ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication ÉCOUTEZ SA VOIX de William Branham a été prêchée 58-1005M La durée est de: 1 hour and 50 minutes .pdf La traduction VGR
Télécharger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

ÉCOUTEZ SA VOIX

1          Merci, Frère Neville. Je crois qu’il a été dit par David : “Je suis dans la joie quand on me dit : Allons à la maison de l’Éternel.” L’école du dimanche a vraiment quelque chose de particulier, qu’on ne trouve pas dans les autres parties du service, à aucun autre moment de la journée. Nous venons de nous réveiller après une bonne nuit de repos, et–et nous ne nous sentons plus pareils, on est frais et dispos, prêt à attaquer la journée.

2          Maintenant nous comprenons bien que... Hier soir, nous avons demandé aux–aux gens, s’ils avaient une église à eux... où ils allaient, pendant qu’ils étaient de passage, ou–ou... je veux dire, s’ils étaient des membres assidus d’une église, qu’ils devraient aller à leur église à eux ce matin. En effet, comme nous sommes une église interdénominationnelle, nous n’aimons vraiment pas séparer les gens de leur assemblée.

3          On m’a souvent accusé de–de condamner les autres églises. C’est faux. Je ne condamne pas les autres églises. Ce que je condamne, bien des fois, ce sont des choses sur lesquelles eux–eux, ils ferment les yeux, mais je ne condamne pas l’église, ça, c’est certain. Par contre, bien des fois, quand ils enseignent des choses qui sont contraires aux Écritures, alors ça, je–je le condamne. Et puis, quand ils commettent des actions qui sont des péchés, et–et qu’ils permettent que ces choses se fassent dans leurs églises, ça, je le condamne. Mais jamais... Tout comme il a été dit... J’ai beaucoup d’amis assis ici qui sont catholiques, et jamais je ne condamne les gens qui sont catholiques. C’est la doctrine de l’église catholique que je condamne, parce que je ne crois pas qu’elle est conforme aux Écritures. Et je ne les condamne pas plus, eux, que je condamne beaucoup des dénominations protestantes, parce que je ne crois pas que la chose est conforme aux Écritures. Et il est de mon devoir de prendre position pour ce qui est la Vérité. Voyez? Vous savez, Dieu vous appréciera si vous êtes honnêtes, vraiment sincères.

4          Vous savez, souvent, un homme qui cherche une femme, un homme, un vrai, qui a l’étoffe d’un homme, ce qu’il cherche vraiment, ce n’est pas tant–tant la jeune fille qui a un beau visage, ni rien de ça. Il sait bien que ça va se faner, ça, un de ces jours. Voyez? Il cherche la femme qui est femme de par sa personnalité, une vraie femme. Et si elle est loyale, et une vraie femme, cet homme-là va l’apprécier. Peu m’importe combien un–un homme peut être corrompu, et combien il peut fricoter avec–avec des femmes corrompues, il n’y a pas un seul homme corrompu qui n’appréciera une femme qui prend position pour ce qu’une femme doit vraiment être. C’est vrai. En effet, il apprécie ça.

5          Et c’est pareil pour ce qui est de–de prêcher la Parole. Si un homme s’en tient strictement à ce qu’il croit. Bon, non pas... Souvenez-vous, Dieu connaît votre cœur. Et si vous vous en tenez à ce que vous croyez vraiment être la Vérité, alors vous pouvez avoir foi dans ce que vous avancez.

6          Il y a quelques-uns de mes bons amis qui sont ici. Frère Charlie Cox, je le vois assis là-bas. Ces dernières semaines j’étais au Kentucky avec lui, à la chasse aux écureuils, j’ai pris du repos là-bas. Frère Banks Wood. Et, là, nous, quand nous ajustons nos carabines, ils... Moi, il faut absolument que la mienne soit ajustée tellement parfaitement qu’elle enfonce une punaise à cinquante verges [mètres], sinon je–je ne peux tout simplement pas chasser. Voyez? Un point c’est tout.

7          Eh bien, qu’est-ce que ça peut bien changer, qu’on enfonce une punaise? Voyez? Parce que, si vous tirez sur l’écureuil, vous le visez à la tête, et sa tête est probablement grosse comme ça, alors n’importe où dans ce périmètre-là, à un pouce près [à deux ou trois centimètres près], ça peut aller, voyez-vous, n’importe où dans ce périmètre-là. Les frères, tous les deux, ils disent : “Ça va. J’ai touché l’écureuil.” Et ils vont ramasser l’écureuil. Mais moi, il faut que ce soit absolument parfait. Il faut que ça frappe la punaise. Ça ne peut pas être à coté d’un quart de pouce [six millimètres]. Il faut que ça frappe la punaise en plein centre, sinon me voilà tout énervé, tout chaviré.

8          Et l’autre jour, j’étais assis dans les bois, et je disais : “Seigneur, pourquoi–pourquoi est-ce que je suis si grincheux? Pourquoi est-ce que Tu m’as fait grincheux comme ça?” Je disais : “Voilà que...”

9          Frère Banks est allé chasser avec sa carabine; et il l’épaulait pour viser à travers la lunette. Et on... De temps à autre, on... un coup partait de travers, parce que, si c’est... Avec des munitions chargées à l’usine, c’est ce qui arrive, de toute façon, parce qu’il y a un peu plus de poudre, un peu moins de poudre. Mais le coup déviait un peu, d’un pouce ou deux [de trois à cinq centimètres], Frère Banks disait : “Oh, ça va, j’ai touché l’écureuil. Ça va.” Ça ne–ça ne le dérange pas. Pour Charlie, c’est pareil. Mais moi, je...

10        La mienne, il faut qu’elle frappe la punaise en plein centre, sinon je suis tout chaviré à cause de ça. J’ai dit : “Me voilà devenu un beau grincheux.” Et puis, je me suis mis à regarder en arrière, et je constate que ma vie est comme ça. Je suis fait comme ça. Et j’ai pensé : “Eh bien, pourquoi est-ce que Tu m’as fait comme ça?” Ça m’énerve, même si–si c’est juste un peu à côté de la cible, par là ou bien par là. Et c’est alors que le Seigneur m’a révélé ce qu’il en était, pendant que j’étais assis là, au-dessus du vallon Glouton, où nous étions en train de chasser. En fait, je crois que le nom du vallon est Dutton; mais les écureuils mangent tellement vite que moi, je lui donne le nom de “Glouton”. Donc, ils...

11        Pendant que j’étais là-haut, je me suis dit : “C’est ça.” Je refusais même d’enseigner que l’enfer existait, tant que je n’en ai pas été absolument sûr. Voyez? Et donc, si l’Écriture prédit qu’il y aura la guérison Divine; et ici, ça semble être comme ceci et comme cela. Si un passage de l’Écriture dit : “Père, Fils et Saint-Esprit”, comme s’il y avait trois Dieux; et que Là je vois qu’il n’y en a qu’Un seul. Maintenant, est-ce que je vais procéder un peu n’importe comment, m’en remettre à ce que d’autres hommes, à ce qu’eux disent Là-dessus, le prendre comme ça? Si la Bible parle de la prédestination et de la grâce, et qu’ici, il est question des œuvres, et ici, il est question de la grâce, moi, je–je ne peux tout simplement pas le prêcher comme ça.

12        Il faut que je démêle ça, et que je parcoure la Bible, maintes et maintes fois, jusqu’à ce que ça enfonce la punaise de façon parfaite, voyez-vous, jusqu’à ce que, vraiment, ce soit parfaitement clair d’un bout à l’autre des Écritures. Alors, quand je me tiens là, je peux vraiment avoir foi dans ce que je fais, voyez-vous; de savoir que ce que vous prêchez, c’est la Vérité. Voyez? Et alors, si quelqu’un s’oppose à Ça, vous avez déjà étudié la chose à fond, assez pour savoir exactement ce qu’Il dit, savoir où l’arrêter, voyez-vous, Ici même. Voyez? Et c’est comme ça. Dieu nous fait différents les uns des autres, pour que nous puissions tout simplement... C’est pour ça que le monde est comme ça. Mais c’est ce qui fait que je suis ce genre de personne là, qui s’énerve, qui s’irrite. Il faut que ce soit impeccable.

13        Et je suis très heureux, ce soir, aujourd’hui, ce–ce matin, de dire que je sais que le Seigneur Jésus n’est pas mort. Il est vivant, et Il est présent, maintenant même, tout autant qu’Il l’était, à n’importe quel moment, dans le monde, en Galilée ou n’importe où ailleurs. Il est le Fils vivant, ressuscité, omniprésent, du Dieu vivant. C’est... Et si je ne pouvais pas...

14        Si j’enseignais une Écriture qui traite d’un Dieu historique, et que je n’étais pas sûr qu’Il est ici présent, je–je serais complètement déboussolé. Ça me rendrait tellement nerveux que je ne saurais pas ce que je fais. Voyez? Et je ne saurais pas quoi dire aux gens. “Bon, eh bien, Il va faire ceci, ou Il va faire cela.” Je–je ne pourrais pas vous dire ce qu’il en est. Je ne sais pas. Mais, quand on sait ce qu’Il a promis de faire, et qu’on L’a vu le faire, à ce moment-là on sait à quoi s’en tenir. Voyez? Alors, voyez-vous, là, que Dieu, selon Ses grands plans, Il savait exactement comment faire chaque personne pour qu’elle ait telle particularité, parce que c’est précisément dans ce but qu’Il va l’utiliser.

15        Avez-vous entendu la jeune femme qui était sur l’estrade, tout à l’heure? Mme Stricker, qui chantait sans musique. Elle avait un petit machin dans lequel elle soufflait, pour trouver son air, sa–sa note, ou le nom que vous donnez à ça. Et elle a été capable de se tenir là, à chanter avec une voix très grave, puis elle a fait monter sa voix, ce Ohé du navire! Maintenant, il faudrait m’écouter essayer de faire ça, un de ces jours. [Frère Branham et l’assemblée rient.–N.D.É.] Ce serait terrible. Mais, vous voyez, Dieu savait exactement comment faire cette femme-là, pour qu’elle arrive à faire ça.

16        Et c’est comme ça. Nous sommes tous faits différemment. Si seulement nous pouvions trouver notre position en Christ, et demeurer là, et Le servir.

17        Je vois une petite fille assise ici, ce matin, dans un fauteuil roulant. Sois bénie, ma petite. Qu’est-ce qui t’a rendue infirme, ma chérie? La dys-... dys-... Oh, je n’arrive pas à prononcer ce mot-là, quand je cherche à le dire : dystrophie musculaire, ou le nom qu’on donne à ça. Est-ce que c’est ça, mon trésor, qui t’a rendue infirme, ou si c’est la polio? La polio. Tu sais, Jésus guérit les petites filles. N’est-ce pas? Tu es une très belle petite fille. Et je crois que Jésus va permettre que tu guérisses.

18        Hier soir, les deux petites filles qui étaient assises ici, atteintes d’une maladie dont personne au monde ne sait ce que c’est. Leurs petits doigts qui tombent, et leurs petits pieds, ils tombaient. Deux belles petites filles. Et il se trouve que je connais leur mère et leur grand-mère. Et je me suis senti conduit à condamner ce démon qui tourmentait ces petites, assises là; ouvertement. Il y avait je ne sais combien de temps qu’elles étaient en fauteuil roulant. Et hier soir, tout de suite la nouvelle nous est parvenue par le téléphone : “Les petites filles sont debout, elles marchent.” Vous voyez que, que le–que le Seigneur Dieu a répandu Sa grâce sur elles. Oh, Il est si bon envers nous! Nous devrions L’apprécier davantage.

19        Et puis, je réfléchissais, pas plus tard qu’hier soir, après être rentré chez nous, quelques minutes après m’être couché, je réfléchissais : “Quand l’âme est sortie d’un homme, qu’en est-il?” C’est son être intérieur qui est parti. Il n’est pas mort. Il est–il est toujours vivant. Voyez? Il–il vit à jamais. Et nos bien-aimés qui sont passés de l’autre côté de ce voile, ils sont dans un–un corps, dont nous ne savons pas ce que c’est. Ça n’a pas été révélé.

20        Tout est en trois étapes. Il y a l’étape du corps mortel, du corps immortel, et puis du corps glorifié. Voyez? Tout comme d’autres choses, comme... Père, Fils et Saint-Esprit, c’est dans un même canal, et les trois sont Un. La justification, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit, dans un même canal, qui font un seul. Et puis, l’âme, le corps et l’esprit, qui constituent un seul être. Ça va par trois, et les trois sont un. Prenez un–un morceau de verre à trois angles, et mettez-le au soleil, il va refléter ces couleurs, pourtant les sept couleurs vont se réduire à une seule.

21        Prenez du rouge, et regardez quelque chose de rouge à travers du rouge. Combien savent quelle couleur ça va donner? [L’assemblée dit : “Blanc.”–N.D.É.] Blanc. Oui. C’est étrange, n’est-ce pas? Que quelque chose de rouge, à travers du rouge, ça ait l’air d’être blanc. Le rouge, c’est le signe de la rédemption. Et quand vous... Dieu regarde nos péchés rouges, à travers le Sang rouge de Son précieux Fils, ils sont blancs. Donc, mais il faut qu’Il les regarde à travers le Sang. Sinon, ce sont toujours des péchés. Donc, il faut que nous soyons sous le Sang.

