ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication LA REINE DU MIDI de William Branham a été prêchée 57-0614 La durée est de: 50 minutes .pdf La traduction SHP
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

LA REINE DU MIDI

1.         Que Dieu vous b√©nisse. [Un fr√®re dit : " Nous vous souhaitons la bienvenue chez nous, √† Chattanooga, l'ann√©e prochaine. " - N.D.E.] Merci. Le Seigneur voulant, je serai l√†. Merci. Vous pouvez vous asseoir.

            [Espace non enregistr√© sur la bande - N.D.E.] ...-ment un privil√®ge d'√™tre ici ce soir, de faire l'objet de cette merveilleuse sympathie, et de voir la fa√ßon dont les gens ont r√©pondu et le... C'est tr√®s gentil de la part de ces fr√®res de m'inviter de nouveau, ainsi que vous aussi, √† la convention de l'ann√©e prochaine. Et ma pri√®re est que le P√®re c√©leste nous accorde Son soutien pendant cette autre ann√©e, qu'Il nous donne plusieurs milliers d'√Ęmes pour notre travail. Et nous nous r√©unirons tous encore l'ann√©e prochaine √† Chattanooga, en bonne sant√©, heureux, louant Dieu.

2.         √áa a √©t√© une semaine merveilleuse pour moi. J'ai eu beaucoup d'entrevues priv√©es avec les gens, ce qui est rare lors d'une campagne ordinaire, mais pendant cette convention-ci, il a √©t√© pr√©vu que je le fasse. Et de voir le Saint-Esprit se mouvoir dans la salle et accomplir les Ňďuvres qu'Il a accomplies!

Il y a juste quelques instants, je viens de quitter la salle d'urgence. Et là, j'étais si frappé pendant que je parcourais l'endroit, parlant aux aveugles, aux sourds, et - et aux estropiés. Quand je quittais, un homme qui avait des béquilles avant faisait les cent pas sans ses béquilles.

3.         Un petit gar√ßon, venant du Canada et qui √©tait dans un fauteuil roulant, souffrait de quelque chose li√© aux muscles. J'oublie au juste comment on appelle cela. Et il a dit : " Regardez, je peux lever la main. " Et son p√®re et les autres pleuraient.

            Et de voir un sourd, qui √©tait assis l√† et n'entendait pas, entendre! Et diff√©rents cas... Et une fillette paralys√©e et qui √©tait rest√©e assise depuis la naissance, s'est lev√©e dans les bras de sa m√®re, et tous se r√©jouissaient simplement.

            Cela montre simplement la mis√©ricorde de notre Bien-aim√© Seigneur J√©sus. Je vois que les Hommes d'Affaires Chr√©tiens sont aussi parmi nous, ce soir. Mon brave ami, fr√®re Demas Shakarian et beaucoup d'autres. Nous devons pr√™cher le matin √† l'h√ītel Washington, le matin. Je pense que l'annonce en a √©t√© faite.

4.         Merci pour vos pri√®res et pour votre collaboration. Et ma pri√®re maintenant est que Dieu continue √† b√©nir la suite de ce service.

            Et, n'oubliez pas, priez pour moi. S'il y a un homme qui a besoin de pri√®res, c'est bien moi. Maintenant, avant d'ouvrir Sa Parole b√©nie, inclinons la t√™te juste un instant.

5.         Notre Adorable Seigneur, nous Te sommes reconnaissants, car Tu as √©t√© si aimable envers nous, en nous accordant de nous r√©unir ici en aussi grand nombre. Malgr√© l'orage, les gens sont quand m√™me venus. Nous sommes reconnaissants pour eux. Et ils ne viennent jamais le soir comme ceci pour √™tre vus. Ils sont plut√īt venus pour b√©n√©ficier des bonnes choses qu'ils peuvent obtenir de Toi.

            Et pendant que nous faisons l'office pour eux par des cantiques, par la Parole et par la pri√®re, que Ton Saint-Esprit Ňďuvre parmi nous ce soir et nous donne au-del√† de toute mesure. B√©nis Ta Parole. Ta Parole est la V√©rit√©. Et que le Saint-Esprit prenne en charge les moments de la Parole qui vont suivre, et qu'Il place Celle-ci dans le cŇďur de ceux qui sont √† bout et dans le besoin. Car nous le demandons au Nom de J√©sus. Amen.

6.         Il se fait tard, et j'ai plusieurs centaines de personnes, je pense, pour qui il faut prier ce soir apr√®s le service. Mais je pense qu'il faut commencer par ce qui est plus important, le salut. Et, Dieu voulant, pour la lecture de la Parole ce soir, j'ai choisi l'Evangile de Saint Matthieu, le chapitre 12 et le verset 42. Et je t√Ęcherai de ne pr√™cher que pendant quelques minutes. Ainsi, √©coutez attentivement.

La reine du Midi se lèvera, au jour du jugement, avec cette génération et la condamnera, parce qu'elle vint des extrémités de la terre pour entendre la sagesse de Salomon, et voici, il y a ici plus que Salomon.

7.         Notre Adorable Seigneur venait de rencontrer quelques-uns de Ses critiqueurs. Et quand les gens ont entendu Ses d√©clarations, cela a produit une multitude de gens de toute esp√®ce. Cela a toujours √©t√© le cas et le sera toujours. L√† o√Ļ l'Evangile est proclam√© et particuli√®rement l√† o√Ļ le surnaturel est accompli, cela attire une multitude de gens de toute esp√®ce, des croyants et des incroyants.

