ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Pr√©dication Mo√Įse le grand serviteur de William Branham a √©t√© pr√™ch√©e 55-0122 La dur√©e est de: 46 minutes .pdf La traduction MS
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   

Mo√Įse le grand serviteur

1    D'abord, j'ai pens√©, que c'√©tait votre gar√ßon assis l√†-bas, fr√®re Woods, au bout l√†-bas, l√† o√Ļ la dame √©tait en train d'√©crire. Mais, ce n'√©tait pas lui. Lorsque j'ai ouvert mes yeux, l'Ange du Seigneur √©tait suspendu l√†. J'ai pens√© que c'√©tait David assis l√†. Mais, ce n'√©tait pas David. Je ne le pense pas. Vous n'√™tes pas David Woods, n'est-ce pas? Vous semblez vraiment √™tre son fr√®re jumeau, √©tant assis juste ici. Ce n'est pas David Woods. J'ai juste vu quelque chose √™tre fait. Amen. Oh! que c'est merveilleux! On ne d√©couvre pas les voies du Seigneur aussit√īt, n'est-ce pas? Amen. ¬ęSi vous pouvez croire.¬Ľ Il a dit: ¬ęToutes choses sont possibles.¬Ľ Tr√®s bien, nous allons ouvrir la Parole. Je crois que je garderai juste cela pour moi-m√™me, que le Seigneur r√©v√®le cela, car... comme Il voit le besoin.

2    L√†, dans le livre des Nombres, le vingti√®me chapitre, maintenant, rapidement. Et, nous essayons de prendre √† peu pr√®s vingt minutes pour le sermon, si le Seigneur le veut. Et maintenant, soyez vraiment pr√™ts. Je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Le Seigneur J√©sus pourrait juste faire n'importe quelle chose pour nous. L'aimez-vous? Dites: ¬ęAmen.¬Ľ [L'assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č.] Maintenant, le mot ¬ęamen¬Ľ signifie 'ainsi soit-il'. Voyez-vous? Et, maintenant, nous L'aimons tellement.
    L'√Čternel parla √† Mo√Įse, et dit: Prends la verge, et convoque l'assembl√©e, toi et ton fr√®re Aaron. Vous parlerez en leur pr√©sence au rocher, et il donnera ses eaux; tu feras sortir pour eux de l'eau du rocher, et tu abreuveras l'assembl√©e et leur b√©tail.
    Mo√Įse prit la verge qui √©tait devant l'√Čternel, comme l'√Čternel le lui avait ordonn√©.
    Maintenant, je veux parler juste quelques instants sur ce grand serviteur: Mo√Įse.

3    Vous sentez-vous un peu mieux, soeur, vous qui √©tiez assis l√† en train d'√©crire? La jeune dame ass... Vous vous sentez beaucoup mieux maintenant, n'est-ce pas? Vous √™tes gu√©rie, Madame. Ce vieux mal de soeur, et autres, pour lesquels vous vous tracassiez, et le trouble de reins, cela est tout... lorsque vous avez eu des varices qui vous tracassaient. Et, n'est-ce pas vrai? Si cela est vrai, levez votre main. Vous √©tiez gu√©rie juste alors. Amen. Que le Seigneur soit lou√©.
    Je regardais autour d'elle, et je l'ai vu il y a un moment, elle paraissait si morne, et il se trouva que je regardais derri√®re et j'ai vu l'Ange debout l√†. Cela ressemblait tant √† David. Vous devez rencontrer monsieur Woods par ici. Vous ressemblez assez √† son jeune gar√ßon pour √™tre son double. J'ai regard√© derri√®re et j'ai pens√©: ¬ęPeut-√™tre que c'est David¬Ľ, parce que je savais que David m'aimait et croyait. Et, j'ai baiss√© les yeux et cela √©tait suspendu au-dessus de cette jeune dame. Et alors, j'ai vu ce qu'√©tait son mal. Tout d'un coup, j'ai regard√© en arri√®re, et elle √©tait juste en train de rire. J'ai pens√©: ¬ęJe pourrais aussi le lui dire, et lui faire savoir que c'est fini afin qu'elle puisse...¬Ľ Amen. Et, elle relevait les notes ou quelque chose, l√†-bas.

4    Tr√®s bien. Oh! n'est-Il pas merveilleux? C'est juste comme cela que √ßa marche. Juste la mani√®re dont cela marche. Juste... Vous ne pouvez pas... vous ne pouvez juste pas Le battre. Il est juste ici pour nous aider. Maintenant, le Seigneur a dit... nous sommes... dit √† Mo√Įse de prendre la verge. Maintenant, nous voulons parler sur la verge, et la verge se rapporte au jugement. J'aime juste parler au sujet de Mo√Įse. Il √©tait le--le pr√™tre, le roi, et le l√©gislateur. Chaque chose fut un type du Seigneur J√©sus-Christ, Mo√Įse l'√©tait. Il √©tait dans le monde, un enfant √©quitable. En d'autres termes, il √©tait n√© proph√®te. Ils n'avaient pas peur du roi quand ils ont vu Dieu... quel genre de--de chose arriva lorsque Mo√Įse √©tait n√©. Cela n'est pas relat√©, mais quelque chose arriva quand Mo√Įse √©tait n√© parce que ses parents avaient vu cela et savaient qu'ils ne s'occupaient pas de ce que disait le roi. Ils savaient que leur fils allait √™tre en s√©curit√©, et ils n'avaient pas peur.

5    Ainsi, il √©tait tir√© or des joncs et--et fut √©lev√© juste avec... juste √† tous √©gards. Il alla au d√©sert et conduisit les enfants d'Isra√ęl: un l√©gislateur et un pr√™tre; et il √©tait tout ce que Christ √©tait. Il fut un type, et Christ fut l'antitype. Maintenant, si nous remarquons, Mo√Įse, lorsqu'il atteignit l'√Ęge de pr√®s de 40 ans, il refusa d'√™tre appel√© la fille de Pharaon... la vie de Mo√Įse se d√©roule en un cycle de trois cycles: premi√®rement, 40 ans; apr√®s 80 ans; ensuite cent vingt ans lorsqu'il mourut. Juste un parfait... Je peux aller au travers de l'√Čcriture et montrer cela--ces dispensations de la gr√Ęce, de l'eau, du sang, l'esprit, de la justification, la sanctification, le bapt√™me du Saint-Esprit, la premi√®re, seconde et troisi√®me venue de Christ. Tout ce que vous voulez typifier se trouve juste en plein... et tout dans l'√Čcriture affluera juste √† ces--ces lettres juste comme cela.

6    Maintenant, et Mo√Įse, quand il... les 40 premi√®res ann√©es, il fut enseign√©... Qui, pensez-vous, √©tait le professeur de Mo√Įse? Sa m√®re. Il ne pouvait pas en avoir un meilleur, parce qu'elle fut engag√©e comme tuteur, pour √©lever son propre enfant. Je vous dis que Dieu donna certainement un bon coup √† Satan l√†-bas, n'est-ce pas? Il le peut certainement. Et Mo√Įse, sachant maintenant de sa m√®re, qu'il fut √©lev√©... elle, une femme spirituelle, peu de chose est dit sur elle, mais Fr√®re, je veux √™tre dans la gloire lorsqu'elle recevra sa couronne. Oui, monsieur, pour voir ce qui se passe. Comment elle enseignait ce petit enfant juste au milieu de l'ennemi, juste l√†, dans la fournaise de la chaleur de cela. Et, elle lui dit qu'il serait celui qui d√©livrerait les enfants de Dieu de cet endroit.

