ACCUEIL PRÉDICATIONS BIBLE LIVRES VIDÉO CONTACTS LANGUE

PrĂ©dication La Parole parlĂ©e est la semence originelle #2 de William Branham a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e 62-0318E La durĂ©e est de: 3 heures 9 minutes .pdf La traduction Shp
TĂ©lĂ©charger:    .doc    .pdf    .pdf (brochure)    .mp3
Voir les textes français et anglais simultanement
Voir le texte anglais seulement

La Parole parlée est la semence originelle #2

1 Eh bien, ça, c’est trĂšs bien, FrĂšre Kidd. C’est Ă©patant. Nous en sommes exactement lĂ . [FrĂšre Kidd dit quelque chose Ă  frĂšre Branham. – N.D.E.] Amen. Il aimerait dire un mot sur sa guĂ©rison.

2[FrĂšre Kidd dit : « Oui. C’est moi l’homme qui a Ă©tĂ© guĂ©ri, ça fait deux ans. J’étais Ă  moitiĂ© prĂȘt pour la morgue. Maman a appelĂ© frĂšre Branham, et il est venu, lui et–lui et son fils. Ils ont quittĂ© la maison, ici, Ă  deux heures, et il est venu prier pour moi. Comment... Je n’avais plus de sensibilitĂ©, de–de–de la taille jusqu’aux pieds, aucune. Et une heure aprĂšs avoir priĂ© pour moi, il est reparti, et toute la sensibilitĂ© est revenue. Dieu m’a guĂ©ri du cancer. On disait : ‘Il n’a plus de reins.’ J’en ai des neufs. On ne sait pas, mais Dieu les a remis en marche. Et c’est ce qui m’est arrivĂ©. J’ai quatre-vingt-un ans, et au fil des annĂ©es, partout j’ai cherchĂ© Ă  pousser Ă  la roue pour rĂ©former le mouvement de la PentecĂŽte. Ça me fait rire vraiment. FrĂšre Branham en parle : ‘Ils se sont tous mis Ă  bĂątir de petits murs de sĂ©paration entre eux, et ils ne peuvent pas avoir de rĂ©veil.’ C’est vrai. Il a raison lĂ -dessus. » L’assemblĂ©e rit. – N.D.E.]

3 C’est exactement ça. FrĂšre Ed, c’est ça le rĂ©sultat. Oh ! C’est merveilleux, n’est-ce pas ? J’aime ce petit tĂ©moignage, frĂšre.

4 On est maintenant reliĂ© par la radio dans les voitures, d’aprĂšs ce qu’on me dit; ici ce serait cette partie-ci.

5 Maintenant, tout le monde se sent-il bien ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Eh bien, alors, nous allons nous y mettre tout de suite, poursuivre jusqu’à minuit, et aprĂšs, nous allons... [« Amen. »] Nous sommes si heureux que le Seigneur nous ait aidĂ©s et nous ait bĂ©nis.

6 Maintenant, avant de nous y remettre, offrons donc une petite priĂšre Ă  Celui Ă  Qui nous allons nous adresser maintenant.

7 Bienveillant PĂšre cĂ©leste, Tu entends le tĂ©moignage de ce vieillard rempli de piĂ©tĂ©, de saintetĂ©. Tout au long de cet Ăąge, lui et sa petite Ă©pouse ont travaillĂ© ensemble; et elle, comme il lui a fallu s’accrocher Ă  Toi, T’implorer de faire de son mari un prĂ©dicateur, et le voici. Et puis, alors qu’il Ă©tait Ă©tendu lĂ , mourant, que les meilleurs mĂ©decins du pays dĂ©claraient : « C’en est fini de lui. Il n’a plus que quelques heures Ă  vivre. C’est fini. Son corps est rongĂ© par le cancer. Il ne pourra plus jamais marcher. L’infection qui s’est propagĂ©e dans ses chevilles, et tout, est en train de l’emporter. » Et le voici, des annĂ©es plus tard, encore Ă  l’oeuvre. Nous en sommes tellement reconnaissants, PĂšre. C’est la preuve qu’une fois que la Parole a Ă©tĂ© plantĂ©e, et ensuite arrosĂ©e, Elle produira la rĂ©colte.

8 Maintenant, nous Te prions, PĂšre, de nous permettre, cet aprĂšs-midi, de prĂ©senter ces Paroles qui viennent de Ta Parole. C’est Ta Parole Ă  Toi, et nous voulons La prĂ©senter telle quelle. Ensuite, Seigneur, arrose-La par l’Esprit. Nous Te demandons, comme nous nous en remettons Ă  Toi, avec ce Message, de nous utiliser, au Nom de JĂ©sus. Amen.

9 Maintenant, on va s’y mettre sans tarder. Ce matin, ma femme me disait combien c’était difficile pour les gens, vous savez, avec les jambes prises de crampe et tout; pour les dames, et–et pour d’autres qui sont comme moi, qui avancent un peu en Ăąge, de devoir rester debout, comme ça. J’apprĂ©cie ça, votre loyautĂ©. Et maintenant, sans plus tarder, nous allons revenir au message, et continuer. Je ne veux pas ĂȘtre trop pressĂ©, mais je veux quand mĂȘme me presser assez pour tĂącher de finir cet aprĂšs-midi, si cela m’est possible.

10 Ensuite, dĂšs que nous aurons terminĂ©, nous partirons tout de suite pour–pour Tifton, en GĂ©orgie; pas pour une rĂ©union rĂ©g-... une sĂ©rie de rĂ©unions. Nous serons Ă  la salle de l’école secondaire, lĂ -bas, pour un soir seulement. C’est-Ă -dire demain soir, et ce ne sera qu’un service de prĂ©dication. Je vais prendre un petit sujet tout simple, ou quelque chose que j’ai prĂȘchĂ© ici mĂȘme, parce que c’est simplement pour passer voir les gens de lĂ -bas. Ils n’ont pas prĂ©vu une sĂ©rie de rĂ©unions, ni rien. Alors nous...

11 Et maintenant, ce matin, nous–nous nous Ă©tions arrĂȘtĂ©s, nous parlions de notre sujet, tirĂ© de la GenĂšse, au chapitre 1, le–le verset 11 en particulier. La Parole parlĂ©e est la Semence originelle.

12 Et maintenant, mon but, ce matin, et aujourd’hui, c’est d’essayer d’expliquer aux gens [FrĂšre Branham demande Ă  quelqu’un : « Est-ce que c’est en marche ? Oui. » —N.D.E.] d’essayer d’expliquer aux gens la façon dont j’ai agi, eh bien, pourquoi j’ai fait les choses que j’ai faites. Et je suis bien conscient que ces bandes sont en train de s’enregistrer et qu’elles seront distribuĂ©es. Probablement que bien des gens les entendront aprĂšs mon dĂ©part, si JĂ©sus tarde. Mais je tiens Ă  dire que je crois la Parole de Dieu, qu’Elle est, Elle, la VĂ©ritĂ©.

13 Eh bien, lĂ  oĂč nous nous Ă©tions arrĂȘtĂ©s, nous parlions de... des derniers jours, de ce qui est arrivĂ© au ministĂšre des Ă©vangĂ©listes qui, il y a quelques annĂ©es, enflammaient vraiment le pays, et on dirait qu’ils se sont tous arrĂȘtĂ©s. Or, je ne veux pas dire qu’ils ne sont plus sur le champ missionnaire. Ils sont toujours Ă  l’oeuvre, mais on dirait qu’il n’y a pas de rĂ©sultat, ça ne donne rien. Voyez ? Qu’y a-t-il ? Le champ a Ă©tĂ© vraiment ensemencĂ©. Voyez ? Eh bien, souvenez-vous-en. Ne l’oubliez pas.

14 Quelqu’un m’a demandĂ© de rĂ©pĂ©ter ce mot hĂ©breu de nouveau, dans JoĂ«l, au chapitre 2, JoĂ«l 2.28, oĂč il parle de la venue de la pluie de la premiĂšre saison et de la pluie de l’arriĂšre-saison. Le mot « premiĂšre », en hĂ©breu, c’est le mot m-o-u-r-e-h, moureh, qui veut dire enseignement. Autrement dit, il y aura une pluie d’enseignement, et une pluie de moisson. Or, la pluie de l’enseignement, nous l’avons reçue, et nous sommes maintenant prĂȘts Ă  recevoir la pluie de la moisson. Vous savez, la premiĂšre pluie, c’est quand vous plantez la semence, c’est elle qui fait que votre rĂ©colte se met Ă  croĂźtre. Ensuite, juste avant qu’elle arrive Ă  maturitĂ©, il y a une autre rĂ©colte. C’est ce qu’on appelle la pluie de la moisson. Nous savons quand celle-lĂ  arrive. Les pluies du printemps, et ensuite les pluies qu’il y a vers le mois de juin, elles produisent votre rĂ©colte. Eh bien, la pluie, nous avons vu que c’était l’Esprit.

15 Et maintenant, lĂ  oĂč nous nous Ă©tions arrĂȘtĂ©s, j’exprimais comment, selon moi, toute la chose se passerait. C’est-Ă -dire que je crois que la–que la–la pluie a Ă©tĂ© apportĂ©e, la pluie. C’est pourquoi nous avons cette accalmie, c’est parce que la terre est dĂ©jĂ  toute ensemencĂ©e. On ne trouve pratiquement plus d’endroit qui ne soit dĂ©jĂ  ensemencĂ©. Et cela a Ă©tĂ© diffusĂ© par la radio, la tĂ©lĂ©vision, les bandes, verbalement, tout. C’est ainsi que le pays a Ă©tĂ© complĂštement ensemencĂ©. C’est ainsi que les semences ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Maintenant, de ces semences qui ont Ă©tĂ© plantĂ©es, on ne pourra pas tirer quoi que ce soit d’autre que ce qui a Ă©tĂ© plantĂ© comme semences. Comprenez-vous maintenant ? Ce qu’il y aura, ce sera les semences qui ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Eh bien, l’Esprit descendra, mais Il produira une moisson de la semence sur laquelle Il descendra. Maintenant, souvenez-vous-en. TrĂšs bien.

16 Je prĂ©dis que les deux groupes dĂ©nominationnels, le groupe pentecĂŽtiste et le groupe Ă©vangĂ©lique, oeuvreront ensemble dans une dĂ©nomination, qu’ils s’uniront et deviendront tous membres de la FĂ©dĂ©ration des Églises du Conseil, ou, du Conseil des Églises. Ils en font tous partie dĂ©jĂ . Et c’est par eux que s’exercera une contrainte, ou un boycottage, qui arrĂȘtera tout ce qui ne fait pas partie de cette union des Ă©glises. C’est ce que... La Bible dit qu’il y aurait un boycottage, Ă  cause duquel les gens n’allaient mĂȘme plus pouvoir acheter ni vendre Ă  moins d’avoir reçu ceci : la marque de la bĂȘte, qui est le romanisme, et l’image de la bĂȘte, qui est le protestantisme. Alors que l’image... la bĂȘte avait reçu le pouvoir, l’autoritĂ©, d’animer l’image, pour qu’elle parle, et elle l’a fait. Et ça, c’est la ConfĂ©dĂ©ration des Églises, quand elles se rĂ©uniront dans une confĂ©dĂ©ration.

17 Maintenant, il y a beaucoup de jeunes ici. Je ne sais pas, JĂ©sus pourrait venir cet aprĂšs-midi. Il pourrait venir l’annĂ©e prochaine. Je ne sais pas quand Il va venir. Mais, souvenez-vous, si je ne vis pas assez longtemps pour voir le Jour de Sa Venue... Mais j’espĂšre bien que je le verrai, et pour une raison ou pour une autre, je crois que je le verrai. Eh bien, si je ne le vois pas, ne laissez jamais cette Parole s’éloigner de vos oreilles ni de votre coeur. Voyez ? Souvenez-vous-en, je parle au Nom du Seigneur.

18 Eh bien, je crois de tout mon coeur que c’est comme ça que ça va finir. Il y aura un genre d’union, un–un boycottage. Tous les endroits comme celui-ci seront fermĂ©s dĂ©finitivement. Et vous ne pourrez pas prĂȘcher Ă  moins d’avoir obtenu une–une autorisation, ou un permis dĂ©livrĂ© par cette FĂ©dĂ©ration des Églises, vous donnant le droit de tenir une rĂ©union. C’est presque... On le voit dĂ©jĂ  maintenant, c’est ce qui se fait au sein mĂȘme de la dĂ©nomination. On voit par lĂ  oĂč elle en est. Oui, oui. Vous devez avoir ça. Et ça va finir par en arriver lĂ . C’est ma prĂ©diction, en tant que serviteur de Christ, par la comprĂ©hension que j’ai de la Parole, et par l’inspiration. C’est ce qui finira par arriver. La... Tous les signes indiquent que c’est la fin. Je viens de prĂȘcher lĂ -dessus. MĂȘme que la...

19 La vierge folle a commencĂ© Ă  rĂ©clamer de l’Huile. Or, souvenez-vous, elle Ă©tait une vierge. Et, si elle est une vierge, elle est une Ă©glise. Voyez-vous ? Nous allons y arriver cet aprĂšs-midi, dans Apocalypse 17. Si elle est une vierge, elle est une Ă©glise, parce que l’église est une vierge.
Paul a dit : « Je vous ai fiancés à Christ, comme une vierge pure. »

20 La prostituĂ©e d’Apocalypse 17 Ă©tait une Ă©glise. Jean s’est Ă©merveillĂ© devant elle, Ă  cause de sa–de sa beautĂ©, de ce qu’elle Ă©tait. Elle Ă©tait trĂšs belle. Et pourtant : « En elle a Ă©tĂ© trouvĂ© le sang de tous les saints de JĂ©sus-Christ qui avaient Ă©tĂ© assassinĂ©s, en elle. » C’est vrai. Je crois que c’est soixante-huit millions, selon le martyrologe, que l’église catholique romaine aurait mis Ă  mort, Ă  partir–à partir de saint Augustin d’Hippone. Soixante-huit millions de protestants ont Ă©tĂ© tuĂ©s et consignĂ©s dans les registres du martyrologe par l’église catholique, parce qu’ils Ă©taient en dĂ©saccord avec sa doctrine. Ce n’est pas Ă©tonnant que la Bible ait dit : « En elle a Ă©tĂ© trouvĂ© le sang de tous les martyrs. »

21 Eh bien, eh bien, JĂ©sus n’a-t-Il pas dit qu’il viendrait un temps oĂč « ils vous feraient mourir en pensant rendre un service Ă  Dieu » ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Et ils sont sincĂšres Ă  ce sujet. Ce ne sont pas des hypocrites. C’est ce qu’ils croient. C’est ce qui leur est enseignĂ©.

22 Et une fois que cette Parole... Une fois que–une fois que cette Parole a Ă©tĂ© plantĂ©e lĂ , Elle doit produire une rĂ©colte. C’est sĂ»r, Elle doit le faire. Souvenez-vous, nous nous en tenons Ă  « la Semence » ; c’est notre sujet, notre Semence. La Parole parlĂ©e de Dieu est une Semence. Voyez ? Il faut que tout soit ramenĂ© Ă  cette Parole, et cette Parole produira ce qu’Elle dit.

23 C’est pourquoi je crois Ă  la guĂ©rison divine. C’est pourquoi je crois aux visions. C’est pourquoi je crois aux anges. C’est pourquoi je crois Ă  ce Message, c’est parce qu’Il sort de la Parole de Dieu. Et tout ce qui n’est pas dans la Parole de Dieu, je n’y crois pas. Il se pourrait que ce soit juste, mais quand mĂȘme je m’en tiendrai strictement Ă  ce que Dieu a dit, et alors je serai sĂ»r d’avoir raison. Eh bien, Dieu peut faire ce qu’Il veut. Il est Dieu. Mais tant que je m’en tiens Ă  Sa Parole, alors, je sais que c’est en ordre. J’y crois.

24 Donc, cette vierge folle est une femme. Elle est une Ă©glise, mais elle est dĂ©pourvue de sagesse. Voyez ? Elle a simplement laissĂ© traĂźner les choses, et pourtant, elle prĂ©tendait ĂȘtre–elle prĂ©tendait ĂȘtre l’Épouse.

25 Et, souvenez-vous, les choses vont toujours par trois, pour la perfection. Trois est le nombre de la perfection.

26 Les fonctions de Dieu : PĂšre, Fils, Saint-Esprit. Dieu le PĂšre Ă©tait le Dieu qui a vĂ©cu dans la Colonne de Feu. Il essayait d’attirer IsraĂ«l Ă  Lui. Ils n’ont pas voulu venir. Dieu le PĂšre a vĂ©cu dans le Fils, ce qui a fait de Lui Dieu le Fils; le mĂȘme Dieu, l’expression mĂȘme de Dieu, la Semence de Dieu manifestĂ©e, Il essayait d’attirer les gens Ă  Lui. Ils L’ont crucifiĂ©. Le Saint-Esprit est le mĂȘme Dieu qui Ă©tait au commencement dans le Fils de Dieu, et maintenant ici (l’autre fonction de Dieu) dans les derniers jours, Il vit dans l’Église; Il essaie d’apporter la Parole, la Parole parlĂ©e, comme les deux autres fonctions l’avaient fait, aux gens, et ils La rejettent. C’est la mĂȘme chose. Ce sont les trois fonctions ou manifestations d’un seul Dieu Ă  l’oeuvre. Et Dieu, dans Son peuple Ă  l’oeuvre, aujourd’hui, c’est Dieu Ă  l’oeuvre. Voyez ? C’est Dieu dans les gens.

27 Le Seigneur voulant, j’aimerais parler lĂ -dessus demain soir : « Dieu dans Son univers, Dieu dans Son Fils, Dieu dans Son peuple », et ainsi de suite. Eh bien, j’ai dĂ©jĂ  parlĂ© de ça ici, je crois.

28 Et donc, cette vierge folle, quand elle est allĂ©e acheter de l’Huile
 On l’a envoyĂ©e acheter de l’Huile. Et c’est lĂ  qu’elle a constatĂ© qu’elle Ă©tait venue trop tard. Pourquoi ? Pourquoi, mon ami ? Les semences ont Ă©tĂ© dĂ©jĂ  plantĂ©es. Voyez ? Il y en a eu trois, jusqu’à l’heure de Sodome.
Il y a toujours eu ce nombre trois, tout le temps.

29 Il y a trois venues de Christ. Il est venu une fois pour racheter Son Épouse. Il vient, la fois suivante, Ă  l’EnlĂšvement, pour enlever Son Épouse. Il revient, dans le MillĂ©nium, avec Son Épouse.

30 Les choses vont toujours par trois. Trois, c’est un nombre parfait. Cinq, c’est le nombre de la grĂące; sept, de l’achĂšvement; douze, de l’adoration; vingt-quatre... ou–ou, quarante, de la tentation; et cinquante, c’est celui du jubilĂ©. Le mot mĂȘme pentecĂŽte veut dire jubilĂ©, cinquante. Voyez ? Bon, et donc, Dieu, dans Ses nombres, Il est parfait dans Ses nombres, Il est parfait dans Sa Parole. Il est parfait dans Son action. Il est parfait dans tout, parce qu’Il est un Dieu parfait. Oui.
Et nous voyons que, dans ces vierges...

31 Maintenant, regardez, il est parlĂ© d’une « prostituĂ©e » dans la Bible. Maintenant, je demande Ă  mes soeurs de–de me pardonner. Je... C’est ce que la Bible dit. Aujourd’hui, je parle clair et net. Elle l’appelle « la prostituĂ©e, et la mĂšre des impudiques », ce qui est la mĂȘme chose. Maintenant, si vous remarquez, il est parlĂ© d’une « prostituĂ©e » dans la Bible, c’est une Ă©glise. Il est parlĂ© d’une «impudique » par la Bible, c’est une Ă©glise. Et il est parlĂ© d’une « Épouse » dans la Bible, et c’est une Église. VoilĂ  les trois. Nous allons y arriver, tout Ă  l’heure, pour montrer de qui celles-lĂ  sont les Ă©pouses, et qu’elles ont Ă©tĂ© rejetĂ©es, et tout Ă  ce sujet, le Seigneur voulant.

32 Bon, d’abord, j’aimerais dire ceci, avant de l’oublier. N’allez jamais craindre le communisme. Le communisme n’est qu’un outil entre les mains de Dieu. C’est une entreprise impie, tout comme le roi NĂ©bucadnetsar Ă  l’époque; mais Il l’a envoyĂ© lĂ -bas pour qu’il frappe IsraĂ«l, Ă  cause de leur dĂ©sobĂ©issance. Alors que le prophĂšte leur avait annoncĂ© ce qui allait arriver, il leur avait dit de demeurer dans leur pays et de se souvenir de Dieu. Ils n’ont pas voulu le faire. Ils ont continuĂ© quand mĂȘme, et voilĂ , le roi est venu leur mettre la main dessus, parce qu’Il l’avait dit, que c’est ce qu’il ferait. Le communisme, c’est une chose qui...

33 La raison pour laquelle le communisme est apparu, c’est Ă  cause de la conduite illĂ©gitime de l’Eglise catholique, outre-mer, en Russie. Ils ont pris tout l’argent, et ils ont–ils ont amassĂ© tout ça, un point c’est tout. C’est exactement Ă  cause de ça qu’il y a eu le communisme.

34 Quand le petit garçon a Ă©tĂ© ressuscitĂ© des morts, lĂ -bas en Finlande, ces grands soldats communistes se tenaient lĂ  Ă  exĂ©cuter le geste du salut Ă  mon passage, et les larmes leur coulaient sur les joues. Ils disaient : « Un Dieu comme ça, nous Le recevrons, certainement, un Dieu qui peut ressusciter les morts et tenir Sa Parole. Certainement. » Voyez ? Mais pour ce qui est d’aller Ă  l’église, sans plus, en vivant comme le diable et tout le reste, comme le reste du monde, que ça ne produise rien, ça, ils n’y croient pas. Et, franchement, moi non plus. C’est vrai. C’est vrai.

35 Il n’y a aucun passage des Écritures qui dit que le communisme gouvernera le monde. Mais il y a un passage des Écritures qui dit, et toute l’Écriture le dit, que c’est le romanisme qui le fera. Alors, ayez l’oeil là-dessus.

36 Regardez, ce soir. Regardez donc ce qui est arrivĂ© hier soir mĂȘme. Ce sĂ©nateur du Kentucky, ce qu’il a dit du fait qu’un rĂ©publicain a maintenant Ă©té–étĂ© Ă©lu pour reprĂ©senter l’État du Kentucky. Il a dit : « Il est protestant, et il n’en fait pas tout un plat », et lui, un catholique. Ils deviennent audacieux au possible. Et, souvenez-vous, il y a d’autres choses qui vont avec ça.

37 Le temps des vierges folles, c’est ce que nous voyons. Des choses qui ne s’étaient jamais produites, des choses que pas un seul des hommes, des enseignants qu’il y a eu tout au long de l’ñge, n’aurait pu dire comme nous le pouvons maintenant, parce que c’est maintenant qu’elles arrivent. Or, la vierge folle et les pentecĂŽtistes hybridĂ©s, c’est la mĂȘme chose, hybridĂ©s avec les choses du monde.

38 Maintenant, souvenez-vous, je suis pentecĂŽtiste, mais pas pentecĂŽtiste par une dĂ©nomination. Ça, je proteste. Je suis pentecĂŽtiste par une expĂ©rience. Il faut qu’on ait... Les mĂ©thodistes sont pentecĂŽtistes, les baptistes sont pentecĂŽtistes, les catholiques sont pentecĂŽtistes, s’ils ont reçu l’expĂ©rience pentecĂŽtiste. Vous ne pouvez pas organiser la PentecĂŽte, parce que c’est une–une expĂ©rience, et c’est Dieu. Et on ne peut pas organiser Dieu.

39 Bon, donc, JĂ©sus nous a dit que ces choses allaient arriver. Donc, Il nous a annoncĂ© ce qui allait se produire, que la vierge folle se lĂšverait, et les choses qu’elle feraient ; et que les gens allaient rĂ©clamer, Ă  leur Ă©poque, qu’ils voudraient avoir de l’Huile, mais qu’ils viendraient trop tard. Voyez-vous ?

40 Maintenant, observez ces trois, ces trois Ă©glises. Il y a la prostituĂ©e : elle, elle n’est pas venue chercher quoi que ce soit; elle, elle est centrĂ©e sur sa personne, sur elle-mĂȘme. Il y avait la vierge folle, qui est l’église protestante. Et il y avait l’Épouse. Voyez ? Maintenant, voilĂ  les trois niveaux de l’église, dans les derniers jours. Maintenant, regardez bien. Nous allons les prĂ©senter clairement Ă  partir de la GenĂšse, les montrer ici et les situer dans l’Apocalypse, dans l’EnlĂšvement, le Seigneur voulant.

41 Toutes ces choses ont l’air authentiques. La PentecĂŽte a l’air authentique. Pensez... « Eh bien, moi, je fais partie d’une organisation pentecĂŽtiste. » Ça revient au mĂȘme que si vous viviez dans une porcherie. Il n’y aurait pas la moindre diffĂ©rence. Il n’y en aurait pas. Ce n’est qu’un airain qui rĂ©sonne et une cymbale qui retentit, oui, peu importe de quoi vous faites partie, si vous n’ĂȘtes pas nĂ© de l’Esprit de Dieu et que vous n’avez pas reçu le Saint-Esprit. Et la raison...

42 Si vous n’avez
 Si vous ne croyez pas toute la Parole de Dieu, vous n’avez pas encore reçu le Saint-Esprit. C’est vrai. C’est tout Ă  fait vrai. Le Saint-Esprit... Quand vous entendez la VĂ©ritĂ©, et que le Saint-Esprit ne vous conduit pas Ă  Elle, c’est qu’il y a en vous un autre esprit qui vous En tient Ă©loignĂ©. Donc, l’esprit que vous avez en vous n’est pas le Saint-Esprit. Oh! oui!

43 Bon. Nous avions vu, au fur et Ă  mesure que nous avancions, qu’il est dit : « De mĂȘme que JannĂšs et JambrĂšs s’opposĂšrent Ă  MoĂŻse
. » Nous avons parlĂ© de ça, de ces choses qui allaient donc arriver au dernier jour.

44 Et ce que nous avons citĂ©, en dernier lieu, c’était que « Dieu avait crĂ©Ă© chaque semence selon son espĂšce ». C’est Sa... Voyez ? Alors, quand Il a fait Son homme Ă  Son image, c’était une Semence de Sa Parole. Et quand JĂ©sus a Ă©tĂ© fait chair, Il Ă©tait la–la chair de la Parole de Dieu. Et quand nous recevons la Parole de Dieu, nous devenons alors la Parole de Dieu dans notre chair. Voyez ? C’est dans cet Ă©tat-lĂ  que devrait ĂȘtre l’Église.

45 Bon. Et alors, aprĂšs avoir fait l’homme Ă  Son image Ă  Lui... « Il le crĂ©a Ă  l’image de Dieu. » Bon, aprĂšs avoir fait ça... Maintenant, ne manquez pas ceci. AprĂšs que Dieu eut fait Son–Son homme Ă  Son image Ă  Lui, par Sa propre Parole parlĂ©e, alors, c’était lĂ  l’homme parfait. Mais ce qui a amenĂ© la chute, c’est quand Il a tirĂ© de lui un produit dĂ©rivĂ©, qu’Il lui a fait une Ă©pouse. C’est ça qui cause les ennuis maintenant. Si vous Ă©tiez spirituels, vous l’auriez dĂ©jĂ  saisi. Voyez ? Voyez ? Il... Ce n’est pas Adam qui s’est attirĂ© des ennuis. Ce n’est pas Adam qui a doutĂ© de la Parole. C’est son Ă©pouse qui a doutĂ© de la Parole.

46 Et ce n’est pas JĂ©sus qui douta de la Parole, car Il Ă©tait la Parole. Voyez? C’est Son Ă©pouse. C’est de lĂ  que vient l’hybridation.

47 Elle n’est pas venue par Adam. Honte à vous qui ne voyez pas ça. Voyez? Ce n’est pas la faute d’Adam. Il n’a eu rien à voir là-dedans. Si la mort est venue par Adam, alors elle est venue par Dieu. La mort est venue par un croisement.

48 La mort ne peut pas venir de la Parole de Dieu. La mort vient par le croisement de la Parole avec une dĂ©nomination, un credo au lieu de Christ, un dogme au lieu de la Parole. Elle ne vient pas de la Parole. La Parole est la Vie. JĂ©sus a dit : « Mes Paroles sont Vie. » Et l’Esprit vivifie cette Parole, et alors Elle est Vie. De La croiser avec quelque chose, c’est de lĂ  que vient la mort.

49 Et si Adam Ă©tait la Parole de Dieu, Sa Parole parlĂ©e, Sa Semence originelle, car Il avait Ă©tĂ© le premier, alors, par la crĂ©ation alors, Son second Adam, Lui aussi, a Ă©tĂ© produit par une crĂ©ation, par la Parole parlĂ©e. Vous me suivez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

50 Or, Adam n’a pas sĂ©d-... n’a pas Ă©tĂ© sĂ©duit. Mais c’est son Ă©pouse qui a Ă©tĂ© sĂ©duite. Christ, aujourd’hui, n’est pas sĂ©duit. La Parole ne sĂ©duit personne. C’est l’épouse qui opĂšre la sĂ©duction, par la Parole. Vous le voyez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

51 Donc, Il lui a donnĂ© une Ă©pouse, un type du second Adam. Il a donnĂ© au premier Adam une Ă©pouse; elle est tombĂ©e. Il a donnĂ© au second Adam, Christ, une Ă©pouse; elle est tombĂ©e. C’est exact. Pourquoi ? Elle n’est pas l’original. Elle est un produit dĂ©rivĂ©.

52 L’épouse, aujourd’hui, est un produit dĂ©rivĂ©. Voyez ? Elle–elle prĂ©tend ĂȘtre l’Épouse. Mais ce qu’elle est, elle est composĂ©e du matĂ©riau de l’organisation (et non de la Parole) avec une certaine quantitĂ© de Parole, pour que ça donne un genre de produit dĂ©rivĂ©, pour que ça donne quelque chose d’hypocrite. Ève a cru presque toute la Parole, mais il y En a une partie dont elle a doutĂ©. Aujourd’hui, mĂȘme Actes 20, elle n’arrive pas Ă ... ou Matthieu 28.19, Ă  concilier ça avec Actes 2.38. Voyez ? Elle s’y perd. Et ça, ce n’est qu’un seul petit passage parmi des centaines.