            Et dans ce cas-ci, il s'agissait pour la plupart des √©rudits de ces jours-l√†, des hommes bien vers√©s dans les Ecritures, c'est-√†-dire dans leur propre th√©ologie, les Pharisiens et les Sadduc√©ens, qui n'√©taient pas des hommes de mauvaise r√©putation, mais plut√īt des hommes de bonne r√©putation, des hommes qui devaient avoir une vie au-dessus de tout reproche, pour pouvoir assumer leur charge dans la maison de Dieu.

            C'√©taient des hommes qui, pour devenir sacrificateurs, devaient √™tre issus d'une certaine lign√©e. Et leurs p√®res avaient d√Ľ √™tre des sacrificateurs avant eux.

8.         Et pourtant, il est possible qu'un brave homme cultiv√©, bien vers√© dans sa doctrine biblique, soit n√©anmoins un incroyant. En effet, ce soir je ne pense pas que nous ayons beaucoup d'hommes en Am√©rique ce soir, qui puissent faire face, quant √† l'√©rudition, aux sacrificateurs de ce temps-l√†, car c'√©tait des savants.

            Et ils devaient √™tre sans reproche du point de vue moralit√©. Ils connaissaient leurs Ecritures, exactement comme les gens connaissent le cat√©chisme aujourd'hui. Et pourtant, dans tout ceci, il est possible que des hommes soient tr√®s sinc√®res, qu'ils soient de grands √©rudits de la Bible, tout en ayant de faux enseignements. En effet, cela prouve qu'il peut en √™tre ainsi.

9.         Et ces Pharisiens avaient entendu parler des grandes et merveilleuses Ňďuvres de notre Adorable Seigneur. Mais pour eux, cet Homme semblait avoir une nouvelle doctrine. Et la chose la plus b√©nie √† laquelle nous puissions penser √† pr√©sent, c'est que c'√©tait une doctrine parfaitement bas√©e sur les Ecritures, une doctrine biblique. Et Dieu Ňďuvrait avec Lui, confirmant les Paroles qu'Il pronon√ßait quand Il pr√™chait. C'est ce qui fait la diff√©rence, le fait que Dieu confirme ce qui est dit. L'homme peut faire des d√©clarations, mais si Dieu ne confirme pas cette parole-l√†, alors cela n'est pas la v√©rit√©. Dieu confirme toujours Sa Parole.

            Mais l√† o√Ļ est accompli le surnaturel, cela attire donc l'attention d'une multitude de gens de toute esp√®ce. Si seulement nous avions le temps, nous pourrions aller en Egypte pour voir quand Mo√Įse et Aaron... Quand ils √©taient en Egypte, le surnaturel a √©t√© accompli. Une multitude de gens de toute esp√®ce les a suivis dans le d√©sert, et elle a finalement p√©ri lors de la r√©volte de Kor√©. Mais Dieu a toujours confirm√© Sa Parole. Et le Dieu vivant vit dans Sa Parole et rend Sa Parole r√©elle dans chaque g√©n√©ration.

10.       Ils L'accusaient d'√™tre un d√©mon ou B√©elz√©bul, comme le dit la Bible. Et B√©elz√©bul √©tait le prince des d√©mons. Et la raison pour laquelle on Le taxait ainsi, c'√©tait parce qu'Il √©tait investi d'un certain pouvoir tel qu'Il pouvait parcourir Son audience des yeux et conna√ģtre les noms des gens. Il pouvait √©galement leur dire les pens√©es qui √©taient dans leurs cŇďurs. Et un Juif bien instruit, qui √©tait un √©lu, vint vers Lui sur l'invitation de l'un des disciples de J√©sus, du nom de Philippe. Et ce dernier trouva son ami Nathana√ęl en pri√®re et il l'amena aupr√®s de J√©sus. Et quand J√©sus vit cet homme, Il dit : " Voici un Isra√©lite en qui il n'y a point de fraude. "

            Et ce dernier dit : " Quand m'as-Tu connu, Rabbi? " Il √©tait‚Ķcela l'a √©tonn√©.

            Et Il dit : " Avant que Philippe t'appel√Ęt, quand tu √©tais sous l'arbre, Je t'ai vu. "

            Et puis, cet homme qui √©tait un H√©breu fervent et qui connaissait les Ecritures sous leur vrai jour, dit : " Tu es le Fils de Dieu. Tu es le roi d'Isra√ęl! " Parce qu'un fait surnaturel avait √©t√© accompli, il a reconnu qu'il s'agissait du Messie.

11.       Mais les Pharisiens disaient, les √©rudits et les intellectuels de ce jour-l√†, eux disaient : " Cet homme est B√©elz√©bul. Il fait ces choses par les Ňďuvres du diable ou plut√īt par la puissance du diable. "

            Et J√©sus a dit : " Si Satan peut chasser Satan, alors son royaume est divis√©. "

            Et en ce qui - pour moi, cela est suffisant pour savoir que Satan n'a aucun pouvoir du tout pour gu√©rir. En effet, la gu√©rison est une cr√©ation. Et Satan n'est pas un cr√©ateur. Il peut seulement pervertir ce que Dieu a d√©j√† cr√©√©. Dieu est le seul Cr√©ateur.

