ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Je sais de William Branham a été prêchée 60-0417S La durée est de: 54 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Je sais

1 Nous sommes certainement un peuple privil√©gi√© du fait d'√™tre ici ce matin, d'√™tre vivants sur terre pour voir un autre grand moment de P√Ęques. La P√Ęques nous apporte toujours une si - quelque chose de si glorieux, de nouvelles esp√©rances. Et - et combien c'est glorieux!

2 Et ce matin, juste au moment o√Ļ j'entrais dans la salle l√† derri√®re, quelqu'un est venu √† ma rencontre et a dit : ¬ęFr√®re Branham, vous connaissez le - le petit b√©b√©, ou plut√īt le petit enfant ou quelqu'un pour qui on a pri√© √† Chautauqua l'ann√©e pass√©e, √† qui on devait enlever le coeur, les valvules, ou plut√īt on devait y fixer quelque chose?¬Ľ Il a dit : ¬ęCet enfant a √©t√© gu√©ri et se trouve dans le b√Ętiment ce matin, celui qui - il est assis ici ce matin.¬Ľ Ainsi, c'est tr√®s bien; nous en aurons un petit t√©moignage peut-√™tre juste avant que nous entrions dans l'autre service. Et nous sommes vraiment un peuple heureux.

3 Maintenant, je demanderai √† Fr√®re Neville de bien vouloir faire la lecture des Ecritures de Matthieu ou de Luc, l'une d'elles sur la r√©surrection, si vous ne l'avez pas encore lue. L'avez-vous lue, fr√®re? [Fr√®re Neville dit : ¬ęNon.¬Ľ - Ed.] Ainsi, pendant que nous nous appr√™tons pour la pri√®re...

4 Et maintenant, après ce service, ce sera le service de guérison. Après que ce service sera terminé, vous irez alors prendre votre déjeuner. Et puis après cela, nous reviendrons à neuf heures et demie et commencerons un autre service. Et ensuite, les services de guérison suivront cela. Et après, les services de baptême suivront cela.

5 Et combien cela est un moment merveilleux pour le baptême! Oh, là! là! La résurrection! C'est pour cette raison que nous sommes baptisés, parce qu'Il est ressuscité.

6 Je me souviens qu'avant que nous n'ayons notre baptist√®re ici, j'avais l'habitude de les amener l√†-bas √† la rivi√®re, t√īt, en des matins frais et quelque peu glacials, et je baptisais ces gens l√†-bas dans la rivi√®re. Il y a en cela quelque chose qui fait vraiment c'est un moment sacr√©. La P√Ęques, c'est un moment merveilleux. Je regardais Fr√®re Pat Tyler assis l√†-bas.

7 Hier soir, je disais juste √† quelqu'un que lors de notre derni√®re r√©union √† Oklahoma, j'ai essay√© de - j'essaie maintenant (et j'annoncerai ceci) je mets de c√īt√© mon ancien minist√®re de discernement, jusqu'√† ce que Dieu m'appelle √† l'exercer, car je pense commencer... c'est le - le nouveau minist√®re qui commence.

8 L'autre soir, sans que quelqu'un n'en sache rien, je l'ai essay√© sur un enfant qui est venu sur l'estrade. Il √©tait n√© aveugle, un b√©b√©; et il √©tait totalement aveugle, c'√©tait un gar√ßon d'environ seize ans. Et imm√©diatement apr√®s, il s'est √©cri√© : ¬ęFr√®re Branham, je vois.¬Ľ Pat Tyler se tenait l√† tout pr√®s, juste √† c√īt√© du gar√ßon, au moment o√Ļ ses yeux se sont ouverts pour la toute premi√®re fois dans sa vie. Et ainsi, je crois que vous ici, vous avez de grandes attentes et je m'attends √† ce que Dieu fasse quelque chose pournous et qu'Il nous am√®ne √† un niveau plus √©lev√© que celui o√Ļ nous avons √©t√©. Inclinons la t√™te maintenant pour la pri√®re.

9 Notre mis√©ricordieux P√®re C√©leste, √©tant rassembl√©s ce matin ici dans la petite √©glise au bord de la route, nous Te sommes infiniment reconnaissants pour tout ce que ceci signifie pour nous, et particuli√®rement en ce matin de P√Ęques. S'il n'y avait pas eu de P√Ęques, nous ne serions pas dans la condition o√Ļ nous sommes aujourd'hui. Or cette P√Ęques est ce qui a scell√© toutes les promesses de Dieu. Elle nous les a confirm√©es. Tout ce qu'Il avait toujours promis a √©t√© enti√®rement rendu r√©el √† la P√Ęques. C'est l'un des plus grands jours de f√™te que nous pouvons avoir pendant l'ann√©e. Et nous voudrions Te demander aujourd'hui, Seigneur, de r√©conforter nos coeurs pendant que nous sommes assis, attendant et esp√©rant que le Saint-Esprit, Qui est venu apr√®s la P√Ęques, vienne dans nos coeurs nous r√©conforter et restaurer notre foi √† de grandes et puissantes mesures afin que nous puissions mener la vie que J√©sus nous a recommand√© de mener.

10 Nous prions pour tous et pour chaque personne, et sp√©cialement pour ceux qui sont emprisonn√©s et ne peuvent pas assister aux r√©unions o√Ļ que ce soit aujourd'hui. Dieu, sois avec eux. Et puisse - puisse cette P√Ęques √™tre une v√©ritable P√Ęques pour eux, qu'ils se l√®vent des lits et qu'ils aient une nouvelle sant√©, telle qu'ils n'en ont jamais eue auparavant dans leur vie. Accorde-le, Seigneur.

11 Puisse chaque prédicateur, chaque serviteur que Tu as à travers le monde aujourd'hui, et qui célèbre ce grand mémorial, puissent-ils avoir l'onction, la force et la puissance pour apporter à leurs assemblées (les brebis qui sont en attente) la Nourriture que Dieu a en réserve pour Son peuple. Accorde-le, Seigneur. Nous attendons humblement notre portion, au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Amen.

12 Je demanderais maintenant √† Fr√®re Neville de lire les passages des Ecritures sur la r√©surrection. [Fr√®re Neville dit : ¬ęMatthieu 28¬Ľ et lit l'Ecriture suivante - Ed.] Apr√®s le Sabbat, √† l'aube du premier jour de la semaine, Marie de Magdala et l'autre Marie all√®rent voir le S√©pulcre. Et voici, il y eut un grand tremblement de terre; car l'Ange du Seigneur descendit du ciel, vint rouler la pierre, et s'assit dessus. Son aspect √©tait comme l'√©clair, et son v√™tement blanc comme la neige. Les gardes trembl√®rent de peur et devinrent comme morts. Mais l'Ange prit la parole et dit aux femmes : Pour vous, ne craignez pas; car je sais que vous cherchez J√©sus qui a √©t√© crucifi√©. Il n'est point ici; Il est ressuscit√©, comme Il l'avait dit. Venez, voyez le lieu o√Ļ le Seigneur √©tait couch√©. Et allez promptement dire √† Ses disciples qu'Il est ressuscit√© des morts. Et voici, il vous pr√©c√®de en Galil√©e : c'est l√† que vous Le verrez. Voici je vous l'ai dit. Elles s'√©loign√®rent promptement du s√©pulcre avec crainte et avec une grande joie et elles coururent porter la nouvelle aux disciples. Et comme elles allaient porter la nouvelle √† Ses disciples, voici J√©sus vint √† leur rencontre et dit: Je vous salue. Elles s'approch√®rent pour saisir Ses pieds et elles L'ador√®rent. Alors J√©sus leur dit : Ne craignez pas; allez dire √† Mes fr√®res de se rendre en Galil√©e; c'est l√† qu'ils Me verront. Pendant qu'elles √©taient en chemin, quelques hommes de la garde entr√®rent dans la ville et annonc√®rent aux principaux sacrificateurs tout ce qui √©tait arriv√©. Ceux-ci, apr√®s s'√™tre assembl√©s avec les anciens et avoir tenu conseil, donn√®rent aux soldats une forte somme d'argent, En disant, dites : Ses disciples sont venus de nuit Le d√©rober pendant que nous dormions. Et si le gouverneur l'apprend, nous le persuaderons et nous le garantirons. Les soldats prirent l'argent et suivirent les instructions qui leurs furent donn√©es et ce bruit s'est r√©pandu parmi les juifs jusqu'√† ce jour. Les onze disciples all√®rent en Galil√©e, sur la montagne que J√©sus leur avait d√©sign√©e. Quand ils Le virent, ils L'ador√®rent. Mais quelques uns eurent des doutes. J√©sus, s'√©tant approch√©, leur parla disant : Tout pouvoir M'a √©t√© donn√© dans le Ciel et sur la terre. Allez donc, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au Nom du P√®re, Fils et du Saint-Esprit. Et enseignez-leur √† observer tout ce que Je vous ai prescrit. Et voici, Je suis avec vous tous les jours, jusqu'√† la fin du monde. Amen.

