ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication HĂąte-toi de te sauver lĂ  de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 58-0202 La durĂ©e est de: 1 hour and 1 minute .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

HĂąte-toi de te sauver lĂ 

1 Merci. Inclinons la tĂȘte maintenant pendant que nous parlons Ă  Celui que nous sommes venus adorer.

2 Adorable Seigneur, ceci est un jour glorieux pour nous, c’est le Seigneur qui l’a fait. Nous nous rejouirons. Nous Te remercions pour Sa grĂące qui a Ă©tĂ© rĂ©pandue dans nos coeurs par le Saint-Esprit. Et maintenant, nous sommes devenus des citoyens du Royaume de Dieu. Ce que nous serons Ă  la fin n’est pas encore manifestĂ©, mais nous savons que nous aurons un corps semblable Ă  Son propre Corps glorieux, car nous Le verrons tel qu’Il est. Puisse cela ĂȘtre le soutien de nos coeurs et de notre pensĂ©e cet aprĂšs-midi pendant que nous mĂ©ditons sur Ta Parole. BĂ©nis chaque coeur. BĂ©nis chaque croyant ici prĂ©sent et prĂ©pare-nous, ĂŽ Seigneur, pour Sa Venue. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.

3 Vous pouvez vous asseoir. Ce beau soleil lĂ  dehors, c’est vraiment dommage que nous n’ayons pas pu l’avoir toute cette semaine. Mais Il sait exactement quoi nous donner. Il connaĂźt exactement ce qui est mieux pour nous. Et c’est ce qu’il y a de bien avec notre Seigneur adorable, Il connaĂźt ce dont nous avons besoin avant mĂȘme que nous le Lui demandions.

4 Ainsi, cette semaine a reprĂ©sentĂ© beaucoup de choses pour moi. Je
 J’ai un merveilleux souvenir de cette semaine: il s’agit de la visitation du Saint-Esprit l’autre soir. Je n’arrive toujours pas Ă  oublier cela. Oh! c’était une grande expĂ©rience. Et cela est seulement arrivĂ© une fois dans ma vie. FrĂšre Wood ici prĂ©sent et moi, ainsi que son frĂšre, nous Ă©tions lĂ  Ă  la pĂȘche, Ă  la riviĂšre. Beaucoup d’entre vous en ont appris l’histoire, je suis sĂ»r. Et cela–et cela est venu une fois de plus comme cela.

5 Le jour prĂ©cĂ©dent
 Vous voyez mon ami, monsieur Wood ici prĂ©sent, il Ă©tait un tĂ©moin de JĂ©hovah. Et vous, les tĂ©moins de JĂ©hovah, Dieu a toujours le Saint-Esprit pour vous ; certainement. Et ainsi, il avait un garçon qui souffrait de la polio. Et il Ă©tait
 Il Ă©tait venu au Texas oĂč l’Ange du Seigneur a Ă©tĂ© photographiĂ©. Et ensuite, il
 Je suis allĂ© outre-mer. Et il est revenu et il Ă©tait assis lĂ  oĂč se tenait la rĂ©union, un endroit aussi long que ce bĂątiment-ci, lorsque le Saint-Esprit l’a appelĂ©, Il a guĂ©ri son garçon. Maintenant, il ne sait mĂȘme plus quelle jambe avait la dĂ©formation. Et il est donc parfaitement guĂ©ri.

6 Et alors monsieur Wood et tous les siens Ă©tant des tĂ©moins de JĂ©hovah
 Son frĂšre est venu. Eh bien, ils l’ont en quelque sorte excommuniĂ© de la famille parce qu’il est un... il a acceptĂ© cette foi. Une fois, son frĂšre est venu le voir, et il est arrivĂ© que le Saint-Esprit l’a pris Ă  l’écart juste lĂ  pendant que j’étais en train de tondre la pelouse Ă  l’extĂ©rieur. Et Il est entrĂ© et lui a rĂ©vĂ©lĂ© ce qui le concernait. Et il est donc allĂ© prendre son pĂšre.

7 Pendant que son pĂšre Ă©tait en route, nous sommes venus lĂ , il a dit : « Allons Ă  la pĂȘche. » Ainsi donc nous
 Pendant que nous Ă©tions en route, le Saint-Esprit est venu et lui a dit exactement ce qui arriverait pendant cette tournĂ©e, trĂšs exactement quels poissons seraient attrapĂ©s, qui les attraperaient, et comment ils seraient. Cela est arrivĂ© trĂšs exactement Ă  la lettre. Et cela Ă©tait trĂšs dĂ©licat. Lorsqu’il parle, sa voix sort d’en bas, de son
 trĂšs profondĂ©ment d’ici.
Et son fils lui a demandĂ©, disant : « Qu’en penses-tu, papa ? »
Il a rĂ©pondu : « Eh bien, si un homme peut voir un poisson avant que ce poisson soit attrapĂ©, je pense que c’est une trĂšs bonne chose. »

8 Et puis, quelques jours aprĂšs cela, Lyle, son frĂšre converti, et moi, nous Ă©tions ensemble. Et ils s’entretenaient ; nous, nous Ă©tions en train de pĂȘcher lĂ  au Lac Kentucky. Et il a dit : « Lyle, tu sais que nous devrions monter pour parler Ă  une certaine vieille femme ? » Elle Ă©tait membre de l’Eglise de Dieu, l’Eglise de Dieu d’Anderson. Je pense qu’elle est appelĂ©e la PremiĂšre Eglise de Dieu. Elle les gardait lorsqu’ils Ă©taient de petits enfants et elle les aimait. C’étaient de petits garçons tĂ©moins de JĂ©hovah, mais
 « Et nous devrions aller le lui dire, ont-ils dit, lui dire que nous sommes sauvĂ©s. »

9 Eh bien, comme il a dit cela, le Saint-Esprit est venu. Et je me suis levĂ© dans le bateau oĂč nous Ă©tions en train de pĂȘcher, et j’ai dit : « AINSI DIT LE SEIGNEUR, il se fera une rĂ©surrection d’un petit animal bientĂŽt et vous verrez cela. » Je me suis dit : « Un petit animal ? D’oĂč est-ce qu’il est venu ? Qu’est-ce que cela pourrait ĂȘtre ? »

10 Le jour suivant, nous Ă©tions encore en train de faire la pĂȘche. Et nous nous sommes arrĂȘtĂ©s dans un petit vallon encaissĂ© pour attraper des poissons lune. Et Lyle, le frĂšre de monsieur Wood ici prĂ©sent, a attrapĂ© un petit poisson lune d’à peu prĂšs cette grandeur, une petite brĂšme [une espĂšce de poisson – N.D.T.], je pense que c’est ainsi que vous les appelez ici. Et la petite crĂ©ature avait profondĂ©ment avalĂ© l’hameçon. Et il l’a donc attrapĂ© comme ceci et l’a tout simplement tirĂ©. En le tirant, il lui a fait sortir l’estomac, les branchies et tout, avec ce gros hameçon, lorsqu’il l’a tirĂ© au dehors. [Et] il l’a jetĂ© dans l’eau. Le petit poisson a frĂ©mi pendant quelques instants, et lui, il a dit quelque chose comme ceci : « Petit ami, c’en est fini de toi. »

11 Le petit poisson Ă©tait donc Ă©tendu lĂ  sur l’eau, et le vent le faisait flotter en le ramenant dans un petit creux. J’étais en train de faire la pĂȘche depuis environ une demi-heure et soudain, lĂ  au fond de ce creux est sorti le bruit d’un grondement comme il y en a eu l’autre soir. Le soleil brillait tout aussi fort que maintenant, et lorsqu’il a frappĂ© lĂ  oĂč j’étais, je me suis levĂ© et j’ai appelĂ© ce petit poisson. Quelque Chose a dit : « Parle Ă  ce poisson mort. »

12 Et j’ai dit : « Petit poisson, JĂ©sus-Christ te rend la vie. » Le petit poisson s’est retournĂ© sur son cĂŽtĂ©, et il est retournĂ© dans l’eau de toutes ses forces. Ainsi, vous voyez la simplicitĂ© de Dieu.

13 Dans Marc 11.24 et 25, nous voyons lĂ  qu’Il a utilisĂ© cette grande puissance de Dieu sur un arbre tout simplement pour donner aux–aux disciples une leçon. Il l’a utilisĂ©e sur un poisson. Beaucoup d’entre vous ont entendu parler de l’opossum et de toutes ces choses. Dieu est trĂšs simple, Il travaille dans la simplicitĂ©, de sorte que cela vous passe par-dessus la tĂȘte avec une grande et haute doxologie quelque part ; et vous manquez Dieu. Cela parce que vous ne regardez pas avec simplicitĂ© pour Le voir. Si seulement vous vous abaissez et considĂ©rez ces choses, Dieu est juste avec vous, Il agit.

14 Et c’était lĂ  la premiĂšre fois que j’avais entendu cela venir. Et puis l’autre soir, pendant que je me tenais juste Ă  cette estrade, lorsque j’ai entendu cela, lorsque je priais
 Et maintenant, j’ai encore un message pour ce soir avant de quitter cette ville.

