tout aussi bien exprimer mes sentiments. Regardez ! Oh ! comme je suis reconnaissant pour le Saint-Esprit, du fait qu'Il est ici √† l'estrade pour apporter la r√©v√©lation.

271.     Remarquez. Suivez. Ils sont all√©s , toutes sortes de vents ont souffl√© sur la terre, avec des armes de destruction, pour tout exterminer pendant la guerre mondiale. Mais, tout √† coup, cela s'est arr√™t√©. Apocalypse, chapitre 7, dit : " Je vis quatre anges venir avec des instruments de destruction. Et un Homme est venu de l'Est, qui tenait le Sceau du Dieu vivant, Il a dit :  'Retenez les quatre vents'. "

272.     " Retenez cela. " Pourquoi ? Les Juifs ne sont pas encore √† la place qu' il faut. Gloire ! les Juifs n'√©taient pas √† la place qu'il fallait selon la promesse de Dieu. Il leur avait dit o√Ļ ils seraient, qu'ils se tiendraient l√†. Il a dit : " Quand vous verrez le figuier bourgeonner, sachez que le temps est proche. " Et  Lorsque vous voyez les Juifs retourner en Palestine, sachez que le temps est proche. Cette g√©n√©ration ne passera pas que toutes ces choses ne soient accomplies. " Et, fr√®res, ces sept derni√®res ann√©es, c'est pour la premi√®re fois que le drapeau juif a donc flott√© sur J√©rusalem depuis deux mille ans ; oui, deux mille cinq cents ans. Amen. Les Juifs n'√©taient pas juste l√† o√Ļ cela pouvait‚Ķ, mais Il a dit : " Retenez ! Retenez ! "

273.     Pourquoi, pourquoi " Retenez " ? Suivez, Il y avait encore des Gentils, entre l'√Ęge de Wesley et l'√Ęge pentec√ītiste, qui devaient entrer. Avant que la pentec√īte entre dans l'√Ęge de l'Eglise de Laodic√©e, il y a eu une porte ouverte plac√©e devant l'Eglise ; une porte ouverte √† " quiconque veut venir qu'il vienne et boive √† la Fontaine des eaux de la Vie, gratuitement. " Une porte ouverte, √©tablie. Oh ! l√† l√†!

            Et Il a dit : "Retenez cela ! " Pourquoi ?

274.     J√©sus a dit : " Un homme est sorti et a travaill√©. Et un autre homme est sorti, √† une autre heure, et il a travaill√©. Et un autre homme est sorti et a travaill√©. Et un homme est sorti √† la onzi√®me heure. Et lorsqu'il s'est arr√™t√© √† la onzi√®me heure, chacun d'eux a re√ßu le m√™me salaire, √† la onzi√®me heure. Ils se sont pos√© la question de savoir pourquoi. Pourquoi a-t-Il fait renter tout le monde √† la onzi√®me heure ?

275.     Martin Luther a travaill√©‚Ķ  qui a march√© sous la dispensation de Luther, est mort sous la gr√Ęce ‚Ķ ?‚Ķ les autres, les m√©thodistes qui poussaient des cris, qui sont morts dans l'√Ęge de Wesley, sont morts sous la gr√Ęce. Nous vivons dans un autre √Ęge, pas un √Ęge pass√©, ici ! Ma m√®re se d√©pla√ßait √† bord d'un char √† bŇďufs et nous, nous nous d√©pla√ßons √† bord d'une Ford mod√®le V-8, pratiquement  propuls√©e par un moteur √† r√©action. C'est vrai. Nous vivons dans un √Ęge tout √† fait diff√©rent. Et nous vivons dans une dispensation diff√©rente. Nous vivons au jour de la restauration des puissances de Dieu, et ici m√™me, on voit la puissance de Dieu comme cela agissait au d√©but. Nous vivons dans un autre √Ęge. Ne regardez pas l√† en arri√®re, √† Wesley, aux m√©thodistes, √† tous ceux-l√†, aux baptistes et aux presbyt√©riens. Regardez, ici, √† J√©sus-Christ, l'Auteur et le Consommateur de la Foi de la Bible. All√©luia !