22        Et quand l’âme quitte le corps, elle part pour aller dans un lieu de repos, dans un corps qui a la forme et la silhouette de ce corps-ci, mais ce n’est pas ce genre de corps. Vous rencontrerez vos bien-aimés. Vous ne pouvez pas leur serrer la main. Vous pouvez leur parler, vous pouvez les regarder. Ils ont exactement la même apparence qu’ici. En effet, quand Pierre et Jean, et Jacques, ont vu Moïse et Élie, ils les ont reconnus, sur la montagne de la Transfiguration. Mais, c’est un corps.

23        Mais ensuite, quand ce corps-là, ce genre de corps céleste là, quand il revient sur terre, il reprend la–la substance dans laquelle il avait vécu auparavant, et c’est là qu’il devient un corps glorifié. Et ce corps-là, c’est celui dans lequel nous verrons le Seigneur Jésus, avec Son corps ressuscité. “Ce que nous serons n’a pas encore été manifesté,” a dit Paul, “mais nous savons que nous aurons un corps semblable au corps de Sa gloire, parce que nous Le verrons tel qu’Il est.”

24        Et toutes ces vieilles mains ridées, et ces tissus qui se sont détériorés, tout ça disparaîtra, pour faire place à la splendeur de la jeunesse. Vous les hommes et les femmes âgés, souvenez-vous, vous... Ceci... Ça, c’est une marque de la chute : votre vieillesse. Mais, à la résurrection il n’y aura pas une seule marque de quoi que ce soit en rapport avec le péché. Mais, pourquoi est-ce que Dieu vous a fait comme ça? Il vous a amené à un certain âge; à l’âge de vingt-deux, vingt-trois ans, vous étiez au mieux de votre forme. Vous mangiez de la nourriture et vous étiez de plus en plus robuste, en bonne santé, et vous aviez vraiment l’air d’une personne très forte. Après ça, là vous avez commencé à rider, voyez-vous, la mort s’installe. Mais, à la résurrection, toute vieillesse sera effacée.

25        Je suis en train de regarder un brave vieux prédicateur et sa femme. Ils ont quatre-vingts ans passés, je pense. Frère et Soeur Kidd, qui prêchaient l’Évangile, peut-être même avant ma naissance, et moi, je suis un vieillard. Et je les vois, assis ici, un petit couple âgé, ils ont l’air si paisibles. Et je m’imagine, là, à la résurrection, quelle sera leur apparence. Les vieilles rides, et les mains qui tremblent, les tremblements, la tremblote, et les cheveux gris, tout ça disparaîtra pour faire place à la splendeur de la jeunesse. Vraiment, ça rapporte de servir le Seigneur. Vraiment, oui. Un jour, nous Le verrons.

26        Je me demande si Rosella Griffin est présente. J’aimerais l’inviter à venir dire quelques mots; une jeune alcoolique qui a été guérie à... ici, il y a quelques années. Ça pourrait peut-être aider quelqu’un qui est alcoolique, ici. [Une soeur dans l’assemblée dit : “Frère Branham, elle est retournée chez elle, ce matin.”–N.D.É.] Elle a été obligée de retourner chez elle, ce matin. Très bien. Un cas remarquable! Je m’étais dit, hier soir, que j’aurais dû l’inviter à venir dire quelque chose. Je l’aurais fait si je l’avais su, qu’elle repartait ce matin. Il y a tant de choses que j’aimerais que les gens du Tabernacle entendent.

27        Maintenant, est-ce qu’il y a des gens ici, qui vont se faire baptiser, ce matin, dans l’eau? Voyons voir. Un, deux, trois, quatre, cinq, six, il y en a à peu près six ou sept ici, qui vont se faire baptiser. Et, le service de baptêmes se fera tout de suite après cette leçon de l’école du dimanche.

28        Maintenant, la pièce de l’école du dimanche de notre Soeur Arnold, pour ses tout-petits, lui a été enlevée. Et nous allons simplement, si vous le voulez bien, Soeur Arnold, nous serons presque obligés de remettre ça à la prochaine journée, parce que nous n’avons pas la pièce pour l’école. Et je vais lire un passage de l’Écriture, là, dans quelques minutes, pour les petits enfants, qui va leur donner matière à réflexion, à eux aussi. Et puis, dimanche prochain, vous reprendrez vos services habituels et l’école du dimanche. Maintenant, nous voudrions dire...

29        Voici une autre chose que je voudrais dire, ce matin. Je–je–je leur avais dit de ne pas faire ça, mais ils l’ont fait quand même. Voyez? C’est qu’une offrande a été prise hier soir, pour moi, voyez-vous, une offrande. Je leur avais dit de ne pas faire ça, voyez-vous. Et ils... Mais ils l’ont fait quand même. Et quand... Je ne l’ai su qu’au moment où Billy m’a annoncé que mon frère Doc la lui avait apportée, à la maison. Et je ne l’ai pas encore comptée, mais je crois qu’on a mentionné qu’elle était d’environ trois cents dollars, ou d’un peu plus de trois cents dollars. Est-ce que c’est... Est-ce que tu te souviens, Doc, du montant? [Frère Edgar Branham dit : “...vingt-quatre, et douze.”–N.D.É.] Pardon, frère? [“Trois cent vingt-quatre, et douze.”] Trois cent vingt-quatre dollars, et douze. Je vous remercie beaucoup.

30        Or, ça fait un bout de temps que je n’ai pas œuvré sur le champ de travail. Ça, vous le savez. Et mon secrétaire, ici présent, ou quelques-uns de ceux qui sont ici ce matin, sont au courant que, où que je sois, mes dépenses, ici à la maison, s’élèvent à plus de cent dollars par jour, les dépenses de bureau et tout, que je dois régler pour des mouchoirs et tout, envoyés partout dans le monde.

31        Et je–je veux dire ceci, comme encouragement pour vous ici, par contre. Si on considère le nombre de personnes, c’est l’offrande la plus généreuse que j’aie jamais reçue de ma vie. Est-ce que vous vous rendez compte que ça représente environ un dollar par personne, en moyenne? Et la plupart des offrandes, là-bas sur le champ de travail, sont, en moyenne, d’environ, à peu près vingt-deux ou vingt-cinq cents par personne. Mais la moyenne de celle-ci était d’un dollar par personne. En effet, je sais qu’ici on ne peut pas faire entrer... Ils ne font pas passer le plateau à offrandes dehors. Et, dans cette petite salle, je–je doute qu’on puisse entasser plus de trois cents personnes. Est-ce que tu sais combien il y a de places assises dans le Tabernacle, Frère Neville? [Frère Neville dit : “Il devrait y en avoir à peu près trois cents, quelque chose comme ça, tel qu’il est actuellement.”–N.D.É.] À peu près trois cents personnes. Alors, vous voyez, ça représente environ un–un dollar par personne. Dieu sait combien j’apprécie. Je vous remercie beaucoup. Et ça va tout de suite être utilisé pour l’œuvre du Seigneur. Je–je vous remercie pour ça. Et pour... Si jamais des gens devaient partir avant ce soir, parce que... et je...

32        Quand je suis rentré chez nous, hier soir, sur le perron il y avait une petite boîte, comme ceci, et c’était un–un paquet de gelées, je crois, qui venaient de quelqu’un. Vous savez, moi, j’aime beaucoup la gelée. Je–j’apprécie ça. Et une–une soeur ici, dont il vaut mieux que je ne mentionne pas le nom, c’est une amie intime de la famille, qui a laissé un cadeau gage d’amour chez ma mère, pour moi et pour Billy. Vous ne savez pas, soeur, combien j’apprécie, et à quel point ce cadeau arrive au bon moment.

33        Et, oh, tant de choses! Vous comprenez. Et je suis sûr que Lui, Il comprend. Et alors, j’ai vraiment confiance qu’Il bénira chacun de vous, infiniment. Je voudrais bien pouvoir aller chez vous, chacun de vous, et–et rester avec vous pendant un moment, et causer avec vous. J’aime beaucoup faire ça.

34        Mais c’est, vous savez ce que c’est, on ne s’arrête jamais. On est obligés de se déplacer avec rapidité. Franchement, tout de suite après le service de ce soir, si le Seigneur le veut, je vais quitter l’État, aussitôt le service terminé. Je dois sortir d’ici avant midi : j’ai un rendez-vous à midi. Et j’ai un horaire chargé, cet après-midi. Et je... Vous savez ce que c’est. On ne s’arrête jamais; des gens qui sont malades, qui se meurent.

35        Souvent, je vais quelque part et, pendant que je suis là, tout simplement, quelqu’un arrive en disant : “Est-ce que vous me reconnaissez, Frère Branham?

– Non.

36– Eh bien, j’étais sur mon lit de mort, à l’hôpital, quand vous êtes venu prier pour moi. Le Seigneur m’a guéri.” “J’étais aveugle, quand vous m’avez rencontré dans la rue, ce jour-là la vision est venue.” Voyez? Et je–je ne sais jamais de quoi il s’agit.

37        Mais je médite cette pensée merveilleuse, Frère Egan, qu’un jour, quand j’aurai prêché mon dernier sermon, que j’aurai prié pour la dernière personne pour laquelle le Seigneur voulait que je prie, et que je rentrerai à la Maison! Au matin de la résurrection, oh, quel jour ce sera, quelle joie! Alors que je pourrai me tenir Là, quand la reine du Midi paraîtra, je verrai quelle influence elle aura eue! Je verrai arriver Là Billy Graham, l’influence que lui, il aura eue. Oral Roberts, et tous les autres, Sankey, Finney, Moody, Calvin, Knox, et ainsi de suite. Et puis, je verrai arriver mon groupe. Oh, ça, ce sera la joie, ce sera mon couronnement. C’est vrai. Et, par la grâce de Dieu, j’espère que j’en aurai plusieurs millions avec moi Là-bas.

38        Et maintenant, je dois partir outre-mer très bientôt. Et maintenant, à ma connaissance, rien que dans nos réunions à nous, pensez un peu à ça, j’en suis à mon deuxième million d’âmes qui ont été gagnées à Christ. Et je–j’espère que j’en verrai bien, bien des millions être gagnées.

39        Donc, le service de baptêmes, et, bon, les–les rendez-vous et tout. Or ça, ce sera continuel, après la réunion.

40        Si jamais, à un moment donné, vous revenez dans le but d’avoir un entretien privé, ou quelque chose comme ça, vous n’aurez qu’à téléphoner à l’agent ici, Frère Mercier. Il faut que nous ayons une façon de procéder, il le faut. Ça, nous le savons. Frère Mercier, c’est lui qui note les noms, qui inscrit les noms, l’un à la suite de l’autre, et dès que je n’ai plus de rendez-vous, qu’ils sont tous passés, je... Quand j’arrive, je l’appelle et je lui dis : “J’ai terminé ce groupe-là.” Il m’en donne un autre groupe, et voilà, c’est reparti, voyez-vous. Alors, tout est coordonné par ce bureau-là. Et il sait exactement comment procéder, pour réussir à faire venir chacun, tous ceux qui peuvent venir, vous voyez. Alors, nous sommes très heureux que ce petit bureau fonctionne de cette manière. Donc, voilà, c’est BUtler 2-151            9. Et c’est... Ou, si vous appelez à Jeffersonville, vous n’avez qu’à me demander, et c’est eux qui répondront, là-bas au bureau. Et merci, merci bien.

41        Maintenant nous allons simplement, avant d’aborder Sa Parole bénie... Et, souvenez-vous, immédiatement après ce service, et après le service de baptêmes, Billy sera ici pour distribuer des cartes de prière pour ce soir.

42        Maintenant, comme ce soir est un soir de réunion, un dimanche soir, la plupart des gens de la ville seront à leur propre église, et à Louisville, et dans les environs. Ceux-là seront à leur propre église. Par contre, ici on aura surtout ceux qui viennent de l’extérieur. Donc, je pense que nous pourrons peut-être former une grande ligne de prière, ce soir, et prier pour chacun. J’ai confiance que c’est ce que nous ferons. Il y a déjà pas mal de cartes de prière qui ont été distribuées.

43        Je–je pense que, hier soir, qu’après la soirée d’hier, oh, je me sentais vraiment comme si j’allais faire un de ces vols en solo, vous savez, comme on dit. Rien que de voir de nouveau, dans ce petit tabernacle, des mains en l’air.

44        J’ai un petit garçon, ici, et c’est vraiment un garçon, un vrai de vrai, le petit Joseph. Il a à peu près trois ans. Et, pendant que tout le monde poussait des cris, le voilà qui se précipite dans l’allée centrale et, les mains en l’air, il se met à pousser des cris et à louer le Seigneur, en plein là, dans l’allée centrale! Et je pense que ce matin il se chamaillait avec sa petite soeur, et il lui a mordu le bras; alors, je lui ai dit que de pousser des cris, ça ne donnerait pas grand-chose, tant qu’il agirait comme ça. [Frère Branham et l’assemblée rient.–N.D.É.] Oh! la la! Ces petits-là, ils savent vraiment se faire aimer, n’est-ce pas? Eh bien, naturellement, ce que c’était, c’est simplement qu’il voyait les autres faire ça, alors il s’est dit que c’est ce qu’il devrait faire, lui aussi, et probablement qu’il prenait exemple sur nous, sur ce que nous, nous faisions.

