ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication L'ENSEVELISSEMENT de William Branham a été prêchée 57-0420 La durée est de: 1 hour and 5 minutes .pdf La traduction SHP
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

L'ENSEVELISSEMENT

1.         P√®re c√©leste b√©ni, tandis que la - la Pr√©sence du Saint-Esprit est d√©j√† ici, nous approchons Ta Sainte Parole. Et quoique j'aie une mauvaise voix, essayant de retenir les mots et de les prononcer aussi lentement et pos√©ment que possible, je demande Ta conduite divine et puisse l'onction du Saint-Esprit se mouvoir parmi nous ce soir. Et puisse Celui qui est Omnipr√©sent prendre la Parole de Dieu et l'apporter √† chaque cŇďur, selon nos besoins respectifs. Puisse-t-Il nous nourrir ce soir des bonnes choses de Dieu.

2.         Et ce soir, pendant que nous parlons de la Parole, que nos cŇďurs soient emport√©s √† plusieurs kilom√®tres jusqu'au Calvaire, l√† o√Ļ J√©sus a pay√© ce prix tout-suffisant que les grands jugements de Dieu exigeaient depuis le Jardin d'Eden. Et aujourd'hui, puissions-nous r√©aliser que nous sommes gratuitement justifi√©s par Sa r√©surrection, par Sa mort, Son ensevelissement et Sa r√©surrection.

3.         Et ce soir, nous ne sommes plus de ce monde, car nous avons √©t√© rachet√©s au prix du pr√©cieux Sang du Fils de Dieu. Et ce soir, avec des cŇďurs reconnaissants, puissions-nous nous tourner vers Toi avec toute notre pens√©e et toute la force qui est en nous, pour Te servir d'un cŇďur pur et sans t√Ęche.

4.         Accorde ce soir, P√®re, que s'il y en a ici qui ne Te connaissent pas par le pardon de leurs p√©ch√©s, qu'ils viennent ce soir humblement √† la croix et que l√†, ils confessent leurs p√©ch√©s au Dieu qui est juste pour pardonner. Et que ceci soit une glorieuse soir√©e pour nous tous. Nous le demandons au Nom de Ton Fils, le Seigneur J√©sus. Amen.

5.         Maintenant, nous comprenons qu'il n'y a personne sur la terre qui soit suffisamment  capable de prendre la Parole de Dieu et de La r√©v√©ler, car la Parole a √©t√© √©crite par inspiration. Le Saint-Esprit est l'Auteur de la Parole.

6.         Et, au ciel, quand on a cherch√© quelqu'un pour prendre le Livre et en rompre les Sceaux, il n'a √©t√© trouv√©  personne au ciel, ni sur terre, ni sous la terre, qui f√Ľt digne de rompre les Sceaux ni m√™me de regarder le Livre. Mais il y eut l√† un Agneau qui avait √©t√© immol√© depuis la fondation du monde et Il est venu et a pris le Livre de la main de Celui qui √©tait assis sur le tr√īne, et Il a rompu les Sceaux, et Il a ouvert la Parole.

7.         Et ce soir, nous croyons et avons confiance en Lui, qu'Il nous ouvrira la Parole. Et maintenant, pendant que je lis dans Actes chapitre 2‚Ķ

8.         Comme je l'avais annonc√©, la premi√®re soir√©e il s'agissait de La seconde Venue et - du Seigneur J√©sus, c'√©tait mercredi ; jeudi soir, il s'agissait du Sacrifice tout-suffisant. Vendredi soir, il s'agissait de L'expiation toute-suffisante : La perfection. Aviez-vous saisi la chose hier soir ? La perfection, comment nous pouvons √™tre absolument irr√©pr√©hensibles et parfaits aux yeux de Dieu. Et ce soir, il s'agit de L'ensevelissement. Et demain, il s'agira de la r√©surrection, juste tel que les jours se suivent.

9.         Eh bien, ce soir, comme passage des Ecritures, j'ai choisi le Livre des Actes chapitre 2 et les versets 25, 26 et 27 inclus. Et il est √©crit ceci, c'est Pierre qui parle.

David… Car David dit de lui : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, parce qu'il est à ma droite, afin que je ne sois point ébranlé.

Aussi mon cŇďur est dans la joie, et ma langue dans l'all√©gresse ; et m√™me ma chair reposera avec esp√©rance,

Car tu n'abandonneras pas mon √Ęme dans le s√©jour des morts, et tu ne permettras pas que ton Saint voie la corruption.

10.       Quel beau texte pour ce soir, pour avoir le contexte de J√©sus-Christ dans la tombe.

11.       Premi√®rement, nous aimerions regard-‚Ķ attirer votre attention sur l'infaillibilit√© de la Parole de Dieu. Dieu tient Sa Parole √† la lettre. Et ce soir nous voulons fixer nos pens√©es l√†-dessus, sur le fait que Dieu tient Sa Parole. Nous pouvons tenir pour certain que tout ce que Dieu a dit dans Sa Parole est la v√©rit√©. Et la foi ne repose pas sur le sable mouvant des conceptions humaines ou de la th√©ologie de l'homme, mais elle trouve son lieu de repos d√©finitif sur le rocher immuable de  la Parole √©ternelle de Dieu, la Parole.

12.       Quand Dieu a dit une chose, cela demeure √©ternellement la v√©rit√©. Il ne peut jamais retirer cela et dire : "Je ne voulais pas dire cela." Moi, je peux d√©clarer des choses, et vous, vous pouvez aussi d√©clarer des choses, et ensuite nous sommes enclins √† devoir retirer cela, parce que nous l'avons dit au mieux de notre connaissance et au mieux de nos capacit√©s. Mais Dieu est donc si diff√©rent de nous, Il est infini ; par cons√©quent, Il ne dit pas une chose √† moins que √ßa soit absolument parfait. Il ne doit jamais retirer cela, Il ne doit jamais s'excuser pour ce qu'Il a dit. Cela demeure toujours la v√©rit√©.

13.       M√™me pour J√©sus en ces grands jours que nous c√©l√©brons, quand Dieu a effectivement immol√© Son Fils pour les p√©ch√©s du monde, c'√©tait peut-√™tre des milliers d'ann√©es avant m√™me que les fondations ne soient pos√©es. Dieu a prononc√© la Parole, et c'est une Ňďuvre achev√©e au Ciel quand Dieu la prononce ; c'est d√©j√† termin√©. Oh ! Si seulement nous pouvions saisir ce que cela signifie, nous serions des gens bien diff√©rents ! De voir dans Ses Livres les jugements qui y sont mentionn√©s pour ceux qui d√©sob√©issent, cela am√®nerait un homme √† s'examiner heure apr√®s heure ; et cela ferait que les justes se r√©jouissent heure apr√®s heure, en lisant les b√©n√©dictions que Dieu √† promises aux fid√®les. Et nous pouvons √™tre assur√©s que chaque Parole sera accomplie ; ancrons-y simplement notre √Ęme. Il en a toujours √©t√© ainsi.

14.       Quand Dieu parla √† No√© autrefois dans le monde d'avant le d√©luge, probablement avant m√™me qu'une Bible ne soit peut-√™tre √©crite (ou plut√īt cette Bible, de toute fa√ßon, ne soit √©crite), Dieu dit √† No√© qu'une temp√™te allait venir et que les eaux allaient submerger la terre. Et alors qu'il n'y avait pas le moindre signe que cela se produirait, tout √©tant tout √† fait contraire √† cela, No√© a agi avec crainte ; il a construit l'arche, l'a appr√™t√©e. C'√©tait pour le salut de sa maison et de lui-m√™me. Dieu ne l'a point laiss√© tomber, car c'√©tait Sa Parole. Cela devait arriver puisque Dieu avait dit que cela arriverait.