            Par cons√©quent, il n'existe point de gu√©rison en dehors de la gu√©rison divine. Le m√©dicament ne reconstitue pas et ne cr√©e pas. Le m√©dicament tue les germes. Et l'op√©ration √©limine les causes. Mais c'est Dieu qui gu√©rit. " Je suis l'Eternel qui gu√©rit toutes tes maladies. "

12.       Eh bien, nous constatons aujourd'hui que bien des d√©clarations sont faites au sujet de la gu√©rison divine. On constate que le m√©decin dit au chirurgien : " N'allez pas l√†-bas chez ce boucher. Vous n'avez pas besoin d'une op√©ration. "

            Si vous allez chez le chirurgien, il dira au m√©de-‚Ķ - du m√©decin : " Vous n'avez pas besoin de pilules sucr√©es. Vous avez besoin d'une op√©ration. "

            Tous les deux diront du chiropraticien : " Il ne fait rien d'autre que vous briser les os. "

            Le chiropraticien dira la m√™me chose de l'ost√©opathe : " Il va juste vous frotter. "

            Et tous disent : " C'est une chose absurde que le pr√©dicateur prie pour les malades. "

13.       Et si nous consid√©rons cela sous son vrai jour, quand vous voyez les gens afficher de telles attitudes, cela montre qu'il y a des motifs √©go√Įstes quelque part l√† derri√®re.

            Nous savons que les chirurgiens font du bien. Nous savons que le m√©decin fait du bien, ainsi que le chiropraticien et l'ost√©opathe. Et si nous avions le bon genre de sentiments envers notre prochain, si nos motifs √©taient justes et que ce n'√©tait pas une affaire d'argent, nous serrerions nos coudes et unirions nos efforts pour rendre la vie plus agr√©able au p√®lerin, pendant qu'il parcourt ce chemin. Ce sont les motifs cach√©s derri√®re la chose qui r√©gissent le caract√®re de l'homme. J√©sus les a r√©primand√©s pour cela.

14.       Maintenant, dans tous les √Ęges, Dieu a eu des ouvriers qui √©taient √† l'Ňďuvre. Autrefois, dans les temps bibliques, quand il se produisait un miracle, les gens remerciaient simplement le Seigneur pour ce miracle. Mais nous, nous vivons dans un temps diff√©rent. Quand quelqu'un dit quelque chose au sujet de la gu√©rison divine, les gens veulent aller chercher un m√©decin pour que ce dernier examine la chose, qu'il v√©rifie si c'est la v√©rit√©. C'est l√† la base fondamentale de l'incr√©dulit√©. " La foi est une ferme assurance des choses m√™me qu'on esp√®re, une d√©monstration de celles qu'on ne voit pas. " Nous sommes gu√©ris parce que nous croyons que nous sommes gu√©ris.

15.       Que serait-il arriv√© si Mo√Įse, quand il a vu l'Ange dans le buisson ardent, que serait-il arriv√© si Mo√Įse s'√©tait dit : " Je vais observer √ßa, je vais donc arracher quelques feuilles et les amener au laboratoire pour voir quel genre de produit chimique a √©t√© pulv√©ris√© dessus pour qu'elles ne se consument pas. " Dieu ne lui aurait jamais parl√©. Mo√Įse a plut√īt √īt√© ses chaussures, il s'est approch√© avec r√©v√©rence et a parl√© au Buisson Ardent, et ce dernier lui a r√©pondu.

            C'est ce que nous faisons vis-√†-vis de Dieu aujourd'hui. Nous ne cherchons pas √† prouver scientifiquement ceci ou cela; nous prenons seulement Dieu au Mot et appelons les choses qui ne sont pas comme si elles √©taient.

            Nous n'avons pas besoin d'un test au laboratoire. La Parole de Dieu suffit comme test. Elle s'est av√©r√©e toujours vraie au fil des ann√©es. C'est tout ce qu'il nous faut.

            Mais en ces temps-l√†, les gens √©taient habitu√©s √† voir des miracles. Ils ne remettaient jamais cela en question. Mais, aujourd'hui, c'est une perp√©tuelle remise en question, ce qui rend les choses difficiles pour le croyant ou pour le croyant non affermi.

16.       Ensuite, nous voyons aussi que dans les - chaque √Ęge, Dieu a une personne quelque part sur qui Il peut mettre la main et travailler par elle. Depuis que le monde existe, Il a toujours eu un t√©moin. Dans tous les √Ęges Il a eu des t√©moins.

Et √† l'√©poque vers laquelle nous nous tournons maintenant, pendant le grand √Ęge d'or d'Isra√ęl, Dieu avait donn√© un don √† un homme du nom de Salomon. Celui-ci est reconnu partout o√Ļ la Bible est lue comme un sage. Il pria Dieu de lui donner la sagesse pour conduire le peuple.

            Et quand un don est donn√© √† l'√©glise, et que celle-ci refuse d'√©couter ce don, alors ce don n'aura pas d'effet. Mais quand le don est donn√© √† l'√©glise et que l'√©glise le re√ßoit, alors c'est un √Ęge d'or pour cette √©glise-l√†.

            Isra√ęl a eu son √Ęge d'or sous Salomon. Tout Isra√ęl glorifiait Dieu pour ce merveilleux don. Il op√©rait parfaitement. Et les gens pouvaient voir les r√©sultats, montrant que ce n'√©tait pas juste une supercherie. C'√©tait un vrai don de Dieu.

17.       Et alors, concernant les nouvelles, quand des voyageurs passaient par le pays, ils entendaient parler de ce grand don de Dieu, et ils allaient en parler aux autres. C'est de cette mani√®re que la Bonne Nouvelle se r√©pand : les uns en parlent aux autres.

            Et alors, aux extr√©mit√©s de la terre, il y avait une petite reine, peut-√™tre une petite reine pa√Įenne, appel√©e la reine de S√©ba. Et dans son grand royaume, les gens qui √©taient pass√©s par Isra√ęl, venaient et disaient : " Vous devriez voir ce grand don que Dieu a donn√© √† Isra√ęl. "

18.       Vous savez, la foi vient de ce qu'on entend, quand vous parlez de la chose. Nous ne parlons pas assez de bonnes choses de Dieu. Ce soir, l'Eglise du Dieu vivant est trop occup√©e √† parler des √©missions t√©l√©vis√©es, √† parler d'un certain genre de jeu de ballon ou de quelque chose de ce genre. Vous devriez constamment t√©moigner de la puissance de la r√©surrection de J√©sus-Christ, et laisser votre vie enti√®re en √™tre envelopp√©e.

