ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication JESUS-CHRIST EST LE MEME HIER, AUJOURD'HUI ET ETERNELLEMENT de William Branham a été prêchée 55-0806 La durée est de: 1 heure 53 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

JESUS-CHRIST EST LE MEME HIER, AUJOURD'HUI ET ETERNELLEMENT

1.         Merci, Fr√®re Neville. Bonsoir, mes amis, et vous pouvez vous asseoir, je vous en prie. Nous sommes contents d'√™tre ici ce soir au service du Seigneur. Je suis tr√®s heureux d'√™tre de nouveau ici dans ce bel Etat du Kentucky, mon Etat d'origine. Peu importe o√Ļ vous allez, il y a quelque chose en rapport avec votre lieu de naissance et le lieu o√Ļ vous avez grandi qui vous fait toujours d√©sirer y revenir. Je n'ai pas eu beaucoup de r√©unions dans le Kentucky, surtout ce genre de r√©unions o√Ļ l'on prie pour les malades et tout le reste. Mais j'ai un peu pr√™ch√© dans le Kentucky, un peu plus pr√®s de Glasgow ou plut√īt de Burkesville, o√Ļ je suis n√©. Je ne sais pas s'il y en a parmi vous qui connaissent  la vieille √©glise m√©thodiste juste au nord de Renox, la rivi√®re Renox l√†, juste √† c√īt√© de Glasgow, appel√© Whitehill, c'est l√† que toute ma famille a √©t√© ensevelie. Pratiquement tous ceux qui √©taient ici, qui sont morts ici dans cet Etat. Et nous avons pass√© beaucoup de bons moments l√† √† l'√©glise. G√©n√©ralement, on √©tait √† - c'√©tait le Jour de c√©l√©bration en m√©moire des morts au champ d'honneur, je me rendais l√† pour tenir des r√©unions. Et j'ai certainement eu beaucoup de grandes b√©n√©dictions de la part de notre Seigneur.

2.         Eh bien, juste dans... mes chers amis, les Woods, qui viennent de tout pr√®s ici, ils me disaient qu'ils viendraient ici √† ce terrain de camping pour tenir des r√©unions un soir ou deux. Nous aimons beaucoup le Seigneur J√©sus... √† notre fa√ßon. Nous avons appris √† L'aimer de tout notre coeur. Et nous savons que vous aussi vous L'aimez ici. Et nous nous sommes dit que, peut-√™tre en venant ici, cela pourrait... en communiant ensemble, nous allons vraiment L'aimer un moment ensemble. C'est la raison de notre pr√©sence ici. Et nous ne sommes pas venus comme une d√©nomination, mais comme un groupe interd√©nominationnel; c'est de cette fa√ßon que nous tenons nos services. Et nous aimons vraiment le Seigneur J√©sus, et nous aimerions avoir communion avec vous autour de Ses b√©n√©dictions.

3.         Et √©videmment, le fait de prier pour les malades et le grand succ√®s que le Seigneur a accord√©, cela s'est r√©pandu dans le monde entier. Nous sommes toujours contents d'avoir communion et de prier pour les malades. Vous avez entendu beaucoup de gens dire dans des magazines et album : " Fr√®re Branham, le gu√©risseur divin." Eh bien, ce c'est une erreur. Vous savez, parfois les journaux et les magazines confondent un peu les choses. Je ne suis pas un gu√©risseur divin, je ne suis qu'un... votre fr√®re. C'est Christ qui est votre Gu√©risseur. Voyez? Et cette gu√©rison, Il l'a d√©j√† accomplie pour vous au Calvaire.

            Et je - je crois fermement √† la pri√®re pour les malades. Je ne crois pas que les gens puissent se gu√©rir les uns les autres. Ce n'est pas scripturaire. Et je crois que Christ est mort afin que nous puissions √™tre gu√©ris; Il  l'a fait au Calvaire lorsqu'Il a pay√© le prix de nos p√©ch√©s. Car "Il a √©t√© bless√© pour nos p√©ch√©s; c'est par Ses meurtrissures que nous avons √©t√©  gu√©ris." Et c'est la foi personnelle de l'individu dans l'oeuvre achev√©e du Calvaire qui le sauve de ses p√©ch√©s ou le gu√©rit de ses maladies. Il ne s'agit pas de l'individu qui prie; cela aidera. Mais ce n'est pas la personne qui... le ministre ne peut pas sauver, pas plus qu'il ne peut gu√©rir. Il pr√™che tout simplement et pr√©sente ce que Christ a d√©j√† accompli pour vous au Calvaire. Et je suis s√Ľr que vous tous, les fr√®res ministres, vous croyez cela, ainsi que vos assembl√©es.

4.         J'aimerais dire √† l'Eglise m√©thodiste et √† la communaut√© qui nous ont gracieusement accord√© ce privil√®ge pendant ces deux soir√©es et un service de l'apr√®s-midi ici sur votre terrain de camping, j'esp√®re que cela vous reviendra sous forme de beaucoup de grandes b√©n√©dictions, que notre Bienveillant P√®re c√©leste fera cela. Je viens pratiquement comme un √©tranger pour  vous, n'√©tant connu que par courrier ou par un autre moyen, ou par des √©crits. Et vous avez simplement c√©d√© votre terrain, sans m√™me me poser des questions, vous me l'avez tout simplement accord√©. Et je ne chercherai qu'√† vous faire du bien pendant que je suis ici. Et j'esp√®re que notre Seigneur J√©sus sauvera tous les p√©cheurs qui sont dans la communaut√©, et qu'Il va‚Ķ et que vos √©glises d√©borderont de nouveaux membres apr√®s ces r√©unions. Et tous ceux qui ne Le connaissent pas au travers du pardon, et qui ne Le connaissent pas comme leur Sauveur personnel, j'esp√®re qu'ils seront pardonn√©s et sauv√©s avant la fin de r√©unions.

5.         Maintenant ce soir, c'√©tait plut√īt quelque peu brusque pour moi... de venir ici et de consacrer une soir√©e √† prier pour les malades, pratiquement avant de me familiariser √† vous. Et je - j'ai fait cela √† cause de...  juste de...  √† cause de la contrainte du temps. Et beaucoup de gens, lorsque vous venez...

            Eh bien, nous ne sommes que des √™tres humains, nous tous. Et vous remarquerez que les hommes restent - restent tout simplement des hommes partout au monde. Les quelques premiers jours, on est l√† √† se poser des questions, surtout pour quelque chose que vous n'avez jamais vu auparavant. Vous observez cela et vous dites : " Comment est-ce possible?" Et vous tirez des conclusions. Et parfois, elles sont fausses. Et juste... ce n'est pas b√©n√©fique pour la cause de ne rester que deux‚Ķ quelques soir√©es comme ceci, mais j'ai confiance en Dieu, qu'Il s'emparera du coeur de chacun de telle sorte... puisse-t-Il m'aider √† expliquer cela par les Ecritures de telle sorte qu'il y aura - qu'il n'y aura pas de doutes dans votre esprit. Et si vous √™tes bien portant, puissiez-vous L'aimer de tout votre cŇďur. Si vous √™tes un p√©cheur, puissiez-vous L'accepter de tout votre coeur. Et qu'il, √† la fin des r√©unions, qu'il n'y ait pas une seule personne faible par ici, c'est ma pri√®re.

            Maintenant, ceci n'est possible que quand vous, en tant que peuple de Dieu, vous collaborez avec nous, et que vous placez votre foi au Seigneur J√©sus-Christ,  que vous croyez en Lui de tout votre coeur et de toute votre √Ęme, que vous chassez tout doute, et que vous croyez tout simplement la Parole de Dieu de tout votre coeur.

6.         Eh bien, nous sommes tr√®s fondamentalistes. Nous croyons que - que tout ce qui est contraire √† la Parole de Dieu n'est pas de Dieu. Nous croyons que cela doit provenir de la Bible, que la Bible est la base de toute v√©rit√©. Ceci est le Livre de Dieu, ceci est Son fondement, ceci est Son plan. Et nous ne pouvons en aucun cas passer outre cela. Nous devons suivre la voie qu'Il nous demande de suivre. Et je vous assure, jusqu'ici, je vais - je vais rester exactement dans les pages des Ecritures. Et vous qui avez des crayons et du papier et qui aimeriez noter les Ecritures, vous √™tes les bienvenus, ou des bandes afin que vous puissiez vous souvenir de votre cas.

7.         Maintenant, en prenant une soir√©e, il n'y a qu'une fa√ßon correcte que nous avons trouv√©e pour faire cela. Comme c'est arriv√© plusieurs fois outremer; il y a quelques semaines, je suis revenu de Zurich, en Suisse, o√Ļ le Seigneur, au bout de 5 soir√©es, nous a donn√© 50 mille convertis. Et r√©cemment en Afrique, nous en avons eu 30 mille un apr√®s-midi. Eh bien, aussit√īt que je quitte cette s√©rie de r√©unions, je rentre √† la maison pour aller √† Francfort, en Allemagne, au stade que Hitler avait construit l√† pour les jeux de cricket, mais je vais tenir des r√©unions √©vang√©liques l√†-bas, et je crois que Dieu sauvera beaucoup de gens en Allemagne.

            Ensuite je vais √† Berlin pour deux soir√©es, l√† avec Hal Herman, ce tr√®s c√©l√®bre r√©alisateur de cin√©ma qui a √©t√© converti dans les r√©unions, dans mes r√©unions en Californie, et il pr√™che l'Evangile aux Allemands. Et puis, de l√† en Alsace-Lorraine, en France. Et ensuite chez le c√©l√®bre fr√®re Jack Schuller. J'aimerais m'arr√™ter pour le voir, un fr√®re m√©thodiste, le fils du brave Bob Schuller, qui est l√†, un ami personnel √† moi qui est outremer, en Irlande maintenant. Et nous nous attendons √† avoir un temps glorieux, un temps de communion.

            Nous √©tions ensemble il y a √† peine quelques semaines, juste avant qu'il pr√™che pour fr√®re Fuller dans The Old Fashioned Revival [ L'heure du r√©veil √† l'ancienne mode - N.D.T.] quand il √©tait l√† juste au sud‚Ķ juste √† c√īt√© de Pasadena l√†, dans une r√©union sous tente. Eh bien ensuite, je reviendrai et je tiendrai quelques r√©unions en Californie... et puis, le Seigneur voulant, je me rendrai √† Sydney, en Australie, et je reviendrai. Nous aimerions longer le fleuve Amazone, nous savons qu'il y a l√† beaucoup de gens qui n'ont jamais entendu l'Evangile. Et ainsi, √ßa sera pour faire un travail de pionnier, √™tre un fer de lance... c'est quelque chose qui ne consiste pas √† apporter tout simplement la th√©ologie de la Bible, mais le Christ vivant parmi les gens, qui Se manifeste devant eux. Et cela marche de loin mieux dans des pays √©trangers  qu'en Am√©rique, parce que nous avons √©t√© tellement endoctrin√©s avec diff√©rents enseignements et autres que, tr√®s souvent, nous - nous manquons de recevoir la v√©ritable puissance de l'Evangile, parce que nous essayons de rendre cela tr√®s compliqu√©; et voyant combien c'est simple, nous manquons cela de cette mani√®re.

8.         Et l√†-bas, les natifs de l'Afrique, les natifs de ces pays, vous pouvez aller et leur parler de la Bible, ils vous riront au nez. Mais qu'un homme qui est totalement estropi√© ou aveugle se l√®ve par la puissance du Seigneur, que le Saint-Esprit, apr√®s l'enseignement de la Bible, se tienne et fasse quelque chose qui  les √©merveille, tout le monde sur place tombera sur ses genoux et rendra gloire √† Dieu. L√† o√Ļ nous les Am√©ricains, nous nous posons des questions et nous sommes pleins de questions et tout le reste. Je ne parle pas des gens du Kentucky, ici. Je ne crois pas que vous soyez comme cela. Voyez? Et j'ai - j'ai - je crois que c'est dans les grandes villes que nous voyons bien des choses; par contre, dans ces petites villes, vous trouvez g√©n√©ralement un groupe de gens humbles. Et si je sais quelque chose sur les esprits, je me tiens au milieu de ce genre de personnes ce soir. Je ne dis pas cela tout simplement pour le plaisir de le dire, car j'ai - je ne crois pas en ce genre de choses. Je crois qu'il faut dire la v√©rit√©. Il vous le faut si vous allez rencontrer Dieu et affronter l'ennemi; vous devez √™tre sinc√®re.

9.         Eh bien, beaucoup de gens peuvent ouvrir cette Parole comme ceci, mais il faut le Saint-Esprit pour interpr√©ter la Parole. Ne le pensez-vous pas? Voyez? Nous pouvons tourner les pages, mais il faut Dieu, le Saint-Esprit, pour r√©v√©ler Cela. La Bible est un Livre myst√©rieux et voil√©. Et √ßa ne sert √† rien de chercher √† l'apprendre par l'instruction, cela ne vient pas de cette mani√®re-l√†. La Bible dit clair - clairement‚Ķ Dieu a dit : " J'ai cach√© cela aux yeux des sages et des intelligents et Je le r√©v√©lerai aux enfants qui veulent apprendre. " La Bible n'est pas un Livre de l'occident, c'est un Livre de l'orient. Et quelques voyages outremer vous permettront de conna√ģtre davantage les coutumes, sur ce que la Bible et tout‚Ķ Elle devient un nouveau Livre pour vous une fois que vous avez v√©cu avec les Juifs et que vous avez v√©cu l√† o√Ļ la Bible a √©t√© √©crite, et selon le mode de vie des Orientaux.

10.       Eh bien, demain apr√®s-midi, √† 14 h, ou √† 14 h 30', je dois √™tre sur l'estrade, je pense, pour commencer la pr√©dication. Le service des cantiques commence vers 14 h, est-ce cela, Fr√®re Neville? Et apr√®s tout, pour certains d'entre vous ici, fr√®re Neville est un pr√©dicateur m√©thodiste sorti de, je pense, d'Asbury, n'est-ce pas vrai, fr√®re? Il sort de l'universit√© d'Asbury. Combien ici ont d√©j√† entendu parler de l'universit√© d'Asbury? Oh! la la! C'est un merveilleux endroit. C'est juste en face, pr√®s de chez-moi. C'est donc un endroit merveilleux. J'aurai souhait√© vivre non loin de l√† pour y envoyer mes enfants alors qu'ils grandissent. Mar... et j'ai rencontr√© vos missionnaires en Afrique et partout. J'ai rencontr√© un jeune - des jeunes gar√ßons et des jeunes filles un jour l√†, qui √©taient des missionnaires. Ils ont dit : " Oh! Vous parlez anglais?"

            J'ai dit : " Oui. "

            Ils ont dit : " Etes-vous Am√©ricain? "

            J'ai dit : " Assur√©ment. " J'ai dit : " D'o√Ļ venez-vous? "

            Ils ont dit : "Du Kentucky."

            J'ai dit : " Eh bien, fr√®re, enchant√©! " Cela avait l'air vraiment tr√®s bien.

            J'ai dit : " Si vous aviez simplement dit : 'It - it aint nothing to...'" [Langage propre aux gens du Kentucky qui veut dire : " Ce n'est rien. " - N.D.T.]

            J'ai dit : " J'aurais sans doute su que vous venez de Kentucky. C'est vrai, si vous le dites tout simplement comme cela. " Mais c'√©tait de tr√®s bons enfants. Et ils venaient de l'universit√© d'Asbury.

11.       Maintenant, demain apr√®s-midi, c'est le message d'√©vang√©lisation. Amenez les v√ītres qui ne sont pas sauv√©s (s'il vous pla√ģt) et venez, et prions simplement que Dieu nous accorde une grande effusion de Ses b√©n√©dictions. Demain √† quatorze heures trente, je serai sur l'estrade afin que vous puissiez partir t√īt. Et demain soir, √ßa sera un autre message de la Bible, et un service de pri√®re et ce sera la fin de la petite campagne. Maintenant, inclinons la t√™te juste un instant, et demandons-Lui de venir ouvrir la Parole pour nous. Voulez-vous le faire avec moi pendant que nous nous inclinons.

12.       Notre Bienveillant P√®re c√©leste, nous nous approchons de Toi dans le Nom tout-suffisant du Seigneur J√©sus, sachant que nous avons cette assurance que nous aurons audience aupr√®s de Toi en demandant en Son Nom. Car Il a dit Lui-m√™me lorsqu'Il √©tait ici : " Tout ce que vous demanderez au P√®re en Mon Nom, Je le ferai. " Ainsi nous venons en croyant que nous recevrons ce que nous demandons. Maintenant, P√®re c√©leste, nous Te sommes reconnaissants ce soir d'avoir ce groupe de gens loyaux qui se sont assembl√©s ici par cette soir√©e chaude. Cela prouve qu'ils ne sont pas ici pour voir le genre de v√™tement qu'ils portent les uns les autres. Ils sont ici parce que leurs coeurs ont faim. Ils T'aiment. Et chaque homme, P√®re, cherche √† regarder de l'autre c√īt√© du voile, pour voir juste ce qu'il y a de l'autre c√īt√©. Et je prie, P√®re, que ce soir, si c'est agr√©able √† Tes yeux, et si Tes serviteurs ont trouv√© gr√Ęce aupr√®s de Toi, que Tu veuilles juste nous accorder de regarder au-del√† du rideau ce soir. Puisse le Saint-Esprit prendre la Parole et La rendre si r√©elle √† chaque cŇďur. Et puissions-nous alors, avec les yeux de vision, puisions-nous voir au-del√† du voile, voir que Dieu n'est pas tr√®s loin, qu'Il est pr√®s, m√™me si pr√®s que chaque croyant peut le sentir dans son coeur. Prends la Parole maintenant, P√®re, et parle. Et puisions-nous avoir communion autour de la Parole maintenant m√™me. Car nous le demandons au Nom de J√©sus, Ton Fils bien-aim√©. Amen.