13 [Espace vide sur la bande - Ed.]... ajoute Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole.

14 Maintenant, nous voudrions dire - annoncer encore que les services du matin vont reprendre √† neuf heures trente, aussit√īt que nous aurons termin√© celui-ci, le - ce service matinal maintenant. Et alors le... Nous appelons ceci notre service du ¬ęlever du soleil¬Ľ. Et nous sommes - avons de grandes choses √† vous rapporter √† propos des - des r√©unions pr√©c√©dentes. Nous voulons que vous qui √™tes malades et afflig√©s, que vous veniez tous avec foi ce matin pour croire que ce J√©sus ressuscit√© vit aujourd'hui et qu'Il est juste le m√™me que ce qu'Il a toujours √©t√©. Il n'a pas du tout chang√©.

15 Maintenant, je veux lire une petite portion de l'Ecriture que voici, elle se trouve au chapitre 19 de Job, en commençant au verset 15. Ceux qui séjournent dans ma maison... mes servantes me tiennent pour un étranger; je suis à leurs yeux comme un homme inconnu. J'appelle mon serviteur et il ne répond pas; je le supplie de ma bouche. Mon haleine est étrangère à ma femme et ma plainte aux fils de mes entrailles. Je suis méprisé même par de petits enfants. Je me lève et ils parlent contre moi. Ceux que j'avais pour confidents m'ont en horreur, ceux que j'aimais, se sont tournés contre moi. Mes os sont attachés à ma peau et à ma chair; il ne reste que la peau de mes dents. Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous mes amis! Car la main de Dieu m'a frappé. Pourquoi me poursuivre comme Dieu me poursuit? Pourquoi vous montrer insatiables de ma chair? Oh! si seulement mes paroles étaient écrites! Si seulement elles étaient inscrites dans un livre, Avec un burin de fer et avec du plomb, gravées dans le roc pour toujours. Car je sais... mon rédempteur est vivant et qu'il se lèvera le dernier jour sur la terre. Et après, même si les vers de ma peau détruisaient ce corps, cependant dans ma chair je verrai Dieu. Il me sera favorable... ... mes yeux Le verront et non ceux d'un autre; même si mes reins se consumaient au-dedans de moi.

16 J'aimerais prendre, là, comme texte : Je sais, tiré de ce chapitre 19 de Job.

17 Le Patriarche, √† cette √©poque-l√†, √©tait un peu omme nous aujourd'hui. Il avait de s√©rieux ennuis, comme nous les appelons, ¬ęde mar√©es hautes¬Ľ, et il √©tait pouss√© √† bout. Pendant plusieurs jours, il est rest√© assis sur un tas de cendre, et il essayait de trouver des paroles qui pouvaient le consoler, il essayait de trouver quelque chose qui pouvait lui donner du courage et quelque chose qui pouvait - pouvait le consoler, comme il voyait sa vie le quitter.

18 Pour commencer, il √©tait un vieil homme d'environ quatre-vingt-dix ans, et il fut frapp√© par la main de Dieu. Maintenant, nous savons que Dieu ne l'avait pas frapp√© de Sa main, mais que Dieu avait permis √† Satan de le toucher. Dieu ne se sert que des agents pour ex√©cuter certaines choses. Si Dieu veut qu'un malheur arrive, Il l√Ęche tout simplement Satan pour le faire. Et s'Il veut qu'un bien soit fait, Il a Ses serviteurs qu'Il envoie pour le faire.

19 Et Satan avait frapp√© Job pour un but : l'√©prouver, car lui et Dieu avaient eu un d√©bat. Et voici ce que Dieu a dit √† Satan : ¬ęJ'ai un serviteur sur la terre, il n'y a personne comme lui. Quoi que Je lui dise, il le fait. C'est un homme int√®gre, un homme juste.¬Ľ

20 Satan dit : ¬ęSi tu peux seulement me laisser le toucher, je lui ferai Te maudire en face.¬Ľ

21 Job ne savait rien de tout ce qui se passait. Cela plongea le patriarche dans une profonde d√©tresse. Pourtant, de toute mani√®re, quand tout lui fut arrach√©, il garda toujours sa position en - en Christ. ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant¬Ľ, dit-il.

22 Maintenant, nous passons par ces situations. Tous nous passons par l√†. Et je crois qu'aujourd'hui nous sommes rassembl√©s ici pour quelque chose de semblable pour ce m√™me but. Nous sommes tous sur un tas de cendre. Nous avons nos ennuis, nos hauts et nos bas, et nos - nos moments sombres et nos maladies, nos chagrins et nos d√©ceptions. Ainsi, nous venons dans cette condition en un matin - ce matin de P√Ęques, pour trouver des paroles de r√©confort, comme Job essayait d'en trouver aupr√®s de ses amis.

23 Nul d'entre eux ne pouvait le consoler. A cause de ses tourments, ils l'accusaient d'être quelqu'un qui péchait en secret. Cependant, au milieu de toutes ces difficultés, Dieu vint à son secours.

24 Job se posait des questions. Non seulement parce qu'il savait que sa maladie, ses furoncles, son trouble et ses chagrins, la perte de sa famille et de toute sa richesse, ils √©taient sur le point de lui √īter la vie, mais aussi, il savait qu'en tant que vieil homme, avanc√© en √Ęge, il se dirigeait vers la tombe; il savait et croyait qu'il existait quelqu'un qui l'avait plac√© sur la terre, il ne pouvait simplement pas √™tre venu ici de lui-m√™me. Et il savait qu'il √©tait venu d'un p√®re et d'une m√®re; toutefois, ce p√®re et cette m√®re devaient avoir √©t√© engendr√©s par quelqu'un. Et cela l'a ramen√©, l√†, √† l'origine: ¬ęQui a engendr√© le premier homme?¬Ľ

25 Et alors, il s'√©tonnait comme ceci: ¬ęC'est une chose √©trange que je sois ici, me promenant, ayant une vie sup√©rieure √† celle d'un animal, et une vie sup√©rieure √† celle d'une plante.¬Ľ Et pourtant nous trouvons qu'il dit : ¬ęSi l'arbre meurt, il vivra de nouveau. Et si une - une fleur meurt, elle vivra de nouveau.¬Ľ Mais il dit : ¬ęL'homme s'endort, il expire et o√Ļ est-il? Ses fils viennent le pleurer et lui rendre hommage et il ne s'en aper√ßoit pas.¬Ľ Et, il se demandait : ¬ęComment peut-il se faire que - que Dieu puisse laisser revivre une vie comme celle des fleurs et des plantes, mais que l'homme ne puisse pas revivre?¬Ľ Tout ceci le troublait.

