ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication Une Vie cachĂ©e avec Christ de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 56-0213 La durĂ©e est de: 1 hour and 18 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Une Vie cachée avec Christ

1 Seigneur, je crois,
Tout est possible, maintenant, je crois;
Maintenant, je crois, maintenant, je crois,
Tout est possible, maintenant, je crois.
Prions. Notre PĂšre cĂ©leste, ce n’est pas un simple chant; c’est notre priĂšre, PĂšre. Ce soir, notre confession devait ĂȘtre : « Maintenant, nous croyons. » Nous croyons au tĂ©moignage de la Bible. Nous croyons que JĂ©sus est le
 rĂ©ellement le Fils du Dieu vivant. Nous croyons qu’Il est nĂ© de la vierge Marie, qu’Il a souffert sous Pilate, qu’Il a Ă©tĂ© crucifiĂ©, qu’Il est mort et qu’Il a Ă©tĂ© enseveli, qu’Il est ressuscitĂ© le troisiĂšme jour, qu’Il est montĂ© Ă  la droite de Sa MajestĂ©, et que ce soir, Il intercĂšde sur base de notre confession. Et nous L’aimons de tout notre coeur.

2 Et PĂšre, nous acceptons Sa Parole qui dit que nous pouvons tout Te demander en Son Nom, et que cela nous serait accordĂ©. Et la premiĂšre chose que nous aimerions faire, c’est Te remercier pour Ta bontĂ© envers nous aujourd’hui. Seigneur, nombreux ont quittĂ© ce monde pour venir Ă  Ta rencontre aujourd’hui; nombreux sont en paix et plusieurs sont en dĂ©tresse. Et, ĂŽ PĂšre, ce soir, s’il y a ici quelqu’un qui va peut-ĂȘtre Te rencontrer demain sous la disgrĂące, nous Te prions de changer cela, ce soir, et qu’il vienne confesser ses torts. Et Tu ne veux pas qu’aucun pĂ©risse, mais Tu veux que tous arrivent Ă  la repentance. BĂ©nis-nous dans la suite de la rĂ©union, car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

3 Je suis trĂšs heureux d’ĂȘtre de retour parmi vous ce soir, avec cette vieille Bible bĂ©nie qui est ouverte. Et le trĂ©sor de notre coeur, c’est d’ouvrir la Bible et d’apporter au mieux de notre connaissance, un enseignement tirĂ© de la Parole de Dieu.

4 A propos, quelqu’un me disait qu’il nous fallait encore prier pour un certain frĂšre Allen, qui a encore Ă©tĂ© arrĂȘtĂ© aujourd’hui, je pense, et qui va encore rentrer en prison; et si on
 FrĂšre Jack Coe Ă©tait en prison Ă  Miami la semaine passĂ©e, vous aviez appris cela, je pense, et nous avons beaucoup de cas d’emprisonnements parmi nos – parmi nos frĂšres. Ainsi, pendant que nous sommes ici, disons un mot de priĂšre pour ces frĂšres.
PĂšre cĂ©leste, Tu connais toutes choses, nous ne savons mĂȘme pas de quoi on accuse monsieur Allen, mais Tu connais tout Ă  ce sujet. Et quoi qu’il en soit, Seigneur, si c’est sa faute, pardonne-lui. Et si c’est la loi, pardonne-leur, PĂšre. Puisse l’Evangile avoir la prĂ©Ă©minence partout.
BĂ©nis frĂšre Coe, Seigneur; nous comprenons ce qu’était son problĂšme, il a enlevĂ© l’appareil orthopĂ©dique de la jambe d’un enfant. Et je prie, PĂšre cĂ©leste, que mĂȘme cette mĂšre-lĂ  et ce pĂšre-lĂ  ne soient pas dĂ©couragĂ©s, mais, ĂŽ PĂšre, qu’ils viennent et qu’ils sachent que Dieu vit et rĂšgne toujours, et qu’Il peut travailler d’une maniĂšre souveraine. Je Te prie de venir en aide au frĂšre Coe et de le fortifier au Nom de JĂ©sus. Amen.
Je sais que si c’était moi qui avais des ennuis, j’aurais voulu que quelqu’un prie avec moi, prie pour moi.

5 Maintenant, nous sommes trĂšs heureux du privilĂšge que nous avons de nous rencontrer ici au cours de cette merveilleuse communion, avec le
 ce chapitre, des Hommes d’Affaires du Plein Evangile, frĂšre Peterson qui est ici, Ă  l’église, et avec beaucoup d’autres frĂšres qui sont prĂ©sents. Nous sommes trĂšs heureux d’ĂȘtre ici parmi vous. Et
 Une chose, c’est que vous avez certainement un climat froid ici. Je – je dis aux gens lorsque nous allons lĂ  au sud
 J’ai dit: « Oh! vous ne pouvez pas tous supporter cela. » J’ai dit: « Nous les gens du Nord
 » Et pendant que je me tiens ici, je gĂšle pratiquement Ă  mort. Pour vous, il fait vraiment beau et frais ici. Ainsi
 c’est
 Je prĂ©fĂ©rerais le froid plutĂŽt que la chaleur, de toute façon. Je ne peux pas supporter un temps chaud. Je n’ai jamais apprĂ©ciĂ© un temps chaud.

6 Ainsi donc, le Seigneur voulant, la semaine prochaine, nous irons Ă  Sioux Falls, dans le Dakota du Sud. Et de lĂ , nous irons à
 de lĂ  Ă  New Orleans, chez frĂšre Gale Jackson, pour deux soirĂ©es ; et nous reviendrons Ă  Shreveport pour trois soirĂ©es; et de lĂ , nous irons chez Raymond Richey Ă  Houston, au Texas, pour deux soirĂ©es; et de lĂ , on ira Ă  Mexico, au Mexique. Ce sera notre premiĂšre campagne de guĂ©rison. Ceux-ci sont tous des services de prĂ©dication.
Notre premiĂšre campagne de guĂ©rison commencera donc Ă  Mexico, au Mexique selon la vision rĂ©cente. Seulement nous
 C’est ce qu’a dit la vision; ainsi, vous le voyez dans
 comme nous
 FrĂšre Joseph sera lĂ  quelques soirĂ©es avec des magazines qui ont publiĂ© cela, afin que vous puissiez comprendre cela plus exactement.

7 Et puis, de lĂ , nous reviendrons Ă  Chicago du 3 au 8 avril. Le 11, nous commencerons Ă  Spindale, en Caroline du Sud et en Caroline du Nord, je pense que c’est cela. De lĂ , nous irons Ă  Colombia, de Colombia Ă  Charlotte; et de lĂ , Ă  Anchorage, en Alaska. Et ensuite, nous reviendrons pour commencer dans la grande et nouvelle tente contenant seize mille places assises, les nouvelles caravanes et autres seront lĂ , pour dresser notre tente afin d’y rester pendant – pendant 3 ou 4, voire 6 semaines d’affilĂ©e, avant de dĂ©placer la tente. Nous resterons simplement lĂ  jusqu’à la fin, jusqu’à ce que Dieu dise que c’est terminĂ©.
Alors, cet automne, frĂšre Arganbright et les autres, y compris frĂšre Moore, ne sont pas lĂ  maintenant parce qu’ils tracent un itinĂ©raire pour qu’on se rende en Afrique du sud, en Inde et ailleurs l’automne prochain, le Seigneur voulant. Je pense que nous sommes Ă  la veille de l’une des plus grandes effusions du Saint-Esprit jamais connues.

8 Le Seigneur voulant, j’aimerais parler lĂ -dessus demain soir, La septiĂšme jonction. Et essayez d’amener vos amis, c’est en rapport avec la Venue du Seigneur. Le mercredi soir, le Seigneur voulant, j’aimerais parler sur Quel est le pĂ©chĂ© impardonnable? Et maintenant, ne maquez pas de venir demain soir et d’amener les gens qui croient dans la
 que la Venue du Seigneur est trĂšs proche. Et mon sujet sera: La septiĂšme jonction. Ainsi, pour demain soir

Ce soir, j’aimerais parler sur un sujet qui me semble trĂšs intime; et de nos jours, nous sommes
 En rĂ©flĂ©chissant, je cherche Ă  comprendre
 Nous avons besoin de la guĂ©rison intĂ©rieure avant d’avoir la guĂ©rison extĂ©rieure. Je sais que c’est vrai, aprĂšs – aprĂšs avoir traitĂ© avec les gens. C’est bien d’avoir la guĂ©rison physique; nous allons
 Ça viendra de soi. Mais, nous voulons premiĂšrement avoir la guĂ©rison intĂ©rieure. Peu importe combien nous – combien nous cherchons Ă  ĂȘtre loyal, et Ă  quel point nous pensons que Christ est avec nous, Il l’est effectivement, mais cependant, ç’a quelque chose
 La guĂ©rison a quelque chose Ă  faire avec
 absolument, avec l’individu pour qui on va prier; il doit lui-mĂȘme avoir la foi, sinon elle ne se produira pas, Ă  moins qu’il s’agisse d’une vision envoyĂ©e pour un cas particulier à
 que Dieu a dans Sa prescience – a ordonnĂ© que ça se produise, aprĂšs que vous aurez entendu et pris connaissance de ces choses.

9 Mais mĂȘme du temps de Christ, le Fils de Dieu, quand Il Ă©tait ici sur terre, cela dĂ©pendait de la foi, Ă  moins que le PĂšre Lui ait montrĂ© [la chose]. Souvenez-vous de l’aveugle et des autres. « Si vous pouvez croire
Si vous croyez, tout est possible si vous pouvez croire », et ainsi de suite comme cela. C’est toujours basĂ© sur la foi de l’individu.
Alors, aujourd’hui, l’église est dans une telle agitation, oh! la la! J’ai horreur d’y penser, mais c’est la vĂ©ritĂ©. Nous sommes
 L’église est dans une grande agitation, je veux dire Ă  l’échelle mondiale. Partout oĂč vous allez, c’est comme s’il y a
Tout est en Ă©bullition. Ainsi, ce dont nous avons besoin, c’est de la guĂ©rison intĂ©rieure provenant d’une foi vĂ©ritable et fondamentale en JĂ©sus-Christ, alors la guĂ©rison extĂ©rieure se produira automatiquement. Alors, lorsque la guĂ©rison commence, pour ce qui est de la guĂ©rison physique, elle partira de l’intĂ©rieur vers l’extĂ©rieur; et alors, quelque chose se produira, cela durera et ça sera quelque chose de rĂ©el.

10 Et pendant que j’attendais qu’on dresse les tentes, j’ai moi-mĂȘme assumĂ© la responsabilitĂ© d’appliquer cela. Et de penser Ă  la tente et Ă  toutes ces grandes dĂ©penses, vous voyez dans la vision pourquoi j’ai quittĂ© le champ de mission, c’est parce que je – j’ai contractĂ© une dette de quinze mille dollars lors d’une sĂ©rie de rĂ©unions de peur de demander de l’argent auprĂšs des gens; je ne voulais pas le faire. Je – j’avais fait une promesse Ă  Dieu, je ne voulais pas le faire, aussi ai-je quittĂ© le champ de mission.
Et maintenant, pour retourner, aprĂšs avoir payĂ© les dettes, cette fois-ci, j’en ai contractĂ© une de quinze mille dollars en Californie, je vais en contracter une autre de cent mille dollars pour cette tente. Cela veut dire que je suis – je suis – je crois en ce que je dis. Oui, oui. Cela vient du Seigneur; cela vient du Seigneur.
Et ce qui est intĂ©ressant Ă  ce sujet, c’est qu’un vĂ©ritable ami, un homme riche, mais un serviteur du Seigneur, m’a dit: « FrĂšre Branham, je vous le donnerai sans un sou d’intĂ©rĂȘt. Vous n’avez qu’à rembourser le vrai
 ce que vous empruntez. Vous n’avez pas Ă  payer d’intĂ©rĂȘt lĂ -dessus. » Eh bien, c’était merveilleux. Voyez-vous?
J’ai dit: « Merci, Seigneur. Je savais que Tu agirais. »

11 Et maintenant, dites donc, j’aimerais dresser cette tente quelque part ici, pour environ six semaines, ici mĂȘme Ă  Twin Cities et – et avoir un rĂ©veil d’environ six semaines avec chaque Ă©glise. Maintenant, laissez simplement tomber vos barriĂšres et vos divergences, et
 Ne serait-ce pas merveilleux d’entrer et de serrer la main Ă  quelqu’un d’autre? Et pas simplement prier pour la personne, alors si l’ennemi revient pour l’attaquer, ramenez-la immĂ©diatement, restez simplement lĂ  jusqu’à ce que tout soit terminĂ©, c’est la chose Ă  faire. Et faites-le simplement soir aprĂšs soir, aprĂšs soir, pendant quatre ou six semaines ou quelque chose comme cela, jusqu’à ce que Dieu dise: « TrĂšs bien, maintenant, j’ai terminĂ©, allez ailleurs. » Ce serait le genre de rĂ©veil Ă  avoir.
Je me suis souvent demandĂ© ce que cela produirait. Chaque soir, ç’a toujours atteint la vitesse de croisiĂšre. Et je me suis simplement demandĂ© ce que ça ferait de rester assez longtemps. Et je me demande simplement comment cela s’est passĂ©; je m’étais bien apprĂȘtĂ© et je devais me rendre Ă  Phoenix, pour ma premiĂšre sĂ©rie de rĂ©union. En effet, j’avais pratiquement promis de remplacer frĂšre Roberts lĂ -bas, pendant qu’il Ă©tait en Australie.

