ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication FAIRE L'ISSUE de William Branham a été prêchée 56-0304 La durée est de: 1 heure 05 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

FAIRE L'ISSUE

1.         Bonsoir, mes amis. Que le Seigneur vous b√©nisse richement. Et merci, Fr√®re Neville, pour ce bon commentaire. Je suis tr√®s heureux d'√™tre de retour au tabernacle ce soir, au service de notre Adorable Seigneur, et de voir nos amis l√†, ce soir, pour L'adorer avec nous.

2.         C'est certainement un grand privil√®ge de nous rencontrer une fois de plus de ce c√īt√©-ci de la Venue du Seigneur. Apr√®s avoir vu et entendu parler de plusieurs qui sont morts inopin√©ment et tr√®s vite, nous nous demandons simplement de temps en temps, √† qui le prochain tour. Mais, ayant cette assurance b√©nie que si‚Ķ "Il n'y a rien qui puisse nous s√©parer de l'amour de Dieu manifest√© en Christ. Ni la mort, ni - ni rien dans le temps pr√©sent, ni rien dans le futur, aucune puissance ne peut nous s√©parer de l'amour de Dieu manifest√© en J√©sus-Christ. " Et nous savons que "si cette tente o√Ļ nous habitons sur la terre est d√©truite, nous en avons d√©j√† une qui attend. " Irr√©solus et instables, nous nous reposons sur cette esp√©rance b√©nie et si glorieuse.

3.         Je parlais √† mon √©pouse, √† madame Woods  ainsi qu'aux autres, √† peine‚Ķ je suis rentr√©. Je leur disais : "Eh bien, on dirait qu'on va simplement de voyage en voyage, de lieu en lieu, mais cependant √ßa devient plus glorieux. Et je‚Ķ sachant que nous nous approchons de la fin, de la - la - la Venue du Seigneur. " J'ai dit : "Eh bien‚Ķ "

4.         L'autre jour, je parlais √† mon jeune gar√ßon, pendant que nous descendions la route, nous revenions de Sioux Falls, dans le Dakota du Sud. Alors, je lui ai dit : "Tu sais, il fait bon √™tre √† la maison. " Nous retournions √† la maison. J'ai dit : "Nous aimons ce monde. Ceci est notre demeure. Il se peut que nous ne le pensions pas, mais c'est notre demeure. Nous sommes n√©s pour avoir ceci comme demeure. C'est ici que Dieu nous a plac√©s, ici. Nous n'avions aucun moyen de venir ici par nous-m√™mes. M√™me notre p√®re et notre m√®re n'en avaient pas. Cela a d√Ľ relever du pouvoir de Dieu. Il y a beaucoup de gens qui se sont mari√©s, et qui n'ont  jamais eu d'enfants. Mais, Dieu a beaucoup veill√© √† ce que nous venions sur cette terre.

5.         Alors, une fois venus, nous commen√ßons √† grandir et √† d√©velopper un corps constitu√© d'atomes, de lumi√®res et autres, au fur et √† mesure que cela se nourrit de la terre. Ensuite, apr√®s que nous avons atteint un certain √Ęge, la croissance s'arr√™te. Nous continuons √† ajouter cela, mais le corps d√©p√©rit. La mort s'installe.

6.         "Et puis, si cette tente o√Ļ nous habitons ici sur terre est d√©truite, nous en avons une l√† qui attend. " Voyez-vous ? Nous entrerons dans celle-l√†, nous nous reconna√ģtrons les uns les autres. Nous ne pourrons pas nous serrer la main, nous n'aurons pas de sens comme celui du toucher. Nous ne pourrons pas‚Ķ Je ne pourrai pas vous serrer la main et dire : "Bonjour, fr√®re ", parce que je - je‚Ķ On n'aura pas ce genre de main. Mais cependant, nous ne serons pas dans un corps de chair comme nous y sommes maintenant, nous serons dans un - un corps c√©leste. Et puis, apr√®s que ce‚Ķ

7.         Et je me disais que l√† en Egypte, quand Joseph avait laiss√© un m√©morial aux enfants d'Isra√ęl, ses os, cela montrait qu'un jour ils en sortiraient. Et quand ils sortiront, ils prendront avec eux ses os, en montant au pays de la promesse. Et tout H√©breux qui d√©sirait retourner dans sa patrie‚Ķ peu importe donc √† quel point il √©tait bien trait√©, cependant son ardent d√©sir √©tait de retourner dans sa patrie. Et chaque fois qu'ils passaient par l√† et voyaient ces os, ils reconnaissaient qu'un jour ils retourneraient dans leur patrie.

8.         Pendant que nous sommes ici, attendant de quitter ce lieu-ci, nous voyons une tombe vide, l√† √† J√©rusalem ; cela nous fait savoir que quelque chose s'est pass√©. Et puis, lorsque nous nous rev√™tirons de ce co‚Ķ glorifi√©, pas glorifi√©, mais ce corps c√©leste, nous marcherons dans le pays de Gloire avec Christ, nous nous verrons, nous nous parlerons ; nous pourrons parler. Les √Ęmes sous l'autel crient : "Jusques √† quand ? " Et alors, quel sera le m√©morial l√†, qui montrera que nous reviendrons une fois de plus sur la terre pour manger, boire et dormir ? Il sera l√†, assis l√† sur un Tr√īne, dans un corps de chair. Amen.

9.         Un jour, nous ressusciterons dans ce corps de chair. Et quand Il sera revenu, ces corps c√©lestes seront glorifi√©s. Alors, nous serons semblables √† Lui, et nous vivrons √©ternellement dans ce corps-l√†. Que - que - qu'importe autre chose ? Voyez-vous ? C'est d√©j√† r√©gl√©. C'est juste‚Ķ Simplement bien ancr√© l√†. Et que ceci‚Ķ

            Mon espoir ne se fonde sur rien d'autre

            Que la Justice et le Sang de J√©sus ;

            Quand tout c√®de autour de mon √Ęme,

            Il est alors toute mon esp√©rance et mon appui.

10.       C'est Christ seul qui a rendu cela possible ; pas mon √©glise, pas ma d√©nomination, pas mes amis, mais Christ.

            Tous les autres terrains ne sont que du sable mouvant, tous les autres terrains.

11.       Il n'est pas √©tonnant qu'Eddie Perronett‚Ķ les gens pensaient qu'il √©tait fou. Et ce jour-l√†, alors qu'il √©tait assis l√† comme esclave de gens, le Saint-Esprit a tendu la main, a pris le stylo et s'est mis √† √©crire ce merveilleux cantique qui sera chant√© au service de baccalaur√©at de - √† l'intronisation du Roi des rois. Que tous acclament la Puissance du Nom de J√©sus.

12.       Nous avons donc un merveilleux rapport sur ce qui s'est pass√© au nord. Nous avons eu une r√©union des ministres, pas des ministres, mais un petit d√©jeuner des Hommes d'Affaires Chr√©tiens √†‚Ķ l√† √† Minneapolis, c'√©tait le plus important petit d√©jeuner que nous ayons jamais eu chez les Hommes d'Affaires. Il y a eu deux milles personnes l√†-bas.

13.       Et le Seigneur nous a donn√© un message. Et ce matin-l√†, lors de l'appel √† l'autel, cinquante hommes d'affaires sont venus √† Christ et sont n√©s de nouveau, ce matin-l√†, dans la r√©union. Oh, cela a vraiment ravi mon cŇďur, un homme d'affaires qui entre ! De merveilleux services, partout. Que le Seigneur soit lou√©, et que toute la gloire Lui revienne !

14.       Et maintenant, j'ai avec moi une petite note ici, o√Ļ l'on demande quand je serai √† Indianapolis. √áa sera du 11 au 15 juin, √ßa sera √† Cadle Tabernacle, √† Indianapolis, dans l'Indiana ; du 11 au 15 juin, cela offre des si√®ges √† 11.000 personnes.

15.       Le lendemain, nous partirons pour Shreveport, en Louisiane, et nous passerons le week-end √† Shreveport, en Louisiane.

16.       Et ensuite, nous quitterons Shreveport pour aller √† Houston, au Texas ; et nous y passerons deux jours, √ßa sera le lundi et le mardi.

17.       Et puis, le 16, nous commencerons dans l'ancienne Mexico, dans la ville de Mexico, l'ancienne Mexico. Monsieur Arganbright venait de m'appeler. Et ils ont eu une tr√®s grande ar√®ne des taureaux l√†, cela offre soixante mille si√®ges. Et il y a quatre cents √©glises qui collaborent, elles ont d√©j√† sign√© un engagement. Et nous nous attendons √† ce qu'il y ait cent mille personnes √† la r√©union.

18.       Et √ßa sera la premi√®re fois que ceci‚Ķ Nous avons de quoi louer Dieu. √áa sera la premi√®re fois, dans l'histoire du Mexique, que le gouvernement recevra donc un protestant et qu'il nous accorde le droit d'aller. √áa sera la premi√®re fois, dans l'histoire du Mexique, que - que les protestants seront donc re√ßus. Et ce g√©n√©ral Valdivia, c'est un g√©n√©ral de l'arm√©e mexicaine, il n'y a pas longtemps qu'il est n√© de nouveau et qu'il a re√ßu le Saint-Esprit. Et avec l'autorisation qu'il a re√ßue du gouverneur de Mexique, on nous accorde les droits, de la part du gouvernement, de nous y rendre sous la protection des milices. Et - et nous sommes‚Ķ

19.       J'ai la grande ar√®ne des taureaux. C'est le terrain le plus grand qu'il y a dans tout le Mexique. Et cela offre des si√®ges √† soixante mille personnes, tout autour comme cela, √† part la - la salle r√©serv√©e aux combats, vous savez, l√†-dedans. Et nous aurons cela pour dix soir√©es d'affil√©e donc, sans interruption, du coup dix soir√©es d'affil√©e. Soyez donc en pri√®re pour moi.