13.       Quand je venais cet apr√®s-midi √† bord de la voiture, je pensais... maintenant, peut-√™tre que beaucoup de Branham sont assis ici et des Harvey, du c√īt√© de ma m√®re. Et mon oncle Jim est ici. Je - j'esp√®re que j'arriverai √† voir l'oncle Jim avant de vous quitter. Eh bien, je pensais √† ce que je dois dire aux gens ce soir. Mon... je ne suis pas un enseignant fameux, et mes paroles ne sont jamais pr√©m√©dit√©es. Tout simplement, je - tout ce qu'Il me dit de dire, je le dis. Et dans le Livre de Jude, j'ai pu choisir un petit passage habituel que j'ai utilis√©, et peut-√™tre je l'aborderai sous un angle diff√©rent de celui des autres fois. Et c'est - c'est le Livre de Jude, et il n'y a qu'un seul chapitre, comme vous, lecteurs de la Bible, le savez. Et j'aimerais lire ce soir le verset 3 comme texte, comme nous l'appelons, ou plut√īt un passage de l'Ecriture.

             Bien-aim√©s...(la lecture des Ecritures) Bien-aim√©s... je d√©sire vivement vous √©crire au sujet de notre salut commun, je me suis senti oblig√© de le faire, afin de  vous exhorter √† combattre ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes.

            C'est Jude qui √©crit √† l'Eglise, trente-trois ans apr√®s la Pentec√īte. Maintenant, pour texte, comme on l'appellerait, je vais lire... Nous allons utiliser ce premier passage des Ecritures, et comme sujet j'aimerais utiliser H√©breux 13.8, cela est tr√®s familier √† vous tous :  J√©sus-Christ, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.

14.       Maintenant, avant que nous ne formions la ligne de pri√®re, apr√®s l'enseignement, nous voudrions tous regarder droit √† la Parole maintenant, droit √† la Bible. Il se peut que cela soit un peu contraire √† ce que peut-√™tre des fois vous avez entendu √™tre pr√™ch√©, mais voyons tout simplement comment les Ecritures se pr√©sentent et comment elles apparaissent √† vos yeux. Eh bien, ici Jude qui √©crit, 33 ans apr√®s l'inauguration de l'Eglise, le jour de la Pentec√īte, il dit : " Je d√©sirais vivement vous √©crire et vous exhorter. " Maintenant observez ce qu'il leur a dit de faire, de combattre ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. Maintenant " combattre " signifie... de - de - ce n'est pas exactement se disputer, mais en d'autres termes, " tenir ferme " ou  " conserver ", et comme le dirait l'homme de la rue : "Accrochez-vous ". " Et j'aimerais que vous combattiez ardemment‚Ķ " pas sans conviction, mais de toute votre √Ęme et de toute votre force, " pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. "

15.       Eh bien, parfois aujourd'hui beaucoup de croyants disent, parlant de certaines choses : " Oh! C'est contraire √† ma foi. Notre foi n'enseigne pas cela. " Il n'y a en r√©alit√© qu'une seule foi; c'est ce que dit la Bible. Un seul Seigneur, une seule foi, un seul bapt√™me, un seul Dieu, il n'y a qu'une seule foi et c'est la foi du Seigneur J√©sus-Christ. Voyez? Eh bien nous les m√©thodistes, nous aimons croire qu'il s'agit de notre foi. Et je crois cela. Et nous les baptistes nous aimons croire qu'il s'agit de notre foi. Et nous les presbyt√©riens, les pentec√ītistes et les nazar√©ens, et les p√®lerins de la saintet√©, nous aimons tous dire : " C'est celle que nous avons. " Eh bien, je le crois. Je crois vraiment cela.

            Eh bien alors, ce qui est anormal, ce qu'ils sont tellement en d√©saccord les uns avec les autres. Maintenant, si vous pouvez croire ce que vous croyez et terminez votre foi avec une virgule au lieu d'un point, en disant : " Je crois ceci et rien d'autre ", si vous mettez une virgule... si vous terminez cela avec un point : " Je crois ceci plus tout ce que Dieu me montrera. " Maintenant, c'est - c'est de cette fa√ßon qu'il faut y aller. " Je crois que ce que j'ai, c'est la foi. J'en d√©tient cette partie, et je suis pr√™t √† apprendre autre chose que Dieu me dira et m'enseignera. " Alors, vous avez un cŇďur ouvert. Et la Bible dit : " Si nous marchons dans la lumi√®re comme Il est Lui-m√™me dans la lumi√®re, nous sommes mutuellement en communion, et le sang de J√©sus-Christ, le fils de Dieu, nous purifie de toute iniquit√©." Quelle belle Ecriture! Et ce sont les enseignements √©ternels de Dieu.

16.       Eh bien, la foi, c'est le sujet que nous examinons maintenant m√™me. Qu'est-ce que la foi? Beaucoup de gens mettent l'esp√©rance √† la place de la foi. Mais les deux sont aussi diff√©rentes que le jour et la nuit. Car la Bible dit dans H√©breux chapitre 13 : " Car la foi est une ferme assurance des choses qu'on esp√®re, une d√©monstration de celles qu'on ne voit pas. " Voyez, ce n'est pas juste une esp√©rance mythique, c'est absolument une ferme assurance. Oh! J'esp√®re que vous voyez ceci. Et alors vous verrez des choses se produire.

            Voyez,  beaucoup de gens peuvent avoir l'esp√©rance dans leurs facult√©s mentales. Je suis d√©sol√© de le dire, mais c'est la condition de beaucoup de chr√©tiens de nom aujourd'hui, c'est  une conception mentale. Ils ont une conception. Mais ils n'ont pas encore exp√©riment√© ce dont J√©sus parlait lorsqu'Il disait : " Si un homme ne na√ģt de nouveau, il ne verra  pas le Royaume ", ou la bonne traduction du mot c'est comprendre le Royaume de Dieu. Vous regardez quelque chose, vous dites : " Je - je ne vois pas cela du tout." Vous ne voulez pas dire que vous ne voyez pas cela avec vos yeux; vous ne voyez pas cela avec votre cŇďur; vous ne comprenez pas cela.

17.       Maintenant, il y a deux √©l√©ments, juste pour quelques instants sur ce sujet. Il y a deux √©l√©ments qui constituent l'√™tre humain. L'un, c'est votre esprit; et l'autre, c'est votre √Ęme. Et l'esprit, c'est votre facult√© mentale, votre intellect. Et votre √Ęme est une partie de Dieu qui est en vous. Eh bien, eh bien, un homme peut... quand vous naissez dans ce monde, vous √™tes... en tant qu'enfant, vous grandissez pour devenir une √Ęme vivante et √† l'√Ęge de la raison, vous entendez l'Evangile par un certain moyen, et quelque chose au fin fond de vous-m√™me vous dit de recevoir Christ. Cela‚Ķ vous direz : " Eh bien, je suis encore trop jeune. Je vais encore attendre. " Eh bien, c'est l√† m√™me que vous commettez votre premi√®re erreur, car vous avez attrist√© l'homme int√©rieur. Dieu ne va pas vous juger par cet homme-ci, votre intellect. Il va vous juger par votre √Ęme.

18.       Beaucoup de gens ont la foi dans leur intellect, d'autres ont la foi dans leur √Ęme. Eh bien, l'intellect, ici en haut, raisonnera sur la Parole de Dieu : " Ce n'est pas raisonnable. " Mais l'√Ęme ne raisonne pas du tout, elle dit : " C'est la v√©rit√©. " Et cela r√®gle la question. C'est... Voyez, l'√Ęme croit cela. L'intellect dira : " J'ai - je me demande, il se peut que ce soit pour une √©poque r√©volue. J'ai... C'√©tait peut-√™tre pour les disciples, ou - ou c'√©tait peut-√™tre quelque chose... pas pour nous maintenant parce que nous vivons √† une autre √©poque. " Mais l'√Ęme dit : " Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Pas de raisonnement, elle ne raisonne pas du tout. Elle croit.

            Maintenant, la plupart d'entre nous, mes amis, comptent sur la raison plut√īt que sur l'√Ęme, c'est pourquoi nous manquons de recevoir de merveilleuses b√©n√©dictions de la part de Dieu. Eh bien, ceci n'est vraiment pas une chose  mythique. Ce n'est pas quelque chose comme une baguette magique. C'est la v√©rit√© du Dieu vivant. Maintenant, je - je crois ceci, que vous ne pouvez pas √™tre √† la fois ivre et sobre. Vous n'avez jamais vu de votre vie un homme √† la fois ivre et sobre, vous ne le verrez jamais. Voyez? Vous n'avez jamais vu un oiseau √† la fois noir et blanc. C'est l'un ou l'autre.

            Maintenant, si Dieu est Dieu, Il est encore vivant aujourd'hui. Si la Bible dit que Christ est ressuscit√© des morts et qu'Il est vivant aux si√®cles des si√®cles, c'est soit la v√©rit√©, soit une erreur. Et si c'est une erreur, je ne voudrais rien avoir affaire avec cela. Mais si c'est la v√©rit√©, je suis pr√™t √† mourir pour cette v√©rit√©. C'est vrai. Eh bien, cela devra √™tre raisonnable pour tout le monde.

19.       Eh bien, voici ce qui arrive. Lorsqu'un homme vient de commencer, il se mettra √† raisonner. Il fr√©quentera les √©coles de th√©ologie. Il ira d'une √©glise √† une autre et se demandera si c'est telle √©glise qui a la v√©rit√© ou telle autre. Ou il se fera membre de telle √©glise puis de telle autre. Vous ne devriez jamais faire cela, vous devriez vous inscrire dans le Livre de Vie comme membre du Ciel. Et l√†, √ßa sera aux si√®cles des si√®cles. Maintenant, toutes les √©glises, les √©glises chr√©tiennes, ont de bonnes intentions, chacune d'elles, et je crois que chacune d'elles a la v√©rit√©. Et maintenant, je ne veux pas dire que toutes n'ont pas la v√©rit√©. Assur√©ment, je crois‚Ķ si elle croit que J√©sus-Christ est le fils de Dieu, c'est cela. Amen.

            Maintenant - maintenant, qu'est-ce qu'un homme fera? Il √©coutera un petit quelque chose et continuera √† changer ses - ses papiers; eh bien alors, vous ne trouverez jamais Christ en changeant des papiers. Vous devez changer vos pens√©es. Vous devez changer votre fa√ßon de voir, vous √©loigner du raisonnement et changer vos pens√©es en quittant votre fa√ßon pour prendre la fa√ßon de penser de Dieu. "Ayez en vous la pens√©e qui √©tait en J√©sus-Christ." Et alors, quand vous commencez √† avoir Ses pens√©es √† Lui, vous commencerez √† vivre Sa vie et √† faire les choses qu'Il faisait. Voyez ce que je veux dire, eh bien, en effet, ce n'est pas vous, c'est Christ.

20.       Eh bien, l'homme, en faisant cela, il - il dira : " Eh bien alors‚Ķ ", il se mettra d'abord √† raisonner. " Eh bien, mon cas est d√©sesp√©r√© ", en parlant de la maladie. " Les m√©decins ont dit que je ne peux pas vivre. " Les m√©decins avec toute la connaissance qu'un homme peut avoir... et nous remercions Dieu pour nos m√©decins, pour les h√īpitaux et la science. Nous remercions Dieu pour chacun d'eux. Et en aucun cas vous ne devriez vous abstenir de voir votre m√©decin ni √™tre contre votre m√©decin, ou contre l'h√īpital, ou contre les soins m√©dicaux. Ils sont tous envoy√©s de Dieu. Et tout ce qui est utile vient de Dieu. Voyez?

            Mais il est un fait que nous vivons √† une √©poque o√Ļ nous avons les meilleurs m√©decins qu'on ait jamais eus, les meilleurs h√īpitaux qu'on ait jamais eus, les meilleurs m√©dicaments qu'on ait jamais utilis√©s, et nous avons plus de maladies que le monde n'en a jamais connues. C'est parce que nous avons plus de p√©ch√©s et d'incr√©dulit√© que le monde n'en a jamais connus. Nous avons beaucoup de choses qui tiraillent l'esprit de gens : " Est-ce que telle chose est vraie, est-ce que telle chose est vraie? " Et les pauvres gens ne savent quoi faire. Et c'est la raison pour laquelle - pour laquelle le p√©ch√© et la violence se sont install√©s. Et c'est vraiment dommage que l '√©glise du Dieu vivant commence √† s'√©mietter en organisations et √† se d√©membrer. C'est vraiment dommage que nous ne puissions pas √™tre d'une m√™me foi, d'un commun accord. Et le Saint-Esprit aurait continu√© √† se d√©verser si nous √©tions rest√©s tels qu'ils  √©taient le jour de la Pentec√īte, en un endroit, d'un commun accord. Mais lorsque nous nous mettons √† rompre la communion avec les autres, c'est alors qu'on s'√©tablit et Dieu nous quitte.

21.       Maintenant, pour nous d√©p√™cher, allons droit au but. Eh bien, si cet homme, par son intellect, finit par attrister ce‚Ķ le Saint-Esprit continue √† dire : " Tu dois. " Et tu dis : " Eh bien, je suis encore trop jeune. Eh bien, si je‚Ķ eh bien, je - je suis membre d'√©glise. " Mais tu dois na√ģtre de nouveau. Eh bien, si je re√ßois ce genre d'exp√©rience, je ne saurai plus faire ceci ou faire cela, ou je ne saurai me rendre √† tel endroit et faire telle chose.

            Eh bien, vous voyez, le diable vous dira que vous allez rater le bon moment. Que vous allez perdre certains privil√®ges. Mais il vous ment, surtout vous les jeunes gens. Oh! la la! Vous ne devez pas boire. Vous ne devez pas fumer. Vous ne devez pas courir √ß√† et l√† √† ces lieux de loisirs. Eh bien, le Saint-Esprit est des millions de fois mieux que tout ce que le diable peut m√™me vous offrir. Eh bien, vous n'avez pas besoin de vous enivrer des boissons fortes pour avoir un bon moment. Ce sont les p√©cheurs qui font cela, mais vous, vous ne devez pas faire cela. En effet, je pr√™che depuis 23 ans, et durant 23 ans j'ai √©t√© ivre du Saint-Esprit. Il est en soi une stimulation. Et cela n'arr√™te jamais. J'ai toujours la joie, j'ai toujours  la paix, je me sens toujours bien. Le Seigneur est ici. Si je suis malade dans le corps, Il me rend heureux dans mon √Ęme. Si les choses tournent bien, si tout va bien dans l'√Ęme et que tout va mal dans le corps, ou vice versa, cela ne change rien, Dieu est toujours l√†, et je suis toujours stimul√© par le plaisir, c'est-√†-dire une joie ineffable et pleine de gloire. C'est ce qu'Il fait pour les croyants. Oh! la la! Si je peux atteindre la gu√©rison divine, c'est comme une vieille r√©union sous tente. Ainsi donc, penser combien Il est glorieux, et la joie et les choses qu'Il donne √† ses enfants qui croient!

22.       Maintenant, si nous continuons √† attrister ce petit ami appel√© √Ęme, apr√®s quelque temps, cela va finalement nous quitter. La Bible dit : " L'√Ęme qui p√®che, c'est celle qui mourra, certainement. " Maintenant, la mort ne signifie pas ce que nous appelons mort. La mort signifie la s√©paration. Si je meurs ici dans la chaire maintenant, je ne serai pas mort. Si vous mouriez l√†, vous ne seriez pas mort. Vous seriez mort - nous serions morts l'un par rapport √† l'autre. L'un ici est vivant, et l'autre s'en est all√©. Cela signifie s√©parer... mais si nous sommes chr√©tiens, nous serons vivants dans la Pr√©sence de Dieu. Si nous ne le sommes pas, nous serons perp√©tuellement tortur√©s dans la pr√©sence de l'ennemi, le diable. Eh bien, l'√Ęme qui p√®che, c'est celle qui se s√©pare. Et quelque temps apr√®s, vous ne sentirez plus cette chose qui vous condamnait lorsque vous faisiez le mal. Une fois, lorsque j'√©tais un technicien de lignes, il y a plusieurs ann√©es, j'√©tais - je venais juste de commencer √† pr√™cher. Et je - je venais d'√™tre ordonn√© dans l'Eglise baptiste. Et j'√©tais donc l√† au coin, en train de pr√™cher l'Evangile. Et - et il y a un vieux... parlant de votre √Ęme. Et un vieux n√®gre est venu, il a dit : " Pasteur, a-t-il dit, savez-vous ce qu'est votre √Ęme? "

            J'ai dit : " Eh bien, je crois le savoir, oncle. "

            Et il a dit : " C'est une petite chose qui a quatre points. C'est pointu. √áa se trouve juste dans votre cŇďur. Et lorsque vous faites quelque chose de mal, √ßa se met √† tourner. " Il a dit : " Si vous laissez cela tourner continuellement, cela va perdre un c√īt√© et vous ne pourrez plus du tout sentir cela. " Ainsi, je me suis dit que c'√©tait une assez bonne fa√ßon de le dire. Continuer √† faire la m√™me chose. L'√Ęme qui p√®che, c'est celle qui mourra.