53 Donc, l’épouse d’Adam Ă©tait un type de l’épouse du second Adam. Or, l’épouse d’Adam...[Espace vide sur la bande – N.D.E.] J’ai coupĂ© l’enregistrement?

54 L’épouse d’Adam n’a pas su attendre. Dieu avait dit Ă  Adam et Ève : « Multipliez, et remplissez la terre. » C’était quelque chose qui allait venir, une promesse. Elle n’était pas encore sa femme, parce qu’elle... n’avait encore jamais vĂ©cu avec elle.

55 L’épouse de Christ n’est pas encore Sa femme. Le Souper des Noces doit avoir lieu. Vous saisissez ? Remarquez, oh ! Ceci, c’est riche.

56 Elle Ă©tait pressĂ©e; alors, qu’a-t-elle fait ? Elle a croisĂ© sa semence. Elle l’a mĂ©langĂ©e avec la semence du serpent. Et Ă  ce moment-lĂ , elle a produit un–un... Qu’a-t-elle produit ? Elle a produit un enfant de la mort. Un enfant par lequel elle a perverti tous les enfants qui sont venus aprĂšs.

57 Et, Ă  l’époque de Rome, quand l’église de JĂ©sus-Christ a Ă©tĂ© pervertie, aprĂšs qu’elle est nĂ©e vierge, Ă  la PentecĂŽte, oĂč elle avait Ă©tĂ© donnĂ©e Ă  Christ, elle... Qu’a-t-elle fait ? Elle s’est croisĂ©e avec les dogmes de Rome. Et l’Eglise protestante a fait exactement la mĂȘme chose. Elle ne sait pas attendre.

58 Une femme qui serait fiancĂ©e Ă  un brave jeune homme, pur, et avant qu’ils s’unissent, que fait-elle ? Elle se trouve enceinte de quelqu’un d’autre. Alors, sa propre semence, qui avait Ă©tĂ© promise... Son propre corps –– qui avait Ă©tĂ© promis Ă  son petit ami, Ă  son mari par une promesse de mariage –– se trouve rempli de la semence d’un autre homme. Quelle honte !
VoilĂ  exactement ce qu’Adam a trouvĂ©.

59 VoilĂ  ce que Christ a trouvĂ©. Elle n’a pas su attendre. C’est lĂ  le problĂšme chez les gens aujourd’hui. Ils ne savent pas attendre que le vrai Saint-Esprit place l’Église en position. Il faut qu’ils fabriquent quelque chose, qu’ils suscitent quelque chose d’une maniĂšre artificielle. « L’évidence initiale : le parler en langues », pour avoir plus de membres dans l’église. Toutes sortes d’ñneries du genre, au lieu de s’attendre au Seigneur, pour que se manifeste rĂ©ellement la rĂ©surrection de Christ, qu’Il Se fasse connaĂźtre au milieu des gens. Elle ne sait pas attendre.

60 Qu’a-t-elle fait ? Elle est allĂ©e lĂ -bas et elle a Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e par le systĂšme des dĂ©nominations. D’abord, il y a eu les AssemblĂ©es de Dieu; ensuite, il y a eu les unitaires, et puis, que sais-je encore, aprĂšs ça. Maintenant, la prĂ©tendue Ă©pouse est fĂ©condĂ©e par toutes sortes d’ñneries, un dĂ©shonneur. Les femmes ne prĂȘtent absolument aucune attention Ă  ce que dit la Parole de Dieu, aucune, et les hommes non plus, ni mĂȘme les prĂ©dicateurs, et voilĂ  ce qu’ils appellent une Ă©pouse.

61 Qu’y a-t-il ? Elle est fĂ©condĂ©e. L’épouse de Christ, la voilĂ  enceinte du monde, elle s’habille comme le monde, elle agit comme le monde, de grandes Ă©glises, superbes. Qu’est-ce ? On voit par lĂ  ce qu’elle est. Elle est du diable. C’est ce que Satan avait fait en premier lieu, c’était d’essayer d’ériger un beau grand royaume dans le Ciel, et il a Ă©tĂ© jetĂ© dehors Ă  cause de ça, excommuniĂ© du Ciel. C’est lĂ  qu’en est l’épouse contemporaine de Christ : elle a Ă©tĂ© jetĂ©e dehors, car elle a Ă©tĂ© excommuniĂ©e d’auprĂšs de Dieu parce qu’elle est une prostituĂ©e et non une vierge. C’est profond, mais j’espĂšre que vous saisissez.

62 L’épouse d’Adam n’a pas su attendre, elle a au contraire mĂ©langĂ© sa semence d’une maniĂšre illĂ©gale. D’une maniĂšre illĂ©gale !

63 Nous sommes censĂ©s croire la Parole de Dieu, et Elle seule. Maintenant, frĂšres ici et Ă  l’écoute de la bande, voyez-vous pourquoi je combats pour cette Parole, Mot pour Mot ? Je vous l’ai dit, je crois qu’Elle est la VĂ©ritĂ© de Dieu. Dieu a protĂ©gĂ© cette Bible. Il faut qu’Il juge le monde par quelque chose : par JĂ©sus-Christ, qui est la Parole. Et cette Parole a Ă©tĂ© faite chair, pour devenir JĂ©sus-Christ. Je laisse juste pĂ©nĂ©trer Cela. Souvenez-vous, la Parole !

64 Et maintenant, Il retrouve Son Ă©pouse dans un beau gĂąchis. Pensez-vous qu’Il Ă©pouserait une chose pareille ? Jamais. Il est saint. Elle n’a pas su attendre. IllĂ©gale !

65 C’est ce qu’Adam a trouvĂ©. Maintenant, frĂšres, soeur, regardez en arriĂšre. Si vous regardez l’ombre de quelque chose, c’est l’expression mĂȘme de la vraie image, de ce qui va venir. Alors, voyez-vous, il fallait qu’Adam trouve sa femme enceinte. Et elle a dit : « Le serpent m’a sĂ©duite. » Maintenant, nous... vous...

66 Je vais prĂ©senter les deux cĂŽtĂ©s dans quelques instants, le Seigneur voulant, voyez-vous, vous montrer qu’il est impossible qu’il en soit autrement.

67 Donc, l’épouse d’Adam n’a pas su attendre; au contraire elle a pris les devants.

68 C’est pareil aujourd’hui pour l’épouse d’aujourd’hui. Elle veut fabriquer quelque chose. Gloire Ă  Dieu ! il faut qu’elle le suscite d’une maniĂšre artificielle, sur l’estrade. Il faut qu’elle ait tout ça. Voyez ? Que fait-elle ? Elle fabrique quelque chose.

69 Regardez oĂč ça mĂšne. Vous pouvez voir qu’il n’y a rien lĂ -dedans. C’est de la frime. Tout Ă  fait exact. S’il n’en Ă©tait pas le cas, ce monde serait embrasĂ© par la Puissance de Dieu; l’église serait enflammĂ©e. Oh ! Qu’est-ce ? Les morts seraient ressuscitĂ©s, et toutes sortes de choses se produiraient.

70 Mais de quoi s’est-elle laissĂ© ensemencer, avant que Christ puisse aller vers elle, avant qu’Il aille vers elle, pour y planter Sa propre Semence, qu’avait-elle reçu ? Des semences d’ivraie, le monde, des semences dĂ©nominationnelles. VoilĂ  pourquoi elle rĂ©colte sa moisson maintenant mĂȘme.

71 J’espĂšre que vous ne vous vexez pas, mais j’espĂšre que cela en arrivera au point oĂč j’aurai confiance que Dieu vous accordera la chose. Voyez-vous ?

72 Donc, elle a mĂ©langĂ© sa semence d’une maniĂšre illĂ©gale, illĂ©gale par rapport Ă  la Parole. Qu’essayait-elle de trouver ? Maintenant, Ă©coutez attentivement. Que voulait-elle avoir ? De la sagesse.

73 De la sagesse ! Et c’est ce qu’elle a fait aujourd’hui. Elle a envoyĂ© ses prĂ©dicateurs dans des Ă©coles, ils ont Ă©tĂ© produits par incubation dans une machine, la psychologie, toutes sortes de choses qui devraient... qui ne se trouvent mĂȘme pas dans la Bible. Et elle a incubĂ© ses–ses–ses oeufs. Et Ă  ce moment-lĂ , le produit qu’elle a obtenu, c’est un–un tas de gens qui–qui vont faire des compromis sur tout et refuser le Message mĂȘme de Dieu; et elle le fait sans le savoir. Elle n’en sait rien. Elle ne croit pas, elle ne pense pas ĂȘtre dans l’erreur.

74 Ève non plus, elle ne pensait pas ĂȘtre dans l’erreur. Ève pensait ĂȘtre dans le vrai. Et si ça, c’était un type, et que ceci en est l’antitype, il devra agir de la mĂȘme maniĂšre que le type. Or, ça, c’est vraiment, pour moi, c’est aussi simple que deux fois deux font quatre.

75 Maintenant, remarquez ce qui est arrivĂ© aux enfants d’Ève; le premier qui est nĂ©.

76 Or, si Dieu a dit : « Multipliez, » Ă  son Ă©pouse, Ă  l’épouse d’Adam, « et remplissez, multipliez, et remplissez la terre », ça, c’était la commission donnĂ©e par Dieu. Et elle l’aurait fait, et il l’aurait fait, en s’unissant. Mais que s’est-il passĂ© ? Au moment oĂč Adam allait venir vers elle, elle Ă©tait dĂ©jĂ  mĂšre. Vous voyez ce que je veux dire ?

77 Maintenant, il est arrivĂ© la mĂȘme chose Ă  l’église de Christ, Ă  l’épouse de Christ. Or, nous allons remonter encore plus loin que ça, dans une minute.

78 Remarquez, quant Ă  cette Ă©pouse, alors, qu’a-t-elle fait ? Le premier enfant qu’elle a mis au monde, c’était un enfant bĂątard. Il Ă©tait rempli de la mort, et il a causĂ© la mort, et tous les autres depuis, c’est la mort. Maintenant, vous voyez, forcĂ©ment que c’était un rapport sexuel. Pourquoi ĂȘtes-vous en train de mourir, si ce n’était pas un rapport sexuel ?

79 Alors que Dieu avait donnĂ© une commission qui ne peut pas pĂ©rir. La Parole de Dieu est Ă©ternelle. Elle ne peut pas faillir. Quand Il a dit : « Multipliez, et remplissez la terre », ça, c’était le dessein Ă©ternel de Dieu. Pour exĂ©cuter ça, vous ne pouvez pas mourir; en effet, C’est Sa Parole, vous ne pouvez pas faire autrement que de vivre.

80 Si cet enfant avait Ă©tĂ© produit comme il se devait, il n’y aurait pas eu de mort. Mais elle n’a pas su attendre.

81 C’est ce qu’il en est aujourd’hui. Vous voulez avoir quelque chose de fabriquĂ©, de la frime, pousser des cris, sauter, parler en langues, ou quelque chose comme ça, au lieu d’attendre que la vraie Parole de Dieu soit manifestĂ©e Ă  travers l’Épouse.

82 Ce sont ceux de cette espĂšce-lĂ , ceux qui reçoivent la Parole, ce sont eux la vĂ©ritable Épouse de Dieu, qui produit des Enfants. Ceux-lĂ  ne peuvent pas mourir. Un Enfant que l’Épouse produit par la Parole ne peut pas mourir, parce qu’Il est la Parole. Amen. Avez-vous saisi ? Elle ne peut pas mourir, parce qu’elle est... Cet Enfant ne peut pas mourir, parce qu’il est un Enfant Parole, il est un Enfant Semence, il est un Enfant Ă©ternel. AllĂ©luia !

83 C’est exactement ce que JĂ©sus-Christ Ă©tait : un Enfant Ă©ternel, crĂ©Ă© par la Parole. Il n’était pas obligĂ© de mourir, mais Il l’a fait pour payer la dette. C’était le seul moyen de la payer. Personne d’autre ne pouvait le faire; ils Ă©taient tous nĂ©s par le sexe, au grĂ© du diable, de son plan Ă  lui. Vous avez saisi maintenant ? Voyez ?

84 Mais tout homme, qu’il soit pape, prĂȘtre, Ă©vĂȘque, quoi qu’il soit, il meurt, parce qu’il est un–il est un hybride. C’est exact. Il est nĂ© d’une union entre Satan et Ève. On aura beau appeler ça comme on voudra. C’étaient Satan et Ève. La Parole originelle n’a eu rien Ă  voir lĂ -dedans. La Parole originelle Ă©tait la Vie. Il L’a hybridĂ©e, ce qui a produit la mort.

85 Et quand l’église d’aujourd’hui, ceux qui se sont donnĂ© le nom de pentecĂŽtistes, qui se sont donnĂ© le nom de baptistes, ou le nom qu’ils voudront, quand ils hybrident cette Parole avec des dogmes, cela produit un enfant mort. Elle ne peut pas avoir la Vie en elle. Elle est morte, et ses enfants sont morts. Dieu a dit : « Je vais la jeter sur un lit de mondanitĂ©, et Je ferai mourir ses enfants. » C’est Dieu qui l’a dit dans l’Apocalypse. Combien savent que c’est vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] « La mettre sur un lit de mondanitĂ©, » et elle y est, « et faire mourir ses enfants par le feu. » Nous pouvons observer oĂč... Qu’est-ce qui arrive Ă  l’ivraie qui est parmi le blĂ© ? Elle sera brĂ»lĂ©e.

86 Oh ! vous ne pouvez pas faire mentir la Parole. Elle est la VĂ©ritĂ©. Parfois, avec tout le mĂ©li-mĂ©lo que vous avez, on pourrait En faire quelque chose de faux. Mais si vous La gardez alignĂ©e comme il faut, Elle suivra son cours : une, deux ! une, deux ! une, deux ! une, deux ! sans arrĂȘt.

87 « JetĂ©e sur un lit de mondanitĂ©. » Elle ne peut produire rien d’autre que des enfants morts. Donc, si une dĂ©nomination ne peut produire qu’un enfant hybride, pourquoi donc voudriez-vous en faire partie ?

88 Alors, frĂšres, c’est pourquoi je suis contre. Elle est une « prostituĂ©e », dĂšs le dĂ©part. La Bible a dit qu’elle l’était, une « impudique ». Ce sont des termes clairs, mais je vous ai dit que j’allais parler clair et net aujourd’hui. C’est ce qu’elle est. Elle se livre Ă  des fornications spirituelles, en recevant des dogmes et des crĂ©dos au lieu de la Parole, et elle enseigne Ă  ses enfants Ă  faire la mĂȘme chose.

89 Bon, donc ses enfants sortent morts de son sein. Elle doit mourir, c’est tout Ă  fait vrai, de mĂȘme que tout homme. Écoutez. Aussi sĂ»r que tout ĂȘtre mortel qui sort du sein d’une femme mourra, de mĂȘme toute personne Ă  qui elles auront donnĂ© naissance mourra, parce qu’elle est une hybride, illĂ©gitime, et ses enfants sont illĂ©gitimes. C’est exact. J’espĂšre que ça ne vous passe pas au-dessus de la tĂȘte.

90 Or, JĂ©hovah a eu une Ă©pouse Ă  un moment donnĂ©. Adam a eu une Ă©pouse; JĂ©sus a eu une Ă©pouse; JĂ©hovah a eu une Epouse. Saviez-vous ça ? Il a Ă©tĂ© obligĂ© de la rĂ©pudier. Elle est devenue une prostituĂ©e, alors Il l’a rĂ©pudiĂ©e. C’est exactement ce qu’Il a dit. Elle est devenue une prostituĂ©e, elle s’est prostituĂ©e. Qu’est-ce qui l’a poussĂ©e Ă  faire ça ? J’aurais aimĂ© qu’on ait le temps de le lire. J’arriverai peut-ĂȘtre Ă  en voir une partie tout Ă  l’heure. Pour l’instant... C’était du temps de Samuel, Ă  l’époque oĂč IsraĂ«l avait un Roi, un Dieu, et oĂč elle Ă©tait vierge. Elle allait produire quelque chose. Et que s’est-il passĂ© ? Elle s’est mise Ă  regarder autour d’elle, et elle a vu que les autres nations avaient leur roi, alors elle a voulu ĂȘtre comme les autres.
Vous, les rebuts de la Pentecîte, c’est exactement ce que vous avez fait.

91 Ce vieux prĂ©dicateur qui est assis ici, qui a presque cent ans aujourd’hui. Quand la PentecĂŽte a percĂ©, Ă  l’époque, pas question qu’on leur parle de s’organiser, pas du tout. Ils refusaient d’entendre ça. Ils appelaient ça les choses du diable, et ces hommes avaient raison.

92 Mais qu’avez-vous fait ? Il a fallu que vous fassiez comme les autres Ă©glises. Il a fallu que vous en fassiez une organisation. Ensuite, comme il le disait, vous avez Ă©rigĂ© des barriĂšres entre vous, vous vous ĂȘtes mis Ă  enseigner : « On ne doit pas enseigner ceci. Gloire Ă  Dieu ! AllĂ©luia ! C’est comme ceci », et on saute en l’air, et on parle en langues. Ils disent : « Inscrivez-le comme membre, il l’a. » Il n’a pas Ă©tĂ© baptisĂ© comme il faut, ni de l’eau, ni de l’Esprit. Il est dans l’erreur, et ses fruits le prouvent. Sa semence n’est pas de l’espĂšce qui lui permette de croĂźtre comme il faut. « Dieu soit bĂ©ni, frĂšre, nous allons t’imposer les mains, ici, et faire de toi un ancien. Je vais te dire ce que tu–tu... Nous allons faire prendre une telle extension Ă  cette organisation qu’elle va ĂȘtre plus grande que les AssemblĂ©es. » C’est exactement ainsi que ça s’est passĂ©. Lisez l’histoire du pentecĂŽtisme, et vous verrez si c’est vrai ou pas, ou celle de n’importe quelle Ă©glise. Les baptistes veulent surpasser les mĂ©thodistes. Les mĂ©thodistes veulent surpasser les luthĂ©riens. Les luthĂ©riens veulent surpasser les catholiques. Tout le monde veut surpasser, surpasser quelqu’un. Voyez ? C’est ça le–c’est ça l’esprit de l’organisation

93 JĂ©sus a dit : « Il n’y en aura que peu qui seront sauvĂ©s. Étroite est la porte, et resserrĂ© est le chemin, et il n’y en aura que peu qui les trouveront. » Que peu ! S’Il a dit : « Peu », c’est la Parole de Dieu, cette Semence-lĂ  : il y en aura peu. Il n’y en aura pas des dizaines de milliards et des milliards. Il n’y en aura que peu qui les trouveront. Ceux qui Y ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s, ils L’entendent.
La pluie de la premiÚre saison a maintenant été dispensée.

94 Donc, JĂ©hovah a eu une Ă©pouse qu’Il aimait, mais elle s’est prostituĂ©e (Qu’a-t-elle fait ?) aux–aux autres puissances du monde.

95 Et, avec ce vieux prophĂšte oint, consacrĂ©, qu’a-t-Il fait ? La Parole du Seigneur vient au prophĂšte. Il est allĂ©, ce vieux prophĂšte Samuel, il s’est avancĂ© vers lui. Il a dit : « Mes enfants, rassemblez-vous autour de moi une minute. Je veux vous parler, Ă  tous. Pourquoi voulez-vous avoir un roi ? JĂ©hovah est votre Roi. »

96 Pourquoi voulez-vous avoir un credo ? La Bible est votre credo. La Bible est la VĂ©ritĂ©. Les crĂ©dos sont des mensonges. Vous ĂȘtes morts, faits de main d’homme.

97 « Le Credo des ApĂŽtres », montrez-moi ça dans la Bible. A-t-on jamais entendu parler d’une chose pareille : « Je crois Ă  la communion des saints » ? Toute personne qui croit Ă  la communion des saints est un spirite; la communion des morts. Il n’y a qu’un seul intercesseur entre Dieu et les hommes, c’est Christ; et Il n’est pas mort, mais Il est vivant aux siĂšcles des siĂšcles, Il est ressuscitĂ© des morts. Les protestants avalent ça, et le faux col aussi, et je ne sais quoi encore; tous les catĂ©chismes des Ă©glises aussi, ils avalent ça tout rond, c’est pareil. Ils aiment ça, c’est sĂ»r, comme le reste du monde.

98 « Oh ! vous savez, dans le temps, on était pentecÎtistes. On se tenait là-bas au coin, un tambourin à la main, et on priait. Et les femmes étaient là, leurs longs cheveux qui descendaient, elles louaient Dieu et tout comme cela. »

99 Oh ! la la ! misĂ©ricorde ! Vous avez assez de bon sens pour ne pas faire ça. On vous rirait au nez, un vrai chrĂ©tien, c’est ce qu’il ferait; vous tenir lĂ  avec une touffe de cheveux courts dressĂ©s, comme ça, et un grand pot de peinture appliquĂ© sur le visage, comme ça, et une robe, on dirait une saucisse de Francfort Ă©pluchĂ©e. Vous sortez comme ça, et vous vous tenez lĂ  Ă  dĂ©clarer ĂȘtre « une sainte de Dieu » ? Vous savez qu’il en est autrement. Et le monde aussi le sait, qu’il en est autrement. Honte Ă  vous. Vous avez intĂ©rĂȘt Ă  vous tenir loin de ce coin-lĂ , si vous n’avez rien de plus que ça Ă  prĂ©senter. Je ne critique pas. Je ne suis pas hors de moi. Je vous dis la VĂ©ritĂ©, et vous le constaterez dans les jours Ă  venir, lĂ . Mais c’est toujours la mĂȘme histoire. Ça passera toujours au-dessus, et ils le verront seulement aprĂšs, une fois que c’est passĂ©. C’est ce qu’ils ont fait, chaque fois. Et ils l’ont fait cette fois encore.

100 L’épouse de JĂ©hovah a voulu se prostituer, suivre les autres peuples, faire comme les autres. C’est ce que l’épouse de JĂ©sus a voulu faire.

101 Le vieux Samuel, celui Ă  qui venait la Parole ! À qui la Parole vient-Elle? Aux prophĂštes. Qu’en est-il ? Le vieux prophĂšte s’est avancĂ© lĂ , il a dit : « Bon, un instant, mes enfants. Pourquoi voulez-vous partir en quĂȘte de ça ? » Il a dit : « Vous ai-je dĂ©jĂ  dit une seule chose au Nom du Seigneur qui ne se soit pas accomplie ? » Vous en souvenez-vous ? Combien ont dĂ©jĂ  lu ça ? Bien sĂ»r que vous l’avez lu. « Vous ai-je dĂ©jĂ  dit une seule chose au Nom du Seigneur qui ne se soit pas accomplie ? Et en plus, suis-je allĂ© faire de grandes campagnes, ou que sais-je encore, et vous prendre tout votre argent ? L’ai-je fait ? » Il a dit : « Vous ai-je dĂ©jĂ  rĂ©clamĂ© quoi que ce soit ? » C’est de Samuel que je parle, maintenant, oui, de quelqu’un Ă  qui la Parole du Seigneur est venue. Il a dit : « Vous ai-je dĂ©jĂ  demandĂ© de–de–de fournir tant, et de faire telle et telle chose ? »

102 « Non, ont-ils dit, non, tu n’as jamais fait ça. Tu ne nous as jamais dit quelque chose qui n’était pas vrai. »
Il a dit : « Alors, pourquoi donc voudriez-vous partir en quĂȘte de ça ? »

103 Ils ont dit : « Samuel, tu–tu as tout Ă  fait raison. Mais nous en voulons un quand mĂȘme. »
C’est exactement ce que l’Eglise pentecîtiste a fait.

104 VoilĂ  pourquoi je ne me joins pas Ă  eux. C’est sĂ»r. Je veux rester vierge devant Dieu, avec Sa Parole. Qu’ils... Je n’ai pas besoin d’avoir de grands spectacles, et des choses comme ça. J’ai refusĂ© ça. Je ne voulais pas me retrouver liĂ©. Ce n’était pas ma sagesse Ă  moi; c’était la sagesse de Dieu. Si j’étais obligĂ© d’aller, pour pouvoir... que je sois obligĂ© de tourner autour des gens et du diable, et de leur dire : « Oui, je suis obligĂ© de demander tant pour une Ă©mission de tĂ©lĂ©vision, et je suis obligĂ© de demander tant pour ceci. Il faudra que vous payiez pour ça », moi aussi, je serais obligĂ© de tirer ce genre de ficelles lĂ . Mais je ne vous ai jamais dit une seule chose au Nom du Seigneur qui ne se soit pas accomplie. Je ne vous ai jamais dit autre chose que la Parole. Soyez-en juges.
Vous ai-je dĂ©jĂ  rĂ©clamĂ© quoi que ce soit ? Absolument pas. Non. Dieu s’est occupĂ© de tout ça. Je n’ai pas de grands programmes Ă  faire soutenir. Je n’en voudrais pas. Tous ceux qui sont Ă  Dieu entendront Dieu. Il suffit de se sentir conduit par l’Esprit Ă  aller quelque part et Ă  faire quelque chose, et de le faire, c’est tout ce qu’il faut. Tenez-vous-en Ă  cela. Pas un grand programme qui rapporte beaucoup d’argent, dans lequel on a investi des millions de dollars, des millions et des millions et des millions, et maintenant certains ont pris de l’extension, ce sont des millions et des milliards de dollars qui y sont investis.

105 Je–je ne me fais aucun scrupule de critiquer. C’est une critique bien mĂ©ritĂ©e. Je ne veux blesser personne. Mais j’aimerais mieux blesser un homme que de blesser Dieu. Si on a reçu de Lui une commission, qu’on a Ă©tĂ© envoyĂ© lĂ  pour faire ces choses, et qu’Il l’a prouvĂ© au milieu des gens, alors vous devriez Ă©couter Cela. Je vous dis la VĂ©ritĂ©. Dieu le prouve, que c’est la VĂ©ritĂ©. Seulement par... Non seulement par Ses signes, mais Il le prouve par Sa Parole, que c’est la VĂ©ritĂ©. C’est tout Ă  fait vrai.

106 Donc, l’épouse de JĂ©hovah s’est prostituĂ©e. Et qu’a-t-elle fait ? Elle a produit une bande d’enfants illĂ©gitimes, de nouveau. (Pas vrai ? Nous savons que c’est la VĂ©ritĂ©), au point mĂȘme qu’elle a Ă©tĂ© emmenĂ©e par le roi NĂ©bucadnetsar, et tout.

107 L’épouse de Christ a fait la mĂȘme chose. Qu’y a-t-il ? Elle ne sait pas attendre. Oh! non! Non, non. Elle ne sait pas attendre, c’est tout. Il faut qu’ils fabriquent quelque chose. Ils ne savent pas attendre que le Saint-Esprit vienne et qu’Il entre dans l’Église. Voyez-vous, il faut qu’ils aient plus de gens dans leur dĂ©nomination.

108 Si les choses Ă©taient demeurĂ©es telles qu’elles Ă©taient Ă  cette Ă©poque-lĂ , il y a cent ans ou cinquante ans, quand la PentecĂŽte de ce dernier jour en Ă©tait Ă  ses dĂ©buts, quand la Parole a Ă©tĂ© prĂȘchĂ©e, au dĂ©but; si les choses Ă©taient demeurĂ©es telles quelles, probablement qu’elle n’aurait pas plus de cinquante membres aujourd’hui. C’est vrai. Mais ils seraient lavĂ©s par le Sang. Ils auraient la puissance de Dieu en eux. Le monde serait secouĂ© sous l’impact prodigieux de la Parole faite chair, prononcĂ©e Mot pour Mot.

109 Mais aujourd’hui, eh bien, c’est un airain qui rĂ©sonne et une cymbale qui retentit. C’est vrai. Ce ne sont plus que des absurditĂ©s, c’est une pierre de risĂ©e, en disgrĂące auprĂšs du monde, en disgrĂące auprĂšs de Dieu.

110 Je suis entrĂ© dans un Ă©tablissement, nous Ă©tions trois frĂšres. Deux frĂšres et moi, nous sommes entrĂ©s dans cet Ă©tablissement, tout prĂšs de Springfield, dans le Missouri, l’autre matin, pour y prendre le petit-dĂ©jeuner, nous revenions de l’Arizona. Et il y avait lĂ  une petite dame, dont frĂšre Wood m’a fait remarquer qu’elle ressemblait Ă  notre Soeur Collins; blonde, son Ă©paisse chevelure ramassĂ©e derriĂšre la tĂȘte. Il a dit : « N’est-ce pas qu’elle ressemble Ă  la femme de frĂšre Wilbur Collins ? »

111 J’ai dit : « Oui. » Et une autre dame, plus ĂągĂ©e, est arrivĂ©e. J’ai dit : « Ça doit ĂȘtre sa mĂšre. Regarde comme elle a beaucoup de cheveux. » J’ai dit : « On est tout prĂšs de l’Eglise des AssemblĂ©es de Dieu, du siĂšge des AssemblĂ©es de Dieu. C’est pourquoi elles sont comme ça. »

112 Et il y avait beaucoup de jeunes soeurs assises lĂ , avec cette coiffure hydrocĂ©phale, les cheveux gonflĂ©s comme ça. C’étaient des Ă©lĂšves. Il y avait le petit « Ricky », et tous les autres qui Ă©taient lĂ , vous savez, Ă  faire toutes sortes de singeries. Et ils avaient tous la Bible sous le bras. Alors, nous les avons observĂ©s jusqu’à ce qu’ils sont tous sortis : ils ricanaient, rigolaient, faisaient toutes sortes de singeries, exactement comme la jeunesse moderne. C’est ça–c’est ça la rĂ©colte de la PentecĂŽte qu’on aura demain, s’il y a un lendemain. Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Parce que ce sont ces semences-lĂ  qui ont Ă©tĂ© plantĂ©es. Tout Ă  fait vrai.