15.       Eh bien, quand Job, le livre le plus ancien de la Bible, il fut √©crit peut-√™tre avant la Gen√®se et il fut ins√©r√© dans la Bible‚Ķ Et Mo√Įse a √©crit la Gen√®se. Job, dans son livre, il s'est repos√© solennellement sur la promesse que Dieu lui avait faite. Et il s'est tenu √† c√īt√© de son holocauste sans crainte dans son cŇďur, sachant que ce que Dieu avait dit, Il est capable de l'accomplir. Et quand tout semblait aller dans le sens contraire, Job est rest√© ferme parce que la promesse de Dieu √©tait ferme. Dieu avait fait la promesse √† Job et Job se reposait sur cette promesse.

16.       Oh ! si l'Eglise pouvait atteindre ce point o√Ļ elle peut se reposer solennellement sur la Parole √©ternelle de Dieu comme √©tant la V√©rit√©, quelle diff√©rence, quelle correction, quel nettoyage, quelle joie, quelle puissance il y aurait, si les hommes et les femmes croyaient Dieu sur paroles, que ce qu'Il a dit est la v√©rit√©. Peu importe ce que les circonstances semblent √™tre, cela n'a rien √† voir. Dieu l'a dit ; cela r√®gle la question.

17.       Et Job, quand il passait par le moment de la plus grande √©preuve de toute son exp√©rience, alors qu'il avait √©t√© trouv√© un homme juste devant Dieu, m√™me Dieu a dit qu'il √©tait parfait. Il n'y avait personne comme lui sur la terre. Et Satan eut le privil√®ge de le tenter, et il disait : " Je l'am√®nerai √† te maudire en face. "

18.       Et il a presque √īt√© la vie √† Job, et il l'aurait fait, mais Dieu avait trac√© une limite, disant : " Tu peux lui faire tout ce que tu veux sauf lui √īter la vie. "

19.       Alors quand Job s'est lev√© au moment crucial m√™me de l'√©preuve, il a dit : " Je sais que mon R√©dempteur est vivant et que dans le dernier jour Il se tiendra sur la terre. Quand les verres d√©truiraient ce corps, cependant je verrai Dieu dans ma chair. " Peu importe combien √ßa semblait sombre et irr√©el, Job avait ancr√© son √Ęme dans quelque chose : la promesse √©ternelle de Dieu. Oh ! si seulement nous pouvions faire autant. Remarquez, il s'est repos√© sur cette promesse : " Je sais que mon R√©dempteur est vivant. "

20.       Et je veux que vous remarquiez, pour ce que je souhaite dire apr√®s, que Job a d√©sign√© l'endroit o√Ļ il devait √™tre enseveli. Et quand Job mourut, c'est l√† qu'il fut enseveli.

21.       Il y a eu un autre homme du nom d'Abraham, qui prenait Dieu au mot. Et il croyait en Dieu, et il a appel√© les choses qui √©taient contraires √† la promesse que Dieu lui avait faite comme si elles n'√©taient pas. Il prit Dieu au mot. Et des jours, des semaines, des mois, et m√™me des ann√©es s'√©coul√®rent, mais Abraham n'√©tait pas √©branl√© du tout. La Bible dit : " Il ne douta point, par incr√©dulit√©, au sujet de la promesse de Dieu ; mais il fut fortifi√© par la foi, donnant gloire √† Dieu. "

22.       Alors que chaque jour tout semblait tout simplement devenir plus difficile chaque jour ; malgr√© tout, au lieu de faiblir, chaque jour Job √©tait plus fortifi√©. Oh ! quelle assurance b√©nie nous avons ! Quand les difficult√©s semblent s'√©lever pour rendre impossible ce que Dieu a promis, au lieu de nous effrayer et de retourner dans le monde, nous devrons plus que jamais auparavant rester fermes sur l'AINSI DIT LE SEIGNEUR. Cela devrait r√©gler la question, quand Dieu dit quelque chose.

23.       Et Abraham appela ces choses qui √©taient comme si elles n'√©taient pas, parce qu'elles √©taient contraires √† la Parole. Et quand Abraham perdit sa ch√®re √©pouse, Sara, apr√®s plusieurs ann√©es de vie commune, il acheta une portion de terre pr√®s de l'endroit o√Ļ Job avait √©t√© enseveli, et l√† il ensevelit Sara. Vous vous demandez pourquoi ? Ils √©taient des proph√®tes. Ils avaient d√©j√† vu la chose. Ils √©taient entr√©s en contact avec Dieu. Et alors, quand Abraham mourut, il fut enseveli √† c√īt√© de Sara.

24.       Or, il ne voulut pas que ces gens-l√† lui donnent gratuitement cette portion de terre. Il acheta cela devant des t√©moins. Quel beau type du bapt√™me ! Il acheta cela devant des t√©moins, pour qu'il soit √©tabli que c'est sa possession. Oh ! c'est ainsi qu'un v√©ritable croyant devrait venir, il ne devrait pas se glisser furtivement dans un coin, mais plut√īt se tenir debout devant des t√©moins : " Je suis un t√©moin du Seigneur J√©sus et du Saint-Esprit et de Ses grandes Ňďuvres ", d'autant plus que nous voyons ce jour mauvais approcher.

25.       Et ensuite, quand le fils d'Abraham, Isaac, la promesse devait lui √™tre donn√©e‚Ķ Et quand Isaac mourut, il fut enseveli √† c√īt√© d'Abraham. Et Isaac engendra Jacob.

26.       Et quand Jacob mourut tr√®s loin en Egypte‚Ķ Et remarquez, avant sa mort, il avait dit √† son fils Joseph qui √©tait proph√®te : " Viens ici, mon fils, et mets ta main sur ma hanche estropi√©e. " En effet, souvenez-vous qu'il √©tait estropi√©, apr√®s que l'Ange du Seigneur l'eut frapp√© √† la hanche et depuis ce jour-l√† il boitait. Il dit : " Place ta main sur ma hanche et jure-moi par le Dieu de nos p√®res que tu ne m'enseveliras pas ici en Egypte. " Pourquoi ? Oh ! ils avaient la Parole, ils avaient la r√©v√©lation.

27.       Et puis-je m'arr√™ter ici pour dire que l'Eglise du Dieu vivant est b√Ętie sur la r√©v√©lation divine, pas sur la d√©nomination, les organisations, pas sur des cr√©dos ou des doctrines, mais sur la v√©rit√© spirituelle r√©v√©l√©e du Dieu vivant.

28.       Abel, dans le jardin d'Eden avait cela, quand l'Eglise commen√ßa. Comment a-t-il su qu'il fallait amener un agneau ? Pourquoi n'a-t-il pas amen√© des fruits comme Ca√Įn ? Mais cela lui √©tait r√©v√©l√©.

29.       Une fois que J√©sus parlait, Il a dit : " Qui dit-on que  Je suis, Moi, le Fils de l'homme ? "

            " Certains disent que Tu es Mo√Įse, Elie et ainsi de suite. "

            Il dit : " Mais vous, Qui dites-vous que Je suis ? "

30.       Vous voyez, cela ne repose pas sur ce que quelqu'un d'autre pense ; mais c'est sur ce que vous, vous savez √™tre la v√©rit√©. " Que dites-vous ? " Cette question serait pos√©e √† chacun d'entre nous en face ce soir : " Que dites-vous ? "

31.       Et Pierre, sans h√©sitation, a aussit√īt pris la parole, il a dit : " Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. "

32.       Comme J√©sus connaissait les secrets de tous les cŇďurs, car Il n'√©tait personne d'autre que J√©hovah manifest√© dans la chair, Il a dit : " Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont r√©v√©l√© cela, mais c'est Mon P√®re qui est dans les cieux. Et sur cette pierre, je b√Ętirai mon Eglise, et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre elle. "

33.       Et nous, tel que nous sommes venus, nous les luth√©riens nous voulons marcher par la foi, nous les m√©thodistes nous voulons crier pour avoir Cela, vous les pentec√ītistes vous voulez parler en langues pour avoir Cela, mais c'est √† dix millions de kilom√®tres de la Chose.