23.       Mais maintenant √©coutez, mes amis, il n'y a qu'une seule traduction; il n'y a qu'un seul mot pour le p√©ch√©, et c'est l'incr√©dulit√©. " Celui qui ne croit pas est d√©j√† condamn√©. " Boire du Whisky, ce n'est pas un p√©ch√©. Commettre adult√®re, ce n'est pas un p√©ch√©. Jouer √† l'argent, ce n'est pas un p√©ch√©. Ce sont les attributs de l'incr√©dulit√©. Si vous croyez en Christ et L'acceptez comme votre Sauveur, vous ne ferez pas cela. Ce sont tout simplement les fruits de votre arbre. Ainsi, si vous... eh bien, ne pas boire, ne pas fumer, ne pas jouer √† l'argent, ne pas commettre adult√®re, et ces choses viles, ce n'est pas parce que je ne le fais pas que je suis chr√©tien. Ces choses sont les attributs du fait que j'ai accept√© Christ, et que je crois en Lui. Donc, c'est soit l'incr√©dulit√© soit la foi. Cela ram√®ne encore les choses √† la foi.

24.       Maintenant, cet homme peut continuer; il peut aller √† l'√©glise et croire qu'il est un bon membre; il peut l'√™tre, soutenir son √©glise, √™tre un bon voisin - √™tre en bons termes avec ses voisins, √™tre un - un membre du Kiwanis, ou tout ce qu'il d√©sire √™tre parmi les couches sociales, il continue √† √™tre un homme bon, faire des dons aux pauvres, et tout ce qu'on peut faire...

            Mais √† la fin de la route, lorsque cette petite √Ęme qu'il a attrist√©e, pensant √™tre en ordre, et lorsqu'il sera √† l'article de la mort, et qu'Il arrive √† la fin de la route, la chose suivante, vous savez, il criera : " Mon Dieu, je suis perdu." Et le m√©decin va lui donner une  piq√Ľre d'hyposulfite au bras, disant : "Tiens, tiens, tiens, tiens, tu d√©lires. " Et la piq√Ľre d'hyposulfite a arr√™t√© plusieurs confessions √† l'ancienne mode faites √† l'article de la mort. Ecoutez, une piq√Ľre d'hyposulfite peut fermer la bouche. Mais, cette √Ęme qui a √©t√© emport√©e l√† et que vous avez attrist√©e, vous hantera tant qu'il y aura une √©ternit√©. Voyez? Ainsi n'oubliez pas, croyez en Dieu, acceptez Sa Parole. N'en doutez pas, dites que c'est la v√©rit√©. Et ne raisonnez pas l√†-dessus, dites simplement que c'est la v√©rit√© de toute fa√ßon, parce que Dieu l'a dit. Et chaque homme ou chaque femme qui ait jamais abouti quelque part avec Dieu, c'√©taient des hommes et des femmes qui ont fait cela.

25.       Maintenant, maintenant Jude a dit : "Je voudrais que vous combattiez ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes." Maintenant, s'il nous faut retourner... [Fr√®re Branham tousse. - N.D.E.] pardonnez-moi. Si nous pouvons trouver... Maintenant, je voudrais vous montrer ceci maintenant m√™me avant que nous allions plus loin. Si nous pouvons d√©couvrir le genre de foi pour lequel l'√©glise primitive avait combattu, je crois que nous devrions combattre pour le m√™me genre de foi aujourd'hui. Ne le pensez-vous pas? Le temps change, les gens changent, mais Dieu est immuable. Il ne change jamais. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Il ne change jamais. Il a √©crit Sa Parole; c'est le plan. Le constructeur doit construire selon le plan, et rien d'autre.

26.       Et maintenant, revenons dans le Livre pour voir quelle √©tait la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes, celle que le saint nous a vivement recommand√© de - d'avoir et pour laquelle combattre. "La foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes." Eh bien, pour faire cela, il nous faudra prendre le Nouveau Testament, parce que l'Ancien Testament... Les gens ont √©t√© appel√©s saints apr√®s avoir √©t√© sanctifi√©s. Cela ne devrait pas du tout blesser les m√©thodistes. Les sanctifi√©s, ou les saints, ceux qui sont s√©par√©s, purifi√©s par le lavage du Sang du Seigneur J√©sus, purifi√©s et mis √† l'√©cart. Que Dieu b√©nisse John Wesley qui a √©t√© l'initiateur de cela.

27.       Il n'y a pas longtemps, lorsque j'√©tais en Angleterre, pour... priais pour la c√©l√®bre Florence Nightingale, dont la photo est dans le livre que vous avez re√ßu ce soir. Elle se mourait du cancer, et elle pesait 27 livres [environ 12 kg - N.D.T.], je pense, lorsqu'elle a √©t√© gu√©rie... Et sa - Sa Majest√© le roi, qui √©tait atteint de la scl√©rose en plaques, a √©t√© aussi gu√©ri. Et on m'a conduit l√† √† la tombe de John Wesley. On m'a amen√© √† l'endroit o√Ļ il pr√™chait ses sermons √† mille cinq cents personnes, chaque matin √† cinq heures. J'ai eu le privil√®ge de toucher ses souliers, de m'asseoir sur la selle sur laquelle il chevauchait ici en Am√©rique, lorsqu'il s'asseyait dans le sens inverse, et avait sa petite chaire. Je me suis assis sur sa chaise, l√† avec mes bras tout autour, qu'il avait re√ßue pour son bureau de la part d'un organisateur de combats de coqs, apr√®s que celui-ci avait √©t√© gagn√© √† Christ. Et, nous avons fait la pri√®re dans la chambre o√Ļ les anges √©taient venus l'emporter.

            Lorsque Calvin est all√© en Angleterre et que la grande Eglise anglicane en √©tait arriv√©e √† un √©tat tel que... ils croyaient √† la pr√©destination, ou tout ce qui est cens√© arriver, arrivera, et que √ßa ne servait √† rien d'avoir le r√©veil. Et Dieu a envoy√© John Wesley avec la - la puissance du Saint-Esprit, et John Wesley croyait dans la gu√©rison divine et au surnaturel. J'ai son livre √† la maison.

28.       Remarquez. Il croyait le Message tel que la Bible le pr√©sente. Et c'est vraiment dommage que nous nous en soyons √©loign√©s. C'est vrai. Mais cela... John Wesley croyait la Bible. Je me suis tenu pr√®s de la chapelle, l√† o√Ļ quelqu'un avait l√Ęch√© une meute de chiens courants, quelqu'un de l'√©glise anglicane avait l√Ęch√© sur lui des chiens et tout le reste comme  cela. Il a point√© son doigt en face de cet homme et il a dit : " Le soleil ne se couchera pas sur toi trois fois que tu ne me r√©clames pour prier pour toi. " Et cet homme est mort ce soir-l√† de crampe, en r√©clamant John.

            Une fois, John √©tait √† cheval et, il en est tomb√©, le cheval est tomb√© et s'est cass√© la patte. Il s'est relev√©, a pris l'huile d'onction de sa poche, il a oint le cheval avec, et il est remont√© dessus, s'en est all√© en chevauchant. Eh bien, vous les m√©thodistes, vous devriez certainement croire dans la gu√©rison divine, dans la puissance de Dieu.

            Assur√©ment, c'est vraiment dommage que nous nous √©loignions de cela. Vous les baptistes aussi, les presbyt√©riens, les p√®lerins de la saintet√©, et tout ce que nous avons, les pentec√ītistes et tout... Remarquez. Dieu ne consid√®re pas les d√©nominations; Dieu consid√®re les individus. C'est vrai.

29.       Remarquez. Eh bien, il a dit de combattre ardemment pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. Eh bien, s'il faut prendre le Nouveau Testament, il nous faudra commencer tout au d√©but du Nouveau Testament. Le premier, celui qui a servi de pont entre l'Ancien et le Nouveau, c'√©tait Jean-Baptiste. Et il a eu une courte vie, qui n'a dur√© que le temps de la voix de celui qui criait dans le d√©sert pour pr√©parer la voie du Seigneur, six mois de pr√©dication.

            Et quand J√©sus est arriv√©, Il √©tait consid√©r√© comme le... Jean √©tait le plus grand de tous les proph√®tes, parce que les autres ont parl√© de J√©sus, mais Jean a dit : " Voici l'Agneau de Dieu qui √īte le p√©ch√© du monde. " Il a pr√©sent√© au monde le Messie qui avait √©t√© annonc√© depuis l'Eden. Il n'a accompli aucun miracle. Mais il √©tait le pr√©curseur du Seigneur J√©sus.

30.       Quand J√©sus est entr√© en sc√®ne et qu'Il a commenc√© √† - √† parler aux gens...J'aime cette partie, Dieu confirme toujours. Oh! Maintenant, tenez-vous tranquilles, une minute. Ecoutez. Dieu confirme toujours la v√©rit√©. Peu importe ce que l'homme - l'homme... C'est la raison pour laquelle aujourd'hui nous ne pouvons pas avoir la foi. Voyez? La foi n'est pas bas√©e sur le sable mouvant de la th√©ologie humaine. La foi ne peut √™tre bas√©e que sur le - le roc solide de la Parole √©ternelle de Dieu. C'est le seul endroit o√Ļ la foi peut reposer. C'est le seul endroit de repos de la foi. En effet, c'est ce que la Bible dit. Pas ce que le pr√©dicateur dit, pas ce que papa a dit, mais ce que Dieu a dit. Et c'est l√† que la foi tient ferme. Pour les croyants, si Dieu a dit cela, cela r√®gle la question. Voyez? Voil√† votre lieu de repos.

            Et dans cet √©tat d'instabilit√© o√Ļ nous sommes aujourd'hui, comment la foi peut-elle trouver un lieu de repos? Vous devez retourner √† la Bible, retourner √† la v√©rit√©. Et lorsque J√©sus, le fils d'un charpentier, du point de vue naturel, lorsqu'Il est venu ici sur la terre, c'est tout ce qu'on savait qu'Il √©tait, et le jour o√Ļ Jean L'a baptis√©, Dieu L'a confirm√©. Dieu a parl√© du haut des cieux. Jean L'a vu venir sous la forme d'une colombe, et dire : " Celui-ci est Mon Fils bien-aim√© en qui Je prends plaisir de demeurer. " La traduction correcte l√† c'est : " En qui Je prends plaisir de demeurer. " Aussit√īt que J√©sus √©tait oint de Dieu‚Ķ Il √©tait juste un Homme jusqu'√† ce moment-l√†, mais d√®s lors, Il est devenu l'Homme Dieu. Quelqu'un me disait, il n'y  pas longtemps (comme je m'y r√©f√®re bien des fois dans ce jour d'indolence), qu'Il n'√©tait qu'un proph√®te, un homme de bien. Il √©tait plus que cela. Il √©tait le Dieu Oint. La Bible dit : " Dieu √©tait en Christ r√©conciliant le monde avec Lui-m√™me. " Dieu en Christ. Amen.

31.       Remarquez cela. Comme c'est beau! Le P√®re, parlant du haut des Cieux, apr√®s que le Fils s'√©tait montr√© ob√©issant pour le bapt√™me, Il a dit : " Celui-ci est Mon Fils bien-aim√© en qui Je prends plaisir de demeurer. " Il n'est pas √©tonnant que J√©sus ait pu dire : " Tout pouvoir  M'a √©t√© donn√© au ciel et sur la terre. " Le voil√† partir. Maintenant, suivons Sa vie. Je pense, c'est beau, la premi√®re chose que nous Le voyons faire, Il commence √†  prier  pour les malades. Consid√©rons-Le dans l'une de Ses premi√®res r√©unions, dans Luc, chapitre 1. Maintenant, r√©f√©rons-nous au pass√© et voyons ce que J√©sus √©tait en Son jour.

32.       Et √©coutez. M'entendez-vous? Suivez attentivement. Ce que J√©sus √©tait √† l'√©poque, Il l'est aujourd'hui, sinon la Bible est fausse. Est-ce vrai? Ce que la foi √©tait √† l'√©poque, celle pour laquelle ils ont combattu jadis, elle l'est aujourd'hui, sinon nous sommes de faux t√©moins, sinon la Bible est fausse. Maintenant, cela n'est pas possible, et les Ecritures disent : " Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " S'Il est mort et qu'Il est all√© dans la tombe, et que tout est fini, Il est juste comme un homme quelconque, comme Bouddha, Mahomet, ou tous les autres hommes. Mais s'Il est ressuscit√© des morts, alors Il est le m√™me, s'Il est ressuscit√©. S'Il n'est pas ressuscit√©, alors Il est juste l'un des philosophes. Il n'√©tait qu'un proph√®te. Mais s'Il est ressuscit√© des morts, Il est Dieu. Il est immortel. Il est avec nous maintenant.

             Et si Dieu ne prouve pas cela ici sur ce terrain de camping, alors je suis un faux t√©moin et un faux proph√®te. J√©sus-Christ est vivant ce soir, et Il peut prouver qu'Il est ici sur terre, ici m√™me √† Campbellsville, dans le Kentucky ce soir, juste le m√™me qu'Il √©tait en Galil√©e. Amen. Quelle d√©claration! Mais Sa Parole est soit vraie soit fausse. Et je sais qu'Elle est vraie. Car, devant un demi million de pa√Įens √† la fois, j'ai vu Sa grande majest√© Se lever dans la puissance, et faire taire chaque sorcier et tirer la gloire pour Lui-m√™me. Oh! la la! comme c'est merveilleux de placer votre simple confiance dans le Seigneur J√©sus-Christ ressuscit√© et vivant.

33.       Certainement que cela nous √©meut un peu. Vous ne pouvez pas vous en emp√™cher. Pensez √† ce jour o√Ļ la bombe atomique est suspendue dans le hangar l√†, √ßa peut d√©truire les nations, la bombe √† cobalt et tout, alors que trois bombes pourront mettre le monde entier en moule, une destruction totale. Qu'est-ce qui restera pour la race humaine? Mais il y a un Seigneur J√©sus, et un ciel, et une √©ternit√©. Et les b√©n√©dictions de Dieu attendent ceux qui L'attendent et qui croient en Lui. Comme c'est merveilleux! Il n'est pas √©tonnant que ce soit √©mouvant. Il n'est pas √©tonnant que cela nous am√®ne √† - √† nous sentir comme nous nous sentons. Il est glorieux.

34.       Maintenant, j'aimerais vous poser une question. Observez-Le, quand Il est venu sur la terre et qu'Il a commenc√©, dans Luc 2, Il tenait une r√©union, peut-√™tre qu'Il priait pour les malades. Et il y avait un homme du nom de Philippe. Et Philippe s'√©tait converti. Et aussit√īt qu'il √©tait converti au Seigneur J√©sus, il est all√© vite trouver son ami. C'est un bon signe de la conversion, quand vous voulez en parler √† quelqu'un d'autre. Il a vite couru. Ainsi il a laiss√© la r√©union de pri√®re, il a contourn√© la colline sur plusieurs kilom√®tres, il a trouv√© son ami du nom de Nathana√ęl. Et il a dit : " Viens voir qui nous avons trouv√©: J√©sus de Nazareth, le Fils de Joseph. " Et lorsqu'il a dit cela, Nathana√ęl, un homme juste, s'est lev√© et a dit : " Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? J√©sus de Nazareth, une ville m√©chante comme celle-l√†, quelque chose de bon venir de l√†? " G√©n√©ralement, Dieu prend les choses mauvaises pour en tirer des bonnes. C'est vrai. La vie doit venir de la mort. Le savez-vous? Il prend les choses mauvaises pour en tirer des bonnes. " Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? " Et je pense que Philippe lui a fait la meilleure d√©claration que j'aie jamais entendue, il a dit : " Viens et vois. " √áa, c'est une bonne chose. " Y a-t-il quelque - quelque chose qui se passe? "

            " Eh bien, si vous ne croyez pas cela, venez, voyez par vous-m√™me. " C'est ainsi qu'il faut y aller. Eh bien, il a dit : " Viens d√©couvrir. "

35.       Ainsi, ils sont partis, tous les deux ensemble, √ßa leur a pris du temps. Ils ont long√© le - le rivage, la chose suivante, J√©sus... C'est une petite sc√®ne ici, peut-√™tre qu'Il se tenait l√†, en train de prier pour les malades, au fur et √† mesure qu'ils venaient. Et Philippe et Nathana√ęl sont entr√©s l√†  dans la foule; Il ne l'avait jamais vu auparavant. J√©sus a senti quelque chose bouger dans Son cŇďur, Il a regard√© partout, Il a vu Nathana√ęl venir, et Il a dit : " Voici. " " Voici " signifie " Levez les yeux ". Voyez? "Voici un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude. " S'il faut que je le dise de fa√ßon que vous compreniez cela ici chez nous, nous devrions dire: " Voici venir un chr√©tien. C'est un homme honn√™te. " Voici un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude. Et je peux voir Nathana√ęl dire : " Moi? "

            " Oui, toi ", a dit J√©sus.