20.       Je sens simplement que le‚Ķ J'entends le bruit d'une pluie abondante l√†-bas. Je‚Ķ les Mexicains sont des croyants tr√®s simples et humbles. Et une fois convaincus‚Ķ (ce sont des catholiques.), et une fois convaincus que la v√©rit√© est la v√©rit√©, alors la question est r√©gl√©e une fois pour toutes.

21.       Ensuite, je me d√©p√™cherai de quitter l'ancienne Mexico, pour revenir ici vers le 30.

22.       Et le 1er, √ßa sera le matin de P√Ęques ici au tabernacle, pour un service du lever du soleil. Et cela sera suivi d'un service de gu√©rison. Et ce soir-l√†, il y aura un service de bapt√™mes au tabernacle. Et vous pourrez donc annoncer cela √† vos amis, amener tous les malades ainsi que les afflig√©s pour le service de P√Ęques. Et ce service du lever du soleil aura lieu tr√®s t√īt le matin. Alors, apr√®s cela, √† 10 heures, 9 heures 30, √ßa sera le temps pour l'√©cole du dimanche habituelle. Pr√©voyez cela, vous tous, l'√©cole du dimanche. Et un - un service de gu√©rison suivra cela, un re‚Ķ un service habituel de gu√©rison comme nous en avons dans des campagnes.

23.       Et ainsi donc, √ßa sera √† Mexico city que cette nouvelle vision dont le Seigneur m'avait parl√©, va pour la premi√®re fois s'accomplir en ce moment-l√†. Ainsi, le Seigneur voulant, nous essayerons cela de nouveau, ici m√™me le matin de ce dimanche-l√† de P√Ęques, nous utiliserons ces deux pi√®ces‚Ķ ?‚Ķ ici, voyez. Nous nous attendons donc √† un moment glorieux ici, le matin de P√Ęques.

24.       Et la preuve que le Seigneur J√©sus est ressuscit√© d'entre les morts, c'est qu'Il est vivant. Oui, oui. Et Il est vivant depuis ce premier P√Ęques. Et Il est ici avec nous maintenant m√™me. Et j'esp√®re bien que le Seigneur nous accordera une grande effusion de Ses b√©n√©dictions en ce matin-l√†.

25.       Ensuite, nous partirons d'ici donc, nous irons √† Chicago le 11, du 3 au 11. Nous quitterons le lundi, nous commencerons l√† le mardi, et nous commencerons du‚Ķ Non, √ßa sera du 3 au 8. Et ensuite, le 11, nous commencerons √† Charlotte‚Ķ Non, en Colombie, en Caroline du Nord. Et puis, √† Spindale, en Caroline du Nord. Et puis, de l√†, √† Charlotte, en Caroline du Sud. Et ensuite, en Anchorage, en Alaska ; de l√†, nous monterons en Anchorage, en Alaska. Ensuite, nous reviendrons. Et ce n'est pas fix√©, mais peut-√™tre, peut-√™tre, vers ce temps-l√†, la tente sera pr√™te, en cours. Oh, j'ai vraiment‚Ķ

26.       Savez-vous ce que j'aimerais faire ? Allez-vous prier avec moi pour cela ? [L'assembl√©e dit : "Amen. " - N.D.E.] Regardez. J'aimerais d'ici peu, le Seigneur voulant, dresser cette tente ici m√™me dans cette ville de Fall City, et rester l√† pendant quatre ou six semaines de r√©unions ; rester simplement l√† jusqu'√† ce que la bataille soit termin√©e. Et soyez donc en pri√®re pour cela. Et j'aimerais dresser cela ici, entre Jeffersonville et New Albany, quelque part l√†, et pr√©voir l√† dedans environ sept ou huit mille si√®ges. Et ensuite, nous pourrons agrandir cela au fil du temps, et nous resterons simplement ici m√™me jusqu'√† ce que √ßa soit termin√©. Amen.

27.       Et alors, apr√®s, je pense donc que du 11 au 15 juin, je serai √† Cadle Tabernacle, dans l'Indianapolis. Et ensuite, je pense que du 17 au 21 juin, je serai √† Minneapolis, au stade de football de l√†, qui offre 27 mille si√®ges. √áa sera une convention internationale des Hommes d'Affaires Chr√©tiens, nous pr√™cherons et nous aurons la pri√®re pour les malades chaque soir.

28.       Et alors, soyez en pri√®re pour ces choses, faites-le, et priez beaucoup. Je - je pense bien que nous n'avons pas beaucoup de temps maintenant. Et je pr√©dis cela ; je ne dis donc pas que c'est le Seigneur qui le dit. Je - je pr√©dis que cette ann√©e soit l'Am√©rique recevra Christ soit elle Le rejettera. Voyez-vous ? Je pense que ceci sera un tournant dans lequel l'Am√©rique s'engagera. Soit nous aurons un r√©veil en ce jour-ci, soit nous n'en aurons pas. Et je pense que ceci est l'ann√©e o√Ļ l'Am√©rique aura √† prendre sa d√©cision. Et j'esp√®re qu'ils prendront cela et que nous aurons un grand r√©veil qui balayera tout simplement. Nous avons eu beaucoup de pr√©dications, beaucoup d'√©vang√©lisation, mais nous avons besoin d'un r√©veil (n'est-ce pas ?), un vrai r√©veil. C'est ce dont nous avons besoin. Que le Seigneur vous b√©nisse.

29.       Je suis content de voir fr√®re Graham l√†, et - et je - je pense que c'est fr√®re Smith qui est assis juste devant lui, fr√®re Smith de l'Eglise de Dieu. Et - et il y a ici beaucoup de pr√©dicateurs, j'en suis s√Ľr. Et nous vous souhaitons √† tous la bienvenue, fr√®res, √† tout un chacun, ainsi qu'aux √©trangers qui sont dans nos murs, √† tous les la√Įques. Nous vous aimons vraiment.

30.       Et maintenant, ces annonces termin√©es, nous savons que ce soir c'est une soir√©e consacr√©e au service de communion. Et priez beaucoup pour notre bien-aim√© fr√®re Neville qui assure la permanence ici au tabernacle. Il fait un grand travail ; et priez pour les saints de partout. Oh, quel temps de besoins ! Quel temps de besoins ! J'en entends parler depuis l'Afrique, et il y a un tel appel pour l'Afrique.

31.       Et il n'y a pas longtemps, fr√®re Arganbright me disait au t√©l√©phone que le roi de - d'un ces pays-l√†, j'oublie o√Ļ exactement, je pense que c'√©tait en Su√®de, en Suisse. Je vais me rappeler cela dans un instant. Le Danemark. Il a - a √©crit une lettre sp√©ciale pour dire que c'est maintenant qu'on doit aller l√†.

            En Afrique et en Inde, √† plusieurs autres endroits.

32.       L√†, dans les √ģles Hawaii, on y est all√© l'autre jour. C'√©tait environ dix fois plus que ce qu'on avait invit√© pour un r√©veil. Les Hommes d'Affaires Chr√©tiens veulent se rendre l√†-bas et, juste survolant cela, mettre de l'ordre, organiser un chapitre et parler pour eux ce matin-l√†, et ensuite commencer un r√©veil en Hawaii.

33.       Ainsi, le monde entier est devenu notre paroisse, voyez-vous, le monde entier. Et nous sommes Ses serviteurs.

34.       Ainsi rappelons-nous simplement, mes amis, que ceci peut √™tre la derni√®re soir√©e, ou ceci peut √™tre la derni√®re ann√©e, ou √ßa peut √™tre la derni√®re g√©n√©ration. Voyez-vous ? Nous ne le savons pas. Mais, de toute fa√ßon, nous savons ceci avec assurance, que les vivants savent qu'ils doivent mourir. "Il est r√©serv√© aux hommes de mourir une seule fois, apr√®s quoi vient le jugement. " Et s'il y a quelqu'un ici ce soir, qui n'est pas pr√™t √† affronter cela, et qui n'a pas cette assurance b√©nie, puisse ceci √™tre la soir√©e o√Ļ vous prendrez la d√©cision pour le Seigneur J√©sus, une fois pour toutes, pour l'Eternit√©.

            Maintenant prions.

35.       Notre P√®re C√©leste, nous voulons Te remercier du fond de notre cŇďur, sachant que nous sommes en attente ici, sans √™tre du tout frustr√©s ; peu importe combien de bombes atomiques on fabrique, et combien d'agents de la fonction publique, on place l√† pour veiller sur des avions, le monde est troubl√© et √©branl√©. Nous nous reposons sur cette assurance b√©nie que nous avons. Nous comptons sur l'Ňďuvre accomplie au Calvaire par Dieu √† travers Christ. Sachant ceci, que si cette tente dans laquelle nous habitons ici sur terre n'est plus, nous avons d√©j√† une l√† qui attend ; une plus glorieuse, de loin plus glorieuse, o√Ļ il n'y aura ni peine, ni de souffrance, ni de maladie. La vieillesse ne frappera plus jamais cela, il n'y aura plus un cheveu gris, il n'y aura plus de rides, mais nous y serons jeunes pour toujours.

36.       C'est cette sainte Bible, qui ne peut dire que la v√©rit√©, qui nous a donn√© cette assurance b√©nie. Et le Saint-Esprit est aussi un t√©moin, qui t√©moigne la m√™me chose. Nos cŇďurs d√©sirent ardemment cela. Et nous savons que la Bible nous le dit, Elle qui est la Parole de Dieu, les Semences qui doivent √™tre plant√©es dans une terre fertile, afin que nous nous reposions sur cette esp√©rance.

37.       √Ē Dieu, je Te prie de toucher tout le monde ce soir, qui est en dehors de Christ, et de l'amener √† cette marche intime et merveilleuse. Seigneur, gu√©ris les malades qui sont assis ici ce soir. Sans doute que parmi beaucoup de gens comme √ßa, il doit y avoir la maladie parmi nous. Et nous Te prions de gu√©rir tout le monde.