276.     Maintenant, observez-Le, Il a dit : "Retenez cela " ; jusqu'√† quand ? jusqu'√† ce que les ouvriers de la onzi√®me heure puissent entrer, le dernier appel des Gentils. La maman a travaill√© l√† ; le papa et les autres ont travaill√© ici ; la grand-m√®re avait travaill√© l√† loin. Ceci est notre √Ęge, la onzi√®me heure. Cette Guerre mondiale s'est arr√™t√©e au onzi√®me mois de l'ann√©e, le onzi√®me jour du mois, la onzi√®me heure de la journ√©e, et la onzi√®me minute de l'heure ; afin que les ouvriers de la onzi√®me heure puissent entrer (quoi ?) recevoir le m√™me bapt√™me du Saint-Esprit que les autres avaient re√ßu jadis au commencement, ramener la puissance et la r√©surrection du Seigneur J√©sus-Christ, avec les m√™mes signes et les m√™mes prodiges.

277.     Qu'est-ce ? Les guerres √©clatent ici, √©clatent l√†-bas, √©clatent ici, √©clatent l√†-bas ; essayant de‚Ķ Les bombes atomiques et tout le reste ont √©t√© fabriqu√©s, mais ils ne pouvaient pas utiliser cela.[Fr√®re Branham frappe plusieurs fois sur la chair.-N.D.E.] Ils ne le peuvent pas jusqu'√† ce que les Juifs re√ßoivent la visitation du bapt√™me du Saint-Esprit. L'Ange a dit : " Retenez cela jusqu'√† ce que nous scellions les serviteurs ", pas l'Epouse. Les Gentils n'ont jamais √©t√© des serviteurs, nous sommes des fils et des filles. Eux sont des serviteurs, les Juifs. Abraham √©tait serviteur de Dieu. All√©luia ! Eh bien, eh bien, nous trouvons des milliers de fois des milliers de Juifs‚Ķ  Dieu avait endurci le cŇďur de Pharaon pour que les Juifs soient chass√©s vers la Palestine. C'est Dieu qui a endurci le cŇďur de Hitler, le cŇďur de Mussolini, le cŇďur de Staline. On les chasse de force vers la Palestine, sans savoir ce qu'on faisait, oeuvrant en plein entre les mains de Dieu.

278.     Ces cent quarante-quatre mille se tiendront l√†. Et un de ces jours, un divin proph√®te saint et oint de Dieu ira l√† avec des signes et des prodiges. Ces Juifs diront : " C'est ce que j'attends. "  [Fr√®re Branham frappe quatre fois sur la chaire.-N.D.E.] Oui, oui. Et Dieu baptisera cent quarante-quatre mille Juifs.

279.     Et l'Enl√®vement aura lieu ; et l'√Ęge des Gentils prendra fin. La bombe atomique explosera et emportera le monde. Et l'Eglise des Gentils sera enlev√©e, pour se tenir l√†, dans la Pr√©sence de Dieu. " Qui sont ceux-ci qui viennent de la grande tribulation ? Ils ont lav√© leurs robes dans le sang de l'Agneau. Ils sont devant Dieu, sans tache. " Amen.

280.     La marque de la b√™te, la conf√©d√©ration des √©glises ,le catholicisme, tout cela li√© ensemble va dans le chaos. Le reste, l'Epouse du Saint-Esprit‚Ķ

281.     Et les gens qui, aujourd'hui, se moquent du parler en langues, se moquent de la gu√©rison divine, se moquent de la proph√©tie, se moquent de la manifestation de l'Esprit‚Ķ et le m√™me esprit qui avait domin√© ces Juifs l√† dans le pass√©, qui avait blasph√©m√© le Saint-Esprit l√†, et qui √©taient morts sous le jugement divin. Ces Etats-Unis d'Am√©rique subiront un jugement divin sous la puissance du Saint-Esprit. Ils nous ont condamn√©s, ils se sont moqu√©s de nous, ils nous ont rejet√©s, ils nous ont trait√©s de saints exalt√©s et tout le reste. Mais l'heure est venue, o√Ļ Dieu d√©versera Son jugement divin. Amen.