            Et il a dit : " Rabbi, comment me connais-Tu? Eh bien, a-t-il dit, Tu ne me connais pas. C'est la premi√®re fois que Tu viens dans cette ville. Je suis un √©tranger, et Tu ne m'as jamais vu. Ainsi, comment as-Tu su que j'√©tais un croyant et que je n'avais pas de fraude? Comment peux-Tu savoir quelque chose √† mon sujet? " J√©sus S'est retourn√©, Il a regard√© et Il a dit : " Avant que Philippe t'appel√Ęt, lorsque tu √©tais sous l'arbre, Je t'avais vu. " Oh! la la! " Avant que Philippe t'appel√Ęt. A quatre ou cinq kilom√®tres du virage, avant que tu ne viennes √† la r√©union, Je t'ai vu sous l'arbre, en train de prier  quand Philippe s'est approch√©. " Oh! la la! Qu'a-t-il fait? Il est tomb√© √† Ses pieds et il a dit : " Rabbi (Ma√ģtre), Tu es le Fils de Dieu. Eh bien, Tu es le Roi d'Isra√ęl. "

36.       Et remarquez. Mais les Pharisiens de ce jour-l√†, le monde religieux, eh bien, c'√©tait contraire √† leur enseignement. C'√©tait contraire √† leur th√©ologie. " Eh bien, ont-ils dit, cet homme est un d√©mon. Il est B√©elz√©bul. Un diseur de bonne aventure, de la t√©l√©pathie mentale, et c'est ce que cet homme est. " Maintenant, le monde religieux Le classait au rang de d√©mons. Mais Nathana√ęl, sur qui ce miracle a √©t√© accompli, a dit : " Tu es le Fils de Dieu. " Et le d√©mon s'est retourn√©, le ministre a dit : " Tu es du diable. Tu es un diseur de bonne aventure. Ces choses, c'est l'Ňďuvre de B√©elz√©bul. " Mais le d√©mon s'est retourn√© et a dit : " Tu es le Fils de Dieu, le Saint de Dieu. " Le d√©mon avait raison dans ce cas-l√†, il en savait plus que le ministre. Il a dit : " Eh bien, Tu es le Fils de Dieu. " Croyez-vous cela? Assur√©ment, le‚Ķ Assur√©ment, croyez cela. Si vous ne le croyez pas, vous √™tes perdu.

37.       Remarquez maintenant. Ensuite, un peu plus tard, nous Le voyons en route. Prenons-Le ici comme dans, prenons le - le... Je pense que Nicod√®me l'a bien dit pour les gens, lorsque Nicod√®me a dit l√†, lorsqu'il est venu aupr√®s de J√©sus de nuit. Beaucoup parmi vous le critiquent parce qu'il √©tait venu de nuit, mais il y est all√©, il est arriv√©. La chose suivante, l'avez-vous faite? Ainsi, si vous n'√™tes pas encore ar-...  arriv√© aux pieds de J√©sus, eh bien, ne critiquez pas Nicod√®me.

            Ainsi, il est all√© de nuit, il est arriv√© aupr√®s de J√©sus. Et remarquez, un rabbi, un ma√ģtre, se rendant aupr√®s d'un Homme dont  on n'a aucune trace montrant qu'Il ait jamais √©t√© √† l'√©cole un jour dans Sa vie. Et pourtant, nous accordons aujourd'hui une importance particuli√®re √† l'√©cole. Il est venu, lui un homme ayant une grande dignit√©, avec toutes sortes de dipl√īmes et des doctorats, il s'est rendu aupr√®s d'un Homme qui n'avait aucun dipl√īme. Regardez cela. Un millionnaire s'est rendu aupr√®s d'un pauvre qui n'avait pas de place o√Ļ reposer sa t√™te, alors que les renards avaient des tani√®res, et que les oiseaux avaient des nids. Lorsqu'un multimillionnaire s'est rendu de nuit aupr√®s d'un pauvre, lorsqu'un vieux sage, un docteur en " D.L.D. ", vint aupr√®s d'un jeune Homme pour apprendre la sagesse... Amen.

38.       Maintenant, remarquez pourquoi il a fait cela. Ecoutez. Pourquoi a-t-il fait cela? Ecoutez-le alors qu'il s'adresse √† J√©sus: " Rabbi (Ma√ģtre. Voyez?), Rabbi, nous savons‚Ķ " Nous qui? Les pharisiens, le monde religieux. " Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu. " Pourquoi? Parce que Tu as un dipl√īme? Non. Parce que Tu es tr√®s √©loquent? Non. Parce que Tu es un homme instruit? Non. Parce que Tu es membre d'une certaine d√©no-... ? Non. " Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu (pourquoi?), car personne ne peut faire les choses que Tu fais si Dieu n'est avec lui. " Vous y √™tes! Non pas: " Personne ne peut enseigner les choses que Tu enseignes. " Non. Non pas : " Personne ne peut enseigner la th√©ologie que Tu enseignes. " Non pas : " Personne ne peut faire ces choses, ou enseigner la Bible comme Toi ", mais : " Personne ne peut faire les oeuvres que Tu fais. " Enseigner quelque chose, c'est une chose, et que Dieu confirme cela et dise que c'est la v√©rit√©, c'en est une autre. Dire quelque chose, c'est une chose, faire quelque chose, c'en est une autre. Il ne s'agit pas des auditeurs, il s'agit de ceux qui mettent en pratique. Montrez-moi votre foi sans les oeuvres, et je vous montrerai ma foi, a dit Paul, par mes Ňďuvres. Si vous croyez quelque chose, vous agirez sur base de cela. C'est √ßa. Et alors, votre foi se transforme en oeuvres et Dieu peut alors marcher avec vous.

            " Nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu ", nous les pharisiens. " Eh bien, pourquoi ne viens-tu donc pas te joindre √† moi. Pourquoi ne crois-tu pas en Moi? "

            " Eh bien, √©videmment, nous avons nos r√®glements. Et nos r√®glements, c'est une tradition des anciens qui dit que si on n'est pas membre du Sanh√©drin ou de la d√©nomination ici √† J√©rusalem, eh bien, on va √™tre tous excommuni√©s. Et c'est pourquoi nous ne pouvons pas l'accepter. " Et pourtant, ils √©taient dispos√©s √† reconna√ģtre que personne ne pouvait faire les choses qu'Il faisait si Dieu n'√©tait avec lui. Pourquoi? Dieu confirme Son Evangile. Dieu l'a toujours fait.

39.       Maintenant, mes fr√®res membres du clerg√© et vous les enseignants de l'√©cole du dimanche, r√©fl√©chissons pendant une minute. Savez-vous que la religion est une chose et que le salut en est une autre? Savez-vous que cela a commenc√© depuis la Gen√®se? Savez-vous que Ca√Įn √©tait un homme religieux, tout aussi religieux qu'Abel? Il s'est pr√©sent√© √† - devant le Seigneur. Il savait qu'il √©tait mortel, qu'il devait mourir. Et il a b√Ęti un autel pour le Seigneur, une √©glise. Il a apport√© un sacrifice et il l'a offert au Seigneur. Il a pay√© ses d√ģmes et ses offrandes, pour ainsi dire, au Seigneur. Et √† part cela, il s'est agenouill√© et a ador√© le Seigneur. Ainsi, si le fait d'√™tre membre de l'√©glise, de soutenir l'√©glise, de payer vos d√ģmes et d'apporter vos offrandes, de s'agenouiller et adorer, c'est tout ce que Dieu exige d'un homme, Il serait alors injuste d'avoir condamn√© Ca√Įn, parce que Ca√Įn avait appliqu√© la religion d'Abel dans les moindres d√©tails. Mais le seul moyen par lequel Abel a √©t√© juste, c'√©tait par une r√©v√©lation spirituelle que ce n'√©tait pas par les oeuvres, que c'√©tait par la foi. " Ce n'est pas celui qui travaille, mais celui qui croit. " Et ce n'est pas √† cause des pommes, ni des p√™ches, ni des poires, ni des fruits du pays que nous avons √©t√© chass√©s du jardin d'Eden, mais c'√©tait le sang.

40.       Et J√©sus a confirm√© la m√™me chose lorsqu'Il a dit : " Ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© ceci, Simon Pierre ", lorsqu'il a confess√© qu'Il √©tait le Seigneur. " La chair... Tu n'as jamais appris ceci dans un s√©minaire. Tu n'as jamais appris ceci dans une quelconque √©glise, mais c'est Mon P√®re qui est dans les cieux qui t'a r√©v√©l√© ceci. Et sur cette pierre, je b√Ętirai Mon √©glise; et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre elle. " La v√©rit√© spirituelle r√©v√©l√©e du Dieu vivant. Lorsque Dieu vous a r√©v√©l√© par le Saint-Esprit, pas par la th√©ologie, pas par la facult√© mentale, mais par la v√©ritable naissance du Saint-Esprit que J√©sus-Christ est ressuscit√© des morts, vous avez la Vie Eternelle. C'est cela la r√©v√©lation. Je souhaiterais que nous ayons le temps de voir cela dans la Bible.

41.       Regardez Kor√©, Moab dans la Bible, lorsqu'Isra√ęl est venu. Il y avait Ko-...- Moab, qui √©tait issu des fils de Lot, qu'il avait eus avec sa fille. Et ils avaient un grand b√Ętiment, une grande √©glise. Et lorsqu'ils sont all√©s l√† pour maudire Isra√ęl, eh bien, ils ont dress√© le m√™me genre d'autel, ils ont pri√© le m√™me Dieu, ils ont offert les m√™mes sacrifices, le taureau. Et ils ont offert une brebis, ce qui repr√©sentait la Venue de Christ. Et fondamentalement parlant, tout ce que Mo√Įse offrait l√† en bas, Balaam l'offrait ici en haut. Ainsi, si tout ce que Dieu exige c'est un enseignement fondamentaliste et intellectuel, Dieu ne pouvait pas refuser l'offrande de Balaam.

            Mais la raison, eh bien, qui montre qu'Il avait rejet√© Balaam et avait accept√© Mo√Įse, c'est parce qu'il y avait  des signes et des prodiges. Dieu confirmait cela. Ils avaient la gu√©rison divine, un serpent d'airain. Ils avaient un rocher frapp√©. Ils avaient la joie. Ils avaient la conduite de l'Esprit. Ils avaient la Colonne de Feu. Ils avaient tout au milieu d'eux, des signes et des prodiges, Dieu confirmant qu'Il les avait agr√©√©s.

42.       Il en est ainsi aujourd'hui. Il en √©tait ainsi lorsque J√©sus et Nicod√®me se tenaient ensemble. Nicod√®me qui √©tait dans une belle √©glise, orthodoxe au possible, enseignait toute la parole, et J√©sus aussi. Mais Dieu √©tait avec J√©sus. " Rabbi, nous savons que Tu es un docteur venu de Dieu, car personne ne peut faire les miracles que Tu fais si Dieu n'est avec lui. "

            Philippe, je veux plut√īt dire Pierre, a dit la m√™me chose dans Actes 2. Il a dit : " Hommes Isra√©lites, J√©sus de Nazareth, √©coutez, cet homme √† qui Dieu a rendu t√©moignage devant vous par des signes, et des prodiges, et des miracles qu'Il a accomplis au milieu de vous tous, vous en √™tes tous t√©moins..."

43.       Suivons-Le quand Il est mont√© l√† un jour, alors qu'Il devait descendre. Et nous allons terminer juste dans un instant pour la ligne de pri√®re. Suivons-Le. Il devait descendre l√† √† J√©richo. Mais chose √©trange, Il est mont√© par le chemin qui m√®ne √† Samarie. Et en route vers l√†, Il a renvoy√© Ses disciples, et c'√©tait vers midi, je pense. Et il avait dit √† Nathana√ęl o√Ļ ce dernier se trouvait lorsque Philippe l'avait amen√©. Et ici, Il renvoie Ses disciples et S'assied pr√®s de la porte du jardin. Et si jamais vous avez d√©j√† √©t√© en Orient, vous avez vu combien c'est beau, tout autour de ces puits.

            Il √©tait assis le dos contre le mur. Et une femme est sortie. Nous la connaissons ici comme une prostitu√©e. Je ne pense pas qu'elle l'√©tait, en effet, √† voir ce qu'elle faisait d'habitude, elle ne pouvait l'√™tre. Mais nous dirons, pour - pour le besoin de la compr√©hension, qu'elle √©tait une femme de mauvaise r√©putation. Elle est venue au puits pour puiser de l'eau. J√©sus l'a fix√©e du regard, Il l'observait pendant qu'elle puisait l'eau du puits. Et Il a dit : " Donne-moi √† boire. " Et elle a dit : " Eh bien, il n'est pas de coutume que vous, les Juifs, vous demandiez pareille chose aux Samaritains. " Elle a dit : "  Nous n'avons pas de relations. "

            Il a dit : " Si tu connaissais Celui √† qui tu parlais, tu me demanderais √† boire et Je te donnerais de l'eau que tu ne viendras pas puiser ici. "

            " Eh bien, a-t-elle dit, eh bien, le puits est profond et Tu n'as rien avec quoi puiser. "

44.       Et la causerie s'est poursuivie, comme ils continuaient. Et finalement‚Ķ Eh bien, j'ai ma propre fa√ßon de le faire, que je vais vous faire comprendre dans quelques instants, et vous montrer ce que J√©sus faisait. Il essayait de contacter l'esprit de cette femme. Le P√®re lui avait dit d'aller l√†. Ainsi, il tenait cette - cette causerie avec elle pour d√©couvrir quel √©tait son esprit.

            Et aussit√īt qu'Il avait saisi son esprit, apr√®s lui avoir parl√©, Il a dit : " Va chercher ton mari. " Voil√† ce qu'√©tait son probl√®me. Il a su quel √©tait son probl√®me. Il a dit : " Va chercher ton mari. "

            Elle a dit : "  Je n'en ai point. "

            Il a dit : " C'est vrai, tu en as eu cinq, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. " Eh bien, elle s'est retourn√©e et a dit : " Eh bien, je vois, Seigneur, que Tu es proph√®te. " Maintenant, √©coutez attentivement, vous les enseignants. Elle a dit : " Nous, les Samaritains, nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses. " Le signe m√™me du Messie, que les Juifs traitaient de B√©elz√©bul, les Samaritains ont  dit: " Lorsque‚Ķ Nous savons que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses. Il saura que j'avais eu cinq maris. Nous savons qu'Il fera cela, le signe du Messie. "

45.       C'est vraiment dommage que cet esprit ne soit pas mort en ce jour-l√†, mais il n'√©tait pas mort. Remarquez, les gens sur qui cet esprit √©tait sont morts, mais l'esprit vit toujours. C'est juste comme le Saint-Esprit. Dieu retire Son homme, mais jamais Son Esprit. Le diable retire son homme, mais jamais son esprit. L'esprit de ces docteurs vit encore aujourd'hui. Les docteurs sont morts, mais les d√©mons continuent √† vivre, poss√©dant tout ce qu'ils peuvent poss√©der, les gens tr√®s √©rudits et tout, " mais reniant‚Ķ ayant l'apparence de la pi√©t√©, dit la Bible, mais reniant ce qui en fait la force, √©loigne-toi de ces hommes-l√† ". Remarquez. Maintenant, dans cet enseignement-ci, elle a dit : " Je sais que lorsque le Messie viendra, Il nous dira ces choses. "

            Il a dit : " Je le suis, Moi qui te parle. " Quel choc cela a d√Ľ √™tre pour cette femme! " Je le suis, Moi qui te parle. " Cela l'a intrigu√©e. " Eh bien, je suis une √©trang√®re, comment se peut-il que Tu saches quelque chose √† mon sujet? Eh bien, Tu dois √™tre proph√®te. Eh bien, quel proph√®te es-Tu? Nous savons que quand le Messie viendra, Il fera ces choses. " Quand J√©sus viendra, Il fera cela. Maintenant, J√©sus, si J√©sus √©tait venu et qu'Il avait fait cela, si J√©sus est donc ressuscit√© des morts, qu'Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, Il continuera √† faire cela, sinon Il n'est pas J√©sus. C'est vrai.

            Nous savons que lorsque le Messie viendra, Il fera ces choses. Mais Toi, qui es-Tu? Es-Tu proph√®te?

            Il a dit : " Je suis le Messie. " Elle a abandonn√© la cruche d'eau et elle s'en est all√©e dans la ville, tout excit√©e, et disant : "Venez voir un Homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait." Eh bien, Il n'avait pas fait cela; Il ne lui a dit que cette chose-l√†. Il le lui aurait dit si le P√®re le Lui avait montr√©. Mais elle a dit : "Venez voir un Homme. N'est-ce pas le Messie Lui-m√™me?"

46.       Maintenant,  allons un peu plus loin, peut-√™tre qu'ils le savaient. Simon est venu une fois, J√©sus l'a regard√© et a dit : " Eh bien, tu t'appelles Simon, mais d√©sormais ton nom sera Pierre ", une petite pierre. Il lui a dit son nom quand il est venu. C'√©tait √©trange, n'est-ce pas? Il a dit : " Tu es Simon." Il a fait cela plusieurs fois. Il savait l√† o√Ļ se trouvait le poisson qui avait des pi√®ces d'argent dans la bouche pour payer la d√ģme. J'aurais voulu avoir du temps pour vous raconter une petite histoire comme... Quelque chose de semblable est arriv√© l'autre jour. Je le ferai peut-√™tre plus tard.

47.       Remarquez, et puis quand ce - ce J√©sus se tenait une fois au milieu de gens, et qu'une petite femme s'est fray√© une voie au milieu de la foule; elle √©tait transport√©e de joie parce qu'elle avait entendu parler de J√©sus. Eh bien, elle s'est fray√© une voie en jouant des coudes. Elle ne se souciait pas de ce que les gens disaient; elle voulait arriver l√† o√Ļ Il √©tait. Et quand elle est arriv√©e l√†, elle a touch√© Son v√™tement, elle est rentr√©e, en effet, elle √©tait probablement de petite taille... elle avait eu une perte de sang pendant plusieurs ann√©es. Probablement qu'elle avait perdu beaucoup de sang et elle √©tait devenue faible; et ainsi, elle a ramp√© √† travers la foule; elle a tout simplement touch√© Son v√™tement, elle est rentr√©e et s'est rassise dans l'auditoire.