15 Et j’aimerais dire ceci–ceci. Je crois que dans trĂšs peu de temps, le pas suivant dans mon ministĂšre arrive maintenant mĂȘme, ce sera bien au-delĂ  de ce qu’on a maintenant. Comment
 Y a-t-il ici quelqu’un qui se souvient du commencement de mon ministĂšre lorsque je posais ma main sur les gens ? Vous rappelez-vous cela ? TrĂšs bien. Combien se rappellent que le Seigneur avait promis juste Ă  ce moment-lĂ  que si j’étais sincĂšre, je connaĂźtrais les secrets du coeur des gens ? Combien savent que c’était dit lĂ  Ă  l’époque ? Voyez-vous cela s’accomplir ? Maintenant, il y a quelque chose d’autre qui va bientĂŽt arriver. Cela va arriver donc tout de suite. Et cela sera toujours plus grand, et je pense que ce sera la derniĂšre chose. Il se peut que ce ne soit pas ce
 Tout cela marche quand mĂȘme ensemble.

16 Mais maintenant, cet aprĂšs-midi, j’aimerais attirer votre attention sur un passage des Ecritures. Nous parlerons juste pendant quelques instants, Dieu voulant, sur un–un sujet que j’ai ici et que nous espĂ©rons que le Seigneur bĂ©nira. Et cela se trouve dans Saint Luc, ça nous servira de rĂ©fĂ©rence biblique, Saint Luc chapitre 17, verset 20. [26 – N.D.E.] J’aimerais lire ceci comme pour avoir un contexte.
Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme au jour du Fils de l’homme. Les hommes mangeaient, buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour oĂč NoĂ© entra dans l’arche ; le dĂ©luge vint, et les fit tous pĂ©rir. Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement. Les hommes
 (Maintenant, observez ce qu’ils ont fait.)
 Les hommes mangeaient, buvaient, achetaient, vendaient, plantaient, bĂątissaient ; mais le jour – le mĂȘme jour oĂč Lot sortit de Sodome, une pluie de feu et de souffre tomba – une pluie de feu et de souffre
 et les fit tous pĂ©rir.

17 Maintenant, allons dans la GenĂšse, le
 dans le Livre de la GenĂšse, au
 Je pense que c’est le chapitre 19, verset 22. J’aimerais tirer de lĂ  un sujet. HĂąte-toi de te sauver lĂ  ; car je ne peux rien faire jusqu’à ce que tu y sois entrĂ©. [Darby] Maintenant, puisse le Seigneur y ajouter Ses bĂ©nĂ©dictions pendant que nous prions juste un moment.

18 Maintenant, Seigneur, cela est entre Tes mains, prends ces Paroles qui sont Tiennes et, cet aprĂšs-midi, fais qu’Elles soient la LumiĂšre pour nos yeux et pour nos coeurs, car nous vivons dans un jour glorieux. Et nous Te prions, ĂŽ PĂšre, de Te manifester Ă  nous de façon plus remarquable. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus. Amen.
La Parole de Dieu ne faillit jamais. Eh bien, mon sujet que j’ai choisi cet aprùs-midi, c’est : Hñte-toi de te sauver là..

19 Eh bien, il y a quelques soirĂ©es, j’ai parlĂ© du spoutnik. Et depuis que je vous parle, ça fait trois soirĂ©es, le gouvernement amĂ©ricain, ou plutĂŽt l’armĂ©e [amĂ©ricaine] a lancĂ© un spoutnik qui fait le tour du monde presque toutes les cent ou les deux cents minutes, dĂ©crivant un cercle autour du monde. Et cela indique tout simplement que ce qui a Ă©tĂ© annoncĂ© est plus proche.

20 Eh bien, je crois que s’il y a jamais eu un jour oĂč les hommes et les femmes devraient ouvrir leurs yeux et examiner la Parole de Dieu, c’est bien aujourd’hui. C’est en ce jour, car il se peut qu’il n’y ait pas de lendemain. Et si jamais il y a un jour oĂč l’église devrait revĂȘtir son armure, ça devrait ĂȘtre aujourd’hui. Ne repoussez pas cela Ă  un autre jour. S’il y a entre vous et Dieu quelque chose qui vous empĂȘcherait d’aller dans l’EnlĂšvement, vous feriez mieux de mettre cela en ordre maintenant mĂȘme. Ne quittez pas votre siĂšge. Nous vivons dans l’attente de la Venue imminente de notre Seigneur bĂ©ni. Et nous attendons cette heure-lĂ . JĂ©sus Lui-mĂȘme a dit : « Lorsque vous verrez ces choses commencer Ă  arriver, levez vos tĂȘtes ; votre rĂ©demption est proche. » Des signes dans le ciel, des phĂ©nomĂšnes terribles, les hommes rendant l’ñme de terreur, les mugissements de la mer, des raz-de-marĂ©e, de grandes choses qui arrivent.

21 Et je sais que certaines personnes peuvent se dire dans leur tĂȘte : « FrĂšre Branham, pourquoi ĂȘtes-vous continuellement en train de cogner contre ces choses ? » Cela est sur mon coeur. Et je sais qu’on est censĂ© cogner dessus aujourd’hui.

22 Eh bien, nous parlions de Babylone et de l’Ecriture sur la muraille. Et aujourd’hui, tels que nous sommes ici aujourd’hui, nous pouvons presque sentir les vents chauds du jugement souffler sur nos visages. Le monde est arrivĂ© Ă  sa fin. Il n’y a aucun espoir pour le monde en dehors de la Venue du Seigneur JĂ©sus. C’est l’unique espoir. Vous pouvez placer un Eisenhower dans chaque comtĂ©, et l’AmĂ©rique continuera Ă  se vautrer dans le pĂ©chĂ©.

23 Et je ne m’attends pas Ă  un grand rĂ©veil. La chose est que le rĂ©veil est venu, il est terminĂ© et vous ne l’avez pas su. Il en a toujours Ă©tĂ© ainsi. On attend quelque chose, et Satan a continuĂ© Ă  dire : « Il y aura quelque chose de plus grand par ici, quelque chose de plus grand par ici », et cela est passĂ© juste Ă  cĂŽtĂ© de vous. Jean-Baptiste n’est-il pas venu sur la terre sans que mĂȘme les justes ne le reconnaissent ?
Les disciples n’ont-ils pas demandĂ© : « Quand Elie viendra-t-il ? »
Il leur a rĂ©pondu : « Il est dĂ©jĂ  venu et vous ne l’avez pas su. »

24 Le rĂ©veil est presque terminĂ©. N’attendez plus quelque chose de plus glorieux. Nous avons dĂ©jĂ  eu la chose la plus glorieuse dans le Ciel, le Saint-Esprit qui Se manifeste dans cette gĂ©nĂ©ration. Il n’y a rien d’autre que l’on puisse faire.

25 Toutefois, ces jugements Ă  venir, le monde sent cela. Les journaux
 Et j’ai appris qu’au Pentagone
 Je ne sais pas, mais ils disent qu’ils ne savent que faire. Eh bien, il n’y a qu’un seul Livre qui peut vous diriger concernant ce qu’il faut faire, et c’est la Bible de Dieu. C’est l’unique Chose qui peut vous dire ce qu’il faut faire ; levez la tĂȘte ; redressez-vous. Il n’y a aucun moyen d’échapper.

26 Les hommes ont dĂ©jĂ  dans leurs mains ce qu’il leur faut pour pouvoir dĂ©truire ce monde en une heure, s’ils le veulent. Qu’est-ce qui empĂȘcherait la Russie cet aprĂšs-midi, qu’est-ce qui empĂȘcherait un de ces leaders de prendre une boĂźte de vodka, en boire trop et pousser sur un bouton et faire sauter toute la terre hors de son orbite ? Et cela ne serait pas contraire aux Ecritures, pas du tout. Vous y voilĂ . Voyez, nous sommes au temps de la fin.

27 Et j’aimerais vous rappeler que toutes ces choses que nous avons vues arriver au cours de cette semaine, lorsqu’une rĂ©union comme celle-ci dans un lieu prĂ©parĂ©, et les gens ne manifestent aucun intĂ©rĂȘt, cela indique absolument que la chose est proche. Et de voir un petit groupe qui se rassemble loyalement en plein air, jour aprĂšs jour et nuit aprĂšs nuit, comme vous le faites parce que quelque chose vous presse, il y a quelque chose en vous. Vous qui ĂȘtes remplis de l’Esprit, il y a au-dedans de vous quelque chose qui vous met en garde.

28 Eh bien, un grand thĂ©ologien, qui avait peut-ĂȘtre beaucoup d’instruction pourrait venir dans la ville et il pourrait trĂšs bien et clairement prononcer ses termes, et peut-ĂȘtre que chaque Ă©glise de la ville aimerait collaborer pleinement avec lui. Et ce serait en quelque sorte un honneur que d’aller entendre cet homme qui serait peut-ĂȘtre un excellent orateur. Mais ce n’est pas cela que l’Eglise attend. L’Eglise, le vĂ©ritable croyant, attend la manifestation du Saint-Esprit, quelque chose qui le pousse dans son coeur [Ă  agir]. Les enfants ne savent pas ce que c’est. Mais que Dieu m’aide cet aprĂšs-midi Ă  vous expliquer ce que c’est.