19.       Ainsi, tandis que les gens venaient et repartaient, la petite reine continuait √† entendre bien des choses √† ce sujet, et elle en a tellement entendu qu'elle a eu la soif de voir cela. Si vous continuez √† mener le genre de vie correct et √† dire aux gens combien J√©sus est bon envers vous, ceux-ci commenceront √† beaucoup d√©sirer en savoir quelque chose, quelque chose qui va remplacer toutes ces absurdit√©s et tous ces plaisirs du monde.

            Comme je l'ai dit hier soir, comment les hommes ou les femmes peuvent-ils oser cela ? Vous n'avez pas le droit de faire ces choses. Vous avez √©t√© rachet√©. Vous ne vous appartenez pas. Mais vous avez √©t√© rachet√© au prix du Sang pr√©cieux de J√©sus-Christ, et vous ne vous appartenez pas pour g√Ęcher votre vie et mener une telle vie. Vous n'avez aucun droit l√©gal de prendre cette vie que Christ a rachet√©e et la livrer au diable. Vous n'avez pas le droit de faire cela.

20.       Et comme je l'ai dit, cette soif, cette soif que vous √©prouvez en vous, Dieu vous a cr√©√© avec. Tel que Dieu vous a con√ßu, cela est en vous. Il vous a cr√©√© et vous a donn√© la soif - la soif de Lui. Mais vous essayez de satisfaire cela avec les divertissements du monde : danser, boire, fumer, jouer √† l'argent, convoiter, essayant de satisfaire cette sainte soif b√©nie avec les choses du monde. Vous n'avez pas le droit de le faire ; et vous trompez et volez Dieu quand vous faites cela.

21.       Cette petite reine commen√ßa √† avoir soif. Et elle savait que la chose qu'elle entendait, si seulement c'√©tait vrai, elle serait dispos√©e √† tout faire, si seulement c'√©tait vrai. Ainsi, elle r√©solut en elle de ne plus se contenter de ce que quelqu'un a dit. J'aime cela.

            Vous savez, quand Philippe a rencontr√© Nathana√ęl, ou plut√īt, Nathana√ęl a rencontr√©‚Ķ ou plut√īt, Philippe a rencontr√© Nathana√ęl sous l'arbre, Nathana√ęl a dit : " Peut-il venir de Nazareth quelque chose de bon? "

            Et je crois que Philippe lui a donn√© la meilleure r√©ponse qui p√Ľt √™tre donn√©e. Il a dit : " Viens, et vois. " Voil√† comment √™tre convaincu, venir et voir.

22.       Et la petite reine savait qu'elle √©tait une mortelle, et qu'elle irait forc√©ment dans une √©ternit√© de t√©n√®bres. Comme un rayon de lumi√®re venait vers elle du monde inconnu, cela refl√©tait quelque chose en rapport avec sa destin√©e √©ternelle ; elle √©tait d√©termin√©e √† voir cela personnellement. Plaise √† Dieu que chaque citoyen am√©ricain ait le m√™me d√©sir ce soir.

            Bon, elle a donc fait des pr√©paratifs pour le voyage. Et maintenant, pensez √† ce qu'elle devait affronter. Pour commencer, elle √©tait une femme. Et elle avait environ trois mois de voyage dans le d√©sert, non pas √† bord d'une Cadillac climatis√©e, mais sur le dos d'un chameau. Parfois les gens veulent que J√©sus vienne et entre de Lui-m√™me en eux. Il ne vient pas comme cela. Vous devez vouloir cela.

23.       Ainsi, quand cette v√©ritable foi s'√©tait √©tablie dans son cŇďur pour voir si c'√©tait la v√©rit√© ou pas, elle n'a pas fait cas du prix √† payer, elle √©tait d√©termin√©e √† voir si c'√©tait la v√©rit√© ou pas. J'aime cela.

            Si cette rumeur concernant cette s√©rie de r√©unions d'Indianapolis avait seulement un cadre pour pousser les gens √† venir voir si ce groupe de personnes a le vrai Saint-Esprit ou pas, pour voir si le bapt√™me du Saint-Esprit existe... Et ils auraient fait cela, s'ils n'avaient pas √©touff√© leur vie avec un credo d'√©glise ou avec un divertissement du monde. Et ils satisfont cette soif avec ces choses, alors que c'est Christ qui devrait occuper cette place. C'est exact.

24.       Maintenant remarquez, la travers√©e de ce d√©sert, √† dos de chameau, lui a pris environ quatre-vingt-dix jours. Mesurez la distance sur votre carte. Non seulement √ßa, mais il y avait des dangers p√©rilleux dans le d√©sert. Les enfants d'Isma√ęl s'y trouvaient, des brigands. Et ils... Cette pauvre petite femme √©tait l√† toute seule, une reine. Que repr√©sentait sa petite poign√©e d'eunuques en face de la grande bande d'Isma√©lites, des brigands?

            Et non seulement elle a dit : " J'irai voir de moi-m√™me ", mais elle a dit aussi : " Je vais amener avec moi une offrande. Si la chose est vraie, je vais soutenir cela avec tout ce que j'ai. " J'aime cela.