12 Et pendant que je m’apprĂȘtais Ă  y aller, eh bien, monsieur Allen est arrivĂ© lĂ -bas, et il ne quitterait pas avant mars; et j’avais oubliĂ© ce qu’avait dit la vision, que ça concernait les noirs dans un autre pays, et tout. Et ainsi Mr. Allen l’a remplacĂ©; alors, ils ont dit: « Voudriez-vous venir quand mĂȘme? Mr. Allen va y rester. »
Et j’ai rĂ©pondu: « Oh! non, non, non. Non, non si frĂšre Allen est lĂ ; ce n’est pas nĂ©cessaire que nous soyons tous deux lĂ -bas en mĂȘme temps. » Et puis environ deux jours aprĂšs cela, le Seigneur m’a rĂ©vĂ©lĂ©, disant: « Je ne t’avais jamais ordonnĂ© d’aller Ă  Phoenix dans cette vision-lĂ , c’était parmi les noirs, au Mexique. » Je me suis dit: « Eh bien, gloire au Seigneur. » C’est exact.
Vous savez, Dieu, Il
 Sa grĂące souveraine passera outre nos erreurs et notre ignorance. Ne croyez-vous pas cela? Eh bien, gloire Ă  Son Nom, nous L’aimons ce soir. Et ce soir, nous ne formons qu’un petit groupe de gens dans cette Ă©glise, mais nous sommes rassemblĂ©s dans ce but, pour le bĂ©nĂ©fice des Ăąmes perdues et du Royaume de Dieu.

13 Ce soir, j’ai choisi comme sujet: Une vie cachĂ©e. Et ce soir, j’aimerais lire un passage des Ecritures dans HĂ©breux, chapitre 10 Ă  partir du verset 19, et je lirai ce qui suit: Ainsi donc, frĂšres, puisque nous avons, au moyen du sang de JĂ©sus, une libre entrĂ©e dans le sanctuaire Par la route nouvelle et vivante qu'il a inaugurĂ©e pour nous au travers du voile, c’est-Ă -dire, de sa chair, Et puisque nous avons un souverain sacrificateur Ă©tabli sur la maison de Dieu, Approchons-nous avec un coeur sincĂšre, dans la plĂ©nitude de la foi, les coeurs purifiĂ©s d"une mauvaise conscience, et le corps lavĂ© d"une eau pure. Retenons fermement la profession de notre espĂ©rance, (car celui qui a fait la promesse est fidĂšle.) Puisse le Seigneur ajouter Ses bĂ©nĂ©dictions Ă  la lecture de Sa Parole.

14 Eh bien, voici la raison pour laquelle j’aimerais parler sur ça ce soir: Hier soir, nous avons prĂȘchĂ© sur la communion. Avez-vous apprĂ©ciĂ© cela? De
 Entrer en communion. Eh bien, je ne suis pas un enseignant ni un – un fameux prĂ©dicateur parce que je ne suis pas instruit. Mais, je vois bien le besoin, et j’essaie d’insister de mon mieux lĂ -dessus. Eh bien, je suis – je suis dĂ©solĂ©, vous allez tous me support – me supporter ou – ou rester avec moi de toute façon. Et supportez pendant quelque temps, que j’essaye d’insister sur une certaine chose ici qui doit arriver avant mĂȘme que nous ayons un service de guĂ©rison. Et nous devons ĂŽter ces choses du chemin, et alors nous pouvons continuer les services.
Or, hier soir, j’essayais d’expliquer qu’il n’y a qu’une seule voie par laquelle nous pouvons jamais avoir la communion; et ce n’est pas par nos Ă©glises, ni par nos dĂ©nominations, ni par l’instruction, ni par quoi que ce soit d’autre, mais uniquement par le Sang du Seigneur JĂ©sus-Christ; c’est la seule voie par laquelle l’homme peut se rĂ©concilier avec Dieu, par la grande oeuvre de la rĂ©conciliation. Et le seul moyen par lequel je pouvais prendre cela, c’était de retourner dans l’Ancien Testament, d’en prendre le type et de le ramener dans le Nouveau. En effet, je suis en quelque sorte un typologue. La raison pour laquelle je fais cela, c’est que l’instruction me fait dĂ©faut. Je vois ce qu’était l’Ancien Testament, qui Ă©tait une ombre ou un type du Nouveau. Alors, je comprends Ă  quoi ressemble l’ombre, et je vois cela – l’antitype ici. Et l’Esprit entre les deux rend tĂ©moignage. Et c’est ainsi que j’arrive à
 comment
 ce n’est qu’ainsi que je peux enseigner la Bible.

15 Certaines personnes sont intelligentes et perspicaces; ils peuvent recourir aux mots grecs et autres. Et pour moi, c’est complĂštement du parler en langues, parce que je n’y comprendrais absolument rien. Mais tant que je comprends ces types et ces ombres et que je les mets ensemble, certainement que Dieu, avec l’aide du Saint-Esprit, (je mets solennellement ma confiance en Lui), qu’Il le fera et le rĂ©vĂ©lera, de sorte que mĂȘme les bĂ©bĂ©s seront Ă  mesure de comprendre, ces petits enfants ici prĂ©sents, qui seront les hommes et les femmes de demain s’il y a un lendemain.
Et maintenant, pour avoir une image de ce que je m’apprĂȘte Ă  prĂȘcher ce soir, une vie cachĂ©e avec Christ, je trouve qu’il est trĂšs indispensable aujourd’hui pour les hommes et les femmes de dĂ©couvrir ce dont il s’agit. Maintenant, humblement je dis ceci, de tout mon coeur; et certainement que j’ai Ă©tĂ© ici Ă  Minneapolis assez, si bien que vous savez que je
 Si je suis un trompeur, ce n’est pas mon intention; ça n’y est pas dans mon coeur. Je n’ai jamais voulu ĂȘtre un trompeur. Je veux
 J’aime les gens, et j’aime leur parler. Et parfois, il se peut que je ne sois pas capable d’exprimer ce que je ressens, mais je – j’espĂšre que vous recevez cela tel que je le ressens mĂȘme si je ne l’exprime pas correctement.

16 Et je – je sens qu’en ces jours oĂč nous vivons, il y a un grand besoin parmi les chrĂ©tiens, il semble qu’ils dĂ©sirent quelque chose qu’ils ne sont pas capables d’obtenir. Et voyant cela, et ayant l’expĂ©rience de ce dont je parle, alors j’ai pensĂ© que ce serait certainement trĂšs intĂ©ressant que j’essaye de l’expliquer Ă  mon humble maniĂšre, afin que vous puissiez vous y joindre et partager cette chose glorieuse que Christ a acquise pour nous au Calvaire.
Eh bien, tout cela vient par l’expiation; chaque bĂ©nĂ©diction que nous avons vient par l’expiation. Nous ne pouvons enseigner aucune bĂ©nĂ©diction en dehors de l’expiation. La guĂ©rison et tout autre chose doivent venir par l’expiation, parce qu’Il est mort pour nous racheter de la malĂ©diction qui Ă©tait placĂ©e sur nous Ă  cause du pĂ©chĂ© d’Adam.

17 Et chaque fois quand vous parlez du concept pĂ©chĂ© [« S-i-n » en anglais N.D.T.], vous ĂȘtes obligĂ© de parler de chaque attribut qui va avec cela. Vous ne pouvez pas prĂȘcher le salut de l’ñme sans prĂȘcher la guĂ©rison du corps; vous ne pouvez simplement pas le faire. Vous ne pouvez pas fragmenter la Bible comme cela, parce que cela va
 C’est insĂ©parable. Le mĂȘme Homme qui est mort Ă  la croix, Il Ă©tait blessĂ© pour nos pĂ©chĂ©s, par Ses meurtrissures, nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris le mĂȘme jour, le sang est sorti de ces mĂȘmes veines. Voyez-vous? Ainsi, vous
 C’est insĂ©parable.
Il n’y a pas longtemps, un homme m’a donc posĂ© la question, disant: « FrĂšre Branham, pourquoi prĂȘchez-vous la guĂ©rison divine par l’expiation? » Il a dit: « Eh bien, je peux vous prouver que c’est du passĂ©. »
J’ai dit: « Eh bien, que voulez-vous dire, que c’est en dehors de l’expiation? »
Il a dit: « Certainement. » Il a dit: « Ce qu’EsaĂŻe a dit comme quoi Il a portĂ© nos infirmitĂ©s et
 »
J’ai dit: « C’est vrai. »
« Par Ses meurtrissures, nous avons Ă©tĂ© guĂ©ris. » Il a dit: « Eh bien, dans Matthieu 8, JĂ©sus a guĂ©ri les gens qui sont venus Ă  Lui ce soir-lĂ , afin que s’accomplisse ce qui avait Ă©tĂ© annoncĂ© par le prophĂšte EsaĂŻe; Il a portĂ© nos infirmitĂ©s. »
J’ai dit: « Alors, vous appliquez ce temps-lĂ  Ă  l’expiation dont [EsaĂŻe] avait parlĂ©? » Eh bien, j’ai dit: «Si c’est la vĂ©ritĂ©, alors l’expiation avait plus de puissance avant qu’elle entre en vigueur qu’elle
 cela
 lorsque
 aprĂšs que le sang de JĂ©sus a Ă©tĂ© versĂ©. Et c’était un an et six mois avant Sa mort. Alors, comment cela lĂ -bas pouvait-il ĂȘtre appliquĂ© Ă  l’expiation, alors que c’était un an et six mois avant que l’expiation soit faite? »

18 Donc, vous voyez, cet argument ne tient pas. Mais nous ne devons pas discuter; nous devons prĂȘcher la Parole, et Dieu aura quelqu’un qui L’entendra et La recevra. C’est
 Ceux pour qui JĂ©sus est mort afin qu’ils entendent la Parole, L’entendront. Avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© Ă  cela?
Permettez-moi de m’arrĂȘter ici juste un moment, et je me rends compte que je suis en face des ecclĂ©siastiques et des hommes intelligents; mais j’aimerais dire ceci, sachant que je – je crois ceci et je le sais: JĂ©sus n’est point allĂ© Ă  la croix et n’est point mort pour une affaire hasardeuse. Peut-ĂȘtre que quelqu’un pourrait se sentir dĂ©solĂ© du fait que JĂ©sus est mort et – et de ce que lui soit ainsi parvenu au salut. Ce n’est pas ainsi que Dieu conduit Ses affaires. Dieu conduit Ses affaires par prescience, en connaissant avant la fondation du monde, qui Ă©tait Sien, qui Lui appartenait.

19 Nous Ă©tions dans la prescience de Dieu, nous Ă©tions sauvĂ©s avant la fondation du monde. Et JĂ©sus est venu mourir pour ceux que Dieu avait Ă©lus par prescience. C’est vrai. Et lorsque cette derniĂšre personne
 C’est la raison pour laquelle nous avons des rĂ©veils Ă  travers l’AmĂ©rique, tirant avec les filets partout et essayant de pĂȘcher Ă  la seine sans relĂąche. Il s’agit des prĂ©dicateurs. Mais quand la derniĂšre personne sera attrapĂ©e, ce sera tout pour eux. Voyez-vous?
Eh bien, le reste d’entre eux, ils
 Nous jetons un filet et rassemblons les gens, et ils entrent; et alors, aussitĂŽt, vous savez, ils sortent et s’en vont. Et – et Dieu a dit: « Si les Ă©preuves viennent et que nous ne pouvons pas supporter le chĂątiment, nous sommes des enfants illĂ©gitimes et nous ne sommes pas les enfants de Dieu. » Mais je crois que tout homme ou toute femme qui est vraiment nĂ©e de l’Esprit de Dieu, n’a plus le dĂ©sir du pĂ©chĂ© dans sa vie, et n’en aura jamais. C’est vrai. En effet, la question du pĂ©chĂ© est rĂ©glĂ©e pour toujours. Vous devenez une crĂ©ature, une nouvelle crĂ©ature, une nouvelle crĂ©ation. Vos vieux goĂ»ts et toutes les autres choses sont changĂ©s.