34.       C'est une r√©v√©lation divine du Seigneur J√©sus-Christ, la Personne de Son Etre rendue manifeste dans le cŇďur : " Sur cette pierre, Je b√Ętirai Mon Eglise et les portes du s√©jour des morts ne pr√©vaudront point contre elle. " Cela va parfaitement avec Matthieu 24‚Ķ 5.24 - ou plut√īt Saint Jean 5.24 : " Celui qui entend Mes Paroles et qui croit en Celui qui M'a envoy√© a la Vie Eternelle ; il ne viendra point en jugement, mais il est pass√© de la mort √† la vie ." Ce n'est pas parce que vous avez eu un quelconque mouvement, une quelconque √©motion, mais parce que vous avez eu le privil√®ge de recevoir du Ciel la r√©v√©lation de Christ, "sur cette pierre, Je b√Ętirai Mon Eglise ".

35.       Et alors, quand Jacob mourut, son fils a fait appr√™ter son corps et ce corps fut enseveli avec Abraham, Isaac, Sara, Job, dans la Terre sainte en Palestine.

36.       Ensuite Joseph, √©tant un proph√®te, il prosp√©ra en Egypte. Il connaissait Dieu. Dieu s'√©tait r√©v√©l√© √† lui. Et quand il mourait, il dit : " N'enterrez pas mes os ici, mais mettez‚Ķ quand‚Ķ Un jour Dieu vous visitera certainement. " Pourquoi ? Il s'√©tait repos√© solennellement sur la Parole que Dieu avait donn√©e √† Mo√Įse : " Ils serviront cette nation pendant quatre cents ans, mais Je les ferai sortir. " Il se reposait solennellement sur la Parole.

37.       Et quelle belle illustration avons-nous l√† ! Si vous remarquez, chaque H√©breux qui passait, le dos tout meurtri par les conducteurs d'esclaves, quand il voyait les os de son proph√®te Joseph, il savait qu'un jour ils sortiraient. En effet, ces os √©taient rest√©s l√† comme un m√©morial qu'un jour ils sortiraient.

38.       Il y a environ quinze ou dix-huit ans quand Billy Paul, un petit gar√ßon d'environ cinq ans, √† cet √Ęge-l√† presque‚Ķ Un matin de P√Ęques, nous avions une petite fleur que  nous amenions √† la tombe de sa m√®re √† l'aube, juste au moment o√Ļ le soleil apparaissait, se montrait ; ou c'√©tait juste avant le lever du jour, apr√®s quoi nous allions au culte. Et comme nous nous dirigions vers la tombe, le petit gar√ßon √īta son chapeau tandis que nous nous dirigions vers l'endroit o√Ļ sa petite sŇďur et sa m√®re avaient √©t√© ensevelies. Et il commen√ßa √† sangloter et √† pleurer, et il a dit : " Papa, maman se trouve-t-elle l√† dans ce trou ? "

39.       J'ai dit : " Non, fiston. Elle ne se trouve pas l√† dans ce trou. Elle est un million de fois en meilleure condition que toi et moi. " Il a dit : " Verrai-je encore maman ? "

40.       J'ai dit : " Par la gr√Ęce de Dieu, si tu le d√©sires, tu peux la revoir. " Il a dit : " Son corps sortira-t-il de cette tombe ? "

41.       J'ai dit : " Ch√©ri, ferme les yeux et je vais te raconter une petite histoire. Ce matin, il y a des centaines d'ann√©es, une tombe a √©t√© laiss√©e vide. " J'ai dit : " C'est un m√©morial pour ceux qui s'en dorment dans le Seigneur, que Christ les ram√®nera avec Lui quand Il viendra. " Sans l'ombre d'aucun doute, je me repose solennellement sur la promesse √©ternelle de Dieu.

42.       Comme Job d'autrefois, quand nous entendons dire : " Tu es poussi√®re et tu retourneras √† la poussi√®re ", cela me rappelle Longfellow qui a dit :

Ne me dites pas de tristes termes

Que la vie n'est qu'un rêve vide !

Et que l'√Ęme qui dort est morte

Et que les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être.

Il a dit :

Si, la vie est réelle ! la vie est sérieuse !

Et la tombe n'est pas ton but.

Car tu es poussière et tu retournes à la poussière,

N'√©tait pas dit au sujet de l'√Ęme.

43.       On appelle cela une th√©ophanie, c'est √† dire que lorsque nous quittons ici, nous entrons dans quelque chose d'autre. Quoique cela puisse √™tre, j'accepte la Parole de l'ap√ītre, quand il a dit : " Si cette tente (ou cette maison) o√Ļ nous habitons sur la terre est d√©truite, nous en avons d√©j√† [une autre] qui attend que nous quittions celle-ci pour y entrer. "

44.       Abraham, Isaac, Jacob, Job, tous les proph√®tes avaient eu confiance et croyaient que la r√©surrection viendrait, que le R√©dempteur viendrait. Ils ont proph√©tis√© √† Son sujet. H√©noc a proph√©tis√© √† Son sujet, il s'est repos√© solennellement, il a scell√© son t√©moignage avec cela. Isaac, Jacob, Daniel, J√©r√©mie, Ez√©chiel, se sont repos√©s solennellement sur le temps o√Ļ le Messie viendrait.

45.       Et ils sont morts et leurs √Ęmes sont all√©es au Paradis. Ils ne pouvaient pas entrer dans la Pr√©sence de Dieu, parce que (nous avons vu cela hier soir) le sang des taureaux et des boucs ne pouvaient pas pardonner le p√©ch√© ; cela le couvrait simplement, pr√©figurant un jour o√Ļ le sacrifice parfait serait offert ; en effet, le sang de l'animal ne pouvait pas revenir sur l'adorateur, car si c'√©tait le cas, on n'aurait pas cess√© d'offrir ce genre de sacrifices.

46.       Mais quand le Fils de Dieu mourut, la Vie qui √©tait en Lui, qui n'√©tait rien d'autre que Dieu, est revenue, elle nous a adopt√©s dans la famille de Dieu. Et maintenant, nous sommes les enfants de Dieu. La Vie qui est sortie de Son Sang.

47.       A pr√©sent, remarquez rapidement, alors que nous continuons. Autrefois dans l'Ancien Testament, ces gens qui avaient cru, qui adoraient et qui √©taient morts dans la foi, attendant cette heure-l√†, la raison pour laquelle ces proph√®tes faisaient cela et voulaient √™tre ensevelis en Palestine, c'est parce qu'ils savaient que la r√©surrection n'allait pas avoir lieu en Egypte. Elle allait avoir lieu en Palestine seulement.

48.       C'est ce que je dis ce soir. On me taxe de tous les noms; que les gens me taxent de n'importe quoi; √ßa ne me dit rien. La seule chose que je veux, c'est de savoir ceci : " Que je suis mort et que ma vie est cach√©e en Christ, √† travers Dieu, et que je suis scell√© du Saint-Esprit; afin que lorsqu'Il m'appellera du milieu des morts, je r√©ponde en ce jour-l√†. Ensevelissez-moi en Christ, car ceux qui sont en Christ, Dieu les ram√®nera avec Lui en ce jour-l√†.

49.       Comment entre-t-on en Christ ? I Corinthiens 12.13 : " Nous sommes tous baptis√©s d'un seul esprit pour former un seul corps, et nous devenons des concitoyens du Royaume de Dieu. " Nous confessons que nous sommes p√®lerins et √©trangers sur cette terre, ne recherchant plus ces choses du monde, mais attendant la venue du Roi b√©ni pour qu'Il prenne possession du domaine d'un oc√©an √† un oc√©an sans fin, quand Il viendra dans Sa gloire. Certainement, nous attendons Sa venue. 

