ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

Prédication Convaincu, puis concerné de William Branham a été prêchée 62-0118 La durée est de: 2 hours and 6 minutes .pdf La traduction Shp
T√©l√©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)   
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

Convaincu, puis concerné

1 Merci beaucoup, mon frère. (Vous pouvez vous asseoir.) Je considère certainement que ceci est un grand privilège, d'être ici ce soir avec frère Groomer, dans son église, et je salue le troupeau qui séjourne ici à Tempe, en Arizona. Je crois que ceci est… Est-ce cette ville que les mormons ont construite? Est-elle la ville en question ? Non, c'est Mesa…?… Je sais que c'est l'une de ces petites villes. Il y a bien des années, lorsque je n'étais qu'un jeune garçon, lors de la dédicace du Temple Mormon… Je ne me rappelle plus si c'était Tempe ou Mesa, l'endroit dont les frères ont parlé.
Et je suis toujours en retard, je ne suis jamais √† l'heure. Vous savez, on me dit que je suis venu au monde un peu apr√®s le temps normal. J'ai fait attendre ma femme pendant longtemps avant - que nous nous mariions. Si donc je peux seulement √™tre en retard √† mes fun√©railles ; c'est - c'est la chose suivante. C'est le moment o√Ļ j'aimerais √™tre en retard, vraiment en retard. Mais les gens ont √©t√© gentils de m'attendre.
J'ai √©t√© pris dans une temp√™te de neige et j'ai √©t√© retenu quelques jours avant de venir ici, et je suis en retard de deux jours pour cette r√©union avec fr√®re Groomer. Je devais √™tre ici depuis le soir de mardi dernier. Mais nous avons fait des arrangements pour que nous puissions nous rattraper, et - ou plut√īt je ne sais comment ils ont arrang√© cela. Je peux me tromper l√†-dessus. Mais ils ont arrang√© cela, ainsi je vais me rattraper de toute fa√ßon.

2 Hier soir, nous avons eu une merveilleuse réunion là dans l'autre église, là à… Frère Hatton, je pense, oui, frère Hatton, un très brave gentleman chrétien. Je l'ai rencontré hier, et je suis resté avec lui au bureau pendant un petit moment, et nous avons eu un moment de communion, nous avons eu à prier ensemble. On a eu une merveilleuse réunion hier soir, mais on est resté un peu longtemps, on a retenu les gens jusque tard. C'est un peu une habitude chez moi. Mais ce soir je ne vais pas faire cela. Non. Je - je n'ai pas l'intention de prêcher plus de quatre heures. Je - je ne pense pas du tout le faire. Ainsi, voyez-vous? Généralement ça marche au tabernacle ou ailleurs.
Je vois certains de mes amis de Jeffersonville, ou ceux qui nous visitent. Je m'aperçois que nous avons devant nous ce soir des gens assis là, qui ont fait tout le trajet en voiture depuis Macon, en Géorgie, chaque dimanche pour avoir… C'est environ 714… C'est environ 1500 miles [ 2.413,5 km - N.D.T.] l'aller-retour pour venir à l'église le dimanche. Et ils ne le font pas juste une fois. Chaque jour de l'année, que nous avons réunion au Tabernacle, ils roulent depuis très loin, à Macon, en Géorgie.

3 Je vois ici fr√®re et soeur Dauch de l'Ohio. Fr√®re Dauch est avanc√© en √Ęge, et lui et sa femme, et le Seigneur a √©t√© bon envers eux, ils - ils roulent tous les dimanches, ce couple √Ęg√©, depuis tr√®s loin dans l'Ohio, depuis le - sur des routes verglac√©es. Et elle, une femme, a conduit depuis l'Ohio, afin d'assister aux r√©unions.

4 Il y a ici des gens qui viennent de Macon, et des autres endroits, qui se sont rassemblés ici pour la réunion. Nous sommes ravis d'avoir de tels amis. Nous sommes si heureux de partager ensemble nos privilèges et de communier ensemble. Car, en toute sincérité, nous confessons être des pèlerins et des étrangers. Ici ce n'est pas chez nous.
Je crois… J'ai juste regardé et j'ai vu ici un frère qui vient d'Iowa, si c'est vrai, n'est-ce pas, frère, par ici, le beau-frère de frère Norman en provenance de l'Iowa? Nous sommes comme Abraham. Nous sommes - avons quitté le monde, et nous cherchons une cité dont l'Architecte et le Constructeur est Dieu. Nous croyons qu'un jour, un jour glorieux, nous verrons cette cité. Le désir de tout mon coeur est de voir cette cité glorieuse.
A présent, nous comptons sur Dieu pour qu'Il nous bénisse ce soir, et qu'Il nous accorde Sa Présence. Et je disais cela juste pour un petit - changer d'atmosphère, pour qu'on puisse un peu sourire, quand j'ai dit que je prêcherais quatre heures. Eh bien, je suis coupable de cela, vous voyez, et - et les gens sont coupables de rester assis et m'écouter pendant si longtemps. Mais c'est euh - c'est un peu dur de les punir de cette façon-là.

5 Ceci est une petite église bien construite. Je peux voir presque tout le monde. Ce serait ici un beau moment - un bel endroit ici pour un véritable service de guérison, si nous en avions un, un jour ou l'autre - et en tenir un. Je regarde là loin au fond, je vois soeur Evans là derrière. Je ne vois pas frère Evans. Ils viennent aussi de Macon, en Géorgie, de très loin dans cette région chaude. Ils nous ont parlé l'autre jour, et ils ont dit qu'ils allaient se rendre là, même avec nous les Yankees. Ils ont eu 22,86 cm de neige, ainsi ils… de quoi se vanter, avec toute cette neige. Avez-vous fait un bon voyage, là-bas? Eh bien, c'est très bien, Frère Evans.

6 Juste un petit témoignage que j'aimerais donner concernant frère Evans qui est là derrière, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, Frère Evans, si c'est… Comment j'ai fait connaissance avec frère Evans, c'était à Met, là à Philadelphie. Frère Theo Jones… la plupart d'entre vous ont entendu parler de lui… c'est un frère du Plein Evangile, un excellent prédicateur. Nous nous sommes rencontrés, et il m'a demandé si je pouvais venir avec lui à Met pour quelques soirées de service, et j'ai accepté de le faire, nous revenions alors de quelque part.

7 Et frère Leo Mercier et frère Gene Goad ont fait connaissance avec frère Evans d'une façon ou d'une autre, et ils ont dit : "Un homme aimerait vous rencontrer lors de l'une de vos entrevues privées, ont-ils dit, il vient de Géorgie."

8 Et j'ai dit : "D'accord." Et mon épouse et mon petit garçon - le petit Joseph, comme la plupart d'entre vous s'en souviennent, le Seigneur m'a montré six ans avant sa naissance… Le médecin avait dit que c'était impossible, que cela ne pouvait pas se faire ; mais le Seigneur avait dit qu'il en serait ainsi. Alors, Joseph est venu juste à l'heure. Et ainsi, nous… Il avait deux ou trois ans à l'époque.

9 Et je me souviens un matin, o√Ļ nous nous sommes r√©veill√©s, √† l'h√ītel; Joseph me regardait alors que je m'habillais pour aller au petit d√©jeuner avec fr√®re Evans. Je n'avais pas encore fait sa connaissance. Et j'ai dit √† ma femme Meda : "Tu sais, ch√©rie, cet homme que nous allons rencontrer‚Ķ" Je l'ai d√©crit, j'ai dit‚Ķ sa femme et lui. "Et ce matin, je l'ai vu en vision. Il aime la p√™che, mais c'est un contrevenant." Et j'ai dit : "Je - je - je le vois faire quelque chose qu'il ne devrait pas faire." Et j'ai dit : "Je ne sais pas si je dois le lui dire."
"Eh bien, a-t-elle dit, tu ferais mieux de te montrer galant."
Et j'ai dit : "Je le serai."
Et à ce moment là, le petit Joseph s'est levé du lit. Il a dit : "Papa, sais-tu que David va avoir un accident avec sa moto?"
Et j'ai dit : "C'est quoi ça, mon fils?"
Sa mère a compris cela, et a dit : "David…"

10 David Wood habite √† c√īt√© de chez moi. Il √©tait t√©moin de J√©hovah, et sa jambe avait - avait la paralysie infantile, et il tra√ģnait sa jambe sous lui. Et lors d'une r√©union, son p√®re et sa m√®re l'avaient amen√© l√†, et le Seigneur J√©sus a tout r√©v√©l√© √† son sujet, ce qu'il √©tait, et lui a dit de se tenir debout ; il a √©t√© gu√©ri. Et l√†, sa jambe est redevenue normale.
Et son père est entrepreneur. Il a alors donné son coeur au Seigneur Jésus, et il a emménagé tout près de chez moi, et il y vit depuis ces quelques dernières années. Et le garçon, à moins qu'il y réfléchisse, ne sait même pas quelle jambe c'était qui - qui faisait mal. Il y a des gens assis ici ce soir qui connaissent le garçon. Combien parmi vous ici connaissent David Wood? Assurément, beaucoup d'entre vous qui ont vu, qui ont vu le garçon.

11 Et Joseph a dit : "J'ai vu que David s'est fait mal sur une moto dans la ruelle √† c√īt√© de l'√©cole."
Eh bien, je me suis dit… Quelques jours auparavant, il m'a dit qu'il attendait que sa petite soeur revienne à la maison. Il était sur sa bicyclette. Il a dit : "Papa, j'ai vu…" Il a dit : "Y a-t-il là-haut un Homme qui a une main grande comme ceci?"
Et j'ai dit : "Je ne sais pas. Pourquoi?"
Il a dit : "J'ai levé les yeux, a-t-il dit, je me dirigeais vers la route sur ma bicyclette." Et il a dit : "J'ai vu une main énorme, on dirait la main de Jésus qui me retenait pour que je n'aille pas sur la route."

12 Eh bien, nous n'avions jamais beaucoup fait attention √† cela. Mais quand il nous a dit cette proph√©tie, selon laquelle David allait se blesser sur une moto, pour moi, c'√©tait un peu √©trange. Et vous savez, nous √©tions √† la maison pour trois jours‚Ķ Et il m'a dit de quelle jambe il allait s'agir‚Ķ le c√īt√© droit, et qui allait d√©chirer ses habits, se blesser du c√īt√© droit. Nous avons dit : "Tu as r√™v√© de cela cette nuit, Joseph."
"Non, non.", a-t-il dit, il n'avait pas du tout rêvé de cela. Il a dit : "J'ai vu Dada avoir cela juste maintenant." Voyez-vous? Eh bien, je me suis dit qu'il allait continuer.

13 Trois jours après notre retour à la maison, David a sauté sur une moto. Un garçon venait de Louisville sur une moto. Et lui est allé sur la route, et juste à l'endroit en question, il est tombé de la moto, et s'est écorché toute la jambe, sur la partie droite.

14 Et c'est bien le - le jour que j'ai rencontr√© fr√®re Evans. Alors, apr√®s lui avoir parl√©, et vu qu'il √©tait un brave fr√®re du sud, j'ai dit : "J'aimerais vous poser une question." J'ai dit : "Vous allez p√™cher quelque part dans les mar√©cages, √† un endroit qui me para√ģt √™tre la Floride?"
Il a dit : "Oui."
J'ai dit : "Tout r√©cemment, vous avez attrap√© tout un sac de poissons. Vous n'auriez pas d√Ľ en attraper autant."
Et j'ai dit…
Et il a dit… en quelque sorte… Il a rougi, il a baissé la tête, et j'ai dit : "Vous sortiez, vous et votre fils, et vous avez caché ces poissons trois fois, parce que vous aviez vu le garde-chasse au bout; vous pensiez que c'était lui."
Il a dit : "Oui, monsieur. C'est vrai." Il a vraiment rougi, lui et sa femme.
Mais j'ai dit : "Il y a juste…"
Il a dit : "Je - je suis d√©sol√©. Je - je n'aurais pas d√Ľ faire cela."
J'ai dit : "Mais je voudrais, naturellement, aller pêcher là-bas."

15 Eh bien, il m'y a amené. Je suis parti. Et en…
L√† au fond, il y a des serpents tr√®s dangereux, l√† dans ces ‚Ķ Des alligators, des crocodiles, des serpents, et tout, l√†-bas. C'est pire que les monstres de Gila de l'Arizona. Ils ont ce qu'on appelle "ground rattler" [esp√®ce de serpent √† sonnettes, vivant dans l'eau - N.D.T], une toute petite b√™te, et c'est - c'est une b√™te m√©chante. Et son fr√®re s'est fait mordre par un, environ trois ou quatre mois avant, et il avait encore un pl√Ętre √† la jambe, et il avait un anneau par-dessus cela depuis des mois, il √©tait dans un h√īpital, on ne savait pas s'il allait vivre ou mourir ; c'√©tait son jeune fr√®re.

16 Fr√®re Evans et moi sommes donc retourn√©s l√†, moi je p√™chais. Oh, j'avais une belle journ√©e. J'aime vraiment p√™cher. Je - je suis le p√™cheur le plus m√©diocre du monde, mais j'ai un bon guide : Lui. Et Il me dit o√Ļ ils sont, et g√©n√©ralement j'en attrape. Et j'en ai attrap√© de beaux ce jour-l√†.
Et j'en ai suspendu une qui √©tait tr√®s grosse - une tr√®s grosse perche, d'environ dix ou onze livres [5 ou 5,5 kilos - N.D.T.], je pense ; je n'arrivais pas √† la saisir‚Ķ Et le petit bourdon qu'elle avait dans la bouche; et elle avait la bouche √† peu pr√®s comme ceci, et le petit bourdon √† peu pr√®s comme ceci. Elle pouvait se dresser et faire sortir cela de sa bouche. Mais elle √©tait tr√®s f√Ęch√©e. J'ai remis cela, et elle l'a prise √† la troisi√®me reprise.

17 Et fr√®re Evans a dit : "Oh, attrapez-la, Fr√®re Branham." Alors que je sautais l√† avec ce b√Ęton, essayant d'atteindre cette perche pour la frapper encore, et une autre, oh, quelque chose, une tr√®s grosse b√™te a mordu cela, et je l'ai attrap√©e, un peu √©puis√©. Je l'ai gard√©e hors de la marre de lis jusqu'√† ce qu'elle se soit approch√©e de la rive.
Frère Evans qui est assis là, avait les pieds mouillés. Il a simplement retroussé son pantalon, et il était pieds nus. Il a dit : "Juste une minute." Les tulles et tout étaient hauts comme cela. Il a dit : "Je vais la tirer de face."
J'ai dit : "Ne vous en faites pas. Je vais la tirer dedans. Si elle s'échappe, on en a beaucoup.."

18 Alors je me suis mis à la tirer comme ceci. Il a dit : "Je vais l'attraper." Comme il sortait, un petit "ground rattler" [espèce de serpent à sonnettes vivant dans l'eau] l'a mordu, juste quand il est sorti, juste à la partie supérieure du pied, juste au-dessus de l'astragale.
Je n'avais jamais entendu une telle - une telle mine sur un visage, ou plut√īt entendu un tel hurlement. Il est sorti de l√†, et tenant les mains comme cela, les dents serr√©es, il regardait. Et il y avait juste un petit‚Ķ d'environ cette largeur √† l'endroit o√Ļ les crochets du serpent avaient p√©n√©tr√© juste dans la jambe.
Eh bien, vous êtes la personne la plus malade au monde après quelques minutes. Et vous feriez mieux de recevoir de l'aide ou d'atteindre un endroit, sans quoi vous allez mourir. Et ce - ce venin est vraiment un poison chez le "ground rattler".
Eh bien, c'est un homme costaud ; j'étais trop petit pour le transporter sur environ deux miles [3,218 km - N.D.T.] jusqu'à la voiture, à travers ces marécages. Et nous voyions partout des alligators, et je ne suis donc pas très courageux en face d'eux, de toute façon.
Et je me suis dit : "Que puis-je faire?"

19 Et juste à ce moment-là il m'a semblé que quelque chose m'a parlé, et j'ai vu l'Ecriture du Seigneur qui dit : "Et ils marcheront sur les têtes des scorpions et sur les têtes des serpents, et rien ne pourra leur nuire." Alors j'ai pensé à son frère, mais son frère n'est pas un croyant. Il n'est pas chrétien. Mais cet homme-ci est un chrétien. Il ne faisait que serrer et tenir sa jambe…

20 Je lui ai impos√© les mains. J'ai dit : "P√®re c√©leste, nous sommes dans un √©tat d'urgence, et je suis - je suis incapable de transporter mon fr√®re. Et de plus, il est tellement malade, le temps de le sortir d'ici, je ne suis pas s√Ľr que nous pourrions l'amener √† temps, l√† o√Ļ il y a l'assistance. Mais il est √©crit dans Ta Parole que rien ne pourra leur nuire, et celui-ci est un croyant."
Alors j'ai remarqu√© qu'il a cess√© de souffrir ou plut√īt de faire du bruit. Et quand j'ai fini de prier, il √©tait assis et me regardait en riant. Il a dit : "Il n'y a plus aucune douleur."
"Eh bien, ai-je dit, pouvons-nous continuer?" Nous avons continué de pêcher, nous avons pêché toute la journée. Ce soir-là, aux environs de vingt-trois heures… Nous avons attrapé tellement de grosses perches que quand nous sommes rentrés de nouveau en ville, eh bien, les gens étaient là prenant des photos, et les contemplant, très tard la nuit, aux environs de vingt-trois heures.
Et son fr√®re, celui qui avait √©t√© mordu par un serpent, g√©rait un - un magasin des app√Ęts. Et il est venu, et nous avons racont√© l'histoire et avons indiqu√© l'endroit. Et son fr√®re a dit : "C'est tr√®s bien d'√™tre croyant, mais pas stupide. " Il a dit : "Va aussi vite que possible √† l'h√īpital recevoir les premiers soins."

21 Frère Evans a dit : "Si le Dieu tout-puissant m'a protégé depuis onze heures ce matin jusqu'à vingt-trois heures, ce soir, cela règle la question." Il n'a plus jamais eu d'autre douleur. Voulez-vous vous tenir debout, Frère Evans, afin que les gens voient de qui nous parlons? Voici le frère en question, juste ici, venant de…

22 Et, oh, Il demeure Dieu partout o√Ļ vous √™tes. Il est la Pr√©sence infaillible de J√©sus-Christ. "Voici, Je suis toujours avec vous, m√™me jusqu'√† la fin du monde." Et Il vous demande d'appliquer votre foi, dans Sa Parole chaque fois que vous le voulez, et Il L'accomplira.