20 Maintenant, nous trouvons les gens le long de la route ici, dans cette expĂ©rience chrĂ©tienne, beaucoup parmi eux, on en trouve qui n’arrivent simplement pas, semble-t-il, Ă  comprendre la chose. Simplement
 ils ont leurs hauts et leurs bas. Un jour vous les trouvez, ils sont sur le toit en train de louer Dieu. Et le jour suivant, vous les trouvez lĂ , ils ont tous le
 (comme on le dit, passez-moi l’expression) ils ont le cafard, ils sont abattus, dĂ©couragĂ©s, ne sachant pas oĂč ils se tiennent, ni mĂȘme s’ils sont sauvĂ©s ou pas. Le jour suivant, ils sont en bonne forme. Peut-ĂȘtre une ou deux semaines plus tard, vous les trouvez encore dans la mĂȘme condition.
Je me pose vraiment des questions au sujet de ces gens. J’en ai rencontrĂ© dans les services de guĂ©rison. J’ai vu des gens venir Ă  l’estrade, complĂštement aveugles. Et ils sont venus et ont reçu
 aprĂšs qu’on a priĂ© pour eux, qu’ils ont Ă©tĂ© guĂ©ris et qu’ils ont lu la Bible, ils ont marchĂ© lĂ  louant Dieu. Et rencontrez-les six mois plus tard; ils sont tout aussi aveugles qu’ils l’étaient auparavant.

21 John Church, un homme qui a Ă©crit dans son livre un article affreux Ă  mon sujet, Ă  vous les gens de la SaintetĂ©. Et l’homme, je ne vois pas pourquoi un homme intelligent comme lui pouvait dire de telles choses. Il a dit: « Je ne connais mĂȘme pas monsieur Branham », et puis il a Ă©crit Ă  mon sujet. MĂȘme la loi dit
 Nous avons une loi qui dit que nous devons Ă©couter un homme avant de le juger. Ainsi, lui n’agit mĂȘme pas selon la loi. Alors, nous avons une meilleure dispensation que celle-lĂ . Mais il a dit: « Je ne connais mĂȘme pas l’homme. Et voici la raison pour laquelle je suis sĂ»r qu’il est un imposteur. » Il a dit: « En effet, il
 J’ai rencontrĂ© un homme qui a dit qu’il avait assistĂ© Ă  une rĂ©union une fois, dans un grand stade, un auditorium; et il a dit: « Monsieur Branham ne me connaissait pas, mais il m’a appelĂ© et a dit: ‘Vous, monsieur, par lĂ , vous souffrez de la prostate, et AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous ĂȘtes guĂ©ri.’ » Et il a dit: « J’ai posĂ© la question Ă  l’homme: ‘Etais-tu guĂ©ri?’ Il a dit: ‘J’étais bien portant pendant une annĂ©e.’ Il a dit: ‘Puis, cela m’est revenu.’ » Il a dit: « Cela prouve que monsieur Branham est un imposteur. »
Eh bien, je me suis dit: « Monsieur Church, lĂ  sur le Sylver Hill lĂ  oĂč vous teniez vos rĂ©unions chaque annĂ©e, et tous ces gens que vous avez lĂ -bas et vous professez la sanctification. L’annĂ©e suivante, il est revenu et ils Ă©taient encore tous obligĂ©s de se sanctifier, je pense que c’était donc une imposture quand vous – lorsqu’ils avaient reçu cela la premiĂšre fois.

22 Eh bien, non; la guĂ©rison divine est tout aussi – aussi forte que votre foi, et elle dure tant que durera votre foi. Le rĂ©vĂ©rend Nickels d’entre les Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens, Ă©tait lĂ  l’autre jour, Ă  recueillir des tĂ©moignages dans la ville et Ă  prendre des photos des gens qui avaient Ă©tĂ© guĂ©ris par la guĂ©rison divine n’importe oĂč ; je veux dire des cas de cancers et de dĂ©cĂšs, des gens qui avaient Ă©tĂ© guĂ©ris depuis des annĂ©es, des annĂ©es et des annĂ©es, et qui tenaient toujours, depuis quatorze, quinze ans, depuis qu’on avait priĂ© pour eux et qui sont toujours en bonne santĂ©. Et certains parmi eux figurent sur la liste des dĂ©cĂšs Ă  l’hop
 Ă  – Ă  Louisville Ă  la Clinique des cancĂ©reux lĂ -bas, ils Ă©taient morts il y a quatorze, quinze ans, et les voici vivants, en parfaite santĂ©. Allez lĂ -bas et examinez le cas
 Les registres sont lĂ  et vous verrez que ça fait quinze ans qu’ils sont morts du cancer. Et les voici maintenant ici, ils sont en parfaite santĂ©, quinze ans plus tard.

23 Cela dĂ©pend de lĂ  oĂč se tient votre foi. Votre salut tiendra bon tant que votre confession est bonne. Mais dĂšs que vous perdez votre confession, alors vous perdez votre salut. En effet, Il est le Souverain Sacrificateur qui est assis Ă  la droite de Dieu pour intercĂ©der sur base de notre confession, c’est ce qui arrive.
Ainsi, je me demande donc pourquoi, pour ce qui est du salut et aussi de la guĂ©rison, les gens sont si abattus. Maintenant, j’aimerais dire que la raison en est que, je pense que je peux vous l’expliquer si vous ĂȘtes respectueux et que vous Ă©coutiez attentivement maintenant...

24 Dans la Bible, en considĂ©rant cela du point de vue de l’Ancien Testament, un aspect, il y a beaucoup d’annĂ©es dans le dĂ©sert quand Dieu fit sortir les enfants d’IsraĂ«l hors de l’Egypte, qui Ă©tait un type du monde
 Et dans leur voyage
 C’est un type du voyage dans lequel nous sommes aujourd’hui. Ils Ă©taient en route vers la terre promise, et nous sommes aussi en route vers la terre promise. Croyez-vous cela? Dieu nous a fait sortir de l’Egypte. L’Egypte Ă©tait un type du monde, la servitude et l’esclavage. Et Il nous a fait sortir de l’Egypte, et nous sommes en route vers la terre promise de Dieu, pour le croyant. N’est-ce pas merveilleux de savoir que nous sommes en voyage ce soir?
Remarquez, pendant ce voyage donc, tout n’était pas en rose. Ils avaient leurs hauts et leurs bas, des ennuis; ils rĂ©trogradaient et
 mais, malgrĂ© cela, ils sont allĂ©s jusqu’à la terre promise. Vous remarquez lĂ -bas que certains parmi eux se plaignaient et d’autres murmuraient. Ils ont eu des visions et autres, et Dieu a opĂ©rĂ© des miracles extraordinaires et a accompli des oeuvres puissantes au milieu d’eux. Et aussitĂŽt que survenaient les Ă©preuves, ils oubliaient tout, et ils se mettaient encore Ă  se plaindre et Ă  murmurer.

25 C’est l’image mĂȘme de l’église d’aujourd’hui, dans l’état oĂč elle se trouve maintenant. Remarquez comment Dieu en a donnĂ© une reprĂ©sentation Ă  l’époque; il nous faudra entrer dans le tabernacle pour prouver cela. Maintenant, nous voyons que le tabernacle Ă©tait un lieu d’adoration; nous en avons parlĂ© hier soir. Le seul lieu, le seul terrain d’entente oĂč Dieu rencontrait le peuple, c’était le tabernacle, sous le sang versĂ©.
Et, dans le tabernacle, il y avait donc lĂ  trois diffĂ©rents parvis ou diffĂ©rentes parties auxquelles j’aimerais attirer votre attention. Et l’une d’elles Ă©tait le parvis extĂ©rieur, la cour; puis, le – l’autel, qui Ă©tait le lieu saint, et ensuite le saint des saints, oĂč seul le souverain sacrificateur entrait une fois l’an, et personne n’osait le suivre derriĂšre ce lieu-lĂ  saint.

26 Maintenant, si nous remarquons bien comment les ustensiles et tout Ă©taient placĂ©s dans ce – dans ces endroits, cela reprĂ©sente les dispensations dans lesquelles nous avons vĂ©cu depuis l’ñge sombre ou la sortie de l’église et la suite de son voyage.
Maintenant, le parvis extĂ©rieur reprĂ©sentait la justification, le
 qui Ă©tait lĂ , l’eau du baptĂȘme, la cuve se trouvait lĂ  oĂč le
 ils se lavaient avant d’entrer en service. Et l’autel reprĂ©sentait le lieu du sacrifice oĂč le – le chĂątiment Ă©tait placĂ© ou repoussĂ©, car le jugement Ă©tait placĂ© sur le – le sacrifice, et l’autel d’airain et l’airain parlent du jugement divin. Et le serpent d’airain dans le dĂ©sert parlait du jugement divin, le serpent reprĂ©sentait le pĂ©chĂ© dĂ©jĂ  jugĂ© dans le jardin d’Eden, et l’airain parlait du jugement divin ([FrĂšre Branham se racle la gorge. – N.D.E.] Pardonnez-moi), comme l’autel d’airain oĂč on brĂ»lait le sacrifice.

27 Puis, lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, on avait sept chandeliers d’or, et puis
 plutĂŽt une lampe Ă  sept branches. Mais Ă  l’intĂ©rieur, derriĂšre le voile, se trouvait une arche. Et dans cette arche, il y avait les – les tablettes, les Dix Commandements, comme nous les appelons. Et c’était – cela reprĂ©sentait le coeur humain. Autrefois, Dieu avait promis qu’aujourd’hui Il Ă©crirait Ses lois, non sur les tables de pierre, mais sur le coeur, et qu’Il mettrait la loi dans le coeur. EzĂ©chiel en a parlĂ©. Et tous les prophĂštes ont annoncĂ© que Dieu ferait cela dans les jours Ă  venir, c’était un type.
Mais le souverain sacrificateur une fois entré dans ce saint des saints, alors le rideau tombait ; cela ne faisait pas passer le son, et il était coupé des choses du monde. Personne ne pouvait le voir; il était caché loin.

28 Pendant l’ñge luthĂ©rien, est venu: « Le juste vivra par la foi », le parvis extĂ©rieur. Plus tard est venu l’ñge mĂ©thodiste, l’ñge de la sanctification, qui est appelĂ©e la seconde oeuvre prĂ©cise de la grĂące, qui Ă©tait venue dans cet Ăąge-lĂ . Et c’est cela l’ñge de l’autel. Et puis, dans les derniers jours, la restauration du Saint-Esprit, la Vie cachĂ©e. Et je suis sĂ»r que c’est juste ici qu’il y a le problĂšme. J’aimerais que vous puissiez le comprendre. C’est juste ici que l’église a des problĂšmes aujourd’hui, en venant de
 on ne peut pas dĂ©vier entre l’autel et le Saint des Saints. C’est Ă  cet endroit que l’église devrait ĂȘtre. Et il y a trop de gens qui sont encore dehors: lĂ -dehors au lieu d’ĂȘtre ici Ă  l’intĂ©rieur.
VoilĂ  pourquoi nous connaissons le temps comme celui-ci, et que nous manquons de foi, alors que l’église devrait ĂȘtre dans son dernier Ăąge, dans sa derniĂšre dispensation. Je crois que nous vivons au tournant du temps. Demain soir, avec l’aide de Dieu, je prouverai cela noir sur blanc par la Bible, que nous vivons Ă  l’ombre de la Venue du Fils de Dieu, en ce moment mĂȘme, en ce moment mĂȘme. Observez simplement comment l’Ecriture le prouvera sans l’ombre de doute. MĂȘme les choses qui se sont passĂ©es sont une preuve scientifique que nous vivons au temps de la fin, cela pourrait intervenir Ă  n’importe quel moment. Et voici que l’église est encore en train de tergiverser ici dehors.

29 Eh bien, il y a quelque chose qui cloche. Voici ce qu’il en est, nous remarquons aussi dans cette partie intĂ©rieure, ce voile derriĂšre lequel Aaron allait, et les
 les rideaux tombaient derriĂšre lui, qu’il y avait lĂ  un vase de manne, conservĂ©e dans un vase en or, qui Ă©tait placĂ© Ă  cĂŽtĂ© – Ă  cĂŽtĂ© de l’arche. Maintenant, souvenez-vous, c’était cette mĂȘme manne aussi qui gisait lĂ  dehors par terre. Et nous voyons maintenant que cette arche Ă©tait un type du coeur humain; et le coeur est sournois. C’est lĂ  que les gens faillissent aujourd’hui; en effet, ils ont une religion de la tĂȘte plutĂŽt qu’une religion du coeur.
Ce n’est pas mon intention d’ĂȘtre rude, mais c’est pour cette raison qu’aujourd’hui ces grands hommes, tels que Billy Graham d’ici Ă  Minneapolis, Jack Schuller de
 et plusieurs autres grands hommes qui sont des serviteurs de Dieu, traversent les nations
 Mais ce qu’il nous faudrait avoir lorsque les gens sont disposĂ©s et commencent Ă  venir recevoir Christ, il nous faudrait avoir une vĂ©ritable Ă©glise vivante, comme une boule de feu Ă  laquelle nous devrions amener ces gens.