7    Mo√Įse, sachant cela comme en √©rudit, dit: ¬ęJe pense que je sortirai juste et mettrai la chose en ordre.¬Ľ Ainsi, il avait 40 ans. Donc, il pensait: ¬ęJe deviens assez √Ęg√© pour faire cela.¬Ľ Donc, il entreprit la chose de son propre chef et √©choua. Et, chaque fois que nous prenons la chose en mains, nous allons faillir. Vous agissez juste comme le Seigneur conduit et faites ce que le Seigneur dit de faire. Alors, vous faites cela et vous n'√©chouerez jamais. Vous ne pouvez pas faillir parce que vous √™tes en train de suivre la conduite du Seigneur. Si seulement Mo√Įse avait attendu juste un petit peu, et laisser les choses m√Ľrir et laisser la chose devenir... et la saison. Vous ne pouvez pas planter du ma√Įs et--et maintenant, et sortir pour le cueillir dans une heure. Vous devez le laisser sous terre l√†, et--et la semence meurt, pourrit et la nouvelle vie sort au printemps, dans le ma√Įs.

8    C'est ainsi que nous faisons maintenant. Nous sommes en train de mettre la semence dans les coeurs des gens de mani√®re qu'elle soit--qu'elle soit mat√©rialis√©e lorsque viendra ce grand moment de la moisson, et qu'une grande chose arrive. (Voyez-vous ce que je veux dire?) Maintenant, Mo√Įse, apr√®s avoir pris la situation dans sa propre main, d√©couvrit qu'il √©tait un √©chec total et s'enfuit de la pr√©sence de Pharaon, et de la pr√©sence de Dieu, et fut un √©tranger pendant 40 ans. L√† derri√®re, et il √©pousa une jeune √©thiopienne. Et ainsi, elle avait un temp√©rament col√©rique. Et, Mo√Įse avait un caract√®re col√©rique. Cela fut son mal. Et, j'imagine juste que les choses n'√©taient pas si pacifiques parfois, l√†-bas derri√®re, de l'autre c√īt√© du d√©sert. Mais, Dieu lui donna cela.

9    Maintenant, si vous pensez que vous avez √©pous√© une femme qui a un temp√©rament doux, peut-√™tre que Dieu essaie de vous rendre un peu docile (voyez-vous?), ainsi, et vice versa.
    Donc, S√©phora avait en quelque sorte un temp√©rament chaud. Elle le prouva quand elle coupa le pr√©puce de son enfant et le jeta devant Mo√Įse et dit: ¬ęTu es pour moi un mari de sang.¬Ľ Oh! la la! J'imagine que les choses n'√©taient pas aussi pacifiques, parfois. Et l√†-bas, l√† derri√®re, Dieu √©tait... qu'√©tait-Il en train de faire? Il √©tait en train d'instruire l'esprit des gar√ßons, ou l'esprit de l'homme, ce qu'√©tait le programme de Dieu. Mo√Įse attendait l√† derri√®re, et maintenant... et le voil√†. Que fit-il? Il alla travailler pour son beau-p√®re J√©thro, et il paissait ses brebis dans le d√©sert. Voil√† une parfaite image ici devant nous, ce soir, d'un croyant hors de la communion avec Dieu.

10    Le voil√†, pas de communion, aucune chose que Dieu fit pour lui durant ces 40 ans ne fut mentionn√©e, ou d'aucune mani√®re, point du surnaturel. Il √©tait en dehors de la communion. Et lorsque l'√©glise sort de la communion avec Dieu, les miracles cessent, les signes et les merveilles cessent, les r√©veils cessent: Dieu s'en √©loigne juste, quand vous sortez de la communion. La chose √† faire est de garder cela (ce que j'essayais de dire il y a un moment), l'Amour de Dieu dans votre coeur. Gardez la communion avec Lui et Il ajoutera les autres choses juste comme nous m√Ľrissons. Ne le pensez-vous pas? [La congr√©gation r√©pond. - N.D.√Č.]
    Et ainsi, Mo√Įse, lors de la communion, pas de communion--l√†-bas dans un pays √©trangers, parmi des √©trangers, pas son propre peuple. Elle √©tait... ils √©taient des--les gens de l√† √©taient des √©thiopiens et lui √©tait un Juif. Et l√†, compl√®tement hors d'atteinte de Dieu, apparemment, et Dieu sachant tout le temps, qu'importe tant de g√Ęchis que Dieu--que l'homme fait en dehors du programme de Dieu, Dieu va arranger cela. Cela est vrai.

11    Ainsi, sachez juste qu'il va y avoir une √Čglise qui appara√ģtra devant Dieu sans tache, sans d√©faut, sans ride. Dieu va faire cela. Et si je manque de pr√™cher la v√©rit√©, et si fr√®re Joseph manquait de pr√™cher la v√©rit√©, et si vous fr√®res l√† dehors manquez de pr√™cher la v√©rit√©: ¬ęDieu est capable de ces pierres, de susciter des enfants √† Abraham.¬Ľ Il... quelqu'un va tirer l'√Čglise. C'est vrai. Ainsi, qu'importe combien l'image fut g√Ęt√©e, cela avait pris √† Dieu 40 ans pour rectifier ce que Mo√Įse avait fait en trois jours √† peu pr√®s, juste pour arranger cette image-l√†. Il prit juste Mo√Įse et le mit ici, et lui donna une √©pouse avec un temp√©rament chaud pour le redresser avec bont√©; et Dieu continuait jusqu'ici en r√©parant de nouveau l'image jusqu'√† ce qu'Il l'arrangea. Mais, Il √©tait d√©termin√© qu'Il allait faire cela, et Il ordonna Mo√Įse de faire ainsi. Oh! j'aime juste cela.

12    Ce qu'Il est... ce que Dieu a d√©termin√©‚Äö va arriver. Oh! cela ne vous donne-t-il pas un merveilleux sentiment? [La congr√©gation r√©pond. ‚Äď N.D.√Č.] Ce que Dieu a d√©termin√©, cela doit √™tre. Cela est vrai. Il va le faire de toute fa√ßon. Ainsi, quel temps nous voyons, comme Dieu est en train de remettre son image. Et un jour, peut-√™tre pendant que Mo√Įse cheminait, en dehors de la communion avec Dieu, il pensait peut-√™tre: ¬ęEh bien! la vision de d√©livrer un jour les enfants d'Isra√ęl est toute pass√©e et partie. Je pense que je vivrai et pourrirai ici dans le d√©sert, et cela sera tout ce qu'il y a avec cela. Pourquoi suis-je n√© au monde?¬Ľ
    Et Dieu apparut sous une forme d'un--un Ange dans un buisson ardent. Et Mo√Įse l'avait vu. J'imagine qu'il dit: ¬ęMaintenant l√† derri√®re, par ici, o√Ļ il n'y a plus de bergers √† part moi, je me demande ce qu'il en est de ce buisson en feu. Quelqu'un est-il retourn√© furtivement ici et a mis ce buisson en feu?¬Ľ Il regardait cela, et il regardait cela, cela ne... Dieu doit avoir un moyen pour attirer votre attention d'une certaine fa√ßon, n'est-ce pas?