23 Eh bien, je suis… C'est un privilège d'être ici ce soir en compagnie de notre brave frère Groomer, et j'ai… C'est depuis longtemps qu'il était à mes trousses pour que je vienne ici, et je pense que c'est merveilleux d'être ici ce soir, en compagnie de ces autres braves frères, de rencontrer frère Ballard que voici, et beaucoup d'entre vous. Et nous nous attendons tous à être au déjeuner des Hommes d'Affaires, et là au - au … Quel est le nom de ce… Ramanda. Ai-je prononcé cela correctement? Ramada. Est-ce de l'espagnol?
Je me rappelle qu'autrefois j'ai appris un mot d'Espagnol : oye. Je ne le prononce plus correctement. Je ferais mieux de cesser. Je veux dire : "M'entendez-vous?" ou quelque chose du genre : oye, ou oye… [Une soeur prononce le mot "oye" pour frère Branham - N.D.E.] Oye, c'est ça. Oye, c'est ça. Et puis ce "Gloria a Dios", gloire à Dieu. C'est ça, "Gloria a Dios, Gloria a Dios." Je m'en souviens depuis longtemps. Ainsi, je continue de crier "Gloria a Dios."

24 Ainsi donc, ce soir, pour que vous ne restiez pas trop longtemps, et - et je‚Ķ juste un petit temps de communion‚Ķ Et excusez-moi de me tenir ici sur l'estrade parlant et - et me r√©jouissant, car je suis tr√®s heureux d'√™tre ici. Je pense que Dieu veut que Ses enfants soient heureux. Je - je crois que nous pouvons pousser la chose √† l'extr√™me, et - et ne pas √™tre sinc√®res l√†-dessus, mais je crois que Dieu veut que Son peuple soit tr√®s heureux, sociable, aimable du fond du coeur, nous aimant les uns les autres comme Dieu √† l'√©gard de Christ, ou plut√īt comme Christ nous a aim√©s. Je pense que c'est la raison pour laquelle nous devons √™tre des chr√©tiens heureux.
Bien, avant la lecture de la Parole, parlons √† l'Auteur juste un instant, avec nos t√™tes inclin√©es. Et maintenant, avec la t√™te inclin√©e, alors que nous‚Ķ Pendant que nous mettons de c√īt√© le peu de temps o√Ļ nous avons donc communi√© ensemble pour faire connaissance et renouveler notre communion, je ne sais pas si ce soir il y a des requ√™tes √† mentionner dans ce petit b√Ętiment visible, que √ßa soit √† l'ext√©rieur ou √† l'int√©rieur, et que vous voudriez faire conna√ģtre en levant la main, juste‚Ķ Dieu conna√ģt vos coeurs. √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux. √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux. Ainsi, Il conna√ģt votre besoin. Combien ont un besoin spirituel, qu'ils l√®vent la main? Que Dieu vous b√©nisse. Et maintenant, pour la gu√©rison de votre corps, levez la main, voyez s'il y a des malades. Oh! la la! C'est un pauvre monde malade, n'est-ce pas? Parlons-Lui, Lui qui est capable de redresser tout mal.

25 Dieu tout-puissant, de même que Tu es apparu à Abraham sous le Nom du Dieu tout-puissant, Tu demeures Dieu tout-puissant, d'éternité en éternité. Et ce soir, nous sommes très heureux d'avoir le privilège de venir auprès de Toi, sachant ceci, que si nous venons sur l'invitation de Jésus, nous avons donc l'assurance que Tu nous écoutes, car Il a dit : "Tout ce que vous demanderez au Père en Mon Nom, Je le ferai." Eh bien, nous croyons cela, car c'est une Parole de Dieu.
Et nous avons beaucoup de besoins ce soir, Seigneur. Nous Te remercions pour cette √©glise, et pour une nation o√Ļ nous pouvons encore avoir ce genre de r√©union, pour une ville qui ne ferme pas ses portes. Nous Te remercions pour son pasteur, notre pr√©cieux fr√®re, et pour tout le comit√©, les diacres, les administrateurs, ainsi que tous les membres. √Ē Dieu, et par-dessus tout ceci, nous Te remercions pour tous les p√®lerins qui sont ici ce soir, ceux qui s√©journent avec nous ici sur terre.
P√®re, nous sommes rassembl√©s dans une adoration sinc√®re, et nous croyons que Tu viendras √† notre rencontre, que Tu ne manqueras pas de nous b√©nir et de nous accorder les moindres de nos d√©sirs. Et Tu as effectivement vu les mains de ces gens pour les maladies spirituelles. √Ē Dieu! √īte toute peur et tout doute ce soir. Que le Saint-Esprit ait la pr√©√©minence.

26 √Ē Dieu, nous prions pour ceux qui sont d√©rang√©s physiquement‚Ķ de sorte qu'ils ne peuvent pas jouir de la vie, car le diable leur a fait du mal et les a rendus malades. Qu'ils sachent ce soir que par les meurtrissures du Seigneur J√©sus, chacun de nous a √©t√© gu√©ri. Que nous ayons ce soir le courage de monter dans la Pr√©sence de Dieu par la foi, car en r√©alit√©, Dieu est notre P√®re, et la foi est notre m√®re qui nous fait na√ģtre pour Dieu. Ainsi, par la m√®re-foi, que nous soyons introduits dans la Pr√©sence du Divin P√®re qui nous a fait la promesse, et qu'Il nous d√©livre de tout mal, comme Il nous a appris √† prier : "D√©livre-nous du mal."
Maintenant, Seigneur, b√©nis ces ministres visiteurs. La r√©union des Hommes d'Affaires Chr√©tiens approche, et nous prions pour cela, afin que beaucoup d'√Ęmes soient sauv√©es. Et quand nous nous en irons ce soir, puissions-nous √™tre √† m√™me de dire comme ceux qui revenaient d'Emma√ľs : "Nos coeurs ne br√Ľlaient-ils pas au-dedans de nous pendant qu'Il nous parlait en chemin?"

27 B√©nis Ta Parole pendant que nous La lisons. Ta Parole est une Lampe, une Lumi√®re qui √©claire de la terre √† la gloire. Et puissions-nous monter un peu plus haut sur l'√©chelle ce soir, Seigneur, alors que‚Ķ gr√Ęce √† notre communion ensemble dans la Pr√©sence de Christ J√©sus.
Maintenant, Père, marche avec nous dès ce moment. Prends la Parole du Dieu vivant, et apporte-La à chaque coeur affamé. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.
Maintenant, vous qui aimez noter les textes, ou plut√īt qui voulez lire avec nous les Ecritures, ouvrez, si vous voulez, vos Bibles dans St. Jean, au chapitre 1. J'aimerais lire une bonne portion de la Parole dans St. Jean, au chapitre 1. Et maintenant, nous allons commencer au verset 15 de St. Jean, chapitre 1. Jean lui a rendu t√©moignage, et s'est √©cri√© : "C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient apr√®s moi m'a pr√©c√©d√©, car il √©tait avant moi. Et nous avons tous re√ßu de sa pl√©nitude, et gr√Ęce pour gr√Ęce; Et la loi a √©t√© donn√©e par Mo√Įse, la gr√Ęce et la v√©rit√© sont venues par J√©sus-Christ. Personne n'a jamais vu Dieu ; mais le Fils unique, qui est dans le sein du P√®re, ‚Ķ l'a fait conna√ģtre. Car voici le t√©moignage de Jean, lorsque les Juifs envoy√®rent de J√©rusalem des sacrificateurs et des L√©vites, pour lui demander : Toi, qui es-tu? Il d√©clara, et ne le nia point, il d√©clara qu'il n'√©tait pas le Christ. Et ils lui demand√®rent : Quoi donc? Es-tu Elie? Et il dit : Je ne le suis point. Es-tu le proph√®te? Et il r√©pondit : Non. Ils lui dirent alors : Qui es-tu? afin que nous donnions une - une r√©ponse √† ceux qui nous ont envoy√©s. Que dis-tu de toi-m√™me? Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le d√©sert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Esa√Įe, le proph√®te. Ceux qui avaient √©t√© envoy√©s √©taient des pharisiens. Ils lui firent encore cette question : Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es pas le Christ, ni Elie, ni - ni le proph√®te? Jean leur r√©pondit : Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, qui vient apr√®s moi ; Je ne suis pas digne de d√©lier la courroie de ses souliers. Ces choses se pass√®rent √† B√©thanie, au-del√† du Jourdain, o√Ļ Jean baptisait. Le lendemain,‚Ķ (Excusez-moi)‚Ķ il vit J√©sus venant √† lui, et il dit : Voici l'agneau de Dieu, qui √īte le p√©ch√© du monde. C'est celui dont j'ai dit : Apr√®s moi vient un homme qui m'a pr√©c√©d√©, car il √©tait avant moi. Je ne le connaissais pas, mais c'est afin qu'il f√Ľt manifest√© √† Isra√ęl que je suis venu baptiser d'eau. Jean rendit ce t√©moignage : J'ai vu l'Esprit descendre du ciel comme une colombe et s'arr√™ter sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoy√© baptiser d'eau, celui-l√† m'a dit : Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arr√™ter, c'est celui qui baptise du Saint-Esprit. Et j'ai vu, et j'ai rendu t√©moignage qu'Il est le Fils de Dieu. Le lendemain, Jean √©tait encore l√†, avec deux de ses disciples; Et ayant regard√© J√©sus qui passait, ‚Ķ dit : Voici l'agneau de Dieu! Les deux disciples l'entendirent prononcer ces paroles, et ils suivirent J√©sus. J√©sus se retourna, et voyant qu'ils le suivaient, il leur dit : Que cherchez-vous? Ils lui r√©pondirent: Rabbi (ce qui signifie Ma√ģtre)
, o√Ļ demeures-tu?
Venez, leur dit-il,‚Ķ voyez. Ils all√®rent, et ils virent o√Ļ il demeurait ; et ils rest√®rent aupr√®s de lui ce jour-l√†. C'√©tait environ la dixi√®me heure. Andr√©, fr√®re de Simon Pierre, √©tait l'un des deux qui avaient entendu les paroles de Jean, et qui avaient suivi J√©sus. Ce fut lui qui rencontra le premier son fr√®re Simon, et il lui dit : Nous avons trouv√© le Messie (ce qui signifie Christ) . Que le Seigneur ajoute Ses b√©n√©dictions √† la lecture de Sa Parole. Et maintenant, avec le plus grand int√©r√™t, puiss√©-je attirer votre attention juste pour quelques instants sur un - un petit sujet que‚Ķ si je peux l'intituler‚Ķ Pendant que j'√©tais assis au bureau, il y a un moment, aux environs de 3 ou 4 heures, cet apr√®s-midi, lisant, ceci m'a frapp√©. Et pour en tirer un sujet, j'aimerais prendre ce - ces deux mots : "Convaincu, puis concern√©." "Convaincu, puis concern√©."

28 Eh bien, nous vivons un temps horrible. Nous vivons un temps de grande d√©faillance. Nous le savons. Nous en sommes conscients. Hier soir, j'ai pr√™ch√© sur le sujet : "Pr√©sumer", l√† dans l'autre √©glise ; les gens acceptent une chose quelconque, et ils pr√©sument qu'ils sont chr√©tiens. Et le mot "pr√©sumer," comme nous l'avons expliqu√© hier soir, signifie "s'aventurer sans autorit√©". Et trop de gens pr√©sument aujourd'hui. "Eh bien, disent-ils, j'ai fait ceci cela. Je me suis joint √† l'√©glise. Je - j'ai √©t√© immerg√© dans l'eau. Je pr√©sume que je suis chr√©tien." Cela ne marchera pas. Cela‚Ķ Vous ne pouvez pas pr√©sumer ce que‚Ķ Vous devez √™tre s√Ľr que vous l'√™tes. Voyez-vous? Vous - vous devez vraiment √™tre s√Ľr que vous √™tes un chr√©tien.

29 Ainsi aujourd'hui, je trouve que malgr√©‚Ķ notre nation compte plus de membres chr√©tiens qu'elle n'ait jamais connus. Mais savez-vous que l'ann√©e pass√©e, d'apr√®s les statistiques, il n'y a pas‚Ķ le‚Ķ aucun s√©minaire‚Ķ un seul √† peine compar√© √† l'ann√©e pr√©c√©dente, mais tous les autres s√©minaires, ou √©coles ou √©coles Bibliques ont eu un quota inf√©rieur de ministres. L√† o√Ļ les jeunes ayant un appel dans leur vie pour aller dans le champ missionnaire, et ainsi de suite, vont pour leur instruction et ainsi de suite, ils avaient l'habitude de faire la queue pour se faire inscrire dans les √©coles; mais maintenant, on peut √† peine les convaincre √† y entrer. Il y a quelque chose qui cloche quelque part. Voyez-vous?

30 Je crois de tout mon coeur sans‚Ķ j'esp√®re que je ne dis pas quelque chose de faux, je pense cependant que c'est d√Ľ √† un manque d'int√©r√™t, √† l'insouciance‚Ķ On ne se soucie pas assez. On se soucie trop de la fabrication d'une bombe atomique, on se soucie trop sur qui sera le premier sur la lune, et - et‚Ķ Cela m'importe peu d'aller sur la lune. Je veux aller au ciel, c'est l√† que je - que je veux aller.

31 Vous savez, les gens sont toujours √† crier, disant : "Nous sommes les premiers √† avoir envoy√© un homme dans l'espace." La Russie ne cesse de nous rabattre les oreilles : "Nous avons envoy√© un homme dans l'espace." Eh bien, nous en avons Un dans l'espace depuis deux mille ans. Bien s√Ľr que nous n'avons pas‚Ķ?‚Ķ Ils ont - ils ont pris trop de retard. Ils ont deux mille ans de retard par rapport √† nous. Nous avions un Homme dans l'espace, depuis tr√®s tr√®s longtemps, il y a deux mille ans, Il est ressuscit√© de la tombe, et Il est dans l'espace et l√†, partout. Certainement.

32 Ainsi, c'est à Lui que nous regardons. Il nous amènera à l'endroit dont Il a parlé, disant : "Dans la maison de mon Père, il y a plusieurs demeures, et J'irai vous préparer une place", quelque part au-delà de l'espace, là-bas. Je ne sais pas. Mais Il reviendra nous prendre. Voilà la chose. "Que vos coeurs ne se troublent point, ne soyez point effrayés non plus." Oh, j'aime cela. Cela me fait savoir qu'il y a une maison quelque part dans le rocher, là au-delà du sommet de la montagne, comme l'a dit le poète.

33 Bon, cette défaillance est un manque d'intérêt pour le Corps du Christ. Je crois peut-être que la chose correcte n'a pas été présentée. Tant de jeunes étudiants qui ont un appel dans leur vie rencontrent tellement d'échecs ici, et ils voient réellement que l'ordre et le programme de ce jour ont failli. Pas… Christ n'a pas failli, mais le système que nous avons inventé a failli. Le programme de Christ n'a pas failli, mais le système des gens a failli. Eh bien, Christ a un programme dans lequel nous devons entrer.

34 Eh bien, nous pourrions rester longtemps sur ces quelques petites Ecritures et tout, auxquelles j'ai voulu me r√©f√©rer. Mais pour nous d√©p√™cher, allons-y maintenant et commen√ßons l√† dans le livre d'Esa√Įe, et prenons d'abord le premier appel de Jean : "La voix de celui qui crie dans le d√©sert ", environ 712 ans avant sa naissance.
Et quand‚Ķ Zacharie, son p√®re, un sacrificateur en son temps, √©tait ministre au temple de l'Eternel. Et lui et sa femme Elisabeth √©taient fort avanc√©s en √Ęge. Et le Saint-Esprit est venu vers Zacharie et l'a b√©ni, et lui a parl√© de l'enfant, comme nous le savons tous. Mais cela doit avoir √©t√© une chose √©trange, et une √©motion dans le coeur de ce couple √Ęg√©, quand ce fils promis est arriv√©. Et ses paroles‚Ķ il est sourd jusqu'au moment o√Ļ il lui a donn√© un nom, selon la Parole de Dieu.

35 Voyez-vous, la Parole de Dieu est vraiment parfaite. Et puisque ce petit iota ou titre ne peut en aucun cas passer, ça ne peut pas passer avant d'être accompli. Jésus revient, et Il revient pour une église sans tache ni ride. Et pas une seule parole ou un seul iota de Cela ne peut faillir du tout. L'église sera dans cette condition quand Jésus reviendra. C'est nous que l'on attend.

36 Eh bien, remarquez que Zacharie et Elisabeth... Comme ils √©taient fort avanc√©s en √Ęge, ils savaient qu'ils ne pouvaient pas vivre assez longtemps pour voir leur fils‚Ķ ce que Dieu avait pour lui en r√©serve. Mais ils savaient que Dieu √©tait avec lui, car le Saint-Esprit avait fait cette promesse, et ils √©taient s√Ľrs que Dieu prendrait soin de leur fils. Eh bien, d'apr√®s l'histoire, ils sont - ils moururent quand Jean avait environ neuf ans.

37 Et Jean... Que ces gens sont √©tranges! Eh bien, c'√©tait comme si Jean, du fait qu'il √©tait issu de la maison d'un sacrificateur, qu'il √©tait un homme religieux, et sachant qu'il avait un appel dans sa vie, il aurait d√Ľ partir directement √† l'√©cole pour devenir un sacrificateur comme son p√®re. Eh bien, cela aurait √©t√© la tendance. Quand un gar√ßon re√ßoit un appel dans sa vie, la premi√®re chose √† laquelle il pense, c'est de courir quelque part vers un s√©minaire, voyez-vous, courir vers une √©cole, ou quelque chose de ce genre ; attendre jusqu'√† ce qu'il ait ses dipl√īmes, et ainsi de suite, avant de pr√™cher. Et ainsi, Jean fit juste le contraire.
Au lieu d'aller √† l'√©cole d'o√Ļ son p√®re √©tait sorti... Il savait qu'il avait re√ßu un appel dans sa vie, et il savait qu'il devait annoncer‚Ķ il devait pr√©senter le Messie au monde, en effet, il devait Le pr√©c√©der, et il ne pouvait y avoir d'erreur en cela.

38 Ainsi, au lieu… Il savait que s'il allait à l'école et leur disait : "La plupart d'entre vous ici ne comprennent pas la chose, mais je suis celui qui était né de Zacharie, le sacrificateur, lequel avait reçu son instruction ici dans cette école de théologie. Et j'ai... je… Vous connaissez ma mère, une femme pieuse, et vous savez qui je suis. Ainsi, je viens, Evêque, Archevêque, et vous autres, pour - pour apprendre quelle apparence aura le Messie, car je dois savoir quelle apparence Il a. Je dois en être certain, parce qu'Il sera un Homme. Et je dois savoir quelle apparence Il aura afin que je puisse le présenter réellement au monde."
Eh bien, c'est un office important. Et, mes frères, savez-vous que nous avons le même office? Exactement ; présenter réellement le Messie aux gens.
Ainsi, il savait que s'il allait √† l'√©cole, o√Ļ tout le monde avait une id√©e diff√©rente l√†-dessus, cela n'aurait engendr√© que la confusion. Mais Jean, √† l'√Ęge de neuf ans, est all√© au d√©sert pour √™tre seul avec Dieu, afin qu'il ne puisse pas se tromper. Il voulait savoir ce que le Messie serait, comment il Le d√©couvrirait, quelle apparence Il aurait, afin qu'il puisse Le pr√©senter.