50.       Et je n'ai donc point de doute dans mon esprit que ce que J√©sus avait √† l'esprit quand Il √©tait ici sur terre, c'√©tait cette infaillibilit√© de la Parole √©ternelle de Dieu. Car nous savons qu'en Lui habitait la pl√©nitude de la divinit√© corporellement. Toute la divinit√© √©tait en Lui. Il √©tait √† la fois le P√®re, le Fils et le Saint-Esprit, mais Il demeurait dans un corps humain, la th√©ophanie de Dieu, la grande image de Dieu √† laquelle Il avait cr√©√© l'homme, pour le placer ensuite dans la terre‚Ķ Il avait un corps. Dieu n'est pas d√©pourvu de corps. Dieu a un corps, et cela a l'apparence d'un homme. Mo√Įse a vu cela ; d'autres ont vu cela et cela a l'aspect d'un homme.

51.       Ceci n'est qu'une image de ce qu'est cela. Et tout sur terre, la beaut√©, la douceur, la beaut√© de la terre, ce n'est que le reflet de quelque chose de loin meilleur qui nous attend lorsque nous quittons ce monde. Car tout sur la terre n'est qu'un reflet de ce qu'il y a au Ciel. Tout ce qui est bon, tout ce qui est juste, tout ce qui est beau, les arbres, les oiseaux, tout n'est qu'un reflet de ce qu'il y a au Ciel. 

52.       Notre propre vie n'est qu'un reflet. Ce n'est qu'une ombre, et ce n'est pas la chose r√©elle. Ce n'est que le n√©gatif. Il faut la mort pour d√©velopper la photo, pour nous ramener √† la th√©ophanie d'o√Ļ nous venons. Alors, √† la r√©surrection, nous serons √† Sa ressemblance, dans un corps ressuscit√©. Combien c'est merveilleux, non seulement merveilleux, mais c'est l'authentique et solennelle V√©rit√© de la Parole √©ternelle de Dieu, √† savoir que nous serons √† Sa ressemblance.

53.       Remarquez. Eh bien, J√©sus √©tait investi de tout le pouvoir de Dieu, mais lorsqu'Il a affront√© Satan, Il n'a pas utilis√© un seul de Ses pouvoirs. Il n'a recouru qu'√† la Parole. C'est ce qu'Il a fait. Il a dit : " Il est √©crit : 'L'homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.' "

54.       Comment pouvez-vous alors d√©clarer que vous pouvez rester √† la maison et √™tre aussi bon chr√©tien que vous le seriez en allant √† l'√©glise ? Lisez la Parole. Le Saint-Esprit se nourrit de la Parole. La Bible est le r√©gime alimentaire spirituel de Dieu pour Son Eglise. Et c'est le Saint-Esprit qui vous L'apporte et qui La place dans le cŇďur ; et avec actions de gr√Ęces, vous L'arrosez. Et chaque promesse divine produira exactement ce que Dieu a dit qu'elle produirait. Forc√©ment ! C'est Sa Parole, et c'est Sa Vie.

55.       Eh bien, j'ai oubli√© que j'√©tais cens√© ne prendre qu'une demi-heure. Cela me prend beaucoup de temps pour arriver √† ce que je veux dire.

56.       Mais consid√©rez J√©sus pendant la derni√®re ou les deux derni√®res heures de Sa vie ; beaucoup, beaucoup de proph√©ties se sont accomplies.

57.       Quelqu'un m'a dit : " Fr√®re Branham, telle chose doit d'abord arriver,  telle autre doit arriver. "

            J'ai dit : " Cela pourrait arriver en une heure. "

58.       Si vous lisez le Psaume 22 et qu'ensuite vous consid√©riez l'heure √† laquelle Il est mort √† la croix, j'oublie maintenant le nombre des proph√©ties remarquables qui se sont accomplies pendant les deux ou les trois derni√®res heures de Sa vie. Certainement : " Ils M'ont perc√© les pieds et les mains. Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi M'as-tu abandonn√© ? ", et ainsi de suite, tel que David s'√©tait √©cri√©.

59.       Et puis, autre chose, je voudrais que vous remarquiez la v√©racit√©, l'infaillibilit√© de la Parole de Dieu. La Bible dit : " Il garde tous Ses os, aucun d'eux n'est bris√©. " Car dans le type (l'agneau pascal en √©tait le type), l'agneau devait √™tre sans d√©faut ; aucun de ses os ne devait √™tre bris√©. Et au moment o√Ļ Il √©tait - Il √©tait mort, ils se sont avanc√©s pour Lui briser les jambes √† l'aide d'un marteau. Et juste avant‚Ķ Consid√©rez ce moment tr√®s crucial. L'homme qui avait le marteau √©tait pr√™t √† frapper Ses jambes, mais la Parole de Dieu disait : " Pas un seul os de Son corps ne sera bris√©. " Comment cela pouvait-il se faire ? D√©p√™chons-nous.

60.       La Parole de Dieu est √©ternelle. Si la Parole de Dieu est si parfaite, ceux qui sont en Christ sont tout aussi s√Ľrs de ressusciter qu'il y a une r√©surrection. Dieu est tout simplement tenu par Sa Parole de vous gu√©rir, autant qu'Il est tenu de vous sauver. Car Il‚Ķ C'est Sa Parole qui l'a promis. C'est la Parole de Dieu, et nous n'avons pas le droit d'En retrancher [quelque chose], si ce n'est de dire simplement : " C'est la v√©rit√©. " Croyez-La. Peu importe ce qui arrive, croyez-La de toute mani√®re. C'est ainsi que les autres ont d√Ľ La croire et nous n'en sommes pas dispens√©s. Dieu a donn√© la Palestine √† Isra√ęl ; cependant ils ont d√Ľ combattre pour chaque centim√®tre de terre qu'ils ont eu. La promesse est √† vous, mais vous devez combattre pour chaque centim√®tre que vous r√©clamez ; le diable va veiller √† cela, il le fera certainement.

61.       Mais remarquez, quand ils √©taient pr√™ts √† briser les jambes √† notre Seigneur J√©sus, si ce marteau avait frapp√© la jambe et l'avait bris√©e, Dieu aurait √©t√© trouv√© menteur. Mais il n'y avait pas assez de d√©mons dans tous les lieux sombres de tourments pour faire que ce marteau frappe ce pr√©cieux corps. Car David, huit cents ans avant, avait dit qu'aucun os de Son corps ne serait bris√©. La Parole de Dieu doit demeurer la V√©rit√©.

62.       Mais qu'ont-ils donc fait ? Ils ont pris une lance et l'ont enfonc√©e dans Son c√īt√©, et le Sang et l'eau sont sortis, pour accomplir ce que la Bible dit : " Ils ont perc√© Mes mains et Mon c√īt√©. " La Parole fut accomplie.

63.       Alors, quand Il √©tait mourant, oh ! quelle heure terrible ! Je pense √† ce cantique, et en toute honn√™tet√©, cela me donne des remords, quand je pense √† ce cantique que le po√®te a compos√© il y a bien des ann√©es :

Alors que les rochers se fendaient et que les cieux s'assombrissaient,

Mon Sauveur baissa la tête et mourut.

Le voile ouvert révéla le chemin

Vers les joies des cieux et le jour sans fin.

64.       Et pendant qu'Il √©tait suspendu l√†, saignant et mourant, quand Il baissa la t√™te, le soleil eut tellement honte de lui-m√™me en regardant les cr√©atures mortelles que Dieu avait faites √† Son image, et Il devait payer un si grand  prix pour les racheter; le soleil refusa de regarder la terre √† ce moment-l√†. La lune fut si embarrass√©e qu'elle se retira. Et les √©toiles tourn√®rent le dos √† la terre. Quelle chose horrible doit √™tre le p√©ch√©, de voir comment Dieu a d√Ľ traiter cela !

