ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication QUE VOTRE LUMIERE LUISE AINSI DEVANT LES HOMMES (LE PANNEAU PUBLICITAIRE DE DIEU) de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 61-0903 La durĂ©e est de: 1 hour and 4 minutes .pdf La traduction SHP
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

QUE VOTRE LUMIERE LUISE AINSI DEVANT LES HOMMES (LE PANNEAU PUBLICITAIRE DE DIEU)

1.         C'est juste une surprise aussi bien pour vous que pour moi. Je suis venu... Je dois confesser que j'ai agi comme un hypocrite. Je suis arrivĂ© un tout petit peu en retard. Je me disais: «Quand j'arriverai lĂ -bas, FrĂšre Neville sera en train de prĂȘcher; ainsi, il ne me dira rien. Il va simplement continuer.» Quand je suis arrivĂ© Ă  la porte, Billy m'a dit, il a dit : «FrĂšre Neville prĂȘche dĂ©jĂ . Tu arrives juste Ă  l'heure.»

            Et j'ai dit : «C'est bien.»

            Je suis entrĂ©, et il a dit : «Je n'ai pas encore commencĂ© Ă  prĂȘcher; j'attendais un peu.»

            Ainsi, je me suis dit : «Eh bien, peut-ĂȘtre que moi...» J'ai dit : «Je sais qu'il - ce que c'est que prĂȘcher deux ou trois fois par jour.» Cela vous Ă©puise un peu (nous le savons), surtout lorsqu'on est jeune comme nous, vous savez. Avec ces jeunes gens, ça - ça ne dure pas. Ainsi, nous sommes en quelque sorte unis comme des frĂšres, et nous nous serrons les coudes avec bienveillance, unis de cƓur, et avec une mĂȘme pensĂ©e; de cette maniĂšre, nous pouvons travailler ensemble pour le Royaume de Dieu.

            Et nous aimons votre compagnie. C'est - c'est une grande chose. Ainsi, je venais de demander au Seigneur de me donner un petit texte ici ou autre chose, pour en quelque sorte servir de point de dĂ©part. Je ne sais pas encore ce que je vais dire, mais commençons simplement, et alors oĂč qu'Il nous conduise...

2.         Il est vrai que nous sommes... J'Ă©tais censĂ© commencer une sĂ©rie de rĂ©unions de six jours Ă  Fairbanks, en Alaska, le quinze, commencer le quinze. Mais, je ne pense pas pouvoir m'y rendre pour le moment, car j'ai un autre rendez-vous auquel je vais rĂ©pondre lĂ  en Colombie-Britannique. Ainsi, je - je ne pense pas pouvoir me rendre pour le moment Ă  ... Ils veulent organiser un chapitre des Hommes d'Affaires - des Hommes d'Affaires ChrĂ©tiens.

            Je sollicite et dĂ©sire certainement vos priĂšres pour les prochaines rĂ©unions que nous essayons de prĂ©parer maintenant. Et, il y a quelques jours, j'ai reçu une invitation de - pour quelque chose qui me semblait bon. Et je ne sais pas si le Seigneur est lĂ -dedans ou non. Il me faudra tout simplement attendre pour le savoir.

            Les hommes d'affaires voulaient que j'aille Ă  Phoenix en janvier, que je passe une soirĂ©e dans chaque Ă©glise, dans toute la ville de Phoenix, et qu'on tienne par la suite une convention. Ça me semblait trĂšs intĂ©ressant, parce que cela me donnerait l'occasion de parler aux Ă©glises et Ă  tous les ministres.

3.         GĂ©nĂ©ralement, les gens pensent - de moi - que - que je suis contre les hommes qui sont dans les organisations, du fait que je rĂ©primande beaucoup les organisations. Je ne suis pas du tout contre, je suis pour les hommes.

            C'est exactement comme si je voyais un homme descendre cette riviĂšre dans une barque et que cette barque avait partout des infiltrations. Alors, moi sachant cela, sachant donc que cette barque ne pourrait jamais traverser ces petites vagues lĂ , je crierais et je m'en prendrais de toutes mes forces Ă  cette barque, mais pas Ă  l'homme qui est dans la barque.

            Je m'en prends Ă  la barque. Je sais que la barque ne s'en sortira pas. Et je sais que l'organisation ne s'en sortira pas. Mais je sais que l'homme qui est dedans s'en sortira, si seulement il veut sortir. Voyez?

4.         Et c'est comme si vous aviez une vieille voiture et que vous montiez une colline et que moi, je savais, au moment oĂč vous avez entamĂ© la descente sur l'autre flanc, que vous n'aviez pas de freins. Je ne m'en prendrais pas Ă  l'homme et ne crierais pas contre lui. Ce n'est pas lui, c'est la voiture Ă  bord de laquelle il se trouve. Il va se causer du tort. Et c'est ce qu'il en est des organisations. Je pense que les gens qui s'accrochent Ă  ces organisations comme si c'Ă©tait Ă  Dieu Lui-mĂȘme, et qui renoncent Ă  la Parole de Dieu juste pour prendre l'organisation...

            Eh bien, quand ils font cela, je crains qu'ils commettent une erreur fatale. Et ce n'est pas que j'aie quoi que ce soit contre l'individu, c'est plutĂŽt contre la barque dans laquelle il navigue (vous voyez?); je suis sĂ»r qu'elle n'y arrivera pas.

            L'organisation n'y arrivera jamais, mais Christ y arrivera. Donc sortez simplement de - de cette barque de l'organisation, qui Ă  des infiltrations, pour entrer dans le Bateau sĂ»r de Sion, le vieux Bateau qui n'a jamais manquĂ© d'accoster Ă  temps, Christ. Et c'est... je pense que ça me donnerait l'occasion de parler Ă  ces hommes.

5.         Bien, je pensais que peut-ĂȘtre ce soir, ce serait une soirĂ©e consacrĂ©e Ă  la communion. Et j'apprends qu'on a tenu un service de baptĂȘme et qu'on va en tenir un autre. J'aime venir pour - pour la communion. La fois passĂ©e, j'ai manquĂ© cela pour n'avoir pas Ă©tĂ© ici. J'ai manquĂ© cela. Et je savais que ceci est le premier dimanche, c'est pourquoi j'ai pris des dispositions pour ĂȘtre ici, afin de pouvoir prendre part Ă  la communion ce soir.

            En effet, je pense vraiment que c'est le devoir de tout chrĂ©tien de prendre la communion. La Bible dit : «Si vous ne prenez pas ceci, vous n'avez point de part avec Moi.» Et je crois que c'est un - un moment d'Ă©preuve pour les ChrĂ©tiens. Si nous ne la prenons pas, nous n'avons point de part avec Lui. Et si nous la prenons indignement, nous sommes alors coupables envers le Corps et la mort de Christ.

            Ainsi, cela amĂšne le chrĂ©tien au point oĂč il reste en priĂšre. Ainsi, en venant Ă  la communion, on devrait venir avec rĂ©vĂ©rence, solennitĂ© et saintetĂ©, s'en approcher en confessant toutes nos fautes, en priant les uns pour les autres. Pas seulement cela, mais nous devrions sentir... S'il y a parmi nous un frĂšre ou une soeur que nous pensons ĂȘtre un tout petit peu sorti de la ligne quelque part, la nuit de la communion, nos cƓurs devraient avoir un fardeau pour cette personne, surtout pour les rencontrer, afin qu'ils soient en mesure de s'approcher pour prendre la communion et ne pas ĂȘtre condamnĂ©s avec le monde, car ce sont nos frĂšres et sƓurs.

6.         Bien, ces quelques derniĂšres semaines, deux ou trois - deux semaines, presque trois, je n'ai pas beaucoup prĂȘchĂ©. Je me suis tout simplement reposĂ©. En effet, c'est pour moi plutĂŽt un temps de repos avant la - la grande campagne.

            Et j'entendais FrĂšre Neville parler de ces prĂ©dictions faites par les politiciens et les hommes qui connaissent vraiment ces choses, au sujet d'une guerre atomique imminente qui durerait de dĂ©cembre Ă  janvier. Eh bien, tout simplement cela - cela a tout simplement une bonne part de vĂ©ritĂ©. Ils pourraient la dĂ©clarer, puis la commencer, et alors quelques bombes et cela va en finir avec tout.

            Donc la nation ne survivra pas Ă  une guerre atomique. On ne le pourra pas. Mais cela n'effraye pas le chrĂ©tien, ou cela ne devrait pas effrayer le ChrĂ©tien. Nous devrions ĂȘtre prĂȘts Ă  chaque instant, attendant la venue de notre Seigneur.

7.         Et oh! bien des fois, je vois ces... Ceci n'est pas enregistrĂ©, ici on est simplement Ă  la maison. Il n'y a pas de bande; ainsi, on est pas tenu de faire attention Ă  ce que l'on dit, comme quoi cela parviendra Ă  quelqu'un d'autre ou autre chose. Il n'y a que les gens de la maison.

            Je vais vous dire ce que je faisais. Je suis allĂ© chasser l'Ă©cureuil. Et, mais ça n'a vraiment pas bien marchĂ©. Il n'y a pas beaucoup d'Ă©cureuils. Et je m'en vais maintenant en Alaska chasser le mouton.

            Et certaines personnes pourraient peut-ĂȘtre... Beaucoup de personnes - vous ne pouvez pas dire ça sur bande ou quelque chose de ce genre, parce qu'il y a bien des gens qui ne croient pas du tout Ă  la chasse. Et pourtant, j'ai toujours remarquĂ© que ce sont ceux qui ne croient pas Ă  la chasse qui, lorsqu'on leur apporte un morceau de viande, en sont trĂšs contents. Vous voyez?

8.         Et c'est comme une dame qui m'a parlĂ© une fois, disant: «FrĂšre Branham, voulez-vous me dire que - que vous chassez le lapin?»

            J'ai rĂ©pondu : «Oui, madame.» Maintenant, je ne parle pas contre cette prĂ©cieuse Ăąme. Elle est dĂ©jĂ  partie.

            Et elle a dit : «Oh! c'est ridicule. Vous ne devriez pas tirer sur ces lapins.» Ainsi Ă  ce moment lĂ , ce n'Ă©tait pas - la saison de la chasse n'Ă©tait pas encore passĂ©e que cette mĂȘme dame me dit: «Voudriez-vous m'apporter quelques-uns de ces lapins?» Elle ajouta: «De tout ce que j'aie jamais mangĂ©, c'est ce qu'il y a de meilleur.»

            J'ai rĂ©pondu : «Eh bien, je pense que c'est ce que j'appelle la culture.» Voyez?

            Et quelqu'un m'a demandĂ© : «Que voulez-vous dire?»

            J'ai dit : «Cette dame a de la culture.» J'ai dit : «Une personne cultivĂ©e, c'est celle qui n'a pas assez de courage pour tuer un lapin, mais qui en mange aprĂšs que quelqu'un d'autre l'a tuĂ©.» Ainsi, je pense que c'est ça que - c'est ça que vous appelez la culture.

9.         Oh! je suis... Je ne... Je suis un partisan de la protection de l'environnement. Je ne crois pas du tout Ă  la tuerie et au gaspillage. J'apprends Ă  mes garçons, ceux qui chassent avec moi, Ă  ne rien abattre Ă  moins d'ĂȘtre dĂ©terminĂ© Ă  manger cela. Voyez? Laissez cela tranquille. Ne tirez pas sur un oiseau juste comme sur une cible. Voyez-vous, ce n'est pas correct. Cherchez-vous une cible, placez-la quelque part et tirez dessus.