45        Maintenant, Sa Parole est ouverte devant nous, ici. Maintenant parlons-Lui donc à ce sujet, maintenant, un petit...

46        Dieu bien-aimé, nous venons à Toi en ce moment, avec respect, tranquillement, avec sérieux, et avec foi, en croyant que Tu écoutes, et que Tu exauceras la prière. Parce que nous venons au Nom entièrement suffisant de Ton Fils, le Seigneur Jésus, Celui qui est infaillible et qui a fait cette promesse : “Si vous demandez quoi que ce soit au Père en Mon Nom, Je le ferai.” Alors, nous savons que nous recevrons exactement ce que nous demandons, car nous venons en Son Nom. Car il n’y a aucun autre Nom par lequel nous puissions nous approcher de Toi, le grand et puissant Jéhovah Dieu. Et nous venons par Sa grâce, sans confesser que nous méritions quoi que ce soit, mais c’est parce qu’Il a fait l’expiation pour nous, puisqu’Il est mort pour nous, et qu’Il a expié nos péchés. Alors nous avons le sentiment que nous pouvons nous tenir, justifiés, devant Toi, à cause de Sa mort; nous avons cette foi-là. Et nous ne demandons rien qui soit mauvais, mais quelque chose qui soit profitable pour chacun de nous.

47        Par conséquent, Seigneur Dieu, parle-nous à travers Ta Parole. Et parle-nous en utilisant cette Voix, qui nous fera comprendre et savoir ce qu’il faut faire au juste pour être de meilleurs hommes et femmes, garçons et filles. Sachant que cette grande porte, là-bas, de la mort, qu’à chaque battement de notre cœur, nous nous rapprochons d’un battement de cette porte par laquelle nous entrerons tous. Et sachant aussi, qu’après être arrivés là-bas, il n’y aura plus une seule autre occasion de nous réconcilier. Plus jamais nous ne pourrons avoir cette occasion que nous avons maintenant même. Et ne sachant à quel moment au juste nous franchirons cette frontière, ô Dieu, viens à nous sans tarder, et ramène-nous au bon sens, pour que nous sachions comment nous approcher de Toi, et plaider notre cause devant Toi, et implorer Ta miséricorde. Accorde-le, Seigneur.

48        Nous sommes un peuple dans le besoin. Nous sommes des brebis, nous réclamons le Berger, qui nous conduira tout au long de cette vie, et dans la vallée de l’ombre de la mort. Comme David, autrefois, le disait : “Je ne craindrai point, quand j’arriverai dans ce lieu”, parce que le Berger me conduira, me fera traverser ce lieu, jusqu’à ce que nos pieds reposent solidement sur ce glorieux Rivage, là où la vieillesse, la maladie, le chagrin et la mort s’envoleront loin de nous, et nous serons libres, Là-bas, pour toujours.

49        Parle, Seigneur. Cette petite aux yeux brillants, la petite chérie de quelqu’un, qui est assise ici devant moi, dans ce fauteuil roulant; je ne peux tout simplement pas détacher mes yeux de sur elle aujourd’hui; infirme à cause de la polio, ce que le malin lui a fait. Ô Dieu, apporte la délivrance à cette petite chérie. Accorde-le, Seigneur. Non seulement à elle, mais aux autres ici, qui sont dans l’attente. Que Ton Saint-Esprit les élève tellement haut, ce matin, qu’ils traverseront toutes les vibrations du doute et toutes les barrières du péché, et alors Ton Saint-Esprit pourra agir sur eux et les guérir. Accorde ces choses, Seigneur. Car nous demandons ces bénédictions pour Ta gloire, au Nom du Fils, Jésus-Christ. Amen.

50        Maintenant, j’ai choisi comme sujet ce matin. Et vous, les petits, pardonnez-moi de consacrer tout le temps aux adultes, et de vous priver de votre classe ici, ce matin. Mais je voudrais que vous écoutiez, vous aussi, ce que je veux lire. Et ce je veux lire, ce matin, se trouve dans I Samuel, au chapitre 3.

51        Et je voudrais prendre comme sujet : Écoutez Sa Voix. Ce qui conviendra aux petites filles et aux grandes filles, aux petits garçons et aux grands garçons, à tous. Souvenez-vous du sujet : Écoutez Sa Voix.

52        Maintenant, pour vous qui prenez dans les Écritures I Samuel, chapitre 3, voici ce qu’on y lit, aux dix premiers versets.

Le jeune Samuel était au service de l’Éternel devant Éli. La parole de l’Éternel était rare en ce temps-là, les visions n’étaient pas fréquentes.

53        Oh, comme j’aimerais m’arrêter là-dessus pendant un instant; peut-être une autre fois. Ça me frappe tout à coup. Je vais le lire encore une fois, ce verset-là.

Le jeune Samuel était au service de l’Éternel devant Éli. La parole de l’Éternel était rare en ce temps-là, car les visions n’étaient pas fréquentes.

54        Vous voyez ce qu’est une vision, alors? C’est la Parole du Seigneur, adressée directement. Voyez? Et la Parole du Seigneur était rare.

En ce même temps, Éli, qui commençait à avoir les yeux troubles et ne pouvait plus voir, était couché à sa place,

La lampe de Dieu n’était pas encore éteinte, et Samuel était couché dans le temple de l’Éternel, où était l’arche de Dieu.

Alors l’Éternel appela Samuel. Il répondit : Me voici!

Et il courut vers Éli, et dit : Me voici, car tu m’as appelé. Éli répondit : Je n’ai point appelé; retourne te coucher. Et il alla se coucher.

L’Éter-... L’Éternel appela de nouveau Samuel. Et Samuel se leva, alla vers Éli, et dit : Me... me voici, car tu m’as appelé. Éli répondit : Je n’ai point appelé, mon fils, retourne te coucher.

Samuel ne connaissait pas encore l’Éternel, et la parole de l’Éternel ne lui avait pas encore été révélée.

L’Éternel appela de nouveau Samuel, pour la troisième fois. Et Samuel se leva, alla vers Éli, et dit : Me voici, car tu m’as appelé. Éli comprit que c’était l’Éternel qui appelait l’enfant.

Et il dit à Samuel : Va, couche-toi; et si l’on t’appelle, tu diras : Parle, Éternel, car ton serviteur écoute. Et Samuel alla se coucher à sa place.

L’Éternel vint et se présenta, et il appela comme les autres fois : Samuel, Samuel! Et Samuel répondit : Parle, car ton serviteur écoute.

55        La Voix de Dieu! Entendre Sa Voix, en ce temps-là, c’était quelque chose de rare. Voyez-vous, il n’y avait pas de vision ouverte. Et c’était quelque chose de rare, la vraie Voix de Dieu, parce que les gens s’étaient éloignés. Ils avaient une église, en ce temps-là, qui ne suivait pas les commandements du Seigneur. Ils avaient un–un ministre, qui s’appelait Éli. Et il s’était éloigné de Dieu, en se contentant d’enseigner les préceptes qui correspondaient à ce que les gens voulaient croire. Voilà bien un tableau comparable à celui d’aujourd’hui! Il se contentait d’enseigner aux gens, et il–il prenait les morceaux de choix, il laissait ses fils prendre, à la fourchette, les meilleurs morceaux de chair, de–de l’offrande. Ils en étaient tout simplement au point où l’essentiel était l’offrande. Et Samuel se montrait négligent dans sa façon d’exécuter les commandements du Seigneur. Et la vraie Parole de Dieu, c’était quelque chose de rare.

56        C’est pareil aujourd’hui. Nous allons à l’église, et nous constatons que les gens vont là, et ils font de grandes campagnes axées sur : “Nous voulons ajouter à notre dénomination, cette année, tant de membres de plus. Apportez votre lettre, de votre autre église, et joignez-vous à nous.” Et des slogans comme : “Un million de plus en 44.” Et toutes sortes de choses comme ça, ils crient, ils cherchent à surpasser en nombre l’autre dénomination. Et c’est ainsi que nous avons levé les barrières, de la Bible. Nous nous sommes éloignés, et nous nous sommes mis à enseigner différentes choses.

57        Les prophètes ont parlé de ces jours, où, “comme enseignement, ils enseigneraient la doctrine des hommes et non la Doctrine de Dieu”.

58        Et on a tellement vu de ça, et ça dure depuis si longtemps, qu’aujourd’hui la Parole du Seigneur, c’est quelque chose de rare; quelqu’un qui peut venir et dire “AINSI DIT LE SEIGNEUR”. Or, nous avons eu beaucoup d’imitations de ça. Satan est vraiment à l’œuvre. Il y a bien des années, les gens avaient peur de dire ça, à moins que ce soit vraiment le Seigneur. Mais aujourd’hui, ils s’en fichent carrément. Mais c’est quelque chose de rare, d’entendre la Voix du Seigneur, et de trouver une personne qui puisse dire : “Le Seigneur m’a parlé.” C’est ce qu’on remarque parmi les gens, on n’entend pratiquement plus, à un moment donné, quelqu’un qui dira : “Le Seigneur m’a parlé.”

59        Alors qu’autrefois, les hommes et les femmes priaient toute la nuit, leurs maisons étaient mises en ordre selon le Livre du Seigneur, et Dieu avait la première place dans leur foyer.

60        Voyez-vous, nous laissons passer trop de choses avant le Seigneur. On ne peut pas faire la réunion de prière, parce qu’il y a M. Godfrey ce soir. On ne peut pas faire la réunion de prière, parce qu’il y a Nous aimons Sucie ce soir. Ou quelque idiotie du genre, qui nous prend notre temps, alors nous n’avons pas le temps d’écouter la Voix du Seigneur. Et ceux qui prétendent être Chrétiens, ils se contentent de s’agenouiller, de faire une petite prière comme ceci, une petite prière maison, comme : “Seigneur, bénis-moi et bénis ma famille, et prends soin de nous. Bonne nuit.” Et le lendemain matin, ils se lèvent et disent : “Guide-nous tout au long de la journée. Bonne journée.”

61        Nous devons nous attendre au Seigneur. Voyez-vous, c’est nous qui parlons tout le temps. Nous ne Lui donnons pas la possibilité de nous parler à Son tour. Alors que si nous priions, et que nous priions jusqu’à ce que notre âme entre dans la Présence de Dieu, et qu’ensuite nous nous détendions et que nous écoutions Sa Voix.

62        Mais il y a tellement de voix aujourd’hui, qui nous éloignent de la Voix du Seigneur. Il y a la voix du plaisir. Tant de gens écoutent celle-là, alors ils vont quelque part passer de bons moments. Et beaucoup d’entre eux font profession d’être Chrétiens. Une espèce de spectacle de rock-and-roll va avoir lieu, ils ne peuvent vraiment pas écouter ce qui est saint. Ils disent : “Eh bien, je suis Chrétien, il faudrait que je lise un verset de la Bible aujourd’hui. Oui, ‘Jésus pleura.’” Avec ça, c’est classé. On continue son chemin. Mais pour ce qui est de vraiment s’agenouiller et prier, ils ont trop d’autres choses à faire. Il y a tellement de voix dans le monde, tellement de choses qui détournent notre attention de sur Dieu.

63        Hier, quand ma femme et moi, nous sommes allés au supermarché, acheter des provisions. Et je me dépêchais, parce que j’étais en retard, j’avais des rendez-vous et tout, et je faisais très vite. Il y avait un petit garçon, qui était là, à moitié endormi, et une petite fille est arrivée, elle portait une espèce de petit pantalon, qui appartenait à un homme. Forcément, parce que ces choses-là, c’est fait pour les hommes.

64        Et la Bible dit que “c’est une abomination aux yeux de Dieu, qu’une femme porte ça”.

65        Et avec tout plein de rouge à lèvres ici, et les yeux à moitié endormis, elle a dit : “Où est telle et telle chose?”, à ce petit garçon.

Il a dit : “Comment veux-tu que je le sache?”

66        Elle a dit : “N’oublie pas que je ne suis rentrée qu’à six heures, ce matin.” Et elle n’avait pas plus de douze ans.

67        Or Jésus, à douze ans, Lui qui était notre exemple, Il a dit : “Ne savez-vous pas qu’il faut que Je m’occupe des affaires de Mon Père?”

68        Ce n’est pas étonnant que la Voix de Dieu soit quelque chose de rare, aujourd’hui. Elle est étouffée par tant de voix différentes, par tant de choses qui estompent et qui éloignent. On en est au point où tout ça engourdit nos sens, si bien que nous ne pouvons pas écouter la Voix de Dieu. Nos sens, alors que nous devrions nous secouer; prendre conscience que vous êtes des hommes et des femmes, et que vous êtes la création de Dieu, et que vous avez été placés ici pour Le servir. Mais la voix de Satan et des faux prophètes : “Oh, soyez à la mode!”