26 Et si nous en tirions juste cette conclusion ce matin... Et c'est pour cette raison que nous sommes ici. Nous avons maintes fois entendu l'histoire de P√Ęqes et l'avons lue du d√©but √† la fin; et aujourd'hui, dans vos √©missions radiophoniques, vous entendez diff√©rents ministres en parler. Mais ce √† quoi j'ai pens√© ce matin pour le petit groupe que le Seigneur m'a donn√©, je vais en parler d'un point de vue diff√©rent, si je le peux, pour en arriver √† ceci : pourquoi passons-nous par ces troubles? Qu'est-ce qui fait que ces choses surviennent? Pourquoi un chr√©tien serait-il toujours perplexe? Pourquoi tout n'irait-il pas d'une mani√®re parfaite pour un chr√©tien? Mais cela n'est pas ainsi, et nous le savons.

27 Et quelquefois nous avons plus de difficult√©s quand nous devenons des chr√©tiens que nous n'en avions lorsque nous √©tions des p√©cheurs. C'est parce que qu'il est √©crit : ¬ęLe malheur atteint souvent le juste, mais Dieu l'en d√©livre toujours.¬Ľ Dieu a promis beaucoup d'afflictions, des sentiments √©tranges et des choses √©tranges qui seront au-del√† de notre entendement, mais c'est toujours pour notre bien. Nous ne pouvons tout simplement pas comprendre cela, car si nous comprenons cela, ce ne serait plus la foi pour nous; nous marcherions par la compr√©hension. Mais nous le faisons, et nous l'avons; et par la foi, nous croyons selon Sa Parole que cela va concourir √† notre bien. Si nous pouvions comprendre cela aujourd'hui, ce - ce matin! Si nous pouvions comprendre que tous nos troubles... Et personne parmi nous n'est immunis√© contre cela. Et si nous pouvions comprendre que ces choses concourent √† notre bien...

28 Dans l'une des Ecritures, dans la Bible, il est √©crit ceci : ¬ęLes √©preuves nous arrivent et elles sont plus pr√©cieuses pour nous que l'or m√™me, car c'est Dieu qui nous envoie ces √©preuves.¬Ľ Apr√®s que nous sommes devenus Sa propri√©t√©, notre confession, et notre bapt√™me, et notre promesse de vivre pour Lui, alors chaque √©preuve qui nous arrive est destin√©e √† nous rendre parfaits pour Sa gloire. C'est pour nous amener au niveau o√Ļ Dieu peut devenir plus r√©el pour nous qu'Il ne l'a √©t√© avant que l'√©preuve vienne.

29 Je voudrais me joindre ce matin √† Job, pour dire que j'ai v√©cu assez longtemps pour savoir que c'est la v√©rit√©. Je l'ai remarqu√© dans ma propre vie, que chaque fois qu'une situation grave survient, que je ne peux contourner, passer par-dessous ou par-dessus cela, Dieu fraye une voie et en est glorifi√©. Je me demande r√©ellement comment Sa gr√Ęce fait toujours cela; mais Il le fait.

30 Et souvenez-vous que dans toutes ces choses, Satan essaie de nous rendre nerveux et de nous bouleverser, de nous amener √† nous demander: ¬ęOh! pourquoi ceci est-il arriv√©? Pourquoi n'ai-je pas √©t√© comme ceci?¬Ľ

31 Il y a quelques jours, quand je suis sorti du plus beau et magnifique endroit que j'aie jamais vu de toute ma vie - c'√©tait le grand b√Ętiment de notre Fr√®re Oral Roberts. Quand j'ai vu ce marbre solide, sans fen√™tre en aucun endroit, et la mani√®re dont c'√©tait pos√©... J'ai √©t√© √† Hollywood, et j'ai √©t√© dans des palais royaux, et j'ai √©t√© partout autant que cela m'√©tait possible, presque dans le monde entier et dans tous ces beaux et luxueux endroits et maisons; mais nulle part je n'ai jamais vu quelque chose, un endroit qui soit comparable √† cela. Comment des petits fils en aluminium s'entrelacent √† le - √† l'int√©rieur et oh, de toute ma vie, je n'ai rien vu d'aussi magnifique. Quand j'y entrai je frottai avec les mains ce poteau - colonnes, et - et ce magnifique granite, le tout en forme d'une trinit√© de P√®re, Fils et Saint-Esprit, sa - sa sculpture, toutes ces choses... Je venais juste de chez Fr√®re Tommy Osborn et j'ai vu, l√†, son importante et imposante oeuvre pour le Seigneur.

32 Je me suis tenu √† l'ext√©rieur et j'ai regard√© de nouveau ce b√Ętiment et j'ai pens√© : ¬ę√Ē Dieu, assur√©ment, je suis devenu un hypocrite, assur√©ment, je suis devenu un rejet√©, quelque part; car, les minist√®res de ces hommes sont sortis du mien.¬Ľ Et je pensai: ¬ęQuoi? Peut-√™tre que je ne suis pas tellement digne de confiance, Seigneur, que Tu ne peux pas me confier quelque chose comme cela. M√™me le peu, les quelques dollars que Tu me laisses payer pour les campagnes et autres, maintenant ils essayent de m'envoyer en prison √† cause de cela. Et pourquoi suis-je un tel hypocrite ou pourquoi suis-je une personne non cr√©dible?¬Ľ J'√©tais sur un tas de cendre, comme Job d'autrefois.

33 Quand je me suis tenu l√† √† l'ext√©rieur, je pouvais √† peine retenir mon souffle, √† cause d'une telle splendeur; comment un pauvre gar√ßon, n√© dans une caverne, un pentec√ītiste, ait pu r√©ussir √† √©riger un si √©norme b√Ętiment... Et je pensais : ¬ę√Ē Dieu, peut-√™tre que je ne suis pas digne.¬Ľ

34 Et juste apr√®s, une petite Voix s'est fait entendre, l√†, dans ces corridors et a dit : ¬ęMais Je suis Ta portion.¬Ľ

35 Alors je pensai : ¬ę√Ē, Seigneur Dieu, oh, que cela demeure ainsi, alors Seigneur. Je... parce que je ne serais pas assez intelligent pour diriger une grande oeuvre comme celle-l√† pour Toi. Et je suis un - un illettr√©. Mais, aussi longtemps que Tu es ma portion, je suis tien et Tu me conduiras. Je ne peux pas me conduire. Mais, √ī Seigneur, conduis-moi!¬Ľ

36 Ce sont ces heures cruciales qui nous poussent vers ces terres sacr√©es. C'√©tait dans la Bible. Et souvenez-vous, peu importe combien la d√©tresse est grande, Satan ne peut pas vous √īter la vie, √† moins que Dieu n'ait fini avec vous. Il n'y a rien qui puisse arriver √† moins que Dieu ne le permette. Il n'y a aucun malheur qui arrive sans que Dieu ne l'ait permis. Et Il fait concourir cela √† notre bien. Pensons-y.

37 Réfléchissons, quand le déluge s'abattit là pour détruire le monde, cela ne pouvait pas détruire Noé. Noé ne pouvait pas être détruit, parce qu'il avait un travail à faire pour Dieu.