            J√©sus S'est arr√™t√©, Il s'est retourn√©, Il a dit : "Qui M'a touch√©?" Eh bien, tout le monde a ni√© : " Je ne T'ai point touch√©." Pierre s'est retourn√©,  il a dit : "Seigneur, Tu poses une telle question? Eh bien, c'est tout le monde qui Te touche. Alors pourquoi dire : 'Qui M'a touch√©?'"

            " Eh bien, a-t-Il dit, Je sens que Je suis devenu faible. " La vertu, la faiblesse... " Je sens que la vertu est sortie de moi. Je Me sens faible. Quelqu'un M'a touch√©. Sa foi M'a touch√©. " Et Il a regard√© partout dans l'auditoire. Ses yeux se sont finalement pos√©s sur la petite femme. Elle avait une perte de sang. Il a dit : " Ta foi t'a gu√©rie. "

48.       Eh bien, l√†, c'√©tait J√©sus d'il y a deux mille ans. S'Il est ressuscit√© des morts, √ßa doit √™tre le m√™me J√©sus ce soir. Croyez-vous cela? C'est vrai. Il est ressuscit√© des morts. Quelque chose de plus, et puis, nous allons terminer. Observez-Le. Le voici... Allons dans Saint Jean 5. Nous pouvons prendre toute la Bible, exposer cela de la Gen√®se √† l'Apocalypse. Il est tout simplement J√©sus tout le temps.

            Remarquez dans Saint Jean 5. Il est all√© √† la piscine de B√©thesda, o√Ļ il y avait les portiques, cinq portiques √©taient plac√©s l√†, il y avait l√† un march√© des brebis, il y avait une - une piscine d'eau. Et une grande foule, c'est-√†-dire beaucoup de centaines de gens, √©taient couch√©s l√†, attendant le mouvement de l'eau, car un Ange descendait de temps √† autre et agitait l'eau. Vous qui habitez pr√®s des rivi√®res ici, vous savez ce que c'est que l'eau agit√©e. Il y a un courant qui va dans un sens et le vent le repousse dans un autre sens et cela va dans le sens oppos√©, et ce sont des eaux tr√®s dangereuses. Et il a dit... Quand cette eau √©tait agit√©e comme cela, quiconque avait la foi et y entrait le premier √©tait gu√©ri de n'importe quelle maladie qu'il avait. Maintenant remarquez. Maintenant, observez quel genre de personnes, maintenant, pour terminer, observez quel genre de personnes √©taient couch√©es l√† : les estropi√©s, les aveugles, les boiteux, ceux qui avaient des membres atrophi√©s. Quelle foule : les estropi√©s, les aveugles, les boiteux, ceux qui avaient des membres atrophi√©s √©taient couch√©s, attendant le mouvement de l'eau.

49.       Le voici venir, le v√™tement plein de vertu. La femme avait touch√© Son v√™tement et avait √©t√© gu√©rie. Le voici venir, allant droit vers la piscine. Il est pass√© √† c√īt√© de la maman qui avait un enfant hydroc√©phale, Il est pass√© √† c√īt√© de ce pauvre vieux papa aveugle qui se tenait l√†, souffrant de l'arthrite et aveugle, Il est pass√© √† c√īt√© des autres qui √©taient couch√©s l√†, eh bien, et tout en √©tant un Dieu mis√©ricordieux, plein de compassions! Mais, mes amis, un peu plus tard, quand nous serons un peu familiers, vous ne savez pas ce que c'est que la compassion. La compassion, d'apr√®s les hommes, est une chose, la compassion, d'apr√®s Dieu, en est une autre. C'est comme les deux amours. Vous avez un amour qui est l'amour humain, phil√©o, c'est ainsi qu'on l'appelle en grec. Puis, vous avez l'amour Agapao qui est l'amour divin. Ils sont diff√©rents l'un de l'autre. L'amour phil√©o vous ferait fusiller votre fr√®re parce qu'il a aim√© votre femme. Mais l'amour Agapao vous am√®nerait √† passer le bras autour de lui et √† prier pour lui. C'est vrai. Voyez? C'est totalement diff√©rent.

50.       Et maintenant, il en est de m√™me de la compassion. Il est pass√© au milieu de cette grande foule, de plusieurs centaines de gens qui √©taient couch√©s l√†. Pouvez-vous vous repr√©senter J√©sus plein d'amour passer au milieu des brancards et des fauteuils roulants, des civi√®res, vers un homme couch√© sur un petit, ce que nous appelons dans le Kentucky, un grabat. Combien savent ce que c'est qu'un grabat? J'ai dormi la moiti√© de ma vie sur cela. Suivez. Un grabat... Et ici sur le flanc de la colline, vous n'√™tes pas encore all√©s assez loin pour √™tre de v√©ritables Kentuckyiens, attendez que vous soyez ici en bas pour visiter les vignes, c'est alors que vous serez vraiment dans le Kentucky. Ainsi, vous serez dans cette vieille maison en rondin, ayant un petit plancher nu, et la nuit, les petits enfants se couchent pr√®s de la porte sur un grabat, pour se rafra√ģchir. Et la journ√©e, la maman chasse des mouches loin d'eux avec un grand et vieux chasse-mouche. Oh! Oui, je sais ce qu'il en est. Oui. J'en suis heureux. Amen. Remarquez, Dieu est venu √† l'un de ces endroits et Il m'a sauv√© du p√©ch√©. Je pense que c'est bien. Tr√®s bien. Il m'a permis de pr√™cher l'Evangile dans le monde entier. J'ai pu gagner pour Lui presque un million d'√Ęmes maintenant, par Sa gr√Ęce. Et pensez-y.

51.       Eh bien, et lorsqu'Il est all√© l√†, aupr√®s de ce petit vieil homme couch√© sur un grabat, Il a dit : " Veux-tu √™tre gu√©ri? " Pourquoi? Observez ce que les Ecritures disent : " Car J√©sus savait qu'il √©tait l√† depuis long... " 38 ans... Cet homme √©tait malade pendant autant d'ann√©es que j'en ai, depuis que j'√©tais un petit enfant l√† sur le flanc de la colline, √† quelques kilom√®tres plus en bas. Il avait eu cette infirmit√© depuis 38 ans. Peut-√™tre que c'√©tait la glande de la prostate - la prostate ou la tuberculose. C'√©tait chronique; cela n'allait pas le tuer. Pourquoi J√©sus a-t-Il pass√© outre les estropi√©s, les infirmes, les boiteux, les aveugles, ceux qui avaient des membres atrophi√©s, pour aller l√†? Remarquez, Il a dit : " Veux-tu √™tre gu√©ri? "

            Et il a r√©pondu : " Seigneur, je n'ai personne pour me jeter dans l'eau. Je peux marcher et tout, mais pendant que je m'avance, quelqu'un d'autre me d√©passe et se jette l√† avant moi. "

            Il a dit : " Prends ton lit et rentre √† la maison. "

52.       Et quand les Juifs l'ont rencontr√©... Lisez tout le chapitre, le chapitre 5. Prenons le verset 19; √©coutez ce qu'Il a dit, au verset 19. Les Juifs Lui ont pos√© une question. Si J√©sus venait √† Campbellsville ce soir, on Lui poserait aussi des questions, s'Il passait. Et avec une telle sc√®ne, Il passa l√† et laissa ces gens couch√©s l√†. Suivez ce qu'Il a dit. Ils ont dit : " Rabbi, concernant cet homme. " Et Il a dit, suivez maintenant, verset 19 : " En v√©rit√©, en v√©rit√©..." √áa, c'est une expression h√©bra√Įque, elle n'est pas utilis√©e ici, elle signifie : " Absolument, absolument. " " En v√©rit√©, en v√©rit√©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, mais Il ne fait que ce qu'Il voit faire au P√®re, le Fils le fait pareillement. "

            Maintenant suivez attentivement. J√©sus n'a jamais pr√©tendu √™tre un gu√©risseur. J√©sus a dit : " Ce n'est pas Moi qui fais les Ňďuvres, c'est Mon P√®re qui habite en Moi, qui fait les oeuvres. Il Me montre quoi faire par une vision, et Je vais le faire. "

53.       Maintenant pour gagner du temps... nous pouvons continuer dans la Bible. J√©sus, quand Il allait quitter la terre, Il a dit ceci : " Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. " Est-ce vrai? Tous ceux qui lisent les Ecritures savent cela, les lecteurs de la Bible. " Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus. " Il s'agit l√† des gens du monde, la foule du monde, les incroyants, Il √©tait un fanatique pour eux √† l'√©poque; Il est un fanatique pour eux aujourd'hui. " Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus; mais vous, vous Me verrez. " Il y aura quelques-uns parmi vous. "Mais vous, vous Me verrez, car Je (pronom personnel) Je serai avec vous, jusqu'√† la fin du monde." Est-ce juste? Est-ce l'Ecriture?

            J√©sus a dit dans Saint Jean 14.7 : " Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Le m√™me genre de minist√®re que j'exerce, c'est la foi que je vous pr√©sente, √† vous les saints. Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi; vous en ferez de plus grandes. " La traduction correcte, n'importe qui d'entre vous, traducteurs de la Bible qui √™tes ici, la traduction correcte, ce n'est pas de plus grandes en quantit√©, parce que vous ne pouvez pas en faire de plus grandes en... Il a arr√™t√© le cours de la nature, Il a ressuscit√© les morts, Il a gu√©ri les malades, Il a tout fait. Mais Il a dit : " Vous en ferez davantage, car Je M'en vais au P√®re ", J√©sus le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement.

54.       Eh bien, ce soir vous √™tes soit d'un c√īt√© soit de l'autre. Vous √™tes soit du c√īt√© du monde qui ne croit pas cela, si vous avez vu cela, soit du c√īt√© de ceux qui voient cela et s'en r√©jouissent, car Dieu a ressuscit√© J√©sus d'entre les morts. Est-ce que les disciples avaient fait cela? Pierre √©tait sur le toit, il a vu en vision qu'il devait aller chez Corneille. Actes 10.49. Est-ce vrai? Tr√®s bien. Voyons si... Il y avait un homme du nom de Paul. C'√©tait un grand homme (auparavant, il s'appelait Saul), et il pers√©cutait les saints qui combattaient pour la foi. Alors, le Seigneur l'a frapp√© de c√©cit√©. Et il √©tait couch√© dans un petit h√ītel sur une rue appel√©e la Droite. Et il y avait l√† un homme du nom d'Ananias qui avait des visions. Un jour, il √©tait en pri√®re, et le Seigneur lui a donn√© une vision et lui a dit : "Va sur une rue appel√©e la Droite et tu trouveras un homme du nom de Saul; impose-lui les mains, afin qu'il puisse recouvrer la vue et qu'il soit rempli du Saint-Esprit."

            " Eh bien, a-t-il dit, Seigneur, cet homme est un pers√©cuteur. Il - il ne nous aime pas. Je sais que c'est un homme religieux, mais il nous d√©teste. Et j'ai appris des choses redoutables qu'il a faites. "

            Il a dit : " Voici, il prie. "

            Et il est venu par une vision, il a rep√©r√© la maison, il a d√©pass√© la place publique, traversant le - il est pass√© pr√®s d'une fontaine, et il a trouv√© la maison qu'il avait vue en vision, il est entr√©, il lui a impos√© les mains et a dit : " Fr√®re Saul, le Seigneur qui t'est apparu..." Ce n'est pas Saul qui lui en a parl√©, mais c'est lui qui  parlait √† Saul... Voil√†, la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. " Le Seigneur qui t'a rencontr√© en chemin, a - m'a envoy√© pour que je t'impose les mains afin que tu recouvres la vue et que tu sois rempli du Saint-Esprit. " Paul‚Ķ

55.       Ne doutez jamais de Sa Parole. Dans Actes, quand il est parti de Cr√®te en bateau et qu'il a fait sur la mer 14 jours et 14 nuits, tout espoir d'√™tre sauv√© √©tait perdu. Il y avait l√† 180 hommes, et lui il avait les mains et les pieds encha√ģn√©s, il allait √† Rome pour √™tre livr√©, et il allait √™tre d√©capit√©... Et l√†, tout espoir d'√™tre sauv√© √©tait perdu, on avait offert des pri√®res et tout. Mais rien n'allait se passer. Paul √©tait un saint. J√©sus √©tait vivant et ressuscit√© des morts. Et Paul est descendu dans la cale pour prier. Et apr√®s un instant, ce petit Juif est r√©apparu, il a √©tendu ses mains et a dit : " Ayez bon courage, chacun de vous ", et la mer mugissait toujours. Il a dit : " Car l'Ange de Dieu dont je suis le serviteur, s'est tenu √† c√īt√© de moi dans une vision et a dit : 'Paul, n'aie pas peur; tu dois compara√ģtre devant C√©sar; et voici, Dieu t'a donn√© tous ceux qui naviguent avec toi. Cependant le navire va √©chouer sur une certaine √ģle.' C'est pourquoi, ayez bon courage. " Amen.

56.       Quoi? Une vision. L'Esprit du Seigneur dans Son Eglise. Maintenant, √©coutez, mes amis, c'√©tait‚Ķ Nous pourrions passer des heures l√†-dessus. Mais quel genre de foi a √©t√© pr√©sent√© aux saints par J√©sus-Christ? J√©sus-Christ a dit : " Les m√™mes oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. " Les ap√ītres sont venus et ils ont fait la m√™me chose. Qu'est-il arriv√©? Qu'est-ce qui a accompagn√© cela? Qu'a-t-Il fait? Quelle √©tait la derni√®re commission de J√©sus? " Allez par tout le monde et pr√™chez la Bonne Nouvelle. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru; ils imposent les mains aux malades, les malades seront gu√©ris. " Et de grands signes et prodiges devaient se produire.

            Qu'est-il arriv√©? Nos √©coles ont enseign√© le contraire. Nous avons mis cela de c√īt√©. Nous avons adopt√© autre chose, l'instruction. L'instruction, c'est une chose merveilleuse, mais J√©sus n'a jamais demand√© d'√™tre instruit. Les s√©minaires sont merveilleux, mais J√©sus n'a jamais ordonn√© √† l'√©glise de fonder un s√©minaire. Construire les √©glises, c'est merveilleux, mais J√©sus n'a jamais dit aux gens de construire des √©glises. Mais Il a dit : " Pr√™chez l'Evangile par tout le monde. " Et nous avons manqu√© de faire cela. Qu'est-ce que l'Evangile? Eh bien, vous dites : " √áa se trouve ici dans la Bible. " Non non. √áa, c'en est une partie. √áa, c'est la semence. Mais Paul a dit : " L'Evangile ne nous est pas parvenu en parole seulement, mais avec la puissance et la d√©monstration du Saint-Esprit. " La Parole, c'est tr√®s bien...

57.       Quand je suis arriv√© en Inde, ce grand √©v√™que est venu √† ma rencontre l√† et a dit : " Fr√®re Branham, nous avons beaucoup entendu parler de vos oeuvres. " Il a dit : " Eh bien,  ne venez pas ici pour essayer d'√™tre un missionnaire. " Il a dit : " Ne venez pas ici pour essayer de nous enseigner la Parole, parce que nous La connaissons mieux. Nous avons re√ßu la Parole quand Thomas √©tait venu ici, il y a deux mille ans. " Et j'ai pr√™ch√© √† l'√©glise de saint Thomas. Il a dit : " Je... " Il a dit : " Thomas √©tait venu ici, et il nous avait apport√© l'Evangile, il y a deux mille ans, a-t-il dit, nous avions cela huit cents ans avant que vous ne deveniez une nation. Ainsi, n'essayez pas de venir ici pour nous parler de la Parole. Nous en savons mieux sur la Parole. Mais voici ce que nous aimerions savoir : Dieu vous a-t-il b√©ni avec le retour du Saint-Esprit pour vivifier de nouveau la Parole? "

            J'ai dit : " Monsieur, J√©sus est ressuscit√© d'entre les morts. "

58.       Les enseignants se tenaient l√†, 17 religions diff√©rentes m'avaient re√ßu; et toutes les 17 √©taient contre Christ. L√† se tenaient ceux qui adorent une puce, et d'autres adorent une vache, d'autres adorent le soleil, d'autres adorent Mahomet, d'autres Bouddha, et toutes sortes de dieux et ils se moquaient du christianisme. Ils ont pris la Bible, ils nous L'ont donn√©e et ont dit : " Vous les enseignants qui dites que J√©sus est ressuscit√© des morts... " Le docteur Reedhead se tenait l√†, le pr√©sident de la Mission Soudanaise, la plus grande du monde. Il a dit : " Si vous qui enseignez le christianisme vous pouvez faire - prouver que J√©sus est ressuscit√© des morts, nous accepterons cela."

            Il a dit : " Eh bien, qu'est-ce que vous voulez dire par prouver?"