13    Il attira l'attention de Ja√Įrus, un jour. Le jeune Ja√Įrus, quand il ne croyait pas dans la gu√©rison divine. Il crut cela. Et, il voulait le coeur de Ja√Įrus, ainsi juste Il... la seule chose qu'Il put faire fut de frapper sa fille et la laisser mourir afin que J√©sus v√ģnt et la ressuscit√Ęt, juste--juste pour attirer r√©ellement son attention. Vous voyez? Dieu fait cela. Quelquefois, Il vous jette malade sur le dos parfois, pour qu'Il puisse vous faire lever les yeux, pour que vous r√©alisiez. C'est comme les contes du vieux berger de... avait une brebis et ils avaient cass√© sa patte. Et, il dit: ¬ęComment la brebis se cassa-t-elle la patte?¬Ľ
    Il dit: ¬ęJe lui ai cass√© sa patte.¬Ľ
    Il dit: ¬ęEh bien! vous √™tes un berger cruel pour briser la patte de votre propre brebis.¬Ľ

14    Il dit: ¬ęNon.¬Ľ Il dit: ¬ęElle ne ferait pas attention √† moi, (et il dit) alors, je devais casser sa patte afin que je puisse la mettre sur mes √©paules et la dorloter un petit peu comme un enfant, et lui donner de la nourriture sp√©ciale pour qu'elle m'aime et me suive.¬Ľ
    C'est de cette mani√®re que Dieu doit agir quelquefois. Nous faire tomber malade avec gentillesse, de temps √† autre, pour nous donner une petite nourriture suppl√©mentaire, vous savez, pour vous aimer en bont√© un petit peu. Savez-vous que c'est exactement pourquoi je suis un pr√©dicateur de l'√Čvangile, ce soir, c'est parce qu'Il vint par un moment de maladie lorsque le docteur dit que je ne pouvais pas vivre. Cela est exactement vrai. Cela me changea, me secoua. Je ha√Įssais les pens√©es de pr√©dicateur. Et, une fois, alors que j'√©tais--j'avais le championnat de la cat√©gorie poids coq, le gars me dit: ¬ęDis-donc!¬Ľ Il portait une veste bleue. Il dit: ¬ęTu ressembles √† l'un de ces petits pr√©dicateurs de rue baptistes.¬Ľ

15    Et, je dis: ¬ęVoyons, mon ami, tu ris lorsque tu dis cela.¬Ľ Je dis: ¬ęJ'√©tais tout √† fait pr√™t alors √† aller combattre avec mon partenaire. Pas de pr√©dicateur √† mon sujet.¬Ľ Et, vous voyez ce que Dieu fit? S'Il devait me coucher sur mon dos lorsque les docteurs disent: ¬ęCela est tout fini.¬Ľ Et alors, Il vint me visiter et me donna un petit traitement sp√©cial, plong√© en bont√© dans l'huile, vous savez, et Il dit: ¬ęMaintenant, je t'aime.¬Ľ
    Je dis: ¬ęOui, Seigneur, je T'aime √©galement.¬Ľ Donc, alors ainsi nous sommes devenus des amis. C'est ainsi qu'agit J√©sus quelquefois. Il doit entrer √† flots un peu du Baume de Galaad, vous savez, pour calmer les choses, pour vous montrer qu'Il vous aime. Il vous gu√©rit et veut que vous soyez en bonne sant√©; et aimez-Le et servez-Le, croyez-Le. N'est-Il pas merveilleux? [La congr√©gation r√©pond. ‚Äď N.D.√Č.] Ainsi, c'est de cette mani√®re qu'Il √©tait en train de faire √† Mo√Įse, l√† derri√®re. Et Mo√Įse s'√©carta, (attira son attention) et il regarda en arri√®re l√†-bas. Il pensait: ¬ęEh bien! maintenant, Mo√Įse, je crois que tu penses maintenant que...¬Ľ J'imagine que le Seigneur avait vu le pauvre vieux Mo√Įse en train de partir clopin-clopant en long‚Ķ l√†-bas, avec sa longue barbe blanche et ses longs cheveux blancs.

16    ¬ęEh bien! il y a des ann√©es, j'ai eu une vision et je pensais que le Seigneur d√©livrerait les enfants d'Isra√ęl mais Dieu m'a tourn√© le dos maintenant. Je suis par ici derri√®re en train de lutter pour faire sortir cela. Ainsi, je pense que je devrais juste demeurer ainsi.¬Ľ
    Et, j'imagine que Dieu dit: ¬ęPauvre gars, Je... Je devais juste faire cela pour te permettre de r√©aliser... mais je vais te montrer maintenant que Je suis avec toi.¬Ľ Alors, Il attira juste son attention. Eh bien! Il voulait tenir une conf√©rence avec--avec Mo√Įse. Vous avez, parfois Dieu doit vous faire tomber malade et vous mettre dans un h√īpital o√Ļ le docteur dit que vous n'allez pas vivre pour tenir une conf√©rence avec vous. Vous demanderez cela, ne vous en faites pas. Vous attendez juste jusqu'√† ce que le docteur dise... Oh! vous dites: ¬ęJe ne crois pas dans la gu√©rison divine. Il n'y a pas une telle chose. Cette chose est un non-sens.¬Ľ
    Laissez le docteur dire: ¬ęTous les espoirs sont partis.¬Ľ
    Dieu vous tient... une conf√©rence avec vous. Il a une fa√ßon de faire les choses. Il le fait √† Sa propre guise. All√©luia! Oh! la la! cela me fait juste me sentir comme √©tant un M√©thodiste authentique en train de crier.

17    Regardez. Parce que c'est Dieu qui le fait. Voyez-vous? Il le fait juste √† Sa propre guise. Il fait juste... Il a une certaine mani√®re de faire les choses, n'est-ce pas? Et je suis... [Quelqu'un dit: ¬ęAmen.¬Ľ - N.D.√Č]... et, je suis si content qu'Il l'ait. Amen. Donc, nous voyons maintenant, qu'Il--Il tint une conf√©rence avec Mo√Įse; mais disons, maintenant, ceci serait une vue tr√®s bizarre--bizarre. Vous savez, parfois, Dieu fait des choses tout √† fait bizarres pour tenir une conf√©rence. Cela est vrai. Quelqu'un vint √† moi et dit: ¬ęH√©! Ils disent qu'ils ont eu un saint qui se roule par terre lorsque l'Esprit le saisit, l√†-bas, qui va pr√™cher ce soir. Je crois que je descendrai juste et verrai tout ce qu'il en est.¬Ľ
    Le pasteur Baptiste de Milltown, lui me rempla√ßa, l'√Čglise Baptiste de Milltown, ce soir, William Hall, ce gars s'approcha parce qu'il l'avait mis dans un journal. Il dit: ¬ęDis, tu dois venir ici, ce gars pr√™che. C'est un petit Billy Sunday.¬Ľ

18    Et le voici qui approcha, et oh! il √©tait r√©pugnant. Ses cheveux tombant sur sa face, et il avait une dent enlev√©e et une grosse pipe en √©pis de ma√Įs, et il la frappait sur le c√īt√© de l'√©glise comme cela lorsqu'il la nettoyait. Il entra et dit: ¬ęO√Ļ est ce petit Billy Sunday? Je veux l'entendre.¬Ľ
    Les fr√®res diacres dirent: ¬ęMaintenant, asseyez-vous, monsieur Hall.¬Ľ Il √©tait un type rude.
    Et il dit ensuite: ¬ęPeut-√™tre que je ferais mieux de monter un peu plus pr√®s. Je veux voir ce √† quoi ressemble Billy Sunday¬Ľ, dit-il, juste s'en moquant. Vous voyez? Et cette nuit-l√†, il fut sauv√©. (Ha, ha, ha!) Amen. Et il est le pasteur l√†-bas, dans cette m√™me √©glise-l√† ce, soir.