29 Il n’y a pas longtemps, c’était un privilĂšge pour moi que d’aller en Inde, oĂč j’ai Ă©tĂ© conduit par le Seigneur. Et c’était assez frappant ; lorsque je suis arrivĂ© en Inde, ils ont connu un tremblement de terre. Et j’ai une coupure du journal, qui se trouve au bureau des Hommes d’Affaires ChrĂ©tiens ce soir, ou plutĂŽt aujourd’hui; c’est mon–mon bon ami Tommy Nickels qui va publier cela.

30 Et il y a eu une chose Ă©trange qui a commencĂ© Ă  se faire. Environ deux jours avant que ce tremblement de terre secoue cette grande nation, nous avons aussi amenĂ© ici cette coupure du journal Ă  ce sujet ; en fait, il y avait une chose Ă©trange qui Ă©tait arrivĂ©e, tout le bĂ©tail et tous les petits oiseaux qui avaient leurs nids et leurs perchoirs lĂ  dans les–les cheminĂ©es et contre les grands murs en Inde... Ils n’ont pas beaucoup de clĂŽtures; il y a de grands murs en pierres, ils prennent des pierres et construisent des murs avec. Et les petits oiseaux, qui se perchaient lĂ  et qui avaient leurs abris dans ces endroits, s’étaient tous envolĂ©s, et ils Ă©taient allĂ©s dans les bois pour y rester. Les bĂȘtes qui traĂźnaient prĂšs des murs le soir, s’abritant du soleil ardent, sont sorties et se sont tenues lĂ  au milieu des pĂąturages.

31 Qu’était-ce ? Il n’y avait pas une seule chose matĂ©rielle montrant qu’il y aurait un tremblement de terre. Les hommes de science n’ont pas pu dĂ©celer ce tremblement de terre qui Ă©tait imminent. Mais oh! que je puisse dire : « BĂ©ni soit Son Nom. » Le CrĂ©ateur savait que cela arrivait et Il a dĂ©placĂ© de ces murs ces petites crĂ©atures, parce qu’elles se mettaient Ă  mĂȘme le sol et elles auraient Ă©tĂ© tuĂ©es.

32 Et si un petit oiseau, par instinct
 Il n’a pas d’ñme. Et si un petit oiseau, une vache, pouvaient se dĂ©placer de ces murs par instinct pour Ă©viter d’ĂȘtre tuĂ©s, Ă  combien plus forte raison l’église devrait le faire vis-Ă -vis de ce grand Jugement Ă  venir, se retirer de ses vieux endroits qu’elle frĂ©quente, s’il vous faut vous tenir au milieu de la persĂ©cution ; redressez-vous, car la rĂ©demption est proche.

33 Comme Dieu a averti Ses oiseaux, Il avertit aussi Son peuple. Et c’est le jour oĂč beaucoup de gens quittent ces immenses cathĂ©drales et cet Evangile social, ils sortent pour prendre leur position avec les enfants de Dieu. Quand bien mĂȘme on les traite de fanatiques ou peu importe le nom qu’ils veulent leur coller, ils prennent leur position. C’est le Saint-Esprit qui les met en garde. Certainement. Ce jugement imminent
 Oh! combien j’aime Dieu pour avoir fait cela !

34 Dieu hait le pĂ©chĂ©, et le pĂ©chĂ© doit ĂȘtre jugĂ©. Il a Ă©tĂ© dit que si Dieu ne juge pas l’AmĂ©rique trĂšs bientĂŽt Ă  cause de ses pĂ©chĂ©s, Il devra ressusciter Sodome et Gomorrhe et leur demander pardon. Certainement. Et nous moissonnerons ce que nous semons. Et tous ceux qui ont un brin de spiritualitĂ© rĂ©alisent que c’est la vĂ©ritĂ©. Nous sommes Ă  la fin de la route.

35 Et de savoir que vous ĂȘtes en sĂ©curitĂ© en Christ
Il n’y a qu’un seul moyen pour vous de pouvoir y ĂȘtre, c’est parce que Dieu vous a Ă©lu Ă  y ĂȘtre. « Personne ne peut venir Ă  Moi si Mon PĂšre ne l’attire premiĂšrement. » Et tout ce que le PĂšre Lui donne, Il le ressuscitera au dernier jour.

36 Eh bien, JĂ©sus a commencĂ© Ă  parler, disant : « Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera pareillement Ă  la Venue du Fils de l’homme. » Eh bien, remarquez certaines de ces choses qu’Il a dites. Il a dit : « Au temps de NoĂ©, les gens mangeaient, buvaient, ils se mariaient et donnaient leurs enfants en mariage. » Vous savez oĂč il y a plus de cas de divorces au monde ? C’est aux Etats-Unis d’AmĂ©rique. On y trouve le taux le plus Ă©levĂ© de divorces, plus que n’importe oĂč au monde.

37 Remarquez ce que JĂ©sus a dit Ă  propos de ce qui arriva au temps de Lot: « Au temps de Lot, a-t-il dit, les gens mangeaient, se mariaient et donnaient leurs enfants en mariage. » Et ils bĂątissaient, ils plantaient. Avez-vous dĂ©jĂ  vu un temps comme celui-ci pour ce qui est des constructions et des progrĂšs ? ConsidĂ©rez l’homme depuis cent ans, il est le mĂȘme homme qu’il Ă©tait il y a six mille ans. Mais il n’avait pas beaucoup progressĂ© si ce n’est il y a environ cent ans. Il n’y avait jamais eu un si grand progrĂšs jusque rĂ©cemment, et l’unique moyen par lequel les gens pouvaient envoyer un message, c’était par une lettre ou par un coureur. Maintenant, on a le tĂ©lĂ©phone, le tĂ©lĂ©gramme, la tĂ©lĂ©vision. Comme cela va rapidement Ă  travers le monde, en moins de deux minutes, un message peut parcourir la terre, alors que deux cents ans auparavant, le message devait ĂȘtre portĂ© par un coureur.

38 Regardez combien c’est diffĂ©rent. Il y a trois cent cinquante ans, un savant français disait que si un homme pouvait jamais atteindre la vitesse vertigineuse de quarante miles [64 km – N.D.T.] Ă  l’heure, la gravitation l’élĂšverait de la terre. Maintenant, ils filent Ă  mille neuf cents miles [3057,1 km – N.D.T.] Ă  l’heure. Et maintenant, ils ne font que progresser et ils ont un spoutnik qui file Ă  la vitesse de dix-huit mille miles [28.962 km –N.D.T.] par heure, faisant un tour rapide de la terre. Et on y mettra un homme d’ici une annĂ©e. Certainement! Il y a eu un progrĂšs rapide ; les choses ont redoublĂ© de–de vitesse. Dieu a annoncĂ© qu’il en serait ainsi.

39 Eh bien, des fois nous nous demandons pourquoi nous ne possĂ©dons pas toutes ces grandes choses que les autres ont, pourquoi les choses ne vont-elles pas de mieux en mieux pour nous. Je n’aimerais pas que les choses aillent de mieux en mieux pour moi en ce qui concerne ces choses de ce monde ; j’aimerais que ça aille de mieux en mieux en Dieu.

40 Remarquez. Au commencement, lorsque les deux garçons, CaĂŻn et Abel, sont allĂ©s adorer Dieu, tous deux ont bĂąti des Ă©glises, ils ont bĂąti des autels ; ils Ă©taient tous deux membres d’église. Tous deux Ă©taient respectables ; tous deux avaient la mĂȘme conception selon laquelle Dieu Ă©tait Dieu et, en toute sincĂ©ritĂ©, ils se sont agenouillĂ©s et ont adorĂ© Dieu. L’un Ă©tait aussi fondamentaliste que l’autre. Si Dieu ne considĂšre que le fondamentalisme, Il devait accepter CaĂŻn exactement comme Il avait acceptĂ© Abel, sinon Il aurait Ă©tĂ© injuste. Remarquez cela. Quelque chose est arrivĂ© Ă  Abel, qui a fait qu’il sache quoi faire.

41 Observez ces deux arbres en train de croĂźtre maintenant. Ces arbres ont grandi. Depuis la GenĂšse, ils ont Ă©voluĂ© jusque dans Exode, il y avait IsraĂ«l qui Ă©tait en route (une communautĂ© interdĂ©nominationnelle), en route vers une Terre promise. Il y avait Moab, son frĂšre, qui avait un Ă©vĂȘque. Ils se sont prĂ©sentĂ©s lĂ , tous deux Ă©taient des frĂšres, Moab et Jacob, tous deux Ă©taient fondamentalement dans le vrai. Moab avait sept autels, sept sacrifices, sept taureaux et sept bĂ©liers, parlant de la Venue de Christ. LĂ  dans les tentes – la tente d’IsraĂ«l, il y avait sept taureaux, sept autels, sept bĂ©liers. Fondamentalement, tous deux avaient raison. Mais IsraĂ«l avait la rĂ©vĂ©lation. Car avec IsraĂ«l
 Moab avait tout simplement une Ă©glise raide et empesĂ©e, trĂšs fondamentaliste. Toutefois, Moab avait le fondamentalisme, et tout un tas de non-sens aussi. Mais Balaam a manquĂ© de voir ce signe surnaturel au milieu d’IsraĂ«l, la Colonne de Feu. Il a manquĂ© de voir cette expiation-lĂ . Il a pensĂ© qu’un Dieu saint maudirait un peuple comme celui-lĂ , un peuple proscrit. Mais ce qui compte, ce ne sont pas vos oeuvres, c’est votre foi. Et ils avaient le surnaturel.