38.       Maintenant, P√®re, on en arrive √† la Parole. Prends cette Parole qui est la bou√©e de sauvetage. Seigneur, le fondement de toute civilisation. Nous prions que le Saint-Esprit prenne chaque Parole et L'apporte √† chaque cŇďur selon que nous En avons besoin. Puissions-nous communier autour de la Parole. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

39.       Ce soir, comme petit passage des Ecritures, comme juste un - un petit texte, pour essayer de trouver un contexte, et passer directement √† la Parole, afin que nous puissions avoir la communion‚Ķ Comme demain, c'est le lundi, je sais que nous n'aimons pas penser √† ces choses, d'avoir √† retourner au travail, n√©anmoins il nous faudra faire face √† cela. Et souvent, vous savez‚Ķ Mais apr√®s tout, ceci est plus essentiel que le travail et tout le reste. Voyez-vous ? En effet, votre travail prendra fin un jour, et vous en aurez termin√© avec cela. Mais si vous avez la Vie Eternelle, vous n'aurez jamais de fin. C'est √©ternel ; Cela continue, C'est √©ternel. Pensez-y. Une Vie Eternelle qui n'a pas de fin. Apr√®s les aeons de temps, vous serez toujours l√†. Apr√®s que des millions d'ann√©es se seront √©coul√©es, nous serons toujours l√†. Alors, juste pour quelques jours ici sur terre, le travail n'aboutit pas √† grand-chose. C'est juste pour nous aider le long du chemin, √† acheter un peu de nourriture et autre, manger, ce qu'il nous faut avoir.

40.       Maintenant, dans 1 Corinthiens chapitre 10, √† partir du verset 12

            Ainsi, que celui qui croit √™tre debout, prenne garde qu'il ne tombe.

            Aucune tentation ne vous est survenue qui n'ait √©t√© une tentation  humaine, et Dieu est fid√®le, qui ne permettra pas que vous soyez tent√©s au-del√† de ce que vous pouvez [supporter] ; mais avec la tentation il fera aussi l'issue, afin que vous puissiez la supporter.

41.       Quel beau verset ! Que le Seigneur ajoute Ses b√©n√©dictions √† cela. Faire l'issue, c'est ce dont j'aimerais parler ce soir. Nous savons‚Ķ Puisse-t-Il ajouter Sa b√©n√©diction √† Sa Parole, alors que nous √©coutons maintenant la Parole.

42.       A mon avis, c'est la Parole qui est le fondement, ce qui soutient. Souvent, lors de mes r√©unions de gu√©rison, je - j'essaie de‚Ķ m√™me apr√®s que les enseignants ont d√©j√† examin√© tout cela, j'essaie de revenir et - et prendre la Parole pour poser un fondement.

43.       Il y a quelques soir√©es, j'ai re√ßu une petite lettre critique, c'√©tait tr√®s bien. Un homme m'a parl√©, disant : "Fr√®re Branham, vous n'√™tes pourtant qu'un jeune gar√ßon. " Il a dit : "Je pr√™chais l'Evangile avant votre naissance. " Et il a dit : "Je‚Ķ Durant tous mes 46 ans, mais cependant‚Ķ " Ce - c'√©tait un enseignant d'une √©cole biblique. Il a dit : "Mais un homme de votre calibre, qui enseigne les gens, qui cependant fait un commentaire comme celui que vous aviez fait l'autre soir ! " Il a dit : "Je pense que c'est ridicule. " Il a dit : "Vous avez dit que le diable ne peut pas gu√©rir. " Il a dit : "Peut-√™tre‚Ķ Et si je vous disais donc que le diable peut gu√©rir ? " Il a dit : "Eh bien, vous me demanderiez, si vous √©tiez ici pr√©sent, comment je le sais. " Il a dit : "Je vais vous le dire. " Il a dit : "Il y a une femme qui habite ici dans notre ville, elle a un - un mauvais esprit. Et elle‚Ķ Les gens la consultent pour √™tre gu√©ris. " Il a dit : "Elle arrache les cheveux de leurs t√™tes, et elle tire le sang de leurs veines, et en imbibe les cheveux. Elle descend √† la rivi√®re, elle jette cela par-dessus son √©paule, sans regarder derri√®re. " Si elle regarde derri√®re, a-t-il dit, alors la maladie restera sur cette personne-l√†. Mais elle doit jeter cela dans la rivi√®re, comme si c'√©tait oubli√©, et s'en aller. " Et il a dit : "Soixante pour cent des gens, nous avons compt√© cela, sont gu√©ris. " Il a dit : "Eh bien, si le diable ne peut pas gu√©rir, qu'en est-il de cela ? "

44.       Alors, je lui ai r√©pondu. J'ai dit : "Mon brave et bien-aim√© fr√®re, avec tout le respect que je vous dois pour vos ann√©es, voyez, tout le respect que je vous dois pour vos ann√©es d'enseignement, je vais cependant vous dire maintenant que J√©sus-Christ a dit que le diable ne peut pas gu√©rir. Et si J√©sus l'a dit, cela r√®gle la question pour moi. Il a dit : 'Si Satan chasse Satan, alors son royaume est divis√© et c'est fini. Et Satan ne peut pas chasser Satan.' " Alors, vous me demanderez : 'Comment ces gens ont-ils √©t√© gu√©ris ?' Eh bien, ce n'est pas cette personne-l√†. Le sorcier n'a rien √† faire avec cela, pas plus que moi-m√™me, je n'ai rien √† faire avec cela, ou n'importe qui d'autre. Ce sont les gens qui s'approchent, pensant suivre la voie √† laquelle Dieu a pourvu pour leur gu√©rison. C'est leur foi individuelle en Dieu qui op√®re la gu√©rison. Voyez-vous ? C'est l'approche, ce √† quoi ils pensent. Ce n'est pas ce sorcier-l√†, pas plus que cela ne pourrait √™tre cet homme. " Oui.

45.       Ainsi donc, l'Evangile ne peut agir, ou cela ne peut se r√©pandre que dans la mesure o√Ļ la Parole de Dieu est enseign√©e. Et les hommes reposent leur esp√©rance sur la Parole √©ternelle de Dieu : "La foi vient de ce que l'on entend, ce que l'on entend de la Parole. "

46.       Docteur Adair, ici, dans cette ville, un tr√®s cher ami √† moi, m'a un jour dit, il a dit : "Billy, ne penses-tu pas que si les gens ont la foi en touchant cet arbre l√†-bas, ils obtiendraient les m√™mes r√©sultats ? "

47.       J'ai dit : "Comment pouvez-vous avoir la foi en cela ? Si vous pouvez avoir autant de foi, de croire - croire que c'est la voie √† laquelle Dieu a pourvu pour vous, qu'en touchant l'arbre, la chose s'accomplira, alors les gens peuvent faire cela. Mais qui a foi dans l'arbre ? "

48.       J'ai foi dans ce que Dieu a dit, et j'accepte simplement cela. Ainsi, la foi ne repose pas sur le sable mouvant des - des conceptions √©motionnelles. Mais la foi repose sur l'Etalon, la Parole √©ternelle de Dieu, le Rocher des √Ęges. C'est l√† que la foi trouve son lieu solennel de repos et elle n'est jamais √©branl√©e lorsqu'elle repose l√† m√™me.

49.       Eh bien, faire l'issue. Je ne pense donc pas que Dieu fasse tourner Ses affaires au hasard. Je - je ne le ferais pas pour les miennes. Vous non plus pour les v√ītres. J√©sus n'est pas mort au Calvaire comme juste pour dire : "Eh bien, peut-√™tre que les gens auront donc piti√© de moi, comme je suis venu sur la terre et que je me suis rev√™tu de la nature de la chair. Et peut-√™tre qu'ils seront effectivement sauv√©s, s'ils voient de quelle mani√®re pitoyable je meurs. " Dieu n'a pas fait cela. J√©sus est mort dans un seul but, et c'√©tait pour sauver ceux que Dieu avait connus d'avance qu'ils seraient sauv√©s. C'est vrai. Dieu savait qu'il y aurait quelqu'un qui serait sauv√©, et Il a fallu qu'il y ait une pr√©paratifs, ou une issue a d√Ľ √™tre faite pour que ceux-l√† soient sauv√©s. S'il n'y en avait pas, le salut ne serait pas possible. "

50.       Ainsi, Dieu, sachant d'avance que les gens seraient sauv√©s, sachant qui √©taient ces gens, Il a d√Ľ tracer un plan. Eh bien, vous me demanderez : "Fr√®re Branham, Dieu sait-Il donc exactement qui sera sauv√© ? " Exact. "Eh bien, pourquoi est-il dit : 'Il ne veut pas qu'aucun ne p√©risse' ? "  Il ne le veut pas. Il ne veut pas qu'aucun ne p√©risse, mais que tous puissent arriver √† la repentance.

51.   Mais, pour √™tre Dieu, Il doit savoir qui y parviendra, sinon Il n'est pas Dieu. En effet, Il est - Il est omnipotent. Il est omnipr√©sent. Il est omniscient. Il sait tout. Il est partout, et Tout-Puissant. Ainsi, la prescience regarde et dit qu'Il avait vu telle chose d'avance et qu'Il le savait, c'est la raison pour laquelle Il a pu dire d√®s le commencement ce que serait la fin.

52.       Ainsi donc, comme Il connaissait tous ces jours merveilleux dans lesquels nous vivons maintenant, et o√Ļ il nous faut nous lever, t√©moigner et voir les choses que nous voyons aujourd'hui, Dieu a d√Ľ faire des pr√©paratifs pour cela.

53.       L'autre soir, j'√©tais tr√®s √©tonn√©. Une petite femme est venue √† l'estrade, dans ce grand b√Ętiment de trois cent mille dollars, et elle avait un peu de maquillage au visage. Elle s'est tenue l√† et a commenc√© √† trembler. J'ai dit : "Vous √™tes luth√©rienne ". Je l'ai dit par le Saint-Esprit.