69        Comme je le disais, il y a quelques jours, pendant que j’étais en route pour venir à l’église, j’ai allumé ma radio. Et j’ai entendu une émission en provenance de Louisville, qui disait qu’on enseignait aux enfants, dans les églises, à boire avec modération. Les moderniser, pour qu’ils ne tombent pas dans l’excès.

70        Oh, ce qu’il faut, c’est qu’on leur enseigne Christ, pas à boire. Cette chose-là, ça va démolir, détruire et damner n’importe quel foyer. Comment la Voix de Dieu pourrait-elle parler dans une famille où on est à moitié soûl au whisky, et avec la pensée paralysée par le tabac et l’alcool, et d’avoir fait la bombe toute la nuit?

71        Les hommes qui s’attendent à Dieu entrent dans Sa Présence. Et entrer dans la Présence de Dieu, c’est comme de sortir tôt le matin, quand il y a la rosée et que les chèvrefeuilles sont odorants. Quand on entre en présence d’une personne comme ça, on sait qu’elle a été avec Dieu.

72        Ma femme me disait, en venant ce matin, elle disait : “Billy, je ne dis pas ça pour couvrir quelqu’un de fleurs. Mais,” disait-elle, “hier soir,” je crois, ou l’un des soirs, disait-elle, “j’étais assise près d’une des petites Amish, une petite dame avec un petit bonnet sur la tête.” Elle disait : “Et on voyait que cette femme avait été avec Jésus, car elle était douce. Son âme était sereine. Ses yeux étaient clairs.” Il n’y avait aucun péché, ni rien à cacher derrière, ni quoi que ce soit. Elle avait été dans la Présence de Dieu. Ses sens n’étaient pas engourdis, par le whisky, par le tabac et par toutes sortes de choses de ce monde. Elle avait été rafraîchie par la Présence de Dieu, elle lisait sa Bible, elle étudiait la Parole de Dieu.

73        Mais nous, les Américains modernes, qu’est-ce que nous faisons! Et les faux prophètes qui sont derrière la chaire disent qu’il n’y a pas de mal à ça. J’ai bien envie de dire ceci. Si j’ai tort, que Dieu me pardonne. Je suis persuadé que beaucoup d’entre eux ne connaissent pas Dieu. Et l’assemblée ne montera jamais plus haut que son pasteur. Ce n’est pas étonnant que l’Écriture dise : “Ces bergers, qui ont dispersé le troupeau. Malheur à eux. Ce sont les sarments qui ne portent pas de fruit, qui seront arrachés et brûlés.”

74        Tant de choses engourdissent les sens des gens aujourd’hui! Oh! mais au milieu de tout ça, malgré tous les engourdissements et toutes les voix qu’il y a dans le monde aujourd’hui! Quelques-unes d’entre elles : des voix de plaisir. Quelques-unes d’entre elles sont–sont des voix de péché, pour attirer les gens par la ruse. Mais malgré tout ça, la Vérité de Dieu demeure encore aujourd’hui : “Celui qui écoutera Ma Voix et qui viendra après Moi!” Les hommes et les femmes qui écouteront la Voix de Dieu, Dieu attend toujours de parler à chaque individu qui ouvrira ses oreilles pour écouter la Voix de Dieu.

75        Si un homme, quel qu’il soit, un pasteur... Bien des fois, les gens disent : “Ne pourriez-vous pas faire ceci? Ne pourriez-vous pas faire un saut à tel endroit? Ne pourriez-vous pas faire ceci? Oh, j’aimerais bien le faire. Mais il faut que je reste dans la Présence de Dieu, si je compte faire les choses correctement. Après ça, les gens disent : “Oh, Frère Branham, c’est un isolationniste.” Ce n’est pas ça. J’aime les gens, seulement il y en a des milliers. Mais il faut que je reste avec Lui, pour voir ce qu’Il veut que je leur dise. Quelque part, écoutez seulement, Il aura quelque chose pour vous, qu’Il veut que vous sachiez.

76        Pasteur, ne soyez jamais trop occupé pour rester dans la Présence et prêter l’oreille à Sa Voix. Dieu tient toujours Sa Parole. Et peu importe combien les temps peuvent être mauvais, combien votre église peut apporter un enseignement contraire à ça, Jésus-Christ est toujours disposé à s’adresser, avec cette petite Voix tranquille, à quiconque prêtera l’oreille pour L’écouter. Il est toujours prêt à le faire, pourvu que nous nous tranquillisions.

77        Mais nous arrivons tout d’un coup, tout agités, et nous disons : “Hé, pasteur, est-ce que je pourrais adhérer à cette église?

– Vous êtes de quelle église?

– De telle église.

– Bon, apportez-nous votre lettre.” Oh! la la!

“Est-ce que je pourrais adhérer à cette église?

78        – Oh, mais oui. Avancez-vous, et on va vous asperger un peu, avec de l’eau, et inscrire votre nom sur le registre. Et on vous donnera la main d’association.”

79        Voyons, même la loge des francs-maçons a plus d’ordre que ça. C’est vrai. La loge des francs-maçons et tous les autres clubs, c’est bien, mais ce n’est tout de même pas la maison de Dieu. C’est dans ce lieu-là que Dieu parle. Ces clubs-là, ils cherchent à vous rendre moral, mais Dieu vous rend juste, par Jésus-Christ, Son Fils. Or, il y a un code d’éthique pour ça; Dieu a une nouvelle Naissance pour vous.

80        Mais écoutez Sa petite Voix tranquille. Vous tous, qui faites profession d’être Chrétiens, tranquillisez-vous devant Lui. Ne laissez pas la lessive vous faire obstacle. Ne laissez pas le travail vous faire obstacle. Ne laissez rien vous faire obstacle. Ne dites à personne ce que vous faites. Approchez-vous simplement de Lui. Allez quelque part dans les bois. Rangez-vous au bord de la route. Entrez dans le secret de votre chambre et fermez la porte. Quand les enfants sont à l’école, là, agenouillez-vous. Vous avez entendu des voix de toutes sortes, partout, mais agenouillez-vous simplement, et restez là jusqu’à ce que ces voix se soient tues, et que vous commenciez à vous élever. Ça vous changera. Ça vous transformera, comme Ça a transformé le petit Samuel. Ça produira un effet sur vous, à condition que vous le fassiez. Alors Ça fera de vous ce que vous devriez être. Ça fera de vous le genre de Chrétien que vous devez être.

81        Maintenant quittons cette époque moderne, pour nous reporter à une époque passée. Reportons-nous au passé, aux temps les plus reculés. La Voix de Dieu a été adressée à des hommes de tous les milieux, dans tous les âges. Que vous soyez cultivateur, que vous soyez cordonnier, quoi que vous soyez, Dieu parle encore. Que vous soyez un pécheur, que vous soyez une prostituée, une impudique, que vous soyez un ivrogne, que vous soyez (quoi?) un membre d’une église locale, un membre de nom–de nom, quoi que vous soyez, la Voix de Dieu attend toujours de pouvoir vous parler.

82        Je pense maintenant à Moïse, alors qu’il avait déjà quatre-vingts ans, qu’il avait quatre-vingts ans de formation théologique. Et il connaissait les Écritures, il les connaissait bien. Et il avait reçu la promesse qu’il allait être le libérateur de son peuple. Et pourtant, connaissant seulement les Écritures et n’étant qu’un–qu’un membre d’église formaliste, de l’église moderne de l’époque, il a pris lui-même la chose en main, il a essayé de le faire lui-même. Il a tué un Égyptien. Voyez-vous ce que vous faites quand vous n’écoutez pas Dieu? Vous faites un beau gâchis.

83        Tandis que le diable, ce matin, est là à dire : “Ne va pas te faire baptiser.” Un autre qui dit : “Oh, remets ça à plus tard.” Un autre qui dit : “Vaudrait mieux t’assurer de bien savoir ce que tu fais.” Et l’autre qui dit : “Tu ne pourras plus t’amuser.” Le seul moyen de régler la question, c’est de confronter ça avec la Parole de Dieu. Mais aujourd’hui, on dirait que les gens ne veulent pas faire ça.

84        Et Moïse, il était allé consulter les meilleurs rabbins, mais eux, ils étaient devenus formalistes et froids. Il avait écouté l’histoire que sa mère lui avait racontée : qu’on l’avait caché parmi les joncs, et que les gros alligators n’avaient pas pu se saisir de lui. Que, porté par le courant, il y avait ce petit bébé. Alors que les...

85        Les vieux alligators, ils étaient devenus tout gras. (Ceci, c’est pour les petits enfants.) Ils étaient devenus gras, à manger ces petits bébés-là. Il y avait des vieilles femmes au nez crochu, des femmes policières, qui n’avaient jamais eu de bébé, qui ne savaient pas ce que c’était que d’aimer un bébé. Eh bien, elles allaient là-bas, elles prenaient les petits bébés et elles les tuaient, puis elles les jetaient dans le fleuve. Ces vieux alligators étaient devenus tout gras à manger ces petits bébés.

86        Et pourtant, Dieu a mis à cœur à cette mère d’installer son bébé dans les bras mêmes de la mort. C’était un type de Christ, vous le voyez, n’est-ce pas? Il s’est jeté dans les bras mêmes de la mort. Et tous ces vieux alligators s’approchaient de ce tout petit panier qui descendait le fleuve. Savez-vous pourquoi ils ne pouvaient pas, pourquoi ils ne pouvaient pas manger ce petit bébé-là? Il y avait un Ange posté là. “File d’ici.”

87        Pourquoi? Dieu donne ordre à Ses Anges de veiller sur Son peuple. N’aie pas peur, ma chérie. Dieu veille sur toi. Le diable aura beau essayer de te faire quelque chose, mais Dieu est plus grand. Voyez?

88        Alors, les alligators devaient s’éloigner en vitesse de ce petit panier.

Et pourtant, Moïse savait toutes ces choses. Et pourtant, après quarante ans de formation, et puis dans le désert, encore là il a essayé de prendre lui-même la chose en main.

89        Nous connaissons la Bible, nous savons ce que Dieu nous a dicté, et pourtant, nous disons : “Bon, eh bien, Ceci, nous allons l’arranger comme ceci. C’est que les jours des miracles, ça n’existe plus. Nous savons, nous ne croyons pas qu’ils soient encore là aujourd’hui, nous croyons que les jours des miracles sont passés. Et l’aspersion, c’est tout aussi valable que l’immersion. Et ‘Père, Fils et Saint-Esprit’, c’est tout aussi valable que le Nom du Seigneur Jésus. Et alors, nous allons simplement... Tous les autres suivent cette voie-là, alors nous allons simplement faire pareil.”

90        Moïse avait été un militaire. Et il s’est dit qu’avec le genre de formation qu’il avait reçu comme militaire, il allait simplement pouvoir lever la main sur les Égyptiens et les tuer. “C’est aussi valable que de faire ce que Dieu a fait.” Avez-vous déjà réfléchi à ça? Tout le monde condamne Moïse, parce qu’il a tué un homme. Et, quand il est retourné là-bas, avec l’onction du Saint-Esprit sur lui, il a tué tout le lot, et personne n’a dit un mot là-dessus. Il a tué toute l’armée de Pharaon, mais Dieu était là-dedans. Dieu n’y était pas, la première fois.

91        Et donc, Moïse, gonflé à bloc avec sa théologie d’église, il allait être le prochain pharaon. Et nous voyons qu’il ne connaissait toujours pas Dieu.

92        Mais, un matin, derrière le désert, un vieillard de quatre-vingts ans avec la barbe qui descendait très bas, il a vu un buisson ardent. Et il s’est détourné pour voir ce qui se passait. Et quand il s’est approché du buisson, il a entendu une Voix. Dieu avait été obligé de le tranquilliser pendant quarante ans, avant de pouvoir lui parler. Et nous, nous ne restons même pas tranquilles pendant dix minutes, pour que Dieu puisse nous parler – avec tout ce qu’il y a aujourd’hui comme grondement et comme bourdonnement.

93        Et pourtant, Moïse, après quarante ans, il s’est tenu là, et en Présence de ce buisson, et de cette Voix qui l’a appelé, il en savait plus sur Dieu, après cinq minutes, qu’il n’en avait appris en quatre-vingts ans de formation. Ça a fait de lui un homme transformé.

94        Ça fera de vous un homme et une femme transformés, pourvu que vous restiez tranquilles assez longtemps pour écouter Sa Voix, comme Samuel l’a fait. Restez tranquilles. Ne vous énervez pas. S’il y a quelque chose que vous désirez recevoir de Dieu, demandez-le-Lui; ensuite restez tranquilles et écoutez, voyez ce qu’Il en dira. Ouvrez simplement votre cœur, dites : “Qu’est-ce que Tu en dis, Seigneur Jésus?” Restez là. S’Il ne répond pas au bout des cinq premières heures, alors attendez encore cinq heures. S’Il ne répond pas aujourd’hui, alors Il répondra demain. S’Il ne répond pas cette semaine, Il répondra la semaine prochaine. Restez là jusqu’à ce qu’Il réponde.