19    Voyez-vous? Dieu a une mani√®re de vous attirer, n'est-ce pas? Il vous met de c√īt√© juste un temps. Ainsi, il dit:
    ¬ęMaintenant ceci semblera un peu √©trange √† Mo√Įse, quelque chose hors de l'ordinaire. Donc, je ferai juste descendre cette Colonne de Feu l√†-bas dans ce buisson, et laisser cela... parce qu'Elle va le conduire tout au travers du d√©sert de toute fa√ßon. Et ainsi, Je la laisserai juste commencer √† br√Ľler pour inciter Mo√Įse √† s'approcher ici.¬Ľ Alors, cela attira l'attention de Mo√Įse. Ensuite, il s'approcha un peu plus pr√®s, vous savez, et dit: ¬ęEh bien! cela para√ģt √©trange. Cette chose-l√† ne se consume pas.¬Ľ Lorsqu'il fut assez proche, en parlant √† distance... Oh! je veux m'y trouver, n'est-ce pas? En parlant √† distance, commencez juste √† parler √† distance. Il dit: ¬ęMo√Įse.¬Ľ
    Il dit: ¬ęOui, Seigneur? Me voici.¬Ľ
    ¬ęEnl√®ve tes souliers maintenant. Tu te tiens sur une terre sainte.¬Ľ Donc, Mo√Įse d√©fit ses chaussures et monta un peu plus pr√®s. Il dit: ¬ęQu'est-ce que c'est, Seigneur?¬Ľ

20    Et Il dit: ¬ęJ'ai entendu... Maintenant--maintenant, Mo√Įse, Je ne te dis aucun mot √† propos de ce que J'ai vu √† ton sujet, mais J'ai entendu les g√©missements de Mon peuple et Je me suis rappel√© de mon alliance avec Abraham.¬Ľ Amen. Les paroles, en d'autres termes signifient: ¬ęJe me souviens de ce que Je promis √† Abraham.¬Ľ Il vous a donn√© la m√™me promesse qu'Il donna √† Abraham car vous √™tes la semence d'Abraham. Et Il dit: ¬ęJe me rappelle de ma promesse avec Abraham et Je suis descendu pour d√©livrer Mes enfants, ram√®ne-les √† la terre promise et Je t'envoie.¬Ľ
    Mo√Įse dit: ¬ęOh! eh bien! Tu vois que je... je ne peux pas parler tr√®s bien.¬Ľ Il dit: ¬ęJe ne suis pas √©loquent.¬Ľ Et il dit: ¬ęJe--je ne suis--je ne peux simplement pas faire cela.¬Ľ
    Il dit: ¬ęHa, ha! eh bien! ha! Aaron monte, et ainsi de suite.¬Ľ Et alors, Il dit: ¬ęQu'as-tu dans ta main, Mo√Įse?¬Ľ
    Il dit: ¬ęUn b√Ęton.¬Ľ C'est tout ce qu'il avait, juste un vieux b√Ęton. Il le ramassa l√† au d√©sert, quelque part, o√Ļ il avait frapp√© les brebis passant par les portes, ou bien o√Ļ il allait, il les amenait. Juste un vieux b√Ęton qu'il avait coup√© parce qu'il dit que c'√©tait un b√Ęton.

21    Il dit: ¬ęMo√Įse, jette par terre.¬Ľ Et lorsqu'il jeta le b√Ęton par terre, il se transforma en un serpent. Il... et Mo√Įse s'enfuit. Et Il dit: ¬ęRamasse-le.¬Ľ Et il le prit par la queue et il redevint un b√Ęton de nouveau. Mo√Įse, je pense, pouvait dire: ¬ęJ'ai vu d'√©tranges sc√®nes aujourd'hui¬Ľ, (ainsi) lorsqu'il avait vu ce b√Ęton devenir un serpent. Maintenant, qu'√©tait ce b√Ęton? C'est ce sur quoi nous allons parler. Qu'√©tait ce b√Ęton? Ce n'√©tait plus un b√Ęton ordinaire car c'√©tait la verge du jugement du Dieu Tout-Puissant. Que symbolisait-il? La Croix. Et alors... eh bien! comment symboliserait-il la Croix? Parce que, dans le naturel, c'√©tait du bois, dans le spirituel, c'√©tait un serpent. Et comment le serpent pouvait-il repr√©senter J√©sus? Le serpent, comme c'√©tait un reptile, un serpent, il repr√©sentait le p√©ch√© d√©j√† jug√© car Satan avait p√©ch√© dans le serpent qui n'√©tait pas un reptile, au jardin d'√Čden. Il √©tait le lien qui manque entre l'homme et l'animal. Et il se tenait l√†-bas comme un... ou--ou marchait debout et √©tait le plus subtile de toutes les b√™tes (pas des reptiles), des b√™tes du champ.

22    Et lorsqu'il fut maudit, les jambes partirent de lui et le voil√† qui marchait sur son ventre. Et cela montra qu'il √©tait d√©j√† jug√© lorsqu'il devint un reptile. Et alors, Christ √©tait p√©ch√©, dans le serpent, d√©j√† jug√©: l'Agneau immol√© depuis la fondation du monde. Vous voyez cela? Maintenant, il ramassa le b√Ęton, et le surnaturel sur le b√Ęton, √©tait un serpent. Le surnaturel, c'√©tait un serpent dans sa main. Dans le naturel, c'√©tait un b√Ęton dans sa main; la Croix plus Christ, le jugement. Le voici qui descend en √Čgypte comme je l'ai dit plusieurs fois: ¬ęL'invasion d'un seul homme.¬Ľ Il avait sa femme. Il courut et prit sa femme; et la fit asseoir sur la mule, un enfant sur chaque hanche et le voici partant vers l'√Čgypte, descendant pour envahir. pouvez imaginer l'invasion d'un seul homme allant en √Čgypte pour envahir? Mais, il le fit parce que Dieu lui promit qu'il le ferait.

23    Et pendant qu'il y √©tait, lorsque Mo√Įse entra, il √©tendit ce b√Ęton sur les fleuves et ils se chang√®rent en sang. Ensuite, il l'√©tendit vers les cieux et le soleil s'obscurcit. Et partout o√Ļ il mettait ce b√Ęton-l√† devant lui, c'√©tait le jugement. Le jugement partait devant le b√Ęton parce que le b√Ęton √©tait la verge du jugement. comprenez-vous cela? Maintenant, quand il voulait des puces, il √©levait ce--ce b√Ęton en l'air comme cela et r√©pandait de la terre. Et comme la poussi√®re se r√©pandait, les puces apparaissaient partout. Les jugements, le jugement divin. Il fit descendre du feu du ciel, la foudre sur Terre, des grosses pierres de gr√™le et tout, qui tu√®rent le b√©tail et tu√®rent les √Čgyptiens et tout autre chose; le jugement. Le jugement de Dieu devant Mo√Įse.

24    Maintenant, comme Mo√Įse partait avec le b√Ęton du jugement devant lui, ce m√™me b√Ęton ce soir, pour l'√Čglise, est J√©sus-Christ. Si jamais ces √Čgyptiens avaient pu arracher ce simple petit b√Ęton des mains de Mo√Įse, ils l'auraient battu. Et lorsque le--lorsque le diable pourrait seulement enlever la Divinit√© du Nom de J√©sus-Christ, il pourrait battre l'√Čglise. Mais, comme le b√Ęton du jugement allait devant Mo√Įse, pour prendre le jugement, pour apporter le jugement, ainsi agit le Nom de J√©sus qui va devant nous pour rendre notre jugement. Il supporta notre jugement de la maladie. Il supporta notre jugement de la mort. Il supporta notre jugement des difficult√©s.
Prends le Nom de Jésus avec toi,
Comme un bouclier contre chaque souci.
Quand les tentations t'environnent,
Murmure ce Saint Nom en prière.

25    ¬ęLorsque la maladie commence √† se rassembler, murmure ce Nom de J√©sus.¬Ľ Qu'est-ce? C'est le repr√©sentant du jugement de Dieu, Christ d√©j√† jug√© pour vos p√©ch√©s; Christ d√©j√† jug√© pour votre tentation; Christ d√©j√† jug√© pour votre maladie. Voyez-vous ce que je veux dire? C'√©tait la verge du jugement de Dieu. Et aussi longtemps que cette verge √©tait √©tendue, c'√©tait le jugement. Mo√Įse, cette nuit-l√†, apr√®s avoir fait sortir les enfants d'Isra√ęl, et voil√† que vint l'arm√©e de pharaon. La Colonne de Feu descendit et se suspendit entre pharaon, et l'arm√©e poursuivante, et Isra√ęl. Elle donnait de la lumi√®re √† Isra√ęl et des t√©n√®bres √† Pharaon, et les gardait s√©par√©s. Amen. Un intercesseur. Oh! je suis si content, aujourd'hui, qu'Il soit notre intercesseur. Dans les maladies entre la mort et la vie, Il est un intercesseur. Il est Celui qui prend la mort dans une main et la vie dans l'autre main. Il est ce lien qui relie l'homme √† Dieu: l'intercesseur.