            Elle a dit : "Oui, oui. "

54.       Et j'ai dit : "Vous √™tes ici pour qu'on prie pour vous. Et la raison pour laquelle vous marchez comme cela, c'est que vos deux genoux ont √©t√© fractur√©s. " J'ai dit : "Cela a √©t√© caus√© par un accident de v√©hicule, un v√©hicule que vous conduisiez il y a quatre ans. "

            Elle a dit : "C'est vrai. "

55.       J'ai dit : "Votre m√©decin est un homme mince et de petite taille, il a une calvitie, et il porte des lunettes. "

            Elle a dit : "C'est vrai. "

56.       Et j'ai dit : "Il vous soigne parce qu'il y a dans les - les genoux, il y a un os qui est atteint de tuberculose, et m√™me la chair est en train de pourrir autour de cet os-l√†. "

            Elle a dit : "C'est vrai. "

            Et elle a dit : " Y a-t-il de l'espoir pour moi ? "

57.       J'ai dit : "Cela d√©pend de la fa√ßon dont vous vous approcherez du Seigneur J√©sus. " J'ai dit‚Ķ

            Elle a dit : "Pouvez-vous m'aider ? "

58.       J'ai dit : "Non, madame. Personne ne peut vous aider maintenant. Mais vous devez vous servir vous-m√™me des b√©n√©dictions auxquelles Dieu a pourvu pour vous. "

            Et elle a dit : "Je crois maintenant de tout mon cŇďur. "

59.       J'ai dit : "Le Seigneur vous a gu√©rie, sŇďur. C'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Vous √™tes gu√©rie. "

60.       Elle a dit : "Monsieur Branham, √ßa fait quatre ans que je n'arrive pas √† m'agenouiller ", a-t-elle dit. C'√©tait en pleurant, alors qu'elle se tenait l√†, se frottant les mains. Et un grand auditoire pleurait en la voyant ; c'√©taient des luth√©riens, des presbyt√©riens. Et j'ai dit : "Pourquoi n'allez-vous pas vous agenouiller √† l'autel ? "

61.       Elle a dit : "Laissez-moi m'agenouiller ici m√™me, ici m√™me o√Ļ je suis gu√©rie. " Elle n'avait point boug√© d'un seul pas, mais elle savait qu'elle √©tait gu√©rie. Quelque chose s'√©tait pass√©. Voyez-vous ? Elle savait cela. Il n'y avait pas √† deviner l√†.

            J'ai dit : "Agenouillez-vous. "

62.       Et c'√©tait pour la premi√®re fois depuis quatre ans que cette femme, avec les deux genoux fractur√©s, cailleux, d√©form√©s‚Ķ les os ensemble, s'est agenouill√©e comme une jeune femme, avec des larmes lui coulant sur les joues, et elle avait les mains lev√©es vers Dieu. Eh bien, elle s'est juste lev√©e de l√†, aussi facilement qu'une petite fille, et elle a quitt√© l'estrade en marchant sur la pointe des pieds. Qu'√©tait-ce ? Dieu a d√Ľ faire une issue pour cela.

63.       Eh bien, Il a envoy√© des m√©decins, c'est vrai. Et les m√©decins sont utiles, et ils avaient fait tout leur possible. Mais Dieu a fait une issue. C'est √ßa. Voyez-vous ? Apr√®s que le m√©decin eut √©chou√©, dans son proc√©d√©, l'issue de Dieu est de loin plus √©lev√©e que la n√ītre. Quelle chose merveilleuse !

64.       Maintenant, de pensez ce soir que vous et moi‚Ķ Nous n'aimerions pas - Nous ne voulons pas penser √† cela, mais nous avions effectivement la nature du monde, je dirais, celle des cochons. Et ce soir, nous sommes devenus des saints. Quelque chose a d√Ľ √™tre fait. Eh bien, nous ne pouvions pas aller au Ciel en √©tant des cochons. Nous devons aller au Ciel comme des saints, des pr√©paratifs ont d√Ľ donc √™tre faits pour cela.

65.       Et Dieu a si bien pr√©sent√© cela dans l'Ancien Testament. L√†, dans le Livre des Nombres, vers le chapitre 20, et dans Exode vers 36, 32, nous voyons que le jour de l'expiation‚Ķ Dieu a montr√© d'avance sous forme des types ce qu'Il ferait, lorsqu'Il viendrait, dans l'anti-type, qui est Christ.

66.       Il √©tait ordonn√© au souverain sacrificateur de prendre deux boucs, deux jeunes boucs et de les apporter pour l'expiation, une offrande, et un taureau pour sa propre famille. Et beaucoup parmi vous les lecteurs, ici, et les √©tudiants de la Bible, vous savez bien comment se faisaient les expiations. Mais apr√®s, un bouc‚Ķ on devait tirer au sort. Et le sort tombait sur un bouc, qu'on immolait, et ensuite, le sang de ce bouc √©tait plac√© sur l'autre bouc ; le souverain sacrificateur pla√ßait ses mains sur le bouc vivant et confessait les p√©ch√©s du peuple. Et puis, un homme qui √©tait digne prenait le bouc vivant sous son bras, s'√©loignait dans le d√©sert, l√† o√Ļ le bouc devait p√©rir et il allait dans un lieu isol√©, un lieu √©cart√©, Il ne revenait plus jamais, dans cet √©tat-l√† dans la famille, parmi les siens, mais il devait √™tre isol√© pour toujours, pour avoir emport√© au loin les p√©ch√©s du peuple.

67.       Eh bien, je sais qu'il y a peut-√™tre beaucoup d'√©rudits qui sont assis ici. Et en particulier les adventistes, ils - ils disent qu'un bouc repr√©sentait Christ, et qu'un autre repr√©sentait le diable. " Eh bien, fr√®res, je vais √™tre un peu en d√©saccord l√†-dessus. Nous ne pouvons pas offrir des sacrifices au diable. Les deux boucs repr√©sentaient Christ. Tous les deux repr√©sentaient Christ. Christ est notre‚Ķ Son Sang a coul√© pour nos p√©ch√©s et Il les a Lui-m√™me emport√©s au loin. Le diable ne peut pas porter mes p√©ch√©s. C'est Christ qui porte nos p√©ch√©s. Saisissez cela tr√®s bien, alors votre foi ne sera pas √©branl√©e. C'est Christ qui porte nos p√©ch√©s ainsi que les p√©ch√©s du monde.

68.       Christ √©tait l'animal qui mourait √† la croix ; √©coutez : "L'Agneau immol√© d√®s la fondation du monde. " Et ce n'√©tait que des types dont nous tirions profit, sachant que l'anti-type viendrait un jour.

69.       Pourquoi avait-Il √©t√© immol√© d√®s la fondation du monde ? En effet, Dieu, dans Sa pens√©e, avait su comment les choses se passeraient, ce que l'Eglise serait, ce que tout serait, et Il a prononc√© la Parole. Et une Parole prononc√©e par Dieu est tout autant qu'une Parole accomplie, l√† m√™me, Il √©tait donc immol√© d√®s la fondation du monde. Voyez-vous cela ? [L'assembl√©e dit : "Amen. - N.D.E.]

70.       Quand vous en arrivez donc √† cela, laissez votre foi reposer solennellement, non pas sur un homme, non pas sur des th√©ologies humaines, non pas sur des √©glises d√©nominationnelles, quelque bonnes qu'elles soient - quelque bon que soit l'homme. Laissez votre foi reposer uniquement sur les Ňďuvres accomplies par Christ au Calvaire, tant pour le p√©ch√© que pour le salut. Voyez-vous cela ?

71.       Remarquez bien, Christ est venu, et c'√©tait Lui l'Animal qui mourait ; en effet, Il √©tait d√©j√† (sous forme de type) immol√© d√®s la fondation du monde. Voyez-vous cela ? Dieu avait prononc√© cela, disant qu'il en serait ainsi. Ainsi, lorsque Dieu parle, c'est toujours confirm√© dans le Ciel. La Parole, le‚Ķ

72.       C'est l√† o√Ļ il vous faut avoir la foi. Si vous croyez que ceci est la Parole √©ternelle et immuable de Dieu, alors chaque pr√©cepte qui a √©t√© prononc√© dans la Parole de Dieu est une semence. Et tout ce que Dieu a prononc√© dans la Parole, est d√©j√† confirm√© dans la Gloire. Et il vous est donn√© d'agir sur base de cela. N'ayez donc pas peur de prendre chaque portion de la Parole √©ternelle et b√©nie de Dieu, et d'ancrer Cela dans votre cŇďur. Eh bien, Cela doit √™tre dans le sol.

73.       Eh bien, par exemple, si je prenais un grain de ma√Įs et que je le pla√ßais sous la pierre ponce ou quelque chose comme √ßa, cela pourrait ne pas cro√ģtre, peut-√™tre, parce que ce n'est pas le sol appropri√©. Mais si cela tombe dans un bon sol fertile et noir, cela cro√ģtra aussi s√Ľr que cela est plac√© l√†. Et lorsque la Parole‚Ķ

74.       Voici donc ! Lorsque la Parole de Dieu tombe dans un cŇďur plein de foi, Cela doit absolument cro√ģtre. Cela doit germer. C'est la raison pour laquelle cette femme qui se tenait l√†, avec tous les deux genoux‚Ķ comme cela, suite aux‚Ķ, et une fracture au niveau des genoux, qui √©taient tous deux √©cras√©s et les os √©taient rong√©s par la tuberculose, et le‚Ķ de m√™me que la chair. Elle n'a pas eu peur de s'agenouiller. Pourquoi ? La Parole √©tait tomb√©e dans la foi. Elle a pouss√© ! Saisissez-vous cela ?

75.       Dieu, d√®s la fondation du monde, avait dit que Christ serait ici. Et qu'Il mourait, serait immol√©, Lui l'Innocent pour le coupable. Et quand Dieu a proclam√© cela, c'√©tait d√©j√† confirm√©, quand Dieu a proclam√© cela.