30 Je crois de tout mon coeur que Billy Graham et ces hommes sont des hommes de Dieu du moment pour le message que nous portons, ou plutĂŽt qu’ils portent avec une grande inspiration. Ils n’accomplissent pas de miracles. Ils Ă©taient les prĂ©curseurs de la Venue de JĂ©sus-Christ comme Jean l’était. Jean n’avait jamais accompli de miracle, mais il a prĂȘchĂ© l’Evangile qui a secouĂ© toute la nation. Voyez-vous? Mais il n’a jamais accompli de miracles. Mais aprĂšs lui vint JĂ©sus, qui n’était pas si fameux comme prĂ©dicateur, mais qui accomplissait des miracles pour prouver que l’omnipotence de Dieu subsiste encore et que Dieu vit.
Et aujourd’hui, c’est dommage que les gens aient une conception mentale de l’Evangile, ou je dirais une foi intellectuelle au lieu d’une vĂ©ritable foi vivante en Dieu.

31 Il n’y a pas longtemps dans la ville d’oĂč je viens, de l’autre cĂŽtĂ© de la riviĂšre, Ă  Louisville, au Kentucky, une jeune dame frĂ©quentait une Ă©glise, une Ă©glise rĂ©putĂ©e lĂ -bas. C’était une bonne femme, et elle jouait du piano. Mais je mettais toujours en doute son expĂ©rience de la nouvelle naissance avec Christ. Toutefois, elle Ă©tait une femme de bonne moralitĂ© Ă  sa connaissance. Elle sortait avec un garçon dont le prĂ©nom Ă©tait Jean. Elle s’est donc mariĂ©e avec Jean et ils
 elle a continuĂ©. Mais quelque temps aprĂšs, pour raison de service, Jean a Ă©tĂ© mutĂ© dans une autre ville. Et pendant qu’il Ă©tait lĂ , elle a retirĂ© ses documents de
 sa lettre [d’adhĂ©sion] d’une Ă©glise pour aller Ă  une autre. Et cette Ă©glise-lĂ  n’était pas aussi spirituelle que l’église oĂč son oncle Ă©tait pasteur, un homme trĂšs spirituel. Ainsi, elle a commencĂ© Ă  folĂątrer lĂ -bas avec d’autres femmes. Et c’est ce qui cloche dans notre pays aujourd’hui et dans nos Ă©glises, l’une cherche Ă  copier l’autre. Ils ont les yeux fixĂ©s sur la tĂ©lĂ©vision et tout. Et ils cherchent Ă  imiter ou Ă  copier certaines choses obscĂšnes qu’ils ont vues Ă  la tĂ©lĂ©vision ; et puis, ils les amĂšnent dans l’église du Dieu vivant. Des hommes saints et des femmes saintes font la mĂȘme chose, ou des gens qui professent la saintetĂ©.

32 Et tenez, c’est l’une des causes qui vous empĂȘchent d’aller de l’avant. Vous ne pouvez pas mĂ©langer l’eau et l’huile; ça ne marchera pas. Comment allez-vous croire le surnaturel, comment parviendrez-vous Ă  quelque part alors que vous vous mĂȘlez au monde. Et la Bible dit: « Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en vous. » Amen. Maintenant, cela peut vous Ă©corcher un tout petit peu, mais ça vous fera du bien. Pensez-y.
FrĂšre, un jour, nous devrons rencontrer Christ au jugement. Malheur Ă  l’homme qui se tiendra derriĂšre la chaire et usera de son influence pour flatter certaines personnes au lieu de prĂȘcher l’Evangile tel que Dieu l’a dit. On doit vous dire la vĂ©ritĂ©. Ce dont nous avons besoin aujourd’hui, c’est de plus de vĂ©ritĂ© qui soit publiĂ©e dans sa lumiĂšre.

33 Mais cette femme a continuĂ© son bonhomme de chemin, et toutes les dames dans cette Ă©glise portaient ces petits vĂȘtements scandaleux, des shorts, et sortaient pour tondre la cour. Et elle a commencĂ© Ă  agir de mĂȘme. Son pĂšre et les autres l’ont rĂ©primandĂ©e, mais cela ne lui a servi Ă  rien, elle Ă©tait pareille aux autres femmes. Et elle a dit: « Mes soeurs le font, pourquoi pas moi? »
Eh bien, aussitĂŽt, vous savez, elle s’est retrouvĂ©e fumant la cigarette. Les autres femmes le faisaient, pourquoi donc ne le pouvait-elle pas? Voyez, les faits mĂȘme prouvent qu’elle n’était pas ce qu’elle Ă©tait censĂ©e ĂȘtre sinon elle n’aurait pas fait cela. J’espĂšre que cela descend profondĂ©ment en vous. Mais c’est vrai.
Maintenant, je
 Remarquez, la Bible dit: « C’est Ă  leurs fruits que vous les reconnaĂźtrez. » VoilĂ  tout.

34 Et puis, si vous remarquez bien, elle a donc commencĂ©, elle Ă©tait une
 elle a commencĂ© Ă  faire une chose, puis une autre et ainsi de suite. Au bout de quelque temps, un petit roublard aux cheveux ondulĂ©s a emmĂ©nagĂ© dans le voisinage. Et elle est tombĂ©e amoureuse de ce dernier, alors qu’il Ă©tait le mari d’une autre femme. Et la premiĂšre chose, ils allaient derriĂšre, et elle portait ses petits vĂȘtements et tondait la cour de derriĂšre juste au moment oĂč il rentrait Ă  la maison. Pourquoi les portez-vous? Ce n’est pas pour paraĂźtre devant Dieu, mais pour paraĂźtre devant les hommes.
Elle sortait lĂ  pour tondre la cour, et puis, ç’en est arrivĂ© Ă  un baiser d’au revoir Ă  travers la clĂŽture, une nuit. Et quelque temps aprĂšs, il s’est fait qu’elle a quittĂ© son mari et s’est mariĂ©e avec cet homme.

35 Eh bien, toute femme qui a du bon sens, devrait savoir que si un homme fuit une femme, il fuira une autre. Ainsi, la femme suivante est venue, aprĂšs avoir vĂ©cu avec elle pendant quelque temps, il est allĂ© prendre une autre; et elle s’est mariĂ©e avec un autre. TrĂšs bien, elle continuait quand mĂȘme Ă  jouer du piano Ă  l’église. Les autres le faisaient, pourquoi pas donc elle?
Ainsi, cela s’est rĂ©pĂ©tĂ© constamment. Et quelques temps aprĂšs, cet homme l’a quittĂ©e, aussi a-t-elle pris un concubin. Eh bien, la femme est allĂ©e
 Un homme, un ministre de lĂ  est allĂ© lui parler; elle a dit: « Je n’ai aucun problĂšme. » Et finalement, on a dĂ©couvert que ses pĂ©chĂ©s l’ont suivie. Et quelque temps aprĂšs, son cas s’est empirĂ©, elle a commencĂ© Ă  ressentir des douleurs au bas ventre. Elle est allĂ©e chez le mĂ©decin et celui-ci, en la consultant, a dĂ©pistĂ© la maladie au niveau de l’organe fĂ©minin, elle avait une tumeur maligne qui Ă©tait trop avancĂ©e pour qu’elle soit opĂ©rĂ©e, il lui a dit: « PrĂ©pare-toi pour la mort, rien ne peut ĂȘtre fait. »

36 Elle est allĂ©e chez un meilleur mĂ©decin, dans une clinique. Ils ont dit la mĂȘme chose: « Tu es mourante. » Alors, il s’est fait que le pasteur de notre Ă©glise provenait de la mĂȘme dĂ©nomination que cette femme; il est donc allĂ© la voir. Il a dit: « Si je peux l’amener Ă  s’abandonner Ă  Christ, je ferai venir frĂšre Branham pour prier pour elle.»
Quand il est allĂ© la voir, elle – elle l’a simplement engueulĂ© autant que possible. Elle a dit: « Je vais vous faire comprendre une chose, je ne vous ai jamais envoyĂ© chercher. » Et elle a dit: « Je suis tout aussi bonne que vous. »
Il a dit: « Madame, ce n’est pas ce dont il est question. » Elle fumait une cigarette aprĂšs une autre
 Il a dit: « Que voulez-vous m’apprendre? Je sais que vous ĂȘtes membre d’église. » Il a poursuivi: « Moi-mĂȘme, je sors de l’UniversitĂ© d’Asbury
Il a dit: « Nous ne croyons pas de telles choses. »
Elle a dit: « Je suis sauvée, et je suis aussi bonne que vous. »
Voyez, qu’était-ce? Elle avait attristĂ© le Saint-Esprit et L’avait Ă©loignĂ© d’elle. Et la Bible dit: « L’ñme qui pĂȘche (c’est-Ă -dire celle qui ne croit pas), c’est celle qui mourra. » Cela signifie
 « La mort » signifie: « La sĂ©paration. » Si je meurs maintenant, je me sĂ©parerai de vous, mais non pas de Dieu. Vous vous sĂ©parerez de vos amis, mais vous serez toujours dans la PrĂ©sence de Dieu. La sĂ©paration
 Et son Ăąme s’était sĂ©parĂ©e d’elle.

37 Eh bien, il y a une chose 
 Dans le coeur, l’ñme rĂ©side dans le coeur, et vous croyez Ă  partir du coeur. On ne reçoit pas la religion dans la tĂȘte par la connaissance venant d’un livre, mais on reçoit la religion dans le coeur par une expĂ©rience dans le coeur. Et le coeur s’accordera toujours avec la Bible, mais la tĂȘte raisonnera. Et la Bible dit que nous devons renverser le raisonnement. Vous ne pouvez pas vous y prendre avec votre pensĂ©e; c’est
 Le diable oeuvre lĂ -dedans, vous devez vous y prendre avec votre coeur.
Ainsi, sa pensĂ©e lui disait: « Eh bien, c’est raisonnable, si ces femmes peuvent faire cela, pourquoi pas moi? Elles sont appelĂ©es des chrĂ©tiennes, elles occupent une bonne position dans l’église, elles occupent une bonne position dans la communautĂ©; et alors pourquoi pas moi? Je suis aussi une chrĂ©tienne comme elles, et si elles peuvent faire cela, alors c’est raisonnable que je le fasse aussi, parce que je suis l’une d’entre elles. Si je ne le fais pas, elles penseront que je suis une vieille baderne, et je ne
 je ne ferai pas ça, je suis meilleure qu’elles. »
Voyez, c’est le raisonnement. Cela vous causera chaque fois des ennuis. Peu importe ce que vous dit votre connaissance intellectuelle, ne le croyez pas si c’est contraire à la Parole de Dieu. Prenez tout d’abord l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Tenez-vous-en fermement à cela, peu importe
 et votre ñme s’accordera toujours avec cette Parole. C’est vrai.

38 Lorsque vous voyez ces prĂ©dicateurs et autres qui disent: « Le temps des miracles est passĂ©, et tout ceci c’est du non-sens. » Souvenez-vous simplement que cette personne ne connaĂźt pas Dieu; c’est certain. Car Dieu s’accordera toujours avec Sa propre Parole. Certainement. Et il n’y a pas de Saint-Esprit lĂ ; tout cela, c’est de l’intellectualisme. Il se peut que cet homme soit aussi raffinĂ© et droit que le canon d’un fusil, mais cela ne fait pas qu’il soit en ordre avec Dieu. C’est vrai. N’atteignez jamais ce point dont nous allons parler dans quelques minutes.

39 Eh bien, son pasteur s’est rendu lĂ . Il pensait bien qu’elle Ă©tait bien en ordre. Ainsi, notre frĂšre Ă©tait chassĂ© de la maison et s’en est allĂ©. Elle pensait ĂȘtre en ordre, elle a continuĂ©; elle avait une foi intellectuelle, elle a dit: « Je crois que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu. Je L’ai acceptĂ©, il y a des annĂ©es, comme mon Sauveur personnel. » Elle a dit: « Je joue du piano Ă  l’église, j’ai un bon standing dans la sociĂ©tĂ©, et je suis tout aussi bonne que n’importe qui d’autre. »
Et mon frĂšre pasteur, lĂ , lui a demandĂ©: « Qu’en est-il du concubin?»
Elle a rĂ©pondu: « La mĂȘme porte par laquelle vous ĂȘtes entrĂ© est ouverte. » Et il est parti. Et il a dit: « Je veux faire venir frĂšre Branham. »
Elle a dit: « Je ne veux pas le voir. »
Ainsi, il – il est rentrĂ©, c’est tout ce qu’il pouvait faire. Et le frĂšre m’a posĂ© la question, disant: « Qu’en dites-vous, FrĂšre Branham? »
J’ai dit: « Observez-la Ă  la fin, n’oubliez pas de vous tenir Ă  ses cĂŽtĂ©s quand ce sera pour elle le moment de quitter ce monde.»