26    Et Il descendit comme un intercesseur. Et Il fit de la lumi√®re de ce c√īt√©-ci pour qu'Isra√ęl march√Ęt, et des t√©n√®bres √†... pour garder Pharaon en arri√®re. Ce m√™me Ange de Dieu est dans l'√Čglise ce soir, donnant de la Lumi√®re pour que l'√Čglise marche, et des t√©n√®bres pour ceux qui rejetteront Cela. Nous sommes des enfants de la Lumi√®re. Amen. Comment pouvez-vous voir quand vous marchez dans les t√©n√®bres? Vous ne pouvez pas voir. Vous ne savez o√Ļ vous allez. Mais si vous √™tes dans la Lumi√®re, et Christ est la Lumi√®re, et Il est en train de donner de la Lumi√®re √† ces croyants pendant qu'Il donnait des t√©n√®bres aux incroyants. Il indiquait la voie d'un sentier au croyant, et des t√©n√®bres et de l'achoppement √† l'incroyant.

27    Et cela est ainsi ce soir. Comme nous sommes en train de marcher vers la terre promise, Dieu jette la lumi√®re sur le sentier de la gu√©rison divine, le parler en langues, les cris et les gloires de Dieu en les manifestant aux enfants de la lumi√®re, et jette les t√©n√®bres l√† derri√®re pour qu'ils s'achoppent en ne sachant pas o√Ļ ils vont. Rappelez-vous que ce m√™me b√Ęton, cette main qui tint cette verge du jugement, lorsqu'il descendit et il avait le sentier de Dieu passant au travers de--de la Mer Rouge, il √©tendit cela sur la Mer Rouge et la Mer Rouge, voyant le jugement, eut peur et recula de chaque c√īt√© et forma une colonne. Et les marcheurs d'Isra√ęl travers√®rent juste sur de la terre s√®che au fond de la mer.

28    Et quand les incirconcis, essayant de pr√©tendre qu'ils √©taient quelque chose alors qu'ils n'√©taient rien, commenc√®rent √† faire ainsi, Dieu les fit √©chouer; Il enleva les roues des chars et effraya les chevaux, l√† au fond de la mer, dans une grande conglom√©ration. Et, sur l'autre c√īt√©, ce m√™me jugement‚Ķ?...le p√©ch√© fut dans la vall√©e... Que Dieu soit lou√©. Savez-vous ce que cela fera? Cette m√™me Colonne de Feu, qui les dirigeait, lorsqu'Elle descendit dans cette vall√©e, Elle se mut juste √† la surface de cette eau et fraya une voie. Si jamais il retournait l√†, sans la conduite du Saint-Esprit, il ne pourrait pas marcher o√Ļ ces circoncis marchaient. All√©luia! Oh! cela me fait me sentir religieux, de penser √† cela.

29    La bataille se d√©roule. Un jour nous devons descendre √† travers deux vastes et grandes vall√©es sombres, ou colonnes, appel√©es une vall√©e; c'est l√† o√Ļ nous sommes entour√©s par les murs de chaque c√īt√©: la vall√©e des ombres de la mort. David a dit: ¬ęJe ne craindrai aucun mal, car Tu es avec moi.¬Ľ
    Et lorsqu'ils ont vu cette glorieuse et grande Lumi√®re de la colonne de Feu, tourbillonnant √† la surface de cette eau, ils ont vu ces √©normes et grandes collines effrayantes l√†-haut, profondes peut-√™tre de 72 m√®tres, en profondeur dans cette chose sale, au fond, et l'Ange du Seigneur indiquant le chemin, Isra√ęl sut que si l'Ange continuait, cela frayait la voie et aucune peur ne fut dans la voie. Amen.
    Alors, un de ces jours, nous devons descendre √† travers la vall√©e des ombres de la mort juste comme cela fut. Nous ne craindrons aucun mal aussi longtemps que l'√Čtoile du Matin se meut devant nous, √©clairant la voie et vous rendant capable de marcher. Juste de l'autre c√īt√© se trouve la terre promise. Amen. Je suis si heureux pour cela. Remarquez. Ensuite, lorsqu'ils atteignirent l'autre c√īt√©, ces incirconcis dirent: ¬ęEh bien! s'ils peuvent faire cela, nous le pouvons aussi.¬Ľ
    Et ils se noy√®rent dans la mer, confus; et ils se noy√®rent et sombr√®rent l√† dans la mer.

30    Les voil√† qui continuaient. Lorsqu'ils commenc√®rent √† avoir besoin de l'eau un jour, Dieu dit √† Mo√Įse... √Čcoutez attentivement. Oh! je veux que vous saisissez cette partie de ceci. Voici la partie importante de cela. Ils--les gens avaient soif et ils se demandaient: ¬ęO√Ļ pouvons-nous boire? Nos petits enfants sont affam√©s?¬Ľ
    Lorsque leurs petits enfants furent malades, Dieu √©rigea le serpent d'airain, un autre symbole, un autre b√Ęton, comme celui que Mo√Įse avait dans sa main; seulement en symbole avec un serpent enroul√© autour. Qu'√©tait-ce? Le jugement. Les arrhes sur votre police d'assurance. Amen. Les arrhes sur le Calvaire. Pourquoi Mo√Įse... J√©sus dit: ¬ęComme Mo√Įse √©leva le serpent d'airain au d√©sert, de m√™me le Fils de l'homme doit √™tre √©lev√©.¬Ľ

31    Il fut √©lev√© avec une double raison parce qu'ils bronchaient et--et se bousculaient les uns les autres, et combattaient les uns les autres, et m√©prisaient Mo√Įse. Et ils √©taient en train de p√©cher et ils √©taient malades. Et cela fut √©lev√© pour deux raisons: pardonner leurs r√©trogradations et gu√©rir leur maladie. ¬ęEt, Il fut bless√© pour nos transgressions et c'est par ses meurtrissures que nous sommes gu√©ris.¬Ľ L'√Čcriture! Chaque bond de cela, chaque Parole. La Parole √©ternelle de Dieu qui ne peut jamais passer. Amen. Je suis si heureux pour cette fondation-l√† qui fut pos√©e par J√©sus-Christ, la Pierre principale de l'angle. Et, nous sommes construits ensemble comme des blocs dans le temple du Dieu vivant par notre confession, et en croyant au Seigneur J√©sus-Christ. La m√™me Lumi√®re qui √©tait en eux est en train de se mouvoir juste √† travers l'immeuble.

32    Remarquez, Mo√Įse... Maintenant, il dit qu'il sortit et il pria et dit: ¬ęSeigneur, ces gens ont soif maintenant, et il n'y a pas d'eau √† leur donner. Et, ils sont en train de crier √† moi pour de l'eau.¬Ľ
    Et, Mo√Įse et Aaron all√®rent au tabernacle et tomb√®rent devant le Seigneur. Et, la gloire de la Shekinah de Dieu tomba autour d'eux. Amen. La gloire de la Shekinah, la pr√©sence de Dieu vint autour d'eux.
    Eh bien! fr√®re, cela n'est pas plus que ce que vous avez ressenti dans une bonne r√©union √† l'ancienne mode du Saint-Esprit, quand la gloire de la Shekinah de Dieu tombe parmi nous, la m√™me chose.
    Mo√Įse √©levant ses mains devant Dieu, presque transform√© devant eux. Dieu dit: ¬ęMo√Įse, je partirai devant toi et Me tiendrai dans la br√®che sur le rocher.¬Ľ J'aime cela. ¬ęJ'irai devant toi et me tiendrai sur le rocher pour pourvoir une voie pour toi. Et lorsque tu viendras, frappe le rocher. Prends la verge, maintenant, et rassemble le peuple et va frapper ce rocher et il sortira des eaux du rocher.¬Ľ Oh! la la! ¬ęJe Me tiendrai sur le rocher, devant toi.¬Ľ
    Regardez. Mo√Įse devait attendre. Dieu alla devant Mo√Įse et Se tint sur le rocher. Maintenant, je veux que vous regardiez la signification spirituelle de ceci. Lorsque nous voyons la Parole de Dieu juste en train de se d√©voiler, vous--vous pouvez, vous pouvez juste vous y baigner. Je le peux et je sais que vous le pouvez √©galement.