39 Et nous voyons qu'au lieu d'aller se procurer tous les dipl√īmes et de venir en tant que sacrificateur comme son p√®re, et de suivre les traces de son p√®re, il s'est √©loign√© de l'√©cole autant que possible, en plein dans le d√©sert, pour √™tre seul avec Dieu.

40 Je n'ai rien contre les √©coles. Je n'ai rien du tout contre elles. Elles sont tr√®s bien. Mais des fois, apr√®s que vous avez re√ßu votre dipl√īme de l'√©cole, il vous faut quand m√™me aller dans le d√©sert, quelque part, pour trouver la volont√© de Dieu. C'est juste. C'est vrai.
Eh bien, Jean, avec cette importante t√Ęche, est all√© droit dans le d√©sert, et il √©tait l√†, dans le d√©sert, depuis l'√Ęge de neuf ans jusqu'√† l'√Ęge de trente ans.

41 Vous pouvez remarquer sa façon de parler ; c'était un homme du désert. "Oh, vous race de vipère." Voyez-vous? Il était habitué aux serpents dans le désert. Voyez-vous, il… Voyez-vous? "Oh, la cognée est mise à la racine de l'arbre." Voyez-vous? Il était du désert. Voyez-vous? Il - il prêchait d'après ce qu'il avait vécu, d'après l'environnement dans lequel il avait vécu. Et il présentait les images de ce qu'il avait appris là dans le - le désert.
Maintenant, pourquoi Jean √©tait-il si certain? Avez-vous remarqu√© qu'il n'a pas dit : "Peut-√™tre que c'est‚Ķ"? Il a dit : "Voici, celui-ci est‚Ķ" Comment pouvait-il en √™tre si s√Ľr?

42 Eh bien, lisons un autre verset, le verset 26 que j'ai inscrit ici. Je voudrais voir ce que nous tirons de ce verset 26 ici. Et Jean leur r√©pondit : Moi, je vous baptise d'eau, mais au milieu de vous, il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas. Ecoutez. Jean savait. Comment Jean √©tait-il si s√Ľr que juste au milieu de ce groupe, quelque part, ce Messie se tenait alors l√†? "Il y a Quelqu'un au milieu de vous maintenant que vous ne connaissez pas, et Il est celui qui baptisera du Saint-Esprit." Voyez-vous? Il Le connaissait. Pourquoi? Parce que le temps √©tait proche.

43 Fr√®res, le temps est proche. Le chr√©tien a int√©r√™t √† ne pas se joindre √† l'√©glise, ou √† ne pas compter sur une quelconque manoeuvre, ou sur une quelconque sensation, ou sur quelque chose de ce genre, mais vous avez int√©r√™t √† √™tre s√Ľr que vous √™tes en ordre. Eh bien, aujourd'hui nous en avons tellement. Certains reposent cela sur l'instruction, certains reposent cela sur l'apprentissage des cr√©dos, certains reposent cela sur de petites sensations bizarres, d'autres reposent cela sur de diff√©rentes choses, dont je n'ai rien contre. C'est tout √† fait correct. Mais ce n'est pas de cela que je parle. Vous pouvez avoir cela sans poss√©der la chose r√©elle. Voyez-vous? Et c'est ce que nous essayons de dire. Nous devons √™tre certains, car le temps est proche pour la - la v√©ritable effusion du Saint-Esprit. Il a promis qu'Il d√©verserait Cela dans les derniers jours.

44 Eh bien, il y a beaucoup de gens qui disent que si vous tremblez, si vous gardez les yeux fermés, et si vous faites toutes sortes de choses et si vous avez des sensations… Vous recevez des esprits, mes amis, mais si votre vie ne s'accorde pas à ce que vous professez, alors l'esprit que vous avez reçu a quelque chose qui cloche. Voyez-vous? C'est - c'est vrai. Voyez-vous? Vous - vous devez être certain. Le Saint-Esprit produira une vie sainte. C'est vrai. Et si ce désir est dans votre coeur…

45 S'il vous faut constamment chercher √† vous efforcer, √† faire pression, et √† faire ce qui est juste, et que la soif du monde √©tait toujours en vous, alors il y a quelque chose de faux. Voyez-vous, le Saint-Esprit en vous n'aura pas soif du monde ; Il aura soif de Dieu. S'il vous est difficile d'aller √† l'√©glise, et que vous fassiez des efforts pour venir lorsque l'√©glise est ouverte, cet esprit a quelque chose qui cloche. Cela essaie de vous garder loin de Dieu. L'Esprit de Dieu vous fera courir tout droit √† l'√©glise chaque fois que la porte s'ouvre pour la communion. Bien s√Ľr que oui. Voyez-vous? Ainsi, vous devez √™tre s√Ľr de cela maintenant. Le temps est proche.

46 Eh bien, Jean savait que le temps était proche. Ainsi, il a donc dit : "Il y en a Un ici quelque part parmi vous, que vous ne connaissez pas." Lui non plus ne Le connaissait pas à ce moment-là, sinon il aurait dit : "Le voici, ou bien Le voilà. C'est Lui qui se tient là."

47 Mais Jean... s'il avait √©t√© √† l'√©cole, il en aurait probablement montr√© 50. Mais, vous voyez, Jean √©tait all√© √† une autre √©cole. Jean avait √©t√© dans la Pr√©sence de Dieu. Jean, il lui √©tait exactement r√©v√©l√© par Dieu, la Parole de Dieu, l'apparence qu'aurait le Messie. Ainsi, il attendait de voir le signe du Messie. Il voulait voir o√Ļ √©tait le Messie. Dieu avait promis : "Je te donnerai la confirmation de ce Messie." Je vous le dis maintenant, si vous voulez l'Ecriture pour cela, qu'il y aura un signe scripturaire, verset 33. Prenons le verset 33 ici, et lisons. Maintenant, observez : Je le connais, je ne le connaissais pas - je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoy√© baptiser d'eau, m'a dit : Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arr√™ter, c'est celui qui baptise du Saint-Esprit.

48 Voyez-vous, il y avait‚Ķ Dieu veut - veut √™tre s√Ľr qu'il n'y a pas de confusion √† ce sujet. Dieu a dit : "Jean, Je vais te donner un signe. Et ainsi, quand tu verras ce signe sur Lui, cela confirmera que c'est Celui-l√†."

49 Jean a dit : "Il se tient là quelque part, mais je - je ne Le connais pas encore." Mais dès qu'il a vu le - l'Esprit descendre et s'arrêter sur Lui… Personne d'autre n'a vu cela sauf Jean. Pensez-y un peu. Le Saint-Esprit est descendu sous forme d'une Colombe, et s'est arrêté sur Jésus, et personne n'a vu cela sauf Jean, car la promesse avait été faite à Jean.
Eh bien, s'il y a un incroyant ici qui ne croit pas au bapt√™me du Saint-Esprit, vous dites : "Je n'y crois pas," vous n'en saurez jamais rien. Vous dites : "Je ne crois pas √† la gu√©rison divine. Je ne la trouve pas vraie. Bien s√Ľr que vous ne le pouvez pas. Non, bien s√Ľr. Mais, "celui qui croit‚Ķ" C'est pour les croyants. Celui qui a faim dans son coeur pour voir Dieu, voit cela. Personne‚Ķ

50 Ceux qui étaient avec Paul n'ont pas vu cette Lumière suspendue au-dessus de Paul. Ils n'ont pas vu la Lumière, mais c'était si - si réelle pour Paul que cela aveugla ses yeux - si éblouissant que cela aveugla les yeux de l'homme qui se tenait là et qui regardait cela, et les autres qui se tenaient là ne pouvaient même pas voir cela. Ainsi, voyez-vous, cela a été envoyé à ceux qui croient et qui sont disposés à recevoir cela.

51 Les sages - les mages venant de l'Orient, ont suivi l'étoile pendant deux ans, en traversant le fleuve Tigre, et les plaines ; et ils sont venus de loin, là en Arabie, là en Inde, ils sont venus à Jérusalem en suivant cette étoile. Et elle est passée au-dessus de tous les observatoires, et aucun d'eux n'a rien écrit à son sujet. Ils n'ont pas vu cela ; mais eux ont vu cela.

52 C'est pourquoi, je crois ce soir que le Saint-Esprit est ici. Il est ici pour ceux qui sont destinés à Le recevoir, ceux qui Y croient, qui s'attendent à Lui. Il est ici pour résoudre tous leurs problèmes spirituels. Il est ici pour guérir tous les malades qui sont ici. Il est ici. Mais vous devez venir et entrer dans l'atmosphère de la chose, et avoir l'attitude correcte pour recevoir cela. Vous devez venir non pas avec une excitation émotive ; vous devez venir sur base de la foi dans la promesse que Dieu a faite. Cela suffit. C'est ce qu'il faut.

53 Il attendait de voir ce signe, et alors, il √©tait‚Ķ il pouvait L'annoncer. Et il l'a fait. Eh bien, le second jour, Jean Le vit de nouveau et il dit : "Voici l'Agneau de Dieu." Il √©tait s√Ľr. Il savait que c'√©tait Lui.
Les gens ont dit : "Comment le savez-vous?"

54 Il a dit : "Celui qui m'a envoyé au désert baptiser d'eau, a dit : 'Celui sur qui tu verras l'Esprit descendre et s'arrêter, c'est Lui qui baptisera du Saint-Esprit et de feu.'"
Deux de ses disciples se tenaient l√†, et ils ont suivi J√©sus. Et quand nous‚Ķ √©taient Philippe, Andr√©‚Ķ Mais quand ils sont all√©s vers Lui, ils ont dit : "Rabbi, o√Ļ demeures-Tu? Nous voudrions savoir o√Ļ Tu demeures. Eh bien, nous avons entendu un proph√®te qui se tenait l√† √† la rivi√®re, et il nous dit voici six mois qu'un Messie viendrait et qu'il Le reconna√ģtrait. Eh bien, nous savons que ce proph√®te est un homme juste. Nous reconnaissons en lui un proph√®te. Il est - il est un proph√®te confirm√©. Nous savons qu'il l'est. Et il dit que Tu es le Messie. Maintenant, nous voudrions savoir o√Ļ Tu demeures."
Et Il a dit : "Venez voir." Et ils sont entrés et ils sont restés toute la nuit avec Lui, car c'était tard dans l'après-midi.

55 Avez-vous remarqué que les gens sont restés avec Lui cette nuit-là? Et le lendemain matin, André était tellement convaincu qu'il chercha à voir son frère. Voyez-vous? Eh bien, le seul moyen que je vois pour que l'on soit intéressé dans l'église, et là parmi les gens, c'est de rester assez longtemps, jusqu'à ce que vous soyez convaincu que le programme est bon, et que c'est Dieu, et que ce n'est pas une quelconque illusion mentale, ou une émotion, ou - ou de la psychologie, ou une quelconque agitation. C'est absolument le baptême du Saint-Esprit que Dieu a promis de déverser dans les derniers jours.

56 C'est la raison pour laquelle les s√©minaires tombent. Ils voient que tout ce qu'ils ont, d'une fa√ßon ou d'une autre, √ßa ne‚Ķ On promet toujours quelque chose qu'on n'arrive jamais √† - quelque chose qu'on promet et qu'on continue de promettre, de promettre et de promettre. Vous n'y acc√©dez jamais. "Mais la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera", a dit Pierre le jour de la Pentec√īte.
Ainsi, ce n'est pas pour un groupe, autrefois l√†, dans un autre √Ęge; c'est aujourd'hui. Jusqu'o√Ļ? En aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera. Les signes devaient accompagner le croyant afin qu'ils sachent qui ils √©taient‚Ķ donnaient un ‚Ķ une confirmation de ce qu'ils √©taient.

57 Eh bien, André était très, très concerné, car il est resté avec Lui toute la nuit, et il était convaincu. Et puis, comme il était … convaincu qu'Il était le Christ, alors il était concerné au sujet de quelqu'un d'autre. Et je crois que chaque homme, chaque femme, chaque garçon ou chaque fille qui reste assez longtemps au point d'être convaincu que c'est vrai et que c'est le Saint-Esprit, vous avez un fardeau si lourd dans votre coeur que vous ne pouvez pas rester tranquille et laisser les autres mourir comme cela dans la honte et dans le péché. Cela vous brisera le coeur même de sortir ici dans ces rues. Cela arrive à tout chrétien quand il voit les gens entièrement abandonnés au péché : buvant, jouant au jeu d'argent, maudissant, jurant, et fumant.

58 A bord de chaque voiture derrière laquelle vous freinez, se trouve une femme avec une cigarette entre les doigts, avec une de ces coiffures à l'hydrocéphale qu'elles ont - qu'elles ont actuellement, et toutes ces absurdités courantes. Et des milliers de personnes de ce genre confessent être des chrétiennes !

59 Ne comprenez-vous pas, mes amis (√©tant donn√© que je suis l√†-dessus), que comme la premi√®re dame du monde‚Ķ Saviez-vous que J√©zabel √©tait aussi la premi√®re femme du pays? Certainement. Mais Elie vocif√©ra contre elle. Elle le ha√Įssait, mais il lui dit o√Ļ √©tait sa place. Effectivement, il √©tait son pasteur. Elle ne voulait pas admettre cela, mais il l'√©tait. C'est vrai. Il le lui dit.
Eh bien, nous voyons tous les péchés, et les choses telles qu'elles sont, et cela brise le coeur de chacun. Voir des petits enfants... Ma femme me disait ce matin... Nous sommes allés à une petite église, quelque part. C'est frère Williams qui nous a amenés là hier. Et elle a dit : "Billy, c'était émouvant…"

60 Une fois dans la rue, voir de petites filles d'√† peine douze ans, marcher cigarette √† la main, et des gar√ßons revenir de l'√©cole avec leurs bras autour d'elles, √† un mauvais endroit‚Ķ Des enfants‚Ķ Eh bien, le policier devait faire des arrestations pour ce genre de choses. Eh bien, c'est la corruption. Comment? Cette pauvre petite enfant, que lui arrivera-t-il? L√†, dans les bo√ģtes de nuit, et tout le reste, buvant, jouant au jeu d'argent, et se m√©conduisant ainsi avec ces gar√ßons, et elles n'avaient pas plus de douze ans, quatorze ans, leurs m√®res sont tout aussi d√©prav√©es. C'est vrai. Et tous sont des membres d'√©glise.
Elle a dit à l'église hier, là-bas : "C'était doux de voir un groupe de petits enfants d'environ 8, 9 ans, tous entrer et aller à l'autel pour prier, et ensuite prendre des chiffons et se mettre à faire reluire les sièges afin que les gens puissent entrer ce soir-là." Béni soit le Nom du Seigneur. Il reste encore une branche. Quelque part, il y a un reste que Dieu appellera à se rassembler. Très bien.
Convaincu et puis concern√©. Eh bien, Andr√© s'√©tait senti concern√© au sujet de son fr√®re d√®s qu'il a √©t√© tout √† fait convaincu que c'√©tait le Messie. Comment? Il est rest√© avec Lui toute la nuit. Le probl√®me en est que nous ne pouvons pas rester avec Lui cinq minutes. "Oh, nous devons rentrer √† la maison. Il y a une √©mission √† la t√©l√©vision. Nous devons voir cette pi√®ce de th√©√Ętre. Je ne peux pas rester plus longtemps ; c'est tout. Il y a longtemps que je ne rate pas cela. C'est une s√©rie qui passe, vous savez, ainsi je ne peux pas‚Ķ?‚Ķ" C'est √ßa. Oui oui. "Je vous assure, il me faut faire ceci ou cela. Je ne peux pas faire ceci et faire cela" ;pas de temps.

61 Oh, frère, "cherchez premièrement le Royaume de Dieu et Sa justice." Voyez-vous? Mais la chose… Ensuite, on perd l'intérêt, et au bout d'un moment, vous avez perdu tout le… vous - vous avez tout perdu. Vous n'êtes pas préoccupé au sujet de quoi que ce soit à ce moment-là, si ce n'est de vous-même. C'est vrai.
Nous sommes si pr√©occup√©s aujourd'hui de remplir nos √©glises. Nous cherchons √† voir si nous - le - si nous pentec√ītistes, nous ne pouvons pas avoir plus que les baptistes. Les baptistes cherchent √† avoir plus que les m√©thodistes. Et ils sont constamment en train de crier qu'ils en ont de plus en plus tout le temps. Mais qu'ont-ils?

62 Ils n'ont rien d'autre l√†-dedans, que la racaille venant des rues, alors que rien ne devrait √™tre amen√© √† l'√©glise en dehors de ce qui est saint, sanctifi√© et mis √† part. Il n'est pas √©tonnant que le p√©cheur passe un temps horrible. Eh bien, les gens, m√™me nos pentec√ītistes, pr√©sument qu'ils sont chr√©tiens, en allant ici et l√†, en fl√Ęnant dans le monde, courant apr√®s les cin√©s, les r√©ceptions et les soir√©es dansantes ; les femmes se coupant les cheveux, et portant des jupes ind√©centes.

63 Vous dites qu'elles ne le font pas? Venez au d√©jeuner des Hommes d'Affaires et voyez si elles le font ou pas. Allez dans n'importe quelle √©glise pentec√ītiste des parages, un dimanche matin, et voyez si elles ne sont pas...?‚Ķ des femmes moul√©es dans de sales petites robes, et - et tout, et agissant de fa√ßon si d√©sagr√©able et tout comme cela. C'est une honte. Vous le savez.
Eh bien, vous dites : "Eh bien, vous ne devriez pas dire cela." Je… Que Dieu ait pitié. Que Dieu nous donne quelqu'un qui a assez de culot pour dire cela. C'est la Bible. Et c'est ce qui doit être dit. Certainement.

64 Eh bien, l'homme est… Le - l'homme qui laisse sa femme faire cela, je - je n'ai pas assez d'égard pour lui. Comment peut-il être un chrétien, puisqu'il est censé diriger sa propre maison, la maintenir dans l'ordre? Eh bien, c'est une honte. Nous devrions revenir à la sainteté, revenir dans les rangs, revenir à Dieu. C'est si…
Mais quand vous voyez‚Ķ Le monde voit que l'√©glise‚Ķ Nous les pentec√ītistes, nous confessons une chose ; le monde dit que nous n'avons pas cela. Voyez-vous? On dit : "Ils n'ont pas cela. Ils ne sont pas diff√©rents des autres." Eh bien, c'est tout √† fait vrai. Ils ont raison, parfaitement.