38 Un jour, l√† dans une grande nation sous une grande servitude, il y avait quelques enfants H√©breux que nous connaissons, tels que Shadrac, Meshac et Abednego. Et il y eut un temps o√Ļ ils devaient prendre une d√©cision, temps o√Ļ quelque chose devait √™tre fait. Ils avaient leur - leur... leur foi √©tait mise √† l'√©preuve.

39 Et quand votre foi est mise à l'épreuve, alors ne faillissez pas. Tenez-vous-en seulement à ce que vous croyez.

40 Et quand ils furent en face de cela, la foi fut mise √† l'√©preuve. Et ils travers√®rent un moment crucial; non seulement ils sont pass√©s par un tas de cendre, mais aussi ils sont entr√©s dans une fournaise ardente. Mais Satan ne pouvait pas les d√©truire, car le but de Dieu n'√©tait pas encore atteint. Ils pouvaient y aller avec cette esp√©rance : ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant.¬Ľ Ils pouvaient y aller avec cette esp√©rance-ci : ¬ęNous sommes certains que Dieu est capable de nous d√©livrer de cette fournaise ardente, mais, m√™me si... nous n'allons pas nous incliner devant cette image.¬Ľ

41 Satan ne pouvait pas les prendre. Il ne pouvait pas noyer No√© lors du d√©luge, avant que le but de Dieu ne f√Ľt atteint. Il ne pouvait pas br√Ľler les enfants h√©breux, avant que le but de Dieu ne f√Ľt atteint. Il ne pouvait pas tuer Job avec des ulc√®res et troubles avant que le but de Dieu ne f√Ľt atteint. Les lions ne pouvaient pas non plus d√©vorer Daniel, avant que le but de Dieu ne f√Ľt atteint. La mort et la vieillese non plus ne pouvaient emporter Abraham, avant que le but de Dieu ne f√Ľt atteint.

42 Et cela ne peut pas non plus nous emporter, ni m'emporter, jusqu'à ce que le but de Dieu pour notre vie soit atteint. Ainsi, nous en tirons une consolation.

43 Et pourquoi Dieu laisse-t-Il des difficultés arriver? Dieu attelle les difficultés, met des mors dans leurs bouches et fait qu'elles Lui obéissent et que ces tourments nous amènent à une communion plus intime avec Dieu.

44 Il n'y avait pas eu d'arc-en-ciel avant la venue du d√©luge. Mais apr√®s que No√© eut √©t√© mis dans la condition o√Ļ il √©tait, pour flotter pendant quarante jours et quarante nuits dans une temp√™te, et la petite arche tanguant de haut en bas sur l'eau - c'√©tait apr√®s que le d√©luge fut termin√©, qu'il vit l'arc-en-ciel √† sa toute premi√®re apparition; c'est l'alliance de l'esp√©rance, l'alliance de la promesse. Apr√®s √™tre pass√© par l'√©preuve, il vit alors la promesse.

45 C'est de cette manière-là que vous voyez la promesse, après que vous êtes passés par l'épreuve. J'aime ce poème ou ce psaume: Dois-je être transporté au ciel sur un lit
Fleuri et d'aisance, alors que les autres
Ont combattu pour gagner le prix en naviguant
Sur des mers ensanglantées.

46 Nous cherchons le confort et la paix. Mais Dieu nous donne le meilleur qu'Il peut : les √©preuves et les afflictions, qui sont bien meilleures que le confort et la paix. Notre confort se trouve juste de l'autre c√īt√© de la rivi√®re.

47 Ce n'√©tait qu'apr√®s que les enfants h√©breux √©taient forc√©s √† entrer dans la fournaise ardente, l'une de leurs plus dures √©preuves, qu'ils ont vu Quelqu'un semblable au Fils de Dieu se tenant au milieu d'eux. Leur √©preuve a fait que le Fils de Dieu se tienne debout parmi eux dans les cendre pour chasser les vagues chaudes. Mais le Consolateur n'est apparu qu'apr√®s qu'ils furent entr√©s dans le feu.‚ÄďE-

48 C'√©tait Daniel qui avait r√©solu dans son coeur de ne pas se souiller avec les choses du monde, et qui √©tait mis devant une √©preuve: soit prier Dieu, soit aller dans la fosse aux lions, mais ce fut apr√®s que la chaleur fut allum√©e, qu'il fut jet√© dans la fosse aux lions; c'√©tait apr√®s cela qu'il vit l'Ange du Seigneur debout √† c√īt√© de lui, assurant la protection - cette grande Colonne de Feu se tenant entre lui et les lions. Et les lions ne pouvaient pas le d√©vorer, parce qu'il √©tait pass√© par les √©preuves, les tentations et les difficult√©s. Il savait que son Dieu √©tait capable de le d√©livrer de cela.

49 C'√©tait Abraham qui, apr√®s avoir vu que le sol n'√©tait plus fertile et que la s√©cheresse √©tait venue, et que Lot s'√©tait s√©par√© et √©tait descendu pour mener une vie des d√©lices dans le monde, c'√©tait apr√®s avoir entendu les plaintes et les cris de ses bergers √† court de p√Ęturages pour son b√©tail, qu'il resta malgr√© tout dans le pays que Dieu lui avait donn√© et lui avait dit d'y s√©journer. Et comme en ce jour-l√†, apr√®s qu'il a √©t√© √©prouv√© au point qu'il fut arriv√© au bout de sa - sa patience, c'√©tait apr√®s que les √©preuves furent pass√©es, qu'il parla face √† face ce jour l√† avec Elohim sous le ch√™ne. C'√©tait apr√®s avoir support√© ses √©preuves, apr√®s √™tre pass√© par les difficult√©s dans lesquelles il √©tait, que Dieu lui apparut, sous la forme d'un Homme, S'assit l√† et lui dit qu'il √©tait mari√© et que le nom de sa femme √©tait Sara, et Il dit qu'elle s'√©tait moqu√©e de Lui dans la tente, l√†-derri√®re.C'√©tait l√† qu'Abraham L'a appel√© ¬ęElohim¬Ľ. C'√©tait apr√®s les √©preuves et les afflictions.

50 Oh! Si l'Eglise pouvait seulement se r√©veiller aujourd'hui, pour voir que c'est apr√®s les troubles, les √©preuves, les rires et les moqueries, les choses par lesquelles l'√©glise √©tait pass√©e, l'√©glise pentec√ītiste, que nous voyons Dieu au milieu de nous, accomplissant de grands signes et miracles. Apr√®s les labeurs et les difficult√©s du jour,
Après que tout cela sera passé,
Alors nous verrons enfin Jésus.
Il m'attendra,
Jésus si beau et si fidèle
Sur Son tr√īne majestueux,
Il nous accueillera à la Maison.
Après que le jour sera passé.
(Travaillons pendant qu'il fait jour.)

51 Tous ces grands hommes - nous prendraient une bonne partie de notre service du matin, si nous nous mettions à relever le fait qu'ils sont passés par les épreuves et ont vu Dieu. Ils sont passés par les épreuves et ils ont vu les Anges. Ils sont passés par les épreuves, ils ont eu des révélations et ont vu des signes, et des miracles, et autres.