33    Et l√†-bas, Mo√Įse, prenant la verge, ensuite, le b√Ęton du jugement, allant de l'avant vers le rocher et l√† se tint Dieu sur le rocher. Et, il frappa le rocher. Et, quand il le fit, les eaux jaillirent. Pas un petit ruisseau insignifiant comme vous voyez l'artiste dessiner le tableau. Je pourrais boire cette chose et la s√©cher si j'avais soif. Mais regardez. Assez d'eau sortit de cela pour abreuver deux millions de gens, en plus des chameaux et des animaux qu'ils avaient. Les eaux sortirent en des sources jaillissantes. All√©luia! C'est un beau type de cela, lorsque J√©sus dit, au d√©sert, ¬ęqu'Il √©tait le Rocher qui fut au d√©sert.¬Ľ Il n'y a pas de doute que les gens aient cri√©, l√†-bas, ce jour-l√† quand Il entrait √† J√©rusalem, montant ce cheval, cette petite mule. Et ils criaient, ces Nazar√©ens criant: ¬ęHosanna, hosanna √† Celui qui vient au Nom du Seigneur.¬Ľ Quelques-uns de ces soi-disant pr√™tres guind√©s dirent: ¬ęFais-les taire.¬Ľ
    ¬ęEh bien! s'ils se taisent, les rocs crieront imm√©diatement.¬Ľ

34    Que sont ces rocs? Les rocs ont √©t√© lav√©s par les m√™mes eaux, ou abreuv√©s par la Parole. Ils doivent crier. Il dit: ¬ęS'ils se taisent, les rocs crieront imm√©diatement.¬Ľ Quelque chose devait arriver. Le rocher. Remarquez. Plus tard, lorsqu'ils eurent besoin d'eau, la seule chose qu'ils devaient faire fut de parler au rocher. Un jour, ils eurent faim et ils all√®rent chasser et ils trouv√®rent que dans cette fissure, dans le rocher, se trouvait du miel suspendu dans la fissure. La fissure est, en symboles, √©tait la marque de la lance sur le c√īt√© du Seigneur J√©sus. La fissure, dans le rocher, l√† o√Ļ Il fut frapp√©. Et, l√†-dedans, un groupe d'abeilles √©tait venu et construisit une ruche. Et il y avait du miel dans le rocher. Amen. Quelle belle chose!
    Samson, lorsqu'il descendait voir sa femme, sa petite amie, et un lion sortit en courant. Un esp√®ce de petit gars d'√† peu pr√®s cette taille, sept petites boucles pendant; une esp√®ce de petit, ressemblant √† une poule mouill√©e et les gens ne pouvaient pas comprendre comment ce gars pouvait √™tre si fort. Et un vieux lion √©norme sortit en courant et il dit: ¬ęEh bien! eh bien! regardez ici, ce qui vient.¬Ľ Samson, juste une esp√®ce de petite poule mouill√©e se tenant debout l√†. Et le lion sortit en courant, plusieurs fois sa taille. Et alors, qu'est-ce qui est arriv√©?

35    Samson ne monta jamais le premier en disant: ¬ęVoici, je te d√©chirerai en morceaux.¬Ľ Mais, l'Esprit du Seigneur vint sur lui. C'est ce qui fit cela. Il sentit cela derri√®re et sentit ces sept m√®ches qui pendaient. Cela √©tait l'alliance. Et il n'avait pas peur d'un lion, en face de la mort. Il n'en eut pas peur. Si vous pouvez ressentir... si Samson pouvait sentir sept m√®ches et savoir que c'√©tait une alliance parce qu'il √©tait n√© Nazar√©en, combien de fois plus devrait, un homme n√© du Saint-Esprit, sentir la puissance de Dieu et savoir que c'est l'alliance pour tuer l'ennemi devant vous? Que √ßa soit la maladie, que √ßa soit la tentation, quoi que ce soit, vous ne pouvez pas tol√©rer cela lorsque l'Esprit de Dieu vient.

36    Il approcha en marchant et saisit ce lion, ce petit, tout petit bonhomme √† la t√™te boucl√©e, saisit ce lion par la m√Ęchoire et le d√©chira en morceaux. All√©luia! Vous n'avez besoin que d'un--c'est Christ, l'Alliance. Pouvez-vous sentir cela? Amen. Oh! la la! L'Alliance. Ensuite, lorsqu'il tua ce vieux lion juste comme si c'√©tait un petit, un esp√®ce de petit lapin ou quelque chose de la sorte, il le mit en pi√®ces comme ceci et d√©chira sa vieille carcasse. Il continua √† descendre par l√†. Quelques jours apr√®s, il revint et une ruche d'abeilles √©tait construite dedans. Et, il mangea le miel le plus doux qu'il eut jamais mang√© provenant de cette vieille ruche d'abeilles qui fut construite dans la carcasse du lion qui allait le tuer, car l'Esprit de Dieu vint et le d√©livra.

37    Et si vous avez quelque chose de faux, ce soir, sentez l'Esprit de Dieu se mouvant sur vous, d√©chirez la chose en morceaux. Et, la premi√®re chose que vous savez, vous aurez un t√©moignage qui secouera les bardeaux de la maison. Amen. Vous √™tes l'Alliance, circoncis par le Saint-Esprit. Amen. Mangez du miel doux. C'est vraiment bon. Lorsqu'il dit que: ¬ęOui, fr√®re, je crois dans la gu√©rison.¬Ľ
Gr√Ęce √©tonnante, quel doux son,
Qui sauva un malheureux comme moi.
J'étais perdu autrefois, mais maintenant je suis retrouvé.
J'étais aveugle, maintenant je vois. (Amen.)

38    Quand j'avais l'habitude d'√™tre conduit par les bras, portant de grandes et √©normes lunettes comme cela, et pouvais √† peine voir o√Ļ j'allais, et maintenant, j'ai un t√©moignage. Parce que j'ai r√©alis√© ma position en Christ J√©sus. Il fit une alliance et je la re√ßus et je crus en Lui. Et aujourd'hui, c'est du doux miel de manger cela. Racontez-le aux autres. Maintenant, remarquez de nouveau, rapidement. Nous descendrons l√†... Ensuite, lorsque le rocher fut frapp√©... C'est un tr√®s beau type. Ces gens p√©rissaient et mouraient. Et cela √©tait un type de ¬ęDieu aima tellement le monde qu'Il donna Son Fils unique engendr√©, pour que quiconque croit en Lui ne p√©risse pas mais qu'il ait la Vie √©ternelle.¬Ľ

39    Au milieu d'un peuple p√©rissant, mourant, une nation qui p√©rissait, mourante, Dieu aima tellement l'indigne. Regardez combien indignes ils √©taient. Et Dieu aima tellement... Oh! si ce n'√©tait pas pour l'Amour de Dieu, Il d√©truirait le monde entier ce soir mais Il ne peut pas le faire. Son amour ne Lui laissera pas faire cela. Ainsi: ¬ęIl aima tellement le monde qu'Il donna Son Fils unique engendr√© pour que quiconque croit en Lui ne p√©risse pas, mais puisse boire librement les eaux de la vie. Quiconque le veut pourra venir.¬Ľ Juste assez! Un g√©n√©reux d√©versement des b√©n√©dictions! ¬ęCelui qui croit en Moi...¬Ľ En d'autres termes, prenant cela comme ceci: ¬ęCelui qui croit en Moi aura une √©norme et grande source jaillissante l√† au milieu de son √Ęme, bouillonnant dans la Vie √©ternelle.¬Ľ
    Oh! quelle merveilleuse chose!