            [Espace vide sur la bande - Ed.]... mis ici dans ce but. Et gaspiller cela, c'est tout comme gaspiller quoi que ce soit d'autre. Ce n'est pas correct de faire ça, tirer sur des animaux comme - comme des cibles.

10.       Lorsque je me rends dans les montagnes, mes amis, ce n'est pas tellement pour la - pour chasser que je vais lĂ . Je vais lĂ  pour ĂȘtre seul avec Dieu. Si l'on remarque bien, les plus grandes expĂ©riences que j'ai eues, c'est quand je suis lĂ  Ă  la chasse, au moment oĂč je rencontre Dieu. De toutes mes expĂ©riences, je n'en ai jamais fait une comme celle que j'ai eue l'autre matin, juste ici, quand j'allais chasser l'Ă©cureuil.

            J'ai vu beaucoup de choses dans ma vie, des signes et des miracles et ainsi de suite. Mais cela m'a marquĂ© plus que tout ce que j'ai dĂ©jĂ  expĂ©rimentĂ© jusqu'ici.

            Maintenant, imaginez-vous un peu, juste vers le lever du jour, alors qu'il pleuvait et que le ciel Ă©tait tout couvert de nuages Ă©pais, je vis trois arcs-en-ciel qui se tenaient devant moi, s'Ă©levant de - sous forme de bol sur une colline, ils Ă©taient lĂ , s'Ă©levant lĂ , s'Ă©levant de plus en plus, et on en Ă©tait si engourdi qu'on pouvait Ă  peine parler. Puis, je m'en suis approchĂ© et je L'ai entendu parler pour confirmer le Message mĂȘme que l'on prĂȘche, comme Ă©tant la VĂ©ritĂ©. Voyez?

11.       Il a dit : «JĂ©sus du Nouveau Testament est JĂ©hovah de l'Ancien Testament. Il a simplement changĂ© Son voile.» Eh bien, je me suis mis Ă  Ă©tudier cela. J'ai dĂ©couvert que ce mĂȘme mot utilisĂ© lĂ  oĂč Il changea d'aspect, en Grec, il signifiait effectivement qu'Il a changĂ© Son masque, pas exactement Son voile, mais Son masque. A un moment donnĂ©, Il fut transformĂ©. Voyez? Ça veut dire qu'Il avait changĂ© Sa maniĂšre. Il Ă©tait JĂ©hovah-Dieu. Et JĂ©hovah-Dieu passa de la forme de l'Esprit pour devenir un Homme. Il est le mĂȘme JĂ©hovah-Dieu. Qui Ă©tait le PĂšre, et voici le Fils, Qui est la mĂȘme Personne.

            Et comment... Il m'a donc donnĂ© quelque chose Ă  dire. Si le Seigneur le veut, je compte ĂȘtre sous le mĂȘme arbre le matin, vers le lever du jour.

            Et je suis... J'espĂšre qu'Il m'apparaĂźtra de nouveau. Je - je devrais - espĂšre qu'Il le fera, afin que je sache quoi faire. J'ai un fardeau sur le cƓur pour les gens. Comme je vois l'heure approcher et sachant que les gens ne sont pas prĂȘts, ainsi que beaucoup de nos bien-aimĂ©s, je ne sais quoi faire ni quoi dire. Et je monte pour voir ce qu'Il me dira.

12.       Donc, soyez en priĂšre pour moi. Je pars donc demain aprĂšs-midi ou mardi matin. Un frĂšre, ici prĂ©sent dans l'Ă©glise et moi partons pour la Colombie Britannique. Et je pars avec un - un groupe de ministres pentecĂŽtistes qui a parrainĂ© le voyage; ça ne me coĂ»te pas un seul centime. Et ils ont parrainĂ© le voyage et ont trouvĂ© un guide, et ce guide est un frĂšre pentecĂŽtiste rempli du Saint-Esprit.

            Et aussi, j'ai quelques personnes Ă  baptiser au Nom de notre Seigneur JĂ©sus-Christ, des trappeurs et - et le reste, lorsque je serai lĂ -bas, des trappeurs norvĂ©giens et ainsi de suite, que le... Ils ont vu la LumiĂšre grĂące Ă  ces bandes qui ont Ă©tĂ© envoyĂ©es, et ils veulent que je les baptise au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Et le prĂ©sident de l'Association MinistĂ©rielle de la Colombie Britannique, je dois le rencontrer le soir du samedi prochain au Pine Lodge, Ă  Dawson Creek, en Colombie Britannique, et il dĂ©sire ardemment ĂȘtre baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Donc, vous voyez, mes amis, que ce n'est pas uniquement pour la chasse. Je dĂ©sire baptiser ce guide et chaque prĂ©dicateur qui viendra cette fois avec moi, au Nom de JĂ©sus-Christ. Donc priez pour moi. Voyez? Je sais que c'est vrai. Cela crĂ©e dans mon cƓur la faim et la soif de voir Dieu.

13.       Maintenant, avant de nous approcher de la Parole, et je ne prendrai pas trop de votre temps, je vais juste enseigner un petit peu en partant d'un passage des Ecritures, jusqu'Ă  ce que nous atteignions un niveau oĂč nous pouvons entrer dans la priĂšre et avoir... Je crois que quelqu'un est debout et... Je - je suis... Pardonnez-moi. Est-ce que quelqu'un qui est un peu plus prĂšs a dit...? Je n'ai pas bien entendu ce que le frĂšre... Consacrer son bĂ©bĂ©? Certainement, mon frĂšre. Oui, monsieur. Amenez votre bĂ©bĂ©. Nous serons heureux de le faire.

            Et maintenant, je - je crois en ceci. Maintenant, afin de pouvoir expliquer cela aux gens avant qu'ils ne viennent Ă ... Est-ce que FrĂšre Teddy... [Espace vide sur la bande - Ed.] TrĂšs bien. S'il veut bien venir au piano pour nous.

14.       Maintenant, bien des gens aspergent ces petits bĂ©bĂ©s. Et ils appellent ça le baptĂȘme des enfants. Maintenant, si votre Ă©glise fait cela, ce - c'est trĂšs bien. Mais vous voyez, s'ils le font, c'est une ordonnance de l'Ă©glise. Ce n'est pas dans l'Ecriture. Les Ecritures ne soutiennent pas le baptĂȘme ni l'asper... Les Ecritures ne soutiennent aucunement l'aspersion. Personne n'a jamais Ă©tĂ© aspergĂ© dans la Bible. Ils Ă©taient... Tout le monde Ă©tait baptisĂ© par immersion au Nom de JĂ©sus-Christ.

            Maintenant, dans la Bible, les bĂ©bĂ©s ont Ă©tĂ© plutĂŽt amenĂ©s et consacrĂ©s au Seigneur. On a amenĂ© les petits enfants et on les a consacrĂ©s au Seigneur, on les a remis entre les mains du Seigneur JĂ©sus.

15.       C'est trĂšs bien, soeur. Amenez votre enfant. Et tous les autres qui ont leurs enfants ici et qui dĂ©sirent qu'on les consacre, eh bien! nous serons heureux de le faire, de tenir un service de consĂ©cration pour nos petits bĂ©bĂ©s.

            Maintenant, JĂ©sus, dans les Ecritures, le... Maintenant, dans cette Ă©glise-ci, nous avons un mĂ©lange de toutes sortes d'organisations: certains sont protestants, d'autres sont catholiques, et il y a mĂȘme des juifs qui viennent ici, des Juifs orthodoxes. C'est pourquoi nous nous disons absolument interdenominationnels.

            Et maintenant, afin que vous le sachiez, dans - dans cette Ă©glise, nous essayons d'ĂȘtre une Ă©glise Scripturaire, qui s'en tient juste Ă  la Bible. Tout ce qui est dit Ă  n'importe quel endroit dans la Bible, nous suivons cela exactement tel quel.

16.       Maintenant, l'Ă©glise primitive, tous les ChrĂ©tiens et vous les ministres, vous admettrez que ceci correspond Ă  l'histoire de l'Ă©glise primitive. Nous savons tous cela. C'est exactement ce qui se faisait.

            DerniĂšrement, je parlais Ă  un prĂȘtre (un prĂȘtre Catholique qui habite ici, sur cette avenue). Et il m'a dit : «Monsieur Branham, a-t-il dit, ĂȘtes-vous un non-catholique ou un protestant?»

            J'ai rĂ©pondu : «Un protestant.»

            Il a dit : «Alors, vous protestez contre nous.»

            J'ai dit : «Non, monsieur. Je ne proteste - proteste pas contre les gens, c'est contre la - l'Ă©glise, contre la doctrine de l'Ă©glise.»

            Il a dit : «Etes-vous... Alors vous considĂ©rez-vous comme baptiste ou comme presbytĂ©rien?»

            J'ai rĂ©pondu : «Non, monsieur, juste un chrĂ©tien.»

            Alors il a dit : «Bien, d'oĂč tirez-vous le fondement de votre doctrine? Pour ĂȘtre ChrĂ©tien, vous devez avoir une base pour Ă©tablir votre doctrine.»

            J'ai dit : «C'est vrai.» J'ai dit : «C'est la Bible.»

            «Eh bien, a-t-il dit, c'est l'histoire de l'Ă©glise catholique.»

            Et j'ai dit : «Eh bien, est-ce que... les apĂŽtres Ă©taient catholiques?»

            Il a rĂ©pondu : «Oui, monsieur.»

            J'ai dit : «TrĂšs bien. Je vais admettre cela comme Ă©tant vrai.» Il... J'ai dit : «Alors, pourquoi ne vous en tenez-vous pas aussi aux Ecritures?»

            Il a rĂ©pondu : «Vous voyez, Christ a donnĂ© Ă  l'Eglise le pouvoir de changer les Ecritures Ă  n'importe quel moment qu'elle le dĂ©sire.»

            «Eh bien, ai-je dit, vous avez donc changĂ© cela pour obtenir ce que vous avez aujourd'hui?»

            Il a dit : «Oui, monsieur.»

            J'ai dit : «Je dĂ©sire alors demander quelque chose : Alors Christ doit ĂȘtre mĂ©content de cela, parce qu'Il a rĂ©pandu le Saint-Esprit sur l'Eglise primitive. Ils ont guĂ©ri les malades, ressuscitĂ© les morts, chassĂ© les dĂ©mons, et ont accompli de grands et puissants miracles, en suivant la doctrine de l'Ă©glise catholique primitive, mais on ne voit plus cela dans l'Ă©glise catholique depuis qu'ils ont changĂ© la doctrine.»

17.       Maintenant, retournons et soyons des catholiques du dĂ©but. Retournons et soyons ce que la Bible dit - ce qu'ils Ă©taient. Christ a marchĂ© avec eux. Et c'est la raison pour laquelle, mes amis, nous essayons non pas de condamner une quelconque Ă©glise, les gens qui sont dans les Ă©glises, mais nous essayons de garder les choses telles que la Bible les a dites.

            Maintenant, dans la Bible, jamais un bĂ©bĂ© n'a Ă©tĂ© baptisĂ©. Jamais un bĂ©bĂ© n'a Ă©tĂ© aspergĂ©, nulle part dans la Bible. Mais voici lĂ  oĂč... Dans la Bible, il est dit : «On amena des petits enfants Ă  JĂ©sus afin qu'Il leur imposĂąt les mains et qu'Il les bĂ©nĂźt.» Et Il a dit : «Laissez les petits enfants venir Ă  Moi, ne les en empĂȘchez pas, car le Royaume des Cieux appartient Ă  ceux qui leur ressemblent.» Bien, c'est l'exacte vĂ©ritĂ©.