52 Mais oh! aucun d'entre eux n'a vu ce que Job avait vu! Tous ces hommes, apr√®s avoir vu les Anges et Dieu, et apr√®s avoir vu toutes ces choses, ils n'ont rien vu qui pouvait leur donner l'esp√©rance au-del√† de la tombe. Mais Job a vu la r√©surrection! Il a vu la P√Ęques. Il a vu la chose qui r√©conforte chaque coeur. C'est alors qu'il s'exclama : ¬ęOh! si mes paroles pouvaient √™tre √©crites dans un livre! Oh! si elles pouvaient √™tre grav√©es avec un burin de fer sur un rocher!¬Ľ

53 Voyez, cela... Tout était tourné contre lui. Ses - même ses serviteurs ne lui parlaient pas. Sa femme devint une étrangère. Il s'assit là sur un tas de cendre, cette grande épreuve. Et l'église vint, et lui tourna le dos pendant sept jours. Et personne pour le consoler.

54 Il devait donc avoir eu la vision de la P√Ęques, quand il s'√©tait √©cri√© : ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant et qu'Il se tiendra sur la terre aux derniers jours. Je sais! Oh! si mes paroles √©taient √©crites avec un burin de fer sur une pierre, si mes paroles pouvaient ne jamais passer, car je sais que mon R√©dempteur est vivant! Je sais! Je sais!¬Ľ

55 Que savez-vous Job? ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant.¬Ľ Avez-vous remarqu√© non seulement qu'il y avait Quelqu'un, qui √©tait vivant, mais Il √©tait le R√©dempteur de Job!

56 Oh! b√©ni soit le Nom du Seigneur! Je suis heureux de faire partie de la P√Ęques, de faire partie de cette r√©surrection. Et nous en faisons partie ce matin, parce qu'en nous, comme participants, habite la vie de cette r√©surrection qui a apport√© la P√Ęques. Je sais que mon R√©dempteur...¬Ľ Que savez-vous? Je ne suppose pas cela; nous avons beaucoup de suppositions aujourd'hui. ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant!¬Ľ Oui, monsieur.

57 Maintenant, qu'√©tait-Il? S'Il √©tait vivant, Il √©tait le R√©dempteur de Job. ¬ęMon¬Ľ, pronom personnel, mon, ¬ęmon R√©dempteur est vivant!¬Ľ

58 Et que savez-vous d'autre, Job? Qu'avez-vous vu dans cette vision? ¬ęDans les derniers jours Il se tiendra sur la terre. Et m√™me si les vers d√©truisent mon corps, cependant dans ma chair je verrai Dieu, Que je verrai pour moi-m√™me. Je sais que mon R√©dempteur est vivant et Il se tiendra sur la terre au dernier jour. M√™me si mes reins se consument en moi, m√™me si les vers d√©truisent mon corps, cependant, dans ma chair, je verrai Dieu.‚ÄĘ C'√©tait l√† la plus grande vision.

59 Daniel a vu un Ange. Les enfants h√©breux ont vu le Fils de Dieu. No√© a vu l'arc-en-ciel. Abraham a vu Dieu face √† face. Mais Job a vu la r√©surrection; Job a vu le futur. Gr√Ęce √† leur vision, gr√Ęce √† leurs r√©v√©lations, tous les patriarches et les grands saints de la Bible ont attendu impatiemment ce jour-l√† avec assurance, qu'il y aurait un temps de r√©surrection.

60 Maintenant nous voyons s'op√©rer de grandes oeuvres. Nous voyons les grandes puissances de Dieu. Nous voyons les grandes choses qu'Il a su accomplir. Vous ne pouvez pas regarder le soleil et - et ne pas reconna√ģtre que c'est la puissance de Dieu qui fait tourner cette terre autour de ce soleil. Vous ne pouvez pas voir le printemps venir sans savoir qu'il y a un Dieu. Lorsque vous voyez les yeux des aveugles, les oreilles des sourds, √™tre gu√©ris, sachez que c'est Dieu. Mais qu'en serait-il si c'√©tait tout et qu'apr√®s la mort, c'√©tait fini pour nous? Mais la r√©surrection, la P√Ęques, oh! C'est elle qui a scell√© tout ce que Dieu avait toujours promis, c'√©tait la r√©surrection.

61 Et il devait y avoir une crucifixion avant qu'il ne puisse y avoir une résurrection. Avant que l'Eglise ne puisse voir la puissance de résurrection, avant que je puisse voir un nouveau ministère commencer en moi, avant que vous ne puissiez entrer dans une nouvelle communion avec Dieu, il doit y avoir une crucifixion de soi-même pour qu'une résurrection ait lieu. Nous devons mourir à nos propres pensées, mourir à nos propres habitudes, mourir à tout ce qui nous entoure, passer à travers les épreuves et les afflictions, afin que nous puissions voir une nouvelle résurrection, une nouvelle Vie. Avant qu'un pécheur ne puisse devenir un chrétien, il doit y avoir une mort, puis une résurrection.

62 Avant qu'Abraham ne puisse voir Elohim, il a fallu vingt-cinq ans d'épreuve. Avant que les enfants hébreux ne puissent voir le Fils de Dieu, ils devaient entrer dans la fournaise ardente. Avant que Daniel ne puisse voir un Ange, il devait aller dans la fosse aux lions. Avant que Job ne puisse voir la résurrection, il devait passer par là et perdre tout ce qu'il avait; mais alors, par une vision, il avait vu!

63 Et si par une vision Job pouvait se tenir tr√®s fermement sur une promesse, combien devrions-nous le faire, apr√®s que Christ est ressuscit√© des morts et qu'Il est devenu la Pr√©mice de ceux qui sont endormis et qu'Il a envoy√© le Saint-Esprit sur nous comme un sceau de la promesse, afin que nous ayons aussi la vie? ¬ęParce que je vis, vous vivrez aussi!¬Ľ Nous voyons Sa grande pr√©sence parmi nous, oeuvrant, accomplissant les m√™mes signes et prodiges qu'il avait faits sur la terre, nous donner de l'esp√©rance. Et resterons-nous alors sur nos tas de cendre apr√®s √™tre arriv√©s √† la r√©surrection? Quittons les tas de cendre aujourd'hui, avec une nouvelle vision, avec une nouvelle puissance, avec une nouvelle d√©termination, afin de voir Dieu dans Sa Puissance. Nous voyons approcher la r√©surrection des choses.

64 Nous sommes au temps de la mort. Nous sommes assis aux portes de la mort. Les nations se trouvent aux portes de la mort.

65 La Russie a d√©couvert une nouvelle arme maintenant, comme vous en avez tous entendu parler √† la radio et tout. Ils n'ont pas besoin de venir ici pour faire sauter √ßa avec une bombe. Ils peuvent simplement amener une petite chose ici et infiltrer leurs espions et lancer un petit truc sur chaque nation, et tout le monde sera paralys√© pendant vingt-quatre heures. Ils viendront et quand vous vous r√©veillerez, il y aura un Russe qui vous frappera sur le c√īt√©, un grand garde russe qui s'emparera de votre maison, qui violera votre femme, qui jettera vos enfants dans la rue et occupera votre maison. Ils peuvent lefaire. Ils ne perdront pas une seule chose. Ils ont cela. Personne n'en sait rien. Voyez? Tout avance dans... Maintenant, ils peuvent utiliser cela et sans rien craindre parce que personne d'autre ne le poss√®de.

66 Nous ne savons pas comment cela viendra, ce qui arrivera. Mais nous savons une chose, que nous sommes sur un tas de cendre. La nation est sur un tas de cendre. Le monde est sur un tas de cendre.

67 Et comme le monde est sur un tas de cendre, je suis si heureux que l'Esprit de Dieu puisse venir et nous pouvons dire : ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant et au dernier jour, il se tiendra sur cette terre!¬Ľ Un jour Il viendra! Pas √©tonnant que le po√®te ait √©crit : Vivant, Il m'aima. Mourant, Il me sauva.
Enseveli, Il emporta mes péchés au loin.
Ressuscitant, Il me justifia gratuitement pour toujours
Un jour, Il viendra, oh! quel jour glorieux!