            Elle a charg√© ses chameaux avec de l'encens, de l'or et de l'argent. Et quelle belle occasion pour les brigands ! Mais elle croyait qu'elle verrait cela. Et si vous √™tes d√©termin√© √† voir si Christ est ressuscit√© des morts, peu importe le prix √† payer, Dieu frayera une voie pour que vous voyiez cela. C'est vrai.

25.       Et elle a pris ses offrandes, les a plac√©es sur ses chameaux et elle s'est install√©e l√†, cette jeune dame ; elle a voyag√© √† travers le d√©sert jour et nuit, jour et nuit, d√©termin√©e de voir si ce grand don de Dieu op√©rait r√©ellement. Elle se disait : " Je n'ai jamais entendu pareille chose de ma vie. Mais j'irai voir si c'est vrai. " Elle est finalement arriv√©e aux portes. Elle n'√©tait pas venue juste pour rester une seule soir√©e de r√©veil. Elle allait rester jusqu'√† ce qu'elle soit convaincue.

            √Ē Dieu, je prie que les gens aient cette attitude: rester jusqu'√† ce que cela soit r√©gl√©; √™tre s√Ľr que vous √™tes convaincu. N'allez pas √† l'autel pour dire : " Seigneur, si Tu veux que j'aie le Saint-Esprit, donne-Le-moi. Eh bien, comme Tu ne l'as pas fait, je m'en vais. Il n'en est rien. " C'est la raison pour laquelle vous ne Le recevez pas.

            Quand on a pri√© pour vous, vous dites : " Je ne vois aucun changement. Je pense que la gu√©rison [divine], √ßa n'existe pas. " Restez jusqu'√† ce que vous soyez convaincu.

26.       Elle a d√©charg√© les chameaux. Elle s'est s√©par√©e de ses soldats. Et quand elle est all√©e jusqu'au tr√īne du palais, elle s'est tenue l√† √† la porte, et elle a vu ce grand don de Dieu commencer √† agir sur Salomon. Quand elle a vu ce discernement de l'Esprit, tel que personne ne pouvait venir devant lui et l'√©galer en sagesse... Il avait un esprit de discernement. Et elle est rest√©e plusieurs jours pour observer.

            Et apr√®s qu'elle eut √©t√© convaincue, elle est all√©e d√©tiqueter - d√©charger ses chameaux. Elle a fait de grands dons en guise de soutien. Et pas seulement cela, elle a dit : " Tout ce que j'avais entendu est la v√©rit√©, et c'est m√™me plus que ce que j'avais entendu. "

            Oh! si seulement l'Eglise du Dieu vivant pouvait en arriver au point o√Ļ les gens resteraient au pied de la croix, en s'humiliant jusqu'√† ce qu'ils soient convaincus que J√©sus-Christ vit et r√®gne !

27.       Nous vivons un temps glorieux, nous vivons un jour glorieux. Et Dieu a envoy√© Son Fils comme Victime Expiatoire pour nos p√©ch√©s. Il est mort √† notre place. Lui, l'Innocent, est devenu coupable, afin que nous, les coupables, devenions innocents. C'est √ßa l'histoire. Pensez-y alors que vous jugez votre propre vie corruptible dans Sa Pr√©sence. J√©sus est devenu vous, afin que, par Sa gr√Ęce, vous deveniez Lui.

            Vous qui √©tiez en route vers l'enfer, Il a pris votre place afin que vous vous asseyiez au ciel avec Lui sur Son Tr√īne. Vous qui √©tiez un fils du diable par nature, Il a √īt√© la nature ou le p√©ch√© de votre nature, pour que vous deveniez un fils de Dieu et que vous vous assoyiez avec Lui au ciel. C'est √ßa l'histoire. Et Il nous a laiss√© un T√©moin.

28.       Il a dit : " Encore un peu de temps et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous me verrez, car Je (et je est un pronom personnel) - Je serai avec vous, m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde. Et les choses que Je fais, vous les ferez aussi. Vous en ferez davantage, car Je M'en vais √† Mon P√®re. Celui qui croit en Moi fera aussi les Ňďuvres que Je fais. "

            Maintenant : " Je ne vous laisserai pas orphelins. Je prierai le P√®re. Il vous enverra le Saint-Esprit de v√©rit√©. " Et le Saint-Esprit, quand Il est venu, c'√©tait pour rendre t√©moignage de J√©sus. Eh bien, si ce n'est pas vrai, alors Dieu a promis quelque chose qu'Il n'√©tait pas capable d'accomplir.

29.       Mais, dans ce grand √Ęge des ath√©es, des infid√®les, des sceptiques, dans lequel nous vivons, je suis si heureux de pouvoir d√©fier le monde sur le fait qu'au milieu de toutes sortes de divinit√©s pa√Įennes et tout le reste, d'idoles et de vies mondaines, il y a un J√©sus-Christ r√©el, ressuscit√©, vivant, Qui est tout aussi r√©el ce soir qu'Il l'√©tait quand Il marchait en Galil√©e. Il n'a pas failli. Il ne faillira pas. Et ce Glorieux J√©sus est maintenant au milieu de nous. Et Il va montrer Lui-m√™me qu'Il est vivant. Il montre Lui-m√™me qu'Il est vivant. Il est le Dieu omnipr√©sent, omnipotent, infini, Qui ne peut pas faillir.

30.       Et je vous demande ce soir, mon ami p√©cheur, pendant que vous √™tes en p√®lerinage ici sur cette terre, avec devant vous votre destination √©ternelle, ce soir il y a devant vous le bien et le mal. Si vous d√©sirez satisfaire cette soif que Dieu vous a donn√©e pour L'aimer en prenant les choses du monde pour essayer de satisfaire cette soif sacr√©e, le Dieu du ciel a √©lev√© Son Fils et a envoy√© le Saint-Esprit comme un Don pour l'√©glise dans cet √Ęge, afin que ce Saint-Esprit prenne et √©tanche chaque soif qui est en vous pour vous donner une paix b√©nie.