            Maintenant, voilĂ  pourquoi nous amenons les petits enfants et nous les offrons, des bras de leur mĂšre ou de leur pĂšre, Ă  notre PĂšre CĂ©leste, et les donnons pour qu'ils soient consacrĂ©s.

18.       Maintenant, en toute sincĂ©ritĂ©, j'ai encore deux enfants qui n'ont pas encore Ă©tĂ© baptisĂ©s. En effet, ils ont juste Ă©tĂ© consacrĂ©s. J'ai un bĂ©bĂ© dans la gloire qui a juste Ă©tĂ© consacrĂ©, pas baptisĂ©, car le baptĂȘme, c'est pour la rĂ©mission des pĂ©chĂ©s (vous voyez?), pour montrer que vous vous ĂȘtes repentis. Ce bĂ©bĂ© n'a rien fait pour se repentir. C'est un bĂ©bĂ© qui vient de naĂźtre ici dans ce monde. En venant ici, il n'est capable de rien. Vous voyez, et il n'a pas de pĂ©chĂ©.

            Quand Christ mourut Ă  la croix, Il mourut pour ĂŽter le pĂ©chĂ© du monde. Jusqu'Ă  ce que ce bĂ©bĂ© fasse quelque chose dont il puisse se repentir, le Sang de JĂ©sus-Christ fait expiation. Maintenant, mais la mĂšre comme - et le pĂšre, les parents, ont le droit d'amener ce bĂ©bĂ© pour le remettre entre les mains de Dieu qui le leur a donnĂ©.

19.       Anne, dans le temple, avait fait une promesse. Elle Ă©tait stĂ©rile, elle Ă©tait ĂągĂ©e. Elle n'avait point d'enfants. Elle a priĂ© Ă  l'autel avec une telle sincĂ©ritĂ© que le sacrificateur sortit et la taxa d'ivre. Elle criait et pleurait Ă  l'autel pour que Dieu lui donne un enfant. Et elle a dit: «Dieu, si Tu me donnes un enfant, je le ramĂšnerai en ce lieu pour Te le donner.»

            Vous, mĂšre, c'est de cette façon que vous avez eu votre enfant. C'est Dieu qui vous a donnĂ© votre enfant. C'est juste ainsi qu'Il a donnĂ© Ă  Anne son enfant. Et maintenant, vous ramenez vos enfants au temple ce soir, comme Anne a ramenĂ© le petit Samuel pour - Ă  un service de consĂ©cration.

 Maintenant, nous consacrons et nous confions votre bĂ©bĂ©, par la priĂšre, au Dieu qui vous l'a donnĂ©. Et ma priĂšre est que ces petits garçons et petites filles qui sont ici ce soir, soient, comme Samuel jadis, des prophĂštes et des prophĂ©tesses du Seigneur Ă  Qui vous les remettez.

20.       Maintenant, si l'auditoire veut bien incliner la tĂȘte pendant une minute. TrĂšs tendre et gracieux Dieu, nous nous approchons de Ton trĂŽne de grĂące et de misĂ©ricorde en cette heure, pour la gĂ©nĂ©ration qui viendra aprĂšs que nous serons partis. Ces petits amis qui se tiennent dans leur... portant - portĂ©s - qui sont portĂ©s ce soir dans les bras de leurs mĂšres et de leurs pĂšres. Ils sont la descendance qui constituera la gĂ©nĂ©ration de demain. Pour ĂȘtre sĂ»r qu'ils ont un bon dĂ©but, ces mĂšres et ces pĂšres amĂšnent ces enfants ici pour la consĂ©cration, pour offrir leurs petites vies au Dieu vivant.

            Et PĂšre, le pasteur et moi, nous nous avançons ici et T'offrons ces enfants dans une priĂšre de consĂ©cration. BĂ©nis-les, notre PĂšre. Nous prions que Tu les bĂ©nisses afin qu'ils soient Tes petits serviteurs. Puissent-ils avoir une longue et heureuse vie ici sur terre et voir la venue du Seigneur JĂ©sus. Non seulement cela, mais puissent-ils aussi avoir une vie longue et heureuse, qu'ils soient en bonne santĂ© et qu'ils soient Tes serviteurs.

21.       Puisses-Tu les conduire. Puisses-Tu faire de ces enfants des prĂ©dicateurs, des chanteurs, des Ă©vangĂ©listes, des missionnaires de demain, s'il y a un lendemain. Accorde-le, Seigneur. Nous les consacrons Ă  Toi au mieux de notre connaissance, selon Tes Ecritures que Tu nous a laissĂ©es, la Parole sainte, oĂč il est Ă©crit dans le dernier livre de la Bible que Dieu retranchera du Livre de Vie celui qui En retranchera un mot ou Y ajoutera un mot.

            Nous nous rendons ainsi compte que cette Bible est la Parole sacrĂ©e de Dieu. Et nous ne pouvons ni Y ajouter ni En retrancher une seule chose. Par consĂ©quent, Seigneur, nous La laissons telle que Tu nous La donnes et nous L'enseignes, nous essayons de La vivre par Ta grĂące.

            Maintenant, pendant que nous consacrons ces enfants, comme on en avait jadis amenĂ© Ă  JĂ©sus... S'Il se trouvait ici sur terre, ce soir, sous une forme physique, ces mĂšres et ces pĂšres se prĂ©cipiteraient Ă  Ses pieds et amĂšneraient ces enfants, et Lui leur imposerait les mains et les bĂ©nirait. Ce soir, Seigneur JĂ©sus, Tu es assis Ă  la droite de la majestĂ© Divine dans les lieux trĂšs hauts et nous, nous sommes restĂ©s ici comme Tes serviteurs. Nous leur imposons les mains et nous Te prions de prendre leurs petites vies et de les utiliser pour Ta gloire. Nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

22.       [Ce qui suit, ce sont les priĂšres de consĂ©cration, offertes pour ces enfants Ă  ce moment. On dirait que FrĂšre Branham s'est Ă©loignĂ© du micro et des sĂ©quences de l'enregistrement ne sont pas claires. - Ed.]

            «Faites-les entrer.» Comment s'appelle-t-il? [John...?...] C'est le petit John Meyers, l'enfant pour qui nous avons tous priĂ© l'autre jour. Le voici au milieu de nous ce soir. Inclinons la tĂȘte.

            Seigneur JĂ©sus, nous demandons Ton...?... Seigneur, et Ta bĂ©nĂ©diction ce soir. Prenant des bras de sa mĂšre...?... au PĂšre qui observe, s'attendant Ă  de grandes choses pour cet enfant dans les jours Ă  venir... Je Te prĂ©sente maintenant Seigneur, le petit John Meyers, pour Ton service. Nous le consacrons Ă  Dieu au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse. ...?...

            Elisabeth Collins...?... Je sais, voyez, mais... la petite Elisabeth Collins s'avance vers nous. PĂšre cĂ©leste, fais d'elle une autre petite agnelle. Fais d'elle une servante...?... Seigneur. BĂ©nis-la et bĂ©nis son pĂšre et sa mĂšre dans leur foyer. Et puisse-t-elle ĂȘtre Ă©levĂ©e pour la gloire de Dieu. Accorde-le, Seigneur. Nous Te confions la petite Elisabeth Collins et Te dĂ©dions sa vie, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Que Dieu vous bĂ©nisse.

23.       TrĂšs bien. Comment s'appelle-t-elle? Yvonne Hail? C'est ça...?... Voici la petite...?... mĂšre et les autres sont venus Ă  l'Ă©glise et alors, ils ont reçu le Saint-Esprit et ils ont Ă©tĂ© baptisĂ©s. Inclinons la tĂȘte.

            Notre PĂšre CĂ©leste...?... en encourageant cette jeune mĂšre et ce pĂšre, sa jolie petite fille...?... et les progrĂšs qu'elle a faits. Et je Te demande maintenant de bĂ©nir ces tendres jeunes cƓurs. Nous Te confions cette petite chĂ©rie afin que Tu bĂ©nisses sa petite vie, Seigneur, et puisse-t-elle ĂȘtre Ta servante. BĂ©nis Ă  la fois son pĂšre et sa mĂšre, et puisse-t-elle ĂȘtre toujours Ă©levĂ©e dans un foyer chrĂ©tien, dans la crainte de Dieu. Nous Te la confions et Te la consacrons, au Nom de JĂ©sus-Christ. Que Dieu vous bĂ©nisse...?... Merci. Que Dieu vous bĂ©nisse.

24.       Bonjour, petite fille...?... Veux-tu venir ici juste un instant? ...?... Elle vient juste ici...?... Comment s'appelle-t-elle? ...?... Peut-ĂȘtre qu'elle me laissera la porter...?... petite fille. Inclinons la tĂȘte.

            PĂšre CĂ©leste, nous Te confions cette...?... maintenant avec sa mĂšre...?... et nous prions, PĂšre CĂ©leste, de la bĂ©nir et de faire de sa vie une...?... par obĂ©issance. BĂ©nis son pĂšre et sa mĂšre, et puisse cette enfant ĂȘtre Ă©levĂ©e dans un foyer chrĂ©tien dans la crainte de Dieu. Nous lui imposons les mains et la consacrons Ă  Toi, sa jeune vie, comme une offrande Ă  Toi, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Qu'Il vous bĂ©nisse, chĂ©rie. Qu'Il vous bĂ©nisse ...?...

25.       Comment s'appelle-t-il? John...?... petit frĂšre...?... Inclinons la tĂȘte.

            Notre PĂšre CĂ©leste, alors que nous Te confions ce petit chĂ©ri, encore trop jeune Seigneur, pour savoir ce qui se passe, mais Toi, Tu connais tout, nous prions que Tu bĂ©nisses sa petite vie, Seigneur. BĂ©nis sa famille. Et, Seigneur, puisse ce petit ami mener pour la gloire de Dieu une vie qui soit bonne, longue et heureuse; et si possible, voir la venue du Seigneur JĂ©sus. Accorde-le, Seigneur. Nous Te le consacrons pour Ton service au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen...?... rentrer Ă  la maison...

            Maintenant, observez, la mĂšre regarde trĂšs attentivement - on m'a dit...?... Le petit William...?... vous ĂȘtes un gentil petit ami, un brillant et jeune petit ami. Inclinons la tĂȘte.

            Seigneur JĂ©sus, nous Te confions...?... la mĂšre et le pĂšre l'ont amenĂ©, Seigneur, afin qu'il puisse Te plaire pour la gloire de Dieu. Maintenant, Seigneur... Bien aimĂ© Seigneur JĂ©sus, puissent-ils...?... maison, que Dieu les bĂ©nisse et bĂ©nisse leur...?... pauvres reprĂ©sentants...?... mais nous le demandons en Son Nom, au Nom de JĂ©sus, nous...?... pour une vie de service. Au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Qu'Il vous bĂ©nisse.

26.       J'espĂšre que je peux te porter...? ce ... Inclinons la tĂȘte. PĂšre CĂ©leste, ce ... aux yeux brillants... ne sachant pas ce que nous rĂ©serve l'avenir, aucun de nous ne le sait. Mais le pĂšre et la mĂšre veulent qu'elle...?... que ce petit merveilleux don...?... une si belle petite...?... Mais ils l'ont amenĂ©e afin que...?... Combien leur petite...?... Nous le demandons au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen...?...

Amenez-les, amenez-les,

Amenez-les des champs du péché.