65 Vous savez, nous cherchons toujours √† nous mesurer avec le monde. Nous cherchons √† les surpasser. Comme je l'ai dit l'autre soir, vous - vous - vous cherchez √† les affronter sur leur terrain. Laissez-les venir sur notre terrain. Voyez-vous? Ne cherchons pas √† avoir ce qu'ils ont. Nous avons quelque chose qu'ils ne peuvent avoir, √† moins qu'ils ne deviennent des n√ītres. C'est vrai. Soyez un vase du Seigneur. Ayez Christ.

66 Christ a dit : "Quand je serai élevé, j'attirerai tous les hommes à moi." Mais, voyez-vous, quand l'église ne fait pas cela… Ils ont élevé… Vous devez L'élever, comme le dit le cantique, en vivant comme les chrétiens devraient vivre. Voyez-vous? Mais au lieu de cela, nous commençons juste… Les choses même que nous faisons et tout, prouvent que nous n'avons pas cela. Voyez-vous? Ainsi vous - vous présumez simplement cela, comme je l'ai dit l'autre soir. Ne faites pas cela. Revenez. N'acceptez pas de substitut, car vous allez mourir.

67 Et rappelez-vous que quand vous mourez et que votre √Ęme vous quitte, celle-ci ne change pas du tout. Bien s√Ľr que non. La mort ne change pas l'√Ęme. Elle change sa demeure, mais c'est toujours la m√™me √Ęme. Ainsi, si elle n'est pas n√©e de nouveau, et qu'elle n'est pas une partie de l'Esprit Eternel de Dieu, elle avait eu un commencement. Tout ce qui a un commencement a une fin. C'est pourquoi seul Dieu est √©ternel.

68 Si vous ne naissez de nouveau et n'avez la Vie Eternelle (le mot grec, là, "zoé" signifie "la vie même de Dieu" en vous), vous mourrez. Mais quand la Vie de Dieu est en vous, vous ne pouvez pas mourir, pas plus que Dieu ne peut mourir (c'est vrai.), car vous êtes un fils, un rejeton de Dieu, et vous avez la Vie Eternelle. Oh, c'est ce dont l'Eglise a besoin. Ainsi, quand Dieu est en vous, alors Il vit Sa propre Vie en vous. Vous voyez? Et c'est ainsi que nous - nous savons que nous sommes des chrétiens. Alors, vous vous sentez concerné au sujet de votre frère.

69 Si l'Esprit qui √©tait en Christ, lequel‚Ķ Il se sentait si concern√© qu'Il est descendu du ciel, Il a abandonn√© le ciel, et est descendu ici sur terre, et est n√© dans une √©table o√Ļ il y avait du fumier, un troupeau de b√©tail b√™lant, et il n'y avait m√™me pas d'habits √† Lui mettre. Il - Il s'est associ√©‚Ķ Il n'avait pas d'endroit o√Ļ reposer Sa t√™te, Il n'avait pas de tombe o√Ļ √™tre enterr√© ; puni et frapp√© tel qu'Il √©tait. Il se sentait assez concern√©, et Dieu a tant aim√© le monde qu'Il a donn√© Son Fils unique, et toutes ces choses-l√†, afin que cet Esprit qui √©tait en Lui soit en vous, et alors ne serions-nous pas concern√©s l'un au sujet de l'autre et au sujet de l'Eglise?
Les gens me disent constamment… Récemment un homme m'a dit, il a dit : "Frère Branham, arrêtez de harceler l'église. Arrêtez de dire ces choses. Il ne vous est pas donné de le dire."

70 J'ai dit : "Alors, qui va donc le dire?" C'est vrai. C'est‚Ķ Certainement, c'est - c'est notre devoir. Il est de notre devoir de dire vraiment la v√©rit√© aux gens, car vous allez encore rencontrer cela. Ici, ce n'est qu'un petit s√©jour ; l√†, ce sera √©ternel. Tenons-nous-en √† cela, disons la v√©rit√© et soyons sinc√®res √† ce sujet. Oui, √™tre concern√© premi√®rement. Avant que vous ne soyez concern√©, il vous faut √™tre convaincu que vous avez raison. Ensuite, quand vous √™tes convaincu que Dieu a raison, et que Dieu est en vous, et que Dieu a fait d'aussi grandes choses pour vous, alors vous √™tes s√Ľr. Si vous voyez votre fr√®re dans l'erreur, vous allez le lui dire. Sinon, il y a quelque chose de faux. C'est la - la v√©rit√©.

71 Eh bien, et si vous voyez que l'église est dans l'erreur, vous êtes … peu importe… Si vous aimez l'église, et que - et que vous soyez … Christ a aimé l'église et a donné Sa vie pour elle, et nous sommes censés faire la même chose ; pas seulement censés, mais nous le ferons, si nous avons en nous l'amour de Christ. Cela nous contraint, et il nous appartient de faire cela en tant que chrétiens. Oui.
D√®s qu'Andr√© fut convaincu que c'√©tait le Messie, qu'a-t-il fait? Sans doute que ce soir-l√†, assis l√† dans la r√©union o√Ļ lui et - et son compagnon, et Christ √©taient assis l√† dans la maison, sans doute que J√©sus est all√© droit aux Ecritures et a commenc√© √† lui parler.
Eh bien, André était un érudit, car son père était… Il… Lui et Pierre étaient… Son père était pharisien, et il était un homme bien instruit. Et ainsi, il savait à quoi ressemblerait le Messie. Et quand il a vu le Messie faire les choses que le Messie devait faire, qu'il a vu comment Il vivait, et tout, il était convaincu que c'était le Messie. Eh bien, quand vous voyez Dieu se saisir de vous, et changer votre vie et vous amener de ce que vous - vous - ce que vous n'êtes pas, à ce que vous devriez être, alors vous êtes disposé à en parler à quelqu'un d'autre. Vous êtes convaincu.

72 Mais l'ennui en est que nous nous approchons‚Ķ Nous nous y arr√™tons juste pour un petit et court instant. Nous‚Ķ "Oh! nous ne pouvons pas rester l√† tr√®s longtemps. Non, ne nous parlez pas pendant dix jours, ou plut√īt toute la nuit." Non, nous devons partir, et peut-√™tre que nous serrerons la main du pr√©dicateur, ou inscrirons notre nom dans le registre, ou nous aurons une petite sensation. "Nous avons obtenu la chose." Juste l√†‚Ķ Un soir, on est au bar, le soir suivant, on pr√™che l'Evangile. Voyez-vous, voyez-vous? Oh! la la! C'est ce que - c'est l√† que se trouve le probl√®me. C'est l√†-dessus qu'on est si confus (Voyez-vous?), sur ces choses. Qu'un homme se r√©v√®le lui-m√™me.

73 Je me rappelle le premier sermon que j'avais essayé de prêcher. J'ai apprécié ce vieux prédicateur baptiste missionnaire. Je suis allé là, et j'ai vu comment il prêchait. Et je - un garçon - je me préparais à cette voie depuis environ six mois ou une année. Et il m'a appelé là, disant : "Eh bien, j'aimerais que tu prêches demain, ou mercredi soir."
Je suis donc monté à la chaire, et je pensais que je m'y étais pris comme un prédicateur. Je pensais avoir bien fait. Après cela, les vieilles mamans m'ont complimenté et ont dit : "Frère Bill, c'était vraiment merveilleux." Les vieilles mamans, vous savez, pleuraient là, disaient : "Dieu va faire de toi un prédicateur."

74 Je me suis dit : "Oh, j'espère qu'Il le fera." Je pensais avoir été sensationnel.
Je suis allé là chez le vieux Docteur Davis qui était assis là, la lèvre pendante. J'ai dit : "Comment ai-je été, Docteur?"
Il a dit : "C'est la pire des choses que j'aie jamais entendues."
Oh! la la! j'ai pensé avoir éprouvé toutes les émotions et tout que j'étais censé avoir, agitant les mains et tout le reste, vous savez, comme le font les prédicateurs. Je pensais que j'avais fait chacune de ces choses. Je l'avais observé et j'avais fait ce qu'il faisait.
Il a dit : "C'est la pire des choses que j'aie jamais entendues."
J'ai dit : "Frère Davis…"
Il a dit : "Je n'en ai jamais entendu de semblable de ma vie." Il a dit : "Jeune homme, je veux que tu viennes me voir dans mon bureau demain après-midi, à quatorze heures."
Je me suis dit : "Oh! la la ! " Ainsi, à quatorze heures, je suis allé là, tout déplumé, vous savez. J'ai dit : "Bonsoir, Docteur Davis."
Il a dit : "Bonsoir, Billy. Assieds-toi"
J'ai dit : "Oui, monsieur."
Il a dit : "Je pense que tu es blessé dans tes sentiments."
J'ai dit : "Ils sont simplement froissés ; c'était tout." J'ai dit : "Eh bien, que - qu'ai-je fait de mal?"
Il a dit : "J'aimerais te raconter une petite histoire." Il a dit : "Tu sais, j'ai étudié… j'étais avocat avant d'être prédicateur."
J'ai dit : "Oui, monsieur. Je le sais."
Il a dit : "Billy, autrefois j'avais √©tudi√© la loi, et je l'ai fait juste comme tu as √©tudi√© la Bible, ou plut√īt tel que tu en as appris sur le minist√®re."

75 Il a dit : "Je pensais que j'étais un avocat quand on m'a fait prêter serment à la cour." Il a dit : "Une fois je me suis tenu là, et j'ai plaidé un cas de divorce, mon premier cas." Et il a dit : "J'avais vu ces avocats cogner sur la table comme cela, et crier : ' Votre Honneur Monsieur le Juge' et pleurer, et essuyer les larmes de leurs visages. "Cette pauvre petite dame, elle est ceci cela, et ainsi, a-t-il dit.

76 Et un moment apr√®s, le vieil avocat qui assistait la partie adversaire, a-t-il dit, s'est simplement assis et m'a longtemps observ√©." Il a dit : "J'ai pleur√©, j'ai cogn√© sur le pr√©toire, et j'ai fait tout comme le faisaient les avocats." Et j'ai dit : "Mon‚Ķ Le vieil avocat √©tait assis l√†, l'autre avocat dans l'autre c√īt√©, l'avocat de cet homme √©tait assis l√†. Et imm√©diatement il a dit : "Juge, Votre Honneur, jusqu'√† quand votre cour pourra-t-elle supporter ce non sens?"
Il a dit : "J'ai perdu le procès", et il a dit : " Je - j'étais vraiment battu à plates coutures." Il a dit : "J'ai alors appris quelque chose. Tu vois? Il… Et j'ai demandé au juge…" Il a dit : "Pas…" Il a dit : "Le magistrat aussi, était un ami à moi." Mais il a dit : "Il est venu là, et il a dit : 'Roy, j'ai fait cela dans un but, a-t-il dit. Tu vois, tu étais pris d'émotions. Tu as crié, tu as secoué la tête, et tu as cogné.' J'ai dit : 'J'ai fait juste comme les autres avocats.'"
"Il a dit : 'Mais, tu n'as pas placé un seul iota de la loi là-dedans. Ce n'est pas la manière dont… vos émotions qui remportent le procès; c'est le verdict de la loi. Il faut savoir ce que la loi dit à ce sujet.'"
"Et c'est la même chose, a-t-il dit, en ce qui te concerne." Il a dit : "Billy, tu as secoué la tête, et tu as crié, et tu as sautillé; mais tu n'as pas du tout prêché un seul mot de la Bible. Tu as été saisi par toutes sortes d'émotions. C'est la Parole de Dieu qui compte. C'est la Parole de Dieu qui dit la chose." C'est tout à fait exact. Il faut que cela soit la Parole, tout à fait la Parole.

77 Et quand ils ont vu cette Parole faite chair là en Jésus-Christ, André était tout à fait convaincu, et alors, il s'est senti concerné au sujet de son frère. Il est très vite parti. Avez-vous remarqué cela? Il n'a jamais dit : "Viens, Simon. Je - je veux que tu viennes et que tu t'assoies dans la réunion avec moi. Il se peut peut-être que nous arrivions à discerner les esprits, et à découvrir si cet homme est réellement le Messie." Il n'a jamais dit cela. Il a dit : "Nous L'avons trouvé." Il n'y avait pas de bégaiement à ce sujet. "Nous avons trouvé le Messie. Viens, et vois-Le." Il était tout à fait convaincu.

78 De m√™me, Mo√Įse, quand il pensait prendre le pouvoir en Egypte et qu'il a tu√© un Egyptien, il n'√©tait pas pr√©occup√©. Il n'avait pas‚Ķ Il n'√©tait pas pr√©occup√© √† ce sujet. Si Dieu allait √™tre avec lui, pourquoi n'√©tait-Il pas avec lui? Ainsi, il partit √©pouser une belle femme. Et puis, il eut d'elle un b√©b√©, Guerschom, et - et ils menaient une vie stable. Et il devait h√©riter l√† d'un grand troupeau de moutons, de J√©thro, le - le pr√™tre Madian. Et il √©tait‚Ķ Tout marchait bien, financi√®rement parlant. Il vivait avec sa femme, et avait un petit foyer, et vous savez, juste‚Ķ Il se d√©brouillait bien, il avait un bon travail. Il allait devenir h√©ritier. Tout allait tr√®s bien. Il n'avait pas de pr√©occupation.

79 Il n'éprouvait plus de compassion à cause du fouet du chef de corvée. Il - il ne se préoccupait plus de ses frères qui étaient là… de pauvres sages femmes et - et des femmes qui avaient des bébés dont on brisait les têtes, et qu'on jetait aux crocodiles ; et - et ils… combien on les obligeait là à servir durement le méchant, et dans l'esclavage et les liens. Il n'était pas intéressé.

80 Il payait son loyer, comme nous aujourd'hui. C'est la première chose à laquelle nous pensons ; payer un loyer. C'est bien. Vous devez le faire. C'est juste. Mais il y a quelque chose qui doit venir avant cela : c'est d'abord Dieu. La marche de l'église, il est du devoir de chaque homme dans cette église-ci, de veiller à ce que les choses marchent. Et vous devez faire de votre mieux pour amener chaque homme et chaque femme, chaque garçon ou chaque fille que vous pouvez rencontrer dans les rues, dans les haies, et sur les routes, pour les amener à l'église.
Mo√Įse s'est tenu l√† : "Que les gens‚Ķ Je pense que si c'est ainsi que les gens veulent cela, il n'y a pas de probl√®me." Voyez-vous, il n'avait pas encore eu une exp√©rience personnelle.

81 Ainsi, un jour, l√† derri√®re le d√©sert, l√†, alors que ce vieux berger barbu allait l√† √† travers la colline, un b√Ęton en main, il a rencontr√© Dieu face √† face, J√©hovah Dieu, qui √©tait l√† dans un buisson et celui-ci br√Ľlait. Dieu attira suffisamment son attention pour l'avoir l√† et pour l'amener √† √īter ses souliers. Et il entendit la voix de Dieu. Il √©tait convaincu que "JE SUIS LE JE SUIS. Je n'√©choue jamais. Je suis Celui qui √©tait avec Abraham, Isaac, et Jacob. Je suis toujours le m√™me Dieu."

82 Ainsi, quand il d√©couvrit que Dieu n'√©tait pas un tas de cr√©dos, que Dieu n'√©tait pas un tas de doctrines, que Dieu √©tait un Dieu r√©el, en vie, un Dieu vivant, son coeur fut enflamm√©. Rien n'allait l'arr√™ter √† ce moment-l√†. Et il d√©couvrit que c'√©tait l'intention de Dieu de d√©livrer Isra√ęl, et il √©tait appel√© √† faire ce travail. √Ē Dieu, donne-nous des pr√©dicateurs de ce genre. C'est ce dont - c'est ce dont nous avons besoin, fr√®res. N'est-ce pas, fr√®res? C'est vrai. Au lieu de nous enfuir ailleurs‚Ķ

83 Toute l'exp√©rience de s√©minaire que Mo√Įse avait acquise s'√©tait alors envol√©e. Voyez-vous, il √©tait - il √©tait un homme intelligent. Il √©tait instruit dans toute la sagesse des Egyptiens. Il √©tait capable de les enseigner. Mais cela n'a servi √† rien. Il devait avoir une exp√©rience personnelle avec Dieu. Il Le rencontra face √† face l√† et s'entretint avec Lui, et d√®s qu'il s'entretint avec Lui, il d√©couvrit ce qu'√©tait Son opinion, et ce qu'√©tait Son programme, il fut d√®s cet instant-l√† pr√©occup√© au sujet de ses fr√®res qui √©taient dans la servitude. Et tout homme ou toute femme qui jamais rencontre Dieu face √† face, et qui peut s'en aller, et prendre cela avec l√©g√®ret√©, de voir les gens dans les rues faire des beuveries dans le p√©ch√©‚Ķ Cela vous tue.

84 R√©cemment, je disais √† ma femme, et √† quelques-uns de mes fr√®res, je disais : "Suis-je devenu fou? Suis-je devenu un ali√©n√©? Pourquoi suis-je toujours en train de gueuler contre les gens? Pourquoi dis-je ceci?" Et je je√Ľne. J'ai dit : "Il faut je√Ľner et prier pour s'en √©loigner." Plus je je√Ľne, plus le p√©ch√© devient r√©pugnant. Voyez-vous? Cela rend la chose pire, au point o√Ļ, honn√™tement, vous ne pouvez m√™me pas mettre les pieds dehors.

85 Ma femme voulait que je l'accompagne √† un - √† un genre de magasin l'autre jour. Je me suis dirig√© vers la porte, et voici qu'une femme est entr√©e l√†. Je connais l'√©glise que cette femme fr√©quente, et elle‚Ķ C'√©tait affreux. J'ai cri√© : "Retournez, croque-mitaine. Je me sentirai bien." Et j'ai vu cette √©norme chevelure bouffante comme cela, avec du maquillage bleu verd√Ętre qui fait un cercle comme ceci, et qui descend comme ceci, elle venait, chancelante l√†, elle ressemblait √† une saucisse de Frankfort raide et √©pluch√©e, l√† dans ces habits‚Ķ Oh, c'√©tait affreux. C'est vrai.

86 J'étais récemment là à Los Angeles, à un déjeuner des Hommes d'Affaires, et je me tenais là, attendant que frère Arganbright arrive. Et une dame est entrée. Je n'avais jamais vu quelque chose de ce genre. Je me suis dit : "Oh! la la! Regardez cette pauvre créature. Elle… Quelque chose ne va pas en elle." Alors je me suis dit… Je - j'ai commencé à m'éloigner et j'ai dit : " Non, en tant que prédicateur ; je devais lui parler." Je - j'ai vu … je - j'ai vu le cancer ; j'ai vu la lèpre. Je n'ai jamais vu quelque chose de ce genre. Toute la partie en dessous des yeux était verte."
Et je me suis mis… Je me suis avancé là. Eh bien, les êtres humains n'ont pas cet aspect-là, à moins qu'ils ne soient morts ou quelque chose de ce genre, ou qu'ils aient le chancre. Alors je suis avancé là, et je me suis dit… Vous savez, j'allais m'approcher d'elle et dire : "Soeur, excusez-moi. Je suis - je suis ministre, et mon ministère consiste à prier pour les malades. Je ne sais pas, mais voudriez-vous que je prie pour vous?"
Et pendant que je r√©fl√©chissais, en voici une autre qui arrive, et puis une autre. C'√©tait la premi√®re fois que je voyais cela, c'√©tait une tr√®s dr√īle de couleur par ici, vous savez, et - et - et du bleu ici, et du vert ici. C'√©tait le spectacle le plus dr√īle et, franchement, avec une t√™te grosse comme √ßa. Je - je n'avais jamais vu quelque chose de ce genre. J'ai eu vraiment honte de moi-m√™me. Eh bien, c'est une disgr√Ęce. Certainement. Et elles portaient de sales petits v√™tements, vous savez, des pantalons, comme on les appelle alors que la Bible dit qu'une femme qui porte un v√™tement d'homme, est en abomination aux yeux de Dieu. Oh!