            Il a dit : "Faites des choses que J√©sus a dit que vous devriez faire et nous vous croirons. Faites cela, et nous vous croirons. " J'√©tais assis l√† en train de serrer les dents. Il a dit : " Que je vous voie, vous les enseignants, le faire. " Il a dit : " Mahomet a √©crit une bible. " Cela est appel√© le Coran, vous le savez. Ainsi, l'un des - l'un des √©v√™ques a dit : " A quoi vous r√©f√©rez-vous, monsieur? Peut-√™tre √† Marc 16? " Il a dit : " C'est l'un des passages, oui. "

" Eh bien, a-t-il dit, monsieur, ça, c'était une erreur dans notre Bible. Marc 16 à partir du verset 9 jusqu'à la fin n'est pas inspiré. "

            Il a dit : "Quel genre de livre lisez-vous? Une partie de cela est inspir√©e et l'autre ne l'est pas?" Il a dit : " Laissez-moi vous dire, gentil monsieur, que tout le Coran est inspir√©. "

59.       Oh! quel pique! Quel reproche pour le christianisme! Je me tenais l√†, je me suis dit : " √Ē Dieu! Vous les ath√©es, attendez que l'heure arrive. Dieu est tenu √† Sa Parole. J√©sus vit et r√®gne. " Alors l'√©v√™que leur a parl√©, il a dit : " Que je vous voie, vous les docteurs, faire cela. " Il a dit : " Mahomet a enseign√© la vie apr√®s la mort; nous croyons cela. Votre J√©sus a enseign√© la vie apr√®s la mort, et vous croyez cela. " Il a dit : " En d'autres termes, toute cette r√©surrection, et toutes ces choses, a-t-il dit, prouvez cela. " Il a dit : "Vous avez eu deux mille ans pour faire cela. Et vous les chr√©tiens, vous occupez la cinqui√®me place. " Et c'est vrai... Pourquoi? Parce que les enseignants ont failli, ils ont enseign√© la th√©ologie plut√īt que la r√©surrection, la puissance et la vie. Oui, pour une d√©claration, c'en est une, mais c'es la v√©rit√©.

            Il a dit : " Vous avez eu deux mille ans pour faire cela. " Et il a dit : " Les deux tiers du monde n'ont jamais entendu parler du Seigneur J√©sus-Christ. " Et c'est la v√©rit√©. Pourquoi? C'est parce que nous construisons des √©glises, parce que nous avons des organisations sans importance. Nous avons oeuvr√© pour cela plut√īt que de nous agenouiller et parler √† Christ jusqu'√† ce que le Saint-Esprit devienne une manifestation de la v√©rit√© vivante pour nous. Amen.

60.       Docteur Reedhead a boug√© son pied sur le sol comme cela, il a fait demi-tour et s'en est all√©. Alors cette nuit-l√†, dans la r√©union, o√Ļ cinq cent mille personnes s'√©taient assembl√©es, le Premier ministre √©tait l√† ainsi que le maire de la ville, eux tous √©taient assis l√† dans cet amphith√©√Ętre. J'ai dit : " Maintenant, vous hommes de toutes les religions du monde, aujourd'hui c'√©tait votre jour. Mais c'est maintenant le temps de Dieu. Amen. Vous avez dit : 'Laissez-moi voir J√©sus revenir et faire ces choses qu'Il a dit qu'Il ferait, et nous croirons qu'Il est ressuscit√© des morts.' Croyez-vous toujours cela? " J'ai dit : " Je vais lancer un d√©fi. S'Il ne fait pas la m√™me chose, par la puissance de Sa r√©surrection ce soir, alors je suis un faux t√©moin. Mais s'Il fait cela, allez-vous abandonner votre religion pour devenir chr√©tien? " Ils ont tous lev√© la main. Cette nuit-l√†, quand les gens sont venus √† l'estrade, je ne pouvais m√™me pas parler leurs langues, et Dieu r√©v√©lait qui ils √©taient et ce qui n'allait pas en eux, et  des choses semblables; et ils se sont prostern√©s. Et un homme qui avait √©t√© aveugle pendant vingt ans a recouvr√© la vue, il a quitt√© l'estrade, et a embrass√© le maire de la ville.

            Oh! la la! Pourquoi? C'est parce que J√©sus-Christ vit et r√®gne aujourd'hui. Et nous devons combattre pour la foi qui a √©t√© transmise aux saints une fois pour toutes. " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. " Et Il vit ce soir. Et Il est omnipr√©sent. Il est omniscient. Il est omnipotent. Il est le m√™me Seigneur J√©sus ressuscit√© et le m√™me quant √† la puissance, le m√™me quant au principe, le m√™me quant √† la vie, le m√™me quant √† l'amour. Tel qu'Il √©tait hier, tel Il est aujourd'hui, vivant aux si√®cles des si√®cles dans Son Eglise.

            Prions.

61.       P√®re c√©leste, nous Te remercions pour Ta glorieuse Parole, Seigneur. Ta Parole est une lampe √† nos pieds. Nous Te remercions pour cela. Nous Te remercions pour nous L'avoir donn√©e. Et maintenant, √ī Dieu bien-aim√©! quoi que l'on soit peu nombreux ce soir, une petite poign√©e de gens venant d'ici, de la ferme et des alentours, se sont rassembl√©s ici sur ce terrain de camping, o√Ļ juste avant cette r√©union-ci s'est tenue une autre √† l'ancienne mode, o√Ļ le Royaume de Dieu a √©t√© pr√™ch√©, et les p√©cheurs se sont dirig√©s vers le Calvaire en pleurant.

            √Ē Dieu! stabilise la foi dans ces enfants qui croient; qu'ils sachent que Tu es ici, que Tu es vivant ce soir, que Tu es vivant aux si√®cles des si√®cles. Et qu'ils sachent que Tu es Christ ce soir, ressuscit√© des morts. P√®re, je sais quelle d√©claration cela doit √™tre de la part d'un mortel, mais je crois en Toi, √ī Dieu!. Je crois chaque Parole. Et je Te prie de prendre ce petit corps indigne, et que par le sang de J√©sus et par la gr√Ęce omnipotente de Dieu, Tu puisses y envoyer Ton Esprit ce soir, Seigneur, et que Tu confirmes que ce que j'ai enseign√© est la v√©rit√©. J'ai rendu t√©moignage de Toi, √ī P√®re!. T√©moigne de moi, que j'ai dit la v√©rit√©. Et les gens recevront cela, la gloire Te reviendra. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

62.       Excusez-moi d'avoir √©t√© long ce soir. Ce soir, c'est samedi soir,  demain vous pouvez peut-√™tre dormir un peu plus longtemps. Je suis d√©sol√© d'avoir pris beaucoup de temps. Chaud - mais rappelez-vous, il fait tr√®s chaud ici. Mais je L'aime, pas vous? De tout mon coeur je L'aime. Maintenant, si notre pianiste, quelque part, quelle que soit la femme qui joue le piano ici, ou le gentleman, qui qu'il soit, s'il veut bien venir au piano juste un instant. Je voudrais que vous jouiez doucement, s'il vous pla√ģt, Crois seulement, ou Reste avec moi, ou quelque chose d'autre.

63.       Et maintenant, au d√©but de ce service, je me demande maintenant s'il y a un critiqueur ou un incroyant √† l'int√©rieur ou √† l'ext√©rieur, qui ne croit pas et qui est venu pour critiquer, rappelez-vous simplement, mes amis, que je ne suis pas responsable de ce qui arrive aux incroyants ou aux critiqueurs. Et je ne suis pas responsable. En effet, sachez-le, si J√©sus est ressuscit√© des morts... Rappelez-vous, une fois, dans la Bible, un homme allait √ß√† et l√†, le d√©mon est sorti d'un homme et il voulait entrer dans des cochons, √† Gadara. Voyez, les d√©mons, quand ils ne sont pas dans des corps, ils semblent √™tre impuissants. Il leur faut avoir un corps, et le v√ītre fera l'affaire; et c'est un - cela est certainement un terrain o√Ļ il y a le m√©lange avec l'incr√©dulit√©. Ainsi donc, ne restez pas pour la suite du service, si vous √™tes un incroyant. Si vous √™tes un croyant, je crois que je peux faire que tout ce qui vous est arriv√©, avec l'aide de Dieu et selon Sa Parole, vous quitte. Ainsi donc, puisse le Seigneur vous b√©nir. Et, s'il vous pla√ģt, ne vous agitez pas pendant que nous sommes en pri√®re. Combien voudraient tout simplement dire : " Fr√®re Branham, je resterai assis avec respect. Je  consid√©rerai la Parole que vous avez pr√™ch√©e ce soir et La comparerai √† ce que Dieu fait. Et alors, s'il semble que Dieu vient l√†... Maintenant, je vous ai √©cout√©, vous √™tes un homme. J'ai le droit de douter de vous. Mais je sais que vous avez cit√© cela √† partir de la Bible; j'ai lu cela. Et alors, si Dieu vient et prouve que cela est la v√©rit√©, je vais alors accepter cela. " Combien l√®veront la main pour montrer qu'ils vont faire cela ? Dites : " Je... (√† l'int√©rieur ou √† l'ext√©rieur) J'accepterai cela. " Si Dieu vient ce soir et prouve que je vous ai dit la v√©rit√©... J'ai parl√© de Lui, qu'Il  parle pour moi.

64.       Maintenant, dans ce b√Ętiment ce soir, je crois qu'on a distribu√© des cartes de pri√®re, les gar√ßons l'ont fait il y a quelques instants. Et combien ont des cartes de pri√®re? Levez la main pour qu'on voie. Les cartes de pri√®re? Bien. Eh bien, nous ne saurons les prendre tous √† la fois. Et, mon minist√®re n'est pas bas√© sur un contact avec l'individu. Il est bas√© sur la Pr√©sence, pour que les gens croient. Je ne vaux ri - rien; je ne suis qu'un homme. Mais ce dont je parle, c'est de Celui que je repr√©sente, J√©sus. Maintenant, vous les mamans, gardez vos enfants tout pr√®s de vous, parce qu'il y a l'√©pilepsie par ici ce soir; et c'est - c'est vraiment difficile √©tant donn√© que je commence √† sentir l'Esprit se mouvoir.

65.       Combien ont d√©j√† lu L'histoire de ma vie? Faites voir la main. Partout dans le b√Ętiment. Beaucoup d'entre vous, certains ne l'ont pas lue. Vous savez, la visitation de l'Ange du Seigneur, et tout le reste, Celui qui est √† Washington D.C., dont la photo a √©t√© attest√©e comme √©tant authentique, nous ne L'avons pas avec nous ce soir, mais elle - elle a  √©t√© tir√©e par l'association des photographes am√©ricains. Cette m√™me Colonne de Feu  se trouvait l√†, quand George J. Lacy, le chef du F.B.I a eu cela. On en a fait un compte rendu et tout. Et le compte rendu est dans ce petit livre-ci. Nous ne sommes donc pas ici pour vendre les livres. Non non. Nous ne sommes pas ici pour... pas pour l'argent, il n'y a rien en rapport avec cela. Nous d√©sirons tout simplement que votre attention soit port√©e sur J√©sus-Christ, c'est la seule chose. Non, non. Nous ne sommes pas ici pour quelque chose. Pas pour vous faire quitter une d√©nomination, pas pour vous faire quitter une √©glise, nous devons vous laisser rentrer dans votre √©glise; c'est pour cela que nous sommes ici. Et aimez le Seigneur de tout votre coeur. Et votre pasteur vous appr√©ciera davantage. Et Dieu vous b√©nira.

66.       Maintenant qui a la carte de pri√®re‚Ķ Voyons. Combien - combien en a-t-il distribu√©? Regardez, √ßa pouvait faire environ 40 ou 50, ou quelque chose comme cela. Tr√®s bien, qui a la carte de pri√®re no 1? Y a-t-il quelqu'un ici qui a et... ? Regardez dessus, c'est juste un petit papier portant des num√©ros. La raison pour laquelle nous distribuons ces cartes de pri√®re, c'est pour - c'est afin que nous puissions aligner les gens, garder les gens en ligne, les mettre en ligne, ainsi il n'y aura pas d'irr√©v√©rence, et tout le monde peut √™tre en ligne. Mais observez tout simplement, il y aura plus de gens gu√©ris dans l'auditoire, ceux qui n'ont pas de cartes de pri√®re, qu'il y en aura qui ont des cartes de pri√®re. Maintenant, faites attention. Qui a la carte de pri√®re no 1? Voudriez-vous imm√©diatement lever la main? Regardez au dos de votre carte de pri√®re, que tout le monde regarde. Eh bien, il se peut que √ßa soit quelqu'un qui ne peut pas se lever. Il se peut que √ßa soit quelqu'un qui est sourd et qui n'entend pas. O√Ļ sont les jeunes gens? Billy Paul, peut-il √™tre ici, ou un huissier ou quelqu'un qui pourrait nous aider?

67.       La carte de pri√®re no 1, levez imm√©diatement la main, s'il vous pla√ģt. Voulez-vous me dire que vous n'avez pas distribu... La carte de pri√®re no 2? Quelqu'un a-t-il la carte de pri√®re no 2? No... Qui a‚Ķ Vous avez le no 1 ou 2, soeur? Deux, no 2. Pouvez-vous venir juste ici? Qui... La carte de pri√®re no 1, eh bien, r√©pondez si on vous appelle, sinon vous allez - sinon vous allez manquer votre place dans la ligne. La carte de pri√®re no 2? Juste ici. Tr√®s bien, la carte de pri√®re no 3. Quelqu'un a-t-il la carte de pri√®re no 3? Voudriez-vous juste lever  la main, o√Ļ que vous soyez? Cette dame a le no 3. Tr√®s bien. La carte de pri√®re... par ici, madame. La carte de pri√®re no 4. Quelqu'un a-t-il la carte de pri√®re no 4? Cet homme-ci. Tr√®s bien. La carte de pri√®re no 5? Voudriez-vous lever imm√©diatement la main afin que nous ne prenions pas trop de temps? No 5? Tr√®s bien. No 6. No 7. Levez la main imm√©diatement d√®s que votre num√©ro est appel√©. No 6. Tr√®s bien. No 7. No 8. Voyez, il ne faut pas que vous soyez tous mis ensemble, nous en appelons une √† la fois.

68.       No 8. Tr√®s bien. No 9. Qui a la carte de pri√®re no 9? La carte de pri√®re no 9, voudriez-vous lever la main? Pas ici? La carte de pri√®re no 10, voudriez-vous lever la main? Tr√®s bien, madame, la carte de pri√®re no 10. La carte de pri√®re 11, voudriez-vous lever la main? Carte de pri√®re 11? Douze? La carte de pri√®re 12? Tr√®s bien. Maintenant, laquelle - laquelle avez-vous, madame? Douze? Laquelle avez-vous, sŇďur? Eh bien, on ne peut pas avoir deux 12. Eh bien, il doit y avoir quelque chose qui cloche que... 11. Tr√®s bien. C'est 11 et 12. Tr√®s bien. La carte de pri√®re 13? La carte de pri√®re 13? Non. La carte de pri√®re 14? Non. La carte de pri√®re 15? Oui. Tr√®s bien, monsieur, 15. Tr√®s bien, c'est bien. Qui a la carte de pri√®re, la... Tous ceux qui ont de 1 √† 15. Etes-vous - a - √™tes-vous d√©j√† venus? Quelle carte de pri√®re aviez-vous? Vous √™tes - vous avez le  no 1, je suis d√©sol√©, je ne vous ai pas aper√ßu il y a un instant. Les cartes de pri√®re 2, 3,4,5, alignez-les, un des huissiers ou quelqu'un qui voudra - qui voudra prendre la place des huissiers, et... s'il vous pla√ģt. 15,16,17,18.

            Que quelqu'un voie chez cet homme-ci, peut-√™tre, celui qui est paralys√© sur la civi√®re √† c√īt√© des autres, ou voyez... Je vois qu'il a une carte en main. Il y a une dame l√† qui a une carte. Voyez... Tr√®s bien. 18,19,20. Je crains que beaucoup ne soient dehors. Commen√ßons √† prier pour ceux-ci maintenant m√™me.

69.       Tr√®s bien, combien ici n'ont pas de cartes de pri√®re, √† l'int√©rieur ou l'ext√©rieur? Merci, gentil monsieur, pour l'aide que vous m'apportez l√†. A l'int√©rieur ou √† l'ext√©rieur, ceux qui n'ont pas de cartes de pri√®re, mais qui cependant voudraient que J√©sus les r√©tablisse ce soir, et qui croient qu'Il le fera, levez la main, o√Ļ que vous soyez. Ceux donc qui n'ont pas de carte de pri√®re. Voyez? Vous n'aurez pas l'opportunit√© de venir dans la ligne de pri√®re pour que L'on prie pour vous. Tr√®s bien, je voudrais que vous croyiez. Je voudrais que vous croyiez de tout votre coeur et de toute votre √Ęme, de toute votre pens√©e, que J√©sus vous r√©tablira, et Il le fera.

70.       Maintenant - maintenant, le long de cette ligne, autant que je le sache, il n'y a personne que je connaisse personnellement. Il n'y a personne dans ce b√Ętiment que je connaisse, √† part ces hommes qui sont assis juste par ici, ce sont eux qui font des enregistrements dans mes campagnes ordinaires. Ils les enregistrent l√† o√Ļ‚Ķ Tout ce que le Saint-Esprit dit, vous pouvez rejouer et retrouver exactement ce qu'Il a dit. Alors, je - je crois reconna√ģtre fr√®re Funk assis l√† derri√®re, et un autre - sa femme et - et un autre fr√®re l√†, de Jeffersonville, qui est assis l√† derri√®re, par ici, fr√®re Ben, comme nous l'appelons. Et je crois que c'est sŇďur Beeler, ... ?... c'est √† peu pr√®s les... et madame Spencer assise juste ici. Je pense que ce sont l√† les seules personnes que je reconnaisse dans ce b√Ętiment ce soir, √† ce que je sache.