Amenez-les, amenez-les,

AmĂšne les enfants Ă  JĂ©sus.

            Oh! combien... N'aimez-vous pas les petits enfants? Si on n'aime pas les petits enfants, c'est qu'il y a quelque chose qui cloche. JĂ©sus a dit : «A moins que vous ne soyez convertis et ne deveniez comme un de ces petits enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume.» Personne... Un pĂšre, lĂ -derriĂšre a deux petites filles, il voulait malgrĂ© tout les amener. Je lui ai dit : «Amenez-les sans tarder.» Vous voyez?

27.       A moins que nous ne soyons convertis et ne devenions comme ces petits enfants. Vous savez quoi? Vous pouvez blesser leurs petits sentiments. Papa et maman le savent, souvent ils sont embĂȘtĂ©s, ils leur donnent une fessĂ©e. Eh bien, aprĂšs deux minutes, leurs petits bras sont autour de vous et ils ont tout oubliĂ©. Et, c'est ainsi que nous devons ĂȘtre. Peu importe ce qui arrive, nous devons ĂȘtre clĂ©ments et gentils les uns envers les autres, et - et - et ĂȘtre comme ça, comme les petits enfants, prĂȘts Ă  - Ă  pardonner et Ă  oublier, et - et des choses semblables. C'est ce que nous sommes - nous sommes censĂ©s ĂȘtre.

            Et alors, quand nous nous comportons comme cela, nous nous approchons du Royaume de Dieu. Je crois que ces deux petites filles sont un peu timides. Il faut que papa et maman avancent avec elles. Eh bien, c'est vraiment bien. Nous aimons vraiment cela. Nous aimons les jeunes filles timides.

28.       La premiĂšre fois que vous en voyez une qui peut... Oh! ce sont ces petites chanteuses, n'est-ce pas? N'est-ce pas elles qui chantent? C'est ce que je me disais. C'est ça. Bon, comment t'appelles-tu? Ruth? C'est trĂšs beau. Ruth est un trĂšs beau nom. Je l'aime, je l'aime beaucoup. Bon. Et quel...?... Myers, la petite Ruth Myers est l'une de nos petites chanteuses, ici. Sont-elles des jumelles? Elles se ressemblent beaucoup, n'est-ce pas?

            Notre PĂšre CĂ©leste, nous Te confions cette petite fille. En effet, son pĂšre et sa mĂšre disent qu'elle n'est pas encore consacrĂ©e Ă  Toi pour le service dans le Royaume de Dieu et elle n'a pas encore cru en Toi. Nous imposons les mains Ă  la petite Ruth ce soir, la petite Ruth Myers, et nous demandons que la puissance du Dieu Tout-Puissant, Qui lui a donnĂ© un talent pour chanter, continue Ă  la bĂ©nir; et puisse sa vie ĂȘtre consacrĂ©e Ă  Toi pendant tous les jours que nous passerons ici sur terre. Nous Te la confions au Nom de JĂ©sus-Christ...?...

29.       Comment s'appelle sa petite soeur? Laura? TrĂšs bien, petite Laura. Oh! la la! PĂšre CĂ©leste, nous posons les mains sur la petite Laura, qui a aussi le talent de chanter l'Evangile pendant sa jeunesse. BĂ©nis les talents de ces enfants, Seigneur. Et maintenant, leurs vies sont consacrĂ©es Ă  Toi par leurs parents.

            BientĂŽt, Seigneur, elles seront assez grandes pour ĂȘtre baptisĂ©es. Quand elles commenceront...?... et se rendront rĂ©ellement compte de ce qui se passe et tout, et qu'elles commenceront Ă  faire ce qui est mal, alors elles devront se repentir et ĂȘtre baptisĂ©es. Avant ce temps, nous les consacrons Ă  Toi, Seigneur. Puisses-Tu utiliser leurs talents pour Ta gloire. Utilise leur vie...?... une longue et heureuse vie et qu'ils Te servent. Nous Te consacrons cette petite fille au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen.

            Que Dieu te bĂ©nisse. Va, et puisse Dieu ĂȘtre avec toi et te bĂ©nir toujours dans tout ce que tu entreprendras ... ? ...

30.       Oh! je - je pense simplement qu'elles sont si mignonnes. Je... Mes filles grandissent maintenant; ainsi je dois juste un peu... J'avais l'habitude de les porter sur mon dos. Mais, elles peuvent presque me porter sur leur dos maintenant, elles ont tellement - tellement grandi, surtout Becky, une trĂšs grande fille.

            Maintenant, ouvrons la Parole du Seigneur dans Matthieu au chapitre 15 - plutĂŽt 5. Et nous allons simplement en lire une portion, et alors, Dieu voulant, j'en tirerai un petit sujet pour environ quinze, vingt minutes et ensuite nous aurons la communion, le lavage des pieds et le service de baptĂȘme. Nous la prendrons vers neuf heures trente, ou un peu plus tard, avant de terminer.

31.       J'aimerais commencer au verset 12 du chapitre 5.

Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c'est ainsi que... a persécuté les prophÚtes qui ont été avant vous.

Vous ĂȘtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on?

Il ne sert plus qu'Ă  ĂȘtre jetĂ© dehors, et foulĂ© aux pieds par les hommes.

Vous ĂȘtes la lumiĂšre du monde. Une ville situĂ©e sur une montagne ne peut ĂȘtre cachĂ©e.

Et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais on la met sur le chandelier, et elle Ă©claire tous ceux qui sont dans la maison.

Que votre lumiùre luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes Ɠuvres, et qu'ils glorifient votre Pùre qui est dans les cieux.

            J'aimerais tirer un - un sujet de ce dernier verset-lĂ , c'est le verset 16 : «Que votre lumiĂšre luise ainsi devant les hommes. Que votre lumiĂšre luise ainsi devant les hommes, afin qu'ils voient vos bonnes Ɠuvres, et qu'ils glorifient votre PĂšre qui est dans les cieux.»

32.       Nous trouvons dans les Ecritures qu'il y a deux endroits oĂč deux personnes diffĂ©rentes parlent de la justification. Et l'une d'elles Ă©tait Paul, et l'autre Ă©tait Pierre. Saint Paul et saint Pierre. Et Paul justifiait Abraham par la foi. Et Pierre le justifiait par les Ɠuvres.

            Pierre dit qu'il Ă©tait justifiĂ© par ses Ɠuvres. Paul dit qu'il Ă©tait justifiĂ© par la foi. Maintenant, ils ne se sont pas contredits l'un l'autre. Ils considĂ©raient cela sous deux angles diffĂ©rents. Et Paul parlait de la foi d'Abraham; c'est ce que Dieu voyait dans Abraham. Et Pierre parlait de ses Ɠuvres qui exprimaient sa foi.

            C'est ainsi qu'il est Ă©crit : «Montrez-moi vos Ɠuvres sans la foi et je vous montrerai mes Ɠuvres par la foi.» Bon, par consĂ©quent, Paul considĂ©rait ce que - parlait de ce que Dieu voyait. Et Pierre parlait de ce que l'homme voyait dans... Car, si un homme a la foi, il agira en consĂ©quence. Sa vie le dĂ©montrera aux autres.

33.       Je vais donc - j'aimerais parler sur cela ce soir : «Que notre lumiĂšre luise.» Maintenant, juste pendant ces quelques minutes, en fait je ne veux pas me tenir ici pour - juste pour ĂȘtre vu ou pour ĂȘtre entendu. Ça ne serait pas juste. Mais peut-ĂȘtre, Dieu aidant, nous dirons peut-ĂȘtre quelques mots sur une chose qui va nous Ă©difier, qui va nous aider tous, sur comment nous pouvons mieux agir et mener une vie meilleure. Je suis sĂ»r que c'est pour cela que nous sommes tous ici, c'est pour recevoir la correction et savoir ce que nous pouvons faire pour devenir de meilleurs chrĂ©tiens.

            S'il y a une chose que je dĂ©sire dans ma vie, c'est d'ĂȘtre un meilleur ChrĂ©tien par rapport Ă  ce que je suis. Et je suis sĂ»r que c'est le cri du cƓur de chaque Ăąme ici ce soir, c'est d'ĂȘtre un meilleur ChrĂ©tien.

34.       Il y a quelque temps, je descendais la route, et je - conduisais Ă  une trĂšs grande vitesse en faisant attention comme d'habitude, quand je conduis seul. Et - et c'est un trajet solitaire, lorsque vous allez tout seul en voiture. Vous ne pouvez allumer la radio, Ă  moins qu'il n'y ait une de ces chaĂźnes familiales oĂč vous pouvez entendre de la musique religieuse, car il y a toutes ces histoires qui vous enlĂšveraient l'Esprit.

            Et depuis que j'ai pris de l'Ăąge, je porte un petit bloc-notes partout oĂč je vais. Et dĂšs que le Seigneur me rĂ©vĂšle quelque chose, je note cela. Et dans la forĂȘt, j'ai mĂȘme Ă©crit sur la crosse de mon fusil avec une balle et des choses pareilles, juste pour retenir une pensĂ©e qui m'est inspirĂ©e. Je prenais un morceau de tissu pendant de mes vĂȘtements ou quelque chose d'autre et j'Ă©crivais sur cela une chose ou une autre pour retenir ce message dans mon esprit.

35.       Et pendant que je conduisais sur cette route, j'ai remarquĂ© un trĂšs grand et beau panneau publicitaire. Et d'habitude, vous savez, on affiche beaucoup de choses sur ces panneaux publicitaires. Mais je n'avais rien remarquĂ© de tel sur cet autre panneau publicitaire.

            GĂ©nĂ©ralement, ils y affichent des photos des femmes Ă  moitiĂ© vĂȘtues ou quelque chose d'autre, faisant la publicitĂ© d'une certaine marque de cigarette, ou - ou de whisky, ou de biĂšre, ou de quelque chose d'autre, sur ces grands panneaux publicitaires qui brillent.

            Mais Ă  ma grande surprise, cela attira mon attention au premier coup d'Ɠil, car cela n'Ă©tait pas tout couvert d'une de ces choses obscĂšnes. Il n'y avait pas de choses obscĂšnes lĂ -dessus. Et j'ai jetĂ© un coup d'Ɠil en arriĂšre pour voir, c'Ă©tait un beau panneau. Et c'Ă©tait placĂ© Ă  un bon endroit, juste lĂ  oĂč l'on ne peut manquer de voir cette enseigne en prenant le virage. Et Ă  ma grande surprise, il y avait un seul mot Ă©crit dessus : «AffamĂ©?»

            Juste «AffamĂ©?», c'est tout ce qu'il y avait. Puis, j'ai remarquĂ© de trĂšs petites lettres lĂ  au bas du panneau, qui mentionnaient: «A trois miles. AffamĂ©? A trois miles.»

36.       Bien, j'ai commencĂ© Ă  mĂ©diter sur cela. Les gens n'Ă©taient pas tellement... GĂ©nĂ©ralement s'ils ont un restaurant plus loin, ils - ils essayent de vendre mieux que l'autre. Ils reprĂ©sentent de gros steaks fumants et ainsi de suite. Et lorsque vous y entrez, vous n'y trouvez gĂ©nĂ©ralement rien qui corresponde Ă  ce qu'ils ont fait comme publicitĂ©; mais c'est juste une - une publicitĂ©.

            Cependant, ceci semblait avoir une approche diffĂ©rente. Et nous savons, dans ce jour oĂč nous vivons aujourd'hui, que la publicitĂ© fait gagner de l'argent. Et nous trouvons que les gens qui font de trĂšs grands progrĂšs dans les affaires sont - sont les champions de la publicitĂ©.