95        Écoutez Sa Voix répondre dans votre cœur, dire : “Oui, Je suis l’Éternel qui te guérit.” À ce moment-là, l’affaire est classée. Pour vous, c’est réglé, à ce moment-là. Voyez? “Je suis l’Éternel qui pardonne tous tes péchés. Maintenant va, et ne pèche plus. Je ne te condamne pas.” À ce moment-là, vous pouvez repartir libre. Tout va bien pour vous. Mais vous devez être bien certain d’avoir entendu cette Voix vous parler. Moïse L’a entendue. Il a été un homme changé.

96        Considérez Ésaïe, le prophète. C’était un jeune homme dont l’avenir était assuré. Le grand roi Ozias, qui avait été favorisé, à l’époque c’était un homme juste, un homme bon. Il aimait Ésaïe, car il savait qu’il était prophète. Et alors, celui-ci se reposait sur le roi. Tout ce qu’il désirait, eh bien, Ozias le lui donnait. Chaque fois qu’il désirait quelque chose, eh bien, le bon roi le lui donnait. Mais, à un moment donné, le roi est mort.

97        La prospérité, ça détruit toujours les gens. C’est une déclaration brutale. Mais la prospérité éloigne l’homme de Dieu. Dieu, quelque part dans la Bible, Il a dit quelque chose comme ceci, Il a dit : “Quand Je t’ai béni, et que Je t’ai donné à profusion. À l’époque où tu étais pauvre et dénué de tout, Je suis venu vers toi, et tu M’as écouté, et tu M’as servi. Mais quand Je t’ai béni, et que Je t’ai donné à profusion, alors tu t’es détourné de Moi.” Voilà ce que l’Amérique a fait, elle s’est détournée.

98        Voilà ce que les églises ont fait. Vous pouvez être installés à l’angle des rues, et avoir de beaux grands bâtiments, et des millions de dollars par... investis là-dedans, et que tout soit facile comme bonjour. Ce n’est pas étonnant que vous n’ayez pas le temps d’écouter la Voix de Dieu. Mais attendez un peu que vienne l’heure où ces choses vous seront retirées, alors vous désirerez ardemment L’écouter. Tout va bien maintenant, mais l’heure vient où ce ne sera plus comme ça.

99        Donc, Ésaïe, il pouvait se reposer sur le roi. C’était un jeune homme qui était apprécié, un jeune homme qui avait un très bon esprit, alors le roi l’aimait. Mais, un jour, les appuis lui ont été retirés. Le roi est mort. Et, après que le roi est mort, Ésaïe a été obligé de marcher seul. C’est là qu’il s’est mis à regarder autour de lui, et qu’il s’est aperçu que tout le monde n’était pas comme le roi.

100      On vous mettra à la porte, un de ces jours, des groupes interdénominationnels comme ceci. Il viendra un temps où vous devrez faire partie d’une organisation, sinon vous ne pourrez pas adorer. Comme vous le savez, c’est ce que l’Écriture dit. Pour le moment ils se contentent de se moquer de vous. Mais il viendra un temps où il y aura un boycottage, car la marque de la bête doit être apposée. Ou bien vous ferez partie de la confédération des églises, la bête comme à Rome, ou bien vous n’adorerez pas du tout. C’est ce que dit l’Écriture. C’est là que vous devrez vous écrier, comme Ésaïe.

101      Il est allé dans le temple, et c’est là qu’il a pris conscience. Il a levé les mains et il a dit : “Ô Éternel, je suis un homme dont les lèvres sont impures.” Vous vous imaginez que vous êtes bon, mais attendez un peu que ce moment-là arrive. “J’habite au milieu de gens dont les lèvres sont impures.” Qu’est-ce qu’il y a eu? À ce moment-là c’était pour lui une question de vie ou de mort.

102      Et ceci, quand pour vous ce sera une question de vie ou de mort, alors il se passera quelque chose. Ça ne l’est pas encore assez, pour vous. “Oh, eh bien, j’ai adhéré à l’église. Avec ça, c’est réglé.” Mais il faut que ce soit pour vous une question de vie ou de mort. Il faut que vous ayez vraiment besoin de Dieu.

103      Jésus a dit : “Heureux ceux qui ont faim et soif de justice, car ils seront rassasiés.”

104      Mais, tant que vous vous satisferez des choses du monde, comment est-ce que Dieu pourra jamais vous parler? Vous dites : “Dieu ne m’a jamais parlé.” Pourquoi? Il le veut. Mais vous êtes trop rempli des choses du monde. C’est là le problème chez nous, aujourd’hui. Nous occupons tout notre temps aux choses du monde, et aux plaisirs du monde, et nous ne consacrons aucun temps à Dieu. C’est vrai.

105      Donc, nous voyons que c’était devenu pour Ésaïe une question de vie ou de mort. Et il s’est écrié, il a confessé ses péchés, et il a confessé les péchés du peuple. Et une fois sa confession terminée, il a entendu un bruit au-dessus de lui. Et quand il a levé les yeux, il y avait là les Chérubins, qui volaient de long en large dans le bâtiment. Ils avaient des ailes dont ils se couvraient la face, des ailes dont ils se couvraient les pieds, et des ailes dont ils se servaient pour voler, et ils criaient : “Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant.”

106      Quelque chose était en train de se passer. C’était devenu pour Ésaïe une question de vie ou de mort. Dieu est entré en action. Et Ésaïe s’est écrié : “J’ai les lèvres impures”, car une Voix venait de parler. Ça l’avait changé.

107      “Qui marchera pour Nous?”, a dit la Voix. “Qui ira? Qui est disposé à se tenir à la brèche, au milieu de cette bande de théologiens? Qui ira, aujourd’hui, déclarer que Je suis toujours Dieu? [Frère Branham donne deux coups sur la chaire.–N.D.É.] Qui ira condamner leur impureté? Qui démolira leurs dénominations et donnera un nouvel essor aux puissances du Dieu vivant? Qui ira?”

108      Ésaïe a dit : “Seigneur, avant de pouvoir y aller, je dois être transformé.” Il devait être débarrassé de ses petites peurs et de ses agitations.

109      Il en sera de même pour chaque individu que Dieu appellera! Vous devez naître de nouveau, être changé et renouvelé. Pas une imagination, mais dans votre cœur, quelque chose qui se produit réellement. Et l’un des Anges... “Si vous demandez, vous recevrez.”

110      L’un des Anges est allé à l’autel d’airain, Il a pris les pincettes, Il a étendu le bras et Il a pris une pierre du Feu ardent, Il a volé vers Ésaïe et a mis Cela dans sa bouche. Il a dit : “Maintenant tu es pur. Va, prononce la Parole.” Ésaïe était changé, après avoir entendu cette Voix.

111      Et puis, dans les dernières années de sa vie, il a écrit une Bible complète. Il a commencé à la Genèse et il a terminé dans l’Apocalypse. Il y a soixante-six Livres dans la Bible; il y a soixante-six chapitres dans Ésaïe. Pourquoi? Parce que c’était devenu pour lui une question de vie ou de mort, au moment où il En avait vu le besoin plus que jamais.

112      Daniel, à Babylone, comme nous en parlions hier soir. Il avait résolu qu’il ne se souillerait pas avec les doctrines de Babylone. Mais un jour, là-bas, Daniel avait un besoin. Et il savait que ce qu’il voulait, c’était entendre la Voix de Dieu, bien qu’il ait eu les Écritures. Mais il avait besoin d’entendre la Voix de Dieu. Et il est descendu à tel et tel fleuve. Il n’est pas descendu là, et tout bonnement, laisser son char là, s’agenouiller dans les joncs et dire : “Seigneur Dieu, je voudrais T’entendre me parler. Où es-Tu?” Non. Ce n’est pas la manière de procéder. Ésaïe était parti avec son char et les conducteurs, il était descendu au fleuve, et il les avait renvoyés. Il allait rester là tant qu’il n’aurait pas entendu. Voilà la manière de faire. Là c’était pour lui une question de vie ou de mort.

113      Il a fallu qu’il s’éloigne complètement de tous les soldats, de tous les astronomes, de tous les sages, de tous les docteurs en théologie, de tous ceux qui cherchaient à lui dire : “Quant à Ceci, fais ceci, Daniel. Fais ceci, Daniel.” Mais il s’est éloigné de tout ça. C’est ce que vous devez faire, vous aussi. Et il est allé au fleuve, et il est resté là-bas pendant vingt et un jours, à lutter avec l’Ange du Seigneur.

114      Mais on nous dit qu’il a regardé au-dessus des eaux. Il a vu un Ange qui se tenait là, avec un pied sur la terre, et sur la mer. Celui-ci a levé les mains et Il a juré par Celui qui vit aux siècles des siècles, que “quand les choses que Daniel avait vues s’accompliraient, il n’y aurait plus de temps”. Il avait été retenu pendant vingt et un jours à cause du mal qu’il y avait dans le pays.

115      Et s’Il avait été retenu pendant vingt et un jours à cause du mal qu’il y avait dans ce pays-là, à l’époque de la Perse, combien de temps le serait-Il aujourd’hui? Combien de temps pourrait-Il être retenu? Mais cette foi immortelle, cette faim et ce désir dans le cœur humain, qui ne dira pas non à Dieu, mais qui tiendra bon jusqu’à ce que Dieu parle du haut des Cieux. Ceci, cet Évangile, ce n’est pas quelque chose qu’on peut prendre à la légère. Ce n’est pas quelque chose qui se prend à la légère. Il faut que Ça frappe la punaise, dix fois sur dix. Il faut que Ce soit parfait, sinon ce n’est pas correct et ça ne marchera pas. Il faut que Ce soit parfait. Daniel a prié.

116      Nous voyons, dans la Bible, vers le chapitre 8, le chapitre 7 ou 8 du Livre des Actes, qu’il y avait un petit pharisien, un arriviste, qui s’appelait Saul. Oh, c’était tout un théologien. Il avait été l’élève de Gamaliel, et il avait toutes les Écritures alignées comme il faut, en conformité avec les théologiens de l’époque, oh, un prétentieux et un arriviste. Et il avait vu des gens faire quelque chose qui était spirituel, et sa théologie faite de main d’homme n’était pas à la hauteur de Cela.

117      Ça, c’est tout à fait comparable au tableau d’aujourd’hui! Dans son cœur, il était honnête et sincère, comme le sont bien des gens, qui pensent que les gens qui sont nés de nouveau sont fous. Ils pensent que la guérison Divine et les puissances du Saint-Esprit, c’est quelque chose dont les gens parlent; mais c’est quelque chose de réel.

118      Alors, pendant qu’il était en route vers Damas, un jour qu’il avait dans sa poche les ordres reçus de–reçus de l’évêque de l’église : d’aller exterminer toute cette bande d’exaltés qui hurlaient, qui poussaient des cris, et–et qui sautaient en l’air, et qui parlaient dans des langues étrangères, et–et qui guérissaient les malades. “Voyons donc, c’est une bande de démons”, voilà ce que disaient les théologiens. “Va les arrêter, et ramène-les ici enchaînés!”

119      “Certainement. À votre service, monsieur l’évêque!” Oh! la la! Oh, c’était un homme important. Il avait un doctorat, un doctorat en théologie, vous savez. Alors il a sauté sur son cheval, et le voilà parti, lui et ceux qui l’accompagnaient.

120      Mais, pendant qu’il était en route, vers midi, Quelque Chose l’a jeté par terre. Et il s’est roulé dans la poussière, comme un fou, l’écume aux lèvres. Il a entendu une Voix qui disait : “Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu?” Qu’est-ce que c’était? Ce n’était pas un théolo-... théo-... théologien qui lui parlait. Mais une Voix qui venait du Ciel : “Pourquoi Me persécutes-tu?”

121      Alors il s’est retourné, dans la poussière, les sourcils tout poussiéreux, les larmes qui ruisselaient peut-être sur ses joues. Il a dit : “Seigneur, Qui es-Tu?” Et, quand il a jeté un coup d’œil, il est devenu aveugle comme une chauve-souris.

122      La grande Colonne de Feu était là, devant lui. Et une Voix En est sortie, qui disait : “Je suis Jésus, que tu persécutes. Ton enseignement fait de main d’homme est faux.” Qu’est-ce que c’était? Il y avait là une vision ouverte. La Parole de Dieu était devenue une réalité.

123      Oh, frères, voilà ce qu’il nous faut aujourd’hui : plus de ça.

124      Je veux remercier le Seigneur. Les petites filles qui étaient en fauteuil roulant hier soir, elles sont venues en marchant aujourd’hui, sans fauteuil roulant; alors les voilà. Oui. Que le Seigneur vous bénisse, mes petites, assises là. [L’assemblée se réjouit.–N.D.É.] Qu’est-ce qui a accompli ça? Ce même Jésus qui avait parlé, avec une Voix surnaturelle, là-bas, Il parle encore aujourd’hui.

125      “Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu?” Saul a été un homme changé.