40    Remarquez que Dieu prit tous les jugements de la mort. La mort que je devais mourir, l'enfer o√Ļ je devais aller. Dieu avec Ses jugements de la mort et de la maladie, Christ Le rencontra dans la br√®che, suspendu entre les cieux et la terre. Et Dieu frappa sur Lui l'iniquit√© de nous tous. L√†, le jugement fut frapp√©. Et ce soir, cet enseigne de la Croix, un bandeau sur les yeux pour le monde, mais pour ceux qui sont en marche avec la Croix allant devant eux, les jugements sont pay√©s.
Regarde et vis, mon frère, vis.
Regarde à Jésus, maintenant, et vis.
Car cela est enregistré dans Sa Parole, alléluia.
C'est seulement afin que nous regardions et vivions.

41    Si vous √™tes malade, regardez et vivez. Si vous √™tes d√©courag√©, regardez et vivez. Si vous √™tes las, regardez et vivez. Si vous √™tes mort dans le p√©ch√© et les transgressions, regardez et vivez. C'est tout car la Croix marche devant nous. Dieu met cette enseigne devant nous, la Croix, r√©alisant qu'au travers de cela vient... Juste comme le serpent; ce n'√©tait pas le b√Ęton, c'√©tait le serpent repr√©sent√© l√†-dessus qui fit l'expiation. Et ce n'√©tait pas une croix en bois que nous mettons sur les √©paules. C'est le Saint-Esprit qui est enroul√© sur ce--ce grand signe l√†-bas, l'enseigne sur le Calvaire, lorsque la vie du Saint-Esprit qui √©tait en Christ sortit de Lui. Elle alla √† ¬ęquiconque veut venir¬Ľ en partant de la Croix. Et la Croix est le signe de Dieu devant nous, ce soir, pour suivre J√©sus. Oh! la la!

42    Je pense √† Dieu, debout l√† sur le rocher. Dieu √©tait ce rocher-l√† et la verge de jugement de Mo√Įse. Le jugement! Le jugement de Dieu frappa Christ, mourant √† notre place: l'innocent pour le coupable. Et de Lui sortit la cellule de sang. Et le Sang qui donne la vie coula pour que nous puissions √™tre sauv√©s. Il descendit sur Son front et autres pour notre iniquit√©, pour notre paix et tout ce qui √©tait sur Lui. Il √©tait l√† comme un malfaiteur saignant, suspendu l√† entre le ciel et la terre. Se tenant debout o√Ļ un Dieu Saint, regardant en bas, ne pouvait plus voir le p√©cheur car Il regardait √† travers ce jugement qui avait √©t√© pay√© l√†-bas, le prix tout supr√™me. Oh! j'esp√®re que vous voyez cela, mon ami en Christ.

43    Il regardait l√†-bas. Voil√† cela. De ce fait, en ce qui concerne Dieu, cela est fini. Le prix est pay√©. Vous √™tes libres. C'est ce qui ne va pas avec les gens, ce soir. Ils ne savent pas qu'ils sont libres. Il n'y a pas longtemps ici, un vieux fermier avait un--avait un champ de ma√Įs. Les corbeaux continuaient √† venir d√©vorer son ma√Įs. Donc, il mit un pi√®ge et en attrapa un. Il dit: ¬ęJe m'occuperai du reste d'entre eux.¬Ľ Il lia celui-ci par sa patte et l'attacha √† la cl√īture. Et, ce pauvre vieux corbeau clopinait et sautait, et clopinait et sautait et il ne pouvait pas s'enfuir parce qu'il √©tait attach√©. Il √©tait affam√©, et mangeait tout ce qui √©tait autour de lui qu'il pouvait atteindre. Il √©tait affam√© √† en mourir. Il en eut tellement qu'il pouvait √† peine voler ou sautiller.

44    Tous les autres corbeaux s'approch√®rent et criaient √† tue-t√™te: ¬ęVoyons donc, Johnny Corbeau! Allons au sud. L'hiver arrive. Tu mourras en restant assis l√†. Allons-y, Johnny Corbeau.¬Ľ
    Il dit: ¬ęJe ne peux pas. Je suis li√©.¬Ľ
    Un jour, un homme bon vint √† passer et dit: ¬ęCe pauvre vieux corbeau! Regardez-le en train de clopiner l√† autour. Il devient faible.¬Ľ Ainsi, il attrapa le vieil oiseau, le caressa un petit peu, enleva la--la corde de sa patte comme cela, le lib√©ra et dit: ¬ęTr√®s bien, vieux gar√ßon, vas-y.¬Ľ
    Il s'√©loigna. Et, le vieux corbeau continuait juste √† marcher autour du m√™me cercle--du m√™me cercle. Voyez? Il √©tait d√©li√© et ne le savait pas.
    Les autres corbeaux s'approch√®rent et dirent: ¬ęVoyons, Johnny Corbeau. Allons au sud. La saison de l'hiver arrive.¬Ľ
    Il dit: ¬ęJe ne peux pas. Je suis toujours li√©.¬Ľ

45    C'est ainsi qu'il en est avec des hommes et des femmes, ce soir, qui ne connaissent pas leur position en Christ J√©sus. Le diable vous a peut-√™tre li√© avec la tuberculose; il vous a peut-√™tre li√© avec un cancer; il vous a peut-√™tre li√© √† beaucoup de choses; mais Christ, l'Homme bon, a support√© votre jugement, maintenant, et vous a lib√©r√© ce soir. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire. ‚Äď N.D.√Č.] Que Dieu b√©nisse votre coeur. Vous pouvez vous lever dans la puissance du Saint-Esprit. N'allons pas au sud, mais allons vers la Gloire. Notre Roi a la grande arm√©e du Dieu vivant. Nous sommes libres. Ne pouvez-vous pas entendre les autres dire: ¬ęAllons donc.¬Ľ
    J'√©tais une fois li√© par une cha√ģne de p√©ch√©, mais ce soir, j'ai √©t√© lib√©r√© par J√©sus-Christ. Amen.

46    Le jugement. Bien s√Ľr que Christ prit notre jugement, l'innocent pour le coupable. Il fut fait p√©ch√© pour que nous ne puissions pas √™tre des p√©cheurs. Il fut fait... porta notre maladie pour que nous n'ayons pas √† la porter. Il porta nos peines pour que nous n'ayons plus de peine, ¬ęcomme les autres qui n'ont pas d'espoir.¬Ľ dit l'√Čcriture. Il fut... tout ce dont nous avons besoin fut bien en Lui. Croyez-vous cela? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ ‚Äď N.D.√Č.] Certainement. Croyez-vous cela pour votre trouble cardiaque, vous la dame assise l√†-bas? Le croyez-vous pour cet √©tat cardiaque? Acceptez-vous r√©ellement cela, maintenant, de tout votre coeur? Alors, Il porta votre trouble cardiaque, vous ne l'avez plus maintenant. Amen. Si vous le croyez, vous pouvez l'avoir. All√©luia! Oui, monsieur.

47    ¬ęIl fut bless√© pour nos transgressions, bris√© pour notre iniquit√©, le ch√Ętiment qui nous donne la paix est tomb√© sur Lui, et c'est par Ses meurtrissures que nous √©tions gu√©ris.¬Ľ Apr√®s qu'Il... que ce rocher f√Ľt frapp√©, Dieu dit √† Mo√Įse, Il dit: ¬ęContinue, Mo√Įse. La seule chose que tu dois faire maintenant est de parler √† ce rocher d√©sormais. Chaque fois que tu as besoin de l'eau, parle-lui. Tu ne dois plus le frapper. Tu ne dois pas frapper sur lui tout le long de la nuit. Tu ne dois pas t'inqui√©ter, supplier, prier, je√Ľner et continuer. Parle juste au rocher.(All√©luia!) Et, il donnera de ses eaux. (Amen.) Parle au rocher, et il donnera de ses eaux.¬Ľ
    Je vous dis, une fois, il y avait une femme avec une perte de sang, et tout ce qu'elle avait fut perdu. Elle ne pouvait pas √™tre gu√©rie par n'importe quel docteur.
    Et, elle descendit le long de la rive, un jour, et elle vit ce Rocher spirituel en train de rouler par l√† et elle parla au rocher. Juste comme l'a fait cette femme ici, il y a juste quelques minutes--avait parl√© au Rocher et du Rocher sortirent les eaux de la gu√©rison. All√©luia!