65.       Et de voir ces sacrificateurs qui se moquaient de Lui, alors que les crachats coulaient sur Son visage. Un homme L'a frapp√© √† la t√™te avec un roseau et a dit : " Si tu es proph√®te, dis-nous qui t'a frapp√©. " L'un d'eux lui a arrach√© la barbe du visage, il L'a frapp√© au visage et il voulait qu'Il prenne Sa d√©fense.

66.       Il a dit : " Si Mon Royaume √©tait de ce monde, J'invoquerais imm√©diatement Mon P√®re et Il M'enverrait douze l√©gions d'anges. "

67.       Le cours des √©v√®nements aurait pu changer, mais comment pouvait-Il le faire ? Il ne pouvait tout simplement pas faire cela, car c'√©taient Ses propres enfants qui r√©clamaient Son Sang. Pourriez-vous imaginer un papa, un p√®re, et Ses propres enfants dans les t√©n√®bres, r√©clamant le sang de leur propre p√®re ? C'est la raison pour laquelle Il ne pouvait rien faire d'autre que mourir. S'Il ne l'avait pas fait, Ses enfants seraient perdus, les cr√©atures seraient perdues. Mais Il devait mourir pour sauver Son peuple.

68.       Et quand Il est mort, quand Il baissa la t√™te, cette vieille terre eut un frisson dans le dos. Elle a d√Ľ faire une d√©pression nerveuse, car la Bible dit que toute la terre, de la sixi√®me √† la neuvi√®me heure, √©tait plong√©e dans les t√©n√®bres, toute la face de la terre. Et la terre trembla, et les rochers se fendirent. Et le voile du temple se d√©chira de haut en bas ; les billots pour les sacrifices √©taient renvers√©s. Le Fils du Dieu vivant √©tait mort. Il √©tait mort, si bien que le soleil reconnut cela. Il √©tait mort, si bien que la lune reconnut cela. Il √©tait mort, si bien que  les √©toiles reconnurent cela. Il √©tait mort, si bien que la terre reconnut cela. Il √©tait mort, si bien que les √©l√©ments reconnurent cela, que les atmosph√®res reconnurent cela. Tout devait reconna√ģtre que c'√©tait le Fils de Dieu. Car la Parole de Dieu ne pouvait pas faillir. La promesse de Sa venue avait √©t√© donn√©e  depuis le jardin d'Eden, Lui la Semence qui √©craserait la t√™te du serpent.

69.       Alors, que Lui est-il arriv√©? O√Ļ est-Il all√© apr√®s qu'Il eut quitt√© la croix et qu'Il eut √©t√© mis dans la tombe de Joseph d'Arimath√©e ?

70.       Il √©tait si pauvre qu'Il n'avait pas un endroit o√Ļ reposer la t√™te. Il √©tait n√© dans une cr√®che, Il tra√ģnait la mauvaise r√©putation d'√™tre un enfant ill√©gitime. Sur la terre, on s'est moqu√© de Lui, on a ri de Lui, Il a √©t√© l'objet de railleries. On s'est moqu√© de Lui et Il a √©t√© rejet√©. Et quand Il est mort, Il dut mourir de peine capitale, au milieu de deux bandits. Et Il n'avait m√™me pas d'endroit o√Ļ √™tre enseveli, et Il fut enseveli dans la tombe de quelqu'un d'autre. Le Dieu m√™me du Ciel venant sur terre‚Ķ Que pensons-nous √™tre, pour devoir endurer une petite souffrance ? Pensez, mes amis, √† ce qu'Il a fait pour nous ; m√©ditez l√†-dessus.

71.       Le soldat romain a dit : " Assur√©ment, cet Homme est le Fils de Dieu. " Le p√©cheur a d√Ľ reconna√ģtre cela.

            Judas a dit : " J'ai livr√© le Sang innocent. " Il a d√Ľ reconna√ģtre cela. La terre tout enti√®re a reconnu cela.

72.       O√Ļ est-Il all√© apr√®s ? Quand un homme meurt, est-ce sa fin ? Pas du tout. Il a d√Ľ mourir de cette fa√ßon-l√† parce que la Bible de Dieu disait qu'Il mourrait de cette fa√ßon-l√†. Et Il s'√©tait confi√© dans la Parole de Dieu. C'est pourquoi pendant Sa vie Il a pu dire : " D√©truisez ce temple, et en trois jours Je le rel√®verai. "

73.       En effet, David a dit dans un passage, toujours dans la Bible, sous l'inspiration, lorsque David, l'homme de Dieu, le proph√®te qui √©tait oint de la Parole a dit : " Je ne permettrai pas que Mon Saint voie la corruption, ni ne livrerai Son √Ęme au s√©jour des morts. "

74.       J√©sus a dit : " D√©truisez ce corps, et en trois jours Je le ressusciterai. " Il savait que la Parole de Dieu ne pouvait pas faillir. Oh ! la la !

75.       S'Il a pu se reposer solennellement sur cela, croyant que la Parole de Dieu ne peut pas faillir, combien plus pouvons-nous nous reposer solennellement sur le fait que nous sommes n√©s de nouveau du Saint-Esprit et qu'Il t√©moigne maintenant m√™me dans notre cŇďur que nous savons que notre R√©dempteur est vivant et qu'Il reviendra un jour. Soyez  assur√©s que ceux qui sont en Christ, Dieu les ram√®nera avec Lui.

76.       Maintenant remarquez. Il √©tait l√†. Il savait que pas une seule cellule de ce corps-l√† ne pourrait se corrompre. La corruption s'installe apr√®s soixante-douze heures. C'est la raison pour laquelle Il n'a pas accompli les trois jours. Il est mort vendredi apr√®s-midi, Il est ressuscit√© dimanche matin. Mais c'√©tait dans l'intervalle de ces trois jours. C'est dans l'intervalle de ces trois jours qu'Il devait ressusciter, car Il s'√©tait confi√© dans la Parole de Dieu.

77.       Le voil√† partir ? O√Ļ est-Il all√© quand Il est parti ? La Bible dit : " Il est mont√©. Il est all√© pr√™cher aux √Ęmes qui √©taient en prison, aux √Ęmes qui ne s'√©taient pas repenties lors de la patience aux jours de No√©. " Son √Ęme, Son Esprit, la Th√©ophanie de Son propre Etre est descendue. Suivons-le. Voudriez-vous Le suivre ce soir pendant quelques minutes ? Voyons o√Ļ Il est all√©.

78.       Juste en dessous des r√©gions des √™tres mortels se trouve le domaine de la puissance des d√©mons ; en dessous de cela‚Ķ juste au-dessus de cela, il y a les √Ęmes des injustes ; en dessous de cela se trouve le domaine m√™me de Satan : l'enfer. Puis, juste au-dessus de nous il y a le Saint-Esprit ; ensuite sous l'autel se trouvent les √Ęmes des justes ; ensuite c'est Dieu Lui-m√™me. L'un va vers le bas, l'autre va vers le haut ; ces deux esprits sont ici sur la terre, influen√ßant les gens de la terre. 

79.       Et quand J√©sus est mort, Il est all√© l√† en bas. Je peux Le voir ce vendredi apr√®s-midi, apr√®s Sa mort, Il frappe [Fr√®re Branham illustre en frappant. - N.D.E.] √† la porte de la r√©gion des perdus. Suivons-Le un instant. La porte s'ouvre. Il y avait des femmes, des hommes, des jeunes filles, des personnes √Ęg√©es, tous ensemble dans cet endroit hideux, appel√© la prison des √Ęmes perdues.