            Je vous L'offre ce soir comme votre Sauveur et le seul M√©diateur entre Dieu et l'homme. Et, alors que nous inclinons la t√™te juste un instant, je veux que vous pensiez √† ces choses. Soyez sinc√®re; soyez tranquille devant Dieu juste pour une minute ou deux. Pensez-y.

31.       Christ vous a-t-Il satisfait au point o√Ļ tous vos d√©sirs ont tous √©t√© satisfaits en Lui? Est-Il devenu la Fontaine m√™me de votre vie? Ou essayez-vous de Le repousser et de satisfaire vos d√©sirs avec la convoitise de ce monde? Ou par une autre ruse de l'ennemi, essayez-vous de satisfaire ce d√©sir en adh√©rant √† une √©glise et en n√©gligeant cette glorieuse naissance spirituelle qui est le seul rem√®de par lequel vous pouvez √™tre sauv√©? Car l'Auteur m√™me de la Vie dit : " Si un homme ne na√ģt de nouveau de l'Esprit de Dieu, il ne peut en aucun cas entrer. "

            S'il y a une telle personne, pendant que vous vous examinez, dites : " Fr√®re Branham, j'ai juste go√Ľt√© un peu √† Christ. Mais, en r√©alit√©, je n'ai jamais bu √† cette Fontaine gratuite. J'ai encore de la malice et des querelles. Je suis membre de l'√©glise, mais je n'ai jamais √©t√© satisfait, et je veux que Christ soit ma Portion satisfaisante. Je reconnais que j'aime encore voir les gens raconter des plaisanteries, Arthur Godfrey et tous ces autres acteurs du monde. "

32.       J'ai lu r√©cemment dans un journal qu'un commentateur a pass√© deux ans‚Ķ Chacun de ces acteurs a trois ou quatre psychiatres pour les maintenir en forme. Pourquoi ne venez-vous pas √† Christ pour Le recevoir comme Celui qui a port√© vos p√©ch√©s, comme votre suf-‚Ķ - Tout-Suffisant? Car, permettez que je vous explique ceci : Il est la Fontaine intarissable de la Vie. Il est le Don de Dieu pour vous.

            Pendant que nous prions partout dans l'√©glise et que nous r√©fl√©chissons l√†-dessus, voulez-vous lever ce soir vos mains vers Christ? Dites : " √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers moi, touche mon cŇďur ce soir par Ton Saint-Esprit et donne-moi la portion satisfaisante que je d√©sire tant. " Allez-vous le faire juste avant que nous priions pour les malades? Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re, vous ma sŇďur, vous mon fr√®re. Soyez simplement en pri√®re, toute l'√©glise maintenant.

33.       Que Dieu vous b√©nisse, jeune homme. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re ici. Quelqu'un d'autre? Et ma sŇďur, et mon fr√®re l√† au fond, et le‚Ķ par-l√†, et par ici, que Dieu vous b√©nisse tous. " √Ē Christ, je l√®ve ma main vers Toi. Sois ma Portion √©ternelle. " Que Dieu vous b√©nisse par ici, dans l'all√©e centrale, fr√®re, et vous sŇďur qui √™tes juste derri√®re lui.

            " Toi, la Fontaine de tout mon r√©confort. " Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur, par ici, vous fr√®re qui √™tes √† c√īt√© d'elle, vous qui √™tes par ici dans l'all√©e. Vous, les personnes √Ęg√©es, l√†, qui avez lev√© les mains, que Dieu vous b√©nisse. Qu'a dit Crosby? Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re.

            Toi, la Fontaine de tout mon r√©confort,

            Plus que la vie pour moi.

            Qui ai-je? (Puis-je changer cela juste un instant pour cet [appel √† l'] autel?)

            Qu'ai-je sur terre √† part Toi pour me satisfaire?

            Rien que le Sang de J√©sus. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. C'est juste. Dieu vous voit. Souvenez-vous, quand vous levez la main, comme je l'ai dit hier soir, vous brisez chaque - chaque loi de la gravitation. Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur.

34.       Vous d√©fiez les lois de la gravitation quand vous levez la main. Pourquoi? Vous avez un esprit en vous. Et cet esprit a pris une d√©cision selon laquelle il veut servir Christ pour avoir la vie. Votre esprit ne veut pas mourir. Donc, par le... Pour d√©fier les lois de la gravitation, laquelle maintiendrait vos mains baiss√©es, il y a en vous quelque chose de surnaturel qui fait que votre - vous leviez les mains vers votre Cr√©ateur. Dieu voit cela. Si vous √™tes s√©rieux, Il inscrit votre nom dans le Livre de Vie, " et vous avez la Vie √Čternelle, la Vie qui dure √† toujours, et vous ne viendrez jamais en jugement, mais vous √™tes pass√© de la mort √† la Vie ". Saint Jean 5.24, c'est la Parole de Dieu.

            Y a-t-il un autre juste avant que nous priions? " Fr√®re Branham, souvenez-vous de moi. " Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re, l√† au fond. Et je vois vos mains l√† tout au fond. Bien s√Ľr que Dieu vous voit. Que Dieu vous b√©nisse ici, sŇďur, vous sŇďur, vous fiston, vous sŇďur. Que Dieu vous b√©nisse l√†, fr√®re, vous sŇďur, vous, oh! c'est merveilleux. Quarante, cinquante mains se sont d√©j√† lev√©es dans ce petit groupe ce soir.