126      Et les gens devraient être changés, aujourd’hui, alors qu’ils peuvent voir, et entendre la Voix du Dieu vivant parler comme Il l’avait fait quand Il marchait en Galilée. Oh, certainement!

127      “Saul, Saul, pourquoi Me persécutes-tu?” Qu’est-ce qui a produit cet effet? Est-ce qu’Il l’a emmené à un séminaire pour lui enseigner une nouvelle théologie? Non. Qu’est-ce qu’Il a fait? Il lui a parlé, il y avait là une Voix littérale qui parlait à travers une Nuée. Qu’est-ce que c’était? Ce même Dieu qui avait tonné sur le mont Sinaï.

128      Aux réunions, dans les lieux où le Saint-Esprit vient véritablement, on entend une voix humaine changée. Alors qu’on sait à peine son alphabet, et pourtant Christ peut s’emparer de cette voix et prononcer les mystères du Dieu Tout-Puissant. Ça devrait changer tous les hommes et toutes les femmes qui sont assis en Présence de Sa...?... “J’ai entendu une Voix”, a-t-il dit. Oh, nous sommes dans un tel assoupissement. J’espère qu’il ne faudra pas rendre ça encore plus clair. Mais nous sommes dans un tel assoupissement – dans nos églises, dans notre théologie, dans notre manière de penser, dans notre manière de vivre – que nous n’entendons pas cette Voix quand Elle parle.

129      “Oh, disent-ils, il se pourrait que ce soit de la télépathie. Il se pourrait, vous savez, il se pourrait que ce soit ceci, cela ou autre chose.”

130      Qu’est-ce qui se serait passé si Moïse avait dit : “Dis donc, je me demande si c’était un démon qu’il y avait dans ce buisson?” Hum! Moïse ne s’est pas posé de question. Il avait entendu la Voix.

131      Si vous dites : “Oh, il se pourrait que ce soit seulement ma conscience qui me dit ça.”

132      Si vous êtes un enfant de Dieu, vous saurez que c’est Sa Voix. “Mes brebis entendent Ma Voix. Mes brebis entendent Ma Voix.” Elles le sauront.

133      Il y en a eu un autre, qui s’appelait Pierre, qui avait été sauvé et qui, en plus, avait été rempli de l’Esprit. Mais il voulait continuer à s’accrocher aux traditions des anciens. Tout ce qu’il était prêt à reconnaître, c’est ce qui se trouvait ici dans la Parole. Un jour, sur le toit, alors qu’il voulait observer les traditions de “pas de viande... ne pas manger de viande, et les sabbats, et ainsi de suite”. Beaucoup de bonnes personnes cherchent encore à s’accrocher à ce genre de chose.

134      Un jour, pendant qu’il était sur le toit, il a entendu une Voix qui disait : “Ce que J’ai purifié, ne le regarde pas comme ‘impur’.”

135      Ô Dieu, je voudrais bien qu’Il s’empare d’une bande de prédicateurs de cette vallée, et qu’Il leur dise que nous ne sommes pas fous, que nous ne sommes pas des exaltés, de la racaille. C’est l’Esprit du Dieu vivant. Et les hommes et les femmes sont ivres de Sa bonté. Ce n’est pas de la sorcellerie, ni de la télépathie mentale. C’est l’Esprit du Dieu vivant. Détachez-vous de vos traditions, les anciens, et écoutez la Voix du Dieu vivant. Ça vous changera. Vous ne deviendrez pas l’un de leurs persécuteurs. Vous voudrez être l’un d’entre eux. Si vous pouvez franchir les barrières de toutes vos doctrines, en arriver au point où vous pourrez flotter jusque dans Sa Présence là-bas, alors il se passera quelque chose. Vous ne croirez pas que les jours des miracles sont passés. Vous croirez qu’ils sont là, maintenant même, parce que c’est sur vous qu’un miracle se sera opéré, bien sûr, pour changer un homme. C’est ce que la Voix de Dieu fait toujours. Elle change des hommes et des femmes, et fait d’eux ce qu’ils devraient être; non pas ce que les écoles et les professeurs en ont fait, mais ce pour quoi Dieu les a façonnés.

La Voix qui parle! “J’ai entendu une Voix.”

136      Oh, j’aimerais entrer dans des expériences personnelles. Et vous, combien vous aimeriez vous reporter à des témoignages personnels, beaucoup d’entre vous, les hommes et les femmes qui ont entendu Sa Voix.

137      Je me rappelle L’avoir entendue, quand j’étais tout petit garçon, dans les montagnes du sud du Kentucky. J’avais pensé que C’était un oiseau perché sur un arbre, mais l’oiseau s’est envolé. Il a dit : “N’aie pas peur, c’est que tu vas partir d’ici, un jour, et tu vas habiter près d’une ville appelée New Albany.” J’ai entendu Sa Voix, quand Il m’a dit : “Ne fume pas, ne bois pas et ne souille pas ton corps avec les femmes et tout. Tu auras une œuvre à accomplir quand tu seras plus âgé.”

138      Oh, Il est encore le même Seigneur Dieu. Et vous L’entendez, heure après heure, vous parler, dans votre toute petite chambre, dans votre chambre de prière. Se présenter devant les auditoires, et alors prononcer ces choses visiblement devant les gens. La Voix de Dieu, Elle était rare du temps de Samuel. Elle est encore plus rare aujourd’hui. Car il n’y avait pas de vision ouverte.

139      Pierre a écouté la Voix, et C’est ce qui a changé toute sa théologie. Il est allé tout droit vers les gens des nations, qu’il avait considérés comme une bande d’illettrés, de déchets. Mais c’est la Voix de Dieu, – non pas son enseignement, – c’est la Voix du Dieu vivant qui l’a changé.

140      Et maintenant, juste un encore. Il y avait un brave homme, à un moment donné, dans la Bible. Un ami personnel de Jésus, il L’aimait, il croyait en Lui, il L’adorait, il s’amusait avec Lui, il allait dans les collines avec Lui, et il descendait au fleuve pêcher avec Lui. C’était un brave homme. Un jour, pendant que Jésus était parti, la mort s’est glissée dans sa chambre.

141      Il avait quitté la vieille église orthodoxe, lui et ses charmantes sœurs, Marthe et Marie. Ils étaient sortis de là, parce qu’ils L’aimaient et qu’ils croyaient qu’Il était le Messie. Et c’est ainsi que l’église les avait tout de suite excommuniés.

142      Ce jeune homme est tombé tellement malade qu’il en est mort, et il y avait déjà quatre jours qu’il avait été enterré. À quoi serviraient alors les enseignements théologiques? À quoi servirait alors son église? Mais il y avait là la Voix de Dieu, sur terre, et Il a parlé à Lazare. Et Lazare, un homme qui était mort et en décomposition, dans la tombe, il a entendu Sa Voix, et il est sorti, il est revenu à la vie.

143      Autrefois j’étais mort par mon péché et par mes offenses. Vous étiez morts par votre péché et par vos offenses. Mais c’est la Voix de Dieu qui a dit : “Venez à Moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, Je vous donnerai du repos.”

144      J’ai vu la Voix parler à l’infirme, le remettre d’aplomb. J’ai vu la Voix de Dieu parler à l’aveugle, et ses yeux se sont ouverts. Au mourant, accablé par le cancer, au lépreux, et je les ai vus redevenir bien en chair, en parfaite santé de nouveau. Je L’ai vu parler aux alcooliques, aux névrosés et aux déchets, aux gens des bas-fonds, et ils sont devenus des dames et des gentlemen, et des saints du Dieu vivant, parce que la Voix de Dieu avait parlé. C’est Elle que nous voulons entendre, aujourd’hui.

145      Je vais conclure en disant ceci. Il viendra un temps, alors que votre âme errante aura été retirée de votre corps, et qu’elle aura atteint sa destination quelque part : ou bien errante, là-bas dans les ténèbres, ou bien dans le sein de Dieu. Cette Voix parlera de nouveau. Et la Bible dit que “tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront Sa Voix, et en sortiront. Les uns ressusciteront pour la honte et l’opprobre perpétuels. Les autres ressusciteront pour la joie et la paix perpétuelles.”

146      Ce matin est peut-être le moment où vous allez prendre votre décision, à savoir si vous allez écouter ce que dit la télévision, ce que dit le journal, ce que disent les théologiens, ou bien ce que Dieu dit. Je vous déclare, à vous, les gens qui sont ici : N’écoutez pas ce que qui que ce soit peut dire, mais seulement ce que Dieu dit. Attendez-vous à cette petite Voix tranquille, et Il vous changera.

147      Vous dites : “J’aimerais bien croire, Frère Branham. Je voudrais bien pouvoir croire. Je voudrais bien pouvoir faire certaines choses.” Mais vous ne le pouvez pas. Pourquoi? Vous ne restez pas tranquille assez longtemps. Vous ne parvenez pas à ce lieu-là, où tous les–les doutes sont disparus.

148      Quand vous entrerez dans ce lieu-là, où les doutes auront disparu, alors vous serez libre, et vous pourrez entendre la Voix de Dieu vous parler. “Mon enfant, Je suis ton Sauveur. Mon enfant, Je suis ton guérisseur. Tu n’es pas obligé de faire ces choses-là. Je suis mort, afin que tu sois libre. Mais tant que tu es en bas, ici, dans cette vibration, où tu te mêles à toutes sortes de voix; éloigne-toi vite de toutes ces voix.”

149      Ça me rappelle une fois où j’étais dans les montagnes. Ce sont des expériences que je n’oublierai jamais. Il y a de ça une dizaine d’années, à peine ça, j’aidais M. Jefferies à faire le rassemblement du bétail. À l’époque, on faisait transporter les blocs de sel par les chevaux. Je les emportais à certaines pierres à lécher, à des endroits où je pouvais les laisser, et le bétail saurait venir là. C’était très loin, à presque soixante-dix milles [cent douze kilomètres] de la civilisation. Ou, je veux dire, c’était un trajet d’une trentaine de milles, trente-cinq, peut-être quarante milles [quarante-huit kilomètres, cinquante-six kilomètres, peut-être soixante-quatre kilomètres], jusqu’à Kremmling, dans le Colorado, jusque là où on arrive à une petite ville d’environ sept ou huit cents habitants. J’avais mon cheval, et je l’avais déchargé des sacoches. Et nous observons le... nous cherchons le bétail en regardant avec des jumelles. J’avais attaché mon cheval à une branche, et le reste de la file était derrière lui; en effet, le cheval, le cheval qui porte les ballots est le premier. Et je suis monté dans les collines. Et c’était vraiment beau. C’était le printemps. Et je promenais le regard sur les vallées, je regardais les petites ondes d’eau, là-bas, au lointain. Pendant que je regardais, – c’était au milieu de l’après-midi, – j’ai vu quelque chose qui m’a touché.

150      J’ai vu une vieille mère qui allait chercher ses bébés dans son nid, une vieille aigle. Et elle a voleté au-dessus d’eux, jusqu’à ce qu’elle les ait fait monter sur ses ailes. Ils étaient déjà sortis du nid auparavant. Mais elle les a emmenés dans la vallée. Ils n’avaient encore jamais été là-bas. Ils en étaient encore à apprendre à voler. Alors, elle les a déposés là. Et ils se promenaient çà et là, et ils picoraient sur l’herbe, et ils se bousculaient maladroitement, ils n’avaient pas le moindre souci du monde. Et pendant que j’étais assis là, je me suis dit : “Ça, c’est vraiment comme un groupe de Chrétiens qui croient réellement! Ils n’ont aucun souci.” Pourquoi est-ce qu’ils n’avaient aucun souci? Ils n’avaient absolument rien à craindre, parce que leur maman était remontée là-haut, se percher sur un rocher, pour veiller sur eux.” Oh! Ça, ça change tout.

151      Quand vous vous mettez à penser : “Qu’est-ce que le pasteur Untel va en penser, si jamais je reçois le Saint-Esprit? Qu’est-ce que l’évêque Untel va en dire?” Je m’en fiche, de ce qu’ils disent.

152      Jésus est mort, Il a escaladé les remparts de la Gloire, et Il est assis dans les cieux des cieux. Rien ne va vous faire du mal. Il a l’oeil sur le passereau, et je sais qu’Il veille sur moi, et qu’Il veille sur vous.

153      Alors, quand venait un coyote, s’il en venait un, ou quelque chose qui dérangerait un de ses petits, eh bien, elle... Ils ont intérêt à ne pas faire ça. Elle peut soulever un coyote dans sa main, dans ses pattes, l’emporter à une altitude de plusieurs milliers de pieds et le lâcher, tout simplement. Il se désintégrerait dans les airs. Rien ne va faire du mal à ces petits. Elle va y veiller.

154      Rien ne va vous faire du mal. N’ayez pas peur de prendre Dieu au Mot. Détendez-vous simplement, et ayez la foi, et croyez. Il veille sur vous. Il désintégrera tout ce qui cherche à vous faire du mal. Oh, ça pourrait vous attaquer, mais ça ne peut pas vous faire de mal. “Car toutes choses”, Il permet qu’elles arrivent. Il ne peut pas en être autrement, “car elles concourent au bien de ceux qui aiment le Seigneur”. Aucun mal ne peut vous atteindre.