87 Tout cela doit √™tre une puanteur devant Dieu. Et comment votre coeur peut-il voir cela, sans √™tre concern√©, quand vous voyez votre propre nation, votre propre peuple, des √™tres humains, √™tre emport√©s dans le tourment, aller en enfer ; et que vous ne pouvez rien faire! Laissez-moi crier tant que j'ai une voix pour crier. Peu m'importe ce que quelqu'un dit ; le bien et le mal existent. Je veux me tenir du bon c√īt√© quand je serai devant Dieu. J'aimerais me tenir l√† et‚Ķ Oui, √©videmment.
Mo√Įse √©tait concern√© quand il vit r√©ellement que Dieu √©tait Dieu. Il √©tait concern√©.

88 Une nuit, Jacob, vous savez, il avait quitté Laban, et il était en route vers… Il avait dans son coeur le désir de rendre visite à sa patrie. Et puis, nous voyons qu'il avait peur. Il n'était pas… Il avait peur de rencontrer son frère. Alors, il prit les choses au sérieux avant de traverser le Jourdain, et il pria toute la nuit, et il lutta avec l'Eternel, il lutta toute la nuit. Oh, il dit : "Je ne Te laisserai pas partir." J'aime cela ; il s'accrocha à Lui. C'est juste. Restez toute la nuit avec Lui ; André l'a fait. Restez toute la nuit avec Lui. Et il lutta avec l'Ange toute la nuit. Et l'Ange dit : "Le jour se lève. Je dois partir."
Il a dit : "Je ne Te laisserai pas partir. Je veux avoir en moi quelque chose de différent. Je veux avoir en moi quelque chose qui me changera."

89 Et remarquez que, aussit√īt que l'Eternel le b√©nit de la b√©n√©diction qu'il avait demand√©e, il √©tait alors pr√™t √† traverser le fleuve et √† aller voir son fr√®re. Voyez-vous? Pourquoi? Il avait lutt√© toute la nuit. Il √©tait rest√© avec - il √©tait rest√© avec le - avec Dieu toute la nuit durant, et il avait lutt√© avec Dieu. Eh bien, s'il avait dit : "Eh, laissez-moi tranquille maintenant. Je suis fatigu√©." Voyez-vous? La b√©n√©diction ne serait jamais venue. Voyez-vous? Il n'aurait jamais - n'aurait jamais √©t√© l√†. Voyez-vous? Mais il est rest√© toute la nuit. Voyez-vous? Il a lutt√© avec Lui toute la nuit. Il √©tait alors pr√™t √† aller rencontrer son fr√®re le lendemain matin.

90 Une fois, le petit David… Voyez-vous? Premièrement, vous devez être convaincu. Puis, la chose suivante, vous êtes concerné après avoir été convaincu. Eh bien, Jacob savait (avant que j'en arrive à David) - Jacob savait que le Dieu qui l'avait séparé de son frère, le Dieu qui l'avait envoyé là dans un autre pays, qui avait été avec lui, l'avait béni et lui avait donné le - oh, tout ce qu'il avait, et Il lui avait donné une promesse selon laquelle Il prendrait soin de lui, qu'Il le multiplierait s'il retournait dans son propre pays, il savait que si seulement il pouvait entrer en contact avec ce Dieu là, alors il serait concerné. C'est ce qu'il a fait. Très bien.

91 Eh bien, un jour, David est venu apporter des g√Ęteaux aux figues, des tartes aux raisins que son p√®re avait pr√©par√©s, qu'Isa√Į avait envoy√©s par David. Il √©tait un petit gar√ßon, et ses fr√®res √©taient √† la guerre l√†, du c√īt√© d'Isra√ęl. Les Philistins les avaient fait reculer, et les avaient retenus sur le flanc d'une colline, et les Philistins se trouvaient sur l'autre flanc. Et le brave petit David est arriv√© l√†, habill√© de son petit manteau de berger, et sa fronde enroul√©e dans sa poche ou quelque part, et - et il s'est avanc√© l√†, et il a entendu un √©norme mugissement venir du - du g√©ant qui √©tait l√†, qui d√©fiait les arm√©es du Dieu vivant.

92 Eh bien, cela affecta un peu David. Voyez-vous? Eh bien, David s'approcha de Sa√ľl, et il dit √† Sa√ľl‚Ķ Apr√®s que la nouvelle qu'il avait dite se fut r√©pandue, qu'il allait le combattre, il est all√© vers Sa√ľl. Et Sa√ľl a dit : "Eh bien, tu n'es qu'un enfant. Et tu n'es qu'un petit rougeaud, et lui mesure plusieurs fois ta taille, et il est guerrier depuis sa jeunesse. Comment pourrais-tu donc te battre avec un tel homme?"
Eh bien, suivez. David était d'abord convaincu. Amen. Il était convaincu ; ensuite, il s'est senti concerné au sujet de ses frères. Si eux étaient trop froussards pour combattre Goliath, lui le ferait. Amen.
Vous y êtes. C'est ça le genre de chrétien. Si les autres ne peuvent pas faire cela, faisons cela. Amen. Que nous… Si je dois rester seul, je me tiendrai là, j'appellerai par leurs noms le bien et le mal ; criez-le sur le toit. Dites-le, peu importe ce qu'on dit de vous. Tenez-vous sur la Parole de Dieu et dites ce qui est juste. Tenez-vous-en à cela. Oh, quel temps !

93 David √©tait convaincu. Il savait que Dieu √©tait r√©el. Ainsi, Sa√ľl a peut-√™tre dit quelque chose du genre : "Fiston, j'admire ton courage. Mais tu es - tu ne fais pas le poids face √† cet homme." Voyez-vous, les gens consid√©raient l'ext√©rieur.
Mais David était convaincu. Il a dit : "Ecoutez. Un jour, a-t-il dit, ton serviteur que voici paissait les brebis de son père." Et il a dit : "Un lion est venu et a attrapé l'un des agneaux, et l'a emporté." Et il a dit : "Ton serviteur l'a poursuivi, et je l'ai terrassé à l'aide d'une fronde. Ensuite, il a sauté sur moi et je l'ai saisi par la crinière et je l'ai tué."
Il a dit : "Puis un autre jour, un autre animal, un ours, est venu et en a enlevé un et est parti ; et je - je l'ai tué. Je suis convaincu que le Dieu qui a pu me délivrer des griffes du lion, des griffes de l'ours, me délivrera à plus forte raison de ce Philistin incirconcis et orgueilleux qui est là." Oui, certainement.

94 "A combien plus forte raison le fera-t-Il. Je suis convaincu que c'est vrai, et mes frères n'ont pas le courage de combattre. C'est vrai. Mais je suis préoccupé au sujet de l'armée du Dieu vivant. Je suis préoccupé de voir que les gens reculent devant ces problèmes." Amen.

95 Ai-je dit quelque chose? Tr√®s bien. Bien s√Ľr que oui. Je suis concern√© quand ils reculent devant ce qui concerne Dieu, en disant que J√©sus-Christ n'est pas le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours. Je suis pr√©occup√© √† leur sujet quand ils reculent, et disent que la saintet√© n'a pas de place dans l'√©glise, que la sanctification de l'Esprit n'existe pas. Je suis pr√©occup√© √† leur sujet quand ils disent que les jours des miracles sont pass√©s. Quel est leur probl√®me? Qu'y a-t-il? Nous sommes concern√©s.

96 S'ils ont peur de faire cela, nous, nous en avons eu une expérience ici. Nous avons affronté le diable. C'est vrai. Et le Dieu qui a pu combattre le diable dans ma vie, et déverser en moi le baptême du Saint-Esprit, peut - peut tuer ce démon incirconcis qui se tient là, et qui essaie de défier les armées du Dieu vivant. Amen.

97 David √©tait concern√©. Pourquoi? Il √©tait convaincu que Dieu √©tait Dieu. Il √©tait convaincu que le Dieu qui a pu se saisir de lui ainsi que de cette fronde et tuer un lion, pouvait aussi vaincre ce Philistin orgueilleux et incirconcis. Ne voyez-vous pas cela, mes amis? Le Dieu qui peut remplir un homme du Saint-Esprit, ne peut-Il pas gu√©rir un homme ou une femme ce qui essaie de... un chr√©tien‚Ķ Oh, bien s√Ľr qu'Il le peut. Un coeur affam√© qui cherche √† conna√ģtre Dieu, le Dieu qui a d√©fi√© le diable et qui l'a √īt√© de ma vie, et qui a mis Christ l√†-dedans, ne peut-Il pas faire la m√™me chose pour cet homme? Certainement.
Le Dieu qui peut √īter de vous les d√©sirs du monde, ne peut-Il pas aussi √īter d'un autre homme les d√©sirs du monde? Bien s√Ľr qu'Il le peut. Voyez-vous, ce qu'il en est, c'est que vous devez √™tre convaincu, et ensuite vous pouvez √™tre concern√© apr√®s cela.

98 L√† dans le livre de Juges, nous voyons le troisi√®me juge. La plupart d'entre vous n'ont jamais lu cela. Son nom √©tait Schamgar. Un tout petit verset a √©t√© √©crit √† son sujet, au bas des pages de la - la Bible, ici dans ma Bible Scofield‚Ķ Et Schamgar, il √©tait un - un Isra√©lite. Et au temps des juges, les Philistins avaient laiss√© tous les Isra√©lites faire leurs cultures. Et que faisaient-ils? Ils surgissaient et faisaient irruption apr√®s que les autres avaient travaill√© tout l'√©t√©, ils arrachaient leurs r√©coltes, et s'en retournaient aussit√īt.

99 Un jour, le petit Schamgar se tenait l√†, il avait bien appr√™t√© sa grange, son grenier, et il y avait mis son bl√©. Et il‚Ķ Probablement que sa petite femme, plut√īt en haillons, ses petits enfants, vous savez, avaient des joues p√Ęles. Ils avaient d√Ľ mener une vie tr√®s m√©diocre, car l'ann√©e pr√©c√©dente, les Philistins avaient tout emport√©. Ils devaient simplement glaner ici et l√† et avoir ce qu'ils pouvaient avoir. Et ils √©taient l√† dans cette condition.
Et quand Schamgar avait tout appr√™t√© pour l'hiver, il entendit un bruit. Il regarda par la fen√™tre. Qu'est-ce qui arrivait? Six cents Philistins, tous bien arm√©s, ils avan√ßaient avec des lances, des √©p√©es pendant sur leur c√īt√©, des casques d'airain d'environ un pouce [2,54 cm - N.D.T] d'√©paisseur, tr√®s gros, recouverts de m√©tal comme cela, et des cottes de maille, comme on les appelle. Ils √©taient l√†, "boum, boum, boum ", avan√ßant carr√©ment. Comment? Pour emporter ce qu'il avait. C'est √ßa. Vous savez quoi? Schamgar, je peux simplement me l'imaginer, s'est tourn√© vers sa famille, il a regard√© l√† ces Philistins. Puis il a lev√© les yeux vers le ciel.

100 Il s'est dit : "Je suis Juif. Je fais partie de l'alliance. Le Dieu d'Abraham, d'Isaac, et de Jacob, mon père, est mon Dieu. Je suis circoncis. Je ne suis pas un combattant ; je ne connais rien de l'épée. Mais je me sens préoccupé au sujet de ma famille. Je suis convaincu que Tu es Dieu."
Alléluia! C'est ça. Il ne s'agit pas de crier : "Hé, Monsieur Philistin, attendez que j'obtienne ma licence en lettres, vous savez, mon doctorat. J'apprendrai comment me battre en duel." Non, il n'a pas eu le temps pour cela. Il sait qu'Il est Dieu ; c'est tout.
Il a dit : "Je sais qu'Il est Dieu. Je suis convaincu qu'Il est Dieu. Je sais que je suis Juif. Je sais que je fais partie de l'alliance. Je sais que je suis circoncis." Oh! la la!

101 Aujourd'hui, nous sommes circoncis d'une circoncision plus glorieuse que celle-là. Nous sommes circoncis du Saint-Esprit, après que le monde s'est complètement retiré de nous. Faites-vous partie de l'alliance? Etes-vous un chrétien? Etes-vous rempli du Saint-Esprit? Etes-vous circoncis du Saint-Esprit? Alors, mon frère, chaque promesse de la Bible vous appartient. Amen.

102 Dieu y a mis Sa gr√Ęce pour vous amener, vous femmes, √† porter de longs cheveux ; Il y a mis Sa gr√Ęce pour faire que vous hommes veilliez √† ce qu'elles fassent cela. Il y a mis Sa gr√Ęce pour toutes ces choses ; Il y a mis Sa gr√Ęce pour votre gu√©rison. C'est vrai. Il est Dieu. S'il n'en est pas ainsi, quel jeu jouons-nous? Pourquoi faisons-nous des histoires? Nous sommes un airain qui r√©sonne, et une cymbale qui retentit, et nous sommes devenus du sel qui a perdu de sa saveur. Certainement.

103 Nous sommes des pentec√ītistes, ou plut√īt, le sommes-nous? Ensuite, si nous sommes des pentec√ītistes, restons des pentec√ītistes. Si le message est la v√©rit√©, acceptons-le. Si ce n'est pas le cas, √©loignons-nous-en, et cherchons ce qui est vrai. Bien s√Ľr. Si Dieu est Dieu, servez-Le. Mais vous ne pouvez pas √† la fois servir Dieu et Mammon. Servons Dieu. Soyez convaincu, et ensuite vous serez concern√©. Alors l'√©glise commencera r√©ellement √† grandir, car vous irez prendre tous ceux que vous pourrez pour les faire entrer.

104 Mais tant que vous irez ça et là disant : "Eh bien, ça, c'est le travail du prédicateur…" Ce n'est pas le travail du prédicateur ; c'est le travail de tout le monde. C'est vrai. Chaque chrétien né de nouveau a en lui ce même Esprit. Il se peut que le prédicateur ait reçu un don, mais cela n'est qu'un don du Saint-Esprit, pas le Saint-Esprit, un don du Saint-Esprit.

105 Les prédicateurs sont appelés des prophètes, des docteurs, des évangélistes, des pasteurs, et ainsi de suite. Ils ont reçoivent le Saint-Esprit, et aussi un don pour faire ces choses avec. Cependant, Dieu n'a pas de tout petits enfants ou de très grands enfants. Pour Lui, ils sont tous des enfants. C'est tout à fait vrai. Et votre vraie position est de vous asseoir juste maintenant dans les lieux célestes en Christ Jésus, avec toute la puissance.

106 Vous dites : "Fr√®re Branham, je suis le plus petit de l'√©glise. Je ne suis qu'un tout petit homme." Mais rappelez-vous, quand Il est mont√© au ciel‚Ķ Voyez-vous, vous √™tes ressuscit√© avec Lui, vous √™tes dans le corps, et vous √™tes avec Christ maintenant m√™me, vous √™tes assis dans les lieux c√©lestes. M√™me si vous √™tes la peau de la plante du pied, tous les d√©mons vous sont soumis. C'est vrai. C'est tout √† fait vrai. L'√©glise‚Ķ L√† o√Ļ se trouve la t√™te, c'est l√† que se trouve le corps. Et si nous avons √©t√© ensevelis, si nous sommes morts, ensevelis en Christ, alors nous sommes ressuscit√©s avec Lui dans Sa r√©surrection, et nous sommes assis dans les lieux c√©lestes en Christ J√©sus, avec chaque feu de l'enfer nous √©tant soumis. Amen. C'est vrai. Peu importe combien vous √™tes petit, tous les d√©mons sont sous vos pieds.

107 Pourquoi? Notre grand conqu√©rant a conquis chaque p√©ch√©, tout, chaque maladie, chaque‚Ķ m√™me la mort elle-m√™me. C'est vrai. Nous sommes plus que vainqueurs en Lui. Il n'y a qu'une chose, c'est que nous sommes assis avec Lui sur Son Tr√īne, regardant √† Lui comme Lui regarde‚Ķ Le P√®re‚Ķ C'est √ßa. C'est l√†. Tr√®s bien.

108 Schamgar en eut assez. Il a dit : "Je suis convaincu qu'Il est Dieu. Je me sens concern√© au sujet de ma famille." Savez-vous ce qu'il fit ? Il prit cet aiguillon √† boeuf, et il sauta l√† au milieu de la route, et tua six cents Philistins. Savez-vous ce qu'est un aiguillon √† boeuf? Eh bien, c'est un b√Ęton d'environ, oh, je pense d'environ six, sept pieds [ environ 1,82 m ou 2,13 m - N.D.T] de long, peut-√™tre pas autant que cela, ayant au bout un petit morceau d'airain, ou quelque chose de ce genre, ou de fer. Et quand la charrue s'arr√™te, des fois on racle la charrue √† l'aide de cela comme cela, et ensuite on frappe le boeuf avec l'aiguillon, comme cela, disant : "D√©p√™che-toi, d√©p√™che-toi, saute," comme cela.
Avec un b√Ęton dans sa main, et il ‚Ķ sans rien sur lui sauf sa salopette ; c'√©taient les v√™tements de fermiers, et voil√† que ces Philistins portaient des casques, des armures avec des lances. Et ce petit Juif‚Ķ Non seulement il les mit en d√©route, mais il les tua. Amen. Comment ce b√Ęton a-t-il r√©sist√©? Au premier coup sur la t√™te d'un Philistin qui avait sur lui une armure √† peu pr√®s comme cela, cet aiguillon √† boeuf s'√©parpillait en cinquante morceaux. Cependant il donnait un coup d'un c√īt√©, et un autre de l'autre, comme cela, jusqu'√† ce qu'il terrassa tout le groupe et les tua. Pourquoi? Parce qu'il √©tait convaincu. Amen. Et il √©tait concern√©.
Si un homme a pu combattre ainsi pour sa famille, dans de telles circonstances, combien l'Eglise du Dieu vivant devrait combattre avec le baptême du Saint-Esprit?
Schamgar avait un aiguillon √† boeuf. Vous, vous avez le bapt√™me du Saint-Esprit. Oh! la la! ( Ce soir, il ne nous faut pas quatre heures, nous ferions donc mieux d'avancer.) Tr√®s bien. Bien s√Ľr que oui.