113 Quand elle est sortie, qu’ils sont tous sortis, cette petite dame est revenue nous voir, elle a dit : « Puis-je vous ĂȘtre utile en quelque chose ? »
J’ai dit : « Je voudrais vous poser une question.»
« Oui, monsieur. »

114 J’ai dit, j’ai fait comme si j’étais un Ă©tranger. J’avais pensĂ© qu’elle aurait pu nous reconnaĂźtre. J’ai dit : « N’est-ce pas un institut biblique, de l’autre cĂŽtĂ©? »
Elle a dit : « Oui, monsieur, c’est ça. »

115 J’ai dit : « Ça doit vous amener beaucoup de clients. » Il y avait frĂšre Fred Sothmann, qui est assis lĂ , et frĂšre Banks Wood, deux administrateurs de l’église. Et j’ai dit...
Elle a dit : « Oui, effectivement. »
J’ai dit : « Vous y ĂȘtes rattachĂ©e, je pense ? »
Elle a dit : « Non. » Elle a dit : « Je suis dĂ©solĂ©e. Je n’y suis pas rattachĂ©e. »

116 Et j’ai dit : « Ce qui m’a portĂ© Ă  penser ça, ce sont les beaux cheveux longs que vous portez. Elle, c’est votre mĂšre, je pense ? »

117 Elle a dit : « Non, monsieur. » Elle a dit : « Elle travaille ici, c’est tout. » Elle a dit : « Non, je ne... » Elle a dit : « J’aime les cheveux longs. J’ai une petite fille. Je lui fais porter les cheveux longs, Ă  elle aussi. » Elle a dit : « Mon mari aime les cheveux longs. »

118 J’ai dit : « Que Dieu le bĂ©nisse. » Et alors elle a dit, eh bien, elle a dit... J’ai dit : « Eh bien, c’est bizarre. Celles qui Ă©taient ici, Ă©taient-ce les Ă©lĂšves, ces jeunes filles aux cheveux coupĂ©s, tout gonflĂ©s, comme ça, Ă  la façon de la premiĂšre dame du pays ? »
« Oui. » Quand nous sommes sortis...
J’ai dit : « Merci. »

119 Nous sommes sortis. J’ai dit : « Cette femme a Ă©tĂ© placĂ©e lĂ  par Dieu, pour servir de rĂ©primande Ă  cette bande d’enfants bĂątards qu’il y a de l’autre cĂŽtĂ© de la rue. » C’est vrai.

120 IllĂ©gitimes, ils suivent les choses du monde ! Combien de femmes qui ont suivi JĂ©zabel, la premiĂšre dame de ce pays-lĂ , combien d’entre elles sont au Ciel, d’aprĂšs vous, ce soir, aujourd’hui ? Voyez-vous ? Voyez-vous ? Les choses du monde ! « Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l’amour de Dieu n’est mĂȘme pas en vous. » VoilĂ . Qu’est-ce ? La fine fleur de la moisson de demain, de la PentecĂŽte, le plus grand mouvement du pays. VoilĂ . C’est ça l’épouse. Je ne comprends pas. TrĂšs bien.

121 Qu’essaie-t-elle de faire ? Oh ! elle va produire de petits sauts sur l’estrade. Je ne me moque pas de ça; il n’y a pas de mal Ă  ça. Elle va fabriquer autre chose. Pourquoi ? Pour faire entrer des membres dans l’église. Qu’y a-t-il ? Elle ne sait pas attendre, c’est tout. Voyez ? Elle ne sait pas attendre que ce soit Dieu qui le fasse. Il faut qu’ils fassent entrer des membres quelque part. Alors, ils leur disent : « Il faut que vous fassiez ça », et les voilĂ  partis. Voyez? VoilĂ  la semence, qui apparaĂźt tout de suite. « Il faut que vous le fassiez. » Je...

122 Je suis missionnaire. J’ai vu les Africains prendre le sang d’un animal et le verser sur eux, comme ceci, complĂštement nus, les hommes et les femmes. Ils se maquillent. C’est de lĂ  que c’est venu. Le maquillage, c’était une marque caractĂ©ristique des paĂŻens; ça ne nous convient pas Ă  nous, les ĂȘtres humains, les chrĂ©tiens, les croyants, ça ne s’était jamais vu. Ça n’a pas Ă©tĂ©... Il n’y a qu’une seule femme, dans toute la Bible, qui se soit maquillĂ©e, c’était JĂ©zabel, un dĂ©mon. Et, donc, elle... Ils se mettent de la peinture sur le visage. De grands trucs Ă  leurs oreilles, comme des blocs de bois, les Zoulous. C’est ce que c’est, un bloc de bois, pour que la chair de l’oreille pende jusque-lĂ . Parfois, ils se fendent les lĂšvres, et ils les Ă©tirent autant qu’ils peuvent. Ils trouvent que c’est beau. Ils se mettent du sang sur la poitrine et le long des jambes, et tout, et avec ça, ils vont se faire des rayures comme celles d’un zĂšbre. Ils poussent des cris, ils dansent en esprit, ils parlent en langues, et ils adorent des dĂ©mons. La preuve du Saint-Esprit?

123 J’ai Ă©tĂ© lĂ -bas, en Inde, alors qu’il y avait ces fakirs qui marchent sur les charbons ardents, et tout, et je sais que c’est la vĂ©ritĂ©. Il y avait lĂ  une idole immense avec, aux oreilles, des rubis comme boucles d’oreilles, et des choses comme ça. Et ils se livrent Ă  des mortifications, ils s’enfoncent des choses dans la chair, et–et ils se donnent des coups. Ils cousent leurs lĂšvres s’ils ont menti, et ils font pĂ©nitence. Ils se transpercent les lĂšvres ici, avec un sabre, ou ils se transpercent le menton, et ils passent ça au travers du nez, et ils le font ressortir, comme ça. Ils prennent de grands hameçons, auxquels sont accrochĂ©es des espĂšces de boules de sapin de NoĂ«l qu’ils remplissent d’eau, et ils en fixent des milliers, partout sur leur corps, ils s’enfoncent ça dans la chair. Et ils vont lĂ , et ils dansent autour de cette idole, comme ça, ils tuent une chĂšvre et ils se livrent Ă  leur culte comme ça. Et ils marchent sur des charbons ardents, sans la moindre brĂ»lure. Certains d’entre vous, les pentecĂŽtistes, essayez donc de faire ça.

124 Mais ça s’est fait : les enfants hĂ©breux. Par contre, eux, ce n’était pas du tout pour « tenter le Seigneur, ton Dieu ». Ils ont tout simplement Ă©tĂ© jetĂ©s dedans. Ils n’ont pas cherchĂ© Ă  fabriquer quelque chose.

125 C’est lĂ  le problĂšme chez les pentecĂŽtistes aujourd’hui, ils fabriquent quelque chose. Ils ne savent pas attendre. Ô Dieu ! Ils ne savent tout simplement pas attendre, alors ils commettent adultĂšre. Amen. L’ivraie, fabriquer quelque chose, et qu’est-ce que ça produit ? La mĂȘme chose que ce qui a Ă©tĂ© produit la premiĂšre fois, par la premiĂšre Ă©pouse qui n’a pas su attendre.

126 Elle a produit la mort, par un enfant bĂątard, et nous sommes tous ses enfants. Mais Dieu est venu dans la chair pour nous donner une autre Naissance, pour nous ramener Ă  l’état originel de fils et de filles de Dieu. Voyez ? VoilĂ . Le sperme de Vie d’Ève ne s’est jamais rĂ©alisĂ©. Jamais. Pourquoi ? Elle l’a mĂ©langĂ©, elle l’a empĂȘchĂ© de se rĂ©aliser. Au lieu que ce soit Adam qui vienne vers elle la prendre pour Ă©pouse au temps fixĂ©, tout comme Christ serait venu vers ce groupe. Christ serait venu vers Son Église. Il a promis de le faire.

127 Dieu avait promis de les multiplier, mais ils devaient attendre le temps de Dieu.

128 C’est ce qu’il en est aujourd’hui. Ils ne veulent pas attendre le temps de Dieu. Ils veulent recevoir autre chose. Et donc, le diable, il a lĂ  la sagesse, il peut la leur fournir : former une organisation, ĂȘtre plus importants que les autres.

129 Maintenant, voyez-vous pourquoi je suis contre ça ? Bien sĂ»r. Je suis contre ça, avec tout ce qu’il y a au-dedans de moi. Tant que la Parole sera au-dedans, Elle sera toujours contre ça. Dieu est contre ça. Dieu a dit qu’Il Ă©tait contre. C’est vrai.

130 Elle n’a tout simplement pas su attendre, alors le sperme d’Ève ne s’est jamais rĂ©alisĂ©. HybridĂ©e avec le mensonge de Satan, sa charmante Ă©pouse est devenue corrompue. Et l’épouse de Christ a fait de mĂȘme. L’épouse, qu’est-ce qui l’avait corrompue, lĂ , l’épouse d’Adam ? C’est qu’elle ne s’en Ă©tait pas tenue Ă  la Parole de Dieu. Pas vrai ?

131 Je vous pose la question. Or, si ce n’est pas ça, ne le dites pas. Mais si c’est bien ça, dites-le. La raison pour laquelle celle de Dieu... La raison pour laquelle l’épouse d’Adam... VoilĂ  les trois : Adam, Christ, Dieu. La raison pour laquelle l’épouse d’Adam n’a jamais donnĂ© naissance, comme elle aurait dĂ», Ă  l’Enfant de la Vie, c’est parce qu’elle a Ă©tĂ© incrĂ©dule Ă  l’égard de la Parole de Dieu. Si c’est vrai, dites : « Amen. » [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] La raison pour laquelle la femme de JĂ©hovah a Ă©tĂ© rĂ©pudiĂ©e, ou Son Ă©pouse, c’est parce qu’elle a rejetĂ© la Parole de Dieu, le prophĂšte. Pas vrai ? [« Amen. »] La raison pour laquelle l’épouse de Christ a Ă©tĂ© rĂ©pudiĂ©e, qu’Il a divorcĂ© d’avec elle, c’est parce qu’elle a rejetĂ© la Parole de Dieu, comme Ève l’avait fait, comme les autres l’ont fait. [« Amen. »] Exactement. Toutes des prostituĂ©es, toutes corrompues; leur mari n’a pas pu aller vers elles. Elles Ă©taient dĂ©jĂ  fĂ©condĂ©es, avant que leur mari aille vers elles. Ô Dieu, ça fait vraiment pitiĂ© Ă  voir ! Imaginez un jeune homme qui va vers une femme et la trouve avec la semence d’un autre homme en elle. Quelle affaire ! C’est ce que Dieu a fait. C’est ce qu’Adam a fait. C’est ce que Christ a fait. Oh ! Oui.

132 Elle ne s’en est pas tenue Ă  la Parole, ce qui a produit un–un Ă©tat d’hybridation. C’est ce qu’IsraĂ«l a fait. Vous voyez oĂč elle en est ? C’est ce que l’épouse de Christ a fait. Vous voyez oĂč elle en est ? Elle se retrouve dans le mĂȘme Ă©tat que les autres.

133 L’épouse pentecĂŽtiste de Christ a fait la mĂȘme chose. Elle ne peut pas produire des enfants spirituels, de la Parole, car elle est elle-mĂȘme hybride. Comment pourrait-elle le faire, alors qu’elle s’est hybridĂ©e avec les dĂ©nominations? Elle s’est jointe Ă  elles, dĂ©jĂ , et tout, elle est exactement comme elles. Elle fait partie du Conseil des Églises, et tout le reste, elle est tout aussi hybride que les autres. Comment pourrait-elle le faire ? Elle ne le peut pas.

134 Bon. J’ai tellement de choses Ă  dire, je suis vraiment obligĂ© de les donner en vitesse. Je... Je voudrais prĂȘcher sur chacun de ces points-lĂ . Voyez ? Maintenant, observez.

135 La vĂ©ritable Épouse (AllĂ©luia!) il y en aura Une. Pourquoi ? Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e. Elle ne formera pas une dĂ©nomination, parce qu’Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e. Voyez ? Elle n’a pas Ă  s’en faire Ă  cause d’une dĂ©nomination. Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e, dĂ©jĂ , Ă  prendre cette position. Regardez. Comme Marie...

136 Je veux que vous saisissiez ceci maintenant, et que ça ne vous Ă©chappe pas. Êtes-vous prĂȘts ? Dites : « Amen. » [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

137 Quand Christ viendra vers Son Épouse, Elle sera vierge, comme Marie l’était. En effet, Dieu ne fera pas sortir Christ du sein d’une prostituĂ©e, et Il n’en fera pas sortir l’Épouse non plus. Il ne peut pas faire sortir Sa Parole d’une prostituĂ©e de Sa Parole.

138 Ce sont des mots terribles, ça, mais c’est la Bible qui le dit. Je dis ce qu’Elle dit. Parce que C’est... Il faut que Ceci soit bien compris.

139 La vĂ©ritable Épouse qui a fait ses preuves, Elle aura, comme Marie, un sein vierge, pour ĂȘtre l’Épouse de la Parole, c’est-Ă -dire de Christ. Quand Christ, la Parole, viendra vers l’Épouse, Elle sera comme Lui : vierge par la Parole. Ô Dieu !
J’espùre–j’espùre que c’est reçu, Frùre Neville. Je...

140 Voyez ? Voyez ? J’espĂšre que vous comprenez. Qu’est-ce qu’Il Ă©tait ? La Parole, la Parole de Dieu. « Il avait sur Son vĂȘtement un Nom Ă©crit : ‘La Parole de Dieu’. » « Au commencement Ă©tait la Parole, et la Parole Ă©tait avec Dieu, et la Parole Ă©tait Dieu. Et la Parole a Ă©tĂ© faite chair, et Elle a habitĂ© parmi nous. » Il est Dieu, et Dieu est la Parole.

141 Et quand Son Épouse viendra, Elle sera le mĂȘme produit que Lui est. Vierge ! Est-ce que Christ a fait partie d’une dĂ©nomination ? Est-ce que JĂ©hovah l’a fait ? Son Épouse non plus. Elle est une partie de Lui. Elle n’a pas besoin de dogmes. Elle n’en acceptera aucun. Elle sera absolument vierge. Comment ? Par la Parole. Amen. Elle ponctuera chaque Parole que Dieu prononce d’un «Amen! Amen ! » Oh ! « Qu’il me soit fait selon Ta Parole. Amen ! » Oh! la la ! VoilĂ . Elle ponctuera la Parole de Dieu.

142 Elle aura un sein vierge. De quoi sortira-t-Elle ? D’un sein vierge : la Parole. De quoi JĂ©sus est-Il sorti ? D’un sein vierge. Voyez ?

143 Quand Adam est allĂ© vers sa femme, elle Ă©tait enceinte. Elle avait fait quelque chose. Elle Ă©tait mixte. Elle Ă©tait hybride, l’enfant l’était, et il est mort. Mais quand Joseph est allĂ© vers son Ă©pouse Ă  lui, elle avait Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e, mais par la Vie. La femme d’Adam, ou l’épouse d’Adam, quand Adam... avant leur union... tout comme Joseph et Marie, tout comme Christ et l’Église maintenant. Vous le voyez, n’est-ce pas ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Voyez-vous ?

144 Adam et Ève, avant leur union, elle avait Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e par la semence corrompue du serpent. Et quand Adam est allĂ© vers sa femme, il l’a trouvĂ©e fĂ©condĂ©e, par la mort. Voyez ? La mort ! Comment ? Morte spirituellement et physiquement.

145 Par contre, quand Joseph, l’ĂȘtre humain, est allĂ© vers sa femme Ă  lui... Gloire ! Il ne pouvait guĂšre la toucher. Elle avait Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e, par la Vie, la Parole de Dieu, en chair, dans son sein.

146 Ramener cette Parole parlĂ©e, ramener cette Parole de Dieu, qui a Ă©tĂ© ici, la Parole, venue Ă  travers le sein d’un ĂȘtre humain. Amen. Dieu le fera, de toute maniĂšre. Il l’a prononcĂ©, et il faut qu’il en soit ainsi. Amen. C’est ça notre Dieu. Oh ! c’est riche, frĂšres, si vous pouvez Le digĂ©rer, si vous pouvez Le recevoir.

147 C’est lĂ , quand–quand Adam est allĂ© vers sa femme Ă  lui, qu’il l’a trouvĂ©e fĂ©condĂ©e par la mauvaise semence. Quand Jo-... Cette semence-lĂ  est morte. Quand Joseph est allĂ© vers la sienne, elle avait Ă©tĂ© fĂ©condĂ©e. Or, pourquoi cette fĂ©condation diffĂ©rente ? C’est parce que la femme d’Adam avait doutĂ© de la Parole. Pas vrai ? L’épouse de Joseph a cru la Parole. VoilĂ  la diffĂ©rence.

148 Donc, qu’est-ce, alors ? C’est la Parole. Oh ! cette prĂ©cieuse Parole. VoilĂ . Le monde a Ă©tĂ© formĂ© par la Parole de Dieu. AllĂ©luia ! VoilĂ  mon appui, en plein lĂ . Que toutes les dĂ©nominations, et tout le reste, tombent, qu’elles fassent ce qu’elles ont Ă  faire. C’est sur la Parole que je me tiens.

149 VoilĂ  pourquoi j’ai fait ce que j’ai fait. VoilĂ  pourquoi j’ai attaquĂ© violemment les dĂ©nominations. Ils disent : « Eh bien, il n’est qu’un... il sĂšme la division dans les Ă©glises. » Ils ont dit la mĂȘme chose de notre Seigneur. Voyez ? C’est ce qu’ils disent, chaque fois. Voyez-vous ?

150 Donc, maintenant, Il l’a trouvĂ©e... Christ vient vers Son Ă©pouse Ă  Lui; Il la trouve dans quel Ă©tat ? MĂȘme chose. Pourquoi ? Au dĂ©but, quand elle a commencĂ©... Maintenant, Ă©coutez. Je ne veux pas que vous manquiez ceci. Au dĂ©but, quand elle a commencĂ©, elle Ă©tait vierge. Tout se serait bien passĂ© pour elle. Elle a continuĂ© comme ça, cette Ă©glise primitive; dans le temps, c’était merveilleux. Dieu Lui avait donnĂ© une Ă©pouse, et qu’est-ce qu’elle a fait ? Si vous connaissez l’histoire : voilĂ  qu’en 606, elle va lĂ -bas, et elle se fait fĂ©conder par des dogmes romains, une organisation. Et Ă  partir de lĂ , cette vieille « mĂšre prostituĂ©e », dont parle la Bible, a donnĂ© naissance Ă  des Ă©glises, et c’étaient des « impudiques », ce qui est une prostituĂ©e. Ça, ce sont les Ă©glises protestantes; en effet, elles sont toutes nĂ©es d’elles, et elles ont toutes adoptĂ© la mĂȘme chose qu’elle : l’organisation. Maintenant, voyez-vous pourquoi je suis contre ça ? TrĂšs bien.

151 Donc, pour qu’il y ait naissance de la Parole, ce qu’il faut, c’est Christ, et non ĂȘtre corrompu par les dĂ©nominations. L’Église primitive : pas de dĂ©nominations, uniquement la Parole, irriguĂ©e par l’Esprit. FrĂšre, le... Dieu a dĂ©posĂ© lĂ  la Parole, comme ça, et le Saint-Esprit L’a irriguĂ©e, et voilĂ , Elle Ă©tait partie. Elle a produit des enfants. Certainement.

152 Mais cette Ă©glise-ci ne peut pas le faire. Elle est trop imprĂ©gnĂ©e de sa dĂ©nomination. Voyez ? Elle ne peut pas le faire. Elle s’est mĂ©langĂ©e avec le monde. Regardez ce qu’elles ont fait, maintenant. Maintenant, qu’en est-il ? Dieu a confirmĂ© Sa Parole, Ă  travers Son Corps. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

153 Ensuite, elle s’est prostituĂ©e, comme la femme d’Adam l’avait fait en Éden, et comme la femme de JĂ©hovah l’avait fait Ă  l’époque de Samuel, en se donnant un roi. Elle avait divorcĂ© d’avec Dieu, son fiancĂ©, et d’avec Sa Parole, et d’avec Son prophĂšte, Son porte-Parole; et elle s’était prostituĂ©e, comme les autres nations. Et Dieu a divorcĂ© d’avec elle. Il a fait la mĂȘme chose aujourd’hui. C’est le mĂȘme acte.

154 Les fils de l’épouse commettent adultĂšre, voyez-vous, avec le... L’épouse, le Fils de Dieu... Son Ă©pouse de la PentecĂŽte, qui Ă©tait vierge par la Parole, s’est prostituĂ©e et a commis adultĂšre, tout comme l’avait fait la femme d’Adam, tout comme l’avait fait la femme de JĂ©hovah. VoilĂ  la femme du Fils, qui se prostitue, qui commet adultĂšre avec les dieux romains; des dieux, au pluriel ! Et par amour pour ses amants, les dieux romains, elle a essayĂ© de prendre son propre Mari et de Le partager en trois, pour faire plaisir Ă  ses amants. Que Dieu fasse misĂ©ricorde Ă ... Bien sĂ»r, ils ont des centaines de dieux. Oh ! bien sĂ»r, AstartĂ©, le dieu soleil, et–et, les Baals, le dieu soleil, et la reine du ciel, et toutes ces choses. Donc, l’épouse, pour faire plaisir Ă  ses amants de mauvaise vie.

155 Dieu n’a-t-Il pas parlĂ©, dans les Cantiques de Salomon, lĂ , n’a-t-Il pas dit que Sa femme n’était rien d’autre qu’une prostituĂ©e, qu’elle Ă©tait toujours prĂȘte Ă  s’offrir, qu’elle se donnait Ă  tous les amants qui venaient vers elle ? Je parle clair et net, mais c’est ce que la Bible dit. Tous les hommes qui voulaient courir avec elle pouvaient courir avec elle.

156 L’épouse de Christ a fait la mĂȘme chose. Elle s’est abandonnĂ©e Ă  toutes les vieilles habitudes sales, souillĂ©es, de toutes les organisations qu’il y a eu; elle fait la mĂȘme chose.

157 Je vais ĂȘtre critiquĂ© pour Cela. Ça ne fait rien. Je vais aussi ĂȘtre bĂ©ni pour Cela, car Ce sera la VĂ©ritĂ©. C’est la VĂ©ritĂ© de Dieu. En effet, Il veut que Ce soit dit, et lĂ , C’est... Je fais de mon mieux pour Le dire. Voyez ?

158 Elle a essayĂ© de faire plaisir Ă  ses nombreux amants. C’est ainsi qu’elle a hybridĂ©, qu’elle a essayĂ© d’hybrider la Parole de Dieu avec ses amants. Alors, comme ça n’allait pas marcher, elle a alors dit : « On va dĂ©noncer Cela », et elle a forgĂ© sa propre parole. Maintenant, elle affirme ĂȘtre elle-mĂȘme la Parole. Mais que les catholiques ne... ou, que les protestants ne s’avisent pas de faire des reproches aux catholiques, parce qu’eux-mĂȘmes font la mĂȘme chose, dans l’assemblĂ©e de leurs Ă©glises Ă  eux, ils se prostituent. Ce n’est pas Ă©tonnant qu’elles soient appelĂ©es des impudiques. C’est dur Ă  entendre, n’est-ce pas ? Ça vous a Ă©corchĂ©s vifs, mais c’est ce qu’il faut faire, Ă  un moment donnĂ©, pour vous rĂ©veiller. C’est vrai. C’est exactement ce qu’elle a fait. Elle a quittĂ© JĂ©sus, le Mari-Parole.

159 C’est comme Samuel, ils ont quittĂ© Samuel et ils ont pris SaĂŒl. Ils ont quittĂ© le prophĂšte, oint de la Parole, et ils ont pris un roi avec un sceptre. Alors qu’elle aurait fini par l’avoir, le Roi, le sceptre, dans le MillĂ©nium. Mais maintenant, elle est rejetĂ©e. Il est allĂ© chercher une Épouse parmi les nations. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] C’est la Parole.

160 Donc, elle a quittĂ© JĂ©sus, la Parole ; JĂ©sus, la Parole; et elle s’est mariĂ©e avec un autre homme, appelĂ© le pape, avec des dogmes. Maintenant, elle n’a plus JĂ©sus. Elle a un pape. Maintenant, nous n’avons pas... L’Eglise protestante n’a pas JĂ©sus. Elle a une dĂ©nomination, mĂȘme chose, une image Ă  la bĂȘte. Alors, elle ne peut pas donner une Naissance-Parole Ă  ses enfants, Ă  aucun d’eux. Elle est elle-mĂȘme une prostituĂ©e. La Bible le dit. « Elle tenait Ă  la main une coupe, et elle rĂ©pandait sa doctrine chez les gens, ce qui Ă©tait une abomination, les impuretĂ©s de sa fornication. » C’est quoi la fornication ? C’est mener une vie impure. Et ce qu’elle dispense aux gens comme doctrine, ce sont les impuretĂ©s de sa fornication. « Les rois de la terre, et tous, ils se sont enivrĂ©s du vin de sa fornication. » C’est tout Ă  fait vrai. Regardez-les. Mon gars, ils vous couperaient la gorge en une minute, Ă  cause de ça. Pas seulement les catholiques, mais les protestants aussi.

161 Écoutez, vous les mĂ©thodistes. Qui a tuĂ© Joseph Smith ? Maintenant, poussez donc vos cocoricos. Je ne crois pas Ă  sa doctrine, d’accord, mais je ne crois pas Ă  la vĂŽtre non plus. Ça, ça ne s’est pas passĂ© tout lĂ -bas, mais ici. C’était Ă  cause de ça. Joseph Smith avait le droit de prĂȘcher sa religion, ici, dans ce pays, tout autant que vous, mais vous l’avez tuĂ©, ici, dans l’Illinois. Vous l’avez abattu, sans aucun motif, parce qu’il avait quelque chose d’un peu diffĂ©rent. AprĂšs quoi vous poussez les hauts cris contre l’Eglise catholique. Sortez de ce tas d’absurditĂ©s, vous les mĂ©thodistes destinĂ©s Ă  la Vie Éternelle. John Wesley se retournerait dans sa tombe; agir comme ça. AssurĂ©ment. John Wesley n’a jamais fondĂ© une Ă©glise pareille. C’est une bande de Ricky et d’Elvis qui l’ont fait, aprĂšs la mort de John, c’est vrai, ce n’est pas John Wesley.

162 Ce ne sont pas les vieux pentecĂŽtistes du dĂ©but qui auraient jamais produit le rĂ©sultat que nous avons maintenant. C’est le mĂȘme groupe, aprĂšs leur mort. C’est vrai. JĂ©sus-Christ n’aurait pas fondĂ© quelque chose comme ce que nous avons maintenant, qui se donne le nom de pentecĂŽte, et le Saint-Esprit non plus. Mais c’est quelque chose que vous avez maintenant, qui a pris Sa place.

163 Mais, bon, le Saint-Esprit, c’est quelque chose qu’ils ne peuvent pas tuer. Il va prendre une Épouse, de toute maniĂšre. Amen. Il va en prendre Une, de toute maniĂšre. Il a dit qu’Il le ferait; Il L’a prĂ©destinĂ©e.

164 Elle a quittĂ© JĂ©sus, son Mari-Parole, pour se marier avec un pape, alors elle ne peut pas donner une Naissance, une Naissance spirituelle. Bon, elle peut donner une naissance dĂ©nominationnelle; des semences de ça, elle en a tout plein. Elle ne peut pas donner une Naissance spirituelle. Elle, Ă©tant une prostituĂ©e, tout ce qu’elle peut donner, c’est une vie dĂ©nominationnelle et bien du bourrage de crĂąne.

165 L’Eglise catholique elle-mĂȘme, elle se fonde sur quelques superstitions tirĂ©es du christianisme et–et tout un tas de romanisme.

166 Et l’Eglise pentecĂŽtiste est tout aussi mal en point : un tas de sauts, de cris et de parlers en langues, et de choses comme ça. Quand on en vient au fait, ils ont assez de tempĂ©rament colĂ©rique pour affronter une scie circulaire, et ils vous chassent de leur assemblĂ©e. Dieu aura beau venir lĂ  et ressusciter les morts, si vous n’ĂȘtes pas d’accord avec eux, ils vous chasseront, si vous n’ĂȘtes pas membre de leur organisation.

167 Maintenant, cette vieille « mĂšre prostituĂ©e », j’y reviens un instant. Elle prĂ©tend avoir le pouvoir de pardonner les pĂ©chĂ©s. Mais on ne vous juge pas d’aprĂšs vos prĂ©tentions, on ne vous reconnaĂźt pas Ă  vos prĂ©tentions, on vous reconnaĂźt Ă  vos oeuvres. Comment pourrait-elle pardonner le pĂ©chĂ© ? Regardez-la.

168 Quand JĂ©sus a fait la mĂȘme chose, ils ont dit... « DĂ©clarez-Moi coupable, montrez-Moi en quoi Je suis incrĂ©dule Ă  l’égard de la Parole. » Elle prĂ©tend avoir le pouvoir de pardonner les pĂ©chĂ©s, mais cela ne peut venir que par la Parole. C’est vrai. Dieu seul peut pardonner les pĂ©chĂ©s. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] N’est-ce pas ce qu’ont dit les pharisiens ? Qu’est-ce qui ne tournait pas rond, qui n’allait pas chez cette bande d’hypocrites aveugles ? Pourquoi? C’est parce qu’ils n’ont pas vu que c’était la Parole qui Ă©tait lĂ  parmi eux. Il est la Parole. Gloire Ă  Dieu. C’est pour ça qu’Il pouvait pardonner les pĂ©chĂ©s. Il Ă©tait Dieu. Il Ă©tait la Parole manifestĂ©e.

169 Eh bien, l’Eglise catholique dit que JĂ©sus leur a donnĂ© le pouvoir. Effectivement; Il a donnĂ© le pouvoir Ă  l’Église. C’est vrai. C’est ce que nous croyons.

170 Toutes ses filles sont des prostituĂ©es. Toutes ses filles, ses filles dĂ©nominationnelles, sont des prostituĂ©es. « FrĂšre Branham, c’est fort, ça, comme Parole. » Ce n’est pas ma Parole Ă  moi. C’est Sa Parole. C’est exact. Ce n’est pas la mienne. C’est la Sienne. TrĂšs bien.

171 « En quoi, » vous dites, « en quoi le sont-elles? Comment sont-elles devenues des prostituées ? Voyons, ce sont de braves gens, tel et tel. »

172 Je n’ai rien Ă  dire lĂ -dessus. Je ne parle pas de ce qu’ils sont. Je ne dis pas que les catholiques, ce ne sont pas de braves gens, ils sont aussi bons que n’importe qui. Ce sont des ĂȘtres humains comme nous. Mais pour ce qui est de cette vieille Ă©glise-lĂ , elle est dans l’erreur. Les protestants, ils sont tout aussi bons. Les mĂ©thodistes sont aussi bons que les baptistes, ou que les pentecĂŽtistes, ou que n’importe qui d’autre. Ils sont tous pareils.