            Ils - ils font passer cela Ă  la tĂ©lĂ©vision. Ils affichent cela sur des panneaux, partout oĂč ils le peuvent pour faire la publicitĂ© de leur produit. «Fumez celle-ci, un wagon plein et pas de toux», «Le filtre d'un homme qui rĂ©flĂ©chit» et «Le journal d'un autre homme» ou quelque chose de ce genre. Je pensais...?... c'est dans un...?... «pleins d'entrain pendant plus longtemps avec leurs biĂšres.» Tous les trucs de ce genre, c'est de la publicitĂ©. Et ils rĂ©duisent de beaucoup leur impĂŽt sur le revenu, uniquement pour la publicitĂ©. Et cela est certainement rentable.

37.       Alors, je me suis mis Ă  faire cette rĂ©flexion : si cela est rentable, pourquoi alors le Christianisme ne serait-il pas payant si on en faisait de la publicitĂ©? «Eh bien, pensais-je, que - qu'est-ce donc que la publicitĂ©?» Il vous faut avoir quelque chose d'un peu diffĂ©rent de ce qu'ont les autres, autrement, si c'est toute aussi ordinaire que les choses du monde, cela n'attirera jamais l'attention des gens.

            Maintenant, si un homme cherchait une voiture, il passerait outre cette enseigne-lĂ . Mais s'il avait faim, il chercherait cette enseigne-lĂ . Ainsi, je crois que le ChrĂ©tien est le panneau publicitaire de Dieu. Je crois que chacun de nous est un panneau publicitaire de Dieu. Et nous ne devons pas nous comporter drĂŽlement comme nous le faisons; vivez simplement une vie telle que les gens auront faim d'ĂȘtre comme vous.

38.       Maintenant, j'ai remarquĂ© qu'il n'y avait aucune annonce sur ce panneau publicitaire, sur le panneau en question - rien sinon vous demander si vous avez faim. Et vous ne pouvez vendre quelque chose Ă  manger Ă  quelqu'un, Ă  moins qu'il ait faim. La premiĂšre chose que fait la publicitĂ©, c'est de s'offrir Ă  la vue de tout celui qui passe par lĂ .

            Maintenant, le seul moyen pour le monde de voir Christ, c'est quand Il - ils Le voient en vous et en moi. C'est le seul moyen pour eux de voir Christ. Leur - leur conscience reste insensible au coucher du soleil, aux cris des oiseaux, aux feuilles, et - et aux herbes, et aux fleurs, et Ă  la musique, et au Message et Ă  tout ce que nous apprĂ©cions aprĂšs avoir trouvĂ© Christ. Mais, Ă  moins que nous n'en arrivions Ă  manifester Christ... Maintenant, rappelez-vous cela.

            A partir de ce soir, que chacun de vous se rappelle qu'il est un panneau publicitaire de Dieu. Et vous ĂȘtes - vous ĂȘtes l'agent de publicitĂ© de Dieu. Bon, le monde vous regardera pour voir ce que Christ est. Ainsi, nous ne voulons pas afficher dessus beaucoup d'histoires qui rendent tĂ©moignage de ce que nous ne sommes pas rĂ©ellement. Soyons d'abord cela. Et puis, aprĂšs que nous serons devenus cela, le monde verra alors Christ en vous et en moi.

39.       Maintenant, la premiĂšre chose pour n'importe quelle publicitĂ© est qu'on doit la voir. Puis, deuxiĂšmement, on doit avoir besoin de la chose. Maintenant, si on voit cela et qu'on n'en a pas besoin, lĂ  c'est autre chose. Cependant, vous n'affichez pas une publicitĂ© en vain. Mais comme les gens doivent d'abord voir cela, il nous faut alors le rendre trĂšs attrayant Ă  leurs yeux. Oh! j'espĂšre que nous voyons cela, l'attraction du salut, ce que cela signifie pour une personne. Nous devons attirer le monde Ă  Christ. Et l'Evangile a rĂ©ellement une attraction. Il n'en aura que pour ceux qui ont faim de Dieu. Il attire seulement ceux qui ont faim et soif, et ce sont ceux-lĂ  que nous recherchons. «Nul ne peut venir Ă  Moi si le PĂšre ne l'attire.»

            Pourtant, ils sont si nombreux, ceux que le PĂšre a attirĂ©s, et qui ont faim et soif de trouver Dieu, mais qui ne savent pas oĂč Le trouver, parce que ceux qui sont censĂ©s ĂȘtre des panneaux publicitaires sont tellement souillĂ©s par les choses du monde que les autres ne peuvent pas voir ce qu'ils ont de meilleur par rapport Ă  ce qu'ils avaient avant de venir Ă  Lui. Ils vivent comme le monde. Ils parlent comme le monde. Ils chantent les mĂȘmes chansons que le monde. Ils s'habillent comme le monde, je veux dire, surtout les femmes. Et puis, ils agissent comme le monde. Ils frĂ©quentent des milieux mondains. Ils assistent aux spectacles mondains.

40.       Quelqu'un m'a parlĂ© l'autre jour d'un certain ministre. Et j'aime cet homme. Sans doute que c'est un grand homme. Il a dit : «Mais il a dit que - que vous ĂȘtes des Holy rollers [Des saints qui se roulent par terre - N.D.T.].» (Disant de moi que je suis un holy roller [un saint qui se roule par terre - N.D.T.])

            Et j'ai dit : «Bien, je - je - je ne pense pas que je le sois.» Mais j'ai dit : «Je - je veux ĂȘtre saint, et si jamais le Seigneur me demandait de rouler par terre, je crois que je vais me rouler par terre. Mais je - je veux de toute façon ĂȘtre saint, mener une vie de saintetĂ©, cela signifie "la puretĂ©" devant Dieu.»

            Et ainsi il dit : «Bien, vous allez outre-mer et vous allez comme cela et vous vous faites missionnaire. Aucune Ă©glise ne vous a envoyĂ© et vous vous ĂȘtes simplement fait missionnaire par vous-mĂȘme.»

            «Bien, ai-je dit, si je m'Ă©tais moi-mĂȘme fait missionnaire, cela n'attirerait jamais l'attention du monde parce que ce n'est pas cela qu'ils cherchent. Ils cherchent Christ.»

41.       Et nous trouvons que ces hommes et ces gens qui pensent Ă  ces choses appartiennent Ă  deux catĂ©gories diffĂ©rentes. Dieu a deux catĂ©gories diffĂ©rentes. Il y a un homme que Dieu utilise pour rester Ă  la maison et rĂ©conforter les malades, et ensevelir les morts, et embrasser les bĂ©bĂ©s, et marier les jeunes et des choses pareilles. La plupart de ces hommes ne savent pas ce que c'est que prendre une Ă©pĂ©e et aller lĂ  au front avec un espadon. [Une grande Ă©pĂ©e tenue Ă  deux mains - NDT] Mais oh! quelle bataille est-ce, de combattre l'ennemi!

            Ils sortent ici et ce sont des hommes intelligents, des thĂ©ologiens, de grands hommes qui peuvent se tenir avec... donner un sermon trĂšs fignolĂ© et qui peuvent aussi en parlant, utiliser un langage tel que Webster saisirait Ă  peine ce qu'ils disent. Ils possĂšdent des diplĂŽmes d'universitĂ©. Mais cela est bien tant que vous parlez Ă  un groupe d'intellectuels, qui cherchent tout simplement une Ă©glise oĂč ils se sentiraient chez eux.

42.       Mais lorsque vous allez lĂ  au front, lĂ  oĂč ces hommes ont plus que cela, ils doivent voir la manifestation de la puissance du Dieu Tout-Puissant, sinon vous ne leur vendrez jamais cela. Ils doivent voir Christ dans Sa rĂ©surrection. Oui, monsieur. Ces hommes ne savent pas ce que c'est que d'avoir un espadon pour se battre face Ă  face avec l'ennemi, lĂ  oĂč les dĂ©mons et les sorciers et tous les autres se tiennent lĂ , vous dĂ©fiant de tout cĂŽtĂ©. Ils devraient...?... qui diront: «Si JĂ©sus-Christ est le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours, laissez-moi voir le Saint-Esprit Ă  l'Ɠuvre comme jadis.» Voyez-vous? Alors vous ne pouvez pas vous servir de l'instruction pour faire cela. Il faut la puissance et la rĂ©surrection de JĂ©sus-Christ pour produire cela. Oui. Et maintenant, c'est ce que ces natifs affamĂ©s cherchent. Ils doivent voir cela, et il faut qu'ils dĂ©sirent cela.

43.       Et cette nation est dans le mĂȘme cas. C'est la raison pour laquelle, ce soir, nous avons tous ces avertissements au sujet d'une guerre atomique. C'est parce que les nations ont...?... cette nation a...?... ne le sait pas. Et c'est pour cette raison que le jugement Divin est sur eux. C'est parce que nous sommes dans ...?...

            J'ai vu lĂ  oĂč notre prĂ©sident, M. Kennedy... Tom, je crois que c'est son nom, Kennedy, qui a envoyĂ© ces - tant d'officiers lĂ , pour cette guerre de sĂ©grĂ©gation. Il en a envoyĂ© quatre cents et quelques, lĂ , au sud pour arrĂȘter cette guerre de sĂ©grĂ©gation. Et il a fini par en envoyer tout un poste, il ne pouvait plus en envoyer. Il en avait exactement six cent soixante-six. C'Ă©tait dans le magazine «Time».

            Oh! si seulement les gens Ă©taient spirituels et pouvaient se rĂ©veiller! Et voyez, ce que cela... six cent soixante-six, c'est exactement ce qu'ils avaient. C'est dans le «Time» de ce mois.

44.       Maintenant, nous trouvons qu'avant que les gens commencent Ă  avoir besoin de Dieu, avant que les gens commencent Ă  avoir soif... JĂ©sus a dit : «Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiĂ©s.» Donc, il vous faut avoir faim et soif de cela.

            Nous sommes les panneaux publicitaires de Christ. Et Christ est notre Sponsor. Et ceci est parrainĂ© par Christ, et Il nous donne notre vie pour Le parrainer.

            Maintenant, quel genre de personne devriez-vous ĂȘtre pour parrainer quelqu'un? Quel genre de personne devrions-nous ĂȘtre si nous sommes - sommes parrainĂ©s par Christ? Il nous donne le salut. Il nous donne notre guĂ©rison. Il nous donne notre santĂ© et notre force. Il nous donne notre nourriture. Il nous donne nos foyers. Nous sommes donc parrainĂ©s par Christ. Et les PentecĂŽtistes qui sont remplis du Saint-Esprit sont les sponsors de JĂ©sus-Christ. Ils ont Ă©tĂ© parrainĂ©s par JĂ©sus-Christ et il leur a donnĂ© le Saint-Esprit pour ĂȘtre un exemple pour les gens. Que devrions-nous ĂȘtre aujourd'hui? OĂč l'Eglise devrait-Elle ĂȘtre aujourd'hui?