40 Et elle a survĂ©cu pendant quelques mois, et son cas s’empirait constamment. On l’a finalement hospitalisĂ©e. Et un jour, pendant qu’on se tenait tous autour d’elle et qu’elle s’apprĂȘtait Ă  rencontrer Dieu, tout Ă  coup lorsque son intellect a commencĂ© Ă  dĂ©faillir ici Ă  l’intĂ©rieur
 Souvenez-vous que votre esprit est contrĂŽlĂ© par votre cerveau, vos nerfs et votre sang. Et lorsque ces Ă©lĂ©ments humains cessent de fonctionner, ce cerveau ici, l’intellect, commence Ă  dĂ©faillir. Et lorsque cela a commencĂ© Ă  dĂ©faillir, elle a rĂ©alisĂ© que cette Ăąme qui avait pĂ©chĂ©, qui avait doutĂ© de la Parole et qu’elle avait nĂ©gligĂ©e, avait commencĂ© Ă  la rattraper. Et lorsqu’elle a vu cela venir, elle s’est Ă©criĂ©e: « Oh! je suis perdue. » Et le pasteur a dit: « Tiens, tiens. Tu es hors de tes sens. » Elle a dit: « Ne me parlez pas, vous ĂȘtes perdu. » Elle a dit: « Je suis perdue. »

41 On est allĂ© chercher le mĂ©decin, ce dernier a dit: « Elle est hors de ses sens; donnez-lui une injection hypodermique. » On lui a donnĂ© une injection hypodermique, elle a continuĂ© Ă  crier, disant: « Je suis perdue. Je suis perdue. Je vais en enfer. Et ils ont dit: « Donne-lui une autre. » Et ils ont continuĂ© Ă  lui donner des injections hypodermiques, jusqu’à ce que son souffle s’est finalement Ă©teint. Elle criait: « Je suis perdue. Je suis perdue. L’injection hypodermique a arrĂȘtĂ© cette confession de ces lĂšvres, pendant que l’intellect Ă©tait en train de dĂ©faillir, mais cette Ăąme qui avait pĂ©chĂ© devant Dieu, elle devra vivre avec cela Ă  travers tous les Ăąges Ă  venir.

42 Ne soyez pas ballottĂ©s Ă  tout vent de doctrine, croyez la Parole de Dieu. Soyez stable. Soyez Ă©tabli. « Comment y parvenez-vous, FrĂšre Branham? » Je m’en vais vous le dire. Il y a beaucoup
 Souvenez-vous que dans l’Ancien Testament, dans le parvis extĂ©rieur, la manne tombait au sol. Et, en fait, Dieu avait dit Ă  MoĂŻse de prendre un vase en or, d’y mettre de la manne plein un omer et de le dĂ©poser derriĂšre le lieu saint Ă  cĂŽtĂ© de l’arche. Elle restait fraĂźche continuellement d’annĂ©e en annĂ©e.
Mais celle qui tombait au sol flĂ©trissait. Les gens allaient en ramasser et ils en mangeaient. Mais ils ont trouvĂ© qu’avant la fin de la journĂ©e, plusieurs parmi eux Ă©taient fatiguĂ©s. Plusieurs parmi eux avaient encore faim, en effet, la manne ne durait que peu de temps.

43 Et combien de fois je vois que – que les gens maintenant, en ces jours
 De quoi cette manne est-elle le type? Maintenant, je vais vous Ă©corcher un tout petit peu, et je pense que vous m’aimez malgrĂ© tout. Mais j’essaie simplement de vous apporter quelque chose, j’espĂšre que vous le comprenez.
Remarquez, cette manne Ă©tait le type du Saint-Esprit, Dieu a pourvu, pour le voyage, Ă  la manne qui est descendue du ciel avec Christ, Christ qui est descendu du ciel, et qui est mort pour donner la vie au monde. Et le – le miel, de petits rayons de miel, c’est ce que c’était. Ça descendait du ciel, ils le ramassaient et en faisaient du pain. Mais le pain ne durait que peu de temps.
Et aprÚs un certain temps pendant la journée, quand le soleil apparaissait, elle se corrompait. Mais celle qui était dans le lieu trÚs saint ne se corrompait pas. Elle restait saine tout le temps.

44 Souvenez-vous, beaucoup de gens aujourd’hui professent avoir le baptĂȘme du Saint-Esprit, certainement qu’ils l’ont
 Mais ça dĂ©pend de votre position, de lĂ  oĂč vous vous tenez. C’est ce qui est Ă  la base des crampes liĂ©es au repas, que vous Ă©prouvez. C’est vrai. Beaucoup de gens, vous les trouvez
 Un homme qui est ici, justifiĂ©, entre et croit au Seigneur. Certainement. Il n’y a que le Saint-Esprit qui peut produire la conviction, aucun homme ne peut le faire. La justification est une oeuvre du Saint-Esprit. Mais cela dĂ©pend de l’endroit oĂč vous mangez, de lĂ  oĂč vous vous approvisionnez.
Les gens aujourd’hui, mĂȘme les gens rĂ©gĂ©nĂ©rĂ©s, plusieurs fois, vont vers Dieu, ils aiment Dieu, ils adorent Dieu, ils vont au service et ils se rĂ©jouissent du service. Et quand ils quittent le service, le lendemain matin, ils sont tout aussi maigres qu’ils l’étaient lorsqu’ils Ă©taient entrĂ©s ce soir-lĂ .

45 Plusieurs ont des expĂ©riences de la guĂ©rison divine, ils viennent et observent le Saint-Esprit se mouvoir et accomplir des signes et des prodiges. Et ils s’assoient et s’étonnent de cela, et ils mangent les bonnes choses de Dieu. Et le lendemain matin, lorsqu’ils se trouvent devant un certain responsable ou une autre personne, ils renient l’existence mĂȘme de ces choses. Et ils ont peur d’en tĂ©moigner, parce que c’est lĂ  qu’ils vivent, c’est lĂ  qu’ils mangent leur manne.

46 Eh bien, la Bible dit qu’Il nous donnerait un coeur nouveau, et qu’Il nous donnerait un esprit nouveau. Et beaucoup de gens, mĂȘme les PentecĂŽtistes, les gens du Plein Evangile ont Ă©tĂ© sĂ©duits lĂ -dessus. Dieu a dit Ă  plusieurs reprises: « Je vous donnerai un esprit nouveau. » Il ne s’agissait pas de Son Esprit, il s’agit de votre esprit. « Ensuite, Je mettrai Mon Esprit en vous. Je vous donnerai un esprit nouveau et puis, Je mettrai Mon Esprit en vous. Et bien des fois, vous recevez un esprit nouveau et vous pensez que vous avez reçu le Saint-Esprit. Vous mettez foi dans des Ă©motions, et des signes et autres, alors que votre vie ne s’accorde pas avec cela. Eh bien, c’est un peu brutal, mais souvenez-vous, c’est la vĂ©ritĂ©.

47 Tant de gens
 cet esprit, cet esprit nouveau, Dieu a dĂ» vous donner un esprit nouveau pour que vous vous accordiez avec Son Esprit. Eh bien, certaines personnes sont si mĂ©chantes qu’elles ne peuvent mĂȘme pas s’accorder avec elles-mĂȘmes, ne parlons mĂȘme pas de s’accorder avec Dieu s’Il venait. C’est vrai. Elles ont tellement de doute, ainsi que des hauts et des bas. Dieu doit vous donner un esprit nouveau, Il doit vous donner une nouvelle nature, pour que vous puissiez vous accorder avec Son Esprit quand Il viendra. Amen. J’espĂšre que vous le comprenez. Dieu vous donne un esprit nouveau pour vous-mĂȘme, et ensuite, Il met Son Esprit lĂ -dedans (Amen.) pour habiter avec vous et demeurer avec vous.

48 Remarquez, la mĂȘme manne qui se mangeait lĂ -dehors dans le parvis Ă©tait aussi mangĂ©e dans – dans le lieu trĂšs saint. Mais cette manne-lĂ  se corrompait rapidement. Vous avez rencontrĂ© des gens pareils, qui mangeaient lĂ  dehors et qui ont dit: «Eh bien, FrĂšre Branham, j’avais la mĂȘme chose, j’ai fait ceci, et j’ai fait cela juste comme ils l’ont fait; mais j’ai rencontrĂ© cette femme, elle est toujours sur le toit. Il n’y a jamais de tristesse dans son esprit. Lorsque je rencontre cet homme-lĂ , oĂč qu’il soit, il a un grand sourire sur son visage et il dit: ‘LouĂ© soit le Seigneur’, comment vous sentez-vous? ‘A merveille.’ Et chaque fois qu’il tombe malade, le pasteur vient prier pour lui, frĂšre, il sort et s’en va le jour suivant, il est simplement formidable. Je ne peux vraiment pas retenir ma bĂ©nĂ©diction de toute façon.»
Ça dĂ©pend de l’endroit oĂč vous demeurez. Ça dĂ©pend de lĂ  oĂč vous ĂȘtes. Oh! je – je veux que vous suiviez ceci attentivement. Souvenez-vous, c’est un
 Bien des fois, sur le terrain de Camping, ces bĂ©nĂ©dictions s’échappent. Vous mangez la manne, la vraie manne, mais vous n’avez pas encore consacrĂ© votre vie, et vous n’ĂȘtes jamais entrĂ© dans un lieu comme lĂ  oĂč entrait Aaron, derriĂšre le lieu trĂšs saint. Une fois arrivĂ© lĂ , il ne pouvait plus rien entendre du monde.

49 Et ce dont les hommes et les femmes ont besoin aujourd’hui, aprĂšs que vous ĂȘtes introduit dans le Royaume de Dieu, c’est d’une vie cachĂ©e. Les hommes et les femmes qui s’uniront Ă  Christ et derriĂšre lesquels les rideaux tombent et vous ĂȘtes
 Vous ne vous souciez pas de ce que dit le monde. Vous ne vous souciez pas de ce que disent les gens. Vous vivez lĂ  Ă  l’intĂ©rieur avec Christ, lĂ  oĂč se trouve la manne; chaque jour vous mangez de la manne dans un vase en or, nuit et jour, tout le temps, vivant sur la montagne, sous un ciel serein. Lorsque qu’Aaron entrait lĂ -bas, les rideaux tombaient derriĂšre lui; il se retrouvait enfermĂ© dans un lieu oĂč il Ă©tait seul avec Dieu. AllĂ©luia! C’est dans cet endroit-lĂ  que chaque homme ou chaque femme nĂ©e de nouveau devrait demeurer aujourd’hui, dans la PrĂ©sence de Dieu, coupĂ© de tout contact avec le reste du monde environnant. AllĂ©luia.

50 C’est ce dont l’église a besoin aujourd’hui, d’une vie cachĂ©e, consacrĂ©e. Vous ne pouvez pas traĂźner avec le monde, l’imiter et agir comme lui, et ĂȘtre cachĂ©s avec Christ, parce que vous essayez de prendre le monde comme modĂšle. Vous essayez de vivre comme l’église Ă  cĂŽtĂ©. Vous cherchez Ă  devenir membre d’une meilleure organisation, Ă  porter de meilleurs vĂȘtements, Ă  faire telle ou telle autre chose. Ça, ce n’est pas se conformer au christianisme. Le christianisme, c’est une vie de sacrifice, une vie cachĂ©e avec Dieu par Christ, scellĂ©e par le Saint-Esprit. Amen.
C’est en cela que consiste la vĂ©ritable vie chrĂ©tienne, non pas combien vous pouvez bien faire ceci, ni combien vous pouvez bien chanter (ça, c’est trĂšs bien), combien vous pouvez bien prĂȘcher, ça c’est bien. Mais ce n’est pas ce dont il s’agit. Il s’agit d’une vie cachĂ©e, consacrĂ©e, le voile, le rideau est tombĂ© autour de vous, et vous ĂȘtes mort et enseveli, et vous ĂȘtes cachĂ© en Dieu par Christ et scellĂ© Ă  l’intĂ©rieur par le Saint-Esprit. Amen.

51 Le diable ne peut pas vous atteindre. Il ne le peut pas; il doit passer par le mĂȘme processus que vous. S’il le faisait, il serait votre frĂšre. Ainsi, il ne peut pas vous atteindre. Amen. Il ne peut pas passer par lĂ . Mais vous direz: « Oh! FrĂšre Branham, j’ai reçu le Saint-Esprit. » Oui, vous
 « Je me nourrit de bonnes choses de Dieu. » Oui, mais vous ĂȘtes dans le parvis, lĂ  de l’autre cĂŽtĂ©. C’est la raison pour laquelle ça ne tient pas longtemps. C’est la raison pour laquelle cette annĂ©e vous allez trĂšs bien, et l’annĂ©e suivante, vous retournez dans le monde. Et ce – ce rĂ©veil
 Vous ĂȘtes bien pendant que le rĂ©veil est en cours. Une fois le rĂ©veil terminĂ©, alors vous partez ailleurs et vous cĂŽtoyer le monde. Vous direz: « Oh! j’ai reçu le Saint-Esprit, j’ai parlĂ© en langues, j’ai criĂ©. »
Tout cela, c’est trĂšs bien. Je n’ai rien Ă  dire lĂ -dessus. Mais pourquoi cela ne tient-il pas bon? C’est cela. C’est ce que le monde cherche. C’est ce que disent les gens. Si vous professez cette trĂšs haute vocation cĂ©leste, alors pourquoi vivez-vous de la sorte?