76.       Eh bien, avant que cela devienne une Parole, √ßa devait √™tre une pens√©e, parce qu'une parole est une pens√©e exprim√©e. Et alors si Dieu, dans Sa pens√©e, a vu ces choses, alors ces choses √©taient dans Sa pens√©e. Ensuite, Il les a prononc√©es, et elles sont tout aussi accomplies une fois proclam√©es par Dieu, parce qu'Il est infaillible et ne peut rien faire d'autre.

77.       Donc, l'attitude de Dieu. Si Dieu a autrefois sauv√© les p√©cheurs sur base de l'acceptation de l'holocauste, le sacrifice auquel il avait √©t√© pourvu, Il est cens√© faire la m√™me chose aujourd'hui, sinon Il avait mal agi en recevant le premier homme sur cette base-l√†. Si Dieu a autrefois gu√©ri les malades sur base du sang vers√© d'un animal, sur base de l'expiation, Il doit faire la m√™me chose aujourd'hui, sinon Il avait mal agi en gu√©rissant la premi√®re personne. Voyez-vous ? Voyez-vous ? Il ne peut pas changer.

78.       Nous, nous grandissons. Nous atteignons la maturit√©. Nous trouvons de meilleurs choses. Nous parlons de meilleurs choses. Nous portons de meilleurs habits, nous conduisons de meilleures automobiles. Nous faisons des progr√®s.

79.       Mais Dieu, Lui, ne peut pas faire des progr√®s dans ce sens-l√†, parce qu'Il est parfait pour commencer. Et la perfection ne peut faire aucun progr√®s. C'est d√©j√† la perfection. Amen. Ainsi, Il n'a pas √† dire : "Eh bien, ceci est un √Ęge diff√©rent, nous avons maintenant une meilleure pens√©e. " Si c'est le cas, Il ne peut pas √™tre Dieu. Ainsi, s'Il est Dieu, Il doit s'en tenir √† ce qu'Il avait prononc√© autrefois, parce que Il √©tait parfait √† ce moment-l√† et Il demeure parfait en ce moment-ci. Voyez-vous ? Voyez-vous cela ? Alors, Il ne peut pas faire des progr√®s. Il ne peut pas‚Ķ Eh bien, je veux dire, Il ne peut pas am√©liorer les choses. Faire ceci un peu‚Ķ dire : "Ceci pourrait √™tre un peu mieux. "

            Vous dites : "Qu'en est-il de l'ancien agneau, et de cet Agneau-ci ? "

80.       Celui-l√† √©tait un type, en attendant Celui-ci, et Il a dit que c'√©tait √ßa. Il a parl√© de l'Agneau immol√© d√®s la fondation du monde, au commencement. "Je mettrai inimiti√© entre ta post√©rit√© et la post√©rit√© du serpent. " Et alors, en attendant que le temps soit accompli, Dieu a offert l'expiation pour les p√©ch√©s √† travers le sang vers√© d'un agneau, comme un indicateur.

81.       Il a montr√© la m√™me chose, √† travers la lune, la nuit, en faisant d'elle ce que le soleil est le jour. La lune √©tant une ombre du soleil, ou plut√īt le soleil brillant sur la lune, et projette une ombre. La lune et le soleil sont mari et femme. Et en l'absence du soleil, qui projette sa lumi√®re sur la lune, celle-ci nous donne une  lumi√®re plus faible jusqu'√† l'apparition du soleil. Et lorsque le soleil appara√ģt, la lune dispara√ģt.

82.       Et Christ est le Soleil qui est all√© dans la Gloire, et qui brille sur l'Eglise, avec le m√™me genre de Lumi√®re qu'Il r√©pandait lorsqu'Il √©tait ici. Et l'Eglise est la Lumi√®re du monde jusqu'√† la Venue de J√©sus et jusqu'√† ce que tout cela se fonde ensemble. C'est comme la lumi√®re de la lune et celle du soleil deviennent  une seule lumi√®re, lorsque cela s'associe. Et lorsque Christ et Son Eglise se rassembleront dans le glorieux Mill√©nium, ils formeront une unit√©.

83.       Et aujourd'hui : "Vous √™tes la Lumi√®re du monde. " Dans Sa Pr√©sence‚Ķ En Son absence plut√īt, Il vous donne la Lumi√®re pour briller avec, pendant qu'Il est ici. Toutes les choses anciennes, toutes les choses de la terre, sont un type des choses c√©lestes.

84..      M√™me les araign√©es, les l√©zards, les serpents et autres ne sont que les types de mauvais esprits, cela fait un reflet. Pourquoi le cancer est-il appel√© cancer ? C'est parce qu'il a la forme d'un crabe. Et le mot " cancer " signifie " crabe. "

85.       Eh bien, vous voyez, toutes ces choses ne sont que des types et des ombres. Ainsi, le bouc Azazel qui √©tait chass√© dans le d√©sert, en un lieu isol√©, s√©par√© de ses compatriotes, emportant les p√©ch√©s du peuple sur sa t√™te, √©tait un type de Christ qui allait √™tre s√©par√© de Dieu, de Sa Pr√©sence, et qui a emport√© nos p√©ch√©s dans le s√©jour des morts. Et l√†, Dieu n'a pas permis qu'Il‚ĶDavid a dit : "Je ne permettrai pas que Mon bien-aim√© voie la corruption, ni n'abandonnerai Son √Ęme dans le s√©jour des morts. " Et le troisi√®me jour, Il est ressuscit√© pour notre justification. Mais c'est Lui qui √©tait repr√©sent√©, dans le type, par le bouc, le bouc Azazel et aussi, par le bouc qui √©tait pour le sacrifice expiatoire. Dieu faisait des pr√©paratifs, et Il pourvoyait √† une  issue !

86.       Dieu fait toujours une issue, chaque fois. La maladie vous coince dans un coin. Satan vous coince quelque part, apr√®s que vous √™tes devenu chr√©tien.

87.       Peut-√™tre que vous √©tiez un joueur de jeux d'argent. Voyez-vous cela ? Les cartes sont sur la table : "Viens, John, nous savons que tu as √ßa dans le sang. " Satan est l√† pour vous tenter. Mais Dieu, chaque - chaque fois, fera une issue, si seulement vous acceptez cela.

88.       Peut-√™tre que vous √©tiez un - un ivrogne, et il y a un verre plac√© sous votre nez : "Eh bien, vas-y, John. " Eh bien, si vous voulez faire cas de cette voix-l√†, vous retournerez directement une fois de plus dans votre bourbier.

89.       Mais Dieu est toujours l√†. Tournez votre pens√©e vers le Ciel, regardez vers le Calvaire et dites : "B√©ni Saint-Esprit, viens √† moi. Je suis dans le besoin. " Observez ce qui arrivera. Dieu fera une issue, chaque fois, car Il le veut. Dieu a toujours fait cela.

90.       Et maintenant, remarquez. Avant la destruction du monde, lorsque les hommes √©taient devenus des p√©cheurs, et que les gens √©taient devenus des p√©cheurs dans le monde, Dieu a fait une issue pour ceux qui voulaient √©chapper  √† cela. Dieu avait fait construire, a fait pr√©parer une arche. No√© avait construit une arche, pour la‚Ķ pr√©parer cette arche-l√†, faire une issue. Ecoutez. D'un‚Ķ comme une issue, il a‚Ķ La col√®re et le jugement de Dieu s'accumulaient dans les Cieux, pour √™tre d√©vers√©s sur une nation p√©cheresse et sur un peuple p√©cheur qui avaient rejet√© la chose, un peuple au cou raide, qui marchait √† l'encontre des commandements de Dieu. Cette col√®re s'accumulait tout le temps dans les cieux pour √™tre d√©vers√©e sur les gens, dans un jugement, le Dieu mis√©ricordieux avait fait une issue pour ceux qui voulaient marcher dans cela. Une issue!

91.       Maintenant nous en sommes arriv√©s une fois de plus au niveau o√Ļ les jugements s'accumulent. Et si c'√©tait le cas ce jour-l√†, √† l'√©poque ant√©diluvienne, √† combien plus forte raison en sera-t-il ainsi aujourd'hui, √† la fin de l'histoire du temps, √† la fin de l'histoire des nations, o√Ļ on atteint l'apog√©e ! A combien plus forte raison la col√®re de Dieu s'accumule-t-elle sur des millions de gens, d'autant plus que le monde est plong√© dans le p√©ch√©, et le monde chancelle comme un homme ivre rentrant chez lui avant‚Ķ ?‚Ķ a d√©j√† d√©pass√© la lune et les √©toiles, jusqu'au point o√Ļ cela a atteint les - les v√™tements de J√©hovah de sabbaoth.

92.       Alors, le monde titube sous le poids de sa propre th√©orie humaine, de sa propre conservation, de ses propres th√©ologies : "Ils ont pris les commandements de Dieu et les ont rendus sans effet, en enseignant leurs traditions humaines. Ils aiment les √©loges de la part des hommes plus que celles de la part de Dieu. " Nos enseignants sont devenus ti√®des, ils se basent sur le fait d'adh√©rer √† une √©glise et disent : "C'est tr√®s bien, tant que vous √™tes membre d'une √©glise. Oubliez simplement cela. "

93.       Mais, fr√®re, Dieu a fait une issue. Et il vous faudra suivre les conditions de Dieu, et c'est par J√©sus-Christ, notre Seigneur.

            Il n'y a aucun autre fondement qui soit pos√© en dehors de celui qui a √©t√© d√©j√† pos√©. Aucun, aucun autre. B√Ętir sur n'importe quel autre fondement serait comme b√Ętir sur des chaumes et de la boue, l'inondation emportera cela, et grande sera la chute. Mais J√©sus a dit : "Sur ce roc, Je b√Ętirai Mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre Elle. " Sur quoi a-t-Il b√Ęti Cela ? Sur la V√©rit√© spirituelle r√©v√©l√©e de J√©sus comme √©tant le Fils de Dieu.