173 Mais alors, dans ce cas, en quoi donc est-elle une prostituĂ©e ? Pourquoi ? Faites-la passer par le test de la Parole. C’est comme ça que vous saurez. Oui. Éprouvez-la par la Parole, une fois, et voyez ce qu’elle dira. « Oh ! Ă©videmment, au sĂ©minaire, on nous enseigne que–que ces jours-lĂ  ne... C’est... C’était comme ça, avant, mais, hum, ça, c’était il y a trĂšs longtemps, du temps des apĂŽtres. C’était seulement pour les apĂŽtres, pour eux seuls. » Vous, la prĂ©tendue Ă©glise de Christ : « On parle quand la Bible parle, et on se tait... » Eh bien, j’aimerais vous entendre dire quelques mots maintenant. Ah. Ah. Ah. Non. Vous vous taisez. La Parole de Dieu fait taire chacun, frĂšre. Aucun homme n’a de quoi se vanter. C’est vrai.

174 Toutes ses filles sont des impudiques. En quoi ? MĂȘme chose que leur maman, elles commettent des fornications spirituelles Ă  l’égard de la Parole. C’est comme ça que l’Eglise catholique est devenue une prostituĂ©e, c’est comme ça que ses filles sont devenues des impudiques, mĂȘme chose : la fornication spirituelle Ă  l’égard de la Parole.

175 Elle et ses filles ont un sein qui se prostitue. Il n’y a que la mort qui puisse sortir d’elles. Dieu ne peut pas produire la vie Ă  travers la mort. Et tout ce qui est mort-nĂ© n’est pas vivant. Et est-ce que... Comme Job le disait : « D’un ĂȘtre souillĂ© peut-il sortir un homme pur ? Non, pas un seul. » C’est vrai. Comment peut-elle produire elle-mĂȘme une naissance, alors qu’elle-mĂȘme est morte ? Comment peut-elle ĂȘtre vierge, alors qu’elle est une prostituĂ©e ? Voyez ? VoilĂ . Tout est lĂ . Oh ! la la !

176 Maintenant, nous allons aborder quelque chose de trùs riche, rempli de vitamines, de la Genùse à l’Apocalypse. Remarquez.

177 Elle et ses filles ont un sein de prostituĂ©e. Il n’y a que la mort qui puisse sortir d’elles. Si vous voulez adhĂ©rer Ă  l’organisation, que vous pensez que vous n’avez rien Ă  craindre, vous voyez dans quoi vous vous retrouvez. Vous vous retrouvez au beau milieu de la mort. Exactement. Si vous ne pouvez pas voir ça maintenant, vous ĂȘtes aveugles spirituellement. Voyez ?

178 Bon, maintenant, faisons un retour en arriĂšre, reprenons ce que nous avons dit, pour en venir Ă  quelque chose. Vous souvenez-vous de quoi il avait Ă©tĂ© question Ă  la rĂ©union de dimanche passĂ© ? « La porte de l’ñme. » Vous en souvenez-vous ? Bon, il y a un sein physique. Il y a un sein spirituel. Avez-vous cru cela ? Il y a un sein spirituel et un sein physique. Et la pensĂ©e est le sein de l’esprit. Pourquoi ?

179 Maintenant, souvenez-vous. Je vous en ai parlĂ© dimanche passĂ©, et je vous ai brossĂ© le tableau, ici. Il y a cinq sens qui pĂ©nĂštrent cette semence, de l’extĂ©rieur : la vue, le goĂ»t, le toucher, l’odorat, l’ouĂŻe. Il y en a cinq, Ă  l’intĂ©rieur : la conscience, et–et ainsi de suite, les cinq qui sont Ă  l’intĂ©rieur. Maintenant, pour ce qui est de la Vie, il n’y en a qu’un. Et c’est qu’il vous a Ă©tĂ© donnĂ© le libre arbitre, vous pouvez accepter, recevoir, ou bien refuser. Voyez ?

180 C’est comme ça que l’adultùre... [Espace vide sur la bande – N.D.E.] Un instant. [Espace vide sur la bande – N.D.E]

181 C’est comme ça que l’adultĂšre se commet, spirituellement : c’est quand vous, alors que vous savez Ă  quoi vous en tenir par la Parole de Dieu, vous avez des rapports, dans votre pensĂ©e, que vous recevez un mensonge du diable, contraire Ă  la Parole de Dieu.

182 C’est exactement ça qu’Ève a fait, elle a eu des rapports spirituels d’abord, en croyant le mensonge de Satan, en le recevant dans le sein de sa pensĂ©e. Cela a corrompu son Ăąme, cela a installĂ© la mort dans son Ăąme, aprĂšs quoi l’acte naturel s’est produit.

183 Et c’est la seule façon pour une femme de commettre un adultĂšre Ă  l’égard de son mari : il faut d’abord qu’elle laisse un homme la persuader, et ensuite qu’elle reçoive un homme autre que son mari. Alors, elle aura commis un adultĂšre.

184 De mĂȘme, quand l’épouse de JĂ©sus-Christ laisse des crĂ©dos et des dogmes faits de main d’homme prendre la place de la Parole de Dieu, elle commet un adultĂšre. JĂ©sus n’a-t-Il pas dit : « Quiconque regarde une femme... a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle dans son coeur, regarde une femme pour la convoiter, a dĂ©jĂ  commis un adultĂšre avec elle » ? Pourquoi ? Elle a fait entrer cela dans la pensĂ©e de cet homme. C’est le sein, c’est ce qui met les choses en mouvement. Satan est entrĂ©.

185 Nous avons Ă©tĂ© ensemencĂ©s de la Parole. « Un jour, Je ferai venir la Vie sur la terre, et Je re-multi-... remplirai la terre. » Ce qu’Ève n’a pas su faire, Marie, elle, l’a fait. Elle a acceptĂ© la Parole. Ève a acceptĂ© le mensonge de Satan. Marie a acceptĂ© la Parole de Dieu. Et c’est par la Semence de Marie que la terre se remplit de nouveau, par Son Épouse, par la Parole, et c’est ce qui amĂšnera le MillĂ©nium. C’est ainsi que la Parole est proclamĂ©e, et que la Parole est plantĂ©e dans chaque coeur prĂ©destinĂ©. L’Esprit descend L’arroser, et ils ne peuvent pas mourir. « Je le ressusciterai aux derniers jours. » Oh ! frĂšre, soeur, c’est–c’est rĂ©el.

186 Qu’en est-il ? La pensĂ©e est le sein de l’esprit, pour (quoi ?) recevoir ou bien refuser. C’est comme ça qu’ils commettent adultĂšre, c’est en recevant, en laissant un esprit dĂ©moniaque de Satan introduire en eux quelque chose qui est contraire Ă  la Parole de Dieu. Alors, elle aura commis un adultĂšre.

187 Eve a reçu – Ă©coutez ceci – une parole qui Ă©tait une mauvaise semence, le mensonge de Satan, contraire Ă  la Parole de JĂ©hovah; le rĂ©sultat a Ă©tĂ© la mort.

188 Bon, nous allons quitter ce sujet-lĂ  dans quelques minutes. Mais je veux mettre toute mon Ă©nergie Ă  faire pĂ©nĂ©trer ça, avant que ce soit le moment de m’arrĂȘter. Il y a une page ici que je vais sauter tout de suite, ou dans une minute.

189 Maintenant, regardez. Eve, que–qu’a-t-elle fait ? Elle a reçu la mauvaise semence. Comment a-t-elle fait ça ? En croyant le mensonge de Satan. Combien sont d’accord lĂ -dessus ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Mais, bien sĂ»r que c’est ça. Bien sĂ»r. Elle a reçu le mensonge de Satan. Qu’est-ce qu’elle a produit, en faisant ça ? Satan a dit : « Tu sais, c’est glorieux. C’est quelque chose de merveilleux. Sais-tu que tu as Ă©tĂ© faite pour ça ? Allons, tu as Ă©tĂ© faite prĂ©cisĂ©ment dans ce but-lĂ .
– Oh ! vraiment ?

190 – Oh ! c’est agrĂ©able Ă  voir. C’est bon. Tu devrais–tu devrais essayer ça.

191 – Mais l’Éternel Dieu a dit : ‘Pas–pas–pas ça, pas encore.’ Attends, attends un instant. Non. Non.
– Mais, tu sais...
– Oh ! si nous faisons ça, nous allons...
– Oh ! vous ne mourrez point; certainement. »

192 C’est ce fin causeur, le diable. Il n’a pas de sabots ni de queue fourchue, non, comme ils voudraient vous le faire croire. C’est un fin renard, derriĂšre la chaire. C’est vrai. Oui. Ou un petit Ricky, qui a l’air d’un canard, les cheveux tout lissĂ©s, et qui est assis lĂ  nonchalamment, cherchant Ă  faire du mal Ă  la fille d’une maman; c’est ce gars-lĂ . Il se prĂ©sente avec quelque chose qui a l’air bien mignon... Oh ! je n’en dis pas plus.

193 Donc, le sein; Ève a reçu une parole qui Ă©tait la mauvaise semence. Maintenant, Ă©coutez trĂšs attentivement, lĂ . Nous allons faire pĂ©nĂ©trer ça Ă  fond, le Seigneur voulant. Elle a reçu la mauvaise parole. Qu’est-ce que cela a eu pour consĂ©quence ? C’était le mensonge de Satan, il disait qu’elle serait sage.

194 « Eh bien, elle pourrait faire partie de la grande Ă©glise. Elle serait bien considĂ©rĂ©e dans la ville. Allons, elle serait comme les autres. » Hum ! Bien sĂ»r. C’est exactement ce que l’épouse de JĂ©hovah a cru. C’est exactement ça.

195 C’est exactement ce que Satan aurait essayĂ© de dire, quand la Parole est venue Ă  Marie. Mais elle s’est vite dĂ©barrassĂ©e de lui.
Elle a dit : « Comment est-ce possible ? »

196 Il a dit : « Le Saint-Esprit te couvrira de Son ombre. C’est la Parole de Dieu. »

197 Elle a dit : « Qu’il me soit fait selon Ta Parole. » C’est ce qui a produit la Vie. VoilĂ .

198 « Eh bien, tu sais, a dit Satan, tout le monde va se moquer de toi. » Cette jeune fille aux joues roses n’a pas du tout prĂȘtĂ© attention Ă  ça.

199 Tout de suite, elle s’en est allĂ©e en JudĂ©e. « Tu sais, je vais avoir un BĂ©bĂ© », avant qu’elle ait senti quoi que ce soit, parce que la Parole Ă©tait dĂ©jĂ  implantĂ©e lĂ . Un point, c’est tout. Elle n’a pas eu besoin de passer dans la ligne de priĂšre une deuxiĂšme fois, vous savez. Non, non. Non, non. Non, non. Elle y a cru. Elle n’a eu aucun signe d’une vie en elle. Elle n’a absolument rien eu comme signe de grossesse. Elle n’a absolument rien senti. Comme... Tout Ă©tait exactement comme auparavant. Mais elle s’en est allĂ©e, elle disait Ă  tout le monde : « Je vais avoir mon BĂ©bĂ©. » Pourquoi ? « Dieu l’a dit. » Qu’est-ce ? La Semence royale d’Abraham.
« Vas-tu avoir un bébé, Abraham, de cette femme-là ?
– Dieu l’a dit.
– Eh bien, tu m’as dit ça il y a vingt-cinq ans.
– Je sais, mais Dieu l’a dit.»

200 C’est ça. VoilĂ . C’est la mĂȘme chose. Aujourd’hui, qu’en dites-vous ?
« Eh bien, tu sais, la dénomination va te mettre à la porte.
– Mais Dieu l’a dit. Dieu l’a dit.
– Eh bien, tu sais, si tu te fais baptiser comme ça...

201 – Eh bien, Dieu l’a dit. » C’est ça. C’est ça. La voilĂ , votre vierge. La voilĂ . Pas seulement Ă  l’égard du baptĂȘme, mais de n’importe quoi d’autre, le reste de la Parole. Voyez ?

202 Alors, qu’en est-il ? Ça a Ă©tĂ© les deux, physique et spirituel, dans le cas d’Ève. D’abord. Et chaque fois.

203 Je vous l’ai dit, et ce matin, je vous ai demandĂ©, les soeurs, de me pardonner; alors, je peux mentionner ces choses. Chaque fois qu’une femme fait un faux pas... Je parle de Christ et de l’Épouse maintenant.

204 Mais chaque fois qu’une femme fait un faux pas, il faut d’abord qu’elle ait reçu ça dans sa pensĂ©e. C’est vrai. Un fin renard doit l’en persuader, et elle Ă©coute ce qu’il dit, bien que le bon sens lui dise le contraire, aprĂšs quoi l’acte est commis.

205 Donc, d’abord, c’est venu, Satan est venu dans la pensĂ©e d’Ève. Et dans le sein de sa pensĂ©e, elle a doutĂ© de la Parole de Dieu, aprĂšs quoi l’acte concret s’est produit.

206 Et le seul moyen pour nous de naĂźtre de nouveau, c’est d’abord, dans le sein de la pensĂ©e, de recevoir la Parole, aprĂšs quoi l’Esprit vient sur Elle, et Il La fait vivre. VoilĂ . C’est ça qui produit le rĂ©sultat. C’est ça le vrai enseignement de l’Évangile, frĂšre. Je crois que, si saint Paul Ă©tait lĂ  aujourd’hui, il enseignerait la mĂȘme chose que moi, en cette heure. TrĂšs bien.

207 Quel a Ă©tĂ© le rĂ©sultat, pour–pour elle ? La mort, physique et spirituelle.

208 Quel est le rĂ©sultat, pour ceux qui acceptent de prendre l’autre chemin ? Celui qui mĂšne Ă  la rigolade qu’il y a aujourd’hui : la mort, et physique et spirituelle. Les deux, le corps et l’esprit, seront anĂ©antis, ne seront plus. C’est tout Ă  fait vrai.

209 Remarquez, le sein de Marie. Le sein de Marie, la pensĂ©e physique, voyez-vous, Ă©tait un sein vierge. Pourquoi ? Elle croyait la Parole de Dieu. Peu importe combien on pouvait critiquer, toutes les choses que quelqu’un d’autre pouvait dire, ça n’y changeait absolument rien. Elle croyait quand mĂȘme la Parole de Dieu. Oh ! je voudrais tant vous faire saisir cela. Vous saisissez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Voyez ? Voyez ? D’abord, il y a eu sa pensĂ©e. Avant mĂȘme que l’acte se produise dans son sein physique, il a fallu que l’acte se produise d’abord ici, qu’elle laisse l’Esprit entrer pour qu’Il fasse le reste du travail. Oh ! la la !

210 Gloire ! Avant que la vĂ©ritable Naissance spirituelle puisse se produire, il faut que la Parole fasse Son chemin dans votre pensĂ©e, il faut La croire. « Celui qui Ă©coute Mes Paroles, et qui croit Ă  Celui qui M’a envoyĂ©, a la Vie Éternelle et ne vient point en Jugement, mais il est... ou ne passera pas par la pĂ©riode de la Tribulation, mais il est passĂ© de la mort Ă  la Vie. » C’est ça. Oh ! la la !

211 Maintenant, remarquez. Un sein vierge, sa pensée; une pensée vierge, pour croire la Parole de Dieu.

212 Vous dites : « Mais, Ă©coutez. Oh ! dites donc, FrĂšre Branham, ça ne peut pas ĂȘtre comme ça. C’est impossible. John Wesley l’aurait vu. Un tel l’aurait vu. » Hum !

213 C’est sĂ»r, le diable aurait pu dire la mĂȘme chose Ă  Marie. « Qui es-tu, toi? Mais, tu es la plus pauvre en ville. Tu n’es qu’une jeunesse de seize ans, dix-huit ans, qui est ici Ă  transporter de l’eau de cette pompe. Ton pĂšre, mort; ta mĂšre, une vieille aveugle, lĂ -bas. Voyons, comment donc est-ce que tu... Comment ? » Anne Ă©tait sa mĂšre, d’aprĂšs ce qu’on nous raconte. « Voyons, comment donc est-ce que tu pourrais faire ça ?»

214 «Ecoute, ma vieille mĂšre est une aveugle, mais c’est une sainte femme. De ses lĂšvres, elle a plantĂ© une semence dans mon coeur. Je l’ai lu dans la Parole de Dieu, que Dieu a dit, dans ÉsaĂŻe 9.6 : ‘Une vierge concevra.’ »

215 AllĂ©luia ! Vous voyez ? La Parole se fait chair. VoilĂ . Dieu aura une Église. Elle sera nĂ©e de la Parole de Dieu, parce qu’Elle est la Parole vivante de Dieu. Le voyez-vous ?

216 « Comment le sais-tu ? Mais, ça va... Sais-tu de quoi on va te traiter à partir de maintenant ? On va te traiter de...»

217 «De quoi on va me traiter, ça m’est Ă©gal. Ça n’y change rien. Qu’il me soit fait selon la Parole du Seigneur. » Oh ! est-ce que tout le monde pourrait dire ça aujourd’hui ? Oh ! si–si les gens pouvaient vraiment, que ça vienne du coeur, que nous puissions tous dire ça, voyez-vous : « Qu’il me soit fait selon Ta Parole, Seigneur. » Oh ! En Ă©tant vraiment sĂ©rieux Ă  ce sujet. Il y en aura un ou deux, quelque part, lĂ , Cela va se saisir de quelques prĂ©destinĂ©s, qui sont vraiment sĂ©rieux Ă  ce sujet. Et aussitĂŽt, frĂšre, vous allez voir voler les Ă©tincelles. C’est vrai. Quand vous avez vraiment lĂ  ce qu’il faut pour recevoir ce qui vient, que cette irrigation se met Ă  descendre sur cette Parole. Oui, oui.

218 Alors, qu’est-ce que c’était ? Une pensĂ©e vierge, un sein, un sein vierge pour le bĂ©bĂ©. Le rĂ©sultat ? La Vie Éternelle.

219 Ève, une brave femme, oui, il... oui, elle l’était, vierge, elle l’était, mais elle a d’abord laissĂ© entrer le doute, par la parole, un mensonge du diable. Qu’a-t-il fait ? Il l’a amenĂ©e Ă  entrer en contact de la mauvaise maniĂšre. Qu’était son enfant ? La mort.

220 Marie, une pensĂ©e vierge, un sein vierge. Quand le diable a essayĂ© de la tenter, qu’il est venu... L’Ange Ă©tait venu Ă  elle, lĂ , et Il avait dit : « Tu vas avoir un bĂ©bĂ©. »
Satan a dit : « Allons, eh, tu ferais mieux de te renseigner Là-dessus. »
L’Ange a dit : « C’est un acte de Dieu. »

221 Et sans doute qu’elle a pensĂ© Ă  ÉsaĂŻe 9.6. Elle a dit : « Voici la servante du Seigneur. » Quel est le rĂ©sultat ? Une naissance vierge, la Parole Éternelle en elle, et elle a produit la Vie Éternelle. TrĂšs bien.

222 L’épouse de JĂ©hovah a croisĂ©, l’épouse de JĂ©hovah a croisĂ© la semence. « Que disiez-vous lĂ , FrĂšre Branham ? Ce matin, vous disiez que ‘l’épouse de JĂ©hovah avait commis adultĂšre’. » Je ne laisserai pas ça de cĂŽtĂ©.

223 Maintenant, soyons trĂšs attentifs, lĂ . Maintenant, nous en avons encore pour environ une heure, je pense. J’en ai une partie, ici, je vais vraiment ĂȘtre obligĂ© d’en sauter, pour commencer Ă  lire, dans quelques instants, voyez-vous, et simplement lire aussi vite que je pourrai, pour que ce soit donnĂ©. Maintenant, encore une heure, je crois, et nous sortirons, si vous voulez bien ĂȘtre patients avec moi et prier avec moi. Voyez ?

224 Maintenant, en quoi donc est-ce que l’épouse de JĂ©hovah a fait ce qui est mal ? TrĂšs bien. JĂ©hovah avait envoyĂ© quoi, Ă  Son Ă©pouse, en Égypte ? Il avait promis Ă  Abraham que Son Ă©pouse, la semence, sĂ©journerait en Égypte pendant quatre cents ans. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] L’heure Ă©tait venue oĂč la Parole devait s’accomplir.

225 Sommes-nous Ă  l’heure oĂč la Parole doit s’accomplir ? [L’assemblĂ©e dit : «Amen. » – N.D.E.] Bien sĂ»r. L’heure de la dĂ©livrance, de partir d’ici. TrĂšs bien.

226 Par quel moyen ont-ils reçu la Parole ? Ont-ils formĂ© une organisation, un groupe d’hommes qui se seraient rĂ©unis, et des sacrificateurs, et qui auraient dit : « Maintenant, frĂšres, on va procĂ©der Ă  un–un vote. Il a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© Ă  l’unanimitĂ© qu’on va fonder une organisation appelĂ©e les ‘pharisiens’, et c’est par ce moyen-lĂ  que Dieu va agir » ? Dieu n’a jamais fait une chose pareille, jamais.

227 Que leur a-t-Il envoyĂ© ? Un prophĂšte. « Et la Parole du Seigneur est venue au prophĂšte. » Il l’a suscitĂ© du milieu d’eux : un prophĂšte. Et Il l’a oint, et Il l’a confirmĂ© –– au beau milieu de tous ces autres dĂ©mons qui Ă©taient Ă  l’oeuvre –– par des miracles et tout, parce que MoĂŻse s’en tenait Ă  la Parole.

228 Il est allĂ© chercher ce groupe de gens; un mĂ©lange de gens de toute espĂšce ont pris le dĂ©part avec lui. Quand ils sont arrivĂ©s de l’autre cĂŽtĂ©, tout prĂšs du pays promis, avant qu’ils y arrivent, Sa prĂ©cieuse Ă©pouse a commis adultĂšre avec Moab. Maintenant venez me dire qu’elle ne l’a pas fait. Comment l’a-t-elle fait ? Un prophĂšte qui mentait, qui s’opposait Ă  la Parole de Dieu. Pourtant, il avait tous les signes et tout le rituel, il Ă©tait tout aussi spirituel que MoĂŻse, ou il faisait aussi bonne figure.

229 Regardez. Ecoutez. Ecoutez attentivement maintenant. Ici, il y avait IsraĂ«l qui formait un camp, ils Ă©taient interdĂ©nominationnels. C’est vrai. Qu’en Ă©tait-il ? Ils avaient avec eux un prophĂšte oint. Ils avaient une Colonne de Feu. Un rocher d’oĂč sortait de l’eau, pour les dĂ©saltĂ©rer. Tout allait bien pour eux. Quoi encore ? Ils avaient sept autels; ce qui est parfait. Sur ces sept autels, on mettait sept animaux purs, des bĂ©liers. Et un bĂ©lier, ça reprĂ©sentait la Venue de Christ.

230 Moab. Qu’est-il arrivĂ©, quand Balaam est allĂ© lĂ -bas ? Il a bĂąti sept autels, identiques aux leurs. Sur le plan fondamental, ne parlez pas d’eux, parce que vous aurez avantage Ă  savoir de quoi vous parlez.

231 JĂ©sus a dit que « ça irait presque jusqu’à sĂ©duire mĂȘme les Ă©lus ». C’est rĂ©vĂ©lĂ© spirituellement. Vous saisissez ce qu’il En est; donc, C’est la Parole, vous voyez la Parole manifestĂ©e.

232 Regardez. Voici, ils Ă©taient lĂ -haut; ici, il y avait Moab. OĂč il en Ă©tait... Sans doute qu’il Ă©tait un Ă©vĂȘque, c’est sĂ»r, un type Ă©patant. Et il a bĂąti sept autels. Il y a mis sept bĂ©liers, pour exprimer qu’il croyait qu’un Messie allait venir. FrĂšre, si c’était une question de fondamentalisme, Dieu aurait dĂ» les accepter tous les deux.

233 Quand CaĂŻn a bĂąti un autel Ă  l’Éternel, que le fils de Satan a bĂąti un autel Ă  l’Éternel, il a bĂąti le mĂȘme genre d’autel qu’Abel a bĂąti. Ils ont tous les deux adorĂ©. Ils sont tous les deux allĂ©s Ă  l’église. Ils ont tous les deux payĂ© ce qu’ils devaient. Ils se sont tous les deux acquittĂ©s de leurs obligations. Ils se sont prosternĂ©s et ont adorĂ© le mĂȘme Dieu. L’un a Ă©tĂ© acceptĂ©, et l’autre perdu. Comment en est-ce arrivĂ© lĂ  ? JĂ©sus a dit : « Sur cette pierre, Je bĂątirai Mon Église. »

234 L’Eglise catholique dit : « Il y a lĂ  une pierre, l’Église est bĂątie sur elle. Ou... Et c’est Pierre qui a Ă©tĂ© cette pierre. » Et l’Eglise catholique dit que Pierre a Ă©tĂ© enterrĂ© chez eux. C’est un mensonge, mais – d’aprĂšs ce que moi, je vois – le moment oĂč ils ont dit que Pierre avait Ă©tĂ© enterrĂ© lĂ -bas, la Bible, elle, elle dit qu’il Ă©tait ici, Ă  JĂ©rusalem. Voyez ? Il n’a jamais Ă©tĂ© en Pal-... lĂ -bas. Mais ils disent quand mĂȘme qu’il y a Ă©tĂ©. En fait, nulle part il n’est mĂȘme fait mention que Paul ait Ă©tĂ© lĂ -bas, mais – dans l’histoire – mais ils disent que « Pierre », il aurait Ă©tĂ© enterrĂ© lĂ -bas, s’il y avait Ă©tĂ©. Qu’est-ce que ça peut bien changer, ça ? Ce n’est pas de ça que JĂ©sus parlait. Vous voyez comme ils ont confondu les points matĂ©riels?

235 Eh bien, les protestants, eux, disent : « Non. JĂ©sus a dit qu’Il Ă©tait cette Pierre. » Or, Il n’a jamais dit ça.

236 Il a dit : « Tu es heureux, Simon, fils de Jonas. Ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont rĂ©vĂ©lĂ© Cela : ‘Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.’ La chair et le sang... Tu n’as pas du tout appris Cela dans un sĂ©minaire. Ce n’est pas une dĂ©nomination quelconque qui te L’a enseignĂ©. Mais c’est Mon PĂšre qui est dans les Cieux qui L’a rĂ©vĂ©lĂ©. Et sur cette pierre, la VĂ©ritĂ© de la Parole de Dieu, rĂ©vĂ©lĂ©e spirituellement, Je bĂątirai Mon Église. Et les portes du sĂ©jour des morts ne pourront pas prĂ©valoir contre Elle. »

237 Moab a fait la mĂȘme chose. Il s’est prĂ©sentĂ© lĂ , et il a enseignĂ© aux enfants d’IsraĂ«l, il a dit : « Mais voyons, mon ami. » Or, il a fait la mĂȘme chose Ă  ceux de la PentecĂŽte. Maintenant, regardez. « Mais voyons, ne sommes-nous pas tous pareils ? Ne croyons-nous pas au mĂȘme Dieu ? Nous sommes tous pareils. » Les enfants de Moab, c’était ceux de la fille de Lot. Vous voyez cette vieille bande qui s’était Ă©chappĂ©e de lĂ -bas ? Ils Ă©taient encore comme un cheveu dans le petit pain. Voyez ? Les voilĂ , ils sont dĂ©goĂ»tants. Voyez ? Ils Ă©taient lĂ -bas. Et ils... « Allons, disait-elle, mais voyons, tu sais qu’on est tous pareils. » Combien savent que c’étaient lĂ  les enfants de Lot ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Bien sĂ»r. De leur propre papa, par adultĂšre, et ils ont dit : « Voyons, nous sommes tous pareils. »

238 « Vous savez, vous les mĂ©thodistes, vous les baptistes, et nous les presbytĂ©riens, et tout... Mais, bien sĂ»r, nous voulons de votre Huile. Nous sommes tous pareils. » Et qu’ont-ils fait ? Ils se sont mariĂ©s avec elles. Et c’est ce que les pentecĂŽtistes ont fait avec les protestants. Ils sont entrĂ©s par le mariage dans une fĂ©dĂ©ration d’églises. Ils ont formĂ© une dĂ©nomination. Et oĂč en sont-ils ? Tout comme IsraĂ«l, elle a Ă©tĂ© rĂ©pudiĂ©e, pour cause de fornications spirituelles et de fornication physique. Dieu l’a refusĂ©e Ă  partir de ce moment-lĂ . MĂȘme ces enfants-lĂ , qui sont devenus les Samaritains, ont Ă©tĂ© maudits. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Bien sĂ»r qu’elle l’a Ă©tĂ©. JĂ©hovah l’a rĂ©pudiĂ©e.

239 L’épouse de Christ a fait la mĂȘme chose, elle a croisĂ© sa semence dĂ©nominationnelle, et elle a rĂ©pudiĂ© Christ, son fiancĂ©. Vous les pentecĂŽtistes, bande de lavĂ©s Ă  sec ! Que vous arrive-t-il ? Dans Apocalypse, au chapitre 3 et au verset 20, nous voyons, par prophĂ©tie, JĂ©sus-Christ Ă  l’extĂ©rieur de Sa propre Ă©glise, en cet Âge de LaodicĂ©e, frappant Ă  la porte, cherchant Ă  y revenir. [FrĂšre Branham donne cinq coups sur la chaire. – N.D.E.] L’image la plus navrante que nous prĂ©sente la Bible. Qu’a-t-elle fait ? Elle s’est livrĂ©e Ă  la prostitution.

240 Quand JĂ©sus vient, pourquoi frappe-t-Il ? JĂ©sus est revenu pour prendre Son Épouse avec Lui, et quand Il est venu frapper Ă  la porte, l’accĂšs Lui Ă©tait fermĂ©. [FrĂšre Branham donne six coups sur la chaire. – N.D.E.] « Voyons, tu ne peux pas entrer ici. Tu ne peux pas faire de rĂ©unions de rĂ©veil. Va... Montre-moi tes papiers d’ordination. » Un homme rempli de l’Esprit de Dieu : les vraies, les vĂ©ritables Paroles de Dieu, la Parole de Dieu manifestĂ©e dans son ministĂšre. On ne peut pas dire un seul mot contre lui, rien d’immoral, ni quoi que ce soit. Qui peut l’accuser de ces choses ? Il va vers une dĂ©nomination : « Mais, il n’est pas unitaire. Il n’est pas des AssemblĂ©es, il est trinitaire. Il n’est pas trinitaire, il est des AssemblĂ©es. » Pauvre bande d’illĂ©gitimes. Honte Ă  vous. Dieu Ă  l’extĂ©rieur !