282.     Soyez pr√™ts. [Espace vide sur la bande-N.D.E.]‚Ķ ?‚Ķ L'unique zone de s√©curit√© qu'il y a aujourd'hui, se trouve en J√©sus-Christ. Que Dieu vous b√©nisse. Si vous n'√™tes pas √† l'int√©rieur, h√Ętez-vous d'y entrer: "Ce sont ceux qui sont en J√©sus-Christ, que Dieu am√®nera avec Lui lors de la seconde venue. "

283.     En dehors du Sceau de Dieu, qui est le bapt√™me du Saint-Esprit, c'est la conf√©d√©ration de l'apostasie qui est la marque de la b√™te. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Voyez-vous ce que je veux dire ? Mais ces enseignants religieux cherchent √† mettre cela sur le communisme, alors qu'ils ne se rendent pas compte que cela travaille en plein parmi eux. Il a dit : " Ce sont les conducteurs aveugles conduisant les aveugles ." Il a dit : " Ils auront des yeux, mais ils ne verront pas. " Il a dit : " Vous agissez selon vos traditions, vous apportez les doctrines des hommes, vous faites des commandements d'homme, vous rendez nuls les commandements de Dieu. "

284.     Vous vous moquerez des catholiques du fait qu'ils ont √©labor√© leur cat√©chisme, et vos hommes se rendent bien l√† √† une conf√©rence ou quelque chose comme cela, pour d√©cider s'ils peuvent recevoir ou pas la gu√©rison divine, ou le bapt√™me du Saint-Esprit et ces choses-ci. Et ils condamnent Cela et Le rejettent. Et vous vous moquez des catholiques. Vous n'avez pas le droit de vous moquer des catholiques. En effet, si elle a √©t√© une prostitu√©e, la Bible dit que vous √™tes une pute, dans la m√™me conf√©d√©ration.

285.     "  Sortez du milieu d'elle, Mon peuple ! S√©parez-vous, dit Dieu, et Je vous accueillerai. " C'est vrai.

286.     Oh, pourquoi ce Branham Tabernacle ne peut-il pas sortir de ce g√Ęchis o√Ļ nous sommes ? J'aimerais savoir si vous qui √™tes ici, vous croyez cet Evangile. Et Il a √©t√© pr√™ch√©, et vous avez vu Cela, avec des signes et des prodiges, et √áa a √©t√© confirm√©. Et tout ce que le Seigneur avait annonc√© s'est accompli. Alors, quel est le probl√®me ici, lorsque j'apprends qu'il y a des conflits parmi vous, quand j'entends qu'il y a des disputes ? J'aimerais que vous √©criviez, du fond de vos cŇďurs, le probl√®me qu'il y a et que vous d√©posiez cela sur cette estrade-ci, demain soir. [Fr√®re Branham a frapp√© plusieurs fois sur la chair.-N.D.E.]

287.     J'aimerais voir pourquoi cette √©glise ne peut pas √™tre emport√©e par la puissance de Dieu, par le bapt√™me du Saint-Esprit, avec des signes et des prodiges.  Quel est le probl√®me ? Votre pasteur croit Cela. Vous, vous croyez Cela. Alors, qu'est-ce qui ne va pas ici ? Il y a quelque chose qui cloche. Ceci devrait √™tre le phare du monde. Ceci devrait √™tre un lieu o√Ļ il devait y avoir sans cesse, nuit et jour, les puissances de Dieu, des pleurs et des cris et les gens cherchant Dieu. Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir cela ?

288.     " Moi, je le veux, mais vous, vous ne le voulez pas, a dit le Seigneur J√©sus. Vous, vous ne voulez pas. Venez et achetez de moi. "

289.     " Je sais que vous dites, a-t-Il dit, que vous √™tes riche, vous n'avez besoin de rien ", Il s'adressait aux √©glises. Il a dit : " Vous dites : Je suis riche et je n'ai besoin de rien. Nous sommes une plus grande organisation. Et  tu ne sais pas que tu es malheureux, pauvre, mis√©rable, aveugle, et nu, et tu ne le sais pas. " Si un homme se trouve dans cet √©tat et qu'il en est  conscient, il peut s'en tirer. Mais, lorsque vous √™tes dans cet √©tat, et que vous ne le savez pas‚Ķ  Et Christ a dit que les √©glises en ce jour-ci seraient dans cet √©tat sans le savoir.