52 Vous savez, la meilleure chose, c’est vivre un sermon au lieu d’en prĂȘcher un, vous le savez. Vous ĂȘtes des Ă©pĂźtres Ă©crites. Vous ne pouvez pas y parvenir par vous-mĂȘme, vous pouvez imiter cela pendant quelque temps, mais vos pĂ©chĂ©s vous suivront. Vous feriez mieux de vous consacrer Ă  Dieu et d’entrer Ă  l’intĂ©rieur, de fermer les portes derriĂšre vous et de brĂ»ler chaque barriĂšre qui se trouve derriĂšre vous, et chaque pont, et de vous avancer. Amen. Je sais que c’est la vĂ©ritĂ©; je sais que ça marchera. S’il n’en Ă©tait pas ainsi, je ne sais pas ce qu’il adviendrait de moi. C’est vrai.
Mais il
 à ce moment-là, vous ne regardez pas les gens, c’est Christ que vous regardez.

53 Remarquez, c’est lĂ  dans ce mĂȘme endroit, qu’on a amenĂ© la verge d’Aaron. Et ils l’ont placĂ©e lĂ  une nuit. Et pensez-y. Cette mĂȘme verge, qu’a-t-elle fait? Elle a bourgeonnĂ©; elle a fleuri et elle a produit des amendes la mĂȘme nuit. Qu’était-ce? C’était certainement un amandier, un bĂąton ou une verge, qui provenait certainement d’un amandier.
Et il y a beaucoup d’amandiers, de bĂątons, ici mĂȘme Ă  Minneapolis, ce soir. Mais l’unique chose, c’est que vous ĂȘtes
 aussi longtemps que vous ĂȘtes en dehors de cette vie cachĂ©e, vous n’arriverez jamais Ă  vous rafraĂźchir et a porter les fruits que Dieu vous a destinĂ©s Ă  produire, avant que vous entriez dans la PrĂ©sence de Dieu.

54 ConsidĂ©rez cela, le bourgeonnement. La premiĂšre chose que nous dĂ©couvrons
 Qu’est-ce qui fait bourgeonner les arbres? C’est le rafraĂźchissement. Qu’est-ce qui produit le rafraĂźchissement? TrĂšs tĂŽt le matin, vous sortez tĂŽt le matin et vous dĂ©couvrez qu’aprĂšs la nuit tout devient tranquille, et alors la rosĂ©e tombe, et elle apporte un – un rafraĂźchissement.
Le problĂšme en est qu’aujourd’hui les gens n’ont pas le temps de venir devant Dieu et de se tenir tranquilles. Ils ont tant de choses Ă  faire, ils sont membres de ceci, il leur faut faire cela, il leur faut avoir telle chose; ils doivent se rendre Ă  tel endroit. Vous – vous n’avez pas de temps. Les dĂ©mons vous ont simplement pris tout votre temps. Vous n’avez pas le temps de vous tenir tranquille devant Dieu, de vous tenir calme.
Souvenez-vous, aprĂšs tout
 Vous ĂȘtes une nature, et aprĂšs que toute la nature est devenue calme et tranquille, alors la rosĂ©e se met Ă  tomber, elle rafraĂźchit et apporte la vie. Et vous ĂȘtes vous-mĂȘme une nature. Et lorsque vous vous tenez calme et tranquille devant Dieu, alors la rosĂ©e du ciel se met Ă  tomber et commence Ă  vous rafraĂźchir.

55 Etes-vous dĂ©jĂ  sorti un matin, aprĂšs que la nuit est passĂ©e, tĂŽt le matin? Les fleurs s’épanouissent aussi pour donner du parfum. Etes-vous dĂ©jĂ  allĂ© de bon matin, dans le
 pour sentir le parfum? Vous dĂ©couvrez que tĂŽt le matin, lorsque vous sortez, la rosĂ©e est descendue, les arbres bourgeonnent, les fleurs poussent, et le parfum est
 Longez la route et sentez l’odeur des chĂšvrefeuilles, dans un champ de rosiers tĂŽt le matin. C’est pourquoi, c’était calme, la nature Ă©tait calme pendant la nuit. Elle Ă©tait calme et Dieu l’a arrosĂ©e d’un rafraĂźchissement.
C’est ce qu’il nous faut faire, nous Ă©loigner et nous tenir tranquille devant Dieu, afin qu’Il puisse nous arroser du rafraĂźchissement du ciel. Amen. Tenez-vous seul; fermez les portes, tirez-les et dites: « Maintenant, Seigneur, me voici dans Ta PrĂ©sence. »

56 Remarquez aussi, aprĂšs que la nature a Ă©tĂ© rafraĂźchie, et qu’elle a portĂ© du fruit, ces fleurs ont aussi portĂ© du fruit. Il y a bien des gens qui sont des chrĂ©tiens depuis des annĂ©es, mais qui n’ont jamais gagnĂ© une autre Ăąme pour Christ. Ils n’ont jamais donnĂ© un tĂ©moignage public de leur salut dans l’église ou devant les gens, ou dans les rues; ils n’ont jamais tĂ©moignĂ© Ă  un pĂ©cheur, une femme ou un homme au travail ou ailleurs. Ils ne peuvent pas porter de fruit, pourquoi? Ils ne peuvent pas se tenir tranquilles assez longtemps. Vous avez tant de choses Ă  faire.

57 Il n’y a pas longtemps, je parlais Ă  votre voi
 un homme ici dans l’Etat voisin. Il a dit: « Eh bien, a-t-il dit, pasteur Branham, j’aimerais vous dire quelque chose. » Il a dit: « Nous, mes parents se sont Ă©tablis ici il y a des annĂ©es, a-t-il dit, nous sommes tous des Ă©leveurs des porcs. » Il a dit: « Je
 Mon grand-pĂšre a Ă©levĂ© ce troupeau de porcs, et il a fait Ă©tudier mon pĂšre. Et ensuite, quand mon pĂšre est mort, il
 nous avons hĂ©ritĂ© de cela, et je suis – j’ai des porcs, et je fais Ă©tudier mes enfants
 » Et ainsi de suite. Tout ce que j’entendais, ce n’était que porcs, porcs

Et j’ai dit: « C’est bien, monsieur
 » J’ai dit: « J’apprĂ©cie
 »
Il a dit: « Nous payons toutes nos factures grĂące Ă  ces porcs. » Nous continuons simplement Ă  Ă©lever davantage de porcs et Ă  les vendre, et nous continuons Ă  les Ă©lever, en gardant les plus jeunes
 »
J’ai dit: « C’est bien, mais vous ĂȘtes-vous dĂ©jĂ  arrĂȘtĂ© pour rĂ©flĂ©chir sur le fait que Dieu vous a placĂ© ici pour quelque chose d’autre, outre l’élevage des porcs? Quoique cela soit lĂ©gitime au possible, Dieu vous a placĂ© ici pour ĂȘtre des fils et des filles de Dieu, pas simplement pour Ă©lever des porcs. »

58 Dieu ne vous a pas placĂ© ici pour travailler seulement dans une usine; Il vous a placĂ© ici comme une Ă©pĂźtre Ă©crite, lue de tous les hommes, pour mener une vie dĂ©cente et honorable, une vie consacrĂ©e et cachĂ©e avec Dieu afin que les hommes sachent que JĂ©sus-Christ vit et rĂšgne encore. Amen! Ça pince un peu, mais c’est bon. Cela aidera votre
 vos systĂšmes digestifs, vous savez, si vous prenez la nourriture convenablement. Amen. Cela vous mettra parfaitement Ă  l’endroit oĂč – oĂč vous pouvez recevoir la guĂ©rison tant pour l’ñme que pour le corps.

59 Remarquez, il y avait aussi une autre chose, vous devrez examiner ceci pour comprendre. AprĂšs que sa verge
 Elle a fleuri, Dieu a confirmĂ© lĂ  que ce vieux bĂąton sec
 C’était un simple bĂąton qui Ă©tait lĂ  dans le parvis extĂ©rieur et qui gisait lĂ  Ă  cĂŽtĂ© de cette mĂȘme manne. Mais quand on l’a fait entrer lĂ  et qu’elle y est restĂ©e 24 heures, c’était devenu un arbre qui produisait du fruit, portant du fruit aprĂšs qu’on l’a fait sortir de ce lieu saint.
FrĂšres et soeurs, laissez-moi dire ceci au Nom de Christ: Si vous n’avez jamais Ă©tĂ© dans ce lieu lĂ , venez Ă  Lui ce soir. Entrez dans ce lieu-lĂ . Quand vous rentrerez Ă  la maison, fermez la porte, dites Ă  votre mari de ne pas vous dĂ©ranger jusqu’à demain. Restez enfermĂ© lĂ . Dites la mĂȘme chose Ă  votre femme, dites: « Si je ne sors pas d’ici le matin, dites au patron: ‘je ne viendrai pas au service aujourd’hui.’ » Et restez dans la PrĂ©sence de Christ jusqu’à ce que quelque chose se passe dans votre Ăąme. C’est ce qu’il en est. Vous n’aurez plus ces expĂ©riences des hauts et des bas.

60 Pourquoi? LĂ -dehors ils mangeaient de la manne, et ils avaient faim avant dix heures. En effet, elle se fondait, le soleil la faisait fondre et elle disparaissait. Mais cependant, ces gens-ci s’asseyaient
 Aaron s’asseyait lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, dans le lieu saint. Et nous sommes maintenant des sacrificateurs de Dieu. Et il s’asseyait lĂ , il pouvait manger de la manne chaque jour, chaque nuit, toute l’annĂ©e durant, au fil des annĂ©es; et celle-ci n’était pas contaminĂ©e. Et il mangeait cette manne pendant toute la journĂ©e.
Et c’est l’homme ou la femme qui se consacre, qui abandonne les choses du monde et qui donne entiĂšrement sa vie au Seigneur JĂ©sus-Christ, qui se nourrit de cette manne jour et nuit. Que la tempĂȘte s’abatte lĂ -dehors ou que sais-je encore, il est cachĂ© en Christ. Amen. Cela ne lui dit rien. Qu’il y ait la maladie dans la maison, ou des ennuis sur son chemin, cela ne lui dit absolument rien, il est cachĂ© en JĂ©sus-Christ.

61 J’aimerais que vous remarquiez une autre chose au sujet du croyant, la mĂȘme manne. Et remarquez, lĂ -dehors, dans le parvis extĂ©rieur, ils marchaient dans la lumiĂšre, mais leur lumiĂšre, c’était la lumiĂšre du soleil, des Ă©toiles et celle de la lune. Ils Ă©taient dĂ©rangĂ©s pendant les jours nuageux, ils n’avaient pas de lumiĂšre pour marcher. Pendant la nuit, s’il n’y avait pas d’étoiles, il faisait trĂšs sombre; ils n’avaient donc pas de lumiĂšre pour marcher. Alors, lĂ , ils vivaient

Il s’agit des gens qui vivent lĂ -dehors et qui, cependant, aiment le Seigneur. Ce soir, il y a des gens assis ici Ă  m’écouter qui aiment le Seigneur, qui vivent lĂ -dehors dans ces parvis extĂ©rieurs. Oh! ils parlent en langues, ils crient, ils passent de bons moments, et ils se nourrissent de la manne. Mais quelques jours aprĂšs, ils ont des crampes par manque de repas. Vous ne savez pas de quoi il est question. « Je n’arrive simplement pas Ă  tenir, frĂšre Branham, je ne sais pas ce qui cloche. » Eh bien, approchez-vous un peu plus. C’est tout ce qu’il vous faut faire.
Vous direz: « Je regrette de ne pas pouvoir vivre comme frĂšre Peterson », ou quelqu’un d’autre que vous prenez pour modĂšle. « Oh! il est toujours heureux; il est
 peu importe les circonstances, il brille pour Dieu, Ă  tout moment. Je regrette de ne pas pouvoir le faire. » Eh bien, vous le pouvez. Vous ĂȘtes dans le mĂȘme groupe; vous ĂȘtes dans le mĂȘme voyage. Dieu par Sa grĂące vous a sauvĂ© par JĂ©sus-Christ. Mais il vous faut simplement vous approcher un peu de Lui, contemplez-Le.

62 Eh bien, nous voyons qu’il marche dans une certaine lumiĂšre, par un jour pluvieux sa lumiĂšre va certainement s’éteindre. S’il se produit un petit quelque chose par ici, un incident, ou quelque chose, il dira: « Eh bien, peut-ĂȘtre que j’étais en erreur pour commencer. Je vous assure; je pensais que le Christianisme Ă©tait parfait. » Ensuite, il va continuer pendant quelques jours et peut-ĂȘtre qu’il va rĂ©trograder et sortir. Et tout d’un coup, il va passer par lĂ  et quelque chose va le picoter dans le coeur ; il dira: « J’aurais aimĂ© prendre une autre bouchĂ©e de cette manne. » Et il revient encore, en disant: « Eh bien, je vais renouveler mes voeux Ă  Dieu; je vais rentrer Ă  l’église. » C’est ce qui se fait.
Ensuite, vous allez le voir lĂ  avec des hauts et des bas, tantĂŽt dedans, tantĂŽt dehors, des hauts et des bas. Pourquoi? C’est Ă  cause de la lumiĂšre dans laquelle il marche. Pendant les jours pluvieux, il est bloquĂ© dehors. C’est tout.