109 Abraham‚Ķ savez-vous ce qu'il a fait? Un jour il a re√ßu des gens. (J'ai oubli√© ; c'est vers le chapitre 16, 17‚Ķ non, vers le chapitre 19, je pense, de la Gen√®se.) Un jour, il a entretenu un groupe d'Hommes, jusqu'au moment o√Ļ il fut tout √† fait convaincu de ce qu'Ils √©taient. Il avait lev√© les yeux pendant qu'il √©tait assis l√† sous la tente. Il avait vu venir trois Hommes, en habits poussi√©reux ; il les regarda. Il √©tait‚Ķ

110 Un petit sentiment √©trange l'envahit, un sentiment selon lequel ces Hommes √©taient un peu diff√©rents des autres. Alors il courut vers Eux et dit : "Ne voulez-Vous pas Vous arr√™ter, Vous asseoir sous ce ch√™ne, dit-il, et Vous reposer un peu? Et j'irai prendre un peu d'eau pour Vous laver les pieds, et - et je Vous donnerai un morceau de pain. Et puis, Vous vous rafra√ģchirez, ensuite Vous pourrez continuer Votre voyage." Voyez-vous? Qu'√©tait-ce? Il n'allait pas laisser passer cette opportunit√©. Ne le faites pas non plus ce soir. Voyez-vous? Il voulait saisir cette opportunit√©.
Eh bien, il a dit : "Asseyez-Vous juste ici donc, et je vais aller Vous chercher de l'eau." Il leur a lavé les pieds, vous savez, en les observant. Il a dit : "Je suis persuadé que je ne me trompe pas."

111 Il alla vers le Suivant, et L'observa, vous savez, et il Lui lava les pieds, √©pousseta Ses habits. Il parla √† Sara, disant : "Eh bien, appr√™te tr√®s vite du pain." Et il s'adressa √† ses serviteurs, disant : "Prenez ce veau que je viens d'abattre, a-t-il dit, faites-en des c√ītelettes. Et ensuite, nous allons donner √† manger √† ces Hommes."
Il continua √† laver. Il dit : "Eh bien, je suis tout √† fait s√Ľr. Je suis presque convaincu." Et ensuite, quelques temps apr√®s...
Cela continua pendant un petit moment. Et Ils s'assirent et mangèrent. Peut-être quand Il fut prêt, qu'Il avait fini de manger…

112 Ils regardaient constamment du c√īt√© de Sodome. Et un moment apr√®s, l'Un d'eux parla et dit : "Abraham", (pas donc Abram; Dieu avait chang√© son nom quelques jours auparavant) "Abraham, o√Ļ est Sara?" pas S-a-r-a-√Į, mais S-a-r-a, Sara. "O√Ļ est Sara, ta femme?" Comment savait-Il que son nom √©tait Abraham, et comment savait-Il qu'il √©tait mari√©? Et comment savait-Il qu'il avait une femme, et comment savait-Il qu'elle s'appelait Sara? Et comment savait-Il que son nom avait √©t√© chang√© de Sara√Į en Sara, et le sien d'Abram en Abraham?

113 Abraham dit : "Oh! la la! Ça doit être… Je L'ai vu en Esprit, mais Ça doit être Lui." Il… Et Abraham dit : "Elle est dans la tente." Et la Bible dit que cet Homme avait le dos tourné à la tente. Il a dit : "Elle est dans la tente là derrière Toi."

114 Il dit : "Abraham, Je vais te visiter √† la p√©riode de la vie. Tu as attendu ceci pendant vingt-cinq ans. Tu as quatre-vingt-dix ans, ou plut√īt cent ans, et elle en a quatre-vingt-dix. Et maintenant, nous sommes‚Ķ Je - Je vais donc te visiter, et apporter‚Ķ tu vas avoir cet enfant que Je t'ai promis (Oh, "Je", pronom personnel)‚Ķ que Je t'ai promis."
Abraham dit : "Je sais que c'est ça maintenant. Je le sais."
Mais Sara, là dans la pièce, ne comprenait pas. Elle a fait : "Hmph!", elle a ri, disant : "Moi, une vieille femme, comme moi ici, j'ai presque cent ans, aurai-je du plaisir avec mon seigneur, a-t-elle dit, lui qui est aussi vieux? Comment pourrions-nous encore avoir des relations de famille?" Elle a dit : "Nous ne le pourrions pas." Elle a dit : "Cela est tout simplement impossible." Et elle a ri en elle-même.

115 Et l'Homme qui avait Son dos tourné à la tente, a dit : "Pourquoi Sara a-t-elle ri, disant que cela ne peut pas se faire?"
Alors Abraham a compris. Alors Abraham a compris. Alors Sara a compris. Et elle s'est avancée, tremblant, disant : "Je n'ai pas dit…"
Il a dit : "Si, tu l'as dit."

116 Oh! alors Abraham était convaincu que c'était Dieu, il L'appela "Seigneur", majuscule S-E-I-G-N-E-U-R, ce qui signifie "Elohim". Pas un mythe, Il était Dieu. Il était assis là. Il a dit : "Oh! Je…" Il était tout à fait convaincu que c'était Dieu.

117 Il allait donc à Sodome. Et qu'a-t-il fait? Alors il s'est senti concerné au sujet de son frère perdu là à Sodome. Immédiatement, quand il a compris ce qui allait arriver, il a dit : "S'il arrive que je trouve cinquante justes là, vas-Tu - vas-Tu l'épargner?" Quarante, et ainsi de suite jusqu'à dix. Voyez-vous, le cas de son frère le préoccupait.

118 C'est √ßa, mon fr√®re. Nous nous sentons concern√©s au sujet de notre fr√®re quand nous sommes convaincus que c'est Dieu. Et si, nous pentec√ītistes, nous sommes convaincus que ceci est Dieu, alors nous nous sentirons concern√©s au sujet de nos fr√®res. C'est vrai. Mais nous agissons comme si nous n'√©tions pas tout √† fait convaincus. Et des fois, quand nous prions pour les malades, et que la maladie continue, nous disons : "Eh bien, je - je ne sais pas. Priez encore pour moi ", et ainsi de suite, nous agissons comme si nous n'√©tions pas enti√®rement convaincus que Dieu tient Sa promesse.

119 Dieu tient Sa promesse, mon frère. Certainement. Si ce - si ce n'est pas Dieu… Si - si ce n'est pas la promesse de Dieu, alors Il n'a pas à la tenir. Mais si c'est Sa promesse, Il doit la tenir pour rester Dieu. Il n'y a rien de faux en Dieu ; c'est en vous et en moi. Dieu a promis ce qu'Il ferait dans les derniers jours, qu'Il Se manifesterait dans les derniers jours.

120 J√©sus a dit dans St Jean 14.12 : "Celui qui croit en moi, fera aussi les oeuvres que je fais." Quand Philippe est venu l√† et - et devant J√©sus, et qu'il a vu arriver ces choses, il a couru chercher Nathana√ęl. Nathana√ęl est venu l√†. Et quand Nathana√ęl entr√© dans Sa pr√©sence, il √©tait tout √† fait convaincu (Bien s√Ľr que oui!), quand Il a dit : "Je t'ai vu quand tu √©tais sous le figuier."
Il était convaincu que c'était le Messie. Il a dit : "Tu es le Fils de Dieu."

121 Je sais, la femme au puits, elle √©tait tout √† fait convaincue quand Il lui a dit qu'elle avait eu cinq maris √† ce moment-l√†. Elle √©tait convaincue. Et non seulement elle √©tait convaincue, mais elle √©tait concern√©e. Elle entra dans la ville en courant et, elle a dit : "Venez voir un Homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait. Ne serait-ce pas le Messie?" Voyez-vous? Elle √©tait tout √† fait convaincue, elle croyait, elle √©tait s√Ľre que c'√©tait vrai.

122 √Ē Dieu, sois mis√©ricordieux envers nous. Nous devrions rester dans Sa Pr√©sence jusqu'√† ce que nous soyons convaincus (C'est vrai.), √™tre s√Ľrs que c'est vrai. Si ensuite nous voyons Sa promesse rendue vivante au milieu de nous, nous nous sentirons concern√©s. Si seulement nous prenions ici le Livre de Dieu, et disions qu'Il a promis de le faire, et qu'ensuite nous restions l√† jusqu'√† ce que nous soyons convaincus qu'Il est le Dieu de cette Parole ; Le voir Se manifester dans cette Parole, vivifier cette Parole, dans Laquelle vous avez re√ßu cette promesse : "Si vous demeurez en moi, et que mes paroles ( pas juste une seule, mais toutes)‚Ķ et que mes paroles demeurent en vous, demandez alors ce que vous voulez, et cela vous sera accord√©." C'est vrai. Vous voyez?
Cela doit… Pas juste les choses marchent aujourd'hui, ce soir, et demain on doute de cela. Si demain, vous rejetez cela, en disant : "Eh bien, je vous le dis. Je - je ne sais pas si c'est vrai ou pas. C'était peut-être pour quelqu'un d'autre. Je ne sais pas pour mon cas", alors vous voyez, cela ne demeure pas. Ça a été emporté. Voyez-vous? Les oiseaux viennent là et ramassent cela, les oiseaux du ciel. Mais si cela tombe au-delà de tout raisonnement, de tout doute, ou de tout le reste, cela donnera au centuple. Concerné…

123 Cela me rappelle… J'ai ici plusieurs autres Ecritures auxquelles je voudrais me référer, mais je vais arrêter dans une minute, et je dis ceci. L'autre jour j'ai vu une petite bande dessinée dans un journal. (J'aimerais terminer en disant ceci.) Cela m'a frappé. Et c'était une - une bande dessinée très remarquable. Il y avait un petit garçon. Il s'était bien habillé un dimanche matin, il était prêt pour l'école du dimanche, ses cheveux courts étaient peignés, son chapeau en main, après avoir lavé son visage, pris son petit déjeuner et mangé quelque chose ; il s'était brossé les dents, et s'était apprêté pour aller à l'école du dimanche. Et il se tenait à la porte de la chambre de son père et de sa mère encore endormis, et en frappant à la porte, il a dit : " Lequel de vous tous va m'accompagner à l'école du dimanche?" Concerné… C'est ça. C'est bien ça, mes amis, concerné.

124 Vous rendez-vous compte que la responsabilité de cette ville de Tempe, ici, je pense, repose sur vos épaules? Je crois que Dieu a fait de vous des phares, chacun de vous. Vous - vous… La responsabilité des péchés de cette ville repose sur les ministres, sur les membres d'églises, les pèlerins pendant leur voyage. Croyez-vous cela? Très bien.
Comment? N'avez-vous pas peur… Evidemment, vous n'avez pas peur de prendre Dieu au mot. Dieu tient Sa Parole. Dieu n'est pas un Dieu qui dit qu'Il est une chose, et après c'est autre chose. Voyez-vous? Si - s'Il promet quelque chose, Il l'accomplira. Dieu tient Sa Parole. Croyez-vous cela?

125 Ne croyez-vous pas que le même Jésus qui était ressuscité de la tombe est revenu sous la forme du Saint-Esprit et qu'Il est en nous maintenant? "Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus ; mais vous, vous me verrez (Vous me verrez. Voyez-vous?), car je serai avec vous et même en vous (Vous voyez?) jusqu'à la fin de la consommation, jusqu'à la fin du monde. Je serai bien avec vous. Je ne vous laisserai pas ni ne vous abandonnerai. Voici, je suis toujours avec vous jusqu'à la fin du monde. Vous voyez? Le monde ne verra pas cela ; mais vous, vous verrez cela." Le monde ne croit pas cela. Vous êtes celui qui… Ceux qui croient cela sont ceux qui reçoivent cela. C'est vrai.

126 Oh, maintenant, mes amis, voici le secret. Voici ce que je veux que vous sachiez. Je - je suis si heureux de venir vous parler ce soir. Vous √™tes une si belle audience. Je suis si heureux d'√™tre ici dans l'√©glise de fr√®re Groomer. J'ai vu‚Ķ Je crois qu'une fois vous √©tiez tr√©sorier, ou quelque chose de ce genre dans l'une de nos r√©unions, ou quelque chose de ce genre, jouant le r√īle du secr√©taire-tr√©sorier, et ainsi de suite. Et je - j'ai toujours voulu venir √† sa petite √©glise. Il m'avait demand√© √† ce moment-l√† : "Fr√®re Branham, venez pr√™cher pour nous."

127 Il y a un autre groupe de gens que j'aurais voulu visiter, et ce sont ces Indiens d'ici, juste ici au-dessus, les - les Indiens Navajo ou les Indiens Apaches, et de pr√©cieuses personnes. Je me souviens de ces r√©unions l√†-bas, comment nous les avions tenues. Et o√Ļ que je sois, je me souviens toujours de ces belles r√©unions d'ici avec ces gens. Et je‚Ķ Le m√™me message que j'ai pr√™ch√© au d√©but, je le garde toujours. Je garde toujours la m√™me chose. C'est Dieu, mes amis.

128 Je suis tout à fait convaincu que c'est Dieu, cette voie du Saint-Esprit. Eh bien, c'est la vérité. Je le crois de tout mon coeur. Maintenant. Et si nous… Il vous faut être convaincu, sinon vous n'êtes donc pas concerné.
Or, si je n'√©tais pas concern√©, ou plut√īt convaincu que cette voie du Saint-Esprit √©tait la bonne, je serais toujours dans l'Eglise baptiste, car c'est un bon groupe de fr√®res, l√† dans cette √©glise baptiste. Bien s√Ľr que oui. Ces fr√®res missionnaires sont de braves fr√®res, quelques-uns. Et je les aime toujours.

129 Et je suis cependant tout à fait convaincu, que l'église… Il est temps que l'Eglise soit baptisée du Saint-Esprit. C'est Christ qui vient en vous, se révélant par des miracles. Or, les - les baptistes croient cela aussi, et la plupart de toutes les églises, en dehors de… catholique. Les catholiques considèrent cette petite hostie, vous savez, que Dieu est dans cette hostie. Un soir je prêcherai là-dessus, eh bien, vous savez, "Le paganisme contre le christianisme", le Seigneur voulant, ainsi, je… au sujet de cette hostie comme étant Dieu.

130 Ainsi donc, je - je crois que tous les protestants croient dans le grand mouvement évangélique, ceux qui - ceux qui sont réellement nés de l'Esprit de Dieu ou qui ont un peu de Dieu en eux. Ils savent que le Saint-Esprit viendra, mais ils ne disent pas qu'Il… Il semble qu'ils croient qu'Il change leur nature quand Il vient. Voyez-vous, ils se disent : "Eh bien, Il ne supporte pas le monde, et les gens peuvent continuer simplement à vivre comme ils … d'habitude. Vous savez, aller simplement à l'église, et essayer d'être un type bien, faire le mieux que vous pouvez."

131 Ce n'est pas ça, mes amis. Quand le Saint-Esprit entre en vous, Il fait de vous une nouvelle création. Evidemment. Il fait de vous une nouvelle création. Et Il entre Lui-même en vous, et vous êtes Son idole. Vous… Il vit en vous, oeuvrant, agissant à Sa propre manière en vous.

132 Eh bien, j'ai lu d'abord l'Ancien Testament, et j'ai vu ce qu'était Dieu dans l'Ancien Testament, à travers ces prophètes. Je suis allé dans le Nouveau Testament, et j'ai examiné le Nouveau Testament. Et j'ai découvert que le même Dieu de l'Ancien Testament était aussi le même Dieu du Nouveau Testament.

133 Puis, j'ai étudié depuis l'Ancien Testament jusqu'à l'organisation de l'Eglise catholique primitive, c'était aux environs de l'an trois cents, au Concile de Nicée, quand les évêques adoptèrent l'appellation de Pape. Et l'Eglise romaine opta pour le dogme, et les catholiques orthodoxes croyaient la Bible et ils ont continué. Mais l'Eglise romaine a opté pour le - le dogme, et ils continuent de le faire aujourd'hui. Et alors, ils ont perdu à ce moment-là les miracles et les prodiges. Cela a continué pendant des centaines d'années jusqu'à la réforme.

134 Ensuite est venue la r√©forme. Martin Luther est donc venu, ensuite John Wesley, je crois, les anges des √Ęges de l'Eglise‚Ķ comme nous l'avons vu dans l'√Ęge de Philadelphie et dans l'√Ęge de Thyatire, et ainsi jusqu'√† l'√Ęge de l'Eglise de Laodic√©e. Et le spectacle le plus pitoyable dans tout cela, c'est celui de l'√Ęge de l'Eglise de Laodic√©e, en effet, Christ a √©t√© mis hors de Son Eglise, et Il frappait pour essayer d'entrer de nouveau √† l'int√©rieur. C'est vrai. Oui, c'est vrai. L'√©glise √† laquelle nous adh√©rons, Il essaye d'y revenir apr√®s avoir √©t√© mis dehors‚Ķ
Oh, mon frère, ma soeur, combien Il désire rentrer dans son Eglise, combien Il désire se mouvoir parmi eux, combien Il désire Se manifester au - au monde! Il ne peut le faire que s'Il nous utilise, vous et moi.
Comment ont-ils su que c'√©tait le Messie? Comment la femme au puits a-t-elle su que c'√©tait le Messie? Quand Il lui dit qu'elle avait eu cinq maris. Comment Nathana√ęl a-t-il dit : "Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant"?

135 En effet, Il a dit : "Je t'ai vu quand tu étais sous l'arbre." Voyez-vous? C'est ainsi qu'ils ont reconnu cela. C'est cela le signe du Messie. C'est vrai. Demandez à n'importe qui. Regardez dans la Bible. C'est ce que cela est : le signe du Messie.

136 Eh bien, Il est… J'ai parcouru ce pays plusieurs fois. Et je - je ne suis pas le Messie ; je suis - je suis - je suis votre frère. Mais j'essaye de vous dire que le Messie, le Christ, c'est le même Saint-Esprit qui était en Christ.
C'est ce qui fit de Lui le Messie. "Christ" veut dire "L'oint." Il était le corps de chair qui a été conçu dans le sein d'une femme.

137 Et certains parmi vous braves catholiques essayent de faire d'elle une d√©esse, comprenez-vous qu'elle n'√©tait pas plus qu'un incubateur que Dieu utilisa? Bien s√Ľr que non. Elle n'est pas la reine du ciel ; elle est une femme que Dieu a juste choisie parce qu'elle √©tait pure et vierge, et Il l'a couverte de l'ombre du Saint-Esprit, et Il a cr√©√© en elle un corps par Sa propre cr√©ation. Elle n'y apporta pas de sperme du tout, pas du tout, vraiment non. C'√©tait‚Ķ

138 Il - Il n'était ni Juif ni Gentil. Il était Dieu. Il a été créé dans le sein. Et ce corps pur et saint, sans du tout de sperme venant d'un être humain, était un vase sanctifié dans lequel Jéhovah habita. C'est pourquoi, Jésus disait : "Ce n'est pas moi qui fais les oeuvres. C'est mon Père qui habite en moi. C'est Lui qui fait les oeuvres." C'est vrai. Il pouvait parler et prononcer les paroles, et ce que c'était… "Ce n'est pas Moi. C'est Mon Père qui habite en Moi." Vous voyez?