45.       Nous devrions ĂȘtre si - dans un Ă©tat qui amĂšnerait le monde entier Ă  ĂȘtre Ă  - Ă  vouloir ĂȘtre comme nous. En effet, les hommes iraient dans la rue et diraient : «Ça, c'est un homme; je pourrais ĂȘtre en dĂ©saccord avec lui sur la doctrine de sa religion, mais je vous dis une chose, c'est un ChrĂ©tien authentique.» Il devrait y avoir des femmes qui iraient dans la rue en disant : «Elle peut paraĂźtre dĂ©modĂ©e, elle peut ne pas ĂȘtre comme le reste de ces femmes que vous voyez, mais il y a une ChrĂ©tienne dans cette ville, s'il y en a une, c'est celle-lĂ  qui passe.» Car, nous sommes parrainĂ©s par JĂ©sus-Christ. Amen.

            Oh! quel genre de personne pourrions - devrions-nous ĂȘtre si nous sommes Ses panneaux publicitaires et que nous sommes parrainĂ©s par Lui? Alors c'est Christ, la Personne de qui nous tirons notre vie et notre force. Et tout ce que nous avons vient de Christ. Il est notre Sponsor. Oh! je suis vraiment reconnaissant pour cela.

46.       Nous devons donc ĂȘtre comme Lui et veiller Ă  ce que nous faisons, Ă  ce que nous disons, Ă  ce que nous faisons dans notre vie quotidienne, car nous sommes parrainĂ©s par Christ. Comment devrions-nous marcher si nous sommes parrainĂ©s par Christ? Que devrions-nous dire si nous sommes parrainĂ©s par Christ? Si quelqu'un dit du mal de nous, que devrons-nous dire, si nous sommes parrainĂ©s par Christ? Nous devons ĂȘtre comme Christ, n'est-ce pas vrai?

            Bon, maintenant, il n'y a qu'une seule chose... Puis, une autre chose que nous devons faire, non pas la seule chose, mais une autre chose que nous, ministres devons faire, c'est que, nous devons prĂȘcher un Evangile qui attire les affamĂ©s.

            Maintenant, si nous prĂȘchons un Ă©vangile social et disons ceci: «Bien, vous devez venir vous joindre Ă  notre dĂ©nomination. Nous en avons eu quatre mille de plus, l'annĂ©e derniĂšre, dans notre organisation», ce n'est pas cela. «Bien, si vous venez dans mon Ă©glise ou si vous en devenez membre, nous allons veiller Ă  ce qu'on prenne soin de vous dans le - et quand vous serez vieux. Et soyez un membre fidĂšle, c'est comme une police d'assurance. On prendra soin de vous quand vous allez vieillir. Nous allons veiller Ă  cela.» Cela n'est toujours pas l'attraction.

47.       La chose que nous voulons faire, c'est prĂȘcher un Evangile qui attire un monde affamĂ©. Maintenant, comment allez-vous attirer un monde affamĂ© alors qu'ils ne voient mĂȘme pas d'oĂč ils viennent, qui ils sont ni oĂč ils vont, si vous ne prĂȘchez pas un Evangile qui Ă©lĂšve Christ dans une atmosphĂšre de vie, juste ici, parmi nous maintenant? Nous ne pouvons pas le faire. Il n'y a pas moyen de vous joindre - nous pouvons nous joindre Ă  la franc-maçonnerie, ou - ou aux Odd Fellows [Une organisation sociale et bĂ©nĂ©vole qui a commencĂ© en Angleterre - N.T.D.] ou Ă  n'importe quelle autre loge. Se joindre Ă  une loge serait tout aussi bien, mais nous devons prĂȘcher un Evangile qui attire les gens affamĂ©s, qui attrapera ceux qui ont faim et soif de la justice: «Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiĂ©s.»

            Maintenant, comment seraient-ils? Les justes seront remplis. Remplis de quoi? Du Saint-Esprit. La Bible dit qu'Etienne Ă©tait un homme rempli. Rempli de quoi? Rempli de puissance, rempli de foi, rempli d'amour, rempli du Saint-Esprit. Ce qui fit de lui ce qu'il Ă©tait, c'est le fait qu'il Ă©tait rempli du Saint-Esprit. Et il Ă©tait un vĂ©ritable panneau publicitaire de Christ.

48.       Quand il se tenait lĂ  ce matin-lĂ , devant la cour du SanhĂ©drin, ils l'accusaient en ces termes : «Cet homme...» et tout ce qu'il faisait; et il se tenait seul, juste lui seul, lĂ  devant la cour suprĂȘme du SanhĂ©drin, peut-ĂȘtre devant deux ou trois mille juifs ou cinq mille qui se tenaient lĂ , le pointant du doigt. La Bible dit que quand il s'avança lĂ , son visage paraissait comme celui d'un ange. Cela ne veut pas dire qu'il y avait une lumiĂšre qui brillait sur son visage. Un ange, c'Ă©tait un messager qui savait de quoi il parlait. Etienne s'avança lĂ , sans craindre la mort. Il n'avait peur de rien. En effet, il savait de quoi il parlait. Et Paul dit: «Je connais Celui en Qui j'ai cru et je suis persuadĂ© qu'Il est capable de garder ce que je Lui ai confiĂ©.»

49.       Mais Etienne s'avança lĂ , devant la cour du SanhĂ©drin, tel une brebis parmi une bande de loups avides de son sang. Et on l'accusa et le pointa du doigt accusateur. Qu'a-t-il fait? Il a dit : «Hommes frĂšres, le Dieu de gloire apparut Ă  notre pĂšre, Abraham, lorsqu'il Ă©tait encore en MĂ©sopotamie, avant qu'il soit appelĂ© Ă  sortir.» Il a continuĂ© Ă  raconter toute l'histoire d'Abraham, et comment les gentils seraient introduits par lui. Et lorsqu'il est arrivĂ© Ă  un certain point, on l'a regardĂ© et il Ă©tait plein du Saint-Esprit. Et ils attendaient pour - ils Ă©taient impatients de mettre la main sur lui. Il a dit : «Vous, hommes au cou raide, incirconcis de cƓur et d'oreilles, vous vous opposez toujours au Saint-Esprit. Vous ĂȘtes comme vos pĂšres.»

50.       Il Ă©tait le panneau publicitaire de Dieu. Lorsqu'ils le lapidĂšrent Ă  mort - ils le traĂźnĂšrent hors de la ville et le lapidĂšrent Ă  mort, quand il mourait, il leva la tĂȘte vers le ciel et demanda le pardon pour ceux qui le lapidaient, exactement comme le fit JĂ©sus Ă  la croix. Alors Dieu a vu son petit panneau publicitaire ĂȘtre enlevĂ©. Etienne leva les yeux vers le ciel et dit : «Voici, je vois les cieux ouverts et JĂ©sus debout Ă  la droite de Dieu.» Et il s'endormit dans les bras de Dieu. Il Ă©tait un panneau publicitaire pour un monde affamĂ©. Vous dites : «Eh bien, combien de personnes y avait-il? Vous aviez dit qu'il en y avait peut-ĂȘtre cinq mille. Combien d'entre eux ont Ă©tĂ© sauvĂ©s?» Il n'y en a eu qu'un seul. Il n'avait pas acceptĂ© cela en ce moment-lĂ , mais des annĂ©es plus tard...?... Il y en avait un qui tenait les vĂȘtements, c'Ă©tait Saul, un jeune Pharisien qui se tenait lĂ , qui consentit Ă  sa mort et l'approuva. Mais lorsqu'il vit cette publicitĂ© de la puissance du Christ ressuscitĂ© dans ce petit homme, elle ne le quitta jamais. Ce mĂȘme homme de Paul qui se tenait lĂ , ce matin-lĂ , conduisit des dizaines de milliers d'Ăąmes Ă  Christ. Car, un homme avait consenti de donner sa vie pour ĂȘtre un panneau publicitaire de JĂ©sus-Christ. Que ne devrions-nous pas faire aujourd'hui?

51.       Peu importe... Nous n'avons pas besoin de grands auditoires. Nous n'avons pas besoin de prĂȘcher Ă  des dizaines de milliers. Nous n'avons mĂȘme pas besoin de prĂȘcher. Nous pouvons ĂȘtre un panneau publicitaire de Dieu. Comment savez-vous si votre vie ne pourrait amener un jeune homme Ă  l'Evangile, (certains d'entre vous, hommes ĂągĂ©s; vous, femmes ĂągĂ©es) conduire ces jeunes gens lĂ -bas dans le champ de mission Ă  gagner dix mille Ăąmes pour Christ? Ce serait parce qu'il aurait vu Christ en vous. C'est vous qui lui avez prĂ©sentĂ© Christ dans la vĂ©ritable puissance de l'Evangile. Oui, je pense que nous avons besoin d'un - un Christ. Oui, monsieur. La seule façon pour nous de voir Christ, c'est lorsqu'Il se reflĂšte dans l'un et dans l'autre. Je vois Christ en vous. Vous Le voyez en moi. C'est ainsi que nous voyons Christ. Je viens Ă  la rĂ©union. Je commence Ă  prĂȘcher. J'observe les gens. Vous pouvez seulement dans quelques minutes, voir s'ils sont intĂ©ressĂ©s ou pas. Lorsque vous parcourez des yeux l'auditoire, vous pouvez savoir qui vous ennuyez ou n'ennuyez pas. Voyez-vous?

52.       Et la premiĂšre chose, vous savez, vous les voyez lĂ , dans l'attente, s'accrochant Ă  chaque Parole. Voyez? Je peux voir Christ reflĂ©tĂ© dans cette personne parce qu'elle a faim et soif de Dieu. Et ensuite, lorsque je prĂȘche l'Evangile, elle voit le Christ se reflĂ©ter en moi. Je vois Christ Se reflĂ©ter en cette personne. Cela signifie alors que Christ est au milieu de nous. Amen. Ayant faim et soif... J'observe l'auditoire, comment ils reçoivent cela, je dis quelque chose d'autre, je vois quel - quel effet cela produit sur eux, je vois leur visage rayonnant, avec une grande expression de joie, ils sont juste Ă  ce moment-lĂ  prĂȘts Ă  recevoir quelque chose. Il s'agit lĂ  de Christ. Je vois Christ se reflĂ©ter dans cette personne parce que l'Evangile, le vĂ©ritable Evangile de Christ s'empare de son cƓur, parce qu'ils ont faim et soif.

53.       Et je montre un panneau publicitaire ici, une publicitĂ©. Quel genre de publicitĂ©? Non pas celle d'une thĂ©ologie, non pas celle d'un credo humain, mais celle d'un Christ que...?... que...?... doit...?... davantage de puissance, qu'Il est le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours. Amen. C'est vrai. On voit cette puissance de Dieu se mouvoir quand on parcourt des yeux les bĂątiments et on voit Cela identifier les gens, discerner leurs cƓurs, guĂ©rir les malades ou rĂ©vĂ©ler les secrets de leur cƓur, dĂ©boucher les oreilles des sourds et rendre la vue aux aveugles. C'est alors que cela attire; que cela plante un panneau publicitaire. Alors les gens verront cela, et ils se rassembleront et ils loueront Dieu. Je vois cela en eux pendant qu'ils louent Dieu. Ils voient cela ici lorsque cela se passe ici; ainsi nous voyons Christ l'un Ă  travers l'autre, reflĂ©ter Sa Vie.