63 Puis, l’autre homme vient, il vit Ă  l’autel. Il prie nuit et jour, mais sans pourtant progresser. Vous allez le voir Ă  l’autel. Il a aussi une lumiĂšre. Eh bien, il est Ă  l’intĂ©rieur de la – de la tente; eh bien, mais Ă  l’autel. Et Ă  l’autel, ils avaient ces sept lampes, sept chandeliers. Et ils produisent de la lumiĂšre.
Et c’est ce que nous voyons souvent, et vous le savez vous-mĂȘmes, vos lampes fument. C’est vrai. Leurs lumiĂšres sont trĂšs faibles; la graisse se vide de la chandelle, et vous savez, vous passez par ces expĂ©riences. C’est
 n’est-ce pas? Certainement. C’est ce qui vous est aussi arrivĂ© dans le deuxiĂšme endroit.

64 Mais l’homme qui entrait lĂ  Ă  l’intĂ©rieur, celui derriĂšre qui le voile tombait, ne dĂ©pendait plus de la lumiĂšre du soleil, ni de la lumiĂšre des Ă©toiles, ni de la lumiĂšre de la lune, ni de celle de sept chandeliers d’or. Il s’avançait Ă  l’autel et se plaçait sous les ailes entrelacĂ©es des chĂ©rubins; la Gloire de la Shekinah du Seigneur, une douce lumiĂšre Ă©tait lĂ  Ă  l’intĂ©rieur et il vivait. Elle Ă©tait lĂ  tout le temps, nuit et jour. Il marchait dans la LumiĂšre du Dieu vivant. Amen.
Qu’il y ait des nuages, qu’il pleuve, que les tonnerres grondent, qu’une armĂ©e vienne, ça ne lui disait absolument rien, il Ă©tait protĂ©gĂ©, il Ă©tait dans la Gloire de la Shekinah, vivant dans la PrĂ©sence de Dieu. AllĂ©luia! Vous pensez que je suis un saint exaltĂ©, peut-ĂȘtre que je le suis.

65 Laissez-moi vous dire quelque chose, frĂšre, s’il faut ĂȘtre taxĂ© de saint exaltĂ© pour vivre dans la Gloire de la Shekinah, laissez-moi rester avec Dieu dans la gloire de la Shekinah, traitez cela de tout ce que vous voulez. Amen. C’est trĂšs fort pour un baptiste, n’est-ce pas, frĂšre? Mais, c’est la vĂ©ritable prĂ©dication. C’est la vĂ©ritable
 Mais je sais que c’est la vĂ©ritĂ©. Amen. La prĂ©dication n’est pas trĂšs bonne, mais la vĂ©ritĂ© reste la mĂȘme.
Entrez Ă  l’intĂ©rieur; que le monde hurle et fasse des histoires, que le prĂ©dicateur faillisse, que toute autre chose faillisse, que cela ne vous arrĂȘte pas du tout, restez lĂ . Vous vivez Ă  cĂŽtĂ© du vase de manne, vous pouvez manger Ă  tout moment que vous avez faim. Vous n’avez pas Ă  vous inquiĂ©ter pour savoir si ceci ou cela va arriver, vous vivez dans la Gloire de la Shekinah, cette vĂ©ritable et belle LumiĂšre ambre qui Ă©tait suspendue lĂ  sous les ailes entrelacĂ©es des chĂ©rubins, ici. Et il marchait dans cette LumiĂšre; toute la piĂšce Ă©tait Ă©clairĂ©e. Il y avait de la lumiĂšre tout le temps.

66 Et un homme ou une femme qui vit dans le saint des saints avec Dieu, vit dans la grĂące, dans la puissance et dans la rĂ©surrection de Christ nuit et jour, Ă  tout moment. Amen. N’aimeriez-vous pas y vivre? VoilĂ  le lieu; voilĂ  le lieu. C’est lĂ  que vous n’entendez pas le monde extĂ©rieur. Oh! les voiles sont tombĂ©s. Quelqu’un dira: « Tu sais quoi, Madame Dupont a fait ceci, cela. » Vous n’écoutez mĂȘme pas cela. « Tu sais, le pasteur a fait
 »
« Eh bien, je n’entends mĂȘme pas cela. Oh! la la! Ce que le pasteur a fait, ça le regarde. Ce que Mademoiselle Dupont a fait, ça la regarde. Mais ce que moi, je fais, ça ne regarde que Christ et moi. AllĂ©luia! Je vis dans Sa PrĂ©sence bĂ©nie. » Venez, franchissez le voile dĂ©chirĂ©,
Alléluia à Son Nom;
Je suis sanctifiĂ© Ă  l’autel,
Alléluia à Son Nom.
Vous avez déjà entendu ce vieux cantique: Je vis dans la Présence du Roi.

67 Oh! la la! entrez. Entrez dans la PrĂ©sence du Roi; vivez-y nuit et jour. Il ne veut pas que vous soyez errant, que vous soyez ballottĂ©. Vous ĂȘtes satisfait en mangeant de la manne, en venant Ă  l’église et en recevant un peu
 Oh! j’en veux nuit et jour. Vous savez, il pourrait y avoir un temps oĂč j’en aurais certainement besoin immĂ©diatement, ainsi, je vais – j’aimerais rester prĂšs de cela. Amen.
C’est ce que vous pouvez faire, si vous le voulez; c’est Ă  vous si vous le demandez. « Si quelqu’un d’entre vous manque de quelque chose, qu’il le demande Ă  Dieu. » Est-ce vrai? « Dieu veut – ne veut pas qu’aucun pĂ©risse, mais que tous arrivent Ă  la repentance. » Il veut que vous puissiez mener une vie totalement consacrĂ©e.

68 Lorsque ces disciples
 Ça n’a pas fait dix jours aprĂšs qu’Il leur a donnĂ© la bĂ©nĂ©diction et qu’Il leur a dit: « Maintenant, allez guĂ©rir les malades; purifiez les lĂ©preux, ressuscitez les morts, chassez les dĂ©mons; vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement », qu’ils sont partis avec cette nouvelle gloire, passant de trĂšs bons moments, et qu’ils ont essuyĂ© un petit Ă©chec: Il y avait lĂ  un garçon qui souffrait de l’épilepsie, et ils n’ont pas pu le guĂ©rir.
Ainsi, l’homme est venu auprĂšs de JĂ©sus et lui a dit: « Seigneur, je l’ai amenĂ© Ă  Tes disciples. » Quelques jours avant, Il venait de leur donner la puissance; et Il les a envoyĂ©s pour faire cela; voici qu’ils ont Ă©chouĂ©. Il leur a dit: « Oh! Race incrĂ©dule, jusqu’à quand vous supporterai-je? Amenez-le Moi. » Et Il a chassĂ© l’esprit pur – impur du garçon.
Les disciples sont venus et ont demandĂ©: « Pourquoi n’avons-nous pas pu le faire? »
Il leur a rĂ©pondu: « C’est Ă  cause de votre incrĂ©dulitĂ©. »

69 Une nuit, sur la mer, pendant que la petite barque ballottait et qu’ils avaient perdu tout espoir, ils ont pensĂ© qu’ils allaient pĂ©rir. Et ils sont allĂ©s Le rĂ©veiller, en disant: « Ne T’inquiĂštes-Tu pas de ce que nous pĂ©rissons? »
Il a dit: « Oh! vous gens de peu de foi. » Il a posé son pied sur le bastingage et a dit: « Silence! Tais-toi. »
Et les disciples se sont dit: « Qui est cet Homme Ă  qui obĂ©issent mĂȘme les vents et les vagues? »

70 Qu’y a-t-il avec l’église du Dieu vivant aujourd’hui, Ă  qui cette mĂȘme bĂ©nĂ©diction a Ă©tĂ© promise? Qu’y a-t-il avec nous aujourd’hui? En effet, nous n’arrivons pas Ă  nous rĂ©unir assez, Ă  nous rassembler afin d’entrer dans le saint des saints et d’y rester, de nous cacher loin des choses du monde et de mener une vie complĂštement abandonnĂ©e et consacrĂ©e pour le Seigneur JĂ©sus-Christ. Amen. C’est ce qu’il en est, entrer dans la glorieuse LumiĂšre de l’Evangile. Et si vous le faites, vous La recevrez.
Combien ici aimeraient dire: « FrĂšre Branham, j’aimerais mener cette vie» ? Faites voir votre main. Mettez simplement votre
 « J’aimerais mener cette vie »? Que Dieu vous bĂ©nisse.

71 [Espace vide sur la bande – N.D.E.] Y a-t-il ici un pĂ©cheur qui aimerait dire: « Je n’ai jamais acceptĂ© cela, FrĂšre Branham, j’aimerais mĂȘme goutter de cette Manne ce soir. » Faites-moi voir votre main. Quelqu’un aimerait-il dire: « J’aimerais simplement goutter de cette Manne» ? Que Dieu vous bĂ©nisse, madame. Y a-t-il quelqu’un d’autre qui aimerait dire: « J’aimerais vraiment goutter de cette Manne. Je n’ai pas encore Ă©tĂ© sauvĂ©. Mais j’aimerais mener ce genre de vie dont vous ĂȘtes en train de parler. Oh! je suis trĂšs ballottĂ©. J’ai trop de soucis et d’inquiĂ©tudes. Je
 il me semble que je ne sais plus avancer » ?
Dieu veut vous accorder cela. « Que celui qui veut, vienne boire à la fontaine. »

72 Savez-vous pourquoi je demande cela? Savez-vous pourquoi vous avez levĂ© la main? Quelqu’un d’autre aimerait-il lever la main? J’aimerais vous dire quelque chose. Si Dieu vous parle, levez la main. Je vous dirai pourquoi Il vous parle. C’est une remarque que j’aimerais faire.
Un autre pĂ©cheur qui aimerait lever la main, pour dire: « FrĂšre Branham, j’aimerais certainement ĂȘtre lĂ . J’aimerais manger de cette Manne, contempler simplement la bontĂ© du Seigneur. Oh! je sais que je suis membre d’une Ă©glise. Je la frĂ©quente depuis longtemps. Mais pour ce qui est du salut, je ne suis pas sauvĂ©. Je vais simplement
 Je – je ne me trompe pas moi-mĂȘme, je dois vivre selon mes principes. J’ai une petite confession: ‘Oh! j’ai confessĂ© que je crois que JĂ©sus-Christ est le Fils de Dieu, mais je sais que les dĂ©mons disent la mĂȘme chose. »
Les dĂ©mons implorent la misĂ©ricorde, ils rĂ©clament la paix, ils ne rĂ©clament pas le chĂątiment, ils reconnaissent JĂ©sus-Christ, et ils ont mĂȘme confessĂ© devant la foule qu’Il Ă©tait le Fils du Dieu vivant. C’est vrai. Cela ne vous sauve pas, non, non. C’est l’application du Sang de JĂ©sus Ă  votre coeur qui vous sauve. C’est vrai.

73 Y a-t-il quelqu’un d’autre qui aimerait lever la main et dire: « C’est bien moi, FrĂšre Branham, j’aimerais avoir cette vie »?
La seule raison pour laquelle la dame a levĂ© la main, c’est que Dieu Ă©tait en train de traiter avec elle. C’est vrai. C’est
 « Nul ne peut venir Ă  Moi si le PĂšre ne l’attire premiĂšrement. » Est-ce vrai? Vous ne pouvez pas le faire.
Vous savez que nous n’aimons pas dire cela Ă  l’estrade, mais c’est la vĂ©ritĂ© biblique. Il y a des hommes et des femmes dans ce monde, qui, malgrĂ© ce que le Saint-Esprit peut faire, ne vont jamais, jamais, jamais accepter le Seigneur JĂ©sus. Ils sont nĂ©s dans ce but, ce n’est – n’est pas que Dieu le veuille, mais dans Sa prescience, Il le savait d’avance. C’est vrai. C’est ce que dit la Bible; c’était bien connu d’avance.

74 Et imaginez-vous, qu’arriverait-il si votre coeur s’était tellement Ă©loignĂ© de Dieu que vous n’aviez plus mĂȘme le dĂ©sir de faire ce qui est juste ? Alors, vous ĂȘtes dans une mauvaise situation. Voyez, vous pouvez trop attrister Son Esprit et Celui-ci s’en ira, vous n’en aurez plus le dĂ©sir. Dieu continue Ă  vous parler et vous dites: « Eh bien, il me faudrait vraiment le faire. Au prochain rĂ©veil, je mettrai ma vie en ordre; avant de mourir, je la mettrai en ordre. Je – J’ai vraiment l’intention d’ĂȘtre rempli du Saint-Esprit avant de mourir. Je – j’aimerais mener une vie de douceur et de consĂ©cration, une vie cachĂ©e avec Dieu. Et quand Il frappera Ă  la porte de mon coeur, j’aimerais ĂȘtre simplement prĂȘt pour ouvrir mes bras et dire: ‘Oui, Seigneur JĂ©sus’.» Eh bien, pourquoi ne le faites-vous pas maintenant?
Vous savez, peut-ĂȘtre qu’à un autre moment vous ne serez pas en mesure de le faire. J’ai quarante-six ans, et j’ai vu
 Je suis dans le ministĂšre depuis vingt-trois ans, et j’ai vu des scĂšnes terribles, bien des fois, Ă  travers le monde; et j’observe et je vois des gens qui meurent dans toutes sortes d’états. Et j’ai vu des gens qui pensaient ĂȘtre des chrĂ©tiens vraiment authentiques, mais quand arrivait pour eux le moment de mourir 
 Oh! la la! cette camĂ©ra a Ă©tĂ© tournĂ©e, et ils ont vu ces choses apparaĂźtre, ils ont vu qu’ils n’avaient que l’apparence de la piĂ©tĂ© et qu’ils reniaient ce qui en faisait le force et qu’ils s’étaient Ă©loignĂ©s de Dieu. Ils n’avaient pas du tout menĂ© cette vie. Et ils poussent des cris et hurlent. Les injections hypodermiques ne peuvent pas arrĂȘter cela. C’est vrai.