68 Il a d'abord fallu un Geths√©man√© o√Ļ des grumeaux de sang sortirent de Sa peau. Et il a fallu une Cruelle agonie au Calvaire, avant qu'il y ait la preuve d'un Dieu Eternel Qui pouvait ressusciter les morts. Il a fallu un - il a fallu un Geths√©man√© et un Calvaire pour faire une P√Ęques. Certainement qu'il le fallait.

69 Comment ces ap√ītres... ce matin-l√†, quand ils √©taient tr√®s d√©courag√©s, au point que Pierre dit : ¬ęJe suis vraiment d√©courag√©, je crois que je retournerai simplement p√™cher, je vais retourner. Je - je L'ai vu.¬Ľ

70 Ils avaient de grandes esp√©rances et ils croyaient et tout, jusqu'√† ce que vienne ce grand moment ent√©n√©br√©. Qu'est-ce que Dieu faisait? Il amenait ces ap√ītres √† un tas de cendre. Il les amenait √† un point o√Ļ ils auraient - ils auraient la confirmation de leur foi.

71 Et Pierre dit : ¬ęJe - je L'ai vu op√©rer de grands miracles l√†-bas en Galil√©e. Mais, oh! Il g√ģt l√†-bas, mort et raide, dans la tombe! Je crois que ce matin, j'irai simplement √† la mer jeter le filet, et que j'irai simplement p√™cher. Peut-√™tre qu'en regardant l√†-bas de l'autre c√īt√© de la mer, je verrai... Je me souviens L'avoir vu, quand Il nous attendait sur la rive. Je crois que je vais simplement descendre.¬Ľ

72 Et les ap√ītres ont dit : ¬ęTu sais quoi? Je crois que j'irai avec toi.¬Ľ Oh! ils √©taient tristes. Ils avaient pleur√© √† en avoir les yeux gonfl√©s.

73 Combien nous savons endurer ces situations! Combien nous le savons! Nous sommes tous habitués à ces choses.

74 Je me rappelle quand j'ai d√©pos√© dans la tombe une pr√©cieuse personne, l√†-bas au sommet de la colline appel√©e ¬ęEastern¬Ľ [le cimeti√®re de l'Est - NDT] ou le cimeti√®re de Walnut Ridge, comment j'ai d√©pos√© un petit b√©b√© l√†-bas. Et j'ai pleur√© dans les bras de ma m√®re, tellement pleur√© que je n'en pouvais plus. J'avais fait tout ce que je pouvais jusqu'√† prendre un fusil pour tenter de me suicider; je suis pass√© par un temps terrible. Et ce fut en cette heure-l√†, dans cette petite chambre l√†-haut, comme j'√©tais √† genoux, que les cieux s'ouvrirent et que je la vis l√† se tenant dans la splendeur de l'immortalit√©. Ce fut en cette heure l√† que je sentis ses bras entourer mes √©paules et elle dit : ¬ęBill, tu ne comprend pas. Nous sommes de loin mieux que vous.¬Ľ

75 Voyez, il faut une crucifixion. Il faut que la fleur soit press√©e pour en extraire le parfum. Il faut que la vie soit press√©e pour en tirer ce qu'il y a de meilleur. C'est la raison pour laquelle J√©sus devait √™tre press√© pour manifester ce qu'Il √©tait. Avant la crucifixion, Il ne pouvait pas se tenir l√† et dire : ¬ęTout pouvoir dans les cieux et sur la terre a √©t√© remis entr mes mains.¬Ľ Mais apr√®s la crucifixion, Il pouvait se tenir l√† et dire : ¬ęTout pouvoir dans les cieux et sur la terre a √©t√© remis entre mes mains.¬Ľ Mais qu'est-ce que cela a fait? Il a fallu premi√®rement la crucifixion.

76 Il a fallu que les ap√ītres passent par le pressoir et la d√©ception. Ils ont vu leur Sauveur, Celui qu'ils ont aim√© et qu'ils ont m√™me vu ressusciter le mort de la - de la tombe. Ils L'ont vu faire cela. Maintenant ils pensaient: ¬ęIl g√ģt l√†, raide, dans la tombe ce matin.¬Ľ Il a fallu le...

77 Ces gens qui L'avaient vu ouvrir les yeux des aveugles, L'avaient vu se tenir l√† et discerner les pens√©es m√™mes qui √©taient dans les coeurs des gens; ils ont dit: ¬ęComment savait-Il, dirent-ils, qu'on Le suivrait? Comment le savait-Il?¬Ľ Pourquoi n'avait-Il pas su que Judas allait - que Judas allait - allait Le trahir? Pourquoi n'a-t-Il pas su que les soldats gravissaient la montagne l√†-bas, avec des b√Ętons et des √©p√©es et tout pour L'arr√™ter, alors qu'Il pouvait discerner leurs pens√©es?¬Ľ

78 Voyez, le Diable les utilisait, les mettait sur un tas de cendre, car ils avaient besoin du t√©moignage: ¬ęJe sais¬Ľ (non pas ¬ęje suppose¬Ľ ou ¬ępeut-√™tre que c'est ainsi¬Ľ.) ¬ęJe sais. Je sais.¬Ľ

79 Et souvenez-vous, ces √©preuves vous sont inflig√©es de la m√™me mani√®re pour que vous ne puissiez pas dire : ¬ęEh bien, peut-√™tre que ceci est vrai, peut-√™tre que l'Ecriture est vraie, peut-√™tre que la gu√©rison divine est vraie, peut-√™tre que le Saint-Esprit est vrai.¬Ľ Mais quand vous faites cette exp√©rience et que vous quittez ce tas de cendre et que vous recevez la r√©v√©lation de Dieu, par le bapt√™me du Saint-Esprit, vous pouvez crier: ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant, parce qu'Il vit en moi.¬Ľ

80 Pierre a dit : ¬ęJ'irai faire la p√™che.¬Ľ Ces ap√ītres ont dit : ¬ęJe pense que j'irai tout simplement avec vous.¬Ľ Et ils √©taient sur leur tas de cendre, l√†-bas en pleine mer, et les difficult√©s continuaient de plus belle. Et je peux entendre l'un d'entre eux dire : ¬ęOh! comment ceci a-t-il pu arriver, Pierre? Comment se peut-il qu'un Homme comme Celui-l√† puisse mourir? Comment, √©tant ce qu'Il √©tait, a-t-Il pu √™tre mis dans la tombe? Comment pouvait-Il se tenir l√† et supporter qu'on lui crache au visage et qu'on Lui arrache la barbe et qu'on Lui mette cette couronne sur la t√™te? Comment le pouvait-Il, oh! et √™tre toujours Dieu? Je ne puis vraiment pas comprendre cela.¬Ľ Oh! quelle d√©ception!

81 Et tout d'un coup, ils ont regard√© sur la rive et l√†, ils ont vu ce que Job avait vu quatre mille ans avant, juste le m√™me genre de r√©v√©lation qu'avait eue Job. Le R√©dempteur se tenait l√†, vivant et plein d'entrain, se tenant sur la rive avec un feu allum√© et un poisson cuit dessus comme cela et dit - les invita. J√©sus a une table dress√©e o√Ļ les Saints de Dieu sont nourris,
Il invite Son peuple √©lu : ¬ęViens d√ģner.¬Ľ

De Sa manne, Il nous nourrit Et pourvoit à nos besoins;
Oh! c'est bon de souper avec Jésus tout le temps!
Combien nous pouvons y penser, comment il a fallu ces grandes choses...