42 C’était la mĂȘme chose au temps de JĂ©sus ; et JĂ©sus et les pharisiens Ă©taient fondamentalement dans le vrai. Mais Dieu Ă©tait avec Christ. Et de grands signes et des prodiges L’accompagnaient.

43 Eh bien, ces deux branches, qui sont sorties dans la GenĂšse et qui ont grandi jusqu’à un certain point, arrivent toutes les deux Ă  maturitĂ©. Et les voici aujourd’hui, la mĂȘme chose, un jour oĂč les gens disent : « Nous croyons Ă  la naissance virginale. Nous croyons au sacrifice de Christ. Nous croyons Ă  la Seconde Venue. »

44 Mais mon frĂšre, Dieu se confirme toujours en Ă©tant dans le camp avec des signes surnaturels et des prodiges. Dieu se fait toujours connaĂźtre. Il est surnaturel et Il ne peut pas ĂȘtre autre chose, Il ne peut pas non plus travailler autrement que de façon surnaturelle. Voyez-vous cela ? Oh! Comme j’aime cela!

45 Eh bien, j’aimerais que vous le remarquiez, depuis la lignĂ©e de CaĂŻn, CaĂŻn Ă©tait religieux. Et il Ă©tait tout aussi religieux qu’Abel. Il Ă©tait tout aussi sincĂšre qu’Abel. Il Ă©tait tout aussi fondamentaliste qu’Abel. Mais voici oĂč il y avait la diffĂ©rence : il n’avait pas la rĂ©vĂ©lation. Il en a Ă©tĂ© ainsi tout du long. JĂ©sus-Christ a dit dans Matthieu 16, lorsqu’Il est descendu de la montagne de la Transfiguration, je pense que c’était ça, et Il a posĂ© la question : « Qui dit-on que Je suis, Moi le Fils de l’homme ? »
«Les uns disent que Tu es un prophÚte, les autres disent que Tu es ceci et cela. »
Il a dit : « Mais vous, qui dites-vous que Je suis ? »
Pierre a répondu : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. »

46 Maintenant, l’Eglise catholique dit que JĂ©sus a bĂąti Son Eglise sur Pierre, juste lĂ . L’Eglise protestante dit que JĂ©sus a bĂąti Son Eglise juste lĂ , sur Lui-mĂȘme. Je crois que si vous regardez dans les Ecritures, et les catholiques et les protestants sont dans l’erreur. Christ n’a jamais bĂąti Son Eglise sur Lui-mĂȘme, ni sur Pierre. Suivez attentivement ce qu’Il a dit : « Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© ceci. (Tu n’as point reçu cela d’un sĂ©minaire, par oĂč tous les deux groupes sont passĂ©s. Tu
) Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© ceci, mais c’est Mon PĂšre qui est dans le Ciel qui te l’a rĂ©vĂ©lĂ©. Et sur cette pierre Je bĂątirai Mon Eglise, et les portes du sĂ©jour des morts ne peuvent pas dĂ©truire cela . »

47 La rĂ©vĂ©lation spirituelle du Seigneur JĂ©sus-Christ. VoilĂ . C’est ce qu’a toujours Ă©tĂ© Son Eglise. C’est ce qu’Abel avait. C’est ce que les apĂŽtres avaient. C’est ce que vous avez. C’est ça l’Eglise en soi, c’est la rĂ©vĂ©lation spirituelle du Fils de Dieu qui vous est rendue manifeste dans la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit. « Allez par tout le monde et prĂȘchez la Bonne Nouvelle. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru », une manifestation de la PrĂ©sence du Seigneur JĂ©sus ressuscitĂ©. Et les gens qui ont une conception spirituelle reçoivent cela et croient cela. Vous y voilĂ . « Sur cette pierre, Je bĂątirai Mon Eglise. » Et nous vivons en ce jour-lĂ .

48 Remarquez la descendance de CaĂŻn. La descendance de CaĂŻn, c’étaient des scientistes, des hommes intelligents. La descendance de CaĂŻn, c’étaient des gens religieux, ils avaient une grande Ă©glise, de grandes Ă©glises, des Ă©rudits, des intellectuels. Et ils se sont mis Ă  travailler dans le domaine de la science. Ils ont produit le mĂ©tal. Ils ont bĂąti des maisons. C’étaient de grands bĂątisseurs qui ont accompli de grandes rĂ©alisations. ConsidĂ©rez cela aujourd’hui. ConsidĂ©rez l’autre cĂŽtĂ©, combien ils sont religieux. Mais les gens qui Ă©taient entrĂ©s dans l’arche, c’étaient d’humbles fermiers. C’est vrai.

49 Mais l’autre cĂŽtĂ©, ce sont les
 Ils ont une conception intellectuelle, alors que du vrai cĂŽtĂ© de Dieu, les gens ont la rĂ©vĂ©lation de JĂ©sus-Christ, pas par la Parole Ă©crite, mais par la vĂ©ritĂ© spirituelle rĂ©vĂ©lĂ©e. Amen. Oh! bĂ©ni soit Son Nom! Dieu se rĂ©vĂšle Ă  l’individu et aussitĂŽt Il devient la divinitĂ© Ă  l’intĂ©rieur de cet individu. Celui-ci devient un fils ou une fille de Dieu. « Parle Ă  cette montagne ; ne doute pas, et il se dĂ©placera. » Comprenez-vous cela ? C’est le jour oĂč le jugement est imminent et oĂč Son peuple est conduit comme un troupeau vers ces endroits pour Ă©chapper au jugement.

50 Eh bien, j’aimerais que vous puissiez remarquer. A chaque endroit, avant que le jugement frappe, il y avait toujours une chose surnaturelle qui se produisait. NoĂ© a passĂ© un long temps en train d’attendre. Et alors un ange est apparu, un prophĂšte, Enoch, et ainsi de suite. Et des signes surnaturels ont Ă©tĂ© accomplis. Et ils sont entrĂ©s.

51 Et j’aimerais que vous remarquiez que, lors de la sortie des enfants d’IsraĂ«l, il s’était passĂ© un long temps, des centaines d’annĂ©es ; rien ne s’était passĂ©, il n’y avait pas de surnaturel depuis la mort de Joseph, qui Ă©tait un type de Christ. Mais juste avant que le jugement frappe l’Egypte, lorsque Dieu a fait sortir Son Eglise, il y avait un message; un prophĂšte Ă©tait apparu, les anges sont apparus, des signes surnaturels se sont produits ; et les enfants de Dieu sont entrĂ©s Ă  Goshen oĂč ils Ă©taient gardĂ©s des flĂ©aux avant leur sortie.

52 La mĂȘme chose a eu lieu Ă  la PremiĂšre Venue de Christ
 Et avant que la destruction ne survienne, Il leur avait dit : « Que celui qui est sur le toit ne descende pas. Que celui qui est dans le champ ne vienne pas prendre ses effets, mais qu’il sorte de la ville. » C’est lĂ  que sont ces Juifs. Maintenant, ils sont lĂ  en Iran et ailleurs ; ils sont retournĂ©s et ils entrent en possession de JĂ©rusalem. Ce ne sont pas ces Juifs qui trichent, volent, font toutes sortes de choses, qui constituent ces cent quarante-quatre mille. Mais il s’agit de ces vrais Juifs qui s’étaient Ă©chappĂ©s lĂ  au temps oĂč Titus avait assiĂ©gĂ© les murs, ou plutĂŽt quand il avait assiĂ©gĂ© JĂ©rusalem, et ils sont entrĂ©s dans une grande pĂ©riode de destruction lĂ , et le... JĂ©rusalem Ă©tait dispersĂ©e ainsi que les Juifs. Jamais ils ne s’étaient rassemblĂ©s si ce n’est trĂšs rĂ©cemment, une fois de plus, afin d’accomplir ce que Dieu avait annoncĂ©. Nous sommes au temps de la fin, mes amis.

53 Remarquez. Chaque fois qu’un messager est venu, il a toujours Ă©tĂ© rejetĂ© par l’église. Maintenant, remontez Ă  travers l’histoire et voyez. Dans n’importe quel Ăąge, il n’y a jamais eu un temps oĂč Dieu ait envoyĂ© un message sans que l’église l’ait rejetĂ©. C’est vrai.

54 ConsidĂ©rez Martin Luther, John Wesley. Qu’en est-il de vous, les frĂšres mennonites, vous les Amish ? Lorsque le message vient, l’église le rejette. Elle le rejette certainement. Et nous croissons continuellement, et–et ce petit reste en arrive encore Ă  l’état du grain. Oh! bĂ©ni soit Son Nom! Nous sommes Ă  la fin. C’est vrai. Le Jugement est
 Vous pouvez regarder et voir l’Ecriture sur la muraille.