            " Qui dit-on que Je suis Moi le Fils de l'homme ? "

94.       " Certains disent que tu es Elie, les autres, Mo√Įse, et les autres, Jean Baptiste, et ainsi de suite. "

            "Mais qui dites-vous que Je suis. "

95.       Sans h√©siter, sans perdre une seconde‚Ķ Ecoutez, p√©cheur. C'est ainsi que vous recevez cela. Il √©tait avec Lui ; il savait qui Il √©tait. Et alors, avant qu'il ne p√Ľt m√™me penser une seconde fois, le Saint-Esprit s'est empar√© de lui et il a dit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. "

96.       Il a dit : "Tu es heureux, Simon, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela. Tu ne l'as jamais appris √† partir d'une th√©ologie de quelqu'un. Tu n'es point sorti d'un s√©minaire avec cela. Mais c'est mon P√®re qui est dans les Cieux qui t'a r√©v√©l√© cela. Sur ce roc, Je b√Ętirai Mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre Elle. "

97.       L'inondation peut venir, la mar√©e peut monter, les bombes atomiques et tout peuvent tomber, mais celui qui est en s√©curit√© en Christ passera par-dessus les orages des bombes atomiques, de m√™me que No√© √©tait en s√©curit√© dans l'arche et est pass√© par-dessus les eaux orageuses. Laissez une fois votre foi descendre et s'ancrer dans cela et voyez ce qui arrive. Sur ce Roc solide de Dieu, sur les types. Dieu fait chaque fois une issue. Il est tenu de faire une issue. Lorsque le moment critique arrive, Dieu est le Dieu‚Ķ

98.       J√©hovah Jir√© ! J√©hovah Jir√© signifie "le Seigneur se pourvoira d'un sacrifice " ou "le Seigneur se pourvoira d'une issue. " Dieu peut se pourvoir de cela, car Il est le Cr√©ateur. Et Dieu l'a fait une fois pour toutes l√† au Calvaire ! Amen ! L√†, l√†, lorsque les Archanges du Ciel, quand toutes les r√©gions de d√©mons tremblaient, quand la terre eut une d√©pression nerveuse et que les tombes furent secou√©es, quand le soleil eut des convulsions ; resta suspendu l√† et devint obscurci ; quand la lune et les √©toiles √©taient √©branl√©es de leurs orbites, les rachet√©s de tous les √Ęges, et des √Ęges, viendront, reconna√ģtront cette heure-l√†.

99.       Lorsque le Fils de Dieu mourait l√†, Il a d√©pouill√© Satan de tout pouvoir. M√™me la mort, le s√©jour des morts, la tombe ainsi que toute peur √©taient engloutis l√† au Calvaire. Lorsqu'Il paya le prix supr√™me et que l'Agneau mourait, et que les p√©ch√©s furent plac√©s sur Lui, c'est Lui qui porta les p√©ch√©s et les emporta √† leurs places dans le s√©jour des morts. Et Dieu Le ressuscita le troisi√®me jour. Et en croyant cela, nous sommes justifi√©s par la foi, sur base du sang vers√© du Seigneur J√©sus-Christ. Amen. Dieu faisant une issue.

100.     Oh, fr√®re, chaque fois que vous voyez la - que vous entendez une sir√®ne d'ambulance, chaque fois que vous en entendez une, c'est un signe que vous √™tes sur cette voie-l√†. Chaque fois que vous passez pr√®s d'un cimeti√®re, c'est un signe que vous √™tes sur cette voie-l√†. Chaque fois qu'il y a une ride qui appara√ģt sur le visage, et un cheveux gris sur la t√™te, c'est un signe. Vous √™tes sur cette voie-l√†.

101.     Il n'est donc pas √©tonnant que Paul avec cette v√©ritable esp√©rance enracin√©e et ancr√©e en lui, comme cela, ait dit‚Ķ Oh la la ! lorsqu'il √©tait arriv√© l√† au bout du chemin, il a dit : "J'ai combattu le bon combat. J'ai termin√© la course. J'ai gard√© la foi. D√©sormais la couronne de la justice m'est r√©serv√©e ; le Seigneur le Juste juge me la donnera dans ce jour-l√†, et non seulement √† moi, mais √† tous ceux qui auront aim√© Son av√®nement.

102.     Eh bien, vous en avez marre de cette vieille vie. Et vous aimez l'av√®nement du Seigneur J√©sus plus que vous aimez votre nourriture √† table, ou votre femme, ou vos enfants, alors il y a une couronne qui vous est r√©serv√©e. Pas une couronne, une couronne d'or √† vous mettre sur la t√™te. Mais un corps exempt√© de douleur, le‚Ķ couronn√© de la Gloire de Dieu, couronn√© de l'immortalit√© de J√©sus-Christ. C'est ce qui vous est r√©serv√©, c'est ce que le Seigneur, le juste Juge vous donnera en ce jour-l√†. C'est ce jour-l√† que nous attendons avec impatience. Dieu a fait une issue pour chacun de nous. Certainement qu'Il l'a fait.

103.     Quand Daniel le proph√®te, l'enfant de Dieu, avait √©t√© jet√© dans une fosse aux lions‚Ķ Il y eut un temps o√Ļ Daniel, fid√®le qu'il √©tait, a ouvert ses fen√™tres sans avoir peur de ce que le roi avait dit. Et quand le‚Ķ priait sans tenir compte de ce qui avait √©t√© d√©cr√©t√©. Daniel pria malgr√© tout, il pria le visage tourn√© vers J√©rusalem. Si les hommes priaient avec leur visage tourn√© vers J√©rusalem, la ville o√Ļ l'holocauste √©tait offert‚ĶC'est la raison pour laquelle Daniel regardait en cette direction-l√† en priant, c'est parce que le Seigneur avait d√©j√† dit : "N'importe quand que les gens seront en difficult√©s, s'ils se tournent vers ce lieu et prient, alors exauce‚Ķ J'exaucerai des Cieux ", c'√©tait au moment o√Ļ Salomon consacrait le temple.

104.     C'est pourquoi Jonas avait la foi qu'il avait, alors qu'il avait les algues enroul√©es autour de son cou, et qu'il √©tait l√† dans les sucs du ventre du gros poisson, l√† au fin fond de l'oc√©an, sur une mer orageuse ; Il a dit : "Ce sont des vanit√©s mensong√®res. Mais une fois de plus, √ī Dieu, je tournerai mon regard vers Ton saint temple. " Dieu a fait quelque chose. Il a fait une issue pour Jonas. Ce qu'Il a fait, personne ne le sait. √áa, c'est le propre secret propre de Dieu.

105.     Mais, peu importe combien c'√©tait impossible, Dieu peut - Dieu peut changer des circonstances. Il peut rendre possible ce qui est impossible. Et non seulement rendre cela possible, mais Il peut le rendre r√©el, quand l'homme prend Dieu au Mot et accepte la voie √† laquelle Dieu a pourvu pour l'homme.

106.     Dieu a fait quelque chose. Peut-√™tre qu'Il a plac√© l√† une tente √† oxyg√®ne. Je ne sais pas ce qu'Il a fait dans le ventre de ce gros poisson, mais Il a gard√© Jonas l√†-dedans pendant trois jours et trois nuits, comme un type que Christ serait √©tendu, sans oxyg√®ne, dans le sein de la terre et qu'Il en sortirait de nouveau le troisi√®me jour. C'√©tait un type. Il a fait une issue. Il le fera toujours.

107.     Quand Daniel se tenait l√†, les lions ont accouru vers lui, le cŇďur de ce vieux saint n'√©prouva aucune peur. Mais il s'est tenu l√†, et Dieu n'avait pas encore termin√© avec lui. Et juste avant que les lions ne se saisissent de lui, un Ange vint se tenir devant eux. Sans doute que c'√©tait la m√™me Lumi√®re br√Ľlante qui √©tait apparue √† Saul de Tarse sur le chemin de Damas.

108.     Une grande lumi√®re brilla. Et les gens regard√®rent, mais ils ne comprirent pas ce qui se passait. Et Saul tomba de son cheval. Et une Voix se fit entendre depuis cette Lumi√®re, disant : "Saul, Saul, pourquoi Me pers√©cutes-tu ? "

            Saul a dit : "Qui est-ce, Seigneur ? "

            Il a dit : "Je suis J√©sus que tu pers√©cutes. "

109.     Il y eut des enfants h√©breux qui √©taient fid√®les √† la promesse de Dieu, ils √©taient l√† dans la fournaise ardente‚Ķ ou √† Babylone plut√īt, ils se dirigeaient vers la fournaise ardente. Ils √©taient √† un pas de la mort.

110.     Combien plus cela peut √™tre le cas pour beaucoup de gens ici ce soir ! Peut-√™tre qu'ils sont √† un jour de la s√©paration √©ternelle. Vous prendrez votre d√©cision maintenant. Il y a une voie √† laquelle il a √©t√© pourvu pour vous si vous l'acceptez. "Un pas ", a dit Jonathan √† David, alors qu'il tirait une - une - une fl√®che : "Je suis √† un pas de la mort. "

111.     Et ils sont √† un pas de la mort. Mais juste √† ce moment crucial, Dieu avait pourvu √† une issue, et Il avait envoy√© le Seigneur J√©sus-Christ dans cette fournaise ardente et Il les a pr√©serv√©s du feu.

112.     Il y eut Enoch, dont il est affirm√© qu'il marcha avec Dieu pendant cinq cents ans et il avait un t√©moignage comme quoi " il avait plu √† Dieu. " Il avait foi qu'il ne verrait pas la mort. Comment Dieu a-t-Il pu faire cela ? Il n'y avait m√™me pas un avion √† r√©action en ces jours-l√†, pour l'enlever de la terre. Mais Dieu avait pourvu √† un moyen, √† un enl√®vement, qui prit Enoch de la terre vers la Gloire, sans passer par la mort.