139 Et Son Père… C'est la raison pour laquelle Il adressait les prières au Père. Il a dit… Quelqu'un m'a demandé, et a dit : "Eh bien, comment pouvait-Il alors adresser des prières au Père, si le Père était en Lui?"
J'ai dit : "Comment adressez-vous des prières au Père alors que le Père est en vous?" Voyez-vous, vous y êtes. Vous adressez des prières au Saint-Esprit afin que… Certainement que vous le faites. Vous voyez?

140 Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Le Grand Jéhovah Dieu demeurait en Christ. Nous… Cela est en nous avec mesure. C'était en Lui sans mesure. Maintenant, mais cette mesure qui est en Lui, l'Eglise tout entière dans un corps… Vous voyez?

141 Or, nous voyons que le même Dieu qui était dans l'Ancien Testament était dans le Nouveau Testament. Jusqu'au Concile de Nicée, Il était toujours dans l'Eglise. Et ici, nous Le voyons dans les derniers jours, le même Dieu, le même Saint-Esprit, les mêmes signes, les mêmes prodiges, les mêmes miracles, les mêmes manifestations, la même chose.

142 Ecoutez. Vous savez que je fais une oeuvre missionnaire. J'ai pratiquement fait le tour du monde √† peu pr√®s sept fois. Remarquez. L√† dans les pays o√Ļ le gens ne savent m√™me pas distinguer la main droite de la main gauche‚Ķ Ils ne savent pas prononcer un seul mot anglais, quel qu'il soit. Certains d'entr'eux n'ont m√™me pas de dialecte. Ils - Ils n'utilisent ni phrases ni rien ; ils produisent simplement un certain bruit hach√© comme chez les oiseaux. Certains d'entr'eux produisent un bruit hach√© comme chez les animaux qu'ils entendent dans la for√™t, ils jacassent, ils gazouillent, ils font toutes sortes de bruit. Ils n'ont jamais entendu parler de J√©sus-Christ ou quoi que ce soit d'autre.

143 Mais, mon fr√®re, que le Saint-Esprit tombe sur eux, et ils font la m√™me chose que vous ici m√™me. C'est vrai. C'est vrai. Ils font la m√™me chose que vous ici m√™me √† Tempe. C'est tout √† fait vrai, sans qu'on leur ait dit quoi que ce soit √† ce sujet. Bien s√Ľr que non. C'est seulement le Saint-Esprit qui le fait. Ils font la m√™me chose que vous. C'est le Saint-Esprit, mon fr√®re.

144 Il est Dieu dans le ‚Ķ Allemagne, Il est Dieu en Suisse ; Il est Dieu en Arizona ; Il est Dieu partout. Il est Dieu sur le toit ; Il est Dieu dans la cave ; Il est Dieu dans l'√©glise ; Il est Dieu en vous. Amen. Bien s√Ľr que oui. Je crois en Lui. Chaque Parole qu'Il prononce, c'est AINSI DIT LE SEIGNEUR. Je crois cette Bible comme √©tant la v√©rit√©. Amen. La croyez-vous ainsi?
Y avait-il des malades ici pour lesquels on devait prier? Levez la main. Hier soir, nous avons fait passer une petite ligne de prière. Très bien. Or, cette fois je ne suis pas venu à l'église... Je ne suis pas venu, vous savez, distribuant des cartes de prière et - et appeler les gens, et avoir peut-être six ou sept, dix, ou l'une ou l'autre chose de ce genre, et devenir si faible au point que l'on doit pratiquement me transporter pour me faire sortir dehors. Je suis venu juste pour prier, imposer les mains aux malades, et des choses de ce genre, et continuer.

145 Evidemment, cela peut se faire autrement. Cela d√©pend simplement des gens (Vous voyez?), ou plut√īt de Dieu, de tout ce que Dieu veut faire. Mais Il est Dieu ; peu m'importe le lieu. Juste les choses simples concernant‚Ķ Fr√®re Welch, quand ce serpent vous a mordu, il n'y avait pas de vision √† ce sujet, n'est-ce pas? Je lui ai simplement impos√© les mains, c'√©tait tout, parce qu'Il est Dieu.

146 Un soir, ou à l'un de ces petits déjeuners quelque part… J'aimerais vous raconter quelque chose qui est arrivé il y a quelques semaines. Depuis que j'ai perdu ma mère, je priais, je suis allé dans la forêt, j'ai porté des sous-vêtements d'isolation pour entrer dans la caverne en hiver, car là il fait zéro degré, et là pendant des jours et des jours, et des nuits et des nuits, je vivais dans la Présence de Dieu, jusqu'à ce qu'Il est descendu là et m'a parlé. Certainement. Et évidemment, j'étais convaincu que cela devait arriver.

147 Je dois √™tre s√Ľr de ce que je dis, parce que j'ai des √Ęmes qui me croient. Et j'ai des √Ęmes qui croient que je leur dis la v√©rit√©, que Dieu m'a envoy√©, et Dieu est oblig√© de se tenir derri√®re Sa Parole et de La soutenir. Et Il le fera. Certainement. S'Il vous envoie, Il confirmera qu'Il vous a envoy√©. Exactement. Amen. Je crois cela, pas vous? Amen.

148 Je - je sais qu'Il est ici en ce moment même. Amen. Il y a quelque chose qui se déverse partout sur moi en ce moment même. Je - je sais que nous sommes assis ce soir dans les lieux célestes en Christ Jésus. Croyez-vous cela? Amen. Je vais changer ma pensée. Je n'ai pas changé ma pensée, mais Dieu l'a changée pour moi. Amen.
Je ne vois personne que je connais ici, à moins que ce soit cette dame qui est assise juste ici. Cette dame-ici, je crois qu'on a prié pour elle hier soir. Tous ceux qui sont malades, levez la main. Tous ceux qui ne me connaissent pas, et qui savent que je ne connais rien à leur sujet, je veux dire, levez la main. Très bien. Partout, je pense. C'est bien. Si Dieu, ce même Dieu… Amen. Voilà un défi. Regardez là, des gens que vous ne connaissez pas, que vous n'avez jamais vus… Si vous êtes malade, Dieu sait que vous êtes malade. Si vous avez un coeur brisé, Il sait que vous avez du chagrin. Si vous avez péché, Il sait que vous avez péché. Parlez d'un miracle…

149 Or, il faut que la puissance du Dieu tout-puissant descende et d√©montre qu'Il est le m√™me Dieu qu'Il a toujours √©t√©, et Il sera toujours Dieu. S'Il fait cela au moins trois fois dans ce b√Ętiment juste maintenant, deux ou trois fois comme une - comme une confirmation‚Ķ Je ne - je ne sais pas s'Il le fera. Mais je - je vois que la pendule indique 21h30. Je sais qu'une ligne de pri√®re avec tant de gens nous am√®nera aux environs de 23h30. Et je sais que fr√®re Norman roule jusque l√†-bas, √† 100 et quelques miles [160 et quelques km - N.D.T] jusqu'√† Tucson, et d'autres personnes, et demain soir c'est‚Ķ J'ai encore dix ou douze services, peut-√™tre encore quinze o√Ļ je dois pr√™cher. Je - je crois que juste maintenant, si vous croyez cela avec moi, que nous sommes dans les lieux c√©lestes‚Ķ Je‚Ķ Permettez-moi de demander, et de vous montrer que Dieu est toujours Dieu, autant ici m√™me dans ce b√Ętiment ce soir qu'Il l'√©tait quand Il‚Ķ Abraham Lui parla l√† dans ce corps de chair.

150 Rappelez-vous, cette chair-l√†... Je ne sais pas ce que c'√©tait. Les gens ont dit que c'√©tait une th√©ophanie. Les ministres essayent de dire que c'√©tait une th√©ophanie. Mais comment une th√©ophanie peut-elle manger des c√ītes de veau? Bien s√Ľr que non. Une th√©ophanie ne mange pas. Il √©tait un Homme dans un corps de chair, mais cependant c'√©tait Dieu. Quel en √©tait le signe? Il a dit : "Ce qui arriva du temps de Lot et de No√©, Lot... arrivera de m√™me √† la venue du Fils de l'homme", que Dieu descendra dans une chair humaine et Se r√©v√©lera Lui-m√™me, comme Il l'a fait l√† autrefois. C'√©tait un‚Ķ Rappelez-vous, c'√©tait le dernier signe qui √©tait donn√© avant que le feu ne tombe et ne d√©truise Sodome et Gomorrhe.
Ce monde actuel, cette nation, et ces gens sont devenus comme une Sodome moderne. C'est vrai. Et qu'a-t-Il dit? "Ce qui arriva du temps de Noé, arrivera de même… mangeant, buvant, donnant en mariage. Ce qui arriva du temps de Lot…" Qu'arriva-t-il quand Lot… du temps de Lot?

151 Qu'arriva-t-il? Observez, un Ange descendit, ou plut√īt un Ange dans une forme humaine. Et cet Homme, avec Son‚Ķ ne connaissant pas Abraham, lui parla et de sa condition, et de Sara et de ce qui allait arriver, et de tout √† ce sujet. Et l√† ils d√©couvrirent alors qu'Abraham √©tait convaincu que c'√©tait Dieu, et il se mit √† plaider pour ses fr√®res. Est-ce juste? Dieu a promis cela.

152 Peu importe‚Ķ Vous n'avez pas besoin d'une grande cath√©drale; vous n'avez pas besoin d'√™tre des - des milliers dans la campagne. L√†‚Ķ "L√† o√Ļ deux ou trois sont assembl√©s, Je suis au milieu d'eux." Si Dieu prouve cela ce soir et discerne vos pens√©es et les‚Ķ La - la Bible dit dans H√©breux chapitre 4, √©coutez attentivement : "La Parole de Dieu est plus tranchante qu'une √©p√©e quelconque √† deux tranchants, p√©n√©trante jusqu'√† partager la moelle des os (Est-ce vrai?) et Elle juge m√™me les pens√©es de l'esprit." Est-ce vrai?

153 Qu'est-ce que la Parole de Dieu? "Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Et la Parole a été faite chair et a habité parmi nous." Par Sa vie de Juste et Son corps sanctifié, Son Sang pur et sans mélange… Il a donné cela gratuitement pour nous pécheurs impurs. Et par cela Dieu a pris Son sacrifice, et a sanctifié une église afin qu'Il renvoie Son Saint-Esprit continuer les oeuvres que Jésus a faites. "Les oeuvres que je fais, vous les ferez aussi." Croyez-vous cela?

154 Croyez-vous que J√©sus-Christ est le Fils de Dieu n√© de la vierge? Croyez-vous que Son - Son Sang saint n'est pas venu de l'homme? Nous savons que la cellule sanguine vient du sexe m√Ęle, et ainsi seul Dieu avait cr√©√© le Sang et manifest√© le Fils, Christ J√©sus. Et Il √©tait le Fils de J√©hovah Dieu. Dieu demeurait en Lui. Et alors, quand Il donna Sa vie en ran√ßon sur le bois, et qu'Il lava le p√©cheur qui croirait en Lui, et qui L'accepterait, et une propitiation pour nos p√©ch√©s a √©t√© faite, et Il nous a lav√©s par l'eau de la Parole et nous a purifi√©s‚Ķ Et maintenant, nous sommes sanctifi√©s, non pas par notre bont√©, mais par Sa mis√©ricorde, afin que le Saint-Esprit continue l'oeuvre de l'√©glise tout au long de l'√Ęge, pour proclamer que J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Amen.
Cela est allé donc par trois : hier, aujourd'hui et éternellement ; trois rangées dans l'église. Amen. Que Dieu appelle alors de toutes les trois rangées. Croyez-vous cela? Prions.

155 P√®re c√©leste, Toi seul Tu peux faire ceci. Mais afin que ce peuple sache, √ī Seigneur, que l'heure est proche... Il se pourrait que nous ne vivions pas jusqu'au matin. Nous n'en savons rien, mais nous devons Te rencontrer. Nous en sommes certains. Car l'homme doit premi√®rement mourir, et apr√®s cela, vient le jugement. Nous devons rencontrer Dieu quelque part.
Et, Dieu notre P√®re, j'ai enseign√© ce soir que Tu es toujours le m√™me Dieu. Et les gens‚Ķ Seigneur, je crois que Tu Te rendras si r√©el de cette fa√ßon, √ī P√®re. Ils ont suivi la pr√©dication. Nous avons eu quelques ministres des plus braves, je le crois, P√®re, qu'il y a au monde, vivant dans ce pays, et des hommes vraiment saints et vraiment consacr√©s au service de Dieu dans ces belles √©glises √† travers ces... ce pays-ci. Je crois cela.

156 Ce sont mes fr√®res, et je suis venu un jour, √ī Seigneur, au milieu d'eux comme un √©tranger, et ils m'ont re√ßu, et ils m'ont accueilli et ils - ils m'aiment.
Et - et cependant, bien des fois je dois les r√©primander et leur dire des choses. Je les vois des fois fr√©quenter une certaine organisation, les d√©nominations les font sortir du sentier battu, alors moi je les r√©primande. Et cependant ils sont aussi doux et ils m'aiment. Je sais alors qu'ils sont Tes serviteurs, √ī P√®re, et ils savent que je ne fais pas cela pour √™tre m√©chant. √Ē Seigneur, Tu ne traites jamais avec une telle personne. Maintenant, √ī P√®re, de savoir que cela... que le chemin de retour c'est par la saintet√©, par la sanctification de l'Esprit, et la cons√©cration des vies, que les gens...
Il se peut qu'il y ait des √©trangers ici ce soir. Il se peut qu'il y ait des presbyt√©riens, des m√©thodistes, des catholiques, un - un groupe avec nous ce soir. Il se peut qu'il y en ait qui ne croient pas. Et puis, P√®re, pour ce qui est de la pr√©dication de la Parole, ils ont le droit de s'en aller, peut-√™tre, et de dire : "Mon pasteur enseigne cela autrement." "Mon pr√™tre dit autre chose." Mais, √ī Seigneur, quand ils savent que la Bible... toutes les d√©nominations savent que H√©breux 13.8 dit : "Il est le m√™me hier, aujourd'hui et pour toujours." Maintenant, √ī Toi Seigneur, cette... Une petite femme a touch√© un jour Ta robe, en se faufilant √† travers la foule, et Tu T'es retourn√© et Tu as dit : "Qui M'a touch√©?" Et tout le monde a ni√© l'avoir fait. Mais cette grande puissance de Dieu qui √©tait en Toi, la Pl√©nitude de Dieu... Tu as regard√© partout dans l'auditoire jusqu'√† ce que Tu as trouv√© la petite femme qui avait la perte de sang. Et quand Tu lui en as parl√©, sa perte de sang s'est √©tanch√©e. Cela s'est arr√™t√©. Tu es le m√™me Dieu.
Je prie ce soir, √ī Dieu, que Tu sanctifies ces croyants qui sont ici et qui sont malades. Au moins un, ou plut√īt un dans chaque rang√©e, ou davantage, √ī Seigneur, de l'autre c√īt√©, derri√®re, dans le fond, debout dehors, n'importe o√Ļ, que quelqu'un voie sans l'ombre d'un seul doute que ceci est la v√©rit√©. Le Saint-Esprit a raison, et la Bible a raison, et J√©sus-Christ est le m√™me hier, aujourd'hui et √©ternellement. Je demande cette b√©n√©diction au Nom de J√©sus-Christ et pour Sa gloire. Amen.

157 Maintenant, quant √† vous, petite audience en attente, j'aimerais que vous priiez juste un instant dans vos coeurs, et j'aimerais que vous regardiez par ici. Je veux que vous croyiez de tout votre coeur que Dieu est dans ce b√Ętiment. Eh bien, Il l'est sous forme de l'Esprit. Nous savons tous que Dieu est [L'assembl√©e dit : "Esprit." - N.D.E..], et ceux qui L'adorent doivent L'adorer en Esprit et en V√©rit√©. Eh bien, qu'est-ce que la V√©rit√©? Christ, la Parole.

158 La Parole est la Vérité. L'Esprit est le Saint-Esprit. La Parole est la Vérité, et le Saint-Esprit s'empare de la Parole de la promesse et L'accomplit. Voyez-vous? "Si vous demeurez en Moi, Ma Parole en vous", n'importe quelle promesse là-dedans vous appartient alors. Voyez-vous? "Si vous demeurez en Moi, et que Ma Parole demeure en vous", alors ce n'est pas vous ; c'est la Parole de la promesse qui fait cela. Voyez-vous cela? J'espère que vous le voyez, mes enfants. Soyez bénis!

159 Un de ces jours, nous aurons notre dernier sermon ici. Le savez-vous? Et nous monterons. Et dites simplement : "Dieu le P√®re, fr√®re Branham ne conna√ģt rien √† mon sujet." Peut-√™tre que vous ne me connaissez - ne me connaissez m√™me pas. N'importe‚Ķ Peu importe o√Ļ vous √™tes, quelque part dans le b√Ętiment. Voyez-vous? Dites simplement : "Dieu le P√®re, il ne conna√ģt rien √† mon sujet. Mais qu'il me parle, et me dise mon probl√®me, ou quelque chose de ce genre, et je - je croirai en Toi. Je croirai en Toi, car la Parole alors, je sais, est chair, Lui et moi ensemble, par un contact avec Dieu, le Saint-Esprit, qui est ici. Que lui le fasse‚Ķ"
Cette dame qui a les mains sur les genoux, comme cela, a lev√© les yeux et a dit : "Oui," juste au moment o√Ļ elle faisait oui de la t√™te. Elle a cru cela. Vous avez dit la chose qu'il fallait.

160 Autrefois il y a eu une femme, une femme Syro-ph√©nicienne. Elle √©tait une Gentille. Elle est venue vers le Seigneur J√©sus, et elle a dit : "Seigneur, √ī Toi Fils de David, aie piti√© de ma fille." Eh bien, Il n'√©tait pas Fils de David pour elle. Elle √©tait une Gentille. Voyez-vous? Aussi continua-t-Il Son chemin comme s'Il ne l'avait m√™me pas vue, et elle cria apr√®s Lui.