290.       Pincez votre √™tre spirituel,  mon bien-aim√©-bien-aim√© fr√®re. Pincez votre √Ęme, pour ainsi dire, par la pri√®re, et dites : " Seigneur J√©sus, sonde-moi. Laisse-moi faire l'inventaire ce soir, avant d'aller au lit, et que je voie qu'est-ce qui cloche en moi. Je confesse depuis des ann√©es, et je ne vois pas ces choses dont J√©sus a parl√©, disant qu'Il serait avec moi et que Ses Ňďuvres continueraient, je ne vois pas cela. Qu'est-ce qui ne va pas, Seigneur J√©sus ?

291.     Soyez honn√™tes. Soyez sinc√®res. Agenouillez-vous et parlez-Lui face √† face comme avec un fr√®re. Il se r√©v√©lera √† vous ; Il vous parlera. D√©chirez votre √Ęme, et placez-la, l√† et dites : " Seigneur J√©sus, que cela me co√Ľte ma famille, que cela me co√Ľte la vie, que cela me co√Ľte mon travail, que cela me co√Ľte ma qualit√© de membre, que cela me co√Ľte le prestige que j'ai dans la ville, je prendrai le chemin avec les quelques m√©pris√©s du Seigneur. "

292.     Maintenant, rappelez-vous, J√©sus a dit : " Etroite est la porte, et resserr√© le chemin qui conduit vers l√†, et il y en a tr√®s peu qui le trouvent. Mais large est le chemin qui m√®ne √† la perdition. " Un million de plus en 1954 : " Large est le chemin qui m√®ne √† la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par l√†. " C'est vrai. " Celui qui perdra sa vie √† cause de Moi la trouvera. Celui qui aime le P√®re, la m√®re, la sŇďur, le fr√®re, ou n'importe quoi, plus que Moi , n'est pas digne d'√™tre appel√© Mien. Il mettra sa main √† la charrue, se mettra √† avancer, s'il retourne m√™me pour regarder derri√®re,  ainsi il n'est pas digne pour labourer. " Fr√®re !

293.     L'un de ces jours, le dernier serment de l'Evangile oint du Saint-Esprit aura √©t√© apport√©. L'un de ces jours, le dernier coup de feu retentira. L'un de ces jours, le dernier cantique aura √©t√© chant√©. L'un de ces jours, la derni√®re pri√®re aura √©t√© offerte. L'un de ces jours, les portes du tabernacle auront √©t√© ferm√©es pour la derni√®re fois, la Bible aura √©t√© ferm√©e sur la chaire. Et vous vous tiendrez dans la Pr√©sence de Dieu, pour rendre compte de ce que vous avez entendu ce soir.  Et alors quoi ? Et alors  quoi ? Quand le grand Livre sera ouvert, et alors quoi ? Quand cette soir√©e r√©appara√ģtra sur la bande, et alors quoi ? Oh, comme le dit le cantique :

            Et alors quoi ?

            Quand le grand Livre aura √©t√© ouvert, et alors quoi ?

            Quand on demandera √† tous  ceux qui ont rejet√© le Sauveur aujourd'hui

D'en donner la raison, et alors quoi ?

294.     Votre travail vous faisait obstacle. Vos parents vous faisaient  obstacle. Votre ami vous faisait obstacle. Votre amie faisait obstacle. Votre √©glise faisait obstacle.

            Et alors quoi, et alors quoi ?

            Quand le grand Livre aura √©t√© ouvert, et alors quoi ?

Quand  on demandera √† ceux qui rejettent le message de ce soir,

que vous allez‚Ķ  D'en donner la raison, et alors quoi ?

295.     Qu'allez-vous faire √† ce sujet ? Vous savez ce qu'est la marque de la b√™te. Vous savez ce qu'est le Sceau de Dieu. √á'est votre affaire .

            Que le Seigneur vous b√©nisse, alors que nous nous tenons debout.