80.       Si j'avais le temps, j'aurais aim√© vous en parler. Et peut-√™tre que cela n'√©tait qu'une vision, mais une fois j'ai visit√© cet endroit et j'ai cri√© mis√©ricorde, j'√©tais alors un p√©cheur et je subissais une op√©ration. Quand j'en suis sorti, je me trouvais √† l'ouest, mes mains lev√©es vers le ciel et une croix brillait sur moi.

81. Mais là dans cet endroit lugubre, Jésus s'est avancé jusqu'à la porte. Tout devait témoigner qu'Il était le Fils de Dieu ; en effet, on leur avait prêché lors de la patience au jour de Noé. Il a frappé à la porte, Il a dit : " Je suis Celui dont Hénoc a parlé. Je suis la Semence de la femme qui devait écraser la tête du serpent. Chaque Parole de Dieu s'est accomplie ; Je viens de mourir là-bas au Calvaire, et J'ai racheté Mon Eglise. Et Celui dont Hénoc a parlé, c'est Moi. " Et ils étaient sans miséricorde, sans espoir, parce qu'ils avaient péché. Et la porte leur fut fermée au nez.

82.       Il descend jusque dans les r√©gions des d√©mons, jusqu'aux portes m√™me de l'enfer, Il frappe √† la porte. [Fr√®re Branham frappe. - N.D.E.]

83.       Ceci se passe pendant qu'Il est dans la tombe, Son corps, attendant la r√©surrection. Il a visit√© les lieux o√Ļ vont les justes et les injustes, l√† o√Ļ vous irez un de ces jours, √† l'un ou √† l'autre de ces endroits.

84.       Il frappe [Fr√®re Branham frappe. - N.D.E.] √† la porte de l'enfer. Et alors, le diable sort. Et je peux juste l'entendre dire : " Oh ! Tu es donc finalement arriv√©. Je pensais s√Ľrement T'avoir eu quand j'ai tu√© Abel. "

85.       Vous voyez, depuis que cette Semence avait √©t√© promise dans le jardin d'Eden, le diable a constamment tent√© de La d√©truire. Et la mort d'Abel et la venue de Seth, c'√©tait juste la mort, l'ensevelissement et la r√©surrection de Christ. Cette Semence doit continuer. Et il a tent√© de La d√©truire.

86.       Il a dit : " Je pensais T'avoir eu quand j'ai tu√© Abel. Je pensais T'avoir eu quand j'ai tu√© les proph√®tes. J'√©tais s√Ľr de T'avoir eu quand j'ai d√©capit√© Jean. Mais √† pr√©sent, Tu es finalement arriv√©. Maintenant je T'ai eu. " Oh ! la la !

87.       Je peux L'entendre dire : " Satan approche. " Maintenant, c'est Lui le Chef. Il √©tend la main, Il arrache la clef de la mort et du s√©jour des morts de son c√īt√©, et Il l'accroche √† Son propre c√īt√©. " Je veux te dire ceci. Tu as fait le bluffeur assez longtemps. Je suis le Fils du Dieu vivant, n√© virginalement. Mon Sang est encore frais sur la croix, et la dette est enti√®rement pay√©e. Tu n'as plus aucun droit. Tu es d√©pouill√©. Donne-moi ces clefs. " C'est juste. Il se retourne et lui donne un tr√®s bon coup de pied, puis Il claque la porte et dit : " Reste l√†-dedans. A partir de maintenant, c'est moi le Chef. "

88.       Or, Il n'avait pas les clefs du Royaume, car Il les avait donn√©es √† Pierre, nous verrons cela le matin avec le bapt√™me d'eau. Mais Il avait les clefs de la mort et du s√©jour des morts, et il s'en est empar√© ; et apr√®s Sa r√©surrection, Il a dit : " J'ai les clefs de la mort et du s√©jour des morts. " Pierre avait les clefs du Royaume. Satan avait les clefs de la mort et du s√©jour des morts ; mais √† pr√©sent, c'est J√©sus qui les d√©tient ; c'est Lui le Chef.

89.       Le voil√† qui monte. La P√Ęques approche ; le temps passe vite. Mais il y a un autre groupe. O√Ļ est Job ? O√Ļ est Abraham ? O√Ļ sont-ils ? O√Ļ sont ces gens qui avaient plac√© leur foi dans la Parole de Dieu ? Les a-t-Il oubli√©s ? La mort les a-t-elle an√©antis ? Etait-ce fini? Jamais, jamais : Dieu doit tenir Sa Parole.

90.       Je peux Le voir. Jetons un petit coup d'Ňďil au paradis pour voir l√†. Et je vois Sara et Abraham se promener l√†, et au bout d'un moment [Fr√®re Branham frappe. - N.D.E.], on frappe √† la porte. Abraham va ouvrir la porte, il dit : " Ch√©rie, viens ici. Regarde ici. Regarde ici ; c'est le m√™me Homme qui s'√©tait tenu avec moi l√† sous le ch√™ne ce jour-l√†. " Il est le Dieu d'Abraham.

91.       Juste √† ce moment-l√†, je peux voir Daniel regarder par-dessus l'√©paule d'Abraham et dire : " C'est la Pierre qui s'√©tait d√©tach√©e de la montagne, aussi s√Ľr que je me tiens ici. "

92.       Je vois Job se lever et dire : " C'est mon R√©dempteur au sujet duquel j'ai dit que je savais qu'Il √©tait vivant, et qu'un jour Il se tiendrait sur la terre. Mon corps n'est peut-√™tre qu'une petite cuiller√©e de poussi√®re, mais dans quinze minutes, j'y serai de nouveau. C'est Lui. "

93.       Ez√©chiel regarde par-dessus et dit : " J'ai vu cette m√™me Personne comme √©tant une Roue au milieu d'une autre Roue, qui tournait, tout en haut en plein dans l'espace. " Oh ! la la !

94.       Alors H√©noc approche. H√©noc dit : " Je L'ai vu venir avec Ses saintes myriades pour exercer le jugement. "

95.       Les saints de l'Ancien Testament √©taient l√† dans l'attente ; certainement. Etant sous l'expiation par le sang, ils ne pouvaient pas entrer dans la Pr√©sence du Dieu - Dieu du ciel, parce que le sang des boucs et des brebis ne pouvait pas √īter le p√©ch√©.

96.       Mais Il a dit : " Mes fr√®res, Je suis Celui que vous pensez que Je suis. Je suis la Semence de la femme. Je suis le Fils de David. Je suis le Fils de Dieu. Je suis Celui qui est n√© virginalement. Mon Sang a fait l'expiation pour cela. Vous avez attendu sous le sang des brebis et des boucs, mais √† pr√©sent Mon Sang fait l'expiation, et vous √™tes affranchis. Montons ; c'est presque la P√Ęques. " Pensez-y, ce soir cela fait mille neuf cents et quelques ann√©es.

97.       Je peux entendre Abraham dire : " Seigneur, quand nous serons de nouveau dans nos corps (Sara et moi aimions beaucoup cela) cela Te d√©rangerait-il que nous fassions pour ainsi dire une petite escale √©clair sur la route ? "

98.       Bien, je peux l'entendre dire : " Eh bien, non, certainement pas. Je vais rester avec Mes disciples pendant environ quarante jours. Faites un autour et voyez comment se pr√©sentent les choses. "

99.       En ce glorieux matin de P√Ęques (nous prendrons cela ce matin, le Seigneur voulant), quand Il est ressuscit√© des morts, la Bible dit, conform√©ment √† Saint Matthieu 27, que " beaucoup de saints qui dormaient dans la poussi√®re de la terre ressuscit√®rent et sortirent des tombes ". De qui s'agissait-il ? D'Abraham, d'Isaac, de Jacob, de Job, de ceux qui, par la r√©v√©lation spirituelle r√©v√©l√©e, savaient qu'un jour le R√©dempteur se tiendrait sur la terre. Il s'agissait d'eux, les pr√©mices de ceux qui dormaient. Ils sont entr√©s l√† dans la ville. Je peux voir Sara et Abraham, jeunes et pleins de - et beaux, et - et plein de vie, pour ne plus jamais vieillir, ni tomber malade, ni avoir faim, se promenant dans leurs corps.