82 Comment le... l'ap√ītre Paul, ce grand ap√ītre qui a d√Ľ passer par ses moments de troubles quand il a assist√© √† la mort d'Etienne et qu'il a vu son petit visage tourner vers le ciel et les pierres frapper son visage, et ayant lev√© les yeux, il a dit: ¬ęJe vois les cieux ouverts. Je vois J√©sus debout √† la droite de Dieu.¬Ľ Il dit : ¬ęSeigneur ne leur impute pas ce p√©ch√©.¬Ľ Et Paul tenait leurs v√™tements etcela l'a mis sur un tas de cendre pendant des semaines, il faisait des va-et-vient au point que sa pens√©e √©tait pollu√©e et qu'il s'est mis en route vers Damas pour essayer de se frayer une voie de sortie, comme un homme qui va boire du whisky pour essayer de noyer son chagrin.

83 Il √©tait en plein dedans, quand une Voix vint du ciel et qu'une grande Lumi√®re brillante dit : ¬ęSaul, Saul, pourquoi Me pers√©cutes-tu.¬Ľ Il Le vit. Il reconnut qu'Il √©tait J√©sus le Ressuscit√©, Celui dont il avait t√©moign√© la mort, Il √©tait ressuscit√©.

84 Oh! je me souviens de ma propre vie, en voie de la destruction, quand j'ai entendu une douce Voix : ¬ęJe suis J√©sus, J'√©tais une fois mort, Je suis vivant pour toujours. Parce que Je vis, tu vivras aussi.¬Ľ Depuis ce temps-l√†, pla√ßant ma main dans la Sienne, je me confie en Lui dans les moments sombres. Quand vient le moment o√Ļ je ne sais plus voir le chemin que je suis en train de suivre, je me confie toujours en Lui.

85 Chaque croyant chr√©tien doit √™tre amen√© dans ces √©preuves. Chaque croyant chr√©tien doit √™tre mis sur le tas de cendre, pour qu'il en sorte avec une exp√©rience: ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant!¬Ľ

86 Nous ne venons pas ici ce matin simplement pour nous asseoir et parler d'une affaire pass√©e, ce qui est tout √† fait vrai, mais nous venons ici ce matin avec un t√©moignage : ¬ęJe sais que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu, je le sais sans l'ombre d'un doute. Je sais qu'Il est ressuscit√© des morts et qu'Il vit en moi aujourd'hui. Il est √† moi et je suis √† Lui. Je suis coh√©ritier avec Lui, dans le Royaume de Dieu.¬Ľ

87 La P√Ęques! La P√Ęques apporte quelque chose de glorieux, une r√©surrection, une nouvelle esp√©rance. L'avez-vous re√ßu ce matin? Cela se trouve-t-il dans votre coeur? Savez-vous que votre R√©dempteur est vivant et qu'Il fait concourir toute chose?

88 Vous dites : ¬ęFr√®re Branham, je suis assis ici, attendant la ligne de pri√®re.¬Ľ

89 Dieu fait concourir cela exactement au bien. Pourquoi, l'autre jour, ce précieux petit garçon était-il aveugle dès sa naissance? C'est afin que Dieu reçoive la gloire et qu'une ville soit secouée. Certainement, Dieu sait ce qu'Il fait. Dieu sait. Et Il nous met sur un tas de cendre pour nous montrer Sa gloire.

90 Ainsi, ce matin je dis ceci, mes amis. Apr√®s trente et un ans de minist√®re, apr√®s trente et un ans de dur labeur dans le champ, je veux rendre mon t√©moignage √† ce sujet: J'ai eu des d√©ceptions. J'ai eu des moments o√Ļ j'ai demand√© des choses, et pleur√© pour des choses et suppli√© pour des choses, mais je ne les ai pas obtenues. Mais, si je m'attends patiemment √† Dieu, alors je sais que √ßa marchera tout √† fait bien, cela se r√©v√©lera tout √† fait juste, cela fera exactement la bonne chose.

91 Quand j'ai perdu mon b√©b√©, ma petite Sharon, je... C'√©tait une chose qui m'avait achopp√©. J'ai dit : ¬ęComment cela peut-il √™tre pour le bien? Comment cela peut-il √™tre pour le bien?¬Ľ Et des mois plus tard, quand je l'ai vue se tenir l√† dans toute la beaut√© d'une jeune fille, me parlant, se tenant √† c√īt√© de ce vieux chariot bris√©, l√†, j'ai compris que si elle avait v√©cu, peut-√™tre, elle aurait pu se m√©conduire. Dieu devait la reprendre pendant qu'elle √©tait tendre et douce. Je sais que je la reverrai. Je sais que je la verrai; je le sais sans l'ombre d'un doute.

92 Je pense √† ma femme qui, √† l'√Ęge de vingt-deux ans, fut reprise. Elle n'√©tait encore qu'une jeune fille que d√©j√† elle √©tait une petite m√®re. Lorsque les journaux ont √©crit ici en grand titre : ¬ęUne jeune m√®re, la femme d'un pasteur, vient de mourir.¬Ľ Oh, que mon coeur a saign√©! Je ne savais que faire.

93 Mais aujourd'hui, je sais que tout cela concourait √† mon bien. Je sais que la vie devait √™tre moulue, tordue et press√©e, afin de faire sortir ce qui √©tait √† l'int√©rieur. Il y avait trop de Branham, l√†, √† l'int√©rieur, qui devait √™tre press√© avant que Dieu puisse Se faire conna√ģtre.

94 Il y avait trop de vous-m√™me en vous au point que Dieu devait extraire cela au travers des √©preuves. Et pendant que cette pression s'exerce, c'est dur. Mais apr√®s un moment, les cieux redeviennent clairs, et vous voyez le dessein de Dieu. Alors vous criez : ¬ęJe sais que mon R√©dempteur est vivant et aux derniers jours, Il se tiendra sur la terre! M√™me si les vers d√©truisent ce corps, cependant dans ma chair, je verrai Dieu!¬Ľ Ces petites √©preuves et autres ne sont l√† juste que pour un temps et ils vont passer et dispara√ģtre. Mais ils n'arrivent que pour notre bien, souvenons-nous-en, afin que Dieu soit glorifi√©.

95 Si nous pouvons incliner la t√™te juste un moment. Je veux demander, avant la pri√®re, s'il y a quelqu'un ici qui voudrait qu'on se souvienne de lui dans un mot de pri√®re avant que nous terminions. Que Dieu vous b√©nisse. Combien ici voudraient dire : ¬ęJe veux qu'au moment de mon √©preuve, Dieu me donne alors une nouvelle exp√©rience afin que je puisse √™tre renouvel√©?¬Ľ Levez la main, dites : ¬ęJe veux - je veux que ceci soit une r√©surrection pour moi, une P√Ęques, pour me ressusciter dans de nouvelles esp√©rances, de nouvelles puissances, une nouvelle sant√© et une nouvelle joie.¬Ľ Que le Seigneur vous b√©nisse, mon peuple bien aim√©.

96 Oh! notre Dieu et notre Sauveur, nous Te sommes tr√®s reconnaissants pour cette P√Ęques, √† cause de ce qu'elle signifie pour nos coeurs. Et par la foi, nous voyons l√†-bas, de l'autre c√īt√© du pays, la Venue du Seigneur J√©sus, pendant qu'Il s'appr√™te Lui-m√™me maintenant, se rev√™tant de Ses habits royaux. Et l'Eglise est en train de s'habiller, l'Epoux est en train de La rev√™tir de Sa robe de mari√©e. Il va y avoir une grande rencontre tr√®s bient√īt.