            Vous m'√™tes tous √©trangers. Cependant, m√™me si ce sont des gens √† qui j'ai parl√©, je ne les connais pas. S'il y a quelque chose qui cloche dans leur vie, je ne sais pas cela. Mais maintenant suivez, et si J√©sus √©tait ici, portant ce v√™tement qu'Il m'a donn√©, Il conna√ģtrait chacun de vous, n'est-ce pas? Comment? Selon que le P√®re le Lui r√©v√©lerait. " Je ne peux rien  faire, √† moins que le P√®re ne me montre premi√®rement quoi faire." Est-ce vrai? " Et ce qu'Il me montre, Il le fera."

71.       Eh bien, le m√™me J√©sus qui √©tait ressuscit√© des morts, s'Il Se tenait ici et que vous vous teniez l√†, eh bien, sans carte de pri√®re, que vous ne pouviez pas venir ici √† l'estrade, que vous saviez que vous n'alliez pas venir ici... Et ne pensez-vous pas que si vous croyez en Lui de tout votre coeur, comme l'avait fait cette pauvre petite femme qui avait touch√© le bord de Son v√™tement, Il pourrait se retourner et vous dire la m√™me chose qu'Il lui avait dite? Ne le pensez-vous pas? S'Il est ressuscit√© des morts, voici des gens align√©s, il y a des gens l√†, qui... S'il m'arrive d'appeler quelqu'un, ou de dire quelque chose √† quelqu'un qui me conna√ģt, eh bien, levez tout simplement la main, dites : " Je vous connais, Fr√®re Branham. " Je veux quelqu'un que je ne connais pas. Voyez? Ainsi, vous pouvez voir que Dieu est ressuscit√© des morts...

72.       Eh bien, ceci est un don divin, le Seigneur J√©sus ressuscit√©. Maintenant, je vais demander une fois de plus‚Ķ Maintenant comprenez que ceci, √ßa doit √™tre l'onction d'un Etre surnaturel qui est le Seigneur J√©sus, qui a promis que nous ferions les m√™mes choses qu'Il a faites quand Il √©tait ici sur terre. "Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi, vous en ferez de plus grandes, car Je M'en vais √† Mon P√®re. Encore un peu de temps le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous jusqu'√† la fin du monde ", J√©sus-Christ, le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, faisant les m√™mes choses, rien que ce que le P√®re Lui montrait.

            J'ai essay√© tr√®s rapidement de prendre des multitudes pour vous montrer qu'Il ne gu√©rissait pas tout celui qui venait √† Lui. Non, non. Il ne faisait que ce que le P√®re Lui montrait. Est-ce vrai? Eh bien, discutez-en avec Lui. Saint Jean 5.19, lisez et voyez si c'est la v√©rit√©. " Je ne fais rien de moi-m√™me, Je ne fais que ce que le P√®re me montre; ce que Je vois, c'est ce que Je fais. " Maintenant, consid√©rez - consid√©rez Philippe quand il est arriv√© avec Nathana√ęl. Il a dit : " Tu es un Isra√©lite dans lequel il n'y a point de fraude."

            Il a dit : " Quand m'as-Tu connu?"

            Il a dit : "Avant que Philippe t'appel√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, Je (quoi?) t'ai vu ", √† plusieurs kilom√®tres. Il est J√©sus ce soir, n'est-ce pas? Amen. Tr√®s bien.

73.       Maintenant, la chose semble √™tre en cours, si l'Esprit du Seigneur vient parmi nous, je sais que c'est le cas, et qu'Il m'utilise comme Son instrument, juste comme... Voici le micro. Voici la chaire. La chai-... La Bible n'est pas sur le micro, elle est sur la chaire. Chaque chose a sa place. Voici le doigt, voici la bouche, voici l'oreille, et voici l'oeil. Nous sommes tous les membres du corps.

            Maintenant, si Dieu vient au milieu de nous ce soir et qu'Il fasse usage de Son don divin, Son don proph√©tique qui a √©t√© souverainement donn√© √† votre humble fr√®re et serviteur du Seigneur, alors, allez-vous tous L'accepter comme Sauveur, et croire en Lui? Levez encore la main pour qu'on voie. Ainsi, c'est... Je sais que le Saint-Esprit aime que vous le fassiez. Voyons, je voudrais voir cent pour cent de gens dire qu'ils le feront. Tous mes remerciements. C'est gentil de votre part. Eh bien, que le Seigneur vous b√©nisse. Maintenant, Teddy mon fils, s'il te pla√ģt, joue Reste avec moi doucement, soit - soit Crois seulement soit quelque chose comme cela. Chantons Crois seulement, vraiment doucement. Tous ensemble maintenant, vraiment tr√®s doucement maintenant.

            Crois seulement, crois seulement. (le Saint-Esprit, tous ceux en qui Il entrait croyaient. Ils chantaient des cantiques.)

            Crois seulement,

            Crois seulement, crois seulement,

            Tout (surveillez-moi afin que je ne reste pas trop longtemps. Peut-√™tre l'un de vous, jeunes gens, s'il vous pla√ģt?)

            Crois seulement.

Maintenant, si vous les fr√®res, s'il vous pla√ģt, je ne vois pas Billy Paul ici. Mais ne me laissez pas... Ne le laissez pas... Ne me laissez pas rester trop longtemps, car j'ai un autre service et je dois aller en Allemagne...?... pour vous. Tr√®s bien. Tr√®s bien.

74.       Maintenant, P√®re c√©leste, je me remets maintenant entre Tes mains, pas pour √™tre vu, Seigneur, ni pour √™tre honor√©, mais c'est parce que je T'aime, et c'est parce que sans que je l'aie m√©rit√©, Tu as envoy√© Ton don. Accorde que Tes enfants qui croient ici dans le Kentucky voient que Tu es ressuscit√© des morts, que Tu es ici pour faire aujourd'hui la m√™me chose que Tu faisais quand Tu √©tais ici sur terre. Et ils iront dire aux autres et ils croiront, et ils T'aimeront, P√®re. Et un glorieux jour, quand la vie sera termin√©e, nous aimerions venir √† Ta maison. Quand nous frapperons √† Ta porte, nous croyons que Tu nous laisseras entrer, P√®re.

            Maintenant, Ta Parole dit : " Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. " La Parole dit que Tu es le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Tu l'as Toi-m√™me dit : " Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. " Je Te crois, Seigneur. Et maintenant, au Nom de J√©sus-Christ, puisse-t-il en √™tre ainsi ce soir pour Ta gloire. Amen.

75.       Maintenant, cette dame-ci, si elle peut venir. Venez juste ici, s'il vous pla√ģt. Eh bien, quel que soit l'ing√©nieur qui s'occupe de ce micro, je... S'il vous pla√ģt maintenant, laissez-moi vous poser encore une question, c'est certainement le subconscient, sachez-le. Et cela vous affaiblit. Si cela - si une seule vision a affaibli le proph√®te Daniel au point qu'Il √©tait presque hors de lui, √©tant troubl√© pendant plusieurs jours, qu'est-ce que cela ferait √† une personne comme moi? Si une seule vision de la part de Dieu a amen√© J√©sus √† sentir que la vertu √©tait sortie de Lui, eh bien, qu'est-ce que cela ferait √† un homme comme moi? Comprenez donc.

76.       Cette dame-ci, je pense, vous √™tes - nous sommes √©trangers l'un √† l'autre, n'est-ce pas, madame? Nous ne nous connaissons pas. C'est la premi√®re fois que nous nous rencontrons dans la vie, n'est-ce pas? Maintenant, cette femme m'est √©trang√®re, je ne l'ai jamais vue de ma vie, c'est la premi√®re fois que je la vois. Dieu sait que c'est la v√©rit√©. Probablement, que nous - peut-√™tre que nous sommes n√©s √† des kilom√®tres de distance, peut-√™tre que nous avons un d√©calage d'ann√©es, mais Dieu conna√ģt cette femme. Il me conna√ģt. Il sait pourquoi nous sommes ici. Il sait tout √† notre sujet. Et si J√©sus de Nazareth se tenait ici maintenant... Et peut-√™tre que la femme est malade, je ne le sais pas. Dieu le sait. Je ne saurais pas vous le dire, je ne l'ai jamais vue.

            Si nous sommes √©trangers et que ceci soit notre premi√®re rencontre, afin que ces gens-ci, peut-√™tre ici m√™me, vos associ√©s ici √† Campbellsville puissent... Levez la main, si nous sommes - si nous sommes de parfaits √©trangers. Nous ne nous sommes jamais vus. Mais cette dame maintenant m√™me est consciente que quelque chose est ici; quelque chose est en cours.

            Combien ont d√©j√† vu la photo de l'Ange du Seigneur, faites voir la main dans le b√Ętiment. Bon, c'est exactement ce qu'elle est en train de ressentir maintenant. Elle est consciente d'√™tre pr√®s de quelque chose, pas de son fr√®re, c'est le Saint-Esprit. Il est - Il se tient ici maintenant. L'auditoire commence en quelque sorte √†... Eh bien, je ne peux l'expliquer, mais Il est ici.

77.       Maintenant, si le Saint-Esprit m'accorde de lui parler, alors qu'elle m'est parfaitement √©trang√®re, et qu'Il fasse pour elle la m√™me chose que ce que J√©sus avait fait quand Il √©tait ici sur terre, croirez-vous que c'est J√©sus-Christ? Si je vous disais que j'avais l'esprit d'un peintre, vous vous attendriez √† ce que je peigne un tableau. Si je vous disais que j'avais l'esprit d'un hors-la-loi, vous vous attendriez √† ce que j'aie des fusils de gros calibre et que ma pr√©sence soit un danger. Et si je vous dis que j'ai l'Esprit de Christ, vous vous attendrez √† ce que je fasse les oeuvres  que Christ faisait, car Il l'a dit. Eh bien, madame, si vous s'il s'agit d'un probl√®me dans le foyer, s'il s'agit d'un probl√®me d'argent, s'il s'agit‚Ķ Je - je ne sais pas pourquoi vous √™tes ici. Vous le savez, n'est-ce pas? Je ne sais rien √† votre sujet. Mais si le Saint-Esprit r√©v√®le cela, ce pour quoi vous √™tes ici, tout comme Il l'a fait pour la femme au puits, allez-vous accepter et croire que cela vient de Dieu? Vous √™tes consciente que quelque chose... Vous - vous √©prouvez une tr√®s tendre et tr√®s douce sensation. N'est-ce pas vrai? Si c'est vrai, levez la main. Voyez? C'est Son Esprit. Peut-√™tre que maintenant, ceci est une autre dimension. Je vois entre cette femme et moi une Lumi√®re qui tournoie sans cesse. C'est le Saint-Esprit, la m√™me Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d'Isra√ęl.

            Maintenant, le seul moyen par lequel je puisse jamais le savoir, soeur, qu'Il vous a parl√©, Il devra me le dire comme Il l'avait fait √† la femme au puits. C'est √©trange que √ßa soit vous, une femme et moi, un homme ce soir, nous nous rencontrons juste comme il en √©tait de J√©sus et de la femme au puits. Il savait tout √† son sujet. Ou plut√īt, Il le savait selon que le P√®re l'avait r√©v√©l√©. Eh bien, Il peut faire la m√™me chose ce soir, n'est-ce pas?

78.       Premi√®rement, madame, comme vous regardez, √©videmment elle ne me regarde pas, elle regarde de c√īt√©. Mais je vois cette dame √™tre vraiment boulevers√©e chez elle. Elle souffre de la nervosit√©. C'est vrai. Croyez-vous maintenant? Je vous assure, vous devenez vraiment fatigu√©e. Et, parfois au travail, vous devez vous asseoir quelque fois pour vous reposer parce que vous vous sentez tr√®s nerveuse. Et vous faites tomber aussi des choses. C'est juste. C'est juste. C'est vrai. Autre chose,  vous avez subi r√©cemment une op√©ration, c'est ce qui a caus√© cette nervosit√©. C'est vrai. Je vous vois entrer dans un l'h√īpital pour une op√©ration. Et vous avez √©t√© op√©r√©e, c'est ce qui vous rend tr√®s nerveuse. C'est vrai. Il est merveilleux, n'est-ce pas?

            Vous n'√™tes pas de cette ville-ci. Vous venez d'un endroit appel√© Elkhorn, dans le Kentucky. Votre nom, c'est madame Campbell aussi, n'est-ce pas? Est-ce vrai? Vous √™tes gu√©rie, madame, J√©sus-Christ vous gu√©rit. Vous √™tes gu√©rie. Venez ici juste une minute. Quelque chose vous est donc arriv√© l√†, n'est-ce pas vrai? Quelque chose est arriv√©. Vos nerfs se sont calm√©s, n'est-ce pas vrai? Vous √™tes gu√©rie. Voyez? Vous √™tes dans Sa Pr√©sence. Disons : " Gr√Ęces soient rendues √† Dieu. " Croyez-vous de tout votre coeur? Amenez-la. Dieu seul‚Ķ Voyez, ce n'est pas moi; c'est Lui. " Si tu crois, tout est  possible. " N'est-ce pas vrai? Si tu crois. Ayez simplement foi, ne doutez pas.

79.       La petite dame assise l√† derri√®re, environ un, deux, trois dans la deuxi√®me rang√©e √† partir du bout, vous avez mal au flanc, n'est-ce pas, madame? Vous avez mal au flanc? Au flanc. Croyez-vous de tout votre cŇďur? Vous qui √™tes assise l√† √† me regarder, portant comme  un petit ch√Ęle blanc, croyez-vous que Dieu vous gu√©rira de ce mal au flanc? Hein? Si vous croyez... Que Dieu vous b√©nisse donc, vous pouvez avoir cela. Amen.

            Disons : " Gr√Ęces soient rendues √† Dieu. " Vous devez simplement avoir foi. Si Dieu - si vous croyez... Maintenant, croyez-vous de tout votre coeur, madame? Avec... Vous... Je vous suis √©tranger... Je - je ne vous connais pas, n'est-ce pas? Dieu vous conna√ģt, n'est-ce pas? Mais si le Seigneur J√©sus m'accorde de vous parler comme Il l'avait fait pour la femme au puits... Pourquoi est-ce que je vous parle? C'est pour avoir un contact personnel avec votre esprit. Maintenant, vous √™tes ici pour quelque chose. Vous pouvez √™tre ici juste pour tromper. Si c'est le cas, que cela soit connu. Il vous conna√ģt, et Il peut me le dire, si vous croyez. Mais vous n'√™tes pas ici comme une trompeuse, vous √™tes une chr√©tienne, vous √™tes une croyante. √áa devient blanc autour de vous. Et votre probl√®me, c'est que vous √™tes sur le point de subir une op√©ration. Et l'op√©ration se fera √† la gorge. C'est un esprit qui √©touffe. Et vous vous demandez si c'est le goitre ou une tumeur dans votre gorge. C'est un d√©mon sous forme de grosseur. Mais J√©sus est ici pour vous gu√©rir. Croyez-vous cela?

            Alors au Nom de J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, je condamne ce mauvais esprit qui √©touffe. Satan, tu es vaincu par le Sang du Seigneur J√©sus. Sors de cette femme, et que tu ne la d√©ranges plus, au Nom de J√©sus-Christ. Amen.

            Que Dieu vous b√©nisse, ma soeur. Croyez-vous de tout votre cŇďur maintenant? Allez et vous n'aurez plus √† subir votre op√©ration. Croyez de tout votre cŇďur.

            Gr√Ęces soient rendues √† Dieu qui nous donne‚Ķ Croyez-vous, partout? Ayez foi en Dieu. Regardez tout simplement et vivez, regardez et croyez. C'est tout ce que je vous demande de faire. Ayez foi. Dieu prendra soin.

80.       Venez, madame, je... On dirait que je vous ai vue quelque part. Je vous ai vue quelque part, je ne sais pas o√Ļ. Evidemment, c'est sous l'onction maintenant, je pense que la‚Ķ Mais je‚Ķ On dirait que j'ai vu votre visage, mais vous √™tes consciente, madame, que je ne sais pas pourquoi vous √™tes ici. Je ne sais rien concernant votre pr√©sence ici. Je peux vous avoir vue quelque part, mais je - je ne sais pas. Mais Dieu le sait, n'est-ce pas?

            Vous n'√™tes pas ici pour vous-m√™me. Vous √™tes ici pour quelqu'un d'autre, et c'est une femme. Et c'est une femme √Ęg√©e. Il s'agit de votre m√®re. Elle a quelque chose √† la hanche qui lui fait mal. Et dites donc, vous avez un petit enfant, une fillette pour laquelle vous priez. Et une charmante fillette aux cheveux noirs, aux yeux noirs, mais elle a une paralysie c√©r√©brale, et elle est dans un √©tat critique. C'est vrai, madame. N'est-ce pas vrai? Croyez-vous cela maintenant? Allez donc et recevez ce que vous avez demand√©. Et que le Dieu du ciel accorde la gu√©rison et le r√©tablissement au Nom de J√©sus, je le demande. Amen. Que Dieu vous b√©nisse. Croyez-vous? Tout est possible.