35.       " Je veux maintenant faire ma promesse de loyaut√© √† Christ. Je le promets maintenant, avec mes mains lev√©es. Sois ma Portion √©ternelle. "

            Et le don de Dieu, la Vie Eternelle qui est le plus grand don au monde, dira en retour dans votre cŇďur : " Oui, Mon enfant, Je te re√ßois maintenant. "

            Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur, ici aux places r√©serv√©es. Que Dieu vous b√©nisse l√†-bas, sŇďur. Il vous voit certainement. Que Dieu vous b√©nisse, mon fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, fr√®re. Que Dieu vous b√©nisse, ici. " Toi, ma Portion √©ternelle... " Voulez-vous lever la main une fois de plus avant la pri√®re? Que Dieu vous b√©nisse, sŇďur. Vous qui √™tes l√† en arri√®re l√†, ouais. D'autres n'ont pas encore lev√© la main, mais ils d√©sirent accepter Christ. Voulez-vous le faire juste maintenant? Que Dieu te b√©nisse, petit gar√ßon. Tr√®s bien.

36.       Juste une minute de plus. Je sais que notre temps file. Combien ici n'ont peut-√™tre jamais assist√© √† une r√©union auparavant? Dites : " Fr√®re Branham, je suis venu ce soir sur cette unique base. Je suis venu comme la reine de S√©ba. Je suis venu, j'ai entendu parler de ce Christ qui est ressuscit√© des morts et qui fait ici au Tabernacle Cadle la m√™me chose qu'Il a faite avant Sa crucifixion. " " Et si Christ fait cela ce soir, puisque je suis venu comme la reine de S√©ba pour voir, moi aussi j'abandonnerai mon cŇďur. Oh! j'ai √©t√© un membre d'√©glise, Fr√®re Branham, mais je ne suis pas encore n√© de nouveau. J'aime toujours les choses du monde. " Oh! vous dites : " Est-ce que vous... Y a-t-il quelque chose qui vous emp√™che d'aimer cela? "

            J√©sus a dit, ou la Bible dit : " Celui qui aime le monde ou les choses du monde, l'amour de Dieu n'est m√™me pas en lui. "

37.       Vous ne pouvez pas aimer les souillures et les amusements du monde moderne, et aimer encore Christ. C'est totalement impossible. Une eau am√®re et une eau douce ne peuvent pas sortir d'une m√™me source. Voudriez-vous lever la main et dire : " Si Dieu me prouve cela ce soir, je jure que je serai Son serviteur bien-aim√© tant que je vivrai "? Tous les membres d'√©glise qui sentent cela, ou les p√©cheurs, levez la main. Que Dieu vous b√©nisse. Il y en a des dizaines. Tr√®s bien, prions.

38.       √Ē Toi, ma Portion, Toi, le Merveilleux Christ, viens, √ī Christ, et re√ßois ceux-ci. Par les fruits de ce message ce soir, Dieu a √©t√© apport√© dans leur cŇďur. Car Tu as dit : " Nul ne peut venir √† Moi si Mon P√®re ne l'attire premi√®rement. " Et ceux-ci sont des dons d'amour que Dieu a donn√© √† Son Fils. Et Tu as dit : " Nul ne peut les arracher de Ma main, car personne n'est aussi grand que Mon P√®re qui me les a donn√©s. "

            Et je Te les pr√©sente, √ī Dieu tr√®s saint. Et je prie sinc√®rement avec tout ce qui est en moi que si Tu gardes leur cŇďur dans une paix parfaite, et si Tu satisfais chaque d√©sire de leur √Ęme, et rends Christ si r√©el √† eux, P√®re, ils ne voudront plus jamais errer. Ils sont Tiens, P√®re. Je Te les donne au Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus. Amen.

            [Espace vide sur la bande - N.D.T.] ...?... vieux cantiques, les aimez-vous? Oh! ils ont quelque chose de tr√®s r√©el.

Je L'aime, je L'aime,

Parce qu'Il m'aima le premier

Et acquit mon salut

Sur le Calvaire froid et sombre.

            Chaque croyant qui est ici ce soir et tous ceux qui aiment Dieu, levons les mains pendant que nous chantons ceci. Allons-y maintenant, tout le monde.

Je L'aime, je L'aime

Parce qu'Il m'aima le premier,

Et acquit mon salut

Sur le bois du Calvaire.

39.       Cela ne vous fait-il pas quelque chose? Cela ne vous donne-t-il pas une portion satisfaisante? Combien sentent cela √† ce sujet? Dites : " Cela me fait quelque chose. " Qu'est-ce que c'est? Le Sang de J√©sus-Christ nous purifie de tout p√©ch√©. Nous ne pouvons pas compter sur nos propres m√©rites, nous comptons seulement sur Ses m√©rites ; en effet, Dieu L'a agr√©√©, et nous, √©tant en Christ... Le Corps de Christ a d√©j√† √©t√© jug√©. Nous ne pouvons plus jamais √™tre jug√©s, parce que nous avons accept√© Christ comme notre Victime Expiatoire. Par cons√©quent, nous ne pouvons pas √™tre jug√©s. Dieu ne peut pas √™tre juste et nous faire venir en jugement. Nous sommes pass√©s de la mort √† la Vie. Il a √©t√© jug√© √† notre place.

            Cela √©mouvrait le cŇďur du p√©cheur au cŇďur le plus noir du monde, si ce message pouvait seulement y p√©n√©trer. Maintenant, nous allons prier pour les malades. Je ne sais pas exactement comment nous allons √©voluer, mais tout repose entre les Mains de Dieu. Mais j'aurais souhait√© que vous me pr√™tiez toute votre attention pendant un instant. Je prierai pour autant de gens que possible. Alors nous allons nous mettre √† prier pour eux un peu plus vite.