100.     Ca√Įphe se tenait l√†, disant : " Vous savez quoi ? Il s'est pass√© quelque chose l'autre jour. Consid√©rez tout simplement ce g√Ęchis dans lequel se trouve le temple. Il y a‚Ķ Il nous faudra demander √† quelqu'un de raccommoder ce rideau. Regardez ceci, cette caisse d'offrandes renvers√©e. Que s'est-il pass√© ? Cet Homme √©tait-Il un astrologue ? Etait-Il un sorcier ? Sinon, que s'est-il pass√© ? Dis donc, approche, Jos√®phe, quel est ce jeune couple qui se tient l√† ? "

            Abraham a dit : " Sara, on nous a reconnus. Nous ferions mieux de dispara√ģtre. "

101.     " Ils apparurent √† plusieurs. " Ce n'√©tait pas tout. Pour terminer, suivez. Un jour, apr√®s qu'Il eut‚Ķ ils faisaient des visites, Abraham, Isaac, Jacob, et tous les autres ont visit√© la patrie... Quand J√©sus est mont√©‚Ķ

102.     Vous direz : " Fr√®re Branham, est-ce un mythe ? " Pas du tout. Je vais vous montrer les Ecritures dans un instant.

103.     Quand Il a commenc√© √† s'√©lever, les gens n'ont vu que Lui, mais les saints de l'Ancien Testament √©taient avec Lui, car la Bible dit qu'Il a amen√© des captifs et a fait des dons aux hommes. Et je peux Le voir tandis qu'Il monte et qu'Il se joint √† Son Eglise.

104.     Deux anges de l'orchestre qui jouait la musique sont revenus l√† et ont dit : " Vous hommes de Galil√©e, pourquoi vous arr√™tez-vous √† regarder au ciel ? En effet, ce m√™me J√©sus qui a √©t√© enlev√© au ciel, reviendra. " Certainement. Ils se sont empress√©s de rejoindre la procession.

105.     Et J√©sus et les saints de l'Ancien Testament ont travers√© les cieux. Ils ont d√©pass√© la lune, ils ont d√©pass√© le soleil, ils ont d√©pass√© les √©toiles. Et quand ils furent en vue de ces grands et beaux cieux blancs, les saints de l'Ancien Testament s'√©cri√®rent en citant l'Ecriture : " Elevez-vous, portes √©ternelles, √©levez-vous. Elevez-vous, portes √©ternelles. Elevez-vous ! Que le Roi de gloire fasse Son entr√©e ! "

106.     Tous les anges se rassembl√®rent sur les rampes du ciel et dirent : " Qui est ce Roi de gloire ? "

107.     Les saints de l'Ancien Testament dirent : " L'Eternel des arm√©es, puissant dans les combats. Il a √©t√© le Conqu√©rant. "

108.     L'ange appuya sur le gros bouton, et les portes de perles s'ouvrirent.

109.     Le Grand et Puissant Conqu√©rant est entr√© juste dans la ville de J√©rusalem, ramenant les saints de l'Ancien Testament. Les orchestres des anges jouaient, tandis que les anges criaient‚Ķ Il √©tait le Puissant Conqu√©rant. Il avait les clefs de la mort et du s√©jour des morts suspendues √† Son c√īt√©, Il traversa le palais de gloire jusqu'au tr√īne. Il dit : " P√®re, les voici. Ils avaient cru Ta Parole avec foi, que Je viendrais un jour. J'ai conquis la mort et le s√©jour des morts. " Qu'√©tait-ce, fr√®re ? Il avait des cicatrices √† la main pour montrer qu'Il avait combattu. Gloire √† Dieu au plus haut des cieux. Il est le Puissant Conqu√©rant. " Les voici, P√®re : Abraham, Isaac et Jacob. "

110.     Je peux l'entendre dire : " Mon Fils, monte ici √† Mes c√īt√©s et assieds-Toi jusqu'√† ce que Je fasse de tous Tes ennemis Ton marchepied. " Fr√®re, un jour Il reviendra et quel jour ce sera !

111.     Il n'est pas rest√© inactif quand Il √©tait dans la tombe. Nous, nous pensons qu'Il √©tait juste √©tendu l√†, mort. Mais il √©tait dans les lieux bas, toujours en  train de conqu√©rir. Il est descendu et Il a arrach√© √† Satan les clefs, Il d√©tient les clefs de la mort et du s√©jour des morts ce soir. Il a dit : " Puisque Je vis, vous vivrez aussi. "

112.     Je me demande ce soir, mon cher fr√®re, ma ch√®re sŇďur, si vous y avez sinc√®rement r√©fl√©chi. R√©alisez-vous que vous ne vivez que parce que Lui vit. Avez-vous suffisamment  appr√©ci√© cela pour vous abandonner et dire : " √Ē Dieu, me voici, un p√©cheur ; sois mis√©ricordieux envers moi. " Avez-vous d√©j√† accept√© ce Sacrifice tout-suffisant ? Lui avez-vous d√©j√† dit que vous L'aimez ? Cela  vous donne-t-il des remords quand vous faites le mal ? Si vous n'√™tes jamais parvenu √† cette exp√©rience, maintenant dans cet ensevelissement‚Ķ Alors que notre temps s'√©coule, et je me sens tout simplement bien‚Ķ Cependant voudriez-vous, si vous n'avez pas encore re√ßu Christ comme votre Sauveur personnel, voudriez-vous le faire pendant que nous avons la t√™te inclin√©e juste un instant pour un mot de pri√®re ?

113.     Jouez  Alors que les rochers se fendaient, s'il vous pla√ģt, SŇďur Gertie, si vous y √™tes. Tr√®s bien. Tout peut aller.

114.     Tandis que vous avez la t√™te inclin√©e, je vais vous poser une question tr√®s sinc√®re. Souvenez-vous, les amis, p√©cheur ou saint, vous ne cessez pas d'exister apr√®s votre ensevelissement. Votre √Ęme est quelque part. Eh bien, selon les Ecritures, J√©sus a visit√© les deux endroits. O√Ļ vous trouverait-Il si vous mourez ce soir ? La porte de la mis√©ricorde vous sera-t-elle ferm√©e au nez, √† cause de votre rejet ? Souvenez-vous, non seulement Il est le Sauveur, Il est aussi le Juge. Maintenant c'est vous le juge, comment Le jugez-vous ? Laissez-Le √™tre votre Sauveur maintenant.

115.     Une petite histoire me vient √† l'esprit. Il y a quelque temps, un petit gar√ßon √©tait assis dans une - une charrette. Un coup de feu a retenti dans la rue, et les chevaux se sont emball√©s et ils se dirigeaient vers une falaise. Un jeune cow-boy a couru et a arr√™t√© les chevaux juste avant que la charrette ne tombe du haut de la falaise, car il y avait un enfant √† bord. Il a sauv√© la vie du petit.

116.     Plusieurs ann√©es apr√®s, ce m√™me gar√ßon se tenait devant le tribunal ; il avait commis un crime, il avait pris le mauvais chemin, il √©tait coupable. Il buvait, il jouait √† l'argent, il avait abattu un homme ; et il √©tait coupable, il a √©t√© trouv√© coupable. Et le juge se leva et dit : "Je vous condamne √† la pendaison par le coup jusqu'√† ce que votre vie mortelle soit partie. "

117.     Ce jeune homme a dit : " Juge ! " Il interrompit la procession du tribunal en sautant par le garde-fou et tomba aux pieds du juge pour implorer mis√©ricorde.