55 Et chaque fois, les messagers qui Ă©taient envoyĂ©s apportaient un message d’amour, de grĂące et de dĂ©livrance. Le message de Dieu a toujours Ă©tĂ© un message de dĂ©livrance avant le jugement. NoĂ© avait la dĂ©livrance. Lot avait la dĂ©livrance. Et bien que cela ait Ă©tĂ© un message de dĂ©livrance, le peuple l’a rejĂ©tĂ©. C’est la grĂące et la dĂ©livrance, mais les gens rejettent cela.

56 J’aimerais que vous remarquiez le–le temps de Lot. C’est pourquoi je crois que l’Eglise s’en ira avant qu’un missile touche la terre et la fasse voler en Ă©clats. Je ne suis pas un thĂ©ologien. Je ne sais pas beaucoup lire parce que je n’ai pas d’instruction. Mais je suis un spĂ©cialiste en types. Et j’ai vu ce qu’était ce type. Si je vois comment est mon ombre, j’aurai une idĂ©e de l’aspect que j’aurai.

57 Avez-vous remarquĂ© qu’aucune goutte de pluie n’a pu tomber avant que NoĂ© soit entrĂ© dans l’arche ? Les nuages Ă©taient suspendus dans le ciel, les tonnerres et les Ă©clairs grondaient, mais la pluie n’était point tombĂ©e avant que NoĂ© soit entrĂ©. Et l’Ange a dit Ă  Lot : « Je ne peux rien faire jusqu’à ce que tu y sois entrĂ©. » Le feu ne pourra pas tomber du tout. Aucun brin de ce souffre qui Ă©tait suspendu au ciel ne pouvait tomber sur Sodome avant que Lot soit sorti. C’est exact. JĂ©sus a dit : « Exactement ce qui arriva en ce temps-lĂ  arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. » Certainement.

58 L’Eglise s’en ira Ă  la Maison l’un de ces jours, ou l’un de ces quatre matins, ou un certain jour avant qu’un missile puisse toucher cette terre en guise de jugement. Avant que le jugement survienne, l’Eglise sera partie Ă  la Maison. Et si le jugement est suspendu si prĂšs qu’on peut le voir, l’Ecriture sur la muraille ou dans le ciel
 oĂč ils peuvent entrer dans ces spoutniks, et deux ou trois bombes mettraient fin Ă  la chose entiĂšre. Et ils peuvent bien le faire aujourd’hui s’ils le veulent. Et nous voyons cela. A combien plus forte raison JĂ©sus pourrait venir Ă  cette heure mĂȘme pour prendre Son Eglise. Il ne reste plus rien si ce n’est Sa Venue
 C’est vrai. Et nous nous asseyons lĂ  comme si
 disant : « Eh bien, cela
 Eh bien, j’en ai dĂ©jĂ  entendu parler avant. » Voyez, c’est rejetĂ©.

59 Maintenant, j’aimerais que vous puissiez remarquer. Juste quand
 le temps de Lot. Dieu brĂ»lera cette terre avec du feu. Combien savent qu’Il a dit cela ? Il le fera certainement.

60 J’aimerais que vous remarquiez la–la nature de cet Ange juste avant que la terre fĂ»t brĂ»lĂ©e, autrefois au temps de Sodome et de Gomorrhe. Eh bien, considĂ©rez la moralitĂ© de Sodome et de Gomorrhe et comparez-la avec celle des Etats-Unis. Comparez tout simplement cela et voyez : des divorces, l’instruction, l’immoralitĂ©. Voyez-vous cela ?

61 Maintenant, observez ce qui s’était passĂ©. Dieu avait un reste. C’était Abraham qui Ă©tait assis lĂ . Observez. Quand les Anges sont allĂ©s dire Ă  Lot de sortir de Sodome, tout ce qu’il voulait, ou tous ceux qu’il pouvait persuader Ă  le suivre
 car Sodome allait brĂ»ler. Et Lot a parcouru les rues, pendant la nuit, il est allĂ© auprĂšs des membres de sa famille et partout, prĂȘchant de toutes ses forces. Et observez ce que ces gens disaient. La Bible dĂ©clare qu’ils lui ont parlĂ© comme Ă  quelqu’un qui plaisantait.

62 Eh bien, regardez aujourd’hui. Que disent-ils du Message aujourd’hui ? « Oh! c’est de la tromperie. C’est de la supercherie. Vous essayez d’imiter quelque chose. Vous cherchez Ă  vous distinguer de nous. C’est un faux-semblant. » C’est le Saint-Esprit, mais vous ĂȘtes trop aveugles pour voir la Chose.

63 Vous direz : « FrĂšre Branham, est-ce scripturaire ? » Allons un peu plus en profondeur si vous pouvez le supporter. ConsidĂ©rez l’Ange de misĂ©ricorde qui Ă©tait allĂ© Ă  Sodome, cette ville qui allait ĂȘtre brĂ»lĂ©e. Aujourd’hui, Il a annoncĂ© qu’il en sera de mĂȘme.

64 L’Ange est allĂ© chez Abraham sous la forme d’un Homme. Et Abraham L’a spirituellement reconnu. Il s’est assis, le dos tournĂ© Ă  la tente. Et Abraham Lui a donnĂ© Ă  manger. Et Celui-ci a dit : « Abraham, Je vais te visiter presque Ă  cette mĂȘme Ă©poque, au temps de la vie. » Abraham Ă©tait ĂągĂ© de cent ans. Et Sara avait quatre-vingt-dix ans. Ils avaient attendu l’accomplissement de cette promesse des annĂ©es et des annĂ©es.

65 Ceux qui attendent la Venue du Seigneur veillent Ă  tout ce qui se passe. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur! Ils veillent pour voir l’accomplissement de quelque chose, exactement comme un morceau de mĂ©tal vis-Ă -vis de l’aimant. Ils veillent pour voir cela arriver. Abraham attendait cela, cette promesse que Dieu avait faite.

66 Et le temps approchait davantage, et un Homme est venu lĂ  ; ce n’était pas un homme ; c’était un Ange. Et cet Ange n’était personne d’autre que le Dieu Tout-Puissant manifestĂ© dans un Homme. Eh bien, Ă©coutez, vous les lecteurs de la Bible. Abraham L’a appelĂ© Seigneur. Prenez ce terme Seigneur et voyez si c’était Elohim, le Tout-Puissant, JĂ©hovah qui avait portĂ© les vĂȘtements d’un homme et qui Ă©tait assis le dos tournĂ© Ă  la tente. Il a dit : « Je vais te visiter au temps de la vie en rapport avec Sara. » Elle avait quatre-vingt-dix ans.

67 Et vous savez ce que Sara a fait ? A l’intĂ©rieur de la tente
 Alors que cet Homme avait le dos tournĂ© [Ă  la tente], Sara, dans son coeur, pas Ă  haute voix, mais dans son coeur, Ă  l’intĂ©rieur de la tente, et alors que cet Homme avait le dos tournĂ© Ă  la tente, Sara a ri dans son coeur. Et l’Ange, ayant regardĂ© Abraham, lui a dit : « Pourquoi Sara a-t-elle ri ? »

68 Quelle espĂšce de tĂ©lĂ©pathie mentale Ă©tait-ce ? N’avez-vous pas honte ? Ce mĂȘme Ange de misĂ©ricorde vient dans ce bĂątiment chaque soir et accomplit les mĂȘmes choses. Cela se passe avant que le feu de destruction brĂ»le cette terre. « Ce qui arriva du temps de Lot arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. »

69 C’était un Ange portant un message, qui pouvait discerner ce qui se passait derriĂšre Lui Ă  l’intĂ©rieur d’une tente. Et Sara est sortie et a essayĂ© de renier cela. Alors qu’Il avait le dos tournĂ© Ă  la tente oĂč Ă©tait Sara [qui a ri] dans son coeur, Il a dit : « Oui, mais tu as certainement ri.»

70 Ne pouvez-vous pas voir la nature de cet Esprit ? Ce mĂȘme Esprit n’était personne d’autre que JĂ©sus-Christ. Et Il a accompli la mĂȘme chose lorsqu’Il Ă©tait ici sur terre dans la forme du Seigneur JĂ©sus, dans ce Corps-lĂ . Il a accompli les mĂȘmes signes pour prouver que c’était Lui. Et Il est ici au–aujourd’hui ce soir, et sur la terre, accomplissant les mĂȘmes choses avant le feu et la destruction. Et les gens
 Eh bien, ils disent : « Vous ĂȘtes – vous ĂȘtes en train de plaisanter. Vous ĂȘtes antichrist. Vous essayez de faire des moqueries. Vous essayez d’imiter. Vous voulez vous singulariser. C’est de la tĂ©lĂ©pathie mentale. C’est un fin devin. » Et JĂ©sus a dit : « Une parole contre cela ne sera jamais pardonnĂ©e Ă  un homme, ni dans ce siĂšcle ni dans le siĂšcle Ă  venir. »

71 De toute façon, ce que Dieu fait, que les gens le reçoivent ou pas, le Message doit continuer. Ils ne l’avaient point reçu en ce temps-lĂ , ils ne l’avaient pas reçu au temps de NoĂ©. Ils ne l’avaient pas reçu au temps du Seigneur JĂ©sus. Et ils ne le feront pas aujourd’hui. C’est vrai. Mais le PĂšre prend plaisir Ă  donner Ses avertissements avant le jugement.