54.       Bien, peu importe combien je peux reflĂ©ter cela ici, si cela ne se reflĂšte pas aussi en vous, nous ne comprendrons jamais cela. L'Evangile serait sans effet s'il n'y avait personne pour Le recevoir. Il y en aura beaucoup qui ne recevront pas cela. Mais ceux qui Le recevront, Il se reflĂ©tera en eux. Il y en avait peut-ĂȘtre cinq mille ce matin-lĂ , lors de l'exĂ©cution d'Etienne, mais il n'y eut qu'un seul en qui cela se reflĂ©ta. MĂȘme Ă  la fin de sa vie, il a dit : «Je ne suis mĂȘme pas digne d'ĂȘtre appelĂ© l'un des saints.» Il a dit : «Parce que j'ai persĂ©cutĂ© l'Eglise de Dieu mĂȘme jusqu'Ă  mettre Ă  mort.» Il avait consenti Ă  la lapidation de - sans le savoir, c'Ă©tait d'Etienne... Cela ne quitta jamais Paul. Il dit : «J'ai persĂ©cutĂ© l'Eglise mĂȘme jusqu'Ă  mettre Ă  mort.»

55.       Il n'oublia jamais cela, en effet il avait vu Christ ĂȘtre reflĂ©tĂ©. Comment Etienne a-t-il fait cela? Il n'avait point opĂ©rĂ© des miracles quoiqu'il sĂ»t que Christ Ă©tait Celui qui opĂ©rait des miracles. Il Ă©tait conscient de toutes ces puissances et de tout. Mais qu'a-t-il fait? Il prĂ©senta simplement sa vie de telle façon qu'on a vu que c'Ă©tait la puissance de Christ. Amen.

            Vous pouvez n'avoir jamais vu une vision. Vous pouvez n'avoir jamais imposĂ© les mains aux malades ni senti la puissance du Dieu Tout-Puissant ramener le squelette d'un homme Ă  la vie. Il se peut que vous ne L'ayez jamais vu Se tenir lĂ , en haut, dans trois ou quatre arcs-en-ciel. Il se peut que vous n'ayez jamais vu Son visage. Il se peut que vous n'ayez jamais entendu Sa voix, nĂ©anmoins vous pouvez cependant ĂȘtre un panneau publicitaire, manifestant JĂ©sus-Christ par une vie trĂšs pure, non adultĂ©rĂ©e avec le monde, sans vous soucier des choses sales qui vous entourent dans la vie, mais d'une chose pure qui va...?... parce que Dieu est dans votre cƓur pour vous pousser Ă  avoir faim et soif d'ĂȘtre comme Lui. Amen.

56.       Vous ĂȘtes le sel de la terre. «Si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on?» C'est vrai, ayant faim et soif... «Que votre lumiĂšre luise ainsi devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes Ɠuvres», qu'ils voient ce que vous faites et qu'ils glorifient le PĂšre qui est dans les Cieux. Des panneaux publicitaires qui donnent la faim et qui donnent le reflet, des merveilleux... Oui, monsieur.

            Bien, nous ne voulons pas non plus faire ceci. Nous ne voulons pas de vente vite conclue. Juste dire : «Eh bien, j'ai reçu la gloire hier soir, AllĂ©luia. Le monde entier...» Vous ne pouvez pas faire cela. C'est une vente vite conclue. Si nous faisons cela, c'est que le produit n'est vraiment pas bon. S'il mĂšne tout simplement une bonne vie et dit : «Eh bien, je sais qu'une fois, je - j'ai menĂ© une bonne vie pendant deux semaines aprĂšs ma conversion. J'ai menĂ© deux - j'ai menĂ© - j'ai menĂ©, pendant deux semaines, une vie vraiment parfaite.» Ça, c'est une vente vite conclue. Ce...?... Ce Hadicol que nous avions eu rĂ©cemment, ce n'Ă©tait rien qu'un tas de vitamines mises ensemble, ça n'a durĂ© que peu de temps. Finalement, ç'a disparu. Vous devez ĂȘtre ChrĂ©tien chaque jour, un chrĂ©tien Ă  chaque heure, un chrĂ©tien chaque annĂ©e, non pas avoir une vente vite conclue. Mais que votre lumiĂšre luise ainsi.

57.       Si vous vous approchez d'un homme et lui demandez de recevoir Christ, et qu'il vous rit au nez, ne vous en allez pas, disant: «Eh bien, ça ne vaut pas la peine, sinon il L'aurait acceptĂ©.» Non, non. C'est la vente d'Hadicol. Nous ne vendons pas d'Hadicol. Nous vendons l'Evangile, la puissance du Dieu vivant, Christ le mĂȘme hier, aujourd'hui et pour toujours. Si le monde vous hait, Christ a Ă©tĂ© haĂŻ avant vous. C'est pour cette raison mĂȘme qu'Il fut clouĂ© Ă  la croix. Mais nous sommes Ses reprĂ©sentants, nous sommes Ses panneaux publicitaires. Nous faisons Sa publicitĂ©. Vous n'avez pas besoin d'un tas de fantaisies. Beaucoup de doctorats, de doctorats en philosophie, de doctorats en droit, la grande et sainte Ă©glise d'un tel et d'un tel qui a Ă©tĂ© fondĂ©e, il y a longtemps, en telle et telle annĂ©e. Nous avons un tel et un tel chez nous.» ...?... Suscitez la faim en eux. Amen.

58.       Un...?... un panneau publicitaire lavĂ©, reprĂ©sentant Christ, imprimĂ© dans notre vie, alors les hommes verront vos bonnes Ɠuvres et glorifieront le PĂšre qui est dans les cieux. C'est cela. Ne vous souillez pas avec les choses sales du monde. N'essayez pas de faire votre propre publicitĂ© comme... Quelqu'un disait : «Eh bien, j'appartiens Ă  ceci et cela, Ă  cette grande Ă©glise. C'est la plus grande Ă©glise de la ville.» Nous avons un - quelqu'un, ici, de notre quartier qui va lĂ -bas. Il a quittĂ© la petite Ă©glise ici sur la grande-route pour aller Ă  une plus grande Ă©glise parce qu'on a dit qu'une meilleure classe de gens y vont, les gens d'une meilleure classe. Vous voyez, ils ne savent pas que... leur - leur esprit est devenu souillĂ©. Il - il - il est souillĂ© par les choses du monde. Les gens d'une meilleure classe? Qu'est-ce que...?... classe de gens...? Les gens qui sont nĂ©s de l'Esprit de Dieu, mĂȘme s'ils sont pauvres, et qu'ils ne savent pas d'oĂč proviendra leur prochain repas, c'est la seule classe de gens qi vaille quelque chose, les gens qui sont nĂ©s de nouveau.

59.       Quand JĂ©sus vint, que fit - quelle sorte de classe de gens a-t-Il dĂ» avoir? Des pĂȘcheurs non instruits, des hommes; Pierre, l'apĂŽtre, le grand saint Ă  qui les clĂ©s du ciel furent remises, ne pouvait mĂȘme pas Ă©crire son nom. Il sentait le poisson pour avoir longtemps pĂ©chĂ©, et cela avait rendu son vieux tablier crasseux. C'est cette classe de gens que JĂ©sus avait choisie. Aujourd'hui, on le chasserait de l'Ă©glise, s'il y entrait (c'est vrai) pour adorer. Vous voyez, les gens recherchent la classe. Et saviez-vous que le diable vit dans la haute classe? Savez-vous ce qui a causĂ© la premiĂšre bataille au ciel? C'Ă©tait quand Lucifer a Ă©tabli une classe supĂ©rieure de gens, il obtint la meilleur classe d'anges, Ă  son avis, un royaume plus grand, un royaume plus brillant et plus resplendissant que celui de MichaĂ«l. Et il fut chassĂ© du ciel. Voyez d'oĂč est venue la haute classe? Tenez-vous loin de la haute classe. Les affamĂ©s n'ont pas besoin de la haute classe, les affamĂ©s ont besoin de la nourriture. Oui, monsieur.

60.       Celui qui a froid a besoin du feu, pas de l'image d'un feu, du feu. Et celui qui est affamĂ© et assoiffĂ© de Dieu a besoin de l'Evangile et de la puissance de JĂ©sus-Christ. Amen. Peu importe combien c'est bizarre, combien - combien - combien im... c'est impopulaire pour le monde, ils ont besoin de la rĂ©alitĂ©.

            Un homme qui est sur le point de mourir, un homme qui sait qu'il doit rencontrer Dieu, ne se soucie pas de la haute classe. Il a besoin de trouver Dieu, il a besoin de trouver de l'assurance, de sorte que lorsqu'il arrivera Ă  la riviĂšre, il y ait lĂ  quelqu'un pour venir Ă  sa rencontre et lui montrer le chemin. Il a besoin de quelque chose qui le positionne maintenant, qui reconnaĂźt : «Je sais que mon RĂ©dempteur est vivant et qu'Il se lĂšvera sur la terre dans les derniers jours.» «Je suis persuadĂ© qu'il n'y a rien dans le prĂ©sent, ni dans le futur, ou qui viendra, ni la faim, ni les pĂ©rils ni rien d'autre qui puisse nous sĂ©parer de l'amour de Dieu qui est en Christ. C'est de cela qu'ils ont besoin, ils ont besoin de quelque chose qui... Pas une imitation, quelque chose dont la vente a Ă©tĂ© vite conclue pour venir ici et se joindre Ă  cette Ă©glise. J'ai besoin de quelque chose qui...

61.       Ils disent : «Eh bien, aprĂšs m'ĂȘtre joint Ă  l'Ă©glise, je passerai par une consĂ©cration. Le pasteur me baptisera en secret et me fera entrer dans l'Ă©glise.» Non, non. Ce n'est pas ça. C'est l'une des choses dont la vente a Ă©tĂ© vite conclue. Cela ne durera pas longtemps. J'ai besoin d'une conversion Ă  l'ancienne mode, un homme ou une femme qui voudra s'avancer et dire : «J'ai tort. Je voudrais devenir comme mon voisin. Je sais...?... Je voudrais marcher comme mon voisin. Je voudrais ĂȘtre un homme comme mon voisin. Je voudrais marcher si pieusement devant les hommes que les gens penseront de moi ce qu'ils ont pensĂ© de Lui. Je veux ĂȘtre comme JĂ©sus-Christ.»

62.       Maintenant, souvenez-vous pour clĂŽturer, je - je - je ne fais que continuer. Toutefois pour terminer, je veux dire ceci : nous ne sommes pas Ses vendeurs, nous sommes Ses panneaux publicitaires. Ne pensez pas que nous sommes Ses vendeurs. Il n'a pas besoin d'une technique de vente, mais seulement des panneaux publicitaires. Je travaillais dans une entreprise publique. Nous devrions lancer sur le marchĂ© la lampe Mozeall. Il y avait un concours pour cela. Celui qui vendait le plus de lampes, recevait un - oh! un prix et ainsi de suite, plus un certain pourcentage qu'on avait sur la vente. Eh bien, toute personne, tout employĂ© devait vendre ces lampes. Eh bien, il m'est arrivĂ© de penser Ă  la possibilitĂ© d'avoir une garantie sur le produit. La compagnie m'a effectivement donnĂ© une garantie sur la lampe. Eh bien, si la lampe est bonne, elle se vendra d'elle-mĂȘme. Et si elle n'est pas bonne, c'est que j'ai fait accepter au public un produit qui n'est pas bon. Je n'ai jamais cru en cela. Je ne crois pas au fait de vendre des choses par contrainte. C'est la raison pour laquelle je ne crois pas cela en matiĂšre de religion. Si j'ai un produit qui est bon, il se vendra de lui-mĂȘme. C'est juste. Il se vendra de lui-mĂȘme.

63.       Alors savez-vous ce que j'ai fait? Je suis allĂ© lĂ  et j'ai parlĂ© au directeur; j'ai demandĂ©: «Ces lampes ont-elles vraiment une garantie?»

            - Elles ont vraiment une garantie.

            - On ne les retournera pas?