161 Et finalement, Il se retourna et dit : "Il n'est pas bon que Je prenne le pain des enfants et que Je le donne aux chiens." Oh, cela aurait fait vraiment exploser certains d'entre nous, soi-disant chrétiens, explosent … nous appeler des chiens. Elle, jamais. Elle savait que c'était la vérité.
Elle a dit : "C'est la v√©rit√©, √ī Seigneur, mais les enfants... mais les chiens mangent les miettes qui sont sous la table de leur ma√ģtre."
Il a dit : "A cause de ces paroles... Parce que tu as dit cela..."
Si vous croyez cela de tout votre coeur, l'hypertension que vous avez et les troubles cardiaques vous quitteront. Voulez-vous accepter cela? Voyez-vous? C'était ça votre problème, n'est-ce pas? Croyez. Je n'ai jamais vu cette femme de ma vie. Elle est une étrangère.

162 Tenez, voyons en une autre. Juste l√† √† c√īt√© d'elle, une petite femme en robe verte. Si Dieu n'aide pas cette femme, elle va devoir √™tre op√©r√©e d'une tumeur. Si c'est vrai, levez la main, Madame. Je ne l'ai jamais vue de ma vie, mais elle a une tumeur. La faiblesse et la tristesse de son coeur... Si vous croyez que J√©sus-Christ, le Fils de Dieu, pourra accomplir cette op√©ration et √īter cela de vous sans une op√©ration d'une main humaine naturelle, vous pouvez avoir ce que vous demandez. Etes-vous convaincue? Croyez-vous?

163 Quelqu'un d'autre dans le b√Ętiment, priez, croyez de tout votre coeur. Voici une petite dame assise juste ici, en train de prier. Elle porte une jaquette rouge √† carreaux. Elle est malade et elle est faible. Elle se rel√®ve d'une pneumonie. C'est vrai. Croyez-vous que J√©sus-Christ vous gu√©rira, Madame? Si vous le croyez, levez la main tr√®s haut, et dites : "J'accepte cela."
L'homme qui est assis juste l√† √† c√īt√© d'elle, qui est l√†, qui a des maux de dos, croyez-vous qu'Il vous r√©tablira, Monsieur? Alors levez la main et dites : "J'accepte cela." Croyez-vous? Etes-vous convaincu? Alors sentez-vous concern√©.
Tout au fond vers l'arri√®re, une petite dame aux cheveux gris, qui est assise l√† au fond, avec une petite √©charpe autour du cou, elle a l'arthrite des mains. Elle prie depuis longtemps pour √™tre gu√©rie. Croyez-vous que Dieu vous gu√©rira, Madame? Vous qui √™tes assise juste l√†, juste en face ici, croyez-vous cela, que Dieu gu√©rira l'arthrite? Vous pouvez avoir ce que vous avez demand√©, si vous le croyez. L'homme qui est assis juste √† c√īt√© de vous, l√†, qui souffre de la prostate, si vous croyez cela de tout votre coeur, vous pouvez √™tre gu√©ri. Croyez-vous cela, Monsieur? Vous essayiez d'amener cette femme √† croire cela, et vous n'√™tes pas parvenu √† l'amener √† voir cela. Mais Dieu vous a gu√©ri de la prostate quand Il est pass√© √† c√īt√© d'elle. Ainsi, vous avez re√ßu votre gu√©rison. Que Dieu vous b√©nisse. C'est fini ; c'est parti.
Vous y êtes. Croyez-vous? Etes-vous convaincu? Alors sentons-nous concernés. Les autres se sentent-ils concernés? Combien se sentent concernés ici? Y a-t-il ici un pécheur? Etes-vous préoccupé par votre destination?

164 Avant que nous ne priions pour les malades, êtes-vous préoccupé par votre destination?
Si vous √™tes pr√©occup√© par votre destination, pourquoi ne pas vous avancer ici et recevoir Christ pendant que vous √™tes juste dans Sa Pr√©sence ici sur l'estrade. Venez ici. Venez simplement. Celui qui est - qui est concern√©, et qui sait qu'il n'est pas en ordre avec Dieu, je vous demande ce soir de venir juste ici √† l'autel, et de vous tenir ici en pri√®re. Que ce soit √† l'int√©rieur ou dehors, peu importe o√Ļ vous √™tes, venez ici. Que Dieu vous b√©nisse, Madame ; c'est ainsi qu'il faut le faire. Y a-t-il quelqu'un d'autre qui se soucie de l√† o√Ļ il va? Si vous n'√™tes pas certain que vous √™tes en ordre, et que vous √™tes concern√©, venez... Etes-vous convaincu que c'est Christ? Etes-vous convaincu que - que moi, un homme, je ne peux pas faire ces choses? Etes-vous convaincu que Dieu a promis de faire cela dans les derniers jours? C'est la Parole de Dieu. Il a convain-‚Ķ √™tes-vous convaincu de cela?

165 J'ai vu quelque chose d'autre arriver juste alors. Gloire à Dieu. Ils verront cela. Très bien. Maintenant. Gloire à Dieu. C'est merveilleux. Amen. Si vous... Oh!
Etes-vous convaincu? Etes-vous... Croyez-vous vraiment de tout votre coeur? Quelqu'un ici qui n'est pas certain d'être en ordre avec Dieu, ne voulez-vous pas venir vous tenir ici pour un mot de prière juste un instant? Approchez simplement.
Eh bien, si vous êtes... N'êtes-vous pas convaincu que vous êtes absolument en ordre? Certaines d'entre vous femmes, qui prétendez tout le temps avoir le Saint-Esprit, et qui portez des cheveux courts ; vous voulez me dire, malgré toute cette prédication, que vous n'êtes pas encore convaincues alors que la Bible dit ce qu'il en est de ces femmes aux cheveux courts? Hein? Et porter, et agir... Certains d'entre vous hommes qui fumez encore et qui vous comportez mal, certaines d'entre vous femmes qui portez ces vêtements, et Dieu a dit que c'est une abomination devant Lui.

166 Vous dites : "La chair ne change rien." Alors pourquoi Dieu a-t-Il élevé la chair de Christ? Pourquoi sommes-nous censés mener une vie sainte si cela ne veut rien dire? Evidemment, cela reviendra lors de la résurrection. C'est juste.
Vous croyez ceci comme étant l'Esprit de Dieu, alors Cela vous condamne. C'est vrai. Et comment serez-vous condamné? Se rendre coupable vis-à-vis d'un seul point, c'est se rendre coupable vis-à-vis de tout. Vous êtes avisé.
Quelqu'un a dit... Comme j'ai fait une remarque hier soir, quelqu'un m'a dit : "Frère Branham, pourquoi ne laissez-vous pas ces femmes tranquilles ? Laissez ces hommes tranquilles; arrêtez de faire cela." Il a dit : "Vous êtes... Les gens pensent que vous êtes un prophète."
J'ai dit : "Je ne suis pas prophète."
Il a dit : "Les gens déclarent quand même que vous l'êtes. Pourquoi ne leur enseignez-vous pas comment recevoir les dons spirituels?"

167 J'ai dit : "Comment puis-je leur enseigner l'algèbre alors qu'ils ne connaissent même pas leur ABC? Ils n'ont même pas assez de moralité élémentaire pour se purifier et agir en chrétiens. Comment allez-vous leur parler des choses spirituelles concernant les choses célestes?" C'est vrai.

168 Que l'Eglise pentec√ītiste se redresse, se mette en ordre avec Dieu, et je vous prouverai que le Saint-Esprit y viendra directement. Eh bien, ceci... L'√©glise sera si remplie de la puissance du Saint-Esprit qu'aucun membre ne pourra commettre un seul p√©ch√©. Le Saint-Esprit d√©voilera imm√©diatement cela, comme dans le cas d'Ananias et Saphira. C'est vrai. Mais vous ne pouvez pas le faire quand vous ne voulez m√™me pas recevoir votre formation de l'√©cole maternelle. Certainement pas.
Venez à l'autel, comme ces femmes l'ont fait. Vous dites : "Vous voulez dire qu'il n'y a que deux femmes dans ce groupe?" Rappelez-vous, cela est sur vous, et c'est sur vos mains, et vous ne pourrez jamais laver cela. Inclinons la tête. Avancez, soeurs. Comme nous croyons maintenant en Lui pendant que nous prions... Tu te tiens là aussi pour ton salut, fiston? Sois béni, mon fils. Tiens-toi juste là.

169 Maintenant, alors que nous inclinons la t√™te, on am√®ne une autre dame qui, peut-√™tre, ne peut pas marcher ou quelque chose de ce genre, qui s'avance pour accepter son salut. Eh bien, nous allons laisser... C'est tr√®s bien, laissez-la se tenir juste l√†. C'est tr√®s bien, soeur. Vous n'avez pas besoin de marcher pour faire cela. Il viendra juste au si√®ge o√Ļ vous √™tes. Que nous... Elle veut simplement faire...
Maintenant, si une femme qui peut à peine marcher... et ils... chancelante, elle est convaincue que c'est la vérité, et elle est prête à venir se repentir pour ce qu'elle a fait de mal, qu'en est-il de vous femmes qui... et aussi des hommes... qui pouvez vous mettre debout, et marcher correctement? Ils se lèveront au jour du jugement.

170 Le simple fait de porter le nom de Pentec√īte ne veut rien dire. Vous devez na√ģtre de nouveau. Quand vous naissez de nouveau vous marchez dans la lumi√®re de la Bible. Vous faites ce que dit la Bible. Amen. Prions maintenant.
P√®re c√©leste, Ta Pr√©sence est ici, et, oh, combien cela nous donne la libert√© de parler quand Ta Pr√©sence est ici, parce que nous savons que ce n'est pas nous qui parlons √† ce moment-l√† ; c'est le Saint-Esprit. Et, √ī P√®re, combien √ßa fait mal, des fois, d'entendre sa - sa propre voix dire des choses qu'on ne voudrait jamais dire du tout. Mais alors, comment quelqu'un pourrait-il douter que c'est le Saint-Esprit apr√®s qu'il L'a vu faire les oeuvres qu'Il faisait quand Il √©tait ici dans le corps du Seigneur J√©sus, et Tu nous as laiss√© la promesse selon laquelle Il ferait les m√™mes oeuvres par nous, Ses serviteurs?

171 Et maintenant, √ī P√®re, nous sommes reconnaissants pour Lui, car Il vient r√©primander le monde du p√©ch√©. Le p√©ch√©, c'est l'incr√©dulit√©. Pour ceux qui disent que cela ne peut pas √™tre fait, il est cependant prouv√© que cela est fait. Et aujourd'hui, d'apr√®s le t√©moignage scientifique, nous savons que Tu as d√©montr√© que Tu es avec nous, par beaucoup de preuves infaillibles.
Il se tient ici ce soir des gens tout autour de l'autel, apr√®s que j'ai fait l'appel et que j'ai pr√™ch√© ce message sur √™tre convaincu, et ensuite √™tre concern√©. Ils comprennent que leur vie a √©t√© superficielle, et ils - ils n'ont pas pu faire les choses qu'ils - qu'ils voulaient faire. Et ils ont compris que la faute n'√©tait pas de Ton c√īt√©, mais que la faute √©tait plut√īt de leur c√īt√©. Alors, ils sont venus ce soir, √ī Seigneur, confesser qu'ils ont tort.

172 Certaines d'entre ces petites femmes aux cheveux coupés courts, qui se tiennent ici, comme hier soir, savent que c'est la vérité. La Bible le dit. C'est déshonorant. N'est-il pas vulgaire qu'une femme prie avec ses cheveux en tant que voile, avec son voile coupé? Elle déshonore sa tête. C'est un enseignement chrétien, et le grand enseignant qui nous a prêché cela, Paul, a dit dans Galates 1.8 : "Si un ange du ciel vous prêchait autre chose que ce que moi je vous ai déjà enseigné, qu'il soit anathème." Nous savons que c'est la vérité.
√Ē P√®re, ces pr√©cieux ministres qui d√©noncent cela heure apr√®s heure, heure apr√®s heure, pendant que la congr√©gation continue de vaciller, combien leurs coeurs soupirent de voir toute leur √©glise √™tre remplie du Saint-Esprit, √† l'instar des hommes et des femmes pieux qui sont assis l√†, et le Saint-Esprit si puissant √† cet endroit, jusqu'√† ce que tout p√©ch√© dans l'√©glise soit d√©voil√©, et que de grands miracles et prodiges s'accomplissent comme il en √©tait dans les premiers jours. Et, P√®re, alors nous irons de lieu en lieu, rendre notre t√©moignage avec nos fr√®res. Et ils voient le Saint-Esprit se mouvoir √† travers diff√©rentes manifestations, et ils reconnaissent que c'est Dieu. Ainsi, ils se tiennent l√† condamn√©s, et ils ont dit... Seigneur, les p√©ch√©s de certains hommes les pr√©c√®dent ; ceux des autres les suivent. Ils confessent les leurs ce soir, √ī Seigneur, pour qu'ils les pr√©c√®dent. Je prie que Tu les aides, chacun d'eux, Seigneur. Et maintenant, en Te consacrant leurs coeurs, ils Te donnent leurs coeurs, leurs vies pour Te servir. Que peuvent-ils faire de plus, Seigneur?
Maintenant que le Saint-Esprit qui a amen√© la conviction par - par Sa Parole et par Sa Pr√©sence pour confirmer Sa Parole, pour rendre la v√©rit√© certaine, qu'Il leur accorde la portion qui sanctifie, qui leur accordera le d√©sir de leurs coeurs, afin de Te servir. Accorde-le, √ī Seigneur.

173 Il y a une pr√©cieuse √Ęme qui a dit que l'ennemi √©tait... Elle cherchait √† √™tre sauv√©e et √† se mettre en ordre, mais l'ennemi lui a constamment fait dire des choses m√©chantes contre Dieu, ou plut√īt de mauvaises pens√©es contre Lui. Je prie, √ī P√®re, maintenant en tant que Ton serviteur, je r√©primande ce d√©mon. Sors de cette femme. Laisse-la tranquille. Que le Dieu du ciel la remplisse du Saint-Esprit. Et, Satan, tu ne peux pas la lier plus longtemps. L√Ęche-la ; laisse-la partir. Au Nom de J√©sus-Christ, cette √©glise, la sainte Eglise de Dieu, prie d'un commun accord que ce d√©mon ne revienne plus jamais vers elle. Puisse-t-elle s'en aller maintenant dans la paix de Dieu au Nom de J√©sus-Christ. Nous Te consacrons ceci, √ī P√®re, pour Ta gloire. Amen.
Maintenant, sans l'ombre d'un doute dans vos coeurs et dans vos esprits, maintenant juste sur base de ce que Dieu a promis, vous √™tes venus consacrer vos vies, et vous croyez de tout votre coeur qu'en vous tenant √† cet autel ce soir, en disant √† Dieu que vous regrettez ce que vous avez fait, vous vivrez une vie diff√©rente d√®s aujourd'hui, croyez-vous que Dieu √©coute votre pri√®re, et que vous serez capable de le faire? Levez la main vers Lui et dites : "Je Te re√ßois, mon Seigneur." Amen. Que Dieu vous b√©nisse. C'est bien. Maintenant, vous pouvez retourner √† vos si√®ges, et √™tre s√Ľrs que c'est termin√©. Je crois cela. Croyez-vous cela, chacun, l√† ?

174 Eh bien, combien parmi vous l√†-bas sont malades et n'ont pas re√ßu... que le Saint-Esprit n'a pas du tout appel√©s? J'ai vu quatre ou cinq. C'est d√©j√†... Cela m'a en quelque sorte quitt√© maintenant, ce discernement. Mais j'ai vu que quelqu'un l√† derri√®re, ou plut√īt et ainsi l√† au fond, qui se tient debout l√† derri√®re... Mais je ne me souviens pas de ce que c'√©tait, cette Lumi√®re √©tait suspendue sur lui. J'ai vu cela arriver.
Mais le Saint-Esprit est ici, mes amis. Croyez-vous cela de tout votre coeur? Eh bien, combien ici ont reçu le baptême de l'Esprit? Levez la main. Très bien. La Bible dit : "Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru." Voulez-vous vous imposer les mains les uns aux autres, et me permettre de prier pour vous à partir de cette estrade? Ainsi, il est 22h maintenant, 22h moins cinq.
Le prochain service a-t-il √©t√© annonc√©? O√Ļ l'avez-vous...
Oui, ma chérie. Evidemment. Au Nom de Jésus, puisse-t-il s'en aller et être guéri de cet asthme, et que cela ne puisse plus jamais le déranger. Amen. Que vous soyez béni! Cela va vous quitter, et vous serez un homme très fort, et en très bonne santé.

175 Dieu Tout-Puissant, nous sommes Tes enfants par la foi en Christ Jésus. Nous sommes membres du corps de Christ par le baptême du Saint-Esprit. Nous sommes des voyageurs ici sur terre, des pèlerins, reconnaissant que le ciel est notre demeure et qu'ici, ce n'est pas notre demeure. Ainsi, nous regardons aux choses d'en haut.
Maintenant. Nous croyons que nous sommes dans les lieux c√©lestes en Christ. Que la puissance du Dieu Tout-puissant s'√©tablisse sur ce b√Ętiment et entre dans chaque coeur.
Satan, nous t'adjurons par Jésus-Christ, le Dieu vivant, de quitter ces gens. Sors d'eux, Satan, éloigne-toi d'eux, afin qu'ils soient rétablis au Nom de Jésus-Christ.
Combien croient cela? Levez... Combien sont convaincus? Combien sont concernés? Levez la main, dites : "Je suis concerné ; je suis convaincu que ceci est la vérité ; je suis maintenant convaincu que par Ses meurtrissures je suis guéri. Je suis maintenant convaincu que le baptême du Saint-Esprit est la vérité. Je suis maintenant convaincu que Jésus-Christ est au milieu de nous."

176 Qu'a dit Jean? "Il y a Quelqu'un parmi vous... Quelqu'un parmi vous que vous ne connaissez pas." Il me faut changer cette partie ce soir, et dire qu'il y a Quelqu'un parmi vous que vous ne voyez pas. C'est le Saint-Esprit. C'est Lui (Amen .) Qui rend chaque promesse réelle.
Croyez-vous cela de tout votre coeur, de toute votre √Ęme, de toute votre pens√©e? Mettez-vous debout et acceptez alors cela, comme √©tant votre gu√©rison, comme √©tant votre salut, qui que vous soyez.
Rappelez-vous que le prochain service demain soir sera tenu à l'église de frère Outlaw, frère Outlaw là à Phoenix, demain soir. Levons les mains maintenant et chantons ce cantique à Dieu. Eh bien, je ne sais pas si je suis capable d'en donner le ton : "Je L'aime, je L'aime parce qu'Il m'aima le premier." Tous ensemble : Je L'aime, je L'aime
Parce qu'Il m'aima le premier.
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.
Maintenant, vous qui venez assister aux services, demain soir c'est à l'église de frère Outlaw. On l'appelle : "L'église du Nom de Jésus" là à Phoenix, à... Vous avez, oui, Frère... Oui, frère Groomer que voici annoncera cela.
Très bien. Que le Seigneur vous bénisse. A demain soir, que Dieu soit avec vous.

EN HAUT