155      Et donc, au bout d’un moment, un orage s’est levé. Et quand l’orage a éclaté, – ils se manifestent tout d’un coup, ces orages septentrionaux, un petit éclair qui jaillit, avec un vent de soixante à soixante-dix milles [quatre-vingt-dix-sept à cent treize kilomètres] à l’heure, – alors cette vieille mère aigle a poussé un grand cri, et la voilà qui pique dans la vallée. Et ce cri, qu’est-ce qu’il a produit comme effet? Les petits aiglons connaissaient la voix de leur maman.

“Mes brebis connaissent Ma Voix”, a-t-Il dit.

156      Le danger était proche. Là, ils n’ont pas cherché à se mettre à l’abri sous de gros morceaux de quelque chose. Ils n’ont pas cherché à se précipiter dans un grand tas d’ordures. Ils ont attendu leur maman, c’est tout.

157      Voilà ce que le Chrétien devrait faire : voir ce que Dieu va faire à ce sujet.

158      Et quand la–la vieille mère a atterri, avec ses grandes pattes, à peu près grandes comme ça, elle est descendue en vol plané, comme un avion géant qui se pose. D’un coup elle a relevé la tête, elle a trompeté, et elle a déployé ses grandes ailes d’environ quatorze pieds [quatre mètres vingt-sept] d’envergure, ce qui correspond à la distance de ce poteau-ci à celui-là. Tous les petits aiglons, ils ont couru à toute vitesse, et d’un bond ils ont sauté sur les ailes de leur maman. Ils se sont frayé un chemin dans ses plumes avec leurs petites pattes, ils se sont accrochés là, et avec leur petit bec, ils se sont accrochés à une de ses plumes fixées solidement. Leur maman les a simplement emportés, sans que ses ailes vibrent le moindrement, elle les a élevés dans ce vent. Elle s’est dirigée tout droit dans les rochers, pour les mettre à l’abri de l’orage qui allait venir.

159      Oh, frère, l’orage est tout proche. Écoutez Sa Voix. Elle vous appelle : “Sortez de Babylone. Séparez-vous. N’ayez pas part à ses, à leurs péchés. Je vous recevrai. Vous serez pour Moi des fils et des filles. Je serai votre Dieu.”

Courbons la tête un petit instant, alors que nous terminons.

160      [Quelqu’un donne une prophétie.–N.D.É.] Amen. Vous avez entendu ça. C’est ce que nous appelons la prophétie dans l’église.

161      Est-ce qu’il y aurait des gens ici, ce matin, et je sais qu’il y en a, qui voudraient dire : “Seigneur Dieu, sois miséricordieux envers moi. Bien que j’aie adhéré à l’église, que j’aie fait une confession, mais il reste que je–je ne sais pas ce que c’est que de me tranquilliser devant Toi, et d’écouter Ta Voix me conduire et m’enseigner. Je ne saurais pas quoi faire, si Tu me parlais d’une Voix audible. J’aimerais Te connaître, pour que Tu puisses me parler, et diriger mes sentiers”? Est-ce que vous voulez lever la main, maintenant même, pour dire : “Ô Dieu, sois miséricordieux”? Que le Seigneur vous bénisse, partout, il y a des mains partout. Continuez simplement à les lever. C’est ça. “Seigneur, sois miséricordieux envers moi. J’ai tant besoin de Toi.” Est-ce qu’il y en aurait d’autres, juste avant de terminer? Dieu voit vos mains, là-bas au fond, madame, et tout au fond, et debout dans les rangées, et tout. Dieu vous voit, et même sur l’estrade, ici en haut.

Et Samuel a dit : “Éli, est-ce que tu m’as appelé?”

Éli a dit : “Non, mon fils, je ne t’ai pas appelé.”

162      Ce n’est pas moi qui ai parlé à votre cœur, mon ami. C’était Dieu. Parlez-Lui à votre tour, et dites : “Ton serviteur écoute. Prends-moi sous Ta garde, aujourd’hui, ô Dieu. Que je sois, dès ce jour, entier à Toi.”

163      Dieu Éternel, amant de l’âme, Créateur de toutes choses, alors que cette petite Voix tranquille de Dieu, – qui a parlé à Samuel, qui a parlé à Saul, qui a parlé à Pierre, qui a parlé à Daniel, et à Ésaïe le prophète, et tout au long des âges, – voilà qu’Elle a de nouveau parlé, ce matin, dans le Tabernacle. Il y a peut-être une trentaine, une quarantaine, ou peut-être une cinquantaine de mains, de pécheurs et de membres d’église, et de gens qui sont en proie aux agitations, qui ont levé la main. Beaucoup d’entre eux étaient ici hier soir, et ils ont écouté Ta Voix se faire entendre de façon audible. Et maintenant, ce matin, cette même Voix parle au fond de leur cœur. Ils ont levé la main, la main vers le Ciel, ils disent qu’ils ont tort, et qu’ils veulent marcher droit.

164      Tu as dit dans Ta Parole que : “Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’attire premièrement. Et tous ceux qui viendront, Je leur donnerai la Vie Éternelle. Et Je le ressusciterai au dernier jour.”

165      Tu l’as promis, Père. Maintenant, en tant que Ton serviteur, nous Te prions de donner, à ceux qui ont levé la main, la Vie Éternelle et la joie Éternelle. Et puissent-ils vivre pour Toi, tous les jours de leur vie, et au bout du chemin, du voyage de cette vie, entrer dans les joies du Seigneur. Accorde-le, Père. Nous le demandons au Nom de Jésus et à cause de Jésus. Amen.

166      Combien d’entre vous L’aiment de tout leur cœur, vraiment de tout leur cœur? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Maintenant, dans ces petits lieux, comme ici; j’ai dépassé un peu le temps prévu, mais la Bible dit que “nous sommes assis ensemble dans les lieux Célestes, en Jésus-Christ”. Le Saint-Esprit vient, Il pénètre dans la Parole, Il descend dans l’auditoire, et on peut Le voir quand Il envahit les gens, qu’Il les change.

167      Comme je l’ai dit : je crois aux émotions. Bien sûr. Mais vous, qu’est-ce que... Voyez-vous, les émotions ne vous changent pas. Les émotions doivent pénétrer à l’intérieur, jusqu’à ce qu’elles touchent le côté moral de votre être. C’est ça qui vous change, d’un être rempli de péché...

168      Un pécheur, qu’est-ce que c’est? Un incroyant. Il y a de nombreuses personnes, aujourd’hui, qui ont une–une licence en lettres, qui ont un doctorat, qui ont un doctorat en philosophie et un doctorat en droit, toutes ces lettres attachées à leur nom, mais qui sont quand même des pécheurs. Ils connaissent la Bible de la Genèse à l’Apocalypse, ils prêchent en chaire, mais ils sont quand même des croy-... des incrédules. La Bible dit : “Celui qui ne croit pas est déjà jugé.”

169      Demandez à l’un d’eux s’il croit que le Saint-Esprit, c’est pour aujourd’hui. “Mais, bien sûr que non.” Et la guérison Divine, croyez-vous que c’est pour aujourd’hui? “Mais, bien sûr que non.” Alors, il est un incroyant. C’est vrai. Si le Saint-Esprit est en vous, est-ce qu’Il ne témoignera pas de Sa propre Parole? Et si l’esprit qui est en vous témoigne de choses qui sont contraires à ce que Dieu a déclaré être vrai, ce n’est pas l’Esprit de Christ. Vous pouvez peut-être faire partie de l’église de Christ, mais vous ne Lui appartenez pas, à Lui, tant que votre esprit ne dit pas “amen” à chaque promesse que Dieu a faite. Et quand Il a promis...

170      Pierre a dit, le Jour de la Pentecôte, il a dit : “Repentez-vous, chacun de vous, et soyez baptisés au Nom de Jésus-Christ pour la rémission de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit.” Si votre esprit dit que c’était pour une autre époque... Qu’est-ce que l’Écriture dit? “Car la promesse est pour vous,” les Juifs, “pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin,” les gens des nations, “en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.” La même promesse.

171      Il a dit : “Je suis le Cep, vous êtes les sarments.” Et si telle était la Doctrine du sarment, du premier sarment, le deuxième sarment devra avoir la même Doctrine. Et la même Doctrine produira les mêmes résultats. Et chaque sarment qui apparaîtra sur le Cep, produira la même chose. Je suis heureux, ce matin, je suis si heureux de savoir que l’Esprit du Dieu vivant parle encore et s’adresse encore aux gens, et confirme Sa Parole.

172      Nous allons passer au service de baptêmes, dans quelques instants. Si vous avez été aspergé, arrosé, ou immergé autrement qu’au Nom du Seigneur Jésus-Christ, vous êtes invité à relever le défi, à venir dans l’eau.

173      Maintenant vous dites : “Frère Branham, vous n’allez pas me dire?” Oui, frère.

174      Dans la Bible, il n’est pas question d’aspersion. Il n’y a aucun endroit dans la Bible où qui que ce soit ait jamais été aspergé. Maintenant souvenez-vous de ceci. Toute la semaine, à cette chaire, je l’ai demandé : Trouvez-moi un passage où une seule personne, dans la Bible, ait jamais été aspergée pour la rémission de ses péchés, ait jamais été arrosée pour la rémission de ses péchés, ou ait jamais été baptisée par immersion au nom du “Père, Fils, Saint-Esprit” pour la rémission de ses péchés. Jamais une seule personne n’a été aspergée, arrosée ou baptisée au Nom du “Père, Fils, Saint-Esprit”, dans toute la Bible, de la première à la dernière page. Non monsieur. Ils...

175      Il y a eu des gens, à un moment donné, qui s’étaient fait baptiser par Jean-Baptiste, ils n’avaient été baptisés dans aucun nom, ils s’étaient fait baptiser par le même homme qui avait baptisé Jésus. Mais Paul, quand il les a rencontrés, dans Actes 19, il leur a dit qu’ils devaient venir se faire rebaptiser, au Nom de Jésus-Christ, sinon ils ne pourraient pas encore recevoir le Saint-Esprit.

176      Quand Pierre a rencontré des gens qui avaient reçu le Saint-Esprit avant même d’avoir été baptisés, il leur a ordonné de se faire baptiser au Nom de Jésus-Christ, et il est resté avec eux jusqu’à ce qu’ils l’aient fait. C’est vrai, mon ami.

177      Je sais que beaucoup de gens disent : “Bon, Frère Branham est un Jésus Seul.” C’est faux.

178      Je crois les Écritures, c’est tout. Je ne fais partie d’aucune des dénominations. Et, de toute façon, les Jésus Seul, ils ne baptisent pas comme ça. Ils baptisent seulement au Nom de “Jésus”. La Bible dit : “Le Seigneur Jésus-Christ.” Il y a beaucoup de Jésus, mais un seul Seigneur Jésus-Christ. Voyez? Voyez? Christ, c’est le Messie. Voyez? Et c’est bien vrai.

179      Et maintenant, mes amis, maintenant, vous qui êtes ici ce matin, qui n’avez jamais été baptisés comme ça, puisse la petite Voix tranquille de Dieu parler, au plus profond de votre âme. Et en dépit de ce que l’évêque, de ce que l’église, de ce que n’importe qui d’autre peut en dire, venez obéir au Seigneur, c’est l’ordre que je vous donne.

180      Et maintenant, Frère Neville va aller dans cette pièce-ci, se préparer pour le service de baptêmes. Et ceux qui–qui s’occupent des préparatifs, quelques-uns des anciens vont y aller avec moi. Je vais vous y rejoindre, dans une minute.

181      Mais je voudrais que les gens qui doivent s’avancer le fassent maintenant, pendant que nous allons chanter : “La Voix du Seigneur m’appelle.” “Je Le suivrai. En dépit de l’église, je Le suivrai. En dépit de tous, je Le suivrai jusqu’au bout.” Que les–les hommes se dirigent vers cette pièce-ci, et que les femmes se dirigent vers cette pièce-ci, pendant que nous chantons maintenant. Ensuite nous allons terminer la réunion, officiellement, dans un petit instant, là. Très bien. Tous en chœur maintenant.

            La Voix du Seigneur m’appelle,

182      Maintenant, les hommes vont par ici, les femmes par là. “Du Sei-...” Que quelques-unes des femmes accompagnent ces femmes, s’il vous plaît.

La Voix du Seigneur... (Qu’est-ce que vous avez entendu? Sa Voix.)

“Prends Ma croix et viens, viens, suis-Moi.”

 

Où Il... (Maintenant, est-ce que vous êtes vraiment sérieux?) ...j’irai,

Où Il me conduira, j’irai,

Où Il me conduira, j’irai,

Je Le suivrai, suivrai jusqu’au bout.

183      Maintenant, comme je le dis, mon ami : j’ai entendu une Voix. Et si ce que cette Voix a dit ne correspond pas à la Voix de Dieu, qui est Ici, ce n’est pas la bonne voix. Mais : “Mes brebis connaissent Ma Voix.”