            - Non, monsieur.

            - Et elles ont une garantie si - la fabrication et tout, c'est garanti?

            - Oui.

64.       J'ai vu qu'elles donnaient une belle et douce lumiĂšre. N'importe quelle femme apprĂ©cierait cela dans sa chambre. Savez-vous ce que j'ai fait? J'en ai chargĂ© environ deux cents dans un vĂ©hicule. Et je suis allĂ© chez tous ceux que je connaissais. Ils disaient : «Que voulez-vous, ce matin, Billy? N'ai-je pas payĂ© mes factures?» J'avais la charge de dĂ©poser les factures.

            J'ai dit : «Non, vous avez payĂ© votre facture. Je veux vous en faire une autre.» Je disais : «J'ai ici une lampe.»

            «Oh! non. je n'ai pas les moyens d'acheter cela.»

            «Bon, attendez une minute.» Je ne leur demandais jamais d'acheter cela. J'en avais tout un tas dans un vĂ©hicule. «je - j'aimerais me dĂ©charger d'une dans votre maison. Gardez-la pendant deux semaines et apprĂ©ciez-la et je repasserai la rĂ©cupĂ©rer. Nous sommes censĂ©s faire la publicitĂ© de ces choses en les montrant tout simplement. Ainsi, je vais la placer dans votre maison...»

            «Eh bien, maintenant, Billy, je - je ne saurai pas l'acheter. Je n'ai pas d'argent pour l'acheter.»

            «Oh! oh! je ne vous ai mĂȘme pas demandĂ© de l'acheter, n'est-ce pas? Je dis tout simplement que je voudrais juste la placer dans votre maison, et vous laisser l'apprĂ©cier.»

            - Vous ne plaisantez pas?

            - Maintenant je...?... Vous me connaissez. Je repasserai la rĂ©cupĂ©rer. Je vais la rĂ©cupĂ©rer dans deux semaines. Ça va, je repasserai certainement la rĂ©cupĂ©rer. La seule chose que je veux que vous fassiez, c'est juste...?... dĂ©charger cela de la camionnette et trouver un endroit oĂč placer cela. Je dois en dĂ©charger beaucoup ici, je - je veux enlever cela de ma camionnette. Ce n'est pas que je - j'ai voulu que vous en achetiez. Je ne vous ai pas demandĂ© d'en acheter. J'ai seulement demandĂ© que vous la placiez ici.

            - Alors, si ça se cassait?

            «C'est ma responsabilitĂ©. J'en serai responsable.» Je savais que la lampe se vendrait d'elle-mĂȘme. Je savais que c'Ă©tait un bon produit. J'installais la lampe dans la maison. Je n'avais pas repris dix parmi les deux cents. J'ai gagnĂ© le concours. Pourquoi? Pourquoi? La lampe s'est vendue d'elle-mĂȘme. DĂšs que vous voyez cela et que vous voyez ce que c'est, alors vous dĂ©sirerez cela. Cela se vendra de soi-mĂȘme.

65.       C'est la mĂȘme chose. Nous n'avons pas besoin d'avoir de grandes organisations pour vendre Christ. Nous n'avons pas besoin d'avoir des prĂ©dicateurs hautement instruits et des gens hautement raffinĂ©s, c'est-Ă -dire des maires et - les diffĂ©rentes personnalitĂ©s de la ville. Ce dont nous avons besoin, c'est Christ. Et Christ se vend Lui-mĂȘme. Lorsque vous placez Christ dans le cƓur d'un homme, vous n'avez pas Ă  lui dire : «Vous devez vous joindre Ă  cette organisation-ci ou Ă  celle-lĂ .» Le produit lui est dĂ©jĂ  vendu.

            Etes-vous affamĂ©s? Heureux ceux qui ont faim et soif. Nous nous apprĂȘtons maintenant Ă  venir Ă  la table de la communion. Pour celui qui n'a pas encore - qui n'a peut-ĂȘtre jamais acceptĂ© Christ dans sa vie... Si vous ĂȘtes ChrĂ©tien, alors vous avez faim... Ça fait maintenant trente et un ans que je suis ChrĂ©tien, et chaque jour, je suis plus affamĂ© de Christ que je ne l'Ă©tais au dĂ©but. Il devient plus doux comme les jours passent.

            Et j'observe ces petits panneaux publicitaires, quand je les vois passer sur la route, je les observe, lĂ , Ă  l'hĂŽpital, je les observe Ă  l'heure de leur mort, je les observe ici, quand ils sont devant une Ă©preuve, j'observe cette petite dame - la maniĂšre dont elle se tient lĂ , comme une vĂ©ritable et authentique sainte.

66.       Il n'y a pas longtemps, je me suis tenu ici Ă  un comptoir, j'observais une petite dame [Espace vide sur la bande - Ed.]... me suis retournĂ© et j'ai dit : «Connaissez-vous JĂ©sus comme votre Sauveur?» Et le garçon baissa la tĂȘte et sortit par la porte en courant. Vous voyez?...?... Vous y ĂȘtes. Oh! elle ne me connaissait pas, mais moi, je la connaissais. Je la connaissais. Je l'observais. Elle est mariĂ©e maintenant. Elle a Ă©pousĂ© un prĂ©dicateur. Et ils se portent bien.

            Donc, c'est ça. Vous voyez, je dois observer ce panneau publicitaire. J'aime observer cela. C'est - ça - ça - ça me donne l'envie d'aller lĂ  oĂč ils sont - oĂč vous pouvez quand mĂȘme manger la nourriture spirituelle. En effet, je savais que cette fille n'appartenait pas Ă  une Ă©glise. Elle Ă©tait ChrĂ©tienne. C'est vrai. Oui, vous pouvez le reconnaĂźtre.

            La Bible dit... Bien que Pierre et Jean - aprĂšs qu'ils eurent guĂ©ri cet homme Ă  la porte appelĂ©e «La Belle»... Il Ă©tait estropiĂ© depuis le sein de sa mĂšre. Et il n'avait pas beaucoup de force. Il ne pouvait pas rester debout pendant longtemps. Pierre a dĂ» le soutenir pour qu'il marche...?... depuis le sein de sa mĂšre.

67.       Et quand ils l'ont amenĂ© devant le SanhĂ©drin, et qu'ils leur ont interdit de prĂȘcher au Nom de JĂ©sus, alors ils se rendirent compte qu'ils Ă©taient des ignorants, la Bible dit que ces apĂŽtres, Jean et Pierre, Ă©taient des ignorants et des gens sans instruction. Ils ne connaissaient aucune grande thĂ©ologie. C'Ă©taient des pĂȘcheurs; ils n'Ă©taient mĂȘme pas capables d'Ă©crire leurs noms. Pourtant, il est dit qu'ils durent remarquer qu'ils avaient Ă©tĂ© avec JĂ©sus.

            Qu'Ă©taient-ils? Des panneaux publicitaires, des panneaux publicitaires. Oh! nous pourrions continuer. Que Dieu nous aide Ă  ĂȘtre des panneaux publicitaires. Puisse ce Branham Tabernacle-ci, ce petit endroit consacrĂ© et dĂ©diĂ© Ă  Dieu, puisse-t-il produire de petits panneaux publicitaires Ă  travers...

68.       Oh! nous pourrions continuer. Que Dieu nous aide Ă  ĂȘtre des panneaux publicitaires. Puisse ce Branham Tabernacle ici, ce petit endroit consacrĂ© Ă  Dieu, puisse-t-il produire Ă  travers cette contrĂ©e ici de petits panneaux publicitaires qui feront que toute cette nation affamĂ©e et assoiffĂ©e vienne Ă  Christ; telle serait ma priĂšre. Inclinons la tĂȘte.

69.       TrĂšs MisĂ©ricordieux PĂšre, nous sommes vraiment un peuple privilĂ©giĂ© d'avoir Christ dans nos vies et dans nos cƓurs. Nous sommes trĂšs reconnaissants pour Lui, notre PĂšre. Nous savons que le connaĂźtre, c'est la vie. Non pas connaĂźtre les credo, non pas connaĂźtre les livres, mais connaĂźtre Christ, c'est la vie. Et Dieu, notre PĂšre, nous qui L'avons trouvĂ© de cette maniĂšre - notre Sauveur, notre GuĂ©risseur, notre force, notre santĂ© - notre secours vient du Seigneur. Nous confessons que nous ne sommes rien, nous ne connaissons rien. Il n'y a qu'une seule chose que nous connaissons, ou que nous dĂ©sirons connaĂźtre, c'est Christ et la puissance de Sa rĂ©surrection. Car quiconque croit ceci a la Vie Ă©ternelle.

70.       Et nous Te prions, PĂšre CĂ©leste de bĂ©nir cette petite Ă©glise ainsi que ces gens qui sont ici par cette chaude soirĂ©e, en ce soir du Sabbat, assis dans ce petit tabernacle en bois, attendant les bĂ©nĂ©dictions de Dieu. Ces quelques paroles confuses et dĂ©cousues qui ont Ă©tĂ© prononcĂ©es - avoir faim, et qu'un voyageur qui voit ce panneau publicitaire - Ô Dieu rends-nous si affamĂ©s et si assoiffĂ©s que nous pourrons regarder Tes panneaux publicitaires et voir la vie de Christ. Et puissent ces gens ĂȘtre Tes panneaux publicitaires; puisses-Tu reflĂ©ter Ta Vie devant une Ăąme affamĂ©e afin que celle-ci ait faim en voyant le panneau publicitaire que nous exposons. Christ, notre sponsor, nous a donnĂ© une vie paisible, la pleine joie, la force dans nos Ăąmes, et nous a accordĂ© de mener une vie qui amĂšnerait les gens Ă  vouloir ĂȘtre comme Lui. Accorde-le, Seigneur. Donne cela Ă  chacun de nous.

71.       Et peut-ĂȘtre qu'il y en a ici qui n'ont pas encore trouvĂ© cela, mais ce soir, ils ont examinĂ© et regardĂ© tout au long du voyage de la vie, aux diffĂ©rents vieux saints, ces vieilles mĂšres d'autrefois, cet homme dont ils se moquaient au coin de la rue et qui, d'aprĂšs eux, avait perdu la raison pendant qu'il se tenait lĂ  et qu'il prĂȘchait. Mais maintenant, ils se rendent compte que cet homme Ă©tait un panneau publicitaire, qu'il Ă©tait un signe indicateur. Cette vieille mĂšre sanctifiĂ©e qui descendait la rue avec ses cheveux dressĂ©s lui tombant sur le dos, et nĂ©anmoins, nous les jeunes gens nous nous serions peut-ĂȘtre moquĂ©s d'elle et nous avons pensĂ© : «Quelle espĂšce d'antiquitĂ© est-ce?» Mais nous nous rendons compte, Seigneur, que c'Ă©tait un panneau publicitaire pour la Vie Ă©ternelle. Nous l'avons passĂ© outre, PĂšre. Nous regrettons. Nous regrettons. Laisse-nous retourner en arriĂšre pour dĂ©savouer cela ce soir, PĂšre. Rends-nous ainsi. Donne-nous la Vie. Nous voulons ĂȘtre comme des saints devant Toi. Nous voulons air ainsi. Cet homme Ă  qui nous avons tenu de mauvais propos, cet homme Ă  qui nous avons fait des histoires, lui n'a fait aucune rĂ©plique, par contre il Ă©tait trĂšs doux. Il a dit : «C'est trĂšs bien, mon fils, que le Seigneur te bĂ©nisse.»

EN HAUT