72 Que diront les gens de Sodome lorsqu’ils ressusciteront ? Lorsque Lot, le juste, parcourait les rues
 Vous vous demanderez : « Lot, le juste? » La Bible dit que leurs pĂ©chĂ©s tourmentaient journellement l’ñme de cet homme juste. Certainement il Ă©tait tourmentĂ©. Les Anges l’avaient oint et l’avaient envoyĂ© avec l’Evangile.

73 ĂŽ frĂšre! quel jour que celui dans lequel nous vivons ! Voici ce que la Bible dĂ©clare concernant ce jour-ci, dans II TimothĂ©e : « L’Esprit dit expressĂ©ment que, dans les derniers jours, les gens abandonneront la foi, ils seront emportĂ©s, enflĂ©s d’orgueil, aimant les plaisirs plus que Dieu. »

74 Je suis venu Ă  l’église l’autre soir; il y avait trop de neige partout et ce n’était pas agrĂ©able de venir ici. Mais ils avaient un match de basket-ball et ils ont dĂ» renvoyer des centaines de personnes. Qu’est-ce? Leur dieu, c’est le basket-ball. Et qui est donc votre Dieu Ă  vous? Une grande quantitĂ© d’air qui a Ă©tĂ© pompĂ© lĂ . Je suis heureux que notre Dieu soit le Seigneur JĂ©sus-Christ dans Sa Personne ressuscitĂ©e, un vĂ©ritable CrĂ©ateur vivant qui a crĂ©Ă© les cieux et la terre. Mais les gens aiment voir cela. Le genre d’esprit qui est en eux les attire vers cela. L’Esprit qui est dans un chrĂ©tien l’attire vers Christ. « Comment un homme peut-il venir Ă  Moi sans que Mon PĂšre l’attire ? »

75 Oh! oui. FrĂšre, je dis ceci : «Faites vite, sauvez-vous ; vous n’avez plus beaucoup de temps.» Ces grands et vieux murs ecclĂ©siastiques vont tomber l’un de ces jours. Vous feriez mieux de courir rapidement pendant que vous en avez l’occasion. Sortez du monde. Entrez en Christ. Lorsque vous voyez le souffle chaud du jugement qui est suspendu de tout cĂŽtĂ©, qui est maintenant en train de tourner Ă  [une vitesse de] 1800 miles Ă  l’heure, ou Ă  18.000 miles par heure, continuellement autour de la terre, et il y a une nation pĂ©cheresse qui a la main sur un bouton et qui pourrait nous rĂ©duire tous en poussiĂšre dans cinq minutes
 Ne vous attendez pas Ă  quelque chose de grand qui va venir, un grand rĂ©veil ; attendez la Venue du Seigneur. Soyez prĂȘt maintenant. Le diable ne fait qu’aveugler vos yeux vis-Ă -vis de ces choses.

76 Christ s’est dĂ©clarĂ© Lui-mĂȘme Ă  chaque nation et dans chaque gĂ©nĂ©ration. Il le fait aujourd’hui. L’église nominale est endormie. L’Eglise spirituelle est Ă©veillĂ©e. La vierge endormie est allĂ©e s’endormir, celle qui va entrer dans la pĂ©riode des tribulations. Mais celle qui avait de l’huile dans sa lampe est prĂȘte. BĂ©ni soit le Nom du Seigneur.

77 Combien j’aime cette parabole des vierges ! Vous connaissez les vieilles lampes Ă  pĂ©trole que nous avions autrefois. J’avais
 Nous n’avions pas de lumiĂšres Ă©lectriques jusque trĂšs rĂ©cemment. Et Ă©coutez. Le pĂ©trole est au fond de la lampe. Il y a une mĂšche qui tire cela vers le haut. Eh bien, il faut que cette mĂšche soit faite d’une matiĂšre spĂ©ciale. Et le feu vient au bout de la mĂšche.

78 Et maintenant, remarquez, vous ne pouvez pas mettre un tuyau lĂ  en bas pour faire monter cette huile ; cela ne passera pas au travers des choses en fer, faites de main d’homme. Cela ne passe qu’au travers de la voie pourvue par Dieu. Et cette mĂšche, c’est la foi. Et l’unique chose qui puisse tirer le Saint-Esprit pour obtenir une–une lumiĂšre, c’est le Saint-Esprit Lui-mĂȘme. Et lorsque vous avez votre foi, un bout de cela en feu pour la gloire de Dieu, et l’autre bout plongĂ© dans l’huile du Saint-Esprit de Dieu, il y aura une lumiĂšre brillante aussi sĂ»r que je me tiens Ă  cette chaire. C’est vrai.

79 Mais que se passera-t-il si vous plongez cette mĂšche dans de l’huile mĂ©langĂ©e avec de l’eau ? Savez-vous quel effet cela produira ? Cela va crĂ©piter. C’est ça le problĂšme avec les lampes de beaucoup de gens aujourd’hui. Elles crĂ©pitent. Cela forme du carbone au-dessus, et tout le temps, il vous faut vous lever pour nettoyer vos lampes. Et si jamais il y a eu un temps oĂč ces lampes devraient ĂȘtre nettoyĂ©es, c’est bien en ce moment-ci. « HĂąte-toi de t’y rĂ©fugier, car je ne peux rien faire jusqu’à ce que tu sois arrivĂ© lĂ . »

80 Eh bien, si nous voyons que le jugement de Dieu est trĂšs proche
 Et rappelez-vous, lorsque je me tiendrai devant vous Ă  la barre du jugement et que vous verrez que ces choses que j’ai dites
 Il ne vous faudra pas attendre jusqu’à ce moment-lĂ . Heure aprĂšs heure, nuit aprĂšs nuit, JĂ©sus-Christ apparaĂźt ici sous toutes les formes par lesquelles Il s’était manifestĂ©, en dehors de Son Corps physique lorsqu’Il marchait sur la terre. Il rĂ©vĂšle les secrets du coeur. Il est descendu l’autre soir devant cinq cents personnes juste ici, exactement comme ce qui Ă©tait arrivĂ© le jour de la PentecĂŽte.

81 Lorsqu’un grondement a commencĂ© Ă  se faire entendre depuis les cieux, tout le monde s’est mis Ă  regarder : Le voilĂ  venir comme un grand tonnerre. Il a frappĂ© ici sur l’estrade, et Il a poussĂ© un grondement dans le bĂątiment. Ce n’était pas un vent qui soufflait, mais c’était comme un vent puissant. Qu’avons-nous fait ? Au lieu que nos coeurs soient enflammĂ©s pour aller partout dans la ville, nous avons dit : « C’était trĂšs bien, oui, je n’ai aucun doute Ă  ce sujet dans mon esprit. » Oh! Levez-vous et nettoyez vos lampes ! Vous avez trop d’huile mĂ©langĂ©e avec votre esprit, ou plutĂŽt avec trop d’eau. Et cela va former du carbone, et vos lumiĂšres vont s’éteindre et cela va enfumer le verre de votre lampe. Vous ne saurez pas voir le Royaume de Dieu lorsqu’Il est proche. Nous sommes Ă  la fin maintenant, levez-vous et nettoyez votre lampe, et mettons-nous en route.

82 Croyez-vous cela ? Vous croyez ? Rappelez-vous, avant que ce monde connaisse son grand dĂ©sastre qui est prĂ©dit dans les Ecritures comme devant arriver, Dieu dans Sa misĂ©ricorde fera sortir Son Eglise hors de ce monde, parce que l’Eglise ne sera pas ici ; Elle ne passera pas du tout par la tribulation.

83 Remarquez, Noé  Lot est sorti de quelque chose qui allait le dĂ©truire. NoĂ© est entrĂ© dans quelque chose qui l’a prĂ©servĂ©. Alors, ensemble, ce que cela
 mettez cela ensemble. Quand nous sortons du monde avec lequel nous serions dĂ©truits et que nous entrons en Christ, c’est l’unique Chose qui puisse nous garder. NoĂ© est entrĂ©, Lot est sorti. Il est sorti du monde, il est sorti de Sodome. Et NoĂ© est entrĂ© dans l’arche qui a flottĂ© au-dessus des jugements.

84 Et l’unique chose, frĂšre
 Aucune fois dans aucun Ăąge Christ a dĂ©truit un grand peuple, ou de grandes choses comme cela, avant qu’Il ait premiĂšrement fait sortir Ses Ă©lus de lĂ  ; car, comment Dieu peut-Il dĂ©verser le jugement sur une Eglise qu’Il a dĂ©jĂ  dĂ©clarĂ©e parfaite ? Nous sommes le Corps de Christ. Si nous sommes morts en Christ, nous revĂȘtons la semence d’Abraham et nous sommes hĂ©ritiers d’aprĂšs la promesse. Comment Dieu peut-Il nous juger alors qu’Il nous a dĂ©jĂ  jugĂ©s en Christ ?