241 Mais qu’a dit Jean, ce dernier messager, lĂ -bas, avant Sa Venue ? « De ces pierres Il peut susciter des enfants Ă  Abraham. Ne venez pas dire : ‘Nous faisons partie de ceci. Nous faisons partie de cela.’ De ces pierres Dieu peut susciter des enfants Ă  Abraham. » TrĂšs bien.
Maintenant, continuons à avancer. Oh ! j’aime vraiment ça !

242 L’épouse de Christ, tout comme l’épouse d’Adam et toutes les autres, elle a croisĂ© la semence, et elle a mis Christ Ă  la porte, pour sa dĂ©nomination. Bien sĂ»r qu’elle l’a fait. Certainement qu’elle l’a fait. Elle a refusĂ© Dieu, son futur mari, comme Ève l’avait fait. Elle a acceptĂ© les mauvaises herbes du mensonge mortel de Satan. Le rĂ©sultat : une Ă©glise morte, formaliste, est nĂ©e d’elle. Bon : « Vous mentez », direz-vous, « c’est un mensonge. » OĂč en sont vos pentecĂŽtistes ? Ils sont plus formalistes que les baptistes. Bien sĂ»r. Savez-vous quoi ? Le tableau est plutĂŽt sombre en ce moment, n’est-ce pas ?

243 Mais qu’a dit JoĂ«l, dans JoĂ«l 2.28 ? « Mais Je restituerai, dit l’Éternel. »

244[Espace vide sur la bande – N.D.E.] Hm ! De mĂȘme, Adam a trouvĂ© sa femme fĂ©condĂ©e par la semence de la mort, le mensonge de Satan, qu’elle avait acceptĂ©.

245 Joseph a trouvĂ© sa femme fĂ©condĂ©e par la Semence de Dieu, c’est-Ă -dire la Parole qu’elle avait acceptĂ©e.

246 De quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que j’essaie de dire ? Maintenant, vous qui ĂȘtes à–à l’écoute par les ondes, vous qui ĂȘtes dans votre voiture, vous qui ĂȘtes dans le Tabernacle, voyez-vous pourquoi je m’en suis tenu Ă  ceci, pourquoi j’ai cherchĂ© Ă  m’y tenir aussi strictement et j’ai dĂ©noncĂ© ces choses ? Ce n’est pas que j’aie quoi que ce soit contre ces hommes, contre ces femmes. Je n’ai absolument rien contre eux, mais je–je ne peux tout simplement pas aller sur ce–ce terrain-lĂ . Je ne peux tout simplement pas, parce que c’est celui de la faussetĂ©.

247 Il y a un passage des Écritures que j’aimerais vraiment prendre, c’est celui qui traite de JĂ©sus, de Sa tentation, quand le diable a essayĂ© de Le prendre au piĂšge ! Il a dit : « Je Te donnerai tous les royaumes de ce monde. Ils m’appartiennent. » Voyez ? C’est avec ça qu’il s’était prĂ©sentĂ© Ă  Ève, la mĂȘme chose. Voyez ? D’abord, il a Ă©tĂ© question de changer en pain, de manger, et tout. Voyez ? « Je ferai tout ça, si Tu m’adores. Tu n’as qu’à venir adhĂ©rer Ă  notre groupe. »

248 JĂ©sus a dit : « Il est Ă©crit : ‘L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute Parole qui sort de la bouche de Dieu.’ »

249 Qu’est-ce ? Maintenant, certains d’entre vous, les prĂ©dicateurs, vous avez trop peur pour prendre position, vous craignez qu’on ne vous laisse mĂȘme plus entrer dans l’organisation. Alors, vous feriez quoi, aprĂšs ? On vous mettrait Ă  la porte. Vous me faites pitiĂ©; premiĂšrement, Ă  cause de votre faiblesse. C’est vrai. OĂč est votre foi en Dieu ?

250 Ils m’ont dit la mĂȘme chose, Ă  moi. Bien sĂ»r. J’ai travaillĂ© pendant dix-sept ans, jusqu’à ce que Dieu m’en sorte, qu’Il m’ait fait progresser jusqu’à ceci, et alors j’ai pensĂ© : « Maintenant, Satan, viens donc, maintenant, voir de quoi il s’agit. »

251 Quand vous vous rendez vraiment compte que c’est Dieu qui vous a rĂ©vĂ©lĂ© la VĂ©ritĂ© de la chose, alors rien au monde ne peut vous vaincre. Un point, c’est tout. Vous ĂȘtes absolument invincible; pas vous, mais Dieu, qui est en vous. Pas Christ, mais... pas le corps, mais Ceci, la Parole qui Ă©tait en Lui. Pas Marie, mais la Parole qui est nĂ©e d’elle.

252 Bon, donc, l’homme vivra de quoi ? Pas de son gagne-pain, mais de la Parole de Dieu. Pas de votre organisation, qui vous fournit un poste. « Eh bien, je vais prĂ©senter vos rĂ©fĂ©rences. Est-ce que vous avez la cote ? Il faut vĂ©rifier. Eh bien, oui, vous–vous ĂȘtes bien cotĂ©, Ă  peu prĂšs cent pour cent. Eh bien, nous pouvons vous accueillir quelques jours, pour des rĂ©unions de rĂ©veil, vous mettre Ă  l’essai pour voir ce que vous pouvez faire. » Oh ! la la ! Comment est-ce que Dieu pourra jamais agir dans une bande pareille : « Deux fois morts, dĂ©racinĂ©s », dĂ©racinĂ©s, pourris, et tout le reste ? Oh ! la la ! En voilĂ  une autre.

253 Oh ! les amis, que Dieu vous bĂ©nisse ! Écoutez-moi ! Je ne peux rien croire d’autre que la Parole de Dieu. Je veux qu’Elle soit ma vie, tout ce que je suis. Je veux que vous fassiez la mĂȘme chose. Que vos dĂ©marches, vos propos, vos actions, tout ce que vous faites, que ce soit selon la Parole de Dieu. Laissez entrer la pensĂ©e de Christ en vous, et–et avec elle, vous serez fĂ©condĂ©s par la Parole. Sinon, si vous laissez entrer la pensĂ©e de la dĂ©nomination, vous serez fĂ©condĂ©s par la dĂ©nomination. Si vous laissez entrer la pensĂ©e de Christ en vous, Il ne peut pas nier Sa propre Parole, parce qu’Il est Dieu. Vous serez fĂ©condĂ©s par la Parole, et vous La croirez. Ils auront beau vous expulser, vous mettre Ă  la porte, vous chasser, que toutes les portes se ferment, peu importe, vous irez de l’avant quand mĂȘme. Amen. Fiou ! Il faut que je me dĂ©pĂȘche, maintenant. Ah !

254 Christ est maintenant en train de Se choisir une Épouse, qui doit ĂȘtre fĂ©condĂ©e par Sa Semence-Parole Ă  Lui, dans Son sein, Son sein spirituel, dans–dans Sa pensĂ©e, et Elle n’y mĂ©langera aucune saletĂ© dĂ©nominationnelle. Elle est une vierge, qui Lui appartient Ă  Lui.

255 Oh ! je me rappelle, assis lĂ  dans la piĂšce, j’y suis restĂ© trois jours, Ă  prier et Ă  m’attendre au Seigneur, et Ă  jeĂ»ner. Quand j’ai Ă©tĂ© saisi par ça, j’ai pensĂ© : « Ô Dieu, qu’en est-il ? Me voici dans cette situation. Me voici. Si je prĂ©sente tout ça Ă  l’église, oĂč en serai-je ? Je les aurai mis dans une situation dĂ©licate. Que puis-je faire ? J’ai bien vu ce qu’il en est de l’église : tous les types et toutes les ombres, et tout le reste, le dĂ©montrent, qu’elle est finie. Que va-tu faire ? »

256 Alors, j’ai pensĂ© Ă  cette Parole : « Je restaurerai, dit l’Éternel. Je restaurerai. » Rappelez-vous le vieux pin, quand le feu s’abat sur cet arbre et le rĂ©duit en cendres; mais il rĂ©ussit Ă  laisser tomber une semence. Cette semence en produit un nouveau. C’est vrai. Les vieux arbres ont Ă©tĂ© brĂ»lĂ©s par l’organisation et tout le reste, mais il y a une Semence de la Parole, qui est toujours lĂ . La Parole de Dieu, Elle reviendra, Elle Se reproduira, aussi sĂ»r que deux et deux font quatre. Oui. Bon, donc, Elle ne manquera pas le but. Remarquez. Mais Christ...

257 Nous croyons que nous sommes au temps de la fin. N’est-ce pas ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Croyez-vous qu’avant d’avoir une rĂ©colte, lĂ , il faut planter une semence ? [« Amen. »] Vous voyez pourquoi j’ai laissĂ© les Ă©glises me mettre Ă  la porte, me dire n’importe quoi, me traiter de tous les noms, et tout le reste, et que je m’en suis tenu strictement Ă  cette Parole ? [« Amen. »] Voyez ? Il y a une plante, une Semence qui a Ă©tĂ© plantĂ©e. Elle a Ă©tĂ© plantĂ©e, dĂ©jĂ , mon ami. C’est dĂ©jĂ  fait. Maintenant, je peux le dire. C’est terminĂ©. C’est vrai. Elle a Ă©tĂ© plantĂ©e, dĂ©jĂ . Oh! oui. La semence dĂ©nominationnelle aussi, toutes les autres.

258 Comme notre trĂšs prĂ©cieux frĂšre, Billy Graham, le disait, ici Ă  Louisville, il disait : « Paul pouvait prendre une Bible... » Il a pris la Bible, il a dit : « Bon, Paul pouvait aller dans une ville tenir une sĂ©rie de rĂ©unions de rĂ©veil. Il avait un seul converti. Il y retournait l’annĂ©e suivante, il en trouvait soixante qui s’étaient convertis par l’entremise de celui-lĂ . » Il disait : « Moi, je peux aller faire une sĂ©rie de rĂ©unions de rĂ©veil de six semaines, et avoir–avoir vingt mille convertis. J’y retourne six mois plus tard, et je n’en trouve pas vingt. »

259 Qu’en est-il ? Ce ne sont pas des convertis. Ce sont des convertis au systĂšme des dĂ©nominations, c’est tout. Certainement. Il vous faut planter... Voyez-vous, vous plantez des semences dĂ©nominationnelles, voilĂ  ce que vous rĂ©coltez. « Maintenant, venez, frĂšre, adhĂ©rez Ă  l’église, mettez votre nom sur le registre. » C’est tout ce qu’ils connaissent. C’est vrai.

260 La pentecĂŽte a fait la mĂȘme chose. « Parler en langues, et ainsi de suite, c’est tout ce que vous avez Ă  faire. Avec ça, ça y est. Venez donc, adhĂ©rez Ă  l’église. » TrĂšs bien. Recevez votre faux baptĂȘme, et ainsi de suite, et continuez votre chemin, « c’est tout ce que vous avez Ă  faire ». Voyez ?

261 Mais quand Christ viendra, Il viendra chercher une vierge qui... une Église qui n’aura pas mĂȘme une seule tache ni une seule ride, d’une dĂ©nomination ni de quoi que ce soit d’autre, aucun croisement avec des dogmes. Ce sera la Parole, rien d’autre.

262 Maintenant, ĂŽ mes amis, nous y voilĂ  ! Que le Seigneur soit bĂ©ni ! Maintenant, nous en venons au Corps, qui doit ĂȘtre l’Épouse de Christ, qui doit maintenant ĂȘtre Sa « chair de Sa chair, et os de Son os ». Bon, maintenant, on va se dĂ©pĂȘcher. « Chair de Sa chair, et os de Son os. » Pourquoi est-ce que...

263 Je vous pose une question. Pourquoi est-ce que toutes vos pluies, dans le passĂ©, n’ont pas amenĂ© l’épouse vers Christ ? Je voudrais que vous me donniez rĂ©ponse Ă  ça. Si... Sa Venue aurait dĂ» avoir lieu il y a longtemps. Nous croyons ça. (C’est comme du temps de NoĂ©, Il est patient, Il prĂ©pare Son Épouse.) Pourquoi est-ce que ces pluies... Pourquoi est-ce que vous, les pentecĂŽtistes, d’il y a quelques annĂ©es, lĂ -bas, quand vous avez commencĂ©, il y a quarante, cinquante ans, pourquoi n’avez-vous pas amenĂ© Christ, l’Époux, Ă  l’épouse ? Je vais laisser pĂ©nĂ©trer ça un instant. Pourquoi ? Parce que vous l’avez fĂ©condĂ©e vous-mĂȘmes, par votre dĂ©nomination. C’est exactement ça que vous avez fait. Il n’épousera pas une prostituĂ©e. Il Ă©pousera une vierge. C’est direct, ça, mais c’est la VĂ©ritĂ©. Vous savez ce qu’il En est, c’est dit sans dĂ©tour. Vous n’avez pas Ă  vous demander. Je ne patauge pas LĂ -dedans. Je vous dis la VĂ©ritĂ©. Pourquoi est-ce que ces choses ne l’ont pas amenĂ©e, pourquoi est-ce que ces choses n’ont pas amenĂ© Christ, amenĂ© Christ vers elle ? Parce qu’elle n’est pas en condition. Il l’a trouvĂ©e dans l’adultĂšre.

264 C’est exactement pour ça que, quand des enfants naissent, ils ne vivent pas Ă©ternellement : Adam a trouvĂ© sa femme fĂ©condĂ©e.

265 C’est pourquoi JĂ©hovah a Ă©tĂ© obligĂ© de prendre une Epouse parmi les nations : Il l’avait trouvĂ©e fĂ©condĂ©e.

266 C’est exactement comme ça; maintenant, Christ est obligĂ© de Se choisir une Epouse : le groupe qui se donnait ce nom-lĂ , Il l’a trouvĂ© dĂ©jĂ  fĂ©condĂ©. Il va semer Sa Semence. Quelqu’un va La recevoir; en effet, ce sont ceux-lĂ  qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s Ă  ĂȘtre une Église, au bout du chemin.

267 Comme celle d’Adam et celle de JĂ©hovah, Il les a trouvĂ©s fĂ©condĂ©s par des doctrines dĂ©nominationnelles, faites de main d’homme. ConformĂ©ment Ă  la VĂ©ritĂ© de Dieu, de GenĂšse 1 : « Chaque semence a produit selon son espĂšce. » Alors, quand l’Esprit est descendu sur elle, l’homme s’était dĂ©jĂ  introduit dans son sein et l’avait rempli des semences dĂ©nominationnelles de sa propre pensĂ©e, alors, voilĂ  pourquoi elle se retrouve dans l’état oĂč elle est, et Christ n’a pas pu venir vers elle. Hum ! C’est dur Ă  entendre, n’est-ce pas ?

268 Un jour, j’étais Ă  Green’s Mill. J’étais en priĂšre depuis quelques jours; il y a bien des annĂ©es de ça. J’étais allĂ© ici Ă  Mishawaka. Je n’ai encore jamais dit ceci sur bande. J’étais allĂ© Ă  Mishawaka. Vous vous souvenez du jeune homme de couleur ? Je venais de dĂ©couvrir les pentecĂŽtistes. Je ne savais mĂȘme pas qu’ils existaient. J’étais allĂ© lĂ -bas, et c’est lĂ  que je les ai dĂ©couverts; je pensais que j’avais trouvĂ© une bande d’anges. Je les voyais parler en langues, et tout. Je n’avais jamais entendu parler de ça auparavant. Mais ils Ă©taient lĂ , ils couraient d’un bout Ă  l’autre de la salle, en parlant en langues. Je me suis dit : « Oh ! c’est merveilleux, ça. » C’était l’É.P.U. d’autrefois et les A.P.M. et tout ça, qui ont fusionnĂ©. Ils avaient... À l’époque, il y avait de la sĂ©grĂ©gation entre les blancs et les gens de couleur. Ils avaient Ă©tĂ© obligĂ©s de faire leur convention dans le nord. C’était Ă  Mishawaka, dans l’Indiana. Oh !

269 J’avais un dollar et soixante-quinze cents, juste assez d’argent pour rentrer chez moi. J’ai pris cinq cents pour acheter quelques vieux... des vieux beignets, ou–ou, des petits pains, qui avaient peut-ĂȘtre deux ou trois jours. Je suis allĂ© remplir un pot d’eau, Ă  la prise d’eau. Et je suis allĂ© dans un champ de maĂŻs. J’ai enlevĂ© les siĂšges de ma vieille Ford, je les ai posĂ©s par terre, et j’ai repassĂ© mon pantalon en le plaçant lĂ  pour la nuit, le pantalon en seersucker que je portais, et une espĂšce de petit tee-shirt. Le lendemain matin, je suis retournĂ© lĂ -bas. Je ne voulais pas manger avec eux. J’étais le bienvenu, mais je ne voulais pas manger avec eux, parce que je ne pouvais pas participer Ă  l’offrande.

270 Alors, j’y suis allĂ©, pour voir ce qu’il en Ă©tait. Ce jour-lĂ , ils dansaient, et ils Ă©taient tout fringants, et ils chantaient dans l’Esprit. Je me suis dit : « Oh ! la la! Ça sonne bien, ça. Hm ! » Un homme se levait et il parlait en langues, et celui-ci en donnait l’interprĂ©tation. Et, frĂšre, c’était exact. Il appelait des gens, qui Ă©taient dans l’auditoire. J’ai pensĂ© : « Oh ! frĂšre, c’est merveilleux, ça. »

271 « Dites Ă  Mme Jones », ou Ă  une telle, « de venir tout de suite. Le Seigneur l’appelle. » Et la voilĂ  qui vient. C’est vrai.

272 Ensuite, celui-ci parlait en langues, l’autre interprĂ©tait. J’ai pensĂ© : « Oh! la la ! la la ! Le MillĂ©nium est sur le point de commencer. Ça y est. Alors, si je pouvais seulement serrer la main Ă  ces hommes saints », ai-je pensĂ©.

273 Je suis allĂ© voir l’un d’eux, au moment oĂč j’étais dehors, en train de me promener. Ils ne me connaissaient pas. LĂ -bas, moi, j’étais un petit jeunot. Et donc, je me promenais autour de l’église, un peu plus tard, au moment de la pause. Et lĂ , j’ai rencontrĂ© un homme, et je... l’un d’eux. Et je lui ai serrĂ© la main. J’ai dit : « Bonjour, frĂšre ! »

274 Or, vous le savez, Dieu m’a donnĂ© un petit don, lĂ , qui me permet de dĂ©couvrir des choses, quand Il veut que je les sache. Voyez ? Je me suis dit : « Si je pouvais arriver Ă  le faire parler, et qu’il me dise quelque chose, je verrais si c’était rĂ©ellement vrai ou pas. »

275 Alors, j’avais vu que c’était eux qui avaient l’air de mener le bal. Je lui ai serrĂ© la main. « Bonjour, frĂšre ! »
Il a dit : « Bonjour ! »

276 Je lui ai parlĂ© un peu, et il Ă©tait un vrai chrĂ©tien. Il l’était. J’ai pensĂ© : « Dieu soit louĂ© ! »

277 Un peu plus tard, en tournant le coin, j’ai rencontrĂ© l’autre homme. J’ai dit : « Bonjour, frĂšre ! » Et je me suis mis Ă  lui parler. Si j’ai jamais parlĂ© Ă  un hypocrite, celui-lĂ  en Ă©tait bien un. C’était un homme aux cheveux noirs, et il avait eu un bĂ©bĂ© d’une femme blonde. Deux bĂ©bĂ©s d’une femme blonde. J’ai vu cela en vision, lĂ  devant moi.

278 Je me suis dit : « Maintenant, je ne sais vraiment plus oĂč j’en suis. Or, comment est-ce que le mĂȘme Esprit peut ĂȘtre sur un homme, celui-lĂ  un homme saint, et sur l’autre, un dĂ©mon, un hypocrite ? » Je me suis dit : « Ô Dieu, je–je ferais mieux de laisser tomber tout ça. Je ne sais pas. » Je n’avais qu’environ dix-neuf ou vingt ans. Je me suis dit : « Je ferais vraiment mieux de laisser tomber la chose. Eh bien, je ne sais pas. Voyons, comment est-ce possible ? Je ne peux rien dire lĂ -dessus, je ne peux rien dire contre, mais je sais que cet homme est faux. » Et le mĂȘme Esprit, je L’avais observĂ©, Il descendait lĂ , produisait le mĂȘme effet. Je me suis dit : « Il y a quelque chose qui cloche quelque part. Un point, c’est tout. » J’ai dit Ă  cet homme...
Il a dit : « As-tu déjà reçu le Saint-Esprit ? »
J’ai dit : « Je ne crois pas que j’ai ce que vous autres, vous avez. »
Il a dit : « Gloire à Dieu ! As-tu déjà parlé en langues ? »
J’ai dit : « Non, monsieur. »
Il a dit : « Tu ne l’as pas. »

279 J’ai dit : « Eh bien, probablement que je–je ne l’ai pas. » Voyez ? J’ai dit : « Ceci, c’est nouveau pour moi. Je n’avais jamais vu Ça, je n’En ai jamais entendu parler. » J’ai dit : « Eh bien... »

280 Il a dit : « Eh bien, entre lĂ , va le recevoir. Bien sĂ»r. C’est pour toi. »
J’ai dit : « Merci, monsieur. »

281 J’ai pensĂ© : « FrĂšre, je ne veux pas ce que toi, tu as. » Et donc, je–j’ai regardĂ© ça un peu. J’ai continuĂ© Ă  me promener pendant un moment, je me promenais.

282 Je suis allĂ© dans les bois, ce soir-lĂ , et je–je me suis dit : « Ô Dieu, aie pitiĂ© ! Moi, je rentre. » Je suis rentrĂ©. Je ne pouvais pas me prononcer, ni pour ni contre.

283 A un moment donnĂ©, j’étais Ă  Green’s Mill, Ă  ma petite caverne oĂč je vais toujours, ce dont vous ĂȘtes au courant. J’étais lĂ  pour quelque chose d’autre. Il y avait trois ou quatre jours que j’y Ă©tais, Ă  jeĂ»ner et Ă  prier. Comme ça sentait le moisi dans la caverne, un aprĂšs-midi que je suis sorti. C’était joli, le soleil brillait, il y avait des feuilles. Un vieux tronc d’arbre Ă©tait tombĂ©, comme ceci, un peu plus bas, prĂšs du ruisseau. Et je me suis assis dessus, je me frottais les yeux, ça faisait un bout de temps que j’étais dans cette caverne sombre. J’ai posĂ© la Bible comme ça. Je me suis dit : « Eh bien, je crois que je vais lire un peu dans la Bible. Je vais m’adosser Ă  cette branche ici, et je vais juste me reposer, m’adosser comme ça.» J’étais couvert de poussiĂšre. Et je me suis mis Ă  lire.

284 Et quand j’ai pris ma Bible, elle Ă©tait sur HĂ©breux, chapitre 6. Voyez ? « Car il est impossible que ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont eu part au Saint-Esprit, voyez, s’ils tombaient, qu’ils puissent se renouveler et ĂȘtre amenĂ©s Ă  la repentance. Voyez, la pluie tombe souvent sur la terre, pour la cultiver, la prĂ©parer pour ce que nous en retirons; les Ă©pines et les chardons, qui sont prĂšs d’ĂȘtre rĂ©prouvĂ©s, on y mettra le feu. »

285 J’ai pensĂ© : « Eh bien, qu’est-ce que... » Je me suis arrĂȘtĂ©. J’ai pensĂ© : « Qu’y avait-il lĂ  ? Oh ! ai-je dit, il devait y avoir quelque chose. » C’est parti. Je ne... J’étais lĂ -bas, Ă  prier pour quelque chose d’autre. Et j’ai posĂ© ma Bible de nouveau.

286 J’ai dit : « Eh bien, je pense que je vais prendre un passage, lire quelque chose », comme ça.

287 Et un coup de vent l’a ramenĂ©e, –– j’étais dans l’Ancien Testament, –– l’a ramenĂ©e Ă  HĂ©breux, chapitre 6. De nouveau, j’ai baissĂ© les yeux. C’était ça. J’ai regardĂ©. Je l’ai prise, j’ai relu le passage, mĂȘme chose. « Eh bien, me suis-je dit, oh ! est-ce que tu deviens superstitieux, Bill ? »

288 Alors, je me suis dit : « Eh bien, je vais lire par ici. » Et je–j’ai commencĂ© Ă  lire, et je n’arrivais pas Ă  m’intĂ©resser Ă  quoi que ce soit. Je me suis dit : « Eh bien, je crois que je vais juste lever les mains, et louer le Seigneur. » J’ai posĂ© la Bible comme ça. J’ai levĂ© les mains, et j’ai louĂ© le Seigneur.

289 Quand j’ai levĂ© les mains, le vent a fait : « Wouhh ! » Il a soufflĂ© de nouveau. Et Ă  ce moment-lĂ , j’ai baissĂ© les yeux : HĂ©breux 6. Je l’ai relu.

290 Je me suis dit : « Qu’est-ce que ça veut dire ? Je ne comprends pas. » Je ne pensais plus du tout Ă  ce qui m’avait prĂ©occupĂ© chez les pentecĂŽtistes. Alors je me suis dit : « Qu’est-ce que ça veut dire ? » J’étais assis lĂ . Je pensais : « Est-ce qu’il y a quelque chose lĂ , Seigneur ? »

291 Je me suis dit : « Bon, je crois Ă  l’élection. Oui. ‘Ceux qui ont Ă©tĂ© une fois Ă©clairĂ©s, qui ont eu part au Saint-Esprit,’ voyez, ‘et qui ont goĂ»tĂ© la Parole de Dieu.’ » J’ai dit : « Ça, ce sont les croyants frontaliers, ils vont venir jusque-lĂ , presque jusqu’à la rĂ©alitĂ© de la chose, et lĂ , ils vont faire demi-tour, tout comme ceux du temps de JosuĂ©. »

292 JosuĂ© et Caleb, eux, ils ont continuĂ© jusque de l’autre cĂŽtĂ©. Mais ceux-lĂ , ils sont restĂ©s Ă  la frontiĂšre, voyez-vous, « ils ont goĂ»tĂ© », ils ont vu les bonnes oeuvres de Dieu, ensuite ils les ont refusĂ©es. Des gens qui sont lĂ , assis Ă  l’église, tout le temps, ils disent : « Je crois Ça, FrĂšre Branham », mais ils ne font jamais le moindre effort pour Le recevoir. Voyez-vous, il est impossible que ceux-lĂ  passent jamais de l’autre cĂŽtĂ©. Et donc, ils en arrivent Ă  ce point-lĂ . On prĂȘche aux femmes qui ont les cheveux courts; l’annĂ©e d’aprĂšs, elles ont les cheveux courts quand mĂȘme. On prĂȘche aux hommes ce qu’il faut faire, ils font toujours–toujours la mĂȘme chose, voyez-vous; ils ne voient jamais. Des croyants frontaliers, qui disent : « Oh oui, je crois que C’est vrai. »

293 J’ai dit : « Evidemment, je crois ça. » Mais, pour ce qui est de ce passage-ci : « Mais les chardons et les Ă©pines, qui sont prĂšs d’ĂȘtre rĂ©prouvĂ©s, on finit par y mettre le feu. » Je me suis dit : « Ça, qu’est-ce que ça veut dire ? Je ne saisis pas. »

294 Je suis restĂ© assis lĂ  un petit moment. J’ai pensĂ© : « Ô Dieu, serait-ce quelque chose que Tu veux me faire savoir ? Je suis ici, Ă  attendre que Tu me donnes une vision, Seigneur, pour savoir ce que je dois faire au juste, au sujet d’un ministĂšre lĂ -bas; je voudrais que Tu me le dises, PĂšre. »

295 Et j’ai regardĂ© de l’autre cĂŽtĂ© du vallon, en direction de... J’étais au-dessus de Charlestown, en direction de New Market, par lĂ . J’étais montĂ© de l’autre cĂŽtĂ© de la colline. J’ai regardĂ©, et lĂ , j’ai vu comme un arc-en-ciel au-dessus de la vallĂ©e. Et dans cet arc-en-ciel, j’ai vu quelque chose qui tournait. J’ai regardĂ©, et c’était le monde. Et un Homme habillĂ© en blanc est passĂ©.

296 Bon, beaucoup d’entre vous ici, vous ĂȘtes trop jeunes pour avoir connu ça. Vous vous souvenez du temps oĂč on semait les semences Ă  la volĂ©e, avec notre... on se mettait un Ă©norme sac sur le cĂŽtĂ©, et avec la main on les lançait ? M. Wood, vous vous souvenez de ça, on semait les semences Ă  la volĂ©e, comme ça. On les prenait dans nos mains et on les rĂ©pandait comme ça, le vent se chargeait de les dĂ©poser dans la–la terre.

297 Et j’ai vu un Homme habillĂ© en blanc, qui passait, comme ça, il semait des semences. Je l’ai observĂ© jusqu’à ce qu’Il ait disparu Ă  l’horizon. J’ai pensĂ© : « Qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? » Alors, j’ai regardĂ©. AussitĂŽt qu’Il a eu le dos tournĂ©, un individu Ă  l’air trĂšs rusĂ© est venu, il regardait, comme ça. Il avait un sac rempli, et lui, il semait de mauvaises herbes, derriĂšre Lui. Il parcourait la terre, il regardait toujours, sournoisement, vous savez, il lançait ses semences comme ceci. Et il a continuĂ© Ă  se dĂ©placer un peu partout sur la terre.

298 Ensuite, je les ai vus lever. Le blé a levé. Les mauvaises herbes, les ronces, les épines, les chardons, ont levé. Et les deux poussaient ensemble.

299 Puis, il y a eu une grande sĂ©cheresse. Et j’ai vu le petit blĂ©, avec sa petite tĂȘte penchĂ©e, qui faisait : « Ha, ha, ha, ha, ha, ha, ha ! » Il mourait vraiment de soif. Et j’ai vu le petit grateron, la tĂȘte penchĂ©e aussi : « Ha, ha, ha, ha ! » Il mourait vraiment de soif. Et tout le monde s’est mis Ă  prier pour avoir de l’eau.