184      Qu’est-ce qui fait que vous venez? Voici la raison pour laquelle vous venez. C’est parce que “votre nom a été écrit dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde”. La Bible le dit. Imaginez-vous une personne qui est assise là, et qui sait que c’est bien la Vérité de l’Évangile, et pourtant il y a quelque chose qui la retient, de savoir que peut-être son nom n’y a pas été écrit. Que faire, alors?

            “C’est en vain qu’ils M’honorent.” Voyez-vous, “en vain”.

185      “Oh,” vous dites, “je suis un homme loyal. Je suis loyal...” Ça n’a absolument aucun rapport.

186      “C’est en vain qu’ils M’honorent, en enseignant comme Doctrine des commandements d’hommes.”

187      Je vous ai dit qu’il n’y a personne qui a été aspergé, arrosé, ou baptisé au nom de “Père, Fils, Saint-Esprit”, dans la Bible. Faites une recherche. Trouvez-moi ça. Si ça s’Y trouve, venez me montrer ça sur l’estrade ce soir. Donc, si on vous a baptisé comme ça, alors vous suivez une tradition d’hommes.

188      Et si quelqu’un vous dit : “Eh bien, vous vous avancez, vous faites votre confession, et c’est là que vous recevez le Saint-Esprit.” C’est faux. Ça, c’est une doctrine faite de main d’homme.

189      Il y a un faux baptême d’eau. Il y a un faux baptême du Saint-Esprit. Le diable imite Ça, parce qu’il est religieux. Caïn, son père était religieux, comme nous l’avons vu. La semence du serpent continue à avancer. Et la Semence de la femme, par Christ, continue à avancer.

“Mais nul ne peut venir, si Mon Père ne l’attire.”

190      Maintenant pensez un peu à ça : des personnes sont assises ici, ce matin : vous savez que vous avez reçu un faux baptême, conforme à un credo d’homme et non conforme à la Bible, et que votre première naissance confessionnelle est fausse. Comment pourrez-vous jamais être dans le vrai, à moins de revenir prendre un bon départ? Vous souvenez-vous, cette semaine, ce que j’ai prêché : Il n’en était pas ainsi au commencement.

191      Maintenant, et si vous entendez une Voix qui vous parle, c’est Dieu, ça, parce qu’Elle s’aligne sur l’Écriture. Sinon, alors, il y a une voix qui est fausse, qui vous parle. Mais la Voix qui est la bonne, Elle vous dira de suivre les règles de la Bible; pas question d’asperger, de verser de l’eau, de quoi que ce soit de faux. Prenez carrément position et suivez les règles de la Bible.

192      Faites-le, mes amis, même si ça vous coûte tout ce que vous avez. Peu m’importe le prix, je vais renoncer à tout, pour suivre le Seigneur Jésus.

193      “Écoutez Ma Voix. Mes brebis le feront, et elles viendront à Moi. Et tous ceux qui viendront à Moi, Je leur donnerai la Vie Éternelle. Et Je le ressusciterai aux derniers jours.” Est-ce vrai?

194      C’est ici, tout à fait conforme aux Écritures. Personne ne peut prouver le contraire. C’est vrai. Personne ne peut prouver le contraire. C’est ici, avec la Puissance de l’Esprit, en train de faire les mêmes choses que Jésus avait faites. Le voici, photographié, la même Colonne de Feu, en action, les mêmes fruits, le même Esprit, avec la même émotion, la même action, les mêmes signes, les mêmes prodiges. Voilà. Écoutez la Voix de Dieu ce matin.

Et la Voix a dit : “Samuel.”

195      Il a dit : “Oui, Seigneur. Oui, Seigneur. Me voici. Voici Ton serviteur. Voici Ton serviteur. Je Te suivrai.”

Que Dieu bénisse cette dame. “Je...”

196      Vous dites : “Frère Branham, vraiment vous enfoncez le clou, là.” C’est ce que je veux, enfoncer le clou. C’est une question de Vie ou de mort, alors il faut que j’enfonce le clou. Que le Seigneur soit avec vous, voilà ma prière sincère.

197      Maintenant, avant qu’ils déplacent les meubles de la salle, ici, pour faire les... pour que vous puissiez voir les baptêmes. C’est ouvert à tous, tout le temps. Je voudrais lire un peu, directement dans les Écritures, pour que vous voyiez que je suis–je suis en train de lire.

198      Jésus-Christ, au chapitre 16 de Matthieu, je crois, a dit à Pierre : “Je te donne les clés du Royaume des Cieux. Tout ce que tu lieras sur la terre, Je le lierai dans le Ciel; tout ce que tu délieras sur la terre, Je le délierai dans le Ciel.” Vous êtes tous au courant de ça? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.]

199      Le Jour de la Pentecôte, où le Royaume de Dieu était venu dans la plénitude de Sa Puissance; croyez-vous ça? [L’assemblée dit : “Amen.”–N.D.É.] Pierre était là. Or, quand Jésus est ressuscité des morts, Il n’avait pas les clés du Royaume. Pas vrai? [“Amen.”] Il avait les clés de la mort et du séjour des morts, mais pas les clés du Royaume. Et voici ce qu’il a dit, quand il prêchait, et que ces gens avaient entendu ces choses et avaient endurci leur cœur. Voici exactement ce que Pierre a dit.

200      Maintenant écoutez bien, pendant que je lis les Écritures, pour que vous compreniez. Actes, chapitre 2. Souvenez-vous. Combien étaient ici pour écouter la prédication Il n’en était pas ainsi au commencement? Retournons au commencement, pour voir le baptême, baptiser, ce que c’est, en réalité. De quelle manière devrions-nous être baptisés? Aspergés, arrosés, ou au nom de “Père, Fils, Saint-Esprit”?

201      Souvenez-vous, j’ai adressé un défi à n’importe quel ministre, n’importe quel évêque, n’importe qui, n’importe où, n’importe quand, de me montrer un seul passage de l’Écriture où qui que ce soit ait jamais été aspergé, arrosé, ou baptisé au nom de “Père, Fils, Saint-Esprit”. C’est ouvert à tous. Ça ne se trouve pas dans les Écritures. Non.

202      C’est un credo faux, fabriqué, instauré par l’église catholique. L’aspersion a été mise en place par l’église catholique, à peu près six cents ans après la mort du dernier disciple. “Père, Fils, Saint-Esprit”, c’est une adaptation qui a été faite en même temps, parce que les catholiques adorent différents dieux, alors c’est ce qu’ils ont fait de la trinité des fonctions de Dieu. Ce n’est pas trois Dieux : Père, Fils, Saint-Esprit. Ça, c’est païen.

203      Il y a un seul Dieu. “Tu n’auras point d’autres dieux devant Ma face.” “Écoute, ô Israël, Je suis l’Éternel, ton Dieu, un seul Dieu.”

204      Les Juifs nous demandent : “Lequel est votre Dieu : le Père, le Fils ou le Saint-Esprit?”

205      Il n’y en a qu’Un seul. Ce sont trois fonctions, dans lesquelles ce même Dieu a agi, pour Se manifester.

206      D’abord, dans le Père, qui ne pouvait pas être touché. Il se plaçait là-bas sur la montagne; même une vache ou un animal qui touchait la montagne, devait être tué.

207      Ensuite Il est descendu, parce qu’Il voulait être adoré. Il s’est rapproché de l’homme; en effet, Il est devenu le Fils de l’homme. Dieu était en Lui.

208      Et quand Il a fait ça, c’est là qu’Il a dit : “Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus. Mais vous, vous Me verrez, car Je,” un pronom personnel, “Je serai avec vous, et même en vous, jusqu’à la fin du monde.” Il a dit : “Je viens de Dieu.” Quoi donc? La Colonne de Feu. “Je retourne à Dieu.” Il l’a fait. Il l’a fait. Et alors, quand Il a fait ça, qu’Il est retourné à Dieu.

209      Ensuite, nous voyons Paul, dans notre leçon de ce matin, qui était en route vers Damas. Et Il est allé trouver Paul, pendant qu’il était en route. Et Il l’a jeté à terre. Et quand Paul a levé les yeux, qu’est-ce qu’Il était? La Colonne de Feu, de nouveau, une Lumière qui l’a rendu aveugle.

210      Regardez ce que Jésus a fait quand Il était sur terre, et qu’Il a parlé à cette femme de ses péchés, qu’Il a fait toutes ces choses. Il a dit : “Je ne fais rien, sans que le Père Me l’ait d’abord montré.”

211      Ils Lui ont demandé, ils disaient : “Pourquoi est-ce que Tu ne vas pas là-bas, guérir les gens qui sont là?” Il a traversé une foule, où se trouvaient des estropiés, des aveugles, des boiteux, des paralytiques. Il a guéri un homme qui souffrait de la prostate ou quelque chose du genre, couché sur une paillasse. Ils Lui ont dit : “Pourquoi est-ce que Tu ne le fais pas pour tous ceux qui sont là?”

212      Il a dit : “En vérité, en vérité,...” Jean 5.19, là : “En vérité, en vérité, Je vous le dis : Le Fils ne peut rien faire de Lui-même; mais ce qu’Il voit faire au Père, le Fils le fait pareillement.”

213      Et Le voici qui est revenu, en ces derniers jours. Le monde de la science ne peut pas s’élever contre ça. L’église ne peut pas s’élever contre ça. Le voici, Il est revenu dans l’église, et Il fait la même chose. L’Esprit! Ceux que Dieu veut, c’est ceux qui vont adorer en Esprit et en Vérité. Le voici.

214      Voici ce qu’Il a dit, le Jour de la Pentecôte, c’est Pierre qui prêche.

C’est ce Jésus que Dieu a ressuscité, ce dont... nous en sommes tous témoins. (Est-ce que nous en sommes témoins?)

Élevé par la droite de Dieu, il a reçu du Père le Saint-Esprit qui avait été promis, et il l’a répandu, comme vous le voyez et l’entendez.

Car David n’est point monté au ciel, mais il dit lui-même : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite,

Jusqu’à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.

Que toute la maison d’Israël sache donc avec certitude que Dieu a fait Seigneur et Christ ce Jésus que vous avez crucifié.

Après avoir entendu ce discours, (ça, c’était les gens religieux) après avoir entendu ce discours, ils eurent le cœur vivement touché, et ils dirent à Pierre et aux autres apôtres : Hommes frères, que ferons-nous?

215      Est-ce que nous allons nous contenter de repartir et d’être de bonnes personnes? Non, non. Attention, Pierre, c’est toi qui as les clés du Royaume, maintenant. “Ce que tu vas leur dire,” Dieu a dit, “Je le mettrai sous clé au Ciel, quand tu le mettras sous clé sur la terre.”

Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint-Esprit.

Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.

216      Encore un passage de l’Écriture. Trente-deux ans plus tard, Paul, ici, au chapitre 19.

Paul, après avoir traversé les contrées supérieures... à Éphèse; il trouva certains disciples,

Il leur dit : Avez-vous reçu l’Esprit Saint après avoir cru?

217      Les baptistes, laissez ça descendre profondément en vous. “Avez-vous reçu le Saint-Esprit après avoir cru?” C’est une naissance, et non une confession.

...Mais nous ne savons pas si l’Esprit Saint est.

Et il dit : De quel baptême... avez-vous été baptisés? Ils avaient été baptisés. Du baptême de Jean.

Paul leur dit : Jean a baptisé du baptême de la repentance (et non pour la rémission des péchés), du baptême de la repentance, disant... que vous devez croire en Celui qui doit venir... c’est-à-dire en Jésus.

Et ayant ouï ces choses, ils furent baptisés pour le Nom du Seigneur Jésus-Christ;

Et Paul leur imposa les mains, et l’Esprit Saint vint sur eux, et ils parlèrent en langues et glorifièrent Dieu.

218      Maintenant je vais vous emmener – Paul qui conclut son épître – dans Galates 1.8.

Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que vous avez entendu, qu’il soit pour vous anathème!

219      Si vous le voulez bien, je vais vous emmener dans Corinthiens, au chapitre 14, le verset 38; il Y est dit :

Si quelqu’un pense être spirituel ou prophète, qu’il reconnaisse que... ce que je vous écris est le commandement du Seigneur.

Et s’il est ignorant, alors, qu’il soit ignorant.

220      Qu’est-ce que nous allons faire à l’égard de ces choses? Toutes les preuves... Si j’étais à votre place, et que je n’avais pas été baptisé du baptême chrétien, en dépit de ce qu’en penserait mon église, ou de ce qu’en penserait ma mère, moi, je voudrais savoir ce qu’ordonne mon Seigneur.

221      Seigneur Jésus, à Toi, maintenant. Je Te prie de faire Ton œuvre dans chaque cœur, et de donner à ceux qui iront dans le baptistère, le Saint-Esprit, alors qu’ils s’attendent à Toi. Au Nom de Jésus, nous Te confions cette assemblée, afin que, ce Jour-là, Seigneur, je ne sois pas trouvé coupable, mais pur du sang de tous; pour m’en être tenu, non pas à une tradition, ni à une dénomination ou à une organisation, mais pour m’en être tenu à Ta Parole. Amen.

EN HAUT