85 Et si vous ĂȘtes en Christ, Christ a dit : « Voici les signes qui les accompagneront. Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi. » Les mĂȘmes oeuvres. « Je suis le Cep, vous ĂȘtes les sarments.» Le sarment qui–qui se retranche lui-mĂȘme et qui laisse un petit ver dĂ©nominationnel couper une... s’y introduire et couper le cours de la vie, ce sarment sĂšche et sera brĂ»lĂ©.

86 Mais lorsqu’un bon cep ou un bon sarment florissant est attachĂ© au cep, le cep... le sarment portera la mĂȘme espĂšce de vie qui se trouve dans le cep. Si c’est un pĂȘcher, il portera... la branche du pĂȘcher portera des pĂȘches. Si c’est une vigne, elle produira des raisins. Si c’est une citrouille, elle produira des citrouilles. Si c’est une pastĂšque, elle produira des pastĂšques. La vie qui est Ă  l’intĂ©rieur de cela dĂ©montre ce que c’est.

87 Et vous voulez me dire que vous pouvez rester lĂ  dans une organisation faite de main d’homme et vous appeler
 Laissez-moi vous dire quelque chose. Jamais Ă  aucune Ă©poque ni dans aucun Ăąge Dieu n’a acceptĂ© une organisation. Montrez-moi un seul endroit dans l’histoire. L’Eglise catholique est la premiĂšre Ă©glise organisĂ©e qui ait jamais existĂ©. Et que dit Apocalypse 17.17 ? Qu’elle Ă©tait une–une prostituĂ©e et qu’elle avait beaucoup de filles. Et l’Eglise protestante est directement sortie de l’Eglise catholique et elle s’est vite organisĂ©e elle aussi et a tracĂ© des barriĂšres, disant : « Nous croyons ceci et rien d’autre. » Et vous ne laissez pas–pas de place pour faire paĂźtre les brebis. Je n’ai rien contre votre organisation, mais vous vous enfermez, les hommes et les femmes, pensant : « Mon groupe connaĂźt tout. » Votre groupe ne connaĂźt pas plus que ce que Dieu lui fera connaĂźtre. Et lorsqu’il
 JĂ©sus n’est pas mort simplement pour les mĂ©thodistes, les baptistes et les pentecĂŽtistes. Il est mort pour le Corps entier. Et la vision mondiale, c’est que le Corps du Seigneur JĂ©sus-Christ se prĂ©pare pour l’EnlĂšvement.
Mon cher ami, ma priĂšre est que
 JĂ©sus voit chaque petit mouvement que vous faites ; Il connaĂźt chaque petit acte que vous posez.

88 Il y a quelque temps, la reine ou le roi plutĂŽt, avant sa mort, le roi George d’Angleterre, est venu au Canada. Et quand il est venu, l’enseignante a fait sortir tous les enfants pour qu’ils aillent recevoir de petits drapeaux britanniques qu’ils devaient agiter pour montrer que–qu’ils Ă©taient contents et qu’ils se rĂ©jouissaient du fait que le roi Ă©tait lĂ . Et pendant qu’ils Ă©taient tous rassemblĂ©s dans les rues avec leurs petits drapeaux, le roi est passĂ© dans la rue avec sa belle reine, et les gens pleuraient alors que le roi passait, tout le monde agitait son drapeau et se rĂ©jouissait.

89 Les enfants Ă©taient censĂ©s retourner Ă  l’école aprĂšs que le roi Ă©tait passĂ©. Tous Ă©taient retournĂ©s Ă  l’exception d’une petite fille. L’enseignante ne pouvait pas la retrouver. Elle est sortie dans la rue, elle a commencĂ© Ă  chercher partout. Et aprĂšs quelque temps, debout prĂšs d’un poteau de tĂ©lĂ©gramme, sa petite tĂȘte contre le poteau, cette fillette pleurait aussi amĂšrement que possible
 Et l’enseignante lui a demandĂ© : « Qu’est-ce qui ne va pas, chĂ©rie ? N’as-tu pas– n’as-tu pas agitĂ© le petit drapeau au roi ? »
Elle a rĂ©pondu : « Oui, j’ai agitĂ© mon petit drapeau au roi. »
L’enseignante lui a demandĂ© : « T’es-tu approchĂ©e de lui ? »
« Oui, je me suis approchée de lui.»
« Eh bien, demanda l’enseignante, as–as-tu vu le roi ?»
La petite rĂ©pondit : « Si, j’ai vu le roi. »
« Eh bien, demanda la maßtresse, pourquoi pleures-tu ?»
Elle rĂ©pondit : « Le roi ne m’a pas vue. Je suis trop petite ; il n’a pas pu me voir. »

90 Mais il n’en est pas ainsi de JĂ©sus. Peu importe si vous ĂȘtes instruit, si vous avez Ă  peine des vĂȘtements Ă  porter, chaque petit service que vous Lui rendez, Il voit cela et Il sait cela. Pourquoi ne laissez-vous pas aujourd’hui le Saint-Esprit vous rapprocher davantage de la croix ? Pourquoi ne vous apprĂȘtez-vous pas aujourd’hui ? « Ce qui arriva du temps de NoĂ© arrivera de mĂȘme Ă  la Venue du Fils de l’homme. » Nous voyons chaque signe confirmer Son apparition imminente. Inclinons la tĂȘte juste un moment pendant que nous y pensons.

91 Et je me demande qui pourrait dire maintenant mĂȘme : « FrĂšre Branham, souvenez-vous de moi dans vos priĂšres lorsque vous offrirez cette priĂšre de congĂ©diement. Je veux que vous vous souveniez de moi, pour que je m’approche du Seigneur, afin qu’en ce jour-lĂ , dans mes petites oeuvres et tout ce que j’ai pu faire pour Lui, Il voie cela et me l’impute Ă  justice, comme j’accepte Son Fils JĂ©sus et dĂ©sire ĂȘtre rempli du Saint-Esprit. » Voulez-vous lever la main ? Que le Seigneur vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse. C’est vrai, partout dans le bĂątiment. Au balcon, que Dieu vous bĂ©nisse. Et Ă  ma gauche, oui. TrĂšs bien, que Dieu vous bĂ©nisse. Que Dieu vous bĂ©nisse lĂ -haut au balcon de gauche. Bien.

92 TrĂšs bien, Il est ici. Le
 Cela est entre vos mains maintenant. Quoi ? HĂątez-vous. Le message a toujours Ă©tĂ© une urgence.Vite, hĂątez-vous! Quel Ange ? Le mĂȘme Ange que vous voyez ici. Pendant que vous avez la tĂȘte inclinĂ©e, combien savent que le Saint-Esprit venait ici chaque soir et accomplissait la mĂȘme chose qu’Il a faite Ă  la tente d’Abraham ? Faites voir vos mains. VoilĂ .

93 Quel est donc le message ? Qu’était Son message ? HĂątez-vous et sortez d’ici. Eh bien, Ă©loignez-vous de ces grands murs dĂ©nominationnels. Eloignez-vous de ces murs de pĂ©chĂ© prĂšs desquels vous vous ĂȘtes tenus. Ces vieilles actions immorales Ă  la tĂ©lĂ©vision, et toutes ces affaires dans les journaux, et tous ces magazines Vraie Histoire [en anglais : True Story magazines – N.D.T.] ; Ă©loignez-vous-en. Tous ces sceptiques : « Je me demande si cela pouvait ĂȘtre de la tĂ©lĂ©pathie. Je me demande si cela pouvait ĂȘtre ceci. » HĂątez-vous, fuyez. Sortez et courez vers le beau milieu de la grĂące de Christ. C’est Ă  la croix oĂč il y a de la place, Ă  la Fontaine pour vous. Pensez-y, et par la foi recevez-Le pendant que nous prions.

94 PĂšre cĂ©leste, Tu es le Fils de Dieu. Et je suis trĂšs heureux de savoir que dans ces derniers et mauvais jours oĂč nous vivons maintenant, voilant la Venue de notre Roi bĂ©ni, Tu as envoyĂ© un Ange sur la terre pour manifester les mĂȘmes actes. Si l’esprit du mal Ă©tait dans un homme, ce dernier ferait le mal. Et alors combien de nos frĂšres ont eu les yeux fermĂ©s en pensant : « Eh bien, je suis membre d’un groupe de gens. Je suis membre d’une grande Ă©glise » ? Et ils ne se rendent pas compte que c’était ce mĂȘme esprit qui Ă©tait sur CaĂŻphe, le souverain sacrificateur, et sur tous les Ă©rudits qui avaient une haute instruction du temps de notre Seigneur. Et JĂ©sus leur a dit : « Vous ĂȘtes de votre pĂšre, le diable. » Des hommes saints, des hommes intĂšgres, des hommes instruits dans les Ecritures, mais qui ont manquĂ© de recevoir la rĂ©vĂ©lation. Des grands hommes intelligents et habiles, mais qui ont manquĂ© de voir la simplicitĂ© et l’oeuvre du Saint-Esprit. ĂŽ Dieu! fais que les coeurs des hommes soient ouverts et que leurs yeux soient ouverts, afin qu’ils voient l’heure dans laquelle nous vivons. Il a Ă©tĂ© prĂ©dit que le Message viendrait exactement comme cela se passe, et avant que le jugement ne tombe, qu’ils obtiennent misĂ©ricorde.