48    Il y avait un petit vieil homme nomm√© Ja√Įrus qui aimait r√©ellement le Seigneur, mais il √©tait un adorateur en secret. Et un jour, sa petite jeune fille mourut. Tous les espoirs √©taient partis, mais il parla au Rocher, et non seulement le Rocher donna de l'eau, mais aussi la Vie. Les eaux de Vie, librement. [Fr√®re Branham frappe sur la chaire cinq fois. ‚Äď N.D.√Č.] Une autre femme du nom de Marthe et Marie, elles L'aimaient. Et Il √©tait parti de leur maison. Et leur fr√®re √©tait mort et en train de pourrir, l√† dehors dans la tombe. Un jour, elles entendirent que le Rocher venait, roulant dans la ville. Et Marthe avait √©t√© tr√®s pr√©occup√©e √† Lui pr√©parer de bons d√ģners, et des choses, et peut-√™tre ne faisait pas au... beaucoup d'attention au spirituel, mais dans son coeur, elle croyait cela. Car elle montra, ensuite, ce qu'elle √©tait. Elle sortit en courant et s'agenouilla sur ses genoux et elle parla au Rocher. Et le Rocher, en retour, parla depuis l'√Čternit√© et ressuscita de sa tombe un homme mort. All√©luia!

49    Lorsqu'un groupe de gens sortit sur une petite vieille barque, une nuit, et cela √©tait en train de sauter tout autour comme un bouchon de bouteille, sautant d'endroit en endroit, tous les espoirs qu'ils seraient jamais sauv√©s √©taient partis. Et, il arriva qu'ils r√©alis√®rent qu'il y avait le Rocher, qui √©tait couch√© √† la proue de la barque. Ils parl√®rent, au Rocher, au sujet de leurs difficult√©s et cela se calma, et les vents crois√®rent leurs bras et all√®rent dans les crevasses. All√©luia! Et la mer, qui √©tait en remous, se calma comme une m√®re qui chante une berceuse √† son b√©b√©. Elle... ils parl√®rent au Rocher et le Rocher apporta la--la substance qu'ils r√©clam√®rent. Lui parlez-vous, maintenant? Pouvez-vous Lui parler de votre--votre ennui thoracique, √©tant assis l√†? Vous croyez que Dieu vous a gu√©ri? Vous vous √™tes juste fait comprendre en Lui parlant, n'est-ce pas? N'aviez-vous pas dit: ¬ęSeigneur, gu√©ris-moi.¬Ľ? Vous Lui avez parl√© et votre trouble thoracique est parti maintenant. ¬ęParle au Rocher. Il fera sortir de Ses eaux.¬Ľ [Fr√®re Branham frappe plusieurs fois. ‚Äď N.D.√Č.] All√©luia!

50    Mo√Įse, lorsque son temps fut venu et que tout e√Ľt √©chou√©, Dieu dit: ¬ęMonte.¬Ľ Et il gravit au sommet du Mont Nebo pour parcourir des yeux la terre promise. L√†, la mort vint en tourbillonnant dans l'air. Il sut que la mort fut tout autour de lui. Et Mo√Įse regarda autour de lui. Et, il regarda, couch√© l√†, √† c√īt√© de lui, et l√† se trouvait le Rocher. Il monta sur le Rocher. Il l'avait suivi tout le long du chemin √† travers le d√©sert, ou Il l'avait suivi. Il descendit sur le Rocher et Dieu envoya des personnes qui aident √† porter un cercueil, des Anges, et l'emport√®rent au loin du Rocher. All√©luia! Ce Rocher l'avait nourri quand il eut faim. Il lui donna de l'eau quand il eut soif, et l'avait amen√© √† la maison dans la gloire quand il mourait.

51    Ce soir, ma pri√®re est: ¬ęSeigneur J√©sus, tire-moi au-dessus de cet √©l√©ment ici, jusqu'√† ce que je puisse Te parler. Pour qu'un jour, lorsque je descendrai √† travers la vall√©e de l'ombre de la mort, je m'attende √† voir le Rocher se tenir l√†.¬Ľ All√©luia! ¬ęGarde-moi en bons termes avec Lui. Je veux, moi-m√™me, Lui parler.¬Ľ Vous avez besoin de Lui parler. Il est ici, ce soir, et Il parle √† chacun de vous si vous voulez Lui parler. Croyez-vous cela? [L'Assembl√©e dit: ¬ęAmen.¬Ľ ‚Äď N.D.√Č.] Car ce dont jamais vous avez besoin, vous avez besoin, mettons-nous debout √† cet instant, maintenant. Oh! la la! Oh! je sens comme si vous avez mis cette √©glise-ci sur mes √©paules. Je peux m'√©loigner avec elle. Quoi? Le Rocher, Christ J√©sus est ici.

52    Oh! je ne suis pas excit√©. Je sais exactement o√Ļ je me tiens. Je sais exactement ce dont je parle. Oh! si je pouvais seulement exprimer mes sentiments. Si je pouvais seulement dire √† cette audience ce que cela signifie r√©ellement d'√™tre assis sous l'action de ce Rocher-ci, Christ J√©sus! Il a d√©j√† pay√© votre jugement, port√© votre maladie, pris votre peine et r√©gl√© la question devant Dieu. Avez-vous peur de mettre votre confiance sur Lui?
    Vous ne devez pas √™tre jug√©. Vous ne devez pas penser que vous √™tes digne: vous ne serez jamais digne. Mais, Christ fut digne √† votre place. Cela paya le prix. Pas essayant de racheter quelque chose, vous ne pouvez pas racheter cela parce que vous n'avez pas d'argent pour le faire. Mais, Dieu avait l'argent et Il envoya Christ et r√©gla la facture, et vous racheta de votre maladie, de vos peines, de votre tracas, de votre p√©ch√©, et de votre r√©trogradation. Il envoya l'argent, qui √©tait Christ J√©sus, et le d√©posa sur le Calvaire, sur la colline de Golgotha. Et ce soir, chacun de vous est libre, si seulement vous le croirez.

53    √Ē Christ de Dieu, je Te parle, comme Mo√Įse de l'ancien temps, au nom de ce peuple p√©rissant avec la maladie et avec des difficult√©s. √Ē P√®re √Čternel, depuis les collines √Čternelles, l√®ve Ta T√™te, Seigneur, et re√ßois ce peuple dans Ton royaume, et re√ß... Seigneur, puisse le Saint-Esprit oindre tellement ces gens, ce soir, pour qu'ils ressentent leur alliance. Comme le fit Samson, lorsqu'il ressentit l'alliance des cheveux. Puisse le Saint-Esprit envelopper chaque coeur, ce soir, jusqu'√† ce que les gens r√©alisent que c'est l'alliance que Tu as faite avec eux et qu'ils puissent partir et √™tre libres. Je condamne chaque maladie, chaque mal, chaque p√©ch√©. Je dis, en tant que Ton serviteur, Seigneur, en parole d'humilit√© √† Toi, mais en une r√©primande violente devant le diable: ¬ęSatan, tu as perdu la bataille. Tu dois aussi bien renoncer. Dans le Nom de J√©sus-Christ, sors de chaque personne qui est ici dedans, pour qu'ils puissent √™tre rendus libres.¬Ľ Amen.
EN HAUT