113.     Il y eut Elie qui traversa l'oc√©an‚Ķ ou plut√īt le fleuve Jourdain ce jour-l√†, en s√©parant cela de part et d'autre. Quand Elie √©tait pr√™t √† aller au ciel, sans mourir, c'√©tait la voie √† laquelle Dieu avait pourvu pour lui. Pas un avion √† r√©action, mais Il lui a envoy√© un char de feu qui √©tait tir√© par des chevaux de feu. Dieu avait pourvu √† la voie en une minute, √† une issue pour √©chapper √† la mort.

114.     Il y eut Mo√Įse, je pense, qui avait suivi les enfants d'Isra√ęl‚Ķ ou plut√īt qui les avait conduits, en suivant la Lumi√®re, la Colonne de Feu, √† travers le d√©sert. Il y eut Mo√Įse qui endura jusqu'√† la fin. C'√©tait Mo√Įse, un homme de cent-vingt ans, qui apr√®s quatre-vingts ans au service de Dieu, se tint sur la montagne et regarda la Terre promise, avec des larmes coulant sur ses joues, un vieil homme de cent-vingt ans. Il avait connu des difficult√©s. Il avait eu des troubles. Il avait go√Ľt√© √† la coupe am√®re, la coupe de fiel et de chagrin. Il s'est retrouv√© avec un peuple d√©sob√©issant, comme leur pasteur. Il les conduisait de lieu en lieu, et supportait leurs murmures. Et il s'est lui-m√™me jet√© √† la br√®che et a dit : "√Ē Dieu, prends-moi avant de les prendre. "

115.     C'√©tait Mo√Įse qui s'√©tait tenu l√†, comme un vieil homme, sachant qu'il √©tait √† tout point de vue un type de Christ, sachant je ne sais comment, d'une certaine fa√ßon, que Dieu allait s√Ľrement le prendre, car Il devait le ressusciter en tant que type de Christ. Il √©tait n√© proph√®te comme Christ. Et non seulement proph√®te, mais conducteur et tout. Il avait √©t√© cach√© dans les joncs, comme Christ avait √©t√© emmen√© en Egypte. Il √©tait l√©gislateur, comme Christ l'√©tait sur le mont des oliviers, qui √©tait loin de Sina√Į. A tous √©gards, il √©tait un type de Christ.

116.     Et alors qu'Il √©tait devenu vieux, et que la mort le regardait en face, comment pouvait-il donc avoir la r√©surrection ? Mais aussit√īt ce moment crucial venu, Dieu a pourvu √† une issue. Lorsque le souffle quittait, et qu'il avait le gargouillement √† la gorge, il a regard√©, l√† √† c√īt√© de lui se trouvait le Rocher. Dieu avait pourvu √† un Rocher. Le Rocher, c'√©tait J√©sus-Christ qui √©tait dans le d√©sert. Mo√Įse avait endur√© pour le Rocher.

117.     √Ē Dieu, accorde-moi la gr√Ęce d'endurer pour la m√™me chose. Et lorsque le souffle de ma vie aura √©t√© retir√© de ce corps, accorde-moi de voir ce Rocher se tenir l√†.

118.     Il est mont√© sur le Rocher, les Anges sont venus et l'ont emport√©. Huit cents ans plus tard, il √©tait en Palestine avec Elie, il √©tait l√† en train de parler √† J√©sus, avant la crucifixion. Dieu avait fait une issue.

119.     Voici deux choses les plus importantes que je puisse voir dans l'Ancien Testament, dans les proph√©ties, deux grands programmes : "Les gens ont impatiemment attendu le temps o√Ļ le Messie viendrait. Et puis, apr√®s que le Messie √©tait venu, ils ont impatiemment attendu le temps o√Ļ le Saint-Esprit viendrait.

120.     Finalement, au temps opportun, tous les types du pass√© qu'ils avaient eus au travers des proph√®tes et tout, tous les types et les expiations qu'ils avaient eues, finalement le Messie √©tait venu, et cela √©tait r√©gl√©, parce que Dieu l'avait dit.

121.     Ensuite, ils ont impatiemment attendu un temps, o√Ļ il y aura une tr√®s glorieuse Eglise, sans tache ni ride, qui brillerait sur la terre comme une √©toile. Ils ont attendu ce temps-l√†. Comment cela va-t-il se faire ? √áa a fait trois jours et trois nuits qu'Il √©tait mort. Il est ressuscit√©. Il est apparu √† cinq cents personnes, Il est mont√© au ciel. Il les a laiss√©s seuls ici sur la terre. Comment deviendrait-Elle une Eglise glorieuse, apr√®s que le conducteur √©tait parti ? Dieu avait promis l'Eglise. Comment peut-Elle devenir la Lumi√®re qui va briller √† Sa place, apr√®s que Lui √©tait parti ?

122.     Quand Il a dit l√† : "Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus ; mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, m√™me en vous, jusqu'√† la fin du monde. Les Ňďuvres que Je fais, vous les ferez aussi. Allez par tout le monde et pr√™chez la bonne nouvelle. Voici les miracles qui accompagneront ceux auront cru. "

123.     Comment peuvent-ils faire cela alors que Christ n'est pas avec eux ? Comment peuvent-ils faire cela, apr√®s que Dieu leur a donn√© la promesse ? Mais, regardez, Dieu avait pourvu √† une Pentec√īte, quand le Saint-Esprit, en Personne, est descendu et s'est empar√© de corps des hommes mortels, apr√®s qu'ils eurent √©t√© purifi√©s par le Seigneur J√©sus-Christ. Et le Saint-Esprit a pris cette personne sous Son propre contr√īle, et Il l'a envoy√©e avec des signes, des prodiges et des miracles qui accompagnaient. Dieu avait pourvu √† une issue. Ils ne pouvaient pas faire cela par eux-m√™mes. C'√©taient des hommes comme vous et moi. Comment pouvaient-ils faire cela ? C'√©tait impossible pour eux. Mais Dieu avait pourvu √† une issue.

124.     Quand ils √©taient‚Ķ ?‚Ķ dans la chambre haute, ils pensaient que les gens se moqueraient d'eux. Ils pensaient qu'ils seraient ceci, cela ou autre. Ils avaient ferm√© toutes les fen√™tres, ils avaient verrouill√© les portes. Comment pouvaient-ils s'y prendre ? C'√©taient des l√Ęches. Ils n'avaient pas de colonne vert√©brale. Ils avaient un br√©chet de poulets, et non pas une v√©ritable colonne vert√©brale du Saint-Esprit. Ils avaient verrouill√© les portes. Ils avaient peur. Ils avaient honte de sortir et de faire face au public. Comment pouvaient-ils faire cela ?

125.     Mais Dieu a envoy√© une Pentec√īte, le bapt√™me du Saint-Esprit. Ils ont ouvert les fen√™tres et les portes, et ils sont all√©s dans des rues. Dieu avait promis cela. Quand Dieu fait une promesse, Il tiendra Sa Parole. Il fera une issue. Il ne permettra jamais que vous soyez tent√© au-del√† d'un niveau o√Ļ Il ne fera pas une issue pour vous. Il fera cela.

126.     Nous y sommes, nous avons connu un jour qui est un jour brumeux, nuageux et pluvieux. L'√©glise est moiti√© dedans moiti√© dehors. Ils se demandent comment ils peuvent faire telle chose, et comment ils peuvent s'y prendre. Il n'ont pas de Lumi√®re. Mais le proph√®te avait dit : "Au temps du soir la lumi√®re para√ģtra. " Comment est-ce possible ? Il‚Ķ L'Eglise, en ce jour-ci, cette Eglise glorieuse qui doit √™tre ici sur terre, quand J√©sus viendra pour recevoir une Eglise glorieuse‚Ķ Nous recevons la pluie de l'arri√®re-saison, une averse. Une double portion du Saint-Esprit vient sur la terre, et balaie chaque nation, et les feux de r√©veil br√Ľlent sur chaque colline. En Chine, au Japon, de la Cor√©e en Afrique noire, et partout, le Saint-Esprit se d√©verse sur les gens. Dieu a fait une issue.

127.     Comment mes yeux aveugles ont-il √©t√© gu√©ris ? Dieu avait fait une issue. All√©luia ! Oui, oui.

128.     Il fera toujours une issue. Et pour vous qui √™tes ici, Cela est sur la terre aujourd'hui, vous qui attendez la consolation, vous qui √™tes des p√®lerins et √©trangers, soyez comme David.

129.     David allait au combat. Il n'y est pas all√© agit√©. Il n'y est pas all√© avec un demi-signe. Il n'y est pas all√© en se disant que peut-√™tre √ßa marchera. Mais il a attendu dans les m√Ľriers jusqu'√† ce que, peu de temps apr√®s, il y eut un silence de mort, rien ne se passait. Quelque temps apr√®s, l√† loin, il a entendu les feuilles commencer √† faire de plus en plus du bruit. Et peu apr√®s, un grand vent a d√©ferl√© devant lui. Il a reconnu que c'√©tait Dieu et que la sainte arm√©e des Anges allait devant lui. Il a tir√© son √©p√©e, a engag√© la bataille et a mis l'ennemi en d√©route.

130.     Fr√®re, ne sautillez pas et ne pensez pas √™tre quelque chose alors que vous n'√™tes pas en ordre pour partir, cependant. Restez en place ! Et voyez qu'il ne s'agit pas d'adh√©rer √† une √©glise, ni de serrer la main √† un pr√©dicateur, ni de se faire baptiser dans l'eau. Mais il s'agit d'accepter le sacrifice auquel Dieu a pourvu, J√©sus-Christ, comme une personne dans votre cŇďur. Le Saint-Esprit passera devant vous, comme un vent imp√©tueux, √ītant tout du chemin. Amen. C'est √ßa. Alors, soyez chr√©tiens. Vous qui √™tes dans la voie, soyez vraiment des hommes qui craignent Dieu.

131.     Il viendra un r√©veil tr√®s bient√īt ici, une grande r√©union sous tente. Je peux bien voir cela. Exact ! Que voulez-vous faire ? Conduisez-vous‚Ķ

132.     Il y a quelque temps dans la r√©gion du Sud, il y avait des gens allaient acheter des esclaves et tout. Il m'arrive de penser √† cette petite histoire. Et quand ils passaient, ils achetaient des esclaves, ils constataient que de pauvres gens avaient √©t√© battus ces gens-l√†. Ils d√©testaient d'avoir quitt√© leur patrie, et ils savaient qu'ils n'y retourneraient jamais. Les n√®gres, c'√©tait pitoyable de voir comment on les traitait.