97 Ce tas de cendre ne peut demeurer pour toujours. Pendant que nous entendons les gens rire, se moquer de nous et nous appeler de ce nom scandaleux d'¬ęexalt√©s¬Ľ, et se moquer de nous, et dire que nous manquons le bon sens, oh! cela ne va pas durer tout le temps, Seigneur. Mais puissions-nous √™tre comme Job, garder notre t√©moignage; puissions-nous √™tre comme Daniel dans la fosse aux lions, ou les enfants h√©breux dans la fournaise ardente, ou Abraham pendant son voyage.

98 Aide-nous, √ī Seigneur, √† rester fid√®les jusqu'√† ce que nous voyions arriver cette chose glorieuse: ¬ęQuand la trompette sonnera et les morts en Christ ressusciteront, nous les vivants qui seront rest√©s, nous serons chang√©s en un instant, en un clin d'oeil.¬Ľ Et alors viendra pour nous cette P√Ęques, dont Christ S'est r√©joui ce matin-l√†, il y a mille neuf cents ans, et a dit : ¬ęParce que Je vis, vous vivrez aussi.¬Ľ

99 ¬ęCe m√™me J√©sus, qui √©tait enlev√© du milieu de nous, reviendra juste de la mani√®re qu'Il est parti.¬Ľ Nous Le verrons, m√™me chaque cicatrice de Sa main, et les marques d'√©pines sur Sa t√™te. Nous Le verrons. Oh! je Le reconna√ģtrai, je Le reconna√ģtrai
Et rachet√©, je me tiendrai √† Ses c√īt√©s

100 Oui, Seigneur, mon pauvre coeur comme mon corps faible commence à se courber sous le poids des responsabilités et des labeurs du champ de moisson, les champs missionnaires, les hauts et les baset l'indifférence des ministres arrogants de part et d'autre et ainsi de suite, et le mépris des gens et des puissances maléfiques... Mais, oh! Seigneur, un jour, nous allons descendre à la rivière comme Elie; nous verrons là-bas, attelé à chaque buisson, un char de feu qui nous emportera. Que nous sachions que ces tas de cendre ne sont que des voiles qui nous empêchent de voir cette grande chose qui est juste devant nous, cette grande gloire.

101 Puissions-nous, comme Job, rester fidèles jusqu'à ce que nous Le voyions face à face. Puissions-nous être aussi fidèles que notre Seigneur, lui notre exemple pour aller au Calvaire prêts à être crucifiés; à être crucifiés avec Lui, afin qu'il puisse y avoir une résurrection dans notre vie. Accorde-le, Seigneur.

102 Puissent - s'il y a des moqueurs ici qui, comme c'√©tait le cas pour Paul d'autrefois, s'en sont moqu√©s, puissent-ils d√©couvrir la P√Ęques sur leur chemin de retour √† la maison ce matin. Accorde-le, Seigneur.

103 Nous prions, Seigneur, que ceux qui sont sur ce tas de cendre de la destruction, un tas de cendre de la maladie, que ceci soit l'heure à laquelle ils seront délivrés.

104 Hier soir, en parlant √† cette petite dame et √† son mari, l√† dehors pr√®s de la roulotte, de quelle mani√®re l√†, √† Phoenix, ils √©taient dans un √©tat critique ayant ces cancers √©normes sur eux, et maintenant aujourd'hui, ils sont parfaitement en bonne sant√© et dans un √©tat normal. Et le petit b√©b√© √† qui on devait enlever le coeur est assis ici dans le b√Ętiment ce matin, normal et en bonne sant√©. Un petit gar√ßon aveugle qui, autrefois marchait dans les t√©n√®bres et ne voyait jamais la lumi√®re du jour, marche aujourd'hui et voit la lumi√®re du jour. Et oh! Dieu, combien nous Te remercions pour ceci! Et tous regardent au-del√† du voile, √† ce glorieux jour de la r√©surrection. Accorde-le, P√®re. Et puissent-ils savoir que ces choses devaient √™tre ainsi afin que ceux-ci, le petit gar√ßon aveugle puisse voir, que le petit enfant qui souffrait des complications cardiaques puisse donner un t√©moignage aux autres. Toutes ces choses concourent au bien de ceux qui T'aiment.

105 Tout est possible pour nous parce qu'il y a eu Quelqu'un qui √©tait ob√©issant durant l'√©preuve, il y a eu Quelqu'un qui a satisfait au test, c'√©tait J√©sus, Lui Qui √©tait si ob√©issant au P√®re que le P√®re Le ressuscita le matin de P√Ęques, parce qu'il n'√©tait pas possible qu'Il soit retenu par la mort. ¬ęCar Je ne laisserai pas Mon Saint voir la corruption, ni ne laisserai Son √Ęme au s√©jour des morts.¬Ľ Car Il a √©t√© trouv√© fid√®le, faisant toujours ce qui plaisait au P√®re.

106 Dieu, puissions-nous √™tre toujours fid√®les au poste du devoir. Peu importe ce que sont nos √©preuves et nos troubles, ou quoi que ce soit, puissions-nous √™tre capables de dire toujours : ¬ęJe sais que tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu.¬Ľ Accorde-le, P√®re.

107 Nous b√©nissons ces gens, ce matin, de Tes b√©n√©dictions. Ils ont quitt√© leurs maisons et ils sont venus au Tabernacle. Ils sont venus pour √™tre r√©confort√©s. Puissent-ils rentrer chez eux, ce matin, avec la puissance du Saint-Esprit br√Ľlant dans leurs coeurs, marchant le long du chemin comme ceux qui venaient d'Emma√ľs, disant : ¬ęNos coeurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous pendant qu'Il nous parlait en chemin?¬Ľ Accorde-le, P√®re. Je Te les confie maintenant, au Nom du Seigneur J√©sus-Christ. Amen.
Très bien, Frère Neville. Et maintenant souvenez-vous de ces réunions.

108 Nousn'aurons pas de cartes de pri√®re ce matin, parce que, si nous avons des cartes de pri√®re, aussi longtemps que j'am√®ne les gens √† se tenir ici comme cela, je compterai toujours sur ce don. Je dois en arriver au point o√Ļ je mets cela de c√īt√©, o√Ļ je peux sortir d'ici et je peux... Je crains. Il semble que j'ai peur et je crains de commettre une faute? Perdre une bataille n'est pas perdre une guerre. Patton a perdu plusieurs batailles, mais il n'a jamais perdu une seule guerre. C'est vrai. Et nous perdons beaucoup de batailles aussi, mais nous n'allons pas perdre la guerre. Je commettrai beaucoup de fautes, mais je ne perdrai pas la cause. Dieu l'a donn√© et Dieu en prendra soin. C'est - c'est l'onction. Et maintenant, il est temps, je crois que c'est l'heure, et je commence, √©tant donn√© qu'aujourd'hui c'est la P√Ęques, je veux m'avancer comme je l'ai fait, l√†, pour prier pour les malades. Et si je peux... C'est l'onction. C'est quelque chose qui doit se passer en moi. Je ne suis pas trop habitu√© √† cela. Cela vent d'une mani√®re telle que je ne saurai peut-√™tre pas bien le d√©tecter, mais je dois continuer √† avancer jusqu'√† ce que je connaisse vraiment cela √† tout moment. Ainsi, c'est aujourd'hui que je vais essayer, par la gr√Ęce de Dieu.

109 Que le Seigneur vous bénisse maintenant, Frère Neville. Et les réunions débuteront à neuf heures trente. Frère

EN HAUT