300 Tout Ă  coup, il y a eu de fortes averses, en rĂ©ponse Ă  la priĂšre. Et les averses ont arrosĂ© toute la surface de la terre. AussitĂŽt que l’eau a touchĂ© la terre, ce petit blĂ© s’est relevĂ© d’un coup, en disant : « Gloire ! Gloire ! Gloire ! Gloire ! » Et d’un coup, le petit grateron s’est relevĂ©, en criant trĂšs fort : « Gloire ! Gloire ! Gloire ! Gloire ! »

301 Eh bien, je me suis dit : « Maintenant, qu’est-ce ? » Et juste Ă  ce moment-lĂ ... « Bon, le blĂ©, il poussait des cris. Ça, je peux le comprendre. Mais dans le cas du grateron, qu’est-ce que ça voulait dire ? »

302 Alors Il a dit : « Lis Hébreux 6. »

303 « La pluie tombe sur les justes et sur les injustes. » VoilĂ  ce qu’il y a. VoilĂ  ce que nous... pourquoi nous n’avons pas eu une Épouse prĂȘte Ă  recevoir Christ maintenant. Nous avons semĂ© des semences dĂ©nominationnelles, au lieu de la Parole. Quel a Ă©tĂ© le rĂ©sultat ? Encore d’autres enfants dĂ©nominationnels. C’est vrai. Mais parmi ce qui est tombĂ© lĂ , il y en a une partie qui est du blĂ©. C’est vrai. Mais, regardez, c’est le mĂȘme Esprit qui fait que le vrai, le vĂ©ritable–vĂ©ritable, l’authentique croyant parle en langues, le vrai Esprit qui fait de l’authentique croyant un chrĂ©tien, voyez-vous, parce qu’Il irrigue une Parole, une Semence. C’est le mĂȘme Esprit qui produit un substitut de Cela, comme le produit hybride d’Ève, qui fait que le produit hybride est tout aussi heureux qu’il pousse autant de cris, qu’il est tout aussi joyeux que les autres Ă  ce sujet. Mais la vĂ©ritĂ©, c’est quoi? La semence est mauvaise, au dĂ©part. Alors, toutes vos dĂ©monstrations charnelles, ça ne veut rien dire du tout.

304 « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas la charitĂ©, cela ne me sert de rien. Quand je pourrais transporter des montagnes, si je n’ai pas la charitĂ©, cela ne me sert de rien. Quand je donnerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, si je n’ai pas la charitĂ©, cela ne me sert de rien; je parlerais les langues Ă  la maniĂšre des hommes et des anges, c’est comme un airain qui rĂ©sonne et des cymbales qui retentissent. Voyez ? Ce n’est rien.

305 Ecoutez, Ă©glise ! PentecĂŽtiste ? Ce n’est rien ! Pourquoi ? C’est une semence hybride. Elle ne peut pas venir Ă  la Parole. Bon, alors, voilĂ .

306 Le Corps qui donnera naissance au Corps de Christ, de nouveau, Il devra ĂȘtre sorti d’un sein vierge, la Parole. C’est vrai.

307 VoilĂ  pourquoi, –– Ă©coutez ceci, –– voilĂ  pourquoi elle en a produit « un million de plus en 44 ». C’était un slogan baptiste. VoilĂ  pourquoi les dĂ©nominations pentecĂŽtistes, elles n’ont pas pu donner une Naissance spirituelle, pour produire les manifestations et le Christ, c’est parce que c’était seulement une pluie d’ensemencement. Et elle a produit une Ă©glise dĂ©nominationnelle. Elle s’est unie avec les–avec les grands groupes Ă©vangĂ©liques, et elle a suivi la voie de KorĂ©. Elle a suivi les dĂ©nominations. VoilĂ  pourquoi.

308 Maintenant retournons dans l’Ancien Testament, voir quelques types. Ensuite, j’aborderai quelque chose ici, dans quelques minutes, aprĂšs quoi je vous laisserai partir. Retournons dans l’Ancien Testament, voir quelques types, pour prouver ces choses. Maintenant, j’ai mis plusieurs heures ici, Ă  prĂ©senter tout ça. Maintenant nous allons changer de sujet, changer de programme.

309 Bon, d’abord, j’ai quelque chose, seulement pour quand j’en viendrai Ă ... Il me reste quelques–quelques pages, ici, ensuite il va falloir que je... Oh ! la la ! Oh ! la la ! Pas possible, pas tout ça. Il va vraiment falloir que je fasse trĂšs vite. Je vais les lire, voyez-vous, vraiment lire aussi vite que possible, parce que je sais qu’il ne nous reste plus que–que trĂšs peu de temps maintenant. Voyez ? Maintenant, ĂȘtes-vous fatiguĂ©s ? [L’assemblĂ©e dit : « Non. » – N.D.E.] Oh ! eh bien, alors, c’est moi. TrĂšs bien. Allez, c’est bien.

310 Donc, voilĂ  pourquoi nous avons toutes ces choses que nous avons. Or, toutes ces choses que j’ai dites, si elles ne cadrent pas avec la Bible, ou–ou ne concordent pas avec la Parole de Dieu, elles sont fausses, elles sont fausses, tout le tableau. Maintenant, je vais simplement prĂ©senter en vitesse quelques-uns des points que j’ai ici, sans les expliquer, mais simplement les prĂ©senter en vitesse, pour qu’on puisse les voir, et, je vous le promets, je ferai aussi vite que possible.

311 Il y a un endroit, ici, oĂč j’étais tellement dans l’Esprit ! Je... J’en Ă©tais arrivĂ© lĂ , j’avais montrĂ©, et prouvĂ© par la Parole, ici, ce qu’il en est de l’église, exactement ce qui s’est passĂ©, tout au long. Et Ă  ce moment-lĂ , alors, j’ai pensĂ© : « Seigneur, les gens sont lĂ  devant moi, maintenant. Ils seront lĂ  devant moi. Que puis-je leur dire ? Je ne peux pas prĂ©dire l’avenir. Je ne peux pas leur dire quoi faire. Que vais-je faire ? Je les aurai placĂ©es dans une situation dĂ©licate. » J’ai levĂ© la main, j’ai dit : « Ô Dieu, il me semble que je fais ceci selon Ta volontĂ©. Je ne l’avais jamais fait, jamais auparavant, parce que la Semence n’avait pas encore Ă©tĂ© semĂ©e. » J’ai dit : « Maintenant, j’ai... Je–je crois que l’heure est venue pour moi de le dire. Bon, mais maintenant, qu’est-ce que je vais dire ? »

312 Et aussi clairement que vous entendez ma voix, Quelque Chose a dit : « Prends ta plume. »

313 Je vais vous le lire dans une minute. Et quand j’ai fini, voilĂ , c’était lĂ , la rĂ©ponse exacte. Je ne savais mĂȘme pas ce que j’écrivais; je me suis mis Ă  Ă©crire, c’est tout. Et quand j’ai fini, j’ai posĂ© ma plume. J’ai regardĂ©. J’ai pensĂ© : « Ô Dieu, aie pitiĂ© ! C’est en plein ça, voilĂ . C’est ce que je cherche. » Or, il y a des choses que j’ai Ă©tĂ© obligĂ© de laisser de cĂŽtĂ©. Nous y reviendrons un peu plus tard, le Seigneur voulant.

314 L’Ancien Testament tout entier, c’étaient des types qui annoncent Christ et Son Église. Croyez-vous qu’Adam et Ève annonçaient Christ et Son Église ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Croyez-vous que JĂ©hovah et Sa femme annonçaient Christ et Son Église ? [« Amen. »] Eh bien, si ça, ce sont–sont–sont des types, et que ceci est l’antitype, il faut qu’il soit semblable au type. En effet, le type tient de–de... L’antitype tient du type.

315 Christ est le Chef, la vĂ©ritable Pierre de Dieu. Le croyez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] La vĂ©ritable Parole ! L’Épouse est le Corps. Voulez-vous des passages des Écritures lĂ -dessus, pour pouvoir vĂ©rifier ? Je–j’avais l’intention de lire les passages des Écritures, mais je ne le ferai pas. I Pierre 2.1 Ă  6, ÉphĂ©siens 5.22... Voyez ? I Pierre 2.1 Ă  6, ÉphĂ©siens 5.23. Lisez le chapitre, lisez ces deux-lĂ . Voyez ? L’Ancien Testament : Christ.

316 Ecoutez bien. Prenons donc ceci, par exemple. Peut-ĂȘtre, pourvu que ma femme n’ait pas pris mon dollar... Le voici. Nous avons payĂ© des sandwichs, tout Ă  l’heure. Excusez-moi, mes amis, je n’aurais pas dĂ» dire ça, mais j’ai une bonne Ă©pouse. Bon, au verso de ce dollar... Sans elle, je ne l’aurais pas eu, ce dollar, je pense. C’est la misĂ©ricorde de Dieu qui nous l’a donnĂ©, et elle, elle m’aide.

317 Donc, au verso de ceci, si c’est notre monnaie, on s’attendrait Ă  ce que ce soit le sceau amĂ©ricain Ă  gauche du dollar qui soit le grand sceau de ce pays. Pas vrai ? Mais comment se fait-il que c’est la pyramide qui est appelĂ©e le grand sceau ? MĂȘme votre monnaie doit rendre tĂ©moignage de cela. Oui.

318 Chaque fois que vous envoyez une carte postale, ou du courrier, vous devez rendre tĂ©moi-... Il rend tĂ©moignage : « L’annĂ©e de notre Seigneur, 1962. » Tout rend tĂ©moignage de Christ. Voyez-vous ?

319 Avez-vous remarquĂ© cela, que le grand sceau, c’est une pyramide ? Est-ce que quelqu’un ici savait que la pyramide, sa pierre de faĂźte n’y a jamais Ă©tĂ© posĂ©e ? Combien le savent ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Bien sĂ»r. Je suis allĂ© lĂ -bas, en Égypte, au Caire. Oui. Elle n’a jamais eu sa pierre de faĂźte. Pourquoi ? Celle-ci a Ă©tĂ© rejetĂ©e, la pierre angulaire. C’était la pierre angulaire qui soutenait cet Ă©difice, c’était la clef de voĂ»te. Combien savent ce qu’est une clef de voĂ»te ? Quand on construit la voĂ»te, alors c’est la clef de voĂ»te qui maintient tout ça ensemble. La pierre angulaire, c’est ce qui soutient l’édifice. Pas vrai ? [«Amen. »] Et la pierre angulaire de la pyramide, c’était la pierre de faĂźte, c’était une clef de voĂ»te qui maintenait tout le reste ensemble. Or, cette clef de voĂ»te a Ă©tĂ© rejetĂ©e. Avez-vous remarquĂ©, au-dessus ? Elle se trouve au-dessus, au-dessus de la pyramide.

320 Or, qu’est-ce que ça reprĂ©sentait, quand Énoch l’a construite ? Voici ce qui s’est produit. C’est exactement comme la progression de l’Église ÉvangĂ©lique. Voyez ?

321 Bon, lĂ  oĂč c’est large, Ă  la base de la pyramide, ça reprĂ©sente les premiers jours de la rĂ©forme. Le simple fait de vous dire chrĂ©tien, de renier l’Eglise catholique, entraĂźnait votre mise Ă  mort. Ensuite est venu... Eux ont prĂȘchĂ© la justification par la foi. Ensuite...
Maintenant, observez, encore là, c’est en trois.

322 John Wesley est venu, il a prĂȘchĂ© la sanctification. L’église est devenue une minoritĂ©, encore plus, voyez-vous, elle avançait dans cette direction-ci.

323 Ensuite, aprĂšs l’époque de la sanctification, de John Wesley, il y a eu l’Eglise pentecĂŽtiste, et Dieu a fait sortir de lĂ  un reste, alors que chacun acceptait la Parole. Voyez ? Or, quand ça a Ă©tĂ© au tour des pentecĂŽtistes, ça s’est rĂ©trĂ©ci beaucoup plus, parce que c’était la restauration des dons; elle continuait Ă  prendre forme.

324 Qu’en est-il ? À la base, ici, c’est bien loin de ressembler Ă  la tĂȘte. En bas, ici, ça se rapproche un peu plus de la tĂȘte. En haut, ici, ça se rapproche un peu plus. Mais il faut absolument, pour que ça s’ajuste au reste, il faut que ce soit affinĂ©.

325 Cette pyramide, si vous preniez une lame de rasoir, vous ne pourriez pas la glisser entre les pierres, lĂ  oĂč il y avait le mortier, tellement c’est assemblĂ© avec prĂ©cision. On dit que le temple de Salomon, c’était pareil. Voyez ?

326 Dieu fait sortir les Ă©lus de cette Eglise pentecĂŽtiste, de cette hybride, Il Les en retire et mĂšne Ă  terme la Parole. Et il faut que ce soit tellement proche au point que la Parole Elle-mĂȘme se fondra avec cette Parole-ci. VoilĂ  la Pierre principale, qui crie : « GrĂące, grĂące, grĂące Ă©tonnante. » La Pierre principale !

327 Tenez, c’est comme ceci, voyez-vous, lĂ . Voyez-vous comme c’est trĂšs large Ă  la base, ici ? Et ça se rapproche toujours plus, toujours plus, toujours plus, le ministĂšre. Au bout de quelque temps, voici qu’arrive... Ici, c’est Luther : la justification, d’ĂȘtre justifiĂ©. Ici, Wesley arrive : le groupe qui est sanctifiĂ©. Ici, les pentecĂŽtistes arrivent : la restauration des dons. Maintenant, Dieu est en train d’en faire sortir de lĂ  un groupe, Il est en train de L’affiner, en vue de produire un ministĂšre identique Ă  cette Parole, parce qu’il doit s’ajuster Ă  la Parole. VoilĂ  l’Épouse; Il La fait monter.

328 Or, Christ a Ă©tĂ© manifestĂ© afin de dĂ©truire les oeuvres du diable. Croyez-vous cela ? Bon, je ne peux pas expliquer tous ces points. Je vais juste les parcourir en vitesse, me limiter aux points saillants, pour que vous ne soyez pas lĂ  trop longtemps. Christ a Ă©tĂ© manifestĂ© afin de dĂ©truire les oeuvres du diable. Pas vrai? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Vous le croyez tous. VoilĂ  pourquoi Il... Qu’est-ce qu’Il Ă©tait ? La Parole de Dieu, qui dĂ©truit les oeuvres de l’hybride, du diable. Pas vrai ? Il devait accomplir cela. Il est nĂ© pour ĂȘtre cela, afin de dĂ©truire les oeuvres du diable.

329 Maintenant, Son Corps doit faire la mĂȘme chose. En effet, le Corps, c’est... la tĂȘte et le corps, c’est ensemble. Pas vrai ? Si Christ est la TĂȘte, et qu’Il Ă©tait la Parole, Son Corps doit ĂȘtre la mĂȘme chose que Sa TĂȘte Ă©tait. Pas vrai ? Une Église de la Parole, nĂ©e de la Parole, une naissance vierge, par la Parole ! Pas par une dĂ©nomination, donc; une naissance vierge, par la Parole !
Ce qui met le Corps en action, c’est la TĂȘte. Pas vrai ?

330 Mon corps ne peut pas bouger, tant que ma tĂȘte ne lui dit pas de bouger. Eh bien, supposons que ma tĂȘte soit faite de chair et que mon corps soit en bĂ©ton? Hum ! Il ne peut pas bouger. La tĂȘte aura beau dire : « Bouge, bouge, bouge, bouge, bouge », mais il n’y a aucun rĂ©cepteur auquel envoyer le message. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

331 Eh bien, si ma TĂȘte est Christ, et que mon corps est une dĂ©nomination, comment est-ce que ça va pouvoir fonctionner ? Comment est-ce que la puretĂ© et la prostitution pourraient fonctionner ensemble ? Ah.

332 J’aime ça, frĂšres, je vous assure. J’aimerais prĂȘcher sur quelques-uns de ces points-lĂ , pendant quelques instants. Ce qui met le Corps en action, c’est la TĂȘte, et la TĂȘte est la Parole. Pas vrai ? La TĂȘte est la Parole.

333 Maintenant, faites la comparaison avec l’église contemporaine. Pourquoi n’y trouve-t-on pas de miracles ? Pourquoi n’y trouve-t-on pas la Parole ? La Parole ne peut pas lui ĂȘtre transmise. La dĂ©nomination L’arrĂȘte. Bien sĂ»r. Disons qu’un brave homme de Dieu rempli de saintetĂ© se prĂ©sente, il prĂȘche la Parole de Dieu, directement de la Bible, du mieux qu’il peut; la dĂ©nomination : « Hum ! Non. Non, monsieur. Sortez-le d’ici ! » Voyez-vous, le corps ne peut pas bouger. Voyez ? Ça halĂšte, ça s’arrĂȘte; forcĂ©ment.

334 Or, le Corps exĂ©cute les oeuvres, continue Ă  exĂ©cuter les oeuvres, Il fait les oeuvres que la TĂȘte Lui ordonne de faire. Ha-ha-ha !

335 Indiquez-moi un seul endroit oĂč Il ait dit : « Organisez-vous. » Indiquez-moi un endroit oĂč la TĂȘte, tout–tout, ait dit : « Il n’y a pas de mal Ă  ce que les femmes se coupent les cheveux. » Hein ? Citez-le. Il n’y en a pas. Indiquez-moi un seul endroit oĂč la TĂȘte ait dit : « Je fais ces oeuvres, mais vous, vous ne les ferez pas. » Indiquez-le-moi.

336 Au contraire, voici ce que la TĂȘte a dit. Si vous voulez noter le passage de l’Écriture, je vais vous le donner. Jean 14.12 : « Les oeuvres que Je fais, vous les ferez aussi », c’est-Ă -dire Son Corps. Voyez ?

337 Maintenant, voyez-vous pourquoi j’ai Ă©tĂ© animĂ© d’un tel zĂšle pour ce qui est de la–l’espĂšce de Semence que j’ai plantĂ©e pour le Corps ? La pluie ne va pas tarder Ă  tomber, maintenant; je veux dire, la vraie pluie. Et il faut qu’il y ait une Semence sur laquelle elle tombe. J’espĂšre que je vivrai assez longtemps pour voir ça. Vous comprenez, maintenant ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Elle sera la Parole vivante, telle qu’Elle Ă©tait au commencement, la Parole parlĂ©e de Dieu; Elle aura Sa puissance, car Elle est en Lui, dans Son propre Corps, oeuvrant selon Sa maniĂšre de faire Ă  Lui.

338 Regardez aux promesses que Dieu a donnĂ©es Ă  ce Corps. Maintenant nous en venons Ă  quelque chose. Nous en venons Ă  la montagne de Sion maintenant. Regardons ce qu’Il a dit Ă  ce Corps; je veux dire, Ă  celui qui a une naissance vierge. Bon, nous en voyons les–nous en voyons les imitations. Nous les voyons tous les jours. Mais venons-en au vrai Corps, voyons ce qu’Il En a dit. Regardons ça. TrĂšs bien. Voici ce qu’Il a promis.

339 Croyez-vous que Jean 3.16 est vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Il faut absolument que je lise ceci, un point, c’est tout. TrĂšs bien. Vous, je peux... Tous ceux qui croient Ă  Jean 3.16, « Dieu a tant aimĂ© le monde qu’Il a donnĂ© Son Fils unique », et ainsi de suite, dites amen. [« Amen. »]

340 Je vous mets au dĂ©fi d’En croire le reste. Maintenant, je parle du Corps.

341 Prenons Jean 20, pour commencer. TrĂšs bien. Prenez Jean, chapitre 20, et, voyons voir. Jean, chapitre 20, et nous allons commencer, oh ! je dirais, vers le verset 19. Jean 20, je crois que c’est bien ce que j’ai notĂ© ici, et nous allons commencer au verset 19. Maintenant, Ă©coutez attentivement.

342 Je vous invite Ă  relever le dĂ©fi, Ă  croire. Oh ! je–je me sens vraiment bien. Oh ! si je pouvais seulement... Je–je voudrais tant voir le Saint-Esprit venir se blottir ici, comme ça, voyez-vous, dire : « Allons, c’est Moi. » Écoutez. Le soir de ce jour, qui Ă©tait le premier de la semaine, les portes du lieu oĂč se trouvaient les disciples Ă©tant fermĂ©es... portes du lieu oĂč se trouvaient les disciples Ă©tant fermĂ©es, Ă  cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, JĂ©sus vint, se prĂ©senta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! Et quand il eut dit... Et quand il eut dit cela, il leur montra ses mains et son cĂŽtĂ©. Et quand ses disciples... (Voyons voir.) ... son cĂŽtĂ©. Et quand... Les disciples furent dans la joie en voyant le Seigneur. JĂ©sus leur dit... : La paix soit avec vous !... (Oh ! ĂȘtes-vous prĂȘts ?) ... Comme le PĂšre m’a envoyĂ© (Il est la Parole, la Semence, la Semence-Parole) , moi aussi, je vous envoie.

343 Croyez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Ne vous arrĂȘtez pas. Il y en a plus. AprĂšs ces Paroles, Il souffla sur eux, et leur dit : « Recevez le Saint-Esprit. »

344 Est-ce que c’est la VĂ©ritĂ© ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] A qui a-t-Il dit ça ? A la Semence, Ă  la Parole. Pourquoi ? Ils ne pouvaient naĂźtre que par la–par la Parole. VoilĂ  pourquoi. Vous croyez ça ? [« Amen. »]

345 Maintenant, prenons Matthieu 16 un instant. Matthieu 16.19, lisons ça un instant. TrÚs bien. Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.

346 Je vous invite Ă  relever le dĂ©fi, Ă  le croire. Si ça, ce n’est pas la Parole, Jean 3.16 n’est pas la Parole. Pourquoi faudrait-il En prendre une partie, et ne pas prendre l’autre ? Toute la Parole de Dieu est vraie, mais Elle doit entrer dans un sein vierge, lĂ  oĂč il ne se trouve rien d’autre que la Semence. Le croyez-vous? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] TrĂšs bien.

347 Maintenant, soyez trĂšs attentifs Ă  ceci. Je sais que c’est ce que la prostituĂ©e affirme, et effectivement, ils remettent les pĂ©chĂ©s, de par leur pouvoir dĂ©nominationnel, mais regardez leurs enfants. Dans tous les dancings; elles se coupent les cheveux, se maquillent comme des clowns; les hommes qui partent vivre avec la femme d’un autre, qui flirtent, qui courent les rues; des bains mixtes, et tout le reste. Bien sĂ»r. Ils pardonnent, ils remettent les pĂ©chĂ©s Ă  leur maniĂšre Ă  eux, mais c’est Ă  leur fruit qu’on peut voir ce qu’il en est. Ce n’est pas vrai dans leur cas. Non, non. Que font-elles ? Elles portent des shorts, elles se coupent les cheveux, elles se maquillent. JĂ©sus a dit : « C’est Ă  leurs fruits qu’on les reconnaĂźt », de quelle espĂšce de semence ils sont. VoilĂ , c’est ça. Une semence dĂ©nominationnelle accorde un pardon dĂ©nominationnel. Tout Ă  fait exact.

348 Dieu a dit : « Que la Parole soit selon Son espĂšce. » Et Elle l’est. C’est vrai. Oh ! frĂšre, les Écritures sont vraies. Le croyez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

349 Et le Saint-Esprit rend tĂ©moignage du don prĂ©destinĂ© que l’Église affirme avoir. Qu’en est-il ? En arrosant la Parole, en ponctuant la Parole d’un « amen ». Quand il Y est dit : « Repentez-vous, et soyez baptisĂ©s au Nom de JĂ©sus-Christ. » « Amen. » Quand il Y est dit ces autres choses. « Amen. » C’est ça. « Amen » Ă  tout, voyez-vous, Il ponctue la Parole. Et Dieu, comme... Il a prĂ©destinĂ© que le don allait venir, celui de remettre les pĂ©chĂ©s, mais celui-ci a Ă©tĂ© donnĂ© au Corps de la Parole, rempli de l’Esprit. En effet, il n’y a que la Parole qui puisse pardonner les pĂ©chĂ©s, parce que la Parole est Dieu.

350 Les pharisiens, comme c’était vrai ! Ce matin, j’avais mentionnĂ© que nous allions y venir. Et j’ai dĂ©jĂ  pris tout le temps que j’avais. Mais les–les pharisiens ont dit : « Cet Homme pardonne les pĂ©chĂ©s. Nous savons qu’Il est un blasphĂ©mateur. Dieu seul peut pardonner les pĂ©chĂ©s. Et cet Homme pardonne les pĂ©chĂ©s. » Ils ne savaient pas que C’était lĂ  la Parole. La Parole pardonne les pĂ©chĂ©s, parce qu’Elle est Dieu.

351 Et quand vous ne vous appartenez plus... Dieu sait, Il le savait, Il savait d’avance, par Sa prescience, qui allait recevoir ce don et qui allait l’utiliser correctement. Ceux qui le possĂšdent sont confirmĂ©s par la Parole de Dieu, et aussi par le reste de la Parole et par l’Esprit. Est-ce clair ?

352 Certains voudraient vous faire croire que c’est quelque chose qui s’obtient par des Ă©tudes, par le savoir, les diplĂŽmes, si vous allez Ă  l’école pendant tant de temps, si vous devenez Ă©vĂȘque, que vous faites des Ă©tudes pour devenir pape, ou que vous devenez cardinal, ou quelque chose comme ça. C’est ce que certains voudraient nous faire croire, que c’est de lĂ  que ça vient : quand un homme, par l’imposition des mains, vous donne un titre qui vous confĂšre ce droit. Mais ils sont complĂštement Ă  cĂŽtĂ© de la Parole.

353 Romains 11.29 dit : « Les dons et les appels sont sans repentir. » C’est Dieu qui les donne. Et aussi, Jean 15.16, si vous voulez le noter.

354 Écoutez bien, maintenant. Combien JĂ©sus, Ă  Son Ă©poque, Ă©tait diffĂ©rent des dĂ©nominations de Son jour. Eux, ils regardaient en arriĂšre, ils se reportaient Ă  lui... Comme j’aimerais prendre le temps de m’attarder lĂ -dessus ! Fiou ! Ils regardaient en arriĂšre, ils se reportaient au passĂ©, Ă  une Ă©poque reculĂ©e, et ils disaient : « Nous sommes disciples de MoĂŻse. Nous savons que Dieu est apparu Ă  MoĂŻse, dans le buisson ardent. Nous savons. »

355 Ils savaient, ils connaissaient l’histoire de MoĂŻse, mais ils ne connaissaient pas le Dieu de MoĂŻse. En effet, Il s’est tenu devant eux, dans Jean 6, et Il a dit : « Avant que MoĂŻse fĂ»t, avant qu’Abraham fĂ»t, JE SUIS », le buisson ardent. Ils connaissaient l’histoire de MoĂŻse.

356 C’est pareil aujourd’hui. Ils connaissent le Dieu... Ils prĂ©tendent connaĂźtre la Parole de Christ, mais ils ne connaissent pas le Dieu qui Ă©tait en Christ. La peinture d’un feu ! Qui peut se rĂ©chauffer Ă  la peinture d’un feu, une expĂ©rience de sĂ©minaire ? Ils connaissaient MoĂŻse, mais pas son Dieu. JĂ©sus pouvait dire, et Il l’a effectivement dit...

357 Amen. Écoutez ceci, frĂšre. Fiou ! Maintenant, je me sens comme David; lĂ , je fais tournoyer ma fronde. J’espĂšre que vous ne trouvez pas que je commets un sacrilĂšge, lĂ , mes amis. Tout est en ordre, mais je me sens bien, c’est tout. Je commence Ă  ĂȘtre, Ă  me sentir vraiment bien, lĂ .

358 JĂ©sus pouvait dire, et Il l’a effectivement dit Ă  Ses disciples : « Le PĂšre qui M’a envoyĂ© est en Moi. Et comme Il M’a envoyĂ©, Moi aussi Je vous envoie. » « Le PĂšre qui M’a envoyĂ© est avec Moi. Si Je ne fais pas les oeuvres de la Parole, qui avaient Ă©tĂ© promises par Mon PĂšre, alors ne Me croyez pas; en effet, ce sont elles qui rendent tĂ©moignage de Moi. »

359 AllĂ©luia ! Oh ! Ă©glise, oĂč en ĂȘtes-vous ? JĂ©sus a dit...
Ils disent : « Oh ! nous savons que Dieu a fait ceci, oui, mais pas aujourd’hui. »
JĂ©sus a dit : « Les mĂȘmes...
— Nous savons que Dieu Ă©tait avec MoĂŻse.

360 — Mais le Dieu qui Ă©tait avec Moi est en Moi. En effet, si vous ne le croyez pas, voyez ce qui est Ă©crit Ă  Mon sujet. Voyez ce que l’Écriture a dit que J’allais faire, et si Je ne corresponds pas aux Écritures, alors ne Me croyez pas. »

361 Permettez-moi de dire ceci, pas d’une maniĂšre sacrilĂšge, mais permettez-moi de le dire au sujet du Message que je prĂȘche. Si Dieu ne confirme pas que Ceci est la VĂ©ritĂ©, alors Ça ne l’est pas. Mais si la Parole confirme que je vous dis la VĂ©ritĂ©, alors croyez la Parole. Ce sont elles qui rendent tĂ©moignage, qui attestent si je dis la VĂ©ritĂ© ou pas. Ce sont elles le tĂ©moignage. Elles–elles rendent tĂ©moignage de mon... du ministĂšre qu’Il m’a donnĂ©. C’est ce qu’Il a promis, dans les derniers jours. Le voici. Il a annoncĂ© ce que celui-ci allait produire. Le voici. C’est ce que nous abordons maintenant mĂȘme. Vous le voyez, si c’est la VĂ©ritĂ© ou pas. Que ce soit Dieu qui rende tĂ©moignage. Si les oeuvres, les choses que je prĂȘche, ne rendent pas elles-mĂȘmes tĂ©moignage que c’est la VĂ©ritĂ©, alors ce n’est pas la VĂ©ritĂ©. Mais si la Parole annonce ceci, et le voici, alors qu’est-ce que vous allez en faire ?

362 JĂ©sus a dit : « Je vous connais. Vous pensez connaĂźtre MoĂŻse. Vous connaissez, peut-ĂȘtre bien que vous connaissez l’histoire de MoĂŻse, mais vous ne connaissez pas son Dieu. Car J’étais avant MoĂŻse. Je suis Celui qui a parlĂ© Ă  MoĂŻse. Je suis le ‘JE SUIS’. Je suis la Parole. »

363 Ils n’ont pas pu voir ça, parce qu’ils ont pour pĂšre le diable. Leurs dĂ©nominations n’ont pas voulu les laisser voir ça. Ça n’a pas empĂȘchĂ© la Parole de continuer Ă  avancer quand mĂȘme. Elle est tombĂ©e sur quelques-uns, c’est vrai, et de lĂ  est sortie une Épouse, de cette gĂ©nĂ©ration-lĂ . TrĂšs bien. Combien diffĂ©rent : la peinture d’un feu !