133.     Il se fait qu'un jour, on a remarqu√© un jeune homme aux √©paules redress√©es. On n'avait pas √† le battre. Non, non. Un n√©gociant est pass√© par l√†, il a dit : "Laissez-moi acheter cet esclave-l√†. "

            On lui a r√©pondu : "Celui-l√† n'est pas √† vendre. "

134.     Il a dit : "Eh bien, qu'est-ce qui le rend si diff√©rent ? Est-ce lui le chef des autres ? "

            On lui a r√©pondu : "Non. "

135.     Il a demand√© : "Qu'est-ce qui le rend diff√©rent ? Le nourrissez-vous mieux?"

            On lui a r√©pondu : "Non. Il mange avec les autres. "

            Il a demand√© : "Qu'est-ce qui le rend si diff√©rent ? "

136.     On lui a r√©pondu : "J'ai appris que son p√®re est le roi d'une tribu. Quand bien m√™me il est loin, dans un pays √©tranger, il garde toujours ses √©paules redress√©es. Il est d'une famille royale. Son papa est roi. M√™me s'il est √† l'√©tranger, son papa est roi.

            Mon p√®re est riche en maisons et en terres,

            Il d√©tient la richesse du monde entre Ses mains !

            Le rubis et les diamants, l'argent et l'or,

            Ses coffres en sont pleins, Il a des richesses ineffables.

137.     Nous, ici au tabernacle, nous avons la preuve infaillible de la r√©surrection du Seigneur J√©sus, par un r√©veil qui a balay√© le pays ; √† partir d'un petit endroit modeste comme celui-ci, il n'est pas plus que l'√©table de Bethlehem, et c'est peut-√™tre plus modeste. Mais √† partir d'ici, Dieu a lanc√© un grand r√©veil qui a balay√© des dizaines des milliers, oui, jusqu'√† des millions, les faisant entrer dans le Royaume de Dieu.

138.     Voudriez-vous √™tre notre concitoyen ? Etes-vous pr√™t ce soir, p√©cheur, √† vous d√©barrasser de vos indiff√©rences, √† vous d√©barrasser de votre vie de p√©ch√© ? Et √† redresser vos √©paules, et rejoindre le rang de l'arm√©e des gens qui sont en marche, croyant que l'expiation faite par le Seigneur J√©sus-Christ nous purifie de tout p√©ch√©?

            Prions, alors que nous avons nos t√™tes inclin√©es.

139.     Notre bienveillant P√®re C√©leste, ce soir, alors que nous nous attendons √† Toi, nous nous attendons √† ce que le glorieux Saint-Esprit de Dieu entre dans cette assistance et accomplisse infiniment et en abondance. Et nous sommes vraiment pr√™ts maintenant, avant de prendre la communion, √ī P√®re divin, nous Te prions de parler aux cŇďurs des p√©cheurs ce soir. Qu'ils viennent, Seigneur, non pas sur base de l'√©motion, non pas sur base d'une histoire triste, mais sur la vraie base de la Parole sans m√©lange de Dieu : "Car Dieu a tant aim√© le monde qu'Il a donn√© son Fils unique, afin que quiconque croit en Lui ne p√©risse point, mais qu'il ait la Vie Eternelle. "

140.     √Ē Dieu, accorde que ce soir les Paroles du Seigneur, dans saint Jean 5. 24 r√©sonne dans chaque cŇďur : "Celui qui entend Mes Paroles et qui croit √† celui qui M'a envoy√© √† la Vie Eternelle, il ne viendra pas en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie. " Puissent beaucoup passer en cette heure-ci de la mort √† la vie, alors que nous nous attendons au Saint-Esprit, au Nom de J√©sus-Christ.

141.     Et avec vos t√™tes inclin√©es, je me demande, comme la sŇďur joue si‚Ķ Que tout chr√©tien soit en pri√®re. Y a-t-il un homme, une femme, un jeune homme ou une jeune fille, qui aimerait lever la main vers Dieu, (pas vers moi) et dire : "Juste ceci‚Ķ Je l√®ve la main pour Te dire, √ī Dieu, que je crois que le jugement est sur le point de frapper ce monde. Et je suis sous la condamnation de ce jugement. Je m√©rite d'√™tre s√©par√© de Dieu, de la pr√©sence de l'Eglise, de la pr√©sence des chr√©tiens. Je m√©rite d'√™tre dans le tourment pour toujours, dans un enfer √©ternel. Mais, ce soir, je sens Ton Esprit me parler, disant que je m√©rite d'√™tre un √©lu de Dieu. Car, J√©sus a dit : 'Nul ne peut venir √† Moi si le P√®re ne l'attire.' Et je sens une attraction particuli√®re dans mon cŇďur, qui fait que j'accepte maintenant Christ comme mon Sauveur personnel. Et, √ī Dieu, je l√®ve ma main vers Toi pour dire ceci : J'accepte maintenant Ton Fils, J√©sus-Christ, le sacrifice auquel Tu as pourvu, √† cause de mes offenses et de mes p√©ch√©s ignobles. Je l√®ve maintenant les mains vers Toi. " Voulez-vous le faire ?

142.     Homme ou femme, gar√ßon ou fille, vous qui √™tes ici, en ce moment-ci, voudriez-vous lever la main pour dire : "Par ceci, j'accepte maintenant le Seigneur J√©sus-Christ comme mon Sauveur. " J'attends un moment pour que vous preniez la d√©cision. Levez simplement la main. Que Dieu vous b√©nisse, petit gar√ßon. Que quelqu'un d'autre l√®ve la main pour dire‚Ķ Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Tr√®s bien. Vous faites cela envers Dieu, pas envers moi.

143.     "Tous ceux qui crurent furent baptis√©s, et furent ajout√©s √† l'Eglise. " Trois milles √Ęmes furent sauv√©es.

            Il y a une Fontaine remplie du sang.

144.     Certainement. Allez-vous plonger maintenant par la foi, disant : "Seigneur Dieu, je me lib√®re maintenant. Oh, je suis all√© √† l'autel plusieurs fois. J'ai fait ceci, cela ou j'ai adh√©r√© √† l'√©glise. J'ai cherch√© √† √©chapper √† la col√®re. Mais, ce soir, je suis cette voie-ci, sur base de ce que J√©sus est mort √† ma place, Il √©tait l'Agneau de sacrifice. Il √©tait le bouc Azazel. Il √©tait tout. Et, en Lui, je suis complet. Il a port√© mes p√©ch√©s. Il a pris ma place au Calvaire. Il a pris ma place sous la col√®re de Dieu. Il a pris ma place sous la punition de Dieu. Il a pris ma place dans le s√©jour des morts. Et pour que moi je prenne Sa place au Ciel, que je devienne un fils de Dieu, j'accepte maintenant sur cette base, maintenant m√™me. Comme un p√©cheur, je crois. " [Espace vide sur la bande - N.D.E.]

            Les p√©cheurs plong√©s sous le sang,

            Perdent toutes les taches de leur culpabilit√©.

            Perdent toutes leurs‚Ķ

145.     Soyez en pri√®re, √©glise, pendant que quelqu'un prend la d√©cision pour le Seigneur. Priez. Perdent combien ? Toutes les taches de leur culpabilit√©. Juifs, Gentils, esclaves ou libres, p√©cheur ou membre d'√©glise, pr√™tre, m√©decin, avocat, quoi que vous soyez, perdez toute tache de votre culpabilit√© en croyant au Seigneur J√©sus, en L'acceptant comme Sauveur. Ecoutez ce couplet, alors que nous chantons doucement maintenant.

            Le voleur mourant s'est r√©joui de voir

            Cette Font‚Ķ

146.     Au bout du chemin, tout espoir √©tait parti, la Fontaine lui est apparue l√†. Etes-vous au bout ce soir de votre propre volont√© ?

            Les p√©cheurs plong√©s sous‚Ķ

            Perdent toutes les taches de leur culpabilit√©,

            Perdent toutes les taches de leur culpabilit√©,

            Perdent‚Ķ

147.     Maintenant, P√®re C√©leste, tout est entre Tes mains. Un homme √Ęg√© et un jeune ont lev√© leurs mains pour dire qu'ils voulaient Te recevoir, pendant que la Fontaine a √©t√© ouverte par la Parole. Nous appr√©cions Ta communion, Seigneur, le Saint-Esprit.

148.     Peut-√™tre qu'ils sont tous des chr√©tiens, tous en s√©curit√©. Tu connais leurs cŇďurs, Seigneur. Peut-√™tre qu'ils ont travers√© m√™me la ligne entre la mis√©ricorde et le jugement, ils ne veulent plus jamais lever la main, ou ils ne veulent plus jamais un sentiment, comme quoi Tu les appelles. Je prie, P√®re, que si c'est le cas, que Tu sois mis√©ricordieux.

149.     √Ē Dieu, je Te prie de sauver cet homme, Seigneur. Je prie maintenant m√™me que dans son cŇďur retentissent de joie les cloches du Ciel. Et qu'il en soit de m√™me pour ce petit gar√ßon. Sachant que J√©sus a fait cette d√©claration : "Celui qui entend Mes Paroles, qui croit √† celui qui M'a envoy√© √† la Vie Eternelle, il ne viendra point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie. " C'est Ta Parole, P√®re, et nous croyons Cela. Accorde-leur la joie √©ternelle maintenant, car ils ont accept√© la Vie Eternelle. Nous Te prions de combler leur vie de joie, qu'elle soit fructueuse et heureuse. Accorde cela, Seigneur.

150.     B√©nis les autres, alors que nous nous attendons √† Toi, nous prions au Nom de J√©sus. Amen.

EN HAUT