40.       Et je me demande ce soir, pendant que nous nous trouvons ici √† la cl√īture de cette s√©rie de r√©unions, j'aimerais remercier Buford Cadle, ainsi que le personnel du Tabernacle Cadle du fond de mon cŇďur pour le privil√®ge que nous - qu'ils nous ont accord√© de venir dans cette grande ville, et de venir dans leur tabernacle, et d'√™tre leur h√īte ici. Ma sinc√®re pri√®re est que Dieu remplisse ce tabernacle d'√Ęmes repenties.

            Le bien-aim√© pasteur ici, je ne me souviens pas de son nom maintenant. Je l'ai entendu plusieurs fois √† la radio, c'est un merveilleux enseignant de la Bible et un fr√®re b√©ni. Et tout le monde conna√ģt Russell Ford qui a chant√© avec madame Cadle, feu madame Cadle qui avait une belle voix. Que Dieu le b√©nisse aussi. Et tous ceux qui s'occupent de ce tabernacle, nous remercions Dieu pour eux. Que le Seigneur les b√©nisse. [Un fr√®re dit : " C'est R√©v√©rend Reynolds. " - N.D.E.] R√©v√©rend Reynolds, je crois que c'est Docteur R√©v√©rend Reynolds. Nous sommes... [Espace vide sur la bande - N.D.E.]

41.       Si cela se trouve dans l'expiation, c'est une Ňďuvre accomplie. Le salut a √©t√© accompli quand Christ est mort. Et chaque b√©n√©diction r√©demptrice a √©t√© accomplie quand Christ est mort au Calvaire. Et la seule chose que nous faisons, c'est d'accepter cela comme notre don personnel de Dieu √† travers Christ.

            Premi√®rement, cela vient par l'√©coute de la Parole. Ensuite, cela vient par des docteurs, des ap√ītres, des proph√®tes, et d'autres dons dans l'Eglise.

            Or, ce n'est pas √† J√©sus de faire ces choses. Que cela soit bien connu. J'ai quarante-huit ans. Je ne sais pas combien de temps m'a √©t√© imparti ici sur terre. Mais qu'on sache bien ceci : Dieu ne doit pas faire ces choses justes pour prouver qu'Il est Dieu, mais Il les fait parce qu'Il a promis de les faire. J√©sus a dit qu'Il l'a fait afin que ce qui a √©t√© annonc√© par les proph√®tes soit accompli. "

42.       Dieu fait ceci ce soir parce que J√©sus a dit : " Les choses m√™me que Je fais, vous les ferez aussi. Je serai avec vous et m√™me en vous jusqu'√† la fin du monde. " Il doit tenir cette Parole. Et puis, apr√®s Sa r√©surrection, nous avons vu Cl√©opas et son ami aller √† Emma√ľs. Et ils ont march√© toute la journ√©e avec un Homme, sans savoir que c'√©tait J√©sus.

            Et beaucoup de pr√©cieuses personnes ici pr√©sentes ce soir marchent ainsi chaque jour. Peut-√™tre que vous n'avez jamais √©t√© un chr√©tien auparavant. Mais c'est Christ qui vous a √©pargn√© de cet accident. C'est Christ qui a √©pargn√© la vie de ce b√©b√©. Vous n'avez simplement pas reconnu cela.

43.       Mais quand Il les a fait entrer √† l'int√©rieur et qu'Il a ferm√© les portes de la petite auberge, Il a fait exactement ce qu'Il avait fait quand Il √©tait ici avant Sa crucifixion. Et leurs yeux se sont ouverts, et ils ont reconnu que c'√©tait le Christ ressuscit√©. Ils sont revenus √† J√©rusalem d'un pas l√©ger, joyeux, non pas pour discuter au sujet de leur religion, mais pour dire : " Le Seigneur est r√©ellement ressuscit√©. "

44.       C'est la raison pour laquelle nous sommes ici: pour manifester par la volont√© de Dieu, √† travers le don de Dieu, le J√©sus ressuscit√©. Et s'Il vient ce soir sur l'estrade et dans l'auditoire, et fais les choses comme - juste comme Il le fit ici sur la terre avant Sa crucifixion... La Bible dit dans H√©breux 13.8 : " J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui, et √©ternellement. "

            Maintenant, hier J√©sus pr√©tendait-Il √™tre un Gu√©risseur? Certainement pas. Il a dit : " Ce n'est pas Moi qui fais les Ňďuvres; c'est Mon P√®re qui demeure en Moi. C'est Lui qui fait les Ňďuvres. " Maintenant, √©coutez Saint Jean 5.19. Il a pass√© un groupe d'estropi√©s. Il n'en a gu√©ri aucun. Il est all√© vers un homme qui √©tait √©tendu sur un petit grabat. Et Il a dit : " Veux-tu √™tre gu√©ri? " Car J√©sus savait qu'il √©tait dans cette condition. Quand l'homme a √©t√© attrap√©, il a √©t√© interrog√© apr√®s sa gu√©rison.

45.       J√©sus a dit : " En v√©rit√©, en v√©rit√©, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-m√™me, mais ce qu'Il voit faire au P√®re, le Fils le fait pareillement. " Je‚Ķ Il est ressuscit√© des morts et Il fera la m√™me chose ce soir.

            Eh bien, mon fils a distribu√©... Quelles cartes de pri√®re as-tu... ? La s√©rie Q, de 1 √† 100?
EN HAUT