81.       A quoi pensez-vous, madame? Vous avez une affection des intestins, n'est-ce pas? Oui. Vous √™tes assise l√†, en train de me regarder, oui, la dame assise √† c√īt√© de cet homme-l√† ...?...une affection des intestins. Vous √©tiez assise l√† en train de penser... " Et s'il se retournait pour me dire quelque chose?" Je ne lis pas vos pens√©es; vous le savez. Mais c'est la v√©rit√©, n'est-ce pas? Si c'est vrai, levez la main. Je ne vous ai jamais vue de la vie, vous √™tes une √©trang√®re. Mais vous avez...  Votre foi vous a gu√©rie.

            Pourquoi cette affection des intestins? Pourquoi l'ai-je dit? Hein? C'est parce que cet homme qui se tient ici a la m√™me chose. Ce sont des d√©mons qui s'appellent au secours. C'est vrai. Vous avez la colite aux colons. C'est vrai. Vous √™tes aussi tr√®s nerveux, n'est-ce pas? Tr√®s nerveux, de ce fait, vous √™tes toujours inquiet, tr√®s pensif. Laissez-moi vous dire quelque chose. Il y a une chose noble que vous recherchez. Par-dessus tout au monde, vous voulez na√ģtre de nouveau et recevoir le Saint-Esprit. C'est vrai. Vous pouvez Le recevoir. Allez et que la paix de Dieu soit sur vous. Je vous b√©nis au Nom de J√©sus, mon fr√®re, √† cause du d√©sir du cŇďur. Amen. Allez, et que Dieu vous b√©nisse, ayez foi.

82.       La petite dame assise l√†, quand l'autre dame a √©t√© gu√©rie de l'affection des intestins, celle qui est assise juste l√† derri√®re, la deuxi√®me dans la rang√©e-l√†, elle avait la m√™me chose, elle a √©t√© aussi gu√©rie. C'est vrai, la petite dame en robe violette, est-ce vrai? Levez la main. C'est vrai, oui, madame. C'est vrai. Tr√®s bien, imposez la main √† cet homme qui est √† c√īt√© de vous, car il a un mal de dos. Il est assis l√†, d√©sirant √™tre gu√©ri. Il a un mal de dos. C'est vrai, monsieur, n'est-ce pas? Levez la main si c'est vrai.

            All√©luia! J√©sus-Christ vit et r√®gne. Il ne faillit jamais. Il est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Son amour omnipotent, Ses b√©n√©dictions... Croyez-vous?

83.       La petite dame l√† derri√®re, l√† avec un - assise l√† en train de pleurer, elle a un durcissement des art√®res. C'est vrai, soeur. Le sang cherche √† forcer un passage, le m√©decin a mis une chose autour de votre bras tout r√©cemment, et il a pomp√© cela, et il vous en a parl√©. Voyez, concernant un durcissement des art√®res. Les m√©dicaments, c'est tr√®s bien, mais J√©sus peut purifier ces art√®res pour vous. Votre foi‚Ķ Croyez-vous? Allez-vous accepter cela? Levez-vous, s'il vous pla√ģt, et acceptez votre gu√©rison. Que le Seigneur vous b√©nisse, ma soeur. Amen. Si ce soir vous ne croyez pas, vous √™tes une incroyante. J√©sus-Christ est ici manifestant les m√™mes choses qu'Il avait faites dans les jours pass√©s.

84.       Voulez-vous √™tre bien portant, monsieur? Maintenant, je ne lis pas l'homme... Maintenant vous √™tes ven-... N'ayez pas cette pens√©e-l√†, vous l√†-bas pr√®s de la porte; ne le faites pas. Voyez? Ne pensez pas que vous pouvez vous cacher maintenant. Vous ne le pouvez pas. Vous √™tes - vous √™tes - vous ne pouvez pas vous cacher maintenant. Je ne lis pas les pens√©es de cet homme. Non, non. Mettez votre main sur mon √©paule, monsieur. Voulez-vous rentrer √† la maison et prendre votre souper et vaincre cette gastrite? Allez donc prendre votre souper; J√©sus vous r√©tablit. Amen. Venez. Croyez de tout votre cŇďur. Ne doutez pas, ayez foi en Dieu. Tr√®s bien.

85.       Venez, madame. Amen. Cette vieille arthrite, c'est une mauvaise chose, mais J√©sus-Christ peut gu√©rir cela, n'est-ce pas? Croyez-vous que vous allez gu√©rir de cela? Croyez-vous que vous vous tenez dans Sa Pr√©sence, pas dans celle de votre fr√®re? Si moi et cette √©glise, nous prions pour vous maintenant, croyez-vous que vous allez √™tre r√©tablie?

            Notre P√®re c√©leste, pendant que cette petite m√®re aux mains rid√©es se tient ici, sans doute qu'elle a essuy√© les larmes des yeux de plusieurs enfants qui pleuraient; il y a des ann√©es peut-√™tre qu'elle s'est fait mal, et une vieille m√®re qui probablement est pass√©e de l'autre c√īt√© du rideau, l'avait prise dans ses bras et l'avait embrass√©e. Et tout cela √©tait termin√© en quelques minutes; elle avait √©t√© berc√©e jusqu'√† s'endormir et en se r√©veillant, elle avait oubli√© cela. O Dieu, le baiser d'une m√®re ne peut pas √īter cela, mais Seigneur, Ton Sang le peut. Je le demande au Nom de J√©sus, pour ma soeur, puisse-t-elle √™tre r√©tablie. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, m√®re. Allez, ne doutez de rien et croyez de tout votre cŇďur et vous serez r√©tablie.

86.       Croyez-vous? C'est peu de chose pour Dieu que de gu√©rir un trouble cardiaque, n'est-ce pas? Il peut tout simplement les gu√©rir. Croyez-vous cela? De tout votre coeur? Au Nom du Seigneur J√©sus, je b√©nis ma soeur que voici, afin qu'elle soit r√©tablie, au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Maintenant, allez donc en croyant de tout votre coeur. Croyez cela. Tr√®s bien.

            Croyez-vous? Je ne vous connais pas. Mais si Dieu me fait savoir pourquoi vous √™tes ici, allez-vous accepter cela? C'est dans votre dos, n'est-ce pas? Est-ce vrai? C'√©tait l√†, c'est parti maintenant. S'Il sait ce que vous √™tes, Il sait ce que vous serez, n'est-ce pas? S'Il sait ce qui est arriv√© dans votre vie, Il peut vous dire ce que sera le futur. Si vous savez que l'un est vrai, l'autre est aussi vrai, n'est-ce pas? Vous √™tes gu√©ri. Allez votre chemin en vous r√©jouissant, disant : " Merci, Seigneur J√©sus. "

87.       Croyez-vous que vous avez √©t√© gu√©ri pendant que vous √©tiez assis sur le fauteuil!  Voulez-vous croire cela de tout votre cŇďur, que Dieu vous a r√©tabli? Alors vous pouvez retourner chez vous et √™tre bien portant.

            Disons : " Gloire √† Dieu ", tout le monde. Ayez foi en Dieu. Pouvez-vous croire? Si tu crois... Regardez par ici et croyez. Ayez simplement foi. C'est tout ce que je vous demande de faire. Combien croient maintenant qu'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il est ici? Levez la main. Croyez cela de tout votre coeur. Puisse Sa gr√Ęce abonder sur vous.

            Mes chers amis chr√©tiens, je ne fais que vous dire, selon l'Evangile, que J√©sus est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement, et qu'Il est ressuscit√© des morts. Et que ce n'est pas moi, c'est Lui qui gu√©rit ces gens. Je ne vous connais pas. Dieu vous conna√ģt. Il s'agit de votre foi. Mais si vous commencez les r√©unions comme ceci, qu'en sera-t-il dans environ deux semaines quand vous commencerez √† faire dispara√ģtre les diff√©rences qu'il y a dans vos r√©unions, quand vous commencerez √† √īter du chemin vos petites bagarres et tout?. Beaucoup d'entre vous se posent des questions, beaucoup d'entre vous sont - sont stup√©fi√©s; ne me dites pas le contraire. Je connais vos coeurs. Pas moi, Lui. Je sens l'attraction de l'Esprit. Vous dites : " Comment faites-vous cela, Fr√®re Branham?" Je ne peux pas l'expliquer. J√©sus l'a fait. Les ap√ītres l'ont fait. Et J√©sus le fait ce soir, √† travers vous. Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas, mais croyez de tout votre coeur.

88.       Voudriez-vous venir, madame? Ayez foi. Vous croyez que - que Dieu vous r√©tablira? Eh bien, √©coutez, madame. J'aurais bien voulu vous gu√©rir si je le pouvais. Je ne le peux pas, vous le savez. Je suis un homme, je ne peux pas vous gu√©rir. Mais je - je peux prier pour vous. Mais, √©coutez, si J√©sus, comme je l'ai pr√™ch√© √† Son sujet ce soir, est ressuscit√© des morts et se tient ici et que vous √™tes dans Sa Pr√©sence, pas dans celle de votre fr√®re, ne croyez-vous pas que vous pouvez √™tre gu√©rie? Vous √™tes tr√®s malade; vous le savez. C'est votre estomac qui vous d√©range. Et‚Ķ Mais J√©sus-Chri... Vous avez aussi une maladie de femme. Mais J√©sus est ici pour vous r√©tablir. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Croyez-vous qu'Il vous gu√©rira? Si vous le croyez, vous pouvez √™tre gu√©rie. Si vous ne le croyez pas, √©videmment, c'est votre probl√®me. Voyez? Vous vous posez des questions dans votre esprit, madame. On a pri√© pour vous auparavant. Vous avez √©t√© dans la ligne.  Voyez?  Et c'est ce qui vous a rendue tout... Je ne lis pas vos pens√©es, mais c'est la v√©rit√©. Est-ce vrai? Pourquoi ne croyez-vous pas maintenant pendant que vous √™tes dans Sa Pr√©sence? Le croyez-vous?

            Notre P√®re c√©leste, alors que mon corps est affaibli, j'impose mes mains √† cette femme voyant qu'elle doit croire en Toi, sans quoi quelque chose doit vite arriver. Je demande qu'elle soit r√©tablie et je la b√©nis au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, madame. Allez maintenant, qu'il vous soit fait selon votre foi. Que le Seigneur vous b√©nisse. Que le Seigneur vous accorde Sa gr√Ęce.

89.       Vous √™tes maigre, madame, et fatigu√©e; vous transpirez la nuit et personne ne doit vous dire ce que c'est. Vous savez  que le m√©decin ne peut pas le faire, mais c'est la premi√®re maladie que J√©sus avait gu√©rie. Vous croyez cela, n'est-ce pas? Eh bien, la tuberculose n'existe plus pour Lui, Il peut tout simplement vous r√©tablir en un instant. Croyez-vous cela? Approchez.

            Dieu Tout-Puissant, le Dieu omnipotent, omniscient, le Seigneur J√©sus ressuscit√©, cette pauvre petite femme qui se tient ici est mourante, Seigneur. Satan a caus√© ce mal, et elle fait un effort. Je domine sur lui par l'autorit√© de la Bible, et par la Parole √©ternelle de Dieu, je condamne Satan. Au Nom de J√©sus-Christ, l√Ęche cette femme et qu'elle puisse s'en aller r√©tablie. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, soeur, et je vais vous dire quoi faire afin que vous sachiez que je vous ai dit la v√©rit√©. Allez lundi et faites-vous peser, ensuite faites-vous peser le lundi prochain, une fois de plus, et voyez ce que je vous ai dit. Amen. Venez et croyez. Avez-vous foi?

90.       Maintenant, on dirait que tout le monde peut voir cette Lumi√®re qui se tient juste au-dessus de cette femme en robe verte qui est assise l√†, l'Ange de Dieu. Elle pense √† quelqu'un d'autre. Elle prie pour quelqu'un. C'est vrai. C'est une soeur, et cette soeur n'est pas ici. Et, elle a un cancer tr√®s avanc√©, n'est-ce pas, madame? Prenez le mouchoir qui est dans votre sac √† main maintenant, posez-le sur elle. Demandez √† Dieu, elle sera r√©tablie. Croyez-vous? Amen.

91.       Monsieur, voulez-vous gu√©rir de cette arthrite? C'est une vieille chose horrible, n'est-ce pas? Allez-vous m'accepter comme proph√®te de Dieu? Vous savez que je ne vous connais pas, je ne vous ai jamais vu. Mais je vous vois essayer de sortir du lit le matin, vous poussant de c√īt√©, essayant de sortir. C'est vrai. N'est-ce pas vrai? Tr√®s bien, marchez jusqu'au bout de l'all√©e ici et levez la main et dites : " Merci Seigneur, je vais √™tre r√©tabli. " Amen. Disons : " Gloire au Seigneur! " Tr√®s bien. Croyez-vous, monsieur? Croyez-vous que Dieu peut vous d√©barrasser de cette chose maintenant m√™me et vous r√©tablir? Au Nom du Seigneur J√©sus-Christ, je condamne l'ennemi, et je demande que mon fr√®re soit r√©tabli au Nom de J√©sus. Amen. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re, allez en priant. Allez en croyant de tout votre coeur et Dieu vous r√©tablira.

92.       Oh! la la! Vous √™tes nerveuse, boulevers√©e. Vous avez eu beaucoup de hauts et de bas dans la vie. Cela... Je ne lis pas votre pens√©e, non. Vous avez aussi peur. Vous avez toujours √©t√© une personne peureuse; vous aviez peur lorsque vous √©tiez jeune fille. Lorsque vous √©tiez jeune fille, vous aviez beaucoup de scrupule au sujet des objets dans la maison. Je vous vois tomber apr√®s avoir gliss√© sur une petite chose, un petit tableau, ou quelque chose d'autre, c'est ce qui en est la cause. Vous avez toujours eu un point qui fait mal dans votre dos. C'est vrai. Et vous avez la gastrite qui a √©t√© caus√©e par cela. C'est vrai. C'est l'ulc√®re de l'estomac, c'est ce qui rend votre nourriture aigre et qui rend vos dents sensibles. C'est vrai, madame. C'est vrai. Croyez-vous maintenant de tout votre coeur? Allez donc et soyez r√©tablie. Prenez votre souper et ne doutez plus. Au Nom de J√©sus-Christ. Amen. Maintenant, c'√©tait √©trange lorsque je disais cela √† cette femme, quelque chose vous est arriv√©, √† vous qui √™tes assis l√†,  n'est-ce pas? Vous avez eu une sensation √©trange qui vous a frapp√©, parce que vous aviez exactement la m√™me chose: un ulc√®re √† l'estomac. Allez prendre votre souper. Ayez foi. Combien d'entre vous croient de tout leur cŇďur? Croyez-vous? Si vous croyez, vous pouvez recevoir.

93.       C'est peu de chose pour Dieu que de gu√©rir la nervosit√©, madame. Croyez qu'Il va gu√©rir cette nervosit√©. Il y a un groupe de gens qui souffrent de la m√™me chose. Combien l√† souffrent de la nervosit√©? Levez la main. Voyez-vous ce que je veux dire? Il y en a tellement √† appeler. Mais ces d√©mons sont en train de s'appeler les uns les autres, et des raies noires sillonnent partout. Le diable sait qu'il est vaincu. Il sait que si seulement il peut amener ces gens... Si seulement ces gens croient simplement en Dieu, cela les quittera imm√©diatement, chacun d'eux. Ils seront tous r√©tablis. Voyez, c'est la v√©rit√©. Ce n'est pas quelque chose au sujet duquel vous devez vous poser des questions. Il est ici. Il est ressuscit√© des morts. Pouvez-vous voir cela? Si vous le pouvez, dites " amen " √† Lui, " amen " de tout votre coeur. Dieu vit et r√®gne. Et c'est pour vous un p√©ch√© que de ne pas croire. Vous doutez de Dieu. Ce n'est pas de moi. C'est de Lui. Il sait tout √† votre sujet. Je ne peux pas gu√©rir. Si je pouvais gu√©rir, je gu√©rirais certains de ceux qui sont ici dans ces brancards et dans ces fauteuils roulants.

94.       Que pensez-vous, mon ami qui est couch√© l√† en train de me regarder? Croyez-vous que je suis un serviteur de Dieu? Je ne vous ai jamais vu de ma vie. Vous m'√™tes √©tranger. Je ne peux pas vous gu√©rir, mais vous ne pouvez pas cacher votre vie s'il vous le fallait. Le Saint-Esprit est ici. Dites, √† propos, vous √™tes sorti de l'h√īpital aujourd'hui. C'est un grand h√īpital, il est situ√© ici sur une grande colline, qui est environn√©e de beaucoup de bois. Vous √™tes un v√©t√©ran. Vous √™tes venu de l'h√īpital des v√©t√©rans de Louisville, dans le Kentucky. Vous √™tes venu ici pour √™tre gu√©ri. Vous avez √©t√© op√©r√© du cancer, d'une tumeur canc√©reuse. √áa a travers√©, et √ßa a atteint l'autre c√īt√©; et vous faites des √©tudes de pasteur pour devenir un ministre. N'est-ce pas vrai? Vous √™tes sur le point de vous marier. Ce mois-ci, vous √©tiez cens√© vous marier. Oh! mon fr√®re, croyez au Seigneur J√©sus, et vous pouvez √™tre gu√©ri. Croyez-vous? Est-ce que le reste d'entre vous croit? Combien d'entre vous croient? Tous ceux qui veulent croire, qu'ils se tiennent debout et qu'ils croient au Seigneur J√©sus. L'homme se l√®ve de... Vous √™tes... Vous pouvez √™tre r√©tabli au Nom du Seigneur J√©sus.
EN HAUT