296.     P√®re c√©leste, accorde que Ta-Ta mis√©ricorde et Tes b√©n√©dictions reposent sur ces  gens. Que Ton Esprit agisse. Que Ton Saint-Esprit descende sur ces gens,  et  qu'Il leur donne,  Seigneur, le bapt√™me de l'Esprit. Que chaque homme, chaque femme, chaque jeune gar√ßon et chaque jeune fille, ici, soient tellement emport√©s ce soir par le Saint-Esprit qu'ils diront : " O Dieu, prends tout ce que j'ai. Prends tout ce que je suis. Mais, laisse-moi Te servir, mon Seigneur. Je vais tout mettre de c√īt√© ; Je renonce √† mon moi. Je renonce √† mon orgueil. Je renonce √† mon √©glise. Je renonce √† tout. "

297.     Non pas qu'ils doivent sortir de leur √©glise, Seigneur, mais ils doivent sortir de l'√©tat o√Ļ ils sont en train de vivre. O Dieu, renvoie les m√©thodistes √† leur √©glise √©tant enflamm√©s, pour pr√™cher l'Evangile ; renvoie les baptistes, renvoie les campbellistes, renvoie les catholiques. Seigneur Dieu, renvoie quelqu'un du Branham Tabernacle ici, √† ce tabernacle ici, avec un esprit doux et humble, tel qu'il s'avancera et parlera avec amour, cherchant √† amener les gens √† √™tre d'un commun accord, de sorte que le Saint-Esprit puisse venir et utiliser les gens. Envoie de grands signes et prodiges. Oint chaque croyant. Pardonne chaque p√©ch√©.

298.     O Dieu, nous voyons les signes appara√ģtre. Nous voyons le figuier bourgeonner. Nous savons que le temps est proche. Nous voyons cette bombe, l√†, entre les mains de l'homme m√™me dont Tu as dit qu'il lui avait √©t√© donn√© le pouvoir de d√©truire le monde.

299.     O Dieu, comment pouvons-nous rejeter cela davantage ? Comment le pouvons-nous ? Apr√®s que nous avons entendu Ton Evangile b√©ni retentir si clairement, clairement, nous entendons la conduite du Saint-Esprit ; nous voyons le Saint-Esprit donner des signes et des prodiges, gu√©rir les malades, ouvrir les yeux des aveugles, restituer la vie aux morts ; de puissants prodiges et signes ; l'Evangile √™tre pr√™ch√© par des gens illettr√©s et ignorants, pr√™ch√© avec puissance et d√©monstration du Saint-Esprit ; les signes et les prodiges accompagnant l'Eglise. Combien plus !

300.     Tu as dit : " Si vous aviez connu Mo√Įse, vous auriez reconnu Mon jour. " All√©luia ! C'est la m√™me chose aujourd'hui, Seigneur. [ Fr√®re Branham frappe trois fois sur la chaire.-N.D.E.] Ils voient toutes sortes de signes, de guerres et de troubles, et tout. Accorde-leur de tourner des pages de cette pr√©cieuse et vieille Bible, et qu'ils voient √† quelle borne kilom√©trique on est. Nous sommes √† la fin de l'√Ęge.

301.     O Dieu, fais mouvoir Ton Esprit sur ces gens. Alors qu'ils quitteront d'ici, ce soir, puisse le Saint-Esprit aller avec eux.

302.     Et demain soir, Seigneur, lorsque nous arriverons √† ce grand appel √† l'autel que nous nous appr√™tons √† faire, nous prions que les autels soient bond√©s, et que les salles de pri√®res soient remplies.

303.     Et puisions-nous, le dimanche matin, Seigneur, ainsi que le dimanche soir, baptiser les gens ici, conform√©ment √† la Parole de Dieu, puisse le Saint-Esprit descendre sur cette eau-l√†, et accomplir de puissants signes et prodiges. Accorde-le, P√®re.

304.     B√©nis notre pr√©cieux pasteur ici. B√©nis les membres. B√©nis les √©trangers qui sont dans nos murs. Puissions-nous rentrer chez nous ce soir en r√©fl√©chissant sur ces choses dans nos cŇďurs ; revenir demain soir en nous r√©jouissant et apportant des gerbes. Nous le demandons au Nom de J√©sus-Christ. Amen.

305.     Que le Seigneur J√©sus-Christ b√©nisse chacun de vous. Serrez-vous la main les uns aux autres. Revenez demain soir, apportant votre requ√™te et ce dont vous avez besoin, et d√©posez cela sur la chaire. Que Dieu puisse toujours vous oindre, et √™tre avec  vous ! Amen. Que Dieu vous b√©nisse.

EN HAUT