95 Cet aprĂšs-midi, accorde Ă  tous ceux qui ont levĂ© la main que le Saint-Esprit entre dans leurs corps, dans leurs coeurs, dans leur vie, au plus profond de leur ĂȘtre, et les rĂ©gĂ©nĂšre et fasse d’eux de nouvelles crĂ©atures en JĂ©sus-Christ. Que leurs yeux s’ouvrent et qu’ils disent : « Pourquoi n’avais-je pas vu cela avant ? » Accorde-le, Seigneur. Et puissent-ils ĂȘtre sauvĂ©s de cette grande heure qui est proche. Car nous le demandons au Nom de JĂ©sus et nous Te les confions pour Ta gloire. Amen.
L’aimez-vous ? Donnez-nous un accord de Je L’aime parce qu’Il m’a aimĂ© le premier. Levons nos mains. 
L’aime, je L’aime
Parce qu’Il m’a aimĂ© le premier ;
Et a acquis mon salut
Sur le bois du Calvaire.
Je

Eh bien, pendant que nous chantons, tendez la main derriùre vous, de part et d’autre, et devant vous ; serrez la main à quelqu’un comme vous le faites. 
L’aime
Parce qu’Il m’a aimĂ© le premier ;
Et a ac-
 (Docteur) mon salut
Sur le bois du Calvaire.

96 Combien sentent qu’ils sont tout Ă  fait prĂȘts Ă  partir ? Oh! n’est-ce pas merveilleux ? Si la trompette sonne, qu’est-ce que cela change ? Nous laisserons tomber une croix et nous recevrons une couronne. Nous ne pouvons pas manquer cela. Dieu nous a dĂ©jĂ  acceptĂ©s. Il a envoyĂ© Son Esprit. Son Esprit est ici avec nous, Ă  l’oeuvre, accomplissant, agissant, exactement ce qu’Il a dit qui arriverait.

97 N’ĂȘtes-vous pas heureux que Dieu vous ait appelĂ© ? Alors vous pouvez avoir pitiĂ© de ceux
 Ne les condamnez pas ; mais ayez pitiĂ© de ceux dont les yeux sont fermĂ©s et qui ne peuvent pas voir cela. Ils ne peuvent pas voir cela si Dieu, avant la fondation du monde, n’a pas su qu’ils verraient cela. « Car tous ceux qu’Il a connus d’avance, Il les a appelĂ©s ; ceux qu’Il a appelĂ©s, Il les a justifiĂ©s ; ceux qu’Il a justifiĂ©s, Il les a glorifiĂ©s. » DĂ©jĂ . Cela est Ă©crit dans Ses Livres. Christ est venu pour racheter ceux que Dieu a connus d’avance par Sa prescience, ceux qui Le recevraient. Amen. Comme cela est merveilleux !

98 Et de savoir qu’ici, cet aprĂšs-midi, nous sommes juste Ă  la fin de temps, et toutes ces grandes choses arrivent, nous sommes donc en sĂ»retĂ© en Christ. Votre vie le prouve. Eh bien, si votre vie ne s’accorde pas avec cela, vous ĂȘtes sĂ©duit. C’est vrai. Mais si vous voyez la chose, vous comprenez, et vous louez Dieu pour cela, votre vie est pleine de la justice de Dieu; ce n’est pas difficile pour vous de faire quelque chose qui est


99 Vous n’avez pas le dĂ©sir de faire quelque chose de faux. C’est lĂ  que les deux grandes Ă©coles sont allĂ©es Ă  l’extrĂȘme, la doctrine arminienne. Il vous faut faire telle et telle chose. Il s’agit des oeuvres. Et de l’autre cĂŽtĂ©, ce sont les calvinistes ; ils sont allĂ©s [de leur cĂŽtĂ©], disant : « Dieu soit bĂ©ni, je suis sauvĂ©, je fais ce que je veux. » Voyez-vous ? Mais la chose est au milieu de la route. Si vous L’aimez, vous n’aimerez pas faire quelque chose de faux, c’est comme vis-Ă -vis de votre femme.

100 Ma petite Ă©pouse, je voyage outre-mer trĂšs souvent. Lorsque je vais outre-mer, je ne me mets pas en colĂšre en la saisissant, disant : « Madame Branham, tu ne devras pas prendre d’autres maris pendant que je serai absent ! » Et elle, elle ne me prend pas par le col, disant : « Jeune homme, pas d’autres femmes ! » Serait-ce – serait-ce un foyer ? Non. Nous nous agenouillons et nous prions. Je l’embrasse en guise d’au revoir. Je dis : « ChĂ©rie, prie pour moi. »

101 Elle dit : « Je prierai Ă  chaque heure, Billy. » VoilĂ . Je ne me tracasse pas si elle va prendre un [autre] mari. Je ne
 Elle ne s’en fait pas pour savoir si je vais prendre une autre femme. Pourquoi ? Nous nous aimons. Et tant que nous nous aimons, cela sera toujours comme cela. Certainement.

102 Eh bien, que se passerait-t-il si j’allais outre-mer ou ailleurs, et que je–je faisais quelque chose de faux, si je faisais l’amour avec une autre femme? Je crois qu’elle me pardonnerait pour cela. Si je venais le lui dire, je crois qu’elle me pardonnerait. Mais cette pauvre petite crĂ©ature grisonnante de trente-cinq ans qui s’est tenue entre le public et moi, et qui est devenue ainsi, je l’aime tant ; quand bien mĂȘme elle me pardonnerait de tout, je ne la blesserais pour rien au monde. Je l’aime. Je l’aime. Et tant que je l’aime comme cela, elle ne se tracassera donc pas lĂ -dessus.

103 Et tant que vous aimez le Seigneur de tout votre coeur, vous ne fumerez pas de cigarettes, vous ne prendrez pas de whisky, vous ne ferez rien de faux. Vous aimez le Seigneur. Toutefois, vous pouvez cesser de fumer, de boire et de faire toutes les autres choses sans L’aimer ; dans ce cas, vous ĂȘtes perdu. C’est vrai. « Ce n’est pas par les oeuvres, mais c’est par la grĂące que vous ĂȘtes sauvĂ©. »

104 Eh bien, si votre vie s’accorde avec la Vie de JĂ©sus-Christ, c’est-Ă -dire
 Il a dit lĂ  dans Sa Parole : « Si vous dites Ă  cette montagne : ĂŽte-toi [de lĂ ] et si vous ne doutez point, mais que vous croyiez que cela va arriver, vous pouvez obtenir ce que vous dites », ce que vous dites. L’unique façon pour vous de dĂ©placer cette montagne, ça devrait ĂȘtre Dieu en train de parler. Lorsque vous ĂȘtes un fils de Dieu, vous recevez Dieu, c’est-Ă -dire ZoĂ©, la Vie mĂȘme de Dieu, et vous devenez une partie de Dieu. Alors, si votre objectif est juste et que votre motif est juste


105 [Espace vide sur la bande – N.D.E.]
 la gloire de Dieu, parlez et observez ce qui va arriver. Cela doit arriver. Mais comment pouvez-vous mĂȘme croire en cela alors qu’il n’y a rien ici Ă  l’intĂ©rieur pour croire avec ? Il faut que Dieu entre par le Saint-Esprit. Je sais qu’il y a eu assez de choses fausses. Je sais qu’il y a eu beaucoup d’impostures ; il y en a eu tant. Cela arrive dans chaque rĂ©forme. C’est vrai. La question n’était pas de savoir comment Martin Luther a pu parler contre l’Eglise catholique et s’en tirer. La question Ă©tait de savoir comment il a eu assez de grĂące pour tenir sa tĂȘte au-dessus de tout le fanatisme qui s’en est suivi. Il en a Ă©tĂ© ainsi dans chaque rĂ©forme.

106 Il en est ainsi aujourd’hui. Il y a beaucoup de fanatisme attachĂ© Ă  ce qu’on appelle guĂ©rison divine, miracles et prodiges qui ne sont pas vrais. Mais que reprĂ©sente un faux dollar ? Un faux dollar montre qu’il y a un vĂ©ritable dollar quelque part. En effet, la Bible de Dieu le dĂ©clare. Je suis heureux que nous L’ayons trouvĂ©.

107 Que Dieu vous bĂ©nisse. Ce soir, le Seigneur voulant, Ă  19h30
 ou plutĂŽt j’aimerais parler sur le sujet suivant : La porte dans la porte du coeur. Que Dieu vous bĂ©nisse donc. Venez ce soir, vous attendant Ă  ce que Dieu sauve les perdus et qu’Il guĂ©risse les malades.
Docteur Vayle.

EN HAUT