364 JĂ©sus a pu–a pu dire : « Le PĂšre, qui M’a envoyĂ© », qu’Il Ă©tait avec Lui. « Et les oeuvres que Je fais rendent tĂ©moignage, parce que Je fais les choses mĂȘmes que les Écritures avaient dit que Je ferais. »

365 Les Juifs connaissaient leur Dieu historique. C’est pareil maintenant. Oui. Pourquoi connaissaient-ils le Dieu historique ? C’est parce qu’ils avaient la semence historique. Pourquoi ne L’ont-ils pas reçu, Lui ? Parce qu’elle Ă©tait hybridĂ©e avec la dĂ©nomination.

366 JĂ©sus savait Qui L’avait envoyĂ©, car Celui qui L’avait envoyĂ© Ă©tait en Lui.

367 Et Il n’était liĂ© Ă  aucune dĂ©nomination. Amen. Dites-moi donc laquelle. « De quelle Ă©cole sort-Il ? » Ils disaient : « D’oĂč tient-Il cette sagesse ? D’oĂč vient ce savoir ? » Ils ne pouvaient trouver aucune Ă©cole oĂč Il soit jamais allĂ©.

368 Et pourtant, Ă  l’ñge de douze ans, Il a confondu les scribes et les pharisiens. Oh ! la la ! C’était un tĂ©moignage en soi. Pourquoi ne Lui ont-ils rien dit, Ă  Lui, qui Ă©tait tout jeune ? C’était la Parole de Dieu. Ils ne pouvaient pas s’Y opposer.

369 Ce n’est pas Ă©tonnant que les gens aient Ă©tĂ© frappĂ©s de Sa Doctrine ! Avez-vous dĂ©jĂ  lu ça ? Marc 1.22, si vous voulez le noter. « Les gens Ă©taient frappĂ©s de Sa Doctrine, parce qu’Il enseignait comme ayant autoritĂ©. » Il savait de quoi Il parlait. Voyez ?

370 L’Église devrait maintenant avoir une double portion de l’Esprit. C’est vrai, car, comme le vĂȘtement d’Élie qui est tombĂ© sur ÉlisĂ©e, une double portion, la mĂȘme chose est venue de JĂ©sus-Christ. Maintenant, vous dites : « Oh ! FrĂšre Branham, vous parlez de Son Église. » C’est vrai. C’est Son Corps.

371 Ma femme n’est-elle pas une partie de mon corps, et votre femme une partie de votre corps ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] « Chair de votre chair, et os de votre os », par une union sainte. Pas vrai ? [« Amen. »] C’est pourquoi un chrĂ©tien ne devrait pas Ă©pouser une prostituĂ©e. Voyez ? Ce n’est pas bien, ça, non, monsieur, parce que cela viole toutes les choses de Dieu.

372 Vous dites : « Eh, une minute, FrĂšre Branham. Vous parlez de l’Esprit de Christ, qui serait sur... »

373 C’est ce que la Bible a annoncĂ©. Pas vrai ? Dans ÉsaĂŻe 9.6, il est dit–dit : « Un Enfant nous est nĂ©, un Fils nous est donnĂ©; on appellera Son Nom : Conseiller, Prince de la paix, Dieu puissant, PĂšre Ă©ternel. Et Son Royaume n’aura pas de fin. Et le gouvernement sera sur Son... » Quoi ? [L’assemblĂ©e dit : « Épaule. » – N.D.E.] C’est une partie de Son Corps. Oh ! C’est Son Corps. N’est-ce pas ? [« Amen. »] « Ses Ă©paules », c’est Son Corps. Le gouvernement, oĂč est-il, sur la terre ? Dans Son Corps.

374 « Les saints jugeront la terre. » Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Paul a dit : « Je vous dĂ©fends d’engager des poursuites les uns contre les autres, au lieu de plaider devant l’église. » C’est vrai. Voyez ? « Les saints jugeront la terre. »

375 OĂč se trouvera le gouvernement, sur quoi ? Sur les Ă©paules, sur Son Corps. « Le gouvernement sur Ses Ă©paules », c’est une partie du Corps. Qu’est-ce ? Sa force terrestre. La force terrestre de Dieu, c’est Sa Parole faite chair dans Son Corps ici sur terre, par lequel Elle s’accomplit.

376 MoĂŻse... Écoutez. On va en laisser un peu de cĂŽtĂ©. Les messagers de Dieu ont toujours Ă©tĂ© rejetĂ©s. Croyez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] MoĂŻse a Ă©tĂ© rejetĂ©. Pas vrai ? [« Amen. »] JĂ©sus a Ă©tĂ© rejetĂ©. Et Luc l’a dit, dans 10.16, si vous voulez le noter. TrĂšs bien. RejetĂ©s !

377 I Samuel 8.7, le message de Dieu a Ă©tĂ© rejetĂ©. Dieu avait un messager, un prophĂšte, du nom de Samuel. Croyez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Ils l’ont rejetĂ©, lui et son message. Ils ont optĂ© pour le monde.

378 Ceci est une loi de–de Dieu. Voici quelque chose qui va... Je ne sais pas si je vais le dire ou pas. Ceci est une loi de Dieu. La loi de Dieu, c’est de recevoir un serviteur confirmĂ©.

379 Prenons donc–prenons donc une minute pour prouver ça. Je veux prendre un des passages des Écritures, ici, Jean 13.20. Voyons un peu. J’ai quelque chose de notĂ© ici, qui m’est venu Ă  l’esprit juste Ă  ce moment-lĂ . Oh ! oui, voilĂ . En vĂ©ritĂ©, en vĂ©ritĂ©, je vous le dis, celui qui reçoit celui que j’aurai envoyĂ© me reçoit, et celui qui me reçoit, reçoit celui qui m’a envoyĂ©.

380 Un serviteur confirmĂ© ! Oh ! frĂšre, juste lĂ , il y aurait un millier de prĂ©dications Ă  faire maintenant. Voyez ? C’est vrai. Oh ! la la ! C’est une loi de Dieu. Recevez Cela.

381 Samuel est allé là-bas et il a dit : « Je voudrais vous demander quelque chose. Vous ai-je déjà dit quelque chose au Nom du Seigneur, qui ne se soit pas accompli ? »
Ils ont dit : « Non. »

382 « Ai-je dĂ©jĂ  ramassĂ© des offrandes pour construire de grands bĂątiments, et pour faire beaucoup de grandes choses, et m’en glorifier ?
— Non.
— Est-ce que Dieu l’a prouvĂ©, qu’Il exauce la Parole que je prononce ?
— Ouais.
— Eh bien, pourquoi ne m’écoutez-vous pas ? »
JĂ©sus a dit aux pharisiens...
« Nous savons que Tu es né de la fornication. »

383 Il a dit : « Qui de vous Me convaincra de pĂ©chĂ© ? Je vais vous montrer la Parole de Dieu, voyez si vous La croirez, voyez si Dieu La confirmera en vous. Que Je parle de Moi-mĂȘme... si Je parle de Moi-mĂȘme, Je suis un menteur. Mais si Je parle de Dieu, et que Dieu parle Ă  travers Moi, par Sa Parole, alors c’est la VĂ©ritĂ©. Alors, qui est celui qui croit la Parole de Dieu : Moi ou vous ? » Ha-ha ! Avec ça, c’était classĂ©.

384 JĂ©sus a dit : « Celui qui reçoit ceux que J’envoie Me reçoit. » Ceux que Lui, Il envoie. « Et ceux qui Me reçoivent, reçoivent Celui qui M’a envoyĂ©. » J’aurais aimĂ© qu’on ait le temps de s’attarder lĂ -dessus. Vous pouvez seulement servir Dieu, dans la mesure oĂč... Vous pouvez seulement servir Dieu, dans la mesure oĂč vous le faites et–et oĂč vous croyez les serviteurs que Dieu envoie. Vous pouvez seulement servir Dieu, sur terre, voyez-vous, dans la mesure oĂč les serviteurs de Dieu, qui ont Ă©tĂ© envoyĂ©s sur terre, vous interprĂštent la Parole par l’inspiration divine. Le croyez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

385 Voulez-vous noter des passages des Écritures qui appuient cela ? I Corinthiens 14.16. Paul a dit : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-mĂȘme de Christ », dans 11.1 aussi. Luc 10.16 : voyez ce qu’Il a dit, ce que JĂ©sus a dit lĂ . Luc 10.16, je crois que vous ĂȘtes tout prĂšs de celui-ci. Voyons ce qui Y est dit, cette fois, Luc 10.16, pendant qu’ils prennent les autres en note. Donc, c’est I Corinthiens 14.16, et aussi 11.1, et Luc 10.16.

386 Maintenant, lisons. Je vais prendre Luc 10.16, ici, juste pour le lire, pendant que vous regardez l’autre un petit instant. TrĂšs bien. Nous y voilĂ . Celui qui vous Ă©coute m’écoute,... celui qui vous rejette me rejette;... celui qui me rejette rejette celui qui m’a envoyĂ©.

387 Voilà la preuve que Dieu prononce Son Message à travers Ses serviteurs. Il l’a toujours fait. C’est vrai.

388 Maintenant, le pouvoir de l’Église qui croit. « Christ possĂšde tout pouvoir dans les cieux et sur la terre. » Croyez-vous cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Maintenant, supposons qu’Il soit en vous ? Est-ce que Christ possĂšde tout pouvoir ? [« Amen. »] Matthieu 28.18. TrĂšs bien. Il est la Parole-Semence, dans Son Corps. Ainsi, Lui en nous, c’est alors la Parole-Semence en nous. Qu’en est-il ? Tout ce que Dieu Ă©tait, Il l’a dĂ©versĂ© en Christ; et tout ce que Christ Ă©tait, a Ă©tĂ© dĂ©versĂ© dans l’Église. Le pouvoir, c’est ça.

389 Maintenant, observez. Souvenez-vous de la loi de reproduction de Dieu, maintenant, souvenez-vous : « Selon son espĂšce. » Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] La Semence de Christ, la Parole, doit ĂȘtre transmise par Son Corps. Ha-ha-ha-ha-ha !

390 La fatigue commence Ă  vous gagner ? [L’assemblĂ©e dit : « Non. » – N.D.E.] TrĂšs bien. Un petit instant, lĂ . Restons bien tranquilles et prions. Je veux vraiment faire pĂ©nĂ©trer ça comme il faut. Je veux que ce soit bien enfoncĂ©.

391 La Semence de Christ doit, d-o-i-t, doit ĂȘtre transmise par Son Corps; non pas par une dĂ©nomination, mais c’est par une Semence de la Parole, nĂ©e de nouveau, qu’elle doit ĂȘtre transmise. Maintenant, souvenez-vous. Qu’est-ce ? La Semence de Christ.
Comment ma semence se transmet-elle ? Par le corps.
Comment la semence de pommier se transmet-elle ? Par le corps.

392 La semence est transmise par le Corps, et l’Église est le Corps de Christ. Pas vrai ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] L’Église de la Bible ! Cette Naissance (c’est-Ă -dire la nouvelle Naissance) Le produit Lui-mĂȘme, dans un Corps, Son Église, et il s’agit de Sa Parole, pour que les gens puissent voir la confirmation de HĂ©breux 13.8 : « JĂ©sus-Christ, le mĂȘme hier, aujourd’hui et Ă©ternellement. » Le croyez-vous ? [« Amen. »] Or, ceux-lĂ  ne sont pas des hybrides domi-... dĂ©nominationnels. Ce sont ceux qui sont dans l’orbite, qui attendent le compte Ă  rebours, –– vous savez ce que je veux dire, –– qui se prĂ©parent Ă  monter en chandelle. Gloire ! Ceux-lĂ  ne sont pas des hybrides dĂ©nominationnels; pas ceux qui sont Ici, Ă  l’intĂ©rieur, ça, non. Non, non. Il s’agit de la Semence.

393 Paul craignait que les gens regardent Ă  toutes sortes de grands mots qu’il aurait pu prononcer, Ă  quelque produit de son instruction. I Corinthiens 2.1 Ă  8. Si vous voulez le noter. Dans I Corinthiens 2.1 Ă  8, Paul a dit : « Je ne suis jamais venu auprĂšs de vous en prononçant des paroles intellectuelles, vous savez, afin que votre foi soit fondĂ©e sur quelque chose qui viendrait d’un sĂ©minaire. Mais je suis venu auprĂšs de vous dans la simplicitĂ©, avec la puissance et la dĂ©monstration du Saint-Esprit, afin que votre Parole... que votre foi soit fondĂ©e sur la Parole de Dieu. » Oui, oui.

394 Bien que les Ă©glises dĂ©nominationnelles soient mille fois plus nombreuses que l’Épouse. Croyez-vous ça ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Croyez-vous que c’est ce que la Bible enseigne ? [« Amen. »] ÉsaĂŻe 54.1. Il l’a promis. Car les...

395 Est-ce que–est-ce que vous voulez–vous voulez que je le lise ? TrĂšs bien, prenons-le. Si vous voulez voir le passage oĂč Il a promis qu’ils seraient plus nombreux. Allons prendre ÉsaĂŻe 54, 53, 54.1. Exulte, stĂ©rile, qui n’enfantais pas; Ă©clate en chants de triomphe, et pousse des cris de joie, toi qui n’as pas Ă©tĂ© en travail ! car les enfants de la dĂ©solĂ©e sont plus nombreux que les enfants de la femme mariĂ©e, dit l’Éternel. [version Darby]

396 Ha-ha-ha-ha ! Pas vrai ? Les enfants de la prostituĂ©e sont plus nombreux que ceux de la Femme mariĂ©e. Bien sĂ»r. Ils sont bien des fois plus nombreux que nous. Bien qu’ils–bien qu’ils nous surpassent en nombre, ils n’ont pas un vrai pĂšre.

397 Or, les espĂšces dĂ©nominationnelles sont reprĂ©sentĂ©es dans Jude 8-13. Ça, c’est l’église matĂ©rialiste : « Des nuages sans pluie, rejetant l’écume de leurs impuretĂ©s. »

398 L’église pentecĂŽtiste, ce groupe dĂ©nominationnel lĂ , est reprĂ©sentĂ© dans II TimothĂ©e 3.1 Ă  8 : « Ayant l’apparence de la piĂ©tĂ©. » Leur semence produit leur espĂšce. Remarquez, l’eunuque...

399 Oh ! maintenant, nous allons aborder quelque chose de profond, ici. Maintenant, observez cette Église-Semence, cette vraie Église qui a le vrai, le vĂ©ritable Sperme. Remarquez, l’eunuque avait cĂŽtoyĂ© tous les docteurs en thĂ©ologie.

400 Maintenant, souvenez-vous, Dieu n’a jamais confié–Dieu n’a jamais confiĂ© Sa–Sa prĂ©dication et Son Évangile Ă  un ange. Combien savent ça ? Combien savent que Galates 1.8 dit : « Si un ange venait du Ciel prĂȘcher autre chose que ce qu’eux avaient prĂȘchĂ©, qu’il soit anathĂšme » ? Donc, l’ange est faux, s’il diffĂšre d’avec la Parole. Dieu est descendu encore plus bas que les anges, et Il a confiĂ© Cela Ă  des hommes qui Ă©taient des fils. Le croyez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Maintenant, regardez bien. Donc, Il n’a jamais confiĂ© Cela aux anges. Remarquez, Il n’a pas fait ça.

401 Or, Philippe avait Ă©tĂ© Ă  la PentecĂŽte, Ă  JĂ©rusalem, pour y adorer. Combien disent « amen » Ă  cela ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

402 L’eunuque, il avait Ă©tĂ© avec tous les docteurs en thĂ©ologie et les docteurs en droit, et tout. Mais pourquoi n’avait-il rien reçu ? Il s’en retournait, en Ă©tudiant la prophĂ©tie d’ÉsaĂŻe.

403 Bien qu’un Ange ait dirigĂ© Philippe vers lui, il fallait quand mĂȘme que le Germe de Vie soit transmis par le Corps, par Philippe. Ah ! Oh ! frĂšre, maintenant, nous nous alignons parfaitement. D’oĂč est venu le Germe ? A-t-il Ă©tĂ© transmis par l’Ange ? L’Ange lui a indiquĂ© oĂč aller. Un Ange est un messager. Ici, il y a un fils. Philippe avait le Germe, le Message, la Parole. VoilĂ  comment un Enfant peut naĂźtre. Philippe lui a imposĂ© les mains. Philippe l’a baptisĂ© au Nom de JĂ©sus-Christ. C’est de lĂ  que l’Esprit de Dieu est venu. Bien sĂ»r. Or, le Germe devait venir du Corps. Quel Corps ? Le Corps de Christ. C’est exact. Et Philippe Ă©tait un membre du Corps.

404 Maintenant, Ă©coutez. La mĂȘme chose s’est produite dans Actes 10.48. Pierre Ă©tait sur le toit. Un Ange l’a dirigĂ© vers la maison de Corneille. Mais d’oĂč la Parole est-elle venue ? Du Corps. Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Oh ! Je me sens vraiment bien, j’ai envie de cheminer. Un Ange est venu et a dit : « Ne t’inquiĂšte pas. Ne regarde rien comme souillĂ©. Allez, va, ne t’imagine rien. »

405 « Et comme Pierre prononçait ces Mots », pas l’Ange, pas le cardinal. « Comme Pierre prononçait ces Mots. » Qu’est-ce ? Il Ă©tait le Corps. Il avait la Parole. La Parole s’est implantĂ©e. Oh ! frĂšre ! Fiou ! Hmm ! Oh ! la la ! L’Ange a dirigĂ© la chose, mais la Vie a Ă©tĂ© transmise par le Corps de Christ.

406 Paul, en route vers Damas, une vision l’a dirigĂ©. Mais c’est Ananias qui avait le Germe, qui avait la Parole. Amen. Ce prophĂšte, Ananias, a eu une vision oĂč il lui a Ă©tĂ© dit : « Va lĂ -bas, lui imposer les mains. »

407 Il a dit : « Saul, mon frĂšre, le Seigneur t’est apparu sur le chemin par lequel tu venais. » Comment le savait-il ? Il avait la Parole. La Parole du Seigneur est venue au prophĂšte. Il a prophĂ©tisĂ©, il est allĂ© lĂ -bas et a dit : « Il est venu, Il m’a envoyĂ© ici, pour que je t’impose les mains, que tu sois guĂ©ri et que tu reçoives le Saint-Esprit. Recouvre la vue. » Les Ă©cailles sont tombĂ©es de ses yeux. Il s’est levĂ©, il a Ă©tĂ© baptisĂ© au Nom de JĂ©sus, il est parti Ă©tudier.

408 Un ange avait dirigĂ© la chose, c’est vrai, mais c’est Paul qui avait le Germe de la Semence.

409 Il faut l’Esprit de Dieu, la Semence, pour donner la Vie Éternelle. Fiou ! Oh !

410 Est-ce qu’il est dĂ©jĂ  14h ? [L’assemblĂ©e rit. Quelqu’un dit : « Il est 14h passĂ©es. » – N.D.E.] Je sais. Hm ! Je vais lire quelque chose, alors. Permettez-moi de lire pendant seulement une dizaine de minutes. D’accord ? [« Amen. »] Je sais que je pourrais trĂšs bien m’attarder lĂ -dessus, mais vraiment il vaut mieux avancer encore un peu, ici. Nous avons pris le temps que nous avions. Il est 16h35’. Je ne sais pas Ă  quelle heure nous arriverons en GĂ©orgie. J’aurais voulu pouvoir m’arrĂȘter et commenter un petit peu ceci. Mais je vais juste le lire trĂšs lentement. Écoutez attentivement. Voici ce pour quoi j’ai pris la plume, une partie de ça.

411 Est-ce que vous voyez, mes amis, ce que j’ai
 pourquoi j’ai pris position comme je l’ai fait ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Voyez-vous pourquoi je combats pour ça : « Éloignez-vous de ces dĂ©nominations et trouvez une vraie Église de Dieu » ? [« Amen. »] Voyez-vous pourquoi il faut que Cela provienne de la Parole ? [« Amen. »] Cela ne peut pas s’obtenir par la sagesse de l’homme. Cela doit s’obtenir par la Parole de Dieu. C’est pourquoi je crois la Parole exactement telle qu’Elle est Ă©crite. Je n’ajouterai rien, ni ne retrancherai rien. Je La prĂȘcherai telle quelle, simplement, et je continuerai Ă  avancer.

412 Maintenant, frĂšres, vous qui Ă©coutez la bande, si vous ĂȘtes en dĂ©saccord avec moi, je prierai pour vous. Si je suis dans l’erreur, priez pour moi.

413 Je vais en lire une partie maintenant. Seulement... Je veux que vous Ă©coutiez trĂšs attentivement ceci. C’est lĂ  que l’Esprit a dit : « Prends la plume. » Je serai obligĂ© d’En laisser de cĂŽtĂ©, mais il faut que je vous En apporte une partie. TrĂšs bien.
[Frùre Branham lit les paragraphes 414 à 441. – N.D.E.]

414 Maintenant, voici ce que J’essaie de vous dire. La loi de la reproduction : produire selon son espĂšce, GenĂšse 1.11. En ces derniers jours, la vĂ©ritable Épouse-Église viendra Ă  la Pierre principale, Elle sera la super-Église, une super-Race, alors que... en s’approchant de cette grande Pierre principale. Ils seront semblables Ă  Lui, tellement semblables Ă  Lui qu’ils seront exactement Ă  Son image, ce en vue d’ĂȘtre unis Ă  Lui. Ils seront Un. Ils seront la manifestation mĂȘme de la Parole du Dieu vivant. Les dĂ©nominations ne pourront jamais produire Ceci. Ce sera... Elles produiront leurs crĂ©dos et leurs dogmes, mĂȘlĂ©s Ă  la Parole, et–et ceci aboutit Ă  un produit hybride.

415 Le premier fils Ă©tait une Parole-Semence prononcĂ©e par Dieu. Il lui a Ă©tĂ© donnĂ© une Ă©pouse. (Je rĂ©capitule. Ici, l’Esprit reprend ce que j’ai dit. Voyez ?) Une Ă©pouse, produ-... pour qu’il se reproduise. Elle est tombĂ©e. Voyez-vous, c’est pour ça... que l’épouse a Ă©tĂ© donnĂ©e, pour qu’il se reproduise, qu’il produise un autre fils de Dieu. Mais elle est tombĂ©e, par l’hybridation, voyez-vous. Pour qu’il se reproduise; mais elle est tombĂ©e, elle l’a conduit Ă  la mort.

416 Le deuxiĂšme Fils, une Parole-Semence prononcĂ©e par Dieu, il Lui a Ă©tĂ© donnĂ© une Ă©pouse, tout comme Ă  Adam. Mais avant qu’Il puisse l’épouser, elle aussi Ă©tait tombĂ©e. En effet, il lui avait Ă©tĂ© donnĂ© le libre arbitre, comme Ă  la femme d’Adam, elle pouvait croire la Parole de Dieu et vivre, ou bien En douter et mourir. Elle a doutĂ©.

417 Alors, d’un petit groupe de la vĂ©ritable Semence de la Parole, Dieu prĂ©sentera Ă  Christ une Épouse bien-aimĂ©e, une Vierge, une Vierge de Sa Parole. Et c’est Ă  travers eux et par eux que s’accomplira dans cette Vierge qui ne connaĂźt aucun credo ni aucun dogme faits de main d’homme tout ce qui a Ă©tĂ© promis par Sa Parole.

418 La Parole de la promesse, en Lui-mĂȘme, telle qu’Elle Ă©tait en Marie : Dieu, Lui-mĂȘme, manifestĂ©. Il agira Lui-mĂȘme, par Sa propre Parole de promesse, ce afin d’accomplir tout ce qui a Ă©tĂ© Ă©crit de Lui, comme Il l’avait fait quand Il est sorti du sein vierge. Un type du sein spirituel de maintenant; il en sera de mĂȘme de la Vierge qui accepte maintenant Sa Parole : « Qu’il me soit fait selon ce que Tu as dit. » Bien que ce fĂ»t dit par un Ange, c’était pourtant encore la Parole Ă©crite : ÉsaĂŻe 9.6.

419 Ils L’aimeront, aimeront Ses... et ils auront toutes Ses capacitĂ©s, car Il est leur TĂȘte. Et ils sont Ses sujets, soumis Ă  Sa TĂȘte. Les Siens sont sous la direction de Christ.

420 Remarquez, quelle harmonie ! JĂ©sus ne faisait jamais rien qu’Il n’ait d’abord vu faire au PĂšre, ou qui ne Lui ait d’abord Ă©tĂ© montrĂ© par le PĂšre. L’harmonie entre Dieu et Christ, voyez-vous, Jean 5.19. Il en sera de mĂȘme de l’Épouse, et Il Lui montre Sa Parole de Vie. C’est Lui qui La Lui montre, et Elle La reçoit. Elle n’En doute jamais. Rien ne peut Lui nuire, pas mĂȘme la mort. En effet, si la Semence est mise en terre, l’eau La ramĂšnera Ă  la vie. (Amen. Et lĂ , j’ai mis un gros « AllĂ©luia ! ») Voici le secret. La Parole est dans l’Épouse, ainsi que la pensĂ©e de Christ, afin de savoir ce qu’Il veut qu’on fasse de la Parole. Et Elle le fait en Son Nom. Elle a l’AINSI DIT LE SEIGNEUR. Ensuite, la Parole Ă©tant fĂ©condĂ©e, alors le Saint-Esprit L’arrose jusqu’à ce qu’Elle soit arrivĂ©e Ă  Sa pleine croissance et qu’Elle ait accompli Son but.

421 Ils font uniquement Sa volontĂ©. (Amen. Oui, je crois ça.) Personne ne peut les convaincre de faire autre chose. Ils ont l’AINSI DIT LE SEIGNEUR, ou alors ils restent tranquilles. Alors ils feront les oeuvres de Dieu, car c’est Lui-mĂȘme en eux qui continue Ă  accomplir Sa Parole, comme Il l’avait menĂ©e Ă  terme Ă  Son Ă©poque. Toutes choses, quand Il Ă©tait ici, Il n’a pas tout menĂ© Ă  terme quand Il Ă©tait ici, car ce n’était pas encore le moment.

422 Maintenant, tenons-nous dans la position de JosuĂ© et Caleb. (Maintenant, soyez attentifs. Ceci s’inscrira dans un contexte spirituel.) Maintenant, tenons-nous dans la position de JosuĂ© et Caleb, alors que nous voyons le Pays promis qui commence Ă  se profiler Ă  l’horizon. Le moment est proche oĂč il nous sera donnĂ©. JosuĂ©, en hĂ©breu, signifie Sauveur, et il reprĂ©sente le conducteur promis, du temps de la fin, qui doit emmener l’Église de l’autre cĂŽtĂ©. Caleb reprĂ©sente le vrai croyant, qui est restĂ© avec JosuĂ©. Dieu avait fait naĂźtre IsraĂ«l comme une vierge, avec Sa Parole. Mais ils voulaient autre chose. Il en est de mĂȘme pour l’Église de ce dernier jour.

423 Remarquez bien que Dieu n’a pas fait avancer IsraĂ«l, avant le moment qu’Il avait Lui-mĂȘme prĂ©vu. (Maintenant, Ă©coutez. Ceci va avoir une signification.) JosuĂ© a attendu ce moment-lĂ . Peu importe, les gens avaient beau dire : « Dieu nous a donnĂ© le pays, la promesse. Allons-y maintenant, emparons-nous-en. » Ils avaient beau dire : « JosuĂ©, tu as perdu ta commission. Tu es un homme fini. Pourquoi ne fais-tu pas quelque chose ? Avant, tu agissais, tu savais tout de suite ce qui Ă©tait AINSI DIT LE SEIGNEUR, et ce qui Ă©tait la volontĂ© de Dieu. » Mais ce prophĂšte sage, envoyĂ© de Dieu, il connaissait la promesse de Dieu, mais il savait aussi attendre cette promesse, une dĂ©cision claire et nette de la part de Dieu, lui indiquant que le moment Ă©tait venu pour lui d’agir. (Vous voyez ces paraboles. Maintenant, regardez bien.) Et, une fois le moment venu, Dieu a tout remis entre les mains de JosuĂ©, qui Ă©tait restĂ© avec Lui, qui s’en Ă©tait tenu Ă  la Parole; en effet, Il ne pouvait pas faire confiance aux autres. À lui Il pouvait faire confiance. Ceci se reproduira.

424 De mĂȘme, le puissant prophĂšte oint, MoĂŻse, savait que Dieu allait l’utiliser. En effet, Il avait prouvĂ© que MoĂŻse Ă©tait Son serviteur, par sa naissance particuliĂšre, au bon moment, au moment prĂ©vu pour la dĂ©livrance de la semence d’Abraham. (Vous saisissez ?) MoĂŻse n’est pas restĂ© en Égypte, Ă  discuter avec eux des points de l’Écriture. Il n’a pas fait d’histoires aux prĂȘtres. Mais il est parti dans le dĂ©sert, et il s’est attendu au Seigneur, jusqu’à ce que le–jusqu’à ce que le peuple soit prĂȘt Ă  le recevoir. Il Ă©tait venu leur rendre tĂ©moignage, mais ils n’avaient pas voulu le recevoir. Dieu a envoyĂ© son prophĂšte dans le dĂ©sert. Dieu avait rendu tĂ©moignage qu’Il l’avait choisi. Mais l’attente n’était pas due Ă  MoĂŻse, mais aux gens, qui devaient ĂȘtre prĂȘts Ă  recevoir MoĂŻse. MoĂŻse pensait que les enfants comprendraient qu’il avait Ă©tĂ© envoyĂ©. (Ce n’est pas moi qui l’ai Ă©crit; c’est Lui.) C’est pareil maintenant.