            Il a dit : " Juge, regardez mon visage. Ne me reconnaissez-vous pas ? "

            Il a dit : " Non, fiston, non. "

118.     Il a dit : " Vous souvenez-vous d'un petit gar√ßon dont vous avez sauv√© la vie, il y a bien des ann√©es, quand un cheval s'√©tait emball√© ? "

            Il a dit : " Oui, je m'en souviens. "

119.     Il a dit : " Je suis ce gar√ßon-l√†. " Il a dit : " Juge, vous m'aviez sauv√© √† l'√©poque. Sauvez-moi maintenant. "

120.     Le juge le consid√©ra et dit : " Fiston, ce jour-l√† j'√©tais ton sauveur. Aujourd'hui, je suis ton juge. "

121.     Aujourd'hui, Il est votre Sauveur. P√©cheur, demain Il pourrait √™tre votre Juge. R√©fl√©chissons-y maintenant pendant que la musique joue et que tout le monde prie, ceux qui sont dans la dimension de la pri√®re avec Dieu.

122.     Maintenant, rapidement, voudriez-vous ce soir, vous qui voulez accepter Christ comme votre Sauveur personnel, dire : " √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers moi, un p√©cheur. Je d√©sire venir par le Sang vers√©. J'en ais assez de me joindre √† des √©glises et de courir de lieu en lieu. Je veux na√ģtre de nouveau. Je veux une exp√©rience dans mon cŇďur, telle que je saurai que Christ s'est r√©v√©l√© √† moi par la r√©v√©lation spirituelle dont vous venez de parler, Fr√®re Branham. Je d√©sire la r√©v√©lation spirituelle, le Saint-Esprit dans mon cŇďur, me vivifiant, rendant Christ plus r√©el pour moi que je ne le suis pour moi-m√™me. Je d√©sire cette exp√©rience-l√†, Fr√®re Branham. Voudriez-vous prier pour moi alors que je l√®ve la main ? " Voudriez-vous lever la main maintenant, vous qui d√©sirez qu'on se souvienne de vous ? Que Dieu vous b√©nisse, madame. Que Dieu vous b√©nisse, madame, l√† derri√®re. C'est bien. Que Dieu vous b√©nisse, monsieur. C'est bien. Levez la main ; maintenant continuez √† lever la main.

123.     Pourquoi auriez-vous honte ? Vous serait-il possible de rejeter pareille chose, mon ami ? Souvenez-vous‚Ķ

124.     " Oh ! dites-vous, Fr√®re Branham, c'est depuis des ann√©es que les pr√©dicateurs pr√™chent. " Je le sais, mais un de ces jours ils cesseront de pr√™cher. Et √† voir les choses, cela pourrait arriver tout de suite. Vous allez entendre votre dernier sermon. Franchement, celui-ci peut √™tre votre dernier sermon.

125.     " Oh ! dites-vous, je suis jeune. " Cela n'entre pas en ligne de compte. La mort ne fait acception de personne, ni d'√Ęge, ni de capacit√©.

126.     Voulez-vous L'accepter maintenant comme votre Sauveur personnel, en levant votre main et en disant : " √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers moi " ? Levez la main avec ces autres personnes et dites : " Maintenant, je veux accepter Christ. " Voulez-vous lever la main ?

127.     Quelqu'un qui a r√©trograd√© dirait-il : " √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers moi. Je veux revenir √† Christ ce soir, afin que demain il y ait une nouvelle r√©surrection pour moi. Voudriez-vous lever la main ? Levez la main, dites : " Sois mis√©ricordieux envers moi. Je veux venir maintenant. " Voulez-vous le faire ? Levez la main, dites : " Je suis un r√©trograde, mais ce soir‚Ķ " Que Dieu vous b√©nisse, madame. Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien. Je veux accepter Christ comme mon Sauveur personnel. Je veux L'accepter ce soir. J'ai err√© beaucoup d'ann√©es loin de Dieu, mais maintenant je rentre √† la maison. " Voudriez-vous L'accepter ce soir, afin que ceci soit une nouvelle r√©surrection pour vous, et que votre vieille vie prenne fin ?

128.     Cette dame vient jusqu'√† l'autel faire sa confession, pour prendre position. Quelqu'un d'autre voudrait-il prendre place ici, venir ici pour faire sa confession avec elle ? Voudriez-vous vous lever, et venir aussi jusqu'√† l'autel. L'autel est ouvert. Certainement. Venez directement sans tarder. Si vous voulez vous tenir ici et prier, √ßa sera bien en ordre. Venez. Voudriez-vous venir ? Sur base de la confession de votre foi, sur base de votre foi dans le Fils de Dieu, voudriez-vous venir maintenant ? Tr√®s bien.

129.     Cela d√©pend de vous, n'oubliez pas. Il s'agit de vous. Etes-vous un p√©cheur ? Etes-vous un r√©trograde ? Etes-vous froid et √©loign√© de Christ ? Voulez-vous ressusciter maintenant en nouveaut√© de vie avec Lui, pour commencer une nouvelle vie ? Qu'en est-il de vous, mari et femme, qui √™tes en - qui √™tes en d√©saccord depuis longtemps, vous disputant chez vous ? Ne voudriez-vous pas venir et arranger cette chose avec Dieu et l'un avec l'autre maintenant ? Faites de P√Ęques une vraie P√Ęques pour vous ; commencez un nouveau foyer.

130.     Qu'en est-il de vous qui n'avez jamais √©t√©‚Ķ qui n'avez jamais pri√© dans votre foyer, vous qui rentrez simplement chez vous apr√®s l'√©glise et qui essayez de vivre de votre mieux, vous qui n'avez jamais r√©uni votre famille pour prier ? C'est pour cette raison que nous avons la d√©linquance juv√©nile et les choses qu'on a. C'est la raison pour laquelle les foyers am√©ricains sont bris√©s. Ne voulez-vous pas venir et recommencer √† neuf ce soir ? Voulez-vous le faire ? Vous √™tes invit√©. Souvenez-vous, aujourd'hui je suis votre pr√©dicateur ; ce jour-l√† je serai un t√©moin, maintenant, pendant que nous avons alors la t√™te inclin√©e pour la pri√®re.

131.     Notre P√®re c√©leste b√©ni, ce soir nous T'apportons cet auditoire avec la solennit√© la plus sacr√©e dont nous sommes capable. Nous nous approchons humblement de Ton Tr√īne. Et apr√®s le message de ce soir, ce - ce grand ensevelissement, Il ne reposait pas l√† silencieux ; Son √Ęme est all√©e dans ces r√©gions et a achev√© l'Ňďuvre de Dieu qu'il Lui avait √©t√© ordonn√© d'accomplir. Et demain matin, nous verrons o√Ļ Il est all√©, dans les lieux √©lev√©s, ayant tout conquis par Sa r√©surrection. Mais Il est sorti le matin de P√Ęques pour notre justification. Et nous voyons qu'Il a renvoy√© le Saint-Esprit pour convaincre les hommes du p√©ch√©.

132.     Et nous prions ce soir, Seigneur, de Te souvenir de ceux qui ont lev√© la main. Que ce soir leur d√©cision vienne de leur cŇďur, d√©cision selon laquelle ils T'ont re√ßu et croient en Toi. Et puissent-ils √™tre scell√©s ce soir du Sceau de la promesse, le Saint-Esprit. Accorde-le, P√®re. Car nous Te les confions avec le message de ce soir. Qu'Il  b√©nisse ceux qui l'ont entendu, ceux, Seigneur, qui l'am√®neront avec eux chez eux, et qui vont l'ancrer profond√©ment dans leurs cŇďurs. Qu'ils vivent de la Parole de Dieu. Accorde-le, P√®re, car nous le demandons au Nom de Christ. Amen.

EN HAUT