75 Soyez donc sĂ»r, mes amis; ne jouez pas avec ceci; ça, c’est l’Evangile. Voyez? Ne dites pas seulement: « Eh bien, je pense que je vais adhĂ©rer Ă  une Ă©glise. » Il y a des milliers de gens qui adhĂšrent Ă  des Ă©glises qui n’iront jamais au ciel. Il y a un bon bout de temps, j’ai prĂȘchĂ© ici sur les dĂ©ceptions lors du jugement. J’ai dit que le contrebandier de boissons alcooliques, le joueur Ă  l’argent, et la – et la prostituĂ©e et autres, ne seront pas surpris; ils savent ce qui les attend. Mais celui qui sera surpris, c’est ce gars qui pense ĂȘtre dans le vrai alors qu’il ne l’est pas. Quand vous verrez que votre nom n’est pas dans le Livre; c’est Ă  ce moment-lĂ  que ça sera dur, quand vous vous considĂ©rez comme chrĂ©tien alors que vous ne l’ĂȘtes pas. « Telle voie paraĂźt droite
 » Vous croyez intellectuellement que vous ĂȘtes dans le vrai. Vous aviez fait des choses que vous pensiez ĂȘtre correctes; vous ĂȘtes bon; vous ĂȘtes gentil. Naaman Ă©tait le mĂȘme type de personne. Il y a beaucoup d’autres Ecritures auxquelles nous pouvons nous rĂ©fĂ©rer maintenant. C’est

Ce n’est pas ce que j’essaie de vous dire, mes amis, l’église d’aujourd’hui: « PlutĂŽt que de se vautrer lĂ  dans – dans la justification et de rester lĂ  Ă  l’autel, les gens devraient ĂȘtre ici Ă  l’intĂ©rieur, consacrĂ©s. Le temps de miracles est proche. Le temps de guĂ©risons, le temps des choses glorieuses est proche. Mais oĂč est l’église pour recevoir cela? Voyez-vous ce que je veux dire? Nous – nous jouons avec cela. Nous altĂ©rons cela. Et nous sommes simplement en train de tournoyer tout autour, sans jamais y entrer directement.

76 Oh! frĂšre, la foi vĂ©ritable et prĂ©dominante y entre directement et prend sa place. C’est vrai. Et si votre coeur n’est pas tendre devant Dieu, et s’il n’y a pas dans votre coeur quelque chose qui vous satisfait jour et nuit, peu importe ce qui se passe, comme l’a dit Paul: « Je suis maintenant prĂȘt Ă  ĂȘtre offert. J’ai combattu le bon combat; j’ai achevĂ© la course; j’ai gardĂ© la foi. Et la couronne de justice m’est rĂ©servĂ©e, le Seigneur, le juste Juge, me la donnera dans ce jour-lĂ , et non seulement Ă  moi, mais Ă  tous ceux qui aiment Son avĂšnement. » [« Son apparition » selon la version du roi Jacques, version anglaise – N.D.T.] Y avez-vous dĂ©jĂ  pensĂ© : « Aimer Son avĂšnement? »
Le monde est mort et vain pour vous, au point que vous ne pouvez Ă©prouver aucun plaisir ici-bas si ce n’est celui de gagner les Ăąmes pour Christ, c’est tout ce qui peut vous faire plaisir. Connaissez-vous l’Ange qui devait marquer, qu’on avait envoyĂ© pour sceller du Saint-Esprit? « Il n’a scellĂ© que ceux qui soupiraient et gĂ©missaient Ă  cause des abominations qui se commettaient dans la ville », EzĂ©chiel 9. Avez-vous dĂ©jĂ  lu cela? Non pas ceux qui poussaient des cris et qui dansaient. Ceux qui soupiraient et qui gĂ©missaient Ă  cause des abominations qui se commettaient dans la ville, Ă©taient les seuls Ă  ĂȘtre scellĂ©s. »

77 J’aimerais vous poser une question: « Combien de membres de votre famille, combien de membres de votre Ă©glise ce soir, si cet Ange passait, Il trouverait si consacrĂ©s Ă  Dieu qu’ils auraient sur le coeur le poids des Ăąmes perdues, jour et nuit, gĂ©missant et soupirant Ă  cause des abominations qui se commettent ici Ă  Minneapolis? Combien scellerait-Il ce soir? Pensez-y juste un instant. Voyez? C’est trĂšs capital d’y penser. Et n’oubliez pas, c’est la Parole du Seigneur.
Et cela est sur mon coeur, puisque je me suis rendu Ă  divers endroits Ă  travers le monde et j’ai vu des gens; quand l’onction vient avec le discernement
. Ça se dĂ©verse sur moi maintenant mĂȘme. Je ne suis pas un fanatique. C’est vrai. Non, que Dieu m’en garde. Et jamais je n’utilise un petit don comme cela pour essayer de l’exercer de n’importe quelle façon, si ce n’est pour la gloire de Dieu, et je sais de quoi je parle ; je sais oĂč je me tiens ce soir, dans la PrĂ©sence de Dieu, j’en suis conscient. J’ai vu des gens qui allaient çà et lĂ , ballottĂ©s, pensant qu’ils Ă©taient dans le vrai. Et en voyant l’église dans cette condition oĂč elle agit sur base des Ă©motions, et peut-ĂȘtre dans une condition autre, une Ă©glise instruite, qui se dit simplement: «Eh bien, nous avons la Parole. »  «La lettre tue; c’est l’Esprit qui vivifie. » Peu importe combien vous pouvez ĂȘtre droit et orthodoxe, si vous n’avez jamais Ă©tĂ© dans cette PrĂ©sence, pour rafraĂźchir votre Ăąme devant Dieu, vous ne connaissez pas ce qu’est la vĂ©ritable victoire. C’est vrai.

78 Mon frĂšre, ma soeur, ne laissez pas cela vous surprendre dans cet Ă©tat. Ne laissez pas cela vous surprendre comme cela. Sinon, vous savez ce que vous aurez comme rĂ©tribution. Ainsi, ce soir, pendant que nous sommes ensemble, pendant que nous sommes dans Sa PrĂ©sence, levons-nous maintenant et offrons une priĂšre Ă  Dieu. La soeur qui a levĂ© la main par lĂ , pour montrer qu’elle est une pĂ©cheresse et qu’elle voudrait qu’on se souvienne d’elle dans la priĂšre ; soeur, voudriez-vous vous lever avec les autres par lĂ ? Et je prie Dieu de vous pardonner tout pĂ©chĂ©. Inclinez simplement la tĂȘte par lĂ  et demandez Ă  Dieu de vous pardonner, Il vous fera directement entrer dans Son Royaume ce soir, Il pardonnera
 Ecoute ça, soeur : personne, personne ne peut venir Ă  Dieu s’Il ne l’a premiĂšrement appelĂ©. JĂ©sus a dit: « Nul ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’appelle premiĂšrement. Et tous ceux qui viendront Ă  Moi, Je ne les mettrai point dehors; Je leur donnerai la Vie Ă©ternelle. Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit en Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Eternelle, (Ce n’est pas en avoir la connaissance, c’est croire cela du fond de votre coeur.) – a la Vie Ă©ternelle, et ne viendra point en jugement, mais il est passĂ© de la mort Ă  la vie. » En effet, c’est ce que Dieu vous a promis.

79 Vous autres par ici qui aimeriez consacrer vos vies Ă  Dieu ce soir, prions, nous tous, offrons simplement cette priĂšre, en silence, pendant que moi, je prie Ă  haute voix. J’aimerais que vous offriez cette priĂšre. Ô Dieu, mon
 Si la pianiste peut venir et
?... Donne-nous un accord: « Ma foi regarde Ă  Toi, » s’il vous plaĂźt, soeur. Combien connaissent ce cantique? Chantons-le d’abord avant de prier. Ma foi regarde Ă  Toi,
Toi Agneau du Calvaire,
Sauveur divin,
Maintenant, Ă©coute-moi pendant que je prie,
Ôte toute ma culpabilitĂ©,
Et laisse-moi dĂšs ce jour,
Etre Ă  Toi.
Voudriez-vous le chanter avec moi? Tous ensemble maintenant, avec nos mains levées. Ma foi regarde à Toi,
Toi Agneau du Calvaire,
Sauveur divin,
Maintenant, Ă©coute-moi pendant que je prie,
Ôte toute ma culpabilitĂ©
Oh! laisse-moi dĂšs ce jour,
Etre à Toi
?...

80 Bon, pendant qu’elle continue Ă  jouer le couplet suivant, j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi. Tendez la main droite Ă  la personne qui est debout Ă  cĂŽtĂ© de vous, prenez sa main et dites-lui: « FrĂšre, soeur, priez pour moi maintenant, afin que Dieu m’accepte maintenant mĂȘme; et moi aussi, je vais prier pour vous. » Dites simplement cela Ă  votre voisin, qui est debout Ă  cĂŽtĂ© de vous: « FrĂšre, soeur, priez pour moi afin que Dieu me fasse directement entrer dans la Gloire de la Shekinah maintenant mĂȘme. » Que Dieu vous bĂ©nisse. Soyez vraiment sĂ©rieux du fond de votre coeur. « Priez pour moi; voici ma main, frĂšre, priez pour moi. J’aimerais entrer dans la Gloire de la Shekinah. »
Nous tiendrons des services de guĂ©rison dans quelques soirĂ©es, et quand nous les aurons, nous aimerions que ces choses – que tout le monde, que vous soyez donc dans la Gloire, la Gloire de la Shekinah. Fais-moi entrer maintenant mĂȘme
?...

81 Ô PĂšre cĂ©leste, nous nous tenons la main les uns des autres ce soir. Prends notre coeur, Seigneur, et fais-en un nouveau. Brise la partie qui est en pierre, Seigneur, retire-nous du parvis extĂ©rieur, Seigneur, et Ă©lĂšve-nous auprĂšs de Toi, Ă©lĂšve-nous un peu plus haut, fais-nous entrer dans Ta PrĂ©sence, Seigneur, lĂ  oĂč la Gloire de la Shekinah brillera autour de nous, et nous marcherons dans cette LumiĂšre. Accorde-le, PĂšre cĂ©leste, c’est notre requĂȘte, c’est notre priĂšre l’un pour l’autre, que Ton Esprit se meuve sur nous et accorde-nous ces choses, ĂŽ Eternel Dieu, Auteur de la Vie, accorde-le au Nom de JĂ©sus.

82 Que tous ceux qui sont ici, PĂšre, reçoivent Christ comme leur Conducteur personnel, pour les conduire. Ils mangent de la manne. Mais, PĂšre, nous Te prions de les faire entrer lĂ  oĂč cette expĂ©rience ne va plus jamais les quitter. Puisse cette Gloire qui se dĂ©verse maintenant sur cette salle, demeurer dans chaque coeur, littĂ©ralement, jusqu’à ce que la mort nous libĂšre et nous introduise dans cet Ă©tat glorieux, dans Sa PrĂ©sence. Accorde-le, Seigneur. Puisse maintenant Ton Esprit demeurer littĂ©ralement dans chaque coeur pour la gloire de Dieu.
J’aime ça. Nous marcherons dans la Lumiùre.
Nous marcherons dans la lumiĂšre, merveilleuse lumiĂšre,
Qui vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de grĂące sont brillantes;
Brille autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.
Tous ensemble maintenant, avec vos mains levées. Nous marcherons dans la lumiÚre, (Quelle LumiÚre? la Shekinah.) merveilleuse lumiÚre,
Qui vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de grĂące sont brillantes;
Brille autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde.
Combien sentent dans leur Ăąme qu’ils vivent maintenant dans Sa PrĂ©sence? Dites: « Amen. » Dites-le encore: « Amen. » Alors, chantons cela encore une fois. Nous marcherons dans la lumiĂšre, merveilleuse lumiĂšre,
Qui vient lĂ  oĂč les gouttes de la rosĂ©e de grĂące sont brillantes ;
Brille autour de nous le jour et la nuit,
JĂ©sus, la LumiĂšre du monde. Amen. Oh ! combien


EN HAUT