425 De mĂȘme, Élie, aprĂšs que ce puissant prophĂšte confirmĂ©, Ă  qui la Parole de Dieu est venue, avait prĂȘchĂ© Son message aux groupes modernes Ă  l’amĂ©ricaine, de la premiĂšre dame du pays, avec leurs cheveux coupĂ©s courts, aux groupes maquillĂ©s Ă  la JĂ©zabel. Dieu avait confirmĂ© Son prophĂšte; chaque fois qu’il prophĂ©tisait, c’était la vĂ©ritĂ©. Dieu a Ă©tĂ© forcĂ© de lui faire quitter le champ missionnaire, jusqu’à ce qu’Il ait frappĂ© cette gĂ©nĂ©ration de puissants flĂ©aux, pour avoir rejetĂ© le message de Son prophĂšte et la Parole de Dieu, qu’Il leur avait envoyĂ©s. Dieu l’a envoyĂ© se cacher, dans le dĂ©sert, et pas mĂȘme le roi n’a pu l’en faire sortir. Et ceux qui ont essayĂ© de le persuader d’aller Ă  l’encontre de la volontĂ© de Dieu sont morts pour l’avoir fait. (Ô Dieu ! Fiou. Hm !) Mais quand Dieu a parlĂ© Ă  Son prophĂšte fidĂšle par une vision, il est sorti du dĂ©sert, avec un AINSI DIT LE SEIGNEUR. Qu’a-t-il fait ? Il est retournĂ© Ă  la Parole, tout droit Ă  la Parole. Il a roulĂ© les douze pierres, les a rassemblĂ©es.

426 De mĂȘme, Jean-Baptiste, le fidĂšle prĂ©curseur de Christ, le prophĂšte oint. Aucune Ă©cole de son pĂšre, aucune Ă©cole de pharisien, aucune dĂ©nomination, n’a pu le faire sortir du dĂ©sert, oĂč Dieu l’avait envoyĂ©, tant qu’il n’a pas entendu la Voix de Dieu. « Le Messie est proche. » (Es-tu Ă  l’écoute, pensĂ©e spirituelle ? Que pourrais-je dire de plus, ici? Maintenant, je saute quelque chose ici.)

427 Comme c’est diffĂ©rent aujourd’hui. Beaucoup de soi-disant Ă©vangĂ©listes affirment qu’ils ont reçu la rĂ©ponse pour... de la part de Dieu, pour les gens. Tout comme KorĂ©, qui niait, qui contestait l’autoritĂ© de MoĂŻse, le prophĂšte de Dieu oint et confirmĂ©, en affirmant que c’est lui qui avait la rĂ©ponse. LĂ  encore, c’était une combine lucrative, un veau d’or; c’est ce que beaucoup font aujourd’hui : un grand bĂątiment, une grande Ă©cole, des couvoirs d’incubation de la mĂȘme semence qu’eux. Et alors, les gens, Ă  cette Ă©poque-lĂ  comme maintenant, ils s’y sont laissĂ© prendre. AprĂšs avoir entendu la vĂ©ritable Parole de Dieu, Ă  travers un prophĂšte oint qui avait Ă©tĂ© confirmĂ©, ils se sont laissĂ© prendre au mensonge de KorĂ©. Le prophĂšte authentifiĂ© par Dieu, et Dieu savait... et ils savaient que Dieu leur avait dit, IsraĂ«l savait que Dieu leur avait dit, expressĂ©ment, qu’Il confirmerait Ses prophĂštes par Sa Parole. KorĂ© n’était pas un prophĂšte conforme aux Écritures, mais la chose faisait trĂšs bonne impression aux gens, et c’est pareil maintenant. Aujourd’hui, aujourd’hui, c’est du sang sur les mains, des boules de feu sur l’estrade, de l’huile sur les doigts. Et le produit de cela : des femmes prĂ©dicateurs, des cheveux courts, coupĂ©s courts, du maquillage. Vous vous retrouvez avec quoi ? On ne croirait pas que les gens se laisseraient prendre Ă  ces choses, mais ils se sont laissĂ© prendre par KorĂ©. Et ils font la mĂȘme chose maintenant, ils abandonnent la vĂ©ritable Parole, pour se tourner vers des dĂ©nominations. Des shorts, ça montre quelle espĂšce de semence il y a en eux.

428 Mais, Dieu merci, ce n’est pas tout IsraĂ«l qui s’est laissĂ© prendre par KorĂ©. Quelques-uns sont restĂ©s avec MoĂŻse, le prophĂšte oint qui avait la Parole de Dieu. C’est pareil aujourd’hui, pour de nombreux Élus de Dieu : avec Sa Parole et Son Esprit.

429 Souvenez-vous, l’ivraie, les mauvaises herbes, doivent ĂȘtre rassemblĂ©es et liĂ©es en gerbes. (Pas vrai ?) Ceci s’est accompli. Les Ă©glises organisĂ©es apostates sont liĂ©es plus solidement qu’elles ne l’ont jamais Ă©tĂ©. Elles se sont rassemblĂ©es pour former une fĂ©dĂ©ration d’églises, prĂȘtes pour le feu du jugement de Dieu. (Ce n’est pas moi qui ai Ă©crit ceci. Je considĂšre que c’est Lui.) Chez les pentecĂŽtistes, c’est plein de soi-disant, autant que chez celles-lĂ . La Parole-blĂ© sera rassemblĂ©e un jour, aprĂšs Leur dĂ©part, pour ĂȘtre avec le MaĂźtre.

430 Dieu a promis... Attention. Dieu a promis Malachie 4 pour ce dernier jour. Et Malachie 4 ne s’est pas encore accompli, mais cela doit s’accomplir, car c’est une Parole de Dieu fĂ©condĂ©e, prononcĂ©e Ă  travers Malachie, le prophĂšte. JĂ©sus y a fait rĂ©fĂ©rence. Cela doit arriver juste avant la Venue de Christ, la deuxiĂšme fois. (Maintenant, Ă©coutez attentivement.) Toutes les Écritures qui ne se sont pas accomplies devront l’ĂȘtre avant ce moment-lĂ . La Bible doit ĂȘtre menĂ©e Ă  terme, ĂȘtre–ĂȘtre menĂ©e Ă  terme. La dispensation des nations doit ĂȘtre menĂ©e Ă  terme avec l’ñge de l’église, quand ce messager oint arrivera. Bien entendu, il plantera la Semence de la Bible entiĂšre : du serpent, jusqu’au messager dans la pluie de la premiĂšre saison. AprĂšs quoi, il sera rejetĂ© par les gens des dĂ©nominations, tout comme son prĂ©dĂ©cesseur Jean, et Élie, comme l’avait annoncĂ© notre Seigneur.

431 Les gens, comme il en a Ă©tĂ© d’Élie la premiĂšre fois, Ă  l’époque d’Achab, c’est ce qui arrivera ici dans ce pays, puisque ce pays est un type d’IsraĂ«l. (Lisez ou Ă©coutez La Religion de JĂ©zabel.) Comme ce pays, alors que nos prĂ©dĂ©cesseurs, pour pouvoir exercer leur culte comme ils l’entendaient, sont venus dans ce pays et en ont expulsĂ© les autochtones, ils en ont pris possession; IsraĂ«l aussi, ils ont pris possession du pays aprĂšs qu’ils sont sortis de l’Égypte. Nous avons eu des hommes saints, comme Washington, Lincoln. Eux ont eu de grands hommes, des hommes saints, comme David et ainsi de suite. Ensuite, ils ont mis sur le trĂŽne un Achab, avec derriĂšre lui une JĂ©zabel pour le diriger. Nous avons la mĂȘme chose.

432 Donc, c’est Ă  cette Ă©poque-ci, dans ce pays-ci, que cette personne paraĂźtra, car c’est dans l’Écriture, et c’est un AINSI DIT LE SEIGNEUR. Ensuite, dans la pluie de l’arriĂšre-saison, viendra une Ă©preuve de force, comme celle de la montagne du Carmel. La Bible qui s’accomplit, Ă  la lettre ! Jean-Baptiste, « Son messager devant Sa face », de Malachie 3. Il a plantĂ© une pluie de la premiĂšre saison, et il a Ă©tĂ© rejetĂ© par les Ă©glises, par les dĂ©nominations, les pharisiens et les sadducĂ©ens de son Ă©poque. JĂ©sus est venu, et Il a eu l’épreuve de force de la montagne de la Transfiguration. Ce prĂ©curseur des derniers jours sĂšmera pour la pluie de la premiĂšre saison. JĂ©sus sera l’épreuve de force face aux dĂ©nominations et aux crĂ©dos, et Il est Sa Parole; quand Il viendra, il y aura une Ă©preuve de force : l’EnlĂšvement de Son Épouse. La premiĂšre a Ă©tĂ© celle de la montagne du Carmel, la deuxiĂšme a Ă©tĂ© celle de la montagne de la Transfiguration, la troisiĂšme sera celle de la montagne de Sion. (Gloire !)

433 Le comportement d’Élie, le comportement de MoĂŻse, le comportement de Jean, qui se retiraient de leur champ de travail, bien des gens ne les ont pas compris. C’était parce qu’ils avaient Ă©tĂ© rejetĂ©s, eux et leur Message. La semence avait Ă©tĂ© semĂ©e. Le jugement allait suivre. Ils avaient Ă©tĂ© pour les gens un signe de la part de Dieu, pour indiquer que le jugement Ă©tait proche. Les semailles Ă©taient terminĂ©es.

434 Je crois qu’un jour la vraie Épouse de Christ sera contrainte d’arrĂȘter de prĂȘcher la Parole de Dieu. La Bible prophĂ©tise Ă  ce sujet, dans Apocalypse 13.16. (Si vous voulez le noter.) Les dĂ©nominations La contraindront Ă  arrĂȘter, ou sinon Ă  accepter sa marque. C’est alors que l’Agneau emportera Son Épouse et jugera la prostituĂ©e Ă  cause de cela.

435 Souvenez-vous, MoĂŻse, qui Ă©tait nĂ© pour accomplir l’oeuvre, a dĂ» s’attendre Ă  Dieu jusqu’à ce qu’il ait reçu le don supplĂ©mentaire qui lui permettrait d’exĂ©cuter la tĂąche. Il a dĂ» retourner et attendre, attendre le temps fixĂ© par Dieu. Il fallait qu’un certain pharaon soit sur le trĂŽne, et il fallait que le peuple rĂ©clame le Pain de Vie, avant que Dieu fasse revenir MoĂŻse.

436 Maintenant, des milliers de gens opĂšrent des signes en ce dernier jour, ce qui a crĂ©Ă© une gĂ©nĂ©ration de chercheurs de signes, qui ne connaissent rien du tout du vĂ©ritable mouvement de Dieu ni de Sa Parole en ces derniers jours. (Comme je l’ai dit... ) PrĂ©sentez-leur du sang et de l’huile, et des dĂ©monstrations charnelles sur l’estrade, et ils appuieront cela, que ce soit la Parole de Dieu ou pas, que ce soit conforme aux Écritures ou pas. JĂ©sus nous a avertis que ces choses allaient arriver, au temps de la fin. (Comme je l’ai dit... ) Dans Matthieu 24, deux esprits trĂšs semblables : « Cela sĂ©duirait mĂȘme les Élus, si c’était possible. »

437 Comment les distinguer l’un de l’autre ? Passez-les au test de la Parole. Comment les reconnaĂźtre ? Prononcez la Parole, voyez ce qu’ils En diront. S’ils ne croient pas la Parole, ils n’ont pas le Germe de la Semence en eux. Ils sont du malin, et ils vous sĂ©duisent. Comme la premiĂšre Ă©pouse a Ă©tĂ© sĂ©duite, et que la deuxiĂšme Ă©pouse a Ă©tĂ© sĂ©duite, ils sĂ©duisent la troisiĂšme Ă©pouse, en hybridant la Parole, ou en essayant de le faire. Dieu n’a jamais fait passer les signes avant Sa Parole. (Amen. Celle-lĂ , elle Ă©corche vraiment.) Dieu n’a jamais fait passer les signes avant Sa Parole. Ils ont Ă©tĂ© ajoutĂ©s pour servir de preuve Ă  la Parole, mais c’est la Parole qui vient en premier. Pour le prouver : Élie a dit Ă  la femme : « Fais-moi d’abord un gĂąteau » ; regardez ensuite le miracle se produire. Venez d’abord Ă  la Parole, et regardez ensuite le miracle. C’est Ă  la Parole-Semence Elle-mĂȘme que le Saint-Esprit donne l’énergie.

438 Comment un messager envoyĂ© de Dieu pourrait-il ne croire qu’une partie des Écritures, et pas toute la Parole, En nier une partie ? Le vĂ©ritable prophĂšte de Dieu proclamera la Parole, dans les derniers jours. Les dĂ©nominations le haĂŻront. Il n’épargnera aucune d’elles. Il sera tel qu’il Ă©tait quand il est venu lors de la PremiĂšre Venue de Christ : « Races de vipĂšres ! » Mais ceux qui ont Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©s entendront et se prĂ©pareront pour le compte Ă  rebours. La Semence royale de la foi d’Abraham : comme celui-ci, qui s’en est tenu Ă  la Parole de Dieu en dĂ©pit de tout, car il avait Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©.

439 Le messager de Malachie 4 paraĂźtra au temps fixĂ© par Dieu. Nous l’attendons tous. Nous croyons qu’il viendra. C’est selon Sa Parole. Ce sera au temps de la fin. C’est donc maintenant l’heure de voir cela. Il sera–il sera parfaitement consacrĂ© Ă  la Parole, comme ils l’ont toujours Ă©tĂ©, dĂ©signĂ©s dans la Parole de Dieu et confirmĂ©s. Dieu confirmera que ce qu’il prĂȘche est la VĂ©ritĂ©, comme Il l’avait fait dans le cas d’Élie; en effet, il s’agit d’Élie, qui vient faire les prĂ©paratifs pour l’EnlĂšvement de la montagne de Sion. JĂ©sus a dit que « dans les derniers jours, ce serait comme du temps de Lot ».

440 Sa prĂ©dication sera revĂȘtue de l’Esprit et de force, Ă©tant bien alignĂ©e sur la Parole de Dieu. À cause de tout ce qu’on aura fait passer pour la VĂ©ritĂ© de Dieu, beaucoup ne comprendront pas ce messager vĂ©ritable. (Ce que j’ai, Ă©crit ici, c’est p-r-o-p-h-Ă©-t-i-e, « prophĂ©tie ».) À cause, Ă  cause de tout ce que des imposteurs auront fait passer pour la VĂ©ritĂ© de Dieu, beaucoup de vĂ©ritables serviteurs de Dieu ne comprendront pas ce messager.

441 Ainsi, les prophĂ©ties du temps de la fin se rĂ©pĂ©teront, je crois. Comme le premier prĂ©curseur est sorti du dĂ©sert et s’est Ă©criĂ© : « Voici l’Agneau de Dieu », le second prĂ©curseur fera probablement la mĂȘme chose, en dirigeant les gens vers une Épouse nĂ©e de la Parole. L’Épouse de Christ, qui sera dirigĂ©e vers les cieux, Ă  l’apparition de JĂ©sus. Ce cri : « Voici l’Agneau de Dieu », sortira de ses lĂšvres. (Que Dieu nous aide Ă  ĂȘtre prĂȘts pour cet Ă©vĂ©nement qui est proche.) Il vaut mieux que je m’arrĂȘte, juste ici.

442 Est-ce que vous croyez ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Pourquoi ces choses sont-elles arrivĂ©es ? Comprenez-vous mieux, maintenant ? [« Amen. »] C’est la Parole, mon ami. Ceci a durĂ© environ six heures, pratiquement cinq heures et demie ou six heures. On pourrait dire encore beaucoup de choses. Mais sĂ»rement que, dĂ©jĂ  maintenant, le Saint-Esprit a–a fait descendre Cela tellement profondĂ©ment en vous que vous savez de quoi je parle. Nous sommes au temps de la fin. Les semences sont maintenant semĂ©es. La pluie de l’arriĂšre-saison ne va pas tarder Ă  venir.

443 Souvenez-vous, trĂšs bientĂŽt, il y aura un si grand rassemblement des dĂ©nominations que ce sera renversant; et elles formeront ensemble cette FĂ©dĂ©ration des Églises. Et alors, ce genre d’église-ci sera forcĂ© de cesser ses activitĂ©s (du moins c’est ce qu’elles croiront). C’est Ă  ce moment-lĂ  que JĂ©sus apparaĂźtra, et Il montrera qui est de l’Épouse et qui ne l’est pas. Et, souvenez-vous, mes amis chrĂ©tiens, je suis un homme, je peux commettre des erreurs. Mais Dieu, Il est Dieu, alors Il ne peut pas commettre une erreur. Toutes les Paroles qui ont Ă©tĂ© Ă©crites doivent s’accomplir. C’est ce que JĂ©sus a dit. Alors, il y a ici dans les Écritures des choses qui doivent s’accomplir, et celle-lĂ  en est une : ce boycottage qui doit venir.

444 Mais, avant que ce boycottage, qui est la marque de la bĂȘte, puisse venir, il faut qu’une Semence soit semĂ©e, pour que Dieu fasse sortir de lĂ  une Église. Comprenez-vous, maintenant ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] Une Semence doit ĂȘtre semĂ©e. Une semence des dĂ©nominations, qui, elles, feront une forme ou une image Ă  la bĂȘte, l’église de Rome. Et il faut qu’il y ait une vĂ©ritable Épouse. Et nous comprenons que la prĂ©tendue Ă©pouse est rejetĂ©e.

445 L’épouse d’Adam a Ă©tĂ© rejetĂ©e, elle n’a pas pu produire la Vie. Elle a produit la mort. Nous en sommes le rĂ©sultat : notre corps. Nous mourons tous. Regardez de quoi nous avons l’air, vous pouvez le constater.
L’épouse de JĂ©hovah est morte. Il a divorcĂ© d’avec elle.

446 Et Il a fait sortir du milieu des nations un peuple, pour qu’il porte Son Nom. Pas vrai ? Son Nom; comme une femme qui prend le nom d’un homme, son Ă©pouse. Maintenant, elle, qu’a-t-elle fait ? La mĂȘme chose que ce qu’elles avaient fait Ă  l’autre moment, elle a formĂ© une dĂ©nomination, elle s’est corrompue.

447 Mais, dans chaque gĂ©nĂ©ration, chaque rĂ©veil produit un prophĂšte de Dieu. Un prophĂšte, c’est un prĂ©dicateur, un vrai prĂ©dicateur qui ne s’écarte pas de la Parole, qui s’en tient Ă  la Parole; et c’est eux qui produisent un rĂ©veil qui rassemble les Élus de cette gĂ©nĂ©ration-lĂ .

448 AprĂšs quoi elle se dĂ©grade, et Dieu ne l’utilise plus jamais. Je demande Ă  n’importe quel thĂ©ologien, Ă  n’importe quel historien, de me citer une seule fois oĂč une dĂ©nomination se soit relevĂ©e. Jamais. Elle est morte quand elle s’est formĂ©e en dĂ©nomination, et elle est restĂ©e lĂ . Je pense Ă  Dwight Moody, l’institut biblique Moody : tout ce qu’il y a de plus mort.

449 Je pense aux mĂ©thodistes, aux pentecĂŽtistes, aux presbytĂ©riens, aux luthĂ©riens, aux nazarĂ©ens, aux pĂšlerins de la saintetĂ©, des hommes saints ont paru, Buddy Robinson, et–et Georges Whitefield, et tous ces grands hommes, ces hommes saints, qui ont prĂȘchĂ© l’Évangile. Et cette gĂ©nĂ©ration recevait la Semence qui Ă©tait semĂ©e, la partie qui lui Ă©tait destinĂ©e. Comme le maĂŻs, que ce soit la tige, que ce soit la feuille, que ce soit l’aigrette, que ce soit le grain; quoi que ce soit, ce serviteur de Dieu apportait la Parole de ce jour-lĂ . Celle-ci lançait l’appel aux quatre vents de la terre et emportait les Élus de cette gĂ©nĂ©ration-lĂ . C’est par ces Élus qu’a Ă©tĂ© construite la Maison du Dieu vivant.

450 Maintenant, ce ministĂšre-ci doit ĂȘtre affinĂ© Ă  un point tel que les oeuvres mĂȘmes de JĂ©sus seront produites, parce que, quand Il viendra, la Pierre principale descendra s’Y implanter. En effet, ils ne... Il y aura un EnlĂšvement, et ils seront emportĂ©s; le reste du Corps viendra avec Elle, et l’Épouse sera partie au Ciel. Pas une dĂ©nomination, mon ami : une Église de la Parole de Dieu ! Le croyez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]
Il y a des mouchoirs ici.

451 Maintenant, je pars. Je pars, je ne sais oĂč. Comme vous, je cherche la volontĂ© de Dieu. Je voudrais bien pouvoir rester Ă  ce tabernacle ; je ne peux pas. Il y en a des milliers; j’entends leur cri, l’esprit impur qui les dĂ©chire. Je n’arrive pratiquement plus Ă  dormir. J’entends les petits enfants qui pleurent, et je vois les mamans qui poussent leurs enfants, pour les faire passer dans la ligne de priĂšre; je vois une maman qui Ă©vente un bĂ©bĂ©; qui tient un drap sur lui pour le protĂ©ger de la pluie, dans la cour. Mon coeur saigne pour eux.

452 Quand j’ai construit ce tabernacle, le jour oĂč j’ai posĂ© la pierre angulaire lĂ -bas, je me souviens de la vision que j’ai eue ce matin-lĂ . Elle est Ă©crite lĂ , dans la pierre angulaire; Il a dit : « Ceci n’est pas ton tabernacle. » Il a dit : « Fais l’oeuvre d’un Ă©vangĂ©liste. Remplis bien ton ministĂšre. » [Espace vide sur la bande – N.D.E.] Je l’aime. J’aime les enfants de Dieu, partout. Je ne sais pas oĂč Il va me conduire. Je ne sais pas. J’attends. Il y a un an que j’attends. Il se peut que j’attende deux ans, il se peut que j’attende trois ans. Je ne sais pas. Je ne sais pas quel sera le prochain pas Ă  faire. J’attends. Mais je pense que, selon les Écritures, la Parole a Ă©tĂ© semĂ©e. Ensuite, c’est l’Esprit, qui doit se dĂ©verser.

453 Billy Graham aura beau prĂȘcher partout. Oral Roberts, ces hommes saints, auront beau prĂȘcher partout. Il se pourrait que le Seigneur m’envoie semer de la Semence ailleurs, dans un champ quelque part. Mais je crois que notre nation Ă  nous est entiĂšrement ensemencĂ©e. Je crois qu’elle est maintenant prĂȘte pour la moisson.

454 Quand l’Esprit sera dĂ©versĂ©, et que le mouvement s’amorcera parmi les gens, tout de suite, ceux des dĂ©nominations vont se rassembler, aussi sĂ»r que je suis derriĂšre la chaire, et l’Église de Dieu sera Ă©vincĂ©e. Et ils vont faire tellement de vacarme avec tout ça, ils vont se rĂ©unir dans une confĂ©dĂ©ration et boycotter tous ceux qui ne sont pas rattachĂ©s Ă  eux.

455 Rome gouvernera le monde pendant une heure seulement. Elle gouvernera pendant un petit bout de temps. Pas le communisme. C’est le romanisme qui gouvernera le monde, avec la collaboration du protestantisme, par une Ă©glise de forme dĂ©nominationnelle, ce que Dieu a rejetĂ©. Ça, c’est la Parole de Dieu, du mieux que je La connaisse.

456 Je vous aime. Je vous apprĂ©cie. Peut-ĂȘtre que je reviendrai, peut-ĂȘtre dimanche prochain. Je descends en Floride, maintenant, le Seigneur voulant ; en GĂ©orgie, pour demain soir. J’aurai quelques rĂ©unions ici et lĂ , si le Seigneur conduit ainsi. J’en ai un carnet tout plein, que FrĂšre Roberson... ou Borders, m’a envoyĂ© l’autre jour. Je pense qu’il y a, eh bien, il y a des endroits oĂč trente, et mĂȘme quarante Ă©glises sont prĂȘtes Ă  collaborer, mais on dirait que l’Esprit me retient. Je ne sais pas pourquoi. Je ne sais pas pourquoi. Alors, priez pour moi, je prierai pour vous, pour qu’ensemble nous tenions ferme. Que Dieu nous aide. Qu’il n’y en ait pas un seul d’entre vous, ici, qui Ă©choue, et qui passe Ă  cĂŽtĂ© de ce grand moment Ă  venir.

457 Maintenant, on m’a accusĂ© de bien des choses, mes amis. Et il y a bien des choses dont je suis coupable. Je suis nĂ©gligent; c’est vrai. Je ne sais pas pourquoi c’est comme ça, il faut que quelqu’un me mette au pied du mur, m’oblige Ă  me battre. Je ne sais pas. C’est une nature. J’ai fait des choses que je n’aurais pas dĂ» faire, non pas volontairement, mais je–j’ai Ă©tĂ© pris lĂ -dedans. Et c’est ça qui me fait si peur, en voyant ce qu’il en est de ce jour-ci, du jour oĂč nous vivons, et maintenant vous voyez ce que je crois. Je veux que Dieu me parle, si possible, avant de faire un pas, voyez-vous, parce que je ne veux pas Le dĂ©cevoir. Je veux ĂȘtre avec Lui, partout. Et je voudrais que vous priiez pour moi.

458 Et, souvenez-vous, je vous ai dit la VĂ©ritĂ©. Et je vous remercie d’ĂȘtre restĂ©s assis ici, toute la journĂ©e, depuis tĂŽt ce matin. Beaucoup d’entre vous sont encore debout, le long des murs, et dans les couloirs, les pieds et les jambes pris de crampes. Assis Ă  l’extĂ©rieur, dans les voitures, votre batterie presque Ă  plat Ă  force d’écouter. Et ça y est, tout est enregistrĂ©. Les frĂšres ont fait l’enregistrement, lĂ -bas. Vous pourrez vous le procurer. Et, si vous vous le procurez, alors rapportez-le chez vous et Ă©tudiez ça trĂšs attentivement, trĂšs sagement, et voyez ce que le Seigneur vous rĂ©vĂ©lera.

459 L’aimez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.] OĂč est Teddy ? [Quelqu’un dit : « Juste ici. »] Juste avant que nous priions pour ces mouchoirs et pour les gens, je voudrais prier pour chacun de vous. Je voudrais chanter ce cantique maintenant. Ensuite FrĂšre Neville fera ses annonces pour l’autre service. Je L’aime, je L’aime... Vous aimez Sa Parole ? Alors vous L’aimez. Parce qu’Il m’aima le premier.
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

460[Espace vide sur la bande – N.D.E.]... Lui tĂ©moignant de la rĂ©vĂ©rence. Et maintenant, je me suis tenu ici Ă  prĂȘcher pendant toutes ces heures, Ă  expliquer, faisant tout ce que je peux pour mes semblables, cherchant Ă  leur faire comprendre les choses que j’ai dites, et pourquoi j’ai fait ces choses. Je Te prĂ©sente maintenant, Seigneur, ces gens, ceux qui sont visibles et ceux qui Ă©couteront les bandes par la suite. [Espace vide sur la bande] Que Dieu Lui-mĂȘme En donne l’interprĂ©tation divine. Et je suis sĂ»r, Seigneur, que si j’ai apportĂ© la Parole, Elle tombera sur ceux sur lesquels Elle a Ă©tĂ© prĂ©destinĂ©e Ă  tomber. Ta Parole est la VĂ©ritĂ©.

461 PĂšre, je suis dĂ©solĂ© de T’avoir déçu, bien des fois. Je Te prie de me pardonner. Je Te prie de pardonner Ă  mon auditoire, visible et invisible, tous leurs pĂ©chĂ©s. C’est que, Seigneur Dieu, nous nous rendons bien compte que nous sommes au bout du chemin. Tous les signes sont ici mĂȘme, devant nous. Je suis sĂ»r que la pensĂ©e spirituelle, Seigneur, capte ce que je viens de dire lĂ , il y a quelques minutes. Je prie qu’ils comprennent, Seigneur. Ce que nous... [Espace vide sur la bande – N.D.E.]... oĂč nous en sommes. Nous sommes tout prĂšs de Sa Venue. Nous pouvons entendre les vagues qui dĂ©ferlent. Elles sont toutes proches.

462 Aide-nous, Seigneur. Aide-nous. Je prie pour toutes les personnes assises ici. Je prie pour ces mouchoirs, et pour les frĂšres qui Ă©coutent la bande. Aide-moi, Seigneur, Ă  offrir une priĂšre de la foi, pour tous.

463 Maintenant, pour ceux dont le coeur est ouvert Ă  la Parole de Dieu, par la foi je plante cette Semence. Je La plante au Nom de JĂ©sus-Christ, avec la foi en Dieu. Mais, Seigneur Dieu, je Te les confie, maintenant. Arrose-La. Fais descendre l’Esprit sur Elle, Seigneur, sur cette Parole fĂ©condĂ©e qui est lĂ  : Tu es le mĂȘme grand Dieu, qui guĂ©rit; le mĂȘme grand Dieu, qui sauve; le mĂȘme grand Dieu, dans la rĂ©surrection. Tu es Dieu. Puisse-t-Elle produire une rĂ©colte, une Épouse pour notre Seigneur JĂ©sus, un sein sanctifiĂ©, le coeur qui pourra recevoir la Parole. Accorde-le, Seigneur. Je les remets entre Tes mains, pour que Tu choisisses ici, Seigneur, (si possible chacun d’eux) Ton Épouse, au Nom de JĂ©sus-Christ. Amen. Je L’aime


Salut
Sur le bois du Calvaire.
Tous ensemble, maintenant, avec nos mains levĂ©es. Je L’aime, je L’aime,
Parce qu’Il m’aima le premier.
Et acquit mon salut
Sur le bois du Calvaire.

464 Maintenant, aprĂšs ces six heures d’exhortation, oĂč la Parole a Ă©tĂ© apportĂ©e, je vous ordonne de passer Ă  la premiĂšre Ă©tape. « Repentez-vous, » et regardez en Haut, « et soyez baptisĂ©s » dans quelques minutes, « au Nom de JĂ©sus-Christ, pour la rĂ©mission de votre pĂ©chĂ©, et Dieu a promis de vous donner le Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour ceux qui sont au loin. » Elle est pour les mĂ©thodistes, pour les baptistes, pour les catholiques, pour les presbytĂ©riens. « Que celui qui veut recevoir la Parole vienne. » Le croyez-vous ? [L’assemblĂ©e dit : « Amen. » – N.D.E.]

465 Maintenant, je vous laisse avec le pasteur, pour le service de baptĂȘmes. Il va s’occuper des prĂ©paratifs, maintenant, pour qu’on se prĂ©pare pour les baptĂȘmes. FrĂšre Neville.
Maintenant vous pouvez vous asseoir un instant.

466 Notre frĂšre Neville, maintenant, notre pasteur, va vous expliquer tout de suite le dĂ©roulement du service, dans un instant. Que Dieu vous bĂ©nisse, jusqu’à ce que je vous revoie.

EN HAUT